Vous êtes sur la page 1sur 60

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PREMIÈRE  ÉDITION  
 
19  février/20  mars  2011  -­‐  Parc  de  Bagatelle  Paris  
 
 
 
 
Marraine & présidente du jury de l’édition #1 : Laura SERANI

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     1/60


1.  PRÉSENTATION  
 
 
Fetart   est   heureux   de   vous   présenter   la   première   édition   de   Circulation(s),   festival   de   la   jeune  
photographie   européenne,   qui   se   déroulera   du   19   février   au   20   mars   2011   à   la   galerie   Côté   Seine   du  
parc  de  Bagatelle  à  Paris  (16ème).    
 
Cette   manifestation   présente   un   panorama   de   la   nouvelle   génération   de   photographes   européens.  
Elle   vise   à   mettre   en   valeur   l'espace   culturel   partagé   par   les   Européens   et   fondé   sur   un   héritage  
culturel  commun,  à  favoriser  les  échanges  en  faisant  découvrir  au  public  français  des  photographes  
et  des  acteurs  européens  du  monde  de  l’image  et  à  dessiner,  au  travers  du  médium  photographique,  
les  contours  d’une  identité  européenne.    
 
Au   cœur   de   la   programmation,   une   exposition   de   36   photographes   invite   à   découvrir   combien   la  
jeune   photographie   européenne   est   créative   et   talentueuse.   Quel   regard   les   jeunes   photographes  
portent-­‐ils   aujourd’hui   sur   l’Europe   ?   Quelles   sont   leurs   sources   d’inspiration  ?   Leurs   inquiétudes  ?  
Comment  envisagent-­‐ils  l’avenir  ?      
 
Ce   premier   festival,   unique   en   son   genre,   a   pour   vocation   de   fédérer   et   de   développer   un   réseau  
européen  d’acteurs  du  monde  de  l’image  partageant  la  même  ambition  que  celle  de  Fetart  :  aider  les  
jeunes  photographes  à  s’insérer  dans  le  monde  professionnel.    
 
Un  catalogue  bilingue  français/anglais  sera  édité.  
 
Plus  d’infos  :  www.festival-­‐circulations.com  
 
CONTACT  PRESSE  :    
 
Nathalie  Dran  /  nathalie.dran@wanadoo.fr  
+  33  (0)9  61  30  19  46  /  +33  0()6  99  41  52  49  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     2/60


 
Partant   du   constat   qu’il   n’existait   pas   en   France   de   manifestation   photographique   entièrement  
dédiée   à   la   jeune   photographie   européenne,   Fetart,   fort   d’une   première   expérience   concluante   en  
2008   avec   l’organisation   d’une   exposition   réunissant   21   photographes   européens   à   l’occasion   du  
Mois   de   la   Photographie   à   Paris,   a   souhaité   pérenniser   cette   initiative   en   organisant   à   Paris   un  
festival  photographique  annuel  qui  leur  soit  entièrement  dédié.  
 
Dans   le   prolongement   de   l’action   de   l’association   créée   en   2005   pour   promouvoir   les   jeunes  
photographes,   le   festival   Circulation(s)   souhaite   proposer   un   regard   croisé   sur   l’Europe   à   travers   la  
photographie  et  faire  émerger  les  talents  de  demain.    
 
Circulation(s)   a   également   pour   ambition   de   fédérer   et   de   mettre   en   lumière   les   initiatives   lancées  
par   des   commissaires,   des   galeristes,   des   festivals,   des   collectifs,   des   écoles   de   photographie   ou  
encore  des  éditeurs  européens.    
 
Le   festival   se   distingue   par   son   ouverture   et   son   positionnement   paneuropéen.   Au-­‐delà   de  
l’exposition,  il  vise  à  relayer  des  initiatives  culturelles  européennes  et  à  leur  donner  une  visibilité  au  
sein  du  festival  afin  de  :  
-­‐  encourager  les  échanges  d'expériences  par  la  mobilité  des  professionnels  européens  du  monde  de  
la  photographie  et  de  l’image,    
-­‐   promouvoir   la   circulation   des   oeuvres   culturelles   en   rendant   accessibles   les   projets   d'autres   pays  
européens  au  plus  large  public  possible,    
-­‐  favoriser  le  dialogue  interculturel.  
 
Circulation(s)  est  une  manifestation  annuelle  qui  se  déroule  chaque  mois  de  mars  à  Paris.  
 

LIEU  
Situé  à  Paris  (16ème  arrondissement),  dans  la  partie  ouest  du  bois  de  Boulogne,  le  parc  de  Bagatelle,  
propriété  de  la  Ville  de  Paris,  accueillera  le  festival  Circulation(s)  durant  un  mois.    La  Mairie  de  Paris  
s’associe  à  Circulation(s)  en  mettant  à  disposition  de  Fetart,  la  galerie  Côté  Seine  du  parc  de  Bagatelle  
–   d’une   superficie   d’environ   400m2   -­‐   pour   accueillir   l’exposition   et   les   diverses   manifestations   du  
festival  durant  chaque  mois  de  mars.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     3/60


APPEL  A  CANDIDATURES  
Un  appel  à  candidature  européen  a  été  lancé  par  Fetart  auprès  des  photographes  via  de  nombreux  
relais   (centres   culturels,   écoles   d’art   et   de   photographie,   laboratoires   photo,   médias   européens).   A  
l’issue   de   cet   appel,  16   photographes   ont   été   sélectionnés   pour   présenter   leurs   travaux   au   sein   de  
Circulation(s)  du  19  février  au  20  mars  2011.  

JURY  2011    
Laura  Serani  est  la  marraine  de  cette  première  édition.  
Laura   Serani   (Italie)   est   commissaire   d'expositions   et   de   projets   audiovisuels,   et   actuellement   co-­‐
directrice   artistique   des   Rencontres   de   Bamako,   Biennale   africaine   de   la   Photographie,   après   avoir  
été   déléguée   artistique   du   Mois   de   la   Photo   à   Paris   en   2008.   Elle   collabore   régulièrement   avec   les  
principaux   festivals   et   institutions   européens   et   avec   plusieurs   maisons   d'édition.   De   1985   à   2006,  
elle  a  dirigé  les  Galeries  Photo  de  la  Fnac  en  France  et  à  l'étranger  ainsi  que  la  Collection  Fnac.  
 
Sous  son  égide,  le  jury  composé  de  professionnels  du  monde  de  l’image  et  de  l’art  s’est  réuni  pour  
sélectionner   les   artistes   du   festival   sur   la   qualité   de   leur   pratique   artistique,   la   pertinence   de   leur  
travail  et  la  vision  personnelle  qu’ils  expriment.    
 
Sophie  Bernard,  rédactrice  en  chef  d’Images  Magazine  
Oriane  Bonifassi,  chargée  de  projets  photographiques,  SFR  jeunes  Talents  
Armelle  Canitrot,  commissaire  de  l'exposition  Izis,  chef  du  service  photo  de  LA  CROIX  
Christophe   Chaumont,   chargé   des   partenariats,   et   Sylvie   Depondt,   sous-­‐directrice   chargée   de  
l'animation   et   de   la   communication,   Direction   des   Espaces   Verts   et   de   l'Environnement   de   la   Ville   de  
Paris  (la  DEVE)  
Julien  Frydman,  directeur  de  l’Agence  Magnum  
L’équipe  Fetart  
Christine  Ollier,  Directrice  artistique  de  la  Galerie  Les  Filles  du  Calvaire  
Delphine  Piovant-­‐Lapierre,  Laboratoire  Label  Image  
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     4/60


 

2.  PROGRAMMATION  
 
Le  festival  s'articule  autour  de  plusieurs  sélections  et  présentera  36  artistes:  
 
− la  Carte  Blanche  de  Laura  Serani  
− la  sélection  du  jury  suite  à  l'appel  à  candidature  
− les  artistes  révélés  par  Fetart  
− les  Rendez-­‐vous  
− SFR  Jeunes  Talents  
 
Toutes  les  manifestations  du  festival  sont  en  accès  libre  et  gratuit.  
 LES  ARTISTES    

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     5/60


La  sélection  du  jury  suite  à  l’appel  à  candidature  
La   programmation   de   Circulation(s)   s’articule   autour   d’une   exposition   d’envergure   présentant   les  
travaux  de  15  jeunes  photographes  européens.    
 
Ader   J.  Jacques   Guyenet   Thomas   Pillot   Eric  
Baum   Robert   Imbriaco   Alessandro   Pinçon   François  
Benard   Julien   Kakulya   Alban   Pralus   Lionel  
Delangle   Frederic   Lassalle   Bénédicte   Rupp   Nora  
  Ganieva   Lucia   Millet   Guillaume   Vattard   Tilby        
       
 

Les  artistes  révélés  par  Fetart  


Dans   le   cadre   du   festival,   Fetart   présente   également   quelques   un   des   artistes   que   l’association   a  
révélés  depuis  sa  création  :  Guillaume  Amat  ,  Thomas  Jorion,  Lucie  &  Simon  et  Julien  Taylor,.  

Les  RDV  2011  


Chaque   année,   les   «  RDV  »   permettront   de   donner   une   visibilité   à   des   initiatives   européennes  
valorisant  la  photographie  et  réalisées  dans  l’année.    
 
LA  GALERIE  INVITÉE  :  
Galerie  Café  Amadeus  (République  tchèque)  qui  présente  le  travail  photographique  de  JITKA  
HORAZNA.  
 
LES  JEUNES    COLLECTIFS  INVITÉS  
-­‐ Fotoparisberlin  (France/Allemagne)  www.fotoparisberlin.com    
-­‐ Caravane  (Belgique)  www.collectif-­‐caravane.com  
 
LE  FESTIVAL  INVITÉ    
Festival  IN  FOCUS  (Lituanie)  -­‐  www.kulturosmeniu.lt  qui  présente  le  travail  photographique  
de  
GYTIS  SKUDZINSKAS  et  JOANA  DELTUVAITE  
 
LE  PROJET  PÉDAGOGIQUE  INVITÉ  
La  Maison  du  Geste  et  de  l’Image  (France)  présente  JULIETTE  AGNEL  et  le  travail  des  élèves  de  sa    
formation.  
 
LES  ECOLES  DE  PHOTOGRAPHIE  INVITÉES  
L’école des Gobelins (France) présente MAIA FLORE ET LISE LACOMBE  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     6/60


 

La  carte  blanche  de  Laura  Serani    

Daprile     Carmine  Mauro    


Della  Valle     Martina  
Fysakis   Pavlos  
Gonthier     Yo-­‐Yo    
Guastavino     Andrea    
Parchikov     Tim    
Roncada   Arno  
Sorochinski     Viktoria    
  Surun   Flore-­‐Aël    
   
 

La  sélection  SFR  Jeunes  Talents  


 
Lancé   en   septembre   2006,   SFR   Jeunes   Talents   est   un   programme   pluridisciplinaire  
d'accompagnement  des  talents  dans  la  réalisation  de  leurs  projets.  Que  ce  soit  dans  le  domaine  de  
l'art,  du  sport  ou  de  l'entreprenariat,  SFR  leur  offre  un  accompagnement  sur  la  durée,  la  possibilité  
d'accéder  à  un  réseau  de  professionnels  et  une  forte  visibilité  grâce  aux  partenariats  noués  par  SFR  
Jeunes  Talents.  
 
SFR   Jeunes   Talents   ouvre   un   concours   spécial   «  Circulation(s)  »     sur   son   site   et   en   écho   au  
positionnement   européen   du   festival,   choisit   le   thème   des   Européens.   A   l’issue   de   cet   appel   à  
candidature,    4  artistes  lauréats  seront  exposés  au  festival.  Le  jury  sera  le  même  que  celui  du  Festival,  
présidé  par  Laura  Serani,  ce  qui  assurera  une  cohérence  dans  le  choix  des  photographes  retenus.  Et  
coup   de   pouce   supplémentaire,   le   lauréat   du   festival   Circulation(s)   fera   partie   de   la   sélection   du  
Grand  Prix  SFR  Jeunes  Talents  en  2011  !  
Dans   le   cadre   du   festival,   tous   les   lauréats   de     SFR   Jeunes   Talents   auront   aussi   l’occasion   de  
rencontrer   des   professionnels   du   monde   de   l’image   au   cours   de   rencontres   organisées   avec   les  
membres  du  jury  ou  de  lectures  de  portfolio  personnalisées.    
 
