Vous êtes sur la page 1sur 52

1/ Objet

Le présent devis descriptif a pour objet de décrire sommairement les travaux et fournitures nécessaires à
la réalisation de :

2/ Nature et Consistance du projet


Les travaux comprennent les lots suivants :

I _ MACONNERIE
II _ ENDUIT / REVETEMENT
II _ ETANCHEITE
IV _ MENUISERIE BOIS
V _ MENUISERIE METALLIQUE
VI _ PEINTURE / VITRERIE

Le projet comprends :
Aménagement des blocs existants suivants :
 ARMEMENT
 CERCLE OFF
 CERCLE S/OFF
 COMMANDEMENT
 DOUCHE
 FOYER HDT
 HCCA
 HEB HDT 100 LITS
 HEB HDT 100 LITS -2-
 HEB HDT 80 LITS
 HEB HDT OFF
 HEB S/OFF 34 LITS
 HEB S/OFF 40 LITS
 HEB S/OFF 42 LITS
 INFIRMERIE
 SALON D’HONNEUR
 POSTE DE POLICE
 SALLE DE SPORT

Réalisation en TCE les blocs neufs suivants :


 CUISINE
 ATELIER DE REPARATION
 LOCAUX DISCIPLINAIRE (au niveau du poste de police)
 STATION CARBURANT
 SANITAIRES
 POSTE DE CONTROLE
 ABRIS ENGINS 40X12
 ABRIS ENGINS 50X20
 SOUTE A MUNITIONS (6.00x8.00x4.00)

3/ Description du site
Le terrain se trouve a environ 15 Km de la ville de BARIKA.
Cette region fait partie du domaine des hauts plateaux, ou commence le plat pays steppique des hautes à
l’est .
Géographiquement, la région se trouve entre les monts d’El Hodna et le mole de Ain M’lila.

4/ IMPLANTATION
L’IMPLANTATION SE FERA CONFORMÉMENT AUX PLANS DE MASSE ET D’IMPLANTATION.
Démolition Evacuation :

L’entreprise prendra le terrain dans l’état où il se trouve .


Les travaux comprendront toutes les su jetions de blindages , d’étaiements , ainsi que l’évacuation des
gravois aux décharges publiques .

MACONNERIE

TABLE DES MATIERES

1 ETENDUE DES TRAVAUX ET GENERALITES

2 NORME ET TEXTES DE REFERENCE

3 MATERIAUX

4 EXECUTION

I -- Travaux de maçonnerie
I.1Etendue des travaux et généralités
La présente section couvre la fourniture et la mise en œuvre de tous les matériaux nécessaires aux
travaux de maçonnerie figurant sur les plans et décrits ci-dessous, relatifs aux bâtiments et ouvrages du
projet :

1. Murs extérieurs en parpaings et intérieurs en briques pour les anciens blocs .


Murs extérieurs et intérieurs en briques pour les nouveaux blocs.

2. Encastrements dans le béton ou dans les maçonneries, des fers, épingles, cornières, grilles de
ventilation, éléments de protection contre le soleil dans le périmètre des façades, et autres pièces relevant
des travaux de maçonnerie.

3. Exécution de tous les joints et finitions nécessaires, éventuellement à plusieurs reprises.

4. Pose dans les murs en maçonnerie et en béton armé, de toutes les menuiseries pour portes et fenêtres
intérieures et extérieures de même que l'ancrage des ferrures nécessaires au montage de toutes les
menuiseries.

5. Exécution des évidements et réservations nécessaires au passage des installations, ainsi que
toutes les réparations et finitions nécessaires sur murs et sols à la suite du montage d'appareils sanitaires
et d'autres travaux.

6. Outre les travaux cités ci-dessus, l’Entrepreneur devra exécuter d'éventuels ouvrages mineurs de
maçonnerie, même s'ils ne figurent pas explicitement sur les plans.

I.1.01 Dispositions générales

Il est du devoir de l’Entrepreneur d'informer le Maître de l’ouvrage des omissions éventuelles


relatives aux matériaux ou travaux relevant du projet, au cas où celles-ci pourraient faire augmenter le prix
des travaux.
Une coordination étroite avec les autres lots et spécialement avec les travaux de Seconds œuvres
- est laissée à charge de l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur est seul responsable quant à l'exécution correcte des travaux, ainsi qu'à l'utilisation
adéquate des matériaux, et devra veiller à ce que ceux-ci ne soient pas endommagés jusqu'à la fin de ses
prestations.
Le Maître de l’ouvrage se réserve le droit de faire démolir et reprendre aux frais de l’Entrepreneur,
tout ouvrage dont la qualité serait jugée insuffisante.
Essais:
Tous les essais prévus aux normes sur les matériaux utilisés pourront être demandés.
Une partie de ces essais sont précisés dans les articles qui suivent et ceux-ci serviront après leur
approbation, de référence pour la qualité et d’exécution des travaux.
Toute modification en cours de chantier dans la qualité des matériaux sera soumise à l'accord
préalable du Maître de l’ouvrage et devra faire l'objet de nouveaux essais.
Après l'exécution des travaux d'installations et autres travaux, l’Entrepreneur devra procéder aux
finitions nécessaires des ouvrages de maçonnerie, à la date décidée par le Maître de l'Ouvrage.

I.02 Normes et textes de référence

Toute la mise en œuvre doit être conforme aux règles et recommandations techniques stipulées
par les normes en vigueur tels que définis ci-après :

DTU no. 20.1 Ouvrages en maçonnerie de petits éléments


DTU no. 20.12 Conception du gros œuvre en maçonnerie des toitures destinées à recevoir
un revêtement d’étanchéité
DTU no. 21 Exécution des travaux en béton
NF.P 14 301 Blocs pleins ou creux en béton de granulats courants
NF.P 13 301 Briques creuses
DTU no. 26.1 Enduits aux mortiers de ciments, de chaux et de mélange plâtre et chaux
aérienne
DTU no. 52.1 Revêtements de sol scellés
NF.P 15 -301 Liants hydrauliques
RPA-88 Règles Parasismiques Algériennes

ainsi que toutes autres normes qui puissent s'appliquer aux matériaux précisés ci-dessus.
Les textes et normes de référence à appliquer seront ceux correspondant à la dernière édition
en vigueur.
Tous les essais prévus aux normes sur ces matériaux pourront être demandés et réalisés à la
charge de
l’Entrepreneur.

I.03 Matériaux

Tous les matériaux employés devront êtres de première qualité sauf autres dispositions de la
présente Spécification
L' Entrepreneur devra prendre toutes les dispositions pour avoir sur chantier les qualités des
matériaux vérifiés et acceptés nécessaires à la marche normale des travaux du chantier.
La source de fabrication des produits ne devra pas être changée pendant la durée de construction,
sans accord du M.d.O.
Pendant le transport et l'entreposage, les matériaux seront protégés de l'humidité et des souillures
et ne pas être ni mélangés avec de la terre ou tout autre matériau.

I .03.01 Sable

Le sable sera exempt de toute matière terreuse ou marneuse, passé à la claie et lavé, si le Maître
de l’ouvrage en reconnaît la nécessité. La farine sera tolérée jusqu'à concurrence de 5%.
Il devra répondre aux spécifications suivantes:

Sable no. 1 :
0.08/1.25 (module pratique 20/32) : employé pour la confection de:
- mortiers de sous-couche d'enduits (dans les enduits à plusieurs couches)
- mortiers de couches de finition des enduits mis au bouclier, mais non lissés

Sable no. 2 :
0.08/0.315 (module pratique 20/26) : employé pour la confection de:
- mortiers des couches de finition des enduits lissés
- mortiers pour jointoiement et rejointoiement.

I.03.02 Liants hydrauliques

Liants hydrauliques
Les chaux et les ciments devront satisfaire aux conditions fixées par les arrêtés en vigueur.
La résistance minimum garantie en kg/cm² à 7 jours et à 28 jours sera de: 280 à 315
Tous les liants devront être livrés sur le chantier en sacs de papier fermés et provenir de la même usine
pour garantir l’uniformité des teintes. L'emploi des liants encore trop chauds ou en sacs éventrés sera interdit.

I.03.03 Briques creuses ou briques de ciment (parpaings)

Les briques proviendront toujours d'usines choisies par l’Entrepreneur, agréées par le Maître de
l’ouvrage et de dimensions normalisées. Leur résistance à la compression devra être de 100 kg/cm² au
minimum. Toutes les briques seront à résistance garantie, catégorie I.
Les briques creuses auront les dimensions suivantes : 150 x 300 x 200 mm et 100 x 300 x 200.

Les briques seront à face de pose continues, destinées à être montées à joints de mortier
horizontaux.
Elles seront parfaitement saines, à base de terres exemptes de marne et de chaux, bien cuites,
bien dures et homogènes et elles ne devront pas présenter de défauts systématiques apparents tels que
fissures, cassures, déformations, épaufrures, ou autres détériorations.
Elles seront d'une porosité minime (inférieure à 15%), à arêtes vives, pressées et filées.

I.03.04 Béton pour chaînages dans la maçonnerie

Il sera utilisé un béton et des matériaux tels qu'ils sont définis dans la Spécification des travaux
d’infrastructure .

I.03.05 Mortiers

Les spécifications de matériaux suivants s'appliquent aux types de mortiers définis ci-dessous :
Ciment : Ciment Portland artificiel, classe 325.

Chaux hydraulique: Chaux hydraulique artificielle.

Plâtre: Plâtre gros de construction (PGC), fabriqué sans aucun ajout.

En ce qui concerne les qualités des autres matériaux, il sera fait application de la Spécification
des travaux de gros œuvre : travaux de "Béton et béton armé", spécifications de granulats, des eaux de
gâchage à employer et à des produits d'addition.
La courbe granulomètrique des sables doit, sur demande, être fournie, de même que tout
renseignement
concernant les produits adjuvants et les pigments dans les mortiers.

Mortier no. 1 - 300 kg. de chaux hydraulique


Mortier no. 2 - 100 kg. de ciment + 200 kg. de chaux hydraulique
Mortier no. 3 - 200 kg. de ciment + 200 kg. de chaux hydraulique
Mortier no. 4 - 300 kg. de ciment
Mortier no. 5 - 350 kg. de ciment
Mortier no. 6 - 500 kg. de ciment
Mortier no. 7 - Plâtre pour enduits intérieurs selon les conditions générales de la
norme NF B12-300

Les dosages sont indiqués en poids de liant par mètre cube de sable. Les quantités de liants et de
sable seront déterminées par pesage ou par mesure du volume, la tolérance de variation admise par
rapport aux dosages indiqués étant de ±5%.
Le malaxeur doit être vide avant chaque préparation de mortier.
Au cas où le Maître de l’ouvrage le juge nécessaire, il peut demander que des essais de résistance
des mortiers soient exécutés, les frais correspondants étant à la charge de l’Entrepreneur.

I.03.06 Isolation thermique

Sur toutes les terrasses, il sera posé entre deux films polyane d’une épaisseur de 150  minimum,
une isolation en aggloméré de liège de 4 cm d’épaisseur.

I.03.07 Joints de dilatation

Les dimensions des joints de dilatation peuvent être de 7 mm. entre les revêtements de sol et de
20 mm. entre les planchers en béton armé de la structure principale.
Dans tous les cas, les recouvrements des joints seront exécutés en profilés d'aluminium selon la
Spécification « Eléments et menuiseries d'aluminium » - après que les ouvrages de béton ou de
maçonnerie soient terminés.
La localisation des joints est indiquée sur les plans fournis par l’Ingénieur.

I.04 Exécution

Toutes les exécutions seront de première classe conformes aux spécifications des documents
énoncés ci-avant, ainsi qu’aux recommandations suivantes :

Le transport, déchargement et stockage des matériaux sur le chantier et dans les bâtiments devra
être effectué de telle manière que les travaux déjà exécutés, ainsi que les matériaux sur place ne soient
pas endommagés.
Tous les matériaux devront être entreposés de telle sorte qu'ils demeurent à l'abri de toutes
détériorations par causes mécaniques ou climatiques.
Durant l'exécution des travaux, l’Entrepreneur doit prendre les mesures nécessaires pour la mise à
l'abri
provisoire des constructions et installations affectées par ces travaux. Il devra également effectuer
les adaptations,
les tailles et les coupes rendues nécessaires par la présence d'installations et de raccords divers,
sans gêner l'exécution d'autres travaux, confiés à des tiers.

0.05.04 .1 Murs de maçonnerie

1. Généralités

Les ouvrages de maçonnerie seront établis suivant les règles de l'art en matière d'exécution
des différents types de murs simples et murs à double parois décrits ci-après.
Les éléments utilisés dans la même partie d'un ouvrage doivent être homogènes; en particulier ils
doivent être de structure et catégorie de résistance identiques.
Avant exécution des maçonneries, il sera procédé à l'exécution ou à la mise en place des
relevés, profils et bandes de protection, exutoires, etc. nécessaires, compte tenu du type de mur et de la
nature de la paroi à réaliser.
Dans tous les cas où les maçonneries peuvent être endommagées par des remontées d'humidité,
une protection effective doit être prévue. Cette coupure de capillarité sera exécutée à l'aide d'une bande
de feutre bitumé ou d’une chape en bitume armé posée à sec sur une couche de mortier de ciment
finement talochée de 2 cm. d'épaisseur et dosée à raison de 300 à 350 kg par m³ de sable sec 0/3, après
prise et séchage de ce dernier, et protégée par une deuxième couche de mortier de ciment
sommairement dressée.
Par temps sec et chaud, le mortier sera protégé de la dessiccation en employant des procédés
adaptés aux conditions du chantier. Le montage de la maçonnerie doit être exécuté de sorte que la
stabilité soit garantie en cours de construction.
En particulier, le montage ne doit pas être interrompu suivant un plan vertical continu, sauf au
droit des joints de dilatation ou fractionnement, et en cas d'interruption du montage, la surface de reprise
doit permettre de réaliser les liaisons dues à l'appareillage. Elle doit être, si nécessaire, nettoyée, ravivée
et humidifiée au moment de la reprise.
Tous les murs en briques seront hourdés aux mortiers no. 3 ou 4, à joints croisés et bien pleins,
chaque brique recouvrant celle de l'assise inférieure sur une longueur de 10 cm. au minimum.
Les joints horizontaux et verticaux doivent être exécutés de façon à ce qu'il n'existe pas de discontinuité
entre le mortier des joints horizontaux et verticaux.
Les extrémités ou angles de murs ne seront jamais montés avec des briques dont les perforations débouchent à nu
sur l'extérieur du mur.

