Vous êtes sur la page 1sur 20

Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

1- Introduction

L'eau est une substance chimique constituée de molécules H2O, ce composé est très
stable et néanmoins très réactif, considérée comme une ressource essentielle pour les
êtres humains, nécessaire de nos
Activités quotidiennes.
A nos jours, utilisation général d’eau subir des usages industrielles, agricoles

En effet cette utilisation d’eau, chaque jour il reçoit des beaucoup polluants d’origine
qui altère son état première avec le temps l’eau se raréfie puis la dégradation son qualité
Précédemment ce dernier il est responsable de beaucoup maladies alimentaire causé par
la consommation des produits agricoles, le travail nécessaire ici c’est la soumission
cette eau au niveau des stations d’épuration d’eau pour :
 Diminuer le maximum possibles ces polluants (qu’il peut présentes des
caractères microscopique)
 Assurer la sécurité des produits agricoles

 Purifier l'eau soit pour réutiliser ou recycler les eaux usées dans le milieu
naturel

2-Nature et origine des eaux usées


2-1- Définition des eaux usées
Les eaux usées contiennent des matières minérales et organiques dans les trois phases :
solides, liquides et gazeuses, et dans les trois états de dispersion : débris grossiers,
suspension (émulsion), colloïdes et molécules dissoutes dissociées ou non. Les eaux
usées véhiculent aussi les microorganismes pathogènes ou saprophytes et virus

Une eau usée, il appelle eau résiduaire c'est-à-dire une eau qui subir détérioration après
usage, la pollution de cette substance il est défini comme « Tout changement
défavorable des caractéristiques naturelles (biologiques ou physicochimiques) dont les
causes sont directement ou indirectement en relation avec les activités humaines soit
domestiques agricole urbaines industrielle »

En effet, La composition des eaux usées Elles peuvent contenir de nombreuses


substances, sous forme solide ou dissoute, ainsi des nombreux caractères
microscopiques (mos) En fonction de leurs caractéristiques physiques, chimiques,
biologiques et du danger sanitaire, ces substances peuvent être classées en quatre
groupes :  Les microorganismes

 Les matières en suspension

 Les éléments traces minéraux ou organiques

6
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

 Les substances nutritives

Le travail nécessaire ici il faut intervenir l’épuration des eaux résiduaires pour des beaucoup raison :
économique, sanitaire, législatives, environnementales

Pour cette raison l’homme a créé des procédés d’épuration pour atteindre le but essentiel ce qui est
représenté dans: :

- l’élimination des matières organique en solution et sous formes colloïdes

- la réduction ou l’élimination des charges microbiennes et en particulier les micros


organismes pathogène

2-2-Origines des eaux usées qui présent en station d’épuration


Globalement en trois origines :

2-2-1- les eaux de rejet domestiques 


Les eaux usées d’origine domestique sont issues de l’utilisation de l’eau lorsque les habitations sont
en zone d’assainissement collectif

Présent dans les égouts, défini comme un facteur essentiel de la pollution ils peuvent provenir de
quatre origines possibles :

A/- Eaux de cuisine 


Contiennent des matières minérales en suspension provenant du lavage des légumes, des substances
alimentaires à base de matière organiques, (glucides, lipides protides), et des produits détergents
utilisés pour le lavage de la vaisselle et ayant pour effet la solubilisation des graisses

B/- Eaux de buanderie 


Les eaux de lavage des locaux, contenant principalement des détergents et des savons plus ou moins
émulsionnés avec des graisses

C/- Eaux de vannes 


Proviennent des sanitaires (WC), très riches en matières hydrocarbonées, en azote et en phosphore.
Ces eaux représentent un substrat adapté aux procédés de traitements biologiques, mais peuvent
contenir des éléments pathogènes (bactéries, virus et parasites divers)

7
Partie I Chapitre I: Généralités sur l’épuration et des eaux usées

D/- Eaux de salles de bains 


Elles sont chargées en produits utilisés pour l’hygiène corporelle, généralement des matières
grasses hydrocarbonées

2-2-2-les eaux de rejet industrielles


Résultant d’une utilisation de l’eau autre que domestique sont qualifiés de rejets industriels.
Cette définition concerne les rejets des usines, mais aussi les rejets d’activités artisanales ou
commerciales : blanchisserie, restaurant, laboratoire d’analyses médicales, etc.

