Vous êtes sur la page 1sur 42

LE MONDE DE MAIGRET – N° 8

MAIGRET
A PEUR
EN VENTE UNIQUEMENT
EN FRANCE MÉTROPOLITAINE

L’ÉPOQUE – SUPPLÉMENT  DANS LES VILLES DÉCONFINÉES, LE BONHEUR EST DANS LE QUARTIER
DIMANCHE 13 - LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 · 76E ANNÉE · NO 23539 · 3,00 € · FRANCE MÉTROPOLITAINE · WWW.LEMONDE.FR FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY · DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Covid­19 : l’exécutif appelle les Français au civisme
▶ Le premier ministre ▶ L’« augmentation sensi­ ▶ Jean Castex a annoncé ▶ Le gouvernement s’en ▶ Le pouvoir veut éviter
a pris la parole vendredi, ble » du nombre d’hospi­ des améliorations du remet au « sens des res­ d’entraver la relance de
à l’issue d’un conseil de talisations inquiète le dispositif de dépistage, ponsabilités » de chacun, l’activité, mais des mesu­
défense sanitaire, alors gouvernement ; 42 dépar­ de traçage et d’isolement malgré les attentes d’une res locales sont attendues
que la circulation du virus tements sont désormais des malades, mais aucune partie des scientifiques dans les zones critiques
s’accélère en France classés en « rouge » mesure contraignante sur l’école ou les seniors PAGE S 8 À 10 ET ÉDITORIAL PAGE 34

BIÉLORUSSIE : LE RÉVEIL D’UNE NATION Diplomatie Face à Pékin,
Paris et Berlin haussent le ton
▶ Du dimanche 23 ▶ Des grand­places
les dirigeants de l’union quer le sort des Ouïgours le 6 sep­
au dimanche 30 août, de Minsk aux arrière­ européenne et le président chi­ tembre, pour condamner des
la sociologue Ioulia cours, elle raconte les nois, Xi Jinping, doivent se re­ pratiques « inacceptables » du ré­
trouver, lundi 14 septembre, pour gime chinois. En Allemagne, où
Shukan s’est mêlée espoirs et les peurs d’un un sommet par visioconférence, le débat est plus intense sur la
aux manifestants qui peuple très déterminé sur fond de détérioration des re­ conduite à tenir vis­à­vis de Pé­
demandent le départ malgré la répression lations sino­européennes en rai­ kin, la perception de la Chine a
son de la restriction des libertés à fortement évolué, notamment
de l’autocrate biélorusse PAGES 20 À 23 Hongkong et des violations des dans les milieux d’affaires : le
droits de l’homme contre les géant d’Asie est désormais vu
Ouïgours au Xinjiang. comme un concurrent systémi­
En France, rompant avec des an­ que plus que comme un parte­
nées de prudence sur la question, naire indispensable.
Emmanuel Macron a fini par évo­ PAGE S 2 E T 4

Enquête « Charlie Hebdo »
Moha La Squale : Souvenirs, rires et 
l’accablant récit  larmes au procès 
des plaignantes des attentats
Une enquête a été ouverte Les proches des membres
le 8 septembre pour de la rédaction de l’hebdo­
« violences », « agression madaire satirique ont
sexuelle » et « séquestra­ témoigné, jeudi et ven­
tion », après les accusa­ dredi, devant la cour
Des manifestants sur tions de trois jeunes d’assises spéciale, où ont
le dôme de la place de
femmes envers le également été montrés
l’Indépendance, à Minsk,
le 16 août. ALEXANDER VASUKOVICH rappeur parisien des dessins des victimes
PAGE 11 PAG E 13

Environnement Tania de Montaigne : Etats­Unis UN GRAND FILM


FREDERIC NIEDERMAYER PRESENTE

La déforestation
conduit l’Amazonie « Le racisme donne un itinéraire » A Disney World,  PREMIERE ★★★★

MERVEILLEUX
vers un point l’aide alimentaire  LA SEPTIÈME OBSESSION ★★★

SAVOUREUX
de non­retour
PAGE 7
attire des foules TÉLÉRAMA

CAMÉLIA NIELS VINCENT ÉMILIE JENNA GUILLAUME


JORDANA SCHNEIDER MACAIGNE DEQUENNE THIAM GOUIX
A Orlando, en Floride,
Afghanistan le syndicat du géant des LES CHOSES
QU’ON DIT,
parcs d’attractions orga­
Au Qatar, Kaboul et nise depuis la mi­mai une
les talibans réunis
pour parler de paix
distribution de nourriture
dont le succès traduit LES CHOSES
PAGE 6
la violence de la crise
PAGE 17
QU’ON FAIT
UN FILM DE
EMMANUEL MOURET

Architecture
Rencontre avec
Economie
Shelley McNamara, La zone euro 
Prix Pritzker 2020
PAGES 24-25
En juin, à Paris. GIOVANNI CITTADINI CESI
craint une spirale 
l’autrice de romans et d’essais,
dont L’Assignation : les Noirs
n’existent pas (Grasset, 2018), re­
pour son livre Noire : la vie mé­
connue de Claudette Colvin (Gras­
set, 2015), elle monte sur la scène
à la japonaise
vient sur sa jeunesse, son par­ du Théâtre du Rond­Point pour
Idées cours et sa découverte du ra­ raconter le parcours de cette mili­ Croissance atone, inflation
Nathalie Azoulai : cisme à l’occasion d’un entretien tante afro­américaine pour les en berne : la Banque cen­
de notre série « Je ne serais pas ar­ droits civiques. Et estime que, de­ trale européenne veut évi­
« Et si le roman, rivée là si... ». « C’est à l’école que puis la mort de George Floyd, « la
ter de reproduire le scéna­
c’était fini ? » j’ai découvert que j’étais noire », ra­ question du racisme est redevenue LE 16 SEPTEMBRE
conte l’écrivaine. Après avoir centrale ». rio qu’a connu l’Archipel
PAGE 32 reçu, en 2015, le prix Simone Veil PAGE 29 PAGE 15
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,20 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 440 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

L E S   R E L AT I O N S   E U R O P E ­ C H I N E ▶▶▶

Manifestation
en soutien
aux Ouïgours,
à Paris, le 16 août.
ADNAN FARZAT/
NURPHOTO VIA AFP

Paris cherche le ton juste face à Pékin
Emmanuel Macron a finalement évoqué le sort des Ouïgours, avant le sommet sino­européen de lundi

I
l a fallu du temps pour bien nommer confrontation totale, à l’instar de l’adminis­ Pékin, sans emphase inutile. En janvier 2018, la fois les sujets bilatéraux et les grandes ques­
le mal. Interpellé par trente députés tration Trump. Le tapis rouge déroulé si long­ sept mois après son élection, M. Macron effec­ tions internationales, comme l’Iran. Le chef
français en juillet au sujet des répres­ temps devant la Chine a montré ses limites ; tue une visite de trois jours en Chine. A son de la diplomatie française a aussi évoqué le
sions systémiques contre les il est piétiné. Cette évolution devrait se trou­ terme, la déclaration conjointe, avec le prési­ sort de Hongkong et le traitement du Xin­
Ouïgours, organisées par les autorités ver au cœur du sommet vidéo prévu lundi dent Xi Jinping, compte 27 points. Le dernier jiang. Il s’est alors heurté à un mur.
chinoises, Emmanuel Macron a fini 14 septembre. Il réunira Charles Michel, le mentionne, de façon neutre, « l’importance, Wang Yi a repris les éléments de langage
par répondre le 6 septembre à l’initiateur de président du Conseil européen, la présidente pour le développement de chaque pays, de la éculés de la Chine, sur l’efficacité de la lutte
la lettre, Aurélien Taché. Le président français de la Commission, Ursula von der Leyen, et la promotion et de la protection des droits de antiterroriste dans la région. Il a même osé
a mentionné les témoignages et les docu­ chancelière allemande, Angela Merkel, dont l’homme et des libertés fondamentales ». une comparaison entre les centres de réédu­
ments sur « les camps d’internement, les dé­ le pays assure la présidence de l’Union. Face à cation pour les Ouïgours et les dispositifs
tentions massives, les disparitions, le travail eux, le président chinois Xi Jinping. ÉLÉMENTS DE LANGAGE ÉCULÉS mis en place par les autorités françaises pour
forcé, les stérilisations forcées, la destruction Le 28 juillet, devant les députés, le ministre Devant la presse, Emmanuel Macron évoque le traitement des djihadistes et de leurs fa­
du patrimoine ouïgour et en particulier les des affaires étrangères, Jean­Yves Le Drian, les « préoccupations », en Europe, à ce sujet. milles revenus de Syrie. Nullement sur la dé­
lieux de culte, la surveillance de la population avait le premier haussé le ton côté français, Puis il fait la pédagogie de sa démarche, con­ fensive, le responsable chinois s’est élevé
et plus globalement tout le système répressif en énumérant toutes les accusations docu­ centrée sur les questions de souveraineté contre l’ouverture à Aix­en­Provence d’une
mis en place dans cette région ». Des pratiques mentées contre la Chine. Il avait appelé Pékin économique. « C’est dans ce dialogue respec­ annexe de la représentation de Taïwan en
« inacceptables », que le chef de l’Etat con­ à accepter la venue d’une mission d’observa­ tueux des différences, et dans cette diplomatie France. Le 14 avril, l’ambassadeur de Chine à
damne « avec la plus grande fermeté. » teurs internationaux dans cette région du efficace et amicale, qu’on obtient des rappro­ Paris, Lu Shaye, convoqué par téléphone par
« Il s’agit d’un pas dans la bonne direction, Xinjiang, conduite par la haut­commissaire chements et des résultats, beaucoup plus que le Quai d’Orsay, avait usé du même aplomb,
estime Aurélien Taché. Mais au­delà de la di­ des Nations unies aux droits de l’homme, Mi­ dans une diplomatie de l’hygiaphone ou de la en mettant en cause la modernisation pré­
plomatie, on est dans un cas où il y a matière à chelle Bachelet. « Chaque occasion est utilisée « LA DIPLOMATIE  provocation », résume le chef de l’Etat. Fina­ vue des frégates vendues par la France à
saisir la justice internationale. » De son côté, dans nos contacts bilatéraux avec les autorités DÉCLARATOIRE  lement, l’hygiaphone a parfois des vertus. Taïwan, en 1991.
le député européen Raphaël Glucksmann, chinoises, a souligné M. Macron dans son Depuis, l’Elysée assure qu’au cours des en­ Pour le reste, les deux ministres ont discuté
très engagé dans la défense des Ouïgours, sa­ courrier récent, pour les appeler à mettre fin EMPÊCHE LA CHINE tretiens avec son homologue chinois, M. Ma­ de la possible visite d’Emmanuel Macron en
lue cette « réorientation sémantique, après un aux détentions dans des camps au Xinjiang. » cron ne manque jamais d’évoquer les attein­ Chine, d’ici à la fin de l’année. Une visite non
silence honteux pendant trois ans ». Mais il DE DIRE QUE  tes aux droits de l’homme et le sort des confirmée côté français, même si le prési­
voudrait que la France tire les conséquences PROBLÈME DE COMMUNICATION LES ACCUSATIONS  Ouïgours. « C’est un problème de communi­ dent s’était engagé à revenir « au moins une
du constat établi. « Au Parlement européen, « Chaque occasion » ? En réalité, depuis plu­ cation au plus haut niveau », estime Antoine fois par an », en janvier 2018. Paris aimerait,
nous menons un combat de longue date en fa­ sieurs années, une distinction s’opérait entre VIENNENT  Bondaz, chercheur à la Fondation pour la re­ avant cela, qu’un accord entre Bruxelles et
veur de sanctions ciblées contre les responsa­ les écrits des diplomates français, en particu­ cherche stratégique. « La diplomatie déclara­ Pékin sur les investissements en négociation
bles de la répression au Xinjiang, dit­il. Mais lier ceux de l’ambassade à Pékin, et les propos SEULEMENT  toire est importante, car elle met la pression depuis sept ans, garantie de la réciprocité
rien ne bouge au Conseil européen. Il existe un des responsables politiques. Les premiers sur la Chine, en l’empêchant de dire que les ac­ dans les échanges, soit conclu avec la Chine,
consensus franco­allemand pour ne pas frois­ mettaient des mots crus sur le calvaire des
DE JOURNALISTES » cusations viennent seulement de journalistes un souhait qui rassemble tous les pays euro­
ser les dirigeants chinois. » Ouïgours et plus généralement, l’appareil ré­ ANTOINE BONDAZ ou d’experts. Lorsque, en Allemagne, le minis­ péens. En outre, sur le plan bilatéral, la France
Le contraste entre l’attitude très ferme, pressif chinois. L’exécutif, de son côté, s’en te­ chercheur à la Fondation tre des affaires étrangères, Heiko Maas, a reçu voudrait enfin conclure les négociations –
voire martiale, de Paris face à la Turquie et ses nait à des commentaires moins précis, en pu­ pour la recherche récemment Wang Yi, il a évoqué publique­ perturbées par le Covid – en vue de la cons­
calculs devant la Chine paraît frappant. Pékin blic. « Ayant pris conscience de la fragilité et stratégique ment toutes les questions qui fâchent, dont le truction de l’usine de retraitement et de recy­
– ses marchés, sa puissance, son rôle dans les des vulnérabilités de la France, on avait donné Xinjiang. En France, rien. Wang Yi a déroulé clage de combustible nucléaire usé, qui serait
dossiers internationaux, accru par l’unilaté­ la priorité au faire sur le dire, à propos des son discours à l’Institut français des relations une bénédiction pour Orano (ex­Areva).
ralisme américain – est un partenaire essen­ droits de l’homme comme sur Hongkong, es­ internationales, sans répondre aux questions Le marché, en discussion depuis une dou­
tiel. On préfère renvoyer à Bruxelles la res­ time François Godement, conseiller Asie à de la presse. » zaine d’années, est une question très sensible
ponsabilité du dialogue avec ce pays. Consé­ l’Institut Montaigne. Mais on a assisté à une La veille de sa conférence à l’Institut français en raison du transfert de technologie et de la
quence : le président français s’inscrit dans correction importante à partir de juin­juillet. des relations internationales, le 29 août, le séparation guère évidente entre civil et mili­
un durcissement verbal partagé en Europe C’est aussi lié aux fins de non­recevoir perma­ conseiller des affaires d’Etat chinois était reçu taire. Le prix n’a toujours pas été formelle­
sur les Ouïgours, depuis plusieurs mois, sous nentes de la Chine. » au château de La Celle­Saint­Cloud par M. Le ment déterminé, ni l’emplacement pour la
la pression des opinions publiques. Le 28 août, Emmanuel Macron a pourtant Drian, un honneur rare. Les deux hommes se future usine. « On est les seuls vendeurs, ils
La récente tournée sur le continent du chef accueilli Wang Yi à l’Elysée. L’ambassade de connaissent bien. Ils ont multiplié les con­ sont les seuls acheteurs possibles, souligne
de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a illustré Chine a diffusé une photo des deux hommes tacts depuis le début de la crise due au Covid, M. Godement. Il n’y a pas de prix du marché.
la volonté des Etats membres de défendre se saluant du coude, tout sourire. Depuis son notamment pour faciliter l’acheminement On oscille depuis des années entre 8 et 14 mil­
plus clairement, face à Pékin, leurs intérêts et élection, le président français cherche à nouer des masques, commandés par la France en ca­ liards d’euros. Pour eux, ce n’est pas urgent. » 
leurs principes, sans choisir pour autant la une relation pragmatique et intéressée avec tastrophe. M. Le Drian et Wang Yi ont abordé à piotr smolar
s

Depuis plus de 120 ans, BD accompagne soignants et patients, partout, tout le temps.
Pionnier de la sécurisation des pratiques soignantes, BD s’engage pour la sécurité des patients en mettant à profit son histoire, son
expertise et ses innovations. Dans un environnement en pleine mutation, évolutions technologiques, culturelles et économiques se
mêlent à de nouveaux enjeux sanitaires pour redéfinir les systèmes de santé. La résistance aux antibiotiques, les infections associées aux
soins, les erreurs médicamenteuses et les erreurs d’analyse en biologie sont autant de problématiques de Santé Publique sur lesquelles
BD travaille au quotidien.
www.bd.com/fr
0123
4 | international DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

L E S   R E L AT I O N S   E U R O P E ­ C H I N E
Après les Emirats,
Bahreïn reconnaît
à son tour Israël
La normalisation des relations avec Manama

L’Allemagne gagnée par est une victoire pour Benyamin Nétanyahou

la méfiance envers la Chine


beyrouth, jérusalem ­
correspondants
L’Autorité
palestinienne

Sous l’impulsion des milieux d’affaires, les principaux partis politiques


allemands révisent leur doctrine vis­à­vis de Pékin
M oins d’un mois après la
normalisation des re­
lations entre Israël et
les Emirats arabes unis (EAU), offi­
cialisée le 13 août, une deuxième
fulmine, avec le
sentiment de se
faire à nouveau
monarchie du golfe Persique, le lâcher par
Bahreïn, saute le pas de la recon­
naissance diplomatique de l’Etat
un pays frère
berlin ­ correspondants
« Tant que Merkel flammé le congrès de l’Union
chrétienne­démocrate (CDU), op­ LE CONTEXTE hébreu. L’annonce a été faite ven­
dredi 11 septembre, dans un com­

J
amais le patron du géant alle­ sera là, posant les tenants d’une ligne muniqué conjoint de la prési­ dernières années, en raison de
mand Siemens n’avait tenu souple, comme Mme Merkel, aux dence américaine, de la Couronne l’effondrement des cours de l’or
de tels propos à l’égard de la
le changement partisans d’une interdiction du bahreïnie et du gouvernement is­ noir, qui oblige l’archipel, en si­
Chine. « Nous observons de ne pourra être géant chinois des télécommuni­ SOMMET VIRTUEL raélien. Le petit archipel devient tuation de quasi­banqueroute, à
près et avec inquiétude ce qui cations pour des questions de sé­ Les dirigeants de l’UE et le prési- le quatrième Etat arabe à établir se faire renflouer à intervalles ré­
se passe en ce moment à Hon­
que limité » curité et de souveraineté, à l’ins­ dent chinois, Xi Jinping, vont se des relations officielles avec Is­ guliers par Riyad et Abou Dhabi.
gkong ainsi que dans la région du NILS SCHMID tar du président de la commis­ retrouver lundi 14 septembre par raël, après les EAU, la Jordanie Comme dans le cas des Emirats,
Xinjiang, a déclaré Joe Kaeser à porte-parole pour l sion des affaires étrangères du visioconférence. Un sommet (1994) et l’Egypte (1979). la normalisation bahreïno­israé­
l’hebdomadaire Die Zeit, jeudi es questions de politique Bundestag, Norbert Röttgen. était prévu en septembre à Leip- Comme Abou Dhabi, Manama a lienne était préparée en amont,
10 septembre. Nous condamnons étrangère du groupe SPD A l’époque, le Parti social­démo­ zig, en Allemagne, mais la pan- choisi de s’affranchir du plan Ab­ par une série de messages et de
catégoriquement toute forme d’op­ au Bundestag crate (SPD) avait affiché une beau­ démie de Covid-19 a conduit à dallah de 2002, ex­texte de réfé­ rencontres plus ou moins discrè­
pression, de travail forcé et d’at­ coup plus grande unité dans sa son annulation. Ils discuteront rence de la diplomatie arabe, qui tes, souvent facilitées par des or­
teinte aux droits de l’homme. » volonté de faire barrage à Huawei. notamment d’un accord sur la conditionnait toute normalisa­ ganisations juives américaines.
Venant du patron d’un groupe tion très ambitieuse poursuivie « De notre côté, nous avons pris protection des investissements tion avec Israël à la création d’un En mai 2018, en pleine escalade
qui réalise un dixième de son par le pays, qui vise la domination acte du fait que la Chine n’est plus en négociation depuis sept ans Etat palestinien avec Jérusalem­ irano­israélienne autour du Go­
chiffre d’affaires en Chine, pays technologique à travers, notam­ seulement un partenaire ou un et qui aborde nombre de préoc- Est pour capitale. La déclaration lan syrien, l’ancien ministre des
où il est implanté depuis 1972 et ment, la création de « champions concurrent, mais qu’elle est désor­ cupations soulevées également commune, qui vante une « percée affaires étrangères du royaume,
où il compte aujourd’hui plus de nationaux » issus de fusions mais avant tout un “rival systémi­ par les États-Unis : respect de la historique pour faire avancer la Khalifa Ben Ahmed Al­Khalifa,
35 000 employés, une telle fer­ géantes d’entreprises. La convic­ que”, comme l’a dit la Commission propriété intellectuelle, fin des paix au Proche­Orient », n’inclut avait jugé sur Twitter « qu’Israël a
meté aurait été inimaginable il y tion qui prévalait jusqu’alors, se­ européenne [en mars 2019], expli­ transferts de technologie impo- même pas de référence au projet le droit de se défendre ». Plusieurs
a encore un an. « L’Allemagne doit lon laquelle la Chine se libéralise­ que Nils Schmid, porte­parole sés aux firmes étrangères en israélien d’annexion en Cisjorda­ délégations israéliennes, dans les
veiller à bien faire la balance entre rait politiquement au fur et à pour les questions de politique Chine et des subventions aux nie, dont les EAU ont exigé la sus­ domaines sportif, économique et
ses valeurs morales et ses inté­ mesure que ses échanges com­ étrangère au sein du groupe SPD entreprises publiques. pension en échange de leur re­ religieux, se sont rendues ces der­
rêts », avait déclaré M. Kaeser, le merciaux avec l’étranger s’inten­ du Bundestag. Cette problémati­ connaissance. « Israël obtient la nières années à Manama, où le
8 septembre 2019, après trois sifieraient, était elle aussi battue que est au cœur du document de paix contre zéro concession », a ré­ volet économique du plan de paix
jours passés en Chine dans la en brèche. onze pages que les parlementai­ DÉTÉRIORATION sumé sur Twitter Elham Fakhro, américain au Proche­Orient, en­
délégation d’Angela Merkel. « Ce rapport du BDI, qui reflétait res SPD ont publié, le 30 juin, pour Les relations sino-européennes spécialiste du Golfe à l’Internatio­ dossant l’annexion de la Cisjorda­
« Quand des emplois, en Allema­ les inquiétudes de l’industrie, a jeter les bases d’une « politique se sont détériorées depuis l’im- nal Crisis Group. nie, a été présenté, en juin 2019.
gne, dépendent de la façon dont contribué à une prise de conscience sociale­démocrate vis­à­vis de la position le 30 juin d’une nouvelle Benyamin Nétanyahou, le pre­ La raison qui a incité le micro­
sont abordés des sujets délicats, il dans l’opinion publique, explique Chine, à la fois souveraine, fondée loi sécuritaire qui restreint consi- mier ministre de l’Etat hébreu, a Etat du Golfe à passer la vitesse
convient de ne pas renforcer l’in­ l’eurodéputé Vert allemand Rein­ sur des règles et transparente ». dérablement les libertés à salué « un moment pivot dans supérieure est principalement
dignation générale », avait­il hard Bütikofer, président de la dé­ « C’est la première fois que le SPD Hongkong. Autre sujet de préoc- l’histoire ». La décision du Ba­ stratégique. En ces temps où les
alors affirmé en référence à l’in­ légation pour les relations avec la a éprouvé le besoin d’élaborer une cupation européen, les viola- hreïn, après celle des EAU, donne Etats­Unis s’intéressent davan­
quiétude suscitée, en Europe, par Chine au Parlement européen. vraie stratégie vis­à­vis de la tions des droits de l’homme au une deuxième fois raison à celui tage à l’Asie qu’au Moyen­Orient,
le durcissement de la politique Jusque­là, l’idée dominante était Chine », confie Nils Schmid, qui ex­ Xinjiang, vaste région de l’ouest qui répète depuis des années, le Bahreïn, comme les Emirats,
de Pékin vis­à­vis de Hongkong. celle d’une complémentarité profi­ plique que « deux causes profon­ de la Chine où les Ouïgours, mi- quasiment seul contre tous, que éprouve le besoin de consolider
table à l’Allemagne : d’un côté, cel­ des » sont à l’origine de cette ré­ norité musulmane et turco- la question palestinienne n’est son réseau d’alliances régionales
« Concurrent systémique » le­ci achetait à la Chine des biens flexion : les nouveaux défis aux­ phone, font l’objet d’interne- pas un obstacle à la normalisation face à l’Iran. L’anxiété des Al­Kha­
Le changement de ton assumé fabriqués à bas coût et, de l’autre, quels est confrontée l’économie ments massifs dans des camps, des relations d’Israël avec le lifa, la dynastie sunnite au pou­
par le patron de Siemens en dit elle lui vendait des produits à forte allemande et l’évolution de la poli­ de campagnes de stérilisation à monde arabe. « Il nous a fallu voir à Manama, est avivée par le
long sur l’évolution de la percep­ valeur ajoutée. On s’est mis à com­ tique américaine à l’égard de Pé­ grande échelle et de détentions vingt­six ans entre le deuxième ac­ fait que la majorité de leurs sujets
tion que l’Allemagne – notam­ prendre que c’était de moins en kin. « Le débat très profond qui a arbitraires. cord de paix avec un pays arabe et sont de confession chiite. Cette
ment ses milieux économiques – moins vrai, autrement dit que la lieu à Washington autour de la le troisième, mais seulement vingt­ population, qui s’estime discrimi­
se fait de la Chine. Jusqu’à très ré­ Chine n’était plus un simple atelier, Chine depuis quelques années a des neuf jours entre le troisième et le née, a massivement participé au
cemment, celle­ci était essentiel­ mais qu’elle était devenue un sé­ répercussions chez nous, poursuit quatrième, et il y en aura encore », soulèvement populaire de 2011­
lement vue comme un partenaire rieux concurrent. » le député. Face à la dégradation Schmid, pour qui la chancelière al­ s’est réjoui le chef du Likoud. 2012, mû par des revendications
indispensable à la croissance alle­ A cause des certitudes qu’il des rapports entre les Etats­Unis et lemande est prisonnière d’une démocratiques, mais derrière le­
mande. En 2018, les échanges ébranlait autant que des inquié­ la Chine, nous devons plus que ja­ « vision démodée » de la Chine, qui « Coup de poignard dans le dos » quel le pouvoir a voulu voir la
commerciaux entre les deux pays tudes qu’il exprimait, ce docu­ mais affirmer nos positions. Nous, « envisage celle­ci avant tout sous La direction palestinienne, elle, main de Téhéran.
s’élevaient à 200 milliards ment a profondément marqué les c’est­à­dire l’Allemagne avec l’Eu­ le prisme du business ». Une opi­ fulmine, avec le sentiment de se La reconnaissance d’Israël est
d’euros, deux fois plus que dix esprits. « Au départ, les milieux rope, car l’Allemagne a maintenant nion que n’est pas loin de partager faire à nouveau lâcher par un aussi la continuation logique de
ans auparavant. En 2017, la Chine économiques étaient réticents à compris – là aussi, c’est nouveau – Reinhard Bütikofer. « L’Allemagne pays frère. Ahmad Majdalani, mi­ l’investissement de la monarchie
est devenue le premier partenaire formuler des critiques [contre Pé­ que c’est au niveau européen qu’il manque encore d’une ligne claire nistre des affaires sociales de dans le domaine du dialogue in­
commercial de l’Allemagne, de­ kin], de peur des représailles. Un faut maintenant définir une politi­ sur la Chine. On ne peut pas dire, le l’Autorité palestinienne, a dé­ terreligieux. Cette politique est
vant la France et les Etats­Unis. an et demi après la publication de que à l’égard de la Chine. » lundi, qu’il s’agit d’un rival systémi­ noncé « un coup de poignard dans destinée à améliorer son image
Cette image a été fortement re­ notre rapport, ils ont compris que que, et agir, les autres jours, comme le dos du peuple palestinien ». en Occident, ternie par la brutale
mise en cause dans un rapport c’est au contraire en disant ouver­ « Vision démodée » si c’était un partenaire comme les Mercredi, lors d’une réunion de la répression de la révolte de 2011.
publié, en janvier 2019, par la tement les choses qu’on est davan­ Pour le chercheur français An­ autres », déplore l’eurodéputé éco­ Ligue arabe, la délégation palesti­ « Dans les cercles gouvernemen­
puissante Fédération des indus­ tage respecté », affirme Patricia toine Bondaz, spécialiste de l’Asie logiste allemand. nienne a bloqué un rappel de taux, on croit qu’avec la normali­
triels allemands (BDI). Pour la pre­ Schetelig, chargée des relations à la Fondation pour la recherche Dans un tel contexte, il n’est pure forme aux principes du plan sation, le pays gagnera des points
mière fois, la Chine y était définie avec la Chine au sein du BDI. stratégique, les débats qui ont lieu guère étonnant que le sommet vi­ Abdallah qui n’intégrait pas de à Washington et que si la pro­
comme un « concurrent systémi­ Sur le front politique aussi, le ces temps­ci à Berlin n’ont pas déo prévu, lundi 14 septembre, en­ condamnation du geste émirati. chaine administration américaine
que », et non plus seulement débat a évolué. « Les récentes dis­ leur équivalent à Paris. « Vu de tre le président chinois Xi Jinping, La décision de Manama d’em­ est démocrate, elle sera moins ten­
comme un « partenaire ». S’alar­ cussions sur le fait de savoir s’il France, on ne peut qu’être frappé le président du Conseil européen, boîter le pas de son voisin est tée de faire pression sur les autori­
mant des défis posés par le mo­ faut autoriser ou non Huawei à par les discussions intenses que Charles Michel, la présidente de la d’autant plus inquiétante pour tés pour améliorer la situation des
dèle interventionniste chinois en participer au déploiement de la 5G suscite la Chine au Bundestag et Commission, Ursula von der Ramallah qu’il ne fait aucun droits de l’homme », estime Ibra­
termes de distorsion de marché en Allemagne auraient été inima­ dans les partis politiques alle­ Leyen, et Angela Merkel, dont le doute qu’elle a bénéficié d’un feu him Sharif, le chef du Waad, un
et de limitation de la concur­ ginables il y a quelques années », mands. » L’une des raisons, selon pays assure la présidence du Con­ vert de Riyad. Si les EAU disposent parti de gauche interdit par le
rence, le BDI prenait note de la explique Reinhard Bütikofer. Fin lui, tient au poids des centres de seil de l’Union européenne, sus­ d’une relative autonomie diplo­ pouvoir, joint à Manama.
stratégie industrielle et d’innova­ novembre 2019, le sujet avait en­ recherche. A l’instar de l’Institut cite peu d’attentes, notamment en matique vis­à­vis de l’Arabie, ce Vendredi soir, le hashtag « la
Mercator sur la Chine (Merics), un raison des difficultés qu’a l’UE à fi­ n’est pas le cas du Bahreïn, princi­ normalisation est une trahison »
think tank fondé en 2013 et où tra­ naliser avec la Chine un accord sur pauté de seulement 760 km2 et proliférait sur les comptes Twitter
Pékin impose des restrictions vaillent plus d’une vingtaine
d’experts. « A lui seul, le Merics
les investissements.
Pour le reste, certains espèrent
1,4 million d’habitants – dont la
moitié de travailleurs étrangers –,
du Bahreïn. La population, expo­
sée dans les années 1960­1970 au
aux diplomates américains compte plus de spécialistes de la malgré tout que la fin du qua­ placée sous la tutelle de fait du nationalisme arabe et qui a goûté,
La Chine a annoncé vendredi 11 septembre l’imposition de Chine que les principaux think trième mandat de Mme Merkel, à royaume saoudien. Cette relation au début des années 2000, à une
restrictions aux diplomates américains présents dans le pays, y tanks français réunis », explique défaut d’initiatives d’envergure, de dépendance s’est accrue ces brève phase de libéralisation, est
compris à Hongkong, « au nom de la réciprocité », après des me- Antoine Bondaz, qui se dit permettra de clarifier certaines l’une des plus politisées du Golfe.
sures des Etats-Unis prises au début du mois. Pékin n’a pas pré- « frappé par le contraste entre l’in­ positions allemandes, sur « La décision du gouvernement de
cisé la nature de ces contraintes. Mais Washington a imposé ré- tensité des discussions sur la Chine Huawei par exemple, mais aussi normaliser ses relations avec le
cemment au corps diplomatique chinois des restrictions, comme en Allemagne et leur quasi­ab­ de mettre davantage de pression
La déclaration dernier pouvoir colonial au monde
l’obligation de demander une autorisation pour se rendre dans sence en France, où la Chine se sur Pékin s’agissant des droits de commune ne représente pas la volonté du
des universités ou rencontrer des élus locaux. Cette décision heurte à une forme d’impensé ». l’homme, notamment vis­à­vis peuple. Nous la combattrons par
intervient sur fond de vive détérioration des relations entre Jusqu’à présent, ce bouillonne­ des Ouïgours, pour lesquels l’Alle­
n’inclut même des moyens pacifiques », prévient
la Chine et les Etats-Unis, rivaux dans les sphères économique ment du débat sur la Chine en Al­ magne souhaite qu’un observa­ pas de référence Ibrahim Sharif. La cérémonie de
et technologique et opposés sur une multitude de sujets lemagne ne s’est toutefois pas tra­ teur indépendant des Nations signature des deux accords, ba­
– Hong-kong, droits humains, technologies, crise du Covid-19. duit par une redéfinition en pro­ unies puisse visiter les camps
au projet hreïno­israélien et émirato­israé­
En juillet, l’administration américaine a fait fermer le consulat de fondeur de la politique de Berlin d’internement où nombre d’en­ israélien lien, aura lieu mardi 15 septembre
Chine à Houston, sur fond d’accusations d’espionnage. La Chine vis­à­vis de Pékin. « Tant que Mer­ tre eux sont détenus.  à la Maison Blanche. 
a riposté en ordonnant, quelques jours plus tard, au consulat kel sera là, le changement ne cécile boutelet
d’annexion en benjamin barthe
des Etats-Unis de Chengdu (sud-ouest) de fermer à son tour. pourra être que limité, estime Nils et thomas wieder Cisjordanie et louis imbert
CHEZ NOUS, ON PEUT
COMMENCER EN BAS DE
L’ÉCHELLE ET FINIR
CHEF D’ENTREPRISE.
Chez E.Leclerc, c’est encore possible. C’est parce qu’on sait que prendre
des responsabilités, ce n’est pas qu’une question de diplômes mais de travail
et d’expérience. Et surtout, c’est parce qu’on est convaincus que pour faire
un bon chef de rayon, directeur de magasin ou chef d’entreprise,
il faut en connaître tous les rouages. Demandez à nos adhérents propriétaires
de magasins, ils vous diront tous qu’ils ont commencé « sur le carrelage »,
c’est-à-dire sur le terrain. Ils ont un jour été l’un ou l’une de ces « petits jeunes »
qui arrivent en magasin. Aujourd’hui, ce sont eux qui les font progresser.
GALEC – 26 Quai Marcel Boyer – 94200 Ivry-sur-Seine, 642 007 991 RCS Créteil.

www.mouvement.leclerc
0123
6 | international DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

A Doha, les talibans en position de force face à Kaboul


Les insurgés et le gouvernement afghan débutent des pourparlers dans le cadre d’un processus de paix

D
epuis l’occupation so­ surgés privilégient pour l’instant
viétique, entre guerre la voie politique. « Ils veulent des
civile, règne taliban institutions intactes, une recon­
et dix­neuf ans de naissance internationale et ga­
présence américaine, voilà qua­ gner Kaboul en évitant une nou­
tre décennies que les Afghans velle guerre civile », dit­il. Ce n’est
n’avaient plus eu leur destin en que s’ils n’obtenaient pas ce
main. Les deux principales for­ qu’ils veulent qu’ils pourraient
ces du pays, les talibans et le ré­ alors, de nouveau, relancer la
gime de Kaboul, devaient, sa­ guerre, non seulement contre les
medi 12 septembre, engager des forces afghanes mais aussi con­
pourparlers de paix à Doha, au tre le reste des forces étrangères
Qatar, dans le cadre d’un proces­ encore stationnées dans le pays.
sus de réconciliation nationale. Une éventualité qui n’enchante
Ils auraient dû débuter le Le négociateur guère Washington.
10 mars, comme le prévoyait le afghan Abbas Car si les Etats­Unis se réjouis­
préaccord exclusif signé le 29 fé­ Stanikzai, sent d’en finir avec le plus long
vrier entre les Etats­Unis et les samedi conflit de leur histoire, presque
insurgés, mais des retards liés à 12 septembre dix­neuf ans de guerre, la date
la libération croisée de prison­ à Doha. prévue pour leur retrait total
niers dans les deux camps ont KARIM JAAFAR/AFP d’Afghanistan pourrait poser
fait perdre sept mois à un dialo­ problème. Le premier accord de
gue déjà chaotique. Doha, du 29 février, stipule en ef­
Les Qataris et le secrétaire fet que Washington doit avoir
d’Etat américain, Mike Pompeo, évacué tous ses hommes d’ici
seront présents, samedi, lors de à mai 2021. Or les pourparlers dé­
la cérémonie d’ouverture. « Les butant avec sept mois de retard,
Afghans s’assoiront à la même ta­ rien ne dit que les deux parties
ble pour des discussions qui s’an­ auront, à cette date, déjà trouvé le
noncent difficiles sur l’avenir du chemin de la paix.
pays. (…) C’est authentiquement
historique », s’est félicité, jeudi, Le financement de la paix
M. Pompeo. Dimanche, ils laisse­ Les poids lourds républicains,
ront en face­à­face la délégation comme Lindsey Graham, séna­
de Kaboul, menée par Masoom ront tous les jours pendant deux 400 derniers détenus d’une liste La feuille de route du chef de la teur de Caroline du Sud, ont déjà
Stanekzai, ex­chef des services semaines, avant de rendre de 5 000 noms dressée par les délégation de Kaboul consiste
Jeudi, Paris dit qu’ils seraient « vigilants » sur
secrets, et celle des talibans, diri­ compte à leur tutelle respective. seuls insurgés. Jeudi, la France a avant tout, semble­t­il, à tenter a dénoncé la les conditions fixées à ce départ :
gée par le cheikh Abdul Hakim Les échanges promettent d’être dénoncé la remise en liberté des d’obtenir un accord rapide sur un avancée de la négociation inter­
Haqqani, président de la com­ tendus. Les talibans ont refusé, à deux assassins, en 2003, de Bet­ cadre très général, ouvrant sur
remise en liberté afghane et respect du cessez­le­
mission des oulémas et poids ce jour, de dialoguer avec les tina Goislard, une Française tra­ un cessez­le­feu durable. Le pa­ des deux talibans feu. En revanche, pour les tali­
lourd du mouvement. Ils se ver­ autorités de Kaboul qu’ils ont vaillant en Afghanistan pour le lais présidentiel estime en effet bans, il s’agit bien d’une date
toujours qualifiées de « pantins Haut­Commissariat des Nations qu’un texte cherchant à fixer
assassins de la fixe, et ils n’ont à ce jour jamais
de Washington ». De plus, ils sont unies pour les réfugiés (HCR). dans le détail la future organisa­ Française Bettina transigé sur le principe de zéro
clairement en position de force. Les deux parties sont convenu tion d’un Afghanistan réconcilié soldat étranger sur leur sol.
Goislard, en 2003
LE CONTEXTE Les diplomates occidentaux à
Kaboul s’inquiètent même déjà
de discuter sans la présence d’un
médiateur, ce qui laissera en
enliserait un processus déjà très
lent.
Si le président Trump semble
surtout soucieux, pour des rai­
du contenu de cette rencontre. prise directe deux délégations Si un tel scénario était retenu, sons électorales, de retirer
« De quelle négociation de paix aux profils très déséquilibrés. cela signifierait que l’actuel pré­ possible « gouvernement intéri­ au plus vite ses soldats du pays, la
RÉCONCILIATION parle­t­on quand Kaboul affronte,
depuis deux ans, des “Munich” en
Les talibans offrent une grande
cohérence tactique et un lea­
sident pourrait rester en fonc­
tion pour gérer la suite de la dis­
maire », plus en phase, selon eux,
avec les équilibres d’un pays écri­
communauté internationale,
elle, doit désormais composer
Avec le début, à Doha (Qatar), série et des retraites en rase dership structuré, là où le régime cussion avec les talibans, sur les vant une nouvelle page de son avec des talibans en position de
des pourparlers de paix entre le campagne ? », s’interroge l’un de Kaboul arrive affaibli, en ordre modalités de leur retour dans la histoire. force, faute d’avoir pu les battre
régime de Kaboul et les talibans d’entre eux, sous condition dispersé et traversé de fortes dis­ vie politique afghane. Une op­ Déjà présents à Doha, où se militairement et bâtir de solides
samedi 12 septembre, l’Afghanis- d’anonymat. sensions internes au plus haut tion seulement défendue par trouve leur bureau de représenta­ institutions afghanes.
tan connaît sa troisième tenta- Le président afghan, Ashraf niveau. M. Ghani, qui parie sur la défaite tion diplomatique, les talibans La perspective de voir revenir au
tive de réconciliation nationale Ghani, n’a cessé de faire des con­ de Donald Trump à l’élection pré­ ont néanmoins fait savoir qu’ils pouvoir ceux que l’on avait chas­
en quarante ans. Après dix ans cessions lors de la négociation Un cadre très général sidentielle américaine de no­ comptaient ouvrir les discus­ sés fin 2001 soulève, enfin, la ques­
d’occupation soviétique, une entre les Etats­Unis et les tali­ Pour tenter de renforcer sa posi­ vembre pour augmenter ses sions par la question de leurs tion du financement de la paix
conférence internationale s’est bans, débutée à l’été 2018, dont il tion, le chef de la délégation chances de rester au pouvoir. 9 000 combattants encore déte­ afghane. L’ONU avait prévu d’orga­
tenue en avril 1988 à Genève était exclu. Il refusait ainsi, le afghane, Masoom Stanekzai, a Légitimés, à l’été 2018, par la dé­ nus dans les geôles du pays. Et ils niser, en novembre, à Genève, une
pour encadrer le retrait de Mos- 1er mars, toute idée de libération fait savoir à ses interlocuteurs in­ cision américaine, alors taboue, se refusent, par ailleurs, à parler nouvelle conférence internatio­
cou. Les moudjahidine afghans anticipée de prisonniers tali­ ternationaux, notamment au dé­ de négocier directement avec de cessez­le­feu avec Kaboul ; ils nale pour réunir les fonds néces­
n’avaient pas été invités. Le 5 dé- bans, estimant que Kaboul partement d’Etat américain, eux, les talibans n’ont, depuis, s’en tiennent aux termes em­ saires à la stabilisation du pays et
cembre 2001, à Bonn, une ren- n’avait pas été associé à cette dé­ qu’il souhaitait que les Etats­ rien cédé sur les terrains politi­ ployés dans le préaccord bilatéral, payer, notamment, ses forces de
contre internationale a organisé cision, et qu’elle devait « faire Unis cessent de « soutenir les po­ que, diplomatique ou militaire. signé en février avec les Etats­ sécurité. Alors que s’ouvre, à Doha,
l’avenir politique afghan après la partie des discussions intra­ sitions talibanes ». Selon un di­ Bien au contraire, ils ont pro­ Unis, qui les enjoint à « réduire la le dialogue de paix interafghan, un
chute des talibans. Ces derniers afghanes, mais ne [pouvait] pas plomate américain, contacté par gressé dans tous ces domaines. violence », en échange d’un retrait certain flottement semble tou­
n’avaient pas été conviés. A être un prérequis à des négocia­ Le Monde, M. Stanekzai a assuré De plus, ils n’ont pas dit grand­ progressif des soldats américains. jours régner sur la tenue de la ren­
Doha, c’est la première fois que tions ». Le 9 août, il finissait par que « les talibans ne peuvent plus chose sur leurs attentes concer­ Selon un cadre de l’ONU en contre de Genève et sur les moda­
l’ensemble des composantes po- céder aux pressions américano­ continuer à dicter les règles de la nant ce dialogue avec leurs frères poste à Kaboul et chargé de sui­ lités de ce soutien financier. 
litiques afghanes sont réunies. talibanes le poussant à libérer les discussion ». ennemis, à l’exception d’un vre le processus de paix, les in­ jacques follorou

La menace d’ingérences sur la présidentielle américaine persiste


Selon un lanceur d’alerte, l’administration Trump a demandé au renseignement d’arrêter de fournir des rapports sur les interférences russes

washington ­ correspondant électoral n’a jamais pu être établi, éventuelle ingérence de la Russie, Trump ne mentionne jamais, ment l’électorat afro­américain, plus de 200 organisations impli­
le président des Etats­Unis n’a présumée favorable au président, alors qu’il ne cesse de dénoncer afin de le dissuader de voter pour quées dans la campagne prési­

L a gestion d’une marée de


bulletins de vote par cor­
respondance générée par
l’épidémie de Covid­19 n’est pas
le seul risque qui pèse sur l’élec­
cessé de la remettre en question.
Le premier directeur du rensei­
gnement national américain,
Dan Coats, un ancien sénateur ré­
publicain nommé par Donald
et de privilégier les informations
impliquant l’Iran et la Chine.
Brian Murphy, ancien sous­se­
crétaire adjoint au renseigne­
ment de ce département, a assuré
les risques posés par la mouvance
« antifa » (pour « antifasciste ») et
l’extrême gauche.
Ces obstructions supposées de
l’administration interviennent
la candidate démocrate, Hillary
Clinton.
Le 10 septembre, le Trésor amé­
ricain a sanctionné un Ukrainien
considéré comme un « agent de la
dentielle, qu’il s’agisse de partis
ou de consultants. Le 1er septem­
bre, Facebook et Twitter avaient
déjà annoncé la suppression
d’un petit réseau de comptes et
tion présidentielle du 3 novem­ Trump, avait mis sur pied un mé­ que l’ordre venait du conseiller à alors que les éléments qui témoi­ Russie » pour avoir tenté de « dis­ de pages liés à l’Internet Research
bre. Une autre menace, devenue canisme d’information régulier la sécurité nationale de Donald gnent des velléités d’ingérences créditer » Joe Biden. Andreï Der­ Agency. La manœuvre visait à re­
familière depuis 2016, a repris de du Congrès. Son actuel succes­ Trump, Robert O’Brien. La Mai­ étrangères s’accumulent. En 2016, kach avait rendu public un mon­ cruter des journalistes indépen­
la vigueur au cours des dernières seur, John Ratcliffe, a réduit le dis­ son Blanche et le département des pirates informatiques liés à la tage d’enregistrements de con­ dants pour cibler des publics de
semaines, alimentée par des dé­ positif le 28 août à de simples no­ concerné ont démenti ces accu­ Russie s’étaient introduits dans le versations téléphoniques de 2016 gauche sans qu’ils aient connais­
cisions controversées de l’admi­ tes transmises aux élus habilités sations. site du Parti démocrate, sous­ entre Joe Biden, alors vice­prési­ sance de l’identité de leurs com­
nistration de Donald Trump : à recevoir des informations confi­ trayant des informations internes dent des Etats­Unis, et le prési­ manditaires.
celle d’ingérence de puissances dentielles, arguant de « fuites » in­ Campagne de déstabilisation qui avaient été opportunément dent ukrainien de l’époque, Petro Accusé de passivité en 2016, Fa­
étrangères. désirables. Cette décision a provo­ L’ancien haut fonctionnaire a rendues publiques par le site Wi­ Porochenko. Ce montage était cebook a tenté d’anticiper les cri­
L’enquête du procureur spécial qué la stupeur des démocrates et ajouté un autre grief, sans lien kiLeaks quatre semaines seule­ censé étayer des accusations de tiques cette année en décidant
Robert Mueller, en 2019, puis le la désapprobation de M. Coats. avec de possibles ingérences ment avant l’élection. corruption. Elles avaient été re­ d’interdire les publicités politi­
dernier rapport des investiga­ Cet émoi a été ravivé le 9 sep­ étrangères. Il a en effet assuré que Cette campagne de déstabilisa­ layées par Donald Trump. Trois ques susceptibles de manipula­
tions bipartisanes conduites par tembre lorsqu’un lanceur le secrétaire adjoint par intérim tion avait été doublée par le tra­ Russes ont été également sanc­ tions dans la semaine précédant
la commission du renseigne­ d’alerte, ancien haut fonction­ du même département lui avait vail prêté par le renseignement tionnés pour leurs liens avec l’In­ l’élection. Twitter, qui a déjà inter­
ment du Sénat ont conclu l’une naire du département à la sécu­ ordonné de modifier une partie américain à l’Internet Research ternet Research Agency. dit ce type de publicités, a fait sa­
comme l’autre à la réalité des in­ rité intérieure, a accusé son res­ d’un rapport consacrée aux me­ Agency, une « ferme à trolls » ba­ Le même jour, le géant infor­ voir jeudi qu’il allait désormais
terférences prêtées à la Russie ponsable par intérim, Chad Wolf, naces intérieures américaines sée à Saint­Pétersbourg qui avait matique Microsoft a également retirer ou « étiqueter » les « messa­
lors de la dernière élection prési­ de lui avoir demandé de cesser de pour atténuer celle posée par les multiplié les faux comptes sur les révélé qu’un groupe de pirates ges faux ou trompeurs ». 
dentielle. Alors que son impact lui fournir des rapports sur une suprémacistes blancs que Donald réseaux sociaux visant notam­ russes, Strontium, avait attaqué gilles paris
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 planète | 7

La forêt d’Amazonie vers un «point de non­retour»


