Vous êtes sur la page 1sur 51

3

Bon à
s a v o i r

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008

TECHNIQUE D’ELABORATION DU RESULTAT FISCAL ET


DE DETERMINATION DE L’IMPOT SUR LES SOCIETES
(Tableaux 22, 23 ou 24 de la DSF)

- Rappel des conditions de déductibilité des pertes sur créances irrécouvrables

- Déclaration de location verbale d’immeuble à usage professionnel, commercial ou industriel

- Sanctions applicables en cas de dépôt tardif de la déclaration statistique et fiscale (DSF)

- Le sort des crédits d’impôts en matière d’impôt sur le revenu (impôt sur les sociétés - IS -
et impôt sur le revenu des personnes physiques - IRPP)
Des chantiers tous azimuts
La loi de finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2004 a
introduit de la nouveauté dans la communication de l’information finan-
cière des entreprises à l’Administration Fiscale. Sur la base de disposi-
tions plus précises, on est passé d’une "relative tolérance" à un cadre
déclaratif plus contraignant. Ce dispositif se traduit dans la nouvelle
rédaction de l’article L99 introduite par la Loi N°2007/005 du 26 décem-
bre 2007 portant loi de finances de la République du Cameroun pour
l’exercice 2008.Ainsi, tout contribuable qui se serait abstenu de souscri-
re sa Déclaration Statistique et Fiscale dans les délais légaux fait l’objet
d’une mise en demeure de déclarer. Si la réparation de l’omission se fait
dans les délais prescrits par la mise en demeure, avec à la clé un impôt
Jérôme Minlend néant, le contribuable se voit quand même infliger une amende forfaitai-
re de 100 000 FCFA. La non observation de cette obligation après mise
en demeure quant à elle, est sanctionnée d’une taxation d’office.

La Déclaration Statistique et Fiscale est donc au cœur de l’actualité en ce mois de mars. Il ne nous
paraît guère inutile de rappeler ici l’importance du respect des délais en ce qui concerne cette obli-
gation. Pour ce faire, nous nous penchons sur la question dans cette édition, en rappelant les sanc-
tions applicables en cas de dépôt tardif de la DSF. Mais déjà, il convient de rappeler aux contribua-
bles relevant du régime du réel, du régime simplifié ou encore du régime de base que
l’Administration Fiscale attend d’eux dans les délais fixés, une déclaration accompagnée d’un paie-
Reponsable de la Publication ment du solde d’impôt sur les sociétés dû. Ceci rend la tâche d’autant plus ardue que le calcul dudit
Jérôme Minlend solde peut présenter des difficultés pour certains contribuables.
jerome.minlend@caccameroun.com

Rédaction Plus que jamais l’Administration Fiscale veille. Cependant, des chantiers tout aussi importants inter-
Laure Kenmogne pellent les contribuables.Vous êtes en effet tenus de déclarer dans les mêmes délais que la DSF, les
laure.kenmogne@caccameroun.com appointements versés à votre personnel, les sommes d’un certain montant versées à titre de com-
9980 00 28
missions, courtage, ristournes honoraires, vacations droits d’auteurs ainsi que le listing des achats
par fournisseur indiquant le numéro d’identification de ceux-ci et le montant des achats de l’exer-
Laure Langue
laure.langue@caccameroun.com cice. Exigible depuis le 1er janvier, la taxe foncière sur les propriétés immobilières devra être acquit-
9980 00 45 tée au plus tard le 15 mars. Dernière obligation spécifique au mois de mars, la déclaration des baux
non constatés par un écrit peut encore être faite jusqu’au 31 mars.
Jérôme Kenfack
jerome.kenfack@caccameroun.com Mars s’annonce en définitive comme un mois particulièrement déterminant pour les contribuables.
9980 01 63
Il est par essence le mois des rencontres stratégiques de l’entreprise avec les investisseurs, les
Noé Momha actionnaires, les banques et l’Administration Fiscale. Il convient de le préparer de manière studieu-
noe.momha@caccameroun.com
9980 00 31 se, afin d’éviter les affres des sanctions qui guettent les contribuables en cas de non respect des
échéances. Pour vous accompagner dans cette démarche, nous vous proposons dans l’édition du
Yves Moukory bloc-notes Juridique & Fiscal du mois de mars un dossier sur les tableaux 22, 23 et 24 de la DSF.
yves.moukory@caccameroun.com Nous nous arrêterons également sur l’utilité des déclarations verbales des baux, les conditions de
9980 00 21 déductibilité des pertes sur créances avant de revenir sur le sort des crédits d’impôts en matière
d’impôts sur le revenu tel que prévu par la loi de finances 2008.
Alain Christian Bikoe
alain.bikoe@caccameroun.com
9950 41 25

Kalvin M'Bond Edito : P2


Rappel des obligations : P15
calvin.mbond@caccameroun.com Dossier : P03
9980 01 65 Panorama : P42
Bon à savoir : P09
Disponible à la demande : P44
Conception artistique
Studios CAC

www.caccameroun.com Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008


2 TECHNIQUE D’ELABORATION DU RESULTAT FISCAL ET DE DETERMINATION DE
Dossier L’IMPOT SUR LES SOCIETES (TABLEAUX 22, 23 OU 24 DE LA DSF)

Aux termes des dispositions Pour pallier ces insuffisances, nous élaborons dans le
combinées des articles 18 et cadre de ce dossier et à l’attention de nos abonnés,
74 du code général des impôts, une sorte de « check-list » des mesures fiscales inci-
tout contribuable (ou redeva- tatives ou d’optimisation résultant autant de l’analy-
ble) est tenu de souscrire au se des dispositions du droit interne (1) que de celles
plus tard le 15 mars de l’exer- issues des conventions fiscales en force au
cice suivant, une déclaration Cameroun (2) qu’il convient d’avoir à l’esprit lors de
des résultats obtenus dans son l’établissement des liasses fiscales (et notamment des
exploitation au cours de la tableaux 22, 23 ou 24 de ladite liasse) afin, tout à la
Par Jérôme Kenfack période servant de base à l’im- fois, d’éviter des risques fiscaux et d’utiliser toutes
position. les opportunités offertes par le droit fiscal camerou-
nais en matière de détermination du bénéfice impo-
La déclaration des résultats est pour ainsi dire, une sable et partant, de l’impôt sur les sociétés. Bien
échéance particulière qui interpelle tout contribua- entendu, cette liste (bien qu’assez développée) ne
ble non seulement au respect du délai prescrit en constitue qu’un canevas auquel les responsables fis-
vue de sa souscription1, mais également à la maîtrise caux devront ajouter les spécificités propres à leur
des techniques de calcul du résultat imposable et entreprise avec l’aide, au besoin, de leurs Conseils.
partant, de détermination de l’impôt définitivement
dû. I. LES REGIMES INCITATIFS PREVUS PAR
LE DROIT INTERNE
Il ne s’agit pas pour nous, dans le cadre de ce dossier,
I.1. Les régimes incitatifs prévus par les Codes
de nous attarder sur la mécanique de détermination
Généraux des Impôts
du résultat fiscal2 (montage du tableau 22 de la DSF)
et partant, de détermination de l’impôt dû (montage I.1.1. Reports déficitaires et amortissements
des tableaux 23 ou 24 de la DSF), mais plutôt susci- réputés différés en période déficitaire
ter chez les responsables qui sont en charge des
questions fiscales de l’entreprise et de l’élaboration Le Code général des impôts prévoit :
de sa déclaration de résultat (DSF), un certain nom-
bre de « réflexes », tant est-il que aussi bien les D’une part, qu’en cas de déficit subi pendant un
dispositions de droit interne que celles résultant des exercice, ce déficit est considéré comme une charge
conventions de non double imposition regorgent de l’exercice suivant et déduit du bénéfice réalisé
d’opportunités fiscales qu’il convient de saisir pour pendant ledit exercice. Si ce bénéfice n’est pas suffi-
réduire sa charge d’impôt. sant pour que la déduction puisse être intégralement
opérée, l’excédent du déficit est reporté successive-
Nous avons en effet été amenés dans le cadre de ment sur les exercices suivants jusqu’au quatrième
l’exercice de nos diligences, à constater que certai- exercice qui suit l’exercice déficitaire.
nes dispositions du droit interne offrant des oppor-
D’autre part, la possibilité, en cas de déficits fiscaux,
tunités d’optimisation fiscale étaient mal utilisées
de neutraliser ces derniers totalement ou partielle-
lorsqu’elles n’étaient pas simplement méconnues. Il
ment, en différant, sur le plan fiscal, tout ou partie des
en est de même de celles résultant des conventions
amortissements comptabilisés au cours de l’exerci-
de non double imposition conclues entre le
ce. L’intérêt de cette faculté tient au fait que l’entre-
Cameroun et certains pays, notamment en ce qui
prise sera autorisée à opérer la déduction fiscale de
concerne les règles de déductibilité de certaines
ces amortissements ainsi différés en période défici-
charges (assistance technique, redevances, cotisation taire par voie d’imputation sur les bénéfices réalisés
retraite obligatoire au profit du personnel expatrié au cours d’exercices ultérieurs et ce, sans aucune
pour ne citer que ces quelques unes). prescription.

1 Voir à ce propos les sanctions encourues en cas de dépôt hors délai ou de non dépôt de déclaration développé au flash sur « les sanction en cas de dépôt tardif ou
de non dépôt des déclarations » contenu dans le présent numéro du Bloc-notes juridique et fiscal.

2 Retraitement du résultat comptable compte tenu des règles fiscales applicables en matière de déductibilité fiscale des charges et de taxation ou d’exonération de
certains produits : Résulta fiscal = Résultat comptable avant impôt + Réintégrations - Déductions

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 3


Ces règles doivent donc conduire à chaque fois biens apportés, comme un paiement différé de l’im-
2 qu’existe un déficit, à le neutraliser le plus possible pôt établi sur la durée d’amortissement desdits
Dossier par la réintégration des amortissements pratiqués biens.
s u i t e au cours de l’exercice. A défaut, les déficits qui se
trouveraient maintenus au tableau d’ajustement fis- A défaut de prendre expressément l’engagement
cal, deviendraient inutilisables au terme de la durée précité dans le cadre du contrat d’apport, le contri-
prévue de la prescription, soit au total après quatre buable ne peut pas bénéficier de ce régime spéci-
ans. fique. Il en résulte alors que, s’agissant de la cession
Il arrive fréquemment que les amortissements dif- d’une activité ou d’une branche d’activité, c’est le
régime de taxation prévu par l’article 9 concernant
férés ne suffisent pas à apurer l’intégralité des per-
les cessions d’activités ou branches d’activités qui
tes fiscales. Dans ce cas l’entreprise dispose d’une
trouveraient à s’appliquer (cf point ci-dessous
part, d’un « stock » de reports déficitaires utilisa-
bles pendant la période de prescription et, d’autre I.1.3. La taxation réduite des plus-values
part, d’amortissements différés utilisables sans réalisées en cas de cession totale ou partiel-
aucune limite de temps. le d'une activité ou d'une branche d'activité,
de transfert ou de cessation de l’exercice de
Lorsque la société se retrouvera en situation de la profession
bénéfice fiscal, il y aura lieu alors de procéder aux
imputations de ces éléments dans l’ordre suivant : Pour ce cas, le législateur fiscal a prévu une certai-
ne atténuation quant à l’imposition des plus-values
réalisées en cas de cession totale ou partielle d’une
Reports déficitaires en commençant par les plus
activité ou d’une branche autonome d’activité, de
anciens ;
transfert ou de cessation de l’exercice d’une pro-
Amortissements différés.
fession.

I.1.2. Le régime des fusions, scissions et Les plus-values nettes réalisées3ne sont retenues
apports partiels d'actif que pour le tiers de leur montant lorsque l’activité
cédée a été constituée ou acquise depuis plus de
Afin de faciliter les restructurations d’entreprises, le cinq années et pour la moitié dans le cas contraire.
législateur fiscal camerounais a prévu un régime de
faveur en ce qui concerne les opérations de cette I.1.4. Le régime des sociétés mères et filiales
nature sous réserve que soient par ailleurs remplies
certaines conditions de fond et de forme prévues Au terme de ce régime, lorsqu’une société par
par l’article 8 du code général des impôts pour être actions ou à responsabilité limité possède soit des
éligibles à ce régime. actions nominatives d’une société par action, soit
des parts d’intérêts d’une société à responsabilité
Les avantages consentis sont de plusieurs ordres et limitée, les produits nets des actions ou part d’inté-
concernent notamment, les principes d’imposition
rêts de la seconde société touchés par la première
ou d’exonération des plus-values réalisées à l’occa-
au cours de l’exercice, sont retranchés du résultat
sion des apports.
imposable de celle-ci, déduction faite d’une quote-
part de frais et charge fixée à 10 % des produits
Plus généralement, le code prévoit une exonération
nets perçus.
des plus-values réalisées, sous réserve que la socié-
té absorbante ou nouvelle prenne l’engagement,
Bien entendu, le bénéfice de ces dispositions n’est
dans le traité de fusion, de scission ou d’apport par-
tiel d’actif, d’amortir (au plan fiscal) les biens appor- ouvert que si les conditions cumulatives suivantes
tés, non pas sur la base des valeurs d’apport mais sont remplies, à savoir que :
sur celle des valeurs nettes comptables qui figu-
raient, avant réévaluation, au bilan de la société Les actions ou parts d’intérêts possédées par la
apporteuse. société mère représentent au moins 25 % du capi-
tal de la société filiale ;
Ce mécanisme s’analyse donc lui aussi, non pas
comme une exonération définitive mais, en raison Les sociétés mères et leurs filiales aient leur siège
de l’interdiction faite d’amortir fiscalement les social dans un Etat de la CEMAC ;
3 Par plus-values nettes réalisées, il faut entendre celles obtenues après imputation, le cas échéant, des moins-values réalisées à l’occasion de la cession des éléments
de l’actif immobilisé, et les indemnités reçues en contrepartie de la cessation de l’exercice de la profession ou du transfert de la clientèle.

4 A noter que sont exclus de la déduction prévue ci-dessus, les établissement de crédit ou de banque ainsi que les entreprise de placement ou de gestion des valeurs
mobilières, tous arrérages, intérêts ou tout autre produit exonéré de l’impôt sur le revenu des capitaux mobiliers. De même, lorsqu’une société bénéficiant de ce
régime a fait l’objet d’une retenue à la source au titre de l’impôt sur le revenu des capitaux mobiliers lors de l’encaissement des produits, cet impôt ne saurait venir
en déduction de l’impôt sur les sociétés définitivement dû.
Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 4
Que les actions ou parts d’intérêts attribuées à l’é- - acquisition, renouvellement ou installation des
2 mission soient toujours restées inscrites au nom de équipements de production, transformation, condi-
Dossier la société participante ou, s’il ne s’agit pas de titres
souscrits lors de leur émission, que celle-ci prenne
tionnement et conservation dans les activités agro-
s u i t e alimentaires ;
l’engagement de les conserver pendant deux années
consécutives au moins sous la forme nominative. La - acquisition d’engins lourds de transport industriel,
rupture de cet engagement est sanctionnée par forestier, maritime ou aérien ;
l’imposition des revenus indûment exonérés sans
préjudice des pénalités applicables pour insuffisance
- dépenses de préparation du sol, d’ensemencement
de déclaration4.
de plantations industrielles, à l’exclusion des dépen-
L’on veillera à ce que les dividendes qui seraient ses d’entretien ;
perçus d’une filiale sise en dehors de la zone
CEMAC ne puissent pas bénéficier du régime des - tout réinvestissement à caractère social et les
sociétés mères et filiales. accessoires spécialisés des matériels listés ci-dessus
lorsqu’ils en constituent le complément naturel et
I.1.5. Le régime du réinvestissement
indispensable non susceptible d’un autre emploi.
Le code général des impôts prévoit sous certaines
L’on notera que le bénéfice de ce régime est sous-
conditions et pour les personnes physiques ou
tendu a priori6par la présentation d’un dossier d’in-
morales relevant du régime du réel normal et réali-
vestissement auprès du Ministère des Finances, et
sant un certain type d’investissement de montant
l’entreprise peut après validation7, déduire de sa
supérieur ou égal à 25 millions de francs CFA, une
base imposable un pourcentage égal à 50 % du prix
réduction de la base imposable de montant égal à
d’acquisition des investissements éligibles réalisés.
50 % des investissement réalisés.

Toutefois, la déduction des bases de calcul de l’im-


Pour bénéficier de ces dispositions, les investisse-
pôt au titre d’un exercice ne peut être admise au
ments réalisés doivent revêtir l’une des formes sui-
delà d’un montant plafonné à 50% du bénéfice réali-
vantes, touchant les secteurs agricole, forestier,
sé par l’entreprise (25 % pour les entreprises des
minier, touristique, du transport maritime, fluvial et
technologies de l’information et de la communica-
aérien, et le secteur des nouvelles technologies de
tion). En cas d’excédent, ce dernier est reporté sur
l’information et de la communication5:
les trois (03) exercices suivants. Au delà de cette
période, l’excédent non utilisé est « perdu » et ne
- construction ou extension d’immeubles bâtis en
peut plus être imputé en diminution des résultats
matériaux définitifs à usage industriel, agricole,
ultérieurs.
forestier, touristique ou minier, bureaux techniques
compris ainsi que celles destinées au logement gra-
Pour les contribuables soumis au minimum de per-
tuit du personnel salarié ;
ception sur le chiffre d’affaires, le montant de la
réduction est accordé par voie d’imputation impôt
- acquisition de matériel industriel, agricole, minier
sur impôt dans la limite de 50 % dudit minimum.
ou touristique scellé au fonds à perpétuelle demeure ;

I.1.6. Les incitations fiscales liées au secteur


- acquisition de matériel spécialisé d’exploitation
non susceptible d’un autre emploi pour les entre- boursier
prises relevant du secteur des nouvelles technolo-
gies de l’information et de la communication ; Afin de promouvoir les activités du secteur bour-
sier, le législateur fiscal camerounais a, par la loi de
- acquisition de tracteurs ou matériel mécanique finances pour l’exercice 2007 renforcée par la loi de
lourd spécialisé à un usage agricole, forestier ou finances pour l’exercice 2008 et sous un certain
minier ; nombre de conditions cumulatives à remplir,
5 Etant précisé que les investissements de caractère usagé (acquisition de matériel de seconde main ou d’occasion) les acquisitions d’immeuble existant ainsi que les
travaux d’entretien ou de réfection d’immeubles existant, sont exclus du champ d’application des présentes dispositions.