Les rejets industriels peuvent donc suivre trois voies d’assainissement :


 Soit ils sont directement rejetés dans le réseau domestique.
 Soit ils sont prétraités puis rejetés dans le réseau domestique.

Soit ils sont entièrement traités sur place et rejetés dans le milieu naturel. Ce dernier
cas ne nous intéresse pas dans le cadre de la réutilisation des eaux usées épurées

2-2-3-Les eaux usées pluviales ou ruissellement


Ce sont des eaux de ruissellement qui se forment après une précipitation. Elles peuvent être
particulièrement polluées surtout en début de pluie par deux mécanismes :
Le lessivage des sols et des surfaces imperméabilisées. Les déchets solides ou
liquides déposés sur ces surfaces sont entrainées dans le réseau d’assainissement par les
premières précipitations qui se produisent.
La remise en suspension des dépôts des collecteurs par temps sec, l’écoulement
des eaux usées dans les collecteurs des réseaux est lent ce qui favorise le dépôt de matières
décantables lors d’une précipitation, le flux d’eau plus important permet la remise en
suspension de ces dépôts

2-2-4- Les eaux de drainage


C’est l’eau de lessivage récupérée après irrigation grâce à un système de drainage. Les
pollutions dues aux activités agricoles sont de plusieurs natures :
 Apport aux eaux de surface, de nitrates et de phosphates utilisés comme engrais, par
suite de lessivage de terres perméables. Ces composés minéraux favorisent la prolifération
des algues 
 Phénomène d’eutrophisation qui en abaissant la teneur en oxygène des eaux courantes
compromet la vie des poissons et des animaux aquatiques 

8
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

Apports des pesticides chlorés ou phosphorés, des désherbants et des insecticides.


En région viticole, apports du sulfates de cuivre, de composés arsenicaux destinés à la
protection des vignes

3-Composition des eaux usées 


Les eaux usées urbaines proviennent essentiellement des activités domestiques et industrielles
ainsi que des eaux souterraines et des précipitations. Les eaux domestiques proviennent des
activités humaines quotidiennes

Les eaux usées urbaines contiennent des matières solides, des substances dissoutes et des
microorganismes. Ces derniers sont la cause des principales restrictions imposées à la réutilisation des
eaux usées. En effet, la règlementation distingue des niveaux de qualité pour les eaux usées épurées,
déterminés essentiellement par les taux de concentration en microorganismes. Il est donc indispensable
de connaitre la composition des eaux usées afin de définir les domaines de réutilisation possibles et le
niveau de restriction

3-1 Microorganismes 
Les eaux usées contiennent tous les microorganismes excrétés avec les matières fécales. Cette
flore entérique normale est accompagnée d'organismes pathogènes. L'ensemble de ces
organismes peut être classé en quatre grands groupes :

3-1-1 Les bactéries 

Des mos les plus communément rencontrés dans les eaux usées, Les eaux usées urbaines
contiennent environ 106 à 107 bactéries/100 mL dont la plupart sont des proteus et
entérobactéries, 103 à 104 streptocoques et 102 à 103 clostridiums

3-1-2 Les virus 

Sont des parasites intracellulaires qui ne peuvent se multiplier que dans une cellule hôte. On
estime leur concentration dans les eaux usées urbaines entre 103 et 104 ( les rotavirus, les
retrovirus, les adénovirus et le virus de l'Hépatite A )

3-1-3 Les protozoaires 

Plusieurs protozoaires pathogènes ont été identifiés dans les eaux usées « Entamoeba
histolytica, Giardia lamblia et Cryptosporidium parvum »

3-1-4 Les helminthes

Les helminthes sont des parasites intestinaux, fréquemment rencontrés dans les eaux
résiduaires. Dans les eaux usées urbaines, le nombre d'œufs d'helminthes peut être évalué
entre 10 et 103 germes L-1.

