Vous êtes sur la page 1sur 7

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS

I. DONNEES :
Bâtiment situe a Nice – Région sismique no 2 : ag = 2.5 m/s.
Dimension :
 Longueur des murs : L1 = 8m, L2 = 6m, L3 = 7m, L4 = 3m.
 Epaisseur des murs : 20 cm constante.
 Epaisseur des planchers : 20 cm.
 Le bâtiment suppose encastre en pied.
 Sol : spectre S des PS 92. Trouver le spectre pour :
 Sol compact
 Profondeur > 15m
 Pressiomètre : Pl = 1 Mpa.

Charge permanente :

Béton : 2.5 T/m3

Cloisons : 1 KN/m2

Revêtement de sol : 1 KN/m2

Façades : 2.5 KN/m2

Étanchéité : 1.5 KN/m2

Charge d’exploitations : 1.5 KN/m2 excepte terrasse 1 KN/m2


Matériaux : Béton fck = 25MPa,
Armatures : 500 MPa.

II. SOLUTION
1. Calculer la période propre du mode fondamental par formule empirique.
Pour les bâtiments jusqu'à 40 m de hauteur, la période fondamentale T peut être obtenu par
l’expression suivante :

T = Ct x H3/4
Ou :
 H : est la hauteur du bâtiment. H = 13.0 m.
 Ct : Pour les structures avec des murs de contreventement en béton, peut être prise
égale a :
Ct  0.075 / Ac

Ac : est l’aire effective totale des sections des murs de contreventement au premier
niveau du bâtiment en m2
Ac    Ai  (0.2  (lwi / H )) 2 

Ai = est l’aire effective de la section transversale du mur de contreventement dans la
direction considère au premier niveau du bâtiment, en m2
A1 = 0.2 x 8 = 1.6 m2
A2 = 0.2 x 6 = 1.2 m2
A3 = 0.2 x 7 = 1.4 m2
A4 = 0.2 x 3 = 0.6 m2

Lwi : est la longueur du mur de contreventement dans la direction parallèle aux forces
indiquées, en m.
Lw1 = 8 m, Lw2 = 6 m, Lw3 = 7 m, Lw4 = 3 m.

1
 Ac = 2.464 m2
 Ct  0.075 / 2.464  0.048
 La période fondamentale T = Ct x H3/4 = 0.048 x 133/4 = 0.327 s

2. CALCULER L’EFFORT TRANCHANT TOTAL AU NIVEAU DU SOL T0 DU AU


SEISME SEUL.
2.1. Classification du sol
Selon PS 92, trouver le spectre pour : sol compact, profondeur > 15 m et pressiomètre
Pl = 1.0 MPa, dans le tableau 5.21, on détermine la classification du sol de groupe b, le profil
de sol est S2.
Selon EC 8, on détermine la classe du sol C (pour SPT : 10 à 30 et vs,30 : 150 à 400)
Dans le tableau 3.3, avec type 2 et classe du sol C, on est obtenu :
S = 1.5 ; TB (s) = 0.1 ; TC (s) = 0.25 ; TD (s) = 1.2 

2.2. Détermination des masses.


Pour les charges d’exploitation, selon le tableau 4.2, on applique deux cœfficients réducteurs :
  0.8 pour plancher
  1 pour terrasse.
La surface de mur : Smurs = 0.2 x (8 + 6 + 7 +3) = 4.8 m2.
La surface du plancher : Splanchers = 12 x 17 – 4.8 = 199.2 m2.
 Etage courant :

Charges permanentes :

Planchers : 0.2 x 25 = 5 KN/m2.

Cloisons : 1 KN/m2.

Revêtements : 1 KN/m2.

Façades : 2.5 KN/m2.
Total : pc = 5 + 1 + 1 + 2.5 = 9.5 KN/m2.

 Charge d’exploitation : 1.5 KN/m2.