6 En pratique toutefois, l’imputation de la réduction ainsi que la soumission du dossier de réinvestissement et la validation des investissement effectués se font a pos-
teriori de sorte que si à l’issue du contrôle de validation, des investissements sont rejetés, le contribuable procèdera au dépôt d’une DSF rectificative tenant compte
des corrections apportées par l’administration fiscale.

7 La validation ainsi que la décision de l’octroi de l’avantage est effectuée par le Directeur Général des Impôts puis soumis au Ministre des finances pour confirmation
et notification au contribuable.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 5


consacré au profit des personnes physiques et sociétés qui y émettent des titres dans le délai de
morales qui réalisent des opérations sur le marché trois ans sus-cité, c’est-à-dire dans un délai venant à
2 des valeurs mobilières au Cameroun, des avantages échéance au 31 décembre 2000, bénéficient d’un
Dossier fiscaux non négligeables. taux réduit de l’impôt sur les sociétés de 30 % à
s u i t e compter de la date d’émission, celle-ci s’entendant
Ces avantages qui profitent aussi bien aux émet- de la date à compter de laquelle lesdits titres sont
teurs qu’aux souscripteurs de valeurs mobilières ouverts à la souscription sur le marché.
sur le marché boursier et qui sont cumulables avec
ceux des autres régimes incitatifs existants (régime Du coté des souscripteurs :
du réinvestissement, régimes de base, des PME et
des entreprises stratégiques du code des investisse- Au même titre que les émetteurs d’actions et d’o-
ments) sont résumés ainsi qu’il suit : bligations, le souscripteur (personne physique ou
morale) de ces titres bénéficie d’un taux d’imposi-
Du coté des émetteurs : tion réduit de 10 % sur les plus-values, les dividen-
des, les intérêts des obligations à moins de 05 ans
La réduction du taux de l’impôt sur les sociétés des de maturité et sur les autres rémunérations des
entreprises admises à la cote de la bourse des valeurs mobilières admises à la cote de la bourse.
valeurs mobilières suivant la progressivité suivante : Ce taux est de 5 % pour les rémunérations des obli-
gations émises par les sociétés privées et publiques
20 % pour les augmentations de capital représen- à plus de 05 ans de maturité, étant rappelé que la
tant au moins 20 % dudit capital ; maturité d’une obligation s’entend de l’échéance de
25 % pour les cessions d’actions à hauteur de 20 % son remboursement qui court à compter de sa date
du capital ; de souscription.
28 % pour les augmentations de capital ou cessions
d’actions inférieures au seuil de 20 % du capital En guise de conclusion pour ce régime boursier, l’on
social. notera qu’au regard des droits d’enregistrement, les
actes et conventions portant cession de titres sont
Le bénéfice de ces réductions est conditionné par exemptés des droits d’enregistrement depuis le 1er
l’admission à la cote de la bourse dans un délai de janvier 2007. Ce qui induit la non exigibilité des
trois (03) ans à compter du 1er janvier 2008, soit au droits de timbre, quelle que soit leur nature.
plus tard le 31 décembre 2010 et par l’engagement
que doivent prendre les sociétés vis-à-vis des auto- I.1.7. Les incitations fiscales liées aux projets
rités compétentes du marché boursier et de l’admi- structurants
nistration fiscale de demeurer sur ledit marché pen-
dant au moins cinq (05) ans. Bien que ce régime ne soit pas encore applicable,
nous l’évoquons ici à titre d’information8.
Bien entendu, les sociétés dont le taux d’augmenta-
tion ou de cession est inférieur aux seuils requis, La loi de finances pour l’exercice 2008 a en effet
bénéficient des réductions ci-dessus rappelées introduit dans le code général des impôts (articles
lorsque par des ouvertures additionnelles interve- 113 nouveau à 116), au profit des grandes, petites et
nues dans le délai de trois (03) ans précité, elles moyennes entreprises9, un régime incitatif à l’inves-
atteignent les taux sus indiqués. tissement dit « Régime des projets structurants »
cumulable avec les régimes du réinvestissement et
A noter, s’agissant des sociétés dont l’admission à la du secteur boursier développé ci-dessus.
cote de la bourse au seuil requis n’intervient qu’a-
près des ouvertures additionnelles que le bénéfice Pour bénéficier de ce régime, les projets des gran-
des taux de faveur prévus ne s’applique que sur la des entreprises et des PME doivent remplir les
période résiduelle restant à courir avant la fin des conditions cumulatives suivantes :
trois (03) années de réduction accordées.
Etre un pôle de développement économique et
Pour le cas spécifique du marché obligataire, les social ;

8 Les modalités d’application de ce régime seront précisées par voie réglementaire (décret d’application en attente)

9 Les grandes entreprises sont celles dont le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à un (01) milliard de francs CFA tandis que les PME sont celles dont le chiffre
d’affaires est compris entre 500 millions et un (01) milliard de francs CFA exclu.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 6


Etre générateur d’emplois ; qui exercent leurs activités sous l’un des régimes
2 prévu par le code des investissements, a savoir :
Dossier Donner lieu à un investissement au moins égal à
s u i t e cinq (05) milliards de francs CFA (500 millions pour Le régime de base
les PME) ; Le régime des PME
Le régime des entreprises stratégique
Intervenir dans le secteur agricole, industriel éner-
Ces avantages qui sont cumulables avec ceux accor-
gétique, touristique et de l’habitat social.
dés dans le cadre du régime boursier11portent :

Les avantages consentis sont les suivants :


Pendant la phase d’installation12, à l’exonération des
droits d’enregistrement et de mutation ;
Exonération de la contribution des patentes au titre
des deux première années d’exploitation, elle-
Pendant la phase d’exploitation :
même entraînant celle de la licence, le cas échéant ;

A la réduction de 50 % de l’impôt sur les sociétés,


Enregistrement au droit fixe de 50 000 FCFA des
de l’impôt sur les bénéfices industriels et commer-
actes de constitution, prorogation et augmentation
ciaux et de l’impôt sur le revenu des capitaux mobi-
du capital et les mutations immobilières directe-
liers ;
ment liées à la mise en place du projet ;

Au report sur les résultats des cinq (05) exercices


Exonération de la TVA sur les achats locaux de
suivants, du déficit résultant de l’imputation des
matériaux de construction et sur les importations
amortissements normalement comptabilisés pen-
destinées à la mise en place du projet ;
dant les trois premiers exercices ;

Application de l’amortissement accéléré aux taux


A la réduction d’un montant non reportable égal à
de 1,25 du taux normal pour les immobilisations
0,5 % de la valeur FOB des produits manufacturés.
spécifiques acquises pendant la phase d’installation ;

II. OPTIMISATION AU TRAVERS DES


Rallonge de la durée du report déficitaire de quatre
CONVENTIONS FISCALES13
(04) à cinq (05) ans.

Hormis les flux financiers liés aux importations de


II.2. Les avantages proposés par les Codes et
biens, certaines entreprises camerounaises sont
Chartes des investissements10
amenées à rémunérer des services qui leur sont
rendus par des personnes physiques ou morales
Malgré les réticences des bailleurs de fonds quant
domiciliées à l’étranger.
au maintien de régimes fiscaux dérogatoires conte-
nus dans le code des investissements, le législateur La déductibilité fiscale de ces prestations est, aux
fiscal camerounais a, en vue de promouvoir des termes des dispositions de l’article 7 du code géné-
investissements dans les domaines industriel, agro- ral des impôts, soumise à des règles clairement éta-
industriel, forestier et touristique entre autres blies sauf disposition contraire des conventions fis-
d’une part et, de favoriser les exportations d’autre cales internationales.
part, maintenu un certain nombre d’avantages fis-
caux au profit des personnes physiques ou morales Il en est ainsi par exemple :

10 Nous n’évoquons pas dans ce dossier les cas des avantages fiscaux accordés aux personnes physiques ou morales qui exercent leur activité sous le régime de la
zone ou du point franc industriel. A ce titre, nos lecteurs voudront bien se reporter aux dispositions de l’article 263 du code général des impôts ou du Code des
investissements pour ce qui concerne ce cas particulier.

11 Les avantages fiscaux prévus par le code des investissements, repris et limités par l’article 262 du code général des impôts ne sont pas cumulables avec le régime
du réinvestissement de droit commun.

12 La phase d’installation est respectivement de 3 et 5 ans pour les régimes de base et des PME et le régime des entreprises stratégiques. Quant à la phase d’exploi-
tation, elle est respectivement de 5, 7 et 12 ans pour les régimes de base, des PME et des entreprises stratégiques.

13 Au jour d’aujourd’hui, le Cameroun a conclu des conventions de non double imposition avec la France, le Canada et la Tunisie, étant rappelé qu’il existe aussi une
convention de non double imposition entre les six pays membres de la CEMAC

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 7


Des frais d’assistance techniques et par assimilation double imposition en force en république du
2 des frais de siège dont la déductibilité fiscale est Cameroun peut permettre d’engranger des gains
Dossier limitée à 10 % du bénéfice fiscal intermédiaire avant fiscaux dont l’importance n’est pas négligeable.
s u i t e déduction des frais en cause,
Tel est le cas en ce qui concerne les sommes ver-
Des sommes versées pour l’utilisation des brevets, sées en France au titre de l’assistance technique, des
marques, dessins et modèles en cours de validité, frais de siège, des redevances pour utilisation des
lesquelles sont considérées comme des distribu- brevets en cours de validité (sous réserve que l’en-
tions de bénéfice lorsqu’elles profitent à une entre- treprise française bénéficiaire ne participe ni au
prise située hors de la CEMAC et participant direc- capital, ni à la gestion de l’entreprise camerounaise),
de la quote-part patronale de la cotisation retraite
tement ou indirectement à la gestion ou au capital
obligatoire pour lesquelles l’article 5 de la conven-
de l’entreprise camerounaise ou,
tion fiscale franco-camerounaise garanti la déduc-
tion dans leur intégralité.
Des cotisations sociales versées à l’étranger au pro-
fit du personnel expatrié lorsqu’elles revêtent un
Il en est d’ailleurs des sommes de même nature
caractère volontaire ou de la fraction de la part lorsqu’elles sont versées dans un pays membre de la
patronale à la cotisation retraite obligatoire versée Communauté Economique et Monétaire des Etats
à l’étranger au profit dudit personnel lorsque le de l’Afrique Centrale (CEMAC), étant précisé que
montant versé excède les 15 % du salaire de base s’agissant des redevances pour brevet, dessins et
dudit personnel, marques de fabrique, il s’agit qu’elles soient versées
dans un Etat de la CEMAC pour être entièrement
pour lesquelles l’examen des conventions de non déductible.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 8


3 RAPPEL DES CONDITIONS DE DEDUCTIBILITE DES PERTES
Bon à SUR CREANCES IRRECOUVRABLES
s a v o i r

Avant l’entrée en vigueur de la Par ailleurs il faut noter que la déductibilité des per-
loi de finances 2008, le code tes enregistrées sur des créances peut également
général des impôts était muet être admise si le débiteur est déclaré en faillite par
quant à la définition de la une décision du juge, à l’issue des procédures de
notion de créance irrécouvra- redressement et/ou de liquidation judiciaires,
ble et aux conditions de déduc-
lorsque la réalisation des actifs n’a pas permis le
tibilité des pertes y afférentes.
règlement.
Seule la doctrine fiscale appor-
Noé MOMHA tait des précisions sur ce point
Nous précisons, s’agissant des jugements, que
(voir lettre du DGI n° 4734/MINEFI/DGI/LC/L du
24 août 2005). L’article 7.c alinéa 2 (nouveau) du d’un point de vue juridique, seuls les jugements
code général des impôts reprend désormais la posi- rendus sur le fond ont un caractère définitif, à
tion déjà adoptée par la doctrine fiscale et considè- l’exclusion des jugements provisoires ayant notam-
re que la déductibilité des pertes enregistrées sur ment pour but de prononcer une mesure conserva-
des créances peut être admise si la société créan- toire à l’encontre du débiteur insolvable (telle que,
cière apporte la preuve que toutes les voies et par exemple, la mise sous séquestre d’un bien). Par
moyens de recouvrement amiable ou forcé prévus ailleurs, dans un souci de prudence, nous vous
par l’Acte Uniforme OHADA portant Organisation suggérons de continuer à constater une provi-
des Procédures Simplifiées de Recouvrement et des sion sur la créance concernée tant que les voies
voies d’exécution ont été vainement mise en œuvre. de recours (appel, opposition, pourvoi en cassa-
tion etc.…) à l’encontre du jugement déclarant
Concrètement, il s’agit selon la circulaire n°
l’insolvabilité du débiteur ne seront pas épui-
0002/MINFI/DGI/LC/L du 11 janvier 2008 précisant
sées.
les modalités d’application de la loi de finances 2008
de s’assurer que les poursuites ont été accomplies
sans succès. A cet effet, la société créancière doit Lorsque les conditions ci-dessus ne sont pas respec-
apporter la preuve que toutes les étapes suivantes tées, l’administration fiscale procède aux réintégra-
ont été épuisées : tions nécessaires de toutes les créances passées en
charges dont les preuves d’irrécouvrabilité ne sont
la mise en demeure en bonne et due forme qui cor- pas fournies.
respond d’un point de vue juridique au regard des
dispositions des articles 1 à 18 de l’acte uniforme Rappelons, par ailleurs, que le caractère irré-
précité à l’injonction de payer ; couvrable des créances sur l’Etat ou ses
démembrements (collectivités territoriales)
la saisie des biens ou le cas échéant, un procès ver- n’est jamais admis par l’administration fisca-
bal de carence pour le cas où aucun bien ne serait le en vertu du principe de la solvabilité de
passible de saisie ou n’aurait manifestement pas de l’Etat. De ce fait, la déductibilité fiscale des
valeur marchande ; pertes constatées au titre de telles créances
est systématiquement rejetée par l’adminis-
la vente des biens, sans que cette vente ne permet- tration fiscale. De même, sont également
te de réaliser la créance. rejetés les arguments tirés de la disparition
du débiteur. Si ce dernier est une société il
De ce qui précède, il faut noter que les simples est a craindre que la mise en sommeil de
relances même nombreuses et signifiées par exploit cette société ne suffise pas non plus à empor-
d’huissier sont inopérantes. ter la conviction de l’administration fiscale.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 9


3 DECLARATION DE LOCATION VERBALE D’IMMEUBLE A USAGE
Bon à PROFESSIONNEL, COMMERCIAL OU INDUSTRIEL
s a v o i r

Au plan juridique (article 1174 La déclaration qui doit être souscrite par le locataire
du code civil et 71 de l’Acte (et à défaut par le bailleur) de l’immeuble ou par le
Uniforme OHADA sur le droit sous-locataire (en cas de sous-location), doit obliga-
commercial général), le contrat toirement mentionner :
de bail d’immeuble peut être
écrit ou verbal. les nom, prénom, domicile et profession du proprié-
taire ou locataire de l’immeuble pendant la période
Au plan fiscal, le législateur fait d’imposition ;
obligation au locataire dont le les nom, prénom, profession du locataire ayant occu-
Par Alain Christian Bikoé
bail est non écrit de procéder à pé l’immeuble pendant la période d’imposition, la
la déclaration de cette location verbale auprès de consistance des locaux loués ;
l’administration fiscale. En cas de non-respect de
cette obligation, le contribuable encourt des sanc- le montant des loyers, charges comprises, pendant la
tions qui peuvent aller jusqu’au rejet des déductions période envisagée ;
de la charge locative des bases de calcul de l’impôt
sur les sociétés. la date de prise d’effet du contrat ainsi que son
terme.
Le présent flash a pour but de rappeler les obligations
fiscales afférentes aux baux verbaux (1) et les sanc- I.2. Des obligations de paiement
tions encourues en cas d’inexécution de ces obliga-
tions (2). Les droits d’enregistrement obtenu par application
du taux de 10 % ou 5 % au montant du loyer annuel
Les obligations afférentes aux baux verbaux et suivant que l’immeuble loué est situé respective-
ment en zone urbaine ou rurale est acquitté en prin-
Il s’agit d’obligations déclaratives et de paiement cipe au plus tard le 31 mars de l’exercice N+1 par le
locataire (sauf recours contre le bailleur en cas de
I.1. Des obligations déclaratives défaillance constaté du locataire) ainsi que nous l’a-
vons rappelé ci-dessus.
Aux termes de l’article 277 al 1 du Code Général des
Impôts, « A défaut de conventions écrites les constatant, En effet, en matière de droits d’enregistrement, les
les mutations entre vifs ainsi que les prorogations conven- parties au contrat sont solidairement tenus du paie-
tionnelles ou légales de propriété, de jouissance de biens ment des droit dus, le non respect de cette obligation
immeubles et de fonds de commerce font l’objet de décla- entraînant des sanctions et pénalités que nous déve-
rations détaillées et estimatives qui sont déposées au loppons ci-dessous.
Centre des Impôts compétent dans les trois mois de
l’exercice fiscal en vigueur dans chaque Etat. » Les sanctions applicables en cas de violation
des obligations
Il en découle que lorsqu’un contrat de location n’est
pas écrit, il doit être déclaré dans un délai de 03 mois L’article 319 du code général des impôts prévoit qu’à
de l’exercice fiscal en vigueur. Au cas particulier, les défaut d’enregistrement ou de déclaration dans le
déclarations de location verbale d’immeubles doivent délai fixé par l’article 277 du code, le bailleur et le
être déposées au Centre des Impôts compétent, preneur sont tenus solidairement nonobstant toute
c’est-à-dire celui du lieu de situation de l’immeuble, stipulation contraire, au paiement d’un droit en sus,
au plus tard le 31 mars de l’année suivant celle de la égal au droit simple soit, en termes de pourcentage,
réalisation de l’opération. 100 % de pénalités dues.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 10


