Vous êtes sur la page 1sur 16

à la découverte de l’Islam

Guide pour
connaître
L’ISLAM
L’Islam n’est pas une nouvelle religion,
c’est l’apogée et l’accomplissement
de l’unique vérité fondamentale que
Dieu a révélée à tous les peuples par
Ses prophètes. Une vie de paix, paix
avec soi-même, paix avec Dieu et avec
Ses créations, cela par la soumission
à Dieu et l’engagement dans sa voie.
L’Islam est une religion, une doctrine,
un ensemble de lois et un mode de vie,
pour un cinquième de la population
mondiale.
QUI SONT LES MUSULMANS ?
Des exploitations de riz indonésiennes
au désert au cœur de l’Afrique, des
gratte-ciel de New York aux tentes bé-
douines d’Arabie ; plus d’un milliard de
personnes de nationalités et de cultures
différentes sont musulmanes.
18 % seulement des musulmans vivent
dans le monde arabe ; un cinquième en
Afrique subsaharienne et la commu-
nauté musulmane la plus importante
du monde se trouve en Indonésie. Une
large part de l’Asie est musulmane tan-
dis que d’importantes minorités vivent
en Inde, en Chine, en Russie, en Amé-
rique du Nord et du Sud, et en Europe
de l’Est et de l’Ouest.
EN QUOI LES MUSULMANS CROIENT-ILS ?

Les musulmans croient en Dieu,


le Seul, l’Unique, l’Incomparable,
le Tout Miséricordieux, l’Unique
Créateur, Maître et Gardien de
l’Univers.
Ils croient aux anges, aux pro-
phètes (par qui Ses révélations ont
été transmises à l’humanité), au
Jour du jugement dernier (où cha-
cun répondra de ses actes).
Ils croient également à l’autorité
souveraine de Dieu sur le destin
(que celui-ci soit bon ou mauvais),
ainsi qu’à la vie après la mort.
Les musulmans croient aux mes-
sagers et aux prophètes envoyés
par Dieu. Et l’ultime message de
Dieu à l’humanité entière a été ré-
vélé au dernier prophète Moham-
med (que la paix soit sur lui) par
l’Archange Gabriel.
MOHAMMED, SCEAU DES PROPHÈTES

Mohammed est né à La Mecque en l’an 570, pendant la


période de l’histoire appelée le Moyen-Âge en Occident.
En grandissant, Mohammed se fit connaître pour sa
loyauté, sa générosité et sa sincérité, s’appropriant ainsi
le surnom « d’Al-Amîn », qui veut dire « la personne
digne de confiance ».
Mohammed était de nature contemplative et n’aimait
pas la décadence de la société dans laquelle il vivait.
Ainsi, à l’âge de 40 ans, pendant l’une de ses retraites de
méditation, il reçut sa première révélation de Dieu par
l’Archange Gabriel. Cette révélation divine s’étendit sur
23 ans, est appelée le Coran.
Mohammed commença à réciter les paroles qu’il avait
entendues de Gabriel et à prêcher la Vérité que Dieu lui
avait révélée. Mais les Mécquois, plongés dans l’igno-
rance, repoussèrent Mohammed et son petit groupe de
fidèles. Ces pionniers de l’Islam subirent de cruelles per-
sécutions.
En l’an 622, Dieu ordonna à la communauté musul-
mane d’émigrer. Cet événement, « El Hijra » ou l’Hégire
est la migration de La Mecque vers Médine, environ 460
km au nord. C’est le début du calendrier musulman.
La ville de Médine fut pour Mohammed et pour les mu-
sulmans un havre de paix et de sécurité d’où l’Islam a
pu s’étendre. Après quelques années, le prophète et ses
fidèles retournèrent à La Mecque où ils pardonnèrent à
leurs ennemis et établirent l’Islam définitivement.
Avant la mort du prophète, à l’âge de 63 ans, la plus
grande partie de l’Arabie était musulmane et en moins
d’un siècle après sa mort, l’Islam s’était répandu à
l’Ouest jusqu’en Espagne et à l’Est jusqu’en Chine.
COMMENT L’ISLAM S’EST-IL RÉPANDU
DANS LE MONDE ?

