Vous êtes sur la page 1sur 193

Chapitre 2

Caractéristiques des sections

2.1 PRÉAMBULE
Les calculs des différentes intégrales se font dans un repère cartésien ou
dans un repère cylindrique.
Coordonnées du point Surface infinitésimale
ds
Repère cartésien (y, z) dy dz
Repère cylindrique (r, u) r dr du

y
M
z = r cos u
y r y = r sin u
u
z r 2 = y2 + z2
O z

Figure 2.1
2.2 Définitions 19

2.2 DÉFINITIONS
2.2.1 Surface
Surface de la section (S) :

S= ds [m2 ]
S

y (S)
G

yG
z
O zG

Figure 2.2

2.2.2 Centre de gravité


Position du centre de gravité de la section (S) par rapport à l’axe Oy :

© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

y ds H Oz
yG = S = [m]
S
ds S

Position du centre de gravité de la section (S) par rapport à l’axe Oz :



z ds HO y
z G = S = [m]
S
ds S

2.2.3 Moment statique


Moment statique de la section (S) par rapport à l’axe Oy :

HO y = z ds [m3 ]
S
20 2 • Caractéristiques des sections

Moment statique de la section (S) par rapport à l’axe Oz :



H Oz = y ds [m3 ]
S

Propriétés
– Le moment statique d’une surface est nul par rapport à un axe passant
par son centre de gravité.
– Le moment statique d’une surface est égal au produit de sa surface par
la distance de son centre de gravité :
HO y = S zG H Oz = S yG

2.2.4 Moment d’inertie


Moment d’inertie (ou moment quadratique) de la section (S) par rapport à
l’axe Oy : 
IO y = z 2 ds [m4 ]
S

Moment d’inertie de la section (S) par rapport à l’axe Oz :



I Oz = y 2 ds [m4 ]
S

Propriétés
– Les moments d’inertie sont toujours positifs.
– Les moments d’inertie sont minimaux au centre de gravité de la section
(voir le théorème d’Huygens en 2.3.1 pour l’explication).

2.2.5 Produit d’inertie


Produit d’inertie de la section (S) par rapport aux axes Oy et Oz :

I O yx = yz ds [m4 ]
S
2.2 Définitions 21

2.2.6 Moment polaire


Moment polaire de la section (S) par rapport à l’axe Ox :

IO = r 2 ds [m4 ]
S

Propriétés
– Le moment polaire est toujours positif.
– Relation entre le moment polaire et les moments quadratiques :
 
2
IO = r ds = (y 2 + z 2 ) ds = I O y + I Oz
S S

2.2.7 Axes principaux d’inertie

Le repère formé par les axes principaux d’inertie GY et G Z


 est tel que :
– Le produit d’inertie est nul dans ce repère.
– Les moments d’inertie sont respectivement maximal par rapport à un
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

axe et minimal par rapport à l’autre. Ces moments sont alors appelés
moments principaux d’inertie.

Propriétés
– Si la section possède un axe de symétrie, cet axe est un axe principal
d’inertie.
– Si la section possède deux axes de symétrie, ces axes sont des axes prin-
cipaux d’inertie.

2.2.8 Rayon de giration


Rayon de giration d’une surface (S) par rapport à l’axe Oy :

IO y
iOy = [m]
S
22 2 • Caractéristiques des sections

Rayon de giration d’une surface (S) par rapport à l’axe Oz :



I Oz
i Oz = [m]
S

2.3 THÉORÈMES ET PROPRIÉTÉS


2.3.1 Théorème de Huygens
Connaissant les inerties d’une surface dans un repère (G,y ,z), le théorème
de Huygens permet d’exprimer les inerties dans un repère d’axes parallèles
(O,y ,z). La réciproque est naturellement vraie.
IOy = IGy + S z 2G
IOz = IGz + S yG2
IOyz = IGyz + S yG z G

2.3.2 Changement de repère


a) Repère orienté par un angle a
On considère le repère (Oz 1 , Oy1 ) orienté par un angle a par rapport au
repère (Oz, Oy ). Les coordonnées d’un point dans ce nouveau repère sont :
y1 = − sin(a)z + cos(a)y
z 1 = cos(a)z + sin(a)y
Les moments d’inertie d’une section dans le nouveau repère s’écrivent :
1 1
IGy1 = (IGz + IGy ) + (IGz − IGy ) cos(2a) + IGyz sin(2a)
2 2
1 1
IGz1 = (IGz + IGy ) − (IGz − IGy ) cos(2a) − IGyz sin(2a)
2 2
Le produit d’inertie est :
1
IGy1 z1 = (IGz − IGy ) sin(2a) + IGyz cos(2a)
2
2.3 Théorèmes et propriétés 23

b) Repère principal d’inertie


 et OY et le repère (Oz, Oy )
L’angle a entre le repère principal d’inertie O Z
est :
2IGyz
tan(2a) =
IGy − IGz
Les moments d’inertie principaux, respectivement maximal et minimal,
sont :   
1  2
Imax = IGy + IGz − IGy + 4IGyz
2
  
1  2
Imin = IGz − IGz − IGy + 4IGyz
2

Y 
Z
y (S)
a
G

yG
z
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

O zG

Figure 2.3

2.3.3 Décomposition d’une surface


Une section (S) peut être décomposée en n sections élémentaires (Si ), i ∈
{1, .., n}. Les caractéristiques géométriques de la section (S) peuvent être
calculées à partir de la somme algébrique des caracteristiques géométriques
des sections (Si ), en utilisant si nécessaire le théorème de Huygens pour le
transport des inerties.
Exemple. Calcul des caractéristiques d’une cornière en L

(S) = (S1 ) + (S2 ) − (S3 )


24 2 • Caractéristiques des sections

y e e e
z h h e e
G
O O O O
b b

(S) (S1 ) (S2 ) (S3 )

Section e(h + b − e) he be e2

Moment
e 2 eh2 be2 e3
statique (h + be − e2 )
/Oz 2 2 2 2

Moment
e 3 eh3 be3 e4
d’inertie (h + be2 − e3 )
/Oz 3 3 3 3

Tableau 2.1

Coordonnées du centre de gravité de la surface (S) :

H(S1) (S2 ) (S3 )


Oz + H Oz − H Oz h 2 + be − e2
yG(S) = =
S (S) 2(h + b − e)

H(S1) (S2 ) (S3 )


O y + HO y − HO y he + b2 − e2
z (S)
G = =
S (S) 2(h + b − e)
2.4 Caractéristiques des principales sections 25

2.4 CARACTÉRISTIQUES DES PRINCIPALES


SECTIONS
Centre de
Géométrie Section Moment statique Moment quadratique
gravité

a a3 a4
y zG = HOz = IGz =
z G 2 2 12
2
S=a
O a4
a a3 IGy =
a yG = HOy = 12
2 2

A A 3 − a2 A A 4 − a4
y zG = HOz = IGz =
z G a 2 2 12
S = A2 − a 2
O A 4 − a4
A A3 − a2 A IGy =
A yG = HOy = 12
2 12

b bh2 bh3
y zG = HOz = IGz =
z G h 2 2 12
S = bh
O hb3
h b2 h IGy =
b yG = HOy = 12
2 2
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

y B BH2 − bhH BH3 − bh3


zG = HOz = IGz =
z h H 12
G 2 2
S = BH − bh
O HB3 − hb3
b H B2 H − bhB IGy =
yG = HOy = 12
B 2 2

y B BH2 − hH(B − b) BH3 − h3 (B − b)


z G h H zG = HOz = IGz =
b 2 2 12
S = BH − h(B − b)
O H B2 H − hB(B − b) B3 H − h(B3 − b3 )
B yG = HOy = IGy =
2 2 12

y B BH2 − h2 (B − b) BH3 − h3 (B − b)
z G h H zG = HOz = IGz = − yG2 S
b 2 2 3
S = BH − h(B − b)
O HOz B2 H − hB(B − b) B3 H − h(B3 − b3 )
B yG = HOy = IGy =
S 2 12
26 2 • Caractéristiques des sections

Centre de
Géométrie Section Moment statique Moment quadratique
gravité

y b h HOy (B − b)h2 + bH2 (B − b)h3 + bH3


z H zG = HOz = IGz = − yG2 S
G h S 2 3
S = BH − h(B − b)
O
B HOz B2 h + hb2 h B3 + hb3 2
yG = HOy = IGy = − zG S
S 2 3

y b BH2 − hH(B − b) BH3 − h3 (B − b)


z G h H zG = B− HOz = IGz =
b 2 12
S = BH − h(B − b) 2
O
B H HOy = zG S 2hb3 + (H − h)(2B − b)3
yG = IGy =
2 24

y b bh2 bh3
zG = HOz = IGz =
z h 36
1 3 6
G S = bh
O 2 hb3
b h b2 h IGy =
yG = HOy = 36
3 6

y d pd3 pD4
zG = HOz = IGz =
z G 64
pd2 2 8
S=
O 4 pD4
d d pd3 IGy =
yG = HOy = 64
2 8

y D p(D3 − d2 D) p(D4 − d4 )
zG = HOz = IGz =
z G d 64
p(D2 − d2 ) 2 8
S=
O 4 p(D4 − d4 )
D D p(D3 − d2 D) IGy =
yG = HOy = 64
2 8

 
y d d3 d4 p 8
z G zG = HOz = IGz = −
pd2 2 12 16 8 9p
O S=
8
d 2d pd3 pd4
yG = HOy = IGy =
3p 16 128
2.5 Exemple : caractéristiques d’une section en T 27

Centre de
Géométrie Section Moment statique Moment quadratique
gravité

 
y 4r r3 r4 p 8
z G zG = HOz = IGz = −
pr 2 3p 3 2 8 9p
O S=
4 4r  
r r3 r4 p 8
yG = HOy = IGy = −
3p 3 2 8 9p

a pab2 pab3
y IGz =
z b zG = HOz = 64
G pab 2 8
S=
O 4 pa3 b
a b pa2 b IGy =
yG = HOy = 64
2 8

y G h 2eh2 − e2 h eh3 + e3 h − e4
z h zG = HOz = IGz =
2 2 2 12
e S = 2eh − e
O h 2eh2 − e2 h eh3 + e3 h − e4
yG = HOy = IGy =
2 2 12

h h3 h4
y IGz =
z zG = HOz = 48
h h2 2 4
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

G S=
2 h4
O h h3 IGy =
h yG = HOy = 48
2 4

2.5 EXEMPLE : CARACTÉRISTIQUES D’UNE SECTION


EN T
y
L
S1 e = 10 mm
e H = 120 mm
G H
yG L = 120 mm
e
z
O zG S2
28 2 • Caractéristiques des sections

1. Surface :
S = S (S1 ) + S (S2 ) = e L + e (H − e)
= 10 × 120 + 10 × (120 − 10) = 2300 mm2
2. Moments statiques :
H O y = H(S 1) (S1 )
O y + HO y
 z=L  y=H  z=L/2+e/2  y=H −e
= z dy dz + z dy dz
z=0 y=H −e z=L/2−e/2 y=0
 120  65
z2 z2
= [y]120
110 + [y]110
0 = 138 000 mm
3
2 0 2 55

H Oz = H(S1) (S1 )
Oz + H Oz
 z=L  y=H  z=L/2+e/2  y=H −e
= y dy dz + y dy dz
z=0 y=H −e z=L/2−e/2 y=0
 120  110
y2 y2
= [z]120
0 + [z]65
55 = 198 500 mm3
2 110 2 0

3. Centre de gravité :
H Oz HO y
yG = = 86, 3 mm zG = = 60 mm
S S
4. Moments d’inertie :
– Au point O :
I O y = I O(Sy1 ) + I O(Sy1 )
 z=L  y=H  z=L/2+e/2  y=H −e
= z 2 dy dz + z 2 dy dz
z=0 y=H −e z=L/2−e/2 y=0
 
3 120
 
3 65
z z
[y]120 0 = 9, 73 × 10 mm
[y]110 6 4
= 110 +
3 0 3 55
2.5 Exemple : caractéristiques d’une section en T 29

(S1 ) (S1 )
I Oz = I Oz + I Oz
 z=L  y=H  z=L/2+e/2  y=H −e
2
= y dy dz + y 2 dy dz
z=0 y=H −e z=L/2−e/2 y=0
 120  110
y3 y3
= [z]120
0 + [z]65
55 = 20, 3 × 106 mm4
3 110 3 0

– Au point G :

IGy = I O y − z 2G S = 1, 45 × 106 mm4

IGz = I Oz − yG2 S = 3, 19 × 106 mm4


5. Produit d’inertie :

I O yz = I O(Syz
1)
+ I O(Syz
1)

 z=L  y=H  z=L/2+e/2  y=H −e


= yz dy dz + yz dy dz
z=0 y=H −e z=L/2−e/2 y=0
 120  120  65  110
z2 y2 z2 y2
= 11, 9 × 106 mm4
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

= +
2 0 2 110 2 55 2 0

6. Rayon de giration :

IO y
iOy = = 65, 0 mm
S

I Oz
i Oz = = 94, 0 mm
S
I — Poutre et torseur de cohésion

I.1 Introduction au dimensionnement des structures


Dimensionnement des structures
Une structure est un assemblage intelligent d’éléments et de matériaux afin d’assurer une
fonction. La figure I.1 montre par exemple la structure en balsa d’un avion d’aéromodélisme
permettant d’assurer la forme de la voilure portante, ainsi que la structure d’un pylône
électrique qui permet de maintenir les lignes électriques à une certaine hauteur.
Le but du dimensionnement est de déterminer les formes, dimensions, matériaux afin de
satisfaire la fonction demandée dans toutes les conditions de vie de la structure. Par exemple
la structure en balsa de l’avion d’aéromodélisme doit résister aux efforts aérodynamiques

Figure I.1 – Exemples de structures : structure en balsa d’un avion d’aéromodélisme, pylône
électrique
2 Poutre et torseur de cohésion

Figure I.2 – Problème réel : dimensionnement des pieds d’une table.

en vol, la structure du pylône électrique doit résister à des vents forts et des surcharges de
neige et de verglas.
Deux principales méthodes existent pour dimensionner une structure :
— Méthode non prédictive "essai-erreur" : on construit un prototype réel (ou une maquette
à échelle réduite), puis on le teste en condition réelle ; cette méthode a l’avantage de
ne faire appel à aucune connaissance a priori de la mécanique mais est coûteuse.
— Méthode prédictive : on fait un modèle mécanique "virtuel" basé sur des équations ma-
thématiques, puis on le teste ; cette méthode est moins couteuse, mais a l’inconvénient
de faire appel à des connaissances de mécanique et de mathématiques.
C’est cette deuxième méthode qui est développée dans ce cours. On se limite au dimension-
nement des structures en statique et en élasticité linéaire.

Problème réel
Le problème réel fait intervenir (Fig. I.2) :
— Une structure, comprenant des incertitudes sur sa géométrie et son matériau ;
— Des liaisons avec l’extérieur, souvent assez mal maitrisées ;
— Des efforts appliqués, parfois assez complexes.
Lors de la phase de conception, la solution réelle de ce problème n’est pas accessible (dépla-
cements, contraintes, ...). Une fois la structure fabriquée et placée dans son environnement,
la solution est partiellement accessible par des mesures (jauges de déformation, photoélas-
ticité,... ).

I.1.1 Modéle mécanique


Afin de trouver une solution approchée du problème réel, on utilise un modèle mathématique
du problème réel. Les modèles généralement utilisés en mécanique sont :
— le modèle de poutre,
— le modèle de plaque,
I.2 Modèle de poutre 3

1111
0000 111
000
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 2 variables 000
111 3 variables
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
1 variable 0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
0000
1111 000
111
a) poutre b) coque c) tridimensionnel

Figure I.3 – Trois modèles du pied de table.

— le modèle de coque,
— le modèle plan en contraintes planes,
— le modèle plan en déformations planes,
— le modèle axisymétrique,
— le modèle tri-dimensionnel.
Pour l’exemple précédent d’un pied de table, on peut par exemple choisir :
— Le modèle de poutre (Fig. I.3 a) :
— hypothèse cinématique de poutre
— 1 variable le long de l’axe de la poutre décrit le problème
— encastrement de type poutre
— torseurs d’efforts équivalents
— Le modèle de coque (Fig. I.3 b) :
— hypothèse cinématique de coque
— 2 variables sur la surface moyenne de la coque décrivent le problème
— encastrement de type coque
— torseurs d’efforts équivalents distribués
— Le modèle tri-dimensionnel (Fig. I.3 c) :
— encastrement tri-dimensionnel
— 3 variables dans les 3 directions de l’espace décrivent le problème
— forces surfaciques distribuées
Pour les trois modèles proposés, l’encastrement est modélisé de façon parfaite alors que la
liaison réelle est réalisée par une pièce intermédiaire souple. Ces modèles ne permettent pas
de dimensionner cette pièce intermédiaire. C’est au concepteur de choisir le modèle le plus
adapté par rapport aux critères de dimensionnement qu’il pense être les plus judicieux.

I.2 Modèle de poutre


Hypothèses géométriques
La figure I.4 montre un assemblage de poutres permettant de construire une charpente
métallique. Une poutre est un solide dont une dimension est plus grande que les 2 autres.
4 Poutre et torseur de cohésion

Figure I.4 – Charpente constituée d’un assemblage de poutres

Ω1 11
00
00
11
00
11
00
11
Ω2
Σ


MOΣ
Ω1


s

Figure I.5 – Modèle de poutre et coupure fictive en deux parties.

D’un point de vue plus géométrique, une poutre Ω est un solide engendré par une surface
plane Σ appelée section droite constante ou légèrement variable dont le plan reste orthogonal
à une courbe Γ de grand rayon appelée ligne moyenne décrite par le centre de surface OΣ
de la section droite Σ (Fig. I.5). La plus grande dimension transversale est petite devant la
longueur de la fibre moyenne (rapport de 5 à 10 au moins).
Dans le cadre de ce cours, on ne s’intéresse qu’aux poutres droites, c’est à dire celles
dont la ligne moyenne est une droite. De plus, dans la majorité des cas, on ne prend que
des sections constantes.

Hypothèses sur le matériau


On suppose que le matériau est :
— homogène : les propriétés sont les mêmes en tout point,
— isotrope : les propriétés sont les mêmes dans toutes les directions, ce qui n’est pas le
cas d’un matériau composite,
— continu : le matériau ne contient pas d’aspérités, il y a continuité de la matière.

Hypothèses sur les déformations et les déplacements


On suppose que les déformations sont petites et restent dans le domaine élastique. De plus
le déplacement est aussi considéré petit devant la taille de la poutre, cela permet de faire
I.3 Poutre dans son environnement 5

F F F
2 2

σ σ

Figure I.6 – Principe de Saint-Venant.

Figure I.7 – Hypothèse de Bernoulli.

tous les calculs sur la configuration initiale et non déformée de la poutre.

Hypothèses sur le chargement


Le chargement est appliqué progressivement, on néglige les effets d’inertie et on ne s’intéresse
qu’à la configuration finale statique.

Principe de Saint-Venant
Les contraintes et les déformations dans une région éloignée du point d’application des
efforts ne dépendent que du torseur des efforts de cohésion au point considéré (Fig. I.6).
Autrement dit, la façon dont on applique le chargement n’a pas d’influence loin de
l’application de la charge.

Hypothèse de Bernoulli
Une section de la poutre initialement plane et perpendiculaire à la ligne moyenne reste plane
et perpendiculaire à la ligne moyenne après déformation (Fig. I.7).

I.3 Poutre dans son environnement


La poutre dans son environnement subit des actions mécaniques extérieures (Fig. I.8). Ces
actions sont partagées en deux groupes : actions des liaisons et actions des efforts extérieurs.

— La poutre est en liaison avec l’extérieur aux points Ai :



y


x
A1 B1 B2 An Bm
Figure I.8 – Poutre dans son environnement.
6 Poutre et torseur de cohésion

n o
— torseurs des actions mécaniques notés LAi
→ ces actions sont inconnues
— Les efforts extérieurs sont appliqués aux points Bi
n o
— torseurs des actions mécaniques notés ∆Bi
→ ces actions sont connues
Dans le plan (−

x ,−

y ), les liaisons classiquement rencontrées
 sont
 :

→y n o 
 Fx M x 
 

— encastrement : −
→ L = F 0
A x y
 

 0 
M z A
 


yA  Fx Mx 



x nLo =
 

— articulation : F 0
y

  
 0 0 A


yA
 


x n o  0

 Mx 


— appui simple : L = F 0
y

  
 0 0 A
La poutre est en équilibre sous l’action des efforts cités ci-dessus. Le principe fondamental
de la statique s’écrit
liaisons n
i=nb.X o i=nb.
X efforts n o n o
LAi + ∆Bi = 0
i=1 i=1

ou plus simplement avec les notations de ce cours


n o n o n o
L + ∆ = 0 .

La poutre est en équilibre isostatique si toutes les inconnues de liaisons peuvent être
déterminées en écrivant l’équilibre de la poutre. La poutre est en équilibre hyperstatique si
certaines inconnues de liaisons ne peuvent pas être déterminées en écrivant l’équilibre de la
poutre : le nombre d’inconnues non déterminées donne le degré d’hyperstatisme. Enfin, si il
y a plus d’équations que d’inconnues de liaisons, la poutre est mobile : le nombre d’équations
supplémentaires par rapport au nombre d’inconnues de liaisons est le degré de mobilité.

I.4 Torseur de cohésion


I.4.1 Définition
Une poutre Ω est coupée en deux parties par une section fictive Σ de centre de section
OΣ (Fig. I.5). Le torseur de cohésion est le torseur des actions mécaniques de Ω2 sur Ω1 à
travers la surface Σ exprimé en OΣ .
L’action surfacique de Ω2 sur Ω1 à travers la surface Σ est une force surfacique appelée
"vecteur contrainte" pour la direction normale − →
n à Σ ; cette action surfacique est notée

→ −

T (M, n ) (Fig. I.9). Le torseur de cohésion est la somme sur la surface Σ de T (M, →

− −
n ) où

→n est le vecteur tangent à l’axe de la poutre en O . Σ
I.4 Torseur de cohésion 7

Ω1 −

OΣ n


T (M, −

n)

Figure I.9 – Vecteur contrainte.

La résultante vaut : ZZ

→ −

s = T (M, →

n )dΣ.
Σ
Le moment au point OΣ de Σ vaut :
ZZ

→ −−−→ − →
MO Σ = OΣ M ∧ T (M, →

n )dΣ.
Σ

Finalement le torseur de cohésion en OΣ vaut :


( −
→ )
n o s
KOΣ = −

MO Σ O
Σ

I.4.2 Détermination
La détermination du torseur de cohésion se fait en écrivant l’équilibre de Ω1 ou de Ω2 . On
utilise les notations suivantes :

L : torseur des actions mécaniques inconnues sur la poutre Ω provenant des liaisons,

∆ : torseur des actions mécaniques connues sur la poutre Ω,

L → 1 : torseur des actions mécaniques inconnues sur la partie Ω1 ,

∆ → 1 : torseur des actions mécaniques connues sur la partie Ω1 ,

L → 2 : torseur des actions mécaniques inconnues sur la partie Ω2 ,

∆ → 2 : torseur des actions mécaniques connues sur la partie Ω2 ,
 
2 → 1 = KOΣ : torseur des actions mécaniques de Ω2 sur Ω1 , c’est à dire le torseur
de cohésion.

L’équilibre de la poutre s’écrit n o n o n o


L + ∆ = 0 .
n o
Ceci permet de déterminer le torseur inconnu L dans le cas ou le problème est isostatique.
L’équilibre de la partie Ω1 s’écrit
n o n o n o n o
L→1 + ∆→1 + 2→1 = 0
n o n o
où 2 → 1 est le torseur de cohésion KOΣ . On en déduit que le torseur de cohésion vaut
n o n o n o
KOΣ = − L → 1 − ∆ → 1 .
8 Poutre et torseur de cohésion

N Mt Mfz


x −

x −

Ty x
Traction Torsion Flexion
Figure I.10 – Différentes sollicitations pour les poutres.

Traction Torsion Flexion pure Flexion simple


(plan (−

x ,−

y )) (plan (−

x,−→y ))
       
n o  N 0   0 Mt   0 0   0 0 
KOΣ = 0 0 0 0 0 0 T 0
       y 
0 0 O 0 0 O
0 Mfz O 0 Mfz O
Σ Σ Σ Σ

Tableau I.1 – Sollicitations simples.

L’équilibre de la partie Ω2 s’écrit


n o n o n o n o
L→2 + ∆→2 + 1→2 = 0
n o n o n o
où 1 → 2 = − 2 → 1 = − KOΣ d’après le théorème des actions mutuelles. On en
déduit que le torseur de cohésion vaut
n o n o n o
KOΣ = L → 2 + ∆ → 2 .

I.4.3 Classification des sollicitations


Dans le cas d’une poutre droite, on utilise habituellement le repère orthonormé (−

x ,−
→y ,−

z)

→ −
→ −

où x est suivant la ligne moyenne et les vecteurs y et z sont dans les directions transver-
sales. Dans ce repère, le torseur de cohésion vaut
 
 N Mt 

 
n o 
KOΣ = T
y M fy

  
 T M f z O
z
Σ


— N est l’effort normal,
— Ty est l’effort tranchant suivant −

y,
— T est l’effort tranchant suivant −
z

z,
— Mt est le moment de torsion,
— Mfy est le moment de flexion autour de −

y (flexion dans le plan (−

x ,−

z )),
— Mfz est le moment de flexion autour de −

z (flexion dans le plan (−

x ,−

y )).
La figure I.10 présente graphiquement ces différents cas. Les sollicitations simples étu-
diées dans la suite du cours sont répertoriées dans le tableau I.1.
II — Sollicitations simples sur les poutres

II.1 Traction
II.1.1 Torseur de cohésion

On suppose une poutre d’axe −→x soumise à un chargement de traction : F − →


x à l’extremité


droite en A et −F x à l’extrémité gauche en O (Fig. II.1). L’aire de la section est notée S.
En isolant la partie (2) pour calculer le torseur de cohésion,
n o n o n o
KOΣ = L → 2 + ∆ → 2


→ −

−F −

x y y


z −

z
O O

OΣ OΣ σ−

x
Σ Σ
l −

x
A
F−

x


x

Figure II.1 – Poutre en traction.


10 Sollicitations simples sur les poutres

avec
n o n o
L→2 = 0

et
n o n −
→o n −−→ o n −
→o
∆ → 2 = F−

x|0 = F−

x | OΣ A ∧ F −

x = F−

x|0
A | {z } OΣ OΣ


= 0 car colinéaires

on a
n o n −
→o
KOΣ = F −

x|0

donc l’effort normal N vaut ici F .