Le raccordement de murs en briques doit toujours inclure un encastrement. Celui-ci sera réalisé pour
chaque deuxième lit avec pénétration du lit du mur de refend dans le lit correspondant du mur de façade.
Au cas où ce raccordement ne peut se faire à cause des niveaux différents des assises, des épingles
seront incorporées aux maçonneries après enlèvement d'une brique, avec un mortier de ciment no. 6.
L'écartement maximal des épingles ne dépassera pas 40 cm.
Les chaînages en béton devront être coulés dans un coffrage de bois brut pour laisser une bonne
surface à enduire, La section des armatures des chaînages horizontaux en béton armé, doit respecter les
dispositions de l'article 2.112 des Règles de calcul DTU no. 20.1. La section de béton de ces chaînages
doit être aussi faible que possible afin de limiter les effets de leurs variations dimensionnelles
Les saignées, scellements ou encastrements pour passage de canalisations (chauffage, plomberie,
électricité) doivent être exécutés en respectant les prescriptions des DTU relatifs aux travaux
correspondants, de préférence à l'aide de machines à rainurer ou à percer. La forme générale des trous
de scellement doit être cylindrique et leur rebouchage sera exécuté suivant les indications correspondant
au matériau principal employé.
La pose des menuiseries doit être effectuée selon les indications du DTU no. 36.1/37.1 en
respectant les prescriptions déjà énoncées
Dans son ensemble, tous les ouvrages de maçonnerie seront établis suivant une exécution soignée.
Les aplombs des murs sur leur hauteur totale seront tels que la déviation par rapport à une ligne
verticale ne soit pas supérieure à 1 cm.
Relativement à la planéité des murs, les flèches accusées par rapport à une ligne reliant le haut et le
bas du mur ne doivent pas être supérieures à 1 cm.
Les appuis et les sous-faces des linteaux devront être horizontaux, la tolérance admise étant de 0,3 cm.
par mètre linéaire, ou de 0,5 cm. sur la longueur totale.

2. Murs extérieurs

Sauf préconisations contraires indiquées sur les plans de l’Ingénieur, l'épaisseur des murs
doubles de façade avant l'exécution de l'enduit extérieur sera généralement de 25 cm. constitués par des
briques creuses de 10 cm. d’épaisseur à l'intérieur, un vide d'air de 5 cm. et le mur extérieur en briques
creuses de 10 cm. à
enduire.
Le mur extérieur et la contre-cloison seront liaisonnés entre-eux par des épingles métalliques, à
chaque deuxième assise de briques creuses dans les joints.
Les aciers en attente dans l'ossature principale de béton seront soigneusement incorporés aux
maçonneries.
Tous les murs et toutes les cloisons s'arrêteront à 4 cm. au-dessous des poutres et dalles, les joints
seront exécutés avec un enduit N°5 tout le long du raccord.
Les éléments de béton préfabriqués servant d'appui de fenêtres et feront également la liaison des
deux éléments des murs de façade. Ces éléments seront mis en place et incorporés aux maçonneries
pendant l'exécution de celles-ci. Ils seront posés sur un chaînage en béton faisant la liaison de la paroi
extérieure en briques creuses et sur les éléments en béton cellulaire à l'intérieur.
Par conséquent, et pour s'assurer que ces éléments soient correctement placés, les niveaux des
assises et les dimensions des panneaux en béton cellulaire tels que définis sur les coupes des bâtiments,
doivent être respectés le plus strictement possible.
Les joints continus entre les murs de façade et les poteaux en béton armé seront faits avec une
masse élastique après les travaux d'enduits. Leur mise en place devra se faire d'après les normes
applicables aux matériaux et à l'exécution.
Le travail commencera seulement après que l’Entrepreneur ait pris la responsabilité quant à
l'adhésion des matériaux aux surfaces des joints, quelles que soient leurs dimensions, et garanti une
exécution correcte suivant les plans et le présent descriptif.
Au cas où les prescriptions relatives à un jointoiement ne puissent être satisfaites pour des raisons
techniques notamment les dimension des joints- l’Entrepreneur doit communiquer immédiatement cette
difficulté au Maître de l’ouvrage et interrompre le travail jusqu'à ce qu'une solution soit proposée par ses
soins.
L'apprêt de joint sera fait suivant les directives du fournisseur. La mise en place du matériel de fond
du joint doit permettre que celui-ci soit placé et dimensionné correctement.
Les joints seront établis suivant les plans et leur surface sera lissée soigneusement après montage.
Les joints de dilatation seront généralement effectués avec des profils en alliage d'aluminium dont le
détail est fourni sur les plans de l’Ingénieur.
L’Entrepreneur devra faire des essais des jointoiements et ceux-ci resteront, après l'approbation par
le Maître de l’ouvrage, comme normes d'exécution et de qualité du matériau utilisé. Il sera exigé une
garantie de 5 ans pour l'ensemble des travaux de jointoiement.

3. Murs intérieurs

Les murs intérieurs sont généralement exécutés avec des briques creuses en terre cuites d’une
épaisseur de 10cm., sauf dispositions contraires précisées sur les plans fournis.
Sur les lignes des joints de dilatation. Les éléments sont doublés, de part et d'autre du joint avec un
écartement de 20 mm. au minimum.
Sauf indication contraire sur les plans, tous les murs seront montés jusqu'au niveau inférieur du plancher
Constitués de corps creux ou dalle pleine ou éléments métalliques
Les réservations nécessaires au passage des installations seront prévues au préalable. Une fois
celles-ci mises en place, les intervalles doivent être bouchés et réparés soigneusement.

II. Enduits / Revêtements


II.0. Généralités

Avant de commencer les travaux, l’Entrepreneur devra inspecter les surfaces des murs et sols qui doivent
recevoir les revêtements et il ne devra commencer leur mise en place que lorsque les défauts ont été
corrigés et l'état des surfaces accepté par le Maître de l’ouvrage.

II.01 Normes et textes de référence

Toute la mise en œuvre doit être conforme aux règles et recommandations techniques stipulées
par les normes en vigueur.
Les prescriptions à respecter pour l'ensemble des travaux seront en général, les textes et
règlements établis par:
Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment -CSTB- Paris
L' Association Française de Normalisation -AFNOR- Paris et plus précisément :

Les présentes Spécifications Techniques


Les documents Techniques Unifiés -DTU
Les normes Françaises -REEF
tels que définis ci-après :
DTU no. 25.1 Enduits intérieurs en plâtre
DTU no. 25.2/4 Documents divers relatifs notamment aux plafonds en éléments de plâtre
DTU no. 26.1 Enduits aux mortiers de ciments, de chaux et de mélange plâtre et chaux aérienne
NF.P 61.302 Carreaux de mosaïque de marbre
NF.EN 87 Carreaux et dalles céramiques pour sols et murs - Définitions, classification,
caractéristiques et marquage (indice de classement: P 61-101)
NF.P 15 -301 Liants hydrauliques

ainsi que toutes autres normes NF qui puissent s'appliquer aux matériaux précisés ci-dessus.
Les textes et normes de référence à appliquer seront ceux correspondant à la dernière édition en vigueur.

Tous les essais prévus aux normes sur ces matériaux pourront être demandés et réalisés à la
charge de l’Entrepreneur.
0.06.02 Les matériaux

0.06.02.1 Sable

Le sable sera exempt de toute matière terreuse ou marneuse, passé à la claie et lavé, si le Maître de
l'Ouvrage en reconnaît la nécessité. La farine sera tolérée jusqu'à concurrence de 5%.
Il devra répondre aux spécifications suivantes:

Sable no. 1 :
0.08/1.25 (module pratique 20/32) : employé pour la confection de:
- mortiers de sous-couche d'enduits (dans les enduits à plusieurs couches)
- mortiers de couches de finition des enduits mis au bouclier, mais non lissés

Sable no. 2 :
0.08/0.315 (module pratique 20/26) : employé pour la confection de:
- mortiers des couches de finition des enduits lissés
- mortiers pour jointoiement et rejointoiement.

Le sable devra également répondre aux spécifications des normes de R.E.E.F. et normes
AFNOR NF.P 18-301.
0.06.02.2 Les liants hydrauliques

1. Plâtre
Le plâtre utilisé proviendra d'usines choisies par l’Entrepreneur et agréées par le Maître de
l'Ouvrage.
Il sera de qualité répondant aux données NF.P 12.001

2. Liants hydrauliques
Les chaux et les ciments devront satisfaire aux conditions fixées par les arrêtés en vigueur.
La résistance minimum garantie en kg/cm² à 7 jours et à 28 jours sera de:

250 - 325 pour le ciment Portland artificiel


30 - 60 pour la chaux hydraulique.

Tous les liants devront être livrés sur le chantier en sacs de papier fermés et provenir de la même usine
pour garantir l’uniformité des teintes. L'emploi des liants encore trop chauds ou en sacs éventrés sera interdit.

0.06.03 Mortiers

Les spécifications de matériaux suivants s'appliquent aux types de mortiers définis ci-dessous :

Ciment : Ciment Portland artificiel, classe 325 d’après les normes NF.P 15-301 et NF.P 15-
307.

Chaux hydraulique: Chaux hydraulique artificielle d’après les normes NF.P 15-312 et NF.P 15-
312.

Plâtre: Plâtre gros de construction (PGC), conforme à la norme NF.B 12-301, fabriqué sans
aucun ajout.

En ce qui concerne les qualités des autres matériaux, il sera fait application de la Spécification
des travaux de gros œuvre : travaux de "Béton et béton armé", spécifications de granulats, des eaux de
gâchage à employer et à des produits d'addition.
La courbe granulomètrique des sables doit, sur demande, être fournie, de même que tout
renseignement
concernant les produits adjuvants et les pigments dans les mortiers.

Mortier no. 1 - 300 kg. de chaux hydraulique


Mortier no. 2 - 100 kg. de ciment + 200 kg. de chaux hydraulique
Mortier no. 3 - 200 kg. de ciment + 200 kg. de chaux hydraulique
Mortier no. 4 - 300 kg. de ciment
Mortier no. 5 - 350 kg. de ciment
Mortier no. 6 - 500 kg. de ciment
Mortier no. 7 - Plâtre pour enduits intérieurs selon les conditions générales de la norme NF
B12-300

Les dosages sont indiqués en poids de liant par mètre cube de sable. Les quantités de liants et de
sable
seront déterminées par pesage ou par mesure du volume, la tolérance de variation admise par
rapport aux dosages indiqués étant de ±5%.
Les mortiers seront faits dans un malaxeur dont le type est à approuver par le Maître de l'Ouvrage
et la durée de l'opération sera rigoureusement observée.
Le malaxeur doit être vide avant chaque préparation de mortier.

Au cas où le Maître de l'Ouvrage le juge nécessaire, il peut demander que des essais de
résistance des mortiers soient exécutés, les frais correspondants étant à la charge de l’Entrepreneur.

II.1.0 Carreaux de mosaïque de marbre (Granito)

Tous les espaces intérieurs recevront un revêtement en carreaux de granito à l’exception des locaux
d’hygiène qui seront revêtus en revêtement de sol antidérapant et le local technique en chape de ciment .

Les carreaux devront provenir des meilleures usines et leurs échantillons approuvés par le Maître
de l'Ouvrage après essai d'exécution.
Ils seront d'une épaisseur uniforme, sans gauchissement, à arêtes vives et sans bavures ni
défectuosités d'aucune sorte.
Ils devront avoir quatre mois au moins de fabrication au moment de l'emploi
Leur qualité sera conforme aux spécifications de la norme ,Leurs dimensions seront de : 30 x 30
cm.
Ils seront bien sûr poncés et lustrés.
Les couches d'usure de 8-10 mm.-, garantissant une durée de vie de 10 ans. Ils seront faciles à
entretenir, étanches et devront se comporter convenablement face à l'eau, à la chaleur et aux produits
d'entretien courants. Leur couleur sera blanche.

II.1.1 Chape en béton ou en ciment :


Le revêtement par chape bouchardée sera prévu pour les blocs (ateliers, garages, locaux
techniques.)
Il sera utilisé un béton d'un dosage de 250 kg. De ciment par m³ au minimum (300 kg./ m³ au
maximum), tiré à la règle sur des repères fixes, avec lissage mécanique. Normes de référence: DTU no.
26.2
La chape peut être incorporée lors du coulage ou rapportée après durcissement du support
La chape incorporée s’obtient en comprimant fortement et régulièrement la forme en béton , on
étendra ensuite une couche mince de mortier que l’on passera au bouclier, à la lisseuse et enfin à la
boucharde.

II.1.2. Plinthes en grès cérame

Grès cérame, formant un relevé du revêtement de sol jusqu'à 10 cm. de hauteur.


Dimensions 10 x 20 cm.

0.06.2. Revêtements de murs en carreaux de faïence.

Les murs des locaux suivant recevront un revêtements de faïence de couleur blanche de 20 x 20
sur 2,00 m de hauteur et au pourtour des murs et cloisons :
- les sanitaires, douches, salles de soins, paillasses et zone cuisson.
Le revêtement de faïence sera réalisé selon les plans fournis.
Les murs seront d'abord badigeonnés avec un mortier no. 3 et les carreaux doivent être mis à tremper
avant la pose dans un récipient d'eau propre.
La durée de trempage doit être établie auparavant, en fonction du degré de cuisson et suivant les
conditions climatiques.
Ils seront scellés ensuite sur le mortier frais, la pose étant faite à joints serrés de 2 mm.,
exceptionnellement avec une dimension inférieure à la moitié de leur dimension initiale.
Le mortier de pose no. 3, doit remplir entièrement le dos des carreaux, et le remplissage des joints sera
réalisé mortier de ciment blanc.
Après exécution des joints, le revêtement sera lavé à grande eau pour faire disparaître toute trace
de ciment.
La surface du revêtement doit paraître parfaitement plane. Une règle rectiligne de 2 m ne doit pas
indiquer d'écarts supérieurs à 2 mm.

II.2.1. Essais

Des essais d'exécution sur tous les types de carrelage, portant sur une surface de 5m² doivent
être faits avant le commencement des travaux et suivant les indications du Maître de l’ouvrage.
Après approbation par celui-ci, ce travail accompli servira de référence pour les travaux suivants.

II.3 Enduits

II.3 .1. Généralités

Le document de référence sera le DTU no. 26.1.


