Vous êtes sur la page 1sur 22

Domaine : Science et Technologies

PARCOURS : Licence Professionnelle Cadre Technique des Travaux Génie Electrique

Etablissement : Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieur (ENSI)

Code et Intitulé de l’UE : PHY 209, Notion avancée Electrostatique et Electrocinétique

Crédits : 4

Public cible : Cette UE s’adresse aux étudiants de première année de l’ENSI – UL ayant
inscrit dans la spécialité Génie Electrique qui envisagent une carrière d’Ingénieur ou
Scientifique ou qui souhaite découvrir l’ENSI – UL ; et tout étudiant de l’Université de Lomé
souhaitant développer ou réviser ses connaissances de base en électricité.

Semestre : Mousson 1

Pré-requis : Pour suivre cet enseignement, l’étudiant doit :


 maîtriser les concepts mathématiques concernant la trigonométrie
 maîtriser le calcul différentiel et intégral
 maitriser l’utilisation des nombres complexes.

Enseignant responsable de l’UE : M. GUENOUKPATI Agbassou

Contacts :

 Cel : 91 48 55 83 / 92 10 63 09
 Email : guenoukpatib@yahoo.com

Disponibilité :

 Mercredi de 13h30 à 15h30 pour le cours


 Jeudi de 10h00 à 12h00 pour les Travaux Pratiques

2019-2020
Table des matières
Chapitre 2 : Régime transitoire ............................................................................................ 2

2.1. Composants de stockage d'énergie ........................................................................ 2

2.1.1. Condensateur .................................................................................................... 2

2.1.2. Associations de condensateurs ...................................................................... 3

2.1.3. Auto-inductance ou self ................................................................................... 4

2.1.4. Associations de bobines.................................................................................... 5

2.2. Charge d'un condensateur au travers d'une résistance ...................................... 6

2.3. Etablissement d'un courant à travers une bobine ................................................ 8

2.4. Décharge d'un condensateur à travers une bobine et une résistance ............. 10

2.5. Commentaire sur le choix des conditions initiales ............................................ 17

2.6. Activités.................................................................................................................... 17

Références ............................................................................................................................... 21

P a g e 1 | 21
Chapitre 2 : Régime transitoire

Dans ce chapitre nous étudions la réponse de quelques circuits linéaires à certaines


stimulations. Cela permettra de revoir la mise en équation de ces systèmes et la
résolution d'équations différentielles linéaires du premier ou second ordre. Nous
verrons ainsi apparaître deux régimes de fonctionnement d'un circuit le régime
permanent et le régime transitoire.

2.1.Composants de stockage d'énergie


Dans le chapitre précédent nous avons étudié le comportement statique de circuits ne
comprenant que des sources et des résistances. Nous introduisons ici deux éléments
dont les caractéristiques courant-tension font intervenir des relations différentielles ou
intégrales.
2.1.1. Condensateur
Un condensateur est un dipôle qui emmagasine une charge électrique q
proportionnelle à la tension qui lui est appliquée :

la charge q étant portée par l'armature A.

Le coefficient de proportionnalité C est appelé capacité du condensateur. L'unité est le


Farad noté F. D'autre part la variation par unité de temps de la charge q est égale à
l'intensité du courant traversant le condensateur :

La charge et donc la tension d'un condensateur ne peuvent pas varier de manière


infiniment rapide. La charge et la tension d'un condensateur sont donc toujours des
fonctions continues par rapport au temps. Cette caractéristique est utile pour la
détermination de conditions initiales. La puissance instantanée reçue par un
condensateur peut s'écrire :

P a g e 2 | 21
Calculons l'énergie reçue par le condensateur pendant un intervalle de temps t :

Si nous supposons que le condensateur est initialement déchargé, nous retrouvons


l'expression de l'énergie électrostatique stockée dans un condensateur :

2.1.2. Associations de condensateurs


Considérons l'association de n condensateurs de capacités Ck = 1, n en série :

Chacun de ces condensateurs est traversé par la même intensité i. Nous pouvons écrire
pour chaque condensateur une relation entre cette intensité et la tension à ses bornes :

où uk représente la tension aux bornes du k-ième condensateur. Par définition le


condensateur
équivalent à la série est tel que :

Ce qui nous donne :

Donc :
P a g e 3 | 21
Pour une association de condensateurs en série, l'inverse de la capacité équivalente
est égale à la somme des inverses des capacités. Considérons maintenant l'association
de n condensateurs de capacités C. En parallèle :

