Vous êtes sur la page 1sur 3

RHEOLOGIE DES COMPOSITES THERMOPLASTIQUES AU COURS DE LA MISE EN

FORME PAR INJECTION

M. BENHADOU(1), A. HADDOUT(1), M. MAZOUZI(1), S. AJANA(1) et G. VILLOUTREIX(2)

(1) : Equipe rhéologie et Mise en forme des Matières Plastiques - ENSEM –Casablanca
Adresse : ENSEM- BP 8118 Oasis Route d’Eljadida Casablanca
E-mail : mariambenhadou@yahoo.fr
(2) : Laboratoire des matériaux polymères industriels – CNAM- PARIS

1. Introduction l'expérimentateur est leur validation dans les


Le moulage par injection des composites conditions de cisaillement rencontrées lors du
thermoplastiques est l’un des procédés le plus moulage par injection. Nous essayons, dans cet
développé sur le plan industriel. Les matériaux article, d'étudier quelques phénomènes physiques
injectés par l'intermédiaire de canaux dans une ou caractéristiques du comportement non linéaire
plusieurs empreintes peuvent parfois subir des des composites thermoplastiques en particulier à
modifications de structure importantes. des taux de cisaillement rencontrés dans le
L'injection se fait toujours dans des procédé de la mise en forme par injection.
conditions non isothermes, et les polymères 2. Procédure expérimentale
présentent de fortes variations des propriétés Matériaux
rhéologiques avec la température. De plus, le Pour les applications industrielles, le
refroidissement des polymères fondus en polypropylène isotactique est le plus utilisé
écoulement dans l'empreinte du moule agit sur la puisqu'il offre les meilleures caractéristiques
viscosité apparente au voisinage de la surface mécaniques et thermiques. Nous avons utilisé le
d'échange. Il en résulte des modifications du polypropylène de la société ATOFINA, réalisé à
profil de vitesse dans la cavité qui sont liées non l'aide du procédé SHERIPOL. Il se présente sous
seulement au transfert de chaleur mais également la forme de petites sphères blanches de diamètre
à la perte de charge à débit imposé. moyen de 2 mm. Cela vient du fait qu'il est
Une meilleure connaissance du polymérisé en lit fluidisé. Les caractéristiques du
comportement rhéologique de ces matériaux polypropylène industriel utilisé sont : masse
composites en fonction des paramètres au cours volumique ρ = 915kg/m3, indice de fluidité I =
de l'injection est nécessaire (pression, température 15g/min et de température de fusion T=168°C.
et taux de cisaillement). Elle permet ainsi Point Vicat (152°C). Les fibres de verre utilisées
d'optimiser le fonctionnement des unités de sont de type E, de 2mm de longueur.
production et maîtriser la qualité des pièces Montage expérimental
fabriquées tout en augmentant la cadence de Nous avons utilisé pour cette étude deux
fabrication. rhéomètres : le rhéomètre de laboratoire type
Le comportement du matériau chargé lors de Instron équipé d’une série de filières de différents
l'écoulement dans les outillages de transformation rapport L/D permettant la mise en évidence de
est très complexe. Une des principales difficultés l’incidence des dimensions de la filière sur le
réside dans le type et l'étendue des interactions comportement des différents mélanges d’une part
entre les phases ainsi que dans le degré de la et sur la précision des résultats d’autre part. Une
dispersion. Les lois de la viscoélasticité linéaire attention particulière a été portée sur la qualité
ne permettent pas de décrire le comportement des des relevés notamment sur l'obtention des paliers
composites thermoplastiques dans les conditions pour permettre une comparaison convenable des
industrielles de mise en forme [1-8]. résultats.
Un certain nombre de lois de comportement Le rhéomètre sur presse à injecter, développé
dont le formalisme mathématique plus ou moins au laboratoire. Il est équipé de filières de rapport
complexes ont été proposées pour décrire le L/D variables (2mm< D < 4mm; 50mm < L <
comportement global des polymères à l'état 100mm). Les filières ont été réalisées en tenant
fondu [7- 14]. Mais, l'un des problèmes posés à compte des exigences techniques de la