En quelques décennies après la mort du prophète, le territoire musulman s’est éten-


du sur trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Au cours des siècles suivants,
cet empire continua à s’étendre et l’Islam devint la religion majoritaire.
Une des raisons de son expansion rapide et pacifique est la simplicité de sa doctrine.
L’Islam appelle à la croyance en un seul Dieu, digne d’être adoré. De plus l’Islam
encourage continuellement les êtres humains à avoir recours à leur capacité d’obser-
vation, de réflexion, de discernement et d’intelligence.
La civilisation musulmane s’imprégna de l’héritage culturel d’anciennes civilisa-
tions, telle que la civilisation égyptienne, persane et grecque. La synthèse des idées
d’orient et d’occident, ainsi que de la pensée ancienne et de la pensée nouvelle, a
mené vers un progrès dans différents domaines de la science.
Les érudits travaillant dans la tradition musulmane se surpassèrent dans l’art, l’archi-
tecture, l’astronomie, la géographie, l’histoire, les langues, la littérature, la médecine,
les mathématiques et la physique... De nombreuses connaissances cruciales comme
l’algèbre, les chiffres arabes ou la conception du zéro (indispensable au développe-
ment des mathématiques), furent élaborées par les érudits musulmans et propagées
en Europe médiévale.
Plusieurs instruments sophistiqués, tels que les cadrans, les boussoles, les astrolabes,
les cartes de navigation et les cartes routières, ont été inventés et développés par les
musulmans qui rendirent possible les voyages de découverte pour les Européens.
QU’EST-CE QUE LE CORAN ?
Le Coran est la transcription complète et exacte de la
parole de Dieu transmise à Mohammed par l’Archange
Gabriel, pendant une période de 23 ans de révélation
céleste. Le Coran est la source première de la foi et de la
pratique pour chaque musulman.
Il traite de tous les sujets qui nous concernent en tant
qu’êtres humains : sagesse, doctrine, culte et loi ; mais
son thème fondamental est la relation entre Dieu et Ses
créatures. En même temps, le Coran fournit des direc-
tives pour une société juste, un comportement humain
correct et des principes économiques équitables. Défini-
tif et complet le saint Coran est la parole de Dieu magni-
fiquement élaborée et inimitable.
Unique et universel, le Coran est un guide pour la vie.
La foi, le culte, la morale, l’éthique sont façonnés dans
ce livre sacré.
Après le Coran, c’est l’exemple du prophète Moham-
med et ses pratiques quotidiennes qui sont sources de
guidance. Croire en la Sunna (les pratiques et l’exemple
du prophète) fait partie de la foi musulmane.
LES CINQ PILIERS DE L’ISLAM
Les « cinq piliers » de l’Islam sont la base de la vie pour tous les musulmans. Il s’agit
de :
La CHAHâDAH ou attestation de foi
« Il n’y a de divinité que Dieu l’Unique et Mohammed est le messager de Dieu ».
Cette déclaration de foi est appelée la Chahâdah, une formule simple que chaque
croyant la prononce. Par cette déclaration, les musulmans attestent que son seul but
est d’aimer Dieu, de Le servir et de Lui obéir à travers les enseignements du Coran
et les pratiques du dernier prophète, Mohammed (Salut et Bénédiction sur lui).
La SALâT ou prières rituelles
Les prières obligatoires sont au nombre de cinq par jour, elles sont un lien direct
entre Dieu et Sa créature. Ces prières sont réparties sur toute la journée. Les versets
récités durant l’accomplissement des prières sont dits en arabe, langue de la Révé-
lation. Quant aux invocations personnelles, elles peuvent être dites dans la langue
maternelle de chacun.
La ZAKâT ou impôt légal purificateur (aumône)
Un principe important de l’Islam est que chaque chose appartient à Dieu seul, qui
ne fait que confier les biens aux êtres humains. Le mot Zakât a deux sens : « purifi-
cation » et « croissance ». Nos biens sont purifiés lorsque nous mettons de côté un
pourcentage destiné à ceux qui sont dans le besoin et à la société en général. Cette
donation rééquilibre la répartition des biens et encourage une nouvelle croissance.
Le SAWM ou jeûne
Chaque année durant le mois de Ramadan (9ème mois du calendrier musulman), le
musulman jeûne de l’aube au coucher du soleil en s’abstenant de manger, de boire
et d’avoir des rapports sexuels avec son conjoint. Jeûner est bénéfique pour la santé,
c’est aussi une méthode de purification et de piété. En se privant du confort maté-
riel, même pour une courte période, une personne qui jeûne se concentre sur son
but dans la vie, en ayant constamment la présence de Dieu à l’esprit.
Le HAJJ ou pèlerinage
Le pèlerinage à La Mecque est un devoir pour les musulmans qui, physiquement et
financièrement, sont capables de l’accomplir. Ainsi, plus de deux millions de per-
sonnes de divers coins du globe se rendent à La Mecque chaque année, ce qui donne
une occasion unique aux gens de différentes nations de se rencontrer.
Le Hajj a lieu tous les ans pendant le douzième mois du calendrier islamique (qui
est lunaire et non pas solaire ; c’est ainsi que le Hajj et le Ramadan tombent en dif-
férentes saisons selon les années).
