Vous êtes sur la page 1sur 919

Outils de support Windows

Windows offre de nombreux outils de support aux administrateurs système et au personnel de support afin de
diagnostiquer et de résoudre les problèmes informatiques.

Nombre de ces outils de support sont intégrés au système d'exploitation et peuvent être ouverts à partir du
centre d'Aide et de support. Des outils supplémentaires peuvent être téléchargés à partir du CD-ROM de
Windows.

mode sans échec


Si votre ordinateur ne démarre pas, il se peut que vous puissiez le démarrer en mode sans échec, qui utilise les
paramètres par défaut, sans connexion réseau.

Options de démarrage
Si votre ordinateur ne démarre pas normalement, vous pourrez peut-être le faire démarrer en mode sans échec.
En mode sans échec, Windows applique les paramètres par défaut (moniteur VGA, pilote de souris Microsoft,
pas de réseau, et les pilotes de périphérique strictement nécessaires pour démarrer Windows).

Si votre ordinateur ne démarre pas après l'installation d'un nouveau logiciel, vous pourrez peut-être le faire
démarrer avec le minimum de services en mode sans échec, puis modifier ses paramètres ou supprimer ce
logiciel ayant causé le problème. Si nécessaire, vous pouvez réinstaller le Service Pack, voire la totalité du
système d'exploitation.

Si un symptôme ne réapparaît pas lorsque vous démarrez en mode sans échec, vous pouvez éliminer le
paramétrage par défaut et les pilotes de périphériques minimaux parmi les causes possibles de l'impossibilité
pour l'ordinateur de démarrer.

Les options de démarrage sont les suivantes :

Mode sans échec


Windows démarre en n'utilisant que les fichiers et pilotes principaux (souris sauf modèle sur port série,
moniteur, clavier, stockage de masse, vidéo de base, services du système par défaut, aucune connexion
réseau).

Si votre ordinateur ne réussit pas à démarrer en mode sans échec, vous devrez peut-être utiliser la Console de
récupération pour rétablir votre système.

Pour démarrer l'ordinateur en mode sans échec


1. Imprimez ces instructions avant de continuer. Elles ne seront plus disponibles lorsque vous arrêterez
votre ordinateur à l’étape 2.

2. Cliquez sur Démarrer, sur Arrêter, puis dans la liste déroulante, cliquez sur Arrêter.

3. Dans la boîte de dialogue Arrêt de Windows, cliquez sur Redémarrer, puis sur OK.

4. Lorsque le message Choisissez le système d'exploitation à démarrer apparaît, appuyez sur F8.

5. Utilisez les touches de direction pour sélectionner le mode sans échec voulu, puis appuyez sur
ENTRÉE.

6. Si vous avez un système double ou multiple amorçage, sélectionnez l'installation à laquelle vous devez
accéder en utilisant les flèches de direction, puis en appuyant sur ENTRÉE.

AIEB Page 1 26/01/2011


Remarques
• En mode sans échec, vous ne pouvez accéder qu'aux fichiers et pilotes principaux (souris, moniteur,
clavier, stockage de masse, vidéo de base, services du système par défaut, aucune connexion réseau).

Vous pouvez sélectionner l'option Mode sans échec avec prise en charge réseau, qui charge tous les
fichiers et pilotes qui précèdent plus les services et pilotes essentiels pour lancer le fonctionnement en
réseau, ou vous pouvez sélectionner l'option Invite de commandes en mode sans échec, identique
au mode sans échec mais avec l'ouverture d'une ligne de commandes au lieu du démarrage de
l'interface graphique.

Vous pouvez aussi choisir Dernière bonne configuration connue, qui démarre votre ordinateur en
utilisant les informations du Registre sauvegardées lors du dernier arrêt.

• Le mode sans échec vous aide à diagnostiquer les problèmes.

Si un symptôme ne réapparaît pas lorsque vous démarrez en mode sans échec, vous pouvez éliminer
le paramétrage par défaut et les pilotes de périphériques minimum parmi les causes possibles.

Si un ajout de périphérique ou la modification d'un pilote cause des problèmes, vous pouvez utiliser le
mode sans échec pour supprimer ce périphérique ou revenir sur cette modification.

• Dans certaines circonstances, le mode sans échec ne vous sera d'aucune utilité ; c'est par exemple le
cas lorsque des fichiers système Windows qui sont nécessaires au démarrage de l'ordinateur sont
corrompus ou endommagés. Dans ce cas, la Console de récupération peut vous être utile.

• Pour que les touches de direction du pavé numérique fonctionnent, désactivez VERR.NUM.

Mode sans échec avec réseau


Windows démarre en n'utilisant que les fichiers et pilotes de base, ainsi que les connexions réseau.

Mode sans échec avec invite de commandes


Windows démarre en n'utilisant que les fichiers et pilotes de base. Après le démarrage, l'invite de commande
est affichée au lieu de l'interface graphique de Windows.

Pour démarrer votre ordinateur avec une invite de commandes


1. Imprimez ces instructions avant de continuer. Elles ne seront plus disponibles lorsque vous arrêterez
votre ordinateur à l’étape 2.

2. Cliquez sur Démarrer, sur Arrêter, puis dans la liste déroulante, cliquez sur Arrêter.

3. Dans la boîte de dialogue Arrêt de Windows, cliquez sur Redémarrer, puis sur OK.

4. Lorsque le message Choisissez le système d'exploitation à démarrer apparaît, appuyez sur F8.

5. Avec les touches de direction, mettez Invite de commandes en mode sans échec en surbrillance,
puis appuyez sur ENTRÉE.

6. Si vous avez un système double ou multiple amorçage, sélectionnez l'installation à laquelle vous devez
accéder en utilisant les flèches de direction, puis en appuyant sur ENTRÉE.

Remarques
• Pour que les touches de direction du pavé numérique fonctionnent, désactivez VERR.NUM.

AIEB Page 2 26/01/2011


Activer la journalisation de l'amorçage
Lorsque la journalisation de l'amorçage est activée, Windows enregistre dans un fichier tous les pilotes et
services chargés (ou non) par le système.

Ce fichier nommé ntbtlog.txt est placé dans le répertoire %windir%.

Les modes sans échec, sans échec avec réseau et sans échec avec invite de commandes ajoutent au journal
d'amorçage une liste de tous les pilotes et services chargés.

Ce journal d'amorçage est utile pour rechercher la cause exacte de problèmes de démarrage de l'ordinateur.

Activer le mode VGA


Windows démarre en utilisant le pilote VGA de base.

Ce mode est utile lorsque vous avez installé un nouveau pilote de carte vidéo qui empêche Windows de
démarrer correctement. Le pilote vidéo de base est toujours utilisé lorsque vous démarrez en mode sans échec
(simple, avec réseau ou avec invite de commandes).

Dernière bonne configuration connue


Windows démarre en utilisant les informations de registre et les pilotes sauvegardés par Windows au dernier
arrêt.

Toute modification effectuée depuis le dernier démarrage réussi sera perdue. N'utilisez cette option qu'en cas
de configuration incorrecte. Les problèmes dus à des pilotes ou fichiers endommagés ou manquants ne sont
pas résolus.

Pour démarrer l'ordinateur avec la dernière bonne configuration


connue
1. Imprimez ces instructions avant de continuer. Elles ne seront plus disponibles lorsque vous arrêterez
votre ordinateur à l'étape 2.

2. Cliquez sur Démarrer, sur Arrêter, puis dans la liste déroulante, cliquez sur Arrêter.

3. Dans la boîte de dialogue Arrêt de Windows, cliquez sur Redémarrer, puis sur OK.

4. Lorsque le message Choisissez le système d'exploitation à démarrer apparaît, appuyez sur F8.

5. Avec les touches de direction, mettez en surbrillance l'option Dernière bonne configuration connue et
appuyez sur ENTRÉE.

6. Si vous avez un système double ou multiple amorçage, sélectionnez l'installation à laquelle vous devez
accéder en utilisant les flèches de direction, puis en appuyant sur ENTRÉE.

Remarques
• Le fait de choisir Dernière bonne configuration connue permet de résoudre des problèmes liés, par
exemple, à l'ajout d'un pilote inapproprié pour votre matériel. Les problèmes dus à des pilotes ou
fichiers endommagés ou manquants ne sont pas résolus.

• Quand vous choisissez Dernière bonne configuration connue, seules les informations dans la clé de
Registre HKLM\System\CurrentControlSet sont restaurées. Toutes les modifications apportées aux
autres clés du Registre sont conservées.

• Pour que les touches de direction du pavé numérique fonctionnent, désactivez VERR.NUM.

AIEB Page 3 26/01/2011


Mode de restauration Active Directory
Cette option concerne le système d'exploitation serveur et sert uniquement à restaurer le répertoire SYSVOL et
le service d'annuaire Active Directory sur un contrôleur de domaine.

Mode de débogage
Windows démarre en envoyant des informations de débogage, transmises à un autre ordinateur connecté par
câble série.

Si vous utilisez, ou si vous avez utilisé les services d'installation à distance pour installer Windows sur votre
ordinateur, vous verrez peut-être s'afficher des options supplémentaires concernant la restauration ou la
récupération de votre système à l'aide de ces services.

Gestionnaire de périphériques
Utilisez le Gestionnaire de périphériques pour afficher et apporter des modifications à votre configuration
matérielle.

Utilisation du Gestionnaire de périphériques


Vous devrez peut-être ouvrir une session en tant qu"administrateur ou en tant que membre du groupe
Administrateurs pour effectuer certaines tâches.

Le Gestionnaire de périphériques fournit des informations sur l'installation et la configuration des composants
matériels de votre système, ainsi que sur l'interaction entre ce matériel et les programmes de votre ordinateur.

Le Gestionnaire de périphériques permet de mettre à jour les pilotes de périphérique associés au matériel
installé sur votre ordinateur, d'en modifier la configuration matérielle et de résoudre les éventuels problèmes.

Ouvrez le Gestionnaire de périphériques.

Remarques
• Pour ouvrir Gestionnaire de périphériques, cliquez sur Démarrer, pointez sur Paramètres, puis cliquez
sur Panneau de configuration. Double-cliquez sur Système. Sous l"onglet Matériel, cliquez sur
Gestionnaire de périphériques.

• Pour plus d'informations sur l'utilisation du Gestionnaire de périphériques, cliquez sur le menu Action
de ce composant, puis sur Aide.

• Pour plus d"informations, cliquez sur Rubriques connexes.

Informations système
Utilisez les Informations système pour afficher des informations complètes sur les composants de votre
matériel, de vos logiciels et de votre système.

Utilisation de l'outil Informations système


L'outil Informations système recueille et affiche des informations sur la configuration de votre système. Pour être
en mesure de résoudre vos problèmes système, les spécialistes du support technique ont besoin d'informations
précises sur votre ordinateur. Les informations système permettent ainsi de trouver rapidement les données
dont ils ont besoin.

Ouvrez Informations système.

AIEB Page 4 26/01/2011


Remarques
• Pour ouvrir les Informations système, cliquez sur Démarrer, puis sur Exécuter. Dans la zone Ouvrir,
tapez msinfo32.exe.

• Pour plus d'informations sur l'utilisation de l'outil Informations système, cliquez sur le menu ? (Aide),
puis sur Sommaire.

• Pour plus d"informations, cliquez sur Rubriques connexes.

Outil Performance
Performance contient en fait deux outils : le Moniteur système et les Journaux et alertes de l'Analyseur de
performances. Utilisez Moniteur système pour collecter et afficher des informations sur l'utilisation du matériel et
l'activité entre le système et les services. Journaux et alertes de performance enregistre les données de
performances et vous permet de définir des alertes système.

Utilisation de l'outil Performances


Vous devrez peut-être ouvrir une session en tant qu"administrateur ou en tant que membre du groupe
Administrateurs pour effectuer certaines tâches.

L'outil Performances de Windows est composé de deux éléments : Moniteur système et Journaux et alertes de
performance.

Le Moniteur système vous permet de recueillir et d'afficher en temps réel des données relatives à la mémoire,
au disque, au processeur, au réseau et aux autres activités, sous forme de graphes, d'histogrammes ou de
rapports.

Par le biais des Journaux et alertes de performance, vous pouvez configurer des journaux pour qu'ils
enregistrent les données liées aux performances et définir des alertes système qui vous permettront d'être
averti lorsque la valeur d'un compteur spécifié dépasse ou arrive en dessous d'un seuil défini.

Ouvrez Performances.

Remarques
• Pour ouvrir l"Analyseur de performances, cliquez sur Démarrer, pointez sur Paramètres, puis cliquez
sur Panneau de configuration. Double-cliquez sur Outils d"administration, puis sur Analyseur de
performances.

• Pour plus d'informations sur l'utilisation des Journaux et alertes de performance, cliquez sur le menu
Action du composant Performances, puis sur Aide. Pour plus d'informations sur l'utilisation du Moniteur
système, dans l'arborescence de la console, cliquez sur Moniteur système puis, dans la barre d'outils
du Moniteur système, cliquez sur le bouton Aide.

• Pour plus d"informations, cliquez sur Rubriques connexes.

Éditeur du Registre
Les informations de configuration de Windows sont stockées dans une base de données appelée le Registre.
La plupart des paramètres peuvent être modifiés par l'intermédiaire d'autres logiciels, mais les utilisateurs
expérimentés peuvent effectuer les modifications directement dans le Registre.

AIEB Page 5 26/01/2011


Utilisation de Regedit.exe
L'Éditeur du Registre Windows (regedit.exe) permet d'afficher, de rechercher et de modifier les paramètres de
votre Registre système, qui contient des informations sur le fonctionnement de votre ordinateur.

Même si vous pouvez utiliser l'Éditeur du Registre pour étudier et modifier le Registre, nous vous déconseillons
de le faire, car toute modification incorrecte risque d'endommager votre système.

Vous pouvez avoir besoin d'utiliser l'Éditeur du Registre, avec l'aide d'un technicien du support technique, pour
ajuster certains paramètres du système.

Regedit.exe est automatiquement installé en même temps que Windows et dans le même dossier que ce
dernier.

Pour démarrer Regedit.exe


1. Cliquez sur Démarrer, puis sur Exécuter.

2. Entrez Regedit, puis cliquez sur OK.

Windows Update
Utilisez Windows Update pour obtenir des informations en ligne actualisées sur les mises à jour de produits et
les problèmes connus. Windows Update comprend également des réponses aux questions fréquemment
posées.

Utilisation de Windows Update


Vous devrez peut-être ouvrir une session en tant qu"administrateur ou en tant que membre du groupe
Administrateurs pour effectuer certaines tâches.

Windows Update est l'extension en ligne de Windows grâce à laquelle vous pouvez garder votre ordinateur à
jour. Microsoft propose des mises à jour importantes, comprenant des mises à jour critiques, notamment de
sécurité, qui contribuent à protéger votre ordinateur des nouveaux virus et autres menaces qui peuvent se
répandre via Internet ou un réseau.

D'autres mises à jour contiennent des améliorations, comme des mises à niveau et des outils visant à optimiser
le fonctionnement de votre ordinateur. Windows Update analyse votre ordinateur et vous propose ensuite une
sélection de mises à jour entièrement personnalisée, qui s'applique uniquement aux logiciels et au matériel dont
vous disposez.

Pour rechercher les mises à jour disponibles


1. Ouvrez Windows Update dans le Centre d"aide et de support.

2. Dans la page d'accueil de Windows Update, cliquez sur Rechercher les mises à jour disponibles.

Remarques
• Pour ouvrir Windows Update, cliquez sur Démarrer, sur Tous les programmes, puis sur Windows
Update.

• La première fois que vous accédez au site Web de Windows Update, cliquez sur Oui lorsqu'un
message vous demande si vous souhaitez installer les logiciels ou les commandes qui pourraient se
révéler nécessaires.

• Pour utiliser Windows Update, vous devez établir une connexion à Internet.

• Pour plus d"informations, cliquez sur Rubriques connexes.

AIEB Page 6 26/01/2011


commandes MS-DOS
Plusieurs commandes MS-DOS sont utiles pour contrôler et configurer votre ordinateur ou votre réseau.

Utilisez Ipconfig pour afficher les valeurs de configuration du réseau TCP/IP.

Utilisez Nbtstat pour afficher les statistiques de protocole et les connexions TCP/IP actuelles.

Utilisez Netsh pour configurer et contrôler Windows à l'aide d'une interface de script de ligne de commande.

Utilisez Nslookup pour afficher les informations provenant des serveurs DNS.

Utilisez Pathping pour déterminer quels sont les routeurs ou les liaisons qui sont à l'origine des problèmes de
réseau.

Onduleur
Utilisez Moniteur réseau pour diagnostiquer et résoudre les problèmes de réseau. Moniteur réseau ne s'exécute
que sous Windows 2000 Server.

Outils de support supplémentaires sur le CD-ROM


Les administrateurs système ont la possibilité de télécharger le jeu de plus de 40 outils disponibles sur le CD-
ROM de Windows. Ces outils peuvent être utilisés pour diagnostiquer et résoudre les problèmes sur des
ordinateurs individuels et sur votre réseau.

Outils de support Windows sur le CD-ROM


Vous devez être connecté en tant qu'administrateur ou membre du groupe Administrateurs afin d'utiliser les
outils de support Windows. Si votre ordinateur est connecté à un réseau, les paramètres de stratégie réseau
peuvent également vous empêcher d'utiliser les outils de support Windows.

Outre de nombreux outils utiles, intégrés au système d'exploitation Windows, le CD-ROM de Windows contient
plus de 40 outils de support supplémentaires. Ces outils ont été conçus afin d'aider le personnel de support
Microsoft et les administrateurs réseau à diagnostiquer et à résoudre les problèmes informatiques.

Pour plus d"informations, cliquez sur Rubriques connexes.

Avertissement
• Une utilisation incorrecte de certains outils de support risque d'entraîner l'arrêt de votre ordinateur. Il est
préférable que les outils de support ne soient installés et utilisés que par des utilisateurs expérimentés.

Remarques
• Les outils de support ainsi que l'aide correspondante sont uniquement en anglais.

• Lorsque vous installez les outils de support sur votre disque dur, le programme d'installation installe
également un fichier d'aide sur l'utilisation des outils, un autre fichier d'aide pour les messages liés aux
erreurs et aux événements, ainsi que le Guide de planification et de déploiement du Kit de Ressources
Techniques Windows 2000.

AIEB Page 7 26/01/2011


Commandes de la console de récupération
Les commandes suivantes peuvent s'utiliser avec la console de récupération :
• Attrib
Change les attributs d'un fichier ou d'un répertoire.
• Batch
Exécute les commandes spécifiées dans le fichier texte.
• Bootcfg
Configuration du fichier d'amorçage (boot.ini) et récupération.
• ChDir (Cd)
Affiche le nom du répertoire en cours ou change de répertoire en cours.
• Chkdsk
Vérifie un disque et affiche un rapport d'état.
• Cls
Efface l'écran.
• Copy
Copie un fichier à un autre emplacement.
• Delete (Del)
Supprime un ou plusieurs fichiers.
• Dir
Affiche la liste des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire.
• Désactiver
Désactive un service système ou un pilote de périphérique.
• Diskpart
Gère les partitions de vos disques durs.
• Activer
Démarre ou active un service système ou un pilote de périphérique.
• Exit
Arrête la console de récupération et redémarre l'ordinateur.
• Expand
Extrait un fichier d'un fichier compressé.
• Fixboot
Écrit un nouveau secteur d'amorçage de partition sur la partition spécifiée.
• Fixmbr
Répare le secteur de démarrage principal du disque spécifié.
• Format
Formate un disque.
• Aide
Affiche la liste des commandes à votre disposition dans la console de récupération.
• Listsvc
Répertorie les services et les pilotes disponibles sur l'ordinateur.
• Logon
Ouvre une session sur une installation Windows.

AIEB Page 8 26/01/2011


• Map
Affiche les mappages de lettre de lecteur.
• Mkdir (Md)
Crée un répertoire.
• More
Affiche un fichier texte.
• Net use
Connecte un partage réseau à une lettre de lecteur.
• Rename (Ren)
Renomme un fichier.
• Rmdir (Rd)
Supprime un répertoire.
• Set
Affiche et définit des variables d'environnement.
• Systemroot
Définit comme répertoire en cours le répertoire racine_système de l'ordinateur sur lequel vous conduisez votre
session.
• Type
Affiche un fichier texte.

AIEB Page 9 26/01/2011


Vue d'ensemble de l'interpréteur de commandes
L'interpréteur de commandes est un programme logiciel qui fournit une communication directe entre l'utilisateur
et le système d'exploitation.

L'interface utilisateur non graphique de l'interpréteur de commandes propose un environnement dans lequel
vous exécutez des applications et utilitaires basés sur les caractères.

L'interpréteur de commandes exécute des programmes et affiche leur sortie à l'écran en utilisant des caractères
individuels, comme l'interpréteur de commandes MS-DOS Command.com.

L'interpréteur de commandes de Windows XP utilise l'interpréteur de commandes Cmd.exe, qui charge les
applications et dirige le flux d'informations entre les applications, afin de convertir l'entrée de l'utilisateur sous
une forme que le système d'exploitation peut interpréter.

Vous pouvez utiliser l'interpréteur de commandes pour créer et éditer des fichiers de commandes (également
appelés scripts) afin d'automatiser les tâches routinières.

Par exemple, vous pouvez utiliser les scripts pour automatiser la gestion des comptes utilisateur ou des
sauvegardes quotidiennes. En outre, l'environnement d'exécution de scripts Windows CScript.exe vous permet
d'exécuter des scripts plus complexes dans l'interpréteur de commandes.

Les fichiers de commandes vous permettent d'effectuer des opérations plus efficacement que l'interface
utilisateur.

Les fichiers de commandes acceptent toutes les commandes qui sont disponibles au niveau de la ligne de
commande. Pour plus d'informations sur les fichiers de commandes et les scripts, consultez la section
Utilisation des fichiers de commandes.

Vous pouvez personnaliser la fenêtre de l'invite de commandes pour un obtenir un meilleur affichage et pour
mieux contrôler l'exécution des programmes. Pour plus d'informations sur la personnalisation de la fenêtre de
l'invite de commandes, consultez la section Pour configurer l'invite de commandes.

Utilisation de la syntaxe de la commande


La syntaxe apparaît dans l'ordre dans lequel vous devez taper une commande et tous les paramètres qui
suivent. L'exemple suivant de la commande xcopy présente plusieurs formats de texte de la syntaxe :

xcopy Source [Destination] [/w] [/p] [/c] [/v] [/q] [/f] [/l] [/g] [/d[:mm-jj-aaaa]] [/u] [/i] [/s [/e]] [/t] [/k] [/r] [/h] [{/a|/m}]
[/n] [/o] [/x] [/exclude:fichier1[+[fichier2]][+[fichier3]] [{/y|/-y}] [/z]

Le tableau suivant explique comment interpréter les différents formats de texte.

Utilisation de plusieurs commandes et symboles de traitement


conditionnel
Vous pouvez exécuter plusieurs commandes à partir d'une seule ligne de commande ou d'un script utilisant des
symboles de traitement conditionnel.

Lorsque vous exécutez plusieurs commandes avec des symboles de traitement conditionnel, les commandes à
droite du symbole de traitement conditionnel agissent en fonction des résultats de la commande à gauche du
symbole de traitement conditionnel.

Vous pouvez par exemple exécuter une commande uniquement si la commande précédente a échoué pouvez
aussi exécuter une commande uniquement si la commande précédente a réussi.

AIEB Page 10 26/01/2011


Vous pouvez utiliser les caractères spéciaux figurant dans le tableau suivant pour transmettre plusieurs
commandes.

Caractère Syntaxe Définition


Permet de séparer plusieurs commandes sur la ligne de
& [...] commande1 & commande2 commande. Cmd.exe exécute la première commande, puis la
seconde.
Permet d'exécuter la commande suivant && uniquement si la
commande précédant le symbole est exécutée correctement.
&& [...] commande1 && commande2 Cmd.exe exécute la première commande, puis la deuxième
commande uniquement si la première a été exécutée
correctement.
Permet d'exécuter la commande suivant || uniquement si la
commande précédant || échoue. Cmd.exe exécute la première
|| [...] commande1 || commande2 commande, puis la deuxième commande uniquement si la
première a n'a pas été exécutée correctement (reçoit un code
d'erreur supérieur à zéro).
( ) [...] (commande1 & commande2) Permet de grouper ou d'imbriquer plusieurs commandes.
; ou , commande1 paramètre1;paramètre2 Permet de séparer des paramètres de commande.

Remarques
• Le signe &, la barre verticale (|) et les parenthèses ( ) sont des caractères spéciaux qui doivent être
précédés du caractère d'échappement (^) ou de guillemets lorsque vous les transmettez en tant
qu'arguments.

• Si une commande exécute une opération avec succès, elle renvoie un code de sortie de zéro (0) ou
aucun code de sortie. Pour plus d'informations sur les codes de sortie, consultez les Kits de ressources
Microsoft Windows.

Imbrication d'interpréteurs de commandes


Vous pouvez imbriquer des interpréteurs de commandes au sein de Cmd.exe en ouvrant une nouvelle instance
de Cmd.exe à l'invite de commandes.

Par défaut, chaque instance de Cmd.exe hérite de l'environnement de son application Cmd.exe parente.

En imbriquant des instances de Cmd.exe, vous pouvez apporter des modifications à l'environnement local sans
affecter l'application parente de Cmd.exe.

Cette opération vous permet de préserver l'environnement d'origine de Cmd.exe et d'y retourner lorsque vous
quittez l'interpréteur de commandes imbriqué.

Les modifications que vous apportez dans l'interpréteur de commandes imbriqué ne sont pas enregistrées.

Pour imbriquer un interpréteur de commandes, à l'invite de commandes, tapez :

cmd
Un message similaire au suivant apparaît :
Microsoft (R) Windows XP (TM)
(C) Copyright 1985-2001 Microsoft Corp.

Pour fermer l'interpréteur de commandes imbriqué, tapez exit.

AIEB Page 11 26/01/2011


Vous pouvez encore mieux localiser les changements dans une instance de Cmd.exe (ou dans un script) en
utilisant les commandes setlocal et endlocal.

La commande Setlocal crée une étendue locale et endlocal termine l'étendue locale.

Toutes les modifications apportées dans l'étendue de setlocal et endlocal sont rejetées, ce qui permet de
garder l'environnement initial inchangé. Vous pouvez imbriquer ces deux commandes dans 32 niveaux au
maximum. Pour plus d'informations sur les commandes setlocal et endlocal, consultez Setlocal et Endlocal.

Utilisation des variables d'environnement avec Cmd.exe


L'environnement de l'interpréteur de commandes Cmd.exe est défini par des variables qui déterminent le
comportement de l'interpréteur de commandes et le système d'exploitation.

Vous pouvez définir le comportement de l'environnement de l'interpréteur de commandes ou l'environnement


complet du système d'exploitation en utilisant deux types de variables d'environnement, système et locales.

Les variables d'environnement système définissent le comportement de l'environnement global du système


d'exploitation.

Les variables d'environnement locales définissent le comportement de l'environnement de l'instance Cmd.exe


en cours.

Les variables d'environnement système sont prédéfinies dans le système d'exploitation et sont disponibles pour
tous les processus Windows XP. Seuls les utilisateurs qui disposent de privilèges d'administrateur peuvent
modifier les variables système. Ces variables sont le plus souvent utilisées dans les scripts d'ouverture de
session.

Les variables d'environnement locales sont disponibles uniquement lorsque l'utilisateur pour lequel elles ont été
créées a ouvert une session sur l'ordinateur. Les variables locales définies dans la ruche
HKEY_CURRENT_USER sont valides uniquement pour l'utilisateur en cours, mais elles définissent le
comportement de l'environnement global du système d'exploitation.

La liste suivante décrit les différents types de variables, dans l'ordre de priorité décroissant :
1. Variables système intégrées

2. Variables système trouvées dans la ruche HKEY_LOCAL_MACHINE

3. Variables locales trouvées dans la ruche HKEY_CURRENT_USER

4. Tous les chemins et variables d'environnement définis dans le fichier Autoexec.bat

5. Tous les chemins et les variables d'environnement définis dans un script d'ouverture de session (s'il
existe)

6. Variables utilisées interactivement dans un script ou un fichier de commandes

Dans l'interpréteur de commandes, chaque instance de Cmd.exe hérite de l'environnement de son application
Cmd.exe parente. Par conséquent, vous pouvez modifier les variables dans le nouvel environnement Cmd.exe
sans que cela n'affecte l'environnement de l'application parente.

AIEB Page 12 26/01/2011


Le tableau suivant répertorie les variables d'environnement locales et système de Windows XP.

Variable Tapez Description


Renvoie l'emplacement du profil All Users (Tous les
%ALLUSERSPROFILE% Locale
utilisateurs).
Renvoie l'emplacement auquel les application stockent les
%APPDATA% Locale
données par défaut.
%CD% Locale Renvoie la chaîne du répertoire en cours.
Renvoie la ligne de commande exacte qui est utilisée pour
%CMDCMDLINE% Locale
démarrer le programme Cmd.exe actuel.
Renvoie le numéro de version des extensions de
%CMDEXTVERSION% Système
l'interpréteur de commandes en cours.
%COMPUTERNAME% Système Renvoie le nom de l'ordinateur.
Renvoie le chemin exact de l'exécutable de l'interpréteur de
%COMSPEC% Système
commandes.
Renvoie la date. Utilise le même format que la commande
%DATE% Système date /t. Générée par Cmd.exe. Pour plus d'informations sur
la commande date, consultez Date.
Renvoie le code d'erreur de la commande la plus récente
%ERRORLEVEL% Système utilisée. Une valeur qui n'est pas égale à zéro indique une
erreur.
Renvoie la lettre du lecteur de la station de travail locale qui
est connectée au répertoire de base de l'utilisateur. Définie
%HOMEDRIVE% Système en fonction de la valeur du répertoire de base. Le répertoire
de base de l'utilisateur est spécifié dans le composant
Utilisateurs et groupes locaux.
Renvoie le chemin d'accès complet du répertoire de base de
l'utilisateur. Définie en fonction de la valeur du répertoire de
%HOMEPATH% Système
base. Le répertoire de base de l'utilisateur est spécifié dans
le composant Utilisateurs et groupes locaux.
Renvoie le chemin réseau du répertoire de base partagé de
l'utilisateur. Définie en fonction de la valeur du répertoire de
%HOMESHARE% Système
base. Le répertoire de base de l'utilisateur est spécifié dans
le composant Utilisateurs et groupes locaux.
Renvoie le nom du contrôleur de domaine qui a validé la
%LOGONSEVER% Locale
session d'ouverture de session en cours.
%NUMBER_OF_PROCESSORS% Système Spécifie le nombre de processeurs installés sur l'ordinateur.
Renvoie le nom du système d'exploitation. Windows 2000
%OS% Système
affiche le système d'exploitation Windows_NT.
Spécifie le chemin pour la recherche des fichiers
%PATH% Système
exécutables.
Renvoie la liste des extensions de fichier que le système
%PATHEXT% Système
d'exploitation considère comme étant exécutables.
Renvoie l'architecture du processeur. Les valeurs sont : x86,
%PROCESSOR_ARCHITECTURE% Système
IA64.
%PROCESSOR_IDENTFIER% Système Renvoie la description du processeur.
Renvoie le numéro du modèle de processeur installé sur
%PROCESSOR_LEVEL% Système
l'ordinateur.
%PROCESSOR_REVISION% Système Renvoie le numéro de révision du processeur.
Renvoie les paramètres de l'invite de commandes de
%PROMPT% Locale
l'interpréteur en cours. Générée par Cmd.exe.
Renvoie un nombre décimal compris entre 0 et 32767.
%RANDOM% Système
Générée par Cmd.exe.
Renvoie le lecteur contenant le répertoire racine de
%SYSTEMDRIVE% Système
Windows XP (c'est-à-dire la racine système).
%SYSTEMROOT% Système Renvoie l'emplacement du répertoire racine de Windows XP.
%TEMP% et %TMP% Système et Renvoie les répertoires par défaut temporaires utilisés par les
utilisateur applications disponibles pour les utilisateurs qui ont ouvert
une session. Certaines applications requièrent TEMP et

AIEB Page 13 26/01/2011


d'autres TMP.
Renvoie l'heure. Utilise le même format que la commande
%TIME% Système time /t. Générée par Cmd.exe. Pour plus d'informations sur
la commande time, consultez Time.
Renvoie le nom du domaine qui contient le compte de
%USERDOMAIN% Locale
l'utilisateur.
%USERNAME% Locale Renvoie le nom de l'utilisateur qui a ouvert une session.
%USERPROFILE% Locale Renvoie l'emplacement du profil de l'utilisateur en cours.
Renvoie l'emplacement du répertoire du système
%WINDIR% Système
d'exploitation.

Définition des variables d'environnement


Utilisez les commandes set pour créer, modifier, supprimer ou afficher des variables d'environnement. La
commande set modifie les variables uniquement dans l'environnement de l'interpréteur de commandes en
cours.

Pour visualiser une variable, à l'invite de commandes, tapez :

set NomVariable

Pour ajouter une variable, à l'invite de commandes, tapez :

set variablename=valeur

Pour supprimer une variable, à l'invite de commandes, tapez :

set NomVariable=

Vous pouvez utiliser la plupart des caractères en tant que valeurs de variables, y compris les espaces. Si vous
utilisez les caractères spéciaux <, >, |, &, ou ^, vous devez les faire précéder d'un caractère d'échappement (^)
ou de guillemets. Si vous utilisez les guillemets, ils sont intégrés dans la valeur car tous les éléments qui suivent
le signe égal sont considérés comme la valeur. Considérons les exemples suivants :
• Pour créer la valeur de la variable new&name, tapez :

set varname=new^&name

• Pour créer la valeur de la variable "new&name", tapez :

set varname="new&name"

• Si vous tapez set varname=new&name à l'invite de commandes, un message d'erreur semblable au


suivant apparaît :
"'name' n'est pas reconnu comme commande interne ou externe, programme ou fichier de
commandes."

AIEB Page 14 26/01/2011


Les noms de variables ne respectent pas la casse. Cependant, la commande set affiche la variable telle que
vous l'avez tapée. Vous pouvez associer des lettres en majusucles et des lettres en minuscules dans les noms
de variables pour que le code soit plus lisible (par exemple NomUtilisateur).

Remarques
• La taille maximale d'une variable d'environnement est 8 192 octets.

• La taille maximale des variables d'environnement totales pour toutes les variables, qui inclut le nom des
variables et le signe égal, est 65 536 Ko.

Remplacement des valeurs de variables d'environnement


Pour autoriser le remplacement des valeurs de variables dans la ligne de commandes ou dans des scripts,
insérez le nom de la variable entre les signes de pourcentage (%nomvariable%).

Lorsque vous utilisez les signes de pourcentage, vous vous assurez que Cmd.exe référence les valeurs de
variables au lieu d'effectuer une comparaison littérale.

Une fois que vous avez défini les valeurs de variables d'un nom de variable, insérez le nom de la variable entre
les signes de pourcentage. Cmd.exe effectue une recherche sur toutes les instances du nom de la variable et le
remplace par la valeur de variable définie.

Par exemple, si vous créez un script qui contient différentes valeurs (par exemple, noms utilisateur) et si vous
voulez définir la variable d'environnement USERNAME de chaque utilisateur avec ces valeurs, vous pouvez
écrire un script en utilisant la variable USERNAME insérée entre les signes de pourcentage.

Lorsque vous exécutez ce script, Cmd.exe remplace %USERNAME% par les valeurs de variables.

Par conséquent, il n'est plus nécessaire d'effectuer cette tâche manuellement pour chaque utilisateur. Le
remplacement de variables n'est pas récursif. Cmd.exe vérifie une seule fois les variables. Pour plus
d'informations sur le remplacement de variables, consultez For et Call.

Commandes DOS
Légende de la mise en forme

En marron aide en ligne ex APPEND /?

AIEB Page 15 26/01/2011


APPEND (help)
Permet à des applications d'ouvrir des fichiers se trouvant dans des répertoires comme s'ils étaient dans le
répertoire en cours.

APPEND [[lecteur:]chemin[;...]] [/X[:ON|:OFF]] [/PATH:ON | /PATH:OFF] [/E]

APPEND ;

[lecteur:]chemin lecteur et un répertoire à joindre.

/X:ON applique les recherches de fichiers et les exécutions d'applications sur les répertoires joints.

/X:OFF applique la jonction de répertoires sur l'ouverture de fichiers uniquement. /X:OFF est la
valeur par défaut.

/PATH:ON jonction de répertoires pour les demandes de fichiers qui spécifient un chemin.
/PATH:ON est la valeur par défaut.

/PATH:OFF désactive l'effet de /PATH:ON.

/E Range une copie du répertoire joint dans une variable d'env. appelée APPEND. /E ne peut être
utilisée que la première fois que vous utilisez APPEND après lancement de votre syst.

APPEND ; efface la liste des répertoires ajoutés.


APPEND sans paramètre affiche la liste de répertoires ajoutés.

AIEB Page 16 26/01/2011


ARP (Help et Microsoft)
Affiche et modifie les entrées du cache ARP (Address Resolution Protocol), qui contient une ou plusieurs tables
permettant de stocker les adresses IP et leurs adresses physiques Ethernet ou Token Ring résolues. À chaque
carte réseau Ethernet ou Token Ring installée sur l'ordinateur correspond une table distincte. Utilisée sans
paramètres, la commande arp affiche de l'aide.

Syntaxe
arp [-a [AdrInet] [-N AdrIface]] [-g [AdrInet] [-N AdrIface]] [-d AdrInet [AdrIface]] [-s AdrInet
AdrEther [AdrIface]]

Paramètres
-a [AdrInet] [-N AdrIface]

Affiche les tables en cours du cache ARP de toutes les interfaces. Pour afficher l'entrée du cache ARP
d'une adresse IP spécifique, utilisez la syntaxe arp -a en affectant au paramètre AdrInet une adresse
IP. Pour afficher la table du cache ARP d'une interface spécifique, utilisez la syntaxe -N AdrIface en
affectant au paramètre AdrIface l'adresse IP attribuée à l'interface. Le paramètre -N tient compte de la
casse.

-g [AdrInet] [-N AdrIface]


Identique à -a.

-d AdrInet [AdrIface]
Supprime une entrée correspondant à une adresse IP spécifique, représentée par AdrInet. Pour
supprimer une entrée dans une table correspondant à une interface spécifique, utilisez le paramètre
AdrIface, en lui affectant l'adresse IP attribuée à l'interface. Pour supprimer toutes les entrées, utilisez
le caractère générique astérisque (*) à la place de AdrIface.

-s AdrInet AdrEther [AdrIface]


Ajoute dans le cache ARP une entrée statique qui résout l'adresse IP AdrInet en l'adresse physique
AdrEther. Pour ajouter une entrée statique du cache ARP dans la table d'une interface spécifique,
utilisez le paramètre AdrIface en lui affectant une adresse IP attribuée à l'interface.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Les adresses IP de AdrInet et AdrIface sont exprimées en notation décimale à points.

L'adresse physique de AdrEther se compose de six octets exprimés en notation hexadécimale et séparés par
des traits d'union (par exemple, 00-AA-00-4F-2A-9C).

Les entrées ajoutées à l'aide du paramètre -s sont statiques et n'ont pas de durée de vie limitée dans le cache
ARP. Elles sont supprimées si le protocole TCP/IP est arrêté et démarré. Pour créer des entrées statiques
définitives dans le cache ARP, placez les commandes arp appropriées dans un fichier de commandes et
utilisez Tâches planifiées pour exécuter le fichier de commandes au démarrage.

Cette commande est disponible uniquement si le protocole Internet Protocol (TCP/IP) est installé comme
composant dans les propriétés d'un adaptateur réseau.

Exemples
Pour afficher les tables du cache ARP de toutes les interfaces, tapez :

arp -a
Pour afficher la table du cache ARP de l'interface dont l'adresse IP est 10.0.0.99, tapez :

arp -a -N 10.0.0.99

AIEB Page 17 26/01/2011


Pour ajouter dans le cache ARP une entrée statique qui résout l'adresse IP 10.0.0.80 en l'adresse physique 00-
AA-00-4F-2A-9C, tapez :

arp -s 10.0.0.80 00-AA-00-4F-2A-9C

ARP -s inet_addr eth_addr [if_addr]

ARP -d inet_addr [if_addr]

ARP -a [inet_addr] [-N if_addr]

-a Affiche les entrées ARP en cours en interrogeant les données en cours du protocole. Si
inet_addr est spécifié, seules les adresses IP et physiques de l'ordinateur spécifié sont
affichées.
Si plus d'une interface réseau utilise ARP, les entrées de chaque table ARP sont
affichées.

-g Identique à -a.

inet_addr Spécifie une adresse Internet.

-N if_addr Affiche les entrées ARP de chaque interface réseau spécifiée par if_addr.

-d Supprime l'hôte spécifié par inet_addr. inet_addr peut contenir le caractère générique * pour
supprimer tous les hôtes.

-s Ajoute l'hôte et associe l'adresse Internet inet_addr avec l'adresse physique eth_addr. L'adresse
physique est donnée sous forme de 6 octets hexadécimaux séparés par des tirets.
L'entrée est permanente.

eth_addr Spécifie une adresse physique.

if_addr Spécifie l'adresse Internet de l'interface dont la table de traduction d'adresses doit être
modifiée.
Si ce paramètre n'est pas indiqué, la première interface applicable sera utilisée.

Exemples :

> arp -s 157.55.85.212 00-aa-00-62-c6-09 .... Ajoute une entrée statique.

> arp -a .... Affiche la table ARP.

AIEB Page 18 26/01/2011


ASSOC (Help et Microsoft)
Affiche ou modifie les associations d'extensions de nom de fichier. Utilisée sans paramètres, la commande
assoc affiche la liste de toutes les associations d'extensions de nom de fichier en cours.

Syntaxe
assoc [.ext[=[type_fichier]]]

Paramètres
.ext
Spécifie l'extension de nom de fichier.
type_fichier
Spécifie le type de fichier auquel vous souhaitez associer l'extension de nom de fichier désignée.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Utilisez un espace après le signe égal pour supprimer l'association de type de fichier établie pour une extension
de nom de fichier.

Utilisez la commande ftype afin d'afficher les types de fichier pour lesquels des chaînes de commande
d'ouverture sont actuellement définies.

Utilisez l'opérateur de redirection > pour aiguiller le résultat de la commande assoc vers un fichier texte.

Exemples
Pour afficher l'association de type de fichier actuellement définie pour l'extension de nom de fichier .txt, tapez :

assoc .txt
Pour supprimer l'association de type de fichier définie pour l'extension de nom de fichier .txt, tapez :

assoc .txt=
Pour afficher les associations de type de fichier en cours écran par écran, tapez :

assoc | more
Pour aiguiller le résultat de la commande assoc vers le fichier Assoc.cfg, tapez :

assoc>assoc.cfg

ASSOC [.ext[=[Type du fichier]]]

.ext Spécifie l'extension de fichier avec laquelle associer le type

Type_de_fichier Spécifie le type de fichier à associer avec l'extension

Entrez ASSOC sans paramètres pour afficher les associations actuelles du fichier
.
Si ASSOC est appelé avec uniquement une extension de fichier, il affiche l'association de fichier
actuelle pour cette extension. Spécifiez nothing pour le type de fichier et la commande supprimera
l'association pour cette extension.

AIEB Page 19 26/01/2011


AT (Help et Microsoft)
Programme l'exécution de commandes et de programmes sur un ordinateur aux date et heure spécifiées. Vous
ne pouvez utiliser la commande at que lorsque le service Planning est en cours d'exécution. Utilisée sans
paramètre, la commande at donne la liste des commandes programmées.

Syntaxe
at [\\NomOrdinateur] [{[ID] [/delete]|/delete [/yes]}]
at [[\\NomOrdinateur] heures:minutes [/interactive] [{/every:date[,...]|/next:date[,...]}]
commande]

Paramètres
\\NomOrdinateur
Désigne un ordinateur distant. En l'absence de ce paramètre, at planifie les commandes et les
programmes sur l'ordinateur local.
ID
Représente le numéro d'identification assigné à une commande programmée.
/delete
Annule une commande programmée. En l'absence de ID, toutes les commandes programmées sur
l'ordinateur sont annulées.
/yes
Approuve toutes les requêtes venant du système lorsque vous supprimez les événements
programmés.
heures:minutes
Indique l'heure à laquelle vous souhaitez exécuter la commande. L'heure est exprimée en
heures:minutes au format 24 heures (de 00:00 [minuit] à 23:59).
/interactive
Permet à la commande d'interagir avec le Bureau de l'utilisateur qui conduit une session au moment
où la commande est en cours d'exécution.
/every:
Exécute la commande toutes les fois que le ou les jours spécifiés de la semaine ou du mois
reviennent (par exemple tous les jeudis ou le troisième jour de chaque mois).
date
Indique la date à laquelle vous souhaitez exécuter la commande. Vous pouvez spécifier un ou
plusieurs jours de la semaine (en tapant M,T,W,Th,F,S,Su) ou bien un ou plusieurs jours du mois (en
tapant un nombre compris entre 1 et 31). Séparez chaque entrée de date par une virgule. En
l'absence du paramètre date, at utilise le jour en cours du mois.
/next:
Exécute la commande la prochaine fois que le jour indiqué se présente (le jeudi suivant, par exemple).
commande
Spécifie la commande, le programme (fichier .exe ou .com) ou le programme de commandes
(fichier .bat ou .cmd) Windows que vous souhaitez exécuter. Si la commande a besoin d'un chemin
d'accès comme argument, utilisez le chemin absolu (c'est-à-dire le nom de chemin complet
commençant par la lettre du lecteur). Si la commande se trouve sur un ordinateur distant, spécifiez la
notation UNC (Universal Naming Convention) du serveur et le nom de partage plutôt que la lettre d'un
lecteur distant.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Schtasks est un outil plus puissant de planification de sur-ensemble sous forme de ligne de commandes, qui
comprend toutes les fonctionnalités de l'utilitaire de ligne de commande at. Utilisez schtasks à la place de at
pour toutes les tâches de programmation avec une ligne de commande. Pour plus d'informations sur schtasks,
consultez Rubriques connexes.

Utilisation de at

AIEB Page 20 26/01/2011


Pour utiliser la commande at, vous devez être membre du groupe local Administrateurs.

Chargement de Cmd.exe
La commande at ne charge pas automatiquement l'interpréteur de commande Cmd.exe avant d'exécuter les
commandes. Si vous n'exécutez pas un fichier exécutable (.exe), vous devez charger Cmd.exe de manière
explicite au début de la commande, comme suit :

cmd /c dir > c:\test.out

Affichage des commandes programmées


Lorsque vous utilisez at sans options de ligne de commande, les tâches programmées s'affichent dans un
tableau présentant le format suivant :
État ID Jour Heure Ligne de commande

OK 1 Each F 4:30 PM net send group leads status due

OK 2 Each M 12:00 AM chkstor > check.file

OK 3 Each F 11:59 PM backup2.bat


Indication d'un numéro d'identification (ID)
Lorsque vous indiquez un numéro d'identification (ID) avec at à une invite de commandes, les informations
d'une seule entrée s'affichent, dans le format suivant :
ID tâche: 1
État : OK
Jour(s) : Chaque v
Heure : 4:30 PM
Commande : net send rapport aux chefs de projet

Après avoir programmé une commande avec at, surtout si elle possède des options de ligne de commande,
tapez at sans option de ligne de commande pour vérifier que la syntaxe de la commande est correcte. Si les
informations de la colonne Ligne de commande sont incorrectes, supprimez la commande et retapez-la. Si elles
sont toujours incorrectes, retapez la commande avec moins d'options de ligne de commande.

Affichage des résultats


Les commandes programmées avec at s'exécutent en arrière-plan. Les données de sortie ne sont pas affichées
sur l'écran de l'ordinateur. Pour les rediriger vers un fichier, utilisez le symbole de redirection (>). Si vous
redirigez les données de sortie vers un fichier, vous devez faire précéder le symbole de redirection du symbole
d'échappement (^), que vous utilisiez at sur la ligne de commande ou dans un fichier de commandes. Par
exemple, pour rediriger les données de sortie vers Output.txt, tapez :

at 14:45 c:\test.bat ^>c:\output.txt


Le répertoire en cours pour la commande à exécuter est le dossier systemroot.

Changement de l'heure système


Si vous changez l'heure système d'un ordinateur après avoir programmé l'exécution d'une commande avec at,
tapez at sans option de ligne de commande pour resynchroniser le programmateur at avec la nouvelle heure
système.

Stockage des commandes


Les commandes programmées sont stockées dans le Registre. Par conséquent, vous ne perdez pas les tâches
programmées si vous redémarrez le service Planning.

AIEB Page 21 26/01/2011


Connexion à un lecteur réseau
N'utilisez pas de lecteur redirigé pour les tâches programmées accédant au réseau. Le service Planning risque
de ne pas pouvoir accéder à ce lecteur ou celui-ci peut ne pas être présent si un autre utilisateur conduit une
session pendant l'exécution de la tâche planifiée. Utilisez des chemins d'accès UNC pour les tâches
programmées. Par exemple :

at 13:00 ma_sauvegarde \\serveur\partage

N'utilisez pas la syntaxe suivante, dans laquelle x: représente une connexion établie par l'utilisateur :

at 13:00 ma_sauvegarde x:

Si vous programmez une commande at utilisant une lettre de lecteur permettant la connexion à un répertoire
partagé, incluez une commande at pour déconnecter le lecteur quand vous ne l'utilisez plus. Si le lecteur n'est
pas déconnecté, la lettre de lecteur assignée n'est pas disponible à l'invite de commandes.

Exemples

Pour afficher la liste des commandes programmées sur le serveur Marketing, tapez :

at \\marketing

Pour en apprendre davantage sur une commande dotée du numéro d'identification 3 sur le serveur Soc, tapez :

at \\soc 3

Pour programmer l'exécution d'une commande net share à 08:00 sur le serveur Soc et rediriger la liste de sortie
vers le serveur Maintenance, dans le répertoire partagé Rapports et le fichier Soc.txt, tapez :

at \\soc 20:00 cmd /c "net share rapports=d:\marketing\rapports >> \\maintenance\rapports\soc.txt"

Pour sauvegarder le contenu du disque dur du serveur Marketing sur un lecteur de bande tous les cinq jours à
minuit, créez un programme de commandes appelé Archives.cmd qui contient les commandes de sauvegarde,
puis programmez l'exécution du programme de commandes en tapant :

at \\marketing 00:00 /every:5,10,15,20,25,30 archives

Pour annuler toutes les commandes programmées sur le serveur en cours, effacez les informations de
programmation de la commande at à l'aide de la syntaxe suivante :

at /delete

Pour exécuter une commande qui n'est pas un fichier exécutable (.exe), insérez cmd /c avant la commande
afin de charger Cmd.exe :

cmd /c dir > c:\test.out

AT [\\ordinateur] [ [id] [/DELETE] | /DELETE [/YES]]

AT [\\ordinateur] heure [/INTERACTIVE]

[ /EVERY:date[,...] | /NEXT:date[,...]] "commande"

\\ordinateur Spécifie un ordinateur distant. Les commandes sont planifiées sur l'ordinateur
local si ce paramètre est omis.

id Identificateur (nombre) affecté à une commande planifiée.

AIEB Page 22 26/01/2011


/DELETE Supprime une commande planifiée. Si id est omis, toutes les commandes sur
l'ordinateur sont supprimées.

/YES Utilisée pour supprimer toutes les tâches sans demande de confirmation.

heure Heure de l'exécution de la commande.

/INTERACTIVE Permet au travail d'interagir avec le bureau de l'utilisateur qui est connecté au
moment où le travail est effectué.

/EVERY:date[,...] Exécute la commande tous les jours spécifiés de la semaine ou du mois. Si la


date est omise, le jour en cours du mois est utilisé par défaut.

/NEXT:date[,...] Exécute la commande lors de la prochaine occurrence du jour (par exemple,


jeudi prochain). Si la date est omise, le jour en cours du mois est utilisé par
défaut.
"commande" Commande Windows NT, ou programme de commandes à exécuter.

AIEB Page 23 26/01/2011


ATMADM (Microsoft)
Surveille les connexions et adresses enregistrées par le Gestionnaire d'appels ATM sur un réseau en mode de
transfert asynchrone (ATM, Asynchronous Transfer Mode). Vous pouvez utiliser la commande atmadm pour
afficher des statistiques sur les appels entrants et sortants de cartes ATM. Utilisée sans paramètres, la
commande atmadm affiche des statistiques de surveillance de l'état des connexions ATM actives.

Syntaxe
atmadm [/c][/a] [/s]

Paramètres
/c
Affiche des informations d'appel pour toutes les connexions en cours à la carte réseau ATM installée
sur cet ordinateur.

/a
Affiche l'adresse du point d'accès au service du réseau (NSAP, Network Service Access Point) ATM
pour chaque carte installée sur cet ordinateur.

/s
Affiche des statistiques de surveillance de l'état des connexions ATM actives.

/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples

Pour afficher des informations d'appel


Pour afficher des informations d'appel pour toutes les connexions en cours à la carte réseau ATM installée sur
cet ordinateur, tapez :

atmadm /c
Le résultat de la commande atmadm /c s'apparente au code suivant :

Statistiques du Gestionnaire d'appels ATM Windows


Connexions ATM sur l'interface : [009] Carte Olicom ATM PCI 155
Connexion VPI/VCI Adresse distante/
Paramètres du média (fréquences en octets/s)
In PMP SVC 0/193 47000580FFE1000000F21A2E180020481A2E180B
Tx:UBR,Peak 0,Avg 0,MaxSdu 1516
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
Out P-P SVC 0/192 47000580FFE1000000F21A2E180020481A2E180B
Tx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
In PMP SVC 0/191 47000580FFE1000000F21A2E180020481A2E180B
Tx:UBR,Peak 0,Avg 0,MaxSdu 1516
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
Out P-P SVC 0/190 47000580FFE1000000F21A2E180020481A2E180B
Tx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 1516
In P-P SVC 0/475 47000580FFE1000000F21A2E180000C110081501
Tx:UBR,Peak 16953984,Avg 16953984,MaxSdu 9188
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 9188
Out PMP SVC 0/194 47000580FFE1000000F21A2E180000C110081501 (0)
Tx:UBR,Peak 16953984,Avg 16953984,MaxSdu 9180
Rx:UBR,Peak 0,Avg 0,MaxSdu 0
Out P-P SVC 0/474 4700918100000000613E5BFE010000C110081500

AIEB Page 24 26/01/2011


Tx:UBR,Peak 16953984,Avg 16953984,MaxSdu 9188
Rx:UBR,Peak 16953984,Avg 16953984,MaxSdu 9188
In PMP SVC 0/195 47000580FFE1000000F21A2E180000C110081500
Tx:UBR,Peak 0,Avg 0,MaxSdu 0
Rx:UBR,Peak 16953936,Avg 16953936,MaxSdu 9180

Le tableau ci-après décrit chaque élément du résultat de l'exemple de commande atmadm /c.

Type de
Affichage à l'écran Description
données
Direction de l'appel. L'entrée (In)
s'effectue vers la carte réseau ATM
Informations de
Ent/Sor depuis un autre périphérique. La sortie
connexion
(Out) s'effectue de la carte réseau ATM
vers un autre périphérique.
PMP Appel point à points multiples.
P-P Appel point à point.
La connexion est établie sur un
SVC
circuit virtuel commuté.
La connexion est établie sur un
PVC
circuit virtuel permanent.
Chemin virtuel et canal virtuel de
Informations VPI/VCI VPI/VCI
l'appel entrant ou sortant.
Paramètres de
Adresse NSAP du périphérique ATM
l'adresse 47000580FFE1000000F21A2E180000C110081500
appelant (In) ou appelé (Out).
distante/média
Le paramètre Tx inclut les trois
éléments suivants :
Type de fréquence en bits par défaut
ou spécifiée (UBR, CBR, VBR ou
ABR)
Tx
Vitesse de ligne par défaut ou
spécifiée
Taille de l'unité de données de
service (SDU, Service Data Unit)
spécifiée
Le paramètre Rx inclut les trois
éléments suivants :
Type de fréquence en bits par défaut
ou spécifiée (UBR, CBR, VBR ou
Rx
ABR)
Vitesse de ligne par défaut ou
spécifiée
Taille de la SDU spécifiée

Pour obtenir la liste de toutes les adresses enregistrées


Pour afficher l'adresse du point d'accès au service du réseau (NSAP, Network Service Access Point) ATM pour
chaque carte installée sur cet ordinateur, tapez :

atmadm /a

Le résultat de la commande atmadm /a s'apparente au code suivant :

Statistiques du Gestionnaire d'appels ATM Windows


Adresses ATM de l'interface : [009] Olicom ATM PCI 155 Adapter
47000580FFE1000000F21A2E180000C110081500

Pour afficher des statistiques


Pour afficher des statistiques de surveillance de l'état des connexions ATM actives, tapez :

AIEB Page 25 26/01/2011


atmadm /s

Le résultat de la commande atmadm /s s'apparente au code suivant :

Statistiques du Gestionnaire d'appels ATM Windows


Statistiques du Gestionnaire d'appels ATM pour l'interface : [009] Olicom ATM PCI 155 Adapter
Appels actifs en cours =4
Nombre total d'appels entrants réussis = 1332
Nombre total d'appels sortants réussis = 1297
Appels entrants ayant échoué =1
Appels sortants ayant échoué =1
Appels fermés à distance = 1302
Appels fermés localement = 1323
Paquets de signalisation et paquets ILMI envoyés = 33655
Paquets de signalisation et paquets ILMI reçus = 34989

AIEB Page 26 26/01/2011


Le tableau ci-après décrit chaque élément du résultat de l'exemple de commande atmadm /s.

Statistique du Gestionnaire
Description
d'appels
Appels actifs en cours Appels actuellement actifs sur la carte ATM installée sur cet ordinateur.
Nombre total d'appels
Appels des autres périphériques reçus avec succès sur cette carte ATM.
entrants réussis
Nombre total d'appels Appels à d'autres périphériques ATM de ce réseau passés avec succès à partir de
sortants réussis cet ordinateur.
Appels entrants ayant
Appels entrants n'ayant pas réussi à se connecter à cet ordinateur.
échoué
Appels sortants ayant Appels sortants qui n'ont pas réussi à se connecter à un autre périphérique du
échoué réseau.
Appels fermés à distance Appels fermés par un périphérique distant du réseau.
Appels fermés localement Appels fermés par cet ordinateur.
Nombre de paquets de l'interface de gestion locale intégrée (ILMI, Integrated Local
Paquets de signalisation et
Management Interface) envoyés au commutateur auquel cet ordinateur tente de se
paquets ILMI envoyés
connecter.
Paquets de signalisation et
Nombre de paquets ILMI reçus du commutateur ATM.
paquets ILMI reçus

AIEB Page 27 26/01/2011


ATTRIB (help et Microsoft)
Affiche, définit ou supprime les attributs lecture seule, archive, système et masqué assignés aux fichiers ou aux
répertoires. Utilisée sans paramètre, la commande attrib affiche les attributs de tous les fichiers du répertoire en
cours.

Syntaxe
attrib [{+r|-r}] [{+a|-a}] [{+s|-s}] [{+h|-h}] [[Lecteur:][Chemin] NomFichier] [/s[/d]]

Paramètres
+r Définit l'attribut de fichier Lecture seule.

-r Supprime l'attribut de fichier Lecture seule.

+a Définit l'attribut de fichier archive.

-a Supprime l'attribut de fichier archive.

+s Définit l'attribut Fichier système.

-s Supprime l'attribut Fichier système.

+h Définit l'attribut Fichier caché.

-h Supprime l'attribut Fichier caché.

[Lecteur:][Chemin] NomFichier
Indique l'emplacement et le nom du répertoire, du fichier ou du groupe de fichiers dont vous souhaitez
afficher ou modifier les attributs. Pour afficher ou changer les attributs d'un groupe de fichiers, vous
pouvez utiliser les caractères génériques (? et *) avec le paramètre NomFichier.

/s Applique attrib et toutes les options de ligne de commande aux fichiers correspondants du répertoire en
cours et des sous-répertoires.

/d Applique attrib et toutes les options de ligne de commande aux répertoires.

/? Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Manipulation de groupes de fichiers
Pour afficher ou changer les attributs d'un groupe de fichiers, vous pouvez utiliser les caractères
génériques (? et *) avec le paramètre NomFichier. Pour pouvoir changer tout autre attribut d'un fichier
doté de l'attribut système ou caché, vous devez d'abord supprimer ce dernier.

Utilisation de l'attribut archive


L'attribut archive (+a) marque les fichiers modifiés depuis leur dernière sauvegarde. La commande
xcopy utilise les attributs archive. Pour plus d'informations sur les attributs archive et sur xcopy,
consultez Rubriques connexes.

La commande attrib est disponible dans la console de récupération avec d'autres paramètres.

AIEB Page 28 26/01/2011


Exemples
Pour afficher les attributs d'un fichier nommé Nouv86 situé sur le lecteur en cours, tapez :

attrib nouv86

Pour assigner l'attribut lecture seule au fichier Rapport.txt, tapez :

attrib +r rapport.txt

Pour supprimer l'attribut lecture seule des fichiers du répertoire \Public\Jeanson d'une disquette placée dans le
lecteur B et de tous ses sous-répertoires, tapez :

attrib -r b:\public\jeanson\*.* /s

Supposez que vous vouliez remettre à l'un de vos collaborateurs une disquette contenant tous les fichiers du
répertoire par défaut d'une disquette placée dans le lecteur A, sauf ceux dotés de l'extension .bak. Comme vous
pouvez utiliser xcopy pour copier les fichiers marqués de l'attribut archives uniquement, il vous faut donc
affecter cet attribut aux fichiers concernés. Tout d'abord, vous devez affecter l'attribut archives à tous les
fichiers du lecteur A. Ensuite, vous devez supprimer l'attribut archives des fichiers portant l'extension .bak. Par
exemple, tapez :

attrib +a a:*.* attrib -a a:*.bak

Utilisez ensuite la commande xcopy pour copier les fichiers de la disquette du lecteur A sur celle du lecteur B.
L'option de ligne de commande /a de la commande suivante force xcopy à ne copier que les fichiers marqués
de l'attribut archive : Par exemple, tapez :

xcopy a: b: /a

Pour que xcopy supprime l'attribut archive de chaque fichier après l'avoir copié, utilisez l'option de ligne de
commande /m à la place de /a. Par exemple, tapez :

xcopy a: b: /m

ATTRIB [+R | -R] [+A | -A ] [+S | -S] [+H | -H] [[lect:] [chemin] fichier] [/S [/D]]

+ Définit un attribut.
- Efface un attribut.
R Attribut de fichier en lecture seule.
A Attribut de fichier archive.
S Attribut de fichier système.
H Attribut de fichier caché.
[Lecteur:][Chemin][NomFichier] Spécifie le ou les fichiers que ATTRIB doit traiter.
/S Traite les fichiers dans le dossier courant et dans tous les sous-dossiers.
/D Traite aussi les dossiers.

REMARQUE : Au moins l'un des attributs doit être défini ou effacé. Pour afficher les attributs, utilisez la
commande dir.

AIEB Page 29 26/01/2011


BATCH
Exécute les commandes spécifiées dans un fichier texte. La commande batch n'est disponible que lorsque
vous utilisez la console de récupération qui peut être démarrée à partir du CD-ROM d'installation.

batch fichier_d'entrée [fichier_de_sortie]

Paramètres
fichier_d'entrée

Indique le fichier texte qui contient la liste de commandes à exécuter. Fichier_d'entrée peut se composer d'une
lettre de lecteur suivie du signe deux-points, d'un nom de répertoire, d'un nom de fichier ou d'une combinaison
de ces éléments.

fichier_de_sortie

S'il est spécifié, ce paramètre stocke le résultat des commandes dans le fichier nommé. Si ce paramètre n'est
pas spécifié, le résultat est affiché à l'écran.

Exemple
L'exemple suivant exécute le fichier de commandes C:\Jobs\Find.txt et enregistre le résultat dans le fichier
C:\Jobs\Results.txt :

batch c:\jobs\find.txt c:\jobs\results.txt

Remarque
• Un fichier de commandes ne peut pas contenir de commande batch imbriquée.

batch fichier_entrée [ fichier_sortie ]

C:\>batch /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Utilisez cette commande,

- où fichier_entrée désigne le fichier texte contenant la liste de commandes à exécuter

- et fichier_sortie le fichier contenant les résultats des commandes spécifiées, pour exécuter les commandes
spécifiées dans un fichier texte.

REMARQUE : Si fichier_sortie n'est pas spécifié, les résultats sont affichés à l'écran.

AIEB Page 30 26/01/2011


BOOTCFG (help et Microsoft)
Peut être utilisé pour configurer, interroger, modifier ou supprimer les paramètres de l'entrée de démarrage
dans le fichier boot.ini. Active ou désactive le contrôle étendu de CTRL+C.
Configure, interroge ou modifie les paramètres du fichier boot.ini.
Cliquez sur une commande pour afficher la syntaxe correspondante :

bootcfg addsw
Ajoute des options de chargement de système d'exploitation pour l'entrée spécifiée du système d'exploitation.

Syntaxe
bootcfg /addsw [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/mm RAMMaximale] [/bv] [/so] [/ng]
/id NumLigneEntréeSE

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/mm RAMMaximale
Ajoute l'option /maxmem à la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et définit la quantité maximale de
RAM (mémoire vive) utilisable par le système d'exploitation.
/bv
Ajoute l'option /basevideo à la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et indique au système d'exploitation
d'utiliser le mode VGA standard pour le pilote vidéo installé.
/so
Ajoute l'option /sos à la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et indique au système d'exploitation
d'afficher les noms des pilotes de périphériques pendant leur chargement.
/ng
Ajoute l'option /noguiboot à la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et désactive la barre de progression
Windows XP Professionnel qui s'affiche avant l'invite d'ouverture CTRL+ALT+SUPPR.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini auquel sont ajoutées les options de chargement du système d'exploitation. La première
ligne après l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples

Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /addsw :

bootcfg /addsw /mm 64 /id 2

bootcfg /addsw /so /id 3

bootcfg /addsw /so /ng /s srvmain /u hiropln /id 2

bootcfg /addsw /ng /id 2

bootcfg /addsw /mm 96 /ng /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /id 2

AIEB Page 31 26/01/2011


bootcfg copy
Crée une copie de l'instance du système d'exploitation, pour laquelle des options peuvent être ajoutées.

Syntaxe

bootcfg /copy [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/d Description] [/id
NumLigneEntréeSE]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/d Description
Spécifie la description de la nouvelle entrée du système d'exploitation.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini à copier. La première ligne après l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /copy :

bootcfg /copy /d "\ABC Server\" /id 1

bootcfg /copy /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /d "Windows XP" /id 2

bootcfg /copy /u hiropln /p p@ssW23 /d "AB Ver 1.001" /id 2

bootcfg dbg1394
Configure le débogage de port 1394 pour l'entrée de système d'exploitation spécifiée.

Syntaxe
bootcfg /dbg1394 {ON|OFF|EDIT} [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/ch canal] /id
NumLigneEntréeSE

Paramètres

ON|OFF|EDIT
Spécifie la valeur du débogage de port 1394.

Valeur Description
Active la prise en charge du débogage à distance en ajoutant l'option /dbg1394 à la valeur
ON
NumLigneEntréeSE spécifiée.
Désactive la prise en charge du débogage à distance en supprimant l'option /dbg1394 de la
OFF
valeur NumLigneEntréeSE spécifiée.
Permet de modifier les paramètres de port et de débit en bauds par le biais des valeurs de canal
EDIT
associées à l'option /dbg1394 de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée.

AIEB Page 32 26/01/2011


/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/ch canal
Spécifie le canal à utiliser pour le débogage. Les valeurs admises sont les entiers compris entre 1 et 64.
N'utilisez pas le paramètre /ch canal si vous désactivez le débogage de port 1394.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini auquel sont ajoutées les options de débogage de port 1394. La première ligne après
l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /dbg1394 :

bootcfg /dbg1394 /id 2

bootcfg /dbg1394 on /ch 1 /id 3

bootcfg /dbg1394 edit /ch 8 /id 2

bootcfg /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /dbg1394 off /id 2

bootcfg debug
Ajoute ou modifie les paramètres de débogage de l'entrée spécifiée du système d'exploitation.

Syntaxe
bootcfg /debug {ON|OFF|EDIT} [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/port {COM1|COM2|
COM3|COM4}] [/baud {9600|19200|38400|57600|115200}] [/id NumLigneEntréeSE]

Paramètres

ON|OFF|EDIT

Spécifie la valeur du débogage.

Valeur Description
Active la prise en charge du débogage à distance en ajoutant l'option /debug à la valeur
ON
NumLigneEntréeSE spécifiée.
Désactive la prise en charge du débogage à distance en supprimant l'option /debug de la valeur
OFF
NumLigneEntréeSE spécifiée.
Permet de modifier les paramètres de port et de débit en bauds par le biais des valeurs
EDIT
associées à l'option /debug de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée.

/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur

AIEB Page 33 26/01/2011


Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/port {COM1|COM2|COM3|COM4}
Spécifie le port COM à utiliser pour le débogage. N'utilisez pas le paramètre /port si vous désactivez le
débogage.
/baud {9600|19200|38400|57600|115200}
Spécifie le débit en bauds à utiliser pour le débogage. N'utilisez pas le paramètre /baud si vous
désactivez le débogage.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini auquel sont ajoutées les options de débogage. La première ligne après l'en-tête de
section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Si le débogage de port 1394 est requis, utilisez la commande bootcfg /dbg1394.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /debug :

bootcfg /debug on /port com1 /id 2

bootcfg /debug edit /port com2 /baud 19200 /id 2

bootcfg /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /debug off /id 2

bootcfg default
Spécifie l'entrée du système d'exploitation désignée comme entrée par défaut.

Syntaxe
bootcfg /default [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/id NumLigneEntréeSE]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini à désigner comme valeur par défaut. La première ligne après l'en-tête de section
[operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /default :
bootcfg /default /id 2
bootcfg /default /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /id 2

AIEB Page 34 26/01/2011


bootcfg delete
Supprime une entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du fichier Boot.ini.

Syntaxe
bootcfg /delete [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/id NumLigneEntréeSE]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini à supprimer. La première ligne après l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /delete :

bootcfg /delete /id 1

bootcfg /delete /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /id 3

bootcfg ems
Permet à l'utilisateur d'ajouter ou de modifier les paramètres de redirection de la console EMS vers un
ordinateur distant. L'activation d'EMS ajoute une ligne « redirect=Port# » dans la section [boot loader] du fichier
Boot.ini et une option /redirect dans la ligne d'entrée spécifiée du système d'exploitation. La fonctionnalité EMS
n'est activée que sur les serveurs.

Syntaxe
bootcfg /ems {ON|OFF|EDIT} [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/port {COM1|COM2|
COM3|COM4|BIOSSET}] [/baud {9600|19200|38400|57600|115200}] [/id NumLigneEntréeSE]

Paramètres

ON|OFF|EDIT
Spécifie la valeur de la redirection EMS.

Valeur Description
Active la génération de données à distance pour la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée. Ajoute
ON une option /redirect à la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et un paramètre redirect=comX
dans la section [boot loader]. La valeur de comX est définie par le paramètre /port.
Désactive la génération de données vers un ordinateur distant. Supprime l'option /redirect de la
OFF
valeur NumLigneEntréeSE spécifiée et le paramètre redirect=comX de la section [boot loader].
Permet de modifier les paramètres de port par le biais du paramètre redirect=comX de la section
EDIT
[boot loader]. Le paramètre comX prend la valeur du paramètre /port.

AIEB Page 35 26/01/2011


/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/port {COM1|COM2|COM3|COM4|BIOSSET}
Spécifie le port COM à utiliser pour la redirection. BIOSSET indique à EMS de déterminer à partir des
paramètres BIOS le port à utiliser pour la redirection. N'utilisez pas le paramètre /port si vous
désactivez la génération de donner à distance.
/baud {9600|19200|38400|57600|115200}
Spécifie le débit en bauds à utiliser pour la redirection. N'utilisez pas le paramètre /baud si vous
désactivez la génération de donner à distance.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation auquel l'option EMS est ajoutée dans la
section [operating systems] du fichier Boot.ini. La première ligne après l'en-tête de section [operating
systems] est 1. Ce paramètre est requis si EMS a pour valeur ON ou OFF.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Pour plus d'informations sur EMS (Emergency Management Services), consultez l'aide et le Support
technique.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /ems :

bootcfg /ems on /port com1 /baud 19200 /id 2

bootcfg /ems on /port biosset /id 3

bootcfg /s srvmain /ems off /id 2

bootcfg /ems edit /port com2 /baud 115200

bootcfg /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /ems off /id 2

bootcfg query
Interroge et affiche les entrées des sections [boot loader] et [operating systems] du fichier Boot.ini.

Syntaxe
bootcfg /query [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/?

AIEB Page 36 26/01/2011


Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Le texte suivant est un exemple de code issu de la commande bootcfg /query :
• Paramètres du chargeur de démarrage
• --------------------
• timeout: 30
• default: multi(0)disk(0)rdisk(0)partition(1)\WINDOWS
• Entrées de démarrage
• ------------
• Boot entry ID: 1
• Nom complet : "Microsoft Windows XP Professionnel"
• Chemin : multi(0)disk(0)rdisk(0)partition(1)\WINDOWS
Options de chargement du système d'exploitation : /fastdetect /debug /debugport=com1:

La partie Boot Loader Settings du résultat de la commande bootcfg query affiche chaque entrée de la section
[boot loader] du fichier Boot.ini.

La partie Boot Entries du résultat de la commande bootcfg query affiche les informations suivantes pour
chaque entrée du système d'exploitation de la section [operating systems] du fichier Boot.ini : Boot entry ID,
Friendly Name, Path et OS Load Options.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /query :

bootcfg /query

bootcfg /query /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23

bootcfg /query /u hiropln /p p@ssW23

bootcfg raw
Ajoute sous la forme d'une chaîne les options de chargement de système d'exploitation à une entrée du
système d'exploitation dans la section [operating systems] du fichier Boot.ini.

Syntaxe
bootcfg [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] /raw ChaîneOptionsChargementSE [/id
NumLigneEntréeSE]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
ChaîneOptionsChargementSE
Spécifie les options de chargement de système d'exploitation à ajouter à l'entrée du système
d'exploitation. Ces options de chargement remplacent toutes les options de chargement associées à
l'entrée du système d'exploitation. Le paramètre ChaîneOptionsChargementSE ne fait l'objet d'aucune
validation.
/id NumLigneEntréeSE
Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini à mettre à jour. La première ligne après l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?

AIEB Page 37 26/01/2011


Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Bootcfg raw permet d'ajouter du texte à la fin d'une entrée du système d'exploitation à la place des
options existantes. Ce texte doit contenir des options de chargement du système d'exploitation valides,
telles que /debug, /fastdetect, /nodebug, /baudrate, /crashdebug et /sos. Par exemple, la commande
suivante ajoute « /debug /fastdetect » à la fin de la première entrée du système d'exploitation à la place
de toutes les options précédentes :

bootcfg /raw "/debug /fastdetect" /id 1

• Pour plus d'informations sur les options facultatives de chargement du système d'exploitation et sur la
façon dont Windows utilise le fichier Boot.ini au cours du démarrage, consultez l'article Q170756,
« Available Switch Options for Windows NT Boot.ini File » dans la Base de connaissances Microsoft.
(http://www.microsoft.com/)

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /raw :

bootcfg /raw "/debug /sos" /id 2

bootcfg /raw /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 "/crashdebug " /id 2

bootcfg rmsw
Supprime des options de chargement de système d'exploitation pour l'entrée spécifiée du système
d'exploitation.

