Vous êtes sur la page 1sur 14

FASOVIAT

Bimestriel des nouvelles des Viateurs du Faso


N°: 40

À LA UNE
Sommaire Dans le cadre du
Éditorial p.2
déroulement
Connaissez-vous p.3
des examens
Une Grande Visite p.4 d’État,
Les examens d’État p.5 le Ministre de
Retour de Mondésir p.5 l’Éducation,
L’Association p.6-9 professeur
Nouvelles pêle-mêle p.10
Stanislas Ouaro,
Justice et Paix p.11
est venu visiter
Assemblée p.12
notre école à
Célébration p.13
Retraite p.14
Banfora.
Le Ministre, deux élèves et
F. Benjamin Ouédraogo

L’accueil de l’associée et des neuf pré-associé-es dans le jardin de Dassasgho


PARUTION: Juillet et Août 2020

1
Éditorial

J’ai vu l’homme au visage serein, les yeux fixés sur l’essentiel qui
est le Christ. Il avait le regard perçant. Il y avait Dieu dans son
regard. Je l’ai contemplé et son regard me montrait l’homme de
Nazareth, admirable conseiller, le serviteur des serviteurs. Sa
personnalité et son aspect physique m’inspirait confiance. Il
respirait la pédagogie, sa face rétablissait la discipline. La franchise
le déterminait dans toutes ces actions.

Ces descriptions de sa personnalité à travers un tableau de


peinture reflétaient la paix et sérénité. Cet homme est né le 21
août 1793 à Lyon dans le quartier Saint-Nizier. Cet homme, c’est le
Père Louis Querbes.

En écrivant une lettre au frère Liauthaud, il disait ceci : « Gardons-


nous de nous laisser amollir en ne considérant dans les jours qu’il
nous est donné de passer encore sur la terre, que ce qu’il y a de
pénible à y rencontrer. La grâce et la paix accompagnent toujours les épreuves, pour les hommes
de bonne volonté.»1 L’homme vivait réellement ce qu’il disait. Le Père Louis Querbes était un
homme de paix intérieure et de sérénité.

Aujourd’hui, le Père Querbes nous invite à faire plaisir aux autres et à nous-mêmes en faisant un
vide intérieur pour nous remplir de Dieu car de Dieu viennent toute paix et toute sérénité. En ce
sens la communication est une des clés des relations interpersonnelles en communauté.
Encourageons-nous à nous exprimer le plus souvent car la parole est un instrument important de
libération et d’ouverture aux autres. Prenons-nous le temps d’écouter les autres, ils sont souvent
des canaux où Dieu passe pour nous parler à notre fort intérieur. C’est pourquoi le Père Thomas G.
Langenfeld disait : « C’est unique l’Esprit qui prend l’initiative de cette expérience qui conduit un
chrétien à choisir ce genre de vie qui va au-delà de la sagesse humaine. Mais Dieu se sert des
hommes et des femmes pour réaliser ses projets. »2 Ce cérémonial nous permettra de grandir
spirituellement et humainement.

Alors la méditation pour un religieux Clerc de Saint Viateur sera le chemin pour s’ouvrir à son
confrère, au prochain et à Dieu. A la sagesse populaire de dire : « Il exulte, le père d’un homme
juste ; celui qui engendre un sage est comblé de joie. » Le fruit de la méditation de la Parole de
Dieu est la paix et la sérénité intérieure. Si nous nous attachons à la méditation, nous serons
comme un arbre planté et qui s’épanouit auprès d’un courant d’eau divine.

Dieu reste disponible pour nous combler : « Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous
trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à
qui frappe, on ouvrira. »3 Que le vénérable Père Louis nous y aide.