Les chercheurs prévoient, lors du bilan de décembre, une hausse importante de la déforestation par rapport à 2019

rio de janeiro ­ correspondance


Le président

S
erait­ce enfin une bonne Bolsonaro
nouvelle en provenance
de l’Amazonie brési­
persiste à réfuter
lienne ? Les chiffres de la les chiffres qui lui
déforestation du mois d’août ré­
vèlent une diminution de 34 %
déplaisent,
par rapport au même mois contestant
en 2019. « Seuls » 1 358,78 km2 de
forêt primaire ont été rasés, con­
désormais ceux
tre 1 714 km2 en août 2019. des incendies
« Nous sommes toujours dans
une situation très préoccupante,
tempère le chercheur Claudio Al­ zon, un institut de recherche spé­
meida, qui coordonne le pro­ cialisé sur l’Amazonie.
gramme de contrôle de la défo­ Les experts brésiliens réfutent
restation de l’Amazonie au sein de les conclusions du rapport sur les
l’Institut national de recherches conséquences environnementa­
spatiales (INPE) au Brésil. En réa­ les de l’accord commercial entre
lité, les chiffres d’août 2019 étaient l’UE et le Mercosur, réalisé par la
alarmants, et ceux de 2020 sont London School of Economics. Ce
aussi très mauvais si vous compa­ document conclut que le Brésil
rez avec les années précédentes. » peut augmenter ses exportations
Un bilan de 278 km2 pour de viande de bœuf vers l’UE sans
août 2017 ou encore de 528 km2 en déforester davantage, étant
août 2018, avant l’arrivée au pou­ donné que le pays dispose de
voir de Jair Bolsonaro. 90 millions d’hectares de pâtura­
Aucune raison de se réjouir, ges dégradés.
donc, d’autant que les scientifi­ « Cette donnée est exacte, mais
ques prévoient une augmentation cela ne signifie nullement que le
significative de la déforestation Brésil arrête de déforester. L’expan­
par rapport à 2019 lors du dé­ sion de la frontière agricole se
compte final, en décembre. « La poursuit malgré ces pâturages dé­
déforestation détectée jusqu’en gradés. D’où la nécessité d’exiger
août par le système Deter est déjà Un incendie dans la jungle amazonienne à Novo Progresso, dans l’Etat de Para, le 13 août. FERNANDO SOUZA/AGIF VIA AFP des résultats avant de signer un ac­
supérieure de 2 400 km2 à celle de cord », ajoute Paulo Barreto. Les
2019. Les cartes montrent une défo­ incendies ont lieu après la défo­
restation inédite dans des territoi­ L’INPE n’additionne cependant 2019, selon l’Institut de météoro­ ment, hautement spécialisée et en­ restation pour nettoyer les terres
res indigènes jusque­là épargnés et pas les deux superficies pour ten­
« Sur les logie national. traînée à combattre la déforesta­ et les transformer principale­
une appropriation des terres publi­ ter de représenter l’état réel de 4 millions de « Il ne fait aucun doute que les tion et les incendies, estime Ri­ ment en pâturage pour le bétail.
ques, détaille le spécialiste. On dé­ l’Amazonie : « Des zones dégra­ feux dans le Pantanal sont une cardo Galvao. Mais l’Ibama a été L’augmentation cette année du
foreste pour revendiquer ensuite la dées peuvent entrer l’année sui­
kilomètres carrés conséquence de la déforestation et mise de côté, et les militaires ne sa­ prix de la viande de bœuf (+ 58 %)
terre, la légaliser et, éventuelle­ vante dans le calcul de la défores­ de l’Amazonie des incendies en Amazonie. Ces vent où aller, ils ne peuvent confis­ est par conséquent une mauvaise
ment, la revendre. » tation ou, au contraire, être lais­ événements climatiques sont liés », quer le matériel ni infliger des nouvelle pour la forêt. « Histori­
En décembre 2019, l’exécutif sées ainsi et se rétablir les années
brésilienne, près analyse le professeur de l’univer­ amendes selon la législation brési­ quement, la déforestation dépend
avait justement présenté au Con­ suivantes. Nous considérons que de 20 % sont sité de Sao Paulo, Ricardo Galvao, lienne. Donc le message envoyé à de la politique et du marché.
grès une ordonnance pour régu­ sur les quelque 4 millions de kilo­ ancien directeur de l’INPE, démis ceux qui déforestent est qu’ils peu­ Aujourd’hui, on est face à la pire
lariser les terres publiques occu­ mètres carrés que forme l’Amazo­
déforestés » de ses fonctions en 2019 par le vent continuer, que rien de grave combinaison possible : le marché
pées illégalement. Le projet n’a ja­ nie brésilienne, 800 000 km2 sont CLAUDIO ALMEIDA président Bolsonaro qui contes­ ne leur arrivera. » est très favorable et le gouverne­
mais été voté et n’est plus valide aujourd’hui déforestés soit près de chercheur tait les chiffres de la déforestation ment incite ouvertement au
depuis le 20 mai, mais une nou­ 20 % de sa superficie », explique émis par l’Institut. La pire combinaison possible crime », résume le chercheur à
velle ordonnance sera prochaine­ encore Claudio Almeida. Le chef de l’Etat persiste à réfuter A cette faible capacité de dissua­ l’institut Imazon.
ment présentée. Cette estimation se rapproche cie déforestée pour assister à une les chiffres qui lui déplaisent, con­ sion des forces armées s’ajoute Dans ce paysage, les données de
Aux signaux de la déforestation dangereusement du « point de telle transformation. testant désormais ceux des incen­ un effet limité de la pression in­ l’INPE publiées depuis trente ans
s’ajoutent ceux de la dégradation non­retour » que les scientifiques Quoi qu’il en soit, les indices se dies. L’INPE constate une progres­ ternationale sur la politique bré­ constituent un instrument de
de la forêt, lorsque la coupe rase tentent de calculer à partir de multiplient d’un dérèglement de sion du nombre de feux en Ama­ silienne. Tout en la jugeant insuf­ suivi essentiel. Régulièrement
des arbres n’est pas franche mais leurs travaux de modélisation : le la grande forêt, qui joue un rôle zonie entre le 1er janvier et le fisante, les experts estiment utilisées par les scientifiques, les
suffisante pour mettre en péril la point à partir duquel l’Amazonie crucial dans le régime pluviomé­ 10 septembre 2020 : 57 823 enre­ qu’elle reste la meilleure arme pouvoirs publics et le secteur éco­
survie et la restauration des es­ n’aurait plus la capacité de se ré­ trique et comme puits de car­ gistrés dans la région, soit 6 % de pour lutter contre la déforesta­ nomique pour tracer la prove­
sences. Toujours selon le système générer et prendrait des allures bone. En témoignent cette année plus qu’à la même période de tion. « L’Union européenne [UE] nance des productions agricoles,
Deter, ces cinq dernières années, de savane. Mais son calcul divise les violents incendies qui 2019, qui avait déjà battu un re­ doit exiger une baisse significative ces informations dérangent
la dégradation de la forêt amazo­ la communauté scientifique. auraient déjà dévasté 15 % du Pan­ cord. Et ce malgré l’envoi des for­ de la déforestation en Amazonie aujourd’hui l’équipe de Jair Bolso­
nienne a été trois fois supérieure Pour certains experts, il pourrait tanal, la plus grande zone humide ces armées. pour signer le traité de libre­ naro. L’Institut est dans le colli­
à celle de la déforestation : entre être atteint lorsque la déforesta­ tropicale de la planète, située au « Cette politique est un échec car échange avec le Mercosur. La pres­ mateur du gouvernement, qui,
2015 et 2019, elle a atteint tion couvrira 25 % du bassin ama­ sud de l’Amazonie. En 2020, le ré­ les militaires devraient être sous sion politique seule ne sert à rien », cette année encore, a décidé de ré­
97 247 km2, contre 30 600 km2 de zonien, formé par neuf pays. Pour gime des pluies du Pantanal est les ordres des inspecteurs de considère par exemple Paulo Bar­ duire fortement son budget. 
déforestation. d’autres, il faudra 40 % de superfi­ inférieur de moitié à celui de l’Ibama, la police de l’environne­ reto, chercheur à l’institut Ima­ anne vigna

Les forêts et zones humides d’Argentine ravagées par des incendies


L’hiver austral a été marqué par des feux intentionnels d’une ampleur inédite. Autour de Cordoba, une partie de la forêt vierge est détruite

buenos aires ­ correspondante ble tragédie », dénonce Ana Di conditions climatiques font que les éviter que le scénario de 2020 se secteur agroalimentaire, très puis­ Di Pangracio reste prudente :
Pangracio, directrice exécutive ad­ feux peuvent plus facilement deve­ reproduise. sant en Argentine (le pays est le « Nous avons besoin que la justice

L a carte de l’Argentine, dé­


ployée sur quatre grands
écrans, a retrouvé quelques
couleurs verdoyantes. Début sep­
tembre, « une grande partie du
jointe de l’ONG argentine Fonda­
tion pour l’environnement et les
ressources naturelles (FARN).
Les incendies sont, à 95 %, d’ori­
gine humaine, selon le gouverne­
nir hors de contrôle. Nous avions
averti les autorités de ce risque », si­
gnale Ana Di Pangracio.
Le gouvernement de centre gau­
che, au pouvoir depuis décem­
Le ministère de l’environne­
ment s’est également engagé à re­
lancer le Programme de conser­
vation du delta du Parana (Pie­
cas), créé en 2008 mais à l’aban­
troisième producteur mondial de
soja), risque de ne pas suffire à en­
diguer les incendies : « Les gens ne
changeront pas d’opinion sur le re­
cours aux feux uniquement grâce à
soit bien formée sur le sujet et
prête à sanctionner les fautes com­
mises. Il existe en Argentine une loi
de protection de la faune sauvage,
qui prévoit des sanctions pénales,
centre et du nord de l’Argentine ment. « Ceux qui les déclenchent bre 2019, invoque des défaillances don depuis 2015, qui prévoit une un discours convaincant », admet mais personne n’est jamais allé en
était rouge vif », indique Gustavo ont des objectifs variés : libérer des de la gestion de l’administration meilleure collaboration entre les M. Federovisky. Les auteurs d’in­ prison pour l’avoir enfreinte. »
Fernandez, qui supervise le sys­ terres à des fins d’élevage intensif, précédente (du président de cen­ provinces et le gouvernement fé­ cendies savent qu’ils ne risquent Dans un pays historiquement
tème d’alerte et de surveillance ou éliminer la zone humide pour la tre droit Mauricio Macri, 2015­ déral dans la prévention des in­ pas grand­chose : la loi ne prévoit peu mobilisé sur les questions en­
des urgences du ministère de la convertir en terrain fertile et ara­ 2019). « Ce qui a prévalu dans la cendies. « L’Etat doit être bien plus que des amendes peu dissuasives, vironnementales, les incendies
sécurité. Depuis cette salle de ble. Dans d’autres cas, il y a une in­ lutte contre les incendies ces qua­ présent sur le terrain, et engager et il est souvent difficile d’identi­ ont provoqué un réveil citoyen
crise, le gouvernement suit en di­ tention de déboiser pour laisser la tre dernières années, c’est la ré­ un dialogue avec tous les sec­ fier les véritables commanditai­ inédit. Rosario, la troisième ville
rect l’évolution des incendies qui place à des projets immobiliers », ponse lorsqu’ils étaient déjà dé­ teurs », estime Ana Di Pangracio. res. « Nous savons que ceux qui les la plus peuplée du pays, située en
ont ravagé le cœur du pays durant énumère Sergio Federovisky, vi­ clenchés. Or une partie détermi­ Mais présenter des méthodes de allument sont les derniers maillons bordure du fleuve Parana, a été
l’hiver austral. ce­ministre de l’environnement. nante de la réponse se joue sur la production plus écologiques au de la chaîne, des personnes souvent durant l’hiver régulièrement re­
Selon les estimations d’associa­ prévention. Malheureusement, issues de classes populaires », dit couverte par la fumée des incen­
tions de défense de l’environne­ Mobilisation citoyenne inédite rien n’a été fait en 2019 pour éviter Gabriel Fucks, secrétaire à la coor­ dies, aggravant les pathologies
ment, près de 350 000 hectares de Le problème est récurrent : tous cette situation », affirme Sergio dination fédérale du ministère de respiratoires des habitants, déjà
zone humide ont été affectés par les ans, des incendies, en majorité Federovisky.
Les auteurs la sécurité. confrontés à la menace du Co­
les feux dans la zone du delta du illégaux, détruisent l’importante Campagnes de sensibilisation, d’incendies Une partie de la solution vien­ vid­19. Les habitants de Rosario
Parana (nord­est), un territoire à la biodiversité de ce pays grand examen des conditions climati­ dra peut­être d’une loi de protec­ ont manifesté à plusieurs repri­
biodiversité très riche. Au moins comme cinq fois la France. Mais ques et de la présence de matière
savent qu’ils ne tion des zones humides. Plu­ ses pour réclamer le vote de la loi
48 000 hectares de forêts et de cette année, la situation a pris une organique sur le sol… Le gouver­ risquent pas sieurs propositions de loi sur le de protection des zones humides.
prés ont également été brûlés à ampleur jamais vue depuis 2008. nement – qui a déjà consacré sujet, dont une qui prévoit des « Pourvu que cette mobilisation,
Cordoba (centre). Les incendies « Nous traversons une sécheresse 985 millions de pesos (11 millions
grand-chose. sanctions pénales, sont actuelle­ qui est surtout portée par les jeu­
sont presque tous maîtrisés historique [après une année 2019 d’euros) à la maîtrise des incen­ La loi ne prévoit ment en discussion au Parle­ nes, se poursuive, espère Ana Di
aujourd’hui, mais « la province de marquée par de fortes pluies et dies à Cordoba et dans le delta du ment. Les organisations écologis­ Pangracio, même une fois le der­
Cordoba a perdu une bonne partie des inondations], le fleuve Parana Parana – déclare vouloir anticiper
que des amendes tes espèrent qu’un texte sera voté nier foyer d’incendie éteint. » 
de sa forêt vierge, c’est une vérita­ est aussi particulièrement bas… Ces au maximum ces questions pour peu dissuasives avant la fin de l’année. Mais Ana aude villiers­moriamé
FRANCE
0123
8| DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

C O R O N AV I R U S

Covid­19 : Jean Castex tout en prudence
Soucieux d’éviter
d’aggraver la crise
économique, le premier
ministre n’a pas annoncé
de mesures drastiques,
vendredi 11 juillet, pour
lutter contre la reprise de
l’épidémie dans le pays

L
e gouvernement a lancé une der­
nière sommation aux Français,
vendredi 11 septembre. Alors que
la situation sanitaire se dété­
riore, le premier ministre, Jean
Castex, a été envoyé au front
pour adresser un appel « solennel » à la po­
pulation : la maîtrise de l’épidémie due
au nouveau coronavirus, qui connaît une
« dégradation manifeste » depuis plusieurs
semaines, dépend ainsi d’un « civisme exi­
geant » et du « sens des responsabilités de
chacune et de chacun ».
« Le virus est là pour quelques mois encore,
nous devons réussir à vivre avec lui sans nous
laisser entraîner à nouveau dans une logique
de confinement généralisé », a prévenu le
chef du gouvernement à l’issue d’un conseil
de défense sanitaire organisé à l’Elysée.
Comprendre : l’exécutif, soucieux de ne pas
aggraver la crise économique, ne souhaite
pas en arriver à cette extrémité, mais la pos­ Photo d’écran prise lors du discours du premier ministre, Jean Castex, vendredi 11 septembre, à Matignon. THOMAS COEX/AFP
sibilité de mesures drastiques existe tou­
jours bel et bien.
Emmanuel Macron l’a rappelé dans le huis
clos du conseil de défense : la France est, avec aujourd’hui occupées par des patients at­ cas symptomatiques et contacts – à travers « l’enjeu économique, c’est avant tout celui de
l’Espagne, le pays où le virus circule le plus vite teints du Covid­19. SELON  notamment l’instauration de plages horaires la pauvreté et du chômage », souligne un
en Europe. Jean Castex a égrené les chiffres Néanmoins, le choix de la « responsabilisa­ UN CONSEILLER  et de tentes dédiées. « Le président de la Répu­ proche de Jean Castex.
depuis le perron de l’hôtel de Matignon : 42 dé­ tion » des Français a été fait, assure­t­on blique a demandé qu’il y ait une vraie amélio­ Vendredi, le Syndicat des indépendants
partements sur 101 sont désormais classés en au sommet de l’Etat, afin de « ne pas bloquer DE L’EXÉCUTIF,  ration de la politique tester­tracer­isoler », ré­ (SDI) s’est d’ailleurs « félicité de la réduction
zone « rouge » pour cause de circulation active le pays ». Raison pour laquelle aucune sume un conseiller de l’exécutif. du délai d’isolement », source de difficultés
du virus, et « 72 cas pour 100 000 personnes » mesure contraignante n’a été prise pour 12 % DES CAPACITÉS  Si la dégradation de la situation n’entraîne supplémentaires pour des entreprises « déjà
se déclarent chaque jour dans le pays, « contre l’heure. Le chef du gouvernement a au pas, pour l’instant, de « conséquence automa­ en situation de survie à court terme ».
57 il y a une semaine ». contraire confirmé l’assouplissement de la
DES SERVICES DE  tique » dans les zones les plus touchées, le Une même souplesse est érigée sur le plan
durée d’isolement pour les cas positifs et RÉANIMATION SONT  locataire de Matignon a néanmoins évoqué scolaire. Alors que des dizaines de classes et
« ÉVOLUTION PRÉOCCUPANTE leurs contacts, qui sera ramenée de quatorze « une évolution préoccupante des contamina­ d’écoles ont fermé en raison de l’apparition
Mais c’est surtout « l’augmentation sensible à sept jours. Il a par ailleurs annoncé le recru­ AUJOURD’HUI  tions » à Marseille, Bordeaux et en Guade­ de cas de Covid­19, Jean Castex n’a pas an­
du nombre de personnes hospitalisées » qui tement de 2 000 personnes au sein de l’Assu­ loupe. Le premier ministre a indiqué qu’il noncé de nouvelles mesures de protection
suscite une « inquiétude » particulière de rance­maladie et des agences régionales de OCCUPÉES PAR DES  avait demandé aux préfets concernés de lui pour les élèves. Le collectif de médecins
l’exécutif, a souligné M. Castex. « Le virus n’a santé (ARS) pour améliorer le traçage des con­ PATIENTS ATTEINTS  proposer d’ici à lundi « de nouvelles mesures Stop­Postillons a pourtant demandé que le
pas baissé en intensité, avec une proportion tacts de personnes infectées. « Je demande en complémentaires ». Pas question, pour l’an­ masque soit porté par les enfants dès 6 ans, à
toujours aussi élevée de personnes âgées. particulier aux personnes âgées d’observer la DU COVID­19 cien maire de Prades (Pyrénées­Orientales), l’école primaire, et non dès le collège.
Cela signifie qu’il n’y a pas de ligne Maginot : plus grande prudence au quotidien », a égale­ de tout « décider depuis Paris ».
même si le virus circule principalement chez ment lancé M. Castex, sans assortir cette Le gouvernement, qui a présenté son plan « DELFRAISSY EST ALLÉ TROP LOIN »
les jeunes, dont beaucoup ne présentent mise en garde de mesures particulières. de relance, le 3 septembre, ne veut surtout L’exécutif se montre­t­il dès lors trop timoré
aucun symptôme, il finit inévitablement par Enfin, face aux « temps d’attente trop impor­ pas entraver la reprise de l’activité économi­ dans la lutte contre l’épidémie ? « On atten­
toucher les plus vulnérables, pour lesquels le tants » pour obtenir les résultats d’un test de que. Jeudi, Emmanuel Macron a insisté de­ dait des réponses précises, et on a eu essentiel­
virus présente un danger », a­t­il insisté. dépistage, le chef du gouvernement a assuré puis la Corse sur la nécessité de combattre lement des commentaires », a critiqué l’élu
Selon un conseiller de l’exécutif, 12 % des vouloir « renforcer les circuits dédiés » pour les l’épidémie, tout « en permettant de conti­ (Les Républicains) Philippe Juvin, chef de ser­
capacités des services de réanimation sont personnes prioritaires – personnels de santé, nuer à vivre ». Face au risque de casse sociale, vice des urgences de l’hôpital Georges­Pom­
pidou à Paris. « Il y a toujours des critiques, cer­
tains trouvant qu’on va trop loin et d’autres
La stratégie de dépistage corrigée à la marge par le gouvernement pas assez. Mais le gouvernement ne croit pas
au tout répressif, à la toute­puissance de la
contrainte », justifie Matignon.
à l’exception de la réduction de la l’hôpital, celles dont l’employeur de­ « Qui décide qu’un symptôme est Co­ qu’il y a un entonnoir, qu’il y a des per­ Mercredi, le président du conseil scientifi­
durée d’isolement de quatorze à sept mande un certificat avant de repren­ vid sur la base de l’oral du patient ? sonnes à prendre en priorité et que, Jean­François Delfraissy, avait lui­même
jours pour les cas positifs et leurs dre le travail et celles venues par pré­ Nos secrétaires ? Ce n’est pas leur job et d’autres dont les résultats peuvent glacé le sang du pays en prévenant que le
contacts, ainsi que le recrutement de caution. « Tout le monde a une bonne elles n’ont pas le temps de faire le tri attendre quatre­cinq jours », dit­il. gouvernement allait « être obligé de prendre
2 000 personnes supplémentaires raison de demander un test tout de des symptômes », souligne, « très « Je ne sais pas à quoi pensait [le un certain nombre de décisions difficiles »,
pour renforcer le traçage des contacts suite », résume un biologiste. déçu », Lionel Barrand, le président président du conseil scientifique, « dans les huit à dix jours maximum », face à la
de personnes infectées, le premier du Syndicat des jeunes biologistes Jean­François] Delfraissy [qui avait recrudescence de l’épidémie.
ministre, Jean Castex, n’a pas an­ « Circuits dédiés » médicaux. Pour lui, la priorisation évoqué, mercredi, la prise de « déci­ Le lendemain, Emmanuel Macron lui ré­
noncé, vendredi 11 septembre, de Pour remettre en marche ce disposi­ des examens PCR devrait se faire sur sions difficiles »], mais je n’ai rien vu pondait à distance en appelant à ne pas « cé­
bouleversement majeur dans l’orga­ tif, Jean Castex a promis que les « cir­ la base d’une ordonnance médicale, de terrifiant dans les annonces de der à quelque panique que ce soit ». « Le conseil
nisation de la stratégie française de cuits dédiés » seraient « renforcés » « le seul critère objectif ». Castex, c’est beaucoup de bruit pour scientifique est dans son rôle, qui est techni­
lutte contre l’épidémie de Covid­19. pour les personnes prioritaires, c’est­ François Blanchecotte, le président rien », constate pour sa part Jean­ que », mais c’est aux dirigeants politiques de
S’il a certes reconnu que le passage à­dire celles qui ont des symptômes, du Syndicat des biologistes (SDB), Paul Hamon, le porte­parole de la Fé­ « prendre des décisions », a souligné le chef de
à 1 million de tests par semaine avait celles qui ont été en contact avec une est de son côté plus hésitant sur l’op­ dération des médecins de France. l’Etat, dans une forme de rappel à l’ordre.
« entraîné des temps d’attente trop personne positive, les soignants et portunité de prioriser les patients Médecin généraliste à Clamart « Jean­François Delfraissy est allé trop loin en
importants », le chef du gouverne­ les salariés des établissements d’hé­ sur la base de l’ordonnance médi­ (Hauts­de­Seine), il dit attendre formulant des annonces prématurées de
ment n’a guère infléchi le cap tenu bergement pour personnes âgées dé­ cale. « Cela pourrait peut­être être la « avec impatience les tests salivaires nature à casser le moral des Français et la
depuis la mi­juillet, date de la prise pendantes (Ehpad). solution pour cibler les publics priori­ rapides car la psychose est entretenue confiance des acteurs économiques », s’agace
en charge du test sans prescription Des « créneaux horaires » leur se­ taires », dit­il, tout en s’interrogeant par les directeurs d’école qui ouvrent ainsi le député (La République en marche) du
médicale. ront réservés et des tentes de dépis­ sur le risque d’engorgement des ca­ grand le parapluie en exigeant que le Rhône Bruno Bonnell. « Il glisse, à tort, d’un
Depuis la rentrée, le dispositif est tage pourront leur être consacrées. binets médicaux. moindre rhume reste chez lui ». rôle d’expert à celui de décisionnaire. Chacun
saturé par un afflux de personnes de Une promesse très proche de la doc­ S’il espérait des « directives de prio­ Deux technologies sont en cours son boulot ! », ajoute l’élu. Vendredi matin, le
différents profils : celles qui ont des trine de priorisation déjà fixée par la risation un peu plus claires » et s’at­ d’évaluation : les tests virologiques président de la République a consulté les
symptômes venues de leur propre direction générale de la santé au dé­ tendait à l’annonce de la mise en sur la base d’un prélèvement sali­ membres du conseil scientifique avant de
initiative, celles adressées par un but du mois et que les laboratoires place de prélèvements salivaires, le vaire et des tests rapides qui permet­ réunir le conseil de défense sanitaire. Chacun
médecin, celles qui ont besoin d’un ont en pratique beaucoup de difficul­ responsable syndical se dit toutefois tent d’obtenir un résultat en quinze son boulot, mais les responsabilités restent
résultat sous soixante­douze heures tés à mettre en œuvre, faute de pou­ satisfait des paroles du chef du gou­ minutes sur la base d’un prélève­ partagées. 
pour prendre un avion, celles qui doi­ voir vérifier les déclarations des per­ vernement. « C’est bien qu’il y ait une ment nasal.  olivier faye
vent bénéficier d’une intervention à sonnes souhaitant se faire tester. parole gouvernementale qui explique françois béguin et alexandre lemarié
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 france | 9

▶▶▶

Des progrès dans


la prise en charge
des patients
hospitalisés
Réunis en congrès à Poitiers du 9
au 11 septembre, les infectiologues
français ont fait état des avancées
médicales sur le Covid­19

Poitiers (vienne) ­ envoyée spéciale teints d’une forme sévère du Co­ A l’hôpital
vid­19 ». La prise en charge des pa­ de la Timone

C’
est une bonne nou­ tients a aussi progressé grâce à la (Marseille),
velle sur le front de prise d’anticoagulants beaucoup le 11 septembre.
l’épidémie de Co­ plus tôt et à une intubation moins CHRISTOPHE SIMON/AFP
vid­19 : « Le taux de systématique.
mortalité a diminué de 50 % chez
les patients hospitalisés entre le dé­ Pas de traitement antiviral
but de l’épidémie et fin juin », a indi­ En revanche, le constat est là aussi N’est­ce pas osé d’avoir main­ hausse de 20 % par rapport à la se­ fois Pierre Tattevin. La situation
qué le professeur Yazdan Ya­ unanime. Il n’existe pas tenu ce congrès qui aurait pu se « LE TAUX DE MORTALITÉ  maine précédente, a indiqué lors est aujourd’hui très différente, in­
zdanpanah, chef du service des aujourd’hui de traitement antivi­ muer en cluster ? « C’était une prise A DIMINUÉ DE 50 %  des journées le docteur Sybille sistent les congressistes. « Le nom­
maladies infectieuses et tropicales ral pour contrer cette maladie. Ce de risque mais qu’on a tout fait Bernard­Stoecklin, de Santé publi­ bre d’hospitalisations augmente
de l’hôpital Bichat (AP­HP), et vendredi, l’amphithéâtre du Pa­ pour minimiser », concède Pierre CHEZ LES HOSPITALISÉS  que France (SpF), qui parle de très doucement, mais on peut ren­
membre du conseil scientifique, lais des congrès du Futuroscope Tattevin. Cette année en effet, les « hausse préoccupante des nouvel­ verser la vapeur », souligne Eric
lors des 21es Journées nationales de Poitiers est bondé, plusieurs déjeuners se font en extérieur, pas ENTRE LE DÉBUT DE  les hospitalisations (1704 en se­ Caumes, responsable du service
d’infectiologie, qui se sont tenues centaines de personnes y sont de festivités ou de dîners, respect maine 36) ». 9 406 nouvelles con­ des maladies infectieuses à la Pi­
à Poitiers (Vienne) du 9 au 11 sep­ installées, un siège sur deux est des gestes barrières oblige. Tout le
L’ÉPIDÉMIE ET FIN JUIN » taminations en France ont été ré­ tié­Salpétrière (AP­HP), qui se
tembre. Si ces données collectées laissé vacant. Ces journées orga­ monde est masqué, du gel hy­ YAZDAN YAZDANPANAH pertoriées vendredi soir 11 sep­ veut optimiste.
par l’épidémiologiste Simon Cau­ nisées par la Société de patholo­ droalcoolique partout. Les con­ chef du service des maladies tembre, selon les chiffres de SpF. Quant à la plainte déposée en
chemez (Institut Pasteur) ne sont gie infectieuse de langue fran­ gressistes se saluent du coude. infectieuses et tropicales juillet par la Spilf auprès du con­
pas encore publiées, ces chiffres çaise (Spilf) et le Collège des uni­ D’autant que l’évolution ré­ de l’hôpital Bichat Cellule de crise réactivée seil départemental des Bouches­
confirment ce que les médecins versitaires de maladies infectieu­ cente de l’épidémie suggère que « Nous sommes inquiets, le nom­ du­Rhône de l’Ordre des médecins
constatent quant à la prise en ses et tropicales (CMIT) ont cette celle­ci va s’installer durable­ bre d’hospitalisations remonte contre le professeur Didier Raoult,
charge des patients hospitalisés année réuni quelque 1 000 parti­ ment. « Il faut apprendre à vivre toise), qui est venu aussi pour partout en France, y compris dans en l’accusant notamment « d’avoir
pour Covid­19, bien meilleure cipants, soit la moitié de la jauge avec le virus », disent les infectio­ aborder d’autres sujets, comme les régions qui avaient été moins indûment promu l’hydroxychloro­
qu’au début de la pandémie. habituelle, dont beaucoup d’in­ logues. Ce qui est d’ailleurs le les bactéries multirésistantes aux touchées, comme le Sud­Est ou la quine et de manquements au code
De plus, une méta analyse coor­ fectiologues, fortement mobili­ message du gouvernement. antibiotiques par exemple. Nouvelle­Aquitaine », relève Odile de déontologie », pas de commen­
donnée par l’Organisation mon­ sés par la pandémie. « Nous devons réussir à vivre avec Certains n’étaient en revanche Launay, responsable du centre taires. « La plainte est en cours
diale de la santé (OMS) et l’Univer­ Fallait­il maintenir ces journées lui sans nous laisser entraîner à pas favorables à la tenue de ces d’investigation clinique en vacci­ d’instruction, il serait prématuré
sité de Bristol, qui regroupe sept qui devaient d’abord se tenir en nouveau dans une logique de con­ journées. « Alors que l’épidémie re­ nologie de l’hôpital Cochin. La cel­ d’alimenter le débat public », indi­
études, publiée dans le JAMA (Jour­ juin ? « Nous avons réfléchi et hésité finement généralisé », a déclaré monte, est­ce le bon moment ? lule de crise a dû être réactivée que Pierre Tattevin.
nal of American Medical Associa­ longuement avant de décider de les vendredi 11 septembre le premier Est­ce une bonne image à donner à dans cet établissement parisien, Les débats sont parfois vifs, la
tion) a montré début septembre maintenir dans le contexte actuel », ministre, Jean Castex, à l’issue l’extérieur ? », questionne Rémy tandis que l’unité Covid a été rou­ Spilf a été accusée de conflits d’in­
qu’un traitement par corticoïdes répond la professeure France Ro­ d’un conseil de défense. Le minis­ Gauzit, réanimateur à l’hôpital Co­ verte à l’hôpital Delafontaine à térêt. « Cette accusation est une di­
diminuerait de 21 % le risque de blot, cheffe du service des mala­ tère de la santé avait d’ailleurs chin (AP­HP), qui a néanmoins Saint­Denis (Seine­Saint­Denis). version. Nous travaillons effective­
mortalité des formes sévères de dies infectieuses du CHU de Poi­ donné son feu vert à ce congrès. participé au congrès. « Je ne sais Alors que le CHU de Rennes os­ ment avec l’industrie pharmaceu­
Covid­19. Des résultats avaient tiers, qui préside ces journées. Il y a aussi un besoin « d’échan­ pas si nous aurions pu maintenir cillait entre 5 et 10 patients hospi­ tique. Mais ce n’est pas une honte,
déjà mis en évidence en juin que la Pour l’infectiologue au CHU de ger sur d’autres sujets que le Co­ les choses en l’état dans une ou talisés pour Covid­19 depuis fin il est indispensable qu’il y ait des
dexaméthasone, un corticoïde Rennes Pierre Tattevin, président vid­19 car beaucoup d’autres ma­ deux semaines », concède France juillet, 19 patients étaient hospita­ collaborations entre les médecins
peu coûteux, réduisait d’un tiers la de la Spilf, « il était important qu’on ladies infectieuses n’ont pas dis­ Roblot. « La circulation du virus lisés jeudi soir 10 septembre. qui ont besoin de nouveaux traite­
mortalité des patients placés sous puisse échanger et débattre, ce que paru », ajoute France Roblot. « Le s’est fortement intensifiée en « C’est une augmentation, mais ments pour les patients, et les la­
assistance respiratoire. L’OMS a les visioconférences ne permettent coronavirus occupe toute la France. Le nombre de cas a été mul­ nous sommes loin du pic de 89 pa­ boratoires. C’est la règle partout
d’ailleurs recommandé début sep­ pas : on avait besoin de se voir, place », regrette pour sa part le tiplié par douze depuis juillet avec tients, enregistré lors de la pre­ dans le monde, » se défend Pierre
tembre « l’usage systématique des d’autant plus que notre discipline a docteur Edouard Devaud du cen­ près de 48 000 cas la semaine 36 mière vague, début avril, dans cet Tattevin. 
corticoïdes chez les patients at­ été au cœur de polémiques ». tre hospitalier René Dubos (Pon­ (du 31 août au 06 septembre) », en établissement », tempère toute­ pascale santi

Des chercheurs fustigent la « gestion par la peur » du gouvernement


Dans une tribune publiée dans « Le Parisien », des universitaires et des médecins invitent à « refonder ou supprimer » le conseil scientifique

C ommunication anxiogène
qui exagère systématique­
ment les dangers sans en
expliquer les causes et les mécanis­
mes » ; confusions entre « respon­
tains aspects de la pandémie et de
sa prise en charge, ont parfois été
diamétralement opposées. Son
instigateur principal est ainsi
Laurent Mucchielli, du Labora­
tifiques et de médecins s’éton­
naient des discours publics sur
cette épidémie. Comment tenter
de peser pour faire cesser le déca­
lage entre les chiffres, et notam­
séquences catastrophiques – éco­
nomiques, sociales et même sani­
taires – du confinement qu’ils ont
imposé. Jean­François Delfraissy
[qui préside le conseil scientifi­
les gens soient responsables, ou les
déresponsabiliser en les accablant
d’obligations » – la seconde lui
semblant avoir été choisie par le
gouvernement et son conseil, par
Henri Gouyon est sur la même li­
gne, avec une réserve : « Si Didier
Raoult lui­même avait signé, je ne
l’aurais pas fait. »
« Le conseil scientifique doit être
sabilisation éclairée » et « culpabi­ toire méditerranéen de sociolo­ ment les données de mortalité, et que] se prend pour Castex, mais au exemple avec le port du masque renouvelé, et doit faire entrer
lisation moralisatrice », « éduca­ gie (CNRS) à Aix­en­Provence, qui la communication gouvernemen­ nom de quoi ? Quelle est sa légiti­ indiscriminé. d’autres spécialités, nous l’avons
tion citoyenne » et « infantilisa­ a pris fait et cause pour Didier tale qui nourrit des décisions ahu­ mité démocratique ? » La liberté de prescrire pour les déjà dit », indique l’infectiologue
tion » ; instrumentalisation de la Raoult et son traitement (hy­ rissantes ? Nous avons décidé Pour le biologiste Pierre­Henri médecins généralistes, revendi­ Yazdan Yazdanpanah (hôpital Bi­
science par le gouvernement ; droxychloroquine et azithromy­ d’écrire un texte et profiter ensuite Gouyon, contacté par Jean­Fran­ quée dans la tribune, pourrait chat), qui fait partie de cette ins­
appel à « refonder ou supprimer » cine). Mais on y trouve aussi le de nos réseaux. » çois Toussaint et qui a lui­même passer pour une défense crypti­ tance mise sur pied en urgence
son conseil scientifique, à « pen­ pharmacologue Bernard Bégaud « recruté » plusieurs signataires que de l’hydroxychloroquine. « Le mi­mars afin de conseiller le
ser ensemble pour définir démo­ (université de Bordeaux), pas con­ « Règles abusives » proches du Muséum national texte parle de médicaments auto­ gouvernement dans sa réponse
cratiquement nos stratégies sani­ vaincu par les études conduites Pour Jean­François Toussaint, « la d’histoire naturelle, c’est l’accu­ risés, cela ne s’applique donc pas à sanitaire. Fin août sur France In­
taires » : dans une tribune publiée par le microbiologiste mar­ létalité s’est effondrée, le nombre mulation de « règles abusives » l’hydroxychloroquine », répond le ter, Jean­François Delfraissy avait
vendredi 11 septembre dans Le Pa­ seillais, alors que l’épidémiolo­ de décès est divisé par 100, et le qui a motivé sa signature. « L’im­ biologiste, qui ne cache pas que le lui­même rappelé qu’« il fallait
risien, 35 chercheurs, médecins et giste Laurent Toubiana (Inserm), conseil scientifique nous parle de pression que cette crise est utilisée texte a été débattu. un début et une fin à cette struc­
universitaires fustigent la « ges­ autre signataire, le défend sur les deuxième vague. Pour le justifier, pour restreindre les libertés indivi­ Jean­François Toussaint assume ture, un peu bizarre, j’espère
tion par la peur » de la pandémie plateaux télévisés. ils ont changé d’indicateur et ne duelles est très forte », assure­t­il, de se retrouver aux côtés de parti­ utile ». Il avait souhaité son arrêt
par le gouvernement et son con­ Jean­François Toussaint, profes­ parlent plus des décès et des hospi­ et que « l’ensemble de la commu­ sans de l’hydroxychloroquine, en juillet. Les pouvoirs publics
seil scientifique. seur de physiologie à l’université talisations, mais simplement des nauté scientifique compétente dont il a critiqué en son temps l’ont chargé de la présider encore
Nombre des critiques exposées de Paris­Descartes, retrace la ge­ tests. En réalité, il leur faut justifier n’est pas associé aux décisions ». l’efficacité : « La priorité, c’est jusqu’au 30 octobre. 
ont déjà été exprimées, mais ce nèse du texte, dont l’initiative re­ cette fameuse deuxième vague, Selon lui, deux voies s’offrent d’ouvrir le débat et permettre une nathaniel herzberg,
texte a la particularité de réunir vient à Laurent Mucchielli : qu’ils annonçaient dès le 12 mars, pour affronter la pandémie : prise de conscience de la situation hervé morin
des personnalités qui, sur cer­ « Autour de lui, beaucoup de scien­ et faire au passage oublier les con­ « Faire tout ce qu’on peut pour que réelle que nous vivons. » Pierre­ et p. sa.
0123
10 | france DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

C O R O N AV I R U S

Les tests groupés : une mécanique contraignante, mais des gains de réactifs
Méthode 1 Méthode 2 Méthode 3
Des prélèvements naso-pharyngés sont effectués Dans cette stratégie, un cycle intermédiaire Lors du deuxième stade, les échantillons
sur des individus, répartis en plusieurs groupes de tailles est ajouté, en formant des sous-groupes, afin sont une nouvelle fois mélangés en groupes croisés.
égales. Ils sont mélangés afin de constituer un échantillon de réduire le nombre final de tests PCR à effectuer.
de groupe, qui sera testé par PCR.

Etape 1 : 3 tests de groupe Etape 1 : 3 tests de groupe Etape 1 : 3 tests de groupe

Résultat négatif Résultat positif Résultat négatif Négatif Positif Négatif Négatif Négatif Positif

CE QU’IL FAUT SAVOIR
906 000 morts Selon le bilan
Etape 2 : 3 tests de sous-groupe de l’Organisation mondiale de
Etape 2 : 6 tests de groupes « croisés » la santé (OMS) samedi 12 sep­
Si le test de groupe est positif, chaque individu tembre, la pandémie a fait
est testé individuellement par PCR pour détecter Positif
Au deuxième tour, plus de 906 000 morts dans
le ou les cas positifs. les échantillons sont Négatif le monde depuis fin décem­
testés dans plusieurs bre 2019. Plus de 28 millions
groupes qui de cas d’infection ont été offi­
se chevauchent, Positif ciellement diagnostiqués.
Etape 2 : 9 tests individuels Etape 3 : 3 tests individuels représentés par Les Etats­Unis sont le pays le
des lignes et des colonnes plus touché tant en nombre
Positif sur un carré. Négatif de morts que de cas, avec près
de 190 000 décès, suivis par le
Positif Brésil (plus de 128 000 morts),
Avec 6 tests, l'économie l’Inde (76 000), le Mexique
est plus importante mais (69 000) et le Royaume­Uni
Au total, 12 tests PCR (3 de groupe et 9 individuels) Avec 9 examens en tout, on économise encore 3 tests la gestion des tests croisés (41 000). Au Brésil, le nombre
sont effectués au lieu de 27 tests PCR individuels. mais le cycle supplémentaire ralentit le processus. introduit de la complexité. de décès quotidiens baisse
légèrement (874 morts sur
Infographie : Le Monde Source : Science
les dernières vingt­qua­
tre heures).

Les tests groupés, une piste controversée Lourd bilan en Inde Le pays
a recensé, samedi, 97 570 nou­
veaux cas confirmés de
contamination au cours des
vingt­quatre dernières heu­
Le « pooling » permet d’augmenter la capacité d’examen. Mais les autorités sont circonspectes res, un record. Le bilan en
Inde est désormais de
4,65 millions de cas.

T
ester, tester, tester… » Per­ courts­circuits ou la médecine vé­ Virologue et membre du conseil liée à la dilution, il reste efficace. » 12 000 cas quotidiens
sonne n’a oublié le con­ térinaire, Dorfman fera des ému­
« EN GROUPANT, VOUS  scientifique, Bruno Lina ne par­ Or des limites, il en existe. en Espagne Le dernier bilan
seil donné par le direc­ les dans nombre de domaines. En DILUEZ L’ÉCHANTILLON  tage pas ce constat. « Les contrain­ Aujourd’hui, le prélèvement par publié, vendredi, par le minis­
teur général de l’Organi­ santé humaine, toutefois, les dis­ tes organisationnelles sont réelles. écouvillons semble constituer le tère de la santé espagnol
sation mondiale de la santé (OMS) cussions restent récurrentes. « Le POSITIF, ET VOUS RISQUEZ  Si vous regroupez 8 personnes dans principal goulot d’étranglement. (12 000 cas notifiés en vingt­
Tedros Adhanom Ghebreyesus danger, c’est le faux négatif, expli­ un lot, vous devez tracer cette fu­ L’arrivée tant espérée de tests sali­ quatre heures) n’a jamais été
aux autorités des pays confrontés que la biologiste Cathy Bliem, res­ DE PASSER SOUS  sion dans le système, y saisir ce nou­ vaires pourrait lever cette con­ aussi élevé dans ce pays de­
à la pandémie de Covid­19. C’était ponsable pour les produits san­ LA LIMITE  vel échantillon, et si le lot est positif, trainte. Mais d’autres pointent puis le début de la pandémie.
le 16 mars. La première vague frap­ guins de l’Etablissement français il faut pouvoir remonter vers les tu­ déjà. « Depuis deux semaines,
pait l’Europe. La France, qui s’ap­ du sang (EFS). En groupant, vous DE DÉTECTION » bes initiaux, les tester individuelle­ l’augmentation massive du nom­ Neuf régions françaises
prêtait à entrer en confinement, diluez l’échantillon positif, et vous ment et les ressaisir : ce que vous ga­ bre de tests nous a remis en tension à risque pour la Suisse
CATHY BLIEM
pratiquait moins de 5 000 dépista­ risquez de passer sous la limite de gnez par la science, vous allez le per­ sur les réactifs et même sur les ma­ Le pays a placé neuf régions
Etablissement français du sang
ges quotidiens. Près de six mois détection. Il faut donc arbitrer entre dre en procédure administrative. » chines », avertit François Blanche­ métropolitaines françaises,
ont passé, le nombre d’examens a ce que vous gagnez, en temps, en Pour lui, « l’enjeu est ailleurs. Le cotte, président du Syndicat des dont l’Ile­de­France et la Pro­
été multiplié par vingt, avec plus capacité de test, en argent, et le ris­ nombre de tests est désormais suffi­ biologistes. Mais ne comptez pas vence­Alpes­Côte d’Azur,
de 100 000 analyses virologiques que que vous prenez. » Aux Etats­Unis, en Inde ou en­ sant mais il faut prioriser : d’abord sur moi pour soutenir le poolage. en zone à risque élevé.
par PCR réalisées chaque jour. De 2001 à 2010, l’EFS a utilisé le core au Rwanda, les autorités de les personnes symptomatiques, J’en suis un opposant farouche. » Il Les voyageurs en provenance
Pourtant, à l’image de l’appel poolage pour dépister des hépati­ santé donnent leur feu vert au puis les cas contacts, en faisant en évoque les difficultés d’organisa­ de ces régions devront se sou­
publié, le 9 septembre, dans Le tes B et C et du VIH. « Puis le coût poolage. En Chine, le système est sorte de donner les résultats rapide­ tion, de tarification également. Et mettre, à compter du 14 sep­
Monde, par un collectif de méde­ des tests individuels a baissé, on est utilisé pour les tests massifs opé­ ment, et enfin le tout­venant. » puis ce cri du cœur : « J’ai connu le tembre, à un isolement de dix
cins, de nombreuses voix jugent le repassé au test individuel, c’est tou­ rés à Wuhan avant le déconfine­ sida et le fait qu’on a transfusé du jours à leur entrée sur le terri­
dispositif insuffisant et inadapté. jours plus rassurant pour un biolo­ ment, puis à Pekin, pour éviter « Le plus efficace est la cascade » virus à des patients parce qu’on toire suisse.
Ils réclament un « dépistage de giste, poursuit­elle. Mais de nom­ une résurgence de l’épidémie. En Faux, s’étranglent les signataires avait baissé le seuil de sensibilité. Je
masse » avec un instrument privi­ breux pays continuent de grouper France, le Haut Conseil de la santé de la tribune au Monde : tout le ne veux pas revivre ça. » Rencontres interdites
légié : « les tests groupés ». les échantillons. » Des lots de 6 aux publique, saisi par le directeur gé­ problème de cette épidémie pro­ A écouter Cathy Bliem, de l’EFS, à Birmingham A compter du
Rien de révolutionnaire, au de­ Pays­Bas et aux Etats­Unis, de 24 néral de la santé Jérôme Salomon, vient des asymptomatiques ou « cela n’a rien à voir, il n’est pas 15 septembre, les rencontres
meurant. La méthode du « poo­ en Grande­Bretagne, jusqu’à 96 en rend, le 10 mai, un avis tranché : il présymptomatiques, qui selon les question ici de transfusion ». Pas entre amis ou familles seront
lage », charmante francisation de Allemagne et en Italie. « ne recommande pas » l’usage dernières études représentent question non plus de lever les ges­ interdites dans la deuxième
pooling, a été inventée en 1943 par des tests groupés. Motif : des plus de la moitié des personnes tes barrières pour les personnes ville du Royaume­Uni en rai­
le statisticien et économiste amé­ Bénéfice-risque « contraintes organisationnelles contaminées, et donc contami­ déclarées négatives, à raison ou à son d’une poussée de cas de
ricain Robert Dorfman pour dé­ Aussi dès les premiers mois de la (composition de groupe d’échan­ nantes, argumentent­ils. tort. « Le bénéfice­risque me paraît Covid­19. Les habitants peu­
tecter à moindre coût les jeunes pandémie de Covid­19, des articles tillons, délai de rendu des résul­ Dans une étude actuellement en évident, ajoute Olivier Gossner, vent toujours se rendre dans
appelés contaminés par la syphi­ scientifiques fleurissent pour dé­ tats) » et des « limites techniques préprint, Lulla Opatowski, profes­ statisticien et économiste au les cafés, restaurants ou ma­
lis. Le principe est élémentaire : fendre le poolage. A l’époque, le (perte de sensibilité pour les échan­ seure de modélisation des mala­ CNRS (Crest, Ecole polytechnique), gasins, mais ne peuvent ren­
plutôt que tester 100 échantillons, manque de réactifs entraîne une tillons faiblement positifs) ». dies infectieuses à l’université Ver­ au terme d’une étude rétrospec­ contrer des personnes de
on peut rassembler ceux­ci en dix pénurie générale de tests. Statisti­ La décision fait peu de bruit. sailles­Saint­Quentin/Institut Pas­ tive réalisée avec l’hôpital Bichat. foyers différents.
groupes (pools) de dix et tester ciens, biologistes et économistes L’épidémie est alors en recul, cer­ teur et ses collègues du Conserva­ Mais entre le traumatisme du sang
chaque groupe. Si l’un des lots est tentent donc d’établir la meilleure tains annoncent sa disparition. toire national des arts et métiers contaminé et notre peur de l’inno­ Indonésie Djakarta va impo­
négatif, chaque échantillon qui le façon de grouper les lots. Avec son retour en flamme, des ont simulé le parcours du virus vation, on reste tétanisé en se de­ ser dès lundi un nouveau
compose l’est aussi. S’il est positif, En Israël, deux équipes, l’une au voix s’étonnent et jugent cette po­ dans un établissement de soin. mandant quelle sera l’ampleur de confinement partiel. Les bu­
alors l’un des prélèvements au Technion d’Haïfa, l’autre à l’hôpi­ sition « incompréhensible », selon « Notre objectif était de trouver la la seconde vague. Or, c’est mainte­ reaux et commerces des sec­
moins, contient l’agent infectieux, tal Hadassah de Jérusalem, dé­ Gilbert Fournié, ancien directeur meilleure formule pour détecter le nant qu’il faut s’armer. » teurs non essentiels seront
explique Dorfman. Il suffit alors montrent, échantillon à l’appui, de recherche à l’Institut national virus au plus tôt et éviter sa trans­ Bruno Lina, du conseil scientifi­ fermés, ainsi que les lieux
de tester chacun d’eux. Si la mala­ l’efficacité de la méthode. Les pre­ de la santé et de la recherche mé­ mission », précise la chercheuse. Et que, se montre plus calme : « Maî­ de loisirs et les lieux de culte
die est peu répandue, et qu’un seul miers parviennent à détecter un dicale (Inserm). « Les limites tech­ son verdict est sans appel : « Si l’on trisons la technique, soyons prêts à les plus grands.
des lots est contaminé, on dispo­ échantillon positif dans des pools niques ne tiennent pas, dit­il. Les ne teste que les symptomatiques, la mettre en œuvre si c’est néces­
sera de l’ensemble des résultats de 32 ; les seconds à retrouver des Israéliens et bien d’autres ont mon­ même légers, le virus poursuit sa saire, mais je ne vois pas encore de
avec 20 tests, au lieu de 100. Si tous résultats « sensiblement similai­ tré que ce qu’on perd en sensibilité progression. » La solution ? « Lors­ situation qui l’imposerait. » Le con­
les lots se révèlent négatifs, 10 tests res » aux tests individuels en ré­ est largement compensé par la que la capacité quotidienne de tests seil scientifique n’a pas pris posi­
auront été suffisants. A l’inverse, si partissant 184 échantillons en po­ quantité de tests réalisés : pour une est suffisante, le plus efficace est la tion sur le sujet et dans un avis du
une maladie devient très présente ols de 8. Dans la foulée, ces der­ personne jugée à tort négative, on cascade, on teste individuellement 11 septembre, le Haut conseil de la
dans une population – en pratique niers appliquent avec succès leur retrouvera neuf positifs que l’on les patients et soignants en priori­ santé publique a réitéré son oppo­
au­delà de 10 % –, la méthode perd méthode à 26 500 membres du n’aurait tout simplement pas pu sant les symptomatiques, puis les sition à cette technique. En Alle­
vite de son intérêt. personnel ou patients d’établisse­ tester. Quant à évoquer des con­ nouveaux entrants, détaille la mo­ magne, l’Institut Koch vient de
Les tests groupés vont connaître ments de soins, tous asymptoma­ traintes organisationnelles, ça me délisatrice. En revanche, si la capa­ conseiller un passage au poolage
un grand succès. De la cryptogra­ tiques : 31 d’entre eux se révéleront consterne. On a raté la première cité est faible, le poolage devient après quatre semaines de satura­
phie au séquençage de l’ADN, en positifs. Le tout avec sept fois vague faute notamment de tests. réellement pertinent. Même en tion à 95 % des équipements. 
passant par la localisation des moins de tests. On va rater la seconde. » considérant la perte de sensibilité nathaniel herzberg
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 france | 11

