Vous êtes sur la page 1sur 60

 Ondes mécaniques progressives.

Les ondes
 Interactions ondes-
ondes-matière.
matière.

 Spectre atomique et quantification des échanges d’énergie.


Physique atomique  Le noyau atomique.
et nucléaire  Réactions nucléaires.
 Formation d’une pile électrochimique.
 Etude de la pile Daniell.
Piles, siège de
 Généralisations : Pile de type Daniell.
transformations
 Influence des concentrations sur la fem des piles de type Daniell.
spontanées
 Choix d’une référence.
 La pile
pile alcaline, exemple de pile usuelle

Ce travail est librement inspiré de documents disponibles sur la toile. Merci à leurs auteurs
Merci pour vos remarques
Sommaire

Physique

Propagation d’ ébranlement ………………………………………………….……….….…


Onde progressive le long d’une corde………………………….…………….…………... …
Onde progressive à la surface d’un liquide au repos ……………………...….…….… …
Onde progressive longitudinale ……………………………………………………………
La diffraction d’une onde………………………………………………………….…… ….
Le spectre atomique …………………………………………… …………………… …….…
Le noyau atomique ……………………………………………………..… . ..…
La réaction nucléaire spontanée ………………………………………………… …. ….…
La réaction nucléaire provoquée ………………………………………….……… …… …
Bilan énergétique d’une réaction nucléaire …………………….……… .…...…

Chimie
Chimie

Les amides aliphatiques ………………………………………………………


Passage entre les dérivées des acides carboxyliques………………………………………
Les réactions d’oxydoréduction ( rappel) ………………………………………..…………
Les piles électrochimiques ……………………….…………………………………...………
La variation de la fem d’une pile de type Daniel avec les concentrations………………
Le potentiel standard d’un couple redox……….……………………………………..……

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 2 -


Propagation d’un ébranlement
1- Mise en évidence expérimentale :

1-1- Définition :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………

1-2- Expériences : Condition de propagation :

Expérience : 1 On fait tomber un léger corps dans une Expérience : 2 On crée une perturbation à une extrémité
cuve de sable d’une corde

……………………………………………………
……………………………………………………. ……………………………………………………
…………………………………………………….
Conclusion :
………………………................................................................................................................
. ……………………….................................................................................................................

1-3- Types d’ébranlement:


a- Ebranlement transversal b- Ebranlement longitudinal

Le déplacement de la perturbation Le déplacement de la perturbation s’effectue dans


s’effectue ……………………… à la ……….. …………………………………….que
direction de propagation: C’est un celle de la propagation :
ébranlement …………………………. C’est un ébranlement longitudinal.
2- Aspect énergétique et principe de propagation :

S …………………………………………………………………………………………
M …………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
M …………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
S …………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
S …………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
3- Célérité de propagation
M :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 3 -


Expériences Résultats et conclusion

L (cm)
∆t (s)
L/∆t (m.s-1)

……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………

4- Onde progressive sinusoïdale

Notion d’une onde :

«« Une onde mécanique correspond au phénomène de propagation d'une perturbation dans un milieu, sans
déplacement de matière. De manière générale, on peut définir une onde comme étant le phénomène résultant
de la propagation d’une succession d’ébranlements. : Comme ondes mécaniques on peut citer :tremblements de
terre, ressort, vagues, les ondes sonores, les ondes de choc…
Les ondes mécaniques se propagent uniquement dans la matière (lorsqu’elle constitue un milieu élastique) avec
la célérité 'v' des ébranlements qui se propagent dans le milieu de propagation. Elle est égale à la distance 'd'
parcourue par la perturbation divisée par la durée du parcours Δt.
Une onde peut être transversale ou longitudinale selon le caractère longitudinal ou transversal des
ébranlements créant l’onde. Une onde se propagent dans un milieu ouvert, progresse indéfiniment en
s’éloignant de la source tant que l’énergie quelle transporte se conserve ; une telle onde est dite progressive. »
»
Dégager à partir du texte les définitions :
- d’une
onde :……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………
- de la célérité de l’onde :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- d’une onde transversale :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
- une onde longitudinale :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- d’une onde progressive :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 4 -


Onde progressive sinusoïdale le long d’une corde
I- Etude expérimentale :

t ( ………………………………………………………………………
O M ………………………………………………………………………
………………………………………………………………………
S ………………………………………………………………………
x = OM ………………………………………………………………………

Expériences Observations Interprétations

Moteur

1èr cas 2ème cas 3ème cas


∗ ∗
∈Ν ⇔ Ν = p.Ne p∈
Te = p.T p∈ ∈Ν Te est légèrement supérieure à Te est légèrement inférieure à
∗ ∗
∈Ν
p.T; p∈ ∈Ν
p.T ; p∈

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 5 -


II- Etude théorique :
1- Longueur d’onde :

Instant Aspect de la corde Observation

y
x
t=0 S Ys(0) =……………

y
x Ys(t1) =……………
t1 = T/4 S YA(t1) =…………….

y
x Ys(t2) =…………...
t2 = T/2 S YA(t2) =…………….
YB(t2) =……………..

y
Ys(t3) =……………
x YA(t3) =…………….
t3 = 3.T/4 S YB(t3) =……………..
YC(t3) =……………..

y Ys(t4) =……………
YA(t4) =……………
x
t4 = T S YB(t4) =…………….
YC(t4) =…………….
YD(t4) =……………..

Définition et expression de la longueur d’onde λ:


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

2- Equation de la propagation de l’onde :


y
M x
S

* S débute son mouvement à t0=0s, soit son équation horaire yS(t) = a.sin(ωt + φS).
* L’onde arrive en M à l’instant t1 = t0 + θ
Appliquons le principe de propagation pour établir l’équation horaire de M

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 6 -


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3- Etat vibratoire d’un point M :

L’onde part de S à t0=0s pour atteindre M1 à t1 alors on a : t1= ……………..


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

4- L’aspect de la corde à un instant donné :


L’onde part de S à t0=0s, le front d’onde atteint le point d’abscisse xf à l’instant tf fixé tel que : xf = ……………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 7 -


Application N°1 :
Une lame vibrante impose à l’extrémité S d’une corde horizontale un mouvement transversal rectiligne
sinusoïdal d’équation : y = a.sin(100.π.t), avec t en seconde.
La célérité de propagation des ébranlement le long de la corde est v = 10.m.s-1
On supposera l’amortissement nul.
1- Déterminer la fréquence N de vibration de l’extrémité S et la longueur d’onde λ de l’onde progressant le
long de la corde.
2- a – Quel est, par rapport à la source, l’état vibratoire de chacun des points M1 et M2 distants de S
respectivement de d1 = 10cm et de d2 = 40cm ?
b- Représenter l’aspect de la corde aux instants t1 = 0.02s et t2 = 0.05s sachant que le mouvement de
l’extrémité S de cette corde commence à t = 0 en se déplaçant dans le sens positif.
3- On éclaire la corde avec un stroboscope de fréquence Ne réglable. Quel est l’aspect observé de la corde
lorsque Ne vaut 25Hz, 49Hz et 51Hz ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 8 -
Onde progressive sinusoïdale à la surface d’un liquide au repos
I- Etude expérimentale :
1- Cas d’une source ponctuelle :
a- Dispositif expérimental :
Vue de dessus

Coupe

Remarque : La surface de l’eau est identique à une infinité de cordes élastiques identiques liées en O et
dispersées selon la surface libre de l’eau.

b- Observation en lumière ordinaire :


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
c- Observation en lumière stroboscopique :
Te étant la fréquence des éclairs.
* Si Te = p.T ; p ∈ Ν* :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
* Si Te légèrement inférieure à p.T :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
* Si Te légèrement supérieure à p.T :
……………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
2- Cas d’une source étendue : Vibreur
Réglette

x
O

Vue de dessus

Lignes de crêtes ; Lignes de creux

Remarque :
La surface de l’eau est semblable à une infinité de cordes disposées parallèlement dans un plan situé à la
surface libre de l’eau.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 9 -


b- Observation en lumière ordinaire :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

c- Observation en lumière stroboscopique :


Te étant la fréquence des éclairs.
* Si Te = p.T ; p ∈ Ν* :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
* Si Te légèrement inférieure à p.T :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
* Si Te légèrement supérieure à p.T :
……………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3- Application N°2 :
Un vibreur entretenu électriquement porte une lame vibrante dont l’extrémité S est une pointe qui frappe la
surface de l’eau d’un mouvement vertical sinusoïdal, de fréquence N réglable et d’amplitude << a >>.
1-a Décrire le phénomène observé à la surface de l’eau.
b- Un stroboscope éclaire la surface de l’eau ; la fréquence des éclaires Ne est constante.
On augmente progressivement, à partir de la valeur zéro, la fréquence des vibrations de la lame ; pour une
fréquence N = 25Hz de celle-ci on observe, pour la première fois, l’immobilité apparente des rides à la
surface de l’eau. Expliquer le phénomène et calculer la fréquence Ne des éclaires permettant d’obtenir
l’immobilité apparente.
2- On donne ci-dessous, la représentation graphique d’une coupe de la surface de l’eau, par un plan vertical
passant par S, à un instant donné t1 : yt1(x)
On prendra pour valeur de la fréquence N = 25Hz et on suppose que l’onde part de la source S à t = 0.
a- Définir la longueur d’onde λ et la calculer. En déduire la valeur de la célérité C de propagation. Déterminer
l’instant de date t1.
b- Donner la représentation de la coupe transversale de la surface de l’eau à l’instant t2 = 0,1s.
c- Déterminer l’équation horaire de la source ys(t).
Y(mm)

x(mm)

4
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 10 -


Ondes progressives longitudinales
I- Propagation d’une onde sinusoïdale le long d’un ressort :

……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………

1- Observation en lumière ordinaire :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

2- Observation en lumière stroboscopique :


Te étant la fréquence des éclairs.
* Si Te = p.T ; p ∈ Ν* :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………..
* Si Te légèrement inférieure à p.T :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…..
* Si Te légèrement supérieure à p.T :
……………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3- Position des spires à un instant t.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 11 -


II- Propagation d’une Onde sonore :
* Le haut parleur (supposé source ponctuelle) produit une onde sonore sinusoïdale de fréquence N.
* L’onde sonore est une onde progressive sphérique mais qui s’atténue en s’éloignant de la source à cause de la
dilution de l’énergie.
* Une onde sonore ne se propage pas dans le vide. Un son est une vibration qui se propage dans un milieu
matériel.
* Une onde sonore est longitudinale :

HP
La flamme se met à bouger en suivant le mouvement de
………………………... : Ceci illustre la nature longitudinale des ondes
sonores.