Syntaxe
bootcfg /rmsw [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]] [/mm] [/bv] [/so] [/ng] /id
NumLigneEntréeSE

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/mm
Supprime de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée l'option /maxmem et la valeur de mémoire
maximale associée. L'option /maxmem spécifie la quantité maximale de RAM (mémoire vive) utilisable
par le système d'exploitation.
/bv
Supprime l'option /basevideo de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée. L'option /basevideo indique au
système d'exploitation d'utiliser le mode VGA standard pour le pilote vidéo installé.
/so
Supprime l'option /sos de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée. L'option /sos indique au système
d'exploitation d'afficher les noms des pilotes de périphériques pendant leur chargement.
/ng
Supprime l'option /noguiboot de la valeur NumLigneEntréeSE spécifiée. L'option /noguiboot désactive la
barre de progression Windows XP Professionnel qui s'affiche avant l'invite d'ouverture
CTRL+ALT+SUPPR.
/id NumLigneEntréeSE

AIEB Page 38 26/01/2011


Spécifie le numéro de ligne d'entrée du système d'exploitation dans la section [operating systems] du
fichier Boot.ini auquel dont sont supprimées les options de chargement du système d'exploitation. La
première ligne après l'en-tête de section [operating systems] est 1.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /rmsw :

bootcfg /rmsw /mm 64 /id 2

bootcfg /rmsw /so /id 3

bootcfg /rmsw /so /ng /s srvmain /u hiropln /id 2

bootcfg /rmsw /ng /id 2

bootcfg /rmsw /mm 96 /ng /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /id 2

bootcfg timeout
Modifie le délai de sélection du système d'exploitation.

Syntaxe
bootcfg /timeout Délai [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p Mot_de_passe]]

Paramètres
Délai
Spécifie le délai indiqué dans la section [boot loader]. Cette valeur représente le nombre de secondes
dont dispose l'utilisateur pour sélectionner un système d'exploitation à partir de l'écran de chargement
de démarrage avant que NTLDR ne charge le système d'exploitation par défaut. Si la valeur est 0,
NTLDR démarre le système d'exploitation par défaut sans afficher l'écran de démarrage.
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.
/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.
/p Mot_de_passe
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de la commande bootcfg /timeout :

bootcfg /timeout 30

bootcfg /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /timeout 50

BOOTCFG /paramètre [arguments]

Liste de paramètres :

/Copy Effectue une copie d'une entrée de démarrage existante pour la section [operating
systems] à laquelle vous pouvez ajouter des options du système d'exploitation.

AIEB Page 39 26/01/2011


/Delete Supprime une entrée de démarrage existante dans la section [operating systems] section
du fichier BOOT.INI. Vous devez spécifier l'entrée# à supprimer.

/Query Affiche les paramètres actuels d'entrée de démarrage.

/RawAutorise l'utilisateur à spécifier des options de commutateur à pour une entrée de démarrage
spécifiée.

/Timeout Permet de modifier la valeur du délai d'attente.

/Default Permet de modifier le système d'exploitation par défaut.

/EMS Permet à l'utilisateur de paramétrer l'option /redirect pour pour la prise en charge
headless d'une entrée de démarrage.

/Debug Autorise l'utilisateur à spécifier le port et le taux en bauds du débogage à distance d'une
entrée de démarrage spécifiée.

/Addsw Autorise l'utilisateur à ajouter des commutateurs prédéfinis pour pour une entrée de
démarrage spécifiée.

/Rmsw Autorise l'utilisateur à supprimer des commutateurs prédéfinis pour un pour une entrée
de démarrage spécifiée.

/Dbg1394 Autorise l'utilisateur à configurer le débogage du port 1394 pour une entrée de
démarrage spécifiée.

/? Affiche cet écran d'aide.

Aide des différents paramètres

F:\>bootcfg /copy /?
BOOTCFG /Copy [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] [ /D description] /ID ID_démarrage

Description : Copie une entrée de démarrage existante.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/D description La description de l'entrée du système d'exploitation remplacée.

/ID ID_démarrage Spécifie l'ID de l'entrée de démarrage dans la section [operating systems]
du fichier boot.ini à partir duquel a été effectuée la copie.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Copy /D "Windows XP version de débogage" /ID 1

BOOTCFG /Copy /S système /U utilisateur /D "Windows XP" /ID 3

BOOTCFG /Copy /D "Windows XP /Crashdebug" /ID 2

F:\>bootcfg /delete /?

AIEB Page 40 26/01/2011


BOOTCFG /Delete [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] /ID ID_démarrage

Description :

Supprime une entrée de démarrage existante dans la section [operating systems] du fichier boot.ini.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/ID ID_démarrage Spécifie l'entrée de l'ID ayant besoin d'être supprimé de la section
[operating systems] section du fichier boot.ini.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Delete /ID 2

BOOTCFG /Delete /S système /U utilisateur /P mot_passe /ID 3

BOOTCFG /Delete /S système /U utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /query /?

BOOTCFG /Query [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]]

Description : Affiche les paramètres actuels d'entrée de démarrage.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Query

BOOTCFG /Query /S système /U utilisateur /P mot_passe

BOOTCFG /Query /S ipaddress /U utilisateur /P mot_passe

F:\>bootcfg /raw /?

BOOTCFG /Raw osoptions [/A] [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] /ID ID_démarrage

Description : Permet à l'utilisateur de spécifier les options de chargement du système d'exploitation


pour une entrée de démarrage.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

AIEB Page 41 26/01/2011


/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/ID IdDémarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans le section


[operating systems] du fichier boot.ini fichier auquel ajouter les options
OS.

/RAW options_système Spécifie les options de chargement du système d'exploitation pour une
entrée de démarrage. Les précédentes options du système d'exploitation
vont être modifiées.

/A Spécifie que les options du système d'exploitation entrées Le


commutateur /RAW sera ajouté aux options existantes du système
d'exploitation.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Raw "/DEBUG /SOS" /ID 2

BOOTCFG /Raw "/3GB" /A /ID 2

BOOTCFG /Raw "/CRASHDEBUG" /S système /U utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /timeout /?

BOOTCFG /Timeout value [/S système [/U utilisateur [/P mot_de_passe]]]

Description : Permet à l'utilisateur de modifier la valeur du délai d'attente du système d'exploitation.


Plage valide est compris entre 0 et 999.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/TIMEOUT valeur Spécifie le temps en secondes après lequel le système d'exploitation par
défaut sera chargé.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Timeout 30

BOOTCFG /Timeout 50 /S système /U domaine\utilisateur /P mot_de_passe

F:\>bootcfg /ems /?

BOOTCFG /EMS valeur [/S système [/U utilisateur [/P mot_de_passe]]] [-port port [-baud taux_bauds]]
-id bootid

Description : Autorise l'utilisateur à ajouter ou modifier la redirection EMS headless paramètres.

Liste de paramètres :

AIEB Page 42 26/01/2011


Value default Spécifie le jeu de valeurs valides pour la redirection EMS - ON, OFF, EDIT.
REMARQUE : EDIT est utilisé pour modifier les paramètres actuels.

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/PORT port Spécifie le port COM à utiliser pour la redirection. Les ports valides sont
COM1, COM2, COM3 COM4 ou BIOSSET(EMS utilise les paramètres du
BIOS).

/BAUD vitesse_en_bauds Spécifie la vitesse en bauds à utiliser pour la redirection. Les taux en
bauds valides sont 9600, 19200, 57600, 115200.

/ID IdDémarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans la section


[operating systems] du fichier BOOT.INI fichier à ajouter à l'option EMS.
Ceci est nécessaire quand la valeur EMS est définie à ON ou OFF.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /EMS ON /PORT COM1 /BAUD 19200 /ID 2

BOOTCFG /EMS ON /PORT paramètres_BIOS /ID 3

BOOTCFG /EMS OFF /S système /ID 2

BOOTCFG /EMS EDIT /PORT com2 /BAUD 115200

BOOTCFG /EMS OFF /S système /U domaine\utilisateur /P mot_de_passe /ID 2

F:\>bootcfg /debug /?

BOOTCFG /Debug valeur [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] [-port port [-baud taux_bauds]] -id
bootid

Description :
Autorise l'utilisateur à ajouter ou modifier les paramètres de débogage pour une entrée OS spécifiée.

Liste de paramètres :

Value default Spécifie le jeu valide de valeurs de débogage - ON, OFF, EDIT.

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/PORT port Spécifie le port COM auquel connecter l'ordinateur distant pour être
utilisé pour le débogage. Les ports valides sont COM1, COM2, COM3,
COM4.

/BAUD vitesse_en_bauds Spécifie la vitesse en bauds à utiliser pour le débogage. les taux en bauds
valides sont 9600, 19200, 38400, 57600, 115200.

/ID IdDémarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans la section


[operating systems] du fichier boot.ini fichier auquel ajouter les options
OS.

AIEB Page 43 26/01/2011


/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Debug ON /PORT COM1 /ID 2

BOOTCFG /Debug OFF /S système /U utilisateur /ID 2

BOOTCFG /Debug EDIT /PORT com2 /BAUD 19200 /ID 2

BOOTCFG /Debug OFF /S système /U domaine\utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /addsw /?

BOOTCFG /Addsw [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] { [/MM val] [/BV] [/SO] [/NG] } /ID
ID_démarrage

Description : Autorise l'utilisateur à ajouter des commutateurs pour une entrée OS spécifiée.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur.

-mm value Demande l'ajout de commutateur /maxmem, qui gère la quantité maximale
de mémoire vive (en Mo) que le système d'exploitation peut utiliser.

/BV Demande d'ajouter le paramètre /basevideo qui demande au système


d'exploitation d'utiliser le mode VGA standard pour le pilote vidéo installé.

-so Demande d'ajouter le commutateur /sos qui est utilisé pourutilisé pour
afficher les noms de chaque pilote de périphérique lors de leur
chargement.

-ng Demande l'ajout de l'option /noguiboot, qui désactive l'image de la barre


de progression Whistler qui apparaît avant l'invite d'ouverture de session
CTRL+ALT+SUPPR.

-id bootid Spécifie l'ID de l'entrée de démarrage dans la section [operating systems]
du fichier BOOT.INI fichier auquel ajouter les options OS.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Addsw /MM 64 /ID 2

BOOTCFG /Addsw /SO /ID 3

BOOTCFG /Addsw /SO /NG /S système /U domaine\utilisateur /ID 2

BOOTCFG /Addsw /NG /ID 2

BOOTCFG /Addsw /MM 96 /NG /S système /U utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /rmsw /?
BOOTCFG /Rmsw [/S système [/U utilisateur [/P mot_passe]]] { [/MM] [/BV] [/SO] [/NG] } /ID
ID_démarrage

AIEB Page 44 26/01/2011


Description : Autorise l'utilisateur à supprimer les commutateurs de l'entrée OS.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U² [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur.

/MM Spécifie la quantité maximale de mémoire à accès aléatoire vive que


Whistler peut utiliser.

/BV Demande de supprimer le paramètre /basevideo demande au système


d'utiliser le mode VGA standard pour le pilote vidéo installé.

-so Demande de supprimer le commutateur /sos qui est utilisé pour afficher
les noms de chaque pilote de périphérique d'impression lors de leur
chargement.

/NG Demande la suppression de l'option /noguiboot, qui désactive l'image de


la barre de progression Whistler qui apparaît avant l'invite d'ouverture de
session CTRL+ALT+SUPPR.

/ID IdDémarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans la section


[operating systems] du fichier BOOT.INI duquel supprimer les options OS.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Rmsw /BV /ID 2

BOOTCFG /Rmsw /BV /ID 2

BOOTCFG /Rmsw /SO /NG /S système /U utilisateur /ID 2

BOOTCFG /Rmsw /NG /ID 2

BOOTCFG /Rmsw /MM /NG /S système /U domaine\utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /dbg1394 /?
BOOTCFG /Dbg1394 valeur [/S système [/U utilisateur [/P mot_de_passe]]] [/CH canal] /ID ID_démarrage

Description : Autorise l'utilisateur à configurer le débogage du port 1394.

Liste de paramètres :

valeur par défaut Spécifie le jeu valide de valeurs pour le commutateur Dbg1394. Les
valeurs valides sont : ON, OFF.

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pourle contexte utilisateur.

/CH canal Spécifie le canal. Valeurs valides : de 1 à 64.

/ID Id_démarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans la section


[operating systems] du fichier BOOT.INI pour modifier les options du
système d'exploitation.

AIEB Page 45 26/01/2011


/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Dbg1394 on /ID 2

BOOTCFG /Dbg1394 on /CH 30 /ID 3

BOOTCFG /Dbg1394 on /CH 20 /S système /U utilisateur /ID 2

BOOTCFG /Dbg1394 off /ID 2

BOOTCFG /Dbg1394 off /S système /U domaine\utilisateur /P mot_passe /ID 2

F:\>bootcfg /default /?

BOOTCFG /Default [/S système [/U utilisateur [/P mot_de_passe]]] /ID ID_démarrage

Description : Permet à l'utilisateur de modifier le système d'exploitation par défaut.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur sous lequel la commande doit exécuter.

/P mot_de_passe Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné.

/ID IdDémarrage Spécifie l'identificateur de l'entrée de démarrage dans le section


[operating systems] du fichier boot.ini à établir en tant que système
d'exploitation par défaut.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

BOOTCFG /Default /ID 2

BOOTCFG /Default /S système /U domaine\utilisateur /P mot_de_passe /ID 2

Cette commande possède les options suivantes :


bootcfg /add
bootcfg /rebuild
bootcfg /scan
bootcfg /list
bootcfg /disableredirect
bootcfg /redirect [portbaudrate] | [useBiosSettings]

Exemple :
bootcfg /redirect com1 115200
bootcfg /redirect useBiosSettings

Options :
/add : Ajoute une installation de Windows à la liste du menu de démarrage.
/rebuild : Parcourt toutes les installations de Windows et permet à l'utilisateur de
choisir celle à ajouter.
/scan : Recherche les installations de Windows sur tous les disques et affiche les
résultats.
/default : Définit l'entrée de démarrage par défaut.
/list : Liste les entrées déjà présentes dans la liste du menu de démarrage.

AIEB Page 46 26/01/2011


/disableredirect : Désactive la redirection dans le chargeur de démarrage.
/redirect : Active la redirection dans le chargeur de démarrage avec la
configuration spécifiée.

AIEB Page 47 26/01/2011


BREAK (Help et Microsoft)
Windows XP n'utilise pas cette commande. Elle n'est acceptée que pour la compatibilité avec les fichiers de
MS-DOS.

Active ou désactive le contrôle étendu de CTRL+C. sur le système DOS

Permet d'obtenir une compatibilité avec le système DOS. Aucun effet sous Windows XP.

Si les extensions de commandes sont activées, et sont exécutées sur une plate-forme Windows XP,
alors la commande BREAK entrera dans le débogueur sur un point d'arrêt du code s'il y a débogage.

AIEB Page 48 26/01/2011


CACLS (Help et Microsoft)
Affiche ou modifie les listes de contrôle d'accès (ACL) des fichiers DACL (Discretionary Access Control
List).

Syntaxe
cacls NomFichier [/t] [/e] [/c] [/g Utilisateur:autorisation] [/r Utilisateur [...]] [/p Utilisateur:autorisation [...]] [/d
Utilisateur [...]]

Paramètres
NomFichier
Requis. Affiche les listes DACL des fichiers spécifiés.

/t
Modifie les listes DACL des fichiers spécifiés dans le répertoire en cours ainsi que tous ses sous-
répertoires.

/e
Modifie une liste DACL au lieu de la remplacer.

/c
Continue de modifier les listes DACL, en ignorant les erreurs.

/g Utilisateur:autorisation
Accorde des droits d'accès à l'utilisateur spécifié. Le tableau suivant répertorie les valeurs admises pour
autorisation.

Valeur Description
n Aucune
r Lecture
w Écriture
c Changer (écrire)
f Contrôle total

/r Utilisateur
Révoque les droits d'accès de l'utilisateur spécifié.

/p Utilisateur:autorisation
Remplace les droits d'accès de l'utilisateur spécifié. Le tableau suivant répertorie les valeurs admises
pour autorisation.

Valeur Description
n Aucune
r Lecture
w Écriture
c Changer (écrire)
f Contrôle total

/d Utilisateur
Refuse l'accès à l'utilisateur spécifié.

/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 49 26/01/2011


Remarques
Le tableau suivant vous permet d'interpréter les résultats.

Sortie Portée de l'application de l'entrée de contrôle d'accès


OI Ce dossier et les fichiers
CI Ce dossier et les sous-dossiers
L'entrée de contrôle d'accès ne s'applique pas au fichier/répertoire
IO
en cours.
Aucun message en sortie Ce dossier uniquement
(IO)(CI) Ce dossier, les sous-dossiers et les fichiers
(OI)(CI)(IO) Les sous-dossiers et les fichiers seulement
(CI)(IO) Les sous-dossiers seulement
(OI)(IO) Les fichiers seulement

Pour désigner plusieurs fichiers, vous pouvez utiliser des caractères génériques (? et*).

Vous pouvez désigner plusieurs utilisateurs.

CACLS nom_de_fichier [/T] [/E] [/C] [/G util:perm] [/R util [...]] [/P util:perm [...]] [/D util [...]]

nom_de_fichier Affiche les ACL.

/T Modifie les ACL des fichiers spécifiés dans le répertoire en cours et tous
les sous-répertoires.

/E Édite l'ACL au lieu de la remplacer.

/C Continue la modification des ACL en ignorant les erreurs.

/G util:perm Donne à l'utilisateur spécifié les droits d'accès. Perm peut être :
R Lecture
W Écriture
C Modification (en écriture)
F Contrôle total

/R util Retire les droits d'accès de l'utilisateur (avec /E).


/P util:perm Remplace les droits d'accès de l'utilisateur spécifié. Perm peut être :
N Aucun
R Lecture
W Écriture
C Modification (en écriture)
F Contrôle total

/D util Refuse l'accès à l'utilisateur spécifié.Des caractères génériques peuvent


être utilisés pour préciser plusieurs fichiers dans une commande. Vous
pouvez spécifier plus d'un utilisateur dans une commande.

Abréviations :
CI - Héritage de conteneur (Container Inherit). Les répertoires héritent de l'entrée de contrôle
d'accès.

OI - Héritage d'objet (Object Inherit). Les fichiers héritent de l'entrée de contrôle d'accès.

IO - Héritage uniquement (Inherit Only). L'entrée de contrôle d'accès ne s'applique


pas au fichier ou répertoire en cours.

AIEB Page 50 26/01/2011


CALL (Help et Microsoft)
Appelle un programme de commandes à partir d'un autre sans arrêter le programme de commandes parent. La
commande call accepte des étiquettes comme cible de l'appel. Utilisée hors d'un script ou d'un fichier de
commandes, la commande call est sans effet à partir de la ligne de commande.

Syntaxe
call [[Lecteur:][Chemin] NomFichier [ParamètresCommande]] [:étiquette [arguments]]

Paramètres
[Lecteur:][Chemin] NomFichier
Indique l'emplacement et le nom du programme de commandes que vous souhaitez appeler. Le
paramètre NomFichier doit avoir une extension .bat ou .cmd.

ParamètresCommande
Désigne toutes les informations de ligne de commande requises par le programme de commandes,
notamment les options de ligne de commande, les noms de fichier, les paramètres de commande (%0
à %9) ou les variables (par exemple, %baud%).

:étiquette
Spécifie l'étiquette à laquelle le programme de commandes doit passer un contrôle. Lorsque vous
utilisez la commande call avec ce paramètre, vous créez un nouveau contexte de fichier de
commandes et passez le contrôle à l'instruction qui suit l'étiquette spécifiée. La première fois que la fin
du fichier de commandes est atteinte (soit après le passage à l'étiquette), le contrôle est renvoyé à
l'instruction qui suit l'instruction call. La deuxième fois que la fin du fichier de commandes est atteinte,
l'exécution du script de commande prend fin. Pour plus d'informations sur l'extension goto :eof qui vous
permet de revenir à partir d'un script de commande, consultez Rubriques connexes.

arguments
Désigne toutes les informations de ligne de commande que vous transmettez à la nouvelle instance du
programme de commandes commençant à :étiquette, notamment les options de ligne de commande,
les noms de fichier, les paramètres de commande (%1 à %9) ou les variables (par exemple, %baud%).

/? Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
Emploi des paramètres de commande
Les paramètres de commande peuvent contenir toutes les informations que vous pouvez transmettre
à un programme de commandes, notamment les options de ligne de commande, les noms de fichier,
les paramètres de commande (%0 à %9) et les variables (par exemple, %baud%). Pour plus
d'informations sur les paramètres de commande, consultez Rubriques connexes.

Emploi du signe “ | ” et de symboles de redirection


N'utilisez ni le signe « | » ni les symboles de redirection avec la commande call.

Appel récursif
Vous pouvez créer un programme de commandes qui s'appelle lui-même, à condition toutefois de
fournir une condition de sortie. Sinon, les programmes de commandes parent et enfant peuvent
exécuter indéfiniment une boucle.

Utilisation des extensions de commande


Lorsque les extensions de commande sont activées (situation par défaut), la commande call accepte
une étiquette en guise de cible de l'appel. La syntaxe correcte est la suivante :

call :ArgumentsÉtiquette

Pour plus d'informations sur l'activation et la désactivation des extensions de commande, consultez cmd dans
Rubriques connexes.

AIEB Page 51 26/01/2011


Exemples
Pour exécuter le programme VeriNouv.bat à partir d'un autre programme de commandes, tapez la commande
suivante dans le programme parent :

call verinouv

Si le programme de commandes parent accepte deux paramètres de commande et que vous souhaitez
transférer ces paramètres à VeriNouv.bat, utilisez la commande suivante dans le programme de commandes
parent :

call verinouv %1 %2

CALL [lecteur:] [chemin] nom_de_fichier [paramètres de commande]

paramètres de commande Paramètres requis par le programme de commandes appelé.

Si les extensions de commandes sont activées, CALL est modifié comme suit :

La commande CALL accepte maintenant des étiquettes comme cible de CALL. La syntaxe est :

CALL:étiquette arguments

Un nouveau contexte de fichier de commandes est créé avec les arguments spécifiés et le contrôle est
transmis à la commande suivant l'étiquette spécifiée. Vous devez "quitter" deux fois en atteignant la fin
du script du fichier de commandes deux fois. La première fois que vous lisez la fin, le contrôle
reviendra juste après la commande CALL. La seconde fois vous quitterez le script de commandes.
Entrez GOTO /? pour une description de l'extension GOTO :EOF qui vous permettra de "retourner" en
dehors d'un script de commandes.

De plus, l'expansion de références d'arguments du script de commandes (%0, %1, etc.) a été modifiée
comme suit :

%* se réfère à tous les arguments d'un script de commandes (ex. %1 %2 %3 %4 %5 ...)

La substitution de paramètres de commandes (%n) a été améliorée. Vous pouvez maintenant utiliser
la syntaxe suivante en option :

%~1 étend %1 en supprimant les guillemets (")


%~f1 étend %1 en nom de chemin d'accès reconnu
%~d1 étend %1 en lettre de lecteur uniquement
%~p1 étend %1 en chemin d'accès uniquement
%~n1 étend %1 en nom de fichier uniquement
%~x1 étend %1 en extension de fichier uniquement
%~s1 chemin étendu contenant uniquement des noms courts
%~a1 étend %1 en attributs du fichier
%~t1 étend %1 en date/heure du fichier
%~z1 étend %1 en taille du fichier
%~$PATH:1 parcourt les répertoires de la variable d'environnement PATH et étend %1 en nom
du premier fichier reconnu trouvé. Si le nom de la variable d'environnement n'est
pas défini ou que le fichier n'est pas trouvé par la recherche, alors ce
modificateur étend en chaîne vide

Vous pouvez combiner les modificateurs pour des résultats composés :

%~dp1 étend %1 en lettre de lecteur et chemin d'accès uniquement

%~nx1 étend %1 en nom de fichier et extension uniquement

%~dp$PATH:1 parcourt les répertoires listés dans la variable d'environnement PATH à la


recherche de %1 et étend en lettre de lecteur du premier trouvé.

AIEB Page 52 26/01/2011


%~ftza1 étend %1 en DIR comme ligne en sortie

Dans les exemples ci-dessus %1 et PATH peuvent être remplacés par d'autres valeurs valides. La
syntaxe %~ se termine par un numéro d'argument valide. Vous ne pouvez pas utiliser les modificateurs
%~ avec %*

AIEB Page 53 26/01/2011


CHANGE
Commandes de modification des services Terminal Server

Commande change logon (changer l'ouverture de session)


Active ou désactive les ouvertures de session à partir des sessions clientes, ou affiche l'état de l'ouverture des
sessions en cours. Cet utilitaire est utile à la gestion du système.

Syntaxe
change logon {/enable|/disable|/query}

Parmètres
/enable
Active les ouvertures de session à partir des sessions clientes, mais non depuis la console.
/disable
Désactive les prochaines ouvertures de session à partir des sessions clientes, mais non depuis la
console. Les utilisateurs déjà connectés ne sont pas affectés.
/query
Affiche l'état (activé ou désactivé) de l'ouverture de session en cours.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Seuls les administrateurs peuvent utiliser la commande change logon.

• Les ouvertures de session sont réactivées au redémarrage du système. Si vous êtes connecté au
serveur Terminal Server à partir d'une session cliente et que vous mettez fin à la session avant d'avoir
réactivé les ouvertures de session, vous ne pourrez plus vous reconnecter à partir de votre session.
Connectez-vous à la console afin de réactiver les ouvertures de session à partir des sessions clientes.

Commande change port (changer le port)


Répertorie ou modifie les mappages du port COM pour maintenir la compatibilité
avec les applications MS-DOS.

Syntaxe
change port [{portx=porty|/d portx|/query}]

Paramètres
portx=porty
Mappe le port COM x au port y.
/d portx
Supprime le mappage du port COM x.
/query
Affiche les mappages de port actuels.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• La plupart des applications MS-DOS ne prennent en charge que les ports séries COM1 à COM4. La
commande change port mappe un port série vers un autre numéro de port, permettant ainsi aux
applications qui ne gèrent pas un nombre important de ports COM d'accéder au port série. Par

AIEB Page 54 26/01/2011


exemple, pour mapper le port COM12 au port COM1, afin de le rendre utilisable par une application
MS-DOS, tapez change port com12=com1. La modification de mappage ne fonctionne que pour la
session en cours et n'est pas conservée lorsque vous fermez une session pour en ouvrir une nouvelle.

• Utilisez la commande change port sans paramètres pour afficher les ports COM disponibles et leurs
mappages actuels.

Commande change user (changer l'utilisateur)


Modifie le paramétrage relatif au mappage du fichier .ini.

Syntaxe
change user {/execute | /install | /query}

Paramètres
/execute
Active le mappage du fichier .ini au répertoire de base. Il s'agit du paramètre par défaut.
/install
Désactive le mappage du fichier .ini au répertoire de base. Tous les fichiers .ini sont lus et enregistrés
dans le répertoire système. Vous devez désactiver le mappage du fichier .ini lors de l'installation des
applications sur un serveur Terminal Server.
/query
Affiche le paramétrage actuel relatif au mappage du fichier .ini.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisez la commande change user /install avant d'installer une application, pour créer des fichiers .ini
pour cette application dans le répertoire système. Ces fichiers servent de sources pour les fichiers .ini
spécifiques aux utilisateurs. Après avoir installé l'application, utilisez la commande change
user /execute pour revenir au mappage du fichier .ini standard.

• La première fois que vous exécutez l'application, celle-ci recherche ses fichiers .ini dans le répertoire de
base. Si les fichiers .ini ne se trouvent pas dans le répertoire de base mais dans le répertoire système,
ces fichiers sont copiés dans le répertoire de base par les services Terminal Server, garantissant ainsi
que chaque utilisateur dispose d'une copie unique des fichiers .ini de l'application. Les nouveaux
fichiers .ini sont créés dans le répertoire de base.

• Chaque utilisateur doit disposer d'une copie unique des fichiers .ini d'une application. Cela permet
d'éviter les situations où différents utilisateurs possèdent des configurations d'applications
incompatibles, par exemple, des répertoires par défaut ou des résolutions d'écran qui ne sont pas les
mêmes.

• Lorsque le système est en mode Installation (change user /install), plusieurs événements se
produisent : toutes les entrées du Registre créées sont masquées sous
HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Microsoft\Windows NT\CurrentVersion\TerminalServer\Ins
tall.

Les clés ajoutées à HKEY_CURRENT_USER sont copiées sous la clé \SOFTWARE, tandis que les
clés HKEY_LOCAL_MACHINE sont copiées sous \MACHINE.

Si l'application interroge le répertoire Windows en utilisant des appels système, comme


GetWindowsDirectory, les services Terminal Server renvoient le répertoire RacineSystème. Si des
entrées de fichier .ini sont ajoutées à l'aide d'appels système, comme WritePrivateProfileString, elles
sont ajoutées aux fichiers .ini sous le répertoire RacineSystème.

• Lorsque le système revient en mode d'exécution (change user /execute), et que l'application tente de
lire une entrée du Registre sous HKEY_CURRENT_USER qui n'existe pas, les services

AIEB Page 55 26/01/2011


Terminal Server vérifient si une copie de la clé existe sous la clé \TerminalServer\Install. Si c'est le
cas, les clés sont copiées à l'emplacement approprié sous HKEY_CURRENT_USER. Si l'application
tente de lire un fichier .ini qui n'existe pas, les services Terminal Server recherchent ce fichier .ini sous
la racine système.

Si le fichier .ini se trouve à la racine système, il est copié dans le sous-répertoire \Windows du
répertoire de base de l'utilisateur. Si l'application interroge le répertoire Windows, les services Terminal
Server renvoient le sous-répertoire \Windows du répertoire de base de l'utilisateur.

• Lorsque vous ouvrez une session, les services Terminal Server vérifient si ses fichiers système .ini sont
plus récents que les fichiers .ini qui se trouvent sur votre ordinateur.
Si la version système est la plus récente, votre fichier .ini est soit remplacé soit fusionné avec cette
version.

Ceci dépend du fait que le bit INISYNC, 0x40, a été défini ou non pour ce fichier .ini. La version
précédente de votre fichier .ini est renommée en Inifile.ctx.

Si les valeurs du Registre du système sous la clé \TerminalServer\Install sont plus récentes que la
version située sous HKEY_CURRENT_USER, alors votre version des clés est supprimée et remplacée
par les nouvelles clés situées sous \TerminalServer\Install.

AIEB Page 56 26/01/2011


CD – CHDIR (Help et Microsoft)
Modifie le répertoire ou affiche le répertoire en cours.

Les commandes cd et chdir modifient le dossier. Si vous tapez cd .. , cela indique que vous souhaitez vous
déplacer vers le dossier parent.

Tapez cd lecteur: pour afficher le dossier actuel dans le lecteur spécifié.

Tapez cd sans les paramètres pour afficher le lecteur et le dossier actuels.

La commande chdir considère les espaces comme délimiteurs. Vous devez entrer le nom d'un sous-dossier qui
contient des espaces entre guillemets.
Par exemple : cd "\winnt\profiles\username\programs\menu démarrer"

CHDIR [/D] [lecteur:][chemin]


CHDIR [..]
CD [/D] [lecteur:][chemin]
CD [..]

.. Signifie que vous voulez vous placer sur le répertoire parent.

Entrez CD lecteur: pour afficher le répertoire en cours sur le lecteur.

Entrez CD sans paramètres pour afficher le lecteur et le répertoire en cours.

Utilisez le commutateur /D pour modifier le lecteur actuel en plus de la modification du répertoire actuel
pour un lecteur.

Si les extensions de commandes sont activées, la commande CHDIR change comme suit :

La chaîne du répertoire en cours est convertie pour utiliser la même casse que celle du disque. Donc,
CD C:\TEMP fixera en fait le répertoire en cours à C:\Temp si c'est la casse utilisée sur le disque.

La commande CHDIR ne traite pas les espaces comme des séparateurs ; il est donc possible d'utiliser
CD pour aller dans un sous-répertoire dont le nom contient des espaces sans entourer ce nom de
guillemets.

Par exemple :

cd \winnt\profiles\NomUtilisateur\programmes\menu démarrer

est identique à :

cd "\winnt\profiles\NomUtilisateur\programmes\menu démarrer"

qui est ce que vous devez entrer si les extensions sont désactivées.

AIEB Page 57 26/01/2011


CHCP (Help et Microsoft)
Modifie la page de code active ou affiche son numéro.

Affiche le numéro de la page de codes active de la console ou change la page de codes active de la console.
Utilisée sans paramètre, la commande chcp affiche le numéro de la page de codes active de la console.

Syntaxe
chcp [nnn]

Paramètres
nnn
Désigne la page de codes. Le tableau suivant répertorie les pages de codes gérées ainsi que le
pays/région ou la langue correspondante :

Page de codes Pays/région ou langue


437 États-Unis
850 Multilingue (Latin I)
852 Slave (Latin II)
855 Cyrillique (Russe)
857 Turc
860 Portugais
861 Islandais
863 Français (Canada)
865 Scandinave
866 Russe
869 Grec moderne
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Seule la page de codes OEM (Original Equipment Manufacturer) installée avec Windows XP s'affiche
correctement dans une fenêtre de l'invite de commandes utilisant les polices Raster. Les autres pages
de codes s'affichent correctement en mode plein écran ou dans une fenêtre d'invite de commandes
utilisant des polices TrueType.

• Vous n'avez pas besoin de préparer les pages de codes comme dans MS-DOS.

• Les programmes que vous démarrez après avoir affecté une nouvelle page de codes utilisent celle-ci ;
par contre, les programmes (à l'exception de Cmd.exe) démarrés avant l'affectation utilisent la page de
codes initiale.

AIEB Page 58 26/01/2011


Exemples
Pour afficher le numéro de la page de codes active, tapez :

chcp
Un affichage similaire à ce qui suit apparaît :
Page de codes active : 437
Pour utiliser plutôt la page 850 (Multilingue) comme page de codes active, tapez :

chcp 850
Si la page de codes spécifiée est incorrecte, le message d'erreur suivant s'affiche :
Page de codes non valide

CHCP [nnn]

nnn Spécifie le numéro de page de codes.

Entrez CHCP sans paramètres pour afficher le numéro de page de codes active.

AIEB Page 59 26/01/2011


CHKDSK (Help et Microsoft)
Crée et affiche un rapport sur l'état d'un disque donné en fonction du système de fichiers. Chkdsk indique
également toutes les erreurs détectées sur le disque et les corrige. Utilisée sans paramètre, la commande
chkdsk affiche l'état du disque placé dans le lecteur en cours.

Syntaxe
chkdsk [volume:][[Chemin] NomFichier] [/f] [/v] [/r] [/x] [/i] [/c] [/l[:taille]]

Paramètres
volume:
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.
[Chemin] NomFichier
Indique l'emplacement et le nom du ou des fichiers dont chkdsk doit vérifier la fragmentation. Pour
désigner plusieurs fichiers, vous pouvez utiliser des caractères génériques (? et*).
/f
Corrige les erreurs détectées sur le disque. Le disque doit être verrouillé. Si chkdsk ne peut pas
verrouiller le lecteur, un message s'affiche vous demandant si vous souhaitez vérifier le lecteur au
prochain démarrage de l'ordinateur.
/v
Affiche le nom de tous les fichiers de tous les répertoires au fur et à mesure que le disque est vérifié.
/r
Détecte les secteurs défectueux et récupère les informations lisibles. Le disque doit être verrouillé.
/x
Utilisez avec NTFS uniquement. Force le démontage du volume en premier lieu, si nécessaire. Tous les
descripteurs ouverts du lecteur sont invalidés. En outre, /x intègre la fonctionnalité de /f.
/i
Utilisez avec NTFS uniquement. Effectue une vérification moins rigoureuse des entrées d'index, ce qui
réduit la durée d'exécution de chkdsk.
/c
Utilisez avec NTFS uniquement. Ne vérifie pas les cycles au sein de la structure des dossiers, ce qui
réduit la durée d'exécution de chkdsk.
/l[:taille]
Utilisez avec NTFS uniquement. Limite la taille du fichier journal à celle que vous tapez. Si vous
omettez le paramètre de la taille, /l affiche la taille en cours.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Exécution de chkdsk
Vous devez être membre du groupe Administrateurs pour pouvoir exécuter la commande chkdsk sur un disque
dur.
• Vérification d'un lecteur verrouillé au redémarrage
Si vous souhaitez que chkdsk corrige les erreurs détectées sur le disque, aucun fichier du disque ne doit être
ouvert. Si des fichiers sont ouverts, le message d'erreur suivant s'affiche :
CHKDSK ne peut pas s'exécuter parce que le volume est utilisé par un autre processus.
Voulez-vous que ce volume soit vérifié au prochain redémarrage du système ? (O/N)
Si vous optez pour la vérification du lecteur au prochain redémarrage de l'ordinateur, chkdsk le vérifiera et
corrigera automatiquement les erreurs à ce moment-là. Si la partition du lecteur est une partition d'amorçage,
chkdsk redémarre automatiquement l'ordinateur après la vérification du lecteur.
• Signalement des erreurs sur les disques
La commande chkdsk effectue l'examen de l'espace disque et de son utilisation pour les systèmes de fichiers
file allocation table (FAT) et NTFS. La commande chkdsk fournit des informations sur chaque système de
fichiers dans un rapport d'état. Ce dernier indique les erreurs trouvées dans le système de fichiers. Si vous
exécutez la commande chkdsk sans utiliser l'option de ligne de commande /f sur une partition active, elle

AIEB Page 60 26/01/2011


risque de signaler de fausses erreurs, car elle ne peut pas verrouiller le lecteur. Il est recommandé d'exécuter
de temps en temps chkdsk sur chaque disque pour vérifier les erreurs.
• Correction des erreurs sur les disques
La commande chkdsk ne corrige les erreurs du disque que si vous spécifiez l'option de ligne de commande /f.
Pour corriger ces erreurs, il faut que chkdsk puisse verrouiller le lecteur. Comme les corrections modifient
généralement la table d'allocation des fichiers d'un disque et entraînent parfois des pertes de données, chkdsk
génère un message de confirmation semblable à ce qui suit :
10 unités d'allocation perdues trouvées dans 3 chaînes.

Convertir les chaînes perdues en fichiers ?


Si vous appuyez sur O, Windows enregistre dans le répertoire racine chaque chaîne perdue sous la forme d'un
fichier dont le nom présente la structure Filennnn.chk.

À la fin de l'exécution de la commande chkdsk, vous pouvez vérifier si ces fichiers contiennent des données
requises. Si vous appuyez sur N, Windows corrige les erreurs du disque sans enregistrer le contenu des unités
d'allocation perdues.

Si vous n'utilisez pas l'option de ligne de commande /f, chkdsk génère un message si un fichier doit être
corrigé, mais ne corrige aucune erreur.

Si vous utilisez chkdsk /f sur un disque très volumineux (par exemple, 70 giga-octets) ou sur un disque qui
contient un nombre important de fichiers (par exemple, plusieurs millions de fichiers), son exécution risque de
prendre un certain temps (par exemple, plusieurs jours). L'ordinateur n'est pas disponible pendant cette période
car chkdsk ne passe pas la main avant d'avoir terminé.
• Vérification d'un disque FAT

Les rapports d'état de chkdsk qui sont affichés par Windows pour un disque FAT se présentent sous la forme
suivante :
Le numéro de série du volume est B1AF-AFBF

72 214 528 octets d'espace disque total

73 728 octets dans 3 fichiers cachés

30 720 octets dans 12 répertoires

11 493 376 octets dans 386 fichiers utilisateur

61 440 octets dans des secteurs défectueux

60 555 264 octets disponibles sur le disque

2 048 octets dans chaque unité d'allocation

35 261 unités d'allocation au total sur le disque

29 568 unités d'allocation disponibles sur le disque

• Vérification d'un disque NTFS

Les rapports d'état de chkdsk qui sont affichés par Windows pour un disque NTFS se présentent sous la forme
suivante :
Le type de système de fichiers est NTFS.

CHKDSK vérifie les fichiers...

La vérification des fichiers est terminée.

CHKDSK vérifie les index...

AIEB Page 61 26/01/2011


La vérification des index est terminée.

CHKDSK vérifie les descripteurs de sécurité...

La vérification des descripteurs de sécurité est terminée.

12 372 kilo-octets d'espace disque total.

3 kilo-octets dans 1 fichier utilisateur.

2 kilo-octets dans 1 index.

4 217 kilo-octets utilisés par le système.

8 150 kilo-octets disponibles sur le disque.

512 octets dans chaque unité d'allocation.

24 745 unités d'allocation au total sur le disque.

16 301 unités d'allocation disponibles sur le disque.

• Utilisation de chkdsk avec des fichiers ouverts


Si vous spécifiez l'option de ligne de commande /f, chkdsk génère un message d'erreur si le disque contient
des fichiers ouverts.

Si vous n'employez pas l'option de ligne de commande /f et si des fichiers sont ouverts, il se peut que chkdsk
signale des unités d'allocation perdues sur le disque. Cette situation se présente notamment lorsque des
fichiers ouverts n'ont pas encore été enregistrés dans la table d'allocation. Si chkdsk signale la perte d'un
grand nombre d'unités d'allocation, envisagez de réparer le disque.
• Détection d'erreurs disque physiques
Utilisez l'option de ligne de commande /r pour trouver les défauts physiques du disque dans le système de
fichiers. Pour plus d'informations sur la récupération de fichiers physiquement endommagés avec la commande
recover, consultez Rubriques connexes.
• Signalement des secteurs disque défectueux
Les secteurs défectueux signalés par chkdsk ont été marqués comme tels lors de la préparation initiale du
disque. Ils ne présentent pas de danger.
• Signification des codes de sortie

AIEB Page 62 26/01/2011


Le tableau suivant répertorie les codes de sortie indiqués par chkdsk à la fin de son exécution.

Code de
Description
sortie
0 Aucune erreur n'a été trouvée.
1 Des erreurs ont été trouvées et corrigées.
Le nettoyage du disque, notamment la récupération de place en mémoire, a été effectué ou ne l'a
2
pas été parce que l'option de ligne de commande /f n'a pas été préalablement spécifiée.
Impossible d'examiner le disque, les erreurs n'ont pas pu être corrigées ou les erreurs n'ont pas été
3
corrigées parce que l'option de ligne de commande /f n'a pas été préalablement spécifiée.
• La commande chkdsk est disponible dans la console de récupération avec d'autres paramètres.

Exemples
Pour vérifier le disque placé dans le lecteur D et demander à Windows de corriger les erreurs, tapez :

chkdsk d: /f
Au fur et à mesure qu'elle détecte des erreurs, la commande chkdsk s'interrompt et affiche des messages.
Chkdsk termine en présentant un rapport indiquant l'état du disque. Vous ne pouvez ouvrir aucun fichier sur le
lecteur spécifié avant la fin de l'exécution de la commande chkdsk.

Pour vérifier s'il existe des blocs non contigus dans l'ensemble des fichiers du répertoire en cours d'un disque
FAT, tapez :

chkdsk *.*
Chkdsk affiche un rapport d'état, puis la liste des fichiers correspondant à la spécification donnée qui
contiennent des blocs non contigus.

Vérifie un disque et affiche un relevé d'état.

chkdsk lecteur /p /r

Cette commande (où lecteur indique le lecteur à vérifier) vérifie et si nécessaire répare ou récupère un lecteur.

De plus, cette commande marque les secteurs défectueux et récupère des informations lisibles.

Le commutateur /p demande à la commande de faire une vérification exhaustive du lecteur même si celui-ci ne
contient pas de problèmes et corrige toutes les erreurs.

Le commutateur /r repère les secteurs défectueux et récupère les informations lisibles.

Notez que le fait de préciser le commutateur /r implique le commutateur /p.

La commande chkdsk peut être spécifiée sans arguments, dans quel cas le lecteur actuel est implicite et sans
commutateur.

Les commutateurs répertoriés sont acceptés en option. La commande chkdsk nécessite le fichier Autochk.exe.

Chkdsk repère automatiquement le fichier dans le dossier de démarrage.

Il s'agit généralement du dossier Cmdcons si la console de commandes est pré-installée.

Si ce dossier ne peut être trouvé dans le dossier de démarrage, Chkdsk tente de déterminer le support
d'installation du CD-ROM de WindowsXP.

Si le support d'installation ne peut être trouvé, Chkdsk vous demande d'indiquer l'emplacement du fichier
Autochk.exe.

CHKDSK [volume[[chemin]nom_de_fichier]] [/F] [/V] [/R] [/B] [/L[:taille]]

AIEB Page 63 26/01/2011


Volume Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux-points), le point de montage ou le nom
de volume.

nom_de_fichier FAT/FAT32 seulement : Spécifie les fichiers dont la fragmentation est à vérifier.

/F Corrige les erreurs sur le disque.


/V FAT/FAT32 : affiche les chemin d'accès et nom complets de tous les fichiers du
disque. Sur NTFS : affiche également les éventuels messages de nettoyage.

/R Localise les secteurs défectueux et récupère informations lisibles. (implique /F)

/L:taille NTFS seulement : change la taille du fichier journal en la valeur spécifiée en kilo-
octets. Si aucune taille n'est donnée, affiche la taille actuelle.

/X Force le démontage préalable du volume si nécessaire. Les handles ouverts vers


le volume ne seront alors plus valides (implique /F).

/I NTFS seulement : vérifie sommairement les entrées d'index.

/C NTFS seulement : ignore la vérification des cycles à l'intérieur de l'arborescence


de dossiers.

Les options /I ou /C réduisent le temps d'exécution de CHKDSK en ignorant certaines vérifications sur
le volume.

AIEB Page 64 26/01/2011


CHKNTFS (Help et Microsoft)
Affiche ou indique si la vérification automatique du système est programmée pour être exécutée sur un volume
FAT, FAT32 ou NTFS au démarrage de l'ordinateur.

Syntaxe
chkntfs volume: [...]

chkntfs [/d]

chkntfs [/t[:durée]]

chkntfs [/x volume: [...]]

chkntfs [/c volume: [...]]

Paramètres
volume: [...]
Requis. Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.
Affiche un message identifiant le système de fichiers du volume spécifié. Si la vérification automatique
des fichiers est programmée, ce paramètre indique si le volume a été altéré, auquel cas vous devez
exécuter chkdsk.
/d
Rétablit tous les paramètres par défaut de chkntfs, à l'exception du compte à rebours de la vérification
automatique des fichiers. Par défaut, tous les volumes sont vérifiés au démarrage de l'ordinateur.
/t[:durée]
Attribue au compte à rebours du démarrage d'Autochk.exe la durée spécifiée en secondes. Si vous ne
spécifiez pas le paramètre :durée, /t affiche le compte à rebours en cours.
/x volume: [...]
Exclut le volume spécifié de la vérification au démarrage de l'ordinateur, même si celui-ci est désigné
comme nécessitant une exécution de chkdsk.
/c volume: [...]
Programme la vérification du volume spécifié au démarrage de l'ordinateur.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Pour exécuter la commande chkntfs, vous devez être membre du groupe Administrateurs.

• Bien que vous puissiez attribuer la valeur zéro au compte à rebours du démarrage d'Autochk.exe, vous
ne pouvez pas annuler de la sorte une vérification automatique de fichiers susceptible de durer
longtemps.

Exemples
Pour afficher le compte à rebours du démarrage d'Autochk.exe, tapez :

chkntfs /t
Lorsque vous modifiez le compte à rebours du démarrage d'Autochk.exe, exprimez la durée en secondes. Par
exemple, pour attribuer au compte à rebours la valeur 30 secondes, tapez :

chkntfs /t:30
L'option de ligne de commande /x ne peut pas être cumulée. Si vous la tapez plusieurs fois, l'entrée la plus
récente remplace l'entrée précédente. Pour exclure plusieurs volumes, spécifiez-les tous dans une seule
commande. Par exemple, pour exclure les volumes E: et F:, tapez :

AIEB Page 65 26/01/2011


chkntfs /x e: f:
Pour exclure uniquement le volume F:, tapez :

chkntfs /x e:

chkntfs /x f:
L'option de ligne de commande /c peut être cumulée. Si vous souhaitez ne vérifier que le volume spécifié,
rétablissez les paramètres par défaut pour annuler toutes les commandes précédentes, excluez tous les
volumes de la vérification, puis programmez la vérification automatique des fichiers du volume désiré.

Par exemple, pour programmer seulement la vérification automatique des fichiers du volume D:, tapez :

chkntfs /d

chkntfs /x c: d: e:

chkntfs /c d:

Permet de vérifier si un volume est en FAT, FAT32 ou NTFS.

Affiche ou modifie la vérification du disque au démarrage.

CHKNTFS volume [...]


CHKNTFS /D
CHKNTFS /T[:durée]
CHKNTFS /X volume [...]
CHKNTFS /C volume [...]

Volume Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux-points), le point de montage ou le nom de


volume.

/D Restaure le comportement par défaut de l'ordinateur; tous les lecteurs sont vérifiés au
démarrage et CHKDSK est exécuté pour ceux dont l'intégrité est incertaine.

/T:durée Indique la durée du compte à rebours du démarrage de AUTOCHK avec le temps spécifié
en secondes. Si la durée n'est pas spécifiée, affiche le paramètre en cours.

/X Exclut un lecteur de la vérification par défaut au démarrage. Les lecteurs exclus ne sont
pas accumulés entre les appels de commande.

/C Vérifie le lecteur spécifié au démarrage ; CHKDSK s'exécutera si l'intégrité du lecteur est


incertaine.

Si aucun commutateur n'est spécifié, CHKNTFS indique l'état d'intégrité du lecteur spécifié ou si sa
vérification aura lieu au prochain démarrage.

AIEB Page 66 26/01/2011


CIPHER (Help et Microsoft)
Affiche ou modifie le cryptage des dossiers et des fichiers sur des volumes NTFS. Utilisée sans paramètre,
cipher affiche l'état de cryptage du dossier actuel et des fichiers qu'il contient.

Syntaxe
cipher [{/e|/d}] [/s:rép] [/a] [/i] [/f] [/q] [/h] [/k] [/u[/n]] [NomChemin [...]] | [/r:NomCheminSansExtension] |
[/w:NomChemin]

Paramètres
/e
Crypte les dossiers spécifiés. Les dossiers sont marqués de manière à ce que les fichiers qui s'y
ajoutent ultérieurement soient cryptés également.
/d
Décrypte les dossiers spécifiés. Les dossiers sont marqués de manière à ce que les fichiers qui s'y
ajoutent ultérieurement soient cryptés également.
/s: rép
Exécute l'opération sélectionnée dans le dossier et tous les sous-dossiers spécifiés.
/a
Exécute l'opération pour des fichiers et des répertoires.
/i
Poursuit l'exécution de l'opération spécifiée même en présence d'erreurs. Par défaut, cipher s'arrête
quand elle rencontre une erreur.
/f
Force le cryptage ou le décryptage de tous les objets spécifiés. Par défaut, cipher ignore les fichiers
qui ont déjà été cryptés ou décryptés.
/q
Signale uniquement les informations les plus importantes.
/h
Affiche les fichiers cachés ou les fichiers système. Par défaut, ces fichiers ne sont pas cryptés ou
décryptés.
/k
Crée une nouvelle clé de cryptage de fichier pour l'utilisateur qui exécute cipher. Si vous utilisez cette
option, cipher ignore toutes les autres options.
/u
Met à jour la clé de cryptage de fichier de l'utilisateur ou la clé de l'agent de récupération à partir des
clés en cours dans tous les fichiers cryptés stockés sur les lecteurs locaux (dans le cas où les clés ont
été modifiées). Cette option fonctionne uniquement avec /n.
/n
Empêche la mise à jour des clés. Utilisez cette option pour rechercher tous les fichiers cryptés stockés
sur les lecteurs locaux. Cette option fonctionne uniquement avec /u.
NomChemin
Spécifie un modèle, un fichier ou un dossier.
/r:NomCheminSansExtension
Génère une nouvelle clé privée et un nouveau certificat d'agent de récupération puis les écrit dans des
fichiers dont le nom est indiqué dans NomCheminSansExtension. Si vous utilisez cette option, cipher
ignore toutes les autres options.
/w:NomChemin
Supprime les données de portions inutilisées d'un volume. NomChemin peut désigner un répertoire
quelconque du volume concerné. Si vous utilisez cette option, cipher ignore toutes les autres options.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 67 26/01/2011


Remarques
• Utilisation de /w
/w supprime les données de portions de volume accessibles allouées à aucun fichier ou répertoire. Cette option
ne verrouillant pas le lecteur, l'espace disponible peut être alloué à des programmes sans qu'ils risquent d'être
effacés par cipher. Étant donné que cette option écrit sur une large portion du volume du disque dur, l'opération
peut prendre du temps et ne doit être effectuée qu'en cas de nécessité.
• Cryptage ou décryptage des fichiers
Pour qu'un fichier crypté ne soit pas décrypté lorsqu'il est modifié, il est recommandé de crypter le fichier et le
dossier dans lequel il réside.
• Utilisation de dossiers et de fichiers accessibles en lecture seule
La commande cipher ne peut pas crypter les fichiers accessibles en lecture seule.
• Utilisation de plusieurs noms de dossier
Vous pouvez utiliser plusieurs noms de dossier ainsi que des caractères génériques.
• Utilisation de plusieurs paramètres
Vous devez séparer les paramètres par un espace au moins.

Exemples
Pour utiliser la commande cipher pour crypter un sous-dossier appelé May dans un dossier appelé
MonthlyReports, tapez :

cipher /e monthlyreports\may
Pour crypter le dossier MonthlyReports, les sous-dossiers January à December et les sous-dossiers
Manufacturing situés à l'intérieur des sous-dossiers des mois, tapez :

cipher /e /s:monthlyreports
Pour crypter uniquement le fichier Marketing.xls situé dans le sous-dossier May, tapez :

cipher /e /a monthlyreports\may\marketing.xls
Pour crypter le fichier Marketing.xls, le fichier Maintenance.doc et le sous-dossier Manufacturing (situés
également dans le dossier May), tapez :

cipher /e /a monthlyreports\may\ma*
Pour déterminer si le dossier May est crypté, tapez :

cipher monthlyreports\may
Pour déterminer les fichiers cryptés dans le dossier May, tapez :

cipher monthlyreports\may\*

CIPHER [/E | /D] [/S:répert] [/A] [/I] [/F] [/Q] [/H] [chemin [...]]

CIPHER /K

CIPHER /R:nom_fich

CIPHER /U [/N]

/A Traite aussi bien les fichiers que les répertoires. Le fichier crypté peut devenir décrypté
s'il est modifié et que le répertoire parent n'est pas crypté. Il est recommandé de crypter
le fichieret le répertoire parent.

/D Décrypte les répertoires spécifiés. Les répertoires seront marqués afin que les fichiers
ajoutés ultérieurement ne soient pas cryptés.

AIEB Page 68 26/01/2011


/E Crypte les répertoires spécifiés. Les répertoires seront marqués afin que les fichiers
ajoutés ultérieurement soient cryptés.

/F Force l'opération de cryptage sur tous les objets spécifiés, y compris ceux qui sont déjà
cryptés. Les objets déjà cryptés sont ignorés par défaut.

/H Affiche les fichiers avec l'attribut caché ou système. Ces fichiers sont exclus par défaut.

/I Poursuit l'opération spécifiée même si des erreurs se sont produites. Par défaut, CIPHER
s'arrête lorsqu'une erreur se produit.

/K Crée une nouvelle clé de cryptage pour l'utilisateur exécutant CIPHER. Si cette option est
choisie, toutes les autres options seront ignorées.

/N Cette option ne fonctionne qu'avec /U. Elle empêche les clés d'être mises à jour. Elle
permet de trouver tous les fichiers cryptés sur les lecteurs locaux.

/Q Signale uniquement les informations les plus importantes.

/R Génère une clé et un certificat d'agent de récupération EFS, puis les enregistre dans un
fichier .PFX (contenant la clé privée et le certificat) et dans un fichier .CER (ne contenant
que le certificat). Un administrateur peut ajouter le contenu du fichier .CER à la stratégie
de récupération EFS afin de créer un agent de récupération pour les utilisateurs, et
importer le fichier .PFX pour récupérer des fichiers spécifiques.

/S Effectue l'opération spécifiée sur les répertoires dans le répertoire donné et tous ses
sous-répertoires.

/U Essaye d'atteindre tous les fichiers cryptés sur les lecteurs locaux. Cette option permet
de mettre à jour la clé de cryptage de fichier de l'utilisateur ou la clé de l'agent de
récupérationavec les clés en cours si elles ont été modifiées. Cette option ne fonctionne
pas avec les autres options à l'exception de /N.

répert Le chemin d'accès d'un répertoire.

nom_fich Un nom de fichier sans son extension.

Chemin Spécifie un motif, un fichier ou un répertoire.

Utilisé sans paramètres, CIPHER affiche l'état de cryptage du répertoire en cours et des fichiers qu'il
contient. Vous pouvez utiliser plusieurs noms de répertoires et des caractères génériques. Vous devez
placer des espaces entre chaque paramètre.

CLS (Help et Microsoft)


Efface l'écran.

AIEB Page 69 26/01/2011


CMD (Help et Microsoft)
Lance une nouvelle instance de l'interpréteur de commandes de Windows 2000. Windows XP

Lance une nouvelle instance de l'interpréteur de commandes, Cmd.exe. Utilisée sans paramètre, la commande
cmd affiche les informations de copyright et la version de Windows XP.

Syntaxe
cmd [[{/c|/k}] [/s] [/q] [/d] [{/a|/u}] [/t:pa] [/e:{on|off}] [/f:{on|off}] [/v:{on|off}] chaîne]

Paramètres
/c
Exécute la commande spécifiée par la chaîne, puis s'arrête.
/k
Exécute la commande spécifiée par la chaîne, puis continue.
/s
Modifie le traitement de la chaîne après /c ou /k.
/q
Désactive l'écho.
/d
Désactive l'exécution de commandes AutoRun.
/a
Crée une sortie ANSI (American National Standards Institute).
/u
Crée une sortie Unicode.
/t:pa
Spécifie les couleurs de premier plan p et d'arrière-plan a. Le tableau suivant répertorie les chiffres
hexadécimaux permettant de définir les variables p et a.

Valeur Couleur
0 Noir
1 Bleu
2 Vert
3 Turquoise
4 Rouge
5 Violet
6 Jaune
7 Blanc
8 Gris
9 Bleu clair
A Vert clair
B Bleu-vert clair
C Rouge clair
D Violet clair
E Jaune clair
F Blanc brillant

/e:on
Active les extensions de commande.
/e:off
Désactive les extensions de commandes.
/f:on
Active la terminaison des noms de fichiers et de répertoires.
/f:off
Désactive la terminaison des noms de fichiers et de répertoires.
/v:on
Active l'expansion retardée de variables d'environnement.
/v:off

AIEB Page 70 26/01/2011


Désactive l'expansion retardée de variables d'environnement.
chaîne
Spécifie la commande à exécuter.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation de plusieurs commandes
Dans la chaîne, vous pouvez utiliser plusieurs commandes séparées par le séparateur && à condition de les
placer entre guillemets (par exemple, "commande&&commande&&commande").
• Traitement des guillemets
Si vous spécifiez /c ou /k, cmd traite le reste de la chaîne et les guillemets ne sont conservés que si toutes les
conditions suivantes sont réunies :
o Vous n'utilisez pas /s.

o Vous utilisez exactement un jeu de guillemets.

o Vous n'utilisez aucun caractère spécial entre les guillemets (par exemple : &<>( ) @ ^ |).

o Vous utilisez un ou plusieurs espaces entre les guillemets.

o La chaîne entre guillemets est le nom d'un fichier exécutable.


Si les conditions ci-dessus ne sont pas réunies, le traitement de la chaîne consiste d'abord à vérifier si le
premier caractère est un guillemet ouvrant. Si tel est le cas, il est supprimé ainsi que le guillemet fermant. Tout
le texte à la suite du guillemet fermant est conservé.
• Exécution des sous-clés de Registre
Si vous ne spécifiez pas /d dans la chaîne, Cmd.exe recherche les sous-clés de Registre suivantes :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\AutoRun\REG_SZ

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\AutoRun REG_EXPAND_SZ

Si une ou les deux sous-clés de Registre sont présentes, elles sont exécutées avant toutes les autres variables.

Attention
o Une modification incorrecte du Registre peut endommager gravement votre système. Avant
d'apporter des modifications au Registre, sauvegardez toutes les données importantes de votre
ordinateur.

• Activation et désactivation des extensions de commande


Par défaut, les extensions de commande sont activées dans Windows XP. Vous pouvez les désactiver dans le
cadre d'un processus particulier à l'aide de /e:off. Vous pouvez activer ou désactiver les extensions de toutes
les options de ligne de commande cmd pour une session d'ordinateur ou d'utilisateur en définissant les valeurs
REG_DWORD suivantes :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\EnableExtensions\REG_DWORD

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\EnableExtensions\REG_DWORD
Dans le Registre, à l'aide de Regedit.exe, attribuez à REG_DWORD la valeur 0×1 (activé) ou 0×0 (désactivé).
Les paramètres spécifiques à l'utilisateur prévalent sur les paramètres de l'ordinateur et les options de ligne de
commande prévalent sur les paramètres du Registre.

Attention

AIEB Page 71 26/01/2011


o Une modification incorrecte du Registre peut endommager gravement votre système. Avant
d'apporter des modifications au Registre, sauvegardez toutes les données importantes de votre
ordinateur.
Lorsque vous activez les extensions de commande, les commandes suivantes sont affectées :
o assoc

o call

o chdir (cd)

o color

o del (erase)

o endlocal

o for

o ftype

o goto

o if

o mkdir (md)

o popd

o prompt

o pushd

o set

o setlocal

o shift

o start (concerne également les modifications apportées aux traitements de commandes


externes)
Pour plus d'informations sur ces commandes, consultez Rubriques connexes.
• Activation de l'expansion retardée de variables d'environnement
Si vous activez l'expansion retardée de variables d'environnement, vous pouvez utiliser le point d'exclamation à
la place de la valeur d'une variable d'environnement à l'exécution.
• Activation de la terminaison des noms de fichiers et de répertoires
Par défaut, la terminaison des noms de fichiers et de répertoires n'est pas activée. Vous pouvez activer ou
désactiver la terminaison des noms de fichiers dans le cadre d'un processus particulier de la commande cmd
au moyen de la syntaxe /f:{on|off}. Vous pouvez activer ou désactiver la terminaison des noms de fichiers et de
répertoires dans le cadre de tous les processus de la commande cmd pour une ouverture de session
d'ordinateur ou d'utilisateur en définissant les valeurs REG_DWORD suivantes :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\CompletionChar\REG_DWORD

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\PathCompletionChar\REG_DWORD

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\CompletionChar\REG_DWORD

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\PathCompletionChar\REG_DWORD

AIEB Page 72 26/01/2011


Pour définir la valeur REG_DWORD, exécutez Regedit.exe et utilisez la valeur hexadécimale d'un caractère de
contrôle correspondant à une fonction particulière (par exemple, 0×9 correspond à TABULATION et 0×08 à
RETOUR ARRIERE). Les paramètres spécifiques à l'utilisateur prévalent sur les paramètres de l'ordinateur et
les options de ligne de commande prévalent sur les paramètres du Registre.

Attention
o Une modification incorrecte du Registre peut endommager gravement votre système. Avant
d'apporter des modifications au Registre, sauvegardez toutes les données importantes de votre
ordinateur.

Si vous activez la terminaison des noms de fichiers et de répertoires au moyen de la syntaxe /f:on, utilisez
CTRL+D pour la terminaison des noms de répertoires et CTRL+F pour la terminaison des noms de fichiers.

Pour désactiver un caractère de terminaison particulier dans le Registre, utilisez la valeur du caractère
d'espacement [0×20] car il ne s'agit pas d'un caractère de contrôle valide.

Lorsque vous appuyez sur CTRL+D ou CTRL+F, cmd traite la terminaison des noms de fichiers et de
répertoires.

Ces fonctions de combinaison de touches ajoutent un caractère générique à la chaîne (dans le cas où elle n'en
contient pas), créent une liste de chemins correspondants puis affichent le premier d'entre eux.

Si aucun des chemins ne correspond, la fonction de terminaison des noms de fichiers et de répertoires émet un
signal sonore et ne modifie pas l'affichage.

Pour parcourir la liste des chemins correspondants, appuyez sur CTRL+D ou CTRL+F autant de fois que
nécessaire.

Pour parcourir la liste en sens inverse, appuyez simultanément sur la touche la touche MAJ et sur CTRL+D ou
CTRL+F.

Pour annuler la liste enregistrée de chemins correspondants et générer une nouvelle liste, modifiez la chaîne et
appuyez sur la touche CTRL+D ou CTRL+F.

Si vous utilisez alternativement les combinaisons CTRL+D et CTRL+F, la liste enregistrée de chemins
correspondants est annulée et une nouvelle liste est générée.

La seule différence entre les combinaisons de touches CTRL+D et CTRL+F est que la première correspond
uniquement aux noms de répertoires tandis que la seconde correspond aux noms de fichiers et de répertoires.

Si vous utilisez la terminaison des noms de fichiers et de répertoires dans n'importe quelle commande de
répertoire intégrée (CD, MD, ou RD), la terminaison de répertoire est utilisée.

La terminaison des noms de fichiers et de répertoires traite correctement les noms de fichiers contenant des
espaces ou des caractères spéciaux si vous placez le chemin correspondant entre guillemets.

Les caractères spéciaux suivants requièrent l'utilisation de guillemets : & < > [ ] { } ^ = ; ! ' + , ` ~ [espace]

Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces, placez le texte entre guillemet (par exemple,
"Nom Ordinateur").

Si vous traitez la terminaison des noms de fichiers et de répertoires à partir de la chaîne, toute la partie du
[chemin] à droite du curseur est ignorée (point de la chaîne au niveau duquel la terminaison a été traitée).

CMD [/A | /U] [/Q] [/D] [/E:ON | /E:OFF] [/F:ON | /F:OFF] [/V:ON | /V:OFF] [[/S] [/C | /K] chaîne]

/C Exécute la commande donnée par la chaîne de caractères puis se termine

/K Exécute la commande donnée par la chaîne de caractères puis reste actif

/S Modifie le traitement de la chaîne après /C ou /K (voir ci-dessous)

AIEB Page 73 26/01/2011


/Q Exécute (sans interactions) la commande donnée puis reste actif

/D Désactive l'exécution de AutoRun à partir du Registre (voir ci-dessous)

/A Redirige la sortie de commandes internes vers un canal ou un fichier ANSI

/U Redirige la sortie de commandes internes vers un canal ou un fichier UNICODE

/T:fg, Change la couleur du premier ou de l'arrière plan (voir aussi COLOR /?)

/E:ON Active les extensions de commande (voir ci-dessous)

/E:OFF Désactive les extensions de commande (voir ci-dessous)

/F:ON Active les caractères de fin des noms de fichiers et de répertoires (voir ci-dessous)

/F:OFF Désactive les caractères de fin des noms de fichiers et de répertoires 5voir ci-dessous)

/V:ON Active l'expansion retardée des variables d'environnement en utilisant ! comme


délimitation. Par exemple, /V:ON permet à !var! de développer la variable var à l'exécution. La syntaxe
var développe les variables lorsqu'elles sont entrées, ce qui est différent lorsque utilisé à l'intérieur
d'une boucle FOR.

/V:OFF Désactive l'expansion retardée des variables d'environnement.

Remarquez que des commandes multiples séparées par le séparateur '&&' sont acceptées comme une
chaîne si elles sont entre guillemets. Pour des raisons de compatibilité, /X est identique à /E:ON, /Y est
pareil que /E:OFF et /R est identique à /C. Toute autre option est ignorée.

Si /C ou /K est indiqué, alors le reste de la ligne de commande est traité avec la logique suivante pour
prendre en compte les guillemets (") :

1°/ Si toutes les conditions suivantes sont respectées, alors les guillemets de la ligne de commande
sont conservés :

- pas d'option /S
- exactement deux caractères guillemet
- aucun caractère spécial entre les deux caractères guillemet, un caractère spécial étant : &<>()@^|
- il y a un ou plusieurs espaces entre les deux caractères guillemet la chaîne comprise entre les deux
guillemets est le nom d'un fichier exécutable.

2°/ Dans le cas contraire, l'ancien comportement vérifiera si le premier caractère est un caractère
guillemet et si tel est le cas, enlèvera le premier caractère et le dernier caractère guillemet de la ligne de
commande, préservant tout texte se trouvant après le dernier caractère guillemet.

Si /D n'a PAS été spécifié dans la ligne de commande, alors CMD.EXE démarrera en recherchant les
variables du Registre REG_SZ/REG_EXPAND_SZ suivantes et si l'une ou les deux sont présentes, elles
seront exécutées en priorité.

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\AutoRun

et/ou

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\AutoRun
Les extensions de commandes sont activées par défaut. Vous pouvez également les désactiver pour
une exécution particulière en utilisant l'option /E:OFF. Vous pouvez les activer ou désactiver pour
toutes les exécutions de CMD.EXE sur une machine ou pour un utilisateur en fixant l'une ou les deux
valeurs REG_DWORD suivantes du Registre :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\EnableExtensions

et/ou

AIEB Page 74 26/01/2011


HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\EnableExtensions

à 0x1 ou 0x0 (en utilisant REGEDT32.EXE). Les paramètres spécifiques de l'utilisateur sont prioritaires
sur ceux de la machine. Les options de la ligne de commande ont préséance sur les paramètres du
Registre.

Les extensions de commandes impliquent des modifications ou des additions dans les commandes
suivantes :

DEL ou ERASE
COLOR
CD ou CHDIR
MD ou MKDIR
PROMPT
PUSHD
POPD
SET
SETLOCAL
ENDLOCAL
IF
FOR
CALL
SHIFT
GOTO
START (inclut également des modifications dans l'appel externe de commande)
ASSOC
FTYPE

Pour obtenir des détails spécifiques, entrez /? Nom_de_commande.

L'expansion retardée de variables d'environnement n'est PAS activée par défaut. Vous pouvez l'activer
ou la désactiver pour une utilisation particulière de CMD.EXE avec l'option /F:ON ou /F:OFF. Vous
pouvez l'activer ou la désactiver pour toute utilisation de CMD.EXE sur un ordinateur ou pour un
utilisateur en fixant avec REGEDT32.EXE l'une ou les deux valeurs REG_DWORD suivantes du
Registre :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\DelayedExpansion

et/ou

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\DelayedExpansion

à la valeur 0x1 ou 0x0. Les paramètres spécifiques à l'utilisateur sont prioritaires sur les paramètres de
l'ordinateur. Les options de la ligne de commande ont priorité sur les paramètres du Registre.

Si l'expansion retardée de variables d'environnement est activée, un point d'exclamation peut être
utilisé pour remplacer la valeur d'une variable d'environnement lors de l'exécution.

La terminaison des noms de fichiers et de répertoires N'est PAS activée par défaut. Vous pouvez
l'activer ou la désactiver pour une instance particulière de CMD.EXE avec l'option /F:ON ou /F:OFF.
Vous pouvez l'activer ou la désactiver pour toutes les instances de CMD.EXE sur un ordinateur ou pour
un utilisateur en fixant avec REGEDT32.EXE l'une ou les deux valeurs REG_DWORD suivantes du
Registre :

HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\CompletionChar
HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\Command Processor\PathCompletionChar

et/ou

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\CompletionChar
HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Command Processor\PathCompletionChar

AIEB Page 75 26/01/2011


à la valeur hexadécimale d'un caractère de contrôle à utiliser pour une fonction particulière (par
exemple : 0x4 représente Ctrl+D et 0x6, Ctrl+F).

Les paramètres spécifiques de l'utilisateur sont prioritaires sur ceux de l'ordinateur. Les options de la
ligne de commande ont préséance sur les paramètres du Registre.

Si la terminaison est activée avec l'option /F:ON, les deux caractères de contrôle utilisés sont Ctrl+D
pour la terminaison des noms de répertoire et Ctrl+F pour la terminaison des noms de fichiers. Pour
désactiver un caractère de terminaison particulier dans le Registre, utilisez la valeur pour l'espace
(0x20) qui n'est pas valide en tant que caractère de contrôle.

La terminaison est appelée lorsque vous entrez l'un des deux caractères de contrôle. La fonction de
terminaison prend le chemin figurant à gauche du curseur, y ajoute un caractère générique s'il n'y en a
pas déjà et crée une liste des chemins correspondants.

Cette fonction affiche ensuite le premier chemin de la liste.

Si aucun chemin ne correspond, elle émet un son et n'affiche rien. Ensuite, si vous pressez le même
caractère de contrôle plusieurs fois, vous verrez les chemins successifs correspondants de la liste
précédente.

Si vous appuyez sur la touche Majuscule et le caractère de contrôle, vous verrez la liste dans le sens
contraire.

Si vous modifiez la ligne de quelque façon que ce soit et appuyez à nouveau sur le caractère de
contrôle, la liste enregistrée de chemins correspondants est ignorée et une nouvelle liste est générée.

De même, une nouvelle liste sera créée si vous passez de la terminaison des noms de fichiers à celle
des noms de répertoires.

La seule différence entre les deux caractères de contrôle est que la terminaison des noms de fichiers
fonctionne pour les noms de fichiers et les noms de répertoires alors que la terminaison des noms de
répertoires ne fonctionne que pour les noms de répertoires.

Si la terminaison des noms de fichiers est utilisée sur des commandes de répertoires internes (CD, MD
ou RD) alors la terminaison des noms de répertoires est active.

Le code de terminaison traite correctement les noms de fichiers contenant des espaces ou d'autres
caractères spéciaux, en plaçant des guillemets autour des chemins correspondants. Si vous reculez le
curseur et appelez ensuite la terminaison, le texte à droite du curseur lorsque la terminaison est
demandée est ignoré.

Les caractères spéciaux qui requièrent des guillements sont :

<espace>

&()[]{}^=;!'+,`~

AIEB Page 76 26/01/2011


COLOR (Help et Microsoft)
Modifie les couleurs de premier plan et d'arrière-plan de la fenêtre Invite de commandes pour la session en
cours. Utilisée sans paramètre, la commande color restaure les couleurs par défaut de premier plan et
d'arrière-plan de la fenêtre Invite de commandes.

Syntaxe
color [pa]

Paramètres
pa
Spécifie les couleurs de premier plan p et d'arrière-plan a. Le tableau suivant répertorie les chiffres
hexadécimaux permettant de définir les variables p et a.

Valeur Couleur
0 Noir
1 Bleu
2 Vert
3 Turquoise
4 Rouge
5 Violet
6 Jaune
7 Blanc
8 Gris
9 Bleu clair
A Vert clair
B Bleu-vert clair
C Rouge clair
D Violet clair
E Jaune clair
F Blanc brillant
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Pour définir les couleurs par défaut de la fenêtre Invite de commandes, cliquez sur l'angle supérieur
gauche de la fenêtre, cliquez sur Par défaut, sur l'onglet Couleurs puis sur les couleurs à utiliser pour
les paramètres Texte et Arrière-plan.

• Vous pouvez utiliser la syntaxe cmd /t:pa afin de modifier les couleurs de la fenêtre Invite de
commandes pour la session en cours.

• Si les couleurs de premier plan et d'arrière-plan sont les mêmes, la commande color attribue à
ERRORLEVEL la valeur un (1).

Exemples
Pour attribuer respectivement les couleurs rouge et blanc au premier plan et à l'arrière-plan de la fenêtre Invite
de commandes, tapez :

color FC

Change les couleurs par défaut du premier et de l'arrière plan de la console.

AIEB Page 77 26/01/2011


COLOR [attr]

Attr Spécifie les attributs de couleurs de l'apparence de la console

Les attributs de couleurs sont spécifiés par DEUX chiffres hexadécimaux -- lepremier correspond à
l'arrière plan, le second au premier plan. Chaque chiffre peut prendre n'importe quelle de ces valeurs :

0 = Noir 8 = Gris
1 = Bleu foncé 9 = Bleu clair
2 = Vert A = Vert clair
3 = Bleu-gris B = Cyan
4 = Marron C = Rouge
5 = Pourpre D = Rose
6 = Kaki E = Jaune
7 = Gris clair F = Blanc

Si aucun argument n'est donné, cette commande restaure les couleurs sélectionnées au moment où
CMD.EXE a été ouvert. Cette valeur vient soit de la fenêtre de la console, du commutateur en ligne de
commande /T, ou de la valeur DefaultColor du registre.

La commande COLOR met ERRORLEVEL à 1 si vous tentez de l'exécuter avec la même couleur pour
l'arrière et le premier plan.

Exemple : "COLOR fc" affiche du rouge sur du blanc

AIEB Page 78 26/01/2011


COMP (Help et Microsoft)
Compare octet par octet le contenu de deux fichiers ou de groupes de fichiers. Comp peut comparer des
fichiers situés sur le même lecteur ou sur des lecteurs différents, ainsi que dans le même répertoire ou dans
des répertoires différents.