II.1.2 Contrainte normale


On suppose que le vecteur contrainte dans une section de la poutre (perpendiculaire à la
ligne moyenne) est porté par −→x et qu’il est uniforme sur toute la surface Σ. On note le


vecteur contrainte σ x ou σ est la contrainte normale de traction.
Le torseur de cohésion en OΣ centre de la section Σ vaut :
( −
→ )
n o S
TO Σ = −

MO Σ O
Σ

avec
ZZ ZZ


S = σ−

x dΣ = σ dΣ −

x = σS −

x
Σ Σ
| {z }
=S aire section

et
ZZ

→ −

MOΣ = (y −

y + z−

z ) ∧ σ−

x dΣ = 0
Σ

car y et z sont des fonctions impaires intégrées sur des intervalles symétriques. Finalement :
( )
n o N−→
x
TO Σ = −

0 OΣ

où N est l’effort normal qui vaut N = σS ou encore

N
σ= .
S

On parle de traction lorsque N et σ sont positifs, on parle de compression quand N et


σ sont négatifs.

II.1.3 Allongement, déformation et déplacement


Allongement
Lorsque la poutre est soumise à de la traction, le matériau étant déformable, elle s’allonge.
Cet allongement, noté ∆l, a une unité (millimètre ou mètre). La valeur de ∆l, pour un
même matériau et une même section S, dépend de la longueur l.
II.1 Traction 11

x x + δx

δx
u(x) u(x + δx)

u(x + δx) − u(x) + δx

Figure II.2 – Déformation d’un tronçon de poutre en traction

Déformation
Afin de pouvoir comparer les résultats entre eux, on préfère utiliser une grandeur adimen-
sionnée que l’on note ǫ et qui vaut
∆l
ǫ= .
l
On appelle ǫ l’allongement axial unitaire.
La déformation axiale entraine pour la plus part des matériaux des déformations dans
les directions transversales −

y et −

z notées ǫy et ǫz . Elles valent

ǫy = ǫz = −νǫ.

Le coefficient ν est appellé coefficient de Poisson, il caractérise le rétrécissement transversal


d’une poutre sollicitée en traction. Ce coefficient a été caractérisé par Siméon Denis Poisson
(français, 1781-1840).

Déplacement
−−→
La section fictive Σ située à l’abscisse x (OOΣ = x−

x ) se déplace dans la direction axiale −

x

→ −

d’un vecteur u(x) x . Autrement dit, le vecteur u(x) x est le vecteur déplacement du point
OΣ .
On montre qu’il existe une relation entre la déformation ǫ(x) à l’abscisse x et le dépla-
cement u(x) donnée par
du(x)
ǫ(x) =
.
dx
La déformation est la dérivée du déplacement par rapport à x.
Preuve On isole un petit tronçon de poutre de longueur δx compris entre les abscisses x et x + δx (Fig.
II.2). L’extrémité de gauche se déplace d’une valeur u(x), la section de droite se déplace d’une valeur
u(x + δx). La longueur finale du tronçon est u(x + δx) − u(x) + δx, son allongement est u(x + δx) − u(x).
La déformation du tronçon est alors
u(x + δx) − u(x)
ǫ=
δx
En faisant tendre δx vers 0, on obtient exactement la définition de la dérivée :
u(x + δx) − u(x) du(x)
lim =
δx→0 δx dx
On a bien
du(x)
ǫ=
dx
12 Sollicitations simples sur les poutres

F σ
∆L Re rupture
zone plastique
L S zone élastique
ǫ

Figure II.3 – Essai de traction

II.1.4 Relation contrainte-déformation


Les essais sur des éprouvettes soumises à de la traction (Fig. II.3) montrent que ǫ et σ sont
proportionnels et obéissent à la loi
σ = Eǫ
dans le domaine élastique du matériau (voir aussi la figure V.1 dans la partie sur le critère
de Tresca). Cette constante E ne dépend que du matériau, c’est le module de Young ou
module d’élasticité longitudinal. Ce module a été caractérisé par Thomas Young (anglais,
1773-1829).
Son unité est le Pascal.
La limite élastique Re est la contrainte maximale admissible du domaine élastique. Le
critère de dimensionnement d’une poutre en traction est donc
Re
σ<
s
où s est le coefficient de sécurité adopté.
En remplaçant ǫ par son expression en fonction de u, puis de N , on a
σ N
ǫ= = ,
E ES
soit la relation entre le déplacement et l’effort normal
du(x) N (x)
= .
dx ES(x)

II.1.5 Relation entre effort normal et chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu’à un effort axial linéique p− →
x . Par


exemple, pour une poutre verticale où l’axe x est vers le bas, cette force linéique vaut

p = ρgS

où ρ est la densité du matériau composant la poutre, g est la gravité et S est l’aire de la


section de la poutre.
Dans ce tronçon, on montre que l’on a la relation suivante entre l’effort normal et la
charge linéique :
dN
+ p = 0.
dx
II.2 Torsion 13

x x + δx
−N(x) p N(x + δx)

δx

Figure II.4 – Équilibre d’un tronçon de poutre en traction

111
000
000
111


y

000
111
er θ

000
111
α
C−

x
M

000
111
r γ −
→x
O M ′

000
111
z Σ A

000
111 −

Figure II.5 – Poutre sollicitée en torsion.

Preuve On isole un petit tronçon de poutre de longueur δx compris entre les abscisses x et x + δx (Fig.
II.4). L’extrémité de gauche subit la force −N (x) car la matière est à droite et, par convention, l’effort
normal est l’action de la partie de droite sur la partie de gauche (en supposant que l’axe positif soit vers la
droite). L’extrémité de droite subit la force N (x+δx). Le tronçon subit la force linéique p, soit la résultante
pδx. L’équilibre du tronçon s’écrit

−N (x) + N (x + δx) + pδx = 0

soit en divisant par δx


N (x + δx) − N (x)
+p = 0
δx
En faisant tendre δx vers 0, on obtient exactement la définition de la dérivée :

N (x + δx) − N (x) dN (x)


lim =
δx→0 δx dx
On a bien
dN (x)
+p=0
dx

II.2 Torsion
II.2.1 Torseur de cohésion
On suppose une poutre de section circulaire d’axe −

x , encastrée à son extrémité gauche O


et soumise à un moment C x à son extrémité droite A (figure II.5).
En isolant la partie (2) pour calculer le torseur de cohésion,
n o n o n o
KOΣ = L → 2 + ∆ → 2

avec
n o n o
L→2 = 0
14 Sollicitations simples sur les poutres



er y

τ−

e θ


z
Σ



Figure II.6 – Répartition de la contrainte tangentielle dans la section d’une poutre sollicitée en
torsion.

et n o n−
→ o n−
→ −−→ − →o n−
→ o
∆→2 = 0 | C−

x = 0 | C−

x + OΣ A ∧ 0 = 0 | C−

x
A OΣ OΣ
on a n−
n o → o
KOΣ = 0 | C−

x

donc le moment de torsion Mt vaut ici C.

II.2.2 Moment quadratique polaire de section


Le moment quadratique polaire de la section d’abscisse x est noté I0 (x). Il peut dépendre
de x si la section de la poutre varie, son expression est :
Z Z
I0 (x) = r2 dS
S(x)

Pour une section circulaire de rayon R (diamètre D = 2R), le calcul est le suivant :

R4 D4
Z r=R Z θ=2π
I0 = r2 (r dθ dr) = 2π =π
r=0 θ=0 4 32
Pour une section circulaire creuse de diamètre extérieur De et de diamètre intérieur Di ,
le moment quadratique polaire vaut
π 
I0 = De4 − Di4 .
32

II.2.3 Contrainte tangentielle


On utilise le repère cylindrique (−→
er , −

eθ , −

x ) pour repérer un point M de la poutre, ainsi
−−→ −
→ −

OM = x x + r e r . On suppose que le vecteur contrainte au point M appartenant à une
section de la poutre et pour la direction axiale − →
x est porté par −

e et qu’il est proportionel
θ
à r (Fig. II.6) :


T (M, →

x ) = τ−

On peut montrer que la contrainte tangentielle en un point M de la poutre vaut :


Mt (x)
τ (x, r) = r
I0 (x)
où I0 (x) est le moment quadratique polaire en OΣ de la section.
Preuve On suppose que la répartition de contrainte tangentielle τ est proportionnelle à r :
r
τ (x, r) = τmax
R
II.2 Torsion 15



y
α(x + δx)
α(x)

a
γ(x) r
δx
r
a


z x x + δx γ(x) α(x + δx) − α(x)

δx

Figure II.7 – Déformation et rotation des sections

où τmax est la valeur de la contrainte sur la peau de la poutre et R est la rayon de la poutre. Le moment
−→
du torseur de cohésion MOΣ vaut
ZZ

→ −−−→ → −
MOΣ = OΣ M ∧ T (M, →

n ) dΣ
Σ

soit ici ZZ ZZ

→ r→ τmax τmax →
MO Σ = r→

er ∧ τmax −
eθ dΣ = r 2 dΣ→

x = I0 −
x
Σ
R R Σ
R
Donc on a
I0
Mt = τmax
R
soit aussi
R
τmax = Mt
I0
En remplaçant dans l’expression de τ , on a bien le résultat attendu. •

II.2.4 Déformation et rotation des sections


Une section d’abscisse x tourne d’un angle α(x) sans se déformer. La déformation est une
distorsion angulaire entre deux sections trés proches caractérisée par γ(x). Elle est propor-
tionnelle à r et à la variation de α(x), soit

γ=r .
dx

Preuve Deux sections distantes de δx tournent respectivement des angles α(x) et α(x + δx). La rotation
relative entre les deux sections est de α(x + δx) − α(x) (Fig. II.7). Cette rotation relative provoque la
distorsion angulaire γ(x) qui caractérise la déformation en torsion. La relation entre γ(x) et α(x) est
établie géométriquement en dessinant deux triangles rectangles :
— un triangle dans le plan tangent au cylindre, qui fait apparaitre l’angle γ(x) (à gauche sur la figure
II.7),
— un triangle dans le plan de la section, qui fait apparaitre l’angle α(x + δx) − α(x) (à droite sur la
figure II.7). •
Ces deux triangles partagent un coté de longueur a. On peut écrire dans le triangle faisant intervenir γ(x)
que
a
tan γ(x) =
δx
16 Sollicitations simples sur les poutres

et dans le triangle faisant intervenir α(x) que


a
tan(α(x + δx) − α(x)) =
r
Les angles étant petits, on a
tan γ(x) ≈ γ(x)
et
tan(α(x + δx) − α(x)) ≈ α(x + δx) − α(x)
En écrivant l’égalité de a, on a
γ(x) δx = r(α(x + δx) − α(x))
En divisant par δx et en faisant tendre δx vers 0, on a la définition de la dérivée
α(x + δx) − α(x)
γ(x) = r lim
δx→0 δx
On a bien

γ(x) = r .
dx

II.2.5 Relation contrainte-déformation


La contrainte tangentielle τ est proportionnelle à la distorsion angulaire γ et au module
d’élasticité transversal G :
τ = Gγ.

En remplaçant γ par son expression en fonction de α, on a



τ = rG .
dx
En utilisant l’expression de τ en fonction du moment de torsion, on a donc
dα(x) Mt (x)
= .
dx GI0 (x)
Le module d’élasticité transversal G est fonction du module d’Young E et du coefficient
de Poisson ν :
E
G=
2(1 + ν)

II.2.6 Relation entre moment de torsion et chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu’à une répartition linéique de moment
c−

x.
Dans ce tronçon, on peut montrer que l’on a la relation suivante entre le moment de
torsion et la répartition linéique de moment :
dMt
+ c = 0.
dx
Preuve Soit un petit tronçon de poutre de longueur δx (Fig. II.8). L’équilibre en moment autour de →

x
s’écrit : Z x+δx
−Mt (x) + Mt (x + δx) + c(x) dx = 0
x
En supposant que le couple linéique c(x) est constant on a :
Z x+δx
c(x) dx = c δx
x
II.3 Flexion 17



y

c−

x

−Mt (x)−

x Mt (x + δx)−

x



z x x + δx

δx

Figure II.8 – Équilibre d’un tronçon de poutre en torsion

1111
0000


y L

0000
1111
0000
1111
Σ

0000
1111 A →
O OΣ −
x →

0000
1111
y
−F →

y

1111
0000


y →

z
allongement des fibres, traction
0000
1111
0000
1111
0000
1111


x

0000
1111 v(x) Déformée de la section
(coefficient de Poisson)

rétrécissement des fibres, compression

Figure II.9 – Poutre sollicitée en flexion.

donc l’équilibre devient


Mt (x + δx) − Mt (x)
−Mt (x) + Mt (x + δx) + c δx = 0 ⇒ = −c
δx
En faisant tendre δx vers 0, on a :
dMt dMt
= −c soit aussi + c = 0.
dx dx

II.3 Flexion
II.3.1 Torseur de cohésion
On suppose une poutre d’axe −→x , encastrée à son extrémité gauche O et soumise à un


chargement transversal −F y à son extrémité droite A (Fig. II.9).
En isolant la partie (2) pour calculer le torseur de cohésion, on a :
n o n o n o
KOΣ = L → 2 + ∆ → 2

avec n o n o
L→2 = 0
18 Sollicitations simples sur les poutres

et
n o n −
→o n −−→ o n o
∆ → 2 = −F −

y | 0 = −F −

y | OΣ A∧(−F −

y) = −F −

y | (l−x)−

x ∧(−F −

y)
A OΣ OΣ
n o n o
∆→2 = − F−

y |(x − l)F −

z

on a n o n o
KOΣ = − F−

y |(x − l)F −

z

donc l’effort tranchant Ty et le moment de flexion Mfz valent ici :

Ty = −F ; Mfz = (x − l)F.

II.3.2 Moment quadratique de section


Le moment quadratique autour de l’axe (OΣ , −

z ) de la section d’abscisse x est noté I(OΣ ,→
z ) (x).

Il peut dépendre de x si la section de la poutre varie, son expression est :


Z Z
I(OΣ ,→
z ) (x)
− = y 2 dS
S(x)

On définit le moment quadratique autour de l’axe (OΣ , −



y ) comme :
Z Z
I(OΣ ,→
y ) (x) =
− z 2 dS.
S(x)

Pour une section rectangulaire d’épaisseur h suivant −



y et de largeur b suivant −

z , le
calcul est le suivant :
Z h Z b Z h h y 3 i h2
2 2 2 bh3
I(OΣ ,→
z ) (x) =
− y 2 dzdy = b y 2 dy = b = .
− h2 − 2b − h2 3 − h2 12

De même, on a :
hb3
.I(OΣ ,→
y ) (x) =

12
Le théorème de transport de Huygens permet de calculer le moment quadratique d’une
section plus complexe :
I∆′ = I∆ + Sd2

où I∆ est le moment quadratique autour d’un axe passant par le barycentre de la section, S
est l’aire de la section et d est la distance entre les deux axes ∆′ et ∆. Le calcul de I pour
la section en "i" s’écrit :
b(a − h)3  bh3 a 2 
I= +2 + bh
12 12 2
Pour les sections les plus courantes, les moments quadratiques sont donnés sur la figure
II.10.

II.3.3 Contrainte normale


Une poutre en flexion subit des contraintes σ normales à la section et des contraintes tan-
gentielles τ . Dans le cas étudié, les fibres supérieures sont étirées et les fibres inférieures
sont comprimées. La fibre moyenne ne subit pas de contraintes normales.
II.3 Flexion 19



y −

y −

y



z −

z −

z
a h

a D
b
a4 bh3 πD4
I= I= I=
12 12 64

→y −

y



z −

z
a

d
b
D
π(D4 − d4 )
I= section en I
64
Figure II.10 – Moments quadratiques des sections courantes
20 Sollicitations simples sur les poutres



y
σmax
σ>0
M(x, y)
y


x
x

σ<0
−σmax
Figure II.11 – Contrainte normale dans une section de poutre sollicitée en flexion

On peut montrer que la contrainte normale en un point M (x, y) de la poutre vaut :


Mfz (x)
σ(x, y) = − y
I(OΣ ,→
z ) (x)

où I(x) est le moment quadratique de la section.


De plus, même si la contrainte tangentielle τ n’est pas uniforme dans une section, une
bonne approximation de sa valeur est
T (x)
τ (x) = .
S(x)
La contrainte tangentielle est généralement trés petite devant la contrainte normale, elle est
donc souvent négligée.
Preuve On suppose que le vecteur contrainte dans une section de la poutre s’écrit sous la forme(Fig.
II.11) :

− y →
T (M, →
−n ) = −σmax −x = σ(x, y)→
−x
h/2
où σ(x, y) est la contrainte normale due à la flexion, La résultante du torseur de cohésion vaut :
ZZ ZZ

− →
− σmax →

s = T (M, →

n ) dΣ = − y dΣ→

x = 0
Σ
h/2 Σ

car y est une fonction impaire intégréee sur un intervalle symétrique (de −h/2 à h/2).
Le moment du torseur de cohésion vaut :
ZZ ZZ

→ −−−→ → − y → 
MO Σ = OΣ M ∧ T (M, →

n ) dΣ = (y →

y + z→

z ) ∧ − σmax −
x dΣ
Σ Σ
h/2
ZZ

→ σmax
MO Σ = − (−y 2 →

z + zy →

y ) dΣ
h/2 Σ
Or ZZ ZZ
zy dΣ = 0 et y 2 dΣ = I(OΣ ,→
z ) (x),

Σ Σ
donc :

→ σmax →

MOΣ = I(OΣ ,→z ) (x)
− z
h/2


Par ailleurs, le moment du torseur de cohésion vaut MOΣ = Mfz (x)→ −
z , donc :
h/2
σmax = Mfz (x)
z ) (x)
I(OΣ ,→

En remplaçant dans l’expression de la contrainte normale, on a :


Mfz (x)
σ(x, y) = − y
z ) (x)
I(OΣ ,→

II.3 Flexion 21

θ(x + δx)
θ(x)
δx′
y

x δx

Figure II.12 – Rotation θ(x) des sections pour une poutre sollicitée en flexion

II.3.4 Déformation
Pour une poutre en flexion, la déformation est due à la variation de l’angle de rotation θ(x)
des sections (Fig. II.12). L’état de contrainte étant équivalent à de la traction-compression
dans une fibre de la poutre, la déformation est un allongement unitaire ǫ dans la direction
axiale. Son expression en fonction de la rotation θ(x) des sections est :
dθ(x)
ǫ(x, y) = − y
dx

Preuve Soit un petit tronçon de poutre de longueur δx (Fig. II.12). La section d’abscisse x tourne d’un
angle θ(x), la section d’abscisse x + δx tourne d’un angle θ(x + δx). La fibre neutre de ce tronçon a pour
longueur δx, la fibre située à la distance y de la fibre neutre a pour longueur δx′ après déformation. En
considérant que les angles de rotation des section sont petits, cette longueur δx′ a pour expression :

δx′ = δx + yθ(x) − yθ(x + δx)

soit aussi 
δx′ − δx = −y θ(x + δx) − θ(x)
Par ailleurs, la déformation ǫ dans la direction axiale de la fibre située à la distance y de la fibre neutre
vaut :
δx′ − δx
ǫ=
δx
Soit aussi
θ(x + δx) − θ(x)
ǫ = −y
δx
En faisant tendre δx vers 0, on a
dθ(x)
ǫ=− y
dx

II.3.5 Déplacement
La poutre se déforme sous l’action du chargement. Les points de la ligne moyenne se dé-
placent suivant −

y de la valeur v(x). Autrement dit, le vecteur v(x)−

y est le vecteur dépla-
cement du point OΣ .
La dérivée première de v(x) représente la rotation de section d’abscisse x autour de −

z :
dv(x)
θ(x) =
dx

II.3.6 Relation contrainte-déformation


L’état de contrainte étant équivalent à de la traction-compression, la relation entre la
contrainte normale σ et l’allongement unitaire ǫ suivant −

x est

σ = Eǫ
22 Sollicitations simples sur les poutres

x x + δx
−Mf (x)
p T (x + δx)
OΣ OΣ∗

−T (x) δx Mf (x + δx)

Figure II.13 – Équilibre d’un tronçon de poutre en flexion : effort tranchant

où E est le module d’Young du matériau.


Or on sait que
Mfz (x) dθ(x)
σ(x, y) = − y et ǫ = − y
I(OΣ ,→
z ) (x)
− dx
donc :
Mfz (x) dθ(x)
− y = −E y
I(OΣ ,→
z ) (x)
− dx
En simplifiant par −y, on a :
dθ(x) Mf (x)
= .
dx EI(OΣ ,→
z ) (x)

ou bien en fonction de déplacement de la ligne moyenne


d2 v(x) Mf (x)
= .
dx2 EI(OΣ ,→
z ) (x)

II.3.7 Relations moment de flexion - effort tranchant - chargement


On étudie un tronçon de poutre qui n’est soumis qu’à un effort transversal linéique p− →
y.


Par exemple, pour une poutre horizontale où l’axe y est vers le haut (gravité vers le bas),
cette force linéique vaut
p = −ρgS
où ρ est la densité du matériau composant la poutre, g est la gravité et S est l’aire de la
section de la poutre.
Dans ce tronçon, on peut montrer que l’on a la relation suivante entre l’effort tranchant
et la charge linéique :
dTy
+ p = 0.
dx
On peut aussi montrer que l’on a la relation suivante entre le moment de flexion et l’effort
tranchant :
dMfz
+ Ty = 0.
dx
Preuve On isole un petit tronçon de poutre de longueur δx compris entre les abscisses x et x + δx (Fig.
II.13).
L’extrémité de gauche subit la force −T (x)→ −y car la matière est à droite et, par convention, l’effort
tranchant est l’action de la partie de droite sur la partie de gauche (en supposant que l’axe positif soit
vers la droite). L’extrémité de droite subit la force T (x + δx)→
−y . Le tronçon subit la force linéique p, soit
la résultante pδx y . L’équilibre du tronçon s’écrit en résultante sur →

− −y :

−T (x) + T (x + δx) + pδx = 0

soit en divisant par δx


T (x + δx) − T (x)
+p = 0
δx
II.3 Flexion 23

En faisant tendre δx vers 0, on obtient exactement la d’efinition de la dérivée :


T (x + δx) − T (x) dT (x)
lim =
δx→0 δx dx
On a bien
dT (x)
+p=0
dx
L’extrémité de gauche subit par ailleurs le moment de flexion Mf (x + δx). L’extrémité de droite subit
le moment de flexion −Mf (x). L’équilibre en moment autour de → −
z au centre de section située en x + δx
(point OΣ ) s’écrit :

−−∗−−→ →

Mf (x + δx)→
−z − Mf (x)→−z + OΣ OΣ ∧ (−T (x)→

y)= 0
−−−−→
avec O∗ O = −δx→
Σ Σ
−x . Le calcul du produit vectoriel donne :
−−∗−−→
OΣ OΣ ∧ (−T (x)→

y ) = T (x)δx→

z

On a alors en projetant sur →



z et en divisant par δx on a :

Mf (x + δx) − Mf (x)
+ T (x) = 0
δx
En faisant tendre δx vers 0, on trouve alors :
dMf
+ T = 0.
dx
24 Sollicitations simples sur les poutres

Traction Torsion Flexion


     
n o  N 0   0 Mt   0 0 
KOΣ = 0 0 0 0 T 0
     y 
0 0 O 0 0 O
0 Mfz O
Σ Σ Σ

déplacement translation u−

x rotation α−

x translation v −

y

déformation allongement ǫ distorsion γ allongement ǫ

du dα d2 v
relation ǫ= γ=r ǫ=− y
dx dx dx2
déplacement-déformation

relation σ = Eǫ τ = Gγ σ = Eǫ
contrainte-déformation

N Mt Mfz
relation σ= τ= r σ=− y
S I0 I
contrainte-efforts

du N dα Mt d2 v Mf
relation = = 2
=
dx ES dx GI0 dx EI
déplacement-efforts

dN dMt dTy
équations reliant +p=0 +c=0 +p=0
dx dx dx
les efforts
dMfz
généralisés + Ty = 0
dx

Tableau II.1 – Résumé des formules pour les sollicitations simples


Chapitre 3

Treillis Articulés
Chapitre 3: Treillis Articulés

4.1. Définition d’un treillis

On appelle treillis un assemblage de barres articulées entre elles de manière à ce


que chacune des barres ne soit sollicitée qu’en traction ou compression. Les figures
4.1 et 4.2 montrent des exemples de réalisation de treillis.

Fig. 4.1- Exemple de treillis (toutes les barres ne sont pas représentées).

Lorsque toute la géométrie est dans un même plan (au décalage près entre les
barres due à la réalisation pratique des noeuds) et que les efforts appliqués sont
dans ce plan, le treillis est dit plan (Fig. 4.2).

Fig. 4.2- Exemples de treillis plans.

59
Chapitre 3: Treillis Articulés

 On appelle nœud une articulation entre plusieurs barres. La figure 4.3


présente le détail de la réalisation pratique d’un noeud de treillis.

Fig. 4.3- Détails d’un nœud.

Pour assurer que chacune des barres (Fig. 4.4) ne soit sollicitée qu’en traction ou
en compression il faut que:

 le poids des barres soit négligeable devant les autres sollicitations,

 les sollicitations extérieures ne soient que des efforts appliqués sur les
noeuds,

 les liaisons avec l’extérieur soient des appuis fixes ou des appuis mobiles.

60
Chapitre 3: Treillis Articulés

Traction Compression
(a) (b)
(a) (b)

Fig. 4.4- Barre sollicitée: (a) en traction, (b) en compression.

4.2. Equilibre d’un treillis

4.2.1. Equilibre global du treillis

L’équilibre global du treillis (Fig. 4.5) permet de calculer les réactions aux appuis
(actions de liaison).

Fig. 4.5- Equilibre global du treillis.

61
Chapitre 3: Treillis Articulés

Par exemple, pour le treillis de la figure 4.5, l’équilibre des efforts donne:

(1)

et l’équilibre des moments (somme des moments par rapport au point A):

(2)

ce qui permet bien de calculer les réactions XA, YA et XD:

XA = F ; XD = - F ; YA = F

4.2.2. Equilibre d’une barre

L’écriture de l’équilibre d’une barre n’apporte aucune information supplémentaire.


En effet, la barre n’étant sollicité que par deux forces à ses extrémités, on sait déjà
que ces efforts peuvent être exprimés à partir de la tension T dans la barre. Cette
tension est l’effort normal N, comme le montre la figure 4.6.

Fig. 4.6- Equilibre d’une barre.

62
Chapitre 3: Treillis Articulés

4.2.3. Equilibre des noeuds

La complexité d’un treillis ne provient pas de la complexité de ses éléments (les


barres) mais plutôt de la complexité de l’arrangement des barres entre elles. C’est
pourquoi, pour étudier l’équilibre d’un treillis, on réalise l’équilibre de chacun de ses
noeuds. Comme le montre la figure 4.7, cet équilibre fait intervenir les efforts
normaux de chacune des barres connectées au noeud isolé.

Fig. 4.7- Equilibre d’un nœud.

Nous étudions ci-dessous l’équilibre du nœud A du treillis de la figure 4.7.

