Vous êtes sur la page 1sur 13

Définition de : Equivalent de sable (essai d')

PROPRETE
DU SABLE:
L’EQUIVALE
NT DE
SABLE
Test normalisé pratiqué sur un échantillon de sable afin d'en mesurer la propreté.

MESURE DE L’EQUIVALENT DE SABLE: NORME NF EN 933 - 8

LA NATURE DU SABLE
Le sable est un grain minéral dont le diamètre est inférieur à 5mm. Il est utilisé dans le béton afin de combler
les vides entre les grains de gravier.
A l’état naturel, le sable se compose de grains de diamètres inférieurs à 5mm. Il se compose de grains minéraux
comme de grains organiques (argile). Ces grains organiques ont un diamètre inférieur à 0.08mm. Le mélange
est appelé sable à partir du moment ou à l’œil, il se compose d’avantage de grain supérieur à 0.08mm.
Cela signifie que le mot sable désigne deux choses. Le sable brut composé uniquement de grains minéraux et le
sable tel qu’on le trouve dans la nature composé d’un mélange de sable brut et d’argile.
LES CONSEQUENCES DE LA PRESENCE D’ARGILE DANS LE SABLE
Dans certaines proportions, la présence d’argile dans le sable produit des effets sur le béton. Au-delà d’une
certaine quantité, l’argile absorbe une partie de l’eau du béton pour former une boue. Cette boue gênera
l’adhérence du ciment avec les granulats. Le béton une fois sec s’effrite et manque de résistance. En absorbant
trop d’eau, l’argile en trop forte quantité, provoque un phénomène de retrait important par l’évaporation de
l’eau.
Pour éviter ces phénomènes il faut vérifier que le sable naturel ne comporte pas une quantité d’argile nuisible au
béton. L’argile apparaît ici comme une impureté dans le sable. La qualité du sable désigne alors sa propreté,
c'est-à-dire la proportion de sable brut par rapport à l’argile. La vérification de la qualité du sable revient à
vérifier sa propreté.
La présence d’argile dans le sable naturel contribue aussi à faciliter la mise en œuvre du béton. En effet, par leur
petite dimension les grains d’argile se comporte comme des roulements à billes qui limitent le frottement entre
les granulats.
En faible proportion, l’argile permet de facilité la mise en œuvre du béton sans en altérer la résistance.
Le sable naturel de qualité est en conséquence un sable qui contient de l’argile dans des proportions qui
permettent de faciliter la mise en œuvre du béton tout en garantissant la résistance souhaitée.
LE PROBLEME : DETERMINER LA NATURE DU SABLE.
Le problème consiste donc à analyser la nature du sable, c'est-à-dire de trouver un moyen d’observer et de
mesurer la proportion d’éléments argileux dans le sable.
Cette analyse permet de vérifier si l’argile se trouve dans des proportions qui permettent de réaliser un béton de
qualité.
UN MOYEN PRECIS : L’EQUIVALENT DE SABLE
Comment faire pour observer l’argile présente dans le sable ?
Un moyen consiste à séparer l’argile du sable de façon précise, c’est-à-dire en limitant fortement les pertes de manipulation.
Pour cela il est à observer qu’en présence d’une
solution de glycérine, formaldéhyde et de chlorure de
calcium, l’argile flocule. C'est-à-dire que l’argile se
rassemble sous forme de petits flocons. Après
agitation dans cette solution, ces flocons descendent
par gravité de façon très lente. Cela signifie qu’après
agitation le sable brut descend très rapidement alors
que l’argile se dépose beaucoup plus lentement en
une vingtaine de minutes. Ainsi le sable brut peut
être visiblement séparé de l’argile qui se déposera
lentement au dessus.
La hauteur totale représente la hauteur de
l’échantillon. Le rapport entre la hauteur de sable
brut et la hauteur totale donne représente la
proportion de sable brut dans le sable. Cette
proportion exprimée en pourcentage est appelé E.S :
Equivalent de Sable