Affaire Moha La Squale: les plaignantes témoignent


Une enquête a été ouverte le 8 septembre pour « violences », « agression sexuelle » et « séquestration »

A
ppelons­les Luna, Ana
et Andrea. Trois fem­
mes, la vingtaine, une
blonde, une châtain et
une brune aux mèches dorées. En
cette soirée du jeudi 10 septem­
bre, dans le bureau parisien de
leur avocat, Me Thibault Stumm,
elles s’encouragent du regard,
pour trouver les mots. Se sur­
prennent, aussi, des similitudes
de leurs histoires. « Au début,
c’était des insultes, et ça a très vite
dégénéré en “je te pousse”, raconte
Luna, de sa voix posée. Puis les
premières claques. Tout douce­
ment, ça prenait de l’ampleur. »
Ana et Andrea semblent revivre
la scène de menaces décrite par
Luna, dont la voix, parfois,
se brise : « Il m’a dit : “Si tu me quit­
tes et que tu parles, je te ferai tirer Mohamed
une balle dans le genou, j’enverrai Bellahmed,
un mec te lacérer le visage avec alias « Moha
une lame de rasoir, je vais appeler La Squale »,
des mecs du quartier pour qu’ils en concert
t’emmènent dans une cave te vio­ à Paris, en
ler. Et quand ils auront fini, je vien­ février 2019.
drai te graver Moha La Squale DANIEL PIER/
dans le dos.” » Désormais, Luna a NURPHOTOVIA AFP
décidé de parler, pour livrer sa
vérité. Elle veut garder son anony­
mat, jusqu’à son prénom, comme
les deux autres jeunes femmes.
Quelques jours plus tôt, le week­
end du 5­6 septembre, une cer­
taine Romy a dévoilé sur Insta­
gram plusieurs témoignages de
jeunes femmes se disant victimes
du rappeur de 25 ans, auteur du
disque de platine Bendero (2018).
Le 7 septembre, avec Ana et An­
drea, Luna se décide à aller dans
un commissariat parisien porter la peau du crâne se décollait, j’avais pas. Au cours de l’été, elle écrit sur de leur relation, Ana dit en garder pourquoi tu l’aimes, tu récoltes le
plainte contre Mohamed Bellah­ des hématomes partout sur la Instagram à Ana, une jeune ac­ des traces aujourd’hui encore :
« Il a mis blé qu’il sème. » Dans Benita, sorti
med, alias Moha La Squale, ac­ tête. » Il y a aussi ces fois où il trice de 23 ans. Les deux femmes des crises de tétanie qu’elle un oreiller sur ma en 2020, il écrit, entre autres réfé­
compagnées par leur avocat. « El­ « l’étrangle avec un oreiller ». « Je s’étaient croisées, sans se connaî­ n’avait pas avant. Aux policiers, rences plus personnelles à Ana :
les ont été mal accueillies », regret­ me débattais et je me disais : “Il va tre, lors du concert du rappeur à elle a raconté qu’elle se frappe lors
tête, je ne pouvais « Benita, Benita, cette femme, c’est
te­t­il, mais elles ont pu déposer finir par m’étouffer un jour.” » l’Olympia, le 17 octobre 2018. A de pics d’angoisse. plus respirer. du béton. Arrêtez vos bêtises, elle
leurs plaintes. Le parquet a ouvert Après ces accès de rage et de co­ cette époque, Mohamed Bellah­ Chez les trois femmes, la rela­ mérite mieux qu’un bâtard. »
une enquête visant le rappeur lère, Mohamed redevient atten­ med était encore en couple avec tion avec Mohamed Bellahmed a
Et là il me disait : Andrea elle aussi a reçu une
pour « violences », « agression tionné : « A chaque fois, il venait Luna, mais il avait rencontré Ana laissé des séquelles. Evoquer cer­ “Je vais te tuer” » chanson, pour l’instant jamais
sexuelle » et « séquestration ». avec un sac de glace, un petit gant quelques semaines plus tôt, dans tains épisodes provoque parfois sortie. « J’étais pas courtois », y
ANDREA
Initialement, les trois jeunes de toilette pour me débarbouiller le le cadre de son travail. « Il était des sanglots. Pour Andrea, qui a chante­t­il notamment. Mais
ex-compagne
plaignantes, entrées en contact visage et faire comme s’il prenait méchant avec tout le monde, mais rencontré le rappeur « fin d’excuses écrites et détaillées, les
de Moha La Squale
via les réseaux sociaux durant soin de moi. Il me disait que j’étais adorable avec moi, se souvient août 2019 », le traumatisme est trois jeunes femmes n’en rece­
l’été, « ne voulaient pas s’exposer la seule à qui il avait fait ça, et qu’il Ana. J’étais sa princesse. » encore plus récent. Quand elle vront pas. Après les premières ré­
médiatiquement », assure l’avo­ ne recommencerait plus jamais, évoque son histoire et ses « humi­ vélations sur les réseaux sociaux
cat. Il les a prévenues de possibles que je le rendais fou. » Il lui rappelle Une « pression » permanente liations » avec Moha La Squale, les Pour Andrea, l’épisode le plus de la part d’autres femmes, les 5 et
« contre­feux judiciaires », alors son parcours difficile, leur diffé­ La relation du rappeur avec Ana, mots se bousculent dans sa bou­ violent est intervenu le 9 juillet, 6 septembre, le rappeur a seule­
que le chanteur s’apprête à sortir rence de milieu social. « Ça me fai­ débutée à l’été 2018, est d’abord che, à toute vitesse. Avec lui, la alors qu’elle tentait de prendre ses ment envoyé un message à l’une
un nouvel album. Mais des fuites sait beaucoup culpabiliser, j’avais secrète. Ils se retrouvent dans des jeune femme, qui travaille dans la distances. Ce jour­là, raconte­t­elle, des trois plaignantes, dont Le
partielles d’une audition de Luna envie de l’aider, je me disais à cha­ logements qu’il loue. Lui se dit communication, n’aura vécu que il l’a « suppliée » de le revoir. Il lui Monde a pu prendre connais­
dans la presse les ont fait changer que fois “le pauvre, le pauvre”. » très soucieux de son image publi­ quelques semaines « normales ». offre un foulard, l’emmène dans sance et dans lequel il dit ne pas
d’avis. Pas question d’être Luna finira par parler de ces vio­ que et prévient Ana qu’elle risque Les « crises de démence », « de ja­ un restaurant. Le soir, il ne veut avoir été violent.
dépossédées de leur histoire. Elles lences, raconte­t­elle, d’abord à le « lynchage médiatique » si la lousie » sont rapidement venues pas partir de chez elle. Il s’énerve, Luna, Ana et Andrea décrivent
livrent au Monde leurs témoigna­ son meilleur ami. Au travail, presse people révèle leur liaison. pourrir leur relation. fait du bruit. La police passe. Mo­ un homme « très, très seul », sans
ges, après en avoir déjà fait un aussi, contrainte. « J’avais des Sans parler du fait que Luna ris­ Comme les deux autres jeunes hamed Bellahmed dit alors à An­ ami ou presque. « Moha », ra­
récit détaillé aux enquêteurs, que marques sur le front, je n’avais pas que de « la défoncer » si elle ap­ femmes, elle mime les moments drea qu’il ne veut « pas retourner content­elles, pouvait regarder
nous avons pu consulter. « Pour pu aller au travail parce que j’étais prend leur liaison. Ana se re­ de colère où il ne cessait de se taper au placard », elle éconduit les poli­ ses propres clips des heures en­
que ça n’arrive pas à d’autres », détruite. On ne peut pas y aller trouve donc à attendre son rap­ la poitrine. La période du confine­ ciers pour ne pas l’accabler. Mais la tières, le regard perdu. « C’est
disent­elles. avec la pommette gonflée, même peur des journées entières dans ment, au printemps, a marqué colère du jeune homme empire au quelqu’un qui a un problème, une
si ce ne sont pas des bleus, ça se ces appartements, et il lui dit d’en une étape supplémentaire. Un départ des agents. maladie mentale, pour être à ce
Les insultes pleuvent voit. » Elle ne souhaite pas en dire sortir le moins possible. Fin jour, le rappeur la menace de point violent et terrible avec ses
Selon son récit, quand Luna a ren­ plus sur une agression sexuelle août 2018, il lui propose de partir mort, explique­t­elle aux policiers, « Tu m’as poussé à bout » petites amies, estime Luna. C’est
contré « Moha », en septem­ qu’elle a racontée aux policiers. dans une villa en Espagne. A en lui disant : « Toi tu crois que tu « Il a mis un oreiller sur ma tête, ra­ quelqu’un qui a besoin de se faire
bre 2016, il n’était pas encore ce Ses proches lui conseillent de deux, dans cette grande maison, vas me niquer ma vie, petite pute, je conte­t­elle dans sa plainte, il ap­ soigner. Il exerce une pression très
rappeur reconnu. A l’époque, elle partir, mais elle a peur des réac­ la tension monte et le chanteur vais te fumer, je vais te fumer. » Plus puyait très fort sur ma tête et je ne forte, une emprise sur les gens qu’il
est styliste, elle a 23 ans. Lui en a 21 tions de « Moha », en cas de rup­ montre un autre visage. « C’est la tard, le 14 avril, il l’enferme chez lui pouvais plus respirer. Et là il me di­ côtoie. » S’esquisse le portrait
et vient de s’installer dans l’ap­ ture. Ses parents finissent par in­ première fois qu’il me parlait mal, et ne veut plus la laisser sortir. « Il sait : “Je vais te tuer, je suis déjà d’un homme loin du personnage
partement voisin, à Paris. Le tervenir pour l’aider à quitter l’ap­ comme il parlait aux autres, je me m’a dit : “Le seul moment où tu sor­ tombé pour des actes de barbarie, public, ce garçon attachant à l’en­
jeune homme, cheveux longs et partement. Le rappeur leur fait suis dit “ok, c’est mon tour”. » tiras de chez moi, ce sera pour aller je vais retourner au placard, je vais fance difficile. « On est toutes
bouille souriante, a rejoint le promettre qu’ils ne porteront pas Si elle ne subit pas de violences en garde à vue et te faire baiser par te tuer, je vais te faire tuer, même ta tombées dans ce piège­là, pour­
cours Florent, après un parcours plainte. Elle mettra près de deux physiques, le moindre sujet de­ des clochards, ça me fera bander.” » famille je vais la faire tuer (…). Je suit Luna. C’est quelqu’un qui
cabossé, et un passage par la pri­ ans à le faire, le 7 septembre. A vient source de reproches, d’in­ Elle répète avoir voulu le quitter à vais te tuer avec un oreiller, ça ne aimerait vraiment être ce genre de
son. « Au début, il était très gentil, l’appui de ses accusations, elle a li­ sultes incessantes. « Il me répétait de nombreuses reprises, n’y être fait pas de marque.” » Il ne s’arrê­ personne, aider les gens, être gen­
très serviable. Il m’avait dit qu’il vré aux enquêteurs les contacts que j’étais un bras cassé, que j’étais pas parvenue. Pour se faire par­ tera qu’à la vue du sang qui coule til. Il aimerait, mais n’est pas capa­
avait eu de petits ennuis avec la d’une dizaine de personnes, dont nulle. » Elle est traitée de « sale donner ses « crises », il lui offre des de son nez, dit­elle. Puis il s’est as­ ble de l’être. Quand il se met en co­
justice parce qu’il avait vendu un des amis et collègues, ses parents pute » pour un barbecue qui ne lui cadeaux, comme ces chaussures sis par terre, a­t­elle raconté dans lère, il se met dans des états très
petit peu de drogue, rien de et même sa gardienne d’immeu­ convient pas, avant de redevenir Gucci et un bouquet pour son an­ sa plainte : « Il disait : “Je suis schizo, puissants. »
grave », se remémore Luna. ble, témoins de différentes scè­ son « bébé » une fois l’épisode niversaire. on est plusieurs dans ma tête, je Dans un entretien vidéo au
Elle est séduite par ce jeune nes. Longtemps, Luna s’est sentie passé. Comme avec Luna ou An­ Aux dires des trois jeunes fem­ peux tuer quelqu’un.” » Deux jours média en ligne belge Alohanews,
homme « tourmenté », issu d’une seule. Mais elle découvre sur les drea, Moha La Squale espionne mes, les crises sont d’autant plus plus tard, le 11 juillet, il lui envoie en juillet 2018, interrogé au sujet
cité du 20e arrondissement, qui réseaux sociaux qu’elle ne l’est son téléphone, contacte même violentes quand « Moha », très un message d’excuses, conservé de sa chanson Luna, « Moha »
écrit des textes de rap. Elle a un bac ses ex­petits amis au milieu de la gros fumeur, est en manque de dans son téléphone portable, dans expliquait : « Une relation ça se
littéraire, lui a arrêté ses études au nuit. Il « met la pression » en per­ cannabis. Deux d’entre elles affir­ lequel il écrit : « Je suis désolé pour vit, quand ça se passe mal, ça se
collège. Il lui demande de l’aider à manence, exigeant de savoir à ment avoir dû acheter ou trans­ tout ce qui s’est passé mais je passe mal, ma gueule, c’est nor­
réviser les pièces de théâtre. Une « Il m’a dit : chaque heure où elle se trouve, porter du shit sur elles, pour sa n’avais pas encore fait ça dans ma mal. Une relation, c’est séduire sa
relation amoureuse naît, il s’ins­ avec qui, pourquoi. Prétextant consommation à lui. Elles ne se vie. Tu m’as poussé à bout. » copine aussi, pas lâcher l’affaire.
talle chez elle. Mais, dès la fin de
“Si tu me quittes des blagues, « il me disait que sont pas fait arrêter à l’époque. « Je Ana note que pour chacune de Faut pas que tu rentres dans un
l’année 2016, il multiplie les crises et que tu parles, j’étais son esclave, son objet préférais prendre le risque de me ces trois histoires, au moment de moule, que ce soit tout le temps
de jalousie, au moindre prétexte. sexuel ». Ces épisodes de violence faire prendre plutôt que de subir sa la rupture, Moha La Squale a com­ pareil. » Contactée, l’avocate du
Même le caissier du supermarché
je te ferai tirer alternent avec des demandes de colère », explique Andrea. La dro­ posé une chanson. Dans Luna, rappeur, Me Elise Arfi, n’a pas ré­
en bas de chez eux devient sus­ une balle « papouilles », de « câlins ». gue, parfois, contribue à le calmer. morceau sorti en 2018, il chante : pondu à nos sollicitations. Moha­
pect. Les insultes pleuvent : De plus en plus effrayée par les Ses ex­compagnes décrivent une « Oh, ma Luna, c’est toi qu’je veux, med Bellahmed ne s’est pas ex­
« pute », « radine de blanche »…
dans le genou » menaces que profère le rappeur à peur quasi permanente, renfor­ c’est toi qu’je veux. Tu fais jamais primé publiquement depuis sa
Après la violence verbale, vient la LUNA chaque crise, la jeune femme par­ cée par le récit de violences qu’il d’chichis et pour moi, t’en as chié. mise en cause. 
violence physique : « Il me tirait ex-compagne viendra, peu à peu, à s’éloigner de dit avoir commises par le passé. Oh, ma Luna, j’sais qu’Moha t’a fait yann bouchez
par les cheveux tellement fort que de Moha La Squale lui. Près de deux ans après la fin Invérifiable, mais intimidant. d’la peine. (…) Tu sais même pas et samuel laurent
0123
12 | france DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

Maintien de l’ordre : nouvelle Le site pornographique


Jacquie et Michel visé par
grenade et usage du LBD encadré une enquête judiciaire
Gérald Darmanin a présenté, vendredi, les grands axes du nouveau A la suite d’un signalement d’associations
féministes, le parquet de Paris a ouvert une
« schéma » en vigueur pour les forces de l’ordre lors des manifestations enquête pour « viol » et « proxénétisme »

A A
lors que certains grou­ tensions : les agents de ces unités, compagné d’un superviseur. Cette 24 ans, Loula (son pré­
pes de « gilets jaunes »
« Il nous faut parfois en début de carrière et peu mesure vise les unités urbaines. Le nom a été changé) cher­
« On tient
devaient faire leur re­ diminuer expérimentés, ne recevaient pas, tir de LBD chez les CRS et gendar­ che à reprendre ses étu­ à dénoncer
tour dans la rue, sa­
medi 12 septembre, dans plusieurs
le nombre de jusqu’à présent, de réelle forma­
tion en maintien de l’ordre. Les
mes mobiles est déjà encadré par
la hiérarchie. L’utilisation de la
des et à devenir psychologue, afin
« d’apprendre à protéger les fem­
le caractère
villes, le ministre de l’intérieur, violences et de brigades de répression de l’action grenade à main de désencercle­ mes des hommes qui les prennent systémique
Gérald Darmanin, a dévoilé la
blessés lors des violente ont notamment été criti­ ment – elle aussi mise en cause pour des objets ». Un nouveau pro­ des violences
veille les grandes lignes d’un docu­ quées pour être à l’origine de comme étant à l’origine de nom­ jet professionnel, et une plainte
ment attendu depuis plus d’un an manifestations » nombreux tirs de lanceur de bal­ breuses blessures – sera abandon­ aussi qu’elle veut déposer, pour dans le porno »
par les policiers et les gendarmes : les de défense (LBD) ayant en­ née au profit d’une grenade dé­ s’associer à l’enquête préliminaire FABIENNE EL-KHOURY
GÉRALD DARMANIN
le schéma national du maintien de traîné de graves blessures côté crite comme moins violente et ouverte par le parquet de Paris porte-parole d’Osez le féminisme
ministre de l’intérieur
l’ordre. Le texte, qui doit être pu­ manifestants. Le ministère de l’in­ « offrant moins de projections en pour « viol » et « proxénétisme » qui
blié d’ici quelques jours, répond à térieur a indiqué que les agents hauteur », a détaillé le ministre. vise la plate­forme de vidéos por­
un impératif délicat. Il doit fixer la concernés bénéficieraient désor­ C’est aussi une nouvelle forme nographiques Jacquie et Michel, porno, c’est très contractualisé, es­
doctrine qui guide l’action des uni­ qui ne sont pas toujours déclarés mais d’une formation spécifique. de dialogue avec les manifestants révélée le 10 septembre par le quo­ time­t­elle. On se met d’accord sur
tés mobilisées, tout en apportant en préfecture, à des groupes d’in­ Cette volonté de recourir à des ef­ que le schéma national du main­ tidien 20 Minutes. Cette enquête, des pratiques. Si le contrat n’est pas
un certain nombre de garanties dividus qui se déplacent de façon fectifs très mobiles a pour objectif tien de l’ordre entend installer. confiée à la police judiciaire pari­ respecté, c’est du viol. »
aux manifestants. rapide et disparate, sans suivre de de procéder à des interpellations Les phrases utilisées pour an­ sienne, a été lancée en juillet sur la Nailie a témoigné cette année
C’est l’ancien locataire de la Place parcours officiel, sans leader dési­ dès que des troubles surviennent. noncer les sommations vont base d’un signalement adressé par dans une vidéo sur les coulisses
Beauvau, Christophe Castaner, qui gné et sans interlocuteur identifié L’idée, a précisé Gérald Darmanin, ainsi être modernisées, des SMS trois associations féministes, du porno amateur diffusée par le
avait engagé cette réflexion, en pour échanger avec les autorités. est que « les autres manifestants groupés pourront être envoyés après plusieurs témoignages. média en ligne Konbini. Cette en­
juin 2019, après plusieurs mois de Le cadre d’action fixé par le puissent continuer de s’exprimer li­ pour donner des indications aux A 19 ans au moment des faits, quête a notamment été réalisée
mobilisation des « gilets jaunes ». schéma du maintien de l’ordre re­ brement » en exfiltrant rapide­ manifestants. Loula n’a pas confiance en elle, ra­ par Robin D’Angelo, journaliste
Face à la violence des affronte­ prend, dans l’ensemble, les straté­ ment les fauteurs de trouble. Dans S’ils attendent le document final, conte­t­elle. Une adolescence mar­ indépendant qui a passé près de
ments entre forces de l’ordre et gies développées par les autorités une décision rendue le 9 juillet, les syndicats de police sont satis­ quée par l’obésité morbide, puis deux ans en immersion dans le
manifestants, les grands principes au moment de la crise des « gilets l’ancien Défenseur des droits, Ja­ faits par la plupart des mesures an­ elle rêve de devenir mannequin milieu du porno amateur, et en a
du « maintien de l’ordre à la fran­ jaunes ». Parmi celles­ci, la volonté ques Toubon, pointait néanmoins noncées. Christophe Rouget, se­ ronde. Elle sort beaucoup dans des tiré un livre, Judy, Lola, Sofia et
çaise » – garder le cortège à dis­ d’aller au contact des manifes­ toute une série de défaillances, dé­ crétaire général du Syndicat des boîtes de nuit de la frontière belge, moi (Goutte d’or, 2018). « L’exem­
tance, faire un usage graduel et tants. « Pour neutraliser les auteurs nonçant l’usage abusif des gardes cadres de sécurité intérieure, es­ à quelques dizaines de kilomètres ple du “pas d’anal” est classique :
proportionné de la force – avaient de violences, il faut moderniser la à vue, des interpellations de time que le schéma proposé « pa­ de là où elle vit, chez ses parents. ils insistent jusqu’à ce que les actri­
volé en éclats. Samedi 1er décem­ façon [dont les forces de l’ordre] groupe et des contrôles délocali­ raît équilibré », n’établissant pas Une nuit, elle dit avoir fait la ces cèdent. Elles ont beaucoup de
bre 2019, à Paris, l’Arc de triomphe bougent sur le terrain : se rappro­ sés, réalisés sans fondement juri­ une « doctrine monolithique » de connaissance d’une « rabat­ mal à dire non, à cause de leurs fra­
était saccagé, les forces de l’ordre cher et interpeller rapidement, pour dique et privant, de fait, certains manière à ce que les forces de l’or­ teuse » : une femme lui propose gilités psychologiques, de leur pré­
dépassées, créant un électrochoc. éviter les affrontements violents », a manifestants de leurs droits. dre « puissent s’adapter en fonction de participer à un tournage por­ carité financière… », estime
S’exprimant lors de la cérémonie déclaré le ministre. En plein cœur de la crise des « gi­ des manifestations ». Une mesure nographique : « Elle m’a parlé de l’auteur. Quant au chef d’ouver­
de prise de fonctions de la nou­ lets jaunes », la question de l’arme­ en particulier a été saluée par les Jacquie et Michel, m’a dit que ture d’enquête pour « proxéné­
velle patronne des CRS, Pascale Re­ Formation spécifique ment des forces de l’ordre avait syndicats : l’annonce, par Gérald c’était un petit site pas connu, que tisme », il serait dû à la rémunéra­
gnault­Dubois, vendredi 11 sep­ Pour ce faire, le recours à des uni­ également fait l’objet d’accusa­ Darmanin, de sa volonté de voir ça n’aurait aucune répercussion tion d’intermédiaires pour rame­
tembre, Gérald Darmanin a es­ tés urbaines, comme les brigades tions, alors que se multipliaient, les visages des forces de l’ordre sur ma vie et que ça me ferait de ner des filles sur les tournages.
timé que le schéma national du anticriminalité et les compagnies sur les réseaux sociaux, les images floutés à la télévision et sur les ré­ l’argent pour payer mes photos de Les trois associations féministes
maintien de l’ordre devait « répon­ d’intervention, sera pérennisé. Au et vidéos de manifestants ébor­ seaux sociaux. mannequin. » Loula accepte, se re­ et abolitionnistes ont utilisé cette
dre à cette irruption de violences moment de la mobilisation des gnés. « Il nous faut diminuer le La mise en œuvre du schéma va trouve dans un appartement de vidéo de Konbini pour faire leur si­
dans les manifestations, à cette in­ « gilets jaunes », la Préfecture de nombre de violences et de blessés s’étaler dans le temps : certaines Lens (Pas­de­Calais) pour la réali­ gnalement en février auprès du
filtration de groupes séditieux et de police de Paris a notamment réuni lors des manifestations, qu’il mesures, comme le remplace­ sation de sa vidéo. parquet de Paris pour « proxéné­
délinquants qui veulent casser, ces effectifs au sein des brigades de s’agisse de ceux qui touchent les for­ ment de la grenade à main de dé­ tisme, viol, mais surtout actes de
tuer », indiquant que 2 000 poli­ répression de l’action violente, ces de l’ordre ou les citoyens qui sencerclement, devaient prendre Une dizaine de témoignages torture et de barbarie en bande or­
ciers et gendarmes avaient été connues pour circuler à moto afin sont là », a déclaré le ministre. effet dès samedi 12 septembre. A l’entrée, selon son récit, elle ganisée. On tient à dénoncer le ca­
blessés lors de ces événements. de se déplacer rapidement et mul­ Gérald Darmanin a annoncé que D’autres seront mises en place montre sa carte d’identité, signe ractère systémique des violences
L’autre enjeu affiché : pouvoir tiplier les interventions. Ce point a l’usage du LBD allait être encadré : d’ici à 2022.  un papier : « Ils m’ont présenté ça dans le porno », explique Fabienne
faire face à des rassemblements cristallisé un certain nombre de désormais, le tireur devra être ac­ juliette bénézit comme un contrat, ils m’ont dit “dé­ El­Khoury, porte­parole d’Osez le
pêche­toi de signer”, je n’ai pas eu le féminisme. Depuis l’annonce des
temps de le lire, ni d’avoir un dou­ investigations, l’association af­
ble. » L’équipe de tournage lui firme avoir reçu une dizaine de té­
aurait ensuite fait boire de la moignages de jeunes femmes dé­

Critiqué par Elisabeth Borne, le chef de la vodka et fumer des joints pour la
détendre. La scène commence,
mais alors qu’elle n’a donné son
nonçant des faits similaires con­
cernant la plate­forme française.
Joint par Le Monde, Nicolas Cellu­
accord que pour une pénétration pica, l’avocat du groupe Jacquie et

Direction générale du travail démissionne vaginale « traditionnelle » avec un


seul acteur, le scénario évolue dif­
féremment : « IIs m’ont forcée à ce
Michel, précise que les dirigeants
« tombent des nues » : « La plate­
forme n’est que diffuseur de conte­
qu’il y ait deux hommes pour faire nus et n’a aucun lien avec les socié­
La ministre du travail a dénoncé la gestion de « l’affaire Anthony Smith », cet inspecteur du une double pénétration, donc de tés de production qui réalisent les
travail, membre de la CGT, sanctionné pour ses décisions prises durant l’épidémie de Covid­19 l’anal aussi. » films. Le diffuseur n’a aucune res­
Nailie, 28 ans, décrit le même ponsabilité, sinon vous mettez
mode opératoire que Loula. A aussi en examen le gérant d’un hô­

L es services de la ministre du
travail, Elisabeth Borne, tra­
versent une zone de très for­
tes turbulences. Vendredi 11 sep­
tembre, l’un des piliers de cette ad­
critiques, notamment sur le rap­
port disciplinaire ayant conduit à
la sanction prononcée contre
M. Smith. « Elle trouvait que ce
n’était ni fait ni à faire », résume
tes sans le « moindre discerne­
ment » à l’égard d’une grosse asso­
ciation d’aide à la personne : cel­
le­ci avait, par exemple, été
sommée par M. Smith de fournir
Paris pour apporter leur soutien à
M. Smith, au moment même où
celui­ci passait en conseil de disci­
pline. Un peu plus de trois semai­
nes plus tard, le verdict tombait : le
l’époque, elle a aussi 19 ans, vient
de Belgique, prend le Thalys pour
se rendre directement dans un ap­
partement à Paris. « On ne me pré­
sente pas les hommes, on dit juste :
tel si un viol se produit dans l’une de
ses chambres », poursuit­il. Il re­
grette cette « mise en cause illégi­
time d’un nom très connu des Fran­
çais, jeté en pâture dans la presse ».
ministration a présenté sa démis­ une autre source. Le document en à ses salariés des masques de type fonctionnaire, jusqu’alors en là c’est bite 1, bite 2, et bite 3 », racon­ « Le groupe Jacquie et Michel a
sion : il s’agit d’Yves Struillou, le question, d’une trentaine de pa­ FFP2 ou FFP3, alors que la doctrine poste dans la Marne, faisait l’objet te­t­elle. Au préalable, elle a ac­ lancé un audit interne sur les socié­
chef de la Direction générale du ges, est signé par le directeur des sanitaire nationale réservait de d’une mutation d’office en Seine­ cepté deux partenaires, en réalité tés de production et sera prêt à être
travail (DGT). L’intéressé a pris ressources humaines du minis­ tels accessoires aux soignants. et­Marne. Une sentence que l’inté­ trois lui sont imposés. Elle ne veut partie civile aux côtés des victimes
cette décision très peu de temps tère, Pascal Bernard, mais ressé et tous ceux qui l’épaulent pas de double pénétration ni si des manquements sont pointés »,
après avoir subi un désaveu de la M. Struillou a joué un rôle déter­ Mutation d’office ont qualifiée d’injuste et très péna­ d’anal, comme Loula, mais ça a assure l’avocat. 
part de Mme Borne. A l’origine de la minant dans sa rédaction. Dans Cinq organisations représentant lisante puisqu’elle le contraignait à lieu « dans le feu de l’action ». « Le lorraine de foucher
rupture, il y a « l’affaire Anthony l’entourage de Mme Borne, on re­ les fonctionnaires du ministère aller travailler à « 200 kilomètres de
Smith » – un inspecteur du travail, connaît l’existence de « divergen­ (CGT, CNT, FO, FSU, Sud) s’étaient son domicile ».
membre de la CGT, récemment ces » sur le rapport disciplinaire et dressées contre cette « action folle Finalement, dans un geste
sanctionné par sa hiérarchie, qui « la manière dont le dossier a été de répression » : « Anthony Smith d’apaisement, le ministère du tra­
bénéficie du soutien d’une large conduit ». Le différend avait pris n’a fait que son devoir », avaient­el­ vail a annoncé, mercredi, que la CORO NAVIRUS tional de l’ordre dans un com­
partie de ses collègues et d’une une « ampleur assez importante » les plaidé. Le 21 juillet, plusieurs sanction avait été « aménagée » – Ecole : pas de certificat muniqué. Il « demande au
campagne de mobilisation or­ qui alimentait un mauvais climat centaines de personnes, parmi les­ autrement dit, allégée : M. Smith médical pour le retour ministre de le rappeler aux rec­
chestrée par plusieurs syndicats, dans les services, ajoute­t­on. quelles le leader de La France in­ sera transféré dans la Meuse, un des enfants torats, aux établissements et
des élus de gauche ainsi que des Les remontrances de Mme Borne soumise, Jean­Luc Mélenchon, et département limitrophe de celui Les médecins « n’ont pas à éta­ aux enseignants ».
personnalités d’horizons divers. résultent d’un conflit social qui a le numéro un de la CGT, Philippe où il réside ; le fonctionnaire s’est blir de certificat médical pour
Le dossier est suivi de très près, à éclaté il y a près de cinq mois, à Martinez, s’étaient rassemblées à dit « content » en apprenant la le retour à l’école » des enfants RECTIFIC ATIF
l’Elysée comme à Matignon. une époque où elle ne s’était pas nouvelle tandis que son syndicat y qui avaient des symptômes Contrairement à ce que nous
Selon nos informations, encore installée rue de Grenelle – a vu un premier « recul ». Sous le évocateurs du Covid­19, a sou­ avons indiqué dans l’article
M. Struillou a choisi de démission­ puisque sa prédécecesseure, sceau de l’anonymat, l’un des ac­ ligné vendredi 11 septembre « Rachida Dati, très chère con­
ner à la suite d’un épisode, pénible Muriel Pénicaud, occupait encore
Les remontrances teurs de ce feuilleton, partisan de l’ordre des médecins, en dé­ seillère de Carlos Ghosn » (Le
pour lui, qui s’est produit jeudi les lieux. Le 15 avril, M. Smith avait d’Elisabeth Borne la « punition » initiale, considère plorant des « pressions » de Monde du 11 septembre),
après­midi. Le patron de la DGT été suspendu de ses fonctions, que la CGT a gagné son « bras de certains établissements. « Le Mouna Sepehri n’était pas
participait à une réunion avec pour avoir – aux yeux de sa hié­
résultent fer » et qu’il va être ardu de piloter ministère de l’éducation ne de­ l’expéditrice mais la destina­
Mme Borne et des responsables de rarchie – « méconnu, de manière d’un conflit social l’inspection du travail. L’entou­ mande pas aux parents de pré­ taire du mail du 5 janvier 2010
directions régionales des entrepri­ délibérée, grave et répétée, les ins­ rage de Mme Borne, de son côté, in­ senter un certificat médical de évoquant les missions de Ra­
ses, de la concurrence, de la con­ tructions » données à l’ensemble
qui a éclaté à une siste sur le fait que la ministre est non­contre­indication et une chida Dati en faveur de Re­
sommation, du travail et de l’em­ des agents, durant l’épidémie de époque où elle restée « en soutien » de la solution telle demande des établisse­ nault­Nissan. Ce courriel lui
ploi. D’après une des personnes Covid­19. L’un des griefs portait trouvée au départ, à savoir une ments ne repose sur aucune avait été envoyé par Christian
présentes, la ministre a émis, lors sur des interventions que l’ins­
n’était pas encore mutation d’office.  obligation législative ou régle­ Husson, alors directeur juridi­
de la rencontre, des observations pecteur du travail aurait condui­ Rue de Grenelle bertrand bissuel mentaire », écrit le conseil na­ que du groupe automobile.
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 france | 13

Souvenirs, larmes et rires ont clos la semaine «Charlie»


Les proches des membres de la rédaction de l’hebdomadaire ont témoigné devant la cour d’assises spéciale

S
ur le grand écran défilent
des dessins de Charb. Ils
« On continuera
ont été choisis par Ma­ tous à se battre,
rika Bret, son amie in­
time depuis l’époque de La Grosse
à se lever,
Bertha, qui a vécu ensuite à ses pour rigoler, pour
côtés l’aventure de Charlie. Un
précipité féroce de vingt ans de
ne pas avoir peur.
combats pour revendiquer le Je me battrai
droit à se moquer de tout. Un
homme préhistorique tient une
en vivant »
burette d’huile dans une main, RAPHAËL MARIS
une torche enflammée dans fils de Bernard Maris
l’autre. « L’invention de l’hu­
mour », dit la légende.
Une phrase s’affiche : « Je suis se lèvent tour à tour, comme à la
pour la liberté d’expression, parade. Que peuvent­ils dire qui
MAIS », le I majuscule dessine un ne soit maladroit ? « Sincères con­
minaret. Un prêcheur ensan­ doléances », « C’était émouvant,
glanté proclame : « Notre haine du c’était dur », « Bonjour, c’est vrai
blasphème est plus forte que notre que je m’attendais pas à un procès
amour de Dieu ». Un Dieu apeuré comme ça. Je vois que près de six
se précipite dans les bras d’un dia­ ans après les familles souffrent tou­
ble tout aussi terrorisé à la vue jours », « J’aimerais que les familles
d’un tout petit dessinateur qui puissent faire leur deuil », « Moi, je
tient un crayon. Deux pauvres en sais pas quoi vous dire, parce que
haillons se réchauffent autour j’ai jamais fait de politique », « Leur
d’un feu : « Cette année, on se fait tristesse m’a grave fait mal au
pas de cadeaux, d’accord ? » Deux cœur, grave touché, personne ne
hommes se font face. L’un est mérite ça », « Je condamne tout ce
armé d’un long couteau. « Tu as OLIVIER DANGLA qui s’est passé, tous les attentats, ça
insulté Dieu, je vais le venger ! » coule de source », « Je ne peux que
dit­il. « Il est pas assez grand pour compatir ».
se défendre tout seul, ton Dieu ? », Que peuvent­ils exprimer qui
lui demande l’autre. ne soit suspect, qui soit audible,
On a ri. Un rire furtif, d’abord, quand bien même ils seraient
comme étouffé, qui s’en voulait gnous, son mari, s’affiche sur tion du monde. » Louisa Ourrad, de leur procès, silhouettes muet­ récits des survivants. Ils ont re­ sincères ? Que peuvent­ils ren­
de sa légèreté. Rejoint par l’écran de la cour d’assises, ven­ 21 ans, raconte l’histoire du sien, tes dans le box, qui ne se distin­ gardé leurs corps meurtris. Ils ont contrer d’autre que des visages
d’autres, des dizaines d’autres qui dredi 11 septembre. « Il dessinait Mustapha, correcteur chez Char­ guaient les unes des autres que vu trembler les mains, éclater la fermés, indifférents surtout ? En
éclataient et roulaient. La salle a des bonshommes à gros nez. Il lie, qui avait quitté en 1980 son lors des ballets sécurisés des sus­ colère et les sanglots, jaillir les tournant la page de la semaine
souri et ri. C’était jeudi 10 septem­ disait : “On dessine ce qu’on est à village berbère pour rejoindre la pensions d’audience. beaux souvenirs des mères, des Charlie, on préfère garder le sou­
bre à la cour d’assises spéciale de l’intérieur. Et moi, je suis un France, avait lu tout Molière, Ils ont assisté à la projection des épouses, des compagnes, des filles venir que l’humour de Charb les a
Paris. Et c’était bon de rire, après bonhomme à gros nez, je suis un chantait Ferré, Brassens et Ferrat, images du carnage de la rue et des fils de ceux qui ont été as­ fait sourire, eux aussi. 
tant d’effroi. brave.” » Elle ajoute, dans un récitait Rimbaud et Baudelaire. Nicolas­Appert. Ils ont écouté les sassinés. A l’appel de leur nom, ils pascale robert­diard
Juste avant, la mère de Charb, sourire : « Tignous, c’était le seul « La première chose qu’il avait faite
Denise Charbonnier, s’était avan­ garçon du club d’aquagym de en arrivant, c’était d’aller au cime­
cée à la barre, appuyée sur une Montreuil. » Le 7 janvier 2015, tière Montparnasse déposer deux
canne, pour parler de son fils : quand deux balles de kalachnikov Gitanes sur la tombe de Baude­
« Stéphane a toujours dessiné. A l’ont atteint, il s’est effondré le laire. C’était ses cigarettes, il disait Tarifs 01/01/20

Bonnes Adresses
l’école maternelle, il dessinait. Pen­ crayon à la main. que c’était celles que Baudelaire 1 parution Professionnels Particuliers
dant les vacances, il dessinait. En « Il vient d’une famille humble, aurait aimé fumer. » Forfait 5 lignes 65€ HT 65€ TTC
famille, il nous dessinait. Au col­ c’était un enfant de la banlieue, Forfait 10 lignes 110€ HT 110€ TTC
lège, il dessinait. Il voulait dessiner poursuit Chloé Verlhac. Il a grandi « J’ai de la chance » Reproduction interdite marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
comme Cabu. Il rêvait de le ren­ dans une cité du Val­de­Marne. Sur son petit papier, Gabrielle
contrer. Et un jour, il avait 19 ans, il Son père travaillait au tri des chè­ Maris a écrit une phrase de son
s’était retrouvé à côté de lui, à
l’émission de Michel Polac. Il avait
ques postaux, la nuit. Il disait qu’il
avait appris à être discret parce
père, l’économiste Bernard Ma­
ris : « La contradiction doit se dis­
MAISON CHARLES HEITZMANN ACHÈTE
Antiquités
fait un dessin de Cabu. Il voulait que, quand il se levait, son papa soudre dans un verre de rouge, pas VASES GALLÉ,

CAROLINE PONS
DAUM, LALIQUE, ...

absolument le lui faire parvenir. dormait. Sa mère était secrétaire. dans une flaque de sang. » Elle
On avait fini par trouver l’adresse L’école, c’était pas trop son truc. Il a poursuit : « Le texte se termine par
de Cabu et on avait remis le dessin
à la concierge de l’immeuble. Et
été envoyé en classe passerelle.
Mais cet enfant­là, il a passé les
“Riez. Riez. Riez”. Il disait toujours :
“Regarde comme le ciel est beau”
SACS À MAINS
ET FOULARDS
DE MARQUES
MANTEAUX
“Vu à la télé”
SCULPTURES EN PIANOS DROITS, DE FOURRURES
quand Stéphane est entré à “Char­ concours des écoles de la Républi­ et il se mettait à débattre de l’exis­ BRONZE, MARBRE,
RÉGULE,...
OU PIANOS À QUEUE,
SAXOPHONES,VIOLONS, ...

lie”, Cabu lui a dit : “Mais alors, que. Il a travaillé dur et il est de­ tence de Dieu. Il disait encore :
Charb, le dessin, c’était toi ?” » venu le grand dessinateur que l’on “J’adore voir les gens qui sourient La Maison
Charles Heitzmann
« Charb », ça lui venait d’une connaît. On n’est pas déterminé dans la rue. Je me demande quel
RECHERCHE MOBILIERS
prof de collège qui trouvait son par notre lieu de naissance et notre est leur bonheur et ça me rend ÉGALEMENT
DE TOUTE ÉPOQUE

nom trop long à prononcer. Le environnement. On devient aussi heureux.” Et ensuite, c’est un cau­ Toutes autres antiquités Record d’enchères
et brocantes de la cave au grenier.
diminutif est resté. ce que l’on veut être. » chemar. J’imagine, j’imagine… Sa OBJETS ASIATIQUES :
VASES, ASSIETTES, JADES, BOUDDHAS,
12 700€
IVOIRES, TABLEAUX, …
Ce matin­là, comme chaque ma­ terreur. »
« Regardez comme il est beau ! » tin, il avait pris son petit déjeuner La jeune femme s’interrompt, ARMES ANCIENNES
ET OBJETS MILITAIRES

Véronique Cabut raconte à son avec sa fille de 9 ans et son fils de chasse ses larmes, son regard BIJOUX ANCIENS ET CONTEMPORAINS MONTRES
ROLEX,
CARTIER,
tour l’homme dont elle a partagé 5 ans. « C’était toujours lui qui les semble défier le monde : « En fait, PIÈCES
DE MONNAIE
OMEGA, LIP...

TOUTES
la vie. Le père du Grand Duduche, emmenait à l’école. » Ses deux ca­ je ne peux pas m’empêcher de pen­ ARGENTERIES

des « beaufs » numéro 1, 2, 3, qui dets sont aujourd’hui pupilles de ser que j’ai de la chance. Parce que
était passionné de jazz, commen­ la nation. De leur père, ses deux c’était mon père. Et qu’il m’a appris
çait toujours ses dessins par les filles aînées, Marie, 25 ans, et que la vie était belle. » ART DE LA TABLE
VINS, ALCOOLS
ET CHAMPAGNES
ANCIENS BRIQUETS
LIVRES ANCIENS
ET CONTEMPORAINS HORLOGES PENDULES

yeux, admirait Rembrandt – « Il Jeanne, 23 ans, racontent que, Trois semaines avant l’attentat,
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération
disait qu’il savait capter le regard lorsqu’elles étaient petites, il leur Raphaël Maris avait accompagné
N’hésitez pas à nous contacter pour tous renseignements.
comme personne » – et ne s’endor­ faisait « un palmier sur la tête son père à la conférence de rédac­
Déplacements réguliers et gratuits sur toute la France.
mait jamais sans avoir écouté un parce que c’était la seule coiffure tion de Charlie Hebdo. « Il y avait
morceau de Purcell. qu’il savait faire » et que « matin et Cabu, Wolinski, Charb, Luz… J’ai 01 40 55 46 15 ou 06 19 89 55 28
Cabu, qui avait signé le dessin à soir, soir et matin, il [leur] disait adoré cette journée », raconte­t­il. email : charlesheitzmann@free.fr / www.antiquaire-heitzmann.fr avec le respect des mesures sanitaires en vigeur

la « une » du numéro de Charlie qu’il [les] aimait ». Raphaël avait tout juste 18 ans, il
sur les caricatures en 2006. « Il Hélène Honoré, fille de Phi­ était en classe prépa.
JAMES le couturier de l’homme
faut le voir en entier, ce dessin ! En lippe, se souvient que le 7 jan­ « Ensemble, quand j’étais petit, Le prêt-à-porter à votre mesure BIJOUX Immobilier Reproduction interdite
entier !, enrage­t­elle. Il est écrit vier 2015, à 11 h 30, elle était en on observait les étoiles. Et
rité PERRONO-BIJOUX
Sécuurée
“Mahomet débordé par les inté­ train de chercher sur Internet « un aujourd’hui, je fais des études de
--------------
gristes” et pas seulement “C’est dur gilet à zip » en solde pour son physique. Je m’étais beaucoup rap­ a s s
Tailles Costumes Anciens. Occasions argenteries.
ACHAT
d’être aimé par des cons !” » père. « Personne ne pourra me dire proché de lui entre 15 et 18 ans. Et
« Regardez comme il est beau ! », pourquoi mon père est mort mais avec cet attentat, j’ai l’impression du 44 au 70 Vestes Brillants. Pierres précieuses.
Création & transformation
souffle Chloé Verlhac, quand le je sais qu’il n’a pas vécu pour rien. Il qu’on m’a arraché quelque chose, CARDIN - DIGEL Pantalons réparations. Achats ventes.
portrait en noir et blanc de Ti­ disait que le dessin, c’est l’observa­ là… juste quand je me construi­ ZINS - BERAC, etc... Pour clientèle internationale
Parkas Echanges sélectionné par le guide et sociétés, recherchons appts
sais… » Il se frappe le cœur, tout Les meilleurs
PARIS PAS CHER vides/meublés à vendre/louer
son corps ploie, il lutte, se re­ Vêtements de qualité pour homme -------------- à Paris. Expatriates & Impatriates:
Nouvelle menace d’Al-Qaida dresse : « “Charlie”, il faut qu’ils
continuent à se battre. On conti­
Du mardi au vendredi de 14 h 30 à 19 heures, OPÉRA : angle bd des Italiens Parisian rentals made easy!
Le spécialiste de l’Ouest parisien !
Samedi de 10 h 30 à 13 heures et de 14 h 30 à 19 heures 4, rue de la Chaussée d’Antin
Al-Qaida a menacé d’attaquer de nouveau la rédaction de l’heb- nuera tous à se battre, à se lever, 53, rue d’Avron - 75020 PARIS - Tél. : 01.43.73.21.03 LOCATION - VENTE - RÉNOVATION
Tél : 01 47 70 83 61 GetaHomeinFrance.Co.Uk
domadaire satirique Charlie Hebdo, qui a réédité des caricatures pour rigoler, pour ne pas avoir Tél : 06.09.33.91.68
du prophète de l’islam Mahomet à l’occasion du procès de l’at- peur. Je me battrai à ma manière
tentat de janvier 2015 contre le journal, selon le groupe améri- en vivant… »
cain Site, spécialisé dans la surveillance des organisations djiha- A cette semaine éprouvante,
distes. Le raid meurtrier contre Charlie Hebdo « n’était pas un pleine de fracas, de détresse, de RUBRIQUE
incident ponctuel », avertit Al-Qaida dans sa revue publiée ven- force, de terreur et de grâce, on RUBRIQUE BONNES ADRESSES IMMOBILIER
dredi 11 septembre, en évoquant les « héroïques frères Kouachi », eût préféré un autre épilogue que marie-cecile.bernard@mpublicite.fr VENDRE OU LOUER
auteurs de l’attaque, qu’ils avaient revendiquée au nom d’Al- celui apporté par les accusés, aux­ SON BIEN IMMOBILIER
Qaida au Yémen avant d’être tués par les forces de l’ordre. Le quels le président Régis de Jorna a
président Macron a « donné son feu vert » à la réédition des cari- donné la parole en dernier. De­ marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
catures, accuse l’organisation djihadiste. puis cinq jours, ils étaient absents
0123
14 | france DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

La ville de Lausanne saisit la justice contre Alain Soral


Résidant désormais en Suisse, l’essayiste antisémite a multiplié les provocations en ligne ces derniers mois

