Vous êtes sur la page 1sur 263

© 2005 – Presses de l’Université du Québec

Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450
Sainte-Foy (Québec) G1V 2M2
Téléphone : (418) 657-4399 • Télécopieur : (418) 657-2096
Courriel : puq@puq.ca • Internet : www.puq.ca

Distribution :
CANADA et autres pays
Distribution de livres Univers s.e.n.c.
845, rue Marie-Victorin, Saint-Nicolas (Québec) G7A 3S8
Téléphone : (418) 831-7474 / 1-800-859-7474 • Télécopieur : (418) 831-4021

FRANCE SUISSE
Distribution du Nouveau Monde Servidis SA
30, rue Gay-Lussac, 75005 Paris, France 5, rue des Chaudronniers, CH-1211 Genève 3, Suisse
Téléphone : 33 1 43 54 49 02 Téléphone : 022 960 95 25
Télécopieur : 33 1 43 54 39 15 Télécopieur : 022 776 35 27

La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation
des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » –
s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant
la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels.
L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace
que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Collection ÉDUCATION-RECHERCHE

Sous la direction de
LOUISE LAFORTUNE
MARIE-FRANCE DANIEL
PIERRE-ANDRÉ DOUDIN
FRANCISCO PONS
OTTAVIA ALBANESE

2005
Presses de l’Université du Québec
Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bur. 450
Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 2M2

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Vedette principale au titre :

Pédagogie et psychologie des émotions : vers la compétence émotionnelle

Comprend des réf. bibliogr.

ISBN 2-7605-1360-2

1. Émotions et cognition. 2. Apprentissage, Psychologie de l’. 3. Psychopédagogie.


4. Émotions chez l’enfant. 5. Émotions chez l’adolescent. 6. Affectivité.
I. Lafortune, Louise, 1951- .

LB1073.P43 2005 370.15'34 C2005-940658-5

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada


par l’entremise du Programme d’aide au développement
de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.

La publication de cet ouvrage a été rendue possible


avec l’aide financière de la Société de développement
des entreprises culturelles (SODEC).

Mise en pages : Infoscan Collette Québec


Couverture : Richard Hodgson

1 2 3 4 5 6 7 8 9 PUQ 2005 9 8 7 6 5 4 3 2 1
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 Presses de l’Université du Québec
Dépôt légal – 2e trimestre 2005
Bibliothèque nationale du Québec / Bibliothèque nationale du Canada
Imprimé au Canada

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
L es développements récents de la recherche en éducation
ont permis de susciter diverses réflexions pédagogiques
et didactiques et de proposer plusieurs approches novatrices
reconnues. Les nouveaux courants de recherche donnent
lieu à un dynamisme et à une créativité dans le monde
de l’éducation qui font en sorte que les préoccupations ne
sont pas seulement orientées vers la recherche appliquée
et fondamentale, mais aussi vers l’élaboration de moyens
d’intervention pour le milieu scolaire.
Les Presses de l’Université du Québec, dans leur désir
de tenir compte de ces intérêts diversifiés autant du milieu
universitaire que du milieu scolaire, proposent deux nouvelles
collections qui visent à rejoindre autant les personnes qui
s’intéressent à la recherche (ÉDUCATION-RECHERCHE) que celles
qui développent des moyens d’intervention (É DUCATION -
INTERVENTION).
Ces collections sont dirigées par madame Louise Lafortune,
professeure au Département des sciences de l’éducation
de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui, forte d’une
grande expérience de publication et très active au sein des
groupes de recherche et dans les milieux scolaires, leur
apporte dynamisme et rigueur scientifique.
ÉDUCATION-RECHERCHE et ÉDUCATION-INTERVENTION s’adressent
aux personnes désireuses de mieux connaître les innovations
en éducation qui leur permettront de faire des choix éclairés
associés à la recherche et à la pédagogie.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons, O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
TABLE DES MATIÈRES

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Louise Lafortune, Marie-France Daniel, Pierre-André Doudin
Francisco Pons et Ottavia Albanese

Partie 1
Approche plutôt pédagogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Chapitre 1 Étude des représentations sociales


que se font les enfants de quatre émotions
de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Marie-France Daniel, Emmanuelle Auriac, Catherine Garnier,
Martine Quesnel et Michael Schleifer
1. La prévention primaire de la violence . . . . . . . . . . . . . . . 11
2. Cadre théorique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.1. Les représentations sociales (RS). . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2. Les émotions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3. L’approche philosophique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3. Méthode d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4. Des résultats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.1. Les RS que les enfants se font de quatre émotions
de base – Une catégorisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.2. La dynamique des RS que les enfants
se font de quatre émotions de base –
Avec et sans stimulation cognitive . . . . . . . . . . . . . 23
5. Discussion et conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
X Pédagogie et psychologie des émotions

Chapitre 2 Développement de la compétence


émotionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Louise Lafortune
1. Validation d’activités interactives-réflexives
en mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2. Concepts théoriques : émotions, métaémotion
et compétence émotionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.1. Émotions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.2. Métaémotion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.3. Compétence émotionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3. Implantation d’activités interactives-réflexives
et évaluation de cette implantation :
description et résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4. Liens avec la compétence émotionnelle. . . . . . . . . . . . . . 49
5. Perceptions des élèves à propos des croyances
de leurs parents à l’égard des mathématiques . . . . . . . . 50
6. Interprétation et discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Chapitre 3 Une réflexion portant sur les liens


entre émotions et pensée critique . . . . . . . . . . . . . 61
Louise Lafortune et Andrée Robertson
1. Le rôle des émotions dans l’expression
d’une pensée critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2. Le rôle de la pensée critique sur l’expression
des émotions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
3. Des actions pour favoriser l’intervention . . . . . . . . . . . . 69
3.1. Intervenir sur les émotions pour favoriser
le développement de la pensée critique. . . . . . . . . 69
3.2. Développer la pensée critique
par les émotions et la métacognition . . . . . . . . . . . 74
3.3. Développer la pensée critique
pour aider à la gestion des émotions . . . . . . . . . . . 76
Conclusion : discussion et perspectives . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Table des matières XI

Chapitre 4 Compétence émotionnelle


dans l’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Louise Lafortune, Lise St-Pierre et Daniel Martin
1. Réflexion menant à des choix théoriques . . . . . . . . . . . . 89
2. Compétence émotionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3. Autoanalyse de la prise en compte de la dimension
affective dans le cadre d’une formation
à l’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
3.1. Construction de la grille d’autoanalyse
de la prise en compte de la dimension
affective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
3.2. Explications des types d’interventions. . . . . . . . . . 97
4. Analyse de données recueillies auprès
de personnes accompagnatrices : Québec et Suisse . . . . 104
4.1. Situations d’accompagnement :
émotions et manifestations d’émotions . . . . . . . . . 104
4.2. Interventions de la personne
accompagnatrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
4.3. Préparation à la réalisation des situations
d’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
5. Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Chapitre 5 La formation des travailleurs sociaux


aux réalités interculturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Jo Ann Lévesque
1. Les travailleurs sociaux et les réalités
interculturelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
2. Le cours intitulé Réalités interethniques
et intervention sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
3. Un instrument d’analyse : le modèle
de développement du jugement réflexif . . . . . . . . . . . . . 124
4. Une méthodologie : l’approche
anthropopédagogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
5. Le modèle d’enseignement portant
sur le développement du jugement réflexif . . . . . . . . . . 127

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
XII Pédagogie et psychologie des émotions

6. Les conditions tirées des données concernant


chaque axe du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
7. La rédaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
8. Le modèle de développement du jugement
réflexif et la pédagogie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141

Partie 2
Approche plutôt psychologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Chapitre 6 Adolescence et conscience
des émotions positives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Ottavia Albanese et Ilaria Grazzani Gavazzi
1. Émotions et adolescence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
2. Le travail de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
2.1. Méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
2.2. Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Discussion et conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

Chapitre 7 Le sentiment de culpabilité comme outil


d’information (affect-as-information)
chez les adolescents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Francesco Mancini et Amelia Gangemi
1. Méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
2. Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Discussion et conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

Chapitre 8 La compréhension des émotions . . . . . . . . . . . . . . . 183


Francisco Pons, Pierre-André Doudin,
Paul L. Harris et Marc de Rosnay
1. La compréhension des émotions
et ses différentes composantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
1.1. Composantes externes (stade I). . . . . . . . . . . . . . . . 187
1.2. Composantes mentales (stade II) . . . . . . . . . . . . . . 188
1.3. Composantes réflexives (stade III) . . . . . . . . . . . . . 189

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Table des matières XIII

2. Origines de la compréhension des émotions . . . . . . . . . 190


2.1. Origine affective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
2.2. Origine intellectuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
2.3. Origines affectives ou intellectuelles ? . . . . . . . . . . 193
3. Méthodologie de la recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
3.1. Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
3.2. Procédure et score . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
4. Résultats de la recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
5. Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

Chapitre 9 Cognition des émotions


et psychopathologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
Maria Grazia Strepparava
1. L’histoire des émotions : de l’expérience vécue
à l’histoire racontée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
2. Le cadre de référence clinique :
le cognitivisme constructiviste ou relationnel . . . . . . . . 213
2.1. Les organisations de la personnalité. . . . . . . . . . . . 215
2.2. Les systèmes motivationnels
interpersonnels (SMI) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
2.3. Comment reconnaître les différentes
organisations de personnalité ? . . . . . . . . . . . . . . . . 217
3. Les émotions dans les troubles alimentaires
psychogènes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
4. Qu’en est-il des enfants aux prises
avec un trouble du comportement alimentaire ? . . . . . . 220
5. Aspects méthodologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
5.1. Critères d’analyse des réponses . . . . . . . . . . . . . . . 223
5.2. Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238

Notices biographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Introduction1
Louise Lafortune
Marie-France Daniel
Pierre-André Doudin
Francisco Pons
Ottavia Albanese

1. Nous remercions chaleureusement Pauline Provencher qui a


assumé un rôle de professionnelle de recherche pour l’arbitrage
des chapitres de ce livre. Nous avons apprécié sa rigueur, sa
discrétion et sa disponibilité.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Introduction 3

Bien que plusieurs ouvrages abordent la dimension émotionnelle de


l’apprentissage, peu ont associé des réflexions, des actions et des recherches
alliant pédagogie et psychologie. Il n’est pas toujours facile de départager
l’apport de ces deux approches dans les interactions en classe et dans
le cheminement individuel des élèves. Cette difficulté montre bien leur
complémentarité et l’intérêt de les étudier dans un même ouvrage. En effet,
l’expression, l’influence et la compréhension des émotions en cause dans
diverses situations d’apprentissage ou d’enseignement méritent d’être
examinées sous plusieurs angles, par exemple :
➢ les représentations sociales,
➢ les expériences plus ou moins positives,
➢ les liens avec le développement de la pensée critique,
➢ les réalités interculturelles,
➢ le rôle des parents dans le suivi scolaire,
➢ l’accompagnement des personnels scolaires,
➢ les difficultés d’intégration scolaire,
➢ les abus,
➢ les problèmes alimentaires.

Comme on peut le constater dans cette énumération, les angles


d’approche de la dimension émotionnelle de l’apprentissage sont très
divers. Ceux qui sont proposés dans cet ouvrage (pédagogiques ou psycho-
logiques) montrent que diverses approches peuvent être utilisées pour
comprendre ces processus émotionnels.
L’objectif général de l’ouvrage est de mieux cerner ce que sont les
émotions et la compétence émotionnelle en puisant l’inspiration dans
les domaines de la pédagogie et de la psychologie. La première partie de
l’ouvrage regroupe les chapitres liés davantage à la pédagogie et la seconde,
ceux qui se rattachent davantage à la psychologie.

PREMIÈRE PARTIE –
APPROCHE PLUTÔT PÉDAGOGIQUE
Dans le premier chapitre, Marie-France Daniel, Emmanuelle Auriac, Cathe-
rine Garnier, Martine Quesnel et Michael Schleifer présentent les résultats
d’une étude menée au Québec et en France, en lien avec les représentations
sociales que se font les enfants de quatre émotions de base. Les auteurs
tentent de répondre aux questions suivantes : Comment les enfants de cinq
et six ans se représentent-ils la joie ? la colère ? la peur ? la tristesse ? Sans

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
4 Pédagogie et psychologie des émotions

stimulation particulière, les représentations que se font les enfants de ces


émotions sont-elles stables entre l’âge de cinq et six ans ? Et avec stimulation
cognitive (c’est-à-dire avec utilisation de l’approche de Philosophie pour
enfants), comment évoluent ces représentations sociales durant l’année
scolaire ?
Dans le deuxième chapitre, Louise Lafortune s’intéresse au dévelop-
pement de la compétence émotionnelle, qu’elle situe dans une perspective
cognitive et qu’elle applique au contexte du suivi parental en mathéma-
tiques. L’auteure présente les résultats de trois étapes de recherche :
1) la validation d’activités interactives-réflexives en mathématique pour
assurer le suivi scolaire à la maison, 2) l’implantation de ces dernières et
son évaluation ; et 3) les résultats d’une étude exploratoire portant sur les
perceptions des élèves quant aux croyances de leurs parents à l’égard des
mathématiques.
Le troisième chapitre explore les relations possibles entre émotions et
pensée critique, ainsi que des pistes d’action visant à rejoindre les élèves.
Les auteures, Louise Lafortune et Andrée Robertson, réfléchissent sur des
questions telles que : Les émotions peuvent-elles entraver ou favoriser
l’expression d’une pensée critique ? Le développement d’une pensée
critique a-t-il une incidence sur la compréhension des émotions ? Existe-t-il
des interventions qui permettraient une meilleure gestion des émotions ?
Le développement d’habiletés liées à une pensée critique peut-il favoriser
une meilleure gestion des émotions ?
Au quatrième chapitre, Louise Lafortune, Lise St-Pierre et Daniel
Martin s’intéressent à l’influence de la dimension affective dans une
démarche d’accompagnement des enseignantes et enseignants inscrits
en formation continue. Les auteurs, associés à une recherche-formation-
intervention, examinent le rôle des émotions dans l’accompagnement
et le développement de la compétence émotionnelle chez les personnes
accompagnatrices.
Au cinquième chapitre, Jo Ann Lévesque propose un modèle d’en-
seignement appliqué aux étudiantes et étudiants universitaires inscrits en
travail social. Le modèle vise à développer chez ces derniers une meilleure
compréhension des réalités interculturelles et à contrer les a priori culturels
qui se manifestent parfois chez les personnes travaillant avec les nouveaux
arrivants. L’étude vérifie dans quelle mesure ce modèle d’enseignement,
lorsque les conditions d’application sont respectées, permet de contrer
l’affectivité non raisonnée, de favoriser des prises de conscience, de conduire
à une ouverture à la différence et de développer les compétences réflexives
chez les étudiantes et étudiants.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Introduction 5

DEUXIÈME PARTIE –
APPROCHE PLUTÔT PSYCHOLOGIQUE
Ottavia Albanese et Ilaria Grazzani, au chapitre six, rapportent les résultats
d’une recherche préliminaire portant sur la conscience des émotions et
la compétence émotionnelle chez les adolescentes et adolescents âgés de
16 à 18 ans. Il était demandé aux jeunes d’explorer leurs émotions en lien
avec des expériences positives, reconnues comme un aspect du bien-être
subjectif et comme un facteur de protection durant l’adolescence. L’étude a
notamment permis de relever des distinctions entre les garçons et les filles
quant aux types d’expériences que les deux groupes considèrent comme
positives.
Dans le chapitre sept, Francesco Mancini et Amelia Gangemi exami-
nent les effets cognitifs de l’activation du sentiment de culpabilité chez un
groupe d’adolescents et d’adolescentes. Les auteurs décrivent les résultats
d’une recherche expérimentale visant à étudier l’influence de la culpabi-
lité, suscité par le souvenir de sentiments de culpabilité antérieurs, sur
la perception du danger et sur les jugements relatifs aux performances
préventives.
Le chapitre huit, rédigé par Francisco Pons, Pierre-André Doudin,
Paul Harris et Marc de Rosnay, porte sur la compréhension des émotions
et sur les possibles relations entre les émotions, l’affect et l’intellect. Les
auteurs définissent d’abord le concept de compréhension des émotions. Ils
présentent ensuite les résultats d’une recherche visant à examiner l’impact
spécifique des abus (caractéristique affective) et des difficultés scolaires
(caractéristique intellectuelle) sur la compréhension des émotions chez les
adolescents et adolescentes.
Maria Grazia Strepparava, au chapitre neuf, explore la cognition des
émotions et la psychopathologie au regard des problèmes alimentaires des
enfants et des adolescents. Adoptant une approche clinique, l’auteure traite
des caractéristiques et du développement de la narration émotionnelle
chez des sujets qui souffrent d’un problème de comportement alimen-
taire, ainsi que du rôle de la dimension émotionnelle dans les relations
interpersonnelles.
La contribution d’auteurs et d’auteures de divers horizons géogra-
phiques – Québec, Danemark, France, Italie et Suisse – ajoute à la diver-
sité des perspectives adoptées. Cette variété de points de vue permet de
proposer une vision transversale de l’influence des émotions dans l’appren-
tissage en explorant des avenues comme la métaémotion et la compétence
émotionnelle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
P A R T I E

APPROCHE
PLUTÔT PÉDAGOGIQUE

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales
C H A P I T R E

que se font les enfants


1
de quatre émotions de base

Marie-France Daniel
Université de Montréal
marie-france.daniel@umontreal.ca
Emmanuelle Auriac
Institut universitaire de formation
des maîtres (IUFM) d’Auvergne
Emmapeyronnet@aol.com
Catherine Garnier
Université du Québec à Montréal
Garnier.Catherine@uqam.ca
Martine Quesnel
Université du Québec à Montréal
Quesnel.Martine@uqam.ca
Michael Schleifer
Université du Québec à Montréal
Schleifer.Michael@uqam.ca

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
10 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Dans la visée d’un projet de recherche, subventionné par le
Conseil de recherches en sciences humaines du Canada de 2001
à 2005 et axé sur la prévention « primaire » de la violence, un des
objectifs des auteurs consistait à étudier le processus par lequel
les enfants d’âge préscolaire modifient leur représentation de
certaines émotions de base. Les questions particulières qui ont été
traitées dans ce chapitre sont : a) Quelles sont les représentations
sociales que se font les enfants de 5 et 6 ans de quatre émotions de
base (la joie, la colère, la peur, la tristesse) ? b) Sans stimulation
particulière, les représentations sociales des enfants de cet âge
sont-elles stables ? c) Sous stimulation cognitive, comment se
manifeste le processus de modification des représentations chez
ces enfants ? L’étude menée était exploratoire ; l’outil principal
était une entrevue individuelle basée sur l’association de mots
auprès de 53 enfants. Les résultats préliminaires qui ont émergé
de l’analyse indiquent que les représentations sociales des enfants
se regroupent selon trois catégories : une non-représentation des
émotions, une représentation égocentrique des émotions et une
représentation socialisante des émotions. Il est également ressorti
de l’analyse des entrevues individuelles qu’à l’intérieur d’une
année scolaire, dans tous les groupes (expérimentaux et témoins),
les enfants ont modifié leurs représentations des émotions. Par
ailleurs, les modifications ont été plus significatives chez les
enfants issus des groupes expérimentaux et des changements
se sont davantage manifestés dans la troisième catégorie, soit la
représentation socialisante des émotions.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 11

Dans le cadre d’un projet de recherche subventionné par le Conseil de


recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada de 2001 à 2005, axé
sur la prévention primaire de la violence, un de nos objectifs consistait à
étudier le processus de modification des représentations sociales (RS) que
les enfants d’âge préscolaire se font de quatre émotions de base. Nous
relions la prévention de la violence et le travail sur l’affinement des RS en
nous appuyant sur des études qui associent la source interne de la violence
à des représentations biaisées que se fait un individu d’une situation.
Les trois questions auxquelles nous tentons de répondre dans ce
chapitre sont les suivantes : Quelles sont les représentations sociales que
se font les enfants de 5 et 6 ans de quatre émotions de base, nommément
la joie, la colère, la peur, la tristesse1 ? Sans stimulation particulière, les
représentations sociales que se font les enfants de ces émotions sont-elles
stables ? Avec stimulation cognitive, comment se manifeste le processus de
modification des représentations sociales des émotions chez ces enfants ?
Pour répondre à la troisième question, nous avons posé comme « postulat
méthodologique » que l’approche de Philosophie pour enfants, si elle était
pratiquée de façon régulière dans la classe durant une année scolaire, serait
un outil pertinent pour stimuler cognitivement les enfants et ainsi participer
à la modification des représentations qu’ils se font des émotions.
Dans les pages qui suivent, après avoir défini la problématique de
la prévention de la violence, nous introduisons un cadre théorique à trois
volets interreliés : les représentations sociales, les émotions et l’approche
philosophique. Enfin, nous présentons et discutons des résultats préli-
minaires d’une expérimentation en cours, menée auprès d’enfants du
préscolaire.

1. LA PRÉVENTION PRIMAIRE DE LA VIOLENCE


La violence est un phénomène de plus en plus décrié dans nos sociétés. Or,
pour Bergeret (1999), la violence existe en toute personne ; elle est innée,
naturelle, fondamentale. Dans des conditions positives, elle est souhai-
table en ce qu’elle représente un moteur de l’amour, de l’énergie et de la

1. Certains chercheurs comme Wallon (1925) nomment quatre émotions de base : joie,
peur, colère, tristesse. D’autres chercheurs (voir Frijda, 1993 ; 2003) y ajoutent quatre
autres émotions de base : fierté, culpabilité, dégoût, surprise. Dans le cadre de notre
projet de recherche, nous nous sommes attardés aux quatre émotions relevées par
Wallon.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
12 Pédagogie et psychologie des émotions

créativité ; elle est un outil pour assurer la survie de la personne. Ce n’est


que lorsque la violence n’est pas intégrée qu’elle peut donner naissance à
de l’agressivité et à des abus.
Dans le projet de recherche, nous ne nous préoccupons pas de la
violence fondamentale, mais de la violence non intégrée, celle qui engendre
des abus et des désordres. Selon le ministère de l’Éducation (1990), il s’agit
alors « de l’usage d’un pouvoir (physique, hiérarchique, psychologique,
moral ou social), de façon ouverte ou camouflée, spontanée ou délibérée,
motivée ou non, par un individu, un groupe ou une collectivité, via ses
comportements ou ses structures qui a pour effet de contraindre ou de
détruire, partiellement ou totalement, par des moyens physiques, psycholo-
giques, moraux ou sociaux, un objet (biens matériels, personnes, symboles)
afin d’assurer la réponse d’un besoin légitime ou de réagir à ce besoin non
comblé ». Ce type de violence peut et doit être combattu, voire prévenu.
Encore faut-il en connaître la source.
Les chercheurs ne s’entendent pas sur la source interne de la violence.
Certains établissent un lien entre un acte violent et une rupture de la pensée
(Damasio, 1994 ; Malherbe, 2000 ; Wallon, 1925). D’autres relient la violence
à la qualité des RS que se fait un individu d’une situation ou, plus exacte-
ment, aux limites de ces représentations, car lorsqu’elles sont faussées elles
risquent de biaiser le jugement au regard de cette situation et d’engendrer
un acte violent (Libersan, 2003 ; Jodelet, 1993). Pour d’autres encore, ce
sont les émotions qui influencent les perceptions (Dantzer, 1988) ; aussi, la
violence est souvent reliée à des émotions mal gérées (Doudin et Erkohen-
Marküs, 2000). Nous estimons pertinent de vérifier si les « RS des émotions »
des enfants ont un impact sur le caractère coopératif ou agressif de leur
comportement. Notre projet se situe dans une perspective préventive.
La prévention de la violence s’inscrit à trois niveaux : primaire,
secondaire et tertiaire. Notre projet de recherche est axé sur la prévention
« primaire », c’est-à-dire celle qui s’adresse à une population saine et qui
vise à anticiper les actes de violence. L’école peut jouer un rôle fondamental
dans la prévention primaire de la violence. Et, de fait, plusieurs appro-
ches préventives cohabitent dans les écoles. Toutefois, la plupart de ces
approches mettent l’accent sur l’acquisition d’habiletés prosociales chez
les enfants d’âge scolaire (à partir de 6 et 7 ans). En revanche, notre travail
s’adresse à des enfants du préscolaire (5 à 6 ans) et il vise le développement
global de ces enfants en passant par leur développement cognitif.
D’aucuns estiment qu’il ne convient pas de s’investir dans un travail
cognitif avec des jeunes enfants. Cependant, mentionnons les actions
menées en accord avec la Convention sur les droits de l’enfant, ratifiée en
1989 par l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui recommande le

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 13

droit à la parole et à la pensée autonome et critique des enfants (voir les


articles 5, 13, 14, 15 et 16). Signalons également que des études démontrent
que des jeunes enfants sont capables de réfléchir sur leurs émotions pour
en comprendre les causes et les conséquences (Pons, Harris et de Rosnay,
2003 ; Pons, Lawson, Harris et de Rosnay, 2003) et que cette réflexion peut
avoir une incidence sur la qualité de leurs interactions sociales (Villanueva,
Clemente et Garcia, 2000). Mentionnons enfin des travaux qui montrent
que les RS servent à réguler les conduites par rapport aux normes sociales
à l’intérieur desquelles l’individu agit et que la modification des représen-
tations sociales d’un individu influence son jugement et ses façons de se
comporter (Duveen, 1999 ; Garnier, 1999).
En résumé, notre projet de recherche se situe dans une perspective de
prévention primaire de la violence. De façon complémentaire à ce qui se
fait déjà dans les écoles, nous avons convenu de travailler avec les enfants
du préscolaire. D’une part, des études démontrent que les comportements
violents apparaissent très tôt chez les enfants (Dodson, 1972 ; Dumas, 2000).
D’autre part, une recension des écrits indique que ces derniers sont capa-
bles de comprendre leurs émotions et d’y réfléchir en termes de relations
causales. L’un des objectifs de la recherche consistait à décrire les repré-
sentations sociales que les enfants de 5 et 6 ans se font des émotions et à
comprendre comment ces RS évoluent au cours d’une année scolaire. À cet
effet, rappelons que les questions traitées dans ce chapitre sont : 1) Quelles
sont les représentations sociales que se font les enfants de 5 et 6 ans de
quatre émotions de base, nommément la joie, la colère, la peur et la tristesse ?
2) Avec stimulation particulière, les représentations sociales que se font les
enfants de ces émotions sont-elles stables ? 3) Sous stimulation cognitive,
comment se manifeste le processus de modification des représentations
sociales des émotions chez ces enfants ?

2. CADRE THÉORIQUE
Afin de mieux saisir ce que nous entendons par les « représentations sociales
des émotions », dans les pages suivantes nous introduirons d’abord le
volet « représentations sociales » puis le volet « émotions », avant de nous
intéresser à l’approche philosophique.

2.1. LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES (RS)


À la fin du xixe siècle, Durkheim introduit la notion de représentations
collectives comme objets scientifiques légitimes. À sa suite, des historiens
des mentalités ont fait surface : Ariès étudie la famille et l’enfant ; Vovelle
se penche sur la mort ; Foucault sur la folie et la sexualité ; Élias sur les

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
14 Pédagogie et psychologie des émotions

mœurs et l’hygiène ; Vigarello sur le propre et le sale, etc. Piaget également,


dans ses études épistémologiques, a été conduit à poser le problème des
représentations, notamment du jugement moral, chez l’enfant, lorsqu’il
s’est penché sur la modification des idées que ces derniers se faisaient à
propos des notions de discipline, de règle, de respect, de coopération, etc.
(voir Mannoni, 1998). En psychologie sociale, la notion de représentation
sociale a été introduite par Moscovici (1961). C’est lui qui fournit au concept
sa définition scientifique et qui décrit une méthode d’analyse propre à
l’appréhender.
Le fondement théorique de la représentation sociale (RS) est cons-
tructiviste et il postule l’absence de rupture entre le monde et l’individu,
entre l’intérieur et l’extérieur d’un individu ou d’un groupe. En d’autres
termes, il suppose que la réalité objective n’existe pas, mais qu’elle est
toujours représentée, c’est-à-dire appropriée par un individu ou un groupe,
reconstruite dans son univers symbolique et intégrée dans son système de
valeurs (Doise, 1992). La RS est alors à la fois « le produit et le processus
d’une activité mentale par laquelle un individu ou un groupe reconstitue
le réel auquel il est confronté et lui attribue une signification spécifique »
(Abric, 1994, p. 13).
Des théoriciens précisent que le fondement de la RS est nécessairement
socioconstructiviste, puisque la RS est déterminée par le système social dans
lequel l’individu évolue et par la nature des liens que celui-ci entretient
avec ce système. Dans cette optique, la représentation est une forme de
connaissance socialement élaborée et partagée qui concourt à la construction
d’une réalité commune (Jodelet, 1989). Elle correspond aux opinions, aux
croyances et aux attitudes liées à un objet ou une situation.
En tant que vision du monde développée par les acteurs sociaux, les
RS fonctionnent comme un système organisé et hiérarchisé d’interprétation
des données sociales. Elles permettent aux individus de décoder les attentes
et les anticipations des autres membres et elles sont en interdépendance par
rapport aux actions des uns et des autres (Abric, 1994). La RS et la pratique
sociale sont corrélatives et coconstitutives. En effet, la représentation guide
et détermine la pratique, et la pratique crée ou transforme la représentation.
Autrement dit, les RS servent à interpréter les situations et à justifier les
conduites par rapport aux normes sociales qui influencent les individus
(voir notamment Doise, 1969). Les RS ont donc une fonction d’identification
et une autre d’orientation.
Bref, les représentations sont une construction individuelle et spon-
tanée de la réalité qui évolue dans un contexte social. Elles ont une fonction
d’identification d’un individu à son groupe de référence et une fonction

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 15

d’orientation au regard des attentes et des conduites à adopter. Quant à


leur étude, elle permet la saisie et la compréhension de la réalité ainsi que
l’explication de cette réalité (fonction de savoir ; Abric, 1994).
Dans le contexte particulier de notre étude, nous nous sommes
d’abord théoriquement assurés que les émotions constituent un objet de
représentation. À la différence de Doise, Moliner (1993) soutient que tout
objet n’est pas issu des RS puisque, si tel était le cas, cela signifierait que
la RS constitue notre seul moyen d’interprétation du monde. Selon lui,
« il y aura élaboration représentationnelle quand, pour des raisons struc-
turelles ou conjecturelles, un groupe d’individus est confronté à un objet
polymorphe dont la maîtrise constitue un enjeu en termes d’identité ou
de cohésion sociale. Quand, en outre, la maîtrise de cet objet constitue un
enjeu pour d’autres acteurs sociaux interagissant avec le groupe. Quand
enfin le groupe n’est pas soumis à une instance de régulation et de contrôle
définissant un système orthodoxe » (p. 13). Les critères molinériens concer-
nent donc, d’une part, le caractère polymorphe d’un objet (significations
et formes variées) et, d’autre part, la valeur d’enjeu (impact sur l’individu
et sur le social).
Dans le cas de notre étude, les émotions sont une production humaine
(par opposition, par exemple, à des pratiques sociales ou à des objets physi-
ques), qui suppose effectivement un enjeu, lequel est de deux ordres : indi-
viduel et social. Les enjeux individuels se situent notamment sur les plans
cognitif et affectif en ce sens qu’affiner les représentations sociales qu’un
enfant se fait des émotions apporte à celui-ci une meilleure compréhension
des tenants et aboutissants des actions (les siennes et celles des pairs) et, par
conséquent, une meilleure compréhension du monde ainsi qu’un meilleur
contrôle sur sa vie. Les enjeux sont également sociaux, puisque l’affinement
des RS que se font les enfants des émotions est susceptible d’avoir une inci-
dence sur leurs comportements prosociaux coopératifs ou agressifs et sur
le climat de la classe. Dans cette optique, Jodelet (1989) soutient que toute
représentation « s’inscrit dans des cadres de pensées préexistants tout en
engageant une morale sociale » (p. 34).
Quant au caractère polymorphe des RS, mentionnons la complexité
des émotions au regard des manifestations et des significations qu’elles
sous-tendent. Par exemple, la joie peut être représentée par des rires, des
sauts, des rougeurs, des larmes… ; la peur peut être considérée comme un
signe de féminité chez les femmes (positif) ou encore un signe de faiblesse
chez les chefs (négatif)… Mais qu’en est-il des émotions elles-mêmes ?

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
16 Pédagogie et psychologie des émotions

2.2. LES ÉMOTIONS


Un bref survol historique rappelle l’absence de consensus entre les théori-
ciens pour définir l’émotion. Il y a eu d’abord les théories périphériques de
James, de Lange et de Cannon (fin xixe siècle), qui reliaient essentiellement
des états émotionnels et des perceptions corporelles. Ensuite, Schachter et
Singer (milieu xxe siècle) ont proposé une théorie cognitivo-psychologique
des émotions. Cette théorie se situe à l’intersection des théories physiolo-
giques et cognitives de l’émotion, en ce qu’elle inclut les manifestations
physiologiques et l’interprétation cognitive de celles-ci. Puis les théories
cognitives apparaissent avec Arnold (mi-xxe siècle), qui soutient que le
cerveau n’est pas le lieu de simples réflexes, mais qu’il est très actif dans le
décodage des stimulus émotionnels. Il fait appel au concept de mémoire des
expériences émotionnelles antérieures et à l’estimation des conséquences
possibles. Ensuite, la théorie relationnelle des émotions apparaît dès les
années 1970 avec Lazarus qui introduit l’interaction de l’individu avec son
environnement, déterminante de l’émotion. Cette dernière serait influencée
par les normes, les règles et les caractéristiques sociales de l’environnement,
bien que le processus fondamental à l’origine de la détermination de l’émo-
tion soit un traitement cognitif interne. Il en va de même pour Averill (1980),
qui conçoit les émotions comme des constructions sociales gérées par des
règles sociales et des attentes comportementales, lesquelles influencent à
leur tour l’expérience émotive de l’individu.
Des psychologues s’accordent pour soutenir que, quel que soit le type
de situation vécu par l’individu, il y a généralement un désir et une croyance
(Harris et Pons, 2003) ou un intérêt (concern) d’ordre personnel, relationnel
ou social à la source de toute émotion. L’intérêt personnel est lié à l’intégrité
physique et psychologique. On y retrouve les problèmes de protection
corporelle, de satisfaction des besoins élémentaires et de la sauvegarde de
l’estime de soi. L’intérêt relationnel traduit les liens fondamentaux (fami-
liaux…) qui sont à la base de la cohésion des groupes sociaux. L’intérêt social
est lié au respect des normes, des principes et des valeurs qui perpétuent
l’ordre social. C’est la satisfaction ou la non-satisfaction de ces derniers qui
seraient à l’origine de l’induction émotionnelle. À l’exception de la peur, qui
peut revêtir un caractère personnel, les trois autres émotions se déclenchent
généralement dans un contexte relationnel ou social. Il semblerait que la
protection corporelle et l’estime de soi soient généralement à la source de
la joie et de la peur ; que la satisfaction des besoins relationnels soit géné-
ralement en lien avec la joie et la tristesse ; que la colère soit souvent liée
au respect des normes sociales (Cosnier, 1994).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 17

Des études montrant l’apport du cognitif dans le fonctionnement


émotionnel des individus soutiennent que des élèves qui éprouvent
des difficultés scolaires trouvent plus difficile que les autres jeunes de
comprendre les émotions, même ceux qui ont subi des abus (voir Pons,
Doudin, Harris et de Rosnay, 2005). D’autres études (notamment Harris et
Pons, 2003) révèlent que la réflexion sur les émotions tend à réguler leur
intensité ou, en d’autres termes, que la réflexion sur les émotions est un
processus susceptible d’altérer le fonctionnement émotionnel chez l’indi-
vidu avec une répercussion sur les composantes sociales. D’autres études
encore précisent que les échanges avec les parents peuvent contribuer de
façon significative à une meilleure compréhension des émotions par les
enfants. Dans cette perspective constructiviste, nous avons postulé que des
échanges entre pairs portant sur des concepts philosophiques, c’est-à-dire
sur des concepts ouverts, seraient susceptibles de contribuer à l’affinement
des représentations sociales que les enfants se font des émotions. L’approche
philosophique est le troisième et dernier volet du cadre théorique.

2.3. L’APPROCHE PHILOSOPHIQUE


Ainsi qu’il a été mentionné précédemment, l’objectif de recherche qui est
visé dans ce chapitre concerne la description des RS que se font les enfants
des émotions ainsi que la compréhension du processus d’évolution de ces
RS. Il convenait donc de stimuler ces enfants sur le plan cognitif afin de
s’assurer que leurs RS évoluent au cours d’une année scolaire. Pour ce faire,
nous avons posé comme « postulat méthodologique » (voir Van der Maren,
1996) que l’approche de Philosophie pour enfants (PPE), si elle était prati-
quée de façon régulière dans la classe durant une année scolaire, serait un
outil pertinent pour stimuler cognitivement les enfants et ainsi participer à
la modification des RS qu’ils se font des émotions. En effet, plusieurs études
ont démontré que la PPE développe chez les jeunes des compétences sur
les plans cognitif, social et de la communication (entre autres : Camhy et
Iberer, 1988 ; Cannon, 1987 ; Cannon et Weinstein, 1985 ; Gazzard, 1988 ;
Lane et Lane, 1986 ; Schleifer, Daniel, Lafortune et Pallascio, 1999). Dans
le cadre de notre recherche, la PPE a donc été considérée comme un outil
pédagogique favorisant l’atteinte de l’objectif visé.
La PPE a été conçue dans les années 1970 par le philosophe américain
Matthew Lipman et son équipe de la Montclair State University située
au New Jersey (Lipman, Sharp et Oscanyan, 1980). Elle est maintenant
utilisée dans près de 50 pays à travers le monde et son matériel est traduit
en 20 langues. Le matériel philosophique écrit par Lipman comprend
sept romans philosophiques qui s’adressent aux jeunes de 6 à 15 ans. Il
s’inspire des champs de la philosophie : logique, éthique… Le support

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
18 Pédagogie et psychologie des émotions

philosophique qui sera utilisé dans le cadre de notre recherche s’intitule


Les Contes d’Audrey-Anne (Daniel, 2002, 2003). C’est un nouveau matériel
qui s’inscrit dans la perspective de Lipman, mais qui vise spécifiquement la
prévention primaire de la violence auprès des enfants de 5 ans. Ce support a
préalablement été validé. Des expérimentations au Québec et en France ont
montré que, du fait que les contes et les échanges entre pairs qui s’ensuivent
se situent dans la « zone proximale de développement » (Vygotski, 1985)
des enfants, ceux-ci apprennent rapidement à s’investir dans une réflexion
dialogique centrée sur des concepts tels que la violence, les émotions, les
droits, etc. (voir Daniel, 2004 ; Daniel et Michel, 2001 ; Schleifer, Daniel,
Auriac et Lecompte, 2003).
Les Contes sont de nature philosophique, car ils favorisent le question-
nement sur des concepts ouverts pour lesquels il n’existe pas une réponse
unique et sur lesquels les enfants sont invités à réfléchir ensemble. Les objec-
tifs spécifiques des Contes visent le développement d’habiletés cognitives
(comprendre, identifier des causes, anticiper des conséquences, établir des
relations, juger, etc.) et sociales (autonomie, empathie, dialogue, etc.) dans
le cadre d’une sensibilisation aux diverses manifestations de la violence.
Une pédagogie en trois étapes est suggérée pour aider les enfants à
« philosopher » : 1) L’adulte lit un des contes aux enfants. 2) Les enfants
sont ensuite invités à poser des questions philosophiques (Pourquoi ? Que
veut dire… ?…) que la lecture leur a inspirées et dont ils aimeraient discuter
ensemble. 3) Les enfants tentent de répondre ensemble à la question qu’ils
ont choisie et, à cette fin, ils sont amenés à dialoguer. Un dialogue est dit
philosophique lorsque les enfants, au lieu de s’attarder à des anecdotes
personnelles, cherchent le sens des concepts, questionnent, donnent leur
opinion, justifient cette opinion par de bonnes raisons, trouvent des ressem-
blances et des différences, apportent des contre-exemples, élaborent des
relations entre les concepts, sont critiques à l’égard de ce que les autres
énoncent, s’autocorrigent et ainsi de suite. L’objectif du dialogue n’est pas
de faire raconter aux enfants des situations personnelles en relation avec
les manifestations de la violence, mais plutôt de les inciter à réfléchir en
« communauté de recherche » sur des concepts. Il faut comprendre que
la classe se transforme en communauté de recherche seulement lorsque
le dialogue est empreint de respect, d’ouverture d’esprit et de tolérance.
Ainsi, il ne s’agit pas de faire argumenter les enfants dans une perspective
de compétition, mais de les faire dialoguer dans une perspective de coopé-
ration, chaque intervention d’enfant contribuant à enrichir la perspective
du groupe.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 19

3. MÉTHODE D’ANALYSE
Il s’agit d’une étude de type exploratoire mixte comprenant : a) une
démarche avec groupes expérimentaux et groupes témoins permettant
d’étudier les RS des enfants lorsqu’ils sont stimulés sur le plan cognitif et
lorsqu’ils n’ont pas de stimulation particulière sur ce plan ; b) une démarche
de théorisation ancrée permettant d’analyser le processus de modification
des RS.
Notre méthode d’analyse est inspirée de la théorie ancrée (Glaser et
Strauss, 1967 ; Huberman et Miles, 1991), caractérisée entre autres par une
exigence liée à la diversité des participants. Dans cette optique, nous avons
choisi huit classes (expérimentales et témoins) du préscolaire, dont six au
Québec et deux en France. Au Québec, les classes étaient composées de
12 à 18 enfants, tandis qu’en France elles en comprenaient 27. Les milieux
socioéconomiques représentés allaient de favorisés à défavorisés. Dans le
cadre de ce chapitre, nous n’utiliserons que les données collectées dans les
six groupes (expérimentaux et témoins) du Québec.
Tous les enfants des groupes expérimentaux ont bénéficié d’une
intervention philosophique hebdomadaire. Les séances philosophiques, qui
variaient entre 30 et 45 minutes par semaine selon la capacité de concen-
tration des enfants, se sont échelonnées d’octobre à mai. Les enfants des
groupes témoins venaient des mêmes écoles mais ne faisaient pas l’objet
d’intervention philosophique.
Des variables associées à des facteurs d’âge et de genre ainsi qu’à des
facteurs culturels, sociaux et socioéconomiques ont été prises en compte. Les
groupes expérimentaux et témoins ont été jumelés sur les points suivants :
l’âge minimum des enfants est 5 ans et l’âge maximum, 6 ans ; la propor-
tion de filles et de garçons se rapproche de 50 % ; les enfants sont de langue
française ; les enfants sont des citadins.
Pour l’étude des RS, nous avons rencontré en entrevue individuelle
53 enfants, soit 9 par classe, sélectionnés dans chacun des groupes expéri-
mentaux et témoins par les enseignantes en fonction de leur niveau scolaire
(3 forts, 3 faibles, 3 moyens). Une entrevue de vingt minutes avait lieu en
début d’expérimentation (fin septembre) et une autre en fin d’expérimen-
tation (fin mai). Au début de l’entrevue, afin de mettre l’enfant à l’aise,
l’intervieweur lui demandait de réaliser un dessin le représentant avec
ses amis à l’école. C’est à partir de ce dessin (prétexte) que l’intervieweur
formulait ses questions (Galli et Nigro, 1990, 1992).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
20 Pédagogie et psychologie des émotions

Les questions de l’entrevue étaient basées sur l’association de mots


qui, dans notre étude, portaient sur quatre émotions de base (joie, colère,
peur, tristesse). Par exemple : « Dans ton dessin, je vois un bonhomme qui
a l’air triste. Qu’est-ce que ça veut dire pour toi être triste ? Donne-moi trois
mots. » La technique de l’association de mots est pertinente, car elle permet
de faire émerger la diversité de sens que renferme un concept (par exemple,
la « joie » peut représenter pour les enfants : manger un gâteau, absence
de larmes, plaisir de jouer avec ses amis, etc ; Rouquette et Rateau, 1998).
Lorsqu’on étudie les RS en recourant aux associations de mots, on utilise
comme indicateurs la saillance ou encore la fréquence d’apparition des
concepts. Ainsi, le fait que certains concepts soient fréquemment énoncés
indique qu’ils jouent un rôle organisateur dans le champ des RS du groupe
en question (Abric, 1994). Les intervieweurs ont tous eu le même protocole à
suivre. Les entrevues individuelles ont été enregistrées sur bande vidéo.
Pour répondre à notre objectif de recherche, en ce qui concerne la
description des RS des enfants ainsi que la compréhension des processus
d’évolution de ces représentations (avec et sans stimulation cognitive),
nous avons suivi le processus d’analyse relatif à la théorie ancrée (Glaser
et Strauss, 1967 ; Laperrière, 1997 ; Paillé, 1994), qui s’est déroulé en deux
phases.
Phase 1. Nous avons d’abord transcrit les réponses des 53 enfants
aux prétests et post-tests relativement aux quatre émotions, pour un total
de 424 éléments à analyser2. La chercheure responsable a codé chaque
élément au moyen de mémos particuliers. Afin de faire ressortir les aspects
les plus importants de ces données, elle a regroupé les codes en 10 caté-
gories conceptuelles préliminaires. Et afin de préciser ou de consolider
ces catégories, elle leur a attribué des propriétés ou des caractéristiques
particulières. Pour considérer l’ensemble des données et approfondir la
compréhension du processus de changement des RS, elle a mis en relation
les catégories retenues pour reconnaître le plus de liens possible entre elles.
Cela l’a conduite à dégager trois catégories principales, qui permettent
l’intégration de toutes les données : le non-représenté ou la représentation
sans nomination de l’émotion, la représentation concrète ou égocentrique
de l’émotion et la représentation socialisante de l’émotion. À noter que la
codification et la catégorisation sont demeurées préliminaires durant tout
le processus d’analyse.

2. Nous demandions aux enfants de nous donner trois mots, mais la plupart n’en four-
nissait qu’un seul. Aussi avons-nous choisi de ne traiter que le premier mot relevé
par chacun des enfants.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 21

Après quatre semaines, la chercheure responsable a de nouveau


analysé « en aveugle » les 424 éléments. Puis elle a soumis le tout à deux
cochercheurs de l’équipe (un de France et l’autre du Québec) dans une visée
de confrontation des différences et de consolidation des interprétations.
Quand il y avait divergence, des échanges avaient lieu jusqu’à l’atteinte
d’un consensus.
Phase 2 . Le résultat d’analyse de la première phase, c’est-à-dire la
catégorisation qui a émergé de l’analyse de l’association des mots, est
devenu l’outil d’analyse, de la deuxième phase. En d’autres termes, dans
la deuxième phase de l’analyse la chercheure responsable a appliqué la
catégorisation des RS des émotions, telle qu’elle avait émergé de la première
phase, à l’analyse des 424 réponses fournies par les enfants avec l’objectif de
comprendre le caractère (stable ou dynamique) des RS des enfants de 5 et
6 ans qui ne reçoivent pas de stimulation cognitive particulière par compa-
raison avec les enfants qui sont stimulés par l’approche philosophique.
Pour cette deuxième phase de l’analyse, la chercheure a également
procédé à une analyse « en aveugle » après quatre semaines et à une
confrontation des résultats avec des cochercheurs de l’équipe.

4. DES RÉSULTATS
Dans les pages suivantes nous présentons la catégorisation des RS que les
enfants se font des émotions de base, puis la dynamique des représentations
alors que les enfants expérimentent ou non une stimulation cognitive.

4.1. LES RS QUE LES ENFANTS SE FONT


DE QUATRE ÉMOTIONS DE BASE – UNE CATÉGORISATION

Dans cette section, nous illustrons, sous forme de tableau, la catégorisation


des RS que les enfants âgés de 5 et 6 ans se font des émotions, telle qu’elle
a émergé de la première phase de l’analyse. L’exemple proposé évolue à
partir du mot inducteur « joie ».
Dix sous-catégories ont été regroupées en trois catégories principales
qui ont été organisées en trois paliers hiérarchiques : le non-représenté ou
la représentation sans nomination de l’émotion (1-2-3), la représentation
concrète ou égocentrique (4-5-6–7) et la représentation socialisante (8-9-10).
À noter, cependant, qu’à l’intérieur de ces trois paliers l’ordonnance de 1 à
3, de 4 à 7 ou de 8 à 10 ne sous-entend pas de hiérarchie (par exemple que
1 est inférieur à 3 ou que 7 est supérieur à 5).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
22 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 1
RS des émotions : Trois catégories et leurs éléments constitutifs

Catégorie 1 : Représentation sans nomination


Sous-
catégorie Description et exemple
1 Indique que l’enfant ne connaît pas le mot inducteur
(p. ex., je ne sais pas).
2 S’applique lorsque l’enfant énonce une définition qui n’a pas
de relation avec le mot inducteur (exemple : passer la journée,
pansement).
3 Signifie que l’enfant répète seulement le mot inducteur
(p. ex., la joie).

Catégorie 2 : Représentation concrète ou égocentrique de l’émotion


Sous-
catégorie Description et exemple
4 Se distingue des précédentes en ce qu’elle indique une certaine
vision de ce qu’est la joie. On peut l’identifier à une manière
d’être plus ou moins durable. Ainsi, 4 indique que des enfants se
représentent la joie par le bien-être affectif qu’ils ressentent
(p. ex., être content et être calme). Cet état s’élabore à partir du soi
dans une forme égocentrique.
5 Se rapporte au ressenti même de l’enfant, bien que la représentation
de l’émotion s’exprime par un concept abstrait. Ici, au lieu d’être
exprimé par un substantif, l’état affectif est exprimé sous forme de
concept (p. ex., le bonheur). La représentation de l’émotion ne fait
pas référence à l’autre en tant que participant à son bonheur.
6 Indique que l’enfant se représente la joie par le biais d’expériences
sensorielles (p. ex., manger un gâteau au chocolat) ou par le biais de
ses manifestations concrètes ou observables (exemple : sourire).
7 Renvoie non pas à une manifestation de la joie comme en 6, mais
à l’une de ses causes. Il est à noter que cette cause peut être soit
concrète (p. ex., quand on a son anniversaire, quand je vais dans
le jardin), soit égocentrique, c’est-à-dire incluse dans une relation
d’exclusivité et non de réciprocité (exemple : être seule avec maman).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 23

Catégorie 3 : Représentation socialisante de l’émotion


Sous-
catégorie Description et exemple
8 Fait intervenir une prise en compte de l’autre. Cette représentation
représente un décalage par rapport aux précédentes en ce qu’elle
donne la vision sociale qu’elle introduit. Par ailleurs, elle ne met
pas l’accent sur la relation réciproque avec les pairs où le « je » et le
« tu/il » sont actifs de façon égale ; elle laisse sous-entendre que la
joie dépend de l’autre (p. ex., quand quelqu’un joue avec moi, quand
quelqu’un nous aime).
9 Indique que les enfants se représentent la joie par l’expression d’un
devoir moral ou d’une obligation apprise et intégrée (p. ex., tu dois
partager avec ton ami).
10 Indique que les RS des enfants ne supposent pas une relation
d’exclusivité avec autrui, mais illustrent une relation avec les pairs
dans laquelle le « je » a un rôle actif à jouer. Elles font référence à une
relation interpersonnelle construite et basée sur la réciprocité
(p. ex., l’amour, m’amuser avec mes amis, avoir de bons amis,
avoir du plaisir avec les autres).

4.2. LA DYNAMIQUE DES RS QUE LES ENFANTS


SE FONT DE QUATRE ÉMOTIONS DE BASE –
AVEC ET SANS STIMULATION COGNITIVE
Dans cette section, nous présentons les résultats issus de la deuxième
phase de l’analyse, c’est-à-dire que la deuxième analyse des 424 éléments
s’appuie sur les catégories et les caractéristiques des RS qui ont émergé de la
première phase de l’analyse et qui sont rapportées dans le tableau descriptif
de la section précédente. L’objectif consiste à comprendre le processus de
modification des RS que se font les enfants de chacune des émotions de
base lorsqu’ils sont stimulés cognitivement (groupes expérimentaux) et
non stimulés (groupes témoins) par la PPE durant une année scolaire. Les
résultats sont examinés de façon séquentielle, une émotion après l’autre :
la joie, la colère, la peur, la tristesse.

4.2.1. Joie
Pour les groupes expérimentaux, les analyses des corpus obtenus en début
d’année scolaire permettent de mettre en évidence une vision de l’émotion
« sans dénomination » par une moitié du groupe (16/27). Toutefois, on
assiste à l’émergence dans le groupe d’une représentation « concrète ou
égocentrique » (huit enfants) et d’une représentation « socialisante » (pour
seulement trois enfants). À la fin de l’année scolaire, le groupe d’enfants se

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
24 Pédagogie et psychologie des émotions

caractérise davantage par une représentation partagée entre les trois plans :
10 enfants sur 27 ont une représentation « sans dénomination » de la joie
(10/27 enfants), 9 enfants en ont une représentation concrète, tandis que
8 enfants en ont une représentation socialisante.
Ainsi, entre le prétest et le post-test, la représentation des groupes
expérimentaux a évolué en se dirigeant de plus en plus vers une vision
davantage socialisée : la représentation sans dénomination est passée de
16 enfants à 10 ; la représentation concrète est passée de 8 enfants à 9 ; la
représentation socialisante est passée de 3 enfants à 8. Il semble bien que
l’on puisse invoquer ici le processus développemental observé dans les
modifications qui apparaissent dans les groupes d’enfants, les émotions
s’insérant dans des dynamiques plus complexes, mais résultant aussi d’une
contagion sociale dans laquelle les représentations se développent au sein
des interactions sociales.
Dans les groupes témoins, en début d’année scolaire, comme dans
les groupes expérimentaux, la moitié des enfants (13/26 enfants) ont une
vision de la joie qui est « sans dénomination », tandis que 8 enfants en
ont une représentation concrète et 5, une représentation socialisante. En
fin d’année, les enfants montrent une évolution vers une représentation
« concrète », puisque 7 enfants manifestent une vision sans dénomination
de la joie et que la moitié se retrouve dans une vision concrète (15), les
4 derniers manifestant une représentation socialisante.
Entre le prétest et le post-test, la représentation des groupes témoins a,
elle aussi, évolué en se déplaçant vers la représentation concrète (la repré-
sentation sans dénomination est passée de 13 à 7 enfants, la représentation
concrète est passée de 8 à 15 enfants, la représentation socialisante a légè-
rement diminué, de 5 à 4 enfants). Ces résultats confirment l’interprétation
faite à propos de l’évolution de la représentation de la joie dans les groupes
expérimentaux, cette transformation étant toutefois moins marquée dans le
cas des groupes témoins. En effet, cette dernière touche surtout la représen-
tation concrète, alors que les groupes expérimentaux semblent poursuivre
cette tendance évolutive davantage vers la représentation socialisante.
Bref, on constate que les représentations sociales de la joie que se
font les enfants se modifient au cours d’une année scolaire, avec ou sans
stimulation cognitive. Par contre, les enfants qui ont vécu une stimulation
cognitive sont parvenus à une transformation plus grande de leur repré-
sentation de la joie.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 25

TABLEAU 2
Nombre de réponses concernant les RS de la joie
Groupes Expérimentaux Témoins
Catégories 1 2 3 1 2 3
Prétest
Nombre
de réponses 16 8 3 13 8 5
Post-test
Nombre
de réponses 10 9 8 7 15 4

4.2.2. Colère
Dans le cas de la colère, la représentation que les enfants s’en font dans
les groupes expérimentaux en début d’année est plutôt marquée par ses
aspects concrets chez la moitié d’entre eux (14/27), tandis que 9 enfants ont
une « représentation sans dénomination » de la colère et que les 4 derniers
enfants en ont une représentation socialisante. En fin d’année scolaire, les
modifications vont dans le sens d’une représentation socialisante, puisque
9 enfants se situent maintenant dans cette troisième catégorie, tandis que
14 ont une représentation concrète de la colère et que 4 ont toujours une
vision « sans dénomination ».
Ainsi, entre le prétest et le post-test, la transformation de la représen-
tation de la colère dans le groupe va vers une plus grande intégration des
aspects sociaux de cette émotion, le nombre d’enfants « sans dénomination »
se réduisant et celui de la « représentation socialisante » augmentant. On
peut donc considérer, comme dans le cas de la joie, que l’on se retrouve
devant un effet du processus développemental. Cette interprétation est
encore plus plausible dans ce cas-ci, si l’on retient le fait que l’émotion de
la colère (9/27) est déjà plus intégrée au point de départ que celle de la
joie (16).
Dans les groupes témoins, en début d’année scolaire, 6 enfants sur 26
ont une représentation « sans dénomination » de la colère, 13 d’entre eux
en ont une représentation concrète ou égocentrique et, enfin 7 en ont une
représentation socialisante. Pour ces enfants, en fin d’année, la tendance
reste assez semblable et les modifications sont minces : 5 enfants ont une
représentation de la colère « sans dénomination » (légère baisse) et 15 en
ont une représentation concrète (légère hausse). Six, enfin, en ont une
représentation socialisante (légère baisse).
Bref, au regard de la RS de la colère, la marge de transformation des
groupes qui n’ont pas eu de stimulation cognitive reste limitée, tandis que
celle des groupes expérimentaux demeure grande.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
26 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 3
Nombre de réponses concernant les RS de la colère
Groupes Expérimentaux Témoins
Catégories 1 2 3 1 2 3
Prétest
Nombre
de réponses 9 14 4 6 13 7
Post-test
Nombre
de réponses 4 14 9 5 15 6

4.2.3. Peur
Dans le cas de la peur, le développement représentationnel est encore,
d’entrée de jeu, avancé, puisque les groupes expérimentaux comptent
dès le début de l’année scolaire, 7 enfants dont la représentation est « sans
dénomination », tandis qu’une majorité d’entre eux (19/27) ont une repré-
sentation concrète ou égocentrique, notamment en lien avec une cause
imaginaire reliée à la sous-catégorie 5 (par exemple la peur d’un monstre),
qu’un seul enfant s’exprime selon une représentation socialisante. À la
fin de l’année scolaire, on observe une légère modification qui va dans
le sens d’une évolution vers la représentation socialisante (6 enfants ont
une représentation « sans dénomination » de la peur, 17 en ont une repré-
sentation concrète, mais cette fois-ci en lien avec une cause réelle liée à la
sous-catégorie 7 (la noirceur, un bruit trop fort…), et 4 enfants expriment
une représentation socialisante. Ainsi, entre le prétest et le post-test, on
assiste à une transformation dans le groupe, mais la tendance reste encore
fortement concrète quoique ancrée dans le réel.
Par contre, en ce qui concerne les représentations que se font les
groupes témoins de cette émotion, le tableau en début d’année se diffé-
rencie nettement de celui des groupes expérimentaux, avec une répartition
semblable dans les deux premières catégories. Ainsi, 12 enfants sur 26 se
situent dans la catégorie « sans dénomination », 11 enfants ont une repré-
sentation concrète de la peur (5 l’associant à une cause imaginaire et 6 à une
cause réelle) et 3 enfants se situent dans la représentation socialisante. En fin
d’année, les modifications sont minces étant donné que 9 enfants ont une
représentation de la peur « sans dénomination », 13 en ont une représenta-
tion concrète (la majorité d’entre eux [8/13] se situant dans la dimension
imaginaire liée à la sous-catégorie 5), et 4 enfants en ont une représentation
socialisante. Ainsi, entre le prétest et le post-test, les modifications restent

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 27

modestes et peuvent être attribuées aux fluctuations développementales


étant entendu que les groupes parviennent à un certain niveau de cons-
cientisation de leurs émotions en fin d’année.
Les RS que se font les enfants de la peur forment d’une certaine
façon un tableau proche de celui des RS qu’ils se font de la colère, mais
l’évolution se fait davantage au plan intermédiaire, les groupes témoins
se distinguant encore plus des groupes expérimentaux au point de départ
en début d’année.
Bref, les RS que se font les enfants de la peur dans les groupes expé-
rimentaux se sont surtout affinées dans le passage d’une cause imaginaire
de la peur (10 enfants en prétest VS 4 en post-test) à une cause réelle (5 en
prétest VS 8 en post-test), tandis que chez les enfants des groupes témoins
il s’agit plutôt d’un passage du « sans dénomination » (passage de 12 en
prétest à 9 en post-test) à une représentation concrète ou égocentrique, en
lien avec une cause imaginaire.

TABLEAU 4
Nombre de réponses concernant les RS de la peur
Groupes Expérimentaux Témoins
Catégories 1 2 3 1 2 3
Prétest
Nombre
de réponses 7 19 1 12 11 3
Post-test
Nombre
de réponses 6 17 4 9 13 4

4.2.4. Tristesse
En début d’année scolaire, les groupes expérimentaux présentent un schéma
assez semblable à celui qu’ils montrent dans le cas de la représentation
de la colère (10 sur 27 enfants ont une représentation de la tristesse « sans
dénomination », 13 en ont une représentation concrète ou égocentrique et 4,
une représentation socialisante). À la fin de l’année, les modifications sont
importantes et vont dans le sens du processus développemental, comme on
a pu le constater pour la colère en premier lieu mais aussi la joie (3 enfants
ont une représentation de la tristesse « sans dénomination », 12 en ont une
représentation concrète et 12, une représentation socialisante).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
28 Pédagogie et psychologie des émotions

De leur côté, les groupes témoins, en début d’année scolaire, présen-


tent un profil plus élaboré (11 enfants sur 26 expriment une représentation
de la tristesse « sans dénomination », 8 en expriment une représentation
concrète ou égocentrique et 7, une représentation socialisante). Toutefois,
leur évolution sera moins marquée que pour les groupes expérimentaux
puisqu’en fin d’année scolaire 9 enfants expriment une représentation de
la tristesse « sans dénomination », 11 ont une représentation concrète ou
égocentrique et 6, une représentation socialisante. Ainsi, entre le prétest et
le post-test, l’évolution est développementale, mais avec une tendance à
se situer surtout au plan de la représentation concrète.
En somme, si l’on compare les deux groupes, il faut noter des progres-
sions par rapport aux RS de la tristesse qui se distinguent assez bien. En
effet, l’affinement des RS de la tristesse chez les enfants des groupes expéri-
mentaux est manifeste entre le début et la fin de l’année, l’évolution s’étant
produite dans le passage du « sans dénomination » à la « représentation
socialisante ». En revanche, les enfants des groupes témoins ont une RS de
la tristesse plus concrète ou égocentrique, l’affinement entre le prétest et
le post-test s’étant fait dans le passage entre le « sans dénomination » et la
« représentation concrète ».

TABLEAU 5
Nombre de réponses concernant les RS de la tristesse
Groupes Expérimentaux Témoins
Catégories 1 2 3 1 2 3
Prétest
Nombre
de réponses 10 13 4 11 8 7
Post-test
Nombre
de réponses 3 12 12 9 11 6

Pour conclure sur ces résultats, on doit relever les tendances géné-
rales qui émergent. Les groupes expérimentaux vont toujours plus loin
dans leur évolution et atteignent en plus grand nombre la représentation
socialisante, alors que les groupes témoins semblent persister au plan des
représentations concrètes. Plus finement, au prétest, la majorité des enfants
appartenant aux groupes expérimentaux ont une représentation de la joie
« sans dénomination » et une représentation majoritairement concrète ou
égocentrique des autres émotions (colère, tristesse, peur). En post-test,
l’affinement des RS des quatre émotions chez les enfants des groupes expé-
rimentaux a été manifeste aux deux paliers des représentations concrètes et
socialisantes, c’est-à-dire que le « sans dénomination » a nettement diminué,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 29

particulièrement au regard de la joie, de la colère et de la tristesse et que la


représentation socialisante a augmenté au regard des quatre émotions et
plus particulièrement au regard de la tristesse.
Par ailleurs, chez les groupes témoins, le « sans dénomination » a
diminué dans les quatre émotions, laissant place à une représentation
essentiellement concrète, et ce, pour les quatre émotions, tandis que la
représentation socialisante a légèrement diminué entre le prétest et le post-
test pour trois émotions : la joie, la colère, la tristesse.
Si l’on peut reconnaître le rôle du processus développemental dans le
cas des différents groupes, il semble tout à fait intéressant de considérer le
rôle que joue la stimulation cognitive dans le cas des groupes expérimen-
taux. Sans pouvoir affirmer totalement que les profils des groupes expéri-
mentaux résultent de cette seule intervention, on peut toutefois reconnaître
que ceux-ci se distinguent assez bien de ceux des groupes témoins pour en
attribuer l’effet à la stimulation cognitive.