3 DECLARATION DE LOCATION VERBALE D’IMMEUBLE A USAGE
Bon à PROFESSIONNEL, COMMERCIAL OU INDUSTRIEL (SUITE)
s a v o i r

L’article L97 du code général des impôts prévoit éga- Dans ce cas de figure, les conséquences fiscales
lement que le contribuable qui, après une mise en seront la réintégration des charges correspondantes
demeure de déclarer, n’a pas souscrit sa déclaration dans l’assiette de l’impôt et son assujettissement à
fait l’objet d’une taxation d’office et sa cotisation est l’impôt sur les sociétés au taux de 38,5 % et à l’impôt
majorée de 100 %, ou de 150 en cas de récidive. En de distribution au taux de 16,5 %, ceci sans préjudice
outre, le paiement tardif de l’impôt entraîne l’applica- de pénalités d’assiette égale à 30 % (en cas de bonne
tion d’un intérêt de retard de 1,5 % par mois de foi) et de recouvrement (1,5 % par mois ou fraction
retard, le point de départ étant fixé : de mois de retard plafonné à 50 % du montant de
l’impôt dont le paiement a été différé.
au premier jour du mois qui suit celui de la réception
d’un AMR ; A noter qu’au cas où le locataire ne serait pas en
au premier jour suivant celui du dépôt légal de la mesure de décliner l’identité du bénéficiaire des
déclaration, tout mois commencé étant compté pour loyers, c’est le taux de 38,5 % qui serait appliqué en
un mois entier ; lieu et place de celui de 16,5 % au titre des revenus
au premier jour suivant celui de la date d’exigibilité distribués. Dans cette hypothèse le principal sera
légale. majoré d’une pénalité égale à 100 % du montant dû
Il convient de noter également que l’absence de non susceptible de transaction.
déclaration de location verbale peut aboutir à la qua-
lification d’inexistence du bail par l’administration fis- L’on notera néanmoins que ce risque est fort réduit
cale. En effet, pour n’avoir pas enregistré le bail, le fisc en pratique, dans la mesure où le preneur peut tou-
peut être fondé à rejeter les loyers correspondants jours apporter la preuve de l’occupation effective du
qui auraient été comptabilisés en charge pour la local objet du bail, et par conséquent, prouver l’effec-
détermination du résultat imposable au motif qu’ils tivité de la charge locative supportée.
ne sont pas justifiés.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 11


3 SANCTIONS APPLICABLES EN CAS DE DEPOT TARDIF DE
Bon à LA DECLARATION STATISTIQUE ET FISCALE (DSF)
s a v o i r

Conformément aux disposi- dispose d’un délai de 15 jours pour régulariser sa


tions combinées de l’article 4 situation, à compter de la réception d’une lettre de
du décret n°2004/073 du 5 avril relance valant mise en demeure de déclarer, le cachet
2004 portant application du de la poste ou le bordereau de décharge, en cas de
système comptable OHADA et remise en mains propres, faisant foi.
de la déclaration statistique et
fiscale des entreprises en Les sanctions encourues en cas de réparation de
République du Cameroun et cette omission dans le délai de 15 jours après mise
Par Laure Langue des articles 18 et 73 du code en demeure doivent être appréhendées suivant que
général des impôts, les entreprises assujetties au sys- le dépôt tardif de la Déclaration statistique et fiscale
tème comptable OHADA sont tenus de produire à (DSF) fait apparaître un impôt « Néant » (I.2) et sui-
la fin de chaque exercice et au plus tard le 15 mars vant que cette déclaration fait apparaître un impôt à
de l’exercice suivant une déclaration statistique et payer (I.1).
fiscale (DSF) conforme au système comptable
OHADA. I.I. Sanction en cas de dépôt tardif d’une
déclaration faisant apparaître un impôt «
Cependant, il peut arriver que pour diverses raisons, néant »
une entreprise ne soit pas en mesure de déposer sa
déclaration statistique et fiscale (DSF) dans le délai Par le passé, le non-dépôt après mise en demeure
sus- indiqué. d’une déclaration faisant apparaître un impôt néant
(article 99 ancien du CGI) donnait lieu à une amen-
Dans ce cas de figure, le Centre des impôts compé- de forfaitaire de 100 000 FCFA. Ce qui allait en
tent lui adresse une lettre de relance valant mise en contradiction avec l’article L29 aux termes duquel
demeure de déclarer. Dès réception de cette lettre était taxé d’office, les contribuables qui n’avaient pas
de relance (le cachet de la poste ou le bordereau de déposé dans le délai légal (et après mise en demeure
décharge en cas de remise en mains propres faisant de déclarer dans les quinze jours ouvrables suivant la
foi), l’Entreprise dispose d’un délai de 15 jours ouvra- réception d’une lettre de relance) les déclarations
bles pour régulariser sa situation, conformément à qu’ils sont tenus de souscrire en application du Code
l’article L 3 du Livre des procédures fiscales du CGI. Général des impôts parmi lesquelles la déclaration
statistique et fiscale (DSF).
Les sanctions applicables en la matière diffèrent sui-
vant que le dépôt tardif est intervenu avant l’expira- Désormais, la nouvelle rédaction de l’article L99 du
tion du délai de grâce prévu par l’article L3 du Livre Livre des Procédures Fiscales (LPF) tel qu’institué
des procédures fiscales (I) et suivant que le dépôt par la loi de finances 2008 punit d’une amende for-
est intervenu (ou n’est du tout pas intervenu) après faitaire de 100 000 FCFA le dépôt d’une déclaration
l’expiration du délai prescrit par la mise en demeure après mise en demeure ne faisant pas apparaître un
de déclarer (II). impôt à payer.

I. Les sanctions en de cas de dépôt interve- I.2. Sanctions applicable en cas de dépôt tardif
nant avant l’expiration du délai de grâce d’une DSF faisant apparaître un impôt à payer
prévu à de l’article L3 du CGI
Le code général des impôts n’envisage pas ce cas
Ainsi que nous l’avons rappelé ci-dessus, tout contri- expressément. C’est à travers le défaut ou le retard
buable qui s’est abstenu de souscrire sa déclaration de paiement prévu à l’article L106 du code général
statistique et fiscale dans les délais prévus par la loi des impôts et de l’article 99 nouveau dudit code

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 12


3 SANCTIONS APPLICABLES EN CAS DE DEPOT TARDIF DE
Bon à LA DECLARATION STATISTIQUE ET FISCALE (DSF) (SUITE)
s a v o i r

général des impôts tel qu’institué par la loi de finan- II. Sanctions applicables en de cas de non-
ces 2008 que les sanctions applicables à ce cas de dépôt après l’expiration du délai de régulari-
figure peuvent être appréhendées. sation prévu à l’article L3 du CGI

Il découle de l’article L106 du code général des Ainsi que nous l’avons rappelé ci-dessus et ceci
impôts que le dépôt tardif d’une déclaration faisant conformément aux dispositions de l’article L29 du
apparaître un impôt à payer est sanctionné par le Livre des procédures du code général des impôts,
paiement d’un intérêt de retard égal à 1,5 % par mois sont taxés d’office les contribuables qui n’ont pas
ou fraction de mois de retard appliqué sur le mon-
déposé dans le délai légal et après expiration du délai
tant de l’impôt dont le paiement a été différé. Le
de 15 jours ouvrables prévu à l’article L3 du Livre
point de départ de computation de délai des intérêts
des procédures fiscales, les déclarations qu’ils sont
de retard est fixé :
tenus de souscrire en application du code général
Au premier jour du mois qui suit celui du dépôt légal des impôts en leur qualité de redevable.
de la déclaration, tout mois commencé étant comp-
té pour un mois entier ; Bien entendu, le montant des impôts dus établi par la
taxation d’office (qui dans ce cas de figure ne pourra
Au premier jour du mois qui suit celui de la date être contesté que dans le cadre d’une procédure
d’exigibilité, contentieuse) sera assorti d’une pénalité de recou-
vrement égal à 1,5 % par mois ou fraction de mois de
Etant précisé que le point d’arrivée du calcul de l’in- retard dudit montant, tout mois commencé étant
térêt de retard est fixé au dernier jour du mois du
compté pour un mois entier.
paiement.

A noter s’agissant du cas particulier de la TVA que le


L’on notera pour mémoire que le paiement de l’inté-
non-dépôt d’une déclaration donnant lieu à taxation
rêt de retard ne dispense pas, de notre point de vue
et par souci d’équité fiscale, le contribuable défaillant d’office (dans la mesure où le montant annuel de la
du paiement de l’amende de 100 000 FCFA, notam- TVA définitivement due est établi au tableau 27 de la
ment lorsque le dépôt tardif de la déclaration inter- DSF), entraîne la perte du droit à déduction et du
vient après la mise en demeure de déclarer prévue à crédit de TVA se rapportant à la période antérieure
l’article L3 du code des impôts. (article L103 du CGI).

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 13


3 LE SORT DES CREDITS D’IMPOTS EN MATIERE D’IMPOT SUR LE REVENU
(IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS - IS - ET IMPÔT SUR LE REVENU DES
Bon à PERSONNES PHYSIQUES - IRPP)
s a v o i r

La fin du premier trimestre de respectivement par des contribuables relevant du


l’exercice est la période à régime du réel, du régime de base ou par les expor-
laquelle les contribuables doi- tateurs des produits de base et les exploitants des
vent effectuer leur déclaration stations services), est acquitté spontanément par un
des résultats de l’exercice versement unique au plus tard le 15 mars.
écoulé et procéder au paie-
ment du solde de l’impôt défi- De ces dispositions, il ressort que les acomptes de
nitif dû. 1,1 %, de 0,55 % ou de 1,65 % du chiffre d’affaires sui-
vant les cas ainsi que de la retenue de 5 % sur les
Yves Bruno Moukory Au cours de la détermination loyers perçus le cas échéant, constituent des acomp-
du montant de l’impôt à payer, tes à faire valoir sur l’impôt définitivement dû.
il peut s’avérer que l’entreprise soit en situation de
crédit d’impôt. Une entreprise étant en situation de Dans ces conditions, la question est celle de savoir le
crédit d’impôt lorsque la somme des acomptes et sort réservé au trop perçu d’impôt lorsque en fin
retenues à la source opérés au cours de l’exercice et d’exercice, le montant des acomptes est supérieur à
constituant des acomptes sur l’impôt définitif dû, est l’impôt définitivement dû.
supérieur au montant de l’impôt dû.
La réponse à cette interrogation était donnée jusqu’à
L’objet de ce flash est de rappeler, compte tenu de la l’avènement de la loi de finances pour l’exercice 2008
nouvelle rédaction de l’article 21 du code général par les alinéas 4 et 2 paragraphe 4 des articles 21 et
des impôts tel que modifiée par la loi de finances 91 du code général des impôts.
pour l’exercice 2008, quel est le sort des crédits
d’impôts résultant de la constatation d’un trop payé Aux termes de ces alinéas, « les trop-perçus font
du fait que les avances consenties au titre d’acomp- l’objet d’une imputation sur les acomptes futurs. En
tes sur impôt et notamment l’acompte de 1,1 % du cas de cessation d’activité, ils sont remboursés».
chiffre mensuel est supérieur à l’impôt définitivement
dû. Or, après la loi de finances pour l’exercice 2008, l’ali-
néa 4 de l’article 21 du CGI n’a pas été repris par la
Pour mémoire, il ressort des dispositions des articles nouvelle rédaction de sorte que l’on est en droit de
21 et 91 du code général des impôts en ce qui se poser la question s’il s’agit d’une simple omission
concerne respectivement l’impôt sur les sociétés et ou d’une suppression.
l’impôt sur les bénéfices artisanaux, industriels et
commerciaux, les bénéfices agricoles et les bénéfices Nous avons à ce propos saisi la Division de la légis-
non commerciaux, que l’impôt sur le revenu est lation fiscale de la Direction Générale des Impôts qui
acquitté de la manière suivante : nous a fait savoir qu’il s’agissait simplement d’une
omission qui a par ailleurs déjà été corrigée dans le
Un acompte représentant 1,1% centimes commu- cadre du Code général des impôts 2008 produit par
naux compris du chiffre d’affaires réalisé au cours de leur service qui sera bientôt mis à la disposition des
chaque mois est payé au plus tard le 15 du mois sui- contribuables.
vant. Ce taux est de 0,55% pour les exploitants des
stations services sur leurs ventes de produits pétro- En d’autres termes, les trop-perçus dégagés en fin
liers et de 1,65 % centimes communaux compris du d’exercice continuent d’être imputés sur les acomp-
chiffre d’affaires trimestriel réalisé par les contribua- tes futurs sous le contrôle et l’encadrement de
bles relevant du régime de base (article 91 nouveau l’Administration.
du code des impôts) ;
Nous rappelons que par acomptes futurs, il faut
L’impôt calculé conformément aux articles 17 et 69
entendre, au sens de la loi, les acomptes dus à comp-
du code des impôts par le contribuable est diminué
ter de la réalisation du chiffre d’affaires du premier
du montant des acomptes payés au cours de l’exer-
cice. Le solde, déduction faite le cas échéant des pré- mois ou du premier trimestre de l’exercice suivant
comptes sur achats (dont les taux sont de 1 %, de 1,5 celui de la clôture de l’exercice au cours duquel ces
%, ou de 0,5 % suivant que ces achats sont effectués trop-perçus ont été constatés.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 14


436
PAGE SPECIALE RELATIVE AUX OBLIGATIONS
Intégrale
Rappel JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE SPECIFIQUES AU
Obligations
des obligations
duetmois
fiscales sociales
Spécifiques MOIS DE MARS 2008

TYPE D'OBLIGATION CONTENU ECHEANCE

Mars 15 Mars 31

FISCALE DECLARATION DES RESULTATS OBTENUS PAR LES Conformément aux


ENTREPRISES AU COURANT DE L’EXERCICE 2007 PAR LE dispositions des articles
Articles 18, 21, 73, 74 et DEPOT D’UNE DSF ET PAIEMENT DU SOLDE D’IMPOT DU L3 et L97 du Livre des
91du code général des procédures fiscales, tout
impôts Les contribuables sont tenus de souscrire une déclaration des résultats contribuable qui s’est
obtenus dans leur exploitation au plus tard le 15 mars. abstenu de souscrire sa
déclaration dans les délais
A noter que la DSF diffèrera en fonction du régime d’imposition du prévus par la loi fait l’objet
contribuable. En effet, l’article 18 du code général des impôts qui vise les d’une lettre de relance
entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés (qui sont toutes au régime valant mise en demeure
du réel), renvoie à une déclaration établie suivant le plan comptable de déclarer. Il dispose
OHADA qui correspond à la DSF suivant le régime normal. L’article 73 du alors d’un délai de (15)
code général des impôts tel qu’issu de la loi de finances pour 2006 et qui jours pour régulariser sa
concerne les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu des personnes situation, à compter de la
physiques, prévoit que les DSF souscrites par les contribuables relevant réception de la lettre, le
des trois régimes d’imposition existant en matière d’IRPP (régimes de cachet de la poste ou le
base, simplifié et du réel) doivent être établies conformément aux règles bordereau de décharge,
fixées par le système comptable OHADA qui sont en cas de remise en mains
les suivantes : propres, faisant foi. A
défaut et sans préjudi-
- DSF selon le système normal pour les contribuables relevant du régime ce des sanctions sus-
du réel (même système que pour les sociétés soumises à l’IS) ; ceptibles de s’appli-
- DSF selon le système allégé pour les contribuables quer, les bases d’impo-
relevant du régime simplifié ; sition peuvent être
- DSF selon le système minimal de trésorerie pour les contribuables rele- déterminées d’office
vant du régime de base. par l’administration
fiscale. De plus l’article
L99 nouveau LF 2008
La déclaration doit être accompagnée du paiement en un ver- prévoit une amende
sement unique du solde d’impôt sur les sociétés dû déterminé forfaitaire égale à cent
par imputation du montant des acomptes payés au cours de mille (100 000) francs
l’exercice, sur le montant total d’impôt obtenu par application le dépôt après mise en
du taux de l’IS sur le montant du résultat fiscal réalisé par la demeure, d’une décla-
société. ration faisant apparaît-
re un impôt néant.

L’article 106 du Livre


des procédures fiscales
prévoit que le paie-
ment tardif de l’impôt
entraîne l’application
d’un intérêt de retard
de 1,5% par mois de
retard, à compter du
premier jour qui suit
celui du dépôt légal
d’une déclaration, tout
mois commencé étant
compté pour un mois
entier.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 15


3
Obligations
Spécifiques
TYPE D'OBLIGATION CONTENU ECHEANCE

Mars 15 Mars 31

FISCALE DECLARATION DES HONORAIRES ET COMMISSIONS Déclaration à effectuer


au plus tard le 15 mars
(Article 101 nouveau du Avant le 15 mars de chaque année ou un mois avant le départ du
code général des impôts) Cameroun de son personnel salarial, tout chef d’entreprise est tenu de L’absence de déclara-
produire, sous forme de bulletin individuel par bénéficiaire dont le modè- tion des sommes visées
le est fourni par les services des impôts, la déclaration des sommes ci- à l’article 101 ; après
après versées au cours de l’année fiscale écoulée, c'est-à-dire au courant une mise en demeure
de l’exercice 2007 : de déclarer conformé-
- appointements et leurs accessoires de toutes sortes versés à chacun des ment aux dispositions
membres de son personnel ; du Livre des Procédures
- sommes diverses dépassant 250 000 FCFA versées à des tiers à titre de Fiscales entraîne la
commissions, courtage, ristournes, honoraires, vacations, droits d’auteurs perte du droit de les
ou d’inventeurs et autres rémunérations occasionnelles ou non ; porter en charges pour
- listing des achats par fournisseur avec mention de leur numéro d’identi- la détermination du
fication et le montant des achats de l’exercice. résultat de l’entreprise.
Art 103 nouveau (LF
2008).