___________________________________________________________________________________________________
9ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech 247
normalisation sur les rhéomètres capillaires en mesure de contrainte à la paroi, limite du taux de
particulier l'angle d'entrée, l'état de surface et la cisaillement, instabilités etc. grâce aux résultats
précision sur les dimensions (diamètre, obtenus sur le rhéomètre Instron nous avons pu
longueur...). maîtriser les difficultés de mesures à l’aide du
Pendant l'acquisition de données, nous rhéomètre en ligne. Le choix des emplacements
enregistrons le déplacement de la vis en fonction des capteurs de pression dans la filière (voir fig.
du temps. La figure 1 montre un exemple 1) permet la détermination de la contrainte de
d'enregistrement. La vitesse réelle d'injection V cisaillement réelle à la paroi τw sans faire appel à
est fournie par la pente de la partie linéaire de la des corrections type Bagley (écoulement établi):
courbe déplacement- temps : τw Rf . ∆P
= (1)
2 L
Rf étant le rayon de la filière, L sa longueur et
∆P la perte de charge dans la filière.
Pour déterminer le taux de cisaillement "réel"
à la paroi, nous utilisons l'expression générale de
Rabinovitsch et Mooney [3-5] donnant le taux de
cisaillement en faisant intervenir la contrainte
de cisaillement à la paroi τw :
2
γ c = VRv 3 + d(log (4V R2 3
v/Rf )) (2)
Figure 1: Évolution du déplacement de la vis en fonction
3
Rf d(log τw)
du temps à différentes vitesses d'injection L'expression de la viscosité apparente
Au cours du cycle d'injection, nous dans le cas du rhéomètre sur presse [4] est
enregistrons l'évolution de la pression donnée par la relation suivante :
-1
hydraulique, du déplacement de la vis ainsi que la ∆ PR4f 3 + d(log (4VR2v/R3f )) (3)
η = 2LVR2v d(logτw)
pression et la température dans le rhéomètre et
dans le moule figure 2. Rf étant le rayon de la filière, L sa longueur, ∆P
P1 la perte de charge dans la filière, Rv le rayon de
P2
P3 la vis, V la vitesse d'injection et τw la
P4 contrainte de cisaillement à la paroi.
La figure 3 montre l'évolution de la viscosité
du polypropylène renforcé à différents taux de
fibres en fonction du taux de cisaillement et à
une température égale à 230°C.
L'évolution de la viscosité du composite en
fonction du taux de fibres présente un
comportement non linéaire. A faible taux de
cisaillement, la viscosité augmente fortement en
fonction du taux de fibres. Pour des taux de
Figure 2 : Evolution de la pression dans le rhéomètre et le
moule cisaillement supérieurs à 104s-1, la viscosité du
P1 et P2, présentent l’évolution de la pression composite est similaire à celle du polypropylène
dans la filière du rhéomètre. P3 et P4 présentent vierge et cela quel que soit le taux de fibres. Nous
l’évolution de la pression dans la cavité du moule avons analysé des extrudâts récupérés en sortie de
3. Résultats et discussion filière à différentes vitesses d'injection. Nous
Etude de la viscosité constatons à faible vitesse une distribution
Le comportement des différents composites a hétérogène des fibres caractérisée par une forte
été étudié d’abord à l’aide du rhéomètre résistance à l'écoulement ainsi qu'une orientation
capillaire. Les résultats obtenus nous ont permis principale dans la direction d'écoulement et une
de mettre en évidence toute une série de concentration des fibres vers le centre de
difficultés de mesure: incidence du taux de l'extrudât qui augmente en fonction de la vitesse
charge, incidence du rapport L/D de la filière, d'injection
limite de correction des effets d’entrée, limite de