5. DISCUSSION ET CONCLUSION
À la suite des analyses, nous sommes en mesure de soutenir que les
émotions sont un objet de représentation comme le sont d’autres objets
(Moliner, 1993) ; que les RS que les enfants âgés de 5 et 6 ans se font des
émotions sont une construction dynamique qui évolue dans un contexte
social (Abric, 1994) et grâce à ce contexte (Vygotski, 1985).
En réponse à la deuxième question de recherche, concernant le carac-
tère stable ou dynamique des RS des enfants, les résultats issus de l’analyse
indiquent que les RS des enfants de 5 et 6 ans sont dynamiques, qu’il y ait
ou non une stimulation cognitive particulière exercée auprès de ces derniers.
Les RS semblent se modifier au contact des pairs et des apprentissages
formels et informels issus du quotidien, malgré le fait qu’on caractérise
souvent les enfants d’une épistémologie égocentrique, c’est-à-dire fermée
et peu influençable.
Par ailleurs, les enfants des groupes expérimentaux, au lieu d’associer
leurs émotions uniquement à ses manifestations observables, commencent
à en saisir la portée sociale et relèvent le rôle d’autrui dans l’émergence de
leurs propres émotions (Cosnier, 1994 ; Harris et Pons, 2003). La maturation,
liée au passage de 5 ans à 6 ans, est fondamentale dans la modification des
représentations des émotions. Mais il va sans dire que, conformément à la
thèse vygotskienne (1985), sans une stimulation cognitive d’essence socio-
constructiviste, c’est-à-dire une stimulation qui trouve ses fondements dans

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
30 Pédagogie et psychologie des émotions

les interactions sociales (ici le dialogue philosophique entre pairs, effectué


de façon hebdomadaire), la nature « socialisante » de la modification des
RS n’est pas assurée.
Pour répondre de manière concomitante à la première et à la troisième
question de recherche, en ce qui concerne la description des RS que les
enfants du préscolaire se font de quatre émotions de base lorsqu’ils sont
stimulés cognitivement selon une approche philosophique, les points qui
suivent ont émergé de l’analyse. En ce qui regarde les RS de la joie, bien
que le non-représenté domine légèrement, on peut dire que les réponses
des enfants, au post-test, sont réparties à peu près également entre les trois
paliers. Ce qui semble le noyau central de leur représentation de la joie se
résume à deux sous-catégories, à savoir l’état ressenti (sous-catégorie 4 :
« être content », « être calme ») et la relation sociale de réciprocité (sous-
catégorie 10 : « avoir du plaisir avec les autres », « l’amour »…). Ainsi, un
certain nombre d’enfants ont acquis un certain degré de conscience du
fait que la joie advient dans la mesure où il y a présence de l’autre ; qu’elle
nécessite un engagement personnel ou une construction (active vs subie)
de la relation sociale.
En ce qui a trait aux RS de la colère, à la fin de l’année scolaire
deux sous-catégories se dégagent : l’état ressenti (sous-catégorie 4 : « être
fâché »…) et l’apport d’autrui (sous-catégorie 8 : « quand on dit des choses
pas gentilles », « quand on me frappe »…). Ainsi, pour plusieurs élèves,
la colère est désormais liée à une cause, laquelle met à l’avant-scène les
relations interpersonnelles.
En ce qui concerne la peur, à la fin de l’année, les enfants des groupes
expérimentaux se la représentent dans ses causes réelles (sous-catégorie 7 :
« la noirceur », « les cauchemars », « des bruits que je ne connais pas »…),
au lieu que ce soit dans des causes imaginaires comme en début d’année
(« fantômes », « monstres », « vampires »…). Ainsi, plusieurs d’entre eux
semblent non seulement mieux connaître le sens de la peur, mais aussi
contrôler davantage cette peur, ce qui laisse supposer qu’ils ont probable-
ment acquis une plus grande confiance en eux-mêmes et dans le monde
qui les entoure.
Enfin, ce qui prédomine chez ces mêmes groupes d’enfants relati-
vement à la tristesse, ce sont à la fois ses manifestations concrètes (sous-
catégorie 6 : « pleurer », « faire la baboune »…) et l’apport de l’autre comme
cause de tristesse (sous-catégorie 8 : « quand on est tout seul », « quand on
me crie dessus », « quand mon père est mort », « quand mes sœurs me frap-
pent »…). Ainsi, non seulement la tristesse est représentée explicitement

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 31

dans ces groupes d’enfants, mais ses représentations indiquent qu’elle est
souvent subie et, corollairement, que les relations sociales sont porteuses
à la fois de joie, de colère et de tristesse.
La réalisation de l’objectif de recherche qui était traité dans ce chapitre
nous permet d’esquisser des pistes théoriques liées au processus d’interna-
lisation, d’appropriation et de modification des émotions des enfants issus
des groupes expérimentaux : lors des échanges entre pairs, des mots associés
à de nouvelles représentations se forgent dans l’esprit des enfants et se
modifient. Il devient donc possible pour les enfants de fonder des concepts
« spontanés » avec des mots désignant des émotions. Se développent alors
des définitions partagées par les membres du groupe, qui vont vers une
tangente consensuelle de la réalité sociale (Abric, 1994 ; Doise, 1992 ; Jodelet,
1989 ; Moliner, 1993).
Ainsi que nous l’avons mentionné précédemment, cette étude est de
nature exploratoire. Et les résultats que nous avons accepté de partager dans
ce chapitre sont préliminaires ; nous n’entendons donc pas les généraliser.
Toutefois, nous soutenons qu’ils représentent un point de départ intéressant
sur lequel il conviendrait de se pencher de façon plus systématique.
Dans cette optique, une autre subvention vient d’être demandée au
CRSH du Canada par une équipe élargie de chercheurs en vue de réaliser
les objectifs avec un plus grand échantillonnage d’enfants et des instruments
de collecte de données plus diversifiés. Les résultats préliminaires obtenus
et discutés ici deviendront plus significatifs, puisque nous serons alors en
mesure de vérifier avec un plus grand nombre de sujets le bien-fondé des
catégories qui ont émergé de cette étude. Nous pourrons théoriser sur la
base des catégories émergentes afin de mieux comprendre le processus
d’évolution des représentations des émotions chez les enfants. De plus,
il sera possible de comparer diverses approches pédagogiques visant au
développement cognitif des enfants de 5 et 6 ans afin de déterminer quelles
composantes de ces approches stimulent le plus adéquatement les compé-
tences intellectuelles qui sont arrimées à la modification des RS des enfants.
Enfin, nous serons en mesure d’étudier la corrélation entre le développe-
ment cognitif chez les enfants et leurs comportements prosociaux à court
et à long terme. En effet, si l’on soutient qu’une des sources internes de la
violence se situe dans des RS biaisées que se font les individus des situations
(Libersan, 2003), et qu’une stimulation adéquate est susceptible d’influencer
positivement les RS que les enfants se font des émotions vers une dimension
plus « socialisante », il convient de vérifier dans quelle mesure un travail sur
les RS est susceptible de participer à une prévention primaire de la violence,
c’est-à-dire d’orienter les comportements des enfants de 5 et 6 ans en vue
d’une pratique sociale plus intégrée et plus coopérative.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
32 Pédagogie et psychologie des émotions

BIBLIOGRAPHIE
Abric, J.-C. (1994). Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses universitaires
de France.
Averill, J.R. (1980). « A constructivist view of emotion », dans R. Plutchik et
H. Kellerman (dir.), Emotion. Theory, Research and Experience, tome 1, Theories
of Emotion, New York, Academic Press.
Bergeret, J. (1999). « La violence fondamentale », dans P. Mazet et S. Lebovici (dir.),
Violences, Cahier no 49, Bobigny, UFR de médecine de Bobigny, p. 1-18.
Camhy, D. et G. Iberer (1988). « Philosophy for children : A research project for
further mental and personality development of primary and secondary school
pupils », Thinking, 7(4), p. 18-26.
Cannon, D. (1987). « Good reasoning : A reconsideration drawn from experience
with Philosophy for children », Analytic Teaching, 8(1), p. 30-35.
Cannon, D. et M. Weinstein (1985). « Reasoning skills : An overview », Thinking,
6(1), p. 29-33.
Cosnier, J. (1994). Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Éditions Retz.
Damasio, A.R. (1994). Descartes’ Error : Emotion, Reason and the Human Brain, New
York, Putnam.
Daniel, M.-F. (2002). Les contes d’Audrey-Anne, Québec, Le Loup de Gouttière.
Daniel, M.-F. (2003). Dialoguer sur le corps et la violence : un pas vers la prévention,
Québec, Le Loup de Gouttière.
Daniel, M.-F. (2004). « Philosopher sur le corps et la violence. Récit d’une expéri-
mentation auprès d’enfants de 5 ans », International Journal of Early Childhood,
36(1), p. 23-35.
Daniel, M.-F. et A.-M. Michel (2001). « Learning to think and to speak : Account of an
experiment involving children aged 3 to 5 in France and Quebec », Thinking,
15(3), p. 17-26.
Dantzer, R. (1988). Les émotions, Paris, Presses universitaires de France.
Dodson, F. (1972). Tout se joue avant 6 ans, Paris, Robert Laffont.
Doise, W. (1969). « Stratégie de jeu à l’intérieur et entre groupes de nationalités
différentes », Bulletin du CERP, 18, p. 13-26.
Doise, W. (1992). « L’ancrage dans les études sur les représentations sociales »,
Bulletin de psychologie, numéro spécial, « Nouvelles voies en psychologie
sociale », XLV(405), p. 189-195.
Doudin, P.-A. et M. Erkohen-Marküs (dir.). (2000). Violences à l’école. Fatalité ou défi ?
Bruxelles, De Boeck-Larcier.
Dumas, J. (2000). L’enfant violent – le connaître, l’aider, l’aimer, Paris, Bayard.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Étude des représentations sociales que se font les enfants… 33

Duveen, G. (1999). « Le développement des représentations sociales chez les jeunes


enfants : un exemple, le genre », dans M.-L. Rouquette et C. Garnier (dir.), La
genèse des représentations sociales, Montréal, Éditions Nouvelles, p. 114-136.
Frijda, N.H. (1993). « Les théories des émotions : un bilan », dans B. Rimé et
K.R. Scherer (dir.), Les émotions, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, p. 21-72.
Frijda, N.H. (2003). « Passions : l’émotion comme motivation », dans J.-M. Colletta et
A. Tcherkassof (dir.), Les émotions. Cognition, langage et développement, Sprimont,
Belgique, Mardaga, p. 15-33.
Galli, I. et G. Nigro (1990). « Les représentations sociales : la question de la genèse »,
Revue internationale de psychologie sociale 3(3), p. 429-450.
Galli, I. et G. Nigro (1992). « La représentation sociale du pouvoir chez les enfants »,
Bulletin de psychologie, XLV, 405, p. 4-7.
Garnier, C. (1999). « La genèse des représentations sociales dans une perspective
développementale », dans M.-L. Rouquette et C. Garnier (dir.), La genèse des
représentations sociales, Montréal, Éditions Nouvelles, p. 87-113.
Gazzard, A. (1988). « Thinking skills in science and Philosophy for children »,
Thinking, 7(3), p. 32-41.
Glaser, B.G. et A.L. Strauss (1967). The Discovery of Grounded Theory. Strategies for
Qualitative Research, Chicago, Aldine.
Harris, P. et F. Pons (2003). « Perspectives actuelles sur le développement de
la compréhension des émotions chez l’enfant », dans J.-M. Colletta et
A. Tcherkassof (dir.), Les émotions. Cognition, langage et développement, Sprimont,
Belgique, Mardaga, p. 209-229.
Huberman, A.M. et M.B. Miles (1991). Analyse des données qualitatives : recueil de
nouvelles méthodes, Bruxelles, De Boeck.
Jodelet, D. (1989). « Représentations sociales : un domaine en expansion », dans
D. Jodelet (dir), Les représentations sociales, Paris, Presses universitaires de
France, p. 31-61.
Jodelet, D. (1993). « Indigenous psychologies and social representations of the body
and self », dans U. Kim et J. Berry (dir.), Indigenous Psychologies. Research and
Experience in Cultural Context, Londres, Sage Publications, p. 177-192.
Lane, N.R. et S.A. Lane (1986). « Rationality, self-esteem and autonomy through
collaborative enquiry », Oxford Review of Education, 12, p. 263-275.
Laperrière, A. (1998). « La théorisation ancrée : démarche analytique et comparaison
avec d’autres approches apparentées », dans J. Poupart, J.-P. Deslauriers,
L.H. Groulx, A. Laperrière, R.Mayer et A. Pires (dir.), La recherche qualitative :
enjeux épistémologiques et méthodologiques, Boucherville, Gaëtan Morin Éditeur,
p. 309-346.
Lazarus, R.S., J.R. Averill et O.M. Opton (1970). « Toward a cognitive theory
of emotions », dans M.B. Arnold (dir.), Feelings and Emotions, New York,
Academic Press, p. 207-232.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
34 Pédagogie et psychologie des émotions

Libersan, C. (2003). Cette peur qui rend violent, Montréal, Liber.


Lipman, M., A.M. Sharp et F.S. Oscanyan (1980). Philosophy in the Classroom, 2e éd,
Philadelphie, PA, Temple University Press.
Malherbe, J.-F. (2000). Petite philosophie de la violence, Sherbrooke, Université de
Sherbrooke.
Mannoni, P. (1998). Les représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France,
coll. « Que sais-je ? ».
Ministère de l’Éducation du Québec (1990). Prévenir et contrer la violence à l’école,
Québec, Bibliothèque nationale du Québec.
Moliner, P. (1993). « Cinq questions à propos des représentations sociales », Les
Cahiers internationaux de psychologie sociale, 20, p. 5-14.
Moscovici, S. (1961). La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses univer-
sitaires de France.
Paillé, P. (1994). « L’analyse par théorisation ancrée », Cahiers de recherche sociologique,
23, p. 147-181.
Pons, F., P.A. Dondin, P. Harris et M. de Rosnay (2005). « La compréhension des
émotions : entre affect et intellect », L. Lafortune, M.F. Daniel, P.A Dondin,
F. Pons et O. Albanese (dir.) Pédagogie et psychologie des émotions, Québec,
Presses de l’Université du Québec, p. 183-206.
Pons, F., P. Harris et M. de Rosnay (2003). « Emotion comprehension between 3 and
11 years : Developmental periods and hierarchical organizations », European
Journal of Developmental Psychology, 9(2), p. 127-152.
Pons, F. J. Lawson, P. Harris et M. de Rosnay (2003). « Individual differences in
children’s emotion understanding : Effects of age and language », Scandinavian
Journal of Psychology, 44(4), p. 345-351.
Rouquette, M.-L. et P. Rateau (1998). Introduction à l’étude des représentations sociales,
Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.
Schleifer, M., M.-F. Daniel, L. Lafortune et R. Pallascio (1999). « Concepts of coope-
ration in the classroom », Païdeusis, 12(2), p. 45-56.
Schleifer, M., M.-F. Daniel, E. Auriac et S. Lecompte (2003). « The impact of
philosophical discussions on moral autonomy, judgment, empathy and the
recognition of emotion in 5 years olds », Thinking, 16(4), p. 4-13.
Van der Maren, J.-M. (1996). Méthodes de recherche pour l’éducation, 2e éd., Montréal,
Les Presses de l’Université de Montréal.
Villanueva, L., R. Clemente et F. Garcia (2000). « Theory of mind and peer rejection
at school », Social Development, 9, p. 271-283.
Vygotsky, L. (1985). Pensée et langage, Traduction F. Sève, Paris, Éditions sociales.
Wallon, H. (1925). L’enfant turbulent : étude sur les retards et les anomalies du dévelop-
pement moteur et mental, Paris, F. Alcan.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
de la compétence émotionnelle
C H A P I T R E

Développement
2
Utilisation d’activités interactives-
réflexives pour assurer
le suivi parental en mathématiques

Louise Lafortune
Université du Québec à Trois-Rivières
Louise_Lafortune@uqtr.ca

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
36 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Dans ce chapitre, il est question de considérer les émotions selon
une perspective cognitive en lien avec les interventions que les
parents peuvent faire auprès de leurs enfants au regard de l’ap-
prentissage des mathématiques. Pour approfondir cette problé-
matique, les résultats de trois étapes de recherche sont présentés :
1) ceux liés à la validation d’activités interactives-réflexives en
mathématiques pour assurer le suivi scolaire en mathématiques
à la maison ; 2) ceux liés à l’implantation et à l’évaluation de
l’implantation d’activités interactives-réflexives à la maison,
que l’on décrit en posant un regard particulier sur les activités
qui portent sur la dimension affective en lien avec la compétence
émotionnelle ; 3) ceux liés à une étude exploratoire portant sur
les perceptions des élèves à propos des croyances qu’ils pensent
que leurs parents entretiennent à propos des mathématiques.
Les résultats de ces étapes alimentent les pistes de solution et
de recherche.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 37

La réforme actuelle de l’éducation au Québec1 (MEQ, 2001, 2004) a notam-


ment pour fondements un programme défini en termes de compétences
et le socioconstructivisme. Cette réforme propose des changements fonda-
mentaux aux plans didactique et pédagogique qui influencent la relation
élèves-enseignants en classe, mais aussi le suivi parental à la maison. Dodd
et Konzal (1999) soulignent l’importance de sensibiliser les parents aux
visées de ce type de changements, mais aussi de leur permettre de participer
à l’actualisation de l’esprit de cette réforme. L’engagement des parents est
d’autant plus important pour l’apprentissage des mathématiques car ces
derniers se sentent souvent démunis devant les tâches mathématiques que
leurs enfants ont à réaliser à la maison. On parle maintenant de contextes
signifiants et de tâches complexes pour favoriser le développement de
compétences ; ce n’est qu’en comprenant le sens de ces changements que
les parents pourront aider leurs enfants à s’engager dans l’activité mathé-
matique, pourront chercher avec eux, sans faire le travail à leur place. Pour
plusieurs parents, cela représente un changement dans la façon d’intervenir
pour la réalisation des travaux à la maison. Cependant, pour que la réforme
soit actualisée à l’école, il importe qu’il y ait cohérence entre ce qui se fait
dans la classe et la façon d’intervenir des parents (Dauber et Epstein, 1993 ;
Hoover-Dempsey et Sandler, 1997). Cette cohérence favorise l’apprentissage
des jeunes, qui ne se sentent pas obligés de défendre les façons de procéder
en classe lorsqu’ils sont à la maison, et réciproquement.
Même si les difficultés mathématiques des jeunes peuvent provenir
autant d’aspects cognitifs, métacognitifs qu’affectifs, nous croyons que
les parents sont en mesure, sans trop de connaissances mathématiques,
d’aider leurs enfants à développer des attitudes positives à l’égard des
mathématiques. Par exemple, ils devraient éviter les propos désobligeants
à l’égard des mathématiques, comme « les maths, ça ne sert à rien », ou
faire attention à leur « supposée » incapacité à résoudre des problèmes
de mathématiques en soulignant que « les maths, ce n’est pas pour moi »
ou « je n’ai pas cette logique-là ». En ce sens, nous pensons qu’ils peuvent
contribuer au développement de la compétence émotionnelle de leur enfant
en mathématiques, par leurs interventions, par leur soutien non verbal,
par leurs encouragements, mais aussi par la compréhension des émotions
que leurs enfants ressentent à l’égard de cette discipline. Des travaux anté-
rieurs laissent penser que les élèves sont trop souvent influencés par des
croyances qu’ils entretiennent à l’égard des mathématiques, croyances qui
les mènent à penser, par exemple, que « la bosse des maths existe et est héré-
ditaire » (Lafortune, 1994, 2003a et b). Notre idée d’étudier la compétence

1. Cette réforme de l’éducation au Québec est amorcée depuis septembre 1999.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
38 Pédagogie et psychologie des émotions

émotionnelle dans la relation que les parents ont avec leurs enfants à propos
des mathématiques vient du désir de comprendre les émotions que les
jeunes entretiennent à propos des mathématiques (dimension cognitive)
plutôt que de se limiter à susciter l’expression des émotions à l’égard des
mathématiques. Ce dernier choix limite, selon nous, les actions qui peuvent
être posées autant par des enseignants et enseignantes que par des parents.
Traiter des aspects émotifs selon une perspective cognitive nous vient des
travaux de Saarni (1999), mais aussi de Pons, Doudin, Harris et de Rosnay
(2002). Notre apport consiste à appliquer leurs propos à l’apprentissage
des mathématiques.
Pour approfondir cette problématique, nous résumons les résultats2
d’une première étape de recherche visant la validation d’activités interac-
tives-réflexives en mathématiques en vue d’assurer le suivi scolaire en
mathématiques à la maison. Ensuite, nous expliquons les trois concepts
principaux qui alimentent notre propos : émotions, métaémotion et
compétence émotionnelle en accordant une importance particulière à ce
troisième concept. Nous abordons également les résultats de l’implanta-
tion et de l’évaluation de l’implantation d’activités interactives-réflexives
à la maison en posant un regard particulier sur les activités qui portent
sur la dimension affective afin d’établir des liens avec la compétence
émotionnelle. Pour poursuivre la réflexion, nous présentons les résultats
d’une étude exploratoire3 portant sur les perceptions des élèves à propos
des croyances qu’ils pensent que leurs parents entretiennent à propos des
mathématiques. Les résultats de cette exploration ouvrent sur des pistes
de solution et de recherche.

1. VALIDATION D’ACTIVITÉS INTERACTIVES-


RÉFLEXIVES EN MATHÉMATIQUES
Pour mieux comprendre ce que les enseignants et enseignantes accepte-
raient de proposer à leurs élèves, ce que les parents accepteraient de faire
avec leurs enfants et ce que les jeunes apprécieraient, nous avons proposé
des idées d’activités interactives-réflexives (AIR) à des enseignants,
parents et élèves afin de passer ensuite à une phase d’expérimentation

2. Cette recherche a été subventionnée par le Conseil de recherche en sciences


humaines du Canada – CRSH (Lafortune et Deslandes, 2000-2003).
3. Cette recherche a été subventionnée par le programme d’Aide à la relève en
science et technologie (ARST) du ministère du Développement régional et
économique et de la Recherche – MDERR (Lafortune, 2001-2003).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 39

(voir Lafortune, 2003 et 2004b pour plus de détails sur cette phase de la
recherche). Au cours d’entrevues, nous avons donc rencontré 16 parents de
quatre écoles différentes, les enfants (10 à 13 ans, fin du primaire et début
du secondaire) de ces parents et 10 enseignants et enseignantes (2 hommes
et 8 femmes) intervenant auprès de ces enfants. Les activités proposées
portaient sur les aspects suivants : les croyances et préjugés, la prise en
compte de la dimension affective, la prise de conscience des processus
mentaux, la pratique de discussions philosophiques en mathématiques, la
réalisation de liens entre les mathématiques et des activités quotidiennes
ainsi que des projets intégrateurs.
Comme résultats de ce processus de validation, les enseignants et
enseignantes font remarquer qu’il est essentiel qu’une préparation soit
faite en classe et que l’activité à la maison soit suivie d’un retour en classe
afin de montrer aux élèves que le travail réalisé à la maison revêt une
importance aussi grande que celui qui est fait à l’école. De plus, les ensei-
gnants et enseignantes avaient de la difficulté à garder à l’esprit que les
activités proposées s’inscrivaient dans une perspective de suivi parental.
Facilement, ils trouvaient un intérêt à utiliser les activités en classe, sans
avoir à l’esprit que les parents pouvaient contribuer à leur poursuite à la
maison. Il reste à développer chez le personnel enseignant une préoccupa-
tion pour que ce qui se fasse à la maison, soit la poursuite de la réflexion
amorcée en classe, et non pas pour la seule pratique d’un apprentissage
réalisé en classe. Malgré cette difficulté à garder une perspective parentale,
les enseignantes et enseignants rencontrés ont démontré une ouverture à
l’utilisation d’activités innovatrices.
De leur côté, les parents rencontrés sont très ouverts à ce type d’acti-
vités à la maison même si le manque de temps est souvent cité comme
un frein. Néanmoins, ces parents sont d’avis qu’ils doivent recevoir des
explications afin de pouvoir bien réaliser ce type d’activités dont ils n’ont
pas l’habitude. Ils se voient mal, par exemple, amorcer une discussion
philosophico-mathématique avec leur enfant sans avoir des éléments de
réflexion pour alimenter leurs idées sur un sujet donné. Ils ne veulent pas
se sentir démunis devant des situations embarrassantes ou trop différentes
de ce qu’ils connaissent.
Plusieurs parents ne semblent pas avoir toujours conscience des diffi-
cultés de leur enfant ; pourtant, les jeunes aimeraient être écoutés de leurs
parents, mais sans leur dire : « Mais voyons, je ne comprends pas pourquoi
tu ressens ce stress, tu es bien préparé. » Ils préfèrent éviter de parler de
leurs difficulté que d’entendre ce type de commentaires.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
40 Pédagogie et psychologie des émotions

Les jeunes expriment de l’ambivalence relativement à l’intervention de


leurs parents lorsqu’ils ont à réaliser des travaux à la maison. Si les parents
pensent aider leur enfant en leur donnant la réponse, ils se trompent, car
les jeunes ne veulent pas de ce type d’aide. Ils préfèrent avoir des indices
ou quelques éléments qui les « débloquent » afin de poursuivre seuls la
résolution de leurs problèmes de mathématiques. Ils ne veulent pas d’une
aide où leur parent fait tout pour eux. Ils sont conscients que cela ne les
aide pas à apprendre.
Ce processus de validation montre qu’il est nécessaire de créer des
liens de compréhension entre enseignants, élèves et parents. Cette compré-
hension pourrait porter aussi bien sur la dimension cognitive que sur la
dimension métacognitive ou affective. Nous choisissons d’explorer dans ce
chapitre des éléments liés à la dimension affective compte tenu des attitudes
négatives de plusieurs élèves et parents à l’égard des mathématiques. De
plus, nous considérons que la prise en compte de cette dimension influencera
positivement l’interaction école-famille pour l’apprentissage des mathéma-
tiques dans toutes les dimensions de l’apprentissage. Nous abordons donc
différents concepts liés à la dimension affective afin de mieux comprendre
le rôle des émotions dans l’apprentissage des mathématiques.

2. CONCEPTS THÉORIQUES :
ÉMOTIONS, MÉTAÉMOTION
ET COMPÉTENCE ÉMOTIONNELLE
Les difficultés des élèves en mathématiques peuvent relever de divers
facteurs comme des lacunes dans leurs connaissances mathématiques, les
différents sens donnés aux énoncés des problèmes (Baruk, 1973, 1977, 1985),
les difficultés langagières – langages naturel, symbolique et graphique – (De
Serres et Groleau, 1997 ; De Serres, 2003), les croyances et préjugés (Lafor-
tune, Mongeau et Pallascio, 2000 ; Dehaene, 1997), mais aussi les attitudes
adoptées à l’égard des mathématiques (Anthony, 1996 ; Ma et Kishor, 1997 ;
Fennema et Sherman, 1976 ; Goos et Galbraith, 1996 ; Jitendra et Xin, 1997 ;
Lafortune, Mongeau, Daniel et Pallascio, 2000 ; McLeod, 1994 ; Meravech
et Kramarski, 1997 ; Petit et Zawojwoski, 1997). Ces attitudes sont liées aux
émotions que les élèves ressentent à l’égard de cette discipline.

2.1. ÉMOTIONS
Une émotion est une réaction affective, heureuse ou pénible, se manifes-
tant de diverses façons (Sillamy, 1980). Plusieurs émotions de base ont
été relevées, telles que la peur, la colère, la joie, la tristesse, la surprise, le
dégoût et la détresse (entre autres, voir Martin et Briggs, 1986). Lorsqu’on

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 41

fait référence aux mathématiques, les éléments de la dimension affective


qui ont émergé des travaux de Lafortune (1992a et b) sont l’anxiété, la moti-
vation et la confiance en soi. Parmi ces éléments, l’anxiété est l’émotion la
plus souvent étudiée en rapport avec l’apprentissage des mathématiques
(Hatchuel, 2000 ; Kogelman et Warren, 1978 ; Lafortune, 1992a et b ; Lafor-
tune, Mongeau, Daniel et Pallascio, 2002a et b ; Lafortune et Massé, 2002 ;
Nimier, 1976, 1985 ; Tobias, 1978, 1987, 1990 ; Weyl-Kailey, 1985 ; Zaslavsky,
1996). Lafortune et Pons (2004) proposent une perspective de l’anxiété
à l’égard des mathématiques qui permettrait de percevoir cette émotion
comme ayant une influence tant négative que positive. Cette perspective
devrait être abordée auprès des parents lorsqu’ils aident leurs enfants
lors de situations d’évaluation, par exemple. Le fait que l’anxiété ait été
l’émotion la plus étudiée relativement à l’apprentissage des mathématiques
influencera les exemples apportés pour expliquer les composantes de la
compétence émotionnelle dans une section ultérieure.

2.2. MÉTAÉMOTION
Selon Pons, Doudin, Harris et de Rosnay (2002, p. 9), la métaémotion
renvoie à « la compréhension que le sujet a de la nature, des causes et des
possibilités de contrôle des émotions [… mais aussi à] la capacité du sujet
à réguler l’expression d’une émotion et son ressenti émotionnel de façon
plus ou moins inconsciente et implicite ». Ces auteurs considèrent comme
fondamentale la relation qui associe la compréhension des émotions à la
capacité de régulation de ces émotions. Même si nous ne connaissons pas de
travaux étudiant le développement de la métaémotion dans l’apprentissage
des mathématiques, nous pensons que, si les élèves comprennent la nature
et les causes de l’anxiété qu’ils ressentent à l’égard des mathématiques, ils
pourront mieux se donner des moyens pour éviter que ces émotions les
empêchent de réussir l’activité mathématique à la mesure de leurs capacités
et compétences. De plus, la compréhension de la source de l’anxiété dimi-
nuera l’influence des attributions causales, liées à la génétique parentale ou
à des croyances qu’il est nécessaire de posséder un talent supérieur pour
réussir en mathématiques, qui constituent d’excellents prétextes pour ne
pas fournir les efforts essentiels à la réussite.
La métaémotion est, selon nous, une composante de la compétence
émotionnelle qui accorde autant d’importance à la compréhension de ses
propres émotions qu’à la compréhension des émotions des autres. Comme
nous considérons l’apprentissage dans une perspective socioconstructiviste
(Jonnaert et Masciotra, 2004 ; Jonnaert et van der Borght, 1999 ; Lafortune et
Deaudelin, 2001) et que nos recherches mettent les personnes apprenantes
en interaction avec les autres, nous abordons la problématique du suivi

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
42 Pédagogie et psychologie des émotions

parental en mathématiques à la maison par le biais de la compétence


émotionnelle. Il nous apparaît nécessaire de considérer cet aspect dans une
perspective socioconstructiviste, car la compétence émotionnelle met autant
l’accent sur la reconnaissance et la compréhension de ses propres émotions
en interrelation et interaction avec celles des autres.

2.3. COMPÉTENCE ÉMOTIONNELLE


Saarni (1999) est l’auteure consultée qui fournit le plus d’explications rela-
tives à la compétence émotionnelle par l’explicitation de huit composantes
que nous préciserons dans ce qui suit en proposant d’abord une formula-
tion et une explication de chacune d’elles. Nous ajouterons des précisions
quant au sens de cette composante pour l’intervention des parents en
mathématiques et l’apprentissage de cette discipline par les élèves. Peu
d’auteurs traitent de ce concept (Webster-Stratton, 1999) ; cependant, nos
lectures et nos recherches montrent que les explications de la compétence
émotionnelle sont très liées à ce que Harris (1985, 1989, 1995) a élaboré sur
la compréhension des émotions chez les enfants. Le développement de la
compétence émotionnelle, selon ces auteurs, n’est pas seulement réservé aux
enseignants et enseignantes, il relève également de la relation parentale.
1re composante : La conscience de ses propres états émotifs se réfère à la
reconnaissance des émotions que l’on ressent, mais aussi aux liens entre
ces émotions et les événements qui les causent. Cette conscience est en
relation avec la métaémotion qui exige cette conscience pour mener à
une compréhension des émotions et à des ajustements tenant compte de
cette compréhension. Mongeau et Tremblay (2002) parlent d’une attention
consciente qui peut être en lien avec cette conscience de ses propres états
émotifs. Selon eux, cette attention consciente suscite le désir d’agir afin de
faire disparaître le malaise, tel que l’inconfort par exemple. Bien que ces
auteurs fassent référence à une attention consciente, ils considèrent que la
réaction à l’inconfort peut être instantanée, inconsciente et réflexe ou issue
d’une analyse réfléchie et différée.
Nous considérons que les parents ont avantage à avoir conscience
des émotions que font émerger les mathématiques chez eux pour mieux
en reconnaître la source. Cette reconnaissance peut les aider à éviter de
perpétuer chez leur enfant la croyance que ses difficultés en mathématiques
sont dues à un problème génétique par des remarques du genre « c’est
normal que tu aies de la difficulté, j’en avais autant que toi lorsque j’étais
à l’école » ou « l’échec en mathématiques, c’est un problème de famille ».
De leur côté, les jeunes qui ont conscience des émotions qu’ils ressentent
à l’égard des mathématiques peuvent considérer comme normal le fait de
ressentir de telles émotions même si les mathématiques leur paraissent une

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 43

discipline neutre, objective et rationnelle. Nous estimons que la conscience


de ses propres émotions en mathématiques est essentielle à la résolu-
tion de problèmes. Cette capacité est donc centrale dans la compétence
émotionnelle.
2e composante : L’habileté à reconnaître et à comprendre les émotions des
autres est complémentaire à la compréhension de ses propres émotions. Plus
on en connaît à propos des émotions ressenties par les autres, plus il est
possible de comprendre ce qui se passe émotionnellement chez soi. Cette
composante de la compétence émotionnelle montre qu’il est important de
se pencher sur le processus de construction des émotions afin d’accepter
les limites non seulement de la construction de ses propres émotions, mais
aussi de celle des autres (Lafortune, 2004a). De plus, cette composante de la
compétence émotionnelle est liée aux compétences transversales de l’ordre
personnel et social dans le but d’actualiser son potentiel et de coopérer, ce
qui signifie une connaissance de soi, mais aussi des autres (MEQ, 2004).
Cette composante de la compétence émotionnelle est importante pour
les parents qui cherchent à reconnaître et à comprendre les émotions de
leurs enfants. Cet aspect est particulièrement important pour l’apprentis-
sage des mathématiques, car les parents ont tendance à ne pas reconnaître
le stress que cette discipline fait vivre à leurs enfants (Lafortune, 2003 et
2004b). Reconnaître que son enfant peut ressentir des émotions à l’égard
des mathématiques favorise la communication et peut diminuer l’impact
négatif d’émotions comme l’anxiété. Cette reconnaissance et cette compré-
hension des émotions des autres peuvent aider les élèves à se comparer aux
autres et, ainsi, à se sentir moins isolés dans ce que les mathématiques leur
font vivre. Cependant, une meilleure conscience de ses propres émotions
(première composante) est essentielle pour que les comparaisons avec les
émotions des autres soient pertinentes et non dévalorisantes.
3e composante : L’habileté à utiliser le vocabulaire associé aux émotions à
l’aide, notamment de mots, d’images ou de symboles permet de communi-
quer son expérience émotive aux autres et d’avoir accès aux représentations
de ses propres expériences émotives, ce qui permet de les situer dans un
contexte et de les comparer aux représentations des autres.
Dans la relation parents-enfants, cette composante de la compétence
émotionnelle favorise les discussions et le partage des émotions sans que
l’on se limite à nommer l’émotion ressentie. On cherche alors plutôt à
expliquer les émotions ou à les justifier. Lafortune et Massé (2002) ainsi
que Lafortune et Lafortune (2002) proposent des moyens pour susciter
l’expression des émotions que les élèves ressentent à propos des mathé-
matiques ; ces moyens prennent la forme de grilles de réflexion, de sujets
de discussion, de tâches mathématiques à réaliser, de partage de façon de

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
44 Pédagogie et psychologie des émotions

procéder, de capsules vidéo, etc. Lafortune et Mongeau (2003a et b) propo-


sent une approche par le dessin où les élèves expriment leurs émotions en
dessinant les mathématiques. Ces moyens sont directement associés aux
émotions ressenties par les élèves. Enfin, Lafortune, Mongeau, Daniel et
Pallascio (2002a et b) incitent les élèves à parler de ce que sont les émotions
en mathématiques au moyen d’une approche philosophique. Cette dernière
approche incite plutôt les élèves à se représenter les émotions et, ainsi, à
aborder les émotions de façon conceptuelle.
4e composante : La capacité d’empathie est la composante nécessaire à
l’établissement de relations avec les autres. Selon Saarni (1999), l’empathie
renvoie au fait de ressentir avec les autres, alors que la sympathie renvoie
au fait de ressentir pour les autres ; ces états affectifs favorisent la commu-
nication avec les autres. Selon Legendre (1993, p. 488), l’empathie est la
« capacité d’identifier les émotions et les représentations d’autrui » ; en tant
que capacité, elle se développe et s’apprend.
L’empathie du parent relativement aux émotions de son enfant en
mathématiques signifie qu’il reconnaît que son enfant peut ressentir des
émotions et les expliquer. Le parent ne peut alors qu’être sensible aux expli-
cations que son enfant donne au moment d’un échec en mathématiques. Ce
dernier se sent reconnu comme une personne pouvant échouer non pas à
cause de son potentiel, mais à cause de ses émotions. Cette empathie peut
également être utile aux élèves entre eux pour s’entraider et se comprendre
dans les moments de difficultés en mathématiques. Cette empathie aide à
établir des liens entre son vécu et celui des autres.
5e composante : L’habileté à comprendre que l’état émotif interne ne corres-
pond pas nécessairement à ce qui est exprimé renvoie au fait qu’une personne
ne montre pas toujours l’émotion qu’elle ressent parce qu’elle anticipe une
réaction de l’autre ou des autres qui aura des effets négatifs sur elle-même.
La compréhension de ce phénomène améliore grandement les relations avec
les autres. Le fait de développer cet aspect de la compétence émotionnelle
favorise des attributions causales pertinentes dans la situation et conduit à
plus de cohérence entre les pensées et les actions (Thagard, 2000).
Au regard de l’apprentissage des mathématiques, les parents ont
avantage à prêter attention à la différence entre ce que leurs enfants expri-
ment et ce qu’ils ressentent. Lafortune (2003) relèvent des résultats de
recherche où les jeunes préfèrent dire à leurs parents qu’ils ne ressentent
pas de stress lors de moments d’évaluation en mathématiques, car leurs
parents leur répondent trop souvent en disant : « Comment se fait-il que
tu sois si stressé. Es-tu bien préparé ? » Les jeunes ne se sentent alors pas
compris et ils préfèreront se taire la prochaine fois. Nous avons remarqué
que, de façon générale, les garçons préfèrent démontrer de l’indifférence

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 45

et les filles de l’anxiété (Lafortune, Mongeau, Daniel et Pallascio, 2002a ;


Lafortune et Fennema, 2002, 2003). Nous nous interrogeons maintenant
sur la teneur de ces émotions. Sont-elles exagérées ? Correspondent-elles
à ce qui est ressenti ? Sont-elles un construit social associé à l’un ou l’autre
des sexes ?
6e composante : La capacité à gérer des émotions d’aversion ou de détresse
en utilisant des stratégies d’autorégulation permet de supporter des émotions
de grande intensité et pour une assez longue durée. Cette capacité suppose
l’élaboration de stratégies d’autorégulation qui incite à des ajustements
pendant que les émotions sont ressenties. On peut penser que l’utilisation
d’un « regard méta » en cours d’expériences émotives est nécessaire pour
comprendre ce qui est en train de se passer. Ce « regard méta » permet de
voir ce qui se passe en cours d’action et d’agir en fonction de ce qui est
observé (Lafortune et Martin, 2004). Cette capacité peut développer l’habi-
leté à faire ressortir les aspects positifs d’émotions supposément négatives,
comme l’anxiété à l’égard des mathématiques. (Lafortune et Pons, 2004)
Dans l’aide en mathématiques apportée à leurs enfants, les parents
devraient tendre à ne pas laisser émerger leurs réactions négatives à l’égard
des mathématiques, réactions qui conduisent le jeune à penser que les
mathématiques doivent être évitées en raison des craintes, des malaises
ou des tensions qu’elles soulèvent. Une façon de faire consiste à accepter
de chercher des solutions avec son enfant et à s’engager dans l’activité
mathématique. Les élèves, de leur côté, auraient avantage à discuter des
stratégies qu’ils utilisent lorsque les émotions désagréables surgissent et leur
enlèvent les moyens de résoudre des situations-problèmes mathématiques
(Lafortune et Massé, 2002).
7e composante : La conscience de la nature des relations ou de la commu-
nication dépend des émotions et particulièrement du degré de réciprocité et
de symétrie dans la relation. Cette composante intègre les composantes
préalablement décrites et incite la personne à prendre conscience que les
émotions ne sont pas communiquées de la même façon par tout le monde,
ce qui influe sur les relations avec les autres. On peut associer cette compo-
sante à la compétence transversale « communiquer de façon appropriée » du
programme de formation de l’école québécoise (MEQ, 2001, 2004). Celle-ci
suppose, par exemple, que gérer la communication mène à tenir compte de
facteurs (qui peuvent être des émotions) facilitant ou entravant la commu-
nication et, ainsi, conduit à s’adapter selon la réaction des destinataires.
Le fait d’avoir cette conscience est important pour les parents qui
veulent aider leurs enfants dans l’apprentissage des mathématiques. Cette
conscience permet d’écouter son enfant et de favoriser ainsi l’échange, car

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
46 Pédagogie et psychologie des émotions

les jeunes peuvent en venir à éviter de communiquer leurs émotions ou de


demander de l’aide s’ils sentent l’aversion de leurs parents à l’égard des
mathématiques.
8e composante : La capacité d’accepter ses expériences émotives et de déve-
lopper un sentiment d’autoefficacité est liée à la croyance personnelle en ce
qui est socialement acceptable comme équilibre émotif. Cela signifie que
nous construisons notre propre théorie des émotions et, ce faisant, nous
développons notre sentiment d’autoefficacité émotionnelle.
Pour les parents, le fait de porter un regard sur leurs propres expé-
riences émotionnelles en mathématiques peut améliorer leur sentiment de
compétence dans le soutien de leur enfant. Bouffard et Bordeleau (2002,
p. 199) montrent que « plus les parents ont un sentiment d’auto-efficacité
élevé et plus ils croient en leur rôle dans le développement de l’enfant,
plus leurs pratiques éducatives sont positives ». Le développement de
cette composante de la compétence émotionnelle est important pour les
parents. Pour les jeunes, le fait d’accepter que les mathématiques arrivent
à faire émerger des émotions comme l’anxiété ou le plaisir peut contribuer
à l’augmentation de l’estime de soi et à une valorisation des démarches
utilisées pour résoudre des problèmes de mathématiques.
Avant de montrer comment la compétence émotionnelle peut être
liée à l’utilisation d’activités interactives-réflexives à la maison, nous
présentons le résultat de l’implantation de telles activités inscrites dans des
programmes d’intervention élaborés par les enseignants et enseignantes
participant à la recherche.

3. IMPLANTATION D’ACTIVITÉS
INTERACTIVES-RÉFLEXIVES ET ÉVALUATION
DE CETTE IMPLANTATION :
DESCRIPTION ET RÉSULTATS
Les enseignants et enseignantes qui ont participé à l’implantation d’ac-
tivités interactives-réflexives (AIR) favorisant le suivi scolaire en mathé-
matiques à la maison ont conçu leur propre programme d’intervention
(comportant entre 5 et 8 activités) à partir de 29 activités élaborées à la
suite de la démarche de validation (décrite à la section 1 ; Lafortune, 2002).
La majorité des enseignants et enseignantes qui ont participé à cette étape
de la recherche avaient collaboré à l’étape de validation. Les élèves et
leurs parents qui ont collaboré sont ceux des classes de ces enseignants et

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 47

enseignantes4. Les élèves ont de 8 à 15 ans. Ces activités s’inscrivaient dans


trois catégories : 1) croyances et préjugés, 2) métacognition et réflexion, et
3) dimension affective (voir Lafortune 2003 et 2004b pour plus de détails).
Nous aborderons ici certains résultats issus de l’implantation d’activités
interactives-réflexives de la catégorie « dimension affective ».
Les AIR qui relève plus directement de la dimension affective portent
sur les aspects suivants :
➢ dégager les aspects positifs et négatifs associés aux mathématiques
et y réfléchir dans le cadre d’un échange parents-enfants ;
➢ rédiger un texte à propos de son cheminement personnel en mathé-
matiques ou à propos de perception à l’égard de cette discipline
(ennui, inutilité…) afin d’en discuter en famille ;
➢ fournir aux parents des fiches de réflexion à propos d’interven-
tions portant sur la dimension affective auprès de ses enfants (à
propos des progrès réalisés, des questions posées, des réactions
affectives…) ;
➢ fournir aux parents des moyens d’échanger sur le stress de leurs
enfants pour l’examen de mathématiques afin de l’apprivoiser ;
➢ apprendre à dédramatiser les erreurs en tentant de comprendre
la source de certaines d’entre elles dans un travail de réflexion à
réaliser à la maison ;
➢ explorer en famille la place des mathématiques dans les jeux de
société.
Une analyse de contenu des transcriptions des entrevues que les
enseignants et enseignantes ont eues avec certains parents a fait émerger
des résultats. Dans le présent texte, nous abordons ceux qui se réfèrent à
la dimension affective. Par exemple, dans une démarche de réflexion et
de rédaction, une enseignante a demandé aux élèves de rédiger un texte
à partir des caractéristiques qu’ils attribuent à un élève qui réussit et à un
autre qui n’a pas envie de réussir. Selon un parent, grâce à cette activité, son
enfant a eu une meilleure perception du stress en maths ; un autre ajoute que cela
permet à l’enfant de se questionner sur sa réussite. Ce genre d’activité semble
donc favoriser des prises de conscience. La majorité des élèves ont apprécié

4. Les enseignants et enseignantes qui ont participé à l’étape précédente ont parfois
changé de niveau d’enseignement. De plus, d’autres enseignantes se sont ajoutées
à la fois par intérêt et en raison d’une connaissance minimale du matériel qui leur
permettait de penser que les activités pouvaient être adaptées au niveau des élèves
auxquels elles s’adressaient.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
48 Pédagogie et psychologie des émotions

réaliser cette activité à la maison ; comme le souligne un élève, cela [lui] a


donné une bonne idée de ce qu’est une personne qui réussit en mathématiques, et
un autre ajoutant qu’il aime faire des activités avec [ses] parents.
Une enseignante a rencontré les parents (10) dont les enfants avaient
le plus de réactions affectives négatives à l’égard des mathématiques.
Après avoir échangé avec ces parents, elle leur a remis des fiches pour leur
permettre d’améliorer leurs interventions auprès de leur enfant. Ces fiches
portaient sur le fait de « montrer qu’il y a des progrès même s’il n’y a pas de
réussite » ; de « dire et redire que la solution ne surgit pas spontanément à
l’esprit » ; de « faire parler les jeunes de leurs réactions affectives » et, enfin,
de « croire aux capacités de son enfant de réussir ». Dans les faits, 7 parents
sur 10 ont eu des discussions avec leurs enfants. Selon cette enseignante,
les élèves ont eu un moyen de discuter avec leurs parents des sentiments qu’ils
éprouvent ; [… ont] constaté qu’ils ne sont pas seuls à éprouver [des sentiments
négatifs] ; [… se sont rendu compte] que l’on peut trouver de l’aide et du réconfort
quand on en parle ; [… ont] trouvé des solutions à leurs problèmes. Selon elle, ils
ont commencé à développer une meilleure confiance en eux et une estime
d’eux-mêmes. Elle ajoute que les parents ont appris à mieux connaître leur
enfant ; à communiquer [avec lui et à développer] une nouvelle façon d’encourager
leur enfant. De leur côté, les parents pensent que ces activités peuvent aider leur
enfant à adopter une attitude positive.
Cependant, deux enseignantes ont incité les élèves à discuter du stress
qu’ils ressentent dans des situations d’évaluation en mathématiques. Une
enseignante a donné aux élèves la possibilité d’amorcer une discussion, en
équipe, en classe sur les manifestations du stress, sur le moment où il surgit
et sur les moyens utilisés pour modifier leurs réactions. Pour y faire suite,
un questionnaire était rempli à la maison qui amorçait la discussion en
famille et dont le contenu a servi de retour en classe. Une autre enseignante
a remis aux parents une lettre contenant des questions pour les inciter à
réfléchir sur ce que vit leur enfant en mathématiques. Des discussions ont
ensuite été menées tant dans la classe qu’à la maison. Cette expérience a
conduit une enseignante à souligner qu’elle était surprise d’entendre les
parents dire que leur enfant était peu loquace sur ce sujet, car en classe les
élèves avaient beaucoup de choses à dire. Une enseignante ajoute :
Cela m’a permis de constater à quel point les enfants vivent du stress,
soit dans leurs activités sportives, à la maison ou à l’école. Cette activité
a permis également aux parents de voir à réduire leurs exigences, car ils
avaient tendance à en demander trop. Les élèves ainsi que moi-même
avons pu trouver les sources du stress, les symptômes et les moyens pour
les aider. Encore une fois, les parents ont bien aimé discuter avec leur

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 49

enfant. Ainsi, ils ont pu comprendre davantage le stress de leur enfant.


Aussi, de savoir que papa et maman vivent aussi du stress a permis de
dédramatiser la situation.

La résolution de problèmes de mathématiques à la maison et la discus-


sion sur les causes des erreurs a conduit les parents à faire des commen-
taires de trois types. Cette activité a fait ressortir le sentiment d’insécurité
des parents qui devaient trouver des erreurs dans des problèmes déjà
résolus. Elle a aussi fait réfléchir sur les causes des erreurs, par exemple
la distraction, l’illusion de la facilité ou la vitesse. Elle a été appréciée par
les parents, qui disent avoir mieux saisi l’évolution de l’enseignement des
mathématiques.
En cherchant les aspects mathématiques qu’on peut retrouver dans
les jeux de société, selon une enseignante, les jeunes ont pu réfléchir sur
les stratégies qu’ils utilisent. Les parents ont eu du plaisir à participer à cette
activité et les enfants et les parents se sont rendu compte qu’il y a beaucoup de
mathématiques dans les jeux. Selon les parents, cet échange leur a permis
d’être plus proches de leur enfant quant à ce qu’il vit en classe ; des parents
ajoutent que cette activité est beaucoup plus motivante que les devoirs papier-
crayon.

4. LIENS AVEC LA COMPÉTENCE


ÉMOTIONNELLE
Dans les résultats de la démarche d’implantation d’AIR, nous remarquons
que des parents et des élèves ont pris conscience de l’existence d’émotions
associées aux mathématiques, réalisant par exemple que les mathématiques
peuvent causer des tensions (réussite, erreurs et stress à l’examen), mais
aussi du plaisir (jeux de société). Ces prises de conscience sont liées aux
première et troisième composantes de la compétence émotionnelle, qui
montrent l’importance de prendre conscience de ses propres états émotifs,
mais aussi d’avoir les mots pour les communiquer. En se rendant compte
des émotions que leur enfant ressent en mathématiques (2e composante), les
parents ont pu mettre à l’épreuve leur capacité d’empathie (4e composante).
Cependant, au moment de la phase de validation, des jeunes s’expriment
et montrent que les parents ont à cheminer dans leur façon de comprendre
leur enfant. La majorité des élèves interrogés semblent dire que les parents
exagèrent dans leur tentative de les appuyer dans leur étude à la maison.
Un garçon raconte que

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
50 Pédagogie et psychologie des émotions

[ce n’est] pas que je trouve ça « le fun » de ne pas étudier avec [mes
parents], mais c’est parce que ma mère veut tellement qu’on réussisse.
[…] Elle exagère quasiment. Toutes les deux minutes, elle me demande-
rait d’étudier. Tandis que là je ne lui en parle pas puis j’étudie un peu à
chaque jour et je lui dis : « Oui, oui, j’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup
étudié. » Dans le fond, j’ai étudié juste un petit peu. Parce que j’ai déjà
essayé, j’ai dit : « Non, je n’ai pas vraiment étudié » et elle a dit « Bon
viens-t’en. » On a passé quasiment une demi-heure à étudier la même
chose. Ce n’est pas très agréable.

Dans le même sens, au cours d’une recherche où nous avons demandé


à des jeunes de « dessiner les maths », dans une phrase explicative de son
dessin un jeune a écrit : « Les maths, c’est comme ma mère, c’est acha-
lant. » Ces commentaires des jeunes montrent que la communication entre
parents et enfant peut être améliorée en ce qui concerne le suivi scolaire à
la maison.
Dans ce projet, nous pensons qu’il y a eu un début de sensibilisation
(composantes 5 à 8 de la compétence émotionnelle) des parents et des
jeunes quant à la place des émotions dans l’apprentissage des mathéma-
tiques, mais aussi dans la relation parentale au plan scolaire. Cependant,
nous pensons que l’implantation de telles activités devrait se poursuivre
au-delà de l’utilisation de 5 à 8 activités. Les travaux scolaires demandés à
la maison pourraient être revus afin que le suivi parental à la maison puisse
contribuer au développement de la compétence émotionnelle, surtout en
ce qui concerne l’apprentissage des mathématiques.
Cette réflexion sur le développement de la compétence émotionnelle
des parents pour aider leur enfant en mathématiques est complétée par la
perception que les enfants ont des croyances de leurs parents à l’égard de
cette discipline. Cette perception montre qu’il est nécessaire d’améliorer la
communication entre parents et enfants relativement à l’apprentissage des
mathématiques, particulièrement en ce qui à trait au développement de la
compétence émotionnelle autant chez les jeunes que les adultes.

5. PERCEPTIONS DES ÉLÈVES À PROPOS DES


CROYANCES DE LEURS PARENTS À L’ÉGARD
DES MATHÉMATIQUES
À titre exploratoire, afin d’alimenter notre réflexion autant sur les croyances
entretenues à l’égard des mathématiques que sur les émotions que suscite
cette discipline, nous avons demandé à des jeunes de la fin du primaire ce

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 51

qu’ils pensaient que leurs parents dessineraient si on leur demandait de


« dessiner les mathématiques » (voir Lafortune et Mongeau, 2003a, pour
plus de détails). Les questions suivantes ont servi d’amorce à la collecte
de données : « Si tes parents avaient eu à dessiner les mathématiques,
qu’auraient-ils dessiné ? Pourquoi auraient-ils fait ces dessins ? » et « Qu’est-
ce que tes parents disent à propos des mathématiques à la maison ? ». Les
résultats de cette exploration pourraient fournir des indices sur les inter-
ventions à réaliser auprès des élèves pour des discussions à la maison.
On remarque que plusieurs jeunes pensent que leur mère ferait un
dessin qui représente les mathématiques assez négativement. Ils l’expriment
de la façon suivante :
Je suis à peu près sûre que [… ma mère se dessinerait] en train de m’aider
parce qu’elle a vraiment de la [difficulté] à m’aider. Elle ne comprend rien
[…] parce qu’elle ne l’a pas appris de la même façon.

Ma mère aurait dessiné quelqu’un qui est dans la [difficulté]. Une bulle,
[…] un point d’interrogation, un point d’interrogation, un point d’in-
terrogation. Parce que ma mère elle n’a pas beaucoup appris les maths.
Elle a de la misère.

Elle dessinerait un gros nuage noir parce qu’elle n’aime pas les maths et
les problèmes, ce n’est pas vraiment son fort.

Ma mère, je pense que ce serait confus parce qu’elle travaille un peu avec
les chiffres, mais je n’ai jamais su si elle aimait ça.

Certaines mères auraient eu des perceptions positives soit parce


qu’elles ont étudié dans des domaines mathématiques ou scientifiques ou
tout simplement parce qu’elles aiment les mathématiques. Par exemple,
un jeune suppose que sa mère aurait dessiné un gros cœur avec maths écrit
dedans.
Selon les élèves, quelques pères semblent avoir une représentation
négative, car un père aurait dessiné un gros nuage gris avec des éclairs dedans
et un autre aurait dessiné [quelque chose] de confus. Cependant, d’autres
pères sont perçus comme ayant une représentation plutôt positive. En ce
sens, un jeune souligne que [son] père dessinerait quelqu’un en train de faire
un problème […] Il serait concentré et un autre ajoute que [son] père inventerait
sûrement un problème ou bien il marquerait plein de réponses parce que [son] père
est vraiment bon en mathématiques.
Ces résultats révèlent que des échanges entre parents et enfants rela-
tivement aux émotions ressenties à l’égard des mathématiques – autant de
la part des jeunes que de leurs parents – pourraient avoir une influence sur

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
52 Pédagogie et psychologie des émotions

le développement de la compétence émotionnelle des élèves en mathémati-


ques en favorisant la compréhension de ce que l’autre ressent. Pour appro-
fondir ces résultats, il serait intéressant de demander aux élèves de faire
dessiner les mathématiques par leurs parents et de discuter avec eux de ce
qu’ils pensent des mathématiques. Cela rejoindrait le projet d’implantation
d’AIR à réaliser avec les parents à la maison.

6. INTERPRÉTATION ET DISCUSSION
Les résultats présentés dans ce texte laissent penser que les parents ont un
rôle à jouer dans les attitudes des jeunes à l’égard des mathématiques. Leur
influence peut être liée à leurs propres réactions affectives à l’égard de cette
discipline, à leur façon d’intervenir pour aider leur enfant ou à leur compré-
hension des sources des difficultés de leur enfant. En ce sens, il semble
important de développer la compétence émotionnelle en mathématiques
autant chez les parents que chez les élèves. Nous pensons que plusieurs
parents éprouvent de la difficulté à intervenir auprès de leur enfant, car
ils reportent chez celui-ci ce qu’ils ressentent à l’égard des mathématiques
en exagérant la difficulté de s’engager dans l’activité mathématique, en
évitant d’aider leur enfant ou en indiquant toute la démarche de résolu-
tion de problèmes en pensant apporter une aide. Le développement de la
compétence émotionnelle en mathématiques tant chez le parent que chez
l’enfant conduit, selon nous, à des échanges plus judicieux, à une écoute
plus adaptée et à une compréhension mutuelle des difficultés éprouvées
et des émotions ressenties.
Selon les résultats rapportés, les commentaires de parents éloignent les
jeunes et en empêchent plusieurs de demander de l’aide. Lehrer et Shumow
(1997) montrent que les parents ont plus tendance que les enseignants et
enseignantes à aider les enfants en contrôlant les démarches de résolution
de problèmes proposées par ces derniers. De leur côté, les enfants préfèrent
avoir des indices. Le manque de compréhension qu’ont les parents des
besoins de leur enfant diminue les échanges au fil des années scolaires et les
parents finissent par ne plus savoir ce que leur enfant fait à l’école, ce qu’ils
déplorent. De leur côté, les jeunes finissent par formuler des phrases toutes
faites qui ferment la porte à toute aide de la part des parents. Pourtant, les
jeunes pourraient bénéficier de cette aide et ils aimeraient en profiter. Ils
préfèrent cependant se débrouiller seuls ou avec leurs camarades pour ne
pas subir la tension indue et l’attention étouffante de leurs parents.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 53

Nous constatons également qu’il est difficile pour les enseignants et


enseignantes d’adopter une perspective parentale dans leur enseignement.
Cette perspective parentale suppose une préoccupation pour que certaines
activités réalisées en classe puissent se poursuivre à la maison. De façon
spontanée, le corps enseignant réfléchit à des activités proposées en fonction
de ce qui peut être fait en classe. Nous pensons qu’il serait pertinent de le
sensibiliser afin que les parents soient partie prenante de l’apprentissage
des mathématiques de leurs enfants. En ce sens, l’utilisation d’AIR est
un moyen pertinent pour susciter des échanges à la maison, sans limiter
les « devoirs à la maison » à la pratique d’exercices répétitifs complétant
l’apprentissage en classe.
Nous aimerions souligner que les enseignantes et enseignants rencon-
trés étaient ouverts à l’idée d’utiliser des activités innovatrices pour l’ensei-
gnement des mathématiques. Nous savons que nous ne pouvons obliger
le personnel enseignant à innover en ce sens. Cependant, des rencontres
avec les enseignants et enseignantes pourraient permettre de les sensibi-
liser à la pertinence de l’utilisation d’AIR. Un seul parent (pour 9 classes :
près de 200 élèves) a refusé de signer le protocole permettant à son enfant
de participer à cette expérience. On peut donc penser que les parents sont
disposés à collaborer et à explorer de nouvelles avenues.
Aussi, les jeunes qui prédisent les dessins de leurs parents semblent
attribuer des réactions plutôt négatives à leur mère par comparaison avec
celles qu’aurait leur père selon eux. Pour l’apprentissage des mathémati-
ques, ces différences de réactions selon le sexe peuvent avoir une influence
négative chez les filles qui, tout en réussissant aussi bien que les garçons,
choisissent moins que ces derniers des domaines à forte composante
mathématique, scientifique et technologique. Les filles perpétuent des
stéréotypes quant à leur capacité d’utiliser les technologies (Lafortune et
Solar, 2003). Une sensibilisation des parents à ce propos pourrait aider les
filles à diminuer leur anxiété à l’égard des mathématiques et à augmenter
leur confiance en elles. Une telle action pourrait également aider les garçons
qui expriment de l’indifférence à voir ce qui se cache derrière ce manque
de motivation.

CONCLUSION
Dans ce texte, nous avons voulu présenter les résultats d’une démarche
de validation et d’implantation d’activités interactives-réflexives assurant
le suivi scolaire en mathématiques à la maison. Après une explication de
ce qu’est la compétence émotionnelle, nous avons tenté d’expliquer la
contribution de l’implantation d’AIR sur le développement d’une telle

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
54 Pédagogie et psychologie des émotions

compétence. À ces résultats, nous avons ajouté ceux d’une démarche


exploratoire où les jeunes expriment leur perception des attitudes de leurs
parents à l’égard des mathématiques.
Les résultats obtenus montrent que les enseignantes et enseignants
sont ouverts à l’utilisation d’activités innovatrices pour assurer le suivi
scolaire en mathématiques à la maison et qu’ils ont fait des découvertes
quant à la connaissance que les parents avaient de leur enfant. Ils se sont
rendu compte que les jeunes ne parlent pas beaucoup avec leurs parents
du stress qu’ils ressentent à l’égard des mathématiques. Cependant, le
personnel enseignant ne semble pas savoir que plusieurs jeunes se taisent à
cause des pressions qu’ils subissent de leurs parents, avec qui ils aimeraient
d’ailleurs avoir une meilleure communication. De leur côté, à mesure que
les jeunes avancent dans leur cheminement scolaire, les parents déplorent
le fait qu’ils ne savent plus ce que leur enfant fait à l’école, sans réaliser
qu’ils cherchent trop à aider leur jeune. Celui-ci préfère recevoir un « coup
de pouce » (un indice) au lieu qu’on lui fournisse une réponse ou une
démarche complète. Il préfère échanger avec ses parents sans se sentir jugé
ou sans susciter de l’inquiétude chez son père ou sa mère.
Pour poursuivre le travail, il s’agirait d’approfondir l’influence de
l’utilisation d’AIR sur la compétence émotionnelle des jeunes et de leurs
parents. À cet effet, on pourrait rencontrer des jeunes et leurs parents pour
une démarche de sensibilisation à la relation parentale en mathématiques
avant de passer à l’expérience. L’implantation d’AIR serait, selon nous,
plus profitable et susciterait plus de prises de conscience chez les parents.
Il serait alors plus facile d’échanger avec eux pour connaître et comprendre
leur évolution dans l’utilisation d’un tel moyen.
On pourrait également approfondir le rôle des parents selon le sexe
(mère ou père) sur les attitudes adoptées par les jeunes à l’égard des mathé-
matiques. Comment les influences sont-elles différenciées selon le sexe ?
Comment pourrait-on susciter des prises de conscience de cette influence
chez les parents ?
En plus d’étudier le rôle de la compétence émotionnelle, nous pour-
rions ajouter celui de la compétence sociale. Webster-Stratton (1999) met en
relation ces deux compétences dans la relation parentale, ce qu’il semble
important de faire dès le tout jeune âge de l’enfant. En relation avec l’ap-
prentissage des mathématiques, cela pourrait avoir une influence autant sur
les émotions ressenties à l’égard de cette discipline que sur les croyances
entretenues entravant le processus d’apprentissage.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 55

Aussi, il serait intéressant de s’adresser aux enseignants et ensei-


gnantes pour développer chez eux une perspective parentale ; c’est-à-dire
qu’ils se préoccupent d’assurer un suivi parental à la maison en mathéma-
tiques. Il semble que le développement d’une telle perspective pourrait
orienter la façon dont plusieurs activités se font à l’école afin qu’elles se
poursuivent à la maison. Ce serait un moyen de montrer que la réforme en
éducation apporte des moyens d’entrer en communication avec son enfant,
ce qui favoriserait son implantation.