La  sélection  SFR  Jeunes  Talents  est  en  cours    
Retrouvez  l’appel  à  candidature  SFR  :  http://www.sfrjeunestalents.fr/evenements/prix-­‐concours-­‐
sfr-­‐jeunes-­‐talents-­‐fetart  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     7/60


3.  LA  CARTE  BLANCHE  de  LAURA  SERANI  
 
 
 
 
CARMINE MAURO DAPRILE
 
ITALIE  
www.carminemauro.it  
 
 
SÉRIE    Mattettunin    
 
«  Le  travail  de  Daprile  se  réfère  à  la  photographie  de  plateau,  un  genre  
devenu   très   populaire   au   milieu   des   années   80   (bien   qu’on   puisse  
remonter   aux   mises   en   scène   surréalistes   et   dadaïstes   de   l’avant-­‐
garde),  et  qui  se  nourrit  de  la  fiction  et  pas  de  réalités  existantes.  Avec  
pourtant  un  élément  distinctif.  Les  cosplayers  qu’il  photographie  sont  
des   personnages   qui   ont   été   habillés,   maquillés   et   mis   en   place   non  
pas   par   l’auteur   mais   par   les   modèles   eux-­‐mêmes.   Ils   se   présentent  
devant   lui   déjà   prêts.   En   retour,   l’environnement,   qui   lui,   est   réel,  
apparaît  comme  ayant  aussi  été  inventé.  »  (Roberta  Valtorta  )  
 

 
©  Carmine  Mauro  Daprile  
 
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Né  à  Bergame  en  1974,  il  vit  et  travaille  entre  Milan  et  Paris.  En  2004,  il  se  spécialise  dans  la  théorie  
et  le  langage  de  la  photographie  contemporaine  au  Centre  Bauer  (Milan).  Après  des  années  passées  
dans   le   milieu   du   théâtre,   et   des   études   au   département   des   Arts   de   l’Université   de   Milan,   il   se  
tourne   en   1998   vers   le   sténopé.   En   2004,   il   commence   un   travail   sur   le   thème   de   l’identité,  
photographiant   les   objets,   les   lieux   et   les   comportements   de   personnes   vivant   seules,   puis  
s’intéressant   au   monde   alternatif   du   «  cosplay  »   (communauté   de   personnes   se   déguisant).   En   2008,  
il  est  reconnu  comme  un  «  photographe  exceptionnel  »  par  l’Association  italienne  des  photographes  
professionnels.   Entre   2004   et   2009,   il   a   enseigné   dans   le   cours   de   Miro   Zagnoli   à   l’Institut  
d’architecture  de  Venise.  Ses  travaux  ont  été  publiés  dans  différents  magazines  (Interni,  Sportweek,  
Domus,  Abitare,  Habitus,  GQ  et  Zéro)  
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     8/60


MARTINA DELLA VALLE
 
ITALIE  
http://martinadellavalle.blogspot.com/  
 
   
 
Installation  
Traces  et  impressions  urbaines  
Des   objets   simples   de   la   vie   quotidienne   (miroirs,   livres),   trouvés  
chez  des  antiquaires  et  plongés  dans  le  noir  de  la  camera  obscura,  
où  la  gélatine  fait  apparaître  des  formes  inhabituelles.  Le  travail  de  
Martina   della   Valle   est   un   travail   d’alchimiste   sur   les   histoires  
renfermées  dans  ces  objets,  mais  aussi  un  travail  de  recherche  sur  
la  photographie  et  ses  procédés.  
 

   
©  Martina  Della  Valle  

 
 
BIOGRAPHIE  
 
Née   à   Florence   en   1981,   elle   étudie   les   art   visuels   au   Liceo   Artistico   Sperimentale   de   Florence   puis   la  
photographie  à  l’Institut  européen  du  design  de  Milan.  Depuis  2003,  elle  travaille  en  tant  qu’artiste  
et   photographe   freelance,   collaborant   à   différents   magazines   (Case   da   Abitare,   Io   Donna,   Rolling  
Stone,  Urban)  et  réalisant  quelques  projets  publicitaires  pour  la  Fondation  Pitti  Immagine  Discovery.  
Elle  enseigne  également  la  photographie  à  l’Institut  européen  du  design  de  Milan.  En  2007,  elle  est  
sélectionnée  par  la  Fondation  Ratti  (Côme,  Italie)  pour  un  workshop  de  3  semaines  avec  Joan  Jonas  
et   pour   trois   mois   de   résidence   à   Paris   offerts   par   la   Fondation   DENA,   au   Centre   des   Récollets.   En  
2009,   elle   est   invitée   en   résidence   à   Hiroshima   (Japon)   par   Air   Onomichi.   Elle   vit   et   travaille  
actuellement  entre  Berlin,  Paris,  Florence  et  Milan.  

 
 
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     9/60


PAVLOS FYSAKIS
 
GRECE  
www.pavlosfysakis.com  
 
 
SÉRIE    Land  Ends    
 
Pour   les   Européens,   la   fin   géographique   se   rapporte   à   la   finalité,  
pas   au   commencement.   Comme   pour   les   frontières,   dont   la  
fonction  a  toujours  été  positive  :  définir  leur  (notre)  monde.  Mais  
comment  est  définie  l'identité  d'un  Européen  ?  Quelle  est  sa  limite  
?   Pour   essayer   de   trouver   la   réponse,   je   suis   parti   en   voyage   à  
Gavdos,   en   décembre   2006.   Du   sud   au   nord,   de   l'est   à   l'ouest   de  
l'Europe...   Lorsque   je   suis   revenu   du   terme   de   mon   voyage,   à  
Sintra,   au   Portugal,   en   février   2008,   j'avais   toujours   les   mêmes  
  questions  à  l'esprit  
©  Pavlos  Fysakis  

 
Les   quatre   «  fins  »   de   l'Europe   sont   aussi   différentes   géographiquement   que   leurs   habitants   se  
ressemblent.  Au  Sud,  Gavdos  et  sa  morphologie  frustre,  au  nord,  Nordkapp  et  le  blanc  silence  de  la  
toundra,   à   l'ouest,   Sintra   la   populaire   et   la   splendeur   de   ses   palais   d'été,   à   l'est,   l'Oural   et   le   lourd  
héritage   des   goulags,   les   usines   nucléaires   et   la   région   la   plus   radioactive   du   monde.   Un   seul  
dénominateur   commun   :   les   gens.   Facteur   le   plus   important   mais   aussi   le   plus   imprévisible.   Qu'ils  
soient  russes  ou  grecs,  portugais  ou  norvégiens,  les  habitants  des  frontières  semblent  tous  avoir  été  
au   plus   profond   d'eux-­‐mêmes.   Ils   sont   les   gardiens   de   ces   finitudes   européennes,   qui,   finalement,  
pourraient  être  des  commencements.  (Pavlos  Fysakis)  
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Né  à  Athènes  en  1969,  il  devient  photographe  en  1995.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     10/60


Yo-Yo GONTHIER
 
FRANCE  -­‐  NIGER  
http://www.yoyogonthier.com  
 
   
OUTRE-­‐MER,  DES  MÉMOIRES  COLONIALES    
Photographies,  installations  vidéo  et  sonores,    un  projet  de  Yo-­‐Yo  
Gonthier  et  Marie  Guéret.  

«  C’est   sur   les   vestiges   de   l’empire   colonial   français   que   s’est  


construit  ce  projet.  Les  mémoires  intimes  et  collectives  d’un  passé  
glorieux  et  sanglant  disparaissent  parfois  dans  la  nature  et  l’oubli,  
mais   elles   restent   gravées   dans   les   questionnements   identitaires  
de   notre   pays.   Le   point   de   départ   du   projet   est   un   regard  
photographique   sur   les   traces   de   cette   histoire.   Ce   travail   a  
commencé  en  2003,  au  Jardin  d’agronomie  tropicale  à  Nogent-­‐sur-­‐
©  Yo-­‐yo  Gonthier  
Marne,  où  s’est  tenue  l’exposition  coloniale  de  1907  dont  certains  
bâtiments  subsistent  toujours.  Des  monuments,  dédiés  aux  soldats  
coloniaux,   se   mêlent   à   la   végétation   et   m’ont   frappé   par   leur  
délabrement   et   leur   manque   de   visibilité.   Ce   fut   l’amorce   de   ce  
travail   qui   s’est   poursuivi   de   2006   à   2008   dans   différentes   villes   de  
France   et   qui   a   fait   l’objet   d’une   première   exposition   en   France   à  
l’Espace  Khiasma,  aux  Lilas,  en  mai  2008.  »    
(Yo-­‐Yo  Gonthier)  
OUTRE-­‐MER   est   composé   de   cinq   parties   dont   trois  
photographiques  :  Monuments,  Plaques  et  Oui  mon  commandant.  
 

BIOGRAPHIE  
 
Né   à   Niamey   (Niger)   en   1974,   il   a   obtenu   en   1997   une   Maîtrise   de   Sciences   et   Techniques   en  
Photographie  à  Paris  8.  Il  travaille  depuis  comme  photographe  plasticien  indépendant.  Il  questionne  
actuellement  l’effacement  de  la  mémoire  dans  une  société  occidentale  où  la  vitesse,  le  progrès  et  la  
technologie  semblent  être  les  valeurs  essentielles.  Par  ailleurs,  il  s’intéresse  aux  vestiges  de  l’Empire  
colonial   français   et   aux   frottements   entre   Histoire   et   mémoires.   Il   a   participé   à   l’exposition   Kréyol  
Factory  (Parc  de  la  Villette,  2009),  à  la  Biennale  africaine  de  la  photographie  (Bamako,  au  Mali,  2009)  
et   à   la   première   édition   d’Addis   Foto   Fest   (festival   de   photographie   d’Addis   Abeba,   Ethiopie,  
décembre  2010).  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     11/60


ANDREA GUASTAVINO
 
ITALIE  
www.myspace.com/andrea_guastavino  
 
 
 
 
SÉRIE    Vides  d'identité    
 
«  Andrea  Guastavino  travaille  sur  la  fragilité  de  l'identité,   sans  
contours  nets,  creusée  en  ombres.  Les  images  résultent  d'une  
ambiguïté  et  d'une  complexité  picturale,  qui  n'appartiennent  
pas   qu'au   domaine   photographique.   Elles   se   dérobent   à   une  
définition   préconçue.   La   dureté   et   le   manque   de  
complaisance  hédoniste  dans  les  images  confèrent  à  l'oeuvre  
un   aspect   inquiétant.   Guastavino   ne   recourt   pas,   en   effet,   à  
  une   imagerie   explicite   ou   hyper-­‐réaliste,   mais   renvoie   à   des    
 
atmosphères.  »    
©  Andrea  Guastavino  
(Giancarlo  Papi).  
 
 
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Le  photographe  utilise  le  noir  et  blanc  et  une  technique  spéciale  par  oxydations,  brûlures  et  un  bain  
de   cire   final,   qui   laisse   émerger,   avec   une   sensibilité   picturale,   toutes   les   gradations   des   cristaux  
d'argent.  Il  joue  sur  la  nature  instantanée  du  médium  photographique,  pour  une  image  dans  laquelle  
l'idée  de  temps  est  dilatée  et  dans  laquelle  l'objet  assume  la  valeur  d'une  relation.  
La  photographie  devient  élément  de  médiation  entre  le  monde  de  l'imaginaire  et  celui  de  la  réalité,  
car  le  vrai  appartient  toujours  au  monde  de  la  mémoire.    
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     12/60


TIM PARCHIKOV

RUSSIE  
http://timparchikov.com  
 
SÉRIE    Vision  Périphérique    
 
Cette   série   d’images   est   consacrée   aux   quartiers   qui  
pour   la   plupart   ont   poussé   au   cours   des   vingt   dernières  
années.   Moscou   a   toujours   connu   une   urbanisation  
fulgurante   et   intermittente.   Les   quartiers   qui,   il   y   a   peu  
encore,   avaient   des   climats   différents,   aujourd’hui  
respirent   tous   le   même   air   urbain.   J’ai   grandi   dans   ce  
qu’on  appelle  un  quartier  dortoir,  "Yasenevo".  
 
©  Tim  Parchikov    
 
 
Sur   les   images   de   Yasenevo   des   années   70,   on   voit   des   vaches   brouter   l’herbe   dans   des   prés   bordant  
la   forêt.   Depuis,   les   forêts   ont   été   abattues   et   les   marécages   asséchés   pour   laisser   place   à   des  
gigantesques   barres   d’immeubles.   Vue   d’en   bas,   d’un   point   de   vue   humain,   la   structure   de   ces  
quartiers  peut  paraître  chaotique  et  incohérente,  leur  symétrie  ne  devient  visible  que  sur  les  plans  de  
ville   ou   sur   Google   Earth,   ce   qui,   bizarrement,   les   rapproche   des   grands   complexes   de   temples  
égyptiens  ou  aztèques.  À  partir  des  années  90,  le  pouls  de  la  ville  se  met  à  battre  à  rythme  de  plus  en  
plus  effréné.  
...  
 