* Célérité de son :
La propagation d’onde sonore se fait avec une célérité qui dépend de la nature de milieu propagateur

Milieu air eau Fer


Célérité (m.s-1) 340 1500 5000

HP

M1 M2 M3 M4

II

………………………………………………………… …………………………………………………… ……………………………………………………


………………………………………………………… …………………………………………………… ……………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………… ……………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………… ……………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………… ……………………………………………………
…………………………………………………………. …………………………………………………… ……………………………………………………
………………………………. ……………………………….
Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 12 -
Application :
Deux microphones A et B, distants de d, sont placés dans l’axe d’un haut parleur émettant un son sinusoïdal de
fréquence N = 1.25 KHz. Les microphones A et B, sont reliés respectivement aux voies Y1 et Y2 d’un
oscilloscope et réglées sur la même sensibilité verticale.
On obtient les oscillogrammes ci-dessous.
1- Dire si le son est une onde transversale ou longitudinale.
2- Indiquer la voie qui correspond à chaque courbe de l’oscillogramme. Justifier la réponse.
3- Calculer la sensibilité horizontale de l’oscilloscope.
4- Comparer l’état vibratoire des deux points ou sont placés les microphones.
5- a – La distance d est égale à 27.2cm.
Cette valeur est-elle cohérente avec la réponse précédente ? La célérité du son dans l’air est v = 340m.s-1
b- Trouver la distance minimale entre les deux microphones pour que les deux courbes deviennent :
* en opposition de phase.
* en quadrature de phase
6- Sans déplacer le dispositif, on divise par deux la fréquence N du son émis par le haut parleur.
Parmi les propositions suivantes, indiquer en le justifiant les affirmations exactes :
a- La période est divisée par deux.
b- La longueur d’onde est doublée.
c- Les points ou sont situés les microphones vibrent en phase.

II

HP

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 13 -


La diffraction d’une onde
La lumière est-elle une onde ?

La nature de la lumière n’apparaît pas de façon évidente : est-ce un ensemble de rayons ? Est-ce une onde ?
Est-ce un ensemble de particules qui se déplacent en ligne droite ? Des faits expérimentaux ont tranché en
faveur de la seconde hypothèse (Grimaldi, 1665 – puis Young et Fresnel au début du XIXème siècle ont
montré la nature ondulatoire de la lumière)

I- La diffraction d’une onde mécanique :

1°/ Expériences.
Le schéma ci-contre représente une cuve à onde contenant
de l’eau dans laquelle la pointe d’un vibreur est plongée.
On place dans l’eau une paroi munie d’une fente de petite
largeur a. Une règle solidaire du vibreur, peut créer Règle
a
une onde périodique plane se propageant à la surface de l'eau.
Examinons ce qui se passe lorsqu'une onde rencontre la paroi

2°/ Observations.

a>λ a ≈λ a<λ
Fente
obstacle
Observations

3°/ Interprétation :
 En passant à travers une fente F de largeur a ………… ……………..à λ , l’onde rectiligne incidente traverse
l’ouverture en subissant ……………………….………………………….. : On dit qu’elle est ……………………………………………
 En passant à travers une fente F de largeur a ……………………………………….………………..à λ , l’onde rectiligne
incidente se transforme en une onde ………………..……………...de même longueur d’onde.
On dit que l’onde est …………………………..
Remarque : On obtient le même phénomène, en remplaçant la fente F de largeur a ……… λ par un obstacle de même
…………….

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 14 -


λ
4°/ Influence du rapport sur le phénomène de diffraction.
a
a- Expériences
On fixe la largeur a de la fente et on fait varier la longueur d’onde λ en faisant varier l’épaisseur e de l’eau.
On obtient le résultat suivant :

Vibreur Vibreur

e2
e1

λλ22
λ1

b- Observations et interprétation:
 Plus que l’eau est profonde, plus les rides sont espacées : donc plus la longueur d’onde λ augmente.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
 Pour une largeur fixe a de la fente F, le phénomène de diffraction est d’autant plus marqué que la longueur
d’onde λ est plus …………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

5°/ Conclusion :

 La diffraction d’une onde est la ………………….………….de la ……………….…. …… de propagation et de la


……………………..…… de l’onde au voisinage d’une ………………………… ou d’un ……………………
 Le phénomène de la diffraction est une ……………………………………………………………………….des ondes.
 L’onde incidente et l’onde diffractée ont même …………….…………..et même ………………….……. et même
……………………….………….
λ
 Le phénomène de diffraction dépend du quotient .
a

II- La diffraction de la lumière:

1°/ Expériences :
a- Expérience :1

* Une source laser émet une


Ecran vu de face
lumière rouge de longueur d’onde Ecran
λ=……………… Faisceau Laser (E)
Observations :……………………………… Laser
…………………………………………………………
……………..

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 15 -


b- Expérience: 2
* Entre la source laser et l’écran Obstacle : Figure de diffraction
on interpose un diaphragme muni Fente ou fil de largeur a Ecran sur l’écran
d’une fente rectangulaire mince de sur son support
largeur a. Faisceau Laser
Observations : Laser
L

c- Expérience: 3 Si l’ouverture de la fente est circulaire

Observations :……………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………….

2°/ Interprétations :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3°/ Conclusion : Propriétés de l’onde lumineuse :


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

λ
4°/ Influence du rapport sur le phénomène de diffraction (T.P)
a
4-1/ Objectif :
Etudier la diffraction des ondes lumineuses.

4-2/ Montage expérimental :


Ecran
Réaliser le montage ci-contre : Obstacle (fente de largeur a)
LASER

Environ 2cm D ≈ ……. m

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 16 -


4-3/ Mode opératoire :
* Fixer la distance D entre les fentes et
l’écran :……………………..
* Pour chaque fente, mesurer la largeur L de
la tache lumineuse centrale (distance entre
les deux premières zones d’extinction comme
le schéma suivant)

Θ : écart angulaire entre le milieu de la


tache centrale et le centre de la première
extinction.

4-4 / Mesures :
Réaliser l’expérience et compléter la 2ème et la 3ème ligne du tableau suivant :

a(mm)
L(mm)
1 -1
(m )
a
Θ(rad)
λ
a

4-5/ Exploitation des résultats :


1
a- Tracer le graphe L = f( ).
a
b- Commenter l’allure du graphe.
Conclure :
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………
……………………………………………………………………

c- Mesurer la largeur de la tache de


diffraction pour un cheveu.
Reporter cette valeur dans le tableau.
d- Reporter cette valeur sur le graphe et en déduire l’épaisseur e du cheveu : e=……………
1
e- En exploitant la courbe L = f( ) établir la relation entre L et a.
a
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L
.
f- Pour Θ petit ( en radian) on a tgΘ ≈ Θ. Montrer que Θ =
2.D
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 17 -


g- Compléter la 4 et la 5 ligne du tableau, en déduire une relation entre Θ, λ et a.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

h- En exploitant les résultats précédents établir l’expression de L en fonction de D, λ et a.


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 18 -


La réflexion et réfraction d’une onde
A- LA REFLEXION

1) La réflexion d’un ébranlement à l’extrémité d’une corde :


1-1- Réflexion sur une extrémité libre 1-2- Réflexion sur une extrémité libre

a- Expériences :

Ebranlement incident Ebranlement incident

Ebranlement ……….
Ebranlement ……….
b- Observations:
………………………………………………………… …………………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………………
………………………………………………………… …………………………………………………………
c- Conclusion

2) La réflexion d’une onde sur un obstacle:


2-1- Cas d’une onde plane : 2-2- Cas d’une onde sphérique :

a- Expériences : Oscilloscope
YA YB

Générateur B.F

1MHz I Ecran en acier

b- Observations:

E R

Onde incidente
Micro
HP

Ecran absorbant

i' (degrés) 0 10 20 30 40 50 60
Amplitude (mV)

3- Résultat
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 19 -
4- Conclusion
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………

B- LA REFRACTION D’UNE ONDE MECANIQUE

1- L’Onde transmise : la surface de séparation des deux milieux est perpendiculaire à la direction de
la propagation de l’onde incidente.
1-1 Expérience :

1-2 – Observations et interprétation:


Au niveau de la surface de séparation des deux milieux une onde
…………….………subit le phénomène de ……………………………….. pour donner
une onde…………………………….. de :
 Même fréquence que celle de l’onde incidente.
 De célérité et de longueur d’ondes différentes de celles de
l’onde incidente.

…………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………
…………………………………………………

2- L’onde réfractée : la surface de séparation des deux milieux n’est pas perpendiculaire à la
direction de la propagation de l’onde incidente.

2-1- Expérience et interprétations: Milieu 1 Milieu 2

a- Préciser le nom du phénomène Onde incidente


observé au niveau de la surface de
séparation des deux milieux :
…………………………………………………………………… N’
N
b- Comparer les longueurs d’onde λ1 et
λ2 respectivement des ondes incidentes
et des ondes réfractées ainsi que leurs
célérités.

………………………………………………………………………………………………………………………………………
Onde …………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………

2-2- Généralisation :
 L’onde incidente au passage du milieu (1) au milieu (2) subit un changement de direction :
C’est………………………………………………..
L’onde réfractée et l’onde incidente sont de même……………………… et elles ont la même ………………………
L’onde réfractée et l’onde incidente n’ont pas la même vitesse donc elles n’ont pas la même longueur
d’onde λ

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 20 -


2-3- Relation entre la longueur d’onde λ et la célérité v des ondes incidente et réfractée :
N
λ1

Onde incidente A
i1 I’
r
v1
I
B
r
milieu-1- λ2 v2
i2

N’
Onde réfractée

milieu-2-

2-4- Conclusion :
 Au niveau de la surface dé séparation de deux milieux de propagation, l’onde mécanique subit ………………………
 La réfraction d’une ondes mécanique se fait avec un changement de sa …………………………………………………………….
 La réfraction d’une onde mécanique est régie par la loi :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 21 -


D- LA DISPERSION

1−La
1− dispersion des ondes mécaniques :
1-1 Expériences :

…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………
…………………………………………………

A B
A

N=20,0Hz

N (Hz)
λ (cm)
v (cm.s-1)

1-2 – Conclusion : La célérité d’une onde progressive à la surface de l’eau …………………………………….. de


………………………………….. : On dit que l’eau est un ……………………………………….

1-3 – Généralisation :
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………

1-3 – Exemples :
 L’eau ………………………………………………………………………………………………
 L’air ………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 22 -


2-La dispersion de la lumière :

2-1-Rappel : Définition

2-2- Dispersion d’un faisceau laser.