BIBLIOGRAPHIE
Anthony, G. (1996). « Active learning in a constructivist framework », Educational
Studies in Mathematics, 31, p. 349-369.
Baruk, S. (1973). Échec et maths, Paris, Éditions du Seuil.
Baruk, S. (1977). Fabrice ou l’école des mathématiques, Paris, Éditions du Seuil.
Baruk, S. (1985). L’âge du capitaine : de l’erreur en mathématiques, Paris, Éditions du
Seuil.
Bouffard, T. et L. Bordeleau (2002). « Le rôle des parents dans l’ontogénèse des
ressources motivationnelles du jeune élève », dans L. Lafortune et P. Mongeau
(dir.), L’affectivité dans l’apprentissage, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec, p. 185-207.
Dauber, S.L. et J.L. Epstein (1993). « Parents’ attitudes and practices of involvement
in inner-city elementary and middle schools », dans N. Chavkin (dir.), Families
and Schools in a Pluralistic Society, Albany, NY, Suny Press, p. 53-71.
De Serres, M. et J.D. Groleau (1997). Mathématiques et langages, Montréal, Collège
Jean-de-Brébeuf.
De Serres, M. (dir.) (2003). Intervenir sur les langages en mathématiques et en sciences,
Montréal, Modulo.
Dehaene, S. (1997). La bosse des maths, Paris, Odile Jacob.
Dodd, A.W. et J.L. Konzal (1999). Making Our High Schools Better, New York, St.
Martin’s Press.
Fennema, E. et J.A. Sherman (1976). « Fennema-Sherman mathematics attitude
scales : Intruments designed to measure attitudes toward the learning of
mathematics by females and males », JSAS Catalog of Selected Documents
in Psychology (Wisconsin Center for Education Research, University of
Wisconsin-Madison), 1225(6), p. 31.
Goos, M. et P. Galbraith (1996). « Do it this way ! Metacognitive strategies in colla-
borative mathematical problem solving », Educational Studies in Mathematics,
30, p. 229-260.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
56 Pédagogie et psychologie des émotions

Harris, P.L. (1985). « What children know about the situations that provoke
emotion », dans M. Lewis et C. Saarni (dir.), The Socialization of Emotions, New
York, Plenum, p. 161-185.
Harris, P.L. (1989). Children and Emotion : The Development of Psychological Understan-
ding, Oxford, UK, Basil Blackwell.
Harris, P.L. (1995). « Children’s awareness and lack of awareness of mind and
emotion », dans D. Cicchetti et S. Thoth (dir.), Rochester Symposium on Develop-
mental Psychopathology : Emotion, Cognition and Representation, vol. 6, Rochester,
NY, University of Rochester Press, p. 35-57.
Hatchuel, F. (2000). Apprendre à aimer les mathématiques, Paris, Presses universitaires
de France.
Hoover-Dempsey, K.V. et H.M. Sandler (1997). « Why do parents become involved
in their children’s education ? », Review of Educational Research, 67(1), p. 3-42.
Jitendra, A. et Y.P. Xin (1997). « Mathematical word-problem-solving instruction
for students with mild disabilities and students at risk for math failure : A
research synthesis », Journal of Special Education, 30, p. 412-438.
Jonnaert, P. et D. Masciotra (dir.) (2004). Constructivisme. Choix contemporains.
Hommage à Ernst von Glasersfeld, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec.
Jonnaert, P. et C. van der Borght (1999). Créer des conditions d’apprentissage : Un cadre
de référence socioconstructiviste pour une formation didactique des enseignants,
Bruxelles, De Boeck Université.
Kogelman, S. et J. Warren (1978). Mind over Math, New York, McGraw-Hill.
Lafortune, L. (1992a). Élaboration, implantation et évaluation d’implantation à l’ordre
collégial d’un plan d’intervention andragogique en mathématiques portant sur la
dimension affective en mathématiques, Thèse de doctorat, Montréal, Université
du Québec à Montréal.
Lafortune, L. (1992b). Dimension affective en mathématiques, Recherche-action et matériel
didactique, Mont-Royal, Modulo Éditeur.
Lafortune, L. (1994). Des maths au-delà des mythes, Montréal, CECM.
Lafortune, L. (2002). Suivi scolaire en mathématiques à la maison. Activités interac-
tives-réflexives. Document inédit servant à l’implantation de programmes
d’intervention.
Lafortune, L. (2003). « Le suivi parental en mathématiques : intervenir sur les
croyances », dans L. Lafortune, C. Deaudelin, P.-A. Doudin et D. Martin (dir.),
Conceptions, croyances et représentations en maths, sciences et technos, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 121-145.
Lafortune, L. (2004a) « Des intuitions constructivistes », dans P. Jonnaert et
D. Masciotra (dir.), Constructivisme. Choix contemporains, Sainte-Foy, Presses
de l’Université du Québec, p. 187-196.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 57

Lafortune, L. (2004b). « Des activités interactives-réflexives pour favoriser le lien


école-famille : une démarche de validation », dans Actes du GDM.
Lafortune, L. et C. Deaudelin (2001). Accompagnement socioconstructiviste. Pour
s’approprier une réforme en éducation, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec.
Lafortune, L. et E. Fennema (2002). « Situations des filles à l’égard des mathéma-
tiques : anxiété et stratégies utilisées », Recherches féministes, 15(1), p. 7-24.
Lafortune, L. et E. Fennema (2003). « Anxiété exprimée et stratégies utilisées en
mathématiques : une comparaison entre les filles et les garçons », dans
L. Lafortune et C. Solar (dir.), Femmes et maths, sciences et technos, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 205-224.
Lafortune, L. et S. Lafortune (2002). Chères mathématiques. Susciter l’expression
des émotions en mathématiques : Huit capsules vidéo, Sainte-Foy, Presses de
l’Université du Québec.
Lafortune, L. et D. Martin (2004). « L’accompagnement : processus de cocons-
truction et culture pédagogique », dans M. D’Hostie et L.-P. Boucher (dir.),
L’accompagnement en éducation, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec,
p. 47-62.
Lafortune, L. et B. Massé, avec la collaboration de S. Lafortune (2002). Chères mathé-
matiques. Des stratégies pour favoriser l’expression des émotions en mathématiques,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. et P. Mongeau (2003a). « Les dessins des élèves : des révélateurs des
croyances à l’égard des mathématiques et des sciences », dans L. Lafortune,
C. Deaudelin, P.-A. Doudin et D. Martin (dir.), Conceptions, croyances et repré-
sentations en maths, sciences et technologies, Sainte-Foy, Presses de l’Université
du Québec, p. 59-90.
Lafortune, L. et P. Mongeau (2003b). « Approche des mathématiques par le dessin :
une analyse qualitative et quantitative de dessins », dans L. Lafortune,
C. Deaudelin, P.-A. Doudin et D. Martin (dir.), Conceptions, croyances et repré-
sentation en maths, sciences et technologies, Sainte-Foy, Presses de l’Université
du Québec, p.91-120.
Lafortune, L. et F. Pons (2004). « Rôle de l’anxiété dans la métacognition : une
réflexion vers des actions », dans L. Lafortune, P.-A. Doudin, F. Pons et
D. Hancock (dir.), Les émotions à l’école, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec, p. 145-169.
Lafortune, L. et C. Solar (2003). « L’utilisation des technologies en mathématiques et
en sciences : réactions des filles et des garçons au cégep », dans L. Lafortune
et C. Solar (dir.), Femmes et maths, sciences et technos, Sainte-Foy, Presses de
l’Université du Québec, p. 43-76.
Lafortune, L., P. Mongeau et R. Pallascio (2000). « Une mesure des croyances et
préjugés à l’égard des mathématiques », dans R. Pallascio et L. Lafortune
(dir.), Pour une pensée réflexive en éducation, Sainte-Foy, Presses de l’Université
du Québec, p. 209-232.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
58 Pédagogie et psychologie des émotions

Lafortune, L., P. Mongeau, M.-F. Daniel et R. Pallascio (2000). « Approche philo-


sophique des mathématiques et affectivité : premières mesures », dans
R. Pallascio et L. Lafortune (dir.), Pour une pensée réflexive en éducation, Sainte-
Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L., P. Mongeau, M.-F. Daniel et R. Pallascio (2002a). « Anxiété à l’égard des
mathématiques : applications et mise à l’essai d’une approche philosophique »,
dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans l’apprentissage, Sainte-
Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 49-79.
Lafortune, L., P. Mongeau, M.-F. Daniel et R. Pallascio (2002b). « Philosopher sur
les mathématiques : Évolution du concept de soi et des croyances attribution-
nelles de contrôle », dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans
l’apprentissage, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 27-48.
Legendre, R. (1993). Dictionnaire actuel de l’éducation, Montréal-Paris, Guérin-Eska.
Lehrer, R. et L. Shumow (1997). « Aligning the construction zones of parents and
teachers for mathematics reform », Cognition and Instruction, 15(1), p. 41-83.
Ma, X. et N. Kishor (1997). « Assessing the relationship between attitude toward
mathematics and achievement in mathematics : A meta-analysis », Journal for
Research in Mathematics Education, 28(1), p. 26-47.
Martin, B. L. et L. J. Briggs (1986). The Affective and Cognitive Domains : Integration for
Instruction and Research, New Jersey, Educational Technology Publications
Martinez, J.G.R. et N.C. Martinez (1996). Math without Fear, Boston, Allyn and
Bacon.
McLeod, D.B. (1994). « Research on affect and mathematics learning in the JRME :
1970 to the present », Journal for Research in Mathematics Education, 25(6),
p. 637-647.
Meravech, Z.R. et B. Kramarski (1997). « A multidimensional method for teaching
mathematics in heterogeneous classrooms », American Educational Research
Journal, 34, p. 365-394.
Ministère de l’Éducation (2001). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation
préscolaire. Enseignement primaire, Québec, Gouvernement du Québec.
Ministère de l’Éducation (2004). Programme de formation de l’école québécoise. Ensei-
gnement secondaire – 1er cycle, Québec, Gouvernement du Québec.
Mongeau, P. et J. Tremblay (2002). Survivre. La dynamique de l’inconfort, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec.
Nimier, J. (1976). Mathématiques et affectivité, Paris, Stock.
Nimier, J. (1985). Les maths, le français, les langues, à quoi ça me sert ?, Paris, Cedic-
Nathan.
Petit, M. et J.S. Zawojwoski (1997). « Teachers and students learning together about
assessing problem solving », Mathematics Teacher, 90, p. 472-477.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Développement de la compétence émotionnelle 59

Pons, F., P.-A. Doudin, P.L. Harris et M. de Rosnay (2002). « Métaémotion et inté-
gration scolaire », dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans
l’apprentissage, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 7-28.
Saarni, C. (1999). The Development of Emotional Competence, New York, The Guilford
Press.
Sillamy, R. (1980). Dictionnaire encyclopédique de psychologie, Montréal, Borduas.
Thagard, P. (2000). Coherence in Thought and Action, Cambridge, MIT Press.
Tobias, S. (1978). Over-coming Math Anxiety, Boston, Houghton Mifflin.
Tobias, S. (1987). Succeed with Math : Every Student’s Guide to Conquering Math Anxiety,
New York, College Entrance Examination Board.
Tobias, S. (1990). They’re Not Dumb, They’re Different : Stalking the Second Tier, Tucson,
Research Corporation.
Webster-Stratton, C. (1999). How to Promote Children’s Social and Emotional Competence,
Londres, Paul Chapman Publishing.
Weyl-Kailey, L. (1985). Victoire sur les maths, Paris, Robert Laffont.
Zaslavsky, C. (1996). Fear of Math, New Jersey, Rutgers University Press.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
C H A P I T R E

Une réflexion portant


sur les liens entre émotions
3
et pensée critique

Louise Lafortune
Université du Québec à Trois-Rivières
Louise_Lafortune@uqtr.ca
Andrée Robertson
Université du Québec en Outaouais
anrobertson@videotron.ca

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
62 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Dans ce chapitre, les auteures proposent de jeter un regard
réflexif sur les liens qui existent entre les émotions et l’expression
d’une pensée critique. En fait, des questions comme la manifes-
tation de une ou plusieurs émotions peut-elle influencer – de
façon positive ou négative – l’expression de la pensée critique ?
Le développement de la pensée critique peut-il influencer l’ex-
pression ou la compréhension des émotions ? Existe-t-il des
actions/interventions qui permettraient une meilleure gestion des
émotions, favorisant ultérieurement l’expression d’une pensée
critique ? Le développement d’habiletés liées à la pensée critique
peut-il favoriser une meilleure gestion des émotions ? sous-tendre
leur réflexion ? Ces auteures explorent également des avenues
d’action visant autant les émotions que la pensée critique afin
de rejoindre les élèves de différentes façons.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 63

Dans le Programme de formation de l’école québécoise (MEQ, 2001,


2004), on souligne que les élèves exercent leur jugement critique à titre de
compétence transversale. Nous considérons l’exercice du jugement critique
comme une manifestation de la pensée critique et choisissons le terme
« pensée critique », car nous croyons que les émotions peuvent avoir une
influence au-delà du jugement critique. Nous postulons que les émotions
et la pensée critique peuvent s’interinfluencer et qu’intervenir sur l’un ou
l’autre des aspects peut favoriser le développement de la pensée critique
ou la compréhension des émotions. Nous visons donc à préciser le lien qui
existe entre les émotions et l’expression de la pensée critique. Un question-
nement a guidé notre réflexion. Ainsi, la manifestation de une ou plusieurs
émotions peut-elle influencer – de façon positive ou négative – l’expression
de la pensée critique ? Le développement de la pensée critique peut-il
influencer l’expression ou la compréhension des émotions ? Existe-t-il
des actions ou interventions qui permettraient une meilleure gestion des
émotions, favorisant ultérieurement l’expression d’une pensée critique ? Le
développement d’habiletés liées à la pensée critique peut-il favoriser une
meilleure gestion des émotions ?
Avant d’apporter des éléments de réflexion à ces questions, nous
définissons brièvement les concepts d’émotion et de pensée critique. Nous
précisons ensuite le rôle des émotions dans l’expression d’une pensée
critique et celui de la pensée critique dans l’expression des émotions pour
finalement proposer des perspectives d’action en supposant que le fait
d’intervenir sur les émotions peut favoriser le développement d’habiletés
liées à la pensée critique de la même façon que des interventions sur la
pensée critique peuvent diminuer l’influence négative sur l’apprentissage
de certaines émotions.

1. LE RÔLE DES ÉMOTIONS DANS


L’EXPRESSION D’UNE PENSÉE CRITIQUE
Les émotions sont caractérisées par un état affectif. Plusieurs émotions de
base ont été reconnues dans les écrits ; par exemple, la peur, la tristesse, la
colère, la joie, la surprise, le dégoût et la détresse (Martin et Briggs, 1986).
Des auteurs (Gratton, 2001 ; Guilbert, 1999 ; Hassel, 2003) soutiennent que
le fait de penser de façon critique aide à être à l’écoute de ses émotions,
sans être pour autant contrôlé par celles-ci. Les gut feelings ou les sentiments
qui proviennent de l’intérieur et l’intuition représentent des éléments à
considérer chaque fois qu’un processus décisionnel est amorcé. En fait, pour
améliorer les habiletés à penser de façon critique, soutient Hassel (2003),
il est nécessaire de prendre conscience des biais personnels, des habitudes

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
64 Pédagogie et psychologie des émotions

ainsi que des « états émotifs ». Les émotions – lorsqu’elles sont exprimées
sans discernement ou de façon impulsive – peuvent nous tromper, nous
faisant estimer que nous avons raison, même lorsque la décision prise se
révèle être inefficace. Il serait plausible de dire que les émotions altèrent
l’habileté à penser de façon critique. Les penseurs critiques ne suppri-
ment pas leurs émotions ni ne sont influencés outre mesure par celles-ci.
La réponse naturelle aux émotions et aux sentiments peut être tempérée
de façon constructive par une manière de penser qui se veut critique. La
pensée critique fournit alors un espace pour « sélectionner » les émotions
et les sentiments et ainsi reconnaître ceux qui sont les plus appropriés pour
une situation donnée. La voyant de cette façon, nous pouvons avancer que
la pensée critique n’est plus uniquement un processus analytique froid
et insensible, mais qu’elle comprend des émotions et des passions d’une
façon positive.
Selon Leader et Middleton (1999), les réactions émotives que l’appre-
nant éprouve à l’égard d’une tâche à réaliser peuvent grandement influencer
son attitude au regard d’une même tâche dans un contexte précis. De façon
générale, les gens font confiance à leurs réactions émotives comme indi-
cateurs de leurs attitudes (Fazio, 1995). Swartz et Perkins (1989, cités dans
Guilbert, 1999) abondent dans le même sens. En fait, selon les auteurs, « la
prise de conscience des sentiments, autant que les processus de pensée qui
accompagnent l’accomplissement d’une tâche, est importante justement
pour le contrôle réel qu’on a sur cette tâche » (p. 80). D’autres recherches,
notamment celle de Schwarz et Clore (1988), montrent que les individus
utilisent leurs réactions affectives comme des éléments significatifs dans
des situations où ils sont appelés à prononcer des jugements de valeur. Par
ailleurs, les composantes émotives de la mémoire semblent alors détenir
un rôle important dans la réponse de l’individu à des situations émotives
qui se déroulent au moment présent. Middleton et Toluk (1999, cités dans
Leader et Middleton, 1999), ont déjà mis en évidence la pertinence ainsi
que la signification de la mémoire émotive en lien avec l’évaluation qu’un
individu fait de sa participation ou de son engagement dans une situation
ou un événement précis. En effet, lorsqu’un élève doit s’engager dans une
activité, il est possible qu’il expérimente une ou des émotions déjà éprou-
vées lors d’activités similaires dans lesquelles il a été engagé antérieurement.
Parce que ces émotions constituent le cœur d’une pléthore de conditions
provenant d’expériences passées, l’émotion sert de moyen pour libérer la
mémoire, révélant ainsi des informations potentiellement importantes au
regard de la valeur de sa participation.
Enfin, notons que le rôle accordé aux émotions se caractérise comme
celui « d’une interface intelligente qui serait le médiateur entre les intrants
et les extrants » (Scherer, 1994, p. 127, cité dans Guilbert, 1999). Ainsi, ce sont

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 65

les émotions qui permettent d’évaluer l’importance relative des nouvelles


informations en lien avec un événement afin de s’y adapter, et ce, en fonction
du contexte, des besoins de la personne et de ses objectifs.

2. LE RÔLE DE LA PENSÉE CRITIQUE


SUR L’EXPRESSION DES ÉMOTIONS
Dans la section précédente, et bien que les études dans ce domaine ne
soient pas légion, nous décrivons le rapport qui existe entre l’expression des
émotions et la pensée critique en mettant en évidence la réponse donnée par
l’individu en lien avec les émotions ressenties. Dans le même ordre d’idées,
nous pouvons avancer que l’influence de la pensée critique sur l’expression
des émotions a également fait l’objet de peu de recherches. Pour apporter
des éléments de réflexion sur ce sujet, nous avons examiné ce qui est dit
sur le rôle des émotions relativement à l’expression de la pensée critique
et avons tenté de réfléchir sur le processus inverse, c’est-à-dire sur le rôle
de la pensée critique sur l’expression des émotions. Jetons donc d’abord
un regard sur la pensée critique et ses composantes et examinons comment
les stratégies affectives peuvent être mises en lien avec la gestion ou l’ex-
pression des émotions.
De façon générale, la pensée critique est associée à des habiletés
cognitives, comme celles d’analyser, interpréter, évaluer (Ennis, 1987 ;
Facione, Facione et Giancarlo, 2000 ; Facione, 2004 ; Lipman, 1995), et à des
attitudes/dispositions, notamment s’étonner, faire preuve d’ouverture d’es-
prit, manifester un jugement analytique, pour n’en nommer que quelques-
unes (Ennis, 1987 ; Facione, Facione et Giancarlo, 2000). Ennis, qui définit la
pensée critique comme « une pensée raisonnable, rationnelle, qui nous aide
à décider que croire ou que faire » (1985, adaptation libre, p. 180), l’enrichit
de 12 habiletés (abilities), par exemple « analyser des arguments » ou encore
« juger de la crédibilité d’une source », et de 14 attitudes (dispositions), entre
autres « chercher des raisons » et « essayer d’être bien informé », qui, selon
lui, décrivent une personne ayant développé une pensée critique. Il en va
de même de Lipman (1995), qui travaille également à partir d’habiletés
cognitives (raisonner, rechercher, définir et interpréter), celles-ci étant indis-
sociables des dispositions et des attitudes que l’enfant développe dans le
cadre d’une communauté de recherche philosophique.
Dans leur recherche d’une meilleure compréhension des différentes
composantes de la pensée critique, Paul, Binker, Jensen et Kreklau (1990) ont
relevé 35 stratégies associées à la pensée critique, dont 9 stratégies affectives.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
66 Pédagogie et psychologie des émotions

L’une d’entre elles, « explorer les pensées sous-jacentes aux émotions et les
émotions sous-jacentes aux pensées », peut aider à comprendre le lien entre
la pensée critique et l’expression des émotions.
Bien qu’il soit commun de séparer la pensée et les émotions, un peu
comme si ces entités étaient indépendantes, le fait est que tous les sentiments
ou toutes les émotions humaines reposent en pratique sur une certaine
forme de pensée. Et tout comme Paul, Binker, Jensen et Kreklau (1990),
nous dirions que nos pensées naissent, du moins jusqu’à un certain point,
de nos émotions. Réfléchir, penser avec un certain niveau d’introspection
et d’autocompréhension exigent que nous réconcilions les liens étroits qui
existent entre la pensée et les émotions, et entre la raison et les émotions. Les
penseurs critiques se rendent compte que leurs sentiments ou encore leurs
émotions constituent en fait la réponse (non pas la seule possible ou néces-
sairement la plus raisonnable) à une situation donnée. Ils reconnaissent que
leurs émotions pourraient être différentes s’ils avaient une compréhension
ou une autre interprétation de la situation. Ils admettent également que les
pensées et les émotions, loin d’être des « choses ou des éléments » isolés et
différents, représentent en fait deux aspects intrinsèquement liés, émanant
de leurs propres interprétations. D’un autre côté, les penseurs « non
critiques » voient peu ou pas de rapport entre leurs émotions et l’expression
de leur pensée. Malheureusement, ce faisant, ils fuient leur responsabilité
au regard de leurs propres pensées, de leurs émotions et de leurs actions.
Qui plus est, leurs émotions leur semblent souvent inintelligibles.
Paul (1982), dont les propos sont repris par Guilbert (1999), propose
aussi un modèle qui caractérise l’interaction entre l’affectif et le cognitif
en relation avec la pensée critique. L’auteur présente deux niveaux qu’il a
appelés le weak sense of critical thinking et le strong sense of critical thinking. Le
premier niveau représente « la personne possédant de nombreuses habiletés
de pensée critique qui les utilise pour défendre ses propres intérêts, son
propre point de vue ; il s’agit ici de la simple maîtrise d’habiletés intellec-
tuelles de pensée critique sans souci de l’autre, sans empathie intellectuelle »
(Paul, 1982, repris par Guilbert, 1999, p. 83). On retrouve au deuxième
niveau, en plus des habiletés intellectuelles de pensée critique, « un souci
de l’autre, une décentration permettant de comprendre l’autre, ses valeurs,
et ainsi de prendre une décision plus éclairée, plus globale, moins entachée
de valeurs personnelles » (Paul, 1982, repris par Guilbert, 1999).
En réfléchissant à ce que signifient ces deux niveaux, on peut
comprendre que le développement de la pensée critique peut comporter
deux facettes : une maîtrise d’habiletés intellectuelles accompagnée de peu
d’empathie intellectuelle ou la même maîtrise associée à une compréhen-
sion limitée de l’autre et de ses valeurs. Au premier niveau, on pourrait
dire que le développement de la pensée critique aurait peu d’influence

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 67

ou encore aurait une influence néfaste sur l’expression des émotions ou le


développement émotionnel. Par exemple, en présence d’empathie intellec-
tuelle, il peut être difficile d’adapter ses explications ou justifications à une
situation particulière et, ainsi, d’avoir un échange fructueux. Au deuxième
niveau, on peut comprendre que le souci de l’autre, dans l’expression de sa
pensée critique, peut faciliter l’établissement de relations interpersonnelles
saines et harmonieuses. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir de
confrontations ; mais, quand elles se produisent, les confrontations tien-
nent compte d’un ensemble de facteurs dans les relations avec soi-même
et les autres. En ce sens, Daniel, Lafortune, Pallascio, Splitter, Slade et De
la Garza (accepté) intègrent la « pensée responsable » comme composante
de la pensée critique.
Il existe un concept rallié à la composante affective de la pensée
critique que Gould et Kolb (1965) nomment l’ego-involvement. Pour sa part,
Guilbert (1999) rapproche ce concept de l’« engagement émotif » (qu’elle
nomme « implication émotive »). Les travaux de la chercheure nous ont
grandement aidées à saisir le rôle que pouvait jouer le développement de
la pensée critique sur la gestion des émotions. Si Guilbert (1999) utilise le
concept d’engagement émotif, c’est que, selon elle, il aide à clarifier l’idée de
composante affective de la pensée critique. Gould et Kolb (1965) soutiennent
pour leur part que les comportements intenses d’une personne extrêmement
engagée sur le plan émotif peuvent prendre la forme d’efforts intellectuels
et physiques accrus pour défendre son point de vue ou de difficultés de
raisonnement face aux arguments apportés par une personne qui défend
un point de vue opposé.
En nous inspirant du travail réalisé par Guilbert (1999) et en gardant
à l’esprit que nous voulions explorer le rôle de la pensée critique sur
l’expression des émotions, nous énonçons les idées qui suivent.
➢ La pensée et les émotions sont étroitement liées. Le fait de prendre
conscience que l’expression de notre pensée vient en partie de nos
émotions peut aider à comprendre que les émotions sont parfois
différentes dans la mesure où nous faisons une interprétation plus
« critique » de la situation.
➢ Le développement d’une pensée critique aide à porter un regard
externe et à apporter une certaine forme d’objectivité. La pensée
critique ferait donc en sorte que les émotions aient moins d’influence
sur les jugements qu’on porte sur les idées, les opinions, les
personnes, les événements… La pensée critique aide donc à avoir
davantage conscience du rôle des émotions dans l’écoute des idées
des autres.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
68 Pédagogie et psychologie des émotions

➢ Si l’engagement émotif est trop grand, le développement d’une


pensée critique contribue à porter un jugement plus éclairé à
propos des différences entre ses propres idées et celles des autres,
par exemple. La pensée critique servira à guider et à éclairer ses
propres émotions.
➢ Le développement de la pensée critique suppose des habiletés de
jugement de la qualité d’un texte, par exemple, même si ce texte
va à l’encontre de ses propres idées. Dans ce cas, des habiletés de
pensée critique aident à ne pas se laisser trop influencer par les
émotions. Cela peut donc aider à la gestion des émotions dans
d’autres circonstances.
➢ On peut se demander si le développement de la pensée critique
influe sur le degré de contrôle d’une émotion. Des habiletés de
pensée critique pourraient favoriser le contrôle des émotions.
Cependant, il faut faire attention à ce que ce contrôle ne limite pas
trop l’empathie intellectuelle (voir le premier niveau de Paul, 1982,
cité dans Guilbert, 1999).
L’empathie intellectuelle de Paul (1982, cité dans Guilbert, 1999)
semble avoir un lien avec ce que Lipman (1991, 1995) appelle la « pensée
responsable » (caring thinking), centrée sur le fait de comprendre, de
respecter et d’accepter l’autre. Daniel, Lafortune, Pallascio, Splitter, Slade
et De la Garza (accepté) considèrent que la pensée responsable trouve son
essence dans le rapport entre le comportement et les règles morales ou prin-
cipes éthiques, dans une visée d’amélioration de l’expérience personnelle
et sociale. Il apparaît alors que les élèves s’investissent dans la réflexion,
de plus en plus complexe, d’abord sur des comportements humains, puis
sur des règles morales (catégorisation d’actes particuliers) et enfin sur des
principes éthiques (réflexion sur les fondements des catégories). Cette
composante de la pensée critique dialogique, définie par ces derniers
auteurs, aurait une influence sur l’expression des émotions issue d’une
démarche de réflexion associée à la compréhension des émotions.
Notre réflexion nous conduit à penser que l’influence de la pensée
critique sur l’expression des émotions aurait un lien avec le concept de
métaémotion qui, selon Pons, Doudin, Harris et de Rosnay (2002, p. 9) est
considérée comme :
[…] la compréhension que le sujet a de la nature, des causes et des
possibilités de contrôle des émotions. Il s’agit donc d’une connais-
sance consciente et explicite qu’une personne a des émotions (par
exemple, comprendre qu’il est possible de dissimuler ses émotions ou
comprendre l’incidence des règles morales sur les émotions). D’autre
part, la métaémotion désigne la capacité du sujet à réguler l’expression
d’une émotion et son ressenti émotionnel de façon plus ou moins

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 69

inconsciente et implicite (par exemple, faire semblant d’être heureux


ou triste ou, encore, se sentir coupable ou fier). (Ce sont les auteurs qui
mettent l’italique.)

À cette étape de la réflexion sur l’interinfluence des émotions et de


la pensée critique, nous explorons des façons d’intervenir auprès d’élèves
de manière à tenir compte de cette influence mutuelle.

3. DES ACTIONS POUR FAVORISER


L’INTERVENTION
Parmi les actions qui favorisent l’intervention, certaines utilisent la réflexion
sur les émotions (ou les croyances) pour favoriser le développement d’une
pensée critique, tandis que d’autres favorisent le développement d’habiletés
de pensée critique pour une meilleure gestion des émotions.

3.1. INTERVENIR SUR LES ÉMOTIONS POUR FAVORISER


LE DÉVELOPPEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE

Intervenir sur les émotions pour favoriser le développement de la pensée


critique pourrait se réaliser de trois façons : 1) en suscitant l’expression des
émotions ressenties dans l’apprentissage pour favoriser les élèves qui ont
besoin de parler de leurs émotions avant de prendre une posture d’appren-
tissage ; 2) en facilitant la compréhension des émotions afin d’aider les
élèves à transposer ce qu’ils vivent émotionnellement dans une situation à
un autre contexte ; 3) en portant un regard philosophique sur les émotions
pour favoriser la discussion sur le rôle des émotions dans l’apprentissage
de façon plus conceptuelle.

3.1.1. Susciter l’expression des émotions


Dans un projet de Lafortune et Massé (2002) et de Lafortune et Lafortune
(2002), les élèves sont conduits à exprimer les émotions qu’ils ressentent à
l’égard des mathématiques, autant par des activités de réflexion que par
des capsules vidéo. Ils sont incités, surtout, à trouver des solutions afin de
contrer les réactions négatives.
À l’aide du matériel élaboré dans ce projet, les auteurs visent à susciter
une prise de conscience des émotions qu’on peut ressentir en mathéma-
tiques, à contrer les croyances et préjugés entretenus et à développer des
attitudes positives à l’égard de cette discipline.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
70 Pédagogie et psychologie des émotions

De façon particulière, il s’agit de :


➢ montrer qu’il est possible et normal de ressentir des émotions à
l’égard des mathématiques ;
➢ montrer que plusieurs personnes vivent de l’anxiété à l’égard de
cette discipline ou manquent de confiance pour réussir dans ce
domaine ;
➢ faire prendre conscience que certaines croyances ne sont pas
fondées et peuvent être issues de préjugés ;
➢ faire prendre conscience qu’il existe des solutions pour apprivoiser
ou surmonter des réactions affectives négatives à l’égard des
mathématiques.
On peut donc remarquer que les objectifs sont de deux ordres :
certains sont directement associés à des émotions, tandis que d’autres
portent sur les croyances des élèves à l’égard des mathématiques afin de
rejoindre la dimension affective. Lafortune et Fennema (2003) considèrent
qu’une croyance est – un énoncé ou une opinion – qui est tenu pour réel,
vraisemblable ou possible. Une croyance peut être une conception ou une
conviction. Si la croyance est une conception, elle renvoie beaucoup plus à
la dimension cognitive. Si elle est une conviction, elle relève alors davan-
tage de la dimension affective. Un regard critique porté sur les croyances
et les préjugés entretenus à l’égard des mathématiques peut influencer les
émotions ressenties à l’égard de cette discipline. C’est à partir de ce présup-
posé que les auteurs ont élaboré certaines des activités et des questions
de réflexion pour susciter la discussion en classe. Nous apportons ici des
exemples associés à la croyance en la « bosse des maths » et à l’inutilité de
cette discipline.

La « bosse des maths »


La « bosse des maths » est souvent associée à la possession d’un talent
particulier ou supérieur pour réussir en mathématiques. Cette croyance
influence les réactions affectives de certains élèves en mathématiques,
car cette supposée inaccessibilité des mathématiques permet à des élèves
d’expliquer leurs échecs par l’absence de la fameuse « bosse des maths »,
ce qui constitue un excellent prétexte pour ne pas fournir l’effort nécessaire
à la réussite. Les élèves qui entretiennent cette croyance en la « bosse des
maths » utilisent beaucoup trop leur mémoire dans leur apprentissage des
mathématiques ; ils ne pensent pas pouvoir comprendre et finissent par
intégrer l’idée que les mathématiques s’apprennent par cœur. Des questions
de réflexion associées à cette croyance en la « bosse des maths » pourraient
prendre la forme suivante :

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 71

➢ La « bosse des maths » existe-t-elle ? Qu’est-ce qui vous le fait dire ?


Comment justifiez-vous cette opinion ?
➢ Quelles caractéristiques pourriez-vous associer aux supposés
« bollés » en mathématiques ? Connaissez-vous des « bollés » qui
en ont assez d’être traités différemment des autres ?
Nous supposons que la recherche de réponses à ces questions relève
davantage des habiletés liées à la pensée critique et que les échanges auront
un effet sur la croyance en la « bosse des maths ». La remise en question de
cette croyance peut, selon nous, faire réfléchir les élèves qui associent leurs
difficultés en mathématiques à la non-possession de ce talent particulier ou
supérieur, les inciter à fournir un effort en mathématiques et, ainsi, les aider
à augmenter leur confiance en leur réussite dans cette discipline.
D’autres questions pourraient soutenir la réflexion :
➢ Que pourrait-on répondre à un élève qui se demande si l’on doit
posséder un talent particulier pour réussir en mathématiques ?
➢ Quels sont les secrets de la réussite en mathématiques ?
➢ Que pourrait-on faire pour aider une personne qui a de la difficulté
en mathématiques et dit ne pas avoir ce talent particulier ?

« Les maths, à quoi ça sert ? »


Les élèves posent souvent la question « Les maths, à quoi ça sert ? ». On
peut penser que cette question renvoie au fait que les mathématiques sont
souvent présentées comme étant très abstraites. Cette image d’abstrac-
tion conduit les élèves à penser que les mathématiques sont inutiles, car
ceux-ci ne se rendent pas compte de l’utilisation qu’ils en font dans leur
quotidien. Cette croyance en l’inutilité des mathématiques est très difficile
à contrer, puisque les élèves y ont recours pour justifier leur désintérêt et
leur manque de motivation à l’égard de cette discipline. Comme pour la
« bosse des maths », nous pensons qu’en contrant cette croyance en y portant
un regard critique on peut influencer les émotions des élèves à l’égard de
cette discipline. Pour ce faire, on peut susciter une réflexion à partir des
questions ci-après :
➢ Quelles seraient les caractéristiques d’un monde sans mathéma-
tiques ?
➢ Que pensez-vous d’un élève qui croit qu’il n’aura pas besoin
de mathématiques pour son futur métier d’architecte ou de
graphiste ?

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
72 Pédagogie et psychologie des émotions

➢ Quelles questions vous posez-vous quant à l’utilité des mathéma-


tiques ?
➢ Quelle place les mathématiques occupent-elles dans ce qui vous
entoure ?
Une telle réflexion sur cette croyance en l’inutilité des mathématiques
pourrait avoir un effet sur la motivation des élèves ou, à tout le moins, aider
les enseignants et enseignantes à réagir lorsque les élèves affirment que les
mathématiques ne servent à rien.

3.1.2. Favoriser la compréhension des émotions


Comme nous l’avons déjà souligné, l’exercice de la pensée critique au
regard de l’expression des émotions pourrait favoriser la compréhension
des émotions. Cette compréhension des émotions est appelée métaémotion
par Pons, Doudin, Harris et de Rosnay (2002). Ces auteurs ont conçu le
programme SMILE (School Matters in Lifeskills Education), qui propose un
certain nombre d’activités afin de développer la métaémotion des élèves.
Ces activités qui s’appuient sur des lectures, des discussions ou des jeux
de rôles consistent à :
1) rapporter des émotions passées et présentes et essayer de comprendre
leur origine ; 2) nommer des personnes aimées ou non aimées ;
3) comprendre ce qu’est un ami réel ou imaginaire ; 4) reconnaître
et exprimer des émotions positives et négatives (avec et sans paroles
ou images) ; 5) comprendre leur origine ; 6) comprendre la distinction
entre l’émotion apparente et l’émotion ressentie et apprendre à gérer
ces émotions ; 7) reconnaître les origines de la tristesse, de la colère et
de la peur, et apprendre à les gérer ; 8) reconnaître les émotions dans
des situations de perte, de séparation, d’abandon, d’exclusion et de
harcèlement, et apprendre à les gérer ; 9) reconnaître et comprendre les
origines de la fierté et de la culpabilité ; définir ce que l’on aime et ce
que l’on n’aime pas chez soi, chez l’autre ; 10) déterminer les ressem-
blances et les différences dans les émotions ressenties par différentes
personnes et comprendre l’origine de ces différences ; 11) se mettre à
la place d’une personne mal traitée et décrire ce qu’elle ressent ; 12)
reconnaître les influences et les conséquences des drogues sur les
émotions ; 13) comprendre comment l’adolescence peut influer sur les
émotions (désirs, dépression, rage, toute-puissance, etc.) et comment
il est possible gérer ce changement (p. 21).

Dans ce type d’intervention, on peut penser que le fait de reconnaître


et d’exprimer des émotions positives et négatives (4), de comprendre leur
origine (5) et de distinguer des émotions apparentes et ressenties (6) peut
favoriser l’élaboration d’une pensée critique, car les élèves portent un regard

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 73

cognitif sur les émotions. Ils se retrouvent dans une position où ils ne se
limitent pas à exprimer leurs émotions, mais où ils peuvent aussi étudier ces
émotions et les comprendre. Ils finissent alors par porter un regard externe
sur ce qu’ils vivent, ce qui améliore leur esprit critique.
Dans les solutions allant dans le même sens, Guilbert (1999) laisse
supposer que le fait de susciter des prises de conscience peut faciliter
l’établissement de liens cognitifs entre la pensée critique et les émotions. La
prise de conscience est de nature à favoriser l’apprentissage de la gestion
de l’influence des émotions sur la pensée critique. Le développement de la
pensée critique permet de mieux organiser sa pensée pour limiter l’influence
« néfaste » des émotions. Cette auteure donne comme exemple le travail
des juges qui doivent tenter de limiter l’influence de leurs émotions sur les
jugements qu’ils soutiennent à la cour.

3.1.3. Philosopher à propos des émotions


En Philosophie pour enfants adaptée aux mathématiques, Daniel, Lafortune,
Pallascio et Sykes (1996) ont bâti des plans de discussion et des activités
philosophico-mathématiques permettant aux jeunes de porter un regard
philosophique sur des émotions ressenties à l’égard des mathématiques.
Dans ces plans de discussion et ces activités, on remarque que les élèves sont
amenés à s’exprimer sur les émotions de façon conceptuelle et à se dégager
de ce qu’ils ressentent. Même si ce regard externe suppose que les élèves
s’expriment sur leurs propres émotions, il est raisonnable de penser que
certains élèves seront plus à l’aise de s’exprimer dans une discussion de ce
type. De plus, ils mettront à l’épreuve leur pensée critique, car ils devront
présenter des idées justifiées de façon organisée et non pas seulement
de façon émotive comme certains jeunes le feraient si on les interrogeait
directement à propos de leurs émotions.
Nous présentons deux exemples de plans de discussion : l’un s’intitule
« Détester les maths » et l’autre « Avoir peur d’échouer » (Daniel, Lafortune,
Pallascio et Sykes, 1996).

« Détester les maths »


Plan de discussion :
➢ Quelles sont les émotions qui interviennent quand on déteste
quelqu’un ou quelque chose ?
➢ Est-ce qu’un sentiment ressenti par rapport aux mathématiques peut
se modifier avec le temps ou avec les expériences ? Pourquoi ?

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
74 Pédagogie et psychologie des émotions

➢ Est-on toujours conscient des sentiments qu’on éprouve lorsqu’on


est en train de travailler à un problème difficile ? Pourquoi ?
➢ Qu’est-ce qui fait qu’on aime ou non les mathématiques ?
(p. 96-97)

« Avoir peur d’échouer »


Plan de discussion :
➢ La peur est-elle positive ou négative ? Pourquoi ?
➢ Le sentiment de peur qu’on peut éprouver lorsqu’on écoute un film
d’horreur est-il identique à la peur de ne pas réussir en mathéma-
tiques ? Pourquoi ?
➢ La peur d’échouer en mathématiques est-elle comparable à la peur
des araignées ou à la peur de la noirceur, par exemple ? À quoi
peut-on comparer la peur d’échouer en mathématiques ?
➢ Est-ce que la tension éprouvée en mathématiques peut aider à
trouver la solution à un problème mathématique ? (p. 184-185)
Ces exemples montrent comment on peut discuter de façon concep-
tuelle (philosophique et cognitive) à propos des émotions. Même si à travers
les propos, les élèves parlent d’eux-mêmes, plusieurs peuvent se sentir plus
à l’aise de le faire de cette façon.
Le recours aux émotions pour susciter une communauté de recherche
philosophique (moment où les élèves philosophent sur des concepts reliés
à l’apprentissage) comporte deux volets. Il peut être difficile pour certains
élèves de se détacher de leurs émotions afin d’y porter un regard philoso-
phique. Cependant, cela peut s’avérer un moyen de faire réfléchir certains
élèves qui évitent d’étaler leurs émotions personnelles. Quelle que soit la
situation d’un individu, le fait d’avoir ce regard philosophique peut favo-
riser le développement d’habiletés liées à la pensée critique. Tous les élèves
donnant un sens aux émotions, il leur sera en effet possible de participer à
un tel échange. De plus, les élèves apprendront à distinguer les arguments
empreints d’émotions, des arguments plus critiques.

3.2. DÉVELOPPER LA PENSÉE CRITIQUE


PAR LES ÉMOTIONS ET LA MÉTACOGNITION

Dans un texte visant à mettre en relation la métacognition et la pensée


critique, Lafortune et Robertson (2004) ont constaté que les recherches
actuelles proposent surtout des moyens ou des modèles où c’est en
développant la métacognition qu’on peut favoriser la pensée critique. La

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 75

perspective inverse, c’est-à-dire celle où le développement de la pensée


critique soutient celui de la métacognition, est peu exploitée. Pour leur part,
Lafortune et St-Pierre (1996) montrent que les émotions ressenties dans
l’apprentissage influencent la gestion de l’activité mentale. Cela signifie que,
dans une démarche d’apprentissage, il est nécessaire de tenir compte des
émotions qui influencent le processus mental soit de façon positive par la
motivation ou la confiance en soi, soit de façon négative par l’anxiété ou le
désintérêt. La métacognition vue comme un regard porté sur sa démarche
mentale pour mieux planifier les actions visant le contrôle de son processus
d’apprentissage conduit l’élève à une prise de conscience de son processus
mental. Celui-ci peut ainsi agir et choisir les stratégies qui lui apparaissent
le mieux convenir à la gestion de son activité mentale dans la réalisation
d’une tâche précise.
Sur le plan de la pensée critique, Lipman (1995) souligne que l’élève
fait appel à des activités cognitives fondamentales, telles que raisonner,
rechercher, organiser, qui l’aideront à départager, parmi les informations
qu’il reçoit, celles qui sont les plus pertinentes et celles qui le sont moins.
On peut penser que le passage des émotions à la métacognition favo-
rise le développement de la pensée critique, car, pour devenir un penseur
efficient et efficace, l’élève doit « contrôler » son niveau de compréhension
du sujet à l’étude, être sensible aux connaissances qu’il construit, être
conscient non seulement de la tâche demandée, mais aussi de la façon dont
les stratégies utilisées facilitent son processus de pensée. Aujourd’hui, les
élèves sont encouragés à réfléchir, à penser au-delà du sujet à l’étude. On
leur demande un engagement qui se traduit par une participation active
dans la construction de leurs connaissances : les élèves posent un regard
critique sur leurs apprentissages, soutiennent leurs opinions, posent des
questions et font les liens nécessaires entre les nouveaux apprentissages et
les connaissances actuelles. Si ce processus suppose une certaine aisance
dans la pratique de l’autoréflexion, à l’intérieur des stratégies susceptibles
de faciliter l’atteinte des objectifs poursuivis, il commande également un
processus de réflexion critique faisant appel à des habiletés d’évaluation,
d’analyse et de synthèse (Lafortune et Robertson, 2004). À cet effet, Kuhn
(1999) renforce l’idée que la pensée critique devrait être également perçue
comme une habileté métacognitive, et pas seulement cognitive. En ce sens,
Daniel, Lafortune, Pallascio, Splitter, Slade, De la Garza (accepté) consi-
dèrent que la pensée critique dialogique inclut les pensées logique, créative,
responsable et métacognitive.
En somme, plus les élèves utilisent des habiletés métacognitives, plus
ils auront l’occasion d’être « en contact » avec ce à quoi ils pensent et avec
la façon dont leur processus de pensée progresse. Ils seront également

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
76 Pédagogie et psychologie des émotions

davantage en mesure de choisir stratégiquement les habiletés spécifiques


liées à la pensée critique qu’ils doivent utiliser pour faire progresser leurs
apprentissages.
Ces réflexions nous ont menées à nous interroger sur le processus
inverse. En fait, est-il possible de mettre en place des interventions visant
le développement de la pensée critique pour aider à mieux comprendre les
émotions et, ainsi, à mieux les gérer ?

3.3. DÉVELOPPER LA PENSÉE CRITIQUE


POUR AIDER À LA GESTION DES ÉMOTIONS

Peu de recherches explorent des stratégies visant le développement de la


pensée critique pour aider à mieux gérer les émotions. Comme l’expliquent
Paul, Binker, Jensen et Kreklau (1990), lorsque nous nous sentons tristes ou
déprimés, il arrive que ce soit parce que nous interprétons une situation
qui nous touche de près d’une façon excessivement négative ou encore
pessimiste. Nous oublions peut-être alors de considérer d’autres dimensions
ou d’autres aspects qui auraient une influence positive sur notre analyse.
Une façon de mieux comprendre nos émotions est de nous interroger d’une
manière critique : comment se fait-il que je me sente aussi triste ? De quelle
façon est-ce que j’analyse la situation ? À quelle conclusion est-ce que j’en
suis venue ? Quelles sont mes déductions ? Sont-elles « réalistes » ? Y a-t-il
d’autres façons d’interpréter la situation ? De cette manière, nous pouvons
apprendre à repérer les « modèles récurrents » dans nos interprétations et,
ainsi, commencer à percevoir ce qui anime notre pensée. Nous comprendre
nous-mêmes constitue sans doute la première étape vers l’autocontrôle ou
l’autorégulation et l’autoamélioration, stratégies qui exigent un autre type
de regard sur nos émotions et sur leur relation avec nos pensées et nos idées,
de même que sur l’interprétation que nous faisons du monde en général.
Dans le même ordre d’idées, notre attention s’est portée sur une
recherche (Gratton, 2001) qui met l’accent sur les « défis pédagogiques »
liés à l’enseignement de la pensée critique et qui propose une démarche
différente, soit d’enseigner aux élèves comment appliquer les habiletés
associées à une pensée critique à la perception de soi (cette perception est
appelée « croyances » par cet auteur), laquelle compterait, pour une large
part, dans l’expression des émotions.
En ce qui a trait à la relation qui semble exister entre la croyance
et l’émotion, il faut préciser que la littérature montre bien les difficultés
qui existent pour définir et opérationnaliser le concept de croyance.
Goodenough (1963), repris dans Doudin, Pons, Martin et Lafortune
(2003), définit la croyance « comme une proposition tenue pour vraie ; elle

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 77

est de nature essentiellement individuelle, idiosyncratique, car issue de


l’expérience personnelle, et elle comporte une dimension affective ou de
jugement » (p. 10). Lafortune et Fennema (2003) ont déjà défini le concept
de croyance comme « un énoncé qui est tenu pour réel, vraisemblable ou
possible » (p. 34). Ces auteures considèrent qu’une croyance peut être soit
une conception – elle renvoie alors à la dimension cognitive –, soit une
conviction – elle est, dans ce cas, plus près de la dimension affective. Gratton
(2001) ne fournit pas de définition au concept de croyance ; cependant, la
lecture de ses propos montre que cet auteur associe le concept de croyance
à la perception que la personne a d’elle-même : « je me sens ridicule », « je
ne vaux rien ». Cette perception renvoie au concept de soi. Afin de respecter
la pensée de cet auteur et d’assurer une cohérence à l’intérieur du présent
texte, nous adopterons l’expression « perception de soi » en lien avec les
propos de Gratton (2001) et ajusterons ces propos au concept de croyance
tel que nous le concevons (Lafortune et Fennema, 2003).
Gratton (2001) soutient que l’application d’habiletés liées à une
pensée critique pourrait être une stratégie valable pour le développement
d’une perception de soi positive. En ce sens, il serait possible de montrer
aux élèves comment utiliser les habiletés liées à la pensée critique pour
favoriser un « bien-être émotif ». Pour cet auteur, il importe de se souvenir
que les émotions viennent en partie de la façon dont la personne se perçoit
pour la réalisation d’une tâche, par exemple. Si ces perceptions déforment
grandement la réalité, elles peuvent susciter l’expression d’émotions déran-
geantes et inadéquates (peur, tristesse…) de nature à mener les élèves à
agir de façon inadéquate. Prenons cet exemple : un élève qui exagère les
conséquences liées à l’échec vécu dans un cours pourrait vivre de la peur, ce
qui le découragera de reprendre le cours ou diminuera sa capacité à obtenir
du succès dans ce cours ou dans un autre cours. Cet exemple montre que,
lorsque les émotions naissent d’une perception de soi négative et inadé-
quate, d’autres émotions dérangeantes émergent et peuvent mener à des
comportements ou à des attitudes nuisibles à l’apprentissage. De façon
générale, le penseur critique, dans ses gestes quotidiens, essaie d’agir de
façon plus constructive.
Gratton (2001) donne deux raisons pour lesquelles penser de façon
critique serait une stratégie pertinente, capable de soutenir le bien-être
émotif de l’individu. Cet auteur est d’avis que la pensée critique fournit
les outils qui conduisent l’individu à modifier la perception qu’il a de lui-
même et, ainsi, lui donnent le pouvoir d’éviter ou d’éliminer des émotions
désagréables ou encore d’en diminuer l’intensité, la durée ou la fréquence.
Il faut dire que la pratique des habiletés liées à une pensée critique ne vise
pas l’élimination de toutes les émotions désagréables. Vivre ce type d’émo-
tions peut parfois être sain et nécessaire (Lafortune et Pons, 2004) : pensons

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
78 Pédagogie et psychologie des émotions

par exemple, à la tristesse dans le cas d’un deuil ou de la perte d’un être
cher et à la colère dans le cas d’une injustice flagrante. De la même façon,
la pratique de ces habiletés ne diminuera ni n’éliminera certaines émotions
plaisantes et agréables, surtout que certaines émotions agréables peuvent
s’appuyer elles aussi sur des perceptions inadéquates. Les éliminer revien-
drait à diminuer ou encore à éliminer les émotions plaisantes qui leur sont
rattachées. Dans un cas comme dans l’autre, l’ignorance ou l’irrationalité
peuvent être tantôt bénéfiques, tantôt néfastes. Il s’agit peut-être, dans ce
cas, d’accompagner l’individu qui fait des découvertes sur lui-même et sur
les autres à prendre conscience des éléments qui sont bénéfiques ou néfastes
à son « bien-être émotif » à l’aide d’une approche qui respecte davantage son
rythme (Ennis, 1987 ; Facione, 2004). Les propos de Gratton laissent penser
que le développement d’habiletés liées à la pensée critique peut contribuer
à ce que chaque personne porte un regard réflexif sur ses façons de penser
et d’agir et, ainsi, modifie la perception qu’elle a d’elle-même. En ce sens, le
développement de telles habiletés favorise une certaine objectivité devant
des situations qui font surgir des émotions.
L’objectif que poursuit Gratton (2001) est surtout d’outiller les élèves
de manière à ce qu’ils puissent retirer les bénéfices d’une stratégie axée
sur le développement d’habiletés liées à la pensée critique afin de les aider
à cerner les perceptions irrationnelles qui sous-tendent leurs réactions
émotives. Dans cette perspective, l’expression d’une pensée critique laisse
penser que « ce n’est pas tant les événements qui dérangent l’homme, mais
plutôt les opinions émises à propos de ces mêmes événements » (Epictetus,
1991, p. 14, cité par Gratton, 2001, p. 40).

3.3.1. Des considérations pédagogiques


Penser de façon critique aide les élèves à évaluer une situation après avoir
examiné plusieurs avenues. Il faut dire qu’enseigner les habiletés liées à
une pensée critique pour apprendre à gérer les émotions entraîne inévita-
blement des conséquences d’ordre pédagogique. Intéressé par l’application
pédagogique d’une théorie des émotions à l’enseignement de la pensée
critique, Gratton (2001) a mis en place une démarche qui s’inspire d’une
approche cognitivo-comportementale. Bien que les élèves à qui l’approche
était destinée aient perçu les cours axés sur le développement de la pensée
critique comme une « gymnastique mentale inutile », l’auteur a remarqué
que ces élèves étaient tout de même disposés à ce qu’on leur enseigne les
habiletés et les attitudes qu’un penseur critique doit maîtriser. De plus,
étant donné les avantages nets que cette stratégie permet d’appliquer à
leur « vie émotive », les élèves ont été encouragés à adapter ces habiletés
à d’autres disciplines ou champs d’études aussi bien qu’à leur vie quoti-
dienne. Enfin, davantage d’élèves ont développé l’habitude intellectuelle

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 79

d’évaluer sérieusement leurs propres jugements, et interprétations. Comme


suite à l’application adéquate de la stratégie, ces élèves ont constaté que la
peur ou l’inconfort devant certaines situations pédagogiques, comme celle
d’être évalués par leurs pairs, par exemple, diminuaient.

3.2.2. Des interventions


À l’approche de Gratton (2001) s’inspirant des courants cognitivo-compor-
tementaux, nous avons choisi d’ajouter des éléments de notre conception
socioconstructiviste de l’apprentissage et d’apporter ainsi des ajustements
à ce qui est proposé par cet auteur. Parmi ces changements, notons que
nous ne parlerons pas d’étapes à réaliser ; nous verrons la proposition
d’intervention comme un tout intégré et l’aspect théorique sera plutôt
orienté vers la découverte. Nous nous inspirons du modèle suggéré ; cepen-
dant, les modifications apportées sont substantielles et tiennent compte de
la conception des croyances que nous soutenons (les croyances renvoient
à des conceptions et à des convictions). Dans cette approche, il sera donc
important : de guider les élèves dans la construction d’une compréhension
des émotions (métaémotion) en cause dans différents contextes ; de faire
découvrir les aspects théoriques et appliqués de la place des émotions dans
la perception de soi et des croyances.

Émotions et perception de soi


De façon générale, lorsque nous ressentons une émotion (de façon cons-
ciente ou non), c’est que nous avons pensé à quelque chose de façon
particulière. Le verbe « penser » est ici utilisé dans son sens le plus large,
sous-tendant des concepts comme croire, inférer, expliquer, juger, interpréter
ainsi que plusieurs autres. Pour des émotions comme la peur (horreur, épou-
vante, inquiétude), l’individu peut percevoir que quelque chose pourrait
le menacer, peu importe la façon. Si l’individu prend conscience de cette
perception, il peut en limiter l’influence, et la peur peut diminuer grande-
ment. Prenons le cas de la personne qui craint de donner une conférence
devant un public et qui soit évite la situation, soit vit une grande tension.
Le fait de lui montrer simplement que cette activité ne représente aucun
danger ne sera probablement pas suffisant pour lui permettre de maîtriser
sa peur. Cependant, la personne qui, malgré le malaise apparent, persiste
à contrer les pensées irrationnelles qui contribuent à alimenter la crainte
associée à la perception de conférences devant un public peut voir les
émotions associées à la peur diminuer d’intensité, de fréquence ou encore
disparaître presque complètement. Une compréhension des émotions en
cause, accompagnée d’expériences positives, peut mener à une justification
de ce qui peut arriver et contribuer à ce qu’on ne se laisse pas influencer
par des pensées irrationnelles de peur ou même d’angoisse.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
80 Pédagogie et psychologie des émotions

Pensée critique, perception de soi et croyances


Si l’on croit qu’une croyance est une condition nécessaire à l’expression
d’une émotion et que la perception de soi influence l’existence, l’intensité,
la fréquence ou la durée de l’émotion, alors le fait de contrer ou de rejeter
cette croyance serait suffisant pour diminuer grandement l’influence de
cette émotion. Cependant, si l’on croit qu’une croyance constitue une
condition suffisante pour qu’une émotion se manifeste, la rejeter ne suffit
pas à éliminer l’influence négative de l’émotion.
Gratton (2001) propose un exercice que nous avons adapté à notre
perspective socioconstructiviste. À partir d’un événement, d’une croyance
sous-jacente et d’une perception de soi qui en découle, les élèves doivent
reconnaître l’émotion en cause et fournir une explication qui en favo-
rise la compréhension. Cette réflexion aide à comprendre les liens entre
les émotions, les croyances et la perception de soi dans une situation
donnée.

Perception
Événement Croyance de soi Émotion Explication
Je dois donner Une personne Je me sens Embarras
une présen- qui fait une ridicule.
tation orale présentation
en classe. orale est ridicule.
Je dois donner Une présentation Je me sens à Plaisir
une présen- orale permet l’aise et j’ai le
tation orale de présenter ses goût de
en classe. idées et peut partager
être plaisante. mes idées.
Je dois donner Dans une J’espère que Inquiétude
une présen- présentation les élèves ne
tation orale orale, on pose poseront pas
en classe. toujours des trop de
questions aux- questions
quelles il est difficiles.
difficile de
répondre.
J’ai échoué Les tests de Ce n’est pas Frustration
au test français sont de ma faute,
de français. toujours l’examen était
difficiles. trop difficile.
J’ai échoué Si l’on échoue, Je ne vaux rien. Dévalorisation
au test c’est qu’on
de français. ne vaut rien.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 81

La réalisation d’une telle tâche conduit à se donner une représen-


tation des croyances, de la perception de soi et des émotions en lien avec
un événement, mais aussi à fournir des explications des liens établis. Une
telle réflexion réalisée dans le contexte du développement d’une pensée
critique incite les élèves à faire des ajustements relatifs à leurs perceptions,
ce qui peut influencer l’intensité des émotions qu’ils ressentiront dans une
même situation ultérieurement. Cette tâche devient l’occasion d’appro-
fondir sa compréhension de la complexité d’une émotion et d’explorer
des questions comme « quelles sont les croyances qui risquent d’entretenir
cette émotion ? », « quelles explications peut-on fournir relativement aux
émotions en cause ? ».
Il arrive que les élèves précipitent leurs explications ou avancent des
interprétations qui se caractérisent par leur caractère irréfléchi ; des émotions
associées à ces jugements ou à ces interprétations peuvent alors surgir et
être néfastes à l’apprentissage, mais aussi à la communication. À une autre
étape et pour approfondir la compréhension des émotions en cause, on peut
tenir compte des huit composantes de la compétence émotionnelle, telles
qu’elles sont définies par Saarni (1999) ; c’est une façon de mieux circonscrire
les croyances, la perception de soi et les émotions en cause et, ainsi, fournir
des explications plus approfondies sur ce qui se passe.
1) La conscience de ses propres états émotifs fait référence à la
reconnaissance des émotions que l’on ressent et aux liens entre
les événements qui les causent et ces émotions.
2) L’habileté à reconnaître et à comprendre les émotions des autres est
complémentaire à la compréhension de ses propres émotions.
3) L’habileté à utiliser le vocabulaire associé aux émotions à l’aide,
notamment de mots, d’images ou de symboles permet de commu-
niquer son expérience émotive aux autres.
4) La capacité d’empathie est la composante nécessaire à l’établis-
sement de relations avec les autres.
5) L’habileté à comprendre que l’état émotif interne ne correspond
pas nécessairement à ce qui est exprimé renvoie au fait qu’une
personne n’exprime pas toujours extérieurement l’émotion qu’elle
ressent.
6) La capacité à gérer des émotions d’aversion ou de détresse en
utilisant des stratégies d’autorégulation permet de supporter des
émotions de grande intensité, pour une assez longue durée.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
82 Pédagogie et psychologie des émotions

7) La conscience de la nature des relations ou de la communication


dépend des émotions et particulièrement du degré de réciprocité
et de symétrie dans la relation.
8) La capacité d’accepter ses expériences émotives et de développer
un sentiment d’autoefficacité est liée à la croyance personnelle en
ce qui est socialement acceptable comme équilibre émotif.
Ainsi, les émotions constituent une source précieuse de renseigne-
ments. Par exemple, lorsque nous rencontrons une personne pour une
première fois, nous pouvons ressentir de la méfiance envers cette personne
sans nous rendre compte que nous avons porté un jugement hâtif. Être en
mesure de reconnaître l’émotion qui nous habite à un moment précis peut
susciter la prise de conscience du jugement « irrationnel » posé, nous amener
à réévaluer la situation et, par conséquent, à ajuster notre interprétation
ou nos actions.

Évaluation
Tout au long de cette démarche, il est important que les élèves utilisent leurs
habiletés liées à la pensée critique et évaluent les croyances qui présentent
des liens de causalité pertinents. La tâche consiste à cerner les croyances sans
fondement, à les rejeter ou pas et à justifier le fait qu’elles soient écartées.
Cette réflexion aide les élèves à éviter de vaincre des émotions qu’ils croient
inappropriées ou dérangeantes en utilisant des prétextes qui relèvent de
croyances plus ou moins justifiées.
Dans la même veine, si l’utilisation des habiletés liées à une pensée
critique vise à améliorer de façon significative le « bien-être émotif », il
est essentiel d’apprendre à reconnaître et à évaluer certains énoncés. Ces
énoncés relèvent de croyances spécifiques dans des contextes variés. Ces
énoncés entraînent une pratique ou encore font appel à des règles de morale
qui suggèrent « ce que nous devrions croire, faire ou évaluer dans des
situations spécifiques » (Gratton, 2001, p. 45). Ces énoncés font référence à
une perception de soi (« si j’échoue un test, je ne vaux pas grand-chose »)
ou encore emprisonne ou limite la philosophie de la vie d’une personne
(« si je veux être heureuse, je dois réussir au plan financier »). Ainsi, ces
énoncés sous-tendent des émotions qui influencent les choix et les façons
d’agir. Plus précisément, un énoncé non fondé qui conduirait, dans des
contextes similaires, à l’expression d’émotions dérangeantes ou inappro-
priées dans la mesure où la personne accorde de l’importance à cet énoncé
risque de placer cette personne dans une position vulnérable au regard de
ces mêmes émotions.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 83

Situation Croyance Énoncé Émotion Explication


Mes amis ne On doit féliciter Mes amis Colère ou
m’ont pas une personne auraient dû déception
félicité pour qui réussit. me féliciter.
mon succès.
Mon professeur Un professeur Mon professeur Déception
ne m’accorde devrait accorder devrait ou
pas beaucoup de l’attention à m’accorder frustration
d’attention. tous ses élèves. plus d’attention.

Une mauvaise évaluation ou analyse de la situation risque d’aug-


menter la vulnérabilité de la personne et de faire émerger de la colère et de la
frustration. La personne risque de ne pas obtenir l’attention souhaitée dans
des situations similaires et son « bien-être émotif » pourra en souffrir.

CONCLUSION : DISCUSSION ET PERSPECTIVES


Dans ce chapitre, nous avons tenté de préciser le lien qui existe entre les
émotions et l’expression de la pensée critique. À cette fin, un questionne-
ment a guidé notre réflexion. Ainsi, la manifestation de une ou plusieurs
émotions peut-elle influencer – de façon positive ou négative – l’expres-
sion de la pensée critique ? Le développement de la pensée critique peut-il
influencer l’expression ou la compréhension des émotions ? Existe-t-il
des actions ou interventions qui permettraient une meilleure gestion des
émotions, favorisant ultérieurement l’expression d’une pensée critique ? Le
développement d’habiletés liées à la pensée critique peut-il favoriser une
meilleure gestion des émotions ?
En ce qui a trait aux interventions, nous avons vu que certains auteurs
et auteures misent sur des actions qui suscitent l’expression des émotions,
alors que d’autres favorisent des actions qui visent la compréhension des
émotions pour apprendre à mieux gérer ces émotions. Cette compréhen-
sion des émotions est liée à l’évaluation de la situation, aux explications
et interprétations, ce qui relève de la pensée critique. Il peut donc y avoir
une « porte d’entrée » plutôt émotive de cette prise en compte (susciter
l’expression des émotions) et une « porte d’entrée » plus cognitive de la
prise en compte des émotions (favoriser la compréhension des émotions :
métaémotion et compétence émotionnelle).
Nous croyons que, selon les circonstances, l’une et l’autre façon
de faire peut être valable. Il peut s’avérer nécessaire de faire émerger
les émotions afin de les connaître et de permettre aux élèves certaines
prises de conscience (se rendre compte que des émotions sont en cause) ;

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
84 Pédagogie et psychologie des émotions

à d’autres moments, il peut être essentiel de comprendre les émotions en


cause et de porter un regard plutôt cognitif sur ce qui se passe. Dans un
projet récemment terminé, Lafortune, (2004, voir également Lafortune,
St-Pierre et Martin, 2005) a mené une réflexion exploratoire conduisant à
penser que les personnes intervenantes sont portées vers l’une ou l’autre
des façons de faire (faire émerger ou comprendre les émotions en cause).
Nous pensons qu’il est nécessaire d’explorer les deux avenues et, ainsi,
de faire des choix éclairés selon les situations auxquelles ces personnes
doivent faire face. Favoriser la compréhension des émotions et développer
un regard critique sur les émotions en cause nous apparaît un moyen de
raffiner le vocabulaire pour parler des émotions autant chez les personnes
intervenantes que chez les élèves.
Comme perspective de recherche, nous proposons de mener des
recherches sur les liens entre les émotions et la pensée critique sur le plan
de l’intervention afin d’élargir l’idée que la pensée critique relève d’un
regard sur les idées et les opinions, mais qu’elle peut également faciliter
la gestion des émotions. Si l’on veut étudier l’influence des interventions
sur le processus enseignement/apprentissage, il faudra penser à des
recherches à long terme. Enfin, on pourrait alimenter la réflexion sur le fait
que le développement de la pensée critique est lié à celui de la compétence
émotionnelle et inversement.

