Vous êtes sur la page 1sur 122

saga

MEMOIREDE
MEMOIRE DEFIN
FIND’ETUDE
D’ETUDE
Par Laure Rihn et Nicolas Cazé
Master 2 urbanisme et expertise à l’international villes des suds

Suivi par Sylvie Jaglin


TEAM
saga
SAGA
EUP
STRUKT
Architectes, Urbaniste
et Paysagiste

Nous souhaiterions remercier


dans un premier temps toute
l’équipe

SIMON
Architecte
CAMILLE
Architecte
ANASTASIA
Architecte
YANNIS
Architecte
« saga »
pour leur bienveillance et
leur accueil. Nous remercions
également

Dirk et Niel
deux architectes qui nous
ont soutenu et accueilli dans
LAURE NICOLAS
leurs bureaux. Bien sûr nous
Paysagiste Urbaniste n’oublions pas toutes les
personnes que nous avons
rencontré et particulièrement

Bonita, Patricia
et les teachers de Silindokuhle
pre-school ...
PROLOGUE ...

Le soleil se lève doucement dans la baie de Port


Elizabeth, et vient peu à peu éclairer les formes
de la ville. Depuis les hauteurs du sud on
aperçoit à l’horizon, de nombreux bateaux qui
mouillent dans la baie en attendant d’accoster
dans le port. Autour, maisons blanches aux
allures contemporaines s’agrippent le long de
la colline. Soudain, les bruits lointains de la
ville plutôt agréables se laissent écouter. Au
loin, ce sont les silhouettes des voitures qui
habillent le reste du paysage urbain. Le long de
la route jouxtant la mer ne déambulent que très
peu de piétons.

5
La voiture semble être un élément indispensable
pour pouvoir se déplacer. A bord de notre CITI
Golf rouge, le paysage très industriel à l’ouest
saute aux yeux. Le long de la route, second
hand shop, garage et station essence se côtoient
sur plusieurs kilomètres et les coupures entre
les différents quartiers de la ville se dégagent
naturellement. Entre zones résidentielles
désertes et townships en ébullition les
différentes pratiques de la ville se font ressentir.

Soudain en se rapprochant de la côte, le paysage


change et d’immenses silhouettes de béton
se dessinent. Dans le centre-ville, bâtiments
bruts de grande hauteur s’érigent le long de la
route. Ici une ribambelle de taxis s’entrelacent
et font des rondes insaisissables, les vendeurs
de rue, banques et fast food se succèdent au
milieu des piétons qui se meuvent à travers le
trafic incessant. Le son du vent qui s’engouffre
dans les tours délabrées se mélange à celui des
conducteurs de taxis appelant de nouveaux
passagers à embarquer le long de l’immensité
goudronnée qui surplombe la mer.

6 7
En laissant derrière nous le centre, le paysage
urbain se gondole suivant la forme des vallées
qui dessinent l’intérieur des terres. La tâche
urbaine coupée par une route ne semble avoir

saga
aucune fin et dresse un tableau singulier. Le
long de cette artère, de nombreuses enclaves
urbaines colorées étrangement similaires se
succèdent.

Soudain, le goudron se termine et laisse place


à une piste chaotique où se succèdent, abris
faits de tôle et de bois au milieu de plastiques
jonchant le sol. La forme urbaine est devenue
aléatoire et déséquilibrée. Au milieu des
klaxons des taxis et du bourdonnement du vent
qui nous suivent depuis le centre, on distingue
des sons d’enfants chantant en Xhosa, un
bâtiment à l’allure singulière...

Bienvenue à Joe Slovo.

8
TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I : LE CONTEXTE URBAIN ET INSTITUTIONNEL CHAPITRE II : LA STRUCTURE COMMUNAUTAIRE


A / Comprendre Port Elizabeth & Joe Slovo 26 A / Qu’entend t-on par communauté ? 79

1 / Situation urbaine et économique de Port Elizabeth 29 1 / Portrait général 81

a / Port Elizabeth ville post­industrielle, pauvre et peu peuplée qui cherche à se reconvertir 29
2 / Parcours individuels 82
b / Port Elizabeth une conurbation encore marquée par une forte ségrégation spatiale 34 Une fabrique urbaine riche et complexe à l’image de ses habitans 86
PE une ville restreinte par sa géographie peu accueillante 34
PE une ville non suturée 35 B / La necessité de s’organiser: naissance d’une structure communautaire 91
PE longtemps sous la tutelle d’un Etat interventionniste 37
Le développement des townships autour de Joe Slovo 38 1 / Un ensemble de revendications communes 93
L’expansion des quartiers informels 40 Mythe de la maison 94
Conclusion 41 Mythe du travail 96
Mythe de l’école et l’eglise 100
2 / Stratégies et projets phares de la métropole: une concentration de projets au centre et
au sud de la ville 42 2 / De la necessité de s’organiser pour se faire entendre 104

a / Le developpement de la ville à travers le renouvellement de son centre ville 42 Une situation d’attente généré par le temps long des procédures d’amenagement 106
Le projet de la marina 45
Le projet de la baakens Valley 46 C / Une structure collective complexe et puissante 109

b / Un réequilibrage nord-sud pas si équilibré 48 1 / Les figures communautaire: imbrications 111


The ward cuncillor 112
The community leader 112
B / Situation urbaine à Joe Slovo 51 The political leader 113
The active community member 113
1 / Le récit de Joe Slovo sous forme d’une frise historico-politique 52 The pastor 114
a / Deux Joe Slovo(s) symbole de deux facon de faire la ville: Communauté vs Municipalité 52 The elder 114
The arbitrator 114
b / Les grands changements institutionnels à l’échelle nationale qui influencèrent le
développement de Joe Slovo 64
2 / Une alternative face à l’absence de services 115
116
Soup kitchen
2 / Enjeux & Limites de la stratégie de développement soutenue par la municipalité 66
Construction de shack
116

3 / Organisation & missions des acteurs en charge du développement de Joe Slovo 70


3 / Un système d’auto régulation 117
Espace intime ouvert a tous
4 / Une difficile approche stratégique. La planification un outil de l’Apartheid 72 120

C / La position de l’individu dans le groupe 123

1 / Délaissé du système global, le local se crée lui même ses opportunités 125

2 / Etablissement d’une seconde hierarchie locale et naissance de conflit interne 128


La place de l’individu dans un système urbain unifié 130

10 11
CHAPITRE III : LE PROJET: SILINDOKULHE PRE-SCHOOL CHAPITRE IV : DE LA PARTICIPATION A LA CONCEPTION
A / Rappels sur le projet de crèche temporaire et mise en place des 135 D’UN PROJET
objectifs et stratégies à venir
A / Participation(s), Anticipation 169

1 / Rappels: Contextualisation et démarche projectuelle 137

a / Le contexte et l’arrivée de saga au sein du projet 138


1 / A Tâtons... 170

Le «comment faire beacoup avec presque rien» 138


Le «Transfert de savoirs» 138
2 / De la Communication 172

91
b / Démarche appliquée au projet de la crèche B / Participation(s), confrontation 177
140
Faire ensemble 140
Offrir un environnement appropriable et résilient
1 / Une journée a la crèche 178
140
La question de l’eau 141
Soutenir les actions des habitants 141
2 / Echecs fertile 184

2 / Stratégie et phasage du projet à venir 142


C / Une conception inspiré 187

a / Récapitulatif des problèmes / besoins 142


b / Phasage du projet 143
1 / Concepts et parole habitantes déssiné 188

3 / Un bâtiment aux usages et effets inattendus: l’évaluation du projet 144 2 / Confronter objectifs fixés et désirs habitant 196

Mesurer les effets sur la communauté 145


Les limites et difficultés de cette méthode évaluative 147
L’évaluation technique du bâtiment 148
A une bonne température 149

B / L’engagement dans une nouvelle phase: Continuer et améliorer le


procassus de participation 155

1 / La participation au coeur d’un projet en construction 156


L’enjeu de la participation évolutive dans le temps 156
L’enjeu de la flexibiité 156

2 / De la participation vers l’essence du projet 158


Présentation théorique de l’outil cartographique 158
Application de l’outil cartographique à Joe Slovo 159
Une sensibilisation collective 161
La réalité du terrain 161

12 13
CHAPITRE V : LE PROJET EN CRISE : LA NÉCESSITÉ DE
FAIRE LE POINT SUR LE RÔLE DES ACTEURS
A / Un projet qui s’est construit sans montage institutionnel solide: Risque
potentiel ? 205

1 / Un projet constitué au gré des opportunités 206


a / L’histoire de la création du projet 206
b / Un projet à la base incrémental et flexible. Les potentiels et danger du montage
institutionnel 207
c / A qui appartient donc les droits et la légitimité de décider le projet? 208

B / Rôle et interêts des parties prenantes 211

1 / Nommer les acteurs 212


a / Qui ? 212
b / Le besoin d’analyser et sythetiser la situation 213

saga
Enjeux de la nomination des acteurs / de la determination de leurs interets / et de l’analyse de leurs
stratégies 214

L’analyse des acteurs 214


c / Les résultats de l’analyse des acteurs 229
d / Stratégies 229

C / Solutions 232

1 / Solutions sur le court terme pour débloquer la situation 235

a / Que peut faire le trio de comité de pilotage? 236

b / Approcher les entités et individus influents 236

2 / Solutions sur le long terme 237


a / Diviser le projet en projets indépendants 238
b / Necessité de faire le point sur la logique d’intervention avec le MBDA et la Metro et de
rétablir un équilibre au sein du cercle des acteurs 238
Conclusion 239

CONCLUSION FINALE 240

14
LISTE DES SIGLES LISTE DES FIGURES

PE : Port Elizabeth Carte générale de l’étalement urbain de P.E 29


RDP : Reconstruction Development Program Carte des axes et lieux de développement de la ville 34-35
MBDA : Mandela Bay Development Agency Cartes des locations et de la répartition des langues à Port Elizabeth 36-37
ANC : African National Congress Carte de la ségregation spatiale à Port Elizabeth 38-39
PR : Cartes des corridors éconolique et des location des principaux projets dans le centre 42-43
FEDUP : Federation of the Urban Poor Carte de la marina en 2012
NMBM : Nelson Mandela Bay Metro Carte de la marina en 2020
NMM : Nelson Mandela Metro Cartes des stratégies du projet de la Baakens Valley
IDZ : Integrated Development Zone Carte du developpement des logements a PE
IDP : Integrated Development Program Carte du zonage de Joe Slovo ouest par la municipalité
CBD
HPF : Homeless People Federation Axonométrie Quartier RDP / Joe Slovo West 86
CPA : Community Property Association Axonométrie Fond de vallée / Joe Slovo West 87
PHP : People Housing Process. Axonométrie Quartier «formalisé» / Joe Slovo Despatch 88
PETLC : Port Elizabeth Transition Local Axonométrie Logements temporaires / Joe Slovo West 89
Council Axonométrie L’évolution d’une parcelle à Joe Slovo 107
SASSA : South African Social Security Agency
LDO : Land Development Objectives Plan masse nouvelle crèche 1 193
SDF : Spatial Development Framework Plan masse nouvelle crèche 2 195
UDM : United Democratic Movement
ASPEN : Aspen Pharmacare Photographies par Joubert Loots : Page 76, 134 et 83
EFF : Economic Freedom Fighters Le reste des photos ont été prises par l’équipe saga
JS : Joe Slovo

16 17
INTRODUCTION

La présente étude, menée de juin à septembre dans un état de latence. Il est donc très difficile de Galland - analysé les politiques publiques liées
2016 est un mémoire de fin de stage. Elle savoir quand est ce que les travaux débuteront. au logement en Afrique du Sud, et rassemblé les
parachève un Master 2 à l’École d’Urbanisme L’étude est le fruit de deux volontés morceaux d’histoires pour constituer le récit du
de Paris, option Villes des Suds. Suivie et différentes mais somme toute concordantes et développement de Joe Slovo. Dans un deuxième
encadrée par Sylvy Jaglin, elle a été écrite à complémentaires. D’abord, il y a un vrai besoin temps, nous avons réalisé une série d’interviews
plusieurs mains par Nicolas Cazé et Laure Rihn, de la part du collectif d’architectes de connaitre d’habitants dans l’optique de découvrir la
et en collaboration avec le collectif d’architectes l’impact, ou plus exactement les effets de la communauté à travers eux. Nous souhaitons
nantais nommé SAGA, et plus particulièrement crèche temporaire sur la communauté. Et puis aussi dans l’avenir éditer un livret sur les
avec l’aide précieuse de Simon Galland (membre il y a l’envie d’ouvrir leurs champs de réflexion habitants de Joe Slovo. Dans un dernier temps,
de SAGA). Ce dernier a également participé à vers une compréhension plus large et complète nous avons défini un cadre méthodologique
l’écriture de cette étude. du territoire de Port Elizabeth. L’étude comporte afin de collecter les informations pour mesurer
Cette étude porte sur un projet de construction de les effets du projet sur la communauté, et
crèche : la Silindokuhle Pre-School, à Joe Slovo, pour mesurer les performances techniques du
quartier de Port-Elizabeth en Afrique du Sud. Ce trois parties majeures : la compréhension bâtiment. Malheureusement le temps imparti
projet est avant tout un projet communautaire. du territoire (urbain, politique et social), la n’est manifestement pas suffisant pour finaliser
SAGA ainsi que d’autres acteurs sont présents compréhension de la communauté de Joe Slovo l’étude et analyser toutes les informations
pour aider au montage et à la réalisation de ce et la mesure des effets de la phase 1 du projet collectées. C’est une étude en
projet. sur la communauté ainsi que la définition des Nous pensons cours d’écriture. Elle sera reprise,
Le collectif était présent à Joe Slovo de février à objectifs pour la nouvelle phase. sincèrement qu‘un complétée et nourrie par le collectif
décembre 2015, et il est revenu à Port Elizabeth
projet n’est résilient SAGA et peut être éditée sous forme
depuis mai 2016. L’année dernière, le collectif et Le cadre de l’étude s’est ajusté à mesure que de résumé.
la population ont réalisé un premier bâtiment : la
et pertinent que Au coeur de cet ouvrage on retrouve
nous récoltions des informations. En effet SAGA
crèche temporaire. Ce bâtiment sera transformé n’avait pas établi de cahier des charges fermé et
lorsqu’il est le plus la notion de communauté, sur
en workshop (tiers lieu) lorsque la crèche souhaitait que nous travaillions en autonomie inclusif possible. laquelle les architectes de SAGA
définitive verra le jour. La construction de cette ou tout du moins avec une grande marge de ainsi que nous –futurs urbanistes-
dernière signe la fin de la deuxième phase du manoeuvre. Notre rôle fut majoritairement de mettons un point d’honneur. Le
projet. définir la structure de l’étude et de réaliser des projet vient de la communauté, il est fait avec
De mai à fin août, nous nous sommes penchés interviews et des documents graphiques qui la la communauté et revient à la communauté.
sur l’élaboration de cette étude. Cette période servent. Nous avons également participé à la C’est pourquoi la deuxième et la troisième
marque en quelque sorte un moment de transition réalisation d’un workshop avec la communauté, partie de l’étude portent sur la communauté et
pour le collectif. Elle leur a permi de prendre ainsi qu’à l’organisation d’un évènement pour sur la notion de participation dans l’optique de
du recul sur leur première intervention et de la récolter des fonds. Nicolas ayant poursuivit le proposer un projet le plus résilient et adapté à
mettre en perspective au regard d’enjeux à plus stage 2 mois de plus que Laure, il a eu le loisir l’environnement.
large échelle. Un premier workshop avec la d’approfondir la question de la participation dans Plus largement, cette étude nous a permis de
population le 20 août a marqué le début de la le projet et a contribué au dessin de l’esquisse du questionner la façon de faire la ville en Afrique
phase 2. Depuis, les informations collectées ont nouveau bâtiment. du Sud, plus de 20 ans après l’Apartheid.
conduit au dessin de l’esquisse du futur bâtiment. Pour en revenir au contenu de l’étude, nous Elle analyse les différentes forces à l’oeuvre
Mais de très récents incidents ont plongé le projet avons dans un premier temps - avec Simon (institutionnelles & communautaires) pour faire

18 19
la ville, leurs interrelations, leurs marges de Ce mémoire soulève une problématique vaste,
manoeuvre et leurs limites. Elle montre, d’une qui revient pour chacune de ses parties :
part, l’importance de l’héritage de l’Apartheid
sur les attentes sociétales et sociales. D’autre part, Entre construction massive de logements
l’étude met en avant, le poids de cet héritage sur et projets soutenus par la communauté,
les politiques publiques à l’oeuvre aujourd’hui en comment penser le développement d’un
Afrique du Sud. Joe Slovo est un parfait symbole township sud-africain aujourd’hui, pour
des réponses données par le gouvernement, sur une population aux fortes disparités ?
l’épineuse question de l’évolution des townships.
Le quartier semble cristalliser bon nombre Deux problématiques séparées sont développées
d’enjeux urbains, économiques et sociaux qui dans la dernière partie du mémoire. Ma partie
sont actuellement au coeur des politiques liées (Laure) s’intéresse à la question du montage
à l’habitat et au développement urbain (exemple institutionnel du projet. Et à l’importance de la
l’enjeu d’en finir avec l’exclusion sociale et définition des rôles des acteurs tout au long du
économique). projet. Ma problématique est la suivante :

saga
Joe Slovo est un township modelé « Quelle est l’importance de la définition des
après l’Apartheid, par une force et vision rôles des acteurs pendant cette phase de crise que
communautaire atypique. Aujourd’hui sous la traverse le projet ? » Plus généralement à quoi sert
mainmise municipale, Joe Slovo connait un le montage institutionnel, et peut-il se substituer
développement spectaculaire. Des centaines de à une organisation des acteurs plus flexible ? ».
maisons RDP ont été achevées en trois mois, Peut il se substituer à une autre forme d’accord et
pourtant il semblerait que ce développement d’organisation entre les parties prenantes ?
ne réponde que partiellement aux besoins des Cela revient à se demander comment on soutient
habitants. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui sont dans le temps long un projet qui n’a pas vraiment
à l’initiative du développement d’équipements été clairement monté.
et de services. Ils sont aussi à l’origine du Pour ma part, je (Nicolas) continuerais à
développement économique. développer le thème de la participation dans un
projet de développment. Ma partie s’appuie sur
le travail de terrain et également sur différentes
lectures théoriques relatives à la deuxième
phase du projet. Je me poserais donc la question
suivante, comment passer de la participation à
la conception physique d’un projet. C’est à dire
, comment retranscrire architecturalement les
désirs et besoins des utilisateurs d’un espace.

