Vous êtes sur la page 1sur 25

Chapitre IV : les verres multifocaux

Introduction :
La presbytie est un phénomène irréversible, lié au vieillissement de
l’œil. Elle se manifeste lorsque la réserve accommodative devient
insuffisante pour maintenir le punctum proximum dans le parcours
de vision de près habituel (jusqu’à 30-35 cm). Pour cela et pour les
personnes qui présentent des défauts de vision tels que
l’hypermétropie ou autre, l’utilisation d’un verre bifocal ou plus
permet d’additionner les deux corrections dans la même paire de
lunette.

Les premiers signes de la presbytie se caractérisent par une


tendance à vouloir éloigner un livre pour pouvoir le lire.
Correction de La Presbytie
Partie I : Verres bifocaux :
Les verres bifocaux sont des verres qui ont deux corrections distinctes ; une pour
la vision de loin et une pour la vision de près. Les deux parties du verre n’ont pas
la même puissance. Nous distinguons différentes sortes de verres et leurs
fabrications.
1- Verres bifocaux en deux pièces : les premiers verres doubles foyers créés
sont les verres dits à la Franklin. Ce sont deux demis verres superposés : le
demi-verre supérieur servait pour la vision de loin et le demi-verre inférieur
pour la vision de prés.

Ce type de verre présente des défauts :


- Ligne de séparation très visible.
- Différence d’épaisseur entre les deux demi-verres
- Manque de solidité de l’assemblage
2- Verres bifocaux avec application collée :
La partie VP était obtenue en collant avec un baume de canada (même indice que
le verre) sur le verre correcteur VL, une petite pastille biconvexe additionnelle
dont l’effet sphérique représentant l’addition à obtenir. Les deux faces en contact
doivent avoir rigoureusement la même courbure mais de signe opposé, l’addition
étant généralement collée sur la face postérieure. Pour les verres astigmates, elles
sont collées coté sphérique.
Exemple d’application : soit à réaliser et calculer un verre double foyer avec les
corrections suivantes :
VL=+2,00δ
VP=+4,50δ -1,25δ

Si ce verre est périscopique par exemple


D1= +3.25δ et D2=-1,25 δ
L’application collée devra avoir VP-VL=+2,50δ = puissance de la
pastille additionnelle et sera collée sur la face D2 ; cette lentille devra
avoir une surface correspondante de -1,25 δ

La pastille destinée à la VP peut avoir plusieurs formes


Les inconvénients :
Le collage au baume de canada était délicat (absence de bulles difficile)
Le baume se ramollissait sous l’action de la température (50°C)
Le baume devient jaune en vieillissant.

3- Verres bifocaux d’une seule pièce :

R1

S1 S2 Ca C1 C2

Ra
R2

Les faces avant et arrière sont usinées, la face avant est retaillée de façon à obtenir
une plage de vision de prés.
C1 : centre de courbure face avant vision de loin
C2 : centre de courbure face arrière vision de loin et de près
Ca : centre de courbure face avant vision de près
4- Double foyer taille invisible :
Ce verre n’existe plus qu’en matière organique. La différence de puissance entre
la VL et la VP est obtenue par la différence de grandeur entre le rayon de
courbure R2 de la VL et Ra de la VP. Dans ce cas le monomère additionné de son
catalyseur est polymérisé dans un moule. Il faut usiner l’une des faces du moule
suivant deux courbures de façon à réaliser une plage de VP ; cet usinage est
réalisé sur la partie concave du moule. C 2P

C1 L

C2L

P
La ligne de séparation et beaucoup moins usinable que précédemment car elle est
l’intersection des rayons de courbure R2 et Ra .ces double foyer sont un segment en
forme de grain de courge. C2L et C2P sont aligné avec le point P.
5- Double foyer fusionné:
Ces verres sont obtenus en fusionnant sur palet en crown une lentille additionnelle
d’indice différent. Cette lentille additionnelle est en baryum d’indice 1,600 à 1,720
suivant l’addition demandée. Actuellement le baryum a remplacé le flint.
Actuellement le baryum a remplacé le flint. Le baryum est plus dur que le flint
(sensiblement le même coefficient de dureté que le crown). L’emploi du baryum
présente aussi l’avantage de diminuer le chromatisme, car il a un coefficient de
dispersion beaucoup plus faible que celui du flint
La pastille additionnelle peut être fusionnée :
Sur le coté concave du verre (fusion interne)
Sur le coté convexe du verre (fusion externe)