• Equilibre du nœud A

5
i FXi  0
N1  N2  N3  N4  N5  0   51

  FYi  0
 i 1

 2 2
 N 1  N2  N4  N5  0
  2 2
  2 N N  2 N 0
 2
2 3
2
4

63
Chapitre 3: Treillis Articulés

• Equilibre d’un nœud soumis à un effort


Si le noeud est soumis à un effort extérieur donné (Fig. 4.8), l’équilibre fait
intervenir les composantes de cet effort.

Fig. 4.8- Equilibre d’un noeud soumis à un effort.

L’équilibre du nœud A de la figure 4.8 donne:

 2
 N 1  N 2  FX  0
N1  N2  N3  F  0  2
 2 N  N  F  0
 2 2 3 Y

• Equilibre d’un noeud en appui fixe


Si le noeud est en appui fixe (Fig. 4.9), les deux inconnues de liaison interviennent
dans les équations d’équilibre. Ces équations sont celles qui permettront de calculer
les réactions aux appuis si celles-ci n’ont pas été obtenues par l’équilibre global du
treillis:

64
Chapitre 3: Treillis Articulés

Fig. 4.9- Equilibre d’un noeud en appui fixe.

L’équilibre du nœud A de la figure 4.9 permet d’écrire:

 2
 N 1  N2  X A  0
N1  N 2  N3  RA  0   2
 2 N  N Y  0
 2 2 3 A

• Equilibre d’un noeud en appui mobile


Si le noeud est en appui mobile (Fig. 4.10), l’inconnue de liaison intervient dans
l’équation d’équilibre dont la direction correspond au blocage. Cette équation est
celle qui permettra de calculer cette réaction si elle n’a pas été obtenue par
l’équilibre global du treillis.

65
Chapitre 3: Treillis Articulés

Fig. 4.10- Equilibre d’un noeud en appui mobile.

L’équilibre du nœud A de la figure 4.9 permet d’écrire:

 2
 1 N  N2  X A  0
N1  N 2  N3  RA  0  2
  2 N N 0
 2
2 3

 Exemple 4.1

Déterminer les efforts dans les trois


barres du système articulé montré par la
figure ci-contre.

66
Chapitre 3: Treillis Articulés

 Solution de l’exemple 4.1

Equilibre du nœud B

22,24 kN
 Fx  0   N 2 cos   N1 cos   0
N2
cos 
N 2   N1 
cos  B

 Fy  0  N 2 sin   N1 sin   22,24  0 N1 B

Mais  = 37°,17’ et  = 53°,43’ , on


obtient alors:

N1  17 ,72kN (Compression); N 2  13,25kN (Traction)

Equilibre du nœud A

 Fy  0  N1 sin   N 3  0
N3
 N 3   N1 sin  N1
β
 N 3  14 ,23kN (Traction) A B

4.3. Analyse des treillis par la méthode des sections

La méthode des nœuds ci-dessus est un outil très pratique lorsqu’il s’agit de
déterminer les efforts dans toutes les barres du treillis. Cependant, pour déterminer
ou vérifier l’effort dans une barre quelconque, une autre méthode, appelée la
méthode des sections est plus avantageuse.

Soit à déterminer, par exemple, l’effort dans la barre BE du treillis de la figure 4.11.

67
Chapitre 3: Treillis Articulés

I
F E NEF E

NBE

A B C D NBC C D
F
R1 R2
I

Fig. 4.11- Treillis coupé par un plan.

• La méthode des sections consiste à séparer le treillis en deux parties par un plan
de coupe et étudier l’équilibre de chaque partie comme un corps isolé.

• Pour le calcul des forces on peut traiter une partie ou l’autre, mais en général la
partie où il y a moins de forces nous permet de calculer les forces plus facilement. Il
n’est pas toujours possible de déduire le sens des forces; dans ce cas nous
donnerons un sens arbitraire à ses forces. Un résultat positif confirme notre
hypothèse de départ; par contre un résultat négatif nous indique que notre
hypothèse de départ est incorrecte et dès lors le sens exact sera contraire à celui
choisi.

4.4. Isostaticité

Considérons un treillis constitué de n noeuds et de m barres. Il y a m inconnues


d’efforts intérieurs (Ni, i = 1, . . , m). Par ailleurs, supposons qu’il y ai p inconnues
de liaison (XA, YA, . . . ). L’équilibre des n noeuds conduit à 2n équations.

68
Chapitre 3: Treillis Articulés

Trois situations peuvent alors se produire:

 Si m + p = 2n: le treillis est isostatique, c’est-à-dire que les efforts intérieurs


peuvent être calculés et ne dépendent pas du comportement des barres.
C’est par exemple le cas du treillis de la figure 4.12-a pour lequel n=4, m=5,
p=3.

 Si m+p < 2n: le treillis possède des mobilités internes: il ne peut être en
équilibre. C’est par exemple le cas du treillis de la figure 4.12-b pour lequel n
= 4, m = 4 et p = 3.

 Si m + p > 2n: le treillis est dit hyperstatique c’est à dire que les efforts
intérieurs ne pourront être calculés qu’après prise en compte de la
déformation des barres (fig. 4.12-c).

IV (3) III IV (3) III IV (3) III


D D C D
C C
(4) (2) (4) (2) (4) (2)
(5) (5)
A B A B A B
I (1) II I (1) II I (1) II

(a) (b) (c)

Fig. 4.12- Exemple d’un treillis: (a) isostatique,


(b) mécanisme, (c) hyperstatique.

69
Chapitre 3: Treillis Articulés

• Exemple 4.2
Soit le treillis articulé plan schématisé par la figure ci-dessous.

1. Etudier l'isostaticité du treillis ci-dessus.

2. Déterminer l’effort dans la barre DG.

• Solution de l’exemple 4.2


1- Isostaticité du système

 Nombre de nœuds: (n = 7) d’où le nombre d’équations est: (2n = 14)

 Nombre de barres: (m = 11)

 Nombre d’actions de liaisons: (p = 3) d’où le nombre d’inconnues est:


(m+p = 14)

Ainsi, le nombre d’équations est égal au nombre d’inconnues. D’où le système est
isostatique.

70
Chapitre 3: Treillis Articulés

2- Effort dans la barre DG.

En utilisant la méthode des section, on coupe au maximum trois barres de sorte


que la barre dont on recherche l’effort soit parmi elle.

NCD

NGD

NGF α

Nous écrivons une seule équation qui est celle des moments par rapport au point B:

 M F  / B  0
  N GD sin  x3  2 x3  0
2
 N GD 
sin 

Avec  = 67°,38’ alors:

N GD  2,17 kN (Traction)

71
Chapitre 3: Treillis Articulés

Exercices

Exercice 1

Calculer les efforts dans toutes les barres de la structure donnée par la figure ci-
dessous:

5m
B
2m
A

3m
200kg

Exercice 2

Calculer les efforts dans les barres de la structure donnée par la figure ci-dessous:

Soit AB = BC = AC = BD = CD = DE = CE = 5m.

B D

A C E
30kN 20kN

72
Chapitre 3: Treillis Articulés

Exercice 3

Calculer l’effort dans la barre CF du système articulé suivant.

6kN
D 4m E 4m F 4m A

3m

C B

Exercice 4

Pour le système articulé ci-dessous, déterminer l’effort dans la barre CF. Tous les
angles intérieurs sont de 60°.

C D

B 5m 5m E
F
20kN

73
Chapitre 3: Treillis Articulés

Exercice 5

Soit la structure articulée plane schématisée par la figure ci-dessous.

1,8m

2,4m 2,4m 2,4m


1,8m
30 kN

1- Montrer que la structure est isostatique.

2- Déterminer les réactions aux appuis.

3- Déterminer l’effort dans la barre BD.

74
Chapitre 2

Dimensionnement des poutres


droites isostatiques
Sollicitées en flexion simple
Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

2.1. Système isostatique, système hyperstatique, mécanisme


Soit k le nombre d'équations d'équilibre (6 dans l'espace, 3 dans le plan). Soit r le nombre
d'inconnues (résultantes de liaison et moments de liaison).

Si r = k : Les actions de liaison sont déterminées par les équations de la statique. La


structure est dite isostatique (Fig. 2.1-a).

Si r> k : Le nombre d'équations d'équilibre est alors insuffisant à la détermination des


actions de liaison inconnues. La structure est dite hyperstatique de degré r – k (Fig. 2.1-b).

Si r < k : l'équilibre est impossible en général. Le système est hypostatique (mécanisme).


L'étude des mécanismes déborde du cadre de la résistance des matériaux (Fig. 2.1-c).

Fig. 2.1- Exemples de Poutres: (a) isostatiques, (b) hyperstatiques, (c) mécanismes.

2.2. Définitions
 Une poutre est soumise à la flexion lorsque les forces qui lui sont appliquées tendent à
faire varier sa courbure (Fig. 2.2).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 23 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Fig. 2.2- Courbure d’une poutre.

 On entend par flexion simple un mode de sollicitation tel que dans les sections droites
de la poutre il existe deux composantes des efforts intérieurs: le moment fléchissant
MfZ (ou MfY) et l’effort tranchant TY (ou TZ).

La flexion est aussi dite simple, lorsque la poutre possède un plan de symétrie et que les
forces fléchissantes agissent dans ce plan, perpendiculairement au grand axe de la poutre
(Fig. 2.3).

Nous nous limiterons dans ce cours à l'étude de la flexion des poutres droites isostatiques,
c'est-à-dire celles pour lesquelles les équations d’équilibre suffisent à la détermination des
actions de liaison. Nous nous limiterons également aux poutres dont le plan de symétrie est
vertical (Gxy).

Fig. 2.3- poutre en flexion simple.

 Hypothèses
a) Les déformations sont élastiques et suffisamment petites pour ne pas modifier l'intensité
des forces ni leurs distances respectives.
b) Toute fibre contenue dans un plan de symétrie demeure dans ce plan pendant la
déformation.
c) Hypothèse de Navier-Bernoulli(1705): les sections droites de la poutre demeurent planes
et perpendiculaires à l'axe de celle-ci après déformation.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 24 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

2.3. Efforts tranchants, moments fléchissants


Soit la poutre ci-dessous soumise à la flexion simple. Imaginons une coupure en un point C
qui divise la poutre en deux parties notées gauche et droite. Chacune de ces deux parties
est en équilibre sous l'action des efforts extérieurs qu'elle reçoit et sous l'action des effets
de l'autre partie (efforts intérieurs).

Fig. 2.4- Exemple illustratif d’une poutre sollicitée en flexion simple.

Chacune des deux partie agit sur l’autre de sorte que:

 Tous les mouvements horizontaux, verticaux et de rotation d’une partie par rapport à
l’autre sont nuls.

 Chaque partie est en équilibre

Pour qu’il y ait concordance en signe entre les deux parties, on utilise la convention de
signe montrée sur la figure (2.5).

L'effort tranchant T(x) dans une section d'abscisse x, séparant la poutre orientée en une
partie gauche et une partie droite, est la résultante des forces extérieures s'exerçant sur la
partie gauche.

Le moment fléchissant M(x) dans une section d'abscisse x, séparant la poutre orientée en
une partie gauche et une partie droite, est la somme des moments extérieurs (dus aux
couples concentrés et aux efforts d'action et de réaction) s'exerçant sur la partie gauche.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 25 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

(a)

 Fx = 0  N = 0  Fx = 0  N = 0

 Fy = 0  TY = Pb/L  Fy = 0  TY = P - Pa/L


 TY = Pb/L
 M/C = 0  MZ = (Pb/L ).x
 M/C = 0  MZ = (Pa/L ).(L-x)
- p(L-x-b)
 MZ = (Pb/L ).x

(b)

Fig. 2.5 - Conventions de signe.

2.4. Diagrammes des Efforts tranchants et des moments fléchissants


Le diagramme des efforts tranchants est la courbe représentative de la fonction T(x) et le
diagramme des moments fléchissants est la courbe représentative de la fonction M(x), où x
est l’abscisse de la poutre de l’une de ses extrémités.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 26 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

 Exemple 2.1
Exprimer et tracer la variation de l’effort tranchant et le moment fléchissant le long de la
poutre schématisée par la figure ci-dessous.

Fig. E2.1-a

 Solution 2.1
Supposons que la poutre soit coupée au point C (1ère partie) puis au pont (D) (2ème partie).
1ère partie : 0  x  a 2ème partie : a  x  L

Fig. E2.1-b Fig. E2.1-c

 Fx = 0  N = 0  Fx = 0  N = 0
 Fy = 0  TY = Pb/L  Fy = 0  TY = - Pa/L
 M/C = 0  MZ = (Pb/L ).x  M/C = 0  MZ = (Pa/L ).(L-x)
MZ(x=0) = 0 MZ(x=a) = Pab/L
MZ(x=a) = Pab/L MZ(x=L) = 0

Ayant obtenu les expressions des efforts tranchants et moments fléchissants pour chacune
des deux parties, traçons leurs variations le long de la poutre comme montrées par la
figure ci-dessous.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 27 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Fig. E2.1-d

2.5. Relation entre moment fléchissant et effort tranchant


Considérons un élément de poutre pris entre deux sections () et (') infiniment voisines,
distantes de dx (Fig. 2.6).

Fig.2.6 - Elément de poutre isolé non chargé.

L'influence de la partie gauche sur l'élément est représentée pat T et M.


L'influence de la partie droite sur l'élément est représentée par T’ et M’.

Si aucun effort ne s'exerce sur la poutre entre les sections ( ) et ('), les efforts tranchants
de ces deux sections sont égaux (T’ = T). Par contre les moments fléchissants M et M’
(M’=M+dM) diffèrent. L'équilibre de l'élément s'écrit:

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 28 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

M + T dx - M - dM = 0
Soit:
dM
T (2.1)
dx
Ainsi, sur toute portion de poutre comprise entre des charges, l'effort tranchant est la
dérivée par rapport à l’abscisse x du moment fléchissant.

2.6. Relation entre effort tranchant et chargement réparti


Considérons le cas où une charge répartie, d'intensité p, s'exerce entre les sections () et
(') (Fig. 2.7). La charge totale appliquée sur l'élément est p dx.

Fig.2.7 - Elément de poutre isolé chargé par une force uniformément répartie.

l'équilibre des forces sur l'élément mène à:

T - p dx - T - dT = 0
Ce qui veut dire que:

dT
 p (2.2)
dx
L'équilibre des moments donne:

M + T dx - p dx dx/2 - M - dM = 0

En négligeant le terme du second ordre ( p


dx 2 dM
), il reste T . Ce qui veut dire que la
2 dx
relation entre l’effort tranchant et le moment fléchissant reste valable au premier ordre.

 Exemple 2.2
Pour la poutre console schématisée par la figure ci-dessous, exprimer et tracer la
variation de l’effort tranchant et le moment fléchissant le long de la poutre.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 29 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

MO
p y p

L O L x
RO
Fig. E2.2-a
 Solution 2.2

On a, pour 0  x  L :
T x    p.x 
p.x 
2
M x   
2
Ces expressions montrent la variation de l’effort tranchant et du moment fléchissant en
fonction de l’abscisse x. Leurs tracés sont montrés sur la figure E2.2-b.

T
pL

pL2/2

Fig. E2.2-b

 Remarque
Lorsqu'une charge concentrée s'exerce entre () et (') (Fig. 2.8), l’équilibre s'écrit:

T' = T – F

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 30 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Fig.2.8 - Elément de poutre isolé chargé par une force concentrée.

L'effort tranchant varie d'une quantité F lorsqu'on dépasse le point d'application de la


charge. En ce point, la pente du moment fléchissant (dM/dx) varie brusquement (point
anguleux).

2.7. Déformée d'une poutre soumise à la flexion simple (flèche)


Sous l'effet des sollicitations auxquelles elle est soumise, une poutre se déforme. On
désigne par flèche à l'abscisse x, le déplacement du centre de gravité de la section
correspondant à cette abscisse. Elle est comptée positivement si le déplacement s'effectue
vers le bas. Le nouveau lieu des centres de gravité de toutes les sections de la poutre prend
le nom de déformée (Fig. 2.9).

Y y(x)

X
L

Fig.2.9 - Poutre déformée.

On admet la relation suivante qui permet le calcul de la déformée

M (x )
y´´(x )  (2.3)
EI

y´´(x ) est la dérivée seconde de la flèche par rapport à x


M(x), le moment fléchissant à la section d'abscisse x.
E , le module d'élasticité longitudinale (module d'Young).
I, le moment d'inertie de la section par rapport à l'axe  passant par le centre de gravité et
perpendiculaire au plan moyen de la poutre. La figure (2.10) montre des expressions du
moment d’inertie central pour des sections usuelles.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 31 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

h1
b1
h
z h

h1
y
b b D b

3
R4 Iz = 2[bh13/12 +((h+h1)/2)(bh1)
Iz= bh Iz=
12 4 + bh3/12
Section Section Section composée
rectangulaire circulaire (en –I–)

Fig.2.10 - Exemples de sections usuelles.

Pour avoir la flèche y (ou v), il faut donc intégrer cette équation deux fois, d’où l’obtention
d’une équation fonction de deux constantes que l’on obtient par les conditions aux limites.
Celles-ci s’écrivent, généralement:
- Pour un appui : y = 0
- Pour un encastrement: y = 0 et y’ = 0 (formules de Bresse)

2.8. Calcul des contraintes


2.8.1. Cas de la flexion pure
On dit qu’une poutre est sollicitée en flexion pure si toutes les composantes des efforts
intérieurs sont nulles à l’exception du moment fléchissant (MfZ of Mfy  0) (Fig. 2.11).
Autrement dit le moment fléchissant est constant,

T=dM/dx d’où T = 0

 Exemples de poutres en flexion pure


Les figures (2.12-a) et (2.12-b) schématisent une poutre et un tronçon de poutre,
respectivement, soumis à la flexion pure.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 32 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

P P
mZ
A B A C D B

L a a

mZ

(a) Pa Pa
(b)
Fig. 2.11 – Illustration de la flexion pure: (a) poutre en flexion pure, (b) tronçon de poutre
en flexion pure.

Pour un point P quelconque, selon l’hypothèse de Bernouilli, on peut écrire:

MZ
 x y  y (2.4)
IZ

Avec
I Z   y 2 dS (2.5)
S

yP est la distance à l’axe et IZ le moment d’inertie par rapport à l’axe de flexion

Z
y X
dS
P
x

Fig.2.12- Contrainte dans une fibre déformée.

 Dimensionnement
Pour dimensionner la poutre on peut utiliser deux types de critères :
- un critère en contrainte normale (condition de résistance)
- un critère sur la flèche maximale (condition de rigidité)

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 33 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Le critère sur la flèche maximale, traduit le fait que la flèche maximale v(P) en un point P
doit rester inférieure à une valeur donnée dépendante des conditions d’utilisation:

Max(v(P))  [v] (2.6)

Pour les poutres ordinaires, la valeur de la flèche admissible est de l’ordre de:

[v] = [f] = L/100  L/1000

où L est la longueur de la poutre. On pourrait aussi imaginer un critère de rotation


maximale de la section droite.

1- Pour les poutres rigides, c à d v  L/100, la grandeur u est très petite devant v (Fig.
2.13), d’où on néglige son influence sur la déformation de la poutre et on ne tient
compte que des deux composantes v et z.

2- Puisque pour les poutres rigides z est petite ( z 1° ), on admet que:

z  tgz

D’autre part, on sait que, mathématiquement, tgz = dv/dx, d’où:

z = dv / dx (2.7)

Ainsi, la déformation de la poutre fléchie est caractérisée par les composantes v et Z tel
que:

Maxz   []
(2.8)

 Dimensionnement à la condition de résistance


Le dimensionnement d’une poutre fléchie à la condition de résistance passe par les étapes
suivantes:

1- Tracé du diagramme de Mf (MZ ou MY) le long de la poutre,


2- Détermination de la section dangereuse à partir du digramme de Mf,
3- Calcul de la contrainte maximale max, c'est-à-dire la contrainte au niveau du
point dangereux le long de la section transversale de la poutre,
4- Satisfaction de la condition de résistance qui s’écrit selon la méthode des
contraintes admissibles comme suit:
max [] (2.9)

max est obtenue en analysant la variation de x dans une section dangereuse de la poutre.
Dans ce cas MZ et IZ sont constants et x dépend linéairement de la coordonnée y (Fig.
2.14).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 34 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

a) k
Z v x
k’ P

u
y

b) k
Z v x
P
k’

Fig.2.13- Déformations dans une poutre fléchie.

2 2  x-

y2

y1 z MZ x
1
1 x+
y y

Fig.2.14- Distribution des contraintes dans une section d’une poutre en flexion pure.

 x =0 pour les points correspondants à l’axe z (l’axe neutre)

 Les valeurs maximales de x correspondent aux points les plus éloignés de l’axe
neutre (les points 1 et 2)

De l’équation x (y) = (MZ/ IZ).y (équation de Navier), on obtient:

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 35 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

xmax(1) = MZmax/ WZ(1) , WZ(1) = IZ / y1 = WZ(t) (2.10-a)

xmax(2) = MZmax/ WZ(2) , WZ(2) = IZ / y2 = WZ(c) (2.10-b)

Où WZ(t) et WZ(c) sont les modules de flexion ou de résistance, calculés pour le point le plus
tendu (point 1) et le point le plus comprimé (point 2), respectivement.

D’où, les conditions de résistance:

xmax(+) = MZmax / WZ(t)  [] + (2.11-a)

xmax(-) = MZmax / WZ(c)  [] - (2.11-b)

Pour la majorité des poutres utilisées en construction:

WZ(t) = WZ(c)
et
xmax(+) = xmax(-)

alors les conditions de résistance ci-dessus peuvent être exprimées sous la forme:

xmax = MZmax / WZ  [] (2.12)

 Remarques
a) Si WZ(t)= WZ(c)mais [] + [] - , on peut utiliser la dernière condition de
résistance en prenant pour [] la valeur minimale (en module) entre [] + et [] -.

b) Si [] += [] -mais WZ(t)  WZ(c), on peut utiliser la dernière condition de


résistance en prenant pour WZ la valeur minimale (en module) entre WZ(t) et WZ(t)-.

Notons qu’il existe d’autres méthodes de calcul des poutres à la résistance telle que la
méthode des états limites.

2.8.2. Cas de la flexion simple


Pour le cas de la flexion simple, en plus du moment fléchissant qui est variable dans ce cas
il existe la composante de l’effort tranchant T, c'est-à-dire en plus de la contrainte normale
 on a une contrainte tangentielle .

La contrainte normale s’exprime par l’équation précédente (2.4) de Navier (cas de la


flexion pure). La contraint tangentielle xy est donnée par l’équation de Jouravsky:
T y .S 1 z  y 
 xy 
I z .b y  (2.13)

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 36 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Avec
S 1 z  y    ydS
S1

est le moment statique de la surface située au dessus de la coordonnée y et par rapport à


l’axe z (l’axe 3 sur la figure 2.15).

La quantité b(y) est la largeur de la fibre étudiée correspondant à la coordonnée y.

y
x z

b(y) A1
y y
(a) (b)

Fig.2.15- Tronçon de poutre non chargé longitudinal (a), transversal (b).

 Remarques
- Dans le cas de la figure ci-dessus (S1z(y) positif), le signe de xy dépend uniquement
du signe de Ty.

- xy varie le long de la hauteur de la section en fonction de S1z(y) et b(y). Pour les
points les plus éloignés de l’axe neutre xy = 0.

Pour trouver la valeur maximale de xy il faut (dans le cas général) analyser le digramme
respectif de xy. Notons que pour la majorité des poutres utilisées en construction (section
symétrique par rapport à l’axe z), xymax a lieu au niveau de la fibre neutre. Cependant, il y a
des exemples où xy est maximale pour une des autres fibres (Fig. 2.16).

Pour les sections ordinaires, il est commode de déterminer xymax à l’aide de l’expression:
Ty
 xymax  K (2.14)
S

Où S est l’aire de la section et K un coefficient dépendant de la forme de la section


(Tableau 2.1).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 37 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

xymax xymax

z z

y y

xymax
xymax

z z

y
y

Fig.2.16- Exemples de distribution des contraintes tangentielles dans une section de


poutre en flexion simple.

Tableau 2.1- Exemples de valeurs du coefficient de forme K.

Forme de la section Rectangulaire Ronde Triangulaire

Coefficient K 3/2 4/3 3/2

 Dimensionnement
Pour dimensionner la poutre on utilise un critère en contrainte ou en flèche maximale
comme dans le cas de la flexion pure.

 Dimensionnement à la condition de résistance


Le calcul à la résistance se fait comme dans le cas de la flexion simple (détermination des
sections dangereuses et des points dangereux, satisfaction des conditions de résistances).

Pour la sélection des sections dangereuses, on distingue, généralement, trois cas:

 Si MZ et TY ont des valeurs maximales dans la même section le long de la poutre,


cette section est considérée dangereuse et on y effectue le calcul à la résistance.

 Si MZ et TY ont des valeurs maximales dans des sections différentes le long de la


poutre, on y effectue le calcul à la résistance dans chacune de celles-ci.

 Parfois, les sections sont dangereuses sans que les efforts y aient des valeurs
maximales. Donc, on doit y effectuer un calcul à la résistance.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 38 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Pour la satisfaction des conditions de résistances, on doit considérer les cas suivants:

1- Composer une condition de résistance pour le point où x est maximale, dans une
section où MZ est maximal. En ce point xy est généralement nul. La condition de
résistance pour ce point s’écrit:

xmax  []

2- Composer une condition de résistance pour le point où xy est maximale. Si la


section est symétrique par rapport à l’axe z, xymax correspond habituellement à l’axe
neutre où x = 0 (Fig. 2.17 ). La condition de résistance pour ce point (dans une
section où Ty est maximale) s’écrit:

xy max  []

3- Si xy est maximale dans le point qui ne correspond pas à l’axe neutre et où x  0
(Fig. 2.17), une satisfaction de la condition de résistance pour ce point doit se faire
dans le cadre des théories de résistance (ç-à-d selon un critère de résistance). On
utilise habituellement, en flexion plane, le critère de la contrainte tangentielle
maximal (critère de Coulomb) ou le critère de l’énergie potentielle de déformation
qui ont, respectivement, les deux expressions suivantes:

 Eq   x2  4 xy2 (2.15-a)

 Eq   x2  3 xy2 (2.15-b)

Et la condition de résistance est:

Eq  []
(2.16)

 Remarques
Pour la plus part des cas, on peut montrer que xymax /xmax est du même ordre que h/L.
Donc, la valeur de xymax peut être proche de la valeur de xmax pour les poutres où h est
comparable à L (pour les consoles courtes par exemple). Dans ce cas la condition xy max
 [] peut être déterminante en calcul à la résistance.

