Vous êtes sur la page 1sur 21

Programme : Constructions en Génie Civil

Chapitre 1 : Introduction au Génie Civil

Chapitre 2 : Notions sur les enseignements de Génie Civil

Chapitre 3 : Techniques et moyens de réalisation des ouvrages

Chapitre 4 : Débouchés et métiers du génie civil

Programme : Matériaux de construction

Chapitre 1 : Généralités

Chapitre 2 : Propriétés physico-chimiques et mécaniques des matériaux de


construction

Chapitre 3 : Matières premières pour la fabrication des matériaux de


construction

Chapitre 4 : Les granulats

Chapitre 5 : Les liants minéraux

Chapitre 6 : Les bétons

1
Chapitre 1 : Introduction au Génie Civil

1) Définition du Génie Civil : Ensemble des techniques de construction de bâtiments et de


travaux publics.
Bâtiment : ouvrage durable édifié au dessus du niveau du sol ayant une fonction d’abri.
En fonction de leurs destinations on distingue :
 Les bâtiments civils : bâtiments à usage d’habitation, de bureaux, de commerce…
etc.
 Les bâtiments industriels : bâtiments abritants des usines, hangars, centrales
nucléaires…etc.
Travaux publics : Le terme travaux publics s'applique, par opposition aux travaux privés,
aux infrastructures publiques :

 travaux routiers, ferrés, fluviaux ou portuaires ainsi que les ouvrages liés (ponts, quais,
aéroports, parkings, etc.).

 réseaux divers, notamment assainissement et eau potable, avec les usines de traitement
associées.

 Ouvrages de stockage et de production d’énergie (barrage, digues, réservoirs d’eau et


d’hydrocarbures, éoliennes, etc.)

2) Historique du Génie Civil :


Historiques et principes de construction par les différents
matériaux :

a) Construction en Bois

Vers 6000 à Construction en bois


7000 Av J.C A ce jour

2
Principe : se base sur
1- la résistance du bois à la compression et à la traction 
utilisation du principe de ferme.
2- la résistance du bois la flexion

Avantages : légèreté, confort, bonne isolation thermique.


(conductivité thermique 15 fois plus faible que celle du béton et 400 fois plus faible que celle
de l'acier)
Inconvénients : coût élevé difficulté de réaliser des jonctions rigides,
résistance mécanique relativement faible, longévité relativement
faible, capacité d'accumulation de chaleur faible, vulnérabilité au feu.
Bon pour la construction des maisons de faibles hauteurs (maisons
individuelles en particulier).

3
b) Construction en pierres :

Vers1800
Av J.C Construction en pierres A ce jour

Construction Construction
Vers 1756
Egyptienne Romaine
300 Découverte
Découverte du
Av du ciment
ciment de
J.C hydraulique
pouzzolane
Vers 200 Av
J.C

Principe : basée sur la résistance du matériaux « pierre » à la


compression

Effet d’arc et de voûte


4
Viaduc de 1848 sur l'Indre à Monts, Indre-et-Loire, France

Avantages : Longévité
Inconvénients : poids élevé (tassement probable), main d’œuvre
demandée très qualifiée durée de réalisation longue, hauteur limitée.

5
Pont du Guard (construit entre 40 et 60 après J.C.)
Pont route + Aqueduc permettant l’alimentation en eau de la ville de Nîmes
(France)

6
c) Construction contemporaines :

Construction en Béton armé


Construction en Béton précontraint
Construction Métallique
On construit actuellement
1756 Vers 1786 1849 des bâtiments jusqu’à 500
Découverte Découverte de Découverte du m de hauteurs et des pont
du ciment l’acier béton armé. de plusieurs km de long.
hydraulique proprement dit (brevetée 1867) Et d’autres ouvrages très
l’acier complexes.
Béton armé : béton renforcé par des armatures (acier)
proprement dit

Principe du béton armé :


Le béton résiste bien à la compression, mais il a une faible résistance à
la traction.
Exemple : un béton normal de résistance à la compression 25 MPa à
une résistance à la traction de 2,1 MPa environ.
Poutre en béton

Conclusion : le béton résiste mal à flexion. Force P

Poutre en béton armé


Pour palier à cette faiblesse on place
des armatures (acier) dans la partie
tendue du béton.
Force P
Etant donné que l’acier résiste bien
à la traction, alors la poutre résistera

7
bien à la
INCLUDEPICTURE flexion.
"http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/25/Concrete_aggregate_grinding.JPG/25
Exemple : section
transversale d’un
poutre en béton a

Principe du béton précontraint : Poutre en béton précontraint


Armature tendue mise en
place avant coulage du
béton puis relâchée après
durcissement du béton

Constructions en béton armé ou précontraint :


Permet la réalisation d’éléments de longues portées et de grandes
structures monolithiques du fait que le béton se met en place à l’état
frais.
Avantages : construction monolithique, possibilité de construction de
grands ouvrages, faible coût de maintenance.