BIBLIOGRAPHIE
Daniel, M.-F. (1998). La philosophie et les enfants (réédition), Montréal, Éditions
Logiques.
Daniel, M.-F., L. Lafortune, R. Pallascio, L. Splitter, C. Slade et T. De la Garza
(accepté). « Modeling the development process of dialogical critical thinking
in pupils aged 10 to 12 years », Communication Education.
Daniel, M.-F., L. Lafortune, R. Pallascio et P. Sykes (1996). Philosopher sur les mathé-
matiques et les sciences, Québec, Le Loup de Gouttière.
Doudin, P.-A. et D. Martin (1992). De l’intérêt de l’approche métacognitive en pédagogie,
Lausanne, CVRP.
Doudin, P.-A., F. Pons, D. Martin et L. Lafortune (2003). « Croyances et connais-
sances : analyse de deux types de rapports du savoir », dans L. Lafortune,
C. Deaudelin, P.-A Dondin et D. Martin (dir.), Conceptions, croyances et repré-
sentations en maths, sciences et technos, Sainte-Foy, Les Presses de l'Université
du Québec, p. 7-26.
Ennis, R. (1985). Critical Thinking, Upper Saddle River, NJ, Prentice-Hall.
Ennis, R. (1987). « A taxonomy of critical thinking dispositions and abilities », dans J.
Baron et R. Sternberg (dir.), Teaching Critical Thinking Skills : Theory and Practice,
New York, W.H. Freeman, p. 9-26.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Une réflexion portant sur les liens entre émotions et pensée critique 85

Facione, P. (2004). Critical Thinking : What It Is and Why It Counts. California Academic
Press, mise à jour 2004 [http ://www.insightassessment.com/pdf_files/
what&why2004.pdf] consulté à l’été 2004.
Facione, P., N. Facione et C. Giancarlo (2000) « The disposition toward critical thin-
king : Its character, measurement, and relationship to critical thinking skill »,
Informal Logic, 20(1), p. 61-84.
Fazio, R.H. (1995). « Attitudes as object-evaluation associations : Determinants,
consequences, and correlates of attitude accessibility », dans R.E. Petty et
J.A. Krosnick (dir.), Attitude Strength : Antecedents and Consequences, Mahwah,
NJ, Lawrence Erlbaum, p. 247-282.
Gonzalez, V. (1997). « Using critical thinking to stimulate in-service teachers cogni-
tive growth in multicultural education », NYSABE Journal, University of
Arizona.
Gould, J. et W. Kolb (1965). A Dictionary of the Social Sciences, New York, Free Press,
p. 232 (Ego-Involvement).
Gratton, C. (2001). « Critical thinking and emotional well-being », Inquiry : Critical
Thinking across the Disciplines, printemps, 20(3), p. 39-51.
Guilbert, L. (1999). « La relation cognitivo-affective de la pensée critique : vers un
modèle d’évaluation », dans L. Guilbert, J. Boisvert et N. Ferguson (dir.), Ensei-
gner et comprendre, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, p. 81-98.
Hassel, C. (2003). Why Critical Thinking ?, Minnesota, Regents of the University of
Minnesota.
Khun, D. (1999). « A developmental model of critical thinking », Educational Research,
28(2), p. 16-26.
Lafortune, L., avec la collaboration de S. Cyr et B. Massé et la participation de
G. Milot et K. Benoît (2004). Travailler en équipe-cycle. Entre collègues d’une école,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. et E. Fennema (2003). « Croyances et pratiques dans l’enseignement des
mathématiques », dans L. Lafortune, C. Deaudelin, P.-A. Doudin et D. Martin
(dir.), Croyances à l’égard des mathématiques, des sciences et des technologies,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 29-55.
Lafortune, L. et S. Lafortune (2002). Chères mathématiques. Susciter l’expression
des émotions en mathématiques : Huit capsules vidéo, Sainte-Foy, Presses de
l’Université du Québec.
Lafortune, L. et B. Massé, avec la collaboration de S. Lafortune (2002). Chères mathé-
matiques. Des stratégies pour favoriser l’expression des émotions en mathématiques,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. et F. Pons (2004). « Le rôle de l'anxiété dans la métacognition », dans
L. Lafortune, P.-A. Doudin, F. Pons et D.R. Hancock, Les émotions à l’école,
Sainte-Foy, Les Presses de l’Université du Québec, p. 145-169.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
86 Pédagogie et psychologie des émotions

Lafortune, L. et A. Robertson (2004). « Métacognition et pensée critique : une


démarche de mise en relation pour l’intervention », dans R. Pallascio,
M.-F. Daniel et L. Lafortune (dir.), Pensée et réflexivité, Sainte-Foy, Presses de
l’Université du Québec, p. 107-128.
Lafortune, L. et L. St-Pierre (1996). L’affectivité et la métacognition dans la classe,
Montréal, Éditions Logiques.
Lafortune, L., L. St-Pierre et D. Martin (2005). « Compétence emotionnelle dans
l’accompagnement et l’analyse des manifestations des émotions dans un
contexte de changement », dans L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin,
F. Pons et Q. Albanese (dir.), Pédagogie et psychologie des émotions, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 87-118.
Leader, L. et J. Middleton (1999). From Ability to Action : Designing Instruction for
Critical Thinking Dispositions. Communication présentée au National Conven-
tion of the Association for Educational Communications and Technology,
Houston, 10-14 février.
Lipman, M. (1991). Caring Thinking. Communication présentée à la vie Conférence
internationale sur la pensée, printemps 1994, Boston, Massachusetts Institute
of Technology.
Lipman, M. (1995). À l’école de la pensée, Bruxelles, De Boeck Université.
Martin, B.L. et L.J. Briggs (1986). The Affective and Cognitive Domains : Integration for
Instruction and Research, New Jersey, Educational Technology Publications.
Middleton, J. et Z. Toluk (1999). « First steps in the development of an adaptive
theory of motivation », Educational Psychologist, 34, p. 37-49.
Ministère de l’Éducation (2001). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation
préscolaire, enseignement primaire, Québec, Gouvernement du Québec, MEQ.
Ministère de l’Éducation (2004). Programme de formation de l’école québécoise : Ensei-
gnement secondaire, 1er cycle, Québec, Gouvernement du Québec, MEQ.
Paul, R., A. Binker, K. Jensen et H. Kreklau (1990). Critical Thinking Handbook : A
Guide for Remodeling Lesson Plans in Language Arts, Social Studies and Science,
Rohnert Park, CA, Foundation for Critical Thinking.
Pons, F., P.-A. Doudin, P.L. Harris et M. de Rosnay (2002). « Métaémotion et inté-
gration scolaire », dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans
l’apprentissage, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 7-28.
Saarni, C. (1999). The Development of Emotional Competence, New York, The Guilford
Press.
Scherer, K.R. (1994). « Emotional control : Variation and consequences », dans
P. Ekman et R.J. Davidson (dir.), The Nature of Emotion, New York, Oxford
University Press, p. 273-279.
Schwarz, N. et G.L. Clore (1988). « How do I feel about it ? The informative function
of affective states », dans K. Fiedler et J. Forgas (dir.), Affect, Cognition and Social
Behavior, Toronto, C.J. Hogrefe, p. 44-62.
Swartz, R. et D. Perkins (1989). Teaching Thinking : Issues and Approaches, Pacific
Grove, CA, Midwest Publications.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle
C H A P I T R E

dans l’accompagnement
4
Analyse des manifestations des émotions
dans un contexte de changement

Louise Lafortune
Université du Québec à Trois-Rivières
louise_lafortune@uqtr.ca
Lise St-Pierre
Université de Sherbrooke
lise.st-pierre@usherb.ca
Daniel Martin
Haute École pédagogique de Lausanne
daniel.martin@edu-vd.ch

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
88 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Par ce chapitre, les auteurs suscitent une réflexion sur l’influence
de la dimension affective dans une démarche d’accompagnement
et, ainsi, contribuent à mettre en place de nouvelles façons
d’aborder la formation continue. Ils proposent une réflexion
théorique tant sur l’influence de la dimension émotionnelle sur
l’accompagnement que sur le développement de la compétence
émotionnelle des personnes accompagnatrices. Cette réflexion
théorique est alimentée par la description d’une démarche d’auto-
analyse de la prise en compte des émotions dans une formation à
l’accompagnement associée à une recherche-formation-interven-
tion menant à l’émergence d’une grille d’analyse. Ils ajoutent
les résultats d’une recherche exploratoire visant à connaître et à
analyser des situations d’accompagnement qui ont été influen-
cées par des émotions. L’un des éléments de conclusion proposés
vise l’élaboration et la mise au point de modèles d’intervention
en trois étapes, selon : ce qui relève 1) de la présence affective,
2) du modelage affectif et 3) de l’instrumentation affective, tout
en faisant des liens avec les trois types d’interventions définis
dans la démarche d’autoanalyse et avec les huit composantes de
la compétence émotionnelle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 89

Deux éléments de contexte en éducation suscitent un intérêt pour la prise en


compte de la dimension affective dans l’accompagnement. En premier lieu,
les changements dans les pratiques éducatives engendrés par les réformes
mettent les personnes accompagnatrices (enseignants et enseignantes,
conseillers et conseillères pédagogiques, formateurs et formatrices) dans
des situations de remise en question qui ne sont pas toujours faciles à vivre
ou à faire vivre (Lafortune et Deaudelin, 2001 ; Lafortune et Mongeau, 2002 ;
L’Hostie et Boucher, 2004). Des observations et discussions autorisent à
penser que les émotions des personnes accompagnées influencent grande-
ment la démarche d’accompagnement. En deuxième lieu, ces changements
influencent la forme que peut prendre la formation continue (Lafortune,
Deaudelin, Doudin et Martin, 2001). De formations universitaires plus
ou moins adaptées ou de formations ponctuelles dont les réinvestisse-
ments sont minimes, nous devons passer à une forme d’accompagnement
(mettant en lien théorie et pratique) qui suppose un engagement autant
des personnes accompagnatrices qu’accompagnées, ce qui sous-tend des
interactions émotives entre ces personnes issues d’une démarche soutenue,
à plus ou moins long terme.
Par ce texte, nous désirons susciter une réflexion sur l’influence de la
dimension affective dans une démarche d’accompagnement et, ainsi, contri-
buer à mettre en place de nouvelles façons d’aborder la formation continue.
Nous proposons une réflexion théorique tant sur l’influence de la dimen-
sion émotionnelle sur l’accompagnement que sur le développement de la
compétence émotionnelle des personnes accompagnatrices. Cette réflexion
théorique est alimentée par la description d’une démarche d’autoanalyse de
la prise en compte des émotions dans une formation à l’accompagnement
associée à une recherche-formation-intervention menant à l’établissement
d’une grille d’analyse (Lafortune 2004a et b). Nous ajoutons les résultats
d’une recherche exploratoire visant à connaître et à analyser des situations
d’accompagnement qui ont été influencées par des émotions.

1. RÉFLEXION MENANT
À DES CHOIX THÉORIQUES
Dans les observations que nous avons faites à propos de démarches d’accom-
pagnement menées par différents groupes de personnes accompagnatrices
(enseignants et enseignantes, conseillers et conseillères pédagogiques,
directions d’école), nous pouvons constater que celles-ci relèvent l’impor-
tance que prend la dimension affective dans leurs interventions, et ce, de
façon assez continue. Néanmoins, le choix de s’investir dans une formation
à l’accompagnement où les émotions sont traitées directement n’est pas
une priorité.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
90 Pédagogie et psychologie des émotions

Il existe une perception selon laquelle les émotions occupent une place
transversale dans l’accompagnement et il est difficile de cerner les aspects
de l’accompagnement qui font émerger des émotions. Est-ce le contexte,
la tâche demandée, les attitudes des personnes accompagnées ou accom-
pagnatrices… ? Il semble qu’il manque de modèles, de formation ou de
moyens pour intervenir sur la dimension affective de l’accompagnement.
Notre réflexion nous porte à craindre la recherche de moyens simples
d’intervention quand la prise en compte des émotions dans l’accompa-
gnement est un processus complexe qui suppose un regard sur soi, sur
les autres, sur ce qui se passe et sur les perceptions des interactions des
membres d’un groupe.
Nous nous interrogeons donc sur la formation à fournir aux personnes
accompagnatrices qui intègre des éléments tant théoriques que liés à la
communication et aux interrelations. Nous favorisons un traitement cognitif
des émotions plutôt qu’un traitement émotif qui ne peut, selon nous,
mener qu’à ce qu’on appelle des « thérapies de groupe ». Nous croyons que
cette dernière avenue n’est pas pertinente dans le cadre des changements
actuels en éducation et que celle qui privilégie un traitement cognitif des
émotions permet de prendre conscience de ses émotions et de celles des
autres dans une démarche d’accompagnement. Cette perspective suscite la
recherche de moyens facilement adaptables à une situation de classe pour
le développement de compétences ou à une situation d’équipe-école ou
d’équipe-cycle pour trouver des moyens d’intervention à mettre en action,
cherchant non pas à analyser les comportements et attitudes des autres,
mais plutôt à les comprendre. Nous considérons que, pour favoriser une
telle compréhension, il importe que les personnes accompagnatrices déve-
loppent une compétence émotionnelle en vue de porter un regard cognitif
sur les émotions en cause dans une démarche d’accompagnement.

2. COMPÉTENCE ÉMOTIONNELLE
Saarni (1999) est l’auteure principalement consultée pour la compréhension
de la compétence émotionnelle dans une perspective qui peut être trans-
posée à celle de l’accompagnement. Elle explique la compétence émotion-
nelle à partir de huit composantes que nous décrivons dans ce qui suit en
proposant d’abord une formulation et une explication de chacune d’elles
(voir également Lafortune, 2005). Nous ajoutons des précisions quant au
sens de ces composantes pour l’accompagnement socioconstructiviste dans
une optique métacognitive et réflexive (Lafortune et Deaudelin, 2001).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 91

1re composante : La conscience de ses propres états émotifs fait référence à


la reconnaissance des émotions que l’on ressent et aux liens entre les événe-
ments qui les causent et ces émotions. Cette conscience est en relation avec
la métaémotion qui l’exige pour mener à une compréhension des émotions
et à des ajustements tenant compte de cette compréhension (Pons, Doudin,
Harris et de Rosnay, 2002). Mongeau et Tremblay (2002) parlent d’atten-
tion consciente en lien avec cette conscience de ses propres états émotifs.
Selon eux, cette attention consciente suscite le désir d’agir afin de dissiper
le malaise, tel que l’inconfort. Bien que ces auteurs fassent référence à une
attention consciente, ils considèrent que la réaction à l’inconfort est instan-
tanée, inconsciente et réflexe ou issue d’une analyse réfléchie et différée.
Nous considérons que les personnes accompagnatrices ont avantage
à avoir conscience des émotions qu’elles ressentent lorsqu’elles intervien-
nent dans une démarche d’accompagnement. Cette conscience leur permet
de faire des choix d’intervention qui favorisent un succès de la démarche,
mais surtout d’ajuster l’intervention dans l’action pour tenir compte de
leurs propres réactions émotives. De plus, cette conscience incite à chercher
des moyens de les gérer plutôt que de les éviter et d’agir comme si aucune
émotion n’était en cause.
2e composante : L’habileté à reconnaître et à comprendre les émotions des
autres est vue comme étant complémentaire à la compréhension de ses
propres émotions. La connaissance des émotions ressenties par les autres
aide à comprendre ses propres réactions émotives. Cette composante de
la compétence émotionnelle montre qu’il est important de se pencher sur
le processus de construction des émotions afin d’accepter les limites non
seulement de la construction de ses propres émotions, mais aussi de celle
des autres (Lafortune, 2004c).
Cette composante de la compétence émotionnelle est importante pour
les personnes accompagnatrices qui doivent reconnaître et comprendre les
émotions des personnes accompagnées. Cet aspect est particulièrement utile
dans un contexte de changement imposé (réforme et nouveau programme
de formation), car certaines personnes (à tort ou à raison) soutiennent que
ce qui était fait auparavant était très valable et ne mérite pas les change-
ments demandés. Reconnaître que l’autre ressent des émotions dans ce
contexte de changement favorise la communication et diminue l’influence
négative de la résistance qui se manifeste par la peur de l’inconnu, un
sentiment d’incompétence… Cette reconnaissance et cette compréhension
des émotions des autres conduisent à des interventions qui aident les
personnes accompagnées à se sentir moins isolées dans ce qu’elles vivent.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
92 Pédagogie et psychologie des émotions

Cependant, une meilleure conscience de ses propres émotions (première


composante) est essentielle pour que les comparaisons avec les émotions
des autres soient pertinentes et non dévalorisantes.
3e composante : L’habileté à utiliser le vocabulaire associé aux émotions à
l’aide, notamment de mots, d’images ou de symboles permet de communi-
quer son expérience émotive aux autres et d’avoir accès aux représentations
de ses propres expériences émotives, ce qui aide à les situer dans un contexte
et à les comparer aux représentations des autres.
Cette composante de la compétence émotionnelle favorise la descrip-
tion d’expériences mettant en cause des émotions (agréables ou désagréa-
bles) dans une démarche d’accompagnement. Elle facilite également les
discussions et le partage des émotions sans se limiter à nommer l’émotion
ressentie ou à présenter des anecdotes, mais en cherchant à les expliquer
pour favoriser la compréhension. Tout en favorisant l’expression des
émotions dans un vocabulaire approprié, nous croyons nécessaire d’ex-
plorer collectivement des moyens de gérer les émotions dans l’action. Dans
une démarche d’accompagnement, ces moyens sont directement associés
aux émotions vécues (« quelles émotions ont été vécues dans telle inter-
vention ? ») ou déduits d’un traitement conceptuel des émotions (« quelles
émotions pourrait-on vivre dans tel type de situation ? »).
4e composante : La capacité d’empathie est la composante nécessaire à
l’établissement de relations avec les autres. Selon Saarni (1999), l’empathie
renvoie au fait de ressentir avec les autres et la sympathie fait référence à
ressentir pour les autres ; ces états affectifs favorisent la communication avec
les autres. Selon Legendre (1993, p. 488), l’empathie est la « capacité d’iden-
tifier les émotions et les représentations d’autrui » ; en tant que capacité, elle
se développe et s’apprend.
L’empathie des personnes accompagnatrices à l’égard de celles qui
sont accompagnées exige la reconnaissance des émotions des autres (sans
qu’il y ait nécessairement verbalisation) pour en favoriser l’explication ou la
compréhension par une démarche de questionnement, par exemple. Cette
capacité favorise la communication et la compréhension des émotions sans
qu’il y ait jugement hâtif de la part de la personne accompagnatrice. Cette
empathie peut aider à créer un climat de respect, d’écoute et d’ouverture,
climat qui serait de nature à favoriser l’entraide et la compréhension dans
les moments d’intervention difficiles.
5e composante : L’habileté à comprendre que l’état émotif interne ne corres-
pond pas nécessairement à ce qui est exprimé renvoie au fait qu’une personne ne
montre pas toujours l’émotion qu’elle ressent. Elle anticipe une réaction de
l’autre ou des autres qui aura des effets négatifs sur elle-même. La compré-

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 93

hension de ce phénomène améliore grandement les relations interperson-


nelles. Le fait de développer cet aspect de la compétence émotionnelle
favorise des attributions causales pertinentes dans la situation et conduit
à plus de cohérence entre les pensées et les actions (Thagard, 2000).
Dans une situation d’accompagnement, on a avantage à porter
attention à la différence entre ce que les personnes expriment et ce qu’elles
ressentent, puisqu’il existe généralement une différence entre les deux.
Cela peut également se remarquer entre les croyances et les pratiques liées
à l’enseignement et à l’apprentissage (Lafortune, 2004d). Cette différence
entre pensées et actions n’est pas dramatique si la personne en a une
certaine conscience. En ce sens, l’habileté à comprendre la différence entre
l’état affectif exprimé et celui qui est ressenti permet de susciter des prises
de conscience par des moyens cohérents et pertinents.
6e composante : La capacité à gérer des émotions d’aversion ou de détresse
en utilisant des stratégies d’autorégulation permet de supporter des émotions
de grande intensité et pour une assez longue durée. Cette capacité suppose
l’élaboration de stratégies d’autorégulation qui incitent à des ajustements
pendant que les émotions sont ressenties. On peut penser que l’utilisation
d’un regard porté sur soi en cours d’expériences émotives est nécessaire
pour comprendre ce qui est en train de se passer. Ce regard permet de voir
ce qui se passe en cours d’action et d’agir en fonction de ce qui est observé
(Lafortune et Martin, 2004). Cette capacité peut développer l’habileté à faire
ressortir les aspects positifs d’émotions supposément négatives, comme
l’anxiété (Lafortune et Pons, 2004).
Dans l’accompagnement, au lieu de nier la présence d’émotions (les
siennes ou celles des autres), il est préférable de voir l’influence positive de
ces émotions ou de collaborer à chercher des moyens d’adapter son inter-
vention afin d’accepter de s’engager dans une démarche de changement en
démontrant soi-même son propre engagement dans cette démarche.
7e composante : La conscience de la nature des relations ou de la commu-
nication dépend des émotions et particulièrement du degré de réciprocité et
de symétrie dans la relation. Cette composante intègre les composantes
préalablement décrites et incite la personne à prendre conscience que les
émotions ne sont pas communiquées de la même façon par tout le monde,
ce qui influe sur les relations avec les autres. Cela suppose que la prise en
compte de facteurs émotionnels qui facilitent ou entravent la communica-
tion aide à s’adapter à la réaction des destinataires.
Dans l’accompagnement, cette conscience favorise l’écoute des
personnes accompagnées et la mise en œuvre de moyens d’observation de
l’influence des émotions dans la relation ou les interactions. Il est vrai que

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
94 Pédagogie et psychologie des émotions

cette conscience oblige à une démarche d’accompagnement qui suppose


plusieurs regards sur ce qui se passe (ce qui se passe, les émotions en
cause, leur influence dans l’interaction, l’explication de leur émergence, la
recherche de moyens pour les gérer et le passage à l’action supposant des
ajustements), tout en gardant le cap sur les objectifs visés par l’accompa-
gnement.
8e composante : La capacité d’accepter ses expériences émotives et de déve-
lopper un sentiment d’autoefficacité est liée à la croyance personnelle en ce qui
est socialement acceptable comme équilibre émotif. Cela signifie que nous
construisons notre propre théorie des émotions, ce qui développe notre
sentiment d’autoefficacité émotionnelle, déjà plus ou moins solide.
Dans l’accompagnement, le fait de porter un regard sur ses propres
expériences émotionnelles améliore son sentiment de compétence dans
le soutien des personnes accompagnées. Par exemple, accepter que le
changement de pratiques pédagogiques peut faire émerger des émotions
comme l’anxiété ou le plaisir contribue à l’augmentation du sentiment de
compétence à pouvoir vivre les déséquilibres essentiels au changement.
Ce sujet étant nouveau, nous nous situons dans une perspective
exploratoire. En ce sens, nous proposons deux recherches : une qui a
mené à l’élaboration d’une grille d’autoanalyse de la prise en compte de
la dimension affective dans l’accompagnement et une autre qui a consisté
en une collecte de données auprès de personnes accompagnatrices qui ont
décrit des expériences mettant en cause des émotions et qui expliquent les
moyens utilisés pour gérer ces situations plus ou moins difficiles. Après
avoir présenté les résultats de chacune d’elles en relation avec la dimension
affective, nous établirons des liens avec la compétence émotionnelle dans
l’accompagnement.

3. AUTOANALYSE DE LA PRISE
EN COMPTE DE LA DIMENSION AFFECTIVE
DANS LE CADRE D’UNE FORMATION
À L’ACCOMPAGNEMENT
L’idée de réaliser une autoanalyse de la prise en compte de la dimension
affective est venue de commentaires formulés lors d’interventions dans
le milieu scolaire. En réponse à la question « Quels apprentissages avez-
vous réalisés lors de cette intervention ? », plusieurs personnes ont indiqué
qu’elles ont pris conscience de l’importance de la dimension affective.
Pourtant, dans les expériences concernées par cette observation, la néces-

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 95

sité de prendre en compte la dimension affective ne faisait pas partie des


aspects conceptuels principaux de l’intervention. On peut penser qu’il y a
alors conscience de la nécessité de développer la compétence émotionnelle
sans qu’il soit possible de bien préciser les émotions en cause, leur source,
leur influence et les solutions à envisager. Il est alors apparu intéressant de
réaliser une analyse de quelques-uns des quatre niveaux d’interventions
menées lors d’une formation à l’accompagnement afin d’en extraire une
grille d’autoanalyse qui pourrait servir d’instrument de réflexion ou de
recherche dans d’autres cadres. Cette formation à l’accompagnement s’ins-
crivait dans le cadre d’une recherche-formation-intervention1 (Lafortune,
2004a et b). Toutes les rencontres de formation étaient enregistrées et nous
avons pu bénéficier de la transcription de ces interventions pour faire
émerger une grille.

3.1. CONSTRUCTION DE LA GRILLE D’AUTOANALYSE


DE LA PRISE EN COMPTE DE LA DIMENSION AFFECTIVE

Pour faire émerger une grille d’autoanalyse de la prise en compte de la


dimension affective, nous avons procédé à une analyse émergente des types
d’interventions qui étaient menés. Après l’étude des transcriptions de deux
rencontres, nous avons pu dégager trois types d’interventions portant sur la
dimension affective, que nous présentons au tableau 1. Nous les approfon-
dissons ensuite par des principes et des stratégies. Cette grille a été utilisée
pour analyser l’ensemble des transcriptions (environ 400 pages). L’analyse
complète sera publiée ultérieurement.
Voici les trois types d’interventions prenant en compte la dimension
affective qui ont émergé de cette analyse et qui fournissent une grille d’auto-
analyse de ses propres interventions afin de cerner le type d’intervention
réalisé et les moyens utilisés.

1. Cette recherche-formation-intervention a été subventionnée par le ministère de


l’Éducation et la Direction régionale des régions de la Capitale-Nationale et de
Chaudière-Appalaches du ministère de l’Éducation portant sur l’approche socio-
constructiviste et le travail en équipe-cycle au primaire (ASC-TEC). Le groupe de
personnes formées à l’accompagnement était composé de directions d’école, de
conseillers et conseillères pédagogiques et d’enseignants et d’enseignantes (deux
ou trois personnes par école, provenant de neuf écoles et de six commissions
scolaires).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
96 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 1
Types d’interventions pour la prise en compte
de la dimension affective
Niveaux de prise en compte
de la dimension affective Explications
1) Tenir compte Ce premier niveau renvoie aux interventions
de la dimension menées lors de la formation à l’accompagnement
affective auprès des qui font en sorte que la dimension affective (les
personnes formées à émotions) de ces personnes est prise en compte
l’accompagnement directement.
ou personnes
accompagnatrices.
2) Montrer qu’on Ce deuxième niveau fait référence au regard porté
tient compte de la sur les interventions réalisées auprès des personnes
dimension affective accompagnatrices (celles qui sont formées à
dans l’intervention l’accompagnement) pour que ces personnes
auprès des personnes prennent conscience que la dimension affective est
accompagnatrices. prise en compte et qu’elles puissent mieux en tenir
compte lorsqu’elles accompagnent des personnes
dans leur milieu.
3) Donner des idées pour Ce troisième niveau fait référence à des idées
tenir compte de la d’intervention fournies pour tenir compte de la
dimension affective en dimension affective des personnes accompagnées
référant aux personnes (généralement des enseignants et enseignantes)
accompagnées. dans une démarche d’accompagnement.

Ces trois types d’interventions sont en lien avec la compétence


émotionnelle, car ils exigent la conscience de ses propres états émotifs
(1re composante), la reconnaissance de ceux des autres (2e composante),
un certain degré d’empathie (4e composante) et la capacité de gérer des
émotions plus ou moins agréables, plus ou moins difficiles (6e composante)
afin de considérer l’influence de la dimension affective (1er type). De plus,
pour intervenir selon le 2e type, il est nécéssaire d’utiliser le vocabulaire
associé aux émotions (3e composante) et de comprendre que ce qui est
exprimé n’est pas nécessairement ce qui est ressenti (5e composante).
Enfin, le troisième type suppose une compréhension de l’importance de la
dimension affective dans l’accompagnement (7e composante) et le recours
à des stratégies pour gérer les expériences émotives (8e composante) afin
de pouvoir suggérer des moyens de considérer la dimension affective dans
différentes situations.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 97

3.2. EXPLICATIONS DES TYPES D’INTERVENTIONS


Nous présentons ici des explications des trois types d’interventions pour la
prise en compte de la dimension affective, tout en fournissant des principes
ou des stratégies d’intervention relatifs à ces trois types.

Type 1 : Ce qui est fait


Ce type est partagé en deux parties. Une première partie propose des
principes ou idées d’intervention généraux, c’est-à-dire valables pour toute
intervention qui suppose un suivi. La deuxième partie propose d’autres
principes ou idées d’intervention qui s’inscrivent dans une perspective
socioconstructiviste.

1re partie
Faire parler à propos des personnes que l’on accompagne avant de faire parler de soi
(de l’impersonnel à l’individu) rassure les personnes auprès desquelles on
intervient. Même si le fait de fournir des éléments d’observation à propos
des personnes accompagnées peut donner l’impression de se dégager de
soi, les observations faites donnent énormément d’information sur les
personnes auprès desquelles on intervient. Le choix des observations n’est
pas objectif et montre ce qui préoccupe la personne accompagnatrice (déve-
loppement d’un vocabulaire associé aux émotions, 3e composante).
Écouter les descriptions d’essais réalisés en classe sans porter de jugements
hâtifs (sans préjuger). On peut alors poser des questions ou demander l’avis
des personnes qui ont fait les essais ou des autres personnes qui participent
à la rencontre. Il importe de ne pas dévaloriser ce qui se fait déjà. Si on le fait,
c’est qu’on pense que cela est opportun et que cela apporte quelque chose
aux personnes accompagnées (capacité d’empathie, 4e composante).
Éviter de dire qu’une façon de faire ou une stratégie est facile à utiliser ou à
réaliser ou à mettre en place. Cela permet aux personnes accompagnatrices
de ne pas se dévaloriser si tout ne se déroule pas très bien. On peut même
ajouter qu’un premier essai peut causer des difficultés et que cela est tout
à fait normal. Trop souvent, on est porté à dire que cela est facile dans une
optique de motivation ; pourtant, rien n’est facile à réaliser les premières fois
qu’on le fait (compréhension des émotions des autres, 2e composante).
S’inclure comme faisant partie du groupe signifie qu’on utilise grande-
ment le « on » ou le « nous », et pas seulement le « vous ». Par exemple, on
peut parler des priorités qu’on se donne comme groupe. Cela crée un climat
de collectivité qui a plus de chance de se rapprocher d’une communauté
d’apprentissage (reconnaissance et compréhension des émotions des autres,
2e composante).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
98 Pédagogie et psychologie des émotions

Établir des liens en se référant aux idées énoncées par les personnes du groupe,
en nommant ces personnes par leur nom, si c’est possible. Déjà, en se référant
aux idées des personnes, on leur accorde de l’importance. Cependant, si,
en plus, on peut nommer les personnes qui ont soumis une idée, on crée
un climat d’attention. Cela démontre une écoute et une importance accor-
dées non seulement aux idées, mais aussi aux personnes. C’est une forme
d’appréciation de la personne. Cela peut même inciter d’autres personnes
à parler. Sans préjuger des intentions ou des représentations derrière les
idées, il est nécessaire de ne pas toutes les traiter sur un même plan. On
peut les comparer, les mettre en relation, les confronter, les interroger…
(reconnaissance de la nécessité des personnes d’être considérées comme
des êtres émotifs, 2e composante).
Diversifier ses interventions est essentiel. Il importe de diversifier ses
formes d’intervention et d’interaction. On peut se fixer comme objectif de
rejoindre toutes les personnes dans différentes façons d’apprendre à partir
de quatre à six interventions ou situations proposées (développement d’un
sentiment d’autoefficacité, 8e composante).
« Faire des deuils » ou accepter de ne pas réaliser toutes les tâches ou situations
préparées. Pour réaliser les tâches ou situations en respectant les personnes
auxquelles on s’adresse et favoriser leur processus réflexif en respectant
l’horaire, il est essentiel de faire des deuils, c’est-à-dire de ne pas nécessai-
rement faire tout ce qui était prévu, tout en tentant de satisfaire les besoins
cognitifs des personnes participantes. Ces deuils sont alors faits dans le
respect de l’horaire. Cela peut sembler anodin, mais respecter l’horaire
met les personnes accompagnées dans une situation de meilleure écoute.
Trop souvent les rencontres ne respectent pas l’horaire et les personnes
participantes n’écoutent plus les derniers propos. De plus, pour respecter
l’horaire et satisfaire les personnes accompagnées, il faut parfois arrêter des
interventions qui dérivent et qui ne vont pas dans le sens de ce qui était
prévu. Cela peut vouloir dire qu’on ne profite pas à fond d’une activité, mais
d’autres fois cela exige d’être strict dans le temps pour les interventions. Par
exemple, lorsque des personnes ou des équipes présentent le résultat de
leur travail ou de leur réflexion, il peut être important d’allouer un nombre
limité de minutes et de respecter ce cadre horaire. Parfois, il est nécessaire
d’arrêter les deux premières personnes ou équipes dans leur présentation
d’expérience, qui pourrait durer 30, 40 ou 50 minutes. Cette intervention
est généralement appréciée, car plusieurs personnes ne trouvent pas utile
d’écouter une autre personne « se raconter » dans le cadre d’une formation.
Après deux équipes, le rythme est donné et tout le monde se conforme au
temps alloué. Chaque personne ou équipe arrive à choisir ce qu’elle présente
aux autres. On se limite à l’essentiel. Le propos devient plus intéressant, car

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 99

on évite les formes anecdotiques. Cette façon de procéder est plus stimu-
lante pour le groupe (reconnaissance des émotions des autres et capacité
d’empathie, 2e et 4e composantes).
Éviter l’anecdotique. Il importe de trouver des moyens d’éviter que des
personnes se confinent dans le récit d’anecdotes qui ne fait pas avancer la
réflexion. Ce type de récit ne contribue pas à la démarche de construction
dans le processus d’accompagnement. Les personnes présentes veulent
généralement faire de véritables apprentissages et la connaissance de ce qui
se passe en détail dans une école ou dans une classe leur est peu utile. On
peut travailler à faire en sorte que les personnes reconnaissent la structure
de ce qu’elles font pour pouvoir en parler. C’est cet aspect intéressant à
partager qui alimente la réflexion (compréhension du rôle des émotions
dans la communication et de l’importance de développer un sentiment
d’autoefficacité, 5e et 8e composantes).

2e partie
En relation plus directe avec le socioconstructivisme, nous pouvons relever
les aspects suivants.
Montrer qu’on est soi-même à la recherche, en cheminement aide les
personnes formées à vivre la démarche d’accompagnement comme un
processus en évolution. Cela aide également ces personnes à accepter de ne
pas avoir toutes les réponses à leurs questions et surtout pas rapidement.
Tout savoir à l’avance enlève du plaisir à la création (capacité d’accepter
ses expériences émotives, 8e composante).
Montrer comment se prépare le processus de construction. Les habitudes de
formation créent des attentes. Par exemple, il est habituel que les éléments
théoriques soient fournis au début et que les exemples et la pratique suivent.
Pour favoriser l’écoute, il est nécessaire de préciser que la démarche sera
différente cette fois-ci et que la synthèse fournissant des liens avec la théorie
viendra plus tard. Cette façon de procéder est nouvelle et demande que l’on
sache ce qui fait partie de la démarche pour accepter de s’engager dans ce
processus : « Je ne vous ai pas donné un exposé, mais vous pouvez sentir
qu’il va venir. Dans mon esprit, cette mise en commun plus théorique de
ce qui est préparé maintenant pourra venir dans quatre rencontres ; pour
moi, cela fait partie du processus de construction (ou de coconstruction) »
(développement d’un sentiment d’autoefficacité, 8e composante).
Dans le cadre de remue-méninges ou de synthèses collectives, par exemple,
ne pas considérer que tout est bon. Dans un remue-méninges, il est important
de noter toutes les idées et de ne pas les critiquer au moment de la mise en
commun. Cependant, si ce remue-méninges mène à la présentation d’une

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
100 Pédagogie et psychologie des émotions

définition provenant d’équipes, il est nécessaire de donner son opinion et


même de critiquer. Le socioconstructivisme est trop souvent perçu comme
une théorie qui suppose que toutes les personnes construisent leurs connais-
sances et que nous ne pouvons avoir d’influence sur ces constructions. Cette
dernière affirmation ne nous apparaît pas fondée. Des conflits sociocognitifs
peuvent changer des constructions, des conceptions et des représentations.
Les personnes qui s’inscrivent dans une démarche de formation continue
veulent cheminer et elles savent que ce qu’elles font et pensent n’est pas
parfait. Elles veulent recevoir des idées, souhaitent qu’on intervienne à
propos de ce qu’elles expriment et font, tout étant dit de façon correcte
dans le respect des personnes. On pourrait même dire que tout accepter
ne signifie pas tenir compte de la dimension affective, car cette accepta-
tion sans critiques donne l’impression que les personnes auxquelles on
s’adresse ne peuvent recevoir quelque critique que ce soit. Cette façon de
guider les personnes accompagnées peut être vue comme une protection
à l’extrême et cela peut même se révéler dévalorisant (connaissance de
stratégies d’autorégulation et acceptation de ses expériences émotives, 6e
et 8e composantes).
Accepter que l’objectif n’est pas de transformer l’autre, car dans une pers-
pective constructiviste, si l’on peut aider l’autre dans la construction de
ses connaissances et compétences, cette construction lui appartient. Cela
est d’autant plus vrai dans une démarche d’accompagnement d’adultes,
d’enseignants et enseignantes, qui ont de l’expérience et qui utiliseront ce
qui est présenté comme ils le voudront (reconnaissance et compréhension
des émotions des autres, 2e composante).
Intervenir par des questions plutôt que par des affirmations aide à établir
une relation de coconstruction entre la personne formatrice et celles que
l’on forme à l’accompagnement. On perçoit alors que la démarche est en
évolution, qu’il y a de la place pour les idées et que tout n’est pas décidé
à l’avance (connaissance de stratégies d’autorégulation et développement
d’un sentiment d’autoefficacité, 6e et 8e composantes).
Réguler l’intervention selon le cours des événements montre aux personnes
qu’on forme à l’accompagnement que ce qui se passe dans l’action est pris
en considération. Néanmoins, nous croyons que cette régulation doit se
faire dans le respect du fil conducteur ou des intentions affirmées au départ
(sentiment d’autoefficacité, 8e composante).
Faire émerger les aspects positifs des interventions ou des présentations afin
d’ouvrir l’esprit des personnes formées à l’accompagnement à l’écoute des remar-
ques, des interrogations et même des critiques. Si on le fait dans le cas d’une
intervention, il est nécessaire de donner des raisons qui montrent l’intérêt
de l’intervention. Dans le cadre d’une description de tâches ou de situations,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 101

il est nécessaire de présenter les suggestions comme une complémentarité


à ce qui se fait déjà et non en remplacement ou en ajout réel. Cela doit être
fait en continuité, sous la forme d’ajustements et non pas de changements
radicaux. Cette façon de penser exige qu’on chemine avec la personne en
tentant de comprendre son processus mental (sa métacognition). Il est
préférable de l’aider à construire des idées, des réflexions ou des moyens
d’intervention à partir de ses croyances (conceptions et convictions) tout
en confrontant certaines façons de penser ou de faire. Il n’est pas possible
d’imposer sa vision même si l’on peut poser des questions pour ébranler
la vision de l’autre (compréhension de ses émotions et de celles des autres
et capacité d’empathie, 1re, 2e et 4e composantes).

Type 2 : Regard sur ce qui est fait


Dans le type 2, on peut reprendre toutes les interventions du premier type,
mais dans la perspective de faire prendre conscience aux personnes accom-
pagnatrices qu’on le fait. Nous appelons cette façon de procéder « porter
deux regards » sur l’intervention. Ces deux regards signifient « vivre une
formation », pouvoir « se regarder la vivre » et en tirer des moyens d’inter-
vention pour ses propres démarches d’accompagnement (liens pouvant être
faits avec les huit composantes de la compétence émotionnelle).
Lafortune et Martin (2004) considèrent que le développement de
compétences d’accompagnement exige la pratique de ce qu’ils appellent
le « regard méta », qui se veut une manière de regarder ce qui se passe
dans l’action afin de le refléter aux personnes accompagnées. Ce « regard
méta » contribue au processus de coconstruction. Pour qu’il soit efficace,
il est nécéssaire qu’il soit porté dans le respect des personnes. Il exige :
1) une observation de ce qui se passe sans jugements hâtifs (attitude) ; 2) un
partage et une analyse des actions et, enfin, 3) des ajustements à partir de
ce qui est constaté. L’utilisation d’un tel regard en lien avec la dimension
affective exige le développement de la compétence émotionnelle pour la
reconnaissance et la compréhension tant de ses propres émotions que de
celles des autres, mais aussi pour l’utilisation du vocabulaire et des actions
appropriés.
Une façon de conduire les personnes formées à l’accompagnement
à prendre conscience de ces deux regards consiste à vivre un moment de
formation et, par la suite, à dresser une liste des stratégies utilisées ou
à dégager le processus vécu dans l’action. Sur le plan de la dimension
affective, cette façon de procéder aide les personnes formées à l’accompa-
gnement à pouvoir intervenir en ce sens. Cela fournit des moyens donnés
à partir d’expériences vécues plutôt que sous la forme d’une liste sans
référence pratique. Une telle façon de procéder favorise la confiance en soi

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
102 Pédagogie et psychologie des émotions

d’intervenir dans une démarche d’accompagnement et le développement


d’un sentiment d’autoefficacité (8e composante). Il est vrai que le fait de
porter ces deux regards est vu comme une démarche difficile à réaliser,
mais l’exercice de cette façon de faire et, surtout, la mise en action des
personnes formées à porter ces deux regards augmentent la confiance en
soi de pouvoir le faire. Il est nécessaire d’être soi-même un modèle de prise
en considération de la dimension affective plutôt que de dire ce qui doit
être fait ; en ce sens, la personne accompagnatrice devrait faire montre du
développement de la compétence émotionnelle.
Préciser que ce qui est réalisé dans le cours de la formation à l’accompagne-
ment peut et doit être adapté à toutes les situations. Partager cette préoccupa-
tion aide les personnes accompagnatrices à augmenter leur sentiment de
compétence et d’autoefficacité (8e composante), car celles-ci perçoivent la
possibilité de transformer ce qui est présenté à leur guise. Même si l’on veut
que ces personnes utilisent ce qu’on leur présente comme une procédure
à suivre, dans une perspective constructiviste, cette procédure ne pourra
être utilisée comme on voudrait que ce le soit. Plusieurs transformations
seront réalisées soit à cause d’une différence de façon d’être ou de faire,
soit par une interprétation de ce qui a été proposé qui peut même aller à
l’encontre de l’intention de la personne formatrice ou accompagnatrice. Une
telle perspective suppose une compréhension des émotions des autres et
un regard qui permet de cerner ce qui émerge au-delà de ce qui est exprimé
(2e et 5e composantes).
Laisser du temps pour l’apprentissage, et faire prendre conscience qu’on laisse
ce temps, permet aux personnes accompagnatrices d’accepter les expériences
plus ou moins réussies. Elles pensent aussi qu’elles ne sont pas obligées de
réaliser des expériences qu’elles considèrent comme étant complexes dans
un avenir très rapproché. Par exemple, on peut souligner que « ça prend du
temps […], ça prend de l’énergie, […] ce n’est pas évident ». Le dévelop-
pement d’une capacité d’empathie et la conscience des émotions en cause
sont essentiels pour croire que les actions plus ou moins étendues dans le
temps pourront donner des résultats (4e et 7e composantes).
Présenter ses propres prises de conscience aide les personnes formées
à l’accompagnement à saisir ce qui peut être ou ne pas être fait dans le
cadre de leurs interventions comme personnes accompagnatrices. Après
avoir créé un climat de confiance avec les personnes en formation, on
peut présenter les choix faits dans l’action et les raisons de ces choix. Il est
parfois nécessaire d’en venir à dire pourquoi on ne va pas plus loin dans
une intervention afin de tenir compte des émotions des personnes en face de
soi. À cet effet, il importe de pouvoir reconnaître ses propres états émotifs
et d’accepter ses expériences émotives afin de pouvoir les partager (1re et
8e composantes).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 103

Type 3 : Comment transposer ce qui est vécu


dans d’autres situations d’accompagnement
Dans le troisième type d’intervention, il s’agit de tenir compte des personnes
accompagnées. Il est alors possible de parler des insécurités des personnes
auprès desquelles on intervient, des résistances au changement que ces
personnes manifesteront… C’est un départ pour proposer des moyens
d’intervention dans une démarche d’accompagnement.
Insister sur les différences signifie que l’on sensibilise les personnes
accompagnatrices aux différences susceptibles de se manifester chez les
personnes qu’elles accompagnent. Certaines personnes veulent comprendre
les raisons de l’utilisation d’un concept ou ont besoin de chercher des
définitions avant de s’engager dans la tâche, tandis que d’autres préfèrent
s’engager dans la tâche et comprendre le sens de cette tâche dans le cours
de l’action. Au regard de ces différences, on peut insister également sur la
diversité des approches pédagogiques utlisées par une même personne
selon les situations et les contextes. Une incompréhension de ces différences
peut conduire à la gestion d’émotions intenses (6e composante) qui peuvent
rendre une démarche d’accompagnement difficile.
Insister sur le fait que ce que l’on pense être la réalité est de l’ordre de la
perception ou de l’interprétation. Dans une perspective constructiviste, il
importe de faire attention à ses convictions ou à ses jugements à l’égard
d’une autre personne (lien avec la 5e composante). Ce sont des perceptions
ou des interprétations construites à partir d’observations restreintes dans
le temps et filtrées par les propres conceptions antérieures de la personne
accompagnatrice. En ce sens, si l’on croit qu’une personne est « tradition-
nelle dans son enseignement, on ne doit pas lui dire de changer pour
devenir ”autre chose” ». Il est préférable de lui poser des questions pour
lui demander si « cela lui tenterait d’essayer telle stratégie ». La réponse
donnée fournit des indices quant au jugement porté préalablement et
met la personne accompagnée dans un état d’ouverture par rapport à des
essais, car elle a l’impression d’être comprise dans ce qu’elle ressent (2e et
4e composantes).
Avec ces trois types, ces principes et stratégies, on peut remarquer
qu’en gardant en tête les composantes de la compétence émotionnelle il est
possible de raffiner ses interventions pour favoriser le développement d’une
telle compétence chez les personnes accompagnées. Une analyse de ses
propres interventions peut permettre de reconnaître leur influence chez ces
personnes. Une autre expérience de collecte de données réalisée en Suisse
et au Québec permet de compléter la compréhension du développement
de la compétence émotionnelle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
104 Pédagogie et psychologie des émotions

4. ANALYSE DE DONNÉES RECUEILLIES AUPRÈS


DE PERSONNES ACCOMPAGNATRICES :
QUÉBEC ET SUISSE
Une recherche exploratoire a été menée en Suisse et au Québec au prin-
temps 2003 pour explorer la nature et la place des émotions dans des
situations d’accompagnement. Les données ont été recueillies au moyen
d’un questionnaire (voir en annexe) adressé à des formateurs et forma-
trices d’enseignants de la Haute École pédagogique du canton de Vaud
(16 personnes sur 20 ont répondu au questionnaire) et à des conseillers et
conseillères pédagogiques de cégeps2 québécois (13 sur 53 ont répondu
au questionnaire). L’ensemble des personnes répondantes ont mentionné
57 situations d’accompagnement qui ont fait émerger des émotions (35 en
Suisse et 22 au Québec) et qui ont été réalisées dans le but de susciter un
changement dans la pratique.
Nous rapportons ici des résultats concernant la nature des situations
d’accompagnement relevées en lien avec les émotions en cause ainsi que
leurs manifestations, les interventions mentionnées par les personnes
accompagnatrices et les moyens qu’elles utilisent pour se préparer à
l’intervention (questions 1a, 3 et 4 du questionnaire en annexe). Ces résultats
ne sont aucunement présentés dans une perspective de comparaison entre
la Suisse et le Québec. Ils sont plutôt étudiés en lien avec les émotions et
la compétence émotionnelle pour aider à comprendre la façon dont divers
intervenants et intervenantes décrivent des situations qui ont, selon eux,
fait émerger des émotions.

4.1. SITUATIONS D’ACCOMPAGNEMENT :


ÉMOTIONS ET MANIFESTATIONS D’ÉMOTIONS

Deux contextes de situations d’accompagnement sont relevés en Suisse


comme au Québec : les premières situations prennent place dans un
contexte de changement choisi par les personnes accompagnées et les
secondes, dans un contexte de changement prescrit par les autorités. En

2. Au Québec, les cégeps sont des collèges d’enseignement préuniversitaire (12e et


13e années d’étude) et technique (12e à 14e années d’étude) qui sont engagés depuis
quelques années, dans une réforme importante de tous leurs programmes d’études.
Les conseillères et conseillers pédagogiques accompagnent le personnel enseignant
dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes d’études.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 105

Suisse, les situations dans lesquelles se réalisent des projets de formation


continue d’une équipe correspondent à des changements choisis, alors que
celles permettant la réalisation d’un projet concerté d’amélioration des
pratiques d’évaluation des apprentissages se situent dans le cadre d’un
changement prescrit. Au Québec, des situations d’insertion professionnelle
d’enseignants ainsi que l’accompagnement exigeant un suivi individuel
par un conseiller ou une conseillère pédagogique à la suite de plaintes
des élèves ou d’une évaluation de leur enseignement sont choisis par les
personnes accompagnées. D’autres situations sont prescrites ou imposées
par l’institution, comme celles qui ont trait à l’élaboration ou à la révision
d’un programme d’études ou, dans certains cas, celles qui sont relatives à
un suivi obligatoire à la suite de plaintes des élèves ou d’une évaluation
administrative de l’enseignement.
Les émotions exprimées lors d’une situation d’accompagnement
par les personnes répondantes sont très variées ; il y aurait d’ailleurs lieu
d’analyser s’il s’agit bien d’émotions ou de sentiments, d’attitudes ou même
d’éléments très peu en lien avec la dimension affective. Plusieurs émotions
de base ont été reconnues dans les écrits ; par exemple, la peur, la tristesse,
la colère, la joie, la surprise, le dégoût et la détresse (Martin et Briggs, 1986).
Le vocabulaire relatif aux aspects émotifs est beaucoup plus diversifié dans
les données recueillies. En Suisse comme au Québec, on relate des émotions
agréables ou désagréables, favorables ou défavorables, qui peuvent être
les mêmes, que la situation soit choisie ou prescrite (tableaux 2 et 3). Pour
interpréter correctement les tableaux 2 et 3, il faut noter que les manifes-
tations ont été codées selon le type d’émotions par le chercheur suisse et
selon le type de situations par la chercheure québécoise.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
106 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 2
Émotions selon la nature de la situation de changement
et manifestations de ces émotions selon leur type (Suisse)
Suisse Changement Changement Manifestations selon le type
choisi : forma- prescrit : d’émotions
tion réforme de
l’évaluation

Émotions Joie, plaisir, Joie, plaisir, Ton, degré d’engagement, partage


agréables enthousiasme, excitation et solidarité avec les collègues.
ou neutres jubilation, positive,
sentiment calme,
positif, détente, sérénité,
retenue, réserve. détente.

Émotions Colère, peur, Colère, peur, Critiques d’autrui, ton, agacement,


désa- angoisse, angoisse, manque de respect, manque de
gréables déception, déception, motivation, désintérêt, regret, auto-
inquiétude, inquiétude, dévalorisation, perte de confiance,
timidité, injustice, découragement, agressivité,
déprime, exaspération. pleurs, degré d’engagement, éclats
craintes, verbaux, bégaiement, hésitation,
frustration, commentaires, comportements
gêne, insécurité, non verbaux, discours tendu,
culpabilité, tremblements dans la voix, lecture
tristesse, du journal, résistance, doute,
abattement. perplexité, activisme débridé,
visage fermé, regard peu soutenu,
justifications de ce qui a été fait
jusque-là, demande de confirma-
tion, sortie de la salle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 107

TABLEAU 3
Émotions selon la nature de la situation de changement
et manifestations de ces émotions selon leur type (Québec)
Québec Changement Changement choisi Changement prescrit :
choisi : insertion ou prescrit : plaintes élaboration ou révi-
professionnelle d’élèves et suivi, sion d’un programmes
imposé ou choisi d’études

Émotions Ouverture, Enthousiasme,


agréables ou confusion : compétition,
neutres inquiétude et ouverture,
satisfaction. fascination, respect,
admiration.

Émotions Peur, insécurité, Honte, souci, senti- Peur, stress,


désagréables malaise, confu- ment de solitude, colère, frustration,
sion : inquiétude colère, injustice, impuissance,
et satisfaction. bouleversement, amertume, peur
anxiété, déséquilibre, de perdre la face,
sentiment d’incom- déstabilisation, peur
pétence, de dépasse- de perdre le contrôle,
ment ou de perte de curiosité.
contrôle.

Manifes- Perte de contrôle, Découragement, Résignation ou


tations selon alternance de pleurs, silences, refus de collaborer,
le type de pleurs et de hermétisme, manque d’écoute,
situations sourires, s’il y gestuelle d’inconfort, agressivité, alternance
a un malaire : désintéressement, d’ouverture et
regard fuyant, goût d’abandonner, de fermeture,
méfiance, en groupe : colère questionnements,
résistance au collective ou, si digressions,
changement, tristesse, respect et mouvements
motivation, si soutien, manque d’humeur, remarques
réalisations : de motivation, dévalorisantes sur le
rires, regards actions minimales, processus, jugements
francs. pas d’ouverture au de valeur, refus de la
changement, pas de nouveauté, négation.
confiance, apparence
d’ouverture,
baisse d’estime
de soi, regard
fuyant, position de
défensive.

On constate la grande variété des aspects affectifs évoqués ; on note


également que les personnes interrogées confondent à l’occasion les
émotions avec d’autres aspects affectifs. Par exemple, la confusion entre
deux émotions n’est pas une émotion, le sentiment d’injustice, non plus,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
108 Pédagogie et psychologie des émotions

même s’il peut susciter une émotion de tristesse chez l’un ou de colère
chez l’autre. Ces constatations montrent la nécessité de développer la
compétence émotionnelle autant pour reconnaître les émotions que pour
les nommer (2e et 3e composantes), mais aussi pour gérer des émotions qui
peuvent être intenses et pour accroître un sentiment d’autoefficacité (6e et
8e composantes).

4.2. INTERVENTIONS DE LA PERSONNE ACCOMPAGNATRICE


Les interventions menées en Suisse comme au Québec sont de même
nature ; c’est pourquoi nous les présentons simultanément. Le vocabulaire
utilisé dans cette section ainsi que dans la suivante est constitué des mots
des personnes interrogées elles-mêmes, sans reformulation. Notre travail a
consisté à catégoriser les types d’interventions et de moyens de préparation
et d’assurer un style fluide au texte. Les personnes accompagnatrices ont
mentionné des interventions relatives à la gestion de leurs propres attitudes
et émotions, à la gestion du processus d’accompagnement et à l’utilisation
de techniques d’animation.

4.2.1. Gestion des attitudes et des émotions


Les interventions de ce type consistent à3 adopter une attitude de partenariat,
d’encouragement, à se montrer empathique, à reconnaître ses propres émotions
et à les accepter, à témoigner de ses propres émotions, à parler de soi, à ne pas se
laisser envahir par ses émotions, à éviter les contaminations qui broient du noir,
à faire appel et confiance au groupe et même à ne rien faire de particulier. On
mentionne aussi l’adoption d’un regard neutre, le détachement de l’autre, la
prise de recul, alors que certains, au contraire, se sentent partie prenante
de la situation et parlent de notre problème. Dans ces stratégies de gestion
des attitudes et des émotions, on peut remarquer des liens avec plusieurs
composantes de la compétence émotionnelle, comme la reconnaissance de
ses propres émotions et de celles des autres, mais aussi la capacité d’empa-
thie tout comme le fait de reconnaître que la communication dépend des
émotions (1re, 2e, 4e et 7e composantes). Cependant, on peut se demander si
les personnes répondantes sont conscientes de la nécessité de développer
cette compétence pour réaliser une démarche d’accompagnement de
changement de pratiques. Les réponses au questionnaire ne confirment
pas une telle prise de conscience.

3. Les propos en italique proviennent des réponses données et compilées.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 109

4.2.2. Gestion du processus d’accompagnement


Les interventions riches et variées de cette catégorie sont sans doute le fruit
d’expériences de terrain. Les personnes accompagnatrices disent qu’elles
instaurent et maintiennent un climat de confiance, fournissent un espace pour
parler des émotions dans le déroulement, abordent le changement par étapes, propo-
sent un plan d’action réaliste, coaniment, travaillent sur le sens du changement,
analysent le sens du changement, maintiennent l’accompagnement suffisamment
longtemps, analysent les situations vécues, partent des expériences des participants,
passent du plan émotionnel au plan intellectuel. Au terme d’une expérience
d’accompagnement, certains tentent de comprendre les émotions dans leur
contexte, d’analyser la dynamique, son émergence et son évolution, les réactions des
personnes… ou de vérifier ou valider leur perception avec un collègue extérieur à la
situation. Ces propositions d’interventions montrent l’élaboration de straté-
gies de gestion des émotions ; dans une prochaine étape, il serait intéressant
d’explorer ce que les personnes accompagnatrices pensent de l’influence de
ces actions sur les personnes accompagnées. Ce serait l’occasion de mieux
connaître le niveau de développement de la compétence émotionnelle et
de contribuer à des prises de conscience.

4.2.3. Techniques d’animation


Plusieurs techniques d’animation sont exploitées pour intervenir sur les
aspects affectifs. Ainsi, les personnes accompagnatrices relèvent qu’on
peut écouter, faire verbaliser, laisser exprimer, refléter, valider, valoriser, recadrer,
généraliser, informer, aider à identifier des faits, objectiver, utiliser le questionne-
ment pour faire émerger des solutions, encourager, métacommuniquer, reconnaître
la légitimité de l’émotion, prendre acte de l’émotion sans la juger, ajuster, baliser,
négocier, expliciter les objectifs, le processus, les étapes et le temps du changement,
identifier les zones de déséquilibre et susciter les échanges à leur propos, faire des
liens entre les pratiques actuelles et les changements demandés, reconnaître ce qui
se fait déjà, recadrer sur des aspects constructifs. Il importe également selon les
personnes interrogées de souligner les progrès, les améliorations verbalement
et par écrit.
Une telle variété de moyens d’intervention peut laisser croire que
les personnes accompagnatrices maîtrisent les situations relevées et ont
développé la compétence émotionnelle de façon approfondie. Toutefois, il
faut considérer que ces manières d’intervenir sont celles de 29 personnes
en tout et qu’aucune ne les utilise toutes. Également, les personnes ne
réagissent probablement pas toujours de la même façon et leurs réactions
ne sont sans doute pas basées sur des fondements explicites quant au
traitement des aspects émotifs lors de situations d’accompagnement. Il
en sera de même des moyens utilisés dans la préparation aux situations
d’accompagnement.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
110 Pédagogie et psychologie des émotions

4.3. PRÉPARATION À LA RÉALISATION


DES SITUATIONS D’ACCOMPAGNEMENT

En ce qui concerne la préparation aux situations d’accompagnement et aux


interventions de formation, on retrouve des activités de formation, d’anti-
cipation de l’accompagnement et de gestion de ses attitudes. Ce sont à peu
près les mêmes pour les deux échantillons, suisse et québécois.

4.3.1. Formation
Au chapitre de la formation, des personnes accompagnatrices signalent
d’abord l’importance de maintenir ses compétences en relation d’aide, de se
former, de s’informer avant la séance au sujet de la situation, de participer à des
groupes d’analyse des pratiques des formateurs, de travailler sa capacité d’écoute.
Il s’agit d’enrichir ses outils théoriques et pratiques. Une technique utilisée est
celle qui consiste à analyser a posteriori chaque séance et en reparler lors de la
réunion suivante. Le regard métacognitif et critique sur l’expérience vécue devient
une activité de préparation pour une prochaine séance d’accompagnement.
Le vocabulaire de la compétence émotionnelle n’est pas vraiment utilisé,
mais implicitement on s’y réfère lorsqu’on parle de compétences en relation
d’aide. Cependant, il serait important de comprendre ce que recouvrent
ces compétences afin de trouver des moyens pour les améliorer et, ainsi,
devenir de meilleures personnes accompagnatrices dans une démarche de
changement.

4.3.2. Anticipation de l’accompagnement


Certaines personnes accompagnatrices ou formatrices tentent d’anticiper les
émotions susceptibles de surgir et se conditionnent à adopter un regard neutre et à
prendre du recul. Elles disent utiliser la visualisation et être conscientes de ce qui
peut arriver, conséquences et obstacles. Elles pensent aux situations fortes qui
n’ont pas été catastrophiques et cherchent à anticiper les zones de déséquilibre. Elles
se préparent à faire verbaliser, écouter, s’ouvrir, valider, questionner, témoigner,
objectiver, rationaliser, confronter. Certaines rapportent effectuer une préparation
minutieuse du contenu et des interventions. Ainsi, elles essaient d’introduire
une nouveauté à la fois et sans hâte. Elles disent construire un environnement
d’apprentissage compatible avec la culture du public ou analyser a priori ce qui
pourrait se passer. Elles s’informent du contexte de travail, auprès d’une ou de
quelques personnes. L’une signale l’importance de connaître et comprendre le
fonctionnement habituel de l’équipe, du département et de s’y conformer. D’autres
révisent l’ensemble des sujets, la stratégie adoptée, les rôles prévus et discutent du
tout avec une ou deux personnes. Déjà, proposer une démarche d’anticipation
dans la préparation d’une démarche d’accompagnement révèle un souci de

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 111

connaître et de reconnaître les personnes accompagnées. Cette anticipation


aide à reconnaître et à comprendre les émotions qui peuvent émerger, aide
à gérer des émotions plus ou moins intenses, à faire preuve d’empathie et
à accroître un sentiment d’autoefficacité (2e, 4e, 6e et 8e composantes).

4.3.3. Gestion de ses attitudes


Des personnes accompagnatrices essaient d’adopter une posture d’accompa-
gnateur plutôt que de formateur, de rester stable sur un sable mouvant, de se dégager
du rôle du missionnaire, de s’impliquer tout en prenant ses distances et d’éviter
les positions défensives. D’autres parlent plutôt de se détacher du problème et
de se centrer sur la recherche de solutions. Elles tentent de considérer que les
enseignants vont leur apprendre énormément, de se mettre à la place de l’autre,
de rester humble. Elles disent que progresser dans la gestion de leurs propres
émotions est une façon de se préparer pour elles. Elles cherchent un équilibre
entre empathie et efficacité (être à la fois aidant et solidaire). Certaines font des
exercices de respiration, prennent une posture d’accueil, [tiennent] pour acquis
que des événements vont venir affecter le déroulement de la rencontre. L’une a
mentionné qu’elle se fie à des faits et à ses propres intuitions ; lorsque les deux
concordent, elle a confiance de ne pas se tromper.
Enfin des personnes, de leur propre aveu, ne se préparent pas de façon
spéciale et ont rapporté avoir pris conscience de ce qu’elles faisaient ou pourraient
faire en répondant au questionnaire. Cet instrument leur a permis de porter un
regard métacognitif sur ce qu’elles font pendant l’action.
On peut constater que, même si plusieurs des actions réalisées lais-
sent voir un certain développement de la compétence émotionnelle, la
conscience du degré d’apprentissage de cette compétence ne semble pas
toujours explicite. Nommer certaines attitudes ou des moyens de les gérer
ne présuppose pas nécéssairement que l’on puisse donner des explications
ou des justifications aux gestes posés. Cependant, on peut penser que les
personnes qui ont accepté de répondre au questionnaire avaient déjà une
certaine conscience des émotions en cause dans l’accompagnement ou qu’en
répondant au questionnaire elles ont pu faire certaines prises de conscience.
Dans un tel contexte, il s’agirait de tirer profit de la situation de collecte de
données pour retourner les résultats aux personnes accompagnées afin de
discuter des interprétations possibles dans une perspective de lien avec la
compétence émotionnelle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
112 Pédagogie et psychologie des émotions

5. DISCUSSION
Certains liens peuvent être faits avec les résultats de l’autoanalyse de
séances d’accompagnement rapportés précédemment. Les deux expériences
diffèrent cependant à certains égards et la prudence s’impose dans toute
interprétation. Dans l’expérience d’autoanalyse, la chercheure forme à
l’accompagnement des personnes accompagnatrices ; quant à la collecte
de données, elle est réalisée auprès des personnes accompagnatrices qui
interviennent dans différents contextes, sans viser la formation à l’accom-
pagnement des personnes auprès de qui elles interviennent. Les personnes
qui ont répondu au questionnaire sur les émotions dans l’accompagnement
se situent à un autre niveau d’intervention ; celui qui correspond aux
personnes qui accompagnent, qu’elles aient ou non suivi une formation à
l’accompagnement.
En ce qui concerne les types d’interventions liés à la prise en compte
de la dimension affective (tableau 1), on relève des exemples de chacun
des types, mais avec moins de variété que dans la situation d’autoanalyse
pour les types 1 et 2 et plus de variété dans le cas du type 3. Parmi les
quinze stratégies relevées par l’autoanalyse de la personne formatrice
à l’accompagnement, celles qui correspondent au type 1 de la prise en
compte de la dimension affective, que nous pourrions nommer la « présence
affective », deux seulement correspondent à des actions mentionnées par
les personnes interrogées, à savoir ménager une place pour l’expression
des émotions et s’inclure comme faisant partie du groupe. En ce qui a trait
au deuxième type, montrer qu’on tient compte de la dimension affective
dans l’intervention, que nous nommons le « modelage affectif », parler de
ses prises de conscience et laisser du temps à l’apprentissage sont deux
stratégies mentionnées par les personnes interrogées qui relèvent de ce
niveau. Rappelons que le fait de remplir le questionnaire a été l’occasion
pour certaines personnes de porter sur leurs façons d’intervenir le « regard
méta » dont il est question dans ce type d’intervention. Le type 3 d’interven-
tion pour la prise en compte de la dimension affective traite de l’« instru-
mentation affective », c’est-à-dire le fait de fournir des idées d’intervention
pour tenir compte de la dimension affective. C’est relativement à ce type
d’intervention que les personnes ont fourni le plus de données à étudier.
En effet, les stratégies d’intervention et de préparation à l’intervention sont
riches d’enseignement. Elles font soupçonner l’intérêt qu’il y a à analyser
des pratiques d’accompagnement, sous l’angle du traitement des aspects
affectifs, dans le cadre d’activités de formation. Elles permettent égale-
ment de pressentir la possibilité d’élaborer et de valider une base variée et
riche de connaissances pratiques dans ce domaine. Toutefois, on peut se
demander, dans une perspective socioconstructiviste, ce que peut apporter

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 113

la présentation de stratégies à utiliser, par comparaison avec la richesse du


modelage de stratégies dans l’action et avec des prises de conscience qu’il
y a effectivement modelage dans l’action.