Cependant, habituellement on utilise en construction des poutres pour les quelles h L
et par conséquent, xy  xmax. Dans ce cas la condition xy max  [] est satisfaite si la
max

condition xmax  [] est satisfaite. C’est pourquoi, ordinairement le calcul à la résistance
des poutres fléchies s’effectue selon la condition xmax  [] pour la section où MZ est
maximal. La condition xy max  [] composée pour le point où xy est maximale (dans la
section où Ty est maximal) sert à la vérification.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 39 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

2 2 x-
MZ
y2 xymax
3

y1 z Ty x
1 1 h L x+
y y

2 2 x-
MZ
h/2 xymax
3

h/2 z x
Ty
1 x+
1
y y h L

Fig.2.17 – Distribution des contraintes dans une section de poutre en flexion simple.

 Exemple 2.3
Calculer les contraintes normale et tangentielle maximales pour une poutre ayant une
section transversale rectangulaire.

 Solution 2.3
On a:
 max Mz Mz
  
WZmin 
x
Iz
 
y max
Mz 
x  y 
Iz  max Mz M
 x 
Iz
 minz 
 WZ

 y max

Ty 1   h  2  T T
 xy      y 2    xymax  3 y  K y ; K  3
I z 2   2  
 2 S S 2

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 40 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Sur la figure (E2.3) on trace la distribution des contraintes normale et tangentielle le long
de la section transversale de la poutre.

xmax-

h/2 xymax

h/2 z

xmax+
y
b

Fig. E2.3

 Exemple 2.4
Pour une poutre simplement appuyée, de longueur L et supportant une charge
 xymax h
uniformément répartie, montrer que le rapport est comparable à .la section
 max
x L
transversale de la poutre est supposée rectangulaire.

 Solution 2.4
La figure (E2.4) montre la variation de l’effort tranchant et le moment fléchissant le long
de la poutre.

La contrainte normale maximale correspond à la section où le moment fléchissant est


qL2
maximale (x = L/2, M Zmax  ) et la contrainte tangentielle maximale correspond à la
8
qL
section où l’effort tranchant est maximal (x = 0 ou x = L, TYmax  ).
2

qL2 qL bh 2
M Zmax  , TYmax  , S = bh , WZ 
8 2 6

M zmax 3qL2
 max
x  
WZ 4bh 2

Tymax 3 qL 3qL
 max
xy K  
S 2 2bh 4bh

 xymax h

 xmax L
Université Hassiba Benbouali de Chlef - 41 - Cours de Résistance des Matériaux II
Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

q
A B

qL/2

x = L/2 qL/2

qL2/8

Fig. E2.4

 Exemple 2.5
Soit une poutre en acier de section transversale ronde, comme le montre la figure ci-
dessous.
1- Calculer les réactions aux appuis.
2- Tracer les diagrammes des efforts intérieurs tout au long de la poutre.
3- Pour la section où le moment fléchissant est maximal, tracer la distribution des
contraintes normale et tangentielle tout au long de la section transversale de la poutre.
4- Déterminer le diamètre D de la section si []=1600 kg/cm2, []=1100 kg/cm2.

Fig. E2.5-a

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 42 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

 Solution 2.5
1- Réactions aux appuis

 Fx  0  RAx  0
 Fy  0  RAy  RB  44kN
 M / A  0  RB  24kN
 M / B  0  RAy  20kN
Vérification
RAy  RB  44kN  20  24  44
2- Diagrammes des efforts intérieurs

Section 1-1 0  x  3m
 Fx  0  N x  0 Mz

 Ty x  0   0
 Fy  0  Ty  4 x d' où 
T y x  3  12kN C
Nx
x Ty
M z x  0   60 kN .m
 M / C  0  M z  60  2 x d' où 
2

 M z x  3  42kN .m
Fig. E2.5-b

Section 2-2 3  x  6m
 Fx  0  N x  0 Mz

 Fy  0  Ty  20  4 x
Nx
 T y x  3  8 kN
D
 Ty
20kN
T y x  6   4 kN x

Fig. E2.5-c
 M / D  0  M z  60  20( x  3 )  2 x
2

 M z x  3  42kN .m
 
M z x  6   48 kN .m
T y  0  x  5m

M zmax  M z x  5m  50kN.m

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 43 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Section 3-3 6  x  8m
 Fx  0  N x  0 Mz

 Fy  0  Ty  24kN
Nx E
M z x  6   48 kN .m
8-x
 M / E  0  M z  248  x  d' où  Ty 24 kN
 M z x  8   0
Fig. E2.5-d

Les diagrammes du moment fléchissant et de l’effort tranchant sont représentés sur la


figure E2.5-e.

3- Distribution des contraintes (Fig. E2.5-f)


M Zmax  60kN.m ; TYcor  0

 MZ 60.10 4

 x y  y y
 IZ D 4
 64

 T y .S 1 z  y 
  xy  0
 I z .b y 


4- Dimensionnement

Le dimensionnement à la condition de résistance se fait selon la condition:


 max   

6111,55.10 3
 1600  D  18 ,3cm
D3

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 44 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

MZ q P

A B
3m 3m 2m

8 TY (kN)
4
12

24

MZ (kN.m)

42 48

60 Mmax= 50

Fig. E2.5-e

6111,55.103/D3 0
z

D
O x

y 6111,55.103/D3
x (kg/cm2) xy (kg/cm2)

Fig. E2.5-f

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 45 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Exercices

Exercice N°1

Soit une poutre en acier de section transversale rectangulaire, comme le montre la figure
ci-dessous.

1- Calculer les réactions aux appuis.


2- Tracer les diagrammes des efforts tranchants et des moments fléchissant tout au long de
la poutre.
3- Déterminer la section (ou les sections) dangereuse.
4-Tracer la distribution des contraintes normale et tangentielle tout au long de la section
transversale de la poutre, pour la section (ou les sections) dangereuse.
5- Déterminer la dimension b sachant que [] = 1600 kg/cm2, []=1100 kg/cm2, h = 15cm.

Exercice N°2
Soit une poutre en bois de section transversale ronde. Déterminer une capacité de
chargement q(t/m). On donne []+=100kg/cm2, []- = 120 kg/cm2 []=20 kg/cm2, d =
20cm.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 46 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 2: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion simple

Exercice N°3
Soit une poutre en acier de section transversale triangulaire. Déterminer la dimension b de
la section transversale. On donne [] = 1600 kg/cm2, []=1100 kg/cm2, h = 12cm.

Exercice N°4
Soit une poutre en acier profilée en I (IPE). Déterminer les dimensions de la section droite.
On donne [] = 1600 kg/cm2, []=1100 kg/cm2.

Exercice N°5
Soit une poutre en bois de section transversale triangulaire. Déterminer une capacité de
chargement q(t/m). On donne []+=100kg/cm2, []- = 120 kg/cm2, []=20 kg/cm2.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 47 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3

Dimensionnement des poutres


droites isostatiques
Sollicitées en flexion composée
Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

3.1. Introduction
Une poutre est dite soumise à la flexion composée, si elle est soumise simultanément à la
flexion et à la traction (ou compression). Un tel mode de sollicitation s’appelle aussi une
flexion et traction (ou compression).

3.2. Flexion droite composée


3.2.1. Définition
Une flexion droite composée (Fig. 3.1), est caractérisée par une action commune de la
traction (ou compression) et de la flexion plane. Ce cas particulier de la flexion composée a
lieu, si les charges extérieures sont appliquées dans l’un des plans de coordonnées. Ici,
dans la section droite de la poutre, il existe les efforts: NX, TY et MZ.

MZ

x
TY

Fig. 3.1- Flexion droite composée.

3.2.2. Calcul des contraintes


Les efforts NX et MZ provoquent des contraintes normales (x) dans une section droite de la
poutre; l’effort TY provoque une contrainte tangentielle (xy).

Nx M z (3.1-a)
 x   Nx   M z   y
A Iz

T y S 1Z ( y )
 xy  . (3.1-b)
I Gz b( y )

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 49 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

On voit sur le schéma que la superposition des deux effets peut donner trois solutions
différentes: soit σx est positif partout (Fig. 3.2-c), soit il est positif partout mais s’annule à
l’extrémité supérieure (Fig. 3.2-b), soit il est positif et négatif (Fig. 3.2-d).

Nx Mz
MZ y0
y0 y0
NX x
=

(a) (b) (c) (d)

Fig. 3.2- Distribution des contraintes normales dans le cas de la flexion droite composée.

3.2.3. Position de l’axe neutre et noyau central


Dans chacun des trois cas sur les schémas précédents, on définit une coordonnée y0 qui est
la distance entre la force appliquée et la position où σx est nulle. Il s’agit donc de y0 tel que:

Nx M z (3.2-a)
 y0  0
A Iz
D’où
Nx Iz
y0   . (3.2-b)
Mz A

On peut décrire cette double sollicitation Mz et Nx comme étant équivalente à la même


force Nx excentrée en un point E d’une distance e (Fig.3.3). A ce moment là, on a que:
M z  N x .e (3.3)

et l’axe neutre devient alors :


I Gz
y0   (3.4)
e. A

MZ
z
NX x x e
E NX

Fig. 3.3- Axe Neutre.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 50 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

On définit le noyau central comme étant la zone de la section telle que, si E s’y trouve, σx
ne change pas de signe sur toute la section (Fig. 3.2-b, Fig. 3.2-c).

3.3. Cas particulier: Traction (ou compression) droite excentrée


Dans le cas de la traction (ou compression) droite excentrée, la section droite de la poutre
est sollicitée par les efforts NX et MZ. Ici les charges extérieures appartiennent à l’un des
plans de coordonnées (Fig. 3.4).

MZ

x
TY

Fig. 3.4- Traction (ou compression) droite excentrée.

Pour éviter qu’il ait flambement de la poutre, nous nous limiterons à l’étude des poutres
(ou barres) courtes dont la longueur n’excède pas 8 fois la plus petite dimension
transversale.

La contrainte se calcule par l’équation (3.1-a) tandis que la contrainte tangentielle est nulle.

Nx M z (3.5-a)
 x   Nx   M z   y
A Iz

 xy  0 (3.5-b)

3.4. Flexion composée oblique


Une poutre est dite sollicitée en flexion composée oblique (ou flexion composée gauche) si
elle est soumise à une action commune de la traction (ou compression) et des flexions
planes par rapport aux axes y et z. Donc, dans une section droite de la poutre, il existe les
efforts NX, TY, MZ, TZ et MY (Fig. 3.5).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 51 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

La flexion composée oblique peut être effectuée par un système de charges qui
appartiennent aux plans passant par l’axe x; c'est-à-dire que les charges peuvent être non
perpendiculaires à l’axe x.

MZ
TZ

x
TY
MY
y

Fig. 3.5- Flexion composée oblique.

3.4.1. Calcul des contraintes


Dans ce cas, la contrainte normale est donnée par l’expression:

Nx M z My (3.6)
 x   Nx   M z   M y 
 y z
A Iz Iy
Tans disque la contrainte tangentielle peut être exprimée par l’équation (3.7) comme
montré par la figure Fig.3.6:

 x   xy2   xz2 (3.7-a)

Ty S1z ( y )
 xy  .
I z b( y ) (3.7-b)

Tz S 1 y ( z )
 xz  . (3.7-c)
I y b( z )

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 52 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

xz

xy

TZ
z
z
x
x
TY
y y

Fig. 3.6- Distribution des contraintes tangentielle.

Il faut rappeler que le signe de x dépend des signes des efforts NX, MY et MZ et des
coordonnées y et z. Les signes de xy et xz coïncident avec les signes des efforts TY et TZ.

3.4.2. Position de l’axe neutre


Dans le cas général de la flexion composée, l’équation de l’axe neutre (σx = 0) peut être
déterminée à partir de l’équation (3.6):

Nx M z My (3.8)
 y0  z0  0
A Iz Iy

Où y0 et z0 sont les coordonnées de l’axe neutre.

3.5. Cas particulier: Traction (ou compression) gauche excentrée


Si les charges extérieures sont dans l’espace et parallèles à l’axe x, la sollicitation est dite
traction (ou compression) gauche excentrée (Fig. 3.8).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 53 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

z
MZ

NX
x

MY

Fig. 3.7- Traction (ou compression) gauche excentrée.

3.5.1. Calcul des contraintes


Dans ce cas, la contrainte normale est donnée par l’expression (3.6) et les contraintes
tangentielles sont nulles (X = 0):

3.5.2. Position de l’axe neutre


Dans ce cas il est commode de représenter la contrainte x (Eq. 3.6) sous une autre forme.
Considérons le cas de la figure 3.8. Dans une section droite de la poutre, les efforts sont:

N X; MY = NX.eZ ; MZ = NX.eY

Où eY et eZ sont les coordonnées du centre de chargement (point d’application de l’effort


NX ou P).

En introduisant ces expressions des efforts dans l’équation (3.6), nous obtenons:

N x N x .e y N .e
x   y x z z
A Iz Iy

Pour trouver la position de l’axe neutre (x = 0), on détermine ses coordonnées telles que:
 1 ey e 
 x  N x   y  z z   0
 A Iz Iy 
c-à-d
(3.9)

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 54 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Nx  e y e z
x   1  y2  z2   0
A  iz iz 

Avec iy = IY / A ; iz = IZ / A sont les rayons de giration. D’où, les coordonnées de l’axe


neutre yN et zN (Fig. 3.10) s’obtiennent:
i z2
z 0  yN  
ey (3.10-a)

i y2
y 0  zN   (3.10-b)
ez

 Remarque
Dans le cas de la flexion composée, l’axe neutre ne passe pas par le centre de gravité de la
section.

3.6. Calcul à la résistance

 Le calcul à la résistance se fait selon les étapes considérées en flexion simple.


 Les contraintes normales sont maximales pour les points les plus éloignés de l’axe
neutre (Fig. 3.10-a).
 Ordinairement, pour ces points, les contraintes tangentielles sont assez petites et même
nulles (traction ou compression droite ou gauche, ou pour les sections rectangulaires et
qui peuvent être inscrites dans un rectangle (Fig. 3.10-a)).

 Pour cette raison, on néglige habituellement l’influence de X sur la résistance pour les
points les plus éloignés de l’axe neutre et les conditions de résistance s’écrivent:

xmax(+)  [] + (3.11-a)

xmax(-)  [] - (3.11-b)

 On détermine xmax(+) et xmax(-) à l’aide de l’équation:

Nx M z My
 xmax   ye  ze (3.12)
A Iz Iy

Où ye et ze sont les coordonnées des points A et B (Fig. 3.11).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 55 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

 Dans le cas de la flexion composée (droite ou oblique), les contraintes tangentielles


peuvent influencer la résistance de la poutre. Ordinairement, X est maximale au centre
de gravité de la section où x  0. Donc le calcul à la résistance se fait selon une des
théories de la résistance mentionnées dans le chapitre précédent. Cependant,
l’expérience montre que la condition (3.11) est suffisante.

ez
ey
MZ  0
z E z
G
Nx Nx

(a) MY  0 (b)
x
y x y

Fig. 3.8- Traction gauche excentrée.

z
ZP Yn
A.N

YP z
YP
Zn ZP C
P x

(a) (b)
y y

Fig. 3.9- Schématisation de l’axe neutre dans le cas d’une traction gauche excentrée.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 56 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

A.N

B
(a)
y

A.N A.N A.N

(b)

Fig. 3.10- Schématisation de l’axe neutre dans le cas général de la flexion composée.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 57 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Ze- e1 A.N

A
e2
Ye-

z
Ye+

B
Ze+
y

Fig. 3.11- Coordonnées des points les plus éloignés de l’axe neutre dans le cas général de
la flexion composée.

 Exemple 1.3
Soit une poutre en acier de section transversale rectangulaire (4cm x h) encastrée à son
extrémité gauche et porte une charge de 8 tonnes à son extrémité droite, comme le montre
la figure ci-dessous.
1- Donner le type de sollicitation.
2- Tracer les diagrammes des efforts intérieurs tout au long de la poutre.
3-Tracer la distribution des contraintes le long d'une section transversale de la poutre.
4- Déterminer la dimension h de la poutre. On donne [] = 1600 kg/cm2.

P=8 t
z h /2

x
h/2

2cm
y 2cm
L

Fig. E3.1-a

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 58 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

 Solution 3.1
1- Compression droite excentrée.
2- Digrammes de l’effort tranchant et du moment fléchissant.

Le schéma correspondant à la poutre est représenté sur la figure E3.1-b.

h/2
8t
z
mZ = 4h (t.cm) h/2
L
2cm 2cm
y

Fig. E3.1-b

Avant de tracer les diagrammes des efforts intérieurs, déterminons leurs expressions. Soit
la section montrée par la figure E3.1-c:

 x  [0 , L] Mz
Ty
 Fx = 0  Nx = -8t
8t
 Fy = 0  TY = 0
 M/C = 0  MZ = mZ = 4h Nx C
L-x mZ

Fig. E3.1-c

Les expressions ainsi obtenues sont tracées sur la figure E3.1-d.

3- Distribution des contraintes.

x  L

 x   x N x    x M z 


  0
 xy

 8000 4 h.10 3  2000 12000


x   3
y  y
4h bh h h2
12

Ces équations sont tracées sur la figure E3.1-e.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 59 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

8t

mZ = 4h (t.cm)
L

NX [t]
- 8

TY [t]
0

4h
- MZ [t.cm]

Fig. E3.1-d

4- Dimensionnement

On dimensionne à la conditions de résistance:

 max   

 2000 6000
  1600
h h

 h  5cm

2000/h 6000/h 0

h/2
G
Z
h/2

2cm 2cm x(Nx) x(Mz) xy


2 2
Y
Fig. E3.1-e

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 60 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

 Exemple 1.2
Soit une poutre en bois de section transversale rectangulaire (6 x 10cm) encastrée à son
extrémité gauche et sollicitée comme le montre la figure ci-dessous. On donne Px = 1,2P,
Py = 0,86P, Pz = 0,5P (P en Kg), L = 200 cm, [] += 100 kg/cm2 et [] -= 120 kg/cm2.
1- Donner le mode de sollicitation.
2- Tracer les diagrammes des efforts intérieurs tout au long de la poutre.
3-Tracer la distribution des contraintes à la section dangereuse.
4- Tracer l’axe neutre.
5- Déterminer une capacité de charge P à partir des conditions de résistance.

Pz z
L Px
Py x
y

Fig. E3.2-a

 Solution 3.2
La poutre est schématisée sur la figure (E3.2-b).

L Pz

Py Px
x

Fig. E3.2-b

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 61 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

1- Flexion composée déviée


2- Diagrammes des efforts intérieurs
Pour 0  x  L (Fig. E3.2-c)

Ty
Tz
Mz
Nx C Pz Px
My Py Py
L-x

Fig. E3.2-c

 Nx = Px = 1,2 P (kg)
Plan xoy
 Ty = Py =0,86P (kg)
 Mz = -Py(x) = -0,86P(x) (kg.cm)
Plan xoz
 Tz = -Pz =-0,5P (kg)
 My = Pz(x) = 0,5P(x) (kg.cm)
Les digrammes des efforts intérieurs sont tracés sur la figure (E3.2-d).

3- Distribution des contraintes à la section dangereuse


La section dangereuse est à l’encastrement avec:
Nx = 1,2 P (kg), Ty = 0,86P (kg), Mz = -0,86P(x) (kg.cm), Tz = -0,5P (kg),
My = 0,5P(x) (kg.cm)
Nous avons un cas de flexion composée oblique, le calcl de la contrainte normale se fait
selon l’équation (3.6):
Nx M z My
x   y z
A Iz Iy
A = bh = 60 cm2
bh 3 6.10 3
Iz    500cm 4
12 12
b 3 h 6 3 .10
Iy    180cm 4
12 12
1,2 P 172 100
x   y z
60 500 180
 x  0 ,02 P  0 ,344 Py  0 ,556 Pz

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 62 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

L Pz
1,20P
Py Px
x

0,86P

Nx(kg)
172P

0,50P Ty(kg)

Mz(kg.cm)

100P
Tz(kg)

My(kg.cm)

Fig. E3.2-d

Puisque la section droite de la poutre est rectangulaire, nous calculons les contraintes aux
quatres points A, B, C, D, nous obtenons les valeurs:
 x A  0 ,02 P  0 ,344 P 5  0 ,556 P 3  0 ,07 P

 x B  0 ,02 P  0 ,344 P 5  0 ,556 P 3  3,41P

 x C  0 ,02 P  0 ,344 P 5  0 ,556 P 3  0 ,03P

 x D  0 ,02 P  0 ,344 P 5  0 ,556 P 3  3,37 P


Ces valeurs sont tracées à la section dangereuse comme montré sur la figure (E3.2-e).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 63 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Fig. E3.2-c

4- Tracé de l’axe neutre


Pour tracer l’axe neutre on résout l’équation:

 x  0 ,02 P  0 ,344 Py0  0 ,556 Pz 0  0

 z0  o  y n  0 ,058cm

 y0  0  z n  0 ,04cm
yn et zn sont les coordonnées de l’axe neutre que l’on reporte sur la figure (E3.2-f).

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 64 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Fig. E3.2-f

On constate que la contrainte normale atteint ses extremums aux points les plus éloignés
de l’axe neutre. Le point B étant le plus tendu, la contrainte est max+. le point D étant le
plus comprimé, la contrainte est max-.

Les contraintes tangentielles se calculent par les équation (3.7) et leurs représentations
sont similaires à celles de la figure (3.6).

5- Capacité de charge P à partir des conditions de résistance.


A partir des conditions de résistance:
xmax(+)  [] + 3,41P  100  P 29,33kg

xmax(-)  [] - 3,37P  120  P 35,61kg

D’où P 29,33kg

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 65 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Exercices

Exercice N°1
Soit une poutre en acier de section transversale ronde, comme le montre la figure ci-
dessous.
1- Donner le type de sollicitation.
2- Tracer les diagrammes des efforts intérieurs tout au long de la poutre.
3- Déterminer la section dangereuse.
4-Tracer la distribution des contraintes normales et tangentielle tout au long de la section
transversale de la poutre, pour la section dangereuse.
5- Vérifier si les conditions de résistance sont satisfaites au niveau de la section dangereuse.
On donne []=1600 kg/cm2 et []=1100 kg/cm2.

z
q=3t/m

d=6cm
P =15t

0,6m
y
x
0,2m

Exercice N°2
Pour la poutre schématisée par la figure ci-dessous:
1- Déterminer le type de sollicitation.
2- Tracer les diagrammes des efforts intérieurs.
3-Construire le diagramme des contraintes normales le long d’une section droite de la
poutre.
z

my = 48kg.cm
y
L Px=48kg
x
mz = 96kg.cm

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 66 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Exercice N°3
Vérifier la résistance de la poutre schématisée par la figure ci-dessous. Le matériau utilisé
est du béton non armé, [] + = 3 kg/cm2, [] - = 20 kg/cm2.

1
Z

1 cm

2 cm
X
3 cm
Y L
2 2

Exercice N°4
Tracer l’axe neutre pour la section droite, montrée par la figure ci-dessous, d’une poutre
sollicitée en compression gauche excentrée. On donne P = 48 kg.

1cm

P
3 cm
2cm

3 cm

2 cm 2 cm

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 67 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3: Dimensionnement des poutres droites isostatiques sollicitées en flexion composée

Exercice N°5
Soit une poutre en acier de section transversale rectangulaire appuyée simplement à ses
extrémités et chargée comme montré sur la figure ci-dessous. Déterminer une capacité de
charge P. on donne [] = 1600 kg/cm2.

Université Hassiba Benbouali de Chlef - 68 - Cours de Résistance des Matériaux II


Chapitre 3

Théorèmes Généraux–Méthodes
énergétiques

3.1 PRINCIPE DES TRAVAUX VIRTUELS – PTV


Soit un système de poutres en équilibre sollicité par des actions extérieures
et tel que les liaisons soient parfaites.
Actions extérieures :
– forces de surface (ponctuelles ou réparties),
– forces à distance,
– forces de liaison (à priori inconnues).
On s’intéresse aux :
– efforts de liaison,
– déplacements,
– déformations,
– contraintes.
3.1 Principe des travaux virtuels – PTV 31

Restrictions :
– pas d’effet de la température,
– état initial non sollicité.
Pour déterminer l’état du système, on peut utiliser le premier principe de
la thermodynamique (structure élastique, pas de dissipation).
Dans un référentiel galiléen et pour toute partition du système considéré,
la somme du travail des forces extérieures Fext et du travail des forces inté-
rieures Fi nt calculée dans un champ de déplacement virtuel quelconque est
égale à zéro.
WF∗ ext + WF∗ int = 0, ∀u ∗ virtuel (3.1)

Pour utiliser ce principe, il faut :


– définir ce que signifie u ∗
– expliciter le WF∗

3.1.1 Champ de déplacement virtuel


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

A priori, u ∗ est quelconque mais dans la pratique on utilisera uniquement :


Champ cinématiquement admissible : champ de déplacement virtuel qui
respecte les conditions de liaisons. u ∗ C.A. est continu, dérivable et tel que
la déformée existe.
Champ rigidifiant : champ de déplacement virtuel tel que la déformée est
nulle en tout point de la structure.

3.1.2 Définition du travail des forces dans le champ de


déplacement virtuel

Travail des forces extérieures : si on note F i , M


 i les forces et moments
appliqués au point G i et u i∗ , v
 i∗ les déplacements et rotations de la section
32 3 • Théorèmes Généraux–Méthodes énergétiques

en G i , nous obtenons alors :


n
WF∗ ext = i u i∗ + M
{F  i∗ }
iv (3.2)
i =1

Travail des forces intérieures : lié au travail de s dans le champ de défor-


mation virtuel : ´∗ déformation axiale, x∗ courbure, g∗ déformation de
cisaillement, u∗ angle de torsion.

 ∗ 
WF∗ int = − N ´ + Mx∗ + V g∗ + Mx u∗ (3.3)
str uctur e

3.2 ÉGALITÉ DE CLAPEYRON


Le principe des travaux virtuels (PTV) est valable quelque soit u ∗ , en parti-
culier on peut choisir pour champ virtuel le champ réel de déplacement. On
obtient alors :
WFext + WFint = 0 (3.4)

WFext : les efforts et les déplacements ne sont pas indépendants, il faut


donc prendre en compte l’histoire du chargement.


n 
1 1
WFext = {F
i u i + M  i} +
iv pu ds (3.5)
2 2
i =1

−WFint : potentiel interne W ou énergie de déformation élastique.


  N2 M2 V2 M2 
W = −WFint = + + + x ds (3.6)
str uctur e ES E I G SR G J

avec S R : section réduite en cisaillement.


L’égalité de Clapeyron ne dépend que de l’état initial et de l’état final de
la structure.
3.3 Théorème de réciprocité de Maxwell-Betti 33

3.3 THÉORÈME DE RÉCIPROCITÉ


DE MAXWELL-BETTI
Ce théorème se déduit de l’égalité de Clapeyron en considérant deux sys-
tèmes de chargement appliqués à la même structure.
Le travail produit par un système de chargement S1 sur une structure dans
le champ de déplacement dû à un système de chargement S2 est égal au
travail du système de chargement S2 dans le champ de déplacement dû à S1 .
Cette égalité est donnée en produit scalaire. On ne pourra donc connaître
que la composante du déplacement suivant la direction d’application de la
force.
Le déplacement (ou la rotation) produit en i par une force (ou couple)
unitaire agissant en j est égal au déplacement (ou la rotation) produit en j
par la force (ou couple) unitaire agissant en i.

