Vous êtes sur la page 1sur 34

COURS DE PROSPECTION MINIERE

Classe: Ingénieur de Conception en Mines (IC3-M)


Enseignant: M. Michaël NAPON, Ingénieur des Mines
Année scolaire: 2013-2014
Durée du cours: 30h
Objectif pédagogique:
Familiariser l’étudiant aux méthodes de prospection minière dans leur mise en œuvre.

Sommaire
Ch0. Introduction à la recherche minière Ch4. Prospection par tranchées et puits
Ch1. Prospection au marteau Ch5. Prospection géophysique
Ch2. Prospection minéralogique Ch6. Prospection par sondage
Ch3. Prospection géochimique Ch7. Etude de cas : petite mine

1
CH0 : INTRODUCTION A LA RECHERCHE MINIERE
I. CARACTERISTIQUES DE LA RECHERCHE MINIERE
II. PHASES DE LA RECHERCHE MINIERE
III. OBJETS ET METHODES
IV. DEFINITIONS DE BASE

2
I. CARACTERISTIQUES DE LA RECHERCHE MINIERE

1. Définitions

Activité qui consiste à trouver des dépôts de substances


utiles dans l’écorce et à les mettre à la disposition de
l’industrie de transformation et du génie civil.
Aussi ancienne que l’humanité - les hommes primitifs déjà,
recherchaient des silex particuliers pour les outils de pierres.

3
2. Caractéristiques de la recherche minière moderne
 Une activité économique :
o doit générer des profits;
o revenus générés en bout de chaîne ;
o prix des minéraux soumis à la loi du marché;

 une activité multiforme : de légers travaux


d’échantillonnage de surface à de grands travaux avec
des équipements de plus en plus lourds et encombrants ;
4
 une activité pluridisciplinaire : grande diversité de
disciplines : géosciences, sciences de l’ingénieur,
sciences exactes et informatiques, sciences sociales et
économiques, sciences politiques et juridiques, art de
l’ingénierie minière,…

 une activité à haute intensité capitalistique :


investissements élevés – des dizaines de millions de
dollar US- pour un temps de recouvrement court.
5
 une activité à risques : risque financier, risque
géologique, risque politique ;

 des ressources diversifiées et diversement reparties


sur le globe

6
II. PHASES DE LA RECHERCHE MINIERE
1. La phase d’exploration
2. La phase de reconnaissance
3. La phase stratégique
4. La phase tactique
5. La phase systématique
6. La phase de développement
7. La phase de pré-production
8. La phase de production
7
1. phase d’exploration
Phase de recherche documentaire. La zone du projet doit y
être positionnée dans un contexte géologique et
métallogénique favorable. Au cours de cette phase :
 conforter les données de base sur la SU (marché,
perspectives, mode de mise en place, compilation de
données, examen des cartes régionale, ex.
1/5.000.000) ;
 analyser les facteurs de production (énergie, moyens de
transport, main-d’œuvre, …
8
2. Phase de reconnaissance
Phase de cartographie au cours de laquelle le géologue se
rend sur le terrain pour vérifier les informations collectées
sur la zone de projet. Comporte 2 étapes :
 planification au bureau : préparation de la mission à
travers entre autre à la compilation des données (images
satellitales, cartes échelle 1/200.000, etc.) ;
 reconnaissance au sol : visites et géotraverses.
A la fin des travaux, une carte de synthèse est élaborée.
9
NB : la carte est un indispensable outil d’aide à la décision. Elle
résume les données, présente les hypothèses, offre une vue
synoptique. Il faut la privilégier.

A la fin de la reconnaissance, un programme de recherche


fondé sur le modèle de gisement auquel on s’attend est
établi. Il comprend les méthodes à mettre en œuvre, le
matériel, la main-d’œuvre, la durée de la campagne, les
coûts, la probabilité de trouver quelque chose, etc.
10
3. Phase stratégique
Phase de cartographie au cours de laquelle on recherche de
points d’accrochage (indices) pour sélectionner une zone
d’intérêt (prospect) par des travaux de :
 cartographie géologique ;
 cartographie géochimique ;
 cartographie des alluvions ou/et éluvions.
 Echelle : 1/200.000 à 1/50.000