Q
uand Alain Soral a Contre cette « lettre de cachet »,
loué, en 2019, un l’avocat, qui se refuse à tout autre
trois­pièces à deux commentaire, a porté plainte, le
pas de la synagogue 5 août, contre Eric Dupond­Mo­
de Lausanne en se fé­ retti devant la commission des
licitant de l’ouverture d’esprit des requêtes de la Cour de justice de
Suisses, la municipalité socialiste a la République pour « atteinte à la
un peu tordu le nez, et assuré que liberté individuelle », un crime
« les propos et actions » de l’es­ puni « d’une peine de trente ans »,
sayiste antisémite feraient l’objet a assuré l’avocat dans sa vidéo –
« d’une attention particulière ». So­ sept ans, en réalité.
ral, sous le nom de Robert Bonnet Le ministre de la justice a,
– il s’appelle en réalité Alain, Gé­ certes, quelques raisons de peu
rard, Robert, Guy Bonnet – a la apprécier le polémiste, qui l’avait
double nationalité franco­suisse, vivement injurié en mars 2017 et
et a jugé prudent de mettre une avait conclu : « Pour moi, ce
frontière entre sa résidence et la mec­là c’est vraiment un type
bonne vingtaine de condamna­ qu’on est en train de mettre en
tions qu’il a essuyées en France ; il scène, en ce moment, une sorte de
a obtenu, le 15 octobre 2019, son [Jacques] Vergès inversé. Et qui va
inscription auprès du Contrôle des beaucoup servir dans la campa­
habitants de la ville, et il est désor­ gne présidentielle contre le
mais résident suisse. Rassemblement national. » La
Alain Soral n’a pas reculé d’un Cour dira, probablement au dé­
pouce, et multiplié les provoca­ but du mois prochain, si la
tions, sur Twitter comme dans les plainte est recevable, ce qui est
vidéos de son site Egalité & Ré­ juridiquement douteux.
conciliation, l’un des plus suivis de
la fachosphère. Le conseiller mu­ Un ouvrage interdit
nicipal (le titre du chef de la police Les ennuis sont également fi­
de Lausanne) a saisi, le 21 août, le nanciers pour Alain Soral, puis­
procureur général de ces dérapa­ que la Ligue contre le racisme et
ges, ainsi que l’a révélé Le Matin­ l’antisémitisme (Licra) a fait sai­
Dimanche. « Nous sommes égale­ sir 45 000 euros sur le compte de
ment prêts à porter plainte afin de la banque de Kontre Kulture, la
lutter contre l’antisémitisme, a écrit Alain Soral, en 2015, à Paris. LOÏC VENANCE/AFP maison d’édition de Soral. L’asso­
Pierre­Antoine Hildbrand. Et pour ciation l’avait fait condamner, le
que le territoire de Lausanne ne 13 novembre 2013, en référé à
puisse pas être utilisé comme lieu évidemment à l’antisémitisme, in­ tion de la municipalité, indique Jo­ Alain Soral était poursuivi pour couper des passages dans quatre
de production ou de diffusion. » siste Pierre­Antoine Hildbrand.
Sur une photo hanne Gurfinkiel, le président de une vidéo où il donnait son avis livres ouvertement antisémites,
Nous n’avons pas vocation à être to­ publiée sur la Cicad. C’est une étape supplé­ sur la réaction d’Américains au qui ont été retirés de la vente,
Lignes rouges lérants avec les intolérants ». mentaire à nos interventions, confinement, avec des manifes­ puis remis en rayon en 2018. Et
Il a joint trois photos, sur la pre­ Louis Dana, élu socialiste depuis
Twitter, Soral l’autorité politique a pris cons­ tants armés de fusils d’assaut Me Michaël Bendavid, pour la Li­
mière, Soral tient une tasse frap­ quatre ans au Conseil communal tient une tasse cience de ce qui se passait. » M16. Il avait fait le parallèle avec cra, a fait appliquer le jugement.
pée de l’aigle nazi où est inscrit de Lausanne (l’assemblée législa­ les « gilets jaunes » français « qui, Kontre Kulture devrait théori­
« Der führer ». Publiée sur Twitter le tive), avait déjà envoyé ces photos
frappée de l’aigle Mis en examen en France pendant un an, ont rêvé de révolu­ quement payer plus de
10 juillet (jour anniversaire du vote au parquet général, ainsi qu’une nazi où est inscrit La situation d’Alain Soral est en­ tion », ce qui fonderait l’atteinte 200 000 euros d’astreinte. La
des pleins pouvoirs à Philippe Pé­ autre, publiée le 1er juillet sur Twit­ core moins confortable en aux intérêts de la nation. Son cour d’appel tranchera le 24 sep­
tain, en 1940), avec le message : « A ter, où Alain Soral prend un air très
« Der führer » France. L’essayiste négationniste avocat, Me Damien Viguier, s’est tembre, mais « la survie de la mai­
tous mes censeurs, champagne ! », efféminé en brandissant un sac a été mis en examen le 30 juillet, vertement indigné du choix de son d’édition est engagée », as­
elle a été retirée par le réseau so­ arc­en­ciel LGBT. L’article 261 bis après quarante­huit heures de cette infraction dans une vidéo sure le site de Soral.
cial. Sur la deuxième, il fait une du code pénal réprime en effet déos dans leur ville, ni que l’asso­ garde à vue, pour « provocation d’Egalité & Réconciliation : « Si Enfin Me Bendavid a fait inter­
« quenelle » devant le Lac Léman – l’incitation « à la haine ou à la dis­ ciation Les Amis genevois de la to­ publique, non suivie d’effet, à la on l’a choisie, c’est parce qu’on dire à Kontre Kulture, le 3 juillet,
un geste considéré comme antisé­ crimination (…) raciale, ethnique lérance (sise au cabinet de son avo­ commission d’atteinte aux inté­ voulait mettre Soral en prison. Si la vente d’un ouvrage, Combat
mite, dans certaines circonstan­ ou religieuse ou l’orientation cat genevois, Pascal Junod), lui per­ rêts fondamentaux de la nation », on agit normalement, le droit ne pour Berlin, de Joseph Goebbels.
ces, par le Tribunal fédéral suisse sexuelle ». « Alain Soral a parfaite­ mette de récolter des fonds, après « injures raciales et provocation à permet pas la détention provi­ La quatrième de couverture situe
en 2017. Sur la troisième, il pose le ment le droit de s’établir à Lau­ la suspension des services PayPal la haine ». Le polémiste récidi­ soire, vous comprenez la bien l’intérêt du livre
26 février devant la maison de Lau­ sanne, explique Louis Dana. Mais et Stripe. Le procureur général de viste est familier de ces deux der­ manœuvre ? Une volonté comme aujourd’hui : « Récit historique,
sanne où a vécu en 1902 Benito nous nous étions fixé des lignes Lausanne, Eric Cottier, s’interdit niers chefs d’accusation, le pre­ celle­là, je ne crois pas qu’elle Combat pour Berlin est avant
Mussolini, alors socialiste, avec ce rouges : qu’il n’installe pas ses ba­ tout commentaire. Il avait déjà été mier, prévu par la loi, sur la liberté puisse émaner d’un parquetier, ni tout un guide du militant, car on y
commentaire, « d’autres sont pas­ ses politiques et financières dans saisi les 28 avril, 11 juin, 17 juillet et de la presse de 1881, est bien plus même du procureur de la Républi­ retrouve (…) tous les ingrédients,
sés par là avant moi ! » Le Duce a cette ville. Ces photos sont pour 5 août par la Coordination inter­ rare et puni d’une peine de trois que. Le chef hiérarchique du par­ en plus violents, que peuvent con­
d’ailleurs été fait docteur honoris moi inadmissibles. » communautaire contre l’antisé­ ans, ce qui autorise une détention quet, c’est le garde des sceaux. Ce naître aujourd’hui bien des mou­
causa de l’université de Lausanne Les Suisses ne doutent d’ailleurs mitisme et la diffamation (Cicad), provisoire qu’a d’ailleurs récla­ n’est pas lui faire un affront que vements. » 
en 1937. « Nous avons pris des enga­ pas qu’Alain Soral, confinement des courriers restés sans réponse. mée le parquet, même si le juge de dire que cette opération tara­ franck johannès
gements et nous nous opposons oblige, tourne désormais ses vi­ « On ne peut que saluer l’interven­ d’instruction ne l’a pas suivi. biscotée est bien dans son style. » (avec jean­baptiste jacquin)

Le Parti socialiste lance son congrès dans un entre­deux identitaire


Le premier secrétaire, Olivier Faure, défend sa stratégie d’union avec EELV face à plusieurs responsables qui craignent une disparition du parti

O livier Faure va donner le


coup d’envoi du congrès
du Parti socialiste (PS), di­
manche 13 septembre, lors du con­
seil national, réuni à la Maison de
(Loir­et­Cher) fin août a vu revenir
un certain nombre de cadres et
d’élus qui avaient déserté les
rangs. Le PS est sorti du coma qui
le menaçait au moment de la
tielle : « Cela ne peut pas être n’im­
porte qui comme le dit Olivier
Faure. Il faut porter une autre éco­
logie que celle des Verts, non dog­
matique et moraliste », explique le
Faure refuse
pour le moment
d’assumer une
doit être travaillé dès maintenant.
« Nous savons ce que nous som­
mes, ce que nous portons en par­
lant de printemps social et écologi­
que. Nous dirons plus précisément
fallu un congrès de refondation
qui réexplique notre raison d’être
et inventer une nouvelle gram­
maire socialiste », se désole un
cadre. « On croira que le PS a
la chimie à Paris. Convoqué pour vente de ses locaux de Solférino. Et maire du Mans (Sarthe). Mais ces nouvelle doctrine comment nous voulons mettre fin changé que s’il opère des ruptures
se tenir à la mi­décembre, le ren­ sa direction peut désormais à nou­ deux figures sont désormais bien au productivisme. Et lors des régio­ fortes », note l’ex­frondeur Chris­
dez­vous risque de manquer de veau parler avec les autres forces isolées. Même Luc Carvounas, an­
qui montre nales, nos chefs de file défendront tian Paul. Le patron socialiste a
passion tant la ligne unitaire prô­ de gauche sans trop de méfiance. cien opposant, a rendu les armes : clairement que un rassemblement où chacun hésité et a préféré ne pas brus­
née par le premier secrétaire du PS Les trois mois de discussion in­ « Je n’irai pas contre Olivier, je par­ garde son identité », avance­t­il. quer trop ses troupes.
est partagée par de nombreux terne semblent donc s’annoncer tage sa ligne de gauche arc­en­ciel.
les socialistes Un délicat équilibre entre affir­ Cet entre­deux peut être dan­
élus et militants face à des cou­ sans trop d’accrocs. Certains caci­ Et je n’ai pas envie de me retrouver ont changé mation des valeurs traditionnel­ gereux. Si, lors des régionales, la
rants devenus inexistants. Il ne ques hollandais tentent bien de dans un club d’aigris », assure le les et ouverture qui ne dit pas direction socialiste ne parvient
fait pas de doute que le député de pousser une motion alternative à maire d’Alfortville (Val­de­Marne). grand­chose du corpus idéologi­ pas à convaincre les écologistes
Seine­et­Marne sera candidat à sa celle de la direction. Le sénateur du Faure car ils apparaissent comme que des socialistes. de s’allier dans quelques régions
succession. Le congrès pourrait Val­d’Oise Rachid Temal a réuni à Délicat équilibre menant des combats d’arrière­ Et c’est là la faiblesse de la ligne symboles pour illustrer ce que
être aussi l’occasion de s’interro­ Blois quelques opposants pour tâ­ L’ancien député a aussi senti que garde : Hollande, on l’écoute portée par le numéro un : diffi­ pourrait être une coalition fu­
ger sur ce qu’est devenue l’identité ter le terrain. A ses yeux, la ligne les militants plébiscitent la stra­ comme un ancien président mais cile de savoir ce qu’est le parti so­ ture, la démonstration de la ligne
socialiste, deux ans après le nau­ unitaire d’Olivier Faure ne peut te­ tégie d’ouverture et que la pers­ il n’a plus beaucoup de légitimité cialiste du XXIe siècle face aux Faure sera ratée. Et le premier se­
frage du quinquennat de François nir lieu de stratégie, les socialistes pective de former une alliance et ses amis en interne non plus », écologistes et aux « insoumis » crétaire fragilisé. « Il a besoin que
Hollande. doivent s’affirmer. « Je pense que le avec les écologistes semble la remarque le professeur à l’uni­ de Jean­Luc Mélenchon. En pro­ les régionales soient un moment
Olivier Faure va continuer à dé­ PS doit se faire entendre, se refon­ seule issue pour 2022. Le constat versité de Lille. cédant par touches successives d’expérimentation sinon toute sa
fendre sa stratégie de rassemble­ der et redevenir le bras armé d’une est largement partagé par Rémi Le chef des socialistes va donc et en évitant d’opérer des ruptu­ stratégie pour 2022 tombe à
ment de la gauche et des écologis­ nouvelle majorité sociale et d’une Lefebvre, politiste spécialiste du pousser la mutation qu’il veut im­ res fortes, Olivier Faure refuse l’eau », souligne Rémi Lefebvre.
tes et plaider pour la nécessité gauche de gouvernement », argu­ Parti socialiste : « Dans les pro­ pulser plus loin. Redire l’urgence pour le moment d’assumer une C’est sur un tel échec que comp­
pour le parti d’opérer une muta­ mente M. Temal. fondeurs du parti, les militants d’alliances aux régionales quitte à nouvelle doctrine – voire un tent ses opposants. Le futur
tion écologique. Les derniers ré­ Stéphane Le Foll tient le même sont plus soucieux de renforcer se répartir les têtes de liste avec nouveau nom pour le PS – qui d’Olivier Faure pourrait bien être
sultats – plutôt positifs – aux mu­ discours mais ne souhaite plus ba­ leur maillage même si c’est en Europe Ecologie­Les Verts (EELV) montre clairement que les socia­ momentanément entre les
nicipales l’ont conforté après quel­ tailler. Il viendra seulement répé­ s’alliant à d’autres que des jeux de et d’autres partenaires, et répéter listes ont changé. Plusieurs voix mains de ses partenaires. Et celui
ques mois de fluctuation. L’uni­ ter sa conviction que le PS doit bagarre de congrès. Le retour des sa conviction qu’il faut un « con­ le réclamaient mezza voce ces du renouveau du PS avec. 
versité d’été du PS réunie à Blois avoir un candidat à la présiden­ anciens conforte plutôt la ligne trat de coalition » pour 2022 qui derniers mois. En vain. « Il aurait sylvia zappi
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 | 15

En zone euro, le spectre d’une « japonisation »
Faible inflation, croissance atone, endettement massif… les parallèles inquiétants avec l’Archipel se multiplient

Q
uand l’énorme bulle
boursière et immobi­
La BCE fera
lière a éclaté au Ja­ tout ce qui est
pon, au début des an­
nées 1990, la plupart
en son pouvoir
des observateurs s’attendaient à pour enrayer
une correction nécessaire de quel­
ques années. Plus d’un quart de
une spirale
siècle a passé, et le pays ne s’est de prix négatifs
toujours pas sorti d’une spirale dé­
flationniste et d’une croissance en
berne, même si la situation s’est du Japon est qu’il ne faut pas tolé­
améliorée ces dernières années. Le rer une glissade dans la déflation »,
même sort attend­il la zone euro ? relève une source. La banque cen­
Les parallèles sont saisissants. trale fera tout ce qui est en son
En août, l’indice des prix en zone pouvoir pour enrayer une spirale
euro était négatif, à – 0,2 %. La ré­ de prix négatifs. Elle l’a prouvé
cession, en 2020, est bien sûr ex­ pendant la pandémie, déblo­
ceptionnelle (– 8 % attendus par la quant des programmes de plus de
BCE, la Banque centrale euro­ 1 500 milliards d’euros d’achat de
péenne), mais elle fait suite à une dettes, ce qui a enrayé la panique
décennie de croissance réelle par sur les marchés et permis aux
habitant très médiocre, autour de Etats de financer des plans de sou­
1 % par an, au même niveau que le tien historiques.
Japon. Quant aux taux d’intérêt, Le gouverneur de la Banque de
ils sont à zéro ou négatifs au Ja­ France, François Villeroy de Gal­
pon depuis 1999, et suivent la hau, abonde dans ce sens. « La
même tendance en zone euro de­ zone euro dispose d’armes moné­
puis 2008, désormais à – 0,5 %. taires et budgétaires beaucoup
Louis Boisset, économiste à BNP plus fortes que le Japon, qui n’est
Paribas, estime que la situation d’ailleurs pas dans une situation si
européenne n’est pas encore mauvaise. La taille du bilan de la
aussi mauvaise : « On n’est pas en BCE est ainsi de l’ordre de 50 % du
déflation en zone euro. Ce n’est pas produit intérieur brut [PIB] de la
encore un phénomène durable. » zone euro, contre 120 % du PIB
Mais il le reconnaît : « La situation pour la Banque du Japon, et la
européenne fait penser à une “ja­ dette publique est de 105 % du PIB
ponisation”. Heureusement, il dans l’Union monétaire, contre
existe des solutions. » 270 % dans l’Archipel. »
Tardivement, le Japon a, lui
Des chocs répétés sur la crois­ aussi, fini par réagir. Quand
sance Dans les années 1980, le Ja­ Shinzo Abe, le premier ministre,
pon connaît une bulle majeure est revenu au pouvoir en 2012, il a
d’endettement des ménages et des lancé un programme surnommé
entreprises. La croissance réelle « Abenomics » et ses « trois flè­
atteint 4,5 % par an, et la Bourse ches » : relances monétaire, bud­
s’envole. Vers la fin de la décennie, gétaire et structurelle en même
à travers le monde, des poussées temps. Le bilan, alors que ce der­
inflationnistes provoquent des nier a annoncé sa démission, le
hausses de taux d’intérêt, qui 28 août, est en demi­teinte. Mais
contribuent au retournement l’inflation est de nouveau positive
boursier. La bulle japonaise éclate. (de justesse, à + 0,3 % en juillet).
Le phénomène est assez cou­ « En Europe, on a les trois flèches
rant, et de nombreux pays, dont la d’Ursula [von der Leyen, la prési­
Suède, ont rebondi après une telle Ces secousses répétées ne sont déflation, de 1998 à 2013. Les Japo­ mais positive, ce qui n’était pas le Néanmoins, d’autres phénomè­ dente de la Commission] », iro­
crise. Mais les autorités nippones pas sans rappeler le sort de la zone nais se désendettent, réduisant cas au Japon. nes handicapent notre croissance nise Ludovic Subran, économiste
ne réagissent pas, ne restructu­ euro. En 2008, la crise financière leur consommation. Progressive­ de long terme. Depuis 2008, la en chef d’Allianz.
rant pas les banques asphyxiées émanant des Etats­Unis a mis ment, ils anticipent des prix plus Une population moins vieillis­ productivité est atone, encore A l’intervention massive de la
par les créances douteuses. Ces l’économie européenne à genoux. bas, et attendent donc plus long­ sante qu’au Japon Le vieillisse­ plus que celle du Japon. De plus, la BCE s’ajoutent les plans de sou­
dernières ralentissent leurs prêts, En 2011, la hausse trop rapide des temps avant de consommer. ment de la population a aussi ré­ zone euro est une économie très tien des différents pays, ainsi que
étouffant la reprise. taux d’intérêt, les politiques bud­ Ici, le parallèle avec la zone euro duit la croissance au Japon. La po­ ouverte et, partant, liée à la santé le fonds de relance de 750 mil­
En 1997, nouveau choc : la crise gétaires trop restrictives et l’inca­ n’est pas complet. Certes, l’indice pulation en âge de travailler (de 15 du commerce mondial. Or la liards d’euros, décidé en juillet,
venant de Thaïlande se répand pacité à éteindre l’incendie venant des prix au sein de la monnaie à 64 ans) baisse de 1 % par an, ce croissance de celui­ci est anémi­ qui crée un embryon de budget
dans toute l’Asie. Là encore, l’apa­ de Grèce ont ajouté une deuxième unique est passé en territoire né­ qui limite « la force de travail dis­ que depuis dix ans. européen. « Parler de “japonisa­
thie des autorités japonaises gé­ récession, qui aurait pu être évi­ gatif à quatre reprises, en 2009, ponible et peut également freiner tion” donne une impression de dé­
nère une panique bancaire. Enfin, tée. La pandémie du Covid­19 crée 2014, 2016 et 2020. Mais les dix­ l’accumulation du capital », expli­ Ne pas reproduire l’erreur de terminisme, d’une spirale inévita­
en 2008, la crise financière mon­ un troisième choc historique. neuf pays ne sont pas entrés dans que Louis Boisset, de BNP Paribas. Tokyo Au siège de la BCE, à Franc­ ble », estime William de Vijlder,
diale, puis l’explosion de la cen­ une spirale négative. L’inflation Le phénomène existe en zone fort, on est conscient du risque de chef économiste à BNP Paribas. Il
trale nucléaire de Fukushima, en Une inflation en berne, pas une sous­jacente (hors prix de l’éner­ euro, mais il est moins prononcé cette situation : pas question de incombe à la zone euro de prou­
mars 2011, provoquent deux nou­ déflation Au Japon, ces chocs suc­ gie et de l’alimentation, très vola­ (20 % de la population a plus de rester attentiste comme l’ont été ver que ce n’est pas le cas. 
veaux chocs majeurs. cessifs ont plongé le pays dans la tils) est faible (+ 0,4 % en août) 65 ans, contre 28 % au Japon). les autorités japonaises. « La leçon éric albert

Au pays du Soleil­Levant, la jeunesse « ne rêve pas en grand »


Dans un pays marqué par la déflation, la génération qui a 20 ans, inquiète pour son avenir et son pouvoir d’achat, se montre frugale

tokyo ­ correspondance ans de pouvoir, le premier minis­ sont lancées dans une course aux cycle vertueux de croissance ali­ de près de 2 % par an depuis sept grande distribution Aeon, à
tre, Shinzo Abe, n’a pas, comme plats les moins chers. Tablant sur mentée par la consommation. ans, les salaires stagnent ou ré­ moins de 100 000 yens.

M es parents ont connu la


période de la bulle spé­
culative des années
1980 et croyaient que le gouverne­
ment leur faciliterait la vie. Nous,
ses prédécesseurs, réussi à
contrecarrer les craintes pour le
futur des Japonais, à mesure que
la troisième économie mondiale
s’enfonçait dans la déflation, la
de nouvelles baisses des prix, les
consommateurs repoussent leurs
achats, alimentant cette spirale dé­
flationniste. Une tendance accen­
tuée par le vieillissement – les per­
Ces mesures ont permis de cor­
riger la surévaluation du yen, en
faisant augmenter les prix des
produits importés, et ont soutenu
la Bourse, ce qui a accru le patri­
gressent. Les revenus mensuels
ont baissé de 0,9 %, en moyenne,
en 2019, à cause de la hausse du
travail à temps partiel, qui con­
cerne plus de 35 % des travailleurs.
« La génération qui a 20 ans ne
rêve pas en grand, mais recherche
de petits moments de bonheur
dans sa situation actuelle. Ces
jeunes n’économisent pas pour
nous devons épargner le plus pos­ baisse des prix amorcée dès 1996. sonnes âgées dépensant moins et moine des épargnants et a permis Résultat, le Japon n’a pas rompu acheter quelque chose d’impor­
sible et ne pas prendre le moindre Alors que le chômage augmen­ coûtant plus cher à la société – et la d’augmenter la valeur du fonds avec la frugalité. Les mariages tant, mais comme assurance pour
risque. » Elevé dans la période qui tait et atteignait 5,5 % (un record contraction de la population de gestion des retraites. Le Japon a (600 000 en 2019, contre l’avenir », regrette l’économiste
a suivi l’éclatement de cette bulle, pour le pays) au cœur des années amorcée à la fin des années 2000. renoué avec une timide hausse 800 000 en 2000) ont continué à Takuro Morinaga.
au début des années 1990, quali­ 2000, les Japonais, surtout les des prix, loin toutefois des 2 % diminuer, beaucoup de jeunes Une situation identique dans
fiée de « décennie perdue » car jeunes, ont commencé à avoir Trop modeste hausse des salaires annuels envisagés par la BoJ. hommes ayant peur de ne pas les sociétés qui rechignent à in­
marquée par une croissance peur pour leur avenir et se mon­ Dès son retour au pouvoir, Cependant, l’ambiance n’a pouvoir subvenir aux besoins vestir. « Les investissements des
quasi nulle, ce jeune Japonais, trent frugaux. Depuis 2000, les en 2012, Shinzo Abe, et le gouver­ guère changé, en raison de la trop d’un foyer. Les années 2010 ont entreprises restent bien inférieurs
contractuel dans le secteur des ventes annuelles de voitures ont neur de la Banque du Japon (BoJ), modeste hausse des salaires, mal­ vu le développement du marché aux flux de trésorerie en raison de
médias, qui préfère rester ano­ reculé de près de 20 %, les voyages Haruhiko Kuroda, ont voulu sor­ gré une grave pénurie de des produits de seconde main, la stagnation des ventes et malgré
nyme, témoigne du manque de à l’étranger des 20­30 ans, de 30 %. tir le pays de ce qu’ils ont appelé main­d’œuvre et les appels du notamment par le biais de l’appli­ des niveaux de bénéfices histori­
confiance dans l’avenir qui tou­ Dans ce contexte, des services et « l’état d’esprit déflationniste ». Le gouvernement. « En dix ans, mon cation Mercuri, plate­forme nu­ quement élevés », observe Sayuri
che sa génération, inquiète quant des enseignes bon marché, gouvernement multiplie alors les pouvoir d’achat n’a quasiment pas méro un pour la vente entre parti­ Shirai, de l’université Keio. L’ar­
à sa capacité à évoluer, à voir son comme Uniqlo ou Shimamura plans de relance et M. Kuroda progressé », constate, amère, Yu­ culiers. Même les funérailles (qui gent est épargné et non pas in­
pouvoir d’achat progresser et à dans l’habillement, se sont multi­ mise sur des mesures inédites riko Yoshizawa, travailleuse indé­ coûtent en moyenne 2 millions jecté dans l’économie, ce qui fait
bénéficier d’une retraite décente. pliés. Les magasins à 100 yens d’assouplissement monétaire pendante dans le secteur touristi­ de yens par cérémonie) sont tou­ dire à Mme Shirai que la déflation
Sur le point de quitter son poste, (80 centimes d’euros) ont pullulé, – allant jusqu’à fixer un taux di­ que. Hormis les grandes entrepri­ chées par des offres bon marché, au Japon « est structurelle ». 
le 16 septembre, après près de huit et les chaînes de restauration se recteur négatif. Objectif : créer un ses, où les rémunérations ont crû notamment par l’enseigne de philippe mesmer
0123
16 | économie & entreprise DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

Comment Europe 1 compte se relancer


FINANCE
Bataille en vue
pour la Bourse italienne
L’opérateur boursier paneu­
ropéen Euronext, qui gère
notamment la place de Paris, Constance Benqué, présidente de la station détenue par Lagardère, détaille sa stratégie
a officialisé vendredi 11 sep­
tembre des négociations
pour racheter la Bourse de
Milan. Mais quelques heures
après, son concurrent
RENCONTRE tance Benqué. Reconnaissant que
le « timing n’était pas idéal », quel­
« Maintenant duo Stéphane Bern­Matthieu
Noël, deux carrefours d’audience
dère », son patron depuis
vingt ans. « Alors qu’elle ne cessait

D
Deutsche Börse a, lui aussi, rôle de semaine pour ques jours après le tollé qui a suivi que la grille importants pour les actifs CSP + », de reculer ces dernières années,
fait part de son intention Constance Benqué. La la publication des caricatures de détaille­t­elle. notre audience moyenne [qui as­
d’acquérir la place boursière présidente du pôle Danièle Obono, grimée en es­
a retrouvé de la Stéphane Bern, Pascale Clark, socie nombre d’auditeurs et du­
italienne. Selon Bloomberg, News de Lagardère, clave dans les pages de l’hebdo­ cohérence, nous Michel Denisot, Julian Bugier ou rée d’écoute] a augmenté de 13 %
l’opérateur transalpin serait qui coiffe Europe 1, Le JDD, Paris madaire de droite, la patronne Bertrand Chameroy, Europe 1 a sur les trois dernières vagues de
valorisé entre 3,5 milliards et Match et deux radios musicales jure ses grands dieux que l’idée
devons continuer été particulièrement active pen­ Médiamétrie. Et la durée d’écoute
4 milliards d’euros. – (AFP) (Virgin et RFM), vient de subir une ne lui a pas été soufflée par Char­ d’innover dant le mercato. « Nous avons est passée de 99 à 107 minutes »,
crise violente à l’occasion du re­ les Villeneuve, actionnaire de Va­ voulu plus de saillances à l’an­ explique­t­elle.
I N T ER N E T crutement de Louis de Raguenel, leurs actuelles, chroniqueur aux
éditorialement » tenne », précise Constance Ben­ Comme d’autres radios, Eu­
GAFA : Paris pousse rédacteur en chef au sein de « Grandes Voix » et proche de Do­ CONSTANCE BENQUÉ qué. « Pour composer la grille, je rope 1 profite à la rentrée du re­
pour une taxe Valeurs actuelles, qu’elle voulait nat Vidal Revel. présidente du pôle News peux compter sur une équipe com­ tour des annonceurs de la distri­
numérique en Europe faire venir à la tête du service poli­ de Lagardère posée de Nadia Milosevic, direc­ bution et de l’automobile. « A fin
Le ministre français des fi­ tique. Face à la révolte de la rédac­ Un défi de taille trice adjointe des programmes, de septembre, et malgré le Covid­19,
nances, Bruno Le Maire, a af­ tion, elle a fait un pas en arrière : la Cette mésaventure lui a fait rater Donat Vidal Revel, et des départe­ qui a amputé la publicité de 53 %
firmé vendredi 11 septembre, nouvelle recrue sera finalement sa rentrée : habituellement très mars 2020, soit 2,9 millions ments marketing et régie. Mais j’ai entre mi­mars et fin mai, nous li­
à son arrivée à une réunion adjoint du service. courue, la conférence de presse d’auditeurs, selon Médiamétrie) le dernier mot. Je me suis égale­ mitons le retard sur notre budget
des ministres des finances de « C’est un journaliste brillant et de la station, programmée le restent faibles. « Maintenant que ment appuyée sur l’expertise de à seulement – 13 % de nos recettes.
l’Union européenne à Berlin, prometteur avec un bon carnet 10 septembre, a été annulée. la grille a retrouvé de la cohérence, Philippe Balland [ex­TF1, Eu­ Nous avons fait un très bon début
que l’adoption « au cours du d’adresses. Cela m’a été confirmé Nommée présidente d’Europe 1 nous devons continuer d’innover rope 1] », justifie la présidente. d’année. C’est reparti dès cet été et
premier semestre 2021 » d’une par des élus de droite comme de en juin 2019, la patronne, qui a éditorialement. Notre principal cela s’est confirmé en septembre »,
taxe européenne sur les en­ gauche. Il ne quitte pas Valeurs ac­ découvert le métier de la radio ré­ objectif est d’amplifier le 7­9 heu­ La « confiance de Lagardère » affirme­t­elle sans préjuger de la
treprises du numérique serait tuelles pour faire du Valeurs ac­ cemment, entame sa deuxième res avec Matthieu Belliard, un Elle revendique avoir choisi suite. Europe 1, dont les pertes
indispensable en cas d’im­ tuelles, mais du Europe 1, dont la saison, avec un défi de taille : re­ journaliste talentueux, qui in­ Stéphane Bern, avoir eu l’idée de auraient avoisiné les 30 millions
passe dans les négociations ligne éditoriale est garantie par conquérir de nouveaux audi­ carne parfaitement notre signa­ proposer à Patrick Cohen une d’euros en 2019, devrait donc
internationales menées sous Donat Vidal Revel [le directeur de teurs, alors que les audiences ture “Ecoutez le monde changer”, nouvelle tranche quotidienne et creuser un peu plus ses déficits
l’égide de l’OCDE. – (AFP) l’information] », justifie Cons­ (5,4 % sur la période janvier­ et le 16­18 heures présenté par le avoir pris le risque de confier au en 2020.
lève­tard Frédéric Taddeï deux En revanche, Arnaud Lagardère
émissions du matin le samedi et ne lui a pas facilité la tâche en met­
le dimanche « C’est arrivé cette tant en vente en début d’année ses
semaine » et « C’est arrivé de­ trois radios, y compris Europe 1,
main ». Pas question toutefois de une station qu’il avait juré de ne
faire flamber la facture : grâce à jamais céder. Selon nos informa­
une gestion serrée des dépenses, tions, Vivendi, qui a pour premier
« notre coût de grille est inférieur à actionnaire Vincent Bolloré, était
celui de la saison précédente », le candidat le plus motivé, prêt à
précise­t­elle.. débourser entre 200 millions et
L’actionnaire n’avait pas laissé à 250 millions d’euros pour
ses prédécesseurs, Laurent Gui­ l’ensemble. Maxime Saada, le pré­
mier en 2018 et Frédéric Schlesin­ sident de Canal+, avait même vi­
ger en 2017, le temps d’installer sité les locaux. Si la patronne a
leur grille, en les désavouant au bien évoqué le sujet avec des équi­
bout de quelques mois. Cons­ pes inquiètes de leur avenir, elle
tance Benqué assure, elle, avoir préfère éluder le sujet. 
« la confiance d’Arnaud Lagar­ sandrine cassini

MATIÈRES PREMIÈRES
PAR NABIL WAKIM

Rentrée agitée
pour le baril de pétrole
L’été est terminé, et la rentrée et une dizaine d’autres pays ont
MASTERCLASS s’annonce compliquée. Pendant mis en place des coupes massi­
quelques semaines, tradeurs et ves pour redresser le marché. En
analystes se sont bercés d’illu­ quelques semaines, un semblant
JEUDI 29 OCTOBRE 2020 · 16H00 sion en regardant les cours du de sérénité est revenu, avec un
pétrole remonter. Après le choc prix du baril relativement bas,

Cynthia Fleury du printemps, les cours du baril


de brent, qui fait référence au ni­
mais stable.
Le début du mois de septembre
Philosophe et psychanalyste veau mondial, s’étaient stabilisés
depuis début juin entre 40 et
semble marquer un virage : la
baisse amorcée ces derniers
45 dollars (entre 34 et 38 euros). jours a des chances de durer.
RENOUER AVEC LE VIVANT Bien loin, certes, des 64 dollars
en moyenne atteints sur l’année
D’abord, pour une raison de ca­
lendrier : avec la fin de l’été, la
POUR RÉPARER LA PLANÈTE 2019, mais cela offrait une sorte driving season est terminée aux
de répit à un marché broyé par la Etats­Unis et la demande en car­
double crise sanitaire et pétro­ burant diminue. Dans le même
lière qu’il a traversée en mars et temps, en Chine, premier impor­
DÉBATS - KEYNOTES - EXPÉRIENCES en avril. Les nuages noirs sont de tateur mondial, qui consomme
retour pour les pays producteurs chaque jour 16 % de la produc­
Avec Amandine Albizzati, PDG Enercoop ; Ghislain Bardout, et les compagnies pétrolières : tion mondiale, les signaux sont
explorateur ; Julia Cagé, économiste ; Patrice Caine, PDG de mardi 8 septembre, le baril est au rouge : la reprise économique
Thales ; Joël de Rosnay, biologiste, prospectiviste et écrivain ; repassé sous la barre des 40 dol­ n’est pas au niveau de ce qui était
Bruno Lina, professeur de virologie, membre du Conseil lars, et s’il est légèrement re­ espéré. « Le marché est vraiment
scientifique Covid-19 ; Florent Marcoux, directeur exécutif monté depuis, il a toutes les inquiet du décrochage de la de­
Surfrider foundation Europe ; Philippe Mauguin, PDG INRAE ; chances de connaître une nou­ mande, et toutes les tendances ré­
Sarah Singla, fondatrice de la Clé de Sol ; et beaucoup d’autres...

29 / 30 / 31
velle période de volatilité. centes sont baissières », résume
Paola Rodriguez­Masiu, analyste
« Décrochage de la demande » pétrole chez Rystad.

OCTOBRE
ET AUSSI... DES ATELIERS ET DES ANIMATIONS En mars, sous le choc de la baisse Les observateurs du secteur
de la demande mondiale provo­ réalisent aussi que la crise sani­
quée par les mesures de confine­ taire n’est pas terminée : dans
ment, l’Arabie saoudite et la Rus­ plusieurs pays, et notamment en
sie s’étaient lancées dans une Europe, de nouvelles mesures de

LA ROCHELLE guerre des prix destructrice, qui restriction de déplacement pour­


Crédits photos : Gettyimages - Conception graphique :

avait rapidement amené les raient avoir un impact fort sur la


ESPACE ENCAN cours du pétrole à dégringoler.
Le baril de brent était ainsi des­
demande – alors que le trafic aé­
rien est loin d’avoir repris des
cendu, fin avril, à 16 dollars, couleurs. La route promet d’être
et les cours du marché américain cahoteuse : selon les analystes de

novaq.fr
INSCRIPTION SUR
étaient même devenus négatifs Bank of America, la demande ne
– une première. reviendra pas à son niveau de
Sous la forte pression de Do­ 2019 avant 2023. Or un autre
ENTRÉE LIBRE nald Trump, l’Arabie saoudite a front pourrait s’ouvrir dans les
retrouvé le chemin de la négocia­ prochaines semaines, si les pays
tion avec Moscou. Et, dès le mois de l’OPEP et la Russie, lassés de
de mai, les Etats de l’Organisa­ soutenir les cours au niveau
tion des pays exportateurs de pé­ mondial, décident d’assouplir
trole (OPEP), ainsi que la Russie leurs quotas de production. 
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 économie & entreprise | 17

A Orlando
(Floride),
le 11 juillet.
EVE EDELHEIT/
THE NEW YORK TIMES/
REDUX-REA

PLEIN CADRE
orlando (floride) ­ envoyé spécial
A Orlando, la foule afflue Quand on achète une voiture, on
ne prédit pas une pandémie »,

L
orsqu’on est parti vers commente M. Haicken. C’est le cas
10 heures, samedi de Blanca Santos, femme de mé­
5 septembre, la file
des voitures faisait
encore 4 kilomètres
de long. Des centaines
de voitures patientaient sous la
chez Disney pour… nage d’origine colombienne âgée
de 64 ans, ancienne employée des
hôtels Rosen. « Mon SUV vaut
30 000 dollars et je paie 500 dol­
lars par mois », nous confie­t­elle.
canicule d’Orlando pour recevoir
l’aide alimentaire distribuée par
le syndicat de Disney. Un paquet
avec quelques courgettes, des
pommes, du cheddar sous plasti­
sa banque alimentaire Soudain arrive M. Hamdan, qui
lui explique après trois heures
d’attente qu’il n’y a plus de pa­
quets de nourriture, seulement
du beurre et des œufs, et que, si
que. Mais aussi des œufs en vrac,
et du lait.
Le syndicat du géant des parcs d’attractions organise depuis la mi­ elle veut des légumes, elle devra
attendre encore une heure l’arri­
Peu avant 9 heures, Virginia
Chapelle, 63 ans, attend la distri­
mai une distribution de produits alimentaires pour ses adhérents. vée du camion en retard. Elle était
si proche du but. « J’attendrai », ré­
bution qui doit débuter inces­
samment. « Je suis arrivée à 5 h 30.
Signe de la violence de la crise, la demande ne faiblit pas pond Blanca Santos, qui a mani­
festement besoin d’aide.
Je travaillais pour Marriott, mais
j’ai été mise au chômage techni­ DOUZE VISITEURS
que. Je guette leur appel pour retra­ tion Universal et Waterworld ont quement la distribution, et pas le Combien de temps cela durera­ « Sur mes 18 000 syndiqués, seule­
vailler », espère­t­elle. En atten­ banni les syndicats, comme la syndicat. Cette année, il n’y avait t­il ? Tant que durera la crise. En
On voit quelques ment 9 000 ont été rappelés.
dant, cette femme ne perçoit plus plupart des entreprises de Flo­ qu’à se baisser, les agriculteurs théorie, jusqu’à la fin juillet, les BMW, beaucoup Quand le gouvernement dit que
que 245 dollars de chômage par ride, et c’est Disney, historique­ étant incapables d’écouler leur chômeurs américains n’avaient l’économie est de retour, il ment »,
semaine de l’Etat de Floride, de­ ment syndiqué, qui mène les re­ production pour cause de restau­ pas de problème de pouvoir
de SUV très accuse M. Haicken. Les parcs d’at­
puis que l’allocation forfaitaire vendications sociales et fait école rants fermés. Au printemps, d’achat, éligibles à la fameuse al­ récents, signe traction tournent au quart de
hebdomadaire, de 600 dollars, pour les salariés des autres entre­ Mme Stainner est donc arrivée au location fédérale de 600 dollars. leur capacité, et une visite du
versée par l’Etat fédéral est arrivée prises : « C’est nous qui fixons les syndicat avec tomates, pêches et Mais l’affaire semble un peu plus
que la crise parc voisin de Cape Canaveral sur
à expiration fin juillet. Alors, pour standards de la profession », expli­ autres fruits superbes. complexe. Carlos Castillo, 68 ans, frappe des gens la conquête spatiale confirme
la quatrième semaine consécu­ que M. Haicken. Son association compte quatre et sa femme Jenny Perez, arrivés à l’ampleur du désastre : 12 mal­
tive, elle est venue. Au début, traditionnellement, il permanents, dont elle, et une ar­ 4 h 30 du matin, étaient employés
au niveau de vie heureux visiteurs dans une salle
L’ordonnateur de cette distribu­ a puisé dans les réserves du syndi­ mée de bénévoles. « J’ai eu dans les hôtels de la région (Hyatt, naguère censée en contenir 250, des hô­
tion, c’est Jeremy Haicken, 43 ans, cat pour acheter des produits ali­ 1 500 volontaires depuis le début Hilton, etc). « J’ai perdu mon em­ tesses désœuvrées, dont le nom­
chef de la section syndicale Unite mentaires à ses adhérents. Et de l’année. Au début, je leur disais ploi début février, nous explique­
relativement aisé bre a été divisé par quatre. Le dé­
Here ! Local 737, forte de puis, il a fallu passer à la vitesse de rester chez eux, car ils étaient t­il. Mais je n’ai jamais touché les sert touristique permet même
18 000 adhérents employés dans supérieure, collecter des vivres et trop nombreux et j’avais peur du 600 dollars. J’ai rempli le formu­ de faire de bonnes affaires,
l’hôtellerie­restauration. Tout a des dons. Seul ennui, légalement, Covid. Les gens se sont vraiment laire d’inscription, mais ils m’ont néreux, trop, et n’ont pas voulu comme la location d’une cham­
commencé en mai. Après avoir un syndicat n’a pas le droit de le investis », explique admirative répondu que je m’étais trompé reconduire l’allocation, estimant bre d’hôtel dans un golf de luxe à
fermé ses portes au début de la faire. C’est alors que M. Haicken a Mme Stainner, qui débarque œufs dans le code postal, cela a traîné qu’elle incitait à ne pas reprendre 99 dollars hors taxe.
pandémie de Covid­19, Disney a rencontré Kelly Stainner, 46 ans, et bidons de lait du cul d’un ca­ deux mois. Au total, je n’ai reçu que le travail. Tarek Hamdan, maro­ Mais la précarité nouvelle n’est
payé ses 70 000 salariés de Disney patronne de l’association Glaner mion frigorifique qui nous offre 1 200 dollars. On récupère de la cain naturalisé américain, a re­ pas signe de vote. Les classes po­
World jusqu’au 19 avril. Puis en a les champs de Floride. Cette asso­ un peu de fraîcheur. nourriture ici, auprès de l’Armée du pris le travail début juillet dans pulaires blanches, comme Virgi­
mis plus de 40 000 au chômage ciation passe après les récoltes Ensuite, l’administration Trump salut et à l’église. » un bar de Disney World et réfute nia Chapelle rencontrée en début
technique. pour ramasser fruits et légumes a lancé un programme avec le mi­ l’argument : « Je gagne beaucoup de journée, ou hispaniques anti­
dont les agriculteurs ne veulent nistère fédéral de l’agriculture DU LAIT ET DES ŒUFS plus en travaillant », assure ce communistes comme la Colom­
LA FIN DES ALLOCATIONS pas, pour les distribuer aux néces­ (USDA), pour acheter directement M. Haicken a son interprétation : syndicaliste. bienne Blanca Santos votent ma­
Mi­mai, M. Haicken a alors orga­ siteux. C’est elle qui assure juridi­ aux producteurs et écouler leurs « Les fonds sont fédéraux, mais ils La seconde question porte juste­ joritairement républicain. « J’ai
nisé une banque alimentaire productions dans les banques ali­ sont distribués par l’Etat de Flo­ ment sur l’ampleur de la reprise. voté Trump, j’adore Trump, je vais
pour ses adhérents. « La première mentaires (Farmers to Family ride. Les politiciens locaux veulent Parmi ceux qui se déplacent à la revoter Trump », explique la pre­
semaine, 200 voitures sont ve­ Food Box Program). Au total, ce affamer les gens pour les forcer à banque alimentaire, certains ont mière. « Donald Trump a beau­
nues, et on a manqué de nourri­
« On en est programme financé à hauteur de retourner au travail, au risque de retrouvé leur travail dès juin, coup aidé. Avant je touchais
ture. La seconde, c’était le double, à la dix-septième 3 milliards de dollars a permis de leur santé. » Il nous montre le site comme l’agent de nettoyage Ma­ 600 dollars de chômage », répli­
et nous n’avions pas assez de vi­ distribuer plus de 80 millions de d’inscription aux allocations­ rio Osorio, arrivé en premier ce que la seconde. Cette aide a dis­
vres », raconte M. Haicken, tee­
semaine. paquets alimentaires. Les gla­ chômage de l’Etat : 3,8 millions de samedi, à 3 h 30 du matin, qui paru fin juillet, républicains et dé­
shirt rouge syndical, chapeau et Regardez la file. neurs de Floride ont alors joué les demandes, 1,917 million d’alloca­ vient chercher une caisse alimen­ mocrates n’en finissant pas de se
masque sur le visage. Depuis fin intermédiaires entre agriculteurs tions versées et un taux de verse­ taire avant d’aller travailler. Le disputer sur ce nouveau plan de
août, c’est l’explosion, avec la fin
C’est vraiment et banques alimentaires. « De ma­ ment de 91 %. « Je ne sais pas com­ syndicat ne refuse personne. relance de l’économie. Donald
des allocations fédérales. « On en un acte nière incroyable, cela marche », ment ils comptent : cela fait 50 % », On voit dans le défilé des voitu­ Trump, plus « social », a le beau
est à la dix­septième semaine. Re­ concède Jeremy Haicken. « Ce pro­ nous explique­t­il. res quelques BMW, beaucoup de rôle : il tente d’imposer un pro­
gardez la file. C’est vraiment un
de désespoir » gramme a été prolongé deux fois, Manifestement, la moitié des SUV très récents, signe que la crise longement de cette aide, qui se­
acte de désespoir. » JEREMY HAICKEN, explique Kelly Stainner. Au cours dossiers ont été jugés inéligibles. frappe des gens au niveau de vie rait réduite de 600 à 400 dollars.
Disney, c’est le bastion du syndi­ chef de la section syndicale des deux prochaines semaines, je Les Républicains du Congrès ont naguère relativement aisé. « Ces En vain pour l’instant. 
calisme local : les parcs d’attrac­ Unite Here ! Local 737 vais faire 16 distributions. » accusé le chômage d’être très gé­ gens travaillaient à plein temps. arnaud leparmentier
18 | sports 0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

Le « cyclisme total » de la Jumbo­Visma


Bâtie pour détrôner Ineos, l’équipe néerlandaise du maillot jaune, Primoz Roglic, règne sur le Tour de France

puy mary (cantal) ­


envoyés spéciaux
« On a
l’impression

U
n bulldozer assemblé
aux Pays­Bas peut­il
qu’ils veulent
battre des records de rouler sur tout
popularité ? Les an­
nées de règne de l’équipe Sky, de­
le monde »
venue Ineos en 2019, n’ont jamais NICOLAS ROCHE
entraîné l’adhésion du public coureur de la Sunweb
français. A l’aube peut­être d’une
nouvelle ère sur le Tour de France,
celle de la Jumbo­Visma, la forma­ ingurgiter. « Nous ne sommes pas
tion néerlandaise, risque de se l’équipe la plus riche du peloton,
frotter à la même tiédeur. mais si vous voulez être compétitif,
Depuis la reprise de la saison cy­ vous devez être intelligent. Nous
cliste, début août, le train jaune et avons beaucoup investi ces derniè­
noir ne laisse que des miettes à res années dans tous les détails où
ses rivaux. En additionnant par nous pouvons nous améliorer. »
exemple le Tour de l’Ain – rem­ Cette année, la Jumbo­Visma ne
porté par Primoz Roglic – et le Cri­ se classe plus parmi les équipes
térium du Dauphiné, cinq étapes les plus désargentées. Son budget
sur huit possibles ont été raflées a plus que doublé et est estimé en­
par la Jumbo. Et trois nouvelles tre 20 et 25 millions d’euros, con­
victoires sont venues gonfler la tre 38 millions pour Ineos.
moisson depuis le départ du Tour Pour ce qui est de sa communi­
de France. Et le Slovène Roglic cation, l’équipe néerlandaise ne
s’est emparé, le 6 septembre, du s’embarrasse pas. Depuis jeudi à
maillot jaune, qu’il défendra di­ Poitiers, le maillot jaune Roglic
manche lors d’une arrivée au col expédie son passage imposé de­
du Grand Colombier (Ain), après vant les journalistes après cha­
la démonstration réalisée au puy que étape. Comme la plupart des
Mary vendredi. grands leaders. Mais lundi, lors
Devant son écran de télévision de la journée de repos, sa forma­
lors de la répétition générale de tion a été la seule à ne pas organi­
cette ascension sur le Tour de Le train jaune et noir de la Jumbo­Visma en tête du peloton, jeudi, lors de la 12e étape du Tour de France. BENOÎT TESSIER/REUTERS ser de conférence de presse, se
l’Ain, mi­août, le coureur français contentant d’envoyer ses pro­
Thibaut Pinot portait un œil dé­ équipe égale ou supérieure, ana­ cède. Tant pis, ça sera une équipe L’an passé, la Jumbo­Visma a 2009. Mais après une période de pres vidéos.
sabusé sur la tactique de la lyse Bradley Wiggins, vainqueur des Pays­Bas, avec Primoz. » remporté plus de 50 victoires, pla­ vaches maigres, la formation a re­ Une pratique qui ne favorise pas
Jumbo, castratrice en tête du pe­ de l’édition 2012 et consultant Loin de susciter la jalousie, l’ar­ çant l’un de ses coureurs sur le po­ trouvé de la vigueur en 2015 grâce l’instauration d’un climat de con­
loton : « J’ai préféré regarder le dé­ pour Eurosport. C’est ce que la rivée de Dumoulin l’an passé s’est dium des trois grands Tours, avec à l’association de la loterie natio­ fiance. Même si Richard Plugge,
part de la formule 1 plutôt que les Jumbo a fait. » faite en concertation avec les la plus haute marche pour Roglic nale et d’une chaîne de super­ ancien journaliste spécialisé, ne
3 derniers kilomètres du Grand Co­ En 2019, Richard Plugge, patron deux autres leaders, Roglic et l’ab­ sur la Vuelta. Dans un récent en­ marchés, la Jumbo. manque pas d’habileté en la ma­
lombier, parce que ça s’est joué au de la Jumbo­Visma, est parvenu à sent Steven Kruijswijk (3e du der­ tretien à L’Equipe, Richard Plugge Loin des budgets pharaoniques tière : « La compagnie qui détient
sprint, c’est dommage. » attirer la star belge Wout Van Aert nier Tour, mais blessé lors du a développé sa stratégie de « cy­ d’Ineos, l’équipe bâtit patiem­ la licence de l’équipe s’appelle
dans son essaim noir et jaune. Dauphiné). Avant le grand départ, clisme total » en référence au ment son projet. Dès 2016, deux Blanco et cela a deux significa­
Dumoulin, la dernière pièce Rouleur, sprinteur, grimpeur, le le Slovène validait la recrue : « Sa « football total » conçu dans les bonnes pioches lui permettent de tions : d’une part, partir d’une
Avant le départ du Tour à Nice, jeune coureur a déjà épinglé deux venue ne complique pas les choses, années 1970 par l’Ajax Amster­ retrouver une crédibilité interna­ page blanche, et d’autre part, lais­
Nicolas Roche (Sunweb) revenait succès depuis le départ niçois, mais rend notre équipe plus forte. dam et la sélection des Pays­Bas : tionale. Le sprinteur Dylan Groe­ ser tout le passé derrière nous et
sur cette stratégie souvent impa­ conquis avec une insolence décon­ Bien sûr qu’individuellement, cha­ « On peut être devant, tout le newegen et le futur maillot jaune être vraiment tout blancs en ma­
rable. « Dans les pelotons, on a certante en sus de ses efforts quo­ cun de nous veut gagner le Tour, temps. L’équipe nationale néerlan­ Primoz Roglic alignent les succès tière de dopage. »
l’impression que la Jumbo veut tidiens pour protéger son leader. mais la condition numéro un est daise jouait collectif et tout le et alimentent les caisses. Bien que l’équipe ait refusé –
rouler sur tout le monde, dé­ Et début août, la dernière pièce du de faire partie de la formation la monde était au plus haut niveau, comme 10 des 19 équipes du World
taillait le vétéran irlandais de puzzle a fait ses débuts : Tom Du­ plus solide. » c’est ce que nous voulons faire. Ce Laboratoires scientifiques Tour, l’élite du cyclisme – d’adhé­
36 ans. C’est une équipe à crain­ moulin, dernier vainqueur batave serait super si, à la fin du Tour, les A l’image de sa rivale britannique, rer au Mouvement pour un cy­
dre, qui a montré qu’elle était là d’un Grand Tour (le Giro 2017). « Etre devant, tout le temps » gens parlaient de « la machine la Jumbo a investi les laboratoires clisme crédible, l’ancien cham­
pour stopper la domination Luxe suprême, le coleader Du­ En 2018, Roglic était au premier jaune » comme on a parlé de « la scientifiques. En 2019, son respon­ pion Joop Zoetemelk renchérit :
d’Ineos sur le Tour. » moulin s’est mis au service de Pri­ rang pour observer, impuissant, machine orange ». » sable innovation, Gerard Rietjens, pour lui, les années noires sont ré­
Remporter le Tour de France ou moz Roglic sans la moindre hési­ l’efficacité du rouleau compres­ Ce n’est pas gagné pour la Jum­ expliquait au média néerlandais volues. « Aux Pays­Bas, on ne parle
battre Ineos ? Pas d’antinomie en­ tation lorsqu’il a senti, les Pyré­ seur Ineos, capable d’aligner bo­Visma, légataire du lourd héri­ Sport & Stratégie sa présence sur pas de ça. C’est complètement
tre les deux missions, puisque nées venues, que ses jambes Christopher Froome, Geraint tage de la Rabobank. Présent la Vuelta : « Nous testons des cho­ oublié », assure­t­il. Dans une
l’équipe dirigée par Dave Brails­ n’étaient pas à la hauteur de ses Thomas ou Egan Bernal en même seize ans dans le peloton, le spon­ ses pour les grands Tours de l’année épreuve où le dernier « vrai » con­
ford s’est imposée sept fois sur les ambitions. Ce que regrette le der­ temps. « Si elle s’est inspirée du sor néerlandais s’était retiré prochaine. Nous nous occupons trôlé positif, le Luxembourgeois
huit dernières éditions. « La nier vainqueur néerlandais du modèle Sky, la Jumbo est plus forte en 2012, las des défaites grandilo­ particulièrement de la nutrition. » Franck Schleck, remonte à 2012 –
Jumbo a construit une équipe pour Tour, en 1980, Joop Zoetemelk : que les Sky de ces dernières années. quentes et, surtout, des scandales Une application leur permet no­ une éternité en cyclisme –, difficile
gagner le Tour. Et pour remporter « Dommage que Tom Dumoulin C’est une équipe qui est là pour de dopage. Comme celui du Da­ tamment de calculer au gramme de faire autrement. 
un Tour dont Ineos prend le dé­ fasse l’équipier car j’aurais bien tout rafler au passage », analyse nois Michael Rasmussen, sus­ près la quantité de pâtes ou de lé­ anthony hernandez
part, vous devez construire une aimé qu’un compatriote me suc­ Nicolas Roche. pendu deux ans entre 2007 et gumes que leurs coureurs doivent et clément martel