J’aime  cette  atmosphère  endormie,  cette  mélancolie  hivernale  de  la  périphérie,  curieuse  rencontre  
entre  les  images  bruegéliennes  et  la  géométrie  des  barres  d’immeubles.  
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Né   le   3   août   1983   à   Moscou,   il   est   diplômé   de   l’Institut   du   cinéma   et   des   Cours   supérieurs   de  
réalisateurs   et   scénaristes   de   Moscou.   Il   travaille   comme   photographe   indépendant,   réalisateur   et  
chef  opérateur  dans  le  cinéma  documentaire  et  de  fiction,  entre  Paris  et  la  Russie.  Depuis  2006,  il  a  
participé  à  plusieurs  expositions  collectives  et  personnelles  en  Europe.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     13/60


ARNO RONCADA
 
BELGIQUE  
www.arnoroncada.com  
 
SÉRIE    Peaceful  Mountains  of  Desire  
 
Dans ses paysages énigmatiques en trompe-l’œil, le photographe belge Arno
Roncada s’identifie à un illusionniste produisant Le Grand Tour dans lequel
son sourire de diversion résonne encore après que le tour de magie a été
exécuté. En tant que photographe, il fait semblant de questionner
l’authenticité, la fonction figurative de ses images, l’esthétique « carte
postale », la tradition des peintres de paysage romantique et le Sentiment de
la Montagne.
Roncada est à la recherche de l’image impossible. Sur son chemin, il se
trouve face à des glaciers d’une beauté d’un autre monde aux pouvoirs
surnaturels, recouverts d’un linceul de brume et d’une lumière éblouissante à
l’allure fantomatique, représentant nos rêves et nos désirs. A-t-il réellement
assisté à un grondement d’avalanche sous un ciel étoilé virginal ? Il ne
trouve pas ces paysages vides et sans fin mais il les construit en combinant
l’imagerie traditionnelle à la technologie de l’imagerie digitale. Au premier
 
abord, ces perspectives sont liées à la tradition du paysage idéalisé en tant
©  Arno  Roncada  
qu’expression de l’indicible mais en regardant de plus près, elles sont
reconnues comme un dispositif factice. Il s’approprie les images des médias,
et se réfère au film, au tourisme, aux clichés et aux paradigmes culturels dans
une enquête approfondie sur le conditionnement de la perception humaine.
 
 
 
BIOGRAPHIE  
 
 
Après des études à l’Académie Medias & Design de Genk (département des Arts visuels
photographie) et à l’Institut des Beaux-Arts d’Anvers, il vit et travaille dans cette ville en tant que
photographe. Depuis 2005, il a participé à plusieurs expositions personnelles et collectives, en
Belgique et en Europe du Nord, et a remporté en 2007 le Prix Van Marcke, à la Biennale de la
photographie contemporaine SMAK à Gand.

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     14/60


VIKTORIA SOROCHINSKI
 
 
RUSSIE  
www.viktoriart.com  
 
SÉRIE    Anna  &  Eve,  2005-­‐2010    
 
«  C'est   à   Montréal   que   Viktoria   a   commencé   à  
photographier   une   petite   fille,   alors   âgée   de   3   ans,   et   sa  
mère   de   23   ans,   russes   et   émigrées   au   Canada.   Elle   mène  
toujours   aujourd'hui   ce   travail   subtil   d'observation   et  
d'interprétation   en   captant   les   passages   de   l'évolution   d'Eve  
et  de  sa  relation  avec  Anna.  Au  centre  de  ce  récit  demeure  
l'enfance  et  son  corollaire  de  fantaisies  et  de  peurs  ainsi  que  
«  l'apprentissage  »   de   la   maternité.   S'appuyant   sur   les  
mythes,  les  croyances  populaires  et  la  perception  enfantine  
du  bien  et  du  mal,  Viktoria  traduit  dans  des  mises  en  scène  
soignées,   aussi   magiques   qu'inquiétantes,   le   monde  
  imaginaire  fortement  habité  d'Eve  et  la  relation  complexe  et  
©  Viktoria  Sorochinski   intense  qu'elle  entretient  avec  sa  mère.      
 
Captivé   par   ces   images   parfaites,   où   aucun   détail   n'est   laissé   au   hasard,   habitées   autant   par  
d'inquiétants  mystères  que  par  le  sens  du  merveilleux,  le  spectateur  est  vite  perdu,  comme  dans  un  
jeu  de  miroirs.  »    
(Laura  Sérani)  
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Née  en  Ukraine  en  1979,  elle  a  vécu  en  Russie  de  1985  à  1990,  avant  d'immigrer  avec  sa  famille  en  
Israël,   où   elle   passe   ses   études   secondaires.   Elle   immigre   ensuite   au   Canada,   où   elle   obtient   un  
baccalauréat   en   Beaux   Arts   de   l'Université   Concordia   en   2006.   Elle   vit   et   travaille   actuellement   à  
New-­‐York   où   elle   a   obtenu   une   maîtrise   en   Beaux-­‐Arts   en   2008.   Depuis   2001,   elle   a   participé   à  
diverses   expositions   (collectives   et   solo)   au   Canada,   aux   Etats-­‐Unis   et   en   Chine.   Elle   a   aussi   gagné  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     15/60


plusieurs   concours   internationaux   de   photographie.   Ses   travaux   sont   publiés   dans   des   magazines  
telles   que:   Vision   (Chine),   EYEMAZING   (Nederland),   New   York   Times,   PDN,   Images   Magazine(France),  
British   Journal   of   Photography   (UK),   et   plusieurs   portails   Web   en   Europe   ainsi   qu’en   Asie   et  
l’Amerique  du  Nord.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     16/60


 
FLORE-AËL SURUN
Membre  du  collectif  Tendance  Floue  
 
FRANCE  
http://surun.rebelle.com  
 
 
SÉRIE    Du  désir  dans  les  ailes  
 
Flore-­‐Aël  Surun  photographie  des  «  sur-­‐vivants  ».  Parce  que  leurs    
survies  de  tout  ordres  la  touchent  au  coeur  sans  crier  gare.    
Dans  les  rues  de  Bethléem,  les  regards  perdus  des  passants  la    
poussent  à  chercher  les  lieux  où  la  vie  tient  le  coup,  se  mutine.    
Elle  commence  une  série  de  reportages  sur  la  paix  qui  l’emmène    
d’une  marche  bouddhiste  dans  le  désert  aux  refuges  canadiens  de    
 
jeunes  déserteurs  américains,  en  passant  par  le  village  de  la  paix    
©  Flore-­‐Ael  Surun  
religieuse  où  cohabitent  les  trois  religions.    
   
 
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Sortie  major  de  l’école  de  Photographie  EFET  (Paris),  en  1997,  elle  fait  partie  du  Collectif  tendance  
Floue   (elle   a   participé   au   projet   «  Mad   in   France  »   en   2009,   «  Mad   in   India  »   en   2008   et   «  Mad   in  
China  »   en   2007).   Depuis,   son   prix   spécial   du   jury   au   Festival   du   scoop   et   du   journalisme   d’Angers  
pour   son   travail   sur   la   Roumanie,   en   1999,   elle   travaille   sur   des   sujets   de   société   à   travers   le   monde,  
qu’elle   publie   dans   la   presse   et   expose   régulièrement.   En   2001,   elle   obtient   le   «   Joop   Swart  
Masterclass  »  de  la  fondation  World  Press  (un  travail  sur  les  transsexuels  intitulés  «  FTM-­‐  MTF  »  en  
France   et   en   Espagne),   et   le   Grand   Prix   du   Festival   Terre   d’images   de   Biarritz   pour   la   parution   en  
presse  de  «  Sur-­‐vie  Sous  ».    

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     17/60


 
 
 
4.  LA  SELECTION  FETART  &  JURY  

 
JEAN-­‐JACQUES  ADER  

FRANCE
http://jeanjacquesader.com

SÉRIE Zone Naturelles

Un  homme  se  réveille  en  2043  et  ne  reconnaît  plus  sa  
banlieue:  la  nature  a  reprit  ses  droits  sur  l’urbanisation,  
fini  les  centres    commerciaux  et  les  zones  industrielles  !    
Désormais  il  n’y  a  plus    que  des  champs  et  des  fleurs    “  

© Jean-Jacques Ader

BIOGRAPHIE

Né  à  Toulouse,  après  des  études  secondaires,  entre  à  l'École  technique  professionnelle  d'audiovisuel,  
il  effectue  des  formations  en  service  photo  de  presse  puis  il  devient  assistant  en  studio  pub  &  mode  
ensuite  photographe  pigiste  en  magazine,  parallèlement    il  étudie  et  pratique  la  musique  ainsi  que  la  
vidéo.   Indépendant   depuis   2001   il   travaille   pour   la   presse   régionale  et   nationale,   les   institutions   et   la  
communication.   Il   développe   des   projets   personnels   dans   le   domaine   culturel,     l'apprentissage  
professionnel  et  les  métiers;  se  réserve  du  temps  pour  exposer  régulièrement.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     18/60


ROBERT BAUM

BELGIQUE
http://www.robertbaum.be

SÉRIE La Photographie sans regard


Ce projet explore la relation qui peut oui ou non exister
entre la photographie et les non-voyants. Le travail se
présente sous la forme de diptyques. A gauche est
proposée une vue de l’intérieur de la personne qui révèle
ou ne révèle pas la présence de photographies. Sur la
droite, est repris le portrait de la personne aveugle et dont
le but est de donner un visage à la personne.
Chaque personne photographiée a été par la suite
interviewée afin de pouvoir expliquer sa relation, ou sa
non-relation, avec la photographie. Dans de nombreux cas,
les personnes aveugles entretiennent une relation avec le
média, possédant même pour certains des cadres photos au
© Robert Baum mur malgré le fait d’être aveugle de naissance !

BIOGRAPHIE
 
Né   en   1974   au   Luxembourg,   Robert   Baum   est   rédacteur   pour   AgoraVox.   En   1997   il   a   fait  
l'IHECS,  puis  en  2009  l'Ecole  de  Photographie  de  la  ville  de  Bruxelles.  
ème
2  ex-­‐aequo  au  prix  Jacob  Riis  -­‐  USA  (avec  la  série  «  Photography  and  the  Blind  »  -­‐  2010),  3ème  du  
concours  “Urban  Dream”    -­‐  Belgique  (PhotoGallery  et  Nikon  –  2009)  Expo  collective  «  one  shoot  »  -­‐  
Tour  &  Taxis  –  Bruxelles  –  2009.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     19/60


JULIEN BENARD

FRANCE
http://www.julienbenard.com

SÉRIE    La  Photocopieuse    


 
Quoi   de   plus   caractéristique   et   de   plus   banal   dans   la   vie  
de   bureau   qu'une   photocopieuse   ?   Tout   le   monde   s'y  
rend,   interchangeable   mais   singulier,   répète   les   mêmes  
gestes,   machinalement,   depuis   le   lancement   de  
l'impression   jusqu'au   contrôle   du   résultat.   On   «  va   à   la  
photocopieuse  »   seul,   absorbé   dans   ses   pensées   ou   par   la  
tâche   à   accomplir.   On   s'accorde   alors   une   petite   pause.  
Parfois   on   croise   un   collègue   en   chemin.   Photocopier,  
imprimer,   c'est   une   histoire   de   duplication.   C'est   le   fil  
conducteur   de   cette   série   de   photographies,   répliques  
d'un  même  cadre,  le  couloir  entre  le  bureau  et  la  salle  des  
machines.  A  peine  sorti  de  dix  années  d'une  vie  de  bureau  
que   j'avais   choisi   de   quitter   pour   la   photographie,   je   me  
suis   retrouvé   par   hasard   nez   à   nez   avec   ce   petit   théâtre  
communautaire   qui   m'avait   été   si   familier.   J'étais   enfin  
dehors,   bientôt   extérieur   à   ce   monde.   Prêt   à   mettre   à  
distance  cette  partie  de  ma  vie.  

© Julien Benard

BIOGRAPHIE

Né   en   1975   à   Paris.   Issu   d'un   milieu   citadin   mais   ancré   dans   les   montagnes   de   son   enfance,   cadre  
dans  de  grandes  entreprises  mais  poète  dans  l'âme,  il  développe  un  sens  aigu  de  l'observation  et  un  
regard  décalé  sur  ses  contemporains.  C'est  lors  d'un  stage  avec  le  photographe  d'actualité  Sébastien  
Calvet   en   2007   que   le   déclic   se   produit   :   il   a   des   choses   à   dire   en   photo.   Il   prend   une   année  
sabbatique   qui   confirme   cet   appel   à   la   création   grâce   notamment   aux   rencontres   avec   Bernard  
Plossu,   Klavdij   Sluban,   Diana   Lui   ou   encore   Mat   Jacob.   En   2009   il   obtient   son   diplôme   de  
photographe   polyvalent   à   l'Institut   National   de   l'Audiovisuel   et   s'installe   dans   la   foulée   comme    
photographe  indépendant.  Il  mène  de  front  ses  recherches  personnelles  et  des  commandes  dans  des  
domaines  variés  comme  le  portrait,  la  nature  ou  le  reportage  de  communication.  
 