Chaque condensateur est soumis à la même d.d.p. u et est traversé par un courant i

L'intensité du courant total devant traverser le condensateur équivalent est égale à la


somme de ces courants donc :

Pour une association de condensateurs en parallèle, la capacité équivalente est égale à


la somme des capacités.
2.1.3. Auto-inductance ou self
Dans une bobine ou auto-inductance le flux instantané est proportionnel au courant
parcourant celle-ci : 𝜙 = L i. Le coefficient L est appelé coefficient d'auto-induction du
circuit. Il s'exprime en Henry (H). Lorsque le courant varie, il apparaît dans la self une
f.c.é.m. (qui s'oppose à la variation du courant) :

P a g e 4 | 21
La figure suivante montre le symbole que nous utilisons pour une self et sa
modélisation en convention récepteur :

A cette modélisation correspond l'équation :

L'intensité traversant une bobine ne peut pas varier de manière infiniment rapide.
L'intensité dans une bobine est donc une fonction continue du temps. Cette
caractéristique est utile pour la détermination de conditions initiales. La puissance
instantanée reçue par une self s'écrit :

En intégrant sur un intervalle de temps t, nous retrouvons l'expression de l'énergie


électromagnétique stockée dans une bobine :

2.1.4. Associations de bobines


Considérons l'association de n bobines en série :

Chaque self est traversée par le même courant et est soumise à une tension uk

P a g e 5 | 21
La tension aux bornes de l'ensemble est égale à la somme des tensions partielles,
donc :

Pour une association de bobines en série l'inductance équivalente est égale à la somme
des inductances. Considérons l'association de n bobines en parallèle (fig. 6). Chaque
self est soumise à la même tension u et est traversée par un courant ik, tel que

L'intensité totale est égale à la somme des intensités partielles donc :

2.2.Charge d'un condensateur au travers d'une résistance


Considérons le circuit schématisé sur la figure 7. A l'instant t = 0 nous fermons
l'interrupteur. Nous supposons qu'à cet instant la charge initiale du condensateur est
nulle : q(t=0) = 0. A tout instant t > 0 nous pouvons écrire :

P a g e 6 | 21
avec la relation entre la charge et l'intensité :

Nous obtenons donc l'équation différentielle suivante :

Toute solution de cette équation différentielle du premier ordre peut s'écrire comme
la superposition d'une solution particulière de l'équation complète et de la solution
générale de l'équation sans second membre.

Comme solution particulière de l'équation complète, nous pouvons considérer le


régime stationnaire (indépendant du temps) :

Résolvons l'équation différentielle sans second membre :

La solution générale s'écrit donc :

Cherchons la solution vérifiant la condition initiale :

P a g e 7 | 21
Nous avons donc :

Les figures 8 et 9 donnent l'allure de l'évolution temporelle de la tension aux bornes


du condensateur et de l'intensité.

2.3.Etablissement d'un courant à travers une bobine


Considérons le circuit présenté sur la figure suivante :

P a g e 8 | 21
Nous supposons qu'initialement l'interrupteur est ouvert et qu'aucun courant ne
circule : i(t=0) = 0. A l'instant t = 0 nous fermons l'interrupteur. Pour t > 0 nous pouvons
écrire :

Ce qui nous donne l'équation différentielle :

Nous retrouvons une équation différentielle du premier ordre, dont la solution


générale de
l'équation sans second membre s'écrit :

Comme solution particulière de l'équation complète nous pouvons chercher le régime


stationnaire, soit :

Ce qui nous donne pour la solution complète :

La constante k est défini par la condition initiale :

Ce qui nous donne :

P a g e 9 | 21
2.4.Décharge d'un condensateur à travers une bobine et une résistance
Nous considérons le circuit RLC suivant :

Nous supposons qu'initialement le condensateur est chargé et qu'il ne circule aucun


courant (interrupteur ouvert) : q(t=0) = q0 et i(t=0) = 0. Avec notre choix d'orientation
du sens positif pour le courant, nous avons :

Ce qui nous donne l'équation différentielle suivante :

Il s'agit d'une équation différentielle linéaire du second ordre. Pour résoudre cette
équation il faut chercher les racines de l'équation caractéristique associée :

Celle-ci a pour discriminant :

La valeur de la résistance pour laquelle ce discriminant est nul est appelée résistance
critique :

P a g e 10 | 21
Nous pouvons encore écrire le discriminant sous la forme :

Les solutions de l'équation différentielle sont différentes selon le nombre et le type des
racines de l'équation caractéristique.