FISCALE RENOUVELLEMENT DU DROIT DE TIMBRE SUR LES AUTO- Ce droit est annuel et
MOBILES (VIGNETTES AUTOMOBILES) la période d’imposition
Article 594 à 603 du code s’étend du premier jan-
général des impôts Ce droit est dû pour les véhicules automobiles et les engins à moteur à vier de chaque année
deux roues en circulation sur le territoire camerounais. au 31 décembre de la
même année. Il est exi-
Les taux, en tenant compte de la puissance administrative des engins gible au premier jour
concernés sont les suivants : de la période d’imposi-
tion, soit le 1er janvier.
Motocyclette ………………………………2 000 francs CFA A noter qu’exception-
Véhicules de 2 CV à 8 CV……………… 15 000 francs CFA nellement, une note de
Véhicules de 8 CV à 13 CV……………… 25 000 francs CFA la Direction Générale
Véhicules de plus 13 CV…………………100 000 francs CFA des Impôts a fixé la
date d’exigibilité de
cette taxe, au 1er
février 2008.

ACQUITTEMENT DE LA TAXE FONCIERE SUR LES PRO- La taxe foncière est


FISCALE PRIETES IMMOBILIERES DUES AU TITRE DE L’EXERCICE exigible le 1er janvier
2007 de l’année d’imposition,
Articles 577 à 584 du code mais la date limite de
général des impôts La taxe foncière sur les propriétés immobilières est due sur les propriétés paiement de cette taxe
immobilières, bâties ou non, situées : est fixée au 15 mars de
l’année suivant celle de
- dans les chefs lieux d’unités administratives, dans les agglomérations l’imposition.
bénéficiant des infrastructures ou des services urbains ci-après : réseaux
de voies carrossables ou bitumées, d’adduction d’eau, d’électricité et/ou de Les sanctions indiquées
téléphone, ci-dessus en matière de
paiement tardif de l’im-
par toute personne physique ou morale propriétaire, de fait ou de droit, pôt sont également
sous réserve des exonérations prévues par l’article 578 du code général applicables ici.
des impôts.

La base d’imposition de cette taxe est constituée par la valeur des terrains
et des constructions telle que déclarée par le propriétaire.A défaut ou en
cas de minoration, la valeur de l’immeuble est déterminée par l’adminis-
tration fiscale, conformément au décret n°2006/3023/PM du 29 décembre
2006 fixant les modalités d’évaluation administrative des immeubles en
matière fiscale.

Déclaration à faire à
FISCALE DECLARATION DES BAUX NON CONSTATES PAR UN
compter du 1er janvier
ECRIT
jusqu’au 31mars
(Article 277 du code général
des impôts) A défaut de conventions écrites les constatant, les mutations entre vifs
ainsi que les prorogations conventionnelles ou légales de propriétés, de
jouissance de biens immeubles et de fonds de commerce font l’objet de
déclarations détaillées et estimatives qui sont déposées au Centre des
impôts compétent dans les trois premiers mois de l’exercice fiscal

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 16


44
Rappel
Rappel
desobligations
des obligations
Rappel des obligations
fiscalesetetsociales
fiscales sociales
Juridiques, Fiscales et Sociales

CALENDRIER ECHEANCES
DES OBLIGATIONS FISCALES ET SOCIALES
A REMPLIR AU MOIS DE MARS 2008
ECHEANCES FIXES

IMPOTS - TAXES - COTISATIONS - DECLARATIONS (1) Mars 15 Mars 31

ACOMPTES DE L'IMPOT SUR LE REVENU

Versement de l'acompte de 1,1 % de l'IS -BIC-BA-BNC après déduction, le cas échéant, du pré-
compte de 1% sur les achats et les importations effectués par les commerçants en vue de la revente en
l'état :

- de 1,1 % pour les entreprises forestières détentrices de la carte de contribuable et 5,5 % pour les
entreprises forestières non détentrices de la carte de contribuable (loi de finances 2007)

- de 0,55 % pour les exploitants de stations services sur les ventes de produits pétroliers ;

- de 1,65 % CAC inclus pour les entreprises soumises au régime de base (loi de finances pour 2006)

Règlement du prélèvement de 1 % sur les achats et les importations effectués par les commerçants en
vue de la revente en l'état.

Ce taux est de 0,5 % pour les exploitants de stations services à l'occasion de leurs opérations d'achats de
produits pétroliers ainsi que pour les exportations de produits de base.

SOLDE D’IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

Règlement du solde d’IS dû au titre de l’exercice 2007. La déclaration des résultats obtenus par les entre-
prises au courant de l’exercice 2007, qui s’effectue par le dépôt d’une déclaration statistique et fiscale
(DSF), doit être accompagnée du paiement en un versement unique, du solde d’impôt sur les sociétés dû
déterminé par imputation du montant des acomptes payés au cours de l’exercice, sur le montant total
d’impôt obtenu par application du taux de l’IS sur le montant du résultat fiscal réalisé par la société.

DECLARATION DES HONORAIRES ET COMMISSIONS Déclaration à effectuer au


plus tard le 15 mars
Déclaration des sommes ci-après versées au cours de l’année fiscale écoulée, c'est-à-dire au courant de
l’exercice 2007 :
- appointements et leurs accessoires de toutes sortes versés à chacun des membres de son personnel ;
- sommes diverses dépassant 250 000 FCFA versées à des tiers à titre de commissions, courtage, ristour-
nes, honoraires, vacations, droits d’auteurs ou d’inventeurs et autres rémunérations occasionnelles ou non
;
- listing des achats par fournisseur avec mention de leur numéro d’identification et le montant des achats
de l’exercice.

T.V.A.
Paiement de la TVA sur le chiffre d’affaires réalisé au cours du mois de février 2008 et du
solde de la TVA éventuellement due suite aux régularisations de fin d’exercice.

Déclaration " néant " en l'absence de chiffre d'affaires taxable

Paiement des droits d'accises

IMPOTS SUR SALAIRES


Versement des impôts sur salaires au moyen du DIPE
- L'Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) ;
- Centimes additionnels communaux ;
- Taxes communales.

Redevance CRTV

Versement de la contribution au Crédit Foncier (CFC) et de la Contribution au Fond


National de l'Emploi - part patronale et salariale - (FNE)
Déclaration et paiement à
effectuer au plus tard le 15
Taxe foncière (article 577 à 584 du CGI tels qu’issus de la loi de finances pour 2006) mars 2008

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 17


4 IMPOTS - TAXES - COTISATIONS - DECLARATIONS
Rappel Mars 15 Mars 31

des obligations IMPOTS - TAXES - COTISATIONS DIVERSES


fiscales et sociales

Droit de timbre sur la publicité par véhicules munis de hauts parleurs.

Paiement de la redevance sur la production des eaux de source, des eaux minérales et des
eaux thermo minérales

Timbre sur le certificat d'immatriculation des appareils de jeux de hasard et de divertisse-


ment.

Paiement de la taxe sur les jeux de hasard et de divertissement à l'aide d'un imprimé spé-
cial.

Paiement de la taxe à l'extraction des produits de carrière.

Versement de la taxe spéciale sur les produits pétroliers (TSPP).

COTISATIONS SOCIALES

Versement des cotisations sociales CNPS au moyen du DIPE :

- - Accidents du travail et maladies professionnelles


- - Allocations familiales
- - Pension vieillesse - Décès - Invalidité ;

Versement des cotisations syndicales

COTISATIONS A ECHEANCES VARIABLES

DROITS D'ENREGISTREMENT
1 mois s'agissant des actes
notariés ou des conventions
Baux (50 % Receveur des impôts) avec l'Etat
(50 % Receveur Municipal) 3 mois pour les actes sous
seing privé
Marchés, Actes, Conventions

En application des articles 342-10, 343-5 et 543 c et des derniers alinéas du code général des
impôts, les marchés et commandes publics payés sur les budgets de l'Etat, des collectivi-
tés territoriales décentralisées, des établissements publics administratifs doivent être
enregistrés :

- au taux de 5 % lorsque leur montant est inférieur à 5 000 000 de FCFA ;

- et au taux de 2 % lorsque leur montant est supérieur ou égal à 5 000 000 de FCFA

Conformément aux dispositions de la loi de finances pour 2007, les marchés et com-
mandes publics payés sur les budgets des entreprises publiques et parapubliques sont
désormais dispensés de la formalité d'enregistrement, quel que soit leur montant.

N.B. : L'article 546-B-4 du code général des impôts exempte des droits d'enregistrement
les cessions d'actions, de parts et d'obligations de sociétés effectuées sur le marché
boursier national

Sont également exempts de la formalité d'enregistrement, les conventions de comptes


courants, y compris les comptes courants d'associés (loi de finances 2007)

TSR applicable sur certains revenus servis aux personnes domiciliées hors du Cameroun Au plus tard le 15 du mois
suivant celui du paiement
après le paiement ou la comptabi-
lisation en charges déductibles, l'é-
vénement intervenant en premier
étant pris en compte. Nous signa-
lons que l'inscription en compte
courant vaut paiement.
IRCM (Impôt sur les Revenus des Capitaux Mobiliers) 15 jours après le paiement étant
entendu que l'inscription en
compte courant vaut paiement

Paiement de la retenue de 5 % sur les loyers d'immeubles versés Au plus tard, le 15 du mois
(Sont exclusivement concernés, les loyers versés par les Administrations et Etablissements qui suit le paiement effectif de
loyer
publics, les personnes morales et les entreprises individuelles relevant du régime du réel ou
du régime simplifié à des entreprises et autres personnes physiques ne relevant pas du
régime du réel imposition)
Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 18
4 IMPOTS - TAXES - COTISATIONS - DECLARATIONS
Rappel Mars 15 Mars 31

des obligations Dans les deux mois suivant le


fiscales et sociales Patente1 et licence sur activités nouvelles début de l'exercice pour les renou-
vellements exclusion faite des
entreprises nouvelles qui sont exo-
nérées pour les deux premières
années de leur exploitation
(art.162 bis LF 2008.

Renouvellement du droit de timbre sur les automobiles (vignette automobile) A compter du 1er février 2008
1 mois à compter de la date
Déclaration des produits imposables en cas de cession ou cessation d'activités de la cession ou de la cessation
d'activités (Art. 94 à 98 du GGI)

Déclaration salaires, des honoraires, commissions, courtages, et autres sommes versées à 15 mars au même moment que
des tiers d'un montant annuel supérieur à 250 000 FCFA ainsi que du listing des fournis- pour le dépôt de la DSF (LF 2008)
seurs avec mention de leur NIU et le montant des achats de l'exercice

Dans les 5 jours de l'entrée au


Taxe à l'essieu des véhicules immatriculés à l'Etranger Cameroun

Taxe d'assainissement sur le déversement des eaux usées (décret Déclaration portant la mention "
néant ", à déposer auprès du
du 29 août 2005 précisant les règles d'assiette, de recouvrement et de contrôle de la taxe
Programme de Sécurisation des
d'assainissement et de la redevance de Recettes des Mines, de l'Eau et de
prélèvement des eaux) l'Energie, située à la Direction
Générale des Impôts, avec une
copie au Ministère de l'Eau et de
l'Energie, si aucune opération de
déversement n'a été effectuée au
courant du mois de janvier 2008

1 - Depuis l'exercice 2004, la redevance audio-visuelle sur patente n'est plus un acompte sur l'impôt définitivement dû pour
tout contribuable patentable et est devenue une charge déductible de la base imposable à l'IRPP et à l'IS.

N.B. : Depuis la loi de finances pour l'exercice 2005, le paiement des impôts et taxes dont le montant est supé-
rieur à 200 000 FCFA doit être effectué par chèque certifié.Toutefois la loi de finances pour 2007 prévoit que
pour les entreprises relevant d'une unité de gestion spécialisée le paiement des impôts et taxes est effectué
exclusivement par virement bancaire (DGE) ou par chèque certifié (autres unités).

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 19


4
CALENDRIER DETAILLE DES OBLIGATIONS
Rappel FISCALES ET SOCIALES
des obligations
fiscales et sociales
A REMPLIR AU MOIS DE MARS 2008

DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS


LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS -Acompte IS - BIC - 1,1 % du chiffre d'affai- Versement spontané 100 % à l'ordre du
BNC - BA (L.F. 98/99) res réalisé au cours Chèques certifiés au : Receveur des Impôts
du mois précédent
déduction faite le cas - Receveur des Impôts - Insuffisance de déclara-
échéant du prélève- - Receveur Municipal tion
ment de 1% sur les - Agent FEICOM (Art. L95 nouveau et L96 du
LPF)
achats et les importa-
tions effectués par les
1,5 % par mois ou fraction
commerçants en vue Reversement spontané de mois plafonné à 50 %
de la revente en l'état au poste comptable de des droits compromis,
rattachement pour le majoré de :
A noter que le taux compte des fournisseurs
de 1,1 % ci-dessus par les personnes - 100 % des droits dus en
est également appli- publiques cas de mauvaise foi ;
cable aux entrepri-
ses forestières - 150 % en cas de manœu-
détentrices de la vres frauduleuses du contri-
carte de contribua- Répartition des buable.
ble lors de leurs chèques :
opérations d'achat 30% en cas de bonne foi
de bois en grumes - Principal : Receveur (Art. L96) (nouveau LF
2008)
(LF 2007) et est des Impôts
porté à 1,65 % CAC
Le point de départ du
inclus pour les - Centimes Communaux décompte des intérêts est
contribuables qui (Voir annexe n° 6) le jour qui suit celui du
sont soumis au régi- dépôt légal de la déclaration
me de base (LF. N.B : Pour les entrepri- jusqu'au dernier jour du
2006) ses relevant de la mois de la notification.
Division des Grandes
- Acompte d'IS- BIC Entreprises les paiements - Absence de déclaration
dû par les exploitants 0,55 % du chiffre se font par virement ban- après mise en demeure
des stations services d'affaires réalisé au caire au profit de la (Art. L96 à L 100 du LPF)
Art. 21 et 91 du CGI. cours du mois précé- Division des Grandes Taxation d'office majorée
dent déduction faite du Entreprises, pour les de 100 % du montant des
précompte de 0,5 % entreprises relevant des droits compromis ou de
des achats de produits autres unités de gestion 150 % en cas de récidive ;
pétroliers spécialisée le paiement se
Déclaration après mise
fait par chèque certifié
en demeure
(LF 2007)
- Acompte IS-BIC- Amende forfaitaire de 100
BNC-BA retenu à la 000 FCFA en cas de non-
source par l'Etat, les dépôt d'une déclaration fai-
collectivités territo- 1,1 % du chiffre d'affai- sant apparaître un impôt
riales décentralisées, res réalisé au cours du néant.
les établissements mois précédent avec
publics administratifs les personnes - Défaut ou retard de
(art.21-2 LF 2008) publiques paiement :

(Art. L106 du LPF)

majoration de 1,5 % par


mois de retard à compter :

du 1er jour suivant celui


- Paiement du solde du dépôt légal de la déclara-
d’IS dù au titre de tion non accompagnée de
l’exercice 2007 (Art. paiement ou sur la fraction
21-3 du CGI excédant un paiement par-
tiel ;

du 1er jour du mois qui


suit celui de la réception
d'un avis de mise en recou-
vrement ;

du 1er jour suivant celui


de la date légale d'exigibilité.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 20


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Taxe sur les produits 120 FCFA/litre : Déclaration en 4 exem- 100 % à l'ordre du
pétroliers Essence Super plaires sur imprimés spé- Receveur des Impôts
ciaux délivrés par la
Retenue à la source par 65 FCFA/litre : Gasoil Direction Générale des - Insuffisance de
la SONARA lors de la Impôts déclaration
livraison des produits
taxables ou acquittée Achats réalisés au Versement spontané à la (Mêmes sanctions qu'en
directement par la per- cours du mois caisse du comptable du matière de TVA)
sonne morale ou phy- de février 2008 Trésor pour la part reve-
sique qui réalise l'impor- nant au Trésor Public
tation des produits taxa- - Absence de déclara-
bles 50 FCFA par litre : tion après mise en
Essence, Super demeure ;
(Art 233 à 238 du CGI)
20 FCFA par litre : gasoil (Voir sanctions en
matière de T.V.A.)
Versement par le
Receveur des impôts - Défaut ou retard de
dans le compte spécial " paiement
fonds routier " ouvert à
la BEAC pour la part (Sanctions identiques à
correspondant à la rede- celles prévues en matière
vance d'usage de la de TVA)
route.

70 FCFA par litre :


Super

45 FCFA par litre :


gasoil

(Article 234 de la LF
2008)

N.B. : La caution bancai-


re exigible dans la procé-
dure d'exportation des
produits pétroliers est
destinée à garantir le
recouvrement de l'en-
semble des droits et
taxes exigibles notam-
ment la TSPP et la TVA, à
l'exclusion des droits de
douane qui sont préala-
blement acquittés.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 21


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
fiscales et sociales
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Taxe sur la Valeur 19,25 % : taux nor- Versement spontané au 100 % Receveur des
Ajoutée mal (Art. 142 nou- Receveur des impôts Impôts
veau du CGI)
- TVA - Insuffisance de
(L.F. 98/99) 0 % : taux zéro Déclaration en deux déclaration :
(Art. 125 à 153 du CGI) exemplaires sur des 1,5 % plafonné à 50 %
5,5 % : pour CICAM imprimés délivrés par des droits compromis
l'Administration fiscale. (Art L95) plus majoration
(CAC au taux de 10 % de 100 % en cas de mau-
inclus) vaise foi, de 150 % en cas
Déclaration "NEANT" si de manœuvre frauduleu-
La TVA collectée au au cours du mois de se (Art L 96), de 30% en
mois de février 2008 février 2008 aucune opé- cas de bonne foi.
moins la TVA d'amont ration taxable n'a été - Absence de déclara-
du mois de janvier réalisée. tion après mise en
2008 demeure
Répartition des (Art. L96 à L 100 du LPF)
chèques : - Taxation d'office majo-
rée de 100 % du montant
- Principal : Receveur des droits compromis ou
des Impôts ; de 150 % en cas de réci-
dive ;
- Centimes - Déclaration après
Communaux (Voir mise demeure
annexe n° 6) - Amende forfaitaire de
100 000 FCFA en cas de
dépôt d'une déclaration
N.B : Pour les entreprises faisant apparaître un
relevant de la Division impôt néant.
des Grandes Entreprises,
les paiements doivent - Absence de facture,
être exécutés par vire- facture inexacte, faus-
ment bancaire au profit se facture
de la Division des Amende égale à 100 %
Grandes Entreprises. de la valeur de la trans-
Pour les entreprises rele- action avec un minimum
vant des autres unités de de 100 000 FCFA
gestion spécialisées, le (Art. L 102 du LPF)
paiement se fait par - Absence d'indication
chèque certifié (LF 2007) du numéro d'identi-
fiant unique
Perte du droit à déduc-
tion de la TVA mention-
née sur cette facture
(Art.L101 du LPF)

- Sanctions
particulières

- Perte du droit à
déduction et du crédit de
TVA se rapportant à la
période antérieure en cas
de non dépôt de déclara-
tion donnant lieu à taxa-
tion d'office (Art. L103 à
L105 du LPF)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 22


4
Rappel
des obligations DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
fiscales et sociales
LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT

Amende forfaitaire fixe


de 5 000 000 de
FCFA assortie d'une
astreinte de 100 000
FCFA par jour de retard,
au-delà des délais indi-
qués sur la demande en
cas d'opposition au droit
de communication ou à
l'avis à tiers détenteur,

- Défaut ou retard de
paiement

(Art.L106 nouveau du
LPF)

majoration de 1,5 % par


mois ou fraction de mois
de retard à compter du :

1er jour du mois du


dépôt légal de la déclara-
tion non accompagné de
paiement ou sur la frac-
tion excédant un paie-
ment partiel ;
1er jour du mois qui
suit celui de la réception
d'un avis de mise en
recouvrement ;
1er jour suivant celui
de la date légale d'exigibi-
lité.