Masse de l’étage courant : 3 x 199.2 x (9.5 + 1.5 x 0.3 x 0.8)/9.81 = 586.026 (T)
 Terrasse :
 Charges permanentes :
 Plancher : 0.2 x 25 = 5 KN/m2.
 Etanchéité : 1.5 KN/m2.
Total : pt = 5 + 1.5 = 6.5 KN/m2.
 Charge d’exploitation : 1 KN/m2.
Masse de la terrasse : 199 x (6.5 + 1 x 0.3 x 1)/9.81 = 138.08 (T)
 Masse des murs : 4.8 x 13 x 25/9.81 = 159.021 (T)
Donc, on a la masse totale du bâtiment : m = 586.026 + 138. 08 + 159.021 = 883.127 (T)

2.3. Calcule du coefficient de comportement.


Pour un système de murs ductiles non couples on considère une classe de ductilité moyenne et
le coefficient de comportement vaut donc : q = 3 x kw
(1   0 ) / 3  1
kw  
 0.5
  0  : est le rapport de forme prédominant des murs du système structural.
  0   hwi / lwi
 hwi : hauteur du mur i.

2
 lwi : longueur de la section du mur.

Refends Direction Y
hwi (m) lwi (m)
1 13 8
2 13 6
3 13 7
4 13 3
Total 52 24

  0  = 52/24 = 2.1667
 kw = (1 + 2.1667)/3 = 1.056 >1.
On choisi kw = 1.
 q=3

2.4. Analyse de calcul pour l’analyse élastique.


 Le spectre de calcul Sd(T) :
Pour les composantes horizontales de l’action sismique, le spectre de calcul Sd(T) doit être
défini par l’expression suivante :
 2.5 TC
  ag  S  q  T
TC = 0.25 < T = 0.327 < TD = 1.2 : S d (T )  
   a
 g

Ou :
 ag = 2.5 m/s2.
 = 0.2.
 q : est coefficient de comportement. Voir le tableau 5.1, pour DCM et le
système de murs non couples : q = 3.0

 2.5 TC 2.5 0.25


 ag  S  q  T  2.5  1.5  3  0.327  2.389
 S d (T )  
   a  0.2  2.5  0.5
 g

Donc, Sd (T) = 2.389


 L’effort tranchant a la base de la structure :
Fb  Sd (T )  m  
Ou :
 m : est masse totale du bâtiment, m = 883.127 (T)
  : est le cœfficient de correction,  = 0.85 si T < 2 TC et si le bâtiment a plus de deux
étages.
 Fb = 2.389 x 883.127 x 0.85 = 1793.32 KN = 1.793 MN
Donc, l’effort tranchant total au niveau du sol du au séisme seul : T0 = Fb = 1.793 MN

3. ANALYSE DU MUR N0 1 AU NIVEAU DU SOL.

3
3.1. L’effort tranchant T1

Tableau : Répartition des efforts globaux sur les murs

I .d
IMur ii2 Ii Li
i /ii .x Ii di xi = di -d d1.x i .Ii /  Ii .x i2 Fi/F
no m  m4 m   m5 m   m6    
1 8 8.53 0.1 0.853 -5.294 0.466 239.125 -0.255 0.211
2 6 3.60 6 21.600 0.606 0.197 1.324 0.012 0.209
3 7 5.72 12 68.600 6.606 0.312 249.499 0.213 0.525
4 3 0.45 17 7.650 11.606 0.025 60.619 0.029 0.054
Total   18.3   98.703   1 550.567 0.000 1.000

Abscisse du barycentre des inerties : d   Ii /  Ii .d i


d1 = B/2 – d
o
Donc, l’effort tranchant T1 du mur n 1 au niveau du sol est de F1 = 0.211 x F = 0.379 MN

3.2. Descente de charge N1 a l’ELU – combinaisons accidentelles.


 Etage courant : Nc = 1.35 x 3 x 199.2 x 9.5 + 1.5 x 1.5 x 199.2 = 8112.42 KN
 Terrasse : Nt = 1.35 x 199.2 x 6.5 + 1.5 x 1 x 199.2 = 2046.78 KN
 Murs : Nm = 1.35 x 4.8 x 13 x 25 = 2106 KN
Donc, l’effort normal est supporte par les murs : N = Nc + Nt + Nm = 12265.2 KN.
Descente de charge N1 : N1 = 0.211 x N = 2593.28 KN.