1er cas : R = Rc

L'équation caractéristique admet une racine double réelle :

L'équation différentielle admet alors pour solution :

Ce qui nous donne pour l'intensité :

Les constantes 𝜆 et μ sont définies par les conditions initiales :

Nous obtenons donc pour la solution globale :

P a g e 11 | 21
Les figures 12 et 13 illustrent l'allure de l'évolution temporelle de la charge du
condensateur et de l'intensité au travers de la self. L'intensité est maximale pour t = t.

2ème cas : R > Rc

L'équation caractéristique a alors deux racines réelles distinctes :

de même signe car :

Ces deux racines sont donc négatives. Nous notons leurs valeurs absolues :

qui vérifient :

P a g e 12 | 21
Les solutions de l'équation différentielle se mettent alors sous la forme :

Ce qui nous donne pour l'intensité :

Les paramètres 𝜆+ et 𝜆- sont définis par les conditions initiales :

Ce qui nous donne :

Soit en reportant dans les expressions de la charge et de l'intensité :

Les figures 14 et 15 illustrent l'évolution temporelle de ces fonctions.

P a g e 13 | 21
3ème cas : R < Rc
L'équation caractéristique admet deux racines complexes conjuguées :

Notons a et les valeurs absolues des parties réelle et imaginaire de ces racines :

avec :

P a g e 14 | 21
La solution générale de l'équation différentielle s'écrit alors :

Ce qui nous donne pour l'intensité :

Les constantes A et 𝜑 sont déterminées par les conditions initiales :

Ce qui nous donne :

Soit en reportant dans les expressions de la charge q et du courant i :

Les figures 16 et 17 montrent l'évolution temporelle de ces quantités. On observe des


oscillations amorties.

P a g e 15 | 21
Nous pouvons comparer les trois régimes de décharge que nous venons de rencontrer.
La figure 18 illustre ces trois cas pour différentes valeurs de la résistance, avec une
même capacité et une même inductance :
- courbe bleue : R = Rc
- courbe rouge : R = 2 Rc
- courbe verte : R = 0.75 Rc

Nous avons choisi comme unité de temps :

Nous constatons que la décharge la plus rapide est obtenue avec la résistance
critique. Pour une résistance plus grande la décharge est plus ente. Pour une
résistance plus petite, il faut attendre quelques oscillations avant d’avoir totalement
déchargé le condensateur.

P a g e 16 | 21
2.5.Commentaire sur le choix des conditions initiales
Nous avons vu que la résolution des équations différentielles fait apparaître des
constantes qui doivent être déterminées à s’appuyant sur les conditions aux limites, en
général les conditions initiales. Lorsque le circuit comporte un condensateur, nous
pouvons utiliser la continuité de sa tension ou de sa charge. Celle-ci ne peut en effet
pas varier de manière infiniment rapide, cela nécessiterait un courant infini. Lorsque
le circuit comporte une bobine, nous pouvons utiliser la continuité de l’intensité qui la
traverse. Nous savons en effet qu’une self-inductance s’oppose au variation
d’intensité.
2.6.Activités

Exercice 1 : Charge d’un condensateur au travers d’une résistance*

P a g e 17 | 21
Exercice 2 : Décharge d’un condensateur dans une résistance**

Exercice 3 : Régime transitoire dans un circuit comportant un condensateur et deux


résistances

P a g e 18 | 21
Exercice 4 : Charge et décharge d’un condensateur en parallèle avec une résistance **

Exercice 5 : Charge et décharge d’un condensateur dans deux branches différentes


d’un circuit

P a g e 19 | 21
Exercice 6 : Régime transitoire oscillatoire amorti **

Exercice 7 : Théorème de Thevenin en régime sinusoïdal

P a g e 20 | 21
Exercice 8 : Régime transitoire dans une association parallèle d’un condensateur et
d’une bobine

Références
1. Cours d'électrocinétique de Sylvain TISSERANT
2. Les nouveaux Précis Bréal Électrocinétique, MPSI de G. Rosset
3. Electricité, Exercices et méthodes, Editions Dunod, Yves Granjon
4. Sites internet
http ://marpix1.in2p3.fr/calo/my-web/elec1/elec1.html

P a g e 21 | 21