Abandon de Bardet et dure journée pour les Français en Auvergne


Le leader d’AG2R La Mondiale a été victime d’une commotion cérébrale à la suite d’une chute, Martin (Cofidis) a été éjecté du podium

puy mary (cantal) ­ cans d’Auvergne, qu’il a tant de fois Romain Bardet, chancelant, est perdu : « Trois minutes, sur un minute envolée dans un coup de
envoyés spéciaux sillonnées. Au lieu de ça, la trei­ tant bien que mal remonté en
« J’ai été maudit grand Tour, ce n’est pas grand­ vent (et de bordure) lors de la pre­
zième étape, l’une des plus ardues selle. Et s’est embarqué dans 86 ki­ sur cette étape. chose. » Remportée par le Colom­ mière semaine. « J’ai gagné du

L es ambitions de Thibaut Pi­


not s’étaient évaporées, le
week­end dernier, dans les
premiers contreforts pyrénéens.
Moins d’une semaine après, ven­
de la 107e édition de la Grande Bou­
cle avec ses sept difficultés au pro­
gramme, aura été son calvaire.
« Cette étape sur mes routes a été
tout le contraire de ce que j’espérais,
lomètres, pour achever l’étape, à
2 minutes 30 secondes du maillot
jaune. « J’ai été maudit sur cette
étape, déplorait­il, fataliste, sonné
par le destin. C’est dommage, parce
C’est dommage,
parce que tout se
déroulait bien »
bien Daniel Martinez (Education
First), la 13e étape a poursuivi la
course par élimination au classe­
ment général. Outre le duo fran­
çais, plusieurs favoris ont perdu de
temps sur tout le monde, sauf Ro­
glic. Je suis très heureux. Les deux
derniers kilomètres, on n’était plus
amis, on voulait juste arriver au
sommet le premier. Et vous devriez
dredi 11 septembre, les deux der­ a confié Romain Bardet dans un que tout se déroulait bien, c’est un ROMAIN BARDET précieuses secondes sur le toit du voir d’autres attaques la semaine
niers espoirs français au classe­ communiqué de son équipe. La gros coup de malchance. » leader d’AG2R La Mondiale Massif central (1 783 m). Le tenant qui vient », a averti Pogacar.
ment général ont à leur tour lâché chute a été violente, en descente, et Débarqué sur le Tour libéré de la du titre, Egan Bernal (Ineos­Grena­ Tous distancés de la course au
la rampe, malmenés par les pen­ j’ai lutté toute la journée. Les exa­ pression du classement général, le diers) a cédé 38 secondes au podium, les meilleurs Français –
tes acérées du puy Mary (Cantal). mens médicaux ont confirmé ce coureur d’AG2R­La Mondiale pre­ sauté avant de finir, esseulé et maillot jaune. Il est troisième, à d’Alaphilippe à Pierre Rolland en
Troisième et quatrième du clas­ que je pressentais et je ne suis pas nait de plus en plus confiance au comme il le pouvait, à plus de près d’une minute de son rival. passant par Thibaut Pinot – pour­
sement général au départ de en mesure de poursuivre la route. » fil des jours, qu’il avait su négocier 2 min 46 s du maillot jaune, Pri­ Deux autres Colombiens, Rigo­ ront se consoler en chassant les
Châtel­Guyon (Puy­de­Dôme), en évitant les pièges des bordures moz Roglic. Aux premiers rangs berto Uran (4e) et Nairo Quintana victoires d’étape. Dès samedi à
Guillaume Martin et Romain Bar­ Chancelant et des premières ascensions. Une lors du Critérium du Dauphiné (5e), reculent au­delà de la minute. Lyon (Rhône) ou dimanche au
det ont passé une très mauvaise Gêné par la chute d’un coureur le ambition avortée par l’obligation (3e), Guillaume Martin faisait Grand­Colombier (Ain). « J’aurai
journée au pays des volcans. Au précédant dans une descente, le de quitter le Tour avant Paris. preuve d’une régularité de métro­ Chasseurs d’étapes sans doute plus d’opportunités
classement général, la descente de Français a été projeté violemment « L’examen n’a pas révélé de lésion, nome quand la route s’élevait. « Au Seul le tandem slovène, Primoz pour viser les étapes. C’est une mau­
Guillaume Martin est raide, rétro­ sur le bitume. A près de 60 km/h. mais il est nécessaire que Romain début ça n’allait pas trop mal, mais Roglic (Jumbo­Visma) et Tadej Po­ vaise journée, mais il restera encore
gradé à la 11e place (à 3 min 14 s). « J’ai buté, j’ai tapé la tête, et j’ai eu Bardet stoppe ses activités sporti­ l’avant­dernière montée m’a été fa­ gacar (UAE­Emirates), a profité de de belles étapes. Je suis déçu, mais
Quant à Romain Bardet, victime du mal à reprendre mes esprits sur ves », a communiqué Eric Bouvat, tale. Le tempo était vraiment trop l’étape. Chacun vainqueur d’une certainement pas abattu », relati­
d’une violente chute en descente, le coup », réagissait­il après l’étape. médecin de l’équipe savoyarde. élevé pour moi, j’ai dû lâcher. Il ne étape devant l’autre – ils occupent vise Guillaume Martin. Cet opti­
s’il a terminé l’étape au courage, il Aux premières loges, son coéqui­ A l’inverse de Bardet, l’autre me manque vraiment pas grand­ désormais les deux premières misme pourrait inspirer ses com­
a été contraint de jeter l’éponge pier Benoît Cosnefroy, porteur du Français bien placé au général, chose en haut. Si j’avais été dix se­ places du classement général. patriotes, dont le moral a été
vendredi soir, après que des exa­ maillot à pois de meilleur grim­ Guillaume Martin, s’est fait dis­ condes devant, avec eux, la course L’aîné, de la Jumbo­Visma, pos­ chamboulé par la malchance accu­
mens ont révélé qu’il souffrait peur, confiait avoir « pensé qu’il ne tancer à la régulière. Dès le col de aurait été différente », a constaté sède toujours 44 secondes mulée depuis le départ à Nice. 
d’une commotion cérébrale. Il rê­ repartirait pas, quand [il l’a] vu re­ Néronne, avant­dernière difficulté Guillaume Martin. Sans se forma­ d’avance sur son intenable com­ anthony hernandez
vait de briller sur ses terres, les vol­ tomber une seconde fois ». Mais du jour, le leader de la Cofidis a liser outre mesure du temps patriote, qui ferait jeu égal sans sa et clément martel
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 disparitions | 19

Christian Poncelet
Ancien président du Sénat

C
hristian Poncelet, an­ conditions dans lesquelles son
cien président du Sénat, exploitation a été confiée à une
est mort à l’âge de société privée alimenteront lon­
92 ans, a annoncé ven­ guement la chronique judiciaire.
dredi 11 septembre le maire de Re­ Les manifestations culturelles
miremont (Vosges), Jean Hingray, n’ayant qu’un lointain rapport
à l’Agence France­Presse. Avec la avec l’activité législative et de
disparition de ce « dinosaure » de contrôle de l’action du gouverne­
la Ve République s’éteint une es­ ment du Sénat se multiplient.
pèce d’élus ayant, pendant plus Christian Poncelet y gagne de la
d’un demi­siècle, exercé tous les part de ses collègues un surnom :
mandats électifs ou presque de la le « seigneur des panneaux ».
carrière politique. A lui seul, il
aura cumulé cent cinquante an­ Arrangement à l’amiable
nées de mandats électifs, un re­ Mais, dès 2004, certains com­
cord qui n’est pas près d’être battu. mencent à s’inquiéter, jusque
Il est né le 24 mars 1928 à Blaise, dans les rangs de l’UMP, de voir le
un petit village des Ardennes. Sa Sénat se transformer en « entre­
mère n’a que 18 ans quand elle le prise de spectacle » et de la dérive
met au monde, son père les quit­ des dépenses de communication.
tera quelques mois plus tard. D’autant que plusieurs affaires
Ayant échoué au brevet, il entre émergent au grand jour dans les­
en 1950 aux PTT, où il fait ses quelles le nom de Christian Pon­
premières armes de syndicaliste celet est associé.
à la Confédération française des C’est d’abord l’affaire de sa « se­
travailleurs chrétiens. Parallèle­ crétaire particulière », Marie­Jo­
ment, il rejoint les rangs de sèphe Aucouturier, sa fidèle colla­
l’Union démocratique du tra­ boratrice depuis 1972 mais qui,
vail (UDT), fondée en 1959 et pendant vingt­huit ans, aura été
considérée comme le « bras so­ rémunérée par les PTT puis par
cial du gaullisme ». Quand, en En 2000. France Télécom. Et, lorsque cette
1962, le parti gaulliste, l’Union ALAIN LE BOT/GAMMA-RAPHO dernière demande une régulari­
pour la nouvelle République, fu­ VIA GETTY IMAGES sation de la situation, le président
sionne avec l’UDT, il se retrouve du Sénat la congédie sans autre
investi pour les élections législa­ forme de procès. La dame se re­
tives dans les Vosges, à Remire­ affaires sociales, de la fonction 24 MARS 1928 Naissance Christian Poncelet, qui garde la qu’en 2008, ayant bénéficié d’un tourne contre lui ; après deux ren­
mont, et obtient son premier publique, du budget puis des rela­ à Blaise (Ardennes) présidence de la commission allongement d’un an grâce au re­ vois devant les prud’hommes, le
mandat de député. tions avec le Parlement. Un sacré 1962-1972 Député des finances, rumine ce premier port des élections sénatoriales. Il président du Sénat préfère négo­
palmarès, même si c’est au Sénat des Vosges revers, consolide ses réseaux promet « une présidence mo­ cier un arrangement à l’amiable.
Ténacité et népotisme que Christian Poncelet aura laissé 1972-1976 Plusieurs fois d’amitiés et d’affidés, faisant deste ». Sous son règne, le Sénat La fin de présidence de Chris­
C’est le début d’une longue car­ l’empreinte la plus profonde. secrétaire d’Etat montre d’une générosité sans mènera grand train. tian Poncelet s’abîme dans les af­
rière politique : dix ans député, Après avoir effectué un premier 1977-2014 Sénateur pareille, notamment lorsqu’en Souhaitant combler le déficit de faires. Son nom est cité dans deux
cinquante­deux ans conseiller mandat de neuf ans, Christian 1998-2008 Président 1998 il se lance de nouveau à l’as­ communication de la deuxième dossiers judiciaires. Surtout, pour
général, dont trente­neuf ans à la Poncelet s’empare, en 1986, de la du Sénat saut du « plateau ». Car tout le ta­ chambre, le président du Sénat va le grand public, c’est l’apparte­
présidence du département des stratégique présidence de la com­ 2020 Mort à l’âge de 92 ans lent du « monarque des Vosges » multiplier les opérations événe­ ment « à vie » de 200 m2 dans le
Vosges, trente­six ans conseiller mission des finances du Sénat : réside dans ce cocktail de téna­ mentielles, dites d’« ouverture à très huppé 6e arrondissement de
municipal, puis premier adjoint un poste clé qui lui permettra de cité, de népotisme et de roublar­ la société civile », en faisant ex­ Paris qu’il s’est fait accorder par le
et, enfin, maire de Remiremont distribuer largement et à discré­ dise qui lui permet de se rendre ploser le budget de communica­ bureau du Sénat au crépuscule de
pendant dix­huit ans, quatorze tion les prébendes de la réserve incontournable. Et de détrôner tion ainsi que les frais de récep­ sa présidence qui symbolisera le
ans conseiller régional et, même, parlementaire, sur laquelle il René Monory sans même se pré­ tion et les dépenses de cabinet de régime de privilèges dont bénéfi­
une éphémère présence, pen­ avait la haute main. De quoi valoir de l’investiture du RPR de la présidence du Sénat. C’est sous cie la seconde chambre du Parle­
dant un an, au Parlement euro­ s’attacher de nombreux obligés. Jacques Chirac. Ce dernier ne la présidence de Christian Ponce­ ment. L’image du Sénat en sort
péen, avant d’être élu sénateur, Dès 1992, il s’affirme comme un souhaitait pas sa victoire, il doit let que les grilles du jardin du sérieusement dégradée. Chris­
en 1977. Il quittera le Sénat trente­ sérieux prétendant à la succes­ s’en accommoder. Luxembourg commencent à ac­ tian Poncelet se retire sans gloire.
sept ans plus tard, après en avoir sion d’un Alain Poher déclinant à Avec la présidence du Sénat, cueillir des expositions photogra­ Il restera sénateur jusqu’en 2014
exercé la présidence pendant dix la présidence du Sénat mais, Christian Poncelet a obtenu son phiques grand public, symboli­ avant de prendre une retraite po­
ans, de 1998 à 2008. torpillé par ses propres amis du Graal, son bâton de maréchal. A sant à ses yeux l’« art passant ». litique définitive un an plus tard,
Sans oublier les fonctions mi­ RPR alors présidé par Jacques Chi­ peine élu par ses pairs, il assure Sous sa présidence, également, à l’expiration de son mandat de
nistérielles qu’il a occupées de rac, il doit renoncer et c’est le cen­ qu’il n’effectuera pas plus de deux le Musée du Luxembourg connaît conseiller général et président du
1972 à 1976, en tant que secrétaire triste René Monory qui s’installe mandats de trois ans ; il ne pourra une nouvelle jeunesse et un im­ département des Vosges. 
d’Etat, successivement chargé des au Petit Luxembourg. s’empêcher d’en faire trois, jus­ portant succès public, mais les patrick roger

Christian Liaigre
Décorateur

I
l avait inventé un style élé­ nelle, à Paris. Dans les années moderne. La créativité était par­ sembliers du début du XXe siècle,
gant, raffiné et épuré à la 1990, avec son aménagement de tout : aussi bien dans les moulures, de ceux qui dessinaient, à l’image
fois, qui a fait fureur dans les l’Hôtel Montalembert, dans la les portes que les plinthes », di­ de Jean­Michel Frank, des intéri­
années 1980­1990, notam­ capitale, puis celui de l’Hôtel Mer­ sait­il. Dès les années 1980, quand eurs jusqu’aux meubles, des motifs
ment auprès de la jet­set. Plus cer de Soho, à New York, le décora­ se tient encore un salon de la ma­ pour les tissus jusqu’aux poignées
célèbre à l’international, peut­ teur acquiert une renommée in­ tière plastique à Paris, le voilà qui de porte. Très curieux et cultivé, il
être, qu’en France, le décorateur ternationale. prône l’artisanat d’art. s’inspirait aussi de Diego Gia­
d’intérieur Christian Liaigre, né le Il est l’assurance d’un « zéro Il travaille avec une dizaine de cometti pour le mobilier et les lu­
10 août 1943 à La Rochelle, est faute de goût » dans les intérieurs métiers, ébénistes, tapissiers, sel­ minaires, ou de Brancusi pour
mort le 2 septembre à Paris, à des plus fortunés. Aussi compte­ liers, marbriers… Ce qui ne l’em­ les formes ». La décoratrice India
l’âge de 77 ans. t­il parmi ses clients des coutu­ pêche pas de glisser dans son Mahdavi, qui fut longtemps le
Le « style Liaigre » – il portait son riers tels Karl Lagarfeld et Calvin décor classique et chic des bûches bras droit de Christian Liaigre, dé­
nom tant il était reconnaissable – Klein, des artistes dont Carole de bois brut en guise de guéri­ crit un homme « précis, rigoureux,
mariait des lignes sobres dans des Bouquet ou Bryan Adams, jus­ dons, notamment en wengé, ce attaché à la terre et aux belles ma­
tonalités de blanc et de beige avec qu’au galeriste new­yorkais Larry bois africain dont on fait les tra­ tières, qui a contribué ces vingt
de belles matières, tels le bois, le Gagosian et l’homme d’affaires verses de chemins de fer, ou des dernières années à définir les codes
marbre ou la soie. Ce « grand mini­ Rupert Murdoch. Christian tissus en lin naturel… Christian de l’élégance dans les intérieurs du
maliste », comme le décrit le Wall Liaigre essaime bientôt ses bouti­ Liaigre est aussi inspiré par son monde entier, inventant un nou­
Street Journal, créait aussi ses piè­ ques de Londres à Kuala Lumpur, enfance en bord de mer : le sable veau classicisme à base de beige,
ces de mobilier, toutes incrustées où il ouvre une fondation d’art. blanc de l’île de Ré et le bois de de blanc et de bois ».
de ses initiales CL. pin, qu’il sublime avec une simple En 2015. PHOTO12 VIA AFP Christian Liaigre venait de si­
Formé aux Beaux­arts et aux « Admirateur de Versailles » finition sablée. gner la rénovation de l’ancien
Arts décoratifs, Christian Liaigre, Le créateur, propriétaire d’une ga­ C’est avec ce bois qu’il pare les Hôtel Lotti, à Paris, devenu avec
fils d’un vétérinaire vendéen, a lerie rue de Verneuil, à Paris, a corridors du super­yacht Vertigo Et Christian Liaigre de s’étonner, 10 AOÛT 1943 Nais- ses cent chambres supplémentai­
débuté sa carrière en élevant les contribué à faire connaître les dé­ de 67 mètres de long et remporte, presque, en direct sur BFM­TV, sance à La Rochelle res une extension de l’hôtel Cos­
chevaux de concours de son corateurs hexagonaux à l’étran­ en 2012, un Prix du design inté­ d’une « cote élevée pour des meu­ 1985 Ouvre tes, le tout propriété de Jean­
grand­père. C’est à 40 ans passés, ger, et a fait émerger un style dit rieur. En 2013, alors qu’à Miami il bles jeunes de quinze ans ». sa première agence Louis Costes. Le nouvel Hôtel
dans les années 1980, qu’après français, en remettant les arts dé­ inaugure un show­room avec une Pour l’architecte d’intérieur Pa­ 2012 Prix du design Costes Lotti, avec bois exotique et
avoir dessiné une collection coratifs à la mode. « Je suis un fer­ centaine d’employés, à Paris, la trick Gilles, qui a fait ses classes intérieur escalier de marbre, doit ouvrir ses
de meubles pour Nobilis, il ouvre vent admirateur de Versailles maison de vente Piasa orchestre auprès de lui, Christian Liaigre 2 SEPTEMBRE 2020 portes en octobre. 
sa première agence, rue de Gre­ parce qu’au XVIIIe siècle, c’était une vente record de ses créations. « est l’héritier des décorateurs as­ Mort à Paris véronique lorelle
GÉOPOLITIQUE
0123
20 | DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

TÉMOIGNAGE

U
ne semaine durant, d’un di­
manche à l’autre fin août, la
sociologue Ioulia Shukan,
maîtresse de conférences à
l’université Paris­Nanterre, a
arpenté sa ville natale,
Minsk, en proie à un mouvement de contesta­
tion inédit contre Alexandre Loukachenko,
l’inamovible président biélorusse. Elle raconte.

Dimanche 23 août
14 heures La foule, vue de près, sur la place de
l’Indépendance, est une addition de visages
inquiets. Quelques milliers d’abord, qui se
scrutent, guettent les rues adjacentes, discu­
tent par petits groupes ou consultent frénéti­
quement leur smartphone, où les messages
envoyés par les chaînes Telegram remplacent
les consignes d’introuvables meneurs du
mouvement de contestation. Leur principale
inquiétude, c’est la présence massive de la po­
lice. Depuis l’élection frauduleuse d’Alexandre
Loukachenko, le 9 août (son score de plus 80 %
n’est pas jugé crédible au regard de l’effondre­
ment de ses soutiens, qui se situaient entre
20 % et 30 % à la veille du scrutin), chaque jour­
née est différente de celle de la veille : la répres­
sion brutale alterne avec des phases de calme
plat, durant lesquelles les forces de l’ordre sont
presque invisibles.
Le rassemblement du jour, à Minsk, flotte
dans un entre­deux. Après avoir laissé la rue
aux manifestants le dimanche précédent, la
police a opté pour l’intimidation, espérant dé­
courager ceux qui hésitent. Plusieurs stations
de métro ont été fermées dans le centre­ville. A

Biélorussie
l’entrée de la capitale biélorusse, des barrages
filtrants ralentissent la circulation, bloquent
l’arrivée de contestataires qui viennent d’au­
tres régions. Les policiers antiémeute en uni­
forme noir ou en civil surveillent les abords de
la place et les cours des immeubles avoisinants,
alors que, dix jours plus tôt, ils y pourchas­

Chronique
saient les manifestants pour les passer à tabac.
La participation à un rassemblement non
autorisé, mettent en garde les haut­parleurs,
peut justifier, d’après la loi, l’usage de la force.
Les cortèges se multiplient, convergeant peu
à peu vers la place, au cœur de la ville. Une de­
mi­heure plus tard, la masse – évidente, écra­

du réveil
sante – chasse définitivement l’angoisse. La
foule transmet un sentiment d’unité et de
puissance qui galvanise tous ceux qui la com­
posent. Ici et là, on martèle à l’attention de
Loukachenko le traditionnel « Va­t’en ! », ou
« Nous sommes le pouvoir ! », « Vive la Biélorus­
sie ! ». Des menaces fusent, aussi, à l’encontre

d’une nation
du président et de ses forces de sécurité, résu­
mées par un mot : « Tribunal ! ». Les ouvriers
des grandes usines sont acclamés, on scande
« Grève ! » Cette perspective constitue un dan­
ger mortel pour le régime, qui avait érigé les
industries publiques en symbole de son mo­
dèle économique et qui fait pression sur les fi­
gures émergentes du mouvement ouvrier.

Depuis les grand­places de Minsk jusque 16 heures Une marée humaine pavoisée des
couleurs rouge et blanc de l’opposition déferle
dans ses arrière­cours, la mobilisation populaire sur l’avenue des Vainqueurs. Elle avance en di­
rection de la stèle à la gloire des Héros de
grandit contre la réélection du président Minsk, où les forces de l’ordre avaient dispersé
les protestataires, dans la nuit du 9 au 10 août,
Alexandre Loukachenko. Récit de la sociologue Ioulia à coups de grenades assourdissantes et de tirs
à balles en caoutchouc. Policiers et soldats disposés à terre ; une planche à repasser est
Shukan, qui s’est mêlée, fin août, aux manifestants sont déployés, immobiles derrière des ran­ installée sur le côté de cet atelier de confection
gées de barbelés. Une partie de la foule décide improvisé. Voilà l’arrière­cour de la révolu­
d’avancer vers le palais présidentiel. Pour évi­ tion, et la réponse à une question d’apparence
ter toute provocation, elle s’arrête avant les triviale : comment autant de drapeaux contes­
cordons de police qui protègent le bâtiment, tataires ont­ils pu faire leur apparition dans le
attendant en vain qu’un représentant du pou­ pays en un temps si court ? « Pendant la cam­
voir sorte pour dialoguer avec les manifes­ pagne, j’ai fabriqué des bracelets blancs en cuir,
tants. La réponse des autorités n’arrivera que symbole d’élections honnêtes, explique Nadia,
plus tard, sous la forme d’une vidéo diffusée 30 ans, couturière dans la maroquinerie. La ré­
sur les réseaux sociaux. On y voit Alexandre pression policière m’a poussée à m’engager da­
Loukachenko survoler la ville en hélicoptère. vantage. Depuis, je couds les drapeaux blanc­
Après son atterrissage devant le palais, le chef rouge­blanc à la demande de mes amis et de
de l’Etat de 65 ans, dont vingt­six au pouvoir, mes connaissances. Au magasin de tissu où je
parcourt quelques mètres en tenue de com­ suis allée avec mon compagnon, plusieurs per­
bat, kalachnikov à la main, pour aller à la ren­ sonnes prenaient des tissus blancs et rouges.
contre des forces antiémeute, et finit par lâ­ Tout le monde cherchait la même chose. »
cher : « Plus personne ! Ils ont fui comme des Etendard officiel de l’éphémère République
rats ! » Cette mise en scène confirme sa déter­ populaire biélorusse de 1918, puis du mouve­
mination à s’accrocher au pouvoir. ment nationaliste anticommuniste, ce dra­
peau était devenu, en 1991, celui de la Biélorus­
sie redevenue indépendante. Peu après son
Lundi 24 août élection, en 1994, Alexandre Loukachenko l’a
11 heures Une machine à coudre trône sur remplacé, à la suite d’un référendum, par la
une table basse dans une pièce exiguë d’un bannière rouge et vert de la Biélorussie sovié­
immeuble de style stalinien du centre­ville. tique. Celle­ci était certes débarrassée de la
Des morceaux d’étoffe blancs et rouges sont faucille et du marteau, mais ce retour en ar­
rière illustrait les visées idéologiques du prési­
dent, ancré dans la nostalgie soviétique.
Depuis, le drapeau blanc­rouge­blanc a in­
« JE MANIFESTE TOUS  carné l’opposition, mais suscitait peu d’adhé­
LES JOURS. VIS­À­VIS sion au­delà des cercles militants. Ce n’est
qu’au cours de la campagne électorale de l’été
DU RÉGIME, que la bannière s’est imposée en symbole de
changement. L’engouement qu’elle suscite est
J’AI FRANCHI UN POINT  croissant. Malgré la multiplication des ateliers
clandestins, il faut compter deux à trois jours
DE NON­RETOUR » d’attente pour s’en procurer, par un chatbot Te­
En haut : des Biélorusses protestent contestent la réélection d’Alexandre Loukachenko, le 9 août, à Minsk. VALÉRIA legram qui met en contact ceux qui veulent les
Ci­dessus : ce même soir, certains protestataires sont grièvement blessés par la police. ALEXANDER VASUKOVICH guide-interprète à Minsk acheter avec ceux qui les fabriquent.
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 géopolitique | 21

explore d’autres voies d’action légale et non tiques, interprétation de chansons­phares de


violente, en parallèle des rassemblements or­ la révolte dans des centres commerciaux, ras­
ganisés par l’intermédiaire de Telegram. semblements dans des quartiers périphéri­
Alors que le pays traverse une crise aiguë, les ques… Vers 19 heures, comme tous les soirs,
élus se tiennent à l’écart et gardent un silence plusieurs milliers de manifestants occupent la
prudent, ce qui rappelle le simple rôle de place de l’Indépendance. Devant la cathédrale
chambre d’enregistrement auquel le Parle­ Saint­Siméon­et­Sainte­Hélène, un « micro­
ment a été relégué par le régime. phone ouvert » s’organise. Des manifestants
Longue et laborieuse, cette initiative qui se saisissent tour à tour d’un mégaphone pour
avait réuni 150 signatures d’électeurs au dé­ exprimer leur colère contre le régime, leur
part en compte 12 000. Elle rencontre un fort amour pour le pays, et pour inviter les person­
enthousiasme. Pour un pays plongé dans le nes présentes à scander « Vive la Biélorussie ! »
formol politique, dominé par la figure unique A la tombée du jour, ils allument les lampes
d’Alexandre Loukachenko, ce réveil citoyen est torches de leurs smartphones. C’est à ce mo­
exceptionnel. Habitués à vivre en retrait du ment que la police intervient, pour la pre­
système, les Biélorusses souhaitent désormais mière fois depuis ces derniers jours. Des
faire entendre leur voix. Des milliers d’entre agents antiémeute encerclent et arrêtent les
eux rejoignent les communautés Telegram participants. Une centaine d’autres parvien­
créées dans chaque circonscription électorale, nent à se réfugier à l’intérieur de la cathédrale.
discutent des étapes de la procédure, s’auto­or­ Ces séquences d’intimidation paraissent sans
ganisent pour recueillir les signatures. effet sur la mobilisation. Les images de poli­
ciers assiégeant une église sont même désas­
treuses pour le pouvoir.
Mercredi 26 août
De gauche à droite, de les arrêter. Pour une fois, les stéréotypes 13 heures Comme d’autres dirigeants du con­
Mardi 25 août et de haut en bas : sexistes locaux jouent en leur faveur : aucune seil avant elle, c’est au tour de Svetlana Alexie­ Jeudi 27 août
13 heures Une action de solidarité avec les manifestante ne sera interpellée ou brutalisée par les hom­ vitch d’être convoquée par la police, dans le ca­ 15 heures Sur cette même place de l’Indépen­
victimes de la répression est organisée à la enveloppée dans le mes en uniforme. dre d’une enquête pour « menace à la sécurité dance, je retrouve deux manifestantes – une
sortie du métro Pouchkinskaïa, là où est drapeau blanc­rouge­ nationale ». La Prix Nobel de littérature 2015 mère et sa fille – qui en avaient été chassées la
mort Alexandre Taraïkovski, le premier ma­ blanc de la 20 heures Une file s’est formée devant le ci­ en est une membre peu active, mais elle a mis veille par la police. Aux côtés d’autres femmes,
nifestant tué par la police, le 10 août, sans contestation, néma Kiev, rue Kakhovskaïa, dans le district son autorité morale au service de la contesta­ elles participent sous une pluie battante à une
qu’on connaisse le projectile utilisé. Le ser­ le 19 août, à Minsk. Tsentralnyï de la ville. « Qu’est­ce que vous at­ tion. Sa convocation s’inscrit aussi dans une chaîne humaine contre la violence. C’est
vice de nettoyage de la voirie s’acharne à effa­ L’opposante Maria tendez ici ? », demande une dame âgée. « Nous logique d’intimidation et d’escalade de la part l’émergence de nouveaux candidats à l’élec­
cer ce lieu de recueillement. Jour après jour, il Kolesnikova collectons des signatures pour révoquer l’élue du régime. D’autres opposants, surtout parmi tion présidentielle, non issus des rangs de l’op­
renaît pourtant, avec des fleurs, des bougies (aujourd’hui en de notre circonscription », lui répondent des les meneurs ouvriers, ont été jetés en prison. A position traditionnelle, peu crédible à leurs
déposées au sol. Une chaîne humaine, for­ prison) appelle bénévoles. « Ah !, très bien. Alors c’est pour chaque fois, la solidarité s’organise. Une cen­ yeux, qui a nourri leurs espoirs de change­
mée par des femmes, s’étend le long de l’ave­ à la non­violence, moi ! », déclare­t­elle avant de rejoindre une taine de personnes sont rassemblées devant le ment. Cette configuration inédite a fait bascu­
nue Pritytskogo, contiguë au métro. Certai­ le 30 août. centaine de ses voisins de quartier. bâtiment du comité d’enquête durant l’audi­ ler la mère. Aliona, petite quarantaine, profes­
nes arborent des photos de manifestants Des militaires La révocation des 110 députés de la Cham­ tion de Mme Alexievitch. seure d’anglais, est passée d’un intérêt loin­
blessés, ou battus en détention. D’autres sont adressent des signes bre basse du Parlement a été proposée par le La contestation a pris des formes routiniè­
enveloppées de drapeaux blanc­rouge­blanc. d’encouragement conseil de coordination, principal organe re­ res, malgré les tentatives d’en varier les ac­
La violence policière a affecté toutes ces aux femmes qui ont présentatif de l’opposition, créé le 14 août, qui tions : chaînes humaines, performances artis­ lire la suite page 18
femmes, directement ou par ricochet. « Par formé une chaîne
ses exactions, le pouvoir nous a poussées à humaine, le 13 août.
descendre dans la rue, même des introverties
comme moi, dit Valéria, guide­interprète de
Police antiémeute
bloquant
Loukachenko multiplie les attaques contre l’opposition
29 ans. J’ai voté pour Svetlana Tsikhanovskaïa les manifestants
[principale candidate d’opposition à M. Lou­ aux abords lorsque la sociologue Ioulia Shukan Cette rhétorique s’accompagne d’une Les sept membres du présidium du con­
kachenko, exilée en Lituanie depuis le de la place quitte Minsk, le 30 août, elle vient d’assister mise à l’écart des figures de l’opposition. seil de coordination, créé le 14 août comme
11 août], mais je ne pensais pas manifester. J’ai de l’Indépendance. à la politisation d’une société trop long­ Svetlana Tsikhanovskaïa, devenue le vi­ une instance de dialogue avec le pouvoir en
observé la répression dans le centre­ville à dis­ Des manifestants temps anesthésiée par l’autoritarisme du sage de la révolte depuis sa candidature à la vue d’organiser un nouveau scrutin, ont été
tance, via les réseaux sociaux, mais j’ai aussi devant le palais régime d’Alexandre Loukachenko. Comme présidentielle, a été forcée à partir en exil tour à tour intimidés, arrêtés, kidnappés et
vu la police antiémeute à l’œuvre dans mon présidentiel, elle le pressent alors, la contestation va en Lituanie. exfiltrés vers l’étranger. Parmi eux, seule
quartier, les traques de manifestants et les tirs le 6 septembre. prendre la forme d’un « long marathon ». l’écrivaine Svetlana Alexievitch est encore
de grenades assourdissantes. Le jour qui a PHOTOS : ALEXANDER VASUKOVICH Pour se maintenir au pouvoir, le président « Atteinte à la sécurité nationale » libre à Minsk aujourd’hui, peut­être proté­
suivi la mort d’Alexandre Taraïkovski, j’ai de 66 ans, qui règne sur la Biélorussie de­ Du trio féminin que Mme Tsikhanovskaïa gée par son prix Nobel. Le 9 septembre, elle
acheté quelques fleurs pour les apporter ici et puis plus d’un quart de siècle, accentue la formait avec Veronika Tsepkalo et Maria a alerté la presse après que des « hommes en
exprimer mon indignation. La police a vite dis­ répression. Aux coups de matraque et aux Kolesnikova, ne reste désormais à Minsk noir et masqués » ont tenté de pénétrer dans
persé notre rassemblement. Depuis, je mani­ milliers d’arrestations arbitraires, s’ajoute que la dernière. Après avoir résisté, le son appartement. « La loi n’existe plus en Bié­
feste tous les jours. Vis­à­vis du régime, j’ai une propagande alimentée par les télévi­ 8 septembre, à une tentative d’expulsion lorussie », ont commenté depuis Kiev Ivan
franchi un point de non­retour. » sions biélorusses sous influence de Mos­ forcée vers l’Ukraine en déchirant son pas­ Kravtsov et Anton Rodnenkov, deux colla­
A peine une heure plus tard, la police se cou. Les manifestants sont assimilés à des seport, elle a été emprisonnée dans la capi­ borateurs de Mme Kolesnikova, qui avaient
réinvite sur les lieux, comme à l’accoutumée, « fascistes » à la solde de « l’étranger », à tale biélorusse. Elle est accusée d’« atteinte été kidnappés en même temps qu’elle. 
forçant les femmes à s’éparpiller, menaçant savoir l’Ouest, ou à des « rats » en fuite. à la sécurité nationale ». claire gatinois
0123
22 | géopolitique DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

suite de la page 17 les exactions de la police, il rejette l’idée d’une Je n’ai rien vu de pareil ailleurs. » Le 9 août, No­ En haut, à gauche : dans la région
enquête indépendante. D’après lui, la com­ vaïa Borovaïa s’était aussi distingué par sa de Minsk, le 25 août, funérailles
mission parlementaire chargée des droits de forte mobilisation électorale. « Il y a eu des files de Nikita Krivtsov, manifestant
tain pour la politique à la participation aux l’homme, qu’il dirige, n’est pas compétente. d’attente monstres devant notre bureau de retrouvé pendu dans la forêt.
meetings et au vote. Sa fille Yana, 18 ans à « Vous êtes le Parlement, vous avez le pouvoir ! vote. On a attendu plus de deux heures sous la En bas, à gauche : des étudiantes
peine, s’est politisée pour les mêmes raisons. Vous devriez être les premiers à réagir ! », lance pluie. Heureusement, les membres de notre font corps pour éviter d’être arrêtées
« Jusque­là, j’étais apolitique. Comme beau­ un participant. « Quel pouvoir ? », réplique Da­ commission se sont comportés en gens honnê­ par la police, le 1er septembre.
coup de jeunes de mon âge, j’étais membre du vydko. « Nous ne sommes que le Parlement », tes : ici, Svetlana Tsikhanovskaïa a gagné avec Ci­dessus : une femme supplie les
BRSM [Union de la jeunesse républicaine bié­ poursuit l’élu, avouant ainsi le faible poids de plus de 80 % des voix. Si le pouvoir avait falsifié forces de l’ordre de ne pas attaquer
lorusse, pro­pouvoir, héritière du Komsomol l’institution. A la fin de la rencontre, Iouri, un le résultat dans ce quartier, personne n’y aurait les manifestants, le 23 août, à Minsk.
soviétique], sans y participer de manière en­ entrepreneur de 55 ans, résume le sentiment cru ! », poursuit Vladimir. Des programma­ PHOTOS : ALEXANDER VASUKOVICH
thousiaste, confie Yana. Je vivais dans le monde général : « Nous avons tous l’impression d’avoir teurs ont d’ailleurs contribué à la création de
fermé du théâtre amateur. Ce sont mes amies été violés. Lorsque vous êtes violé, vous criez Golos (« la voix »), une plate­forme en ligne,
engagées dans la défense des droits humains fort, vous appelez à l’aide. Les gens sont descen­ permettant un décompte parallèle des autres jours de la semaine. Cette marche se
« POUR LA  qui m’ont initiée. Elles m’ont dit à quelles chaî­ dus dans la rue. Le peuple crie sa colère de tou­ suffrages lors de l’élection. démarque par son caractère ludique, presque
PREMIÈRE FOIS, nes Telegram m’abonner et où m’informer. » tes ses forces. Sa voix est sa seule arme, mais elle Aux falsifications électorales et, surtout, à la carnavalesque. Les manifestants se saisissent
Ensemble, mère et fille manifestent depuis le n’est pas entendue par le pouvoir. » répression policière, les citoyens de ce terri­ de l’anniversaire d’Alexandre Loukachenko,
JE SUIS FIER DES  10 août. « Si le régime se maintient, nos espaces toire à part opposent leur résistance. « Dans le qui fête ce jour­là ses 66 ans, pour le tourner
de liberté se réduiront comme peau de chagrin, quartier, nous sommes descendus protester le en dérision. Au slogan devenu habituel de
BIÉLORUSSES. dit Yana. Nous, les jeunes, n’aurons plus à choi­ Vendredi 28 août 12 août. La police est alors intervenue. Nous « Nous sommes le pouvoir ! » s’ajoutent ainsi
sir qu’entre le repli sur notre quotidien et le dé­ 20 heures Une cinquantaine d’habitants de avons acheté des tissus blancs et rouges. Mon ceux de « Nous sommes là pour ton anniver­
ON EST NOMBREUX  sengagement ou le départ à l’étranger. » Novaïa Borovaïa se retrouvent dans la rue, en­ épouse et les épouses de nos voisins en ont fait saire » ou « Sacha, sors ! On va te féliciter ! »
ET UNIS. DANS  veloppés de drapeaux blanc­rouge­blanc, 23 drapeaux. Nous les avons ensuite accrochés Les manifestants reprennent aussi les dé­
19 heures Une rencontre hors du commun a pour une marche à travers leur quartier. Situé aux balcons de la tour de 23 étages, avec en con­ clarations de Loukachenko lui­même, en les
L’ADVERSITÉ lieu à la bibliothèque Ianka­Koupala : des élec­ à la périphérie de Minsk, celui­ci ressemble à trebas un drapeau officiel, rouge­vert, pour détournant. « Compte combien nous som­
teurs du district Sovetski, dans le nord de une utopie architecturale : immeubles moder­ mettre en scène le slogan : “Sacha [Louka­ mes ! », clament­ils, en référence au discours
AU RÉGIME, Minsk, y ont convoqué leur député, l’ex­direc­ nes aux façades colorées, cours intérieures chenko] : 3 %” [le chiffre d’intentions de vote officiel qui présente la mobilisation comme
ON EST DEVENUS teur de la télévision d’Etat Hennadi Davydko, sous vidéosurveillance, des cafés, deux librai­ en faveur du président selon un sondage en li­ un rassemblement de quelques marginaux.
pour lui demander des comptes. Un mois plus ries, pistes cyclables partout, locaux à vélo, gne qui avait été réalisé avant l’élection]. » Leur « Bon anniversaire au rat ! » fait, lui, écho
UNE NATION » tôt, cette rencontre­convocation aurait relevé bacs de tri sélectif, Wi­Fi. Ce quartier est aussi Depuis trois semaines, ces citoyens poursui­ à la façon dont Loukachenko a parlé d’eux
de la science­fiction. Pendant près de deux le lieu de résidence privilégié des employés vent leur combat en participant aux marches une semaine plus tôt. Parmi les « cadeaux »
VLADIMIR
heures et demie, le député répond aux ques­ des technologies de l’information (IT). Ce sec­ du dimanche ou en improvisant, toujours via qu’ils déposent devant le palais présidentiel,
employé d’une grande
tions sur les fraudes électorales, la crise politi­ teur, particulièrement dynamique (6,5 % du Telegram, des rassemblements entre voisins. il y a, entre autres, un cercueil sur le côté du­
société IT
que, la violence d’Etat incarnée par ces ca­ PIB en 2019, soit presque l’équivalent du sec­ « Pour la première fois, je suis fier des Biélorus­ quel il est écrit « Dictature », une cuvette de
mionnettes banalisées, remplies de policiers teur agricole), s’est développé avec le soutien ses. On est nombreux et unis. Dans l’adversité au toilettes en carton avec l’inscription « Tire­toi,
en civil, qui sillonnent la capitale. « Des ban­ de l’Etat mais en marge du « socialisme de régime, on est devenus une nation, avance Vla­ Sacha ! », un cafard en tissu (le blogueur Ser­
dits cagoulés se déplacent dans nos rues et sè­ marché », qui privilégie le tout­étatique. dimir. Dans le domaine des technologies de l’in­ gueï Tsikhanovski a été le premier à affubler
ment la violence ! Ils m’ont arrêté, raconte un Agés de 25 à 35 ans, financièrement indépen­ formation, beaucoup de sociétés réfléchissent à Loukachenko de ce sobriquet), un hélicoptère
jeune homme qui se tient sur des béquilles. A dants vis­à­vis de l’Etat, connectés, sociale­ une délocalisation temporaire de leurs bureaux. (moyen de locomotion préféré du chef de
croire que le pouvoir leur a donné un feu vert et ment impliqués et mettant leurs connaissan­ Mais, pour la première fois, c’est moi qui ne suis l’Etat depuis le début de la contestation, et
leur garantit l’impunité totale. Je ne sais même ces et leur savoir­faire au service de l’intérêt pas prêt à quitter mon pays et mon quartier. » que les manifestants l’invitent à prendre
pas qui sont les hommes qui m’ont frappé, et public, avec par exemple le développement de pour s’envoler définitivement).
les responsables ne seront jamais poursuivis. » logiciels pour des projets d’assistance médi­ Malgré le nombre croissant de manifestants
A ces accusations, le député Davydko oppose cale… ils sont très éloignés de l’électorat tradi­ Dimanche 30 août dans la capitale et la présence de cortèges mas­
le discours officiel : le pays est en danger car il tionnel de Loukachenko. « Nous avons l’habi­ 14 heures Une nouvelle grande manifesta­ sifs dans toutes les villes de province, le ré­
est l’objet d’une bataille géopolitique ; l’oppo­ tude de gérer nous­mêmes nos habitations et tion à Minsk rassemble peut­être jusqu’à gime continue de refuser le dialogue et même
sition est financée et manipulée depuis les espaces collectifs, explique Vladimir, 35 ans, 200 000 participants. Le rituel est désormais de reconnaître le mouvement. Entre 16 heures
l’étranger ; Loukachenko bénéficie du soutien employé d’une grande société IT, qui marche bien établi, qui sert à remobiliser les énergies et 17 heures, un long face­à­face s’engage entre
populaire ; sa démission plongera le pays dans avec sa femme et ses deux enfants à travers et à montrer au régime que le mouvement ne les premiers rangs des manifestants, qui ont
le chaos. Si Davydko présente ses excuses pour Novaïa Borovaïa. Ici, les gens se font confiance. faiblit pas, malgré la répression qui s’abat les de nouveau convergé vers le palais présiden­
tiel, et les policiers antiémeute. Drapeaux
blanc­rouge­blanc d’un côté, boucliers levés
« Pour les citoyens, le travail de témoin est indispensable » de l’autre. Seul un assistant du président sort
pour lancer quelques mots : « Vous être nom­
breux, mais vous n’êtes pas la majorité ! Vous
alexander vasukovich, 35 ans, est né et vit à Après les résultats de l’élection, en août, la police organisée par le pouvoir a fonctionné : la peur et le êtes en train de faire une révolution. Or, les révo­
Minsk. Depuis le scrutin présidentiel du 9 août, ce prenait ostensiblement pour cible les journalistes. silence se sont imposés de nouveau. En 2020, on lutions sont toujours réprimées. Nous vous in­
photographe indépendant, habitué des projets au Je les ai vus tirer des balles en caoutchouc sur des assiste à la plus grande mobilisation de l’histoire du vitons à emprunter la voie constitutionnelle ;
long cours, arpente les rues de la capitale biélorusse confrères, pourtant accrédités par les autorités pays ! La répression n’en est que plus violente. Les personne ne discutera avec vos “leaders” ! » Le
aux côtés des manifestants qui contestent la réélec­ pour couvrir l’élection. Personnellement, je tra­ citoyens sont sans cesse intimidés, menacés, mais service de presse de Loukachenko s’exprime
tion d’Alexandre Loukachenko. vaille sans autorisation du ministère, mais je ne c­ ils ne cèdent pas. Les manifestations leur donnent lui aussi, en diffusant une nouvelle photo du
ache pas non plus mon identité. J’essaie juste de ne de la force. Une solidarité s’est installée : on partage président, arme à la main.
Depuis le 9 août, la répression violente alterne pas me préoccuper de ce qu’il pourrait m’arriver. Je l’eau, la nourriture, la peur. On se protège les uns les Vers 18 heures, une pluie battante met un
avec des phases d’accalmie. Comment couvre­ ne porte sur moi aucun signe apparent de mon autres et, ensemble, on défie le pouvoir. terme au rassemblement. Ses participants re­
t­on un tel événement, en dépit des dangers ? appartenance à la presse, car cela attirerait l’atten­ Je suis très fier d’assister à cette mobilisation ci­ broussent chemin et se dispersent peu à peu.
On apprend d’abord à vivre avec l’inquiétude. tion et me desservirait. Je reste autant que possible toyenne. Un espoir que je n’avais encore jamais res­ « C’est notre troisième dimanche de manifes­
Quand je sors le matin faire des photos, je ne sais parmi les manifestants pour rester discret. senti est en train de naître. Beaucoup de gens vien­ tation, et le pouvoir ne bouge pas », souffle
pas si je rentrerai chez moi le soir, ou si je serai en nent me voir pour me dire merci. Ils savent que le Alex, logisticien de 36 ans. Malgré les interro­
prison. Les policiers sont partout : les forces anti­ L’élection présidentielle de 2010 avait déjà travail de témoin est indispensable à la survie du gations sur l’avenir, la détermination s’affi­
émeute, mais aussi des agents en civil. On ne peut suscité des manifestations contre la fraude, mouvement, et à quel point ce travail est risqué. Et che sur les visages, et dans les slogans repris
rien faire contre eux : ils vous surveillent, vous que vous aviez photographiées. Qu’est­ce ça fait chaud au cœur. Nous savons aussi que le pro­ en chœur par des milliers de voix qui scan­
arrêtent et décident de votre sort. Malgré ma vigi­ qui est différent en 2020 ? chain chapitre du soulèvement sera violent, très dent : « Tous les jours ! » Comme si tout le
lance, j’ai été arrêté une fois, et détenu pendant A l’époque, les contestataires s’étaient aussi ras­ violent. C’est toujours par la violence que le pouvoir monde avait bien intégré l’idée que la protes­
vingt­quatre heures pour avoir participé aux mani­ semblés sur la place de l’Indépendance, avant d’en règle ses comptes avec le peuple.  tation serait un long marathon. 
festations. J’ai eu de la chance… être violemment chassés par la police. La terreur propos recueillis par marie sumalla ioulia shukan
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 géopolitique | 23

La Biélorussie, Etat charnière


entre la Russie et l’Europe
Loukachenko a longtemps tenté de maintenir l’équilibre entre Moscou et Bruxelles.
Face à la contestation née le 9 août, sa survie politique dépend du soutien de Poutine

UNE FORTE DÉPENDANCE VIS-À-VIS DE LA RUSSIE DES RELATIONS AMBIVALENTES AVEC L’EUROPE

Elu en 1994, Loukachenko se tourne vers Moscou avec lequel il signe deux traités d’union, en Pour réduire sa dépendance vis-à-vis de Moscou, Loukachenko – réélu en 2001, 2006, 2010
1997 et 1999. La dépendance énergétique et sécuritaire de la Biélorussie vis-à-vis de la Russie et 2015 – tente de se rapprocher de l’UE. Il libère quelques opposants et se propose comme
permet au Kremlin de maintenir son influence. En retour, Minsk obtient des tarifs préférentiels médiateur dans la crise ukrainienne. En 2016, l’UE desserre l’étau des sanctions contre des
sur les importations d’hydrocarbures et peut même en exporter une partie vers l’Europe. Avec ressortissants biélorusses, parmi lesquels Loukachenko (avoirs gelés et interdiction d’entrée
Poutine au Kremlin, la pression s’accroît sur Minsk pour accélérer le processus d’unification. dans l’UE). L’élection frauduleuse du 9 août suscite une contestation populaire inédite. Face
La dépendance énergétique du pays est utilisée comme levier. à la répression, les Etats de l’UE réclament des sanctions. Certains hésitent à cibler directe-
ment Loukachenko par crainte de voir la Biélorussie basculer définitivement du côté russe.

