Vous êtes sur la page 1sur 2

Les entrepôts sont-ils morts ?

« Je viens de commander un pantalon jaune sur votre site en taille 42, quand va-t-il arriver ? »
Cette question anodine d’un client qui a réalisé une commande 5 min avant en utilisant son
smartphone et en faisant en sorte de ne rien payer de trop, et surtout pas de frais de port,
c’est vous, c’est moi, c’est le client de 2017. Exigeant, polymorphe, habile et engagé, il veut
des produits basiques mais pas diminués, un service personnalisé mais n’est pas toujours
prêt à le financer. « Après tout, je suis client et tout le monde offre les frais de port mainte-
nant ! » Oui sauf que... La logistique est-elle un métier zéro coût ? Le consommateur change,
la distribution se métamorphose, et les entrepôts ?

©JOSSDIM-FOTOLIA
uteur de la thèse « Des usines à colis », intense aux technologies de l’information et à

A le sociologue David Gaborieau sou-


ligne que l’émergence des entrepôts
logistiques est liée aux transformations du
la robotique. Sous la pression d’une économie
qui leur demande toujours plus au moindre
coût, les entrepôts sont souvent le maillon de la
monde industriel. Autrefois la logistique était chaîne logistique qui doit supporter la plupart
opérée dans les usines, et l’externalisation a des contraintes pour être toujours plus produc-
commencé à se produire dans les années 1970- tif. La réponse des ingénieurs a été l’automati-
1980, ne cessant de se développer depuis, la sation, qui a certes amélioré les rythmes mais
croissance étant aujourd’hui portée par celle du qui n’a pas rendu le travail moins répétitif.
commerce en ligne. Les préparateurs de commande – le « gros » des
troupes – sont amenés à exécuter des tâches
L’entrepôt, parent pauvre récurrentes, que les robots n’ont pas rendues
d’une chaîne logistique en mutation ? plus enrichissantes.
Incontestablement, l’entrepôt de 2017 est un En outre, la généralisation de la gratuité des
outil moderne, ayant un recours de plus en plus frais de préparation de commandes, notam-
ment dans l’e-commerce, a créé une vision de
la logistique déformée en la faisant passer pour
une opération « sans valeur » dans la tête des
donneurs d’ordre, et en particulier des clients
finaux. En réaction logique à cette perception,
de plus en plus d’opérateurs de commandes
©OPENYOURWEB

Frédéric Klotz en sont venus à considérer leur travail comme


Fondateur d’OpenYourWeb,
conseil en Supply-Chain du e-commerce n’ayant pas de valeur ajoutée, alors même que
contact@openyourweb.net les cadences le dévalorisent déjà.

154 N°112 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


Alors, l’entrepôt pourra-t-il rester ce parent comme la distribution qui focalise tous ses
pauvre d’une chaîne logistique secouée par les efforts sur les points de vente de proximité
mutations économiques, culturelles et numé- après avoir misé massivement sur des hyper-
riques ? marchés aux dimensions titanesques ?

Vers un foisonnement de lieux de stockage ? Une mue technologique du transport


Des acteurs du commerce de détail commencent Le monde du transport aussi entreprend sa
à réfléchir leur logistique autrement. Opératrice mue technologique. Avec son service de « 3D
d’une solution de premier kilomètre, la société Printing », UPS est devenu fabricant de pièces
Wing est par exemple en train de mettre en détachées. Le fournisseur de pièces ne lui fait
place pour certains clients un parcours logis- plus parvenir de colis contenant les produits à
tique qui court-circuite l’étape de stockage : transporter mais un simple fichier informatique
le stock affiché à la vente dans les boutiques contenant les données du transport et celles de
et sur les canaux de vente digitaux est celui la pièce à imprimer : ici aussi, l’étape de stoc-
présent dans… les boutiques du client. Ainsi, kage a disparu.
quand une commande vient de Lille et que le Alors, l’entrepôt est-il mort pour autant ? En
produit est disponible dans un point de vente s’adaptant, les entrepôts pourront survivre. En
de Mont de Marsan, alors un ordre de prépara- parvenant par exemple à passer d’un modèle
tion tombe dans la boutique qui doit le prépa- spécialisé et centralisé à une organisation
rer, un coursier vient récupérer la commande souple et mieux répartie géographiquement, en
lors de sa tournée et il est remis à un atelier qui apportant des services à valeur ajoutée visibles
l’emballe et l’expédie. pour les clients finaux, ou encore en faisant en
Ce type d’expérimentation présage-t-il un ave- sorte de laisser l’itératif aux seules machines,
nir fait d’un foisonnement de lieux de stoc- pour laisser à l’humain l’espace et le temps de
kage maillant le territoire, par opposition aux la réflexion. ■
entrepôts-mastodontes et centralisés ? Un peu

MARS 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°112 155

Vous aimerez peut-être aussi