Vous êtes sur la page 1sur 6

Université IBNOU ZOHR

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales


Agadir.
AUDIT GENERAL
Module : S6M1 Gestion - Pr AKRICH
2019/2020

CAS N° 1
Monsieur KARIMI est commissaire aux comptes de la société AGAPLAST dont le président est son
oncle TALIBI. AGAPLAST prépare une offre à un donneur d'ordre (entreprise MAROPLAST).
Afin de s'assurer de la fiabilité des comptes d'AGAPLAST, l'entreprise MAROPLAST a demandé un
rapport d'audit des comptes. A cet effet, TALIBI a demandé au cabinet de Monsieur KARIMI d'établir
un rapport détaillé des comptes de l'entreprise AGAPLAST présentés au 31/12/2010.
Le montant du contrat est important, il s'agit d'un très gros marché et par conséquent le PDG a proposé
au commissaire aux comptes une rémunération non seulement selon un honoraire fixe mais avec une
prime substantielle si le donneur d'ordre maintenait ses commandes.
Monsieur KARIMI qui vient de créer son cabinet, ne dispose pas de personnel suffisant à une mission
de cette taille, d'autant plus que la mission doit être accomplie dans un délai très court (une semaine).
Dans cette situation, KARIMI a essayé de demander de l'aide auprès de ces confrères sans vain. Il a
donc décidé d'embaucher un étudiant Master "Audit et Contrôle de Gestion" afin d'effectuer cette
mission.
KARIMI a expliqué à l'étudiant ZAKI les travaux essentiels que l'on effectue en termes de vérification,
de pointage de la balance et d'analyse du contenu des états.
Une semaine plus tard, l'étudiant ZAKI est revenue en expliquant à Monsieur KARIMI que les états
financiers étaient corrects, suite à la vérification du bilan et du compte de produits et charges, ces deux
documents ne laissent pas apparaître d'éléments suspects. Monsieur KARIMI a donc établi un rapport
sans réserve.
Question
Pourquoi les normes de l'audit n'ont pas été respectées ?
Réponse : Voir le support de cours.

CAS N°2
Vous venez d’être recruté en tant qu'auditeur junior dans le cabinet d'audit AUDITPLUS situé à Agadir. Vous
avez pour première mission l'audit de l'entreprise AMLY. Afin d'accomplir cette mission, nous mettons à votre
disposition les informations ci-dessous :
AMLY est une SARL, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des articles de sport. Son capital
s'élève à 300 millions de dhs. Les principales fonctions de l'entreprise sont :
- la direction générale;
- la direction financière à laquelle est rattachée un chef comptable, un responsable de trésorerie et un contrôleur
de gestion;
- la direction commerciale à laquelle sont rattachée des chefs de produits et des commerciaux;
- la direction de production à laquelle sont rattachés des responsables d'ateliers.
Pour faire face à la forte croissance de son marché et augmenter sa capacité de production, l'entreprise AMLY
envisage d'investir massivement en moyens de production. La fonction production présente un certain nombre de
défaillances : rupture de stocks aussi bien de PF que de MP, pannes fréquentes, faible productivité... ce qui
engendre l'augmentation du coût de production qui dépasse celui des concurrents de 10%.
Le taux de croissance moyen du CA au cours de ces cinq dernières années dépasse 30% et le taux de rentabilité
moyen du secteur est de 20%.
AMLY réalise l'essentiel des ses achats de matières premières (85%) auprès du fournisseur AGATEX. Après
l'épuisement de stocks de MP, le directeur de production FAHMI contacte AGATEX afin de commander la
quantité nécessaire aux besoins de la production. Les prix sont négociés une fois par ans entre AMLY,
représentée par FAHMI, et AGATEX représenté par son directeur commercial.
Nous mettons également à votre disposition les documents comptables de l'exercice 2010 et ceux de 2011. Le
tableau ci-dessous résume les principaux éléments nécessaires à la vérification de la fiabilité des informations
comptables.
Eléments 2010 2011
Actif immobilisé
Immobilisations corp. 3 000 000 3 000 000
Immobilisations fin. (T.P) 400 000 40 000
Actif circulant
Clients 3 000 000 4 900 000
Provisions 90 000 100 000
Stocks de marchandises 150 000 140 000
Trésorerie-Actif
Banque 800 000 300 000
Capital social 300 000 000 300 000 000
Réserves légales 30 000 000 31 000 000
Réserves statutaires 800 000 1 000 000
Dettes auprès des établissements de crédit 1 400 000 3 800 000
Fournisseurs 1 900 000 1 800 000
CPC
Ventes de marchandises 8 800 000 10 200 000
Achats de marchandises 6 000 000 8 200 000
Charges externes 1 590 000 1 730 000
Dotations aux amortissements 320 000 320 000
Intérêts 70 000 72 000
Résultat 1 100 000 900 000

Question
En poursuivant la démarche de l'audit, nous vous demandons de dégager les principales incohérences et
anomalies.