Frère Victor ZONGO, csv


Supérieur de la Fondation

1
Louis Querbes, Lettre au F. Liauthaut, 13 novembre 1857,DQ 521 8,33
2
Thomas G. Langenfeld, Cir. N°28, Lettre à la Congégation, 21 octobre 1982, p. 4.
3
(Mt 7, 7-8)
2
Connaissez-vous vos confrères Burkinabè?
À Boassa, au Noviciat, la douzième promotion, 2017-2018, compte trois
novices, Richard KOLOGO, Jean-Baptiste YABE et Fidèle OUOBA. Fidèle n’a pas
prononcé ses vœux, il a quitté à la fin du noviciat. Ils ont eu le père Norbert
ZONGO comme Maître des Novices, accompagné du Frère Désiré LEGMA,
socius.

Le Frère Richard KOLOGO est né le 17 Avril 1989 à Port-Bouët


(RCI) dans le Diocèse de Grand Bassam. Fils de KOLOGO Tibo
Thoma et de SANA Awa Véronique, d’une famille de 5 enfants
dont il est le 4ème suivi d’une sœur. Il a connu les Clercs de
Saint-Viateur à travers la JEC en participant au Comité National
qui avait eu lieu au Groupe Scolaire Saint-Viateur. Il entre au
postulat à Banfora le 28 Septembre 2016. Son responsable du
postulat fut le Père Céraphin OUEDRAOGO. Il a une licence en
Economie et Science de la Gestion (ESG). Mais avant, il a étudié
pour le BEP en Administration Commerciale et Comptable (ACC)
puis un BAC professionnel en Bureautique Comptabilité (BC).
Après le noviciat, il fait ses premiers engagements le 1er
Septembre 2018. Il est affecté au Groupe Scolaire Saint-Viateur comme Comptable
Matière. Durant ses étés, il a participé au Camp de l’Avenir. L’an prochain (2020-
2021), il commencera son Master Professionnel en Comptabilité Contrôle et Audit et il
résidera à la résidence Etienne-Champagneur de Saaba. Il fréquente depuis son
enfance le groupe des servants de messe, le CV-AV, le groupe de vocation, les
groupes de prière comme le Renouveau Charismatique. Il a 31 ans.

Le Frère Jean-Baptiste YABE est né le 19 Janvier 1993 à Agoè-


Nyivé au TOGO. Fils de YABE Koudjo et GAYI Ayaba, d’une
famille de 4 enfants dont il est le 2ème. Il a fait l’école primaire
de 1999 à 2006 à l’École Primaire Catholique de Défalé où il
obtint son CEPD. De 2006 à 2013, il étudie au Lycée de Défalé
où il obtint successivement son BEPC en 2010 et son BAC A4 en
2013. DE 2013 à 2015, il a fait une expérience au séminaire
diocésain. Il a connu les Clercs de Saint Viateur par une sœur
missionnaire de la doctrine chrétienne, puis il a participé au
groupe vocationnel. Il entre au postulat à Banfora le 20 octobre
2016. Son responsable du postulat fut le Père séraphin
Ouédraogo. Il a son BAC série littéraire. Après le noviciat, il a
fait ses premiers engagements le 1er septembre 2018. Il est affecté à l’Établissement
Louis-Querbes de Banfora comme éducateur adjoint de 2018 à 2020, puis pour 2020-
2021 est nommé aux études en philosophie à l’Institut Supérieur privé Maison-
Lavigerie tenu par les Missionnaires d’Afrique. Durant ses étés, il a participé aux
Camps de l’Avenir. Il demeure depuis juillet à la résidence Etienne-Champagneur à
Saaba. Il a fréquenté depuis son enfance le mouvement CV-AV, le groupe Samuel, le
renouveau charismatique, la chorale et le groupe de vocation. Il a 27 ans.

3
Une grande visite

Le 14 juillet 2020, visite de courtoisie, de reconnaissance et d’encouragement du


Ministre de l’Éducation Nationale, le professeur OUARO Stanislas, à notre
établissement de Banfora. Le Frère Benjamin Ouédraogo lui a fait visiter nos
infrastructures en particulier notre atelier en électrotechnique. Il a rencontré les élèves
et les a motivés à bien se préparer aux examens de l’État.