R1 R1
R2
R2
r
r

fusion interne fusion externe


Il existe plusieurs types de double foyer fusionné, on retrouve parmi eux:
a- Double foyer fusionné à segment rond :

22 mm

b- Double foyer fusionné semi pantoscopique à ligne de séparation droite :


65Ø/60
3 mm

4,5 mm
6,5 mm
17,5 mm

22 mm
c- Double foyer fusionné semi pantoscopique à ligne de séparation courbe :

65Ø/75

75Ø 3 mm
5 mm
65 CO VL
r = 47 mm
5,5 mm

18,5 mm

Centre géométrique du verre


diamètre 65Ø
28 mm
d- Double foyer fusionné rectangulaire:
2,5 mm

3 mm
14 mm

e- Double foyer fusionnée centré :

30 mm

17,5 mm

35 mm
f- Double foyer fusionné à bords arrondis:
6- Calcul de la puissance de la pastille dans le cas d’un double foyer fusionné :
Pour le calcul de la puissance de la pastille additionnelle, deux cas sont à étudier
(cas de fusion interne et cas de la fusion externe) et dans les deux cas deux méthodes
peuvent être utilisées.

a- Cas de fusion interne :


La première méthode consiste à considérer une lentille additionnelle isolée. La
puissance de cette lentille lorsqu’elle est en crown d’indice nc est :

Dc=(nc-1)/r +(1-nc)/R2
Dc=(nc-1).(1/r –1/R2)
R1

Pastille isolée R2
r

R2
La puissance de cette même pastille réalisée en baryum :
Db=(nb-1)/r +(1-nb)/R2
Db=(nb-1).(1/r –1/R2)
L’addition introduite dans le double foyer sera représentée par la différence Db-Dc
soit :
∆=Db-Dc= [(nb-1)(1/r –1/R2)] - [(nc-1).(1/r –1/R2)]
Soit : ∆=(nb-nc).(1/r-1/R2)

La deuxième méthode consiste à prendre en considération la pastille sur son support


pour la VL. La puissance du verre de loin est :
DL=D1+D2= (nc-1)/R1 +(1-nc)/R2
La puissance du verre de près :
DP=D1+D+D2b=(nc-1)/R1+(nb-nc)/r+(1-nb)/R2
D étant la puissance du dioptre de rayon r
D2b est la puissance de la face arrière de la lentille additionnelle, d’où l’addition :
∆=DP-DL=D1+D+D2b-(D1+D2)=(nc-1)/R1+(nb-nc)/r+(1-nb)/R2-(nc-1)/R1-(1-nc)/R2
∆= (nb-nc)/r +(1-nb)/R2 –(1-nc)/R2=(nb-nc)/r-(nb-nc)/R2
∆=(nb-nc).(1/r-1/R2)
D1 D2

D D2b
b- Cas de fusion externe :
Avec la première méthode (pastille isolée)

Dc= (nc-1)/R1 +(1-nc)/r


Db= (nb-1)/R1+ (1-nb)/r
∆=Db-Dc= (nb-1).(1/R1-1/r)-(nc-1).(1/R1-1/r)
∆=(nb-nc).(1/R1-1/r)

R1

R1
r
R2
Pastille isolée
Avec la deuxième méthode pastille avec son support pour la VL :

DL=D1+D2
DP=D1b+D+D2
∆=DP-DL=D1b+D+D2-(D1+D2) D1
D2
∆=(nb-1)/R1 +(nc-nb)/r – (nc-1)/R1
∆=(nb-nc)/R1 + (nc-nb)/r D
∆=(nb-nc).(1/R1-1/r)
D1b
7- Estimation de l’addition en fonction de l’âge :
Le tableau suivant, présente des valeurs moyennes pour une population
européenne et une distance de travail de 40 cm.

