Vous êtes sur la page 1sur 2

Conclusion

Dans le but de porter une contribution à la protection de l’environnement en général, et


aux traitements des eaux en particulier, nous avons orienté ce travail vers la rétention d’un
colorant, le vert de malachite par les cônes de pin maritime.

La première partie de ce travail à été consacrée à la préparation de charbon en utilisant


un matériau d’origine végétale « cônes de pin maritime mature », et le vert de malachite en
solution.

Dans la deuxième partie, nous avons mis l’accent sur l’étude des caractéristiques
physico- chimique du charbon qui sont : la granulométrie, le taux d’humidité, le taux de
cendre, le pH et l’indice d’iode.

La troisième partie consiste à étudier l’influence de certains paramètres (concentration


initiale du colorant, la masse du biosorbant, pH et la granulométrie) sur la sorption du vert de
malachite par le charbon produit et la modélisation des isothermes de ce phénomène.

Les résultats expérimentaux ont prouvé que :


 L’augmentation de la concentration initiale de 10 à 50 mg/L entraine une
augmentation de la capacité sorbée, le meilleur rendement (95%) a été trouvé pour une
concentration de 50mg/L.
 L’augmentation de la masse de biosorbant entraine une diminution de la capacité
d’adsorption, le meilleur rendement (95%) est enregistré pour une masse de 0,4g du charbon.
 L’étude de l’influence du pH a donné comme résultat un pH optimal de 7, à
température ambiante.
 Le temps de contact optimal qui assure la bonne rétention du vert de malachite par le
charbon est de 120 minutes.
 Le charbon brut est le meilleur et le plus efficace adsorbant qui enregistre un meilleur
rendement (95%) par rapport à celui du charbon activé thermiquement (82,4%).
 Les isothermes d’adsorption sont bien d’écrites par les modèles d’adsorption de
Langmuir et Freundlich.

Les cônes de pin maritime mature forme un résidu naturel non coûteux représentant
aujourd‘hui un avantage majeur pour les traitements d’épuration. En effet, il est possible de
les utiliser comme des adsorbants moins onéreux et très efficaces pour l’élimination des
colorants, surtout sous leur état naturel dans des conditions optimales bien définies.

Notre contribution ouvre la voie à des investigations futures pour la valorisation des
déchets végétaux à savoir les cônes de pin d’Alep en les exploitants dans le domaine de

55
Conclusion
dépollution par procédé d’adsorption et aussi dans la purification des effluents industriels et
de protection de l'environnement d'une manière générale.

Comme perspective à cette étude, nous incitons à appliquer le charbon du pin d’Alep
dans le domaine d’élimination des métaux lourds.

 Préparation d’autre charbon actif en variant d’autre paramètre (temps d’imprégnation,


temps de carbonisation et température de carbonisation) pour faire une étude comparative ;
 Préparation d’autre charbon actif par un autre agent chimique (H2SO4, KOH, H3PO4) ;
 L’élimination de ce colorant par un système hybride ;
 L’utilisation de cet adsorbant sur d’autres types de colorants (anioniques et neutres) et de
prévoir d’autres traitements capables d’améliorer sa capacité d’adsorption.

56

Vous aimerez peut-être aussi