PROCEDURE D’ESSAI : la procédure d’essai est décrite précisément dans la norme NF EN 933 - 8
Préparation de l’échantillon :
L’essai s’effectue sur un échantillon de sable humide de teneur en eau inférieur à 8%. Il faut vérifier que les
grains de sable ont bien un diamètre inférieur à 4mm par tamisage. L’essai se conduit sur un échantillon de
sable humide qui pèserait 120g s’il avait été sec.
Il est donc nécessaire de mesurer au préalable la teneur en eau du sable sur un autre échantillon.
Essai :

Le sable est incorporé dans une éprouvette normalisée et préalablement


remplie de solution « lavante ». l’ensemble est agité à la main pour bien
humidifier le sable et déloger les bulles d’air.
L’humidification dure dix minutes.

L’éprouvette est ensuite placée horizontalement dans une machine à vibrer


automatique. L’éprouvette est vibrée 90 fois en 30 secondes.
Les éléments argileux floculés sont ensuite remontés à l’aide d’un tube
plongeur qui injecte de la solution « lavante ». Les bords supérieurs du
tube sont aussi nettoyés pour que l’ensemble de l’échantillon soit plongé
dans la solution. Le tube est plongé au fond de l’éprouvette et remonté
lentement pendant que l’éprouvette est tournée également lentement.
L’argile à floculé se reparti dans la solution « lavante ». L’éprouvette va
reposer durant 20 minutes le temps que tout le floculat argileux se dépose
sur le sable brut.

Mesures :

La limite entre le sable brut et l’argile est maintenant visible. Il est possible
de mesurer à l’œil et au réglé, la hauteur de sable total et la hauteur de
sable brut pour en déterminer la proportion, l’E.S

Il est aussi possible de prendre cette mesure à


l’aide d’un piston normalisé qui traverse la couche
d’argile pour se poser sur le sable brut. La hauteur
totale du sable se mesure comme précédemment.
La longueur de la tige du piston correspond à la
hauteur de l’éprouvette. La mesure de la longueur
de la tige qui n’a pas pénétrée dans l’éprouvette
correspond alors à la hauteur de sable brut.

INTERPRETATION DES RESULTATS ET QUALITE DU SABLE


Les valeurs de l’équivalent de sable indiquent la nature du sable en fonction du moyen de mesure et permettent d’en apprécier
la qualité pour composer un béton.

ES à vue ES au piston Nature et qualité du sable

Sable argileux : risque de retrait ou de gonflement.


ES< 65% ES<60%
Sable à rejeter pour des bétons de qualité.

65%≤ES<75% 60%≤ES<70% Sable légèrement argileux de propreté admissible


pour les bétons de qualité courante quand le retrait
n’a pas de conséquence notable sur la qualité du
béton.

Sable propre à faible proportion de fines argileuses


75%≤ES<85% 70%≤ES<80% convenant parfaitement pour les bétons de haute
qualité.

Sable très propre. L’absence presque totale de fines


argileuses risque d’entraîner un défaut de plasticité
ES≥85% ES≥80%
du béton qu’il faudra compenser par une
augmentation du dosage en eau.

Equivalent de sable

FICHE DE SYNTHÈSE
Nom de l'essai   L'équivalent de sable et l'essai au bleu

 L'équivalent de sable

C'est un essai de propreté.

L'essai consiste à séparer les particules fines contenues dans le sol des
éléments sableux plus grossiers.
But de l'essai
 L'essai au bleu de méthylène

C'est aussi un essai de propreté qui est complèmentaire de l'équivalent de


sable.

On va mettre en évidence l'activité de la fraction argileuse et pour cela on


va fixer sur les grains d'argile des molécules de bleu.

Définition  Si on mesure la hauteur h1 de sable propre + des éléments fins, et la


hauteur h2 (respectivement h2') de sable propre à vue (respectivement au
piston).

        
 Si n est le volume (ml) de solution de bleu utilisée jusqu'à obtention du
test positif, et M la masse sèche de la prise d'essai (g) :

 L'équivalent de sable

On lave l'échantillon selon un processus normalisé puis on le laisse


reposer

Par décantation des particules, on va voir se former des couches, alors on


pourra mesurer h1 et h2.

Principe de  L'essai au bleu de méthylène


l'essai
On injecte des doses données de bleu.

