Vous êtes sur la page 1sur 5

Monsieur Bernard Lahire

Elias Norbert, Engagement et distanciation. Contributions à la


sociologie de la connaissance.
In: Revue française de sociologie. 1993, 34-4. pp. 673-676.

Citer ce document / Cite this document :

Lahire Bernard. Elias Norbert, Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance. In: Revue
française de sociologie. 1993, 34-4. pp. 673-676.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1993_num_34_4_4291
LES LIVRES

Elias (Norbert). - Engagement et des sociétés préscientifiques sont maté


distanciation. Contributions à la riellement et cognitivement impuissants
sociologie de la connaissance, face aux «caprices de la nature». La
traduit de l'allemand par Michèle science, elle, s'inscrit dans un processus
de distanciation et de contrôle des af
Hulin, avant-propos de Roger fects et, par conséquent, dans un proces
Chartier. susde civilisation. En donnant les
Paris, Fayard, 1993, 258 p., 120 FF. moyens de ne pas prendre ses désirs
pour la réalité, de voir les choses de man
ière moins directement attachée à la
Après les traductions récentes de La position de celui qui voit, l'attitude
société des individus et de Norbert Elias scientifique permet de sortir progress
par lui-même (Y), l'œuvre du sociologue ivementde l'engagement (involvement)
allemand commence à être mieux de l'homme vis-à-vis de la réalité : « Les
connue. Engagement et distanciation, membres des sociétés où règne la
composé de textes écrits essentiellement science ne sont généralement pas
entre la fin des années 1970 et le début conscients du haut degré de distanciat
des années 1980 (seul le premier chapit ion, de maîtrise de soi et de neutralité
re,qui traite justement de la question affective requis pour reconnaître que des
de l'engagement et de la distanciation, événements qui entraînent pour vous
est la reprise d'un article paru en 1956 plaisir ou souffrance - et surtout de la
dans le British journal of sociology), ne souffrance - peuvent être le résultat tout
fait que renforcer l'idée selon laquelle, à fait inintentionnel de causes inani
loin de se réduire à un simple dévelop mées, de mécanismes naturels sans but
pement du thème wébérien de la monop ou de ce que nous appelons le "hasard" »
olisation étatique de la violence (p. 95).
physique légitime, la réflexion d'Elias
révèle une démarche sociologique origi Mais ce que les hommes ont si bien
nale. réussi vis-à-vis de la nature, ils ne l'ont
L'intérêt central des textes réunis ici toujours pas complètement réédité
est de lier une réflexion épistémologique concernant leurs relations mutuelles.
sur la science (les sciences) aux proces Elias décrit un affaiblissement de l'att
sus de civilisation et de distanciation qui itude distanciée lorsqu'on passe du rap
caractérisent les sociétés occidentales port des sociétés industrielles à la nature
sur la longue durée. L'histoire des so aux rapports d'interdépendance entre les
ciétés humaines montre que les hommes hommes de ces mêmes sociétés (rela
ont progressivement conquis une att tions intra-étatiques) et, enfin, aux rela
itude de distanciation tout d'abord par tions inter-étatiques. Dans ce dernier
rapport aux phénomènes naturels puis, cas, les hommes sont, selon lui, dans la
plus difficilement, par rapport aux phé même situation que ceux des sociétés
nomènes sociaux. En effet, les hommes traditionnelles vis-à-vis des phénomènes
naturels (p. 113 et 153). Si la constitu
tion de l'Etat a, par un mouvement de
(1) Cf. le compte rendu de ces deux ou monopolisation de la violence physique
vrages dans la RFS, 32 (\) 1992, pp. 135-145. et, du même coup, de relative pacifica-

