Vous êtes sur la page 1sur 35

Transferts

Thermiques
(suite)
Document
ressource
Notes au lecteur

Ce document fait suite au document ressource « Transferts Thermiques » du


Prosit N°5 – Conduction.

Les premières diapositives sont identiques pour rappeler quelques


généralités et repositionner la présente ressource sur les transferts de
chaleur par convection et par rayonnement dans le cadre général des
transferts thermiques.

2
Généralités
Un transfert thermique est un échange d’énergie sous forme de chaleur.
Milieu extérieur

Système

- + - +

Matière Énergie

Le transfert d’énergie thermique intervient naturellement entre 2 systèmes


dès qu’il existe une différence de température (un gradient) – quel que soit le milieu qui les sépare.

3
Chaleur et Température
L’énergie thermique d’un milieu matériel correspond à l’énergie cinétique de ses
constituants (molécules, atomes, …).

La température évalue le degré d’agitation moléculaire ;


c’est une grandeur intensive, qui dépend des coordonnées de l’espace,
et a priori du temps.
𝑇 𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡

Ce cours traite des transferts thermiques en régime permanent, c’est-à-dire que toutes
les variables du système sont indépendantes du temps
𝜕𝑇
𝑇 𝑥, 𝑦, 𝑧, 𝑡 = 𝑇 𝑥, 𝑦, 𝑧 ⇒ 𝑥, 𝑦, 𝑧 = 0
𝜕𝑡

4
Puissance thermique et Densité de flux

La puissance thermique ou le flux de chaleur est égale à


la quantité de chaleur transmise par unité de temps, elle est notée généralement
ϕ et s’exprime en watt (rappel : 1 W = 1 J·s–1)

La densité de flux de chaleur est égale à la puissance thermique


𝜙
par unité de surface : 𝜑 =
𝑆

Elle s’exprime en watt par mètre carré W·m–2

5
Mise au point : Énergie ≠ Puissance

Quantité de Densité de flux de


Grandeur Température Flux de chaleur
chaleur chaleur

Énergie Puissance Puissance thermique


Autre nom thermique thermique surfacique
W (1 W = J·s–1) W·m–2
Unités

S.I. K J
autre °C, °F kW·h, kcal … cal·min–1 …
Quantité d’énergie Puissance par unité
Équivalence
par unité de temps de surface
Symbole T, t, θ Q 𝑄,ሶ Pth, ɸ φ

6
Généralités

Il existe 3 modes de transfert thermique possibles correspondant à


3 processus physiques différents :
– La conduction
Mots clés : loi de Fourier, coefficient de conductivité thermique, gradient de température.

– La convection
Mots clés : loi de Newton, coefficient d’échange convectif, surface limite.

– Le rayonnement
Mots clés : onde électromagnétique, transfert radiatif, émissivité.

7
Conduction
Définition : la conduction correspond à un transfert dans un matériau sans mouvement
de matière.

fr.khanacademy.org

francesst.com
Ce transfert est lié à la vibration des atomes dans la matière.

La conduction a été traitée dans un précédent document.

8
Convection
Définition : la convection correspond à un échange de chaleur entre un fluide et un
solide ou un fluide

Cas de convection forcée


Cas de convection naturelle
Ce transfert est lié au déplacement des particules de fluides

Nous traiterons des phénomènes de convections dans ce document.


9
Rayonnement
Définition : Le rayonnement (ou transfert radiatif) est le mode de transfert thermique
sous forme d’onde électromagnétique

lesechos.fr
ef4.be

Ce transfert est lié aux photons, il se propage de façon rectiligne et à la vitesse de


la lumière.
Nous traiterons des phénomènes de rayonnement dans ce document.