4
Les examens de l’État de 2020 malgré la pandémie
Le Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des
Langues Nationales (MENAPLN) a présenté au Conseil des ministres, l’état de mise en
œuvre du Plan de riposte pour la continuité éducative dans le contexte de la COVID-19.
Les activités dans leur ensemble ont des niveaux d’exécution satisfai sants. Les
examens et concours au titre de l’année 2020, se dérouleront du 14 au 28 juillet
2020. Le nombre de candidats au CEP est de 446,138 élèves dont 54% de filles
contre 419,260 élèves en 2019. 317,995 candidats dont 55,15% de filles
prendront part aux épreuves du BEPC contre 301,823 en 2019. Il y a 125,805
candidats -dont 72,519 garçons et 53,286 filles- inscrits aux épreuves écrites du
BAC 2020 du 3 au 21 août.

A Banfora
BAC D (série Scientifique) = 30 admis sur 30 candidats soit 100%
BAC A (série Littéraire) = 17 admis sur 18 candidats soit 94,44%
BAC F3 (électrotechnique) = 8 admis sur 30 candidats soit 25%
BAC G2 (comptabilité) = 29 admis sur 32 candidats soit 90,63%
BEPC (premier cycle du secondaire, post-primaire) = 56 admis sur 58 soit 96,55%
BEP administration commerciale et comptable = 43 admis sur 45 soit 95,55%
BEP électrotechnique = 33 admis sur 44 soit 75%
CQP plomberie =14 admis sur 15 soit 93,33%
CQP restauration/cuisine = 5 admis sur 7 soit 71,41%

A Ouaga
BAC D (série Scientifique) = 105 admis sur 121 candidats soit 86,78%
BAC A (série Littéraire) = 64 admis sur 65 candidats soit 98,46%
CEP (diplôme du primaire) = 50 sur 50 soit 100%
BEPC = 187 admis sur 207 élèves soit 90,33%

Les taux de succès national pour les examens d’État sont les suivants : 66,05% pour le CEP,
36,40% pour le BEPC, 46,86% pour les BEP et 39,35% pour tous les BAC confondus. Bravo aux
équipes éducatives de nos deux écoles.

L’accueil du Père Lindbergh Mondésir lors de son retour au Burkina Faso


Le P. Mondésir a été
nommé Directeur de
l’Institut théologique
Anselmianum de
Ouagadougou, le 6
août 2020 par
l’Union des
Supérieurs Majeurs
du Burkina/Niger.
Cet institut assure
une formation
théologique aux
religieux et
religieuses.

5
La présentation de l’associée et des pré-associé-es
Mme Maryam Aimée Louise NIKIÉMA née
ILBOUDO, épouse de M. Nazaire NIKIÉMA et
mère de 5 enfants. Elle est ménagère et
catéchiste. Elle connaît les Clercs de St-Viateur
depuis leur arrivée à Dassasgho, fidèle de la
chapelle depuis 2001. Catéchète pour le Centre
de catéchèse du GSSV depuis le P. Mondésir
comme aumônier. Dès 2009, Madame Nikiéma a
cheminé en vue de l’Association. Le 14 juillet
2011, elle a fait une demande pour devenir
Associée. Le Supérieur d’alors lui a répondu en lui
disant : ‘’Il faudra attendre un peu’’. Elle attend
donc depuis 9 ans.
Dans sa lettre de motivations, elle écrit :
‘’Lorsque j’ai vu les Clercs de St-Viateur, je me suis
renseignée sur eux avec le curé de St-Camille, Père Prosper, devenu Évêque de Tenkodogo. Il m’a
expliqué en disant que ce sont des catéchistes. Être catéchiste c’est le métier qui m‘a plu depuis
mon baptême à l’âge adulte. Ce que j’ai entendu et ce que je voyais m’a motivé à me présenter
pour faire le catéchisme. J’étais la première et après j’ai amené ma grande sœur Bernadette Sanou
pour le catéchisme. J’ai demandé comment participer aux œuvres des Viatoriens et le père
Mondésir m’a expliqué que c’est un cheminement pour devenir une personne associée aux
Viatoriens. Malgré les années qui ont passé, autour de neuf années, je reste motivée pour être
associée … Et avec l‘accord de mon mari, je viens vous demander de m’accueillir comme Associée
à la Congrégation des Clercs de St-Viateur’’.

