Vous êtes sur la page 1sur 79

Occitanie

Rapport final d’opération


Diagnostic archéologique

Hérault (34), Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

61 rue des Mésanges

Apports à la connaissance de
la partie méridionale de la villa
gallo-romaine du Barrou
sous la direction de par

Hervé Pomarèdes Michel Compan


Isabel Figueiral
Hervé Pomarèdes
Pierre Rascalou

Inrap Méditerranée
avril 2017
Occitanie
Rapport final d’opération
Diagnostic archéologique

Hérault (34), Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

61 rue des Mésanges

Apports à la connaissance de
la partie méridionale de la villa
gallo-romaine du Barrou
Code INSEE
34301

sous la direction de par

Michel Compan
Hervé Pomarèdes
Isabel Figueiral
Hervé Pomarèdes
Opération archéologique
11030

Pierre Rascalou
Arrêté de prescription
16/301-11/11030

Inrap Méditerranée
561 rue Étienne-Lenoir, 30900 Nîmes
Code Inrap
D116508

Tél. 04 66 36 04 07, med@inrap.fr

avril 2017
2 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Sommaire

I Données administratives,
techniques et scientifiques
6 Fiche signalétique
7 Mots-clefs des thesaurus
8 Intervenants
10 Notice scientifique
11 Localisation de l’opération
12 Arrêté de prescription
16 Arrêté de désignation
17 Fiche de projet

II Résultats

22 1. Conditions d’intervention

23 2. Contextes archéologique et géographique


23 2.1. Localisation du site
29 2.2. Connaissances d’ensemble du gisement
29 2.3. Les différents pôles connus
30 2.3.1. L’ancienne propriété Soum (secteur « a »)
32 2.3.2. L’ancienne propriété Baux (secteur « b »)
32 2.3.3. Les données recueillies dans la rue des Mouettes et dans l’ancienne propriété Schenc
(secteur « c »)
33 2.3.4. La villa Zizi et la rue des Fauvettes (secteur « d »)
35 2.3.5. La place des Mouettes (secteur « e »)
35 2.3.6. La base nautique municipale (secteur « f »)
35 2.3.7. Un gisement immergé (secteur « g »)

37 3. Les résultats du diagnostic


37 3.1. La tranchée 1
37 3.2. La tranchée 2
43 3.3. La tranchée 3
47 3.4. La tranchée 4
50 3.5. La tranchée 5

51 4. Evaluation du potentiel archéobotanique de l’Us 1052

53 Conclusion
3

55 Bibliographie

56 Légende des figures

IV Inventaires techniques

62 1. Inventaire des unités stratigraphiques

66 2. Inventaire des faits archéologiques

69 3. Le mobilier céramique : inventaire et argumentaire


chronologique (P. Rascalou)

73 4. Inventaire des mobiliers

75 5. Inventaire des photographies

76 6. Inventaire des minutes

77 7. Inventaire de la documentation numérique

77 8. Inventaire de la documentation papier


I. Données
administratives,
techniques
et scientifiques
6 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fiche signalétique

Localisation Statut du terrain au regard des Organisme de rattachement


législations sur le patrimoine et
l’environnement
Région Inrap Méditerranée
Occitanie 561 rue Étienne-Lenoir -
Néant Km Delta
Département 30 900 Nîmes
Hérault (34) Proprietaire du terrain
Base Inrap Villeneuve-Lès-Béziers
Commune
Mr Baux Lucien 3 rue de l’Acropole
Sète Lotissement Actipolis
34420 Villeneuve-Lès-Béziers
Adresse ou lieu-dit Références de l’opération
61 rue des Mésanges / Le Barrou
Dates d’intervention sur le terrain
Numéro de l’arrêté de prescription
Dénomination du projet 16/301-11/11030
Diagnostic
« 61 rue des Mésanges »
Numéro de l’opération
Du 22 février au 03 mars 2017
D116508 Surfaces
Codes

Numéro de l’arrêté de désignation Surface du projet :


code INSEE
du responsable 676 m²
34301 17/062-11/11030
Surface ouverte lors du diagnostic :
Numéro de l’opération archéologique
152,34 m2 soit 22,5 % du projet
11030 Maître d’ouvrage des travaux
d’aménagement
Lieu de dépôt temporaire du mobilier
Coordonnées géographiques et Mr Baux Lucien
altimétriques selon le système Base Inrap Villeneuve-Lès-Béziers
national de référence (Coordonnées 3 rue de l’Acropole
Lambert 93-CC43 ) Nature de l’aménagement Lotissement Actipolis
34420 Villeneuve-Lès-Béziers
X : 757260 Construction d’une maison
Y : 6257930 individuelle
Z : 2,25 m Ngf

Opérateur d’archéologie
Références cadastrales Inrap Méditerranée

Commune
Sète Responsable scientifique de
l’opération

Année
Hervé Pomarèdes, Inrap
NC

section(s)
BI

parcelle(s)
263
I. Données administratives, techniques et scientifiques 7

Mots-clefs des thesaurus

Chronologie Sujets et thèmes Mobilier

nb
Paléolithique Edifice public Industrie lithique
Inférieur Edifice religieux Industrie osseuse
Moyen Edifice militaire Céramique
Supérieur Bâtiment Marbre
Mésolithique et Epipaléolithique Structure funéraire Restes humains
Néolithique Voirie Faune
Ancien Canalisation Graines
Moyen Habitat rural Objet métallique
Récent Villa Meules
Âge du Fer Bâtiment agricole Phytolithes
Chalcolithique Structure agraire Parure
Protohistoire Urbanisme Habillement
Âge du Bronze Maison Trésor
Ancien Mur Monnaie
Moyen Fossé Verre
Récent Fosse Peson
Âge du Fer Sépulture Peinture
Hallstatt (premier Âge du Fer) Sol Sculpture
La Tène (second Âge du Fer) Foyer Inscription
Antiquité romaine (gallo-romain) Mégalithe Tuyau
République romaine Berge
Empire romain Structure sédimentaire Etudes annexes

Haut-Empire (jusqu’en 284) Horizon cultivé


Bas-Empire (de 285 a 476) … Géologie

Epoque médiévale Datation

haut Moyen Age Anthropologie

Moyen Age Paléontologie

bas Moyen Age Zoologie

Temps modemes Botanique

Epoque contemporaine Palynologie

Ere industrielle Macrorestes

An. de céramique

An. de métaux

Aca. des données

Numismatique

Conservation

Restauration


8 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Intervenants

Intervenants scientifiques
Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération

Didier Delhoume, SRA Conservateur régional de l’archéologie Autorité scientifique


Conservateur régional adjoint
Henri Marchesi, SRA Autorité scientifique
de l’archéologie
Iouri Bermond, SRA Ingénieur d’étude Prescription et contrôle scientifique
Hervé Petitot, Inrap Directeur Adjoint Scientifique et Technique Mise en place et suivi de l’opération
Hervé Pomarèdes, Inrap Ingénieur chargé de recherche Responsable scientifique

Intervenants administratifs
Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération

Didier Delhoume, SRA Conservateur régional Autorité scientifique


Conservateur régional adjoint
Henri Marchesi, SRA Autorité scientifique
de l’archéologie
Iouri Bermond, SRA Ingénieur d’étude Prescription et contrôle scientifique

Marc Bouiron, Inrap Directeur interrégional Méditerranée Mise en place et suivi de l’opération

Hervé Petitot, Inrap Directeur Adjoint Scientifique et Technique Mise en place et suivi de l’opération

Accompagnement technique
Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération

Olivier Boudry, Inrap Assistant technique Montage du projet et suivi technique

Daniel Copret, Inrap Assistant technique Suivi logistique

Alain Gervais , Inrap Assistant technique Suivi logistique

Eric Plassot, Inrap Assistant technique Mise en place et suivi des DICT

Sylvain Vondra, Inrap Assistant de Prévention Conseil sécurité


I. Données administratives, techniques et scientifiques 9

Équipe de fouille
Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération

Hervé Pomarèdes, Inrap Ingénieur chargé de recherche Responsable scientifique

Michel Compan, Inrap Assistant d’études et d’opérations Travaux de terrain

Olivier Ginouvez, Inrap Chargé d’opération et de recherche Travaux de terrain

Olivier Soulliaert, Inrap Technicien d’opération Travaux de terrain

Catherine Bioul, Inrap Topographe Relevés et plan général

Équipe de post-fouille
Prénom Nom, organisme d’appartenance Fonction Tâches affectées dans le cadre de l’opération

Hervé Pomarèdes, Inrap Ingénieur chargé de recherche Rédaction, coordination, infographie

Michel Compan, Inrap Assistant d’études et d’opérations Rédaction

Isabel Figueiral, Inrap Chargée d’opération et de recherche Rédaction

Pierre Rascalou, Inrap Chargé d’opération et de recherche Rédaction

Stéphane Barbey, Inrap Assistant d’études et d’opérations Mise en page du RFO


10 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Notice scientifique

Le diagnostic archéologique réalisé préalablement D’évidence, les découvertes reflètent la position et


au projet de construction d’une maison individuelle l’évolution de communs établis à proximité de la
concerne une surface de 676 m2. Bien que modeste, résidence. Ils ne sont pas s’en rappeler les vestiges mis
cette emprise a pour particularité de se situer dans très ponctuellement au jour plus au sud en 1989 dans
l’emprise de la grande villa gallo-romaine dite du la vigne Baux (I. Bermond et Chr. Pellecuer resp.) ou
Barrou, découverte au XIXe s. et fouillée à plusieurs encore ceux fouillés à la fin des années 1970 dans
occasions et en différents points notamment par A. l’ancienne Propriété Soum, située plus à l’est.
Freisses, Chr. Pellecuer, M. Lugand et I. Bermond.
Le diagnostic s’est traduit par la réalisation de cinq
tranchées qui ont permis d’explorer un peu plus de
150 m2 soit 22 % de la surface de la parcelle. Ces
tranchées ont atteint par endroit le substrat composé
ici de roches gréseuses.
L’intervention, conduite entre la fin février et le début
mars 2017, se situe à quelques mètres au sud du
quartier résidentiel de la villa du Haut Empire (rue des
Fauvettes et villa Zizi). Ce secteur particulièrement
confortable a fait l’objet de fouilles en 1985 (Chr.
Pellecuer resp.) puis 1988 (M. Lugand resp.).
Sept pavements mosaïqués et une citerne y ont été
découverts. Cet ensemble est remanié en profondeur
dans le courant du IIIe s. Deux des salles sont
réformées en espaces de travail et accueillent plusieurs
bassins. Plus largement, les occupations du site se
prolongent jusqu’au VIe s. sous des formes diverses
et complémentaires (ensembles funéraires, nouveaux
bâtiments ou constructions adventives, nouvelles
cuves )

Le diagnostic a permis de dégager plusieurs


ensembles de constructions qui prolongent en partie
la trame architecturale de la pars urbana, sur plus
d’une vingtaine de mètres vers le sud. Le tissu des
constructions se densifie progressivement d’est en
ouest. A l’est, les espaces sont les plus ouverts et
marquent l’emprise d’une ou plusieurs cours. Un sol
maçonné est établi au contact des sols de terre. Cet
aménagement de 4 à 4,20 m de large s’étend vers le sud
sur au moins 25 m et forme la base d’une vaste aire
technique (espace de circulation, plateforme de travail,
halle ?).
Plus à l’ouest, les murs porteurs et de refend se
multiplient et, pour certains, se succèdent selon
des axes hérités des plus anciens. Ce périmètre bâti
apparaît bien plus stratifié et complexe que les
surfaces ouvertes voisines. Les aménagements de la
fin de l’Antiquité y sont bien conservés (cuve, foyer)
et masquent les occupations du Haut Empire dans
lesquelles on ne reconnait aucune installation de
confort (appartement ou balnéaire).
I. Données administratives, techniques et scientifiques 11

Localisation de l’opération

Nîmes

ult
Occitanie Montpellier

a
Hér
Hérault (34)
Sète Sète
Béziers
61 rue des Mésanges / Le Barrou

X : 757260 Sète
Y : 6257930
Z : 2,25 m Ngf
12 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Arrêté de prescription
I. Données administratives, techniques et scientifiques 13
14 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou
I. Données administratives, techniques et scientifiques 15
16 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Arrêté de désignation
I. Données administratives, techniques et scientifiques 17

Fiche de projet

Diagnostic archéologique D116508


SETE (34) 61 RUE DES MESANGES

Projet scientifique dʼintervention

1.- Identification administrative de lʼopération


Région Occitanie Département Hérault
Commune Sète
Lieu-dit 61 RUE DES MESANGES
Cadastre Sète : Section BI parcelles 263

Prescription N° Arrêté Réception Surface Attribution Envoi projet


16/301-
Initiale 12-10-2016 676 m² 12/10/2016 23-01-2017
11/11030

Contexte actuel Urbain Contexte particulier Sous-terre


Nature archéologique Non stratifié

2.- Problématique scientifique


Le terrain à explorer est compris dans lʼemprise dʼune vaste villa romaine ayant existé du Haut-
Empire jusquʼau haut Moyen-Age. Le diagnostic aura pour objectifs de déterminer la nature, la
chronologie, lʼétat de conservation et lʼétendue des vestiges enfouis liés à lʼhabitat antique. Une
attention particulière portera sur lʼépaisseur des niveaux encore en place.

• Profil du responsable dʼopération :

Les RSO proposé est Hervé Pomaredes ayant à pécialiste de la période antique.
Spécialité : Antiquité

3.- Contraintes techniques


Lʼaménageur se charge des préalables permettant lʼaccessibilité totale aux terrains à
diagnostiquer :
- délimitation précise de lʼemprise ;
- neutralisation des éventuels réseaux ;
- aménagement dʼun accès pour le passage dʼune pelle-mécanique.
Le terrain devra être nettoyé ou défriché si nécessaire avant lʼarrivée des archéologues.
18 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

4.- Méthodes et techniques envisagées


- sondages sur lʼensemble du terrain par tranchées mécaniques de 2 m de largeur en fonction des
contraintes : 10 % minimum à de la surface à diagnostiquer sera sondée ;
- ouverture éventuelle de fenêtres de décapage afin de mieux caractériser les vestiges
archéologiques mis au jour ;
- pas d'évacuation des déblais qui seront entreposés en cordon le long des sondages ;
- plan de localisation des sondages ;
- plan, zonage et coupes des structures sʼil y a lieu ;
- enregistrement archéologique et photographique selon normes habituelles.

L'équipe sera constituée de 2 personnes au moins durant l'intervention de terrain.

5.- Volume des moyens prévus (en jours)


Préparation Terrain Etude Opération
Responsable Opération 2 J 8 J 5 J 15 J
Spécialiste J J 3 J 3 J
Technicien J 8 J 2 J 10 J
Technicien Spécialisé J J 3 J 3 J
Topographe J 1 J J 1 J
Totaux 2 J 17 J 13 J 32 J

6.- Délais de réalisation


Préparation 2 jours Terrain 8 jours Etude 5 jours
Remise rapport 6 semaines après la fin de la phase terrain

i
Directeur-adjoint Scientifique et Technique
Nom du DAST
PETITOT, Hervé
II. Résultats
22 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

1. Conditions d’intervention

L’opération de diagnostic de Sète – 61 rue des Mésanges/Le Barrou a été


réalisée du 22 février au 03 mars 2017. Une pelle mécanique (entreprise
Beaussire ; pelle sur pneus de 13 tonnes, godet lisse de 2 m de large) a été
mise a disposition de l’équipe les deux premières journées.
Les journées suivantes ont été nécessaires à d’importants nettoyages
de surface, la prise d’informations chrono-stratigraphique (collectes de
mobiliers, sondages ) et au levé topographique des vestiges (topographe :
C. Bioul).
La remise en forme du terrain (remblaiement et rebouchage des tranchées) a
été exécutée le jeudi 9 mars par l’entreprise Beaussire et un procès verbal de
fin de travaux a été signé par le propriétaire du terrain (Mr. Lucien Baux) le
14 mars en notre présence.
La post-fouille de l’opération s’est déroulée en plusieurs étapes, à partir du
6 mars.
La collaboration de P. Rascalou (étude céramologique détaillée) a été
jugée nécessaire pour l’élaboration de ce rapport. I. Figueiral, botaniste, a
également été sollicitée pour une étude préliminaire sur un ensemble discret
mais peut-être significatif contenant de nombreuses graines carbonisées.
II. Résultats 23

2. Contextes archéologique et géographique

2.1. Localisation du site

Entre la mer Méditerranée et l’étang de Thau (fig. 01), la montagne de Sète


culmine à 175 m ngf. Les pentes calcaires du Mont Saint-Clair (formations
jurassiques J7 et J8) sont relativement marquées et descendent nettement
vers la mer et le lido (fig. 02). Sur son flanc nord, du côté de l’étang de Thau,
le piémont s’adoucit nettement plus. Le sous-sol y est composé d’alluvions
Fig. 1 anciennes (Fy) et de molasses (m2). Il décline progressivement, à partir
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : d’une trentaine de mètres d’altitude, jusqu’à la pointe du Barrou et couvre
localisation du site sur fond IGN 1/25000. une petite centaine d’hectares (quartier dit des Métairies) propices à leur
(copyright IGN scan25) mise en culture (fig. 03).
24 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

753000

754000

755000

756000
6258000

6257000

6256000

6255000

0 500 1000 m

Fig. 2
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : localisation du site sur fond de carte géologique du BRGM.
(copyright BRGM)

Fig. 3, p. 25
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : localisation du site sur carte d’état major 1822-1866.
(acquisition sur géoportail)
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 25

758.000

1000 m
500
757.000

0
756.000

755.000

754.000

753.000

752.000
6259.000

6258.000

6257.000

6256.000

6255.000
26

754000
754100
754200
754300
754400
Inrap · RFO de diagnostic

6258000

6257900

6257800
0 50 100 m
Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 4. Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : Extrait cadastral et positionnement de la parcelle 263, section BI. (M. Compan, Inrap)
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 27

754100

754200

754300

754400
6258100

6258000

6257900

6257800

0 50 100 m

Fig. 5. Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : la parcelle 263, section BI sur fond Google Earth. (M. Compan, Inrap)

Le site du Barrou se trouve à environ 650 m au sud-


ouest de la pointe du Barrou et de son cap. Il s’étire
depuis le sud de la rue actuelle des Flamands roses
jusqu’au bord de l’étang (place des Mouettes), soit sur
près de 140 m (fig. 04 et 05). À l’ouest, il se perd sous
l’emprise de la base nautique municipale et vers l’est,
son extension reste encore très incertaine.
Le diagnostic présenté dans ce rapport se positionne
dans la partie méridionale de cet important gisement.
Au démarrage de notre intervention, la parcelle
concernée est en friche, close de murs et apparaît
comme l’une des dernières réserves foncières du
quartier (fig. 06).

Fig. 6
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : vue depuis le nord-est de la
parcelle en cours de diagnostic. Au premier plan, la tranchée 2.
(H. Pomarèdes, Inrap)
754050
754250
754300

754200

754100
28

754150
6258050

murs et constructions antiques Place des Mouettes


cuves secteur « e »
canalisations
sols maçonnés
tombes
Inrap · RFO de diagnostic

foyer
lignes de force habitats antiques

Rue des Mouettes, prop.


Schenc - Secteur « c »

6258000

gisement immergé
secteur « g »

Ancienne propriété
Soum - Secteur « a »

Villa Zizi - rue des


1012

Fauvettes - secteur « d »

1014

6257950 Base Nautique 1004

1013

1015
Municipale - secteur « f »
1016

1017

1020
1019

1022 1041

1042
1018

1023

1040

1025

1027

1026

1039

61 rue des Mésanges 1038

1029

1037
1030

1036

1031
diag. fev. 2017
1033

1033

Ancienne propriété
Baux - Secteur « b »
Base Nautique
Municipale - secteur « f »
(citernes antiques)

6257900

0 25 50 m
Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 7. Sète (34), Le Barrou : plan d’ensemble des vestiges répertoriés dans le quartier du Barrou. (H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 29

2.2. Connaissances d’ensemble du gisement

Sur la pointe du Barrou, la présence de vestiges antiques est attestée depuis


plus de deux siècles (fin XVIIIe et XIXe s.) (Pellecuer 2001 : 365-376). Les
premières découvertes circonstanciées sont faites à la fin des années 1950
sous les eaux de l’étang de Thau à proximité du site. Au début des années
1960, les premières fouilles sont entreprises. Elles se multiplient à la fin des
années 1970 et durant les années 1980 (ibid. : 367-368) (fig. 07).
Les données progressivement collectées, qui pour certaines apparaissent
majeures, restent cependant « disparates et fragmentaires ». Chr. Pellecuer
reprend la plupart d’entre elles dans sa synthèse et statut sur ce grand
établissement auquel il accorde une emprise importante, supérieure à un
hectare. Si le caractère « polynucléaire » du gisement reste aujourd’hui
encore l’image dominante, force est de considérer qu’il s’agit d’un
grand domanial complexe et le siège d’une propriété importante qui a
certainement joué un rôle économique significatif entre le Ier et le Ve/VIe s.
ap. J.-C. On peut dès à présent souligner que sa partie immergée, encore
très mal connue, pourrait accueillir une zone portuaire (Bigot, Duperron
2016) (cf. fig. 07 : secteur « g » et cf. infra : § 2.3.7). Le rivage pourrait
quant à lui recevoir des installations techniques très particulières comme
en témoignent « l’abondance des restes halieutiques et conchyliologiques »
ainsi qu’une vaste aire rectangulaire de béton de tuileau de près de 1200 m2,
sur laquelle sont insérés au moins sept bassins maçonnés (cf. infra ;
Pellecuer 2001 : 370-371).

