Vous êtes sur la page 1sur 4

L’appareil

respiratoire

On distingue une zone de conduction d’une zone respiratoire.

Les organes du systèmes respiratoire :

- Le nez
- Le pharynx
- Larynx
- Trachée
- Bronches principales qui vont se subdiviser

Toute cette zones qui sera dépourvu d'alvéoles sera la zone de conduction
Et les partie les plus internes alvéolisée (grappe d’alvéole) vont constituée la
zone respiratoire (échange gazeux entre l’air et le sang).

La trachée et les bronches


Organogenèse de la trachée et des bronches

A partir du tube digestif primitif va apparaitre un bourgeon qui est une


évagination apparaissant lors du 22 ème jour, c’est le bourgeon
pulmonaire.
Ce bourgeon va se subdiviser en bourgeon bronchique droit et gauche
(primaire qui donneront les 2 bronches) puis (secondaire (à gauche 2 et à
droite 3).

La trachée :

Elle s’étend du larynx au médiastin ou elle va donner 2 bronches


principales, elle s’tend en terme de rapport de C6 jusqu’à T5.

Chez l’adulte elle mesure 11cm et présente un diamètre de 2cm.


Elle se présente sous la forme d’une tube cylindrique aplatis au niveau de
sa face postérieur.
La structure de sa parois est successivement constituée de l'intérieur à
l’extérieur, d’une muqueuse (épithélium prismatique pseudo-stratifiée
ciliée).
Dans cet épithélium on retrouve des cellules calciforme

Une partie sous muqueuses renfermant des fibres élastiques (chorion)


permettant la déformation des conduits respiratoire. On retrouve aussi des
vx des nerfs et des éléments lymphoïdes ainsi que des glandes séro-
muqueuses. (ces glandes produisent du mucus).

La tunique moyenne est constituée d’anneau incomplet de cartilage hyalin


qui se présente sous forme de fer à cheval, les 2 bouts étant reliée par le
muscle trachéal.
L’adventis est constituée par du tissu conjonctif lâche avec des vx
sanguins et des nerfs.
Intérieurement la trachée apparait rosée avec des reliefs en forme
d’anneaux.
On voit aussi la zone de bifurcation ainsi que la carina de la trachée.
Les rapports principaux :

Dans la partie supérieur :

La thyroïde plutôt cervicale (2 lobes reliées par un isthme)


L’arc aortique dans la partie basse (thoracique)
L’oesophage en arrière de la trachée.
Les artères carotidiennes.

Les bronches :

Chez l’adulte on se retrouve suivant un arbre avec de nombreuses


subdivisons de plus en plus nombreuses distalement.
L’arc commence par la trachée qui se subdivise en 2 bronches principales
(gauche et droite) puis en bronches lobaire, une pour chaque lobe pulmonaire,
a droite il va y avoir 3 bronches lobaires qui se trouve dans la partie droite
Au niveau du poumon gauche on retrouve 2 bronches lobaires, expliquée par
la présence du coeur qui laisse moins de volume disponible.

Ces bronches lobaires vont se subdiviser en bronches segmentaire, une pour


chaque segment pulmonaire.
Les subdivisions vont arriver au bronchioles.

La structure de la parois bronchique : au fur et à mesure qu’on se rapproche


de l’extrémité , la parois se modifie, l’épithélium passe de prismatique et
devient cubique (petite bronchiole)

La proportion de muscle lisse augmente dans la paroi, et les bronchioles présente dans la parois des muscles lisses
circulaire nombreux.
Les anneaux de cartilages vont être progressivement replacé par des plaques irrégulières de cartilages, puis la partie
cartilagineuses va disparaitre et au niveau des bronchioles, il n’y a plus de cartilage.

La vascularisation de la trachée et des bronches :

- Branches artères thyroïdiennes inf et thymiques et bronchiques


- Plexus veineux thyroïdien inf
- Noeud lymphatiques trachéaux

Innervation autonome

- Nerf vagues et troncs sympathiques


- Parasympatique bronchoconstricteur, sympathique bronchodilatateur.`

Les poumons et la plèvre (séreuse qui entoure les poumons) :


Développement embryonnaire :

On retrouve le septum transversum qui a


scinder la cavité sélomique en 2 cavité
La cavité péricardique primitive va se diviser au cours de la 5ème semaine par des
plus pleuro-péricardique qui vont se développer vers la partie médiane, et vont se
rejoindre et vont s’associer au mésoderme péri-oesophagien.

A ce stade là on a un ébauche de la cavité péricardique qui s’est diviser en 3 partie :


- Définitive : péricarde + coeur
- Pleural latérale (entouré par la plèvre primitive et au centre le développement des
poumons)
Le développement pulmonaire se fait en plusieurs étapes :
Période embryonnaire avec les ébauches, période pseudo ganglionnaire
‣Une période sacullaire
‣Une période caniculaire
‣Une période alvéolaire avec le développement des alvéoles
pulmonaires.
Les poumons :

Le poumon est un organe d'aspect lisse de consistance môle et élastique (aspect spongieux) de couleur rosée, chez
l’adulte le poumon droite pèse 650 grammes et le gauche
550 grammes.