3.4 THÉORÈME DE CASTIGLIANO


Le théorème de Castigliano établit une relation entre les déplacements et
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

le potentiel interne. Pour l’établir, on part de l’égalité de Clapeyron et on


calcule plus explicitement le travail des forces extérieures.
La dérivée partielle du potentiel interne par rapport à une action quel-
conque est égale au déplacement du point d’application de cette action
mesurée algébriquement sur la ligne d’action de celui-ci.
Pour une force ponctuelle Fk , le déplacement dk est ainsi :
∂W
= dk (3.7)
∂ Fk
Pour un moment ponctuel Mk , la rotation vk est ainsi :
∂W
= vk (3.8)
∂ Mk
En conséquence, si l’on souhaite calculer le déplacement d (ou rotation
v) d’une section S d’une poutre dans une direction donnée, on applique
34 3 • Théorèmes Généraux–Méthodes énergétiques

une force fictive F ∗ (ou moment fictif M ∗ ) dans la section S suivant cette
direction. On aura alors : 
∂W 
d=
∂ F ∗  F ∗ =0
 (3.9)
∂W 
v=
∂ M ∗  M ∗ =0

3.5 THÉORÈME DE MÉNABRÉA


Dans un système hyperstatique sur appui rigide, les réactions hyperstatiques
dues aux liaisons surabondantes ne travaillent pas pendant la déformation
du système. Les dérivées partielles du potentiel par rapport aux réactions
hyperstatiques Ri sont donc nulles :
∂W
=0 (3.10)
∂ Ri

3.6 THÉORÈME DE MÜLLER-BRESLAU :


FORMULE DE MOHR
Pour calculer le déplacement (ou la rotation) en un point P d’une structure
(S) isostatique sollicitée en flexion par un système de chargement extérieur,
on procède de la manière suivante :
– on calcule les efforts intérieurs associés au chargement extérieur (i.e.
M, N , V ).
– on applique une charge unitaire 1̄ P au point P dans le sens du
déplacement recherché et on détermine les efforts intérieurs associés
( M̄, N̄ , V̄ ).
Le déplacement (ou la rotation) recherché d P s’obtient par l’intégrale
suivante :  
M M̄ N N̄ V V̄ 
dP = + + ds (3.11)
S EI E S G SR
3.6 Théorème de Müller-Breslau : Formule de Mohr 35

Si le système est hyperstatique, on démontre que les efforts intérieurs


M̄, N̄ et V̄ peuvent être calculés sur n’importe quelle structure isostatique
déduite de S en supprimant les liaisons hyperstatiques.
Dans la plupart des cas, les deux derniers termes de l’intégrale peuvent
être négligés et l’on obtient :

M M̄
dP = ds (3.12)
S EI

➤ Calcul des intégrales de Mohr par une méthode simplifiée


Il s’agit d’une méthode simple lorsqu’un des diagrammes est linéaire (avec
E I constant), voir la figure 3.1.

Mi(x)
B : aire sous la courbe

Gi

x1 xGi x2
x
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Mj(x)

x1 xGi x2 x

Figure 3.1

On obtient alors :  x2
1
Mi (x)M j (x)d x = A × B (3.13)
EI x1

avec A la valeur dans le diagramme M j (x) (linéaire) au niveau du centre de


gravité x G i du diagramme Mi (x) et B l’aire sous la courbe Mi (x).
36

m1
m

m1

m2
m2

-m2

m1

m
Mi Mj dx αL βL
L L
L L L
L

L L L
L (2M1 m1 + M1 m2 (2M1 m1 − M1 m2 L L m(M1 (1 + b)
6 6 6

M2
m(M1 + M2 ) m1 (2M1 + M2 ) m1 (M1 + 2M2 )

M1
2 6 6
L +M2 m1 + 2M2 m2 ) +M2 m1 − 2M2 m2 ) +M2 (1 + a))

L L L
(2M1 m1 + M1 m2 (2M1 m1 − M1 m2 m(M1 (1 + b)

M1
L 6 6 L L 6
m(M1 − M2 ) m1 (2M1 − M2 ) m1 (M1 − 2M2 )

-M2
2 6 6
L −M2 m1 − 2M2 m2 ) −M2 m1 + 2M2 m2 ) −M2 (1 + a))

L L L L L L

M1
M1 m M1 (2m1 + m2 ) M1 (2m1 − m2 ) M1 m1 M1 m2 M1 m(1 + b)
2 6 6 3 6 6
L
3 • Théorèmes Généraux–Méthodes énergétiques
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

3.6

m1
m

m1

m2
m2

-m2

m
m1
Mi Mj dx αL βL
L L
L L L
L

L L L L L L

M2
M2 m M2 (m1 + 2m2 ) M2 (m1 − 2m2 ) M2 m1 M2 m2 M2 m(1 + a)
2 6 6 6 3 6
L

L L
M(m1 (1 + b) M(m1 (1 + b) L

M
L 6 6 L L 3 − 4a2
Mm Mm1 (1 + b) Mm2 (1 + a) Mm
αL βL 2 6 6 12 b
+m2 (1 + a)) −m2 (1 + a))
L pour a < b
Théorème de Müller-Breslau : Formule de Mohr

L L L L L L

M1
M1 m M1 (3m1 + m2 ) M1 (3m1 − m2 ) M1 m1 M1 m2 M1 m(1 + b + b2 )
3 12 12 4 12 12
L

L L L L L L

M2
M2 m M2 (m1 + 3m2 ) M2 (m1 − 3m2 ) M2 m1 M2 m2 M2 m(1 + a + a2 )
3 12 12 12 4 12
L
37
38 3 • Théorèmes Généraux–Méthodes énergétiques

3.7 LIGNES D’INFLUENCE


Considérons une poutre à plan moyen chargée dans son plan par des forces
verticales. On appelle fonction d’influence f (a) l’expression en une section
droite S donnée d’un effet (noté E) donné, engendré par une cause de valeur
unité se déplaçant sur la poutre.
Causes :
– force ponctuelle, ensemble de forces ponctuelles,
– couple ponctuel,
– déplacements imposés.
Effets :
– déformation (déplacement),
– actions de liaison,
– efforts internes (N , V , M, Mx ).
La représentation graphique de la fonction d’influence est appelée ligne
d’influence de l’effet E dans la section S.
Soit une poutre sur deux appuis soumise à une charge ponctuelle
(figure 3.2) :

Y 1
X
A B
α

Figure 3.2
3.7 Lignes d’influence 39

Les fonctions d’influence de V et de M en une section S en x sont :



⎪ a−l

⎨ V (x, a) = l
x <a  

⎪ l−a
⎩ M(x, a) = x
l
⎧ (3.14)
a

⎨ V (x, a) =
l
x >a  
⎩ M(x, a) = a l − x

l
Notons que, dans ces expressions, la variable est a tandis que x est fixée.
Nous obtenons les lignes d’influences suivantes (figure 3.3) :
V(α)

x l
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

M(α)

x l
α

Figure 3.3
40 3 • Théorèmes Généraux–Méthodes énergétiques

3.7.1 Effet d’un ensemble de charges


L’effet E d’un système de charges concentrées P1 , P2 . . . Pn d’abscisses a1 ,
a2 . . . an est égal, en vertu du principe de superposition, à :

E = P1 f (a1 ) + P2 f (a2 ) + . . . + Pn f (an ) (3.15)

L’effet d’une charge répartie p(a) entre deux points A et B est égal à :
 B
E= p(a) f (a)da (3.16)
A

3.7.2 Lignes d’influence des déformations


Le théorème de Maxwell-Betti montre que :
– la ligne d’influence du déplacement vertical d’une section S d’abs-
cisse x sous l’action d’une charge verticale unité d’abscisse a est la
ligne représentative d’un déplacement vertical de la section S d’abs-
cisse a sous l’action d’une force verticale unité placée dans la section
d’abscisse x ;
– la ligne d’influence de la rotation d’une section S d’abscisse x sous
l’action d’une charge verticale unité d’abscisse a est la ligne repré-
sentative d’un déplacement vertical de la section S d’abscisse a sous
l’action d’un couple unité placé dans la section d’abscisse x.
Chapitre 4

Systèmes isostatiques

L’objectif de ce chapitre est de donner les solutions de base en terme de


réactions d’appuis, diagramme de contraintes généralisées et déplacement,
pour des systèmes de poutres isostatiques.

4.1 DÉFINITIONS
4.1.1 Systèmes isostatiques
Un système est dit isostatique si toutes les réactions d’appuis ainsi que les
contraintes généralisées en tout point de la structure peuvent être détermi-
nées par la seule utilisation des équations d’équilibre. Les caractéristiques
géométriques de la structure (inertie, section, matériau) n’entrent à aucun
moment dans le calcul de la distribution des efforts. Ces dernières ne
seront introduites que dans les chapitres suivants dans l’étude des systèmes
hyperstatiques.
42 4 • Systèmes isostatiques

4.1.2 Efforts et conditions de liaisons


Les structures étudiées ci-après peuvent être soumises à des efforts et
→ −
− →
couples ponctuels ( F et C ) ainsi qu’à des densités d’efforts (− →p ), appelées
aussi charges linéiques.
Nous ne considérerons dans ce chapitre, dans un souci de simplicité
d’écriture, que des structures planes dans le plan (− →
x ,−
→y ). Les rotations et
moments fléchissants sont donc définis autour de l’axe − →z . La structure est
en équilibre sous l’action de ces efforts et de conditions de liaisons. Les prin-
cipales liaisons entre la structure et son environnement sont résumées dans
le tableau ci-dessous. Nous donnons les réactions d’appuis produites ainsi
que les degrés de liberté en déplacement bloqués ou autorisés. Les efforts
verticaux sont notés V , les horizontaux H et les moments fléchissants M.
Les déplacements axiaux sont notés u, transversaux v et les rotations u.

Type de liaisons Schémas Réactions d’appuis Degrés de liberté


H = 0, V = 0,
Rotule u = 0, v = 0, u = 0
M=0

V = 0, H = 0,
Appui simple v = 0, u = 0, u = 0
M=0

V = 0, H = 0,
Encastrement v = 0, u = 0, u = 0
M = 0

4.1.3 Exemple
Un exemple simple est traité ici, permettant dans un cadre isostatique de
comprendre les principales étapes de détermination des efforts et déplace-
ments dans la structure. Soit une poutre isostique de longueur l, de moment
quadratique I et de module d’Young E supportant une charge concentrée au
tiers de sa longueur comme indiqué sur la figure ci dessous.
4.1 Définitions 43



y l/3


x P
A B

l
Figure 4.1

➤ Détermination des réactions d’appuis


Nous noterons H les réactions d’appuis verticales en un point donné, V les
verticales
 et M les moments
 fléchissants. Les équations d’équilibre en effort

F/x et F/y nous indiquent que :

H A = HB = 0
V A + VB − P = 0
L’équation d’équilibre en moment, écrite au point A nous permet de
déterminer les réactions verticales en A et B.
2P
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

VB =
3
P
VA =
3
➤ Détermination des contraintes généralisées
Dans la détermination le long de la poutre des contraintes généralisées
(effort normal, effort tranchant et moment fléchissant), nous appliquerons
la méthode des coupures. Par application du principe fondamental de la
statique, cette méthode permet de calculer le torseur des efforts intérieurs
en tout point d’une section droite. Pour une section comprise entre le point
A et le point d’application de l’effort extérieur P :
l’équilibre en effort de la section d’abscisse x, selon −

x nous indique que :
N (x) = 0
44 4 • Systèmes isostatiques



y V (x)
M(x)


x

A N (x)

Figure 4.2

l’équilibre en effort selon →


−y nous permet de déterminer l’effort tran-
chant :
P
V (x) = −V A = −
3


l’équilibre en moment autour de z nous permet de déterminer le moment
fléchissant :
Px
M(x) = V A x =
3
De même pour les sections de poutre situées entre le point d’application de
P et B.
N (x) = 0
2P
V (x) = −V A + P =
3
 
2l 2Pl 2P x
M(x) = V A x − P x − = −
3 3 3
Les diagrammes des efforts tranchants et moments fléchissants ainsi calcu-
lés sont tracés sur la figure ci-après :
V (x) M(x)
2P/3
2Pl/9


x −

x

−P/3
Figure 4.3
4.2 Poutre sur deux appuis 45

➤ Calcul des déplacements


La flèche de la poutre est calculée en utilsant la loi de comportement reliant
la courbure (dérivée seconde de la flèche : v  (x)) au moment fléchissant :
M(x) = E I v  (x). Ainsi pour la partie de la poutre entre le point A et le
point d’application de P,
 2 
px 8l
v(x) = − − x2
18E I 9
Pour la partie restante de la poutre :
 
p(l − x) 4l 2
v(x) = − x(2l − x) −
18E I 9

4.2 POUTRE SUR DEUX APPUIS


Dans ce paragraphe, nous nous proposons de passer en revue les différents
cas de charges possibles rencontrés pour une poutre simplement appuyée
sur ses appuis.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

4.2.1 Cas d’une charge concentrée

a b Pb Pa
VA = uA = − (l − a)(2l − a)
P l 6E I l
A B Pa Pa  2 
uA uB VB = uB = l − a2
l 6E I l
l
Figure 4.4

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
Pb
V (x) = −
l
Pbx
M(x) =
l
46 4 • Systèmes isostatiques

Pour a < x < l,


Pa
V (x) =
l
 x
M(x) = Pa 1 −
l
Pab
Le moment maximum est en a et vaut M Max = .
l

➤ Calcul de la déformée
Pour 0 < x < a,
Pbx  2 
v(x) = − l − b2 − x 2
6E I l
Pour a < x < l,

Pa(l − x)  
v(x) = − x(2l − x) − a 2
6E I l
Le déplacement au centre de la poutre en x = l/2 vaut :
 
Pa 3l 2 − 4a
v(l/2) = −
48E I

4.2.2 Cas d’un convoi de charges ponctuelles :


théorème de Barré
Un convoi est un système de charges ponctuelles susceptibles de se dépla-
cer dans son ensemble le long de la poutre. Si la détermination des efforts
tranchants maximaux aux appuis de la poutre ne pose pas de problème, la
localisation du moment fléchissant maximum, fonction de la position du
convoi sur la poutre doit être menée avec précision. Le théorème de Barré
permet de déterminer la position du convoi fournissant le moment fléchis-
sant maximal : le moment fléchissant est maximum au droit d’une charge
lorsque cette charge et la résultante R des charges du convoi se trouvent
dans des sections symétriques par rapport au milieu de la poutre.
4.2 Poutre sur deux appuis 47

R
P1 P2 P3

A B
d d

l
Figure 4.5

Prenons l’exemple de deux charges sur une poutre, distante d’une lon-
gueur a entre elles, le moment maximal est égal à :
Pl  a 2
M Max = 1−
2 2l

4.2.3 Cas d’une charge uniformément répartie


L’effort p exprimé en N /m est uniformément réparti sur toute la longueur
de la poutre.

p pl pl3
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

VA = uA = −
A B 2 24E I
uA uB pl pl3
l VB = uB =
2 24E I

Figure 4.6

➤ Calcul des contraintes généralisées


 
l
V (x) = − p −x
2
px(l − x)
M(x) =
2
pl 2
Le moment maximum est en l/2 et vaut M Max = .
8
48 4 • Systèmes isostatiques

➤ Calcul de la déformée

px  3 
v(x) = − l − 2lx 2 + x 3
24E I
Le déplacement est maximal au centre de la poutre en x = l/2 et vaut :
5 pl 4
v(l/2) = −
384E I

4.2.4 Cas d’une charge répartie partielle

a b c pb(b + 2c) pb(b + 2c)  2 


p VA = uA = − 4l −(b+2c)2 −b2
2l 48E I l
A B
uA uB pb(2a + b) pb(2a + b)  2 
VB = uB = 4l − (2a + b)2 − b2
l 2l 48E I l

Figure 4.7

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
pb pb
V (x) = − (b + 2c) M(x) = (b + 2c)x
2l 2l
Pour a < x < b + a,
pb
V (x) = − (b + 2c) + p(x − a)
2l
pb (x − a)2
M(x) = (b + 2c)x − p
2l 2
Pour b + a < x < l,
pb
V (x) = (2a + b)
2l
pb
M(x) = (2a + b)(l − x)
2l
4.2 Poutre sur deux appuis 49

b(b + 2c)
Le moment maximum est obtenu pour x = a + et vaut :
2l
pb  
M Max = 2 (b + 2c) b(b + 2c) + 4al
8l
➤ Calcul de la déformée
La flèche maximale est obtenue entre a et a + b et s’exprime par :
p    
v(x) = − b(b + 2c)x 4(l 2 − x 2 ) − (b + 2c)2 − b2 + 2l(x − a)4
48E I l

4.2.5 Cas d’une charge répartie partielle proche d’un appui

a pa  a pa 2 (2l − a)2
p VA = l− uA = −
l 2 24E I l
A B
uA uB pa 2 pa 2 (2l 2 − a 2 )
VB = uB =
l 2l 24E I l

Figure 4.8

➤ Calcul des contraintes généralisées


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Pour 0 < x < a,


p 
V (x) = − a(2l − a) − 2lx
2l
px  
M(x) = a(2l − a) − lx
2l
Pour a < x < l,
pa 2
V (x) =
2l
pa 2 (l − x)
M(x) =
2l
a
Le moment maximum est obtenu pour x = (2l − a) et vaut :
2l
pa 2 (2l − a)2
M Max =
8l 2
50 4 • Systèmes isostatiques

➤ Calcul de la déformée
Pour 0 < x < a,
px  2 
v(x) = − a (2l − a)2 − 2a(2l − a)x 2 + lx 3
24E I l
Pour a < x < l,

pa 2 (l − x)  
v(x) = − 4lx − 2x 2 − a 2
24E I l

4.2.6 Cas d’une charge triangulaire


Nous supposons que a < b et que P est la valeur de l’effort le plus important
au sommet du triangle.
a b P P  
P VA = (l + b) uA = − (l + b) 7l 2 − 3b2
6 360E I
A B
P P  
uA uB VB = (l + a) uB = (l + a) 7l 2 − 3a 2
l 6 360E I

Figure 4.9

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
P 
V (x) = − a(l + b) − 3x 2
6a
Px  
M(x) = a(l + b) − 3x 2
6a
Pour a < x < l,
P 2 
V (x) = − 3x − 6lx + 2l 2 + a 2
6b
P  
M(x) = (l − x) 2lx − x 2 − a 2
6b
4.2 Poutre sur deux appuis 51


b(l + a)
Le moment maximum est obtenu pour x = l − et vaut :
3

P b(l + a)
M Max = (l + a)
9 3

➤ Calcul de la déformée
Pour 0 < x < a,
px  4 
v(x) = − 3x + a(l + b)(7l 2 − 3b2 − 10x 2 )
360E I a
Pour a < x < l,

p(l − x)  
v(x) = − 3(l − x)4 + b(l + a)(7l 2 − 3a 2 − 10(l − x)2
360E I b
Si la charge triangulaire est symétrique, le moment maximum est obtenu en
Pl
x = l/2 et vaut M Max = .
6
Pl 3
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

La flèche maximum est égale à v(l/2) = − , et les rotations aux


60E I
2
5Pl
appuis, u A = −u B = − .
96E I

4.2.7 Cas d’une charge triangulaire monotone


P est la valeur de l’effort le plus important au sommet du triangle.
P Pl 7Pl 3
VA = uA = −
A B 6 360E I
uA uB Pl 8Pl 3
VB = uB =
3 360E I
l
Figure 4.10
52 4 • Systèmes isostatiques

➤ Calcul des contraintes généralisées

P 2 
V (x) = − l − 3x 2
6l
Px  2 
M(x) = l − x2
6l

l 2Pl 2
Le moment maximum est obtenu pour x = √ et vaut M Max = √ . Au
3 18 3
milieu de la poutre, en x = l/2, le moment est égal à M(l/2) = Pl 2 /16.

➤ Calcul de la déformée

Px  2  
v(x) = − l − x 2 7l 2 − 3x 2
360E I l

Le déplacement maximal est obtenu en x = 0.519l et vaut :

7Pl 3
v Max = −
76.6E I

4.2.8 Cas d’une charge triangulaire anti symétrique


P est la valeur de l’effort le plus important au sommet du triangle.

P Pl Pl 3
VA = uA = −
A B 6 360E I
uA P
Pl Pl 3
VB = − uB = −
l 6 360E I

Figure 4.11
4.2 Poutre sur deux appuis 53

➤ Calcul des contraintes généralisées

P 2 
V (x) = −
6x − 6lx + l 2
6l
Px
M(x) = (l − x)(l − 2x)
6l

3± 3
Le moment maximum est obtenu pour x = l et vaut :
6

Pl 2 3
M Max = ± .
108

➤ Calcul de la déformée

Px  4 
v(x) = 6x − 15lx 3 + 10l 2 x 2 − l 4
360E I l

4.2.9 Cas d’une charge trapézoïdale symétrique


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

P est la valeur de l’effort le plus important du trapèze.


a b a P(l − a) P 3 
VA = uA = − l − 2la 2 + a 3
2 24E I
A B
P(l − a) P 3 
uA uB VB = uB = l − 2la 2 + a 3
2 24E I
l
Figure 4.12

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
P 
V (x) = − al − a 2 − x 2
2a
Px  
M(x) = 3al − 3a 2 − x 2
6a
54 4 • Systèmes isostatiques

Pour a < x < l − a,

P
V (x) = − (l − 2x)
2
P 
M(x) = 3lx − 3x 2 − a 2
6

Pour l − a < x < l,

P 
V (x) = − (l − x)2 − a(l − a)
2a
P  
M(x) = (l − x) 3a(l − a) − (l − x)2
6a

Le moment maximum est obtenu en milieu de poutre pour x = l/2 et


P 2 
vaut M Max = 3l − 4a 2 .
24

➤ Calcul de la déformée
La flêche maximale est obtenue en milieu de poutre et vaut :

P  2 2
v(l/2) = − 5l − 4a 2
1920E I

4.2.10 Cas d’une charge parabolique


P est la valeur de l’effort au sommet de la parabole.
P Pl Pl 3
VA = uA = −
A B 3 30E I
uA uB
Pl Pl 3
VB = uB =
l 3 30E I

Figure 4.13
4.2 Poutre sur deux appuis 55

➤ Calcul des contraintes généralisées

P  3 
V (x) = −
2
4x − 6lx 2 + l 3
3l
P  3 
M(x) = 2 x x − 2lx 2 + l 3
3l
Le moment maximum est obtenu en milieu de poutre pour x = l/2 et
5Pl 2
vaut M Max = .
48
➤ Calcul de la déformée

Px  5 
v(x) = x − 3lx 4 + 5l 3 x 2 − 3l 5
90E I l 2
La flêche maximale est obtenue en milieu de poutre et vaut :
6.1Pl 4
v(l/2) = −
576E I

4.2.11 Cas d’un couple en un point quelconque


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

a b
C C 2 
VA = uA = − l − 3b2
C l 6E I l
A B
C C 2 
uA uB VB = − uB = − l − 3a 2
l 6E I l
l
Figure 4.14

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
C
V (x) = −
l
Cx
M(x) =
l
56 4 • Systèmes isostatiques

Pour a < x < l,


C
V (x) = −
l
C(l − x)
M(x) = −
l

➤ Calcul de la déformée
Pour 0 < x < a,
Cx  2 
v(x) = x − l 2 + 3b2
6E I l
Pour a < x < l,
C  3   
v(x) = x − 3lx 2 + 2l 2 + 3a 2 x − 3a 2 l
6E I l
Le déplacement au point d’application du couple en x = a vaut :

1 Cab(b − a)
v(a) = −
EI 3l

4.2.12 Cas d’un couple à une extrémité

C C Cl
A B VA = uA =
l 3E I
uA uB C Cl
VB = − uB = −
l l 6E I
Figure 4.15

➤ Calcul des contraintes généralisées

C
V (x) = −
l
C(l − x)
M(x) = −
l
4.2 Poutre sur deux appuis 57

➤ Calcul de la déformée

Cx
v(x) = (l − x)(2l − x)
6E I l

Cl 2
Le déplacement au milieu de la poutre en x = l/2 vaut : v(l/2) = .
16E I

4.2.13 Cas d’un couple uniformément réparti


C est le couple appliqué sur la poutre par unité de longueur.

