Vous êtes sur la page 1sur 3

La clause Molière, la langue de Molière...

Activité 1: Le mot dans l’actu


Écoutez jusqu'à 0:35 et soulignez les bonnes réponses.
En 2017, on entend parler de « clause Molière ». C’est une mesure qui vise à proposer /
imposer la langue française au travail / à l’université. Cette clause est née en 2015 / 2016
/ 2017 en Suisse / Belgique / France. Au départ, elle s’appelait « clause d’expression / de
langue française ».

Activité 2 : Le mot et le nom « Molière »


Écoutez à partir de 0:36 et retrouvez les informations.

1. « La langue de Molière » désigne :


□ les expressions françaises.
□ la langue française en général.
□ la langue française du XVIIème siècle.
2. Désigner une langue avec le nom d’un auteur emblématique est :
□ n’existe que pour le français.
□ existe pour d’autres langues.

3. Pour parler du français, on peut aussi dire la langue de Victor Hugo.


□ Vrai
□ Faux

4. Le style de langue de Molière varie en fonction :


□ de l’intrigue.
□ des personnages.

5. Depuis l’époque de Molière, la langue française :


□ a beaucoup évolué.
□ n’a pas beaucoup changé.

6. Le nom de « Molière » est :


□ le vrai nom de l’écrivain.
□ le pseudonyme de Jean-Baptiste Poquelin.

7. À l’époque de Molière, dans le monde du théâtre, prendre un nom de scène était :


□ très courant.
□ assez rare.

8. Pourquoi Molière a-t-il choisi ce pseudonyme ?


□ On ne sait pas, il n’en a jamais parlé à personne.
□ On a quelques explications : il en avait parlé à ses amis.

Chronique Les mots de l’actualité du 05/05/2020


Rédactrice : Delphine Ripaud
9. À l’origine, « Molière » est :
□ un nom de village assez commun en France.
□ le nom d’une pierre de construction, la « meulière ».

10. Aujourd’hui, on écrit :


□ « Moliere ».
□ « Molière ».

11. L’écrivain Jean-Baptiste Poquelin écrivait :


□ « Moliere ».
□ « Molière ».

Activité 3 : Le récap’
Avez-vous mémorisé les informations relatives à Molière » ? Retrouvez les mots
manquants !

Depuis 2016, la « ……………. Molière » impose de parler français au travail.


« La ……………. de Molière » désigne le français.
Molière écrivait des ……………. de théâtre au XVIIème siècle.
Le nom de « Molière » est un ……………. , un nom de scène.
Son vrai nom est Jean-Baptiste ……………. .
Contrairement à aujourd’hui, Molière écrivait son nom de scène sans ……………. grave sur le
« e ».

Chronique Les mots de l’actualité du 05/05/2020


Rédactrice : Delphine Ripaud
Corrigés
Activité 1: Le mot dans l’actu

En 2017, on entend parler de « clause Molière ». C’est une mesure qui vise à imposer la langue française au
travail. Cette clause est née en 2016 en France. Au départ, elle s’appelait « clause de langue française ».

Activité 2 : Le mot et le nom « Molière »

1. « La langue de Molière » désigne :


X la langue française en général.

2. Désigner une langue avec le nom d’un auteur emblématique est :


X existe pour d’autres langues.

3. Pour parler du français, on peut aussi dire la langue de Victor Hugo.


X Faux

4. Le style de langue de Molière varie en fonction :


X des personnages.

5. Depuis l’époque de Molière, la langue française :


X a beaucoup évolué.

6. Le nom de « Molière » est :


X le pseudonyme de Jean-Baptiste Poquelin.

7. À l’époque de Molière, dans le monde du théâtre, prendre un nom de scène était :


X très courant.

8. Pourquoi Molière a-t-il choisi ce pseudonyme ?


X On ne sait pas, il n’en a jamais parlé à personne.

9. À l’origine, « Molière » est :


X un nom de village assez commun en France.

10. Aujourd’hui, on écrit :


X « Molière ».

11. L’écrivain Jean-Baptiste Poquelin écrivait :


X « Moliere ».

Activité 3 : Le récap’

Avez-vous mémorisé les informations relatives à Molière » ? Retrouvez les mots manquants !

Depuis 2016, la « clause Molière » impose de parler français au travail.


« La langue de Molière » désigne le français.
Molière écrivait des pièces de théâtre au XVIIème siècle.
Le nom de « Molière » est un pseudonyme, un nom de scène.
Son vrai nom est Jean-Baptiste Poquelin.
Contrairement à aujourd’hui, Molière écrivait son nom de scène sans accent grave sur le « e ».

Chronique Les mots de l’actualité du 05/05/2020


Rédactrice : Delphine Ripaud