11
4. Phase tactique
Phase de cartographie au cours de laquelle on contrôle
l’extension d’un indice :
 l’extension horizontale par le resserrage des mailles ;
 l’extension verticale par des fosses (tranchées, puits)
et sondages.
 Estimation sommaire du corps minéralisé (notion de gîte
si quantité importante)
 Echelle : 1/20.000 à 1/5000
12
5. Phase systématique
 Phase d’évaluation quantitative du gîte –par resserrage des
mailles des campagnes de sondages carottés. Passe par la
décomposition du corps minéralisé en blocs homogènes de
paramètres connus (volume, teneur, densité, tonnage…) ;
Echelle : 1/1000 à 1/100
 Phase d’Etude de faisabilité pour savoir dans quelles
conditions le gîte peut être exploité avec le maximum de
profit.
13
Tonnage T = V*d
Quantité de métal Qm = T*tm
Quantité de métal récupéré Qmr = Qm * tr
Recette R = Qmr * Prix du minerai
Exercice d’application

Bloc de L=10m, l=10m et E=5m

14
6. Phase de développement
Phase de préparation du chantier d’exploitation :
 aménagements divers (aires de stockage du minerai,
verses à stérile,…) ;
 constructions des infrastructures (voies d’accès,
bâtiments, labo, cités minières éventuellement) ;
 acquisition des équipements et du parc roulant ;
 installation de l’unité de traitement ;
 recrutement et formation du personnel …

15
7. Phase de pré-production
Phase d’extraction et de traitement de la roche minéralisé à
l’usine avec réglage continue des paramètres de
production. Cadence de production pas encore atteinte.

Phase de tâtonnements

8. Phase de production
Phase de production avec rythme de croisière fixé atteint –
(cadence de production).

16
Phases 1 à 5 : exploration minière.
Phases 6 à 8 : exploitation minière.

III. QUELQUES DEFINITIONS DE BASE

*Exploration/prospection
- Dans le vocabulaire anglo-saxon, termes interchangeables
avec une préférence pour le premier.
Englobe toute la séquence des travaux depuis la
recherche des premiers indices (start up) jusqu’à

17
l’évaluation du gîte et même la recherche de minerais
additionnels pendant l’exploitation.

- Dans le vocabulaire russe, l’on explore le prospect trouvé


par la prospection. La prospection est la recherche du
prospect (start up) et l’exploration son approfondissement
(follow-up).

- Le vocabulaire français et des pays d’Europe de l’ouest en


général est tout le contraire du vocabulaire russe.

18
Ressources minières/ressources énergétiques
Ressources minières : ensemble des matières premières
minérales non énergétiques. Se repartissent en deux
groupes :

 Substances minérales métalliques :


 métaux ferreux :
 métaux non ferreux :
 terres rares ou lanthanides :
Remarque : les métaux qui servent aux alliages sont dits
métaux de base :
19
 Substances minérales non métalliques
 matériaux de construction :
 engrais :
 céramique :
 isolants :
 abrasifs :
 pharmaceutiques :
 pierres précieuses :

20
Ressources énergétiques :

 hydrocarbures :

 radioactifs :

*Minéral : espèce chimique naturelle, inorganique se


présentant généralement sous forme de cristal et ayant des
propriétés physiques spécifiques.

*Substance utile : minéral ou métal utile à l’homme.

21
*Indice de minéralisation : phénomène ou signe quelconque
qui permet d’établir une corrélation entre sa présence et
l’existence d’un gîte non apparent. Il existe différents types
d’indices : géochimique, géomorphologique, minéralogique,
stratigraphique, structural.

*Occurrence minérale : signe visible et tangible d’une


minéralisation.

*Clarke : teneur moyenne d’un élément chimique dans


l’écorce terrestre.
22
*Background : (ou fond géochimique) : teneur moyenne
d’un élément chimique dans un matériau de l’écorce
terrestre.

*Teneur : concentration ou proportion d’un métal dans un


volume de roche. Peut être exprimée en :
 partie par million (ppm=g/T),
 partie par milliard (ppb),
 pourcentage (%)
3
 g/m .

23
*Teneur anomale (ou anomalie géochimique) : teneur plus
élevée ou moins élevée que le background.

*Zone anomale : zone géographique (géochimique) ou


structure (géophysique) définie par l’ensemble des teneurs
ou de valeurs géophysiques anomales. Généralement par
abus Anomalie comme dans la suite de ce cours.