A C B
VA = C uA = 0
uA uB
VB = −C uB = 0
l
Figure 4.16
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

➤ Calcul des contraintes généralisées

V (x) = −C
M(x) = 0

➤ Calcul de la déformée

v(x) = 0
58 4 • Systèmes isostatiques

4.3 POUTRE CONSOLE


4.3.1 Cas d’une charge concentrée

a b
P VA = P
A B
M A = Pa

l
Figure 4.17

➤ Calcul des contraintes généralisées


Pour 0 < x < a,
V (x) = −P
M(x) = P(x − a)
Pour a < x < l,
V (x) = 0
M(x) = 0

➤ Calcul de la déformée
Pour 0 < x < a,
Px2
v(x) = − (3a − x)
6E I
Pour a < x < l,
Pa 2
v(x) = − (3x − a)
6E I
pa 2
Le déplacement en B vaut v(l) = − (3l − a) et sous le point d’applica-
6E I
pa 3
tion de la charge v(P) = − .
3E I
4.3 Poutre console 59

4.3.2 Cas d’une charge uniformément répartie


p est une charge linéique.
p
V A = pl
A B
pl 2
MA =
2
l
Figure 4.18

➤ Calcul des contraintes généralisées

V (x) = p(x − l)
p
M(x) = − (x − l)2
2

➤ Calcul de la déformée

p  
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

v(x) = − (l − x)4 + 4l 3 x − l 4
24E I
pl 4
Le déplacement en bout de poutre en B vaut v(l) = − .
8E I

4.3.3 Cas d’une charge triangulaire croissante


P est la valeur maximum de l’effort.
P Pl
VA =
A B 2
Pl 2
MA =
3
l
Figure 4.19
60 4 • Systèmes isostatiques

➤ Calcul des contraintes généralisées

 
Pl x2
V (x) = −1
2 l2
P(l − x)2 (2l + x)
M(x) = −
6l

➤ Calcul de la déformée

Px2  3 
v(x) = − 20l − 10l 2 x + x 3
120E I l

11Pl 4
Le déplacement en bout de poutre en B vaut v(l) = − .
120E I

4.3.4 Cas d’une charge triangulaire décroissante


P est la valeur maximum de l’effort.
P Pl
VA =
A B 2
Pl 2
MA =
6
l
Figure 4.20

➤ Calcul des contraintes généralisées

P
V (x) = − (l − x)2
2l
P
M(x) = − (l − x)3
6l
4.3 Poutre console 61

➤ Calcul de la déformée

P  5 
v(x) = − 4l − 5l 4 (l − x) + (l − x)5
120E I l
Pl 4
Le déplacement en B vaut v(l) = − .
30E I

4.3.5 Cas d’un couple

C VA = 0
A B
M A = −C

l
Figure 4.21
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

➤ Calcul des contraintes généralisées


pour x < a
V (x) = 0
M(x) = C
pour a < x < l
V (x) = 0
M(x) = 0

➤ Calcul de la déformée
pour x < a
Cx2
v(x) = −
2E I
62 4 • Systèmes isostatiques

pour a < x < l


Ca  a
v(x) = − x−
EI 2
Ca 2
Le déplacement au point d’application du couple vaut v(a) = − et
  2E I
Ca a
en bout de poutre en B : v(l) = − l− .
EI 2

4.4 ARC PARABOLIQUE ISOSTATIQUE


4f
Nous définissons un arc par sa fibre moyenne, à savoir : y = x(l − x).
l
4f
L’angle d’inclinaison de la fibre moyenne est défini par : u = (l − 2x).
l

u
f
A B

l
Figure 4.22

4.4.1 Cas d’une charge uniformément répartie


p est une charge linéique.
 
l
N (x) = p x − sin u
2
 
l
V (x) = p x − cos u
2
px(l − x)
M(x) =
2
4.4 Arc parabolique isostatique 63

p
pl
V A = VB =
A B 2
H A = HB = 0

l
Figure 4.23

p f l3
Le déplacement au centre de la poutre est égal à v(l/2) = − .
15E I

4.4.2 Cas d’une charge ponctuelle horizontale


P Pb
V A = −VB = − H B = −P
A a b B l
HA = 0
l
Figure 4.24

➤ Calcul des contraintes généralisées


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

pour x < a
Pb
N (x) = sin u
l
Pb
V (x) = cos u
l
Pbx
M(x) = −
l
pour a < x < l
Pb
N (x) = sin u
l
Pb
V (x) = cos u
l
Pbx
M(x) = − − P(y − b)
l
64 4 • Systèmes isostatiques

Le déplacement au centre de la poutre est égal à :


   
4f2 3a 2a 2 12a 3 8a 4 1
v(l/2) = P(l − a) 2− + 2 + 3 − 4 +
15E I l l l l ES

4.4.3 Cas d’une charge ponctuelle verticale

P P(l − a)
VA = H A = HB = 0
b B l
A a
Pa
VB =
l l

Figure 4.25

➤ Calcul des contraintes généralisées


pour x < a
P(l − a)
N (x) = − sin u
l
P(l − a)
V (x) = − cos u
l
P x(l − a)
M(x) =
l
pour a < x < l
Pa
N (x) =sin u
l
Pa
V (x) = − cos u
l
Pa
M(x) = (l − x)
l
Le déplacement au centre de la poutre (si a < l/2) est égal à :

P f 2a  4 
v(l/2) = − 4
l − l 3 x − 8l 2 x 2 + 20lx 3 − 12.8x 4 .
12E I l
Chapitre 5

Systèmes hyperstatiques

5.1 GÉNÉRALITÉS
5.1.1 Degré d’hyperstaticité H
a) Treillis plans isostatiques et hyperstatiques
Un treillis est isostatique s’il est possible de calculer toutes les actions de
liaison (et les efforts dans toutes les barres) étant donnée une sollicitation
extérieure quelconque. Pour cela, il faut faire le bilan des équations indé-
pendantes et des inconnues indépendantes.
Le treillis est décomposé en barres et en nœuds auxquels chaque barre est
liée (figure 5.1).
3 3

1 2 1 2

Figure 5.1 Décomposition du treillis en nœuds et barres


66 5 • Systèmes hyperstatiques

Puis on fait le bilan des équations :


– on isole chaque barre : 3 équations × nb de barre (b).
– chaque nœud impose une restriction selon le type de liaison :
Sp i .
 !"
nœud
p = 2 pour une articulation liant 2 barres
p = 3 pour un encastrement liant 2 barres
p = 1 pour un appui simple.
– nombre d’inconnues : actions de liaison à l’extrémité de chaque barre,
nœud
!"
action de liaison avec l’extérieur. S l ji
 !"
barre
Dans notre cas le nombre d’équations est :
#
b =3×3
15 équations
S pi = 2 + 2 + 2 = 6

le nombre d’inconnues est :


⎫ ⎫
barre 1 − 2 : 4 ⎬ ⎪

chaque barre est liée ⎪

barre 2 − 3 : 4 ⎬
⎭ par 2 articulations
barre 1 − 3 : 4 15 inconnues


nœud 1, ext : 1 (appui simple) ⎪


nœud 2, ext : 2 (articulation)

Le treillis est donc isostatique.


Cette formule est valable pour les treillis et aussi dans d’autres situations
(cas des ossatures composées de poutres). Dans le cas des treillis elle se
5.1 Généralités 67

simplifie car toutes les liaisons entre barres sont des articulations :

nb de nœuds
!"
SNi = 2 × n
Sli = 4×b +  m!"
 !"
chaque barre inconnues de liaisons
à 2 articulations avec l’extérieur

Pour un treillis isostatique :

3b + 2n = 4b + m → b = 2n − m

b) Cas général
Un système comprenant k solides possède dans l’espace 6k degrés de liberté
(dans le plan, 3k). Ces solides sont cependant liés entre eux à différents
points de jonction et fixés en un certain nombre de points d’appuis.
Soit r le nombre de réactions d’appuis, c’est-à-dire de composantes de
réactions inconnues aux différents points d’appui. Soit p le nombre de liai-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

sons internes indépendantes entre solides. On appelle degré d’hyperstaticité


la quantité :

H = p + r − 6k dans l’espace
H = p + r − 3k dans le plan

Pour déterminer le nombre de liaisons internes ( p), on peut utiliser les for-
mules suivantes :
– articulations ou rotule : si k solides concourent en une articulation
p = 3(k − 1) dans l’espace et p = 2(k − 1) dans le plan.
– encastrements : si k solides concourent en un encastrement
p = 6(k − 1) dans l’espace et p = 3(k − 1) dans le plan.
– liaisons mixtes : dénombrement à la main du nombre de conditions de
liaisons.
68 5 • Systèmes hyperstatiques

5.1.2 Méthode des forces1


a) Choix d’une structure isostatique associée
Une structure est isostatique si les seules équations d’équilibre permettent
de déterminer de façon unique les efforts intérieurs. Lorsque la structure
présente des liaisons internes ou des appuis supplémentaires, la solution des
équations d’équilibre est un espace affine, l’espace des efforts statiquement
admissible SA. La dimension de cet espace est le degré d’hyperstaticité de
la structure, c’est-à-dire le nombre de liaisons “en trop”. Un élément de cet
espace s’écrira :
 n
M = M0 + x i Mi (5.1)
i =1

où M0 est une solution particulière des équations d’équilibre et {Mi , i =


1, . . . n} est une base de l’espace vectoriel des efforts intérieurs auto-
équilibrés (on ne considère que les efforts de flexion pour simplifier la
présentation).
Comme en mécanique des milieux continus, la résolution du problème
nécessite dans ce cas l’introduction d’équations supplémentaires : le com-
portement. En élasticité on montre, comme dans le cas continu, que la solu-
tion du système minimise l’énergie complémentaire sur l’espace (principe
des travaux virtuels). La méthode des forces consiste donc à :
– paramétrer l’espace SA : on utilise pour cela la méthode des coupures,
– écrire la minimisation de l’énergie complémentaire : on aboutit à un
système linéaire faisant apparaître la matrice de souplesse.
– résoudre le système et reconstruire la solution à partir du paramétrage
de SA.

Exemple. Soit une poutre (AB) de longueur 2l encastrée à gauche, simple-


ment appuyée à droite, soumise en son centre à une charge verticale F diri-
gée vers le bas. On utilisera la réaction verticale VB = X comme paramètre.

1. avec l’aimable contribution de notre collègue Bruno Sudret (EDF)


5.1 Généralités 69

Y
P
A X
C B

2l

Figure 5.2 Poutre droite hyperstatique de degré 1

P
Y
VA
P
HA VB X
C
MA

2l

Figure 5.3 Paramétrage de la poutre droite hyperstatique de degré 1

L’équilibre s’écrit, avec les notations de la figure précédente :


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

HA = 0
V A + VB − F = 0 (5.2)
M A + Fl − 2VB l = 0

On peut donc paramétrer le système de réactions statiquement admissibles


par :
H A = 0 V A = F − X VB = X M A = (2X − F)l (5.3)
Les efforts intérieurs statiquement admissibles sont alors :
N =0
V = X − F sur [0, l] V = X sur [l, 2l] (5.4)
M = F(x − l) + X (2l − x) sur [0, l] M = X (2l − x) sur [l, 2l]
70 5 • Systèmes hyperstatiques

b) Méthode des coupures


➤ Choix d’une structure isostatique associée
Soit (S) une structure n fois hyperstatique soumise à un chargement exté-
rieur (forces ponctuelles, densités linéiques, etc.). On lui associe une struc-
ture isostatique (SI) en effectuant n coupures. Une coupure est obtenue :
– soit en libérant une liaison d’appui. Sur la poutre précédente (h=1), on
peut par exemple supprimer l’appui à l’extrémité de droite ou encore
introduire une rotule sur l’extrémité de gauche.
– soit en annulant une composante d’effort intérieur dans une section
donnée : toujours sur le même exemple, on peut introduire une rotule
pour annuler M sur n’importe quelle section x ∈]0, 2l[.
On voit qu’il n’y a pas unicité de la structure isostatique associée.

➤ Caractérisation de SA
Pour obtenir une solution particulière M0 des équations d’équilibre sur (S),
il suffit de déterminer les efforts intérieurs sur (SI) dus au chargement exté-
rieur .
Pour obtenir une base de l’espace des efforts auto-équilibrés, il suffit de
déterminer les efforts intérieurs Mi sur (SI) dus à l’application de forces
unitaires 1i auto-équilibrées aux lèvres de la coupure. Les différents cas de
charge à considérer en fonction de la coupure choisie sur la poutre h = 1
sont donnés figure 5.4.

c) Méthode des forces


➤ Détermination des inconnues hyperstatiques - Théorème
de Menabrea
L’énergie complémentaire associée à un élement de SA s’écrit :
 2
n
 M0 + i =1 xi Mi
E ∗ (x1 , . . . xn ) = dx (5.5)
(S) 2E I
5.1 Généralités 71

P
SI1
1

P
1
SI2

P
1 1
SI3

Figure 5.4 Cas de charge à considérer en fonction du choix de (SI)

Soient (x1 , . . . xn ) les valeurs des paramètres qui caractérisent la solution


élastique dans l’espace SA. Par définition, ce sont les valeurs des efforts
intérieurs ou des réactions d’appui relâchés par l’opération des coupures.
On les appelle inconnues hyperstatiques.
Le principe de minimisation de l’énergie complémentaire exprime que
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

les valeurs (X 1 , . . . X n ) minimisent (5.5). Les conditions de minimisation


s’écrivent :
∂E ∗ 
∀i = 1, . . . n,  =0 (5.6)
∂xi xi =X i
ce qui donne :
 n 
M 0 Mi Mi M j
∀i = 1, . . . n, dx + Xj dx = 0 (5.7)
(S) EI (S) EI
j =1

Ces équations constituent le théorème de Menabrea. Ce système peut se


mettre sous la forme synthétique suivante :

[d].X + d0 = 0 (5.8)
72 5 • Systèmes hyperstatiques

où les termes de la matrice de souplesse [d] et du vecteur d0 sont donnés


par :  
M 0 Mi Mi M j
d0i = d x , di j = dx (5.9)
(S) E I (S) E I

La matrice de souplesse est symétrique, définie positive et donc inversible.


Ce qui signifie que le système (5.8) admet toujours une solution unique.
Les termes de l’équation (5.9) peuvent être interprétés comme les ouver-
tures des coupures pour les différents systèmes de chargement. Le théorème
de Menabrea montre que la somme de ces ouvertures est nulle : les incon-
nues hyperstatiques sont donc telles qu’appliquées à la structure (SI), elles
referment les coupures (et redonnent donc la structure (S) initiale).

➤ Calcul d’un déplacement sur une structure hyperstatique


Le déplacement d’un point P de la structure peut se mettre sous la forme :

M M̄
QP = dx (5.10)
(S) E I

où M et M̄ désignent respectivement les moments fléchissants calculés sur


(S), associés au chargement extérieur F et au chargement unitaire 1 P . La
méthode des coupures permet de mettre M̄ sous la forme M̄ = M̄0 +
n
X̄ i Mi . On démontre ainsi le théorème de réduction (ou de Pasternak) :
i =1
pour calculer un déplacement Q P au point P, associé à un chargement exté-
rieur F sur une structure hyperstatique , il suffit d’appliquer le théorème de
Müller-Breslau en appliquant l’effort unitaire 1 P à une structure isostatique
associée quelconque.

M M̄0
QP = d x avec M̄0 calculé pour une structure (SI) quelconque.
(S) E I
(5.11)
Remarque : La démarche a été illustrée en ne tenant compte que
de l’énergie de flexion. Un calcul complet nécessite de prendre en
5.1 Généralités 73

compte également l’énergie de traction-compression (et éventuelle-


ment celle associée au cisaillement). On obtient de façon générale
des termes de souplesse du type :
  
Mi M j Ni N j Vi V j
di j = + + dx (5.12)
(S) EI ES G SR

d) Guide pratique d’application


– Calcul du degré d’hyperstaticité de la structure n - Choix de n cou-
pures.
– Calcul de la matrice de souplesse [d] et du vecteur d0 .
– Résolution du système linéaire.
– Reconstruction des diagrammes d’efforts intérieurs. On notera qu’on
peut très bien n’avoir pris en compte que l’énergie de flexion dans
le calcul des inconnues hyperstatiques, alors qu’on déterminera par
reconstruction tous les diagrammes, y compris ceux d’effort normal et
d’effort tranchant.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Exemple d’application.
On considère la poutre de l’exemple précédent 5.2, soumise à une force
verticale F dirigée vers le bas appliquée en son milieu. On utilise la structure
(SI) de la figure 5.5.

P
SI
1

M0(x) M1(x)
2l

x x

−Fl

Figure 5.5 Application de la méthode des forces


74 5 • Systèmes hyperstatiques

À l’aide des intégrales de Mohr on obtient :

(2l)3
d11 =
3E I (5.13)
(5Fl)3
d10 =−
6E I
5
Ce qui donne pour l’inconnue hyperstatique X 1 = F. Pour obtenir le
16
diagramme des moments reconstruit, on utilise M = M0 + X 1 M1 ce qui
donne le diagramme suivant :

M(x)
5Fl/16

-3Fl/8

Figure 5.6 Diagramme des moments reconstruit

Pour calculer le déplacement vertical du point C, on applique une force


unitaire dirigée vers le haut sur la structure isostatique associée, et on fait le
produit des diagrammes (voir figure 5.7).

1
SI

M(x)

x
Figure 5.7 Structure isostatique pour le calcul du déplacement
5.1 Généralités 75

7Fl 3
On obtient dC = − .
96E I

5.1.3 Méthode des déplacements


La méthode des déplacements est une méthode de résolution systématique
des systèmes (iso)hyperstatiques. Elle débouche sur les techniques de réso-
lution matricielle et la résolution numérique des problèmes (premier pas
vers la méthode des éléments finis). Contrairement à la méthode des forces
où les inconnues du problème sont les actions de liaisons hyperstatiques,
les inconnues du problème seront les déplacements en certains points de la
structure appelés nœuds.

Exemple.

F4 7
F3
6

F1
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

5 8
3

F2
2

9
1

Figure 5.8 Exemple de structure hyperstatique


76 5 • Systèmes hyperstatiques

On souhaite résoudre le problème en calculant les déplacements aux nœuds




1 à 9 sous l’effet du chargement { F i }.
Pour cela, les inconnues du problème seront les déplacements aux nœuds
1 à 9, certains de ces déplacements seront connus du fait des liaisons. Ceci
sera à prendre en compte lors de la résolution.
Les équations du problème sont les équations de la statique en chaque nœud
de la struture.

On utilisera les hypothèses suivantes :


– structure plane chargée dans son plan,
– petites déformations,
– comportement élastique linéaire du matériau,
– liaisons parfaites, poutres droites, section constante.

a) Étude d’une poutre


Prenons par exemple la poutre [5–8] de la figure 5.8 isolée du reste de la
structure.

Y
V58 V85
M58 p M85

X
N58 5 8 N85

Figure 5.9 Poutre [5–8]

Bilan des actions :


– le chargement extérieur − →p
– les actions du reste de la structure sur cette poutre appliquées aux
nœuds 5 et 8 : {N58 , V58 , M58 , N85 , V85 , M85 }
5.1 Généralités 77

Attention : On travaille ici dans le repère local de la poutre étudiée qui


peut être différent du repère global (poutre [1–2]).
Objectifs : Exprimer les relations entre les actions appliquées aux nœuds
de la poutre et les déplacements et rotations aux mêmes points.
Déformée : Voir la figure 5.10

Ω58
u58 v 8
58
5 u85 v85
Ω85

Figure 5.10 Déformée de la poutre [5–8]

Pour la barre [5–8], on peut écrire :


⎧ EA

© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

⎨ N58 = (u 58 − u 85 )
l

⎩ N = E A (u − u )
85 85 58
l
ddl supplémentaires
Dans le cas d’une poutre, nous avons des ddl supplémentaires qui sont
les déplacements perpendiculaires à la fibre moyenne et les rotations des
nœuds. Pour le calcul des relations moment/rotation on peut procéder de la
façon suivante :
Posons : v58 = v85 = 0 (Figure 5.11)
On va calculer les moments résultants des rotations imposées :

V (x) = V58
M(x) = −M58 + V58 .x
78 5 • Systèmes hyperstatiques

M 8 M X
58 85
5
V V85
58

Figure 5.11 Déformée de la poutre [5–8] avec v58 = v85 = 0

avec le PFS :
V58 + V85 = 0
M58 + M85 − lV58 = 0

Utilisons le théorème de Castigliano avec pour énergie élastique :


  l
1 M2 1 (−M58 + V58 x)2
dx = dx
2 EI 2 0 EI

On obtient alors les rotations aux appuis V58 et V85 en dérivant cette expres-
sion par rapport à M58 et M85 respectivement :
⎧  l  l

⎪ d´ 1  x 2 1 x x

⎨ 58
V = = M 58 1− d x + M85 1− dx
dM58 0 EI l 0 EI l l
 l  l 2


⎪ d´ 1 x x x 1
⎩ V85 = = M58 1− d x + M85 2
dx
dM85 0 EI l l 0 l EI

ce qui donne après inversion (et en considérant E I constant) :





4E I 2E I
⎨ M58 = V58 + V85
l l


⎩ M85 = 4E I V85 + 2E I V58
l l
5.1 Généralités 79

En utilisant les équations d’équilibre on peut aussi calculer V58 et V85 :

6E I
V58 = (V58 + V85 ) = −V85
l2

Posons maintenant : v58 et v85 = 0 (figure 5.12).

v85-v58
8 X
5

Figure 5.12 Déformée de la poutre [5–8] avec v58 = 0 et v85 = 0

Cela revient à traiter le cas précédent en faisant une rotation de repère


d’angle (v85 − v58 )/l.
Bilan : on a obtenu les relations entre les efforts aux extrémités d’une
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

poutre et les déplacements aux nœuds :

EA
Ni j = (u i j − u ji )
l
6E I 6E I 12E I
Vi j = 2 Vi j + 2 V ji − 3 (v ji − vi j )
l l l
4E I 2E I 6E I
Mi j = Vi j + V ji − 2 (v ji − vi j )
l l l
EA
N ji = (u ji − u i j )
l
6E I 6E I 12E I
V ji = − 2 Vi j − 2 V ji + 3 (v ji − vi j )
l l l
4E I 2E I 6E I
M ji = V ji + Vi j − 2 (v ji − vi j )
l l l
80 5 • Systèmes hyperstatiques

➤ Effet d’un chargement extérieur


Les actions que l’on vient de calculer (Ni j , Vi j , Mi j ) sont les actions per-
mettant d’obtenir les déplacements recherchés aux nœuds sans chargement
extérieur. L’effet d’un chargement extérieur est donc inexistant aux nœuds
(pas de déplacements supplémentaires). On considérera donc la poutre bi-
encastrée soumise à un chargement extérieur (figure 5.13) :
Y

p
X
5 8

Figure 5.13 Effet d’un chargement extérieur sur la poutre [5–8]

0 Y 0
V58 V85
0 0
M58 p M85

N58
0 5 8 N0
85

Figure 5.14 Bilan des actions de liaisons pour un chargement extérieur sur la
poutre [5–8]

Il faut ensuite calculer les actions de liaisons dues à ce chargement exté-


rieur (Ni0j , Vi0j , Mi0j sur la figure 5.14) et les ajouter aux actions (Ni j , Vi j ,
Mi j ).
Donnons le cas d’un effort ponctuel centré sur la poutre et le cas d’un
effort réparti (figure 5.15) :

Y Y
P/2 P/2 Pl/2 Pl/2
Pl/8 Pl2/12 2
-Pl /12
-Pl/8 p
P
0 0 X 0 0 X

Figure 5.15 Deux cas de chargement sur une poutre bi-encastrée


5.1 Généralités 81

La superposition de l’effet d’un chargement extérieur et des chargements


aux extrémités de la poutre correspondant aux déplacements inconnus per-
met d’écrire :
⎧ ⎫ ⎡ ⎤⎧ ⎫ ⎧ ⎫

⎪ Ni j ⎪
⎪ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪ Ni0j ⎪

⎪ ⎪
⎪ ⎢ E A/l 0 0 −E A/l 0 0 ⎥⎪⎪u i j ⎪
⎪ ⎪
⎪ ⎪





⎪ ⎪
⎪ ⎢ ⎥⎪⎪ ⎪
⎪ ⎪
⎪ ⎪


⎪ ⎪
⎪ ⎢ ⎪ ⎪ ⎪
⎪ 0 ⎪

⎪ Vij ⎪⎪ ⎢ 0 12E I /l 3 6E I /l 2 0 −12E I /l 3 6E I /l 2 ⎥⎥⎪

⎪vij ⎪

⎪ ⎪
⎪ Vij ⎪



⎪ ⎪
⎪ ⎢ ⎥⎪⎪ ⎪
⎪ ⎪
⎪ ⎪


⎪ ⎪ ⎢ ⎪ ⎪ ⎪
⎪ ⎪
⎨ Mi j ⎪
⎬ ⎢ 0 6E I /l 2 4E I /l 0
⎥ ⎪ ⎪
−6E I /l 2 2E I /l ⎥ ⎨Vi j ⎬ ⎨ Mi0j ⎬

=⎢


⎥⎪ +


⎪ N ji ⎪

⎪ ⎢ −E A/l ⎥⎪ ⎪ ⎪
⎪ ⎪ ⎪
⎪ N 0ji ⎪

⎪ ⎪
⎪ ⎢
0 0 E A/l 0 0 ⎥⎪⎪u ji ⎪⎪ ⎪
⎪ ⎪




⎪ ⎪
⎪ ⎢ ⎥⎪⎪ ⎪
⎪ ⎪
⎪ ⎪


⎪V ji ⎪ ⎪
⎪ ⎢ 2 ⎥⎪⎪
⎪v ji ⎪⎪
⎪ ⎪ ⎪ ⎪


⎪ ⎪ ⎢ 0 −12E I /l −6E I /l 2
3
0 12E I /l −6E I /l ⎥ ⎪
3
⎪ ⎪ ⎪
⎪ V 0
ji ⎪⎪

⎪ ⎪
⎪ ⎣ ⎦⎪ ⎪
⎪ ⎪
⎪ ⎪

⎩M ⎪ ⎭

⎪ ⎪ ⎩
⎭ ⎪ 0⎪ ⎪
ji 0 6E I /l 2 2E I /l 0 −6E I /l 2
4E I /l ⎩V ji M ji ⎭

Ce qui donne sous forme condensée :


− →
− →0

F
 =K u
 + F

ts
Action ext. aux nœuds Déplac aux nœuds Effet d’un chargt ext.
sur la poutre
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

La matrice de rigidité K est symétrique. Elle est indépendante du char-


gement.

Remarque : Les diagrammes des contraintes généralisées dans la


poutre s’obtient par superposition. En l’absence de chargement
extérieur :

M(x) = −Mi j + Vi j x
V (x) = −Vi j

Il suffit d’ajouter (par superposition) les diagrammes dus au charge-


ment extérieur appliqué sur la poutre bi-encastrée.
82 5 • Systèmes hyperstatiques

b) Equilibre des nœuds


Considérons maintenant chaque nœud de la structure. Ceux-ci sont sollicités
par les barres (action de la barre sur le nœud) + le chargement extérieur
appliqué aux nœuds.
Nœud 4 : figure 5.16
−M46

−V46
−N46
−V43 4

−N43
−M43

Figure 5.16 Équilibre du nœud 4

On obtient trois équations dans le repère global :



⎨− −
⎪ → →
− →
− →
− →
− →
− : 2 équations dans le repère
N 43 − V 43 − N 46 − V 46 + F 1 = 0
glogal

⎩ − → →
− →

− M 43 − M 46 = 0 : 1 équation dans le repère glogal
Les liaisons sont parfaites (nœuds rigides). Dans le repère global les
déplacements (u, v, V) sont identiques pour toutes les barres attachées au
nœud considéré (dans le cas d’un encastrement). On peut alors utiliser les
relations entre les déplacements globaux et les actions extérieures obtenues
pour la barre. On substitue les efforts dans les relations d’équilibre aux
nœuds, pour obtenir un système d’équations.
Pour n nœuds on obtient le système :


K
 {−
→u} = {F}
     
matrice 3n×3n vecteur 3n vecteur 3n du chargement ext.
(sur les barres et les nœuds)

Dans le cas le plus général, on obtient donc un système de 3n équations


à 3n inconnues.
5.1 Généralités 83

Remarques :
– Le calcul de la matrice K s’effectue à partir de chaque matrice
élémentaire. Celle-ci ne dépend donc pas du chargement appliqué


et peut être utilisée pour d’autre cas de chargement ; seul { F } va
changer.


– {−
→u } et { F } contiennent des quantités connues et inconnues. Par
exemple, au nœud 1 dans notre exemple les déplacements sont
connus (ils sont nuls ici) tandis que les efforts extérieurs sont
inconnus. A l’inverse, au nœud 2 les déplacements sont inconnus
tandis que les efforts extérieurs sont connus. Ces conditions sont
appelées « conditions aux limites » : statiques (efforts imposés)
ou cinématiques (déplacements imposés).
– On peut rajouter à volonté des nœuds dans la structure car pour
chaque nœud on écrira alors 3 équations supplémentaires. La
décomposition en nœuds et barres est donc « arbitraire ». Ceci
s’appelle la « discrétisation » de la structure.
– Si la discrétisation est arbitraire, peut-on choisir un nombre de
nœuds très faible ? (voir figure 5.17)
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

1 3
Est-ce possible ?