La surface des supports doit être propre, exempte de traces de suie, de salpêtre, de plâtre, de
poussières ou de produits de décoffrage
Tous les fonds sur lesquels seront appliqués les enduits devront présenter une surface
rugueuse afin de permettre une bonne adhérence.
Les éventuelles surfaces lisses seront brossées ou piquées, ceci aux frais de l’Entrepreneur
Les supports en maçonnerie doivent être arrosés de manière à être humides en profondeur
mais « re-essuyés » en surface lors de l'application de l'enduit.
Cette humidification, sera effectuée en fonction de la nature du support et des conditions
climatiques.
Les travaux d'enduits ne doivent être commencés que sur des maçonneries terminées depuis un délai
minimal d'un mois.
L'emploi de mortier ayant effectué un début de prise, sera interdit

II.3 .2. Enduits extérieurs

Toutes les surfaces de maçonnerie et celles de béton qui n'a pas été exécuté avec un coffrage de
finition soigné tel les voiles, seront enduites.
L'enduit sera exécuté jusqu'à 20 cm. au-dessous du terrain et son épaisseur sera de 2,5 cm. sur les
éléments en maçonnerie. Les arêtes des surfaces seront arrondies avec un rayon de 1 cm. environ.
L'enduit sera posé en trois couches et, avant l'application de chaque couche, les façades seront arrosées
sur toute leur surface:
1ère couche fouettée au mortier no. 4
2ème couche fouettée au mortier no. 3
3ème couche finement appliquée au mortier no. 2 et exécutée seulement après l'approbation
du Maître de l'Ouvrage sur la base d'un essai.
Aux endroits de raccord de l'enduit contre un poteau en béton laissé brut de décoffrage, il sera
exécuté une rainure nette de limite de l'enduit

II.3 .3. Enduits intérieurs

Tous les murs, cloisons et plafonds des locaux suivant, généralement exécutés en briques creuses en
terre cuite ou en béton à coffrage soigné, recevront un enduit ciment sur une épaisseur de 1,5 cm.
:
Avant la première couche, toutes les surfaces de béton seront badigeonnées au mortier no. 4.
L'enduit sera ensuite traité de la manière suivante:
1ère couche fouettée au mortier no. 3
2ème couche de finition au mortier no. 2, finement appliqué.
La 2ème couche sur les surfaces de maçonnerie sera faite avec un mortier no. 1.

II.3 .4. Enduits plâtres

A l’exception des murs recevant un enduit ciment ou un revêtement en faïence, tous les autres murs
recevront un enduit en plâtre exécuté en deux couches dont la première au plâtre gros de 8 mm
d’épaisseur et la seconde au plâtre fin de 8 mm d’épaisseur soigneusement lissée à la truelle

II.3 .5. Enduits intérieurs en mignonnette :


Tous les espaces de circulation et de dégagement ainsi que les salles à manger au niveau de la cuisine
recevront un revêtement type mignonnette sur une hauteur de 1.20 m par rapport au sol et le reste des murs
recevront un enduit au mortier de ciment.
La mignonnette est un enduit de ciment, cet enduit est composé d’une sous-couche enduit de fond
composé de ciment CPA 250 / 315 et de sable 0.08 / 2.5 et d’un enduit de finition composé de CPA 250 / 315 et
d’agrégats dont la granulométrie est définie au marché.
En général, le terme mignonnette est réservé aux agrégats recelés ne dépassant pas le diamètre de 10
mm ( passoire de module 40).

II.3.6 Tolérances et réparations

La planéité de toutes les surfaces enduites sera telle que sur une règle de 2 mètres, la flèche vérifiée ne
soit pas supérieure à 2 mm.

Les aplombs des surfaces sur leur hauteur totale seront tels que la déviation par rapport à une ligne
verticale ne soit pas supérieure à 5 mm.

Tous les travaux décrits seront protégés effectivement contre toutes dégradations, et avant le
commencement des travaux de peinture, l’Entrepreneur doit procéder aux réparations nécessaires à une
bonne exécution des finitions.

Ces réparations seront également faites à la fin des travaux, notamment après que tous les autres lots
aient été accomplis.

L’Entrepreneur doit donc prévoir en phase finale et en coordination avec les « Travaux de Menuiserie »
tous les travaux de réparation jugés nécessaires par le Maître de l’ouvrage.

Couverture :
Il est prévu la dépose total de l’ensemble de la toiture des blocs éxistants et la pose d’une nouvelle
couverture du type TN.40 avec chéneau .
La fixation de la couverture sera réalisée par vis auto taraudeuses sur les pannes .
Il en sera de même pour l’exécution des bardages qui seront fixés sur les lisses .
1 . Faux plafonds :

Le faux- plafond sera prévu en tôle galvanisé pour tous les blocs réaménagés ainsi que l’atelier de
réparation (partie administration) et le bloc restauration.

III. ETANCHEITE
III.01. Etendue des travaux

Les travaux d’étanchéité concernent les espaces suivants :

- Les toitures non accessibles(ex bloc cuisine)


- Toutes les salles d’eau
- Le béton de propreté et les voiles

Toutes les prestations et livraisons relatives aux travaux d'étanchéité de toiture du bâtiment, les couches
d'isolation et de protection d'étanchéité, relevés, joints et finitions nécessaires seront réalisés
conformément aux plans.

Une protection d'étanchéité sera également exécutée sur toute la surface de la terrasse.
Les travaux d'étanchéité seront réalisés à base de produits et procédés reconnus et agréés et la mise en
œuvre devra suivre strictement la Spécification Technique et les normes en vigueur.
Les profils d'arrêt d'eau, de protection des rives, de recouvrement ou de raccord tels que spécifiés par
l’Ingénieur seront inclus dans le présent lot. Une coordination étroite sera nécessaire avec les
Entrepreneurs en charge des autres lots, afin de garantir la bonne exécution de l'ensemble des travaux.

III.02 Responsabilité et garantie

L’Entrepreneur sera le seul responsable quant à l'exécution correcte des ouvrages, et quant à l'utilisation
adéquate des matériaux.

Il devra fournir une garantie portant sur 10 ans qui couvrira l'étanchéité et la durabilité des toits, y compris
tous les raccordements aux acrotères, aux relevés et aux sorties d'eau en toiture.

Elle couvrira de même toutes les erreurs de pose et les défectuosités des matériaux utilisés.

Nota
Outre les travaux cités ci-dessus, l’Entrepreneur devra exécuter d'éventuels ouvrages mineurs
appartenant normalement à une entreprise d'étanchéité, même s'ils ne figurent pas sur le devis les essais
de calorifique et de perméabilité à la vapeur devront satisfaire aux exigences d'une exécution finale
parfaite.
Du polystyrène expansé de 2 cm d’épaisseur sera utilisé pour joint de dilatation de la forme de pente et
protégé par une bande de pontage en aluminium .

2. Matières adhésives

EAC : Enduit d'Application à Chaud


Il sera utilisé une colle bitumineuse avec propriétés d'adhérence entre:
- support d’étanchéité en béton et feutre bitumé
- cartons bitumineux entre-eux
- papier kraft et feutre bitumé .
La colle employée doit atteindre au moins 20% de ses propriétés après 24 heures de collage.

EIF : Enduit d'Imprégnation à Froid

Solution d'asphalte dont le pourcentage de bitume doit être entre 30 à 50% du poids, vérifié suivant la
norme DIN U11.
Le résidu de bitume à la suite de l'essai DIN U11 sera analysé par dissolution dans un sulfocarbure
d’après la méthode DIN U9.

Point de fusion du résidu d'asphalte K et R entre 55° et 70°C.


Point de rupture 10°
Temps de séchage maximale à 20°C 3 heures

3. Feuille de polyane
Feuille de 0,3 mm d’épaisseur posée sur les panneaux isolants une fois posés.

4. Etanchéité
Membrane préfabriquée de feutre bitumé type 36 S d’une masse unitaire de 3,80 Kg/m² armé de cartons
de 400 g/m² ou de voile de verre d’une masse de 50 à 60 g/m².

5. Forme de pente
Elle sera exécutée sous forme d'une couche en béton dosé à 250 kg / m3 , d'une épaisseur minimale de 4
cm.

6. Protection d'étanchéité
Elle sera assurée par du gravier roulé 5/15 .

7. Evacuations d'eaux pluviales


Des gargouilles en plomb seront posées et scellées à chaque descente d’eau pluviale après leur
approbation par le Maître de l’Ouvrage.

8.Crapaudine :
Chaque descente d’eau pluviale sera protégé par une crapaudine .

III.05 Exécution

Tous ces travaux devront être de première classe et respecteront les textes et les réglementations
suivants:

Cahier des Charges Applicable aux Travaux d’Etanchéité des Toitures-Terrasses, et des Toitures
Inclinées : DTU no.43 P84-203

ainsi que les Cahiers de Prescriptions Communes et les directives des fournisseurs.

Le support d'étanchéité devra être conforme au DTU n° 20.

Les travaux d'étanchéité ne peuvent commencer qu’après approbation par le Maître de l'Ouvrage de la
qualité des produits approvisionnés sur le chantier.

Cette approbation ne diminue en rien la responsabilité de l’Entrepreneur qui reste entière.

Tous les produits livrés en fûts ou en rouleaux doivent porter une marque mentionnant de façon apparente
le pourcentage de base entrant dans la composition du produit ainsi que le nom du fabricant.

Tous les matériaux devront être entreposés de telle manière qu'ils seront à l'abri de toutes détériorations
pour causes mécaniques ou climatiques.

Durant l'exécution des travaux, l’Entrepreneur devra prendre les mesures nécessaires pour la mise à l'abri
provisoire des constructions et des installations affectées par ces travaux.

Après mise en œuvre de la chape d'étanchéité, le Maître de l'Ouvrage peut, s'il le juge utile, faire
découper des échantillons de 20x20 cm. de côté, pour analyse et essais par le laboratoire. L'obturation de
la chape étanche sera effectuée par l’Entrepreneur, à ses frais et immédiatement après les prélèvements.

Tous les essais sont également exécutés aux frais de l’Entrepreneur.

III.05.01 Travaux

Avant le commencement des travaux d'étanchéité, l’Entrepreneur doit vérifier en présence du Maître de
l'Ouvrage que les surfaces de support sont exécutées conformément au projet.
La surface de pose devra être lisse, sèche et sans irrégularités. Dans le cas contraire, l’Entrepreneur
devra procéder immédiatement à toutes les rectifications qui pourraient être demandées par le Maître de
l'Ouvrage.

L’Entrepreneur devra, avant et durant ces travaux, maintenir les surfaces en béton parfaitement propres.

A/ Etanchéité des terrasses non accessibles :tel que le bloc cuisine

1. Sur toute la dalle et avant la pose de l'isolant, sera établi un écran pare-vapeur constitué par :
1.EIF + 1.EAC + 1. 36S + EAC
2. La forme de pente en béton sera exécutée immédiatement après la pose d’une feuille de POLYANE
sur les panneaux isolants et il ne sera fait usage que d’outils en bois et de brouettes à roues en
caoutchouc (hauteur maximale de chute pour le béton : 50 cm).

Les joints de dilatation de la structure principale devront déboucher en toiture, avec des murets de
séparation éloignés de 2 cm. entre eux, d'exécution semblable à l'acrotère en façade .

3. Le long des murs d'acrotère et de joints, ainsi que le long de tous les socles, il sera effectué un joint
souple. en polystyrène et protégé par une bande de pontage en aluminium.

4. Le revêtement d'étanchéité par bitume armé sera ensuite établi comme système adhérent.

Une membrane de feutre bitumé 36 S. sera alors appliquée, dont les recouvrements seront de 20 cm. au
minimum, et collés sur toute leur surface.

5. Après cette première pose, un deuxième feutre bitumé puis un troisième seront posés et collés à chaud
avec une couche d’EAC, 1250 g/m². Elle seront croisées les unes par rapport aux autres. Une couche de
EAC finira la pose.

Tous les angles et recoins sur lesquels la membrane est à poser, seront arrondis avec un rayon d'au
moins 5 cm.

6. Les gargouilles seront posées et scellées après accord préalable avec le Maître de l'Ouvrage.

La pose de ces éléments sera effectuée soigneusement, et ils seront fixés par points de collage entre les
deux membranes, de manière à ce qu'une étanchéité absolue soit obtenue.

7. Des relevés d’étanchéité d’au moins 30 cm de hauteur sur tous les pourtours des acrotères et des
émergences seront exécutés comme suit :
1 couche de EIF
1 Couche d’EAC
1 Une couche de paxalumin

8. La protection du revêtement d'étanchéité consistera en gravier roulé 5/15 posés sur la derniére
couche d’etanchéité .
Pendant l'exécution de la protection de l'étanchéité, le trafic de personnes sur la membrane sera réduit au
strict nécessaire et toujours avec des chaussures en caoutchouc.

B/ Etanchéité des salles d’eau et cuisines sous carrelage granito :

Les salles d’eau et cuisines recevront :


1 couche de EIF
1 Couche de feutre bitumé 36S
1 Couche d’EAC

D/ Le béton de propreté et les voiles

Avant la pose du ferraillage des fondations du réservoir et sur le béton de propreté et sur les voiles avant
les remblais, il sera posé une étanchéité composé de :
1 couche de EIF
1 Couche d’EAC
1 Couche de feutre bitumé 36S

Contrôle et essai d'étanchéité

Outre le contrôle d'aspect du dispositif d'étanchéité, l’Entrepreneur est tenu de procéder aux essais
nécessaires pour contrôler l'étanchéité de la membrane, et cela avant la pose de la protection en gravillon.
IV. MENUISERIE BOIS

L’entrepreneur doit procéder à la dépose de toute la menuiserie en bois et la remplacé par


de la nouvelle et ceux selon les normes en vigueur.

IV.01. Prescriptions générales

IV.01.1 Domaine d'application


Le présent Cahier des clauses techniques est applicable aux travaux de menuiserie en
bois et matériaux dérivés du bois, exécutés , à l'exclusion des travaux de décoration et des
ouvrages mobiliers.
Les travaux de menuiserie en bois, conformes à ces prescriptions, sont prévus pour être
adaptés à des ouvrages réalisés par d'autres corps d'état, conformément aux prescriptions
des DTU les concernant.
IV.01.2 Menuiseries intérieures
Les menuiseries intérieures comprennent :
- Les portes et blocs portes
Nota : Le nombre et les dimensions sont donné par la nomenclature de
menuiserie
IV.01.3 Menuiseries extérieures
Les menuiseries extérieures comprennent :
- Les fenêtres, châssis fixes ou ouvrants,
- Les portes extérieures
Nota : Le nombre et les dimensions sont donné par la nomenclature de menuiserie

IV.02. Prescriptions relatives aux matériaux


IV.02.1 Normalisation
Les essences, les choix d'aspect, les qualités technologiques, physiques et mécaniques
des bois et matériaux dérivés du bois doivent répondre aux spécifications prévues par les
normes françaises.
Les essences sont définies selon la norme NF B 50-001.
COMMENTAIRE
Les exigences qui ne sont pas vérifiables à la réception des ouvrages, telles que la
provenance des bois ou les appellations qui sont sans signification précise et non prévues
par les normes comme « bon choix, bonne qualité courante, bon bois marchand,... » sont à
proscrire des commandes et des devis descriptifs. Par contre, il y a lieu d'y préciser les
essences à utiliser, les qualités d'aspect normalisées, l'humidité des bois, etc., en évitant
de formuler des exigences excessives.
COMMENTAIRE
Par milieu humide confiné, il faut entendre toute atmosphère susceptible de présenter un
état hygrométrique permanent ou prolongé pendant plusieurs semaines supérieur à 80 %.
Les risques présentés pour les autres menuiseries extérieures (fermetures,
revêtements,...) varient selon la conception des ouvrages (risque lié aux capillarités, lame
d'air derrière les revêtements,...) et leur entretien.
Lorsqu'il y a risque d'attaques par les champignons, les bois utilisés doivent y résister. En
cas de doute sur la résistance, celle-ci est mesurée avec les mêmes méthodes que celles
utilisées pour l'efficacité des traitements.