On éclaire un prisme à l'aide d'un faisceau laser

a- Observations :
 Sur l'écran, on observe une seule raie
 Une déviation D du faisceau lumineux

b- Interprétations :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

c- conclusion :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……
2-3- Dispersion d’une lumière blanche.
a- Expérience : b- Observations :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 23 -


c- Interprétations et conclusion:
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………

2-4- Lumière monochromatique et lumière polychromatique.


a- Lumière monochromatique :
Une lumière monochromatique est une radiation lumineuse de fréquence ………………………………………………………
……………..………..………et qui ne dépend pas …………………………………………..…………………………., elle est caractérisée par :
- Sa ………………………………………………..(en………..) ou sa ……………………………………………………. (en ……).
- Sa …………………………………………………………………………………...
Relation fondamentale : la longueur d’onde dans le vide d’une radiation lumineuse est donnée par la relation :

λ0 : longueur d’onde dans le vide (m)


c : vitesse de la lumière dans le vide (m /s)
ν : fréquence de la radiation lumineuse (Hz)
T : période de la radiation (s)
Remarques :
 La fréquence d’une radiation lumineuse ne dépend pas du milieu de propagation alors que la longueur d’onde
dépend du milieu de propagation.
 La couleur d’une radiation lumineuse est liée à la valeur de sa fréquence.
 L’œil humain n’est sensible qu’à certaines radiations lumineuses.
- Pour les radiations lumineuses visibles : 400 nm (violet) ≤ λ0 ≤ 780 nm (rouge).
- Donner le domaine de fréquences correspondant aux radiations lumineuses visibles :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………

 Dans le vide : λ 0 = c. T et dans le milieu d’indice n, λ =v.T


= d’où :

- La longueur d’onde dépend du milieu de propagation :

- Contrairement à la période ou à la fréquence, la longueur d’onde dépend du milieu de propagation.


- L’indice de l’air est voisin de 1 et celui de l’eau de 1,33.

b- Lumière polychromatique
 Une lumière polychromatique est constituée de …………………………………………………………………

Exemple : La lumière blanche est une lumière polychromatique : Elle est constituée de plusieurs radiations :
des radiations rouges, jaunes, vertes, bleues et violettes.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 24 -


Le spectre atomique

I- L’énergie de l’atome

1°/ Insuffisances de la mécanique classique (de Newton).


1.1. Interaction gravitationnelle - interaction électrostatique

Loi de Newton : Loi de Coulomb :


A B A B

qA qB
mA mB

1.2. Comparaison des systèmes planétaires : Système= {planète - satellite} et des cortèges
électroniques des atomes : Système= {noyau - électron}.

Système= {planète - satellite} Modèle de l’atome de Rutherford


……………………………………………………………………………………… Système= {noyau - électron}
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
…………………………………..………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… …………………………………..…………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………
1.3. Rayonnement de l’énergie : Loi de Maxwell.
«Toute particule chargée et accélérée rayonne de l’énergie en émettant des ondes électromagnétiques »
En appliquant la loi de Maxwell à un électron qui gravite autour du noyau, dire comment doit-il se
comporter ?
…………………………………..…………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………..…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

1.4. Conclusion : ………………………………………………………………………………………………………………………………………


…………………………………..…………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 25 -


2- Expérience de Frank et Hertz :
James Franck et Gustave Hertz ont montré, en 1914, qu’en bombardant les atomes d’un gaz avec des électrons
d’énergie connue (de l’ordre de quelques eV), on pouvait accroître l’énergie interne des atomes et que cela
s’effectuait par paliers. Ils reçurent, pour l’ensemble de leurs travaux, le prix Nobel en 1925.

a- Dispositif expérimental b- Principe

Analyse de l’énergie Ils ont bombardé les atomes d’un gaz


Canon à électrons des électrons sortants avec un faisceau homocinétique
homocinétiques (de d’électrons et comparé l’énergie de
même vitesses)
ceux-ci à l’entrée de la chambre de
gaz et à la sortie.
Vapeur de mercure à faible pression

c- résultats de l’expérience :
Nc Nc
Les résultats ont permis de tracer la courbe représentant = f(EC) avec :
Ne Ne
1
Ne : nombre d’électrons émis par le canon par unité de temps.
Nc : Le nombre d’électrons captés avec une certaine énergie cinétique par unité de temps.
EC : énergie cinétique des électrons émis par le canon.
1eV = 1,6.10-19 ; Ne (constante) EC (eV)
4,9

d- Interprétation :
 Si le modèle de l’atome de Rutherford est juste, quel(s) résultats(s) l’expérience de Franck et Hertz
doit-elle donner ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Nc
 Pour Ec < 4,9 eV on a
Ne
= 1, donc Nc = Ne :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Nc
 Pour Ec ≥ 4,9 eV on a
Ne
< 1 donc Nc < Ne :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
e- Conclusion :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 26 -


3- Niveaux d’énergie d’un atome :
Le système= {noyau - électron}
3-1) Le modèle atomique de Bohr
L’atome est formé d’un noyau fixe autour du quel gravitent des électrons tels que :
 Les électrons sont placés sur des orbites sphériques concentriques et stables.
 L’atome n’a que certains niveaux d’énergie spécifiques possibles qu’on appelle états stationnaires.
 Un électron change de niveaux d’énergie en absorbant ou en émettant une quantité spécifique d’énergie
correspondant exactement à la différence d’énergie entre les deux niveaux
3-2) Niveaux d'énergie d'un atome

De l'expérience précédente, on déduit que En (énergie de l’atome)


l'énergie de l'atome est quantifiée :
E ∞ =0
c'est-à-dire qu'elle ne peut prendre que
certaines valeurs bien déterminées appelées
niveaux discrets d'énergie caractéristiques E3
de l'élément notées E1 ; E2 ; E3 ;… ; En
E2
Les différents états de l’atome :
a- Etat fondamental : E0 < 0
E1
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………… E0
b- Etats excités : En<0
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
c-. Etat ionisé : E ∞ =0.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
Remarque : ……………………………………………………………………………………………………………………………

3-3) Transition entre niveaux d'énergie


Une transition atomique est le passage de l'atome d'un état d'énergie à un autre
a ) Absorption :
La transition d’un niveau d’énergie En à un niveau d’énergie
En (énergie de l’atome) en eV
Ep plus élevé se fait par absorption d’une radiation
lumineuse de fréquence ν (ou de longueur d’onde λ) :
L’atome est en état excité. Ep
Remarque :
Cette énergie peut être transférée à l'atome par
absorption de lumière (ou à l'occasion de chocs En
interatomiques si la température du milieu est élevée, par Absorption
décharges électriques, par chocs avec les électrons d'un
faisceau électronique)
 L’énergie absorbée par l'atome doit être juste égale à la quantité d'énergie nécessaire à l'une
des transitions possibles : C'est-à-dire égale à l'augmentation d'énergie de l'atome :
Eabsorbée = Ep -En

 Lors d'un choc avec un électron d'énergie cinétique Ec, l'atome absorbe juste la quantité
∆E=Ep -En ) et l'électron repart avec
d'énergie nécessaire à l'une des transitions possibles (∆
l'énergie résiduelle conservée par l’électron.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 27 -


4-2) Émission :
L’émission de lumière peut se faire spontanément, par perte En (énergie de l’atome) en eV
d’énergie de l’atome excité : L’électron passe d’un niveau
excité d’énergie Ep à un niveau d’énergie En plus bas par
émission d’une radiation lumineuse de fréquence ν (ou de Ep
longueur d’onde λ)
La diminution d'énergie de l'atome est égale à l'énergie
de la radiation lumineuse émise de fréquence ν (ou de En
longueur d’onde λ) : Émission
Eémise = Ep -En

II- Le spectre lumineux :

Les découvertes astronomiques se font essentiellement par l'étude


de la lumière émise par les astres. Il est possible d'étudier cette
lumière comme un tout mais il est aussi possible de la diviser en
ses différentes composantes pour mieux connaître la nature de
l'objet qui l'a émise.

Nous observons un phénomène spectroscopique depuis l'aube de


l'humanité: les arcs-en-ciel. Ceux-ci sont produits par la
décomposition de la lumière du Soleil en ses différentes couleurs
par la présence de gouttelettes d'eau dans l'air. C'est Isaac
Newton (1642-1727) qui, le premier, observa de façon scientifique
le phénomène de séparation des couleurs en notant qu'un prisme
de verre pouvait diviser un faisceau de lumière blanche en les
différentes couleurs de l'arc-en-ciel. Cela se passait vers la fin du
XVIIème siècle.

1) Le dispositif expérimental : Le spectroscope

Nous avons vu dans le chapitre précédent le prisme, instrument capable de décomposer la lumière.
La figure montrant la décomposition de la lumière s’appelle un ……………………………….
Un autre instrument existe afin d’obtenir ce genre de figure, il s’agit du réseau. Il est constitué d’une
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Nous allons dans ce chapitre utilisé ces instruments pour observer des spectres et voir qu’il en existe de
différentes sortes.
2) Spectres d’émission :
2-1) Spectres visible de la lumière blanche : Pour réaliser expérimentalement un spectre, il est possible de
réaliser le montage suivant :

Source de lumière
blanche Fente Réseau
Lentille Ecran

800 400
OFF
Longueur
d’onde en
(nm)
ON

Observations : ……………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 28 -


2-2) Spectres de raies d’émission :

Lampe spectrale à Fente Réseau Ecran


Lentille
vapeur de sodium ou
à vapeur de mercure

OFF

ON

a- Observations
Avec une lampe au mercure on obtient Avec une lampe au sodium on obtient
de gauche à droite : une seule raie jaune
raies : rouge / rouge / orange / vert / bleu

b- Interprétation :
Le spectre donné par une lampe à vapeur de sodium ou à vapeur de mercure est …………………………
La lumière émise par ces lampes est composée d'un nombre …………………………………………………
qui dépend de la …………………………
Leur spectre est un spectre de ……………………………………………………
c- Définitions :
 Un gaz à basse pression et à température élevée émet une lumière constituée d’un nombre
donné de raies, on dit que l’on a ……………………………………….…. ou un ………………….
 Le spectre donné par une lampe à vapeur de sodium ou à vapeur de mercure est discontinu : La
lumière émise par ces lampes est composée d'un nombre limité de radiations.
Leur spectre est un spectre d'émission ……………………….
 A chaque ……… ………..correspond une ………………………………………. bien précise, qui définit
………………………………………………………………….
 Chaque espèce chimique du gaz émet des raies …………………………………………….. on peut donc
identifier un gaz par …………………………………………. sans ambiguïté : Le spectre de raies est la
signature de l'élément chimique.