Pendant la comparaison, comp affiche les emplacements et les noms des fichiers. Utilisée sans paramètre, la
commande comp invite l'utilisateur à entrer les fichiers à comparer.

Syntaxe
comp [données1] [données2] [/d] [/a] [/l] [/n=nombre] [/c]

Paramètres
données1
Indique l'emplacement et le nom du premier fichier ou groupe de fichiers à comparer. Pour désigner
plusieurs fichiers, vous pouvez utiliser des caractères génériques (* et ?).
données2
Indique l'emplacement et le nom du second fichier ou groupe de fichiers à comparer. Pour désigner
plusieurs fichiers, vous pouvez utiliser des caractères génériques (* et ?).
/d
Affiche les différences au format décimal. (Le format par défaut est le format hexadécimal.)
/a
Affiche les différences sous forme de caractères.
/l
Affiche le numéro de la ligne où se présente une différence au lieu d'afficher le décalage en octets.
/n=nombre
Compare les premières lignes des deux fichiers jusqu'à concurrence du nombre, même si les fichiers
sont de tailles différentes.
/c
Ne distingue pas les majuscules des minuscules lors de la comparaison.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Comparaison de fichiers de même nom
Les fichiers comparés peuvent porter le même nom, à condition qu'ils se trouvent dans des répertoires ou sur
des lecteurs différents. Si vous ne spécifiez aucun nom de fichier pour le paramètre données2, le nom de fichier
par défaut de données2 est identique à celui de données1. Pour désigner des noms de fichiers, vous pouvez
utiliser des caractères génériques (? et*).
• Cas particuliers pour données1 et données2
Si vous omettez les composants requis de données1 ou données2 ou si vous omettez données2, comp vous
invite à spécifier les informations manquantes. Si données1 ne contient qu'une lettre de lecteur ou un nom de
répertoire sans nom de fichier, comp compare tous les fichiers du répertoire spécifié au fichier désigné dans
données2. Si données2 ne contient qu'une lettre de lecteur ou un nom de répertoire, données2 a pour nom par
défaut le même nom de fichier que données1.
• Identification des différences d'information par la commande comp
Au cours du processus de comparaison, comp affiche des messages indiquant les emplacements des
informations qui diffèrent dans les deux fichiers. Chaque message indique l'adresse mémoire du décalage des
octets différents ainsi que le contenu des octets proprement dits (en notation hexadécimale si l'option de ligne
de commande /a ou /d n'est pas utilisée). Le message se présente sous la forme suivante :
Erreur de comparaison à OFFSET xxxxxxxx

fichier1 = xx

fichier2 = xx
Après 10 différences trouvées, comp arrête la comparaison des fichiers et affiche le message suivant :

AIEB Page 79 26/01/2011


10 différences - comparaison arrêtée

• Comparaison de fichiers de tailles différentes


Il n'est possible de comparer des fichiers de tailles différentes que si l'option de ligne de commande /n est
utilisée. Si les tailles des fichiers sont différentes, comp affiche le message suivant :
Les fichiers sont de taille différente.
Voulez-vous comparer d'autres fichiers (O/N) ?
Appuyez sur O pour comparer une autre paire de fichiers. Appuyez sur N pour arrêter la commande comp.

Si vous appuyez sur O en réponse à l'invite, comp inclut toutes les options de ligne de commande
éventuellement spécifiées sur la ligne de commande dans toutes les comparaisons suivantes jusqu'à ce que
vous appuyiez sur N ou retapiez la commande.

Lors d'une comparaison de fichiers de tailles différentes, utilisez l'option de ligne de commande /n pour ne
comparer que le début de ces fichiers.
• Comparaisons successives de fichiers
Si vous utilisez des caractères génériques (* et ?) pour désigner plusieurs fichiers, comp trouve le premier
fichier qui correspond à données1 et le compare au fichier correspondant spécifié dans données2, s'il existe. La
commande comp signale ensuite les résultats de la comparaison, puis procède de la même manière pour
chaque fichier correspondant à données1. Une fois le processus achevé, comp affiche le message suivant :
Voulez-vous comparer d'autres fichiers (O/N) ?

Pour comparer d'autres fichiers, appuyez sur O. La commande comp vous réclame alors l'emplacement et le
nom des nouveaux fichiers. Pour arrêter les comparaisons, appuyez sur N. Quand vous appuyez sur O, comp
vous invite à spécifier les options de ligne de commande. Si vous n'en spécifiez aucune, comp utilise ceux du
cycle précédent.
• Si comp ne trouve pas les fichiers
Si comp ne trouve pas le ou les fichiers spécifiés, un message vous demande si vous voulez en comparer
d'autres.

Exemples
Pour comparer le contenu du répertoire C:\Rapports à celui du répertoire de sauvegarde \\Ventes\Sauv\Avril,
tapez :

comp c:\rapports \\ventes\sauv\avril


Pour comparer les dix premières lignes des fichiers texte du répertoire \Facture et afficher le résultat en notation
décimale, tapez :

comp \facture\*.txt \facture\sauv\*.txt /n=10 /d

Compare le contenu de deux fichiers ou ensembles de fichiers.

COMP [donnée1] [donnée2] [/D] [/A] [/L] [/N=nombre] [/C] [/OFF [LINE]]

donnée1 Spécifie endroit et noms des premiers fichiers à comparer.


donnée2 Spécifie endroit et noms des deuxièmes fichiers à comparer.
/D Affiche les différences sous forme décimale.
/A Affiche les différences sous forme de caractères ASCII.
/L Affiche les numéros de ligne des différences.
/N=nombre Compare seulement 'nombre' premières lignes dans chaque fichier.
/C Ignore la casse des lettres ASCII en comparant des fichiers.
/OFF[LINE] Ne pas ignorer les fichiers dont l'attribut hors connexion a été réglé.

Comparaison d'ensembles de fichiers : utilisez des caractères génériques pour donnée1 et donnée2.

COMPACT (Help et Microsoft)

AIEB Page 80 26/01/2011


Affiche et modifie la compression des fichiers ou des répertoires dans les partitions NTFS. Utilisée sans
paramètre, la commande compact affiche l'état de la compression du répertoire en cours.

Syntaxe
compact [{/c|/u}] [/s[:rép]] [/a] [/i] [/f] [/q] [NomFichier[...]]

Paramètres
/c
Compresse le répertoire ou le fichier indiqué.
/u
Décompresse le répertoire ou le fichier indiqué.
/s:rép
Indique que l'action demandée (compression ou décompression) doit s'appliquer à tous les sous-
répertoires du répertoire indiqué ou du répertoire en cours si aucun répertoire n'est spécifié.
/a
Affiche les fichiers cachés ou les fichiers système.
/i
Ne tient pas compte des erreurs.
/f
Force la compression ou la décompression du répertoire ou du fichier indiqué. Ce paramètre est utilisé
lorsque la compression d'un fichier est interrompue par une panne du système. Pour forcer la
compression du fichier dans sa totalité, utilisez les paramètres /c et /f et spécifiez le fichier compressé
partiellement.
/q
Signale uniquement les informations les plus importantes.
NomFichier
Indique le nom du fichier ou du répertoire. Vous pouvez utiliser plusieurs noms de fichier ainsi que des
caractères génériques (* et ?).
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• La commande compact, version de la ligne de commandes propre au dispositif de compression du
système de fichiers NTFS, affiche et modifie l'attribut de compression des fichiers et des répertoires
placés dans des partitions NTFS. L'état de compression d'un répertoire indique si les fichiers ajoutés à
ce répertoire seront automatiquement compressés. Lorsque vous définissez l'état de compression d'un
répertoire, vous ne modifiez pas obligatoirement l'état de compression des fichiers qui s'y trouvent déjà.

• Vous ne pouvez pas utiliser compact pour lire, écrire ou monter des volumes déjà compressés par
DriveSpace ou DoubleSpace.

Exemples
Pour définir l'état de compression du dossier en cours, de ses sous-dossiers et des fichiers correspondants, à
partir du dossier en cours, tapez la commande :

compact /c /s
Pour définir l'état de compression des fichiers du dossier en cours, de ses sous-dossiers et des fichiers
contenus dans tous les sous-dossiers sans modifier l'état de compression du dossier en cours, à partir de celui-
ci, tapez la commande :

compact /c /s *.*
Pour compresser un volume, à partir du dossier racine du volume, tapez la commande :

compact /c /i /s:\

AIEB Page 81 26/01/2011


Cet exemple définit l'état de compression du dossier racine et de tous les dossiers du volume et compresse
chaque fichier du volume. Grâce au paramètre /i, aucun message d'erreur ne peut interrompre le processus de
compression.

Pour compresser tous les fichiers .bmp présents dans le répertoire \Tmp et dans tous ses sous-répertoires,
sans modifier l'attribut de compression de ces répertoires, tapez la commande :

compact /c /s:\tmp *.bmp


Pour forcer la compression du fichier Zèbre.bmp qui avait été interrompue par une panne du système, tapez la
commande :

compact /c /f zebre.bmp
Pour supprimer l'attribut de compression du répertoire C:\Tmp sans modifier l'état de compression des fichiers
qui s'y trouvent, tapez la commande :

compact /u c:\tmp

COMPACT [/C | /U] [/rep]] [/A] [/I] [/F] [/Q] [nom_de_fichier [...]]

/C Compresse les fichiers spécifiés. Les répertoires seront marqués pour que les fichiers ajoutés
plus tard soient compressés.

/U Décompresse les fichiers spécifiés. Les répertoires seront marqués pour que les fichiers ajoutés
plus tard ne soient pas compressés.

/S Effectue l'opération spécifiée sur les fichiers correspondants dans le répertoire donné et tous
les sous-répertoires. Le répertoire par défaut est le répertoire en cours.

/A Affiche les fichiers avec les attributs Caché ou Système. Ces fichiers sont omis par défaut.

/I Continue d'effectuer l'opération spécifiée même après que des erreurs se soient produites. Par
défaut, COMPACT s'arrête lorsqu'une erreur se produit.

/F Force l'opération de compression sur tous les fichiers spécifiés même sur ceux qui ont déjà été
compressés. Les fichiers déjà compressés sont ignorés par défaut.

/Q Ne reporte que les informations essentielles.

nom_de_fichier Spécifie un modèle, un fichier, ou un répertoire.

Utilisé sans paramètres, COMPACT affiche l'état de compression du répertoire en cours et de tous les
fichiers qu'il contient.

Vous pouvez utiliser plusieurs noms de fichiers et des caractères génériques. Vous devez
mettre des espaces entre les paramètres multiples.

AIEB Page 82 26/01/2011


CMSTP (help et Microsoft)

Installe ou supprime un profil de service Connection Manager. Utilisée sans paramètre facultatif, la commande
cmstp installe un profil de service à partir des valeurs par défaut du système d'exploitation et des autorisations
de l'utilisateur.

Syntaxe
Syntaxe 1 : NomFichierProfilService.exe /q:a /c:"cmstp.exe NomFichierProfilService.inf [/nf] [/ni] [/ns] [/s]
[/su] [/u]"

Syntaxe 2 : cmstp.exe [/nf] [/ni] [/ns] [/s] [/su] [/u] "[Lecteur:][Chemin]NomFichierProfilService.inf"

Paramètres
NomFichierProfilService.exe
Requis pour la syntaxe 1 mais non valide pour la syntaxe 2. Spécifie le nom du package d'installation
contenant le profil à installer.
/q:a
Requis pour la syntaxe 1 mais non valide pour la syntaxe 2. Indique que le profil doit être installé sans
solliciter l'utilisateur. Le message de vérification indiquant que l'installation est terminée s'affiche
toujours.
[Lecteur:][Chemin]NomFichierProfilService.inf
Requis. Spécifie le nom du fichier de configuration qui détermine comment le profil doit être installé. Le
paramètre [Lecteur:][Chemin] n'est pas valide pour la syntaxe 1.
/nf
Spécifie que les fichiers de prise en charge ne doivent pas être installés.

AIEB Page 83 26/01/2011


/ni
Spécifie qu'aucune icône de bureau ne doit être créée. Ce paramètre est uniquement valide pour les
ordinateurs exécutant Windows 95, Windows 98, Windows NT 4.0 ou Windows Millennium Edition.
/ns
Spécifie qu'aucun raccourci de bureau ne doit être créé. Ce paramètre est uniquement valide pour les
ordinateurs exécutant Windows 2000 ou Windows XP.
/s
Spécifie que le profil de service doit être installé ou désinstallé automatiquement (sans sollicitation de
réponse de la part de l'utilisateur ni affichage de message de vérification).
/su
Spécifie que le profil de service doit être installé pour un seul utilisateur plutôt que pour tous les
utilisateurs. Ce paramètre est uniquement valide pour les ordinateurs exécutant Windows 2000 ou
Windows XP.
/u
Spécifie que le profil de service doit être désinstallé.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• /s est le seul paramètre que vous pouvez associer au paramètre /u.

• La syntaxe 1 est la syntaxe généralement utilisée dans une application d'installation personnalisée.
Pour utiliser cette syntaxe, vous devez exécuter cmstp à partir du répertoire qui contient le fichier
NomFichierProfilService.exe.

Exemples
Les exemples suivants illustrent l'utilisation de cmstp dans le cadre d'un profil de service fictif, appelé Fiction, et
de ses fichiers associés.
• Pour installer le profil de service Fiction sans aucun fichier de prise en charge, tapez :

fiction.exe /c:"cmstp.exe fiction.inf /nf"

• Pour installer automatiquement le profil de service Fiction pour un seul utilisateur, tapez :

fiction.exe /c:"cmstp.exe fiction.inf /s /su"

• Pour désinstaller automatiquement le profil de service Fiction, tapez :

fiction.exe /c:"cmstp.exe fiction.inf /s /u"

AIEB Page 84 26/01/2011


CONVERT (Help et Microsoft)
Convertit des volumes FAT en volumes NTFS. Vous ne pouvez pas convertir le lecteur en cours d'utilisation.

Syntaxe
convert [volume] /fs:ntfs [/v] [/cvtarea:NomFichier] [/nosecurity] [/x]

Paramètres
volume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume à convertir
au format NTFS.
/fs:ntfs
Requis. Convertit le volume au format NTFS.
/v
Spécifie le mode documenté, dans lequel tous les messages sont affichés au cours de la conversion.
/cvtarea:NomFichier
Pour les utilisateurs avancés uniquement. Spécifie que la Master File Table (MFT) et les autres fichiers
de métadonnées NTFS sont écrits dans un fichier d'espaces réservés contigu existant.

Ce fichier doit se trouver dans le répertoire racine du système de fichiers pour pouvoir être converti.
L'utilisation du paramètre /CVTAREA peut aboutir à un système de fichiers moins fragmenté au terme
de la conversion.

Pour que celle-ci donne les meilleurs résultats, la taille du fichier doit être de 1 Ko multiplié par le
nombre de fichiers et de répertoires contenus dans le système de fichiers.

Toutefois, l'utilitaire de conversion accepte toute taille de fichier.

Pour plus d'informations sur l'utilisation du paramètre /cvtarea, consultez « Systèmes de fichiers » sur le site
Web des Kits de ressources Microsoft Windows XP.(http://www.microsoft.com/)

Important
• Vous devez créer le fichier d'espaces réservés à l'aide de la commande fsutil file
createnew avant d'exécuter convert. La commande convert ne crée pas ce fichier
automatiquement. Elle lui substitue les métadonnées NTFS. Après la conversion, tout espace
inutilisé dans ce fichier est libéré. Pour plus d'informations sur la commande fsutil file,
consultez Rubriques connexes.
/nosecurity
Spécifie que toute personne peut accéder aux fichiers convertis et aux paramètres de sécurité des
répertoires.
/x
Le cas échéant, démonte le volume avant sa conversion. Tous les descripteurs ouverts du volume ne
seront plus valides.

Remarques
• Vous devez spécifier que le lecteur doit être converti au redémarrage de l'ordinateur. Sinon, il n'est pas
possible de convertir le lecteur en cours.

• Si la commande convert ne peut pas verrouiller le lecteur (par exemple, le volume système ou le
lecteur en cours), le système propose de convertir le lecteur au prochain démarrage de l'ordinateur.

• L'emplacement de la table MFT est différent sur les volumes convertis à partir d'une version antérieure
de NTFS, si bien que la performance des volumes peut être inférieure à celle des volumes convertis à
partir de Windows NT.

• Les volumes FAT convertis au format NTFS sont moins performants que les volumes auxquels le
format NTFS est appliqué dès l'origine. Sur les volumes convertis, la table MFT peut devenir
fragmentée. En outre, les autorisations NTFS ne s'appliquent plus sur un volume d'amorçage converti.

AIEB Page 85 26/01/2011


Exemples
Pour convertir le volume du lecteur E au format NTFS et afficher tous les messages, tapez :

convert e: /fs:ntfs /v

CONVERT Volume /FS:NTFS [/V] /CvtArea:Nom_Fichier]] [/NoSecurity] [/X]

Volume Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux-points), le point de montage ou le nom de


volume.

/FS:NTFS Spécifie que le volume doit être converti en NTFS.

/V Spécifie que CONVERT doit être exécuté en mode documenté.

/CvtArea:Nom_Fichier Défini un fichier contigu dans le répertoire racine pour recevoir les fichiers
système NTFS.

/NoSecurity Spécifie les fichiers convertis et les paramètres de sécurité de répertoires accessibles par
tout le monde.

/X Force le volume à être démonté d'abord si nécessaire. Tous les handles ouverts vers le volume
ne seront plus valides.

AIEB Page 86 26/01/2011


COPY (help et Microsoft)
Copie un ou plusieurs fichiers sur un autre emplacement.

Syntaxe
copy [/d] [/v] [/n] [{/y|/-y}] [/z] [{/a|/b}] Source [{/a|/b}] [+ Source [{/a|/b}] [+ ...]] [Destination [{/a|/b}]]

Paramètres
/d
Permet, à l'emplacement de destination, d'enregistrer sous une forme décryptée les fichiers cryptés qui
subissent l'opération de copie.
/v
Vérifie que les nouveaux fichiers sont correctement écrits.
/n
Utilise un nom de fichier court, éventuellement disponible, lors de la copie d'un fichier dont le nom
comporte plus de huit caractères ou dont l'extension compte plus de trois caractères.
/y
Supprime la confirmation de remplacement d'un fichier de destination existant.
/-y
Invite l'utilisateur à confirmer le remplacement d'un fichier de destination existant.
/z
Copie des fichiers mis en réseau en mode redémarrage.
/a
Désigne un fichier texte ASCII.
/b
Désigne un fichier binaire.
Source
Requis. Indique l'emplacement à partir duquel le fichier ou jeu de fichiers doit être copié. Source peut se
composer d'une lettre de lecteur et d'un deux-points, d'un nom de dossier, d'un nom de fichier, ou d'une
combinaison de ces éléments.
Destination
Requis. Indique l'emplacement vers lequel le fichier ou jeu de fichiers doit être copié. Destination peut
se composer d'une lettre de lecteur et d'un deux-points, d'un nom de dossier, d'un nom de fichier, ou
d'une combinaison de ces éléments.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Vous pouvez copier un fichier texte ASCII utilisant un caractère de fin de fichier (CTRL+Z) pour indiquer
la fin du fichier.

• Utilisation de /a
Lorsque l'option de ligne de commande /a précède une liste de fichiers sur la ligne de commande, elle
s'applique à tous les fichiers répertoriés jusqu'à ce que la commande copy rencontre l'option de ligne de
commande /b. Dans ce cas, /b s'applique au fichier qui précède /b.

Lorsque l'option de ligne de commande /a suit une liste de fichiers sur la ligne de commande, elle s'applique à
tous les fichiers répertoriés jusqu'à ce que la commande copy rencontre l'option de ligne de commande /b.
Dans ce cas, /b s'applique au fichier qui précède /b.

L'effet de l'option de ligne de commande /a dépend de sa position dans la chaîne de la ligne de commande.
Lorsque l'option de ligne de commande /a suit Source, la commande copy traite le fichier comme un fichier
ASCII et copie toutes les données précédant le premier caractère de fin de fichier.

Lorsque l'option de ligne de commande /a suit Destination, la commande copy ajoute un caractère de fin de
fichier comme dernier caractère du fichier.
• Utilisation de /b

AIEB Page 87 26/01/2011


L'option de ligne de commande /b indique à l'interpréteur de commandes de lire le nombre d'octets spécifié par
la taille du fichier dans le répertoire. L'option de ligne de commande /b correspond à la valeur par défaut de
copy, à moins que copy combine des fichiers.

Lorsque l'option de ligne de commande /b précède une liste de fichiers sur la ligne de commande, elle
s'applique à tous les fichiers répertoriés jusqu'à ce que la commande copy rencontre l'option de ligne de
commande /a. Dans ce cas, /a s'applique au fichier qui précède /a.

Lorsque l'option de ligne de commande /b suit une liste de fichiers sur la ligne de commande, elle s'applique à
tous les fichiers répertoriés jusqu'à ce que la commande copy rencontre l'option de ligne de commande /a.
Dans ce cas, /a s'applique au fichier qui précède /a.

L'effet de l'option de ligne de commande /b dépend de sa position dans la chaîne de la ligne de commande.
Lorsque l'option de ligne de commande /b suit Source, la commande copy copie intégralement le fichier, y
compris tout caractère de fin de fichier.

Lorsque l'option de ligne de commande /b suit Destination, la commande copy n'ajoute pas de caractère de fin
de fichier.
• Utilisation de /v

Si le système ne peut pas vérifier une opération d'écriture, il affiche un message d'erreur. Bien que les erreurs
d'enregistrement soient rares avec la commande copy, l'option de ligne de commande /v permet de vérifier que
les données critiques ont été correctement enregistrées. En outre, l'option de ligne de commande /v ralentit la
commande copy car chaque secteur enregistré sur le disque doit être vérifié.
• Utilisation de /y et /-y

Si l'option de ligne de commande /y est prédéfinie dans la variable d'environnement COPYCMD, vous pouvez
annuler ce paramètre en spécifiant /-y sur la ligne de commande. Par défaut, vous êtes invité à confirmer le
remplacement, sauf si la commande copy est exécutée dans un script de commande.
• Ajout de fichiers

Pour ajouter des fichiers, spécifiez un seul fichier de Destination, mais plusieurs fichiers Source (à l'aide de
caractères génériques ou du format fichier1+fichier2+fichier3).
• Utilisation de /z

Si la connexion est perdue pendant la phase de copie (notamment si le serveur qui est mis hors connexion
entrave la connexion), copy /z reprend dès que la connexion est rétablie. En outre, /z affiche le pourcentage de
l'opération de copie qui est terminé pour chaque fichier.
• Copie à destination et à partir de périphériques

Vous pouvez substituer un nom de périphérique à une ou plusieurs occurrences de Source ou de Destination.
• Emploi ou omission de l'option de ligne de commande /b lors de la copie à destination d'un périphérique

Lorsque la Destination est un périphérique (COM1 ou LPT1, par exemple), l'option de ligne de commande /b
copie les données sur le périphérique en mode binaire. Dans ce mode, copy /b copie tous les caractères (y
compris les caractères spéciaux tels que CTRL+C, CTRL+S, CTRL+Z et le retour chariot) sur le périphérique en
tant que données.

Toutefois, si vous omettez l'option de ligne de commande /b, le système copie les données sur le périphérique
en mode ASCII.

Dans ce mode, les caractères spéciaux peuvent amener Windows XP à combiner des fichiers pendant le
processus de copie. Pour plus d'informations, consultez « Combinaison de fichiers».
• Emploi du fichier destination par défaut
Si vous ne désignez pas de fichier destination, le système crée une copie du même nom et de mêmes date et
heure de création que le fichier d'origine et place cette copie dans le répertoire et le lecteur en cours. Si le

AIEB Page 88 26/01/2011


fichier source se trouve dans le lecteur et le répertoire en cours et si vous ne spécifiez pas de lecteur ou de
répertoire différent pour le fichier destination, la commande copy s'arrête et affiche le message d'erreur
suivant :
Le fichier ne peut pas être copié sur lui-même

0 fichier(s) copié(s)

• Combinaison de fichiers
Si vous désignez plus d'une Source, en séparant les entrées par un signe plus (+), copy combine tous les
fichiers en un seul. Si vous utilisez des caractères génériques (* ou ?) dans la Source et si vous ne spécifiez
qu'un seul nom de fichier dans la Destination, copy combine tous les fichiers qui concordent avec le nom de
fichier de la Source et crée un seul fichier portant le nom spécifié dans la Destination. Dans un cas comme dans
l'autre, et à moins que vous n'utilisiez l'option de ligne de commande /b, copy suppose que les fichiers
combinés sont au format ASCII.
• Copie de fichiers de longueur nulle

Copy ne copie pas les fichiers de longueur égale à 0 octet. Pour copier ces fichiers, utilisez la commande
xcopy.
• Changement de l'heure et de la date d'un fichier

Pour assigner l'heure et la date en cours à un fichier sans le modifier pour autant, utilisez la syntaxe suivante :

copy /b Source+,,

Les virgules indiquent l'absence du paramètre Destination.


• Copie des fichiers de sous-répertoires

Pour copier tous les fichiers et sous-répertoires d'un répertoire, utilisez la commande xcopy. Pour plus
d'informations sur xcopy, consultez Rubriques connexes.
• La commande copy est disponible dans la console de récupération avec d'autres paramètres.

Exemples
Pour copier un fichier nommé Memo.doc dans Lettre.doc dans le lecteur en cours et garantir la présence d'un
caractère de fin de fichier à la fin du fichier copié, tapez :

copy memo.doc lettre.doc /a


Pour copier un fichier nommé Merle.typ du lecteur et du répertoire en cours dans un répertoire existant nommé
Oiseaux du lecteur C, tapez :

copy merle.typ c:\oiseaux


Si le répertoire Oiseaux n'existe pas, le système copie le fichier Merle.typ dans un fichier nommé Oiseaux placé
dans le répertoire racine du disque du lecteur C.

Pour copier plusieurs fichiers dans un seul fichier, indiquez plusieurs fichiers Source, séparez leurs noms par un
signe positif (+) et spécifiez le fichier Destination qui doit contenir le fichier combiné final. Par exemple, pour
combiner Mar89.rpt, Avr89.rpt et Mai89.rpt, situés dans les lecteur et répertoire en cours, et les placer dans un
fichier nommé Rapport dans les lecteur et répertoire en cours, tapez :

copy mar89.rpt + avr89.rpt + mai89.rpt rapport

Lorsque vous combinez des fichiers, copy marque le fichier destination avec la date et l'heure en cours. Si vous
omettez la Destination, le système combine les fichiers et enregistre le résultat sous le nom du premier fichier
spécifié. Si, par exemple, un fichier nommé Rapport existe déjà, la syntaxe suivante réunit les quatre fichiers
dans Rapport :

copy rapport + mar89.rpt + avr89.rpt + mai89.rpt

AIEB Page 89 26/01/2011


Vous pouvez aussi combiner plusieurs fichiers en un seul au moyen de caractères génériques (* ou ?). Par
exemple, pour réunir tous les fichiers du répertoire et du lecteur en cours qui sont dotés de l'extension .txt en un
seul fichier nommé Combin.doc, tapez :

copy *.txt combin.doc

Si vous souhaitez combiner plusieurs fichiers binaires en un seul au moyen de caractères génériques, incluez
l'option de ligne de commande /b. Cette commande empêche Windows XP de traiter CTRL+Z comme un
caractère de fin de fichier. Par exemple, tapez :

copy /b *.exe combin.exe

Attention
• Si vous combinez des fichiers binaires, il est possible que le fichier résultant de l'opération soit
inutilisable en raison des mises en forme internes.

Dans l'exemple suivant, la commande copy combine chaque fichier doté de l'extension .txt au fichier .ref
correspondant. Le résultat est un fichier portant le même nom, mais suivi cette fois de l'extension .doc. La
commande copy combine Fichier1.txt avec Fichier1.ref pour former Fichier1.doc, puis combine Fichier2.txt
avec Fichier2.ref pour former Fichier2.doc, etc. Par exemple, tapez :

copy *.txt + *.ref *.doc

Pour combiner tous les fichiers dotés de l'extension .txt puis tous ceux portant l'extension .ref en un seul fichier
nommé Combin.doc, tapez :

copy *.txt + *.ref combin.doc

COPY [/D] [/V] [/N] [/Y | /-Y] [/Z] [/A | /B ] source [/A | /B] [+ source [/A | /B] [+ ...]] [cible [/A | /B]]

Source Fichier(s) à copier.

/A Indique un fichier texte ASCII.

/B Indique un fichier binaire.

/D Permet au fichier cible d'être créé sans être codé

cible Répertoire et/ou nom de fichier cible.

/V Vérifie l'écriture du ou des fichiers cible.

/N Utilise un nom de fichier court, s'il est disponible, lors de la copie d'un fichier ayant un
nom supérieur à 8.3 caract.
/Y Supprime la confirmation de remplacement d'un fichier cible existant.

/-Y Demande une confirmation pour remplacer un fichier cible existant.

/Z Copie les fichiers réseau en mode redémarrage.

L'option /Y peut être prédéfinie dans la variable d'environnement COPYCMD. Il est possible d'annuler
cela avec l'option /-Y de la ligne de commande. Par défaut, l'utilisateur est invité à confirmer le
remplacement à moins que la commande COPY ne soit exécutée à partir d'un fichier de commandes.

Pour concaténer des fichiers, spécifiez un seul fichier cible et plusieurs fichiers source (avec caractères
génériques ou fichier1+fichier2+fichier3).

Cprofile (Microsoft)
AIEB Page 90 26/01/2011
'cprofile' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Procède à un nettoyage de l'espace perdu dans les profils et, lorsque des associations de fichiers spécifiques à
l'utilisateur ont été désactivées, supprime ces associations du Registre. Les profils en cours d'utilisation ne sont
pas modifiés.

Syntaxe
cprofile [/l] [/i] [/v] [ListeFichiers]

cprofile [/i] [/v] ListeFichiers

Paramètres
/l
Nettoie tous les profils locaux. Vous pouvez également spécifier une liste de profils supplémentaires
dans le paramètre ListeFichiers.
/i
Interroge l'utilisateur de façon interactive sur chaque profil.
/v
Affiche des informations sur les actions en cours d'exécution.
ListeFichiers
Liste des fichiers parmi lesquels vous souhaitez supprimer certaines associations de fichiers
spécifiques à l'utilisateur. Séparez chaque fichier de la liste par un espace. Les noms des fichiers
peuvent contenir des caractères génériques.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Seuls les administrateurs peuvent exécuter cprofile.

• Un serveur Terminal Server utilise les associations de fichiers pour déterminer les applications à utiliser
pour accéder aux différents types de fichiers. Les types de fichiers sont enregistrés à l'aide de
l'Explorateur Windows.

• Les associations de fichiers au niveau utilisateur permettent à chaque utilisateur de posséder une
application différente associée à un type de fichier spécifique. Par exemple, un premier utilisateur peut
posséder des fichiers .doc associés à Microsoft Word et un second utilisateur des fichiers .doc associés
à WordPad Windows.

• Lorsque ce type d'association est activé, la commande cprofile permet de supprimer uniquement
l'espace perdu du profil d'utilisateur. Lorsque ce type d'association est désactivé, la commande cprofile
permet de supprimer également les entrées du Registre correspondantes.

AIEB Page 91 26/01/2011


DATE (help et Microsoft)
Affiche la date système en cours. Utilisée sans paramètre, la commande date affiche la date système en cours
et vous invite à taper une nouvelle date.

Syntaxe
date [mm-jj-aa] [/t]

Paramètres
mm-jj-aa
Définit la date spécifiée, où mm représente le mois, jj le jour et aa l'année.
/t
Affiche la date en cours sans invite d'une nouvelle date.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Vous devez séparer les valeurs mm, jj et aa par des points (.), des traits d'union (-) ou des barres
obliques (/).

• Les valeurs admises pour mm sont comprises entre 1 et 12.

• Les valeurs admises pour jj sont comprises entre 1 et 31.

• Les valeurs admises pour aa sont comprises entre 80 et 99 ou 1980 et 2099

• Windows XP est programmé pour changer correctement le mois et l'année, quel que soit le nombre de
jours du mois (28, 29, 30 ou 31).

Exemples
Pour instaurer la date du 3 août 2000, tapez l'une des syntaxes suivantes :

08.03.00

08-03-00

08/03/00
Pour afficher la date système en cours, tapez :

date /t

Affiche ou modifie la date.

DATE [date]

Entrez DATE sans paramètres pour afficher la date système et être invité à la modifier. Appuyez sur
ENTRÉE pour conserver la même date.

Si les extensions de commandes sont activées, la commande DATE prend en charge le commutateur /T
qui fait que la commande n'indique que la date, sans demander d'en entrer une nouvelle.

AIEB Page 92 26/01/2011


Defrag (help et Microsoft)
Localise et regroupe des dossiers, des fichiers de données et des fichiers d'amorçage fragmentés sur des
volumes locaux.

Syntaxe
defrag volume

defrag volume [/a]

defrag volume [/a] [/v]

defrag volume [/v]

defrag volume [/f]

Paramètres
volume
Lecteur ou point de montage du volume à défragmenter.
/a
Analyse un volume et affiche un récapitulatif du rapport d'analyse.
/v
Affiche les rapports complets de défragmentation et d'analyse.

Utilisé conjointement avec /a, affiche uniquement le rapport d'analyse. Utilisé seul, affiche les rapports de
défragmentation et d'analyse.

/f
Impose la défragmentation du volume, que celle-ci soit ou non nécessaire.
/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Un volume doit disposer au moins de 15% d'espace libre pour que la défragmentation au moyen de la
commande defrag puisse s'effectuer complètement et de façon adéquate. La commande defrag utilise
cet espace comme zone de tri pour les fragments de fichiers. Si un volume dispose de moins de 15%
d'espace libre, la commande defrag effectue uniquement une défragmentation partielle. Pour
augmenter l'espace libre sur un volume, supprimez les fichiers inutiles ou déplacez-les vers un autre
disque.

• Vous ne pouvez pas défragmenter des volumes que le système de fichiers a identifiés comme étant
douteux, c'est-à-dire susceptibles d'être corrompus. Vous devez exécuter chkdsk sur un volume
douteux avant de pouvoir le défragmenter. Pour déterminer si un volume est douteux, utilisez la
commande fsutil dirty query. Pour plus d'informations sur chkdsk et fsutil dirty, consultez Rubriques
connexes.

• Pendant que defrag analyse et défragmente un volume, un curseur clignotant est affiché. Lorsque
defrag a terminé d'analyser et de défragmenter le volume, il affiche le rapport d'analyse, le rapport de
défragmentation, ou les deux, puis retourne vers l'invite de commande.

• Par défaut, defrag affiche un résumé des rapports d'analyse et de défragmentation si vous ne spécifiez
pas les paramètres /a ou /v.

• Vous pouvez envoyer les rapports vers un fichier de texte en tapant >nom_fichier.txt, où nom_fichier.txt
est le nom de fichier que vous spécifiez. Par exemple :

defrag volume /v >nom_fichier.txt

• Pour arrêter la défragmentation, sur la ligne de commande, appuyez sur CTRL+C.

AIEB Page 93 26/01/2011


• Vous ne pouvez pas exécuter la commande defrag et le Défragmenteur de disque en même temps. Si
vous utilisez le Défragmenteur de disque pour défragmenter un volume et que vous exécutez la
commande defrag sur la ligne de commande, la commande defrag n'aboutit pas. Inversement, si vous
exécutez la commande defrag et que vous lancez le Défragmenteur de disque, les options de
défragmentation ne sont pas disponibles.
defrag /?

Utilisation :

defrag <volume> [-a] [-f] [-v] [-?]

lettre du lecteur du volume ou du point de montage (d: ou d:\vol\mountpoint)

-a nalyse uniquement
-f orce la défragmentation même si l'espace libre est bas
-v ortie détaillée
-? ffiche ce texte d'aide.

AIEB Page 94 26/01/2011


DEL – DELETE - ERASE (help et Microsoft)
Supprime les fichiers spécifiés.

Syntaxe
del [Lecteur:][Chemin] NomFichier [ ...] [/p] [/f] [/s] [/q] [/a[:attributs]]

erase [Lecteur:][Chemin] NomFichier [ ...] [/p] [/f] [/s] [/q] [/a[:attributs]]

Paramètres
[Lecteur:][Chemin] NomFichier
Indique l'emplacement et le nom du fichier ou du jeu de fichiers à supprimer. NomFichier est obligatoire.
Vous pouvez utiliser plusieurs noms de fichier. Séparez les noms de fichier par des espaces, des
virgules ou des points-virgules.
/p
Vous invite à confirmer que vous voulez supprimer le fichier spécifié.
/f
Force la suppression des fichiers dotés de l'attribut lecture seule.
/s
Supprime les fichiers spécifiés du répertoire en cours et de tous ses sous-répertoires. Affiche le nom
des fichiers au fur et à mesure qu'ils sont supprimés.
/q
Spécifie le mode silencieux. Vous n'êtes pas invité à confirmer l'ordre de suppression.
/a
Supprime les fichiers dotés des attributs spécifiés.
attributs

Spécifie n'importe quel attribut de fichier suivant :

Attribut Description
r Lecture seule
a Archive
s Système
h Caché
- Préfixe de négation

/?
Affiche de l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation de /p
Si vous utilisez /p, del affiche le nom d'un fichier et le message suivant :
nom_de_fichier, Supprimer (O/N) ?
Appuyez sur O pour confirmer la suppression, sur N pour l'annuler et afficher le nom du fichier suivant (si vous
avez désigné un groupe de fichiers), ou sur CRTL+C pour mettre fin à la commande del.
• Désactivation des extensions de commandes
Si vous désactivez les extensions de commande, l'option de ligne de commande /s affiche le nom de tous les
fichiers qui n'ont pas été trouvés au lieu de ceux qui sont supprimés (le comportement est inversé). Pour plus
d'informations sur la désactivation des extensions de commandes, consultez cmd dans Rubriques connexes.
• Suppression de plusieurs fichiers à la fois
Vous pouvez supprimer tous les fichiers d'un dossier en tapant del suivi de [Lecteur:]Chemin. Par exemple, la
commande suivante supprime tous les fichiers du dossier \travail :

del \travail

AIEB Page 95 26/01/2011


Vous pouvez aussi utiliser les caractères génériques (* et ?) pour supprimer plusieurs fichiers à la fois. Soyez
cependant prudent lors de l'emploi de ces caractères avec la commande del, car vous risquez de supprimer
des fichiers sans le vouloir. Par exemple, si vous tapez la commande suivante :

del *.*
La commande del affiche l'invite suivante :
Tous les fichiers du répertoire seront supprimés ! Êtes-vous sûr (O/N) ?
Appuyez sur O, puis sur ENTRÉE pour supprimer tous les fichiers du dossier en cours ou sur N, puis sur
ENTRÉE pour annuler la suppression.

Avant d'utiliser les caractères génériques avec la commande del en vue de supprimer un groupe de fichiers,
vous pouvez employer ces mêmes caractères avec la commande dir pour afficher la liste des noms des fichiers
inclus dans le groupe.

Avertissement
o Une fois que vous avez supprimé un fichier du disque à l'aide de la commande del, vous ne
pouvez plus le récupérer.

• La commande del est disponible dans la console de récupération avec d'autres paramètres.

Exemples
Pour supprimer tous les fichiers d'un dossier nommé Test sur le lecteur C, tapez l'une des syntaxes suivantes :

del c:\test

del c:\test\*.*

DEL [/P] [/F] [/S] [/Q] [/A[[:]attributs]] noms ERASE [/P] [/F] [/S] [/Q] [/A[[:]attributs]] noms

Noms Spécifie une liste d'un ou plusieurs fichiers ou répertoires. Les caractères génériques
peuvent être utilisés pour supprimer plusieurs fichiers. Si un répertoire est spécifié, tous
les fichiers qu'il contient seront supprimés.

/P Demande une confirmation avant de supprimer un fichier.

/F Force la suppression de fichiers en lecture seule.

/S Supprime les fichiers dans tous les sous-répertoires.

/Q Pas de confirmation avant suppression avec car. génériques.

/A Suppression en fonction des attributs


R Fichiers en lecture seule
S Fichiers système
H Fichiers cachés
A Fichiers prêts pour archive
- Préfixe de négation

Si les extensions de commandes sont activées, DEL et ERASE sont modifiées comme suit : La logique
d'affichage du commutateur /S est inversée. Elle n'affiche que les fichiers supprimés, et pas ceux qui
n'ont pas été trouvés.

AIEB Page 96 26/01/2011


DIR (help et Microsoft)
Affiche la liste des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire. Utilisée sans paramètre, la commande dir
affiche le nom et le numéro de série du volume du disque, suivis de la liste des répertoires et des fichiers du
disque, y compris leur nom ainsi que la date et l'heure de leur dernière modification.

Pour les fichiers, dir affiche l'extension du nom ainsi que la taille en octets. Il affiche également le nombre total
des fichiers et des répertoires de la liste, leur taille cumulée et l'espace restant (en octets) sur le disque.

Syntaxe
dir [lecteur:][chemin][NomFichier] [...] [/p] [/q] [/w] [/d] [/a[[:]attributs]][/o[[:]OrdreTri]] [/t[[:]ChampHeure]] [/s] [/b]
[/l] [/n] [/x] [/c] [/4]

Paramètres
[[lecteur:][chemin]
Désigne le lecteur et le répertoire dont vous voulez afficher le contenu.
[NomFichier]
Désigne le fichier ou groupe de fichiers particulier dont vous voulez afficher le contenu.
/p
Affiche un écran de la liste à la fois. Pour faire apparaître l'écran suivant, appuyez sur n'importe quelle
touche du clavier.
/q
Affiche les informations relatives à la propriété du fichier.
/w
Affiche la liste en largeur, avec jusqu'à cinq noms de fichier ou de répertoire sur chaque ligne.
/d
Produit le même résultat que /w, sauf que les fichiers sont triés par colonne.

/a [[:] attributs]

N'affiche que les noms des répertoires et fichiers dotés des attributs spécifiés. En l'absence de /a, dir
affiche les noms de tous les fichiers, à l'exclusion des fichiers cachés et système.

Si vous utilisez /a sans spécifier attributs, dir présente les noms de tous les fichiers, fichiers cachés et
système compris.

La liste ci-dessous décrit chacune des valeurs susceptibles d'être utilisées avec le paramètre attributs.

Le signe deux-points (:) est facultatif. Employez n'importe quelle combinaison de ces valeurs sans les
séparer par des espaces :

Valeur Description
H Fichiers cachés
s. Fichiers système
d Répertoires
a Fichiers prêts pour l'archivage
r Fichiers lecture seule
-h Fichiers qui ne sont pas cachés
-s Fichiers autres que les fichiers système
-d Fichiers uniquement (sans répertoires)
-a Fichiers qui n'ont pas été modifiés depuis la dernière sauvegarde
-r Fichiers qui ne sont pas en lecture seule

AIEB Page 97 26/01/2011


/o [[:]OrdreTri]
Détermine l'ordre de tri et d'affichage des noms de répertoire et de fichier utilisés par dir. En l'absence
de /o, dir affiche les noms dans l'ordre selon lequel ils se présentent dans le répertoire.

Si vous utilisez /o sans préciser OrdreTri, dir affiche les noms des répertoires par ordre alphabétique,
puis les noms des fichiers, également par ordre alphabétique. Le signe deux-points (:) est facultatif.

La liste suivante décrit chacune des valeurs susceptibles d'être assignées au paramètre OrdreTri.
Employez n'importe quelle combinaison de ces valeurs sans les séparer par des espaces :

Valeur Description
n Ordre alphabétique des noms
e Ordre alphabétique des extensions
d Ordre chronologique des dates et des heures, à commencer par la plus ancienne
s. Ordre de taille, à commencer par la plus petite
g Répertoires groupés avant les fichiers
-n Ordre alphabétique inverse des noms (de Z à A)
-e Ordre alphabétique inverse des extensions (de .ZZZ à .AAA)
-d Ordre chronologique des dates et des heures, à commencer par la plus récente
-s Ordre de taille, à commencer par la plus grande
-g Répertoires groupés à la suite des fichiers

/t [[:]ChampHeure]

Spécifie le champ d'heure à afficher ou à utiliser pour le tri : La liste ci-dessous décrit chacune des
valeurs susceptibles d'être utilisées avec le paramètre ChampHeure.
Valeur Description
c Création
a Accès précédent
w Enregistrement précédent

/s
Affiche toutes les apparitions du nom de fichier spécifié dans le répertoire désigné et tous ses sous-
répertoires.
/b
Présente chaque nom de répertoire ou de fichier (extension comprise) sur une ligne séparée. /b
n'affiche pas d'informations d'en-tête ou de résumé. /b annule /w.
/l
Affiche les noms de répertoire et de fichier en minuscules sans les trier. Le paramètre /l ne convertit
cependant pas les caractères étendus en minuscules.
/n
Affiche le format de liste longue où les noms de fichier apparaissent à l'extrême droite de l'écran.
/x
Affiche les formes courtes des noms générées pour les fichiers situés sur les volumes FAT et NTFS.
L'affichage est semblable à celui généré par le paramètre /n, à ceci près que les formes courtes sont
affichées à la suite des formes longues.
/c
Affiche le séparateur des milliers pour les tailles de fichier.
/4
Affiche le format d'année à quatre chiffres.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation de nomsfichier multiples
Vous pouvez utiliser des nomsfichier multiples. Séparez les noms de fichier par des espaces, des virgules ou
des points-virgules. Pour afficher un groupe de fichiers, vous pouvez utiliser les caractères génériques (? et *)
avec le paramètre NomFichier.
• Emploi des caractères génériques

AIEB Page 98 26/01/2011


Vous pouvez utiliser les caractères génériques (? et *) pour afficher un sous-ensemble de fichiers et de sous-
répertoires.
• Spécification des attributs d'affichage des fichiers

Si vous utilisez /a avec plusieurs valeurs dans attributs, dir affiche uniquement les noms des fichiers dotés de
tous les attributs spécifiés. Si, par exemple, vous utilisez /a avec r et -h pour les attributs (/a:r-h ou /ar-h), dir
n'affiche que les noms des fichiers dotés de l'attribut lecture seule qui ne sont pas cachés.
• Spécification de l'ordre de tri des noms de fichier

Si vous spécifiez plusieurs valeurs pour l'OrdreTri, dir trie les noms de fichier selon le premier critère d'abord,
puis selon le deuxième, et ainsi de suite.

Si, par exemple, vous spécifiez /o avec les valeurs e et -s pour l'OrdreTri (/o:e-s ou /oe-s), dir trie les noms des
répertoires et des fichiers selon l'ordre alphabétique des extensions et par ordre de taille, en commençant par le
plus grand, et ensuite affiche le résultat final.

Le tri selon l'ordre alphabétique des extensions fait apparaître d'abord les noms de fichier sans extensions, puis
les noms de répertoire, et enfin les noms de fichier suivis d'extensions.
• Emploi de symboles de redirection et du signe “ | ”
Lorsque vous utilisez un symbole de redirection (>) pour envoyer le résultat de la commande dir à un fichier ou
une barre verticale (|) pour l'envoyer à une autre commande, servez-vous des paramètres /a:-d et /b pour
afficher uniquement la liste des noms de fichier.

Vous pouvez utiliser NomFichier avec les paramètres /b et /s pour préciser que dir doit chercher tous les noms
de fichier correspondant à ce paramètre dans le répertoire en cours et ses sous-répertoires. Dir présente
uniquement la lettre du lecteur, le nom du répertoire, le nom et l'extension de chaque fichier trouvé, en affichant
chaque chemin sur une ligne. Avant d'utiliser un signe “ | ” en vue de redirection, il est conseillé de définir la
variable d'environnement TEMP dans le fichier Autoexec.nt.
• Prédéfinition des paramètres de la commande dir
Pour prédéfinir les paramètres de dir, vous pouvez inclure set avec la variable d'environnement DIRCMD dans
le fichier Autoexec.nt. Il est possible d'utiliser avec la commande set dircmd n'importe quelle combinaison
valable de paramètres de dir, emplacement et nom d'un fichier compris.

Pour utiliser, par exemple, la variable d'environnement DIRCMD afin de spécifier le format en largeur /w)
comme format d'affichage par défaut, tapez la commande suivante dans le fichier Autoexec.net :

set dircmd=/w
Pour une utilisation unique de la commande dir, vous pouvez annuler un paramètre à l'aide de la variable
d'environnement DIRCMD. Pour ce faire, tapez le paramètre que vous voulez annuler dans l'invite de
commande dir, en précédent le paramètre d'un signe moins. Par exemple :

dir /-w
Pour changer les paramètres DIRCMD par défaut, tapez :

set=NouveauParamètre
Les nouvelles valeurs par défaut restent en vigueur pour toutes les commandes dir suivantes, jusqu'à ce que
vous réutilisiez set dircmd ou que vous redémarriez votre ordinateur.

Pour effacer tous les paramètres par défaut, tapez :

set dircmd=
Pour afficher les valeurs actuelles de la variable d'environnement DIRCMD, tapez :

set

Set affiche la liste des variables d'environnement accompagnées de leurs valeurs. Pour plus d'informations sur
la définition des variables d'environnement, consultez Rubriques connexes.

AIEB Page 99 26/01/2011


• La commande dir, avec d'autres paramètres, est disponible à partir de la console de récupération.

Exemples
Pour afficher tous les répertoires, l'un après l'autre, par ordre alphabétique, en format large et écran par écran,
tapez la commande suivante après avoir vérifié que le répertoire racine est le répertoire actuel :

dir /s/w/o/p

Dir affiche le nom du répertoire racine, les noms de ses sous-répertoires et les noms des fichiers contenus
dans le répertoire racine (extensions comprises). La commande dir affiche ensuite le nom de tous les sous-
répertoires de l'arborescence et de tous les fichiers contenus dans chacun d'entre eux.

Pour modifier l'exemple précédent de manière à ce que dir affiche les noms de fichier et les extensions mais
omette les noms des répertoires, tapez :

dir /s/w/o/p/a:-d

Pour imprimer la liste des répertoires, tapez :

dir > prn

Lorsque vous spécifiez prn, la liste des répertoires est envoyée à l'imprimante connectée au port LPT1. Si votre
imprimante est connectée à un port différent, remplacez prn par le nom du port en question.

Vous pouvez aussi rediriger le résultat de la commande dir vers un fichier en remplaçant prn par un nom de
fichier. Vous pouvez également taper un chemin d'accès. Par exemple, pour diriger les données de sortie de dir
vers le fichier Dir.doc du répertoire Registre, tapez :

dir > \registre\dir.doc


Si Dir.doc n'existe pas, dir le crée, à moins que le répertoire Registre n'existe pas non plus. Si tel est le cas, le
message suivant apparaît :
Erreur de création de fichier

Pour afficher la liste de tous les noms de fichier suivis de l'extension .txt stockés dans les répertoires du
lecteur C, tapez :

dir c:\*.txt /w/o/s/p


La commande dir affiche, en largeur, une liste alphabétique des noms de fichier correspondants contenus dans
chaque répertoire, s'arrête chaque fois que l'écran se remplit et ne continue que si vous appuyez sur une
touche.

DIR [lecteur:][chemin][nom_de_fichier] [/A[[:]attributs]] [/B] [/C] [/D] [/L] [/N] [/O[[:]tri]] [/P] [/Q] [/S]
[/T[[:]heure]] [/W] [/X] [/4]

[lecteur:][chemin][nom_de_fichier] Spécifie le lecteur, le répertoire et/ou fichiers à lister.

/A Affiche les fichiers dotés des attributs spécifiés.

attributs D Répertoires R Lecture seule


H Caché A Archive
S Système - Préfixe de négation

/B Utilise le format abrégé (noms des fichiers).

/C Affiche le séparateur de milliers pour les tailles de fichiers. Ceci est la valeur par défaut.
Utilisez /-C pour désactiver l'affichage du séparateur.

/D Sur cinq colonnes avec fichiers triés par colonne.

/L Affiche en minuscules.

AIEB Page 100 26/01/2011


/N Nouveau format longue liste où les noms de fichiers sont à droite.

/O Affiche les fichiers selon un tri spécifié.

Tri N Nom (alphabétique) S Taille (ordre croissant)


E Extension (alphabétique) D Date et heure (chronologique)
G Répertoires en tête - Préfixe en ordre indirect

/P Arrêt après l'affichage d'un écran d'informations.


/Q Affiche le nom du propriétaire du fichier.
/S Affiche les fichiers d'un répertoire et de ses sous-répertoires.
/T Contrôle le champ heure affiché ou utilisé dans le tri.
heure C Création
A Dernier accès
W Dernière écriture

/W Affichage sur cinq colonnes.

/X Affiche les noms courts générés pour les noms de fichier non 8.3 car. Ce format est
celui de /N avec le nom court inséré avant le nom long. S'il n'y a pas de nom court, des
espaces seront affichés à la place.

/4 Affiche l'année sur quatre chiffres.

Les commutateurs peuvent être préconfigurés dans la variable d'environnement DIRCMD. Pour les
ignorer, les préfixer avec un trait d'union. Par exemple /-W.

AIEB Page 101 26/01/2011


DISABLE (Microsoft console)
DISABLE nom_service

Désactive un service du système Windows XP, Windows 2000 ou Windows NT 4.0 ou un pilote de
périphérique. La commande disable n'est disponible que si vous utilisez la console de récupération.

disable {[nom_du_service] | [nom_du_pilote_de_périphérique]}

Paramètres
nom_du_service
Nom du service système que vous souhaitez désactiver.

nom_du_pilote_de_périphérique
Nom du pilote de périphérique que vous souhaitez désactiver.

Exemple
L'exemple suivant désactive le service Eventlog :

disable eventlog

Remarques
• La commande disable définit le type de démarrage SERVICE_DISABLED pour le service ou le pilote
que vous spécifiez.

• Lorsque vous utilisez la commande disable pour désactiver un service système ou un pilote de
périphérique, le nom du type de démarrage précédent pour le service système ou le pilote de
périphérique s'affiche à l'écran. Il est recommandé de noter ce nom quelque part pour le cas où vous
seriez contraint de restaurer le type de démarrage d'origine en utilisant la commande enable.

• Il existe cinq types de démarrages. Les trois premiers, SERVICE_AUTO_START,


SERVICE_DISABLED et SERVICE_DEMAND_START, correspondent aux types de démarrages
standard, Automatique, Désactivé et Manuel, que vous configurez habituellement en utilisant Services
dans l'outil d'administration Gestion de l'ordinateur. Les deux derniers, SERVICE_BOOT_START et
SERVICE_SYSTEM_START, sont généralement utilisés pour configurer le mode de chargement des
pilotes de périphériques, notamment au démarrage de l'ordinateur ou de Windows

disable /?
'disable' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

La commande disable désactive un service système WindowsXP ou un lecteur. où nom_service spécifie le nom
de service ou de lecteur à désactiver.

Utilisez la commande listsvc pour afficher tous les services ou lecteurs pouvant être désactivés.

La commande disable imprimera l'ancien type de démarrage du service avant de l'initialiser à


SERVICE_DISABLED.

Prenez note de l'ancien type pour le cas où il serait nécessaire d'activer à nouveau le service.

Les valeurs de type de démarrage affichées par la commande disable sont:


SERVICE_DISABLED
SERVICE_BOOT_START

AIEB Page 102 26/01/2011


SERVICE_SYSTEM_START
SERVICE_AUTO_START
SERVICE_DEMAND_START

AIEB Page 103 26/01/2011


DISKCOMP (help et Microsoft)
Compare les contenus de deux disquettes. Sans paramètres, la commande diskcomp utilise le lecteur actuel
pour les deux disques que vous voulez comparer.

Syntaxe
diskcomp [lecteur1: [lecteur2:]]

Paramètres
lecteur1
Désigne le lecteur qui contient l'une des disquettes.
lecteur2
Désigne le lecteur qui contient l'autre disquette.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation des disques

La commande diskcomp fonctionne uniquement avec des disquettes. Il est impossible de l'utiliser sur un
disque dur. Si vous spécifiez un lecteur de disque dur comme paramètre lecteur1 ou lecteur2, diskcomp affiche
le message d'erreur suivant :
Spécification de lecteur non valide
Le lecteur spécifié n'existe pas
ou n'est pas amovible

• Comparaison des disques

Si toutes les pistes des deux disquettes comparées sont identiques, diskcomp affiche le message suivant :
Comparaison OK

Si les pistes ne sont pas identiques, diskcomp affiche un message semblable à ce qui suit :
Erreur de comparaison
face 1, piste 2

Une fois la comparaison achevée, diskcomp affiche le message suivant :


Autres disquettes à comparer (O/N)?

Si vous appuyez sur O, diskcomp vous demande d'insérer les disquettes faisant l'objet de la comparaison
suivante. Si vous appuyez sur N, diskcomp arrête la comparaison.

Lorsque diskcomp fait une comparaison, il ne tient pas compte du numéro de volume du disque.
• Omission des paramètres lecteur

Si vous omettez le paramètre lecteur2, diskcomp utilise le lecteur en cours comme lecteur2. Si vous omettez
les deux paramètres lecteur, diskcomp utilise le lecteur en cours pour les deux. Si lecteur1 est le lecteur en
cours, diskcomp vous demande d'insérer chaque disquette au fur et à mesure selon les besoins.
• Utilisation d'un lecteur
Si vous désignez le même lecteur de disquette pour lecteur1 et lecteur2, diskcomp effectue la comparaison en
utilisant un seul lecteur et vous demande d'insérer chaque disquette au fur et à mesure selon les besoins. Il
vous faudra peut-être échanger les disquettes plusieurs fois, selon leur capacité et la quantité de mémoire
disponible.

AIEB Page 104 26/01/2011


• Comparaison de disquettes de types différents

Diskcomp est incapable de comparer une disquette simple face à une disquette double face, ou une disquette
haute densité à une disquette double densité. Si les disquettes placées dans lecteur1 et lecteur2 ne sont pas du
même type, diskcomp affiche le message suivant :
Types de lecteurs ou de disquettes non compatibles

• Utilisation de diskcomp avec des réseaux et des lecteurs redirigés

La commande diskcomp n'est pas opérationnelle sur les lecteurs réseau ou créés par la commande subst . Si
vous tentez d'utiliser diskcomp avec un de ces types de lecteur, diskcomp affiche le message d'erreur
suivant :
Spécification de lecteur non valide

• Comparaison d'une disquette originale et de sa copie

Lorsque vous utilisez la commande diskcomp avec une disquette que vous avez créée à l'aide de la
commande copy, diskcomp peut afficher un message semblable au suivant :
Erreur de comparaison
face 0, piste 0
Ce type d'erreur peut apparaître même si les fichiers enregistrés sur les disquettes sont identiques. En effet,
copy reproduit les informations, mais ne les place pas nécessairement au même endroit sur la disquette
destination.

Pour plus d'informations sur la comparaison de fichiers individuels sur deux disques à l'aide de Fc, consultez
Rubrique connexes.
• Description des codes de sortie de diskcomp
Le tableau suivant énumère chaque code de sortie accompagné d'une brève description.

Code de sortie Description


0 Les disques sont identiques
1 Différences détectées
3 Une erreur matérielle s'est produite
4 Une erreur d'initialisation s'est produite

Pour traiter les codes de sortie renvoyés par diskcomp, vous pouvez utiliser niveau_d'erreur dans la ligne de
commande if d'un programme de traitement par lots.

Exemples
Pour comparer deux disquettes alors que l'ordinateur ne dispose que d'un seul lecteur de disquette (le
lecteur A, par exemple), tapez :

diskcomp a: a:

La commande diskcomp vous invite à insérer chaque disquette au moment approprié.

AIEB Page 105 26/01/2011


L'exemple suivant décrit comment traiter un code de sortie diskcomp dans un programme de traitement par
lots qui utilise le paramètre niveau_d'erreur dans la ligne de commande if :
rem Controle.bat compare les disquettes des lecteurs A et B
echo off
diskcomp a: b:
if errorlevel 4 goto erreur_ini
if errorlevel 3 goto erreur_perm
if errorlevel 1 goto non_comparaison
if errorlevel 0 goto comparaison_ok
:ini_error
echo ERREUR: Mémoire insuffisante ou commande incorrecte
goto fin
:err_perm
echo ERREUR: Erreur irréparable
goto fin
:arrêt
echo "Vous venez d'appuyer sur CTRL+C" pour arrêter la comparaison
goto fin
:non_comparaison
echo Disquettes différentes
goto fin
:comparaison_ok
echo Comparaison satisfaisante; les disquettes sont identiques
goto fin
:fin

DISKCOMP [lecteur1: [lecteur2:]]

AIEB Page 106 26/01/2011


DISKCOPY (help et Microsoft)
Copie le contenu de la disquette insérée dans le lecteur source sur une disquette formatée ou non, placée dans
le lecteur destination.

Sans paramètres, diskcopy utilise le lecteur courant pour le disque source et le disque de destination.

Syntaxe
diskcopy [lecteur1: [lecteur2:]] [/v]

Paramètres
lecteur1
Désigne le lecteur où se trouve la disquette source.
lecteur2
Désigne le lecteur qui contient la disquette destination.
/v
Vérifie que les informations sont correctement copiées. Cette option de ligne de commande ralentit le
processus de copie.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation des disques
La commande diskcopy n'est opérationnelle que sur les disques amovibles, comme les disquettes. Il est
impossible de l'utiliser sur un disque dur. Si vous spécifiez un lecteur de disque dur comme paramètre lecteur1
ou lecteur2, diskcopy affiche le message d'erreur suivant :
Spécification de lecteur non valide
Le lecteur spécifié n'existe pas
ou n'est pas amovible

La commande diskcopy vous demande d'insérer les disquettes source et destination et attend que vous
appuyiez sur une touche pour continuer.

Une fois la copie achevée, diskcopy affiche le message suivant :


Autres disquettes à copier (O/N)?

Si vous appuyez sur O, diskcopy vous demande d'insérer les disquettes source et destination à utiliser pour
l'opération de copie suivante. Pour arrêter le processus de diskcopy, appuyez sur N.

Si vous copiez les informations sur une disquette non formatée placée dans lecteur2, diskcopy formate la
disquette d'après le nombre de faces et de secteurs par piste de la disquette insérée dans lecteur1. Pendant le
formatage de la disquette et la copie des fichiers, diskcopy affiche le message suivant :
Formatage pendant la copie

• Numéros de série des disquettes

Si la disquette source est dotée d'un numéro de série de volume, diskcopy crée un numéro de même nature
pour la disquette destination et affiche ce numéro lorsque la copie s'achève.
• Omission des paramètres lecteur

Si vous omettez le paramètre lecteur2, diskcopy utilise le lecteur en cours comme lecteur destination. Si vous
omettez les deux paramètres lecteur, diskcopy utilise le lecteur en cours pour les deux. Si lecteur1 est le
lecteur en cours, diskcopy vous demande d'insérer chaque disquette au fur et à mesure selon les besoins.
• Emploi d'un seul lecteur pour la copie

AIEB Page 107 26/01/2011


Si lecteur1 et lecteur2 sont identiques, diskcopy vous invite à permuter les disquettes au moment approprié.

Si vous omettez les deux paramètres lecteur et si le lecteur en cours est un lecteur de disquette, diskcopy vous
signale lorsque vous devez insérer une disquette dans le lecteur.

Si les disquettes contiennent plus d'informations que la mémoire disponible ne peut en contenir, diskcopy ne
peut alors pas lire toutes les données à la fois.

La commande diskcopy lit la disquette source, écrit sur la disquette destination, puis vous invite à réinsérer la
disquette source. Ce processus se poursuit jusqu'à ce que vous ayez copié l'ensemble de la disquette.
• Prévention de la fragmentation d'une disquette

Comme diskcopy crée une copie exacte de la disquette source sur la disquette destination, toute fragmentation
de la disquette source est transférée vers la disquette destination. La fragmentation correspond à la présence
de petites zones d'espace disque inutilisé entre des fichiers existants sur une disquette.

Une disquette source fragmentée risque de ralentir le processus de recherche, de lecture ou d'écriture des
fichiers. Pour éviter de transférer la fragmentation d'une disquette à l'autre, utilisez les commandes copy ou
xcopy pour copier la disquette. Comme copy et xcopy copient les fichiers l'un après l'autre, la nouvelle
disquette n'est pas fragmentée.

Avertissement
o Il n'est pas possible d'utiliser xcopy pour copier une disquette de démarrage.

• Description des codes de sortie de diskcopy

Le tableau suivant énumère chaque code de sortie accompagné d'une brève description.

Code de sortie Description


0 L'opération de copie a réussi
1 Une erreur de lecture/écriture non fatale s'est produite
3 Une erreur matérielle fatale s'est produite
4 Une erreur d'initialisation s'est produite

Pour traiter les codes de sortie renvoyés par diskcomp, vous pouvez utiliser niveau_d'erreur dans la ligne de
commande if d'un programme de traitement par lots.

Pour obtenir un exemple d'un programme de traitement par lots qui traite les codes de sortie, consultez
diskcomp dans Rubriques connexes.

Exemples
Pour copier la disquette du lecteur B sur la disquette du lecteur A, tapez :

diskcopy b: a:

DISKCOPY [lecteur1: [lecteur2:]] [/V]

/V Vérifie que les informations sont copiées correctement.

Les deux disquettes doivent être du même type.


Vous pouvez spécifier le même lecteur pour lecteur1 et lecteur2.

DISKPART (help et Microsoft)


DiskPart.exe est un interpréteur de commandes en mode texte qui vous permet de gérer les objets (disques,
partitions ou volumes) à l'aide de scripts ou de commandes directes à partir d'une invite de commande.

AIEB Page 108 26/01/2011


Avant de pouvoir utiliser les commandes DiskPart.exe sur un disque, une partition ou un volume, vous devez
d'abord répertorier et sélectionner l'objet voulu pour lui donner le focus. Lorsqu'un objet a le focus, toutes les
commandes DiskPart.exe que vous tapez s'appliquent à cet objet.

Vous pouvez répertorier les objets disponibles et déterminer le numéro ou la lettre de lecteur d'un objet à l'aide
des commandes list disk, list volume et list partition.

Les commandes list disk et list volume affichent tous les disques et les volumes présents dans l'ordinateur.

Toutefois, la commande list partition n'affiche que les partitions du disque qui a le focus. Lorsque vous utilisez
les commandes list, un astérisque (*) apparaît près de l'objet qui a le focus.

Vous sélectionnez un objet à l'aide de son numéro ou de sa lettre de lecteur, comme disque 0, partition 1,
volume 3 ou volume C.

Lorsque vous sélectionnez un objet, le focus reste sur cet objet jusqu'à ce que vous en sélectionniez un autre.

Par exemple, si le disque 0 a le focus et que vous sélectionnez le volume 8 sur le disque 2, le focus passe du
disque 0 au volume 8 du disque 2.

Certaines commandes changent automatiquement le focus. Par exemple, lorsque vous créez une nouvelle
partition, le focus passe automatiquement à la nouvelle partition.

Vous pouvez uniquement donner le focus à une partition du disque sélectionné.

Lorsqu'une partition a le focus, le volume associé a également le focus. Lorsqu'un volume a le focus, le disque
et la partition associés ont également le focus si le volume mappe vers une partition spécifique unique. Si tel
n'est pas le cas, le disque et la partition perdent le focus.

Commandes DiskPart
Cliquez sur une commande pour en afficher la syntaxe :

active
Sur les disques de base, marque la partition dotée du focus comme active. Cela informe le système
d'entrée/sortie de base (BIOS) ou l'interface EFI (Extensible Firmware Interface) que la partition ou le volume
est une partition système ou un volume système valide.

Seules les partitions peuvent être marquées comme actives.

Important
• DiskPart vérifie uniquement que la partition est capable de contenir les fichiers de démarrage d'un
système d'exploitation. DiskPart ne contrôle pas le contenu de la partition. Si vous marquez une
partition comme active par erreur, et qu'elle ne contient pas les fichiers de démarrage du système
d'exploitation, votre ordinateur peut ne pas démarrer.

Syntaxe

active

add disk
Met en miroir le volume simple qui a le focus, sur le disque spécifié.

Syntaxe

add disk=n [noerr]

AIEB Page 109 26/01/2011


Paramètres
n
Spécifie le disque qui contiendra le miroir. Vous pouvez mettre en miroir des volumes simples
uniquement. Le disque spécifié doit disposer d'un espace non alloué au moins égal à la taille du volume
simple que vous voulez mettre en miroir.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

assign
Affecte une lettre de lecteur ou un point de montage au volume qui a le focus. Si aucune lettre de lecteur ou
aucun point de montage n'est spécifié, la première lettre de lecteur disponible est affectée. Si la lettre de lecteur
ou le point de montage est déjà utilisé, une erreur est générée.

À l'aide de la commande assign, vous pouvez changer la lettre de lecteur associée à un lecteur amovible.

Vous ne pouvez pas affecter de lettres de lecteur aux volumes système, aux volumes d'amorçage ou aux
volumes qui contiennent le fichier d'échange. De plus, vous ne pouvez pas affecter de lettre de lecteur à une
partition OEM (Original Equipment Manufacturer) ou à une partition GPT (GUID Partition Table) autre qu'une
partition MSDATA de base.

Syntaxe

assign [{letter=d|mount=chemin}] [noerr]

Paramètres
letter=d
Lettre de lecteur que vous voulez affecter au volume.
mount=chemin
Chemin de points de montage que vous voulez affecter au volume.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

break disk
S'applique aux disques dynamiques uniquement. Scinde le volume en miroir qui a le focus en deux volumes
simples. Un des volumes simples conserve la lettre de lecteur et les points de montage du volume en miroir ;
l'autre volume simple reçoit le focus pour que vous puissiez lui affecter une lettre de lecteur.

Le contenu des deux moitiés du miroir sont conservées par défaut. Chaque moitié devient un volume simple.

Avec le paramètre nokeep, vous ne conservez qu'une moitié du miroir en tant que volume simple, tandis que
l'autre moitié est supprimée et convertie en espace disque disponible. Aucun volume ne reçoit le focus.

Syntaxe

break disk=n [nokeep] [noerr]

Paramètres
n
Spécifie le disque qui contient le volume en miroir.
nokeep
Spécifie qu'un seul des volumes en miroir est conservé tandis que l'autre est supprimé et converti en
espace disque disponible. Ni le volume ni l'espace disque ne reçoit le focus.
noerr

AIEB Page 110 26/01/2011


Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

clean
Supprime tout formatage de partition ou de volume sur le disque qui a le focus. Sur les disques MBR (Master
Boot Record), seules les informations de partitionnement MBR et les informations de secteurs cachés sont
effacées. Sur les disques GPT (GUID Partition Table), les informations de partitionnement GPT, MBR protectif
compris, sont effacées. Il n'y a pas d'informations de secteurs cachés.

Syntaxe

clean [all]

Paramètre

all
Spécifie que chacun des secteurs du disque est effacé, ce qui signifie que toutes les données du
disques sont définitivement et entièrement supprimées.

convert basic
Convertit un disque dynamique vide en disque de base.

Syntaxe

convert basic [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

convert dynamic
Convertit un disque de base en disque dynamique.

Syntaxe

convert dynamic [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

convert gpt
Sur les ordinateurs Itanium, convertit un disque de base vide avec un style de partition MBR (Master Boot
Record) en disque de base avec le style de partition GPT (GUID partition table).

Important
• Le disque doit être vide pour être converti en disque GPT. Sauvegardez vos données, puis supprimez
l'ensemble des partitions ou des volumes avant de convertir le disque.

AIEB Page 111 26/01/2011


Syntaxe

convert gpt [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

convert mbr
Sur les ordinateurs Itanium, convertit un disque de base vide avec un style de partition GPT (GUID partition
table) en disque de base avec le style de partition MBR (Master Boot Record).

Important
• Le disque doit être vide pour être converti en disque MBR. Sauvegardez vos données, puis supprimez
l'ensemble des partitions ou des volumes avant de convertir le disque.

Syntaxe

convert mbr [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

create partition efi


Sur les ordinateurs Itanium, crée une partition système EFI (Extensible Firmware Interface) sur un disque GPT
(GUID Partition Table). Après avoir créé la partition, le focus est donné à la nouvelle partition.

Syntaxe

create partition efi [size=n] [offset=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille de la partition en méga-octets (Mo). Si aucune taille n'est donnée, la partition se poursuit jusqu'à
ce que l'espace libre de la région en cours soit épuisé.
offset=n
Le décalage d'octet par rapport auquel créer la partition. Si aucun décalage n'est fourni, la partition se
situe sur la première extension de disque suffisamment volumineuse pour l'accueillir.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

create partition extended


Crée une partition étendue sur le lecteur actuel. Après avoir créé la partition, le focus se déplace
automatiquement sur la nouvelle partition. Une seule partition étendue peut être créée par disque. Cette
commande échoue si vous essayez de créer une partition étendue au sein d'une autre partition étendue. Vous
devez créer une partition étendue avant de pouvoir créer des lecteurs logiques.

Syntaxe

AIEB Page 112 26/01/2011


create partition extended [size=n] [offset=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille de la partition étendue en méga-octets (Mo). Si aucune taille n'est donnée, la partition se poursuit
jusqu'à ce que l'espace libre de la région soit épuisé. La taille est ajustée aux cylindres. La taille est
arrondie à la limite de cylindre la plus proche. Si, par exemple, vous spécifiez une taille de 500 Mo, la
partition est arrondie à 504 Mo.
offset=n
S'applique uniquement aux disques MBR (Master Boot Record). Le décalage d'octet par rapport auquel
créer la partition étendue. Si aucun décalage n'est fourni, la partition démarre au début du premier
espace libre sur le disque. Le décalage est ajusté aux cylindres. Le décalage est arrondi à la limite de
cylindre la plus proche. Par exemple, si vous spécifiez un décalage de 27 Mo alors que la taille du
cylindre équivaut à 8 Mo, le décalage est arrondi à la limite de 24 Mo.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

create partition logical


Crée un lecteur logique dans la partition étendue. Après avoir créé la partition, le focus se déplace
automatiquement sur le nouveau lecteur logique.

Syntaxe

create partition logical [size=n] [offset=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille du lecteur logique en méga-octets (Mo). Si aucune taille n'est donnée, la partition se poursuit
jusqu'à ce que l'espace libre de la région en cours soit épuisé.
offset=n
S'applique uniquement aux disques MBR (Master Boot Record). Le décalage d'octet par rapport auquel
créer le lecteur logique. Le décalage est ajusté aux cylindres (c'est-à-dire que le décalage est arrondi
de manière à remplir entièrement la taille de cylindre utilisée). Si aucun décalage n'est fourni, la
partition se situe sur la première extension de disque suffisamment volumineuse pour l'accueillir. La
partition est au moins aussi vaste en octets que la valeur spécifiée par size=n. Si vous spécifiez une
taille pour le lecteur logique, elle doit être plus petite que la partition étendue.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

AIEB Page 113 26/01/2011


create partition msr
Sur les ordinateurs Itanium, crée une partition MSR (Microsoft Reserved) sur un disque GPT (GUID Partition
Table).

Attention
• Utilisez la commande create partition msr avec précaution. Étant donné que les disques GPT
nécessitent un format de partition spécifique, la création de partitions MSR (Microsoft Reserved) peut
rendre le disque illisible.

Sur les disques GPT qui sont utilisés pour démarrer Windows XP 64-Bit Edition, la partition Système
EFI est la première partition du disque, suivie de la partition MSR (Microsoft Reserved).

Les disques GPT utilisés uniquement à des fins de stockage des données ne possèdent pas de
partition Système EFI, et la partition MSR est la première partition.

Windows XP 64-Bit Edition ne monte pas les partitions MSR (Microsoft Reserved). Vous ne pouvez pas stocker
de données sur les partitions MSR et vous ne pouvez pas les supprimer.

Syntaxe

create partition msr [size=n] [offset=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille de la partition en méga-octets (Mo). La partition est au moins aussi vaste en octets que la valeur
spécifiée par size=n. Si aucune taille n'est donnée, la partition se poursuit jusqu'à ce que l'espace libre
de la région en cours soit épuisé.
offset=n
Le décalage d'octet par rapport auquel créer la partition. La partition démarre au décalage d'octet
spécifié par offset=n. Elle est ajustée aux secteurs, c'est-à-dire que le décalage est arrondi de manière
à remplir entièrement la taille de secteur utilisée). Si aucun décalage n'est fourni, la partition se situe sur
la première extension de disque suffisamment volumineuse pour l'accueillir.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

create partition primary


Crée une partition principale sur le disque de base actuel. Après avoir créé la partition, le focus se déplace
automatiquement sur la nouvelle partition.