M. Marcel TIEMTORE est marié à Mme


Amandine YONLI, parent de 1 enfant. Il est
Censeur du cours de soir au Groupe scolaire Saint
Viateur et professeur de philosophie. Il connaît
les Clercs de Saint-Viateur depuis 2004, donc 16
ans, alors qu’il était engagé comme professeur
au GSSV. Pour le mouvement SPV, il est
secrétaire général du Conseil national et du
Conseil des Aînés. Il a participé à plusieurs Camps
de l’Avenir. Il a participé aussi à l’organisation des
sorties de l’Excellence du GSSV.
Dans sa lettre de motivation, il écrit : ‘’… je voudrais donner un sens spirituel à cet engagement
en devenant associé de votre noble œuvre. Ce sera l’occasion pour moi d’approfondir le charisme
de votre fondateur et de m’engager pleinement avec vous dans cette œuvre divine et donner un
sens plus profond à ma vie de chrétien catholique’’.

6
M. Prosper BIKIENGA et son
épouse, Mme Georgette
BIKIENGA née NACOULMA
sont parents de 2 enfants.
Prosper est Sociologue,
Chargé de suivi-évaluation
au Fonds Permanent pour le
Développement des Collec-
tivités Territoriales et Geor-
gette est Gestionnaire des
Ressources Humaines.
Prosper et Georgette con-
naissent les Clercs de St-Viateur depuis l’ouverture du GSSV, juillet 2000, tous deux
comptés parmi nos premiers élèves. Actif dans la JEC du Groupe Scolaire Saint Viateur avec
le F. Jocelyn, animateur. Outre leur travail régulier, Prosper et Georgette font du bénévolat
dans leur quartier. Ils rassemblent, deux fois par semaines, avec l’aide de jeunes bénévoles,
plus d’une cinquantaine d’enfants en difficulté d’apprentissage pour leur assurer du
rattrapage scolaire.
Dans leur lettre de motivations, ils écrivent : ‘’… afin de vivre la vocation baptismale … afin de
partager la vie spirituelle, religieuse et apostolique viatorienne … s’intéresser à la mission
viatorienne qui consiste à annoncer Jésus-Christ et son Évangile à travers l’éducation.’’

M. Évariste BAGRÉ est marié à Mme Élodie KABORE. Il


est père de 3 enfants. Évariste est Analyste Chargé de
Sécurité à l’Ambassade du Japon. Outre son travail
régulier, Il dirige son École de Karaté regroupant 208
jeunes et adultes et il dirige son Centre sportif et éducatif
ELIT’ACTIOS.
Évariste connaît bien les Clercs de St-Viateur pour avoir
partagé leur vie depuis 2002, il a été religieux Viateur
durant six ans. Après deux années de vie missionnaire au
Japon et une année à Banfora, il a réorienté sa vie, tout en
demeurant un Viateur dans l’âme.
Dans sa lettre de motivations, il écrit : ‘’La vie de prière, le
partage fraternel et l’expérience de l’engagement auprès des jeunes, surtout ceux démunis sont
pour moi des valeurs qui me rattachent directement et indirectement au charisme, à la mission et
à la spiritualité des Clercs de St-Viateur. C’est pourquoi, je ressens le besoin de m’engager
ardemment, en tant que baptisé catholique, dans un groupe où la foi peut être vécue, approfondie
et célébrée.’’