9
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

4-Choix du type de station d'épuration 


Le choix du site d'implantation d'une station d'épuration étant prise, il convient

Après d'en choisir le type. De nombreux critères de choix peuvent intervenir

 La nature des eaux usées: il est important de bien connaître les caractéristiques des eaux
à traiter, et identifier les rejets urbaines susceptibles d'être présents dans les rejets d'une ville

 La qualité d'eau à obtenir assure une qualité d'eau en aval qui répond aux normes des
rejets dans le milieu naturel.

Le traitement des eaux usées donne un effluent qui n’altère pas l’état du milieu récepteur dans
une mesure incompatible avec les exigences de l’hygiène publique ce qui fait il ne doit pas
porter atteinte aux intérêts et activités telles que l’alimentation en eau « des hommes, des
animaux et des plantes »

Une eau épurée doit répondre à certains critères fondamentaux s’assurera en outre que :

 Température de l’eau ne doit pas passer 30°C

 Sa couleur ne doit pas provoquer une coloration visible dans le milieu récepteur

 PH doit être de la neutralité

5-Les différentes étapes d’épuration des eaux 


La station d’épuration des eaux comporte une procédure des chaines de traitement dépend des
degrés d’épuration jugée nécessaire comprend :

1/-Traitement préliminaire (prétraitement)

2/-Traitement primaire

3/-Traitement secondaire

10
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

Des nombreuses stations d’épuration cumulent aujourd’hui les traitements : préliminaire, primaires et
secondaires

Certaines stations il est capable de faire des traitements avancés, en effet jusqu’à la fin de traitement
secondaire il reste dans l’eau des solvants que

-Des bactéries pas absorbés (azote, phosphore,….)

- Des éléments ne sont de manières pas aptes à traiter (œstrogènes)

Figure2 :Schéma illustrant des différentes étapes d’épuration des eaux usées


( https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89puration_des_eaux)

5-1 Traitement préliminaire (prétraitement)


En arrivation des eaux brutes en station d’épuration, ce dernier subissent dans un certain
d’opération :

mécanique ou physique destinées à extraire le maximum d’éléments dont la nature et la


dimension constitueraient une gêne pour un traitement ultérieur.
Ces opérations sont :

* le dégrillage
* le tamisage
* le dessablage
* le déshuilage et dégraissage

11
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

Figure 3: Schéma d’un traitement préliminaire d’une station d’épuration

A/-Le dégrillage

Est destiné à piéger les matières plus ou moins volumineuses et les déchets de toutes sortes
Contenus dans le chenal d'admission d'un ouvrage hydraulique ou au stade de prétraitement
D’eaux usées domestiques, agricoles ou industrielles

Figure 4: Grilles mécaniques

B/-Le tamisage

Est le passage d'un produit solide ou d'une suspension au tamis pour réaliser la séparation
et éventuellement l'analyse granulométrique de certains éléments

12

Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées


C/- Dégrillage

Le dégrillage assure la séparation des éléments grossiers en fonction de l’espacement entre les
barreaux, afin de prévenir les risques de colmatage des équipements. Selon la taille de la
collectivité

L’efficacité d’un dégrillage est essentiellement dépendante de l’espace interbarreaux, donc


selon cette espace on peut distinguer trois types de dégrillages

Le choix du type des dégrillages dans une station d'épuration est se faire en fonction de
deux paramètres :

 La charge de l'eau usée à traiter en déchets à éliminer ;


 Le débit de l'effluent à traiter.

E/-Dessablage

C'est une technique qui consiste à faire circuler l'eau dans une chambre (bassin) de
tranquillisation avec une vitesse constante de 0,3 m/s

Le dessabler a pour des but de :


 Eliminer les sables de l'effluent brut afin d'éviter les dépôts dans les
canalisations induisant leur bouchage.
 Protéger les pompes et autres organes mécaniques contre l'abrasion.
 Eviter de perturber les autres stades de traitement en particulier le réacteur
biologique.
 Réduire la production des boues.