3) Les spectres de raies d’absorption :

a- Définitions :
Lorsqu'une substance est traversée par de la lumière blanche, le spectre obtenu est constitué de
raies noires se détachant sur un spectre coloré.
Le spectre obtenu est appelé : …………………………………
Donc le spectre d’absorption est le spectre d’une lumière blanche ayant traversé la matière (un gaz)
qui l’a privée d’une partie du rayonnement initial : …………………………………………………………………………………

b- Expérience : (Avec un gaz)

Source de lumière Fente Lentille Réseau


Gaz Ecran
blanche

OFF

ON

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 29 -


Remarque :
Lorsqu’on fait brûler l’élément chimique sodium dans la flamme du bec bunsen. La flamme devient
jaune.

c- Observations :
Lorsqu'un gaz est traversé par de la lumière blanche, le spectre obtenu est constitué de raies
……………………… se détachant sur un spectre coloré.
 La ……………………………………….du spectre d'absorption du sodium correspond à la……………………………………….
de son spectre d'émission :
Les raies ………………………..……………. du spectre d'absorption du mercure correspondent aux raies
……………………… de son spectre d'émission.
d- Conclusion :
 La substance absorbe certaines radiations.
 Les raies …………………………………………. correspondent aux raies …………………..………..
 Un élément chimique ………..……….………..…. les radiations qu'il est capable …………………..….…………... :
Donc un spectre d’absorption est aussi une signature de l’espèce chimique considéré (On peut
également reconnaître un élément par une couleur de flamme)

4) Généralisation :
 Un ………………… d’élément chimique est caractérisé par son spectre ………………..……….……… ou
…………………………..
 Les raies d'absorption et d'émission ont la même longueur d'onde :
Un gaz ne peut …………….…………..que les radiations qu’il serait …………………………………………….…………..
s’il était chaud.

4) Interprétation des spectres atomiques

4-1) Le modèle du photon


 La diffraction de la lumière prouve qu’elle à un caractère ………………………….………, cette théorie est
incapable d’expliquer le spectre atomique :
 Pour expliquer le spectre de raies atomique, on admet qu’une radiation monochromatique de
longueur d’onde λ est constituée par des particules non chargées et sans masse appelées : Photons.
Chaque photon transporte une quantité d’énergie :Ephoton tel que :

Ephoton : ………………………….…
ν : ………………………….…
λ : ………………………….…
c ≈ ………………………….…
h = ………………………….…

4-2) Interprétation des raies d’émission ou d’absorption et transition électronique:

a-) Cas des raies d’absorption :


Un électron transite d’un niveau En (proche du noyau) vers un niveau En (énergie de l’atome) en eV
d’énergie supérieur Ep, lorsqu’il reçoit le quantum d’énergie nécessaire et
Ep
suffisant, tel que : ∆E = ………………………….…
Absorption
………………………….…
En

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 30 -


Le spectre de raies d’absorption obtenu présente essentiellement une raie noire sur fond continu qui
correspond à la radiation manquante dans le spectre de la lumière blanche : ………………………………………………………………
………………………………………………………………

a-) Cas des raies d’émission : Désexcitation de l’atome excitée.

Lorsque l’électron excité de l’atome passe du niveau d’énergie Ep vers En (énergie de l’atome) en eV
un niveau d’énergie En plus bas, il y a émission d’un photon d’énergie
Ep
………………………………………………………………
……………………………………………………………… Emission
………………………………………………………………
En
Remarque :
………………………………………………………………

III- Le spectre de l’atome d’hydrogène :

1) Énergie de l’atome d’hydrogène.


a) Expression
L'atome d'hydrogène est formé d'un seul électron en mouvement autour d'un proton (noyau le plus simple).
Les niveaux d'énergie électronique sont quantifiés. Ils sont donnés par la relation suivante

n 1 2 3 4 5
En (eV)

b) Etat fondamental, état excité.


Donner la valeur de l’énergie qui correspond à l’état fondamental de l’atome d’hydrogène:

Quelle est l’énergie de l’atome d’hydrogène lorsqu’il est


excité ?

c) Etat ionisé et énergie d’ionisation.


Définition :

2 ) Série de raies d’émission :.


L’ensemble de raies qui constituent le spectre d’émission
de l’atome d’hydrogène peut être placé en série.
Une série correspond aux transitions qui aboutissent au
même niveau d’énergie :
Série de Lyman pour les transitions des niveaux
supérieurs, vers le niveau d’énergie n = 1
Série de Balmer pour les transitions vers le niveau
d’énergie n = 2.
Série de Paschen pour les transitions vers le niveau d’énergie n = 3

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 31 -


IV- Applications:

1°) Application à l’astrophysique:

Il est difficile d’envoyer une sonde spatiale sur de nombreuses étoiles car elles sont trop loin ou
trop chaude. Seul leur rayonnement nous permet de les analyser.
Qu’est ce qu’une étoile ?
C’est une boule de gaz sous haute pression dont la température varie beaucoup entre le centre
et la surface. Mais la plupart des étoiles comportent une atmosphère constituée d’un gaz
sous basse pression.
Quelles informations pouvons-nous avoir ?
• Le rayonnement que l’on perçoit d’une étoile provient de la photosphère. Celui–ci donne
la couleur donc la température de l’étoile :
Les bleues sont les plus chaudes et les rouges les plus froides.
• A la périphérie de cette photosphère, il existe donc une atmosphère constituée d’un
gaz sous faible pression. C’est dans cette partie de l’étoile que certaines radiations
sont absorbées par les éléments chimiques présents.
Le spectre de la lumière émise par une étoile est donc un spectre d’absorption.

2°) Exercice :
h = 6,62.10-34J.s ; C= 3.108m.s-1 ; 1eV = 1,6.10-19J ; me = 9,1.10-31Kg
On rappelle que l’énergie d’un atome d’hydrogène est quantifiée et ne peut prendre que les valeurs suivantes :
E
En = 20 avec E0 = -13.6 eV et n = 1, 2, 3………
n
1- a – Représenter sur un diagramme les niveaux d’énergie en électrons-volts de l’atome d’hydrogène pour n
compris entre 1 et 6.
b- Préciser sur ce diagramme l’état fondamental et les états excités.
c- Montrer à partir de ce diagramme le caractère discontinu du spectre d’émission de l’atome d’hydrogène.
2- Qu’appelle-t-on énergie d’ionisation de l’atome d’hydrogène ? Quelle est sa valeur ?
3- Dire s’il y a absorption ou émission lors de la transition :
a- Du niveau d’énergie correspondant à n = 1 au niveau n = 2
b- Du niveau d’énergie correspondant à n =3 au niveau n = 2
4- L’atome d’hydrogène passe du niveau d’énergie correspondant à n = 4 au niveau n = 2.
a- Calculer la longueur d’onde de la radiation émise.
b- A quel domaine de radiation cette longueur d’onde appartient-elle ?
5- Les quatre premières raies de la série de Balmer correspondant au retour au niveau n = 2 ont pour longueur
d’onde : λ1 = 410 nm, λ2 = 410 nm, λ3 = 410 nm, λ4 = 410 nm. Associer chaque longueur d’onde à la transition
correspondante.
6- L’atome d’hydrogène étant dans un état correspondant au niveau n = 1, il reçoit deux photons d’énergie
respectives 10.5 eV et 14 eV.
a- Lequel des deux photons permet ionisation de l’atome d’hydrogène ?
b- Calculer l’énergie cinétique, en eV, de l’électron lorsqu’il quitte l’atome ; puis déduire sa vitesse

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ ~ - Page - 32 -


Le noyau atomique
I - Introduction :
Un atome est constitué de deux parties : un noyau (appelé aussi nucléide) et un nuage électronique.
Le noyau est composé de particules appelées nucléons qui sont de deux types :
* Les protons de charge élémentaire positive (qp = e=1,6.10-19C) et de masse (mp = 1,6726.10-27kg )
* Les neutrons électriquement neutres (qn=0) et de masse (mn=1,6750.10-27kg ) .
mn très légèrement supérieure à mp.

1- Caractéristiques d'un noyau d'atome :


A
La représentation symbolique du noyau d'un atome est: Z X
• X est le symbole de l'élément chimique de numéro atomique Z.
• Z est le nombre de protons. Z est aussi appelé nombre de charge.
• A est le nombre de nucléons (protons + nucléon). A est aussi appelé nombre de masse.
N=A - Z est le nombre de neutrons présents dans le noyau.

a- Nucléide.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
b- Élément.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
c- Isotopes.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Exemple: ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

d- Dimensions.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
A
Le rayon d’un noyau Z X est r = r0.
3
A ; avec r0 =1,2 Fm

2- L’unité de masse atomique :


L’emploi du (kg) pour exprimer la masse des noyaux est peu commode ; en revanche, il est pratique d’utiliser
l’unité de masse atomique (symbole : u)
a- Définition :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

b- Exemples :
particule proton neutron électron
masse ( kg ) 1,6726231.10-27 1,6749286.10-27 9,1093897.10-31
masse ( u ) 1,0073 1,0087 0,55.10-3
c- Remarque : la masse du noyau diffère peu de la masse de l’atome correspondant. La masse des nucléons étant
environ 2000 fois supérieure à la masse des électrons, cette dernière est souvent négligée :
masse de l’atome ≃ masse de son noyau

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 33 -


-
II- Stabilité et instabilité des noyaux :
1. Les principales forces agissant dans le noyau.
Au sein du noyau s'affrontent principalement deux types d'interactions:
• Des répulsions électriques qui ont tendance à détruire le noyau,
• Des interactions nucléaires fortes qui ont tendance à assurer la cohésion du noyau. Qui se manifestent
seulement à des faibles distances (de l’ordre de1Fm)

2. Instabilité du noyau.
Sous l'action des différentes forces en présence, certains noyaux sont stables (ils ont une durée de vie
considérée comme infinie à l'échelle géologique) et d'autres sont instables (ils se détruisent spontanément au
bout d'une durée plus ou moins grande à la même échelle).

III- Equivalence masse énergie :


1- Relation d'Einstein
En 1905, en élaborant la théorie de la relativité restreinte, Einstein postule que la masse est une des formes que peut
prendre l'énergie.
Postulat d'Einstein: Un système de masse m possède lorsqu'il est au repos, une énergie:
E: énergie du système en joules (J)
E = m.c2 avec m: masse du système en kilogrammes (kg)
c: vitesse de la lumière dans le vide (c=3,0.108m.s-1)

Conséquence:
Si le système (au repos) échange de l'énergie avec le milieu extérieur, (par rayonnement ou par transfert
thermique par exemple), sa variation d'énergie ∆E et sa variation de masse ∆m sont liées par la relation:

ΔE = Δm.c2
Remarque:
• Si Δm < 0 : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
• Si Δm >0 : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
2. Unités de masse et d'énergie
2.1- Unité de l’énergie :
Le joule est une unité d'énergie inadaptée à l'échelle microscopique. On utilise plutôt à cette échelle
l'électron volt (noté eV):
Définition : l'électron volt est l’énergie acquise par un électron accéléré sous une tension de 1V
d’où : ……………………………………………………………………………………..
Remarque: On utilise aussi le MeV: 1MeV = 106eV = 1,60.10-13J.

2.2- Unité de la masse :


E
Dans la pratique, lorsque l’énergie est exprimée en MeV la masse m= 2
est exprimée en MeV.c
-2

c
Exemple : Exprimer 1u en MeV c-2
……………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………….