Les pèlerins portent un habit particulier : deux draps blancs identiques avec les-
quelles ils enveloppent leur corps. Cette simplicité enlève toute marque de classe
sociale ou autres différences puisque tous sont égaux devant Dieu.
Les rites du Hajj, dont l’origine remonte à Abraham, consistent à tourner autour
de la Kaabah sept fois et de marcher sept fois entre les collines de Safâ et Marwâ
comme le fit Hagar (Hâjar, l’épouse d’Abraham) en quête d’eau. Plus tard, les pèle-
rins se rassemblent dans les larges plaines d’Arafat (une grande étendue de désert à
l’extérieur de La Mecque) et participent à une prière pour demander pardon à Dieu,
ce qui est souvent perçu comme étant une avant-première du Jour du jugement
dernier.
La clôture du Hajj est marquée par « l’Aïd al Adhâ », la fête du sacrifice, célébrée
par des prières et des échanges de cadeaux pour toute la communauté musulmane.
Cette fête avec celle de « l’Aïd al Fitr » qui marque la fin du Ramadan (fin du jeûne),
sont les deux jours fériés du calendrier musulman.
LA FAMILLE MUSULMANE
La famille est la base de la société islamique. La paix et la sécurité offertes
par une unité familiale stable sont grandement valorisées et considérées
comme essentielles pour la croissance morale et spirituelle de ses membres.
Une communauté harmonieuse est créée par l’existence de grandes familles,
les enfants sont chéris et partent rarement de la maison avant leur mariage.
Dans la tradition islamique, les parents sont très respectés.
Les mères sont particulièrement honorées : le Coran enseigne que les mères
méritent une considération toute particulière et beaucoup de gentillesse du
fait qu’elles souffrent durant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement.
Elles sont présentes durant toute l’éducation des enfants et bien après encore.
C’est pourquoi les mères méritent une considération toute particulière.
Dans le Coran, il est écrit : « Nous avons commandé à l’homme [la bienfai-
sance envers] ses père et mère ; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine
sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. Sois reconnaissant envers Moi ainsi
qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. » (Coran 31, 14)
Le mariage en Islam est un acte sacré et un arrangement légal dans lequel
chaque partenaire est libre d’inclure des conditions particulières. Bien que
permis, le divorce ne peut être qu’un ultime recours. Les coutumes liées au
mariage varient largement d’un pays à l’autre.
Quel est le statut
des femmes en islam ?
Selon le Coran, hommes et femmes sont égaux devant Dieu. Les femmes ne sont
pas blâmées pour avoir désobéi en goûtant à « l’arbre défendu », et leurs souf-
frances durant la grossesse et l’accouchement ne sont en aucun cas une punition
pour cet acte.
L’Islam considère la femme célibataire, mariée ou divorcée, comme une per-
sonne ayant des propres droits, dont celui de gagner de l’argent et de disposer de
sa propriété et de ses gains librement. En ce qui concerne le mariage, la mariée
reçoit une dot, un cadeau offert par son futur époux. Elle garde son nom de
jeune fille. Ainsi, si elle se remarie plusieurs fois dans sa vie, elle n’aura pas à
changer de nom à chaque fois. Les rôles des hommes et des femmes sont com-
plémentaires et coopératifs. Les droits et les responsabilités des deux sexes sont
égaux et équilibrées dans leur totalité.
Le messager de Dieu a dit : « Le plus parfait des croyants dans la foi est celui qui
se comporte le mieux et qui est le plus aimable avec son épouse ».
Il a aussi dit : « Les femmes sont les sœurs des hommes ».
L’Islam a déterminé des règles vestimentaires
pour l’homme comme pour la femme, respec-
tant leur nature, leur pudeur et leur sensibilité
afin qu’ils vivent ensemble sainement dans la
sérénité et le respect réciproque. On trouve
des traditions spécifiques aux habits féminins
dans certains pays musulmans, mais il s’agit
là plutôt d’une expression de coutumes locales
que d’un principe religieux. De même, le trai-
tement infligé aux femmes dans certaines par-
ties du monde dit « musulman », montre que
certaines pratiques culturelles sont en désac-
cord, voire en contradiction, avec les ensei-
gnements islamiques.
COMMENT L’ISLAM GARANTIT-IL
L’ÉGALITÉ ET LES DROITS DE L’HOMME ?
La liberté de conscience est clairement énoncée dans le Coran : « Nulle
contrainte en religion. Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement.
Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Dieu saisit
l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Audient et Omnis-
cient. » (Coran 2, 256)
La vie, l’honneur et la propriété de tous les citoyens d’une société sont
considérés comme sacrés, que la personne soit musulmane ou non.
Le racisme, le sexisme et toutes formes de ségrégations sont incompa-
tibles avec l’Islam.
Le Coran parle de l’égalité humaine comme suit : « Ô hommes ! Nous
vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous
des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus
noble d’entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Om-
niscient et Grand-Connaisseur. » (Coran 49,13)
QUE DIT L’ISLAM
à PROPOS DE LA GUERRE ?