Les mobiliers les plus anciens, en nombre restreints, indiqueraient une


occupation dès l’extrême fin du Ier s. av. J.-C. Les séries découvertes ne sont
réellement abondantes qu’à partir de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. La
construction de la partie résidentielle de l’établissement serait de cette période.
Celle-ci présenterait au moins sept salles mosaïquées (et deux citernes).
À partir du IIIe s. ap. J.-C., l’organisation de la villa du Barrou est
profondément modifiée ce qui traduirait une période dynamique. La
résidence disparait et les reconstructions s’opèrent sur son emprise et en
d’autres points sans toutefois que l’on en comprenne le sens exact.
L’occupation du site durant la fin de l’Antiquité apparaît elle aussi assez
importante. Les réaménagements de certains espaces et l’abondance
des mobiliers en témoignent. De plus, plusieurs groupes d’inhumations
suggèrent un « fractionnement » en unités d’habitat distinctes, jusqu’au
VIe s. ap. J.-C. au moins (ibid. : 368-369).

2.3. Les différents pôles connus

Le plan d’ensemble qu’il est possible de proposer aujourd’hui (cf. fig. 07),
n’offre aucun caractère urbain comme cela avait été envisagé dans les
années 1970. L’hypothèse d’une villa est en revanche privilégiée. Comme
on l’a déjà noté, elle se composerait d’un quartier résidentiel (secteur « d »)
intégrant plusieurs salles à pavements mosaïqués (fig. 08).
Cet ensemble se distinguerait de plusieurs autres secteurs tantôt bâtis et
couverts tantôt largement ouverts. Ces communs sont dotés d’espaces
techniques et d’équipements de production (cuves, chai ?, moulin)…
Concernant l’économie de cet établissement, l’accent a plusieurs fois était
mis sur la fabrication de salaisons et de garum du fait du nombre élevé de
cuves découvertes notamment dans la rue de Mouettes et dans la propriété
Schenc (secteur « c ») (cf. fig. 07) et au vu de l’abondance des restes de faunes
marines (mer et étang). Cette hypothèse a ensuite été nuancée par Chr.
Pellecuer : une seule de ces cuves aurait servi au traitement des produits de la
pêche. Du reste, cette cuve serait assez tardive comme la plupart des bassins.
30 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

6258000

754200

754250
mos. 4/1977

mos. 3/1977

mos. 2/1977

galerie ? mos. 1/1977


ou 37/1985
terrazzo 39/1985

mos. 38/1985

1012

citerne

6257950 1004
1014

1013

1015

1016

1017

1020
1019

1022 1041

1042
1018

1023

1040

murs et constructions antiques 1025

epierrement, pierrier, gravats, démolition


1027

canalisations (évac°) 1026

sols maçonnés antiques


chape maçonnée antique
1039

1038

niveaux div. / remblais (cours, extérieurs) 1029

1037

cuve antique
1030

1036

foyer 1031

fond d’amphore 1033

fosse, silo, fossé...


maçonneries modernes 1033

lignes de force habitats antiques

0 25

Fig. 8
Sète (34), Le Barrou : Le secteur résidentiel de
la villa Zizi et de la rue des Fauvettes (secteur
« d ») situé au nord du diagnostic au 61 rue des
Mésanges.
(M. Compan, H. Pomarèdes, Inrap)
2.3.1. L’ancienne propriété Soum (secteur « a »)

Entre 1968 et 1979, les fouilles dans la partie sud-est du site ont couvert
quelques 1000 m2 (cf. fig. 07).
Deux dépotoirs du Haut Empire sont appréhendés au nord et au sud des
constructions de cette période. Celles-ci sont organisées de part et d’autre
d’un mur nord-sud, long de 45 m minimum (fig. 09). Dans la partie nord de
ce périmètre, se trouve un appentis adossé au parement ouest de ce mur.
Côté est, ce sont deux cuves jumelées (2,2 x 1,5 m chacune) et trois dolia
(au moins) qui permettent de restituer une unité de production (viticole ou
oléicole ?).
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 31

754300
754250
cuves jumelles

dolia
appentis

rue des Fauvettes


secteur « d »

1012
tombes
tombes cour

ancrage ?
1004
1014
6257950

1013

1015

1016

base de
1017

moulin ?
1020
1019

1022 1041

1042
1018

1023

1040

1025

1027

1026

1039

1038

1029

1037
1030

1036

murs et constructions antiques


1031

cuves
ancrage ?
1033

1033
canalisations
sols maçonnés
tombes
foyer
0 25 m
lignes de force habitats antiques

Fig. 9
Sète (34), Le Barrou : plan des vestiges
antiques de l’ancienne propriété Soum (secteur
« a ») en vis-à-vis du diagnostic au 61 rue des
Mésanges.
(M. Compan, H. Pomarèdes, Inrap) Plus au sud, une série de cinq à six pièces s’organisent autour d’une cour
d’environ 150 m2. La lisibilité du plan est limitée par des constructions plus
tardives. Un mur vient ainsi condamner un dolium isolé servant jusque-là
de citerne (une canalisation l’alimente) Une salle technique de 30 m2 abrite
un moulin dont les empreintes ont subsisté dans le substrat : celle de sa
partie dormante et celle de son axe de rotation. Deux autres creusements
(l’un quadrangulaire, l’autre circulaire) pourraient correspondre à d’autres
ancrages de machines.
Durant la fin de l’Antiquité, des modifications ont transformé en partie
ces différentes espaces. La salle du moulin est divisée en deux pièces et des
équipements domestiques y sont installés (salle IV : foyer de tuiles disposées
à plat, base d’un plan de travail, nombreux mobiliers). Ailleurs, une cuve
à revêtement de tuileau et à cupule de décantation a livré du mobilier de la
fin du Ve et du VIe s.. Les nouvelles constructions réutilisent des moellons
équarris, des fragments de tuiles et dolia sont mis en œuvre dans le blocage
et le liant est en terre ; alors qu’il s’agit de mortier dans l’état antérieur.
A l’ouest et au sud-est des espaces bâtis, deux petits groupes d’inhumations
(deux et trois tombes) de la fin de l’Antiquité sont repérés.
32 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

2.3.2. L’ancienne propriété Baux (secteur « b »)

C’est la partie du site la plus méridionale et se trouve au sud de la parcelle


diagnostiquée (cf. fig. 07). Seuls des sondages ont pu être menés en 1983
et 1984 par A. Freisses et Chr. Pellecuer dans cette vigne alors que la
construction d’une route y est envisagée dans sa partie nord (rue des
Flamands roses). Une campagne d’évaluation complémentaire, dirigée par I.
Bermond, est également menée dans la partie sud de cette parcelle en 1989.
Ces interventions ont confirmé la présence de plusieurs ensembles de
constructions antiques. Une première phase d’occupation est renseignée par
deux fondations de murs parallèles (0,5 m de large et à liant de mortier).
Il est indiqué par Chr. Pellecuer (Pellecuer 2001 : 370) que ces murs sont
recouverts par « une sorte de sol compact, fait de tuiles concassées et de
mortier de chaux ». Plusieurs fosses sont également repérées dont une de
section quadrangulaire (1,3 m de côté ; prof. : 0,80 m) et à fond plat. Elle
aussi pourrait correspondre à l’ancrage d’un châssis de pressoir.
D’autres constructions apparaissent. Une partie d’entre elles est considérée
comme plus récente. Leur orientation est divergente de celle des précédentes
et certaines forment les contours d’un corps de bâtiment et des subdivisions
intérieures. Ce bâti se concentre surtout dans la partie ouest de l’ancienne
propriété Baux, c’est-à-dire dans le prolongement sud de la trame des
constructions découvertes dans la parcelle diagnostiquée en 2017 (parcelle
263, section BI). Plus à l’est, les indices reconnus sont moins nombreux et
marquent vraisemblablement la présence d’espaces ouverts. Ces ensembles
seraient délaissés durant l’Antiquité tardive (TAQ évalué entre IIe et IIIe s.).

2.3.3. Les données recueillies dans la rue des Mouettes et dans


l’ancienne propriété Schenc (secteur « c »)

Dans la partie nord du site, plusieurs bassins ont été observés à l’occasion
de travaux de viabilisation (notamment dans une tranchée située rue des
Mouettes) et d’une construction de maison (propriété Schenc) (fig. 10).
Ces bassins sont insérés dans une vaste aire de béton de tuileau d’une
superficie de près de 1200 m2 (30 x 40 m). Cet aménagement, constitué
de plusieurs chapes de béton, semble avoir été utilisé durant une longue
période.
Sept bassins ont été recensés mais d’autres exemplaires pourraient les
accompagner. Le bassin 1 (larg. : 2 m ; prof. mini. : 0,45 m) est le plus
septentrional. Une inhumation en amphore tardive est ensuite implantée
dans celui-ci. Le bassin 2 a été largement détruit. Le bassin 3 (long. : 2 m ;
larg. : < 2,7 m ; prof. mini. : 0,40 m) présente des parois de brique et de
tuiles. Le bassin 4 (long. : 5,30 m ; larg. : entre 1 et 2 m ; prof. mini. : 0,60
m) offre un fond fait de cubes de céramiques (1 cm de côté) et une cupule
en son centre. Le bassin 5 (long. : 2 m ; entre 1 et 2 m ; prof. mini. : 0,40 m)
n’est pas détaillé. Les dimensions du bassin 6 ne sont pas connues. Le bassin
7 (long. : 2 m ; larg. : 1,50 m ; prof. : 1,40 m) présente un fond couvert de
cubes (1 cm) en marbre ou en calcaire blanc.
Vu le soin apporté à certaines mises en œuvre (notamment l’opus tesselatum
du bassin 7), ces bassins ne peuvent être tous interprétés de même manière
(bassins à saumure). On pense pour certains à des constructions d’agrément
(pour les plus luxueux) et à des viviers (Pellecuer 1983 : 47-51).
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 33

754250
754200
6258050

Place des Mouettes


secteur « e »

bassin 1
bassin 2 ?

bassin 4

murs et constructions antiques


cuves
canalisations
sols maçonnés
tombes
lignes de force habitats antiques
bassin 5

bassin 6 6258000

bassin 7 (profond et à tesselatum)


bassin d’agrément ou vivier ?

Villa Zizi - rue des


Fauvettes - secteur « d »

bassins tardifs terrazzo 39/1985


0 25 m

Fig. 10
Sète (34), Le Barrou : plan des vestiges
antiques sur la Place des Mouettes, dans la rue
des Mouettes et la propriété Schenc (secteurs 2.3.4. La villa Zizi et la rue des Fauvettes (secteur « d »)
« c » et « e »).
(M. Compan, H. Pomarèdes, Inrap)
Ici, plusieurs mosaïques incitent à restituer le quartier résidentiel de la villa
des Ier et IIe s. En 1977 puis en 1985 et 1988, les observations et les fouilles
ont permis de refaire le point sur l’organisation de ce secteur (fig. 11).
Cette aile résidentielle couvrirait 300 m2 au moins (ces limites nord et est ;
soit en direction des bassins du secteur « c », ne sont pas correctement
appréhendées).
A l’ouest, pourrait se développer une galerie de 3 m de large. Au sud, on
restitue une cour occupée par une puissante citerne voûtée (long. mini :
8 m ; larg. : 1,75 m ; prof. mini : 1,70 sous intrados). Cette citerne devait
communiquer avec une seconde comme en témoigne une ouverture sur son
petit côté occidental (Pellecuer 1986 : 31, 34-36).
34 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Le corps de bâtiment se composerait de deux travées. La travée orientale


comprendrait une enfilade de cinq pièces mosaïquées (pour le détail des
pavements : voir Pellecuer 2001 : 372-373). A l’est et en avant des deux
salles méridionales (pièce 1-1977/37-1985 et pièce 38-1985), une pièce
supplémentaire de 41 m2 (39-1985) est couverte d’un terrazzo à crustae
noires en cabochons.
La travée ouest serait quant à elle composée d’au moins trois salles
mosaïquées dont une, au nord, très allongée (4 x 15 m : mosaïque 4-1988).
Sous ces pavements, quelques indices permettent d’envisager une
occupation antérieure, mal caractérisée mais datée du début de notre ère.
À compter du IIIe s., plusieurs cuves sont construites dans les pièces
d’apparat de la travée orientale : La salle nord (mosaïque 4-1977) est
subdivisée en deux cuves. La salle la plus au sud (mosaïque 1-1977/37-
1985) accueille quant à elle quatre nouvelles cuves. Leurs cloisons sont
en terre et sont revêtues d’un enduit de mortier. Le fond est établi sur le
pavement mosaïqué. Cet ensemble de cuves de tailles diverses (entre 2,5
et 5 m2) seraient consacrées éventuellement à la fabrication du garum. A
proximité, un bassin dont ne subsiste que le fond, a été dégagé. Seul le
Fig. 11
Sète (34), Le Barrou : Le secteur résidentiel de
fond en béton de tuileau a été conservé. Les fluides se déversaient dans une
la villa Zizi et de la rue des Fauvettes (secteur canalisation de tuyaux en terre cuite de forte section. Les autres salles sont
« d ») en vis-à-vis du diagnostic au 61 rue des remblayées durant l’Antiquité tardive (Pellecuer 1986 : 27-28).
Mésanges.
(M. Compan, H. Pomarèdes, Inrap)
754200

2 cuves construites sur 754250


mos. 4/1977

mos. 3/1977

mos. 2/1977

galerie ?
4 cuves sur
mos. 1/1977 terrazzo 39/1985
ou 37/1985

mos. 38/1985

Villa Zizi - rue des


Fauvettes - secteur « d »

1012

citerne

1004
1014
6257950

1013

1015

1016

1017

1020
1019

1022 1041

1042
1018

1023

1040

murs et constructions antiques 1025

cuves
1027

canalisations 1026

sols maçonnés 1038


1039

foyer 1029

1030
1037

lignes de force habitats antiques


1036

61 rue des Mésanges 1031

diag. fev. 2017 1033

1033

0 25 m
II. Résultats 2. Contextes archéologique et géographique 35

2.3.5. La place des Mouettes (secteur « e »)

Toujours dans la partie nord du site, au plus près du rivage, 26 tombes


de l’Antiquité tardive (IVe-VIe s.) ont été fouillées entre 1977 et 1978 sur
une emprise de 70 m2 (cf. fig. 10). On compte là neuf sujets immatures pour
une trentaine d’individus recensés. Les vestiges antérieurs sont rares : un
segment de mur est reconnu ainsi qu’un bassin (bassin 1).

2.3.6. La base nautique municipale (secteur « f »)

Plus à l’ouest, dans l’emprise de l’actuelle base nautique municipale, les


sondages de 1966 ont révélé l’existence d’une cuve ou d’un bassin maçonné
(dim. : 5,9 m de long) ensuite subdivisé en deux parties égales de 1,1 m de
profondeur (cf. fig. 07). Ces structures auraient été dégagées une première fois
au XIXe s et sont redécouvertes en 1988. Ces aménagements, situées dans
la partie sud-est de la base seraient en relation avec des bâtiments situés
plus près du rivage et attestés par quelques tronçons de murs à liant de
terre ou de mortier. Dans la partie nord du terrain, des couches de cendres
antiques et des éléments rubéfiés ont permis d’envisager la présence d’une
importante structure de combustion (Pellecuer 2001 : 375). M. Lugand et
Chr. Pellecuer, auteurs de ces découvertes, rappellent qu’en 1827, un four
« qui semblait avoir servi à un potier » est mentionné sur le site.

2.3.7. Un gisement immergé (secteur « g »)

Au nord-ouest de l’établissement (entre la base nautique municipale et la


place des Mouettes), entre 0 et 2 m sous la surface de l’étang, un niveau de
mobiliers abondants (Haut Empire et Antiquité tardive), de près de 2000 m2
de superficie, a été partiellement fouillé en 1961, 1962 et 1968 sous la
direction de J. et A. Freisses (cf. fig. 07).
Ce mobilier a fait l’objet d’une étude récente (Bigot, Duperron 2016). Le
niveau archéologique, épais de 0,20 à 0,60 m, a livré 249 objets distincts
(NMI) : des matériaux de construction (tuiles, 4 tubuli, 5 tuyaux, moellons
soit 4,1 %) et divers types d’objets (1 lampe, 1 statuette, 4 pesons, dolium
soit 2,8 %). Les amphores sont abondantes (45,8 %). La vaisselle commune
représente 33 % de ce matériel et la vaisselle de table 14 %.
Pour l’ensemble du vaisselier, les auteurs soulignent que plus de 71 % des
productions ont une origine gauloise, parmi lesquelles 58 amphores (cf. fig.
11 ; dont deux exemplaires de Dressel 2/4 et quelques exemplaires produits
dans la Cité de Nîmes, identifiées grâce à leur pâte sableuse kaolonitique).
Ils évoquent l’existence d’une production d’amphores gauloises sur le site
du Barrou (Ibid. : 43-44).
Les productions gauloises sont également renseignées par de la vaisselle
fine (sigillées sud-gauloises, des pâtes claires engobées et des Claire B) et la
vaisselle commune (Kaol, CNT, fumigée, sabl.o, sabl.r, pâte claire) dont huit
mortiers.
Les productions africaines sont représentées par 16 individus d’amphores
(soit 14 % du total des amphores). Les sigillées africaines ne sont quant
à elles représentées que par sept individus (2 ex. de claire A, 3 ex. de
claire C, 2 ex. de claire D). La céramique culinaire africaine est renseignée
par seulement 4 individus (marmites, plat à cuire et couvercle). Les
importations orientales sont très discrètes (3 % des conteneurs).

Au final, les auteurs de l’article soulignent la dynamique d’échange du


site en rappelant tout d’abord la présence de deux amphores étrusques,
l’absence de conteneurs massaliètes et le très faible nombre d’amphores
italiques.
36 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Ils évoquent l’écho un peu plus net formé par les vaisselles et amphores de
la fin du Ier av. et du début du Ier s. ap. J.-C. ; ce qui pourrait correspondre à
la première occupation tangible des lieux.
Le mobilier le plus abondant appartient à la période comprise entre
le milieu du Ier s. ap. et la fin du Haut Empire : plus de 80 % de la
vaisselle étudiée concerne cette période. C’est pour cette période que le
fonctionnement d’un atelier amphorique est envisagée sur le site (ce, grâce à
des analyses physico-chimiques ; Ibid. : 63, note 24).
Le commerce méditerranéen des IIIe et IVe s. est encore bien renseigné dans
ce dépotoir. Passé le IVe s., les traces d’activités commerciales se raréfient
ce qui ne correspond pas aux données acquises lors des différentes fouilles
faites sur le site.
On retiendra en dernier lieu, notamment pour la période du Haut Empire,
qu’au regard des différents types d’amphores rencontrées dans ce dépotoir,
les importations d’huiles et sauces de poissons depuis la Bétique pourraient
compléter l’approvisionnement local (poissons, coquillages) ou régional
(huile). L’autre intérêt de ce travail est de proposer une activité portuaire sur
le site, notamment à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C.
II. Résultats 37

3. Les résultats du diagnostic

Les données collectées sur le site du Barrou sont donc nombreuses mais
elles apparaissent complexes à manier compte tenu de leur aspect souvent
lacunaire. Le diagnostic du 61 rue des Mésange se positionne dans une des
zones les plus densément occupées du site dont l’emprise générale pourrait
être en fait supérieure à 1,8 ha. Il fournit ainsi une nouvelle opportunité
de documenter l’histoire de ce vaste gisement. Cependant, compte tenu
du nombre et de la nature des vestiges découverts, il apporte son lot de
nouvelles questions
Ce diagnostic s’est traduit par l’implantation de cinq tranchées (tranchées 1
à 5) qui ont tranchées ont permis d’explorer près de 152 m2 soit 22 % de la
surface du projet.

3.1. La tranchée 1
Fig. 13
Cette tranchée a été implantée dans la partie nord de l’emprise à
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 1, vue depuis le sud-ouest du substrat
diagnostiquer (fig. 12). Elle mesure 10,25 m de long soit 20 m2 environ. Dans
rocheux sur le fond de tranchée. En milieu de ce secteur, le terrain naturel actuel (TNA) se trouve entre 2,80 (au nord) et
tranchée, un palier témoin a été maintenu lors 2,40 m ngf (au sud) et le fond de tranchée entre 1,65 et 1,78 m ngf. Cette
du terrassement (Us 1012). Ce niveau est cote a été atteinte sur une majorité de l’emprise, au contact du substrat
assimilé à un sol d’une cour se développant
rocheux, à l’exception d’une butte témoin (Us 1012 : autour de 2 m ngf)
entre les vestiges découverts plus à l’est et
ceux découverts dans l’ancienne propriété
laissée pour témoigner de la présence d’un niveau antique (et d’une rampe
Soum. d’accès au sud).
(H. Pomarèdes, Inrap)
Aucune construction ni aménagement particulier n’a
été repéré dans cette tranchée (fig. 13). Le décapage
progressif a cependant permis d’observer régulièrement
des mobiliers gallo-romains (Us 1001). Ils apparaissent
dans la terre arable et sont mélangés à des mobiliers
(une cuillère en fer blanc par exemple) et à quelques
éclats de briques ou tuiles modernes. Le substrat
rocheux a progressivement été atteint de cette manière.
La poursuite vers le sud de cette tranchée a été
marquée par la découverte de quelques tessons à plat,
mêlés à des éclats et gravillons en calcaire. C’est pour
cette raison qu’une butte médiane a été réservée (Us
1012) afin de conserver le témoignage de ces sédiments
apparentés à des niveaux de circulation (cour, espace
extérieur ).