Un Calcul plus précis donne :


1u =931,5 MeV.c-2
Compléter le tableau suivant :

particule proton neutron électrons


masse ( u ) 1,0073 1,0087 0,55.10-3
masse (MeV.c-2)

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 34 -


-
IV- Energie de liaison du noyau :
1. Défaut de masse du noyau
4
* Exemple du noyau d’hélium : 2 He
La masse du noyau d’hélium,qui peut être mesurée avec spectrographe de masse est m = 4,001506u.
a- Déterminer la composition du noyau d’hélium.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

b- Calculer la masse totale m’ des nucléons séparés (isolés), sans interaction, et au repos :mp = 1,007277u ;
mn = 1,008665u
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
c- Comparer les valeurs de m et m’ et calculer la variation Δm = m’-m de la masse du système formé par les
quatre nucléons qui constituent le noyau d’hélium, lorsqu’on les sépare. Conclure.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Remarque : Ce défaut de masse Δm est du à l’existence, de forces qui permettent la liaison entre les nucléons du
noyau, appelées forces nucléaires (ou interaction forte) qui deviennent importantes lorsque la distance entre les
nucléons est très courte (de l’ordre de 1Fm).
* Généralisation :
Expérimentalement, on a constaté que la masse du noyau atomique est toujours inférieure à la somme des masses
des nucléons qui le constituent.
A
Dans le cas d'un noyau Z X , en notant mp la masse du proton et mn la masse du neutron, on peut écrire:
mnoyau < Z.mp+ (A - Z).mn.
Définition : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

2. Énergie de liaison du noyau :


a- Définition: On appelle énergie de liaison d'un noyau (notée El) l'énergie que doit fournir le milieu extérieur
pour séparer ce noyau au repos en ses nucléons libres au repos. El = Δm.c2……………………………………………………………..
Lorsqu'on brise le noyau, sa masse augmente de Δm et son énergie de Δm.c2. On en déduit que l'énergie de liaison
d'un noyau a pour expression:

El: énergie de liaison du noyau (en Mev)


El = ∆m.c2 avec
Δm: défaut de masse du noyau (en kg)
c: célérité de la lumière dans le vide (en m.s-1)

L’énergie du système augmente de ∆m.c2

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 35 -


-
b- Remarque: Inversement, lorsque le noyau se forme à partir de ses nucléons libres, le milieu extérieur reçoit
l'énergie E=| Δm |.c2 (la masse du système diminue et Δm <0).
3- Énergie de liaison par nucléon : Pour juger la stabilité d’un noyau on définit son énergie de liaison par nucléon
a- Définition:
L'énergie de liaison par nucléon d'un noyau est le quotient de son énergie de liaison par le nombre de ses
nucléons. On la note EA.
El EA: énergie de liaison par nucléon (en Mev/nucléon)
EA = avec
A El: énergie de liaison du noyau (en Mev)
A: nombre de nucléons du noyau
b- Remarque: EA permet de comparer la stabilité des noyaux entre eux. Les noyaux dont l'énergie de liaison par
nucléon est la plus grande sont les plus stables.

4- Courbe EA=f(A) :
La courbe EA= f(A) permet de visualiser facilement les noyaux les plus stable puisque ceux-ci se trouvent au bas
du graphe.

EA en MeV/nucléon

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Application :
Soit le noyau de Radium 226 : (88Ra)
1- Comment vous expliquer la stabilité du noyau?
2- Donner la définition de l’énergie de liaison d’un noyau.
Cette énergie est elle suffisante pour comparer la stabilité des différents noyaux ? Expliquer.
3- L'énergie de liaison d'un noyau de Radium (22688Ra) est El (Ra)=1741,68MeV
L’énergie de liaison d'un noyau de Radon (222Rn) est El(Rn) = 1718,08MeV
a- Quel est le noyau le plus stable ? .Justifier
b- En déduire que la masse d’un noyau de (22688Ra) est m (226Ra)=225,977u.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 36 -


-
Réactions nucléaire spontanées : La radioactivité
I. La radioactivité.

1- Définition : La radioactivité est l’émission spontanée d’un rayonnement par un isotope particulier d’un élément
chimique.
Le rayonnement peut être :
- Un rayonnement électromagnétique noté ( γ ). Cette émission de rayonnement γ n'est pas systématique mais
extrêmement fréquente.
- Corpusculaire : émission de particules chargées.
Le processus est appelé désintégration radioactive et le noyau qui émet le rayonnement radioactif est appelé
radioélément.
Un noyau radioactif est un noyau instable dont la désintégration (destruction) est aléatoire et s'accompagne de:
* L'apparition d'un nouveau noyau,
* L'émission du rayonnement radioactif
La radioactivité est une réaction dite nucléaire car elle concerne le noyau de l'atome par opposition aux réactions
chimiques qui ne concernent que le cortège électronique sans modifier le noyau.
2- Propriétés de la désintégration :
La désintégration radioactive est:
* Aléatoire: Il est impossible de prévoir l'instant où va se produire la désintégration d'un noyau radioactif
* Spontanée: La désintégration se produit sans aucune intervention extérieure,
* Inéluctable: Un noyau radioactif se désintégrera tôt ou tard,
* Indépendante de la combinaison chimique dont le noyau radioactif fait partie,
* Indépendante des paramètres extérieurs tels que la pression ou la température.

II- Identification et caractéristique des rayonnements radioactifs :

Expérience :
β + = 10 e
Bloc de
r
E α = 24He

γ
Echantillon
β - = -01e
Ecran
* Radioactivité : α

Des noyaux sont dits radioactifs α s'ils expulsent des noyaux d'hélium ou hélions :
4
2 He
Les particules α sont très ionisantes mais peu pénétrantes (une feuille de papier l’arrête)
Particules très Energétiques ;

* Radioactivité : β ce sont des électrons
0
-1 e moins ionisantes mais plus pénétrantes
+ (arrêtées par une feuille d’aluminium
* Radioactivité : β ce sont des positons
0
+1 e
d’épaisseur 7mm )

* Radioactivité : γ c’est un rayonnement électromagnétique (photon) de très grande fréquence c.à.d de très
haute énergie, peu ionisant mais très pénétrant par conséquent dangereux (capable de traverser même 20cm dans
le plomb).

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 37 -


-
III- mécanismes nucléaires spontanés :
1- Lois de conservation :
Lors de toute désintégration nucléaire, il y a :
* Conservation du nombre total de charges Z.
* Conservation du nombre total de masses A.
* Conservation de l’énergie.
* Conservation de la quantité de mouvement.

2- Equations des réactions nucléaires spontanées :


a- La désintégration α : C’est l’émission d’une particule α ( 42 He ) par un noyau AZ X (appelé noyau père) qui se
A'
transforme en un autre noyau Y (appelé noyau fils).
Z'
A A' 4
Z X Z' Y + 2 He
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Remarque : la radioactivité α concerne les noyaux lourds : A > 200 ; Z > 80
Exemple :…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
-
b- La désintégration β : C’est l’émission d’un électrons ( -1 e ) par un noyau père
0 A
Z X qui se transforme en un
A'
autre noyau fils Z' Y
A A' 0
X Z Z' Y + -1 e
avec
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Origine de l’électron émis :


1 1
Le noyau ne contient pas des électrons, c’est le neutron ( 0 n ) qu’en se transformant en proton ( 1 p ) libère un
0
électron ( -1 e ). 1
n 1
p + 0
e
0 1 -1

Remarque : la radioactivité β - concerne les noyaux riche en neutrons

Exemple : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………...

0 A
c- La désintégration β + :C’es t l’émission d’un positon ( +1 e ) par un noyau père Z X qui se transforme en un autre
A'
noyau fils Z' Y
A A' 0
Z X Z' Y + +1 e
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
0
Origine du positon émis : +1 e
1 1
Le noyau ne contient pas des positons, c’est le proton ( 1 p ) qu’en se transformant en neutron ( 0 n ) libère un
0
positon ( +1 e ).
1 1 0
1 p 0 n + +1 e
Remarque :
la radioactivité β +concerne les noyaux riche en protons, ces noyaux n’existe pas dans la nature, ils sont produits
aux laboratoires :
Le radioélément est artificiel on dit que la radioactivité est artificielle
Exemple : ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 38 -


-
d- La désexcitation : γ
Au cours des radioactivités α ou β ; généralement une partie de l’énergie libérée est absorbée par le noyau
fils ( Y ) on dit qu’il est obtenu dans un état excité (niveau d'énergie élevé). Ce noyau dans cet état excité est en
général noté Y*. Le noyau fils ne reste pas dans cet état instable.
Il évacue cette énergie excédentaire sous forme de photons en émettant un rayonnement électromagnétique γ :
On dit qu'il se désexcite.
Cette émission γ apparaît donc comme un phénomène secondaire de la radioactivité.
Le retour à l’état fondamental du noyau excité Y* se traduit par l’équation bilan :

A
Z Y* A
Z Y +
0
0 γ

état excité état


(instable) fondamental
(stable)
3- Filiation radioactive :
Une famille est constituée d’un ensemble de noyaux radioactifs issus d’un noyau initial et formés par
désintégrations successives conduisant à un noyau stable. Dans la nature il existe 3 ou 4 familles
Exemple : père : Uranium dernier fils : Plomb,

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 39 -


-
IV. Evolution temporelle d’une substance radioactive.

2. Décroissance exponentielle.
Soient :
 N0, le nombre de noyaux radioactifs à l’instant t = 0
 N(t), le nombre de noyaux radioactifs restants à l’instant t
 N(t) + dN le nombre de noyau restants à la date t + dt . (avec dN < 0 puisque N diminue).

 Calculez le nombre de noyaux qui s'est désintégrés entre t et t + dt :


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
 Nous savons que ce nombre est proportionnel à deux grandeurs:
 (- dN) est proportionnel à N(t) c'est à dire au nombre de noyaux présents à l'instant t dans l'échantillon.
(- dN) est proportionnel à dt c'est à dire la durée pendant laquelle on compte les désintégrations.
Ainsi, on peut écrire la relation de proportionnalité entre : (- dN), N(t) et dt.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
La constante de proportionnalité …………. est appelée généralement ……………………………………………………………………….
Elle est exprimée en :
Elle dépend de la nature de l'échantillon étudié.

En exploitant la relation de proportionnalité entre (- dN), N(t) et dt montrer que l’expression de N(t) en
fonction de N0 , λ et t est N(t) = N0.e-λλ.t

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

λ.t

Remarque-1 : Expression de la masse m(t) de l'échantillon radioactive à l'instant t : m(t) = m0.e

Remarque-2 : Exploitation des courbes.