Les hydrocarbures, une manne … à double tranchant 2009 2011 2014 2016
financière…
Suspension des approvisionnements La Biélorussie Embargo Minsk refuse l'accord L’UE assouplit les sanctions
Gazoduc Oléoduc russes, en 2004, 2006, 2007, 2010, devient membre européen d'association avec l'UE (170 ressortissants
2012 et 2020 du partenariat sur les armes et opte pour l'UEEA visés avant 2016,
Raffineries oriental de l’UE de Moscou et quatre en 2020)
Rachat de la société biélorusse
Siège de la Communauté d’Etats
Beltransgaz, propriétaire des
indépendants (CEI), depuis 1991 Des protestations massives depuis un mois Des Etats membres divisés
gazoducs, par la russe Gazprom,
Union économique eurasiatique fin 2011 Nombre de manifestations Union européenne (UE)
(UEEA), depuis 2014 82 pacifiques, depuis le 9 août
Centrale nucléaire conçue en 2007
Part des échanges commerciaux pour réduire la dépendance vis-à-vis XX Pays membre de l’UE plaidant
18 Manifestations réprimées pour des sanctions fortes
de la Biélorussie de la Russie. Les capitaux par les forces de l’ordre à l’encontre de Loukachenko
et la technologie russe utilisés
empêchent d’atteindre cet objectif Exil forcé depuis le 11 août XX Pays membre de l’UE adoptant
Autres de figures de l’opposition une posture prudente, par crainte
25 % d’un vide du pouvoir en Biélorussie,
Emprisonnement d’opposants qui pourrait être rempli
Russie et de manifestants par Moscou
Ukraine
8% 49 % ESTONIE
Union
européenne
18 %

LETTONIE Moscou
Riga Velikié Louki
SUÈDE
e

DANEMARK Panevezys Vitebsk RUSSIE


u

ti
q

Novopolotsk
l
a LITUANIE Smolensk
B Ostrovets M AL
M er YA
Vilnius
Kaliningrad
(RUSSIE) Moguilev
Minsk
Grodno
BIÉLORUSSIE
A
JB
OU

YAMAL Bobrouïsk
DR

Gomel
Bialystok

Berlin
Varsovie DROUJBA Mozyr
ALLEMAGNE Poznan
Brest Tchernobyl

POLOGNE UKRAINE
Kowel Kiev
France et Italie
200 KM
hors cadre

UN PAYS RÉCENT, SOUS L’INFLUENCE TERRITORIALE DE SES VOISINS

La Biélorussie a été créée en 1991 à la suite de l’effondrement dont le biélorusse était une langue officielle. Le territoire En 1945, le territoire réunifié (à l’exception de la région
du bloc soviétique. Entre le XIIIe et le XVIIIe siècle, le pays était est ensuite incorporé à l’Empire russe avant d’être de Bialystok) devient la République socialiste soviétique
intégré au grand-duché de Lituanie et de Pologne, partagé (1921-1939) entre la Pologne et l’URSS. de Biélorussie.

1569 1795 1921 1991


République des deux nations, Empire russe, République République indépendante
après l’union du grand-duché après le partage de la Pologne constitutive de l’URSS de Biélorussie
de Lituanie et du royaume de Pologne

Frontière
de la Biélorussie Russie
Grand Est.
actuelle
duché Riga Moscou
Riga
Moscou Biélorussie Moscou Riga Lett.
Moscou
de Lituanie Riga
Empire URSS Lituanie
Vilnius Minsk Vilnius Minsk russe Vilnius Vilnius Minsk
Russ.
Minsk
Berlin Prusse Berlin
Pologne
Berlin Berlin Pologne Kiev
Royaume Kiev Kiev Kiev Biélorussie
de Pologne Ukraine
Cracovie Cracovie Cracovie Cracovie Ukraine
Autriche-
Hongrie

Sources : C. Grataloup, Atlas historique mondial, Les Arènes/L’Histoire, 2019 ; A. Shraibman, « The House That Lukashenko Built. », Infographie Le Monde :
Carnegie Endowment for International Peace, 2018 ; Commission européenne ; AFP, Le Monde Francesca Fattori, Delphine Papin et Floriane Picard
CULTURE
0123
24 | DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

ARCHITECTURE

« Nous voulions 
un monastère 
du XXI  siècle »
e
Prix Pritzker 2020, avec son
associée, Shelley McNamara
raconte la conception de l’Institut
Mines­Télécom, à Saclay

ENTRETIEN vait représenter, mais nous


aimions cette idée d’intégrer le
paysage à l’architecture.

S
helley McNamara a
créé l’agence Grafton Qu’est­ce qui vous a guidées
Architects en 1978, à dans la conception ?
Dublin, avec Yvonne On est parties du fait qu’on était
Farrell. En quatre dé­ en hauteur, sur un plateau battu
cennies, les deux ar­ par le vent, que le sol était jaune.
chitectes ont évolué d’une prati­ On s’est dit qu’on allait faire un
que locale vers une activité plus monastère du XXIe siècle, une en­
internationale, marquée par une ceinte où un monde pourrait se
certaine monumentalité. Le mi­ déployer dans une sorte de micro­
nistère des finances, à Dublin climat. On a regardé beaucoup de
(2007), l’université Luigi Bocconi, monastères et d’universités tradi­
à Milan (2008), le campus univer­ tionnelles – des modèles qui sont
sitaire de l’UTEC, à Lima (2015), souvent très proches. On voulait
comptent parmi leurs réalisa­ que l’espace soit ouvert à certains
tions les plus remarquables. endroits, fermé à d’autres. On
En France, elles ont livré leurs voulait de la porosité, de la trans­
deux premiers bâtiments, en parence, créer des rues, un espace
2019 : la Toulouse School of Eco­ public… On s’est beaucoup inspi­
nomics et l’Institut Mines­Télé­ rées de l’Ospedale Maggiore, à
com, à Saclay (Essonne). Com­ Milan, un hôpital du XVe siècle
missaires de la Biennale d’archi­ qui a été transformé en univer­
tecture de Venise, en 2018, elles sité, un bâtiment qu’on adore, qui
ont rejoint, en 2020, le club ultra­ a une merveilleuse forme de
sélect des femmes lauréates du croix, avec quatre jardins.
prix Pritzker, distinction su­ Nous avons beaucoup réfléchi à L’Institut Mines­Télécom, à Saclay (Essonne). GRAFTON
prême du monde de l’architec­ comment on se sent quand on est
ture. Avant elle, seule Zaha Hadid étudiant, comment nous avons
(1950­2016) l’avait reçu en son pu nous sentir quand nous
nom propre. l’étions. On se sent si facilement timent. C’est le lieu de l’intensité A l’agence, nous parlons sou­ Je ne sais pas bien ce que l’on
perdu… Nous nous sommes dit sociale. L’autre moitié est un es­ vent de l’héroïque et de l’intime.
« Si vous vous entend par brutalisme. Dans l’es­
Comment avez­vous abordé que les étudiants avaient besoin pace de décompression, avec un On n’a pas toujours besoin d’être sentez bien dans prit des gens, c’est d’abord une
le projet de l’Institut Mines­ d’un espace où l’on n’ait pas l’im­ jardin où les arbres sont plantés héroïque en architecture, mais, intention de choquer par la lai­
Télécom, à Saclay ? pression d’être en train de rater en pleine terre. C’était très beau dans un projet comme celui­ci,
un bâtiment, c’est deur. L’idée m’intéresse plus
Nous sommes habituées à tra­ quelque chose, d’être relégué de travailler sur cette matière c’est nécessaire. C’est un nouveau que la lumière, quand on le définit comme cette
vailler dans des contextes ur­ dans les marges, un espace qui mouvante – certains arbres al­ bâtiment d’enseignement supé­ période où les architectes ont
bains ultradenses… Quand on a provoque des rencontres fortui­ laient pousser très vite, très rieur, qui va avoir un impact sur
l’air, la matière voulu revenir aux fondamen­
visité le site, il y a quatre ans, il n’y tes et dont la structure, en même haut, d’autres allaient devoir la vie de beaucoup de gens. Il fal­ y sont traités taux, c’est­à­dire à la structure.
avait pratiquement rien. Un bâti­ temps, soit totalement lisible. Un être retirés –, de créer un mor­ lait affirmer sa présence et son Mais ce qui nous intéresse, de­
ment de 45 000 m2 au milieu espace avec des amphithéâtres ceau de paysage qui va s’enrichir autorité. Ce qui ne veut pas dire
avec respect » puis le début, a plutôt à voir avec
d’un tel désert, c’était un défi. Le qui ouvrent sur l’extérieur, qui ne avec le temps. Nous avons re­ être agressif. Cela passe par la une qualité primitive de l’archi­
plan de masse [représentation soient pas des boîtes noires, où noncé à mettre un parking en structure. Si vous prenez Notre­ tecture. C’est ce qu’il y a de si fas­
graphique du projet] était très l’air circule, où la lumière soit dessous, ça l’aurait inévitable­ Dame, les cathédrales, ou n’im­ On associe votre travail cinant dans l’œuvre de Louis
fort. La hauteur était imposée, bonne. Un espace qui procure ment inhibé. porte quel bâtiment incroyable au brutalisme, mais votre Kahn, cette collusion de l’archaï­
ainsi qu’une trame rigoureuse de une expérience agréable. que vous pouvez aimer, c’est la œuvre est riche d’influences, que et du contemporain. Et c’est
1,35 m, pas négociable. Et il fallait La monumentalité du structure que vous percevez en à commencer par celle ce qui fait qu’on nous associe au
un espace pour planter 100 ar­ Et les arbres ? bâtiment est paradoxalement premier : le poids des colonnes, le de l’Américain Louis Kahn brutalisme. Mais nous n’avons
bres. On ne savait pas du tout Nous avons condensé l’espace ce qui permet une expérience toit qui donne la sensation d’élé­ (1901­1974). Vous réclamez­ jamais revendiqué cette filiation.
quel genre de superficie cela pou­ d’études dans une moitié du bâ­ physique très intime… vation, la lumière qui se diffuse… vous de ce mouvement ?
La Toulouse School of
L’Institut Mines-Télécom, le joyau brut de Saclay Economics est assez étrangère
au brutalisme, de fait…
C’est un bâtiment en brique qui
on n’avait pas imaginé que le campus Explorer cet édifice, c’est arpenter une sur la plaine où se construit jour après ment de beaux espaces – le premier a des se déploie comme un morceau de
de Saclay (Essonne) pourrait un jour être volumétrie évolutive, où le dehors et le jour ce pôle de l’excellence scientifique à allures de plate­forme spatiale pop, la ville de Toulouse avec des cloî­
source d’émotion. C’est pourtant bien dedans s’imbriquent de mille manières la française qu’est le campus de Saclay. l’autre se distingue par la présence, en tres, des terrasses ouvertes sur le
une forme de ravissement qui nous a grâce à toute une palette de percées dans Quel que soit l’endroit où l’on se son cœur, d’un formidable jardin paysa­ canal du Midi, sur la Garonne…
saisis en entrant dans la grande cour de la matière. A commencer par ce jardin trouve, une sensation de grandeur ver­ ger. Mais leur rapport au monde est très On aime tellement cette ville ! La
l’Institut Mines­Télécom, imposant pavé qui ouvre directement sur la première tigineuse coexiste avec celle d’être à différent. Conçus comme des Blockaus parcelle est située juste à côté
de 45 000 m2 fraîchement livré par les Ir­ cour, vaste étendue d’herbe plantée d’ar­ l’abri, protégé par un cocon chaleureux. géants, CentraleSupélec et l’ENS expri­ d’un mur médiéval, d’une église
landaises Yvonne Farrell et Shelley Mc­ bres, bordée de bâtiments qui rassem­ C’est particulièrement sensible dans la ment une indifférence farouche à leur romane et de la magnifique place
Namara, fondatrices de l’agence Grafton blent salles de classe et administration bibliothèque, espace à la fois modeste et environnement, comme s’ils s’étaient Saint­Pierre. C’était très intimi­
et lauréates du prix Pritzker 2020. et forment, au niveau du sol, une longue protéiforme, qui fait la jonction entre désolidarisés du site, de ces grandes artè­ dant… Et puis on a trouvé un en­
Un état de grâce comme l’architecture galerie protégée des intempéries. les deux parties du bâtiment et offre sur res désolées qui le quadrillent, où peine à droit où sont fabriquées des bri­
peut en provoquer quand elle est chacune, à travers ses grandes baies vi­ fleurir le moindre début de vie. Mines­ ques de la même taille que celles
grande et inspirée. Quand elle sculpte Géométrie expressionniste trées, des vues formidablement cadrées. Télécom joue au contraire la carte de l’in­ du mur médiéval. On était heu­
dans la lumière comme le faisaient les Le vaisseau amiral s’affirme quant à lui Situé dans le quartier Polytechnique, le sertion. Sa façade pastel sculptée de fines reuses ! On a su à ce moment­là
cathédrales, formant des raies, des autour d’un vide magistral inondé de lu­ bâtiment des Grafton, comme on appelle percées longitudinales a certes des allu­ que l’université allait pouvoir
triangles, des quadrilatères qui se pro­ mière où se croisent deux axes en béton souvent Shelley McNamara et Yvonne res de carapace, mais son entrée ouverte s’ériger fièrement juste à côté du
jettent sur les éléments de structure monumentaux. De ces éléments de Farrell, dialogue avec les mastodontes ré­ de plain­pied sur une grande esplanade mur, comme un bâtiment du
pour fabriquer de fascinantes géomé­ structure, les architectes ont fait de cemment sortis de terre du quartier de apparaît comme une invitation à y péné­ XXIe siècle fait avec la même bri­
tries. Quand la matérialité brute, sen­ grands escaliers ouvrant sur tout un ré­ Moulon que sont CentraleSupélec (OMA, trer, une manière de diffuser un peu de que et le même mortier.
suelle, fait vibrer sa présence, suscitant seau de circulations, multipliant à l’inté­ l’agence de Rem Koolhaas, en 2017) et soi à l’extérieur et d’accueillir un peu du
chez ceux qui s’y promènent un bien­ rieur les vues sur cette géométrie expres­ l’ENS Paris­Saclay (RPBW, l’agence de quartier en son sein.  Qu’impose la crise climatique
être teinté d’émerveillement… sionniste et, à l’extérieur, les perspectives Renzo Piano, en 2020). Eux aussi enfer­ i. r. aux architectes ?
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 culture | 25

Au MuCEM, la mémoire musicale


du monde arabe se fait entendre
Le musée marseillais présente un patrimoine sonore menacé d’oubli

EXPOSITION
marseille ­ envoyé spécial

U
n maelström de ryth­
mes, de voix, d’ins­
truments qui s’entre­
croisent et se chevau­
chent. Ce chaos sonore donne
l’illusion de déambuler dans un
souk. Nous sommes au Musée
des civilisations de l’Europe et de
la Méditerranée (MuCEM), à Mar­
seille, où l’exposition « L’Orient
sonore », donne à entendre des
musiques du monde arabe me­
nacées d’oubli.
La scénographie, conçue par
Pierre Giner, a été adaptée au
contexte sanitaire : chacun doit
venir avec son propre casque pour
écouter sur son téléphone porta­
ble, grâce à des codes QR semés
sur le parcours, des extraits de la
soixantaine d’enregistrements il­
lustrant l’exposition. Pour ne rien
perdre de ce qui se joue sur les dif­
férents écrans, il faut s’installer au
plus près, sur les tapis, entrer qua­
siment dans l’image, car l’oreille a Les musiciens arabes au catalogue Pathé, en 1925. FONDATION FOR ARAB MUSIC ARCHIVING & RESEARCH, BEYROUTH/AMAR
de multiples raisons ici de se lais­
ser distraire. Une application,
Orientsonore.fr, permet de pro­
longer l’écoute chez soi. moine et des traditions musicales vivre pour des raisons confession­ « Aujourd’hui, on compte plus de
méconnues du monde arabe, à nelles ou sociétales, et que nous es­ 10 000 disques, dont nous avons
La Toulouse School of Economics. DENNIS GILBERT Campagnes d’enregistrement travers une sélection de 78­tours sayons de faire vivre en images numérisé, à ce jour, environ 80 %,
Le premier personnage que l’on (dont des originaux exposés), des pour marquer leur existence », ex­ une quantité de bandes magnéti­
croise sur les 800 m2 de l’exposi­ panneaux explicatifs trilingues plique Kamal Kassar. ques et 400 cylindres en cire qui re­
tion s’appelle Yūsuf al­Manyalawi (français, anglais, arabe), des pho­ montent au XIXe siècle, que nous
Elle impose une responsabilité, Dublin pour découvrir nos bâti­ (1850­1911). Référence du réper­ tos d’interprètes, quelques objets Douze traditions en danger faisons numériser en Allemagne
mais cette responsabilité a tou­ ments. Nous étions terrifiées ! toire classique arabe, ce chanteur et une douzaine d’installations Avec les chants des fêtes yézidies à au Humboldt Forum. »
jours existé. Au XVe siècle, le phi­ Nous lui avons montré un bâti­ égyptien était désigné par les vidéo. Elle donne à entendre et Lalesh, au Kurdistan irakien, enri­ La Fondation Amar fait paraître
losophe Alberti écrivait déjà sur ment de 800 m2, un autre de maisons de disques, comme « le comprendre « des musiques chis des paroles de femmes évo­ régulièrement des coffrets à par­
l’air, le soleil, le bien­être des 1 000 m2 et un de 4 000 m2, qui Caruso de l’Orient ». Il en impose, oubliées qui ont foisonné durant le quant les massacres commis par tir de ses trésors – distribués en
êtres humains. Si vous vous sen­ était en construction. Nous planté devant le pavillon énorme XIXe siècle puis sont tombées dans l’Etat islamique contre leur com­ France par L’Autre Distribution.
tez bien dans un bâtiment, c’est étions sûres qu’ils allaient nous d’un gramophone, sur une photo un oubli assourdissant à partir des munauté, ou bien le rifi des Kaw­ « Cette exposition représente pour
parce que la lumière, l’air, la ma­ retirer le projet, mais non. placée en début de parcours. années 1930 », commente Kamal liya, minorité marginalisée de Gi­ moi une étape vers une plus
tière sont traités avec respect. Il De fait, nous étions prêtes. Le regard glisse ensuite vers un Kassar, commissaire général de tans d’origine indienne en Irak, grande diffusion de ce patrimoine
faut aimer les matériaux qu’on Nous nous sentions comme des écran dressé face à l’entrée : un l’exposition, dont un entretien l’épopée Al Sirah Al­Hilaliyyah est que nous sortons de l’oubli », in­
utilise. Une carrière de pierre, athlètes qui se seraient entraînés groupe de musiciens et chanteurs filmé est intégré au parcours. l’une des douze traditions en dan­ siste Kamal Kassar. 
c’est une plaie dans la montagne. pendant vingt­cinq ans et se re­ du sud de l’Egypte y interprète, en S’y croisent plusieurs histoires ger présentées ici à travers des cap­ patrick labesse
La pierre doit être utilisée à bon trouvaient soudain à devoir faire s’accompagnant avec des vièles à de résistance – consciente ou pas – tations filmées dans les pays con­
escient. Combien de bâtiments le sprint le plus rapide de leur archet et des percussions, l’Al contre l’oubli. Celle écrite par des cernés, entre 2016 et 2019, par le « L’Orient sonore. Musiques
bardés de pierre donnent l’im­ carrière. Aujourd’hui, ce serait Sirah Al­Hilaliyyah, un poème oral maisons de disques occidentales réalisateur libanais Fadi Yeni Turk, oubliées, musiques vivantes »,
pression d’être en plastique ? inconcevable, ne serait­ce qu’à qui conte l’histoire de la migra­ qui, à partir de 1903, ont mené des cocommissaire de l’exposition. au MuCEM, 7, promenade
Le dérèglement climatique est cause des règles des marchés pu­ tion de la tribu des Bédouins Béni campagnes d’enregistrement de Mélomane, chef d’entreprise et Robert­Laffont, Marseille 2e.
le fruit des environnements arti­ blics de l’Union européenne. On Hilal vers l’Afrique du Nord, à par­ musique arabe avant que les socié­ avocat d’affaires installé à Dubaï, Jusqu’au 4 janvier 2021.
ficiels qu’on a créés en faisant un considère que, si on n’a jamais tir de l’Arabie, au Xe siècle. Il reste tés levantines, telle Baidaphon, ne le Libanais Kamal Kassar a conçu De 7,50 € à 11 €. Mucem.org
usage de plus en plus extrava­ fait un grand projet, on ne saura très peu de chanteurs connaissant s’y attellent. Et puis celles « des mu­ cette exposition à partir de ses Concert d’Ibrahim Keivo
gant de la technologie. Nous ad­ pas en faire un. Mais c’est faux ! la totalité de cette épopée, précise siques orales qui nous viennent de collections et du fonds de la Fon­ (gratuit), le 11 octobre à 16 h 30
mirons beaucoup le travail de Une agence qui fait dix petits une note près de l’écran. très loin, ont été portées par des dation Amar pour l’archivage et la à l’auditorium, précédé, à 14 h 30
l’agence Lacaton & Vassal, qui a projets en même temps est tout Voyage dans le temps, l’expo­ femmes et des hommes de généra­ recherche sur la musique arabe au forum, d’une conférence
pris ces questions à bras­le­ à fait capable de mettre en sition met en lumière un patri­ tion en génération, et peinent à sur­ qu’il a créé, en 2009, au Liban : musicale (entrée libre).
corps : plutôt que dépenser des œuvre un gros projet. Celui­ci
milliers d’euros sur des équipe­ nous a catapultées à une tout
ments techniques qui ne vous autre échelle.
font pas vous sentir si bien,
pourquoi ne pas investir dans un
plancher plus grand, une plus
grande hauteur sous plafond,
Vous vous êtes spécialisées
dans les bâtiments scolaires et
universitaires. Est­ce un choix ?
Edouard Louis s’expose sur scène
des ouvertures sur l’extérieur ? Non. C’est la même logique. Si
Le rapport à l’extérieur a tou­ vous n’avez jamais fait d’hôpital, L’auteur présente son livre « Qui a tué mon père » au Théâtre des Abbesses, à Paris,
jours été central pour nous, de­ on estime que vous ne pouvez
puis nos premiers bâtiments. pas faire d’hôpital. Si vous n’avez
dans une mise en scène de Thomas Ostermeier, où l’écrivain n’est pas à son aise
Dans celui que nous avons fait, à jamais fait un théâtre, vous ne
Milan, l’université Luigi Bocconi, pouvez pas faire de théâtre… Ce
chaque bureau est équipé d’une
grande porte­fenêtre ouvrant sur
n’est tout simplement pas vrai.
Mais c’est comme ça. Du coup,
THÉÂTRE sés en ouverture de saison par le
Théâtre de la Ville, dont dépend le
plutôt lui qui devait avoir un
drôle de sentiment, face au public
le directeur de la Schaubühne de
Berlin. Certes, mais le théâtre est
un balcon. Il y a tant d’immeubles
de bureaux hermétiques, scellés
de l’extérieur. Mais les êtres hu­
mains ont besoin d’air frais, de
chants d’oiseaux si possible, de
une fois que vous avez fait une
université, vous pouvez en faire
d’autres. On ne se plaint pas,
parce que tous les projets que
nous avons réalisés ont été extrê­
L e théâtre reprend à Paris, et
l’on n’y va pas sans se
poser des questions, en
cette rentrée particulière : y aura­
t­il du monde ? Comment ça va se
Théâtre des Abbesses, affichent
complet. Il est vrai que, comme au
Festival d’automne, où les réser­
vations sont très bien parties, des
demi­salles sont ouvertes à la
éparpillé et masqué. Il était assis à
un bureau, devant un ordinateur.
Ce bureau, et un fauteuil placé en
diagonale, dos tourné à la salle,
dessinent la diagonale de la mise
un art, et Thomas Ostermeier
lui­même se plie à ses règles, en
mettant en scène Edouard Louis.
Ni l’un ni l’autre ne s’y retrou­
vent. Thomas Ostermeier verse
sentir l’heure qu’il est, la saison, mement différents les uns des passer, avec les mesures sanitai­ vente, parce que les spectateurs en scène de Thomas Ostermeier, dans les travers de l’illustration
le climat, le rapport avec la ville ! autres, que l’éducation est un sec­ res qui imposent des masques viennent la plupart du temps à qui entretient avec Edouard lourde, à l’image du mur du fond
Sentir l’immensité du ciel au­des­ teur passionnant, et que nos aux spectateurs, dans les zones deux ; mais le Théâtre de la Ville Louis une relation particulière. envahi par une vidéo répétitive
sus de sa tête, c’est quelque chose clients pensaient avant tout à la rouges ? Eh bien, cela se passe s’adapte, en fonction des deman­ Ensemble, ils ont écrit une adap­ de paysages désolants. Edouard
qui élève l’esprit. vie et à l’avenir des étudiants. aussi naturellement que dans la des de places individuelles, qui tation d’Histoire de la violence, Louis n’est pas à son aise dans le
vie courante. A une différence lui permettent d’augmenter sa sur le viol subi par l’auteur, qui a récit, très appuyé, de l’histoire de
L’université Luigi Bocconi de On peut imaginer que près : pour peu que ce soit une jauge. Qui a tué mon père est à été présentée aux Abbesses en son père, « tué » par sa condition
Milan est le premier bâtiment le Pritzker va élargir votre première, avec un public habitué 60 % de remplissage. Le 9, chacun février. Un comédien allemand de prolétaire. Mais son mal­être
que vous avez construit champ d’intervention… à se retrouver, on assiste à un retirait sa ou ses places dehors : il tenait le rôle d’Edouard Louis, qui peut le rendre attachant, par
hors d’Irlande. Comment Oui, on peut l’espérer. ballet de regards qui se cherchent faisait beau, le temps permettait cette fois saute le pas : il s’expose moments. C’est ce que l’on
ce projet est­il arrivé ? et souvent ne se reconnaissent d’éviter de faire la queue dans le sur scène comme il s’expose dans retiendra de la soirée. 
D’une manière qui n’aurait pas Comptez­vous vous agrandir ? pas. C’était le cas, mercredi 9 sep­ hall étroit du théâtre. ses livres, en revendiquant le brigitte salino
lieu aujourd’hui. On nous a appe­ Nous sommes trente­huit à tembre, devant le Théâtre des « je » autobiographique.
lées pour nous demander si nous l’agence, ce qui, de notre point de Abbesses, où Edouard Louis « Je » autobiographique Thomas Ostermeier a raison de Qui a tué mon père,
voulions être sélectionnées pour vue, est déjà gros. Je ne nous vois jouait son texte, Qui a tué mon A l’intérieur, des placeurs dire qu’« il faut une forme de cou­ de et avec Edouard Louis.
une compétition. Ce n’est pas le pas du tout ouvrir des bureaux père, dans la mise en scène de veillaient au respect des sièges rage » pour le faire, comme on Mise en scène : Thomas
genre de coups de fil qu’on re­ dans différents pays. Nous vou­ Thomas Ostermeier. vides entre les spectateurs. peut le lire dans le programme Ostermeier.
çoit ! Pour être retenu sur un pro­ lons continuer à faire nos bâti­ On entendait des voix conten­ Edouard Louis était déjà sur distribué aux spectateurs. « Cela Théâtre des Abbesses,
gramme de 45 000 m2, il faut ments nous­mêmes, jusque dans tes de renouer avec le rituel du scène. Sans masque, en vertu de nous ramène aux sources du 31, rue des Abbesses, Paris 18e.
concourir. Personne ne nous le moindre détail. C’est pour cela théâtre, et l’on apprenait que, du l’exemption accordée aux comé­ théâtre, au moment où un indi­ Jusqu’au 26 septembre, du lundi
connaissait à l’époque et, à la sur­ qu’on a créé notre agence.  côté des réservations, il n’y avait diens, soumis au même régime vidu prend la parole devant la au samedi, à 20 heures.
prise générale, nous avons ga­ propos recueillis par pas de problèmes. Au contraire : que les sportifs de haut niveau. communauté rassemblée pour De 18 € à 27 €.
gné. Le client est ensuite venu à isabelle regnier la plupart des spectacles propo­ D’une certaine manière, c’est raconter son histoire », poursuit Texte publié au Seuil (84 p., 12 €).
0123
26 | culture DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

Des Etats­Unis au bord de l’apocalypse à Deauville


Les films en compétition au Festival du cinéma américain ont renvoyé l’image d’un pays chancelant

CINÉMA chrétienne pleine de condescen­


dance que l’on ne voit qu’à l’église.
deauville (calvados) ­
envoyée spéciale
Parmi les révélations de cette
46e édition, The Assistant, de Kitty

P
our un peu, les organisa­ Green, film minimaliste – cadre
teurs du Festival du ci­ serré, lignes géométriques, contre­
néma américain de plongées écrasant dans le décor
Deauville remettaient son héroïne – qui suit sans la quit­
cette année un prix spécial au pu­ ter Jane (Julia Garner), nouvelle­
blic, dont la présence assidue et en ment engagée comme assistante
nombre a permis de rassurer tout d’un puissant dirigeant d’une
le monde. Des salles à peine rem­ boîte de production. Au bureau
plies auraient assombri la fête. avant même que le jour se lève, la
Cette crainte, qui a pesé jusqu’aux Ruben jeune fille allume les lumières, dis­
dernières heures précédant la cé­ (Riz Ahmed) tribue le courrier, prépare le café.
rémonie d’ouverture, vendredi dans
4 septembre, a vite été levée. Les « Sound Référent paternel mis à mal
spectateurs ont été là, durant of Metal », La journée va commencer, ryth­
toute la durée du Festival, du ma­ de Darius mée par d’autres tâches : remettre
tin jusqu’au soir, prouvant que le Marder. du papier dans le photocopieur,
cinéma et le plaisir collectif qu’il SONY PICTURES commander à déjeuner, organiser
apporte ne sont pas encore morts. des voyages, prendre les mes­
Il fallait que ce public ait sages. Ces jours sans fin, répétitifs,
d’ailleurs le cœur bien accroché laissent peu de place aux dialo­
pour affronter Last Words, de Jo­ gues, abandonnés au profit de la
nathan Nossiter, et Peninsula, de sonnerie du téléphone, du clique­
Yeon Sang­ho, deux films proje­ tis des claviers d’ordinateur et de
tés dès les premiers jours, nous la voix hurlante du patron que l’on
annonçant la fin du monde. Un ne voit jamais mais dont la pré­
monde dévasté, en ruine, à sec, où sence toxique imprègne progres­
seule subsiste encore une poi­ sivement le film. Kitty Green choi­
gnée d’hommes et de femmes er­ sit le scalpel pour nous rappeler
rants, promis eux aussi à une dis­ l’affaire Weinstein, et livrer un ré­
parition prochaine – dans Last cit clinique qui dénonce, par d’in­
Words, adapté du roman de Santi­ finis détails, la manière dont leur
ago Amigorena, Mes derniers accumulation aboutit à un abus
mots (P.O.L, 2015) –, ou envahi par Il en va de même dans Lorelei, de nous a été donnée par Sound of tribu d’origine sud­coréenne, de pouvoir, abusif et destructeur.
les zombies et des êtres rendus Sabrina Doyle, où les deux héros –
La sélection Metal, de Darius Marder, dont la dont l’installation dans l’Arkansas Le réalisateur new­yorkais Carlo
fous de violence – dans Peninsula, Wayland (Pablo Schreiber), tout renvoie le reflet bande­son subjective fait enten­ des années 1980 nous est rappor­ Mirabella­Davis, présent l’an passé
qui fait suite au Dernier train pour juste sorti de prison, où il a purgé dre les paroles et les bruits étouf­ tée avec une pureté rare par le réa­ au Festival de Deauville pour Swal­
Busan, sorti en 2016. une peine de quinze ans pour bra­
d’une société fés que perçoit soudain, au cours lisateur Lee Isaac Chung dans Mi­ low, avait confié le traumatisme
quage à main armée, et Dolores repliée sur elle- d’une tournée, le personnage cen­ nari. Un père (Steven Yeun) rêve qu’engendrait sur de nombreux
Approches intimistes (Jena Malone), mère célibataire de tral et omniprésent du film, Ru­ de quitter son métier de trieur de réalisateurs américains la « figure
Entre ces deux visions apocalyp­ trois enfants nés de pères diffé­
même, où ben (Riz Ahmed), batteur dans le poussins pour monter sa propre patriarcale brutale » que faisait ré­
tiques, les films en compétition rents qui se sont tous fait la malle l’individu cherche duo qu’il forme avec sa copine Lou ferme et cultiver ses légumes. gner sur le pays Donald Trump.
ont chacun ouvert une fenêtre – tentent de se donner une se­ (Olivia Cooke). Le réalisateur, qui Vie de labeur aux champs, dis­ Les films en compétition cette
sur une Amérique encore vi­ conde chance. Deux récits affûtés,
à trouver sa place dit s’être inspiré du Scaphandre et putes conjugales entre les murs année semblent lui donner raison
vante, mais chancelante, déchaî­ portés par des mises en scène le Papillon (2007) de Julian Schna­ frêles d’un mobile home de for­ qui, pour la plupart, ont mis à mal
née, décadente, en proie à la mi­ aussi âpres que le combat mené bel, signe un premier film vibrant tune, frustrations et inquiétudes le référent paternel. Militaire ab­
sère économique et sociale qui par les personnages, au bord d’un pre, un chemin personnel qui et entêtant, où l’enfermement sur l’état de santé du petit dernier, sent mais envahissant et castra­
corrompt les valeurs et pulvéri­ précipice susceptible à tout mo­ puisse lui permettre de s’émanci­ coupe l’individu du fracas exté­ dont le souffle au cœur occupe teur (dans The Violent Heart, de
sent les êtres. Comme en témoi­ ment de les engloutir. per du regard des autres. rieur, et conduit au silence absolu. toute l’attention de sa mère, se Kerem Sanga), violent à l’extrême
gne Holler, de Nicole Riegel, l’his­ Dans ce contexte, le reflet des Les films en compétition ont Peut­être son ultime refuge. concentrent dans un cadre qui ne (dans Giants Being Lonely, de Grear
toire d’une adolescente qui, pour Etats­Unis que renvoie le cinéma ainsi multiplié les approches inti­ Moins radicaux, les autres films suggère aucun hors­champ, et ne Patterson), buté et fanatique (dans
parvenir à financer ses études su­ américain indépendant est celui mistes sur des personnages, occu­ de la compétition nous ont mon­ laisse place à aucune perspective. Uncle Frank, d’Alan Ball)… les pères
périeures, rejoint une bande de d’une société repliée sur elle­ pés à leur survie plus qu’à celle du tré des protagonistes qui, dans un Le reste de l’Amérique n’apparais­ ont été montrés comme le pre­
ferrailleurs dont la violence est même, où l’individu, isolé, recro­ monde, dont le pouls, dans ce cru monde en perdition, tentent de sant qu’à travers quelques figures mier obstacle pour les fils à trou­
aussi tranchante que les métaux quevillé, cherche avant tout à 2020, est demeuré inaudible. trouver leur salut au sein d’une fa­ loufoques, pas loin d’avoir perdu ver leur voie et leur salut. 
volés dont ils font commerce. trouver sa place, son identité pro­ L’une des plus belles illustrations mille ou d’un clan. A l’image de la la raison, et une communauté véronique cauhapé

Un Parcours des mondes centré sur l’Afrique Cabinets d’architectes


Les galeries parisiennes dominent cette édition réduite et peu internationale, qui met
pour les JO au Japon
à l’honneur les « arts lointains » dans le quartier de Saint­Germain­des­Prés

SALON draient ni des Etats­Unis, ni de


Chine, ni du Golfe et que, donc,
Les Punu du La faible présence des mar­
chands belges, l’absence de leurs
A vec leurs sièges chauffants et leurs jets d’eau orientés
vers les différentes parties intimes, les toilettes Toto
ont supplanté, au Japon, les traditionnels washiki, ces
cuvettes oblongues en émail creusées à même le sol qu’on

P arcours des mondes est,


depuis dix­neuf ans, la
principale manifestation
consacrée au marché des arts
non occidentaux que certains
elles vendraient peu.
Le parcours est donc nettement
plus court, concentré principale­
ment dans les rues Callot, de
Seine, Visconti et des Beaux­Arts,
Gabon étaient-ils
donc tous des
professionnels
confrères allemands et des Bri­
tanniques font que les arts du bas­
sin du Congo se voient fort peu.
L’Océanie – Nouvelle­Guinée, ar­
chipels proches, îles Salomon –
trouve encore dans de nombreux endroits, mais qui évoquent
désormais une certaine rusticité. Depuis le lancement de ces
trônes futuristes, en 1980, l’entreprise Toto n’a cessé de peaufi­
ner son image de luxe high­tech, provocatrice et progressiste,
en finançant un prototype comme la « Toto caca » (en 2012),
s’obstinent à dire « tribaux » – ce et très nettement dominé par les
de la sculpture n’est, quant à elle, défendue, fort moto à trois roues carburant aux fèces humaines dont le siège a
qui n’a aucun sens – ou « primi­ galeries parisiennes, qui reçoi­ pour qu’il y ait bien il est vrai, que par Jean­ la forme d’une cuvette d’aisance, ou en créant (en 2015) un
tifs » – ce qui est insultant. Il réu­ vent paisiblement à leur adresse Edouard Carlier et par Anthony musée des toilettes à Tokyo. Son succès aidant, les toilettes sont
nit traditionnellement au début habituelle et n’ont eu qu’à accro­
tant de masques Meyer. Encore celui­ci destine­t­il devenues au Japon un sujet de fierté nationale.
de septembre à Saint­Germain­ cher la signalétique orange vif de au kaolin ? la moitié de ses vitrines à l’Alaska. En prévision des JO, Tokyo a confié aux meilleurs architectes
des­Prés marchands et collec­ la manifestation en façade. Cette omniprésence flagrante de du pays un programme de dix­sept toilettes publiques. Le
tionneurs venus, selon la for­ l’Afrique occidentale française fi­ projet visait à dissiper les a priori négatifs attachés à ces équipe­
mule habituelle, du monde en­ Juxtaposition d’objets triomphe ostensiblement chez nit par susciter une certaine lassi­ ments (mauvaise hygiène, odeurs, insécurité…). La qualité du
tier. Si ce n’est que cette année, Quelques­unes ont pris soin de ceux – Alain Bovis, Entwistle, tude, sinon quelques soupçons. design, le prestige des architectes (quatre ont remporté un
pandémie oblige, très peu composer des ensembles cohé­ Martin Doustar – qui cultivent le Les Punu du Gabon étaient­ils Pritzker), un système de nettoyage en continu et des sièges fa­
d’étrangers sont venus. rents : Charles­Wesley Hourdé vieux modèle du cabinet de curio­ donc tous des professionnels de la briqués par Toto devraient y contribuer.
En 2019, il y avait 64 galeries, consacre son espace aux Dan de sités sans se demander s’il est en­ sculpture pour qu’il y ait tant de
comme l’année précédente. Côte d’Ivoire et du Liberia, core acceptable aujourd’hui et s’il masques féminins blanchis au Des caissons de verre
En 2020, il y en a 44. Dans leur Renaud Vanuxem le sien à la sta­ ne serait pas temps de se montrer kaolin ? Mais elle a aussi ses consé­ Autre objectif affiché : la promotion d’une société inclusive, qui
immense majorité, elles sont tuaire baoulé de Côte d’Ivoire, un peu plus attentif aux usages et quences heureuses : la réunion se traduit dans chaque projet par l’existence, aux côtés des
françaises, la plupart parisien­ Abla et Alain Lecomte se concen­ aux significations des pièces plu­ des masques et des cuillers an­ toilettes hommes et des toilettes femmes, d’une pièce destinée
nes. Les Américains ne sont pas trent sur les Batéké du Gabon, et tôt que de les réunir sous le signe thropomorphes Dan chez Hourdé, à celles et ceux qui refusent de se voir assigner un genre, aux
là, ni les Australiens. Les Euro­ Robert Vallois rend hommage à du bizarre, ce qui n’est jamais ou l’apparition, chez Olivier Cas­ handicapés, à celles ou ceux qui ont un bébé à langer.
péens sont rares : quatre Espa­ l’art précieux des bronziers akan qu’un aveu d’ignorance. tellano, d’un autre masque Dan Le 7 septembre, dans le parc Jingu­Dori, une trentaine de per­
gnols, trois Belges, un Italien et, du Ghana. Un autre effet de la domination dont les joues sont mystérieuse­ sonnes attendaient ainsi l’ouverture des toilettes de Tadao
unique nouveauté, un Finlandais Mais la règle la plus fréquem­ parisienne est que cette cession de ment gravées de motifs qui sem­ Ando, petit cône anthracite serti de fines lames de béton et
spécialisé, comme il se doit, dans ment suivie est celle de la juxta­ Parcours des mondes est principa­ blent végétaux, épis ou tresses.  sectionné par deux disques en haut et en bas, rappelant le goût
les cultures arctiques. position d’objets, sans considéra­ lement consacrée à l’Afrique de philippe dagen du maître pour l’épure géométrique. Plus spectaculaires et
Les raisons de ces défections tion des origines culturelles et l’Ouest, autrement dit aux peu­ prototypiques, celles de Shigeru Ban ont été inaugurées le
sont évidentes : il y a les galeries des significations initiales des ples de l’ancien Empire colonial Parcours des mondes, quartier 31 juillet. L’architecte a installé ses toilettes dans des caissons
qui ne pouvaient pas venir en rai­ œuvres. Il semble ne gêner per­ français. Ce n’est pas une surprise : Saint­Germain­des­Prés, Paris 6e, de verre aux teintes acidulées. Les façades sont transparentes,
son des restrictions sanitaires et sonne que les Indiens Zunis voi­ celui­ci a été le principal pour­ jusqu’au 12 septembre, ce qui permet de vérifier de l’extérieur l’état des lieux. Mais la
celles qui se sont dit qu’il était sinent les Papous de Nouvelle­ voyeur du marché national depuis de 11 heures à 19 heures, provocation est une blague. Une fois la porte franchie et refer­
inutile de se déplacer à Paris Guinée et l’Inde du Sud avec le Ni­ la fin du XIXe siècle, et l’est resté dimanche 13, de 11 heures mée, les vitres s’opacifient. 
alors que les acheteurs ne vien­ geria. Cet hétérogène sans­gêne jusqu’aux années 1950 et 1960. à 18 heures (entrée libre). isabelle regnier
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 culture | 27

A la soupe avec les Rolling Stones


S É L E C T I O N   A L B U M S

J O H A N N S E B A ST I A N B ACH
Sonates pour clavecin et violon
BWV 1014-1019
Stéphanie­Marie Degand (violon)
et Violaine Cochard (clavecin).
Trente ans que les « deux filles aux
L’album « Goats Head Soup », mal aimé des fans en raison du titre « Angie », est réédité
lunettes noires » de la pochette du disque
entretiennent un ardent et mutin
compagnonnage. En témoignent ces six sonates de Bach,
qu’elles partagent au concert depuis plus de vingt ans, aussi
ROCK
engagées qu’expressives, dont la trame dramaturgique se lit
d’un seul élan. La sensualité gourmande du violon de Stéphanie­
Marie Degand, assuré mais volubile, et la subtilité aventureuse
du clavecin de Violaine Cochard, virtuose et sensible, offrent
à ces œuvres trop souvent marquées du sceau de la rigueur
R appelez à un fan des Rol­
ling Stones l’existence de
Goats Head Soup, mixture
à la tête de bouc servie par le
groupe britannique à la fin de l’été
une humanité bienvenue. Rebond rythmique, joie de respirer 1973, et ce sera surtout la soupe à
ensemble, lignes de chant accordées, tout est simple et naturel, la grimace. Incontestable succès
comme si la musique, toutes cordes confondues, coulait de commercial (numéro 1 aux Etats­
source. Un disque à garder, et à partager.  marie­aude roux Unis, au Royaume­uni comme en
2 CD NoMadMusic. France), le onzième album studio
de l’autoproclamé « plus grand
Q UAT U O R A R D E O groupe de rock’n’roll » marquerait
XIII en effet le début de son déclin,
Œuvres de Claudio Monteverdi, Henry après l’enchaînement de quatre
Purcell, Franz Schubert et George Crumb. chefs­d’œuvre, entre 1968 et 1972,
« Je suis souvent hanté par l’idée que toutes Beggars Banquet, Let It Bleed,
les musiques du monde doivent s’assem­ Sticky Fingers et Exile on Main St.
bler pour n’en former qu’une seule. » Main­ Décadence généralement asso­
tes fois répétée par George Crumb pour ciée à l’emprise de Mick Jagger au
donner un sens à la nature hétéroclite de ses œuvres, cette dé­ détriment d’un Keith Richards, à
claration suffirait à justifier le côté « patchwork » du programme l’époque piégé par l’héroïne, l’an­
conçu par le Quatuor Ardeo autour de Black Angels, « hit » cien élève de la London School of
du compositeur américain né en 1929. Dans ce parcours étendu Economics étant soupçonné de se
sur plus de trois siècles, une même tonalité (entre un madrigal compromettre avec le commerce
de Monteverdi et le Quatuor à cordes no 13, « Rosamonde », de quand son compère incarne à ja­
Schubert), une même danse, la pavane (abordée par Purcell et mais l’âme et l’intégrité blues.
Crumb), et, surtout, une même thématique nourrie par la mort C’est d’ailleurs le visage du seul Les Rolling Stones photographiés à Londres, en 1973. AUBREY POWELL
entretiennent les correspondances entre les œuvres. Si l’engage­ chanteur, enveloppé dans de la
ment des interprètes conduit à une restitution par trop empha­ gaze, qui apparaît au recto de la
tique de Purcell et de Schubert, il donne lieu à une version ex­ pochette, photographié par son qui offre au deuxième guitariste, le piano blues de Hide Your Love. A révérence avec un éblouissant
plosive de la partition que Crumb a livrée en 1970 pour marquer ami David Bailey. Mick Taylor, de briller dans un re­ la réécoute, on comprend mieux solo pour Time Waits for No One.
son opposition à la guerre du Vietnam.  pierre gervasoni Les disques des Stones étant réé­ gistre country­blues. Autres réus­ le malaise des fans : dominé par le Pour sauver sa peau de toxico­
1 CD Klarthe. dités plutôt trois fois qu’une, sites plus enlevées, 100 Years Ago, chant splendide de Jagger, Goats mane et peut­être par dépit que
Goats Head Soup bénéficie d’une avec solo furieusement funky du Head Soup est un album que Ri­ ses contributions ne reçoivent
TERRENOIRE nouvelle chance critique. Remixé même Taylor sur une trame de chards traverse en fantôme. Un pas de crédit en raison du veto de
Les Forces contraires et remastérisé, il a été augmenté claviers tissée par Hopkins et le retrait compensé par l’inventivité Jagger. C’est son départ et son
Six années séparent Raphaël Herrerias, d’un deuxième volume (chutes de clavinet de Billy Preston, le cuivré des collaborateurs, le producteur remplacement par Ron Wood qui
30 ans, grandi à l’écoute de Bashung et studio), voire d’un troisième pour Doo Doo Doo Doo Doo (Heart­ Jimmy Miller (à la console depuis amorce l’interminable crépuscule
de Radiohead, de son frère Téo, 24 ans, la version « Super Deluxe » com­ breaker) avec les saxophones de Beggars Banquet) et surtout celle des Rolling Stones.
enfant de l’informatique musicale. Sous prenant le live Brussels Affair. Soit Jim Horn et Bobby Keys, le rock de Mick Taylor. Le prodige quit­ bruno lesprit
un patronyme faisant référence à leur la synthèse (proposée en téléchar­ sudiste de Silver Train, qui aurait tera le groupe en décembre 1974,
quartier natal, dans la banlieue de Saint­ gement en 2011) de deux concerts pu trouver place sur Sticky Fingers après l’album suivant, It’s Only Goats Head Soup, 2 CD ou 3 CD +
Etienne, le duo, imprégné par le deuil du père et la force vitale donnés le 17 octobre 1973 au Forest ou Exile on Main St., de même que Rock’n’Roll, non sans avoir tiré sa 1 Blu­ray ou 4 LP Polydor/Universal.
de l’amour charnel, livre son premier album. Les Forces National qui firent longtemps le
contraires déploie leur univers à la croisée de la chanson, des bonheur du marché des pirates.
scansions du rap et des paysages électro­soul. On peut pinailler Les temps se compliquent alors
sur quelques détails, mais le plus souvent, les Stéphanois pour les musiciens anglais, exilés
concilient avec panache, profondeur (Le Temps de revenir à la fiscaux qui ne peuvent plus jouer
vie, Derrière le soleil), mélodies entêtantes (Dis­moi comment sur le sol français, après avoir at­
faire, Mon âme sera vraiment belle pour toi) et une sensualité tiré tous les dealeurs de la Riviera
(Baise moi) inspirée des mutants du R’n’B.  stéphane davet autour de la villa Nellcôte, louée
1 CD Neuve/Caroline/Universal. par Keith Richards à Villefranche­
sur­Mer (Alpes­Maritimes). Ils
DAV I D K RA KAU E R & KAT H LE E N mettent le cap sur le paradis de la
TAG G ganja, la Jamaïque – huit des dix
Breath & Hammer chansons de Goats Head Soup se­
Joyeux, malin, truffé de clins d’œil et de ront enregistrées au studio Dyna­
fantaisie, ce pas de deux clarinette­piano mic Sounds de Kingston. Et s’iso­
pétille de légèreté, même dans ses lent tant du monde extérieur
moments plus introspectifs. De la qu’aucune ne porte trace de la
musique klezmer ? Oui, mais bien plus musique locale qui va se répandre
encore. Pendant que le clarinettiste David Krakauer régale sur la planète : le reggae.
de ses notes suraiguës ou tendres, Kathleen Tagg, pianiste new­
yorkaise née en Afrique du Sud, joue la brisure, la cassure Incontournable des boums
impromptue, martèle ou effleure. Utilisant leurs compositions Le disque commence mal en vou­
qu’ils tricotent et détricotent pour les sampler et faire des bou­ lant jouer avec le Malin. Suite
cles, tous deux empruntent aussi le travail d‘amis consentants, pseudo­satanique à Sympathy for
tels le clarinettiste et compositeur Kinan Azmeh (November 22), the Devil et Jumpin’Jack Flash,
ou le percussionniste Roberto Juan Rodriguez (Shron), pension­ Dancing with Mr. D. est un blues­
naire du label Tzadik de John Zorn, dont ils relisent deux rock paresseux, dont la présence
compositions (Ebuhuel et Parzial). Excellent.  patrick labesse ne sert qu’à justifier le titre sabba­
1 CD Table Pounding Records/L’Autre Distribution. tique de l’album. L’association
avec une figure rock de l’occul­
 Lire aussi sur Lemonde.fr la critique de « I’m Only tisme, Jimmy Page, guitariste de
Dancing (The Soul Tour 74) », de David Bowie, Led Zeppelin, ne provoque pas
et de « Gold Record », de Bill Callahan plus d’étincelles sur l’inédit
Scarlet. Quant au finale, Star Star, Un retour aux sources du théâtre :
il s’agit d’un pastiche crasseux de
Chuck Berry pour une évocation
le verbe, les acteurs et le jeu.