3.2. La tranchée 2

La tranchée 2 est située dans la partie nord-ouest de


la parcelle, le long de son mur de clôture (cf. fig. 12). Elle
mesure 16 m de long et a été élargie au sud-ouest. Sa
surface atteint près de 38 m2. Ici, le terrain naturel actuel
(TNA) se trouve entre 2,55 (au nord) et 2,25 m ngf (au
sud) et le fond de tranchée entre 1,70 et 1,30 m ngf.
38 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

N
X=754.240

X=754.260
murs et constructions antiques
epierrement, pierrier, gravats, démolition
canalisations (évac°)
sols maçonnés antiques
chape maçonnée antique
niveaux div. / remblais (cours, extérieurs)
cuve antique
foyer tranchée 1
fond d’amphore

Ru
Y=6257. 960

e
fosse, silo, fossé...
maçonneries modernes

des
lignes de force habitats antiques


san
1012

ges
1012

SL1049

FS1006

1056

1014

SL1004
tranchée 2

1057

SL1013

CN1015

MR1016
parcelle 263
FS1017

CV1020 tranchée 5

FO1041
MR1022

MR1019 1058

FY1018 VP1042
1043
1059
Y=6257.940
1024
1040

MR1023

MR1025

FS1027 tranchée 3 tranchée 4


MR1026
s
se
Ro

CN1038 SL1039
ts

FS1028
an
am

MR1029
1037
Fl

MR1030
s
de

MR1036

FS1031
Rue

e
Ru

MR1034
1032
des

1035
Fauv

MR1033
ettes

Sète (34)
"61, Rue des Mésanges"

Responsable d’ Opération: H. Pomarèdes Topographie : C.Bioul

0 10 m Méditerranée Le 06 03 2017 Ech 1:200


Coordonnées Lambert 93 (GPS GEO7X)
Altitudes rattachées NGF-IGN 69

Fig. 12
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : localisation des tranchées et des vestiges dans la parcelle Baux ; parc. 263, section BI.
(C. Bioul, H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 39

L’extrémité nord-est de cette tranchée est proche de sa voisine TR 1. Les


mêmes caractéristiques sédimentaires que l’US 1012 y ont été reconnues :
sédiment limoneux, incluant cailloux et mobiliers (pouvant se décliner en
apports successifs) assimilé à un sol extérieur (SL1049).
Ce sol et les couches sous-jacentes qui ont été distinguées ici (Us 1047,
1048) ont été sondés (à la pelle mécanique) sur quelques m2 (fig. 14) jusqu’au
substrat rocheux sous-jacent (1,30 à 1,35 m ngf env.). Ce sondage, mené
sur environ 45 cm de profondeur, a entrainé la découverte d’une partie
des contours d’une fosse FS1006 (comblement : Us 1007). Cette fosse a pu
servir à l’extraction de pierres (fig. 15).

Au-delà, en direction du sud, le niveau de décapage a été relevé à la cote


1,60/1,65 m ngf (puis 1,75/1,80 m ngf) compte tenu de l’apparition de
vestiges plus nets.

Nord-Ouest Sud -Est

2,60 m ngf

1054/1002

1002/1012
1,78 m ngf
1012

1048 SL1049

1047

1007

Fig. 14
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
FS1006
coupe stratigraphique du sondage 2, tranchée
2.
(M. Soulliaert, H. Pomarèdes, Inrap)
0 1m

Fig. 15
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 2, vue en coupe depuis l’ouest des
remblais comblant la fosse FS1006 impactant
le substrat et permettant l’exhaussement des
sols de cour SL1049 et Us 1012.
(H. Pomarèdes, Inrap)
40 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 16
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
Ici, l’Us 1014 est apparue sous un épandage de coquilles de moules
tranchée 2, vue depuis le nord-est du sol concassées (Us 1056) couvrant également le sol maçonné SL1004 et la
maçonné SL1004. Au premier plan, le linéament chape SL1013 qui le recouvre (fig. 16).
Us 1014 pour lequel l’interprétation d’une Cette Us 1014 prend la forme d’un linéament de 0,65 m de large limitant
tranchée d’épierrement de mur a été finalement le sol SL1004. Elle a été ponctuellement sondée afin de savoir si elle
abandonnée après fouille. Dans la berme
nord, sur le sol maçonné SL1004, on devine
correspondait à la tranchée d’épierrement d’une construction bordant le sol
la présence d’un niveau (décapé à la pelle : Us voisin. La fouille n’a pas permis de confirmer un tel cas de figure. Tout au
1056) abondamment chargé de coquilles de plus peut-on restituer ici l’empreinte d’une cloison étroite (limite peu franche)
moules. ou d’une coffrage établi entre sol maçonné et le niveau de cour (SL1049).
(H. Pomarèdes, Inrap) Cette fouille a également permis d’observer l’écorché du sol SL1004 (fig. 17).
Fig. 17
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : Le sol maçonné SL1004 présente une largeur de 4,10 m environ. Il est
tranchée 2, vue depuis le sud-est d’une fouille formé d’un radier de blocs et d’éclats en calcaire dur (jurassique) couvert
réduite réalisée sur l’axe du linéament Us
par une chape coulée (cf. fig. 13, fig. 18 et fig. 19). Vers le sud-ouest, comme à
1014. Les observations faites ne permettent
pas de confirmer l’existence à cet endroit de
l’opposé (linéament Us 1014), aucun mur ne le borde. La seule structure
l’épierrement d’un mur bordant le sol SL1004. qu’on peut lui associer de ce côté-là est la canalisation CN1015. En
On verrait plutôt le logement d’un coffrage ou l’absence de murs latéraux et au regard de l’aspect très rustique du sol (et de
d’une sablière formant un joint de dilatation la chape supérieure SL1013 qui s’y ajoute), on est donc amené à envisager
entre le sol maçonné SL1004 et les sols plus
ici une surface de travail extérieure ou encore le sol d’une halle plutôt
rustiques de la cour (Us 1012, SL1049).
qu’une salle encadrée de murs gouttereaux. La présence de ce même type
(H. Pomarèdes, Inrap)
de sol dans la tranchée 5 (SL1039) invite à penser qu’il s’agit d’une même
travée de plus de 20 mètres de long.

Fig. 18
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 2, vue depuis le sud-est du sol
maçonné SL1004 et, en partie gauche du
cliché, de la seconde chape maçonnée
(SL1013) rapportée sur celui-ci. En haut et à
gauche du cliché, on devine dans la berme
un ensemble de blocs calcaires marquant
la présence d’une structure de nature et de
datation indéterminée (Us 1057).
(H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 41

Fig. 19
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : montage des photos zénithales redressées dans les tranchées 2 et 3.
(M. Compan, C. Bioul, Inrap)
42 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

La canalisation CN1015 qui « longe » le sol SL1004 (fig. 20) a été également
mise en évidence à une vingtaine de mètres plus au sud dans la tranchée
4 (CN1038). L’ensemble du dispositif est donc remarquable ; peut-être
faut-il envisager des écoulements depuis le sol maçonné vers cette longue
évacuation ?

À l’ouest de cet ensemble, la base d’un mur maçonné a été mise en évidence
(MR1016) (cf. fig. 19). Son élévation a été dégagée sur 5 m de long environ à
l’extrémité sud-ouest de la tranchée 2 (cf. fig. 12). De toute évidence, il forme
la façade d’un bâti au-delà duquel se développent plusieurs espaces (fig. 21).
Fig. 20
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le
Barrou : tranchée 2, vue depuis le sud-est
de la canalisation maçonnée CN1015 et de
sa couverture. Le fond de la structure est
aménagé sans soins sur le substrat rocheux.
(H. Pomarèdes, Inrap)

Fig. 21
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le
Barrou : tranchée 3, vue depuis le nord-est de
l’articulation entre les murs perpendiculaires
MR1016 et MR1019. Au premier plan, le mur
nord/sud MR1016 est doublé par un puissant
parement avancé (Us 1058) dont le rôle n’est
pas assuré. Il peut s’agir d’une large fondation
débordante contemporaine de la construction
du mur MR1016 ou d’une réalisation plus
tardive longeant celui-ci et associée à la mise en
œuvre du mur perpendiculaire MR1019.
(H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 43

Notons qu’à l’image de la canalisation CN1015/CN1038 et du sol maçonné


SL1004/SL1039) Ce mur est aligné sur le segment MR1036 qui a été
observé dans la tranchée 4. Ainsi, la longueur de cette façade en direction
du sud serait de vingt mètres au moins.
Sur sa face orientale, le mur MR1016 est doublé par un parement avancé
(Us 1058) de 0,75 m de large (cf. fig. 19). Le rôle de ce dernier n’est pas assuré.
Il peut s’agir d’une fondation débordante (étonnement puissante) ou encore
d’une réalisation plus tardive, appuyée au mur MR1016 et venant en
confort ou en remplacement de celui-ci.
Dans ce secteur, l’autre point remarquable est la présence d’une fosse d’un
mètre de diamètre environ (FS1017), intrusive à ce parement 1058. Son
comblement est composé d’une matrice limoneuse brune orangée, chargée
de gravats (blocs, tegulae, dolia ) et d’une petite concentration de fragments
de basalte à leucite.

3.3. La tranchée 3

La tranchée 3 a été implantée dans la partie ouest de la parcelle, le long


de son mur de clôture. Son orientation est globalement nord-sud (cf. fig.
12). Sa longueur est de 17,20 m de long environ. Elle a été élargie au sud
ainsi qu’au nord, au contact et dans le prolongement de la tranchée 2. Elle
couvre 48 m2 environ. Dans ce secteur le TNA se trouve entre 2,25 m au
nord et 2 m vers le sud. Les niveaux et les structures archéologiques, très
abondants ici, apparaissent selon les endroits aux cotes approximatives de
Fig. 22
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
1,75/1,65/1,45/1,55/1,30 m ngf (du nord au sud).
tranchée 3, vue depuis le sud des portions de
murs MR1026 et MR1029 mis en évidence Les vestiges qui y ont été découverts appartiendraient à minima, à deux
plus précisément sous la fosse FS1028. occupations successives.
On notera que ces deux fondations ne sont
pas strictement alignées et qu’une fouille
complémentaire permettrait de mieux cerner
La plus ancienne est limitée, à l’est, par le mur de façade MR1016/MR1036.
leur articulation. Sa trame est complétée par deux autres maçonneries (les fondations
(H. Pomarèdes, Inrap) MR1025 et MR1026) observées dans la partie médiane de la tranchée.
La première, assez instable a été en partie purgée lors
de notre terrassement (MR1025). Elle se développe
perpendiculairement à la façade MR1016 et pourrait
s’y chainer. La seconde (MR1026) est parallèle à cette
façade (fig. 22). Ces constructions forment donc des
refends qui prennent place dans un corps de bâtiment
assez large, qui s’étend au-delà de la limite ouest du
diagnostic. L’extrémité méridionale du mur MR1026
présente un retour discret dans cette direction et
fournit la preuve qu’une seconde travée de pièces.
Plus au sud, en partie masquée par la fosse FS1028,
un autre segment de mur (MR1029), qui n’apparaît
pas parfaitement aligné sur l’axe du mur MR1026
(cf. fig. 22), a été seulement observé sur 0,90 m de long.
Il permet d’envisager le développement de deux
autres espaces (de part et d’autre de ses parements)
qui complètent le plan de ce corps de bâtiment. Ces
espaces n’ont cependant pu être sondés et caractérisés
faute de temps.
Enfin, dans la partie sud de la tranchée 3 (légèrement
élargie ici), un ultime segment de maçonnerie
(MR1030) a été sommairement repéré (longueur
observée : 0,75 m) sous d’importantes masses de
gravats (Us 1032). Cette construction est également
tronquée par le creusement d’une puissante fosse
(FS1031), vraisemblablement moderne.
44 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 23
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 3, vue depuis l’ouest du contact entre
les murs MR1029 et MR1030. On émet ici
l’hypothèse que le mur MR1029 vient s’appuyer
contre le mur maçonné MR1030 et forme donc
un cloisonnement.
(O. Ginouvez, Inrap)

On verra plus bas que cette maçonnerie est à mettre en relation avec
d’autres constructions dégagées en partie dans la tranchée 4 (MR1033 et
MR1034) (fig. 23).

Les sols ou niveaux de cette période n’ont pu être appréhendés correctement


puisque largement masqués par les remblais postérieurs (cf. ci-dessous).
Notre préoccupation ici, était que des sols en dur (tuileaux ou pavements )
ne soient conservés en profondeur et n’échappent à nos investigations C’est
en grande partie pour cette raison que le sondage 1 a été réalisé à l’angle
des murs MR1016 et MR1019. Sous les remblais Us 1050 et 1051, c’est un
niveau (Us 1052) chargé de tuiles, d’amphores mais aussi de vernis fauves
(une trentaine de valves a été collectée sur une petite surface) et de centaines
de graines carbonisées de céréales qui a été repéré. Sa base n’a cependant
pas pu être atteinte (fig. 24 et fig. 25). On convient donc que malgré le contenu
assez particulier de ce niveau (vernis fauves et de graines carbonisées tendant
à caractériser un espace de travail domestique ou artisanal), l’hypothèse de
sols maçonnés sous-jacents ne peut être définitivement écartée...

Sud Nord

1,90 m ngf

1050
MR1019

1051

1052

0 1m

Fig. 24
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : sondage 1 (tranchée 3), vue
depuis le sud du niveau 1052 partiellement dégagé dans la partie centrale Fig. 25
du sondage. La fouille a permis de confirmer la charge de graines de Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : coupe stratigraphique du
céréales carbonisées et la présence de plusieurs dizaines de vernis fauve. sondage 1, tranchée 3.
(H. Pomarèdes, Inrap) (H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 45

L’occupation suivante, considérée comme tardive, a été essentiellement


appréhendée dans la partie nord de la tranchée 3. Ici, elle s’organise autour
de nouveaux murs à liant de terre (MR1019, MR1022 et MR1023) et
accueille deux aménagements particuliers : la cuve CV1020 et le foyer
FY1018.
La mise en place de cette séquence s’opère sur des remblais qui exhaussent
nettement le terrain. Ces derniers n’ont été que très partiellement fouillés.
Ils incorporent des gravats issus de la démolition des constructions plus
anciennes. Dans le sondage 1, leur épaisseur atteint une cinquantaine de
centimètres (Us 1050 et 1051) (cf. fig. 25). Ils incluent des blocs calcaires
(certains assez importants) et de nombreux fragments de terres cuites
architecturales. Le mobilier, brassé, y est également assez abondant.
Au nord du mur MR1019, ces remblais n’ont pas été fouillés. L’essentiel de
la surface dégagée ici, est occupé par une cuve maçonnée (CV1020). Cette
cuve (1,22 x 1,13 m), conservée sur 0,35 m de hauteur (fig. 26), a été bâtie
contre le parement nord du mur. Ses trois autres parois sont faites de blocs
et moellons en calcaire dur liés à la terre. Les parois et le fond de la cuve
sont couverts d’une sous-couche de mortier blanc peu épaisse (1 à 2 cm
env.) (fig. 27). L’enduit de surface, de teinte orangée, est fin et assez dense.
Sur le fond de cuve, une profonde cupule centrale (prof. tot. : 23 cm) est
aménagée avec un profil en ogive (fig. 28).
Au sud du mur MR1019, l’exhaussement du terrain (Us 1050 et 1051),
s’accompagne d’un apport de blocs de calcaire et de fragments de tuiles (Us
1059) formant le plan de pose de la sole du foyer FY1018. A l’ouest de ce
foyer, on note une autre concentration de blocs assez étirée vers le sud (Us
Fig. 26 1024) qui a pu limiter les activités culinaires ou artisanales du mur voisin
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : MR1022/MR1023 (fig. 29).
tranchée 3, vue depuis le nord de la cuve
CV1020 totalement vidée de son comblement.
(H. Pomarèdes, Inrap)
46 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 27
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 3, vue de détail, depuis le nord, du
cuveau de vidange de la cuve CV1020.
(H. Pomarèdes, Inrap)

Nord Sud
1,90 m ngf

Fig. 28 MR1019
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
profil et comblement de la cuve CV1020 en 1020
tranchée 3.
(H. Pomarèdes, Inrap)
CV1020
0 1m

Fig. 29
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : tranchée 3, vue depuis le sud du foyer FY1018 (sole composée de nodules de terre rubéfiée) établi sur un radier de
blocs (Us 1059). À gauche du cliché, quelques blocs alignés (Us 1024) composent une paroi ou un effondrement le long duquel le foyer aurait été installé.
(H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 47

Fig. 30
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 3, vue depuis le sud de la fosse
FS1027 fouillée par moitié. Son profil est
comparable à celui d’un fond de silo. En haut du
cliché : la fondation du mur MR1025.
(M. Compan, Inrap)

Au sud de ces vestiges, notre stratégie a consisté à décaper et retirer ces


différents remblais afin d’atteindre les occupations plus anciennes (cf.
ci-dessus). Le niveau de notre terrassement est donc passé par petits
paliers de 1,80 m à 1,35 m ngf environ. Cette opération n’a pas entrainé
de destruction particulière, hormis l’assise supérieure du mur MR1025
et a permis la mise en évidence de la fondation de celui-ci et celle du mur
MR1026. Sous les remblais retirés progressivement, les contours et la base
des fosses FS1027 et FS1028 ont été cernés peu à peu. Si les limites et la
puissance de l’exemplaire FS1028 sont restées assez diffuses, celles de la
fosse FS1027 sont apparus plus nettes (fig. 30). Au vu de sa morphologie,
Cette fosse peut être assimilée à la base d’un silo.

3.4. La tranchée 4

La tranchée 4 a été établie dans la partie méridionale de la parcelle (cf. fig. 12).
Elle mesure 12,80 m de long soit 25 m2 environ. Le terrain naturel actuel
(TNA) de ce secteur se trouve entre 2,10 (au nord) et 1,95 m ngf (au sud)
et le fond de tranchée entre 1,45 et 1,60 m ngf. Le niveau qui accueille
les vestiges est un sédiment apparenté au paléosol se développant sur le
substrat.

Sa partie méridionale est occupée par une excavation de plus de 0,60 m


de profondeur qui présente des parois abruptes (fig. 31). Deux des côtés
du creusement ont été dégagés en partie (longueurs supérieures à 4,50 et
1,70 m). Les parois sont consolidées par des murs (MR1033 et MR1034)
construits au moyen de bloc et moellons en calcaire liés au mortier. Ce liant
est coulé et utilisé en abondance. Quant au remplissage de ce « caisson »,
il est comblé de blocs et gravats (us 1035). Ils ont été partiellement fouillés
à l’angle des murs MR1033 et MR1034 (jusqu’au substrat) ce qui a
permis d’observer l’absence d’enduit hydraulique ou de placage (fig. 32).
Cet ensemble particulier s’étend plus au nord, dans la partie méridionale
de la tranchée 3. Dans celle-ci, le segment MR1030 correspondrait à son
troisième côté et le remplissage Us 1032 serait l’équivalent du comblement
Us 1035 de la tranchée 4 (cf. fig. 12).
La fonction de cet ouvrage excavé, de plus de 24 m2 dans œuvre, n’est
pas aisée à déterminer. Malgré l’absence de revêtement intérieur (enduit,
placage), on n’exclura pas la présence d’une citerne, d’une cave ou encore
d’une piscine largement ruinée.
48 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Fig. 31 Fig. 32
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : tranchée 4, vue depuis le Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : tranchée 4, vue depuis l’ouest
nord-est de l’épierrement des murs maçonnés MR1033 et MR1034 et du des murs maçonnés MR1033 et MR1034 formant l’angle d’un « caisson »
« caisson » excavé qu’ils limitent. excavé. Ce dernier est comblé de gravats (Us 1035). La fouille ponctuelle de
(H. Pomarèdes, Inrap) ce comblement n’a pas permis de caractériser l’intérieur du « caisson » ; ni
enduit hydraulique ni plaquages n’ont été reconnus sur les parois des murs
et sur le fond de l’excavation. (H. Pomarèdes, Inrap)

Fig. 33
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou : tranchée 4, vue depuis le sud de l’épierrement et de la fondation du mur MR1036. Ce mur est aligné sur le mur
MR1016 de la tranchée 2. Ils forment une longue façade s’étirant du nord vers le sud au-delà de l’emprise de la parcelle diagnostiquée. (H. Pomarèdes, Inrap)
II. Résultats 3. Les résultats du diagnostic 49

Fig. 34
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 4, vue depuis le sud-est de la
canalisation maçonnée CN1038. A droite du
cliché, à l’extrémité orientale de la tranchée,
se développe le sol maçonné SL1039 sur un
niveau sableux.
(H. Pomarèdes, Inrap)

Fig. 35
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
tranchée 4, vue de détail de la canalisation
CN1038 encore largement couverte. Cette
canalisation a été bâtie sur le comblement
d’un linéament plus ancien (Us 1037) pouvant
correspondre à un fossé. Cette hypothèse n’est
cependant pas assurée.
(H. Pomarèdes, Inrap)

Les autres vestiges découverts dans la tranchée 4 ont déjà été mentionnés
plus haut à l’occasion de la description de la tranchée 2. En effet, il s’agit
d’aménagements antiques très comparables, établis dans le prolongement
du mur de façade MR1016 (ici MR1036) (fig. 33), du caniveau CN1015
(ici CN1038) et du sol maçonné SL1004 (ici SL1039) (fig. 34). Comme
dans le cas de la tranchée 2, aucun mur ne semble border le sol maçonné.
Les fouilles faites à hauteur de sa limite ouest n’ont révélé aucune trace
de fondation ou d’épierrement. On ne trouve au contact du sol que la
canalisation CN1038 encore doté de sa couverture. La seule différence
notable avec la tranchée 2 est qu’ici, le caniveau CN1038 s’inscrit dans le
comblement d’un linéament (Us 1037) qui pourrait être celui d’un ancien
fossé (fig. 35). Cette hypothèse reste cependant fragile et seule une fouille
plus étendue permettrait de préciser la nature de cet ensemble.
50 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

3.5. La tranchée 5

La tranchée 5 a été creusée dans la partie est de la parcelle (cf. fig. 12). Elle
mesure 8,80 m de long soit 16 m2 environ. Ici, le terrain naturel actuel
(TNA) se trouve entre 2,45 (au nord) et 2,20 m ngf (au sud) et le fond
de tranchée entre 1,50 et 1,62 m ngf. Ces cotes ont été atteintes sur une
majorité de l’emprise, au contact du substrat rocheux ou du paléosol
peu épais qui le couvre (Us 1043). Ce paléosol a été mis en évidence
immédiatement sous la base des labours et des sous-solages modernes
particulièrement bien visibles ici (à l’inverse des autres tranchées).