La partition ne reçoit pas de lettre de lecteur. Vous devez utiliser la commande assign pour affecter une lettre
de lecteur à la partition.

Syntaxe

create partition primary [size=n] [offset=n] [ID={octet|GUID}] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille de la partition en méga-octets (Mo). Si aucune taille n'est donnée, la partition se poursuit jusqu'à
ce que l'espace non alloué de la région en cours soit épuisé. La taille est ajustée aux cylindres. La taille
est arrondie à la limite de cylindre la plus proche. Par exemple, si vous spécifiez une taille de 500 Mo,
la partition est arrondie à 504 Mo.
offset=n

AIEB Page 114 26/01/2011


Le décalage d'octet par rapport auquel créer la partition. Si aucun décalage n'est fourni, la partition
démarre au début du premier espace libre sur le disque. Pour les disques MBR (Master Boot Record),
le décalage est ajusté aux cylindres. Le décalage est arrondi à la limite de cylindre la plus proche. Par
exemple, si vous spécifiez un décalage de 27 Mo alors que la taille du cylindre équivaut à 8 Mo, le
décalage est arrondi à la limite de 24 Mo.

ID={octet|GUID}
Réservé aux fabricants OEM (Original Equipment Manufacturer).

Attention
• La création de partitions avec ce paramètre peut entraîner une panne de votre
ordinateur ou l'empêcher de démarrer.

À moins d'être vous-même un fabricant OEM ou un informaticien professionnel expérimenté en


disques GPT, ne créez pas de partitions sur des disques GPT à l'aide du paramètre ID=octet |
GUID.

À la place, utilisez toujours la commande create partition efi pour créer des partitions système
EFI, la commande create partition msr pour créer des partitions réservées Microsoft, et la
commande create partition primary (sans le paramètre ID=octet | GUID) pour créer des
partitions principales sur des disques GPT.

Pour les disques MBR, vous pouvez spécifier un octet de type de partition, sous forme hexadécimale, pour la
partition.

Si aucun octet de type de partition n'est spécifié sur un disque MBR, la commande create partition primary
crée une partition de type 0x6. N'importe quel octet de type de partition peut être spécifié avec le paramètre
ID=octet | GUID. DiskPart ne vérifie pas la validité de l'octet de type de partition, pas plus qu'il n'effectue de
contrôle du paramètre ID.

Pour les disques GPT, vous pouvez spécifier un GUID de type de partition pour la partition que vous voulez
créer :
• Partition système EFI : c12a7328-f81f-11d2-ba4b-00a0c93ec93b

• Partition réservée Microsoft : e3c9e316-0b5c-4db8-817d-f92df00215ae

• Partition MSDATA : ebd0a0a2-b9e5-4433-87c0-68b6b72699c7

• Partition LDM Metadata sur un disque dynamique : 5808c8aa-7e8f-42e0-85d2-


e1e90434cfb3

• Partition LDM Data sur un disque dynamique : af9b60a0-1431-4f62-bc68-


3311714a69ad

Si aucun GUID de type de partition n'est spécifié, la commande create partition primary crée une partition
MSDATA.

N'importe quel type de partition peut être spécifié avec le paramètre ID={octet | GUID}. DiskPart ne vérifie pas
la validité du GUID de partition, pas plus qu'il n'effectue de contrôle du paramètre ID.
noerr

Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes comme si
l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la fermeture de
DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

AIEB Page 115 26/01/2011


create volume raid
Crée un volume RAID-5 sur les disques dynamiques spécifiés. Après avoir créé le volume, le focus se déplace
automatiquement sur le nouveau volume.

Syntaxe

create volume raid [size=n] [disk=n[,[n,…]] [noerr]

Paramètres
size=n
Espace disque, spécifié en méga-octets (Mo), que le volume occupera sur chaque disque.

Si vous ne spécifiez aucune taille, la commande crée le volume RAID-5 le plus vaste possible.

Le disque contenant la plus petite quantité d'espace disque disponible contigu détermine la taille du
volume RAID-5 et la même quantité d'espace disque est allouée à partir de chaque disque.

La quantité effective d'espace disque utilisable dans le volume RAID-5 est inférieure à la quantité
combinée d'espace disque car une partie de cet espace est utilisée pour la parité.

disk=n
Disques dynamiques sur lesquels vous créez le volume. Une quantité d'espace égale à size=n est
allouée sur chaque disque.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

create volume simple


Crée un volume simple. Après avoir créé le volume, le focus se déplace automatiquement sur le nouveau
volume.

Syntaxe

create volume simple [size=n] [disk=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Taille du volume en méga-octets (Mo). Si aucune taille n'est spécifiée, le nouveau volume occupe la
totalité de l'espace disque disponible sur le disque.
disk=n
Disque dynamique sur lequel vous créez le volume. Si aucun disque n'est spécifié, le disque courant
est utilisé.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

AIEB Page 116 26/01/2011


create volume stripe
Crée un volume agrégé par bande sur les disques spécifiés. Après avoir créé le volume, le focus se déplace
automatiquement sur le nouveau volume.

Syntaxe

create volume stripe [size=n] [disk=n[,[n,…]] [noerr]

Paramètres
size=n
Espace disque, spécifié en méga-octets (Mo), que le volume occupera sur chaque disque. Si aucune
taille n'est spécifiée, le nouveau volume occupe le reste de l'espace disque disponible sur le plus petit
disque et une quantité d'espace égale sur les disques suivants.
disk=n
Disques dynamiques sur lesquels vous créez le volume. Une quantité d'espace égale à size=n est
allouée sur chaque disque.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

delete disk
Supprime un disque dynamique manquant dans la liste des disques.

Syntaxe

delete disk [noerr] [override]

Paramètres
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.
override
Permet à DiskPart de supprimer tous les volumes simples sur le disque. Si le disque contient la moitié
d'un volume en miroir, celle-ci est supprimée. La commande delete disk override échoue si le disque
appartient à un volume RAID-5.

delete partition
Sur un disque de base, supprime la partition qui a le focus. Vous ne pouvez pas supprimer la partition système,
la partition d'amorçage ou n'importe quelle partition qui contient le fichier d'échange ou fichier de vidage sur
incident (vidage de la mémoire) actif.

Attention
• Supprimer une partition sur un disque dynamique peut entraîner la suppression de tous les volumes
dynamiques hors connexion du disque, supprimant ainsi toutes les données et convertissant le disque
en disque de base. Pour supprimer un volume dynamique, utilisez toujours la commande delete
volume à la place.

Les partitions peuvent être supprimées sur les disques dynamiques, mais elles ne doivent pas être créées.

Par exemple, il est possible de supprimer une partition GPT (GUID Partition Table) non reconnue sur un disque
GPT dynamique.

AIEB Page 117 26/01/2011


La suppression d'une partition de ce type ne transforme pas l'espace disque libre qui en résulte en espace
disponible.

Cette commande vise notamment à permettre de récupérer l'espace occupé par un disque dynamique hors
connexion et corrompu dans une situation d'urgence où la commande clean ne peut pas être utilisée.

Syntaxe

delete partition [noerr] [override]

Paramètres
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.
override
Permet à DiskPart de supprimer n'importe quelle partition, quel qu'en soit le type. En règle générale,
DiskPart vous permet uniquement de supprimer des partitions de données connues.

delete volume
Supprime le volume sélectionné. Vous ne pouvez pas supprimer le volume système, le volume d'amorçage ou
n'importe quel volume contenant le fichier d'échange actif ou fichier de vidage sur incident (vidage de la
mémoire).

Syntaxe

delete volume [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

detail disk
Affiche les propriétés du disque sélectionné et les volumes présents sur ce disque.

Syntaxe

detail disk

detail volume
Affiche les disques sur lesquels le volume courant réside.

Syntaxe

detail volume

AIEB Page 118 26/01/2011


exit
Permet de quitter l'interpréteur de commande DiskPart.

Syntaxe

exit

extend
Étend le volume qui a le focus à l'espace non alloué et contigu du même disque. Pour les volumes de base,
l'espace non alloué doit se trouver sur le même disque, et doit suivre la partition qui a le focus (être d'un
décalage de secteur supérieur).

Un volume dynamique simple ou fractionné peut être étendu à n'importe quel espace vide sur n'importe quel
disque dynamique. Cette commande vous permet d'étendre un volume existant à un espace nouvellement créé.

Si la partition était précédemment formatée à l'aide du système de fichiers NTFS, le système de fichier est
automatiquement étendu à la totalité de la nouvelle partition, plus vaste. Il ne se produit aucune perte de
données.

Si la partition était précédemment formatée avec un système de fichiers différent de NTFS, la commande
échoue et aucune modification n'est apportée à la partition.

Vous ne pouvez pas étendre les partitions système ou d'amorçage actuelles.

Syntaxe

extend [size=n] [disk=n] [noerr]

Paramètres
size=n
Quantité d'espace, en méga-octets (Mo), à ajouter à la partition actuelle. Si vous ne spécifiez pas de
taille, le disque est étendu à l'ensemble de l'espace non alloué contigu.
disk=n
Disque dynamique sur lequel vous étendez le volume. Une quantité d'espace égale à size=n est
allouée sur le disque. Si vous ne spécifiez aucun disque, le volume est étendu sur le disque courant.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

help
Affiche la liste des commandes disponibles.

Syntaxe

help

AIEB Page 119 26/01/2011


import
Importe un groupe de disques étrangers dans le groupe de disques de l'ordinateur local. La commande import
importe chaque disque qui est dans le même groupe que le disque qui a le focus.

Syntaxe

import [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

list disk
Affiche la liste des disques et des informations sur ces disques, telles que leur taille, leur quantité d'espace
disque disponible, leur type (de base ou dynamique) et si le disque utilise le style de partition MBR (Master Boot
Record) ou GPT (GUID partition table). Le disque marqué d'un astérisque (*) a le focus.

Syntaxe

list disk

list partition
Affiche les partitions répertoriées dans la table de partition du disque courant. Sur les disques dynamiques, ces
partitions peuvent ne pas correspondre aux volumes dynamiques du disque.

Cette incohérence s'explique par le fait que les disques dynamiques contiennent des entrées dans la table de
partition pour le volume système ou le volume d'amorçage (le cas échéant) ainsi qu'une partition qui occupe le
reste du disque pour réserver l'espace à l'usage des volumes dynamiques.

Syntaxe

list partition

list volume
Affiche la liste des volumes de base et dynamiques de tous les disques.

Syntaxe

list volume

AIEB Page 120 26/01/2011


online
Met en ligne un disque ou un volume hors connexion qui a le focus.

Syntaxe

online [noerr]

Paramètre
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite. Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la
fermeture de DiskPart et l'affichage d'un code d'erreur.

rem
Permet à l'utilisateur d'insérer un commentaire dans un script.

Syntaxe

rem

Exemples
rem Ces commandes configurent 3 lecteurs.
create partition primary size=2048
assign d:
create partition extended
create partition primary size=2048
assign e:
create partition logical
assign f:

remove
Supprime une lettre de lecteur ou un point de montage dans le volume qui a le focus.

Si le paramètre all est utilisé, toutes les lettres de lecteur et tous les points de montage courants sont
supprimés.

Si aucune lettre de lecteur ou point de montage n'est spécifié, DiskPart supprime la première lettre de lecteur
ou le premier point de montage qu'il rencontre.

La commande remove peut être utilisée pour changer la lettre de lecteur associée à un lecteur amovible.

Vous ne pouvez pas supprimer les lettres de lecteur sur les volumes système, d'amorçage ou d'échange. De
plus, vous ne pouvez pas supprimer la lettre de lecteur d'une partition OEM, d'une partition GPT dont le GUID
n'est pas reconnu, de toute partition GPT non données spéciale telle que la partition système EFI.

Syntaxe

remove [{letter=d|mount=chemin [all]}] [noerr]

AIEB Page 121 26/01/2011


Paramètres
letter=d
La lettre de lecteur à supprimer.
mount=chemin
Le point de montage à supprimer.
all
Supprime toutes les lettres de lecteur et tous les points de montage courants.
noerr
Pour script uniquement. En cas d'erreur, spécifie que DiskPart continue à traiter les commandes
comme si l'erreur ne s'était pas produite.

Sans le paramètre noerr, la détection d'une erreur entraîne la fermeture de DiskPart et l'affichage d'un
code d'erreur.

rescan
Repère les nouveaux disques qui peuvent avoir été ajoutés dans l'ordinateur.

Syntaxe

rescan

retain
Prépare un volume simple dynamique existant à être utilisé en tant que volume système ou d'amorçage.

Sur un ordinateur x86, crée une entrée de partition dans le MBR (Master Boot Record) du volume simple
dynamique qui a le focus.

Pour créer une partition MBR, le volume simple dynamique doit démarrer à un décalage ajusté aux cylindres et
avoir une taille égale à un nombre entier de cylindres.

Sur un ordinateur Itanium, crée une entrée de partition dans le GPT (GUID Partition Table) du volume simple
dynamique qui a le focus.

Remarque
• La commande retain est destinée à être utilisée uniquement au cours d'installations sans assistance ou
par les OEM (Original Equipment Manufacturers).

Syntaxe

retain

select disk
Sélectionne le disque spécifié en lui donnant le focus.

Syntaxe

select disk=[n]

Paramètres
n
Numéro du disque qui recevra le focus. Si aucun numéro de disque n'est spécifié, la commande select
répertorie le disque qui possède actuellement le focus. Vous pouvez afficher les numéros de tous les
disques de l'ordinateur à l'aide de la commande list disk.

AIEB Page 122 26/01/2011


select partition
Sélectionne la partition spécifiée et lui donne le focus. Si aucune partition n'est spécifiée, la commande select
répertorie la partition qui possède actuellement le focus. Vous pouvez afficher les numéros de toutes les
partitions du disque courant à l'aide de la commande list partition.

Syntaxe

select partition=[{n|d}]

Paramètres
n
Numéro de la partition qui recevra le focus.
d
La lettre de lecteur ou le chemin de points de montage de la partition qui recevra le focus.

select volume
Sélectionne le volume spécifié en lui donnant le focus.

Si aucun volume n'est spécifié, la commande select répertorie le volume qui possède actuellement le focus.

Vous pouvez spécifier le volume par numéro, par lettre de lecteur ou par chemin de points de montage.

Sur un disque de base, sélectionner un volume donne également le focus à la partition correspondante.

Vous pouvez afficher les numéros de tous les volumes de l'ordinateur à l'aide de la commande list volume.

Syntaxe

select volume=[{n|d}]

Paramètres
n
Numéro du volume qui recevra le focus.
d
La lettre de lecteur ou le chemin de points de montage du volume qui recevra le focus.

Scripts DiskPart
DiskPart vous permet de créer des scripts pour automatiser les tâches, comme créer des volumes ou convertir
les disques en disques dynamiques. La mise en script de ces tâches est utile si vous déployez Windows à l'aide
du programme d'installation sans assistance ou de Sysprep, qui ne prennent pas en charge la création de
volumes autres que le volume d'amorçage.

Pour démarrer un script DiskPart, dans l'invite de commande, tapez :

DiskPart /S nomscript.txt

Où nomscript.txt est le nom du fichier de texte qui contient votre script.

Pour rediriger la sortie du script de DiskPart dans un fichier, tapez :

DiskPart /S nomscript.txt > fichierjournal.txt

Où nomjournal.txt est le nom du fichier de texte de destination de la sortie du script de DiskPart.

Lorsque DiskPart démarre, la version de DiskPart et le nom de l'ordinateur figurent dans l'invite de commande.

AIEB Page 123 26/01/2011


Par défaut, si DiskPart rencontre une erreur en essayant d'effectuer une tâche du script, DiskPart arrête le
traitement du script et affiche un code d'erreur (sauf si vous spécifiez le paramètre noerr).

Sachez toutefois que DiskPart renvoie toujours les erreurs de syntaxe qu'il rencontre, que vous spécifiiez le
paramètre noerr ou non.

Le paramètre noerr vous permet d'effectuer des tâches utiles comme utiliser un seul script pour supprimer
toutes les partitions de tous les disques, quel qu'en soit le nombre.

Le tableau suivant répertorie les codes d'erreur de DiskPart :

Erreur Description
0 Aucune erreur ne s'est produite. La totalité du script s'est exécutée sans erreur.
1 Une exception fatale s'est produite. Il peut y avoir un problème sérieux.
2 Les paramètres spécifiés pour une commande DiskPart étaient incorrects.
3 DiskPart n'a pas réussi à ouvrir le script ou le fichier de sortie spécifié.
4 Un des services utilisés par DiskPart a renvoyé une erreur.
Une erreur de syntaxe de commande s'est produite. Le script a échoué car un objet a été sélectionné par
5
erreur ou ne pouvait pas être utilisé avec cette commande.

diskpart /add /delete nom_périphérique nom_lecteur nom_partition taille

Utilisez la commande diskpart pour gérer les partitions sur vos volumes de disque dur. où /add crée une
nouvelle partition. où /delete supprime une partition existante. où nom_périphérique est le nom du périphérique
pour la création d'une partition.

Le nom peut être obtenu à partir du résultat de la commande map. Par exemple : \Device\HardDisk0 où
nom_lecteur est un nom basé sur la lettre du lecteur pour supprimer une partition existante.

Exemple : D: où nom_partition est un nom basé sur la partition pour la suppression d'une partition existante ;

il peut être utilisé à la place de l'argument du nom de fichier. Exemple : \Device\HardDisk0\Partition1 où taille
est la taille de la nouvelle partition en méga-octets.

REMARQUE : Si vous n'utilisez aucun argument, une interface utilisateur de gestion de partitions apparaît.

AVERTISSEMENT : Cette commande peut endommager votre table de partition si le disque a été mis à niveau
vers une configuration de disque dynamique.

Ne modifiez pas la structure des disques dynamiques à moins que vous n'utilisiez l'outil de Gestion de disque.

diskpart [/s <script>] [/?]

/s <script> - Utiliser un script.

/? - Afficher cet écran d'aide.

Microsoft DiskPart version 5.1.3565

Diskpart /?

ADD - Ajouter un miroir à un volume simple.


ACTIVE - Indiquez la partition de base actuelle en tant que partition de démarrage active.
ASSIGN - Assigner une lettre de lecteur ou un point de montage au volume sélectionné.
BREAK - Détruire un jeu de miroir.
CLEAN - Effacer les informations de configuration ou toutes les informations du disque.
CONVERT - Converti à différents formats de disque.

AIEB Page 124 26/01/2011


CREATE - Créer un volume ou une partition.
DELETE - Supprimer un objet.
DETAIL - Fournir des détails concernant un objet.
EXIT - Quitter DiskPart
EXTEND - Étendre un volume.
HELP - Imprime une liste de commandes.
IMPORT - Importer un groupe de disques.
LIST - Imprime une liste des objets.
INACTIVE - Indiquez la partition de base actuelle en tant que partition inactive.
ONLINE - Indique en ligne un disque qui est actuellement indiqué hors ligne
REM - Ne fait rien. Utilisé pour commenter des scripts.
REMOVE - Supprimer une lettre de lecteur ou l'assignement d'un point de montage.
REPAIR - Réparer un volume RAID-5.
RESCAN - Analyser à nouveau l'ordinateur à la recherche de disques et de volumes.
RETAIN - Placer une partition nominale sous un volume simple.
SELECT - Déplacer le focus vers un objet.
DISKPART> cls
ADD - Ajouter un miroir à un volume simple.
ACTIVE - Indiquez la partition de base actuelle en tant que partition de démarrage active.
ASSIGN - Assigner une lettre de lecteur ou un point de montage au volume sélectionné.
BREAK - Détruire un jeu de miroir.
CLEAN - Effacer les informations de configuration ou toutes les informations du disque.
CONVERT - Converti à différents formats de disque.
CREATE - Créer un volume ou une partition.
DELETE - Supprimer un objet.
DETAIL - Fournir des détails concernant un objet.
EXIT - Quitter DiskPart
EXTEND - Étendre un volume.
HELP - Imprime une liste de commandes.
IMPORT - Importer un groupe de disques.
LIST - Imprime une liste des objets.
INACTIVE - Indiquez la partition de base actuelle en tant que partition inactive.
ONLINE - Indique en ligne un disque qui est actuellement indiqué hors ligne
REM - Ne fait rien. Utilisé pour commenter des scripts.
REMOVE - Supprimer une lettre de lecteur ou l'assignement d'un point de montage.
REPAIR - Réparer un volume RAID-5.
RESCAN - Analyser à nouveau l'ordinateur à la recherche de disques et de volumes.
RETAIN - Placer une partition nominale sous un volume simple.
SELECT - Déplacer le focus vers un objet.

AIEB Page 125 26/01/2011


DISKPERF (HELP)
Active ou désactive les compteurs de performance de disque.

DISKPERF [-Y[D|V] | -N[D|V]] [\\NomOrdinateur]

-Y Force le système à démarrer tous les compteurs de quand le système est redémarré.

-YD Active les compteurs de performance de disque pour les lecteurs physiques quand le
Système est redémarré.

-YV Active les compteurs de performance de disque pour les disques logiques ou les
volumes de stockage quand le système est redémarré.

-N Force le système à désactiver tous les compteurs de quand le système est redémarré.

-ND Désactive les compteurs de performance de disque pour les lecteurs physiques.

-NV Désactive les compteurs de performance de disque pour les lecteurs logiques.

\\NomOrdinateur Nom de l'ordinateur dont vous voulez paramétrer l'utilisation des compteurs de
performance de disque. L'ordinateur doit être un système Windows 2000.

Remarque : les compteurs de performance de disque sont activés en permanence systèmes ultérieurs
à Windows 2000.

DNSCMD (HELP)
Permet de créer une nouvelle zone DNS.

Usage: DnsCmd <ServerName> <Command> [<Command Parameters>]

<ServerName>:
-- local machine using LPC
IP address -- RPC over TCP/IP
DNS name -- RPC over TCP/IP
other server name - RPC over named pipes

<Command>:
/Info -- Get server information
/Config -- Reset server or zone configuration
/EnumZones -- Enumerate zones
/Statistics -- Query/clear server statistics data
/ClearCache -- Clear DNS server cache
/WriteBackFiles -- Write back all zone or root-hint datafile(s)
/StartScavenging -- Initiates server scavenging
/ResetListenAddresses -- Set server IP address(es) to serve DNS requests
/ResetForwarders -- Set DNS servers to forward recursive queries to
/ZoneInfo -- View zone information
/ZoneAdd -- Create a new zone on the DNS server
/ZoneDelete -- Delete a zone from DNS server or DS
/ZonePause -- Pause a zone
/ZoneResume -- Resume a zone
/ZoneReload -- Reload zone from its database (file or DS)
/ZoneWriteBack -- Write back zone to file
/ZoneRefresh -- Force refresh of secondary zone from master
/ZoneUpdateFromDs -- Update a DS integrated zone by data from DS
/ZonePrint -- Display all records in the zone
/ZoneResetType -- Change zone type

AIEB Page 126 26/01/2011


/ZoneResetSecondaries -- Reset secondary\notify information for a zone
/ZoneResetScavengeServers -- Reset scavenging servers for a zone
/ZoneResetMasters -- Reset secondary zone's master servers
/ZoneExport -- Export a zone to file
/ZoneChangeDirectoryPartition -- Move a zone to another directory partition
/EnumRecords -- enumerate records at a name
/RecordAdd -- enumereate a record in zone or RootHints
/RecordDelete -- Delete a record from zone, RootHints or cache
/NodeDelete -- Delete all records at a name
/AgeAllRecords -- Force aging on node(s) in zone
/EnumDirectoryPartitions -- Enumerate directory partitions
/DirectoryPartitionInfo -- Get info on a directory partition
/CreateDirectoryPartition -- Create a directory partition
/DeleteDirectoryPartition -- Delete a directory partition
/EnlistDirectoryPartition -- Add DNS server to partition replication scope
/UnenlistDirectoryPartition -- Remove DNS server from replication scope

<Command Parameters>:

DnsCmd <CommandName> /? -- For help info on specific Command

DOSKEY (help et Microsoft)


Appelle le programme Doskey.exe, qui rappelle les commandes Windows XP, édite les lignes de commande et
crée des macros.

Syntaxe
doskey {/reinstall | /listsize=taille | /macros:[{all | nom-exe}] | /history | /insert | /overstrike | /exename=nom-exe
| /macrofile=NomFichier | nom-macro=[texte]}

Paramètres
/reinstall
Installe une nouvelle copie de Doskey.exe. Efface la mémoire tampon de l'historique de la commande.
/listsize=taille
Indique le nombre maximal de commandes dans la zone tampon d'historique.
/macros
Affiche la liste de toutes les macros doskey. Vous pouvez utiliser un symbole de redirection (>) avec
/macros pour rediriger la liste vers un fichier. Vous pouvez abréger /macros en /m.
all
Affiche les macros doskey pour tous les exécutables.
nom-exe
Affiche les macros doskey du fichier exécutable spécifié.
/history
Affiche toutes les commandes stockées en mémoire. Vous pouvez utiliser un symbole de redirection (>)
avec /history pour rediriger la liste vers un fichier. Vous pouvez abréger /history en /h.
{/insert | /overstrike}
Indique si le nouveau texte que vous tapez doit remplacer l'ancien. Si vous utilisez /insert, le nouveau
texte que vous tapez sur une ligne est inséré à la place du texte existant (comme si vous appuyez sur
la touche INSER). Si vous utilisez /overstrike, le nouveau texte remplace l'ancien. Le paramètre par
défaut est /overstrike.
/exename=nom-exe
Spécifie le programme (c'est-à-dire, le fichier exécutable) dans lequel la macro doskey est exécutée.
/macrofile=NomFichier
Spécifie un fichier contenant les macros que vous voulez installer.
nom_macro=[texte]
Crée une macro qui exécute les commandes spécifiées par le texte. Le nom_macro représente le nom
à assigner à la macro. Texte spécifie les commandes à enregistrer. Si vous ne complétez pas le
paramètre texte, toutes les commandes éventuellement assignées au nom_macro sont supprimées.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 127 26/01/2011


Remarques
• Utilisation de Doskey.exe
Doskey.exe est toujours disponible pour tous les programmes de mode caractère et interactif (tels que des
débogueurs de programmation ou des programmes de transfert de fichier), et maintient un tampon d'historique
de commandes et des macros pour chaque programme qu'il démarre.

Vous ne pouvez pas utiliser les options de ligne de commande doskey à partir d'un programme. Vous devez
exécuter les options de ligne de commande doskey avant de démarrer un programme. Les assignations de
touches de programme supplantent les assignations de touches doskey.
• Rappel d'une commande

Pour rappeler une commande, vous pouvez utiliser n'importe quelle touche parmi les suivantes après avoir
démarré Doskey.exe. Si vous utilisez Doskey.exe à l'intérieur d'un programme, les affectations de touches de
ce programme ont priorité.

Touche Description
HAUT Rappelle la commande utilisée avant celle qui est affichée.
BAS Rappelle la commande utilisée après celle qui est affichée.
PG.PREC Rappelle la première commande utilisée pendant la session en cours.
PG. SUIV Rappelle la dernière commande utilisée.
• Modification de la ligne de commande

Doskey.exe vous permet de modifier la ligne de commande en cours. Si vous utilisez Doskey.exe à partir d'un
programme, les assignations de touches de ce programme sont prioritaires et certaines touches de modification
Doskey.exe risquent de ne pas fonctionner.

AIEB Page 128 26/01/2011


La liste ci-dessous décrit les touches d'édition de doskey et leurs fonctions :

Touche ou
combinaison de Description
touches
GAUCHE Recule le point d'insertion d'un caractère.
DROITE Avance le point d'insertion d'un caractère.
CTRL+GAUCHE Recule le point d'insertion d'un mot.
CTRL+DROITE Avance le point d'insertion d'un mot.
ORIGINE Ramène le point d'insertion au début de la ligne.
FIN Avance le point d'insertion à la fin de la ligne.
ÉCHAP Efface la commande de l'affichage.
Copie un caractère de la même colonne du modèle dans la même colonne de la fenêtre
F1 d'invite de commande. (Le modèle est une zone tampon qui conserve la dernière
commande tapée.)
Cherche vers l'avant du modèle la touche tapée après F2. Doskey.exe insère le texte du
F2
modèle jusqu'au caractère spécifié sans inclure ce dernier.
Copie le reste du modèle sur la ligne de commande. Doskey.exe commence à copier les
F3 caractères à partir de la position du modèle qui correspond à celle indiquée par le point
d'insertion sur la ligne de commande.
Supprime des caractères depuis la position en cours du point d'insertion jusqu'à celui que
vous spécifiez. Pour utiliser cette touche d'édition, appuyez sur F4 et tapez un caractère.
F4
Doskey.exe supprime les caractères à partir de la position en cours du point d'insertion
jusqu'à la première lettre spécifiée.
F5 Copie le modèle dans la ligne de commande en cours.
Place un caractère de fin de fichier (c'est-à-dire, CTRL+Z) à la position en cours du point
F6
d'insertion.
Affiche toutes les commandes pour ce programme stockées en mémoire dans une boîte
de message. Utilisez les touches HAUT et BAS pour sélectionner la commande
F7 souhaitée, puis appuyez sur la touche ENTRÉE pour exécuter la commande. Vous
pouvez aussi noter le numéro qui précède la commande et utiliser ce numéro avec la
touche F9.
Supprime toutes les commandes stockées en mémoire pour la zone tampon d'historique
ALT+F7
en cours.
Affiche toutes les commandes dans la zone tampon d'historique, en commençant par les
F8
caractères de la commande en cours.
Vous demande un numéro de commande tampon d'historique, puis affiche la commande
associée au numéro que vous tapez. Appuyez sur ENTRÉE pour exécuter la commande.
F9
Pour afficher tous les numéros ainsi que les commandes qui leur sont associées,
appuyez sur F7.
ALT+F10 Supprime toutes les définitions de macro.
• Utilisation de doskey dans un programme
Certains programmes interactifs en mode caractère, tels que des débogueurs de programmation ou des
programmes de transfert de fichier (FTP), utilisent automatiquement Doskey.exe.

Pour utiliser Doskey.exe, un programme doit être un processus de console et utiliser des informations stockées
en mémoire tampon.

Les assignations de touches de programme supplantent les assignations de touches doskey. Par exemple, si
le programme utilise la touche F7 pour une fonction spécifique, vous ne pouvez pas afficher l'historique d'une
commande doskey dans une boîte de message.
Avec Doskey.exe, vous pouvez tenir à jour un historique de commande pour chaque programme que vous
lancez, répéter et modifier les commandes précédentes à l'invite du programme, et lancer des macros doskey
créées pour le programme. Si vous quittez, puis relancez un programme à partir de la même fenêtre d'invite de
commandes, l'historique de commande de la session de programme précédente est disponible.

Vous devez exécuter Doskey.exe avant de démarrer un programme. Vous ne pouvez pas utiliser des options
de ligne de commande doskey à partir de l'invite de commandes d'un programme, même si le programme a
une invite de commandes.

AIEB Page 129 26/01/2011


Si vous voulez personnaliser la manière avec laquelle Doskey.exe fonctionne avec un programme et créer des
macros doskey pour ce programme, vous pouvez créer un programme de commandes qui modifie Doskey.exe
et démarre le programme.
• Sélection du mode insertion par défaut

Si vous appuyez sur la touche INSERTION, vous pouvez taper le texte de la ligne de commande doskey au
milieu de son texte existant sans remplacer ce dernier. Lorsque vous appuyez sur ENTRÉE, Doskey.exe remet
cependant le clavier en mode remplacement. Pour revenir au mode insertion, vous devez réappuyer sur
INSERTION.

Utilisez /insert pour mettre votre clavier en mode insertion chaque fois que vous appuyez sur la touche
ENTRÉE.

Le clavier demeure ensuite en mode insertion jusqu'à ce que vous utilisiez /overstrike. Pour revenir
temporairement au mode remplacement, appuyez sur la touche INSERTION ; après avoir appuyé sur ENTRÉE,
Doskey.exe remet cependant le clavier en mode insertion.

Lorsque vous utilisez la touche INSERTION pour passer d'un mode à l'autre, le point d'insertion change de
forme.
• Création d'une macro

Le programme Doskey.exe permet de créer des macros exécutant une ou plusieurs commandes.

AIEB Page 130 26/01/2011


Le tableau suivant répertorie les caractères spéciaux que vous pouvez utiliser pour contrôler les opérations de
commande lorsque vous définissez une macro.

Caractère Description
Redirige les données de sortie. Utilisez l'un ou l'autre de ces caractères spéciaux pour envoyer les
$G ou $g données de sortie à un périphérique ou à un fichier au lieu de les diriger vers l'écran. Ces caractères
sont équivalents au symbole de redirection des données de sortie (>).
Ajoute les données de sortie à la fin d'un fichier. Utilisez l'un ou l'autre de ces doubles caractères
$G$G ou spéciaux pour ajouter les données de sortie à un fichier existant au lieu de les substituer aux
$g$g informations du fichier. Ces doubles caractères sont équivalents au symbole de redirection d'ajout
des données de sortie (>>).
Redirige les données d'entrée. Utilisez l'un ou l'autre de ces caractères spéciaux pour lire les
$L ou $l données d'entrée à partir d'un périphérique ou d'un fichier et non pas du clavier. Ces caractères
sont équivalents au symbole de redirection des données d'entrée (<).
Envoie les données de sortie d'une macro à une commande. Ces caractères spéciaux
$B ou $b
correspondent à l'utilisation d'une barre verticale (|) dans une ligne de commande.
Sépare des commandes. Utilisez l'un ou l'autre de ces caractères spéciaux pour séparer des
commandes lorsque vous créez des macros ou que vous tapez des commandes sur la ligne de
$T ou $t
commande doskey. Ces caractères spéciaux correspondent à l'utilisation du symbole & dans une
ligne de commande.
$$ Indique le symbole du dollar ($).
Représente toute information de ligne de commande à spécifier lors de l'exécution de la macro. Les
caractères spéciaux $1 à $9 sont des paramètres de commande qui vous permettent d'utiliser sur la
$1 à $9
ligne de commande des données différentes chaque fois que vous exécutez la macro. Le caractère
$1 d'une commande doskey est semblable au caractère %1 d'un programme de commandes.
Représente toutes les informations de ligne de commande que vous voulez indiquer lorsque vous
tapez le nom de la macro. Le caractère spécial $* est un paramètre remplaçable semblable aux
$*
paramètres de commande $1 à $9, à une différence importante près : tout ce que vous tapez sur la
ligne de commande à la suite du nom de la macro se substitue au $* de la macro.
• Exécution d'une macro doskey

Pour exécuter une macro, tapez son nom à partir de la première position de la ligne de commande. Si la macro
a été définie avec $* ou n'importe quels paramètres de commande $1 à $9, utilisez un espace pour séparer les
paramètres. Il vous est impossible d'exécuter une macro doskey à partir d'un programme de commandes.
• Création d'une macro portant le même nom qu'une commande Windows XP

Si vous utilisez toujours une commande particulière avec des options de ligne de commande spécifiques, vous
pouvez créer une macro portant le même nom que la commande. Pour indiquer si vous voulez exécuter la
macro ou la commande, suivez les directives ci-dessous :
o Pour exécuter la macro, commencez à taper son nom immédiatement après l'invite de
commandes, sans laisser d'espace entre cette invite et le nom de la commande.

o Pour exécuter la commande, insérez un ou plusieurs espaces entre l'invite de commandes et


son nom.

• Suppression d'une macro

Pour supprimer une macro, tapez :

doskey nom-macro=

Exemples
Les options de ligne de commande /macros et /history sont utiles pour créer des programmes de commandes
qui enregistrent des macros et des commandes. Par exemple, pour stocker toutes les macros doskey
courantes, tapez :

doskey /macros > macinit

AIEB Page 131 26/01/2011


Pour utiliser les macros stockées dans Macinit, tapez :

doskey /macrofile=macinit
Pour créer un programme de commandes nommé Tmp.bat contenant des commandes récemment utilisées,
tapez :

doskey /history > tmp.bat


Pour définir une macro de commandes multiples, utilisez $t pour séparer les commandes, comme indiqué ci-
dessous :

doskey tx=cd temp$tdir/w $*


Dans l'exemple précédent, la macro TX fait de Temp le répertoire en cours, puis affiche la liste d'un répertoire
en format large. Vous pouvez utiliser $* à la fin de la macro pour ajouter d'autres options de ligne de commande
à la commande dir lors de l'exécution de TX.

La macro suivante utilise un paramètre de commande comme nouveau nom de répertoire :

doskey mc=md $1$tcd $1


La macro crée un répertoire, puis passe du répertoire en cours à ce nouveau répertoire.

Pour utiliser la macro ci-dessus en vue de créer un répertoire nommé Livres et de passer à ce répertoire,
tapez :

mc livres

Pour créer une macro doskey pour un programme appelé Ftp.exe, incluez /exename comme suit :

doskey /nom_exe:ftp.exe go=open 10.127.1.100$tmget *.txt c:\reports$bye

Pour utiliser la macro ci-dessus, lancez ftp. À l'invite ftp, tapez :

go

Ftp exécute les commandes open, mget et bye.

Pour créer une macro qui effectue un format de disque rapide et inconditionnel, tapez :

doskey qf=format $1 /q /u
Pour formater rapidement et inconditionnellement une disquette dans le lecteur A, tapez :

qf a:

Modifie les lignes de commande, rappelle des commandes Windows 2000, et permet de créer des macros.

DOSKEY [/REINSTALL] [/LISTSIZE=taille] [/MACROS[:ALL | :nom_d'exe]] [/HISTORY] [/INSERT |


/OVERSTRIKE] [/EXENAME=nom_d'exe] [/MACROFILE=nom_de_fichier] [nom_de_macro=[texte]]

/REINSTALL Installe une nouvelle copie de Doskey.

/LISTSIZE=taille définit la taille du tampon d'historique des commandes

/MACROS Affiche toutes les macros de Doskey.

/MACROS:ALL Affiche toutes les macros de Doskey de tous les exécutables qui en ont.

/MACROS:nom_d'exe Affiche toutes les macros de Doskey d'un exécutable.

/HISTORY Affiche toutes les commandes stockées dans la mémoire.

/INSERT Insertion dans l'ancien texte du nouveau texte entré.

AIEB Page 132 26/01/2011


/OVERSTRIKE Spécifie que le nouveau texte remplace l'ancien.

/EXENAME=nom_d'exe Spécifie l'exécutable.

/MACROFILE=nom_de_fic. Spécifie un fichier de macros à installer.

nom_de_macro Spécifie un nom pour une macro que vous créez.

Texte Spécifie des commandes que vous voulez enregistrer.

Flèches HAUT/BAS rappellent les commandes ;

ÉCHAP efface la ligne ; F7 affiche

l'historique ; ALT+F7 efface l'historique ;

F8 recherche dans l'historique ;

F9 choisit une commande par son nombre ;

ALT+F10 efface les déf. de macros.

Les codes spéciaux suivants s'utilisent pour définir les macros Doskey :

$T Séparateur de commande. Autorise plusieurs commandes dans une macro.

$1-$9 Paramètres de batch. Comme %1-%9 dans les programmes de commandes.

$* Équivaut à tout ce qui suit le nom de macro sur la ligne de commande.

AIEB Page 133 26/01/2011


Driverquery (Microsoft)
Affiche la liste de tous les pilotes installés et de leurs propriétés.

Syntaxe
driverquery [/s Ordinateur] [/u Domaine\Utilisateur /p MotDePasse] [/fo {TABLE|LIST|CSV}] [/nh] [/v] [/si]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/fo {TABLE|LIST|CSV}
Spécifie le format d'affichage des informations du pilote. Les valeurs valides sont TABLE, LIST et CSV.
Le format de sortie par défaut est TABLE.

/nh
Omet la ligne d'en-tête dans les informations affichées sur les pilotes. Valide lorsque le paramètre /fo
est TABLE ou CSV.

/v
Spécifie l'affichage des informations détaillées sur les pilotes.

/si
Affiche les informations de signature numérique des pilotes de périphériques signés et non signés.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants décrivent l'utilisation de la commande driverquery :

Driverquery

driverquery /fo csv

driverquery /nh

driverquery /s ipaddress

driverquery /s server1 /u hirpln /v driverquery /s server1 /u maindom\hirpln /p p@ssw3d /fo list

AIEB Page 134 26/01/2011


ECHO (Help et Microsoft)
Active ou désactive la fonctionnalité d'écho des commandes ou affiche un message. Utilisée sans paramètre, la
commande echo affiche le paramètre d'écho actuel.

Syntaxe
echo [{on|off}] [message]

Paramètres
{on|off}
Indique si l'écho des commandes doit être activé ou désactivé.

message
Spécifie le texte que vous voulez afficher à l'écran.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• La commande echo message s'avère utile quand l'écho est désactivé. Pour faire apparaître un
message de plusieurs lignes de long sans afficher d'autres commandes, vous pouvez inclure plusieurs
commandes echo message à la suite de la commande echo off dans votre programme de
commandes.

• Si vous utilisez echo off, l'invite de commandes n'apparaît pas à l'écran. Pour afficher l'invite de
commandes, tapez echo on.

• Pour éviter l'écho d'une ligne, insérez un signe (@) devant une commande dans un programme de
commandes.

• Pour faire un écho d'une ligne blanche à l'écran, tapez :

echo.

• Pour afficher un signe “ | ” ou un caractère de redirection (< ou >) quand vous utilisez echo, faites-le
précéder d'un caret (par exemple, ^>, ^< ou ^| ). Si vous devez utiliser le caret proprement dit (^), tapez-
le deux fois (^^).

Exemples
L'exemple suivant illustre un programme de commandes qui inclut un message de trois lignes précédées et
suivies d'une ligne blanche :
echo off
echo.
echo This batch program
echo formats and checks
echo new disks
echo.

Pour désactiver echo et ne pas renvoyer en écho la commande echo elle-même, faites précéder celle-ci d'un
signe @, comme suit :

@echo off

AIEB Page 135 26/01/2011


Vous pouvez utiliser les commandes if et echo sur la même ligne de commande. Exemple :

if exist *.rpt echo Le rapport nous est parvenu.


ECHO [ON | OFF]
ECHO [message]

ECHO sans paramètres affiche l'état en cours de la commande.

AIEB Page 136 26/01/2011


ENABLE (Microsoft console)
'ENABLE' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Active un service du système Windows XP, Windows 2000 ou Windows NT 4.0 ou un pilote de périphérique.

La commande enable n'est disponible que si vous utilisez la console de récupération.

enable {nom_du_service | nom_du_pilote_de_périphérique} [type_de_démarrage]

Paramètres
nom_du_service
Nom du service système que vous souhaitez activer.

nom_du_pilote_de_périphérique
Nom du pilote de périphérique que vous souhaitez activer.

type_de_démarrage
Type de démarrage que vous souhaitez désigner pour le service ou le pilote de périphérique. Les types de
démarrage valides sont :
• SERVICE_BOOT_START

• SERVICE_SYSTEM_START

• SERVICE_AUTO_START

• SERVICE_DEMAND_START

Exemple
L'exemple suivant définit le type de démarrage Automatique ou SERVICE_AUTO_START pour le service
Eventlog :

enable eventlog service_auto_start

Remarques
• Si vous n'indiquez pas de type de démarrage, la commande enable prend en compte le type de
démarrage en cours pour le service ou le pilote de périphérique que vous avez spécifié dans
nom_du_service.

• Lorsque vous utilisez la commande enable pour changer un type de démarrage, le nom du type de
démarrage précédent s'affiche à l'écran. Il est recommandé de noter ce nom quelque part pour le cas
où vous seriez contraint de restaurer le type de démarrage d'origine.

Vous pouvez utiliser la commande enable pour activer un service système WindowsXP ou un lecteur. où
nom_service est le nom du service ou du pilote à activer.

Utilisez la commande listsvc pour afficher tous les services ou pilotes admissibles à activer.

La commande enable imprimera l'ancien type de démarrage du service avant de l'initialiser à sa nouvelle
valeur.

Prenez note de l'ancien type pour le cas où il serait nécessaire de restaurer l'ancienne valeur. où les valeurs de
type de démarrage valides type_démarrage sont :

AIEB Page 137 26/01/2011


ENDLOCAL (HELP et Microsoft)
Met fin à la localisation des modifications d'environnement dans un fichier de commandes, en rétablissant les
valeurs des variables d'environnement avant la commande concordante setlocal.

Syntaxe
endlocal

Paramètres
/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Vous devez utiliser endlocal dans un script ou un fichier de commandes. Si vous utilisez endlocal en
dehors d'un script ou un fichier de commandes, il est sans effet.

• Il existe une commande endlocal implicite à la fin d'un fichier de commandes.

• Si les extensions de commande sont activées (ce qui est le cas par défaut), la commande endlocal
rétablit l'état des extensions de commande (c'est-à-dire activé ou désactivé) en vigueur avant
l'exécution de la commande setlocal correspondante. Pour plus d'informations sur l'activation et la
désactivation d'extensions de commandes, consultez cmd dans Rubriques connexes.

Exemples
Vous pouvez localiser des variables d'environnement dans un fichier de commandes. Exemple :
@echo off
rem Ce programme lance le programme de commandes superapp sur le réseau,
rem dirige la sortie d'un fichier et affiche le fichier
rem dans le Bloc-notes.
setlocal
path=g:\programs\superapp;%path%
call superapp>c:\superapp.out
endlocal
start notepad c:\superapp.out

Stoppe la localisation des modifications de l'environnement dans un fichier de commandes.

Arrête la localisation des changements de l'environnement dans un fichier de commandes.

Les changements effectués après ENDLOCAL ne sont pas localisés au fichier ; les valeurs précédentes ne sont
pas rétablies après que le fichier de commandes ait terminé son exécution.

ENDLOCAL

Si les extensions de commandes sont activées, ENDLOCAL est modifié comme suit :

Si le SETLOCAL correspondant active ou désactive les extensions de commandes en utilisant les


nouvelles options ENABLEEXTENSIONS ou DISABLEEXTENSIONS, alors après ENDLOCAL, l'état
activé/désactivé des extensions de commandes sera restauré à la valeur qu'il avait avant l'exécution de
la commande SETLOCAL correspondante.

EVENTCREATE (HELP et Microsoft)


Permet à un administrateur de créer un événement personnalisé dans un journal d'événements spécifié.

AIEB Page 138 26/01/2011


Syntaxe
eventcreate [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur [/p MotDePasse]] {[/l {APPLICATION|SYSTEM}]|[/so
NomSrc]} /t {ERROR|WARNING|INFORMATION|SUCCESSAUDIT|FAILUREAUDIT} /id IDÉvénement /d
Description

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/l {APPLICATION|SYSTEM}
Spécifie le nom du journal des événements où l'événement sera créé. Les noms de journaux valides
sont APPLICATION et SYSTEM.

/so NomSrc
Spécifie la source à utiliser pour l'événement. Une source valide peut être n'importe quelle chaîne et
doit représenter l'application ou le composant qui génère l'événement.

/t {ERROR|WARNING|INFORMATION|SUCCESSAUDIT|FAILUREAUDIT}
Spécifie le type d'événement à créer. Les types valides sont ERROR, WARNING, INFORMATION,
SUCCESSAUDIT et FAILUREAUDIT.

/id IDÉvénement
Spécifie l'ID d'événement de l'événement. Un ID valide peut être n'importe quel nombre entre 1 et
65535.

/d Description
Spécifie la description à utiliser pour l'événement nouvellement créé.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Les événements personnalisés ne peuvent pas être écrits dans le journal de sécurité.

Exemples
Les exemples suivants décrivent l'utilisation de la commande eventcreate :

eventcreate /t error /id 100 /l application /d "Créer un événement dans le journal d'application"

eventcreate /t information /id 1000 /so winmgmt /d "Créer un événement dans la source WinMgmt"

eventcreate /t error /id 2001 /so winword /l application /d "nouveau Winword src dans le journal
d'application"

eventcreate /s server /t error /id 100 /l application /d "Machine distante sans informations d'identification
d'utilisateur"

eventcreate /s server /u user /p password /id 100 /t error /l application /d "Machine distante avec
informations d'identification d'utilisateur"

AIEB Page 139 26/01/2011


eventcreate /s server1 /s server2 /u user /p password /id 100 /t error /so winmgmt /d "Création
d'événements sur plusieurs machine distantes"

eventcreate /s server /u user /id 100 /t warning /so winmgmt /d "Machine distante avec informations
d'identification d'utilisateur partielles"

EVENTCREATE [/S système [/U utilisateur [ /P mot_de_passe]]]] /ID id_événement [/L nom_du_journal]
[/SO nom_source] } /T type /D description

Description :

Cet outil de ligne de commande permet à un administrateur de créer un message et un identificateur


d'événement personnalisés dans un journal d'événement spécifié.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte de l'utilisateur dans lequel la commande doit


exécuter.

/P mot de passe Spécifie le mot de passe du contexte utilisateur donné. Le mot de passe
est demandé si ce commutateur est omis.

/L nom du journal Spécifie le journal d'événement dans lequel créer un événement.

/T type Spécifie le type d'événement à créer. Les types autorisés sont : ERROR,
WARNING, INFORMATION

/SO source Spécifie la source devant être utilisée pour


l'événement. Toute chaîne peut être une source valide et doit représenter
l'application ou le composant qui génère l'événement.

/ID identificateur Spécifie l'ID de l'événement. Un identificateur peut être un nombre


compris entre 1 et 1000.

/D description Spécifie la description devant être définie pour l'événement nouvellement


créé.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

EVENTCREATE /T ERROR /ID 100


/L APPLICATION /D "Création d'un événement dans le journal des applications"

EVENTCREATE /T ERROR /ID 999 /L APPLICATION


/SO WinWord /D "Nouvelle source Winword dans le journal des applications »

EVENTCREATE /S système /T ERROR /ID 100


/L APPLICATION /D "Ordinateur distant sans informations d'identification de
l'utilisateur"

EVENTCREATE /S système /U utilisateur /P mot_de_passe /ID 100 /T ERROR


/L APPLICATION /D "Ordinateur distant avec informations d'identification de l'utilisateur"

EVENTCREATE /S système /U domaine\utilisateur /ID 100 -t WARNING


/SO MyBatchFile.cmd /D "Échec de l'ouverture de session utilisateur du script de
maintenance"

AIEB Page 140 26/01/2011


EVENTTRIGGERS (HELP et Microsoft)
Affiche et configure les déclencheurs d'événements sur les machines locales ou distantes.

eventtriggers create
Crée un nouveau déclencheur d'événement qui surveille et agit sur l'occurrence des événements de journaux
de critères donnés.

Syntaxe
eventtriggers[.exe] /create [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur [/p MotDePasse]]] /tr NomDéclencheur [/l
[APPLICATION] [SYSTEM] [SECURITY] ["DNS Server"] [LOG] [NomJournalRépertoire] [*] ] {[/eid ID]|[/t
{ERROR|INFORMATION|WARNING|SUCCESSAUDIT|FAILUREAUDIT}]|[/so Source]} [/d Description] /tk
NomTâche [/ru {[Domaine\]Utilisateur | "System"} [/rp Mot de passe]]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/tr NomDéclencheur
Spécifie un nom à associer au déclencheur d'événement.

/l [APPLICATION] [SYSTEM] [SECURITY] ["Serveur DNS"] [LOG] [NomJournalRépertoire] [*] ]


Spécifie le ou les journaux d'événements à surveiller. Les différents types valides sont les suivants :
Application, Système, Sécurité, Serveur DNS, Journal et Journal de répertoire. Le caractère générique
(*) peut être utilisé et est la valeur par défaut.

/eid ID
Spécifie un ID d'événement spécifique que le déclencheur d'événement doit surveiller. N'importe quel
entier valide est une valeur valide. Ne peut être utilisé conjointement aux paramètres /type ou /so.

/t {ERROR|INFORMATION|WARNING|SUCCESSAUDIT|FAILUREAUDIT}
Spécifie un type d'événement que le déclencheur d'événement doit surveiller. Les valeurs suivantes
sont valides : ERROR, INFORMATION, WARNING, SUCCESSAUDIT et FAILUREAUDIT. Ne peut être
utilisé conjointement aux paramètres /id ou /so.

/so Source
Spécifie une source d'événement que le déclencheur d'événement doit surveiller. Toutes les chaînes
constituent des valeurs valides. Ne peut être utilisé conjointement aux paramètres /id ou /type.

/d Description
Spécifie une description détaillée du déclencheur d'événement. Toutes les chaînes constituent des
valeurs valides.

/tk NomTâche
Spécifie la tâche/commande/ligne à exécuter lorsque les conditions du déclencheur d'événement sont
remplies.

/ru {[Domaine\]Utilisateur | "System"}

AIEB Page 141 26/01/2011


Permet d'exécuter les tâches avec les autorisations du compte d'utilisateur spécifié. Par défaut, la tâche
est lancée avec les autorisations de l'utilisateur connecté à l'ordinateur sur lequel la commande
SchTasks est exécutée.

Valeur Description

[Domaine\]Utilisateur Permet de spécifier un compte d'utilisateur.


Spécifie le compte d'autorité NT ou système qui est utilisé par le système
"System" ou ""
d'exploitation.

/rp MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /ru. Si vous n'indiquez pas ce
paramètre lorsque vous spécifiez un compte d'utilisateur, SchTasks.exe affiche un message vous
demandant de saisir un mot de passe (les caractères saisis ne s'affichent pas à l'écran). Les tâches
exécutées avec les autorisations du compte d'autorité NT ou système ne requièrent pas la saisie d'un
mot de passe et SchTasks n'en demande pas.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants décrivent l'utilisation de la commande eventtriggers /create :

eventtriggers /create /tr "Disk Cleanup" /l system /t error /tk c:\windows\system32\cleanmgr.exe

eventtriggers /create /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /tr "Low Disk Space" /eid 4133 /t
warning /tk \\server\share\diskcleanup.cmd

eventtriggers /create /s srvmain /user maindom\hiropln /p p@ssW23 /tr "Disk Backup" /eid 4133 /l
system /t error /tk \\server\share\ntbackup.exe

eventtriggers delete
Supprime un déclencheur d'événement d'un système sur la base de son ID de déclencheur d'événement.

Syntaxe
eventtriggers[.exe] /delete [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur [/p MotDePasse]]] /tid {ID|*}

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/tid {ID|*}
Spécifie le ou les déclencheurs d'événements à supprimer par « ID de déclencheur d'événement ».
Vous pouvez utiliser le caractère générique (*).

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Exemples

AIEB Page 142 26/01/2011


Les exemples suivants décrivent l'utilisation de la commande eventtriggers/delete :

eventtriggers /delete /tid 1 /tid 2 /tid 4 /tid 6

eventtriggers /delete /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /tid *

eventtriggers /delete /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /tid 1

eventtriggers query
Interroge et affiche les propriétés et les paramètres des déclencheurs d'événements d'un système.

Syntaxe
eventtriggers[.exe] /query [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur [/p MotDePasse]]] [/fo {TABLE|LIST|CSV}]
[/nh] [/v]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur où est émise la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/fo {TABLE|LIST|CSV}
Spécifie le format à utiliser pour la sortie de la requête. Les valeurs valides sont TABLE, LIST et CSV.
Le format de sortie par défaut est TABLE.

/nh
Supprime l'en-tête de colonne dans la sortie. Valide lorsque le paramètre /fo est TABLE ou CSV.

/v
Spécifie l'affichage d'informations détaillées dans la sortie.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Exemples
Les exemples suivants décrivent l'utilisation de la commande eventtriggers/query :

eventtriggers /query

eventtriggers /query /s srvmain

eventtriggers /query /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /fo list

AIEB Page 143 26/01/2011


Remarques
• Spécifié sans opération, eventtriggers renvoie une liste de déclencheurs d'événements. Pour afficher
une liste de déclencheurs d'événements, tapez :

eventtriggers
Une sortie similaire à ce qui suit apparaît :

Trigger ID Event Trigger Name Task

========== ==========================
==============================================

1 Disk Cleanup c:\windows\system32\cleanmgr.exe

• En cas d'échec d'exécution d'un événement, eventtriggers crée un fichier journal appelé
TriggerConsumer.log dans le répertoire \windows\system32\wbem\logs qui contient un message
indiquant que l'événement ne s'est pas déclenché.

Description :

Cet outil de ligne de commande permet à un administrateur d'afficher et Configurer les "déclencheurs
d'événements" sur des ordinateurs locaux ou distants.

Liste de paramètres :

/Create Crée un nouveau déclencheur d'événements qui analysera et agira sur les occurrences
des événements du journal NT d'un critère donné.

/Delete Supprime un déclencheur d'événements par l'ID du déclencheur.

/query Demande et affiche les propriétés et les paramètres du déclencheur d'événements.

/? Affiche cet écran d'aide.

Exemples :

EVENTTRIGGERS /Create /?
EVENTTRIGGERS /Delete /?
EVENTTRIGGERS /Query /?

AIEB Page 144 26/01/2011


Evntcmd (Microsoft)
Configure la traduction des événements en interruptions, en destinations d'interruptions, ou les deux, en
fonction des informations contenues dans un fichier de configuration.

Syntaxe
evntcmd [/s NomOrdinateur] [/v NiveauDétail] [/n] NomFichier

Paramètres
/s NomOrdinateur
Spécifie, par nom, l'ordinateur sur lequel vous voulez configurer la traduction des événements en
interruptions, en destinations d'interruptions, ou les deux. Si vous ne spécifiez pas d'ordinateur, la
configuration se produit sur l'ordinateur local.

/v NiveauDétail
Spécifie quels types de messages d'état apparaissent lorsque les interruptions et les destinations
d'interruptions sont configurées. C

e paramètre doit être un entier compris entre 0 et 10. Si vous spécifiez 10, tous les types de messages
apparaissent, y compris les messages de traçage et les avertissements relatifs à la réussite ou non de
la configuration des interruptions.

Si vous spécifiez 0, aucun message n'apparaît.

/n
Spécifie que le service SNMP ne doit pas être redémarré si cet ordinateur reçoit des modifications de
configuration des interruptions.

NomFichier
Spécifie, par nom, le fichier de configuration qui contient les informations à propos de la traduction des
événements en interruptions et en destinations des interruptions que vous voulez configurer.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Si vous voulez configurer les interruptions, mais pas les destinations d'interruptions, vous pouvez créer
un fichier de configuration valide à l'aide de l'utilitaire graphique Convertisseur d’événement en
interruption.

Si le service SNMP est installé, vous pouvez démarrer le Convertisseur d’événement en interruption en
tapant evntwin dans une invite de commande.

Lorsque vous avez défini les interruptions voulues, cliquez sur Exporter pour créer un fichier approprié
pour evntcmd. Vous pouvez utiliser le Convertisseur d’événement en interruption pour créer facilement
un fichier de configuration que vous pourrez utiliser avec evntcmd à l'invite de commande pour
configurer rapidement des interruptions sur plusieurs ordinateurs.

• La syntaxe de configuration d'une interruption est la suivante :

#pragma ADD FichierJournalÉvénements SourceÉvénement IDÉvénement [Compte [Période]]


o Le texte #pragma doit figurer au début de chaque entrée du fichier.

o Le paramètre ADD spécifie que vous voulez ajouter une configuration d'événement en
interruption.

AIEB Page 145 26/01/2011


o Les paramètres FichierJournalÉvénements, SourceÉvénement et IDÉvénement sont requis. Le
paramètre FichierJournalÉvénements spécifie le fichier dans lequel l'événement est enregistré.
Le paramètre SourceÉvénement spécifie l'application qui génère l'événement.

Le paramètre IDÉvénement spécifie le numéro unique qui identifie chaque événement.

Pour trouver les valeurs qui correspondent aux événements spécifiques, démarrez le
Convertisseur d’événement en interruption en tapant evntwin à une invite de commande.

Cliquez sur Personnalisé, puis sur Modifier. Sous Sources d'événements, parcourez les
dossiers jusqu'à ce que vous localisiez l'événement que vous voulez configurer, cliquez dessus,
puis cliquez sur Ajouter.

Les informations sur la source de l'événement, le fichier journal des événements et


l'identificateur d'événement apparaissent respectivement sous Source, Journal et ID
spécifique de l'interruption.

o Le paramètre Compte est facultatif, et il spécifie combien de fois l'événement doit se produire
avant l'envoi d'un message d'interruption. Si vous n'utilisez pas le paramètre Compte, le
message d'interruption est envoyé à la première manifestation de l'événement.

o Le paramètre Période est facultatif, mais il exige l'utilisation du paramètre Compte.

Le paramètre Période spécifie une durée (en secondes) au cours de laquelle l'événement doit
se produire le nombre de fois spécifié par le paramètre Compte avant l'envoi d'un message
d'interruption.

Si vous n'utilisez pas le paramètre Période, un message d'interruption est envoyé lorsque
l'événement s'est produit le nombre de fois spécifié par le paramètre Compte, quelle que soit la
durée sépara nt deux occurrences.

• La syntaxe de suppression d'une interruption est la suivante :

#pragma DELETE FichierJournalÉvénements SourceÉvénement IDÉvénement


o Le texte #pragma doit figurer au début de chaque entrée du fichier.

o Le paramètre DELETE spécifie que vous voulez supprimer une configuration d'événement en
interruption.

o Les paramètres FichierJournalÉvénements, SourceÉvénement et IDÉvénement sont requis. Le


paramètre FichierJournalÉvénements spécifie le journal dans lequel l'événement est enregistré.
Le paramètre SourceÉvénement spécifie l'application qui génère l'événement. Le paramètre
IDÉvénement spécifie le numéro unique qui identifie chaque événement.

• La syntaxe de configuration d'une destination d'interruption est la suivante :

#pragma ADD_TRAP_DEST NomCommunauté IDHôte


o Le texte #pragma doit figurer au début de chaque entrée du fichier.

o Le paramètre ADD_TRAP_DEST spécifie que vous voulez que des messages d'interruption
soient envoyés à un hôte spécifique au sein d'une communauté.

o Le paramètre NomCommunauté spécifie, par nom, la communauté dans laquelle les


messages d'interruption sont envoyés.

o Le paramètre IDHôte spécifie, par nom ou adresse IP, l'hôte auquel vous voulez que des
messages d'interruption soient envoyés.

• La syntaxe de suppression d'une destination d'interruption est la suivante :

#pragma DELETE_TRAP_DEST NomCommunauté IDHôte

AIEB Page 146 26/01/2011


o Le texte #pragma doit figurer au début de chaque entrée du fichier.

o Le paramètre DELETE_TRAP_DEST spécifie que vous ne voulez pas que des messages
d'interruption soient envoyés à un hôte spécifique au sein d'une communauté.

o Le paramètre NomCommunauté spécifie, par nom, la communauté dans laquelle les messages
d'interruption sont envoyés.

o Le paramètre IDHôte spécifie, par nom ou adresse IP, l'hôte auquel vous ne voulez pas que
des messages d'interruption soient envoyés.

Exemples
Les exemples suivants illustrent les entrées dans le fichier de configuration pour la commande evntcmd. Elles
ne sont pas destinées à être tapées à une invite de commande.

Pour envoyer un message d'interruption si le service Journal des événements est redémarré, tapez :

#pragma ADD System "Eventlog" 2147489653

Pour envoyer un message d'interruption si le service Journal des événements est redémarré deux fois en trois
minutes, tapez :

#pragma ADD System "Eventlog" 2147489653 2 180

Pour cesser d'envoyer un message d'interruption dès que le service Journal des événements est redémarré,
tapez :

#pragma DELETE System "Eventlog" 2147489653

Pour envoyer des messages d'interruption dans la communauté nommée Public vers l'hôte dont l'adresse IP est
192.168.100.100, tapez :

#pragma ADD_TRAP_DEST public 192.168.100.100

Pour envoyer des messages d'interruption dans la communauté nommée Private vers l'hôte nommé Host1,
tapez :

#pragma ADD_TRAP_DEST private Host1

Pour cesser d'envoyer des messages d'interruption dans la communauté Private à l'ordinateur sur lequel vous
configurez les destinations d'interruptions, tapez :

#pragma DELETE_TRAP_DEST private localhost

AIEB Page 147 26/01/2011


EXIT (HELP et Microsoft)
Quitte le script de commandes ou le programme Cmd.exe (c'est-à-dire l'interpréteur de commande) en cours et
retourne au programme qui a démarré Cmd.exe ou au Gestionnaire de programmes.

Syntaxe
exit [/b] [CodeSortie]

Paramètres
/b
Quitte le script de commandes en cours.

CodeSortie
Spécifie une valeur numérique.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Si vous utilisez /b en dehors d'un script de commande, vous quittez Cmd.exe.

• Si vous utilisez /b, Cmd.exe définit ERRORLEVEL comme étant le CodeSortie spécifié. Si vous quittez
Cmd.exe, Cmd.exe définit le code de sortie du processus à l'aide du CodeSortie spécifié.

Quitte le programme CMD.EXE (interpréteur de commandes) ou les script batch


en cours.

EXIT [/B] [CodeSortie]

/B Spécifie la sortie du fichier script en cours au lieu de CMD.EXE. Si exécutée à l'extérieur


d'un fichier batch, cette option terminera CMD.EXE

CodeSortie Spécifie un nombre. Si /B est utilisé, le paramètre ERRORLEVEL est fixé à ce nombre.
Lors de la sortie de CMD.EXE, ce nombre correspond au code de sortie du processus.

AIEB Page 148 26/01/2011


EXPAND (HELP et Microsoft)
Décompresse un ou plusieurs fichiers compressés. Cette commande est utilisée pour récupérer des fichiers
compressés de disquettes de distribution.

Syntaxe
expand [-r] Source [Destination]

expand -d source.cab [-f:fichiers]

expand source.cab -f:fichiers Destination

Paramètres
-r
Renomme les fichiers décompressés.

-d
Affiche la liste des fichiers à l'emplacement source. Ce paramètre ne décompresse pas ou n'extrait pas
les fichiers.

-f:fichiers
Spécifie les fichiers d'un fichier cabinet (.cab) à décompresser. Vous pouvez utiliser des caractères
génériques (* et ?).

Source
Spécifie les fichiers à décompresser. Source peut se composer d'une lettre de lecteur et du signe deux-
points, d'un nom de répertoire, d'un nom de fichier ou d'une combinaison de ces éléments. Vous
pouvez utiliser des caractères génériques (* et ?).

Destination
Spécifie l'emplacement où les fichiers doivent être décompressés. Si Source correspond à plusieurs
fichiers et si -r n'est pas spécifié, la Destination doit être un répertoire. Destination peut se composer
d'une lettre de lecteur et d'un deux-points, d'un nom de répertoire, d'un nom de fichier ou d'une
combinaison de ces éléments.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation expand dans la console de récupération

La commande expand, avec d'autres paramètres, est disponible à partir de la console de récupération.

Décompresse un ou plusieurs fichiers compressés.

expand source [/F:fichier] [destination] [/y]

expand source [/F:fichier] /D

où source spécifie le nom du fichier à décompresser. Ne peut pas contenir de caractères génériques. où
destination spécifie le répertoire du nouveau fichier. Si la destination n'est pas spécifiée, le dossier en cours est
utilisé par défaut.

/Y Ne pas demander de confirmation avant de remplacer un fichier existant.

/F:fichier Si la source contient plus d'un fichier, ce paramètre est nécessaire pour identifier les fichiers
spécifiques à décompresser.

AIEB Page 149 26/01/2011


Peut contenir des caractères génériques.

/D Ne pas décompresser ; afficher uniquement la liste des fichiers contenus dans la source.

La destination peut être tout sous-répertoire d'un répertoire système de l'installation actuelle de WindowsXP, la
racine de tout lecteur, les sources locales de l'installation ou le répertoire cmdcons.

La destination ne peut pas être un support amovible.

Le fichier de destination ne peut pas être en lecture seule. Utilisez la commande ATTRIB pour désactiver
l'attribut Lecture seule.

EXPAND demande confirmation avant de remplacer un fichier existant sauf si vous utilisez /Y

EXPAND [-r] Source Destination

EXPAND -r Source [Destination]

EXPAND -D Source.cab [-F:Fichiers]

EXPAND Source.cab -F:Fichiers Destination

-r Renomme les fichiers décompressés.

-D Affiche la liste des fichiers de la source.

Source Spécification du fichier source. Des caractères génériques peuvent être utilisés.

-F:Fichiers Nom des fichiers à décompresser dans un .CAB.

Destination Fichier_destination | Spécification_du_chemin. Destination peut être un répertoire.

Si Source représente plusieurs fichiers et si -r n'est pas spécifié, Destination doit être un répertoire.

AIEB Page 150 26/01/2011


FC (HELP et Microsoft)
Compare deux fichiers et affiche leurs différences.

Syntaxe
fc [/a] [/b] [/c] [/l] [/lbn] [/n] [/t] [/u] [/w] [/nnnn] [lecteur1:][chemin1]nom_fichier1 [lecteur2:]
[chemin2]nom_fichier2

Paramètres
/a
Abrège le résultat d'une comparaison ASCII. Au lieu d'afficher toutes les lignes différentes, fc n'affiche
que la première et la dernière ligne de chaque jeu de différences.

/b
Compare les fichiers en mode binaire. Fc compare les deux fichiers octet par octet et ne tente pas de
resynchroniser le fichier après la découverte d'une discordance. C'est le mode de comparaison par
défaut des fichiers qui possèdent les extensions de fichier suivantes : .exe, .com, .sys, .obj, .lib ou .bin.

/c
Ne distingue pas la casse.

/l
Compare les fichiers en mode ASCII. Fc compare les deux fichiers ligne par ligne et tente de
resynchroniser les fichiers après la découverte d'une discordance. C'est le mode de comparaison par
défaut des fichiers, à l'exception de ceux qui possèdent les extensions de fichier suivantes : .exe,
.com, .sys, .obj, .lib ou .bin.

/lbn
Spécifie le nombre n de lignes de la zone tampon de lignes interne. Le nombre de lignes par défaut de
cette zone s'élève à 100. Si le nombre de lignes consécutives différentes des fichiers que vous
comparez est supérieur à ce nombre, fc annule la comparaison.

/n
Affiche les numéros des lignes au cours d'une comparaison ASCII.

/t
Empêche fc de convertir les tabulations en espaces. Le comportement par défaut consiste à traiter les
tabulations comme s'il s'agissait d'espaces, avec des taquets tous les huit caractères.

/u
Compare les fichiers comme s'il s'agissait de fichiers texte Unicode.

/w
Compresse les espaces blancs (c'est-à-dire, les tabulations et les espaces) au cours de la
comparaison. Si une ligne contient un grand nombre de tabulations ou d'espaces consécutifs, /w traite
ces caractères comme un seul espace. Utilisée avec l'option de ligne de commande /w, fc ne tient pas
compte (et n'effectue pas de comparaison) des espaces blancs au début et à la fin d'une ligne.

/nnnn
Indique le nombre de lignes consécutives qui doivent correspondre l'une à l'autre pour que fc considère
que les fichiers doivent être resynchronisés. Si le nombre de lignes correspondantes des fichiers est
inférieur à nnnn, fc affiche ces lignes en tant que différences. La valeur par défaut est 2.

[lecteur1:][chemin1]nom_fichier1
Indique l'emplacement et le nom du premier fichier à comparer. NomFichier1 est requis.

[lecteur2:][chemin2]nom_fichier2
Indique l'emplacement et le nom du second fichier à comparer. NomFichier2 est requis.

/?

AIEB Page 151 26/01/2011


Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Signalement des différences entre les fichiers lors d'une comparaison ASCII

Lorsque vous utilisez fc pour une comparaison ASCII, fc affiche les différences entre deux fichiers dans l'ordre
suivant :
o Nom du premier fichier

o Lignes de nomfichier1 qui diffèrent entre les fichiers

o Première ligne identiques dans les deux fichiers

o Nom du deuxième fichier

o Lignes de nomfichier2 qui diffèrent

o Première ligne identique

• Emploi de /b pour les comparaisons binaires

/b affiche les différences trouvées au cours d'une comparaison binaire comme suit :
xxxxxxxx: yy zz
La valeur de xxxxxxxx représente l'adresse hexadécimale relative de la paire d'octets, telle qu'elle est mesurée
à partir du début du fichier. Les adresses partent de 00000000. Les valeurs hexadécimales de yy et zz
représentent respectivement les octets qui ne correspondent pas de nom_fichier1 et nom_fichier2.
• Emploi des caractères génériques

Vous pouvez utiliser des caractères génériques (c'est-à-dire, * et ?) dans nomfichier1 et nomfichier2.

Si vous utilisez un caractère générique dans nomfichier1, fc compare tous les fichiers spécifiés au fichier
désigné par NomFichier.

Si vous incluez un caractère générique dans nom_fichier2, fc utilise la valeur correspondante dans
nom_fichier1.
• Utilisation de la mémoire

Pour comparer des fichiers ASCII, fc utilise une zone tampon interne (assez grande pour contenir 100 lignes)
comme espace de stockage.

Si les fichiers sont plus grands que cette zone, fc compare ce qu'il peut charger dans la zone tampon. Si
aucune correspondance n'est trouvée dans les portions chargées des fichiers, fc s'arrête et affiche le message
suivant :
Échec de resynchronisation. Les fichiers sont trop différents.

Lors de la comparaison de fichiers binaires plus grands que la mémoire disponible, fc compare complètement
les deux fichiers, en superposant sur les portions en mémoire les portions suivantes du disque.

Les données de sortie sont identiques à celles obtenues dans le cas de fichiers qui tiennent entièrement dans la
mémoire.

Exemples
Pour effectuer une comparaison ASCII de deux fichiers de texte nommés Mensuel.rpt et Ventes.rpt et afficher
les résultats en format abrégé, tapez :

fc /a mensuel.rpt ventes.rpt

AIEB Page 152 26/01/2011


Pour effectuer une comparaison binaire de deux fichiers de commandes nommés Profits.bat et Benefice.bat,
tapez :

fc /b profits.bat benefice.bat

Des résultats semblables aux suivants apparaîtront :


00000002: 72 43
00000004: 65 3A
0000000E: 56 92
00000012: 6D 5C
00000013: 0D 7C
00000014: 0D 0A
00000015: 0A 0D
0000001E: 43 7A
0000001F: 09 0A
00000022: 72 44
...
...
...
000005E0: 00 61
000005E1: 00 73
000005E2: 00 73
000005E3: 00 69
000005E4: 00 67
000005E5: 00 6E
000005E6: 00 6D
000005E7: 00 65
000005E8: 00 6E
FC: Benefice.bat plus long que Profits.bat

Si les fichiers Profits.bat et Benefice.bat sont identiques, fc affiche le message suivant :


FC: aucune différence détectée

Pour comparer chaque fichier .bat du répertoire en cours au fichier Nouv.bat, tapez :

fc *.bat nouv.bat

Pour comparer le fichier Nouv.bat du lecteur C au fichier Nouv.bat du lecteur D, tapez :

fc c:nouv.bat d:*.bat

Pour comparer chaque fichier de commandes du répertoire racine du lecteur C au fichier du même nom du
répertoire racine du lecteur D, tapez :

fc c:*.bat d:*.bat

Compare deux fichiers ou groupes de fichiers, et affiche les différences entre eux.

FC [/A] [/C] [/L] [/LBn] [/N][/OFF[LINE]][/T] [/U] [/W] [/nnnn] [lect1:] [chemin1]fichier1[lect2:]
[chemin2]fichier2

FC /B [lect1:][chemin1]fichier1 [lect2:][chemin2]fichier2

/A Affiche la 1ère et dernière ligne de chaque ensemble de différences

/B Effectue une comparaison binaire.

/C Ignore la casse.

/L Compare les fichiers en tant que texte ASCII.

AIEB Page 153 26/01/2011


/LBn Définit le nombre maximal de différences consécutives comme égal au nombre de lignes
spécifié.

/N Affiche les numéros de ligne pour une comparaison ASCII.

/OFF[LINE] Ne pas ignorer les fichiers dont l'attribut hors connexion a été réglé.

/T Ne convertit pas les tabulations en espaces.

/U Compare les fichiers en tant que fichiers texte UNICODE.

/W Comprime les blancs (tabulations et espaces) pour la comparaison.

/nnnn Spécifie le nombre de lignes consécutives qui doivent correspondre après une
différence.

[lect1:][chemin1]fichier1 Spécifie le premier fichier ou ensemble de fichiers à comparer.

[lect2:][chemin2]fichier2 Spécifie le second fichier ou ensemble de fichiers à comparer.