 
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     20/60


FRÉDÉRIC DELANGLE

FRANCE
www.fredericdelangle.com  

SÉRIE    Primates    
 
Il aura fallu plusieurs millions d’années à l’homme pour
remonter dans les arbres.

Les grands primates sont descendus des arbres pour


devenir des hommes et après plusieurs milliers d’années
passées sur le plancher des vaches ils ont décidé de
remonter dans les arbres.
Ils y remontent avec tout ce qu’ils ont acquis pendant cette
période passé sur le sol, cet à dire la sagesse dont il ont tiré
leur nom « homo sapiens ».
© Frédéric Delangle  

BIOGRAPHIE
 
Frédéric   Delangle   né   le   24/10/1965   Vit   et   travaille   à   Rueil-­‐Malmaison,   France.   Représenté   par   la  
galerie   Philippe   Chaume,Paris   et   par   l’agent   de   photographe   Florence   Faisan.   Membre   de   l’agence  
Signature,  de  Label-­‐exposition  et  de  Fetart.
 
 
 
 
 
 
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     21/60


LUCIA GANIEVA

PAYS BAS - RUSSIE


www.luciaganieva.com  

SÉRIE        Dreaming    Walls    


Les   Udmurts   sont   une   ethnie   de   Russie   centrale  
intensément   connectés   à   la   nature,   qui   joue   un   rôle  
important   dans   leur   vie   quotidienne.   Leurs   villages   sont  
entourés  de  forêts  de  bouleaux.  Près  de  chaque  village,  il  
y  a  un  bosquet  de  bouleaux  particulier,  auprès  duquel  ils  
viennent  prier  et  adorer  les  esprits.    
Ils   travaillent   dur   et   sont   très   hospitaliers.   Leurs   intérieurs  
sont   très   propres,   éclatants   de   couleurs   et   tapissés   de  
papiers   peints   représentant   la   nature.   Ils   conservent  
précieusement   les   rouleaux   de   papiers   peints   qui   sont  
trop  grands  pour  être  collés  aux  murs.  Ils  sont  très  fiers  de  
montrer   leurs   décorations   de   papiers   peints,   qui  
symbolisent   pour   eux   les   endroits   exotiques   et   lointains  
© Lucia Ganieva qu'ils  ne  pourront  jamais  visiter,  excepté  dans  leurs  rêves.    

BIOGRAPHIE  
 
Lucia  Ganieva  a  commencé  par  étudier  le  management  de  la  mode  avant  de  faire  des  études  de  
photographie  à  la  Foto  Academie  d'Amsterdam  entre  2003  et  2007.  En  mai  2007  elle  est  reçue  à  
l’examen  avec  éloges.  
Elle  a  été  remarquée  dans  de  nombreuses  manifestations  internationales,  parmi  lesquelles  le  festival  
SCAN  (Espagne),  le  Centre  Santa  de  Fé  (Etats  Unis),  la  Foto  Triennale  (Danemark),  Photolucida  (Etats  
Unis).  
En  2010,  elle  a  été  nominée  pour  le  prix  Kandinsky  (Russie)  et  son  oeuvre  est  exposé  dans    le  Musée  
Nationale  de  la  Photographie  Finlandaise  à  Helsinki  et  le  Musée  de  l’Hermitage  à  Amsterdam.    
 
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     22/60


THOMAS GUYENET

FRANCE
www.thomasguyenet.net

SÉRIE    Atlas    
 
La  série  Atlas  dont  les  images  tirées  de  plusieurs  voyages  
en   Europe   se   décomposent   en   diverses   sous-­‐séries  
pouvant   former   un   tout   est   le   résultat   d’une   volonté   de  
découvrir   un   territoire   européen   en   l’arpentant   et   d’y  
confronter   un   regard   photographique   dans   un   format  
spécifique   se   rapprochant   de   celui   du   carnet   de   voyage.  
Le   point   de   vue   assez   libre   que   je   peux   porter   sur   le  
paysage   à   cette   occasion   lors   de   mes   déplacements   est  
nuancé   par   le   fait   que   je   tente   ensuite   de   les   relier   dans  
une  entité  cohérente.  
J’assemble   progressivement   ces   images   afin   de   créer   un  
paysage   plus   global   où   viennent   dialoguer   des   réalités  
géographiques,   économiques   et   culturelles,   construisant  
d’une   part   un   atlas   de   paysages   européens,   et   d’autre  
part   une   place   d’observation   particulière   d’interrogation  
de  mon  propre  travail.    
© Thomas Guyenet
 

BIOGRAPHIE

Né  en  1977,  vit  et  travaille  à  Paris.  Après  avoir  participé  en  2001  à  la  8ème  mission  photographique  du  
Conseil  Général  de  Seine-­‐Saint-­‐Denis,  il  obtient  en  2003  une  maîtrise  des  sciences  et  techniques  en  
photographie   à   l'Université   de   Paris   VIII.   Il   poursuit   dès   lors   un   travail   photographique   sur   le   paysage  
et   l’architecture   dans   la   lignée   de   la   photographie   documentaire.   Il   cherche   à   traduire   une   réalité  
avec   une   certaine   distance   et   neutralité.   Il   participe   à   plusieurs   expositions   collectives,   en   2006   au  
festival  international  de  photographie  de  Pingyao  en  Chine  et  en  2007  à  Saint-­‐Pétersbourg  lors  des  
International   summer   photography   workshop   du   Foto   Departament.   Il   poursuit   en   2010   un   travail  
sur  la  Plaine  Saint  Denis.  Il  expose  actuellement  à  la  cave  du  sanglier  en  bottes  de  cuir,  à  Paris  18ème  
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     23/60


ALESSANDRO IMBRIACO

ITALIE
http://www.alessandroimbriaco.com

SÉRIE    A  place  to  stay    


Rome   vit   une   période   particulièrement   critique   dans   le  
traitement  des  nouveaux  immigrants  qui  arrivent  en  ville  
à  la  recherche   d'un   emploi   et   d’une   nouvelle   vie.   Un   des  
éléments  les  plus  visibles  de  cette  crise  est  l'augmentation  
du   nombre   de   colonies   illégales   en   milieu   urbain.   Cette  
série   de   photos   est   une   petite   collection   de   ces  
temporaires  et  précaires  "hébergements"  en  croissance  à  
la  fois  dans  les  banlieues  et  dans  le  centre-­‐ville.  Dans  ces  
lieux,   où   l'asphalte   laisse   place   à   la   nature,   les   nouveaux  
immigrants   (provenant   surtout   d’Europe   de   l'Est   et  
© Alessandro Imbriaco d'Afrique  du  Nord)  peuvent  trouver  un  abri  ...  
 

BIOGRAPHIE

 
Né  en  1980  en  Italie  il  a  un  diplôme  d’ingénieur.  Étoile  montant  italienne,  ses  images  sont  diffusées  
dans  les  magazines  internationaux  comme   L'Espresso,    Ojo  de  Pez,  Le  Monde  Magazine,  D,  Io  Donna,    
Abitare  ou  Rolling  Stones  .    Il  est  représenté  par  l’agence  italienne  “Contrasto”.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     24/60


 
ALBAN  KAKULYA  
SUISSE
http://www.albankakulya.com

 
 
SÉRIE      Landmark  /  Birthmark                        
 
La  tache  de  naissance  est  une  marque  visible  dont  on  
ne  se  défait  pas.  Une  tache  qui  parfois  s'offre  au  
regard  de  tous  et  qui,  d'autres  fois,  se  dissimule  en  des  
endroits  plus  intimes.  Elle  nous  accompagne  tout  au  
long  de  la  vie  que  cela  nous  plaise  ou  non.  Elle  est  en  
cela  assez  semblable  à  notre  origine  qui  se  révèle  sur  
notre  visage,  qui  fait  partie  de  nous  et  s'offre  pourtant  
au  regard  d'autrui.    
En  imposant  sur  leur  peau,  telle  une  tache  de  
naissance,  la  forme  du  pays  d'origine  des  personnes  
réfugiées  en  Suisse  posant  pour  cette  série,  je  voulais  
souligner  le  fait  que  nous  appartenons  à  la  terre  d'où  
nous  venons,  que  celle-­‐ci  vit  en  nous,  même  si  nous  
vivons  loin  d'elle.  Cette  appartenance  est  parfois  
discrète,  à  peine  visible  ou  peu  reconnaissable,  mais  
elle  se  révèlera  à  qui  saura  la  voir.

© Alban Kakulya

BIOGRAPHIE

Né en 1971 Alban kakulya a suivi les cours de l’Ecole de Photographie de la Ville de Vevey en Suisse.
En 1992, il part au Nicaragua pour travailler dans un projet d’aide aux enfants toxicomanes. Revenu
en Suisse en 1996, il reprend la photographie et fait des reportages pour la presse nationale et
internationale. Il suit une formation de journaliste, et, en 2003, récompensé pour son travail artistique
par une bourse Fulbright, il part étudier le cinéma à New York pour ensuite travailler dans le film
documentaire. Il travaille également pour des ONG et des organisations internationales comme
l’Organisation Météorologique Mondiale. Ses travaux photographiques ont été publiés dans des
magazines de renom tels que : Eight, Die Zeit, Colors, Libération, Courrier International, Intelligent
Life, etc. Il a exposé à Paris, Londres, New York et Moscou.

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     25/60


BENEDICTE LASSALLE

FRANCE
http://www.lassalle.biz

SÉRIE    Par  Chez    Moi    


Des   rangées   d'immeubles,   des   séries   de   fenêtres,   un  
parking,   des   portes   défraîchies   -­‐   voici   les   silhouettes  
d'apparence   anodines   d'un   paysage   urbain   auxquelles   la  
plupart  prêtent  peu  d'attention  et  encore  moins  d'intérêt.  
Mais   dans   tout,   même   les   choses   les   plus   ordinaires,   il   y   a  
de   la   beauté   et   de   l'émotion.   Les   arbres,   transposés   sur  
ces   gravures   urbaines,   créent   une   ville   poétique   et  
éthérée.   Les   labyrinthes   de   branches,   les   bourgeons   et   les  
feuilles   créent   un   oculus   enveloppé   dans   un   filtre   de  
mysticisme  -­‐  Le  cristallin  de  la  nature  dans  l'âme  de  Paris.    
La   ville   semble   abandonner   sa   rigueur   à   la   nature.   Paris  
peint  par  ces  arbres  se  perd  dans  sa  propre  forêt  ...  
© Bénédicte Lassalle

BIOGRAPHIE

Bénédicte  Lassalle,  née  en  1975,  vit  et  travaille  à  Boston.  En  2006  elle  est  diplômée  du  Centre  IRIS  à  
Paris  et  obtient  sa  première  publication  dans  Leica  World  Magazine.  En  2007  elle  publie  dans  Photos  

Nouvelles.   En   2008   elle   obtient   le   Prix   du   Public   au   Festival   de   l’Image   Environnementale.   En   2009  
elle  expose  à  la  Maison  de  la  Photographie  de  Toulouse.  En  2010  elle  expose  à  The  Rayko  Gallery  à  
San  Francisco  en  Californie  et  à  Rose  Desbois  à  Paris.    Elle  publie  dans  Psychologies  Magazine  et  dans  
Enfant  Magazine.  

Dans  son  travail,  elle  trouve  de  la  beauté  et  de  l’art  dans  son  entourage  et  dans  les  objets  de  la  vie  
quotidienne.  Elle  est  inspirée  par  les  traces  de  l’individualité,  de  l’intemporalité  et  de  la  composition.  
Son   travail,   influencé   par   le   photojournalisme   a   pour   but   de   capturer   les   sensations   de   ses   sujets   -­‐  
d’enregistrer  plutôt  que  d’embellir.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     26/60


GUILLAUME MILLET

FRANCE
http://www.guillaumemillet.com

SÉRIE    Kurai  
 
En  japonais,  quelqu'un  de  "kurai"  (sombre,  renfermé)  
s'oppose  à  un  individu  "akarui"  (sociable).  
J'ai   découvert   un   certain   Tokyo   à   travers   le   regard  
d'auteurs   contemporains,   plus   particulièrement   en  
découvrant  la  littérature  obsessionnelle  de  Murakami  
Ryû  et  le  cinéma  névrosé  de  Shinya  Tsukamoto.  
J'ai   reçu   la   fureur   de   leur   écriture,   la   violence  
étrangement   belle   de   leur   esthétique   dans   un   état  
quasi  hypnotique.  
Subissant   ces   assauts   esthétiques   au   point   qu'une  
© Guillaume Millet
idée   d'un   Tokyo   fantasmagorique   m'apparut   comme  
une  évidence.  
Il  fallait  y  aller,  marcher  la  nuit,  voir  le  métal,  sentir  la  
chair,   rencontrer   ces   héros   perdus   des   romans   de  
Murakami   Ryû,   affronter   ce   monstre   froid   décrit   par  
Shinya  Tsukamoto.    
Croiser  ces  individus,  comme  l'a  écrit  l'éditeur  Philippe  
Picquier  :  
"Des   êtres   habités   de   cauchemars   et   de   rêves   fous,  
exaltés   par   les   peurs   qui   hantent   leurs   nuits,  
promènent   en   pleine   lumière   leur   tristesse   et   leur  
incompréhension   devant   le   spectacle   d'un   monde  
désolé  qui  se  défait  devant  eux".  