20
Pourquoi chercher à
comprendre la ville?

Comme évoqué dans l’introduction, après


une première expérience à Joe Slovo, est né
chez SAGA, le besoin d’ouverture vers une
réflexion urbaine plus large, embrassant la
ville de Port Elizabeth et l’Afrique du Sud.
En effet, la pratique du terrain journalière (ou au
moins hebdomadaire) et le travail collaboratif
avec la population, effectués par SAGA,
représentent une porte d’entrée singulière
et indispensable pour soutenir le projet sur
le long terme. C’est aussi une merveilleuse
entrée en matière sur le terrain
plus large du développement des
townships en Afrique du Sud. « You will never
Voyant au cours de ces trois mois, understand what is going
les maisons RDP pousser comme
on there, unless you
des champignons et le paysage
urbain se transformer sous nos
leave there. Actually
yeux, on se pose des questions people who are leaving

Chapitre I quant aux choix urbains effectués there don’t even know !
par la métropole (construction
massive de maisons RDP).
». Mark Stemmet

LE CONTEXTE URBAIN ET Néanmoins, pour mieux comprendre les


politiques de développement de Port Elizabeth
il faut déjà revenir sur le contexte urbain,
INSTITUTIONNEL politique et social. Ce qui sous-entend aussi
« gratter les couches l’histoire qui se succèdent »
et parler avec les acteurs directs et indirects du
développement de Joe Slovo.
Joe Slovo est certainement la portion urbaine
la plus récente de la ville. Son histoire est
courte puisqu’elle débute en 1994 mais elle
est complexe. Et comme le souligne Mark
Stemmet lors d’un entretien :

23
Comment avons nous Dorell Sapere, Nous avons aussi établi des contacts avec les Joe Slovo nous nous sommes largement basés
Chef de projet à la Mandela Bay Development universitaires suivants : sur une étude de Marie Huchzermeyer publiée
fait pour comprendre le
Agency en 2006 et écrite en 2003. Cette dernière, portant
contexte? Marianne Morange, sur Joe Slovo, met en évidence les enjeux d’un
Elgridge Jerry, Ayant écrit une thèse sur la question du logement développement urbain communautaire face à un
Cela étant dit nous nous sommes tout de même ancien activiste à Poeple’s Dialogue , ancienne-
à Port Elizabeth et professeure de géographie à contexte de livraison massive de logements et
attelés à rencontrer les acteurs suivants pour ment co- directeur de la Homeless People’s Fe-
l’université de Paris 8. d’une mainmise municipale. Nous avons couplé
comprendre le développement de Joe Slovo. deration , ancien membre actif de l’ANC, ancien
et recoupé cet écrit avec de nombreux entretiens
Voici les personnes que nous avons interviewé PR (Proportional Representative) councillor, et
Marie Huchzermeyer, des personnes citées précédemment.
(cf entretiens retranscrits en annexes) et qui nous travaillant actuellement au MBDA
Ayant rédigé un article sur l’accaparation du projet Pour finir le HDA nous a permis de saisir le
ont aidé à mieux cerner le contexte. Mark Stemmet, de développement communautaire de Joe Slovo fonctionnement et l’organisation opérationnelle
ingénieur et ancien chef de projet ayant piloté le par les pouvoirs en place, elle est professeure à de la construction des RDP dans les townships.
développement de Joe Slovo Despatch, il tient l’école d’architecture et de planification urbaine
aujourd’hui une agence d’ingénieur consultant à de Witwarterstand à Johannesbourg
Port-Elizabeth.
Laurie Schick
Evelyn Benekane, Est ancien professeur à la Nelson Mandela
elle est une des Mamas a avoir envahi le Metropolitan University à Port Elizabeth, il est
territoire de Joe Slovo et a avoir approché maintenant retraité.
la Homeless Poeple’s Federation et People’s
Dialogue. Aujourd’hui elle est volontaire à la
FEDUP (Federation of the Urban Poor) qui est Le résumé de la thèse de Marianne Morange,
l’équivalent de la HPF publié en 1998 porte sur le logement locatif
à Port Elizabeth. Cet ouvrage nous a permis
de mieux saisir l’histoire de la ville et des
Jacko Mc Carthy politiques publiques urbaines et sociales pendant
directeur du HDA de l’Eastern Cap et après l’Apartheid. Nous avons alimenté
ces connaissances avec des interviews de la
Schalk Potgieter & Nayansha municipalité.
Chamburuka, Pour avoir une vision globale des tendances
respectivement directeur du Department of stratégiques de développement et des grands
Strategic Planning and Policy Formulation et projets en cours dans la métropole nous nous
responsable du département of Strategic Planning sommes documentés auprès du MBDA (agence
de la Nelson Mandela Bay Metro d’urbanisme en charge du développement du
centre ville de Port Elizabeth).
Pour analyser l’histoire du développement de

24 25
Comprendre Port Elizabeth
&
Joe Slovo Nous cherchons dans un premier lieu à dans une vision globale. Il n‘en reste pas moins
comprendre l’histoire du développement de PE que la métropole peine à établir une stratégie

De la compréhension de leur développement et dans un deuxième temps celui de Joe Slovo.


Port Elizabeth a vu se succéder des générations
forte et intégrée au territoire.
Vingt ans après l’Apartheid on ne peut que
et des politiques publiques liées au logement de logements publics, des mouvements continuels constater que la politique de rattrapage n’a
à l’analyse des enjeux urbains, sociaux et de personnes : qui ont migré, se sont déplacés, ni réussi à gommer la ségrégation spatiale
anciennement établie ni servi à améliorer
économiques
ont été déplacés. Cela a laissé une trace sur
le territoire et dans la vie des habitants. Entre la situation économique des bénéficiaires.
héritage urbain, héritage culturel et social, nous Les différents projets d’up-grading ou de
cherchons à comprendre comment la ville se développement tel que Joe Slovo le démontrent.
construit sur elle même et quels sont ses enjeux. Plusieurs raisons en sont la cause. Déjà il faut
Aujourd’hui Port Elizabeth est une ville à deux savoir que les municipalités se sont reformées
vitesses. Le sud est peu densément peuplé et entièrement après l’Apartheid, le personnel et
plutôt riche alors que le nord est pauvre et plus les façons de faire ont complétement été revues.
densément peuplé. Pour contrer cette mouvance Ce sont alors des institutions assez neuves et
des projets d’up-grading dans les quartiers avec peu de capacités (en terme de personnel
nords ou des projets de construction de logement et d’outils). Aussi la succession de lois et de
sociaux dans la partie sud sont censés rééquilibrer programmes, au cours de ces 20 ans, a largement
le territoire. Sans réelle stratégie territorialisée entravé la marche des municipalités. Cela a
à l’échelle nationale et régionale la municipalité rendu le paysage institutionnel très complexe,
ne dispose pas de guide pour mener à bien une voir chaotique. Pour finir beaucoup d’acteurs
stratégie sur son propre territoire. De plus elle entrent en jeu lorsqu’il s’agit de mettre en place
manque de capacité et de personnel compétent des programmes de logements, l’enchainement
pour renouveler et développer des outils de d’intermédiaires complexifie et ralentit fortement
planification stratégique. Elle compte sur le les projets.
MBDA et le HDA pour l’aider à équilibrer son Alors entre héritage urbain dysfonctionnel,
territoire. Le MBDA a en charge le développement imbrication complexe des acteurs dans les
du centre ville et le HDA soutient les programmes processus de mise en oeuvre des projet et absence
d’up-grading nationaux. Le HDA soutient aussi de planification stratégique à l’échelle nationale ;
la municipalité sur le plan de la planification il y a un long chemin à parcourir pour que les
urbaine car il s’assure que les projets soutenus habitants de Joe Slovo disposent des mêmes
par la municipalité et la province s’intègrent chances pour se sortir de la pauvreté !

27
Situation urbaine et économique
de Port Elizabeth 1
Port Elizabeth ville post­industrielle, pauvre et peu
peuplée qui cherche à se reconvertir a

Port Elizabeth est une ville de taille moyenne,


la 6e plus importante d’Afrique du Sud. Dans
l’absolu. relativement peu étendue, la récente
Nelson Mandela Metro inclut en son sein les
Uitenhage villes de Uitenhage et Despatch depuis 2010.
Son aire urbaine s’étend donc sur 1950 km2 et sa
Despatch population s’élève à 1 152 115 habitants, ce qui
équivaut à une densité moyenne de 590 hab/km21.
En comparaison la métropole de Strasbourg
en France a une superficie de 315,95 km2 et
une densité de population de 1 498 hab/km2.
La métropole de PE est donc relativement peu
dense selon nos standards européens mais tend
à se densifier si l’on en croit les politiques
d’aménagement actuelles. On note une légère
hausse du nombre d’habitants depuis 2008.
Et son solde migratoire s’élève à 1, 4% après
une succession d’années aux soldes migratoire
négatifs.

1 source wikipédia 2014

Carte générale de l’étalement urbain de P.E

29
La métropole de Port Elizabeth connaît somme On entend parfois s’établir une comparaison encouragé le développement d’une IDZ4 Nature Reserve offrant une série de randonnées.
toute une croissance urbaine et un étalement entre Port Elizabeth et Detroit. Toutes deux furent (Industrial Development zone) afin d’attirer Pour ce projet, il s’agissait de se doter d’une
conséquents si l’on en croit son rayonnement des villes où la grande machine de l’Automobile des investisseurs publics comme privés. Sorte plage attractive comprenant une promenade
national. En effet, même si PE est la capitale entraîna dans ses rouages des mouvements de zone franche, détaxée, elle est gérée par la paysagère, plusieurs équipements tels un skate
économique de la province de l’Eastern Cape, massifs de population qui quittèrent la campagne. société Coega Development Corporation (le plus ark et des plans d’eau favorisant les activités de
cette dernière reste pauvre et peu influente. On Elle façonna en son temps un florilège d’emplois grand investisseur à PE). L’IDZ s’est implantée loisirs aquatiques (toboggans aquatiques, piscine
l’appelle d’ailleurs communément the backyard entraînant l’élévation du niveau de vie et un en 1999 autour du bassin de Ngquar. Coega a à ciel ouvert, scènes en plein air...). Le projet
province2 pour symboliser son inertie et sa développement urbain jamais égalé auparavant. construit sur cette IDZ une sorte de hub composé faisait écho au musée océanographique Bayworld
situation d’angle mort par rapport au reste du Après son retrait, la croissance laissa place à la d’une raffinerie de pétrole, d’une centrale Museum and Snake Park, se trouvant en face de
territoire. Le taux de chômage à PE s’élève à désertification du coeur de ville et un chômage électrique à turbine à gaz et de plateformes la future plage. Ce dernier devait représenter
26,29% en 2011 et elle est composée de 42,50% lui aussi jamais égalé. logistiques pour les industries automobile, une des attractions majeures de la ville mais il
d’inactifs3. La majorité de la population a entre PE tire ses principales ressources économiques pharmaceutique et agro­alimentaire. Cette zone a, depuis lors, fermé. La Beach Road a vu naitre
15 et 24 ans. PE se retrouve donc face à une de ses activités portuaires. Constituée autour de représente à PE un des pôles économiques ces 10 dernières années, une série de commerces
situation de chômage élevé spécialement chez l’ancien port colonial en 1830, la ville drainait majeurs de la ville aujourd’hui. « Cependant, et restaurants ainsi qu’un grand complexe The
les jeunes gens. Les jeunes qualifiés ont tendance l’essentiel des échanges commerciaux de la l’impossibilité de construire un haut­ fourneau, Boardwalk Casino and Entertainment World
à chercher du travail en dehors de la ville à Cape région et exportait de nombreuses marchandises pourtant crucial, dans la zone de développement, Complex (2004) regroupant la majeure des
Town et Johannesburg. vers l’Europe (vin, brandy, plume d’autruche, du fait des coupures régulières de courant, a sapé activités proches du bord de mer. Ce dernier
L’Eastern Cape a subi de plein fouet le retrait ivoire, cuirs...). Sa position stratégique à cheval la confiance des investisseurs dans la région. » 5 est constitué d’un complexe hôtelier de luxe,
d’une majeure partie de l’industrie automobile. entre la côte Est et Ouest et ses conditions Le tourisme balnéaire contribue aussi au d’une multitude de commerces, d’un casino,
Aujourd’hui le secteur de l’automobile refait peu d’export avantageuses permettent des échanges développement de la métropole. Un des derniers de salles de réceptions et de conférence qui
à peu surface. PE possède la plupart des usines de commerciaux entre marchés orientaux et projets du MBDA , achevé en février 2013 fut la accueillent notamment les différentes foires de
montage de véhicules du pays . Y sont représentées occidentaux intéressants. Aujourd’hui PE est requalification du bord de mer en zone de loisir la ville. Ce pastiche architectural prend la forme
des entreprises telles que Volkswagen (usine forte de deux ports : le Nelson Mandela Bay Port à vocation touristique. Ce projet couvre une d’un château et comprend une cour intérieure
située à Uitenhage), General Motors, Ford et et le port en eaux profondes de Ngquar. étendue de 5 km de plage de Humewood beach agrémentée d’un plan d’eau artificiel sur lequel
Continental Tyres. PE est également spécialisée La municipalité et les élites ont tenté de au nord jusqu’à Pipe and Flats Rocks Beach au des spectacles prennent place.
dans la manufacture et la fourniture des pièces réduire la dépendance de la ville vis-à-vis sud6, il est situé à l’est de la Beach Road. Au Sud
détachées pour les véhicules à moteur. de l’industrie automobile. Ils ont de ce fait il s’accroche à la réserve naturelle Cape Recife

4 : zone issues d’un programme élaboré par le gouvernement


2 Entretien réalisé avec Schalck P. le /08/2016 en faveur du developpement de la compétitivité économique des villes.
Ce sont des zones à usage industriel souvent reliées à un port ou à un
3 source Stats SA aéroport qui présentent des avantages fiscaux (détaxation, dédounage...)
pour attirer les investissements et créer de l’emploi.

5 BAINES. G. et al., « Jouer selon les règles de la FIFA,


Politique et héritage de la Coupe du monde de football 2010 à Port
Elizabeth »Politique africaine 2010/2 (N°118), p.23-42

6 VAN RIJSWIJCK E., article Media Club South Africa, PE’s


King’s Beach gets a facelift, octobre 2011, traduction française : cols
bleus. Rapport de la banque mondiale

30 31
La métropole est encore dominée par une main
d’oeuvre composée essentiellement de
« Blue Collar Worker »7,
elle est encore fortement dépendante de l’industrie
automobile même si un changement progressif
s’opère vers le secteur tertiaire (commerces,
transports et services). En effet, il est admis par la
Banque Mondiale
que PE présente une situation
socio-urbaine excellente pour le développement
économique car elle est composée d’une main
d’oeuvre qualifiée à semi qualifiée, au coût de
revient faible et qui ne dépend pas d’un temps de

saga
transport lourd. En effet le temps de trajet entre
Uitenhage et le centre ville est court (moins de
20 min).

« Port Elizabeth is referred to as a 15­


minutes city and this is illustrated by
the fact that it takes a mere 20 minutes
to travel from the Uitenhage CBD to
Port Elizabeth »
Banque Mondiale

7 South Africa at a Glance, « History Politics Economy Trade


Tourism Statistics 2012-13», editions INC

32
Port Elizabeth une conurbation encore marquée par
une forte ségrégation spatiale b
PE une ville restreinte par sa géographie
peu accueillante habitables.
La ville a tendance à se développer et à se densifier
La ville de Port Elizabeth s’est développée autour le long des voies menant vers Uitenhage et Cape
la baie Algoa Bay donnant sur l’océan Indien. Town. Elle forme une conurbation ininterrompue
La ville se fraye un chemin dans une large cluse et rares sont les enclaves non construites. Joe
humide à l’embouchure de trois vallées celle de Slovo représente l’une d’elle.
Baakens au sud (1), et plus nord celles des vallées
de Papenskuils (2)et de Swartkops (3). PE une ville non suturée
Le nord de la cluse est marécageux et gorgé
d’eau. On y retrouve une série de plans d’eau Avant 1850 la tâche urbaine de PE se concentrait
et de salines (marais salant). Plus au nord autour du port à l’embouchure de la Baakens
encore l’agriculture s’implante sur de hauts Valley, et était constitué en majorité de blancs.
plateaux. À l’ouest les montagnes du Groendal La ville a connu un développement majeur dans
sont inhabitables. Et puis au sud, le vent d’est la deuxième moitié du 19e siècle, drainant de
Vers Uitenhage son arrière-pays d’importants flux de migrants
érode les dunes, grignotant peu à peu le cordon
qui protège la ville. Ce dernier est protégé par d’origines très diverses car elle se trouvait en
une succession de réserves naturelles d’est en contact des aires de peuplement Xhosa, Khoi et
ouest. On retrouve notamment : Cape Recife San. Son port de commerce à l’époque florissant
Local Authority Nature Reserve, Sardina Bay attira de nombreuses populations. Port Elizabeth
Local Authority Nature Reserve et Sylvic Local fut la première ville à se doter d’une location en
Authority Nature Reserve etc... Joe Slovo 3 1855 : la Municipal Native Strangers Location.
La ville de PE est donc restreinte par une La location visait à mettre ces populations
Vers Capetown Axe de à l’écart en leur rappelant que leur présence
géographie remarquablement singulière et
contraignante. Le fond de la vallée au nord
developpement de en ville n’était que tolérée et qu’elles étaient
la ville
est majoritairement marécageux et donc destinées à retourner vers les campagnes au gré
inhospitalier. Les lits majeurs des fleuves sont 2
des besoins de l’économie coloniale. A cette
Algoa époque Bethelsdorp se dota aussi d’une location.
régulièrement irrigués et inondent de ce fait Bay
un nombre important d’habitats précaires et Très rapidement l’arrivée de travailleurs entraina
1 le besoin de créer de nouvelles réserves à l’ouest
d’anciennes zones industrielles qui se sont
implantés, par manque d’espace, dans la plaine et à l’extérieur de la ville. La municipalité se dota
inondable. Ce qui représente d’ailleurs un des également d’une petite location à l’intérieur de
problèmes majeurs avec lequel la ville doit l’enceinte de la ville, réservée aux dockers noir
composer aujourd’hui. Les plateaux et le cordon à proximité du port, ce quartier allait devenir
dunaire au sud sont protégés et classés donc non Carte des axes et lieux de développement de la ville
South End.

