Vous êtes sur la page 1sur 9

MODELISATION DES DEVERSOIRS

D’ORAGE
JADID RIDA

MODÉLISATION DES
DÉVERSOIRS D’ORAGE
1. Logiciel CalDO
Le logiciel CalDo, élaboré par le groupe Veolia-Water et l’école ENGEES de Strasbourg, a pour objectif de
fournir des ordres de grandeur concernant le fonctionnement et le diagnostic hydraulique des
déversoirs d’orage à seuils latéraux.

2. Phénomènes simulés
Les principaux phénomènes simulés sont les suivants :

 la propagation des débits dans l’entité par la résolution des équations de Barrée de Saint
Venant,
 le calcul des débits déversés au droit du ou des seuils par le couplage des équations de Barrée
de Saint Venant et d’une équation de déversoir latéral déterminée par Hager
 la prise en compte des phénomènes de mise en charge et des phénomènes d’influence aval due
à la vanne.

3. Principe de dimensionnement et équations de calcul


a. Principe de dimensionnement
Le dimensionnement d’un tel ouvrage commence par le choix du débit de référence et du débit amont
maximal en fonction des objectifs de protection (du milieu naturel, de la ville contre l’inondation…) qui
doivent être assurés par le réseau d’assainissement.

Au débit de référence, on dimensionne la géométrie de l’ouvrage de telle sorte qu’il n’y ait pas de
déversement. Ce calcul se fait en fonction des pentes et des formes des sections des canalisations en
amont, en aval et au niveau du déversoir. Dans le cas des déversoirs à seuil, on dimensionne la hauteur
de crête. Si le déversoir dispose d’un entonnement, celui-ci va influencer la hauteur de crête.

Au débit amont maximal, on dimensionne la partie déversante. Dans le cas des déversoirs à seuil, c’est la
longueur de la crête et le nombre de crêtes que l’on évalue de telle sorte que l’augmentation du débit
aval soit au maximum de 20 à 40% du débit de référence. Dans le cas où l’on a une diminution de
sections entre les conduites amont et aval, la longueur du déversoir influence l’angle d’entonnement.

b. Equations de barrée de saint venant « CalDO »


Les équations de Saint-Venant sont issues de deux principes fondamentaux de la mécanique classique,
et ne possèdent pas de solution analytique. Si la résolution numérique des équations de Saint-Venant
n’est pas aisée dans le cas d’un tronçon sans apport latéral (entrant ou sortant), elle devient encore plus
délicate avec un apport latéral.

Les principes sont les suivants :

 Equation de conservation de la masse 


 Principe de conservation de la quantité de mouvement

Avec :
Q : débit à l’abscisse x,
A : section mouillée à l’abscisse x,
I1 : terme de pression hydrostatique,
I2 : terme de la force de pression,
g : gravité,
x : abscisse,
S0 : Pente du déversoir,

Q2∗n2
Sf : perte de charge linéique en mCE/ml Sf = 4
A ²∗R h 3
n : coefficient de manning
Rh : Rayon hydraulique
dQ
Qdév : débit déversé par unité de longueur. Qdev=
dx
Les forces de pression sont calculées en tenant compte des propriétés géométriques du canal. I1
correspond au terme de pression hydrostatique et I2 représente la force de pression due à la variation
de la largeur du canal. Ces deux forces sont exprimées par les intégrales suivantes :
Où :

h=hauteur d’eau ;

η=variable d’intégration indiquant la distance depuis le fond du canal ;

B(x,η) largeur du canal à la distance η du lit du canal qui s’exprime par la formule suivante :

c. Limites des équations usuelles utilisées


Initialement, les débits déversés par l’intermédiaire des déversoirs d’orage ont été évalués à travers
l’utilisation de relations empiriques. Ces équations sont toutes bâties à partir de résultats
expérimentaux. On trouve par exemple les formules de Engels (1917), de Coleman and Smith (1923), de
Balmaceda and Gonzales (1930) ou encore de Dominguez (1945) qui permettent le calcul du débit
déversé en fonction des valeurs de hauteur d’eau à l’amont et/ou à l’aval du déversoir. Ces relations ne
sont applicables que pour certains types d’écoulement et uniquement pour certaines géométries de
déversoir.

NB : Ces formules empiriques sont valables uniquement sous les conditions suivantes :

 Déversoir avec un seul seuil latéral (unilatéral)


 Seuil rectiligne sans angle d’entonnement
 Régimes d’écoulement constant (sauf pour les formules de Dominguez qui prennent en
considération le type du régime d’écoulement et la transition entre les deux régimes fluvial et
torrentiel)

4. Utilisation du logiciel CalDO


 Données d’entrée

Les données géométriques des ouvrages sont présentées dans le tableau suivant :
Conduite Amont Déversoir Conduite Aval
 Type de section  Hauteur de crête amont  Type de section
 Dimensions de la section  Pente de crête  Dimensions de la section
 Pente  Rugosité  Pente
 Rugosité  Longueur  Rugosité
 Longueur  Pente du radier  Longueur
  Nombre de crêtes (1 ou 2) 
 Hauteur d’ouverture de la
vanne murale de
régulation

NB : Les données géométriques d’entrée du déversoir sont à réajuster après le lancement de la
modélisation pour optimiser les dimensions de l’ouvrage d’une part et réguler les débits déversé et
conservé d’autre part.

Après les caractéristiques géométriques, on renseigne le débit de pointe aval (débit de T=10ans) et le
nombre des intervalles de temps à prendre pour les calculs (un nombre supérieur à 5 pour permettre de
tracé la courbe caractéristique du déversoir).

 Résultats de simulation
 Variation des débits, déversé et conservé, en fonction du débit aval
 Le débit de référence caractéristique du déversoir
 L’augmentation possible du débit de référence (cette information est importante pour prendre
en considération le débit additionnel dans le dimensionnement des ouvrages en aval (station de
pompage, ouvrages d’une STEP à l’aval….)
 Courbe de vitesse le long des conduites amont et aval et le long du déversoir
 Courbe de remous le long de l’ouvrage

5. Exemple de simulation
Données de base :

Q amont : 800l/s

Q référence : 150l/s

Conduite Amont Déversoir Conduite Aval


 Circulaire D = 900mm  Hauteur de crête =0.5  Circulaire D = 400mm
 Pente = 0.5m  Pente de crête =0.3%  Pente =0.5%
 Longueur = 50ml  Rugosité =70  Longueur = 50ml
 Rugosité = 70  Longueur = 7ml  Rugosité = 70
  Bilatérale
a. Diagnostic avant calcul :

Conduite amont

Conduite aval

L’écoulement dans les deux conduites amont et aval est de type FLUVIAL, donc on peut le considérer
comme écoulement à énergie constante vu qu’il n’y a pas de formation de ressaut hydraulique le long
de l’ouvrage.

b. Diagnostic après calcul :


Chute de débit entre l’amont et l’aval :
Variation de vitesse :
Courbes de remous :
Variation des débits aval et déversé en fonction du débit amont :

Var iati o n d es d éb it s av al et d év er sé en fo n cti o n d u d éb it


amo n t
800
700
600
500
400
300
200
100
0
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000

Débit aval(l/s) Débit déversé(l/s)