BIOGRAPHIE
 
Né  en  1982,    formé  à  l’école  des  Gobelins,    Guillaume  Millet  est  le  premier  assistant  de   Hervé  
Haddad  depuis  2009.    La  série  KURAI  est  montré  en  2010  aux  Boutographies  et  sera  montré  
pour  la  première  fois  à  Paris.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     27/60


ERIC PILLOT

FRANCE
http://www.ericpillot.com

SÉRIE In Situ

Les   photographies   de   cette   série   «In   Situ   »   ont  


été   réalisées   dans   de   nombreux   parcs  
zoologiques   urbains   européens,   allemands  
notamment."Dans   un   souci   plus   poétique   que  
documentaire,   elles   associent   des   bêtes   et   des  
scènes.   Les   installations,   théâtres   d’apparences  
conçus   et   aménagés   par   l’homme,   présentent,  
offrent   aux   regards.   Bien   souvent,   elles   privent  
l’animal   de   la   possibilité   de   se   soustraire   aux  
regards,  de  se  cacher.  L’animal  y  est  soumis,  sans  
répit,   à   une   visibilité   totale.   Les   installations  
protègent,   et   isolent   également  :   l’antilope   n’y  
connaîtra   ni   l’ivresse   des   courses   dans   la   savane,  
© Eric Pillot
ni   les   griffes   du   lion.   En   cela   il   est   question   de  
liberté.  

BIOGRAPHIE

Né  en  1968  dans  le  Pas  de  Calais  ,  il  vit  et  travaille  à  Paris.  Découvre  la  photographie  après  avoir  
effectué   des   études   scientifiques   (lycée   Louis-­‐le-­‐Grand,   Ecole   Polytechnique,   agrégation   de  
Mathématiques)   et   travaillé   plusieurs   années   comme   ingénieur   dans   les   constructions   navales.  
Après  quelques  travaux  de  commande    (le  couturier  Christian  Lacroix,  Harmonia  Mundi,  Label  Bleu,  
Julliard,   ....),   il   privilégie   depuis   quelques   années   ses   recherches   personnelles,   notamment   sur   le  
thème   animal.   Finaliste   de   la   Bourse   du   talent   2010   Paysage,   espace,   architecture.   Il   obtient   un   prix  
Mention  spéciale  du  Jury  lors  de  la  3ème  Nuit  de  la  Photographie  contemporaine  à  Paris  et  a  participé  
depuis  2004  à  une  vingtaine  d'expositions,  personnelles  et  collectives  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     28/60


FRANÇOIS PINCON

FRANCE

SÉRIE    Courlande    «  intérieure  »  


 
«  Comme   la   Pologne   d'Ubu   roi,   la   Courlande     intérieure  
(Lettonie),  "le  pays  dont  l'hiver  est  la  vérité"(*1)  dont  il  va  
s'agir   dans   ces   photos   pourrait   bien   se   situer   nulle   part.  
Nulle  part  en  Europe,  nulle  part  en  hiver.  »  
  «  Ça    y  est,  nous    sommes  en  Courlande*  
 
  J’ignore   si   cette   entrée   en   Courlande*   sur   une  
  chaussée  mal  goudronnée  est  de  bon  augure.    

Il   y   a   dans   le   décor   où   alternent   à   présent   prairies   et  


forêts   de   pins,   un   élément   que   je   ne   parviens   pas   à  
identifier.   Discordance,   anomalie,   à   moins   que   ce   ne   soit  
une   beauté   impossible   à   cerner.   Cette   particularité   se  
  niche   quelque   part   entre   les   lignes   du   paysage.   Mais  
  où  ?  »  
   
©  François  Pinçon   *1Courlande.   Jean-­‐Paul   Kauffmann.   Edition   Fayard,   mars  
  2009.  

 
 
BIOGRAPHIE  
 
François  Pinçon  est  né  en  1957.  Il  a  effectué  de  nombreux  voyages  en  Allemagne,  Iran,  Afghanistan,  
et  suivi  une  formation  aux  Beaux  Arts  d'Angers  puis  d'Orléans,  spécialisation  cinéma.  Il  a  obtenu  en  
1991  une  licence  de  cinéma  à  Paris  I-­‐Panthéon  Sorbonne.    

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     29/60


LIONEL PRALUS

FRANCE
http://lionel_pralus.ultra-book.com

SÉRIE    Détours    
 
A  l’origine  du  projet,  l’envie  de  travailler  à  partir  d’images  
préexistantes,   comme   lien   direct   à   la   mémoire   d’un  
territoire   et   de   ses   habitants.   Proposant   aux   habitants  
d'un   village   de   me   montrer   leurs   albums   de  
photographies,   j'ai   isolé   des   détails   de   ces   archives,   les  
confrontant   à   des   paysages   sur   lesquels   je   me   suis  
focalisé  avec  la  même  attention.  Cette  confrontation  est  
aussi   présente   dans   mes   textes,   mêlant   faits-­‐divers   et  
propos   recueillis,   toujours   dans   une   ambivalence   entre  
trace   réelle   et   réalité   réinterprétée.   Alternant   entre  
photographies   couleur   et   noir&blanc,   paysages   et  
humains,   d'une   image   à   l'autre,   le   spectateur   crée   ses  
propres   associations,   brode   un   récit,   émet   des  
© Lionel Pralus hypothèses.  
 
 

BIOGRAPHIE

Né   à   Tours   en   1982.   Il   vit   et   travaille   à   Paris.   Diplômé   de   l’ENSAD   (Ecole   Nationale   Supérieure   des  
Arts  Décoratifs  de  Paris)  en  2008.  Membre  co-­‐fondateur  du  collectif  Faux  Amis  en  2008.  Il  est  projeté  
et  nominé  dans  les  6  premiers  de  la  sélection  Voies  Off,  cour  de  l’Archevêché  en  Arles  en  2008.  

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     30/60


NORA RUPP

SUISSE
www.photonora.com

Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     31/60


Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     32/60
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     33/60
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     34/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     35/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     36/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     37/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     38/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     39/60
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     40/60
 

BIOGRAPHIE

Née  1981,  Nora  Rupp  a  suivi  une  Formation  Supérieure  en  Photographie  à  l'école  des  Arts  Appliqués  de  Vevey.    
Elle  a  travaillé  en  tant  que  reporter  photographe  et  co-­‐commissaire  d'expositions.  
En   2010,   elle   a   participée   à   l'exposition   NEAR,   Helvétie,   projection   pour   les   25   ans   du   Musée   de   l’Elysée   à  
Lausanne  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     41/60
 
TILBY VATTARD

FRANCE
http://www.tilby.fr

SÉRIE    Refuges    intimes    


 
“Des   images   composites   mêlant   éléments   graphiques   et  
paysages  imaginaires,  faisant  naître  un  univers  sensible  où  
les   éléments   naturels   prennent   toute   leur   force,   où   le  
silence  murmure  une  étrange  réalité  et  nous  entraîne  au  
coeur  d’une  nature  qu’il  nous  faut  redécouvrir.  
Des   paysages   comme   des   instants   de   pause,   des  
sanctuaires   intimes   où   l’on   peut   se   réfugier,   reprendre  
notre   souffle,   et   écouter   la   féerie   du   monde   se   déployer  
autour  de  nous.”  
 

© Tilby Vattard

BIOGRAPHIE

 Après  un  MASTER  à  l’Institut  d’Arts  Visuels  d’Orléans,  Tilby  Vattard  s’installe  à  Montpellier  en  2002.  
Pendant  plusieurs  années  il  collabore  avec  les  milieux  culturels  en  tant  que  designer  graphique,  et  développe  
parallèlement  son  travail  d’auteur  photographique.  
En   2008   il   s’engage   professionnellement   dans   la   création   photographique,   participe   à   des   publications   et  
organise  ses  expositions.  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     42/60
 

5.  LES  ARTISTES  RÉVÉLÉS  PAR  FETART  


 
GUILLAUME  AMAT  
PRIX  PHOTO  D’HOTEL,  PHOTO  D’AUTEUR  2010  
 
FRANCE  
www.guillaumeamat.com  
 
Agence  France  :  Signatures  Photographies  :  www.signatures-­‐photographies.com    
Galerie  :  La  Galerie  Particulière  :  www.lagalerieparticuliere.com  
 
SÉRIE  :  «  Bardenas  Reales  »  
 
C’est   à   l’occasion   d’un   reportage   dans   la   région   de  
Navarre   en   2007   que   j’ai   découvert   le   Parc   Naturel   des  
Bardenas   Reales.   J’y   ai   «  trouvé  »   la   parcelle   qui,   par   la  
suite,   servirait   de   décorum   pour   les   images   de   cette   série.  
Une   fois   rentré   à   Paris,   j’ai   commencé   à   imaginer   des  
scènes   photographiques   qui   joueraient   sur   le   caractère  
miniature   de   ce   paysage   parcellaire.   Par   l’utilisation  
d’éléments   miniaturisés   je   monte   des   mises   en   scène  
réalistes,  étranges  et  perturbantes.  Le  spectateur  navigue  
alors  entre  factice  et  réalité  entre  confusion,  acceptation  
et   remise   en   cause   du   réel   qui   lui   est   ainsi   donné   à   voir.  
Sous   forme   d’esquisses,   j’ai   élaboré   une   sorte   de   story-­‐
board.   En   fond   sonore,   l’atmosphère   musicale   de   Tom  
Waits  ou  Nick  Cave  et,  comme  atmosphère  visuelle,  David  
  Lynch   et   Wim   Wenders  :   matières   premières   à  
©  Guillaume  Amat   l’imaginaire.    
   
La  série  Bardenas  Reales  est  construite  à  l’image  d’un  road  movie,  une  longue  marche  dans  un  désert  marqué  
par  des  stigmates  et  des  signes  de  vie  :  des  traces  d’occupations  passées  ou  présentes.   J’aime   aussi   l’idée   d’un  
lieu   d’exploration   fictif   qui   se   mêle   à   des   paysages   énigmatiques   et   silencieux.   En   filigrane,   il   est   possible   de  
deviner   une   réflexion   sur   cette   notion   de   territoire   épuisé   et   asséché   par   l’activité   humaine.   Ce   travail  
photographique   questionne   l’échelle   et   la   mise   en   scène   du   paysage,   ainsi   que   ses   frontières   tant  
géographiques  que  plastiques.  
L’univers  hautement  médiatisé  et  informatisé  dans  lequel  nous  vivons  aujourd’hui  installe  une  représentation  
du  monde  géographique  référencé.  
La   mise   à   disposition   de   ce   monde,   notamment   par   l’imagerie   satellite   et   par   la   profusion   d’informations  
disponibles   sur   Internet   participe   à   son   épuisement,   dans   ce   sens   où   il   n’existe   plus,   par   essence,   d’ailleurs  
inexploré.    
Rassemblées   dans   ce   corpus   d’images,   les   mises   en   scène   et   les   possibilités   narratives   qu’elles   recèlent  
construisent   une   forme   de   carnet   d’exploration.   La   mise   en   relation   de   lieux,   d’évènements   et   de   scènes  
diverses  révèle  alors  la  possibilité  d’un  nouveau  territoire,  les  Bardenas  Reales  comme  les  barrières  d’un  réel  
ou  d’un  inaccessible  ailleurs.  
 
BIOGRAPHIE  
 
Né  en  1980  à  Angers,  vit  et  travaille  à  Paris.  
Pendant  ses  études  en  photographie,  Guillaume  Amat  travaille  un  an  comme  archiviste/iconographe  à  l’Agence  
Magnum-­‐Photos-­‐Paris.   Intègre   la   maison   de   photographes   Signatures-­‐photographies   en   octobre   2008   et   est  
 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     43/60
 
représenté  par  La  Galerie  Particulière  (Paris)  depuis  mars  2010.  Dans  ses  projets,  il  ne  cesse  de  questionner  la  
représentation  photographique  elle-­‐même  en  utilisant  différents  appareils,  formats  et  surfaces  sensibles.  Il  se  
sert  de  toutes  les  spécificités  qu’offrent  les  supports  et  les  techniques,  cherchant  à  chaque  fois  le  média  adapté  
au  point  de  vue  photographique  choisi.    Avec  ses  images,  il  cherche  à  construire  des  récits  photographiques  qui  
naviguent  entre  poésie  et  reportage.    