34 35
En 1865, la ségrégation n’était pas encore totale, PE longtemps sous la tutelle d’un Etat
40% des noirs, khoisans et métis résidaient en interventionniste
centre ville. La stratégie de mise à l’écart devint
systématique à partir du 20e siècle, quand la La politique d’Apartheid prit place en 1948,
peste bubonique qui venait du Cap atteint Port Xhosa Port Elizabeth était alors en pleine croissance
Elizabeth. Cette dernière accentua l’obsession Khoi et San économique et suivait le modèle urbain
hygiéniste des colons et permit la création de européen de l’après guerre. Une Europe, où
New Brighton à 8 km du centre ville. Plus l’Etat était interventionniste et où les villes se
tard dans l’histoire, après 1950, New Brighton développaient à une très grande vitesse pour
devint la location la plus importante de PE car loger dans l’urgence travailleurs et familles. La
la municipalité y relogea les habitants d’autres centralisation en Afrique du Sud conduisit à une
locations jugées alors trop proches du centre. mise sous tutelle des municipalités par l’Etat,
Le township de New Brighton existe depuis devant alors appliquer à la lettre les principes
1903. Il est vu comme un modèle de « native de l’Apartheid. A partir de 1963, le ministre des
settlement » dans lequel, il faisait prétendument Affaires Indigènes (Native Affairs) put imposer
bon vivre par rapport aux locations insalubres. des normes de construction et de viabilisation qui
À New Brighton il y avait des commerces, des supplantaient les règlements municipaux. Enfin
églises et des écoles ce qui n’était pas le cas dans en 1971 on fit instaurer des comités régionaux,
les autres locations. Il fut aussi, à l’époque le les Bantu Administration Boards qui suppléaient
premier programme de township noir administré l’autorité municipale dans la gestion des quartiers
par l’Etat dans lequel les habitants louaient le noirs. En 1973, les quartiers noirs étaient passés
terrain et la propriété. Il préfigurait le township 1 sous le contrôle du ministère des Affaires et du
des années 1950. Mais au début de sa construction Développement Bantu.
les loyers trop élevés pour les ouvriers natives. La À ce moment de l’histoire la municipalité de
2
population préféra alors emménager au-delà des Port Elizabeth perdit beaucoup de son pouvoir
1 Bethelsdorp / 1834
limites municipales à Korsten, à 3 km du centre décisionnel. Elle devait appliquer à la lettre les
2 Red Location / 1902 3
ville, même si le cadre de vie y était nettement directives étatiques concernant les stratégies
3 Korsten / 1853
moins agréable. Tandis que l’on construisait New urbaines d’implantation des populations. Le
4 Reservoir Location / 1883 4
Brighton, des milliers de gens allèrent s’installer 5 nombre et le quota d’habitants de couleur étaient
5 Coopers Kloof Location / 1877 6
à Korsten. 7 influencés par l’Etat puisqu’il en finançait
6 Stranger’s Location / 1855 8 9
« l’entreprise ». Et bien sur le paysage urbain
7 Hottentot Location / 1834
se constitua selon les différentes typologies
8 Gubb’s Location / 1863
d’urbanisme implémentées au fil du temps. On
9 South End
vit apparaitre les zones tampons, des normes
de distanciations, des normes en terme de taille
Cartes des locations et de la répartition des langues à Port
Elizabeth d’habitat.

36 37
On peut dire en somme que la municipalité de PE d’accueillir des populations de toutes origines, et lorsqu’ils furent re-zonnés en zone blanche. Les Bethelsdorp, quartier qui se situe au sud de Joe
perdit, entre les années 60 et 70, son pouvoir de elles luttèrent fermement contre les déplacements gens expropriés furent relogés à Bethelsdorp Slovo, ont évoqué ce déracinement. Certains ont
faire la ville, et cela jusqu’à la fin de l’Apartheid ; forcés. Aussi une certaine partie de la bourgeoisie (3). Ces déplacements forcés traumatisèrent les mentionné les localités de Fairview et Korsten,
puisque par la suite, l’Etat se retirant, PE dut blanche s’opposa à la politique de ségrégation, populations et furent l’occasion pour l’Etat de et en ont parlé avec une certaine nostalgie. À
faire face à une faillite économique. Pendant qu’elle trouvait inefficiente. Elle aurait préféré spolier les ménages en acquérant leurs terres, et l’époque toutes les origines se mélangeaient
cette banqueroute, beaucoup de personnes avoir la main d’oeuvre à proximité d’elle. en leur demandant une contrepartie financière si dans ces lieux et aujourd’hui on est forcé de
vinrent en ville et ne trouvèrent pas de logement PE se dota tardivement d’un « plan de zonage ces derniers ne quittaient pas rapidement leurs constater qu’aucun blanc ne vient jamais dans
formel. Ce fut le début des installations précaires racial » en 1961. Korsten connu un programme maisons. Lorsque les ménages refusaient de le quartier de Bethelsdorp. Nous avons été par
et informelles. Pendant ce moment aussi de déplacements forcés en 1956, Fairview et bouger ils devaient reverser un loyer à l’Etat. exemple dans l’extension 39, et avons remarqué
PE ne maitrisa ni la croissance urbaine ni le Slisbury Park connurent le même sort en 1965 De nombreuses familles habitant aujourd’hui à qu’il n’y avait pas de personnes noires non plus.
développement de la tâche urbaine. Ceci s’explique parce que dans les années 1970 à
1980 la municipalité entreprit un grand chantier
Le développement des townships autour de relogement à PE pour la population métis.
de Joe Slovo Les métis furent les derniers à être relogés. On
« parqua » les plus pauvres à Schauderville (4),
13
La politique de logement de grande envergure Stuart Township (5), Helenvale (6) et Salt Lake
impliquait un investissement économique sur J.S
(7). Les plus riches furent déplacés à West End (8),
le long terme, notamment à cause l’entretien du Gelvandale (9), Salsonville (10). Et Betheldorp,
parc locatif. L’effort financier étatique concernant Bloemendal (11) et Booysen Park (12) furent des
la construction de logement et l’urbanisme fut espaces privilégiés pour leur relocation. C’est en
3
insuffisant ce qui fut à l’origine de la mauvaise relogeant les gens « par vague » que l’on aboutit
qualité des maisons, que l’on appelait d’ailleurs 12
15 à des nomenclatures inhumaines comme en
à raison match boxes. Et puis à partir des années témoigne le quartier de Bethelsdorp district 39.
1980 l’état ne finança tout bonnement plus la
8
ségrégation et laissa les municipalités se charger 11
de cette tâche. 10 7 14
En Afrique du Sud le parc public des logements
passa de 100 000 constructions en 1955 à
Townships noirs
500 000 logements en 1980. Cependant, à Port 6 9
2
Elizabeth cette progression fut relativement Townships métis
lente comparée à d’autres villes. En effet dans
Townships indien
les années 1940-50 le paysage résidentiel de PE 5 4
était composite. Pourquoi ? Tout d’abord, South Banlieues blanches
End, Fairview (1) et Korsten (2) continuèrent
Downtown
1

Carte de la ségregation spatiale à Port Elizabeth

38 39
Les townships noirs furent construits avant ceux Et puis parallèlement et peut être paradoxalement, zones9, étaient décomposées en deux types. Il y Conclusion
des métis, à l’exception du dernier, établi au une partie de la population estime que le avait les « green fields » et les « brown fields ». Joe
début des années 1980 à Motherwell (13), rive traumatisme psychique et la spoliation Slovo s’est constitué sur un ancien « green field ». Finalement à Port Elizabeth le plan de
gauche de la rivière Swartkops, c’est à dire à économique engendrés par l’Etat leur donnent Comme nous l’avons évoqué auparavant la ségrégation fut redoutable. La part de la
plus de 30 min du centre ville. En 1956 on passa le droit d’attendre de ce dernier qu’il paie pour ville de Port Elizabeth a tendance à devenir une population noire et métis résidant en centre
à la trame assainie à Kwazakhele (14), avec un réparer. conurbation continue, comblant peu à peu les ville décrut de manière spectaculaire entre 1950
programme de 12 000 parcelles. On fit la même vides laissés par les anciennes zones tampons. et 1985. Aujourd’hui encore, la mixité sociale
chose à Zwide (15) au début des années 1970, L’expansion des quartiers informels Joe Slovo est aujourd’hui accolé à Kwazakhele, reste restreinte. L’ossature de la ville reflète les
après l’éradication de Fairview et South End. formant une tâche urbaine ininterrompue au sud années d’Apartheid, elle a peu évolué depuis.
Ces deux dernières locations étaient jugées Dans les années 70, PE du faire face à une pénurie est. Le sud ouest de Joe Slovo sera densifié selon La séparation entre les différentes aires urbaines
trop proches du centre ville mais c’est surtout de logements très importante, sa demande avait le plan de développement de la municipalité. est toujours franche. Et la municipalité pense
qu’elles concentraient trop de mouvements de en effet été sous estimée dans les années 50. Les Cela mettra en tension Joe Slovo et la localité encore le développement de la ville par zones et
protestations. Elles furent alors démolies. programmes de logement à Port Elizabeth avaient de Bethelsdorp. Au nord de Joe Slovo, le relief surtout en fonction des opportunités foncières, ce
Kwazakhele, Zwide et Bethelsdorp sont les surtout servi à éradiquer la tâche noire et non à est plus prononcé, et au delà de cette frontière qui ne permettra pas de créer de réels liens entre
townships situés au sud de Joe Slovo. Il est absorber l’exode rural8 . En 1960 la municipalité naturelle il y a la commune de Despatch. Malgré les quartiers, ou une quelconque intelligence
intéressant de constater la diversité des origines fut débordée par la demande de logements, il ces difficultés topographiques on voit naître urbaine.
des gens qui les habitent. La question de l’origine manquait en 1977, 11 000 logements pour les aujourd’hui des habitations au nord de Joe Slovo. De plus le désenclavement de ces quartiers se
liée à celle de l’appartenance, est un point que Noirs et 10 000 pour les Métis. De plus à partir réfléchit majoritairement et presque uniquement
nous traiterons plus tard dans la deuxième partie de 1968, l’Etat cessa de financer les logements en terme d’accessibilité automobile. Aussi la
du mémoire, et que nous estimons très important publics dans les townships. PE reçut une 9 Zones inconstructibles, renforcées souvent par des voies de distinction qui existe depuis le début du 20e
pour comprendre la communauté. Aussi pour circulaire pour stopper la construction pour les communication ou des zones industrielles. Elles étaient décomposées en
siècle entre le nord et le sud s’est renforcée avec
deux types : les green field vouées à rester ouverte et au sol perméable ;
comprendre le fonctionnement communautaire Noirs, l’accent devait être mis sur le logement et les brown field barriers vouées à accueillir des industries la mise en place de l’autoroute N2 qui forma
il est essentiel de comprendre « le background » pour les Blancs. Une seconde circulaire exigea une frontière nette, une coupure franche dans la
des gens qui habitent le territoire (d’où viennent- que les municipalités utilisent désormais leurs ville. Aujourd’hui Port Elizabeth est considérée
ils ? Comment vécurent-t-ils avant d’être fonds propres pour achever les programmes en comme une ville à deux vitesses. La partie sud
parqués de force ? Comment combattirent-t-ils cours. La situation de surpeuplement s’empira. est composée de quartiers résidentiels à majorité
la ségrégation ?). Nous pensons en effet que ces En 1992, après l’abolition de l’Apartheid, les blanche et métis, et aux densités faibles. Elle
populations ont cultivé une sorte de culture des migrations reprirent de plus belle. On estima croit vers l’ouest sur la route en direction du
revendications et une culture de l’organisation en en 2005 qu’il y avait un manque de 78 000 Cap. Quartiers résidentiels et commerces s’y
communauté afin de ne parler d’une seule voix logements. Elle était estimée à 180 000 en 2015. multiplient. Les logement de très hauts standing
et de se faire entendre...Nous ne détaillerons pas Face à ce besoin toujours assez important en sont situés le long de la Baakens Valley et à
les récits des manifestations, ou des grèves des logement, la ville a tendance à se développer de Walmer. La banlieue nord est constituée d’une
loyers qu’il y eut à Kosrten et à Fairview mais manière informelle dans ces zones laissées pour population noire et métis et de township denses
ces localités regorgent de ce type d’histoires. vides entre les townships. Ces anciennes buffer et assez pauvres.

8 MORANGE.M, La question du logement à Mandela-City


(ex. Port Elizabeth), ouvrage tiré d’une thèse de doctorat en urbanisme
et aménagement. Paris 8, Institut Français d’Urbanisme, 2001, 410 p

40 41
Stratégie et projets phares de la métropole : une
concentration de projets au centre et au sud de la ville 2
Le développement de la ville à travers le
renouvellement de son centre ville a
années des programmes pour combler ces
manques mais les municipalités manquaient
toujours de moyens pour développer ces
programmes. Comme nous allons le voir dans
les parties suivantes, les priorités de la ville
se sont d’abord-et naturellement- axées sur le
relèvement de son économie, qui devait se faire
Projets de développement du centre par le développement de son attractivité. C’est
comme cela notamment, que Port Elizabeth s’est
dotée d’une agence de développement en 2003.
Corridors économiques
Il s’agit du MBDA (Mandela Bay Development
Agency) qui s’occupe de renouveler le centre ville
(CBD) de PE et qui promeut son développement
Port Elizabeth subit une faillite économique dont
touristique et économique.
elle ne s’est jamais vraiment remise durant les
Finalement, on se rend compte que la ville de PE
années d’Apartheid (liées à la construction même
a centré sa stratégie de développement sur son
des townships et au crash de l’automobile...).
centre ville par le biais du MBDA, elle a aussi
Puis après l’Apartheid, PE a vu son corps
bénéficié de la FIFA World Cup pour lancer un
institutionnel changer du tout au tout, tant sur le
programme de renouvellement urbain et pour finir
plan législatif, stratégique (vision urbaine) que
compte sur son attractivité maritime pour attirer
sur le plan humain (personnel). Il a donc fallu
investisseurs et touristes. Le développement
tout réécrire, tout repenser... tout reconstruire.
urbain de ces townships n’est pas une priorité.
Et puis le gouvernement à l’échelon national a
Seuls le gouvernement national et le HDA
voulu prouver à la population qu’il allait agir vite
(Housing Development Agency ) sont les vrais
et efficacement pour réparer les erreurs du passé.
vecteurs du changement dans les townships (sans
On s’est alors empressé d’implémenter des
parler des bailleurs de fonds internationaux, des
programmes de logements, qu’on appela RDP ou
ONG ou de la communauté).
autrement mais qui finalement proposaient tous
Nous allons découvrir dans cette partie, les
la même chose, c’est à dire la construction de
projets qui ont permis à Port Elizabeth de gagner
maisons individuelles. On remplaça, en quelque
en attractivité et de développer son économie ces
sorte le paysage composé d’une mer de tôles en
dix dernières années.
un paysage composé d’une mer de béton...
Très vite le besoin de développement économique
1
et social se fit sentir dans les anciens townships.
Même si ils voyaient leur shacks se remplacer 2
3
par des maisons, les équipements, les services Cartes des corridors éconolique et des
et surtout l’emploi faisaient toujours défaut. location des principaux projets dans le centre
Le gouvernement mis en place années après

42 43
Revenons tout d’abord sur la FIFA World Cup Marina en 2012 L’agence de développement de Mandela Bay,
2010 qui devait permettre de « renflouer les que nous avons évoquée précédemment, est
caisses » de la métropole, et se présentait comme un organisme qui joue un rôle prépondérant
une opportunité de développement urbain. Cet Open Space dans le développement urbain de PE. C’est une
événement fut majoritairement vu comme une agence opérant comme une entité séparée de la
sorte d’aubaine fiscale et une possibilité de Motor vehicules métropole mais qui travaille en collaboration et
placer Port Elizabeth dans les rangs des grandes pour le compte de cette dernière. Etablie en 2003,
métropoles pour accéder à une reconnaissance Break bulk elle a pour mission de développer et de revitaliser
internationale. Les projets liés à la coupe du le CBD, requalifier le port de Nelson Mandela
Container
monde ont été intégrés rétrospectivement dans Bay, de porter à son terme le projet de Marina
le IDP (plan de développement intégré, cf. Dry bulk déjà en cours et de redynamiser la partie sud du
partie suivante sur les institutions). Il s’agissait Fishing centre ville comprenant la Baakens Valley et ses
de revitaliser la partie la plus au nord du centre environs.
Liquid bulk
ville (North End, Kensington et Korsten). C’est
Maritime com
à dire les townships les plus proches du nouveau Le projet de Marina
stade. De plus un système de transport collectif,
le Bus Rapid Transit devait voir le jour et être Depuis ces 20 dernières années, le tourisme sportif
fonctionnel avant l’arrivée des touristes et a été l’objet de toutes les attentions et l’on misait
joueurs. Ce grand projet fut sapé pour plusieurs sur la capacité de la ville à devenir La capital des
raisons et la principale était que les frais engagés sports d’eau2. PE est en effet, dotée d’une situation
dans la préparation de la coupe ont été largement venteuse avantageuse et d’équipements sportifs
sous-estimés, du fait des exigences et standards honorables mais d’autres villes voisines telle
beaucoup trop élevés et aberrants de la FIFA. La que Jeffrey’s Bay, où se déroule chaque année
métropole décida donc de procéder à des coupes les compétitions nationales et internationales de
budgétaires dans un certain nombre de domaines surf, ont largement remporté ce titre. Il n’en reste
incluant les éléments du réseau de bus. Pour finir, pas moins que PE souhaite se doter d’une marina
des querelles politiques et le factionnalisme au attractive.
sein de l’ANC entravèrent l’engagement initial Le projet de Marina, développé en partie par le
de faire de Port Elizabeth une ville de la Coupe MBDA, vise à faire le lien entre la partie balnéaire
du Monde. Cette entreprise se solda par un et touristique de la ville au sud et le centre ville
déficit municipal de 2,4 milliards de rands (240 au nord. Pour le moment, la partie sud du Nelson
millions euros à l’époque), un IPTS inachevé et Mandela Port est composé d’un terminal de
un programme de rénovation urbaine interrompu1 Marina en 2020 marchandises et de conteneurs, d’un terminal

1 BAINES. G., Jouer selon les règles de la Fifa. Politique 2 BAINES. G., Jouer selon les règles de la Fifa. Politique
et héritage de la coupe du monde de football 2010 à Port Elizabeth, et héritage de la coupe du monde de football 2010 à Port Elizabeth,
Politique africaine 2010/2 (n°118), p.23_42 Politique africaine 2010/2 (n°118), p.23_42

44 45
automobile, des réservoirs de pétrole, d’une zone Sport and culture Les anciens entrepôts seront aussi requalifiés.
de stockage de minerais/vracs (manganèse) et Ces derniers se voient d’ores et déjà transformés
pour finir d’un port de plaisance avec une partie Pedestrian connection en brasseries, restaurants, épiceries fines, salles
dédiée à la pêche. Le projet de Marina prévoit de fitness, espace de co­working et atelier de
d’agrandir le port de plaisance et de délocaliser la menuiserie. Le but étant d’attirer des entreprises
Community space
zone de stockage de minerais située aujourd’hui innovantes et créatives. Dans une troisième phase
tout au sud du port , ce qui empêche l’accès à la le projet soutiendra la renaturation de l’espace
mer. Le projet transformerait la zone de stockage ouvert de la vallée et créera des liens entre le
en terminal de passagers. Il permettrait d’une Settlers Parks et St Goerges Park, l’idée étant de
certaine manière d’étendre la plage de King’s définir un grand espace récréatif ouvert dédié au
Beach jusqu’au port de plaisance et de créer sport et à la culture. Le projet se terminera au
une continuité dans le paysage de bord de mer. niveau de l’embouchure entre le fleuve Baakens
Et surtout rendrait le port accessible depuis le et la mer, il se conclura par la requalification du
centre ville. Ceci n’est pas permis pour l’instant port comme nous l’avons évoqué plus haut. En
à cause des voies d’autoroute (Settlers Highway) résumé ce projet vise à retourner la ville vers
et de chemin de fer qui coupent la ville de la mer. son front de mer, à désenclaver la vallée, et à
revitaliser la partie sud de Port Elizabeth Central.
Le projet de la Baakens Valley En novembre 2015, le MBDA a publié une étude
de faisabilité sur la zone couvrant la Baakens
En ce moment le MBDA concentre la majeure Valley et le Port de Nelson Mandela Bay. Le
partie de son action sur le projet de développement Urban Land Institute a tenu, à cette même période,
de la Baakens Valley. Ce projet se porte sur la zone un colloque et un jury a examiné les enjeux et
englobant d’Est en Ouest le front de mer jusqu’au les challenges du projet soutenu par le MBDA.
Settlers Park. Du Nord au Sud il comprend toute L’étude a permis d’asseoir et de hiérarchiser les
l’épaisseur de la vallée, St Goerges Park, et ce actions sur le territoire donné, et a élaboré ce
qui est appelé The heart of the Bay (c’est à dire qu’on pourrait appeler un plan stratégique doublé
la partie sud du centre ville). En quelques mots le d’un phasage pour le développement. Sans
projet vise à se réapproprier cette ancienne vallée rentrer dans les détails de ce livret, ni même du
industrielle et à la reconnecter avec la mer. projet, il est intéressant de constater que c’est un
Dans un premier temps le travail s’est fait sur des premiers projets, de cette envergure, piloté
l’articulation entre le front de mer, la vallée et le par le MBDA. Aussi, il a impliqué un travail
centre ville. Dans un deuxième temps le fond de la transversal entre les différents départements de
vallée verra se construire des logements sociaux. la municipalité et une évaluation approfondie
Cartes des stratégies du projet de la des opportunités économiques et des besoins de
Baakens Valley la population.