Puis on fait un test à la tâche, c'est à dire que l'on préléve une dose de
liquide que l'on applique sur un papier absorbant. Cela va donner lieu
l'apparition d'une tâche.

Un test positif correspond à la saturation de l'échantillon. Cela se repère


lorsque l'auréole translucide entourant la tâche se colore de bleu.

 Un ES < 65 ou un ESV < 60 correspond à un sable présentant une


proportion de fines qui peut devenir un risque lors de la confection d'un
béton.

Ordre de  VBS = 0,2 apparition d'une légère sensibilité à l'eau


grandeur
VBS = 1,5 seuil distinguant la limite entre un sable limoneux et un sable
argileux.

VBS = 6 sol argileux

 Il faut comparer les résultats pour caractériser un sol.

 Un sable à béton présentant une forte quantité d'argile est un mauvais


sable car il va présenter des risques de mauvaise adhèrence, de
Exploitation
gonflement et de plasticité.
des résultats
 Un remblai présentant une forte quantité d'argile fera un mauvais remblai
car celui-ci deviendra trop sensible aux variations climatiques (sensibilité à
l'eau), donc présentera des risques de tassements et de plasticité.

Difficulté   TP facile.
  Connaître l'influence de l'eau sur l'argile.
Attention !
  Connaître l'influence de la chaux.

L'essai d'équivalent de sable


et l'essai au bleu
Exposé du 29/01/99 par Gaëlle QUINAOU et Sébastien MARTEIL

Elèves de BTS Bâtiment 1 ère année 1998-1999

I. L'essai d'équivalent de sable


A. But de la manipulation
L'essai d'équivalent de sable utilisé de manière courante pour
évaluer la propreté des sables entrant dans la composition des
bétons l'est aussi pour les sols, mais son importance est moindre,
le paramètre le plus significatif étant la valeur de bleu du sol.

Cet essai consiste a séparer les particules fines contenues dans le


sol des éléments sableux plus grossier. Une procédure normalisée
permet de déterminer un coefficient d'équivalent de sable qui
quantifie la propreté de celui.

B. Principe de la manipulation
L'essai est effectué sur la fraction <5mm du matériau à étudier. Le tamisage se
fait par voie humide pour ne pas perdre d'éléments fins. (NP, dans cette
manipulation on n'aura pas fait de tamisage préalable pour des raisons de
temps et on partira d'un échantillon d'éléments fins).

On lave l'échantillon selon un processus normalisé et on laisse reposer le tout.


Au bout de 20 mn, on mesure les éléments suivants :

 la hauteur h1 : sable propre + éléments fins


 la hauteur h2 : sable propre seulement

On en déduit l'équivalent de sable : ES=h1/h2 * 100 (%)

Il y a 2 façons de mesurer h2, soit visuellement pour déterminer ESV


(équivalent de sable à vue), soit avec un piston pour déterminer ES.

Le mode opératoire a une grande influence sur le résultat donc il faut le suivre
scrupuleusement.

L'essai est effectué avec 120 g de grains. Il est préférable d'utiliser un


échantillon humide, pour éviter les pertes des éléments fins du sol.

A. Mode opératoire de la
manipulation
1. Remplir les éprouvettes avec la solution lavante, jusqu'au premier trait.
2. Verser la quantité de sable voulue en éliminant les bulles d'air.

3. Boucher les éprouvettes et les agiter par des mouvements rectilignes


horizontale de 20cm d'amplitude, 90 allers retours en 30 secondes (effectués
de manière automatique par la machine, si possible).

4. Laver et remplir les éprouvettes, avec le tube plongeur

 rincer le bouchon au dessus de l'éprouvette

 faire descendre le tube laveur en le faisant tourner entre les doigts pour laver
les parois intérieures de l'éprouvette

 laver le sable en faisant descendre et remonter lentement le tube laveur dans


la masse de sable pour faire remonter les particules fines dans la solution
supérieure

1. Sortir le tube, fermer le robinet lorsque le niveau du liquide atteint le trait


supérieur puis laisser reposer 20 mn en évitant toute vibration. La tolérance
sur le temps de repos est faible (plus ou moins 10 sec) car la hauteur du
floculat dépend fortement de celui-ci.