AIEB Page 154 26/01/2011


FILTRES (Utilisation de)
Utilisé conjointement avec le caractère de redirection de commande (|), un filtre de commande est une
commande à l'intérieur d'une commande qui lit l'entrée d'une commande, transforme l'entrée et écrit la sortie.

Les commandes filtre vous permettent de trier, d'afficher et de sélectionner les données de sortie d'une
commande.

Les commandes filtre assurent la division, la réorganisation ou l'extraction d'une partie des informations qui les
traversent. Le tableau suivant répertorie les commandes filtre disponibles dans Windows XP.

Commande Description
Affiche le contenu d'un fichier ou la sortie d'une commande dans une fenêtre d'invite de commande
more
à la fois.
find Recherche dans les fichiers et les sorties de commande les caractères que vous spécifiez.
sort Trie par ordre alphabétique les fichiers et les sorties de commandes.

Pour envoyer des données d'entrée à une commande filtre à partir d'un fichier, utilisez le signe <. Si vous
voulez que la commande filtre reçoive ses données d'entrée à partir d'une autre commande, utilisez le signe |.

Utilisation de la commande more


La commande more affiche le contenu d'un fichier ou la sortie d'une commande dans une fenêtre d'invite de
commande à la fois. Par exemple, pour afficher le contenu d'un fichier appelé List.txt dans une fenêtre d'invite
de commande à la fois, tapez :

more < list.txt


Une fenêtre d'invite de commande apparaît, suivie de l'invite -- More -- qui s'affiche au bas de la fenêtre. Pour
faire apparaître la fenêtre d'invite de commande suivants, appuyez sur n'importe quelle touche du clavier, à
l'exception de la touche PAUSE. Pour arrêter la commande sans examiner la suite des informations, appuyez
sur CTRL+C.

Vous pouvez utiliser la commande more lorsque vous travaillez à l'aide d'une commande qui génère plusieurs
fenêtres d'invite de commande de sortie.

Supposons que vous vouliez examiner l'arborescence des répertoires de votre disque dur, par exemple.

Si vous avez plus de répertoires que Windows ne peut en afficher dans la fenêtre d'invite de commande, vous
pouvez utiliser la commande tree avec un signe | et une commande more, comme suit :

tree c:\ | more


La première fenêtre d'invite de commande de sortie de la commande tree apparaît, suivie de l'invite -- More --.

La sortie s'interrompt jusqu'à ce que vous appuyiez sur une touche quelconque du clavier, à l'exception de
PAUSE.

Utilisation de la commande find


La commande find recherche dans les fichiers la chaîne ou le texte que vous spécifiez.

Cmd.exe affiche toutes les lignes qui correspondent à la chaîne ou au texte que vous spécifiez dans la fenêtre
d'invite de commande.

Vous pouvez utiliser la commande find en tant que commande filtre ou que commande Windows XP standard.
Pour plus d'informations sur l'utilisation de find en tant que commande standard, consultez Gérer les
utilisateurs et les ordinateurs.
Pour utiliser find en tant que commande filtre, vous devez inclure un signe < (inférieur à) et la chaîne ou le texte
que vous recherchez. Par défaut, les recherches de find respectent la casse. La commande ci-dessous, par
exemple, recherche toutes les occurrences de la chaîne “ Côte du Pacifique ” dans le fichier Commerce.txt :

AIEB Page 155 26/01/2011


find "Côte du Pacifique" < commerce.txt

La sortie ne comprend aucune occurrence de "côte du pacifique". Elle comprend uniquement les occurrences
de l'expression "Côte du Pacifique" en majuscules uniquement.

Pour enregistrer la sortie de la commande find au lieu de l'afficher dans la fenêtre d'invite de commande,
utilisez un signe supérieur à (>) et spécifiez le nom du fichier où vous voulez stocker la sortie.

La commande suivante, par exemple, recherche les occurrences de la chaîne “Côte du Pacifique” dans le
fichier Commerce.txt et les enregistre dans le fichier Nouvcommerce.txt :

find "Côte du Pacifique" < commerce.txt > nouvcommerce.txt

Utilisation de la commande sort


La commande sort trie par ordre alphabétique les lignes d'un fichier texte ou les données de sortie d'une
commande. Par exemple, la commande suivante trie le contenu d'un fichier nommé List.txt et affiche les
résultats dans la fenêtre d'invite de commande :

sort < list.txt

Dans cet exemple, la commande sort trie les lignes du fichier List.txt par ordre alphabétique et affiche le
résultat de l'opération sans modifier le fichier.

Pour enregistrer la sortie de la commande sort au lieu de l'afficher, tapez un signe supérieur à (>) et un nom de
fichier.

Par exemple, pour classer dans l'ordre alphabétique les lignes du fichier List.txt et enregistrer le résultat dans le
fichier Listalph.txt, tapez la commande suivante :

sort < list.txt > listalph.txt

Pour trier la sortie d'une commande, tapez la commande, le signe |, puis tapez sort (c'est-à-dire, commande |
sort). Par exemple, la commande suivante trie les lignes qui comprennent la chaîne "Jeanson" (c'est-à-dire, la
sortie de la commande find) par ordre alphabétique :

find "Jeanson" listdiff.txt | sort

AIEB Page 156 26/01/2011


FIND (HELP et Microsoft)
Cherche une chaîne de texte déterminée dans un ou plusieurs fichiers. Après avoir cherché la chaîne dans le(s)
fichier(s) spécifié(s), find affiche toutes les lignes de texte qui contiennent la chaîne spécifiée.

Syntaxe
find [/v] [/c] [/n] [/i] "chaîne" [[Lecteur:][Chemin]NomFichier[...]]

Paramètres
/v
Affiche toutes les lignes qui ne contiennent pas la chaîne spécifiée.

/c
Compte les lignes qui contiennent la chaîne spécifiée et affiche le total.

/n
Fait précéder chaque ligne du fichier par son numéro.

/i
Spécifie que la recherche ignore la casse.

"chaîne"
Important. Représente le groupe de caractères que vous voulez rechercher. Vous devez mettre chaîne
entre guillemets (c'est-à-dire, "chaîne").

[Lecteur:][Chemin] NomDeFichier
Indique l'emplacement et le nom du fichier où la chaîne spécifiée doit être recherchée.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Spécification d'une chaîne

Si vous n'utilisez pas /i, find recherche précisément les données spécifiées pour chaîne. Par exemple, la
commande find traite différemment les caractères a et A. Toutefois, si vous utilisez /i, la commande find ignore
la casse et traite a et A de la même manière.

Si la chaîne à rechercher contient des guillemets (" "), utilisez deux paires de guillemets pour chaque paire
contenue dans la chaîne (c'est-à-dire, "ChaîneContenant""Guillemets").
• Emploi de find comme filtre

Si vous omettez le nom de fichier, find se comporte comme un filtre, en prenant les données d'entrée de la
source standard (généralement le clavier, un signe | ou un fichier redirigé) et en affichant toutes les lignes
contenant la chaîne.
• Ordre dans la syntaxe de la commande

Vous pouvez taper les paramètres et les options de ligne de commande de la commande find dans n'importe
quel ordre.
• Emploi des caractères génériques

Il n'est pas possible d'utiliser les caractères génériques (c'est-à-dire, * et ?) dans les noms de fichier ou les
extensions que vous spécifiez avec la commande find. Pour rechercher une chaîne dans un jeu de fichiers que
vous spécifiez à l'aide de caractères génériques, vous pouvez utiliser la commande find dans une commande
for.

AIEB Page 157 26/01/2011


• Utilisation de /v ou /n avec /c

Si vous utilisez /c et /v dans la même ligne de commande, find affiche le nombre de lignes ne contenant pas la
chaîne recherchée. Si vous spécifiez /c et /n dans la même ligne de commande, find ignore /n.
• Utilisation de find avec des retours chariot

La commande find ne reconnaît pas les retours chariot. Lorsque vous l'utilisez pour chercher un texte dans un
fichier qui inclut des retours chariot, limitez la chaîne de recherche à un texte qui apparaît normalement entre
ces retours (c'est-à-dire qui a peu de chances d'être interrompu par un tel retour).

Par exemple, si vous cherchez la chaîne " dossier fiscal ", find ne la trouve que lorsqu'un retour chariot
n'intervient pas entre le mot " dossier " et le mot " fiscal ".

Exemples
Pour afficher toutes les lignes du fichier Crayon.pub qui contiennent la chaîne « Taille-crayon », tapez :

find "Taille-crayon" crayon.pub

Pour trouver une chaîne qui contient du texte entre guillemets, vous devez d'abord mettre toute la chaîne entre
guillemets. Deuxièmement, vous devez utiliser deux guillemets pour chaque guillemet contenu dans la chaîne.
Pour trouver "Les chercheurs ont écrit dans leur rapport la mention "version préliminaire." Il ne s'agit pas de la
version définitive du rapport." dans Rapport.doc, tapez :

find "Les chercheurs ont écrit dans leur rapport la mention ""version préliminaire." Il ne s'agit pas de la
version définitive du rapport." rapport.doc

Pour chercher un jeu de fichiers, utilisez la commande find avec la commande for. Pour rechercher dans le
répertoire courant les fichiers qui possèdent l'extension .bat et qui contiennent la chaîne "INVITE", tapez :

for %f in (*.bat) do find "INVITE" %f

Pour rechercher dans votre disque dur et afficher les noms de fichier du lecteur C qui contiennent la chaîne
"UC", utilisez le signe | pour diriger les résultats d'une commande dir vers find, comme suit :

dir c:\ /s /b | find "UC"

Comme find distingue les majuscules des minuscules lors de la recherche et que dir produit des données de
sortie en majuscules, tapez la chaîne “UC” en majuscules ou utilisez l'option de ligne de commande /i avec
find.

Cherche une chaîne de caractères dans un ou plusieurs fichiers.

FIND [/V] [/C] [/N] [/I][/OFF[LINE]] "chaîne" [[lecteur:][chemin]nom_de_fichier[ ]]

/V Affiche toutes les lignes ne contenant pas la chaîne spécifiée.

/C Affiche seulement le nombre de lignes contenant la chaîne.

/N Affiche les numéros de ligne avec les lignes affichées.

/I Ignore la casse lors de la recherche de la chaîne.


/OFF[LINE] Ne pas ignorer les fichiers dont l'attribut hors connexion a été réglé.

"chaîne" Spécifie la chaîne de texte à trouver.

[lecteur:][chemin]nom_de_fichier Spécifie un ou des fichiers pour la recherche.

Sans nom de chemin, FIND recherche le texte entré à l'invite ou redirigé depuis une autre commande.

AIEB Page 158 26/01/2011


FINDSTR (HELP et Microsoft)
Recherche de structures de texte dans des fichiers à l'aide d'expressions régulières.

Syntaxe
findstr [/b] [/e] [/l] [/r] [/s] [/i] [/x] [/v] [/n] [/m] [/o] [/p] [/offline] [/g:fichier] [/f:fichier] [/c:chaîne] [/d:dirlist]
[/a:AttributCouleur] [chaînes] [[Lecteur:][Chemin] NomFichier [...]]

Paramètres
/b
Ne reconnaît un modèle qu'au début d'une ligne.

/e
Ne reconnaît un modèle qu'à la fin d'une ligne.

/l
Utilise les chaînes de recherche littéralement.

/r
Utilise les chaînes de recherche comme expressions régulières. Findstr interprète tous les
métacaractères comme des expressions régulières sauf si vous utilisez /l.

/s
Recherche les fichiers concordants dans le répertoire en cours ainsi que dans tous ses sous-
répertoires.

/i
Imprime les lignes qui correspondent exactement.

/x
Imprime les lignes qui correspondent exactement.

/v
Imprime uniquement les lignes qui ne contiennent pas de correspondance.

/n
Imprime le numéro de ligne devant chaque ligne qui correspond.

/m
Imprime uniquement le nom de fichier si un fichier contient une correspondance.

/o
Imprime le décalage devant chaque ligne correspondante.

/p
Omet les fichiers contenant des caractères non imprimables.

/offline
Traite les fichiers avec l'attribut hors-connexion défini.

/f:fichier
Lit la liste des fichiers à partir du fichier spécifié.

/c:chaîne
Utilise le texte spécifié comme chaîne de recherche littérale.

/g:fichier
Obtient les chaînes de recherche à partir du fichier spécifié.

AIEB Page 159 26/01/2011


/d:liste_répertoire
Effectue la recherche dans une liste de répertoires séparés par des virgules.

/a:AttributCouleur
Spécifie des attributs de couleur avec deux chiffres hexadécimaux.

chaînes
Texte spécifié à rechercher dans NomFichier.

[Lecteur:][Chemin] NomDeFichier [...]


Spécifie le fichier ou les fichiers dans lesquels sera effectuée la recherche.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation d'expression régulières avec findstr
Findstr est capable de trouver le texte exact recherché dans n'importe quel(s) fichier(s) ASCII.

Il arrive cependant que vous ne disposiez que d'une partie de l'information recherchée ou que vous vouliez
trouver une plus grande plage d'informations.

Dans ces cas, findstr dispose d'une fonctionnalité puissante lui permettant de chercher des modèles de texte
au moyen d'expressions régulières.
On appelle expression régulière la notation utilisée pour définir des modèles de texte, par opposition aux
chaînes exactes de caractères.
La notation utilise des caractères littéraux et des méta-caractères. Chaque caractère qui n'a pas de signification
particulière dans la syntaxe de l'expression régulière est un caractère littéral qui correspond à une occurrence
quelconque de ce caractère.

Les lettres et les nombres sont ainsi des caractères littéraux. Un méta-caractère est un symbole doté d'un sens
particulier (opérateur ou séparateur) dans la syntaxe de l'expression régulière.

Le tableau suivant répertorie les métacaractères acceptés par findstr.

Caractère Valeur
. Caractère générique : n'importe quel caractère
* Répétition : zéro occurrence ou plus du caractère précédent ou de la classe
^ Position sur la ligne : début de la ligne
$ Position sur la ligne : fin de la ligne
[classe] Classe de caractère : n'importe quel caractère du jeu
[^classe] Classe inverse : n'importe quel caractère ne figurant pas dans le jeu
[x-y] Plage : n'importe quels caractères de la plage spécifiée
\x Échappement : utilisation littérale du méta-caractère x
\<xyz Position dans le mot : début du mot
xyz\> Position dans le mot : fin du mot

Les caractères spéciaux de la syntaxe de l'expression régulière sont le plus performants lorsque vous les
utilisez ensemble. Par exemple, la combinaison suivante du caractère générique (.) et du caractère de répétition
(*) correspondent à n'importe quelle chaîne de caractères :

.*
Utilisez l'expression suivante en tant que partie d'une expression plus grande qui correspond à une chaîne qui
commence par « b » et se termine par « ing » :

b.*ent

AIEB Page 160 26/01/2011


Exemples
Utilisez des espaces pour séparer plusieurs chaînes de rechercher sauf si l'argument est précédé de /c. Pour
rechercher « bonne » ou « nuit » dans le fichier x.y, tapez :

findstr "bonne nuit" x.y


Pour rechercher « bonne nuit » dans le fichier x.y, tapez :

findstr /c:"bonne nuit" x.y'


Pour trouver toutes les occurrences du mot Windows (avec la majuscule W) dans le fichier Devis.txt, tapez :

findstr Windows devis.txt


Pour chercher le mot Windows, sans distinguer la casse, dans tous les fichiers du répertoire en cours et de tous
les sous-répertoires, tapez :

findstr /s /i Windows *.*


Pour trouver toutes les occurrences des lignes contenant le mot STOP, précédé par un nombre quelconque
d'espaces (comme dans une boucle de programme informatique, par exemple) et pour inclure le numéro de
ligne où se trouve chaque occurrence trouvée, tapez :

findstr /b /n /c:" *STOP" *.bas


Si vous souhaitez chercher différents éléments dans le même jeu de fichiers, créez un fichier texte contenant
chaque critère de recherche sur une nouvelle ligne.

Vous pouvez également indiquer les fichiers exacts que vous souhaitez rechercher dans un fichier texte.

Pour utiliser les critères de recherche dans le fichier Trouver.txt, rechercher les fichiers indiqués dans
ListeFich.txt, puis stocker les résultats dans le fichier Result.fin, tapez :

findstr /g:finddata.txt /f:filelist.txt > results.out


Supposons que vous souhaitiez trouver tous les fichiers du répertoire en cours et tous les sous-répertoires
contenant le mot ordinateur, sans distinction de la casse. Pour obtenir la liste de tous les fichiers contenant le
mot ordinateur, tapez :

findstr /s /i /m "\<ordinateur\>" *.*


Supposons maintenant que vous souhaitiez trouver non seulement le mot “ ordinateur ”, mais également
n'importe quel mot commençant par les lettres ordi, tels que “ ordinal ” et “ ordinaire ”. ; comme suit :

findstr /s /i /m "\<ordi.*" *.*

FINDSTR [/B] [/E] [/L] [/R] [/S] [/I] [/X] [/V] [/N] [/M] [/O] [/P]

[/F:fichier] [/C:chaîne] [/G:fichier] [/D:liste de répertoires]

[/A:attributs de couleur] [chaînes]

[[lecteur:][chemin]nom de fichier[ ...]]

/B Recherche l'élément s'il est en début de ligne.

/E Recherche l'élément s'il est en fin de ligne.

/L Recherche les chaînes littéralement.

/R Recherche les chaînes en tant qu'expressions.

/S Recherche les fichiers correspondants dans le répertoire actif et dans tous ses sous-
répertoires.

/I Spécifie que la recherche ne doit pas tenir compte de la casse.

AIEB Page 161 26/01/2011


/X Affiche les lignes correspondant parfaitement.

/V N'affiche que les lignes non correspondantes.

/N Affiche le numéro de ligne devant chaque ligne correspondante.

/M Affiche uniquement le nom des fichiers contenant des chaînes correspondantes.

/O Affiche le décalage des caractères pour chaque ligne correspondante.

/P Ignore les fichiers ne contenant pas de caractères affichables.

/OFFLINE Ne pas ignorer les fichiers dont l'attribut hors connexion a été réglé.

/A:attr Spécifie l'attribut de couleur avec 2 chiffres hexadécimaux. Entrez "color /?".

/F:fichier Lit la liste des fichiers dans le fichier spécifié (/ pour la console).

/C:chaîne Recherche la chaîne spécifiée littéralement.

/G:fichier Obtient les chaînes à rechercher à partir du fichier spécifié (/ pour la console).

/D:rép Recherche dans une liste de répertoires délimitée par des points-virgules.

chaînes Chaînes à rechercher.

[lecteur:][chemin]nom de fichier Spécifie les fichiers dans lesquels effectuer la recherche.

Utilisez des espaces pour séparer plusieurs chaînes à rechercher, sauf si l'argument est précédé de /C.
Exemple : 'FINDSTR "bonne journée" x.y' recherche "bonne" ou "journée" dans le fichier x.y.
'FINDSTR /C:"bonne journée" x.y' recherche "bonne journée" dans le fichier x.y.

Petit guide des options usuelles :

. Caractère joker = tout caractère

* Répétition : zéro occurrences ou plus du caractère ou de la classe précédents

^ Emplacement : début de ligne

$ Emplacement : fin de ligne

[classe] Classe de caractères : tout caractère du jeu

[^class] Classe inverse : tout caractère n'appartenant pas au jeu

[x-y] Limites : tout caractère dans les limites spécifiées

\x Échappement : utilisation littérale du métacaractère x

\<xyz Emplacement : début du mot

xyz\> Emplacement : fin du mot

Pour obtenir des informations complètes sur les options usuelles FINDSTR, reportez-vous à la
Référence des commandes en ligne.

AIEB Page 162 26/01/2011


Finger (Microsoft)
Affiche des informations sur un ou plusieurs utilisateurs sur un ordinateur distant spécifié (généralement un
ordinateur sous UNIX) qui exécute le service Finger ou démon.

L'ordinateur distant spécifie le format et la sortie de l'affichage des informations de l'utilisateur. Utilisé sans
paramètres, finger affiche des informations d'aide.

Syntaxe
finger [-l] [Utilisateur] [@hôte] [...]

Paramètres
-l
Affiche les informations utilisateur sous forme de liste longue.

Utilisateur
Spécifie l'utilisateur sur lequel vous voulez des informations. Si vous omettez le paramètre Utilisateur,
finger affiche des informations sur tous les utilisateurs de l'ordinateur spécifié.

@hôte
Spécifie l'ordinateur distant exécutant le service Finger dans lequel vous recherchez des informations
utilisateur. Vous pouvez spécifier un nom ou une adresse IP d'ordinateur.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Vous pouvez spécifier plusieurs paramètres Utilisateur@hôte.

• Vous devez faire précéder les paramètres finger d'un tiret (-) à la place d'une barre oblique (/).

• Cette commande est disponible uniquement si le protocole Internet Protocol (TCP/IP) est installé
comme composant dans les propriétés d'un adaptateur réseau dans Connexions réseau.

• Windows 2000 et Windows XP ne fournissent pas de service finger.

Exemples
Pour afficher des informations relatives à l'utilisateur1 sur l'ordinateur utilisateurs.microsoft.com, tapez la
commande suivante :

finger utilisateur1@utilisateurs.microsoft.com

Pour afficher des informations relatives à tous les utilisateurs sur l'ordinateur utilisateurs.microsoft.com, tapez la
commande suivante :

finger @utilisateurs.microsoft.com

AIEB Page 163 26/01/2011


Flattemp (Microsoft)
Active ou désactive les dossiers temporaires communs.

Syntaxe
flattemp {/query | /enable | /disable}

Paramètres
/query
Interroge le paramètre en cours.

/enable
Active les dossiers temporaires communs.

/disable
Désactive les dossiers temporaires communs.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Lorsque chaque utilisateur possède un dossier temporaire unique, utilisez flattemp //enable pour
activer les dossiers temporaires communs.

• La méthode par défaut de création de dossiers temporaires pour plusieurs utilisateurs (dossiers vers
lesquels pointent généralement les variables d'environnement TEMP et TMP) consiste à créer des
sous-dossiers dans le dossier \Temp, en utilisant l'ID d'ouverture de session comme nom de sous-
dossier.

Par exemple, si la variable d'environnement TEMP pointe vers C:\Temp, le dossier temporaire affecté à
l'ID d'ouverture de session 4 de l'utilisateur est C:\Temp\4. En utilisant la commande flattemp, vous
pouvez pointer directement vers le dossier \Temp et empêcher la création de sous-dossiers.

Ceci est particulièrement utile lorsque vous souhaitez que les dossiers temporaires des utilisateurs
soient contenus dans des répertoires de base, sur un lecteur local de serveur Terminal Server ou sur un
lecteur de partage réseau.

N'utilisez cette commande que lorsque chaque utilisateur dispose d'un dossier temporaire séparé. Pour
plus d'informations sur l'utilisation de dossiers temporaires par session, consultez Pour utiliser des
dossiers temporaires séparés pour chaque session.

• Vous devez disposer de privilèges d'administrateur pour exécuter la commande flattemp.

• Des erreurs liées aux applications risquent de se produire si le répertoire temporaire de l'utilisateur se
trouve sur un lecteur réseau.

Cette situation peut se produire lorsque le partage réseau est momentanément inaccessible. Étant
donné que les fichiers temporaires de l'application sont soit inaccessibles soit désynchronisés, le
répertoire temporaire réagit comme si le disque s'était arrêté. Il est déconseillé de placer un répertoire
temporaire sur un lecteur réseau. Par défaut, il est préférable de conserver les répertoires temporaires
sur le disque dur local. Si vous observez, pour certaines applications, un comportement inattendu ou
des erreurs liées à l'endommagement du disque, stabilisez votre réseau ou déplacez les répertoires
temporaires vers le disque dur local.

• Les paramètres de la commande flattemp sont ignorés si vous désactivez l'utilisation de dossiers
temporaires séparés par session. Cette option est définie dans la configuration des services Terminal
Server.

AIEB Page 164 26/01/2011


FIXBOOT(Microsoft condole)
C:\>Fixboot /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Écrit un nouveau secteur d'amorçage de partition sur la partition système. La commande fixboot n'est
disponible que si vous utilisez la console de récupération.

fixboot [lecteur]

Paramètre
lecteur
Lecteur sur lequel un secteur de démarrage sera écrit. Ce paramètre remplace le lecteur par défaut qui
représente la partition système à laquelle vous êtes connecté. Exemple de lecteur :

D:

Exemple
L'exemple suivant écrit un nouveau secteur de démarrage de partition sur la partition système du lecteur D :

fixboot d:

Remarque
• L'utilisation de la commande fixboot sans paramètre écrit un nouveau secteur de démarrage de
partition sur la partition système à laquelle vous êtes connecté.

Ceci résout le problème à l'endroit où le secteur de démarrage de WindowsXP est endommagé.

Le processus de réparation d'urgence résout également le secteur de démarrage. où nom_lecteur : indique le


lecteur sur lequel le secteur de démarrage sera écrit, remplaçant le choix par défaut de la partition de
démarrage système.

AIEB Page 165 26/01/2011


FIXMBR (Microsoft console)
C:\>Fixmbr /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Répare le enregistrement de démarrage principal du disque de démarrage. La commande fixmbr n'est


disponible que si vous utilisez la console de récupération.

fixmbr [nom_de_périphérique]

Paramètre
nom_de_périphérique
Périphérique (lecteur) sur lequel vous souhaitez écrire un nouveau secteur de démarrage principal. Ce nom
peut être obtenu à partir de la sortie de la commande map. Exemple de nom de périphérique correct :

\Device\HardDisk0.

Exemple
L'exemple suivant écrit un nouveau secteur de démarrage principal sur le périphérique spécifié :

fixmbr \Device\HardDisk0

Remarques
• Si vous ne spécifiez pas un nom_de_périphérique, un nouveau secteur de démarrage principal sera
écrit sur le périphérique d'amorçage, c'est-à-dire le lecteur sur lequel votre système primaire est chargé.

• Si une signature de table de partition non standard ou non valide est détectée, vous serez invité à
confirmer votre volonté de poursuivre. Si vous n'avez aucune difficulté pour accéder à vos lecteurs, il
est recommandé de ne pas continuer. L'écriture d'un nouveau secteur de démarrage principal sur votre
partition système peut endommager vos tables de partition et rendre vos partitions inaccessibles.

Répare le secteur de démarrage principal de la partition système.

Cette méthode s'applique lorsqu'un virus a endommagé le secteur de démarrage principal et que Windows ne
peut démarrer.

AVERTISSEMENT : Cette commande peut endommager vos tables de partition s'il existe un virus ou un
problème matériel.
Cette commande peut conduire à des partitions inaccessibles.

Microsoft recommande donc l'exécution d'un logiciel antivirus avant d'utiliser cette commande. où
nom_périphérique est un nom facultatif qui indique le périphérique nécessitant un nouveau secteur de
démarrage principal.

Ce nom peut être obtenu à partir de la sortie de la commande map .

Si rien n'est entré, alors le périphérique de démarrage du secteur de démarrage principal est renseigné.

Par exemple : fixmbr \device\harddisk2

Si FIXMBR détecte une signature de table de partition non valide ou non standard, il demandera la permission
avant de remplacer le secteur de démarrage principal.

AIEB Page 166 26/01/2011


FOR (Help et Microsoft)
Exécute une commande déterminée pour chaque fichier appartenant à un jeu particulier.

Syntaxe
for {%variable|%%variable} in (jeu) do commande [ OptionsLigneCommande]

Paramètres
{%variable|%%variable}
Important. Représente un paramètre remplaçable. Utilisez %variable pour exécuter for à l'invite de
commandes. Utilisez %%variable pour exécuter la commande for dans un fichier de commandes. Les
variables respectent la casse et doivent être représentées à l'aide d'une valeur alpha, telle que %A, %B
ou %C.

(jeu)
Important. Spécifie un ou plusieurs fichiers, répertoires, plages de valeurs ou chaînes de texte que vous
voulez traiter à l'aide de la commande spécifiée. Les parenthèses sont obligatoires.

commande
Important. Spécifie la commande que vous voulez exécuter sur chaque fichier, répertoire, plage de
valeurs ou chaîne de texte comprise dans le (jeu) spécifié.

OptionsLigneCommande
Spécifie les options de ligne de commande que vous souhaitez utiliser avec la commande spécifiée.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation de for

La commande for peut être utilisée dans un fichier de commandes ou directement à l'invite de commandes.
• Utilisation des paramètres de commande

Les attributs suivants s'appliquent à la commande for :


o La commande for remplace %variable (ou %%variable) par chaque chaîne de texte du jeu
spécifié jusqu'à ce que la commande ait traité tous les fichiers.

o Les noms des variables for respectent la casse, sont des variables globales et vous ne pouvez
pas en activer plus de 52 au total.

o Pour éviter toute confusion avec les paramètres de commande %0 à %9, vous pouvez utiliser
pour la variable n'importe quel caractère, à l'exception des chiffres 0 à 9. Pour les fichiers de
commandes simples, un seul caractère tel que %%f suffit.

o Dans les fichiers de commandes complexes, vous pouvez utiliser plusieurs valeurs pour la
variable afin de distinguer les diverses variables remplaçables.

• Spécification d'un groupe de fichiers

Le paramètre jeu peut représenter un seul ou plusieurs groupes de fichiers. Pour spécifier un jeu de fichiers,
vous pouvez utiliser des caractères génériques (* et ?). Les jeux suivants sont tous valides :

(*.doc)

(*.doc *.txt *.me)

AIEB Page 167 26/01/2011


(jan*.doc jan*.rpt fév*.doc fév*.rpt)

(ar??1991.* ap??1991.*)

Quand vous utilisez la commande for, la première valeur du jeu remplace %variable ou %%variable, puis la
commande spécifiée traite cette valeur.

Ce processus continue jusqu'à ce tous les fichiers (ou groupes de fichiers) correspondant à la ou aux valeurs du
jeu aient été traités.
• Utilisation des mots clés in et do

In et do ne sont pas des paramètres, mais ils sont requis dans la commande for. Si vous omettez l'un ou l'autre
de ces mots clés, un message d'erreur apparaît.
• Utilisation de formes supplémentaires de for

Si les extensions de commande sont activées (ce qui est le cas par défaut), les formes supplémentaires
suivantes de la commande for sont prises en charge.
o Répertoires seulement

Si le jeu contient des caractères génériques (* et ?), la commande spécifiée s'exécute pour chaque répertoire
(au lieu d'un jeu de fichiers dans un répertoire spécifié) qui correspond au jeu. La syntaxe de cette commande
est la suivante :

for /D [%% | %]variable in (jeu) do commande [OptionsLigneCommande]


o Récursive

Parcourt l'arborescence des répertoires à partir de la racine de [Lecteur:]Chemin, en exécutant l'instruction for
dans chaque répertoire de l'arborescence.

Si aucun répertoire n'est spécifié après /R, le répertoire en cours est utilisé.

Si jeu ne contient qu'un seul caractère . (point), seule l'arborescence des répertoires est énumérée.

La syntaxe de cette commande est la suivante :

for /R [[Lecteur :]Chemin] {%% | %}variable in (jeu) do commande [OptionsLigneCommande]


o Itération d'une page de valeurs

Utilisez une variable itérative pour définir la valeur de début (début#) puis avancez dans une plage définie de
valeurs jusqu'à ce que la valeur dépasse la valeur de fin définie (fin#). /L exécute l'itération en comparant
début# et fin#. Si début# est inférieur à fin#, la commande s'exécute.

Lorsque la variable itérative dépasse fin#, la commande quitte la boucle. Vous pouvez également utiliser une
valeur incrément# négative pour faire défiler une plage de valeurs décroissantes. Par exemple, (1,1,5) génère la
séquence 1 2 3 4 5 et (5,-1,1) génère la séquence (5 4 3 2 1). La syntaxe de cette commande est la suivante :

for /L {%% | %}variable in (débutt#,incrément#,fin#) do commande [OptionsLigneCommande]


o Itération et analyse de fichier

Utilisez l'analyse de fichiers pour traiter la sortie de la commande, les chaînes et le contenu des fichiers. Utilisez
des variables itératives pour définir le contenu ou les chaînes que vous voulez examiner et utilisez les
différentes options MotsClésAnalyse pour continuer à modifier l'analyse.

Utilisez l'option jeton MotsClésAnalyse pour spécifier quels jetons doivent être passés en tant que variables
d'itération. Notez que sans l'option de jeton, /F n'examine que le premier jeton.

AIEB Page 168 26/01/2011


L'analyse des fichiers consiste à lire la sortie, la chaîne ou le contenu du fichier, à le diviser en lignes de texte
séparées, puis à analyser chaque ligne dans zéro jeton ou davantage.

La boucle for est ensuite appelée avec la valeur de variable d'itération définie sur le jeton. Par défaut, /F passe
le premier jeton séparé par un blanc à partir de chaque ligne de chaque fichier.

Les lignes blanches sont sautées.

Les autres syntaxes sont les suivantes :

for /F ["MotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in (jeunomfichier) do commande [OptionsLigneCommande]

for /F ["MotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in ("ChaîneLittérale") do commande [OptionsLigneCommande]

for /F ["MotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in ('commande') do commande [OptionsLigneCommande]

L'argument jeunomfichier spécifie un ou plusieurs noms de fichier. Chaque fichier est ouvert, lu et traité avant
de passer au fichier suivant du jeunomfichier.

Pour passer outre le comportement d'analyse par défaut, spécifiez "MotsClésAnalyse". Il s'agit d'une chaîne
placée entre guillemets qui contient un ou plusieurs mots clés pour spécifier différentes options d'analyse.

Si vous utilisez l'option usebackq, utilisez l'une des syntaxes suivantes :

for /F ["usebackqMotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in ("jeunomfichier") do commande


[OptionsLigneCommande]

for /F ["usebackqMotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in ('ChaîneLittérale') do commande


[OptionsLigneCommande]

for /F ["usebackqMotsClésAnalyse"] {%% | %}variable in (`commande`) do commande


[OptionsLigneCommande]

Le tableau suivant répertorie les mots clés d'analyse que vous pouvez utiliser dans MotsClésAnalyse.

Mot clé Description


eol=c Spécifie un caractère de fin de ligne (juste un caractère).
skip=n Spécifie le nombre de lignes à sauter au début du fichier.
Spécifie un jeu de séparateur. Celui-ci remplace le jeu de délimiteur par défaut
delims=xxx
constitué de l'espace et de la tabulation.
Spécifie les jetons de chaque ligne qui doivent être passés au corps de la
commande for pour chaque occurrence. Par conséquent, les noms de variables
tokens=x,y,m- supplémentaires sont alloués. La forme m-n est une plage qui spécifie le mième
n au nième jetons. Si le dernier caractère de la chaîne tokens= est un astérisque
(*), une variable supplémentaire est allouée pour recevoir le texte restant de la
ligne après le dernier jeton analysé.
Spécifie que vous pouvez utiliser des guillemets pour les noms de fichier de
jeunomfichier, une chaîne à guillemet inversé est exécutée comme une
usebackq
commande et un chaîne à guillemet simple est une commande de chaîne
littérale.

AIEB Page 169 26/01/2011


o Substitution de variable

Les modificateurs de substitution pour les références de variable for ont été améliorés. Le tableau suivant
répertorie les syntaxes facultatives (pour toute variable I).

Variable avec
Description
modificateur
%~I Développe %I qui supprime les guillemets ("").
%~fI Développe %I en nom de chemin complet.
%~dI Développe %I en une lettre de lecteur seulement.
%~pI Développe %I en chemin seulement.
%~nI Développe %I en nom de fichier seulement.
%~xI Développe %I en extension de fichier seulement.
%~sI Développe le chemin pour qu'il contienne seulement des noms courts.
%~aI Développe %I jusqu'aux attributs du fichier.
%~tI Développe %I jusqu'à la date et l'heure du fichier.
%~zI Développe %I jusqu'à la taille du fichier.
Recherche les répertoires énumérés dans la variable d'environnement et
développe %I jusqu'au nom complet du premier répertoire trouvé. Si le nom de
%~$PATH:I
la variable d'environnement n'est pas défini ou si la recherche ne trouve pas
de fichier, ce modificateur se développe en une chaîne vide.

Le tableau suivant répertorie les combinaisons de modificateurs que vous pouvez utiliser pour obtenir des
résultats composés.

Variable avec
modificateurs Description
combinés
%~dpI Développe %I en une lettre de lecteur et un chemin seulement.
%~nxI Développe %I en nom de fichier et une extension seulement.
Développe %I en un nom de chemin complet avec des noms courts
%~fsI
seulement.
Recherche les répertoires énumérés dans la variable d'environnement
%~dp$PATH:I pour %I et développe jusqu'à la lettre du lecteur et au chemin du
premier répertoire trouvé.
%~ftzaI Développe %I en une ligne de sortie semblable à dir.

Dans les exemples ci-dessus, vous pouvez remplacer %I et le chemin par d'autres valeurs valides. Une variable
for valide termine la syntaxe %~.

L'utilisation de noms de variable en majuscules tels que %I facilite la lecture de votre code et évite toute
confusion avec les modificateurs, qui ne différencient pas la casse.
• Analyse d'une chaîne
Vous pouvez aussi utiliser la logique d'analyse for /F sur une chaîne immédiate, en mettant entre guillemets
simples le jeunomfichier entre parenthèses (c'est-à-dire, 'jeunomfichier'). jeunomfichier est traité comme une
simple ligne d'entrée d'un fichier, puis est analysé.
• Analyse de la sortie
Vous pouvez utiliser la commande for /F pour analyser la sortie d'une commande en convertissant le
jeunomfichier entre parenthèses en une chaîne à guillemet inversé.

Celle-ci sera alors traitée comme une ligne de commande, qui est passée à un fichier Cmd.exe enfant tandis
que la sortie est capturée en mémoire et analysée comme s'il s'agissait d'un fichier.

AIEB Page 170 26/01/2011


Exemples
Pour utiliser for dans un fichier de commandes, employez la syntaxe suivante :

for %%variable in (jeu) do commande [OptionsLigneCommande]

Pour afficher le contenu de tous les fichiers .doc ou .txt du répertoire courant à l'aide de la variable remplaçable
%f, tapez :

for %f in (*.doc *.txt) do type %f

Dans cet exemple, chacun des fichiers du répertoire en cours pourvu de l'extension .doc ou .txt est substitué à
la variable %f jusqu'à ce que le contenu de tous les fichiers ait été affiché.

Pour utiliser cette commande dans un fichier de commandes, remplacez toutes les occurrences de %f par %%f.
Sans cela, la variable est ignorée et un message d'erreur est affiché.

Pour analyser un fichier en ignorant les lignes de commentaires, tapez :

for /F "eol=; tokens=2,3* delims=," %i in (monfichier.txt) do @echo %i %j %k

Cette commande analyse chaque ligne du fichier monfichier.txt en ignorant les lignes qui commencent par un
point-virgule et en passant le deuxième et le troisième jeton de chaque ligne au corps de la commande FOR
(les jetons sont délimités par des virgules ou des espaces).

Le corps de l'instruction FOR fait référence à %i pour obtenir le deuxième jeton, à %j pour obtenir le troisième
jeton et à %k pour obtenir tous les autres jetons.

Si les noms de fichier que vous indiquez contiennent des espaces, mettez le texte entre guillemets (par
exemple, "NomFichier"). Pour utiliser des guillemets, utilisez usebackq.

Sans cela, les guillemets sont interprétés comme s'ils définissent une chaîne littérale à analyser.

%i est déclaré de manière explicite dans l'instruction FOR tandis que %j et %k sont déclarés de manière
implicite à l'aide de l'option tokens=. Vous pouvez spécifier jusqu'à 26 jetons à l'aide de tokens=, à condition
que cela n'entraîne pas une tentative de déclaration d'une variable supérieure à « z » ou « Z ».

Par analyser la sortie d'une commande en plaçant jeunomfichier entre les parenthèses, tapez :

for /F "usebackq delims==" %i IN (`set`) DO @echo %i

FOR %variable IN (ensemble) DO commande [paramètres]

%variable Spécifie un paramètre remplaçable par une seule lettre.

(ensemble) Ensemble de fichiers. Caractères génériques autorisés.

commande Commande à exécuter pour chaque fichier.

paramètres Liste des paramètres ou des options pour la commande spécifiée.

Pour utiliser la commande FOR dans un programme de commandes, spécifiez %%variable au lieu de
%variable. Les noms de variables respectent la casse, donc %i est différent de %I.

Si les extensions de commandes sont activées, les formes supplémentaires suivantes sont prises en
charge pour la commande FOR :

FOR /D %variable IN (ensemble) DO commande [paramètres]

Si ensemble contient des caractères génériques, alors la correspondance se fait sur les noms
de répertoires au lieu des noms de fichiers.

AIEB Page 171 26/01/2011


FOR /R [[lecteur:]chemin] %variable IN (ensemble) DO commande [paramètres]

Parcourt l'arborescence de répertoires depuis la racine [lecteur:]chemin, en exécutant FOR dans


chaque répertoire de l'arborescence. Si aucun répertoire n'est spécifié après /R alors le
répertoire en cours est utilisé. Si ensemble est seulement un point (.) alors seule l'arborescence
de répertoires sera énumérée.

FOR /L %variable IN (début,pas,fin) DO commande [paramètres]

L'ensemble est une séquence de chiffres allant de début à fin, incrémenté de pas. Ainsi (1,1,5)
génère la séquence 1 2 3 4 5 et (5,-1,1) génère la séquence (5 4 3 2 1)

FOR /F ["options"] %variable IN (ensemble-fichiers) DO commande [paramètres]


FOR /F ["options"] %variable IN ("chaîne") DO commande [paramètres]
FOR /F ["options"] %variable IN ('commande') DO commande [paramètres]

ou, si l'options usebackq est utilisée :

FOR /F ["options"] %variable IN (ensemble-fichiers) DO commande [paramètres]


FOR /F ["options"] %variable IN ('chaîne') DO commande [paramètres]
FOR /F ["options"] %variable IN (`commande`) DO commande [paramètres]

Ensemble-fichiers est un ou plusieurs noms de fichiers.

Chaque fichier est ouvert, lu et traité avant de passer au fichier suivant de ensemble-fichiers.

Le traitement consiste à lire dans le fichier, le découper en lignes individuelles de texte puis analyser
chaque ligne en zéro ou plusieurs parties.

Le corps de la boucle FOR est ensuite appelé avec la ou les valeurs de variables prenant la valeur de la
ou des parties trouvées.

Par défaut, /F transmet la première partie séparée par un blanc dans chaque ligne de chaque fichier. Les
lignes vides sont ignorées.

Vous pouvez outrepasser le comportement d'analyse par défaut en spécifiant le paramètre optionnel
"options". Ceci est une chaîne entre guillemets contenant un ou plusieurs mots-clés spécifiant diverses
options d'analyse.

Les mots-clés sont :

eol=c spécifie un caractère de commentaire de fin de ligne (un seul)

skip=n spécifie le nombre de lignes à ignorer en début de fichier.

delims=xxx spécifie un ensemble de délimiteurs. Ceci remplace l'ensemble de délimiteurs par


défaut qui sont l'espace et la tabulation.

tokens=x,y,m-n spécifie les parties de chaque ligne devant être transmises au corps de FOR à
chaque itération.
Ceci provoquera l'allocation de noms de variables supplémentaires.
La forme m-n est une étendue spécifiant les parties allant de m à n.
Si le dernier caractère de la chaîne tokens= est une astérisque, alors une variable
supplémentaire est allouée et reçoit le texte restant dans la ligne suivant la
dernière partie analysée.

usebackq spécifie que la nouvelle sémantique est en place, lorsqu'une chaîne entre
guillemets inversés est exécutée en tant que commande et une chaîne entre
guillemets simples est une chaîne de commande littérale et permet l'utilisation de
guillemets doubles pour citer des noms de fichiers.

AIEB Page 172 26/01/2011


Quelques exemples explicatifs :

FOR /F "eol=; tokens=2,3* delims=, " %i in (monfich.txt) do @echo %i %j %k

analyse chaque ligne de monfich.txt, en ignorant les lignes commençant par un point-virgule, en
transmettant les 2nde et 3ème parties de chaque ligne au corps de FOR, les parties étant délimitées par
des virgules et/ou espaces.

Notez que le corps de FOR référence %i pour l'obtention de la 2nde partie, %j pour l'obtention de la
3ème partie et %k pour l'obtention des parties restantes après la 3ème.

Pour les noms de fichiers contenant des espaces, placez les noms de fichiers entre guillemets doubles.
Afin d'utiliser ainsi les guillemets doubles,

vous devez également utiliser l'option usebackq, faute de quoi les guillemets doubles seraient
interprétés comme définissant une chaîne littérale à analyser.

%i est déclarée explicitement dans la déclaration FOR et %j et %k sont déclarées implicitement via
l'option tokens=.

Vous pouvez spécifier jusqu'à 26 paries via la ligne tokens=, tant que cela ne provoque pas de tentative
de déclaration de variable plus élevée que la lettre 'z' ou 'Z'. Souvenez-vous que les variables de FOR se
composent de lettres, tiennent compte de la casse, sont globales et que plus de 52 ne peuvent pas être
actives à la fois.

Vous pouvez aussi utiliser la logique d'analyse FOR /F sur une chaîne en plaçant ensemble-fichiers
entre guillemets entre les parenthèses, en utilisant des guillemets simples. Elle sera traitée comme une
ligne d'entrée simple provenant d'un fichier puis analysée.

Enfin, vous pouvez utiliser la commande FOR /F pour analyser les données en sortie d'une commande.
Faites ceci en plaçant des guillemets inversés autour de ensemble-fichiers entre les parenthèses. Elle
sera traitée comme une ligne de commande transmise à un CMD.EXE enfant et la sortie est gardée en
mémoire et analysée comme s'il s'agissait d'un fichier.

Ainsi l'exemple suivant :

FOR /F "usebackq delims==" %i IN (`ensemble`) DO @echo %i

énumérerait les noms de variables d'environnement de l'environnement en cours.

De plus, la substitution de références de variables FOR a été améliorée.

Vous pouvez maintenant utiliser la syntaxe optionnelle suivante :

%~I étend %I en supprimant les guillemets (")

%~fI étend %I en nom de chemin d'accès reconnu

%~dI étend %I en lettre de lecteur uniquement

%~pI étend %I en chemin d'accès uniquement

%~nI étend %I en nom de fichier uniquement

%~xI étend %I en extension de fichier uniquement

%~sI chemin étendu contenant uniquement des noms courts

%~aI étend %I en attributs du fichier

%~tI étend %I en date/heure du fichier

AIEB Page 173 26/01/2011


%~zI étend %I en taille du fichier

%~$PATH:I parcourt les répertoires de la variable d'environnement PATH et étend %I en nom du


premier fichier reconnu trouvé. Si le nom de la variable d'environnement n'est pas défini
ouque le fichier n'est pas trouvé par la recherche, alors ce modificateur étend en chaîne
vide

Vous pouvez combiner les modificateurs pour obtenir des résultats composés :

%~dpI étend %I en lettre de lecteur et chemin d'accès uniquement

%~nxI étend %I en nom de fichier et extension uniquement

%~fsI étend %I en nom de chemin complet avec noms courts uniquement

%~dp$PATH:i parcourt les répertoires listés dans la variable d'environnement PATH à la recherche de
%I et étend en lettre de lecteur du premier trouvé.

%~ftzaI étend %I en DIR comme ligne en sortie

Dans les exemples ci-dessus %I et PATH peuvent être remplacés par d'autres valeurs valides. La
syntaxe %~ se termine par un nom de variable FOR valide.

Le choix de noms de variables en majuscules comme %I facilite la lecture et empêche toute confusion
avec les modificateurs qui ne tiennent pas compte de la casse.

AIEB Page 174 26/01/2011


FORMAT (Help et Microsoft)
Formate le disque du volume spécifié afin qu'il puisse recevoir des fichiers Windows.

Syntaxe
format Volume [/fs:SystèmeFichiers] [/v:Étiquette] [/q] [/a:TailleUnité] [/c] [/x]

format Volume [/v:Étiquette] [/q] [/f:Taille]

format Volume [/v:Étiquette] [/q] [/t:Pistes /n:Secteurs]

format Volume [/v:Étiquette] [/q]

format Volume [/q]

Paramètres
volume
Spécifie le point de fixation, le nom de volume ou la lettre du lecteur à formater. Si vous n'utilisez
aucune des options de ligne de commande suivantes, format détermine le format par défaut du disque
d'après le type du volume.

/fs:système-fichier
Spécifie le système de fichier à utiliser, à savoir FAT, FAT32 ou NTFS. Les disquettes ne peuvent
utiliser que le système FAT.

/v:nom
Représente le nom du volume. Si vous omettez l'option de ligne de commande /v ou si vous l'utilisez
sans spécifier de nom de volume, format vous demande ce nom une fois le formatage achevé. Utilisez
la syntaxe /v: pour éviter de devoir spécifier un nom de volume. Si vous formatez plusieurs disquettes
au moyen d'une seule commande format, elles reçoivent toutes le même nom de volume. Pour plus
d'informations sur les noms de volume de disque, cliquez sur Dir, Label et Vol dans la liste Voir aussi.

/a:TailleUnité
Spécifie la taille de l'unité d'allocation à utiliser sur les volumes FAT, FAT32 ou NTFS. Si vous ne
spécifiez pas TailleUnité, le choix est déterminé par la taille du volume. Le tableau suivant répertorie les
valeurs valides de TailleUnité.

Valeur Description
512 Crée 512 octets par cluster.
1024 Crée 1024 octets par cluster.
2048 Crée 2048 octets par cluster.
4096 Crée 4096 octets par cluster.
8192 Crée 8192 octets par cluster.
16K Crée 16 kilo-octets par cluster.
32K Crée 32 kilo-octets par cluster.
64K Crée 64 kilo-octets par cluster.
/q
Effectue un formatage rapide. Supprime la table de fichiers et le répertoire racine d'un disque
précédemment formaté, mais n'effectue pas de recherche secteur par secteur des zones défectueuses.
N'utilisez l'option de ligne de commande /q que pour formater des volumes déjà formatés auparavant et
en bon état.

/f:taille
Indique la taille de la disquette à formater. Utilisez aussi souvent que possible cette option de ligne de
commande à la place des options de ligne de commande /t et /n. Windows accepte les valeurs
suivantes pour spécifier la taille :

1440 ou 1440k ou 1440kb ou 1.44 ou 1.44m ou 1.44mb

AIEB Page 175 26/01/2011


Disquette 3 pouces et demi, quadruple densité, double face de 1,44 Mo

/t:pistes
Spécifie le nombre de pistes du disque. Utilisez aussi souvent que possible l'option de ligne de
commande /f en lieu et place de celle-ci. Si vous utilisez l'option de ligne de commande /t, vous devez
également utiliser l'option de ligne de commande /n. L'emploi de ces deux options de ligne de
commande constitue une autre méthode de spécification de la taille du disque à formater. Vous ne
pouvez pas utiliser l'option de ligne de commande /f avec l'option de ligne de commande /t.

/n:secteurs
Spécifie le nombre de secteurs par piste. Utilisez aussi souvent que possible l'option de ligne de
commande /f en lieu et place de celle-ci. Si vous utilisez l'option de ligne de commande /n, vous devez
également utiliser l'option de ligne de commande /t. L'emploi de ces deux options de ligne de
commande constitue une autre méthode de spécification de la taille du disque à formater. Vous ne
pouvez pas utiliser l'option de ligne de commande /f avec l'option de ligne de commande /n.

/c
NTFS seulement. Les fichiers créés sur le nouveau volume seront compressés par défaut.

/x
Commande la décompression éventuelle du volume avant son formatage. Tous les descripteurs
ouverts du volume ne seront plus valides.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisation de format à l'aide de la console de récupération

La commande format, ainsi que différents paramètres, sont accessibles via la console de récupération.
• Privilèges d'administration

Pour formater un disque dur, vous devez être membre du groupe Administrateurs.
• Utilisation de format

La commande format crée un répertoire racine et un système de fichiers pour le disque. Elle peut aussi vérifier
si le disque comporte des zones défectueuses et supprimer toutes les données du disque. Pour pouvoir utiliser
un nouveau disque, vous devez d'abord formater celui-ci au moyen de cette commande.
• Frappe d'un nom de volume

Après avoir formaté une disquette, la commande format affiche le message suivant :
Nom de volume (11 caractères, ENTRÉE pour ne rien mettre) ?

Le nom du volume peut avoir un maximum de 11 caractères (espaces compris). Si vous ne souhaitez pas
assigner de nom de volume à votre disquette, appuyez simplement sur ENTRÉE. Pour plus d'informations sur
les noms de volume, cliquez sur label dans la liste Voir aussi.

AIEB Page 176 26/01/2011


• Formatage d'un disque dur

Lorsque vous utilisez la commande format pour un disque dur, celle-ci affiche un message sous la forme
suivante avant de tenter l'opération :

AVERTISSEMENT, TOUTES LES DONNEES SUR LE DISQUE DUR x: SERONT PERDUES!


Lancer le formatage (O/N) ?_

Pour formater le disque dur, appuyez sur O ; si vous ne voulez pas formater ce disque, appuyez sur N. Pour
formater un disque dur, vous devez disposer de droits d'administrateur.
• Taille unitaire

Les systèmes de fichiers FAT limitent le nombre de clusters à 65 526 maximum tandis que les systèmes de
fichiers FAT32 autorisent entre 65 527 et 4177917 clusters.

La compression NTFS n'est pas prise en charge pour l'assignation de tailles unitaires supérieures à 4 096.
• Messages de la commande Format

Une fois le formatage achevé, format affiche des messages indiquant l'espace disque total, les espaces
signalés comme étant défectueux et l'espace disponible pour les fichiers.
• Formatage rapide

Pour accélérer le formatage, vous pouvez vous servir de l'option de ligne de commande /q. Cependant,
n'utilisez cette option de ligne de commande que s'il n'y a pas de secteurs défectueux sur le disque dur.
• Emploi de format avec un lecteur réassigné ou un lecteur réseau

N'utilisez pas la commande format sur un lecteur préparé au moyen de la commande subst. Il est en outre
impossible de formater des disques sur un réseau.
• Codes de sortie de la commande Format

Le tableau suivant affiche la liste de chacun des codes de sortie, accompagné d'une description sommaire.

Code de
Description
sortie
0 Le formatage a réussi.
1 Des paramètres incorrects ont été fournis.
4 Une erreur irrécupérable (toute erreur autre que 0, 1 ou 5) s'est produite.
En réponse à l'invite “ Lancer le formatage (O/N) ? ”, l'utilisateur a appuyé sur N pour
5
arrêter le processus.

Pour vérifier ces codes de sortie, vous pouvez utiliser la condition errorlevel avec la commande batch if.

Exemples
Pour formater une nouvelle disquette placée dans le lecteur A selon la taille par défaut, tapez :

format a:
Pour procéder au formatage rapide d'une disquette précédemment formatée placée dans le lecteur A, tapez :

format a: /q
Pour formater une disquette placée dans le lecteur A et lui donner le nom de volume “Données”, tapez :

AIEB Page 177 26/01/2011


format a: /v:DONNEES

FORMAT volume [/FS:sys_fich] [/V:nom_volume] [/Q] [/A:taille] [/C] [/X]

FORMAT volume [/V:nom_volume] [/Q] [/F:taille]

FORMAT volume [/V:nom_volume][/Q][/T:pistes /N:secteurs]

FORMAT volume [/V:nom_volume][/Q]

FORMAT volume [/Q]

volume Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux-points), le point de montage ou le


nom de volume.

/FS:sys_fich Spécifie le type de système de fichiers (FAT, FAT32 ou NTFS).

/V:nom_de_volume Spécifie le nom de volume.

/Q Effectue un formatage rapide.

/C NTFS uniquement : Les fichiers créés sur le nouveau volume seront compressés
par défaut.

/X Force le volume à être démonté d'abord si nécessaire. Tous les descripteurs


ouverts sur le volume ne seront plus valides.

/A:taille Remplace la taille d'unité d'allocation par défaut. Les paramètres par défaut sont
très fortement recommandés dans le cas général.

NTFS gère 512, 1024, 2048, 4096, 8192, 16 Ko, 32 Ko, 64 Ko.

FAT gère 512, 1024, 2048, 4096, 8192, 16 Ko, 32 Ko, 64 Ko. 128 Ko, 256 Ko pour
taille de secteur > 512 octets).

FAT32 gère 512, 1024, 2048, 4096, 8192, 16 Ko, 32 Ko, 64 Ko.(128 Ko, 256 Ko pour
taille de secteur > 512 octets).

Notez que les systèmes de fichiers FAT et FAT32 imposent les restrictions suivantes sur le nombre de
clusters par volume :

FAT : nombre de clusters <= 65526

FAT32 : 65526 < nombre de clusters < 4177918

Le formatage cessera immédiatement s'il est jugé que les conditions ci-dessus ne peuvent pas être
remplies en utilisant la taille de clusters spécifiée.

La compression NTFS n'est pas prise en charge pour les tailles d'unités d'allocation supérieures à 4096.

/F:taille Spécifie la taille de la disquette à formater (1.44)

/T:pistes Spécifie le nombre de pistes par face de disque.

/N:secteurs Spécifie le nombre de secteurs par piste.

AIEB Page 178 26/01/2011


Fsutil (Help et Microsoft)
Fsutil est un utilitaire de ligne de commande qui vous permet d'effectuer de nombreuses tâches relatives aux
systèmes de fichiers FAT et NTFS, par exemple la gestion des points d'analyse et des fichiers fragmentés, ainsi
que le démontage ou l'extension d'un volume.

Étant donné que fsutil est un outil très puissant, son emploi doit être réservé aux utilisateurs chevronnés ayant
une connaissance approfondie de Windows XP.

En outre, vous devez ouvrir une session en tant qu'administrateur ou membre du groupe Administrateurs pour
pouvoir utiliser fsutil.

Remarque
• Pour afficher l'aide relative aux sous-commandes disponibles à l'invite de commandes, tapez fsutil,
ensuite la sous-commande, puis help (par exemple, fsutil sous-commande help).

Le tableau suivant répertorie les sous-commandes de fsutil.

Commande Description
Interroge, modifie, active ou désactive les paramètres pour la génération de noms de fichiers de
8.3 caractères, l'autorisation d'utiliser des caractères étendus dans les noms de fichiers de 8.3
behavior caractères sur les volumes NTFS, la mise à jour de l'horodateur de dernier accès sur les volumes
NTFS, l'obtention de la fréquence d'écriture des événements de quotas dans le journal système,
ainsi que l'espace disque réservé à la zone MFT.
Détermine si le bit d'impureté du volume est défini. Définit le bit d'impureté d'un volume. Si le bit
dirty d'impureté d'un volume est défini, autochk vérifie automatiquement ce volume lors du prochain
redémarrage de l'ordinateur.
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Recherche un fichier à partir de
file son identificateur de sécurité, interroge les plages allouées d'un fichier, définit le nom court, la
longueur de données valides ou les données égales à zéro d'un fichier.
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Affiche la liste de tous les lecteurs,
fsinfo fournit des informations sur le type de lecteur, le volume, les spécificités liées aux volumes NTFS
ou les statistiques sur le système de fichiers.
Crée un lien réel. Un lien réel est une entrée de répertoire pour un fichier. Vous pouvez
considérer que chaque fichier possède au moins un lien réel. Sur les volumes NTFS, chaque
fichier peut posséder plusieurs liens réels, par conséquent, un fichier unique peut apparaître dans
de nombreux répertoires (voire dans un même répertoire sous des noms différents). Étant donné
hardlink
que tous les liens font référence au même fichier, les applications peuvent ouvrir n'importe quel
lien et modifier le fichier. Un fichier n'est supprimé dans le système de fichiers qu'à partir du
moment où tous ses liens ont été supprimés. Après avoir créé un lien réel, les programmes
peuvent l'utiliser comme n'importe quel nom de fichier.
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Gère les identificateurs d'objets,
objectid qui sont utilisés par Windows XP pour effectuer le suivi d'objets tels que les fichiers et les
répertoires.
Gère les quotas de disque sur les volumes NTFS pour pouvoir offrir un contrôle plus précis du
quota stockage réseau. Les quotas de disque sont implémentés pour chaque volume et permettent
d'établir des limites de stockage aussi bien matérielles que logicielles pour chaque utilisateur.
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Interroge ou supprime des points
d'analyse, autrement dit des objets du système de fichiers NTFS qui possèdent un attribut
définissable contenant des données contrôlées par l'utilisateur, et qui permettent d'étendre les
point de
fonctionnalités du sous-système d'entrée/sortie (E/S). Les points d'analyse sont utilisés comme
réanalyse
points de jonction de répertoires et comme points de montage de volumes. Ils sont également
utilisés par les pilotes de filtre du système de fichiers pour marquer certains fichiers propres à ce
pilote.
sparse Gère les fichiers fragmentés. Un fichier fragmenté est un fichier dont une ou plusieurs zones
contiennent des données non allouées. Une application récupérera ces zones non allouées qui
contiennent des octets possédant des valeurs nulles, mais aucun espace disque n'est

AIEB Page 179 26/01/2011


effectivement utilisé pour représenter ces valeurs nulles. Autrement dit, toutes les données non
nulles ou significatives sont allouées, alors que toutes les données non significatives (longues
chaînes de données constituées de zéros) ne sont pas allouées. Lorsqu'un fichier fragmenté est
lu, les données allouées sont renvoyées sous la forme de données stockées et les données non
allouées sont renvoyées par défaut sous la forme de valeurs nulles conformément à la
spécification d'exigence de sécurité C2. La prise en charge des fichiers fragmentés permet de
supprimer l'allocation de données à n'importe quel emplacement du fichier.
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Gère le journal de modification des
usn numéros de séquence de mise à jour, qui fournit un enregistrement persistant de toutes les
modifications apportées aux fichiers du volume.
Gère un volume. Démonte un volume ou envoie une requête pour voir le montant d'espace
volume
disque disponible.

Fsutil: behavior
Interroge les paramètres en cours pour la génération de noms de fichiers de 8.3 caractères, l'autorisation
d'utiliser des caractères étendus dans les noms de fichiers de 8.3 caractères sur les volumes NTFS, la mise à
jour de l'horodateur de dernier accès sur les volumes NTFS, l'obtention de la fréquence d'écriture des
événements de quotas dans le journal système ainsi que la taille de la zone table de fichiers maîtres (MFT).

Active ou désactive l'utilisation des noms de fichiers de 8.3 caractères, pour autoriser les caractères étendus
dans les noms de fichiers de 8.3 caractères et mettre à jour l'horodateur de dernier accès sur les volumes
NTFS.

Permet de modifier la fréquence à laquelle les événements de quotas sont écrits dans le journal système, ainsi
que l'espace disque réservé à la zone MFT.

Syntaxe

fsutil behavior query {disable8dot3|allowextchar|disablelastaccess|quotanotify|mftzone}

fsutil behavior set [{disable8dot3 {1|0}|allowextchar {1|0}|disablelastaccess {1|0}|quotanotify fréquence|


mftzone valeur}]

Paramètres
query
Interroge les paramètres du mode de système de fichiers.

set
Modifie les paramètres du mode de système de fichiers.

disable8dot3 {1|0}
Désactive la création de noms de fichiers de 8.3 caractères sur les volumes formatés FAT et NTFS.

allowextchar {1|0}
Détermine si les caractères du jeu de caractères étendus, y compris les signes diacritiques, peuvent
être utilisés dans les noms de fichiers courts au format 8.3 sur les volumes NTFS.

disablelastaccess {1|0}
Détermine si NTFS met à jour l'horodateur de dernier accès pour chaque répertoire lorsque celui-ci est
listé sur un volume NTFS.

quotanotify fréquence
Configure la fréquence à laquelle les violations de quotas NTFS sont signalées dans le journal système.
Entrez une valeur comprise entre 0 et 4294967295 secondes pour indiquer la fréquence à laquelle les
violations de quotas sont écrites dans le journal système. La valeur par défaut est de 1 heure
(3600 secondes).

mftzone valeur

AIEB Page 180 26/01/2011


La zone table de fichiers maîtres (MFT) est un espace réservé qui permet à MFT de s'étendre autant
que nécessaire, afin d'empêcher la fragmentation de MFT. Définissez la valeur entre 1 (par défaut) et 4
(maximum). La valeur est exprimée en huitièmes de disque.

Remarques
• La sous-commande behavior écrit les modifications dans le Registre, par conséquent, vous devez
redémarrer l'ordinateur pour que ces modifications soient prises en compte.

• Utilisation de disable8dot3 {1|0}

Lorsque disable8dot3 est défini avec la valeur 0, chaque fois que vous créez un fichier avec un nom de fichier
long, NTFS crée une seconde entrée de fichier comportant un nom de fichier de 8.3 caractères. Lorsque NTFS
crée des fichiers dans un dossier, il doit rechercher les noms de fichiers de 8.3 caractères associés aux noms
de fichiers longs.

Ce paramètre met à jour la clé de Registre

KLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\FileSystem\NtfsDisable8dot3NameCreation.
• Utilisation de allowextchar {1|0}
Ce paramètre met à jour la clé de Registre

HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\FileSystem\NtfsAllowExtendedCharacterIn8dot3Name.
• Utilisation de disablelastaccess {1|0}

Le paramètre disablelastaccess permet de réduire l'impact de journalisation de la mise à jour de l'horodateur


de dernier accès sur les dossiers et répertoires. La désactivation de l'heure de dernier accès améliore la vitesse
d'accès aux dossiers et fichiers.

Chaque fichier ou dossier présent sur un volume NTFS contient un attribut appelé Heure de dernier accès. Cet
attribut définit l'heure du dernier accès au fichier ou dossier, par exemple, lorsqu'un utilisateur affiche une liste
de dossiers, ajoute des fichiers à un dossier, lit ou modifie un fichier. Les informations les plus récentes sur
l'heure de dernier accès sont stockées en mémoire et écrites sur le disque à deux emplacements différents. Le
premier emplacement est représenté par l'attribut du fichier, qui fait partie de son enregistrement MFT. Le
second emplacement est représenté par l'index du répertoire contenant le fichier.

L'heure de dernier accès sur le disque n'est pas toujours actualisée. Ce décalage se produit lorsque NTFS met
du temps à écrire l'heure de dernier accès sur le disque parce que des utilisateurs ou des programmes
effectuent des opérations en lecture seule sur un fichier ou un dossier, par exemple, afficher le contenu du
dossier ou lire (mais pas modifier) un fichier du dossier. Si l'heure de dernier accès est actualisée sur le disque
pour les opérations de lecture, toutes les opérations de lecture deviennent des opérations d'écriture, ce qui a un
impact sur les performances de NTFS.

Remarquez que les requêtes d'heure de dernier accès portant sur des fichiers restent précises même si toutes
les valeurs sur disque ne sont pas actualisées. NTFS renvoie le résultat approprié lors des requêtes, car la
valeur précise est stockée en mémoire.

NTFS met généralement à jour l'attribut d'un fichier sur le disque lorsque la valeur actuellement en mémoire de
l'heure de dernier accès diffère de plus d'une heure de l'heure de dernier accès stockée sur disque, ou lorsque
toutes les références au fichier en mémoire ont disparu, quelle que soit la valeur la plus récente. Par exemple,
si la valeur actuelle de l'heure de dernier accès à un fichier est 13:00, et que vous lisez le fichier à 13:30, NTFS
ne met pas à jour l'heure de dernier accès. Si vous lisez de nouveau le fichier à 14:00, NTFS met à jour l'heure
de dernier accès dans l'attribut du fichier pour refléter la valeur 14:00 car l'attribut du fichier affiche 13:00 alors
que l'heure de dernier accès stockée en mémoire affiche 14:00.
NTFS met à jour l'index du répertoire contenant le fichier lorsqu'il met à jour l'heure de dernier accès au fichier ;
en outre, il détecte que l'heure de dernier accès au fichier diffère de plus d'une heure de l'heure de dernier
accès stockée dans l'index du répertoire. Cette mise à jour se produit généralement après qu'un programme a
fermé le handle permettant d'accéder à un fichier du répertoire. Si l'utilisateur conserve le handle ouvert
pendant une période étendue, un décalage se produit avant que la modification ne s'affiche dans l'entrée
d'index du répertoire.

AIEB Page 181 26/01/2011


Remarquez qu'une heure représente le délai de report maximal utilisé par NTFS pour mettre à jour l'heure de
dernier accès sur le disque. Si NTFS doit mettre à jour d'autres attributs du fichier tels que l'heure de dernière
modification, et qu'une mise à jour de l'heure de dernier accès est en attente, NTFS met à jour l'heure de
dernier accès en même temps que les autres mises à jour sans provoquer d'impact supplémentaire sur les
performances.

Remarquez que l'utilisation du paramètre disablelastaccess peut affecter des programmes tels que la
sauvegarde et le stockage étendu qui reposent sur cette fonctionnalité.

Ce paramètre met à jour la clé de Registre

KLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\FileSystem\NtfsDisableLastAccessUpdate.

• Utilisation de mftzone valeur

La valeur est une approximation de la taille initiale de MFT ajoutée à celle de la zone MFT d'un nouveau
volume, et est définie lors du montage de chaque système de fichiers. Au fur et à mesure de l'utilisation de
l'espace sur le volume, NTFS ajuste l'espace réservé à la croissance ultérieure de MFT. Si la zone MFT est
déjà grande, la taille totale de la zone MFT n'est pas réservée à nouveau. Étant donné que la zone MFT est
basée sur la plage contiguë située après la fin de MFT, elle se réduit proportionnellement à l'espace utilisé.

Le système de fichiers ne redétermine pas l'emplacement de la zone MFT tant que la zone MFT actuelle n'est
pas complètement utilisée. Cette situation ne se produit pas sur un système ordinaire.

Fsutil: dirty
Détermine si un bit d'impureté du volume est défini. Définit le bit d'impureté d'un volume. Si le bit d'impureté
d'un volume est défini, autochk vérifie automatiquement ce volume lors du prochain redémarrage de
l'ordinateur.

Syntaxe
fsutil dirty {query|set} Chemin

Paramètres
query
Interroge le bit d'impureté.

set
Définit le bit d'impureté d'un volume.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Remarques
• Si le bit d'impureté d'un volume est défini, cela indique que le système de fichiers est peut-être dans un
état non cohérent. Le bit d'impureté peut être défini parce que le volume est en ligne et qu'il fait l'objet
d'importantes modifications, parce que des modifications ont été apportées au volume et que
l'ordinateur a été arrêté avant l'écriture des modifications sur le disque, ou encore parce que des
erreurs ont été détectées sur le volume. Si le bit d'impureté est défini au redémarrage de l'ordinateur,
chkdsk s'exécute pour vérifier la cohérence du volume.
Chaque fois que Windows XP démarre, Autochk.exe est appelé par le noyau pour analyser tous les volumes et
vérifier si le bit d'impureté du volume est défini. Si le bit d'impureté est défini, autochk exécute immédiatement
chkdsk /f sur ce volume. Chkdsk /f vérifie l'intégrité du système de fichiers et tente de résoudre les problèmes
liés au volume.

Exemples

AIEB Page 182 26/01/2011


Pour interroger le bit d'impureté sur le lecteur C, tapez :

fsutil dirty query C:

Exemple de sortie :
L'intégrité du volume C: est incertaine

ou
Le volume C: est intègre

Pour définir le bit d'impureté sur le lecteur C, tapez :

fsutil dirty set C:

Fsutil: file
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Recherche un fichier à partir de l'identificateur de
sécurité, interroge les plages allouées d'un fichier, définit le nom court, la longueur de données valides ou les
données égales à zéro d'un fichier, ou crée un fichier.

Syntaxe
fsutil file [createnew] Chemin Longueur

fsutil file [findbysid] Utilisateur Chemin

fsutil file [queryallocranges] offset=Offset length=Longueur Chemin

fsutil file [setshortname] Chemin NomCourt

fsutil file [setvaliddata] Chemin LongueurDonnées

fsutil file [setzerodata] offset=Offset length=Longueur Chemin

Paramètres
createnew
Crée un fichier avec un nom et une taille spécifiques, dont le contenu se compose de zéros.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Longueur
Spécifie la longueur de données valides du fichier.

findbysid
Recherche des fichiers sur les volumes NTFS appartenant à un utilisateur spécifique. Cet utilisateur est
identifié par son SID (identificateur de sécurité).

Utilisateur
Spécifie le nom de l'utilisateur ou son nom d'ouverture de session.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

queryallocranges
Interroge les plages allouées d'un fichier sur un volume NTFS. Cette option s'avère très utile pour
déterminer si un fichier comporte des zones fragmentées.

offset=Offset

AIEB Page 183 26/01/2011


Spécifie le début de la plage à laquelle des zéros doivent être attribués.

length=Longueur
Spécifie la longueur de la plage, en octets.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

setshortname
Définit le nom court (nom de fichier de 8.3 caractères) d'un fichier situé sur un volume NTFS.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

NomCourt
Spécifie le nom court du fichier.

setvaliddata
Définit la longueur de données valides pour un fichier situé sur un volume NTFS.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

LongueurDonnées
Spécifie la longueur du fichier, en octets.

setzerodata
Attribue des zéros à une plage (spécifiée par Offset et Longueur) d'un fichier, ce qui permet de le vider.
S'il s'agit d'un fichier fragmenté, les unités d'allocation sous-jacentes sont rendues non valides.

offset=Offset
Spécifie l'offset du fichier, c'est-à-dire le début de la plage qui doit être définie à l'aide de zéros.

length=Longueur
Spécifie la longueur de la plage à laquelle des zéros doivent être attribués.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Remarques
• Utilisation de setvaliddata

Dans NTFS, il existe deux concepts importants en matière de longueur de fichier : le marqueur de fin de fichier
(EOF) et la longueur de données valides (VDL). Le marqueur de fin de fichier (EOF) indique la longueur réelle
du fichier. La longueur de données valides identifie la longueur des données valides présentes sur le disque.
Les lectures effectuées entre la longueur de données valides et la fin de fichier retournent automatiquement 0
afin de garantir la nécessité de réutilisation de l'objet C2.

Le paramètre setvaliddata n'est disponible que pour les administrateurs car il nécessite le privilège de gestion
de volume. Cette fonctionnalité n'est requise que dans le cadre d'une utilisation avancée du multimédia ou des
réseaux système (SAN).

Exemples
Pour rechercher l'utilisateur scottb sur le lecteur C à partir de son SID, tapez :

fsutil file findbysid scottb C:\utilisat


Pour interroger les plages allouées d'un fichier sur un volume NTFS, tapez :

fsutil file queryallocranges offset=1024 length=64 C:\Temp\exemple.txt


Pour attribuer le nom court FichLong.txt au fichier NomFichierLong.txt présent sur le lecteur C, tapez :

AIEB Page 184 26/01/2011


fsutil file setshortname C:\NomFichierLong.txt FichLong.txt
Pour définir la longueur de données valides pour un fichier situé sur un volume NTFS, tapez :

fsutil file setvaliddata C:\FichTest.txt 4096


Pour attribuer des zéros à une plage d'un fichier situé sur un volume NTFS dans le but de vider le fichier,
tapez :

fsutil file setzerodata offset=100 length=150 C:\Temp\Exemple.txt

Fsutil: fsinfo
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Affiche la liste de tous les lecteurs, fournit des
informations sur le type de lecteur, le volume, les spécificités liées aux volumes NTFS ou les statistiques sur le
système de fichiers.

Syntaxe
fsutil fsinfo [drives]

fsutil fsinfo [drivetype] Chemin

fsutil fsinfo [ntfsinfo] CheminRacine

fsutil fsinfo [statistics] CheminVolume

fsutil fsinfo [volumeinfo] CheminRacine

Paramètres
drives
Affiche tous les lecteurs de l'ordinateur.

drivetype
Interroge un lecteur et affiche son type, par exemple lecteur de CD-ROM.

ntfsinfo
Affiche des informations spécifiques à NTFS concernant le volume spécifié, par exemple le nombre de
secteurs, le nombre total de clusters, les clusters libres, ainsi que le début et la fin de la zone MFT.

statistics
Affiche des statistiques sur le système de fichiers concernant le volume spécifié, par exemple les
métadonnées, le fichier journal ou les lectures et écritures MFT.

volumeinfo
Affiche des informations sur le volume spécifié, par exemple le système de fichiers ainsi que la prise en
charge ou non par le volume des noms de fichiers respectant la casse, des caractères Unicode dans
les noms de fichiers ou des quotas de disque.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

CheminRacine
Spécifie la lettre de lecteur (suivie d'un signe deux-points) du lecteur racine.