46 47
Un équilibrage nord sud
pas si équilibré.... b
réelle stratégie qui intègre tous les acteurs du
développement. Le programme de construction
de RDP sur la zone de Joe Slovo est d’ailleurs
Comme montré dans la partie précédente le piloté par le HDA. En allant sur le terrain nous
centre ville de Port Elizabeth a bénéficié de avons observé que des actions sont en cours à Joe
projets de grande envergure qui changent son Slovo West, à Chatty et à Khayamnandi (même
image et permettent peu à peu d’attirer la classe si elles semblent abandonnées à Khayamnandi).
aisée qui avait déserté le CBD. Ce dernier est Nous avons néanmoins pu constater, en discutant
composé d’un très grand nombre de bâtiments avec le directeur du département de planification,
en ruine et désaffectés, il connait un fort taux de que la métropole ne connait ni les périmètres, ni les
criminalité mais représente aussi un territoire aux temporalités des projets en cours sur cette zone.
fortes potentialités. La métropole a tout intérêt Il semble y avoir de nombreux acteurs entrant
à investir dans la requalification de ces espaces en jeu dans le processus du développement de
publics pour attirer les investisseurs et les futurs cette partie du territoire de PE. Il est certain que
habitants. ces derniers ont du mal à se coordonner et que la
En parallèle la métropole cherche à équilibrer la municipalité n’a pas établi de vision stratégique
ville et à effacer la rupture entre le Nord et le pour le moment.
Sud. En 2003, le plan de développement intégré En ce qui concerne notre zone d’intérêt, on
(IDP) réalisé par la NMBM (Nelson Mandela remarque que la métropole prévoyait la mise en
Bay Municipality) a été établi dans l’optique oeuvre de programmes de logements au nord
de « changer le visage de Nelson Mandela Bay, Joe Slovo avant 2010. Ces derniers n’ont pas été
physiquement, économiquement et socialement 1». réalisés mais quoi qu’il en soit sur la zone même
La métropole s’engagea à « fournir à tous les de Joe Slovo (que la métropole représente par un
ménages indigents des services de base gratuits aplat gris comme les autres « espaces construits
à partir du 30 juin 2010 », et « d’orienter son formels » du centre ville) aucun projet ne devait
développement vers plus de mixité sociale, et avoir lieu.
de favoriser le développement économique des Il est intéressant de noter également que la
zones délaissées ». métropole prévoit à long terme (d’ici 2020) de
Des programmes de construction de logement créer une réelle conurbation entre la commune
intégrant la mixité sociale se concentrent en de PE, Despatch et Uitenhage. Elle souhaite, à
réalité au Sud de la ville à Fairview et Walmer. priori, faire du nord la ville une grande banlieue
Le Nord lui est toujours dédié aux populations résidentielle, puisque ce schéma stratégique ne
les plus pauvres. montre aucun centre économique sur le territoire
En ce qui concerne notre zone d’intérêt c’est à autour de Joe Slovo. Il ne montre pas non plus
dire proche de Joe Slovo dans la partie Nord- la volonté de constituer des points d’attraction
Carte du developpement
Ouest de la ville, le département du Strategic économique dans ce secteur.
des logements a PE
Planning de la métropole nous a affirmé Nous verrons dans la prochaine partie que
qu’il est actuellement en train de réaliser un Developpement logement < 2020 la planification stratégique à l’échelle de la
plan d’ensemble stratégique intégrant tous métropole est paralysée par une organisation
Developpement logement 2020 - 2030
les programmes de logement en cours sur ce institutionnelle fortement bureaucratisée et que
territoire. Cela dans l’optique de proposer une Developpement logement > 2030 une vision stratégique du territoire national fait
défaut.
1 cf http://mandelametro.gov.za

48 49
Situation urbaine
à Joe Slovo
Le récit de Joe Slovo : sous forme d’une frise
historico-politique

À Joe Slovo, deux histoires s’entremêlent. Il y eut après l’Apartheid. En effet, alors qu’en 1996 le
un premier développement juste après quartier de Joe Slovo débutait son développement
l’Apartheid, entre 1993 et 1994, enclenché par le biais communautaire, il est aujourd’hui
par la communauté et soutenu à l’échelle au coeur d’un grand chantier métropolitain
nationale. À ce moment de transition, quelques de construction de Subsidy Houses. Celui-ci
individus se sont implantés sur le territoire du améliorera partiellement les conditions de vie de
futur Joe Slovo, soutenus par des personnalités ces habitants mais ne permettra surement pas de
qui travaillaient pour des associations et pour « contrer la misère » sur le plan économique. De
le gouvernement. Ces derniers ont construit plus, cette histoire très singulière met en valeur la
une nouvelle communauté de toute pièce. Un notion complexe et changeante de communauté.
deuxième développement initié par la métropole La présente frise historico­ -politique et
a vu le jour dix ans plus tard avec une conception cartographique est une lecture de Joe Slovo à
du développement très différente du premier. plusieurs entrées qui met en lien les dimensions
Le projet piloté par le HDA, et donc par le urbaine, politique et sociale afin d’une part
gouvernement, est aujourd’hui encore en cours d’inscrire l’histoire du quartier dans la grande
de réalisation. Il se nomme Zanemvula Project histoire sud­Africaine. Elle met aussi en évidence
et se déploie sur le territoire de Joe Slovo comment la corruption et les politiques sont venues
West, alors que la partie Est fut bâtie par la entraver le développement communautaire.
communauté d’origine.
 Pour réaliser cette frise nous nous sommes
La compréhension de l’histoire courte et appuyés sur l’étude universitaire réalisée par
complexe de Joe Slovo présente un intérêt évident Marie Huchzermeyer . Ainsi que sur plusieurs
car elle semble être représentative des espoirs et interviews, celles de Elridge Jerry (activiste
échecs des politiques urbaines Post­Apartheid. et politicien), Evelyn Benakane (activiste et
On pourrait même dire que Joe Slovo cristallise fondatrice des Saving Groups), Mark Stemmet
à lui seul, les enjeux urbains auxquels l’Afrique (ingénieur et chef de chantier) et Schalk Potgiete
du Sud doit faire face aujourd’hui, vingt ans (responsable du Strategic Planinng Department
à la municipalité). La frise est agrémentée de
citations de ces différentes parties prenantes.
Nous avons malgré tout le regret de ne pas avoir
encore pu interviewer l’ex councilor Bongani qui
fut un individu clef dans l’histoire de Joe Slovo.

51
Le récit de Joe Slovo : sous forme d’une frise
historico-politique 1
Deux Joe Slovo(s) symboles de deux façon de faire la
ville : Communauté vs Municipalité a «We had this beautiful relationship with the national minister.

1994
And this is 1995-96, so just after the first elections. So the
government wants to be seen to work with the people.»

1995 Formation de la communauté de Joe Slovo


«So in those days if you wanted to have a
land invasion effectively you needed numbers.
A Veeplaas, au sud de Zwide, dans une zone marécageuse, des gens déplacent leurs You can’t have land invasion with 10 or
shacks à mesure des inondations. La zone est déjà très densément peuplée. Evelyn 20 families, it’s easy for the police or the
Benekane et d’autres mamas conscientes des conditions déplorables dans lesquelles government to crush you»
vivent les habitants de Veeplaas montent une action collective en 1993. Elles Eldridge Jerry
rassemblent leur voisinage en groupes d’épargne avec le support et l’inspiration de Co-directeur de
Peoples’s Dialogue
la Homeless People’s Federation (HPF).

Tout d’abord, la HPF demande de l’aide auprès de la municipalité de Despatch (à


cette époque Veeplaas appartient à Despatch). Cette dernière dit ne rien pouvoir faire.
En effet la municipalité a élaboré son budget prévisionnel pour les 3 ans à venir et ne
1996 Création du CPA & acquisition du terrain
dispose d’aucun fond pour loger ces personnes.
Un bras de fer entre la municipalité de Despatch et la Federation Saving Group a
Eldridge Jerry, qui était alors co­directeur de People’s Dialogue et membre de la HPF, lieu pendant près d’un an. D’abord déresponsabilisée, la municipalité de Despatch
aide ce groupe de personnes à trouver des terrains vacants.
Un week­end de pâque, prétexte que les squatteurs ne se sont pas installés sur les terrains municipaux et
après plusieurs tentatives de squat, ils occupent le terrain à l’actuel emplacement de qu’elle ne peut rien faire pour eux.
Joe Slovo. Ce terrain laissé à l’abandon appartient à un privé Sundrigestate. Les habitants s’organisent donc de leur côté avec le propriétaire privé pour occuper
ses terres, mais ils n’arrivent pas à collecter les fonds nécessaires pour les lui acheter.

«In 1995 we met Eldridge Jerry. He was a co-di- La municipalité prend peur du pouvoir naissant de cette communauté. Elle fait
rector for people dialogue. It was an NGO which pression sur le propriétaire privé pour qu’il chasse les squatteurs. Finalement elle
was organizing informal settlement communities for poursuit ce dernier en justice pour le forcer à agir.
savings, so that they can be able to address their
needs to the local government. Especially in terms La Homeless People’s Federation ainsi que People’s Dialogue jouissent d’une
of recognition as a community. Then I join the relation de confiance avec le ministre du Land Affair : Joe Slovo. Le gouvernement,
scheme. And I went to my community in Veeplaas à ce moment de l’histoire, cherche à réparer les dommages causés à la population
and organized it to get savings.» noire et cherche à se faire bien voir. Joe Slovo et son successeur : Derrick Hanekom,
s’investissent personnellement dans ce conflit et promettent à la communauté de
l’aider à acquérir légalement ce terrain.
«We put together the money that Evelyn Benekane et ses camarades de la Fédération des Saving Groups constituent
was needed for the payment of une association pour recevoir les fonds venant de l’Etat. La Community Property
the land. But we didn’t manage Association naît en 1997 et bénéficie d’un prêt de 1,5 millions de Rand à travers le
to get the 1.5 million but we Utshani fund. Le CPA est ensuite sensé rembourser à l’Etat l’argent que ce-dernier
negotiated for an agreement of lui a prêté. La fédération des Saving Groups achète donc les terres au nom du CPA.
Evelyn Benekane
Mama activiste staying with the owner of the
land. The price was then 40 000
rands.

52 53
1998 Aménagement communautaire 1999
2001
Le CPA s’entoure de plusieurs experts pour réaliser le 1er plan d’aménagement qu’elle
essaie de soumettre ensuite à la municipalité afin que cette dernière l’approuve et Pour ce qui est de la réalisation du projet communautaire. La fédération des Saving
assiste le CPA dans la réalisation des infrastructures et le branchement aux réseaux. Groups, à travers le CPA, fait appel, une fois de plus, au ministre du Land Affair.
Evelyn Benekane et Margaret Befile, les deux principales mamas activistes, décident Cette fois, c’est Derrick Hanekom qui leur octroi un prêt de 1 million de Rand,
de faire confiance à l’architecte Sean Cuff et l’ingénieur Mark Stemmet. Elles stimulent toujours le biais du U-Taschni Fund. La Fédération a ensuite effectué une demande
la communauté afin de mener à bien la conception du projet en faisant participer de subventions auprès de la Province pour rembourser ce prêt. Ces subventions ne
activement les habitants. Cette combinaison de personnes est très fructueuse et le seront accordées qu’en 2002, mais jamais vraiment versées au CPA.
projet, qui comporte 1600 maisons, est rapidement dessiné et approuvé par tous. Il Avec cet argent la communauté construira et mettra en service 400 unités d’habitations,
s’établit entre les experts et la communauté une réelle relation de confiance, telle d’après le programme de développement se nommant le People Housing Process. Dans
qu’on en a rarement vu auparavant. ce dernier, la population est activement engagée à la réalisation des infrastructures.
Ce qui permet d’économiser de l’argent sur la construction des maisons. Les
Lorsque la communauté soumet le plan à la municipalité celle-ci rétorque que ce habitants ayant épargné (souvent les membres des Saving Groups) peuvent alors se
projet ne fait pas partie de son budget prévisionnel et qu’il faudra attendre. Ce plan payer (en partie) et construire leurs maisons. Ce programme prévoit de subventionner
d’aménagement ne sera approuvé par la municipalité qu’en 2002. les bénéficiaires en fonction de leurs moyens. Entre 1999 et 2001 c’est donc la
communauté, aidée par le groupe d’experts, qui développe Joe Slovo.
Entre temps la Fédération s’affilie au parti de l’ANC qui lui promet de la soutenir,
et se pose en opposant direct avec la municipalité.
 Cela marque le début de la
politisation de la communauté et le début de l’appropriation par les politiques des
actions communautaires.
1999 Prémices de la fragmentation communautaire
«We collected that money from the community and paid the amount. Then we approached
People’s dialogue to take us to the department of Land Affairs so that we could be able to get a
grant to build the land.» Alors que la communauté a déjà réalisé les infrastructures et une partie des habita-
Evelyn Benekane
tions, l’ANC veut agrandir son influence à Joe Slovo, prendre le contrôle du déve-
Mama activiste loppement et tirer le mérite de cette réussite communautaire. Elle décide donc un
jour, de faire élire précipitamment un councilor à la tête d’une nouvelle branche de
«We were all the same team you see. The people were saving money
l’ANC (fraichement créée), afin que l’ancienne perde peu à peu sa crédibilité. La
for their own house. We paid them what ever the going rate was in
Fédération des Saving Groups, elle, est un groupe actif au sein de l’ancienne branche
the industry we related that to a production. And a lot of the people
de ANC. Ce jour là, les personnes de la Fédération sont majoritairement absentes
did a lot more than the production.
mais l’élection a tout de même lieu.
...And the communities look after themselves very nicely. A very nice
Cela a une incidence double :
project!»
Premièrement Eldridge Jerry, présent le jour de l’élection car membre de l’ANC et
Sean Cuff aussi de la Homeless Poeple’s Federation (l’association qui avait aidé les Mamas à
Architect de People’s Dialogue
s’installer sur la terre de Joe Slovo), est rejeté par la Fédération des Saving Groups.
Une coupure nette et définitive se fait entre la HPF et la Fédération.
«It is a combination of people. You know Sean (the architect) use to Deuxièmement, l’ANC clame que la Fédération des Saving Groups doit quitter le
sleep in the township there. He had the most fantastic relationship with CPA (Community Property Association) car elle argue qu’il ne lui appartient pas.
Mark Stemmet all this people of the federation. You could imagine. When Sean speaks Ce qui est vrai, mais c’est bien la Fédération des Saving Groups qui a créé le CPA.
Ingénieur indépendant
they believe what he say. Because he didn’t’ lie to anybody, he is an Pour finir, à mesure que la population s’accroît à Joe Slovo, la Fédération perd de
honest and solid dude. » son influence et l’ANC en gagne.

54 55
À ce stade du développement, la municipalité n’est que peu impliquée dans
very concerned that I might not get back le développement de la zone, elle pratique une politique de «laisser­ -faire».
alive. My comrades (from the Federation Lorsqu’elle se rend compte du succès des 400 premières constructions, elle décide
Eldridge Jerry
Activiste à l’ANC Saving Group) did not want the meeting de «s’accaparer» le projet (comme l’ANC a voulu le faire à l’époque). Elle et
& Co-directeur de to proceed because all their people Bongandi ont des intérêts communs et s’allient pour convaincre les habitants du
Peoples’s Dialogue
were not there. And according to the bienfondé du programme du Project Linked Subsidy (constructions de Métro Houses
rules of the organization, the meeting subventionnées par l’Etat). Ils incitent les habitants a quitter les groupes d’épargnes
quota, there was enough people to have en leur promettant la construction imminente de Metro Houses.
«That put me in a very difficult situation the election. That broke the marriage
because the situation at Joe Slovo was that between my old comrades and myself. En 2001, les municipalités de Despatch et de Uitenhage fusionnent avec celle de
the federation mamas were ANC members They were very furious.» Port Elizabeth pour créer la métropole de Port Elizabeth.
and they (ANC) were going to elect a new
executive for a new ANC branch. So I’m
sent by ANC to launch an ANC branch. «The mayor decreed that they would transfer Joe Slovo to
So I arrived in Joe Slovo very nervous, the municipality’s name; they just take the land and that
created wars for years. At least they try to do it; I don’t
think they ever succeed, but that councilor Bongani, he
took over»

2000 Fragmentation & politisation communautaire Mark Stemmet


Ingénieur indépendant

En 2000 se déroule l’élection du nouveau councilor du ward 41, le ward de Joe


Slovo. Bongani, un homme proche du maire de Port Elizabeth et du département du
Land Affair, est élu. Ce dernier est contre la Fédération des Saving Groups, il fait
Joe Slovo West
courir des rumeurs de corruptions sur la Fédération. Il est d’abord affilié au South
African Communist Party et s’allie ensuite avec la nouvelle branche de l’ANC, afin
d’être soutenu par la majorité. Il promet à la population la construction de Metro
2000
Houses (=maions RDP) gratuites puisqu’il a le soutien de la municipalité.