Ce sondage a livré peu de vestiges à l’image de la tranchée 1. Tous deux


montrent donc une moindre densité de vestiges dans les parties nord et est
de la parcelle diagnostiquée.

À l’extrémité nord-est de la tranchée 5, le sous-sol est perturbé par un


affouillement récent, meuble, incluant des gravats et gorgé d’eau. A
son contact, une amphore de Bétique, logée dans le sol, est conservée
(VP1042). Elle jouxte un fossé (FO1041) peu profond qui ne parait pas
très ancien (non fouillé). À l’autre extrémité de la tranchée, seule une
nappe peu étendue de limons bruns incluant quelques fragments de tuiles
et de céramiques antiques a été localisée et cartographiée (US 1040 ; non
fouillée).
II. Résultats 51

4. Evaluation du potentiel archéobotanique de l’Us 1052


(I. Figueiral)

Les matières organiques carbonisées ont été détectées dans l’Us 1052 en
association avec un amas de coquillages (sondage 1, Tranchée 3). Elles
laissaient présager la présence de graines parmi l’ensemble dense de
charbons. Un prélèvement de sédiment (25 cl env.) a donc été effectué afin
de tester le potentiel et l’intérêt archéobotanique de cette couche.

Le tamisage à l’eau du sédiment (0,4 mm) a permis de récupérer un nombre


significatif de restes végétaux carbonisés. Il s’agit surtout de graines bien
préservées, associées à un nombre réduit de charbons de petites dimensions
(fig. 36). Parmi les graines observées à la loupe binoculaire, on remarque
la présence de deux céréales, blé nu (fig. 37) et orge vêtue, ainsi que deux
mauvaises herbes des champs de céréales (la nielle des blés et l’ivraie
enivrante). Ces deux messicoles, difficiles à éliminer lors du nettoyage des
céréales en raison de leur taille, sont susceptibles de provoquer des troubles
de santé lors qu’elles sont consommées en quantité significative.

Les fragments de charbons, quant à eux, se sont avérés appartenir surtout


à des morceaux d’écorce, mais la présence du Chêne à feuillage persistant
(chêne vert ou chêne kermès) a été aussi remarquée. Par ailleurs, les
caractères anatomiques observés dans un fragment appartenant à un départ
de branche de conifère suggèrent que nous avons affaire à du Sapin, essence
affilié plutôt au milieu montagnard. Elle pourrait témoigner d’un apport de
bois plus ou moins lointain.

Ainsi, les restes mis en évidence obtenus nous ont permis de vérifier
la faisabilité et l’intérêt de la réalisation d’une étude archéobotanique
conséquente dans le cadre d’une prescription de fouille. Cette étude serait
susceptible de fournir des informations significatives sur le fonctionnement
Fig. 36 de l’établissement du Barrou et pour le corpus régional de données
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
disponible actuellement.
vue des restes carpologiques dans l’Us 1052
sous la loupe binoculaire.
(Isabel Figueiral, Inrap)

Fig. 37
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou :
Les caryopses de blé nu prédominent parmi les
graines carbonisées de l’Us 1052.
(Isabel Figueiral, Inrap)
52

754250
754250
2 cuves construites sur
mos. 4/1977

mos. 4/1977

mos. 3/1977
Inrap · RFO de diagnostic

mos. 2/1977

galerie ?
mos. 1/1977 terrazzo 39/1985 terrazzo 39/1985 ?
4 cuves sur
ou 37/1985
mos. 1/1977
ou 37/1985

mos. 38/1985

Villa Zizi - rue des Villa Zizi - rue des


Fauvettes - secteur « d » Fauvettes - secteur « d »

citerne

6257950 6257950

1016

1019

murs et constructions antiques 1025


murs et constructions antiques
cuves cuves
1026 1026
canalisations canalisations
sols maçonnés sols maçonnés
1029
pavements pavements
1030

foyer foyer
lignes de force habitats antiques lignes de force habitats antiques
1033

1033

0 20 m 0 20 m

Fig. 38. Sète (34), 61 rue des Mésanges / Le Barrou, à gauche : plan des vestiges attribués au Haut Empire, à droite : plan des vestiges entre le IIIe s. et la fin de l’Antiquité. (H. Pomarèdes, Inrap)
Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou
II. Résultats 53

Conclusion

Le diagnostic réalisé dans la parcelle BI 263 aura permis de mettre en


évidence une densité de vestiges antiques remarquables. Leur état de
conservation est plutôt bon. Des sols et des constructions en élévation ou
présentant un certain relief (cuve, bassin) ont été reconnus et s’étagent sur
plus d’une cinquantaine de centimètre de hauteur.

Les occupations repérées sont toutes liées à l’histoire multiséculaire de


la villa gallo-romaine du Barrou, connue depuis le XIXe s. et fouillée à
plusieurs occasions entre les années 1960 et 1980. On attribue à celle-ci une
datation couvrant les cinq ou six premiers siècles de notre ère.

Les mobiliers collectés lors de ce diagnostic, notamment les céramiques


(1019 fr.), confirment bien cet intervalle chronologique.
Pour le Haut Empire, les données sont cependant indigentes. Les amphores
gauloises sont bien représentées dans tous les nettoyages de surface ou
dans plusieurs remblais. Leur nombre suscite deux questions majeures
déjà avancées par les chercheurs : celle d’un intense transit commercial
et/ou d’une activité portuaire sur le site et celle d’une production de ces
conteneurs dans une officine locale.
Les contextes clairement datés de cette période n’ont pas été évidents à
saisir. Le nettoyage des sols maçonnés (notamment SL1004 et SL1013,
tranchée 2) et l’Us 1014 permettent de penser que ces derniers sont déjà
actifs durant cette période. Ils s’étendraient donc au contact de la partie
résidentielle de la villa découverte dans la rue voisine (rue des Fauvettes) et
dans la propriété mitoyenne dite « villa Zizi ». Leur rôle n’est cependant
pas assuré mais l’idée d’un espace de circulation assez étiré ou d’une
plateforme de travail a été avancée.
À l’ouest de cet espace, des bâtiments pourraient également prendre
place dans la trame de l’aile résidentielle dont ils formeraient l’extension
méridionale (fig. 38). Là, une fosse circulaire, que l’on a cru assez tardive
pendant un temps, pourrait finalement relever de cette période (FS1027).
Plutôt qu’un fond de silo, elle pourrait marquer l’emplacement d’un dolium.
A l’est des sols maçonnés, un seconde fosse (partiellement dégagée et de
forme indéterminée : FS1006) peut quant à elle signaler l’emprise d’une
infrastructure ou d’une substruction placée dans une cour assez vaste (cf.
Us 1007, Us 1012) que l’on est tenté d’étendre jusqu’aux constructions
découvertes dans les années 1970, dans l’ancienne propriété Soum.

La période suivante centrée sur les IIIe et IVe s., est également documentée
par quelques lots de mobiliers. On opte pour le maintien ou le renforcement
de la trame de constructions maçonnées. Leurs lignes de force, comme
dans le périmètre fouillé rue des Fauvettes, seraient donc maintenues et
dirigeraient d’éventuelles restructurations. Les assemblages d’amphores
africaines, de sigillées claires d’Afrique du Nord et ou de la vallée du
Rhône, confirment une dynamique d’occupation soutenue (activités
domestiques ou commerciales).

La dernière phase d’occupation (fin du IVe s. - fin du Ve s.) s’inscrit


apparemment dans la continuité de la précédente. La trame du bâti plus
ancien sert d’ancrage à de nouvelles constructions. Leur mis en œuvre
s’en distingue cependant puisqu’on observe à présent le recours à un liant
54 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

de terre et les remplois de matériaux. Des masses de gravats viennent en


remblai et des démolitions s’opèrent pour donner naissance à un nouvel
ensemble à vocation artisanale. Un des nouveaux espaces accueillent une
cuve qui marque une production agricole (un prélèvement de sa paroi a été
réalisé en vue d’une analyse de chimie organique). Dans l’espace voisin,
la sole d’un foyer assez important présage d’une activité qui ne serait pas
seulement domestique…

L’abandon de ce secteur de l’ancienne villa se situerait donc à la fin du Ve s.


Cependant, quelques céramiques (notamment des d-s-p réductrices et une
occurrence de vaisselle de « Pabiran ») permettent de proposer un repli
de l’occupation en d’autres points du site, qui se poursuit jusque dans le
courtant du VIe s.
II. Résultats 55

Bibliographie

Bigot, Duperron 2016 : BIGOT Pellecuer 1974-1975 : Pellecuer 2001 : PELLECUER


(F.), DUPERRON (G.). – Le PELLECUER (Chr.). – La (Chr.). – Sète, In : LUGAND (M.),
dépotoir subaquatique du Barrou céramique claire A du Barrou BERMOND (I.), Agde et le Bassin
à Sète (Hérault) : contribution (Sète, Hérault), Bulletin de la de Thau, Carte Archéologique
à la connaissance du commerce Société d’Études Scientifiques de de la Gaule 34/2, Paris, 2001, p.
antique dans le Bassin de Sète, VI-VII, 1974-1975, p. 65-74. 365-376.
Thau, Cahiers d’Archéologie
Subaquatique, 23, 2016, p. 35-70. Pellecuer 1983 : PELLECUER Pellecuer et al. 1976-1977 :
(Chr.). – Archéologie gallo- PELLECUER (Chr.), FREISES
Lugand, Bermond 2001 : romaine autour de l’Étang (A.), MANCIONE (J.). – Le
LUGAND (M.), BERMOND de Thau, essai de synthèse dépotoir gallo-romain de la
(I.). – Agde et le Bassin de Thau, sur l’occupation antique des propriété Soum à Sète (I – Les
Carte Archéologique de la Gaule communes de Balaruc-les-Bains, céramiques claires), Bulletin de la
34/2, Académie des Inscriptions de Frontignan et de Sète, Bulletin Société d’Études Scientifiques de
et Belles Lettres, Ministère de la Société d’Études Scientifiques Sète, VII-IX, 1976-1977, p. 67-81.
de la Culture, Ministère de de Sète, XII-XIII, 1983, p. 5-81.
l’Enseignement Supérieur et de la
Recherche, Fondation Maison des Pellecuer 1986 : PELLECUER
Sciences de l’Homme, Paris, 2001, (Chr.). – Le Barrou (Sète,
448 p. Hérault), rapport d’opération
1985, Archéologie du Bassin de
Thau, 3, 1986.
56 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Légendes des figures

fig. 01 fig. 09 fig. 15


Sète (34), 61 rue des Mésanges Sète (34), Le Barrou : plan des Sète (34), 61 rue des Mésanges
/ Le Barrou : localisation du site vestiges antiques de l’ancienne / Le Barrou : tranchée 2, vue
sur fond IGN 1/25000 (copyright propriété Soum (secteur « a ») en en coupe depuis l’ouest des
IGN scan25) vis-à-vis du diagnostic au 61 rue remblais comblant la fosse
des Mésanges (M. Compan, H. FS1006 impactant le substrat et
fig. 02 Pomarèdes, Inrap) permettant l’exhaussement des
Sète (34), 61 rue des Mésanges sols de cour SL1049 et Us 1012
/ Le Barrou : localisation du site fig. 10 (H. Pomarèdes, Inrap)
sur fond de carte géologique du Sète (34), Le Barrou : plan des
BRGM (copyright BRGM) vestiges antiques sur la Place fig. 16
des Mouettes, dans la rue des Sète (34), 61 rue des Mésanges
fig. 03 Mouettes et la propriété Schenc / Le Barrou : tranchée 2, vue
Sète (34), 61 rue des Mésanges (secteurs « c » et « e ») (M. depuis le nord-est du sol maçonné
/ Le Barrou : localisation du site Compan, H. Pomarèdes, Inrap) SL1004. Au premier plan, le
sur carte d’état major 1822-1866 linéament Us 1014 pour lequel
(acquisition sur géoportail) fig. 11 l’interprétation d’une tranchée
Sète (34), Le Barrou : Le secteur d’épierrement de mur a été
fig. 04 résidentiel de la villa Zizi et de la finalement abandonnée après
Sète (34), 61 rue des Mésanges / rue des Fauvettes (secteur « d ») fouille. Dans la berme nord, sur le
Le Barrou : Extrait cadastral et en vis-à-vis du diagnostic au 61 sol maçonné SL1004, on devine
positionnement de la parcelle 263, rue des Mésanges (M. Compan, la présence d’un niveau (décapé à
section BI (M. Compan, Inrap) H. Pomarèdes, Inrap) la pelle : Us 1056) abondamment
chargé de coquilles de moules (H.
fig. 05 fig. 12 Pomarèdes, Inrap)
Sète (34), 61 rue des Mésanges Sète (34), 61 rue des Mésanges
/ Le Barrou : la parcelle 263, / Le Barrou : localisation des fig. 17
section BI sur fond Google Earth tranchées et des vestiges dans la Sète (34), 61 rue des Mésanges /
(M. Compan, Inrap) parcelle Baux ; parc. 263, section Le Barrou : tranchée 2, vue depuis
BI (C. Bioul, H. Pomarèdes, Inrap) le sud-est d’une fouille réduite
fig. 06 réalisée sur l’axe du linéament
Sète (34), 61 rue des Mésanges / fig. 13 Us 1014. Les observations faites
Le Barrou : vue depuis le nord- Sète (34), 61 rue des Mésanges / ne permettent pas de confirmer
est de la parcelle en cours de Le Barrou : tranchée 1, vue depuis l’existence à cet endroit de
diagnostic. Au premier plan, la le sud-ouest du substrat rocheux l’épierrement d’un mur bordant
tranchée 2 (H. Pomarèdes, Inrap) sur le fond de tranchée. En milieu le sol SL1004. On verrait plutôt
de tranchée, un palier témoin a été le logement d’un coffrage ou
fig. 07 maintenu lors du terrassement (Us d’une sablière formant un joint
Sète (34), Le Barrou : plan 1012). Ce niveau est assimilé à de dilatation entre le sol maçonné
d’ensemble des vestiges répertoriés un sol d’une cour se développant SL1004 et les sols plus rustiques
dans le quartier du Barrou (H. entre les vestiges découverts plus de la cour (Us 1012, SL1049) (H.
Pomarèdes, Inrap) à l’est et ceux découverts dans Pomarèdes, Inrap)
l’ancienne propriété Soum (H.
fig. 08 Pomarèdes, Inrap) fig. 18
Sète (34), Le Barrou : Le secteur Sète (34), 61 rue des Mésanges /
résidentiel de la villa Zizi et de la fig. 14 Le Barrou : tranchée 2, vue depuis
rue des Fauvettes (secteur « d ») Sète (34), 61 rue des Mésanges / le sud-est du sol maçonné SL1004
situé au nord du diagnostic au 61 Le Barrou : coupe stratigraphique et, en partie gauche du cliché,
rue des Mésanges (M. Compan, du sondage 2, tranchée 2 (M. de la seconde chape maçonnée
H. Pomarèdes, Inrap) Soulliaert, H. Pomarèdes, Inrap) (SL1013) rapportée sur celui-ci.
En haut et à gauche du cliché, on
II. Résultats Légendes des figures 57

devine dans la berme un ensemble l’hypothèse que le mur MR1029 fig. 30


de blocs calcaires marquant vient s’appuyer contre le mur Sète (34), 61 rue des Mésanges
la présence d’une structure de maçonné MR1030 et forme donc / Le Barrou : tranchée 3, vue
nature et de datation indéterminée un cloisonnement (O. Ginouvez, depuis le sud de la fosse FS1027
(Us 1057) (H. Pomarèdes, Inrap) Inrap) fouillée par moitié. Son profil
est comparable à celui d’un fond
fig. 19 fig. 24 de silo. En haut du cliché : la
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Sète (34), 61 rue des Mésanges / fondation du mur MR1025 (M.
Le Barrou : montage des photos Le Barrou : sondage 1 (tranchée Compan, Inrap)
zénithales redressées dans les 3), vue depuis le sud du niveau
tranchées 2 et 3 (M. Compan, C. 1052 partiellement dégagé dans fig. 31
Bioul, Inrap) la partie centrale du sondage. Sète (34), 61 rue des Mésanges
La fouille a permis de confirmer / Le Barrou : tranchée 4, vue
fig. 20 la charge de graines de céréales depuis le nord-est de l’épierrement
Sète (34), 61 rue des Mésanges carbonisées et la présence de des murs maçonnés MR1033 et
/ Le Barrou : tranchée 2, vue plusieurs dizaines de vernis fauve MR1034 et du « caisson » excavé
depuis le sud-est de la canalisation (H. Pomarèdes, Inrap) qu’ils limitent (H. Pomarèdes,
maçonnée CN1015 et de sa Inrap)
couverture. Le fond de la structure fig. 25
est aménagé sans soins sur le Sète (34), 61 rue des Mésanges / fig. 32
substrat rocheux (H. Pomarèdes, Le Barrou : coupe stratigraphique Sète (34), 61 rue des Mésanges
Inrap) du sondage 1, tranchée 3 (H. / Le Barrou : tranchée 4, vue
Pomarèdes, Inrap) depuis l’ouest des murs maçonnés
fig. 21 MR1033 et MR1034 formant
Sète (34), 61 rue des Mésanges fig. 26 l’angle d’un « caisson » excavé.
/ Le Barrou : tranchée 3, vue Sète (34), 61 rue des Mésanges Ce dernier est comblé de gravats
depuis le nord-est de l’articulation / Le Barrou : tranchée 3, vue (Us 1035). La fouille ponctuelle
entre les murs perpendiculaires depuis le nord de la cuve de ce comblement n’a pas permis
MR1016 et MR1019. Au premier CV1020 totalement vidée de de caractériser l’intérieur du
plan, le mur nord/sud MR1016 son comblement (H. Pomarèdes, « caisson » ; ni enduit hydraulique
est doublé par un puissant Inrap) ni plaquages n’ont été reconnus
parement avancé (Us 1058) dont sur les parois des murs et sur
le rôle n’est pas assuré. Il peut fig. 27 le fond de l’excavation (H.
s’agir d’une large fondation Sète (34), 61 rue des Mésanges Pomarèdes, Inrap)
débordante contemporaine de la / Le Barrou : tranchée 3, vue de
construction du mur MR1016 détail, depuis le nord, du cuveau fig. 33
ou d’une réalisation plus tardive de vidange de la cuve CV1020 (H. Sète (34), 61 rue des Mésanges /
longeant celui-ci et associée Pomarèdes, Inrap) Le Barrou : tranchée 4, vue depuis
à la mise en œuvre du mur le sud de l’épierrement et de la
perpendiculaire MR1019 (H. fig. 28 fondation du mur MR1036. Ce
Pomarèdes, Inrap) Sète (34), 61 rue des Mésanges / mur est aligné sur le mur MR1016
Le Barrou : profil et comblement de la tranchée 2. Ils forment une
fig. 22 de la cuve CV1020 en tranchée 3 longue façade s’étirant du nord
Sète (34), 61 rue des Mésanges (H. Pomarèdes, Inrap) vers le sud au-delà de l’emprise
/ Le Barrou : tranchée 3, vue de la parcelle diagnostiquée (H.
depuis le sud des portions de fig. 29 Pomarèdes, Inrap)
murs MR1026 et MR1029 mis Sète (34), 61 rue des Mésanges
en évidence plus précisément / Le Barrou : tranchée 3, vue fig. 34
sous la fosse FS1028. On notera depuis le sud du foyer FY1018 Sète (34), 61 rue des Mésanges
que ces deux fondations ne (sole composée de nodules de / Le Barrou : tranchée 4, vue
sont pas strictement alignées et terre rubéfiée) établi sur un radier depuis le sud-est de la canalisation
qu’une fouille complémentaire de blocs (Us 1059). À gauche du maçonnée CN1038. A droite du
permettrait de mieux cerner leur cliché, quelques blocs alignés (Us cliché, à l’extrémité orientale de
articulation (H. Pomarèdes, Inrap) 1024) composent une paroi ou la tranchée, se développe le sol
un effondrement le long duquel maçonné SL1039 sur un niveau
fig. 23 le foyer aurait été installé (H. sableux (H. Pomarèdes, Inrap)
Sète (34), 61 rue des Mésanges / Pomarèdes, Inrap)
Le Barrou : tranchée 3, vue depuis
l’ouest du contact entre les murs
MR1029 et MR1030. On émet ici
58 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

fig. 35
Sète (34), 61 rue des Mésanges
/ Le Barrou : tranchée 4, vue de
détail de la canalisation CN1038
encore largement couverte. Cette
canalisation a été bâtie sur le
comblement d’un linéament
plus ancien (Us 1037) pouvant
correspondre à un fossé. Cette
hypothèse n’est cependant pas
assurée (H. Pomarèdes, Inrap)

fig. 36
Sète (34), 61 rue des Mésanges
/ Le Barrou : vue des restes
carpologiques dans l’Us 1052
sous la loupe binoculaire (Isabel
Figueiral, Inrap)

fig. 37
Sète (34), 61 rue des Mésanges /
Le Barrou : Les caryopses de blé
nu prédominent parmi les graines
carbonisées de l’Us 1052 (Isabel
Figueiral, Inrap)

fig. 38
Sète (34), 61 rue des Mésanges
/ Le Barrou, à gauche : plan des
vestiges attribués au Haut Empire,
à droite : plan des vestiges entre le
IIIe s. et la fin de l’Antiquité (H.
Pomarèdes, Inrap)
III. Inventaires
techniques
62 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