CheminVolume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Exemples

Pour déterminer le type du lecteur C, tapez :

AIEB Page 185 26/01/2011


fsutil fsinfo drivetype C:

Résultats possibles :
• Lecteur inconnu

• Ce répertoire racine n'existe pas

• Lecteur amovible, par exemple une disquette

• Lecteur fixe

• Lecteur réseau ou à distance

• Lecteur de CD-ROM

• Disque virtuel

Pour obtenir les informations relatives au volume E, tapez :

fsinfo volumeinfo E:\

Exemple de sortie :
Nom du volume :
Numéro de série du volume : 0xd0b634d9
Longueur maximale du composant : 255
Nom du système de fichiers : NTFS
Prend en charge les noms de fichiers respectant la casse
Préserve la casse des noms de fichiers
Prend en charge Unicode dans les noms de fichiers
Préserve et Applique les ACL
Prend en charge la compression de fichier
Prend en charge les quotas de disque
Prend en charge les fichiers fragmentés
Prend en charge les points d'analyse
Prend en charge les identificateurs d'objets
Prend en charge le système de fichiers cryptés
Prend en charge les flux nommés

Pour interroger le lecteur F et obtenir des informations spécifiques à NTFS, tapez :

fsutil fsinfo ntfsinfo F:\

Exemple de sortie :
NTFS Volume Serial Number : 0xe660d46a60d442cb
Number Sectors : 0x00000000010ea04f
Total Clusters : 0x000000000021d409
Free Clusters : 0x00000000000f222a
Total Reserved : 0x0000000000003550
Bytes Per Sector : 512
Bytes Per Cluster : 4096
Bytes Per FileRecord Segment : 1024
Clusters Per FileRecord Segment : 0
Mft Valid Data Length : 0x0000000003eab000
Mft Start Lcn : 0x0000000000000004
Mft2 Start Lcn : 0x000000000010ea04

AIEB Page 186 26/01/2011


Mft Zone Start : 0x0000000000003ea0
Mft Zone End : 0x0000000000004700

Pour interroger le lecteur E et obtenir des statistiques relatives au système de fichiers,


tapez :

fsinfo statistics E:
Exemple de sortie :

File System Type : NTFS


Version : 1
UserFileReads : 75021
UserFileReadBytes : 1305244512
UserDiskReads : 71213
UserFileWrites : 8037
UserFileWriteBytes : 207685440
UserDiskWrites : 5278
MetaDataReads : 14377
MetaDataReadBytes : 58888192
MetaDataDiskReads : 14773
MetaDataWrites : 18705
MetaDataWriteBytes : 138108928
MetaDataDiskWrites : 21464
MftReads : 9394
MftReadBytes : 38477824
MftWrites : 17061
MftWriteBytes : 115359744
Mft2Writes : 0
Mft2WriteBytes : 0
RootIndexReads : 0
RootIndexReadBytes : 0
RootIndexWrites : 0
RootIndexWriteBytes : 0
BitmapReads : 136
BitmapReadBytes : 557056
BitmapWrites : 1180
BitmapWriteBytes : 11161600
MftBitmapReads : 4
MftBitmapReadBytes : 16384
MftBitmapWrites : 118
MftBitmapWriteBytes : 491520
UserIndexReads : 2938
UserIndexReadBytes : 12034048
UserIndexWrites : 2738
UserIndexWriteBytes : 20615168
LogFileReads : 4
LogFileReadBytes : 16384
LogFileWrites : 8407
LogFileWriteBytes : 180936704

Fsutil: hardlink
Un lien réel est une entrée de répertoire pour un fichier. Vous pouvez considérer que chaque fichier possède au
moins un lien réel. Sur les volumes NTFS, chaque fichier peut posséder plusieurs liens réels, par conséquent,
un fichier unique peut apparaître dans de nombreux répertoires (voire dans un même répertoire sous des noms
différents).

Étant donné que tous les liens font référence au même fichier, les applications peuvent ouvrir n'importe quel lien
et modifier le fichier.

AIEB Page 187 26/01/2011


Un fichier n'est supprimé dans le système de fichiers qu'à partir du moment où tous ses liens ont été supprimés.
Après avoir créé un lien réel, les programmes peuvent l'utiliser comme n'importe quel nom de fichier.

Syntaxe
fsutil hardlink create NouveauNomFichier NomFichierExistant

Paramètres
create
Établit un lien réel NTFS entre un fichier existant et un nouveau fichier. Un lien réel NTFS est semblable
à un lien réel POSIX.

NouveauNomFichier
Spécifie le fichier vers lequel vous souhaitez créer un lien réel.

NomFichierExistant
Spécifie le fichier à partir duquel vous souhaitez créer un lien réel.

AIEB Page 188 26/01/2011


Fsutil: objectid
Généralement utilisé par les personnels de support technique.

Gère les identificateurs d'objets (également appelés OID), qui sont des objets internes utilisés par le service
Client de suivi de lien distribué (DLT) et le service de réplication de fichiers (FRS) pour effectuer le suivi d'autres
objets tels que les fichiers, répertoires et liens.

Les identificateurs d'objets sont invisibles pour la plupart des programmes et ne doivent jamais être modifiés.

Avertissement
• Vous ne devez pas supprimer, définir ou modifier de quelque manière que ce soit un identificateur
d'objet. La suppression ou la définition d'un identificateur d'objet peut entraîner la perte de données de
quelques portions d'un fichier ou de volumes entiers de données. En outre, vous risquez d'endommager
sérieusement le service Client de suivi de lien distribué (DLT) et le service de réplication de fichiers
(FRS).

Syntaxe

fsutil objectid [create] Chemin

fsutil objectid [delete] Chemin

fsutil objectid [query] Chemin

fsutil objectid [set] IDObjet IDVolumeParent IDObjetParent IDDomaine Chemin

Paramètres
create
Crée un identificateur d'objet si le fichier n'en possède pas déjà ; est équivalent à query.

delete
Supprime un identificateur d'objet.

query
Interroge un identificateur d'objet.

set
Définit un identificateur d'objet.

IDObjet
Identificateur hexadécimal de fichier de 16 octets, qui offre la garantie d'être unique sur un volume. Il
est utilisé par le service Client de suivi de lien distribué (DLT) et le service de réplication de fichiers
(FRS) pour identifier les fichiers. Tout fichier possédant un IDObjet possède également un
IDVolumeParent, un IDObjetParent et un IDDomaine. Lorsque vous déplacez un fichier, l'IDObjet peut
varier, mais l'IDVolumeParent et l'IDObjetParent restent les mêmes, ce qui permet à Windows XP de
toujours retrouver un fichier, quel que soit son emplacement.

IDVolumeParent
Identificateur hexadécimal de 16 octets qui indique le volume où se trouvait le fichier lorsqu'il a obtenu
un IDObjet pour la première fois. Cette valeur est utilisée par le service client DLT.

IDObjetParent
Identificateur hexadécimal de 16 octets qui indique l'IDObjet d'origine du fichier (remarquez que
l'IDObjet peut varier lorsqu'un fichier est déplacé). Cette valeur est utilisée par le service client DLT.

AIEB Page 189 26/01/2011


IDDomaine
Identificateur de domaine hexadécimal de 16 octets. Cette valeur n'est pas utilisée actuellement et doit
être définie à l'aide de zéros.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Exemples
Pour créer un identificateur d'objet, tapez :

fsutil objectid create C:\Temp\Exemple.txt

Pour supprimer un identificateur d'objet, tapez :

fsutil objectid delete C:\Temp\Exemple.txt

Pour interroger un identificateur d'objet, tapez :

fsutil objectid get C:\Temp\Exemple.txt

Pour définir un identificateur d'objet, tapez :

fsutil objectid set 40dff02fc9b4d4118f120090273fa9fc f86ad6865fe8d21183910008c709d19e


40dff02fc9b4d4118f120090273fa9fc 00000000000000000000000000000000 C:\Temp\Exemple.txt

Fsutil: quota
Gère les quotas de disque sur les volumes NTFS pour pouvoir offrir un contrôle plus précis du stockage réseau.

Syntaxe
fsutil quota [disable] NomVolume

fsutil quota [enforce] NomVolume

fsutil quota [modify] NomVolume Seuil Limite [NomUtilisateur]

fsutil quota [query] NomVolume

fsutil quota [track] NomVolume

fsutil quota [violations]

Paramètres
désactiver
Désactive le suivi des quotas et leur application sur le volume spécifié.

enforce
Applique les quotas sur le volume spécifié.

modify
Modifie un quota de disque existant ou crée un quota.

query
Affiche la liste des quotas de disque existants.

track
Effectue le suivi de l'utilisation du disque sur le volume spécifié.
violations

AIEB Page 190 26/01/2011


Effectue une recherche dans le journal système et le journal Applications, puis affiche un message
indiquant que des violations de quotas ont été détectées, ou qu'un utilisateur a atteint son quota.

NomVolume
Spécifie la lettre de lecteur du volume (suivie du signe des deux-points).

Seuil
Limite à partir de laquelle les avertissements sont émis.

Limite
Limite d'utilisation maximale autorisée sur le disque.

NomUtilisateur
Spécifie le domaine ou le nom d'utilisateur.

Remarques
• Les quotas de disque sont implémentés pour chaque volume et permettent d'établir des limites de
stockage aussi bien matérielles que logicielles pour chaque utilisateur.

• Vous pouvez utiliser des scripts d'écriture qui définissent des quotas à l'aide de fsutil quota chaque
fois qu'un nouvel utilisateur est ajouté, ou qui effectuent automatiquement le suivi des quotas, les
compilent dans un rapport et les envoient à l'administrateur système par courrier électronique.

Fsutil: reparsepoint
Généralement utilisé par les personnels de support technique. Interroge ou supprime des points d'analyse,
autrement dit des objets du système de fichiers NTFS qui possèdent un attribut définissable contenant des
données contrôlées par l'utilisateur, et qui permettent d'étendre les fonctionnalités du sous-système
d'entrée/sortie (E/S).

Les points d'analyse sont utilisés comme points de jonction de répertoires et comme points de montage de
volumes.

Ils sont également utilisés par les pilotes de filtre du système de fichiers pour marquer certains fichiers propres
à ce pilote.

Syntaxe
fsutil reparsepoint [query] Chemin

fsutil reparsepoint [delete] Chemin

Paramètres
query
Extrait les données de point d'analyse associées au fichier ou au répertoire identifié par le handle
spécifié.

delete
Supprime un point d'analyse du fichier ou du répertoire identifié par le handle spécifié, mais ne
supprime pas ce fichier ou ce répertoire.

Avertissement
• fsutil reparsepoint delete ne supprime que le fichier, pas ses points d'analyse. Ceci
peut entraîner des problèmes d'ouverture de fichier dans les processus ou les services qui
tentent cette opération.
Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Remarques

AIEB Page 191 26/01/2011


• Sur un volume NTFS, un fichier ou un répertoire peut contenir un point d'analyse, lequel représente un
ensemble de données définies par l'utilisateur.

Le format de ces données est compréhensible par le programme chargé de les stocker, ainsi que par
un filtre de système de fichiers, que vous installez pour l'interprétation des données et le traitement du
fichier.

Lorsqu'un programme définit un point d'analyse, il stocke les données correspondantes, ainsi qu'une
balise d'analyse, qui identifie de manière unique les données stockées.

Lorsque le système de fichiers ouvre un fichier contenant un point d'analyse, il essaie de trouver le filtre
de système de fichiers associé au format de données identifié par la balise d'analyse.

Si le filtre de système de fichiers est trouvé, celui-ci traite le fichier en fonction des données d'analyse.

En l'absence de filtre de système de fichiers, l'opération d'ouverture du fichier échoue.

Par exemple, les points d'analyse permettent d'implémenter les liens NTFS et le stockage étendu.

Le stockage étendu utilise un ensemble de règles définies par l'administrateur pour déplacer les fichiers peu
utilisés vers des périphériques de stockage à long terme, tels que des bandes ou des CD-ROM. Il utilise les
points d'analyse pour stocker les informations relatives au fichier présent dans le système de fichiers.

Ces informations sont stockées dans un fichier stub contenant un point d'analyse dont les données pointent
vers le périphérique où se trouve le fichier effectif. Le filtre de système de fichiers peut utiliser ces informations
pour extraire le fichier.

Exemples
Pour extraire les données de point d'analyse associées à C:\Serveur, tapez :

fsutil reparsepoint query C:\Serveur


Pour supprimer un point d'analyse du fichier ou répertoire spécifié, utilisez le format suivant :

fsutil reparsepoint delete C:\Serveur

Fsutil: sparse
Gère les fichiers fragmentés.

Un fichier fragmenté est un fichier dont une ou plusieurs zones contiennent des données non allouées.

Une application récupérera ces zones non allouées qui contiennent des octets possédant des valeurs nulles,
mais aucun espace disque n'est effectivement utilisé pour représenter ces valeurs nulles.

Autrement dit, toutes les données non nulles ou significatives sont allouées, alors que toutes les données non
significatives (longues chaînes de données constituées de zéros) ne sont pas allouées.

Lorsqu'un fichier fragmenté est lu, les données allouées sont renvoyées sous la forme de données stockées et
les données non allouées sont renvoyées par défaut sous la forme de valeurs nulles conformément à la
spécification d'exigence de sécurité C2.

La prise en charge des fichiers fragmentés permet de supprimer l'allocation de données à n'importe quel
emplacement du fichier.

Syntaxe

fsutil sparse [queryflag] Chemin

fsutil sparse [queryrange] Chemin


fsutil sparse [setflag] Chemin

AIEB Page 192 26/01/2011


fsutil sparse [setrange] Chemin OffsetDébut Longueur

Paramètres
queryflag
Identifie la fragmentation.

queryrange
Analyse un fichier à la recherche de plages pouvant contenir des données différentes de zéro.

setflag
Marque le fichier indiqué comme étant fragmenté.

setrange
Remplit la plage spécifiée à l'aide de zéros.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

OffsetDébut
Offset du fichier à marquer comme étant fragmenté.

Longueur
Longueur de la zone du fichier à marquer comme étant fragmentée, en octets.

Remarques
• Dans un fichier fragmenté, les plages de zéros de grande taille ne nécessitent pas d'allocation de
disque. L'espace réservé aux données différentes de zéro est alloué autant que nécessaire lors de
l'écriture du fichier.

• Seuls les fichiers compressés ou fragmentés peuvent posséder des plages de zéros identifiables par le
système d'exploitation.

• Si le fichier est fragmenté ou compressé, NTFS peut supprimer l'allocation d'espace disque dans le
fichier. Cela permet d'attribuer des zéros à la plage d'octets sans étendre la taille du fichier.

Exemple
Pour marquer un fichier comme étant fragmenté, tapez :

fsutil sparse setflag C:\Temp\Exemple.txt

Fsutil: usn
Généralement utilisé par les personnels de support technique.

Gère le journal de modification des numéros de séquence de mise à jour, qui fournit un enregistrement
persistant de toutes les modifications apportées aux fichiers du volume.

Au fur et à mesure que des fichiers, répertoires et autres objets NTFS sont ajoutés, supprimés et modifiés,
NTFS entre un enregistrement dans le journal de modification USN pour chaque volume de l'ordinateur.

Chaque enregistrement indique le type de modification et l'objet modifié. Les nouveaux enregistrements sont
ajoutés à la fin du flux.

Les programmes peuvent consulter le journal de modification USN pour déterminer toutes les modifications
apportées à un ensemble de fichiers.

AIEB Page 193 26/01/2011


Le journal de modification USN est beaucoup plus efficace qu'une vérification des horodateurs ou l'inscription
aux notifications des fichiers.

Le journal de modification USN est activé et utilisé par le service d'indexation, le service de réplication de
fichiers (FRS), le service d'installation à distance (RIS) et le stockage étendu.

Syntaxe
fsutil usn [createjournal] TailleMaximale DeltaAllocation CheminVolume

fsutil usn [deletejournal] indicateurs CheminVolume

fsutil usn [enumdata] RéfFichier UsnInférieur UsnSupérieur Chemin

fsutil usn [queryjournal] CheminVolume

fsutil usn [readdata] Chemin

Paramètres

createjournal
Crée un journal de modification USN.

m=TailleMaximale
Spécifie la taille maximale, en octets, allouée par NTFS au journal de modification.

a=DeltaAllocation
Spécifie la taille, en octets, de l'allocation de mémoire ajoutée à la fin et supprimée au début du journal
de modification.

CheminVolume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

deletejournal
Supprime ou désactive un journal de modification USN actif.

indicateurs
/D: Désactive un journal de modification USN actif et renvoie un contrôle d'E/S pendant la désactivation
du journal de modification.
/N: Désactive un journal de modification USN actif et renvoie un contrôle d'E/S uniquement après la
désactivation du journal de modification.

CheminVolume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

enumdata
Énumère et affiche la liste des entrées du journal de modification entre deux limites spécifiées.

RéfFichier
Position ordinale dans les fichiers du volume à laquelle l'énumération doit commencer.

UsnInférieur
Limite inférieure de la plage de valeurs USN utilisée pour filtrer les enregistrements renvoyés. Seuls les
enregistrements dont l'USN du dernier journal de modification est compris entre les valeurs membres
UsnInférieur et UsnSupérieur sont renvoyés.

UsnSupérieur
Limite supérieure de la plage de valeurs USN utilisée pour filtrer les fichiers renvoyés.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

AIEB Page 194 26/01/2011


queryjournal
Interroge les données USN d'un volume pour rassembler des informations sur le journal de modification
en cours, ses enregistrements et sa capacité.

CheminVolume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

readdata
Lit les données USN d'un fichier.

Chemin
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Remarques
• Utilisation de createjournal

Si un journal de modification existe déjà sur un volume, le paramètre createjournal met à jour les paramètres
TailleMaximale et DeltaAllocation du journal de modification.

Cela vous permet d'étendre le nombre d'enregistrements gérés par un journal actif sans devoir le désactiver. Si
vous spécifiez zéro pour TailleMaximale et DeltaAllocation, le système choisit une valeur par défaut basée sur
la taille du volume.
• Utilisation de m=TailleMaximale

La taille du journal de modification peut s'accroître au-delà de cette valeur cible, mais le journal de modification
est tronqué au prochain point de contrôle NTFS à une valeur inférieure. NTFS examine le journal de
modification et le réduit lorsque sa taille dépasse la valeur de TailleMaximale ajoutée à la valeur de
DeltaAllocation.

Aux points de contrôle NTFS, le système d'exploitation écrit des enregistrements dans le fichier journal NTFS
qui permettent à NTFS de déterminer le traitement nécessaire lors de la récupération d'une défaillance.
• Utilisation de a=DeltaAllocation

La taille du journal de modification peut s'accroître au-delà de la somme des valeurs de TailleMaximale et
DeltaAllocation avant d'être réduite.
• Utilisation de deletejournal

La suppression ou la désactivation d'un journal actif est souvent une opération fastidieuse, car le système doit
accéder à tous les enregistrements de la ta ble de fichiers maîtres (MFT) et attribuer la valeur zéro au dernier
attribut USN.

Ce processus peut durer plusieurs minutes et se poursuivre après le redémarrage du système, si nécessaire.

Durant ce processus, le journal de modification n'est pas considéré comme étant actif, ni comme étant
désactivé. Pendant que le système désactive le journal, son accès est impossible ; par conséquent, toutes les
opérations du journal renvoient des erreurs.

Vous devez faire preuve de prudence lorsque vous désactivez un journal actif, car cette opération affecte
négativement les autres applications qui utilisent le journal.

Exemples
Pour créer un journal de modification USN sur le lecteur C, tapez :

fsutil usn createjournal m=1000 a=100 C:

Pour supprimer un journal de modification USN actif sur le lecteur C, tapez :

fsutil usn deletejournal /D C:

AIEB Page 195 26/01/2011


Pour énumérer et afficher la liste des entrées du journal de modification entre deux limites spécifiées sur le
lecteur C, tapez :

fsutil usn enumdata 1 0 1 C:

Pour interroger les données USN d'un volume sur le lecteur C, tapez :

fsutil usn queryjournal C:

Pour lire les données USN d'un fichier dans le dossier temporaire du lecteur C, tapez :

fsutil usn readdata C:\Temp\exemple.txt

Fsutil: volume
Gère un volume. Démonte un volume ou envoie une requête pour voir le montant d'espace disque disponible.

Syntaxe

fsutil volume [diskfree] NomLecteur

fsutil volume [dismount] CheminVolume

Paramètres
diskfree
Détermine l'espace disponible d'un volume.

NomLecteur
Spécifie la lettre de lecteur (suivie d'un signe deux-points).

démonter
Démonte un volume.

CheminVolume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume.

Exemples
• Pour démonter un volume sur le lecteur C, tapez :

fsutil volume dismount C:

• Pour déterminer l'espace disponible d'un volume sur le lecteur C, tapez :

fsutil volume diskfree C:

fsutil

---- Commandes prises en charge ----

behavior Contrôle le mode du système de fichiers

dirty Gère le bit d'impureté du volume

file Commandes fichier spécifiques

fsinfo Informations du système de fichiers

hardlink Gestion des liaisons permanentes

AIEB Page 196 26/01/2011


objectid Gestion des ID objets

quota Gestion des quotas

reparsepoint Gestion du point d'analyse

sparse Contrôle de fragmentation des fichiers

usn Gestion USN

volume Gestion du volume

AIEB Page 197 26/01/2011


FTP (Help et Microsoft)
Transfère des fichiers vers et depuis un ordinateur exécutant un service de serveur FTP (File Transfer Protocol)
comme les Services Internet (IIS, Internet Information Services).

La commande Ftp peut être utilisée de façon interactive ou en mode par lot en traitant des fichiers texte ASCII.

Syntaxe
ftp [-v] [-d] [-i] [-n] [-g] [-s:NomFichier] [-a] [-w:TailleTampon] [-A] [Hôte]

Paramètres
-v
Supprime l'affichage des réponses du serveur FTP.

-d
Active le débogage (affichage de toutes les commandes transmises entre le client FTP et le serveur
FTP).

-i
Désactive les messages interactifs lors des transferts de plusieurs fichiers.

-n
Supprime la possibilité d'ouvrir automatiquement une session quand la connexion initiale est établie.

-g
Désactive l'utilisation des caractères génériques dans les noms de fichier. La commande Glob permet
l'utilisation de l'astérisque (*) et du point d'interrogation (?) comme caractères génériques dans les
noms de fichiers et les chemins d'accès locaux. Pour plus d'informations, voir Ftp: Glob.

-s:NomFichier
Spécifie un fichier texte qui contient des commandes ftp. Ces commandes s'exécutent
automatiquement après le démarrage de ftp. Ce paramètre n'autorise pas l'utilisation des espaces.
Utilisez ce paramètre au lieu du signe de redirection (<).

-a
Spécifie que toutes les interfaces locales peuvent être utilisées à l'établissement de la connexion aux
données FTP.

-w:TailleTampon
Spécifie la taille du tampon de transfert. La taille par défaut de ce tampon est 4 096 octets.

-A
Ouvre une session sur le serveur FTP comme utilisateur anonyme.

Hôte
Spécifie le nom d'ordinateur, l'adresse IP ou l'adresse IPv6 du serveur FTP auquel il faut se connecter.
L'adresse ou le nom de l'hôte, s'ils sont spécifiés, doit figurer comme dernier paramètre de la ligne.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commande.

AIEB Page 198 26/01/2011


Remarques
• Vous devez préfixer les paramètres de ftp avec un trait d'union (-) au lieu d'une barre oblique (/).

• Les paramètres de la commande en ligne Ftp respectent les majuscules et les minuscules.

Cette commande est disponible seulement si le Internet Protocol (TCP/IP) est installé comme composant dans
les propriétés d'une carte réseau dans Connexions réseau.
• La commande Ftp peut être utilisée de manière interactive. Après avoir démarré, ftp crée un sous-
environnement où vous pouvez utiliser les commandes ftp. Vous pouvez revenir à l'invite de
commande en tapant la commande quit. Le fait que le sous-environnement ftp est en cours d'exécution
est indiqué par l'invite de commande ftp >.

• Pour plus d'informations sur les sous-commandes ftp, voir les Rubriques connexes.

• Ftp prend en charge l'utilisation de IPv6 quand le protocole IPv6 est installé. Pour plus d'informations,
voir IP version 6 et Applications IPv6.

Exemples
Pour vous connecter au serveur FTP ftp.exemple.microsoft.com, tapez la commande suivante :

ftp ftp.exemple.microsoft.com
Pour vous connecter anonymement au serveur FTP ftp.exemple.microsoft.com, tapez la commande suivante :

ftp -A ftp.exemple.microsoft.com
Pour vous connecter au serveur FTP ftp.exemple.microsoft.com et exécuter les commandes ftp contenues
dans un fichier appelé Resynch.txt, tapez la commande suivante :

ftp -s:resynch.txt ftp.exemple.microsoft.com

FTP /?
renvoie hôte inconnu

AIEB Page 199 26/01/2011


Sous commandes Ftp (Help et Microsoft)
Ftp : !
Permet de sortir temporairement du sous-système ftp pour une invite de commande, de façon à permettre
l'exécution de commandes Windows XP. Pour revenir au sous-système ftp, tapez exit à l'invite de commande.

Syntaxe
!

Remarques
Utilisez ! pour exécuter des commandes Windows XP sans quitter ftp.

Ftp : help
Affiche les descriptions des sous-commandes ftp.

Syntaxe
help [Commande]

Paramètres
Commande
Spécifie le nom de la commande dont vous voulez la description. Si le paramètre Commande n'est pas
spécifié, une liste de toutes les commandes est affichée.

Ftp : append
Ajoute un fichier local à la suite d'un fichier sur l'ordinateur distant avec le mode de transfert de fichier en cours.

Syntaxe
append FichierLocal [Fichier Distant]

Paramètres
FichierLocal
Spécifie le fichier local à ajouter.

FichierDistant
Spécifie le fichier de l'ordinateur distant auquel le FichierLocal doit être ajouté.

Remarques
• Si FichierDistant n'est pas indiqué, le nom du FichierLocal est utilisé à la place du nom du fichier
distant.

Ftp : ascii
Définit le mode de transfert de fichier à ASCII.

Syntaxe

ascii

Remarques
• Le mode de transfert de fichier est ASCII par défaut.

AIEB Page 200 26/01/2011


• En mode ASCII, les conversions de caractères de et vers le jeu de caractères standard du réseau sont
effectuées. Par exemple, les caractères de fin de ligne sont convertis en fonction du système
d'exploitation cible.

• Ftp prend en charge deux modes de transfert de fichiers : ASCII et image binaire. Vous devez utiliser le
mode ASCII quand vous transférez des fichiers texte. Pour plus d'informations sur le mode de transfert
de fichier binaire, voir Ftp : binary dans les rubriques connexes.

Ftp : bell
Génère une indication sonore à l'issue de chaque commande de transfert de fichiers.

Syntaxe

bell

Remarques
• Par défaut, bell est désactivée.

Ftp : binary
Définit le mode de transfert de fichier à binaire.

Syntaxe

binary

Remarques
• Ftp prend en charge deux modes de transfert de fichiers : ASCII et image binaire. Vous devez utiliser le
mode binaire quand vous transférez des fichiers exécutables. En mode binaire, le fichier sont transférés
par unités d'un octet. Pour plus d'informations sur les transferts de fichier en mode ASCII, voir Ftp :
Ascii dans les rubriques connexes.

Ftp : bye
Ferme la session FTP avec l'ordinateur distant et quitte ftp.

Syntaxe

bye

Ftp : cd
Change le répertoire de travail sur l'ordinateur distant.

Syntaxe

cd RépertoireDistant

Paramètres
RépertoireDistant
Spécifie le nouveau répertoire de travail sur l'ordinateur distant.

AIEB Page 201 26/01/2011


Ftp : close
Ferme la session FTP avec le serveur distant et reste à l'invite ftp>.

Syntaxe

close

Ftp : debug
Active ou désactive le débogage.

Syntaxe

debug

Remarques
• Par défaut, le débogage est désactivé.

• Lorsque le débogage est activé, chaque commande transmise à l'ordinateur distant est affichée,
précédée du caractère « plus grand que » (>).

Ftp : delete
Supprime des fichiers sur des ordinateurs distants.

Syntaxe
delete FichierDistant

Paramètres
FichierDistant
Spécifie le fichier à supprimer.

Ftp : dir
Affiche une liste des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire sur un ordinateur distant.

Syntaxe
dir [RépertoireDistant] [FichierLocal]

Paramètres
RépertoireDistant
Spécifie le répertoire dont vous voulez voir la liste du contenu. Si aucun répertoire n'est spécifié, le
répertoire de travail en cours de l'ordinateur distant est utilisé.

FichierLocal
Spécifie le fichier local dans lequel la liste sera placée. Si aucun fichier local n'est spécifié, les résultats
apparaissent à l'écran.

Ftp : disconnect
Déconnecte l'ordinateur distant et maintient l'invite ftp>.

Syntaxe
disconnect

AIEB Page 202 26/01/2011


Ftp : get
Copie un fichier distant sur l'ordinateur local en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
get FichierDistant [FichierLocal]

Paramètres
FichierDistant
Spécifie le fichier distant à copier.

FichierLocal
Spécifie le nom de fichier à utiliser sur l'ordinateur local.

Remarques
• Si FichierLocal n'est pas spécifié, le fichier reçoit le nom FichierDistant.

• La commande get est identique à la commande recv.

Ftp : glob
Active ou désactive l'utilisation de caractères génériques pour les noms de fichiers locaux.

Syntaxe
glob

Remarques
• Par défaut, l'utilisation de caractères génériques est activée.

• L'activation de cette commande permet l'utilisation de l'astérisque (*) et du point d'interrogation (?)
comme caractères génériques dans les noms de fichiers et les chemins d'accès locaux.

Ftp : hash
Active ou désactive l'impression du signe # pour chaque bloc de données transféré.

Syntaxe
hash

Remarques
• La taille de chaque bloc de données est de 2 048 octets.

• Par défaut, la commande hash est désactivée.

Ftp : help
Affiche les descriptions des sous-commandes ftp.

Syntaxe
help [Commande]
? [Commande]

Paramètres
Commande

AIEB Page 203 26/01/2011


Spécifie le nom de la commande dont vous voulez la description. Si le paramètre Commande n'est pas
spécifié, une liste de toutes les commandes est affichée.

Ftp : lcd
Change le répertoire de travail sur l'ordinateur local. Par défaut, le répertoire de travail est celui dans lequel ftp
est lancé.

Syntaxe
lcd [Répertoire]

Paramètres
Répertoire
Spécifie le nouveau répertoire de travail sur l'ordinateur local. Si le paramètre Répertoire n'est pas
spécifié, c'est le répertoire de travail en cours de l'ordinateur local qui est affiché.

Ftp : literal
Envoie des arguments mot pour mot au serveur FTP distant. Un seul code de réponse FTP est renvoyé.

Syntaxe
literal Argument [ ...]

Paramètres
Argument
Spécifie l'argument à transmettre au serveur FTP.

Ftp : ls
Affiche une liste abrégée des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire distant.

Syntaxe
ls [RépertoireDistant] [FichierLocal]

Paramètres
RépertoireDistant
Spécifie le répertoire dont vous souhaitez afficher le contenu. Si aucun répertoire n'est spécifié, le
répertoire de travail en cours de l'ordinateur distant est utilisé.

FichierLocal
Spécifie un fichier local dans lequel la liste sera placée. Si aucun fichier local n'est spécifié, les résultats
apparaissent à l'écran.

Ftp : mdelete
Supprime des fichiers sur des ordinateurs distants.

Syntaxe
mdelete FichiersDistants [ ...]

Paramètres
FichiersDistants
Spécifie les fichiers distants à supprimer.

AIEB Page 204 26/01/2011


Ftp : mdir
Affiche une liste des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire distant.

Syntaxe
mdir FichiersDistants [ ...] FichierLocal

Paramètres
FichiersDistants
Spécifie le répertoire dont vous souhaitez voir le contenu.

FichierLocal
Spécifie le fichier local dans lequel la liste sera placée.

Remarques
• Vous pouvez utiliser mdir pour désigner plusieurs fichiers.

• Spécification de FichiersDistants

Tapez un trait d'union (-) pour utiliser le répertoire de travail en cours sur l'ordinateur distant.
• Spécification d'un FichierLocal

Tapez un trait d'union (-) pour afficher la liste à l'écran.

Ftp : mget
Copie des fichiers distants sur l'ordinateur local en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
mget FichiersDistants [ ...]

Paramètres
FichiersDistants
Spécifie les fichiers distants à copier sur l'ordinateur local

Ftp : mkdir
Crée un répertoire sur l'ordinateur distant.

Syntaxe
mkdir Répertoire

Paramètres
Répertoire
Spécifie le nom du nouveau répertoire distant.

Ftp : mls
Affiche une liste abrégée des fichiers et des sous-répertoires d'un répertoire distant.

Syntaxe
mls FichiersDistants [ ...] FichierLocal

Paramètres
FichiersDistants
Spécifie les fichiers dont vous souhaitez afficher la liste.

AIEB Page 205 26/01/2011


FichierLocal
Spécifie le fichier local dans lequel la liste sera placée.

Remarques
• Spécification des FichiersDistants

Tapez un trait d'union (-) pour utiliser le répertoire de travail en cours sur l'ordinateur distant.
• Spécification d'un FichierLocal

Tapez un trait d'union (-) pour afficher la liste à l'écran.

Ftp : mput
Copie des fichiers locaux sur l'ordinateur distant en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
mput FichiersLocaux [ ...]

Paramètres
FichiersLocaux
Spécifie les fichiers locaux à copier sur l'ordinateur distant.

Ftp : open
Se connecte au serveur FTP spécifié.

Syntaxe
open Ordinateur [Port]

Paramètres
Ordinateur
Requis. Spécifie l'ordinateur distant auquel vous voulez vous connecter.
Port
Spécifie un numéro de port TCP à utiliser pour contacter un serveur FTP. Par défaut, c'est le port TCP
21 qui est utilisé.

Remarques
• Vous pouvez utiliser une adresse IP ou un nom d'ordinateur (auquel cas un serveur DNS ou un fichier
Hosts doit être disponible) pour spécifier Ordinateur.

Si la connexion automatique est activée, ftp essaie de connecter automatiquement l'utilisateur au


serveur FTP. Pour plus d'informations sur la désactivation de la connexion automatique avec ftp, voir
les rubriques connexes.

Ftp : prompt
Active ou désactive le mode prompt.

Syntaxe
prompt

Remarques
• Par défaut, le mode prompt est activé.

• Ftp affiche des invites lors des transferts portant sur plusieurs fichiers pour vous permettre d'extraire ou
de stocker sélectivement des fichiers. Mget et mput transfèrent tous les fichiers si invite est désactivé.

AIEB Page 206 26/01/2011


Ftp : put
Copie un fichier local sur l'ordinateur distant en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
put FichierLocal [FichierDistant]

Paramètres
FichierLocal
Spécifie le fichier local à copier.

FichierDistant
Spécifie le nom à utiliser sur l'ordinateur distant.

Remarques
• Si FichierDistant n'est pas spécifié, le fichier reçoit le nom FichierLocal.

Ftp : pwd
Imprime le répertoire en cours sur l'ordinateur distant.

Syntaxe
Pwd

Ftp : quit
Ferme la session FTP avec l'ordinateur distant et quitte ftp pour l'invite de commande.

Syntaxe
Quit

Ftp : quote
Envoie des arguments mot pour mot au serveur FTP distant. Un seul code de réponse FTP est renvoyé.

Syntaxe
quote Argument [ ...]

Paramètres
Argument
Spécifie l'argument à transmettre au serveur FTP.

Remarques
• La commande quote est identique à la commande literal.

AIEB Page 207 26/01/2011


Ftp : recv
Copie un fichier distant sur l'ordinateur local en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
recv FichierDistant [FichierLocal]

Paramètres
FichierDistant
Spécifie le fichier distant à copier.

FichierLocal
Spécifie le nom à utiliser sur l'ordinateur local.

Remarques
• La commande recv est identique à la commande get.

• Si FichierLocal n'est pas spécifié, le fichier reçoit le nom FichierDistant

Ftp : remotehelp
Affiche l'aide pour des commandes distantes.

Syntaxe
remotehelp [Commande]

Paramètres
Commande
Spécifie le nom de la commande sur laquelle vous voulez de l'aide. Si le paramètre commande n'est
pas spécifié, ftp affiche une liste de toutes les commandes distantes.

Ftp : rename
Renomme des fichiers distants.

Syntaxe
rename NomFichier NouveauNomFichier

Paramètres
NomFichier
Spécifie le fichier à renommer.

NouveauNomFichier
Spécifie le nouveau nom de fichier.

Ftp : rmdir
Supprime un répertoire distant.

Syntaxe
rmdir Répertoire

Paramètres
Répertoire
Spécifie le nom du répertoire distant à supprimer.

AIEB Page 208 26/01/2011


Ftp : send
Copie un fichier local sur l'ordinateur distant en utilisant le mode de transfert de fichiers en cours.

Syntaxe
send FichierLocal [FichierDistant]

Paramètres
FichierLocal
Spécifie le fichier local à copier.

FichierDistant
Spécifie le nom à utiliser sur l'ordinateur distant.

Remarques
• La commande send est identique à la commande put.

• Si FichierDistant n'est pas spécifié, le fichier reçoit le nom FichierLocal.

Ftp : status
Affiche l'état actuel des connexions FTP.

Syntaxe
status

Ftp : trace
Active ou désactive le suivi des paquets.

Syntaxe
trace

Remarques
• Trace affiche la série d'appels aux fonctions FTP internes lors de l'exécution d'une commande ftp.

Ftp : type
Sélectionne ou affiche le mode de transfert de fichiers.

Syntaxe
type [NomType]

Paramètres
NomType
Spécifie le mode de transfert des fichiers.

Remarques
• Si le paramètre NomType n'est pas spécifié, c'est le mode en cours qui est affiché.

• Ftp prend en charge deux modes de transfert de fichiers : ASCII et binaire.

Le mode de transfert par défaut est le mode ASCII. La commande ascii doit être utilisée lors du transfert de
fichiers texte. En mode ASCII, les conversions de caractères de et vers le jeu de caractères standard du réseau
sont effectuées. Par exemple, les caractères de fin de ligne sont convertis si nécessaire, en fonction du
système d'exploitation cible.

AIEB Page 209 26/01/2011


La commande binary doit être utilisée pour transférer des fichiers exécutables. En mode binaire, les fichiers
sont transférés par unités d'un octet.

Ftp : user
Spécifie un utilisateur à l'ordinateur distant.

Syntaxe
user NomUtilisateur [MotDePasse] [Compte]

Paramètres
NomUtilisateur
Spécifie le nom d'utilisateur employé pour se connecter à l'ordinateur distant.

MotDePasse
Spécifie le mot de passe de l'utilisateur NomUtilisateur. Si un mot de passe n'est pas spécifié mais qu'il
est requis, ftp demande d'entrer ce mot de passe.

Compte
Spécifie le compte à utiliser pour se connecter à l'ordinateur distant. Si un Compte n'est pas spécifié
mais qu'il est requis, ftp demande d'entrer ce compte.

Ftp : verbose
Active ou désactive le mode verbose.

Syntaxe
verbose
v

Remarques
• Par défaut, verbose est activé. Quand verbose est activé, les réponses de ftp sont affichées. Quand
un transfert de fichiers est terminé, des statistiques sur l'efficacité du transfert sont également affichées.

AIEB Page 210 26/01/2011


FTYPE (Help et Microsoft)
Affiche ou modifie les types des fichiers employés dans les associations d'extensions de fichiers.

Utilisé sans paramètres, ftype affiche les types de fichiers possédant des chaînes de commandes d'ouverture
définies.

Syntaxe
Ftype [TypeFichier[=[ChaîneCommandeOuverture]]]

Paramètres
TypeFichier
Spécifie le type de fichier que vous voulez afficher ou modifier.

ChaîneCommandeOuverture
Spécifie la commande d'ouverture à utiliser pour ouvrir les fichiers de ce type.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Dans ChaîneCommandeOuverture, ftype substitue les variables suivantes :

o %0 ou %1 sont remplacées par le nom du fichier à ouvrir.

o %* est remplacée par tous les paramètres.

o %~n est remplacée par tous les paramètres restants, en commençant par le paramètre nième,
où n correspond à n'importe quel nombre compris entre 2 et 9.

o %2 est remplacée par le premier paramètre, %3 par le deuxième, etc.

Exemples
Pour afficher les types de fichiers actuels possédant des chaînes de commandes d'ouverture définies, tapez :

ftype

Pour afficher la chaîne de commande d'ouverture en cours pour un type de fichier spécifique, tapez :

ftype TypeFichier

Pour supprimer la chaîne de commande d'ouverture d'un type de fichier spécifique, tapez :

ftype TypeFichier=

Type :

ASSOC .pl=PerlScript FTYPE PerlScript=perl.exe %1 %*


Pour appeler le script Perl, tapez : script.pl 1 2 3

Pour ne plus avoir à taper les extensions, tapez :

set PATHEXT=.pl;%PATHEXT%

Pour appeler le script Perl, tapez :


script 1 2 3

AIEB Page 211 26/01/2011


FTYPE [TypeFichier[=[CommandeOuverture]]]

TypeFichier Spécifie le type de fichier à examiner ou à modifier


CommandeOuverture Spécifie la commande d'ouverture à utiliser lors du démarrage des
fichiers de ce type.

Entrez FTYPE sans paramètre pour afficher les types de fichiers qui ont actuellement une commande
d'ouverture définie.

FTYPE est appelé avec un seul type de fichier, il affiche la chaîne de la commande d'ouverture actuelle
pour ce type de fichier.

Ne spécifiez aucune commande d'ouverture pour supprimer la chaîne de commande d'ouverture pour
un type de fichier.

À l'intérieur d'une commande d'ouverture, %0 ou %1 sont remplacés par les noms de fichiers démarrés
via l'association. %* prend tous les paramètres et %2 représente le premier, %3 le deuxième, etc. %~n
prend les paramètres restants, en commençant par le énième, où n est compris entre 2 et 9 inclus. Par
exemple :

ASSOC .pl=PerlScript

FTYPE PerlScript=perl.exe %1 %*

vous permet d'appeler un script Perl comme suit :

script.pl 1 2 3

Si vous voulez éliminer le besoin d'entrer les extensions, exécutez ceci :

set PATHEXT=.pl;%PATHEXT%

et le script peut être appeler comme suit :

script 1 2 3

AIEB Page 212 26/01/2011


Getmac (Help et Microsoft)
Renvoie l'adresse de contrôle d'accès au média (MAC) et la liste des protocoles réseau associés à chaque
adresse pour toutes les cartes réseau de chaque ordinateur, aussi bien localement que sur le réseau.

Syntaxe
getmac[.exe] [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur [/p MotDePasse]]] [/fo {TABLE|LIST|CSV}] [/nh] [/v]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant (n'utilisez pas de barres obliques inverses). Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. Il s'agit par défaut des autorisations de l'utilisateur actuellement connecté sur
l'ordinateur d'où provient la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/fo {TABLE|LIST|CSV}
Spécifie le format à utiliser pour la sortie de la requête. Les valeurs valides sont TABLE, LIST et CSV.
Le format de sortie par défaut est TABLE.

/nh
Supprime l'en-tête de colonne dans la sortie. Valide lorsque le paramètre /fo est TABLE ou CSV.

/v
Spécifie que le résultat affiché doit comporter des informations détaillées.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarque
• Getmac peut être utile pour entrer l'adresse MAC dans un analyseur de réseau ou pour déterminer les
protocoles actuellement utilisés sur chaque carte réseau d'un ordinateur.

Exemples
Les exemples suivants montrent comment utiliser la commande getmac :

getmac /fo table /nh /v

getmac /s srvmain

getmac /s srvmain /u maindom\hiropln

getmac /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23

getmac /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /fo list /v

getmac /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /fo table /nh

F:\>getmac /?

AIEB Page 213 26/01/2011


GETMAC [/S système [/U nom_utilisateur [/P [mot_passe]]]] [/FO format] [/NH] [/V]

Description :

Cet outil de ligne de commande permet à un administrateur d'afficher l'adresse MAC d'une ou plusieurs
cartes réseaux sur un système

Liste de paramètres :
/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilisateur Spécifie le contexte utilisateur dans lequel sous lequel la commande doit
s'exécuter.

/P [mot de passe] Spécifie le mot de passe du contexte contexte utilisateur donné. Il est
demandé s'il est omis de la ligne de commande.

/FO format Spécifie le format dans lequel la sortie doit être affichée.
Valeurs autorisées : "TABLE", "LIST", "CSV".

/V Spécifie que les informations détaillées doivent être affichées dans la


sortie.

/NH Spécifie que les en-têtes de colonnes ne doivent pas apparaître dans la
sortie.
Ceci n'est valide que pour les formats TABLE et CSV.

Exemples :

GETMAC /FO csv

GETMAC /S system /NH /V

GETMAC /S système /U utilisateur

GETMAC /S système /U domaine\utilisateur /P mot de passe /FO liste /V

GETMAC /S système -u domaine\utilisateur -p mot de passe -fo table -nh

AIEB Page 214 26/01/2011


GOTO (Help et Microsoft)
Dans un programme de commandes, renvoie Windows XP à une ligne identifiée par une étiquette. Lorsque
l'étiquette est trouvée, les commandes commençant à la ligne suivante sont traitées.

Syntaxe
goto Étiquette

Paramètres
Étiquette
Spécifie la ligne du programme de commandes à laquelle vous souhaitez aller.

Remarques
• Utilisation d'extensions de commandes

Si les extensions de commandes sont activées (option par défaut) et que vous utilisez la commande goto avec
l'étiquette cible :EOF, vous transférez le contrôle à la fin du fichier de script de commandes en cours pour sortir
du fichier sans définir d'étiquette. Lorsque vous utilisez goto avec l'étiquette :EOF, vous devez insérer le signe
des deux-points devant l'étiquette. Exemple :

goto :EOF

Pour obtenir une description des extensions utiles à la commande call, consultez cmd dans les rubriques
connexes.
• Utilisation de valeurs d'étiquettes valides

Vous pouvez utiliser des espaces dans le paramètre étiquette, mais vous ne pouvez pas inclure d'autres
séparateurs (par exemple, le signe du point-virgule ou le signe égal). La commande goto n'utilise que les huit
premiers caractères d'une étiquette. Par exemple, les étiquettes suivantes sont équivalentes à :hithere0:

:hithere0

:hithere01

:hithere02

• Correspondance entre le paramètre étiquette et l'étiquette figurant dans le programme de commandes

La valeur étiquette que vous avez spécifiée doit correspondre à une étiquette présente dans le programme de
commandes.

L'étiquette présente dans le programme de commandes doit commencer par le signe des deux-points (:).
Windows XP reconnaît que la ligne d'un programme de commandes commençant par le signe des deux-points
(:) est une étiquette, par conséquent, il ne la traite pas comme une commande.

Si une ligne commence par le signe des deux-points, toutes les commandes situées sur cette ligne sont
ignorées. Si votre programme de commandes ne contient pas l'étiquette spécifiée, il s'arrête et affiche le
message suivant :
Étiquette introuvable

AIEB Page 215 26/01/2011


• Utilisation de goto pour des opérations conditionnelles
Vous pouvez utiliser goto avec d'autres commandes pour effectuer des opérations conditionnelles. Pour plus
d'informations sur l'utilisation de goto pour des opérations conditionnelles, consultez if dans les rubriques
connexes.

Exemples
Le programme de commandes suivant formate une disquette placée dans le lecteur A comme une disquette
système. En cas de réussite de l'opération, la commande goto renvoie Windows XP à l'étiquette :end :
echo off
format a: /s
if not errorlevel 1 goto end
echo Une erreur s'est produite durant le formatage.
:end
echo Fin du programme de commandes.

GOTO nom

nom Chaîne utilisée en tant que nom dans le programme de commandes.

Les noms sont seuls sur une ligne et commencent par le signe ':'

Si les extensions de commandes sont activées, GOTO est modifié comme suit :

La commande GOTO accepte maintenant l'étiquette cible :EOF, qui transfère le contrôle à la fin du
fichier de commande en cours.

C'est un moyen pratique de sortir d'un fichier de commande sans y définir de nom de sortie. Entrer
CALL /? pour avoir une description des extensions de la commande CALL qui rendent cette
fonctionnalité utile.

AIEB Page 216 26/01/2011


Gpresult (Help et Microsoft)
Affiche les paramètres de stratégie de groupe et le jeu de stratégie résultant (RSOP) pour un utilisateur ou un
ordinateur.

Syntaxe
gpresult [/s Ordinateur [/u Domaine\Utilisateur /p MotDePasse]] [/user NomUtilisateurCible] [/scope {user|
computer}] [/v] [/z]

Paramètres
/s Ordinateur
Spécifie le nom ou l'adresse IP d'un ordinateur distant. (N'utilisez pas de barres obliques inverses.) Il
s'agit par défaut de l'ordinateur local.

/u Domaine\Utilisateur
Exécute la commande avec les autorisations de compte de l'utilisateur spécifié par Utilisateur ou
Domaine\Utilisateur. L'autorisation par défaut est celle de l'utilisateur qui a actuellement ouvert une
session sur l'ordinateur qui émet la commande.

/p MotDePasse
Spécifie le mot de passe du compte d'utilisateur spécifié par le paramètre /u.

/user NomUtilisateurCible
Spécifie le nom de l'utilisateur dont les données RSOP doivent être affichées.

/scope {user|computer}
Affiche les résultats pour user ou computer. Les valeurs valides pour le paramètre /scope sont user
ou computer. Si vous omettez le paramètre /scope, gpresult affiche les paramètres user et
computer.

/v
Spécifie que le résultat affiché doit comporter des informations détaillées.

/z
Spécifie que le résultat affiché doit comporter toutes les informations disponibles sur la stratégie de
groupe. Étant donné que ce paramètre produit davantage d'informations que le paramètre /v, redirigez
le résultat vers un fichier texte (par exemple, gpresult /z >strategi.txt).

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• La stratégie de groupe constitue l'outil principal d'administration permettant de définir et de contrôler le
comportement des programmes, des ressources réseau et du système d'exploitation vis-à-vis des
utilisateurs et des ordinateurs, au sein d'une organisation. Dans un environnement Active Directory, la
stratégie de groupe est appliquée aux utilisateurs ou aux ordinateurs en fonction de leur appartenance
à des sites, à des domaines ou à des unités d'organisation.

• Étant donné que vous pouvez appliquer des niveaux de stratégies superposés à un ordinateur ou un
utilisateur, la fonctionnalité Stratégie de groupe génère un jeu de stratégie résultant lors de l'ouverture
de session. Gpresult affiche le jeu de stratégie résultant appliqué à l'ordinateur pour l'utilisateur spécifié
lors de l'ouverture de session.

Exemples
Les exemples suivants montrent comment utiliser la commande gpresult :

gpresult /user NomUtilisateurCible /scope computer

AIEB Page 217 26/01/2011


gpresult /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /user NomUtilisateurCible /scope USER

gpresult /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23 /user NomUtilisateurCible /z >strategi.txt

gpresult /s srvmain /u maindom\hiropln /p p@ssW23

F:\>GPRESULT /?

GPRESULT [/S système [/U utilisateur [/P mot_de_passe]]]] [/SCOPE étendue] [/USER utilisateur_cible]
[/V | /Z]

Description :

Cet outil de ligne de commande affiche le jeu de stratégies résultants (RSoP) pour un utilisateur cible et
un ordinateur.

Liste de paramètres :

/S système Spécifie le système distant auquel se connecter.

/U [domaine\]utilis. Spécifie le contexte utilisateur sous lequel cette commande doit


s'exécuter.

/P [mot_de_passe] Spécifie le mot de passe pour le contexte utilisateur donné. Il est


demandé s'il est omis de la commande.

/USER [domaine\]utilis. Spécifie le nom d'utilisateur pour lequel les données RSOP sont affichées.

/SCOPE étendue Précise si les paramètres de l'utilisateur ou de l'ordinateur doivent être


affichés. Valeurs autorisées : "USER", "COMPUTER".

/V Indique que les informations détaillées doivent être affichées. Les


informations détaillées portent sur les paramètres qui ont été appliqués
avec une priorité de 1.

/Z Spécifie que les informations extrêmement détaillées doivent être


affichées.

ces informations détaillent les paramètres spécifiques qui ont été appliqués avec une priorité de 1 et
plus. Ceci vous permet de savoir si un paramètre a été appliqué en plusieurs endroits. Consultez l'aide
en ligne des stratégies de groupes pour plus de détails.

REMARQUE : si vous exécutez GPRESULT sans paramètres, il renvoie les données RsoP de l'utilisateur
en session sur l'ordinateur exécutant le programme.

Exemples :

GPRESULT

GPRESULT /USER nom_utilisateur_cible /V

GPRESULT /S système /USER utilisateur_cible /SCOPE ORDINATEUR /Z

GPRESULT /S système /U utilisateur /P mot_de_passe /SCOPE UTILISATEUR /V

AIEB Page 218 26/01/2011


Gpupdate (Help et Microsoft)
Permet d'actualiser les paramètres de stratégie de groupe locaux et Active Directory, y compris les paramètres
de sécurité. Cette commande remplace l'option désormais caduque /refreshpolicy de la commande secedit.

Syntaxe
gpupdate [/target:{ordinateur|utilisateur}] [/force] [/wait:valeur] [/logoff] [/boot]

Paramètres
/target:{ordinateur|utilisateur}
Permet de traiter uniquement les paramètres de l'ordinateur ou les paramètres de l'utilisateur courant.
Par défaut, sont traités à la fois les paramètres de l'ordinateur et de l'utilisateur.

/force
Permet à la fonction d'actualisation d'ignorer toutes les optimisations et de réappliquer tous les
paramètres.

/wait:valeur
Indique le nombre de secondes pendant lequel la stratégie en cours attend avant de prendre fin. La
valeur par défaut est 600 secondes. 0 signifie « aucune attente » ; -1 signifie « attente indéfinie ».

/logoff
Permet de mettre fin à la session une fois l'actualisation terminée. Ce paramètre est obligatoire pour les
extensions de stratégies de groupe côté client qui ne sont pas exécutées dans le cadre d'un cycle
d'actualisation en arrière-plan mais qui sont appliquées lorsque l'utilisateur ouvre une session, telles
que les stratégies d'installation de logiciel et de redirection de dossier traitées au niveau de l'utilisateur.
Cette option est sans effet si, parmi les extensions appelées, aucune ne demande à l'utilisateur de
mettre fin à la session ouverte.

/boot
Permet de redémarrer l'ordinateur une fois l'actualisation terminée. Ce paramètre est obligatoire pour
les extensions de stratégies de groupe côté client qui ne sont pas exécutées dans le cadre d'un cycle
d'actualisation en arrière-plan mais qui sont appliquées au démarrage de l'ordinateur, telles que les
stratégies d'installation de logiciel traitées au niveau de l'ordinateur. Cette option est sans effet si, parmi
les extensions appelées, aucune n'exige le redémarrage de l'ordinateur.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Si vous faites une erreur de syntaxe, un résumé s'affiche. Sa présentation est identique à celle de la
présente rubrique d'aide.

Exemples
Les exemples suivants illustrent la façon d'utiliser la commande gpupdate :

gpupdate

gpupdate /target:ordinateur

gpupdate /force /wait:100

gpupdate /boot

AIEB Page 219 26/01/2011


F:\>GPUPDATE /?
Utilitaire Actualisation de stratégie de groupe du système d'exploitation Microsoft® Windows® v5.1
© Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Description : actualise les paramètres des stratégies de groupe.

Syntaxe : GPUpdate [/Target:{Ordinateur | Utilisateur}] [/Force] [/Wait:<valeur>] [/Logoff] [/Boot] [/Sync]

Paramètres :

Valeur Description

/Target : {Ordinateur | Utilisateur} Spécifie que les paramètres de stratégie utilisateur


uniquement ou les paramètres de stratégie ordinateur uniquement sont actualisées. Par défaut, les
paramètres des stratégies utilisateur et ordinateur sont actualisées toutes les deux.

/Force Applique à nouveau tous les paramètres de stratégies. Par


défaut, seuls les paramètres de stratégies ayant été modifiés sont appliqués.

/Wait : {valeur} Définit le nombre de secondes d'attente afin quele


processus de stratégie soit terminé. Par défaut : 600 secondes. La valeur "0" signifie "Aucune attente".

La valeur "-1" signifie "Indeterminé". Lorsque l'une de ces limites de temps est dépasséel'invite de
commande revient, mais le traitement de la stratégie continue.

/Logoff Provoque la fermeture de session suite à l'actualisation du


paramétrage de la stratégie de groupe. Ceci est nécessaire pour les extensions côté client de la
stratégie de groupe qui ne traitent pas la stratégie par un cycle d'actualisation en arrière-plan mais qui
traitent la stratégie au moment où l'utilisateur ouvre une session.

les exemples incluent l'installation du software ciblé sur l'utilisateur et la redirection de dossier. Cette
option n'a pas d'effet s'il n'y a pas d'extensions appelées nécessitant une fermeture de session.

/Boot Provoque un redémarrage après l'actualisation des


paramètres de la stratégie de groupe. Cela n'est pas demandé pour les extensions côté client de la
stratégie de groupe ceux qui traitent la stratégie dans un cycle d'actualisation en arrière-plan mais pour
ceux qui traitent la stratégie au démarrage de l'ordinateur.

Les exemples contiennent l'installation du logiciel. Cette option n'a pas de conséquence s'il n'y a pas
d'extension appelée. redémarré.

/Sync Provoque la synchronisation de l'application suivante de la


tratégie en arrière-plan. Les applications de stratégie en arrière-plan surviennent au démarrage de
l'ordinateur et à l'ouverture de session de l'utilisateur. Vous pouvez l'indiquer pour l'utilisateur,
l'ordinateur ou les deux en utilisant le paramètre /Target.

Les paramètres /Force et /Wait seront ignorés si spécifié.

F:\>Gpupdate Permet d'actualiser les paramètres de stratégie de groupe locaux et Active Directory, y
compris les paramètres de sécurité. Cette commande remplace l'option désormais caduque
/refreshpolicy de la commande secedit.

AIEB Page 220 26/01/2011


GRAFTABL (Help et Microsoft)
Donne la possibilité d'afficher un jeu de caractères étendus en mode graphique.

Syntaxe
graftabl [xxx] [/status]

Paramètres
xxx

Indique la page de codes pour laquelle vous souhaitez définir la présentation des caractères étendus
en mode graphique. Le tableau suivant affiche la liste des numéros d'identification de chaque page de
codes valide ainsi que le pays/région ou la langue correspondante :

Valeur Pays/région
437 États-Unis
850 Multilingue (Latin I)
852 Slave (Latin II)
855 Cyrillique (Russe)
857 Turc
860 Portugais
861 Islandais
863 Français (Canada)
865 Nordique
866 Russe
869 Grec moderne

/status
Identifie la page de codes utilisée par graftabl.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Pour plus d'informations sur l'utilisation des pages de codes, consultez chcp ou mode (définition des
pages de codes des périphériques) dans les rubriques connexes.

• Graftabl ne change pas la page de codes en entrée de console. Graftabl n'affecte que l'affichage à
l'écran des caractères étendus de la page de codes spécifiée. Pour utiliser une autre page de codes,
employez la commande mode ou chcp.

• Présentation des codes de sortie de graftabl


Le tableau suivant affiche la liste de chacun des codes de sortie, accompagné d'une description sommaire.

Code de sortie Description


Le jeu de caractères a été correctement chargé. Aucune page de codes précédente n'a été
0
chargée.
1 Un paramètre incorrect a été spécifié. Aucune action n'a été entreprise.
2 Une erreur fichier s'est produite.
• Vous pouvez utiliser le paramètre errorlevel sur la ligne de commande if dans un programme de
commandes pour traiter les codes de sortie renvoyés par graftabl.

Exemples
Pour charger en mémoire le jeu de caractères graphiques correspondant à la page de codes 437 (États-Unis),
tapez :

AIEB Page 221 26/01/2011


graftabl 437

Pour charger en mémoire le jeu de caractères graphiques correspondant à la page de codes 850 (multilingue),
tapez :

graftabl 850

GRAFTABL [xxx]

GRAFTABL /STATUS

xxx Numéro page de code.

/STATUS Page de code utilisée.

AIEB Page 222 26/01/2011


Helpctr (Microsoft)
Démarre le centre d'Aide et de support. Utilisé sans paramètres, helpctr affiche la page d'accueil du centre
d'Aide et de support.

Syntaxe
helpctr [/url [URL]] [/mode [URL]] [/hidden] [/fromstarthelp]

Paramètres
/url [URL]
Spécifie l'URL à afficher dans le centre d'Aide et de support.

/mode [URL]
Spécifie un fichier de définition XML compatible avec le schéma Launch_Description.dtd, qui contrôle le
contexte, la mise en page et le contenu du centre d'Aide et de support.

/hidden
Démarre le centre d'Aide et de support sans afficher l'interface utilisateur. Cette commande peut
charger une rubrique. Vous pouvez utiliser cette commande pour exécuter des scripts administrés à
distance.

/fromstarthelp
Démarre une nouvelle instance du centre d'Aide et de support.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarque
• Utilisation de URL

Lorsque vous utilisez /url ou /mode, vous pouvez mettre des guillemets autour de URL (comme ceci : "URL").
Si un espace existe dans URL, remplacez-le par %20 (comme ceci : "URL%20Adresse").

Exemple
Pour démarrer une session d'assistance à distance avec un fichier .msrincident, tapez :

HelpCtr /mode

"hcp://CN=Microsoft%20Corporation,L=Redmond,S=Washington,C=US/Remote
%20Assistance/RAClientLayout.xml" /url

"hcp://CN=Microsoft%20Corporation,L=Redmond,S=Washington,C=US/Remote
%20Assistance/Interaction/Client/rctoolScreen1.htm?IncidentFile=rahelp.msrincident"

AIEB Page 223 26/01/2011


Hostname (Help et Microsoft)
Affiche le nom d'hôte inclus dans le nom complet de l'ordinateur.

Syntaxe
hostname

Remarques
• Pour plus d'informations sur la spécification du nom complet de l'ordinateur, consultez les rubriques
connexes.

• Cette commande est disponible uniquement si le protocole TCP/IP (Internet Protocol) est installé
comme composant dans les propriétés d'une carte réseau dans Connexions réseau.

Exemple
Pour afficher le nom de l'ordinateur, tapez :

hostname

sethostname: Cliquez sur l'icône Réseau du Panneau de configuration pour paramétrer hostname.

hostname -s n'est pas pris en charge.

AIEB Page 224 26/01/2011


IF (Help et Microsoft)
Assure le traitement conditionnel dans les programmes de commandes.

Syntaxe
if [not] errorlevel Nombre Commande [else Expression]

if [not] Chaîne1==Chaîne2 Commande [else Expression]

if [not] exist NomFichier Commande [else Expression]

Si les extensions de commandes sont activées, utilisez la syntaxe suivante :

if [/i] Chaîne1 OpComparaison Chaîne2 Commande [else Expression]

if cmdextversion Nombre Commande [else Expression]

if defined Variable Commande [else Expression]

Paramètres
not
Spécifie que la commande doit être exécutée uniquement si la condition est fausse.

errorlevel Nombre
Spécifie que la condition est vraie uniquement si le programme précédent exécuté par Cmd.exe a
renvoyé un code de sortie égal ou supérieur à Nombre.

Commande
Spécifie la commande qui doit être exécutée si la condition précédente est remplie.

Chaîne1==Chaîne2
Ne reconnaît que la condition est vraie que si Chaîne1 et Chaîne2 sont identiques. Ces valeurs peuvent
être des chaînes littérales ou des variables de fichier de commandes (par exemple, %1). Vous n'avez
pas besoin d'utiliser de guillemets autour des chaînes littérales.

exist NomFichier
Ne reconnaît la condition comme étant vraie que si NomFichier existe.

OpComparaison
Spécifie un opérateur de comparaison en trois lettres. Le tableau suivant répertorie les valeurs valides
de OpComparaison.

Opérateur Description
EQU Égal à
NEQ Différent de
LSS Inférieur à
LEQ Inférieur ou égal à
GTR Supérieur à
GEQ Supérieur ou égal à

i
Force les comparaisons de chaînes à ne pas tenir compte de la casse. Vous pouvez utiliser /i sur la
forme Chaîne1==Chaîne2 de if. Ces comparaisons sont génériques, en ce sens que si Chaîne1 et
Chaîne2 sont tous deux constitués uniquement de chiffres numériques, les chaînes sont converties en
nombres et une comparaison numérique est effectuée.

AIEB Page 225 26/01/2011


cmdextversion Nombre
Spécifie qu'une condition est vraie uniquement si le numéro de version interne associé à l'extension de
commande de Cmd.exe est supérieur ou égal à Nombre. La première version est égale à 1. Elle est
incrémentée d'une unité lorsque des améliorations significatives sont ajoutées aux extensions de
commandes. L'expression conditionnelle cmdextversion n'est jamais vraie lorsque les extensions de
commandes sont désactivées (par défaut, les extensions de commandes sont activées).

defined Variable
Ne reconnaît la condition comme étant vraie que si Variable est défini.

Expression
Spécifie qu'une commande de ligne de commande et tous ses paramètres doivent être transmis à la
commande dans une clause else.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Si la condition spécifiée dans une commande if est vraie, la commande qui suit la condition est
exécutée. Si la condition est fausse, la commande contenue dans la clause if est ignorée et déclenche
l'exécution de la commande contenue dans la clause else, si cette commande existe.

• Lorsqu'un programme s'arrête, il renvoie un code de sortie. Vous pouvez utiliser les codes de sortie
comme conditions en utilisant le paramètre errorlevel.

• Utilisation de defined Variable


Si vous utilisez defined Variable, les trois variables suivantes sont ajoutées : %errorlevel%, %cmdcmdline%
et %cmdextversion%.

%errorlevel% se développe en une représentation sous forme de chaîne de la valeur en cours de errorlevel, à
condition qu'il n'existe pas encore de variable d'environnement nommée ERRORLEVEL, auquel cas vous
obtenez plutôt sa valeur. L'exemple suivant montre comment utiliser errorlevel après avoir exécuté un
programme de commandes :
goto answer%errorlevel%
:answer0
echo Le programme a renvoyé le code 0
:answer1
echo Le programme a renvoyé le code 1
goto end
:end
echo Terminé !
Vous pouvez également utiliser les opérateurs de comparaison OpComparaison suivants :
if %errorlevel% LEQ 1 goto okay

%cmdcmdline% développe la ligne de commande d'origine passée à Cmd.exe avant un traitement quelconque
par Cmd.exe, à condition qu'il n'existe pas encore de variable d'environnement nommée cmdcmdline, auquel
cas vous obtenez plutôt sa valeur.

%cmdextversion% se développe en une représentation sous forme de chaîne de la valeur en cours de


cmdextversion, à condition qu'il n'existe pas encore de variable d'environnement nommée CMDEXTVERSION,
auquel cas vous obtenez plutôt sa valeur.

AIEB Page 226 26/01/2011


• Utilisation de la clause else
Vous deve z utiliser la clause else sur la même ligne que la commande, après la clause if. Exemple :
IF EXIST nomfichier. (
del nomfichier.
) ELSE (
echo nomfichier. manquant.
)

L'exemple de code suivant ne fonctionne pas car vous devez terminer la commande del par une nouvelle ligne :
IF EXIST nomfichier. del nomfichier. ELSE echo nomfichier. manquant

L'exemple de code suivant ne fonctionne pas car vous devez utiliser la clause else sur la même ligne que la fin
de la commande if :
IF EXIST nomfichier. del nomfichier.
ELSE echo nomfichier. manquant

Pour tout mettre en forme sur une seule ligne, utilisez la structure suivante de l'instruction d'origine :
IF EXIST nomfichier. (del nomfichier.) ELSE echo nomfichier. manquant

Exemples
Si le fichier Produit.dat est introuvable, le message suivant s'affiche :
if not exist produit.dat echo Impossible de trouver le fichier de données

Si une erreur survient pendant le formatage de la disquette placée dans le lecteur A, l'exemple suivant affiche
un message d'erreur :
:begin
@echo off
format a: /s
if not errorlevel 1 goto end
echo Une erreur s'est produite durant le formatage.
:end
echo Fin du programme de commandes.

Si aucune erreur ne s'est produite, le message d'erreur ne s'affiche pas.

Vous ne pouvez pas utiliser la commande if pour vérifier directement l'existence d'un répertoire ; cependant, un
périphérique fictif (NUL) existe dans chaque répertoire.

Par conséquent, vous pouvez vérifier sa présence pour déterminer si un répertoire existe. L'exemple suivant
vérifie l'existence d'un répertoire :
if exist c:monrep\nul goto traitement

IF [NOT] ERRORLEVEL nombre commande

IF [NOT] chaîne1==chaîne2 commande

IF [NOT] EXIST nom_de_fichier commande

NOT Indique que Windows XP n'effectue la commande que si la condition est fausse.

ERRORLEVEL nombre Condition vraie si le dernier programme exécuté a retourné un code sortie
supérieur/égal au nombre donné.

commande Spécifie la commande à exécuter si la condition est satisfaite.

chaîne1==chaîne2 Condition vraie si les chaînes spécifiées sont identiques.

EXIST nom_de_fichier Condition vraie si le nom de fichier donné existe.

AIEB Page 227 26/01/2011


commande Spécifie la commande à exécuter si la condition est vérifiée. Commande
peut être suivi de la commande ELSE qui exécutera la commande située après le mot-clé ELSE si la
condition est fausse (FALSE)

La clause ELSE doit être sur la même ligne que la commande suivant IF. Par exemple:

IF EXIST nomfichier. (
del nomfichier.
) ELSE (
echo nomfichier. introuvable.
)

L'exemple suivant NE marche PAS car la commande del doit être terminée par une nouvelle ligne :

IF EXIST nomfichier. del nomfichier. ELSE echo nomfichier. introuvable

L'exemple suivant NE marche PAS non plus, car la commande ELSE doit être sur la même ligne que la
fin de la commande IF :

IF EXIST nomfichier. del nomfichier.


ELSE echo nomfichier. introuvable

Enfin, l'exemple suivant marche si vous l'écrivez sur une seule ligne :

IF EXIST nomfichier. (del nomfichier.) ELSE echo nomfichier. introuvable

Si les extensions de commandes sont activées, IF est modifié comme suit :

IF [/I] Chaîne1 op-de-comp Chaîne2 commande


IF CMDEXTVERSION nombre commande
IF DEFINED variable commande

où op-de-comp peut être :

EQU - égal à
NEQ - différent de
LSS - inférieur à
LEQ - inférieur ou égal à
GTR - supérieur à
GEQ - supérieur ou égal à

et le commutateur /I, s'il est spécifié, demande d'ignorer la casse dans la comparaison des chaînes. Le
commutateur /I peut également être utilisé pour la forme Chaîne1==Chaîne2 de IF.

Ces comparaisons sont génériques : si les chaînes Chaîne1 et Chaîne2 sont toutes deux faites
uniquement de chiffres, lors elles sont converties en nombres, et une comparaison numérique est alors
effectuée.

La condition CMDEXTVERSION marche comme ERRORLEVEL, sauf qu'elle compare à un numéro de


version interne associé aux extensions de commandes. La première version des extensions est 1. Ce
numéro sera incrémenté de un à chaque amélioration significative. La condition CMDEXTVERSION n'est
jamais vraie lorsque les extensions de commandes sont désactivées.

La condition DEFINED fonctionne comme EXISTS, sauf qu'elle prend un nom de variable
d'environnement et renvoie vrai si la variable d'environnement est définie.

%ERRORLEVEL% sera une représentation sous forme de chaîne de la valeur en cours de


ERRORLEVEL, pourvu qu'il n'existe pas déjà de variable d'environnement portant le nom
ERRORLEVEL, auquel cas ce serait la valeur de cette dernière que vous obtiendriez. En utilisant cela et
les comparateurs numériques ci-dessous, vous pouvez faire :

goto answer%ERRORLEVEL%
:answer0

AIEB Page 228 26/01/2011


echo Le programme a retourné le code 0
:answer1
echo Le programme a retourné le code 1

vous pouvez aussi faire, en utilisant les comparaisons numériques ci-dessus :

IF %ERRORLEVEL% LEQ 1 goto okay

%CMDCMDLINE% sera la ligne de commande originale passée à CMD.EXE avant tout traitement par
CMD.EXE, pourvu qu'il n'existe pas déjà de variable d'environnement portant le nom CMDCMDLINE,
auquel cas ce serait la valeur de cette dernière que vous obtiendriez.

%CMDEXTVERSION% sera une chaîne représentant la valeur actuelle de CMDEXTVERSION, tant qu'il
n'existe pas déjà de variable d'environnement appelée CMDEXTVERSION, dans quel cas vous
obtiendrez sa valeur à la place.

AIEB Page 229 26/01/2011


IPCONFIG (Help et Microsoft)
Affiche toutes les valeurs actuelles de la configuration du réseau TCP/IP et actualise les paramètres DHCP
(Dynamic Host Configuration Protocol) et DNS (Domain Name System).

Utilisé sans paramètres, ipconfig affiche l'adresse IP, le masque de sous-réseau et la passerelle par défaut de
toutes les cartes.

Syntaxe
ipconfig [/all] [/renew [Carte]] [/release [Carte]] [/flushdns] [/displaydns] [/registerdns] [/showclassid Carte]
[/setclassid Carte [IDClasse]]

Paramètres
/all
Affiche la configuration TCP/IP complète de toutes les cartes. Sans ce paramètre, ipconfig affiche
uniquement l'adresse IP, le masque de sous-réseau et les valeurs de la passerelle par défaut de
chaque carte. Les cartes peuvent représenter des interfaces physiques, par exemple les cartes réseau
installées, ou des interfaces logiques, par exemple les connexions d'accès à distance.

/renew [Carte]
Renouvelle la configuration DHCP de tous les cartes (si aucune carte n'est spécifiée) ou d'une carte
spécifique si le paramètre Carte est inclus. Ce paramètre est disponible uniquement sur les ordinateurs
dont les cartes sont configurées de manière à obtenir automatiquement une adresse IP. Pour spécifier
un nom de carte, tapez celui qui apparaît quand vous utilisez ipconfig sans paramètre.

/release [Carte]
Envoie un message DHCPRELEASE au serveur DHCP pour libérer la configuration DHCP actuelle et
annuler la configuration d'adresse IP de toutes les cartes (si aucune carte n'est spécifié) ou d'une carte
spécifique si le paramètre Carte est inclus. Ce paramètre désactive TCP/IP pour les cartes configurées
de manière à obtenir automatiquement une adresse IP. Pour spécifier un nom de carte, tapez celui qui
apparaît quand vous utilisez ipconfig sans paramètre.

/flushdns
Vide et réinitialise le contenu du cache de résolution du client DNS. Au cours de la résolution des
problèmes DNS, vous pouvez utiliser cette procédure pour exclure les entrées de cache négatives ainsi
que toutes les autres entrées ajoutées de façon dynamique.

/displaydns
Affiche le contenu du cache de résolution du client DNS, qui inclut les entrées préchargées à partir du
fichier des hôtes locaux ainsi que tous les enregistrements de ressources récemment obtenus pour les
requêtes de noms résolues par l'ordinateur. Le service Client DNS utilise ces informations pour
résoudre rapidement les noms fréquemment sollicités, avant d'interroger ses serveurs DNS configurés.

/registerdns
Entame une inscription dynamique manuelle des noms DNS et des adresses IP configurés sur un
ordinateur. Vous pouvez utiliser ce paramètre pour résoudre un problème d'échec d'inscription de nom
DNS ou un problème de mise à jour dynamique entre un client et le serveur DNS sans redémarrage du
client. Les paramètres DNS des propriétés avancées du protocole TCP/IP déterminent les noms
enregistrés dans DNS.

/showclassid Carte
Affiche l'ID de classe DHCP d'une carte spécifique. Pour visualiser l'ID de classe DHCP de toutes les
cartes, utilisez l'astérisque (*) comme caractère générique à la place de Carte. Ce paramètre est
disponible uniquement sur les ordinateurs dont les cartes sont configurées de manière à obtenir
automatiquement une adresse IP.

AIEB Page 230 26/01/2011


/setclassid Carte [IDClasse]
Configure l'ID de classe DHCP d'une carte spécifique. Pour définir l'ID de classe DHCP de toutes les
cartes, utilisez l'astérisque (*) comme caractère générique à la place de Carte. Ce paramètre est
disponible uniquement sur les ordinateurs dont les cartes sont configurées de manière à obtenir
automatiquement une adresse IP. Si aucun ID de classe DHCP n'est spécifié, l'ID de classe en cours
est supprimé.