 
THOMAS  JORION  
COUP  DE  CŒUR  RÉPONSES  PHOTO  2010  
 
 
FRANCE  
http://www.thomasjorion.com  
 
SÉRIE    Ilots  Intemporels    
Mon  travail  se  base  sur  notre  perception  du  temps,  de  la  
façon   dont   il   s’écoule   et   surtout   de   son   absence   de  
linéarité.  Certains  lieux  se  retrouvent  ainsi  comme  «  figés  
»   dans   le   temps,   alors   même   que   notre   société   se  
développe   et   file   à   cent   à   l’heure.   Ils   paraissent   comme  
inanimés   ou   en   veille   alors   qu’en   réalité,   ils   suivent   un  
écoulement   temporel   déformé,   allongé,   qui   leur   est  
propre.    Aujourd’hui  je  parcours  le  monde  avec  une  idée  
en   tête   :   chercher   et   présenter   ces   îlots   intemporels.     Je  
  choisis   de   rentrer   dans   des   lieux   clos   et   laissés   à  
©  Thomas  Jorion   l’abandon,  autrefois  lieux  animés,  de  vie,  de  loisirs  ou  de  
  prestige  pour  les  saisir  et  les  partager.    
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Né   en   1976,   Thomas   Jorion   est   un   photographe   français.   Après   des   études   de   droit   et   un   métier   juridique,   il   se  
consacre   entièrement   à   la   photographie   à   partir   de   2009.   Il   s'attache   dans   son   travail   à   présenter   des   lieux  
laissés   à   l’abandon.   Son   choix   de   travailler   avec   une   chambre   photographique   renforce   sa   maîtrise   de   la  
lumière   et   du   cadrage.  
Il  a  été  sélectionné  en  2009  pour  le  Prix  Voies  Off  à  Arles  et  a  exposé  à  Cutlog  en  2010,  au  mois  de  la  Photo  
OFF,   à   Archiphoto   et   à   la   galerie   du   Magasin   de   jouet   pendant   les   rencontres   photographique   d’Arles.   Il  
exposera   début   2011   à   la   galerie   Place   M   à   Tokyo.   Son   travail   a   été   publié   dans   différents   revues   papiers   et  
web  :  Platform  magazine,  Focus  magazine,  Réponses  photo  et  Actu  Photo.  
 
 
 
 
 
 
 
 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     44/60
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LUCIE  &  SIMON  
PRIX  HSBC  201O  
 
FRANCE  
www.lucieandsimon.com  
 
 
 
 
 
SÉRIE    Scenes  of  life  
Dans   cette   galerie   de   portraits,   l’objectif,   en   organisant   des  
points   de   vue   inattendus,   est   d’offrir   une   large   possibilité   de  
lecture.   Afin   de   rester   au   plus   proche   de   la   réalité,   les  
personnages   se   mettent   en   scène   chez   eux   dans   diverses  
activités   familières,   et   donnent   à   voir   leurs   instants   de   vie,  
d’intimité,   suggérés   par   les   photographes   ou   par   les  
personnages  eux-­‐mêmes.  Moments  habituels  donc,  mais  qui  se  
parent   d’étrangeté   puisque   chaque   photo   peut   être   regardée  
 
sous   différents   angles,   sans   pour   cela   perdre   son   sujet   ni   sa  
©  Lucie  &  Simon      
structure.  
 
 

 
BIOGRAPHIE  
 
Lucie   de   Barbuat,   française,   et   Simon   Brodbeck,   allemand,   sont   deux   jeunes   photographes   basés   à   Paris   et  
travaillant   ensemble   depuis   2005.   En   unissant   et   confrontant   leurs   différences,   leur   travail   consiste   à   créer   une  
vision   s’attachant   à   étudier   l’Homme   et   la   société   au   21ème   siècle.   Découverts   par   Fetart,   ils   viennent   de  
recevoir  le  prix  HSBC.  
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     45/60
 
 
JULIEN  TAYLOR  
PRIX  ART  CONTEMPORAIN  2011  (confidentiel)  
 
FRANCE  
http://julientaylor.com  
 
 
SÉRIE    Trous  de  Mémoire    
 
J'ai   cherché   dans   cette   série   d'installations   à   présenter  
conjointement   l'objet   réel   et   sa   représentation  
photographique.  
J'ai   ainsi   réalisé   "Dessus   de   cartes   sur   table",   une   table   de  
poker   grandeur   nature,   ou   de   vraies   cartes   à   jouer   se  
mélangent  avec  la  représentation  photographique  du  jackpot.  
"Le   comptoir"   est   une   installation   qui   présente   en  
chronophotographie   la   soirée   d'une   cliente   dans   un   bar  
parisien.  L'horloge  au  centre  du  bar  indique  réellement  l'heure  
au  moyen  de  vraies  aiguilles  qui  tournent...  
  Dans   "Fool   Screen"   on   découvre   la   façade   ouverte   d'un  
©  Julien  Taylor  –    «  Dessus  de  cartes  sur  table  »   immeuble   et   tous   ses   habitants   dans   chacune   de   leurs  
  occupations.   Chacun   s'affaire   devant   un   écran   (ordinateur,  
téléphone,   minitel,   console   de   jeu,   vidéo   projecteur...).   L'image  
est  présentée  sur  un  caisson  lumineux  géant.  
 
 
"Sale   demain"   présente   une   salle   de   bain   abandonnée   et   son   téléviseur   qui   trône   au   centre.   La   télévision  
fonctionne   réellement   :   le   tirage,   découpé   à   l'endroit   de   l'écran,   a   été   contrecollé   sur   un   téléviseur   réel   et  
allumé.  
 
BIOGRAPHIE  
 
Né  en  1976,  vit  et  travaille  à  Paris.  
Il  quitte  la  recherche  scientifique  en  2005  pour  se  réserver  tout  entier  à  la  photographie.  Il  fête  cette  décision  
pendant  deux  ans  en  photographiant  la  nuit,  et  initie  une  méthode  de  prise  de  vue  spécifiquement  dédiée  au  
photomontage.   Il   intègre   ensuite   différents   collectifs   d’artistes   avec   lesquels   il   développe   une   recherche  
plastique   qui   donne   matérialité   à   ses   déconstructions/reconstructions   numériques.   Son   travail   est  
régulièrement  exposé  en  galerie.  Il  travaille  par  ailleurs  en  indépendant  pour  la  publicité  et  la  communication,  
cultivant   le   désir   des   clients   de   ses   clients   par   la   portée   narrative,   l'humour,   et   l'onirisme   d'espaces   temps  
imaginaires  imbriqués  aux  illusions  de  perspectives  cubistes.    
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     46/60
 
 

6.  LES  «  RENDEZ-­‐VOUS  »  2011  


 
 
RDV L’ÉCOLE DE PHOTOGRAPHIE INVITÉE : GOBELINS,
L’ÉCOLE DE L’IMAGE
 
Acteur   de   référence   dans   les   formations   aux   métiers   de   l’image,   GOBELINS,  
l’école   de   l’image   est   l’une   des   11   écoles   de   la   Chambre   de   commerce   et  
d’industrie   de   Paris   (CCIP).   Elle   accueille   chaque   année   plus   de   700   élèves   et  
apprentis   et   1   400   stagiaires   en   formation   continue   dans   les   domaines   suivants   :  
multimédia,   jeu   vidéo,   cinéma   d’animation,   communication   et   industries  
 
graphiques,  photographie,  vidéo  &  son.  L’activité  formation  continue  de  l’école  
www.gobelins.fr  
est  certifiée  ISO  9001.  
 
 
-------------------------------------
MAIA FLORE

FRANCE  
www.maiaflore.com  
 
SÉRIE    Sleep    Elevations    
 
«  Ceux   qui   rêvent   le   jour   sont   ceux   qui   savent   beaucoup   de   choses  
qui  échappent  à  ceux  qui  rêvent  la  nuit  »  Edgar  Allan  Poe  
C'est   ainsi   que   ces   filles   emportées   par   des   objets   dans   les   airs   se  
laissent   voyager   aux   travers   de   paysages   infinis.   Voler   vers   des  
espaces   rêvés,   matérialiser   une   complète   attraction   entre   le  
personnage,   son   univers   idéal   et   le   monde   dans   lequel   elles   vivent  
voilà   où   ces   jeunes   filles   nous   transportent.   Les   mouvements  
contorsionnés   ne   font   plus   qu'un   avec   la   forme   de   celui   qui   révèle  
leur   passion.   Mêlés   d'un   réalisme   imaginaire   et   de   souvenirs  
d'enfances,  ces  êtres  en  lévitation  nous  invitent  à  rêver  sans  limites.  
 
 
©  Maia  Flore  
 
BIOGRAPHIE  
Née  en  1988,  Maia  Flore  est  diplômée  en  photographie  aux  Gobelins,  l’École  de  l’image  section  Traitement  de  
l’image  en  2010.  Après  un  stage  au  laboratoire  photographique  Processus,  elle  a  été  assistante  de  Carl  Kleiner  
et   de   Julia   Hetta,   Agent   Bauer   (Stockholm).   Ses   travaux   ont   été   publiés   dans   Ninja   Magazine   #18,   Out   of   the  
box  Novembre  2010,  Urban  Outfitters,  Fubiz...  
 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     47/60
 
 

LISE LACOMBE
 
FRANCE  
www.liselacombe.com  
 
 
SÉRIE    L’habitant  des  Travers    
 
Cette   série   est   extraite   d'un   projet   en   cours,   La   Tierce   des  
Paumés,   vaste   reportage   qui   présente   de   multiples   modes   de  
vie,   échappant   à   cette   masse   dite   "société",   adoptés   par   des  
êtres  dissidents  par  leur  singularité.  Cet  extrait  s'attache  à  l'un  
d'eux,   un   personnage   mystérieux,   vivant   dans   la   montagne:  
l'habitant   des   Travers.   Il   se   balade   souvent   pieds   nus   dans   les  
champs,  la  voie   ferrée   désaffectée   est   son   terrain   de   jeux,   tous  
les   matins   il   fixe   pendant   dix   minutes   le   lever   du   soleil   sans  
cligner   des   yeux,   mange   des   fleurs   à   l'huile   d'olive   et   croit  
parfois   être   un   prophète.   On   pourrait   le   classer   comme  
  marginal,   hippie...   Loin   de   ces   considérations,   c'est   simplement  
©  Lise  Lacombe   un   dissident,   une   identité   singulière,   un   personnage  
profondément  unique  qui  nous  invite  dans  un  monde  onirique.  
 
Le   caractère   du   personnage,   lié   à   la   nature,   détaché   de   tout   repère   et   code   de   notre   société   crée   dans   la  
photographie   un   côté   mystique,   une   douce   étrangeté.   Suite   à   notre   rencontre,   j'ai   accompagné   cet   être   qui  
erre  dans  les  Pyrénées  à  de  nombreuses  reprises,  quelques  heures  ou  plusieurs  jours  à  vagabonder  à  pied  et  en  
stop  à  travers  la  montagne,  le  photographiant,  poussée  par  le  besoin  d'exprimer  cette  beauté  singulière.  
 
BIOGRAPHIE  
Née   en   1985,   Lise   Lacombe   est   titulaire   d'une   licence   d'arts   plastiques     et   du   diplôme   de   Photographie-­‐
Traitement   de   l'image,   à   l'école   GOBELINS   de   Paris.   Dotée   tout   d'abord   d'un   Yashika   Mat   puis   d'un   Hasselblad,  
elle   s'applique   au   format   carré,   caractéristique   de   son   travail,   et   s'oriente   vers   le   reportage.   Après   plusieurs  
séries   sur   le   milieu   urbain   (Skateparks,   9.3,   Berlin...),   elle   a   conçu   en   collaboration   avec   le   collectif   SILURES   une  
installation   nommée   Mittelwerk   Express,   exposé   à   l'école   de   La   Fémis   (Paris,   juin   2010),   puis   La   Tierce   des  
Paumés.   Il   s'agit   d'un   travail   sur   toutes   les   formes   de   modes   de   vie   qui   échappent   au   système,   sur   des   êtres  
dissidents  face  à  la  société.  Les  premières  images  furent  montrées  en  septembre  2010,  au  Musée  des  Abattoirs  
de  Toulouse.  Fascinée  par  la  chromie,  elle  réalise  elle-­‐même  le  post-­‐traitement  de  ses  images.  
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     48/60
 
 
RDV  LE  PROJET  PÉDAGOGIQUE  INVITÉ  :  LA  MAISON  DU  GESTE  ET  DE  L’IMAGE  
 
 
Centre   de   recherche   et   d’éducation   artistique,   la   Maison   du  
  Geste   et   de   l’Image   permet   aux   enfants   et   adolescents   de  
www.mgi-­‐paris.org   s’initier   à   la   pratique   et   à   la   réflexion   artistiques.   Chaque  
  année,   elle   est   partenaire   de   nombreux   ateliers   de   théâtre,  
d’écriture,   de   photographie   et   de   vidéo   dans   les  
établissements  scolaires  et  propose,  hors  temps  scolaire  dans  
ses  locaux,  des  stages  thématiques.  
 