1. Inventaire des unités stratigraphiques

Us : 1001 Us : 1006 Céramiques : cf. inventaire spécifique


Fait : non Fait : FS1006 Mobiliers : 1 clou en bronze, 3 clous en fer
Tranchée : tranchée 1 Tranchée : tranchée 2 (charpente ?), 1 frag. de paroi de four en
Sur : 1012 Sur : 1055 (substrat rocheux) terre cuite (non conservé), 2 frag. de terre
Sous : 1054 (terre végétale) Sous : 1007, 1012, 1047 cuite architecturale (pilette ou matériau de
Observations : collecte de mobiliers Observations : fouille partielle construction)
Description : mobilier collecté lors du Description : fosse de nature indéterminée Faune : 1 coq.
terrassement général de la tranchée 1. (carrière ?) ; cf. fait.
Céramiques : cf. inventaire spécifique Mobiliers : néant Us : 1011
Mobiliers : 1 loupe en fer, 1 frag. de plaquage Fait : non
en marbre Us : 1007 Tranchée : tranchée 5
Faune : 3 coq., 1 os Fait : FS1006 Sur : VP1042, FO1041, 1043
Tranchée : tranchée 2 Sous : 1054 (terre végétale)
Us : 1002 Sur : FS1006 Observations : collecte de mobiliers
Fait : non Sous : 1005 Description : mobilier collecté lors du
Tranchée : tranchée 2 Observations : fouille partielle terrassement de la tranchée 5.
Sur : 1012 Description : comblement de la fosse FS1006 Céramiques : cf. inventaire spécifique
Sous : 1054 (terre végétale) de nature indéterminée (carrière ?)
Observations : collecte de mobiliers Céramiques : cf. inventaire spécifique Us : 1012
Description : mobilier collecté lors du Mobiliers : 1 frag. de lampe en terre cuite, 1 Fait : non
terrassement de la partie est de la tranchée 2. clou en fer (tête) Tranchée : tranchées 1 et 2
Céramiques : cf. inventaire spécifique Faune : 1 os Sur : FS1006, 1055 (substrat rocheux)
Mobiliers : 1 loupe en fer, 1 frag. de plomb Sous : 1054 (terre végétale)
inét., 3 tesselles en pierre (1 calcaire blanc Us : 1008 Observations : non fouillé
petit format, 1 calcaire blanc de taille 2 x 2 cm Fait : non Description : sédiment limoneux, incluant
environ : crustae ? ; 1 calc. ? noir petit format) Tranchée : tranchée 2 cailloux et mobiliers, couvrant le rocher dans les
Faune : 21 os Sur : CN1015 parties nord et est de la parcelle diagnostiquée.
Sous : 1054 (terre végétale) Sa surface supporte quelques mobiliers à
Us : 1003 Observations : collecte de mobiliers plat. Cette surface pourrait être assimilée à un
Fait : non Description : mobilier collecté lors du niveau de cour (sol extérieur aménagé sans
Tranchée : tranchée 2 terrassement de la partie ouest de la tranchée soin particulier) s’étendant vers l’est, à partir
Sur : SL1004 2. du sol maçonné SL1004 (tranchée 2) et se son
Sous : 1054 (terre végétale) Céramiques : cf. inventaire spécifique équivalent SL1039 (tranchée 4).
Observations : collecte de mobiliers Mobiliers : 1 frag. de verre indét. Mobiliers : néant
Description : mobilier collecté lors du nettoyage Faune : 2 coq.
du sol maçonné SL1004. Us : 1013
Céramiques : cf. inventaire spécifique Us : 1009 Fait : SL1013
Mobiliers : 1 clou en fer (charpente ?), 2 clous Fait : non Tranchée : tranchée 2
en bronze, 1 anneau en bronze, 1 fibule en Tranchée : tranchée 3 Sur : SL1004
bronze Sur : divers Sous : 1003, 1054 (terre végétale)
Sous : 1054 (terre végétale) Observations : non fouillé
Us : 1004 Observations : collecte de mobiliers Description : chape maçonnée d’agréage de
Fait : SL1004 Description : mobilier collecté lors du quelques centimètres d’épaisseur sur le sol
Tranchée : tranchée 2 terrassement de la partie nord de la tranchée 3. construit SL1004 ; cf. fait.
Sur : indét. Céramiques : cf. inventaire spécifique Mobiliers : néant
Sous : 1003, 1054 (terre végétale) Mobiliers : 1 scorie de fer, 1 clou en fer
Observations : dégagement de surface (charpente ?), 3 frag. de bronze (dont 2 possibles Us : 1014
Description : sol construit et maçonné ; cf. fait. frag. d’un bracelet), 1 frag. de pile/auge en Fait : non
Mobiliers : néant pierre (calcaire blanc et dense : urgonien ?), 1 Tranchée : tranchée 2
petit lot de frag. de basalte à leucite désagrégés, Sur : 1055 (substrat rocheux)
Us : 1005 1 frag. de tubuli en terre cuite Sous : 1054 (terre végétale)
Fait : non Faune : 5 coq. Observations : fouillé partiellement
Tranchée : tranchée 2 Description : creusement et comblement d’un
Sur : 1007 et 1012 Us : 1010 linéament « nord-sud » longeant le sol maçonné
Sous : 1054 (terre végétale) Fait : non SL1004. Ce contexte a fait l’objet d’une fouille
Observations : collecte de mobiliers Tranchée : tranchée 3 partielle afin de savoir s’il correspondait à la
Description : mobilier collecté lors du nettoyage Sur : divers tranchée d’épierrement d’une construction
de la fosse FS1006. Sous : 1054 (terre végétale) qui limiterait le sol SL1004. La fouille n’a pas
Céramiques : cf. inventaire spécifique Observations : collecte de mobiliers permis de restituer une telle tranchée. En
Mobiliers : 1 frag. de lampe en terre cuite, 5 Description : mobilier collecté lors du l’état, il apparaît donc peu probable que le sol
frag. verre bleu (1 NMI), 1 tige en fer terrassement de la partie centrale de la était bordé par un mur porteur, un tant soit
Faune : 27 coq., 5 os tranchée 3. peu fondé. Tout au plus pourrait-on restituer ici
III. Inventaires techniques 63

l’emprise d’une cloison étroite et peu profonde Faune : 1 os fait.


ou d’un coffrage. En revanche, la fouille a PRL : un prélèvement de paroi de cuve Mobiliers : néant
permis d’observer l’écorché et la limite (érodée) (prélèvement protégé dans papier d’aluminium ;
du sol SL1004 (pendante vers l’est) et le objectif : analyse chimie organique) Us : 1028
développement, à son contact, de niveaux que Fait : FS1028
l’on associe à la cour orientale (US 1012, 1047, Us : 1021 Tranchée : tranchée 3 (partie centrale)
SL1049… ou équivalents). Fait : SB1021 Sur : indét.
Céramiques : cf. inventaire spécifique Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Sous : 1010
Mobiliers : 2 clous en fer, 1 frag. de verre indét. Sur : MR1022, MR1023 Observations : fouillée (avant relevé)
Sous : 1009 Description : probable cuvette, de faible
Us : 1015 Observations : non fouillée profondeur conservée, et de nature
Fait : CN1015 Description : structure moderne (cuve indéterminée ; cf. fait.
Tranchée : tranchée 2 maçonnée) Mobiliers : 1 lest (pêche) en plomb
Sur : niveaux de chantiers (?) non atteints Mobiliers : néant
Sous : 1008 Us : 1029
Observations : fouille partielle Us : 1022 Fait : MR1029
Description : canalisation maçonnée « nord- Fait : MR1022 Tranchée : tranchée 3 (partie centrale)
sud » (pluvial, égout) ; cf. fait. Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Sur : indét.
Mobiliers : néant Sur : indét. Sous : FS1028
Sous : 1009, SB1021 Observations : dégagement partiel
Us : 1016 Observations : dégagement partiel Description : fondation de mur « nord-sud » ;
Fait : MR1016 Description : fondation et élévation de mur cf. fait.
Tranchée : tranchée 2 « nord-sud » ; cf. fait. Mobiliers : néant
Sur : niveaux de chantiers (?) non atteints Mobiliers : néant
Sous : 1008, 1054 Us : 1030
Observations : fouille partielle Us : 1023 Fait : MR1030
Description : fondation et élévation de mur Fait : MR1023 Tranchée : tranchée 3 (partie sud)
maçonné « nord-sud » ; cf. fait Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Sur : indét.
Mobiliers : néant Sur : indét. Sous : 1031 et 1032
Sous : 1009, SB1021 Observations : dégagement partiel
Us : 1017 Observations : dégagement partiel Description : fondation de mur « est-ouest » ;
Fait : FS1017 Description : fondation et élévation de mur cf. fait.
Tranchée : tranchée 2 « nord-sud » ; cf. fait. Mobiliers : néant
Sur : MR1016 Mobiliers : néant
Sous : 1008, 1054 Us : 1031
Observations : non fouillée Us : 1024 Fait : FS1031
Description : fosse ; cf. fait. Fait : FY1018 Tranchée : tranchée 3 (partie sud)
Mobiliers : néant Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Sur : MR1030
Sur : indét. Sous : 1054 (terre végétale)
Us : 1018 Sous : 1009 Observations : dégagement partiel, non fouillée
Fait : FY1018 Observations : dégagement partiel Description : fosse de nature indéterminée
Tranchée : tranchée 3 Description : alignement de blocs calcaires (moderne ?) ayant détruit la partie ouest du mur
Sur : 1024 (radier de blocs) bordant le foyer FY1018 ; cf. fait. MR1030.
Sous : 1009 Mobiliers : néant Mobiliers : néant
Observations : non fouillée
Description : sole de foyer/fournaise/four ? ; Us : 1025 Us : 1032
cf. fait. Fait : MR1025 Fait : non
Mobiliers : néant Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 3 (partie sud)
Sur : indét. Sur : MR1030
Us : 1019 Sous : 1010 Sous : 1054 (terre végétale)
Fait : MR1019 Observations : dégagement partiel Observations : dégagement partiel, non fouillée
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Description : fondation de mur « est-ouest » ; Description : comblement (équiv. 1035 :
Sur : 1052 cf. fait. tranchée 4) d’un espace excavé limité par les
Sous : 1009 Mobiliers : néant murs MR1030, MR1033 et MR1034.
Observations : nettoyage de surface Céramiques : cf. inventaire spécifique
Description : fondation et élévation de mur Us : 1026 Faune : 5 coq., 1 os
« est-ouest » ; cf. fait. Fait : MR1026
Mobiliers : néant Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Us : 1033
Sur : indét. Fait : MR1033
Us : 1020 Sous : 1010 Tranchée : tranchée 4
Fait : CV1020 Observations : dégagement partiel Sur : indét.
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Description : fondation de mur « nord-sud » ; Sous : 1035
Sur : indét. cf. fait. Observations : dégagement partiel
Sous : 1009 Mobiliers : néant Description : fondation de mur « est-ouest » ;
Observations : nettoyage de surface puis fouille cf. fait.
intégrale du comblement Us : 1027 Mobiliers : néant
Description : cuve (US composite : parois, fond, Fait : FS1027
enduit, comblement) ; cf. fait. Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Us : 1034
Céramiques : cf. inventaire spécifique Sur : indét. Fait : MR1034
Mobiliers : 1 os/corne travaillé Sous : 1053 Tranchée : tranchée 4
(emmanchement ?), 1 frag. de plaquage en Observations : fouillée par moitié (partie sud) Sur : indét.
marbre blanc (adhérences de mortier) Description : creusement de fosse (silo) ; cf. Sous : 1035
64 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Observations : dégagement partiel Us : 1041 Us : 1047


Description : fondation de mur « nord-sud » ; Fait : FO1041 Fait : non
cf. fait. Tranchée : tranchée 5 Tranchée : tranchée 2 (partie est)
Mobiliers : néant Sur : 1055 Sur : FS1006
Sous : 1011, 1054 (terre végétale) Sous : 1048
Us : 1035 Observations : non fouillé Observations : observé en coupe, non fouillé
Fait : non Description : fossé « nord-sud » ; cf. fait. Description : remblai sur le comblement Us
Tranchée : tranchée 4 (partie ouest) Mobiliers : néant 1007 de la fosse FS1006. Remblai participant
Sur : MR1033 et MR1034 des recharges de la cour rustique de la partie
Sous : 1054 (terre végétale) Us : 1042 orientale de la parcelle diagnostiquée.
Observations : fouillé partielle Fait : VP1042 Céramiques : cf. inventaire spécifique
Description : comblement (équiv. 1032 : Tranchée : tranchée 5 Mobiliers : 1 cuillère « à fard » en quatre frag.
tranchée 3) d’un espace excavé limité par les Sur : 1055 en os
murs MR1030, MR1033 et MR1034. Sous : 1011, 1054 (terre végétale)
Céramiques : cf. inventaire spécifique Observations : non fouillé Us : 1048
Mobiliers : 1 bouchon taillé sur fragment de Description : fond d’amphore de Bétique Fait : non
tegula (diam. 9 cm), 1 frag. de tubuli peigné, plantée. Tranchée : tranchée 2 (partie est)
1 bloc de grès (non conservé), 1 graffite très Mobiliers : néant Sur : 1047
partiel sur fragment d’amphore gauloise (partie Sous : SL1049
d’un chevron surmontant un tronçon de cercle : Us : 1043 Observations : observé en coupe, non fouillé
décor ou inscription V sur O) Fait : non Description : lentille/remblai sous le sol de cour
Faune : 8 coq., 24 os Tranchée : tranchée 5 SL1049. Remblai participant des recharges
Sur : 1055 de la cour rustique de la partie orientale de la
Us : 1036 Sous : 1011, 1054 (terre végétale) parcelle diagnostiquée.
Fait : MR1036 Observations : non fouillé Mobiliers : néant
Tranchée : tranchée 4 Description : remblai sur terrasse et rocher
Sur : indét. pouvant être assimilé à un des niveaux de la Us : 1049
Sous : 1054 (terre végétale) cour restituée dans la partie orientale de la Fait : SL1049
Observations : fouille partielle parcelle diagnostiquée (équiv. 1012). Tranchée : tranchée 2 (partie est)
Description : fondation et épierrement de mur Mobiliers : néant Sur : 1047 et 1048
maçonné « nord-sud » ; cf. fait. Sous : SL1012
Mobiliers : néant Us : 1044 Observations : observé en coupe, non fouillé
Fait : non Description : niveau de sol de la cour
Us : 1037 Tranchée : tranchée 3 (partie sud) rustique de la partie orientale de la parcelle
Fait : non Sur : MR1025, MR1026, FS1027 et FS1028 diagnostiquée ; cf. fait.
Tranchée : tranchée 4 Sous : 1010, 1054 (terre végétale) Mobiliers : néant
Sur : indét. Observations : nettoyage de surface
Sous : CN1038 Description : nettoyage sur et autour des Us : 1050
Observations : fouillé partielle murs MR1025 et MR1026 ayant notamment Fait : non
Description : creusement et comblement d’une permit de localiser le retour vers l’ouest du mur Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
dépression longiligne (linéament ?) sur laquelle MR1026. Sur : 1051
est bâti le caniveau CN1038 Céramiques : cf. inventaire spécifique Sous : 1009
Mobiliers : néant Mobiliers : 1 monnaie en bronze, 1 pendeloque Observations : fouille rapide (manuelle et à la
( ?) en bronze, 2 clous en bronze avec pioche) dans le sondage 1.
Us : 1038 adhérences de fer, 1 objet massif et ouvragé en Description : remblai/exhaussement (fin de
Fait : CN1038 bronze (emmanchement ?), 3 clous en fer l’Antiquité ?) allant de pair avec la construction
Tranchée : tranchée 4 Faune : 20 coq., 3 os du mur MR1019.
Sur : 1037 Céramiques : cf. inventaire spécifique
Sous : 1054 (terre végétale) Us : 1045 Mobiliers : Faune : 17 coq.
Observations : fouille partielle Fait : non
Description : canalisation maçonnée « nord- Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Us : 1051
sud » (pluvial, égout) ; cf. fait. Sur : FY1018, MR1019, MR1023 Fait : non
Mobiliers : néant Sous : 1054 (terre végétale) Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
Observations : nettoyage de surface Sur : 1052
Us : 1039 Description : nettoyage sur et autour des faits Sous : 1050
Fait : SL1039 FY1018, MR1019, MR1023. Observations : fouille rapide (manuelle et à la
Tranchée : tranchée 4 Céramiques : cf. inventaire spécifique pioche) dans le sondage 1.
Sur : indét. Mobiliers : 1 bouchon sur fragment d’amphore Description : remblai/exhaussement (fin de
Sous : 1054 (terre végétale) africaine (diam. ; 6/6,5 cm), 1 frag. de tubuli l’Antiquité ?) allant de pair avec la construction
Observations : non fouillé, partiellement dégagé peigné du mur MR1019.
Description : sol construit et maçonné ; cf. fait. Faune : 7 coq., 1 os Céramiques : cf. inventaire spécifique
Mobiliers : néant Mobiliers : 1 frag. de plaquage en marbre blanc
Us : 1046
Us : 1040 Fait : non Us : 1052
Fait : non Tranchée : tranchée 2 (partie ouest) Fait : non
Tranchée : tranchée 5 Sur : CN1015 Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
Sur : 1055 Sous : 1054 (terre végétale) Sur : indét. (fond de sondage), peut-être sur sol
Sous : 1011, 1054 (terre végétale) Observations : nettoyage sous-jacent ?
Observations : non fouillée Description : nettoyage de la canalisation Sous : 1051
Description : fine nappe de limon brun sur CN1015 et de ses abords. Observations : fouille rapide (manuelle et au
terrasse/rocher. Mobiliers : néant piochon) dans le sondage 1.
Mobiliers : néant Description : niveau fortement chargé en
III. Inventaires techniques 65

coquillages, essentiellement des vernis fauves, Sous : 1054


cendres, charbons, grains carbonisées, Observations : non fouillée
amphores, tuiles et blocs de chant ou à plat. On Description : petit amas de blocs concentrés
perçoit à ce niveau les indices d’une occupation dans et sous la berme nord de la tranchée 2,
plus ancienne que les remblais 1050 et 1051 situé aux limites de la canalisation CN1015
(scellée par ceux-ci) et que la construction du et du sol SL1004. On hésite entre un dépôt
mur MR1019. Ce niveau s’appuie en revanche de matériaux modernes et la base d’une
contre les assises basses du mur MR1016. Il structure plus ancienne (antique ?) placée à
pourrait signaler la proximité d’un niveau de sol un point où l’on pouvait attendre le tracé et le
domestique ou de cuisine sous-jacent. développement d’un mur limitant le sol maçonné
Céramiques : cf. inventaire spécifique SL1004.
Mobiliers : 1 élément en fer indéterminé Mobiliers : néant
Faune : 36 coq.
PRL : plusieurs centaines de grains de céréales Us : 1058
carbonisées (prélevées) dont certaines encore Fait : MR1016
amalgamées dans les sédiments prenant place Tranchée : tranchée 2
dans deux valves de vernis fauve (à tamiser à Sur : MR1016
maille 0,5 mm si étude, cf. Isabel Figueiral) Sous : 1054
Observations : fouillé partielle
Us : 1053 Description : aménagement en tranchée d’une
Fait : FS1027 fondation débordante le long su mur MR1016.
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Cette structure ferait office de soutien à la
Sur : 1027 construction du mur ou pourrait doubler celui-ci
Sous : 1044 plus tardivement.
Observations : fouillée par moitié (partie sud) Mobiliers : néant
Description : comblement de fosse (silo) ; cf.
fait. Us : 1059
Céramiques : cf. inventaire spécifique Fait : FY1018
Mobiliers : 4 clous en fer (dont charpente), Tranchée : tranchée 3
2 fragments importants de plaque en plomb Sur : 1050 ?
(rejets de découpe), 1 frag. de verre indét. Sous : 1018
Observations : dégagement de surface, partiel
Us : 1054 Description : radier du foyer FY1058 composé
Fait : non de blocs de calcaire et de fragments de tuiles.
Tranchée : toutes Mobiliers : néant
Sur : divers
Sous : TNA HS (hors stratigraphie)
Observations : terrassée à la pelle mécanique Mobiliers : 1 clou en bronze (long. tot. : 64
Description : terre végétale essentiellement, mm), 4 pièces et frag. informes en plomb,
correspondant au sol de la parcelle 1 hameçon en bronze, 1 frag. de meule en
diagnostiquée basalte local (diam. indét mais grand format ;
Mobiliers : néant trace de scellement en plomb)