Promesses après promesses (souvent non tenues), Bongandi, sera finalement réélu au Des les années 2000- 2001 une grande partie des habitants de Joe Slovo
cours des années, jusqu’à son très récent départ en août 2016. 
Les travaux entrepris West a fait une demande de RDP.
par la fédération sont stoppés pendant près de 2 ans à cause du councilor Bongandi. Le councilor et le maire de Port Elizabeth ont promis à ce groupe de
Il freine toutes les tentatives de développement avec le soutien de la municipalité. personnes la mise en service du terrain et la construction de maisons
Dès 1999, un groupe de personnes, soutenu par Bongandi, s’oppose très fortement RDP très rapide. Pourtant, en réalité la métropole n’engage aucune
à Evelyn Benekane. Ces personnes font appel au maire de PE, qui leur propose action sur Joe Slovo West jusqu’en 2006. La population est tenue en
de s’installer à l’Ouest de Joe Slovo. La communauté se scinde alors en deux. haleine par un enchainement de promesses de l’ANC (parti de Bongani)
On distingue à partir de ce moment Joe Slovo Despatch la partie la plus ancienne et de la métropole.
(celle de la Fédération des Saving Groups) et celle de Joe Slovo West (composé des
habitants qui ont quitté la Fédération).

56 57
Joe Slovo Despatch 2002
La municipalité débute la construction de Metro Houses. Les
constructeurs privés emploient des gens de la communauté pour
construire les infrastructures pour 2000 habitations mais cela ne se Emprise totale de la municipalité
passe pas aussi bien qu’avec le programme de People Housing Process. sur le développement
La municipalité refuse en tout point de travailler de paire avec la
Fédérations des Saving Groups et donc avec le CPA. Elle finira par Avant que le councillor s’empare du CPA, le groupe d’étude continue
construire environ 2000 RDP Houses. la planification de Joe Slovo.
Alors qu’en 2002 des demandes de
subventions sont ratifiées par la Province, les fonds n’arrivent pas. En
effet, la métropole les bloque.
La fin du CPA Elle prétexte que Mark Stemmet, l’ingénieur, a des honoraires trop
élevés. Ce dernier a pourtant investi ses fonds propres dans la première
phase du projet. Il décide donc de se retirer du projet. La métropole
Bongani essaye encore par tous les moyens de contrôler le CPA. Il finit
prétend aussi qu’une trop grande partie du budget est attribuée au plan
par exiger l’élection d’un nouveau comité exécutif et devient président
d’aménagement et à la mise en place des infrastructures et que trop peu
du CPA. Ce coup de grâce marque son emprise totale sur le l’association
de fonds sont alloués à la construction des maisons (sachant qu’elle en
et l’inhibition de la Fédération des Savings Groups.
a la charge). Elle demande aussi à revoir le tracé des routes.
Cela stoppe littéralement la seconde phase du projet du CPA.
Bongani toujours allié avec la municipalité, affirme que les terres
de Joe Slovo Despatch appartiennent à la municipalité et il finit par
s’emparer du titre de propriété conservé par le CPA, et celà sans aucune
transaction légale.

Schalk Potgieter, présent directeur du département du Strategic


Joe Slovo West

Planning à la métropole de PE, affirme que la CPA avait à l’époque


négocié avec le PETLC (Port Elizabeth Transition Local Council) pour
2004
réaliser une fiducie et devenir l’entité gestionnaire des terres. Le CPA,
selon Schalck, n’est pas le propriétaire légal des terres, il a seulement
été le principal développeur à un moment donné et en a été responsable
sous certaines conditions. Aussi, Schalck Potgieter, garantit que le titre Joe Slovo West et Chatty des projets pilotes?
de propriété du CPA a été partitionné, individualisé et transféré à la
population. Mark Stemmet et Evelyn Benekane affirment quant à eux, En 2004, le président Thabo Mbeki et ses ministres visitent Soweto On­
que les titres de propriété n’ont pas encore été transférés et qu’une Sea et Veeplaas. En réaction à la grande misère dont ils sont spectateurs
action en justice est encore en cours aujourd’hui contre Bongani qui a et pour des raisons de stratégies politiques ils promettent aux mal-logés
volé le titre de propriété du CPA. d’établir un projet pilote.
Au milieu de l’année 2005, le ministère convoque la province et la
Il y a donc deux versions concernant la propriété foncière de Joe Slovo métropole pour évaluer le nombre de personnes dans le besoin,
Despatch. La première atteste que la municipalité en a toujours été identifier les terrains vacants et non assignés à d’autres programmes de
propriétaire mais qu’elle a transféré ce titre au CPA pour un temps. La logement. Il s’agit selon eux d’enclencher le processus de relogement
deuxième certifie que le CPA est toujours le propriétaire officiel des le plus vite possible. On identifie facilement les bénéficiaires du projet.
terres. Il s’agit de reloger d’une part les habitants des zones inondées de
Chatty, Soweto­on ­Sea et Veeplaas et d’autre part des backyard shacks,

58 59
squatteurs et migrants venant de différentes localités. Mais il y a des
Joe Slovo Despatch
complications quant à l’identification des zones de réception. En effet
les zones identifiées par la métropole sont Chatty 3 et 4 et Joe Slovo
West, or les terrains à Chatty ont été transférés temporairement 
à
un développeur nommé : Mosengyzy Development Trust. Ce dernier
2004 2016
s’occupe également de construire des logements pour des gens
provenant de Soweto­On­Sea et Veeplaas. La métropole trouve donc
un accord avec lui pour travailler de paire. Cet accord met un certain
Un groupe d’habitats précaires
temps à se mettre en place.
A partir de 2004 la métropole prend complètement les reines du
En 2006 la métropole lance donc le Zanemvula Project, qui signifie développement notamment car maintenant toutes les procédures de
“amener la pluie”. Lors de sa déclaration la ministre dit à la population subvention de logement transitent par la métropole.
“je vous amène le projet avec la pluie” (26 Aujourd’hui la Fédération des Saving groups continue à s’organiser en
«The president Thabo février 2006). Mais entre temps ni les gens
Mbeki, ministers, and their présents sur le site de Joe Slovo West depuis groupes d’épargnes, il reste 13 groupes actifs. 

entourage, came around 1999, ni ceux en situation critique à Soweto­On­ «The municipality did the
the townships to talk to the Sea et à Veeplaas ne sont relogés. development of Joe Slovo
people. They went to Soweto- Depuis 2012 jusqu’à aujourd’hui, la métropole est Despatch, later, not initially
on-sea and Veeplaas, they en charge d’un projet de construction de 100 unités post 2004. Initially it has
saw the misery, people’s plot. d’habitation. Il concerne plus d’une trentaine de driven by Mark Stemmet and
So the minister of Land Affair ménages en situation de souffrance dans la pointe sud the community. Post 2004 that
(same as now) return to them du triangle de Joe Slovo Despatch. community couldn’t access to
and said to them that here is À ce propos le révérend Matika, activiste à Joe Slovo, the housing subsidy in terms
a project that could benefit of a travaillé avec plusieurs universitaires dont Laurie of system and procedures.
the new program and became Schick sur un projet d’approvisionnement en eau The municipality was the
a pilot project.» (Schalck pour cette population. En effet, les shacks présents vehicle through which it
Potgieter) sur cette zone (au nombre de 37) ne bénéficient pas could be done. So that is
de raccordement aux réseaux. Les habitants n’ont how the municipality became
donc accès ni à l’électricité ni à l’eau. Ils achètent des involved in the top structure
seaux d’eau à des vendeurs informels dans la rue. Ces component. At the moment
derniers, ne respectant aucunes normes sanitaires, there is an expansion of a 100
vendent une eau de très mauvaise qualité, source de units and the municipality
maladies. Le projet soutenu par Laurie Schick a permi drives it now.» Schalk Potgieter
Thabo Mbeki à la population de bénéficier de plusieurs dizaines de
Président de l’Etat
Sud-Africain filtres à eau.
de 1999 à 2008

Le révérend Matika affirme que les gens qui habitent ici ont été
déplacés de force sur ce terrain par Bongani parce qu’ils s’opposaient
à ce dernier. Ils ont fait une demande pour obtenir une Metro House,
mais ils n’ont rien reçu. Puis Bongani aurait vendu ce terrain à une
société pour y implanter des business, ce qui rend l’accès à la Metro
House impossible pour ces habitants.

Finalement, la municipalité et le comité ayant conçu le projet


d’approvisionnement en eau (membres actifs de la communauté et
universitaires) travaillent pour le bien-être des mêmes personnes mais
n’ont -une fois de plus- pas réussi à travailler ensemble.

60 61
Joe Slovo West

2006

Lenteur administrative & faible capacité


2009
de la métropole
En 2009 la simplification du National Housing Code permet à la
Il faut maintenant que le plan d’aménagement soit approuvé, et obtenir métropole de Port Elizabeth de faire avancer le projet mais il aura fallu
une Environmental Authorization. Or lorsque la métropole se penche attendre 3 ans pour cela...
sur le sujet elle découvre que la zone de Chatty 5, 12 et 30 a déjà cette
autorisation. Elle décide donc d’étendre une seconde fois l’aire du
projet. Ce qui l’amène à redessiner un plan d’aménagement.
2016
Un autre point très important qui ralenti l’avancement du projet est
lié aux complications administratives. La métropole a du mal à s’en
sortir entre les différents programmes de logements, pour obtenir des
fonds gouvernementaux. En effet, jusqu’à une époque très récente les Depuis avril-mai 2016, la métropole a débuté la construction des
programmes de logements sont nombreux et pas compatibles entre eux maisons RDP. À Joe Slovo West des centaines de maisons ont poussé en
(l’un annihilant l’autre). Ils sont modifiés tous les ans et il est quasiment quelques mois. On note néanmoins que la métropole ne s’est toujours
impossible d’y voir clair dans ce paysage institutionnel et buraucratique. pas dotée d’un plan d’aménagement stratégique d’ensemble englobant
toutes les aires en développement (c’est à dire Chatty 3 et 4 & Chatty 5,
Entre 2004 et 2006 la métropole s’engage dans un nouveau processus de 12 et 30 & Betheldorp North Area C ) . Il est quasiment impossible de
planification nommé Sustainable Community Planning Methodology. saisir l’étendue du projet tellement les limites de ce dernier sont floues.
L’idée est d’aller au delà de la construction massive de maisons
(housing farm) pour intégrer plus de mixité et d’aménités aux projets De nombreux autres projets portés par la communauté se forment
de développement. Ce changement institutionnel freine en son temps parallèlement au projet de la métropole. Ils cohabitent assez mal entre
l’établissement d’un plan d’aménagement à Joe Slovo West. 20% eux.
de la surface du site dédiée au logement doit être remplacée par des
« special purpose area » pouvant accueillir des équipements, service
set business. Ce processus de planification est un descendant direct du
programme de logement «Breaking New Ground» (2004) ayant pour
objectif l’éradication de l’habitat précaire informel, l’exclusion sociale
et économique.

62 63
Les grands changements institutionnels à l’échelle nationale qui
influencèrent le développement de Joe Slovo b

Notre entretien avec Schalk Potgiete, responsable en 2006, un nouveau processus de planification Avant 2007, la métropole n’avait toujours aucun Le troisième élément déclencheur du
du département du Strategic Planinng à la nommé Sustainable Community Planning levier d’action pour développer les fameuses développement de Joe Slovo fut la simplification
municipalité, nous a permis de comprendre Methodology. Ce nouveau type de planification artères multifonctionnelles, les Special purpose en 2009 du National Housing Code qui permis
pourquoi celle-ci a mis tellement de temps à proposait d’aller au delà de la construction arterial, censées accueillir équipements et d’améliorer et surtout de simplifier les processus
enclencher le programme de construction de massive de maisons (housing farm) pour intégrer business. En réponse à cette carence, le ministère de demande de subventions des municipalités
maison RDP à Joe Slovo West. Ce dernier n’est plus de mixité et d’aménités aux projets de des finances met en place une nouvelle subvention auprès du gouvernement. Finalement un dernier
d’ailleurs pas entièrement piloté par la municipalité développement. La métropole de PE fut alors destinée aux municipalités. Elle se nomme instrument voit le jour, à cette même période c’est
seule puisque le Zanemvula Project bénéficie contrainte de dédier 20% de la surface du site à Neighborhood Development Partnership Grant l’Integrated Residential Development Program,
de l’assistance du HDA. Ce dernier supervise la des Special purpose area pouvant accueillir des et doit soutenir et accélérer les investissements descendant du département de Human Settlement.
mise en oeuvre des habitations et coordonne les équipements, service et business. Ce processus dans les quartiers résidentiels pauvres et mal Il peut s’appliquer à n’importe quelle phase du
constructeurs. Mais nous allons développer ces de planification est un descendant direct du desservis. C’est le deuxième outil qui permet de projet et fournit des aides pour la mise en service
explications dans la partie suivante de l’étude. programme de développement Breaking faire avancer la construction de Joe Slovo alors que urbaine et des subventions aux des personnes
Les raisons pour lesquelles les Metro Houses ont New Ground et de “ A comprehensive plan la métropole n’a pas l’argent nécessaire. Notons qui ne sont éligibles à aucune autre subvention.
mis beaucoup de temps à être construites sont for the development of sustainable Human tout de même que cette artère représente pour le Il représente une très grande avancée car les
intimement liées aux changements récurrents des Settlements”(2004) ayant pour objectif moment une grande surface vide à Joe Slovo et programmes antérieurs ne pouvaient être alloués
conditions de subventions étatiques, l’édition de l’éradication de l’habitat précaire informel, qu’aucun business n’est enclin à s’implanter sur que sous conditions restreintes, et à certaines
nouveaux programmes de logements nationaux l’exclusion sociale et économique. Ces textes ce territoire. phases du projet.
ainsi qu’aux procédures d’implémentation de ces mettent en avant les préférences données aux L’histoire de Joe Slovo nous permet d’imaginer
programmes. logements sociaux de plus fortes densités, et à quel point les procédures de demandes de
La métropole a sans cesse eu besoin de revoir à la « fourniture d’équipements sociaux et subventions peuvent être compliquées pour les
le plan d’aménagement de Joe Slovo pour d’infrastructures économiques 1». municipalités. Et aussi, comme il était difficile
se plier aux conditions nationales afin que le Avant 2007, la métropole n’avait toujours aucun pour l’Etat Sud-Africain de reconstruire le pays
gouvernement débloque des fonds. Trois outils après l’Apartheid car il a fallu tout réformer.
programmatiques nationaux majeurs marquèrent 1 DUBRESSON A., JAGLIN S., 2008, édit Karthala, Le cap
le développement de Joe Slovo. après l’Apartheid­Gouvernance métropolitaine et changement urbain.

Le premier outil fut un programme, implémenté

64 65
Enjeux & Limites de la stratégie de développement
soutenue par la municipalité 2

“So normally what we depend on,


Sur le plan de zonage de la partie de Joe Slovo
West réalisé par la municipalité (ci-contre) on
is developers or people who have
distingue une artère de special purposes mixed
initiatives that would come to the
uses (en orange et bleu). Cette dernière est vouée
municipality and say: ok, I have a
à accueillir des entreprises, des équipements et
proposal for that specific site, I want to
services ainsi que des logements de plus forte
do a mall, or whatever type of project
densité. Mais pour le moment, comme nous
on that site. Then we ask them to give
l’a précisé Nyasha Chamburuka (qui travaille
us a proper plan to explain what their
au département de planification de la NMBM),
intentions are and what they want it
la municipalité laisse simplement ces terrains
to look like or potentially have on that
vierges dans l’attente d’éventuels investisseurs et
site. Then if we, as a municipality, are
promoteurs. Si il y a besoin ces terrains pourront
happy with it, we take it through a
être subdivisés, re-zonés.
process of SWOT where it goes through
La stratégie de la municipalité pour le moment
all the different departments. All the
est donc d’attendre qu’on vienne lui soumettre
different departments, town planning,
un projet.
engineering, surveying, etc. all of them
comment and say if they agree to the
L’investisseur ou n’importe quel porteur de projet
proposal or not. Then we eventually
doit soumettre à la municipalité un plan, si elle
send it to council so that they can stamp
est d’accord avec ce dernier chaque département
on it then its goes to public participation
réalise une matrice SWOT (Strenghts Weaknesses
just as a formality, then if we receive
Oppotunities Threats) puis approuve ou non
objections or comments or anything, we
le projet selon le résultat de celle-ci. Après, la
have to make sure that the developer
proposition de projet est soumise au councilor
takes it into consideration. So usually
et à consultation publique mais cela reste une
it would be an application to purchase
simple formalité. Pour finir, le terrain choisi par
or to be leasing the property or to be a
la municipalité ou même par le développeur peut
co-owner with the municipality for that
être acheté par ce dernier et le projet implanté.
particular site. So that’s the purpose of
this special purposes site.”
Nyasha Chamburuka

66 67
Toujours sur le plan de zonage, on distingue Le plan évoque la construction de 8 nouvelles
des zones rouges, elles représentent les espaces écoles, mais pour le moment rien n’est en
dédiés à la communauté, sur lesquels peuvent cours. C’est la province qui est en charge de
être construits des crèches, des églises et des l’établissement des écoles, la municipalité est
centres communautaires (ressource center). Pour simplement propriétaire des terrains. La province
les porteurs de ce type de projet la procédure doit donc faire une demande à la municipalité
diffère de peu de celle des multipurpose pour que cette dernière lui transfère la propriété.
areas. Il est nécessaire de consulter d’abord la
municipalité, ses différents départements et que Pour conclure, la municipalité a réalisé ce plan
le projet soit soutenu par le councilor. Ce dernier de zoning, en étalant au maximum l’artère
donne son accord pour utiliser les terrains sans multifonctionnelle pour se préparer à accueillir
avoir à les acheter si le développeur n’a pas les des éventuels promoteurs et investisseurs. Cela
moyens (celà prend généralement la forme d’un a été pensé tel un transport oriented plan. En
bail emphytéotique). Si le projet est temporaire d’autres termes on a d’abord privilégié l’accès
(matériaux type bois, tôle...) il n’a pas besoin de au site pour le désenclaver, puis on a décidé
suivre les normes définies par la municipalité, et de positionner les activités autour d’une voie
il n’a pas besoin d’être signé par un architecte majeure et, enfin, en fonction des opportunités
(pas de contrat légal). foncières restantes (les terrains non construits,
non habités), on a parsemé le site de différentes
“So the community if they want a potentielles aménités.
crèche, they come to us, if they want a
church, they come to us and say we’ve “So the bigger the site, the more options
identified the specifics site: can we build or opportunities that you have in terms
on that site for church purposes or a of what you could do on the site. The
crèche purposes and we take it through problem we have right now is that,
the process where all the different there’s no one who has come, who is
departments comment, and if we are willing to actually saying; this is what
happy with it they can get the land sold we can or cannot do on the site. So the
to them or at leased to them depending potential, is not necessarily there right
on what they can or cannot afford.” now but there could be a potential.”
Nyasha Chamburuka Nyasha Chamburuka,