Sa configuration externe :

‣Forme conique
‣Sa face costale (en rapport avec les côtes) est convexe est
lisse
‣Sa face diaphragmatique et concave.
‣La face médiale avec le hile du poumon, au niveau du hile
du poumon on retrouve une bronche principales ainsi
qu’une artère pulmonaire, des veines pulmonaires.

L'oxygénation est inversé au niveau de la circulation


pulmonaire.

On note la présence d’emprunte au niveau de cette face médiale.


Empruntes du poumons droits :
- Cardiaque
- Veines cave supérieur
- Trachéale
- Oeosphagienne

Au niveau du poumon gauche les empruntes :


- Cardiaque
- Aortique
- Première côte

Chaque poumon est divisé en lobes :


Poumon droit 3 lobes
Poumon gauche 2 lobes

Cette subdivision se fait par des cissures :


- Cissures obliques au niveau de chaque poumon
Pour le poumon gauche séparation du lob sup et inf, alors que pour le droit séparation du lobe inf et moyen médian.
Pour le poumon droit on retrouve une cissure horizontale droite qui va séparer le lobe supérieur droite su lobe moyen.
Chaque lobe est ensuite subdivisé en segments (non détaillé)
Il y a généralement 10 segments pour chaque poumons.

La structure interne :
De l’extérieur vers l'intérieur, un poumon est composée d’une séreuse (la plèvre, une sous
séreuse, qui est du tissus conjonctif riche en fibre élastique et un parenchyme).
Ce parenchyme est subdivisé en lobules par des cloisons conjonctives (Septas) et le lobules et la
plus petites subdivisions du poumon observable à l’oeil nu.
Chaque lobule est reliée à une bronchiole terminale qui se subdivise en bronchiole respiratoire
qui se termine par les conduits alvéolaires.
Chaque conduits alvéolaire formant une grappe appelée sacule alvéolaire.
Vascularisation des poumons

Vascularisation sanguine : elle présente une particularité puisqu’elle est double, une vascularisation propre à chaque
organes, nourricière, assuré par artère et veines bronchiques et en plus il y a une deuxième vascularisation, la petite
circulation sanguin ou circulation pulmonaire, sa fonction est d'amener du sang pauvre en O2 et riches en CO2.
Cette vascularisation est fonctionnelle puisqu’elle se prolonge vers chaque à alvéole pulmonaire. (représenté en bleu)

La vascularisation lymphatique

2 systèmes peuvent être distingué


- un superficiel (vascularisation lymphatique de la plèvre)
- Un plus profond

L’innervation

Elle est double est assuré par le SNA, sympathique et para-sympathique.


La plèvre :

Il s’agit de la séreuse des poumons composé par 2 feuillets, un feuillets


viscéral qui recouvre la surface pulmonaire, ainsi que les scissures et une
feuillet pariétal, entre les deux la cavité pleural qui renferme du liquide
pleura.
Plusieurs zones peuvent être distingué au niveau du feuillet pariétal, une
partie costal (qui répond au côte) et à la parois thoracique, une partie
médiastinal qui répond au médiastin et une partie diaphragmatique, qui
répond au diaphragme séparé par un fascia.

Une autre zone : la coupole pleural qui coiffe l’apex de chaque poumon et 3
recessus ou sinus (cul de sac à pleuraux):
-Le costo-diaphragmatique
-Le phrénico-médiastinal (se rapport au diaphragme)
- 2 recessus costo-médiastinaux antérieur et postérieur.

La vascularisation de la plèvre

L'artériel et multiple est complexe


Sanguine : Satellite aux artères
La lymphatique complexe, pour le feuillet viscéral, les éléments lymphatique
seront commun avec ceux de la vascularisation des poumons, et pour le pariétal elle est pariétal commune avec celle
prè-sternal (para-starnal) pour une partie ou commune avec du diaphragme et pour une autre partie avec le médiastin inf

L'innervation :
Par un plexus nerveux pour le feuillet viscéral, à partir d’un plexus pulmonaire$
Pour le feuillet pariétal elle est pluriel est assuré par le feuillet phrénique / vague / intercostaux et enfin par des nerfs
sympathique.

La mécanique ventilatoire ;

L’inspiration est active, alors que l’expiration est passive (ps : la plèvre est séparé de la
cage thoracique par le fascia endo-thoracique, de plus la plèvre est reliée par son feuillet
viscéral au poumon le tout est donc solidarisé, et lors de l'expansion thoracique il y a
donc expansion pulmonaire).

Dans le mécanisme de l’inspiration : 2 muscles principaux interviennent :


- Le diaphragme
- Les intercostaux externe.

Lors de l’inspiration le diaphragme se contracte et s’abaisse, la hauteur de la cage


thoracique augmente, quand les muscles intercostaux vont se contracter, les côtes vont
se relever ainsi que le sternum le diamètre augmente et de l’air va pouvoir rentrer.

L’expiration normal est un mécanisme passif du aux relâchement de ces 2 muscles :

Les hauteurs de la cage thoracique diminue sa hauteur et son volume aussi.


Il existe des muscle accessoire, pour l’expiration forcé et l’inspiration forcé d’autres muscles vont intervenir.

Vous aimerez peut-être aussi