3.3. Moment de renversement M1 du au séisme.


Moment résultant des forces horizontales a la base :
M0 = Fb x h x (2n +1)/ (3n) = 1.793 x 13 x (2 x4 +1)/ (3 x4) = 17.48 MNm.
Moment de renversement M1 :
M1 = 0.211 x M0 = 0.211 x 17.48 = 3.697 MNm

3.4. Dessiner le diagramme des contraintes normales dans le mur no 1.


La contrainte dans le mur est donnée par l'expression suivante :
N Mv
 1  1
A I
N1 (MN) 1.897
A (m²) 1.60
M1 (MN.m) 3.70
v (m) 4.00
I (m4) 8.53
  2.918MPa
 1
 2  0.548MPa

4
Diagramme des contraintes

3.500
3.000

2.500
Contraintes (MPa)

2.000
1.500

1.000
0.500
0.000
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
-0.500
-1.000
Abscisses (m)

Diagramme des contraintes

 Déterminons le diagramme des contraintes sans tractions :


Il nous faudra donc définir un diagramme triangulaire qui équilibre à la fois M et N, soit à
déterminer l'excentricité du au moment par rapport à l'axe du mur :
On a :
e = M/N = 3.7/1.897 = 1.95 m
La longueur de mur comprimé :
y = 3(L/2 - e) = 3 x (8/2 – 1.95) = 6.15 m.
Dans ce cas de figure, on appelle X = σ(x= 6.15m) notre contrainte maximale sur la fibre
extrême :
 X = 2 x N/((3 x (L/2 - e) x b) = 2 x 1.897/ (3 x (8/2 – 1.95) x 0.2) = 3.085 MPa.
Diagramme des contraintes dans le mur N°1 SANS TRACTIONS
  3.085MPa
 1
 2  0.0MPa

3.5. Dessiner le ferraillage du mur sur la hauteur du RdC et détaillez le ferraillage des
extrémités
3.5.1. Selon PS92.
Les contraintes de sollicitations étant toutes très faibles, le séisme n'est donc pas
dimensionnant, il faudra donc faire recours aux dispositions constructives relatives aux murs
non armés définies dans le PS 92.
 Zone Critique : Le mur sur la hauteur du RDC constitue une zone critique. La zone la
plus sollicitée étant le premier niveau; il faudra donc prévoir deux chaînages verticaux
constitués de 4HA12 avec des armatures transversales composées de HA6 espacées de
10cm.
 Section d'acier vertical :
Asvmin = 0,2% Ac (Section d'acier vertical) = 0,2*0,2*1/100 = 4cm2/ml pour les deux
faces du mur.
On a ainsi Asvmin =2cm2/ml pour chaque face du mur.
Sv  min (3hw; 400mm) → Sv  400mm.

5
On choisit comme armature les barres HA 12 et on trouve comme espacement S =
1,13/2 = 0,565m > 0,4m donc on prend Sv = 40 cm.
 Section d'acier horizontale :
Ash min = max (0,1%Ac; 0,25Asv) = 1cm2/ml/par face.
Sh  400 mm avec des aciers HA 12
Donc, on choisi : Sh = 400 mm.
D’où le ferraillage ci après :

3.5.2. Selon EC8 :


Le diamètre des barres verticales ne soit pas inférieur à 12 mm sur le premier niveau
du bâtiment. Dans tous les autres les étages, le diamètre minimal des barres verticales ne soit
pas inférieur à 10 mm. Donc, on choisi le diamètre des barres verticales pour le mur no 1 sur
le premier niveau être HA12.
Il convient que les barres verticales nécessaires pour la versificatrice a l’ELU en
flexion composée, ou pour le respect de toute disposition concernant les armatures minimales,
soient maintenues par une armature de confinement ou une épingle d’un diamètre supérieur
ou égal a 6 mm ou correspondant a un tiers du diamètre de la barre verticale dbL (12/3 = 4
mm). Donc, on choisi la diamètre des épingles être HA6.
L’espacement vertical : e = min (100 mm, 8 x dbL = 96 mm) = 96 mm.
D’où le ferraillage ci après :

4. Analyse du mur no 4.
On admettra que ce mur a une section rectangulaire.
Le mur no 4 comporte dans son axe une ouverture de 2 mètres.