10
Convection

Définition : la convection correspond à un échange de chaleur entre un fluide et un


solide ou un fluide

Cas de convection forcée


Cas de convection naturelle

Ce transfert est lié au déplacement des particules de fluides

11
𝑻𝐩𝐚𝐫𝐨𝐢
Convection
𝑻𝐚𝐢𝐫,∞ Exemple : Échange de chaleur entre
un mur et l’air extérieur
Mur

Couche limite thermique : épaisseur finie d’influence du transfert thermique convectif

Loi de Newton (uniquement pour les échanges convectifs)


1
Flux thermique surfacique : 𝝋 = 𝒉(𝑻𝐩𝐚𝐫𝐨𝐢 − 𝑻∞ ) (en W ⋅ m−2 ) 𝜑 = 𝑟conv ∆𝑇paroi−∞ avec 𝑟conv = ℎ
(résistance thermique surfacique en m2·K·W–1)
1
Flux thermique : 𝜙 = 𝜑𝑆 = 𝑆ℎ(𝑇paroi − 𝑇∞ ) (en W) 𝜙 = 𝑅conv ∆𝑇paroi−∞ avec 𝑅conv = ℎ𝑆
(résistance thermique en K·W–1)
ℎ est le coefficient d’échange thermique surfacique (en W ⋅ m−2 ⋅ K −1 )
ou coefficient d’échange convectif
12
Convection naturelle – Convection forcée
Il existe deux types de convection :
- La convection naturelle qui est due, au niveau microscopique, à l’agitation moléculaire permanente dans un
fluide même au repos. De plus, au niveau macroscopique l’écoulement est induit par une différence de masse
volumique qui varie en fonction de la température.
- La convection forcée qui apparaît lorsque l’écoulement est engendré par des moyens externes, comme un
ventilateur ou les vents atmosphériques.
- Remarque importante : Lorsque le volume occupé par le fluide ne permet pas à la convection naturelle de
s’établir, par exemple la lame d’air d’un double vitrage, alors les calculs se font en conduction.

13
Exemple de convection naturelle lorsque le mouvement du fluide est
uniquement lié aux forces de gravité
(variation de la masse volumique en
fonction de la température)
Si nous prenons le cas de la convection
naturelle sur un mur ensoleillé :
• Le soleil chauffe le mur par
rayonnement.
• L’air à proximité est donc chauffé à son
tour par le mur.
• L’air chaud est moins dense que l’air
froid donc il va « monter ». 𝝓
• Ce phénomène crée un mouvement du
fluide, ici vertical, qui va entraîner un
échange de chaleur car il y a un apport
naturel en air frais à la surface du mur.

14
Convection
Le coefficient d’échange convectif ℎ dépend :
Augmentation de la vitesse d’injection
• Des caractéristiques du fluide (masse volumique, capacité d’encre au fur et à mesure de la vidéo
thermique, viscosité dynamique, conductivité thermique…)
• Des caractéristiques de l’écoulement (vitesse, turbulence…) Encre

Écoulement
principal (eau)
Écoulement laminaire Écoulement turbulent

• De la géométrie de la configuration (diamètre, longueur, surface…)


• Ordres de grandeur du coefficient en W ⋅ m−2 ⋅ K −1 Convection naturelle Convection forcée
d’échange thermique ℎ : Air 5–25 10–500
/!\ Il n'y a pas de valeur exacte de h ; Eau 100–900 100–15 000
il est toujours estimé
à partir de corrélations empiriques Huile 50–2 000
Métaux fondus 6 000–120 000
15
Détermination du coefficient d’échange convectif,
du flux de chaleur convectif
1 2 3 4 5
Identification du Identification de la Détermination du Identification des Identification de la
mode de convection configuration régime d’écoulement conditions aux limites corrélation appropriée
•Convection forcée •Géométrie interne •Régime laminaire •Température de Corrélation empirique
•Convection naturelle (fermée) •Régime turbulent paroi imposée choisie selon la
•Convection mixte •Tube circulaire •Régime transitoire •Flux imposé à la configuration, le
•Canal rectangulaire paroi régime d’écoulement,
•Espace annulaire parfois la nature ou les
concentrique propriétés du fluide
•…
6 •Géométrie externe 7 8 9
Détermination des (ouverte) Calcul du nombre Calcul du coefficient Détermination du
caractéristiq. du fluide •Paroi plane de Nusselt d’échange convectif h flux de chaleur
•Verticale
•Nature du fluide via la corrélation via la définition du via h, S, ΔT
•Horizontale
•Température de film retenue nombre de Nusselt
•Inclinée
•Propriétés physiques
•Faisceau de tubes
•…