 
Chaque   année,   elle   est   partenaire   de   nombreux   ateliers   de   théâtre,   d’écriture,   de   photographie   et   de   vidéo  
dans  les  établissements  scolaires  et  propose,  hors  temps  scolaire  dans  ses  locaux,  des  stages  thématiques.  
Tous  les  ateliers  de  la  Maison  du  Geste  et  de  l’Image  sont  menés  par  des  professionnels  confirmés.  
 
-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐  
 
ARTISTE   MENANT   LE   PROJET   PÉDAGOGIQUE  :     JULIETTE AGNEL et les élèves du lycée
Pierre Lescot
 
FRANCE  
www.julietteagnel.com  
 
Juliette  Agnel,  résidente  à  la  MGI  en  2010,  expose  un  projet  pédagogique  intitulé  «  Dans  l’écriture  de  lumière,  
vivre  l’expérience  de  la  formation  d’une  image  dans  un  appareil  photo  ».  Elle  présente,  en  parallèle,  une  photo  
extraite  de  sa  série  Laps,  réalisée  entre  2003  et  2006  à  partir  de  films  réalisés  en  Super  8  sur  les  routes  de  la  
Côte  d’Ivoire,  de  la  Guinée  et  du  Niger.  
 
Juliette  Agnel  propose  une  nouvelle  manière  d’utiliser  le  sténopé  
(ou   camera   obscura),   boîte   peinte   en   noir,   hermétique   à   la  
lumière,   avec   un   minuscule   trou   par   lequel   se   dirigent   les   rayons  
lumineux   qui   permit   à   Nièpce,   en   1822,   de   réaliser   la   première  
photo   en   huit   heures   de   pose.   Juliette   Agnel   propose   pour   ce  
projet   deux   versions   d’un   sténopé   géant  :   l’une   fixe   en  
transformant  des  salles  de  classe  en  sténopés,  l’autre  mobile  en  
fabriquant   une   boite   roulante,   type   voiture   à   bras,   pouvant  
contenir  une  ou  plusieurs  personnes.  Les  élèves  accueillis  par  la  
MGI   sont   invités   à   se   placer   à   l’intérieur   de   la   boîte   pour   voir  
 
comment  se  forme  cette  image  «  primitive  »,  et  à  utiliser  toutes  
Photographie  réalisée  par  des  élèves  du  Lycée  Pierre  Lescot    
les   particularités   et   les   capacités   de   ce   sténopé   géant   pour   la  
réalisation  d’un  travail  photographique  sur  le  quartier  des  Halles  
à  Paris,  qui  va  faire  l’objet  d’une  prochaine  rénovation.  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     49/60
 
 
Le  résultat  de  ce  travail  -­‐  des  images  en  mouvement,  des  images  fixes,  des  prises  de  son,  et  des  textes  -­‐  sera  
présenté  dans  le  cadre  du  festival.    
 
BIOGRAPHIE  
Née  en  1973,  Juliette  Agnel  vit  et  travaille  à  Paris.  Elle  obtient  en  1999  son  diplôme  aux  Beaux  Arts  de  Paris.  De  
ses  études  d’éthno-­‐esthétique,  elle  conserve  le  goût  des  voyages  et  de  l’observation,  s’en  suivent  de  nombreux  
séjours  en  Afrique  où  la  pensée  de  Jean  Rouch  et  les  écrits  de  Michel  Leiris  l’accompagnent.  Au  Mali  et  au  pays  
Dogon,  elle  réalise  son  premier  film  en  Super  8  Geste  du  regard  qui  sera  présenté  aux  musées  de  l’Homme  de  
Paris  et  de  Hambourg.    
De  2003  à  2006,  Juliette  Agnel  filme  en  Super  8  les  routes  de  la  Côte  d’Ivoire,  de  la  Guinée,  et  du  Niger.  Elle  fixe  
le  mouvement  de  ses  films  pour  en  extraire  des  images.  Ce  découpage  des  images  dans  le  diaporama  Laps  et  
dans   la   série   de   photographies   qui   en   est   extraite   propose   un   nouveau   rapport   au   temps,   une   extension   de  
celui-­‐ci  et  fait  passer  du  cinéma  à  la  peinture  en  utilisant  la  photographie.  
À   Paris,   elle   enseigne   à   La   maison   du   geste   et   de   l’image   les   différentes   approches   de   la   photographie   et  
sensibilise   le   public   au   rapport   à   l’image   dans   des   ateliers   pédagogiques.   Se   définissant   elle-­‐même   comme  
plasticienne   plus   que   comme   photographe,   ses   collaborations   avec   d’autres   artistes   sont   nombreuses.   En   2005  
elle  devient  notamment  membre  actif  du  collectif  La  Générale  et  participe  en  tant  qu’artiste  et  commissaire  à  
l’exposition  Flux.  Depuis  2006,  dans  le  spectacle  jeune  public  Le  mouton  cachalot,  conçu  avec  sa  sœur,  Sophie  
Agnel  au  piano,  et  Catherine  Jauniaux  à  la  voix,  elle  projette  sur  scène  des  images  prises  au  zoo  du  Bronx  à  N ew  
York.    
Dans   l’exposition   collective   Arcadia   au   château   d’Oiron,   en   2007,   elle   présente   sa   dernière   série   de  
photographies,  Forêts.    
(d’après  Dominique  Pineau)  
 
 
 
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     50/60
 
RDV  LE  COLLECTIF  INVITÉ  :  PARISBERLIN>FOTOGROUP  
 

FRANCE  -­‐  ALLEMAGNE  


www.fotoparisberlin.com  
 
ParisBerlin>fotogroup   représente   des   photographes  
d’origine  parisienne  et  berlinoise.  À  travers  de  nombreuses  
initiatives,   ParisBerlin>fotogroup   s’engage   à   promouvoir  
activement   la   photographie   entre   Paris   et   Berlin   mais  
également   en   Europe.   Sa   vocation   est   double:   accompagner  
ces   photographes   dans   leur   démarche   commerciale   et  
mettre   en   avant   leurs   travaux   artistiques   sous   forme  
d´événements   et   projets   culturels,   individuels   et   collectifs  
  où   sont   régulièrement   invités   à   collaborer   de   nombreux  
©  Laurent  Moynat   photographes.    
 
ParisBerlin>fotogroup   assure   aussi   depuis   2003   le   commissariat   d´expositions   de   photographes   d’envergure  
internationale   tels   que   Erich   Lessing,   photoreporter   d´après-­‐guerre   et  Léon   Herschtritt,   photographe  
humaniste  français.  
 
 
PROJET  PRÉSENTE  :  «  LE  CADAVRE  EXQUIS  »  
 
Reprenant  le  jeu  collectif,  inventé  par  les  surréalistes  dans  les  années  20,  du  cadavre  exquis  «  consistant  à  faire  
composer  une  phrase,  ou  un  dessin,  par  plusieurs  personnes  sans  qu’aucune  d’elles  ne  puisse  tenir  compte  de  
la   collaboration   ou   des   collaborations   précédentes.»   (Dictionnaire   abrégé   du   surréalisme),  
ParisBerlin>fotogroup   a   souhaité   adapter   ce   processus   à   la   photographie   :   le   jeu   étant   pour   chaque  
photographe  d’interpréter  l’image  d´un  autre.  Il  n´a  été  donné  aucune  contrainte  de  thème,  l’accent  a  été  mis  
essentiellement  sur  le  sens,  la  forme,  la  couleur,  la  composition  de  l’image.  
Cet  «  exercice  »  photographique  a  été  lancé  par  un  appel  à  projet  en  avril  2009.  47  photographes  de  Berlin  et  
de   Paris   mais   aussi   d’autres   villes   à   travers   le   globe,   se   sont   inscrits   pour   participer   à   ce   projet.   La   première  
photo   a   été   réalisée   par   l’un   des   participants,   tirés   au   sort.   L´ordre   des   participants   avait   été   établi   au  
préalable.   Dès   qu’un   des   participants   reçoit   une   image,   il   a   une   semaine   pour   lui   répondre,   libre   à   lui   de  
l´interpréter  et  de  la  continuer.  Sa  réponse  est  envoyée  par  mail,  elle  sera  à  son  tour  envoyée  au  suivant  de  la  
liste.  
Les  47  photos  de  la  chaîne  photographique  sont  présentées  dans  le  cadre  du  festival.  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     51/60
 
 
RDV    LE  JEUNE  COLLECTIF  INVITÉ  :  CARAVANE  
 
 
BELGIQUE  
 
www.collectif-­‐caravane.com  
 
Nos   sept   regards   d’auteurs   proposent   une  
photographie   documentaire   et   sociale   qui   s’attache  
aux  expériences  et  aux  réalités  humaines.    
En   roue   libre,   notre   curiosité   nous   pousse   à   traverser  
les  frontières  pour  aller  au-­‐devant  de  petits  bouts  du  
monde.  Nos  images  sont  le  carnet  de  route  de  cette  
observation,   de   ces   rencontres,   de   la   découverte   de  
microcosmes,  de  territoires  et  d’identités,  d’histoires  
et   de   modes   de   vie   que   nous   cherchons   à  
comprendre  et  à  transcrire  dans  un  souci  de  respect  
et  d’authenticité.  
Nous   tenons   à   ce   que   nos   photographies  
rencontrent  un  public  le  plus  large  possible  et  c'est  
pourquoi   nous   présentons   nos   travaux   lors  
  d'expositions   collectives   spontanées   ou   en  
©  Laura  Geerts   partenariat,   de   projections   multimédias   et   de  
publications  en  Belgique  et  ailleurs.    
 
 
Nos  différentes  formations  issues  de  la  presse  écrite,  des  sciences  politiques,  du  marketing,  de  la  comptabilité,  
du  graphisme  et  du  multimédia  nous  permettent  de  mener  et  de  gérer  ces  projets  dans  leur  intégralité.  Il  y  a  
des  temps  d’escales  au  fond  du  jardin  qui  nous  dépaysent,  et  des  voyages  lointains  qui  nous  ramènent  à  nous.  
Le  tout  près  et  le  très  loin  nous  intéressent  tout  autant  pour  donner  la  parole  par  l’image  et  rassembler  les  
morceaux  d’un  puzzle  fait  de  fragments  d’humanité.  
 
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     52/60
 
 RDV  LA  GALERIE  INVITÉE  :  Galerie  Café  Amadeus  à  Olomouc  
 
RÉPUBLIQUE  TCHEQUE  
www.olmuart.cz  
 
Inaugurée  en  2009,  la  galerie  a  pour  but  de  présenter  et  faire  connaître  le  travail  de  jeunes  photographes  des  
pays   post-­‐communistes   d'Europe   centrale   (République   tchèque,   Slovaquie,   Pologne).   Depuis   2009,   la   galerie  
Café   Amadeus   a   présenté   neuf   expositions   monographiques   et   entretient   une   étroite   collaboration   avec   des  
anciens  élèves  des  écoles  des  Beaux-­‐Arts,  notamment  du  département  de  l’Université  de  Silésie  à  Opava,  ainsi  
qu'avec  l’Ecole  indépendante  de  photo  tchèque.  Sous  l'impulsion  de  Gina  Renotière,  du  Musée  des  Beaux-­‐Arts  
d'Olomouc,   et   de   Stepanka   Bieleszova,   qui   gère   la   collection   de   photographies,   la   galerie   fait   émerger   les  
jeunes  talents,  les  encourage  et  soutient  leurs  projets,  qui  vont  de  l’art  conceptuel  à  la  photo  documentaire.  
 
ARTISTE  PRESENTÉ  :  
 
JITKA HORAZNA
TCHEQUE  
 
SÉRIE  :  «  Dimanche  après-­‐midi,  2009-­‐2010  »  

 
L'œuvre   de   la   photographe   Jitka   Horázná   dialogue  
librement   avec   la   tradition   de   la   photographie  
tchèque   de   l'entre   deux   guerres.   Sa   vision   poétique  
  et  ses    
  expérimentations   techniques   font   penser   à   des  
  artistes   comme   František   Drtikol,   Josef   Sudek   ou  
Jaromír   Funke.   Elle   travaille   depuis   ses   débuts   au  
format   carré   et   panoramique.   Elle   utilise   de   vieux  
appareils   et   de   la   pellicule   classique.   Elle   aime   la  
photo  en  noir  et  blanc,  et,  pour  créer  une  ambiance  
originale,   elle   utilise   des   pellicules   dont   la   date  
d'utilisation  a  expiré  et  fait  des  expériences  avec  des  
diapositives   périmées.   La   série   «  Dimanche   après-­‐
  midi  »   est   un   ensemble   de   photos   documentaires  
 
panoramiques.   De   ces   photos,   émanent   un   jeu  
©  Jitka  Horázná  
 
poétique,   un   calme   particulier,   une   luminosité  
intérieure.  Il  n'y  a  ni  agressivité,  ni  ironie,  ni  actualité.  
Ses  photographies  montrent  le  paysage  urbain  et  «  le  
monde   où   nous   sommes   en   train   de   vivre   »   comme  
un  endroit  familier  et  simple.  
 