68 69
Organisation & missions des acteurs en charge du
développement de Joe Slovo 3
Échelon national informel). Au niveau local «So we are really reliant on developers
-Accroître les capacités d’aménagements des or community members to step up
Mission : Elaboration des programmes de provinces et des municipalités. Mission : Chaque bénéficiare devient, une fois sa and say; this is what we’re lacking,
logements. -Travail de veille des aménagements (impacts/ maison construite, propriétaire de la maison et du this is what we need, can we start it as
Le gouvernement a en quelque sorte initié le progression des projets). terrain. La communauté, composée des habitants, an initiative ourselves, and we allow
Zanemvula Project et voulait en faire un projet du tissus associatif et groupes d’intérêts, est them to go through because they are
pilote début 2003. Le HDA est un organisme public. Chaque région censée participer activement à la construction de supporting the system …»
Il a subventionné le Reconstrucion Development est dotée d’une agence de développement pour son quartier. Elle doit faire part de ses besoins «So it really really depends on the
Programme c’est à dire qu’il a octroyé un budget l’habitat. Pour le projet à Joe Slovo, le HDA s’est à la municipalité par le biais du councilor ou community, not necessarily us, as
à la municipalité pour la construction des maisons d’abord assuré que le programme établi dans le directement. officials, but who wants to do what, and
et la mise en place des réseaux. projet Zanemvula était conforme aux directives Elle est représentée par les Ward Commitees qui who’s capable of doing what and who
nationales. Puis il s’est chargé de la constitution eux même sont en relation direct avec le Ward has the capital to do what. All we can
Échelon intermédiaire : Le HDA et la supervision des équipes en charge de sa Councilor. Ce dernier est censé faire le lien entre do is provide the land and provide an
mise en oeuvre. Il y a sur le site 13 équipes de la communauté et la métropole, il doit établir le opportunity, that’s all we can actually
Mission : Premièrement identifier, acquérir et constructeurs. profil de la communauté et rendre des comptes do.» Nyasha Chamburuka
développer des terrains ou des bâtiments pour à la métropole. Cela prend la forme de réunions
l’établissement humain. Au niveau municipal trimestrielles.
Il est également chargé de fournir des services Pour ce qui est de faire une demande de
d’aide à la mise en place de projet (planification, Mission : La métropole met en place les objectifs Une participation publique, organisée par la construction de crèche, en théorie pour approcher
renforcement de capacité, aide à la gestion) et les plans de développement qu’elle a définis en municipalité pour réaliser les IDP (Integrate la métropole, l’association doit avant tout rédiger
corrélation avec ceux de la provinces et de l’Etat. Development Plan) a lieu chaque année. Chaque une lettre de motivation qui précise les intentions
Objectifs principaux : Ward doit alors exposer ses besoins, problèmes et et les objectifs du projet. Puis, la municipalité
En effet, comme évoqué dans la frise du récit enjeux, ce qu’il faut prioritairement développer à analyse le projet, les différents départements se
-S’assurer que le développement se fasse de de Joe Slovo, la province et la municipalité la municipalité. concertent pour être sûrs que le projet s’intègre
manière soutenable, durable, viable et intégrée ont d’abord évaluer le nombre de personnes à L’IDP est normalement renouvelé tous les 5 dans les stratégies de développement de chaque
au contexte. reloger (détermination des bénéficiaires) puis ont cinq, mais chaque année il est modifié selon les secteurs, et l’approuvent ou le rejettent. Dans le
-Favoriser la création d’emploi pendant le identifié les zones de réception. besoins des communautés. Il est censé planifier cas ou il est approuvé, il faut ensuite faire une
processus de développement. Ensuite la municipalité propose un plan les projets et les budgets accordés à ces derniers. demande de certification de l’établissement
-Inclure la communauté locale. d’aménagement qui doit être approuvé par la La communauté devrait donc pouvoir influer sur auprès de la province. Finalement, quand
-Suivre et atteindre les objectifs définis par le province et par le HDA. Puis, elle doit obtenir le budget de l’année à venir. l’établissement est légalement enregistré,
gouvernement. une autorisation environnementale et alors le l’association peut faire une demande d’aides
-Supporter les programmes nationaux projet peut commencer. Comme nous l’avons évoqué plus haut, la sociales auprès de la SASSA .
(National Upgrading Support Plan). La municipalité a en charge le développement métropole peut également se laisser approcher
-Accroître les capacités des organismes économique du territoire. directement par les associations et les Dans la réalité, les projets de crèche comme ceux
gouvernementaux pour leur permettre de particuliers. Et elle est d’ailleurs avide de ce des d’églises sont difficiles à implémenter. Ils
répondre à la demande en terme d’habitat genre d’entreprises car elle possède peu de se forment souvent sans autorisation légale de
(solution d’urgence/ amélioration de l’habitat moyens (financier) et de capacités. la municipalité. Par la suite, ils sont difficiles à
soutenir car la gestion de tels établissements pèse
lourd sur les épaules des habitants.

70 71
Une difficile approche stratégique. La planification
un outil de l’Apartheid 4

L’apartheid a prôné pendant plus de 10 ans une Néanmoins après l’édition de ce document la planification. De ce fait, la loi, Development développement urbain à s’accorder entre eux, ce
planification urbaine soutenant un développement marquant un grand tournant dans l’histoire Facilitation Act dédie une grande partie des qui n’est pas chose facile car ceux-ci sont régis
de la ville de manière séparée. De ce fait, à la fin des politiques de développement, L’ANC pouvoirs en ce qui concerne la planification aux par des départements distincts.
de cette période, cette façon de faire la ville était toujours au pouvoir, ne pouvait décemment provinces. Aujourd’hui, les Provinces se dotent D’ailleurs, ces départements sont dans
vue d’un mauvais œil. Il était donc compliqué voir pas se permettre de montrer un quelconque d’une stratégie de développement décrite dans l’obligation de développer indépendamment un
impossible pour les pouvoir publics d’utiliser ces “favoritisme urbain” et une “stratégie nationale le Provincial Growth and Development Strategy, plan stratégique suivant la même temporalité
outils de planification perçus comme autoritaires. territorialisée” car cela restait lié à l’idéologie y sont élaborés des principes normatifs et des (5ans) que l’IDP. Dans ces plans doivent
urbaine de l’Apartheid. De ce fait, les institutions schémas de développement. La municipalité est apparaitre les principaux projets et orientations
En 1994, le National Spatial Development en chargent de la planification urbaine ne sont quant à elle imposée d’accorder ses objectifs de de développement par départements.
Perspective permet de mettre en exergue les présentes qu’à l’échelle de la Province ou à développement avec ceux de la provinces. Ces
enjeux et défis que doivent s’approprier l’échelle Locale mais en aucun cas à l’échelle du derniers sont décrits dans les Land Development Ce n’est quand 2000 que les IDP comment
les politiques nationales. Ce document pays. Il est intéressant de relever qu’en France, Objectives. à être retranscrits spatialement sous forme
essentiellement axé sur la question du les préoccupations liées à la planification ne de plans, se sont les Spatial Development
développement humain et économique ne sont arrivées que dans les années 2000 après la Les Land Development Objectives (LDO) Framework. Ce SDF est un outil récent et les
traite pas du développement des villes qui à politique des grands ensembles. Ce n’est qu’après deviennent rapidement inefficaces du fait de municipalités ne sont souvent pas en capacité
l’époque ne semble pas prioritaire. Après dix ans cette période que l’état décide d’intervenir pour la rapidité de développement de nouveaux de le maitriser. Les provinces sont donc censées
d’Apartheid, la question de l’égalité économique mettre en place une stratégie politique plus documents stratégiques à l’échelle provinciale accompagner financièrement et techniquement
et humaine semble clairement orienter les générale pour le développement des villes. C’est qui ne s’accordent pas aux mêmes temporalités les municipalités pour sa constitution. Ces deux
politiques nationales. Ainsi le développement à cette période que l’on voit naître les premiers que les documents stratégiques municipaux. En outils, IDP et SDF, ont permis aux municipalités
urbain est laissé à l’abandon. schémas stratégiques. effet à peine un an après la création des LDO, les de prioriser certain projets dans les zones les plus
municipalités doivent appliquer un Integrated en difficultés et d’assurer un meilleur accès aux
Ce n’est qu’en 2005 que le premier document Malgré l’inexistence d’objectifs urbains à development plan (IDP) qui est actuellement services urbain.
énumérant les différents objectifs en terme de l’échelle nationale, de nouveaux outils de l’outil essentiel de la planification en Afrique
développement urbain apparaît. Intitulé Urban planification ont vu le jour en Afrique du sud du Sud. Ce IDP, est voué a accompagner les La mise en place d’une stratégie de développement
Development Perspective for the 2nd Decade of à l’échelle provinciale et locale. Ces derniers municipalités dans l’élaboration d’objectifs sur un territoire est une chose mais la régulation
Democracy in South Africa, il soumet l’idée de contrôlent en fait plus l’usage des terrains : de développement de la ville avec une vision de l’usage de cette espace en est une autre et
renforcer la reconnaissance des problématiques «land use management» qu’ils n’établissent de prospective de cinq an. De plus, ce document fait partie également de la planification urbaine.
urbaines dans la sphère gouvernementale et de développement stratégique. accompagne la municipalité sur le plan financier L’usage des sols, correspond donc à une
créer une synergie cohérente entre les différentes Après l’apartheid, la remise à niveau politique afin que le développement proposé soit en accord réglementation établie qui indique la typologie
politiques urbaines afin de promouvoir les des municipalités n’a pas été immédiat, c’est avec le budget municipal. Pour finir, les IDP de développement a adopté selon le terrain.
réflexions sur les enjeux de la ville moderne. pourquoi la province fut d’abord responsable de incitent les différents secteurs responsables du La plupart du temps, ces réglementations sont

72 73
Conclusion

représentées via un zonage géographique précis. Les acteurs qui développent les townships municipalités ne sont pas à blâmer. Elles peinent
Pendant l’apartheid, le droit des sols, était déjà en aujourd’hui en Afrique du Sud pour ce qui est à appliquer les programmes toujours renouvelés
place et était très utilisé. En effet, dans une vision de l’habitat sont les instances gouvernementale d’un Etat qui lui peine à écrire son histoire. Mais
de développement favorisant la ségrégation ces (Etat, HDA, provinces et municipalités). Pour ce peut être que là où il y a négligence c’est dans
outils étaient des instruments très puissants. En qui est du volet économique... Personne ! Sauf l’hypocrisie générale : la fausse participation,
1995 il n’était donc plus question de continuer peut être bien la communauté. En effet quel le fait de dire que la communauté représente un
à suivre ce schéma de réglementation, ainsi investisseur ou promoteur voudrait construire acteur actif. Ne vaudrait-il mieux pas regarder
à travers le Development Facilitation Act, le une entreprise, ou proposer des services dans des la situation en face et aller dans les townships.
gouvernement décide de déléguer aux provinces zones délaissées, mal desservies, non raccordées S’y déplacer et ne pas attendre que les habitants
la responsabilité d’établir une nouvelle aux réseaux ? viennent à la rencontre de la municipalité. Faire
manière de distribuer les terrains. Malgré le Des initiatives comme celles portées par la venir des gens qui travaillent dans le domaine
pouvoir décisionnel attribué aux provinces, les communauté et SAGA ne sont pas si rares. Elles du social, de l’économie, de l’agriculture, tous
municipalités ont un rôle à jouer et sont elles sont même omniprésentes dans les townships. les domaines pour reporter les manques et les
aussi responsables de la règlementation des Le problème reste souvent la concrétisation de besoins, expliquer à la population ce qu’elle est
terrains. ces initiatives, car pour des personnes pour qui en capacité de faire et comment elle doit procéder.
le simple fait de se déplacer au centre ville est Nous venons de voir comme il est difficile pour
C’est dans le Town Planning Scheme qu’est complexe et très couteux, il n’est pas chose facile l’Afrique du Sud de se relever et de s’emparer
réuni toute les réglementations sur l’usage que d’aller toquer à la porte de la municipalité d’outil stratégie pour FAIRE LA VILLE, parce
des sols. Notons cependant que beaucoup de pour exposer son projet. Les Ward Councilor, que faire la ville sonne encore comme quelque
municipalités utilisent encore d’anciens plans quand ces derniers ne sont pas corrompus chose de grave et de négatif. On a promut à
de réglementation employés lors de l’apartheid. jusqu’à la moelle, représentent de bons vecteurs l’époque la ségrégation en faisant la ville,
En effet la majorité des Town Planning Scheme de développement. Mais ils sont aussi souvent en comment maintenant promouvoir l’égalité
n’ont pas été révisés et cela empêche un travail incapacité de porter les projets. en faisant la ville ? Pour faire de l’idéologie
conjoint entre provinces et municipalités. Alors ces deux forces : celle des instances politique de Howard, avec ses cités jardin non pas une
et celle communautaire, cohabitent, c’est certain. dystopie comme pendant l’Apartheid mais bien
Mais elles le font non sans difficultés. Déjà, il est une utopie.
évident que le manque de moyens et de capacités Nous allons dans la prochaine partie voir
des pouvoirs municipaux entrainent un certain comment la communauté fait l’urbanité, toujours
délaissement économique des townships. Mais les vingt ans après l’Apartheid.

74 75
Pouquoi s’intéresser à
la communauté de Joe
Slovo ?
«Qui vit ici et pourquoi ?» Cette question nous
apparaît essentielle à résoudre afin d’agir de
façon intelligente à Joe Slovo. En effet, nous
ne sommes pas d’ici et nous ne pouvons
prétendre à comprendre au premier regard les
enjeux qui modèlent ce territoire particulier. La
communauté de Joe Slovo apparaît à première
« I’m a funny person.
vue comme un ensemble, soudé et marqué par I’m not involved in any
une histoire à la fois courte et complexe, héritée politics. I just work for
de plus de 30 ans de politique d’Apartheid. the community. I don’t
Qu’est ce qui fabrique l’apparente unité de have a party. I am not
cette communauté ? Et dans quelle mesure an ANC person, I am not
celle-ci est elle réelle ? Pour répondre à ces a UDM, I’m not a right
questions nous avons mené un travail de
wing, I’m just me, I stand
terrain, mêlant interviews et observations
pendant les trois premiers mois de notre
for me.»

Chapitre II
présence sur place. L’objectif de ce travail est
Patricia N. Piyani,
de mieux comprendre le fonctionnement de
habitante de Joe Slovo
la communauté particulière de Joe Slovo. Au
delà d’un regard statistique ou scientifique,
LA STRUCTURE il s’agit de mieux cerner les dynamiques qui
forment et modèlent le territoire, ainsi que la
COMMUNAUTAIRE répercussion de celles-ci sur la cohésion de la
communauté.

77
Qu’entends-t-on par « communauté » ?

Communauté : Ensemble de personnes vivant en collectivité


ou formant une association d’ordre politique, économique ou
culturel

Collectivité : Ensemble, généralement assez dense, d’individus


groupés naturellement ou rassemblés pour une certaine durée
par des sentiments, des intérêts, des droits ou des devoirs
communs perçus comme distincts de ceux des individus qui
le composent et tendant à s’exprimer dans une organisation
commune.
*Définitions issues du portail lexical CNRTL

79
Portrait général
1

Lorsque l’on parle de Joe Slovo et de ses des foyers vivent dans des logements informels
habitants, le terme largement employé par tous (shacks) et, de façon globale, seulement 70%
est celui de « community » (communauté). Cette d’entre eux ont accès à l’eau et à l’électricité à
terminologie sert à décrire à la fois le lieu, le l’intérieur même de leur logement.
township, mais également les personnes qui y
habitent. Si l’on s’intéresse à la définition même Cette première lecture, sous l’angle statistique,
de ce terme, se dégage l’image d’un groupe, un donne une sorte de portrait global de la
ensemble d’individus, qui partage un caractère communauté. Vue comme un ensemble, elle se
commun, que ce soit par leur mode de vie, leurs caractérise par une population fragile, pauvre
intérêts ou leur statut social. Le postulat de départ et en majorité Noire. Cependant, il nous est
suggère donc une certaine homogénéité de la apparu nécessaire de la regarder à une échelle

saga
population au sein de la communauté. Ce premier plus réduite, plus proche de ses membres.
sentiment, sorte de survol, se confirme dans la Ainsi, la communauté se compose d’une somme
lecture des chiffres du recensement effectué par d’individus, de personnes, de familles, ayant
le gouvernement local sur la zone (Ward 41). leur propre histoire, leurs propres parcours et
aspirations, qui diffèrent souvent de celles du
Ainsi, on y apprend que la majorité de la voisin. Il nous est apparu important de mettre en
population est Noire ou Coloured (71,70% Black lumière cette diversité afin de dépasser le premier
African et 26,74% Coloured selon les chiffres sentiment d’une population homogène partageant
du recensement de 2011). Les autres groupes un espace commun. Pour cela, nous avons mené
ethniques (Indiens, Blancs, Asiatiques, etc.) sont un travail d’interviews avec des habitants de Joe
très peu représentés (moins de 1% chacun). La Slovo dont une grande partie est retranscrite dans
langue majoritaire est le Xhosa, parlé dans 65% la série de portraits en annexe de ce document.
des foyers, la seconde étant l’Afrikaans (26%), Si l’idée ici n’est pas de relater l’intégralité des
suivie de loin par l’Anglais (5%). Par ailleurs, on parcours de chacun, nous souhaitons mettre en
y lit que 81% des foyers ont un revenu inférieur lumière des trajectoires et histoires particuliers
ou égal à 3183 rands par mois (environ 200 qui permettent de mettre en avant la complexité
euros). Pour la majorité, les foyers sont donc qui se cache derrière la notion de groupe ou de
dépendants d’aides du gouvernement, que ce soit communauté.
pour le logement ou les allocations familiales. Le
taux de chômage est également très élevé (35%)
et seulement 33% des personnes âgées de 18 à
64 ans ont un emploi. Le niveau d’éducation est
relativement bas et inégal et seulement 29% de
la population âgée de plus de 20 ans possède un
niveau équivalent au Bac (Grade 12). Enfin, 30%