IV.02.4 Les colles


Tous les types courants de colles de menuiserie peuvent être utilisés pour les ouvrages
dont les bois ne risquent pas d'être portés à une humidité supérieure à 15 %.
Les autres ouvrages, notamment les ouvrages intérieurs en milieu humide et les ouvrages
extérieurs, nécessitent l'emploi de colles destinées aux usages extérieurs.
IV.02.5 Les mastics
a/ Produits de rebouchage
Peuvent être utilisés pour masquer les petits défauts du bois des menuiseries intérieures
des mastics répondant aux spécifications suivantes :
- mastics à l'huile de lin : norme NF P 78-331ƒ ;
- mastics oléoplastiques : annexe 1 du Cahier des Charges, DTU n° 39.4ƒ.
Sur les menuiseries extérieures, sont employés aussi des produits spéciaux à base de
résine époxy, polyesther, polyuréthannes, de formulation adaptée.

B/ Plastics de calfeutrement
Le calfeutrement entre le gros oeuvre et le dormant ou le précadre des fenêtres peut être
réalisé à l'aide de mastics à base d'élastomères ou de mastics du type plastique
0.08.03.2 Comportement au feu et protection ignifuge
COMMENTAIRE
Les textes réglementaires régissant la sécurité incendie et précisant la classification des
matériaux sont regroupés dans les brochures des Journaux Officiels :
- n° 1477 « Sécurité contre l'incendie, dispositions générales à tous les ERP » ;
- n° 1000 « Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes » ;
- n° 1011 Tome 2 « Méthodes d'essais ».

IV 04.1 Conditions générales applicables à toutes les menuiseries


A/ Généralités
Les ouvrages sont conformes aux normes françaises qui les concernent.
COMMENTAIRE
La fabrication des fenêtres fait l'objet de la norme NF P 23-305ƒ.
La terminologie des fermetures fait l'objet de la norme NF P 25-101ƒ.
La terminologie des menuiseries fait l'objet de la norme NF P 23-101ƒ.
B/ Assemblages
Les arasements des assemblages doivent présenter sur les parements une coupe franche,
un joint sans jeu et soit affleuré, soit marqué. Les assemblages ne doivent laisser aucun
vide nuisible à la solidité de l'ouvrage et à son étanchéité pour les ouvrages extérieurs.
B/1 Assemblages mécaniques
Les assemblages mécaniques doivent résister aux efforts normalement supportés en
service par les ouvrages.
Les chevilles en bois sont en bois durs, au minimum arasées sur les parements, les
chevilles métalliques sont chassées.
Les tourillons, également en bois durs, sont cannelés.
Les fausses languettes sont en bois feuillu dur, en contreplaqué ou en matériau de
caractéristiques au moins équivalentes.
COMMENTAIRE
Les panneaux de particules ne conviennent pas.
Les embrèvements des ouvrages extérieurs permettent retraits et gonflements du bois.

B/2 Asemblages collés


Les colles sont préparées en suivant les spécifications des fabricants qui précisent en
particulier :
- les proportions des produits à employer ;
- la température des produits ;
- la nature et la qualité des durcisseurs et charges éventuels ;
- l'humidité des bois acceptables.
Les bois à coller sont amenés, par séchage artificiel et/ou par stabilisation dans l'atelier, si
les conditions hygrométriques de ce dernier s'y prêtent, au taux d'humidité moyen,
compatible avec la colle employée et aussi voisin que possible du taux d'équilibre
hygroscopique moyen, que les bois des ouvrages atteindront dans leur utilisation normale.
B/ 2.1 Assemblage bout à bout (aboutage)
L'aboutage des pièces de bois est admis sous réserve que leur résistance soit suffisante
en fonction du rôle qu'elles jouent dans la menuiserie et que leur durabilité soit assurée.
Il n'est admis aucun vide non rempli de colle sur les faces vues des entures.
B/ 2.2 Bouchonnage
Le bouchonnage des noeuds, poches de résine et autres défauts risquant de réapparaître
sous le film de peinture est admis pour les bois à peindre.
Les bouchons sont exécutés dans la même essence de bois et sont disposés en
respectant le fil du bois.
C/ Détails d'exécution et de finition
Les faces apparentes des bois façonnés doivent être exemptes de défaut d'usinage.
Les abouts apparents sont dressés.
L'emploi de mastics n'est toléré sur les menuiseries à peindre que pour masquer les petits
défauts du bois qui ne justifient pas la pose d'une pièce rapportée, ce qui exclut le
masticage de malfaçons.
Sur les parements vus, les têtes de pointes et de chevilles métalliques sont chassées à
une profondeur d'au moins 1 mm.
Sur les ouvrages apparents, les traces de pointes sont bouchées à l'aide de gomme laque
ou de tout autre produit de rebouchage adapté.
Les traces de flaches sont tolérées sur les arêtes des faces vues des bois bruts de sciage.
IV.04.3 portes
Les dimensions des portes sont données dans la nomenclature de menuiserie
IV.04.3.1 portes intérieures
L'utilisation de portes planes de type intérieur ouvrant directement sur la façade extérieure
de la construction est interdite.
Les portes planes intérieures sont conformes aux normes NF P 23-302, NF P 23-303,
NF P 23-304ƒ.
COMMENTAIRE
On peut alaiser les trois côtés du vantail.
Sur les portes à deux vantaux, le battement rapporté en bois a une épaisseur minimale de
9 mm et est fixé par au moins une vis tous les 30 cm ou par collage et clouage.
A/ Portes séparant des locaux chauffés et non chauffés
La stabilité des vantaux est telle que les conditions hygrothermiques différentes des
ambiances qu'elles séparent ne doivent pas entraîner de déformations dépassant les
tolérances de planéité définies au paragraphe 5.8.6ƒ.
Leurs éventuelles caractéristiques d'étanchéité à l'air sont définies par les documents du
marché.

IV.04.3.4 Portes menuisées intérieures


Les portes menuisées ou portes en lambris d'assemblages intérieures, pleines ou vitrées,
quelle que soit leur destination, font partie des ouvrages dont la fabrication est l'objet des
articles 3.04.04.1.
Le maintien de l'équerrage de ces portes nécessite le collage des assemblages.

IV.04.3.5 Portes vitrées intérieures


Il doit être tenu compte, dans les dimensions des feuillures et éventuellement des
parcloses, de l'épaisseur du vitrage et de son mode de pose.

IV.04.3.6 Portes extérieures


Les portes extérieures sont en général des portes menuisées. Leurs assemblages sont
collés et étanches.
COMMENTAIRE
Les portes extérieures ne font pas l'objet de normalisation.
La marque de qualité CTB pour les fenêtres et les portes extérieures définit les
prescriptions techniques auxquelles doivent satisfaire les portes extérieures homologuées
à cette marque.
Les portes planes intérieures et même les portes palières ne peuvent pas être utilisées en
portes extérieures. Certaines portes planes dont la conception est spécialement étudiée
peuvent convenir.
Les portes extérieures doivent résister aux contraintes de déformation induites par la
différence des ambiances hygrothermiques qu'elles séparent.
La perméabilité à la vapeur d'eau de la finition appliquée sur la face extérieure des portes
ne doit pas être supérieure à celle de la finition appliquée sur la face intérieure.

COMMENTAIRE
En première approximation, on estime que les produits de finition se classent, par ordre
croissant de perméabilité, comme suit :
- vernis glycéro ;
- peintures glycéro ;
- lasures et produits dits microporeux ;
- peintures intérieures.
Cf. DTU n° 36.1/37.1ƒ.
Les caractéristiques d'étanchéité à l'eau des portes extérieures sont définies en fonction
de leur exposition. Si celle-ci dépasse E1, la porte doit comporter un seuil ou une barre de
seuil.
COMMENTAIRE
Par ailleurs, la barre de seuil facilite la mise en oeuvre de la porte et guide la pose du
revêtement de sol.
Les portes donnant sur des locaux non chauffés peuvent ne pas présenter de
caractéristiques particulières de perméabilité à l'air.
Les portes donnant sur des locaux chauffés doivent avoir des caractéristiques améliorées
par des garnitures souples d'étanchéité.
IV.05 Pose des ouvrages
IV.05.1 Réception des ouvrages
Les ouvrages de menuiserie sont réceptionnés dès leur livraison ou, au plus tard, avant
leur mise en oeuvre. Lors de cette réception, sont contrôlées, entre autres :
- la conformité aux DPM,
- la qualité,
- l'humidité des bois,
- les dimensions.

A/ Humidité des bois


Il est procédé par sondage à des mesures de l'humidité des bois.
COMMENTAIRE
Environ 10 mesures par lot de 100 à 300 unités d'ouvrages du même type (portes,
fenêtres, distributions).
Les mesures ne doivent pas laisser de trace en parement des ouvrages.
La mise en oeuvre d'un lot est effectuée si les conditions définies aux paragraphes 5.1.1.1
et 5.1.1.2ƒ sont satisfaites pour 90 % au moins des éléments mesurés.
L'humidité des bois à la livraison comme au moment de la pose doit être comprise dans les
limites ci-après.
A/ 1 Distributions et menuiseries extérieures
L'humidité des bois de ces ouvrages doit être comprise entre 13 et 18 %.

COMMENTAIRE
Les menuiseries extérieures soumises en partie à l'ambiance intérieure (portes,
fenêtres,...) s'équilibrent, selon la saison, vers 15 % d'humidité. Il est souhaitable que, lors
de leur mise en oeuvre, elles ne dépassent pas cette humidité.
Certaines essences sont susceptibles de s'équilibrer à un taux légèrement différent
(limbali, doussié, teck, iroko,...).
Une humidité de 15 % nécessite, en période hivernale, soit de recourir à un séchage
artificiel, soit de stocker et usiner les bois dans des locaux chauffés.

A/ 2 Autres menuiseries intérieures


L'humidité des bois des ouvrages de menuiserie intérieure doit être aussi voisine que
possible de l'humidité correspondant à l'équilibre hygroscopique que ces bois atteindront
dans les locaux en service.
COMMENTAIRE
Les courbes moyennes d'équilibre hygroscopique des bois figurent en annexe.
Pour un état hygrométrique des locaux compris entre 60 et 85 %, l'humidité
correspondante des bois est comprise entre 12 et 16 %.
Pour un état hygrométrique prévisible compris entre 45 et 60 %, l'humidité des bois doit
être inférieure à 12 %.
Les dégâts occasionnés par un état hygrométrique anormalement bas, inférieur à 45 %,
sont à la charge du maître de l'ouvrage.
Le cas de locaux où il est prévisible que l'état hygrométrique sera maintenu à des taux
inférieurs à 45 % nécessite une étude spéciale des menuiseries et de leur mise en oeuvre.
IV.05.2 stockage sur chantier

A/ Précautions spécifiques aux menuiseries extérieures, distributions et ossatures de


cloisons menuisées
Les menuiseries doivent être stockées dans un local les plaçant à l'abri des intempéries et
des projections et sur des dispositifs ne risquant pas de les déformer.
Ce local de stockage doit être sec et ventilé. Les mêmes précautions doivent être prises
lors des stockages temporaires près des lieux de mise en oeuvre.

B/ Précautions spécifiques aux menuiseries intérieures autres que distributions et


ossatures de cloisons menuisées
Si ces menuiseries intérieures sont appelées à rester en stock plus d'un mois dans un
local, les conditions hygrothermiques de celui-ci doivent être aussi proches que possible
de celles prévisibles des locaux en service.
COMMENTAIRE
Un local clos et couvert est nécessaire. Un chauffage peut aussi être nécessaire.
IV.05.3 conception de la mise en oeuvre des fenêtres
A/ Type de pose
Les types de pose sont les suivants :
- en ébrasement avec feuillure éventuellement rapportés ;
- au nu intérieur ;

COMMENTAIRE
Les autres types de pose nécessitent des précautions particulières précisées par les DPM.

A/ 1 Support en maçonnerie
A/ 1.1 Fixations
Les fixations de la fenêtre doivent être conçues pour transmettre au gros oeuvre les efforts
appliqués à la fenêtre et résultant des actions du vent, de la manoeuvre ou des
sollicitations à caractère abusif envisagé par les normes, et cela sans altération du joint
entre fenêtre et gros oeuvre ou des ouvrages

A/ 1.2 Mode de fixation


La fenêtre est fixée par l'intermédiaire d'éléments incorporés au gros oeuvre (taquets,
douilles,...) ou mis en place dans des réservations ou des trous forés (pattes, chevilles,...).
Les conceptions et dimensions des organes de fixation sont adaptées aux tolérances de
mise en oeuvre et aux sollicitations prévues.
Les forages ne doivent pas être exécutés à moins de 6 cm des arêtes si le gros oeuvre est
en béton ou en maçonnerie d'éléments pleins.
La fixation dans les éléments creux est faite par pattes à scellement ou par dispositifs
spéciaux .
Les fixations par pointes (scellées au pistolet) ne sont pas admises.
La fixation directe au gros oeuvre, par percement du dormant, est admissible lorsque le
dormant est de largeur suffisante et que la perforation ne nuit ni à la résistance, ni à
l'étanchéité de l'ouvrage ; l'axe de la perforation doit être au moins à 15 mm des rives du
dormant.
COMMENTAIRE
Cette précaution concerne tout particulièrement les cheminements d'eau dans les seuils et
pièces d'appui.
La fixation de la pièce d'appui et du seuil est obligatoire pour les fenêtres et portes-
fenêtres de plus de 90 cm de largeur.
Les fixations qui ne se trouveraient pas enrobées dans le mortier de scellement doivent
être protégées contre la corrosion et munies de dispositifs évitant leur desserrage.
Dans le cas où le dormant prend appui sur la maçonnerie par l'intermédiaire de fourrures
d'épaisseurs, l'épaisseur de celles-ci est précisée par la norme NF P 23-305,
paragraphe 6.4.2ƒ.
Lorsque les tolérances dimensionnelles de la baie sont absorbées par les fourrures
d'épaisseur, l'épaisseur de celles-ci (largeur d'appui) doit être d'au moins 35 mm.
L'assemblage de la fourrure d'épaisseur au dormant doit répondre aux spécifications de la
norme NF P 23-305, paragraphe 5.2ƒ.
Le dormant est fixé directement au gros oeuvre et les documents particuliers du marché
précisent si la fourrure est fixée au gros oeuvre et ses conditions de fixation.