CONCLUSION
Dans plusieurs pays, des réformes scolaires d’envergure mises en place
exigent des changements profonds dans les conceptions et les pratiques
des personnels scolaires. Pour assurer le succès de ces réformes, on mise
sur l’accompagnement de personnes et de groupes de personnes qui
voient leurs façons traditionnelles de travailler être remises en question et
soumises à un regard critique. Cela provoque des émotions, parfois vives,
qui risquent de perturber les processus d’accompagnement. Les personnes
accompagnatrices ont avantage à prendre en compte ces émotions et à les
traiter de manière à ce qu’elles ne s’interposent pas négativement dans
la mise en œuvre des changements proposés. Mais cette tâche s’avère
complexe et délicate, et elle ne s’improvise surtout pas. Les personnes
accompagnatrices que nous formons expriment souvent le sentiment de ne
pas maîtriser suffisamment ces situations et elles apprécieraient être mieux
formées pour intervenir efficacement. Elles n’utilisent pas l’expression
« compétence émotionnelle », mais les propos peuvent facilement être mis
en relation avec cette compétence. Peu de chercheurs se sont penchés sur
cette question en ce qui a trait au travail d’adultes auprès d’autres adultes
en éducation. Les réflexions théoriques et les expériences présentées contri-
buent à une meilleure compréhension des phénomènes en cause et suggè-
rent des pistes d’intervention à l’intention des personnes accompagnatrices
et des réflexions à propos de la compétence émotionnelle.
Ces personnes vivent elles-mêmes des déséquilibres, voire des « chan-
gements paradigmatiques », par rapport aux fondements conceptuels et
aux cadres de référence organisationnels à la base des réformes scolaires.
Elles ne se sentent pas toujours en plein contrôle en ce qui concerne ces
fondements. Le traitement des aspects émotifs qui doit se faire de concert
avec le traitement cognitif sur le plan des idées, dans le cadre des objectifs
visés par la situation d’accompagnement, ajoute une difficulté supplé-
mentaire au processus d’accompagnement. Les données recueillies auprès
de certaines personnes ont mis en évidence le fait qu’il leur arrive d’être
influencées dans le discours négatif des personnes accompagnées, par un
excès d’« empathie ». À notre avis, cela souligne l’importance de former les
personnes accompagnatrices sur le plan de la compétence émotionnelle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
114 Pédagogie et psychologie des émotions

À cette fin, il est indispensable de construire une base de connaissances


scientifiques dans ce domaine, puis d’élaborer des activités et des outils de
formation à l’intention des personnes accompagnatrices.
En ce qui concerne la poursuite de recherches dans ce domaine, il
importe en premier lieu de clarifier, sur le plan conceptuel, les définitions
des termes et expressions utilisés pour décrire les phénomènes en cause, par
exemple les concepts d’émotion, de sentiment, d’attitude, de manifestation,
mais aussi de métaémotion et de compétence émotionnelle. Il conviendrait
aussi de décrire et d’expliquer la dynamique des émotions vécues dans le
cadre de l’accompagnement, par exemple leur émergence, leur traitement,
leurs effets, les cycles d’évolution, etc. En deuxième lieu, il apparaît justifié
de mieux reconnaître les perceptions et les représentations des personnes
accompagnatrices au sujet des émotions des personnes qu’elles accompa-
gnent, de leur manifestation, de leur sens et de leur rôle dans le processus
d’accompagnement. Aussi, à cet égard, une meilleure connaissance du
rôle que jouent les propres émotions de la personne accompagnatrice dans
le traitement des émotions des autres constitue une piste à exploiter. En
troisième lieu, il semble nécessaire d’élaborer et de valider des démarches
et des outils pour la recherche : des outils pour une collecte de données
favorisant une analyse plus en profondeur et des outils pour une meilleure
compréhension de l’émergence et de la compréhension des émotions et
des relations. Enfin, des activités de recherche-formation permettraient
d’enrichir les connaissances scientifiques tout en raffinant les conceptions
et en augmentant les compétences des personnes accompagnatrices elles-
mêmes. Dans le cadre de telles activités, on pourrait viser l’élaboration
et la mise au point de modèles d’intervention, par exemple un possible
modèle d’intervention en trois étapes – 1) présence affective ; 2) modelage
affectif et 3) instrumentation affective – tout en faisant des liens avec les
trois types d’interventions définis dans la démarche d’autoanalyse et avec
les huit composantes de la compétence émotionnelle.
Sur le plan de la formation, nos expériences et les données recueillies
nous portent à croire que les personnes accompagnatrices réagissent et trai-
tent les manifestations d’émotions plutôt intuitivement et se disent souvent
insatisfaites ou inquiètes de leur performance. Elles souhaiteraient se sentir
mieux outillées. En ce qui a trait au développement professionnel des
personnes accompagnatrices, nous relevons des besoins de formation rela-
tifs aux connaissances théoriques et pratiques au sujet des émotions dans
une situation d’accompagnement. Les connaissances théoriques sont celles
que nous avons mentionnées précédemment, alors que les connaissances
pratiques concernent le développement d’une compétence émotionnelle
dans l’accompagnement. Pour développer cette compétence, il convient de
disposer d’un éventail de démarches et d’outils pour la formation, entre

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 115

autres, des démarches et outils pour soutenir l’analyse des pratiques. Outre
ces connaissances théoriques et pratiques, une formation à l’accompagne-
ment devrait prévoir le soutien au développement d’un regard critique
concernant les manifestations émotives et les effets de différentes inter-
ventions (Lafortune et Robertson, 2005). À cet égard, certaines personnes
ont signalé que le questionnaire avait été en lui-même un outil puisqu’il
leur a permis de réfléchir à leur pratique. Cet exercice est un premier pas
dans l’approfondissement de ce regard critique. Il y aurait donc un intérêt
à développer cet outil pour amplifier le mouvement.
Le traitement efficace des aspects émotifs qui émergent lors d’une
situation d’accompagnement exige un préalable en lien avec la culture
pédagogique (Lafortune et Martin, 2004) : maîtriser le domaine qui fait
l’objet du processus d’accompagnement, que ce soit celui de l’évaluation
des apprentissages, de la pédagogie coopérative, de l’insertion profes-
sionnelle ou de l’élaboration de programmes. Selon notre conception de
l’accompagnement (qui inclut des éléments de formation relatifs tant au
contenu qu’au processus), ce préalable est essentiel pour que la personne
accompagnatrice dispose de la liberté mentale nécessaire pour percevoir
ce qui se passe et agir sans perdre de vue les intentions de changement.
C’est donc la culture pédagogique de la personne qu’il importe de solidifier
d’abord ou en concomitance avec le développement de la compétence à
l’accompagnement, y compris sa composante émotionnelle. L’une des pistes
à considérer pour accroître la compétence émotionnelle en accompagne-
ment, c’est, paradoxalement, l’intervention en vue d’améliorer « la culture
pédagogique » des personnes accompagnatrices.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
116 Pédagogie et psychologie des émotions

ANNEXE
Questionnaire – Recherche exploratoire – Février-mars 2003

La place des émotions dans l’accompagnement

1a Identiquez et décrivez brièvement deux ou trois situations


d’accompagnement (visant à soutenir un changement dans
les pratiques). Que remarquez-vous au sujet des émotions qui
émergent chez les gens auprès desquels vous voulez provoquer
ou soutenir le changement ? De quel genre d’émotions s’agit-il ?
Comment se manifestent ces émotions ?
1b Quelles incidences éventuelles ces émotions ont-elles chez
les autres personnes accompagnées et sur le déroulement du
processus d’accompagnement ? Comment vivez-vous l’émergence
de ces émotions ?
2. Pourquoi pensez-vous que les gens vivent cela ?
3. Comment pouvez-vous aider les personnes accompagnées à vivre
des moments « insécurisants » et à les transformer en déséquilibres
sécurisants ? Comment « gérez-vous » cela ?
4. Comment vous préparez-vous à faire face à ces situations ?
5. Comment vos propres émotions interagissent-elles avec ce qui se
passe ?

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Compétence émotionnelle dans l’accompagnement 117

BIBLIOGRAPHIE
Doudin, P.-A., D. Martin. et O. Albanese (2001). Métacognition et éducation : aspects
transversaux et disciplinaires, Berne, Peter Lang.
Jonnaert, Ph. (2002). Compétences et constructivisme : un cadre théorique, Bruxelles,
De Boeck.
Jonnaert, Ph. et C. van der Borght (1999). Créer des conditions d’apprentissage : un cadre
de référence socioconstructiviste pour une formation didactique des enseignants,
Bruxelles, De Boeck Université.
Lafortune, L. (1992a). Élaboration, implantation et évaluation d’implantation à l’ordre
collégial d’un plan d’intervention andragogique en mathématiques portant sur la
dimension affective en mathématiques. Thèse de doctorat, Montréal, Université
du Québec à Montréal.
Lafortune, L. (1992b). Dimension affective en mathématiques, recherche-action et matériel
didactique, Mont-Royal, Modulo Éditeur.
Lafortune, L., avec la collaboration de S. Cyr et B. Massé et la participation de
G. Milot et K. Benoît (2004a). Travailler en équipe-cycle. Entre collègues d’une
école, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. (dir.) (2004b). Le questionnement en équipe-cycle. Questionnaires, entretiens
et journaux de réflexion, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. (2004c). « Des intuitions constructivistes », dans Ph. Jonnaert et
D. Masciotra (dir.), Constructivismes. Choix contemporains. Hommage à Ernst von
Glasersfeld, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 187-196.
Lafortune, L. (2004d). « Croyances et pratiques : deux questionnaires de recherche,
de formation et d’autoréflexion », dans L. Lafortune (dir.), Le questionnement
en équipe-cycle. Questionnaires, entretiens et journaux de réflexion, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 97-143.
Lafortune, L. (2005). « Le développement de la compétence émotionnelle par l’uti-
lisation d’activités interactives-réflexives pour assurer le suivi parental en
mathématiques », dans L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et
O. Albanese (dir.), Pédagogie et psychologie des émotions : métaémotion et compé-
tence émotionnelle, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 33-57.
Lafortune, L. et C. Deaudelin (2001). Accompagnement socioconstructiviste. Pour
s’approprier une réforme en éducation, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec.
Lafortune, L., C. Deaudelin, P-A. Doudin et D. Martin (2001). La formation continue :
de la réflexion à l’action, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Lafortune L. et D. Martin (2004). « L’accompagnement : processus de coconstruction
et culture pédagogique », dans M. L’Hostie et L.-Ph. Boucher (dir.). L’accom-
pagnement en éducation. Un soutien ou renouvellement des pratiques, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 47-62.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
118 Pédagogie et psychologie des émotions

Lafortune, L. et P. Mongeau (dir.) (2002). L’affectivité dans l’apprentissage, Sainte-Foy,


Presses de l’Université du Québec.
Lafortune, L. et F. Pons (2004). « Le rôle de l’anxiété dans la métacognition : une
réflexion vers des actions », dans L. Lafortune, P.-A. Doudin, F. Pons et
D. Hancock (dir.), Les émotions à l’école, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec, p. 145-169.
Lafortune, L. et A. Robertson (2005). « Une réflexion portant sur les liens entre
émotions et pensée critique », dans L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin,
F. Pons et O. Albanese (dir.), Pédagogie et psychologie des émotions : métaémotion
et compétence émotionnelle, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec,
p. 59-84.
Lafortune, L., C. Deaudelin, P.-A. Doudin et D. Martin (dir.) (2001). La formation
continue : de la réflexion à l’action, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec.
L’Hostie, M. et L.-Ph. Boucher (dir.) (2004). L’accompagnement en éducation. Un
soutien au renouvellement des pratiques, Sainte-Foy, Presses de l’Université du
Québec
Martin, B.L. et L.J. Briggs (1986). The Affective and Cognitive Domains : Integration for
Instruction and Research, New Jersey, Educational Technology Publications.
Ministère de l’Éducation (2001). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation
préscolaire. Enseignement primaire, Québec, Gouvernement du Québec, MEQ.
Ministère de l’Éducation (2003). Programme de formation de l’école québécoise. Ensei-
gnement secondaire, Québec, Gouvernement du Québec, MEQ.
Mongeau, P. et J. Tremblay (2002). Survivre. La dynamique de l’inconfort, Sainte Foy,
Presses de l’Université du Québec.
Pallascio, R., M.-F. Daniel et L. Lafortune (dir.) (2004). Pensée et réflexivité, Sainte Foy,
Presses de l’Université du Québec.
Pons, F., P.-A. Doudin, P.L. Harris et M. de Rosnay (2002). « Métaémotion et inté-
gration scolaire », dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans
l’apprentissage, Sainte Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 7-28.
Saarni, C. (1999). The Development of Emotional Competence, New York, The Guilford
Press.
Thagard, P. (2000). Coherence in Thought and Action, Cambridge, MIT Press.
Tobias, S. (1978). Over-coming Math Anxiety, Boston, Houghton Mifflin.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux
C H A P I T R E

aux réalités interculturelles


5
Un modèle d’enseignement
leur permettant de contrer l’affectivité
non raisonnée et de contribuer
au développement
de leur jugement réflexif

Jo Ann Lévesque
Université McGill
joann.levesque@mcgill.ca

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
120 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
L’auteure décrit les démarches de recherche qui l’ont conduite à
découvrir un modèle systémique d’enseignement portant sur le
développement du jugement réflexif et à découvrir les conditions
relatives aux stratégies privilégiées de ce modèle, qui sont la
transmission de l’information, la conversation éducative et la
rédaction. Elle présente également les résultats du prétest et des
post-tests sur la réflexion cognitive qui attestent que le modèle
de développement du jugement réflexif contribue réellement au
développement de la capacité réflexive ou au maintien des hautes
habiletés réflexives.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 121

Dans ce chapitre, nous présentons les résultats d’une recherche doctorale


menée auprès de 80 étudiants au baccalauréat en travail social de l’Univer-
sité du Québec en Outaouais. L’objectif de l’étude étant d’évaluer comment
les stratégies du cours avaient contribué au développement du jugement
réflexif des étudiants, nous décrivons le contexte d’émergence de l’étude,
la grille principale d’analyse, la méthodologie, de même que les résultats
des analyses qualitatives et quantitatives de la recherche. Les résultats
montrent qu’un modèle d’enseignement regroupant la transmission de
l’information, la conversation éducative et la rédaction peuvent contrer
le maintien d’a priori culturels qui se manifestent par une affectivité non
raisonnée, favoriser des prises de conscience, conduire à une ouverture à
la différence et développer la capacité du jugement réflexif des étudiants
sur les réalités interculturelles. Un ensemble de conditions sont toutefois
rattachées à ce modèle d’enseignement afin qu’il puisse contribuer au déve-
loppement réflexif. Mentionnons notamment la qualité de la complétude et
de l’amplitude de l’information, la qualité de la pondération et la clarté de
la transmission de l’information, ainsi que la cohérence de la structure entre
les activités pédagogiques. Dans ce chapitre, nous illustrons les conditions
de l’application d’un modèle d’enseignement sur l’univers réflexif des
travailleurs sociaux qui auront à intervenir après des nouveaux arrivants
dans le présent millénaire.

1. LES TRAVAILLEURS SOCIAUX ET LES


RÉALITÉS INTERCULTURELLES
L’immigration fait partie de la réalité de toutes les provinces canadiennes.
Elle est même une stratégie pour contribuer à l’avenir démographique,
économique et culturel du pays. Par exemple, entre 1993 et 20021, la province
de Québec accueillait 321 070 personnes venues de tous les continents2.
En 2002, les immigrants admis au Québec venaient en majorité des pays
suivants3 : France, Chine, Algérie, Maroc, Roumanie, Haïti, Inde, Pakistan,
Liban, Sri Lanka, Corée-du-Sud, République démocratique du Congo,
Colombie, Russie et Philippines. Ces personnes de contrées diverses
ont quitté leur pays d’origine pour différents motifs, mais elles espèrent

1. Gouvernement, du Québec, Direction générale de la population et de la recherche


(2003, p. 22).
2. Gouvernement du Québec, Direction générale de la population et de la recherche
(2003, p. 9).
3. La liste des pays mentionnés est ordonnée selon le nombre décroissant
d’arrivants.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
122 Pédagogie et psychologie des émotions

toutes, en foulant la terre québécoise, se créer un avenir meilleur. Bien que


plusieurs mécanismes aient été mis en place pour aider les nouveaux arri-
vants à s’adapter à leur nouvelle réalité, il n’en demeure pas moins qu’ils
seront confrontés à cette nouvelle culture se manifestant par un ensemble
de mœurs, de façons de faire et d’être, et par une organisation de la société
différente de leur pays d’origine. Ils feront tous l’expérience, à différents
degrés, d’un choc culturel qui se traduira, entre autres, par les deuils à faire
avec le passé, par les désillusions nées de la confrontation entre le pays
rêvé et leur situation réelle. Ils devront se familiariser avec les pratiques,
normes et valeurs de la société d’accueil. Une série de réajustements à faire
en amènera plusieurs à demander de l’aide qui, bien souvent, sera donnée
par les travailleurs sociaux, présents soit dans les organismes communau-
taires, soit les services publics.
De leur côté, les travailleurs sociaux sont également confrontés à la
culture d’origine des nouveaux arrivants qui viennent les consulter. Au
contact de l’étranger, ils découvrent que leur méthode d’intervention ne
produit plus les effets habituels. Dans leurs échanges professionnels, ils
rencontrent une tension nouvelle appelée l’incompréhension intercultu-
relle. Celle-ci se manifeste, selon Cohen-Emerique (1985), sous la forme
d’incidents rattachés à la perception différenciée de l’espace et du temps,
aux différences dans la structure du groupe familial, aux rôles et aux statuts
de ses membres, aux codes d’échanges interpersonnels et aux codes de
bienséance et, en dernier lieu, aux tensions aidant-aidé dans le contexte
professionnel des services sociaux. L’évolution de la société québécoise
actuelle suppose des transformations dans les rapports sociaux qui condui-
sent inévitablement à vouloir former les travailleurs sociaux à l’intervention
interculturelle, à les amener à réfléchir autrement aux relations avec l’autre
qui est l’étranger.

2. LE COURS INTITULÉ RÉALITÉS


INTERETHNIQUES
ET INTERVENTION SOCIALE
À l’automne 1995, une étude doctorale en éducation (Lévesque, 1999)
fut menée auprès de deux groupes4 de fin d’études, troisième année, en
travail social de l’Université du Québec en Outaouais. Près de 80 étudiants

4. Le premier groupe était composé de 39 étudiants (30 femmes et 9 hommes). Le


deuxième groupe comptait aussi 39 étudiants (37 femmes et 2 hommes). Seul le
premier groupe a fait l’objet de la recherche qualitative, alors que le deuxième
groupe a été invité à participer au volet quantitatif de la recherche.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 123

ont participé à cette étude anthropopédagogique dont l’objectif général


consistait à découvrir et à évaluer comment l’ensemble des stratégies
pédagogiques du cours « Réalités interethniques et intervention sociale »
contribuait au développement du jugement réflexif des étudiants dans le
domaine de l’interculturel.
Le cours « Réalités interethniques et intervention sociale » était conçu
pour répondre aux nouveaux besoins de la pratique du travail social auprès
de gens d’origines culturelles diverses. Il avait pour objectif général de
sensibiliser les étudiants en travail social aux réalités liées à l’immigration
et à la coexistence de groupes culturels différents, de même qu’à celles
liées à leur croissance rapide et à leur transformation. Il visait également
à favoriser : le développement des capacités de réflexion sur la complexité
des relations interculturelles, l’acquisition des attitudes appropriées ainsi
que le transfert des connaissances et des habiletés générales d’intervention
dans le domaine de l’interculturel.
Ce cours était divisé en deux parties. Les huit premières séances,
de nature plus théorique, étaient consacrées à l’étude de concepts clés et
des réalités qu’ils sous-tendent, liées à la compréhension interculturelle :
immigration, culture, choc culturel, tradition, modernité, postmodernité
et intervention interculturelle. Les stratégies d’enseignement privilégiées
dans la section théorique du cours étaient de trois ordres : exposé théorique,
échange en petits groupes de partage et en réunion plénière et visionne-
ment audiovisuel ou personne invitée. Les cinq dernières séances étaient
d’ordre plus pratique, puisque les étudiants présentaient en équipe le
résultat de leur étude sur le terrain à propos d’une problématique parti-
culière vécue par les personnes immigrantes. En plus de participer à cette
recherche, comme activités d’apprentissage, les étudiants devaient rédiger
une autobiographie de dix expériences vécues en situation interculturelle
et un cahier d’apprentissage à la réflexion dans lequel ils étaient invités à
faire une synthèse de ce qui avait été dit dans chacune des huit premières
séances et à formuler une réflexion critique sur un sujet lié au contenu de
chaque séance.
L’ensemble des stratégies d’enseignement et des activités d’appren-
tissage pour la partie théorique du cours s’inspirait des modèles d’ensei-
gnement ci-après : pour la transmission de l’information, les ordonnateurs
supérieurs (advance organizers) d’Ausubel (cité dans Joyce, Weil et Showers,
1992), pour la conversation éducative, la résolution autour de conflits ou le
jurisprudential inquiry d’Oliver et Shaver (cité dans Joyce, Weil et Showers,
1992) et le questionnement socratique de Paul (1993) et, pour la rédaction,
les travaux de réflexion de Nikerson (1984) et de McSweeney (1994). Ces
stratégies étaient et sont encore reconnues pour faciliter l’intégration de la
matière et le développement du jugement réflexif des étudiants.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
124 Pédagogie et psychologie des émotions

3. UN INSTRUMENT D’ANALYSE :
LE MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT
DU JUGEMENT RÉFLEXIF
Pour arriver à déterminer si l’ensemble des stratégies d’enseignement et
d’apprentissage du cours Réalités interethniques et intervention sociale avait
contribué au développement de la capacité réflexive des étudiants, nous
avons utilisé le dernier modèle du courant de la pensée critique perçue
comme un développement intellectuel, soit le modèle de développement
du jugement réflexif élaboré par King et Kitchener (1994).
Le modèle du jugement réflexif sert de cadre de référence décrivant
le développement chez l’individu, de l’enfance à l’âge adulte, de l’appré-
hension du processus de la connaissance et des justifications propres à
chaque étape, étayant ainsi les croyances au sujet de problèmes flous ou
peu structurés. Dans le modèle, on décrit le développement de la cognition
épistémologique. Au cours de sa croissance, l’individu acquiert une capacité
d’évaluation des postulats de la connaissance et devient capable d’expliquer
et de défendre son point de vue. Il est un cadre de référence qui spécifie
comment une personne perçoit et cherche à résoudre les problèmes mal
définis et met l’accent sur la perception de la connaissance et les concepts
de justification.
Ce processus cognitif se divise en trois niveaux (préréflexif, quasi
réflexif et réflexif) et sept stades, chacun ayant ses postulats d’accès au
savoir et leur concept de justification. Chaque stade représente une façon
d’accéder à la connaissance. Plus on avance dans les stades, plus la forme
de justification se complexifie, devient effective et permet aux individus
d’évaluer et de défendre leur point de vue. Chaque stade a ses propres
stratégies de résolution de problèmes. Aux stades avancés, l’individu peut
distinguer les problèmes qui sont bien et mal définis et intégrer tout un
ensemble de données au sujet d’une situation complexe.
Les personnes qui raisonnent selon les trois premiers stades pensent
que la connaissance peut s’acquérir par l’observation ou par le discours
des experts. Elles supposent que le savoir est concret et absolu, et ne font
pas la différence entre les problèmes qui sont bien et mal définis. Elles
pensent au contraire qu’il existe une solution à tous les problèmes. Ce
type de raisonnement est caractéristique du niveau préréflexif du modèle
de King et Kitchener (1994). Les élèves du secondaire pensent en général
de cette façon.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 125

Les personnes qui raisonnent selon les stades 4 et 5 sont capables de


faire la distinction entre les deux types de problèmes. Elles reconnaissent
qu’il existe un certain degré d’incertitude dans les situations problémati-
ques, mais ne savent pas comment formuler un jugement dans de telles
situations. Elles affirment que le jugement s’appuie sur des preuves, mais
que l’évaluation d’une situation est une question d’opinion personnelle. Ce
type de raisonnement est celui du niveau quasi réflexif du modèle de King
et Kitchener (1994). Les étudiants du collégial et de l’université pensent en
général de cette façon.
Enfin, les personnes qui raisonnent selon les stades 6 et 7 sont cons-
cientes qu’une compréhension du monde est une construction faite à partir
d’un contexte précis et que certaines interprétations ou constructions sont
plus plausibles que d’autres. Ici, le jugement s’effectue à partir de données
solides et par leur validation. La cohérence, la profondeur et la pertinence
des concepts sont, entre autres, des critères qui servent à l’évaluation. Ce
type de raisonnement est celui du niveau réflexif du modèle de King et
Kitchener (1994). Les professeurs d’université et les étudiants au doctorat
pensent généralement de cette façon.

4. UNE MÉTHODOLOGIE :
L’APPROCHE ANTHROPOPÉDAGOGIQUE
En plus du modèle de développement du jugement réflexif, nous nous
sommes grandement inspirée des caractéristiques de l’approche anthro-
popédagogique de Morin (1992b), qui se définit ainsi :
Une méthode de recherche pédagogique qui utilise l’essentiel de la
démarche anthropologique au profit de la pédagogie pour favoriser
une compréhension et une évaluation active des phénomènes éducatifs.
(Morin, 1984, repris dans Legendre, 1993, p. 1074, et Morin et Vautour,
1994, p. 29.)

Comme le laisse sous-entendre cette définition, l’anthropopédagogie


accorde une grande valeur aux aspects culturels et sociaux ainsi qu’aux
outils de l’anthropologie pour étudier la pédagogie ou, en d’autres termes, la
relation enseignement-apprentissage. Sa finalité est d’abord la compréhen-
sion du sens des événements tels qu’ils sont interprétés par les personnes-
actrices du milieu éducatif. Dans cette approche, l’instrument principal
devient le chercheur lui-même qui utilise une variété d’outils, comme
le journal de bord, l’observation participante, les rencontres formelles et
informelles pour en arriver à mieux cerner le phénomène éducatif.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
126 Pédagogie et psychologie des émotions

Dans la présente recherche, tous les acteurs ont contribué par leur
réflexion à la finalité de l’étude. D’abord, deux personnes ont agi à titre
d’observatrices participantes en consignant et en analysant, selon un modèle
préétabli de notation (Morin, 1992a), l’ensemble des interactions qui se sont
déroulées dans chacune des séances de cours, celles-ci étant enregistrées et
retranscrites afin qu’aucun propos tenu en salle de classe n’échappe à l’ana-
lyse. Nous avons aussi rédigé notre propre journal de bord selon la méthode
de notation privilégiée par Morin (1992a). Pour leur part, les étudiants ont
rédigé un cahier d’apprentissage à la réflexion contenant une synthèse et
une réflexion sur l’un des contenus de chacune des séances théoriques. Ils
ont également participé aux rencontres formelles et informelles portant à
la fois sur le déroulement du cours et sur leur perception de l’évolution de
leur propre capacité à juger dans la sphère des relations interculturelles.
À ces outils de nature anthropologique se sont ajoutés un prétest et des
post-tests sur la réflexion cognitive (Wood, King, Kitchener et Lynch, 1994)
qui ont servi à mesurer l’évolution des niveaux et des stades du jugement
réflexif des étudiants.
L’examen de l’ensemble des données et de leur relation s’est effectué
en trois analyses. La première, verticale5, réunissait les interactions de
chacune des séances6 de cours, recueillies grâce aux instruments de la
collecte des données : enregistrement, notes des observatrices participantes
et de la professeure-chercheure dans leur cahier de bord. Elle présentait
aussi une analyse qualitative du jugement réflexif des réflexions critiques
des étudiants7. L’ensemble de ces données réunies constituait le premier
processus de triangulation des données de cette étude. La deuxième analyse,
horizontale8, a montré l’évolution du jugement réflexif des étudiants selon
les séances de cours, un cheminement réflexif qui a été mis en relation
avec leurs résultats au prétest et aux post-tests sur la réflexion cognitive.
Cette deuxième analyse regroupait également toutes les observations de

5. L’analyse verticale correspond à la première partie du quatrième chapitre de la thèse


de Lévesque (1999).
6. Toutes les séances de cours ont été traitées de la même manière, en fonction de
chacune des stratégies d’enseignement : stratégie d’enseignement, objectifs de
la stratégie, activité proposée, participation des étudiants et observations.
7. Il est à noter que l’étude comporte l’analyse du cahier d’apprentissage à la
réflexion (8 réflexions critiques par cahier) de 10 étudiants du premier groupe qui
ont été sélectionnés en fonction de leur représentativité au regard des niveaux
et stades de développement du jugement réflexif selon leur résultat au prétest
sur la réflexion cognitive.
8. L’analyse horizontale correspond à la deuxième partie du quatrième chapitre
de la thèse de Lévesque (1999).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 127

la première analyse laissant émerger les conditions favorisant le dévelop-


pement du jugement critique des étudiants. Elle constituait le deuxième
processus de triangulation des données de la recherche. La troisième
analyse, statistique9, a permis de valider quantitativement l’évolution du
jugement réflexif des étudiants. L’originalité de la recherche tenait à l’étude
approfondie de l’évolution du jugement réflexif verbal et écrit des étudiants,
au cadre d’analyse de l’évolution de ce jugement réflexif et à l’approche
employée pour comprendre le sens donné par les différents acteurs. Grâce
à l’ensemble des instruments et aux deux processus de triangulation, 380
observations ont été dégagées, permettant de reconnaître dix-huit condi-
tions pédagogiques et de faire émerger un modèle d’enseignement contri-
buant au développement du jugement réflexif des travailleurs sociaux dans
un contexte de formation interculturelle.

5. LE MODÈLE D’ENSEIGNEMENT
PORTANT SUR LE DÉVELOPPEMENT
DU JUGEMENT RÉFLEXIF
Les résultats de l’étude ont fait émerger un modèle d’enseignement qui
regroupe les trois axes pédagogiques du cours Réalités interethniques et inter-
vention sociale : la transmission de l’information, la conversation éducative
et la rédaction. D’implicites qu’ils étaient au début de la recherche, ces trois
axes pédagogiques se sont transformés, par leurs étroites interrelations et
interdépendances, en composantes essentielles d’un modèle intégrateur
d’enseignement centré sur le développement du jugement réflexif dans la
formation interculturelle.
Le modèle comporte d’autres attributs qui viennent qualifier chacun
des axes pédagogiques. Par exemple, la transmission de l’information
soulève la nécessité de fournir des documents pédagogiques et appelle
à un enseignement magistral pondéré et clair. La conversation éducative
est l’orientation pédagogique nécessaire qui permet de rejoindre direc-
tement l’expérience des étudiants et qui favorise un approfondissement
de la matière grâce à l’échange démocratique, voire même socratique en
petits groupes de travail ou en séance plénière. Quant à la rédaction, elle
soulève la nécessité d’une formation aux rudiments de la pensée critique,
demande l’exercice assidu de l’écriture et exige une correction rigoureuse
pour développer la capacité réflexive.

9. Le test sur la réflexion cognitive a été administré aux 39 étudiants du premier


groupe et à 15 étudiants du deuxième groupe.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
128 Pédagogie et psychologie des émotions

FIGURE 1
Modèle d’enseignement de développement du jugement réflexif

Structure
illustrations
Re
s jo i

Formation de la
pensée critique
a nt
d ec l ’e
s

xp
de

ér
Étu

ie n
ce
Liens entre les activités

Transmission Conversation
de l’information éducative

Cohérence
Amplitude ou
Pondération complétude de l’information Échange
et clarté Richesse du contenu démocratique
Cohérence du contenu

Rédaction

ns
t io
quotidienne

tr a
us
Écriture

ill
Vi

éo
d’

es
d

s
s typ
tr e
Au
illu stratio ns
Complémentaire

Le modèle comprend également d’autres composantes liées à la


qualité de l’information dans la conduite des activités pédagogiques qui
appartiennent à chacun des axes. Ainsi, pour contribuer au développement
du jugement réflexif, le contenu dans l’activité de transmission de l’infor-
mation gagne à être ample, complet, riche et cohérent. Le même principe
s’applique à l’axe de la conversation éducative et à l’axe de la rédaction.
Pour accroître la qualité de la réflexion, les trois axes du modèle
doivent rejoindre l’expérience des étudiants par une illustration du
contenu dans la conduite des activités pédagogiques de la transmission de
l’information, la conversation éducative et la rédaction. L’illustration peut
prendre plusieurs formes – études de cas, vidéos et autres types d’activités –,
lesquelles facilitent l’intégration et la réflexion sur le contenu dans chaque
stratégie ou axe pédagogique.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 129

La structure, la complémentarité, les liens entre les activités et la cohé-


rence du modèle sont d’autres qualités dans lesquelles baignent les trois
axes et leurs attributs. Ces qualités supérieures tissent des liens entre l’en-
semble des composantes du modèle et viennent enrichir le comportement
de chacun des axes et de leurs attributs, et sont essentielles à l’interactivité
entre les éléments.
La dynamique de l’ensemble des composantes du modèle de déve-
loppement du jugement réflexif fait de lui un système (Lévesque, 2004) aux
interactions multiples qui se modélisent au fur et à mesure des actions ou
comportement des acteurs du modèle. Ainsi perçu, ce système conduit à la
nécessité de créer des conditions pour guider le comportement des acteurs
afin de contribuer au développement du jugement réflexif des étudiants.

6. LES CONDITIONS TIRÉES DES DONNÉES


CONCERNANT CHAQUE AXE DU MODÈLE
À l’aide de situations contextuelles, il est possible de montrer comment
nous avons qualifié les trois axes sur lesquels repose le modèle d’enseigne-
ment du développement du jugement réflexif dans un contexte de relation
interculturelle. Seules les situations pédagogiques qui illustrent le mieux
les observations dégagées à la fois par les interactions en salle de classe
et par le contenu des réflexions critiques des étudiants dans leur cahier
d’apprentissage à la réflexion seront choisies.

La transmission de l’information
Les huit premières séances du cours Réalités interethniques et intervention
sociale comportent toutes un segment d’enseignement magistral. Par
exemple, l’une des activités pédagogiques de la deuxième séance traite
du profil de l’immigration au Québec sous forme de tableaux graphiques.
Quelque 30 tableaux ont été présentés pendant près d’une heure et dix
minutes. En réaction à cette stratégie d’enseignement, un étudiant écrivait
ceci dans son cahier d’apprentissage à la réflexion :
Je dois dire au départ qu’aucun des chiffres donnés en classe ne m’a
vraiment surpris. Ce qui m’a étonné c’est que vous avez utilisé ceux-ci
pour décrire le profil de l’immigration au Québec sans plus de détails
qui auraient pu, selon moi, nous aider dans la formation d’une idée juste
sur le sujet. Prenons comme exemple l’apprentissage du français. À la
question quelle langue parlent-ils ? Vous avez répondu : l’anglais et puis
vous avez donné les pourcentages, sans plus. Ma première réaction était

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
130 Pédagogie et psychologie des émotions

la même que celle de mes compagnons ; ils ne veulent pas apprendre le


français ! Puis, je me suis mis à chercher des raisons […] (Propos cités dans
Lévesque, 1999, p. 120.)

Les analyses de tous les écrits et des interactions ont indiqué qu’une
transmission parcellaire de l’information éveillant la curiosité grâce à un
questionnement, suivie d’une présentation de tableaux graphiques et de
leurs conclusions, peuvent donner matière à réflexion. Cependant, si la
transmission de l’information, accompagnée d’autres activités pédagogi-
ques, ne peut répondre de façon correcte aux questions des étudiants, elles
devient une contre-stratégie pour le développement du jugement réflexif,
parce que les étudiants semblent ainsi laissés à eux-mêmes dans un relati-
visme réflexif et démontrent une tendance préréflexive ou quasi réflexive,
stade 4. De cette observation, se dégage la condition suivante :
La présentation parcellaire de l’information peut éveiller la curiosité
intellectuelle, mais pour favoriser le développement du jugement
réflexif, il faut présenter l’information dans sa complétude ou son
amplitude. (Lévesque, 1999, p. 322)

Dans la séance portant sur la culture, nous avons reconnu les diffé-
rents sens rattachés au concept de la culture : la culture est perçue dans
son sens premier, l’agri-culture, la culture perçue comme l’ensemble des
connaissances de l’homme, les cultures perçues au sens ethnographique, la
culture perçue au sens spirituel et la culture perçue au sens technique. Nous
enchaînons avec la classification ethnographique de la culture telle qu’elle
est définie par les ethnologues. Une note d’une observatrice participante
révèle ceci à l’égard de ce traitement de l’information :
Dans la première partie de ce segment de module, les questions ou les
remarques des étudiants montrent un désir d’en connaître plus sur le sujet,
mais le tollé de la classe dû à une explication insuffisante de l’époque des
Lumières semble avoir affecté le sérieux des réponses vers la fin du cours
[…] (Propos cités dans Lévesque, 1999, p. 191.)

La transmission de l’information à la lumière des interactions en classe


et à la lecture des réflexions des étudiants a montré qu’une surcharge d’in-
formations, un trop grand débit ou une confusion dans la transmission de
l’information jouent sur la compréhension des réalités, affectent la capacité
de les juger et limitent ou freinent le développement du jugement réflexif
dans la matière. D’où peut être déduite la condition suivante :
La pondération et la clarté dans la transmission d’informations bien
structurées sont nécessaires à la compréhension de la matière étudiée
et à la capacité de la juger. (Lévesque, 1999, p. 322)

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 131

Dans la séance portant sur le choc culturel, nous avons abordé les
différentes facettes du choc culturel vécu par les nouveaux arrivants. Le
contenu de cette matière fut présenté à partir de titres évocateurs, suivis
d’exemples pris dans le quotidien. À la suite du cours, une étudiante écrivait
ceci dans son cahier d’apprentissage à la réflexion :
Le contenu de ce cours renferme en plusieurs points les dimensions
importantes à tenir compte dans l’intervention psychosociale. Même si
le sujet du cours concerne les particularités de la réalité interculturelle,
il ne faut pas aller loin pour parfois être confronté à des différences qui
nous font vivre un choc culturel.

Je choisis d’approfondir les limites de l’intervention face au choc culturel


parce que cet aspect du travail social est souvent laissé pour compte au
détriment de la personne en demande d’aide. L’intervenant social, pour
sa part, demeure coincé dans ses peurs et son ignorance sans remettre
en question sa façon de faire.

En réfléchissant à la problématique de l’intervention dans un contexte


non familier (le choc culturel), j’ai pris conscience que chaque jour je
rencontre des opportunités où confronter mon système de valeurs, mes
habitudes, ma façon de comprendre et de décoder les événements de la
vie […] (Propos cités dans Lévesque, 1999, p. 243.)

Ce court extrait témoigne d’une transmission de l’information qui


se veut conceptuellement riche, et dont le contenu est perçu comme étant
lié à l’apprentissage : il fait logiquement le tour d’un sujet en insistant sur
l’essentiel. Il contribue à la compréhension du sujet, stimule la réflexion,
favorise le maintien à des stades supérieurs du modèle de développement
du jugement réflexif ou l’élévation du jugement réflexif sur le sujet traité.
De cette observation est énoncée la condition suivante :
Une structure d’activités pédagogiques mettant en valeur de façon
cohérente la richesse du contenu à partir de faits vécus, qui rejoignent
l’expérience personnelle, stimule et contribue au maintien à des stades
supérieurs du jugement réflexif ou à l’élévation de celui-ci sur le sujet
traité. (Lévesque, 1999, p. 323)

Dans la séance portant sur l’intervention interculturelle, nous avons


traité des attitudes, des perspectives et des irritants dans un contexte d’aide
interculturelle. La séance se terminait par des situations vécues par les
travailleurs sociaux dans leur quotidien. Dans la conduite de cette activité
d’enseignement, nous avons noté :

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
132 Pédagogie et psychologie des émotions

Le questionnement des étudiants dans l’exercice des mises en situation


épouse les traits du niveau quasi réflexif, stade 5, et réflexif, stade 6.
La structure de l’enseignement (théorie – mise en application) doit y
être pour quelque chose, parce qu’elle semble correspondre au style
d’enseignement qu’aiment les étudiants et qu’elle leur permet immé-
diatement de montrer l’intégration de leur savoir ou d’apporter les
correctifs nécessaires. (Lévesque, 1999, p. 296)

Un étudiant consignait dans son cahier la réflexion suivante :


Lors de la présentation de la vidéo en classe, nous avons pu prendre
conscience des problèmes auxquels plusieurs nouveaux arrivants peuvent
être confrontés. Francesco et sa famille l’ont bien démontré. Les valeurs
familiales auxquelles lui et sa famille adhéraient dans leur pays d’origine
ne sont plus de mise ici en territoire canadien. Cette famille a donc connu
des chambardements, des bouleversements, des confrontations souvent
suivies de pleurs et de grincements de dents, le tout dans une optique
d’intégration aux nouvelles valeurs de notre société postmoderne. L’inté-
gration fut cependant plus simple pour certaines personnes. J’ai nommé
ici la fille de Francesco et sa femme. Pour sa part, Francesco refusait obsti-
nément de s’y intégrer, et ce, avec raison […] Afin de mieux comprendre
la situation familiale de Francesco, il s’avère important de faire ressortir
les traits sociologiques ou les valeurs de cette famille immigrante contre
celles des citoyens nord-américains […] » (Propos cités dans Lévesque,
1999, p. 303)

La note d’observation révèle qu’une transmission de l’information


par des titres évocateurs, des explications claires et cohérentes du contenu
qui est illustré par des faits ou qui est accompagné de mises en situation,
audiovisuelles ou écrites, reliées à la réalité d’individus, contribuent plus
à la compréhension, à l’intégration de la matière et au développement du
jugement réflexif de l’ensemble des étudiants qu’une transmission concep-
tuelle de l’information sans illustration immédiate du contenu. De cette
observation découle la condition suivante :
L’activité pédagogique qui structure la transmission de l’information et
qui est suivie par d’autres activités d’intégration de la matière rejoignant
l’expérience personnelle des étudiants contribue au développement de
leur capacité à juger de cette information. (Lévesque, 1999, p. 323)

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 133

La conversation éducative10
Toutes les séances du cours « Réalités interethniques et intervention sociale »
comportent une conversation éducative dans laquelle il y a une interaction
formelle ou informelle entre les étudiants ou entre les étudiants et nous-
même. Par exemple, le cours sur l’immigration comprenait, entre autres,
deux types de conversations éducatives : l’une dans laquelle les étudiants
étaient invités à répondre à une question formulée à partir de tableaux
graphiques et une autre dans laquelle les étudiants se regroupaient pour
répondre à la question : Quels sont les motifs qui poussent les immigrants
à quitter leur pays ? La comparaison a permis de déduire qu’une conver-
sation éducative faisant suite à un travail de réflexion en petits groupes
de partage gagne plus en profondeur sur le plan des idées émises qu’une
conversation menée à partir de réflexions individuelles. Il en découle la
condition suivante :
Le travail en petits groupes de partage favorise l’approfondissement
des idées nécessaires à la formulation d’un jugement éclairé et réflexif.
(Lévesque, 1999, p. 324)

Dans l’activité portant sur les motifs favorisant l’immigration, les


propos tenus par l’une des équipes ont soulevé une réelle polémique qui a
été difficile à contrôler. En effet, nous avons entendu ces propos :
C’est facile d’entrer. C’est moins cher que les autres pays industrialisés.
Ils sont attirés par la démocratie, la neutralité de notre pays qui ne vit
pas de conflits. Il y a beaucoup de services gratuits comme l’assurance
maladie, le bien-être social. En fait, ils ont un revenu garanti à l’entrée.
Ici, ils ont la liberté d’expression. C’est plus permissif. Par exemple, ils
peuvent porter leur voile lorsque nous autres on ne peut pas porter une
casquette ou de chandail « heavy metal » dans les lieux publics. (Propos
cités dans Lévesque, 1999, p. 139.)

En réaction à ces paroles, une étudiante écrivait dans son cahier


d’apprentissage la réflexion suivante :
[…] Lorsque nous avons fait cette activité en classe, il y a eu une chose
importante qui m’a énormément offensée. En effet, il s’agissait d’une
équipe qui, au lieu de parler des motifs, a plutôt cité, en plaisantant, les
préjugés que les Québécois ont envers eux. En tant que personne de mino-

10. Pour Potvin (1994), la conversation éducative est un pôle majeur de l’activité
éducative. Pour lui, il s’agit d’une action éducative intentionnelle et consciente dans
laquelle l’éducateur interagit et « communicagit » avec l’élève dans l’instantanéité
de la situation et dans le jeu total de la dynamique de vie.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
134 Pédagogie et psychologie des émotions

rité ethnique, ces affirmations, ainsi que leur manière de les dire m’ont
bouleversée, car ces préjugés existent réellement et ils ne sont pas faciles
à oublier. Toutefois, j’aurais mieux accepté leur message si l’équipe l’avait
mentionné avec du sérieux. À mon avis, elle n’avait plutôt pas beaucoup
réfléchi sur cet exercice […] (Propos cité dans Lévesque, 1999, p. 151)

Il y a eu également une réflexion en groupe à la suite d’un court exposé


sur les nations autochtones dans la séance qui traitait de la situation des
autochtones au Québec. Un étudiant y a dit :
Il y a un piège dans nos façons de percevoir les autochtones. On ne peut
se fier à ce que nous entendons au canal 10 ou à ce que nous lisons dans
le Journal de Montréal. (Propos cité dans Lévesque, 1999, p. 255).

Si l’on compare le niveau de réflexion qui a émergé entre les deux


activités d’échanges, on constate que la majorité des propos tenus par les
étudiants dans une conversation éducative épouse, comme dans la première
activité mentionnée, les préjugés populaires ou les traits du niveau quasi
réflexif, stade 4. Les propos tenus ont soulevé plus souvent qu’autrement la
controverse. Celle-ci peut favoriser l’échange tendant à élever le niveau des
opinions aux stades supérieurs du modèle de développement du jugement
réflexif (5+) à condition qu’elle soit guidée par une animation qui s’inspire
quelque peu du questionnement socratique. C’est ainsi qu’apparaît la
condition suivante :
L’échange démocratique voire socratique épure les a priori basés sur
les préjugés populaires et favorise l’expression d’opinions qui tendent
à rejoindre les stades les plus élevés du modèle de développement du
jugement réflexif. (Lévesque, 1999, p. 324)

Dans les activités de la conversation éducative qui portaient sur les


réalités de l’immigration et sur la culture comparativement aux activités
sur l’intervention interculturelle, la chercheure a découvert qu’une polé-
mique soulevée par la conversation éducative stimule la réflexion grâce à
la diversité des opinions sur un sujet donné. En réaction à des propos tenus
en classe, un étudiant écrivait :
Pour t’aider à comprendre, Mario, je vais te peindre la situation. C’est
encore au tour du petit groupe de la semaine dernière d’occuper le centre
d’attention. C’est en discutant du concept de la culture que ce groupe
interroge la professeure à ce sujet. Ils s’opposent aux propos de celle-ci
en confirmant que la culture pour eux c’est de fêter fort, en écoutant du
Paul Piché et en mangeant de la tourtière. Alors, la professeure tente de
leur expliquer qu’il existe différentes formes de culture et que la tourtière

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 135

(culture de masse) en était une de ces formes. Par contre, elle essaie aussi
de leur faire valoir une seconde forme de culture, la culture globale, une
culture de l’âme et de l’évolution.

Tout ça pour te dire, mon cher Mario, que j’ai été étonné, encore une
fois, d’entendre des paroles provenant d’esprits aussi fermés. Pour ces
individus, la culture gravite autour de leur environnement immédiat.
Pourtant, on ne cesse de répéter qu’un travailleur social doit apprendre
à ne pas imposer ses valeurs de Québécois, de Canadien et de Nord-
Américain. Comment peuvent-ils comprendre la pauvre mère de famille
islamique qui souffre d’isolement avec une attitude fermée et nombriliste
de « Habitant pea soup » [mentalité de soupe au pois] ? À mon avis, le
début de carrière ne s’avère guère facile pour ce petit groupe d’individus
[…] (Propos cités dans Lévesque, 1999, p. 449.)

D’une conversation éducative peuvent naître des thèmes de rédac-


tion qui contribuent au maintien ou à l’élévation du jugement réflexif. Le
maintien ou l’élévation du jugement se réalise, si lui succède une transmis-
sion de l’information conceptuelle riche éclairant la compréhension sur le
sujet et si lui précède une présentation de documents audiovisuels dont
le contenu est lié au questionnement des étudiants. C’est ainsi que naît la
condition suivante :
La polémique dans la conversation éducative stimule la réflexion et
contribue au maintien des hautes capacités réflexives ou à l’élévation du
jugement réflexif si la transmission de l’information, en aval, est riche
conceptuellement et si les activités d’intégration, en amont, mettent
en lumière certains traits de la transmission de l’information tout en
rejoignant le questionnement des étudiants. (Lévesque, 1999, p. 325)

Les deux dernières conditions laissent clairement sous-entendre


que la conversation éducative contribue au développement du jugement
réflexif, mais qu’elle gagne à être encadrée par une syntaxe particulière
d’activités d’enseignement11. Si elle ne l’est pas, il en résulte que la conver-
sation éducative peut développer le jugement réflexif ou y contribuer, mais
elle ne l’aiguillonne pas suffisamment parce que les étudiants sont laissés
à eux-mêmes dans un relativisme réflexif ; elle peut même s’avérer une

11. La recherche a révélé la syntaxe d’enseignement suivante : la mise en contexte, la


présentation d’un contenu, l’illustration orale ou audiovisuelle, la synthèse des
propos tenus à la lumière de la présentation du contenu et la rédaction (Lévesque,
1999, p. 343).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
136 Pédagogie et psychologie des émotions

contre-stratégie en jouant sur l’affectivité non raisonnée12 et en empêchant


l’analyse de propositions. L’étudiante qui se disait choquée par des propos
d’étudiants sur les motifs de l’immigration enchaînera ainsi sa réflexion sur
le racisme de la population québécoise :
[…] Ce petit travail en classe m’a permis de réfléchir sur l’attitude des
Québécois envers les immigrants. En fait, je me suis dit que si cette équipe
pouvait sortir toutes ces idées véhiculées, selon elle, par la majorité des
individus au Québec, jusqu’où va leur tolérance envers les immigrants ?
Par exemple, il y a longtemps, j’ai regardé une émission à Radio-Québec,
où il était question de l’opinion des Québécois envers l’arrivée massive
des nouveaux arrivants de couleur. Il y avait certaines révélations racistes
qui m’ont frappée. Entre autres, ils sont des voleurs de jobs, ils sentent
mauvais, leurs voitures de taxi sont sales, etc. À la suite de cette émis-
sion, je me suis posé la question suivante : « Pourquoi les Québécois nous
acceptent dans leur pays sous toute réserve ? » Pour cela, j’ai posé la
question à mes parents et à mes amis, j’ai fait des recherches en biblio-
thèque sur l’immigration et j’en suis venue à la conclusion que c’est parce
que la plupart des immigrants viennent au Québec pour réussir leur vie
à n’importe quel prix, c’est-à-dire qu’ils font les plus durs travaux, ils
vont à l’école s’éduquer, etc. Tandis que les Québécois (la plupart) ne
font presque rien de tout cela. Au contraire, ils les regardent aller et ont
surtout peur que ces nouveaux arrivants deviennent plus forts qu’eux.
Donc, je crois plutôt que le racisme provient de la peur de la différence.
(Propos cités dans Lévesque, 1999, p. 152.)

En effet, l’affectivité non raisonnée obnubile la capacité de former des


jugements raisonnables, et ce, en raison de la teneur des propos et cantonne
ainsi le jugement dans les stades inférieurs du modèle de développement
du jugement réflexif. Ainsi, les deux conditions suivantes émergent :
La conversation éducative peut cependant se révéler négative si elle
favorise un relativisme réflexif influencé par l’affectivité non raisonnée,
limitant ainsi l’analyse de propositions et cantonnant le jugement dans
les stades inférieurs du modèle de développement du jugement réflexif.
(Lévesque, 1999, p. 325)

12. L’affectivité non raisonnée est définie ici comme une émotion qui obnubile toute
capacité à raisonner sur une ou plusieurs propositions dans un temps donné.
Channouf et Rouan (2002) montrent comment une émotion modifie le traitement
de l’information.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 137

Plus un étudiant est en mesure d’établir un rapport entre les propos


de la conversation éducative et les activités qui la précèdent ou lui
succèdent, plus son jugement réflexif tend à s’élever dans l’échelle
des stades ; à l’inverse, moins il est en mesure de faire ce rapport, plus
son jugement tend à épouser les caractéristiques des stades inférieurs
du modèle de développement du jugement réflexif. (Lévesque, 1999,
p. 325)

En somme, les conditions dégagées de la conversation éducative


permettent de comprendre que celle-ci stimule certes la réflexion, mais
qu’elle comporte de sérieuses limites parce qu’elle n’exerce pas suffisam-
ment la capacité de jugement des étudiants, qui, pour la majorité, se situent
au niveau quasi réflexif, stades 4 et 5. Les étudiants les plus faibles éprouvent
de la difficulté à juger de la valeur des propositions émises dans la conver-
sation éducative ; ils se laissent influencer par les idées ou les croyances qui,
à leurs yeux, semblent refléter ce qu’ils pensent ou pensent avoir compris
de la situation traitée ; ils argumentent à partir de croyances ou de clichés
populaires, ce qui est une caractéristique de stade 4. Le stade 5 ne retient que
les croyances qui peuvent s’appuyer sur des preuves, mais cela ne conduit
pas les étudiants à pousser plus loin leur réflexion sur le sujet. Aux stades
6 et 7, les étudiants sont capables d’évaluer la profondeur et la justesse des
affirmations, ils s’écartent des interprétations quasi réflexives de la réalité
ou les utilisent pour justifier leur point de vue sur le sujet traité. À ce niveau,
ce ne sont pas les croyances qui dictent la réflexion, mais plutôt un thème
intégrateur qui permet d’incorporer dans l’écrit les croyances et les preuves
les plus signifiantes traitées dans la conversation éducative, les documents
audiovisuels et la transmission de l’information.

7. LA RÉDACTION
La rédaction est une habileté de base en éducation à laquelle on reconnaît
de hautes vertus cognitives. Comme il a été mentionné précédemment, les
étudiants ont rédigé huit réflexions critiques sur un thème de leur choix lié
au contenu de chacune des séances théoriques du cours. Le tableau suivant
illustre l’évolution du jugement réflexif d’un étudiant :

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
138 Pédagogie et psychologie des émotions

FIGURE 2
Parcours du jugement réflexif de Marc*

Parcours du jugement réflexif de Marc

7
6 X
5
4
3
2
1
1 1 1 1 1 1 1 1

Séances

* Le prénom qui apparaît ici est fictif


Le tableau graphique montre que le jugement réflexif de Marc évolue de
façon graduelle, sous la forme de plateaux réflexifs, passant du niveau
préréflexif, stade 3 au niveau quasi réflexif, stade 5 entre la première
et la huitième séance, laquelle affiche un chevauchement de stades ;
le symbole « carré noir » précise la dominance du jugement réflexif de
l’écrit. (Lévesque, 1999, p. 319)

L’analyse de l’évolution du jugement réflexif à travers l’ensemble des


écrits des étudiants nous a permis d’en arriver à la condition suivante :
L’exercice hebdomadaire voire quotidien de rédaction contribue, grâce
à l’effort d’intégration de la matière qu’il sous-tend, au développement
du jugement réflexif des étudiants. (Lévesque, 1999, p. 327)

La rédaction gagne toutefois en profondeur si les activités d’ensei-


gnement fournissent de sérieux arguments qui confrontent les précon-
ceptions individuelles, une réalité qui, au bout du compte, maintient de
hautes capacités réflexives ou contribue à l’élévation du jugement réflexif.
Il appert que la qualité de l’argumentation dépend certes des caractéristi-
ques individuelles des étudiants, mais qu’elle est également redevable de
l’organisation du contenu de la matière étudiée. Ainsi sont énoncées les
conditions suivantes :
L’argumentation des écrits repose sur les préconceptions individuelles
qui limitent ou nuisent au développement du jugement réflexif si l’orga-
nisation du contenu ne favorise pas une compréhension suffisante de
la matière étudiée et si aucune recherche personnelle n’est faite pour
combler le manque de compréhension. (Lévesque, 1999, p. 328)

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 139

La capacité de faire des liens entre les activités d’enseignement favorise


un transfert des connaissances et contribue à l’élévation du jugement
réflexif ou au maintien de hautes capacités réflexives, mais la difficulté
de faire ces liens affecte le jugement réflexif qui se maintient ou régresse
de stade. (Lévesque, 1999, p. 330)

La rédaction évoque inévitablement dans un cours la correction des


écrits des étudiants. Comme dernière condition, la chercheure est arrivée
à cette constatation :
Une formation à la pensée critique et une correction rigoureuse des
travaux apparaissent aussi comme des conditions liées au développe-
ment du jugement réflexif. (Lévesque, 1999, p. 329)

L’ensemble des conditions liées à la transmission de l’information, à


la conversation éducative et à la rédaction qui viennent d’être présentées
et illustrées a permis de dégager un modèle d’enseignement qui contribue
au développement du jugement réflexif dans un contexte de formation
interculturelle.

8. LE MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT
DU JUGEMENT RÉFLEXIF ET LA PÉDAGOGIE
Le modèle de développement du jugement réflexif est un instrument
au service de la pédagogie qui contribue réellement à développer le
jugement réflexif des individus, particulièrement ceux du niveau quasi
réflexif, stade 4, ou qui maintient les acquis réflexifs d’individus de niveau
quasiréflexif, stade 5. C’est ce que le prétest et les post-tests sur la réflexion
cognitive ont démontré avec les deux groupes d’étudiants. En effet, le score
obtenu au post-test (4,71 + 0,78) était significativement supérieur à celui
obtenu au prétest (4,54 + 0,75), p = 0,014 dans le premier groupe. Dans le
deuxième groupe, par contre, il n’y avait pas de différence significative
entre le post-test (5,02 + 0,090) et le prétest (4,90 + 0,087), p = 0,134. Cette
différence pouvait s’expliquer par le fait que le résultat au post-test du
second groupe n’était pas significativement supérieur à celui du prétest. Le
score obtenu au prétest (4,90 + 0,087) du deuxième groupe était par contre
significativement supérieur à celui du premier groupe (4,54 + 0,75). Ces
différences entre les groupes laissaient ainsi présager qu’il peut être plus
difficile de faire progresser le jugement réflexif d’un groupe d’étudiants
qui épousent de près les caractéristiques du niveau quasi réflexif, stade 5,
et non celles du stade 4.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
140 Pédagogie et psychologie des émotions

CONCLUSION
Le modèle de développement du jugement réflexif, par ses stratégies d’en-
seignement et d’apprentissage, a contribué au développement du jugement
réflexif du premier groupe et maintenu les acquis réflexifs du deuxième
groupe d’étudiants. Ses résultats attestent la richesse du modèle, parce que
celui-ci tient compte de toutes les dimensions de l’être qui sont interpellées
par une structure d’activités pédagogiques, comme celle du cours Réalités
ethniques et intervention sociale qui vise une meilleure compréhension des
réalités interculturelles. Tout en créant un terrain propice à l’apprentissage
de réalités nouvelles, interculturelles, il permet d’accueillir les propositions
préréflexives très souvent non raisonnées pour les conduire vers des niveaux
quasi réflexif et réflexif, voire beaucoup plus raisonnés. Il aide l’individu à
grandir intellectuellement et affectivement dans la compréhension d’autres
univers culturels que le sien.
La mise en application et le respect des conditions rattachées aux trois
axes pédagogiques du modèle sont toutefois une condition sine qua non pour
qu’il y ait un développement du jugement réflexif. En effet, le modèle de
développement du jugement réflexif prend toute son ampleur et tout son
dynamisme dans le respect des conditions qui doivent être sérieusement
prises en compte pour qu’il y ait véritablement une différence dans la
capacité de juger des réalités interculturelles des individus, notamment les
travailleurs sociaux qui auront à soutenir les gens venus d’ailleurs.
Le modèle de développement du jugement réflexif s’inscrit dans
la famille des modèles qui contribuent au développement de la pensée
critique. Mais il appartient surtout, par son objet, à la famille des modèles
de développement axés sur le jugement réflexif (King et Kitchener, 2004).
Il montre la difficulté de former la pensée dans les situations complexes.
Il appelle à un regard systémique des réalités, regard dont on a et dont on
aura particulièrement besoin dans nos sociétés du présent siècle.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La formation des travailleurs sociaux aux réalités interculturelles 141

BIBLIOGRAPHIE
Channouf, A. et G. Rouan (2002). Émotions et cognitions, Bruxelles, De Boeck Univer-
sité, Série Neurosciences et cognition.
Cohen-Emerique, M. (1985). « La formation des praticiens en situations intercul-
turelles. Le choc culturel : méthode de formation et outil de recherche »,
L’interculturel en éducation et en sciences humaines, Toulouse, Université de
Toulouse – Le Mirail, p. 66-120.
Cohen-Emerique, M. (2000). « L’approche interculturelle auprès des migrants »,
dans G. Legault, L’intervention interculturelle, Boucherville, Gaëtan Morin
Éditeur, p. 161-184.
Gouvernement du Québec (2003). Caractéristiques de l’immigration au Québec. Statis-
tiques, ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, Direction
générale de la population et de la recherche.
Joyce, B., M. Weil et B. Showers (1992). Models of Teaching, 4e éd., Boston, Allyn and
Bacon.
King, P. et K.S. Kitchener (1994). Developing Reflective Judgment, San Francisco,
Jossey-Bass Publishers.
King, P. et K.S. Kitchener (2004). « Reflective judgment : Theory and research on
the development of epistemic assumptions through adulthood », Educational
Psychologist, 39(1), p. 5-18.
Legendre, R. (1993). Dictionnaire actuel de l’éducation, 2e édition, Montréal, Guérin.
Lévesque, J. (2004). « L’anthropopédagogie : une méthodologie au service d’un
modèle de développement du jugement réflexif », Recherche-action, recherche
systémique ?, Questions vives, État de la recherche en éducation, 2(3), p. 123-
132.
Lévesque, J. (1999). Les conditions liées au processus de développement du jugement
réflexif. Une anthropopédagogie d’un cours universitaire portant sur les réalités
interculturelles. Thèse de doctorat non publiée, Montréal, Université de
Montréal.
McSweeney, A. (1994). « Internationalité dans la formation », UISG, p. 41-56.
Morin, A. (1984). « L’évaluation anthropopédagogique », dans C. Paquette (dir.), Des
pratiques évaluatives, Victoriaville, Éditions HHP, p. 159-203.
Morin, A. (1992a). Recherche-action intégrale et participation coopérative. Vol. 1, Métho-
dologie et études de cas, Laval, Éditions Agence d’Arc.
Morin, A. (1992b). Recherche-action intégrale et participation coopérative. Vol. 11, Théorie
et rédaction du rapport, Laval, Éditions Agence d’Arc.
Morin, A. et C. Vautour (1994). « L’analyse des données en recherche qualitative
anthropopédagogique », Repères, vol. 16, p. 29-71.
Nikerson, R.S. (1984). « Kinds of thinking taught in current programs », Educational
Leadership, 41(1), p. 26-37.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
142 Pédagogie et psychologie des émotions

Paul, R. (1993). Critical Thinking : How to Prepare Students for a Rapidly Changing World,
Santa Rosa,CA, J. Wilsen & A.J.A. Binker, Foundation for Critical Thinking.
Potvin, G. (1994). « Les actions, les discours, les savoirs et la recherche en éducation »,
Repères, vol. 16, p. 185-195.
Wood, P.K., P. King, K.S. Kitchener et C. Lynch (1994). Techniques Manual to Accom-
pany the Reflective Thinking (Version 1.0), Reflective Thinking Associates.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
P A R T I E

APPROCHE
PLUTÔT PSYCHOLOGIQUE

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
C H A P I T R E

Adolescence et conscience
des émotions positives
6
Ottavia Albanese
Università degli Studi di Milano-Bicocca
ottavia.albanese@unimib.it
Ilaria Grazzani Gavazzi
Università degli Studi di Milano-Bicocca
ilaria.grazzani@unimib.it

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
146 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Cette recherche fait partie d’un projet plus vaste ayant pour objet
d’étudier la conscience des émotions et la compétence émotion-
nelle chez les adolescents. Il s’agit d’une recherche préliminaire,
concentrée sur les émotions positives comme aspect du bien-être
subjectif (SWB) et comme facteur de protection au cours de l’ado-
lescence, une phase problématique du développement. À cet effet,
un journal de cinq pages a été créé sur les moments positifs et
les émotions qui sont expérimentées dans la vie de tous les jours.
Cette étude a été réalisée sur un échantillon de 222 adolescents
(entre 16 et 18 ans ; âge moyen : 17,2 ans) choisis dans trois lycées
de Milan et de sa banlieue à qui l’on a demandé de remplir une
page de journal chaque fois qu’ils faisaient l’expérience d’un
moment positif, en décrivant la situation et les émotions l’ayant
suivie, en précisant s’ils étaient seuls ou pas et s’ils avaient parlé
de ces émotions à d’autres ou pas. Les résultats montrent des
différences intéressantes entre les sexes. Par exemple, pour les
garçons, les expériences positives renvoient plutôt aux loisirs et
aux activités sociales, tandis que pour les filles elles sont plutôt
liées aux relations affectives. En outre, les garçons indiquent une
satisfaction à l’égard de la vie qui est habituellement supérieure
à celle qui est éprouvée par les filles.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 147

Parallèlement à la mise au point de modèles descriptifs des processus


émotifs et explicatifs de la fonction des émotions (par exemple Scherer, 1982 ;
Frijda, 1986 ; Oatley et Johnson-Laird, 1987), un vaste courant de recherche a
accordé une attention toute particulière à l’étude des états émotifs définis de
manière plus ou moins appropriée comme émotions négatives (unpleasant
emotions), telles que la colère, la peur, la tristesse, la honte et la culpabilité.
Plus récemment, les émotions positives ou agréables (pleasant emotions) ont
également commencé à susciter un certain intérêt, et cela, pour diverses
raisons, selon nous.
Tout d’abord, les émotions positives ont toujours représenté une diffi-
culté d’étude plus ou moins explicite dans le domaine de la théorie sur les
émotions. Si, d’un point de vue évolutionniste, la fonction des émotions
négatives apparaît en fait nécessaire, on ne peut pas en dire autant en ce qui
a trait aux émotions positives. En effet, l’état émotif de colère favorise une
réaction face à un événement frustrant ; l’état de peur permet de se défendre
contre un danger ; l’état de tristesse permet de faire face à un manque. Il
s’agit là de fonctions protectrices pour la survie de l’espèce humaine. Il est,
par ailleurs, beaucoup moins facile d’expliquer pourquoi nous éprouvons
du bonheur ou de préciser à quoi sert l’expérimentation d’une joie intense
ou d’une émotion esthétique. À ce propos, nous rappelons la théorie de
Fredrickson (2001) qui souligne le rôle compensatoire des émotions posi-
tives par rapport à l’arousal, déterminé par les émotions négatives. En
effet, les émotions négatives sont caractérisées par une augmentation de
l’activité cardiovasculaire (augmentation de la fréquence cardiaque, de la
tension artérielle ainsi que du tonus vasculaire périphérique), tandis que les
émotions positives se différencient par l’amenuisement de ces réactions, en
remplissant une fonction de récupération pour le sujet. La capacité à créer et
à cultiver des expériences positives permettrait donc de faire face le mieux
possible aux expériences négatives qui ponctueront l’avenir (Fredrickson et
Levenson, 1998). L’activité liée à la joie ou eudaimonia dont parlait Aristote
dans l’Éthique à Nicomaque, qu’il définissait comme une activité sans aucun
but, aurait en fait une fonction psychologique de tout premier plan.
De plus, le développement d’une discipline connue sous le nom
de psychologie de la santé durant ces dix dernières années a contribué à
déplacer l’attention non seulement sur les facteurs de risque, mais égale-
ment sur les facteurs de protection liés à la santé et au bien-être de la
personne. À ce propos, la réalisation du bien-être psychologique dépend de
la possibilité d’expérimenter des émotions liées au bonheur, à la joie et au
contentement. De ce fait, la plupart des événements que l’on connaît sur le
bien-être subjectif se fondent justement sur les récits d’épisodes de bonheur
et sur l’appréciation émise par l’individu quant au degré de satisfaction
dans la vie (Schwarz et Strack, 1999).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
148 Pédagogie et psychologie des émotions

Diener, Suh, Lucas et Smith (1999) soutiennent que le bien-être inclut


une vaste catégorie de phénomènes parmi lesquels figurent les réponses
émotives des personnes (affects positifs et négatifs) et les zones liées à l’as-
souvissement personnel et au jugement de la satisfaction dans la vie. La
définition du bien-être psychologique comprend une composante affective
et une composante cognitive. La première composante concerne l’état hédo-
niste qui ressort de la comparaison entre états émotifs et affectifs positifs
(la joie, l’euphorie, le contentement, l’orgueil, le bonheur, l’extase…) et
négatifs (la faute, la honte, la tristesse, l’anxiété…). La seconde composante
fait référence à l’évaluation individuelle du degré de satisfaction dans la vie
(le souhait de changer de style de vie, la satisfaction du moment, l’impor-
tance du point de vue d’autrui…). Ces composantes seraient des facteurs
indépendants les uns des autres. Par conséquent, le bien-être subjectif doit
être appréhendé non pas comme une entité unitaire et monolithique (Lucas,
Diener et Suh, 1996), mais bel et bien comme un phénomène complexe
susceptible de se modifier.
Enfin, le courant de pensée connu sous le nom de « positive psychology »
(Seligman et Csikszentmihalyi, 2000) a contribué à diriger l’attention des
chercheurs vers les aspects caractéristiques dans le fonctionnement des
processus psychologiques. Cette perspective, du moins en règle générale,
tend à placer au premier plan l’expérience subjective, inhérente au bien-être,
en s’attachant principalement à la façon dont les personnes issues de réalités
culturelles différentes portent un jugement sur leur vie (Diener, 1996).
Ce courant de pensée vise à mettre en lumière la connaissance des
facteurs qui favorisent le développement de l’individu, de la communauté
ainsi que de la société en approfondissant, entre autres, le rapport qu’en-
tretiennent les émotions positives et la qualité de la vie (Gill et Feinstein,
1994), tout en sachant que le bien-être comprend des éléments capables de
transcender la prospérité économique. Les indicateurs sociaux ne suffisent
pas à donner une définition de la satisfaction et de la qualité de la vie : les
personnes, en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur milieu d’origine,
de leur système de valeurs, de leurs attentes dans la vie et de leurs expé-
riences accumulées, ont tendance à apprécier différemment les mêmes
événements.