Eléments de réponse :
1. Informations d’ordre général :
AMLY est une SARL, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des articles de sport. Son capital
s'élève à 300 millions de dhs. Les principales fonctions de l'entreprise sont :
- la direction générale;
- la direction financière à laquelle est rattachée un chef comptable, un responsable de trésorerie et un contrôleur
de gestion;
- la direction commerciale à laquelle sont rattachée des chefs de produits et des commerciaux;
- la direction de production à laquelle sont rattachés des responsables d'ateliers.
A ce niveau RAS, à part l’absence d’une fonction Achats, Ressources Humaines et Recherche et
Développement.
Par ailleurs, la fonction production présente un certain nombre de défaillances : rupture de stocks aussi bien de PF
que de MP, pannes fréquentes, faible productivité... ce qui engendre l'augmentation du coût de production qui
dépasse celui des concurrents de 10%.
Le taux de croissance moyen du CA au cours de ces cinq dernières années dépasse 30% et le taux de rentabilité
moyen du secteur est de 20%.
Dépendance vis-à-vis d’un seul fournisseur : AMLY réalise l'essentiel des ses achats de matières premières
(85%) auprès du fournisseur AGATEX.
2. Contrôle interne
Défaillance de la procédure d’achat : Après l'épuisement de stocks de MP, le directeur de production FAHMI
contacte AGATEX afin de commander la quantité nécessaire aux besoins de la production. Les prix sont négociés
une fois par ans entre AMLY, représentée par FAHMI, et AGATEX représenté par son directeur commercial.
3. Examen Analytique.
La lecture des informations comptables nous permet de soulever les constatations suivantes :
▪ Le taux de croissance du chiffre d’affaires était de 16% alors que le taux moyen de croissance au cours
des cinq dernières années était de 30%.
▪ Le taux de rentabilité réalisé par AMLY est inférieur à 1% alors que le taux de rentabilité moyen du
secteur est de 20%.
▪ La baisse du niveau des immobilisations financières et la détérioration du niveau de la trésorerie entre
2010 et 2011 méritent d’être expliquées.
▪ L’évolution des créances clients et celle des provisions pour dépréciations ne sont pas proportionnelles.
▪ Les réserves ont augmenté 1 200 K dhs en 2011, tandis que le résultat net réalisé en 2010 n’était que de
1 100 K dhs.
▪ Les dettes auprès d’établissements de crédit ont augmenté de 2 400 K dhs soit une augmentation de 171%,
alors que l’actif immobilisé n’a pas évolué : non respect du principe selon lequel les ressources stables
doivent financer les emplois stables.
▪ De même, l’augmentation des dettes de financement aurait dû engendrer une augmentation conséquente
des charges d’intérêt qui n’ont évolué que de 2,85%
▪ Le chiffre d’affaires a enregistré une augmentation de 16% mais en même temps nous constatons une
diminution du résultat net de 18%.

QCM
Q1. L'audit est : Q3. Les normes générales de l’audit
A- Un examen professionnel. A- Sont fictives.
B- Une sorte de vérification. B- Sont optionnelles.
C- Un type de contrôle de gestion. C- Sont obligatoires.
D- Un processus méthodologique. D- Sont de nature comptable.
E- Aucune réponse. E- Aucune réponse.
Réponse (s) : A-B-D Réponse (s) : C