13
Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

F/-Traitement Biologique

Le traitement biologique est de type boues activées à faible charge ou aération prolongée. Le
Bassin prévu est composé de deux

Le bassin biologique a été conçu en deux zones :

 Zone de contact qui représente le 20 % de la totalité du bassin biologique.

• Zone d’aération Cette aération nécessaire est assurée en surface par des turbines

Les paramètres de calcul de ces turbines a été adopter une capacité d’aération de 2,0
KgO2/Kw absorbé et une puissance de brassage supérieure à 30w/m3 . – Zone de Dégazage
La zone de dégazage a été conçue pour un temps de séjour de 20 minutes. Ainsi le volume la

zone de contact adopté est de 240 m3


Partie I Chapitre I : Généralités sur l’épuration et des eaux usées

Figure 05: Bassins d’aération


Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

Figure 10: Bassins d’aération

Figure 11: Bassin biologique (bassin d'aération) de la STEP de El Bayadh.

Les paramètres de fonctionnement du traitement d’aération prolongée sont définis dans le


tableau 5.

22
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

Tableau 5: Caractéristiques du bassin biologique

Volume du bassin biologique adopté V 22,912 m3


3
Concentration MVS M 4,0 kg/m

Charge massique Cm 0,074 KgDBO5/KgMVS.jour


3 2
Charge volumétrique des boues Cv 0,296 m /m /h
Temps de séjour à débit moyen journalier Tr 27,917 Heures
Age des boues âge des boues E 14,74 Jours
Production des boues en excès P 6,215,8 kg/jour

II.4.6 Clarificateurs

Il est envisagé deux (2) clarificateurs circulaires (figure 12), dont un diamètre unitaire
de 33,0 m et une hauteur chacun de 4,0 m en périphérie. Les paramètres de fonctionnement
les plus importants des clarificateurs sont regroupés dans le tableau 6.

Tableau 6: Caractéristiques du clarificateur

Typologie Pont racleur radial


Diamètre (m) 33,0
Hauteur au niveau périphérie (m) 4,0
3
Volume unitaire (m ) 3,892
Vitesse ascensionnelle Q moy (m/s) 0,56
Vitesse ascensionnelle Q pointe (m/s) 0,88
2
Charge superficielle massique Q moy (KgMS/m h) 1,92
2
Charge superficielle massique Q pointe (KgMS/m h) 3,20
Temps de séjour Q pointe (h) 5,68

23
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

L’eau clarifiée découle dans un canal périmètre qui permet véhiculer l’eau traitée vers
le bassin de chloration.
L’évacuation des boues est effectuée au fond du clarificateur au moyen d’une fosse de
collecte qui permet véhiculer les boues vers le coffret de pompage pour permet la
recirculation des boues et l’évacuation des boues en excès vers l’épaississeur.
Chaque clarificateur est équipé d’un racleur de surface qui récupère les flottants. Ces
derniers sont évacués de manière gravitaire vers la fosse de pompage des flottants pour être
refoulés en tête du bassin biologique pour leur traitement.

Figure 12: Deux clarificateurs de la STEP d’ El Bayadh.

II.4.7 Comptage des eaux de sortie

Le comptage des eaux traitées est assuré par un canal venturi équipé d’une mesure de
hauteur en continue par ultrasons en amont du bassin de désinfection. Cet ouvrage est défini
3
pour le débit de pointe admis sur le biologique (Qp = 1.367,0 m /h). Son calage altimétrique
permet d’éviter toutes perturbations hydrauliques dues à l’hydraulique des canalisations aval.

II.4.8 Bassin de chloration

La désinfection consiste à réduire les germes pathogènes des effluents. Elle est
effectuée par un agent oxydant (hypochlorite de sodium) qui a une action destructrice directe
sur les germes.