Age (ans) 42 44 48 50 52 56 >60

Addition (δ) 0,75 1,00 1,50 1,75 2,00 2,25 2,50

A partir de 70 ans et pour les pseudo-phakis l’addition peut


atteindre +3,00 δ jusqu’à 3,50 δ.
8- La presbytie chez les myopes :
Pour les myopes la correction est surtout pour la vue de loin, seulement souvent le
sujet ôte ses lunettes pour voir de prés. Pour ces cas, plusieurs possibilités se
présentent :
 En cas de myopie faible (-1,00 – 1,75 δ) cette compensation en vision de près ne
sera que momentanée et le sujet après 50 ans sera obligé de porter des bifocaux.
 En cas de myopie moyenne (-2,00 – 3,50 δ) : l’accommodation n’est plus
sollicitée et peut parfois entrainer des petits problèmes de vision binoculaire
(exophorie, insuffisance de convergence)
Partie II- Verres tri-focaux :
•Définition :
Les verres tri-focaux réunissent trois corrections sur le même verre : vision de loin,
vision intermédiaire et une vision de près.
Ces verres sont réalisés selon le principe suivant : l’addition de la vision de près
(ΔP) est égale à deux fois l’addition de la vision intermédiaire (ΔI) :
ΔI = (ΔP)/2
COVL

Centre géométrique de la vision de près et


de la vision intermédiaire

1 mm Coté nasale

22 mm

36 mm
Les différentes réalisations des verres tri-focaux:
A- Semi pantoscopique section droite

18 mm

22 mm

3 mm
B- Semi pantoscopique section courbe

2,5 mm
7 mm
24,5
mm

28 mm
C- Grand angulaire :
2,5

60 ᴓ
O

7 mm
20 mm G
13 mm

30 mm

•Calcul de l’addition dans le cas d’un verre tri-focal :


Les verres tri-focaux sont des verres qui réunissent trois corrections: à la fois vision de loin
(VL), vision de près (VP) et vision intermédiaire (VI).
La soudure se fait soit coté concave, soit coté convexe. La dépression creuse est
calculée par la même méthode que pour les doubles foyers :
∆I : l’addition pour la vue intermédiaire
∆P : l’addition pour la vue de près
nb : l’indice du baryum pour la VP , pastille de rayon interne r
n’b : l’indice du baryum pour la VI, pastille de rayon interne r’
On a ∆I =∆P /2 et r = r’
Pour la VP : l’addition ∆P = (nb-nc)(1/R1-1/r)
Pour la VI : l’addition ∆I = (n’b-nc)(1/R1-1/r’)
La puissance de la VI est obtenue avec un baryum d’indice inférieur à celui du baryum
utilisé pour la VP : n’b < nb et ∆P =2.∆I

Dans ce cas nous pouvons écrire : (nb-nc).(1/R1-1/r)=2.(n’b-nb).(1/R1-1/r)


Donc : (nb-nc) = 2.n’b – 2.nc
D’où n’b=(nb+nc)/2
•Les défauts des doubles et des triples foyers :
Les défauts des verres à plusieurs foyers résident dans la ligne de séparation entre la partie du
verre pour la VL et la pastille fusionné pour la VP ou la VI. Sur cette ligne de séparation des
aberrations et des défauts optiques peuvent apparaitre ; on cite parmi eux :
1- Effet prismatique : Les positions relatives des centres ou pseudo-centre optique et du
point de vision de près, fixent l’orientation et la grandeur des effets prismatiques que le
presbyte aura à surmonter et il doit nécessairement s’y adapter. Ce prisme est faible pour la
VL de faible puissance.
2- Saut d’image : C’est le changement brusque de position de l’image d’un objet lorsque
l’œil le regarde rapidement de part et d’autre de la ligne qui sépare la VL et la VP ou VI
dont les puissances sont différentes. Si le regard s’attarde sur la ligne de séparation, l’objet
apparait dédoublé.
3- Aberrations : l’aberration la plus gênante est le chromatisme sur la ligne de séparation,
elle ne se manifeste que dans le cas des doubles foyers fusionnés rond et pour les fortes
additions. Ce défaut peut être réduit lorsqu’on utilise des pastilles à segment plat.
Pour me contacter et pour avoir
plus d’explications sur ce cours
mon mail:
ldbn20@gmail.com