Figure 5.17 Discrétisation minimale ?


84 5 • Systèmes hyperstatiques

Oui mais il faut connaître la matrice de rigidité élémentaire pour la


poutre de la figure 5.18 :
M21
V21

N21

V12

M12 N12

Figure 5.18 Poutre dont il faut connaître la matrice de rigidité

Dans la pratique, on ne calcule pas K pour toutes les géométries pos-


sibles. On utilise les matrices de rigidité d’une poutre droite ce qui
impose une discrétisation minimale avec 5 nœuds (voir figure 5.19).

4 5
2

1 3

Figure 5.19 Discrétisation minimale avec 5 nœuds

c) Méthodologie – Application
1. Choix d’une discrétisation – Bilan du nombre de déplacements intro-
duits (les ddl).
2. Pour chaque barre, on écrit la matrice de rigidité et les équations :

− →

F = K− →u + F 0 dans le repère local de la barre.
3. Pour chaque nœud, on écrit dans le repère global à la structure les
équations d’équilibres.
5.2 Poutre droite à une travée 85

4. Passage des relations pour chaque barre dans le repère global et on




forme le système d’équations algébriques : K −→
u = F . Identification
des quantités connues et inconnues puis résolution.

5.2 POUTRE DROITE À UNE TRAVÉE


Dans cette partie, nous considérerons que :
– la poutre est chargée dans son plan ;
– la déformation de la poutre est alors également dans le plan de la
poutre ;
– la section et l’inertie de la poutre sont constantes (E I constant).

5.2.1 Encastrement élastique aux extrémités


Soit la poutre de la figure 5.20, les appuis A et B sont supposés fixes tandis
que la travée AB est encastrée élastiquement sur ses appuis. Les raideurs
des appuis sont représentées par une constante positive k ce qui signifie que
les rotations sont reliées aux moments par u A = k A M A et u B = k B M B . Si
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

l’appui est un encastrement parfait alors k = ∞ tandis que pour un appui


simple k = 0.

Y
kA kB X
A B

Figure 5.20 Poutre à une travée avec des encastrements élastiques à ces
extrémités

Soient le moment fléchissant M0 et l’effort tranchant V0 que produiraient


dans la section d’abscisse x les charges appliquées si la poutre était isosta-
tique. Le moment fléchissant M(x) et l’effort tranchant V (x) peuvent alors
86 5 • Systèmes hyperstatiques

être obtenus à l’aide des moments sur appuis par :

l−x x
M(x) = M0 (x) + M A + MB
l l
(5.14)
MB − MA
V (x) = V0 (x) +
l

On peut calculer les moments M A et M B à partir des rotations u A et u B ,


rotations que subiraient les appuis A et B si la poutre était isostatique, à
partir des relations suivantes :

(a + k A )M A + bM B = u A , bM A + (g + k B )M B = −u B (5.15)

avec :

1 l
(l − x)2
a= dx
l2 0 EI

1 l
x(l − x)
b= dx (5.16)
l2 0 EI
 l
1 x2
g= 2 dx
l 0 EI

Ce qui donne :
bu B + (g + k B )u A
MA =
(a + k A )(g + k B ) − b2
(5.17)
bu A + (a + k A )u B
MB =
(a + k A )(g + k B ) − b2

Si la poutre est de section uniforme, nous avons les relations suivantes :

l l
a=g= , b= (5.18)
3E I 6E I
96 5 • Systèmes hyperstatiques

5.3 POUTRE CONTINUE


5.3.1 Notations et définitions
Une poutre continue (voir Figure 5.21) est une poutre reposant sur plus de
deux appuis simples. Pour une poutre de n travées, on numérote les appuis
de 0 à n. La travée i de portée li est la travée comprise entre les appuis
Ai −1 et Ai , de moment quadratique Ii suivant l’axe de flexion concerné, de
module d’Young E. On appellera Fi le chargement extérieur sur la travée i.

A0 A1 Ai-1 Ai Ai+1 An-1 An X

l1 li li+1 ln

Figure 5.21 Poutre continue

Le nombre des inconnues hyperstatiques est égal au nombre des appuis


intermédiaires (n − 1). On peut choisir comme inconnues hyperstatiques les
moments fléchissants sur les appuis intermédiaires.

5.3.2 Poutre isostatique associée


Une poutre continue comportant n travées peut être décomposée en n
poutres isostatiques sur lesquelles s’appliquent les mêmes charges que sur
la poutre continue avec en plus les moments aux appuis. Nous obtenons
alors pour la travée i + 1 la figure 5.22 où :
– Mi désigne le moment sur l’appui Ai
– Mi +1 désigne le moment sur l’appui Ai +1
– Mi +1 (x) désigne le moment fléchissant dans la travée i + 1 de la poutre
continue
– M0,i +1 (x) désigne le moment fléchissant dans la travée i +1 isostatique
associée et chargée uniquement par Fi +1 sans les moments sur appuis
5.3 Poutre continue 97

– V0,i +1 (x) désigne l’effort tranchant dans la travée i +1 isostatique asso-


ciée et chargée uniquement par Fi +1 sans les moments sur appuis
– Vi0,d la rotation à droite de l’appui i dans la travée i + 1 isostatique
associée et chargée uniquement par Fi +1 sans les moments sur appuis
– Vi0+1,g la rotation à gauche de l’appui i +1 dans la travée i +1 isostatique
associée et chargée uniquement par Fi +1 sans les moments sur appuis

Mi Mi+1 X

Ai li+1 Ai+1

Ωi,d Ωi+1,g

Figure 5.22 Poutre continue

Pour que nos poutres isostatiques associées se comportent comme la


poutre continue d’origine, il faut écrire la continuité des rotations sur les
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

différents appuis. Nous obtenons ainsi la formule des trois moments.

5.3.3 Formule des trois moments


a) Travées quelconques
       
li li li +1 li +1
Mi −1 +2Mi + + Mi +1 = Vi0,d −Vi0,g
6E Ii 6E Ii 6E Ii +1 6E Ii +1
(5.19)

b) Travées de mêmes inerties


 
Mi −1li + 2Mi (li + li +1 ) + Mi +1li +1 = 6E I Vi ,d − Vi ,g
0 0
(5.20)
98 5 • Systèmes hyperstatiques

c) Travées identiques
 
6E I
Mi −1 + 4Mi + Mi +1 = Vi0,d − Vi0,g (5.21)
l

d) Travées quelconques avec dénivellations d’appui


Les dénivellations d’appui (vi pour l’appui Ai par exemple) sont comptées
positivement vers le haut.
     
li li li +1 li +1
Mi −1 + 2Mi + + Mi +1
6E Ii 6E Ii 6E Ii +1 6E Ii +1
 
vi +1 − v i vi − vi −1
= Vi0,d − Vi0,g + − (5.22)
li +1 li

5.3.4 Expression des sollicitations et actions de liaison


Les sollicitations dans la travée hyperstatique i sont déterminées par super-
position des sollicitations dues au chargement extérieur et celles dues aux
moments sur appuis.
Soit, pour le moment fléchissant, on peut écrire :
   
x x
Mi (x) = M0i (x) + Mi −1 1 − + Mi (5.23)
li li
De même pour l’effort tranchant :
Mi −1 Mi
Vi (x) = V0i (x) + − (5.24)
li li
On déduit les actions de liaisons de l’appui Ai des valeurs de l’effort
tranchant à droite et à gauche de celui-ci :
Y Ai = Vi (li ) − Vi +1 (0) (5.25)
ce qui donne pour des travées quelconques :
Mi −1 − Mi Mi − Mi +1
Y Ai = Y A0i + − (5.26)
li li +1
5.3 Poutre continue 99

et pour des travées de longueurs identiques :

Mi −1 − 2Mi + Mi +1
Y Ai = Y A0i + (5.27)
l

5.3.5 Formulaire des rotations usuelles


Cas d’une poutre sur deux appuis simples de rigidité E I constante.

Géométrie et chargement V0i−1,d V0i,g

Y
P
Ai-1 Ai X Pab(l + b) Pab(l + a)

a b 6EIl 6EIl

Y
P
Ai-1 Ai X Pl2 Pl2
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

− 16EI
l/2 l/2 16EI

Y
q
Ai-1 Ai X ql3 ql3
− 24EI
24EI

Y
q
Ai-1 Ai X qa2 (2l − a)2 qa2 (2l2 − a2 )

a b 24EIl 24EIl

l
100 5 • Systèmes hyperstatiques

a) Exemple d’application :
Soit la poutre continue à quatre travées de la figure 5.23. Supposons les
moments d’inertie suivants : I1 = 1, I2 = I3 = 2 et I4 = 1, 5.

2q
q q

3a 4a 4a 3a
A0 A1 A2 A3 A4
M(x)

-0,3856qa2 x
-1,7835qa2
-2,4577qa2

Figure 5.23 Exemple d’application de la formule des trois moments

La formule des trois moments nous donne :


       
l1 l1 l2 l2
M0 + 2M1 + + M2 = V01,d − V01,g
6E I1 6E I1 6E I2 6E I2
       
l2 l2 l3 l3
M1 + 2M2 + + M3 = V02,d − V02,g
6E I2 6E I2 6E I3 6E I3
       
l3 l3 l4 l4
M2 + 2M3 + + M4 = V03,d − V03,g
6E I3 6E I3 6E I4 6E I4
(5.28)
5.3 Poutre continue 101

avec :
M0 = 0
q(3a)3
V01,g =
24E I1
2q(4a)3
V01,d =−
24E I2
2q(4a)3
V02,g =
24E I2 (5.29)
q(3a)3
V02,d =−
24E I3
q(3a)3
V03,g =
24E I3
V03,d =0
M4 = 0
Ce qui donne après résolution du système de 3 équations à 3 inconnues :
M1 = −1, 7835qa 2
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

M2 = −2, 4577qa 2 (5.30)


M3 = −0, 3856qa 2

5.3.6 Formulaire de la poutre continue à 2 travées égales

Géométrie et chargement Moment sur appui et réaction d’appui

P 3
M1 = − Pl
A0 A1 A2 32
13 11 3
l/2 YA0 = P YA1 = P YA2 = − P
32 16 32

P P 3
M1 = − Pl
A0 A1 A2 16
5 11 5
l/2 l/2 YA0 = P YA1 = P YA2 = P
16 8 16
5.3 Poutre continue 107

5.3.10 Poutre continue sur appuis élastiques ponctuels


a) Cas général : formule des cinq moments
Par hypothèse, les dénivellations d’appui sont dans ce cas proportionnelles
aux réactions d’appui :
vi = −ki Y Ai (5.31)

On obtient donc à l’aide de la formule (5.26) :


! "
Mi −1 − Mi Mi − Mi +1
vi = −ki Y A0i + − (5.32)
li li +1

En remplaçant les expressions de vi dans la formule des trois moments


avec dénivellation d’appui on obtient la formule des cinq moments :

ki −1
Mi −2
li −1li
!     "
li ki −1 1 1 ki 1 1
− −
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

+ + + Mi −1
6E Ii li li −1 li li li li +1
!    2 "
li li +1 ki −1 1 1 ki +1
+ 2 + + 2 + + 2 Mi
6E Ii 6E Ii +1 li li li +1 li +1
!     " (5.33)
li +1 ki 1 1 ki +1 1 1
+ − + − + Mi +1
6E Ii +1 li +1 li li +1 li +1 li +1 li +2
ki +1
+ Mi +2
li +1li +2
   
ki −1 0 1 1 ki +1 0
= Vi0,d − Vi0,g − Y Ai−1 + ki + Y A0i − Y
li li li +1 li +1 Ai+1

On utilise cette formule notamment dans l’étude des systèmes de poutres


croisées.
108 5 • Systèmes hyperstatiques

b) Cas d’une poutre infiniment rigide


L’application de la formule des cinq moments à une poutre dite infiniment
rigide mettrait en évidence des déplacements vi et en conséquence des réac-
tions d’appui Y Ai fonctions linéaires des abscisses x. Soit :
  
Pki e ki
Y Ai =  1 +  2 xi (5.34)
ki x i ki

en supposant l’origine O choisie de sorte que xi ki = 0 et en désignant
par P la résultante de l’ensemble des charges appliquées et par e sa position
(voir figure 5.24).

Y
e P
X
X
O

xi

Figure 5.24

Les sollicitations en une section S de la poutre sont obtenues en faisant


une coupure dans cette section et en écrivant l’équilibre des forces de gauche
(ou de droite).

5.4 SYSTÈMES DE POUTRES CROISÉES


5.4.1 Principe
Les systèmes de poutres croisées sont calculés par l’une des méthodes sui-
vantes :
– la méthode directe, c’est-à-dire l’écriture de l’égalité des déplace-
ments verticaux aux point de croisement des poutres, sous l’action des
charges appliquées,
www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.4. Lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant.

8.1.2.2. Lignes d’influ­­ence


Consi­­dé­­rons une charge unité ver­­ti­­cale, pou­­vant se dépla­­cer le long de la poutre. On se
trouve ainsi dans le cas pré­­cé­­dent où P = 1 et où a est variable, non plus constant.
Cette charge unité pro­­duit un cer­­tain nombre d’effets élas­­tiques tels que moment
flé­­chis­­sant, effort tran­­chant, réac­­tions d’appui, etc.
On appelle fonc­­tion d’influ­­ence d’un effet élas­­tique, la fonc­­tion F = F (a)
repré­­sen­­tant la varia­­tion de l’effet élas­­tique en fonc­­tion de l’abs­­cisse de la charge
unité.
La courbe repré­­sen­­ta­­tive de la fonc­­tion F (a) est appe­­lée ligne d’influ­­ence de l’effet
élas­­tique consi­­déré.
• Ligne d’influ­­ence de la réac­­tion RA

On a : R A = 1 (1 - a ) puisque P = 1

89

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 89 7/15/10 6:18:34 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

La fonc­­tion d’influ­­ence est donc :


F (a) = (1 - a ) , a variant de 0 à ℓ

La ligne d’influ­­ence est donc une droite pas­­sant par les points A(0,1) et B(ℓ,0)
(figure 8.5).

Figure 8.5. Ligne d’influ­­ence de la réac­­tion R A .

• Ligne d’influ­­ence de l’effort tran­­chant dans une sec­­tion d’abs­­cisse x


Nous avons : Z1 - a si a 2 x
] 
T =[
] -a si a 1 x
\ 
Rap­­pe­­lons que dans le cas de la ligne d’influ­­ence, x est constant et a est variable.
La ligne d’influ­­ence se compose de deux seg­­ments de droites paral­­lèles.

Figure 8.6. Ligne d’influ­­ence de l’effort tran­­chant.

D’après la figure 8.6, il est très facile d’obte­­nir la ligne d’influ­­ence de l’effort tran­­
chant dans une sec­­tion d’abs­­cisse x quel­­conque.

90

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 90 7/15/10 6:18:37 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

• Ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant dans une sec­­tion


d’abs­­cisse x
Nous avons : Z x ( - a)
]] si a 2 x

M =[
]] a ( - x) si a 1 x

\
La ligne d’influ­­ence se compose de deux seg­­ments de droites (figure 8.7).

Figure 8.7. Ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant.

Dans ces trois exemples on obtient la valeur de l’effet, dans une sec­­tion d’abs­­cisse
x, d’une force unité pla­­cée dans une sec­­tion d’abs­­cisse a, en consi­­dé­­rant l’ordon­­née
de la ligne d’influ­­ence cor­­res­­pon­­dant à la sec­­tion d’abs­­cisse a.
Si, au lieu d’une force unité une force d’inten­­sité P était appli­­quée, on obtien­­drait
l’effet cor­­res­­pon­­dant en mul­­ti­­pliant par P la valeur de l’ordon­­née pré­­cé­­dente.

8.1.3. Sys­­tèmes de charges concen­­trées :


­­
principe ­­ si
de superpo ­­ tion
­­ des charges
- Effet d’un convoi - Théorème­­ de Barré

8.1.3.1. S
 ys­­tèmes de charges concen­­trées :
prin­­cipe de super­­po­­si­­tion des charges
Les lignes d’influ­­ences, trai­­tées dans le pré­­cé­­dent para­­graphe, sont utiles pour effec­­
tuer un cal­­cul inter­­mé­­diaire lors de l’étude des sys­­tèmes de charges concen­­trées.
Consi­­dé­­rons une poutre sou­­mise à un sys­­tème de charges concen­­trées, au nombre de
trois, ayant les carac­­té­­ris­­tiques sui­­vantes (figure 8.8, page sui­­vante) :
–– P1 appli­­quée à l’abs­­cisse a1,
–– P2 appli­­quée à l’abs­­cisse a2,
–– P3 appli­­quée à l’abs­­cisse a3
Le cal­­cul de l’effet de ces trois charges peut s’effec­­tuer selon la méthode déve­­lop­­pée
dans les cha­­pitres pré­­cé­­dents pour la déter­­mi­­na­­tion du moment flé­­chis­­sant, de l’effort
tran­­chant, des diverses contraintes, etc.

91

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 91 7/15/10 6:18:38 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.8. Poutre char­­gée de charges concen­­trées.


En par­­ti­­cu­­lier, les résul­­tats fon­­da­­men­­taux sui­­vants ont été obte­­nus :
–– d’une part, les contraintes (nor­­males ou tangentielles), sont tou­­jours pro­­por­­tion­­
nelles au moment flé­­chis­­sant, à l’effort tran­­chant ou au moment de tor­­sion,
–– d’autre part, ces moments et efforts sont eux-­mêmes pro­­por­­tion­­nels aux forces
agis­­sant sur les pièces étu­­diées.
Donc si donc une force exté­­rieure F pro­­duit une réac­­tion R, un moment M et un effort
tran­­chant T et une autre force exté­­rieure Fl pro­­duit une réac­­tion Rl, un moment Ml et
un effort tran­­chant Tl, le sys­­tème de forces (F + Fl ) pro­­duira une réac­­tion (R + Rl ) ,
un moment (M + Ml ) et un effort tran­­chant (T + Tl ) , sous réserve que le maté­­riau ne
subisse pas des contraintes supé­­rieures à celles qu’il est sus­­cep­­tible de sup­­por­­ter.
Ce résul­­tat, appli­­cable aux forces concen­­trées, l’est éga­­le­­ment pour les charges répar­­
ties, celles-­ci pou­­vant être consi­­dé­­rées comme une somme de charges concen­­trées
infi­­ni­­ment rap­­pro­­chées.
Ce résul­­tat porte le nom de prin­­cipe de super­­po­­si­­tion des charges, ou encore par­­fois
prin­­cipe de super­­po­­si­­tion des états d’équi­­libre, en tenant compte de la remarque
ci-­dessus concer­­nant le non dépas­­se­­ment des contraintes admis­­sibles.
Pour le cas par­­ti­­cu­­lier qui nous inté­­resse, il est facile de cal­­cu­­ler la réac­­tion R A , par
exemple, à par­­tir de la ligne d’influ­­ence, en la consi­­dé­­rant comme la somme des
réac­­tions cor­­res­­pon­­dant à cha­­cune des charges concen­­trées.
En appli­­quant la for­­mule concer­­nant la ligne d’influ­­ence de la réac­­tion d’appui
déter­­mi­­née ci-­dessus, nous obte­­nons immé­­dia­­te­­ment :
[P ( - a1) + P2 ( - a2) + P3 ( - a3)]
RA = 1

Pour le cal­­cul de l’effort tran­­chant, constant dans tout l’inter­­valle limité par le point
d’appli­­ca­­tion de deux charges consé­­cu­­tives, il suf­­fit de connaître sa valeur en un
point de chaque inter­­valle [Oa j].
Pour le cal­­cul du moment flé­­chis­­sant, l’effort tran­­chant étant constant par inter­­valles,
le moment flé­­chis­­sant est repré­­senté par des seg­­ments de droites dans ces inter­­valles.
Sa ligne repré­­sen­­ta­­tive est une ligne bri­­sée dont les som­­mets se situent au droit des
points d’appli­­ca­­tion des charges : il suf­­fit donc de connaître les valeurs du moment
flé­­chis­­sant aux abs­­cisses a1, a2 et a3.

92

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 92 7/15/10 6:18:48 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Les détails des cal­­culs sont don­­nés dans le tableau 8.1. La véri­­fi­­ca­­tion de l’exac­­ti­­tude
des cal­­culs se fait en trou­­vant M () = 0 .

Abs­­cisses Charges Efforts tran­­chants Moments fléchissants

T0 = R0 = M0 = 0

0 –
_ P1 ( - a1) + P2 ( - a2) + P3 ( - a3)i
1

T1 = T0 - P1 = M1 = M0 + T0 a1 =

_-P1 a1 + P2 ( - a2) + P3 ( - a3)i _ P1 ( - a1) + P2 ( - a2)


a1
a1 P1 1
 
P3 ( - a3)i

T2 = T1 - P2 = M2 = M1 + T1 (a2 - a1) =

P2 _-P1 a1 - P2 a2 + P3 ( - a3)i _ P1 a1 ( - a2) + P2 a2 ( - a2) +


a2 1 1
 
P3 a2 ( - a3)i

T3 = T2 - P3 = -R = M3 = M2 + T2 (a3 - a2) =

a3 P3
_ P1 a1 + P2 a2 + P3 a3i _ P1 a1 + P2 a2 + P3 a3i
1  - a3
-
 

ℓ – T = T3 M = M3 + T3 ( - a3) = 0

Tableau 8.1. Effort tran­­chant et moment flé­­chis­­sant selon l’abs­­cisse.

93

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 93 7/15/10 6:18:59 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Il est pos­­sible d’effec­­tuer le même cal­­cul à par­­tir des lignes d’influ­­ence. Pour cela,
tra­­çons la ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant dans la sec­­tion d’abs­­cisse a1
(figure 8.9).

Figure 8.9. Ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant à l’abs­­cisse a1.

Le moment flé­­chis­­sant du sys­­tème de forces P1, P2 et P3 est égal à P1 # h1 + P2 #


h2 + P3 # h3, hi repré­­sen­­tant le moment flé­­chis­­sant, en ai, de la force unité pla­­cée
en ai.
Nous savons que :
 - a1
h1 = a1

Or, dans les tri­­angles sem­­blables, l’appli­­ca­­tion du théo­­rème de Thalès per­­met
d’écrire :
h2  - a2  - a2  - a3
= , d’où h2 = h1 et, de même, h3 = h1
h1  - a1  - a1  - a1
Fina­­le­­ment, le moment flé­­chis­­sant est égal à :
M1 = 1 _ P1 ( - a1) + P2 ( - a2) + P3 ( - a3)i
a


Le tracé de la ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant dans la sec­­tion d’abs­­cisse a2
est donné à la figure 8.10, page sui­­vante.
On sait que M1 = P1h1 + P2 h2 + P3 h3 . En refai­­sant le cal­­cul pré­­cé­­dent, on obtient :
 - a2  - a2  - a3
h2 = a2 ; h1 = a1 ; h3 = a2
  
Ce qui per­­met de retrou­­ver le résul­­tat donné dans le tableau tableau 8.1, page
pré­­cé­­dente :
M2 = 1 _ P1a1 ( - a2) + P2 a2 ( - a2) + P3 a2 ( - a3)i

94

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 94 7/15/10 6:19:07 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.10. Ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant à l’abs­­cisse a2.

La valeur de M3 don­­née dans le tableau peut être cal­­cu­­lée de la même manière.


En conclu­­sion, le cal­­cul par les lignes d’influ­­ence est beau­­coup plus rapide que le
cal­­cul direct, notam­­ment grâce au fait qu’il ne néces­­site pas le cal­­cul des réac­­tions
d’appui.
De plus, cette méthode offre la pos­­si­­bi­­lité de mesu­­rer gra­­phi­­que­­ment les dif­­fé­­rentes
valeurs de h, à condi­­tion que l’échelle soit choi­­sie de sorte que l’erreur de lec­­ture
soit accep­­table.
Une image des lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant
est éga­­le­­ment don­­née (figure 8.11 et figure 8.12, page sui­­vante).

Figure 8.11. Ligne repré­­sen­­ta­­tive de l’effort tran­­chant.

95

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 95 7/15/10 6:19:08 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.12. Ligne repré­­sen­­ta­­tive du moment flé­­chis­­sant.

8.1.3.2. Effet d’un convoi - Théo­­rème de Barré


Un convoi est un sys­­tème de charges concen­­trées pou­­vant se dépla­­cer dans leur
ensemble, les dis­­tances entre les lignes d’action des dif­­fé­­rentes charges res­­tant
inva­­riables au cours du dépla­­ce­­ment. C’est le cas des essieux d’un camion ou d’un
train.
Pour déter­­mi­­ner l’effort tran­­chant T ou le moment flé­­chis­­sant M, maximaux dans
une sec­­tion de poutre, sous l’action du convoi, on uti­­lise les lignes d’influ­­ence
cor­­res­­pon­­dantes dans cette sec­­tion et on déplace le convoi (des­­siné sur papier
trans­­parent) le long de la ligne d’influ­­ence, jus­­qu’à l’obten­­tion du maxi­­mum de
l’effet consi­­déré. Dans une posi­­tion don­­née du convoi, T et M s’obtiennent en
fai­­sant la somme des pro­­duits des charges (2). Il faut avoir soin, lorsque le convoi
n’est pas symé­­trique, de le retour­­ner bout pour bout, c’est-­à-dire symé­­tri­­que­­ment
par rap­­port à un axe ver­­ti­­cal.
Un essieu doit tou­­jours se trou­­ver dans la sec­­tion consi­­dé­­rée pour obte­­nir le
maxi­­mum recher­ché.
On peut se contenter de déter­­mi­­ner les valeurs maximales de T et M dans un cer­­tain
nombre de sec­­tions de la poutre, et de tra­­cer les lignes enve­­loppes (cf. § 8.1.5), mais
il est éga­­le­­ment inté­­res­­sant de déter­­mi­­ner les maxima abso­­lus de l’effort tran­­chant
et du moment flé­­chis­­sant dans l’ensemble de la poutre.
Aucune dif­­fi­­culté pour l’effort tran­­chant puisque le maxi­­mum absolu se situe dans
les sec­­tions extrêmes de la poutre.
La méthode pour déter­­mi­­ner le moment flé­­chis­­sant est don­­née par le théo­­rème de
Barré, ci-­après : le moment flé­­chis­­sant est maxi­­mum au droit d’un essieu lorsque
cet essieu et la résul­­tante géné­­rale du convoi se trouvent dans des sec­­tions
symé­­triques par rap­­port au milieu de la poutre.