Q 2. Un auditeur interne peut être un : Q4. Nous pouvons parler de risque dans les
A- Salarié de l’entreprise. situations suivantes :
B- Commissaire aux comptes. A- Absence d’une répartition des tâches.
C- Intervenant externe. B- Confusion des tâches.
D- Etudiant. C- Evaluation forfaitaire des stocks.
E- Aucune réponse. D- Sous-effectif du personnel comptable.
Réponse (s) : A E- Aucune réponse.
Réponse (s) : A-B-C-D
Q5. Un auditeur est forcément un : Q11. Pour détecter les anomalies, l'auditeur
A - Commissaire aux comptes. peut faire appel aux outils suivants :
B - Inspecteur. A- Des contrôles physiques.
C - Expert-comptable. B- Des impressions personnelles.
D - Professionnel de traitement de l'information. C- La Revue de vraisemblance.
Réponse (s) : D D- La technique du sondage.
Réponse (s) : A-C-D
Q6. L'audit légal est :
A- Un audit optionnel. Q12. Lesquels des éléments ci-dessous, peuvent
B- Un audit obligatoire. faire l’objet de confirmation :
C- Un audit interne. A- Les créances clients.
D- Un audit externe. B- Les provisions pour créances clients.
Réponse (s) : B-D C- Les dettes fournisseurs.
D- Les amortissements d’immobilisations
Q7. Le mandat d’un commissaire aux comptes corporelles.
doit durer : Réponse (s) : A-C
A- Une année. B- 2 années. C-
3 années. Q13. Au cours de son mandat, un commissaire
D- 4 années. E- Aucune réponse. aux comptes :
Réponse (s) : E A- Peut toujours émettre des opinions sans réserve.
B- Doit toujours exercer sa mission jusqu'à son
Q8. En matière d'audit légal, l'auditeur est terme.
tenu d’une : C- A toujours la possibilité de démissionner pour
A- Obligation de détection de fraudes. motif légitime.
B- Obligation d'amélioration de la gestion. D- Ne peut jamais démissionner.
C- Obligation de moyens. Réponse (s) : A-C
D- Obligation de résultats.
Réponse (s) : C Q14. Le principe de propriété peut stipuler
que :
Q9. Le contrôle interne est un ensemble des A- Un bien acquis par crédit-bail ne doit pas
politiques et procédures mises en œuvre par la figurer dans l’actif d’une entreprise.
direction en vue : B- Le patrimoine d’une entreprise est constitué
A- De protéger le patrimoine de l’organisation. des actifs qui lui appartiennent.
B- De publier les comptes. C- Toutes les opérations doivent être enregistrées
C- De contribuer au bon fonctionnement de et réelles.
l’organisation. D- Aucune réponse
D- D’éviter complètement les erreurs et les Réponse (s) : A-B
fraudes,
E- Aucune réponse. Q15. Dans un processus d’achat, la mise en
Réponse (s) : A-C concurrence de fournisseurs permet :
A- D’identifier les avances aux fournisseurs non
Q10. Lors de l’accomplissement d’une mission récupérées.
d’audit, un auditeur n’est pas tenu de : B- De rechercher le meilleur rapport qualité-prix.
A- Tout contrôler. C- De faire jouer la concurrence entre les
B- Revoir toutes les opérations passées au niveau fournisseurs.
comptable. D- Aucune réponse.
C- Planifier et orienter le travail de l’auditeur Réponse (s) : B-C
interne.
D- Mettre en place tous les moyens nécessaires à
la réalisation de sa mission.
E- Aucune réponse.
Réponse (s) : A-B-C
Q16. Un auditeur des achats peut : Q21. Dans quel (s) cas parle-t-on d’une fraude ?
A- Mettre en évidence le risque de forte A- Une erreur sur la date d’enregistrement d’une
dépendance d’un seul fournisseur. opération.
B- Mettre en évidence le risque de non mise en B- Une erreur sur le calcul arithmétique d’une
concurrence des fournisseurs. opération.
C- Remettre en cause l’existence d’une procédure C- Le non enregistrement d’une sortie de stock.
d’achat bien élaborée et non respectée. D- L’enregistrement d’opérations fictives.
D- Aucune réponse. E- Aucune réponse.
Réponse (s) : A-B-C Réponse (s) : C-D