7
M. Magloire OUBDA et son
épouse, Mme Esther
OUBDA née OUÉDRAOGO
sont parents de 2 enfants.
Magloire est Agent de
Développement Communau-
taire et Esther est Respon-
sable des achats, UMT, Tech-
nologies. Magloire connaît
les Clercs de St-Viateur
depuis longtemps. Il est l’un de nos premiers élèves du Groupe Scolaire Saint Viateur dès
son ouverture en octobre 2000. Il est devenu membre du SPV au temps du GSSV et
maintenant il est dans le Conseil national du SPV. Adjoint au service Presse et
Communication. Il a participé à de nombreux Camps de l’Avenir et de l’Amitié. Esther
connaît les Clercs de St-Viateur depuis 2009 alors qu’elle participait aux réveillons de Noël à
la Communauté de Dassasgho. Esther s’est engagée dans la chorale de la chapelle
universitaire.

Dans leur lettre de motivations : Après avoir rappelé le désir du P. Querbes, Fondateur, de
perpétuer l’enseignement de la doctrine chrétienne et le service des saints autels, Après avoir
relaté l’idée chère du Fondateur de s’associer des laïcs qui désirent participer à la mission.
Magloire s’exprime ainsi : ‘’J’ai eu la grâce de fréquenter cette communauté. Mon désir de
poursuivre l’œuvre du Fondateur comme associé est né de ces moments de prière et de fraternité
passés en communauté avec les religieux. Je demande d’entrer officiellement avec mon épouse
comme pré-associé-es dans la communauté viatorienne.’’

M. Thomas KIENDRÉBÉOGO, époux de Mme Monique


BOUDA, il est père de 4 enfants. Il est Ingénieur, il travaille à
SITA-RAIL comme conducteur de trains. Thomas connaît les
Clercs de St-Viateur depuis leur arrivée à Dassasgho. Il se
rendait souvent à la résidence pour échanger. Il était à ce
moment étudiant au Lycée Technique Ouagadougou (LTO),
et ensuite à l’Université, aux études qui le conduiront à
devenir ingénieur. Thomas a participé à des Camps de
l’Amitié et il a toujours gardé contact avec la communauté
par des visites régulières.

Dans sa lettre de motivation, il écrit : ‘’Depuis votre présence


au Burkina Faso nous avons toujours pris part à vos événements
spirituels à chaque fois que l’occasion nous est offerte et nous avons toujours été joyeux de prier
avec vous dans les célébrations eucharistiques en Église…..’’

8
M. Pascal GOUBA et son épouse, Mme Adèle Noéllie GOUBA/OUÉDRAOGO, ils sont
parents de 2 enfants. Pascal est Conseiller des Affaires Étrangères et Adèle Noéllie est
institutrice. Pascal connaît les Clercs de St-Viateur depuis leur arrivée à Paspanga le samedi
20 novembre 1999. Le soir de notre déménagement à Paspanga, un jeune homme frappe à
notre porte. Premier visiteur : ‘’Je suis votre voisin et je viens vous souhaiter la Bienvenue.’’
Il se présente comme étant le responsable du Local de la catéchèse relié à la chapelle
universitaire la Rotonde. Nous avons créé des liens. Nous nous soutenons donc depuis
vingt et un ans. Et Adèle Noéllie nous connaît par l’intermédiaire de Pascal.

Dans leur lettre de motivations, ils écrivent : ‘’Nous pouvons, sans nul doute, dire que nous
partageons la spiritualité de la Congrégation ainsi que son charisme qui est en cohérence avec les
actions de notre couple en faveur de l’éducation à travers notamment la fondation d’un
Établissement scolaire. Nous pensons… que, nous engager en tant qu’associé-es, nous permettra
de vivre et d’approfondir notre foi et notre engagement chrétien dans la société’’.