2. Cf. le cal­­cul fait à la fin du para­­graphe pré­­cé­­dent.

96

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 96 7/15/10 6:19:09 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Il ne faut évi­­dem­­ment consi­­dé­­rer que la résul­­tante des essieux du convoi qui se


trouvent effec­­ti­­ve­­ment sur la poutre. C’est le cas d’un convoi plus long que la poutre
consi­­dé­­rée.
Géné­­ra­­le­­ment, le maxi­­mum absolu se situe au droit de l’un des essieux les plus
voi­­sins de la résul­­tante géné­­rale R (figure 8.13), mais ce n’est pas tou­­jours vrai ; il
est pré­­fé­­rable de le véri­­fier.

Figure 8.13. Posi­­tion des charges pour obte­­nir le moment flé­­chis­­sant maxi­­mum.

8.1.4. Cas de charges répar­­ties


De telles charges peuvent être :
–– soit répar­­ties uni­­for­­mé­­ment,
–– soit répar­­ties d’une façon quel­­conque (figure 8.14).

Figure 8.14. Charges répar­­ties uni­­for­­mé­­ment ou d’une façon quel­­conque.

Par la suite ne sont consi­­dé­­rées que des charges uni­­for­­mé­­ment répar­­ties, de den­­sité
p, p étant exprimé géné­­ra­­le­­ment en newtons par mètre (N m) .
Il est tou­­jours pos­­sible de décom­­po­­ser une charge quel­­conque en somme de charges
uni­­for­­mé­­ment répar­­ties en consi­­dé­­rant des dis­­tances d’appli­­ca­­tion infi­­ni­­ment petites.
La charge totale uni­­for­­mé­­ment répar­­tie sur une poutre de lon­­gueur ℓ est p$ . Les
deux réac­­tions RA et RB valent p $  2 (figure 8.15, page sui­­vante).

97

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 97 7/15/10 6:19:12 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.15. Poutre sur appuis simples sup­­por­­tant une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie.
p 
L’effort tran­­chant vaut : T = - px = p ( - x,) quel que soit x.
2 2
Le moment flé­­chis­­sant est égal au moment de la réac­­tion R A par rap­­port à la sec­­tion
(S) consi­­dé­­rée, dimi­­nué du moment de la charge répar­­tie comprise entre A et S. Pour
cal­­cu­­ler ce der­­nier moment, on consi­­dère que la charge répar­­tie est repré­­sen­­tée par
sa résul­­tante px pla­­cée au centre de gra­­vité, c’est-­à-dire à la dis­­tance x 2.
p x px
On a donc M = x - px = ( - x)
2 2 2
On peut véri­­fier que l’effort tran­­chant est bien la déri­­vée du moment flé­­chis­­sant par
rap­­port à la variable x. Les lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment
flé­­chis­­sant sont don­­nées sur la figure 8.16, page ci-­contre. La ligne du moment
flé­­chis­­sant est un arc de para­­bole. La valeur maximale est obte­­nue au milieu de la
poutre ; elle est égale à :
p 2 (3)

pl pl2
2 8

A 0 B A B

l
pl
2

Figure 8.16. Lignes représentatives de l’effort tranchant et du moment fléchissant.

3. Valeur à rete­­nir abso­­lu­­ment.

98

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 98 7/15/10 6:19:16 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

☞ Remarque
On pou­­vait trou­­ver les valeurs de T et M à par­­tir des lignes d’influ­­ence (cf. figure 8.17, page sui­­vante).
Pour l’effort tran­­chant, T est égal à la sur­­face hachu­­rée mul­­ti­­pliée par la den­­sité p.

-x 1 1 x 
T = px + p ( - x) (1 - ) = p ( - x)
 2 2  2
Il en est de même pour le moment flé­­chis­­sant :

1 x ( - x) px
M= pl = ( - x)
2  2

☞ Remarque
On pou­­vait trou­­ver les valeurs de T et M à par­­tir des lignes d’influ­­ence (cf. figure 8.17).

+1
1-x
l
x ( l- x )
l
A B
x l
A
x x B
l

-1

Figure 8.17. Lignes d’influ­­ence de l’effort tran­­chant du moment flé­­chis­­sant.


Pour l’effort tran­­chant, T est égal à la sur­­face hachu­­rée mul­­ti­­pliée par la den­­sité p.
-x 1 1 x 
T = px + p ( - x) (1 - ) = p ( - x)
 2 2  2
Il en est de même pour le moment flé­­chis­­sant :

1 x ( - x) px
M= pl = ( - x)
2  2

8.1.5. Lignes enve­­loppes


Sur une poutre, consi­­dé­­rons un cas de charges quel­­conque (par exemple une charge
uni­­for­­mé­­ment répar­­tie) ; si les contraintes, telles qu’elles résultent de l’effort
tran­­chant, du moment flé­­chis­­sant ou du moment de tor­­sion, ne dépassent les
contraintes admis­­sibles, un état d’équi­­libre est atteint.
Tant que les contraintes res­­tent accep­­tables, plu­­sieurs cas de charges, cor­­res­­pon­­dant
à une super­­po­­si­­tion des dif­­fé­­rents états d’équi­­libre peuvent être super­­po­­sés  : le
cal­­cul des effets résul­­tants se réduit alors à faire la somme algé­­brique des effets
élé­­men­­taires.

99

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 99 7/15/10 6:19:21 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Par exemple, le moment flé­­chis­­sant au centre d’une poutre sur appuis simples
sup­­por­­tant une charge concen­­trée P, en son milieu et une charge uni­­for­­mé­­ment
répar­­tie de den­­sité p, est égal au moment de la charge concen­­trée p 4 aug­­menté
2
du moment de la charge répar­­tie p 8 , soit :
P p 2
M=
4
+
8
Il faut éga­­le­­ment consi­­dé­­rer le cas de charges pou­­vant se dépla­­cer le long de la poutre
(cas d’un convoi, par exemple). À chaque posi­­tion pos­­sible des charges cor­­res­­pond,
dans chaque sec­­tion, un cer­­tain effet, et, pour l’ensemble de la poutre, une ligne
repré­­sen­­ta­­tive de cet effet.
On appelle ligne enve­­loppe de l’effet consi­­déré, la ligne à l’inté­­rieur de laquelle
peuvent s’ins­­crire les lignes repré­­sen­­ta­­tives cor­­res­­pon­­dant à tous les cas de charges
pos­­sibles.
Pre­­nons, par exemple, le cas d’une charge concen­­trée P pou­­vant se dépla­­cer sur la
poutre (figure 8.18).

Figure 8.18. Ligne enve­­loppe du moment flé­­chis­­sant dû à une charge concen­­trée.

À une posi­­tion de la charge P, d’abs­­cisse a, cor­­res­­pond (cf. § 8.1.2.1) une ligne


repré­­sen­­ta­­tive du moment : ACB, les coor­­don­­nées du point C étant :
a
Pa ( - a)


La ligne enve­­loppe est le lieu géo­­mé­­trique du maxi­­mum C, c’est-­à-dire, en fai­­sant
varier a le long de AB, la para­­bole ayant pour équa­­tion :
Pa ( - a)
M (a) = , a variant de 0 à ℓ.

100

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 100 7/15/10 6:19:25 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Le maxi­­mum du moment se situe au som­­met de la para­­bole, pour une posi­­tion de la


charge au milieu de la poutre ; sa valeur est P 4 .

8.1.6. Cal­­cul des flèches


Sous l’effet des sol­­li­­ci­­ta­­tions aux­­quelles elle est sou­­mise, une poutre se déforme.
Par exemple, une poutre ini­­tia­­le­­ment droite prend la forme don­­née par la figure 8.19,
page sui­­vante.
On appelle flèche à l’abs­­cisse x le dépla­­ce­­ment ver­­ti­­cal du centre de gra­­vité de
la sec­­tion rela­­tive à cette abs­­cisse. Les flèches sont comp­­tées posi­­ti­­ve­­ment si le
dépla­­ce­­ment s’effec­­tue vers le haut (sens des forces posi­­tives).

Figure 8.19. Fibre défor­­mée.

Le nou­­veau lieu des centres de gra­­vité des sec­­tions prend le nom de fibre moyenne
défor­­mée (ou, plus sim­­ple­­ment, de défor­­mée).
Dans cet ouvrage, nous nous contente­­rons d’indi­­quer l’équa­­tion de la défor­­mée de
la forme y = f(x), y repré­­sen­­tant la valeur algé­­brique de la flèche à l’abs­­cisse x. La
valeur y se cal­­cule à par­­tir de l’équa­­tion dif­­fé­­ren­­tielle (4) :

M (x)
yll = (8.1)
EI

–– yll est la déri­­vée seconde de y ;


–– M(x) est le moment flé­­chis­­sant exprimé en fonc­­tion de l’abs­­cisse x ;
–– E est le module d’élas­­ti­­cité du maté­­riau consti­­tutif ;
–– I est le moment d’iner­­tie de la sec­­tion consi­­dé­­rée par rap­­port à l’axe pas­­sant par
le centre de gra­­vité, et nor­­mal au plan moyen de la poutre (5).

4. Du moins en pre­­mière approxi­­ma­­tion, suf­­fi­­sante tou­­te­­fois pour la plu­­part des cas en pra­­tique.
5. I est le même que celui consi­­déré dans le cal­­cul des contraintes, au para­­graphe 5.2 ; il peut être
constant ou variable le long de la poutre.

101

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 101 7/15/10 6:19:27 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Pour une charge concen­­trée P située au milieu de la por­­tée, et en sup­­po­­sant que le


moment d’iner­­tie est constant, y, au milieu de la poutre, a pour valeur :

y = -P
3
48EI

En effet, le moment flé­­chis­­sant M est égal à Px 2 entre A et C et à P ( - x) 2 entre


C et B (figure 8.20, page sui­­vante).

2 3
Entre A et C, yll = Px d’où yl = y0l + P x et y = y0 + y0l x + P x
2EI 2EI 2 2EI 6

Figure 8.20. Ligne repré­­sen­­ta­­tive du moment flé­­chis­­sant au milieu C de la poutre.

La flèche étant nulle en A, cela entraîne y0 = 0. D’autre part, la défor­­mée est symé­­
trique par rap­­port à l’axe ver­­ti­­cal pas­­sant par le point C. Sa tan­­gente est donc hori­­
zon­­tale pour une abs­­cisse x =  2 , d’où yl(  2) = 0 , ce qui entraîne :

y0l =- P
2
16EI
P c x3 -  2 x m
soit pour x =  & y d  n =- P
3
On trouve ainsi y =
EI 12 16 2 2 48EI
Pour une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie de den­­sité p, la flèche est maximale dans la
sec­­tion médiane et a pour valeur :
5 p 4
y =-
384 EI
☞ Remarque
Le rayon de cour­­bure d’une poutre (cf. § 5.2.1), après défor­­ma­­tion parflexion, est tel que 1 R = M E I ,
ce qui équi­­vaut à yll = 1 R.
Ainsi, on consi­­dère yl  comme infi­­ni­­ment petit, et, d’autre part, la flèche due à l’effort tran­­chant est
négli­­gée. Cette hypo­­thèse sim­­pli­­fi­­ca­­trice est valable dans la plu­­part des cas cou­­rants.

102

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 102 7/15/10 6:19:37 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

8.2. Consoles
8.2.1. Défi­­ni­­tion
Une console est une poutre droite encas­­trée à son extré­­mité A et libre à l’autre
extré­­mité (figure 8.21, page sui­­vante). La lon­­gueur de la console est dési­­gnée par
ℓ et les sec­­tions sont défi­­nies par les abs­­cisses comp­­tées à par­­tir de l’extré­­mité
encas­­trée A.
Il n’y a de réac­­tions d’appui qu’à l’extré­­mité A.  Elles comprennent une réac­­tion
ver­­ti­­cale R A et un moment d’encas­­tre­­ment M A .
R A et M A peuvent être déter­­mi­­nés à l’aide de la sta­­tique élé­­men­­taire : la console est
donc une poutre iso­statique.

Figure 8.21. Charge concen­­trée sur une console.

8.2.2. Déter­­mi­­na­­tion de l’effort tran­­chant et du moment


­­
fléchis ­­
sant sous une charge concentrée­­
- Ligne d’influence ­­
Consi­­dé­­rons une console sup­­por­­tant une charge concen­­trée P située à l’abs­­cisse a
(figure 8.22). Cal­­cu­­lons d’abord les réac­­tions d’appui à l’ori­­gine 0. La somme des

103

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 103 7/15/10 6:19:39 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.22. Console sup­­por­­tant une charge concen­­trée.

forces est nulle, donc : R0 − P = 0, d’où : R 0 = P . La résul­­tante des moments à


l’ori­­gine est nulle, donc : M0 + a $ P = 0 d’où M 0 = -a $ P .
Il en résulte que, dans la sec­­tion d’abs­­cisse x, l’effort tran­­chant et le moment
flé­­chis­­sant sont don­­nés par les expres­­sions du tableau 8.2, page sui­­vante.
Consi­­dé­­rées comme fonc­­tion de x, les expres­­sions ci-­dessus per­­mettent d’abou­­tir
aux lignes repré­­sen­­ta­­tives don­­nées sur la figure 8.23, page sui­­vante.

x1a x$a
T=P T=0
M = P (x − a) M=0
Tableau 8.2. Effort tran­­chant et moment flé­­chis­­sant d’une console.

Figure 8.23. Lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant.

Consi­­dé­­rées comme fonc­­tions de a, elles abou­­tissent aux lignes d’influ­­ence


(figure 8.24).

104

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 104 7/15/10 6:19:42 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.24. Lignes d’influ­­ence de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant.

8.2.3. Cas d’une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie


Nous cal­­cu­­le­­rons l’effort tran­­chant et le moment flé­­chis­­sant, à l’abs­­cisse x, à par­­tir
des lignes d’influ­­ence. La valeur des efforts est égale à la sur­­face hachu­­rée mul­­ti­­pliée
par la den­­sité p de charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie (cf. § 8.1.4). On a donc :
T (x) = p # 1 # ( - x) = p ( - x)
p ( - x) 2
M (x) = p # -1 ( - x) ( - x) = -
2 2
La valeur maxi­­mum du moment flé­­chis­­sant M et de l’effort tran­­chant T (en valeur
abso­­lue) se situe dans la sec­­tion d’encas­­tre­­ment, c’est-­à-dire pour x = 0, soit :
p 2
T0 = p M0 =-
2

8.2.4. Cal­­cul des flèches


La défor­­mée est cal­­cu­­lée à par­­tir de l’équa­­tion dif­­fé­­ren­­tielle :
M (x)
ym =
EI

Rap­­pe­­lons qu’il s’agit d’une for­­mule sim­­pli­­fiée négli­­geant, en par­­ti­­cu­­lier, la flèche


due à l’effort tran­­chant, ce qui, dans le cas des consoles, peut induire des erreurs
supé­­rieures à 12 %.
Les flèches maximales dues au seul moment flé­­chis­­sant sont obte­­nues à l’extré­­mité
libre de la console. Elles ont pour valeur :
–– dans le cas d’une charge concen­­trée P située à l’extré­­mité libre :
3
y =- P
3EI

105

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 105 7/15/10 6:19:46 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

–– dans le cas d’une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie de den­­sité p :


p 4
y =-
8EI

8.3. Étude des poutres consoles


Une poutre console est une poutre sur appuis simples AB pro­­lon­­gée par deux
consoles AC et BD (figure 8.25).

Figure 8.25. Poutre console.

La ligne repré­­sen­­ta­­tive du moment flé­­chis­­sant ou de l’effort tran­­chant pour une sec­­


tion d’une console AC ou BD est iden­­tique à celle d’une console iso­­lée, puis­­qu’une
charge sur la tra­­vée inter­­mé­­diaire ou sur l’autre console n’a aucun effet sur la console
consi­­dé­­rée. En revanche, une charge dis­­po­­sée sur une console pro­­voque des effets
sur la par­­tie cen­­trale.

Figure 8.26. Ligne repré­­sen­­ta­­tive de l’effort tran­­chant.

Dans cet ouvrage, seules les lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant (figure 8.26)
et du moment flé­­chis­­sant (figure 8.27) sont don­­nées dans le cas où la charge est
uni­­for­­mé­­ment répar­­tie de den­­sité p.

106

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 106 7/15/10 6:19:48 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.27. Ligne repré­­sen­­ta­­tive du moment flé­­chis­­sant.

Le lec­­teur est invité à effec­­tuer les cal­­culs lui per­­met­­tant de retrou­­ver les diverses
valeurs de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant don­­nées ci-­dessus.

8.4. Exer­­cices
8.4.1. Poutre sur appuis simples
➜  Énoncé
Consi­­dé­­rons une poutre sur deux appuis simples, de lon­­gueur AB = 10 m.
Nous sup­­po­­se­­rons qu’il s’agit d’une poutre en béton armé, de sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire :
1,00 m de hau­­teur et 0,60 m de lar­­geur ; la masse volumique du béton armé sera
prise égale à 2, 5 t m3 .
Outre son poids propre cette poutre sup­­porte un convoi composé de trois charges
de 50 kN, 30 kN et 30 kN dis­­po­­sées ainsi que l’indique la figure 8.28. Ce convoi ne
cir­­cule que dans un seul sens.

107

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 107 7/15/10 6:19:49 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.28. Poutre sur deux appuis simples sup­­por­­tant une charge
uni­­for­­mé­­ment répar­­tie et un convoi.

1. Tra­­cez les lignes d’influ­­ence de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant dans


une sec­­tion d’abs­­cisse x.
2. En déduire les lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant
dus à la charge per­­ma­­nente (poids propre).
3. Cal­­cu­­ler l’effort tran­­chant et le moment flé­­chis­­sant maximaux dus au convoi en
appli­­quant le théo­­rème de Barré.
➜  Solu­­tion
1. Les lignes d’influ­­ence sont don­­nées par la figure 8.29, page sui­­vante.
2. Le poids propre cor­­res­­pond à une charge uni­­for­­mé­­ment répar­­tie de den­­sité  :
p = 2, 5 # 1, 00 # 1, 00 # 0, 60 = 1, 5t m .
Or, les valeurs de T et M s’obtiennent en mul­­ti­­pliant par p les sur­­faces hachu­­rées,
soit :
p
T = p # 1 x # -x + (10 - x) (1 - x ) = p (5 - x) = 7, 5 - 1, 5x
2 10 2 10

p x (10 - x)
et M = # 10 = 0, 75x (10 - x)
2 10

Les lignes repré­­sen­­ta­­tives obte­­nues sont alors celles de la figure 8.30, page
sui­­vante.

108

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 108 7/15/10 6:19:52 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.29. Lignes d’influ­­ence de l’effort tran­­chant (en haut)


et du moment flé­­chis­­sant (en bas).

Figure 8.30. Lignes repré­­sen­­ta­­tives de l’effort tran­­chant et du moment flé­­chis­­sant.

109

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 109 7/15/10 6:19:53 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

3. L’effort maximal du convoi est obtenu lorsque la charge de 50 kN se situe à


l’ori­­gine A. La ligne d’influ­­ence est alors située en entier au des­­sus de AB. On
obtient :
5, 5
Tmax = 50 + 30 # 7 + 30 # = 87, 5 kN
10 10

Pour déter­­mi­­ner le moment flé­­chis­­sant maxi­­mum, nous uti­­li­­se­­rons le théo­­rème


de Barré. Il faut donc déter­­mi­­ner dans un pre­­mier temps la posi­­tion de la résul­­
tante du convoi (figure 8.31).

Figure 8.31. Posi­­tion de la résul­­tante du convoi.

Cette résul­­tante R a pour valeur : 50 + 30 + 30 = 110 kN.


Sa dis­­tance à la ligne d’action de la force de 50 kN est d, telle que : d # R =
30 # 3 + 30 # 4,5 = 225, d’où d = 2,05 m.
– Consi­­dé­­rons le cas sui­­vant : la résul­­tante R et la charge de 50 kN sont symé­­
triques par rap­­port au milieu I de la por­­tée (figure 8.32, page sui­­vante).

d50 + 30 n = 174 m $ kN
3, 975 # 6, 025 3, 025 1, 525
On a : M = + 30
10 6, 025 6, 025
–  Consi­­dé­­rons le cas où la résul­­tante R et la pre­­mière charge de 30 kN sont
symé­­triques par rap­­port à I (figure 8.33, page sui­­vante).
Le moment flé­­chis­­sant a pour valeur :

<30 + 50 F = 180 m $ kN
5, 475 # 4, 525 2, 475 3, 025
M= + 30
10 5, 475 4, 525

Le deuxième cas donne donc le moment le plus grand.

110

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 110 7/15/10 6:19:56 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.32. La résul­­tante et la charge de 50 kN sont symé­­triques par rap­­port à I.

Figure 8.33. La résul­­tante et la pre­­mière charge de 30 kN sont symé­­triques par rap­­port à I.

8.4.2. Cal­­cul de la flèche à l’extré­­mité d’une console


➜  Énoncé
Cal­­cu­­lez la flèche à l’extré­­mité d’une console en bois de 2 m de por­­tée, sachant qu’elle
sup­­port une charge de 10 kN à son extré­­mité libre (figure 8.34, page sui­­vante).
La console a une sec­­tion rec­­tan­­gu­­laire de 20 # 10 cm. La masse volumique du bois
est de 0, 8 t m3 . Le module de Young est de 10 000 MPa.
La flèche totale est la résul­­tante de :
–– la flèche due au poids propre f1 = - p 4 8EI ;

111

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 111 7/15/10 6:19:59 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

Figure 8.34. Console char­­gée à son extré­­mité libre.

–– la flèche due à la charge concen­­trée f2 = -P3 3EI .


La sec­­tion de la poutre a une sur­­face de 0,02 m2. La den­­sité de masse est donc de
0, 016 t m 2 , cor­­res­­pon­­dant à une charge p = 0, 16 kN m .
Les dif­­fé­­rentes flèches ont pour valeur :

1 10 000 # 8
f1 = - 1 # 320 = - 320 m f2 = - =-
26 667 m
EI EI EI 3 EI

Les deux flèches sont très dif­­fé­­rentes, celle due à la charge concen­­trée étant la plus
consi­­dé­­rable.
Avec E = 104 MPa = 1010 Pa et I = 0, 10 # 0, 23 12 = 6, 67 $ 10-5 m 4 , on obtient
f = 40,5 mm.

8.4.3. Étude d’une poutre console


➜  Énoncé
Consi­­dé­­rons la poutre console du para­­graphe 8.3.
1. Tra­­cez la ligne d’influ­­ence du moment flé­­chis­­sant dans une sec­­tion (S) située
dans la par­­tie cen­­trale AB, à la dis­­tance x de A.
2. Cal­­cu­­lez le moment flé­­chis­­sant en fonc­­tion de x dans cette sec­­tion et tra­­cez la
ligne repré­­sen­­ta­­tive.
➜  Solu­­tion
La figure 8.35, page sui­­vante, pré­­cise les posi­­tions res­­pec­­tives de la charge unité et
de la sec­­tion (S) consi­­dé­­rée.

112

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 112 7/15/10 6:20:02 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites iso­statiques

Figure 8.35. Dis­­po­­si­­tion des forces et réac­­tions pour le cal­­cul des lignes d’influ­­ence.

1. De même que pour l’abs­­cisse x, choi­­sis­­sons A comme ori­­gine pour la dis­­tance a


de la charge unité.
Cal­­cu­­lons la réac­­tion en A en écri­­vant que le moment résul­­tant des forces est nul
en B :
RA =  - a . Ce résul­­tat est valable quel que soit le signe de a.

– Pre­­mier cas : a < x implique :
a ( - x)
M =  - a x - 1 (x - a) =
 
- ( - x)
Si a = -1(point C) , M = 1

Si a = 0, M = 0
( - x)
Si a = x, M = x

– Deuxième cas : a ≥ x implique :

M = - a x

Si a =  alors M = 0
Si a =  +  2 alors M =- 2 x

Figure 8.36. Ligne d’influ­­ence du moment fléchissant dans la sec­­tion (S).

113

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 113 7/15/10 6:20:09 PM


www.biblio-scientifique.net

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX

D’où on obtient la ligne d’influ­­ence (figure 8.36, page pré­­cé­­dente).


Pour obte­­nir le moment flé­­chis­­sant, il suf­­fit de cal­­cu­­ler les sur­­faces hachu­­rées,
soit :

M (x) = P ^-12 ( - x) + x ( - x) -  22 xh
2
2 2
- p1 - p 2
Pour x = 0, M = ; pour x = , M =
2 2

Les valeurs don­­nées pré­­cé­­dem­­ment sont confir­­mées. La courbe repré­­sen­­ta­­tive de


la figure 8.37 est alors obte­­nue.

Figure 8.37. Ligne repré­­sen­­ta­­tive du moment flé­­chis­­sant dans la tra­­vée cen­­trale.

114

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

087-114_Binder_RDM_chapter 8.indd 114 7/15/10 6:20:11 PM


www.biblio-scientifique.net

Poutres droites
hypers­­ta­­tiques
9
9.1. Géné­­ra­­li­­tés
Les poutres droites hypers­­ta­­tiques sont des poutres dont les liai­­sons aux extré­­mi­­
tés sont telles qu’il n’est pas pos­­sible de cal­­cu­­ler les réac­­tions d’appui à l’aide des
seules équa­­tions de la sta­­tique.
Lorsque l’on uti­­lise ces équa­­tions, il reste une ou plu­­sieurs réac­­tions inconnues dont
peuvent se déduire les autres. Ces réac­­tions inconnues prennent le nom de réac­­tions
hypers­­ta­­tiques. Leur nombre défi­­nit le degré d’hyperstaticité du sys­­tème.
Consi­­dé­­rons, par exemple, une poutre encas­­trée à ses extré­­mi­­tés A et B et sou­­mise
à des forces ver­­ti­­cales (figure 9.1, page sui­­vante).
En A et B, sont pré­­sents une réac­­tion d’appui et un moment d’encas­­tre­­ment, soit
quatre réac­­tions inconnues. Or la sta­­tique ne peut don­­ner que deux équa­­tions :
–– la somme des forces et réac­­tions ver­­ti­­cales est nulle (il n’y a aucune force
hori­­zon­­tale),
–– le moment résul­­tant par rap­­port à un point est nul.
Il reste donc deux réac­­tions hypers­­ta­­tiques  : la poutre est dite hypers­­ta­­tique de
degré 2. Il existe une grande variété de poutres hypers­­ta­­tiques. Dans cet ouvrage,
seuls les trois cas sui­­vants sont étu­­diés :
–– les poutres encas­­trées à leurs deux extré­­mi­­tés,
–– les poutres encas­­trées à une extré­­mité, sur appui simple à l’autre,
–– les poutres conti­­nues.
Ce der­­nier cas cor­­res­­pond aux ossa­­tures des bâti­­ments cou­­rants ainsi qu’à la plu­­part
des ponts auto­­rou­­tiers.

115

user 189 at Tue Sep 14 16:59:59 +0200 2010

115-130_Binder_RDM_chapter 9.indd 115 7/15/10 6:41:09 PM