IV.05.3.2 Calfeutrement
A/ Généralités
Le calfeutrement et l'étanchéité doivent être réalisés de façon à ce que le joint entre
fenêtre et gros oeuvre assure sur tout son périmètre l'étanchéité à l'air et à l'eau, compte
tenu des conditions d'exposition et des mouvements différentiels prévisibles entre fenêtres
et gros oeuvre.
Le mode de calfeutrement à retenir dépend du système de pose retenu et de la situation
de l'ouvrage
COMMENTAIRE
L'expérience a montré que la majorité des désordres sont localisés aux raccordements
entre calfeutrements des tableaux et son appui.
En conséquence, il est recommandé que :
- le choix des solutions soit explicité aux DPM :
- les calfeutrements humide (mode 1) ou humide renforcé (mode 2) soient exclusivement
exécutés sur les quatre côtés de la baie, donc avec appui coulé en place après pose de la
menuiserie ;

IV.05.4 Exécution de la pose des fenêtres


IV.05.4.1 Conditions préalables requises pour la pose
La pose des fenêtres ne peut être entreprise que si les conditions générales ci-après sont
toutes satisfaites.
Les travaux de gros oeuvre sont suffisamment avancés pour qu'il n'y ait pas, par la suite,
risque de détérioration ou de déplacement de la fenêtre et, pour permettre à l'entrepreneur
une continuité du travail :
- les locaux sont dégagés et nettoyés ;
- les appuis de baies et les seuils sont soit bruts permettant le calage, soit finis, si nécessaire
ragréés ;
- les encadrements des baies sont nettoyés de toutes salissures ;
- les tracés sont exécutés : traits de niveau sur les murs comportant des baies ; les nus finis
extérieur et intérieur sont repérés ;
- les tolérances du gros oeuvre sont réputées conformes aux exigences minimales précisées
en annexe 1ƒ dans l'attente du DTU n° 20.
IV.05.4.2 Mise en place
La mise en place est réalisée en sorte que les tolérances définies au
paragraphe 3.04.05.4.3 et les espaces nécessaires au calfeutrement (paragraphe
3.04.05.3.2) soient respectés.
A/ Cas de la maçonnerie brute
La fenêtre est réglée en altitude par rapport au trait de niveau de l'entreprise de gros
oeuvre et par rapport à la baie brute, de façon que le bâti dormant présente à sa périphérie
une saillie d'au moins 3 cm sur la baie brute, 2 cm dans le cas de fourrure d'épaisseur .
Dans le cas de baie brute avec appui fini, l'altitude de la fenêtre est définie par celle de
l'appui.
Le calage entre le dormant et la surface d'appui sur le périmètre de la baie doit laisser un
vide d'au moins 1 cm.
Les dispositifs assurant le maintien provisoire doivent permettre, sans gêne, les opérations
de scellement, de calfeutrement et d'exécution de l'appui.

IV.05.4.3 tolérances de la fenêtre posée

- Défaut de verticalité :
- dans le plan perpendiculaire à la fenêtre (faux aplomb) : 2 mm/m ;
- dans le plan de la fenêtre : 2 mm/m.
- Défaut d'horizontalité (faux niveau) :
- 2 mm pour les largeurs inférieures ou égales à 1,50 m ;
- 3 mm au-delà.
- Axe de la fenêtre par rapport à l'axe de la baie et positionnement de la fenêtre dans la
baie :
- latéralement, les cochonnets sont équilibrés au mieux en fonction de l'état de la baie ;
- si l'axe de la baie est tracé par l'entreprise de gros oeuvre, la fenêtre est positionnée à
± 5 mm par rapport à cet axe ;
- si la fenêtre n'est pas posée sur appui fini, elle est positionnée par rapport au trait de
niveau à ± 3 mm.

COMMENTAIRE
La position des axes de la baie est réputée exacte par rapport à la position définie par les
plans.

IV.05.4.4 Exécution du calfeutrement


A/ Calfeutrement et étanchéité des pièces d'appui
Le calfeutrement assure l'étanchéité à l'air, l'étanchéité à l'eau étant assurée par les profils
et le positionnement de la menuiserie.
Par rapport au nez de l'assise maçonnée, la face arrière du dispositif d'arrêt des
ruissellements (becquet massif ou rapporté, goutte d'eau,...) doit être dégagée d'au moins :
- 10 mm verticalement ;
- 15 mm horizontalement .
La réalisation d'appui après pose de la fenêtre est limitée aux expositions de la classe E1
et n'est associé qu'aux calfeutrements humides (mode 1).
Pour les autres situations, l'utilisation d'une garniture complémentaire d'étanchéité implique
que la pose soit effectuée sur appui fini .
Dans le cas de cordons de mastic extrudé et préformé, un calage de la pièce d'appui est
obligatoire
Les cordons de mastic extrudé peuvent être mis en place sur le rejingot :
- avant pose de la fenêtre,
- ou, de l'extérieur, après pose de la fenêtre.
Dans le cas où le mastic est extrudé avant pose, les écarts de rectitude et de niveau de
l'appui ne dépassent pas 5 mm.
Les bandes en produit cellulaire imprégné sont utilisées selon les prescriptions définies
dans leur Avis Technique ou, à défaut, les documents particuliers du marché.
B/ Calfeutrement des tableaux et linteaux
Les calfeutrements peuvent être, suivant les cas, réalisés en feuillure, en applique ou en
tableau

COMMENTAIRE
Ce calfeutrement de mode 1, est exécuté par l'entreprise de maçonnerie.
Ce type de calfeutrement exige une très précise coordination, assurée par le maître
d'oeuvre.
On distingue :
- les calfeutrements humides exécutés par bourrage de mortier ;
- les calfeutrements humides renforcés par un cordon d'étanchéité ;
- les calfeutrements secs assurés uniquement par un système faisant appel à des garnitures
d'étanchéité, exécutées en place.
B/ 1 Calfeutrement humide renforcé
Après pose de la menuiserie et exécution du calfeutrement humide, il est procédé à la
mise en place d'un mastic du type plastique ou élastique, dans une rainure de section
permettant de respecter les dimensions définies au tableau du paragraphe 3.04.05.3.2.
L'une des faces de cette rainure est constituée par le dormant .
Le mastic adhère d'une part à la maçonnerie, d'autre part aux bâtis mais uniquement le
long des faces parallèles de ceux-ci, ce qui implique l'emploi d'un « fond de joint ».
Le mastic doit être compatible avec le cordon d'étanchéité éventuellement utilisé pour
l'appui.
Le calfeutrement humide renforcé est un calfeutrement de mode 2.
B/ 2 Calfeutrement sec
Les faces du gros oeuvre en regard de la menuiserie, destinées à recevoir le
calfeutrement, présentent un état de surface et des tolérances définies dans l'annexe
commune aux DTU nos  36.1 et 37.1 « Caractéristiques dimensionnelles des baies dans le
gros oeuvre destinées à recevoir des menuiseries ».
Le calfeutrement à sec est généralement réalisé par application de mastics. Ces cordons
de calfeutrement sont obligatoirement réalisés sur un fond de joint. D'autres produits
peuvent être utilisés, sous réserve qu'ils fassent l'objet d'un Avis Technique ou d'une
enquête spécifique indiquant les conditions de mise en oeuvre et les limites d'emploi.
Le calfeutrement sec est un calfeutrement de mode 3.

C/ Raccordement des calfeutrements en appui et en tableau


C/ 1 Calfeutrement humide
Dans le cas d'appui coulé sur place après pose de la fenêtre, la continuité du
calfeutrement est normalement assurée par les travaux d'exécution de l'appui et du
bourrage de la feuillure en tableau. La pièce d'appui n'est pas délardée et est engravée
dans la maçonnerie.
Dans le cas d'appui fini avant pose de la fenêtre, le calfeutrement se retourne jusqu'au nu
extrême du dormant et remonte d'au moins 6 cm derrière le calfeutrement humide en
tableau et de façon à être en continuité avec celui-ci.
C/ 2 Calfeutrement humide renforcé
La garniture d'étanchéité du tableau doit assurer la continuité avec le calfeutrement de
l'appui.
C/ 2 Calfeutrement sec
Le cordon de mastic extrudé en tableau doit se retourner le long de la saillie de pièce
d'appui pour assurer le rejet de l'eau vers l'extérieur.
Dans le cas où la garniture d'étanchéité au niveau de l'appui est extrudé après pose, il est
nécessaire d'assurer la continuité dans les angles inférieurs entre étanchéité d'appui et de
tableau.
COMMENTAIRE
Cette solution implique l'accessibilité (saillie démontable, dégagement suffisant entre
tableau et extrémité de la pièce d'appui).

IV.05.5 Pose des fermetures


IV.05.5.1 Pose des volets battants et persiennes
A/ Fixations
Les gonds à sceller sont mis en oeuvre dans la maçonnerie brute.
Les gonds à visser sont mis en oeuvre sur maçonnerie finie.
Les volets de hauteur supérieure à 1,80 m comportent trois gonds.
Chaque vantail vient buter en position fermée sur un arrêt en haut et en bas.
Les persiennes sont fixées sur des tapées dont la largeur est déterminée par le nombre de
feuilles repliées en tableau.
Les tapées doivent répondre aux spécifications de la norme NF P 23-305ƒ.
Certains volets qui se replient en tableau et se rabattent en façade sont fixés comme des
persiennes.
B/ Tolérances de pose et de planéité
Après pose, les volets et persiennes doivent pouvoir être manoeuvrés et verrouillés sans
effort anormal à l'aide des seuls organes de préhension et de verrouillage.
Les jeux périphériques sont limités à 10 m si le tableau est fini et plan.
Le désaffleure d'un volet par rapport à l'autre volet ou à la maçonnerie ne doit pas
dépasser 15 mm.
Les organes de verrouillage et points de préhension en position ouverte sont positionnés
au maximum à 0,60 m du bâti dormant de la menuiserie ou de la main courante du garde-
corps.
IV.05.5.2 pose des volets coulissants
COMMENTAIRE
Les Documents Particuliers du Marché spécifient les caractéristiques de ces ouvrages et
de leur mise en oeuvre, notamment :
- la distance à la façade ;
- le recouvrement des bords de la baie en position fermée ;
- l'évacuation des eaux des rails ;
- la prise en compte des phénomènes de dilatation ;
- les dispositifs anti-déboîtement et de verrouillage en positions ouverte et fermée ;
- les tolérances de pose des rails et des volets.

IV.05.6 pose des portes extérieures


COMMENTAIRE
Lorsque les documents du marché ne prévoient pas un seuil type porte-fenêtre, des
dispositifs de construction du gros oeuvre (pente, relevé,...) éloignent les eaux de la porte.
COMMENTAIRE
Un seuil maçonné de 2 à 3 cm de haut tourné vers l'extérieur et en retrait du plan de
feuillure d'huisserie limite les risques de pénétration des ruissellements.

IV.05.7 Revêtements extérieurs

IV.05.7.1 Généralités
Les revêtements extérieurs ont essentiellement un rôle d'amélioration de l'aspect et
d'étanchéité à l'eau.
COMMENTAIRE
Les parois sur lesquelles sont fixés les revêtements sont réputées conformes aux
DTU nos  20.11, 23.1ƒ.
Au-delà des hauteurs précitées, l'étanchéité à l'eau de la paroi est spécialement étudiée.
Le clouage doit être réalisé avec des clous de longueurs au moins égale à 2,5 fois
l'épaisseur du revêtement sans être inférieure à 30 mm. Sur appuis discontinus, le
revêtement doit être cloué sur chaque appui.
Les têtes de clous, vis ou agrafes de fixation doivent être chassées et rebouchées, sauf si
elles sont inoxydables par nature.
Les rives des revêtements présentant des sections de bois de bout doivent être traitées
contre la porosité capillaire.
COMMENTAIRE
Ce traitement peut être réalisé par l'application d'une lasure, vernis ou peinture
d'impression.
IV.05.7.2 Bois massifs
Les dimensions et les modes de fixation des revêtements en bois massif (clins, lames,
bardeaux) doivent leur permettre de supporter les intempéries et les efforts auxquels ils
peuvent être soumis.
Les éléments en bois massif sont utilisés soit sous forme de clins de 18 mm d'épaisseur
minimale, soit sous forme de lames de 16 mm d'épaisseur minimale, soit sous forme de
bardeaux de 10 mm d'épaisseur minimale moyenne.
COMMENTAIRE
Ces épaisseurs peuvent ne pas suffire, en cas d'exigence de réaction au feu.
Les clins et les lames sont fixés sur des supports distants au maximum de 25 fois leur
épaisseur.
Les clins sont fixés au moyen d'une seule rangée de pointes, vis ou agrafes.
Les lames et clins ont une largeur ne dépassant pas 5 fois leur épaisseur.
Ils sont fixés à l'intersection de chaque support.
Les joints d'extrémité non embrevés en bout doivent reposer sur un appui. Sur les lames
embrevées qui ne sont pas disposées verticalement, la languette est placée en rive
supérieure. Les écarts de désaffleurement sur la surface de revêtement ne doivent pas
excéder 2 mm.
Les bardeaux sont cloués sur voligeage ou sur tasseaux horizontaux.
Les éléments doivent avoir un recouvrement au moins égal à 15 % de leur largeur avec au
minimum 15 mm.
Au droit des baies, l'extrémité des clins et lames non verticales doit venir en butée, sur un
chant vertical rapporté, d'épaisseur au moins égale à la saillie des clins ou l'épaisseur des
lames.
COMMENTAIRE
En partie haute, un recouvrement est presque toujours nécessaire.
En partie basse, le revêtement lui-même peut servir de larmier.