___________________________________________________________________________________________________
9ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech 248
Nous avons étudié l'évolution de la première
différence des contraintes normales du
polypropylène PP pur et du PP+30% fibres de
verre courtes, en fonction de la contrainte de
cisaillement à la paroi à température donnée. Les
résultats obtenus montrent une très forte
diminution de la première différence des
contraintes normales avec le taux de fibres.
Figure 3 : Evolution de la viscosité du PP renforcé par 4. Conclusion
des fibres de verre en fonction du taux de cisaillement Nous avons mené une étude approfondie du
Etude de l'élasticité comportement thermorhéologique du
En considérant qu'il n'y a pas d'interaction polypropylène renforcé à différents taux de fibres
entre le polymère dans la filière et le polymère à de verre courtes. Nous avons pu mettre en
la sortie, que les effets de tension superficielle évidence le comportement non linéaire des
sont négligeables et que dans la section épaissie, composites en fonction du taux de cisaillement.
l'écoulement est complètement relaxé c'est à dire Le taux de fibres a une incidence sur le
que la vitesse est constante dans la section comportement élastique du matériau. Nous avons
transversale, on peut écrire le bilan de quantité de mis en évidence les difficultés de mesure
mouvement entre les sections entrée et sortie de rhéologiques dans le cadre de composites à savoir
la filière Nous obtenons une équation similaire à l’hétérogénéité des mélanges, les instabilités
celle établie par Boger et Denn[6]: d’écoulement, mais aussi les phénomènes d’auto
échauffement à fort taux de cisaillement.
5. Références
La fonction f(ψ, τω, Re) est l'expression de la [1] A. Haddout, G. Villoutreix ; Brevet N/REF 233
contrainte de cisaillement liée à l'établissement 489D.14028DL.(1992).
[2] A. Weill; "Rhéologie des polymères fondus";
du profil de vitesse en sortie de filière. Technique de l'ingénieur, A 3615, Paris, pp1-21.
En tenant compte du fait que le profil de [3] J.F.Agassant, P.Avenas, J.Ph. Sergent; "La mise en
vitesse à la sortie de la filière est établi et en forme des matières plastiques"; 2e Edit. Paris, Tec. Doc.
considérant que la seconde différence des Lavoisier, (1986).
contraintes normales est très faible par rapport à [4] J. L. Leblanc; "Rhéologie expérimentale des
polymères à l'état fondu" Liège, Cebedoc, (1974).
la première différence des contraintes normales [5] A. Haddout, G. Villoutreix; Intern. J. polymer
N2 <<N1 [3, 9] nous obtenons l'expression Processing XV, p.291-296, (2000),.
approchée: [6] C.D. Han "Rheology in polymer processing",
d(logPS ) Academic Press N.Y.,(1976).
N1w = Ps [ 1 + 1 ] (5)
2 d(log τw ) [7] E. B. Bagley; J. Appl. Phys. 28 (1957).
La présence de trois capteurs de pression le [8] G. Ausias et coll ; Journal of Rheology, Volume 36,
Issue 4, pp. 525-542, (1992)
long de la filière nous a permis de déterminer par [9] T.W.Chan, B.Pan and H. Yuan; Rheol. Acta 29, pp60-
extrapolation linéaire des mesures de pressions, la 70 (1990).
pression de sortie Ps. Les mesures effectuées [10] Wanjun Liu et coll. ; Ind. Eng. Chem. Res, 44, 857-
(figure 4) montrent que la pression de sortie Ps 862, (2005)
est une fonction croissante du débit d'injection. [11] J. Thomasseta, et coll.; J. Non-Newtonian Fluid
Mech. 125, 25–34, (2005)
[12] M. Benhadou, A. Haddout, G. Villoutreix,
Rheological of polymer composites PP/FG at high shear
rate. International J. reinforced of plastics and composites
Vol26 N13 ; (2007) 1357-1366

Figure 4 : Évolution de la pression de sortie en fonction


du débit d'injection à T = 210°C.
La détermination de la pression de sortie de
la filière Ps conduit facilement au calcul de N1.

___________________________________________________________________________________________________
9ième Congrès de Mécanique, FS Semlalia, Marrakech 249