Q17. Lors de l’accomplissement d’une mission Q22. Les dirigeants d’une entreprise ont arrêté
d’audit, un auditeur est tenu de : les comptes annuels de l’exercice après avoir
A- Planifier et orienter la mission de chaque procédé à une majoration importante de la
salarié au sein de l’entreprise. valeur des stocks et une minoration
B- Tout vérifier. significative des dépréciations ainsi que des
C- Sélectionner les éléments à contrôler. provisions. Dans ce cas on peut parler :
D- Faire appel à un expert dans un domaine que A- Du respect du principe de prudence.
lui ne maîtrise pas. B- D’une dissimulation de la situation financière
E- De licencier l’auditeur interne en cas de l’entreprise.
d’incompétence. C- D’une fraude.
Réponse (s) : C-D D- D’une erreur.
E- Aucune réponse
Q18. Afin de détecter les anomalies, l'auditeur Réponse (s) : B-C
financier peut croiser les informations issues
de : GAMA est une entreprise qui opère dans le
A- L'actif et du passif du bilan. secteur de l’électroménager. Suite à la forte
B- Bilan et du CPC. concurrence, le niveau de commande ne cesse
C- Bilan et du patrimoine personnel du dirigeant. de diminuer à cause des prix de vente
D- CPC et des orientations stratégiques de compétitifs proposés par les concurrents.
l’entreprise. Dans le tableau ci-dessous, on note les éléments
E- Aucune réponse. liés à la situation financière de l’entreprise
Réponse (s) : A-B-D GAMA (en milliers):
Q19. Dans le domaine de l’audit, l’auditeur PASSIF 2014 2013
peut faire appel à un certain nombre de Capital social 375 000 375 000
techniques de contrôle et de vérifications, Réserves 8 000 8 000
parmi lesquelles nous pouvons citer : Report à nouveau - -
A- La vérification des actifs corporels au sein de Résultat 8 000 20 000
l’entreprise. Provisions pour risques et 380 380
B- La demande (collecte) d’information en interne charges (1)
et en externe de l’entreprise. Dettes de financement 550 000 350 000
C- La vérification d’un calcul. (1) : Indemnité de licenciement.
D- L’observation sur le terrain.
E- Aucune réponse. CPC 2014 2013
Réponse (s) : A-B-C-D Résultat d’exploitation 32 000 40 200
Q20. Le montant des provisions constatées Résultat financier (2) -28 000 -28 000
attire l'attention de l'auditeur parce que : Résultat net 8 000 20 000
A- La constatation des provisions est une
CA 740 000 890 000
obligation légale. (2) : Produits financiers = 0 dhs pour les deux exercices.
B- Il existe des méthodes de calcul précises.
C- Il s'agit d'une simple estimation.
D- Les provisions figurent aussi bien à l’actif
qu’au passif du bilan.
E- les provisions peuvent avoir une influence
significative sur le patrimoine de l’entreprise
Réponse (s) : C-E
Q23. A la lecture des informations ci-dessus, en Q28. Lors de la rédaction de son rapport de fin
tant qu’auditeur, vous pouvez mette en de mission, le CAC peut éventuellement
évidence les risques de : formuler pour l’entreprise Gama, les
A- Capitaux propres négatifs. recommandations suivantes :
B- Surendettement. A- L’augmentation des prix de vente.
C- Importance des produits financiers. B- La diminution des prix de vente.
D- détérioration du niveau de rentabilité. C- La diminution des réserves.
E- Aucune réponse. D- L’annulation des provisions pour risques et
Réponse (s) : B-D charges.
E- Aucune réponse.
Q24. Entant qu’auditeur, quelle (s) situation (s) Réponse (s) : E
présente (ent) pour vous une anomalie
(incohérence) : Q29. Un auditeur social s'intéresse à :
A- Report à nouveau = 0. A- Evaluer la procédure de recrutement.
B- Provisions pour risques et ch. = 380 B- Décider des augmentations de salaires.
C- Capital social stable entre 2013 et 2014 C- Décider le licenciement de salariés non
D- Réserves stables entre 2013 et 2014. productifs.
E- Aucune réponse. D- Vérifier le respect d'une procédure de
Réponse (s) : D recrutement.
Réponse (s) : A-D
Q25. Sur la base des informations financières
de l’entreprise Gama, nous pouvons avancer Q30. L’audit social peut porter sur :
que : A- La politique de motivation.
A- Le niveau des emprunts et celui des frais B- Les salaires.
financiers sont proportionnels. C- Les conditions de travail.
B- Le niveau des emprunts et celui du résultat sont D- L’effectif du personnel.
cohérents. E- Aucune réponse.
C- La stagnation du niveau des provisions est Réponse (s) : A-B-C-D
normale.
D- Le niveau des emprunts est justifié.
E- Aucune réponse.
Réponse (s) : A

Q26. La dégradation du niveau de commandes


en 2014 présente :
A- Un risque de sur-activité.
B- Un risque de sous-activité.
C- Un risque de crédit clients.
D- Un risque éventuel de conflit.
E- Aucune réponse.
Réponse (s) : B-D

Q27. En 2014, les dirigeants ont arrêté les


comptes annuels de l’exercice après avoir
procédé à une réduction importante de la
valeur des stocks et des provisions. Dans ce cas
on peut parler :
A- Du respect du principe de prudence.
B- Du respect du principe de propriété.
C- Du respect du principe de réalité.
D- Du respect du principe d’évaluation correcte.
E- Aucune réponse.
Réponse (s) : E

Vous aimerez peut-être aussi