24
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

Le bassin de désinfection prévu est du type labyrinthe (figure 13) dont le volume est
3
de 480 m , il est composé par dix (10) canaux de huit (8) mètres de longueur et deux (2)
mètres de larguer. Ce volume permet un temps de séjour de 20 minutes à débit de pointe de
temps sec. Le temps adopté est suffisante pour garantir la désinfection des eaux.
Le dosage de l’hypochlorite estimé est de 10 mg/l afin d’assurer la désinfection. Ce
dosage effectué au moyen des pompes doseuses (2 + 1) dont une capacité unitaire de 50 L/h.
Le stockage du réactif est prévu dans deux (2) réservoirs en PRFV de 20.000 l chacun.
Ce volume permet une autonomie de stockage de 30 jours à débit moyen.

Figure 13: Bassin de désinfection de la STEP d’ El Bayadh.

25
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

II.5 Filière boues

 Recirculation des boues


Les boues accumulées au centre des décanteurs secondaires sont transférées vers une
fosse à boue. Ce poste est composé par un groupe pompage (3+1) dont une capacité
3
unitaire de 456m /h qui permet recalculer le débit de pointe de conception (Qp= 1.367
3
m /h) vers le bassin biologique afin de maintenir une concentration en MES constante. Le
débit de boues recerclé sera mesuré en continu par un débitmètre électromagnétique.

 Boues en excès
La boue excédante qui a été extraite du clarificateur est envoyé vers l’épaississeur au
3
moyen d’un groupe pompage (2+1) dont une capacité unitaire de 78m /h. La mesure du
débit est assurée par l’installation d’un débitmètre.

II.5.1 Epaississeur

Les boues extraites des clarificateurs sont stockées dans un épaississeur (figure 14)
circulaire hersée quinze (15) mètres de diamètre et trois mètres et vingt-cinq centimètres
(3,25) de hauteur droite. Les paramètres de fonctionnement de l’épaississeur sont regroupés
dans le tableau 7.
L'épaississeur a un rôle de bassin tampon et assure le tassement des boues dont
l'évacuation se fait par le fond après raclage, tandis que le liquide surnageant est renvoyé vers
la fosse des eaux de retours de la ligne de boues pour être retournées en tête du bassin
biologique.

26
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

Figure 14: Epaississeur de la STEP d’ El Bayadh.

Tableau 7: Caractéristiques de l’épaississeur

Typologie Hersé
Diamètre (m) 15
Hauteur au niveau périphérie (m) 3,25
3
Volume unitaire (m ) 598
Production journalier des boues (Kg MS/j) 6215,8
Concentration des boues de sortie (mg/l) 30
Vitesse ascensionnelle (m/s) 0,4
2
Charge superficielle massique (KgMS/m h) 35
Temps de séjour (h) 69

II.5.2 Déshydratation mécanique par filtres à bandes

Les boues épaissies seront extraites de l’ouvrage par des pompes volumétriques. Il est
prévu une pompe par machine à déshydrater est un secours installé (figure 15). Le
fonctionnement de ses pompes est déterminer pour un fonctionnement de la déshydratation de
6 jours / semaine à raison de 10 h par jours (y compris phases de mise en service, arrêt et
lavage des bandes).
Par un jeu de vanne, un des groupes de pompage pourra être utilisé pour l’alimentation
des lits de séchage secours.

