Vous êtes sur la page 1sur 21

THEME 1 : La terre la vie et l’organisation du vivant

THEME 3 : corps humain et santé

Chapitre 1 : Les divisions cellulaires des eucaryotes

Introduction :

Le cycle de développement d’un pluricellulaire : (activité 1)

• Toutes les cellules de l’organisme, (cellules somatiques) à l’exception des cellules


reproductrices, possèdent l’ensemble du programme génétique identique à la cellule œuf. Elles
proviennent des divisions successives (MITOSES) d’une cellule œuf qui assurent la stabilité du
patrimoine génétique de l’individu.

• Les cellules reproductrices proviennent, elles, d’une division particulière : la MEIOSE qui
divise le patrimoine génétique par 2

Au cours de ce chapitre nous allons


comparer ces 2 divisions qui rythment le
cycle de développement des individus et
permettent l’alternance de deux phases :

F DIPLOÏDE : les chromosomes sont


présents PAR PAIRES dans les
cellules,
on note 2n =

F HAPLOÏDE : les chromosomes NE


SONT PAS PRESENTS PAR
PAIRES dans les cellules,
On note : n=
La Meiose permet la formation de cellules haploïdes : les cellules reproductrices ou GAMETES
La fécondation retablit la diploïdie en permettant la formation de la cellule œuf
La mitose maintient le caryotype au cours des divisions qui assurent la croissance et le
renouvellement cellulaire

Homme adulte Femme adulte


Spermatozoïde Ovule

FECONDATION
Cellule -oeuf

23 Chromosomes 23 Chromosomes
22 +X ou Y 46 Chromosomes 22 + X
22 paires +
La cellule œuf se XX ou XY
divise par mitoses
et donne un
ensemble de
cellules qui vont
progressivement
se différencier et
s’organiser en
tissus et organes…

… C’est le
développement
embryonnaire
I/ Du Chromosome à l’ADN

1. Notion de caryotype (- caryo = noyau ; -type = image) (&doc pages 24, 25)

F l’ensemble des chromosomes d’une cellule ; le nombre de chromosomes est


caractéristique d’une espèce (humain : 46 = 23 paires)

On prends une photo d’une cellule en


division, que l’on a fait éclater, puis on
classe les chromosomes en fonction

- de leur taille
- de leur forme
- de leur organisation

Dans toutes les cellules diploïdes les chromosomes sont présents par paires de chromosomes
homologues :

Si on ajoute des colorant, on peut voir


- même taille apparaître des bandes colorées qui
indique une organisation identique

- même
forme
(position du
centromère
- mêmes gènes
Les chromosomes homologues portent les mêmes gènes*, au même locus*, et ce pour tous les
membres de l’espèce.

2 chromatides

Locus d’un gène


= son « endroit »,
Son « lieu »

F gène : portion de chromosome contenant les informations necessaires à la mise en place


d’un caractère héréditaire

F locus : localisation d’un gène sur un chromosome. Sauf anomalie ce locus est constant pour
toutes les cellules d’un organisme et tous les individus d’une même espèce.

2. Les chromosomes sont constitués d’ADN

• Définition

F Un chromosome : structure d’organisation de l’ADN (associé à des protéines) dans les


cellules

• Mais l’ADN change d’aspect au cours de la vie de la cellule et ce que nous appelons un
chromosome n’est clairement observable que lorsque la cellule se divise. C’est une forme
condensée de l’ADN
Les chromosomes bien observables dans la cellule qui se divise sont en quelque sorte des
« pelotes » d’ADN !

A l’état de chromatine, on peut repérer la localisation des chromosomes déroulés grâce à des
techniques de coloration (FISH)*

*La technique très puissante de Fish (Fluorescent In-Situ Hybridization, qui signifie hybridation in situ en
fluorescence) permet de colorer les chromosomes en fonction de leur séquence grâce à des sondes
fluorescentes.
Localisation des différents chromosomes au sein de la chromatine

BILAN :

Chromosome (cellule en division) Chromatine (cellule hors période de division)

F Un chromosome est constitué d’ADN qui peut présenter différents états :


- DEROULE dans la chromatine des cellules hors période de division
- CONDENSE (en « pelote ») dans les chromosomes des cellules en division
II/ les divisions cellulaires

Considérons un organisme pluricellulaire, un végétal chlorophyllien : l’ail des ours

4 cellules issues
d’une méiose Fleur : organes reproducteurs
àgrains de pollen
Mâle : étamine à grains de pollen
Femelle : pistil à ovule

2 cellules issues
d’une mitose à
multiplication des
cellules

Extrémité racine : zone de croissance

Au niveau de l’extrémités des racines, des mitoses assurent la multiplication des cellules
diploïdes, et donc la croissance (2n = )
Au niveau des fleurs, des méioses assurent la production de cellules reproductrices, haploïdes
(n=)
1 La mitose

a) La mitose assure
La reproduction des organismes unicellulaires
Le développement embryonnaire et la croissance des tissus