(Art.L106 nouveau du
LPF)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 23


4
Rappel
des obligations DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
fiscales et sociales
LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT

15 MARS - TVA retenue à la sour- 19,25 % : taux nor- Reversement spontané à 100 % à l'ordre du
ce lors du règlement des mal la Recette des Impôts ou Receveur des Impôts
factures de leurs fournis- (Art. 142 nouveau au poste comptable de
seurs par l'Etat, les du CGI) rattachement Mêmes sanctions que ci-
Administrations par les personnes dessus.
publiques dotées d'un Publiques
budget annexe, les col-
lectivités territoriales Répartition des
décentralisées, les éta- Montant des factures chèques :
blissements publics admi- fournisseurs du mois
nistratifs (LF 2008) précédent - Principal : Receveur
des Impôts ;

- Centimes Communaux
(Pour les entreprises
relevant de la DGE, voir
notre annexe n° 6

- Droit d'accises 25 % des biens vendus Versement au receveur 100 % au profit du


ou importés au cours des impôts. Receveur des Impôts
du mois précédent.
Sanctions identiques en
12,5 % s'agissant de 100 % au profit du matière de TVA.
véhicules de touris- Receveur des Impôts.
me d'une cylindrée
supérieure ou égale
à 2000 cm3

NB : Pour le cas spéci-


fique des tabacs, le
montant du droit d'ac-
cises résultant de l'ap-
plication du taux de
25% ci-dessus ne peut
être inférieur à 2 600
FCFA pour 1000 tiges
de cigarettes.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 24


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Impôts sur les salaires Taux déterminés selon DIPE - Insuffisance de
le barème en annexe 2 déclaration
-Impôt sur le revenu (hors CAC, déduction Etablissement des feuilles (Art. L95 et L96 du LPF)
des personnes phy- forfaitaire de 30 % (coupons rose et vert) 1,5 % par mois ou frac-
siques au titre des au titre des frais pro- correspondant aux salai- tion de mois plafonné à
traitements, salaires, fessionnels et 2,8 % au res du mois et envoi au 50 % des droits compro-
pensions et rentes titre de la cotisation Receveur des Impôts de mis, plus majoration de :
viagères retraite obligatoire, pla- la localité. - 100 % des droits dûs en
(Art. 30 à 34, fonné à 8400 FCFA par cas de mauvaise foi ;
art. 69, 74, art. 81 à 84 mois, ainsi que l'abat- Versement spontané au - 150 % en cas de
du CGI) tement de 500 000 Receveur des Impôts de manœuvres frauduleuses
FCFA à mensualiser, la localité (Chèque certi- du contribuable
Dispense de retenue lorsque le contribuable fié) - 30% en cas de bonne
d'IRPP sur les salaires de ne dispose que de trai- foi (art. 196 nouveau LF
moins de 62 000 FCFA tements et salaires), 2008)
brut par mois (article 81 applicable sur le mon-
alinéa 2 du CGI et note tant des salaires bruts DIPE (coupons rose et Le point de départ du
explicative n° 6599 du du mois précédent vert) décompte des intérêts
1er décembre 2005 sur majorés des avantages est le jour qui suit celui
l'utilisation du barème) en nature et en espè- du dépôt légal de la
ces (les avantages en déclaration jusqu'au der-
nature sont estimés nier jour du mois de la
forfaitairement selon notification.
les taux en annexe 3). - Absence de déclara-
tion après mise en
Répartition des demeure
chèques (CUD) : (Art. L96 à L 100 du LPF)
Taxation d'office majo-
Receveur des Impôts rée de 100 % du montant
10 % CAC ] des droits compromis ou
de 150 % en cas de réci-
dive.
TC + 14 % CAC ] - Déclaration après
Receveur municipal mise demeure
Amende forfaitaire de
-Centimes addition- 100 000 FCFA en cas de
nels communaux (Art. 10 % du montant de 76 % CAC Agent FEI- dépôt d'une déclaration
195 CGI) l'impôt sur le revenu COM faisant apparaître un
des personnes phy- impôt néant.
siques au titre des trai- N.B : Pour les entreprises
tements, salaires, pen- relevant de la Division - Défaut ou retard de
sions et rentes viagères des Grandes Entreprises, paiement :
(art. 71 du CGI). les paiements se font par (Art.L106 nouveau du
virement bancaire au LPF) majoration de 1,5 %
profit de la Division des par mois ou fraction de
Grandes Entreprises. mois de retard à comp-
Pour les entreprises rele- ter du 1er jour :
vant des autres unités de
gestion spécialisées, le suivant celui de la
-Taxe communale Selon barème des paiement se fait par date légale d'exigibilité
(Loi 74/23 du 5 décemb- taxes de la commune chèque certifié (LF 2007)
re 1974) où est située chaque suivant celui du dépôt
société légal de la déclaration

du mois qui suit celui


de la réception d'un avis
de mise en recouvrement

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 25


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Contribution au 1,5 % à la charge de - Déclaration en deux - Insuffisance de
Crédit Foncier l'Employeur ; exemplaires à l'aide du déclaration :
(Loi 77/10 du carnet à souche ; intérêt de 1 % sur les
13/07/1977) 1 % à la charge de - Versement (chèque sommes non payées si la
l'Employé ; certifié) au Directeur des bonne foi du redevable
Impôts ; est établie ou présumée
Salaires bruts, indemni- - Dépôt d'un état récapi- dans le cas contraire, les
tés et émoluments du tulatif au Centre des droits compromis sont
mois précédent y impôts. majorés de 50 % et
compris les avantages même de 100 % en cas
en nature déterminés de manœuvres frauduleu-
de manière forfaitaire N.B : Pour les entreprises ses (art. 11 de la loi n°
relevant de la Division 77-10 ).
NB : Pour la détermi- des Grandes Entreprises,
nation de la part à la les paiements se font par - Défaut de verse-
charge des employeurs, virement bancaire au ment des sommes
les avantages en nature profit de la Division des retenues sur les salai-
sont pris en compte Grandes Entreprises. res : Pénalité de 25 %
pour leur montant Pour les entreprises rele- et intérêt
réel. vant des autres unités de de retard de 10 % par
gestion spécialisées, le mois, plafonné à 100 %
paiement se fait par avec un minimum de 1
chèque certifié (LF 2007 000 FCFA..

- Défaut de versement
de la cotisation patronale :
Pénalité de 25 %.

Contribution au 1% exclusivement à la Mêmes modalités de Mêmes sanctions qu'en


Fonds National pour charge de l'Employeur. déclaration et de verse- matière de contribution
l'Emploi ment que le Crédit au Crédit Foncier.
(Loi 77/10 du 13/07/1977 Les bases sont les Foncier.
modifiée par la loi n° mêmes que pour la
90/050 du 19/12/1990) contribution patronale
au Crédit Foncier

RAV sur salaires (Voir barème : Annexe Mêmes modalités de Mêmes sanctions qu'en
1), assis sur le montant déclaration et de verse- matière de contribution
- Ordonnance brut des salaires per- ment que le Crédit au Crédit Foncier.
N°89/004 du 12 çus. Foncier.
décembre 1989, por-
tant institution d'une
redevance audio-
visuelle

- Circulaire n°
22/MINFI/DI

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 26


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Prélèvement par les 1% du montant des Reversement au receveur - Insuffisance de
importateurs, indus- importations effec- des Impôts par les déclaration
triels, grossistes, tuées par les seuls importateurs, industriels, (Art. L95 et L96 du LPF)
demi-grossistes, commerçants. grossistes, exploitants 1,5 % par mois ou frac-
exploitants forestiers forestiers ne relevant pas tion de mois plafonné à
(Art. 21 et 91.2 du CGI) 1% des achats effectués de la Division des 50 % des droits compro-
par des commerçants Grandes Entreprises à mis, majoré de :
auprès des exploitants l'aide du carnet à sou- - 100 % des droits dus en
forestiers, des importa- ches délivré par cas de mauvaise foi ;
teurs, industriels, agri- l'Administration fiscale. - 150 % en cas de
culteurs, grossistes, manœuvres frauduleuses
demi-grossistes, à l'ex- du contribuable
ception de ceux effec- - 30% en cas de bonne
tués par l'Etat, les com- N.B : Pour les entreprises foi (Art96 nouveau LF
munes et les person- relevant de la Division 2008).
nes domiciliées à l'é- des Grandes Entreprises,
tranger. les paiements se font par Le point de départ du
virement bancaire au décompte des intérêts
Ce taux est porté à profit de la Division des est le jour qui suit celui
1,5 % pour les achats Grandes Entreprises. du dépôt légal de la
effectués par les entre- Pour les entreprises rele- déclaration jusqu'au der-
prises qui relèvent du vant des autres unités de nier jour du mois de la
régime de base (Loi gestion spécialisées, le notification.
de finances pour paiement se fait par
2006) chèque certifié (LF 2007) - Absence de déclara-
tion après mise en
5 % pour les opéra- demeure
tions réalisées avec les (Art. L96 à L 100 du LPF)
entreprises qui ne - Taxation d'office majo-
détiennent pas la carte rée de 100 % du montant
de contribuable. des droits compromis ou
de 150 % en cas de réci-
0,5 % pour les exploi- dive.
tants de stations servi- - Déclaration après
ces à l'occasion de mise demeure
leurs opérations d'a- - Amende forfaitaire de
chats de produits 100 000 FCFA en cas de
pétroliers, ainsi que dépôt d'une déclaration
pour les exportateurs faisant apparaître un
des produits de base. impôt néant.

- Défaut ou retard de
paiement :
(Art.L106 nouveau du
LPF) majoration de 1,5 %
par mois ou fraction de
mois de retard à comp-
ter du 1er jour :

- du mois qui suit celui


de la réception d'un avis
de mise en recouvrement
;

- suivant celui du dépôt


légal de la déclaration ;

- suivant celui de la date


légale d'exigibilité

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 27


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
fiscales et sociales
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Taxe sur les jeux de Déclaration et paiement Versement tardif et
hasard et de divertis- au Receveur des impôts non versement (art.
sements à l'aide du carnet à 214 du CGI) :
(Art. 211 et 212 du CGI) souche délivré par
Casinos 16,5 % (CAC inclus) l'Administration fiscale. - Sanctions identiques en
des produits bruts des matière d'acomptes IS
jeux du mois précé-
dent (casinos unique- Service des impôts du
ment), y compris les lieu d'exploitation, qui Défaut d'affichage de
Pour les jeux de recettes accessoires délivre pour chaque la vignette :
divertissement et les (bar, restauration, spec- machine ou appareil
machines à sous, la tacles) une vignette cor- Amende de 25 000 FCFA
taxe annuelle forfai- respondant à sa caté- par appareil (article 215
taire doit être acquit- -Flippers et jeux vidéo gorie, qui doit être alinéa 2 nouveau du CGI
tée entre le 1er : 40 000 FCFA/appareil affichée sur l'appareil
février et le 31 mars ou la machine de
de l'exercice en cours - Machines à sous : façon visible (art. 215 Paiement tardif et
(art. 218 du CGI) 100 000 FCFA/appareil du CGI) défaut total ou partiel
de paiement (art. 220
- Baby foot : 20 du CGI) :
000FCFA/appareil

N.B. Ces montants


sont majorés de - Sanctions identiques en
CAC au taux de matière d'acomptes IS
10%

15 MARS Redevance sur la pro- Pour les carrières sou- La déclaration souscrite 100 % au profit du
duction des eaux de mises à déclaration : 2 par le redevable est Receveur des Impôts
source, des eaux % de la valeur du accompagnée du chèque
minérales et des eaux mètre cube des matiè- correspondant et dépo- Les sanctions en cas de
thermo minérales res extraites. sée à la Direction des non-respect des obliga-
(Art 239 CGI) Impôts pour les produits tions de déclaration et
Pour les carrières sou- extraits au cours du mois de paiement sont celles
mises à autorisation : 4 de février 2008 prévues par le CGI en
% de la valeur du matière de TVA.
mètre cube des matiè- Le chèque de paiement
res extraites. libellé au nom du rece-
veur des impôts de
Retenue à la source Yaoundé et les déclara-
par les entreprises tions correspondantes
industrielles, de travaux doivent être déposées
publics et par toute auprès des services cen-
entreprise inscrite sur traux compétents de la
la liste arrêtée par le Direction des Impôts
MINEFI.

15 MARS Taxe à l'extraction Idem. Idem. Idem.


des produits de car-
rière
(L.F.2000/2001)
Art.239 et 240 du CGI)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 28


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
fiscales et sociales
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS AU PLUS Taxe d'assainissement 2 000 FCFA par unité La déclaration souscrite 100 % Receveur des
TARD sur le déversement de charge polluante (LF par le redevable, est Impôts
des eaux usées (Loi n° 2005) déposée au Programme
Il convient de noter 98/005 du 14 avril 1998 de Sécurisation des - Insuffisance de
que la taxe d'assainis- portant régime des eaux, Recettes des Mines, de déclaration :
sement est acquittée décret n° 2002/1721/PM l'Eau et de l'Energie 1,5 % plafonné à 50 % des
par les redevables du 8 octobre 2002, préci- (Direction Générale des droits compromis (Art
dans les 15 jours qui sant les règles d'assiette, La base d'imposition de Impôts pour les déverse- L95) plus majoration de
suivent la fin du tri- de contrôle et de recou- la taxe d'assainissement ments effectués au cou- 100 % en cas de mauvaise
mestre fiscal précé- vrement dans le cadre du est égale au nombre rant du mois de janvier. foi, de 150 % en cas de
dent Programme de d'unités de charge pol- Une copie de cette décla- manœuvre frauduleuse
Sécurisation des Recettes luante contenue dans ration doit être adressée (Art L 96) de 30% en cas
(A noter qu'en princi- des Mines, de l'Eau et de les eaux usées déver- au Ministère de l'Eau et de bonne foi (Art.L96
pe, lorsque la charge l'Energie, décret du 29 sées, auquel on de l'Energie. nouveau LF 2008).
polluante des eaux août 2005 précisant les applique un abattement
déversées est infé- règles d'assiette, de recou- de 75 % N.B. : Une déclaration - Absence de déclara-
rieure à celle du vrement et de contrôle de mensuelle doit être tion après mise en
milieu récepteur, la la taxe d'assainissement et souscrite par le rede- demeure
taxe n'est pas due. de la redevance de prélè- En vue de la détermina- vable, en l'absence ou
Toutefois, vement des eaux, loi de tion de la charge pol- non d'un déversement (Art. L96 à L 100 du LPF)
l'Administration fisca- finances pour l'exercice luante, les redevables d'eaux usées
le considère que cette 2005) doivent effectuer des - Taxation d'office majo-
règle ne s'applique opérations nécessaires Si au cours du mois rée de 100 % du montant
pas aux entreprises à la détermination de février 2008 aucune des droits compromis ou
qui n'ont pas obtenu continue dans des opération de déverse- de 150 % en cas de récidive.
d'autorisation de échantillons, des para- ment d'eaux usées n'a
déversement préala- mètres caractéristiques été réalisée, une décla- - Déclaration après
ble aux opérations des eaux usées. A cet ration comportant la mise demeure
qu'elles réalisent) effet, des prises d'é- mention "NEANT" doit - Amende forfaitaire de
chantillon doivent être être souscrite ; 100 000 FCFA en cas de
effectuées quotidienne- dépôt d'une déclaration
ment sur les eaux usées Dans le cas contraire, faisant apparaître un
déversées et adressées il conviendra de souscri- impôt néant.
pour analyse à des re une déclaration du
laboratoires agréés par volume d'eaux usées
le Ministre de l'Eau et déversées durant ce
de l'Energie (Hydrac, mois. Cette déclaration
Centre Pasteur, ne devra pas être
Geofor…).A noter que accompagnée du paie-
deux analyses sont fai- ment de la taxe, comp-
tes, l'une par le redeva- te tenu que ce paie-
ble dans un laboratoire ment est uniquement
agréé et l'autre, par le trimestriel (article 13 ali-
Ministère de l'Eau et de néa 3 du décret n°
l'Energie. En cas de 2005/3089/PM du 29 août
divergence, c'est la 2005 précisant les règles
moyenne qui est prise d'assiette, de recouvre-
en compte. ment et de contrôle de la
taxe d'assainissement et
N.B. : Pour les entre- de la redevance du prélè-
prises qui démar- vement des eaux)
rent leurs activités
en cours d'année, le
nombre d'unités de
charge polluante
servant de base à
l'établissement de la
taxe est déterminé
prorata temporis

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 29


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
15 MARS Cotisations sociales 7% : régime géné- DIPE (coupons rose et - Défaut de produc-
Art. 2 de la loi ral vert) tion de la déclaration
n°2001/017 du 18 - Allocations familia- 5,65 % : régime agrico- Versement spontané mensuelle :
décembre 2001 les le (chèque certifié) au cent- Majoration de 300 FCFA
(Décret 83/364 du 3,7 % : régime ensei- re des impôts de ratta- par salarié avec un
04/08/1983) gnement à la charge chement. maximum de 75 000
Art. 10. Arrêté conjoint exclusive de l'em- (Art. 8.1. Arrêté conjoint FCFA
N°035/MTPS/ MINEFI du ployeur MITPS/MINEFI du 12 par entreprise
19 juillet 2002 complété juillet 2002 (art. 7.1. Arrêté conjoint
par l'arrêté conjoint Salaires bruts du mois MTPS-MINEFI du 12
METPS/MINFI N° 49 du précédent majorés des juillet 2002)
11 FEVRIER 2002 avantages en nature,
ainsi que des avantages - Défaut de déclara-
- Pensions vieillesse en espèces, plafonnés à DIPE (coupons rose et tion après mise en
(Décret 83/364 du 3 600 000 FCFA par vert) demeure :
04/08/1983) an, soit 300 000 par
mois Taxation d'office
CNPS (chèque certifié) (Art. 7.2. Arrêté ci-des-
4,20 % à la charge de sus)
l'Employeur ; DIPE (coupons rose et
vert) - Versement hors
- Accidents du travail 2,80 % à la charge de délais :
et maladies profes- l'Employé ; CNPS (chèque certifié) Majoration de 10 %
sionnelles
(Décret 78/283 du Même base que les Cette majoration est
10/07/1978) allocations familiales. augmentée de 3 % des
cotisations pour chaque
1,75 % pour les trimestre ou fraction de
Employeurs du groupe trimestre écoulée après
A; l'expiration d'un délai de
trois mois à compter de
2,50 % pour les la date d'échéance des
Employeurs du groupe cotisations
B; (Art. 11. Arrêté conjoint
MTPS/MINEFI du 12
5 % pour les juillet 2002)
Employeurs du groupe
C.