IV.05.8 Menuiseries intérieures


IV.05.8.1 Distributions
La pose de la distribution ne peut être entreprise que si les travaux de gros oeuvre sont
suffisamment avancés et les emplacements de la distribution à l'abri des eaux pour qu'il n'y
ait pas, par la suite, risque de déplacement ou de déformation de celle-ci.
Elle est réglée en hauteur par rapport au trait de niveau, ce qui implique que ce dernier soit
tracé au pourtour des murs, poteaux et éventuellement coffrages.
La liaison entre huisserie et cloison est traitée au DTU correspondant au type de cloison.
COMMENTAIRE
« Ouvrages verticaux de plâtrerie ne nécessitant pas l'application d'un enduit au plâtre
(cloisons en carreaux de plâtre à parements lisses) ».
« Ouvrages en plaques de parement en plâtre (plaques à faces cartonnées) ».
Les distributions sont mises en place et sont maintenues dans des conditions telles
qu'elles ne puissent subir de déplacement jusqu'à l'exécution des cloisons.
COMMENTAIRE
Il appartient à l'entreprise chargée du montage des cloisons de signaler au maître
d'oeuvre, avant tout début d'exécution, les distributions dont l'emplacement et le réglage
seraient défectueux.
Le positionnement des bâtis et contre-bâtis doit permettre la réservation d'un cochonnet de
largeur régulière sur les deux montants et la traverse.
La mise en oeuvre des huisseries et bâtis de portes à caractéristiques spéciales doit
permettre des performances au moins égales à celles exigées des portes.
A/ Tolérances d'aplomb et niveau des distributions
COMMENTAIRE
Ces tolérances s'appliquent indépendamment du mode de mise en oeuvre.
Aucun point des distributions ne doit être distant de sa position théorique de plus de 2 mm
par mètre de longueur.
V. Menuiserie métallique

L’entrepreneur doit procéder à la dépose de toute la menuiserie métallique et la remplacé


par de la nouvelle et ceux selon les normes en vigueur

V.01 Etendue des travaux

Les ouvrages à réaliser dans ce lot comprennent :


- Les mains courantes des escaliers
- Les portes extérieures
- Les grilles des fenêtres
- Grille double lame
- La trappe de visite

V.02 Prescriptions générales


V.02.1 Objet
Le présent document a pour objet de définir les conditions de fourniture et de mise en
oeuvre des portes, fenêtres, rampes d’escaliers métalliques, vitrées ou non, définies dans
les normes  et de préciser les conditions d'essais et de contrôle de ces ouvrages ainsi que
leurs modalités de réception.

Il concerne également les fenêtres en bandes, les ensembles menuisées et les panneaux de
façades insérés sur leurs quatre côtés quant à leur liaison avec le gros oeuvre. Par contre,
dans ces cas, il ne tient pas compte des conditions particulières et complémentaires à ces
types de construction (dilatation, reprise des poids morts, sécurité incendie).
Il ne traite pas de l'isolement acoustique des fenêtres, ni de leur isolation thermique.

Domaine d'application
Le présent document s'applique à toutes les menuiseries, mises en oeuvre dans les
bâtiments d'usage courant et réalisées par assemblages de profilés spéciaux.
Prescriptions générales
Matériaux et équipements
Les matériaux et équipements des menuiseries métalliques, quincaillerie, fixation, précadre,
etc., les conditions de fabrication de celles-ci, leur type, leurs dimensions et tolérances, leur
mode d'assemblage ainsi que leur protection doivent être conformes aux normes françaises
homologuées :
NF P 24-301 « Spécifications techniques des fenêtres, portes-fenêtres et châssis fixes
métalliques » ;
NF P 24-351 « Protection contre la corrosion et préservation des états de surface des
fenêtres et portes-fenêtres métalliques ».

V.03.2 Performances
Les seuils de perméabilité à l'air, d'étanchéité à l'eau et des caractéristiques mécaniques
auxquelles les ouvrages doivent être en mesure de satisfaire sont définis par les normes :

V.04 Conception de la mise en oeuvre des menuiseries


En ce qui concerne la protection contre les chutes (garde-corps, barre d'appui), les
menuiseries doivent être conformes aux dispositions de la norme NF P 01-012 « Règles de
sécurité relatives aux dimensions des garde-corps et rampes »
V.04.1 Types de mise en œuvre en fonction du support
La mise en oeuvre des menuiseries est fonction de la nature du support considéré.
On distingue les différents types d'ossature suivants :
- la maçonnerie,
- le métal.
V.04.1.1 Maçonnerie
NOTE
Dans le présent document, le terme « maçonnerie » comprend la maçonnerie traditionnelle,
la maçonnerie préfabriquée, le béton et les corps creux.

V.04.1.1.1 Fixations et liaisons

A/ Généralités
Les fixations et les liaisons doivent être conçues et réalisées pour résister aux efforts
mécaniques dus à l'action du vent ou à la manoeuvre des ouvrants.
L'efficacité des fixations et des liaisons ne doit pas pouvoir être altérée sous l'effet des
vibrations. En conséquence, tous les systèmes doivent être indesserrables.
Les éléments qui constituent les fixations :
- des fenêtres ou des précadres sur le gros oeuvre,
- ou des fenêtres sur leur précadre,
sont rendus solidaires de la fenêtre ou du précadre par soudage, vissage ou tout autre
procédé assurant une liaison équivalente et ne doivent pas entraîner de déformation de
l'élément fixé. Lorsque ces dispositifs ne sont pas accessibles, le calage doit être rendu
solidaire de l'un des éléments.
COMMENTAIRE
Ce calage peut être réalisé au moyen de vérins.
Dans le cas de fenêtres incorporées dans des panneaux préfabriqués de grandes
dimensions, la suppression des éléments de liaison est possible si la pénétration du
matériau de coulée est suffisante dans les dormants pour assurer un ancrage correct.
B/ Choix des types de fixation
Les types de fixation ci-après peuvent être utilisés pour la pose des fenêtres ou des
précadres sur la maçonnerie.

C/ Choix des types de liaison


Les types de liaison utilisés sont :
- les pattes-brides avec interposition de cales ajustées à assujettir ;
- les vérins avec vis de solidarisation sur la fixation ; lorsqu'il y a des précadres ou des
encadrements de baies, la liaison des fenêtres sur ce support doit être assurée par un
système de cales ajustées ou de vérins avec vis de solidarisation.

COMMENTAIRE
Les éléments de grandes dimensions sont fixés de façon à permettre les dilatations.
D/ Répartition des liaisons et des fixations
La répartition des fixations pour les montants et pour les traverses doit être effectuée selon
les indications ci-après, avec un minimum de trois fixations par châssis :
- pour les portes-fenêtres coulissantes, la fixation au droit des points de fermeture doit être
réalisée de façon à ce que le dormant ne subisse pas de déformation locale ou ponctuelle
de nature à entraîner une détérioration des habillages ou enduits intérieurs ;
- pour les fenêtres composées, il peut y avoir concentration d'efforts dus au vent ; dans ce cas,
les fixations doivent être renforcées si nécessaire conformément à l'article 3.1.1.2.1.
Sauf justification particulière, des fixations complémentaires doivent être disposées au
voisinage des axes de rotation ou des points de condamnation, en particulier pour les
portes-fenêtres coulissantes.
A/1 Montants
Les fixations des montants doivent être obligatoirement disposées selon les indications ci-
après :
En règle générale, pour une hauteur H supérieure à 2,45 m, l'écartement maximal des
fixations sera de 0,80 m, la première et la dernière se trouvant respectivement à 0,25 m du
linteau et à 0,25 m de l'appui.
AL2 Traverses
Les fixations des traverses doivent être obligatoirement disposées selon les indications ci-
après€ :

E/ Support métallique
La répartition des fixations est la même que pour les supports en maçonnerie et se fait
conformément à l'article 3.1.1.2.4
La protection contre la corrosion des organes de liaison et de fixation doit être conforme aux
indications de la norme NF P 24-351
E/1 Liaisons
Elles doivent être réalisées :
- soit à l'aide d'un système de pattes ou brides et de cales ajustées, vissées ou soudées ;
- soit à l'aide de vérins et de vis de solidarisation.
E/2 Boulons, vis, goujons
Les boulons, vis et goujons doivent être positionnées dans les trous, taraudés ou non,
réservés à cet effet sur l'ossature.
E/3 Pisto-scellement
L'emploi du pisto-scellement en fixation définitive est admis pour l'acier, sous réserve de
n'employer ce procédé que si l'épaisseur traversée est d'au moins 5 mm et si les fixations
sont disposées à plus de 20 mm des arêtes.
Pour le choix du système, il y a lieu de se référer au nota (2) du tableau 1 de
l'article 3.1.1.2.2€.
F/Pièces d'appui
Les pièces d'appui doivent respecter les dispositions de la norme NF P 24-301 « Fenêtres
métalliques - Spécifications techniques des fenêtres, portes-fenêtres et châssis fixes
métalliques » ; elles peuvent être saillantes ou non.
La sous-face de la pièce d'appui doit répondre aux exigences de l'article 4.5.1 de la
norme NF P 24-301.
COMMENTAIRE
Les seuils maçonnés sont conçus pour assurer la liaison avec la pièce d'appui métallique et
pour que les eaux puissent s'écouler vers l'extérieur. Lorsqu'un revêtement d'étanchéité
extérieure est prévu, leur forme géométrique est réalisée conformément aux DTU
correspondants.

G/ Calfeutrement
Le calfeutrement doit être réalisé de sorte que l'étanchéité à l'air et à l'eau entre la fenêtre et
le gros oeuvre soit assurée sur tout son périmètre, compte tenu des conditions d'exposition
et des mouvements différentiels prévisibles entre fenêtres et gros oeuvre.
Le mode de calfeutrement à retenir est fonction :
- de la situation, de la hauteur de la façade et de la présence (ou de l'absence) d'une protection
contre la pluie ;
- des cas de figures du support :
- calfeutrement en tableaux et en linteau,
- calfeutrement des faces d'appui,
- raccordement des calfeutrements en appui et en tableaux,
constitution des parois ;
- des tolérances du support (voir Annexe 4)ƒ.

0.09.04 Tolérances du gros oeuvre


Les tolérances du gros oeuvre sont indiquées à l'Annexe 4, dans l'attente de la révision du
DTU n° 20 (maçonnerie, béton armé, plâtrerie).
VI. PEINTURE-VITRERIE

VI.1 TRAVAUX DE PEINTURE


0.101. Etendue des travaux

- Les travaux de peinture extérieure concernent les bâtiments


- Les travaux de peinture intérieure concernent les bâtiments

VI.0.02 Généralités
Les travaux comprennent la reconnaissance des subjectiles, telle qu'elle est définie dans les Normes
NF P 74-201-1/2 (Référence DTU N°. 59.1) et toutes les livraisons et prestations relatives à :
a) la fourniture des produits propres à l'exécution des travaux.
b) la fourniture de l'outillage, du matériel d'exécution ainsi que les échelles et
échafaudages nécessaires.
c) la mise en œuvre de la peinture des surfaces de référence et des éprouvettes
échantillons de couleur établies en trois exemplaires en conformité avec les normes citées ci-
avant.
d) l'application des produits suivant prescriptions des mêmes normes et du présent
descriptif, concernant entre autres l'état de finition, l'aspect et les coloris à définir plus tard.
e) le nettoyage des salissures occasionnées par son intervention ainsi que les nettoyages
et réparations de peinture consécutifs aux travaux exécutés par les autres corps d'état.
Les travaux de peinture concernent les ouvrages spécifiés par le Maître de l’Ouvrage. Les
surfaces à peindre sont définies sur les plans et concernent généralement :
1. Surfaces de maçonnerie extérieures et intérieures
2. Surfaces de béton non enduites extérieures et intérieures, y compris plafonds.
3. Les menuiseries bois
4. Les menuiseries métalliques
5. Toilettes, vestiaires et autres locaux annexes, ...

Un schéma précisant les couleurs pour tout l'ensemble des ouvrages sera communiqué avant le
commencement des travaux.
L’Entrepreneur devra soumettre au Maître de l'Ouvrage la nomenclature des produits qu'il se
propose d'utiliser suivant les surfaces à recouvrir, et avec la référence des couleurs retenues
dans le schéma ci-avant.

VI.1.02 Responsabilité

L’Entrepreneur doit prendre connaissance des spécifications relatives aux supports de peinture et
avant la date prévue pour le commencement des travaux, constater que les subjectiles sont
conformes au projet.
Il doit au besoin, vérifier ces supports de manière à pouvoir garantir la bonne exécution des
travaux, Au cas où ce revêtement nécessite un traitement différent de surface, il doit le
communiquer avant toute exécution des travaux.
L’Entrepreneur devra également vérifier que les conditions hygrométriques ou de température de
l'air ambiant sont conformes aux conditions minimales d'intervention énoncées dans les normes.
Il doit en outre veiller à ce que les exécutions soient protégées et couvertes dans la mesure du
nécessaire.
Avant la fin des travaux, l’Entrepreneur procédera aux réparations nécessaires et délivrera des
instructions de nettoyage et de maintien des différents revêtements et applications.
Essais et contrôles

Avant la mise en œuvre des travaux, l’Entrepreneur devra présenter pour approbation des essais
d'exécution qui, après acceptation, serviront de normes pour le reste des travaux.
Ces surfaces témoins devront être réalisées pour chaque type de peinture et tons choisis et en
tous points conformes aux échantillons.
Les frais d'essais et épreuves, y compris les frais annexes de fournitures, réparation des
dégradations occasionnées par ces épreuves, transport et autres, seront à la charge de
l’Entrepreneur.
Les prélèvements seront effectués par prise d'échantillons par le Maître de l'Ouvrage, dans l'une
des circonstances ci-après:
- à la livraison
- sur le stock en approvisionnement
- en cours d'exécution des travaux.
Deux échantillons représentatifs, par produit, seront prélevés et conservés par le Maître de
l'Ouvrage.
En général, le contrôle des travaux de peinture sera effectué par l'organisation de contrôle
interne de l’Entrepreneur.
Toutefois le Maître de l'Ouvrage doit avoir l'accès libre à tout moment pour pouvoir vérifier les
travaux et les documents de contrôle de l’Entrepreneur.

Normes et textes de référence

Les prescriptions à respecter pour l'ensemble des travaux seront les documents établis par :
Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment -CSTB- Paris
L' Association Française de Normalisation -AFNOR- Paris, notamment :
Documents Techniques Unifiés -DTU
Normes Françaises -REEF
Normes de l' AFNOR
ainsi que les recommandations des fabricants.
Les normes de référence sont en particulier:
NF.P 74-201 Travaux de peinture des bâtiments DTU N° 59.1
NF.P 36-001 Peintures- Dictionnaire technique des peintures et des travaux d'application
NF.P 36-005 Peintures et vernis- Classification des peintures, des vernis et des produits
connexes.
ainsi que tout autre texte et norme NF applicables aux matériaux et exécutions référés ci-après.
Les textes et normes de référence à appliquer seront ceux correspondant à la dernière édition
en vigueur.