Le renouvellement des cellules

PB : comment la mitose parvient-elle à maintenir le caryotype des cellules d’une génération de


cellules à la suivante

2 cellules filles, génétiquement


identiques entre elles et à la cellule
mère :

même quantité d’ADN (même


nombre de chromosomes)
ET
Même information (ADN identique)
b) Observation de la mitose dans une racine d’ail TP2 activité 1(& page 26)

c) Et étudions la quantité d’ADN dans les cellules en division (& page24)


F Cycle cellulaire : évènements se déroulant dans la cellules entre 2 phases successives de
division : G1 (G pour « Growth » croissance), S (pour Synthèse d’ADN, duplication), G2
(croissance), M (Mitose)

F Interphase : phase séparant 2 mitoses

d) On distingue plusieurs phases, au cours desquelles l’aspect des chromosomes change

ADN sous forme de Chromosomes à une


G1

chromatine dans un noyau chromatide


INTERPHASE

bien délimité décondensée


Chromatine Chromosomes à 2
Quantité d’ADN : chromatides
S

G1 : Q décondensées
S : X2 DUPLICATION Chromosomes à 2
G2 : 2Q
G2

chromatides
décondensées à
ADN en condensation à
les chromosomes
deviennent visibles, la
Prophase

mitose commence Chromosomes à 2


chromatides
Quantité d’ADN : 2Q condensés

Chromosomes visibles

PE Les chromosomes se
placent à l’équateur de la
cellule, une chromatide de
Métaphase

Chromosomes à 2
par et d’autre du plan
chromatides au
équatorial (PE)
maximum de
condensation
Quantité d’ADN : 2Q
MITOSE

Les chromosomes se
coupent en 2 au niveau du
centromère, chaque
Anaphase

chromatide migre aux


pôles opposés de la cellule Chromosomes à 2
chromatides séparées
Quantité d’ADN : 2Q
(Q+Q)

La cellule se coupe en 2,
l’ADN se décondense et
les noyaux se reconstituent
Télophase

Chromosomes à une
Quantité d’ADN Q dans chromatide en
chaque cellule décondensation dans
chaque cellule ;
e) Cycle cellulaire et Cycle des chromosomes (& page 28)

f) Un réseau de protéine facilite le déplacement des chromosomes : le fuseau mitotique &


page 29

ß Protéines du fuseau mitotique coloré en vert.


Exercice 1 page 36

F Cytosquelette : ensemble de molécules présentes dans le cytoplasme des cellules et assure


sa forme, son organisation (position des organites), et les déplacements internes.

Par exemple les fibres du fuseau s’accrochent


au centromère par l’intermédiaire de ses
protéines et assurent les déplacements des
chromosomes au cours de la mitose.
BILAN & page 30

La mitose assure le maintien du


nombre des chromosomes de la
cellule mère aux cellules filles en
séparant les chromatides formées
pendant la phase S où l’ADN est X2

C’est une reproduction CONFORME

Exercice, 6 page 39, 3 page 37


2. La méiose

• La méiose assure la production des gamètes : exemple chez l’humain

&Exercice 2 page
36

On note que la
méiose

- Produit 4 cellules
haploïdes (les
gamètes) à partir
d’une cellule
diploïde

- Est composée de
2 divisions
successives

- précédées d’une
seule duplication.

• Observation méiose d’étamine TP2 activité 2 &page 27


Les zooms a, b, c, d montrent des cellules en division, observons les différentes phases.

La première division

Observation 1
En prophase les chromosomes homologues
s’associent par paires (ils s’apparient)

ce sont ces « tétrades » ou « bivalents » (couple


d’homologues) qui vont se déplacer dans la
cellule au cours de la méiose 1 et se séparer en
anaphase 1
Observation 2
En anaphase 1, les fibres du fuseau agissent sur les
chromosomes homologues de chaque paire et les
séparent. Ils migrent aux pôles opposés de la cellule

Ainsi, la méiose 1 produit 2 cellules


haploïdes (n chromosomes) contenant
chacune 1 chromosome de chaque paire.
Le nombre de chromosome a été divisé par
2 : 2n à n
(On parle de méiose « réductionnelle »)

Mais la quantité d’ADN est revenue à la


quantité de départ

La deuxième division

Dans chaque cellule, les chromatides de chaque chromosome sont séparées et migrent aux pôles
opposés de la cellule.
On obtient 4 cellules haploïdes (n chromosomes) avec un chromosome de chaque paire n à n
(On parle de méiose « équationnelle » )
…mais à une chromatide. La quantité d’ADN a été divisée par 2
• Tableau bilan
Légendes : (A : haploïde/diploïde ; B : nombre de chromosomes ; C nombre de chromatides par chromosome)

Résultat : 2 cellules haploïdes contenant n chromosomes (1 de chaque paire) à 2 chromatides

Résultat : 4 cellules haploïdes contenant n chromosomes (1 de chaque paire) à 1 chromatide


BILAN & page 31

La méiose assure la production des cellules haploïdes (gamètes)


- en séparant les chromosomes homologues en méiose 1 à 2 cellules
haploïdes contenant 1 chromosome de chaque paire
- puis en séparant les chromatides de chaque chromosome en méiose 2