Voici un extrait du mot du F. Victor Zongo, supérieur de la Fondation

« Chers Viateurs, ce que nous venons de vivre ce soir est un événement inédit de notre histoire:
la famille viatorienne du Burkina Faso s’est agrandie de neuf pré-associé-es et d’une associée.
Que le nom du Seigneur soit béni. Oui, notre joie est grande en ce jour. Comment ne pas rendre
grâce à Dieu ! D’un seul cœur, exprimons notre gratitude à Dieu pour ses merveilles. Dieu, de
qui nous avons la vocation et la vie. Dieu, Maître du temps et de l’histoire. À lui louange et
gloire pour les siècles des siècles, Amen !
Chère associée Madame Nikiéma, après tant d’années de cheminement avec nous, vous voici
aujourd’hui associée Viateur. Félicitations à vous! Merci d’avoir choisi les Clercs de Saint
Viateur. Merci pour votre exemple de patience et de fidélité dans le cheminement. Puisse Dieu
vous bénir et raffermir votre engagement à sa mission auprès des Viateurs.
Chers pré-associé-es, vous venez de faire un pas important dans le cheminement vers
l’association. Félicitations à vous. Que Dieu vous bénisse et vous fortifie dans votre
cheminement vers l’association. »

9
Nouvelles pêle-mêle
Le 31 juillet, nos frères Musulmans au Burkina Faso ont
fêté la Tabaski. Comme signe d’amitié, Mgr Justin Kientéga
offre un mouton à l’Iman. Malgré la situation du
Djihadiste, la belle cohabitation existe.

Le port du masque est toujours de vigueur au Burkina. A la messe du 26 juillet, le prêtre a même
béni les masques de nous portions comme signe de la protection de Dieu pour notre santé.

Les écoles catholiques attirent toujours la confiance de la


population. Beaucoup d’écoles laïques privées choisissent
un nom catholique : Saint Monique, Saint Ambroise… A
Gounce, on connaît saint Mohamed...

La saison des pluies au


Burkina amène des
inondations. Des
secteurs de Ouaga ont
été touchés et aussi des
villages en région. L’État
a dû intervenir pour
indemniser des familles
qui ont tout perdu :
maison, bien personnel.
Il y a eu aussi 5 morts
dans une voiture
emportée par
l’évacuation des eaux après la pluie. Les
victimes étaient de la mission de supervision
des examens du CEP et BEPC à Boudry.

10
Commission Justice et Paix
La Commission épiscopale
Justice et Paix du Burkina a
convié à Ouagadougou ses
membres statutaires des
quatre coins du pays pour une
assemblée générale. Elle vise
à dresser un bilan de ses
activités et à définir des
perspectives stratégiques.
L’ouverture des travaux a été
officiée le jeudi 6 août 2020
par Mgr BAZIÉ Alexandre
Yikyi, évêque auxiliaire de
Koudougou et président de la
Commission. Le père Macaire SANDOUIDI avec deux laïcs du diocèse de Banfora y ont participé.
«Qui veut la paix cultive la justice ». C’est cette devise qui, à la lumière de la doctrine sociale de
l’Église, a inspiré et conduit l’action de la Commission épiscopale justice et paix du Burkina depuis
2003, date de la création de cette dernière : elle prône en effet la justice, la paix, l’éveil et la
formation des consciences individuelles et communautaires à ces valeurs et à la défense des droits
humains violés.

Depuis sa création la CJP-Burkina a engrangé un capital d’acquis et d’expériences. Cela a été


possible grâce à une stratégie d’actions à deux pôles : le premier s’est focalisé sur la lutte contre
l’exclusion sociale et les violences faites aux femmes. Une lutte qui n’a pas été vaine, car ayant
obtenu des résultats comme la formation de para-juristes et des équipes d’encadrement sur la
compréhension sociale du phénomène de sorcellerie. Ces acteurs ont été équipés d’outils juridiques
de protection des femmes accusées de ce phénomène au Burkina Faso. D’autres résultats ont été
l’organisation de conférences publiques au profit d’élèves et d’étudiants, la réalisation d’un
documentaire et de messages forts sur l’exclusion sociale ; le second pôle d’action de la CJP-
Burkina a ciblé la promotion de l’accès équitable des populations rurales à la justice par l’ancrage
du mécanisme de gestion alternative des conflits. Des efforts consentis et conjugués ont contribué,
entre septembre 2015 et mai 2018, à obtenir 1 407 cas de violences et/ou d’injustices recensés
résolus dans les diocèses, 85 conflits issus des dégâts d'animaux dans les champs définitivement
résolus à l'amiable, 38 victimes de violences domestiques orientées vers les juridictions compétentes
pour la résolution des conflits familiaux, 10 coordonnateurs diocésains et 50 para-juristes
sensibilisés au foncier rural.