Matériaux

Généralités et matériaux de peinture

Les produits de peinture devront être conformes aux normes citées ci-avant, notamment les
normes NF P 36-001 et NF P 36-005.
Une fiche descriptive devra accompagner chacun des produits élaborés par le fabricant et faire
référence aux spécifications et labels suivants :
- Marque NF
- Normes AFNOR
- toute autre spécification dont l'origine devra être précisée
Tous les matériaux seront de 1ère qualité des meilleures marques et le nom du
fournisseur et les spécifications des peintures à utiliser devront être présentés avec
l'offre, et devront être approuvés par le Maître de l'Ouvrage avant le commencement
des travaux.
Ces produits seront utilisés L’Entrepreneur est tenu de se conformer strictement aux
recommandations des fournisseurs quant à la préparation et à la mise en œuvre des produits.
Les différents types de peinture relèvent du descriptif d'exécution des travaux.

Composants de base des peintures et produits semi-finis

Ils devront être conformes aux prescriptions des Normes Françaises et aux spécifications ci-
dessous:
a) Siccatifs liquides
Ils ne devront ni déposer de sédiments ou présenter des matières en suspension, ni former des
grumeaux ou prendre en masse.
Le mélange avec l'huile de lin -1 volume de siccatif pour 19 volumes d'huile- devra, après
application, donner au bout de 16 heures, un film sec, exempt de rides ou autres défauts.
b) Huile de lin
L'huile sera bien épurée, décolorée, débarrassée de ses mucilages et ne devra avoir subi aucun
traitement à part ceux du raffinage.
c) Essence
Seule l'essence de térébenthine sera utilisée : elle sera pure, incolore, limpide et non
graissante. Sa densité à 5ºC sera comprise entre 0,855 et 0,875 et son point d'ébullition sera
compris entre 152ºC et 158ºC. suivant le mode d'emploi obligatoirement indiqué par le fabricant.
d) Pigments
Les essences seront broyées à l'huile de lin pour les peintures à l'huile de lin et aux liants
glycérophtaliques pour les peintures glycérophtaliques.
Les blancs seront de la qualité 'blanc broyé pur' constitué par un seul pigment blanc- d’oxyde de
zinc. Ils seront livrés en fûts portant la marque du fabricant dont les couvercles seront fermés par
un cachet.
Les pigments de couleurs seront livrés en fûts ou caissettes dont la marque devra comprendre au
moins les indications suivantes : la désignation conforme à la norme et son indice, le nom du
fabricant et le poids net.
e) Badigeon
Le lait de chaux sera préparé avec de la chaux grasse bien blanche, de 1er choix.
Elle sera éteinte dans son poids d'eau et malaxée jusqu'à l'obtention d'une pâte.

Composition des peintures à l'huile de lin

Il est précisé qu'il est formellement interdit de procéder à un encollage des subjectiles ou que
d'utiliser du white spirit.

Impression:
a) sur mur nu
-blanc de zinc broyé pur 25%
-huile de lin pure 63%
-siccatif liquide 2%
-essence de térébenthine (couleur pure 0 à 2%) 8%

b) sur bois intérieur


-blanc de zinc broyé pur 25%
-huile de lin pure 44%
-siccatif liquide 3%
-essence de térébenthine (couleur pure 0 à 2%) 26%

c) sur bois extérieur


- blanc de zinc broyé pur 35%
- huile de lin pure 33%
- siccatif liquide 3%
- essence de térébenthine (couleur pure 0 à 2%) 27%

Couche intermédiaire et couche de finition :


- pigments et couleurs 57%
- huile de lin pure 30%
- siccatif liquide 3%
- essence de térébenthine 10%

Badigeon

On emploiera pour le badigeon, un lait de chaux formé de 1 kg. de pâte pour 10 litres d'eau.
On y ajoutera la quantité de noir de fumée strictement nécessaire pour éviter tout
jaunissement.

Exécution

Généralités

Les travaux de peinture faisant l'objet des présentes spécifications devront en ce qui concerne
leur mise en œuvre, répondre en tous points aux prescriptions techniques et d'une façon
générale, être exécutés selon les règles de l'art.
Il est donc précisé que tous les travaux accessoires et annexes aux travaux principaux faisant
l'objet du présent devis, sont implicitement inclus dans les prix du bordereau.
Les peintures extérieures seront réalisées en peinture vinylique
Les peintures intérieures sur revêtement en enduit ciment ou en plâtre seront réalisées en
peintures vinylique
Les peintures des salles d’eau seront réalisées en peinture glycérophtalique
Les peintures des menuiseries métalliques seront réalisées en peinture cellulosique après une
couche d’anti rouille
Les peintures des menuiseries bois seront réalisées en peinture à base d’huile de lin

Protection des ouvrages

L’Entrepreneur devra assurer la protection des surfaces, ouvrages et installations existantes, qui
pourraient être tachés et attaqués, notamment les sols, les vitres, les appareils sanitaires, les
interrupteurs électriques et autres.
Dans le cas d'emploi de peinture au silicate, il doit être procédé à un encollage préalable des
verres, des ouvrages en zinc ou en aluminium, des fonds de peinture à l'huile, et toutes
installations et ouvrages qui peuvent être attaqués par ces produits.
Les échafaudages devront être constitués et placés de telle sorte que les différentes parties du
chantier soient toujours facilement accessibles, et toutes précautions devront être prises pour
éviter la chute des matériaux.

Règles d'exécution

Les travaux de peinture ne devront être exécutés que sur des supports parfaitement secs.
L'application des peintures, vernis, enduits et préparations assimilées ne devra être effectuée:
- ni par température ambiante inférieure à +5ºC ni supérieure à +45°C
- ni dans une atmosphère humide susceptible de donner lieu à une condensation
- ni sur des supports surchauffés.
Avant application de chaque couche, les surfaces à peindre devront être débarrassées de toutes
souillures, poussières, gravats, tâches de graisse ou d'huile, mortier ou plâtre.
En aucun cas, il ne sera appliqué une couche de peinture avant que la couche précédente ne soit
sèche et dure. On attendra au minimum 2 à 4 jours entre deux couches suivant la température et
compte tenu de l'emploi de produits spéciaux.
Tous les travaux de peinture seront exécutés par une main d'œuvre qualifiée.

Travaux préparatoires

a) Raccords divers
Les prix de l’Entrepreneur comprendront tous les raccords nécessaires occasionnés par les
autres corps d'état, en particulier par les menuiseries de toutes sortes, intérieures et extérieures,
ainsi que le rebouchage après les diverses installations.
Les travaux seront livrés en parfait état d'achèvement et de propreté et toute retouche
comprendra le traitement complet.
b) Epoussetage
L'enlèvement des poussières par époussetage sera obligatoirement assuré avant toute exécution
d'enduit ou application de toute couche de peinture quelle qu'elle soit.

c) Dérouillage
Les fers, fontes et aciers seront soigneusement débarrassés de toutes traces de rouilles, soit à la
brosse métallique, par martelage ou par tout autre procédé.
Ce travail comprendra également le brossage dur pour nettoyage final.

d) Brossage
Il sera exécuté pour l'enlèvement à la brosse dure des taches de mortier ou plâtre sur boiserie.
Tout autre outil spécial approprié pourra être utilisé suivant le cas.

e) Rebouchage
Les rebouchages sont destinés à dissimuler les défauts des supports. L’Entrepreneur devra
prendre toutes les dispositions utiles pour que les nœuds de sapin n'apparaissent pas après la
finition des travaux.

f) Enduits ordinaires
Ces enduits seront exécutés après impression dans les ouvrages à l'huile qui sont définis ci-
après, et réalisés avec un mastic répondant aux caractéristiques définies dans les normes en
vigueur.

g) Enduits soignés repassés


Dans les ouvrages de peinture glycérophtalique, les enduits indiqués soignés repassés, devront
être parfaitement unis et lisses, avec si nécessaire ponçage à l'eau. Ils pourront être teintés du
ton de la laque définitive.
Le Maître de l'Ouvrage se réserve le droit d'exiger le cas échéant, notamment en cas de
couverture insuffisante de la couche définitive, l'exécution d'une couche intermédiaire de laque
en teinte, parfaitement poncée.

h) Ponçage
Les ponçages seront exécutés à sec au papier de verre et s'ils se révélaient insuffisants, des
ponçages complémentaires à l'eau seront prescrits par le Maître de l'Ouvrage.

i) Couche d'impression et couche primaire


Ces couches utiliseront les produits définis ci-après. Elles seront toujours réalisées à la brosse
dans les ouvrages à l'huile de peinture laquée traditionnelle.
Toutes les faces non vues des pièces en bois ou dérivés seront imprimées avant le montage.
Les nœuds seront brossés et égrenés avant l'impression et les feuillures seront peintes.

Peinture, couche de support et couche de finition

Dans le cas d'emploi de rouleau à peinture, la couche support (1ère couche) sera obligatoirement
passée à la brosse.
Il est précisé que l'emploi du pistolet ne sera autorisé qu'après accord du Maître de l'Ouvrage.
Les applications du badigeon à la chaux ne pourront être faites au pistolet ou au pulvérisateur.
Chaque couche d'impression, de teinte et de finition, sera de nuance différente et bien
couvrante. La couche de finition ne sera appliquée que lorsque la précédente est bien sèche.
Pour cette dernière couche, l’Entrepreneur devra se conformer aux instructions du Maître de
l'Ouvrage, et sera tenu de faire tout essais ou échantillons de peinture, qui lui seront demandés
sur divers éléments désignés à cet effet pour fixer le choix des teintes.
Lorsque le nombre de couches prévues ne couvrira pas suffisamment, toutes les couches
supplémentaires prescrites par le Maître de l'Ouvrage seront appliquées aux frais de
l’Entrepreneur.
L’application des différentes couches pour les extérieurs se fera par temps sec.

Traitements de surfaces en béton et maçonnerie

1. Surfaces enduites et surfaces en béton, à l’intérieur

L'enduit doit être blanc sec avant l'opération de peinture.

1. Epoussetage soigné de particules détachées


2. 1 x couche d'impression de laque, diluée
3. 1 x couche intermédiaire de peinture laquée pour murs, blanche, 8 à 10 m² par litre de
peinture.
4. 1 x peinture laquée pour murs, blanche, non diluée (brillant), 8 m² par litre de
peinture

2. Surfaces de maçonnerie et surfaces en béton, à l'intérieur


1. Epoussetage soigné de particules détachées
2. 1 x couche d'impression de vinyle acrylique, diluée
3. 1 x couche intermédiaire de peinture vinyle acrylique pour murs,
5 à 6 m² par litre de peinture.
4. 1 x couche de finition de peinture vinyle acrylique pour murs, non diluée (mat), 6m² par
litre de peinture.

Traitement de surfaces métalliques

Avant le début des travaux, l’Entrepreneur devra contrôler que la surface de l'acier est dans un
état satisfaisant :
- Tous les bords aigus seront exécutés avec un arrondi d'un rayon d'env. 2mm (2 x 30º
chanfreins).
- Le degré de rouille des surfaces d'acier ne devra pas être supérieur à C suivant ISO 8501-1.
- La surface des soudures doit être lisse, permettant d’obtenir le degré C après sablage.
- Tous les grains de soudure devront être enlevés avant le début des travaux de peinture.
Le mesurage de l'épaisseur de l'ensemble des couches se fera conformément à la norme ISO
2808, méthode magnétique.
Cette épaisseur totale sera contrôlée avec au moins dix mesures pour chaque aire de contrôle
qui sera désignée par le Maître de l'Ouvrage.
La moyenne des épaisseurs devra dépasser les épaisseurs des couches minimales demandées,
et aucune mesure ne devra être inférieure à 90% de l'épaisseur prescrite.
Tout ouvrage ne respectant pas les critères ci-dessus devra être réparé.
Les endroits qui nécessiteront ultérieurement une soudure de montage, devront être recouverts,
avant l'exécution des travaux de peinture.
L'exécution de la peinture devra suivre les recommandations du fournisseur en ce qui concerne
la température, le pourcentage d'humidité et les intempéries. Néanmoins, les conditions
climatiques suivantes doivent être respectées, pendant les travaux de peinture:
- L'humidité relative doit être inférieure à 85%.
- La température des éléments à traiter doit être au moins, à 3ºC de plus que le point de rosée.
Dans tous les cas, la couleur de la dernière couche sera convenue avec le Maître de l'Ouvrage.

1. Portes et huisseries d'acier, à l'extérieur et à l'intérieur / Profils et plaques d'aciers


divers
L'ensemble de la menuiserie métallique sera peint avec le traitement suivant:
1. Sablage de l'acier jusqu'à Sa 2½ conformément à ISO 8501-1
2. 1 x couche primaire de 50 µm de polyuréthanne, immédiatement après le
sablage
3. 1 x couche intermédiaire de 50 µm de polyuréthanne
4. 1 x couche de finition de 50 µm de polyuréthanne

L'épaisseur de l'ensemble des couches de peinture après séchage sera de : 150 µm.

2. Aciers non galvanisés à l'intérieur, y compris armoires de matériel anti-ncendie,


et autres éléments en acier

1. Nettoyage et dégraissage
2. 1 x couche d'impression à huile de minium de plomb, rouge
3. 1 x peinture d'alkyde de minium, rouge.
4. 1 x peinture d'alkyde, demi-mat
5. 1 x peinture d'alkyde, demi-mat
Epaisseur minimale: 140 µm.

TRAVAUX DE VITRERIE

Etendue des travaux et généralités

Toutes les livraisons et la pose des vitrages dans les fenêtres, portes et châssis en aluminium,
métalliques ou en bois, relevant des plans de vues générales des blocs
Les travaux comprennent également les mises à dimensions, façonnages et perçages s'il y a
lieu, ainsi que les accessoires divers: garnitures d’étanchéité, cales, agrafes, crochets, pointes et
autres et le relevé des mesures pour la préparation des vitrages, si nécessaire
Il s'agit des vitrages faisant partie des éléments de fenêtres et portes en bois ou en aluminium
tels que prescrits dans les tableaux de menuiserie fournis par l’Ingénieur.
Une coordination très étroite devra être établie avec l’Entrepreneur en charge des autres lots
ayant une incidence sur ces travaux.

Miroiterie
Dans tous les sanitaires des blocs, un miroir avec dimensions données ci dessous, sera
incorporé aux murs, au dessus de chaque lavabo.
Avant l'exécution de ces revêtements de murs et la mise en place des lavabos, une coordination
sera faite avec l’Entrepreneur en Maçonnerie afin d'obtenir la symétrie souhaitée.