 
BIOGRAPHIE  
Née  en  1982  à  Ostrava,  République  tchèque.  Elle  a  fait  ses  études  à  l’Université  de  Silésie  à  Opava.  En  2009,  
elle  remporte  le  deuxième  prix  de  la  compétition  internationale  Frame.  Elle  a  exposé  au  Café  Amadeus  du  22  
juin  au  5  septembre  2010.  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     53/60
 
 

RDV  LE  FESTIVAL  INVITÉ  :  IN  FOCUS  


 
LITUANIE  
 
IN   FOCUS,   le   premier   festival   dédié   à   la   photographie   artistique   s’est   tenu  
pour  la  première  fois  à  Vilnius  en  septembre  2008.  Les  photographies  de  53  
artistes   venant   de   Belgique,   de   Grande-­‐Bretagne,   d’Islande,   du   Japon,   de  
France,   de   Lettonie,   de   Pologne,   de   Finlande,   d’Allemagne   et   de   Lituanie  
  ont   été   présentées   dans   une   dizaine   d’expositions.   En   2010   ce   sont   83  
www.culturemenu.com   artistes   d’origine   française,   néerlandaise,   hongroise,   russe,  
www.kulturosmeniu.lt   luxembourgeoise,   biélorusse,   suisse,   lettone   et   lituanienne   qui   ont   été  
  exposés   dans   les   galeries   de   Vilnius.   IN   FOCUS   2011   se   tiendra   en   Lituanie   à  
  l’automne  2011.  Cette  édition  confrontera  la  photographie  contemporaine  
émergente  aux  trésors  de  la  photographie  classique.  
 
-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐-­‐  
 
JOANA DELTUVAITE
Lituanie  
 
SÉRIE    After    
 
La   relation   qu’entretient   le   corps   aux   objets   est  
déterminante.   Dans   cette   série,   l’attention   est   portée   sur  
des   produits   de   beauté   -­‐   produits   cosmétiques,  
shampoings,  rasoirs,  etc  -­‐  trouvés  dans  une  salle  de  bain  
que   se   partagent   quatre   femmes.   Les   photographies  
prises   en   gros   plans   suggèrent   toutefois   plus   les   objets  
qu’elles   ne   les   représentent  -­‐   leurs   contours   sont   flous   et  
couverts  par  une  couche  de  saleté  qui  indique  qu’ils  sont  
  utilisés   couramment   ou   -­‐   au   contraire   -­‐   délaissés.   Cette  
©  Joana  Deltuvaite   vision  microscopique  révèle  la  laideur  des  objets  dédiés  à  
la  beauté  et  à  l’hygiène  corporelles.  C’est  paradoxal  -­‐  leur  
propre   beauté   leur   est   retirée   tandis   que   le   corps   se  
purifie.  
 
Ce  n’est  pas  un  sacrifice  mais  une  trahison  :  un  rasoir,  un  shampoing  nous  montrent  la  malpropreté  d’un  corps.  
Le   corps   humain   n’est   pas   parfait   pas   plus   qu’il   ne   sent   toujours   bon   et   contrairement   à   ce   que   nous   montrent  
les   photos   des   publicités,   le   corps   est   sale.   C’est   le   message   de   cette   série   que   nous   devons   toujours   avoir   à  
l’esprit.  
 
BIOGRAPHIE  
Née  en  1981  à  Klaipeda,  Lituanie.  Vit  et  travaille  à  Vilnius.  
 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     54/60
 
 

GYTIS SKUDZINSKAS
 
LITUANIE  
www.gys.lt  
 
SÉRIE      Silence    (en  cours  depuis  2008)  
 
Les   photographies,   dans   cette   série,   abandonnent   les  
paramètres   liés   à   l’espace   et   au   temps   qui   facilitent  
l’orientation.   Elles   interrogent   le   marché   saturé   des  
images   reproduites.   Les   images,   prises   dans   la   nature,  
ainsi  que  dans  des  espaces  privés  ou  publics,  ne  portent  
pas  ces  paramètres  précis  de  localisation,  mais  donnent  à  
voir   une   structure   visuelle   continue.   L’objectif   principal  
étant   de   mettre   en   valeur   la   ligne   qui   sépare   le   visible   de  
l’invisible,  le  familier  de  l’étranger,  le  naturel  du  social.  
 

 
©  Gytis  Skudzinskas  
 
 
BIOGRAPHIE  
 
Né  en  1975  en  Lituanie,  il  vit  et  travaille  à  Palanga/Klaipeda.  Diplômé  de  l’Académie  des  Beaux-­‐Arts  de  Vilnius  
en   2003   et   du   Département   de   design   visuel   de   Klaipeda,   il   participe   depuis   1999   à   de   nombreuses   expositions  
collectives   et   supervise   différents   projets   dans   l’ouest   de   la   Lituanie   depuis   2001.   Il   est   membre   de   l’Union  
photographique  lituanienne.  Entre  1995  et  2005,  il  a  fait  partie  du  groupe  d’action  SaliKApalikau.  
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     55/60
 
 

7.    AUTOUR  DE  L’EXPO  


 

Les  «  Week-­‐ends  »    
Samedi  12  mars  de  11h  à  20h  /Dimanche  13  mars  de  11h  à  19h  
Samedi  19  mars  de  11h  à  20h  /  Dimanche  20  mars  de  11h  à  19h  
 
Lectures  de  portfolios  
Le   week-­‐end   du   12/13   mars,   des   lectures   de   portfolios   gratuites   sont   organisées   pour   permettre   aux   jeunes  
photographes   de   présenter   leurs   travaux   aux   professionnels  :   galeristes,   éditeurs,   commissaires   d’exposition,  
iconographes,   responsables   des   festivals,   membres   de   collectifs.   Il   s’agit   d’un   moment   privilégié   et   précieux  
d’expertise   et   de   conseil.   Une   véritable   opportunité   donnée   aux   jeunes   photographes   de   rencontrer   des  
professionnels  et  aux  professionnels  de  découvrir  des  jeunes  talents  européens.  
 
Librairie  photographique  
Marc  Pussemier  de  la  Librairie  Photographique  (17  rue  de  la  Villette  75019  Paris)  installe  sa  librairie  à  Bagatelle  
le  soir  du  vernissage,  le  week-­‐end  du  12/13  mars  et  celui  du  finissage  (19/20  mars).  A  cette  occasion,  il  propose  
à  la  vente  une  sélection  d’ouvrages  d’éditeurs  européens.    
 
Conférences  
Durant   les   «  week-­‐ends  »,   des   conférences   gratuites   sont   proposées   au   public   (programmation   en   cours).  
L’association   FreeLens   viendra   animer   une   conférence   intitulée   «  Les   nouveaux   usages   de   la   photographie  »  
consacrée  aux  POM  (Petite  OEuvre  Multimédia)  ou  web-­‐documentaires.  
 
Projections  
Des   écrans   avec   casques   individuels   sont   mis   à   la   disposition   du   public   et   lui   permettent   de   visualiser   une  
sélection  de  Petites  Œuvres  Multimédia.  
 
L’exposition  de  la  Direction  des  Espaces  Verts  et  de  l’Environnement    
Au   sein   de   Circulation(s),   une   exposition   présente   une   sélection   de   photographies   répondant   au   thème   annuel  
de   la   Direction   des   Espaces   Verts   et   de   l’Environnement   (DEVE)   qui   est   en   2011  :   «  Les   forêts   périurbaines  
d’Europe  »  et  «  L’arbre  comme  élément  fondamental  du  paysage  urbain  ».    
 

VERNISSAGE  :  
Le  vernissage  presse  aura  lieu  vendredi  18  février  de  9h  à  11h.  Le  vernissage  officiel  samedi  19  février  de  15h  
à  19h.  A  cette  occasion,  un  bus  de  la  RATP  datant  des  années  50  assurera  la  navette  entre  la  Porte  Maillot  et  le  
Parc  de  Bagatelle.  Le  public  gardera  un  souvenir  de  sa  venue  grâce  au  studio  photo  installé  pour  l’occasion  dans  
lequel  il  pourra  se  faire  photographier  sur  un  fond  original  et  repartir  avec  le  cliché.    

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     56/60
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     57/60
 
 
 

8.  LES  ORGANISATEURS  DU  FESTIVAL  


 
 

Association   loi   1901   reconnue   d’intérêt   général,   Fetart   a   pour   objectif   de   faire   la  
promotion   des   photographes   émergents   en   leur   donnant   une   première   occasion   d’exposer   leur   travail.  
Véritable   tremplin   pour   lancer   la   carrière   des   photographes,   l’association   a   permis   de   révéler   de   nombreux  
talents   et   de   leur   fournir   un   premier   ancrage   dans   le   marché   de   l’art.   La   plupart   de   ces   photographes   sont  
aujourd’hui  exposés  dans  des  galeries,  suivis  par  des  agents  ou  présents  dans  des  foires  internationales.  
 
Depuis  sa  création  en  2005,  l’équipe  de  Fetart,  qui  regroupe  une  dizaine  de  passionnés  de  photographie,  tous  
bénévoles,  a  organisé  plus  de  40  expositions  et  présenté  une  centaine  d’artistes  français  mais  aussi  européens.  
Le   succès   rencontré   par   ces   événements   a   permis   de   montrer   à   un   large   public,   la   vitalité   de   la   scène  
photographique   contemporaine.   Le   nombre   de   visiteurs   présents   lors   des   manifestations   et   la   venue   de  
nombreux  professionnels  (galeristes,  agents  d’artistes...)  témoignent  de  la  réussite  de  cette  démarche.  
 
Au  fil  des  ans,  Fetart  a  noué  avec  des  collectifs,  des  organisateurs  de  festivals,  des  galeries,  des  revues  et  des  
écoles  de  photographies,  un  véritable  réseau  de  contacts  afin  de  créer  une  véritable  dynamique  autour  de  la  
photographie  européenne.  
 
La  volonté  d’ouverture  de  l’association  sur  l’Europe  s’est  traduite  par  la  création  en  2009  des  «  Entrevues  »,  un  
regard  croisé  entre  deux  photographes  européens  visible  sur  le  site  internet  de  Fetart  (www.fetart.org).  
 
Web  :  www.fetart.org  et  www.festival-­‐circulations.com  

 
 
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     58/60
 
9.  INFOS  PRATIQUES  
 

 
 
Du  19  février  au  20  mars  2011  à  la  galerie  Côté  Seine.  
 
Parc  de  Bagatelle,  route  de  Sèvres  à  Neuilly  et  Allée  de  Longchamp,  75016  Paris.  
Tous  les  jours  de  11h  à  17h  
 
ACCÈS  :    
 
Métro  :  Porte  Maillot  (ligne  1)  puis  bus  244  :  Bagatelle  -­‐  Pré  Catelan  (43  place  de  Bagatelle)  
Métro  :  Pont-­‐de-­‐Neuilly  (ligne  1)  puis  bus  43  
 
 
SAVE  THE  DATE  
 
>  Vernissages  
Vernissage  presse  :  vendredi  18  février  2011  de  9h  à  11h  
Vernissage  officiel  :  samedi  19  février  2011  de  15h  à  19h  
 
 
>  Week-­‐end  lecture  de  portfolios  
Samedi  12  mars  de  11h  à  20h  /  Dimanche  13  mars  de  11h  à  19h  
 
>  Week-­‐end  finissage  
Samedi  19  mars  de  11h  à  20h  /  Dimanche  20  mars  de  11h  à  19h  
 
www.festival-­‐circulations.com  
 
 
CONTACT  PRESSE  :  
Nathalie  Dran  :  nathalie.dran@wanadoo.fr  /    
Mobile  :  +33  (0)6  99  41  52  49  –  Fixe:  +33  (0)9  61  30  19  46  
 
CONTACT  FETART  :  
Marion  Hislen  :  marion.hislen@fetart.org  /  +33  (0)6  03  36  26  62  
Audrey  Turpin  :  audrey@fetart.org  /  +33  (0)6  07  59  86  38  

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     59/60
 
 

10.  LES  PARTENAIRES  


 
Partenaires  institutionnels  et  principaux:  

 
 
Partenariats  médias  :  
 
 
 
 
Partenariats  amis  :  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partenaires  programmation  :  
 
 
 
 

 
Festival  «  Circulations  »  -­‐  Dossier  de  presse     60/60