Burj Dubai en construction, 818m de hauteur


Construction entre 2004 et 2010 par Samsung Engineering & Construction

8
Inconvénients : construction lourde ; possibilité de tassement,
vulnérable aux forces d’inertie (forces sismique par exemple)

Construction métallique :

9
Exemple d’une poutre métallique en I
Poutre métallique en I

Vue longitudinale Section tansversale

Principe : Utilise l’avantage de la très bonne résistance mécanique de


l’acier pour réaliser des éléments à la fois résistants et légers ( par
augmentation de l’inertie de la section transversale). Ces éléments
sont utilisés soit en ferme où comme des poutres et des poteaux
résistants à la flexion.

Avantages : construction légères, possibilité de construction de grands


ouvrages,
Inconvénients : coût de maintenance élevé, flexibilité excessive de la
structure si elle est grande.

10
11
Éolienne

12
3) Quelques accidents mettant en évidence certaines actions sur
les constructions :

a) Tassement différentiel sous une construction (effet du poids)

Tassement uniforme Tassement différentiel

Fissure causée par tassement différentiel

Exemple de tassement différentiel : Tour de Pise


La construction de l'édifice commença le 9 août 1173 et s'étala sur
deux siècles. Dès la fin de l'ajout du troisième étage vers 1178 la tour
avait commencé à pencher et la construction fut interrompue pendant
90 ans. À partir de 1272, les quatre étages supérieurs furent donc
posés en diagonale pour compenser l'inclinaison. La construction
s'interrompit alors à nouveau de 1301 à 1350 et ce n'est qu'en 1372
que le dernier étage des cloches, de diamètre moins important, fut
achevé.

13
Des mesures de l'écartement du sommet avec la verticale montrent
l'inclinaison progressive :
 1350 : 1,4 m soit 1,47 °, 1817 : 3,8 m soit 4 °, 1993 : 5,4 m
soit 5,63 °

b) Glissement de terrain 
b.1) Affaissement d’une route :

14
b.2) Différents modes de rupture de murs de soutènement :

(a) glissement, (b) et (c) renversement, (d) glissement d’ensemble, (e) rupture du mur

b.3) Exemple : Déstabilisation (renversement) d'un bâtiment


(Shanghai 27/06/2009):

15
16
17
c) Ruine de construction sous l’effet sismique :
Exemple : Séisme de Boumerdes 2003 :

d) Liquéfaction du sol sous l’effet d’un séisme :


Exemple : Séisme de Niigata (Japon) 1964.

18
e) Ecroulement du pont de Tacoma sous l'effet du vent:

Pont inauguré le 1er juillet 1940. Le matin du 7 novembre 1940, le


pont s'est mis à osciller de manière persistante. Vers 10 h, l'oscillation

19
s'est amplifiée; un côté de la voie pouvait être près de 8,5 m plus haut
que l'autre. À 10 h 30, des craquements ont commencé à se faire
entendre et à 11 h 10, le pont s'est complètement effondré dans la
rivière.

4) Actions auxquelles sont soumises les structures de génie civil :


Actions statiques :
 Charges permanentes (exemples : poids propre)
 Charges d’exploitations (exemples : poids du meuble et des
occupants dans un bâtiment, poussées des terres sur les murs de
soutènement, pressions de l’eau sur un barrage,etc.)

Actions dynamiques : 
 Action sismique, action du vent, vibration de machine en usine,
action des véhicules sur les ponts et les routes, etc.

5) Disciplines étudiées en Génie Civil :

Essentiellement :

a) Topographie : Ensemble des techniques utilisées déterminer et


représenter les positions (en plan et en altitude) des différents points
d’un site donné. Ce qui permet de situer et de mesurer les dimensions
des terrains de construction ainsi que l’implantation de celles-ci.

b) Calcul des structures : s’intéresse à la détermination des efforts


internes ainsi que la déformation dans les structures sous l’action des
charges extérieures.

c) Béton armé et précontraint : s’intéresse au dimensionnement et au


ferraillage des éléments en béton armé ou précontraint connaissant les
efforts internes.

d) Charpente métallique : s’intéresse au dimensionnement des


différents éléments en construction métallique.

20
e) Géotechnique (Mécanique des sols et Mécanique des roches) :
s’intéresse à l’étude du sol du site de construction en vue d’adopter
des fondations convenables à la construction. Elle s’intéresse aussi
aux problèmes d’instabilité tels que les glissements, la liquéfaction
afin d’adopter les solutions de confortation possibles.

21

Vous aimerez peut-être aussi