2. Mesurer à vue les hauteurs h1 et h2

La mesure de h2 n'est pas toujours aisée donc l'ESV qui en découle


contient des incertitudes. Il faut donc procéder de manière précise pour
déterminer l'ES en utilisant la méthode du piston.

3. Descendre le piston taré dans le liquide à travers le floculat, le manchon


prenant appui sur le bord supérieure de l'éprouvette, et l'immobiliser au
contact du sable. Mesurer alors h2'.

Ces opérations sont identiques pour les 2 éprouvettes réalisées sur chaque sable.
Les mesures h1, h2 et h'2 doivent être faites avec la précision du mm.
Précautions:

 Matériel propre et solution lavante récente


 Attention au orifices du tube laveur (à nettoyer si besoin est)

 Eviter toute vibration pour les éprouvettes en cours d 'essai

Expression des résultats:

Calculer pour chaque éprouvette ESV et ES avec une précision décimale et


retenir les moyennes arithmétiques, arrondies chacune à l'entier le plus proche.

 A. Matériel utiliser


 Eprouvettes en P1exiglas avec deux traits repères et leur bouchons.
 Entonnoir pour introduire le sable

 Bonbonne de solution lavante avec son bouchon, le siphon et le tube souple

 Tube laveur métallique plongeant

 Machine agitatrice (Si disponible)

 Réglet métallique pour la mesure des hauteurs des sables et floculats

 Piston taré à masse de 1 kg pour la mesure de l'ES

B.  Résultats d'essai

  Type de ESV ES Commentaires


sable

Antunes / Fra Sable1 97,4 % 95,3 % Sable propre

Sable2 69,7 % 68,6 % Sable argileux

Duraes / Sable1 95,1 % 94,3 % Sable propre


Delaine
Sable2 63,5 % 61,2 % Sable argileux

II L'essai au bleu de méthylène


 Les argiles
Substance d'aspect terreux provenant de la décomposition de roches Silico
Alumineuses. La principale composante des argiles est la KAOLINITE.

en ce qui concerne les impuretés on y trouve des quantités variables de sable


quartzeux de calcaire, de magnésie de substances organiques.

Utilisation de l'argile

l'argile réduite en poudre et agglomérée avec de 1'eau constitue un matériau


plastique avec lequel il est possible de mouler les objets les plus variés. La
plasticité disparaît à la chaleur et au séchage, puisque l'eau ajoutée et celle qui
est contenue dans l'argile (eau absorbée) sont éliminées, le produit devient dur et
très résistant.

Classement des argiles

Il se fait selon leur pureté:

 argile KAOLINITE, de couleur blanche, terreux, friable


 argile COMMUNES, de couleur brune, jaune, rougeâtre, bleuâtre et noir. Selon
le pourcentage des différentes impuretés il peut être dit GRAS ou MAIGRE.

Les argiles grasses (les plus nombreuses) ont un très haut indice de plasticité(IP).

Les argiles maigres ont une importante quantité de sable quartzeux.

on fait subir aux argiles différents contrôles techniques afin de déterminer leur
qualité :

 Indice de plasticité
 Pourcentage d'argile et de sable

 Teneur en eau

 Détermination des substances organiques

A. Essai au bleu de méthylène


1. Tout d'abord il faut savoir

La structure des argiles leur confère un ensemble de


réactions lié à l'eau, ces réactions sont appelées
ACTIVITES.

Ces activités ont pour effet les phénomènes: - de


gonflement
- de plasticité

- de cohésion constater sur ces sols.

Cet essai permet d'observer la quantité et l'activité de la


fraction argileuse contenue dans un sol ou un matériaux
rocheux. Pou ce faire, on fixe, sur les grains d'argile des
molécules de bleu de méthylène et par un test simple, on
évalue la quantité de bleu fixé. On en déduit la valeur de
bleu du sol ,ou Vbs ; qui est un indicateur essentiel dans
la classification des sols concernés par les travaux de
terrassement.

