Vous êtes sur la page 1sur 1

Canaux de transmissions bruités

volontairement de la redondance au signal afin de le protéger contre les différentes perturbations.


On retrouve par exemple l’ajout de codes détecteurs ou correcteurs d’erreurs. Le codage de canal est
réalisé uniquement en bande de base. Une fois que ces symboles ont été ajoutés au signal
numérique, celui-ci est modulé afin de transformer le signal informatif en un signal physique capable
de transiter sur le canal de transmission utilisé. Le signal est alors transposé de sa bande de base à
une bande de fréquence bien plus haute. La technique de modulation est choisie en fonction de la
nature du canal, de son utilisation et du débit. Des techniques d’accès multiples ou de multiplexage
peuvent être employées afin de partager un même canal entre différents utilisateurs et d’optimiser
son utilisation, mais aussi de réduire l’influence des parasites. Suivant la technique employée, le
multiplexage peut être effectué dans ou hors bande de base. Une fois le signal à émettre mis en
forme (modulé, filtré, amplifié), il peut être transmis à travers le canal de transmission. A travers ce
cours, on supposera que le signal émis est vierge de tout parasite puisque toutes les précautions ont
été prises afin d’assurer la qualité du signal émis. Le passage de l’information à travers le canal est
critique. Le signal subit l’atténuation et les déformations inhérentes au canal ainsi que les différentes
perturbations extérieures qui se couplent sur le canal. Le canal n’est pas le seul responsable de
l’ajout de bruit au signal utile puisque l’ensemble des circuits de réception et de régénération du
signal ajoute une part non négligeable de bruit. En outre, le bruit n’est pas le seul problème. Le canal
présente certains défauts intrinsèques (inertie aux changements temporels, atténuation, …) qui
limite la quantité d’information qu’on peut faire passer à travers le canal. A partir de la théorie de
l’information (chapitre C), il est possible de prédire les performances limites théoriques d’un canal de
transmission. Le récepteur reçoit le plus souvent un signal faible, bruité et distordu qu’il va falloir
reconstruire avant de l’interpréter. La première étape de la réception consiste à filtrer le signal et à
l’amplifier afin de l’extraire du bruit ambiant et des interférences. Une étape de démodulation suit
afin d’extraire le signal utile et de le ramener en bande de base. Différentes étapes de régénération
permettent ensuite de reformer un signal numérique d’une qualité suffisante pour être traité par un
circuit électronique. L’opération de décodage de canal suit, afin de vérifier que le signal reçu n’est
pas erroné et enlever l’ensemble des symboles rajoutés lors du codage du canal. En cas de détection
d’erreur, des demandes de retransmission peuvent être prévues suivant le protocole employé. Le
signal numérique qu’on cherchait à transmettre peut enfin être envoyé au destinataire. Si la qualité
du canal et les techniques de fiabilisation de la transmission étaient suffisants, le destinataire ne
devrait faire aucune erreur d’interprétation et retrouver le signal original.

1.2 Technologie Ethernet TIA/EIA

spécifie les normes de câbles à paires torsadées à utiliser dans les environnements de câblage pour
réseau local (LAN). TIA/EIA 568-A et 568-B stipulent les normes de câblage commerciales pour les
installations LAN. Ce sont les normes les plus couramment utilisées dans les câblages LAN