1. ÉMOTIONS ET ADOLESCENCE
Dans ce chapitre, nous abordons le thème des émotions positives liées à
la phase particulière du cycle de la vie qu’est l’adolescence. À cet égard,
on assiste à un étrange paradoxe : d’un côté, une grande tradition de
recherche – aussi bien la psychanalyse que la recherche pédagogique –

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 149

associe l’adolescence à une période de crise caractérisée par la confusion,


l’incertitude, l’égarement (Blos, 1979 ; Erikson, 1982 ; Laufer et Laufer, 1984) ;
d’un autre côté, on sait bien peu de chose sur l’expérience émotive subjective
et, comme l’a souligné Matarazzo (2001), sur l’expérience, les représenta-
tions mentales et les stratégies de « coping » que les adolescents mettent en
œuvre pour faire face aux événements qui suscitent des émotions.
De ce fait, les travaux de recherche les plus connus sur la thématique
« émotions et adolescence » examinent les états émotifs et affectifs négatifs.
Par exemple, Csikszentmihalyi et Larson (1984) ont constaté une augmen-
tation de ces états au cours de l’adolescence (Larson et Asmussen, 1991 ;
Stapley et Haviland, 1989). Abe et Izard (1999) ont remarqué qu’une plus
grande conscience de soi induit l’adolescent à s’épancher sur lui-même,
entraînant l’apparition d’émotions négatives telles que la peur (en raison
d’un sentiment d’inadéquation), la tristesse (qui résulte du sentiment
d’échec dans la compétition avec les autres) et le dégoût (plus particulière-
ment, pour son corps en transformation rapide). Tangney, Wagner, Fletcher
et Gramzow (1992) affirment, de surcroît, que la honte peut activer la colère
pour que l’on se défende soi-même de l’image que l’on a de soi ; cet état
émotionnel peut durer longtemps, car l’adolescent a, plus que l’enfant, la
faculté de le rationaliser et de le justifier. Barone (2004), dans un ouvrage
récent, souligne que l’expérience émotive des adolescents est à rapprocher
du thème du malaise psychologique et analyse ce phénomène sous l’angle
de plusieurs courants théoriques.
Les changements économiques, sociaux et culturels ont transformé de
manière radicale le rapport parents-enfants et la représentation que l’on se
fait de l’adolescence. En effet, l’adolescence est maintenant perçue comme
une phase essentiellement normale dans la dynamique de continuité et
de changement qui caractérise le cycle de la vie (Rutter et Rutter, 1995).
Au cours de cette phase du développement, plusieurs parents accordent
davantage d’importance à la croissance affective et relationnelle de leurs
enfants (Pietropolli Charmet, 2000). Quant aux adolescents, ils doivent
accomplir des tâches de développement particulières, parmi lesquelles on
peut souligner la construction de l’identité qui s’oppose à la confusion de
l’identité.
Les tâches évolutives liées à la construction de l’identité, et auxquelles
l’adolescent doit se mesurer, sont nombreuses et peuvent être synthétisées
dans les dimensions du développement physique, mental et relationnel
(Confalonieri et Grazzani Gavazzi, 2002 ; Palmonari, 1997). Pour ce qui est
du développement physique, le défi principal consiste à intégrer l’esprit au
corps malgré les soudaines transformations pubertaires. D’un point de vue
cognitif, l’adolescent fait un pas décisif, puisqu’il doit atteindre la pensée
formelle opératoire. Sur le plan relationnel, les adolescents construisent de

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
150 Pédagogie et psychologie des émotions

nouveaux rapports avec les parents, les adultes significatifs et les adoles-
cents du même âge. En quelque sorte, il est possible de représenter l’ado-
lescence comme un processus en construction de l’identité à l’intérieur du
cycle de vie, processus qui se met en œuvre en affrontant et en essayant
de résoudre des tâches spécifiques de développement qui trouvent leur
explicitation dans les contextes et les cultures d’appartenance de chaque
adolescent.
Sur cette toile de fond qui s’est imposée au cours des dernières années,
l’approfondissement des émotions positives ou agréables qui, d’après
certains auteurs, sont liées à la croissance du bien-être psychologique
subjectif trouve toute sa justification (Schimmack, Oishi et Diener, 2002).
Les émotions associées à des expériences agréables sont celles qui sont
principalement liées au bonheur, à la joie, à la satisfaction, à la fierté, au
contentement et à l’extase, c’est-à-dire aux émotions qui ont été élaborées
de façon empirique (Johnson-Laird et Oatley, 1989 ; Storm, Storm et Jones,
1996 ; Zammuner, 1998).
Il existe de nombreux travaux qui ont approfondi l’étude des émotions
positives en lien avec la neurophysiologie (Ekman, Levenson et Friesen,
1983 ; Fredrickson et Levenson, 1998), l’expression (Argyle, 1987), la person-
nalité connexe (Myers et Diener, 1995 ; Peterson, 2000), l’appartenance
culturelle (Suh, Diener, Oishi et Triandis, 1998), les événements connexes
significatifs et, plus particulièrement, les relations sociales (Grazzani
Gavazzi et Ornaghi, 2001 ; Grazzani Gavazzi, 2002, 2004 ; Myers, 2000 ;
Scherer, Wallbott et Summerfield, 1986), le travail (Argyle, 1987), le temps
libre (Csikszentmihalyi et Wong, 1991) et la pratique religieuse (Gartner,
Larson et Allen, 1991). Il existe très peu de travaux qui ont examiné ces
aspects par rapport à la phase du cycle de vie de l’adolescence et surtout
très peu qui ont utilisé des approches méthodologiques plaçant au premier
plan la signification subjective de bien-être en relation avec l’expérience
émotive qui le caractérise. D’après Armezzani (1998), malgré un intérêt
croissant pour le « subjectif bien-être » (traduction de la célèbre expression
subjective well-being ou de l’abréviation SWB), choisir la signification et la
subjectivité comme thématiques centrales de la recherche scientifique relève
encore de nos jours du défi.

2. LE TRAVAIL DE RECHERCHE
La recherche que nous présentons fait partie d’un projet intitulé « émotions
et vie quotidienne » que nous sommes à mettre en forme depuis quelques
années dans une perspective évolutive en accord avec les suggestions de
la psychologie culturelle narrative de Bruner (1990). Il naît de la consta-

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 151

tation que nous avons faite, à savoir que l’on connaît très peu de chose à
propos de l’expérience émotive positive des adolescents ainsi qu’à propos
de leur satisfaction dans la vie. La recherche scientifique traditionnelle
a eu tendance à éviter d’exploiter les récits pour vérifier des hypothèses
particulières ou pour en tirer des conclusions sérieuses.
D’après les résultats de différentes recherches, le bonheur et la joie
sont des émotions qui sont souvent ressenties. Cependant, nous ignorons
dans quelles circonstances spécifiques de la vie quotidienne, en rapport
avec quelles activités et avec quelles personnes ces émotions sont ressenties,
car la plupart des auteurs ont abordé le sujet en utilisant des critères socio-
économiques et des méthodes psychométriques (Argyle, 1987 ; Legrenzi,
1998 ; Strack, Argyle et Schwarz, 1991). L’utilisation du journal intime
semi-structuré – qui est l’instrument adopté dans notre recherche – relève
le défi signalé par Armezzani (1998) en permettant, d’une part, d’enquêter
sur l’expérience du bien-être et des états émotifs connexes et, d’autre
part, d’obtenir du matériel empirique narratif suffisamment rigoureux et
contrôlable. Nous nous sommes plus particulièrement attachés à :
➢ décrire les caractéristiques des émotions et des affects positifs
éprouvés dans la vie quotidienne (antécédents, intensité, typologie,
dimension sociale) en relation avec des événements agréables ;
➢ cerner les différences de genre par rapport aux émotions positives
et en relation avec le degré de satisfaction dans la vie ;
➢ offrir des points de départ à une réflexion sur le rapport qu’entre-
tiennent les émotions positives et le bien-être psychologique au
cours de l’adolescence.

2.1. MÉTHODE
La méthode de recherches sera présentée en décrivant les sujets, les outils
et le codage des données.

Sujets participants
Deux cent vingt-deux adolescents âgés de 16 à 18 ans (âge moyen : 17,2 ans)
ont rempli un journal. Ils venaient de classes socioéconomiques moyennes
et le nombre des adolescentes était légèrement supérieur. Ils ont relaté en
tout 665 épisodes concernant des expériences positives, soit 333 pour les
adolescentes et 332 pour les adolescents. Les participants ont été contactés
à l’intérieur d’établissements scolaires situés en Lombardie (et plus parti-
culièrement dans la région de Milan et de Lecco) ; ils appartenaient aussi
bien à la filière scientifique qu’à la filière socio-humaniste.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
152 Pédagogie et psychologie des émotions

Outils de collecte de données


On a demandé aux sujets de tenir, pendant près d’une semaine, un « journal
des moments positifs » de leur vie quotidienne. Le journal constitue la
version italienne de l’outil proposé à l’origine en anglais par Duncan et
Grazzani Gavazzi (2002). Il s’agit d’un outil « self-report » semi-structuré qui
permet de recueillir des données aussi bien quantitatives que qualitatives.
En ce qui concerne les données quantitatives, il fournit des indications
comme l’intensité des émotions éprouvées. On appelle données qualitatives
les épisodes racontés par les sujets dont le contenu est par la suite analysé.
Le journal est constitué d’une couverture, d’une page destinée à recueillir
les données sociodémographiques et de cinq pages identiques. Sur la page
destinée à recueillir les renseignements personnels, les sujets devaient, de
surcroît, répondre à une question relative à leur satisfaction dans la vie,
en cochant une des sept expressions faciales correspondant au sentiment
le plus éprouvé à l’égard de l’existence, selon la technique proposée il y
a quelques années par Andrews et Withey (1976). Nous avons appliqué
une échelle de 1 à 7, car la validité de l’utilisation de cette échelle a été
démontrée par de nombreuses recherches dans ce domaine (Diener, Suh,
Lucas et Smith, 1999).
Chacune des cinq pages identiques était précédée d’un épisode
spécifique et constituée de six items ou questions prévoyant des réponses
ouvertes ou fermées. Plus précisément, on demandait de décrire les carac-
téristiques de la situation positive ou du moment agréable et d’indiquer s’il
s’agissait d’émotions ou de sensations. Lorsque c’était le cas, on demandait
de préciser leur nature et leur intensité sur une échelle de 1 à 10, comme
le prévoient d’habitude les recherches sur les intensités des émotions qui
se basent sur les données recueillies dans un journal intime (Grazzani
Gavazzi et Oatley, 1999). Il fallait aussi que les adolescents précisent si des
actions en particulier y étaient associées parmi celles qui figuraient sur
la liste (s’approcher, rire, etc.), si ces émotions positives étaient partagées
avec quelqu’un d’autre et si elles renvoyaient au souvenir d’événements
semblables. On demandait aux participants de remplir une page du journal
à la suite d’une expérience agréable et de remettre ce devoir, de façon tout
à fait anonyme, dans un délai d’une semaine.

Codage des données


En tout, 665 épisodes ont été élaborés, ce qui correspond à autant de pages
de journal. L’âge, le sexe et le niveau de satisfaction dans la vie (sur une
échelle allant de 1 à 7) étaient donnés pour chacun des sujets participants.
Tous les épisodes enregistrés ont été codifiés selon le schéma de codification
mis au point par Duncan et Grazzani Gavazzi (2002). Les deux personnes

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 153

chargées de coder ces épisodes étaient deux collaborateurs rattachés à


notre département de recherche. Au terme de leur travail, ils ont examiné
ensemble les cas discordants. Le codage a été le suivant : pour chaque
expérience positive, la présence ou l’absence d’émotions a été enregistrée.
En présence d’émotion positive, on a enregistré le type d’émotion (choix :
bonheur, joie, amour, satisfaction, allégresse, soulagement, contentement,
excitation, autre), l’intensité (sur une échelle de 1 à 10), la nature de l’évé-
nement (choix : travail, devoir, divertissements-loisirs, social, relaxant,
« affects » aussi bien de nature familiale et amicale que sentimentale), le
contexte dans lequel l’émotion a été ressentie (choix : travail, école, lieu
public, maison, milieu sportif amateur ou de haut niveau, contexte non
reconnu. Il faut préciser que, par lieu public, on entendait les lieux publics
fermés tels que les pubs ou les cinémas, mais également les espaces verts
comme les parcs et les bois, la nature de l’action accomplie en fonction de
l’événement (choix : s’approcher, toucher quelqu’un ou quelque chose,
parler ou rire, se retirer, s’approcher et parler, autre), la présence d’autres
personnes (choix : seul, membres de la famille, partenaire, amis ou connais-
sances, collègues), le partage ou l’absence de partage de l’expérience
émotive, la présence ou l’absence de souvenirs d’événements agréables
similaires1. Pour toute information complémentaire sur la classification
des épisodes émotifs positifs, on peut se reporter aux articles de Grazzani
Gavazzi et Duncan (2002, 2004).

2.2. RÉSULTATS
Les résultats de cette recherche sont présentés selon leur cadre général,
mais aussi en comparant les résultats selon le genre.

Cadre général
L’analyse des données révèle que les expériences positives dans la vie
quotidienne sont accompagnées, dans 83,3 % des cas, par une ou plusieurs
émotions et que ces émotions sont d’une certaine intensité, car la valeur
moyenne de l’intensité qui leur est attribuée est de 7,0 % (sur une échelle
de 1 à 10).
Les émotions qui ont été le plus fréquemment mentionnées sont : le
bonheur (25,1 %), la joie (15,7 %) et la satisfaction (9,9 % ; voir la figure 1 pour
un cadre général). D’autres émotions apparaissent également : contentement

1. Ici on ne discutera pas les données sur le type d’action ni celles sur la présence de
souvenirs.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
154 Pédagogie et psychologie des émotions

(4,7 %), allégresse (4,4 %), enthousiasme (1,8 %), amour (2,0 %), soulagement
(2,0 %). La catégorie « autre » (34,4 %) est plutôt vaste, car elle comprend de
nombreuses étiquettes verbales liées à une expérience émotive agréable.
Il s’agit de termes appartenant aussi bien au langage des émotions (par
exemple l’euphorie) que d’expressions articulées liées à des conditions
psychologiques et physiques de bien-être (par exemple : je me sentais bien,
je me suis sentie libre et insouciante…).
Le type d’événement (ou antécédent) qui a été le plus souvent associé
à ces émotions est celui que nous avons classé sous la rubrique des diver-
tissements-loisirs (346 %), suivie par celles des devoirs (28,2 %), des affects
(16,6 %), de la détente (11 %), des événements sociaux (8,8 % ; voir la figure
2). La catégorie travail représente seulement 0,5 % des épisodes.
Le bonheur est plus fréquemment associé à des épisodes de diver-
tissements et d’affects ; la joie, à des épisodes d’affects ; la satisfaction, aux
devoirs.

FIGURE 1
Typologie des émotions agréables

40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
n

t
se

on

r
ie

tre
r

en

en
ou
eu

tio
Jo

res

ati

Au
tem

em
nh

Am
fac

lég

cit
Bo

lag
tis

en

Ex
Al
Sa

u
nt

So
Co

Les contextes où les expériences positives et les émotions ont été


vécues le plus fréquemment sont les lieux publics et les espaces à l’air libre
(41,8 %), la maison (30,9 %), et le milieu scolaire (22,3 % ; voir la figure 3).
Dans 62,9 % des cas, les émotions positives ont été ressenties en compagnie
d’amis ou de connaissances, dans 16,7 % des cas, le sujet était seul, dans
10,3 % des cas avec le partenaire, dans 9,7 % des cas en famille, et enfin,
dans 0,5 % des cas, avec des collègues. Les lieux publics et le milieu scolaire

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 155

étaient les contextes où les émotions en compagnie d’amis étaient le plus


fréquemment éprouvées. Lorsque les émotions étaient ressenties avec le
partenaire ou en famille, le contexte privilégié était la maison.

FIGURE 2
Événements précédant les émotions agréables

40%
30%
20%
10%
0%
loi rt.-

irs

ail
ts

te

l
cia
s

fec

ten
sir

vo

v
ve

So

Tra
Af
De
Di

Dans 59,2 % des cas, les émotions positives ont été partagées, c’est-à-
dire que les sujets en ont parlé avec des personnes proches (les adolescents
étaient en compagnie d’amis ou de connaissances dans 60,8 % des cas).

FIGURE 3
Contexte émotif

50%
40%
30%
20%
10%
0%
ec xte
lic

ole

t
il

or
va

nu
iso
b

Sp

n r nte
Éc
pu

Tra

on
Ma

no Co
u
Lie

Enfin, la satisfaction dans la vie des adolescents qui est manifestée est
de 5,4 sur une échelle de 1 à 7.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
156 Pédagogie et psychologie des émotions

Comparaison selon le genre


La comparaison selon le sexe permet de relever des ressemblances et des
différences qui sont d’un grand intérêt pour notre recherche.
Comme il est possible de l’observer, d’après la figure 4, la nature de
l’événement positif diverge en fonction du genre (chi carré = 14,4, dl = 5,
p = 0,013)1. Par exemple, les adolescents sont davantage liés aux épisodes
de divertissements (126 vs 90), alors que les adolescentes sont plus attachées
aux épisodes affectifs (64 vs 40).
D’un point de vue statistique, des différences significatives se
dégagent même en ce qui concerne le contexte émotif (chi carré = 21,9,
dl = 5, p = 0,005). Si, en fait, la rubrique lieu public et espace à l’air libre a
été citée le plus fréquemment par les deux sexes, ce sont les garçons qui
ont été les plus nombreux à l’utiliser (n = 142 pour les garçons, n = 119 pour
les filles) ; à l’opposé, la maison a été plus souvent associée aux épisodes
relatés par les adolescentes (n = 114) qu’à ceux relatés par les adolescents
(n = 79 ; voir la figure 5).

FIGURE 4
Nature de l’événement en fonction du genre

70 %
60 %
50 %
40 % F
30 % M
20 %
10 %
0%
s
irs

te

ts
l
ail

cia
nt

fec
ten
vo
v

me

So
Tra

Af
De


sse
rti
ve
Di

Enfin, on note des différences relativement au degré de satisfaction


dans la vie entre les adolescents et les adolescentes (mesuré à travers la
cohérence des différentes expressions faciales ; dl = 1, F = 9,4, p = 0,002)2, qui
apparaît beaucoup plus élevé chez les premiers que chez les secondes.

1. dl : nombre de degré de liberté ; p : probabilité


2. F : test F de Student.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 157

FIGURE 5
Contexte émotif en fonction du genre

100 %
80 %
60 %
F
40 % M
20 %
0%

ec xte
on

lic

t
irs
ail

or

nu
ub
vo
v

is

Sp

n r nte
Tra

on
Ma
De

up

no Co
Lie

Aucune différence significative n’apparaît en ce qui concerne la typo-


logie et l’intensité des émotions positives relatées, les actions connexes, le
genre de personne avec lequel le sujet se trouvait lorsqu’il a vécu l’expé-
rience positive décrite, la fréquence de partage avec les autres des émotions
ressenties, ni même en ce qui à trait à la fréquence du souvenir.

DISCUSSION ET CONCLUSION
Dans les données de la recherche que nous avons présentées, nous décrivons
les caractéristiques des émotions et des affects positifs éprouvés dans la vie
quotidienne des adolescents et nous analysons les différences de genres
pour réfléchir au bien-être psychologique vécu au cours de l’adolescence.
Ces résultats nous permettent de dégager un certain nombre de consi-
dérations. D’abord, les émotions et les affects positifs sont une composante
importante de la vie quotidienne des adolescents qui ont pris part à ce
travail de recherche. Bien que nous ne disposions pas de données précises
sur la fréquence journalière des états émotifs agréables, nous pouvons
affirmer qu’une majorité des adolescents ont rempli avec facilité et en
respectant les délais prévus le journal qui leur avait été remis (même si
parfois celui-ci n’a pas été rempli en entier), en y reportant des épisodes
positifs et les émotions connexes comme des événements inhérents à la vie
de tous les jours.
Le vocabulaire psychologique lié aux émotions agréables apparaît
plutôt riche et varié, puisqu’il s’attache non seulement à des mots d’usage
commun, tels que le bonheur, la joie, la satisfaction, mais aussi aux étiquettes
qui révèlent une connaissance précise de la dimension émotionnelle liée à la

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
158 Pédagogie et psychologie des émotions

satisfaction dans la vie : tendresse, sérénité, détente, extase, euphorie, paix


sont quelques-uns des termes qui ont été classés dans la catégorie « autre »
(figure 1), bien que, d’après les résultats, ils aient été moins fréquemment
utilisés. Ils y sont pourtant représentés.
Les émotions agréables ont été éprouvées surtout dans les lieux de
rendez-vous publics (cafés, pubs, boîtes de nuit, cinémas…) et dans des
contextes associés à la nature (bois, parcs, localités en bord de mer, sentiers
de montagne), mais aussi à la maison et à l’école. Étant donné que l’école
est le lieu où les adolescents passent le plus de temps, il convient d’observer
qu’ils réussissent à vivre des moments positifs aussi dans ce cas-là. Ces
moments sont surtout liés à la réussite scolaire, qui est marquée par les
interrogations, les évaluations et les performances athlétiques, mais égale-
ment grâce au contact gratifiant avec leurs camarades, comme le montrent
les exemples ci-après, extraits du corpus de données.
Sujet 208, M – À l’école, nous étions en train de faire du sport dans la salle
de gym quand, avec des camarades, nous nous sommes mis à parler de la
sortie scolaire de l’année dernière à Barcelone, en nous remémorant les
moments les plus amusants que nous avions passés ensemble.

Sujet 246, M – À l’école, j’étais content parce que j’ai fini un projet que
j’avais commencé avec mes camarades au mois de janvier.

Sujet 276, F – Je viens de rentrer d’un week-end fantastique passé à


Mantoue avec mon petit copain et ses amis. Tout était si beau !

Sujet 100, F – Après avoir participé à la messe avec mon père, comme
c’était la fête des Pères, j’ai fait tout ce qu’il devait faire à sa place : je ne
voulais pas qu’il travaille, puisque c’était sa fête.

Sujet 291, F – J’étais seule chez moi sur le balcon, il n’y avait pas un
nuage, je me sentais vraiment bien. Je suis restée à regarder le jardin,
les oiseaux et le ciel.

Si l’on compare les résultats relatifs au genre, il faut tout d’abord


signaler que les adolescentes ont un degré de satisfaction dans la vie
significativement inférieur à celui des adolescents ; elles se représentent, en
quelque sorte, comme étant moins heureuses. Ce phénomène se rapporte
aux données relatives aux écrits sur l’adolescence, selon lesquels les filles
seraient plus réfléchies, introspectives et critiques (Confalonieri et Scaratti,
2000 ; Grazzani, Groppo, Marchetti, Confalonieri, Pirovano et Righi, 1998 ;
Palmonari, 1997 ; Petter, 1990 ; Vegetti Finzi et Battistin, 2000 ; Vianello, 1999).
Par ailleurs, il serait nécessaire de vérifier si cette différence ne concerne

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 159

que la phase de l’adolescence ou si elle se confirme au cours des phases


successives du cycle de la vie. Par exemple, dans une recherche de Warr
et Payne (1982), menée en Grande-Bretagne avec des sujets adultes, on ne
relève aucune différence significative entre les hommes et les femmes pour
ce qui est du bien-être et de la satisfaction personnelle.
Si le degré de satisfaction est plus élevé chez les garçons, la typo-
logie des émotions agréables expérimentées et plus particulièrement leur
intensité sont en revanche très semblables en fonction du genre. Cela
confirme ce qui se dégage d’une autre recherche (Grazzani Gavazzi et
Duncan, 2002), à savoir qu’il n’existe pas de différences importantes entre
les adolescents et les adolescentes concernant l’intensité émotionnelle. Ce
résultat correspond à ce que nous avons trouvé dans une recherche menée
avec de jeunes Italiens et Écossais ; en effet, les différences significatives,
pour ce qui concerne l’intensité des émotions positives, sont plutôt liées à
la culture d’appartenance.
Ce sont les milieux et les contextes où ces émotions sont éprouvées
qui varient. Pour les adolescents, c’est à l’école qu’ils ressentent le plus
souvent ces émotions alors que pour les adolescentes, à l’opposé, c’est dans
le milieu domestique. Les adolescents s’amusent généralement avec leurs
amis, alors que pour les adolescentes cela dépend essentiellement de la
sphère des affects (moments de tendresse avec le partenaire, consolidation
et confirmation des liens). Ces éléments confirment une image traditionnelle
des garçons, qui sont davantage projetés vers le monde extérieur et occupés
« à agir en raison de la nécessité pour eux d’exprimer un besoin d’aventure,
d’exploration, de compétition, de défi », et une image des filles plus repliées
vers le monde intérieur en raison de leur quête de confirmations « dans leur
esprit et dans leur relation… au mystère de la générativité » (Pietropolli
Charmet, 2000, p. 240, traduction libre).
Il faut souligner que les épisodes positifs sont fréquemment liés à des
tâches de développement de nature affective et relationnelle pour les filles et
de nature physique pour les garçons. Mais, au-delà des différences liées au
genre, il est intéressant de constater qu’il s’agit d’expériences importantes
aussi bien pour les premières que pour les seconds, qui engagent l’aspect
physique, mental et relationnel dans la construction et la consolidation de
l’identité personnelle. Au cours de l’adolescence, l’expérience positive et
les émotions qui en découlent peuvent représenter un facteur de protection
aussi bien parce qu’elles permettent d’élever le niveau de l’humeur en
prédisposant le sujet à l’action créative que parce qu’elles constituent une
sorte de réserve qui pourrait être utilisée dans les moments critiques, une
ressource pour faire face aux situations négatives.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
160 Pédagogie et psychologie des émotions

À ce propos, Spangler et Zimmermann (1999) pensent que l’expé-


rience positive renforce chez l’adolescent les ressources psychologiques
pour explorer, d’un point de vue cognitif et émotif, les différents scénarios
de croissance.
Cette recherche, qui fournit une description de l’expérience émotion-
nelle positive dans la vie quotidienne des adolescents, nous pousse à nous
interroger sur la possibilité d’une éducation visant à favoriser la conscience
des émotions agréables c’est-à-dire le développement d’une conscience
à caractère métacognitif (Doudin, Martin et Albanese, 2001). On peut
apprendre aux adolescents à comprendre leurs propres émotions (Pons,
Doudin et Harris, 2004), notamment en présence d’expériences positives,
ce qui représente, à notre avis, un aspect important au même titre que la
maîtrise des émotions négatives qu’on leur enseigne habituellement.

BIBLIOGRAPHIE
Abe, J.A. et C.E. Izard (1999). « The developmental functions of emotions : An
analysis in terms of differential emotions theory », Cognition and Emotion,
13(5), p. 523-549.
Andrews, F.M. et S.B. Withey (1976). Social Indicators of Well-Being, New York,
Plenum.
Argyle, M. (1987). The Psychology of Happiness, Londres, Methuen.
Armezzani, M. (1998). « La ricerca sui significati soggettivi di salute e benessere. Una
riflessione epistemologica e una proposta di metodo », dans G. Tibaldi (dir.),
I significati soggettivi della salute e del ben-essere, Padoua, Unipress, p. 11-24.
Barone, L. (dir.) (2004). Emozioni e disagio in adolescenza, Milan, Unicopli.
Blos, P. (1979). The Adolescence Passage, New York, International Universities
Press.
Bruner, J.S. (1990). Acts of Meaning, Cambridge, Harvard University Press (traduction
en italien : La ricerca del significato, Turin, Bollati Boringhieri, 1992).
Confalonieri, E. et I. Grazzani Gavazzi (2002). Adolescenza e compiti di sviluppo,
Milan, Unicopli.
Confalonieri, E. et G. Scaratti (dir.) (2000). Storie di crescita, Milan, Unicopli.
Csikszentmihalyi, M. et R. Larson (1984). Being Adolescent, New York, Basic
Books.
Csikszentmihalyi, M. et M. Wong (1991). « The situational and personal correlates
of happiness : A cross-national comparison », dans F. Strack, M. Argyle et
N. Schwarz (dir.), Subjective Well-Being. An Interdisciplinary Perspective, Oxford,
Pergamon Press.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 161

Diener, E. (1996). « Subjective well-being in a cross-cultural perspective », dans


H. Grad, A. Blanco et J. Georgas (dir.), Key Issues in Cross-Cultural Psychology,
Lisse, Swets & Zeitlinger.
Diener, E., E.M. Suh, E. Lucas et H.L. Smith (1999). « Subjective well-being : Three
decades of progress », Psychological Bulletin, 125(2), p. 276-302.
Doudin, P.A., D. Martin et O. Albanese (2001). Métacognition et éducation. Aspects
transversaux et disciplinaires, Berne, Peter Lang.
Duncan, E. et I. Grazzani Gavazzi (2002). « What makes people happy ? A prospec-
tive diary study on positive emotions in Scottish and Italian young adults »,
Proceedings of First European Conference on Positive Psychology.
Duncan, E. et I. Grazzani Gavazzi (2004). « Positive emotional experiences in Scottish
and Italian young adults : A diary study », Journal of Happiness Studies, vol. 5,
no 4, p. 359-384.
Ekman, P., R.W. Levenson et W.V. Friesen (1983). « Autonomic nervous system
activity distinguishes among emotions », Science, 221, p. 1208-1210.
Erikson, E. (1982). The Life Cycle Completed. A Review, New York, Norton.
Evans, P. et N. Edgerton (1991). « Life events and moods as predictors of the common
cold », British Journal of Medical Psychology, 64, p. 35-44.
Fredrickson, B.L. (2001). « The role of positive emotions in positive psychology »,
American Psychologist, 56(3), p. 218-226.
Fredrickson, B.L. et R.W. Levenson (1998). « Positive emotions speed recovery from
the cardiovascular sequelae of negative emotions », Cognition and Emotion,
12, p. 191-220.
Frijda, N. (1986). Emotions (traduction en italien : Emozioni, Bologne, Il Mulino,
1988).
Frijda, N. (1999). « Emotions and hedonic experience », dans D. Kahneman, E. Diener
et N. Schwarz (dir.), Well-Being. The Foundations of Hedonic Psychology, New
York, Russell Sage Foundation, p. 190-210.
Gartner, J., D.B. Larson et G.D. Allen (1991). « Religious commitment and mental
health : A review of the empirical literature », Journal of Psychology and Religion,
19, p. 6-25.
Gill, T.M. et A.R. Feinstein (1994). « A critical appraisal of the quality of quality-of-
life-measurements », Journal of American Medical Association, 8, p. 272-285.
Grazzani Gavazzi, I. (2002). « Positive emotions in everyday life : A study with Italian
adolescents », XVII ISSBD Meeting, Ottawa.
Grazzani Gavazzi, I. (dir.) (2004). La competenza emotiva. Studi e ricerche nel ciclo di
vita, Milan, Unicopli.
Grazzani Gavazzi, I. et E. Duncan (2002). « A diary study on positive emotions and
well-being in Scottish and Italian young adults », dans G. Bellelli et A. Curci
(dir.), Emozioni : cultura, comunicazione, benessere, Bari, Progedit, p. 157-162.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
162 Pédagogie et psychologie des émotions

Grazzani Gavazzi, I. et E. Duncan (2004). « Emozioni a valenza positiva e compiti


di sviluppo in adolescenza », Età evolutiva, 78, p. 14-26.
Grazzani Gavazzi, I., M. Groppo, A. Marchetti, E. Confalonieri, N. Pirovano et
L. Righi (1998). « Adolescenti, emozioni e narrazione di Sé. Uno studio attra-
verso il diario », Età evolutiva, 61, p. 41-55.
Grazzani Gavazzi, I. et V. Ornaghi (2001). « Esperienza e racconto delle emozioni
in adolescenza : uno studio attraverso il diario », dans O. Matarazzo (dir.),
Emozioni e adolescenza, Naples, Liguori, p. 87-109.
Grazzani Gavazzi, I. et K. Oatley (1999). « The experience of emotions of inter-
dependence and independence following interpersonal errors in Italy and
anglophone », Cognition and Emotion, 13(1), p. 49-63.
Johnson-Laird, P.N. et K. Oatley (1989). « The language of emotion : An analysis of
a semantic field », Cognition and Emotion, 3(2), p. 447-465.
Larson, R. et L. Asmussen (1991). « Anger, worry, and hurt in early adolescence :
An enlarging world of negative emotion », dans M. Colton et S. Gore (dir.),
Adolescent Stress : Causes and Consequences, New York, Aldine de Gruyter,
p. 21-42.
Laufer, M. et M.E. Laufer (1984). Adolescence and Developmental Breakdown : A Psy-
choanalytic View, New Haven, Yale University Press (traduction en italien :
Adolescenza e breakdown evolutivo, Turin, Boringhieri, 1986).
Legrenzi, P. (1998). La felicità, Bologne, Il Mulino.
Lucas, R.E., E. Diener et E. Suh (1996). « Discriminant validity of well-being
measures », Journal of Personality and Social Psychology, 71, p. 616-628.
Marcia, J.E. (1980). « Identity in adolescence », dans J. Adelson (dir.), Handbook of
Adolescent Psychology, New York, Wiley.
Matarazzo, O. (dir.) (2001). Emozioni e adolescenza, Naples, Liguori.
Myers, D.G. (2000). « The funds, friends, and faith of happy people », American
Psychologist, 55(1), p. 56-57.
Myers, D.G. et E. Diener (1995). « Who is happy ? », Psychological Science, 6,
p. 10-19.
Oatley, K. et P.N. Johnson-Laird (1987). « Towards a cognitive theory of emotion »,
Cognition and Emotion, 1(1), p. 29-50.
Palmonari, A. (dir.) (1997). Psicologia dell’adolescenza, Bologne , Il Mulino.
Peterson, C. (2000). « The future of optimism », American Psychologist, 55(1),
p. 44-55.
Petter, G. (1990). Problemi psicologici della preadolescenza e dell’adolescenza, Florence,
Giunti.
Pietropolli Charmet, G. (2000). I nuovi adolescenti, Milan, Raffaello Cortina.
Pons F., P.L. Harris et P.-A. Doudin (2002). « Teaching emotion understanding »,
European Journal of Psychology of Education. XVII, p. 293-304

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Adolescence et conscience des émotions positives 163

Pons, F., P.-A. Doudin et P.L. Harris (2004). « Compréhension des émotions : dévelop-
pement, différences individuelles, causes et interventions », dans L. Lafortune,
P.-A. Doudin, D. Hancock et F. Pons (dir.), Les émotions à l’école, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec, p. 7-31.
Rutter, M. et M. Rutter (1995). L’arco della vita (1re édition, 1992), Florence, Giunti.
Salovey, P., A.J. Rothman, J.B. Detweiler et T. Steward (2000). « Emotional states and
physical health », American Psychologist, 55(1), p. 110-121.
Sartorius, N. (1993). « A WHO method for assessment of health-related quality of life
(WHOQOL) », dans S. Walker et R.M. Rosser (dir.), Quality of Life Assessment :
Key Issue in the 1990s, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.
Scherer, K.R. (1982). « Emotion as a process : Function, origin and regulation », Social
Science Information, 21, p. 555-570.
Scherer, K.R., H.S. Wallbott et A.B. Summerfield (1986). Experiencing Emotion,
Cambridge, Cambridge University Press.
Schimmack, U., S. Oishi et E. Diener (2002). « Cultural influences on the relation
between pleasant emotions and unpleasant emotions : Asian dialectic
philosophies or individualism-collectivism ? », Cognition and Emotion, 16(6),
p. 705-719.
Schwarz, N. et F. Strack (1999). « Reports of subjective well-being : judgmental
processes and their methodological implications », dans D. Kahneman,
E. Diener et N. Schwarz (dir.), Well-Being. The Foundations of Hedonic Psychology,
New York, Russell Sage Foundation, p. 61-84.
Seligman, M. et M. Csikszentmihalyi (2000). « Positive psychology : An introduc-
tion », American Psychologist, 55, p. 5-14.
Spangler, G. et P. Zimmermann (1999). « Attachment representation and emotion
regulation in adolescents : A psychobiological perspective on internal working
model », Attachment and Human Development, 1, p. 270-290.
Stapley, J. et J.M. Haviland (1989). « Beyond depression : Gender differences in
normal adolescents », Sex Roles, 20, p. 295-308.
Storm, C., T. Storm et C. Jones (1996). « Aspects of meaning in words related to
happiness », Cognition and Emotion, 10, p. 279-302.
Strack F., M. Argyle et N. Schwarz (dir.) (1991). Subjective Well-Being, Oxford,
Pergamon Press.
Suh, E., E. Diener, S. Oishi et H.C. Triandis (1998). « The shifting basis of life satisfac-
tion judgments across cultures : Emotions versus norms », Journal of Personality
and Social Psychology, 74, p. 482-493.
Tangney, J.P., P.E. Wagner, C. Fletcher et R. Gramzow (1992). « Shamed into anger ?
The relation of shame and guilt to anger and self-reported aggression », Journal
of Personality and Social Psychology, 62, p. 669-675.
Vegetti Finzi, S. et A.M. Battistin (2000). L’età incerta, Milan, Mondadori.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
164 Pédagogie et psychologie des émotions

Vianello, R. (1999). Psicologia dello sviluppo : adolescenza, età adulta, età senile, Bergame,
Edizioni Junior.
Warr, P. et R. Paine (1982). « Experience of strain and pleasure among British adults »,
Social Science and Medicine, 16, p. 1691-1697.
Zammuner, V. (1998). « Concepts of emotions : “Emotions” and dimensional ratings
of Italian emotion words », Cognition and Emotion, 12, p. 243-272.
Zammuner, V. (2001). « L’emozione estetica negli adolescent », dans O. Matarazzo
(dir.), Emozioni e adolescenza, Naples, Liguori, p. 301-334.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
C H A P I T R E

Le sentiment de culpabilité
comme outil d’information
7
(affect-as-information)
chez les adolescents

Francesco Mancini et Amelia Gangemi


École de psychothérapie cognitive
Association de psychologie cognitive (APC)
Rome, Italie
mancini@apc.it

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
166 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Dans ce chapitre, les auteurs examinent les effets cognitifs
de l’activation, chez un groupe d’adolescents, d’un sentiment
de culpabilité pour avoir agi de façon irresponsable selon le
mécanisme connu de l’affect-as-information : l’émotion est
utilisée, telle une information saillante, dans la formulation
des jugements et des évaluations (raisonnement émotionnel).
À cet effet, les auteurs s’attacheront à présenter une contribu-
tion expérimentale sur l’influence du sentiment de culpabilité,
provoqués par le biais de souvenirs de sentiments de culpabilité
antérieurs, sur la perception du danger et sur les jugements
relatifs aux performances préventives exprimés par un groupe
d’adolescents scolarisés. Ils chercheront par ailleurs à savoir quel
rôle joue le sentiment de culpabilité comme trait sur leur esti-
mation du danger et de leurs propres performances préventives.
D’après les résultats obtenus, ils ont pu déduire que, chez les
adolescents, le sentiment de culpabilité est effectivement utilisé
comme une information saillante pour la formulation d’estima-
tions et de jugements. Les adolescents chez lesquels un sentiment
de culpabilité a été stimulé estiment, de fait, les événements
dangereux comme plus probables et plus graves et ils expriment
un plus grand degré d’insatisfaction à l’égard des performances
préventives. Les auteurs constatent enfin qu’il existe également
un lien très fort entre le sentiment de culpabilité comme trait et
le raisonnement émotionnel.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 167

En psychologie du développement, un point cardinal dans l’étude de


l’autorégulation est le lien qui existe entre processus cognitifs et expériences
émotives. La plupart des recherches étudient l’impact des états émotionnels
sur le processus cognitif.
Nous examinons ici l’un des mécanismes psychologiques d’influence
qui semblent importants pour comprendre le rapport entre l’expérience
consciente, l’émotion et la connaissance, à savoir le mécanisme des émotions
comme outil d’information (affect-as-information), qui consiste à utiliser des
émotions saillantes au cours de la formulation de jugements et d’évalua-
tions (raisonnement émotif ; Butler et Mathews, 1987 ; Forgas et Bower,
1988 ; Johnson et Tversky, 1983 ; Salovey et Birnbaum, 1989 ; Schwarz et
Clore, 1983).
Nous nous emploierons notamment à vérifier dans quelle mesure
l’activation du sentiment de culpabilité peut avoir une influence sur le
fonctionnement cognitif et, par conséquent, sur les processus de raisonne-
ment de sujets adolescents, selon les émotions comme outil d’information
(affect-as-information). À cette fin, nous présenterons une contribution
expérimentale sur l’influence de cet état émotionnel, provoqué de manière
expérimentale par le biais de souvenirs de sentiments de culpabilité anté-
rieurs, sur la perception du danger et sur les jugements relatifs à leurs
propres performances préventives exprimés par un groupe d’adolescents
scolarisés. Nous chercherons par ailleurs à savoir quel rôle joue le senti-
ment de culpabilité comme trait, défini comme une tendance chronique à
recourir à cette émotion, sur leur estimation du danger et de leurs propres
performances préventives.
Mais voyons tout d’abord ce que l’on entend par « émotions comme
outil d’information ». Selon ce mécanisme appelé également « raisonne-
ment ex consequentia » ou « raisonnement émotif », l’état émotif influence
le jugement lorsqu’il est perçu comme un outil d’information pertinent au
jugement (Clore, 1992 ; Schwarz et Clore, 1988, 1996). En d’autres termes,
les émotions ont fonction d’information, et elles influencent le jugement
dans des directions conformes à l’état émotif, défini comme une expérience
temporaire d’émotions (Butler et Mathews, 1987 ; Forgas et Bower, 1988 ;
Johnson et Tversky, 1983 ; Salovey et Birnbaum, 1989 ; Schwarz et Clore,
1983).
La valeur apparente d’information des indicateurs émotifs peut être
influencée par des différences émotives chroniques. Plus une personne
éprouve un type particulier d’émotion, plus elle a tendance à s’y référer
comme source fiable d’information. De fait, plusieurs études citées ont
trouvé que des patients adultes anxieux ont tendance à utiliser leurs
sentiments pour confirmer leurs pensées, dans ce cas des pensées ou des

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
168 Pédagogie et psychologie des émotions

jugements concernant un danger (Arntz, Rauner et van den Hout, 1995 ;


Engelhard, Macklin, McNally, van den Hout et Arntz, 2003 ; Engelhard,
van den Hout et Arntz, 2001 ; Engelhard, van den Hout, Arntz et McNally,
2002). C’est pourquoi les patients anxieux font souvent des raisonnements
basés sur les émotions : ils tirent d’une situation des conclusions invalides
sur la base de leur réaction émotive. Les sujets anxieux croient fermement
que s’ils sont anxieux, c’est qu’il y a danger (Arntz, Rauner et van den
Hout, 1995). Les auteurs affirment que cette tendance à prévoir un danger
à partir d’un état d’anxiété subjectif peut influer sur le développement et
la persistance de troubles liés à l’anxiété, donnant lieu au cercle vicieux
suivant : « Je me sens anxieux, donc il doit y avoir danger. Cette perception
de danger me rend plus anxieux et, par conséquent, je crois fermement
qu’il y a danger .»
Les études menées sur des sujets adultes normaux chez lesquels l’état
émotif négatif a été induit en laboratoire sont d’un grand intérêt. Gasper
et Clore (1998) ainsi que Scott et Cervone (2002, p. 33), en suivant une
procédure identique, ont étudié le mécanisme des états émotifs comme
outil d’information (affect-as-information) chez des sujets normaux. Scott et
Cervone (2002) ont constaté que l’induction d’un état émotionnel négatif
conduit les sujets à élever leurs critères d’évaluation de leurs propres perfor-
mances. Ces résultats ont, d’après les auteurs, des répercussions cliniques
intéressantes, notamment en ce qui concerne l’explication des mécanismes
de genèse et de maintien du trouble dépressif. Scott et Cervone émettent
l’hypothèse que l’état d’âme négatif active un raisonnement émotionnel
et donc un cercle vicieux qui assurerait le maintien du trouble : si je suis
dépressif, j’élève alors les critères d’évaluation de mes actions ; si je n’ar-
rive pas à respecter ces critères (chose d’ailleurs très probable), alors mon
humeur négative sera alimentée par la suite par une élévation ultérieure
de mes critères de performance et ainsi de suite.
Ancora, Gasper et Clore (1998) ont démontré que l’état affectif négatif,
chez les sujets normaux, influence la perception du danger et notamment
l’estimation de la probabilité d’apparition d’événements négatifs. Les résul-
tats de ces études rejoignent ceux obtenus par Arntz et ses confrères (1995),
en ce qui concerne le rôle du raisonnement émotionnel dans le maintien
des troubles d’anxiété. Dans ce cas, les sujets anxieux utiliseraient leur état
d’âme pour valider, parmi les différentes croyances relatives à la présence
d’un danger, celle qui serait relative à l’imminence de celui-ci, étant donné
la grande probabilité d’apparition inférée. Gasper et Clore (1998) ont égale-
ment observé qu’il existe une très grande corrélation entre l’anxiété comme
trait et le raisonnement émotionnel, ce qui prouverait le rôle du sentiment
comme trait, apparaissant chroniquement sur le sentiment comme état
apparaissant de manière transitoire, lorsque des opinions sur la présence
d’un danger sont émises.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 169

Le raisonnement émotionnel semble également caractériser la pensée


des enfants. Au cours d’une récente recherche, Muris, Merckelbach et Van
Spauwen (2003) ont montré que, de même que les adultes, les enfants ont
tendance à inférer la présence d’un danger d’après l’état émotionnel actif
à ce moment-là.
Dans cette étude, les auteurs décrivaient, à des enfants âgés de 8 à
12 ans, quatre situations de distinguant par la présence ou l’absence d’une
menace objective et d’une réponse d’anxiété du protagoniste et ils deman-
daient aux enfants d’estimer le degré de dangerosité de chaque scène. Muris
et ses confrères ont remarqué que l’estimation du danger est influencée aussi
bien par la présence ou l’absence d’une menace objective que par la présence
ou l’absence de réponse émotive. En effet, les sujets estiment dangereuses
certaines situations qui n’ont aucune raison de l’être ; c’est le cas lorsque le
protagoniste de la scène réagit avec anxiété. De même que Gasper et Clore
(1998), Muris, Merckelbach et Van Spauwen (2003) ont pu constater que le
raisonnement émotionnel était plus marqué chez les sujets, en l’occurrence
des enfants, qui avaient obtenu un score élevé au questionnaire, relatif à
l’évaluation de l’anxiété comme trait, qu’ils avaient rempli deux semaines
auparavant. Ces résultats tendraient à confirmer l’idée que chez les enfants,
et notamment chez les enfants anxieux, le raisonnement émotionnel joue
un rôle crucial dans l’estimation du danger.
Partant de là, nous nous posons la question suivante : Que dire du
sentiment de culpabilité et, plus spécifiquement, du sentiment de culpa-
bilité éprouvé par les adolescents pour avoir agi de façon irresponsable ?
Nous avons mené récemment trois expérimentations (Mancini, Gangemi et
van den Hout, 2005) qui ont révélé que, chez des sujets adultes normaux,
l’induction du sentiment de culpabilité à la suite d’un geste irresponsable
se manifestion de la façon suivante :
1) ils accordent, à un événement négatif possible, une plus grande
probabilité et une plus grande gravité ;
2) les critères d’évaluation qu’ils adoptent pour évaluer leurs propres
performances s’élèvent ;
3) ils préfèrent des choix sûrs.
À l’instar de Gasper et Clore (1998), ainsi que de Muris, Merckelbach
et Van Spauwen (2003), nous avons pu mesurer, à l’aide d’un questionnaire
approprié, que le sentiment de culpabilité comme trait influence nettement
et accroît le raisonnement émotionnel activé par les sujets.
Comme dans les études de ces auteurs, le travail que nous présentons
ici se propose de vérifier dans quelle mesure l’activation du sentiment de
culpabilité peut influencer le fonctionnement cognitif et, par conséquent,
les processus de raisonnement des sujets adolescents.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
170 Pédagogie et psychologie des émotions

À cet effet, nous avons étudié comment des adolescents issus de


milieux normaux, et ayant un trait de culpabilité faible et élevé, se servi-
raient d’émotions négatives (culpabilité) et positives (dans ce cas, la fierté
ou l’orgueil pour avoir agi de manière à se sentir satisfait de soi) provoqués
en laboratoire.
Plus précisément, nous avons étudié comment, chez les adolescents,
le sentiment de culpabilité comme trait, qui est donc ressenti de manière
chronique, peut influencer l’utilisation du sentiment de culpabilité comme
état, qui survient de manière transitoire, en tant qu’outil d’information
pour estimer un risque (probabilité et gravité d’un événement négatif) et
les actions préventives relatives.
Le sentiment de culpabilité comme état a été étudié en faisant écrire
aux participants un événement de leur vie où ils ont ressenti un sentiment
de culpabilité ou un sentiment de fierté (Gasper et Clore, 1998). Le sentiment
de culpabilité comme trait et le sentiment de culpabilité comme état ont été
évalués selon l’inventaire de culpabilité de Jones et Kugler (1990).
Nous avions prédit qu’une plus grande perception du sentiment de
culpabilité chez les adolescents participant à l’étude : a) augmenterait leur
estimation du risque ; b) causerait une plus grande insatisfaction de leur
action préventive. Nous avions également prédit que les adolescents ayant
un trait de culpabilité élevé : a) auraient une estimation du risque supérieure
à celle des adolescents ayant un trait de culpabilité faible ; b) jugeraient de
façon plus négative leur action préventive par rapport aux adolescents
ayant un trait de culpabilité faible.

1. MÉTHODE
Dans la présentation de la méthode, nous décrivons les sujets participants,
le matériel utilisé et la façon dont l’analyse a été réalisée.

Participants et structure
On a choisi au hasard 248 élèves (127 garçons et 121 filles) d’une école
secondaire de Palerme. L’âge moyen était de 14 ans (écart-type = 0,6 ; de
13 à 16 ans).
Ces élèves ont été divisés, toujours au hasard, en deux groupes d’état
émotif induit (affect-induction condition) : 123 dans le groupe du sentiment de
culpabilité, 125 dans le groupe du sentiment de fierté (voir le tableau 1).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 171

Une structure factorielle de 2(2) a été appliquée. Le facteur « entre


sujets » (between subjects) était l’état émotif induit (négatif/culpabilité vs
positif/fierté). Le facteur « à l’intérieur des sujets » (within subjects) était le
sentiment de culpabilité comme trait (élevé vs faible).
Nous avons choisi de ne pas utiliser un groupe témoin, c’est-à-dire
un groupe dans lequel aucune émotion n’était provoquée, et ce, pour deux
raisons. La première mérite un rappel : il n’est pas réaliste d’imaginer un
groupe de sujets sans aucun état émotionnel actif. En effet, au sein du
groupe sans induction, des individus pourraient avoir des états émotifs
hétérogènes comme la tristesse, la joie, les préoccupations, les craintes, etc.
Un groupe témoin aurait donc pu produire des réponses susceptibles d’être
attribuées à une moyenne d’états émotionnels. D’où l’importance d’uni-
formiser l’état émotionnel actif chez les sujets. La deuxième raison relève
de notre volonté d’uniformiser notre démarche par rapport aux recherches
les plus reconnues sur le plan international (voir Gasper et Clore, 1998). En
effet, les expérimentations produites par les chercheurs les plus influents
dans ce domaine opposent toujours un état émotionnel négatif (dans ce
cas, le sentiment de culpabilité pour avoir agi de manière irresponsable) à
un état émotionnel positif (en l’occurrence, la fierté).

Matériel et procédure
Les participants ont été évalués à l’intérieur de huit groupes. Ils ont reçu
un livret avec des instructions écrites, une histoire et un certain nombre
d’échelles visuelles analogiques de 100 mm (visual analog scales ou VAS).
On leur a ensuite soumis un questionnaire pour vérifier l’efficacité de la
manipulation par les instructions (soit la naissance du sentiment de culpa-
bilité ou de fierté).
L’expérience a été menée dans une grande pièce. Un chercheur a
dit aux participants qu’il s’agissait d’étudier comment les différences de
personnalité pourraient influencer les perceptions des élèves. On a obtenu
le consentement informé des parents ainsi que des adolescents. Chaque
participant devait résoudre le problème individuellement.

Étude de l’état émotif


L’état émotif des participants a été étudié en demandant à ceux-ci de décrire
un événement de leur vie au cours duquel ils ont ressenti de la culpabilité
ou de la fierté (Schwarz et Clore, 1998). Les étudiants devaient décrire en
quinze minutes un événement récent de leur vie de façon détaillée, en
ajoutant leurs sentiments et leurs pensées à cette description.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
172 Pédagogie et psychologie des émotions

Une histoire
Après avoir décrit ces expériences d’émergence d’un état émotif, tous les
participants devaient lire l’histoire suivante :

Vous êtes chez vos grands-parents avec vos cousins. Vos grands-parents
sont absents et vous décidez avec vos cousins de les rejoindre. Vous et vos
cousins, distraits par vos conversations et vos blagues, oubliez de fermer
la fenêtre de la salle de bain avant de quitter la maison. Plus tard, en
regardant la télé, vous vous inquiétez du fait que des voleurs auraient pu
entrer dans la maison des grands-parents par la fenêtre ouverte.

Un questionnaire
Après avoir lu l’histoire, tous les participants ont répondu au questionnaire
relatif (dependent measures) à cette expérience.
Le questionnaire se compose de deux sections : la première comprend
des échelles visuelles analogiques mesurant les jugements de probabilité
d’un événement négatif et de sa gravité. Sur une échelle de probabilité de
0 à 100, les extrêmes sont 0 « extrêmement improbables » et 100 « extrême-
ment probables » ; sur une échelle de gravité de 0 à 100, les extrêmes sont
0 « pas grave du tout » et 100 « le plus grave que je peux imaginer ».
La deuxième section comprend des échelles visuelles analogiques
mesurant le degré de satisfaction à l’égard d’actions préventives. Sur une
échelle de satisfaction de 0 à 100, les extrêmes sont 0 « tout à fait satisfait »
et 100 « tout à fait insatisfait ».

Inventaire du sentiment de culpabilité


Par la suite, tous les participants ont rempli un inventaire du sentiment de
culpabilité de Jones et Kugler (1990).
Cet inventaire consiste en 45 items mesurant : « le sentiment de culpa-
bilité comme trait », défini comme un sentiment de culpabilité constant
au-delà des circonstances immédiates ; le « sentiment de culpabilité comme
état », défini comme un sentiment de culpabilité basé sur des transgressions
présentes ou récentes ; le « critère moral », défini comme l’adhésion à un
code de principes moraux, sans référence à des comportements particuliers
ou à des croyances très précises.
Les réponses sont données en tenant compte d’une échelle de 5 points :
1 = tout à fait d’accord ; 2 = en accord ; 3 = indécis ; 4 = en désaccord ; 5 =
tout à fait en désaccord.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 173

Un score total de l’échelle (10-215), un score total du sentiment de


culpabilité comme trait (18-90) et un score total du sentiment de culpabilité
comme état (10-50) ont été calculés en additionnant les réponses de manière
transversale (across items).

2. RÉSULTATS
Cette section présente les résultats des différentes étapes de cette
recherche.

Le sentiment de culpabilité comme trait


Les groupes ayant un trait de culpabilité élevé et faible ont été partagé selon
la moyenne (media split).

Contrôle de l’état émotif


Afin d’évaluer le contrôle de l’état émotif des participants, nous avons
effectué une analyse de variance (ANOVA), 22 (état émotif sentiment
de culpabilité comme trait), sur les résultats concernant le sentiment de
culpabilité comme état. L’expérience s’est révélée efficace, comme le montre
un sentiment de culpabilité qui est plus élevé après le récit par le partici-
pant d’une histoire concernant un cas de culpabilité (M = 34,76 ; ET = 3,21)
qu’après le récit d’une histoire concernant un cas de fierté (M = 30,36 ;
ET = 3), F(1,246) = 15,51, p < 0,001)1. De plus, les participants ayant un trait
de culpabilité plus élevé (M = 34,37 ; ET = 3,5) ont démontré un sentiment
de culpabilité comme état plus élevé que ceux ayant un trait de culpabi-
lité plus faible (M = 30 ; ET = 2,98), ainsi que l’indique l’effet principal du
sentiment de culpabilité comme trait (F(1,246) = 16,90 ; p < 0,001). Enfin, les
individus ayant un trait de culpabilité élevé n’ont pas plus réagi à l’expé-
rience à propos de l’état émotif que ne l’ont fait ceux ayant un faible trait
de culpabilité, ainsi que le montre une interaction non significative entre
état émotif  sentiment de culpabilité comme trait (F(1,246) = 0,95, n.s.). Par
conséquent, il est peu probable que les différences d’estimation du risque
et de critères de performance relevés soient liées au fait que les individus
ayant un trait de culpabilité élevé présentent un plus grand changement,
au moment où ils éprouvent un sentiment de culpabilité comme état, que
ceux ayant un faible trait de culpabilité.

1. M: moyenne ; ET : écart-type ; F : statistique F de student ; p : probabilité.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
174 Pédagogie et psychologie des émotions

Estimation du risque (probabilité et gravité)


Nous avons effectué une analyse de variance (ANOVA), 22 (état émotif :
culpabilité ou fierté  sentiment de culpabilité comme trait : élevé ou faible),
sur les scores concernant l’estimation du risque. Comme il était prévu, les
résultats pour les sujets « coupables » ont montré une plus grande fréquence
et gravité d’un événement négatif (fréquence : F(1,246) = 89,92, p < 0,001 ;
gravité : F(1,246) = 25,62, p < 0,001) ; voir le tableau 1).
De plus, les sujets ayant un faible trait de culpabilité ont prévu moins
de risque que les sujets ayant un trait de culpabilité élevé, (fréquence :
F (1,246) = 23,55, p < 0,001 ; gravité : F(1,248) = 39,14, p < 0,001 ; voir le
tableau 1).

TABLEAU 1
Moyenne et (écarts-types) des critères de risque
(fréquence et gravité) et actions préventives
pour les trois conditions expérimentales
Condition expérimentale N = 248 Fréquence Gravité Action
préventive
Expérience à propos de l’état émotif
Culpabilité 123 67,3 (5,75) 68,3 (6,24) 68 (6,88)
Fierté 125 38,2 (3,98) 39,8 (3,76) 39,4 (3,7)
Culpabilité comme trait
Élevé 144 68,2 (6,1) 68,4 (6,77) 68,7 (5,56)
Faible 104 39,7 (3,8) 41,1 (4,1) 41 (3,8)

Enfin, l’expérience à propos des états émotifs a influencé l’estimation


du risque par une interaction avec le sentiment de culpabilité comme trait
(fréquence : F(1,246) = 26,16, p < 0 ,001 ; gravité : F(1,246)= 39,7, p < 0,001).
Les données indiquent que les sujets ayant un trait de culpabilité
élevé ont utilisé comme base de leur jugement leur état émotif négatif,
contrairement aux sujets ayant un faible trait de culpabilité. Les figures 1
et 2 montrent la moyenne des réponses quant à la fréquence et à la gravité
des événements en tant que fonction de la condition de l’état émotif (senti-
ment de culpabilité vs sentiment de fierté) et du niveau élevé ou faible du
sentiment de culpabilité comme trait.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 175

FIGURE 1
Probabilité moyenne en tant que fonction du sentiment
de culpabilité vs le sentiment de fierté et du trait
de culpabilité élevé vs faible pour l’échantillon total (N = 248)

%
80
70
60
50
Culpabilité
40
Fierté
30
20
10
0
Trait de Trait de
culpabilité faible culpabilité élevé

FIGURE 2
Gravité moyenne en tant que fonction du sentiment
de culpabilité vs le sentiment de fierté et du trait
de culpabilité élevé vs faible pour l’échantillon total (N = 248)

%
90
80
70
60
50 Culpabilité
40 Fierté
30
20
10
0
Trait de Trait de
culpabilité faible culpabilité élevé

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
176 Pédagogie et psychologie des émotions

Degré de satisfaction des actions préventives


Nous avons effectué une analyse de variance (ANOVA), 22 (état émotif :
culpabilité/fierté  sentiment de culpabilité comme trait : élevé ou faible),
sur les scores concernant le degré de satisfaction des actions préventives.
Conformément à notre hypothèse, les sujets « coupables » ont exprimé
une plus grande insatisfaction par rapport à leurs actions préventives que
les sujets « fiers » (F(1,246) = 11,86, p < 0,005). Comme nous l’avions prévu,
les sujets ayant un trait de culpabilité faible ont exprimé moins d’insatis-
faction à l’égard de leurs actions préventives que les sujets ayant un trait de
culpabilité élevé (F(1,248) = 26,43, p < 0,001). L’expérience à propos d’états
émotifs a influencé le jugement des actions préventives par une interaction
avec le sentiment de culpabilité comme trait (F(1,248) = 9,73, p < 0,005). Ce
résultat indique que les sujets ayant un trait de culpabilité élevé ont utilisé
l’information suscitée par leur état émotif négatif comme base pour évaluer
leur performance.
La figure 3 montre l’évaluation des actions préventives en tant que
fonction des conditions d’état émotif (sentiment de culpabilité vs sentiment
de fierté) et du sentiment de culpabilité comme trait (élevé ou faible).