Les deux grands programmes sont en cours de réalisation, le premier portant sur le renforcement de
l’efficacité institutionnelle du département justice et paix. Il ambitionne de consolider la paix
sociale par le développement d’une culture du civisme et de la citoyenneté, de prévenir les conflits
violents liés au foncier rural, de protéger les droits des femmes et des jeunes filles ; le second
programme dans les conduits est dit Programme action pour la paix et la justice sociale (PAPJ),
visant le renforcement des capacités de l’organe acteur pour plus d’efficience sur le terrain Burkina
Faso.

Monseigneur Alexandre Y. Bazié, a confié que « son rêve le plus immédiat et urgent est celui
d’arriver à la création d’un observatoire permanent des droits de l’homme pour que ses objectifs
deviennent une réalité pour le bien de tous.»

11
ASSEMBLEE DE FONDATION
Le lundi 31 aout 2020 eut lieu au noviciat de Boassa l’assemblée générale des Clercs de Saint
Viateur. Ladite assemblée fut tenue dans des conditions particulières.

D’abord, très tôt le matin, s’abattit sur Ouagadougou et ses environs une pluie généreuse. C’est
dans cette atmosphère et sous cette pluie battante qu’arrivèrent les frères. L’on note également
la présence pour la première fois de l’associée des clercs de Saint Viateur (une première dans
l’histoire !). Enfin, autre fait majeur, ce fut la présence de l’un des fondateurs de la communauté
des clercs de Saint Viateur au Burkina Faso en la personne du P. MONDESIR Lindbergh.

En effet, Il faut dire que


l’assemblée a vu la participation
de tous les clercs de Saint Viateur
présents au Burkina. Dans
l’ensemble, bien que commencé
avec un léger retard, tout s’est
bien déroulé puisque le
chronogramme proposé a été
respecté. Au menu des échanges,
c’est la vie et la mission de la
fondation. La participation des frères fut remarquable et c’est dans un climat paisible que toute la
séance s’est déroulée. L’assemblée s’est achevée avec le partage d’un repas fraternel suivi de la
célébration eucharistique à triple intention à savoir la clôture de la neuvaine au Vénérable P Louis
Querbes, le renouvellement des vœux et l’entrée au noviciat. Nous rendons grâce à Dieu pour son
amour et sa miséricorde envers notre famille religieuse et qu’il nous garde unis les yeux fixés sur
Jésus Christ.

L’assemblée a porté essentiellement sur la lecture, l’amendement et l’adoption du rapport de la dernière


assemblée du 13 avril 2019, le partage des nouvelles communautaires, apostoliques et la présentation du cadre
logique et des différents projets de la Fondation.

Frère Grégoire AYENA, csv

12
Célébration eucharistique

A 16h30 de ce jour 31 août 2020 a eu lieu la célébration eucharistique de l’entrée au Noviciat.


Cette célébration fut particulière et très riche en évènements. Elle fut essentiellement marquée
par la Clôture de la neuvaine de prière au Vénérable Père Louis QUERBES, la clôture de l’assemblée
et le renouvellement des vœux des Frères Fulbert SAM, Arnaud TOUGMA et Nicolas DONGO. Cette
célébration d’entrée au noviciat de trois novices (Justin Siati, Abraham Yaméogo, Anthony
Nwachukwu) a été présidée par le Père Norbert ZONGO et a rassemblé l’ensemble des religieux de
la Fondation. Elle a été magnifiquement animée de vives voix et corroborée par un message très
fort du Supérieur de la Fondation : « Tout passe, seule l’amitié demeure ».
Frère Traoré Venceslas, csv

Entrée au noviciat le 31 août 2020


Abraham Augustin Yaméogo, P. Norbert Zongo, Justin Afeleté Komi SIATI , Anthony Alozie NWACHUKWU
…………