27
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

Le système de pompage prévu est composé par 2+ 1 pompes à vis hélicoïdales de débit
3
unitaire 2-10 m / h et 6 mètres de HTM.
Concernant la déshydratation mécanique des boues, on a adopté une solution par des filtres
à bandes.
3
A partir de la quantité des boues à déshydrater (725,18 Kg MS H / 24,17 m /h) on a défini
les filtrés à bandes à installer. Ainsi, ces filtres doivent présenter une largeur de bande 2 m
pour permettre une capacité de déshydratation maximal de 200 KgMs/ml bande. Ces filtres
sont équipés d’un mélangeur de floculation à l'entrée.
La capacité de traitement permet d’obtenir une siccité des boues déshydratées de 20%
environ. Le lavage des bandes est prévu au moyen de 3 pompes, dont une de réserve.
3
La préparation de poly électrolyte est réalisée en utilisant 2 réservoirs de 4 m chacun
et des agitateurs de vitesse lente. Pour le dosage vers le mélangeur du filtre à bande il est
prévue 3 (2 + 1R) pompes à vis de dosage de poly électrolyte de débit unitaire 150-1.500 l / h
/ Ud. La quantité de dosage de polyélectrolyte moyenne estimée est de 3,0 kg réactif/Tn Ms
en tant que la maximale est de 5,0 kg réactif/Tn.
Il est prévu également une zone de stockage des sacs de polymères poudre à l’abri
déroutes projection d’eau, pouvant contenir la consommation de 3 mois de réactif Les égouts
procédant du lavage des filtres et de la déshydratation des boues dans les filtres à bandes sont
renvoyés vers la fosse des eaux de retours de la ligne de boues pour être retournées en tête du
bassin biologique.

Figure 15: Déshydratation des boues de la STEP d’ El Bayadh par le filtre à bandes presseuse.

28
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

II.5.3 Déshydratation sur lits de séchage (Système de sécurité)

Le système de sécurité pour la déshydratation des boues en cas d’arrêt des filtres à
bandes est une série des lits de séchage. Ces lits sont des structures avec une grande surface
pour pouvoir étendre les boues pour les déshydrater par évaporation.
Le principe des lits de séchage consiste à répartir les boues à déshydrater sur une
surface drainante à travers laquelle s’écoule l’eau interstitielle, tenant compte aussi du
phénomène d’évaporation naturelle. La surface prévue pour la réalisation des lits est de
2
2.800m , dont un nombre total des lits de sept (7), afin de permettre une capacité de sécurité
d’une semaine.
Après séchage, les boues sont évacuées manuellement et stockés dans une zone prévue
à cet effet avant leur évacuation ou réutilisation. Dans des conditions climatiques favorables,
les lits de séchage permettent d’obtenir des siccités importantes, de l’ordre de 30 à 60%.

Figure 16 : Système de sécurité Figure 17: Lits de séchages de la STEP

29
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

II.5.4 Stockage et évacuation des boues déshydratées

Les boues déshydratées sont recueillies vers une bande transporteuse qui décharge sur
une pompe à vis hélicoïdale qui refoulera la boue en tête d’un silo de stockage des boues.
Cette pompe est équipée d’un capteur de surpressions, un capteur de température et un
dispositif d’entrée d'eau et air et pour le nettoyage et le désengorgement.
3
Le système comporte deux silos de stockage pour les boues séchées de 50 m chacun
en permettant un temps de stockage des boues de plus de trois jours d’opération du système
de déshydratation.
La répartition vers les silos des boues est prévue à partir d’un système de commande
d’ouverture et fermeture des vannes en aval de l’entrée aux silos.

II.5.5 Pompage eaux retours filière boues

Il est prévu un chambre de pompage (figure 18) pour l'évacuation des flottants de
l’épaisseur et les égouts provenant des filtres à bandes. Ce groupe de pompage permet
retourner ces eaux en tête du bassin biologique pour leur traitement.
3
Le volume calculé des eaux de retours est de 112,43 m /h. Le groupe pompage adopté
3
est composé par un système de trois pompes (2+1) d’une capacité unitaire de 57 m /h.

Figure 18: Trois groupes d'électropompes destinées pour le pompage des boues
en excès et des boues de recyclage.

30
Partie I Chapitre II : Description des ouvrages de STEP d’El Bayadh

II.6 Conclusion

Ce chapitre nous a permis de donner une description détaillée de la station


d'épuration d'El Bayadh et les conditions de fonctionnement de cette dernière ainsi que des
différents procédés de traitement des eaux usées, à savoir les prétraitements, traitement
biologique et décantation. Nous avons également décrit le traitement des boues; l'épaississeur
et les lits de séchages.

31

Vous aimerez peut-être aussi