673
Revue française de sociologie

tion de l'espace social, contribué à limi étatiques qu'aucune instance d'intégra


ter les dangers dans le cadre des rela tion transcendante aux divers Etats ne
tions inter-humaines, les Etats n'ont pas contrôle.
trouvé encore d'instance d'arbitrage per Les modes de pensée caractéristiques
mettant d'éviter les conflits violents en des êtres sociaux n'ayant pas les moyens
tre eux : « Actuellement, il n'existe sur de maîtriser les dangers de leurs rap
terre aucune puissance capable de sur ports au monde (humain ou naturel) sont
veiller avec une semblable efficacité les explicités par Elias dans le cadre d'une
combats entre des Etats puissants et de théorie du double lien (il s'agit du f
contraindre les deux parties au respect ameux double bind qu'il reprend à Gre
de certaines règles» (p. 130). gory Bateson) : «L'incapacité de
Il faut bien sûr ne pas oublier que le contrôler une situation va habituelle
modèle de configuration (de relation ment de pair avec une forte émotivité
d'interdépendance fonctionnelle) qu'a dans la pensée et l'action; les chances
en tête Elias est celui de la « guerre de contrôler les dangers demeurent donc
froide», qui oppose essentiellement à un niveau bas tandis que le caractère
deux superpuissances aux idéologies émotionnel de la réaction est maintenu
clairement distinctes et se livrant à une à un niveau élevé, et ainsi de suite »
course aux armements. C'est aux histo (p. 79).
riens, sociologues et spécialistes des re C'est cette analyse des conditions so
lations internationales contemporains de cio-historiques d'existence d'une att
dire si quelque chose comme un arbi itude engagée ou distanciée qui fonde
trage international, au-dessus de tous les Г epistemologie d'Elias, indissociable
Etats, a commencé à voir le jour à tra d'une sociologie de la connaissance. Cel
vers les différents bouleversements mon ui-ci pense notamment que les pro
diaux des vingt dernières années. Mais blèmes de méthode sur lesquels les
ces transformations ne remettent en tout sociologues s'opposent sont se
cas pas en question la sociologie des condaires : «Cette concentration de l'a
interdépendances fonctionnelles et des ttention sur des problèmes formels de
processus sociaux non planifiés que pro "méthode" leur barre l'accès à des dif
pose Elias. Celle-ci évite notamment de ficultés d'une autre nature, comme
porter l'attention principalement sur les celles qui proviennent de leur propre s
actions individuelles conscientes et ituation, donc en particulier de leur im
volontaires (des «grands hommes plication dans les problèmes de leur
d'Etat»); l'attitude distanciée apprend à société» (p. 32). Si les raisons, les im
replacer les intentions humaines, bien pulsions pour lesquelles les scientifiques
réelles, dans les réseaux d'interdépen sont amenés à faire de la science peu
dance qui les structurent et les rendent vent être hétéronomes par rapport à
possibles. La pensée fondamentalement l'activité scientifique, leurs problèmes,
relationnelle d'Elias invite aussi à consi observations, etc. doivent être command
dérer les relations inter-étatiques comme és par les valeurs propres au monde
irréductibles aux caractéristiques parti scientifique et être protégés «dans une
culières, idéologiques notamment, de assez large mesure par des normes
chaque Etat. Alors que tous les comment professionnelles bien établies et par
ateursou protagonistes engagés dans d'autres mesures institutionnelles de sé
les conflits ou les concurrences voient curité contre l'intrusion de jugements de
au principe de leur lutte une idéologie valeur hétéronomes» (p. 14). Elias sub
politique (communisme ou capitalisme), stitue ainsi l'opposition entre jugements
Elias pense qu'une distanciation amène de valeur autonomes et jugements de va
à rendre raison de l'existence de conflits leur hétéronomes à la plus classique
par la configuration de rapports dichotomie entre sciences « usant de ju-

674
Les livres

gements de valeur» et sciences «étran ments ou de facteurs non isolables, mont


gères aux valeurs ». Pour lui, le gain redes affinités avec les réflexions ré
d'autonomie se traduit par un gain dans centes de Jean-Claude Passeron (2).
le niveau de distanciation atteint.
Dans une troisième partie intitulée
Elias est aussi particulièrement attent «Pensées sur la Grande évolution»,
if et critique à l'égard des emprunts ina Elias se risque même à quitter son do
déquats que les sciences sociales font maine de spécialité pour commenter les
aux sciences physico-chimiques. Parce grandes transformations scientifiques en
que les transferts de modèles causaux, cosmologie et en biologie (3). Il voit
quantitatifs et souvent atomistiques s'o ainsi un progrès dans le double passage
pèrent en l'absence d'une réelle distan d'une pensée en termes de « lois » à celle
ciation, le sociologue prône une grande qui s'attache à comprendre des proces
prudence. Il pense ainsi que c'est par un sus et d'une pensée atomistique à une
«court-circuit logique» que l'on est pensée respectant l'existence de niveaux
amené à penser que « la réduction à des différents d'intégration.
quantités et à la formulation mathémati
que qui s'y rattache», qui a fait le suc On notera enfin deux thèmes récur
cès scientifique de certaines sciences, rents dans l'œuvre d'Elias et qui se re
serait donc « la caractéristique essent trouvent dans cet ouvrage : la volonté de
ielle des sciences en général» (p. 31). faire éclater les cloisonnements discipli
Elias critique aussi la démarche naires et la lutte contre les réifications
consistant à « isoler d'abord chacune des langagières. Tout d'abord Elias, qui a
composantes et, le cas échéant, chacun toujours lié les économies psychiques
des facteurs ou variables qui influencent aux réseaux d'interdépendance humains,
le comportement d'une (...) unité précise qu'il a choisi les concepts
complexe» (p. 37). Il défend donc la dé d'« engagement» et de «distanciation»,
marche synthétique (ou synoptique), ju dont il reconnaît le flou relatif, pour leur
gée souvent spéculative mais qui tient capacité à se distinguer des hypothèses
compte de la spécificité des inter usuelles supposant l'existence «d'une
relations complexes entre différents élé indépendance essentielle des aspects
ments, contre les démarches trop psychiques et des aspects sociaux de la
systématiquement analytiques et atomist réalité humaine» (p. 63) ; de même re-
iques. Dans cette seconde voie, des él grette-t-il les partitions de la réalité so
éments pris dans des configurations de ciale entre les spécialistes des relations
liaisons mutuelles «sont abordés comme d'interdépendance intra-étatiques (socio
s'ils étaient capables de conserver leurs logues, historiens...) et les spécialistes
particularités distinctives lorsqu'on les
examine isolément et indépendamment (2) Cf. Le Raisonnement sociologique.
de tout autre contexte» (p. 41). Sans re L'espace non poppérien du raisonnement na
jeter la démarche analytique, Elias pro turel, Paris, Nathan, 1991.
pose de la compléter par la construction (3) II faut rappeler que Norbert Elias a
de modèles qui tiennent compte de « la commencé par suivre conjointement des
manière dont (les) parties sont jointes et études de médecine et de philosophie à Bres-
accordées ensemble, bref organisées et Fayard, lau (Norbert Elias par lui-même, Paris,
1991, p. 41) et qu'il a toujours ex
intégrées» (p. 39). On notera que la ré primé l'importance pour lui d'une connais
flexion épistémologique d'Elias sur les sance par le sociologue du fonctionnement du
sciences sociales dans leur rapport aux corps humain. Toutefois, ce sont les spécial
sciences physico-chimiques, et notam istesdes domaines abordés (biologistes, phy
mentsur l'importance de la saisie syn siologistes, astronomes...) qui peuvent dire si
thétique de contextes caractérisés par les propos d'Elias sont pertinents ou non dans
des combinaisons spécifiques l'état actuel des travaux scientifiques.