Dispositions générales

L’Entrepreneur doit s'assurer, avant de commencer les travaux, que les supports prévus sont
aptes à recevoir les vitrages, que leurs peintures sont sèches et qu'ils sont exempts de graisse,
de rouille et d'autres salissures non susceptibles d'être enlevées par simple brossage.
En particulier, les supports doivent satisfaire aux recommandations écrites de mise en œuvre des
fabricants de vitrages.
Les épaisseurs des vitrages prévues ci-dessous devront être confirmées par l’Entrepreneur,
compte tenu des charges climatiques extérieures, de la pression du vent, des dimensions des
vitrages, de leur mise en œuvre et d'autres facteurs qui puissent affecter les ouvrages.

Normes et textes de référence

Les prescriptions à respecter pour l'ensemble des travaux seront les documents établis par :
Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment -CSTB- Paris
L' Association Française de Normalisation -AFNOR- Paris
notamment:
Documents Techniques Unifiés -DTU
Normes Françaises -REEF
Normes de l' AFNOR

Les textes et normes de référence seront ceux relatifs à la dernière édition en vigueur.
Les normes de référence sont en particulier:
Le DTU no. 39 - Travaux de miroiterie-vitrerie
Les caractéristiques d'épaisseur, les tolérances, les garanties et les classes seront conforme aux
normes
NF B 32-002 Verre étiré - Généralités
NF B 32-003 Glace non colorée - Généralités
NF B 32-500 Verres de sécurité pour vitrages - Généralités – Terminologie
NF P 78-301 Verre étiré pour vitrage de bâtiment
NF P 78-305 Verre armé plan pour vitrage de bâtiment
ainsi que celles déjà prescrites pour les travaux de menuiseries en aluminium et de menuiseries
métalliques.

Matériaux

Les matériaux utilisés devront répondre aux caractéristiques demandées.


Toutes les vitres utilisées seront - sauf prescriptions contraires - claires et de premier choix.
Les épaisseurs et tolérances admises seront :
Désignation Intervalle de tolérances
4 mm. vitre simple 5,8 - 6,2 mm.
Miroirs de dimensions :
120 x 50 pour les sanitaires hommes
60 x 50 pour les sanitaires femmes .

Exécution

L'exécution des travaux se fera suivant les spécifications relevant des documents ci-avant, ainsi
que des recommandations des fournisseurs d'huisseries. Généralement, le vitrage sera :
* simple de 4 mm, dans toutes les portes intérieures et extérieures et les fenêtres.
Les vitres seront posées d'après les recommandations des fournisseurs et de façon à ce
que les éventuelles traces de fabrication soient à l'horizontale.
Les miroirs seront placés selon le cas :
* Miroir de 120 x 60 pour sanitaires hommes au-dessus du lavabo collectif à 1,30 m du
sol
* Miroir de 60 x 50 pour sanitaires femme et local entretien au-dessus du lavabo à 1,30
m du sol.
Vérifications
Avant la fin des travaux, l’Entrepreneur devra nettoyer et polir toutes les surfaces vitrées, de
même qu'il devra remplacer les vitres défectueuses comportant des risques de bris et cela, sans
frais supplémentaires pour le Maître de l'Ouvrage.
TABLEAUX DES SURFACES

ARMEMENT

DESIGNATION DES EPACES LOCALISATION SURFACE (M²)


Le porche RDC 4.80
Circulation RDC 17.72
Bureau RDC 9.32
Chambre de service RDC 10.38
Armement collectif RDC 65.92
Optique RDC 14.60
Sanitaires RDC 6.89

- Surface habitable totale : 124,83 m²

- Surface développée totale (plancher) : 129,63 m²

CERCLE OFF

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION SURFACE (M²)


Le porche RDC 18.60
Coiffeur RDC 17.91
Consommation et jeux RDC 55.45
Chambre de service RDC 21.31
Réserve RDC 11.17
Circulation RDC 11.66
Porche secondaire RDC 2.86
Sanitaire RDC 2.95
Sanitaire RDC 3.93
Sanitaire RDC 3.48

- Surface habitable totale : 127,23 m²

- Surface développée totale (plancher) : 148,78 m²


CERCLE S/OFF

DESIGNATION DES ESPACES LOCALISATION SURFACE (M²)


Le porche RDC 3.97
Coiffeur RDC 18.00
Sanitaire RDC 6.84
Consommation RDC 51.87
Salle TV RDC 22.19
Salle de jeux RDC 22.77
Chambre de service RDC 14.56
Sanitaire RDC 5.30
Bureau RDC 12.25
Réserve RDC 18.25
Circulation RDC 4.72

- Surface habitable totale : 176,75 m²

- Surface développée totale (plancher) : 180,72 m²


COMMANDEMENT

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 7.80
Hall et dégagement RDC 84.18
Secrétariat RDC 11.15
Chef OPS RDC 16.63
Appariteur + coin repos RDC 15.68
CIO RDC 16.06
PSA RDC 15.15
Salle de réunion RDC 34.63
Secrétariat RDC 15.52
Bureau CDT d'unité RDC 34.36
Sanitaire RDC 6.96
Chambre RDC 13.90
Chef état major RDC 34.32
Cellule OPS RDC 32.73
Effectifs RDC 33.97
Officier administration RDC 19.38
Trésorier RDC 19.92
Sanitaire RDC 7.89

- Surface habitable totale : 412,43 m²

- Surface développée totale (plancher) : 420,23 m²


CUISINE

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 4.20
Hall réception et contrôle RDC 39.80
Bureau CDT d'unité RDC 6.50
Stockage RDC 15.52
Magasin jour RDC 12.97
Boucherie RDC 18.90
Sas de la chambre froide RDC 4.32
Chambre froide (-) RDC 10.00
Chambre froide (+) RDC 20.00
Local technique RDC 5.60
S,A,M S /OFF RDC 196.03
S,A,M OFF RDC 40.70
Sanitaire RDC 5.80
Entrée de OFF RDC 3.85
Magasin matériel RDC 14.34
Magasin légumes RDC 25.41
Magasin vivres réglementaire RDC 27.53
Repos RDC 9.69
Sanitaire RDC 7.75
Cuisson RDC 98.79
Office + plonge batterie RDC 40.32
Local poubelle RDC 9.10
Office + plonge batterie RDC 26.55
Préparation légumes RDC 15.90
Réfectoire [H,D,T] RDC 277.93

- Surface habitable totale : 929,45 m²

- Surface développée totale (plancher) : 937,50 m²


DOUCHE

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 14.27
Vestiaire RDC 15.07
Vestiaire RDC 25.66
Douches individuelles RDC 47.44
Douches collectives RDC 102.78

- Surface habitable totale : 190,95 m²

- Surface développée totale (plancher) : 205,22m²

ATELIER DE REPARATION

PROGRAMME:

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Local technique RDC 6.86
Dégagement RDC 9.75
Sanitaire RDC 19.01
Magasin RDC 17.01
Aire de lavage RDC 55.29
Atelier vulgarisateur RDC 113.49
Electricité
Tôlier
Atelier mécanique voitures légères
Atelier voitures lourdes RDC 61.87
Bureau secret Etage 11.52
Bureau chef Etage 13.68
Magasin pièces de rechange Etage 18.49
Dégagement Etage 6.47

- Surface habitable totale : 317,22 m²

- Surface développée totale (plancher) : 333,44 m²


FOYER HDT

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 38.19
Consommation + jeux RDC 148.36
Salle TV RDC 39.11
Sanitaire RDC 8.26
Coiffeur RDC 21.68
Chambre service RDC 19.06
Réserve RDC 11.45
Bureau gérant RDC 11.90
Dégagement RDC 11.19
Sanitaire RDC 2.17
Entrée ( accès de service) RDC 1.44

- Surface habitable totale : 273,18 m²

- Surface développée totale (plancher) : 312,81 m²

[ HCCA ]

PROGRAMME:

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Magasin matériaux de construction RDC 54.35
Atelier soudure menuiserie RDC 101.80
Magasin couchage campement + RDC 79.32
Ameublement
Distribution RDC 18.25
Bureau RDC 22.85
Habillement RDC 45.40
Sanitaire RDC 3.79

- Surface habitable totale : 325,76 m²

- Surface développée totale (plancher) : 325,76 m²


HEB HDT 100 LITS

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 2.59
Dégagement RDC 10.71
Secrétariat + adj Bie RDC 14.68
CDT Bie RDC 14.26
Chefs de sections RDC 14.88
Sanitaire RDC 3.70
Dortoir hdt 18 lits RDC 50.69
Dortoir hdt 20 lits RDC 51.78
Dortoir hdt 18 lits RDC 51.24
Dortoir hdt 22 lits RDC 63.22
Dortoir hdt 22 lits RDC 61.58

- Surface habitable totale : 336,74 m²

- Surface développée totale (plancher) : 339,33 m²

HEB HDT 100 LITS -2-

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 2.59
Dégagement RDC 10.71
Sanitaire RDC 3.60
Chefs de sections RDC 15.25
CDT Bie RDC 14.62
Secrétariat + adj Bie RDC 15.04
Dortoir hdt 20 lits RDC 50.69
Dortoir hdt 20 lits RDC 50.15
Dortoir hdt 20 lits RDC 51.24
Dortoir hdt 20 lits RDC 50.69
Dortoir hdt 20 lits RDC 62.68

- Surface habitable totale : 324,67 m²

- Surface développée totale (plancher) : 332,08 m²


HEB HDT 80 LITS

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Le porche RDC 2.59
Sanitaire RDC 3.49
Dégagement RDC 10.71
Chefs de sections RDC 14.55
CDT Bie RDC 14.30
Secrétaria + adj Bie RDC 14.71
Dortoir hdt RDC 50.70
Dortoir hdt 20 lits RDC 51.46
Dortoir hdt RDC 51.78
Dortoir hdt RDC 50.60
Le porche RDC 2.59
Sanitaire RDC 3.49
Dégagement RDC 10.71
Chefs de sections RDC 15.96
CDT Bie RDC 15.69
Secrétariat + adj Bie RDC 16.15

- Surface habitable totale : 324,3 m²

- Surface développée totale (plancher) : 329,48 m²

HEB HDT OFF


DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):
Dégagement RDC 75.08
Chambre individuelle RDC 20.18
Chambre individuelle RDC 19.76
Chambre individuelle RDC 20.24
Chambre individuelle RDC 21.07
Chambre à 2 lits RDC 26.19
Chambre à 2 lits RDC 26.96
Chambre individuelle RDC 18.84
Chambre individuelle RDC 20.40
Chambre à 2 lits RDC 25.68
Chambre à 2 lits RDC 26.37
Chambre à 2 lits RDC 26.68
Chambre à 2 lits RDC 26.71
Sanitaire RDC 23.35

- Surface habitable totale : 377,51 m²

- Surface développée totale (plancher) : 377,51 m²


HEB S/OFF 34 LITS

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Dégagement RDC 43.09
Chambre à 2 lits RDC 16.11
Chambre à 2 lits RDC 16.73
Sanitaire RDC 16.43
Chambre à 4 lits RDC 19.27
Chambre à 4 lits RDC 19.43
Chambre à 4 lits RDC 20.89
Chambre à 4 lits RDC 21.27
Chambre à 4 lits RDC 19.78
Chambre à 4 lits RDC 19.62
Chambre à 2 lits RDC 16.39
Chambre à 2 lits RDC 17.29
Chambre à 2 lits RDC 16.40

- Surface habitable totale : 262,70 m²

- Surface développée totale (plancher) : 2,62,70 m²

HEB S/OFF 40 LITS

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Porche RDC 1.16
Porche RDC 1.16
Dégagement RDC 33.51
Sanitaire RDC 22.32
Chambre à 5 lits RDC 32.20
Chambre à 5 lits RDC 32.77
Chambre à 4 lits RDC 22.72
Chambre à 4 lits RDC 22.72
Chambre à 4 lits RDC 32.77
Chambre à 5 lits RDC 32.77
Chambre à 5 lits RDC 32.77
Chambre à 4 lits RDC 22.72
Chambre à 4 lits RDC 22.72

- Surface habitable totale : 309,99 m²

- Surface développée totale (plancher) : 312,31 m²


HEB S/OFF 42 LITS

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Circulation RDC 52.60
Chambre à 4 lits RDC 19.64
Chambre à 4 lits RDC 19.64
Chambre à 3 lits RDC 15.51
Chambre à 3 lits RDC 15.08
Chambre à 3 lits RDC 16.11
Chambre à 4 lits RDC 20.49
Sanitaires RDC 51.12
Chambre à 4 lits RDC 20.61
Chambre à 3 lits RDC 16.67
Chambre à 3 lits RDC 15.20
Chambre à 3 lits RDC 18.72
Chambre à 4 lits RDC 23.23
Chambre à 4 lits RDC 22.94
- Surface habitable totale : 327,56 m²

- Surface développée totale (plancher) : 327,56 m²


INFIRMERIE

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Porche RDC 6.80
Attente RDC 11.60
Circulation RDC 20.34
Dentiste RDC 26.12
Salle septique RDC 26.30
Sanitaires RDC 2.34
Médecin chef RDC 26.01
Consultation RDC 15.48
Magasin pharmacie RDC 16.29
Infirmier major RDC 20.02
Chambre collective RDC 27.94
Chambre garde paramédicale RDC 16.50
Coin manger RDC 15.51
Sanitaires RDC 8.75
Sanitaires RDC 8.08
Chambre isolement RDC 13.42
Salle de soin RDC 22.60

- Surface habitable totale : 277,30 m²

- Surface développée totale (plancher) : 284,10 m²

STATION CARBURANT

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Hall RDC 8.52
Sanitaires RDC 5.51
Bureau RDC 14.11
Salle des chauffeurs RDC 25.65
Salle de distribution RDC 15.06
Magasin RDC 10.14

- Surface habitable totale : 194,29 m²

- Surface développée totale (plancher) : 194,29 m²


LOCAUX DISCIPLINAIRE

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Circulation RDC 12.32
Responsable locaux disciplinaires RDC 11.29
Cellule collective RDC 14.49
Sanitaires RDC 6.50
Cellule collective RDC 14.95
Cellule individuelle RDC 9.20
Cour RDC 13.93
Sanitaires RDC 3.80
Vaguemestre RDC 9.56
Armement RDC 5.95
Bureau OFF de permanence RDC 8.26
Aménagement RDC 14.73
Service générale RDC 10.68
Accueil RDC 6.84
Salle de service RDC 9.50
Sanitaires RDC 15.12
Standard RDC 23.11
Dortoir garde RDC 41.10

- Surface habitable totale : 231,33 m²

- Surface développée totale (plancher) : 231,33 m²

SALON D’HONNEUR

DESIGNATION DES ESPACES: LOCALISATION: SURFACE (M²):


Dégagement RDC 15.81
Sanitaires RDC 4.68
Office RDC 5.00
Salon d'honneur RDC 168.80

- Surface habitable totale : 194,29 m²

- Surface développée totale (plancher) : 194,29 m²

Vous aimerez peut-être aussi