2. Le matériel utilisé

Une balance de précision

Un bécher plastique ou verre

Un agitateur à ailettes de diamètre 70 à 80 mm et de


vitesse de rotation 400 à 500

Une burette de 500 mi gradué en 1/100 mi.

Papier filtre sans cendre (<0.010)

Une baguette en verre de 8 mm de diamètre

Une solution de bleu de méthylène qualité médicinale à


10g/l

Eau déminéralisée

3. Pour cet essai


a. PREPARATION DE L'ECHANTILLON

Cet essai s'effectue sur la fraction granulométrique 0/5mm. Ce sont


principalement les éléments inférieurs à 2mm qui contiennent la fraction
argileuse Cet fraction donne l'essentiel de la réaction au bleu de
méthylène et donc quantifie la sensibilité du sol à l'eau.

On prélève 30g de fraction 0/5mm sèche que 1'on met à tremper dans
200m1 d'eau déminéralisée. Attention le mélange est maintenue à l'aide
de l'agitateur à ailette.

Une fois cette procédure effectué on passe au TEST DE LA TACHE:

Ce test consiste à injecter ,successivement des dosages précis de bleu de


méthylène jusqu'à avoir saturation des particules d'argiles.

L'avantage avec ce test est que l'instant de cette saturation peut être
répété. Pour ce faire ,on prélève une goutte de liquide dans le bécher
contenant le sol imbibé de bleu ; cette goutte est, à l'aide de la baguette
de verre déposé sur le papier filtre. On obtient un dépôt de diamètre
compris entre 8 et 12mm. Suite à cela, 2 résultats sont possibles :

o La goutte centrale bleue est cerclée d'une zone incolore avec ce


résultat le test est négatif
o La goutte centrale bleue est cerclée d'une zone teintée de bleu plus
claire ,avec ce résultat ,le test est positif

Pour la lecture du résultat on procède de la manière suivante:

1. Ajout de 5 cm3 de bleu

Première phase : addition


de bleu de méthylène par
pas grossier(5 cm3) suivi du
test de la tache

2:Test immédiat de la tache : - si test négatif, retour en 1

- si test positif, faire le 3.

3: Ajout de 2 cm3 de bleu

Deuxième phase : au
premier test
immédiat positif
ajout de bleu par pas
fin (2cm3) suivi du
test de la tache.

4:Test immédiat de la tache : - si test négatif retour en 3

- si test positif, aller en 5

5:Effectuer 5 fois la confirmation du test toutes les minutes pendant 5


minutes :

- si test négatif retour en 3

- si test positif, fin du dosage.

Troisième phase : confirmation du test pendant 5 minutes.


a. Exploitation des résultats

Une fois le test effectuer on exploite les résultats:

n: Volume ( ml) de solution de bleu


utilisé jusqu'à obtention du test
positif

M:Masse sèche de la prise d'essai


(g).

 Après cet essai classification des


sols :

Pour un Vbs = 0,1 sol insensible à l'eau

Vbs = 0,2 apparition de la sensibilité à l'eau

Vbs = l,5 seuil distinguant les sols sablo limoneux des sols sablo argileux

Vbs = 2,5 seuil distinguant les sols limoneux peu plastiques des sol

limoneux de plasticité moyenne.

Vbs = 6 seuil distinguant les sols limoneux des sols argileux.

Vbs = 8 seuil distinguant les sols argileux des sols très argileux.

 Conclusion
Lors des essais, l'équivalent de sable, préalablement effectué permet de
dire si l'essai à la tâche est relativement nécessaire.

L'équivalent de sable est plus général que celui du bleu de méthylène,


qui est lui plus spécifique aux sols argileux.

Un matériaux comportant une forte quantité de fines argileuses n'est pas


un bon sol pour le remblai car plus le sol comporte de fines argileuse,
plus il y a des risques dans le temps d'avoir des tassements. Les sols
argileux sont très sensibles aux variations climatiques.

Un matériaux comportant une forte quantité de fines argileuses n'est pas


bon non plus pour un mortier ou un béton car il diminue la résistance
mécanique, et il y a une perte d'adhérence granulats / pâte.