16
Détermination du coefficient d’échange convectif,
du flux de chaleur convectif – Dimension caractéristique
Plan vertical : hauteur du mur.  Entre deux plaques.

𝑉
𝐿 𝑉
𝐿

 Dans une canalisation :


Plan horizontal : longueur de la plaque.
diamètre.
𝑉 𝐿
𝐿
𝑉
17
Coefficient d’échange convectif

Où trouver des corrélations empiriques ?


Ne sont pas à connaître !!! Mais
comprendre la démarche pour
savoir laquelle utiliser et comment…

• Formulaire Convection en ressource

• J. Padet, Convection thermique et massique – Nombre de Nusselt, Techniques de l'Ingénieur BE8207 (2005).
• Bergman et al., Fundamentals of Heat and Mass Transfer, 7ème édition, Wiley (2011).

18
Association Conduction-Convection
𝑻𝐦𝐮𝐫 𝐢𝐧𝐭 𝑻𝐦𝐮𝐫 𝐞𝐱𝐭
𝑻𝐚𝐢𝐫 𝐞𝐱𝐭é𝐫𝐢𝐞𝐮𝐫
𝑻𝐚𝐢𝐫 𝐢𝐧𝐭é𝐫𝐢𝐞𝐮𝐫 Mur
Densité de Flux de chaleur 𝝋
Convection entre le mur et
Conduction à travers le mur
Avec l’analogie électricité/thermique le milieu extérieur fluide

𝜟𝑻 = 𝒓𝐭𝐡,𝐠𝐥𝐨𝐛𝐚𝐥𝐞 𝝋 = 𝒓𝐭𝐡,𝐜𝐨𝐧𝐯,𝐢𝐧𝐭 + 𝒓𝐭𝐡,𝐜𝐨𝐧𝐝 + 𝒓𝐭𝐡,𝐜𝐨𝐧𝐯,𝐞𝐱𝐭 𝝋

𝟏 𝒆𝟐 𝟏
𝜟𝑻 = + + 𝝋
𝒉𝐜𝐨𝐧𝐯,𝐢𝐧𝐭 𝝀𝟐 𝑺𝟐 𝒉𝐜𝐨𝐧𝐯,𝐞𝐱𝐭
𝜟𝑻𝐢𝐧𝐭−𝐞𝐱𝐭
𝝋= = 𝑼𝜟𝑻𝐢𝐧𝐭−𝐞𝐱𝐭 avec U la conductance thermique surfacique en W·m–2·K–1
𝒓𝐭𝐡,𝐠𝐥𝐨𝐛𝐚𝐥𝐞
ou coefficient de transmission thermique

et bien sûr 𝝓 = 𝝋𝑺 = 𝑼𝑺𝜟𝑻𝐢𝐧𝐭−𝐞𝐱𝐭


19
Profil de températures
Profil de température entre un fluide chaud et un fluide froid par :
– convection entre le fluide chaud et le mur
– conduction au sein du mur
– convection entre le mur et le fluide froid

Zone de convection Zone de convection

Zone de conduction

20
Rayonnement

Le rayonnement (ou transfert radiatif) est le mode de transfert thermique


sous forme d’onde électromagnétique

Il se propage de manière rectiligne, à la vitesse de la lumière.

21
Rayonnement
Le rayonnement (ou transfert radiatif) est un mode de transfert thermique
sous forme d’onde électromagnétique
Tous les corps, quel que soit leur état (solide, liquide, gaz), émettent un
rayonnement électromagnétique.