/?
Affiche l'aide dans l'invite de commandes.

Remarque
• La commande ipconfig représente l'équivalent sous forme de ligne de commande de la commande
winipcfg, disponible dans Windows Millennium Edition, Windows 98 et Windows 95. Bien que
Windows XP ne dispose pas de l'équivalent graphique de la commande winipcfg, vous pouvez utiliser
Connexions réseau pour afficher et renouveler une adresse IP.

Pour ce faire, ouvrez Connexions réseau, cliquez avec le bouton droit sur une connexion réseau,
cliquez sur État, puis sur l'onglet Prise en charge.

• Cette commande est très utile sur les ordinateurs configurés de manière à obtenir automatiquement
une adresse IP. Cela permet aux utilisateurs de déterminer les valeurs de configuration TCP/IP utilisées
par DHCP, APIPA (Automatic Private IP Addressing) ou un autre type de configuration.

• Si le nom de la Carte contient des espaces, utilisez des guillemets autour de ce nom (comme ceci :
"Nom carte").

• En ce qui concerne les noms de cartes, ipconfig prend en charge l'utilisation de l'astérisque (*) comme
caractère générique pour spécifier des cartes dont le nom commence par la chaîne indiquée ou des
cartes dont le nom contient une chaîne spécifique.

Par exemple, Local* recherche toutes les cartes commençant par la chaîne Local et *Con* recherche
toutes les cartes contenant la chaîne Con.

• Cette commande est disponible uniquement si le protocole TCP/IP (Internet Protocol) est déclaré
comme composant dans les propriétés d'une carte réseau dans les Connexions réseau.

Exemple
Pour afficher la configuration TCP/IP de base de toutes les cartes, tapez :

ipconfig

Pour afficher la configuration TCP/IP complète de toutes les cartes, tapez :

ipconfig /all

Pour renouveler une configuration d'adresse IP assignée par DHCP uniquement pour la carte Connexion au
réseau local, tapez :

ipconfig /renew "Connexion au réseau local"

Pour vider le cache de résolution DNS et résoudre les problèmes de noms DNS, tapez :

ipconfig /flushdns

Pour afficher l'ID de classe DHCP de toutes les cartes dont le nom commence par Local, tapez :

ipconfig /showclassid Local*


Pour attribuer la valeur TEST à l'ID de classe DHCP de la carte Connexion au réseau local, tapez :

AIEB Page 231 26/01/2011


ipconfig /setclassid "Connexion au réseau local" TEST

Utilisation :

ipconfig [/? | /all | /renew [carte] | /release [carte] | /flushdns | /displaydns | /registerdns | /showclassid
carte | /setclassid carte [ID de classe] ]

où :

carte Nom de connexion (caractères génériques * et ? autorisés, voir les exemples)

Options :

/? Affiche ce message d'aide.

/all Affiche toutes les informations de configuration.

/release Libère l'adresse IP pour la carte spécifiée.

/renew Renouvelle l'adresse IP pour la carte spécifiée.

/flushdns Vide le cache de la résolution DNS.

/registerdns Actualise tous les baux DHCP et réinscrit les noms DNS.

/displaydns Affiche le contenu du cache de la résolution DNS.

/showclassid Affiche tous les ID de classe DHCP autorisés pour la carte.

/setclassid Modifie l'ID de classe DHCP.

Par défaut, seuls l'adresse IP, le masque de sous-réseau et la passerelle par défaut pour chaque carte
liée à TCP/IP sont affichés.

Pour la libération et le renouvellement, si aucun nom de carte n'est spécifié, les baux d'adresse IP pour
toutes les cartes liées à TCP/IP seront libérés ou renouvelés.

Pour SetClassID, si aucun ID de classe n'est spécifié, l'ID de classe est supprimé.

Exemples :

> ipconfig Affiche les informations

> ipconfig /all Affiche les informations détaillées

> ipconfig /renew Renouvelle toutes les cartes

> ipconfig /renew EL Renouvelle toute connexion dont le nom commence par EL

> ipconfig /release *Local* Libère les connexions correspondantes, par exemple "Connexion au
réseau local 1" ou "Connexion au réseau local 2"

AIEB Page 232 26/01/2011


Ipseccmd (Microsoft)
Configure des stratégies IPSec (Internet Protocol Security) dans un service d'annuaire, ou dans un Registre
local ou distant. Ipseccmd est une ligne de commande qui constitue une autre forme d'utilisation du composant
logiciel enfichable MMC (Microsoft Management Console ) pour les stratégies IPSec (Internet Protocol
Security). Ipseccmd comporte trois modes : le mode dynamique, le mode statique et le mode requête.

Mode dynamique de ipseccmd


Vous pouvez utiliser le mode dynamique de Ipseccmd pour inclure des règles anonymes dans la stratégie
IPSec existante, en ajoutant ces règles à la base de données des stratégies IPSec (Internet Protocol Security).
Les règles ajoutées seront présentes même après le redémarrage des services IPSEC. L'utilisation du mode
dynamique a pour avantage de faire coexister les règles que vous ajoutez avec la stratégie IPSec basée sur le
domaine. Le mode dynamique est le mode par défaut pour Ipseccmd.

Syntaxe
• Pour ajouter une règle, utilisez la syntaxe suivante :

ipseccmd [\\NomOrdinateur] -f ListeFiltres [-n ListeStratégiesNégociation] [-t AdresseTunnel] [-a


ListeMéthodesAuth] [-1s ListeMéthodesSécurité] [-1k
ParamètresChangementCléModePrincipal] [-1p] [-1f ListeFiltresModePrincipal] [-1e
DélaiExpirationSALogicielle] [-soft] [-confirm] [{-dialup | -lan}]

• Pour supprimer toutes les stratégies dynamiques, utilisez la syntaxe suivante :

ipseccmd -u

Paramètres
\\NomOrdinateur
Spécifie le nom d'un ordinateur distant auquel vous souhaitez ajouter une règle.

-f ListeFiltres
Nécessaire pour la première syntaxe. Spécifie un ou plusieurs filtres, séparés par des espaces, pour les
associations de sécurité (SA) de mode rapide. Chaque spécification de filtre définit un ensemble du
trafic réseau affecté par cette règle.

-n ListeStratégiesNégociation
Spécifie une ou plusieurs méthodes de sécurité, séparées par des espaces, pour la sécurisation du
trafic défini par la liste des filtres.

-t AdresseTunnel
Spécifie le point d'arrêt du tunnel pour le mode de tunnel sous la forme d'une adresse IP ou d'un nom
de domaine DNS.

-a ListeMéthodesAuth
Spécifie une ou plusieurs méthodes d'authentification, séparées par des espaces.

-1s ListeMéthodesSécurité
Spécifie une ou plusieurs méthodes de sécurité d'échange de clés, séparées par des espaces.

-1k ParamètresChangementCléModePrincipal
Spécifie les paramètres de changement de clé SA du mode principal.

-1p
Implémente le mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy ) activé pour la clé principale.

AIEB Page 233 26/01/2011


-1f ListeFiltresModePrincipal
Spécifie un ou plusieurs filtres, séparés par des espaces, pour les associations de sécurité du mode
principal.

-1e DélaiExpirationSALogicielle
Spécifie le délai d'expiration des associations de sécurité logicielles en secondes.

-soft
Active les associations de sécurité logicielles.

-confirm
Spécifie l'affichage d'un message de confirmation avant l'ajout de la règle ou de la stratégie.

{-dialup | -lan}
Spécifie si la règle s'applique uniquement à des connexions d'accès à distance ou à des connexions
aux réseaux locaux (LAN).

-u
Nécessaire pour la seconde syntaxe. Spécifie que toutes les règles dynamiques sont supprimées.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Ipseccmd ne peut pas être utilisé pour configurer des règles sur des ordinateurs exécutant
Windows 2000.

• Si vous ne spécifiez pas le paramètre NomOrdinateur, la règle est ajoutée à l'ordinateur local.

• Si vous utilisez le paramètre NomOrdinateur, vous devez le faire avant tous les autres paramètres ; en
outre, vous devez disposer d'autorisations d'administrateur sur l'ordinateur auquel vous souhaitez
ajouter la règle.

• Pour le paramètre -f, une spécification de filtre se compose d'un ou plusieurs filtres séparés par des
espaces et définis par le format :

AdresseSource/MasqueSource:PortSource=AdresseDest/MasqueDest:PortDest:Protocole
o MasqueSource, PortSource, MasqueDest et PortDest sont facultatifs. Si vous les omettez, le
masque 255.255.255.255 et tous les ports sont utilisés pour le filtre.

o Protocole est facultatif. Si vous l'omettez, tous les protocoles sont utilisés pour le filtre. Si vous
spécifiez un protocole, vous devez également spécifier le port ou faire précéder le protocole de
deux signes des deux-points (::). (Consultez le premier exemple pour le mode dynamique.) Le
protocole doit être le dernier élément du filtre. Vous pouvez utiliser les symboles de protocoles
suivants : ICMP, UDP, RAW ou TCP.

o Vous pouvez créer des filtres en miroir en remplaçant le signe égal (=) par un signe plus (+).

o Vous pouvez remplacer AdresseSource/MasqueSource ou AdresseDest/MasqueDest par les


valeurs du tableau suivant.

Valeur Description
0 Mon adresse ou mes adresses
* N'importe quelle adresse
NomDNS Nom de domaine DNS. Si le nom DNS correspond à plusieurs adresses, il est ignoré.
Identificateur unique global (GUID) d'une interface réseau locale ayant la forme 12345678-1234-1234-
GUID 1234-123456789ABC. La spécification d'un GUID n'est pas prise en charge lorsque le paramètre -n
est utilisé en mode statique.

AIEB Page 234 26/01/2011


o Vous pouvez activer la règle de réponse par défaut en indiquant default pour la spécification
de filtre.

o Vous pouvez spécifier un filtre d'autorisation en mettant la spécification de filtre entre


parenthèses. Vous pouvez spécifier un filtre de blocage en mettant la spécification de filtre
entre crochets ([ ]).

o Si vous utilisez des masques de sous-réseau basés sur une classe d'adresse Internet (les
masques de sous-réseau sont définis le long de frontières d'octets), vous pouvez recourir à une
notation sous forme de caractères génériques pour spécifier ces masques de sous-réseau. Par
exemple, 10.*.*.* est identique à 10.0.0.0/255.0.0.0 et 10.92.*.* est identique à
10.92.0.0/255.255.0.0.

Exemples de filtres
Pour créer des filtres en miroir dans le but de filtrer le trafic TCP entre Ordinateur1 et Ordinateur2, tapez :

Ordinateur1+Ordinateur2::TCP

Pour créer un filtre applicable à tout le trafic TCP entre le sous-réseau 172.31.0.0/255.255.0.0, port 80 et le
sous-réseau 10.0.0.0/255.0.0.0, port 80, tapez :

172.31.0.0/255.255.0.0:80=10.0.0.0/255.0.0.0:80:TCP

Pour créer un filtre en miroir qui autorise le trafic entre l'adresse IP locale et l'adresse IP 10.2.1.1, tapez :

(0+10.2.1.1)

• Pour le paramètre -n, une ou plusieurs stratégies de négociation sont séparées par des espaces et se
présentent sous l'une des formes suivantes :

o esp[AlgCryp,AlgAuth]ChangementCléPFS[Groupe]

o ah[AlgHach]

o ah[AlgHach]+esp[AlgCryp,AlgAuth]

où AlgCryp peut être none, des ou 3des, AlgAuth peut être none, md5 ou sha, et AlgHach peut être md5 ou
sha.
o La configuration esp[none,none] n'est pas prise en charge.

o Le paramètre sha fait référence à l'algorithme de hachage SHA1.

o Le paramètre ChangementClé est facultatif et spécifie le nombre de kilo-octets (indiqué en


plaçant un K après ce nombre) ou le nombre de secondes (indiqué en plaçant un S après ce
nombre) précédant un changement de clé de l'association de sécurité de mode rapide. Pour
spécifier les deux paramètres de changement de clé, séparez les deux nombres par une barre
transversale (/). Par exemple, pour effectuer le changement de clé de l'association de sécurité
(SA) de mode rapide toutes les heures et tous les 5 méga-octets de données, tapez :

3600S/5000K
o Le paramètre PFS est facultatif et implémente le mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy )
activé pour la clé de session. Par défaut, le mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy ) activé
pour la clé de session est désactivé.

o Le paramètre Groupe est facultatif et spécifie le groupe Diffie-Hellman du mécanisme PFS


(Perfect Forward Secrecy ) activé pour la clé de session. Pour le groupe Diffie-Hellman
Faible(1), spécifiez PFS1 ou P1. Pour le groupe Diffie-Hellman moyen(2), spécifiez PFS2 ou
P2. Par défaut, la valeur de groupe du mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy ) activé pour
la clé de session est extraite à partir des paramètres en cours du mode principal.

AIEB Page 235 26/01/2011


o Si vous ne spécifiez pas de stratégies de négociation, les stratégies de négociation par défaut
sont les suivantes :

 esp[3des,sha]

 esp[3des,md5]

 esp[des,sha]

 esp[des,md5]

• Si vous omettez le paramètre -t, le mode de transport IPSec est utilisé.

• Pour le paramètre -a, une ou plusieurs méthodes d'authentification sont séparées par des espaces et
se présentent sous l'une des formes suivantes :

o preshare:"ChaîneCléPréPartagée"

o kerberos

o cert:"InfoAutoritéCertification"

Le paramètre ChaîneCléPréPartagée spécifie la chaîne de caractères de la clé pré-partagée.

Le paramètre InfoAutoritéCertification spécifie le nom unique du certificat tel qu'il est affiché dans le composant
logiciel enfichable des stratégies de sécurité IP lorsque le certificat est sélectionné comme méthode
d'authentification pour une règle.

Les paramètres ChaîneCléPréPartagée et InfoAutoritéCertification respectent la casse.

Vous pouvez abréger la méthode en utilisant la première lettre : p, k ou c. Si vous omettez le paramètre -a, la
méthode d'authentification par défaut est Kerberos.
• Pour le paramètre -1s, une ou plusieurs méthodes de sécurité d'échange de clés sont séparées par des
espaces et définies par le format suivant :

AlgCryp-AlgHach-NumGroupe

où AlgCryp peut être des ou 3des, AlgHach peut être md5 ou sha, et NumGroupe peut être 1 pour le groupe
Diffie-Hellman Faible(1) ou 2 pour le groupe Diffie-Hellman Moyen(2). Si vous omettez le paramètre -1s, les
méthodes de sécurité d'échange de clés par défaut sont 3des-sha-2, 3des-md5-2, des-sha-1 et des-md5-1.
• Pour le paramètre -1k, vous pouvez spécifier le nombre d'associations de sécurité (SA) de mode rapide
(indiqué en plaçant un Q après ce nombre) ou le nombre de secondes (indiqué en plaçant un S après
ce nombre), afin d'effectuer un changement de clé de l'association de sécurité (SA) de mode principal.
Pour spécifier les deux paramètres de changement de clé, vous devez séparer les deux nombres par
une barre transversale (/). Par exemple, pour effectuer le changement de clé de l'association de
sécurité (SA) de mode principal toutes les 10 associations de sécurité (SA) de mode rapide et toutes
les heures, tapez :

10Q/3600S

Si vous omettez le paramètre -1k, les valeurs par défaut pour le changement de clé de mode principal sont
représentées par un nombre illimité d'associations de sécurité (SA) de mode rapide et 480 minutes.
• Le mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy ) activé pour la clé principale est désactivé par défaut.

• Pour le paramètre -1f, la syntaxe permettant d'indiquer les spécifications de filtres de mode principal est
la même que pour le paramètre -f, sauf que vous ne pouvez pas spécifier de filtres d'autorisation, de
filtres de blocage, de ports ni de protocoles. Si vous omettez le paramètre -1f, les filtres de mode
principal sont automatiquement créés d'après les filtres de mode rapide.

AIEB Page 236 26/01/2011


• Si vous omettez le paramètre -1e, le délai d'expiration des associations de sécurité (SA) logicielles est
de 300 secondes. Cependant, les associations de sécurité (SA) logicielles sont désactivées sauf si
vous incluez le paramètre -soft.

• Une confirmation est disponible en mode dynamique uniquement.

• Si vous ne spécifiez ni le paramètre -dialup ni le paramètre -lan, la règle s'applique à toutes les cartes.

Exemples
Pour créer une règle qui utilise l'en-tête d'authentification (AH) avec le hachage MD5 pour l'ensemble du trafic
entrant et sortant de l'ordinateur local, tapez :

ipseccmd -f 0+* -n ah[md5]

Pour créer une règle de tunnel destinée au trafic entre 10.2.1.1 et 10.2.1.13 via le point d'arrêt du tunnel
10.2.1.13, pour obtenir le mode de tunnel d'en-tête d'authentification via l'algorithme de hachage SHA1, pour
implémenter le mécanisme PFS (Perfect Forward Secrecy ) activé pour la clé principale et recevoir un message
de confirmation précédant la création de la règle, tapez :

ipseccmd -f 10.2.1.1=10.2.1.13 -t 10.2.1.13 -n ah[sha] -1p -c

Pour créer une règle sur l'ordinateur nommé servsoc1 et l'appliquer à l'ensemble du trafic entre les ordinateurs
servsoc1 et servsoc2, en associant l'en-tête d'authentification à la charge de sécurité d'encapsulation (ESP),
avec une authentification de clé pré-partagée, tapez :

ipseccmd \\servsoc1 -f servsoc2+servsoc1 -n ah[md5]+esp[des,sha] -a p:"authsociété"

Mode statique de ipseccmd


Vous pouvez utiliser le mode statique de Ipseccmd pour créer des stratégies nommées et des règles nommées.

Vous pouvez également utiliser le mode statique pour modifier des stratégies et des règles existantes, à
condition qu'elles aient été créées à l'origine avec Ipseccmd.

La syntaxe du mode statique combine la syntaxe du mode dynamique à des paramètres qui lui permettent
d'opérer à un niveau de stratégie.

Syntaxe
ipseccmd ParamètresModeDynamique -w Type[:Emplacement] -p NomStratégie[:FréquenceInterrogation] -r
NomRègle [{-x | -y}] [-o]

Paramètres
ParamètresModeDynamique
Nécessaire. Spécifie un ensemble de paramètres de mode dynamique pour une règle IPSec, comme
indiqué précédemment.

-w Type[:Emplacement]
Nécessaire. Spécifie que les stratégies et les règles sont écrites dans le Registre local, dans le Registre
d'un ordinateur distant ou dans un domaine Active Directory.

-p NomStratégie[:FréquenceInterrogation]
Nécessaire. Spécifie le nom de la stratégie et la fréquence, en minutes, de la vérification des
modifications de la stratégie. Si NomStratégie contient des espaces, utilisez des guillemets autour du
texte (comme ceci : "Nom Stratégie").

-r NomRègle
Nécessaire. Spécifie le nom de la règle. Si NomRègle contient des espaces, utilisez des guillemets
autour du texte (comme ceci : "Nom Règle").

[{-x | -y}]

AIEB Page 237 26/01/2011


Spécifie si la stratégie de Registre local est assignée. Le paramètre -x spécifie que la stratégie de
Registre local est assignée. Le paramètre -y spécifie que la stratégie de Registre local n'est pas
assignée.

-o
Spécifie que la règle ou la stratégie doit être supprimée.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Pour le paramètre -w, le Type est soit reg pour spécifier le Registre de l'ordinateur local ou d'un
ordinateur distant, soit ds pour spécifier Active Directory.

o Si vous spécifiez reg pour le paramètre Type sans utiliser le paramètre Emplacement, la règle
est créée pour le Registre de l'ordinateur local.

o Si vous spécifiez reg pour le paramètre Type et que vous spécifiez également le nom d'un
ordinateur distant pour le paramètre Emplacement, la règle est créée pour le Registre de
l'ordinateur distant spécifié.

o Si vous spécifiez ds pour le paramètre Type sans utiliser le paramètre Emplacement, la règle
est créée pour le domaine Active Directory auquel appartient l'ordinateur local.

o Si vous spécifiez ds pour le paramètre Type et que vous spécifiez également un domaine
Active Directory pour le paramètre Emplacement, la règle est créée pour le domaine spécifié.

• Pour le paramètre -p, si une stratégie portant le même nom existe déjà, la règle spécifiée est ajoutée à
la stratégie. Dans le cas contraire, une stratégie est créée avec le nom spécifié. Si vous spécifiez un
entier pour le paramètre FréquenceInterrogation, la fréquence d'interrogation de la stratégie est définie
à partir du nombre de minutes correspondant.

• Pour le paramètre -r, si une règle portant le même nom existe déjà, la règle est modifiée pour refléter
les paramètres spécifiés dans la commande. Par exemple, si vous incluez le paramètre -f dans une
règle existante, seuls les filtres de cette règle sont remplacés. S'il n'existe aucune règle portant le
même nom, une règle est créée avec le nom spécifié.

• Pour le paramètre -o, tous les aspects de la stratégie spécifiée sont supprimés. N'utilisez pas ce
paramètre si d'autres stratégies pointent vers les objets de la stratégie à supprimer.

L'utilisation du mode statique se différencie de l'utilisation du mode dynamique de la façon suivante.

En mode dynamique, vous indiquez les filtres d'autorisation et de blocage dans ListeFiltres, que vous identifiez
à l'aide du paramètre -f.

En mode statique, vous indiquez les filtres d'autorisation et de blocage dans ListeStratégiesNégociation, que
vous identifiez à l'aide du paramètre -n.

Outre les paramètres décrits pour ListeStratégiesNégociation en mode dynamique, vous pouvez également
utiliser les paramètres block, pass ou inpass en mode statique.

Le tableau suivant répertorie ces paramètres ainsi qu'une description de leur comportement.

Paramètre Description
Les stratégies restantes dans ListeStratégiesNégociation sont ignorées et tous les filtres sont
block
transformés en filtres de blocage.
Les stratégies restantes dans ListeStratégiesNégociation sont ignorées et tous les filtres sont
pass
transformés en filtres d'autorisation.
Les filtres d'entrée autorisent une communication initiale non sécurisée, mais les réponses sont
inpass
sécurisées grâce à IPSec.

AIEB Page 238 26/01/2011


Exemples
Pour créer une stratégie nommée Stratégie de domaine par défaut comportant une fréquence d'interrogation de
30 minutes dans le domaine Active Directory auquel appartient l'ordinateur local, avec une règle nommée
Serveurs sécurisés applicable à l'ensemble du trafic entre l'ordinateur local et les ordinateurs ServeurSécurisé1
et ServeurSécurisé2, tout en utilisant les méthodes d'authentification Kerberos et de clé pré-partagée, tapez :

ipseccmd -f 0+ServeurSécurisé1 0+ServeurSécurisé2 -a k p:"authsociété" -w ds -p "Stratégie de


domaine par défaut":30 -r "Serveurs sécurisés"

Pour créer et assigner une stratégie locale nommée Moi vers les autres, avec une règle nommée Sécuriser
mon trafic, en utilisant un filtre en miroir pour l'ensemble du trafic vers l'ordinateur local, ainsi qu'une méthode
d'authentification par clé pré-partagée, tapez :

ipseccmd -f 0+* -a p:"authlocale" -w reg -p "Moi vers les autres" -r "Sécuriser mon trafic" -x

Mode requête de ipseccmd


Vous pouvez utiliser le mode requête de Ipseccmd pour afficher les données de la base de données des
stratégies de sécurité IPSec.

Syntaxe
ipseccmd [\\NomOrdinateur] show {{[filters] | [policies] | [auth] | [stats] | [sas]} | all}

Paramètres
\\NomOrdinateur
Spécifie, à partir de son nom, l'ordinateur distant dont vous souhaitez afficher les données.

show
Nécessaire. Indique que Ipseccmd doit s'exécuter en mode requête.

filters
Affiche les filtres de mode principal et de mode rapide.

policies
Affiche les stratégies de mode principal et de mode rapide.

auth
Affiche les méthodes d'authentification de mode principal.

stats
Affiche les statistiques sur Internet Key Exchange (IKE) et IPSec.

sas
Affiche les associations de sécurité (SA) de mode principal et de mode rapide.

all
Affiche l'ensemble des types de données ci-dessus.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Ipseccmd ne peut pas être utilisé pour afficher les données IPSec des ordinateurs exécutant
Windows 2000.

• Si vous n'utilisez pas le paramètre NomOrdinateur, les informations de l'ordinateur local sont affichées.

• Si vous utilisez le paramètre NomOrdinateur, vous devez le faire avant tous les autres paramètres ; en
outre, vous devez disposer d'autorisations d'administrateur sur l'ordinateur dont vous souhaitez afficher
les informations.

AIEB Page 239 26/01/2011


Exemples
Pour afficher les filtres et les stratégies de mode principal et de mode rapide pour l'ordinateur local, tapez :

ipseccmd show filters policies


Pour afficher toutes les informations IPSec de l'ordinateur distant Serveur1, tapez la commande suivante :

ipseccmd \\Server1 show all

AIEB Page 240 26/01/2011


Ipxroute (Help et Microsoft)
Affiche et modifie les informations relatives aux tables de routage utilisées par le protocole IPX. Utilisé sans
paramètres, ipxroute affiche les paramètres par défaut des paquets envoyés aux adresses inconnues, de
diffusion et multidiffusion.
F:\>ipxroute /?

Programme de contrôle de routage source et de routage NWLink IPX v2.00


Impossible d'ouvrir le transport \Device\NwlnkIpx.

Syntaxe
ipxroute serveurs [/type=x]

ipxroute ripout Réseau

ipxroute resolve {guid | name} {GUID | NomCarte}

ipxroute board=n [def] [gbr] [mbr] [remove=xxxxxxxxxxxx]

ipxroute config

Paramètres
serveurs [/type=x]
Affiche la table des points d'accès au service (SAP, Service Access Point) pour le type de serveur
spécifié. x doit être un entier. /type=4, par exemple, affiche tous les serveurs de fichiers. Si vous ne
spécifiez pas /type, ipxroute servers affiche tous les types de serveurs, en les répertoriant par nom.

ripout Réseau
Détecte si Réseau est accessible en consultant la table de routage de la pile IPX et en envoyant une
demande RIP si nécessaire. Réseau représente le numéro de segment du réseau IPX.

resolve {guid | name} {GUID | NomCarte}


Interprète le nom du GUID à partir de son nom convivial, ou le nom convivial à partir de son GUID.

carte=n
Spécifie la carte réseau qui fait l'objet de la requête ou pour laquelle vous définissez des paramètres.

def
Envoie les paquets en diffusion ALL ROUTES. Si un paquet est transmis à une adresse MAC unique ne
figurant pas dans la table de routage source, ipxroute envoie ce paquet par défaut à la diffusion
SINGLE ROUTES.

gbr
Envoie les paquets en diffusion ALL ROUTES. Si un paquet est transmis à l'adresse de diffusion
(FFFFFFFFFFFF), ipxroute l'envoie par défaut à la diffusion SINGLE ROUTES.

mbr
Envoie les paquets en diffusion ALL ROUTES. Si un paquet est transmis à une adresse multidiffusion
(C000xxxxxxxx), ipxroute l'envoie par défaut à la diffusion SINGLE ROUTES.

remove=xxxxxxxxxxxx
Supprime l'adresse de nœud donnée de la table de routage source.

config
Affiche des informations sur toutes les liaisons pour lesquelles IPX est configuré.

AIEB Page 241 26/01/2011


/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Exemple
Pour afficher les segments réseau liés à la station de travail, son adresse de nœud et le type de trame utilisé,
tapez la commande suivante :

ipxroute config

AIEB Page 242 26/01/2011


Irftp (Microsoft)
Envoie des fichiers par une liaison infrarouge. Utilisé sans paramètres ou avec /s, irftp ouvre la boîte de
dialogue Liaison sans fil, où vous pouvez sélectionner les fichiers à envoyer sans passer par la ligne de
commande.

Syntaxe
irftp [Lecteur:\] [[Chemin] NomFichier] [/h]

irftp /s

Paramètres
Lecteur:\
Spécifie l'unité qui contient les fichiers que vous voulez transmettre au moyen d'une liaison infrarouge.

[Chemin] NomFichier
Indique l'emplacement et le nom du fichier ou du jeu de fichiers à transmettre au moyen d'une liaison
infrarouge. Si vous spécifiez un ensemble de fichiers, vous devez indiquer le chemin d'accès complet
de chaque fichier.

/h
Spécifie le mode caché. Lorsque le mode caché est utilisé, les fichiers sont transmis sans que s'affiche
la boîte de dialogue Liaison sans fil.

/s
Ouvre la boîte de dialogue Liaison sans fil, et vous permet de sélectionner le fichier ou l'ensemble de
fichiers à envoyer sans passer par la ligne de commande pour spécifier le lecteur, le chemin d'accès et
les noms de fichiers.

Remarques
• Avant d'utiliser cette commande, vérifiez que les périphériques avec lesquels vous souhaitez
communiquer par liaison infrarouge disposent de cette fonctionnalité, que celle-ci est activée et
fonctionne correctement, et qu'une liaison infrarouge existe effectivement entre les périphériques.

Exemples
Pour envoyer un document Word nommé MonDocWord, situé dans un dossier nommé MesFichiers (sur le
lecteur C de l'ordinateur source), vers l'ordinateur cible, tapez :

irftp C:\MesFichiers\MonDocWord.doc /h
Pour envoyer deux documents Word, MonDocWord1 et MonDocWord2, situés dans un dossier nommé
MesFichiers (sur le lecteur C de l'ordinateur source), vers l'ordinateur cible, tapez :

irftp C:\MesFichiers\MonDocWord1.doc C:\MesFichiers\MonDocWord2.doc /h


Le mode caché est utilisé, ce qui signifie que la boîte de dialogue Liaison sans fil n'est pas affichée.

AIEB Page 243 26/01/2011


IPV6 (A voir)
Permet d'activer sur un réseau IPV6, ne fonctionne qu'avec Windows XP.

C:\>ipv6 /?
Impossible d'accéder aux paramètres de configuration IPv6 - la pile n'est pas in
stallée.
Pour l'installer, utiliser la commande 'ipv6 install'.

JVIEW (A voir)
Chargeur de lignes de commande pour Java.

C:\>Jview /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

AIEB Page 244 26/01/2011


LABEL (Help et Microsoft)
Crée, change ou supprime le nom de volume d'un disque. Utilisé sans paramètres, label modifie le nom de
volume en cours ou supprime le nom existant.

Syntaxe
label [Lecteur:][Nom]

label [/MP][Volume][Nom]

Paramètres
Lecteur:
Spécifie la lettre de lecteur (suivie d'un signe deux-points) du disque à nommer.

Étiquette
Spécifie le nom du volume.

/MP
Spécifie que le volume doit être considéré comme un point de montage ou un nom de volume.

volume
Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux points), le point de montage ou le nom de volume. Si un
nom de volume est spécifié, le paramètre /MP n'est pas nécessaire.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Windows affiche le nom de volume dans la liste du répertoire. Si un numéro de série de volume existe,
Windows l'affiche également.

• Messages de la commande Label


Si vous ne spécifiez pas de nom lorsque vous utilisez la commande label, celle-ci affiche un message au format
suivant :
Le volume dans lecteur A est xxxxxxxxxxx
Le numéro de série du volume est xxxx-xxxx
Nom de volume (11 caractères, ENTRÉE pour ne rien mettre) ?

Si le disque n'a pas de numéro de série, la partie "Numéro de série du volume" de ce message ne s'affiche pas.

Vous pouvez taper le nom de volume souhaité ou appuyer sur ENTRÉE pour supprimer le nom existant. Si un
disque est doté d'un nom et si vous appuyez sur ENTRÉE pour le supprimer, label affiche le message suivant :
Voulez-vous supprimer le nom du volume en cours (O/N) ?

Appuyez sur O pour supprimer le nom ou sur N pour le conserver.

• Restrictions applicables aux noms de volume

Un nom de volume peut comporter jusqu'à 32 caractères pour les volumes NTFS et jusqu'à 11 caractères pour
les volumes FAT. Il peut inclure des espaces, mais pas de tabulations.

Les noms de volume FAT ne peuvent contenir aucun des caractères suivants :
*?/\|.,;:+=[]<>"

Cette restriction ne s'applique pas aux volumes NTFS.

AIEB Page 245 26/01/2011


Pour les volumes FAT, les noms de volumes sont stockés en majuscules même s'ils contiennent des lettres
minuscules. Les noms de volume NTFS respectent et affichent la casse utilisée lors de la création du nom.

Exemple
Pour nommer une disquette placée dans le lecteur A et contenant des informations sur les ventes de juillet,
tapez :

label a:ventes-juillet

LABEL [lecteur:][nom_volume]
LABEL [/MP] [volume] [nom_volume]

lecteur: Spécifie la lettre d'un lecteur.

nom_volume Spécifie le nom du volume.

/MP Spécifie si 'volume' doit être traité comme un point de montage (MP) ou comme
un nom de volume.

volume Spécifie la lettre de lecteur (suivie de deux-points), le point de montage ou le


nom de volume. Si un nom de volume est spécifié, le commutateur /MP n'est pas
nécessaire.

AIEB Page 246 26/01/2011


LISTSVC (Microsoft console)
C:\>Listsvc /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Répertorie les services et les pilotes disponibles sur l'ordinateur. La commande listsvc n'est disponible que si
vous utilisez la console de récupération.

listsvc

Paramètres
Aucun

La commande listsvc affiche tous les services, pilotes et types de démarrage disponible pour l'installation
actuelle de WindowsXP.

Ceci peut être utile lors de l'utilisation des commandes disable et enable.

REMARQUE : Celles-ci sont extraites de la ruche %SystemRoot%\System32\Config\SYSTEM.

Si la ruche SYSTEM est endommagée ou manquante, des résultats imprévisibles peuvent se produire.

AIEB Page 247 26/01/2011


Lodctr (Help et Microsoft)
Inscrit les noms et le texte d'explication des nouveaux compteurs de performance d'un service ou d'un pilote de
périphérique et enregistre et restaure les valeurs et le texte d'explication des compteurs.

Syntaxe
lodctr [\\NomOrdinateur] NomFichier [/s:NomFichier] [/r:NomFichier]

Paramètres
[\\NomOrdinateur] NomFichier
Inscrit les noms de compteurs de performance et le texte d'explication fournis dans le fichier
d'initialisation NomFichier. Si vous ne spécifiez pas NomOrdinateur, lodctr utilise l'ordinateur local par
défaut.

/s:NomFichier
Enregistre les valeurs et le texte d'explication des compteurs de performance du Registre dans le fichier
NomFichier.

/r:NomFichier
Restaure les valeurs et le texte d'explication des compteurs de performance du Registre à partir du
fichier NomFichier.

Attention
• Si vous utilisez la commande lodctr /r, vous remplacez toutes les valeurs et le texte
d'explication des compteurs de performance du Registre par la configuration définie dans le
fichier spécifié.

Notes
• Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces, entourez le texte de guillemets (par
exemple, "Nom de l'ordinateur").

Exemples
Pour enregistrer les valeurs et le texte d'explication actuels des compteurs de performance du Registre dans un
fichier nommé perf backup1.txt, tapez :

lodctr /s:"perf backup1.txt"

F:\>lodctr /?

Met à jour les noms des compteurs de l'Analyseur de performances et le texte explicatif pour un
compteur extensible

Utilisation :

LODCTR [\\ordinateur] nom_de_fichier

Ordinateur est le nom de l'ordinateur distant. L'ordinateur local est utilisé si le nom d'ordinateur n'est
pas spécifié. nom_de_fichier est le nom du fichier d'initialisation contenant les définitions du nom de
compteur et le texte explicatif pour une DLL counter DLL.

LODCTR /S:<NomFichier>
enregistrez les chaînes de Registre de performance et les informations actuelles dans <NomFichier>

LODCTR /S:<NomFichier>
restaurez les chaînes de Registre de performance et les informations actuelles dans <NomFichier>

AIEB Page 248 26/01/2011


Remarque : tout argument contenant des espaces dans les noms doit être placé entre doubles
guillemets.

AIEB Page 249 26/01/2011


Logman (Help et Microsoft)
Gère et planifie les collections des journaux de suivi d'événements et de compteur de performances sur les
systèmes locaux et distants.

Verbes de la syntaxe
Logman [create {counter | trace} collection_name ] [start collection_name] [stop collection_name] [delete
collection_name] [query {collection_name|providers}] [update collection_name]

Paramètres
create {counter | trace} collection_name
Crée des interrogations pour les collections de compteurs ou d'événements. Vous pouvez utiliser les
options de la ligne de commande pour spécifier les paramètres.

start collection_name
Démarre l'interrogation pour la collection de données nom_collection. Utilisez cette option pour passer
des collections planifiées aux collections manuelles. Utilisez le paramètre update de la ligne de
commande avec heure de début (-b), heure de fin (-e) ou durée de répétition (-rt) pour replanifier les
collections.

stop nom_collection
Arrête l'interrogation pour la collection de données nom_collection. Utilisez cette option pour passer des
collections planifiées aux collections manuelles. Utilisez le paramètre update de la ligne de commande
avec heure de début (-b), heure de fin (-e) ou durée de répétition (-rt) pour replanifier les collections.

delete nom_collection
Supprime l'interrogation pour la collection de données nom_collection. Si le nom_collection n'existe
pas, une erreur est renvoyée.

query {nom_collection|providers}
Si aucun nom_collection ou fournisseur n'est donné, l'état de toutes les interrogations pour les
collections existantes s'affiche.

Utilisez nom_collection pour afficher les propriétés d'une collection donnée.

Pour afficher les propriétés sur des ordinateurs distants, utilisez l'option -s ordinateur distant dans la
ligne de commande. Utilisez fournisseurs comme mot clé à la place de nom_collection pour afficher
les fournisseurs enregistrés qui sont installés sur votre système local.

Pour répertorier les fournisseurs enregistrés qui sont installés sur le système distant, utilisez l'option -s
dans la ligne de commande.

update collection_name
Met à jour les interrogations pour les collections de compteurs et d'événements.

Dans le cas des collections pour les compteurs, les modifications apportées à l'interrogation
s'arrêteront, puis les collections redémarreront.

Dans le cas des collections pour le suivi d'événements, utilisez les paramètres suivants dans la ligne de
commande pour effectuer une interrogation sans arrêter la collection : -p fournisseur
[(indicateurs[,indicateurs ...])] Niveau, - max n, - o NomChemin, -ft mm:ss, ou -fd.

AIEB Page 250 26/01/2011


Options de syntaxe
[-s nom_ordinateur] [-config NomFichier] [-b M/j/aaaa h:mm:ss[AM | PM]] [-e M/j/aaaa h:mm:ss[AM | PM]] [-m
[démarrer] [arrêter]] [-[-]r] [-o {Chemin | journal_compteurDNS!}] [-f {bin | bincirc | csv | tsv | SQL}] [-[-]a] [-[-]v
[{nnnnn | mmjjhhmm}]] [-[-] rc [NomFichier]] [-[-] {valeur max}] [-[-]cnf [[[hh:]]mm:]ss] [-c {Chemin [chemin ...] |
-cf NomFichier}] [-si [[hh:]mm:]ss] [-ln nom_journal] [-ets] [-[-] rt] [-p {GUID | fournisseur [(indicateurs
[,indicateurs...]}] Niveau | -pf NomFichier}] [-[-] ul] [-bs valeur] [-ft [[hh:]mm:]ss] [-nb min max] [-fd nom journal]
[-[-]u mot de passe utilisateur] [-rf [[hh:]mm:]ss] [-y] [-mode {mode_suivi [mode_suivi ...]}]

Paramètres
-s nom_ordinateur
Spécifie que les commandes créer, arrêter, supprimer ou mettre à jour seront exécutées sur le système
distant. Par défaut, le système local est utilisé pour les commandes.

-config Nom_fichier
Spécifie le chemin d'accès du fichier de paramètres contenant les paramètres de la ligne de
commande.

-b M/j/aaaa h:mm:ss[AM | PM]


Précise l’heure de début des collections (format 24 heures). Vous pouvez également spécifier l'heure
de début des collections au format 12 heures en ajoutant AM ou PM dans la ligne de commande. Sauf
spécification contraire, le jour et l'heure en cours sont utilisés par défaut. Utilisez l'option de démarrage
manuel pour démarrer la collection immédiatement.

-e M/j/aaaa h:mm:ss[AM | PM]


Précise l’heure de fin des collections (format 24 heures). Vous pouvez également spécifier l'heure de fin
des collections au format 12 heures en ajoutant AM ou PM dans la ligne de commande. Sauf
spécification contraire, le jour et l'heure en cours sont utilisés par défaut. Utilisez l'arrêt manuel puis
répétez l'option pour spécifier une heure d'arrêt avant l'heure actuelle, ou vous recevrez un message
d'erreur.
-m start stop
Spécifie que les collections s'arrêtent et démarrent manuellement en utilisant les paramètres démarrer
et arrêter dans la ligne de commande. Vous ne pouvez pas utiliser conjointement les paramètres -m
démarrer et -b, ou -m arrêter et -e, ou -rf dans la ligne de commande pour la même interrogation.
-r
Répète la collection tous les jours aux périodes spécifiées par les options -b et -rf, ou les options -b et
-e. Cette commande est valide uniquement pour les périodes de début et de fin spécifiées le même
jour, le même mois et la même année.
--r
Désactive l'option de répétition.

-o {Chemin | Journal_compteurDSN!}
Spécifie le chemin d'accès au fichier de sortie qui rassemble les données de suivi d'événements et de
compteur de performances, ou l'emplacement de la base de données et du groupe de données SQL.

Pour spécifier SQL avec le format DSN!journal_compteur, utilisez l'option -f dans la ligne de
commande.

Par défaut, le nom du fichier journal est composé du nom de la requête de collection, suivi de
l'extension .blg pour les compteurs de performances ou .etl pour les données de suivi.

-f {bin | bincirc | csv | tsv | SQL}


Spécifie le format de fichier utilisé pour recueillir les données de suivi et de compteur de performances.

Vous pouvez utiliser des formats binaires, binaires circulaires, séparés par des virgules et des
tabulations, ou des formats de base de données SQL pour les relevés de compteurs de performances.

Vous devez utiliser l'option -o dans la ligne de commande avec l'option Journal_CompteurDNS!. Pour
les formats de bases de données SQL, le DNS (Database System Name) doit être prédéfini et les
autorisations doivent être accordées pour l'écriture dans la base de données. Le journal_compteur est
créé dans la base de données et il est spécifié par le DSN. La valeur par défaut est binaire.

AIEB Page 251 26/01/2011


-a
Utilisez cette option si vous souhaitez ajouter le fichier.

--a
Désactive l'option de la commande d'ajout et retourne au mode de remplacement.

-v {nnnnn | mmjjhhmm}
Joint les informations de contrôle de version à la fin du fichier de sortie et du nom du chemin d'accès.

Utilisez le format numérique nnnnn, ou le format de date mmjjhhmm (mois, jour, 24 heures, minute)
pour le contrôle de version.

--v
Désactive l'option de version.

-rc NomFichier
Spécifie que cette commande doit être exécutée après la fermeture du fichier, durant la période de
collecte ou à la fin de celle-ci.

Utilisez l'option -rf avec -cnf pour fermer les fichiers durant les périodes de collecte. Si vous utilisez
l'option -stop, cette commande n'est pas désactivée. Les commandes sont toujours exécutées au
premier plan.

--rc
Désactive l'exécution de cette option de commande.

-max valeur
Indique la taille maximale en méga-octets du fichier journal obtenu. Si la taille du journal dépasse la
taille maximale autorisée, la collecte s’arrête. Pour une base de données SQL, la taille maximale
correspond au nombre d’enregistrements à écrire.

--max
Désactive l'option de taille limite maximale. Il s'agit de l'option par défaut.

-cnf [[hh:]mm:]ss
Crée un nouveau fichier lorsque les fichiers de sortie dépassent une taille maximale ou lorsque l'heure
spécifiée est écoulée. Vous devez inclure l'option -v lorsque vous exécutez cette commande. Par
défaut, un seul fichier journal est créé durant chaque collecte.

--cnf
Désactive l'option de création de nouveau fichier.

-c {Chemin [chemin ...] | -cf NomChemin}


Spécifie le chemin du compteur de performances vers le journal, ou spécifie le nom du chemin du
fichier journal qui répertorie ces compteurs.

Pour répertorier plusieurs chemins de compteurs, séparez la ligne de commande par un espace, ou
utilisez l'option -cf pour répertorier les chemins de compteurs dans un fichier d'entrée, à raison d'une
entrée par ligne.

Le format général des chemins de compteur est le suivant :

\\Ordinateur]\objet[parent/instance#index]\compteur] où :

Les composants parent, instance, index et compteur du format peuvent contenir un nom valide ou un caractère
générique. Les composants ordinateur, parent, instance et index ne sont pas nécessaires pour tous les
compteurs.

Vous déterminez les chemins d'accès des compteurs en fonction du compteur proprement dit. Par exemple,
l'objet DisqueLogique a un index d'instance. Vous devez donc spécifier le #index ou un caractère générique.

Par conséquent, vous pouvez utiliser le format suivant :

AIEB Page 252 26/01/2011


\DisqueLogique(*/*#*)\*

Par comparaison, l'objet Processus ne nécessite pas d'index d'instance. Par conséquent, vous pouvez utiliser le
format suivant :

\Processus(*)\Processus ID

La liste ci-dessous présente les formats possibles :


• \\machine\objet(parent/instance#index)\compteur

• \\machine\objet(parent/instance)\compteur

• \\machine\objet(instance#index)\compteur

• \\machine\objet(instance)\compteur

• \\machine\objet\compteur

• \objet(parent/instance#index)\compteur

• \objet(parent/instance)\compteur

• \objet(instance#index)\compteur

• \objet(instance)\compteur

• \objet\compteur

Si un caractère générique est spécifié dans le nom du parent, toutes les instances de l'objet spécifié
correspondant à l'instance spécifiée et aux champs du compteur sont renvoyées.

Si un caractère générique est spécifié dans le nom de l'instance, toutes les instances de l'objet et de l'objet
parent spécifiés seront renvoyées si tous les noms d'instance correspondant à l'index spécifié correspondent au
caractère générique.

Si un caractère générique est spécifié dans le nom de compteur, tous les compteurs de l'objet spécifié sont
renvoyés.

Les chemins de compteur partiels (par exemple, pro*) ne sont pas pris en charge.
-si [[hh:]mm:]ss
Spécifie les intervalles d'échantillonnage des compteurs de performances en heures, minutes et
secondes. La valeur par défaut est 15 secondes.

-ln nom_journal
Spécifie un nom défini par l'utilisateur pour la session du journal de suivi d'événements. Par défaut, le
nom de collection est utilisé comme nom de journal.

-ets
Crée et démarre une session de suivi d'événements avec les options spécifiées sur la ligne de
commande. Vous pouvez utiliser ce paramètre facultatif avec les paramètres create trace, update,
query et delete.

-rt
Spécifie que la session de suivi d'événements s'exécute en mode temps réel, et n'est pas enregistrée
dans un fichier. Par défaut, les données sont enregistrées dans un fichier.

--rt
Désactive l'option de journalisation en temps réel.

-p {GUID | fournisseur [(indicateurs[,indicateurs ...])] Niveau] | -pf {NomFichier}


Spécifie les fournisseurs (collecteurs de données de suivi) à utiliser pour effectuer un suivi de la collecte
des données. Utilisez les fournisseurs des interrogations logman pour trouver le nomf (fournisseurs

AIEB Page 253 26/01/2011


nommés) dans la liste des fournisseurs enregistrés. Utilisez l'option -pf pour répertorier plusieurs
fournisseurs.

L'option -pf identifie le fichier d'entrée contenant le nom des fournisseurs. Les noms des fournisseurs
sont insérés entre des guillemets droits (""), ou dans le cas des GUID, entre des accolades, des
masques d'indicateurs et des entiers (activer le niveau).

Les indicateurs sont au format hexadécimal (OXFFFF) ou (indicateur, indicateur).

-ul
Spécifie que la session de suivi d'événements est exécutée en mode utilisateur. Si vous utilisez l'option
-ul, seul un fournisseur peut être activé pour la session de suivi d'événements.

--ul
Spécifie que le mode utilisateur est désactivé, et la session de suivi d'événements est exécutée en
mode kernel.

-bs valeur
Indique la taille de la zone tampon en n kilo-octets pour les collections de données de suivi.

-ft [[hh:]mm:]ss
Spécifie l'intervalle de l'horloge de vidage en minutes et en secondes pour les collections de données
de suivi.

-nb min max


Spécifie le nombre minimal et le nombre maximal de tampons pour la collection des données de suivi.
La valeur minimale par défaut correspond au nombre de processeurs sur le système, plus deux. La
valeur maximale par défaut correspond à 25.

-fd nom_journal
Vide tous les tampons actifs d'une session de suivi d'événements existante sur un disque. Utilisez cette
commande avec l'option -ln.

-u mot de passe utilisateur


Spécifie le mot de passe et le nom de compte que l'interrogation utilise sur les systèmes locaux ou
distants. Pour démarrer la collecte des données des interrogations de données, enregistrez les
journaux et les alertes de performance sur un système distant. Vous pouvez utilliser * comme mot de
passe dans la ligne de commande pour générer une invite pour le mot de passe.

--u
Rétablit le nom de compte au compte de service des journaux et alertes de performance.

-rf [[hh:]mm:]ss
Spécifie que les collections sont exécutées pendant une durée définie.

-y
Annule les paramètres d'un nom de collection et applique les nouveaux paramètres sans interroger
l'utilisateur final.

-mode {mode_suivi [mode_suivi ...]}


Spécifie les options avancées pour les sessions de suivi uniquement lorsque mode_suivi peut être
globalsequence, localsequence ou pagedmemory. Globalsequence spécifie que le journal
d'événements ajoute un numéro de séquence à chaque événement qu'il reçoit, quelle que soit la
session de suivi qui a reçu l'événement. Localsequence spécifie que le journal d'événements ajoute un
numéro de séquence pour les événements reçus lors d'une session de suivi donnée.

Lorsque l'option localsequence est utilisée, des numéros de séquence en double peuvent exister entre
toutes les sessions, mais les numéros de séquence sont uniques au sein de chaque session de suivi.
Pagedmemory spécifie que le journal d'événements utilise une mémoire paginée et non la mémoire
pool par défaut non paginée pour ses affectations de mémoires tampon internes.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 254 26/01/2011


Remarques
• Les options valides pour les verbes de la ligne de commande create update, start, stop, delete, et
query sont :
-s nom machine distante
-[-]u Domaine/mot de passe utilisateur
• Les options valides pour les verbes create et update, et les options pour compteur et suivi sont :
-y
-b M/jaaaa h:mm:ss [AM|PM]
-e M/j/aaaa h:mm:ss [AM|PM]
-rf hh:mm:ss
-m start stop
-f bin|bincirc
-[-]r
-o PathName
-[-]a
-[-]v nnnnn|mmddhhmm
-[-]rc command pathname
-[-]max n
-[-]cnf hh:mm:ss
• Common options for counters only are:
-f bin|bincirc|csv|tsv|SQL
-o PathName | DSN!counter_log
• Common options for create counter are:
-c counterpath | -cf input file
-si [[hh:]mm:]ss

Ces options mettent à jour le compteur, et elles arrêteront et démarreront les collectes.
• Les options de la commande update pour la collection pour le suivi sont :
- max n
- o PathName
-ft mm:ss
-fd

Ces options interrogeront les collections pour le suivi sans arrêter les collections.

• Valid options with counters only are:


-f bin|bincirc|csv|tsv|SQL
-o PathName | DSN!counter_log

• Valid options with create counter commands are:


chemincompteur | -cf fichier entrée
-si hh:mm:ss

• Les options valides pour les commandes create suivi sont :

AIEB Page 255 26/01/2011


-ln nom journal
-[-]rt
-p Guid | fournisseur (indicateurs[,indicateurs ...]) niveau | -pf NomFichier
-[-]ul
-bs n
-ft mm:ss
-nb min max
-fd nom journal
-ets

• Utilisation de l'option -config

Le contenu du fichier de paramètres utilisé avec l'option -config doit avoir le format suivant :

[option_commande]
valeur
où option_commande est une option de ligne de commande et valeur spécifie sa valeur. Par exemple :

[create]
counter logx
[-s]
mysystem
[-u]
mypassword
• Utilisation de l'option -mode

Utilisez cette option uniquement si vous êtes un utilisateur avancé.


• Gestion de l'analyseur de performances

Vous pouvez utiliser Logman pour gérer les systèmes qui fonctionnent sous Windows 2000 ou Windows XP.

Pour plus d'informations sur l'incorporation de Logman dans vos scripts Windows Management Instrumentation
(WMI), reportez-vous à l'analyse et aux journaux de scripts à l'adresse site Web des kits de ressources
Microsoft Windows.(http://www.microsoft.com/)

Exemples
Les formats de date dans les exemples suivants sont uniquement pour l'heure américaine locale.

Pour créer des interrogations quotidiennes pour les collections de compteurs avec des heures de début et de fin
et répéter les collections, les numéros de contrôle de version, les chemins de compteurs et les intervalles
d'échantillonnage, tapez :

Logman create counter daily_perf_log -b 7/27/2000 13:00:00 -e 7/27/2000 15:00:00 -r -v mmddhhmm -c


"\Processor(_Total)\% Processor Time" "\Memory\Available bytes" -si 00:15 -o
"c:\perflogs\daily_log"

Pour créer des interrogations quotidiennes pour les collections avec des heures de début et de fin et répéter les
collections, les collections de fichiers de sortie, les numéros de contrôle de version, les chemins de compteurs
et les intervalles d'échantillonnage, tapez :

Logman create counter daily_perf_log -b 7/27/2000 13:00:00 -e 7/27/2000 15:00:00 -r -o


"c:\perflogs\daily_log" -v mmddhhmm -c "\Processor(_Total)\% Processor Time"

AIEB Page 256 26/01/2011


"\Memory\Available bytes" -si 00:15

Pour créer des interrogations quotidiennes pour les collections en utilisant le fichier de configuration à la place
du fichier de ligne de commande, tapez :

Logman -config file daily_perf.txt

Pour créer des interrogations quotidiennes pour le suivi avec des heures de début et de fin et répéter les
collections, les numéros de contrôle de version, les noms des fournisseurs, les collections de fichiers d'entrée et
de sortie, tapez :

Logman create trace daily_kernel_trace_log -b 7/27/2000 13:00:00 -e 7/27/2000 15:00:00 -r -v


mmddhhmm -p "Windows Kernel Trace" 0xFFFFFFFF -rf 100 -o "c:\perflogs\daily_nt_trace"

Pour créer des interrogations quotidiennes pour le suivi avec des heures de début et de fin et répéter les
collections, les numéros de contrôle de version, les noms de GUID et de journaux, les collections de fichiers
d'entrée et de sortie, tapez :

Logman create trace daily_lsass_trace_log -b 7/27/2000 13:00:00 -e 7/27/2000 15:00:00 -r -v mmddhhmm


-p "Local Security Authority(LSA) " 0x00000001 -rf 30:00 -o " c:\perflogs\daily_lsass_trace"

Pour créer des interrogations quotidiennes pour les compteurs avec des heures de début et de fin et répéter les
collections, les numéros de contrôle de version, les chemins de compteurs, les intervalles d'échantillonnage et
les formats SQL ainsi que les collections de fichiers de sortie, tapez :

Logman create counter daily_perf_log -b 7/27/2000 13:00:00 -e 7/27/2000 15:00:00 -r -v mmddhhmm -c


"\Processor(_Total)\% Processor Time" "\Memory\Available bytes" -si 00:15 -f sql -o perfdb!
daily_log

Pour démarrer les collections quotidiennes avec des intervalles d'échantillonnage, des mots de passe et noms
de comptes, tapez :

Logman start daily_perf_log -s \\%computer_name% -u admin "adminpassword"

Pour démarrer les collections de données manuelles, tapez :

Logman start daily_perf_log

Pour arrêter les collections de données, tapez :

Logman stop daily_perf_log

Pour supprimer les collections de données, tapez :

Logman delete daily_perf_log

Pour afficher l'état des interrogations pour les collections, tapez les commandes suivantes :

Logman query

Logman query daily_perf_log

F:\>Logman /?

Microsoft ® Logman.exe (5.1.2600.2180)


© Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Logman gère le service "Journaux et alertes de performance" pour créer et gérer des journaux de
sessions de suivi des événements et des journaux de performance.

AIEB Page 257 26/01/2011


Utilisation :

Logman VERBE <nom_d'ensemble> [options]

Verbes :
create <compteur|suivi> Crée un nouvel ensemble.

Start Démarre un ensemble existant et définit l'heure de début comme manuelle.

Stop Arrête un ensemble existant et définit l'heure de fin comme manuelle.

Delete Supprime un ensemble existant.

query [nom_d'ensemble|fournisseurs]
Interroge les propriétés d'un ensemble. Si aucun nom d'ensemble n'est spécifié,
tous les ensembles sont affichés. Le mot clé 'fournisseurs' liste tous les
fournisseurs de suivi d'événements inscrits.

Update Met à jour les propriétés d'un ensemble existant.

Paramètres :

<nom_d'ensemble> Nom de l'ensemble.

Options :
-? Affiche l'aide contextuelle.

-s <ordinateur > Lance la commande sur l'ordinateur distant spécifié.

-config <nom du fichier> Fichier de paramètres contenant les options de commande.

-b <dd/MM/yyyy HH:mm:ss> Lance la création de l'ensemble à l'heure spécifiée

-e <dd/MM/yyyy HH:mm:ss> Arrête la création de l'ensemble à l'heure spécifiée

-m <[début] [arrêt]> Passer en début ou arrêt manuels, en remplacement des heures de début
et de fin planifiées.

-[-]r Répète la création de l'ensemble tous les jours aux heures de début et de
fin spécifiées.

-o <chemin|dsn!journal> Chemin du fichier journal en sortie ou nom de DSN et d'ensembles de


journaux dans une base de données SQL.

-f <bin|bincirc|csv|tsv|sql> Spécifie le format du journal pour l'ensemble.

-[-]a Ajoute des données au fichier journal existant.

-[-]v [nnnnn|mmddhhmm] Place les informations de versions du fichier à la fin du nom du journal.

-[-]rc <nom du fichier> Lance la commande spécifiée dès que le journal est fermé.

-[-]max <valeur> Taille maximale du fichier en Mo, ou nombre d'enregistrements des


journaux SQL.

-[-]cnf [[[hh:]mm:]ss] Crée un fichier lorsque le délai spécifié est dépassé, ou quand la taille
maximale est atteinte.

-c <chemin [chemin ...]> Compteurs de performances à lire.

-cf <nom du fichier> Compteurs de performances de listes de fichiers à lire, un par ligne.

-si <[[hh:]mm:]ss> Intervalle d'échantillonnage pour les ensembles de compteurs de

AIEB Page 258 26/01/2011


performances.

-ln <nom> Nom du créateur des journaux pour les sessions de suivi d'événements.

-[-]rt Lance la session de suivi d'événements en temps réel.

-p <fournisseur [identificateurs [niveau]]>


Fournisseur unique de suivi d'événements devant être activé.

-pf <nom du fichier> Fournisseurs de session de suivi d'événements de listes de fichiers à


activer.

-[-]ul Lance la session de suivi d'événements en mode utilisateur.

-bs <valeur> Taille de mémoire tampon de session de suivi d'événements (en Ko).

-ft <[[hh:]mm:]ss> Horloge de vidage de session de suivi d'événements.

-nb <min max> Nombre de mémoires tampon de session de suivi d'événements.

-fd Enregistre sur disque toutes les mémoires tampon actives d'une session
de suivi d'événements.

-[-]u [utilisateur [mot de passe]]


Nom d'emprunt d'utilisateur. La saisie de '*' pour le mot de passe
provoque la demande du mot de passe. Le mot de passe n'est pas affiché
si vous l'entrez dans la boîte de dialogue de demande de mot de passe.
-rf <[[hh:]mm:]ss> Exécuter le recueil des données pendant la période spécifiée.

-y La réponse oui est acceptée par défaut pour toutes les questions.

-ets Envoie directement les commandes aux sessions de suivi d'événements,


sans enregistrement ni planification.

-mode <mode_de_suivi [mode_de_suivi ...]>


Mode de journalisation de session de suivi d'événements.

Remarque :

Si [-] est listé, un signe - supplémentaire désactive l'option.

Par exemple --r désactive l'option -r.

Exemples :
logman create counter perf_log -c "\Processeur(_Total)\% Temps processeur"

logman create trace trace_log -nb 16 256 -bs 64 -o c:\logfile

logman start journal_performances

logman update perf_log -si 10 -f csv -v mmddhhmm

logman update trace_log -p "Suivi du noyau Windows" (disk,net)

AIEB Page 259 26/01/2011


LOGON (Microsoft console)

C:\>Lognon /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Vous connecte à une installation de Windows. La commande logon n'est disponible que si vous utilisez la
console de récupération.

logon

Paramètres
Aucun

Remarques
• La commande logon répertorie toutes les installations détectées de Windows et requiert le mot de
passe d'administrateur local de l'installation à laquelle vous voulez vous connecter.

• Après 3 tentatives de connexion infructueuses, la console de récupération se ferme et l'ordinateur


redémarre.

La commande logon affiche les installations de Windows et de Windows NT détectées, et demande le mot de
passe de l'administrateur local pour la copie de Windows à laquelle vous souhaitez vous connecter.

Si plus de trois tentatives de connexion échouent, la console s'arrête et l'ordinateur redémarre.

AIEB Page 260 26/01/2011


Lpq (Help et Microsoft)
Affiche l'état d'une file d'attente d'impression sur un ordinateur exécutant LPD (Line Printer Daemon). Sans
paramètres, lpq affiche l'aide de la ligne de commande associée à la commande lpq.

Syntaxe
lpq -S NomServeur -P NomImprimante [-l]

Paramètres
-S NomServeur
Obligatoire. Spécifie le nom de l'ordinateur qui héberge la file d'attente d'impression dont vous
souhaitez afficher l'état.

-P NomImprimante
Obligatoire. Spécifie le nom de l'imprimante associée à la file d'attente d'impression dont vous
souhaitez afficher l'état.

-l
Indique que vous souhaitez afficher des détails sur l'état de la file d'attente d'impression.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

F:\>lpq /?

Affiche l'état d'une file d'attente lpd distante.

Utilisation : lpq -SServeur -PImprimante [-l]

Options :

-S Serveur Nom ou adresse IP de l'hôte fournissant le service lpd

-P Imprimante Nom de la file d'attente d'impression

-I commentaires

AIEB Page 261 26/01/2011


Lpr (Help et Microsoft)
Envoie un fichier vers un ordinateur exécutant LPD (Line Printer Daemon) en vue de son impression. Sans
paramètres, lpr affiche l'aide de la ligne de commande associée à la commande lpr.

Syntaxe
lpr [-S IDServeur] -P NomImprimante [-C ContenuBannière] [-J NomTravail] [{-o | -o l}] [-d] [-x] NomFichier

Paramètres
-S IDServeur
Spécifie le nom ou l'adresse IP de l'ordinateur qui héberge l'imprimante sur laquelle vous souhaitez
imprimer le fichier. Il n'est pas nécessare de spécifier ce paramètre si l'imprimante est connectée à
l'ordinateur local.

-P NomImprimante
Obligatoire. Spécifie le nom de l'imprimante sur laquelle vous souhaitez imprimer le fichier.

-C ContenuBannière
Spécifie le contenu à imprimer sur la page bannière du travail d'impression. Si vous ne spécifiez pas ce
paramètre, la page bannière contiendra le nom de l'ordinateur à partir duquel le travail d'impression a
été envoyé.

-J NomTravail
Spécifie le nom de travail d'impression qui sera imprimé sur la page bannière. Si vous ne spécifiez pas
ce paramètre, la page bannière contiendra le nom du fichier imprimé.

{-o | -o l}
Spécifie le type de fichier que vous souhaitez imprimer. Le paramètre -o indique que vous voulez
imprimer un fichier texte. Le paramètre -o l indique que vous voulez imprimer un fichier binaire (par
exemple, un fichier PostScript).

-d
Spécifie que le fichier de données doit être envoyé avant le fichier de contrôle. Utilisez ce paramètre si
l'imprimante exige que le fichier de données soit envoyé le premier. Pour plus d'informations, consultez
la documentation de votre imprimante.

-x
Spécifie que la commande lpr doit être compatible avec le système d'exploitation SunOS de Sun
Microsystems jusqu'à la version 4.1.4_u1 incluse.

NomFichier
Obligatoire. Spécifie le nom du fichier à imprimer.

Notes
• Pour trouver le nom de l'imprimante, ouvrez le dossier Imprimantes et télécopies. Pour ouvrir
Imprimantes et télécopieurs, cliquez sur Démarrer, pointez sur Paramètres, cliquez sur Panneau de
configuration, puis double-cliquez sur Imprimantes et télécopieurs.

F:\>lpr /?

Envoie un travail d'impression vers une imprimante du réseau

Utilisation : lpr -S Serveur -P Imprimante [-C Classe] [-J Travail] [-o Option] [-x] [-d] nom du fichier

Options :

-S Serveur Nom ou adresse IP de l'hôte fournissant le service lpd

AIEB Page 262 26/01/2011


-P Imprimante Nom de la file d'attente d'impression

-C Classe Classification du travail pour utilisation sur la page de salve

-J Travail Nom du travail à imprimer sur la page de salve

-o Option Indique le type de fichier (suppose par défaut que c'est un fichier texte) Utilisez
"-o l" pour les fichiers binaires (par ex : Postscript)

-x Compatibilité avec SunOS 4.1.x et versions antérieures

-d Envoyer d'abord le fichier de données

AIEB Page 263 26/01/2011


Macfile (Microsoft)
Utilisez les commandes macfile à l'invite de commandes pour gérer le serveur de fichiers pour les serveurs,
volumes, répertoires et fichiers Macintosh. Vous pouvez automatiser les tâches d'administration en insérant une
série de commandes dans des fichiers de commandes que vous lancez manuellement ou à des moments
prédéterminés.

Pour modifier les répertoires situés dans des volumes


accessibles aux Macintosh.
Syntaxe
macfile directory [/server:\\NomOrdinateur] /path:Répertoire [/owner:NomPropriétaire] [/group:NomGroupe]
[/permissions:Autorisations]

Paramètres
/server:\\NomOrdinateur
Spécifie le serveur sur lequel se trouve le répertoire à modifier. Si ce paramètre est omis, l'opération est
exécutée sur l'ordinateur local.

/path:Répertoire
Obligatoire. Spécifie le chemin d’accès du répertoire à modifier. Ce répertoire doit exister. Macfile
directory ne crée pas de répertoires.

/owner:NomPropriétaire
Change le propriétaire du répertoire. Si ce paramètre est omis, le propriétaire reste inchangé.

/group:NomGroupe
Spécifie ou modifie le groupe principal Macintosh associé au répertoire. Si ce paramètre est omis, le
groupe principal reste inchangé.

/permissions:Autorisations
Définit des autorisations sur le répertoire pour le propriétaire, le groupe principal et tout le monde. Les
autorisations sont définies par un nombre de onze chiffres. La valeur 1 octroie une autorisation et 0
révoque une autorisation (par exemple, 11111011000). La position du chiffre détermine l'autorisation
définie, comme indiqué dans le tableau suivant. Si ce paramètre est omis, les autorisations restent
inchangées.

Position Autorisation définie


Première OwnerSeeFiles (affichage des fichiers par le propriétaire)
Deuxième OwnerSeeFolders (affichage des dossiers par le propriétaire)
Troisième OwnerMakeChanges (modifications par le propriétaire)
Quatrième GroupSeeFiles (affichage des fichiers par le groupe)
Cinquième GroupSeeFolders (affichage des dossiers par le groupe)
Sixième GroupMakeChanges (modifications par le groupe)
Septième WorldSeeFiles (affichage des fichiers par tout le monde)
Huitième WorldSeeFolders (affichage des dossiers par tout le monde)
Neuvième WorldMakeChanges (modifications par tout le monde)
Dixième Le répertoire ne peut pas être renommé, déplacé ou supprimé.
Onzième Les modifications s'appliquent au répertoire en cours et à tous ses sous-répertoires.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 264 26/01/2011


Notes
• Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces ou des caractères spéciaux, entourez
le texte de guillemets (par exemple, "Nom de l'ordinateur").

• Utilisez la commande macfile directory pour rendre un répertoire existant dans un volume accessible
aux Macintosh disponible aux utilisateurs Macintosh. La commande macfile directory ne crée pas de
répertoires. Utilisez le Gestionnaire de fichiers, l'invite de commandes ou la commande macintosh new
folder pour créer un répertoire dans un volume accessible aux Macintosh avant d'utiliser la commande
macfile directory.

Exemples
Cet exemple modifie les autorisations du sous-répertoire « ventes de mai » du volume « statistiques »
accessible aux Macintosh situé sur le disque E du serveur local. Il octroie les autorisations SeeFiles (affichage
des fichiers), SeeFolders (affichage des dossiers) et MakeChanges (modification) au propriétaire et les
autorisations SeeFiles et SeeFolders à tous les autres utilisateurs, tout en empêchant que le répertoire soit
renommé, déplacé ou supprimé.

macfile directory /path:"e:\statistiques\ventes de mai" /permissions:11111011000

Pour joindre les branches de ressources et de données d'un


fichier Macintosh
Syntaxe

macfile forkize [/server:\\NomOrdinateur] [/creator:NomCréateur] [/type:NomType] [/datafork:CheminFichier]


[/resourcefork:CheminFichier] /targetfile:CheminFichier

Paramètres
/server:\\NomOrdinateur
Spécifie le serveur sur lequel les fichiers doivent être joints. Si ce paramètre est omis, l'opération est
exécutée sur l'ordinateur local.

/creator:NomCréateur
Spécifie le créateur du fichier. Le Finder Macintosh utilise l'option de ligne de commande /creator pour
déterminer quelle application a créé le fichier.

/type:NomType
Spécifie le type du fichier. Le Finder Macintosh utilise l'option de ligne de commande /type pour
déterminer le type du fichier dans l'application qui a créé ce fichier.

/datafork:CheminFichier
Spécifie l'emplacement de la branche de données qui doit être jointe. Vous pouvez spécifier un chemin
distant.

/resourcefork:CheminFichier
Spécifie l'emplacement de la branche de ressources qui doit être jointe. Vous pouvez spécifier un
chemin distant.

/targetfile:CheminFichier
Obligatoire. Spécifie l'emplacement du fichier créé en joignant une branche de données et une branche
de ressources, ou spécifie l'emplacement du fichier dont vous modifiez le type ou le créateur. Le fichier
doit se trouver sur le serveur spécifié.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 265 26/01/2011


Notes
• Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces ou des caractères spéciaux, entourez
le texte de guillemets (par exemple, "Nom de l'ordinateur").

Exemples
Pour créer le fichier Treeapp sur le volume D:\Release accessible aux Macintosh en utilisant la branche de
ressources C:\Cross\Mac\Appcode et pour présenter ce nouveau fichier aux clients Macintosh en tant
qu'application (les applications Macintosh utilisent le type APPL) avec MAGNOLIA comme créateur (signature),
tapez :

macfile forkize /resourcefork:c:\cross\mac\appcode /type:APPL /creator:MAGNOLIA


targetfile:D:\Release\Treeapp

Pour modifier le créateur en Microsoft Word 5.1 pour le fichier WORD.txt situé dans le répertoire D:\Word
documents\Group files sur le serveur\\SERVERA, tapez :

macfile forkize /server:\\servera /creator:MSWD /type:TEXT /targetfile:"d:\Word documents\Group


files\Word.txt"

Pour modifier le message d'ouverture de session et limiter les


sessions
Syntaxe

macfile server [/server:\\NomOrdinateur] [/maxsessions:{Nombre | unlimited}] [/loginmessage:Message]

Paramètres
/server:\\NomOrdinateur
Spécifie le serveur sur lequel des paramètres doivent être modifiés. Si ce paramètre est omis,
l'opération est exécutée sur l'ordinateur local.

/maxsessions:{Nombre | unlimited}
Spécifie le nombre maximum d'utilisateurs qui peuvent simultanément utiliser les serveurs de fichiers et
d'impression Macintosh. Si ce paramètre est omis, la valeur de maxsessions pour le serveur reste
inchangée.

/loginmessage:Message
Modifie le message qui s'affichera lorsque les utilisateurs de Macintosh ouvriront une session sur le
serveur de fichiers du serveur Macintosh. Le message d'ouverture de session est limité à 199
caractères. Si ce paramètre est omis, le message loginmessage reste inchangé pour le serveur. Pour
supprimer un message d'ouverture de session existant, spécifiez le paramètre /loginmessage, mais
laissez vide la variable Message.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces ou des caractères spéciaux, entourez
le texte de guillemets (par exemple, "Nom de l'ordinateur").

AIEB Page 266 26/01/2011


Exemples
Pour fixer à cinq le nombre de sessions Serveur de fichiers et Serveur d'impression pour Macintosh qui sont
autorisées sur le serveur local et pour ajouter le message d'ouverture de session « Déconnectez-vous des
Serveurs pour Macintosh lorsque vous avez terminé. », tapez :

macfile server /maxsessions:5 /loginmessage:"Déconnectez-vous des Serveurs pour Macintosh lorsque


vous avez terminé."

Pour ajouter, modifier ou supprimer des volumes accessibles


aux Macintosh
Syntaxe

macfile volume {/add | /set} [/server:\\NomOrdinateur] /name:NomVolume /path:Répertoire [/readonly:


{true | false}] [/guestsallowed:{true | false}] [/password:MotDePasse] [/maxusers:{Nombre|
unlimited}]

macfile volume /remove [/server:\\NomOrdinateur] /name:NomVolume

Paramètres
{/add | /set}
Obligatoire lorsque vous ajoutez ou modifiez un volume accessible aux Macintosh. Ajoute ou modifie le
volume spécifié.

/server:\\NomOrdinateur
Spécifie le serveur sur lequel un volume doit être ajouté, modifié ou supprimé. Si ce paramètre est
omis, l'opération est exécutée sur l'ordinateur local.

/name:NomVolume
Obligatoire. Spécifie le nom du volume à ajouter, modifier ou supprimer.

/path:Répertoire
Obligatoire et valide uniquement lors de l'ajout d'un volume. Spécifie le chemin d'accès au répertoire
racine du volume à ajouter.

/readonly:{true | false}
Spécifie si les utilisateurs peuvent modifier des fichiers dans le volume. Tapez true pour spécifier que
les utilisateurs ne peuvent pas modifier de fichiers dans le volume. Tapez false pour spécifier que les
utilisateurs peuvent modifier des fichiers dans le volume. Si ce paramètre est omis lors de l'ajout d'un
volume, la modification de fichiers est autorisée. Si ce paramètre est omis lors de la modification d'un
volume, le paramètre readonly pour le volume reste inchangé.

/guestsallowed:{true | false}
Spécifie si les utilisateurs qui ouvrent une session en tant qu'invités peuvent utiliser le volume. Tapez
true pour spécifier que les invités peuvent utiliser le volume. Tapez false pour spécifier que les invités
ne peuvent pas utiliser le volume. Si ce paramètre est omis lors de l'ajout d'un volume, les invités
peuvent utiliser le volume. Si ce paramètre est omis lors de la modification d'un volume, le paramètre
guestsallowed du volume reste inchangé.

/password:MotDePasse
Spécifie un mot de passe à fournir obligatoirement pour accéder au volume. Si ce paramètre est omis
lors de l'ajout d'un volume, aucun mot de passe n'est créé. Si ce paramètre est omis lors de la
modification d'un volume, le mot de passe reste inchangé.

/maxusers:{Nombre | unlimited}
Spécifie le nombre maximal d'utilisateurs qui peuvent utiliser simultanément les fichiers du volume. Si
ce paramètre est omis lors de l'ajout d'un volume, un nombre illimité d'utilisateurs peut utiliser le

AIEB Page 267 26/01/2011


volume. Si ce paramètre est omis lors de la modification d'un volume, la valeur maxusers reste
inchangée.

/remove
Obligatoire lorsque vous supprimez un volume accessible aux Macintosh. Supprime le volume spécifié.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Si les informations que vous fournissez contiennent des espaces ou des caractères spéciaux, entourez
le texte de guillemets (par exemple, "Nom de l'ordinateur").