La fonction f(t) La courbe de f(t) Expression de f(t)


Log(N)
f(t) = Log(N) est une application affine
b=Log(N0)
Log(N) = at+b= -λ λ.t +Log(N0)
f(t) = Log(N) avec la pente
a = -λλ
t (s) b = Log(N0) d’où N0=eb

λ.t
N N= N0.e

⇒ N0= eλ.t ⇒ Log(N0)= λ.t
N Log( 0) N N
f(t) = Log( 0) N
N f(t) = Log(N) est une application linéaire :
N
Log( 0)= a.t=λλ.t
N
t (s) avec la pente a = λ

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 40 -


-
Courbe de décroissance
3. Période ou demi-vie d’une substance radioactive.
N=f(t)
3-1. Définition.
La demi-vie radioactive, notée T, d'un échantillon de noyaux radioactifs est
égale à la durée nécessaire pour que, la moitié des noyaux radioactifs
présents dans l'échantillon se désintègrent

3-2.Activité :
t (s)
En exploitant la définition de la période T et la loi N(t) = N0e-λλt établir la
relation entre T et λ.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

3-3.Exemples de périodes de quelques éléments radioactifs.


Quelques éléments ont une période de l'ordre de 10-15s d'autre ont une période de 1023s .
Radionucléide T Organe cible
3
1H 12 ans organisme entier
131
53I 8 jours thyroïde
239
94Pu 24400 ans os

4 Activité d'une source radioactive.


4-1. Définition.
L'activité A d'une source radioactive est égale au nombre moyen de désintégrations par seconde dans
l'échantillon.
Elle s'exprime en becquerels dont le symbole est Bq
(1Bq=1 désintégration par seconde).
Remarque : Le curie (Ci) est une autre unité de mesure d'activité utilisée.
Il correspond à l'activité de 1,0 g de radium et vaut 3,7.1010Bq.

4-2. Expression de l'activité.


En exploitant la définition de l'activité A d'une source radioactive et la loi N(t) = N0e-λλt , montrer que
l’expression de l'activité d'un échantillon en fonction du temps est : A(t)= A0e-λλt tel que :
A0 = λ.N0 est l’activité initiale de l’échantillon radioactive ( à t = 0s )
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Remarque : L’activité suit la même loi de décroissance exponentielle que N.

5. Activité : Principe de la datation d'un objet très ancien à l'aide d'un radioélément.
 Si l'on connaît le radioélément contenu dans l'objet (on connaît alors λ), si l'on connaît l'activité A0 de
l'échantillon et si l'on sait mesurer A, alors il est possible de connaître la date d'origine t de l'objet.
 Etablir l’expression de t en fonction de A0, A(t) et λ.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 41 -
-
6. Dangerosité et effets biologiques.
6-1. Dangerosité et demi-vie.
On admettra que plus l'activité d'une source est grande, plus elle est dangereuse. Or d'après ce qui précède:
Log 2
On a A =λ λN et λ = (Log 2) / T ⇒ A= N .
T
Il apparaît donc q'une source radioactive est d'autant plus active, donc dangereuse, qu'elle comporte un grand
nombre de noyaux radioactifs et que sa demi-vie est courte.

6-2. Effets biologiques.


L'action sur les tissus vivants dépend de plusieurs paramètres:
• Du nombre de particules reçues par seconde. Ce nombre dépend de l'activité de la source et de son
éloignement.
• De l'énergie et de la nature des particules émises et donc reçues.
• Du fractionnement de la dose reçue.
• De la nature des tissus touchés.
Les particules ionisantes et le rayonnement γ sont capables de provoquer des réactions chimiques et des
modifications dans la structure des molécules constituant la matière vivante. En particulier, ils peuvent induire
des mutations génétiques lorsque l'ADN se trouve modifié.

7. Activité d’évaluation :
On considère N et N0 les nombres de noyaux
t (heures) 0 2 4 6 8 10
présents aux dates t > 0 et
N (106noyaux) 27 23,16 19,9 17,13 14,75 12,7
t0 = 0. On étudie la désintégration de l’isotope de
N
135 Log( 0)
xénon 54 Xe , on obtient les résultats suivants : N
N 
1°) Tracer la courbe Log 0  = f (t).
 N
2°) Justifier l’allure de la courbe.
…………………………………………………………………………………
……..…………………………………………………………………………
………………………………………….

3°) Exploiter la courbe pour :


a) Déterminer la valeur de la constante
radioactive λ.
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
………………………………………..
135
b) Déduire la période radioactive de 54 Xe :
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
……………………………………….
c) Calculer l’activité initiale A0 de l’échantillon :.
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………..……………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………..……………………………………………………………………………………………………………….

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 42 -


-
REACTIONS NUCLEAIRES PROVOQUEES

Dans les réactions nucléaires spontanées un seul noyau se désintègre tout seul spontanément.
Les réactions nucléaires provoquées concernent au moins deux noyaux ou un noyau et une particule qui
interagissent : c’est un choc entre particules

I. La fission nucléaire: réaction en chaîne

1- Définition:
La fission est une réaction nucléaire
provoquée au cours de laquelle un noyau
lourd "fissible" donne naissance à deux
noyaux plus légers.

2-Exemple:
Plusieurs réactions de fission de l'uranium
235 sont possibles:
…………………………………………………………………………………… 3- Généralisation :
……..……………………………………………………………………………
………………………………….
1
0n + AZX → A'
Z'Y + A''
Z''Z + k.( 01n)
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
………………………………….
……………………………………………………………………………………

2-4.Remarque:
Les neutrons émis lors de la fission peuvent à leur
tour provoquer la fission d'autres noyaux.
Si le nombre de neutrons émis lors de chaque fission
est supérieur à 1, il peut se produire une réaction en
chaîne qui devient rapidement incontrôlable (principe
de la bombe à fission).
Dans les centrales nucléaires, la réaction en chaîne est
contrôlée par des barres qui absorbent une partie du
flux de neutrons.

III - La fusion nucléaire

1-.Définition:
La fusion nucléaire est une réaction au cours
de laquelle deux noyaux légers s'unissent pour
former un noyau plus lourd.

2-Exemple:

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 43 -


-
IV- Bilan d'énergie

1- Cas des réactions nucléaires spontanées


Si la réaction se produit avec perte de masse, le milieu extérieur reçoit de l'énergie (généralement sous forme
d'énergie cinétique des particules émises).
Dans le cas d'une émission α par exemple: ZX
A A− 4Y + 4He
Z −2 2

L’énergie fournie au milieu extérieur est: 888888888888888888888888888

Exemple:
La désintégration β - du cobalt 60 : 60
27Co 60
28 Ni + 0
−1 e
Masses des particules :
60Co ) = 59,9190u; m(
m( 27 Ni ) = 59,9154u;m( −10e ) = 5,49.10-4u.
60
28

∆m = m( 28
60Ni ) + m( 0e ) - m( 60Co )
−1 27 => ∆m =………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………

On remarquera que ∆m <0. La masse du système diminue et le système fournit de l'énergie au milieu
extérieur. Cette énergie s'écrit: E = | ∆m |.c2
=> E = ........................................................................
.....................................................................................................................................................................................................................
.....................................

2. Cas des réactions de fission


Nous traiterons ce paragraphe sur un exemple, la fission de l'uranium 235.

n + 235
1
0 92U ...Sr
94
54 Xe
+ 140 + …..
( n ) des particules :
Masses
92U ) =234,9935u; m( ...Sr ) = 93,8945u; mn =1,0087u et m( 54 Xe )=139,8920u
m( 235 94 140

∆m = ……………………………………………………………………
88888888888888888888888888
88888888888888888888888888
88888888888888888888888888
88888888888888888888888888
On remarquera que ∆m <0. La masse du système diminue et le système fournit de l'énergie au milieu extérieur.
Cette énergie s'écrit: E = | ∆m |.c2 =>
E = .....................................................................
................................................................................................................................................................................................

3. Cas des réactions de fusion


Ce paragraphe sera lui aussi traité à l'aide d'un exemple.
Soit 3 3
2 He + 2He 4
2 He +
Déterminer k :…………………………………..
Masses des particules: m( 23He ) = 3,0149u; m( 24He ) = 4,0015u; mp = 1,0073u.
∆m = ……………………………………………………………………
88888888888888888888888888
88888888888888888888888888

On remarquera que ∆m <0. La masse du système diminue et le système fournit de l'énergie au milieu
extérieur. Cette énergie s'écrit: E = | ∆m |.c2
E = .......................................................................................
88888888888888888888888888

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 44 -


-
Description de la pile de Bagdad

La pile électrique de Bagdad est réalisée dans un petit pot en terre cuite d'un diamètre
d'environ 8 centimètres et d'une hauteur de 15 centimètres. Elle est constituée d'un petit
barreau de fer d'environ 9 centimètres de long placé dans un cylindre en cuivre et isolé de
celui-ci par un bouchon d'asphalte. L'ensemble est rempli d'électrolyte et fermé
hermétiquement par un autre bouchon d'asphalte

1 : Fil de masse (pole positif).


2 : Fermeture par bouchon en asphalte.
3 : Barreau de fer (pole négatif).
4 : Electrolyte (citron ou vinaigre).
5 : Cylindre en cuivre.
6 : Bouchon isolant en asphalte.
7 : Pot en terre cuite.
8 : Capuchon en cuivre.

Cette pile de Bagdad prouve que les anciennes civilisations connaissaient l'électricité. Elle
était en effet utilisée plus de 2000 ans avant la pile de Volta (pile Argent-Zinc, inventée en
1800 par le comte Alessandro Volta) !

Plusieurs de ces piles ont été trouvées aux environs de Bagdad, dans les ruines de Khujut
Rabu, une ancienne ville Parthe. Les Parthes ont dominé cette région à partir de 250 avant
J.C. et jusqu'en 250 après J.C.

Dix autres piles furent découvertes plus tard à Ctesiphon, une cité antique à 32 kilomètres
au Sud-Est de Bagdad qui, en 129 avant J.C., était la résidence d'hiver des rois Parthes.

( http://www.cirac.org/infos-fr/pilefr.htm)

Pile Daniell

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 45 -


-
Les réactions d’oxydoréduction

I- Rappels et définitions.
1) Expériences :

Expérience :1 Expérience :2 Zn

Cu Cu

2+ 2-
Cu +SO4
……………
……………
+ -
Ag +NO3 ……………… ….
………………
…… Oxydation ………..
…………
……….. Réduction ……………
…… Oxydation ………
…………. ………….
…………… Réduction ……..

…………… ……………
Définitions :
Un oxydant :………………………………………………………………………………………………………………………………
Un réducteur :……………………………………………………………………………………………………………………………….
Une oxydation :……………………………………………………………………………………………………………………………..
Une réduction : ……………………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………..
 ……………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………..