FIGURE 3
Moyenne de l’évaluation de la satisfaction des actions
préventives en tant que fonction du sentiment
de culpabilité vs le sentiment de fierté et du trait
de culpabilité élevé vs faible pour l’échantillon total (N = 248)

%
90
80
70
60
50 Culpabilité
40 Fierté
30
20
10
0
Trait de Trait de
culpabilité faible culpabilité élevé

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 177

DISCUSSION ET CONCLUSION
La présente recherche a examiné le mécanisme du sentiment de culpabilité
comme outil d’information chez un groupe d’adolescents du secondaire,
issus de milieux « normaux ».
Nous avons étudié comment le sentiment de culpabilité comme trait
influence la manière d’utiliser le sentiment de culpabilité comme état pour
juger la fréquence et la gravité du risque d’un événement négatif, ainsi
que pour évaluer les actions préventives. À cet effet, nous avons observé
comment des adolescents ayant un trait de culpabilité élevé et faible ont
utilisé les états émotifs négatifs (culpabilité) et positifs (fierté) provoqués
en laboratoire. L’état émotif a été étudié en faisant décrire par les partici-
pants un événement positif ou négatif de leur vie. Les résultats peuvent se
résumer de la façon suivante.
On a d’abord prouvé qu’en général le sentiment de culpabilité est un
outil d’information. En effet, par comparaison avec les adolescents « fiers »,
les « coupables » avaient davantage tendance à souligner plus fréquem-
ment et avec une plus grande gravité, un événement négatif. De plus, les
adolescents « coupables » ont montré plus d’insatisfaction par rapport à
leurs actions préventives.
En outre, ce mécanisme du sentiment de culpabilité comme outil
d’information a été associé au plan du sentiment de culpabilité comme trait.
Plus élevé est le trait de culpabilité, plus forte est la tendance à surestimer
le risque et à rehausser les critères d’évaluation des actions préventives.
Ce résultat indique qu’une des différences importantes entre les sujets
ayant un trait de culpabilité élevé ou faible pourrait être leur croyance en
leur propre sentiment de culpabilité. Dans cette perspective, le sentiment
comme trait influence la manière dont on se sert du sentiment comme état
en tant qu’outil d’information.
Ces données, jointes aux conclusions de Arntz, Rauner et van den
Hout (1995), Scott et Cervone (2002) et Gasper et Clore (1998), révèlent que
les adolescents en général se servent du sentiment de culpabilité comme
outil d’information lorsqu’ils estiment le risque d’un événement négatif et
leur capacité de l’éviter.
La conclusion que le sentiment de culpabilité influence le jugement sur
le risque et les critères d’action est cohérente avec les théories qui soulignent
la nature constructive des jugements et des critères. Les critères que les
personnes adoptent pour s’évaluer ainsi que pour évaluer les événements
ne sont pas nécessairement toujours des contenus cognitifs préexistants et
directement accessibles. Au contraire, les critères peuvent être construits

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
178 Pédagogie et psychologie des émotions

à travers un processus psychologique implicite. De plus, selon Scott et


Cervone (2002) et Gasper et Clore (1998), nos conclusions indiquent que les
prévisions de risque ainsi que les critères d’évaluation des performances
peuvent être basés sur les émotions chez les adolescents.
Nous pensons que ce genre de raisonnement émotif (Arntz, Rauner
et van den Hout, 1995) joue un rôle important dans le déclenchement d’un
cercle vicieux : des sujets se servent d’un état émotif négatif pour confirmer
des pensées et des croyances en accord avec leur état émotif négatif. Les
conséquences cliniques de ce mécanisme sont sérieuses : développement,
maintien et aggravation de troubles psychopathologiques (Salkovskis
et Forrester, 2002 ; Mancini et Gangemi, 2002a et b ; Clark, 1986). Par
exemple ce mécanisme s’applique aux psychopathologies comme le trouble
obsessionnel-compulsif. Les patients obsessifs se sentent chroniquement
coupables pour avoir agi de façon irresponsable (Mancini, 2001 ; Mancini
et Gangemi, 2004 ; Niler et Beck, 1989 ; Rachman, 1993). Ils pourraient
donc utiliser ce sentiment comme base d’information pour confirmer que
l’événement négatif va se produire, qu’il sera très grave et que, finalement,
leurs actions préventives ne seront pas à la hauteur de leurs critères moraux.
Par conséquent, ils se sentiront presque certainement coupables d’avoir
causé du mal à soi ou à autrui. Le mécanisme de la culpabilité comme outil
d’information va donc mettre en marche un cercle vicieux où l’émotion
négative sera le critère pour évaluer négativement une performance et cette
évaluation renforcera l’émotion négative de départ. Nous pensons, de ce
fait, que le rôle du raisonnement émotif chez les adolescents devrait être
considéré du point de vue de la prévention.
Enfin, nous estimons que notre contribution est importante pour
l’étude d’une question qui reste encore sans réponse : Pourquoi l’état émotif
devient-il un outil d’information important pour juger la réalité chez un
certain nombre d’adolescents, mais pas chez tous, en déclenchant un cercle
vicieux qui renforce leurs croyances en fonction de leur état émotif et peut
conduire à une psychopathologie ?
Nous affirmons que la réponse viendra justement des études qui se
penchent expressément sur le rôle du sentiment comme trait (trait anxieux
ou trait de culpabilité) dans l’usage du sentiment comme état pour porter
des jugements et faire des évaluations (Arntz, Rauner et van den Hout,
1995 ; Gasper et Core, 1998 ; Scott et Cervone, 2002).

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 179

Ces expériences montrent clairement que :


a) le sentiment comme état et le sentiment comme trait sont deux
sources différentes d’information ;
b) le sentiment comme état et le sentiment comme trait interagis-
sent ;
c) la valeur d’information apparente du sentiment comme trait est
supérieure à celle du sentiment comme état.
Selon les études déjà mentionnées (Arntz, Rauner et van den Hout,
1995 ; Gasper et Core, 1998 ; Scott et Cervone, 2002), l’information liée au
sentiment comme état est plus fiable si elle est en accord avec l’information
fournie par le sentiment comme trait (ou disposition). À l’opposé, l’état
émotif comme état est moins fiable s’il n’est pas en accord avec l’information
fournie par le sentiment comme trait. Par conséquent, la valeur apparente de
l’information fournie par le sentiment comme trait doit être considérée selon
les différentes façons dont les individus se servent du sentiment comme
état. Plus les personnes font l’expérience d’un état émotif particulier, plus
elles peuvent s’en servir comme outil fiable d’information. Par exemple,
des sujets au caractère très anxieux sont attirés par des informations mena-
çantes (Broadbent et Broadbent, 1988 ; MacLeod et Cohen, 1993). Ils sont
plus portés à détecter et à croire à des signaux de danger, à interpréter des
signaux ambigus de façon plus menaçante (MacLeod et Cohen, 1993) et à
croire que des événements négatifs leur arriveront plus probablement qu’à
d’autres (Butler et Mathews, 1987).
Bien que d’autres études soient nécessaires pour résoudre ce problème,
nous croyons qu’une démarche psychologique et éducative sur la connais-
sance des émotions et de leur tendance à promouvoir un raisonnement
émotif serait très utile. Cette démarche psychologique et éducative devrait
inclure la façon dont le raisonnement émotif pourrait contaminer le juge-
ment sur soi (y compris l’évaluation de ses propres performances), sur
l’avenir et sur le monde. D’autres études sont évidemment nécessaires pour
répéter et compléter nos expériences.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
180 Pédagogie et psychologie des émotions

BIBLIOGRAPHIE
Arntz A., M. Rauner et M. van den Hout (1995). « If I feel anxious, there must be
danger : ex-consequentia reasoning in inferring danger in anxiety disorder »,
Behaviour Research and Therapy, 33, p. 917-925.
Broadbent, D. et M. Broadbent (1988). « Anxiety and attentional bias : State and
trait », Cognition and Emotion, 2, p. 165-183.
Butler, G. et A. Mathews (1987). « Anticipatory anxiety and risk perception », Cogni-
tive Therapy and Research, 11, p. 551-565.
Clark, D.M. (1986). « A cognitive approach to panic », Behaviour Research and Therapy,
24, p. 461-470.
Clore, G.L. (1992). « Cognitive phenomenology : Feelings and the construction of
judgment », dans L.L. Martin et A. Tesser (dir.), The Construction of Social
Judgment, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, p. 133-163.
Engelhard, I.M., M. Macklin, R.J. McNally, M.A. van den Hout et A. Arntz (2003).
« Emotion- and intrusion-based reasoning in Vietnam veterans with and
without chronic posttraumatic stress disorder », Behaviour Research and Therapy,
39, p. 1339-1348.
Engelhard, I.M., M.A. van den Hout et A. Arntz (2001). « Posttraumatic stress
disorder after pregnancy loss », General Hospital Psychiatry, 23, p. 2-66.
Engelhard, I.M., M.A. van den Hout, A. Arntz et R.J. McNally (2002). « A longi-
tudinal study of “intrusion-based reasoning” and posttraumatic stress
disorder after exposure to a train disaster », Behaviour Research and Therapy,
40, p. 1415-1424.
Forgas, J.P. et G.H. Bower (1988). « Affect in social and personal judgments », dans
K. Fiedler et J. Forgas (dir.), Affect, Cognition and Social Behavior : New Evidence
and Integrative Attempts, Toronto, Hogrefe, p. 183-208.
Gasper, K. et G.L. Clore (1998). « The persistent use of negative affect by anxious
individuals to estimate risk », Journal of Personality and Social Psychology, 5,
p. 1350-1363.
Johnson, E.J. et A. Tversky (1983). « Affect, generalization, and the perception of
risk », Journal of Personality and Social Psychology, 45, p. 21-31.
Jones, W.H. et K. Kugler (1990). Preliminary Manual for the Guilt Inventory (GI).
Document non publié. Knoxville, TN, University of Tennessee.
MacLeod, C. et I.L.Cohen (1993). « Anxiety and the interpretation of ambiguity : A
text comprehension study », Journal of Abnormal Psychology, 102, p. 238-247.
Mancini, F. (2001). « El trastorno obsessivo-compulsivo ”, Revista de Psicoterapia,
42, p. 7-25.
Mancini, F. et A. Gangemi (2002a). « Ragionamento e irrazionalità », dans
C. Castelfranchi, F. Mancini et M. Miceli (dir.), Fondamenti di cognitivismo
clinico, Turin, Bollati Boringhieri, p. 156-199.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Le sentiment de culpabilité comme outil d’information 181

Mancini, F. et A. Gangemi (2002b). « Il paradosso nevrotico, ovvero della resistenza


al cambiamento », dans C. Castelfranchi, F. Mancini et M. Miceli (dir.), Fonda-
menti di cognitivismo clinico, Turin, Bollati Boringhieri, p. 200-226.
Mancini, F. et A. Gangemi (2004). « Fear of guilt of behaving irresponsibly in
obsessive-compulsive disorder », Journal of Behavior Therapy and Experimental
Psychiatry, 35, p. 109-120.
Mancini, F., A. Gangemi et M.A. van den Hout (2005). « Guilt-as-information mecha-
nism », Submitted for publication.
Muris, P., H. Merckelbach et I. Van Spauwen (2003). « The emotional reasoning
heuristic in children », Behaviour Research and Therapy, 41, p. 261-272.
Niler, E.R. et S.J. Beck (1989). « The relationship among guilt, dysphoria, anxiety
and obsessions in a normal population », Behaviour Research and Therapy, 27,
p. 213-220.
Rachman, S. (1993). « Obsessions, responsibility and guilt », Behaviour Research and
Therapy, 31, p. 149-154.
Salkovskis, P.M. et E. Forrester (2002). « Responsibility », dans R.O. Frost et
G. Steketee (dir.), Cognitive Approaches to Obsessions and Compulsions, Oxford,
Pergamon, p. 45-63.
Salovey, P. et D. Birnbaum (1989). « Influence of mood on health relevant cognitions »,
Journal of Personality and Social Psychology, 57, p. 539-551.
Schwarz, N. et G. L. Clore (1983). « Mood, misattribution, and judgments of well-
being : Informative and directive functions of affective states », Journal of
Personality and Social Psychology, 45, p. 513-523.
Schwarz, N. et G. L. Clore (1988). « How do I feel about it ? Informative functions of
affective states », dans K. Fiedler et J. Forgas (dir.), Affect, Cognition and Social
Behaviour, Toronto, Hogrefe, p. 44-62.
Schwarz, N. et G.L. Clore (1996). « Feelings and phenomenal experiences », dans
E.T. Higgins et A. Kruglanski (dir.), Social Psychology : A Handbook of Basic
Principles, New York, Guilford Press, p. 433-465.
Scott, W.D. et D. Cervone (2002). « The impact of negative affect on performance
standards : Evidence for an affect-as-information mechanism », Cognitive
Therapy and Research, 26, p. 19-37.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2005 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions
C H A P I T R E

Entre affect et intellect


8
Francisco Pons
Université de Aalborg, Danemark
pons@hum.aau.dk
Pierre-André Doudin
Université de Lausanne et Haute École pédagogique de
Lausanne, Suisse
pierre-andre.doudin@edu-vd.ch
Paul L. Harris
Université de Harvard, États-Unis
paul_harris@gse.harvard.edu
Marc de Rosnay
Université de Cambridge, Royaume-Uni
md364@cam.ac.uk

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
184 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
Les auteurs de ce chapitre traitent une question cruciale par
rapport au développement de la compréhension des émotions :
celle de ses origines. Des études récentes issues de la psychologie
du développement montrent que certaines caractéristiques intel-
lectuelles et affectives de l’enfant sont à l’origine de la compré-
hension que l’enfant a des émotions. Toutefois, la contribution
respective de ces caractéristiques intellectuelles et affectives ainsi
que leur éventuelle interaction demeurent, jusqu’à ce jour, encore
mal connues. L’objectif de la recherche que les auteurs présentent
dans ce chapitre est d’examiner l’impact spécifique de ces carac-
téristiques intellectuelles et affectives ainsi que leur éventuelle
interaction sur la compréhension des émotions. Une meilleure
connaissance des origines du développement de la compréhension
des émotions devrait contribuer, dans le futur, à l’élaboration
de programmes éducatifs davantage ciblés dont la finalité est
d’aider l’élève à mieux comprendre les émotions et de susciter
l’utilisation de ces programmes ciblés par les intervenants dans
le milieu scolaire.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 185

La compréhension que l’enfant a des émotions a fait l’objet de nombreux


travaux au cours des trente dernières années dans le domaine de la
psychologie du développement. Plus récemment, plusieurs chercheurs
ont présenté des travaux théoriques et empiriques issus non seulement de
la psychologie du développement, mais aussi des sciences de l’éducation ;
ils ont commencé à s’intéresser à la relation entre la compréhension que
l’enfant a des émotions et la qualité de son intégration scolaire. Ces travaux
montrent que la compréhension que l’enfant a des émotions a une inci-
dence positive sur son intégration scolaire et qu’il est possible de l’aider à
développer sa compréhension des émotions (Lafortune et Mongeau, 2002 ;
Lafortune, Doudin, Pons et Hancock, 2004). Ce chapitre s’inscrit dans cette
nouvelle ligne de recherche. Il s’adresse non seulement aux chercheurs en
psychologie du développement (intéressés par la question de la compré-
hension des émotions chez l’élève) et en sciences de l’éducation (intéressés
par la question du développement de la compréhension des émotions
chez l’enfant), mais aussi aux praticiens travaillant dans le milieu scolaire
spécialisé et non spécialisé (psychologues scolaires, enseignants, éducateurs,
etc.). Notre objectif est de participer à l’intégration des travaux issus de la
psychologie du développement et des sciences de l’éducation sur la compré-
hension que l’enfant a des émotions. À cette fin, nous traitons d’une ques-
tion cruciale par rapport à la compréhension des émotions chez l’enfant,
c’est-à-dire celle de ses origines intellectuelles ou affectives telles qu’elles
sont analysées par les chercheurs en psychologie du développement. Une
meilleure connaissance des origines du développement de la compré-
hension des émotions et des différences individuelles dans ce processus
devrait concourir à l’élaboration et à l’utilisation de programme éducatif
visant à aider l’enfant à développer sa compréhension des émotions (et,
par extension, à favoriser son intégration scolaire). En effet, une meilleure
connaissance de ces origines devrait contribuer à l’élaboration future de
programmes davantage ciblés qui en tiendront compte (par exemple des
programmes affectifs et des programmes intellectuels). Une meilleure
connaissance de ces origines devrait également susciter la participation à
l’utilisation de ces programmes ciblés par les intervenants dans le milieu
scolaire, ceux qui sont les plus à même de choisir lequel de ces programmes
est le mieux adapté à leurs élèves en fonction des connaissances qu’ils ont
de leurs caractéristiques intellectuelles et affectives.
Des études récentes en psychologie du développement montrent
que certaines caractéristiques intellectuelles et affectives de l’enfant sont
à l’origine de la compréhension que l’enfant a des émotions (voir Harris,
1999 ; Harris et Pons, 2003 ; de Rosnay et Harris, 2002 ; de Rosnay, Pons,
Harris et Morrell, 2004, pour des revues et discussions récentes). Toutefois,
la contribution respective de ces caractéristiques intellectuelles et affectives
ainsi que leur éventuelle interaction demeurent, encore de nos jours, mal

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
186 Pédagogie et psychologie des émotions

connues. L’objectif poursuivi dans la recherche présentée dans ce chapitre


est d’examiner l’impact spécifique de ces caractéristiques intellectuelles et
affectives ainsi que leur éventuelle interaction sur la compréhension des
émotions.
Ce chapitre comporte cinq sections : 1) Définition du concept de
compréhension des émotions et de ces différentes composantes ; 2) Présen-
tation de travaux récents sur l’impact de certaines caractéristiques affectives
et intellectuelles sur la compréhension des émotions et discussions des
limites de ces travaux ; 3) Méthodologie de la recherche sur l’impact des
abus (caractéristique affective) et des difficultés scolaires (caractéristique
intellectuelle) sur la compréhension des émotions ; 4) Présentation des
principaux résultats de cette recherche ; et 5) Discussion sur les implications
théoriques et pratiques de la recherche.

1. LA COMPRÉHENSION DES ÉMOTIONS


ET SES DIFFÉRENTES COMPOSANTES
La compréhension que l’enfant a de la nature, des causes, des conséquences
et des possibilités de contrôle des émotions, des siennes ou de celles d’autrui,
que celles-ci soient positives ou négatives, fictives ou réelles, ressenties ou
exprimées, autrement dit, sa compréhension des émotions1, a fait l’objet
au cours des trente dernières années d’un nombre considérable de travaux
au sein de la psychologie du développement. Ces travaux ont permis de
reconnaître au moins neuf composantes différentes de la compréhension
des émotions (Pons, Harris et de Rosnay, 2000 ; Pons, Doudin, Harris et de
Rosnay, 2002, pour des revues et discussions de ces neuf composantes) :
➢ Composante 1 : Reconnaissance des émotions sur la base d’expres-
sions faciales, de mouvements corporels ou de prosodies.
➢ Composante 2 : Compréhension de l’impact de causes situation-
nelles sur les émotions.
➢ Composante 3 : Compréhension de l’impact des souvenirs sur les
émotions.
➢ Composante 4 : Compréhension de l’impact des désirs sur les
émotions.

1. Le terme « compréhension des émotions » est considéré comme, similaire à ceux


de « métaémotion », « intelligence émotionnelle », « alphabétisme émotionnel »,
« conscience émotionnelle » ou « théorie de l’esprit ».

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 187

➢ Composante 5 : Compréhension de l’impact des connaissances et


croyances sur les émotions.
➢ Composante 6 : Compréhension de la possibilité de contrôler
l’expression des émotions.
➢ Composante 7 : Compréhension de la possibilité de réguler le
ressenti émotionnel.
➢ Composante 8 : Compréhension des émotions mixtes.
➢ Composante 9 : Compréhension des émotions morales.
Ces travaux ont également montré que les neuf composantes se déve-
loppent de façon très claire entre la petite enfance et la préadolescence. En
effet, leur développement est hiérarchisé (stades développementaux) et
organisé (structures développementales), ces stades et ces structures étant
observables dans des sociétés et cultures tant occidentales (Pons, Harris et
de Rosnay, 2004 ; Pons et Harris, sous presse) que non occidentales, comme
celle des Quechua du Pérou (Tenenbaum, Visscher, Pons et Harris, 2004).
Trois stades (et structures) ont été reconnus : externe, interne et réflexif. Ces
stades (et structures) sont caractérisés par l’émergence d’un groupe de trois
composantes de la compréhension des émotions. Ils peuvent se résumer
brièvement de la façon suivante (Pons, Doudin et Harris, 2004, pour une
description plus détaillée, et voir le tableau 1 pour un résumé).

1.1. COMPOSANTES EXTERNES (STADE I)


Le premier groupe de composantes de la compréhension des émotions
est le plus facile à maîtriser par les enfants. Il émerge entres les âges de
2-3 ans et de 5-6 ans environ2. Les enfants qui maîtrisent convenablement
les composantes de ce premier groupe arrivent, par exemple, à attribuer
correctement des émotions comme la joie, la tristesse, la peur ou la colère
en regardant le visage d’une personne (Composante 1 : Reconnaissance).
Ils arrivent également à comprendre, par exemple, qu’une personne rece-
vant un cadeau se sente heureuse ou qu’une personne poursuivie par un
monstre puisse avoir peur (Composante 2 : Cause situationnelle). Enfin, ils
comprennent aussi qu’une personne regardant la photo d’un ami qui vient
de disparaître puisse se sentir triste ou qu’une personne qui regarde le film
de son anniversaire se sente heureuse (Composante 3 : Souvenirs d’évé-
nements externes). L’un des points communs entre ces trois composantes

2. Les âges indiqués dans ce chapitre sont des tendances générales. Ils doivent cepen-
dant être considérés avec précaution étant donné l’existence, par exemple, de diffé-
rences individuelles typiques et de différences méthodologiques importantes.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
188 Pédagogie et psychologie des émotions

« externes » de la compréhension des émotions est que l’enfant, lorsqu’il les


maîtrise correctement, comprend l’impact d’événements externes passés,
présents, voire futurs sur les émotions. La maîtrise de ce premier groupe
de composantes externes est une condition nécessaire pour la maîtrise du
deuxième groupe de composantes, les composantes mentales.

1.2. COMPOSANTES MENTALES (STADE II)


Le deuxième groupe de composantes de la compréhension des émotions
est intermédiaire du point de vue de la difficulté de leur maîtrise par les
enfants. Il émerge entres les âges de 5-6 ans et 8-9 ans environ. Les enfants
qui arrivent à maîtriser correctement les composantes de deuxième groupe
sont capables de comprendre, par exemple, que deux personnes dans la
même situation (elles ont faim et ne peuvent manger que du chocolat)
peuvent ressentir différentes émotions (positives vs négatives) du fait
qu’elles ont différents désirs (la première adore le chocolat, tandis que la
deuxième déteste le chocolat ; Composante 4 : Désirs). Ils sont également
capables de comprendre l’impact des croyances ou des connaissances sur
les émotions. Ils arrivent, par exemple, à comprendre qu’une personne se
sente triste parce qu’elle est toute seule à la maison et qu’elle ne sait pas
qu’un ami est en route pour la voir ou qu’une personne se sente contente
en regardant son émission préférée à la télévision même si, en même temps,
un voleur est en train de lui dérober sa bicyclette (Composante 5 : Connais-
sances). Enfin, ils comprennent aussi qu’il est possible de dissimuler son
ressenti émotionnel, autrement dit, que l’expression d’une émotion, ou
son apparence, ne correspond pas toujours au ressenti émotionnel intime.
Ils comprennent, par exemple, qu’une personne venant de perdre à un
jeu de cartes puisse présenter un visage heureux parce qu’elle ne veut
pas montrer à un ami, qui a gagné au jeu de cartes et qui est en train de
se moquer d’elle, qu’en réalité elle est en colère (Composante 6 : Contrôle
de l’expression). L’un des points communs entre ces trois composantes
« mentales » de la compréhension des émotions est que l’enfant, lorsqu’il
les maîtrise correctement, est capable de comprendre l’impact de certains
phénomènes mentaux comme celui des désirs, des croyances (justes ou
fausses) ou les intentions sur les émotions. La maîtrise de ce deuxième
groupe, les composantes mentales, est une condition nécessaire pour la
maîtrise du troisième groupe, les composantes réflexives.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 189

1.3. COMPOSANTES RÉFLEXIVES (STADE III)


Enfin, le troisième groupe de composantes de la compréhension des
émotions est le plus difficile du point de vue de leur maîtrise par les enfants.
Il émerge entre les âges de 8-9 ans et 11-12 ans environ. Les enfants qui
maîtrisent les composantes de ce troisième groupe comprennent qu’il est
possible de réguler le ressenti émotionnel de façon efficace, non seulement
au moyen de stratégies comportementales, mais aussi de stratégies psycho-
logiques plus complexes. Ils comprennent, par exemple, qu’ils peuvent
diminuer leur sentiment de tristesse en pensant à quelque chose d’agréable
ou diminuer leur peur en pensant à quelque chose de rassurant (Compo-
sante 7 : Régulation du ressenti). Ils comprennent également qu’ils peuvent
ressentir au moins deux émotions différentes, voire de valeur opposée, en
même temps. Autrement dit, ils comprennent que le ressenti émotionnel
est complexe et qu’il est le produit de plusieurs émotions. Ils saisissent,
par exemple, qu’ils pourraient se sentir à la fois heureux de retrouver leur
animal favori qui s’était perdu et malheureux de voir que celui-ci s’est blessé.
Ils comprennent qu’une personne venant de recevoir sa première bicyclette
pour son anniversaire et qui ne sait pas monter à bicyclette puisse se sentir
non seulement heureuse mais aussi effrayée (Composante 8 : Émotions
mixtes). Enfin, les enfants arrivent également à comprendre l’impact de
certaines valeurs morales sur les émotions et, de ce fait, arrivent à saisir
des émotions complexes comme la fierté ou la culpabilité. Ils sont capables
de comprendre, par exemple, que, même s’ils peuvent ressentir un certain
soulagement à ne pas dire une vérité embarrassante pour eux, ils peuvent
se sentir coupables, non seulement d’avoir commis un acte moralement
répréhensible (ils ont volé quelque chose), mais aussi de ne pas l’avouer
quand on leur demande, donc de mentir. Plus positivement, ils peuvent
également comprendre que, même s’ils peuvent ressentir une certaine
frustration à partager avec leur prochain, ils peuvent ressentir, sinon de la
fierté, en tout cas un certain plaisir dans la réalisation d’un acte altruiste
(Composante 9 : Émotions morales). L’un des points communs entre ces
trois composantes « réflexives » de la compréhension des émotions est que
l’enfant, lorsqu’il les maîtrise correctement, est capable de porter un regard
sur les émotions et de comprendre qu’elles sont un phénomène complexe
(elles peuvent être modifiées, mixtes et moralement ambivalentes).
Les trois stades du développement de la compréhension des émotions
et leurs composantes sont résumés au tableau 1.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
190 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 1
Les trois stades du développement de la compréhension
des émotions et leurs composantes
Stades Composantes
III. Externe (2-3 ans à 5-6 ans) 1. Reconnaissance
2. Causes situationnelles
3. Souvenirs
III. Mental (5-6 ans à 8-9 ans) 4. Désirs
5. Connaissances
6. Contrôle de l’expression
III. Réflexif (8-9 ans à 11-12 ans) 7. Régulation du ressenti
8. Émotions mixtes
9. Émotions morales

Signalons, pour conclure cette première section, qu’il existe d’autres


composantes de la compréhension des émotions, comme celles de la compré-
hension de l’empathie, de la compréhension de l’impact des processus
implicites (inconscient émotionnel), de la compréhension de l’influence
de l’histoire propre à chaque individu (personnalité), de la compréhension
de l’incidence de l’espoir ou de la compréhension du développement de
la compréhension des émotions (perspective diachronique). Certaines de
ces composantes additionnelles sont, depuis longtemps, reconnues dans
le cadre de la psychologie clinique (par exemple en psychanalyse), mais
n’ont pas fait l’objet, à notre connaissance, d’études empiriques systéma-
tiques dans le champ de la psychologie du développement. Certaines de
ces composantes additionnelles pourraient être considérées comme des
précurseurs et émergeraient dès avant l’avènement du langage chez le
bébé, tandis que d’autres émergeraient à l’âge adulte et continueraient de
se développer tout au long de la vie.

2. ORIGINES DE LA COMPRÉHENSION
DES ÉMOTIONS
C’est une chose de montrer que la compréhension des émotions est cons-
tituée d’au moins neuf composantes différentes et que ces composantes
s’assemblent en trois groupes développementaux de plus en plus complexes
(externe, mental et réflexif) ; mais c’est autre chose d’expliquer le déve-
loppement de ces composantes (et des différences individuelles typiques
dans ce développement). De nos jours, au moins deux modèles explicatifs
peuvent être proposés. La construction de ces deux modèles résulte d’une

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 191

interprétation de la littérature par nous-mêmes (Harris, 1999 ; Harris et Pons,


2003 ; Pons, Doudin et Harris, 2004, pour une présentation des premières
versions de cette méta-analyse).
Ces deux modèles reconnaissent l’influence de certaines caractéris-
tiques de l’enfant et de son environnement social proche (sa famille) ou
plus large (la culture et la société dans lesquelles il vit). Toutefois, ils diffè-
rent dans leur conception de la nature de cette influence. Dans le premier
modèle, qui peut être qualifié de « psychodynamique » et d’« éthologique »,
cette influence est considérée comme étant plutôt d’origine affective,
tandis que dans le deuxième modèle, qui peut être qualifié de « cognitif »
et « développemental », cette influence est considérée comme étant plutôt
d’origine intellectuelle. Ces deux modèles peuvent être résumés brièvement
de la façon suivante.

2.1. ORIGINE AFFECTIVE


Dans le premier modèle, la qualité des expériences affectives de l’enfant et
plus particulièrement la qualité des relations d’attachement entre l’enfant et
sa mère (qui est en général, sinon la principale, en tout cas sa première figure
d’attachement) sont considérées comme des caractéristiques affectives ayant
une incidence première sur la compréhension des émotions de l’enfant.
L’hypothèse sous-jacente à ce modèle est que plus le bien-être affectif de
l’enfant et de son entourage familial est élevé, plus la compréhension que
l’enfant a des émotions est évoluée.
Plusieurs travaux soutiennent cette hypothèse. Ils montrent qu’il existe
une corrélation positive claire entre la compréhension des émotions de
l’enfant et la relation d’attachement de celui-ci à sa mère. Par exemple, les
enfants qui ont un attachement « sécure » ont un niveau de compréhension
des émotions plus poussé que les enfants qui ont une relation d’attachement
« ambivalente » ou « insécure » (Bretherton, Ridgeway et Cassidy, 1990 ;
Fonagy et Target, 1997 ; Fonagy, Redfern et Charman, 1997 ; Main, Kaplan et
Cassidy, 1985 ; Meins, Fernyhough, Russel et Clark-Carter, 1998 ; de Rosnay
et Harris, 2002 ; Steele, Steele, Croft et Fonagy, 1999). Il en va de même en
ce qui concerne les mères. Plus les mères ont une relation d’attachement
adaptée, plus la compréhension que leur enfant a des émotions est évoluée
(par exemple Steele, Steele, Fonagy, Croft et Holder, sous presse).
D’autres travaux davantage cliniques montrent que là où les relations
d’attachement sont sérieusement faussées, comme c’est le cas dans les
situations d’abus, la capacité des enfants abusés (3 à 7 ans) à reconnaître des
émotions de base comme la joie, la tristesse, la colère ou la peur (compo-
sante externe) est sérieusement diminuée (Aber et Allen, 1987 ; Camras,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
192 Pédagogie et psychologie des émotions

Ribordy, Hill et Martino, 1990 ; Camras, Grow et Ribordy, 1983 ; Camras,


Ribordy, Hill, Martino, Spaccarelli et Stefani, 1988). Les filles (entre 6 et 12
ans) qui ont été abusées par leur père (ou par leur figure paternelle) ont
une moins bonne compréhension des causes situationnelles des émotions
(composante externe ; Shipman, Zeman, Penza et Champion, 2000). De
même, les enfants qui ont été physiquement abusés ont plus de difficultés
à comprendre comment réguler leurs émotions (composante réflexive ;
Shipman et Zeman, 2001). Enfin, les mères qui ont abusé physiquement
leur enfant ont plus de difficulté à reconnaître les émotions de leur enfant
(composante externe) et elles ont également plus de difficulté à comprendre
comment aider leur enfant à réguler ses émotions (composante réflexive ;
Shipman et Zeman, 1999).

2.2. ORIGINE INTELLECTUELLE


Dans le deuxième modèle, la qualité des expériences intellectuelles de
l’enfant et de son entourage familial (et plus particulièrement de sa mère)
est considéré comme une caractéristique ayant une incidence première sur
la compréhension des émotions de l’enfant. L’hypothèse sous-jacente de ce
modèle est que plus le niveau intellectuel de l’enfant et de son entourage
familial est évolué, plus la compréhension que l’enfant a des émotions est
évoluée.
Plusieurs travaux soutiennent cette deuxième hypothèse. Ils montrent,
en effet, qu’il existe une corrélation positive claire entre la compréhension
que les enfants ont des émotions et leur niveau langagier (Cutting et Dunn,
1999 ; Harris, de Rosnay et Pons, sous presse ; Pons, Lawson, Harris et de
Rosnay, 2003). Il en va de même avec les mères des enfants. Le fait pour les
mères de dialoguer fréquemment et de manière cohérente avec leur enfant
des causes ou des conséquences des émotions a une influence positive sur
la compréhension que leur enfant a des émotions (Brown et Dunn, 1996 ;
Dunn, Brown et Beardsall, 1991 ; Dunn, Brown, Slomkowski, Tesla et Young-
blade, 1991 ; Garner, Jones, Gaddy et Rennie, 1997 ; de Rosnay, Pons, Harris
et Morrell, 2004 ; Ruffman, Slade et Crowe, 2002).
D’autres travaux montrent que les enfants sourds et plus particuliè-
rement ceux qui ont un accès limité à la langue des signes souffrent d’un
retard dans le développement de leur compréhension des états mentaux
comme ceux des émotions (Deleau, 1996 ; Figueras-Costa et Harris, 2001 ;
Peterson et Siegal, 1995, 1999). Enfin, les adultes handicapés mentaux
(ayant un quotient intellectuel moyen de 50) souffrent d’un retard dans
leur compréhension des émotions. Ils ont de la difficulté à comprendre, par
exemple l’influence des croyances sur les émotions (composante mentale),
la nature mixte de certaines émotions, l’impact de certaines règles morales

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 193

sur les émotions ou la possibilité de réguler les ressentis émotionnels


(composantes réflexives ; Hernández-Blasi, Pons, Escalera et Suco, 2003).
Enfin, signalons qu’à notre connaissance aucune étude empirique n’a été
réalisée jusqu’à présent sur l’impact des difficultés d’intégration scolaire sur
la compréhension des émotions des enfants. Ainsi, on ne connaît pas encore
aujourd´hui la compréhension des émotions des enfants qui ont redoublé
leur année scolaire ou qui sont dans des classes où sont regroupés des élèves
qui ne peuvent suivre la classe ordinaire. Ces deux indicateurs de difficultés
scolaires peuvent être considérés comme de vrais indicateurs, notamment,
de difficultés d’ordre intellectuel, tant sur le plan des apprentissages que
sur celui des compétences.

2.3. ORIGINES AFFECTIVES OU INTELLECTUELLES ?


Les différents travaux qui viennent d’être présentés contribuent indéniable-
ment à une meilleure connaissance de l’impact de certaines caractéristiques
affectives et intellectuelles sur la compréhension des émotions. Ils montrent
qu’il existe des relations claires entre la compréhension que l’enfant a des
émotions et certaines de ses caractéristiques ou certaines des caractéristiques
de sa famille, ces caractéristiques étant affectives (relations d’attachement,
abus) ou intellectuelles (niveau langagier, discours sur les émotions, QI).
Toutefois, au moins quatre limites émergent de ces travaux, la première
étant de loin la plus importante.
Premièrement, il est difficile d’évaluer la contribution spécifique des
caractéristiques affectives et intellectuelles et leur éventuelle interaction
dans l’explication de la compréhension des émotions. En effet, plusieurs
travaux montrent qu’il existe une covariation entre la qualité de l’atta-
chement mère-enfant (caractéristique affective) et la qualité des discours
mère-enfant sur les émotions (caractéristique intellectuelle). Les mères qui
ont une relation d’attachement « sécure » avec leur enfant sont en même
temps celles qui parlent le plus fréquemment et de façon cohérente de leur
relation d’attachement à leur propre mère (van IJzendoorn, 1995). Meins,
Fernyhough, Fradley et Tuckey (2001) montrent également que les mères
qui parlent de façon cohérente des émotions quand leur enfant a 6 mois ont
des enfants qui manifestent un type d’attachement « sécure » à l’âge de 12
mois. Laible et Thompson (2000) soutiennent que la qualité de la relation
d’attachement mère-enfant est un bon prédicteur des discours de la mère
et de l’enfant sur les émotions (caractéristique intellectuelle).
La situation se complique lorsqu’on examine attentivement les résul-
tats de certaines de ces recherches révélant qu’il n’existe pas de relation
entre la compréhension des émotions et certaines caractéristiques affec-
tives ou intellectuelles. Fonagy, Redfern et Charman (1997) croient que

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
194 Pédagogie et psychologie des émotions

la relation d’attachement est un bon prédicteur de la compréhension de


l’émotion de l’enfant, et ce, même quand le niveau langagier de l’enfant est
contrôlé (voir également Steele, Steele, Croft et Fonagy, 1999). Humfress,
O’Connor, Slaughter, Target et Fonagy (2002) expliquent également que la
compréhension des émotions de jeunes enfants de 12-13 ans corrèle de façon
positive avec leur discours sur leur relation d’attachement, mais non avec
leur niveau langagier. D’un autre côté, Meins, Fernyhough, Wainwright,
Gupta, Fradley et Tuckey (2002) montrent que la relation d’attachement de
l’enfant à 6 mois ne prédit pas sa compréhension des émotions à 4 ans et
que seuls les discours maternels sur les émotions et le niveau langagier de
l’enfant permettent de prédire sa compréhension des émotions. Comme le
montre également de Rosnay (2003), le discours maternel sur les émotions
est un bon prédicteur de la compréhension des émotions des enfants de
4-6 ans, même lorsque la qualité de la relation d’attachement mère-enfant
est contrôlée. Enfin, Ciarrochi, Chan et Caputi (2000) n’observent aucune
relation entre le quotient intellectuel et la compréhension des émotions,
alors que Buitelaar, van der Wees, Swaab-Barneveld et Jan van der Gaag
(1999) et Hernández-Blasi, Pons, Escalera et Suco (2003) observent une
telle relation.
Deuxièmement, la plupart des travaux sur l’impact des caractéristi-
ques intellectuelles et affectives sur la compréhension des émotions portent
sur des jeunes enfants d’âge préscolaire ou primaire. Il est par conséquent
difficile de saisir le rôle de ces deux groupes de caractéristiques chez des
enfants plus âgés (par exemple chez des préadolescents).
Troisièmement, la plupart des travaux sur l’impact des caractéristiques
intellectuelles et affectives sur la compréhension des émotions mesurent
cette compréhension soit au moyen d’un petit nombre de ces composantes
(en général, une ou deux composantes sont mesurées chez le même indi-
vidu), soit au moyen de composantes relativement simples (en général
externes). Il est par conséquent difficile de saisir le rôle de ces deux groupes
de caractéristiques lorsque plusieurs composantes, à la fois simples et
complexes, sont mesurées (externes, mentales et réflexives).
Enfin, même si quelques travaux empiriques et théoriques ont déjà été
effectués sur l’impact des abus (caractéristique affective) et de la qualité de
l’intégration scolaire (caractéristique intellectuelle) sur la compréhension
des émotions, il serait intéressant de pousser plus avant l’étude empirique
de l’impact de ces deux groupes de caractéristiques.
La recherche que nous présentons maintenant apporte quelques
éléments de solution aux quatre limites que nous venons d’évoquer. Notre
objectif est d’examiner l’impact spécifique de l’intégration scolaire (carac-
téristique intellectuelle) et de l’abus (caractéristique affective) ainsi que

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 195

leur éventuelle interaction sur la compréhension que des préadolescents


ont de neuf composantes simples et complexes de la compréhension des
émotions.

3. MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE
Nous présentons ici un échantillon de 28 préadolescents de langue fran-
çaise qui ont été évalués. Ils ont tous été évalués individuellement dans
leur milieu scolaire, selon le Test of Emotion Comprehension (TEC). Nous
présentons ci-après la procédure utilisée et le score obtenu.

3.1. POPULATION
Un échantillon de 28 préadolescents répartis en quatre groupes a été
évalué.
Groupe 1 : préadolescents abusés ayant des difficultés scolaires (A+ D+).
Groupe 2 : préadolescents abusés, sans difficultés scolaires (A+ D–).
Groupe 3 : préadolescents non abusés ayant des difficultés scolaires
(A– D+).
Groupe 4 : préadolescents non abusés, sans difficultés scolaires (A– D–).
L’âge moyen était le même dans chaque groupe (environ 13 ans). La
proportion de filles et de garçons était sensiblement la même dans chacun
des quatre groupes. Tous les préadolescents parlaient la langue française.
Dans la littérature spécialisée sur les abus envers les enfants (pour
une revue, voir Erkohen-Marküs et Doudin, 2000), on distingue quatre
types d’abus : a) les abus physiques (frapper, gifler, etc.) ; b) les abus sexuels
(inceste, viol et tentative de viol, attouchements sexuels, exposition à la
pornographie ou aux actes indécents, etc.) ; c) les abus psychologiques (abus
verbal, dépréciations, humiliations, actes symboliques terrifiants, cruauté
psychologique, etc.) ; et d) les négligences (déficit des soins prodigués,
abandon, absence d’attention physique et/ou psychologique, etc.).
Comme nous l’avons montré (Doudin, Pons, Pfulg et Martin, 2004),
tous les préadolescents abusés (groupes 1 et 2 de notre échantillon) ont
subi un ou plusieurs types d’abus dans leur famille : abus psychologiques
(100 %) ; négligences (71 %) ; abus physiques (14 %) ; abus sexuels (14 %). En
raison de la gravité des abus subis, tous ces préadolescents ont été retirés de
leur foyer familial au moyen de l’intervention des services sociaux et placés

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
196 Pédagogie et psychologie des émotions

dans une institution spécialisée située dans une commune de la banlieue


de Lausanne (Suisse). Signalons que tous les parents biologiques des préa-
dolescents abusés ont également été abusés lorsqu’ils étaient enfants.
Conformément à la littérature, deux mesures dites de pédagogie
« compensatoire » sont révélatrices de difficultés d’intégration scolaire (pour
une revue, voir Doudin, 1996) : a) l’orientation dans des classes regroupant
des élèves en difficulté et b) le redoublement d’au moins une année scolaire.
L’orientation dans ce type de classe ainsi que le redoublement d’années
scolaires sont déterminés, entre autres, par des résultats scolaires insuffi-
sants. Ils peuvent être considérés comme des indicateurs, notamment de
difficultés d’ordre intellectuel, autant sur le plan des apprentissages que
sur celui des compétences.
Tous les préadolescents (groupes 1, 2, 3 et 4) examinés dans cette
recherche fréquentaient le même établissement scolaire. Presque tous ceux
qui avaient des difficultés d’intégration scolaire (groupes 1 et 3) ont doublé
au moins une année scolaire (86 %) et une majorité ont été orientés dans
des classes regroupant des élèves en difficulté (57 %). Signalons qu’afin
de favoriser l’intégration sociale des préadolescents abusés (groupes 1
et 2) l’institution dans laquelle ils vivaient a choisi de les scolariser dans
l’établissement scolaire le plus proche.

3.2. PROCÉDURE ET SCORE


Tous les préadolescents ont été examinés individuellement dans une petite
salle de leur école. La durée de l’examen était en moyenne de trente minutes.
La compréhension des émotions a été évaluée au moyen du Test of Emotion
Comprehension ou TEC (Pons et Harris, 2000 ; Pons, Harris et de Rosnay, 2004,
pour des descriptions détaillées du TEC). Plusieurs travaux empiriques avec
des participants différents montrent que le TEC est un instrument valide et
fidèle (Pons et Harris, sous presse ; Pons, Harris et de Rosnay, 2004 ; Pons,
Lawson, Harris et de Rosnay, 2003 ; Pons, Harris et Doudin, 2002 ; Tenen-
baum, Visscher, Pons et Harris, 2004 ; Hernández-Blasi, Pons, Escalera et
Suco, 2003). Le TEC a été traduit en plusieurs langues (français, anglais,
espagnol, italien, hollandais, danois [norvégien], quechua, arabe et bientôt
allemand et grec) et il est utilisé par plusieurs dizaines d’institutions de
recherches appliquées (clinique et pédagogique) en Europe, en Amérique
et au Moyen-Orient.
Le TEC consiste en un livre d’images de format A4. Dans la partie
supérieure de chaque page se trouve une grande image représentant une
histoire mettant en scène un ou plusieurs personnages qui se trouvent dans
une situation chargée sur le plan émotionnel. Dans la partie inférieure de

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 197

la page se trouvent quatre images représentant chacune une émotion de


base différente, comme la joie, la tristesse, la peur ou la colère, sous la forme
d’expressions faciales. La procédure générale du TEC se divise en deux
temps. Dans un premier temps, l’examinateur présente l’histoire au sujet.
Dans un deuxième temps, il demande au sujet d’attribuer une émotion
au personnage principal de l’histoire en pointant parmi les quatre images
celle qui correspond le mieux à ce que ressent le personnage principal (les
réponses des sujets peuvent être verbales ou non verbales). Le TEC est divisé
en neuf sections. Chaque section mesure une composante particulière de
la compréhension des émotions de plus en plus complexe : 1) Reconnais-
sance, 2) Causes situationnelles, 3) Souvenirs, 4) Désirs, 5) Connaissances,
6) Contrôle de l’expression, 7) Régulation du ressenti, 8) Émotions mixtes et
9) Émotions morales (voir section 1 et tableau 1 pour une description et un
résumé de ces composantes). Un point est attribué pour chaque composante
réussie. Cette procédure permet de calculer un niveau global de compréhen-
sion des émotions variant du niveau 0 (échec à toutes les composantes) au
niveau IX (réussite à toutes les neuf composantes).

4. RÉSULTATS DE LA RECHERCHE

TABLEAU 2
Nombre de préadolescents par niveau global
de compréhension des émotions et par groupe
Groupe Niveau global de compréhension des émotions
IV V VI VII VIII IX
Groupe 1 (A+ D+) 1 1 2 3
Groupe 2 (A+ D-) 1 2 1 3
Groupe 3 (A– D+) 1 1 3 1 1
Groupe 4 (A– D-) 4 3

Dans le tableau 2, nous indiquons le nombre de préadolescents par niveau


global de compréhension des émotions et par groupe. La majorité (57 %) des
préadolescents abusés avec difficultés scolaires (groupe 1) comprend au plus
sept composantes de la compréhension des émotions (au plus, niveau VII),
aucun n’arrivant à comprendre les neuf composantes (niveau IX). La majo-
rité (57 %) des préadolescents abusés sans difficultés scolaires (groupe 2)
comprend au moins huit composantes de la compréhension des émotions
(niveaux VIII ou IX), une minorité substantielle (43 %) arrivant à comprendre
les neuf composantes (niveau IX). La majorité (71 %) des préadolescents
non abusés avec difficultés scolaires (groupe 3) comprend au plus sept

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
198 Pédagogie et psychologie des émotions

composantes de la compréhension des émotions (au plus niveau VII), un


seul arrivant à comprendre les neuf composantes (niveau IX). Enfin, la
majorité (57 %) des préadolescents non abusés sans difficultés scolaires
(groupe 4) comprend au moins huit composantes de la compréhension des
émotions (niveaux VIII ou IX), une minorité substantielle (43 %) arrivant à
comprendre les neuf composantes (niveau IX).
Des analyses statistiques (analyses de variance et de contraste)
montrent que seul le fait d’éprouver des difficultés scolaires a un impact
significatif sur le niveau global de compréhension des émotions des préa-
dolescents examinés dans cette recherche. La majorité (64 %) des préado-
lescents avec difficultés scolaires (groupes 1 et 3) comprend au plus sept
composantes de la compréhension (au plus niveau VII), un seul arrivant à
comprendre les neuf composantes (niveau IX), tandis que la majorité (57 %)
des préadolescents sans difficultés scolaires (groupes 2 et 4) comprend au
moins huit composantes de la compréhension des émotions (niveaux VIII
ou IX ; presque tous arrivant à comprendre au moins sept composantes – au
moins niveau VII), une minorité substantielle (43 %) arrivant à comprendre
les neuf composantes (niveau IX).
Aucune différence significative n’a été trouvée entre les préadoles-
cents abusés (groupes 1 et 2) et non abusés (groupes 3 et 4). Dans les deux
groupes, la même proportion de préadolescents (respectivement 78 % et
71 %) arrivent à comprendre, au plus, huit composantes de la compréhen-
sion des émotions (au plus niveau VIII).
Enfin, aucune interaction significative entre le fait d’avoir été ou non
abusé et le fait d’être ou de ne pas être en difficulté scolaire n’a été trouvée.
Le groupe de préadolescents abusés sans difficultés scolaires (groupe 2) a
un niveau global de compréhension des émotions supérieur (médiane de
niveau VIII vs médiane de niveau VII) à celui des préadolescents abusés avec
difficultés scolaires (groupe 1). Le groupe de préadolescents non abusés sans
difficultés scolaires (groupe 4) a également un niveau global de compré-
hension des émotions supérieur (médiane de niveau VIII vs médiane de
niveau VII) à celui des préadolescents non abusés avec difficultés scolaires
(groupe 3).
En résumé, à peine plus d’un tiers (36 %) des préadolescents avec
difficultés scolaires (groupes 1 et 3) arrivent à comprendre au moins huit
composantes de la compréhension des émotions (niveaux VIII ou IX), tandis
que près des quatre cinquièmes (79 %) des préadolescents sans difficultés
scolaires (groupes 2 et 4) arrivent à comprendre au moins huit composantes
(niveaux VIII ou IX). Sensiblement la même proportion (respectivement
50 % et 64 %) des préadolescents abusés (groupes 1 et 2) et non abusés
(groupes 3 et 4) arrivent à comprendre au moins huit composantes de la

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 199

compréhension des émotions (niveaux VIII ou IX). La différence en faveur


des préadolescents sans difficultés scolaires apparaît indépendamment du
fait qu’ils aient été ou non abusés.

5. DISCUSSION
Notre objectif poursuivi dans ce chapitre était de traiter l’une des questions
cruciales par rapport à la compréhension des émotions, à savoir celle de
ses origines intellectuelles et/ou affectives telles qu’elles sont analysées
par les chercheurs en psychologie du développement. Une meilleure
connaissance de ces origines devrait contribuer dans le futur à l’élabora-
tion de programmes éducatifs plus ciblés visant à aider l’enfant à accroître
sa compréhension des émotions en tenant compte de ces origines. Elle
devrait également participer à l’utilisation de ces programmes ciblés par
les intervenants dans le milieu scolaire, ceux qui sont les plus à même de
choisir lequel de ces programmes est le mieux adapté pour leurs élèves en
fonction des connaissances des caractéristiques intellectuelles et affectives
de leurs élèves.
Dans cette recherche, nous avons voulu évaluer les effets spécifiques
et l’interaction possible entre abus et difficultés d’intégration scolaire sur la
compréhension par des préadolescents de plusieurs composantes simples et
complexes de la compréhension des émotions, l’abus étant considéré comme
un indicateur de difficultés d’ordre affectif et les difficultés d’intégration
scolaire comme un indicateur, notamment, de difficultés d’ordre intellectuel,
tant sur le plan des apprentissages que sur celui des compétences.
Les résultats de cette recherche montrent que le fait d’avoir été abusé
n’a pas une incidence sur la compréhension des émotions. Les préadoles-
cents abusés ont sensiblement le même niveau de compréhension que les
préadolescents non abusés. Ces résultats révèlent en outre que seul le fait
d’éprouver des difficultés scolaires a un effet négatif sur la compréhen-
sion des émotions. Ainsi, les préadolescents sans difficulté scolaire ont
un niveau de compréhension des émotions qui est supérieur à celui des
préadolescents présentant des difficultés scolaires. Signalons que le niveau
global de compréhension des émotions des préadolescents sans difficultés
scolaires est analogue à celui qui a été reconnu dans d’autres recherches
sur le développement de la compréhension des émotions chez des enfants
et préadolescents typiques. Enfin, il n’y a pas d’interaction entre le fait
d’avoir été ou non abusé et le fait d’être ou de ne pas être en difficulté
scolaire. Les groupes de préadolescents sans difficultés scolaires (abusés et
non abusés) ont toujours tendance à avoir un niveau de compréhension des

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
200 Pédagogie et psychologie des émotions

émotions supérieur à celui des élèves qui sont en difficulté scolaire (abusés
et non abusés). Les résultats de cette recherche peuvent être interprétés de
plusieurs façons.
Premièrement, ces résultats confirment l’hypothèse cognitive et déve-
loppementale qui postule que ce sont surtout les caractéristiques intellec-
tuelles (comme le fait d’avoir ou de ne pas avoir de difficultés scolaires,
le niveau langagier et le QI ou la qualité des discours sur les émotions) de
l’individu (et de son entourage) qui déterminent sa compréhension des
émotions. Par contre, ces résultats ne confirment pas l’hypothèse étholo-
gique et psychanalytique qui postule que ce sont surtout les caractéristiques
affectives (comme le fait d’avoir ou de ne pas avoir été abusé, la qualité des
relations d’attachement) de l’individu (et de son entourage) qui déterminent
sa compréhension des émotions. Autrement dit, une première interprétation
des résultats de cette recherche serait que les caractéristiques intellectuelles
sont un meilleur prédicteur de la compréhension des émotions que les carac-
téristiques affectives. Comme nous l’avons mentionné dans la deuxième
section de ce chapitre, plusieurs recherches avec de jeunes enfants étayent
cette interprétation.
Deuxièmement, ainsi qu’il a été mentionné dans la deuxième section
de ce chapitre, plusieurs travaux montrent que les caractéristiques affec-
tives de l’individu et de sa famille ont un effet direct sur la compréhension
que celui-ci peut avoir des émotions, et ce, particulièrement chez de jeunes
enfants. Par conséquent, il est possible que la même recherche avec des
sujets plus jeunes donne des résultats différents. Nous pouvons spéculer
sur le fait que l’impact des abus et des difficultés scolaires et leur interaction
n’est pas le même au cours du développement. Par exemple, plus les indi-
vidus sont jeunes, plus leurs caractéristiques affectives ont une influence
directe sur leur compréhension des émotions (hypothèse d’une plus grande
dépendance affective chez le jeune enfant ou de l’existence d’une période
affective sensible). Nous pouvons également spéculer sur le fait que l’im-
pact des caractéristiques intellectuelles est inversement proportionnel à
l’âge de l’individu. Ces caractéristiques intellectuelles prendraient le pas
sur les caractéristiques affectives, d’une part, du fait de leur accroissement
avec l’âge et, d’autre part, du fait de l’autonomisation affective de l’enfant
par rapport à son entourage familial. Seules des recherches longitudinales
permettraient de confirmer cette deuxième interprétation.
Une troisième interprétation des résultats de cette recherche serait que
les préadolescents abusés dotés de bonnes capacités intellectuelles ont pu
compenser l’impact négatif de leur expérience affective dramatique. Nous
pouvons spéculer sur le fait que les caractéristiques affectives, comme le fait
d’avoir été abusé, n’ont qu’une influence indirecte sur la compréhension

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 201

des émotions, les caractéristiques intellectuelles étant alors considérées


comme une variable intermédiaire. Plusieurs travaux récents menés auprès
de jeunes enfants étayent cette interprétation. Ils montrent que le lien entre
une caractéristique affective comme la relation d’attachement et la compré-
hension des émotions tient au fait que cette relation et cette compréhension
sont influencées par une caractéristique intellectuelle comme la qualité
des discours familiaux sur les émotions (Meins, Fernyhough, Wainwright,
Gupta, Fradley et Tuckey, 2002 ; de Rosnay, 2003).
Enfin, une quatrième interprétation des résultats de cette recherche
serait que les abus, selon qu’ils sont physiques, sexuels ou psychologi-
ques, n’ont pas le même impact que la négligence sur la compréhension
de l’émotion. Les premiers peuvent être perçus comme des déformations
sérieuses de la relation d’attachement, alors que la négligence est consi-
dérée comme une absence dramatique d’attachement. Plusieurs recherches
indiquent que la négligence est le type d’abus qui a la plus forte incidence
dramatique sur le développement psychologique de l’enfant (Doudin et
Erkohen-Marküs, 2000, pour une revue détaillée). Une analyse qualitative
des résultats de cette recherche soutient cette interprétation. Elle montre
que les quatre préadolescents abusés, mais qui n’ont pas été négligés, ont
un niveau global de compréhension des émotions qui est supérieur à celui
des jeunes qui ont été victimes de négligence. À l’avenir, il serait intéres-
sant d’étudier à une plus grande échelle l’interaction entre les types d’abus
(sexuel, physique et psychologique vs la négligence) et la compréhension
de l’émotion pour rechercher l’impact spécifique des types d’abus sur la
compréhension de l’émotion.

CONCLUSION
En guise de conclusion, nous pouvons formuler la question suivante :
« Pourquoi certains préadolescents abusés qui éprouvent des difficultés
scolaires ont-ils, de ce fait, un niveau de compréhension des émotions qui
est relativement moins bon que celui des élèves qui ont été abusés, mais
qui ne sont pas en difficulté scolaire ? » La réponse à cette question devrait
participer dans le futur à l’élaboration et à l’utilisation de programmes
d’intervention visant à aider l’élève à améliorer sa compréhension. En effet,
pour appréhender dans toute sa complexité la situation dans laquelle les
élèves abusés se trouvent, il faut tenir compte non seulement des facteurs de
risque que représentent les abus, mais également des facteurs de compen-
sation (Belsky, 1980 ; Cicchetti et Rizley, 1981 ; Kaufman et Zigler, 1989).
Ainsi, même si un individu a été abusé, il peut devenir un adulte confiant
et compétent. Kaufman et Zigler (1989) mettent notamment l’accent sur

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
202 Pédagogie et psychologie des émotions

l’importance des expériences scolaires positives. Une scolarité intégrée


constituerait un facteur de compensation essentiel pouvant agir très posi-
tivement sur le développement affectif et social de l’individu abusé, dans
notre recherche sur le développement de sa compréhension des émotions.
À l’avenir, il serait donc intéressant de se pencher plus attentivement sur
le rôle favorable de la réussite scolaire comme facteur de compensation. Il
serait également intéressant de mettre davantage l’accent sur les capacités
de résilience de l’individu abusé (Cyrulnik, 1999 ; Rutter, 1989 ; Werner et
Smith, 1992) ou sur ses capacités à explorer des voies distinctes (Fischer,
Ayoub, Singh, Noam, Maraganore et Raya, 1997), ces capacités pouvant
être à l’origine des différences individuelles qui ont été observées dans
cette recherche entre préadolescents abusés avec et sans difficultés scolaires.
Enfin, les familles d’origine des préadolescents abusés, bien qu’elles soient
en grande difficulté, possèdent des ressources qu’il ne faudrait pas négliger
(Cicchetti, Toth et Hennessy, 1993 ; Doudin et Erkohen-Marküs, 2000), ces
ressources pouvant être également à l’origine des différences individuelles
observées dans cette recherche.

BIBLIOGRAPHIE
Aber, J. et P. Allen (1987). « The effects of maltreatment on young children’s socio-
emotional development : An attachment theory perspective », Developmental
Psychology, 23, p. 406-414.
Belsky, J. (1980). « Child maltreatment : An ecological integration », American Psycho-
logist, 3, p. 320-325.
Bretherton, I., F. Ridgeway et J. Cassidy (1990). « Assessing internal working models
of attachment relationship », dans T. Greenberg, D. Cicchetti et E. Cummings
(dir.), Attachment in the Preschool Years, Chicago, University of Chicago Press,
p. 273-308.
Brown, J.R. et J. Dunn (1996). « Continuities in emotion understanding from three
to six years », Child Development, 67, p. 789-802.
Buitelaar, J., M. van der Wees, H. Swaab-Barneveld et R. Jan van der Gaag (1999).
« Verbal memory and performance IQ predict theory of mind and emotion
recognition ability in children with autistic spectrum disorders and psychiatric
control children », Journal of Child Psychology and Psychiatry, 40, p. 869-881.
Camras, L., J. Grow et S. Ribordy (1983). « Recognition of emotional expression by
abused children », Journal of Clinical Child Psychology, 12, p. 325-328.
Camras, L., S. Ribordy, J. Hill et S. Martino (1990). « Maternal facial behavior and
the recognition and production of emotional expression by maltreated and
nonmaltreated children », Developmental Psychology, 26, p. 304-312.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 203

Camras, L., S. Ribordy, J. Hill, S. Martino, S. Spaccarelli et R. Stefani (1988). « Reco-


gnition and posing of emotional expressions by abused children and their
mothers », Developmental Psychology, 24, p. 776-781.
Ciarrochi, J., A. Chan et P. Caputi (2000). « A critical evaluation of the emotional
intelligence construct », Personality and Individual Differences, 28, p. 539-561.
Cicchetti, D. et R. Rizley (1981). « Developmental perspectives on the etiology,
intergenerational transmission, and sequelae of child maltreatment », New
Directions for Child Maltreatment, 11, p. 31-55.
Cicchetti, D., S.L. Toth et K. Hennessy (1993). « Child maltreatment and school
adaptation : Problems and promises », dans D. Cicchetti et S.L. Toth (dir.), Child
Abuse, Child Development and Social Policy. Advances in Applied Developmental
Psychology, Norwood, NJ, Ablex Publishing Company, p. 301-330.
Cutting, A. et J. Dunn (1999). « Theory of mind, emotion understanding, language,
and family background : Individual differences and interrelations », Child
Development, 70, p. 853-865.
Cyrulnik, B. (1999). Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob.
Deleau, M. (1996). « L’attribution d’états mentaux chez des enfants sourds et enten-
dants : une approche du rôle de l’expérience langagière sur une théorie de
l’esprit », Bulletin de psychologie, 427, p. 48-56.
de Rosnay, M. (2003). Childen’s Understanding of Emotion : The Roles of Attachment
and Maternal Discourse. Thèse de doctorat non publiée, Oxford, University of
Oxford, Department of Experimental Psychology.
de Rosnay, M. et P.L. Harris (2002). « Individual differences in children’s unders-
tanding of emotion : The role of attachment and language », Attachment and
Human Development, 4, p. 39-45.
de Rosnay, M., F. Pons, P. Harris et J. Morrell (2004). « A lag between understanding
false belief and emotion attribution in young children : Relationships with
context, language ability, and mother’s mental state language », British Journal
of Developmental Psychology, 22, p. 197-218.
Doudin, P.-A. (1996). « Élèves en difficultés : la pédagogie compensatoire est-elle
efficace ? », Psychoscope, 17, p. 4-7.
Doudin, P.-A. et M. Erkohen-Marküs (dir.) (2000). Violence à l’école : fatalité ou défi ?,
Bruxelles, De Boeck, p. 17-46.
Doudin, P.-A., F. Pons, L. Pfulg et D. Martin (2004). « Une intervention pour favoriser
l’intégration d’enfants gravement abusés », dans L. Lafortune, P.-A. Doudin,
F. Pons et D.R. Hancock (dir.), Les émotions à l’école, Sainte-Foy, Presses de
l’Université du Québec, p. 34-52.
Dunn, J., J. Brown et L. Beardsall (1991). « Family talk about feeling states and
children’s later understanding of other’s emotions », Developmental Psychology,
27, p. 448-455.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
204 Pédagogie et psychologie des émotions

Dunn, J., J. Brown, C. Slomkowski, C. Tesla et L. Youngblade (1991). « Young


children’s understanding of other people’s feelings and beliefs : Individual
differences and their antecedents », Child Development, 62, p. 1352-1366.
Erkohen-Marküs, M. et P.-A. Doudin (2000). « Le devenir de l’enfant violenté et sa
scolarité », dans P.-A. Doudin et M. Erkohen-Marküs (dir.), Violence à l’école :
fatalité ou défi ?, Bruxelles, De Boeck, p. 23-52.
Figueras-Costa, B. et P.L. Harris (2001). « Theory of mind development in deaf
children : A nonverbal test of false-belief understanding », Journal of Deaf
Studies and Deaf Education, 6, p. 92-102.
Fischer, K., C. Ayoub, I. Singh, G. Noam, A. Maraganore et P. Raya (1997). « Psycho-
pathology as adaptive development along distinctive pathways », Development
and Psychopathology, 9, p. 749-779.
Fonagy, P. et M.Target (1997). « Attachment and reflective function : Their role in
self-organization », Development and Psychopathology, 9, p. 679-700.
Fonagy, P., S. Redfern et T. Charman (1997). « The relationship between belief-desire
reasoning and a projective measure of attachment security (SAT) », British
Journal of Developmental Psychology, 15, p. 51-61.
Garner, P., D. Jones, G. Gaddy et K. Rennie (1997). « Low-income mothers’ conver-
sations about emotions and their children’s emotional competence », Social
Development, 6, p. 37-52.
Harris, P.L. (1999). « Individual differences in understanding emotion : he role of
attachment status and psychological discourse », Attachment and Human
Development, 1, p. 307-324.
Harris, P. et F. Pons (2003). « Perspectives actuelles sur le développement de
la compréhension des émotions chez l’enfant », dans J.-M. Colletta et
A. Tcherkassof (dir.), Les émotions. Cognition, langage et développement, Sprimont,
Mardaga, p. 209-228.
Harris, P. L., M. de Rosnay et F. Pons (sous presse). « Language and children’s
understanding of mental states », Current Directions in Psychological Sciences.
Hernández-Blasi, C., F. Pons, C. Escalera et A. Suco (2003). On the Role of Intelligence
on Emotional Comprehension. Affiche, 33e réunion annuelle de la société Jean-
Piaget, juin, Chicago.
Humfress, H., T. O’Connor, J. Slaughter, M. Target et P. Fonagy (2002). « General and
relationship-specific models of social cognition : Explaining the overlap and
discrepancies », Journal of Child Psychology and Psychiatry, 43, p. 873-883.
Kaufman, J. et E. Zigler (1989). « The intergenerational transmission of child abuse »,
dans D. Cicchetti et V. Carlson (dir.), Child Maltreatment : Theory and Research
on the Causes and the Consequences of Child Abuse and Neglect, Cambridge,
Cambridge University Press, p. 129-150.
Lafortune, L. et P. Mongeau (dir.) (2002). L’affectivité dans l’apprentissage, Sainte-Foy,
Presses de l’Université du Québec.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
La compréhension des émotions : entre affect et intellect 205

Lafortune, L., P.-A. Doudin, F. Pons et D. Hancock (dir.) (2004). Les émotions à l’école,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
Laible, D. et R. Thompson (2000). « Mother-child discourse, attachment security,
shared positive affect, and early conscience development », Child Development,
71, p. 1424-1440.
Lynch, M.A. et D. Cicchetti (1992). « Maltreated children’s reports of relatedness to
their teachers », New Directions for Child Development, 57, p. 81-107.
Main, M., N. Kaplan et J. Cassidy (1985). « Security in infancy, childhood and adul-
thood : A move to the level of representation », dans I. Bretherton et E. Waters
(dir.), Growing Points of Attachment Theory and Research. Monographs of the
Society for Research in Child Development, 50, (1-2, Serial No. 209), p. 66-104.
Meins, E., C. Fernyhough, E. Fradley et M. Tuckey (2001). « Rethinking maternal
sensitivity : Mother’s comments on infants’ mental processes predict security
of attachment at 12 months », Journal of Child Psychology and Psychiatry, 42,
p. 637-648.
Meins, E., C. Fernyhough, J. Russell et D. Clark-Carter (1998). « Security of atta-
chment as a predictor of symbolic and mentalising abilities : A longitudinal
study », Social Development, 7, p. 1-24.
Meins, E., C. Fernyhough, R. Wainwright, M. Gupta, E. Fradley et M. Tuckey (2002).
« Maternal mind-mindedness and attachment security as predictors of theory
of mind understanding », Child Development, 73, p. 1715-1726.
Peterson, C. et M. Siegal (1995). « Deafness, conversation and theory of mind »,
Journal of Child Psychology and Psychiatry, 36, p. 459-474.
Peterson, C. et M. Siegal (1999). « Representing inner worlds : Theory of mind
in autistic, deaf and normal hearing children », Psychological Science, 10,
p. 126-129.
Pons, F., P.-A. Doudin, P.L. Harris et M. de Rosnay (2002). « Métaémotion et inté-
gration scolaire », dans L. Lafortune et P. Mongeau (dir.), L’affectivité dans
l’apprentissage, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 7-28.
Pons, F., P.-A. Doudin et P.L. Harris (2004). « La compréhension des émotions :
développement, différences individuelles, causes et interventions », dans
L. Lafortune, P.-A. Doudin, F. Pons et D.R. Hancock (dir.), Les émotions à l’école,
Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 6-31.
Pons, F. et P. Harris (2000). Test of Emotion Comprehension – TEC, Oxford, University
of Oxford.
Pons, F. et P.L. Harris (sous presse). « Longitudinal change and longitudinal stability
of individual differences in children’s emotion understanding », Cognition
and Emotion.
Pons, F., P. Harris et M. de Rosnay (2000). « La compréhension des émotions chez
l’enfant », Psychoscope, 21(9), p. 29-32.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
206 Pédagogie et psychologie des émotions

Pons, F., P. Harris et M. de Rosnay (2004). « Emotion comprehension between 3 and


11 years : Developmental periods and hierarchical organizations », European
Journal of Developmental Psychology, 1(2), p. 127-152.
Pons, F., P.L. Harris et P.-A. Doudin (2002). « Teaching emotion understanding »,
European Journal of Psychology of Education, 17(3), p. 293-304.
Pons, F., J. Lawson, P.L. Harris et M. de Rosnay (2003). « Individual differences in
children’s emotion understanding : Effects of age and language », Scandinavian
Journal of Psychology, 44(4), p. 345-351.
Ruffman, T., L. Slade et E. Crowe (2002). « The relation between children’s and
mother’s mental state language and theory-of-mind understanding », Child
Development, 73(3), p. 34-751.
Rutter, M. (1989). « Psychosocial resilience and protective mechanisms », dans
D. Cicchetti et V. Carlson (dir.), Child Maltreatment : Theory and Research on
the Causes and Consequences of Child Abuse and Neglect, Cambridge University
Press, p. 181-214.
Shipman, K. et J. Zeman (1999). « Emotional understanding : A comparison of
physically maltreating and nonmaltreating mother-child dyads », Journal of
Clinical Child Psychology, 28, p. 407-417.
Shipman, K. et J. Zeman (2001). « Socialization of children’s emotion regulation
in mother-child dyads : A developmental psychopathology perspective »,
Development and Psychopathology, 13, p. 317-336.
Shipman, K., J. Zeman, S. Penza et K. Champion (2000). « Emotion management skills
in sexually maltreated and nonmaltreated girls : A developmental psychopa-
thology perspective », Development and Psychopathology, 12, p. 47-62.
Steele, H., M. Steele, C. Croft et P. Fonagy (1999). « Infant-mother attachment at one
year predicts children’s understanding of mixed emotions at six years », Social
Development, 8, p. 161-178.
Steele, H., M. Steele, P. Fonagy, C. Croft et J. Holder (sous presse). Attachment Predic-
tors of Children’s Understanding of Emotion and Mind in the Sixth Year.
Tenenbaum, H., P. Visscher, F. Pons et P. Harris (2004). « Emotion understanding in
Quechua children from an agro-pastoralist village », International Journal of
Behavioral Development, 28(5), p. 471-478.
van IJzendoorn, M.H. (1995). « Adult attachment representations, parental respon-
siveness, and infant attachment : A meta-analysis on the predictive validity of
the adult attachment interview », Psychological Bulletin, 117, p. 387-403.
Werner, E. et R. Smith (1992). Vulnerable but Invincible : A Longitudinal Study of Resilient
Children and Youth, New York, Adams, Bannister and Cox.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
C H A P I T R E

Cognition des émotions


et psychopathologie
9
Une approche
cognitiviste-constructiviste
aux problèmes alimentaires
chez des enfants1

Maria Grazia Strepparava


Università de Milano-Bicocca (Italie)
mariagrazia.strepparava@unimib.it

1. Ce travail de recherche a été rendu possible grâce au finan-


cement du ministère des universités de la recherche italienne
(MIUR), une proportion de 60 % étant attribuées à l’auteure pour
l’année 2003.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
208 Pédagogie et psychologie des émotions

RÉSUMÉ
L’auteure, utilisant l’approche clinique, présente au lecteur la
perspective cognitiviste-constructiviste et le rôle fondamental
que la dimension émotionelle joue dans le modèle des processus
interpersonnels. Les caractéristiques et le parcours du dévelop-
pement de la narration émotionnelle auprès des sujets souffrant
d’un dérangement dans leur comportement alimentaire sont
traités dans ce chapitre. Une attention particulière – soutenue
par des observations expérimentales – est consacrée aux théma-
tiques, récurrentes auprès des adolescentes et des adultes, qui
sont précocement reconnaissables dans les premières années
scolaires, telles que le sens de la solitude et l’importance du
jugement d’autrui. D’autres réflexions sur l’importance des
interventions psychologiques et éducatives dans ce domaine
complètent le propos.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 209

Dans la première partie du chapitre, nous présentons l’approche clinique du


cognitivisme constructiviste ou cognitivisme relationnel. Dans la deuxième
partie, nous décrivons les caractéristiques psychologiques et relationnelles
des sujets ayant un trouble de comportement alimentaire et nous terminons
le chapitre avec le récit de certains résultats d’une expérience à caractère
subjectif chez les enfants ayant ou n’ayant pas de problèmes relatifs à la
nourriture et à la représentation de leur corps.