Il est constitué de radiations de différentes longueurs d’onde

22
Rayonnement – Loi de Planck

(échelle log) (soleil)


𝑀𝜆 T = 5780 K
𝐴𝜆−5
𝑀𝜆 = = 𝑓(𝜆, 𝑇) W ∙ m−2 ∙ µm−1
W ∙ m−2 ∙ µm−1

𝐵
exp −1
𝜆𝑇

𝑀𝜆 est l’émittance monochromatique du corps noir (ε = 1)


= puissance radiative émise par m2 de surface à une longueur d’onde donnée

T = 300 K

λ = 20 µm 𝜆 (µm)
23
Rayonnement – Loi de Planck  Loi de Stefan-Boltzmann
Aire sous la courbe :
𝜆=∞
(échelle log) (soleil)
𝑀𝜆 𝑀 = න 𝑀𝜆 d𝜆 = … = σ𝑇 4 (émittance en W ⋅ m−2 )
T = 5780 K
𝜆=0 cf. démo en WS Maths/Intégrales
W ∙ m−2 ∙ µm−1

avec
σ la constante de Stephan-Boltzmann,
σ = 5,67 × 10–8 W·m–2·K–4

On note 𝑀 = 𝜎𝑇 4 l’émittance (totale) du corps noir (ε = 1)

T = 300 K

𝜆 (µm)
24
Rayonnement – Loi de Stefan-Boltzmann
En multipliant l’émittance par la surface d’émission S, on trouve le
flux radiatif pour un corps noir (ε = 1)
𝝓 = σ𝑆𝑇 4 (en W)

D’après la théorie du corps noir, le rayonnement d’un corps réel dépend de :

- La température de la source 𝑇 (en kelvin, K)


- La constante de Stefan-Boltzmann 𝜎 = 5,67. 10−8 W ⋅ m−2 ⋅ K −4
- La surface d’émission 𝑆
- L’émissivité du matériau 𝜺

Le flux émis par un corps est alors :


𝜙 = 𝜀 𝑆 𝜎 𝑇4
W
25
Rayonnement – Émissivité
ordres de grandeur
𝜙rad = 𝜀 𝑆 𝜎 𝑇4 à T° ambiante
Matériau ε [–]
peau 0,95
neige 0,90
aluminium oxydé 0,82
aluminium poli 0,04

𝜀 = 1 pour un corps noir


0 < 𝜀 = 𝑓 longueur d′ onde < 1 pour un corps gris
0 < 𝜀 = 𝑓 𝑇, longueur d′ onde, angle d′ émission, état de surface < 1 corps quelconque

26
Rayonnement – Absorption

Le flux émis par un corps est donc : 𝜙émis = 𝜀 𝑆 𝜎 𝑇 4 [W]

De manière similaire, le flux thermique absorbé par un corps s’obtient par :


𝜙abs = 𝛼 𝑆 𝜎 𝑇 4 [W]

où α est le coefficient d’absorption du matériau.

Pour un corps gris (hypothèse générale dans le cadre de ce cours), on a


𝛼=𝜀
(valable a fortiori pour un corps noir)