Le renouvellement des vœux


P. Norbert Zongo, F. Arnaud Tougma, F. Nicolas Dongo, F. Fulbert Bamazé et F. Victor Zongo

13
« Passer à l’autre rive avec le Christ »
Après une année d’activité dans nos œuvres (Groupe
Scolaire Saint Viateur de Ouagadougou ; Établissement
Louis Querbes de Banfora et la Paroisse Saint Viateur de
Banfora) et dans des Instituts Privés d’Enseignement
Supérieur de la place, les Clercs de Saint-Viateurs à l’instar
de autres congrégations se sont donnés du temps pour
refaire force en se recentrant au Christ. C’est dans ce sens
que malgré la crise sanitaire de la COVID-19 et les
épreuves qu’a traversé la communauté, les frères se sont vu
dans l’obligation de se retrouver pour Maître le Christ au
centre de leur vie à travers la retraite spirituelle annuelle.
Cette année, les frères se sont séparés pour cette activité
À Koubri, au centre, le prédicateur, spirituelle afin de respecter les mesures prises dans le cadre
l’abbé SAMA Mathieu de la pandémie COVID-19.
Il y a eu deux groupes : le premier groupe était les confrères à vœux temporaires. Ils ont eu la
retraite dans le centre spirituel de Paam Yoondo tenu par les Pères Jésuites. Le second regroupait les
confrères à vœux perpétuels. La retraite est tenue de 17 au 23 Août 2020 au Monastère Bénédictine
Notre Dame de Koubri. Elle a eu pour thème : « Viateur, les yeux fixés sur le Christ Pauvre,
Chaste et Obéissant, passe à l’autre rive » et était animée par l’Abbé SAMA Mathieu, un prêtre
du diocèse de Koudougou qui est actuellement en service au grand séminaire à Ouagadougou.
En sept jours, l’Abbé nous a amenés à cheminer avec le Christ Pauvre, Chaste et Obéissant,
pour être à son image afin de traverser l’autre rive sans crainte. Durant ce temps d’intimité avec le
Christ, nous avons eu l’enseignement sur ces sous-thèmes pour alimenter notre foi et nous recentrer
sur l’essentiel de notre consécration en tant que religieux Clercs de Saint Viateur :
 Les yeux comme faculté de lumière et d’intelligence ;
 Jésus Christ, norme de vie chrétienne ;
 La pauvreté évangélique à la suite du Christ ;
 La chasteté pour le royaume dans le Christ ;
 La liberté d’obéissance dans le Christ ;
 Le passage à l’autre rive avec et pour le Christ ;
 Action de grâce par le Christ.

L’animateur termine son enseignement en nous disant ceci : « Il faut donc se mettre à l’école
du Christ, attacher de l’importance aux attitudes qu’il juge importantes, orienter l’esprit, le braquer,
en quelque sorte, comme il braque le sien, pour se rendre compte de la valeur chrétienne des
attitudes et des situations, et ceci devient essentiel, du moment qu’on se rend compte que le
christianisme tel qu’il se présente de nos jours, n’est pas purement et simplement le christianisme
authentique, le christianisme du Christ, mais qu’il est mélangé d’apports humains qui peuvent le
défigurer comme ils peuvent l’exprimer. Ainsi, ceci nous amène à une exigence qui est le souci
d’imprégner son esprit de l’enseignement du Christ, le souci de relier l’engagement religieux au
Christ vivant, car le Christ exprime sa vie dans ses attitudes aussi bien que dans ses paroles. On
s’imprègne de l’attitude du Christ devant la vie, autant en le regardant vivre qu’en l’écoutant.
L’Évangile donne surtout une orientation de vie et une attitude de vie. Le premier besoin de l’esprit
religieux actuel, et donc de tout Viateur, c’est bien de préciser les orientations chrétiennes, en même
temps que les unifier. C’est la tâche qui attend la génération actuelle. Ainsi pourrait prendre fin ce
qui ne saurait être clos ».
Frère Désiré LEGMA, csv

14