Comme le Christianisme, l’Islam autorise à lutter en cas


de légitime défense, pour protéger la religion ou pour
ceux qui ont été expulsés de force de chez eux.
Des règles de combat précises, qui incluent l’interdiction
de faire du mal aux civils et de détruire les récoltes, les
arbres et le bétail, sont imposées. Les musulmans pen-
sent que l’injustice triompherait dans le monde si les gens
bons n’étaient pas prêts à risquer leur vie pour une juste
cause.
On peut lire dans le Coran : « Combattez dans le sentier
de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas.
Certes, Dieu n’aime pas les transgresseurs. » (Coran 2,190)
« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’associa-
tion (Chirk : Adorer quelqu’un ou quelque chose en dehors
de Dieu ou avec Dieu), et que la religion soit entièrement
à Dieu seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre
les injustes. » (Coran 2,193)
« Et s’ils inclinent à la paix, incline vers celle-ci (toi aussi)
et place ta confiance en Dieu, car c’est Lui l’Audient, l’Om-
niscient. » (Coran 8,61)
Ainsi, la guerre intervient en dernier recours quand
toutes les autres alternatives ont échoué. Elle est soumise
à de rigoureuses conditions établies par la loi sacrée.
De nos jours, le terme « Jihâd », souvent utilisé à mauvais
escient, ne signifie pas « la guerre sainte » mais « l’effort ».
Ce terme n’est pas dans le Coran, il est un concept isla-
mique. Il peut s’utiliser aussi bien sur le plan personnel
(en tant qu’effort intérieur...) que sur un plan social, dans
la bienséance et la bonté.
Qui est jésus pour les musulmans ?
L’origine des Musulmans, des Chrétiens et des Juifs remonte au Prophète et
Patriarche Abraham. Leurs trois prophètes sont les descendants directs des fils
d’Abraham ; Mohammed de l’aîné Ismaël, Moïse et Jésus d’Isaac (que la paix soit
sur eux tous).
Les Musulmans respectent et honorent tout particulièrement Jésus. Ils le consi-
dèrent comme l’un des plus grands prophètes et messagers de Dieu. Un Musul-
man ne mentionne jamais son nom seul « Jésus », il ajoutera toujours la phrase
« que la paix soit sur lui ».
Le Coran confirme « sa naissance dans la virginité » et l’Immaculée Conception.
Une sourate spéciale du Coran porte le nom de « Maryam » (Marie) en l’honneur
de la mère de Jésus.
Jésus est né miraculeusement grâce à cette même force qui a fait d’Adam un être
humain sans père : « Pour Dieu, Jésus est comme Adam qu’Il créa de poussière,
puis Il lui dit : « Sois » et il fut ». (Coran 3,59)
Pendant sa mission prophétique, Jésus a accompli de nombreux miracles. Le
Coran nous raconte qu’il disait : « En vérité, je viens à vous avec un signe de la
part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oi-
seau, puis je souffle dedans : et, par la permission de Dieu, cela devient un oiseau.
Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission
de Dieu. » (Coran 3, 49)
Ni Mohammed, ni Jésus (que la Paix et la Bénédiction soient sur eux) ne sont
venus pour changer la doctrine fondamentale de la croyance en Dieu l’Unique,
apportée par les anciens prophètes, mais pour la confirmer et la renouveler par
ordre de Dieu.
POURQUOI L’ISLAM EST-IL
SOUVENT INCOMPRIS ?
L’Islam est fréquemment méconnu
voir incompris en occident. En effet,
on donne souvent une interprétation
erronée des textes sacrés et de son mes-
sage.
Les actualités très médiatisées, véhi-
culent abusivement des préjugés et
des amalgames envers cette religion
de plus d’un milliard de fidèles dans le
monde.
Cela est vraisemblablement dû au fait
que la religion ne prédomine plus sur
la vie de tous les jours dans les sociétés
occidentales.
Alors que pour les musulmans, l’Islam
gère leur quotidien et ils ne dissocient
pas le séculier du sacré.
En Occident, il y a à peine quelques dé-
cennies, l’Islam était considéré comme
une religion réservée aux orientaux.
Mais avec le nombre croissant de mu-
sulmans vivant en Occident, l’Islam
est petit à petit perçu comme une foi
universelle.
Les musulmans ne sont plus considé-
rés comme des étrangers, mais plutôt
comme faisant partie de la mosaïque
occidentale. Souvent, l’Islam est vécu,
non comme une religion uniquement,
mais aussi comme un mode de vie au-
quel on aspire.
Musulmans de France
20, rue de la Prévôté — 93120 La Courneuve
Tél : 01.43.11.10.60
www.musulmansdefrance.fr
contact@musulmansdefrance.fr