Us : 1055
Fait : non
Tranchée : toutes
Sur : néant (substrat)
Sous : ensemble des vestiges
Observations : mis en évidence selon sondages
et terrassements.
Description : substrat rocheux. Formation
calcaire sableux (grès).
Mobiliers : néant

Us : 1056
Fait : non
Tranchée : tranchée 2 (partie centrale)
Sur : SL1004, SL1013
Sous : 1054
Observations : non fouillée, terrassée à la pelle
pour dégager le sol maçonné SL1004.
Description : niveau fortement chargé de
coquilles de moules concassées. On pourrait
envisager que ce niveau illustre un ultime
épandage sur le sol maçonné SL1004 et sa
recharge SL1013, également maçonnée.
Mobiliers : néant

Us : 1057
Fait : non
Tranchée : tranchée 2
Sur : CN1015 et SL1004
66 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

2. Inventaire des faits archéologiques

Fait : SL1004 Sur : niveaux de chantiers (?) non atteints Photos : 1004, 1009, 1011
Tranchée : tranchée 2 Sous : 1008
Sur : indét. Observations : fouille partielle Fait : FY1018
Sous : 1003, 1054 (terre végétale) Description : canalisation maçonnée « nord- Tranchée : tranchée 3
Observations : dégagement de surface sud », observée sur env. 2,20 m de long. Sa Sur : 1024 (alignement de blocs, radier ?)
Description : sol maçonné, formé d’un radier largeur totale atteint 0,55 à 0,60 m. Le conduit Sous : 1009
de blocs et d’éclats en calcaire dur (jurassique) intérieur mesure 0,28 à 0,32 m de large. Observations : non fouillée
couvert par une chape de béton incluant assez Sa profondeur conservée est de 0,23 m. La Description : sole de foyer partiellement
peu de fragments de tegulae concassées, couverture est conservée et est composée conservée, découverte à la base de la terre
et à la surface de laquelle surnagent les de dalles (en calcaire et grès) et de tegulae végétale. Cette sole est formée de nodules
blocs et éclats calcaire du radier. La largeur entières. Des joints au mortier sont observés de terre argileuse rubéfiée mais elle apparait
approximative de ce sol construit est estimée à ponctuellement et ennoient des fragments de très désagrégée (0,50 x 1 m). Elle repose sur
environ 4,10 m. L’aspect rustique de ce sol et dolia. Ce segment de canalisation est aligné et un hérisson relativement épais, fait de blocs,
l’absence de murs latéraux (gouttereaux) incite peut être associé au segment CN1038 observé d’éclats calcaires et de fragments de tuiles
à restituer une surface de travail extérieure dans la tranchée 4. (Us 1059). La partie conservée de cette sole ne
plutôt qu’une salle couverte. La présence de ce Document : croquis tranchée 2 permet pas de restituer la forme du foyer établi
même type de sol dans la tranchée 4 (SL1039) Photo : 1003 ici. Aucune trace de parois n’a été perçue ce
invite à penser qu’il s’agit d’une construction qui ne permet pas de trancher entre un simple
unique formant une longue travée ou plateforme foyer domestique ou un fond de four.
de travail de plus de 20 mètres de long. Fait : MR1016 Document : croquis tranchée 3
Document : croquis tranchée 2 Tranchée : tranchée 2 Photo : 1005
Photos : 1001, 1002, 1003, 1008 Sur : niveaux de chantiers (?) non atteints
Sous : 1008, 1054 Fait : MR1019
Fait : FS1006 Observations : fouille partielle Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
Tranchée : tranchée 2 Description : fondation et élévation d’un mur Sur : 1052
Sur : 1055 (substrat rocheux) de façade, maçonné et orienté « nord-sud ». Sous : 1009
Sous : 1007, 1012, 1047 Il a été observé sur environ 5 m de long. Il Observations : nettoyage de surface
Observations : fouille partielle est aligné avec le mur MR1036 (tranchée 4) Description : fondation d’un mur de refend
Description : fosse de nature indéterminée, et peut lui être associé. L’élévation, observée orienté « est-ouest ». Il a été observé sur
découverte en sondage (et donc partiellement sur 5 assises de hauteur, fait 0,45 m de environ 2,90 m de long (longueur totale). Il
dégagée) sous les niveaux 1012, 1047 mais large. Les matériaux mis en œuvre sont des est appuyé au mur MR1016 à l’est et au mur
aussi SL1049, au contact du substrat gréseux moellons en calcaire dur (jurassique) liés MR1022/MR1023 à l’ouest. Cette fondation
(1055). Cette fosse présente un fond irrégulier par un mortier blanc-beige. Sur sa face est, comporte 2 à 3 trois assises irrégulières et
et une profondeur assez faible, de l’ordre de 20 le mur MR1016 est doublé par un puissant elle fait 0,50 à 0,58 m de large. Les matériaux
à 30 cm. On peut envisager que sa constitution parement avancé (Us 1058) dont le rôle n’est mis en œuvre sont des moellons et blocs en
soit consécutive à la mise à nue du substrat pas assuré. Il peut s’agir d’une large fondation calcaire dur (jurassique) liés à la terre. Le
puis à son exploitation. En conséquence, on débordante contemporaine de sa construction blocage est composé de fragments de tegulae.
suppose qu’il s’agit du fond d’une carrière ou ou d’une réalisation plus tardive longeant Document : MN1001, croquis tranchée 3
d’une structure excavée. celui-ci et associée à la mise en œuvre du mur Photos : 1004, 1005, 1006, 1009, 1017,
Documents : MN1001, croquis tranchée 2 perpendiculaire MR1019. 1020
Photo : 1018 Documents : croquis tranchée 2, croquis
tranchée 3 Fait : CV1020
Fait : SL1013 Photos : 1004, 1005, 1017, 1020 Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
Tranchée : tranchée 2 Sur : indét.
Sur : SL1004 Fait : FS1017 Sous : 1009
Sous : 1003, 1054 (terre végétale) Tranchée : tranchée 2 Observations : nettoyage de surface puis fouille
Observations : non fouillé Sur : MR1016 intégrale du comblement
Description : chape maçonnée d’agréage de Sous : 1008, 1054 Description : cuve maçonnée bâtie contre
quelques centimètres d’épaisseur (8 à 10 cm), Observations : non fouillée le parement nord du mur MR1019. Les trois
coulée sur le sol construit SL1004. Cette chape Description : fosse de plan quasi circulaire (1 autres parois de cette structure ne font qu’une
semble correspondre à la réparation su sol x 1,10 m), dont la profondeur et le profil n’ont trentaine de centimètres d’épaisseur. Elles sont
SL1004 sur lequel elle repose. Peu étendue en pu être reconnus en l’absence de fouille. Cette composées de blocs et moellons en calcaire
apparence, partiellement conservée et en partie fosse impacte et détruit en partie le parement dur (jurassique) liés à la terre. Parois et fond
emportée lors du terrassement mécanisé, les de la fondation orientale du mur MR1016 de la cuve sont couverts d’une sous-couche
matériaux qui la composent et leur mise en (Us 1058). Son comblement est composé d’une de mortier blanc peu épaisse (1 à 2 cm env.).
œuvre sont comparables à ceux du sol sous- matrice limoneuse brune orangée, chargée de L’enduit de surface, de teinte orangée, est
jacent SL1004. gravats (blocs, tegulae, dolia…) et d’une petite également fin et assez dense. Un prélèvement
Document : croquis tranchée 2 concentration de fragments très friables de de ce revêtement a été effectué en vue d’une
Photo : 1002 basalte à leucite. Ces derniers marqueraient la analyse ultérieure (chimie organique). La cuve
présence sur le site d’un moulin à sang de type est conservée sur environ 35 cm de hauteur.
Fait : CN1015 italique (basalte d’Orvieto) Ses dimensions internes sont : 1,22 m (nord/
Tranchée : tranchée 2 Document : croquis tranchée 2 sud) x 1,13 (est/ouest). Le fond de cuve est
III. Inventaires techniques 67

concave. En son centre, une profonde cupule Description : fondation d’un mur (refend) Document : croquis tranchée 3
(23 cm) est aménagée avec un profil en ogive. orientée « est-ouest ». Elle a été observée sur Photo : néant
Documents : MN1001, croquis tranchée 3 environ 1,60 m de long. La fondation fait 0,42
Photos : 1006, 1009 m de large seulement. Les matériaux mis en Fait : MR1029
œuvre sont des moellons et blocs en calcaire Tranchée : tranchée 3 (partie centrale)
Fait : SB1021 dur liés à la terre. Un étroit blocage composé Sur : indét.
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) de fragments de tegulae est perceptible. Sous : FS1028
Sur : MR1022, MR1023 Document : croquis tranchée 3 Observations : dégagement partiel
Sous : 1009 Photos : 1011, 1019 Description : fondation d’un mur (probable
Observations : non fouillée refend) orientée « nord-sud ». Elle a été
Description : cuve moderne maçonnée, située Fait : MR1026 observée sur environ 0,90 m de long et
sous la berme ouest de la tranchée 3 (partie Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) fait 0,39 à 0,43 m de large seulement. Les
nord). Très partiellement dégagée, elle présente Sur : indét. matériaux mis en œuvre sont des moellons en
une paroi étroite d’une quinzaine de centimètres Sous : 1010 calcaire dur et en grès liés à la terre.
d’épaisseur (suivie sur 2 m de long) et curviligne Observations : dégagement partiel Document : croquis tranchée 3
(partie sud). Cette cuve devait être servie par Description : élévation d’un mur (probable Photos : 1010, 1012
une conduite ou une tuyauterie (disparue) qui refend) orientée « nord-sud ». Elle a été
prenait place dans une tranchée de direction observée sur environ 4,10 m de long et Fait : MR1030
nord/est-sud/ouest, comblée de sable, qui a fait 0,37 à 0,40 m de large seulement. Les Tranchée : tranchée 3 (partie sud)
pu être suivie sur un peu plus de trois mètres. matériaux mis en œuvre sont des moellons en Sur : indét.
Cette tranchée est intrusive à la cuve antique calcaire dur à un mortier jaune. Le blocage est Sous : 1031 et 1032
CV1020. Au contact de la cuve SB1021, composé de quelques fragments de tegulae. Observations : dégagement partiel
cette conduite/tuyauterie était coulée dans un Document : croquis tranchée 3 Description : fondation d’un mur de façade
petit môle maçonné formant un appendice. Photos : 1010, 1011, 1019 maçonné, orienté « est-ouest ». Il a été observé
La construction de cette cuve a entrainé la sur environ 0,75 m de long. Il est construit
destruction partielle des murs MR1022 et Fait : FS1027 perpendiculairement au mur MR1034. Cette
MR1023. Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) construction fait 0,52 à 0,55 m de large. Les
Document : croquis tranchée 3 Sur : indét. matériaux mis en œuvre sont des moellons
Photo : 1006 (partie droite su cliché) Sous : 1053 et blocs en calcaire dur et en grès liés par
Observations : fouillée par moitié (partie sud) un mortier blanc-beige. Vers l’ouest, cette
Fait : MR1022 Description : la fosse FS1027, située au sud maçonnerie a été fortement endommagée par
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) du mur MR1025 et à l’est du mur MR1026, est le creusement vraisemblablement récent d’une
Sur : indét. de plan circulaire (diam. : 1 à 1,10 m). Le fond fosse FS1031.
Sous : 1009, SB1021 du creusement (Us 1027) est irrégulier mais Document : croquis tranchée 3
Observations : dégagement partiel à tendance horizontale. Les parois sont très Photos : 1010, 1012
Description : fondation d’un mur (refend légèrement inclinées, conservées sur près de
ou façade) orientée « nord-sud ». Elle a été 20 cm de hauteur. Le comblement (Us 1053) Fait : FS1031
observée sur environ 2,20 m de long. Le est composite. Sa partie inférieure, argilo- Tranchée : tranchée 3 (partie sud)
segment de mur MR1023 est aligné sur son limoneuse et de couleur orangée, paraît être Sur : MR1030
axe. Ces deux tronçons formeraient une même issue de la désagrégation du substrat. Sa partie Sous : 1054 (terre végétale)
construction. La largeur de cette fondation est supérieure est moins compacte. Sa matrice Observations : dégagement partiel, non fouillée
inconnue puisqu’elle a été largement amputée limoneuse, brune à grise, inclut de nombreux Description : fosse de nature indéterminée
par le bassin moderne SB1021. Les matériaux blocs calcaires et des fragments de tuiles (moderne ?) ayant détruit la partie ouest du mur
mis en œuvre sont des moellons en calcaire dur antiques. Le mobilier y est assez abondant. MR1030 (2,40 x 1,40 m approx.).
liés à la terre. L’aspect général de cette fosse (profil et Document : croquis tranchée 3
Document : croquis tranchée 3 comblement) évoque la base d’un silo. Photo : 1010
Photo : néant Document : croquis tranchée 3
Photo : 1019 Fait : MR1033
Fait : MR1023 Tranchée : tranchée 4
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Fait : FS1028 Sur : indét.
Sur : indét. Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Sous : 1035
Sous : 1009, SB1021 Sur : indét. Observations : dégagement partiel
Observations : dégagement partiel Sous : 1010 Description : fondation et élévation d’un mur de
Description : fondation d’un mur (refend Observations : fouillée (avant relevé) façade maçonné, orienté « sud-ouest/nord-est ».
ou façade) orientée « nord-sud ». Elle a été Description : la fosse FS1028 est située au Il a été observé sur environ 4 m de long. Il est
observée sur environ 1,60 m de long. Le sud de la fosse FS1027 et couvre (intrusive construit perpendiculairement au mur MR1034
segment de mur MR1022 est aligné sur son également) les portions de murs MR1026 et compose avec lui deux côtés d’un espace
axe. Ces deux tronçons formeraient une même et MR1029. Ses contours n’ont pas été excavé (dont le troisième côté pourrait être
construction. La fondation fait 0,55 à 0,60 m précisément appréhendés (1,30 x 1,40 le mur MR1030 observé dans la tranchée 3).
de large. Les matériaux mis en œuvre sont m approx.) et sa profondeur ne semble L’élévation, observée sur 3 assises de hauteur,
des moellons et blocs en calcaire dur et en pas particulièrement importante (quelques fait 0,50 à 0,52 m de large. Les matériaux
grès liés à la terre. Le blocage est composé centimètres) ce qui permet d’évoquer une mis en œuvre sont des moellons et blocs en
de fragments de tegulae (plus un fragment cuvette plutôt qu’une véritable fosse. calcaire dur et en grès liés par un mortier
d’amphore et un fragment d’enduit récupéré). Son comblement est formé notamment de blanc-beige.
Document : croquis tranchée 3 milliers d’éclats centimétriques et millimétriques Document : croquis tranchée 4
Photo : néant de coquilles de moules. Ce sont ces derniers Photos : 1013, 1014
qui ont permis de localiser des contours
Fait : MR1025 plus ou moins nets. Leur diffusion dans ce Fait : MR1034
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) secteur rappelle d’autres masses de coquilles Tranchée : tranchée 4
Sur : indét. concassées rencontrées sur la parcelle Sur : indét.
Sous : 1010 diagnostiquée, notamment à l’aplomb et sur le Sous : 1035
Observations : dégagement partiel sol maçonné SL1004. Observations : dégagement partiel
68 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Description : fondation et élévation d’un mur surface de travail extérieure plutôt qu’une salle
de façade maçonné, orienté « nord-ouest/ couverte. La présence de ce même type de sol
sud-est ». Il a été observé sur environ 1,60 m dans la tranchée 2 (SL1004) invite à penser
de long. Il est construit perpendiculairement au qu’il s’agit d’un même ensemble formant une
mur MR1033 et compose avec lui deux côtés longue plateforme de plus de 20 m de long.
d’un espace excavé (dont le troisième côté Document : croquis tranchée 4
pourrait être le mur MR1030 observé dans la Photo : 1016
tranchée 3). L’élévation, observée sur 4 assises
de hauteur, fait 0,55 m de large. Les matériaux Fait : FO1041
mis en œuvre sont des moellons et blocs en Tranchée : tranchée 5
calcaire dur et en grès liés par un mortier Sur : 1055
blanc-beige. Sous : 1011, 1054 (terre végétale)
Document : croquis tranchée 4 Observations : non fouillé
Photos : 1013, 1014 Description : le fossé FO1041 est orienté
nord-sud, conservé sur quelques centimètres de
Fait : MR1036 profondeur. Sa largeur est constante et évaluée
Tranchée : tranchée 4 à 0,45 m. Son comblement est un sédiment
Sur : indét. limoneux brun-gris, peu compact et très
Sous : 1054 (terre végétale) homogène. Sa datation est incertaine ; on ne
Observations : fouille partielle peut exclure qu’il s’agisse d’un fossé moderne.
Description : fondation et élévation d’un mur Document : croquis tranchée 5
de façade, maçonné et orienté « nord-sud ». Photo : néant
Il a été observé sur environ 2,20 m de long. Il
est aligné avec le mur MR1016 (tranchée 2) Fait : VP1042
et peut lui être associé. L’élévation, observée Tranchée : tranchée 5
superficiellement, fait 0,45 m de large. Les Sur : 1055
matériaux mis en œuvre sont des moellons et Sous : 1011, 1054 (terre végétale)
blocs en calcaire dur (un élément en grès) liés Observations : non fouillé
par un mortier blanc-beige. Sur sa face est, Description : fond d’amphore de Bétique planté
le mur MR1036 est doublé par un puissant en terre dont la fonction reste indéterminée.
épierrement en tranchée composé de gravats Faute de fouille, on ne saurait dire par exemple
(amalgames de mortier et de blocs) dont le rôle s’il contient un dépôt funéraire. On envisage
n’est pas assuré. Il peut s’agir de la démolition cependant un usage bien plus utilitaire comme
d’une large fondation débordante à l’image vase à fleur ou petite réserve d’eau.
du mur MR1016 ou d’une construction plus Document : croquis tranchée 5
récente. Photo : néant
Document : croquis tranchée 4
Photo : 1015 Fait : SL1049
Tranchée : tranchée 2 (partie est)
Fait : CN1038 Sur : 1047 et 1048
Tranchée : tranchée 4 Sous : SL1012
Sur : 1037 Observations : observé en coupe, non fouillé
Sous : 1054 (terre végétale) Description : fin niveau de gravillons et de
Observations : fouille partielle limons argileux orangés probablement issus du
Description : canalisation maçonnée « nord- substrat (2 à 8 cm d’épaisseur). Ce matériau,
sud », observée sur env. 2,20 m de long. Sa probablement compacté, est étendu sur les
largeur totale atteint 0,68 à 0,72 m. Le conduit remblais sous-jacents (Us 1047 et Us 1048)
intérieur mesure 0,23 à 0,25 m de large. La dans la partie orientale de la tranchée 2, c’est-
couverture est conservée et est composée de à-dire dans l’espace considéré comme cour. Ce
dalles et de blocs (en calcaire et grès) ainsi matériau prend place dans une légère cuvette
que de tegulae entières liés au mortier. Ce afin de niveler le terrain.
segment de canalisation est aligné et peut être Document : MN1001
associé au segment CN1015 observé dans la Photo : 1018
tranchée 2.
Document : croquis tranchée 4
Photo : 1016

Fait : SL1039
Tranchée : tranchée 4
Sur : indét.
Sous : 1054 (terre végétale)
Observations : dégagement de surface
Description : sol maçonné, formé d’un radier
de blocs et d’éclats en calcaire dur (jurassique)
couvert par une chape de béton incluant assez
peu de fragments de tegulae concassées,
et à la surface de laquelle surnagent les
blocs et éclats calcaire du radier. La largeur
approximative de ce sol construit ne peut
être estimée (supérieure à 3,20 m). L’aspect
rustique de ce sol et l’absence de mur latéral
(au moins à l’ouest) incite à restituer une
III. Inventaires techniques 69

3. Le mobilier céramique : inventaire et argumentaire


chronologique (P. Rascalou)