81
2
Bonita and her family in front of her house . @Joubert Loots . 2016

Parcours individuels

with my brother. From 1988 to building the mall because I was a


I started to work by Dora Nginza foreman from 2012 until this year, in
tal. I was a carpenter. May. Now I am here at home, I am
I move to Nokolo from 1995 doing my garden. My contract expired.
2009. In Nokolo I lived in a There was a transport; they hired a
EDWARD
. Then I moved –
from my shack conductor, a special taxi. I didn’t have YOLISWA – BONITA – MOYO –
me here. to pay the transport the company was
Edward est né danspaying,
une famille Xhosa
so that was good.en 1972Yoliswa est une jeune femme de culture Xhosa, Bonita est enseignante à la crèche Silindokuhle. Moyo fait partie des pionniers de Joe Slovo, il
s working àinGrahamstown,
Coega in a une petite ville voisine
They would pick me situéethe
née en 1984 dans la région rurale du Transkei
up where Elle est née à Bethelsdorp extension 28, quartier est arrivé lorsque le quartier était encore un vaste
ruction company,
à unein centaine taxis are andde
2009 untilde kilomètres they would drop me on

nskai
Port Elizabeth.
(entre Port Elizabeth et Durban), dans un village voisin de Joe Slovo. Elle est issue d’une famille terrain vierge. Il s’est battu auprès d’Evelyne
In 2012 I changed to BayWest
Ses parents the site.
l’ont envoyé lui et son frère rejoindre située au abords de Mthatha (environ 6 heures Coloured et la plupart des ses proches habitent Benekane pour construire le quartier. Depuis il est

rd
but the pay was small. I was
leur oncle à Port Elizabeth à l’âge de 11 ans pour de route de Port Elizabeth). Elle a du arrêter toujours à Bethelsdorp. Ses parents y ont été membre de la branche locale de l’ANC et milite

ulu nase
qu’ils puissent finir le lycée et trouver un emploi l’école après son 9th Grade (équivalent de la déplacés de force dans les années 1960 lors pour les droits de la communauté. Il a travaillé
en ville. Edward parle couramment trois langue : Troisième). À l’âge de 16 ans, dans l’espoir de de la mise en place de la politique urbaine dans de nombreux domaines : la construction de
l’Anglais, l’Afrikaans et le Xhosa. Depuis l’âge trouver du travail, elle quitte son village natal de l’Apartheid. À 17 ans, elle a commencé à routes, la réparation de voitures, l’électrification
de 16 ans, il travaille sur des chantiers, d’abord pour s’installer à Port Elizabeth avec ses deux travailler pour une entreprise pharmaceutique de quartiers informels, etc. Il a également vécu
comme ouvrier puis comme contremaître. Il a enfants ainsi que le fils de sa sœur restée dans (ASPEN). Elle a enchainé les contrats courts (1 en Angleterre pendant un temps. Un de ses fils y

Bonita
« I come from Transkei
participé à tous les grands chantiers de la ville : le Transkei. Elle est arrivée directement à Joe ou 2 mois maximum) pendant 6 ans jusqu’au vit toujours et y a fondé une famille. Il travaille
l’hôpital public Dora Nginza, le port de Coega, Slovo en 2010 car elle connaissait un ami sur jour où elle a décidé de partir pour des raisons pour l’armée britannique. Moyo essaye de lui
le centre commercial Baywest, etc. En 2015, place. Cet ami l’a présenté à des personnes qui personnelles. Depuis 5 ans, elle habite à Joe Slovo rendre visite de temps en temps. Son deuxième

between Gxulu and


l’entreprise pour lequel il travaillait lui a demandé louaient un petit shack dans le quartier. Elle n’est avec son mari. Ils ont décidé de s’installer ici afin fils est au Botswana, il y travaille dans une ONG
d’aller travailler à Johannesburg, il aofrefusé car who
doncit pas propriétaire
out so Id’un terrain
at et ne possède
u and Mthatha.
le salaireI was
We were some
était trop faible
the people
pour seJoepermettre
established de
pashome
phased
d’adresse
Slovo. I worked doingofficiellement
stayed
mechanical work.
«
next
I
(il s’agit d’une am
year, so it will be summer.
I’ve gotsous
Bonita, Teacher at Silindokuhle
d’avoir accès à la propriété. Auparavant, ils sous
four children, the eldest louaient un petit logement à Bethelsdorp. Bonita
allemande. Il a également un fils installé en
Chine qui exerce en tant que radiologue. Seule
Preschool
010 for work. revenirI dans
camesa famille le
donc expiré et Edward one
kid. My sister is still in
weekend.
with
a décidé
EvelyneSon contratshe
Benekane,
of thedepioneers
s’occuper
a is
location).
I decided
whoducame
de Patricia
Depuis
to stay2011
fixing andoùselling
home,elle
elle s’occupe
buying,
cars with des
I am àisalathe
travaille
the plus second
teacher
crèche
one who lives
petits (0-2
at inthe UK. The a deux filles âgées de 13 et 19 ans qui vont toutes
one is in Botswana, he’s deux à l’école à Bethelsdorp. Elles habitent chez
Mthatha. » la petite dernière, âgée de 19 ans, est toujours à
Port Elizabeth ou elle finit son lycée. Moyo vit
jardin communautaire de to Joe Slovowhen
the place Westit àwas
plein
ans).
bitSon
bushes salaire mensuel
of knowledge Silindokuhle
I have.s’élève
That’s à 800working rands (50Preschool.
for a german NGO. » sa bellesilapha, mère etkumnandi
se rendentapha àkubaJoe Slovo parfois ukubadans
taker. Ndiyakholelwa imfundoune maison RDP qui lui a été construite 9
temps. Son frère l’a all rejoint récemment pour
euros
over. People came, and it how environ) et elleuntil
I was living a le droit
now. àI une semaine
The thirddeone is in China, he’s le weekend. Layethu.
sinendawu vie de Bonita est donc yonke yilento ndiyeans
yinto partagée après son installation à Joe Slovo en 1995.
ndaphela

nutes froml’aider
here. Ietam a les deuxchanged
tous travaillent
as itàisagrandir
now… we le had
vacances
got some parjobanthere,
en moyenne.
we are doingSes deux enfants there, a doctor, entre ces deux quartiers et dès qu’elle le peut,
a radiologist
ndithatha inxaxheba e Silindokuhle
Umyeni wam nguye osakhele Pre School. Ndingathanda uyofunda
jardin Ietasked
ears now since à le maintenir afin
so manyd’alimenter
challengesla on ainés
SOUP (8 et 15 ans)
electrification
the way vont location.
of that à l’école
Ndizalelwe
tandis
he’s que le babase
got his
e Bhetelsdorp ndikhuliswe familyBhetelsdorp kumama,elle
there as well. ngo prend deux
ibobosi taxis etwayesebenza
ngokwakhe, se rend à Bethelsdorp,
ndithathe i training yobano lwazi
KITCHEN qui, deux jours par semaine, fournit
plusAnd
until now. I live a house, which jeune (5 mois) reste
ngumama
maybe at the end of this avec
wam u elle
Eleanor ependant la
And the last one is here in South
Extension mgqibelo nange cawa bazo que
vizithelace soit pour
kwenye i visiter
nkampani yesa famille,
construction. ses amis,
kakhulu faire Intombi yam u
ngabantwana.
2011.
un repas à une cinquantaine has been d’habitants
built 8 or 9deyear
Joeafter
journée. 31.
months we’ll finishonait 19
Ndinentombi
and we’re
ezimbini u Chandre mna nomyeni wam apha e Joe Slovo.
Africa, in Port Elizabeth, she’s ses courses ou aller à l’église.
Ndandikhe ndaphangelela u
Elle nee sent
Ndisuka
Aspen Tamia ufuna
pas Phakatli kwe Gxulu nase Mthatha.
ubayi pilot, uyayithanda
Transkai
I go there in December
Slovo. Ce travail est bénévole, les seuls
I’m arevenus
no Tamia oba 13. kwenye ye factory zabo, ndaqala
vraimentuphangela
chez elle
ne Netball uyidlala kakuhle ggithi
I came here. going to another area down that
member of still at school. She’s
Ndandikhe about
ndahlala nase19
Bloemendal pha à Joe17Slovo,
ndina ndiye la
Mna culture n’y
ndizalwe
ndimnqwenela ngo
ukuba1984 ndaza
ayodlalela i apha eBhayi ngo 2010
ive by taxi. perçus sont ceux qu’ilsthe génèrent en vendant
African National Congressles :
side which is not electrified. Then
Bobabini bafunda e years old. They’re all over the
Bhetelsdorp, apha Extesion 32, emva koko est
sazohlalapas la même,
ndasebenza par
pha exemple
iminyaka elle
emi fait partie
South Africandes
team ingenue imini.
légumes à la communauté. ndizofuna umsebenzi. Ndize apha nabantwana bam abane
world. That’s how life goes. rares personnes qui ne parlent pas Xhosa, ce qui
evekini mvulo ukuya kulwesihlanu apha e Joe Slovo yimanyaka mihlanu ntandathu. Ndine Diploma kwi care
nd the other one is too I’m a commitee member in the I might look for another job.
branch of the ANC. Children are yours when they lui vaut un certain nombre kunye nomntana
de remarques de lakadade wam, yena udade wam usese
Kwadwesi : he takes a
I worked in so many places. I’ve lived in UK also. I have got are young, once they’re adults part de la communauté. Transkayi. Ndihlala apha e Joe Slovo, ndingu titshala apha

Moyo
is 15. The second one they’re no more yours.
I used to work in the Road a son there. He is in the British e creche ngoku yimanyaka mihlanu ndawucela lomsebenzi
; and the last one is 5 Accident Fund, where I was Army, and he’s got his family
ku Patricia yayi ngu February ngo 2011. Usapho lwam
doing reconstruction of road there. I regularly visit him. I’ll
accidents. But unfortunately probably go there again in June lona lonke luse Transkayi, ndimane ndigoduka qho ngo
til 9th grade only. My
Desemba kaloku yi Christmas, ithatha iyure ezintandathu
retired now.
uyokufika pha.
g a place from another
d I first went to a friend Commitee member Abantwana bam ababini bayafunda, omncinci unenyanga
re renting
82 a place. ezintlanu. Omkhulu yena ufunda kwaDwesi: ukhwela i 83
that’s how life goes. Sometimes you Igama lam ngu Nor, ndineminyaka ne nkosikazi yam nabantwana bethu
don’t have choice. You just live how eye 28 ndingowase Somalia. abathathu, obantwana bam omnye
Xo
you live, and if you find a better way una 3, omnye una 4, omnye abena
so you try it. Sifike apha eSouth Africa ngo 2010 6. Omkhulu yena funda e Joe Slovo
sihlala e Korsten emva kwexesha Primary School, ababini abancinci
bafunde e Silindokuhle Pre School.
NOR – PASTEUR MUNFO –
« My name is Nor, I’m 28 years old
Sihlala kwi bobosi esilikhe ngokwethu,
Nor, 28 ans, est d’origine Somalienne. Il a vécu asikwazi u applayela i Pasteur RDP Munfo
kuba et sa famille sont arrivés à Joe
en Somalie toute sa jeunesse et lui et sa famille asingobalapha e South Slovo en 1996. A l’époque, il explique qu’il a
Africa,
and I come from Somalia. »
ont immigré en Afrique du Sud en 2010. Il s’est
installé à Port Elizabeth, d’abord à Korsten un
sothini ke bunjalo ubomi,
fallu défricher un bout de terrain à la hache afin
ngamanye
d’installer leur shack. Il n’y avait ni électricité ni Une communauté diverse, dans ses
quartier plus proche du centre ville. Là-bas il a amaxesha awunoyenza accès ntoni,à l’eau,
uveleil fallait aller se ravitailler dans le origines et ses appartnenances
XOLISANI –
essayé d’ouvrir une épicerie mais elle n’a pas uhlale ngelihlobo uhlalaquartier ngalo,voisin
uba de Bloemendal. Sa famille était
fonctionné. Il y a un an il a décidé de s’installer originaire de Soweto on Seas, un quartier voisin, Ces quelques portraits issus de l’étude de terrain
Xolisani, 25 ans, et sa famille font partie ikhona des into engcono oyibonayo
à Joe Slovo et d’y ouvrir une nouvelle épicerie mais là-bas ses parents n’avaient pas leur propre permettent de donner une lecture plus complexe
derniers arrivants de Joe Slovo. Ils sont installés
You want to live
(corner a good
shop). Il a life,
repéréin un
a good saza apha e Joe Slovo, sifike apha
terrain propice kufuneke uzame yona, kodwa logement,ukuba
c’est pourquoi ils se sont installés et diverse de la communauté de Joe Slovo. Si la
sur une colline un peu excentrée tout juste
place, puis
gooda feelings.
soumis sonIf projet au leaders
find locaux.
e Joe Slovo kulonyaka awukwazi ukuyifumanaà Joe Slovo. Depuis les choses ont changé et
awukwazi situation économique semble souvent similaire,
you can défrichée. Sur cette udlulileyo.
colline une vingtaine de
Les premières tentatives ont été difficiles, le aujourd’hui ses parents, lui-même et ses frères la culture, les parcours et les appartenances de
and getshack
it noqui
oneaccueille
can sayson
no. épicerie
But if you familles sont arrivées
Ndinevenkile il y a moins d’un
endiyiphathayo an et ngenxa yendawu okuyo uthi
ukhala
a été saccagé ont chacun leur propre maison RDP dans la chacun se différencient. En tant que personnes,
y ont construit des shacks. Ils n’ont pas accès
can’t get it, you quatre
et renversé can’t cry. Because
fois par of
des membres zinyanga
de la zintandathu ndiyikuyo indlu
à l’électricité pour le moment et se partagent
ukhalela bani. même rue. Pasteur Munfo fait partie de l’église les aspirations sont variées, venant parfois en
House of Light et il en a créé une branche à Joe discordance avec l’image homogène véhiculée
wherecommunauté.
you are. À chaque fois, il a reconstruityam son esemva
un pointkwalevenkile,
d’eau commun ndihlala
à tous. Xolisani vient
magasin et aujourd’hui l’équilibre semble avoir Slovo. Avec ses collègues ils ont commencé à par la parole politique. Ainsi, ces personnes n’ont
du Ciskei, région rurale située au Nord Est de
été trouvé. Ainsi depuis 6 mois, son magasin occuper un terrain afin d’y établir une église. pour la plupart pas choisi de vivre ensemble mais
Port Elizabeth. Il a déménagé avec sa femme
vend quotidiennement les vivres de base aux La communauté les a accueilli à bras ouverts y ont été forcées par un système urbain complexe
à Port Elizabeth pour y trouver un emploi. Ils
habitants de Joe Slovo. Il paye un loyer à un et ils sont en train de régulariser leur situation hérité de la politique d’Apartheid. Malgré la
ont d’abord habité à Noxolo, un quartier voisin,
comité communautaire afin d’assurer la pérennité auprès de la municipalité. Pasteur Munfo ne veut diversité des histoires individuelles, le groupe
mais ont vite déménagé à Joe Slovo car ils ont
de son entreprise. Il est conscient qu’un certain pas s’arrêter à la seule eglise, il souhaite créer se doit de s’organiser collectivement, afin de
entendu qu’il y serait plus
Pastor facile
Munfo (middle)d’avoir accès
Yolissa (left) & Kenny (right) in front the church . 2016
nombre d’habitants le regarde d’un mauvais œil, de nouvelles opportunités pour son quartier. réussir à se faire entendre à l’échelle urbaine.
à une maison RDP. Pour le moment, Xolisani
beaucoup ne supportant pas que des étrangers Ainsi, il recueille de façon systématique des Aussi, beaucoup partagent des revendications
partage un shack de 10m2 avec sa femme et leur
viennent se saisir des opportunités économiques informations sur la communauté en passant de communes, qui ne peuvent être entendues
enfant de quelques mois. Xolisani a construit
du quartier. Il a choisi de les ignorer et se foyer en foyer et en écoutant les histoires de que si criées par le groupe dans son ensemble.
le logement familial seul, en un jour et avec
concentrer sur ceux qui le soutiennent. Nor et chacun. Cela lui permet de mettre en place des Les personnes rencontrées en sont bien
des matériaux qu’il a achetés à un voisin pour
sa famille ne peuvent pas faire de demande pour programmes adaptés, par exemple centrés sur la souvent conscientes et ainsi une organisation
300 rands (20 euros). Auparavant, Xolisani
une maison RDP car ils n’ont pas la nationalité question de l’emploi ou de la santé. Son prochain communautaire à la fois complexe et efficace
travaillait dans une entreprise de construction, il
Sud Africaine. Il faudra donc construire par soi- projet est de créer un atelier de fabrication de s’est construite au fil du temps.
a d’ailleurs participé au chantier du prestigieux
même, mais cela ne l’inquiète pas, il trouvera un briques en terre afin de permettre à des jeunes
hôtel Radisson sur le front de mer. Depuis il est
moyen de s’en sortir. de la communauté de se former et de créer leur
sans emploi et souhaite commencer sa propre
propre entreprise.
petite ferme urbaine à la lisière du quartier, là ou
le bush commence. Sa jeunesse passée dans un
environnement rural, il explique avoir toutes les
connaissances nécessaires pour élever des bêtes
(porcs et moutons) qu’il pourra ensuite vendre
au sein de la communauté. Il projette donc de
défricher une partie du bush adjacent afin d’y
installer un enclos et de commencer sa petite
exploitation.

84 85
Une fabrique urbaine riche et complexe, à l’image de ses La macro échelle qualifie Joe Slovo de township, modèle unique, une fabrique orthogonale et
de bidonville, ou tissu informel en cours de uniforme, venant petit à petit lisser cette richesse
habitants régularisation; autant de termes unificateurs et existante. Un deuxième niveau de complexité
simplificateurs d’un système pourtant complexe. se reconstruit néanmoins : celui des extensions,
Il existe une richesse dans la fabrique urbaine de backyard shacks et autres commerces informels
Joe Slovo, un ensemble de situations diverses qui eux subsistent malgré la régularisation du
qui font sa particularité et que l’on tend à perdre tissu urbain. Voici un aperçu de différentes
lors de sa régularisation. Ainsi, le programme situations relevées lors de nos explorations à Joe
de développement actuel tend à appliquer un Slovo.