*Prospect : zone d’intérêt qui, dans la mesure où elle


présente des indices intéressants pour la poursuite des
travaux, connaît des investissements importants.
24
*Minerai : ensemble rocheux plus ou complexe contenant
des minéraux ou des substances utiles, à des teneurs
économiques, qu’on peut les extraire dans l’immédiat ou
dans un proche avenir.
Notion d’ordre :
 chimique (nature et composition des minéraux) ;
 économique (valeur des minéraux utiles du minerai) ;
 temporel (varie dans le temps avec les coûts et les gains) ;
 spatial (est influencé par l’environnement).

*Stérile : ensemble rocheux qui peut contenir des substances


utiles, mais à des teneurs non exploitables.
25
*Gangue : ensemble rocheux dépourvu de la substance utile,
i.e. c’est la partie non intéressante du minerai.

*Concentration minérale : volume de roche dont la teneur


en une substance utile donnée, est supérieure à la teneur de
cet élément dans les roches encaissantes situées à l’extérieur
du volume.

*Gîte : concentration minérale d’une (ou plusieurs)


substance(s) utile(s) en quantité suffisante et à teneur
appréciable. (Pas d’ordre économique)
26
*Gisement : « un gisement est une concentration locale
exceptionnelle de substances qui sont ailleurs diffuses dans
l’écorce terrestre à faible teneur, et que l’on peut extraire
avec profit dans l’immédiat ou dans un futur proche.»
(E. RAGUIN –1961)

Concentration minérale dont l’exploitation, dans les


conditions économiques du moment ou prévisibles à moyen
terme, dégage un profit.

Remarque : un gisement est d’abord un gîte ; mais un gîte


n’est pas forcément un gisement.
27
*Ressources : terme exprimant le tonnage d’un gîte.
*Réserves : terme exprimant le tonnage d’un gisement.
Les réserves peuvent être qualifiées de possibles, de
probables et de prouvées ou certifiées.
Remarque : Réserves inclues dans ressources.

*Concentré : Produit semi – fini issu de l’unité de traitement,


qui contient outre la substance utile recherchée, d’autres
substances sous forme d’impuretés.
Destiné à l’affinage dans les fonderies (hauts fourneaux),
généralement sous forme de lingot.
28
IV. OBJETS ET METHODES

1. But
Déterminer la forme, les dimensions, la quantité et la teneur
de gisement qu’elle aura localisée.
Besoin d’une cible concrète : le couple tonnage – teneur.

Une première approximation fournie par la règle du pouce


(substances métallifères).

29
V : Valeur unitaire du point métal ou point carreau – mine
Tm : Teneur moyenne du minerai en point
R : tonnage de minerai en tonnes
C : coefficient dépendant de l’environnement ; influencé par
les différents coûts (main d’œuvre, énergie, infrastructures
routières,…)

Exercice 2 : Dans les conditions Europe, C = 3333. Pour V


= 15$/pt, trouvez à chacune des teneurs ci – dessous le
tonnage et la quantité métal ayant toute chance de
tm (%)
correspondre Rà (MT) Qté métal (T)
des gisements.
30
tm R Qm

10

05

02

Constat :

31
Remarques
 Règle valable tant qu’on n’a pas de connaissances
suffisantes pour la future mine ;

 Objectif de la recherche : trouver des concentrations


minérales de teneur moyenne voisine de la teneur de
coupure des mines en activité dans un environnement
semblable.

 Objectif traductible en termes de quantité de métal.


Exemple : recherche d’un gisement de 2 millions d’onces.
32
2. Méthodes

 Prospection au marteau : avoir le fond géologique nécessaire


à la compréhension des résultats des différentes méthodes ;

 Prospection des alluvions et des éluvions : localiser des gites


secondaires de minéraux très denses dits lourds exploitables
généralement par les méthodes semi-industrielles ;

 Prospection géochimique : localiser des anomalies de


concentrations métallifères par le dosage de métaux contenus
dans des prélèvements de matériaux de l’ET ;
33
 Prospection par tranchées : étudier la continuité d’un indice
de surface en subsurface – à faible profondeur ;

 Prospection géophysique : identifier des structures


géologiques par la mesure d’un paramètre physique ;

 Prospection par sondages : étudier la continuité d’un indice


en profondeur, délimiter le corps minéralisé, le prélever pour
les tests métallurgiques.

34

Vous aimerez peut-être aussi