675
Revue française de sociologie

des relations d'interdépendance inter vif débat qui porte sur son exploitation
étatiques. Il est aussi très sensible aux et qui s'exprime notamment dans la
réifications ordinaires de langage qui thèse de l'aliénation. L'apparition et
empêchent de penser sociologiquement l'essor du mouvement ouvrier démentent
en faisant comme si les réalités nom à la fois la thèse de l'aliénation totale
mées («sujet» et «objet», «homme» et et l'optimisme de ceux qui affirment l'
«nature», «homme» et «société»...) amélioration continue des conditions de
étaient indépendantes et en cherchant vie des ouvriers. Denis Segrestin rap
entre elles des relations de cause à effet, pelle que ce mouvement n'est pas sim
alors qu'on a fondamentalement affaire ple rupture avec le passé. La conscience
à une « interdépendance ontologique, ouvrière naît de la rencontre entre le
existentielle» (p. 80). prolétariat industriel et les ouvriers de
métier. L'enracinement dans la tradition
Bernard Lahire se retrouve du côté des entrepreneurs,
Groupe Recherches sur la socialisation, Lyon qui ne sauraient être réduits à une élite
rationalisatrice et dominatrice. Le mo
dèle domestique, ou si l'on préfère le pa
ternalisme comme forme d'organisation
Segrestin (Denis). - Sociologie de industrielle, reste très pregnant, notam
l'entreprise. ment en France.
Paris, Armand Colin (U Sociologie),
1992, 223 p., 100 FF. Puis vient le temps des ingénieurs.
Apparaît alors une alternative au modèle
domestique : la direction scientifique
Denis Segrestin n'a pas écrit une his des entreprises, telle qu'elle est élaborée
toire de l'entreprise. Il n'a pas non plus par Taylor. En France, le patronat résiste
rédigé un manuel présentant le savoir à ce mouvement qui remet en cause le
sociologique sur l'entreprise. Son livre paternalisme auquel il est attaché. Fayol
retrace l'émergence de l'entreprise et ses trouve un compromis entre les deux l
métamorphoses, tout en mettant en ogiques. Il affirme la nécessité de la spé
scène les différentes analyses sociologi cialisation tout en renforçant la morale
ques qui, au fil du temps, se sont effor domestique : « Un seul chef pour chaque
cées d'en rendre compte. Ce parti pris employé» est un slogan qui scelle l'a
rend le livre à la fois intéressant et dif lliance du patron et de l'ingénieur; il se
ficile. Intéressant, puisque le lecteur suit transmettra durant plusieurs décennies.
simultanément l'histoire sociale d'une L'opposition au réductionnisme «techni
institution et celle des analyses qui lui cien » proposé par Taylor s'exprime éga
ont été consacrées ; difficile, car ces lement aux usa. Elle trouve son
deux histoires sont à ce point entremêl expression savante dans l'école dite des
ées que ce même lecteur a parfois du relations humaines, qui souligne la dou
mal à faire la distinction entre les deux. ble dimension de l'entreprise. A la logi
Dans les premiers chapitres, l'auteur que de l'efficacité technique vient
retrace l'apparition de l'entreprise et s'ajouter celle des relations sociales. Les
celle des deux acteurs qui vont en orga historiens, comme Chandler, confirment
niser l'histoire pendant plus d'un siècle : après coup l'apparition d'un véritable
la classe ouvrière et le patronat. L'en capitalisme gestionnaire. Face au mar
treprise ne peut prendre son essor ché, le pouvoir de l'entreprise et sa
qu'après un bouleversement profond de complexité s'accroissent : elle doit être
l'ordre social ancien qui cède devant la techniquement efficace, gérer au moin
montée en puissance de la société indust drecoût des transactions commerciales
rielle. La classe ouvrière entre en scène. et coordonner ses employés. L'entreprise
Son émergence est accompagnée d'un fordienne, souvent considérée comme
676