27
Rayonnement
Exemple : radiateurs radiants

28
Comparaison des flux radiatifs et convectifs
𝜙ray ≪ 𝜙conv ⇒ 𝜙 = 𝜙conv

29
Comparaison des flux radiatifs et convectifs

𝜙ray ≈ 𝜙conv
ou
𝜙ray > 𝜙conv

30
Rayonnement – Coefficient d’échange radiatif

Par analogie avec les autres modes de transfert thermique, en particulier dans le cas de couplage entre
transferts de chaleur par convection et par rayonnement, il est parfois introduit un coefficient d’échange radiatif
hrad, qui peut s’exprimer comme :
ℎrad = 4 𝜀 𝜎 𝑇 3 en W·m–2·K–1 Couplage 1 1 1
avec T la température moyenne convection/rayonnement = +
𝑟éq,th 𝑟conv 𝑟rad
de la surface et de son environnement φconv 1 𝟏
(≈ Tp en 1ère approximation) avec 𝑟conv = et 𝒓𝐫𝐚𝐝 = soit
rconv ℎconv 𝒉𝐫𝐚𝐝
1
Tp T∞ = ℎconv + ℎrad
𝑟éq,th
rrad ou encore
φ rad 1
𝑟éq,th =
ℎconv + ℎrad
𝑇p − 𝑇∞
𝜙tot = 𝜙rad + 𝜙conv = 𝑆 𝜑rad + 𝜑conv =𝑆
𝑟éq,th
31
Réunion des trois modes de transferts thermiques

32
MODES DE TRANSFERT THERMIQUE – Synthèse

Conduction Convection Rayonnement


- Support matériel (fluide, - Support matériel (fluide) - Sans support matériel
solide) (vide ; milieux matériels
- Transfert de chaleur semi-transparents
- De proche en proche, AVEC transport de possibles)
SANS transport de matière
matière - À distance
- Naturelle ou forcée

- Avec changement de
phase possible

33
Thermique – Nomenclature
Lettres latines R (m) rayon Φ (W) puissance thermique
cp (J·kg–1·K–1) capacité thermique massique à pression S (m2) surface d’échange thermique χ (W·K–1) coefficient de transmission thermique ponctuel
constante t (s) temps ψ (W·m–1·K–1) coefficient de transmission thermique linéique
d, D (m) diamètre T (K) température Nombres sans dimension
e (m) épaisseur x, y, z (m) coordonnées de l’espace Gr (–) nombre de Grashof
g (m·s–2) accélération de la pesanteur, g = 9,81 m·s–2 u (m·s–1) vitesse d’écoulement Nu (–) nombre de Nusselt
h (W·m–2·K–1) coefficient d’échange convectif U (W·m–2·K–1) coefficient de transmission thermique (global Pr (–) nombre de Prandtl
HT (W·K–1) coefficient de transfert thermique par transmission pour une paroi : prend en compte la Ra (–) nombre de Rayleigh
Hv (W·K–1) coefficient de transfert thermique par convection) = conductance thermique Re (–) nombre de Reynolds
renouvellement d’air surfacique Indices
L (m) longueur d’échange thermique Lettres grecques i, int – interne, relatif à l’intérieur
Lc (m) dimension caractéristique β (K–1) coefficient d’augmentation de pression isochore e, ext – externe, relatif à l’extérieur
M (W·m–2) émittance ε (–) émissivité p – relatif à la paroir
Mλ (W·m–2·µm–1) émittance monochromatique λ (W·m–1·K–1) conductivité thermique ∞ – relatif au fluide non perturbé (en-dehors de la couche
p (m) périmètre λ (µm) longueur d’onde limite thermique, loin de la paroi)
P (W·m–3) terme source µ (Pa·s) viscosité dynamique Opérateurs
r (K·m2·W–1) résistance thermique surfacique* ν (m·s–2) viscosité cinématique d – opérateur différentielle
(d’une surface unitaire de 1 m2) ρ (kg·m–3) masse volumique ∂ – opérateur dérivée partielle
= inverse d’une conductance thermique σ (W·m–2·K–4) constante de Stefan-Boltzmann, Δ – écart (différence)
surfacique σ = 5,67·10–8 W·m–2·K–4 Δ – opérateur Laplacien
r (m) coordonnée de l’espace (rayon, variable) φ (W·m–2) puissance thermique surfacique grad – opérateur gradient
R (K·W–1) résistance thermique = densité de flux thermique
* /!\ dans la littérature, il est fréquent de rencontrer la lettre R et le terme résistance thermique pour désigner ce qui est ici appelé r résistance thermique surfacique. Vérifiez les toujours
les unités pour vous assurer de quelle grandeur il est réellement question.
34

Vous aimerez peut-être aussi