II- Loi d’action de masse et condition d’évolution spontanée


1) Loi d’action de masse :
Soit la réaction redox : m.Ox1 +n. Réd2 m.Réd1 + n.Ox2 K = π éq .dy =

π <K K π >K Π
K
La réaction directe est possible spontanément : La réaction inverse est possible spontanément :Ox2 oxyde Réd1
π = K :Equilibre dynamique

2) Comparaison des pouvoirs réducteur et oxydant :

Si K >1 (ou pK =-logK < 0) : Ox1 plus fort que Ox2 et Réd2 plus fort que Réd1
Si K<1 (ou pK =-logK > 0) : Ox2 plus fort que Ox1 et Réd1 plus fort que Réd2

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 46 -


-
III- Application.
Soit la réaction :

Co + Ni2+ Co2+ + Ni
Caractérisée par sa constante d’équilibre K = 4,65 à 25°C.
1) Comparer les deux couples redox mis en jeu.
2) Soit le système formé par le mélange d’une solution aqueuse de sulfate de cobalt (CoSO4) et d’une
solution aqueuse
de sulfate de nickel (NiSO4), dans lequel on plonge deux lames de cobalt et de nickel
et tel que : [Ni2+] = 0,1mol.L-1 et [Co2+] = x mol.L-1.
Co Ni
Commenter suivant la valeur de x l’état du système.

Solutions :

Co2+, Ni2+ et SO42-

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 47 -


-
Les piles électrochimiques
I- Formation d’une pile électrochimique.

1) Expérience 2) Observations

Zn Cu ………………………………………………………………
Dans un mélange d’une ………………………………………………………………
solution de sulfate de ………………………………………………………………
zinc et d’une solution de ………………………………………………………………
sulfate de cuivre on ………………………………………………………………
plonge deux lames de ………………………………………
cuivre et de zinc
2+ 2+ 2-
Zn , Cu et SO4

3) Interprétation
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………

4) Formation d’une pile électrochimique


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………

II- Pile Daniell

2) Principe de fonctionnement de la pile Daniel


1) Description de la pile Daniel 1-2) Expérience :
………………………………………………………… Réaliser le circuit suivant :
…………………………………………………………
R
…………………………………………………………
…………………………………………………………
…………………………………………………………
…………………………………………………………
Cu
Zn

2+ -1 2+ -1
2-2) Observations et interprétations. [Zn ] = 1mol.L [Cu ] = 1mol.L
a) Préciser le sens de circulation du courant et des électrons dans le circuit extérieur.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………….
b) En déduire
 La polarité de la pile.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
 La réaction spontanée qui se produit lorsque la pile débite un courant.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………….

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 48 -


-
c) Comment varient les concentrations [Zn2+] et [Cu2+] lorsque la pile fonctionne. Que peut-on dire de la charge
globale des solutions aqueuses dans chaque demi-pile ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….

d) Expliquer comment le pont salin permet de rétablir l’équilibre des charges électriques dans les deux
dimi-piles.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….
e) Peut-on remplacer le pont salin par un conducteur électronique (métal) ?
………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………….

Conclusion : Le rôle du pont électrolytique


………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………….

3) Représentation de la pile Daniel

Une pile électrochimique peut être représentée ; soit par son schéma ; soit par son symbole ; soit par sa
réaction associée.
A une pile, on peut associer deux schémas, deux symboles et deux réactions selon qu’on met à gauche le couple
Cu2+/ Cu ou Zn2+/Zn
a) Schéma
Zn Cu Cu Zn

2+ 2+
[Cu ] = C2 [Zn ] = C1
2+
[Zn ] = C1 [Cu2+] = C2

b) Symbole

On écrit à gauche le symbole du métal de la lame de gauche dans le schéma de la pile séparé de l’ion
correspondant par une barre ; puis on représente le pont par deux traits parallèles ; ensuite le symbole de
l’ion métallique dans la solution de droite séparé du symbole du métal de la lame à droite par un seul trait.
Zn |Zn2+(C1) || Cu2+(C2) | Cu Cu |Cu2+(C2) || Zn2+(C1) | Zn

c)Equation de la réaction associé à la pile

Convention :L’équation chimique est écrite de sorte que chaque réducteur doit être du même coté (droite
ou gauche) dans l’équation chimique et dans la représentation de la pile.

Zn + Cu2+  Zn2+ + Cu Cu + Zn2+  Cu2+ + Zn

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 49 -


-
4) La force électromotrice d’une pile : E
a) Définition :
La force électromotrice (E) d’une pile est la différence de potentiel entre la borne droite et la borne gauche
lorsqu’elle ne débite pas (en circuit ouvert : i = 0 )
E = Vb.D – Vb.G
Vb.D est le potentiel électrique de la borne droite
Vb.G est le potentiel électrique de la borne droite
b) Mesure de la fem de la pile Daniell:
L’utilisation d’un voltmètre numérique permet de déterminer la fem de la pile ainsi que sa polarité : Il y a deux
possibilités er éme
1 Cas 2 Cas

Cu
Cu Zn
Zn

Zn2+ Zn2+ Cu2+


2+
Cu
-1
[Zn2+]i = [Cu2+]i =1mol.L
-1 [Zn2+ ]i= [Cu2+]i = 1mol.L

E1 = Vb.Zn – Vb.C u=........ V E2 = Vb.Cu – Vb.Zn= ........V

Réaction associée
………………………………….. ………………………………..

Réaction spontanée

Conclusion :

III- Généralisation autres piles électrochimiques de type Pile Daniell

Schéma d’une pile Symbole correspondant


Dans une pile électrochimique de
type Daniell chaque demi-pile M1 |M1n+ || M2n+ | M2
renferme un couple redox
métallique de type : Mn+⁄ M M2
M1

Réaction associée

M1 + M2n+  M1n+ + M2
n+ n+
M1 M2

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 50 -


-
Remarque
Si on permute les deux demi- piles :
L’équation de la réaction associée……………………….
Le symbole de la pile……………………….
Les polarités des bornes de la pile………………………..
L’équation de la réaction spontanée qui se produit dans la pile lorsqu’elle fonctionne ……………….
Schéma de la pile ……………………….
Signe de la fem de la pile ……………………….

IV- Application.
2+ 2+
On considère l’équilibre : Ni + Co  Ni + Co
Caractérisé par la constante d’équilibre K= 10-2.
1) Comparer les pouvoirs réducteurs des couples redox mis en jeu.
2) On réalise la pile associée à la réaction précédente avec [Co2+]i= [Ni2+]i = 1mol.L-1.
a) Donner le schéma de cette pile.
b) Ecrire l’équation de la réaction spontanée lorsque la pile débite. Justifier.
c) Sachant que la valeur absolue de la fem initiale de cette pile est E = 0,03V Donner la valeur algébrique
du potentiel électrique Vb.Ni de la borne du nickel ; sachant que Vb.Co= -0,25V.
d) Dite comment varie-t-il les concentrations [Co2+] et [Ni2+] dans chaque compartiment de la pile lorsqu’elle
fonctionne.
e) En déduire le sens du déplacement des ions K+ et Cl- qui forment le pont électrolytique lorsque la pile
fonctionne.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 51 -


-
La variation de la fem d’une pile avec les concentrations
I- Objectifs :
 Montrer que la fem d’une pile varie avec les concentrations
 Etablir l’expression de la fem d’une pile : la loi de Nerst
II- Etude expérimentale
1- Expérience et principe
On réalisera des piles définies par le schéma suivant avec différentes concentrations des deux solutions et
on mesurera les fem E de ces piles

 Symbole correspondant :………………………………………

 Equation de la réaction associée


Cu
Zn …………………………………………………………………………
V  Expression de la fonction des concentrations Π relative à
la réaction associée : …………………………….
2
Zn 2+
Cu

2- Résultats :
Compléter le tableau. [Zn2+] (mol.L-1) [Cu2+](mol.L-1) E ( V ) Π logΠ
1 1
0,5 0,5
0,1 0,1
0,1 1
0,01 1
0,1 0,01
1 0,01
3- Courbe:
E (V)
Π ) .
Tracer la courbe E= f ( logΠ

4-Interprétation: Déduire l’expression de


E en fonction de logΠ Π
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
..................................................
....................................................................................
....................................................................................
.................

log π

0 0,5

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 52 -


-
III- Exploitation des mesures
1) Définition de la fem normale ( E0) d’une pile :
.................................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................................
...........................................................

Remarque : la fem normale ( E0) d’une pile dépend de


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………..

2) Expression de la fem d’une pile de type Daniel : la loi de Nerst


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3) Relation entre E° et la constante d’équilibre K relative à la réaction associée :


Soit la pile symbolisée par : M1 |M1n+ || M2n+ | M2 .
Lorsque cette pile fonctionne la fonction des concentrations π relative à la réaction associée à cette pile évolue
vers la valeur de la constante d’équilibre K.
Quand l’équilibre chimique est atteint la pile s’arrête, aucun transfert d’électrons entre les réactifs ne se
produit et le courant s’annule : La fem s’annule également et la pile est dite usée.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

IV - Comparaison des forces de deux couples redox Oxi/Redi d' après la valeur de la fem standard E° de
la pile correspondante.

1°) Activité :
Soit la pile symbolisée par : Cu | Cu2+ || Sn|| Sn2+ . La fem standard de la pile est E° = -0,48V.
Donner l’équation de la réaction associée à cette pile : ……………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
En déduire la valeur de la constante d’équilibre relative à cette réaction et conclure
…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
Comparer le pouvoir réducteur de Cu à celui de Sn et le pouvoir oxydant de Cu2+ à celui Sn2+.
…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 53 -


-
2°) Généralisation :
La relation entre E° et K permet de comparer la force de deux couples redox M1n+ /M1 et M2n+ /M2
En effet :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………
………………………………………….…………………………………………………………………………………………….……
……………………………………………………………………………………….………………………………………………………
…………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………
………………………………………………………………………………….……………………………………………………………
……………………………….…………………………………………………………………………………………….………………
…………………………………………………………………………….…………………

Conclusion :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………
………………………………………………….……………………………………………………………………………………
……….…………………………………………………………………………………………….…………………………………

V- Evaluation :
La fem normale de la pile P1 symbolisée par :
Sn||Sn2+(0,01 mol.L-1)||| Pb2+(0, 1 mol.L-1) | Pb est E0 = 0,01V
1) Ecrire l’équation de la réaction associée à cette pile et calculer la valeur de sa constante d’équilibre K.
2) Comparer les pouvoirs oxydant et réducteur des deux couples mis en jeu.
3) Calculer la fem initiale Ei de la pile
4) Déterminer : a) La polarité de la pile
b) La réaction spontanée qui se produit lorsque la pile débite un courant.
5) Faire un schéma de la pile en indiquant le sens du courant à l’extérieur de la pile et le sens de déplacement des
ions K+ et Cl – qui forment le pont électrolytique lorsque la pile fonctionne.
6) Calculer les concentrations molaires quand la pile ne débite plus de courant électrique dans le circuit extérieur.
On suppose que les solutions, dans les compartiments de gauche et de droite, ont le même volume.
7) On considère la pile P2 symbolisée par Sn|Sn2+(0, 1 mol.L-1)|| Pb2+(0,01 mol.L-1) | Pb.
Déterminer La réaction spontanée qui se produit lorsque la pile débite un courant. Conclure.