1. Inventaire des céramiques et datation des Us 1003


- vaisselle : 6 fragments de céramique sigillée sud-gauloise ; 7 fragments
unités stratigraphiques de céramique à pâte claire ; 3 fragments de mortier à pâte calcaire ; 27
fragments de céramique sableuse réductrice.
Us 1001 - amphore : 11 fragments d’amphore gauloise.
- vaisselle : 6 fragments de céramique sigillée claire C ; 2 fragments de - typologie :
d-s-p oxydante ; 2 fragments de d-s-p réductrice ; 6 fragments de céramique • céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 1 ; 1 fond de
sigillée claire B/luisante ; 1 fragment de céramique à pâte claire ; 1 fragment cruche
de céramique sableuse réductrice ; 1 fragment de céramique sableuse • mortier calcaire : 1 bord et 1 tesson de mortier (petit) CL-REC 18a
oxydante ; 4 fragments de céramique à pisolithes. • céramique sableuse réductrice : 2 bords d’urnes SABL-OR A10 ; 1 bord
- amphore : 3 fragments d’amphore indéterminée ; 1 fragment d’amphore d’assiette SABL-OR C1 ; 1 anse de pichet SABL-OR G1
de Bétique (Dressel 23) ; 1 fragment d’amphore lusitanienne ; 8 fragments • céramique sigillée sud-gauloise : 1 tesson de coupe SIG-SG Dr29
d’amphore gauloise ; 22 fragments d’amphore africaine ; 3 fragments de • amphore gauloise : 1 bord d’amphore (1/2 module ?) A-GAUL 1 ; 1 bord
dolium à dégr. de calcite. d’amphore A-GAUL 4.
- typologie : - datation : 50/150.
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 anse de cruche CLAIR-B
• céramique sigillée claire C : 2 fonds d’assiettes CLAIR-C 50A Us 1005
• céramique à pâte claire récente : 1 anse de cruche - vaisselle : 1 fragment de céramique engobée blanc ; 3 fragments de
• dérivée de sigillée paléochrétienne : 1 tesson de bol caréné D-S-P 16 ; 1 céramique sigillée sud-gauloise ; 3 fragments de céramique kaolinitique ; 15
bord et 1 tesson de mortiers D-S-P 29 ; 1 fond de couvercle (?) fragments de céramique à pâte claire ; 20 fragments de céramique sableuse
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 fond de cruche LUIS 95 ? réductrice.
• céramique sableuse réductrice : 1 bord de jatte SABL-OR B26 - amphore : 1 fragment d’amphore italique ; 5 fragments d’amphore
• amphore africaine : 1 anse gauloise sableuse ; 18 fragments d’amphore gauloise.
• amphore de Bétique : 1 tesson d’amphore A-BET Dr23 - typologie :
• amphore gauloise : 1 anse d’amphore A-GAUL 1 ; 1 anse d’amphore • céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 2 ; 2 fonds de
A-GAUL 4. cruches
- éléments de datation (mobilier HS) : 250/450. • céramique sableuse réductrice : 2 bords d’urnes SABL-OR A10 ; 2 bords
d’urnes SABL-OR A11 ; 1 anse de pichet
Us 1002 • céramique sigillée sud-gauloise : 1 fond de coupelle SIG-SG Dr22a ; 1 bord
- vaisselle : 2 fragments de d-s-p réductrice ; 1 fragment de céramique de coupelle SIG-SG Dr27 ; 1 tesson de coupe SIG-SG Dr29
engobée orange ; 1 fragment de claire engobée ; 1 fragment de céramique • amphore gauloise sableuse : 1 fond et 1 anse d’amphores A-GAUL 1.
sigillée claire C ; 1 fragment de céramique engobée blanc ; 6 fragments de - datation : 50/150.
céramique sigillée claire B/luisante ; 10 fragments de céramique sigillée
sud-gauloise ; 30 fragments de céramique à pâte claire ; 5 fragments de Us 1007
céramique kaolinitique ; 25 fragments de céramique sableuse réductrice - vaisselle : 2 fragments de paroi fine à pâte calcaire ; 10 fragments de
; 1 fragment de céramique à points de chaux ; 2 fragments de céramique céramique sigillée sud-gauloise ; 1 fragment de céramique engobée blanc ;
commune oxydante micacée ; 1 fragment de céramique commune italique ; 2 fragments de céramique sableuse oxydante ; 11 fragments de céramique
2 fragments de céramique africaine de cuisine. kaolinitique ; 17 fragments de céramique à pâte claire ; 46 fragments de
- amphore : 1 fragment d’amphore lusitanienne ; 6 fragments d’amphore céramique sableuse réductrice ; 1 fragment de céramique brune orangée
africaine ; 7 fragments d’amphore gauloise sableuse ; 87 fragments d’ biterroise.
amphore gauloise ; 1 fragment d’amphore orientale ; 8 fragments de dolium - amphore : 10 fragments d’amphore gauloise sableuse ; 1 fragment
à dégr. de calcite. d’amphore de Bétique (Dressel 20) ; 43 fragments d’amphore gauloise ; 1
- remarques : dolium à dégr. de calcite (6 fragments non conservés). fragment d’amphore africaine ; 4 fragments de dolium à dégr. de calcite.
- typologie : - remarques : dolium à dégr. de calcite (3 fr. non conservés).
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord d’urne à une anse CLAIR-B 66b - typologie :
; 1 bord de bol CLAIR-B 8 • céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 2 ; 1 fond de
• céramique à pâte claire récente : 1 bord de bol cf. CL-ENG B5 ; 1 bord cruche
et 2 tessons de bol cf. CL-ENG B6 ; 1 bord de coupe CL-REC 13 ; 1 bord • céramique kaolinitique : 1 bord de bouilloire KAOL F1
de cruche CL-REC 2 ; 2 bords et 1 fond de bassines CL-REC 25 ; 1 bord de • céramique à paroi fine : 1 bord de gobelet PAR-FIN 37 ; 1 tesson de
cruche CL-REC 3 gobelet PAR-FIN 42
• céramique à pâte claire récente engobée : 1 fond de thymiaterium (?) • céramique sableuse réductrice : 1 bord d’urne SABL-OR A10 ; 1 bord
• dolium : 1 bord de dolium DOLIUM bd8f d’urne SABL-OR A11 ; 1 tesson de marmite SABL-OR B7 ; 1 bord et 1 fond
• céramique kaolinitique : 1 fond et 1 anse de bouilloires KAOL F1 de couvercles SABL-OR E2 ; 1 bord de pichet SABL-OR G1 ; 5 fonds d’urnes
• céramique à points de chaux : 1 bord d’urne P-CHAUX A10 • céramique sigillée sud-gauloise : 1 bord et 1 tesson d’assiettes SIG-SG
• céramique sableuse réductrice : 2 bords d’urnes SABL-OR A10 ; 1 bord Dr15/17 ; 1 bord d’assiette SIG-SG Dr18b ; 1 bord de coupe SIG-SG Dr29b ;
d’urne SABL-OR A11 ; 2 bords de couvercles SABL-OR E2 ; 1 fond d’urne 1 bord et 1 tesson de coupes SIG-SG DR35/36 ; 1 tesson de coupe SIG-SG
• céramique sigillée sud-gauloise : 2 tessons de coupes SIG-SG Dr29 ; 1 Dr37 ; 1 bord de coupe SIG-SG Dr37a
bord de coupe SIG-SG DR35/36 ; 1 bord et 2 tessons de bol SIG-SG Dr33 • amphore gauloise : 2 bords d’amphores A-GAUL 4.
• amphore africaine : 1 fond - datation : 75/150.
• amphore gauloise : 2 bords, 3 fonds et 1 anse d’amphores A-GAUL 1
• amphore gauloise sableuse : 1 anse d’amphore A-GAUL 1.
- éléments de datation (mobilier HS) : 50/450.
70 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Us 1008 Us 1032
- vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire A ; 2 fragments de - vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment
céramique sigillée sud-gauloise ; 2 fragments de céramique à points de de d-s-p réductrice ; 1 fragment de céramique sableuse oxydante ; 2
chaux ; 1 fragment de céramique sableuse réductrice ; 7 fragments de fragments de céramique sableuse réductrice ; 8 fragments de céramique à
céramique à pâte claire. pâte claire.
- amphore : 10 fragments d’amphore gauloise. - amphore : 1 fragment d’amphore orientale ; 1 fragment d’amphore de
- typologie : Bétique (Dressel 23) ; 24 fragments d’amphore africaine ; 6 fragments
• céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 1 d’amphore gauloise.
• céramique à points de chaux : 1 anse d’urne ansée - typologie :
• céramique sableuse réductrice : 1 anse de pichet • céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 1
• céramique sigillée sud-gauloise : 2 tessons d’urne à deux anses SIG-SG • amphore africaine : 1 bord d’amphore A-AFR 25/1
He7. • amphore de Bétique : 1 tesson d’amphore A-BET Dr23.
- éléments de datation (mobilier HS) : 50/200. - datation : 350/500 (450 ?).

Us 1009 Us 1035
- vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire D ; 1 fragment de - vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment
céramique engobée blanc ; 7 fragments de céramique sigillée claire B/ de d-s-p réductrice ; 2 fragments de céramique sableuse réductrice.
luisante ; 3 fragments de céramique à pâte claire ; 2 fragments de - amphore : 10 fragments d’amphore gauloise ; 6 fragments d’amphore
céramique sableuse réductrice ; 1 fragment de céramique à pisolithes. africaine ; 1 fragment de dolium à dégr. de calcite.
- amphore : 1 fragment d’amphore gauloise sableuse ; 11 fragments - remarques : nombreux restes de mortier sur les fragments d’amphores.
d’amphore gauloise ; 2 fragments d’amphore africaine ; 1 fragment - typologie :
d’amphore orientale. • dolium : 1 bord de dolium DOLIUM bd8f
- typologie : • céramique sableuse réductrice : 1 fond d’urne
• céramique à pâte claire engobée : 1 fond de gobelet • amphore africaine : 1 anse
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord de bol caréné LUIS 37a ; 1 • amphore gauloise : 3 anses d’amphores A-GAUL 4.
fond - datation : 350/500 (450 ?).
• céramique à pisolithes : 1 bord d’urne PISO A14.
- éléments de datation (mobilier HS) : 300/450. Us 1044
- vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment
Us 1010 de céramique brune orangée biterroise ; 1 fragment de céramique sableuse
- vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire C ; 1 fragment de réductrice.
céramique à pisolithes ; 1 fragment de céramique kaolinitique ; 1 fragment - amphore : 1 fragment d’amphore indéterminée ; 1 fragment d’amphore
de céramique sableuse réductrice ; 4 fragments de céramique à pâte claire. africaine ; 2 fragments d’amphore gauloise.
- amphore : 2 fragments d’amphore gauloise ; 5 fragments d’amphore - typologie :
africaine. • céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord d’assiette CLAIR-B 2.
- typologie : - éléments de datation (mobilier HS) : 150/300.
• céramique sigillée claire C : 1 bord d’assiette CLAIR-C 50A
• céramique à pâte claire récente : 1 fond de gobelet (?) Us 1045
• céramique sableuse réductrice : 1 bord d’urne SABL-OR A8. - vaisselle : 1 fragment de céramique glaçurée romaine ; 1 fragment de
- éléments de datation (mobilier HS) : 200/400. céramique sigillée claire D ; 1 fragment de d-s-p réductrice ; 3 fragments de
céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment de céramique kaolinitique ;
Us 1011 1 fragment de céramique africaine de cuisine ; 13 fragments de céramique à
- vaisselle : 1 fragment de mortier à pâte calcaire. pâte claire ; 2 fragments de céramique sableuse oxydante ; 3 fragments de
- amphore : 1 fragment d’amphore gauloise. céramique à pisolithes ; 5 fragments de céramique sableuse réductrice.
- typologie : - amphore : 1 fragment d’amphore lusitanienne ; 10 fragments d’amphore
• mortier calcaire : 1 fond de mortier CL-REC 18 africaine ; 15 fragments d’amphore gauloise ; 1 fragment de dolium à dégr.
• amphore gauloise : 1 bord d’amphore A-GAUL 4. de pouzzolane.
- éléments de datation (mobilier HS) : 50/400. - typologie :
• céramique à pâte claire récente : 1 fond de faisselle (?)
Us 1014 • céramique kaolinitique : 1 fond de bouilloire KAOL F1 ?
- vaisselle : 6 fragments de céramique à pâte claire ; 2 fragments de • céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord de bol LUIS 29
céramique kaolinitique ; 1 fragment de céramique sableuse oxydante ; 17 • céramique à pisolithes : 1 bord de pichet PISO G3.
fragments de céramique sableuse réductrice. - éléments de datation (mobilier HS) : 350/500 (450 ?).
- amphore : 1 fragment d’amphore indéterminée ; 4 fragments d’amphore
de Bétique (Dressel 20) ; 13 fragments d’amphore gauloise. Us 1047
- typologie : - vaisselle : 1 fragment de d-s-p oxydante ; 2 fragments de céramique
• céramique sableuse réductrice : 1 bord d’urne SABL-OR A10. sableuse réductrice.
- datation : 1/150. - amphore : 2 fragments d’amphore gauloise.
- typologie :
Us 1020 • dérivée de sigillée paléochrétienne : 1 tesson de jatte D-S-P 6c ?
- vaisselle : 1 fragment de d-s-p réductrice ; 2 fragments de céramique • amphore gauloise : 1 bord et 1 anse d’amphores A-GAUL 1.
sigillée claire B/luisante ; 2 fragments de céramique à pâte claire ; 2 - datation : 350/500 (450 ?).
fragments de céramique à pisolithes.
- amphore : 2 fragments d’amphore gauloise ; 1 fragment d’amphore Us 1050
indéterminée ; 7 fragments d’amphore africaine. - vaisselle : 1 fragment de d-s-p oxydante ; 1 fragment de d-s-p réductrice
- typologie : ; 1 fragment de claire engobée ; 1 fragment de céramique sigillée claire
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord de bol CLAIR-B 8 D ; 6 fragments de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment de
• dérivée de sigillée paléochrétienne : 1 tesson de bol caréné D-S-P 16 commune tardive du type de « Pabiran » ; 1 fragment de céramique sableuse
• céramique à pisolithes : 1 bord et 1 tesson de plats PISO C2a. réductrice ; 7 fragments de céramique à pisolithes ; 7 fragments de
- datation : 350/500 (450 ?). céramique à pâte claire.
- amphore : 2 fragments d’amphore indéterminée ; 1 fragment d’amphore
de Bétique (Dressel 20) ; 1 fragment d’amphore de Tarraconaise (pâte
III. Inventaires techniques 71

blanche) ; 4 fragments d’amphore africaine ; 13 fragments d’amphore


gauloise ; 3 fragments d’amphore lusitanienne ; 1 fragment d’amphore
orientale ; 4 fragments de dolium à dégr. de calcite.
- remarques : dolium à dégr. de calcite (3 fragments non conservés).
- typologie :
• céramique sigillée claire D : 1 bord d’assiette CLAIR-D 50B
• céramique à pâte claire engobée : 1 bord de bol CL-ENGée B6
• céramique à pâte claire récente : 1 fond et 1 anse de cruches CL-REC
• dérivée de sigillée paléochrétienne : 1 bord de bol caréné D-S-P 16 ; 1
bord de coupe D-S-P 2
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 bord et 1 tesson de bol carénés
LUIS 37a ; 1 bord de gobelet LUIS 62/66 ; 2 fonds
• céramique à pisolithes : 1 bord d’urne PISO A2 ; 1 bord de marmite PISO
B5b
• amphore de Tarraconaise : 1 fond d’amphore A-TAR Pa1.
- datation : 375/500 (450 ?).

Us 1051
- vaisselle : 1 fragment de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment
de céramique engobée blanc ; 2 fragments de céramique sableuse
réductrice.
- amphore : 1 fragment d’amphore de Tarraconaise (pâte rouge) ; 2
fragments d’amphore de Bétique (Dressel 23) ; 5 fragments d’amphore
gauloise ; 23 fragments d’amphore africaine.
- typologie :
• céramique sigillée claire B/luisante : 1 fond
• céramique à pâte claire récente engobée : 1 fond
• céramique sableuse réductrice : 1 bord et 1 tesson d’assiettes SABL-OR
C1
• amphore de Bétique : 2 tessons d’amphores A-BET Dr23
• amphore de Tarraconaise : 1 bord d’amphore A-TAR Dr2-4.
- datation : 250/450.

Us 1052
- vaisselle : 1 fragment de céramique à pâte claire.
- amphore : 2 fragments d’amphore gauloise ; 32 fragments d’amphore
africaine.
- typologie :
• amphore africaine : 1 fond.
- datation : 200/450.

Us 1053
- vaisselle : 2 fragments de céramique sigillée claire B/luisante ; 1 fragment
de céramique sigillée claire A ; 1 fragment d’autres céramique fines ; 10
fragments de céramique à pâte claire ; 2 fragments de céramique brune
orangée biterroise ; 2 fragments de céramique sableuse oxydante ; 2
fragments de céramique commune oxydante micacée ; 2 fragments de
céramique kaolinitique ; 2 fragments de céramique africaine de cuisine ; 11
fragments de céramique sableuse réductrice.
- amphore : 45 fragments d’amphore gauloise ; 1 fragment d’amphore de
Bétique (Dressel 20) ; 4 fragments de dolium à dégr. de calcite.
- typologie :
• céramique africaine de cuisine : 1 bord de couvercle AF-CUI 196 ; 1 bord
de plat AF-CUI 23B
• céramique sigillée claire A : 1 bord de coupe CLAIR-A 9a
• céramique à pâte claire récente : 1 bord de cruche CL-REC 1
• céramique commune oxydante micacée : 1 bord d’urne COM-O-M A2 ; 1
bord d’urne COM-O-M A4
• indéterminé : 1 bord d’ind. cf. SIG-SG Dr18
• céramique sableuse réductrice : 1 bord d’urne SABL-OR A1 ; 1 bord de
couvercle SABL-OR E2 ; 1 bord de cruche SABL-OR F1
• amphore gauloise : 1 bord d’amphore A-GAUL 4.
- datation : 150/250.
72 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

2. Le mobilier céramique de l’Antiquité, chronologie et caractéristiques

Les collectes de mobiliers réalisées sur les tranchées de diagnostic ont apporté un ensemble de 1006 fragments
de céramiques. Les diverses catégories de céramiques, vaisselle fine ou commune, amphores et dolium, sont bien
présentes.

vaisselle fine (106 fr.) vaiss. commune (371 fr) amphores (504 fr.) dolium (25 fr.)

parois fines : 2 pâte claire : 131 italiques : 1 dégr. pouzzolane : 1


sigillée sud-gauloise : 31 mort. calc. : 4 Tarraconaise : 2 dégr. calcite : 24
engobée orangée : 1 Bétique (Dr.20) : 7
sigillée claire B/luis : 36 com.-ital. : 1
glaçurée romaine : 1 sableuse oxyd. : 9 gauloise calc. : 306
engobée blanc : 1 com-om : 4 gauloise sabl. : 23
sigillée africaine claire A : 2 b-o-b : 4
sigillée africaine claire C : 8 afric. cuis. : 5 africaines : 143
sigillée africaine claire D : 3 Bétique (Dr.23) : 4
claire engobée : 2 sableuse réd. : 166 lusitanienne : 6
D-S-P oxyd. : 4 p-chaux : 3 orientale ? : 4
D-S-P réd. : 10 kaol. : 25 autres amphores : 8
autre fine : 1 pisolithes : 18
type Pabiran : 1

L’éventail des céramiques fines témoigne d’une occupation relativement longue, allant du Ier s. au Ve s. ap. J.-C. A
l’exception d’un seul fragment d’amphore italique, les témoins appartenant clairement à la période tardo-républicaine
sont absents. La céramique sigillée italique est elle aussi absente. L’occupation doit sans doute remonter au Ier s.
ap. J.-C. et se maintenir au IIe s. Toutefois, les niveaux de cette période paraissent avoir été peu concernés par
l’intervention. On ne compte qu’une trentaine de fragments de céramique sigillée sud-gauloise. Parmi les éléments de
formes ont compte 5 fragments de coupe Drag 29 et seulement 3 de coupe Drag37. Les ensembles datés plutôt du
Haut-Empire se retrouvent essentiellement dans la tranchée 1.
Parmi les céramiques fines, les sigillées claires B sont les plus fréquentes. Elles sont associées à quelques témoins de
productions nord-africaines telles que les sigillées claires C. Celles-ci sont les mieux représentées (8 fr.) et attestent la
continuité de l’occupation sur le IIIe s. ap. J.-C. On note la faible part des céramiques brunes orangées du Biterrois
(seulement 4 fragments). L’intervention archéologique n’a peut-être pas touché les niveaux datés entre le milieu du
IIe s. et le milieu du IIIe s. ap. J.-C., période où cette céramique est très fréquente. Quelques ensembles de mobiliers
issus de la tranchée 3 paraissent dater de cette période.
La présence de sigillées claire D, de claire engobée et de DSP, à pâte de couleur orangée ou grise militent pour
une occupation se prolongeant au moins jusqu’à la fin du IVe s. (bol CL-ENG B6, DSP 6 et 16, coupe DSP 2 et
mortier DSP 29). Cependant, mis à part quelques guillochis, aucun décor de poinçon n’a été observé. La céramique
à pisolithes se rencontre régulièrement. Elle se retrouve dans 6 des 20 unités stratigraphiques. Plusieurs formes
sont attestées : PISO A2, A14, B5b, C2a et G3). Malgré le nombre de fragments de céramiques communes grises,
les éléments de formes de vases tardifs sont limités. On relève la présence d’une jatte carénée SABL-R B26. Cette
discrétion peu indiquer une fin d’occupation relativement haute au cours du Ve s. ap. J.-C. Les ensembles datés de la
fin de l’Antiquité se retrouvent dans la plupart des secteurs (tranchées 1, 2 et 3). Ils sont particulièrement bien attestés
sur les zones bâties, au nord et au sud de la tranchée 3.
Dans l’ensemble, toutes périodes confondues, la part des amphores est importante. Elle regroupe tout juste la moitié
des fragments de céramiques (504 fr. sur un total de 1006). La plupart provient de niveaux du Bas-Empire. On
retrouve essentiellement des amphores gauloises, dont une majorité à pâte calcaire, et des amphores africaines. Pour
ces dernières, les éléments de forme appartiennent à des conteneurs plutôt anciens (2 fonds en pointes fines et un
bord de type A-AFR 25/1). Des amphores de la péninsule hispanique et sans doute aussi de régions plus orientales du
bassin méditerranéen complètent un assemblage caractéristique de la fin de l’Antiquité.
La part des amphores est conforme à celle que l’on s’attendrait à voir sur un site côtier (50 % des fragments de
céramique). Au sein du seul matériel amphorique, la part des amphores gauloises est importante. Elles occupent les
deux tiers du groupe. La variété des productions (amphores à pâtes sableuses ou calcaires) ou des types d’amphores
rencontrées (gauloise 1 et 4) ne permet pas de voir d’anomalies fortes susceptibles d’indiquer une implication
commerciale particulière du site.
III. Inventaires techniques 73