Même base que les


allocations familiales
non plafonnées.

0,11% (centimes addi- La déclaration est souscri-


15 MARS Taxe foncière sur les
tionnels communaux te et l’impôt payé auprès
propriétés immobiliè-
du centre des impôts du
res inclus).
lieu de situation de l’im-
meuble.
Article 577 à 584 du code Valeur des terrains et
A noter toutefois que les
général des impôts et des constructions telle
entreprises relevant de la
décret n°2006/3023/PM que déclarée par le pro-
structure chargée des
du 29 décembre 2006 priétaire.A défaut, ou en
Grandes Entreprises décla-
fixant les modalités d’éva- cas de minoration, la rent et payent la taxe sur la
luation administrative des valeur de l’immeuble est propriété foncière relative
immeubles en matière fis- déterminée par l’admi- à leurs propriétés fonciè-
cale nistration fiscale, res auprès de cette struc-
conformément au déc- ture, sauf les centimes
ret n°2006/3023/PM du additionnels communaux
29 décembre 2006 afférents à cette taxe fon-
fixant les modalités d’é- cière, qui doivent être
valuation administrative payés auprès de la commu-
des immeubles en ne du lieu de situation de
matière fiscale l’immeuble.

N.B : Pour les entreprises


relevant de la Division des
Grandes Entreprises, les
paiements se font par vire-
ment bancaire au profit de
la Division des Grandes
Entreprises. Pour les entre-
prises relevant des autres
unités de gestion spéciali-
sées, le paiement se fait par
chèque certifié (LF 2007)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 30


4
Rappel DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
des obligations
fiscales et sociales LIMITES TAXES, D'ASSIETTE DESTINATAIRE PENALITES
DE PAIEMENT COTISATIONS DU PAIEMENT
31MARS Cotisations syndica- 1 % du montant des Etablissement d'un état
les (CHECK OFF) salaires de base du en trois exemplaires men-
(Art. 21 du Code du mois précédent à l'ex- tionnant le syndicat d'adhé-
Travail et lettre ministé- ception des heures sion des employés :
rielle du 05/03/1973) supplémentaires, pri- - L'original est conservé
mes, indemnités et par l'employeur ;
- Le second est adressé au
remboursement de
service du greffe des
frais (sur demande du
syndicats (ministère du
salarié) travail) ;
- Le troisième exemplaire
NOTA : Pour les sala- est envoyé au comité
riés rémunérés à l'heu- national des cotisations
re, il n'est pas tenu syndicales.
compte des heures
accomplies au-delà de Versement du montant
173h33 dans le mois. collecté des cotisations
syndicales au comité natio-
nal des cotisations syndica-
les (B.P. 1610 - Yaoundé -
Cpte SCB N° 31050266).

31MARS Timbre certificat 1 000 Francs par certi-


d'immatriculation des ficat.
appareils de jeux de
hasard et de divertis-
sement
(Art 557 du CGI

31MARS Droit de timbre sur la 2 % du coût facturé de Déclaration et paiement - Toute infraction au
publicité par voie la publicité pour au centre des impôts par droit de timbre
d'affiches, tracts ou chaque support les propriétaires des Amende égale à un droit
prospectus, panneaux véhicules. en sus (100 %)
publicitaires, publicité
par presse, radio, - Absence de registre
cinéma et télévision ou récépissé
(Les affiches doivent être Amende de 50 000 FCFA
installées pour une Paiement des droits + astreinte de 5 000
période de six (06) mois auprès : FCFA par jour de retard
dans les lieux publics)
- d'une régie de publicité, - Non présentation du
Droit de timbre sur la 20 000 par mois et par pour les publicités faites registre au visa
publicité par véhicu- véhicule. par panneaux publicitai- Amende de 5 000 FCFA
les munis de haut- res ;
parleurs - des éditeurs de jour-
(Art 589 et 591 du CGI) naux, pour ceux installés Amende de 2 000 FCFA
au Cameroun, et au par omission et par affi-
Droit de timbre sur la 10 % du coût facturé Centre des Impôts de l'é- che, tract ou prospectus
publicité des tabacs de la publicité pour tablissement bénéficiaire
et des boissons alcoo- chaque support. de la publicité, si l'éditeur - Absence d'indication
liques est installé hors du de références de paie-
(Art 591 nouveau LF Cameroun ; ment du droit de tim-
2004) - des stations de radio et bre devant chaque
de télévision concernées, article du registre
pour les publicités par
radio et télévision ; Amende de 2 000 FCFA
- des exploitants de salles par référence omise.
de cinéma, pour les publi-
cités par le cinéma.

Versement auprès du
15 000 FCFA par régisseur des timbres
connaissement ; territorialement compé-
Déclaration et paie- 1 000 FCFA par lettre tent pour les opérations Le défaut de paiement
ment des droits de de voiture (intérieur du mois précédent (arti- dans les délais entraîne le
timbre sur les du Cameroun) ; cle 8 de la loi de finances paiement d'une pénalité
connaissements et les 2 000 FCFA par lettre 1999/2000). égale à 100 %
contrats de transport de voiture des contrats
(art. 555 et 556 du CGI) internationaux.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 31


4 DATES IMPOTS TAUX- FORMALITES SANCTIONS
Rappel LIMITES
DE PAIEMENT
TAXES,
COTISATIONS
D'ASSIETTE DESTINATAIRE
DU PAIEMENT
PENALITES
des obligations
fiscales et sociales
Dans les 15 jours de Impôt sur les Revenus - 16,5 % CAC inclus des Reversement à la caisse 100 % Receveur des
la date de mise en revenus des capitaux mobi- Impôts
des Capitaux liers
du comptable du Trésor
paiement des pro- Mobiliers (IRCM) - 11 % pour les plus-values et déclaration des som-
duits sur cession de titres d'un mes payées par la socié- Mêmes sanctions qu'en
(Art 35 à 45 du CGI, 69
montant net global de 500 té. matière de TVA indiquées
à 80 et 85 à 86) 000 FCFA ci-dessus, hormis les sanc-
A noter que s'agissant
des dividendes, la mise tions particulières.
- 10% pour les dividendes et Versement au Receveur
en paiement est réputée intérêts des obligations à des Impôts.
moins de 5 ans de maturité A noter, s'agissant des
intervenue en tout état ainsi que les autres rémuné- rémunérations occultes
de cause dans un délai rations provenant des Versement au Receveur :
de 9 mois après la clôtu- valeurs mobilières des per- des Impôts.
sonnes physiques ou mora-
re de l'exercice à condi- les, admises à la cote de la - d'une part, que la
tion qu'une assemblée Bourse du Cameroun ; Reversement au société qui verse des
générale ait décidée de la Receveur des Impôts et revenus à des person-
distribution (loi de - 5% pour les rémunérations
des obligations des sociétés déclaration des sommes nes dont elle ne révèle
finances pour 2006) privées ou publiques à versées. pas l'identité encourt
échéance de 5 ans ou plus outre la réintégration
LF 2008. de ces sommes dans les
Répartition des
NB : chèques (CUD) : bases de calcul de l'IS,
Sont exonérées de l'IRCM (Arrêté conjoint n°349 donc paiement de l'IS,
(Article 111 du CGI) :
du 22/10/2001) la taxation à l'IRPP au
- les plus-values nettes réali- taux le plus élevé de
sées par des personnes phy-
38,5 % (CAC compris),
siques ou morales sur le - Principal ; Receveur des
marché des valeurs mobiliè- majoré d'une pénalité
Impôts ; de 100 %
res du Cameroun
- les intérêts des obligations
de l'Etat - Centimes Communaux - d'autre part, que les
- les intérêts des obligations
des collectivités territoriales personnes bénéficiaires
décentralisées * 10 % CAC ; de ces sommes, si elles
sont identifiées par
15 % des revenus de * 14 % CAC Receveur l'Administration fiscale
capitaux mobiliers ver-
sés à des personnes Municipal ; seront imposables à
domiciliées en France l'IRPP suivant le barè-
(convention fiscale fran- * 76 % CAC Agent FEI- me correspondant aux
co-camerounaise). revenus perçus
COM.

Dans les 15 jours du Taxe Spéciale sur les 15 % des montants HT versés Déclaration des sommes 100 % Receveur des
hors Cameroun au titre de : Impôts
mois suivant celui de Revenus versées à l'Inspection des
la mise en paiement (TSR) - droits d'auteur ; Impôts
ou de la passation en (Art. 225 à 228 du CGI) Mêmes sanctions qu'en
- vente ou location de matière de TVA indiquées
charges déductibles. licence d'exploitation, de
versement (chèque certi-
brevets, marques de fabrique, fié) au Receveur des ci-dessus, hormis les
L'inscription en procédés et formules secrets ; impôts) sanctions particulières
compte courant est - location ou droit
assimilée à un paie- d'utilisation de films 100 % Receveur des
ment cinématographiques ; Impôts
- fourniture d'informations
d'ordre industriel,
commercial ou scientifique;

- location d'équipements indus-


triels, commerciaux
ou scientifiques ;

- études, consultations,
assistance technique,
financière ou comptable ;

- rémunérations versées aux


entreprises effectuant des tra-
vaux de forage, de
recherche et d'assistance
pour le compte des
compagnies pétrolières qui
renoncent à l'imposition d'après
la DSF.

N.B. Depuis le 1er JANVIER


2002, date d'entrée en vigueur de
l'avenant à la convention fiscale
franco-camerounaise de 1999, le
taux est de 7,5 % pour les mon-
tants versés en France au titre
des études, de l'assistance tech-
nique, financière et comptable
uniquement, avec effet rétroactif
au 1er JANVIER 1998.
Le taux de TSR est 15/85 ou de
7,5/92,5 lorsque la taxe est mise
à la charge de l’entreprise came-
rounaise bénéficiaire de la presta-
tion et n’ouvre pas droit à déduc-
tion de la taxe des charges pour
le calcul du résultat imposable.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 32


4
Rappel AUTRES OBLIGATIONS
des obligations
fiscales et sociales A ECHEANCES VARIABLES

DELAI DE REGLEMENT OU
DESIGNATION DES IMPOTS
D'ACCOMPLISSEMENT
OU OBLIGATIONS
DES FORMALITES

Patente par anticipation pour les activités nouvelles et en - Déclaration dans les dix jours du démarrage auprès du cen-
cas de renouvellement (art. 175 du CGI) tre des impôts compétents, des activités soumise à la contri-
bution des patente ;

- Exonération au titre des deux (02) premières année de la


patente en ce qui concerne les entreprises nouvelles (Art.
162 bis - LF 2008) ;

- Déclaration et règlement dans les deux mois suivant le


début de l'année fiscale en cas de renouvellement de la
patente.
Vignette automobile
Exigibilité à partir du 1er février 2008 sur présentation de la
carte grise et de l'ancienne vignette (le cas échéant). Pour les
véhicules importés sous le régime de la mise à la consomma-
tion, la vignette est payée en même temps que les droits de
douanes.

Quitus pour départ en congé annuel ou départ définitif Déclaration des revenus acquis jusqu'à la date de départ dans
les trente (30) jours précédant le départ.

Déclaration des résultats imposables Dans le mois de la cessation ou cession d'activité.

Déclaration d'établissement Dans les trente (30) jours de la création, cessation ou ces-
sion des activités.

Enregistrement des baux et contrats Dans le mois de leur date pour les actes notariés et les actes
administratifs entre l'Etat ou les personnes morales de l'Etat
et les particuliers (acquisitions, ventes, baux, marchés et leurs
révisions de prix, cautionnements, concessions, etc..).

Dans les trois mois de leur date pour les actes sous seings
privés passés dans la CEMAC (baux, sous-locations, leurs
prorogations, échanges, cession).

Dans les six mois pour les actes passés hors CEMAC.

TVA à l'importation Payable en douane lors de la mise à la consommation.

Droit d'accise sur certains biens importés Payable en douane lors de la mise à la consommation.

Taxe à l'essieu Payable sur déclaration, dans les 15 jours de chaque trimest-
re (cinq jours après l'entrée sur le territoire camerounais
pour les véhicules étrangers).

Retenue de 5 % sur les loyers d'immeubles versés Reversement du montant retenu au Centre des Impôts du
lieu de situation de l'immeuble, à l'aide d'un carnet à souche
délivré par l'Administration, au plus tard, le 15 du mois qui
suit le paiement effectif du loyer

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 33


4
Rappel AUTRES OBLIGATIONS
des obligations
fiscales et sociales A ECHEANCES VARIABLES

DELAI DE REGLEMENT OU
DESIGNATION DES IMPOTS
D'ACCOMPLISSEMENT
OU OBLIGATIONS
DES FORMALITES

Pour les ventes de coupe, la redevance forestière annuelle


Redevance forestière annuelle
est payée en totalité dans un délai de 45 jours suivant la date
(Art. 243 CGI)
de dépôt ou de renouvellement de la caution de garantie.

Lorsque la première attribution d'un titre d'exploitation


forestière intervient après le 15 septembre, la redevance
forestière annuelle est liquidée au prorata temporis, et est
acquittée dans les quarante cinq (45) jours suivant la date de
dépôt de la caution de garantie.

Pour les concessions, la redevance forestière annuelle est


payée en trois tranches d'égal montant au plus tard le 15
mars, le 15 juin et le 15 septembre de chaque année.
Cautionnement bancaire dû par les professionnels de la
Le cautionnement est constitué auprès d'une banque de pre-
filière bois
mier ordre agréée par l'autorité monétaire, dans un délai de
quarante cinq jours à compter de la date de notification du
titre. La loi de finances 2007 permet de diminuer progressi-
vement la valeur de la caution au fur et à mesure de l'acquit-
tement de la redevance forestière annuelle en obtenant des
mainlevées partielles à concurrence de chaque montant de
versement de la redevance.

Applicable à certaines essences dont l'exportation est autori-


Surtaxe à l'exportation
sée du seul fait de leur nature (ayous, essences de promotion
(Art. 244 CGI)
de première catégorie, essences de promotion de deuxième
catégorie).

Taxe d'entrée usine


Elle est payée ou retenue à la source par le transformateur
(Art. 244 CGI)
trimestriellement.