Exemples
Pour créer un volume nommé Statistiques ventes US sur le serveur local en utilisant le répertoire Stats de
l'unité E et pour spécifier que ce volume n'est pas accessible aux invités, tapez :

macfile volume /add /name:"Statistiques ventes US" /guestsallowed:false /path:e:\Stats

Pour modifier le volume créé ci-dessus afin qu'il soit en lecture seule et exige le mot de passe « saturn » et pour
limiter à cinq le nombre maximal d'utilisateurs, tapez :

macfile volume /set /name:"Statistiques ventes US" /readonly:true /password:saturn /maxusers:5

Pour ajouter un volume nommé Conception paysage sur le serveur \\Magnolia en utilisant le répertoire Arbres
de l'unité E et pour spécifier que ce volume est accessible aux invités, tapez :

macfile volume /add /server:\\Magnolia /name:"Conception paysage" /path:e:\Arbres

Pour supprimer le volume Rapports des ventes sur le serveur local, tapez :

macfile volume /remove /name:"Rapports des ventes"

AIEB Page 268 26/01/2011


MAKECAB
Permet de créer des fichier .CAB

Microsoft (R) Cabinet Maker - Version 5.1.2600.0


Copyright (c) Microsoft Corporation. All rights reserved..

MAKECAB [/V[n]] [/D var=value ...] [/L dir] source [destination]


MAKECAB [/V[n]] [/D var=value ...] /F directive_file [...]

source File to compress.

destination File name to give compressed file. If omitted, the last character of the source file
name is replaced with an underscore (_) and used as the destination.

/F directives A file with MakeCAB directives (may be repeated).

/D var=value Defines variable with specified value.

/L dir Location to place destination (default is current directory).

/V[n] Verbosity level (1..3).

AIEB Page 269 26/01/2011


MAP (Microsoft console)
C:\>Map /?
'batch' n'est pas reconnu en tant que commande interne
ou externe, un programme exécutable ou un fichier de commandes.

Affiche un mappage de lettres de lecteurs à des noms de périphériques physiques. Ces informations sont utiles
lorsque vous exécutez les commandes fixboot et fixmbr. La commande map n'est disponible que si vous
utilisez la console de récupération.

Map [arc]

Paramètre
arc
Indique à la commande map d'afficher les noms ARC (Advanced RISC Computing) au lieu des noms de
périphériques. Exemple de nom de périphérique ARC :

multi(0)disk(0)rdisk(0)partition(1)
Le nom de périphérique équivalent est :

\Device\HardDisk0\Partition1

Exemple
L'exemple suivant mappe les noms de périphériques physiques aux lettres de lecteurs en utilisant des noms de
périphériques ARC :

map arc

Remarques
• Si vous n'utilisez pas le paramètre arc, la commande map affiche les noms des périphériques.

• La commande map affiche également le type de système de fichiers et la taille de chaque disque en
mégaoctets (Mo).

map arc

La commande map affiche les lettres de lecteur, les types de système de fichiers, les tailles de partition et les
mappages aux périphériques physiques. où le paramètre arc indique à la commande map qu'elle doit utiliser les
chemins ARC au lieu des chemins périphériques Windows.

AIEB Page 270 26/01/2011


MD – MKDIR (Help et Microsoft)
Crée un répertoire ou sous-répertoire.

Syntaxe
mkdir [Lecteur:]Chemin

md [Lecteur:]Chemin

Paramètres
Lecteur:
Désigne le lecteur dans lequel vous voulez créer le répertoire.

Chemin
Obligatoire. Indique le nom et l'emplacement du nouveau répertoire. La longueur maximale d'un chemin
est déterminée par le système de fichiers.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Lorsque vous activez les extensions de commande (ce qui est le cas par défaut), vous pouvez utiliser
une seule commande mkdir pour créer des répertoires intermédiaires dans un chemin spécifié. Pour
plus d'informations sur l'activation et la désactivation des extensions de commande, consultez cmd
dans les Rubriques connexes.

Exemples
Pour créer un répertoire nommé Taxes et un sous-répertoire de ce dernier nommé Propriété contenant un sous-
répertoire Courant, tapez :

mkdir \Taxes\Propriété\Courant

Cela équivaut à taper la suite de commandes ci-dessous quand les extensions de commande sont
désactivées :

mkdir \Taxes

chdir \Taxes

mkdir Propriété

chdir Propriété

mkdir Courant

La commande md ou mkdir crée des dossiers. Les caractères génériques ne sont pas pris en charge.

La commande mkdir agit uniquement dans les dossiers système de l'installation actuelle de Windows, les
supports amovibles, le dossier racine de chaque partition de disque dur ou les sources des installations locales.

MKDIR [lecteur:]chemin

MD [lecteur:]chemin

Si les extensions de commandes sont activées, MKDIR est modifié comme suit :

AIEB Page 271 26/01/2011


MKDIR crée tout répertoire intermédiaire dans le chemin, si nécessaire.

Par exemple, supposez que \a n'existe pas. Alors:

mkdir \a\b\c\d

est équivalent à :

mkdir \a
chdir \a
mkdir b
chdir b
mkdir c
chdir c
mkdir d

qui est ce que vous auriez dû entrer si les extensions étaient désactivées.

AIEB Page 272 26/01/2011


MEM
Affiche les quantités de mémoire utilisée et libre sur votre système.

MEM [/PROGRAM | /DEBUG | /CLASSIFY]

/PROGRAM ou /P Affiche un état des programmes actuellement en mémoire.

/DEBUG ou /D Affiche un état des programmes et pilotes internes, ainsi que d'autres
informations.

/CLASSIFY ou /C Classe les programmes selon l'utilisation de la mémoire. affiche la taille de


chaque programme, un résumé de l'occupation mémoire et la liste des blocs
disponibles.

AIEB Page 273 26/01/2011


Mmc (Help et Microsoft)
Ouvre la console MMC (Microsoft Management Console). À l'aide des options de la ligne de commande pour la
commande mmc, vous pouvez ouvrir une console MMC spécifique, ouvrir MMC en mode auteur ou spécifier
que la version 32 bits ou 64 bits de MMC est ouverte.

Syntaxe
mmc Chemin\nomfichier.msc [/a] [/64] [/32]

Paramètres
Chemin\nomfichier.msc
Démarre MMC et ouvre une console enregistrée. Vous devez spécifier le chemin d'accès et le nom
complets du fichier de console enregistré. Si vous n'indiquez aucun nom de fichier de console, MMC
ouvre une nouvelle console.

/a
Ouvre une console enregistrée en mode auteur. Permet d'apporter des modifications aux consoles
enregistrées.

/64
Ouvre la version 64 bits de la console MMC (MMC64). Utilisez cette option si vous exécutez
Windows XP Édition 64 bits uniquement.

/32
Ouvre la version 32 bits de la console MMC (MMC32). Lorsque vous exécutez Windows XP Édition
64 bits, vous pouvez exécuter des composants logiciels enfichables 32 bits en ouvrant MMC avec cette
option de la ligne de commande.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Utilisation de l'option Chemin\nomfichier.msc de la ligne de commande

Vous pouvez utiliser des variables d'environnement pour créer des lignes de commande ou des raccourcis qui
ne dépendent pas de l'emplacement explicite des fichiers de console. Ainsi, si le chemin d'accès à un fichier de
console se trouve dans le dossier système (mmc c:\winnt\system32\console_name.msc par exemple), vous
pouvez utiliser la chaîne de données extensible %systemroot% pour spécifier l'emplacement (mmc
%systemroot%\system32\console_name.msc).

Cela peut s'avérer utile si vous devez déléguer des tâches à des membres de votre organisation qui travaillent
sur différents ordinateurs.
• Utilisation de l'option /a de la ligne de commande

Lorsque les consoles sont ouvertes avec cette option, elles sont en mode auteur, indépendamment de leur
mode par défaut.

Cette option ne modifie pas définitivement le mode par défaut des fichiers. Lorsque cette option est omise,
MMC ouvre les fichiers de console conformément au mode par défaut affecté à chacun d'eux.

• Après avoir ouvert MMC ou un fichier de console en mode auteur, vous pouvez ouvrir n'importe quelle
console existante en cliquant sur Ouvrir dans le menu Console.

• Vous pouvez utiliser la ligne de commande pour créer des raccourcis permettant d'ouvrir MMC et les
consoles enregistrées. Une commande de la ligne de commande fonctionne avec la commande
Exécuter du menu Démarrer et dans tout raccourci, fenêtre d'invite de commandes, fichier de
commandes ou programme faisant appel à cette commande.

AIEB Page 274 26/01/2011


AIEB Page 275 26/01/2011
MODE (Help et Microsoft)
Affiche l'état du système, modifie les paramètres du système ou reconfigure des ports ou des périphériques.

Utilisée sans paramètre, la commande mode affiche tous les attributs contrôlables de la console et les
périphériques COM disponibles.

Comme la commande mode peut réaliser un grand nombre de tâches différentes, la syntaxe requise pour
chacune d'entre elles est différente. Cliquez sur la tâche que vous souhaitez réaliser.

Pour configurer un port de communications série


Syntaxe
mode comm[:] [baud=b] [parity=p] [data=d] [stop=s] [to={on|off}] [xon={on|off}] [odsr={on|off}] [octs={on|off}]
[dtr={on|off|hs}] [rts={on|off|hs|tg}] [idsr={on|off}]

Paramètres
comm[:]
Indique le numéro du port de communications asynchrones (COM).

baud=b
Spécifie la vitesse de transmission en bits par seconde. Le tableau suivant indique chacune des
abréviations correctes de b et la vitesse de transmission associée :

Valeur Vitesse
11 110 bauds
15 150 bauds
30 300 bauds
60 600 bauds
12 1200 bauds
24 2400 bauds
48 4800 bauds
96 9600 bauds
19 19 200 bauds

parity=p
Spécifie la manière dont le système utilise le bit de parité pour contrôler les erreurs de transmission. Le
tableau suivant répertorie les valeurs valides de p. La valeur par défaut est e. Tous les ordinateurs ne
prennent pas en charge les valeurs m et s.

Valeur Description
n aucune
e paire
o impaire
m marque
s espace

data=d
Spécifie le nombre de bits de données d'un caractère. Les valeurs valides de d s'échelonnent de 5 à 8.
La valeur par défaut est 7. Tous les ordinateurs ne prennent pas en charge les valeurs 5 et 6.

AIEB Page 276 26/01/2011


stop=s
Spécifie le nombre de bits d'arrêt qui définissent la fin d'un caractère : 1, 1,5 ou 2. Si le débit en bauds
est 110, la valeur par défaut est 2 ; sinon, la valeur par défaut est 1. Tous les ordinateurs ne prennent
pas en charge la valeur 1,5.

to={on|off}
Indique si un délai de coupure est activé ou non. L'option par défaut est off.

xon={on|off}
Indique si le protocole xon ou xoff de contrôle de flux des données est activé ou désactivé.

odsr={on|off}
Indique si le protocole de sortie qui utilise le circuit modem prêt (DSR, Data Set Ready) est activé ou
non.

octs={on|off}
Indique si le protocole de sortie qui utilise le circuit prêt à émettre (CTS, Clear To Send) est activé ou
non.

dtr={on|off|hs}
Indique si le circuit terminal de données prêt (DTR, Data Terminal Ready) est activé ou non, ou établi
par le protocole.

rts={on|off|hs|tg}
Indique si le circuit demande pour émettre (RTS, Request To Send) est activé, désactivé, protocole ou
bascule.

idsr={on|off}
Indique si la communication est sensible ou non au circuit modem prêt (DSR).

Pour afficher l'état de tous les périphériques ou d'un seul.


Syntaxe
mode [périphérique] [/status]

Paramètres
périphérique
Indique le nom du périphérique dont vous voulez afficher l'état.

/status
Sollicite l'état de toute imprimante parallèle redirigée. Vous pouvez abréger l'option /status en /sta.

Notes
• Utilisée sans paramètre, la commande mode affiche l'état de tous les périphériques installés sur votre
système.

Pour rediriger les données de sortie d'un port parallèle vers un


port de communications série
Syntaxe mode lptn[:]=comm[:]

Paramètres
lptn
Obligatoire. Spécifie le port parallèle. Les valeurs valides de n vont de 1 à 3.

comm[:]
Obligatoire. Spécifie le port série. Les valeurs valides de m vont de 1 à 4.

AIEB Page 277 26/01/2011


Notes
• Pour rediriger l'impression, vous devez être membre du groupe Administrateurs.

Exemples
Pour configurer votre système pour qu'il envoie des sorties d'imprimante parallèle vers une imprimante série,
vous devez utiliser deux fois la commande mode.

La première fois, vous utilisez la commande mode pour configurer le port série.

La seconde fois, vous l'utilisez pour rediriger les données de sortie de l'imprimante parallèle vers le port série
spécifié dans la première commande mode.

Par exemple, si votre imprimante série travaille à 4 800 bauds avec la parité paire et si elle est raccordée au
port COM1 (première connexion série de votre ordinateur), tapez :

mode com1 48,e,,,b

mode lpt1=com1

Si vous redirigez les données de sortie d'une imprimante parallèle de LPT1 à COM1, mais décidez ensuite
d'imprimer un fichier au moyen de LPT1, tapez la commande suivante avant d'imprimer le fichier.

mode lpt1
Cette commande empêche la redirection du fichier de LPT1 vers COM1.

Pour sélectionner, actualiser ou afficher les numéros des pages


de codes de la console.
Syntaxe

mode périphérique codepage select=yyy

mode périphérique codepage [/status]

Paramètres
périphérique
Obligatoire. Spécifie le périphérique pour lequel vous voulez sélectionner une page de codes. CON est
le seul nom valide pour un périphérique.

codepage select=
Obligatoire. Spécifie la page de codes à utiliser avec le périphérique spécifié. Vous pouvez abréger
codepage et select respectivement sous les formes cp et sel.

yyy
Obligatoire. Indique le numéro de la page de codes à sélectionner.

AIEB Page 278 26/01/2011


Le tableau suivant répertorie les pages de codes prises en charge et le paramètre de Pays/région ou de langue
associé.

Valeur Pays/région
437 États-Unis
850 Multilingue (Latin I)
852 Slave (Latin II)
855 Cyrillique (Russe)
857 Turc
860 Portugais
861 Islandais
863 Français (Canada)
865 Nordique
866 Russe
869 Grec moderne

codepage
Obligatoire. Affiche les numéros des pages de codes éventuellement sélectionnées pour le
périphérique spécifié.

/status
Affiche les numéros des pages de codes en cours sélectionnées pour le périphérique spécifié. Vous
pouvez abréger /status en /sta. Que vous spécifiiez ou non /status, mode codepage affiche les
numéros des pages de codes qui sont sélectionnées pour le périphérique spécifié.

Pour modifier la taille de la zone tampon de l'écran d'invite de


commandes
Syntaxe

mode con[:] [cols=c] [lines=n]

Paramètres
con[:]
Obligatoire. Indique que le changement s'applique à la fenêtre d'invite de commandes.

cols=c
Spécifie le nombre de caractères (colonnes) définissant la largeur dans la zone tampon de l'écran
d'invite de commandes.

lines=n
Spécifie le nombre de lignes définissant la hauteur de la zone tampon de l'écran d'invite de
commandes.

Pour définir la vitesse de répétition du clavier


Syntaxe

mode con[:] [rate=r delay=d]

Paramètres
con[:]
Obligatoire. Se réfère au clavier.
rate=r
Indique la vitesse à laquelle un caractère se répète à l'écran lorsque vous maintenez une touche
enfoncée.

AIEB Page 279 26/01/2011


delay=d
Spécifie l'intervalle de temps au bout duquel le caractère en sortie commence à se répéter lorsque vous
maintenez une touche enfoncée.

Notes
• Le délai de répétition automatique du clavier correspond à la vitesse à laquelle un caractère se répète
lorsque vous maintenez la touche correspondante enfoncée. La vitesse de répétition du clavier se
compose de deux éléments, la vitesse proprement dite et le délai d'attente. Cette commande n'est pas
reconnue par tous les claviers.

• Utilisation de l'option rate=r

Les valeurs valides vont de 1 à 32, ce qui correspond respectivement à 2 et 30 caractères par seconde environ.
La valeur par défaut est 20 pour les claviers compatibles IBM AT et 21 pour les claviers compatibles IBM PS/2.
Si vous définissez la vitesse, vous devez également préciser le délai d'attente.
• Utilisation de l'option delay=d

Les valeurs valides de d sont 1, 2, 3 et 4 (ce qui représente respectivement 0,25, 0,50, 0,75 et 1 seconde). La
valeur par défaut est 2. Si vous définissez le délai, vous devez également préciser la vitesse.

Port série :

MODE COMm[:] [BAUD=b] [PARITY=p] [DATA=d] [STOP=s] [to=on|off] [xon=on|off] [odsr=on|off]


[octs=on|off] [dtr=on|off|hs] [rts=on|off|hs|tg] [idsr=on|off]

État d'un périphérique : MODE [périphérique] [/STATUS]

Rediriger l'impression : MODE LPTn[:]=COMm[:]

Choisir une page de codes : MODE CON[:] CP SELECT=yyy

État de page de codes : MODE CON[:] CP [/STATUS]

Mode d'affichage : MODE CON[:] [COLS=c] [LINES=n]

Vitesse de répétition : MODE CON[:] [RATE=r DELAY=d]

AIEB Page 280 26/01/2011


MORE (Help et Microsoft)
Affiche un écran de sortie à la fois.

Syntaxe
commande | more [/c] [/p] [/s] [/tn] [+n]

more [[/c] [/p] [/s] [/tn] [+n]] < [Lecteur:] [Chemin] NomFichier

more [/c] [/p] [/s] [/tn] [+n] [fichiers]

Paramètres
[Lecteur:] [Chemin] NomFichier
Désigne le fichier à afficher.

commande
Spécifie la commande dont vous souhaitez afficher les résultats.

/c
Efface l'écran avant d'afficher une page.

/p
Développe les caractères de saut de page.

/s
Remplace des lignes blanches multiples par une seule.

/tn
Remplace les tabulations par le nombre d'espaces spécifié par n.

+n
Affiche le premier fichier commençant à la ligne spécifiée par n.

fichiers
Spécifie la liste de fichiers à afficher. Séparez les noms des fichiers par des espaces.

Notes
• Utilisation de la commande more sur la console de récupération
La commande more est disponible, avec des paramètres différents, à partir de la console de récupération.
• Utilisation des sous-commandes more
Les commandes suivantes sont acceptées à l'invite more (-- Suite --) .

Touche Action
ESPACE Affiche la page suivante
ENTRÉE Affiche la ligne suivante
f Affiche le fichier suivant
q Quitte
? Affiche les commandes disponibles
= Affiche le numéro de ligne
pn Affiche les n lignes suivantes
sn Saute les n lignes suivantes

AIEB Page 281 26/01/2011


• Sources de données
Lorsque vous utilisez le caractère de redirection (<), vous devez spécifier un nom de fichier comme source.
Lorsque vous employez la barre verticale (|), vous pouvez utiliser des commandes telles que dir, sort et type.

Exemples
Pour afficher à l'écran le fichier nommé Clients.nou, tapez l'une ou l'autre des commandes suivantes :

more < clients.nou

type clients.nou | more

La commande more affiche le premier écran d'informations de Clients.nou, puis présente le message suivant :
-- Suite --

Vous pouvez alors appuyer sur la touche ESPACE pour afficher l'écran d'informations suivant.

Pour effacer l'écran et supprimer toutes les lignes blanches superflues avant d'afficher le fichier Clients.nou,
tapez l'une ou l'autre des commandes suivantes :

more /c /s < clients.nou

type clients.nou | more /c /s

La commande more affiche le premier écran d'informations de Clients.nou, puis présente le message suivant :
-- Suite --

Pour afficher le fichier une ligne à la fois, appuyez sur ENTRÉE.

Pour afficher la page suivante, appuyez sur ESPACE.

Pour afficher le prochain fichier indiqué sur la ligne de commande, tapez f.

Pour quitter more, tapez q.

Ajoutez des commandes à l'invite more comme le montre l'exemple suivant :


-- Suite [Options: psfq=<space><ret>] --

Pour afficher le numéro de la ligne en cours, tapez =. Le numéro de la ligne en cours est ajouté à l'invite more,
comme le montre l'exemple suivant :
-- Suite [Line: 24] --

Pour afficher un nombre précis de lignes, tapez p. More vous demande le nombre de lignes à afficher de la
manière suivante :
-- Suite -- Lignes:

Tapez le nombre de lignes à afficher et appuyez sur ENTRÉE. La commande more affiche le nombre de lignes
indiqué.

Pour sauter un nombre précis de lignes, tapez s. More vous demande le nombre de lignes à sauter de la
manière suivante :
-- Suite -- Lignes:

Tapez le nombre de lignes à ignorer et appuyez sur ENTRÉE. La commande more ignore le nombre de lignes
indiqué et affiche l'écran d'informations suivant.

MORE [/E [/C] [/P] [/S] [/Tn] [+n]] < [lect:][chemin]fichier nom_de_commande |
MORE [/E [/C] [/P] [/S] [/Tn] [+n]]
MORE /E [/C] [/P] [/S] [/Tn] [+n] [fichiers]

[lect:][chemin]fichier Spécifie un fichier à afficher écran par écran.

AIEB Page 282 26/01/2011


nom_de_commande Spécifie une commande dont la sortie sera affichée.

/E Active les fonctionnalités étendues

/C Efface l'écran avant d'afficher une page

/P Développe les caractères de saut de page

/S Regroupe plusieurs lignes vides en une seule ligne

/Tn Transforme les tabulations en n espaces (par défaut, 8)

Des commutateurs peuvent être présents dans la variable d'environnement MORE.

+n Commence à afficher le premier fichier à la ligne n

fichiers Liste des fichiers à afficher. Les fichiers dans la liste sont séparés par des blancs.

Si des fonctionnalités étendues sont activées, les commandes suivantes sont acceptées à l'invite –

Suite -- :

Pn Affiche les n prochaines lignes

Sn Saute les n prochaines lignes

F Affiche le fichier suivant

Q Quitte

= Montre le numéro de ligne

? Montre la ligne d'aide

<espace> Affiche la page suivante

<entrée> Affiche la ligne suivante

AIEB Page 283 26/01/2011


MOUNTVOL (Help et Microsoft)
Crée, supprime ou répertorie le point de montage d'un volume. Mountvol permet de lier des volumes sans avoir
recours à une lettre de lecteur.

Syntaxe
mountvol [Lecteur:]Chemin NomVolume

mountvol [Lecteur:]Chemin /d

mountvol [Lecteur:]Chemin /L

mountvol Lecteur: /s

Paramètres
[Lecteur:]Chemin
Spécifie le dossier du répertoire NTFS existant où résidera le point de montage.

NomVolume
Indique le nom de volume qui correspond à la cible du point de montage. Le nom de volume est de la
forme \\?\Volume{GUID}\, où {GUID} est un globally unique identifier (GUID) (par exemple, \\?\Volume\
{2eca078d-5cbc-43d3-aff8-7e8511f60d0e}\).

/d
Supprime le point de montage du volume dans le dossier spécifié.

/L
Affiche la liste des noms de volume du dossier spécifié.

/s
Ordinateurs Itanium uniquement. Monte la Partition système EFI sur le lecteur spécifié.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Si vous n'avez plus de lettres de lecteur disponibles, montez vos volumes locaux sans lettre de lecteur.

• Si vous devez augmenter l'espace d'un volume sans reformater ni remplacer un disque dur, vous
pouvez ajouter un chemin de montage vers un autre volume.

• Cette méthode s'avère utile quand vous utilisez un même volume avec plusieurs chemins de montage,
car elle permet d'accéder à tous les volumes locaux à l'aide d'une seule lettre de lecteur (par exemple,
C:). Il n'est pas nécessaire de mémoriser la correspondance entre volumes et lettres de lecteur ; vous
pouvez néanmoins monter des volumes locaux en les assignant à des lettres de lecteur.

Crée, supprime ou affiche les informations d'un point de montage de volume.

MOUNTVOL [lecteur:]chemin d'accès de VolumeName


MOUNTVOL [lecteur:]chemin d'accès /D
MOUNTVOL [lecteur:]chemin d'accès /L

Chemin Spécifie le répertoire NTFS existant dans lequel le point de montage résidera.

Nom_volume Spécifie le nom du volume cible du point de montage.

AIEB Page 284 26/01/2011


/D Supprime le point de montage du volume du répertoire spécifié.

/L Liste le nom de volume monté pour le répertoire spécifié.

Des valeurs possibles pour VolumeName ainsi que des points de montage actuels sont :

\\?\Volume{fcc14932-5196-11d9-91e8-806d6172696f}\
C:\

\\?\Volume{eef11e60-5a8d-11d9-b074-806d6172696f}\
D:\

\\?\Volume{fcc14930-5196-11d9-91e8-806d6172696f}\
A:\

AIEB Page 285 26/01/2011


MOVE (Help et Microsoft)
Transfère un ou plusieurs fichiers d'un répertoire vers le répertoire spécifié.

Syntaxe
move [{/y|/-y}] [Source] [cible]

Paramètres
/y
Supprime la confirmation de remplacement d'un fichier de destination existant.

/-y
Demande la confirmation de remplacement d'un fichier de destination existant.

Source
Indique le chemin d'accès et le nom du ou des fichiers à transférer. Si vous souhaitez transférer ou
renommer un répertoire, Source doit contenir le nom et le chemin du répertoire en cours.

cible
Indique le chemin d'accès et le nom de la destination des fichiers transférés. Si vous souhaitez
transférer ou renommer un répertoire, cible doit contenir le nom et le chemin du répertoire souhaité.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Utilisation de l'option /y de la ligne de commande
L'option /y de la ligne de commande peut être prédéfinie dans la variable d'environnement COPYCMD. Cette
option peut être annulée en spécifiant /-y sur la ligne de commande. Par défaut, vous êtes invité à confirmer le
remplacement, sauf si la commande copy est exécutée à partir d'un script de commande.
• Déplacement de fichiers cryptés

Une tentative de transfert de fichiers cryptés vers un volume qui ne prend pas en charge le système de fichiers
de cryptage (EFS) provoque une erreur. Décryptez les fichiers au préalable ou déplacez-les vers un volume qui
prend en charge EFS.

Exemples
Pour déplacer tous les fichiers portant l'extension .xls du répertoire \Données vers le répertoire
\Second_Q\Rapports, tapez :

move \données\*.xls \second_q\rapports\

Pour déplacer un ou plusieurs fichiers :

MOVE [/Y | /-Y] [lecteur:][chemin]fichier1[,...] destination

Pour renommer un répertoire:

MOVE [/Y | /-Y] [lecteur:][chemin]répert1 répertoire2

[lecteur:][chemin]fichier1 Spécifie l'emplacement et le nom du ou des fichiers que vous


voulez déplacer.

destination Spécifie le nouvel emplacement du fichier. Destination peut être une


lettre de lecteur et deux-points (:), un nom de répertoire, ou une
combinaison.

AIEB Page 286 26/01/2011


Si vous déplacez un seul fichier, vous pouvez aussi inclure un nom de
fichier si vous voulez renommer le fichier en le déplaçant.

[lecteur:][chemin]répert1 Spécifie le répertoire que vous voulez renommer.

répert2 Spécifie le nouveau nom du répertoire.

/Y Supprime la demande de confirmation de remplacement de


fichiers de destination existants.

/-Y Provoque la demande de confirmation de remplacement de fichiers de


destination existants.

L'option /Y peut être présente dans la variable d'environnement COPYCMD.

Outrepassez ceci en utilisant /-Y dans la ligne de commandes. Par défaut, une demande de confirmation
apparaît sauf si la commande MOVE est exécutée depuis un script de commandes.

AIEB Page 287 26/01/2011


Msiexec (Help et Microsoft)
Permet d'installer ou modifier un produit ou d'effectuer d'autres opérations dans Windows Installer à partir de la
ligne de commande.

Pour installer ou configurer un produit


Syntaxe
msiexec /i {package|CodeProduit}

Paramètres
/i
Installe ou configure un produit.

package
Spécifie le nom du fichier de package Windows Installer.

CodeProduit
Spécifie l'identificateur global unique (GUID) du package d'installation de Windows Installer.

Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour installer un produit à partir de A:\Example.msi, tapez :

msiexec /i A:\Example.msi

Pour utiliser l'option d'installation administrative


Syntaxe
msiexec /a package

Paramètres
/a
Applique l'option d'installation administrative

package
Nom du fichier de package Windows Installer.

Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

AIEB Page 288 26/01/2011


Pour réparer un produit
Syntaxe
msiexec /f [p][o][e][d][c][a][u][m][s][v]{package|CodeProduit}

Paramètres
/f
Active une ou plusieurs des options de la ligne de commande répertoriées dans le tableau suivant.

Commande Description
p Procède à la réinstallation uniquement si le fichier est absent.
o Procède à la réinstallation si le fichier est absent ou si une version antérieure est installée.
e Procède à la réinstallation si le fichier est absent ou si une version égale ou antérieure est installée.
d Procède à la réinstallation si le fichier est absent ou si une version différente est installée.
Procède à la réinstallation si le fichier est absent ou si la somme de contrôle stockée ne correspond
c
pas à la valeur calculée.
a Force la réinstallation de tous les fichiers.
u Réécrit toutes les entrées de Registre spécifiques à l'utilisateur.
m Réécrit toutes les entrées de Registre spécifiques à l'ordinateur
s Remplace tous les raccourcis existants.
v S'exécute à partir de la source et remet en mémoire cache le package local.

package
Nom du fichier de package Windows Installer.

CodeProduit
Identificateur global unique (GUID) du package d'installation Windows Installer.

Notes
• Cette option ignore toutes les valeurs de propriétés que vous tapez sur la ligne de commande.

• Cette option de ligne de commande prend par défaut la valeur /fpecms.

• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour réparer le package d'installation, tapez :

msiexec /fpecms Example.msi

AIEB Page 289 26/01/2011


Pour désinstaller un produit
Syntaxe
msiexec /x {package|CodeProduit}

Paramètres
/x
Désinstalle un produit.

package
Nom du fichier de package Windows Installer.

CodeProduit
Identificateur global unique (GUID) du package d'installation Windows Installer.

Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour supprimer ou désinstaller un package, tapez :

msiexec /x Example.msi

Pour annoncer un produit


Syntaxe
msiexec /j [{u|m}] package

msiexec {u|m} package /t ListeTransform

msiexec {u|m} package /g IDLangue

Paramètres
/j
Annonce un produit.

u
Annonce le produit à l'utilisateur en cours.

m
Annonce le produit à tous les utilisateurs de l'ordinateur.

package
Spécifie le fichier de package Windows Installer.

/g IDLangue
Identifie la langue.

/t ListeTransform
Applique la transformation au package d'installation annoncé.

AIEB Page 290 26/01/2011


Notes
• Cette option ignore toutes les valeurs de propriétés que vous tapez sur la ligne de commande.

• Si vous souhaitez installer l'application avec des droits élevés, utilisez /jm.

• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour annoncer un package à tous les utilisateurs de l'ordinateur local, tapez :

msiexec /jm Example.msi


Pour annoncer un package à tous les utilisateurs de l'ordinateur local, tapez :

msiexec /jm Example.msi

Pour définir un niveau de journalisation


Syntaxe
msiexec /L [i][w][e][a][r][u][c][m][p][v][+][!]FichierJournal.txt

Paramètres
/L
Spécifie le chemin d'accès du fichier journal.

i
Enregistre dans le journal les messages d'état.

w
Enregistre dans le journal les avertissements récupérables.

e
Enregistre dans le journal tous les messages d'erreur.

a
Enregistre dans le journal les actions démarrées.

r
Enregistre dans le journal des informations spécifiques aux actions.

u
Enregistre dans le journal les demandes des utilisateurs.

c
Enregistre dans le journal les paramètres initiaux de l'interface utilisateur.

m
Enregistre dans le journal les cas de mémoire insuffisante.

p
Enregistre dans le journal les propriétés du terminal.

v
Enregistre dans le journal des données détaillées. Pour utiliser l'option v, spécifiez /L*v.

AIEB Page 291 26/01/2011


+
Ajoute au fichier journal existant.

!
Force l’écriture de chaque ligne dans le fichier journal.

*
Enregistre toutes les informations dans le journal, à l'exception de l'option v. Il s'agit d'un caractère
générique.

FichierJournal.txt
Nom et chemin du fichier texte du journal.

Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour insérer l'option v dans un fichier journal à l'aide de l'indicateur de caractère générique, tapez /L*v
à l'invite de commande.

• Les options du fichier journal de Windows Installer peuvent aussi être utilisées avec les processus de
désinstallation et de réparation.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour installer un package d'installation et créer un fichier journal contenant des informations d'état ou relatives à
l'insuffisance de la mémoire ainsi que les messages d'erreur, tapez :

msiexec /i Example.msi /Lime logfile.txt

Pour appliquer un correctif


Syntaxe
msiexec /p PackageCorrectif

Paramètres
/p
Applique un correctif.

PackageCorrectif
Spécifie le correctif à appliquer.

Notes
• Pour appliquer un correctif à un package d'installation administrative, utilisez la syntaxe suivante :
msiexec /p PackageCorrectif /a Exemple.msi
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Pour installer une transformation à l'aide de la ligne de


commande
Syntaxe

AIEB Page 292 26/01/2011


msiexec /i packageTRANSFORMS=ListeTransform

Paramètres
/i
Installe ou configure un produit.

package
Spécifie le fichier de package Windows Installer.

TRANSFORMS=
Propriété utilisée pour spécifier les fichiers de transformation (.mst) à appliquer au package.

ListeTransform
Liste de chemins séparés par des points-virgules.

Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Pour installer et publier un produit avec une transformation à


l'aide de la ligne de commande
Syntaxe
msiexec /i package /j[u][m] /t ListeTransform

Paramètres
/i
Installe ou configure un produit.

package
Nom du fichier de package Windows Installer.

/j
Annonce un produit. Cette option ignore toute valeur de propriété entrée dans la ligne de commande.

u
Annonce le produit à l'utilisateur en cours.

m
Annonce le produit à tous les utilisateurs de l'ordinateur.

/t
Applique la transformation au package d'installation annoncé.

ListeTransform
Liste de chemins séparés par des points-virgules.

AIEB Page 293 26/01/2011


Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Pour définir le niveau d'interface utilisateur


Syntaxe
msiexec /q{n|b|r|f|n+|b+|b-}

Paramètres
/qn
N'affiche aucune interface utilisateur.

/qb
Affiche une interface utilisateur de base.

/qr
Affiche une interface utilisateur réduite avec une boîte de dialogue modale à la fin de l'installation.

/qf
Affiche l'interface utilisateur intégrale avec une boîte de dialogue modale à la fin.

/qn+
N'affiche aucune interface utilisateur à l'exception de la boîte de dialogue modale à la fin.

/qb+
Affiche l'interface utilisateur de base avec une boîte de dialogue modale à la fin.

/qb-
Affiche une interface utilisateur de base sans aucune boîte de dialogue modale.

Notes
• /qb+- n'est pas un niveau d'interface utilisateur pris en charge. La boîte de dialogue modale ne s'affiche
pas si l'utilisateur annule l'installation.

• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
Pour afficher les options de l'interface utilisateur de base pendant l'installation du package Example.msi, tapez :

msiexec /qb Example.msi

Pour afficher les informations de copyright de Windows Installer


Syntaxe
msiexec {/?|/h}

Paramètres
{/?|/h}

AIEB Page 294 26/01/2011


Affiche les informations de copyright et la version de Windows Installer.

AIEB Page 295 26/01/2011


Notes
• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Appeler le système API DllRegisterServer pour auto-inscrire les


modules passés dans la ligne de commande
Syntaxe
msiexec /y module

Paramètres
/y
Appelle l'API système DllRegisterServer pour auto-enregistrer les modules passés dans la ligne de
commande.

module
Spécifie le nom de fichier du module.

Notes
• Cette option est utilisée uniquement pour les informations de Registre qui ne peuvent pas être ajoutées
à l'aide des tables de Registre du fichier .msi.

• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
L'exemple suivant montre comment utiliser la commande msiexec /y :

msiexec /y mon_fichier.dll

Appeler le système API DllUnRegisterServer pour désinscrire les


modules passés dans la ligne de commande
Syntaxe
msiexec /z module

Paramètres
/z
Appelle l'API système DllUnRegisterServer pour annuler l'enregistrement des modules passés dans la
ligne de commande.

module
Nom de fichier du module.

Notes
• Cette option est utilisée uniquement pour les informations de Registre qui ne peuvent pas être ajoutées
à l'aide des tables de Registre du fichier .msi.

AIEB Page 296 26/01/2011


• Les options de ligne de commande de Windows Installer ne respectent pas la casse.

• Pour plus d'informations sur les options de ligne de commande de Windows Installer, consultez les
Rubriques connexes.

Exemples
L'exemple suivant montre comment utiliser la commande msiexec /z :

msiexec /z mon_fichier.dll

msiexec / ?

AIEB Page 297 26/01/2011


Msinfo32 (Microsoft)
Affiche une vue détaillée de votre matériel, des composants système et de l'environnement logiciel.

Syntaxe
msinfo32 [/?] [/pch] [/nfo NomFichier] [/report NomFichier] [/computer NomOrdinateur] [/showcategories]
[/category IDcatégorie] [/categories IDcatégorie]

Paramètres
NomFichier
Spécifie le fichier à ouvrir. Il peut s'agir d'un fichier .nfo, .xml, .txt ou .cab.

/?
Affiche l'aide relative à la commande msinfo32.

/pch
Affiche la vue Historique.

/nfo NomFichier
Enregistre le fichier exporté en tant que fichier .nfo.

/report NomFichier
Enregistre le fichier exporté en tant que fichier .txt.

/computer NomOrdinateur
Démarre les Informations système pour l'ordinateur distant spécifié.

/showcategories
Démarre les Informations système avec tous les ID de catégorie disponibles affichés.

/category IDcatégorie
Démarre les Informations système en sélectionnant la catégorie spécifiée. Utilisez /showcategories
pour afficher la liste des ID de catégorie disponibles.

/categories IDcatégorie
Démarre les Informations système en affichant uniquement la ou les catégories spécifiées. Ce
paramètre limite également les résultats aux catégories spécifiées. Utilisez /showcategories pour
afficher la liste des ID de catégorie disponibles.
/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Notes
• Certaines catégories d'informations système contiennent de grandes quantités de données. Vous
pouvez utiliser la commande start /wait pour optimiser les performances de création du rapport pour
ces catégories. Pour plus d'informations, consultez les Rubriques connexes.

Exemples
Pour afficher la liste des ID de catégorie disponibles, tapez :

msinfo32 /showcategories

Pour démarrer les Informations système en affichant toutes les informations disponibles à l'exception des
modules chargés, tapez :

msinfo32 /categories +all -loadedmodules


Pour afficher uniquement les informations de la catégorie Résumé système et créer un fichier nommé
syssum.nfo contenant ces informations, tapez :

AIEB Page 298 26/01/2011


msinfo32 /nfo syssum.nfo /categories +systemsummary

Pour afficher uniquement les informations relatives aux conflits de ressources et créer un fichier nommé
conflicts.nfo contenant ces informations, tapez :

Msinfo32 /nfo conflicts.nfo


/categories+componentsproblemdevices+resourcesconflicts+resourcesforcedhardware

AIEB Page 299 26/01/2011


NBTSTAT (Help et Microsoft)
Affiche les statistiques du protocole NetBIOS sur TCP/IP (NetBT), les tables de noms NetBIOS associées à
l'ordinateur local et aux ordinateurs distants ainsi que le cache de noms NetBIOS.

Nbtstat permet d'actualiser le cache de noms NetBIOS et les noms inscrits avec le service de nom Internet
Windows (WINS). Utilisée sans paramètres, la commande nbtstat affiche l'aide.

Syntaxe
nbtstat [-a NomDistant] [-A AdresseIP] [-c] [-n] [-r] [-R] [-RR] [-s] [-S] [Intervalle]

Paramètres
-a NomDistant
Affiche la table de noms NetBIOS d'un ordinateur distant, NomDistant étant le nom NetBIOS de
l'ordinateur distant. La table de noms NetBIOS est la liste de noms NetBIOS correspondant aux
applications NetBIOS qui s'exécutent sur l'ordinateur.

-A AdresseIP
Affiche la table de noms NetBIOS d'un ordinateur distant spécifié par son adresse IP (en notation
décimale pointée).

-c
Affiche le contenu du cache de noms NetBIOS, la table de noms NetBIOS et les adresses IP
correspondantes.

-n
Affiche la table de noms NetBIOS de l'ordinateur local. L'état Inscrit indique que le nom a été inscrit,
par diffusion ou à l'aide d'un serveur WINS.

-r
Affiche les statistiques de la résolution de noms NetBIOS. Sur un ordinateur Windows XP configuré
pour utiliser WINS, ce paramètre renvoie le nombre de noms qui ont été résolus et inscrits par diffusion
et par WINS.

-R
Purge le contenu du cache de noms NetBIOS, puis charge à nouveau les entrées #PRE-tagged à partir
du fichier Lmhosts.

-RR
Libère, puis actualise les noms NetBIOS pour l'ordinateur local inscrit par des serveurs WINS.

-s
Affiche les sessions NetBIOS client et serveur en essayant de convertir l'adresse IP de destination en
nom.

-S
Affiche les sessions NetBIOS client et serveur, en répertoriant les ordinateurs distants par adresse IP
de destination uniquement.

Intervalle
Répète l'affichage des statistiques sélectionnées en observant une pause égale à Intervalle secondes
entre chaque affichage.

Appuyez sur CTRL+C pour interrompre l'affichage des statistiques. Si ce paramètre est omis, nbtstat
n'imprime qu'une seule fois les informations de configuration.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

AIEB Page 300 26/01/2011


Notes
• Les paramètre de la ligne de commande nbtstat respectent la casse.

• Le tableau suivant décrit les colonnes générées par nbtstat.


Titre Description
Entrée Nombre d'octets reçus.
Sortie Nombre d'octets envoyés.
Indique le sens de la connexion : de l'ordinateur local vers un autre système (connexion sortante) ou
Ent/Sor
d'un autre système vers l'ordinateur local (connexion entrante).
Vie Temps restant avant la purge d'une entrée du cache de table des noms.
Nom
Nom NetBIOS local associé à la connexion.
local
Hôte
Nom ou adresse IP associé à l'ordinateur distant.
distant
Dernier octet d'un nom NetBIOS converti en notation hexadécimale. Chaque nom NetBIOS contient
16 caractères. Le dernier octet revêt souvent une importance particulière dans la mesure où un même
<03>
nom (au dernier octet près) peut apparaître plusieurs fois sur un ordinateur donné. Par exemple, <20>
est un espace en texte ASCII.
Type Type de nom. Il peut s'agir d'un nom unique ou d'un nom de groupe.
Indique si le service NetBIOS de l'ordinateur distant est actif (Inscrit) ou si un nom d'ordinateur
Statut
identique a enregistré le même service (Conflit).
État État des connexions NetBIOS.

Le tableau suivant décrit les états de connexion NetBIOS possibles.

État Description
Connecté Une session est établie.
Associé Un point terminal de la connexion a été créé et associé à une adresse IP.
Écoute Ce point terminal est disponible pour une connexion entrante.
Inactif Ce point terminal a été ouvert, mais ne peut pas être connecté.
Une session est en phase de connexion et le mappage du nom de la destination en adresse IP est
Connexion
en cours de résolution.
Acceptation Une session entrante est en cours de validation et la connexion est imminente.
Reconnecter Une session tente de se reconnecter (après l'échec de la première tentative).
Sortant Une session est en phase de connexion et la connexion TCP est en cours de création.
Entrant Une session entrante est en phase de connexion.
Déconnexion Une session est en phase de déconnexion.
Déconnecté L'ordinateur local a demandé une déconnexion et attend la confirmation du système distant.

Cette commande est disponible uniquement si le Protocole Internet (TCP/IP) est installé comme composant
dans les propriétés d'une carte réseau dans Connexions réseau.

AIEB Page 301 26/01/2011


Exemples
Pour afficher la table de noms NetBIOS de l'ordinateur distant dont le nom NetBIOS est CORP07, tapez :
nbtstat -a CORP07

Pour afficher la table de noms NetBIOS de l'ordinateur distant dont l'adresse IP est 10.0.0.99, tapez :
nbtstat -A 10.0.0.99

Pour afficher la table de noms NetBIOS de l'ordinateur local, tapez :


nbtstat -n

Pour afficher le contenu du cache de noms NetBIOS de l'ordinateur local, tapez :


nbtstat -c

Pour purger le cache de noms NetBIOS et recharger les entrées #PRE-tagged du fichier Lmhosts local, tapez :
nbtstat -R

Pour libérer les noms NetBIOS inscrits avec le serveur WINS et les inscrire à nouveau, tapez :
nbtstat -RR

Pour afficher les statistiques de session NetBIOS par adresse IP toutes les cinq secondes, tapez :
nbtstat -S 5

F:\>nbtstat /?

Affiche les statistiques du protocole et les connexions TCP/IP actuelles utilisant NBT (NetBIOS sur
TCP/IP).

NBTSTAT [-a Nom Distant] [-A adresse IP] [-c] [-n] [-r] [-R] [-RR] [-s] [S] [intervalle]

-a (état carte) Liste la table de noms de l'ordinateur distant (nom connu).

-A (état carte) Liste la table de noms d'ordinateurs distants (adresse IP).

-c (cache) Liste le cache de noms distant y compris les adresses IP.

-n (noms) Liste les noms NetBIOS locaux.

-r (résolus) Liste les noms résolus par diffusion et via WINS.

-R (Recharge) Purge et recharge la table du cache de noms distante.

-S (Sessions) Liste la table de sessions avec les adresses destination IP.

-s (sessions) Liste la table de sessions convertissant les adresses de destination IP en noms


d'hôtes NETBIOS.
RR (ReleaseRefresh Envoie des paquets de libération de nom à WINS puis actualise

Nom Distant Nom de l'ordinateur hôte distant.

adresse IP Représentation décimale pointée de l'adresse IP.

Intervalle Réaffiche les statistiques sélectionnées, en marquant un temps d'arrêt égal à


"intervalle" secondes entre chaque affichage. Appuyez sur Ctrl+C pour arrêter
l'affichage des statistiques.

AIEB Page 302 26/01/2011


Net - Vue d'ensemble des services
De nombreux services utilisent des commandes réseau commençant par le mot net. Ces commandes
possèdent certaines propriétés en commun :
• Vous pouvez afficher la liste des commandes net disponibles en tapant net /? à l'invite de commandes.

• Vous pouvez obtenir de l'aide au niveau de la ligne de commande pour connaître la syntaxe d'une
commande net en tapant net help commande à l'invite de commandes. Par exemple, pour obtenir de
l'aide sur la commande net accounts, tapez ceci :

net help accounts

• Toutes les commandes net acceptent les options de ligne de commande /y (oui) et /n (non). Par
exemple, la commande net stop server vous invite à confirmer si vous souhaitez arrêter tous les
services Serveur dépendants, tandis que net stop server /y contourne l'invite de confirmation en
fournissant automatiquement la réponse « Oui » et arrête le service Serveur.

• Si le nom d'un service contient des espaces, entourez le texte de guillemets (comme dans "nom
service"). Par exemple, la ligne de commande suivante démarre le service Ouverture de session
réseau :

net start "net logon"

• Pour plus d'informations sur les commandes des services Net, consultez Commandes de services Net.

Net accounts (Help et Microsoft)


Met à jour la base de données des comptes d'utilisateurs et modifie les paramètres de mot de passe et
d'ouverture de session exigés pour tous les comptes.

Syntaxe
net accounts [/forcelogoff:{minutes | no}] [/minpwlen:longueur] [/maxpwage:{jours| unlimited}] [/minpwage:jours]
[/uniquepw:nombre] [/domain]

Paramètres
/forcelogoff:{minutes | no}
Définit le délai (en minutes) devant s'écouler avant que ne soit fermée la session d'un utilisateur sur un
serveur lorsque le compte d'utilisateur ou le temps d'ouverture de session valide expire. La valeur par
défaut, no, empêche que les utilisateurs soient forcés de fermer la session.

/minpwlen:longueur
Fixe le nombre minimal de caractères pour le mot de passe d'un compte d'utilisateur. Les valeurs
peuvent être comprises dans une plage allant de 0 à 127 caractères et la longueur par défaut est de
6 caractères.

/maxpwage{jours | unlimited}
Fixe la durée maximale de validité (en jours) du mot de passe d'un compte d'utilisateur. Avec la valeur
unlimited, il n'y a pas de durée maximale. L'option de ligne de commande /maxpwage doit avoir une
valeur supérieure à celle de /minpwage. Les valeurs peuvent être comprises dans une plage allant de
1 à 49 710 jours (unlimited étant égal à 49 710 jours), et la valeur par défaut est 90 jours.

/minpwage:jours
Fixe le délai minimal (en jours) devant s'écouler avant qu'un utilisateur puisse changer le mot de passe.
La valeur par défaut est de zéro jour, qui ne définit aucune durée minimale. Les valeurs peuvent être
comprises dans une plage allant de 0 à 49 710 jours.

AIEB Page 303 26/01/2011


/uniquepw:nombre
Interdit à un utilisateur de reprendre le même mot de passe au cours d'un nombre de changements de
mot de passe spécifié. Les valeurs sont comprises dans une plage allant de 0 à 24 changements de
mot de passe et la valeur par défaut est de 5 changements de mot de passe.

/domain
Exécute l'opération sur le contrôleur principal de domaine du domaine en cours. Sinon, l'opération est
effectuée sur l'ordinateur local.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• Le service Ouverture de session réseau doit être en cours d'exécution sur l'ordinateur pour lequel vous
désirez modifier les paramètres de compte. Utilisée sans paramètre, la commande net accounts
affiche les paramètres en cours relatifs au mot de passe, aux conditions d'ouverture de session et aux
informations sur le domaine.

• Vous devez effectuer les tâches suivantes avant de pouvoir utiliser la commande net accounts :

o créer des comptes d'utilisateur, en utilisant le Gestionnaire des utilisateurs ou net user ;

o exécuter le service Ouverture de session réseau sur tous les serveurs qui vérifient les
ouvertures de session dans le domaine (ce service démarra automatiquement au démarrage du
système).

• Lorsque vous utilisez /forcelogoff:minutes, un avertissement est émis quelques minutes avant que les
utilisateurs ne soient obligés de fermer la session réseau. Les utilisateurs sont également avertis au cas
où des fichiers seraient ouverts. Quand minutes est inférieur à 2, le système avertit les utilisateurs pour
qu'il ferme immédiatement sa session réseau.

Exemples
Pour afficher les paramètres en cours, les exigences relatives au mot de passe et le rôle de serveur pour un
serveur, tapez :
net accounts

Pour que les mots de passe d'un compte d'utilisateur aient une longueur minimale de 7 caractères, tapez :
net accounts /minpwlen:7

Pour indiquer que les utilisateurs peuvent réutiliser un mot de passe uniquement après le cinquième
changement de mot de passe, tapez :
net accounts /uniquepw:5

Pour empêcher les utilisateurs de changer de mot de passe à intervalles de moins de 7 jours, pour les forcer à
changer de mot de passe tous les 30 jours et pour les forcer à fermer la session après l'expiration du temps
d'ouverture de session en les avertissant 5 minutes à l'avance, tapez :
net accounts /minpwage:7 /maxpwage:30 /forcelogoff:5

Pour garantir que les paramètres précédents prennent effet pour le domaine dans lequel l'ordinateur a ouvert
une session, tapez :
net accounts /minpwage:7 /maxpwage:30 /domain

AIEB Page 304 26/01/2011


NET ACCOUNTS [/FORCELOGOFF:{minutes | NO}] [/MINPWLEN:longueur] [/MAXPWAGE:{jours |
UNLIMITED}] [/MINPWAGE:jours] [/UNIQUEPW:nombre] [/DOMAIN]

NET ACCOUNTS [/SYNC]

NET ACCOUNTS met à jour la base de données des comptes d'utilisateur et modifie les contraintes de
mot de passe et d'accès pour tous les comptes.

Employée sans argument, NET ACCOUNTS affiche le paramétrage courant des contraintes de mot de
passe et d'accès, ainsi que des informations sur le domaine.

Pour que la commande NET ACCOUNTS fonctionne, deux conditions doivent être réunies :

þ Les contraintes de mot de passe et d'accès ne produisent d'effet que s'il existe des comptes
d'utilisateur (créés avec le Gestionnaire des utilisateurs ou la commande NET USER).

þ Le service Accès réseau doit s'exécuter sur tous les serveurs du domaine préposés à la vérification
des demandes d'accès.
Ce service est lancé automatiquement au démarrage de Windows NT.

/SYNC Met à jour la base de données des comptes d'utilisateur.

/FORCELOGOFF:{minutes | NO} Spécifie le délai en minutes à respecter avant d'imposer la fermeture


d'une session utilisateur qui se prolonge au-delà des heures d'accès
autorisé, ou lorsque le compte expire. La valeur par défaut, NO, interdit la
fermeture forcée.

/MINPWLEN:longueur Fixe le nombre de caractères minimal des mots de passe.

Intervalle admis : 0-14 caractères. Valeur par défaut : 6 caractères.

/MAXPWAGE:{jours | UNLIMITED} Fixe la durée de validité maximale (en jours) des mots de passe.
UNLIMITED n'impose aucune limite. /MAXPWAGE ne peut pas être
inférieur à /MINPWAGE.
Intervalle admis : 1-49710 jours. Valeur par défaut: 90 jours.

/MINPWAGE:jours Fixe le nombre minimal de jours qui doivents'écouler avant qu'un


utilisateur puisse changer de mot de passe.

Intervalle admis : 0-49710 jours. La valeur par défaut, 0, ne fixe pas d'âge minimal des mots de
passe. /MINPWAGE ne peut pas être supérieur à /MAXPWAGE.

/UNIQUEPW:nombre Définit le nombre de changements de mot de passe au bout duquel


il sera possible de réutiliser un ancien mot de passe. La valeur
maximale est 24.

/DOMAIN Accomplit l'opération sur le contrôleur du domaine courant. Sans


ce paramètre, l'opération s'accomplit sur la station de travail
locale.

AIEB Page 305 26/01/2011


Net computer (Help et Microsoft)
Ajoute ou supprime des ordinateurs dans une base de données de domaine.

Syntaxe
net computer \\nom_ordinateur {/add | /del}

Paramètres
\\nom_ordinateur
Spécifie l'ordinateur à ajouter ou supprimer dans le domaine.

{/add | /del}
Ajoute ou supprime l'ordinateur spécifié dans le domaine.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• La commande net computer transmet toutes les opérations d'ajout et de suppression d'ordinateur à un
contrôleur de domaine.

Exemples
Pour ajouter l'ordinateur Dept_Compta à un domaine, tapez :

net computer \\Dept_Compta /add

F:\>NET HELP COMPUTER

La syntaxe de cette commande est :

NET COMPUTER \\nom d'ordinateur {/ADD | /DEL}

NET COMPUTER ajoute ou supprime des ordinateurs dans la base de données d'un domaine. Cette
commande n'est disponible que sur Windows NT Server.

\\nom d'ordinateur Spécifie l'ordinateur à ajouter ou supprimer du domaine.

/ADD Ajoute l'ordinateur spécifié au domaine.

/DEL Supprime l'ordinateur spécifié du domaine.

AIEB Page 306 26/01/2011


Net config (Help et Microsoft)
Affiche les services configurables qui sont en cours d'exécution, ou affiche et modifie les paramètres relatifs à
un service Serveur ou Station de travail. Utilisée sans paramètre, la commande net config affiche la liste des
services configurables.

Syntaxe
net config [{server|workstation}]

Paramètres
server
Affiche les paramètres du service Serveur et vous permet d'y apporter des modifications alors qu'il est
en cours d'exécution.

workstation
Affiche les paramètres du service Station de travail et vous permet d'y apporter des modifications alors
qu'il est en cours d'exécution.

/?
Affiche l'aide à l'invite de commandes.

Remarques
• Utilisez la commande net config server pour modifier les paramètres configurables du service Serveur.
Les modifications entrent immédiatement en vigueur et sont permanentes.

• La commande net config server ne permet pas de modifier tous les paramètres du service Serveur.
Elle affiche les informations suivantes, qu'il n'est pas possible de configurer :

o Nom du serveur ;

o Commentaires du serveur ;

o Version du logiciel (numéro de version du logiciel Serveur) ;

o Serveur actif sur (description du réseau) ;

o Serveur caché (paramètre /hidden) ;

o Max. de sessions ouvertes (c'est-à-dire le nombre maximal d'utilisateurs qui peuvent utiliser des
ressources partagées du serveur) ;

o Max. de fichiers ouverts sur serveur (c'est-à-dire le nombre maximal de fichiers de serveur que
les utilisateurs peuvent ouvrir durant une session) ;

o Durée d'inactivité de session (en minutes).

• Utilisez la commande net config workstation pour modifier les paramètres configurables du service
Station de travail.

• Net config workstation affiche les informations suivantes :

o Nom de l'ordinateur ;

o Nom complet de l'ordinateur ;

o Nom d'utilisateur ;

o Station active sur (description du réseau) ;

AIEB Page 307 26/01/2011


o Version du logiciel (numéro de version du logiciel) ;

o Domaine de station ;

o Nom DNS du domaine de la station de travail ;

o Domaine de connexion ;

o Délai d'ouverture COM (s) ;

o Compteur d'émission COM (octets) ;

o Délai d'émission COM (ms).

F:\>NET HELP CONFIG

La syntaxe de cette commande est :

NET CONFIG [SERVER | WORKSTATION]

NET CONFIG affiche les informations de configuration du service Workstation ou Server. Utilisé sans le
commutateur SERVER ou WORKSTATION, il affiche une liste des services configurables. Pour obtenir
de l'aide sur la configuration d'un service, entrez NET HELP CONFIG service.

SERVER Affiche les informations de configuration du service Server.

WORKSTATION Affiche les informations de configuration du service Workstation.

NET HELP commande | MORE affiche l'aide écran par écran.

AIEB Page 308 26/01/2011


Net continue (Help et Microsoft)
Relance l'exécution d'un service suspendue par la commande net pause.

Syntaxe
net continue service

Paramètres
service
Obligatoire. Spécifie le service dont vous souhaitez relancer l'exécution. Le tableau suivant répertorie
l'ensemble des valeurs de service.

Valeur Description
netlogon Redémarre le service Ouverture de session réseau.
"nt lm security support Redémarre le service Fournisseur de la prise en charge de sécurité
provider" LM NT.
schedule Redémarre le service Planificateur de tâches.
server Redémarre le service Serveur.
workstation Redémarre le service Station de travail.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• Pour apporter une correction mineure à une ressource, suspendez l'exécution du service. Utilisez
ensuite la commande net continue pour réactiver le service ou l'imprimante, sans annuler les
connexions utilisateur.

• Les effets de l'interruption et de la réactivation peuvent varier d'un service à l'autre.

• Si le nom d'un service contient des espaces, entourez le texte de guillemets (comme dans "nom
service").

Exemples
La commande suivante réactive le service Station de travail :

net continue workstation

Si le nom du service se compose de deux mots ou davantage, vous devez le placer entre guillemets. Par
exemple, tapez ceci pour relancer l'exécution du service Fournisseur de la prise en charge de sécurité LM NT :

net continue "nt lm security support provider"

AIEB Page 309 26/01/2011


Net file (Help et Microsoft)
Affiche les noms de tous les fichiers partagés ouverts sur un serveur et, le cas échéant, le nombre de verrous
sur chaque fichier.

Cette commande permet également de fermer des fichiers partagés particuliers et d'enlever des verrous de
fichier. Utilisée sans paramètre, la commande net file affiche la liste des fichiers ouverts sur un serveur.

Syntaxe
net file [ID [/close]]

Paramètres
ID
Spécifie le numéro d'identification du fichier.

/close
Ferme un fichier ouvert et libère les enregistrements verrouillés. Tapez cette commande à l'invite du
serveur sur lequel le fichier est partagé.

Remarques
• Vous pouvez également taper net files pour exécuter cette commande.

• Utilisez la commande net file pour afficher et gérer les fichiers partagés sur le réseau. Parfois, un
utilisateur laisse un fichier partagé ouvert et verrouillé par erreur. Dans ce cas, les autres ordinateurs du
réseau n'ont plus accès aux parties verrouillées du fichier en question. Utilisez la commande net file
/close pour enlever le verrou et fermer le fichier. La sortie de net file se présente comme suit :
Fichier Chemin Nom d'utilisateur #verrous
---------------------------------------------
0 C:\A_FILE.TXT MARYSL 0
1 C:\DATABASE DEBBIET 2

Exemples
Pour afficher des informations au sujet de fichiers partagés, tapez :

net file
Pour fermer un fichier ayant pour numéro d'identification 1, tapez :

net file 1 /close

NET FILE [numéro [/CLOSE]]

NET FILE referme un fichier partagé et supprime les verrous de fichier. Employée sans argument, NET
FILE liste les fichiers ouverts sur un serveur en fournissant pour chacun d'eux : le numéro
d'identification, le nom de chemin, le nom d'utilisateur et le nombre de verrous.

Cette commande ne fonctionne que sur les serveurs.

Numéro Est le numéro d'identification du fichier.

/CLOSE Referme un fichier et supprime ses verrous. Entrez cette commande sur le serveur où le
fichier est partagé.

AIEB Page 310 26/01/2011


Net group (Help et Microsoft)
Ajoute, affiche ou modifie des groupes globaux dans des domaines.

Syntaxe
net group [nom_groupe [/comment:"texte"]] [/domain]

net group [nom_groupe {/add [/comment:"texte"] | /delete} [/domain]]

net group nom_groupe nom_utilisateur[ ...] {/add | /delete} [/domain]]

Paramètres
nom_groupe
Spécifie le nom du groupe à ajouter, développer ou supprimer. Indiquez un nom de groupe pour afficher
la liste des utilisateurs qui en font partie.

/comment:"texte"
Ajoute un commentaire au sujet d'un groupe nouveau ou existant. Le commentaire peut être d'une
longueur maximale de 48 caractères. Placez le texte entre guillemets.

/domain
Exécute l'opération sur le contrôleur principal de domaine du domaine en cours. Sinon, l'opération est
effectuée sur l'ordinateur local.

/add
Ajoute un groupe ou ajoute un nom d'utilisateur à un groupe. Il faut qu'un compte soit établi pour
chacun des utilisateurs ajoutés à un groupe par cette commande.

/delete
Supprime un groupe ou supprime un nom d'utilisateur d'un groupe.

nom_utilisateur[ ...]
Indique un ou plusieurs noms d'utilisateur à ajouter dans un groupe ou à enlever. S'il y a plusieurs
noms d'utilisateur, séparez-les par un espace.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• Utilisée sans paramètre, la commande net group affiche le nom d'un serveur et les noms des groupes
figurant sur ce serveur.

• Vous pouvez également taper net groups.

• Utilisez la commande net group pour réunir des utilisateurs qui exploitent le réseau de façon identique
ou similaire. Lorsque vous assignez des droits à un groupe, chacun des membres du groupe est
automatiquement titulaire de ces droits. Dans les résultats, net group fait précéder les groupes
comprenant à la fois des utilisateurs et des groupes par un astérisque (*).
Les résultats de la commande net group, qui donnent les groupes figurant sur le serveur, se présentent comme
suit :
Groupes de \\PRODUCTION
----------------------------------------------
*Administrateurs du domaine *Utilisateurs du domaine

AIEB Page 311 26/01/2011


Exemples
Pour afficher la liste de tous les groupes figurant sur le serveur local, tapez :

net group
Pour ajouter le groupe Cadres à la base de données des comptes d'utilisateur locale, tapez :

net group Cadres /add


Pour ajouter le groupe Cadres à la base de données du domaine, tapez :

net group Cadres /add /domain


Pour ajouter les comptes d'utilisateur existants alainbo, fabriced et isabelb au groupe Cadres sur l'ordinateur
local, tapez :

net group Cadres alainbo fabriced isabelb /add


Pour ajouter les comptes d'utilisateur existants alainbo, fabriced et isabelb au groupe Cadres dans la base de
données du domaine, tapez :

net group Cadres alainbo fabriced isabelb /add /domain


Pour afficher les utilisateurs du groupe Cadres, tapez :

net group Cadres


Pour ajouter un commentaire à l'enregistrement du groupe Cadres, tapez :

net group Cadres /comment:"La direction"

NET GROUP [nom de groupe [/COMMENT:"texte"]] [/DOMAIN] nom de groupe {/ADD


[/COMMENT:"texte"] | /DELETE} [/DOMAIN] nom de groupe nom d'utilisateur [...] {/ADD | /DELETE}
[/DOMAIN]

NET GROUP ajoute, affiche ou modifie des groupes globaux sur des serveurs.

Employée sans argument, NET GROUP affiche les noms de groupe sur le serveur.

nom de groupe Est le nom du groupe à ajouter, modifier ousupprimer. Si vous spécifiez
seulement un nom de groupe, la commande affiche la composition de ce groupe.

/COMMENT:"texte" Ajoute un commentaire (de 48 caractères maximum) sur le groupe. Ce texte,


spécifié entre guillemets anglo-saxons ("), décrit un nouveau groupe ou un groupe existant.

/DOMAIN Accomplit l'opération sur le contrôleur du domaine courant. Sans ce paramètre,


l'opération s'accomplit sur la station de travail locale. Ce paramètre ne s'applique qu'aux ordinateurs
Windows NT Workstation membres d'un domaine Windows NT Server.

Par défaut, les ordinateurs exécutant Windows NT Server accomplissent les opérations sur le
contrôleur du domaine.

nom d'utilisateur[ ...] Spécifie un ou plusieurs utilisateurs à ajouter ou supprimer dans la liste des
membres d'un groupe.
Si vous spécifiez plusieurs noms, séparez-les par des espaces.

/ADD Ajoute un groupe ou des membres à un groupe.

/DELETE Supprime un groupe ou exclut des membres d'un groupe.

AIEB Page 312 26/01/2011


Net help (Help et Microsoft)
Fournit une liste des rubriques et commandes réseau pour lesquelles vous pouvez obtenir de l'aide ou présente
des informations relatives à une commande particulière. Utilisée sans paramètre, la commande net help affiche
la liste des commandes et rubriques couvertes par l'aide.

Syntaxe
net help [commande]

Paramètres
commande

/help
Affiche la syntaxe correcte et l'aide de la commande.
Spécifie la commande au sujet de laquelle vous souhaitez obtenir de l'aide.

Exemples
Pour afficher l'aide relative à la commande net use, tapez :

net help use


Vous pouvez aussi taper :

net use /help


Pour afficher uniquement la syntaxe de la commande net help, tapez :

net help /?

F:\>NET HELP HELP


La syntaxe de cette commande est :

NET HELP commande -ou- NET commande /HELP

Les commandes disponibles sont :

NET ACCOUNTS NET HELP NET SHARE

NET COMPUTER NET HELPMSG NET START

NET CONFIG NET LOCALGROUP NET STATISTICS

NET CONFIG SERVER NET NAME NET STOP

NET CONFIG WORKSTATION NET PAUSE NET TIME

NET CONTINUE NET PRINT NET USE

NET FILE NET SEND NET USER

NET GROUP NET SESSION NET VIEW

NET HELP SERVICES liste certains services que vous pouvez démarrer.

NET HELP SYNTAXE explique comment lire les lignes de syntaxe de NET HELP.

NET HELP commande | MORE affiche l'aide écran par écran.

AIEB Page 313 26/01/2011


Net helpmsg (Help et Microsoft)
Explique la raison pour laquelle une erreur s'est produite et fournit des informations pour la résolution du
problème.

Syntaxe
net helpmsg numéro_message

Paramètres
numéro_message
Obligatoire. Indique le numéro à quatre chiffres du message au sujet duquel vous souhaitez obtenir des
informations.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• Lorsqu'une opération de réseau échoue, un message du type suivant s'affiche :
2182: Le service demandé a déjà été démarré.

Exemples
Pour obtenir plus d'informations sur le message d'erreur NET 2182, tapez :

net helpmsg 2182

NET HELPMSG numéro de message

NET HELPMSG affiche des précisions sur les messages réseau de Windows NT (erreurs,
avertissements et messages d'alerte). Quand vous tapez NET HELPMSG et le numéro à 4 chiffres d'un
message (par exemple 2182 pour l'erreur NET2182), Windows NT vous explique le contenu du message
et, s'il y a lieu, suggère les mesures à prendre pour résoudre le problème.

numéro de message Spécifie le numéro à 4 chiffres du message Windows NT sur lequel vous souhaitez
des précisions. Il n'est pas nécessaire de faire précéder le numéro de message du préfixe NET.

AIEB Page 314 26/01/2011


Net localgroup (Help et Microsoft)
Ajoute, affiche ou modifie des groupes locaux. Utilisée sans paramètre, net localgroup affiche le nom du
serveur et les noms des groupes locaux figurant sur l'ordinateur.

Syntaxe
net localgroup [nom_groupe [/comment:"texte"]] [/domain]

net localgroup [nom_groupe {/add [/comment:"texte"] | /delete} [/domain]]

net localgroup [nom_groupe nom [ ...] {/add | /delete} [/domain]]

Paramètres
nom_groupe
Spécifie le nom du groupe local à ajouter, développer ou supprimer. Utilisée sans paramètre
supplémentaire, la commande net localgroup nom_groupe affiche une liste des utilisateurs ou groupes
globaux d'un groupe local.

/comment:"texte"
Ajoute un commentaire au sujet d'un groupe nouveau ou existant. Ce commentaire peut contenir
jusqu'à 48 caractères. Placez le texte entre guillemets.

/domain
Exécute l'opération sur le contrôleur principal de domaine du domaine en cours. Sinon, l'opération est
effectuée sur l'ordinateur local.

nom [ ...]
Indique un ou plusieurs noms d'utilisateur ou noms de groupe à ajouter ou supprimer dans un groupe
local.

/add
Ajoute un nom de groupe global ou un nom d'utilisateur à un groupe local. Il faut qu'un compte soit
établi pour les utilisateurs ou les groupes globaux avant qu'ils soient ajoutés à un groupe local au
moyen de cette commande.

/delete
Supprime un nom de groupe ou un nom d'utilisateur d'un groupe local.

net help commande


Affiche l'aide pour la commande net spécifiée.

Remarques
• Utilisation de /domain

/domain s'applique uniquement aux ordinateurs Windows XP Professionnel qui sont membres d'un domaine.
Par défaut, les serveurs effectuent ces opérations sur le contrôleur principal de domaine.
• Utilisation de nom

Séparez les entrées multiples par un espace. Les noms peuvent correspondre à des utilisateurs locaux, à des
utilisateurs d'autres domaines ou à des groupes globaux, mais pas à d'autres groupes locaux. Si un utilisateur
fait partie d'un autre domaine, faites précéder le nom d'utilisateur par le nom du domaine (par exemple,
Ventes\FabriceD).
• Création de groupe d'utilisateurs
Utilisez la commande net localgroup pour réunir des utilisateurs qui se servent du réseau de façon identique
ou similaire. Lorsque vous assignez des droits à un groupe local, chaque membre du groupe est
automatiquement titulaire de ces mêmes droits.

AIEB Page 315 26/01/2011


Exemples
Pour afficher la liste de tous les groupes locaux figurant sur le serveur local, tapez :

net localgroup
Pour ajouter le groupe local Cadres à la base de données des comptes d'utilisateurs locale, tapez :

net localgroup cadres /add


Pour ajouter le groupe local Cadres à la base de données des comptes d'utilisateurs du domaine, tapez :

net localgroup cadres /add /domain


Pour ajouter les comptes d'utilisateur existants alainbo, fabriced et isabelb (du domaine Ventes) au groupe local
Cadres sur l'ordinateur local, tapez :

net localgroup cadres alainbo fabriced ventes\isabelb /add


Pour ajouter les comptes d'utilisateur existants alainbo, fabriced et isabelb au groupe Cadres d'un domaine,
tapez :

net localgroup cadres alainbo fabriced isabelb /add /domain


Pour afficher les utilisateurs du groupe local Cadres, tapez :

net localgroup cadres


Pour ajouter un commentaire à l'enregistrement du groupe local Cadres, tapez :

net localgroup cadres /comment:"Membres du collège Cadres."

NET LOCALGROUP
[nom de groupe [/COMMENT:"texte"]] [/DOMAIN] nom de groupe {/ADD [/COMMENT:"texte"] | /DELETE}
[/DOMAIN] nom de groupe nom [...] {/ADD | /DELETE} [/DOMAIN]

NET LOCALGROUP modifie des groupes locaux sur des serveurs.

Employée sans argument, NET LOCALGROUP affiche les noms des groupes locaux sur le serveur.

nom de groupe Est le nom du groupe local à ajouter, modifier ou supprimer. Si vous spécifiez
seulement un nom de groupe, la commande affiche les utilisateurs ou les groupes globaux qui
composent ce groupe.

/COMMENT:"texte" Permet de rédiger un commentaire descriptif sur le groupe (nouveau ou existant).


Placez ce texte entre guillemets anglo-saxons (").

/DOMAIN Accomplit l'opération sur le contrôleur du domaine courant. Sans ce paramètre,


l'opération s'accomplit sur la station de travail locale. Ce paramètre ne s'applique qu'aux ordinateurs
Windows NT Workstation membres d'un domaine Windows NT Server.

Par défaut, les ordinateurs exécutant Windows NT Server accomplissent les opérations sur le
contrôleur du domaine.

nom [ ...] Spécifie un ou plusieurs noms d'utilisateur ou de groupe à ajouter ou supprimer


dans un groupe local. Si vous spécifiez plusieurs noms, séparez-les par des espaces.

Ces noms peuvent désigner des utilisateurs ou des groupes globaux, mais non d'autres groupes
locaux. Si un utilisateur fait partie d'un autre domaine, faites précéder son nom de celui du domaine
(exemple : VENTES\PAULR).

/ADD Ajoute un nom de groupe ou d'utilisateur à un groupe local. Un compte doit être
ouvert pour les utilisateurs ou les groupes globaux ajoutés à un groupe local avec cette commande.

/DELETE Supprime un nom de groupe ou d'utilisateur dans un groupe local.

AIEB Page 316 26/01/2011


Net name (Help et Microsoft)
Ajoute ou supprime un nom de messagerie (parfois appelé « alias »), ou affiche la liste des noms pour lesquels
l'ordinateur accepte des messages. Utilisée sans paramètre, la commande net name affiche la liste de noms en
cours d'utilisation.

Syntaxe
net name [nom {/add|/delete}]

Paramètres
nom
Spécifie le nom sous lequel sont reçus les messages. Le nom peut contenir jusqu'à 15 caractères.

/add
Ajoute un nom à un ordinateur.

/delete
Supprime un nom d'un ordinateur.

Remarques
• Utilisez la commande net name afin de spécifier un nom pour la réception de messages. Vous devez
démarrer le service Affichage des messages avant de pouvoir utiliser la commande net name. Chaque
nom de messagerie doit être unique sur le réseau. Les noms créés au moyen de net name sont
exclusivement réservés à la messagerie, et non aux noms de groupe. Windows XP utilise trois types de
noms :

o tout nom de messagerie, ajouté au moyen de la commande net name ;

o le nom d'ordinateur de l'ordinateur, ajouté au démarrage du service Station de travail ;

o le nom d'utilisateur, ajouté à l'ouverture de session, à condition que ce nom ne soit pas déjà
utilisé comme nom de messagerie, ailleurs sur le réseau.

• Le paramètre /add est facultatif. net name nom et net name nom add ont le même effet. L'une et l'autre
permettent d'ajouter un nom à l'ordinateur.

• Vous ne pouvez pas supprimer le nom d'ordinateur de l'ordinateur. Vous pouvez par contre supprimer
le nom d'utilisateur.

Exemples
Pour afficher la liste des noms sur votre ordinateur, tapez :

net name
Pour ajouter le nom rsvp à votre ordinateur, tapez :

net name rsvp


Pour supprimer le nom rsvp de votre ordinateur, tapez :

net name rsvp /delete

NET NAME [nom [/ADD | /DELETE]]

NET NAME ajoute ou supprime un alias sur une station de travail. Un alias est un nom auquel il est
possible d'adresser des messages. Employée sans argument, la commande NET NAME affiche les alias
actifs sur l'ordinateur.

AIEB Page 317 26/01/2011


Les alias d'une station de travail sont de trois types :

þ les alias ajoutés av