4. Inventaire des mobiliers

N° OA 11030
Numéro et date de l’arrêté de prescription n°16/301-11/11030 du 07/10/2016
Diagnostic ou Fouilles Diagnostic
Commune (+ n° département) Sète (34)
Parcelle BI 263
Intitulé de l’opération 61 rue des Mésanges / Le Barrou
Code chantier de l’opérateur D116508
Nom et prénom du responsable de l’opération (R.O.) Hervé Pomarèdes
Année(s) de l’opération 2017

Us : 1001 Us : 1008 Us : 1015


Fait : non Fait : non Fait : CN1015
Tranchée : tranchée 1 Tranchée : tranchée 2 Tranchée : tranchée 2
Mobiliers : 1 loupe en fer, 1 frag. de plaquage Mobiliers : 1 frag. de verre indét. Mobiliers : néant
en marbre Faune : 2 coq.
Faune : 3 coq., 1 os Us : 1016
Us : 1009 Fait : MR1016
Us : 1002 Fait : non Tranchée : tranchée 2
Fait : non Tranchée : tranchée 3 Mobiliers : néant
Tranchée : tranchée 2 Mobiliers : 1 scorie de fer, 1 clou en fer
Mobiliers : 1 loupe en fer, 1 frag. de plomb (charpente ?), 3 frag. de bronze (dont 2 Us : 1017
inét., 3 tesselles en pierre (1 calcaire blanc possibles frag. d’un bracelet), 1 frag. de pile/ Fait : FS1017
petit format, 1 calcaire blanc de taille 2 x 2 cm auge en pierre (calcaire blanc et dense : Tranchée : tranchée 2
environ : crustae ? ; 1 calc. ? noir petit format) urgonien ?), 1 petit lot de frag. de basalte à Mobiliers : néant
Faune : 21 os leucite désagrégés, 1 frag. de tubuli en terre
cuite Us : 1018
Us : 1003 Faune : 5 coq. Fait : FY1018
Fait : non Tranchée : tranchée 3
Tranchée : tranchée 2 Us : 1010 Mobiliers : néant
Mobiliers : 1 clou en fer (charpente ?), 2 clous Fait : non
en bronze, 1 anneau en bronze, 1 fibule en Tranchée : tranchée 3 Us : 1019
bronze Mobiliers : 1 clou en bronze, 3 clous en fer Fait : MR1019
(charpente ?), 1 frag. de paroi de four en Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
Us : 1004 terre cuite (non conservé), 2 frag. de terre Mobiliers : néant
Fait : SL1004 cuite architecturale (pilette ou matériau de
Tranchée : tranchée 2 construction) Us : 1020
Mobiliers : néant Faune : 1 coq. Fait : CV1020
Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
Us : 1005 Us : 1011 Mobiliers : 1 os/corne travaillé
Fait : non Fait : non (emmanchement ?), 1 frag. de plaquage en
Tranchée : tranchée 2 Tranchée : tranchée 5 marbre blanc (adhérences de mortier)
Mobiliers : 1 frag. de lampe en terre cuite, 5 Mobiliers : néant Faune : 1 os
frag. verre bleu (1 NMI), 1 tige en fer PRL : un prélèvement de paroi de cuve
Faune : 27 coq., 5 os Us : 1012 (prélèvement protégé dans papier d’aluminium ;
Fait : non objectif : analyse chimie organique)
Us : 1006 Tranchée : tranchées 1 et 2
Fait : FS1006 Mobiliers : néant Us : 1021
Tranchée : tranchée 2 Fait : SB1021
Mobiliers : néant Us : 1013 Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
Fait : SL1013 Mobiliers : néant
Us : 1007 Tranchée : tranchée 2
Fait : FS1006 Mobiliers : néant Us : 1022
Tranchée : tranchée 2 Fait : MR1022
Mobiliers : 1 frag. de lampe en terre cuite, 1 Us : 1014 Tranchée : tranchée 3 (partie nord)
clou en fer (tête) Fait : non Mobiliers : néant
Faune : 1 os Tranchée : tranchée 2
Mobiliers : 2 clous en fer, 1 frag. de verre indét.
74 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Us : 1023 Us : 1036 Us : 1049


Fait : MR1023 Fait : MR1036 Fait : SL1049
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Tranchée : tranchée 4 Tranchée : tranchée 2 (partie est)
Mobiliers : néant Mobiliers : néant Mobiliers : néant

Us : 1024 Us : 1037 Us : 1050


Fait : FY1018 Fait : non Fait : non
Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Tranchée : tranchée 4 Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
Mobiliers : néant Mobiliers : néant Mobiliers : néant
Faune : 17 coq.
Us : 1025 Us : 1038
Fait : MR1025 Fait : CN1038 Us : 1051
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 4 Fait : non
Mobiliers : néant Mobiliers : néant Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
Mobiliers : 1 frag. de plaquage en marbre blanc
Us : 1026 Us : 1039
Fait : MR1026 Fait : SL1039 Us : 1052
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 4 Fait : non
Mobiliers : néant Mobiliers : néant Tranchée : sondage 1, tranchée 3 (partie nord)
Mobiliers : 1 élément en fer indéterminé
Us : 1027 Us : 1040 Faune : 36 coq.
Fait : FS1027 Fait : non PRL : plusieurs centaines de grains de céréales
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 5 carbonisées (prélevées) dont certaines encore
Mobiliers : néant Mobiliers : néant amalgamées dans les sédiments prenant place
dans deux valves de vernis fauve (à tamiser à
Us : 1028 Us : 1041 maille 0,5 mm si étude, cf. Isabel Figueiral)
Fait : FS1028 Fait : FO1041
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 5 Us : 1053
Mobiliers : 1 lest (pêche) en plomb Mobiliers : néant Fait : FS1027
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale)
Us : 1029 Us : 1042 Mobiliers : 4 clous en fer (dont charpente),
Fait : MR1029 Fait : VP1042 2 fragments importants de plaque en plomb
Tranchée : tranchée 3 (partie centrale) Tranchée : tranchée 5 (rejets de découpe), 1 frag. de verre indét.
Mobiliers : néant Mobiliers : néant
Us : 1054
Us : 1030 Us : 1043 Fait : non
Fait : MR1030 Fait : non Tranchée : toutes
Tranchée : tranchée 3 (partie sud) Tranchée : tranchée 5 Mobiliers : néant
Mobiliers : néant Mobiliers : néant
Us : 1055
Us : 1031 Us : 1044 Fait : non
Fait : FS1031 Fait : non Tranchée : toutes
Tranchée : tranchée 3 (partie sud) Tranchée : tranchée 3 (partie sud) Mobiliers : néant
Mobiliers : néant Mobiliers : 1 monnaie en bronze, 1 pendeloque
Us : 1032 ( ?) en bronze, 2 clous en bronze avec Us : 1056
Fait : non adhérences de fer, 1 objet massif et ouvragé en Fait : non
Tranchée : tranchée 3 (partie sud) bronze (emmanchement ?), 3 clous en fer Tranchée : tranchée 2 (partie centrale)
Mobiliers : néant Faune : 20 coq., 3 os Mobiliers : néant
Faune : 5 coq., 1 os
Us : 1045 Us : 1057
Us : 1033 Fait : non Fait : non
Fait : MR1033 Tranchée : tranchée 3 (partie nord) Tranchée : tranchée 2
Tranchée : tranchée 4 Mobiliers : 1 bouchon sur fragment d’amphore Mobiliers : néant
Mobiliers : néant africaine (diam. ; 6/6,5 cm), 1 frag. de tubuli
peigné Us : 1058
Us : 1034 Faune : 7 coq., 1 os Fait : MR1016
Fait : MR1034 Tranchée : tranchée 2
Tranchée : tranchée 4 Us : 1046 Mobiliers : néant
Mobiliers : néant Fait : non
Tranchée : tranchée 2 (partie ouest) Us : 1059
Us : 1035 Mobiliers : néant Fait : FY1018
Fait : non Tranchée : tranchée 3
Tranchée : tranchée 4 (partie ouest) Us : 1047 Mobiliers : néant
Mobiliers : 1 bouchon taillé sur fragment de Fait : non
tegula (diam. 9 cm), 1 frag. de tubuli peigné, Tranchée : tranchée 2 (partie est) HS (hors stratigraphie)
1 bloc de grès (non conservé), 1 graffite très Mobiliers : 1 cuillère « à fard » en quatre frag. Mobiliers : 1 clou en bronze (long. tot. : 64
partiel sur fragment d’amphore gauloise (partie en os mm), 4 pièces et frag. informes en plomb,
d’un chevron surmontant un tronçon de cercle : 1 hameçon en bronze, 1 frag. de meule en
décor ou inscription V sur O) Us : 1048 basalte local (diam. indét mais grand format ;
Faune : 8 coq., 24 os Fait : non trace de scellement en plomb)
Tranchée : tranchée 2 (partie est)
Mobiliers : néant
III. Inventaires techniques 75

5. Inventaire des photographies

photo 1001 : tranchée 2, vue depuis le nord- le sol SL1004. On verrait plutôt le logement 1037) pouvant correspondre à un fossé. Cette
est du sol maçonné SL1004. Au premier plan, d’un coffrage ou d’une sablière formant un joint hypothèse n’est cependant pas assurée (H.
le linéament Us 1014 pour lequel l’interprétation de dilatation entre le sol maçonné SL1004 et Pomarèdes, Inrap)
d’une tranchée d’épierrement de mur a été les sols plus rustiques de la cour (Us 1012,
finalement abandonnée après fouille. Dans SL1049) (H. Pomarèdes, Inrap) photo 1017 : sondage 1 (tranchée 3), vue
la berme nord, sur le sol maçonné SL1004, depuis le sud du niveau 1052 découvert sous
on devine la présence d’un niveau (décapé à photo 1009 : tranchée 3, vue depuis le nord les remblais plus récents 1050 et 1051.
la pelle : Us 1056) abondamment chargé de de la cuve CV1020 totalement vidée de son Ce niveau 1052 est notamment chargé de
coquilles de moules (H. Pomarèdes, Inrap) comblement (H. Pomarèdes, Inrap) nombreux blocs, fragments de tuiles et
d’amphores. Charbons et carporestes sont
photo 1002 : tranchée 2, vue depuis le photo 1010 : tranchée 3, vue depuis le sud également observés, éparpillés notamment
sud-est du sol maçonné SL1004 et, en partie des portions de murs MR1026 et MR1029 mis contre le mur maçonné MR1016 à droite du
gauche du cliché, de la seconde chape en évidence plus précisément sous la fosse cliché (H. Pomarèdes, Inrap)
maçonnée (SL1013) rapportée sur celui-ci. FS1028. On notera que ces deux fondations ne
En haut et à gauche du cliché, on devine dans sont pas strictement alignées et qu’une fouille photo 1018 : tranchée 2, vue en coupe
la berme un ensemble de blocs calcaires complémentaire permettrait de mieux cerner depuis l’ouest des remblais comblant la fosse
marquant la présence d’une structure de nature leur articulation (H. Pomarèdes, Inrap) FS1006 impactant le substrat et permettant
et de datation indéterminée (Us 1057) (H. l’exhaussement des sols de cour SL1049 et Us
Pomarèdes, Inrap) photo 1011 : tranchée 3, vue depuis l’est des 1012 (H. Pomarèdes, Inrap)
murs MR1025 et MR1036 à l’angle desquels se
photo 1003 : tranchée 2, vue depuis le sud-est trouvent la fosse FS1027 (silo ?). Cette dernière photo 1019 : tranchée 3, vue depuis le sud de
de la canalisation maçonnée CN1015 et de sa est implantée sur les remblais et gravats issus la fosse FS1027 fouillée par moitié. Son profil
couverture (H. Pomarèdes, Inrap) de remaniements (H. Pomarèdes, Inrap) est comparable à celui d’un fond de silo (M.
Compan, Inrap)
photo 1004 : tranchée 3, vue depuis le photo 1012 : tranchée 3, vue depuis l’ouest
nord-est de l’articulation entre les murs du contact entre les murs MR1029 et MR1030. photo 1020 : sondage 1 (tranchée 3), vue
perpendiculaires MR1016 et MR1019. Au On émet ici l’hypothèse que le mur MR1029 depuis le sud du niveau 1052 partiellement
premier plan, le mur nord/sud MR1016 est vient s’appuyer contre le mur maçonné MR1030 dégagé dans la partie centrale du sondage.
doublé par un puissant parement avancé et forme donc un cloisonnement (O. Ginouvez, La fouille a permis de confirmer la charge de
(Us 1058) dont le rôle n’est pas assuré. Il Inrap) graines de céréales carbonisées et la présence
peut s’agir d’une large fondation débordante de plusieurs dizaines de vernis fauve (H.
contemporaine de la construction du mur photo 1013 : tranchée 4, vue depuis l’ouest Pomarèdes, Inrap)
MR1016 ou d’une réalisation plus tardive des murs maçonnés MR1033 et MR1034
longeant celui-ci et associée à la mise en formant l’angle d’un « caisson » excavé. Ce
œuvre du mur perpendiculaire MR1019 (H. dernier est comblé de gravats (Us 1035).
Pomarèdes, Inrap) La fouille ponctuelle de ce comblement n’a
pas permis de caractériser l’intérieur du
photo 1005 : tranchée 3, vue depuis le sud « caisson » ; ni enduit hydraulique ni plaquages
du foyer FY1018 (sole composée de nodules n’ont été reconnus sur les parois des murs
de terre rubéfiée) établi sur un radier de blocs et sur le fond de l’excavation (H. Pomarèdes,
(Us 1059). À gauche du cliché, quelques blocs Inrap)
alignés (Us 1024) composent une paroi ou un
effondrement le long duquel le foyer aurait été photo 1014 : tranchée 4, vue depuis le
installé (H. Pomarèdes, Inrap) nord-est de l’épierrement des murs maçonnés
MR1033 et MR1034 et du « caisson » excavé
photo 1006 : tranchée 3, vue depuis le nord qu’ils limitent (H. Pomarèdes, Inrap)
de la cuve CV1020 partiellement vidée de son
comblement (H. Pomarèdes, Inrap) photo 1015 : tranchée 4, vue depuis le sud
de l’épierrement et de la fondation du mur
photo 1007 : tranchée 1, vue depuis le MR1036. Ce mur est aligné sur le mur MR1016
sud-ouest du substrat rocheux sur le fond de la tranchée 2. Ils forment une longue
de tranchée. En milieu de tranchée, un palier façade s’étirant du nord vers le sud au-delà
témoin a été maintenu lors du terrassement (Us de l’emprise de la parcelle diagnostiquée (H.
1012). La surface de ce niveau a été assimilée Pomarèdes, Inrap)
à un sol extérieur ou de cour (H. Pomarèdes,
Inrap) photo 1016 : tranchée 4, vue depuis le
sud de la canalisation maçonnée CN1038
photo 1008 : tranchée 2, vue depuis le sud- encore largement couverte. A droite du
est d’une fouille réduite réalisée sur l’axe du cliché, à l’extrémité orientale de la tranchée,
linéament Us 1014. Les observations faites se développe le sol maçonné SL1039 sur un
ne permettent pas de confirmer l’existence à niveau sableux. La canalisation a été bâtie sur
cet endroit de l’épierrement d’un mur bordant le comblement d’un linéament plus ancien (Us
76 Inrap · RFO de diagnostic Occitanie / Hérault (34) / Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

6. Inventaire des minutes

Minute MN1001
Type : coupe CV1020
Zone : 1
Tranchée : 3
Us/faits : MR1019, CV1020
Echelle : 1/20
Support : papier millimétré A3
Auteur : H. Pomarèdes

Type : coupe sond. 1


Zone : 1
Tranchée : 3, sond. 1
Us/faits : MR1019, Us 1050, 1051, 1052
Echelle : 1/20
Support : papier millimétré A3
Auteur : H. Pomarèdes

Type : coupe sond. 2


Zone : 1
Tranchée : 2, sond. 2
Us/faits : FS1006, Us 1007, 1047, 1048,
SL1049, 1012
Echelle : 1/20
Support : papier millimétré A3
Auteur : H. Pomarèdes

Minute MN1002

Type : coupe et plan FS1027


Zone : 1
Tranchée : 3
Us/faits : FS1027, Us 1053
Echelle : 1/20
Support : papier millimétré A3
Auteur : M. Compan
III. Inventaires techniques 77

7. Inventaire de la documentation numérique

Le présent rapport a été mis en forme avec le logiciel Indesign CS4.

Le CD-DVD livré avec le présent rapport papier contient :


. Le rapport en format .pdf
. Les photos en format .jpg
. Deux fichiers « source » au format Adobe Illustrator .ai
. Deux scans des minutes de terrain en format .pdf
. Un dossier QGIS avec shapes géoréférencés en coordonnées Lambert 93
. Un fichier « surfaces ouvertes » en format .xls
. Un fichier « listing des points topo » en format .xls

8. Inventaire de la documentation papier

. Deux feuilles ; papier millimétré format A3 (minutes MN1001 et MN1002)


. Cinq bordereaux de tranchées (tranchées 1 à 5)
. Un listing d’US
. Un listing de photos
Sète - 61 rue des Mésanges / Le Barrou

Le diagnostic archéologique réalisé préalablement au projet de construction


d’une maison individuelle concerne une surface de 676 m2. Bien que
Chronologie modeste, cette emprise a pour particularité de se situer dans l’emprise de la
Antiquité romaine grande villa gallo-romaine dite du Barrou, découverte au XIXe s. et fouillée
à plusieurs occasions et en différents points notamment par A. Freisses,
Sujets et thèmes
Bâtiment
Chr. Pellecuer, M. Lugand et I. Bermond. Le diagnostic s’est traduit par
Bâtiment agricole la réalisation de cinq tranchées qui ont permis d’explorer un peu plus de
Canalisation 150 m2 soit 22 % de la surface de la parcelle. Ces tranchées ont atteint par
Habitat rural endroit le substrat composé ici de roches gréseuses.
Villa
L’intervention, conduite entre la fin février et le début mars 2017, se situe
Mur
Sol
à quelques mètres au sud du quartier résidentiel de la villa du Haut Empire
Foyer (rue des Fauvettes et villa Zizi). Ce secteur particulièrement confortable a
fait l’objet de fouilles en 1985 (Chr. Pellecuer resp.) puis 1988 (M. Lugand
Mobilier resp.). Sept pavements mosaïqués et une citerne y ont été découverts. Cet
Céramique
ensemble est remanié en profondeur dans le courant du IIIe s. Deux des
Marbre
Faune
salles sont réformées en espaces de travail et accueillent plusieurs bassins.
Graines Plus largement, les occupations du site se prolongent jusqu’au VIe s. sous
Objet métal des formes diverses et complémentaires (ensembles funéraires, nouveaux
Meules bâtiments ou constructions adventives, nouvelles cuves )

Le diagnostic a permis de dégager plusieurs ensembles de constructions


qui prolongent en partie la trame architecturale de la pars urbana, sur plus
d’une vingtaine de mètres vers le sud. Le tissu des constructions se densifie
progressivement d’est en ouest. A l’est, les espaces sont les plus ouverts et
marquent l’emprise d’une ou plusieurs cours. Un sol maçonné est établi au
contact des sols de terre. Cet aménagement de 4 à 4,20 m de large s’étend
vers le sud sur au moins 25 m et forme la base d’une vaste aire technique
(espace de circulation, plateforme de travail, halle ?).
Plus à l’ouest, les murs porteurs et de refend se multiplient et, pour certains,
se succèdent selon des axes hérités des plus anciens. Ce périmètre bâti
apparaît bien plus stratifié et complexe que les surfaces ouvertes voisines.
Les aménagements de la fin de l’Antiquité y sont bien conservés (cuve,
foyer) et masquent les occupations du Haut Empire dans lesquelles on ne
reconnait aucune installation de confort (appartement ou balnéaire).
D’évidence, les découvertes reflètent la position et l’évolution de communs
établis à proximité de la résidence. Ils ne sont pas s’en rappeler les vestiges
mis très ponctuellement au jour plus au sud en 1989 dans la vigne Baux
(I. Bermond et Chr. Pellecuer resp.) ou encore ceux fouillés à la fin des
années 1970 dans l’ancienne Propriété Soum, située plus à l’est.

Code Inrap D116508


Numéro de l’opération 11030
Numéro de l’arrêté de prescription SRA n° 16/301-11/11030
Numéro de l’arrêté de désignation du responsable SRA n° 17/062-11/11030
Code INSEE 34301

Inrap
Méditerranée
561. rue Étienne Lenoir, Km Delta, 30 900 Nîmes
Tél. 04 66 36 04 07- Fax 04 66 36 29 13

www.inrap.fr