4.1. Dimensionnez pour le séisme accidentel la hauteur du linteau de ouverture pour un béton
de qualité B25 au niveau RdC.
Pour le mur N°4 l'effort tranchant vaut : T4 = 0,0969 MN
 La contrainte de cisaillement total le long du chaînage du mur vaut :
Л = T*m*h/IG où :
 T : désigne l'effort tranchant horizontal moyen au niveau du linteau
 m : le moment statique /G de la partie de section située d'un côté de l'ouverture.
m = 1.25*0,2*0.5 = 0.125 m3
 IG : le moment d'inertie central principal.
IG = 0,2 x 33 /12 - 0,2 x 23/12 = 0.31667 m4
 H = 3.25 m
 Л = T*m*h/IG = 0.124 MN
 M = Л*a = 0.124 x 1 = 0.124 MNm
 Dimensions minimales des sections :
Les éléments linéaires doivent présenter les dimensions minimales définies ci-dessous :
B = e x h ≥ 625cm2
Avec : e = 0.2 m.
hmin > 0.3125 m
Donc, on choisi h = 0.35 m  d = 0,9h = 31,5 cm
 Lcrit = 1,5 x d = 47,25 cm ≈ 50 cm
Au = 0,033 x Mu/d = 0,033 x 124.4/0,315 = 13.03 cm2
On choisi alors 3HA25, Au = 14.73 cm2
En plus de cette section d’acier, on aura sur la face tendue une condition telle que :
1,4/fyd = 1,4/500 = 0,0028 ≤ ρ = A/(e x h)= 0.021 ≤ 0,037  OK,

6
 Effort tranchant :
Les armatures d'effort tranchant valent :
Vrd = Asw x z x fywd x cotgθ /S avec (θ = 45°)
 Asw /S ≥ Vrd x tanθ/ (z x fywd) = 124.4 x 1/(0,2835 x 435) = 10.085 cm2/ml
Espacement en zone courante : Stmax ≤ 0,5 d = 15 cm
On choisi un cadre et un épingle HA8 et S = 15 cm
Espacement en zone critique :
Stmax = min (24Φt ; 8Φl ; 0,25d) = 7,875cm.
On choisi Stmax = 7.5 cm

5. Fondations
Les sollicitations de calcul sont les suivantes : N1 = 1,897 MN et M1 = 3.697 MN.m
 Prédimensionnement de la semelle, on a :
σsol = 3N1/A → A = 3 x N1/σsol = 3 x 1,897/0,3 = 18.967 m2
(un coefficient de sécurité 3 pour la contrainte du sol en ELU)
 En prenant une longueur de la semelle égale à L = 10 m, on a une largeur B = 4.8m (A =
48 m2)
Il nous faudra donc définir un diagramme triangulaire qui équilibre à la fois de moment et
l'effort normal, soit à déterminer l'excentricité du au moment par rapport à l'axe du mur :
L’excentricité :
e = M1/N1 = 3.697/1.897 = 1.95 m.
Donc, e > B/6 = 4.8/6 = 0.8m  Il risque d'avoir donc soulèvement d'une partie de la
semelle, donc vérifions les contraintes :
 bs = 3(B/2 - e) = 1.35 m
 h > (B – e1 )/4 + 0.05= 1.2 m
et h > (L – L1)/4 + 0.05 = 0.55 m
On choisi h = 1.3 m  d = h – 0.1 = 1.2 m
On calculera la section d'acier nécessaire par la méthode des bielles :
As1 = N1 x (e – e1/2)/ [0.9 x d x fyd] = 1,897 x (1.95 - 0.1)/(0,9 x 1.2 x 435) = 74.654 cm2
En choisissant des barres 24HA 20, on trouve St = 20 cm.
Selon direction de la longueur, on choisi HA10.

6. La répartition des efforts entre ces refends sous séisme


On distingue deux effets distincts constitués par :
Mi = Ii x Xi x Γ/(∑Ii x Xi2) avec Γ = H x d
Un effet de translation :
Fi = Ii x H/ (∑Ii)
La répartition des efforts entre ces deux murs sous un séisme dont la direction est indiquée
comme suit se fait de la façon suivante :
Le mur N° 1 étant plus rigide que le mur N°4 il reprendra beaucoup plus d'effort que ce
dernier, aussi le séisme entraîne une rotation comme indiquée sur le schéma à cause du fait
que le centre de torsion et le centre de gravité ne sont pas confondu.