Réponses
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 54 -


-
POTENTIEL STANDARD D’UN COUPLE REDOX : Choix d’une référence pour les couples redox

I - La demi-pile normale à hydrogène

1°- La demi-pile à hydrogène ou électrode à 2°- L' Electrode Normale à Hydrogène


hydrogène On convient de fixer :
Au couple redox H3O+ / H2(gaz) correspond une La pression du gaz du dihydrogène………………….
demi-pile à hydrogène qu'on appelle "électrode à On note ………………….
hydrogène" . La concentration des ions hydronium:………………
Son fonctionnement est le suivant: Dans ces conditions, appelées ……………………………., on note
cette demi-pile E.N.H. ( électrode normale à
………. hydrogène).
.
…………. ………………
.

…………………
………………….
………………..
……………………………..

2-3 Définition d’E.N.H.


………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………

II - Définition du potentiel standard d’électrode d'un couple redox

1) Potentiel d’électrode.

1-1) Définition:
Le potentiel d’électrode d’un couple redox Ox/Red est noté EOx/Red et il représente la fem. de la pile
formée par l'Electrode Normale à Hydrogène (E.N.H.) placée à gauche et l'électrode du couple Ox/Red
placée à droite.

1-2) Activité :
a) Compléter le schéma ci-contre de la pile qui permet
la mesure du potentiel d’électrode d’un couple redox
Zn2+/ Zn.

b) Symbole :

c) Equation de la réaction associée :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 55 -


-
d) Expression du potentiel d’électrode d’un couple redox Zn2+/ Zn.

2) Le potentiel standard d’électrode.

2-1 ) Définition:
Le potentiel standard d’électrode d’un couple redox noté E0ox /red ou E i° est par définition la fem standard de la
pile qui sert à mesurer le potentiel d’électrode de ce couple. C'est donc la fem de cette pile quand la fonction des
concentrations π est égale à 1 : π =1

Remarque : Le potentiel standard d’électrode normal à hydrogène est par convention :


E 0H O + / H = E 0ENH = 0V
3 2

2-2) Le potentiel standard du couple Mn+/M : E 0M n+ / M

a- Symbole :

b- L'équation chimique associée est :

M
c- Expression de sa f.e.m :
………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………..

2-3) Le potentiel standard du couple Cu2+/ Cu.


La fem de la pile représentée ci-contre est égale à (+0,34V) .
Donner :
 Le symbole de cette pile : Cu
……………………………………………………………

 Déduire le potentiel standard du couple Cu2+/ Cu .

2-4) Le potentiel standard du couple Zn2+/ Zn .


La mesure de la fem de la pile : Pt |H2 (P=1atm)|| H3O+(1mol.L-1) || Zn2+ (1mol.L-1)||Zn donne E= -0,76V.
0
Déduire la va leur de E Zn 2+
/ Zn
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 56 -


-
III - Comparaison d'un couple Oxi/Redi au couple H3O+ / H2(g) d'après la valeur du potentiel
standard d’électrode.

1) Activité N° 1 Comparons le couple Cu2 + / Cu(sd) à H3O+ / H2(g)


La mesure de la fem de la pile : Pt | H2 (P=1atm)|| H3O+ (1mol.L-1) || Cu2+ (1mol.L-1)||Cu donne E= +0,34V.
Comparer le pouvoir réducteur du métal Cu à celui du dihydrogène H2 et le pouvoir oxydant de Cu2+ à celui des
ions hydronium H3O+.
a) Donner l’équation de la réaction associée à la pile :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
0
b) Ecrire l’expression de la fem de cette pile et en déduire la valeur de E Cu 2+
/ Cu
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

c) En déduire la valeur de la constante d’équilibre K relative à la réaction associée. Conclure


…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
…………………………………………………………………
2) Activité N° 2 Comparons le couple Fe2 + / Fe à H3O+ / H2(g)
La mesure de la fem de la pile : Pt |H2 (P=1atm)|| H3O+(1mol.L-1) || Fe2+(1mol.L-1)||Fe donne E= -0,41V.
Comparer le pouvoir réducteur du métal Fe à celui du dihydrogène H2 et le pouvoir oxydant de Fe2+ à celui des
ions hydronium H3O+.
a) Donner l’équation de la réaction associée à la pile :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
0
b) Ecrire l’expression de la fem de cette pile et en déduire la valeur de E Fe 2+
/ Fe
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

c) En déduire la valeur de la constante d’équilibre K relative à la réaction associée. Conclure


…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………
3- Généralisation : Comparaison d'un couple Mn+|M au couple H3O+ / H2(g) d' après la valeur du potentiel
standard d’électrode.

Soit la pile symbolisée par : Pt | H2 (P=1atm)|| H3O+ (1mol.L-1) || Mn+ (1mol.L-1) | M .


L’équation de la réaction associée à cette pile est :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………
La relation entre E M0 n + / M et K est : ………………………………………………….………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………
Conséquences :

………………………………………………….………… ………………………………………………….…………
……………………………………………………………… ………………………………………………………………
……………………………………………………………… ………………………………………………………………
…………………………………………………… ……………………………………………………

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 57 -


-
Conclusion :
…………………………………………………………………………………………….…………………………………………
………………………………………………….……………………………………………………………………………………
……….…………………………………………………………………………………………….…………………………………

IV- Classification électrochimique des couples redox

Plus le potentiel standard d’un couple redox est élevé plus le pouvoir oxydant de sa forme oxydée est grande :

Dans ce tableau on a placé par ordre croissant les potentiels standards d’électrodes usuelles

Ni2+/Ni
Zn2+/Zn
Co2+/Co Pouvoir oxydant
Sn2+/Sn

-0,76 -0,29 -0,23 -0,14 -0,13 0 0,34 0,80 E0(V)

Pouvoir réducteur H3O+/H Ag+/Ag


décroissant Pb2+/Pb Cu2+/Cu

V- Détermination de la fem standard d’une pile

1) Exemple:
Soit à déterminer le potentiel normal de la pile symbolisée par : Cu(sd) |Cu2 +( C1) || Pb2 +(C2) | Pb(sd)
La fem normale de la pile est
E° = E°D - E°G = ……………………………………………..
E°pile = …………………………………………………….

2) Conclusion :
On détermine E°(pile)
 Soit par calcul direct comme le cas précédent : E°(pile) = E°D - E°G
0,06
 Soit à partir de la constante d'équilibre K ce qui donne E°(pile) = .logK
n
2) Remarque: Prévision des réactions.
Deux méthodes pour prévoir le sens de déplacement d’une réaction.
 On compare π à K
 On se base sur le signe de la fem.
Exemple :
La fem. de la pile symbolisée par: Zn(sd) I Zn2 +( 0,1mol/L) II Sn2 +(10-4mol/L) I Sn(sd) est égale à 0,53V.
a) Schématiser cette pile et écrire l'équation chimique associée.
b) Donner les polarités des bornes et le sens de circulation du courant dans le circuit extérieur;
c) Calculer la valeur de la fem. normale et celle de la constante d’équilibre.

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 58 -


-
Les piles alcalines
Dans la pile alcaline, l’électrolyte utilisé est l’hydroxyde de potassium KOH gélifié pour éviter son
écoulement : la pile est dite sèche.
Le potassium est un alcalin ( 1ère colonne du tableau périodique) d’où le nom de pile alcaline.
Cet électrolyte (KOH) est un meilleur conducteur et la résistance interne des piles alcalines est plus
faible que les salines, elles fonctionnent plus longtemps.

1- Pile alcaline à oxyde de manganèse

1-1 Description :
La pile comporte deux compartiments séparées par une
feuille en fibre plastiques imbibée de KOH :Ce fibre joue
le rôle du jonction électriques

réducteur Poudre de Zinc


Anode
collecteur Tige métallique
oxydant dioxyde de magnésium MnO2 et la
Cathode graphite en poudre
collecteur Récipient en acier
Electrolyte Solution l’hydroxyde de potassium KOH
milieu Basique

1-2 Principe de fonctionnement d’une pile alcaline.

a- Les couples mis en jeu sont : Zn(OH)42- / Zn et MnO2 / MnO(OH), Donner le symbole de cette pile.

b- Le compartiment anodique (L’anode : ) siège d’une Oxydation contient le zinc Zn en poudre avec KOH
dans le quel plonge un clou d’acier qui forme l’électrode négatif : Ecrire l’équation formelle de l’oxydation de Zn.

c- Le compartiment cathodique (la cathode: ) siège d’une réduction contient le dioxyde de magnésium
MnO2 et la graphite en poudre. : Ecrire l’équation formelle de la réduction de dioxyde de magnésium :

d- En déduire que l’équation de la réaction au sein de la pile :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 59 -


-
2- Pile alcaline à oxyde d’argent : Mg2O

2-1 Description :
2-2 Principe de fonctionnement d’une pile
alcaline.
a- Les couples mis en jeu sont : Zn(OH)42- / Zn et
Mg2O / Ag, Donner le symbole de cette pile.

b- Le compartiment anodique (L’anode : ) siège d’une


Oxydation contient le zinc Zn en poudre avec KOH dans le
quel plonge un clou d’acier qui forme l’électrode négatif :
Ecrire l’équation formelle de l’oxydation de Zn.

c- Le compartiment cathodique (la cathode: ) siège


d’une réduction contient le dioxyde d’argent Ag2O et du
graphite en poudre. : Ecrire l’équation formelle de la
réduction de dioxyde d’argent :
L’anode : Plaque de Zn en contact direct avec
la solution d’électrolyte KOH gélifié.
La cathode : Tige en argent, en contact direct
avec l’oxyde d’argent Mg2O et du graphite en c- En déduire que l’équation de la réaction au sein de la
poudre pile :

3- Pile alcaline à oxyde de mercure : HgO/Hg Même principe que la pile à d’argent

réducteur Poudre de Zinc


Anode
collecteur Tige métallique
oxydant dioxyde de ……………………………………………… et la graphite en poudre
Cathode
collecteur Récipient en acier
Electrolyte Solution l’hydroxyde de potassium KOH
milieu Basique

2-2 Principe de fonctionnement d’une pile alcaline.

a- Les couples mis en jeu sont : Zn(OH)42- / Zn et HgO /Hg, Donner le symbole de cette pile.
b- Le compartiment anodique (L’anode : ) siège d’une Oxydation contient le zinc Zn en poudre avec KOH
dans le quel plonge un clou d’acier qui forme l’électrode négatif : Ecrire l’équation formelle de l’oxydation de Zn.
c- Le compartiment cathodique (la cathode: ) siège d’une réduction contient le dioxyde d’argent HgO et
du graphite en poudre. : Ecrire l’équation formelle de la réduction de dioxyde d’argent :
c- En déduire que l’équation de la réaction au sein de la pile :

Cours et TP sciences physiques : 4èmeMathèmatiques ~ BEL ARBI Abdelmajid ~ - Page - 60 -


-