BÉRÉNICE
misogyne d’une groupie, dont le
G A L E R I E

É R I C CO R N E name­dropping (il est question


Galerie Patricia Dorfmann d’une fellation prodiguée à Steve
Il a été un activiste, cofondateur, au McQueen) fit scandale.

de Racine
début des années 2000, du centre Autrement embarrassant pour
d’art du Plateau, à Belleville, à Paris, les fans est le single qui fit de sur­

ROBIN RENUCCI
arraché de haute lutte au groupe croît acheter Goats Head Soup à
Bouygues, qui lotissait le quartier ; des béotiens. On parle là d’un in­
« La Vague et l’Ange nécessaire » (2020), candidat malheureux à la direction contournable des boums des an­
d’Eric Corne. GALERIE P. DORFMANN, PARIS de l’Ecole des beaux­arts ; commis­ nées 1970, quand les jeunes dan­

LES TRÉTEAUX DE FRANCE


saire d’expositions remarquées. saient encore cette vétusté qu’est
Tant et si bien qu’on avait un peu oublié qu’il était peintre. devenu le slow. Quitte à fâcher les
Certains collectionneurs fidèles, comme Antoine de Galbert, admirateurs de la langue pendue
s’en souviennent et le soutiennent. Les institutions, qui ne lui qui la qualifient souvent de « sou­

1 18.10.2020
ont pas pardonné d’avoir été un de leur pire poil à gratter, pe », Angie est plutôt une somp­
moins. Il s’en moque, ou fait semblant, apaisé par une récente tueuse ballade dès son harmoni­
paternité, et raconte dans des tableaux d’un immense culot des que introductive, l’interaction en­
histoires de bonheur conjugal. Il n’hésite pas à revisiter Chagall,
lui aussi grand amoureux de sa femme et de la vie : peindre des
tre la guitare acoustique de Keith
Richards (son auteur alors que la
01 40 03 75 75 • lavillette.com
anges (tantôt protecteur, tantôt luttant avec Jacob) dans un
tableau du XXIe siècle, c’est peu commun, comme d’oser des
logique attribuerait plutôt une
telle bluette à Jagger), le piano de
#TreteauxdeFrance
bouquets de fleurs chatoyantes (fiché, pour l’un d’eux, dans une Nicky Hopkins, les cordes et la
céramique de Vallauris, clin d’œil à Picasso – et il en fait d’autres, voix plaintive provoquant un in­
tant à Vélasquez qu’à Piero della Francesca), ou un couple de curable spleen amoureux.
tourterelles… Symbolisme ? Sans doute. Dépassé ? Non, au con­ Il est dommage que cette made­
traire : dépassant, tant les clichés que les clivages, avec une pein­ leine des pelles et râteaux ait
ture qui n’a guère d’équivalent aujourd’hui.  harry bellet éclipsé le reste de l’album. Et no­
« Le Réalisme des anges », galerie Patricia Dorfmann, tamment, dans une même veine
61, rue de la Verrerie, Paris 4e. Jusqu’au 19 septembre. mélodique et encordée, Winter,
28 | télévision DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020
0123

France Inter adapte l’affaire Alstom en podcast VOS


SOIRÉES
TÉLÉ
Cette fiction signée Cédric Aussir, tirée du « Piège américain » de Frédéric Pierucci, sidère et passionne

FRANCE INTER aussi, d’apprendre que Patrick


PODCAST Kron, le PDG d’Alstom – bien DIMANCHE  13 SEPTEMBRE
À LA DEMANDE qu’ayant dû payer une amende TF1
pour des faits de corruption –, est 21.05 La Ch’tite Famille

D’
abord, une voix fé­ sorti de l’affaire blanc comme Film de Dany Boon. Avec Dany Boon,
minine, aussi ami­ neige. Mieux, il s’est réjoui devant Valérie Bonneton, Pierre Richard,
cale que familière : l’Assemblée nationale de l’al­ François Berléand (Fr., 2018, 125 min).
« Ladies and gent­ liance avec General Electric. France 2
lemen, we just landed in New Pour le réalisateur Cédric Aussir, 21.05 Pentagon Papers
York. » Puis une autre, plus singu­ impossible de ne pas songer au Film de Steven Spielberg. Avec Meryl
lière cette fois, et c’est votre nom Procès, de Franz Kafka et au Piège, Streep, Tom Hanks (EU, 2017, 115
que vous entendez. Ou plutôt, d’Emmanuel Bove. Afin que ses min).
c’est son nom qu’il a entendu, en comédiens puissent se projeter France 3
descendant de ce Boeing 777 en dans cette matière dramatique, il 21.05 Les Enquêtes de Murdoch
provenance de Singapour, ce a convoqué comme sources d’ins­ Série. Avec Yannick Bisson, Helene
14 avril 2013. « M. Pierucci est prié piration les séries Breaking Bad et Joy, Thomas Craig (Can., 2019).
de se présenter au personnel de Orange Is the New Black. Mais Canal+
bord, merci. » C’est alors la voix du pour ne pas oublier que cette his­ 21.05 Rugby
comédien – formidable Michaël toire, si sidérante soit­elle, est Toulon-Lyon. 2e journée du Top 14.
Cohen – qui s’interroge : « Je me bien réelle, Cédric Aussir est allé En direct.
suis toujours demandé ce qui se puiser dans les archives : on en­ France 5
serait passé si j’avais refusé de tend ainsi la voix d’Arnaud Mon­ 20.50 Au cœur de nos montagnes
débarquer… » tebourg, alors ministre de l’éco­ Documentaire de Christophe
Au départ de cette série propo­ nomie, qui sera bientôt remplacé Chatton (Fr., 2020, 55 min).
sée par France Inter, une histoire à ce poste par Emmanuel Macron. Arte
vraie. Celle de Frédéric Pierucci, Frédéric Pierucci, ancien cadre dirigeant d’Alstom. FRANCE INTER Etre en prise directe avec la réa­ 20.55 Diamants sur canapé
alors haut dirigeant d’Alstom, ac­ lité continue à guider les choix de Film de Blake Edwards. Avec Audrey
cusé par la justice américaine Cédric Aussir, qui, après avoir Hepburn (EU, 1961, 115 min).
d’avoir eu connaissance du verse­ Piège américain, écrit avec le jour­ cette histoire au scénario haute­ tôt, il se rend compte qu’au pays achevé « La Veste » sur l’affaire M6
ment de pots­de­vin pour décro­ naliste Matthieu Aron (JC Lattès, ment rocambolesque. qui va élire Donald Trump la jus­ Fillon, et « Jeanne revient » sur la 21.05 Zone interdite
cher un contrat en Indonésie. 2019). Christophe Barreyre, le pro­ Episode 1. Aussitôt arrêté, Frédé­ tice n’est pas affaire de vérité mais famille Le Pen, signe ici sa troi­ Magazine présenté par Ophélie
Quand il apprend que le groupe ducteur d’« Affaires sensibles » ric Pierucci est transféré à Wyatt, plutôt de négociation (épisode 2). sième série pour France Inter.  Meunier.
américain General Electric discute sur France Inter, a confié à Fran­ la prison de Manhattan. En com­ émilie grangeray
avec Alstom du rachat de sa bran­ çois Luciani le soin de scénariser binaison orange, dans la puanteur Accepter l’inacceptable
che énergie, il est persuadé que le livre et à Cédric Aussir d’en réali­ et les cris, ce haut dirigeant ne Dans les trois épisodes suivants, il L’Otage, écrite par François Luciani, LUNDI  14  SEPTEMBRE
son incarcération s’inscrit dans ser une série. Et malgré les « condi­ comprend pas encore ce qu’il fait raconte comment il finit par ac­ réalisée par Cédric Aussir (6 x 30 TF1
un contexte de guerre économi­ tions un peu extrêmes » de tour­ là : « Dites­moi que je rêve. » Mais la cepter l’inacceptable et plaider min). Du 14 au 17 septembre dans 21.05 Clem
que entre la France et les Etats­ nage (petit budget, courts délais), machine à broyer est lancée. Bien­ coupable avant d’être libéré sous « Affaires sensibles » de Fabrice Série. Avec Lucie Lucas, Agustin
Unis, comme il l’a raconté dans Le celui­ci a adoré mettre en son tôt, on parle de prison à vie. Bien­ caution (2 350 000 euros). Avant, Drouelle à 15 heures. Galiana, Carole Richert (Fr., 2019).
France 2
21.05 La Garçonne
Série. Avec Laura Smet, Grégory
Fitoussi, Tom Hygreck (Fr., 2020).

Derrière les numéros des disparus, une leçon d’humanité France 3


21.05 Secrets d’histoire
Vauban, le roi et les forteresses.
Un documentaire sombre mais indispensable sur les efforts pour identifier 800 migrants morts en Méditerranée Magazine présenté par Stéphane
Bern.
Canal+
21.10 Engrenages
ARTE. TV en Méditerranée, Numéro 387 gres et des « corps mélangés », méro 387, retrouvé dans la cale. » corps. » La réalisation donne du Série avec Caroline Proust, Thierry
À LA DEMANDE disparu en Méditerranée est le pre­ énonce froidement Cristina Cat­ Les images qui suivent, mon­ rythme à l’enquête, mais ne peut Godard, Tewfik Jallab (Fr., 2020).
DOCUMENTAIRE mier à suivre le travail sur trois taneo, médecin légiste, dans son trant la mer à Syracuse, apportent éviter un flottement à mi­par­ France 5
années d’équipes scientifiques, de laboratoire. Avec une jeune collè­ une bouffée d’oxygène salvatrice cours. Pourtant, le téléspectateur 20.50 Le Corps de mon ennemi

J’ ai dit, je prends ton numéro,


tu prends le mien (…). Le ba­
teau est

ment une voix masculine en


parti le
18 avril 2015 », énonce posé­
membres de la Croix­Rouge et
d’associations.

« I love you »
A Milan, Palerme, Berlin, jusqu’à
gue, Clara, elle déplie un tapis en
décomposition, détecte des « res­
tes humains ». La scientifique dé­
bite, impassible, appliquée : « Une
phalange, un métacarpe, une ver­
au moment où l’on commence à
suffoquer. Pourquoi continuer à
regarder ? Parce que les fragments
de courriers, photographies et
autres objets montrent à quel
poursuit, convaincu par la dou­
ceur de Georgia Mirto, cher­
cheuse, qui passe une partie de sa
vie à arpenter les cimetières :
« Notre condition d’être civilisé se
Film d’Henri Verneuil. Avec Jean-Paul
Belmondo, Marie-France Pisier,
Bernard Blier (Fr., 1976, 125 min).
Arte
20.55 Les Héritiers
commentaire. A son bord, un mil­ la frontière entre la Mauritanie et tèbre cervicale. » Avant d’ouvrir point les victimes, jeunes, mesure à la façon dont nous trai­ Film de Marie-Castille Mention-
lier de migrants qui rêvent d’une le Mali, ils tentent d’identifier les une poche aux ciseaux et de pour­ croyaient en l’avenir. « Et en même tons les morts. »  Schaar. Avec Ariane Ascaride, Ahmed
nouvelle vie en Europe. Le navire corps repêchés – une tâche ren­ suivre. « On écrit : un portefeuille. » temps, ils sont morts, tout est fini : catherine pacary Dramé (Fr., 2014, 105 min).
s’abîmera en mer, au large de la due possible par la décision iné­ A l’aide d’un scalpel, elle extrait les c’est en cela qu’ils sont éloquents », M6
Libye, tuant quelque 800 person­ dite du gouvernement italien de photos, les morceaux de lettres, avance Cristina Cattaneo. Numéro 387 disparu en 21.05 L’amour est dans le pré
nes. Parmi les nombreux docu­ renflouer l’épave, en juin 2016. dont une sur laquelle il est écrit « I « Au total, nous avons 325 crânes Méditerranée, de Madeleine Télé-réalité présentée par Karine
mentaires consacrés aux morts Cinq cent vingt­huit corps intè­ love you ». Elle dicte : « Nu­ qui ne sont pas rattachés à des Leroyer (Fr., 2019, 61 min). Lemarchand.

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :
I. Brève et mauvaise rencontre qui SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 214
PAR PHILIPPE DUPUIS
risque de mal tourner. II. Leurs maî-
tres sont des spécialistes du racket.
N°20­214 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
Ceux d’avant. III. Dame sauvage et 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
1 5 6 8 4 7 9 3 2

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 bondissante. Porteuses de feuilles 4 8 9 1 2 3 7 5 6 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


et de fleurs. IV. Site préhistorique 2 3 7 9 6 5 4 1 8 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I
des monts Cantabriques. Bonne à 3 2 3 1 8 4 7 2 5 6 9 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
Par courrier électronique :
5 9 4 6 8 1 2 7 3
croquer. V. Négation. Douillettement 7 1 9 6 7 2 5 3 9 8 4 1 abojournalpapier@lemonde.fr.
II Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
préparé. Long cours africain. VI. Pour 9 6 5 7 1 8 3 2 4

voir venir du haut du château fort. 8 4 3 2 5 6 1 9 7 Courrier des lecteurs


III 7 2 1 3 9 4 6 8 5 Par courrier électronique :
Victime d’un coup de soleil. VII. Me courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV rendrai. Derniers appels. A fait appel 7 4 6 5 Expert Médiateur : mediateur@lemonde.fr
à Roncevaux. VIII. Personnel. Dieu
V rayonnant. Enferme dans le monde 9 1 6 4 Complétez toute la
grille avec des chiffres
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
Emploi : www.talents.fr/
de la nuit. IX. Protégeait le conduit. allant de 1 à 9.
VI
Il suffit de ne pas en avoir pour en
9 7 8 2 Chaque chiffre ne doit Collection : Le Monde sur CD-ROM :
être utilisé qu’une CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
parler. X. Seraient bien réels. 4 9 1 3 seule fois par ligne, Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII
VERTICALEMENT par colonne et par La reproduction de tout article est interdite
VIII
3 1 7 5 6 8 carré de neuf cases. sans l’accord de l’administration. Commission
1. N’est pas exclusif dans ses rap-
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) paritaire des publications et agences de presse
ports. 2. A toujours d’excellents rap- n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
ports. 3. Son fer est monté sur une
longue hampe. En réalité. Assure
X
le doublement. 4. Sombreras dans
HORS-SÉRIE
& CIVILISATIONS

les profondeurs. 5. Sur la portée. Présidente :


S
Passa. Forme d’avoir. 6. Comme & C I V I L I S AT I O N Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 213 67-69, avenue
d’insupportables émanations. Règle Pierre-Mendès-France

HORIZONTALEMENT I. Rodomontades. II. Ericacée. Ont. III. Ide. Ut.


plate. 7. Prendre ses jambes à son 75013 PARIS

cou. Début octobre. 8. Préparera


UN HORS-SÉRIE Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
Louai. IV. Miseraient. V. Pneu. Viscère. VI. La. OPE. Iléon. VII. Attristée.
le bon déroulement. 9. Elimine au DE 148 PAGES - 9,90 €
L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
CD. VIII. Niobé. AG. Lai. IX. Touage. Exode. X. Entremissiez. passage. Romains. Pantois comme 93290 Tremblay-en-France
deux ronds de flan. 10. Permet de Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Réimplanté. 2. Ordination. 3. Dièse. Tout. 4. Oc.
voir venir avec clairvoyance. 11. Met SPARTE Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Euorbar (rabroue). 5. Maur. Piège. 6. Octaves. Em. 7. Ne. II. Ta. 8. Télé- CONTRE ATHÈNEES CHEZ VOTRE Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
fin à la dictée. Polyphoniste du LE CONFLIT FATA
L À LA GRÈC
durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
sièges. 9. Oncle. XS. 10. Doutée. Loi. 11. ENA. Rocade. 12. Stipendiez. MARCHAND DE JOURNAUX
XIIIe siècle. 12. Arrivèrent à la fin. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 rencontre | 29

Tania de Montaigne « J’ai découvert 
que j’étais noire à l’école »
JE NE SERAIS PAS ARRIVÉE LÀ SI…  Comment avez­vous rebondi ?
Une copine standardiste à Europe 1 m’a fait
passer une offre d’emploi. Je rencontre alors
« Le Monde » interroge une Catherine Malaval, de Canal J, qui recherche
quelqu’un pour une émission quotidienne
personnalité sur un moment destinée aux enfants. A l’époque, j’étais béné­
vole en accompagnement scolaire au centre
décisif de son existence. social de Draveil. Réinjecter de l’égalité dans la
scolarité a toujours été mon sujet de prédilec­
Cette semaine, l’écrivaine tion. J’ai passé le casting de Canal J et j’ai été
prise. Ce fut un tremplin. Jérôme Bonaldi, de
évoque son enfance, le racisme Canal+, a vu l’émission et m’a appelée. J’ai dé­
testé Canal+. Je croyais que c’était la chaîne
du quotidien et la rencontre des « rois du cool », ouverts d’esprit, mais le
premier jour, le service de sécurité m’a blo­
avec son père quée pendant une heure à l’entrée, refusant
de croire que j’étais animatrice. Puis, dans l’as­
censeur, quelqu’un m’a dit : « Je suis content
que tu sois là, car je sens que tu es groovy sans
ENTRETIEN être funky ! » Je n’y suis restée qu’un an.

Et l’écriture dans tout cela ?

E crivaine, autrice de romans et d’essais,


dont L’Assignation. Les Noirs n’existent
pas (Grasset, 2018), Tania de Montai­
gne a reçu en 2015 le prix Simone Veil pour
son livre Noire. La vie méconnue de Claudette
Je voulais avant tout sécuriser ma famille.
Avec mon contrat de Canal+, j’ai pu em­
prunter et acheter un appartement pour
ma mère. Elle avait un toit qu’on ne pourrait
pas lui enlever. Alors, j’ai pu faire les deux
Colvin (Grasset, 2015). A 48 ans, elle monte sur choses qui m’importaient : arrêter la télé,
la scène du Théâtre du Rond­Point pour ra­ car je ne m’y trouvais pas bien, et essayer
conter le parcours de cette militante afro­ d’écrire. Comme j’avais mis des sous de côté,
américaine pour les droits civiques. j’étais à plein temps au centre social et j’écri­
vais dans le RER.
Je ne serais pas arrivée là si…
… si ma mère ne m’avait pas inscrite, l’été de Tania Vous ne parlez jamais de votre père ?
mes 17 ans, à une colonie de danse et de théâ­ de Montaigne, Parce qu’il arrive tard dans mon histoire. Je
tre à Avignon. J’ai grandi dans un milieu où il en juin, à Paris. ne le connais que depuis dix ans.
n’y avait pas d’argent. Je partais uniquement GIOVANNI CITTADINI CESI
en colonie pour les vacances. Nous étions un Vous êtes allée à sa recherche ?
groupe de jeunes qui n’étaient jamais allés ni Oui. Quand j’ai été prête à le faire. Peut­être
au théâtre ni à ce festival. Lorsque je me suis était­ce lié à un questionnement sur avoir ou
retrouvée dans la Cour d’honneur du Palais pas des enfants. J’approchais de la quaran­
des papes pour assister, pendant cinq heures, taine, il y avait une urgence à savoir. J’avais
à l’Hamlet de Patrice Chéreau, j’ai appris quel­ très peu d’infos sur lui, mais, au final, ma
que chose que je n’ai jamais oublié : j’ai vu une femme noire dehors, il y avait toujours pas fait d’études et le passage à l’âge adulte. Je recherche n’a duré que quatre jours ! Mon
quelqu’un qui s’autorisait tout, Chéreau, et un instit pour me dire d’aller voir ma mère ! faisais ma petite rebelle. Une de nos voisines, père est américain et congolais. Et musicien.
quelqu’un qui ne pouvait pas être lui­même Avec Keltoum, la seule élève qu’on disait que ma mère avait prévenue, est venue me Quand il a rencontré ma mère, il était dans
puisqu’il était chargé d’être tous les autres, « arabe », alors qu’elle était française comme voir : « Tu vas monter dans la voiture, arrêter un groupe. Sur Internet, j’ai trouvé le contact
Hamlet. En fait, ça m’a rendu l’art concret. moi, on était, dans cette école, les deux per­ tes conneries et me faire le plaisir d’avoir ton d’une manageuse en Californie. J’ai laissé un
dues dans un océan de bourges ! bac. » J’ai fini par l’avoir. Sans elle, je n’y serais message en expliquant que je faisais une re­
Et quels sentiments cela a­t­il suscités ? pas allée. J’ai toujours été sauvée par les cherche sur cet ancien groupe. La manageuse
Ça m’a galvanisée, ça m’a autorisée. C’était Qu’est­ce qu’on retient autres. Je ne serais pas arrivée là si je n’avais m’a rappelée : « Je peux lui faire passer votre
la première fois que je voyais ça de ma vie. de cet environnement ? pas croisé des gens qui avaient une ambition numéro de téléphone, car il est à Paris. » Il
A partir de ce jour­là, je me suis dit : « Si écrire C’est là que j’ai découvert que j’étais noire. pour moi. Pas une ambition d’« être la était à quatre stations de métro de chez moi,
veut dire poser sa singularité – qu’elle soit Mes premiers jours d’école furent un choc meilleure », mais une ambition humaine. en train de mixer un album ! Tout était fou.
bonne ou mauvaise, peu importe –, dire “je” à thermique. Les présupposés se sont multi­ C’est ce que ma mère a fait pour moi. Dire tou­
travers d’autres choses qui s’organisent, alors pliés : si on est noir, on vient forcément d’une jours : « Va voir ailleurs. » J’essaye à mon tour Mais votre famille ne vous en avait
je peux écrire. » famille nombreuse (pas moi), on est africain de restituer ça : ne pas se sentir assigné. jamais parlé ?
(je suis française) ! Je n’étais pas du tout prépa­ Ah non. On était vraiment sur un sujet clos.
Et que s’est­il passé lorsque vous êtes rée à tout cela. Quant à mes cheveux, je vou­ Quels sont alors vos rêves ? On me disait qu’il était mort…
rentrée chez vous ? lais qu’ils bougent ! Je pensais que je devais faire l’ENA, intégrer
J’ai découvert que cet Hamlet passait au Le racisme produit quelque chose qui donne la haute administration, là où les choses se Et cette première rencontre, alors ?
Théâtre de Nanterre. Je suis allée voir ma prof un itinéraire. Tout à coup, on découvre qu’il a décident. Je m’inscris alors en prépa Sciences Il m’a dit : « Ah, je t’attendais ! » Il fallait
d’anglais, et j’y ai amené toute ma classe. J’ai un dictionnaire, que tout est prédéterminé. Po, mais je découvre que j’ai été prise parce que je remette tout dans l’ordre ! J’ai décou­
refait cinq heures de voyage à nouveau en­ Tout le travail est de saisir que ce dictionnaire que je m’appelle « de Montaigne ». Il n’y a que vert toute la partie congolaise et américaine.
chanté. J’avais eu le même sentiment quand n’est pas une obligation. Qu’il est produit des aristos blancs. Dans une salle, je vois des Je suis son aînée. Il est venu à l’enregis­
j’ai commencé, au collège, à travailler sur le ailleurs. Dans un premier temps, le racisme étudiants préparer une manif antiavorte­ trement de mon premier album, puis on a
XIXe siècle. Se frotter à Maupassant ou à Zola m’a obligée, d’un coup, à mesurer chaque pas. ment. On me propose d’aller à des rallyes. Je voyagé ensemble. J’ai eu de la chance sur ce
permet de mettre des mots sur une rage et se Puis il a fallu se déprendre de cette feuille de ¶ pense à des courses de voiture… Tout était dé­ que j’ai trouvé !
dire : « A nous deux, Paris. Vous nous avez mis route. Le fait d’avoir été dans une école où Noire lirant. J’ai compris le malentendu. Ensuite, j’ai
à un endroit, mais il n’y a que vous qui pensez j’étais la seule m’obligeait d’essayer de com­ d’après « Noire. La vie fait des études de sciences politiques, tout en « Avec la mort de George Floyd,
qu’on ne peut pas en bouger. » Le sentiment prendre ce qu’était cette solitude. méconnue de Claudette travaillant, en parallèle, comme serveuse. un espace s’est ouvert », dites­vous.
que c’était plus vaste que ce qu’on croit. Se Colvin », de et avec Mais quel espace ?
sentir financièrement responsable de sa pro­ En parliez­vous avec votre mère Tania de Montaigne. On vous interroge sans cesse sur votre Soudain, la question du racisme est rede­
pre famille et ne pas pouvoir mener sa propre ou votre grand­mère ? Adaptation et mise nom : qu’a­t­il suscité de plus pénible ? venue centrale. Avant George Floyd, le film
existence, c’est un vrai sujet de pauvre. Quand j’ai entendu : « Ah, elle est noire, en scène : Stéphane Mon nom est martiniquais, il vient directe­ Tout simplement noir n’aurait pas fait la
donc elle est sale », ma grand­mère m’a dit : Foenkinos. ment de l’histoire de l’esclavage. Depuis que je « une » des journaux. J’ai écrit L’Assignation
Au cours de votre enfance, dans une cité « Que crois­tu que tous ces gens cherchent Du 15 au 26 septembre suis petite, il y a toujours des gens pour me parce que je n’en pouvais plus d’être ramenée
de Draveil, dans l’Essonne, quelle l’été ? Ils cherchent à être noirs. » Je venais au Théâtre du Rond- demander si c’est mon vrai nom, tellement ça à une pensée prétendument « noire » qui n’est
éducation avez­vous reçue ? d’entrer dans le problème de plain­pied. Ma Point, à Paris leur semble étrange qu’une Noire puisse s’ap­ pas forcément la mienne. Je voyais que ça ar­
J’ai reçu une éducation très carrée. Jusqu’à grand­mère est née en Guadeloupe, ma mère peler comme ça. En général, si j’ai quelqu’un rangeait tout le monde de penser que, lors­
mes 6 ans, j’ai grandi avec ma mère chez ma en Martinique. Ce n’était pas la même his­ au téléphone pour une recherche d’apparte­ qu’un Noir parle, il parle pour tous. D’ailleurs,
grand­mère. Ma mère était très jeune, elle a toire. Moi, j’étais une petite gosse de banlieue ment ou de travail, tout va bien. Mais quand lors de la sortie du livre, la première question
appris la sténo, a commencé à travailler parisienne. Ces deux femmes ne pouvaient on se rencontre, cela devient différent… des journalistes était : « Est­ce que vous en
comme intérimaire puis a été embauchée à pas m’aider. C’était mon histoire, il fallait que avez parlé à des Noirs ? » Je leur demandais :
Aéroports de Paris (ADP). C’est ce qui nous a je m’en dépatouille. A la fin de vos études, vous passez « Poseriez­vous cette question à un Blanc ? »
permis de déménager toutes les deux et d’ha­ votre premier entretien d’embauche La communauté noire n’existe pas. Il n’y a pas
biter dans une autre cité. Et, grâce au comité Avez­vous été la seule Noire en classe pour un poste d’attachée parlementaire. de rapport entre une Erythréenne sans pa­
d’entreprise d’ADP, j’ai pu partir en colo. tout au long de votre scolarité ? Cette expérience vous a mise en colère… piers et une Martiniquaise, entre un Noir qui
Ma mère n’a pas fait d’études, et c’était très Pas seulement noire, mais noire et pauvre. Oui, vraiment. J’avais fait cinq années d’étu­ a de l’argent et un qui n’en a pas. C’est juste­
important pour elle que j’en fasse. Mais sa Au collège, comme je faisais allemand pre­ des, tout en faisant des petits boulots ; fran­ ment le racisme qui produit ce rapproche­
méthode était particulière : elle voulait que je mière langue et latin, j’ai constaté que, pen­ chement, j’estimais que j’avais fait ma part. Et ment et efface les singularités.
sois autonome, indépendante. Elle n’est ja­ dant la journée, je ne voyais pas les gens avec soudain, il y a cet épisode… J’avais envoyé
mais intervenue. Aujourd’hui, je me rends qui je vivais. On ne se croisait pas. Pour moi, mon CV, une lettre de motivation, mais pas de Quels sont les auteurs qui ont compté
compte de la chance que cela a été. A l’époque, tout était possible. Alors qu’eux étaient orien­ photo. A la fin de l’entretien, le député me dit : pour vous ?
j’aurais aimé qu’elle vienne me chercher tés à la serpe en CAP ou BEP. Plus tard, j’ai bifur­ « Vous allez rentrer chez vous et m’écrire une James Baldwin a changé quelque chose
comme les autres mères, avec un petit goûter. qué dans un autre lycée de l’Essonne, à Athis­ lettre pour m’expliquer pourquoi vous êtes pour moi : c’est quelqu’un d’une incroyable
Je ne comprenais pas qu’elle ne soit pas là. Mons, pour être avec des gens nouveaux en faite pour ce poste. » C’était irrespectueux et, honnêteté sur sa place et la complexité de
Je porte le nom de ma mère. Je n’avais pas de demandant une option particulière : le russe. à la fois, ça me rendait impuissante. S’il cette place. Il ne veut jamais être vertueux ni
père. J’étais inscrite à l’école qui dépendait du Je me suis retrouvée dans une classe géniale, m’avait dit : « Ça ne va pas », OK. Mais là, c’était angélique, ça ne l’intéresse pas. Il est écrivain,
secteur de ma grand­mère, dans le centre­ avec une réelle mixité, ça changeait tout. comme une gifle et ça aurait pu être mortel. ça, ça l’intéresse. Il se plaçait à un endroit qui
ville. J’étais la seule élève noire, une des rares Lors des épreuves du bac littéraire, j’ai raté la J’en ai pleuré. Je me disais : « Si c’est ça tout le était inédit. Voilà un homme libre. Si, à la fin
pauvres et la seule sans père. J’avais l’impres­ philo et je devais passer le rattrapage. J’ai ap­ temps ma vie, alors ça va être compliqué. Et de ma vie, je peux me dire que j’ai été une
sion que ce n’était pas normal. Ma nourrice, pelé ma mère pour lui dire : « Je n’irai pas. » est­ce que ça vaut même le coup ? Mon éner­ femme libre, j’aurai fait mon taf. 
blanche, qui habitait dans la même cité que Très clairement, à cette époque­là, se croi­ gie n’y suffira pas. » Que fallait­il faire ? Des propos recueillis par
nous, venait me chercher. Dès qu’il y avait saient une histoire familiale où les gens n’ont trucs de la feuille de route des Noirs ? sandrine blanchard
IDÉES
0123
30 | DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

CHANGER VRAIMENT FACE À L’URGENCE CLIMATIQUE


Alors que l’unanimité se fait sur la nécessité de nouvelles
stratégies économiques pour « sauver la planète », les décisions
de l’Etat et des consommateurs ne s’alignent pas sur cet objectif

Cécile Blatrix Comment « verdir »


le budget de la France ?
L
La politiste détaille les avancées et les insuffisances
e projet de loi de finances du nouvel outil d’aide à la décision en faveur de la Tout d’abord, la méthodologie adop­ En outre, si la démarche de budgéti­
(PLF) pour 2021 sera examiné tée continue à faire débat : comment sation environnementale est suscepti­
à partir du 12 octobre par transition écologique, qui sera utilisé par les députés rendre lisible par le plus grand nom­ ble d’éclairer les décisions, la question
l’Assemblée nationale. La dis­ lors de la discussion du projet de loi de finances bre un document inévitablement des arbitrages reste posée. Or c’est
cussion devrait s’appuyer complexe ? Comment sont prises en bien d’un choix de société qu’il est
cette année sur un nouvel compte les niches fiscales et les question : un gouvernement doit­il
outil d’aide à la décision en faveur de dépenses néfastes pour l’environne­ renoncer à une mesure « bonne » pour
la transition écologique : le « budget ment et la biodiversité ? Comment le PIB, l’emploi et les recettes de l’Etat,
vert ». Une annexe informative (un traiter les technologies controversées au motif qu’elle dégrade l’environ­
« jaune budgétaire », dans le jargon) puisqu’il s’agit d’évaluer les impacts sur patibilité des budgets nationaux avec (biocarburants, nucléaire, etc.) ? Et ne nement ? A quelles conditions ? Avec
sera publiée après le PLF, début octo­ l’environnement de l’ensemble du bud­ les engagements pris au niveau inter­ faut­il pas systématiquement associer quelle répartition des coûts entre les
bre. Intitulé « Rapport sur l’impact get de l’Etat. Il s’agit en quelque sorte national, en particulier dans le cadre à la mesure de l’impact environne­ différentes catégories sociales ?
environnemental du budget », ce d’une étude d’impact sur l’environne­ de l’accord de Paris. Un rapport mental d’une décision une analyse de Enfin, comment construire la légiti­
« jaune » est supposé offrir aux dépu­ ment, appliquée non pas à un projet conjoint de l’inspection générale des ses éventuels effets sociaux sur les dif­ mité démocratique de ce type de déci­
tés une vision claire des recettes et d’aménagement ou à un document finances (IGF) et du Conseil général de férents secteurs de la société ? sions ? Pour que les arbitrages soient à
dépenses ayant un impact environ­ d’urbanisme (comme cela est obliga­ l’environnement et du développement la hauteur des enjeux écologiques tout
nemental. Les parlementaires avaient toire en France depuis 1976), mais au durable (CGEDD), publié en septem­ Choix de société en suscitant l’adhésion des citoyens,
déjà pu consulter un « jaune » sur le budget de l’Etat lui­même. bre 2019, a proposé de caractériser Par ailleurs, la démarche n’a de sens un débat large et ouvert doit être mené
« financement de la transition écolo­ Cette démarche est d’autant plus im­ l’impact environnemental (favorable/ que si elle permet d’orienter les déci­ dès à présent, en vue de la discussion
gique » lors de l’examen du PLF 2020. portante qu’un des principes de l’éva­ neutre/défavorable) des dépenses bud­ sions en faveur d’une transition écolo­ budgétaire qui débutera en octobre à
Les instruments de pilotage budgé­ luation environnementale est non seu­ gétaires et fiscales. Le « jaune » annexé gique et sociale. Or l’expérience précé­ l’Assemblée nationale, afin de clarifier
taire sont en effet des outils centraux lement d’éclairer les décisions, mais au PLF 2021 par le gouvernement a été dente de l’OCDE en la matière, qui le mandat donné à nos gouvernants. La
pour garantir une meilleure connais­ aussi de permettre la participation du rédigé selon cette méthodologie. concernait le gender budgeting (« bud­ mobilisation des parlementaires, mais
sance des moyens que l’on consacre, public à leur élaboration, suivant l’arti­ Il s’agit donc d’un pas important, gétisation sexo­spécifique »), montre aussi de tous et toutes, est nécessaire
pour quels objectifs et avec quelle effi­ cle 7 de la Charte de l’environnement, mais l’exercice a ses limites. que l’évaluation des impacts d’un bud­ et urgente pour que les décisions
cacité, aux enjeux écologiques : érosion qui a valeur constitutionnelle. get au regard d’un enjeu n’est pas suf­ d’aujourd’hui soient prises sur cette
de la biodiversité, urgence climatique, fisante en soi pour faire évoluer les base, seule à même de construire la
préservation des ressources… Cette Débat méthodologique pratiques et les choix stratégiques. légitimité des orientations adoptées.
connaissance, indispensable pour met­ L’idée de soumettre le budget de l’Etat Lors de la présentation du rapport L’évaluation de l’impact environ­
tre en place des politiques environne­ à une évaluation environnementale IGF­CGEDD, les associations environ­ nemental du budget de l’Etat ne
mentales, a longtemps fait défaut. La ne date pas d’hier. En 2016, un rapport nementales, notamment le Réseau pourra constituer un outil de trans­
faiblesse des moyens financiers et hu­ de la Cour des comptes consacré à l’ef­ SOUMETTRE Action Climat, avaient insisté sur la formation efficace que si elle s’inscrit
mains alloués par l’Etat aux enjeux ficience des dépenses fiscales relatives nécessité de ne pas s’arrêter à l’évalua­ dans une dynamique globale de
écologiques se double ainsi d’une diffi­ au développement durable pointait les LE BUDGET DE L’ÉTAT tion des impacts sur l’environnement. recomposition des manières de pen­
culté à mesurer l’effort financier en limites de l’effort public et le poids Elles avaient demandé que soit défini ser et de faire l’action publique. 
matière d’environnement, à la fois en prédominant des dépenses défavora­
À UNE ÉVALUATION un calendrier pluriannuel visant à
volume et en tendances. Pour ce faire, bles à l’environnement. La démarche ENVIRONNEMENTALE mettre en cohérence le budget de l’Etat
on ne saurait se limiter à l’analyse du actuelle s’inscrit dans le cadre de l’ini­ français avec ses engagements inter­
seul budget du ministère de l’environ­ tiative internationale lancée en sep­ CONSTITUE nationaux (en particulier, l’objectif de
nement : c’est bien l’ensemble du bud­ tembre 2017 sous l’égide de l’OCDE, au neutralité carbone en 2050) en s’ache­
get de l’Etat qui doit être décrypté. sein de laquelle la France s’est engagée POTENTIELLEMENT minant vers la suppression progres­ Cécile Blatrix est professeure
La démarche de « budgétisation envi­ lors du One Planet Summit de décem­ UNE AVANCÉE sive des quelque 25 milliards d’euros de sciences politiques
ronnementale » constitue donc, poten­ bre 2017. Le Paris Collaborative on de dépenses évaluées comme défavo­ à AgroParisTech (UMR Printemps,
tiellement, une avancée significative, Green Budgeting vise à évaluer la com­ SIGNIFICATIVE rables à l’environnement. université Paris-Saclay)

Brice Teinturier Des mique –, a fortiori quand il s’agit de s’im­


poser des contraintes supplémentaires là
où le confort et la facilité peuvent préva­
tion de la menace – ce qui est différent de
la contestation de sa réalité –, nuisant au
basculement des comportements.
l’on ne fasse rien, soit que l’on fasse peu en
trouvant des compromis. Il met donc à
l’épreuve l’articulation des logiques collec­

paroles et des actes


loir. Il ne faut pas non plus négliger l’inci­ Pouvoir, ou la force des contraintes. Le tives et individuelles et la capacité des
visme d’une partie de la population, qui troisième frein, majeur, est celui de la capa­ individus à imposer un changement de
continue à jeter sans vergogne mégots ou cité à agir. On peut savoir. On peut vouloir. société (le tout) plutôt qu’à rechercher ou
plastiques dans la nature, à prendre la Mais on peut ne pas pouvoir. Le citoyen imposer une somme laborieuse de
voiture ou l’avion pour de petits dépla­ consommateur est alors pris dans un sys­ comportements individuels vertueux (les
Le politiste voit un paradoxe dans le fait que les Français cements et ne se préoccupe absolument tème d’injonctions contradictoires. La parties). Mais ce raisonnement a aussi sa
pas du reste de la population. contrainte peut être économique et la ten­ propre perversité, puisqu’il justifie de ne
n’ont pas encore mis en accord leurs comportements sion sur le pouvoir d’achat joue ici un rôle rien changer individuellement tant qu’on
individuels avec leurs convictions écologiques De l’hyper-individualisme… fondamental. Mais elle peut être technique n’a pas tout changé collectivement !
On touche là une tendance profonde, l’hy­ ou territoriale. On l’a vu avec les « gilets jau­ Le devoir d’agir, qu’il relève d’une norme
per­individualisme, qui concerne 17 % envi­ nes », qui ont à la fois réagi à une augmen­ extérieure ou qu’il soit intériorisé et libre­
ron de la population, ceux qui, dans nos tation du coût de l’essence et à une nou­ ment consenti, se heurte à la profondeur

V
enquêtes, déclarent : « Dans la vie, ce qui velle taxe venant grever un budget déjà très du vouloir, du pouvoir, du savoir et de l’ef­
u de loin, il peut sembler paradoxal compte, c’est moi d’abord, les autres vien­ contraint, mais qui n’avaient aussi, pour ficience. Quand le lien est fait avec la santé,
que les Français n’aient pas adopté nent toujours après. » Le premier obstacle à nombre d’entre eux, pas d’autre recours et il l’est de plus en plus, un bénéfice indi­
plus de comportements vertueux l’orientation massive des comportements possible que la voiture pour se déplacer. viduel tangible, auquel le citoyen autant
en matière de protection de l’envi­ en faveur de l’environnement est donc la Selon ce qui est mis en place dans la ville, que le consommateur est attaché, permet
ronnement, alors que cette préoccupation tension entre l’individu et le collectif, le l’immeuble, l’entreprise, l’hypermarché ou plus sûrement d’obtenir une modification
fait maintenant partie des trois ou quatre consommateur et le citoyen. Le premier les transports, le pouvoir d’agir est donc des comportements. Mais cela ne peut suf­
sujets qu’ils jugent majeurs, ce qui n’était veut des cerises en hiver et des mandarines facilité ou empêché. Contrairement à une fire. Pour changer les habitudes, il faut
absolument pas le cas il y a quelques en été. Le second est sensible aux consé­ idée reçue, les jeunes sont ainsi moins ver­ avoir une conscience morale, celle d’une
années. Vu de près, le paradoxe s’éclaire. quences : aberration écologique, impact tueux que les seniors en matière de tri des responsabilité vis­à­vis de ce qui nous
Tout d’abord, la prise de conscience des énergétique, destruction des ressources… déchets : en grande partie parce qu’il est dépasse : la planète, le genre humain, les
enjeux environnementaux et climatiques Savoir, ou l’intensité de la menace per­ plus difficile d’avoir plusieurs poubelles générations à venir. Cela requiert de l’ap­
n’est, malgré tout, pas sans effet sur les çue. Certes, la dégradation de l’environne­ dans un studio que dans un pavillon… prentissage et de la pratique, ne serait­ce
comportements : les enquêtes montrent ment, le changement climatique, la pollu­ que pour comprendre que vivre autre­
bien que ceux que l’on peut qualifier de tion inquiètent de plus en plus. Mais les … à la conscience morale ment n’est ni hors de portée ni synonyme
vertueux ont incontestablement pro­ études montrent aussi que ces questions Etre efficace, ou le syndrome de la goutte de bagne ou de régression inéluctable. 
gressé chez les citoyens et consommateurs restent très abstraites pour une grande d’eau. Il s’agit là d’un mécanisme de déres­
français, que ce soit dans l’alimentation, le partie de la population. En revanche, plus ponsabilisation individuelle redoutable,
tri des déchets, la gestion de l’eau, etc. La la menace est visible, comme le réchauffe­ puisqu’il consiste à considérer que ses
question est donc celle de l’ampleur du ment climatique ou la multiplication des efforts sont dérisoires et inutiles par rap­
ON PEUT SAVOIR. changement, non sa réalité. Quatre grands épisodes de pollution, plus ce savoir abs­ port aux véritables pollueurs. A l’échelle de
freins à un véritable basculement des trait s’enrichit d’une expérience directe du la planète, des pays tels que la Chine et les Brice Teinturier est directeur général
ON PEUT VOULOIR. comportements subsistent néanmoins. sujet. C’est bien ce qui s’est produit ces Etats­Unis plutôt que la France ; à l’échelle délégué d’Ipsos. Il a notamment
MAIS ON PEUT Vouloir, ou le poids des habitudes. dernières années, mais le chemin de la nationale, l’industrie, l’agriculture ou les écrit « Plus rien à faire, plus rien
Changer de comportement a un coût connaissance est encore long à parcourir transports plutôt que l’individu. Le syn­ à foutre : La vraie crise de la démocratie »
NE PAS POUVOIR – psychologique, organisationnel, écono­ et peut conduire à une forme de relativisa­ drome de la goutte d’eau justifie soit que (Robert Laffont, 2017)
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 idées | 31

LA  CHRONIQUE
Antoine Vauchez terministérielles. Il y a eu des
tentatives en ce sens, avec la créa­
tion d’un vaste ministère de l’en­
seuils, de niveaux, d’indicateurs,
avec les stakeholders (« les parties
prenantes »), c’est­à­dire les inté­
DE  THOMAS PIKETTY

« L’Etat est un archipel La gauche peut-elle


vironnement et du développe­ rêts privés en présence. Cette
ment durable, dont le titulaire technicité extrême et ce mode de
avait été promu au rang de minis­ décision génèrent des trous, des
tre d’Etat. Mais la prise du champ ambiguïtés, des incertitudes tout
s’unir sur l’Europe ?
de compromis »
du politique sur le champ de l’ac­ au long de la chaîne normative,
tion publique reste faible… lesquels déterminent in fine

E
l’efficacité réelle de l’action poli­
La volonté politique se heurte­ tique. Il n’y a pas d’Etat régu­ n France comme en Allemagne et
rait donc à « l’Etat profond » ? lateur, il y a un état de la régula­ dans la plupart des autres pays, la
Je ne crois pas à cette héroïsa­ tion, évidemment perfectible. gauche est lourdement divisée sur Thomas Piketty
Le sociologue analyse les mécanismes tion du politique, qui lutterait la question européenne, et plus gé­ est directeur
contre des administrations réti­ Comment ? néralement sur la stratégie à adopter face d’études à l’Ecole
qui entravent la mise en œuvre ves. Tout d’abord parce que le per­ Certes, l’action politique peut à la mondialisation et à la régulation des hautes études
des politiques environnementales sonnel politique, Emmanuel construire un horizon normatif transnationale du capitalisme. Alors que en sciences sociales,
Macron en tête, et les cabinets volontariste. L’objectif de « tran­ les échéances nationales s’approchent à Ecole d’économie
ministériels sont directement sition écologique » incite bel et grands pas (2021 outre­Rhin, 2022 en de Paris
issus de la haute fonction publi­ bien les grands corps à inscrire France), de nombreuses voix s’élèvent
que. L’action politique est tou­ leur action dans cet objectif. Mais pour que ces forces politiques s’unissent.
ENTRETIEN La politique environnementale jours coproduite avec les hauts il manque le droit, qui ne joue En Allemagne, les trois principaux partis (Die Linke, le SPD et les

A
doit trouver sa place dans une fonctionnaires, notamment les pas tout son rôle d’intégrateur de Grünen) risquent toutefois d’avoir du mal à s’entendre, en particu­
ntoine Vauchez, directeur série de politiques classiques – grands corps. Ensuite, contraire­ l’action publique. Il y a bien des lier sur l’Europe, et certains prédisent déjà que les Grünen finiront
de recherche CNRS au transports, énergie, agriculture, ment à l’image de toute­puis­ mouvements en ce sens, avec la par gouverner avec la CDU. En France, les différentes forces ont re­
Centre européen de socio­ industrie, télécoms, etc. –, qui sance qu’il aime à se donner, reconnaissance par le Conseil commencé à se parler, mais rien ne garantit pour l’instant qu’elles
logie et de science politi­ sont mises en œuvre par des l’Etat n’agit jamais seul. Il a des constitutionnel de la protection parviendront à s’unir, notamment sur la politique européenne.
que (CESSP­université Paris­I­Sor­ bureaucraties sectorielles ayant relais, des interlocuteurs, avec de l’environnement comme prin­ Le problème est que chacun des camps en présence est per­
bonne­EHESS) est sociologue, chacune leur propre histoire, lesquels il négocie et à travers cipe opposable à la liberté d’en­ suadé d’avoir raison tout seul. Du côté de La France insoumise
spécialiste des « élites » adminis­ leurs interlocuteurs (les syndicats lesquels il met en œuvre l’action treprendre, ou encore le constat (LFI), on rappelle volontiers que le Parti socialiste (PS) et ses al­
tratives et politiques en France et agricoles, les industriels, les publique ; il « choisit » avec quelle récent par le Conseil d’Etat de la liés écologistes avaient déjà promis, avant les élections de 2012,
dans l’Union européenne. Il a grands opérateurs nationaux, société civile il veut prioritai­ « carence de l’Etat » en matière de de renégocier les règles européennes. Or, sitôt élue, la majorité
écrit, avec Pierre France, Sphère etc.). La décision de permettre rement interagir. L’Etat est un qualité de l’air. Ce sont des déci­ de l’époque s’était empressée de ratifier le nouveau traité budgé­
publique, intérêts privés. Enquête l’usage des néonicotinoïdes aux archipel de compromis. sions juridiques opposables à taire, sans rien modifier, faute de plan précis sur ce qu’elle sou­
sur un grand brouillage (Presses betteraviers est typique de ce l’administration. Il y a eu aussi la haitait réellement obtenir. Les « insoumis » insistent aussi sur le
de Sciences Po, 2017). fonctionnement. Une politique Comment fonctionne cet création d’institutions nouvelles, fait que les socialistes n’ont toujours pas indiqué en quoi leur
environnementale « transver­ archipel, dans le domaine comme la Convention citoyenne, stratégie et leurs objectifs avaient changé et pourraient con­
Comment expliquez­vous sale » exigerait une très forte environnemental ? mais elles suscitent dans l’admi­ duire à un résultat différent la prochaine fois. Force est de recon­
que la France ait tant de mal à coordination à la fois politique et Les politiques environnemen­ nistration un mécanisme de naître que la critique est assez juste.
« mettre en musique » une vé­ administrative, ce qui suppose­ tales s’appuient sur des mécanis­ mise à distance : prend­on toute Mais, du côté du PS, d’Europe Ecologie­Les Verts (EELV) et des
ritable politique rait la création d’institutions in­ mes de régulation technique plus la liste des propositions ou une autres forces non rattachées à LFI (Génération.s, Parti commu­
environnementale ? que sur des lois et des contraintes partie ? Au titre de décisions ou niste, etc.), on fait remarquer que le plan des « insoumis » pour
La politique environnementale juridiques a priori. Elles sont sou­ d’orientations ? changer l’Europe est loin d’être aussi précis et convaincant qu’ils
a trois caractéristiques essentiel­ vent décidées à l’échelle euro­ La réforme ne viendra pas sim­ ne le prétendent, et que Jean­Luc Mélenchon paraît parfois plus
les : elle est extrêmement secto­ péenne – par exemple, la direc­ plement de l’intérieur. Il faut intéressé par la critique (voire la sor­
rielle dans les faits, même si elle tive Reach sur l’industrie chimi­ qu’apparaissent de nouveaux IL EST ESSENTIEL  tie pure et simple) de l’actuelle Union
revendique – à raison – la néces­ que – et déclenchent une longue systèmes d’alliances, des coali­ européenne que par sa reconstruc­
sité d’être transversale ; elle se chaîne de production de normes tions larges entre citoyens, justi­ QUE DES  tion sur une ligne sociale­fédéraliste,
construit principalement autour JE NE CROIS PAS À très concrètes, très techniques, ciables et stakeholders, pour créer démocratique et internationaliste.
d’agences indépendantes, qui ont visant la « mise en conformité » l’effet d’entraînement nécessaire. PROPOSITIONS  Malheureusement, cette critique
CETTE HÉROÏSATION
le rôle, forcément ambigu, d’être (compliance, en anglais) plutôt Mais il restera à l’Etat la tâche de PRÉCISES  n’est pas fausse non plus.
à la fois chargées de protéger le DU POLITIQUE, que l’interdiction. Le problème construire, au sein de l’adminis­ En théorie, la stratégie de LFI repose
public et d’organiser les marchés ; est qu’une grande partie de l’ef­ tration, les ressources et les insti­ SOIENT FAITES  certes, depuis 2017, sur l’articulation
l’initiative politique vient en fait, QUI LUTTERAIT fectivité de ces normes est copro­ tutions qui s’ouvriront à ces nou­ « plan A/plan B ». Autrement dit, soit
bien souvent, de l’échelon euro­ duite, à l’échelon national ou veaux partenaires, même criti­ AUX AUTRES PAYS on convainc tous les autres pays de re­
péen. Elle est donc complexe, CONTRE DES européen, par des agences de ques, et créer ainsi une nouvelle négocier les traités européens
morcelée et donne assez peu de ADMINISTRATIONS régulation indépendantes qui chaîne de régulation.  (plan A), soit on sort des traités existants pour en construire de
prise, en réalité, pour piloter une négocient, de façon générale­ propos recueillis par nouveaux avec un plus petit groupe de pays (plan B). L’idée n’est
politique écologique nationale. RÉTIVES ment opaque, une panoplie de antoine reverchon pas forcément mauvaise, sauf que les « insoumis » passent plus de
temps à brandir la menace de la sortie qu’à décrire les nouveaux
traités qu’ils souhaiteraient proposer aux autres pays, que ce soit
dans le plan A ou le plan B. Concrètement, LFI défend, comme

L’écologie ne fait toujours pas partie


d’ailleurs l’ensemble de la gauche, et depuis fort longtemps, l’idée
d’une harmonisation sociale, fiscale et environnementale par le
haut en Europe, ce qui passe notamment par la fin de la règle de
l’unanimité en matière fiscale et budgétaire. Le problème est que

du logiciel de la haute administration


LFI ne dit pas quelle instance démocratique devrait à ses yeux être
habilitée à prendre de telles décisions à la règle de la majorité.