Taxe de régénération pour les produits forestiers non (Attente d'un décret devant préciser les modalités
ligneux, spéciaux et médicinaux (Loi de finances 2006) de calcul et de paiement de cette taxe, que nous
vous transmettrons immédiatement après sa publica-
tion)

Signalons que l'entreprise qui ne peut justifier du Lorsque ces taxes ne sont pas acquittées spontané-
paiement de la redevance forestière annuelle, de la ment, elles sont majorées d'une pénalité de 400 % et
taxe d'abattage et de la taxe d'entrée usine pour les recouvrées le cas échéant avant l'exportation des
bois débités et les grumes et de la taxe de régéné- produits concernés par des entreprises collectrices
ration pour les produits forestiers non ligneux, spé- dont la liste est arrêtée par le Ministre des Finances.
ciaux et médicinaux ne peut être autorisée à expor- Ces entreprises collectrices sont solidairement
ter les bois débités et les grumes ainsi que les pro- responsables du paiement des taxes dues avec le
duits forestiers non ligneux, spéciaux et médicinaux débiteur de celles-ci en cas d'exportation illégale. Les
(art. 247 bis du CGI) bois sciés qui n'ont pas acquitté ces taxes sont
astreints, lors de leur exportation, au paiement de
ces taxes avec un taux spécifique de 2,5 % pour la
taxe d'entrée usine (loi de finances 2006)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 34


4
Rappel ANNEXE 1
des obligations
fiscales et sociales REDEVANCE CRTV

Les montants mensuels forfaitaires de la redevance audiovisuelle due par les salariés s'établissent ainsi qu'il suit :

- de 0 à 50.000 F.CFA 0 F.CFA


- de 50 001 à 100.000 F.CFA 750 F.CFA
- de 100 001 à 200.000 F.CFA 1.950 F.CFA
- de 200 001 à 300.000 F.CFA 3.250 F.CFA
- de 300 001 à 400.000 F.CFA 4.550 F.CFA
- de 400 001 à 500.000 F.CFA 5.850 F.CFA
- de 500 001 à 600.000 F.CFA 7.150 F.CFA
- de 600 001 à 700.000 F.CFA 8.450 F.CFA
- de 700 001 à 800.000 F.CFA 9.750 F.CFA
- de 800 001 à 900.000 F.CFA 11.050 F.CFA
- de 900 001 à 1.000.000 F.CFA 12.350 F.CFA
- au-dessus de 1.000.000 de F.CFA 13.000 F.CFA

ANNEXE 2
BAREME DE L’IMPOT SUR LE REVENU
DES PERSONNES PHYSIQUES

Taux Montant Cumul

- De 0 à 2 000 000 10 % 200 000 200 000

- De 2 000 000 à 3 000 000 15 % 150 000 350 000

- De 3 000 000 à 5 000 000 25 % 500 000 850 000

- Plus de 5 000 000 35 % _ _

ANNEXE 3
TAUX D'ESTIMATION DES AVANTAGES
EN NATURE
Les avantages en nature sont estimés forfaitairement sur la base d'un pourcentage des rémunérations brutes
taxables (à l'exclusion des avantages en nature eux-mêmes). Ces taux sont les suivants :

- Logement 15 %
- Electricité 4%
- Eau 2%
- Domesticité 5 % par domestique
- Véhicule 10 %
- Nourriture 10 %

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 35


4
Rappel ANNEXE 4
des obligations
fiscales et sociales
CLASSES DE PATENTE ET TRANCHES
DE TAUX CORRESPONDANTS

Tranche de Chiffre d'Affaires Classe Fourchette des taux

- Chiffre d'affaires annuel égal ou


supérieur à 2 milliards de francs 1ère 0,075 % à 0,0875 %

- Chiffre d'affaires annuel au moins égal


à 1 milliard et inférieur à 2 milliards de francs 2ème 0,0875 % à 0,100 %

- Chiffre d'affaires annuel au moins égal


à 500 millions et inférieur à 1 milliard de francs 3ème 0,100 % à 0,108 %

- Chiffre d'affaires annuel au moins égal à


300 millions et inférieur à 500 millions de francs 4ème 0,108 % à 0,116 %

- Chiffre d'affaires annuel au moins égal à


100 millions et inférieur à 300 millions de francs 5ème 0,133 % à 0,150 %

-Chiffre d'affaires annuel au moins égal à


15 millions et inférieur à 100 millions de francs 6ème 0,158 % à 0,16 %

- Chiffre d'affaires annuel au moins égal à 5


millions et inférieur à 15 millions de francs 7ème 0,283 % à 0,4 %

ANNEXE 5
CLASSES DE LICENCE
ET TARIFS CORRESPONDANTS

Nature de l'activité Activité assujettie Activité soumise


1ère classe à la patente à l'impôt libératoire

Classe de licence Elément de base Contribution Montant de l'impôt


de la patente libératoire

1ère classe Boissons alcooliques 6 fois la contribution 1,5 fois le montant


et autres de la patente de l'impôt

2ème classe Vins et boissons 4 fois la contribution 1 fois le montant de


hygiéniques de la patente l'impôt libératoire

3ème classe Boissons hygiéniques 2 fois la contribution 0,5 fois le montant de


de la patente l'impôt libératoire

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 36


4
Rappel ANNEXE 6
des obligations
fiscales et sociales
LISTE DES BIENS SOUMIS
AUX DROITS D'ACCISES

TAUX DU DROIT
NUMERO DU TARIF DESIGNATION TARIFAIRE
D'ACCISES

2009 Jus de fruits naturels*

Boissons gazeuses et eaux minérales (à l'exception de


celles produites localement, qui font déjà l'objet d'une
2201 à 2202 taxation spécifique de 2 % au titre de la taxe ad valorem
sur la production des eaux)

2203 00 00 Bières de malt

2204 Vins de raisins frais.., toute la position tarifaire

2205 Vermouths et autres vins de raisins frais

2206 00 00 Autres boissons fermentées (cidre, poiré, hydromel


par exemple)

2208 20 00 à Eaux-de-vie, whiskies, rhum, gin et spiritueux, etc. à 35 %


2208 90 92 l'exception de 2208 90 10 "alcool éthylique non dénaturé..."

2402 Cigares, cigarillos et cigarettes, en tabac ou en succédanées


de tabacs

2403 99 10 Tabac à mâcher et â priser2

2403 99 90 Autres tabacs fabriqués

16022010 foie gras

16043000 Caviar et ses succédanés

03021200 Saumons du Pacifique, de l'Atlantique et du Danube


frais ou réfrigérés

03021900 Autres saumons

03031100 Saumons rouges congelés

03031900 Autres saumons du Pacifique congelés

03032200 Saumons de l'Atlantique congelés

03054100 Saumons du Pacifique, de l'Atlantique et du Danube


séchés, salés ou en saumure

7101 10 00 à Perles fines, pierres précieuses


7105 90 00

7106 10 00 à Métaux précieux


7112 90 00

7113 11 00 à
7117 90 00 Bijouteries

* Les biens en gras, ainsi que le taux de 12, 5 % ont été introduits dans cette liste par la loi de
finances pour 2006 et par l'ordonnance n° 2006/001 du 28 septembre 2006.

2- pour le cas spécifique des tabacs, le montant du droit d’accises résultant de l’application du
taux de 25% ci-dessus ne peut être inférieur à 2600 FCFA pour 1000 tiges de cigarettes (LF 2008).

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 37


4
Rappel ANNEXE 6
des obligations
fiscales et sociales
LISTE DES BIENS SOUMIS
AUX DROITS D'ACCISES
(SUITE)

TAUX DU DROIT
NUMERO DU TARIF DESIGNATION TARIFAIRE
D'ACCISES

0303 1100 au 0303 7900 Poissons congelés


25 %
1006 3090 Autres riz semi blanchi ou blanchi, poli ou glacé

1102 2000 00 Farine de maïs

2501 0019 00 Sel brut non raffiné ni iodé

8703 23 91 00 à
8703 24 90 01 et Véhicules de tourisme à moteur à explosion 12,5 %
8703 32 91 00 à d'une cylindrée supérieure ou égale à 2000 cm3
8703 33 90 01

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 38


4 ANNEXE 7
Rappel
des obligations
fiscales et sociales
TABLEAU DE REPARTITION DES CENTIMES
ADDITIONNELS COMMUNAUX SUR LA TVA ET L'IRPP,

I- CENTIMES ADDITIONNELS COMMUNAUX (CAC) SUR LA TVA

(Lettre n° 374 /MINEFI/DGI/LC/L du 23 FEVRIER 2006 fixant répartition


des CAC provenant de la TVA

A- Pour les entreprises situées dans le ressort de la Communauté Urbaine de Douala (CUD)
- Ordre de paiement N°1 au profit de l'Etat : principal + 32,5 % CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit de la CUD : 10,5 %
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 57 %

B- Pour les entreprises situées dans le ressort de la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY)
- Ordre de paiement N°1 au profit de l'Etat : principal + 32,5 % CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit de la CUY : 21 %
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 46,5 %

C- Pour les entreprises situées dans le ressort des Communes Urbaines (CU) et/ou Rurales (CR)
- Ordre N°1 au profit de l'Etat : principal + 32,5 % CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit du receveur municipal: 19 %
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 48,5 %

II- CENTIMES ADDITIONELS COMMUNAUX (CAC) SUR L'IMPÔT SUR LE


REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP),
L'IMPÔT ET LES TAXES SUR LES JEUX

A- Pour les entreprises situées dans le ressort de la Communauté Urbaine de Douala (CUD)
- Ordre N°1 au profit de l'Etat : principal + 10% CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit de la CUD : 14%
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 76%

B- Pour les entreprises situées dans le ressort de la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY)
- Ordre N°1 au profit de l'Etat : principal + 10% CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit de la CUY : 28%
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 62%

C- Pour les entreprises situées dans le ressort des Communes Urbaines et Rurales
- Ordre N°1 au profit de l'Etat : principal + 10% CAC
- Ordre de paiement N°2 au profit du receveur municipal: 25,2%
- Ordre de paiement N°3 au profit du FEICOM : 64,8%

N.B. : Le paiement des pénalités doit se faire désormais à l'ordre


du Receveur des Impôts de la DGE

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 39


4 ANNEXE 8
Rappel
des obligations
fiscales et sociales
TABLEAU DES PRINCIPALES
OBLIGATIONS SOCIALES

Eu égard à la recrudescence des contrôles effectués par l'Administration du travail et à l'importance des
sanctions encourues, nous vous rappelons ci-après les principales obligations des entreprises au regard de
l'Administration du travail (médecine du travail, inspection du travail) ;

SANCTION
OBLIGATIONS (en Fcfa)

- Convention de visite et de soins avec un Médecin du Travail de 100.000 à 1.000.000

- Examen médical d'embauche (comporte radioscopie pulmonaire


et au besoin une radiographie) (à faire lors de l'embauche de
chaque employé) de 100.000 à 1.000.000

- Examen médical périodique (à faire chaque année) de 100.000 à 1.000.000

- Déclaration d'établissement (lors de la création de la société,


d'un changement dans l'activité, le statut juridique ou la situation
géographique ou alors de la cessation d'activité de100.000 à 1.000.000

- Déclaration annuelle sur la situation de la Main-d'œuvre à dépo-


ser à l'Inspection du Travail le 31 Août de 100.000 à 1.000.000

" Registre d'employeur (les 3 fascicules doivent être côtés et para-


phés par l'Inspection du Travail) de 100.000 à 1.000.000

- Visa du Ministre du Travail pour tout contrat de travail concer-


nant un travailleur de nationalité étrangère de 200.000 à 1.500.000

- Notification au Ministre du Travail dans les 15 jours de la résilia-


tion d'un contrat visé de 100.000 à 1.000.000

- Règlement intérieur de l'entreprise visé par l'Inspection du Travail


(à partir de 10 employés) de100.000 à 1.000.000

- Avis d'embauche de chaque salarié

- Boîte de secours pour dispenser les soins urgents et de première de 100.000 à 1.000.000
nécessité

- Extincteurs en nombre suffisant (fiche de contrôle annuel indi-


quant l'année de mise en service

- Rapport annuel d'activité du service médical (l'entreprise doit en


conserver un exemplaire)

- Délégués du personnel (à partir de 20 travailleurs)

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 40


4
Rappel Mesures générales d'hygiène et de sécurité sur les lieux de travail
des obligations
fiscales et sociales (arrêté n° 039/MTPS/IMT du 26/11/1984)

SANCTIONS
OBLIGATIONS (Délai minimum d'exécution
des mises en demeure)

Fourniture, entretien et renouvellement des moyens individuels


et collectifs de protection reconnus efficaces :

Il peut s'agir de :
masques respiratoires, lunettes ou visières, casques de protection, Délai : 15 jours
gants, manchons, couvre-chefs, chaussures spéciales, vêtements
et/ou équipements spéciaux, tous autres appareils, dispositifs ou
accessoires propres à protéger le travailleur contre les risques liés
à son activité
(article 4)*

Obligation de tenue d'un registre de contrôle technique : P.V. d'infraction :

- obligatoire pour les entreprises des groupes B,C Peines prévues à l'article R
- obligatoire pour les entreprises du groupe A, si elle occupe plus 370/12° Code Pénal
de 10 travailleurs (article 6) Mise en demeure non obligatoire

Comité d'hygiène et de sécurité de travail :


P.V. d'infraction :

- obligatoire pour les entreprise du groupe C


Peines prévues à l'article R
- obligatoire pour les entreprises du groupe A et B qui utilisent au
370/12° Code Pénal
moins 50 travailleurs (article 8)
Mise en demeure non obligatoire

Lavabos - au moins 1 pour 15 personnes (article 51)*


Délai : 2 mois
Cabinet d'aisance :
Délai : 2 mois
- 1 Cabinet et 1 urinoir pour 25 hommes
- 1 cabinet pour 25 femmes (article (56)

Extincteurs en nombre suffisant et maintenus en bon état de


fonctionnement (fiche de contrôle) (article 127) *
Délai : 15 jours

* Infractions pour lesquelles la mise en demeure préalable est obligatoire.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 41


La bonne tenue de l’actualité Cameroun (Gracam), Société anonyme avec
juridique et fiscale constatée conseil d’administration nouvellement constituée,
dans ces colonnes le mois der- au capital de FCFA 10 000 000, ayant son siège social
nier se confirme en ce mois de à Yaoundé Nkolbisson et exerçant pour activité prin-
mars avec notamment du cipale la production et la commercialisation des gra-
mouvement à cadence soute- nulats
nue dans les entreprises ainsi
qu’une activité législative et Jean Gakam, Directeur Général de Gracam
réglementaire abondante en ce
Par Kalvin M'BOND début de mois. Pour mars, le Serge Aimé Pinlap Kamwa, Directeur Général
panorama présente 18 noms Adjoint de Gracam
qui ont fait l’actualité dans les entreprises et 10 tex-
tes de lois ou règlements. Apollinaire Penda, Secrétaire permanent du
Conseil national de la décentralisation

WHO'S WHO CENTRAL AFRICA ? François Panzani, Directeur de la succursale


RASCOMSTAR - QAF de Douala.

Jean Jacques Ledru Directeur Général Adjoint Mamadou Mayangoua, nouveau Président du
d’Aes Sonel Conseil d’Administration de la société Coton
Hydrophile du Cameroun (Cofil)
Jean-Pierre Zang Zang, nouveau Directeur
Général de Cameroon Publi Expansion. Bilkissou Kingui, nouveau Directeur Général de la
société Coton Hydrophile du Cameroun
William Alan Grant Ramsay, Président du (Cofil)
conseil d’administration de Intracom, Société ano-
nyme avec conseil d’administration au capital de Poumboura Salamatou, Président Directeur
FCFA 10 000 000, ayant son siège social à Yaoundé et Général de la société Camerounaise de
exerçant pour activité principale l’exploitation fores- Transport et de Services (CTS), société anony-
tière. me au capital de FCFA 10 000 000, avec siège social
à Douala et exerçant dans le transport des hydro-
Madeleine Alvine Bela, Directeur Général de carbures.
Intracom
Jean Pierre Amougou Belinga, Président
Maurice Jean Yves Kotto Ekambi, Président du Directeur Général de Vision 4 Television, société
conseil d’administration de Sabena Flight anonyme avec conseil d’administration au capital de
Academy Africa (SFA-A), société anonyme avec FCFA 10 000 000, exerçant dans les métiers de l’au-
conseil d’administration au capital de FCFA 10 000 diovisuel.
000 ayant son siège social Douala, avec pour princi-
pale activité la formation du personnel navigant. Emmanuel Koukambakana Administrateur
Général par intérim de la Société des
Joseph Frédéric Barla Ekwe, Directeur Général Télécommunications du Congo (Sotelco) en
de Sabena Flight Academy Africa (SFA-A) remplacement de René Serge Blanchard Oba,
relevé de ses fonctions le 5 mars.
Jean Pierre Ennebick, nouveau Président du
Yves Nya Ngatchou Administrateur Général de
conseil d’administration de Geosiap S.A., en rempla-
Stockaj, une Société Anonyme pluripersonnelle au
cement de Sylvain Slama, démissionnaire. capital de FCFA 120 000 000, avec siège social à
Douala, exerçant dans le domaine de l’archivage phy-
Maurice Kouoh Eyoum, Président du conseil sique et numérique ainsi que dans la GED et l’ingé-
d’administration de la société Les Granulats du nierie documentaire.