C’est une division non conforme

Méiose 1 (2n àn)

Méiose 2 (n àn)
Mitose VS Méiose & page 33

Produit 2 cellules identiques et identiques à la Produit 4 cellules haploïdes, toutes différentes


cellule mère

&Exercice 4 page 37
&Exercice 5 page 38
3. Des anomalies dans le nombre des chromosomes : aneuploïdies

Une aneuploïdie consiste en une modification anormale du nombre de chromosomes d'une


cellule, d'un organisme, par opposition à l'euploïdie. Ce terme couvre la polysomie avec trop de
chromosomes, la monosomie quand un des chromosomes homologues manque, et la nullisomie
quand la paire homologue a disparu.

a) Des polyploïdies (multiplication du nombre de paires de chromosomes)

Elles touchent le nombre global de chromosomes. C’est la présence dans la cellule de multiples (plus de
deux, >2N) du nombre haploïde de chromosomes.

- Un accident de fécondation
La polyploïdie est l’accident de fécondation le plus fréquent dans l’espèce humaine (1 à 3% des ovules
fécondés). Elles sont responsables de la majorité des avortements spontanés du premier trimestre de la
grossesse. Certaines grossesses polyploïdes et en particulier chez l’homme les triploïdies et les tétraploïdies
poursuivent leur évolution.

Triploïdie :
La cellule triploïde contient trois lots haploïdes de chromosome (3N=23x3=69 chromosomes). Elle résulte
de la fusion d’un gamète diploïde avec un gamète normal. Il existe deux types de triploïdie soit :
• Par diandrie, le lot de chromosome surnuméraire est d’origine paternelle
• Par digynie, le lot de chromosome surnuméraire est d’origine maternelle

Les grossesses triploïdes sont en général repérées en cours de grossesse en raison des signes d’appel dont
les plus fréquents sont :
• Un retard de croissance intra-utérin sévère souvent létal
• Une ventriculomégalie
• Les malformations sont variables et multiples.

Quelques grossesses triploïdes aboutissent à la naissance d’enfants à terme mais leur survie est en règle très
brève de quelques semaines de vie sauf dans les cas de mosaïques (2N/3N), le tableau clinique est moins
sévère et la survie prolongée. La mosaïque peut être absente des lymphocytes nécessitant la réalisation
d’un caryotype sur fibroblastes ou HIS frottis buccal. C’est un diagnostic rare qu’il faut savoir évoquer
devant un retard de croissance sévère, une asymétrie corporelle et la présence d’une syndactylie entre les
doigts 3 et 4.

- Un accident de mitose

Une anomalie lors de la multiplication des cellules due à des anomalies de mise en place du
fuseau mitotique (&exercice 3 page 37)
Certaines substances, comme la colchicine, bloquent la mise en place du fuseau et supprime la
séparation des chromatides, la cellule ne se divise pas et le nombre total d’ADN dans la cellule
double, chaque chromosome se retrouve à 2 exemplaires (2n à 4n)
Ce mécanisme est fréquent chez les plantes et à l’origine de la création de nouvelles espèces
b) Des anomalies chromosomiques : trisomies (un chromosome surnuméraire), monosomies
(il manque un chromosome)
• Trisomies
Même si ces anomalies peuvent avoir une origine
paternelle ou maternelle…

L’âge maternel est le seul facteur dont le lien avec les


anomalies chromosomiques de nombre (les
aneuploïdies) est reconnu sans équivoque.

Les non-disjonctions dépendantes de l’âge maternel


intéressent l’ensemble des chromosomes (autosomes et
gonosomes). Les plus représentatives sont constituées
par les trisomies des chromosomes 13, 15, 16, 18 et 21,
pour lesquelles l’origine maternelle du chromosome
surnuméraire est largement prépondérante (93 % pour
les trisomies 18 et 21 ; 100 % pour la trisomie 16)
L’effet de l’âge maternel porterait sur la dégradation
de facteurs cellulaires nécessaires à la formation et au
fonctionnement du fuseau méiotique

• Monosomies

Dans ce cas ce sont des anomalies lors de la formation des gamètes,

- non séparation des chromosomes homologues en méiose 1


- non séparation des chromatides en méiose 2

On connaît de nombreux cas de trisomies qui peuvent toucher des chromosomes non sexuels (21,
18, 13 …) ou sexuels (XXY, XXX, XYY)
Dans l’espèce humaine toutes les monosomies sont létales sauf la monosomie sexuelles (X0)
(syndrome de Turner)
Fécondation avec un gamète normal
Cellule Trisomique Monosomique Trisomique Monoso. Normales
œuf

Des études réalisées ont pu montrer la responsabilité du fuseau de division dans ces anomalies.

L’atrazine est un pesticide couramment utilisé en agriculture et se retrouvant en quantité


significative dans le milieu marin. L’étude a été réalisée sur des aneuploïdie observée chez les
huitres.

PB : comment l’ADN est-il dupliqué en phase S ?