Une véritable Assemblée européenne


On pourrait se contenter de proposer que les décisions fiscales au
sein des conseils des ministres soient désormais prises à la majo­
rité, avec le risque, toutefois, de pérenniser une instance opaque,
fonctionnant à huis clos et favorisant les affrontements pays con­
Experts de l’action publique, L’action de l’administration d’Etat se plaires en matière sociale et environne­ tre pays. Une autre solution serait de donner le dernier mot au
trois membres du collectif trouve également entravée par ses contrain­ mentale. Elles peuvent adopter des organi­ Parlement européen, avec le risque, cette fois­ci, de se couper en­
tes internes. Le fonctionnement de l’Etat est sations et des modes de fonctionnement tièrement des instances démocratiques nationales. Une formule
de hauts fonctionnaires Lierre trop souvent cloisonné et l’écologie, par défi­ plus sobres dans leur consommation plus innovante consisterait à instituer une véritable Assemblée
analysent les réticences nition systémique, n’y trouve pas sa place. Il matérielle, plus démocratiques et respec­ européenne s’appuyant sur les députés nationaux, en propor­
manque une impulsion transversale. tueux du bien­être de leurs agents. tion des populations et des groupes politiques.
de l’administration à prendre De la même manière, les ministères sont Relever le défi écologique implique aussi Soyons clairs : il s’agit de questions complexes, sur lesquelles
des décisions conformes encore souvent prisonniers des porteurs d’in­ d’innover et de développer de nouvelles personne ne dispose de solution parfaite. Raison de plus pour
térêts privés auxquels leur action est exclusive­ méthodes qui favorisent le dialogue social, la que les différentes forces politiques se parlent et aboutissent en­
à l’urgence environnementale ment consacrée : l’agriculture parle aux syndi­ participation des professionnels et des semble à une stratégie. En particulier, il est essentiel que des pro­
cats agricoles conventionnels, dans une logi­ citoyens. La période de confinement a fait réé­ positions précises soient faites aux autres pays. Car même s’il est

L’
que historique de cogestion ; le logement aux merger des réseaux de solidarité entre habi­ peu probable que les 27 Etats membres acceptent d’emblée la fin
Etat peine à se mettre au diapason de acteurs de la construction ; les transports sont tants autour des enjeux du quotidien – se de la règle de l’unanimité (en particulier les Etats comme les Pays­
l’urgence climatique. Pire, des bloca­ dominés par le poids du secteur automobile et nourrir, se déplacer, prendre soin des plus vul­ Bas, qui ont beaucoup misé sur le dumping fiscal), il serait tout de
ges et des résistances persistent au l’économie comme l’énergie par le nucléaire et nérables. Les structures publiques doivent même un peu embêtant que la gauche française, arrivant au pou­
sein de son administration. Si les le modèle centralisé de société qu’il suppose… pouvoir tester des modes de fonctionnement voir, ne parvienne pas à convaincre au moins quelques pays (par
manifestations concrètes de la crise écologi­ Au final, les sujets environnementaux sont qui ne soient plus exclusivement hiérarchi­ exemple, l’Espagne ou l’Italie) de la possibilité d’avancer ensem­
que et des attentes citoyennes commencent relégués très loin du rang des priorités. ques et descendants. Des espaces de réflexion ble dans cette direction. En tout état de cause, il est crucial de don­
à faire bouger des lignes, la prise de cons­ doivent s’offrir aux agents publics pour faire ner une chance à de véritables propositions sociales­fédéralistes
cience et l’adaptation sont trop lentes dans la Nécessité d’innover changer les pratiques de leurs organisations.  fondées sur des assemblées transnationales avant d’en arriver à
haute administration. Plusieurs freins peu­ Par ailleurs, la trop faible place des garanties d’éventuelles sanctions unilatérales contre les pays pratiquant le
vent expliquer le décalage entre la réalité de environnementales dans le code des marchés dumping (sans compter que de telles sanctions seront plus effica­
la situation et les réponses pour y faire face. publics et l’annualité des objectifs budgétai­ ces si elles sont appliquées à plusieurs).
Le premier de ces freins est sans doute res empêchent de porter des politiques publi­ Enfin, la gauche française comme la gauche allemande doivent
culturel. Il trouve son origine dans la forma­ ques sur le long terme. prendre en compte que l’Europe de 2022 ne sera pas celle de 2012.
tion des responsables de l’administration. Les Enfin, un des derniers freins réside dans le Jacques Archimbaud est vice-président Il faudra notamment se situer par rapport au plan de relance
enjeux écologiques et les sciences du vivant cloisonnement quasi hermétique avec les col­ de la Commission nationale du débat public. adopté cet été, qui, malgré ses limitations, constitue une innova­
sont quasi absents des cursus qui conduisent lectivités territoriales. Il existe peu de liens Il a été membre des cabinets des ministres tion majeure, en particulier avec l’emprunt commun de 390 mil­
à ces fonctions, et le prisme économique pré­ directs entre l’administration des ministères, de l’environnement et du logement. liards d’euros destiné à abonder les budgets nationaux. Son dé­
domine. Ainsi, des profils de techniciens con­ les grands corps d’Etat et l’administration des François Langlois est haut fonctionnaire faut principal reste sa taille réduite (moins de 3 % du PIB euro­
tinuent à imposer une approche gestionnaire collectivités. Cette absence de culture com­ d’Etat (Cour des Comptes, sous-préfet) péen) et sa subordination à la règle de l’unanimité, qui empêche
et budgétaire des dossiers. Leurs voix, notam­ mune et d’échanges structurés est un handicap et en collectivités territoriales (directeur toute réactivité et changement de voilure.
ment à Bercy, pèsent le plus dans les pour comprendre les besoins des territoires et général des services de la région PACA On notera au passage que le plan doit encore être ratifié par les
arbitrages interministériels. accompagner les transformations nécessaires. puis de la ville de Grenoble). Parlements nationaux, qui, de facto, disposent chacun d’un droit
L’écologie ne fait toujours pas partie du La haute administration se trouve désor­ Dominique Méda est haut fonctionnaire de veto. Là encore, pour aller plus loin, il faudra passer à la règle
logiciel de la haute administration. Jusqu’à mais devant un impératif de transformation et professeure d’université. de la majorité, idéalement dans le cadre d’une véritable Assem­
très récemment, elle était perçue comme et de renouvellement. Cette transformation Tous trois sont membres du comité d’orien- blée européenne, quitte à avancer avec un sous­ensemble de
une menace ou comme une douce utopie, implique une impulsion politique forte. Des tation du Lierre, un réseau qui regroupe pays. Ce qui est certain, c’est qu’il est urgent de dépasser les
aujourd’hui, elle peut être un supplément objectifs ambitieux doivent être fixés à tous plusieurs centaines de hauts fonctionnaires, vieilles disputes et les fausses certitudes et de sortir de cette si­
d’âme ou une figure imposée qu’il faut les ministères et à leurs directions. Les enti­ responsables et experts de l’action publique, tuation où chaque fraction de la gauche pense pouvoir avoir rai­
exécuter, sans conviction. tés publiques ont l’opportunité d’être exem­ de sensibilité écologiste. son toute seule sur l’Europe. 
0123
32 | idées DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

Nathalie Azoulai
« Le doute creuse
en moi son sil on :
et si le roman,
c’était fini ? »
de devoir s’adosser à la rubrique « ro­ comme Pastorale américaine (Galli­
man », ce qui revient à nier le genre tout mard, 1999) ou La Tache (Gallimard,
en s’en réclamant encore. Serait­ce que 2002). Pour autant, cette même lassitude
l’étiquette « roman » ne veuille plus du semble chez d’autres grands écrivains
tout signifier ni fiction ni composition, durer et relever, disons, d’une conver­
mais seulement « livre » ? Ou qu’à la façon sion. Et il y a de quoi être désarçonné par
d’un leurre bienséant dont personne ces romanciers d’envergure qui décident
n’est dupe, elle estompe un instant l’im­ eux aussi d’abandonner définitivement
pudeur, amortisse le choc frontal, la réti­ le roman en invoquant l’intimidant pri­
cence d’un lecteur peu enclin à avouer mat de « la vérité ».
En concurrence avec d’autres formes littéraires qu’il est voyeur comme on l’est tous ?
Serait­ce donc que le nom de « roman »
Je me souviens de jeunes lecteurs qui
m’avaient confié un jour que, quitte à
et de nouveaux formats fictifs, le genre romanesque serve encore de béquille à un genre sans
statut parce qu’hybride et indécis ? Je
s’embarquer dans un livre, autant que ce
soit pour « une histoire vraie » et pas
lasse lecteurs et auteurs. Mais il conserve sa capacité l’ignore, mais ce que je sais, en revanche, pour un roman. D’où j’avais conclu que,
c’est que, malgré l’autorité magistrale de pour eux, le coût de la lecture augmen­
à « sécréter de la vérité », relève l’écrivaine, qui Kundera, le doute creuse en moi son tait avec le coefficient de fiction, sans
sillon : et si le roman, c’était fini ? Et si qu’une telle indexation ne donne plus
n’hésite pas à s’interroger sur ses propres pratiques Kundera parlait d’un temps qui n’est de valeur à la fiction, au contraire. La vé­
plus et qui voit le public étancher rité littéraire assoit­elle son intégrité sur
ailleurs sa soif d’histoires et de narra­ une énonciation en première personne

C
tions ? Dans les séries, par exemple, qui, qui se soumet comme au tribunal au ju­
du fait de leur format et de leur durée, gement du lecteur, comme dans Les Con­
ertaines formes artistiques se ment parler de son livre, un « non­ro­ augmentent les possibilités de la com­ fessions de Rousseau ?
périment. En vrac, citons la man » écrit à la première personne, mais position, la multiplicité des points de
peinture figurative, le portrait parce qu’il met le doigt sur un question­ vue, l’art du rebondissement, donnent à « Mentir-vrai »
peint, le cinéma muet, le ci­ nement intime et sensible. Me voilà la matière du récit une plasticité vir­ Si la forme introspective engage peut­
néma en noir et blanc, la musi­ donc à bafouiller des arguments, à en tuose, qui plus est sans demander être davantage l’examen minutieux
que romantique, et, en littéra­ énoncer de piteux, qui ne le convain­ presque aucun autre effort au spectateur d’une existence et d’une conscience, il
ture, les fabliaux, les fables, la tragédie quent évidemment pas. que son temps ? n’en demeure pas moins que l’écriture,
classique, que sais­je encore. Et si quel­ Dans les jours qui suivent, mon esprit Ou dans des récits introspectifs qui peu­ par sa nature même, requalifie les faits,
ques artistes y recourent parfois, ils d’escalier en affûte quelques autres, re­ vent d’autant plus capter le lecteur qu’ils procède à des variations de lumière et
redoublent de justifications et restent as­ tourne surtout s’abreuver à la source pré­ l’incluent immédiatement par leur « su­ s’expose à des erreurs de parallaxe dues à
sez minoritaires. A l’inverse, d’autres for­ cieuse des essais que Kundera consacre à jet » dans des débats publics, le galvani­ la mémoire, au narcissisme, à l’envie
mes n’ont pas toujours existé, comme le l’art du roman, et, ce faisant, me rassure sent par les vives empoignades qu’ils dé­ d’être aimé, pardonné, à la perspective
roman. Balbutiant au XVIIe, dynamique un temps. Des vertus cardinales du ro­ clenchent ? Autrement dit, dans des nar­ d’une publication, en un mot à ce « men­
au XVIIIe, il n’acquiert ses lettres de no­ man que Kundera démontre, je retiens la rations qui, de toute façon, ont l’avantage tir­vrai » dont nous parlait Aragon et qui
blesse qu’au XIXe siècle. Autrement dit, si multiplicité des points de vue qui, seule, pour le public d’être à moindre coût ? Et n’est pas du mensonge.
en France, pour être écrivain au XVIIe, il peut faire écho à la complexité du réel et c’est peut­être là que le questionnement A l’inverse, qu’on prenne le roman
fallait être poète tragique, pour l’être à aiguiser la compréhension des actions actuel sur la pérennité du roman se dis­ proustien ou le roman kafkaïen en
compter du XIXe, il faut être romancier. humaines ; l’art de la composition, qui tingue de tous ceux qui l’ont précédé. exemple, ceux de Joseph Roth ou de
Et, comme toute position dominante, permet d’entrelacer à la narration les thè­ Mme de La Fayette, de Richard Yates ou de
le genre devient l’objet d’attaques et de mes existentiels qui animent les person­ Effondrement de l’attention Virginia Woolf. Je cite sciemment des
crises qui auraient dû avoir plusieurs nages, sans oublier les « ego expérimen­ Car lire un roman a un coût. Et adhérer à auteurs morts et exerçant leur art très
fois raison de lui. Mais comme c’est un taux » que sont ces derniers et qui per­ la fiction d’un livre coûte au lecteur ac­ diversement, car le grand roman est di­
genre coriace, il cultive sa liberté et sa mettent au romancier d’examiner tuel plus d’efforts qu’au lecteur d’autre­ vers, tous sécrètent de la vérité, au sens
variété, profite de ce que le public aime d’autant mieux l’existence qu’il occulte fois, que ne tentaient pas autant de sup­ où tous nous permettent d’en savoir et
qu’on lui raconte des histoires, et par­ sa propre biographie. Ou, pour reprendre ports fictifs concurrentiels et que ne me­ d’en dire un peu plus sur l’amour, l’insti­
vient si bien à régner sur la production les mots de Flaubert, qu’il disparaît. naçait pas, surtout, l’effondrement du tution, la vie en société, la violence de
qu’il en paraît en France toujours plu­ Or, je dois avouer que cette disparition temps d’attention qui nous menace l’histoire, les contradictions et les com­
sieurs centaines par an et que les grands me va bien, car elle conforte chez moi tous, comme si le moindre roman con­ plications qui animent toutes nos ac­
prix littéraires ne se soucient que de lui. une forme de puritanisme qui rechigne à temporain demandait à son lecteur, tions. Sécrétion qui s’accommode sans
Pourtant, ne nous voilons pas la face, recourir au « je » et à exposer les person­ pour qu’il s’y embarque, le même effort mal des déplacements, des transforma­
nous autres romanciers traversons nes qui m’entourent. Je ne vous cache que les romans russes surchargés de tions, des s de la fiction.
en 2021 une zone de turbulences et en­ pas cependant que j’ai essayé d’écrire à la noms et de généalogies. Par conséquent, Je dis « s’accommode » quand je devrais
trons dans une nouvelle « ère du soup­ première personne, de dire « moi », de l’indispensable suspension of disbelief peut­être dire « requiert » ou « nécessite »
çon ». Qui commence pour moi il y a dire « je », mais que je ne le tiens pas, ce (« trêve d’incrédulité ») dont parlait Cole­ l’ensemble de ces opérations pour affiner
quelques années, avec la petite phrase « je », car chaque fois mon ego s’aco­ ridge en 1817 serait de plus en plus diffi­ l’instrument d’optique qui consiste à ob­
qu’un jour un confrère écrivain et ex­ro­ quine avec d’autres, qui dessinent aussi­ cile à opérer de nos jours. server en toute liberté ce que Kundera
mancier me lance tout à trac : grands tôt les contours de personnages qui Je le dis d’autant plus que j’en fais moi­ nomme « l’âme des choses ». Question
dieux – il ne dit pas « grands dieux » mais n’ont plus rien à voir avec ma personne. même l’expérience car, pour lire un ro­ d’entraînement, me direz­vous, car ce
je le lis dans ses yeux – « mais pourquoi man, je dois désormais « m’accrocher » n’est peut­être qu’un pli à prendre de dire
écris­tu encore des romans ? », qui me Trouble persistant davantage. Serait­ce donc que, moi aussi, la vérité sans recourir à la fiction, de polir
trouble au dernier degré. Kundera ou pas, mon trouble est persis­ j’en sois arrivée à écrire des romans alors des scènes et des personnages au hasard
Sa phrase me trouble non seulement tant et me lance chaque fois que parais­ je n’aime plus vraiment en lire ? Reste à des différentes routes prises par le récit
parce que je viens de l’entendre brillam­ sent des « non­romans » qui me passion­ savoir si j’aime encore en écrire, et si la fa­ principal, et d’en arriver finalement à un
nent et, plus encore, me modifient, tigue de la fiction ne va pas, moi aussi, autre paradoxe, des non­romans qui se li­
comme le font toujours les grands livres. m’assaillir comme elle assaille Philip sent « comme des romans ».
J’entends par « non­romans » toutes les Roth en 1988 qui, dans son livre Les Faits, Alors imaginons qu’un jour il ne reste
formes de récit concurrentes, comme la revendique subitement « une visibilité du roman que ce mode de lecture vorace
ADHÉRER À LA FICTION « narrative non­fiction », la confession, les biographique » et divulgue les événe­ et suspendu : donnera­t­il envie, à ceux
textes intimes qui revendiquent la pre­ ments de sa vie qui ont inspiré les aven­ qui n’en connaîtraient rien d’autre que ce
D’UN LIVRE COÛTE mière personne et viennent se ranger tures de ses personnages. Fichtre, mais mince et précieux vestige, de remonter
sous la bannière de la « vraie vie » de leur pourquoi donc ? Pour, dit­il, se rendre, à aux sources de cette jouissance pour en
AU LECTEUR ACTUEL auteur. (Je n’y mets pas l’autofiction, qui 50 ans passés, « visible à lui­même » et lire et peut­être en écrire ? 
PLUS D’EFFORTS QU’AU recourt aux codes romanesques, joue avec opérer une sorte de « reset » existentiel et
eux, mais transforme et déplace la vraie littéraire.
LECTEUR D’AUTREFOIS. vie. Je ne parle que des textes qui juste­ On ronchonne un peu, mais on com­
ment revendiquent de ne pas déplacer.) prend que c’est peut­être lié à un âge de
MOI-MÊME, JE DOIS Un territoire qui, comme tous les terri­ la vie et à un stade du parcours. Heureu­
« M’ACCROCHER » toires, fait fructifier le pire et le meilleur. sement pour nous, cette fatigue impé­ Nathalie Azoulai est romancière,
Et du meilleur, il y en a. Du moins bon rieuse n’est chez lui que passagère et le autrice notamment de « Titus n’aimait
DAVANTAGE aussi, qui, de plus, en arrive à ce paradoxe laisse revenir à des fictions triomphales pas Bérénice » (P.O.L., 2015)
0123
DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020 carnet | 33
Mme Gilberte Garcia, Marianne Nahon, Alexandra, Luc-Olivier et Aude-Lise,

Christiane Le Carnet
son épouse,
Christine, Dominique et Marie-
Hélène Garcia,
ses enfants,
Arnaud, Mathieu, Laura, Sophie,
son épouse,
Isabelle, Sébastien et Alexandre,
ses enfants,
leurs conjoints, Lucie et Alain,
ses enfants,
Sonia, Nadine et Carol,
ses sœurs,

ont la douleur d’annoncer le décès

Eda­Pierre Merci de nous adresser


vos demandes
Antoine, Héléna et Margaux,
ses petits-enfants,

ont l’immense tristesse de faire part


du décès de
Hugo, Théo, Samuel, Léo Max
et Roméo,
ses petits-enfants,

ont la tristesse d’annoncer le décès


de

Patrick Ludo TÉVI-BÉNISSAN,


secrétaire général
de la Présidence de la République

Cantatrice par mail en précisant


impérativement
M. André, Antoine GARCIA,
haut-fonctionnaire d’Etat,
ancien élève
de

M. Pierre NAHON,
du Togo,

le 2 septembre, à Paris, à l’âge de


cinquante-neuf ans.
de l’ENS Cachan
votre numéro de et de l’ENA survenu le 9 septembre 2020, à Vence. Il fut pour nous et tous les autres
promotion Lazare-Carnot (1961), un homme de sincérité et de
téléphone personnel, chevalier de l’ordre national dévouement.
Brigitte Bourguelot et Lahoussine
votre nom et prénom, du Mérite,
Oufkir s’associent à leur chagrin. Les célébrations religieuses se
adresse postale survenu le 9 septembre 2020, à tiendront à Paris et à Lomé.
Clamart, à l’âge de quatre-vingt-huit La cérémonie d’hommage se
et votre éventuelle ans. déroulera dans la plus stricte Anniversaire de décès
référence d’abonnement. intimité.
La cérémonie funéraire sera
célébrée dans l’intimité familiale, le « Arrêter les pendules,
L’équipe du Carnet mardi 15 septembre, au funérarium Pompes Funèbres Blanc. couper le téléphone,
de Clamart. Tél. : 06 88 11 93 56. Empêcher le chien d’aboyer
reviendra vers vous pour l’os que je lui donne,
dans les meilleurs délais. A celles et ceux qui l’ont connu Faire taire les pianos
Sa famille
et aimé, que vos pensées et les roulements de tambour.
l’accompagnent.
a la douleur d’annoncer le décès de
Que les avions qui hurlent au dehors
carnet@mpublicite.fr Georges, Marcel PAQUET,
Dessinent ces trois mots Il Est Mort,
son frère, Nouer des voiles noirs
commandeur aux colonnes des édifices
Dimitri et Alexandra, dans l’ordre des Palmes
AU CARNET DU «MONDE» ses neveux Ganter de noir les mains
et leur maman, Marie-José, académiques, des agents de police.
Ses amies bruxelloises, chevalier
Naissance de l’ordre national du Mérite Il était mon Nord, mon Sud,
font part du décès de mauritanien, mon Est, mon Ouest,
Asnières-sur-Seine. Ma semaine de travail,
Stalia GEORGOULIS, le 5 septembre 2020, à Paris, à l’âge mon dimanche de sieste,
Margaux, de quatre-vingt-onze ans. Mon midi, mon minuit,
sa grande sœur, survenu le 6 septembre 2020, à
Bruxelles. ma parole, ma chanson,
A l’Opéra Charlotte et Benjamin HELFER, Les obsèques ont eu lieu dans Je croyais que l’amour
de Paris, ses parents, l’intimité familiale le 9 septembre. jamais ne finirait : j’avais tort.
sont heureux d’annoncer la naissance On se réunira au cimetière
en 1983. parisien de Bagneux, mercredi
de
JOËL ROBINE/AFP 16 septembre, à 14 heures. paquetdeyris@orange.fr Que les étoiles se retirent,
Soline, qu’on les balaye
georges@georgoulis.fr Xavier Darcos, Démonter la lune et le soleil
le 6 septembre 2020. chancelier de l’Institut de France Vider l’océan, arracher les forêts
Pauline Maisani, Car rien de bon ne peut advenir

V
Et les membres de l’Institut,
elours sensuel du tim­ 24 MARS 1932 Naissance à directrice de l’hôpital Bichat, désormais. »
bre, sens inné de la li­ Fort-de-France (Martinique) Anniversaire de naissance Thomas Papo, ont la tristesse de faire part de la
gne, technique sans 1980 Débuts au Metropoli- chef de service Le corps nu, allongé sur une table
Silvia LEPEL, Frédéric de BURE disparition de leur confrère,
Et toute l’équipe de médecine d’hôpital en métal, couvert d’un drap
défaut, Christiane Eda­ tan Opera de New York et Victor interne, jusqu’à mi-épaules. La tête
Pierre fut sans conteste l’une des 1985 Met un terme sont heureux de faire part du enrubannée, un pansement blanc
plus belles voix de la seconde à sa carrière premier anniversaire de ont la tristesse d’annoncer la Christian PONCELET, sur la tempe gauche, les yeux fermés.
moitié du XXe siècle. Héroïne 6 SEPTEMBRE 2020 Mort disparition de membre de l’Académie
mozartienne de grande classe, à Saint-Maurice-La-Fouge- Octave des sciences morales et politiques. Mèche de cheveux coupés et volés
Ségolène HEURTAUX, dans la pièce mortuaire, des larmes,
amoureuse passionnelle dans reuse (Deux-Sèvres) le 14 septembre 2020. infirmière
âgée de trente ans, des vertiges et partout de la buée.
Verdi, la soprano colorature fut Ils adressent à sa famille leurs plus
aussi l’Ange inoubliable du Saint sincères condoléances. A ce garçon, beau et brillant,
Noces de diamant des suites d’une longue maladie.
François d’Assise, de Messiaen, sine (Le Barbier de Séville, de Ros­ que j’aime, loin de qui je grandis, au
qu’elle créa à l’Opéra de Paris sini), Violetta (La Traviata, de Ils s’associent à la peine de sa Luce Vidaud-Sirkis,
en 1983 : la cantatrice d’origine Verdi), avant de s’imposer au Pa­ Moshé MEMMI famille et de ses proches. son épouse, docteur Jean-Louis FRASCA,
et Nic Sirkis, 6 février 1960,
martiniquaise, première Fran­ lais Garnier, d’abord dans Les In­ Josiane HORVILLE M. et Mme Vincent Lapouge, Bernard Sirkis et Catherine Hodel,
çaise noire à avoir fait une car­ des galantes, de Rameau, puis en ses enfants, tué à trente-six ans, un samedi
son frère et sa belle-sœur,
rière internationale, est morte le Lucia (Lucia di Lammermoor, de ont fêté paisiblement leurs noces Son neveu et ses nièces, Prune Mateo, matin, le 14 septembre 1996.
6 septembre, à Saint­Maurice­la­ Donizetti), Gilda (Rigoletto, de de diamant, ce 12 septembre 2020. Ses tantes, Agathe Brun et Julien Deramond,
Fougereuse, dans les Deux­Sè­ Verdi) et Konstanze de L’Enlève­ Ses cousins et ses cousines, ses petites-filles Nicole,
Sa famille Ainsi que toute la famille,
vres, à l’âge de 88 ans. ment au Sérail, de Mozart, qu’elle Décès Et ses amis, est morte le 20 avril de l’année
Née le 24 mars 1932, dans une chantera avec bonheur sous la di­ dernière, elle avait depuis ton départ
ont la douleur d’annoncer la mort
famille lettrée, à Fort­de­France rection de Karl Böhm, en 1976. Un ont la douleur de faire part du décès installé à son chevet une photo
Marie Thérèse de le 4 septembre 2020, en Provence,
(son père, William Eda­Pierre, est rôle qui marquera également ses de BAILLIENCOURT, à l’âge de quatre-vingt-treize ans, de en portrait de toi, elle t’aimait
journaliste, sa mère, Alice Nardal, débuts au Metropolitan Opera de dit COURCOL, comme un fils, vous me manquez.
Jacques LAPOUGE,
professeure de musique), la New York (Met), en 1980. née MARJOULET, ambassadeur, Jean-Jacques SIRKIS,
Remerciements à celles et ceux,
jeune Christiane est tôt initiée au Car l’ascension de Christiane cinéaste,
s’est éteinte dans la paix et l’amour survenu à Paris, connus ou inconnus nombreux,
piano. Sa tante n’est autre que Eda­Pierre a pris un tour interna­ 4e promotion de l’IDHEC
du Seigneur, le 10 septembre 2020, le lundi 7 septembre 2020, qui font vivre le nom de Jean-Louis
ancien résistant à Marseille.
Paulette Nardal, qui fut la pre­ tional dès 1966 : Londres, Vienne, dans sa quatre-vingt-douzième année. dans sa soixante-troisième année. depuis vingt-quatre ans.
mière étudiante noire admise à Salzbourg, New York. A la Scala Selon ses vœux, ses cendres
la Sorbonne, pionnière du con­ de Milan, elle chantera Berg en Isabelle, La cérémonie religieuse sera Jean-Jacques Baudouin-Gautier,
célébrée le mardi 15 septembre, ont été dispersées sous ses arbres ton ami.
sa fille
cept de négritude avant Léopold concert sous la direction de Pierre Thierry, à 10 h 30, en l’église Notre-Dame-de- au Barroux.
Sédar Senghor et Aimé Césaire Boulez, en juin 1979. son fils, Nazareth, 351, rue Lecourbe, Paris 15e. jjbgjjbg@gmail.com
qu’elle fréquente (elle consacra Aussi spectaculaire à la scène Marie-Christine, lucesirkis@orange.fr
une thèse à l’abolitionniste qu’elle est simple dans la vie, sa belle-fille, Annie,
Stanislas et Olympe, Maximilien sa compagne, Monique Delosme,
Remerciements
américaine Harriet Beecher comme en témoigne le livre
et Chloé, Anastassia, Eve et Jacques, née Taborin,
Stowe, autrice, en 1852, de La Case à compte d’auteur écrit par sa ses petits-enfants, ses enfants Christiane Ferté,
de l’oncle Tom). biographe, Catherine Marceline, Arthur, Hortense, Lucien, et leur maman, Nancy, née Taborin,
A 18 ans, Christiane Eda­Pierre en 2019, Christiane Eda­Pierre, une Raphael, Ses neuf petits-enfants
ses arrière-petits-enfants, Et ses dix-sept arrière-petit-enfants, ses sœurs,
quitte la Martinique pour la mé­ vie d’excellence, l’artiste reste l’une Fabrice, Christophe et Frédéric,
Ses sœurs
tropole et Paris. Elle entre à l’Ecole des chanteuses­phares de l’ère Et toute sa famille, ont la tristesse de faire part du décès ses neveux,
normale de musique de Paris et Rolf Liebermann à l’Opéra de de Nathalie, Sophie, Catherine, Isabelle,
suit les cours du baryton suisse Paris (entre 1973 et 1980), de Ge­ l’ont entourée de leur affection. Anne-Claire, Virginie et Corinne,
Jean MALAFOSSE, ses nièces
Charles Panzéra, qui l’encourage rard Mortier à La Monnaie de ingénieur ENSC Montpellier, La Fondation AGES
La cérémonie religieuse sera Et toute la famille,
et la prépare au Conservatoire Bruxelles. Son Antonia dans directeur de labo à L’Air Liquide, rend hommage
célébrée le 15 septembre, à 11 heures,
de Paris, où elle entre en 1954. Les Contes d’Hoffmann, mis en en la chapelle haute de Saint-Pierre à ses généreux donateurs.
survenu le 4 septembre 2020, ont la tristesse de faire part du décès
La jeune femme en sortira en 1957 scène par Patrice Chéreau, en de Neuilly.
à l’âge de quatre-vingt-dix ans. de En désignant notre fondation,
avec trois premiers prix, en chant, 1977, au Palais Garnier est dans
L’inhumation aura lieu à Saint- reconnue d’utilité publique,
opéra et opéra­comique. toutes les mémoires, de même sa La crémation a eu lieu le Yvette TABORIN, comme bénéficiaire
Maurice-Montcouronne (Essonne), 10 septembre, dans l’intimité
Vitellia dans La Clemenza di Tito, auprès de sa fille, professeur émérite de leur patrimoine,
familiale.
Spectaculaire à la scène de Mozart, sous la direction scéni­ de l’université de Paris 1 ils contribuent à améliorer
La carrière de celle qui est alors que de Karl­Ernst et Ursel Herr­ Patricia (†) annie.mielle@orange.fr Panthéon-Sorbonne, la vie quotidienne des personnes
l’unique cantatrice noire en Fran­ mann, à Bruxelles, en 1982. âgées dépendantes, souvent isolées
de son époux, survenu le 8 septembre 2020. et vulnérables, et à soutenir
ce débute, en 1958, à l’Opéra de En 1972, à Londres, elle ose le bel Cécile et Ludovic Monthiers,
ses parents, leurs aidants à domicile et en ehpad.
Nice avec Leila dans Les Pêcheurs canto bellinien avec Il Pirata Vincent (†) Les obsèques seront célébrées le Leur mémoire restera à jamais
de perles, de Bizet (avec Gabriel (Imogene), deux ans avant des mercredi 16 septembre, à 11 heures, ancrée dans nos souvenirs.
et de sa belle-fille, Sabine Doll Darolles,
Bacquier en Zurga). Sa Gilda dans Puritani historiques à l’Opéra Amina, au cimetière du Montparnasse, Nous ne les oublierons jamais.
le Rigoletto de Verdi, monté la de Marseille, aux côtés d’Alfredo Sylviane (†). sa sœur, 3, boulevard Edgar-Quinet, Paris 14e. Fondation AGES
même année à Mulhouse (Haut­ Kraus et de Robert Massard. La Victor et Arthur, 75, allée Gluck - BP 2147
Rhin), est d’emblée un succès. Sa production fait toujours réfé­ Priez pour eux ! 9, rue Casimir-Périer, 68060 Mulhouse Cedex.
Régis et Françoise Mazodier,
première apparition au Festival rence. En 1980, c’est avec Luciano Serge (†) et Brigitte Monthiers, 75007 Paris. www.fondation-ages.org/
d’Aix­en­Provence, en 1959, en Pa­ Pavarotti qu’elle chante Rigo­ Ses enfants, ses grands-parents
pagena dans La Flûte enchantée, letto devant 300 000 personnes Ses petits-enfants, Ainsi que toute sa famille
Ses arrière-petits-enfants, Et ses amis, Société éditrice du « Monde » SA
de Mozart, signe le début d’une à Central Park, avant de triom­ Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
longue amitié avec le maître des pher au Met. ont la douleur de faire part du décès ont la tristesse de faire part du décès
Directeur de la rédaction Luc Bronner
lieux, Gabriel Dussurget. Dès 1977, Christiane Eda­Pierre a de de
Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
Paris sera pour l’année sui­ commencé à enseigner au Con­ Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre,
Mme Jacqueline DULCK, Luc MONTHIERS, Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements)
vante : en 1960, Christiane Eda­ servatoire national supérieur de Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
née HOUDY, survenu accidentellement, Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian
Pierre est engagée dans la troupe Paris. Elle y restera jusqu’en 1997, Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées)
le dimanche 6 septembre 2020,
de la Réunion des théâtres lyri­ dispensant également à la Schola survenu à Paris, le 9 septembre 2020, à l’âge de vingt ans.
Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
ques nationaux, qui regroupe Cantorum ses conseils impré­ à l’âge de quatre-vingt-seize ans.
Chef d’édition Sabine Ledoux
l’Opéra de Paris et l’Opéra­Comi­ gnés d’humanité. En 1985, affai­ La cérémonie religieuse sera célébrée Directrice du design Mélina Zerbib
La cérémonie religieuse sera le mercredi 16 septembre, à 10 h 30, Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
que. Elle y restera jusqu’en 1972. blie par des problèmes d’arth­ célébrée le mardi 15 septembre, Photographie Nicolas Jimenez
en l’église Sainte-Cécile, 44, rue de l’Est, Infographie Delphine Papin
Salle Favart, elle incarne tour à rose, la cantatrice, âgée de 53 ans, à 15 h 30, en l’église de l’Assomption, à Boulogne-Billancourt. Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
tour Olympia (Les Contes d’Hoff­ fera ses adieux à la scène.  1, rue Notre-Dame, à Milly-la-Forêt Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
mann, d’Offenbach), Lakmé, Ro­ marie­aude roux (Essonne). Cet avis tient lieu de faire-part. Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
0123
34 | 0123 DIMANCHE 13 ­ LUNDI 14 SEPTEMBRE 2020

PLANÈTE   |   CHRONIQUE COVID­19 : 


par sté phane f oucart
L’EXÉCUTIF SUR  vitesse de circulation du virus s’accroît, de mercredi, un « constat d’échec ». Alors que
façon désormais exponentielle mais le les files d’attente pour se faire tester s’al­
LE FIL DU RASOIR
Ces poissons qui nombre d’hospitalisations recommence à
augmenter. Comme en mars, les personnes
âgées sont les plus vulnérables, tandis que
longent, des « créneaux horaires » seront
dégagés pour les personnes prioritaires ;
2 000 personnes supplémentaires seront
butinent dans les rizières de nombreux jeunes sont asymptomati­
ques. On voit dès lors vers quel type de me­
sures risque de conduire une aggravation
recrutées par l’Assurance­maladie et les
agences régionales de santé afin de renfor­
cer le traçage des contacts des personnes
non maîtrisée de l’épidémie : l’obligation infectées. Enfin, les quatorze jours d’isole­

E
n mars 2016, lorsqu’elle d’isoler telle partie du territoire ou telle ca­ ment, souvent mal respectés, seront ré­
plaidait pour l’interdic­ LES NÉONICS  tégorie de la population, en l’occurrence les duits à sept, au prix de contrôles accrus.
tion des insecticides néo­
nicotinoïdes, l’actuelle
SONT DES  anciens, qui sont à la fois les plus fragiles,
les moins impliqués dans le redémarrage
En agissant de la sorte, le gouvernement
tente de repousser au maximum les mesu­
ministre de la transition écologi­ SUBSTANCES TROP économique mais aussi les plus isolés. res coercitives qui risqueraient de peser sur
que, Barbara Pompili, déclarait de­
vant les députés : « Les études
scientifiques s’empilent. Aujour­
d’hui, (…) on peut raconter ce qu’on
PERSISTANTES 
POUR QUE LEUR  C onfronté à une nette dégradation
de la situation sanitaire, le gouver­
nement se refuse, pour le moment,
à puiser dans le registre des « mesures diffi­
Alors que 42 départements sont désor­
mais classés « rouges » et que la situation à
Marseille, à Bordeaux et en Guadeloupe est
jugée particulièrement préoccupante, Jean
le moral des Français et d’accroître les
fractures du pays dans une double dimen­
sion territoriale et générationnelle. Il se re­
trouve du même coup sur le fil du rasoir, à
veut, les néonicotinoïdes sont ex­ USAGE PUISSE  ciles » que le conseil scientifique semblait, Castex a préféré jouer la carte de la la merci des pressions du conseil scientifi­
trêmement dangereux, ils sont voici quelques jours, juger inéluctables. concertation avec les élus locaux et celle de que et de l’opinion publique, qui dissimu­
dangereux pour les abeilles, mais ÊTRE CONTRÔLÉ Vendredi 11 septembre, après la tenue d’un la responsabilité individuelle. Le chef du lent de moins en moins leur inquiétude. La
bien au­delà des abeilles, ils sont conseil de défense, le premier ministre, gouvernement a lancé un nouvel appel rentrée, qui devait être placée sous le signe
dangereux pour notre santé, ils Jean Castex, a exclu dans l’immédiat un « solennel » au « sens des responsabilités de du retour de la confiance, est d’ores et déjà
sont dangereux pour notre envi­ sur plus de 450 000 hectares de reconfinement, même partiel, préférant, chacune et de chacun » pour dire implicite­ fortement affectée par la reprise de l’épidé­
ronnement, ils contaminent les betteraves à sucre françaises. au contraire, insister sur la « constance » de ment aux plus âgés de rester autant que mie. Les Français ont compris qu’ils de­
cours d’eau, ils contaminent la Mais, du fait de la connexion des la stratégie adoptée depuis le mois de mai. possible chez eux et aux jeunes de se proté­ vraient vivre de longs mois encore avec le
flore, y compris la flore sauvage. Ils rizières au réseau hydrographique Celle­ci consiste à lutter contre le virus, ger en pensant aux autres. virus, et le gouvernement est en train de se
restent dans les sols très long­ local, une fraction indéterminée tout en favorisant le redémarrage le plus Dès lors, l’essentiel des annonces a porté rendre compte que le plan de relance qu’il
temps. (…) Nous ne pourrons pas de ce presque rien s’est retrouvée rapide possible de l’activité économique, sur l’amélioration du dispositif existant, avait conçu pour être le clou de la rentrée a
dire que nous ne savions pas. » dans le lac Shinji, qui s’étend sur sociale, culturelle et éducative. qui consiste à dépister, tracer et isoler, et raté son entrée en scène. Présenté comme
Promu par les milieux de l’agro­ près de 80 km2. L’analyse rétros­ Ce double objectif paraissait atteignable qui constitue jusqu’à nouvel ordre le cœur la promesse de jours meilleurs, il ressem­
industrie, repris par le ministre de pective de la qualité des eaux du tant que l’épidémie était maîtrisée mais, de la stratégie de lutte contre le virus. Il ble de plus en plus au prolongement des
l’agriculture, répercuté par des lac a montré que cet apport pour­ depuis la rentrée de septembre, les signaux était, il est vrai, plus que temps d’agir, au vu mesures de soutien massives adoptées de­
journalistes et multiplié à l’infini tant minuscule d’imidaclopride d’alerte se multiplient : non seulement la de l’avis du conseil scientifique qui a dressé puis le début de l’épidémie. 
sur les réseaux sociaux par des (moins de 100 kilos de produit di­
milliers de petites mains, un uni­ lués dans plusieurs centaines de
que élément de langage est venu millions de mètres cubes d’eau) a
balayer tout cela. Nul ne l’ignore suffi à anéantir presque instanta­
plus : « Une abeille, ça ne va pas bu­ nément les populations de zoo­
tiner dans les champs de bettera­ plancton (arthropodes, insectes

Offrez
ves. » Il n’y aurait donc pas de rai­ aquatiques, etc.) du lac.
son de s’inquiéter de la remise en Conséquence immédiate : l’ef­
selle des néonicotinoïdes sur cette fondrement abrupt des captures
culture, qui doit être soumise de toutes les espèces qui s’en
dans les prochaines semaines à la nourrissent. En l’espace d’une
représentation nationale. seule année, les prises de wa­

Un cadeau dont on
Certes, les abeilles ne butinent kasagi et d’anguilles se sont litté­
pas dans les champs de betteraves. ralement écroulées. Elles sont pas­
Mais la mise en majesté de cet ar­ sées respectivement d’environ
gument masque une réalité 240 tonnes à 22 tonnes par an et
étayée par des centaines de tra­ de 40 tonnes à 10 tonnes par an.

profite chaque jour


vaux récents, à laquelle faisait Les néonics ayant continué à être
référence Mme Pompili en utilisés sans relâche, ces deux es­
mars 2016 : les néonicotinoïdes pèces ne se sont jamais rétablies.
sont des substances trop efficaces Trois enseignements peuvent
et trop persistantes pour que leur être tirés de ces travaux – qui n’ont
usage puisse être contrôlé. Et ce fait l’objet d’aucun démenti de­
d’autant plus que leur solubilité puis leur publication. Le premier
dans l’eau leur offre une variété est qu’une quantité négligeable de
d’imprévisibles destins. néonics appliquée à l’échelle d’un
En novembre 2019, des cher­ grand territoire peut avoir un effet
cheurs japonais l’ont illustré de catastrophique sur l’écologie, et
manière si spectaculaire que leurs donc l’économie, de toute une ré­
résultats, publiés dans Science, gion – il serait intéressant de sa­
vont loin au­delà de tout ce qu’on voir ce qu’il est advenu des com­
pouvait imaginer jusqu’alors. munautés de pêcheurs de la zone
et de la manière dont elles ont sur­
Doses homéopathiques monté ou non ce désastre. Le se­
La limnologiste Masumi Yama­ cond enseignement est un corol­
muro (université de Tokyo) et ses laire immédiat du premier :
collègues se sont intéressés aux aucune confiance ne peut être ac­
rendements d’une grande pêche­ cordée aux systèmes d’évaluation
rie d’eau douce du sud­ouest du Ja­ réglementaire des risques envi­
pon, dans la préfecture de Shi­ ronnementaux. Une faillite de
mane. Le lac Shinji, septième plus cette magnitude est simplement
grand lac de l’archipel, fournissait impardonnable.
depuis des décennies une Enfin, et c’est sans doute le plus
moyenne d’environ 280 tonnes intéressant, le troisième enseigne­ PAPIER WEEK-END
annuelles de deux espèces com­ ment est de nature épistémologi­
merciales fort prisées de la gastro­ que. L’effondrement du lac Shinji + NUMÉRIQUE + NUMÉRIQUE
nomie nippone : le wakasagi (Hy­ montre que des innovations tech­
pomesus nipponensis) et l’anguille niques – les néonics en l’occur­
japonaise (Anguilla japonica). rence – peuvent avoir des effets
En 1993, l’imidaclopride – le pre­ négatifs qui, bien qu’énormes, A partir de 75 € A partir de 60 €
mier des « néonics », commercia­ peuvent demeurer longtemps
lisé par Bayer – fut autorisé en trai­ sous le radar sans être documen­
tement de semences, sur le riz. Il tés. L’absence de preuve, la diffi­
fut d’abord utilisé à des doses ho­ culté ou l’impossibilité d’adminis­ 6 quotidiens + tous les suppléments 2 quotidiens + tous les suppléments
méopathiques. Selon les chiffres trer la preuve sont, en creux, inter­
colligés par les chercheurs japo­ prétées comme autant de preuves « M le magazine du Monde» « M le magazine du Monde»
nais, un peu moins d’une centaine de l’absence d’effets délétères.
de kilos d’imidaclopride furent Entre 1993 et la publication de L’accès à tous les contenus numériques L’accès à tous les contenus numériques
utilisés en 1993 à l’échelle des novembre 2019 dans Science, un sur le site et sur l’application sur le site et sur l’application
6 700 km2 de la préfecture de Shi­ quart de siècle s’est donc écoulé
mane – c’est­à­dire presque rien. sans que le lien entre les problè­ L’application La Matinale L’application La Matinale
En tout cas presque rien comparé mes des communautés de pê­
aux quelque 25 tonnes de néonics cheurs du lac Shinji et l’introduc­ Les archives depuis 1944 Les archives depuis 1944
qui seront appliquées, dès 2021, tion d’un nouveau pesticide soit
mis en évidence. Ce lien, d’ailleurs,
Le Monde événements abonnés Le Monde événements abonnés
aurait très bien pu ne jamais être
DES INNOVATIONS  mis en évidence – cela n’a tenu
qu’à la volonté de quelques cher­
TECHNIQUES PEUVENT  cheurs de travailler sur le sujet.
Ainsi, pendant tout ce temps, si
AVOIR DES EFFETS  les pêcheurs du Shinji s’étaient
NÉGATIFS QUI, BIEN  plaints à leur ministre de tutelle UNE OFFRE À RETROUVER SUR
des pratiques de leurs voisins rizi­
QU’ÉNORMES, PEUVENT  culteurs, on leur aurait sans ABO.LEMONDE.FR/OFFRE-OFFRIR
doute répondu avec assurance
DEMEURER LONGTEMPS  que leurs inquiétudes étaient in­
SOUS LE RADAR SANS  fondées. C’est bien connu : « Les
poissons, ça ne va pas butiner SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU MONDE SA - 67/69, AVENUE PIERRE-MENDÈS-FRANCE - 75707 PARIS CEDEX 13 - 433 891 850 RCS Paris - Capital de 124 610 348,70€. Offre valable jusqu’au 31/12/2020. Conformément à la loi « Informatique et Libertés »

ÊTRE DOCUMENTÉS dans les rizières. » 


du 06/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements, que vous pouvez exercer à l’adresse suivante,
en joignant une photocopie de votre pièce d’identité : Le Monde – DPO – 67/69, avenue Pierre-Mendès-France - 75707 Paris Cedex 13. Pour plus d’informations, consultez notre Politique de confidentialité sur le site www.lemonde.fr ou le site
de la CNIL www.cnil.fr

Tirage du Monde daté samedi 12 septembre : 159 886 exemplaires


Chéri, j’ai rétréci la ville 2
E N Q UÊ TE
Le boucher du coin. La voisine du troisième. Le fleuriste du bout de la rue. Le sport,
juste en bas. Depuis le confinement, les citadins ne jurent plus que par leur quartier

4 S’AIMER COM ME 5 MAI NS P RO PR ES 6 TOURI SME


ON SE QUITTE

« Il sort tous Jamais sans Aux couleurs


les soirs » mon gel de l’été indien
Bien avant le Covid-19, ces pion- En famille, en amoureux
Deux jours dans la vie des niers du virucide se frictionnaient ou entre amis, sélection
amoureux. Cette semaine, Marie, les mains 50 fois par jour. de destinations hexagonales
43 ans, raconte son histoire avec Et tant pis si ça jetait un froid où prolonger les beaux jours
un collègue devenu son mari dans leurs relations aux autres…

D I MANCH E 1 3 - LU ND I 1 4 SE PTE M B R E 2020 C AHI ER DU « MO N D E » N O 23 5 39 - NE P EU T ÊT R E V E ND U SÉPA R ÉM ENT


2 0123
D IMA NCH E 13 - L U N D I 1 4 SE P T E M BR E 2020

ENQUÊTE

Si bien, si proche
Le nouvel horizon du citadin,
c’est son quartier. Confiné,
il l’a apprivoisé. Déconfiné, il l’a
arpenté. Aujourd’hui, il l’a adopté.
Et les villes suivent le mouvement

Pendant le confinement, Rupert, artiste-peintre anglais (à droite), organise des expositions depuis sa fenêtre. Le dimanche, c’est cours de yoga dispensé par Yasmina dans la cour du numéro 6 .

Par Catherine Rollot capitale, où ce Lyonnais s’est installé il y a faveur de la crise sanitaire, relocalisé leur l’habitude de faire ses courses dans les tiellement contaminants que l’inconnu »,
cinq ans. « Je ne me posais pas la question consommation et leurs relations socia­ commerces de proximité. C’est nouveau, décrypte Nathalie Damery, présidente et

A
vant le confinement, d’explorer mon quartier, que je pensais un les. A Paris, Mulhouse, Metz ou Bordeaux, car les citadins passent en temps normal cofondatrice de l’Observatoire société et
Paul, ingénieur de 35 ans, brin trop excentré et sans attrait particu­ ils ont recréé une sorte de « vie de vil­ peu de temps dans leur logement et dans consommation (Obsoco).
se qualifiait d’« hyper­ lier », résume­t­il. Jusqu’à ce que les res­ lage ». Et ils ne semblent plus pressés de leur quartier. La plupart des villes moder­ La proximité évoque l’entre­soi,
mobile ». Toujours prêt à trictions de circulation lui imposent un sortir des alentours tout juste découverts nes sont organisées entre d’un côté des le refuge. « On est dans des mécanismes
enfourcher son scooter immobilisme forcé. parfois. Si près, si riche, si rassurante, la lieux de travail et de l’autre des lieux de vie de réassurance, poursuit Fanny Parise,
pour aller prendre un Coincé à la lisière d’Issy­les­Mou­ petite échelle est devenue et reste leur ou de loisirs. » anthropologue, chercheuse associée à
verre avec des amis, faire des emplettes lineaux, dans un secteur qu’il estimait nouvelle frontière. Avec, désormais, un Les restrictions de déplacement l’Institut l