1. L’HISTOIRE DES ÉMOTIONS :


DE L’EXPÉRIENCE VÉCUE
À L’HISTOIRE RACONTÉE
Pourquoi étudier l’aspect subjectif des états émotionnels et de quelle façon
leur histoire se modifie-t-elle au cours du développement ? Est-ce par le biais
des régularités dans les différences individuelles par lesquelles ce processus
a lieu ? De ces questions découle l’importance du rôle des émotions dans
le processus de construction de l’identité personnelle. Les émotions repré-
sentent un aspect essentiel de la nature humaine : elles ont pour fonction
d’organiser la vie psychique et constituent le pilier de la connaissance que
nous avons de nous-mêmes, tout en nous guidant dans les interactions
avec le monde et en jouant un rôle essentiel dans le développement de la
conscience (Cacioppo et Gardner, 1999 ; Damasio, 1999 ; Rolls, 1999). L’esprit
naît dans l’intersubjectivité (Bowlby, 1969, 1973, 1980 ; Siegel, 1999 ; Sterne,
1998), au cours du développement optimal des fonctions cognitives – de la
communication à la pensée – et il est à mettre en relation avec la qualité des
premières relations (Cicchetti et Rogosh, 1997 ; Ogawa, Sroufe, Weinfeld,
Carlson et Egeland, 1997).
Dans la perspective constructiviste ou cognitive-relationnelle (Arciero
et Guidano, 2000 ; Guidano et Liotti, 1983 ; Guidano, 1987, 1991 ; Liotti, 2001 ;
Mahoney, 1995 ; Nardi, 2001 ; Reda, 1986), chaque expérience humaine peut
être divisée en deux niveaux : d’une part, celui de l’expérience immédiate,
ou niveau tacite, et, d’autre part, celui de l’explication ou de la narration
rationnelle de ce qui est ressenti émotionnellement, ou niveau explicite.
Chacun de nous, le plus souvent sans en être conscient, attribue du
sens à ses émotions, à ce qu’il ressent. Il s’agit du niveau de l’expérience
immédiate, le niveau tacite. Prenant appui sur la somme des expériences
du niveau tacite, nous construisons continuellement des explications qui
permettent de maintenir une représentation de nous-mêmes et du monde
qui soit cohérente et viable au fil du temps. Il s’agit du niveau explicite de
la connaissance.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
210 Pédagogie et psychologie des émotions

La construction et l’évolution de l’identité personnelle (le « self »), donc


les différences individuelles, dépendent de la façon dont les perceptions du
niveau tacite sont traduites et racontées au niveau explicite.
En guise de préliminaire et pour mieux situer les propos qui suivront,
nous précisons le sens du terme « constructivisme » utilisé dans le texte.
Celui-ci est partiellement différent de l’acception qu’on lui donne habi-
tuellement en psychologie de l’éducation. Une analyse approfondie des
changements de sens d’un contexte à l’autre exigerait à elle seule un ouvrage
entier, mais nous pouvons tout de même mentionner quelques intuitions
à leur sujet. Le constructivisme clinique, comme le constructivisme en
contexte éducatif, est un paradigme postmoderne qui met en évidence la
centralité des processus de construction de l’identité personnelle (Wenger,
1998), le caractère social, culturellement médié et situé de l’activité cognitive
(Cole, 1996). Pour certains aspects, le concept de connaissance vécue ou
« embodied knowledge » (Glenberg, 1997 ; Johnson, 1987 ; Varela, Thompson
et Rosh, 1991) coïncide avec les caractéristiques de la connaissance et du
développement de l’approche participative dans la théorie de l’éducation
(Lincoln et Guba, 2000). Le concept d’apprentissage véhiculé par l’immer-
sion directe dans la situation éducative, sous la direction d’un expert doté
de capacités techniques et d’une compétence émotionnelle adéquate, est
commun au processus formatif des thérapeutes constructivistes et aux
théories sur l’intervention clinique, de même qu’au modèle participatif
du processus éducatif et de la formation des éducateurs. Une fois ce point
clarifié, nous revenons à notre propos.
La capacité de moduler et de réguler l’activation émotionnelle dans
des situations différentes, la conscience de ce qui engendre l’émotion ainsi
que les mécanismes de réaction et les processus de ré-élaboration de l’expé-
rience émotive vécue évoluent au cours du développement de la personne
(Lewis, 1993 ; Lewis, Sullivan, Stanger et Weiss, 1989 ; Sroufe, 1996). De la
même façon qu’évolue la capacité de réfléchir sur nos processus mentaux,
c’est-à-dire la capacité d’appliquer les processus métacognitifs (métaco-
gnition) à notre fonctionnement émotionnel (Albanese, Doudin et Martin,
2003 ; Mayer et Salovey, 1997 ; Pellerey, 2003 ; Pons, Doudin, Harris et de
Rosnay, 2002). La compréhension des différences individuelles concernant
la manière de cerner nos états intérieurs, de les interpréter d’une manière
cognitive et d’activer des schémas de réponses dans nos comportements
n’a lieu qu’à partir de la découverte du sens que les émotions ont pour tout
individu ; en d’autres termes, à partir de l’exposé subjectif et des explications
qui sont construites sur le plan explicite.
La « signification » qui correspond au « nom » d’une émotion dépend
de nombreux éléments : des épisodes au cours desquels cet état intérieur
est apparu, de la manière dont chaque épisode a été recueilli et unifié à

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 211

l’intérieur du cadre de l’histoire individuelle, de la valeur attribuée par


l’individu et par les autres personnes significatives, de la manière dont
un être humain raconte et se raconte sa propre histoire dans le cadre de la
« narration personnelle » (Emde, Wolf et Oppenheim, 2003 ; Villegas, 1994).
Cette vision scientifique des émotions s’appuie sur le travail de Damasio
(1999) qui décrit la vie émotive comme un ensemble d’états et de processus
ayant des niveaux de complexité et des degrés différents de conscience. Ce
sont des états intérieurs dont nous n’avons pas conscience – le proto-soi –,
des états affectifs que nous ressentons de manière subjective comme ceux de
la conscience momentanée – le soi nucléaire – de la perception de l’émotion
non plus comme état ponctuel, mais comme expérience consciente insérée
dans la trame de nos souvenirs et de notre histoire et, par conséquent,
pourvue de sens. C’est le soi conscient dans tout son sens. La compréhen-
sion de ce processus de construction est fondamentale pour la préparation
d’interventions cliniques, préventives dans les domaines de la psychologie
et de l’éducation, parce qu’elle permet d’élaborer des situations pour faire
vivre des expériences émotives, correctives – individuelles ou de groupe
– qui peuvent aider les enfants dans les moments difficiles.
Aider les enfants à expérimenter des points de vue différents du code
émotif auquel ils sont habitués permet d’augmenter leurs libres capacités
d’exploration et d’utilisation de leur propre compétence émotive. En outre,
effectuer des interventions sur les émotions non seulement à l’intérieur du
cabinet du thérapeute, mais aussi dans un cadre scolaire, permet d’enlever
toute connotation « médicalisante » ou, pire, « pathologisante » à l’interven-
tion conduite (Strepparava, 2004).
L’objectif à l’origine de l’étude de la narration émotionnelle chez les
enfants qui souffrent d’un dysfonctionnement du comportement alimen-
taire ou qui ont un comportement problématique à l’égard du corps et de
la nourriture est d’approfondir les aspects théoriques et cliniques généraux
sur le processus de construction et de développement de l’identité person-
nelle au cours de la petite enfance en abordant l’une des « organisations
de personnalité » de base, celle qui est appelée l’organisation des troubles
alimentaires psychogènes ou psychosomatique (Bara, 1996 ; Guidano et
Liotti, 1983). À cette fin, nous avons choisi des enfants âgés de 8 à 10 ans,
parce que dans le parcours du développement individuel l’école primaire
marque la première confrontation avec les exigences extérieures à la famille.
À cet âge, la façon de percevoir les autres se modifie, l’enfant commence
progressivement son individuation personnelle et on assiste à l’émergence
d’un sens de soi.
Existe, par ailleurs, la nécessité concrète de trouver des stratégies
d’intervention ciblées à des fins cliniques, notamment pour le traitement
des troubles de comportement alimentaire qui constituent, de nos jours,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
212 Pédagogie et psychologie des émotions

une source de préoccupation sociale, étant donné leur apparition de plus


en plus précoce et leur importance dans la croissance. L’échec substantiel
des programmes d’intervention classiques en psychologie éducative et
nutritionnelle (Smolak, Levine et Striegel-Moore, 1996 ; Vandereycken et
Nordenbos, 1998) est également préoccupant. Il faut aussi pouvoir trouver
les moyens et les moments pour intervenir sur le trouble de comportement
alimentaire sans commettre l’erreur de focaliser uniquement sur la patho-
logie, ce qui transmettrait un message « pathologisant » qui augmenterait
les risques au lieu de les réduire, comme cela a été observé en différentes
occasions (Carter, Stewart, Dunn et Fairburn, 1997). La définition des
étapes du parcours de construction de l’identité personnelle chez un sujet
qui souffre d’un trouble alimentaire psychogène facilitera, dans l’avenir,
la mise au point d’une intervention efficace de prévention de la maladie.
Cette définition doit être basée sur l’exploration et la prise de conscience du
fonctionnement émotionnel personnel ou métaconnaissance des émotions
et non sur les aspects du contrôle du poids, de la nourriture et de la forme
physique. Il s’agit là d’une prise de position au cœur d’une optique partagée
des travaux et des projets dans plusieurs domaines différents, mais qui vont
tous dans la même direction (Izard, 2002 ; Izard, Fine, Mostow, Trentacosta
et Campbell, 2002 ; Pons, Doudin, Harris et de Rosnay, 2002).
Favoriser l’exploration du niveau tacite des émotions à travers des
exercices et des jeux individuels et collectifs et promouvoir l’exploration
des sensations nouvelles en situation assistée augmentent la flexibilité
individuelle. Favoriser le partage, la communication et la confrontation de
ses propres expériences émotives et des stratégies pour gérer des situations
émotionnellement difficiles aide l’enfant à expérimenter des points de vue
différents qui facilitent l’activation du processus de réflexion sur sa propre
expérience. Faire l’expérience de différentes stratégies d’adaptation (coping)
dans l’interaction avec les camarades aide à relativiser celle qui resterait
autrement l’unique lecture possible de la réalité. Le rappel de l’expérience
quotidienne de sa propre vie émotive, le partage avec les autres des vécus
personnels, la découverte et l’exploration de la dimension sociale des
émotions et l’importance de la prise de conscience par soi-même de ses
mécanismes émotifs reflètent les objectifs éducatifs que les théoriciens du
constructivisme ont soulignés à maintes reprises (Black et McClintock,
1996 ; Cunnigham, Duffy et Knuth, 1991 ; Knuth et Cunnigham, 1993). Ils
forment les éléments fondamentaux d’une croissance saine de chaque enfant
et sont donc des aspects importants au sein d’un processus éducatif qui
a pour objectif le bien-être individuel. Toutefois, certains enfants peuvent
profiter plus que les autres d’un ensemble d’interventions sur la conscience
émotionnelle. Ceux qui en tireront le plus de bénéfices, et pour les raisons

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 213

les plus diverses, ont eu peu d’espace pour expérimenter cette dimension
dans le contexte de leur vie familiale. Nous reprendrons ces aspects au
cours du chapitre.

2. LE CADRE DE RÉFÉRENCE CLINIQUE :


LE COGNITIVISME CONSTRUCTIVISTE
OU RELATIONNEL
L’approche du cognitivisme constructiviste ou post-rationaliste clinique
(Arciero et Guidano, 2000 ; Bara, 1996 ; Guidano, 1987, 1991 ; Guidano et
Liotti, 1983 ; Liotti, 2001 ; Mahoney, 1995 ; Nardi, 2001 ; Reda, 1986) est un
modèle théorique original né au sein du mouvement cognitiviste classique
ou cognitivisme rationnel (Beck, 1976 ; Beck et Freeman, 1990 ; Ellis, 1962).
L’un des aspects nouveaux de ce modèle est qu’il représente le rôle central
du vécu émotionnel et de la narration rationnelle de ce qui est ressenti
émotionnellement comme un élément structurel dans le développement
et la stabilisation du sens de soi, de sa propre identité et de sa propre
continuité dans le monde. Une clé de lecture évolutionniste des processus
cognitifs et des émotions qui en souligne la fonction adaptative (Barkow,
Cosmides et Tooby, 1995 ; Buss, 1998 ; Crawford et Krebs, 1997 ; Darwin,
1872 ; Gaulin et McBurney, 2000 ; Gilbert, 2000, 2001 ; McGuire et Troisi,
1998 ; Stevens et Price, 1996) nous aide à situer les mécanismes relation-
nels, sociaux ainsi que les émotions dans l’histoire phylogénétique de
l’espèce humaine. À cette vision, le cognitivisme constructiviste ajoute la
perspective suivante : les émotions ont une fonction adaptative importante
même – et notamment – dans la vie de chaque individu. Elles se forgent lors
du développement, tels des schémas tacites organisant et guidant la cons-
truction de notre sentiment d’identité personnelle (Guidano, 1987, 1991),
la régulation de la relation avec les figures significatives et les interactions
en général (Lambruschi, 2004 ; Nardi, 2001), la perception de soi, de l’autre
et du monde (Liotti, 2001).
C’est en fait à partir de nos schémas émotifs que se construit le sens
des événements, de nous-mêmes et de notre histoire. La thèse de base de
ce modèle clinique consiste à penser que la connaissance représente le
processus de construction d’un monde qui donne toute sa cohérence au
passage de l’expérience immédiate du sujet et qu’il n’est pas une simple
reproduction plus ou moins véridique d’une réalité objective donnée. Il
existe des régularités dans le processus de construction de la cohérence
et, à la base de ces processus de classement – les « core ordering processes »
(Mahoney, 1991) – de même que dans l’expérience émotionnelle immédiate,
on retrouve la description narrative consciente de cette expérience. Ces

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
214 Pédagogie et psychologie des émotions

processus de classement permettent à la personne de construire son propre


sens d’identité à l’intérieur des relations significatives façonnant le domaine
de l’intersubjectivité.
La perception de la permanence de soi (self-permanence) est construite
(scaffolded) dès le début de la vie par le flux des émotions récurrentes qui
naissent dans l’interaction mère/nouveau-né, dont la qualité de régulation
et d’ordre dépend de la qualité de la relation d’attachement. Cette percep-
tion de soi, qui ne s’exprime pas par le langage chez les jeunes enfants, est
l’ensemble des sensations physiques, des états d’activation (arousal) qui
sont régulés par la quantité et la qualité des échanges avec la figure d’atta-
chement (caregiver). Cette expérience émotionnelle immédiate fournit une
grille de perceptions affectives grâce à laquelle chaque nouvel événement
sera assimilé. Il existe un échange continu entre la perception immédiate
de notre flux émotionnel, de ses modifications, des événements que nous
sommes en train de vivre (état affectif transitoire) et l’ensemble des schémas
sémantiques de lecture de l’expérience qui se consolident au fur et à mesure
(les traits ou les prédispositions dans l’acception classique) et qui filtrent
l’expérience immédiate, en sélectionnant ce qui est cohérent avec eux par
un accès à la conscience narrative. L’activation régulière et constante du
schéma menace/danger/fragilité, par exemple, que l’on retrouve générale-
ment dans un itinéraire de développement anxieux, conduit à sélectionner,
de préférence dans le flux des états d’activation transitoires, les signaux qui
sont compatibles avec la gamme des signaux révélant la peur. Un adolescent
aux prises avec des composantes dépressives, dont le leitmotiv de vie est
la solitude et l’abandon, placé devant la perspective d’aller étudier dans
une autre ville avec une bourse d’études aura de la difficulté à activer les
émotions d’excitation causées par la situation nouvelle : joie pour la belle
occasion, de curiosité à l’égard de l’avenir, fierté d’avoir obtenu la bourse
d’études. Il aura des difficultés à penser que ce qui lui arrive est un succès
personnel ; il aura tendance, au contraire, à focaliser sur les moments
pendant lesquels il ressent le sentiment de solitude créé par le contexte
nouveau. La mélancolie et la tristesse seront les émotions prégrantes qui
l’accompagneront dans son nouveau parcours de vie.
L’acquisition du langage permet de décrire ces états intérieurs,
l’atteinte de niveaux d’autodescription de plus en plus abstraits et la
différenciation entre mémoire épisodique et mémoire sémantique : il s’agit
d’une description sélective des expériences vécues. Ainsi, le langage offre
la possibilité d’activer des mécanismes de distanciation de l’expérience
immédiate lorsque celle-ci apparaît incompatible avec l’estime de soi de
base. La description de notre expérience émotionnelle au moyen du langage
est à la base de notre « identité narrative ». La fonction narrative est inhé-
rente à la recherche constante des êtres humains qui tentent de créer des

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 215

structures ordonnées à partir de la multiplicité chaotique de l’expérience


(Goncalves, Korman et Angus, 2000) qui se manifeste sur tous les plans
(Gopnik et Melzoff, 1997 ; Spelke, 1994 ; Wellman et Gelman, 1992). La
fonction narrative a donc pour objectif d’établir la continuité de signifi-
cation dans l’expérience vécue de manière immédiate (Neimeyer, 1995) et
d’intégrer les diverses expériences de vie en unités dotées de sens, tout en
en déterminant les régularités (Mancuso et Sarbin, 1983). Le narrateur de
soi, grâce aux explications qu’il se donne de l’expérience vécue, conserve le
sentiment de continuité de soi en prévoyant toutes sortes de discontinuités
(Nardi, 2001).

2.1. LES ORGANISATIONS DE LA PERSONNALITÉ


Dans l’approche cognitiviste/constructiviste, quatre modèles de base diffé-
rents ont été déterminés grâce auxquels le sens de la cohérence de soi peut se
construire. Ce sont les « organisations de la personnalité – OdP »– (Guidano
et Liotti, 1983). Les organisations de la personnalité ont été définies à partir
des symptômes qui apparaissent le plus souvent au cours de la phase de
décompensation phobique, obsessionnelle, dépressive causé par un trouble
alimentaire psychogène. Il s’agit là d’un « étiquetage » de la personnalité
qui a tendance à mettre en évidence les aspects psychopathologiques, au
détriment des aspects « sains » qui sont présents et tout aussi importants
(Rezzonico et Strepparava, 2004). Il existe des thèmes narratifs de prédi-
lection pour chaque organisation de la personnalité. Il y a ceux qui concer-
nent l’organisation de la personnalité dépressive, le schéma de la perte, de
l’absence de valeur, de la lutte contre un monde hostile, de la nécessité de
protéger les autres personnes qui sont toujours perçues comme plus fragiles
et plus faibles que le sujet. Il y a les thèmes associés au trouble alimentaire
psychogène, au schéma du jugement, au manque de confiance en autrui,
à l’idéalisation et à la déception, à la dépendance aux stimuli externes et
à ceux qui touchent à la curiosité. Pour l’organisation de la personnalité
obsessionnelle, il y a le schéma du besoin de perfection et de contrôle, de
la dichotomie bonté/méchanceté, vérité/mensonge, de la responsabilité
personnelle et de la menace de la catastrophe. Il y a également le schéma
du contrôle, de la dichotomie liberté/restrictions dans l’organisation de la
personnalité phobique.

2.2. LES SYSTÈMES MOTIVATIONNELS INTERPERSONNELS (SMI)


Le modèle des systèmes motivationnels interpersonnels ou SMI (Bowlby,
1988 ; Hinde, 1984 ; Liotti, 1990, 1994, 2001) est utilisé pour décrire le compor-
tement social et relationnel avec une attention toute particulière pour
l’expérience émotionnelle perçue de manière subjective lors des échanges

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
216 Pédagogie et psychologie des émotions

communicatifs et relationnels entre les individus. Il prend notamment de


l’importance dans le modèle cognitiviste pour la description des interac-
tions et des ordres relationnels entre les individus et pour caractériser les
diverses organisations (Liotti, 1990, 1996 ; Ruberti, 1996).
Les systèmes motivationnels sont des systèmes basés sur les compor-
tements innés et sur les principes qui les organisent, sélectionnés et gardés
dans le patrimoine génétique d’une personne en fonction des avantages
évolutifs pour l’individu et pour l’espèce qui prédisposent cette personne
à des actions (comportements) dans la perspective de modifier le rapport
entre elle et son milieu physique et relationnel.
Les systèmes motivationnels biologiques sont l’apanage comporte-
mental de tous les organismes vivants (exploration, alimentation, dépré-
dation, défense du territoire, défense personnelle, défense de l’espèce). Les
systèmes motivationnels interpersonnels ou SMI (attachement, protection,
compétition-rituel, coopération, sexualité, exploration du jeu social) sont
présents dans les espèces d’une grande complexité sociale. L’enfant qui,
au parc avec sa maman, s’éloigne pour jouer avec les autres enfants, mais
qui continue de regarder sa mère du coin de l’œil pour être sûr qu’elle est
toujours dans son champ de vision, oscille entre l’activation du système
motivationnel de l’attachement lui disant « reste près de qui peut te
protéger » et celui de l’exploration lui indiquant « suis ce qui t’intéresse ».
L’adolescent qui se vante de son ordinateur portable dernier cri doté d’une
webcam devant ses amis agit selon le système motivationnel de compétition
pour signaler sa supériorité au sein du groupe de pairs. L’émotion de joie
des footballeurs d’une équipe qui s’embrassent à la suite d’un but marqué
révèle à quel point le système motivationnel coopératif a été activé en eux.
Toutes les interactions humaines complexes peuvent être mises en rapport
avec ces schémas de relation.
Les émotions que nous percevons au cours d’une interaction représen-
tent le signal subjectif et indiquent quel SMI a été activé. Le fait de percevoir
de la honte, de l’humiliation ou, encore, de la provocation ou du mépris
donne le signal subjectif que l’individu est engagé dans une interaction
de nature compétitive, où l’autre est perçu comme lui étant supérieur et
comme un vainqueur et où lui se perçoit comme un perdant. Les interac-
tions compétitives-rituelles sont activées par la perception qu’une ressource
(au sens propre, comme un bien et au sens figuré, comme le pouvoir)
est limitée. Le premier objectif de l’échange relationnel est d’établir, de
manière physique ou symbolique, le rang et la prédominance, en recevant
des signaux d’abandon. Triomphe, pouvoir, orgueil, satisfaction, mépris,
supériorité et colère sont les émotions de ceux qui se perçoivent comme
des vainqueurs ; la peur du jugement, la honte, l’humiliation, la tristesse et
l’envie sont le lot de ceux qui se perçoivent comme des perdants.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 217

Le SMI de l’attachement est activé par la perception de la vulnérabilité


que l’on a de soi, le but de la relation étant d’obtenir protection et sécurité.
Les émotions qui le caractérisent sont : la sécurité, la joie, le réconfort, la
confiance si la proximité affective est atteinte et, dans le cas contraire, la
peur, la tristesse et le désespoir. Le SMI « prendre soin de quelqu’un »
(« caring ») est activé par des demandes d’aide et de réconfort. Le but de la
relation est de protéger et d’obtenir des réponses de sécurité et de soula-
gement qui déclenchent les émotions de tendresse protectrice et de joie ou
bien de sollicitude anxieuse, de sentiment de faute et de compassion si l’on
ne réussit pas à induire la diminution de la souffrance.
À un ordre relationnel de nature coopérative ou paritaire correspon-
dent les situations dans lesquelles un objectif – qui améliore la situation
de tous – est perçu comme pouvant s’atteindre uniquement avec l’apport
des membres d’un groupe, et ce, grâce à des comportements de nature
collaborative et en l’absence de signaux compétitifs. Proximité affective,
fidélité, confiance et compréhension ou, au contraire, isolement et méfiance
sont quelques-unes des émotions qui les caractérisent.
Le SMI sexuel a la reproduction pour finalité biologique, mais avec
le temps s’est ajoutée chez les espèces les plus évoluées la fonction de
préserver la stabilité du couple en apportant davantage de garanties pour
la survie de la progéniture. Séduction, pudeur, peur du refus et jalousie
représentent la gamme des émotions qui le caractérisent.

2.3. COMMENT RECONNAÎTRE LES DIFFÉRENTES ORGANISATIONS


DE PERSONNALITÉ ?

À l’âge adulte, les organisations de la personnalité peuvent donc être


distinguées en fonction :
➢ de la sensation interne d’amabilité – « on peut m’aimer peu
importe ce que je fais » (organisation de la personnalité phobique)
de manque d’amabilité – « personne ne peut m’aimer parce que
je ne suis pas digne d’amour » (organisation de la personnalité
dépressive) ; d’amabilité conditionnée – « on m’aime seulement si
je respecte certaines règles » (organisation de la personnalité obses-
sionnelle) ; ou d’amabilité oscillante « si je suis comme tu veux que
je sois, je sens que tu m’aimes » (organisation de la personnalité
provenant d’un trouble alimentaire) liée à la qualité de la relation
avec les figures d’attachement ;
➢ de la tendance à reconnaître les sensations et les émotions éprouvées
principalement en fonction des propres sensations internes – « je sais
comment je me sens » (organisations de la personnalité phobique

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
218 Pédagogie et psychologie des émotions

ou dépressive) – ou en utilisant des informations provenant de


l’extérieur, comme le jugement des figures d’attachement – « l’autre
me dit comment je dois me sentir » (organisation de la personna-
lité provenant d’un trouble alimentaire) – ou des règles abstraites
comme, par exemple, l’opinion commune – « les règles externes me
disent comment je dois me sentir » (organisation de la personnalité
obsessionnelle) ;
➢ de la manière dont est modulée la dynamique ressentir-décrire. Les
descriptions verbales et les explications logiques peuvent prévaloir
et cacher ainsi la qualité de l’expérience émotive immédiate (orga-
nisations de la personnalité obsessionnelle ou dépressive) ou il peut
y avoir une prédominance des fluctuations émotionnelles ayant une
possibilité de relecture cognitive très réduite (organisations de la
personnalité phobique ou provenant d’un trouble alimentaire) ;
➢ des schémas relationnels préférablement actifs : de compéti-
tion – « je dois montrer que je suis plus fort et te battre » (organi-
sations de la personnalité provenant d’un trouble alimentaire ou
obsessionnelle) ; coopératif – « nous sommes égaux, cherchons à
travailler ensemble » (organisation de la personnalité phobique
ou dépressive) ; d’attachement – « je suis fragile, reste près de
moi et aide-moi » (organisation de la personnalité phobique) ; de
protection – « je suis fort, je reste près de toi et je te protège » (orga-
nisations de la personnalité dépressive) ; de séduction « reste avec
moi parce que je suis attirant » (organisation de la personnalité
provenant d’un trouble alimentaire) avec sa gamme relative de
schémas émotionnels.

3. LES ÉMOTIONS DANS LES TROUBLES


ALIMENTAIRES PSYCHOGÈNES
Une première caractéristique de base des troubles alimentaires psychogènes
(anorexie, boulimie et obésité) est le sentiment ambivalent que l’on a de
soi : dans certaines situations, la personne se sent digne d’être aimée et
dans d’autres pas du tout, en fonction des messages d’approbation qu’elle
reçoit de la figure d’attachement. Une figure d’attachement intrusive et
ambivalente qui a empêché l’enfant d’explorer librement ses sensations
physiques, puis ses états émotionnels, est présente dans l’histoire de son
développement. Il en résulte une très grande difficulté à reconnaître et à
discriminer entre eux les différents états physiques, les sensations et les
émotions.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 219

Comme le propre du monde intérieur est instable, le jugement donné


par les autres est le seul moyen que la personne possède pour savoir qui
elle est et comment elle est. C’est seulement quand le jugement provenant
de l’extérieur est bon que la personne est sûre de valoir quelque chose.
L’estime de soi et la conscience de sa propre valeur dépendent toujours du
jugement positif ou négatif qui est reçu. De cet aspect dérivent la tendance
à s’examiner constamment, en se comparant avec les autres, et l’hypersen-
sibilité à l’égard d’émotions comme la honte, l’embarras et la déception.
Le déclenchement du flux émotionnel dépend principalement des stimuli
(relationnels) reçus de l’extérieur, même s’il est accompagné par la difficulté
de reconnaître les régularités et les liens entre nos états internes et les événe-
ments, dans les processus métacognitifs liés aux émotions. La construction
de l’identité est centrée sur le fait de réussir à faire ou à démontrer quelque
chose qui reçoit le consentement, l’approbation ou l’admiration d’autrui. On
se règle sur les attentes des autres, car le jugement positif confirme la valeur
que l’on a de soi et de son existence personnelle. L’instabilité de la figure
d’attachement suscite des déceptions au regard des relations significatives
et déclenche facilement la mise en œuvre de stratégies de distanciation
émotionnelle, malgré une attitude manifeste de familiarité apparente et de
proximité émotive. Les émotions egodystoniques de manque de confiance
et de méfiance s’activent facilement, entraînant ainsi le repliement consé-
cutif sur soi-même, le détachement et l’isolement. Sur le plan relationnel,
la tendance de base est l’entrée en relation de nature compétitive ou de
séduction, afin de conserver l’attention de l’autre centrée sur soi et de
recevoir des confirmations de sa propre amabilité. Une certaine confusion
règne souvent entre le système sexuel et celui de protection (tendance à la
protection érotisée). La plupart des situations relationnelles ou de prestation
sont interprétées en termes de défi compétitif, telles que les victoires ou les
défaites, avec une différence pour les sujets anorexiques – qui s’attendent
à pouvoir remporter le défi – et les sujets boulimiques et obèses, dont l’at-
tente relationnelle est davantage axée sur la défaite. Le corps est au centre
de l’attention et représente un moyen de contrôle de la relation (anorexie)
ou d’évitement de la proximité émotionnelle (boulimie et obésité) et les
sensations physiques trop intenses peuvent être vécues dans certains cas
comme des sensations effrayantes. Parfois, le court-circuit entre émotions
et réactions physiques peut déclencher – dans des situations de souffrance
émotive – des états de perception corporelle erronés. Il faut noter la présence
d’une difficulté marquée à réguler et à moduler l’activation des émotions,
avec des oscillations d’humeur parfois très brusques.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
220 Pédagogie et psychologie des émotions

4. QU’EN EST-IL DES ENFANTS


AUX PRISES AVEC UN TROUBLE
DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ?
Contrairement à ce que l’on observe pour les autres problèmes, tels que la
dépression infantile et les états d’anxiété – de nature phobique ou liés à des
problématiques obsessionnelles-compulsives –, il existe peu d’études sur les
émotions des enfants aux prises avec un trouble du comportement alimen-
taire. L’obésité, chez les adultes et chez les enfants, a longtemps été étudiée
comme étant uniquement un problème d’ordre médical ou du domaine
de la psychologie éducative et non pas comme un problème émotionnel et
relationnel. Et, chaque fois, l’attention s’est davantage portée sur les adultes
que sur les enfants obèses. En effet, l’obésité infantile est perçue de façon
moins problématique, du fait qu’elle concerne des individus en cours de
développement, susceptibles de changements physiques. Dans le cas de
l’anorexie, qui a été largement étudiée par les psychologues cliniques, les
problèmes cliniques n’avaient tendance à émerger, jusqu’à présent, qu’à
partir de l’adolescence. Ce n’est que récemment que l’anticipation du début
clinique de la problématique anorexique et l’augmentation des pathologies
liées à l’obésité infantile ont attiré l’attention des psychologues cliniques et
de ceux du milieu éducatif.
Une autre difficulté, lorsqu’on aborde le thème des émotions chez les
enfants qui ont des problèmes liés à l’alimentation, dépend de la nature
même du trouble : le corps, prend toute son importance en raison des diffi-
cultés que ces sujets ont à reconnaître et à exprimer leurs émotions et, par
conséquent, à les conceptualiser et à les décrire. Ce n’est pas un hasard si,
dans ce genre de troubles – tels que les troubles psychosomatiques infan-
tiles – le corps est décrit comme un outil d’amplification servant à réguler
la relation (Ruggerini, Lambruschi, Neviani, Guaraldi et Manerchia, 2004) ;
par le fait qu’il se sente mal physiquement, l’enfant réussit à tenir près de
lui une figure d’attachement qui autrement serait insensible à son malaise
émotif.
Certains renseignements sur le style relationnel individuel observé
chez les enfants aux prises avec un trouble alimentaire psychogène
viennent des recherches – en réalité peu nombreuses – sur l’attachement
(Ward, Ramsay, Turnbull, Benedettini et Treasure, 2000 ; Ward, Ramsay et
Treasure, 2000), même si ces données ne sont pas tout à fait univoques. Un
pourcentage très élevé d’attachement incertain chez les sujets ayant des
troubles alimentaires psychogènes a été relevé (O’Kearney, 1996 ; Ward,
Ramsay, Turnbull, Benedettini et Treasure, 2000), de même qu’une présence
importante d’attachement ou de désorganisation (Broberg, Hjalmers et

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 221

Nevonen, 2001). Ce qui est moins évident, c’est la répartition des deux
formes d’attachement : incertain, d’évitement et anxieux-résistant. Les
psychologues cliniques tendent à isoler dans l’histoire du développement
de sujets anorexiques un attachement anxieux-résistant, alors que chez les
sujets obèses et boulimiques ils ont remarqué un attachement d’évitement,
en raison même de la présence de traits dépressifs à l’âge adulte. Quelques-
uns des travaux semblent indiquer toutefois la présence de l’attachement
anxieux-résistant, même chez les sujets boulimiques, ainsi que la présence
d’un pourcentage élevé d’attachement d’évitement chez les sujets anorexi-
ques (Latzer, Hochdorf, Bachar et Canetti, 2002).
S’il est relativement facile d’isoler les enfants sur une ligne d’évolution
vers l’obésité, grâce aux données physiques objectives, il est plus complexe
de reconnaître les sujets qui risquent une évolution psychopathologique
vers l’anorexie. Il peut être utile de savoir que la difficulté concernant la
perception adéquate de son corps a été reconnue comme étant l’une des
caractéristiques déterminantes de l’anorexie et de la boulimie (voir, par
exemple, les changements opérés dans les critères diagnostiques du DSM-
IV, le manuel diagnostique le plus utilisé dans le milieu psychiatrique
par rapport aux versions précédentes). En règle générale, les enfants ne
semblent pas faire très attention à leur corps et à leur silhouette ; c’est le
cas notamment des enfants qui se perçoivent – et qui sont perçus par leurs
parents – dans la norme. Un enfant scolarisé, de poids normal, mais qui se
sent gros et qui a une perception incohérente de lui-même peut être consi-
déré comme un sujet à risque de développer un trouble anorexique. Dans
l’histoire clinique des sujets boulimiques, on note souvent au cours de la
petite enfance un surpoids ou un excès pondéral qui a été vécu consciem-
ment, de manière très négative et culpabilisante. Chez les adultes obèses,
en revanche, on retrouve aussi bien des individus qui ont mal vécu leur
obésité infantile que des adultes qui, à l’opposé, ne se souviennent pas
d’avoir éprouvé des problèmes particuliers en raison de leur poids.
Une recherche, coordonnée par l’Université Milan-Bicocca (Faculté
de médecine), sur la prévention des troubles de comportement alimen-
taire (Strepparava, Linguadoro, Notaro, Strozzi et Grimi, 2002 ; Streppa-
rava, Stagnaro, Strozzi et Grimi, 2000), est en cours. Elle vise, en partie,
à approfondir les aspects relatifs au développement émotionnel chez les
enfants qui ont ce genre de problèmes et à mettre au point un programme
d’intervention dans les écoles, avec une évaluation de son efficacité. Pour
mieux comprendre l’histoire de l’évolution de ces problèmes cliniques,
il apparaît utile d’explorer l’autodescription que ces enfants donnent de
leur vie émotionnelle, en enquêtant pour découvrir si ces thèmes narratifs
sont en accord avec les observations cliniques faites sur les adultes et les
adolescents. Il serait intéressant de voir s’il existe des différences entre la

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
222 Pédagogie et psychologie des émotions

construction de la cohérence chez des enfants ayant un itinéraire d’obèse


et celle des enfants dont l’itinéraire pourrait conduire au symptôme de
l’anorexie. Nous présentons ci-après quelques-uns des résultats obtenus
jusqu’à présent.

5. ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES
Cent seize enfants, dont 54 filles et 62 garçons âgés de 8 à 10 ans (la moyenne
d’âge étant de 9,2 ans), qui fréquentent l’école primaire de deux villages de
taille moyenne dans le nord de l’Italie ont participé à cette étude. Quatre
classes de troisième année et deux classes de quatrième ont participé et on
a demandé et obtenu l’approbation de la famille de chaque enfant pour son
insertion dans l’échantillon de recherche.
Au cours de notre étude, les enfants ont reçu un questionnaire élaboré
ad hoc sur leurs habitudes alimentaires, sur leurs attitudes à l’égard de la
nourriture ainsi que sur d’autres aspects plus généraux relatifs à la percep-
tion de soi, tels que l’estime de soi, les habiletés relationnelles et certains
traits de personnalité. L’analyse des résultats de cette partie du travail
n’est pas pertinente dans cette section du chapitre ; elle est donc présentée
dans une autre partie (Strepparava, Grimi, Linguadoro, Notaro, Strozzi et
Rezzonico, 2003). Toutefois, dans le questionnaire, il y avait deux questions
touchant deux aspects – « je pense être gros » et « je pense avoir un gros
ventre et de grosses fesses » – qui ont été utilisées pour repérer les quatre
groupes étudiés. Ces questions sont reportées au tableau 1. Les réponses
à cette question pouvaient être cohérentes avec l’image de l’enfant : « oui »
dans le cas de surpoids ou d’obésité, « non » dans le cas de poids normal ;
ou incohérentes : « non » dans le cas de surpoids ou d’obésité, « oui » dans
le cas de poids normal.

TABLEAU 1
Les sous-groupes de sujets
Poids normal Poids normal Obèse Obèse
qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit
normal gros gros normal
Garçons 30 4 6 22
Filles 21 8 12 13
Total 51 12 18 35

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 223

Le psychologue ou l’enseignant chargé de cette expérimentation


demandait à l’enfant, au cours d’une entrevue individuelle, de donner
des exemples de situations où il avait éprouvé des émotions, telles que la
colère, la peur, le bonheur et la tristesse : « Est-ce que tu peux me raconter
une situation dans laquelle tu t’es senti content, en colère, triste ? Est-ce qu’il
y en a eu d’autres ? », sans que le nombre d’exemples rapportés soit limité.
Les réponses ont été transcrites immédiatement au cours de l’interview, puis
classées par trois juges indépendants, des psychologues cliniciens. Chaque
enfant était interviewé dans une pièce séparée, seul, sans limite de temps.
On estimait que l’entrevue était terminée quand l’enfant disait ne plus se
souvenir d’autres situations faisant référence à l’émotion mentionnée.
Ces quatre émotions ont été choisies parce qu’elles font partie des
émotions de base, et sont donc un point de départ évident pour évaluer
des différences éventuelles de fonctionnement individuel. La colère et la
tristesse sont en outre deux émotions qui apparaissent dans le SMI de l’at-
tachement, mais aussi dans celui de la compétition, dont l’activation est
privilégiée chez les sujets adultes souffrant d’un trouble de comportement
alimentaire. Ces émotions pourraient être plus présentes chez les enfants
éprouvant ces problèmes. Une limite de ce travail est de ne pas avoir
considéré les émotions autoconscientes, comme la honte, l’embarras et le
sentiment de faute (Lewis, 2000), liées au système du jugement et donc
probablement encore plus typique dans les organisations de la personna-
lité avec des troubles alimentaires psychogènes. Nous avons l’intention
d’approfondir cet aspect.

5.1. CRITÈRES D’ANALYSE DES RÉPONSES


Les réponses fournies par les enfants ont été classées par trois juges, selon
deux niveaux. À un premier niveau, plus général, on a évalué la focalisation
du sujet sur un état intérieur, sur le soi, ou bien sur un aspect extérieur de
la situation, la relation avec une autre personne présente dans la situation
décrite. Certaines des réponses ne pouvaient faire partie de ces deux caté-
gories parce qu’elles décrivaient une situation trop générale, par exemple la
guerre dans le monde ou le sida – et elles ont été classées dans des situations
abstraites. Au deuxième niveau, les réponses ont été classées en utilisant
comme critère d’analyse les systèmes motivationnels interpersonnels (voir
2.2) en cherchant à reconnaître dans la structure de l’événement raconté le
SMI activé. En effet, certains systèmes motivationnels se mettent en action
de préférence dans les organisations de la personnalité qui présente un
trouble de l’alimentation ; ils devraient être davantage représentés dans
les situations mentionnées par les sujets. Les critères de classification sont
reportés dans les tableaux 2a et 2b. Les cas pour lesquels les juges étaient

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
224 Pédagogie et psychologie des émotions

en désaccord ont été examinés pour en arriver à un consensus d’admis-


sibilité ou d’élimination. Les catégories qui ont été isolées sont décrites
ci-dessous :

TABLEAU 2A
Grille de classement des réponses centrées
sur la relation avec un autre ou « relationnelles »
Système
motivationnel
interpersonnel
activé
(SMI activé) Catégorie Description (positive ou négative)
Compétition Conflit Le sujet décrit une dispute ou une discussion avec
quelqu’un ou, au contraire, la résolution d’une dis-
pute/discussion pour faire la paix.
Volonté Le sujet décrit une situation dans laquelle quelqu’un
s’oppose à la réalisation d’un désir du sujet ou, au
contraire, une situation dans laquelle quelqu’un
soutient la réalisation du désir du sujet et où l’action
peut être réalisée.
Injustice Le sujet décrit une situation dans laquelle il a le
sentiment d’avoir subi une injustice.
Intrusion Le sujet décrit une situation dans laquelle il ne se sent
pas respecté dans son corps et dans sa tête « se sentir
respecté ».
Jugement Le sujet décrit une situation dans laquelle il est jugé
ou puni – « avoir une mauvaise note » – ou est grondé
par sa mère ou reçoit un compliment ou est approuvé.
Coopération Activité Le sujet décrit une situation dans laquelle il fait des
choses avec d’autres personnes – « quand je vais à la
montagne avec papa ou mes amies ».
Exclusion Le sujet décrit une situation dans laquelle il se sent
exclu du groupe de ses pairs ou se sent intégré dans le
groupe.
Moqueries Le sujet décrit une situation dans laquelle il est l’objet
de moqueries de la part de ses camarades ou se sent
bien avec eux.
Attachement Séparation Le sujet décrit une situation dans laquelle il il vit une
séparation active d’une figure d’attachement ou dans
laquelle il se sent proche de la figure d’attachement.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 225

TABLEAU 2B
Grille de classement des réponses centrées
sur un état interne ou « subjectives »
Compétition Jugement Le sujet décrit une situation d’auto-évaluation
négative ou positive d’une prestation – « je ne suis
pas // je suis fort en maths ».
Attachement Solitude Le sujet décrit une situation d’un état de solitude ou
d’isolement – « je suis seul ».
Action Le sujet décrit une situation dans laquelle il fait une
activité physique pratiquée seul – « nager ».
État mental Le sujet décrit une situation dans laquelle il fait une
activité mentale pratiquée de façon solitaire – « je
lis », « je joue avec la console de jeu ».
Récompense Le sujet décrit une situation dans laquelle il reçoit
un objet concret – « Maman m’achète un jeu » ou « Je
reçois un cadeau ».
Exploration Nouveauté Le sujet décrit une situation dans laquelle il lui
arrive quelque chose de nouveau – « visiter un
endroit nouveau ».

Deux types de situations ne sont pas applicables aux catégories


prévues : il s’agit des épisodes dans lesquels le sujet décrit une situation où
il éprouve une sensation physique positive ou négative : « Ils me tirent les
cheveux, ils me secouent violemment », « Je suis malade » ; ces situations
sont classées comme « Sensation physique ». Il en est de même des réponses
qui renvoient à une réalité lointaine de l’expérience du sujet, et où l’enfant
décrit des situations extérieures ou abstraites (mort, obscurité, animaux
féroces, événements atmosphériques, voleurs, maladies, par exemple le
sida, cauchemars) ; ces situations sont classées à part comme « Événements
externes, peurs abstraites ».

5.2. RÉSULTATS
La capacité narrative des enfants, c’est-à-dire le fait qu’ils arrivent à activer
des souvenirs de situations liées à des émotions diverses mentionnées par
l’expérimentateur, est en substance la même d’un point de vue quantitatif.
Les moyennes – c’est-à-dire le nombre total des réponses divisé par le
nombre des sujets – donnent les chiffres qui permettent la comparaison
directe des groupes et sont indiquées dans le tableau 3. Tous racontent plus
ou moins le même nombre d’épisodes avec une légère différence entre les
sujets de poids normal qui se perçoivent gros, qui ont donné le nombre de
réponses le plus élevé, et les enfants obèses qui se perçoivent normaux, qui

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
226 Pédagogie et psychologie des émotions

ont donné le nombre de réponses le moins élevé. Dans les deux groupes
d’enfants obèses, on retrouve moins de situations exprimant de la colère
que dans les deux autres groupes.

TABLEAU 3
Moyennes des événements liés à chaque émotion
décrite par les sujets
Poids normal Poids normal Obèse Obèse
qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit
normal gros gros normal
Bonheur 2,7 3,0 2,7 2,3
Tristesse 2,3 3,5 2,4 2,3
Colère 2,6 2,5 2,2 1,9
Peur 2,5 3,6 3,0 2,1
Total 10,1 12,6 10,3 8,6

Essayons de voir maintenant, émotion après émotion, s’il existe des


différences dans le type d’histoires que les enfants nous ont racontées quand
on leur a demandé de penser aux différentes situations.
Les résultats sont présentés en indiquant pour chaque classe de situa-
tions le pourcentage de réponses, de façon à pouvoir comparer les groupes
rapidement. Pour l’analyse statistique, comme il s’agit de données catégo-
rielles, on a utilisé le chi carré pour la comparaison entre les catégories. Dans
certains cas, même si la distribution des réponses dans les quatre groupes
était différente, on pouvait obtenir des chiffres statistiquement significatifs
en réunissant les données relatives aux deux groupes d’enfants obèses, plus
proches entre eux d’un point de vue clinique.

5.2.1. Bonheur
Si l’on considère les trois grandes catégories de réponses – relationnelles,
subjectives, abstraites –, il n’y a aucune différence significative : les enfants
de poids normal décrivent davantage de situations liées à la relation
(69,0 %). Les enfants des trois groupes cliniques (poids normaux qui se
perçoivent gros, obèses qui se perçoivent gros, obèses qui se perçoivent
normaux) sont un peu plus centrés sur eux-mêmes (50,6 %, 49,0 %, 60,0 %
respectivement). Ce dernier résultat est statistiquement significatif
(chi2 = 11,37 ; p = 0,009 ; dl = 3). Cette donnée pourrait faire penser que, pour
les enfants qui ont des problèmes de poids, la joie est liée dans leurs récits à
des situations dans lesquelles les autres sont peu présents. La question qui
se pose immédiatement est de savoir si les enfants obèses ou les enfants qui,

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 227

même en étant de poids normal, se perçoivent comme trop gros disent être
heureux dans des situations différentes de celles racontées par les enfants
sans problèmes. Dans le tableau qui suit (tableau 4b), on a dressé une liste
des situations décrites par les enfants, avec leur pourcentage par rapport
à la totalité des réponses.

TABLEAU 4A
Bonheur dans les sous-groupes de sujets
Poids normal Poids normal Obèse Obèse
qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit
normal gros gros normal
Focalisation
sur la relation 69,0 50,6 49,0 60,0
Focalisation
sur l’état
intérieur 31,0 49,4 51,0 40,0
Total 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 %
(N = 136) (N = 36) (N = 50) (N = 79)

TABLEAU 4B
Situations de bonheur décrites par les enfants des quatre groupes
Bonheur PN PNG OB OBN
Relationnelles
Coopération Intégration dans le groupe
(non-moquerie, non-exclusion) 22,1 19,4 8,0 17,7
Activité avec d’autres 11,1 11,1 6,0 4,9
Attachement Attachement 17,6 16,7 22,0 15,2
Compétition Jugement (positif) 14,0 5,5 8,0 6,3
Non-compétition
(non-conflit, réalisation d’un désir ) 2,2 2,8 2,0 5,1
Intrusion (positive) 0,7 – – –
Injustice (positive) 0,7 – – 1,3
Subjectives
Attachement Activité physique solitaire 14,0 11,1 26,0 24,1
Activité mentale solitaire 0,7 – 8,0 5,1
Récompense 7,4 25,0 4,0 8,9
Compétition Autoévaluation 6,6 2,8 8,0 5,1
Sensation physique 0,7 2,8 4,0 3,8
Exploration Nouveauté 2,2 2,8 4,0 2,5
PN = Poids normal qui se perçoit normal, PNG = Poids normal qui se perçoit gros,
OB = Obèse qui se perçoit gros, OBN = Obèse qui se perçoit normal.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
228 Pédagogie et psychologie des émotions

L’analyse des catégories de réponses révèle des différences intéres-


santes entre les groupes. Dans chaque groupe, un cinquième des sujets
décrivent des situations d’attachement liées au bonheur et centrées sur
la présence d’une figure significative. On remarque deux différences
importantes entre les groupes d’enfants obèses et les autres : chez les enfants
obèses, le sentiment de bonheur est souvent déclenché par des situations
au cours desquelles ils pratiquent une activité physique ou psychique en
solitaires, comme la natation ou la danse sur une musique disco et la lecture
ou le dessin (34 % pour les obèses qui se perçoivent gros et 29,2 % pour
les obèses qui se perçoivent normaux comparativement à 14,7 % pour les
enfants de poids normal qui se perçoivent normaux et 11 % pour les enfants
de poids normal qui se perçoivent gros). À l’opposé, chez les deux groupes
de sujets de poids normal, ce sont davantage les situations coopératives,
comme jouer au foot ou passer du temps avec des amis, ou se sentir intégrés
dans le groupe, qui sont liées au bonheur (33,2 % et 30,5 %). Parmi les enfants
obèses qui se perçoivent gros, seulement 14 % mentionnent des situations
de coopération entre pairs comme sources de moments heureux. Si l’on
rapproche ce fait de ce qui a été dit auparavant, à savoir que c’est l’activité
physique pratiquée dans la solitude qui procure de la joie, un type de récit
chez les enfants obèses se profile peu à peu, en particulier chez ceux qui
apparaissent conscients de leur aspect physique, centrés qu’ils sont sur le
« se sentir bien tout seul ». L’analyse statistique a été conduite sur les macro-
catégories des systèmes motivationnels, et c’est un résultat statistiquement
significatif (chi2 = 34,5 ; p = 0,01 ; dl = 18).
Les enfants de poids normal qui se perçoivent gros mentionnent plus
fréquemment (25 %) que les autres (enfants de poids normal qui se perçoi-
vent normaux [8,9 %], obèses qui se perçoivent gros [7,4 %] et obèses qui
se perçoivent normaux [4 %]) des situations dans lesquelles la joie est liée
au fait de recevoir une récompense concrète, un objet, un jeu, un gâteau,
comme si le besoin de contact affectif avec les personnes significatives ne
pouvait avoir lieu qu’à travers le moyen indirect d’une chose concrète et
seulement à cette condition.
Chez les enfants de poids normal, le jugement d’autrui est plus
souvent mentionné que chez les autres comme étant une source de bonheur
(14,0 %). Nous verrons à l’opposé (tableaux 5b, 6b et 7b) comment, dans le
cas des enfants obèses, le jugement des autres est très lié aux émotions de
peur, de tristesse et de colère.

5.2.2. Tristesse
La tristesse est beaucoup moins étudiée que les autres émotions de base,
parce que la majeure partie des recherches dans le champ clinique s’est
concentrée sur la dépression ou sur le deuil, qui ne sont pourtant pas équi-

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 229

valents à la tristesse, tout en étant des sentiments apparentés (Barr-Zisowitz,


2000). La tristesse, selon la lecture de la théorie des systèmes motivation-
nels, peut être liée soit à un état de frustration du besoin d’attachement,
soit à la perception de sa propre défaite dans le système de compétition.
Les réponses des enfants de l’échantillon étudié (tableau 5a) montrent une
différence nette et significative (chi2 = 15,6 ; p = 0,01 ; dl = 6) : les enfants
obèses sont beaucoup plus centrés sur leurs états intérieurs quand ils
racontent des épisodes de tristesse (27,2 % et 22,4 %), alors que les enfants
de poids normal évoquent en majorité des situations liées à des figures
significatives (82,1 %). Un autre élément intéressant est le pourcentage élevé
(14,6 %) d’enfants de poids normal se percevant gros qui racontent qu’ils
sont tristes à cause d’événements lointains ou de situations très éloignées
de leur expérience immédiate, comme les guerres dans le monde ou les
enfants qui meurent de faim (tableau 5a). Cette donnée, associée au fait
que peu d’entre eux (12,2 %) racontent des situations de tristesse liées à
une focalisation de l’attention sur leur état intérieur, semble être cohérente
avec ce qui a été observé à propos du bonheur.

TABLEAU 5A
Tristesse dans les sous-groupes de sujets
Poids normal Poids normal Obèse Obèse
qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit
normal gros gros normal
Focalisation sur
la relation 82,1 74,9 70,5 72,3
Focalisation sur
l’état intérieur 15,3 12,2 27,2 22,4
Événements
externes 2,6 14,6 2,3 5,3
Total 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 %
(N = 118) (N = 42) (N = 44) (N = 80)

Même dans le cas de la tristesse – comme pour le bonheur –, les enfants


de poids normal mentionnent beaucoup plus de situations coopératives,
dans ce cas négatives (tableau 5b), comme le fait de ne pas appartenir à un
groupe ou de se sentir exclu, comme sources de tristesse (22,9 % et 26,8 %),
alors que ces situations sont moins présentes chez les enfants obèses (9,2 %)
et chez les enfants obèses qui se perçoivent normaux (14,5 %).
Un fait très intéressant est que, chez les enfants de poids normal qui
se perçoivent gros, les situations d’attachement comme source de tristesse
sont peu mentionnées. Seulement 7,3 %, en fait, disent se sentir tristes quand
la maman ou une autre figure d’attachement est éloignée.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
230 Pédagogie et psychologie des émotions

TABLEAU 5B
Situations de tristesse décrites par les enfants des quatre groupes
Tristesse PN PNG OB OBN
Relationnelles
Coopération Exclusion du groupe des pairs
(moquerie, exclusion) 22,9 26,8 9,2 14,5
Attachement Attachement (séparation) 18,6 7,3 25,0 17,1
Compétition Jugement 19,5 17,1 22,7 15,8
Compétition (conflit, volonté) 14,4 17,1 6,8 18,4
Intrusion – 2,4 – 1,3
Injustice 2,5 – 2,3 2,6
Prendre soin Perception de la souffrance
d’une autre personne 4,2 2,4 4,5 2,6
Subjectives
Attachement Solitude 8,5 4,9 4,5 5,3
Compétition Autoévaluation 3,4 2,4 15,9 9,2
Sensation physique 3,4 4,9 4,5 7,9
Exploration Nouveauté – – ,.3 –
Externes 2,6 14,6 2,3 5,3
PN = Poids normal qui se perçoit normal, PNG = Poids normal, qui se perçoit gros,
OB = Obèse qui se perçoit gros, OBN= Obèse qui se perçoit normal.

Les situations de jugement, dans lesquelles l’enfant se sent jugé par une
autre personne ou se juge lui-même, sont beaucoup plus présentes chez les
enfants obèses (38,6 %) et chez les enfants obèses qui se perçoivent normaux
(25 %) que chez les enfants de poids normal qui se perçoivent gros (19,5 %)
et chez les enfants de poids normal qui se perçoivent normaux (22,9 %). En
général, toutes les situations de type compétitif sont sur-représentées dans
les deux groupes obèses (47,7 % et 47,3 %) et beaucoup moins présentes chez
les sujets de poids normal (39,8 %) et chez les enfants de poids normal qui
se perçoivent gros (39 %). Plus que chez tous les autres enfants, le contact
physique (se faire tirer les cheveux, se faire pincer) engendre de la tristesse
chez les enfants obèses qui se perçoivent normaux (7,9 %). Les résultats sont
statistiquement significatifs (chi2 = 28,4 ; p = 0,005 ; dl = 18).

5.2.3. Colère
Dans le modèle des systèmes motivationnels, la colère, comme la tristesse
peut être activée soit dans des situations d’attachement, comme protestation
contre le manque de soin et d’attention, soit dans le système motivationnel
de compétition comme colère de défaite.

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Cognition des émotions et psychopathologie 231

Dans notre échantillon, dans la plus grande partie des cas, la colère
est mentionnée en partie en référence à des situations de relation – je suis
en colère « avec quelqu’un » pour « quelque chose » – et en partie comme
état intérieur – « je me sens en colère ».

TABLEAU 6A
Colère dans les sous-groupes de sujets
Poids normal Poids normal Obèse Obèse
qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit qui se perçoit
normal gros gros normal
Focalisation sur
la relation 78,7 76,8 90,2 84,1
Focalisation sur
l’état intérieur 21,3 23,2 9,8 15,9
Total 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 %
(N = 106) (N = 30) (N = 40) (N = 66)

Toutefois, dans le groupe des enfants obèses, le pourcentage de ceux


qui décrivent un état intérieur de colère est beaucoup plus bas, seulement
9,8 % (tableau 6a). C’est comme si dans ce groupe d’enfants il y avait, plus
que dans les autres, une focalisation dramatique sur la relation (chi2 = 23,1 ;
p = 0,07 ; dl = 1). Si l’on s’attarde aux situations auxquelles les sujets font
référence, on note une présence marquée (12,3 %) de situations où l’enfant
raconte avoir subi une injustice. Ces situations sont en revanche beaucoup
moins présentes dans les autres groupes. De plus, seuls les enfants obèses
mentionnent des situations de colère d’attachement (voir tableau 6b).
Comme dans le cas de la tristesse, les enfants obèses rapportent
maints épisodes dans lesquels ils se sentent en colère parce qu’ils se jugent
eux-mêmes ou parce qu’ils sont jugés par quelqu’un d’autre : 17,2 % des
réponses totales pour les enfants obèses qui se perçoivent gros, 18,9 % pour
les enfants obèses qui se perçoivent normaux. Toutefois, dans ce cas, ce
sont surtout les enfants de poids normal se percevant gros qui racontent ce
type d’épisodes (23,4 %), alors que, chez les enfants de poids normal qui se
perçoivent normaux, seulement 9,6 % racontent des épisodes de jugement,
peu présents dans leurs récits. Rappelons que les situations de jugement,
pour eux, étaient connotées d’émotions positives (voir le tableau 4b).
Les situations de compétition, présentes en grand nombre chez les
enfants de poids normal qui se perçoivent normaux (58 %), sont cepen-
dant plus nombreuses dans les autres groupes. Contrairement à ce qui se
passait pour la tristesse, non seulement le pourcentage est plus élevé dans
les deux groupes d’obèses (68,7 % et 64,1 %), mais sa valeur est également

© 2005 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca

Tiré de : Pédagogie et psychologie des émotions, L. Lafortune, M.-F. Daniel, P.-A. Doudin, F. Pons et O. Albanese (dir.),
ISBN 2-7605-1360-2 • D1360N
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
232 Pédagogie et psychologie des émotions

élevée (66,8 %) dans le groupe d’enfants de poids normal qui se perçoivent


gros. Il semble donc, en ce qui concerne les récits des situations associées
à la colère, qu’il y ait une ressemblance entre les trois groupes que nous
pouvons définir comme cliniques (à cause de la caractéristique du problème
de poids ou d’une perception de soi-même inadéquate).

TABLEAU 6B
Situations de colère décrites par les enfants des quatre groupes
Colère PN PNG OB OBN
Relationnelles
Coopération Exclusion du groupe des pairs
(moquerie, exclusion) 28,4 20,0 24,4 28,7
Attachement Attachement (séparation) – – 2,4 2,9
Compétition Jugement 1,9 13,4 12,3 7,3
Compétition (conflit, volonté) 23,7 16,8 19,6 16,6
Intrusion 21,8 20,0 19,6 25,7
Injustice 2,9 6,6 12,3 2,9
Subjectives
Attachement Solitude 3,9 6,6 – 1,4
Compétition Auto-évaluation 7,7 10,0 4,9 11,6
Sensation physique 9,7 6,6 4,9 2,9
PN = Poids normal qui se perçoit normal, PNG = Poids normal, qui se perçoit gros,
OB = Obèse qui se perçoit gros, OBN = Obèse qui se perçoit normal.

Le contact physique est vécu comme une gêne pouvant tendre vers la
colère, notamment chez les deux groupes d’enfants de poids normal, alors
qu’il a davantage tendance à être rapproché du sentiment de peur chez les
enfants obèses, comme on peut l’observer dans le tableau 6b.
Pour le groupe d’enfants de poids normal qui se perçoivent gros, la