Vous êtes sur la page 1sur 10

E C O L E P O LY T E C H N I Q U E D'ARCHITECTURE ET D'URB AN ISME

Cours Module d'Urbanisme 4ème année

A NALYSE SENSORIELLE

Page 1 Cours N° 4 / Janvier 2011


Introduction
La perception est le processus interactif (mental et comportemental) par lequel
l’information est extraite des stimuli reçus par nos sens en interprétant leur signification et
en vérifiant la validité des interprétations dans l’action
" …Notre perception de l'espace est dynamique. Elle est liée à l'action. Plutôt qu'une vue
contemplative à partir d'un point fixe notre perception est cinématique. Ce qui faisait dire à
Le Corbusier : " l'architecture est jugée par les yeux qui voient, par la tête qui tourne, par
les jambes qui marchent. L'architecture n'est pas un phénomène synchronique, mais
successif, fait de spectacles, s'ajoutant les uns aux autres et se suivant dans l'espace et
dans le temps, comme d'ailleurs le fait la musique. " Robert Auzelle, Réflexions sur l'architecture p.5 et 6.

Séquence visuelle :
Concept contemporain qui associe la lecture de l'espace à sa représentation et s'inspire
du n.f. séquence d'origine romane utilisé à partir de 1925 au cinéma. "Suite de plans
constituant un tout sous le rapport d'une action dramatique déterminée ". Dictionnaire Robert.

Précurseurs :
Les précurseurs sont au nombre de 2:
•Gordon Cullen
•Kevin Lynch

Camillo Sitte serait indirectement à travers son oeuvre


« L'art de bâtir les villes » précurseur de cette approche

Page 2 Cours N° 4 / Janvier 2011


Gordon Cullen (1914-1994)
Townscape de Gordon Cullen, publié en 1961, est issu de la réflexion conduite, dès le
milieu des années 1944, par le staff de The Architectural Review.

Gordon Cullen est architecte anglais qui a le premier Abordé les notions d’analyse
perceptuelle. Il écrit en 1961 son ouvrage phare: Townscape
Tr aitant le paysage urbain (townscape) comme une série d'espaces mis en relation,
Cullen conceptualise l’idée de « vision sérielle »

Page 3 Cours N° 4 / Janvier 2011


Vision cinétique :
L’auteur met l'accent sur une vision cinétique de l'espace piéton, en soulignant l'espace
urbain kinesthésique: les sols, les façades, les volumes, les couleurs, le mobilier urbain...
se modifient au fur et à mesure du déplacement du piéton pour former un enchaînement
d'espaces, une vision sérielle. Processus pouvant être enregistré séquentiellement au
moyen de dessins ou de photographies

Approche de Cullen :
1.Le mouvement : La vue sérielle :
– La vue de l’existant
– La perception de l’émergeant

2.La position : nos réactions à notre position dans l’environnement


3.Le contenu : la matérialité, caractère, identité…
4.L’adéquation fonctionnelle à travers le temps

Page 4 Cours N° 4 / Janvier 2011


Apports de Cullen
•Précurseur dans l’analyse urbaine via les images illustrant de multiples points de vue
•Analyse perceptuelle des composantes du cadre bâti et de leurs effets
•Exploration graphique (dessin comme outil de l’architecte) – esthétique
•Méthode illustrée par des études de cas

Page 5 Cours N° 4 / Janvier 2011


Kevin Lynch (1918-1984)
Architecte américain ayant étudié au MIT sous Frank Lloyd Wright et a été diplômé en
1947.
Son livre « L’image de la cité » sort en 1960 et devient un classique de l’analyse urbaine
perceptuelle

Page 6 Cours N° 4 / Janvier 2011


Principes de Kevin Lynch
•Étudie la qualité visuelle de la ville américaine, via ses représentations mentales chez ses
habitants
•Met l’accent sur le concept de lisibilité (clarté apparente) du paysage urbain qui devient
crucial pour reconstruire harmonieusement nos villes
•Les habitants structurent et identifient leur milieu en se dotent d’une image de leur
environnement
•Cette image sert à interpréter l’information et à guider l’action

Image mentale commune


Lynch en conclut que, pour n'importe quelle ville donnée, il existe une image collective qui
« envelopperait » un grand nombre d'images individuelles, et propose le terme
d’imagibilité pour rendre compte de la capacité d’un espace à véhiculer une forte identité
qualitative chez les gens.
L’imagibilité : « La qualité qu’à un objet de produire une image mentale chez l’observateur »

Page 7 Cours N° 4 / Janvier 2011


Composantes de l’Image
Les composantes de l’image de l’environnement :
•Identité : identification de l’objet, reconnaissance comme identité séparée
•Structure : relation spatiale ou paradigmatique de l’objet avec l’observateur et les autres
objets
•Signification : l’objet doit avoir une signification pratique ou émotive pour l’observateur

Eléments de la forme urbaine


Les formes pouvant être envisagées suivant cinq types d’éléments :

•Les voies, le réseau des déplacements


comme première appréhension de la ville et
mise en relation de ses éléments

•Les limites, éléments linéaires permettant


de singulariser des entités

•Les quartiers, parties de ville aux


spécificités clairement identifiables

•Les noeuds, jonctions de voies où se


prennent certaines décisions (de
direction...) et à forte valeur symbolique

•Les points de repère, références simples et


ponctuelles qui assurent efficacité
fonctionnelle et sécurité émotionnelle, leur
singularité étant donnée par une forme
claire et un contraste avec un arrière-plan

Page 8 Cours N° 4 / Janvier 2011


Apports de Lynch
•Premier à développer une méthode systématique d’analyse du cadre bâti lu comme entité
paysagère
•Conscient que l’analyse perceptuelle est celle de l’analyste
•Développe des entrevues pour valider les conclusions de l’analyste et prétendre à
« l’image collective »
•Avec la notion d’« imagibilité » donne un statut à la capacité d’évocation du cadre bâti
•Développe les notions de parcours, de nœud, de secteur (avec limites et repères) en
lecture 3D.

Page 9 Cours N° 4 / Janvier 2011


Autres auteurs
•La méthode « responsive environnement », qui à travers une démarche ordonnée
inspirée (concept 3: lisibilité) de Kevin Lynch tente de donner une approche
complémentaire à la notion d’image mentale et vise expressément la Projection urbaine

•Les analyses factorielles perceptuelles dans lesquelles l’analyse mathématique utilisé par
les sciences humaines et sociales viennent renforcer la démarche, notamment Antoine
Bailly « Perception de l’espace urbain »

Page 10 Cours N° 4 / Janvier 2011