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 42


Suite

portant prise en compte de la décentralisation dans


TEXTES LEGISLATIFS & REGLEMENTAIRES les stratégies sectorielles

Décret N°2008/064 du 04 février 2008 fixant les Ordonnance N°2008/001 du 7 mars 2008 portant
modalités de gestion du Fonds national de l’environ- révision du taux du tarif extérieur commun applica-
nement et du développement durable. ble à l’importation du ciment

Arrêté N°022/CAB/PM du 12 février 2008 fixant la Ordonnance N°2008/002 du 7 mars 2008 portant
composition et les modalités d’organisation et de suspension des droits et taxes de douane de certains
fonctionnement du secrétariat permanent du produits de première nécessité
Conseil national de la décentralisation
Décret N°2008/099 du 7 mars 2008 portant revalo-
Circulaire N°002/CAB/PM du 19 février 2008 relati- risation de la rémunération mensuelle des person-
ve à la gestion intérimaire des activités de comptabi- nels civils et militaires
lité matières au titre de l’exercice 2008
Décret N°2008/100 du 07 mars 2008 portant reva-
Arrêté N°030/CAB/PM du 19 février 2008 portant lorisation du taux de l’indemnité de non logement
Création d’un comité de suivi de projet de cons- servie aux personnels civils et militaires
truction de la Centrale à gaz de Kribi
Création d’un Comité national de facilitation des
Circulaire N°001/CAB/PM du 11 janvier 2008 Transports et du transit inter-Etats

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 43


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible DOSSIERS
à la demande

Dossiers publiés Références de publication

le régime fiscal des redevances et autres rémunérations servies à


l'étranger par les entreprises camerounaises au titre de l'exécution
de prestations de services ou la participation à leur capital
par les entreprises étrangères Bloc-notes JF N°029, février 2008
Le rôle du conseil juridique dans le cadre d'une introduction en
bourse en Afrique centrale Bloc-notes JF N°028, janvier 2008
Les régularisations de fin d'exercice en matière fiscale et sociale :
impôts, taxes et cotisations sociales assis sur les salaires,
prorata TVA,TSR et patente Bloc-notes JF N°027, décembre 2007
Le bilan social : un outil privilégié de gestion et d'information Bloc-notes JF N°026, novembre 2007
La procédure de contrôle en matière de cotisations sociales Bloc-notes JF N°025, octobre 2007
La portée du visa du Commissaire aux comptes sur les états G et H
transmis par les établissements de crédit à la Cobac Bloc-notes JF N°024 / septembre 2007
Cumul des mandats de dirigeants de sociétés en Ohada Bloc-notes JF N°023 / août 2007
La reforme fiscale : de quoi s’agit’il Bloc-notes JF N°022/ juillet 2007

Le régime fiscal et la reglémentation en matière de changes


applicalbes aux avances en compte courant à caractère
financier ( mise à jour) Bloc-notes JF N°021/ juin 2007

La procédure actuellement applicable en matière de contrôle


fiscal au Cameroun (mise à jour de notre
dossier du mois d'octobre 2005) Bloc-notes JF N°020/ Mai 2007

Précisions sur l'introduction en bourse d'une société Bloc-notes JF N°019/ Avril 2007

Les conventions réglementées et les conventions


interdites dans les sociétés anonymes et les sociétés à
responsabilité limitée Bloc-notes JF N°018/ Mars 2007

La protection du droit d'auteur et des droits voisins


en Droit camerounais Bloc-notes JF N°017/ Février 2007

Les régularisations de fin d'exercice : impôts, taxes et


cotisations sociales assis sur les salaires, prorata TVA,
Taxe spéciale sur revenus (TSR) et patente Bloc-notes JF N°015/ Décembre 2006

Etude comparative entre l'arbitrage CCJA, GICAM et CCI Bloc-notes JF N°014/ Novembre 2006

La mission du Commissaire aux comptes Bloc-notes JF N°013/ Octobre 2006

La responsabilité pénale des administrateurs Bloc-notes JF N°012/ Septembre 2006

La responsabilité des administrateurs dans le cadre de


l'Acte Uniforme OHADA sur le droit des sociétés
commerciales et du GIE Bloc-notes JF N°010/ Juillet 2006

La procédure applicable en matière de contrôle douanier Bloc-notes JF N°009/ Juin 2006

Le régime fiscal des subventions et abandons de créances Bloc-notes JF N°008/ Mai 2006

Le régime juridique du contrat de travail à durée déterminée Bloc-notes JF N°007/ Avril 2006

Le régime fiscal des redevances et autres rémunérations


servies à l'étranger par les entreprises camerounaises au titre
de l'exécution de prestations servies ou la participation à leur
capital par les entreprises étrangères Bloc-notes JF N°005/ Février 2006

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 44


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible DOSSIERS (suite)
à la demande

Dossiers publiés Références de publication

Aspects juridique, fiscal et social du 13ème mois Bloc-notes JF N°003/ Décembre 2005

Les avances en compte courant à caractère financier :


incidences fiscales et en matière de réglementation des changes Bloc-notes JF N°002/ Novembre 2005

La procédure actuellement applicable en matière de contrôle


fiscal au Cameroun Bloc-notes JF N°001/ Octobre 2005

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 45


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible BON À SAVOIR
à la demande

Articles publiés Références de publication

Les modalités de détermination de la patente Bloc-notes JF N°029, février 2008


La déclaration des sommes versées au personnel et à des tiers ainsi
que du listing des achats par fournisseur au regard des dispositions
nouvelles du code général des impôts Bloc-notes JF N°029, février 2008
La portée juridique des circulaires interprétatives
en matière fiscale et sociale Bloc-notes JFF N°028, janvier 2008)
Les conditions juridiques et fiscales de la mise en sommeil
d'une entreprise Bloc-notes JFF N°028, janvier 2008)
La distinction entre baux à période et baux a durée limitée Bloc-notes JFF N°027, décembre 2007
La date d'entrée en vigueur des dispositions
fiscales d'une loi de finances Bloc-notes JFF N°027, décembre 2007
Le régime fiscal et social des dépenses engagées au titre
de l'arbre de noël Bloc-notes JFF N°027, décembre 2007
Le régime fiscal de l'assistance financière Bloc-notes JFF N°026, novembre 2007
Le sort des reports déficitaires non utilisés en période bénéficiaire Bloc-notes JFF N°026, novembre 2007
La validité et les effets des conventions de portage d'actions Bloc-notes JFF N°026, novembre 2007
Précisions sur la base de calcul des parts patronale et salariale
des contributions au crédit foncier et au FNE Bloc-notes JFF N°025, octobre 2007
La possibilité de nomination d'administrateurs non actionnaires Bloc-notes JFF N°025, octobre 2007
La réglementation camerounaise permet-elle d'octroyer des stocks
options aux salaries d'une entreprise camerounaise ? Bloc-notes JFF N°025, octobre 2007
L'applicabilité au Cameroun du nouveau règlement CEMAC
sur les opérations de bourse Bloc-notes JF N°024 / septembre 2007
Rappel sur les délais de paiement des dividendes Bloc-notes JF N°024 / septembre 2007
Le régime fiscal des frais de scolarité supportés par l'employeur
au profit du personnel Bloc-notes JF N°024 / septembre 2007
Peut-on désigner un vice président de conseil d'administration Bloc-notes JF N°023 / août 2007
La déductibilité fiscale des billets d'avion pour congés du personnel
expatrié pris en charge par la société Bloc-notes JF N°023 / août 2007
Le régime fiscal de l'indemnité de départ à la retraite Bloc-notes JF N°023 / août 2007
Les modalités de calcul du montant de l'allocation de congés payés Bloc-notes JF N°022 / Juillet 2007
La prorogation du délai de tenue de l'assemblée générale
d'approbation des comptes annuels Bloc-notes JF N°022 / Juillet 2007
Votre entreprise fait-elle partie des entreprises dont la
convention collective a été révisée ?
Bloc-notes JF N°022 / Juillet 2007

La déductibilité fiscale des frais funéraires pris en charge


par la société
Bloc-notes JF N°021 / Juin 2007
La réglementation des changes applicable en matière de transfert
des salaires
Bloc-notes JF N°021 / Juin 2007

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 46


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible BON À SAVOIR (SUITE)
à la demande

Les règles de quorum et de majorité dans les assemblées générales


Bloc-notes JF N°021 / Juin 2007

Régime fiscal des indemnités de fonction versées Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007
aux administrateurs

Règles à observer pour la représentation d'un administrateur Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007
et d'un actionnaire ou associé absent

Régime fiscal des dividendes Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007

L'opportunité du recours à un notaire pour la tenue


d'une assemblée générale Bloc-notes JF N°019 / Avril 2007

Peut-on modifier l'ordre du jour d'une AG déjà convoquée ? Bloc-notes JF N°019 / Avril 2007

Les causes de nullité de l'AGO d'une S.A. avec


conseil d'administration Bloc-notes JF N°019 / Avril 2007

Le régime fiscal des locations de matériels Bloc-notes JF N°018 / Mars 2007

Les causes de nullité des délibérations d'un conseil d'administration Bloc-notes JF N°018 / Mars 2007

Peut-on différer les amortissements en période bénéficiaire ? Bloc-notes JF N°018 / Mars 2007

Rappel des formalités à accomplir dans le cadre de la tenue


de l'AG annuelle d'approbation des comptes Bloc-notes JF N°017 / Février 2007

Le régime fiscal des cadeaux d'affaires Bloc-notes JF N°017 / Février 2007

Régime du réinvestissement et investissements réalisés


au cours de l'exercice 2006 Bloc-notes JF N°017 / Février 2007

Survol des différentes obligations de fin d'exercice des sociétés


commerciales Bloc-notes JF N°015 / Décembre 2006

Sort des crédits d'impôts en matière d'impôts sur les revenus Bloc-notes JF N°015 / Décembre 2006

Renouvellement des inscriptions de sûretés Bloc-notes JF N°015 / Décembre 2006

Encourrez-vous des risques en droit des sociétés ? Bloc-notes JF N°014 / Novembre 2006

Votre logiciel de paie tient-il compte des contraintes


légales et spécifiques applicables à votre entreprise ? Bloc-notes JF N°014 / Novembre 2006

Mieux identifier les risques fiscaux de votre entreprise Bloc-notes JF N°014 / Novembre 2006

L'évaluation de l'avantage en nature logement pour le calcul


des impôts et taxes sur salaires Bloc-notes JF N°013 / Octobre 2006

Traitement fiscal des provisions pour créances douteuses


et pour créances litigieuses Bloc-notes JF N°013 / Octobre 2006

Le régime fiscal de la mise au rebut d'un élément


de l'actif immobilisé Bloc-notes JF N°013 / Octobre 2006

La prescription en matière commerciale dans l'Acte Uniforme

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 47


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible BON À SAVOIR (SUITE)
à la demande

OHADA sur le droit commercial général Bloc-notes JF N°012 / Septembre 2006

Les conséquences juridiques et fiscales du non-respect de la


date limite de paiement des dividendes Bloc-notes JF N°012 / Septembre 2006

Le régime fiscal des indemnités versées à une société Bloc-notes JF N°012 / Septembre 2006

Les contraintes de la réglementation des changes en matière de


cession de titres représentant au moins 10% du capital Bloc-notes JF N°011 / Août 2006

La durée de conservation des documents en


matière comptable et fiscale Bloc-notes JF N°011 / Août 2006

La déductibilité fiscale des billets d'avion pour congés du


personnel expatrié pris en charge par la société Bloc-notes JF N°011 / Août 2006

Le régime fiscal des frais de scolarité pris par la société au


profit de son personnel Bloc-notes JF N°011 / Août 2006

Production, communication et contrôle des états financiers


périodiques des établissements financiers Bloc-notes JF N°010 / Juillet 2006

La règle de non cumul entre les indemnités forfaitaires et


les remboursements de frais réels sur justificatifs Bloc-notes JF N°010 / Juillet 2006

L'enregistrement des contrats de prêt Bloc-notes JF N°010 / Juillet 2006

Le traitement fiscal et CNPS de la prime de bonne séparation Bloc-notes JF N°009 / Juin 2006

TVA sur assistance technique étrangère : retenue à la source ? Bloc-notes JF N°009 / Juin 2006

Le sort des succursales des sociétés étrangères en droit Ohada Bloc-notes JF N°009 / Juin 2006

La compétence de la Chambre des Comptes de la Cour


Suprême en matière de contrôle des entreprises dont le
capital est entièrement ou partiellement détenu par
une personne publique Bloc-notes JF N°009 / Juin 2006

Relèvement du seuil du minimum d'imposition à l'IRPP sur salaire Bloc-notes JF N°008 / Mai 2006

Rappel sur le régime juridique et fiscal des indemnités de fonction


versées aux administrateurs Bloc-notes JF N°008 / Mai 2006

Rappel des documents à mettre à la disposition des actionnaires


avant la tenue de l'AG annuelle Bloc-notes JF N°008 / Mai 2006

Rappel sur la dotation de la réserve légale Bloc-notes JF N°008 / Mai 2006

Tenue des AG hors du territoire du siège social Bloc-notes JF N°007 / Avril 2006

La retenue à la source de la TVA et de l'acompte mensuel d'IS


sur les factures des fournisseurs soumis au régime
Bloc-notes JF N°007 / Avril 2006
de l'impôt libératoire
Assiette des droits d'enregistrement applicables
aux contrats de bail Bloc-notes JF N°007 / Avril 2006
Le bénéfice de la cascade dans le cadre des contrôles fiscaux Bloc-notes JF N°007 / Avril 2006

Perte de la moitié du capital social : mesures à prendre Bloc-notes JF N°006 / Mars 2006

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 48


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible BON À SAVOIR (SUITE)
à la demande

La déductibilité fiscale des pertes sur créances Bloc-notes JF N°006 / Mars 2006

Rappel des formalités légales consécutives aux AG


d'approbation des comptes annuels Bloc-notes JF N°006 / Mars 2006

Sort des crédits d'impôts en matière d'impôts sur


les revenus (Impôt sur les sociétés et impôt sur le
revenu des personnes physiques) Bloc-notes JF N°005 / Février 2006

Le contenu du rapport de gestion à l'AG Bloc-notes JF N°005 / Février 2006

Les conditions de récupération de la TVA


sur créance irrécouvrable Bloc-notes JF N°003 / Décembre 2005

Précisions sur le jour de tenue des AG Bloc-notes JF N°003 / Décembre 2005

Exonération fiscale et obligations déclaratives Bloc-notes JF N°003 / Décembre 2005

Renouvellement des inscriptions de sûretés Bloc-notes JF N°002 / Novembre 2005

Base de calcul de la TVA et de la TSR sur


assistance technique étrangère Bloc-notes JF N°002 / Novembre 2005

Le régime fiscal de l'indemnité de départ à la retraite Bloc-notes JF N°002 / Novembre 2005

Les obligations de fin d'exercice des sociétés commerciales Bloc-notes JF N°002 / Novembre 2005

Dividendes : délai de paiement Bloc-notes JF N°001 / Octobre 2005

Lieu de paiement du salaire Bloc-notes JF N°001 / Octobre 2005

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 49


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES PUBLIES EN INTEGRALITE
à la demande

Textes publiés Références de publication

Loi N0°2007/06 du 25 décembre 2007 portant régime


financier de l'Etat Bloc-notes JF N°028, janvier 2008

loi n°_________________ du ___________________


portant projet de loi de finances de la république du Cameroun
pour l'exercice 2008 Bloc-notes JF N°027, décembre 2007)

Décret n° 2007/268 du 07 septembre 2007 modifiant et complétant


certaines dispositions du décret n° 2004/230 du 08 décembre 2004
portant organisation du Gouvernement Bloc-notes JF N°027, décembre 2007

Circulaire n° 001/cab/PRC du 17 octobre 2007


relative à la préparation du budget de l'Etat pour l'exercice 2008 Bloc-notes JF N°026, novembre 2007)

Les modalités d'application de la loi n° 97/012 du 10 janvier


1997 relative aux conditions d'entrée, de séjour et de sortie
des étrangers au Cameroun décret n° 2007/255 du 4 septembre 2007 Bloc-notes JF N°026, novembre 2007

Arrêté N°15 /AP/C/SG/CAE fixant les modalités de production,


de détention, de manipulation, de transport, de recyclage et
d'élimination des déchets dangereux et autres déchets dans
la Province du Littoral Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007

Law N°2007/001 of April, 19th 2007 to institute a judge in charge


of litigation related to the execution of judgments and lay down
conditions for the enforcement in Cameroon of foreign court
decisions, public acts arbitral awards. Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007

Loi N°2007/001 du 19 avril 2007 instituant le juge du contentieux


de l'exécutif et fixant les conditions de l'exécution au Cameroun
des décisions judiciaires et actes publics étrangers ainsi
que les sentences arbitrales étrangères Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007

Décision N°87/909/CF/CAB/MINEFI du 20 avril 2007


portant Création de la Commission de réforme fiscale Bloc-notes JF N°020 / Mai 2007

Décret N°2007/0457/PM du 4 avril 2007 modifiant et


complétant certaines dispositions du Décret N°94/611/PM
du 30 décembre 1994 portant réglementation de l'émission
et de la gestion des effets publics négociables Bloc-notes JF N°019 / Avril 2007

Circulaire N°0004/MINEFI/DGI/LC/L du _
précisant les modalités d'application des dispositions fiscales
de la loi de finances pour l'exercice 2007 Bloc-notes JF N°017 / Février 2007

Arrêté N°06/401/VF/MINEFI/DGI du 27 décembre 2006 Fixant la


liste des entreprises du secteur privé tenues d'opérer la retenue
à la source de la TVA et de l'acompte de l'impôt sur le revenu et
la liste des entreprises ne faisant pas l'objet desdites retenues
au titre de l'exercice 2007 Bloc-notes JF N°016 / Janvier 2007

Décret N°2006/3023/PM du 29 décembre 2006 fixant les


modalités d'évaluation administrative des immeubles en matière
fiscale Bloc-notes JF N°016 / Janvier 2007

Loi N°2006/013 du 29 décembre 2006 portant loi de finances de la


République du Cameroun pour l'exercice 2007 Bloc-notes JF N°016 / Janvier 2007

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 50


6 DISPONIBLE A LA DEMANDE
Disponible TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES PUBLIES EN INTEGRALITE (SUITE)
à la demande

Loi N°_ du _ portant projet de loi de finances de la République


du Cameroun pour l'exercice 2007 Bloc-notes JF N°015 / Décembre 2006

Charte du Forum éthique des entreprises éthiques du Cameroun Bloc-notes JF N°014 / Novembre 2006

Ordonnance N°2006/001 du 28 septembre 2006 portant révision


de la fiscalité applicable à certains produits de première nécessité Bloc-notes JF N°013 / Octobre 2006

Préparation du budget de l'Etat pour l'exercice 2007 Bloc-notes JF N°012 / Septembre 2006

Note de service N°134/MINEFI/DGD relative aux


paiements par chèques Bloc-notes JF N°010 / Juillet 2006

Décret N°2006/0762/PM du 9 juin 2006 modifiant et complétant


certaines dispositions du décret N°92/455/PM du 23 novembre
1992 fixant les modalités d'application de la loi N°92/006
du 14 avril 1992 relative aux sociétés coopératives et aux
groupes d'initiative commune Bloc-notes JF N°010 / Juillet 2006

Circulaire N°004/CAB/PM du 30 décembre 2005 relative à


l'application du Code des Marchés Publics Bloc-notes JF N°009 / Juin 2006

Décision N°862/MINEFI/DGI du 12 avril 2006 portant approbation


de manuel de procédures de remboursement des crédits de TVA Bloc-notes JF N°008 / Mai 2006

Circulaire N°004/CAB/PM du 30 décembre 2005 relative à


l'application du Code des Marchés Publics Bloc-notes JF N°007 / Avril 2006

Arrêté N°039/MINEFI/DGI du 16 février 2006 fixant la liste des


entreprises du secteur privé tenues d'opérer la retenue à la source
de la TVA et de l'acompte de l'impôt sur le revenu au titre de
l'exercice 2006 Bloc-notes JF N°006 / Mars 2006

Loi N°2005/008 du 29 décembre 2005 portant loi de finances


de la République du Cameroun pour l'exercice 2006 Bloc-notes JF N°004 / Janvier 2006

Loi N°_ du _ portant projet de loi de finances de la République


du Cameroun pour l'exercice 2006 Bloc-notes JF N°002 / Novembre 2005

Circulaire N°001/CAB/PR du 10 septembre 2005 portant exécution


du budget de l'Etat pour l'exercice 2006 Bloc-notes JF N°001/ Octobre 2005

Bloc-notes Juridique et Fiscal N° 030 mars 2008 51

Vous aimerez peut-être aussi