Quartier RDP / Joe Slovo West Fond de vallée / Joe Slovo West

Maisons RDP
Tissu informel de shacks

Maisons RDP en construction

Corner shop (épicerie)


Rivière. 90% du temps assechée. Rien n’est construit
Extensions (backyard shacks) utilisés comme loge- autour cependant car lors des grandes pluie, la vallée
ment locatif pour une personne ou un couple. Loyer se remplit
moyen : de 700 à 1000 rands par mois
Enclos pour porcs (environ une quinzaine
de bêtes)
Taxi rank : c’est d’ici que partent les taxis vers les
quartiers voisins et le centre ville

Commerces informels (plats cuisinés sur le feu


de bois et petits légumes) installés dans des petits Jardin potager tenu par Maina, habitante de Joe
baraquements en tôle de récupération Slovo. Les légumes produits sont vendus à la
communauté

Container accueillant un petit Chèvres, vâches et


commerce porcs en « liberté controlée »

Vendeurs de cigarettes à l’unité

86 87
Quartier «formalisé» / Joe Slovo Despatch Logements temporaires / Joe Slovo West

Route principale (4 voies vers Uitenhage)

Maisons RDP

Tissu informel de shacks


Extensions (backyard shacks) utilisés comme
logement locatif pour une personne ou un couple.
Loyer moyen : de 700 à 1000 rands par mois Borne fontaine (seul accès à l’eau)

Enclos pour porcs (environ 20 bêtes). Les bêtes sont


vendues à un boucher voisin Espace résiduel, en attente d’un usage
(zonage dédié à des projets communautaires)

Jeux pour enfants

Salon de coiffure établi dans un shack


Enclos pour chèvres
(environ 20 bêtes)

Potagers individuels

13 logements temporaires en kit installés


pour des familles qui ont du être déplacées
d’un quartier voisin

Appartements à louer
(8 en tout / entre 10 et 15 m2)
Loyer : 1000 rands par mois

88 89
B
La nécessité de s’organiser :
naissance d’une structure communautaire
Quels sont les fondements de la communauté de Joe Slovo ?

91
Un ensemble de revendications
communes 1

De part la courte durée de l’histoire de Joe Slovo Le groupe, première ébauche de communauté,
(moins de 20 ans), nous avons pu rencontrer les est ainsi porté par cette politique affichée de
acteurs de sa formation, les pionniers, les primo- rééquilibrage et revendique donc son droit à la
arrivants qui ont créé quasiment de toute pièce terre. Grâce à cette revendication, le groupe
la communauté. Celle-ci a commencé avec 8 s’agrandit. La communauté se créée autour de
personnes regroupées autour d’un leader, Evelyne ce mouvement, soutenu par des organisations
Benekane. À ce stade, la notion de communauté non gouvernementales, qui l’aide à s’organiser.
génère autour d’un intérêt commun : celui de La notion de propriété est le mythe fondateur du
s’établir sur un terrain décent, qui ne soit pas groupe.
inondé et de pouvoir y construire des maisons.
La revendication prend appui sur une idéologie
fondatrice de la politique post-apartheid : le droit à “We never invaded the land though,
la propriété privée pour tous. Ainsi, si l’on revient the land was vacant so basically we

saga
en arrière, durant l’Apartheid, les populations de
occupied the land.”
couleur se sont vues progressivement retirer le
droit de propriété. Il s’agissait pour les pouvoirs
Eldridge Jerry
publics d’un réel outil de contrôle, permettant
d’empêcher l’enracinement des populations de
couleur : on ne pouvait rien accumuler, on ne Par la suite, on observe une diversification de
possédait aucun capital et l’on était constamment ces revendications qui semble se faire de façon
sous la pression d’un déplacement contraint. progressive. Cette évolution se lit dans les paroles
Depuis sa création, l’ANC s’est emparé de cette récoltées dans les divers areas de Joe Slovo,
question et a contribué à mettre en place les où les stades d’avancement des programmes
fondations d’un nouveau système, qui associe de développement diffèrent. Cette évolution
l’accession à la propriété privée à l’idée de vient remodeler la communauté, la subdiviser,
démocratie. La notion de propriété devient alors la notion d’intérêt commun étant dorénavant
un outil au centre de la politique de pacification plurielle et non plus centrée sur le seul point de
et de rééquilibrage à l’échelle nationale. la propriété. Si l’on schématise, on peut identifier
trois grandes priorités ou axes que l’on appellera
« L’idéal est de permettre à ici mythes.

autant de citoyens que possible de


posséder au moins une parcelle
dans la République Sud Africaine
» Rapport de Loor 1994

93
Mythe n.1 : La Maison
Le logement est un objet éminemment politique « We can’t complain, it’s for free » maybe one day the South African
à Joe Slovo. Il est au centre de toutes les Edouard, au sujet des RDP houses government will run out of subsidies,
discussions est c’est lui qui a créé la division what will people do if that happens? If
dans la communauté entre Joe Slovo Despatch Pour ceux qui construisent eux-mêmes (saving they start saving whatever they have,
et Joe Slovo West. La Maison est un symbole de groups), l’attente est différente, il s’agit d’années they will be able to build their houses
réussite, une fierté, c’est une consécration que entières à économiser (plus de 10 ans pour without depending of the government. »
beaucoup ont attendue pendant 10 ou 15 ans. certains) qui finalement se matérialisent dans le Evelyne Benekane
Lorsque la Maison est donnée (RDP house), la logement ainsi érigé.
demande a été faite il y a longtemps, son arrivée La Maison, ainsi que les services urbains qui
est donc vue comme providentielle. Ainsi, il a « You see in our area you can see big vont avec (eau, électricité, assainissement),
fallu se battre régulièrement, pendant plusieurs houses and small houses. So people sont donc des objets quasi mythifiés, ce qu’ont
années, bloquer les routes, manifester, parfois were building according to their très bien compris les pouvoirs politiques en
violemment, pour que la Municipalité enclenche affordability. You see my house is place. Ces objets sont régulièrement utilisés
la construction de ces maisons promises. different from a RDP house. I build my afin de maintenir un certain ordre social dans
Aujourd’hui, la construction est en route mais les house with the money that I earned, les townships, mais également afin de sécuriser
revendications se poursuivent : la construction in 1997. I started doing my own bricks un électorat mouvant. Ainsi, par exemple, la
est inégale suivant les zones, des promesses ont and buying all materials to build my construction des maisons RDP a commencé
été faites sur le choix d’un modèle et pourtant house. It cost me 10 000R […] So we à Joe Slovo deux mois avant les élections
le même est répété partout, la construction were trying to show that people can municipales, et on ne peut s’empêcher de faire
n’embauche pas assez de locaux, ... Le chantier se afford to build their own house with le rapprochement entre ces deux évènements.
passe sous les yeux des habitants, à leur fenêtre. what they can save. They shouldn’t wait Les partis d’opposition, l’EFF notamment, ayant
Même si beaucoup reconnaissent la piètre qualité for the province or the municipality to récemment pris un poids nouveau dans l’électorat
de ce qui s’érige devant eux, peu osent s’élever give them subsidies. Even now we are de Joe Slovo (jusque là toujours extrêmement
contre : doing that work in other communities so fidèle à l’ANC), on suppose qu’il a fallu agir,
that they can understand that. Because la construction des Maisons étant un moyen
sûrement relativement efficace.

94 95
Mythe n.2 : Le Travail

La question de l’emploi est également au centre « They will stop a site basically. It’s not tous. Ainsi, chaque semaine, des meetings sont
des débats à Joe Slovo. Comme on l’a dit a gentle participation, it’s something organisés afin d’adresser le problème et de
auparavant, les offres sont relativement rares sur we really need to be careful with and réclamer l’embauche de locaux en priorité. Là
place et le taux de chômage est extrêmement élevé. do properly. We even don’t go beyond aussi, la question est reprise par la classe politique
Le travail va et vient au rythme des opportunités PE because that would cause too et les affichages se multiplient, promettant du
qui émanent souvent d’entités extérieures. La many problems. If we go and appoint travail pour tous en échange d’un vote.
construction des maisons RDP est un exemple a contractor from East London or
intéressant pour illustrer la situation. Afin de Cape Town, the project will be stopped L’accès au Travail est donc complexe, Joe
comprendre les enjeux de ce vaste chantier il because the local people want it to be Slovo étant relativement isolé par rapport aux
faut tout d’abord en saisir la taille. Il s’agit en local. Even to the point that they say opportunités économiques qu’offre la ville.
effet de construire 6000 logements, sur une zone we can’t employ someone from another Ainsi, lorsque l’offre se déplace au sein même du
qui couvre quasiment l’ensemble de Joe Slovo ward. » quartier, beaucoup souhaitent saisir leur chance,
West. Les logements sont construits directement Dorelle Sapere, MBDA et la frustration est extrême quand l’opportunité
sur les parcelles occupées par les habitants et revient à des personnes extérieures. Par ailleurs,
le chantier se fait en parallèle sur l’ensemble Malgré cela, il s’avère en réalité qu’une grande le rapport au Travail est assez différent de la
de celles-ci (toutes les dalles sont coulées en majorité des ouvriers présents n’est pas locale, conception que nous pouvons en avoir. En effet,
une seule fois, puis les murs érigés sur chacune la plupart venant des pays voisins, notamment il est très difficile, voire impossible, pour la
d’entre elles et ainsi de suite). La construction le Zimbabwe. Cette main d’œuvre, selon les communauté d’accéder à un emploi stable, la
est coordonnée par des entités municipales et est dires des habitants de Joe Slovo, est privilégiée plupart fonctionnant par contrats courts (de 1
divisée en 9 secteurs, chacun d’entre eux étant car prête à travailler nuit et jour pour un salaire jour à 1 an), dont le renouvellement est laissé au
attribué à une entreprise privée différente. La minimum. On nous explique : beaucoup de bon vouloir de l’entreprise :
demande en main d’œuvre est forte, l’échelle du Zimbabwéens viennent en Afrique du Sud
travail demandé étant massive. Les entreprises pour travailler et mettre de l’argent de côté, le « Last year I was working as a butcher
assignées (contractors) sont libres d’employer rand étant beaucoup plus fort que le Dollar but the contract is finished. I was
qui elles souhaitent, cependant elles se doivent Zimbabwéen. Ils viennent de façon temporaire, working there by Sydenham. It’s not
d’offrir des opportunités aux populations pour la durée du chantier et louent des shacks so far, it’s there in town. I was working
locales. Cette obligation est plus ou moins forte dans le quartier. Cette préférence pour la main there for 6 years. One day, they said
mais les autorités ainsi que les entreprises sont d’œuvre étrangère est vue pour beaucoup d’un my contract was finished. So they took
relativement attentives à employer des locaux mauvais œil, la population locale étant aussi en other people. Every year we would sign
afin de ne pas créer de tensions au sein de la recherche d’emploi, beaucoup ayant par ailleurs a new contract. »
communauté. Ainsi, la communauté est redoutée, un niveau d’ouvrier qualifié. Afin d’apaiser la Patricia, habitante de Joe Slovo
tous savent qu’elle est capable de bloquer le situation, certains locaux sont employés par
chantier si elle se sent mise de côté : les entreprises mais le ratio ne convient pas à

96 97
« Every day, for a year, I was standing
in front of the gate. Only after a
year I started to sign contracts, one
month, one month, two months, three
months… For 6 years! »
Bonita, habitante de Joe Slovo

La revendication pour l’emploi est donc


constante, la précarité des contrats courts
entrainant pour beaucoup une alternance entre
des périodes stables financièrement (en toute

saga
relativité au vu des salaires très bas – un ouvrier
par exemple gagne en moyenne 150 rands par
jour soit 9,75 euros pour 8h de travail), et des
périodes de recherche qui peuvent s’éterniser
(où certains finissent par abandonner). Pourtant,
le quartier s’agrandit, de nouvelles populations
venues d’ailleurs arrivant régulièrement, des
régions rurales notamment, avec la promesse
de trouver du Travail. La situation est donc
malheureusement celle d’une attente permanente,
largement cultivée par les forces politiques en
place qui, au rythme des échéances électorales,
promettent de s’attaquer au problème et de
développer des opportunités pour tous, sans
résultat probant pour le moment.

98
- L’Afrique du Sud
- Port Elizabeth
- Joe Slovo
Mythe n.3 : L’École et l’Église 4. Diagnostic / p.20-21
5. Groupement associatif / p.22-23
6. Un projet sur le long terme / p.24 -25
7. Note méthodologique / p.26-29
8. Calendrier prévisionnel / p.30-31
Il apparaît que l’école et l’église sont les Malgré ce consensus qui semble général, les Que penser alors : hypocrisie générale ou douce Face au manque d’infrastructure, les églises
fondements de la cohésion de la communauté infrastructures sur place sont extrêmement 9. fins
intox à des électorales?
Budget / p.32-33
prévisionnel Ce qui est sûr c’est locales tentent de prendre le relai. Consciente
de Joe Slovo. L’éducation et la religion sont les limitées. Les projets liés à l’éducation et à la que la municipalité ne s’investit que très peu du rôle important qu’elles ont dans le
deux sources d’espoir majeurs pour se sortir de religion sont, dans leur majorité, portés par dans les 10.
projets
Partenaires p.32-37
portés /par les habitants. Ainsi développement social de Joe Slovo, les églises
- General Motors Childlife Foundation
la misère, qu’elle soit sociale ou de l’âme ! C’est les habitants eux-mêmes. Soutenus ensuite les pouvoirs publics actifs sur place (à savoir la
- WERK_ sont très impliquées dans le domaine éducatif.
le discours dominant à Joe Slovo. Les figures par la société civile (ONG, associations) ou Municipalité) ne- sont pas à même de réellement
ensa Nantes Elles revendiquent à leur manière un droit à
politiques, les leaders de tout bord, ainsi que les par des groupes religieux, ils ne le sont que supporter le système éducatif. Pourtant il s’agit
- NMMU l’éducation - l’éducation religieuse – mais celle-
- Engineers Without Borders
aménageurs, certaines associations, les habitants secondairement et dans une moindre mesure par là encore d’une revendication majeure de la ci dépasse souvent la simple image du sermon
et les hommes de foi (bien sûr !) sont convaincus les pouvoirs publics. Ainsi, les projets de pre- communauté : si la population adulte n’a pas ou dominical. Les paroles du Pasteur Munfo qui
school et d’église communautaires sont assez
11. L’équipe / p.38-39
très peu eu accès à l’éducation, elle souhaite voir officie dans un shack à Joe Slovo expliquent bien
par cette allégation. Le discours du MBDA lors
de l’inauguration de la 2ème phase de la crèche complexes à développer. Ils se forment souvent la nouvelle génération ne pas se retrouver dans ce rôle pluriel de l’Eglise :
dans un premier temps sans l’autorisation légale
12. Indicateurs de réussite et apports / p.40-41
la même situation. L’école reste accessible pour
Silindokuhle qui a eu lieu le 5 juillet 2016, a
débuté de la sorte : de la municipalité. Par la suite ils sont difficiles à beaucoup, jusqu’au Matric pour les plus chanceux “ The work of a pastor is not only to preach, it’s
soutenir car la gestion de tels établissements pèse
13. Nos actions aujourd’hui / p.42-43
(équivalent du Bac), mais c’est surtout la suite qui to visit people. We have a clinic ministry where
« My father always told me: there are lourd sur les épaules des habitants. Pour obtenir coince. En effet, l’accès à l’Université est pour we go to the clinic; we encourage people in the
two things that make you a man: the les droits d’usage sur les terres et des subventions, le coup beaucoup plus hasardeux pour plusieurs clinic. […] We have school ministry where we
school and the church ». les habitants doivent faire une demande auprès raisons : les frais d’inscriptions sont élevés, go to schools, where we preach to the children
Pierre Vosges, directeur de MBDA de la municipalité en écrivant une lettre de les bourses existantes mais pas toujours faciles and develop their relationship with their teacher
motivation puis ensuite faire une demande de d’accès et le niveau requis par les universités ou and parents. […] One of the things we do at the
Ce discours fait écho à toute l’assemblée. Il certification de l’établissement auprès de la les bailleurs de fonds afin d’attribuer des bourses church also is that we have a map; we want to
s’ensuit Monsieur le maire clamant, dans la province. Finalement, quand l’établissement est ne correspond pas toujours aux standards délivrés know every household. We want to know who is
même trempe : légalement enregistré on peut faire une demande dans les écoles locales. Ainsi, il existe une sorte where, how many people are there, what they are
Ci contre.
d’aides sociales auprès de la SASSA afin de gérer de hiérarchie dans les lycées, les établissements
Silindokuhle Pre-school doing. We want to reach out all of these people
« These children are the future of our les coûts de maintenance d’une telle initiative (la des townships étant malheureusement souvent
©collectif saga and encourage them. We want to preach the
country! » South African Social Security Agency – SASSA situés dans le bas de celle-ci. Il faut donc pour word of God. We want to bring hope. We do a
Dany Jordaan, maire sortant de la Nelson - est un organisme national, sorte d’équivalent un élève d’une école de « mauvaise réputation lot of visitations to see how they are living. You
Mandela Metro. de la CAF en France). Ces aides sont cependant » travailler davantage pour arriver à un niveau know, most of the people are not working, that’s
extrêmement dures à obtenir tellement les critères similaire à une école du centre ville par exemple. why we don’t have something to offer like food
sont stricts et précis (ils vont de la ventilation de or money but as the time goes we want to help.
l’espace aux détails des programmes éducatifs We want to develop skills, to find jobs; we want
en passant par la qualité de l’eau et des règles people to work for themselves instead of working
d’hygiène). for someone else. We want them to create their
own job. That’s one of the visions of the church.
We want to change the community. We’re not
just a church on the Sunday you know, we live
amongst the people.”
Pastor Munfo, House of Light

100 101
Là aussi, la procédure pour développer ce
genre d’initiatives est longue et périlleuse. Pour
beaucoup, ces églises sont implantées à l’arrière
des maisons, dans des shacks ou sur des terrains
inoccupés. Ainsi, lors des exercices participatifs
menés sur site, les habitants mentionnent presque
tous le manque de lieux liés à l’éducation, qu’elle
soit institutionnelle ou religieuse, déplorant le
manque de volontarisme de la part des autorités
locales. Encore une fois, la revendication est
forte, et le mouvement étudiant actuel pour la
disparition des frais de scolarité pour les plus
pauvres dans les universités du pays nous montre

saga
l’ampleur de l’écart qui subsiste entre une classe
politique qui se veut en faveur des communautés
défavorisées et ces mêmes communautés qui
continuent de se sentir oubliées.

102
De la nécessité de s’organiser
pour se faire entendre 2

E. Jerry nous renseigne ici sur une dimension démocratiques) considérée comme une seule Ce pouvoir cependant possède ses propres
importante qui fonde l’idée même de réserve de main d’œuvre malléable et docile. limites. Lorsque l’unité, l’intérêt commun, est
communauté. Ainsi, pour avoir une De ce sentiment, semble être née la volonté (ou brisé, dans un sens, tout est perdu. Ainsi, la
chance d’aboutir, ces revendications la nécessité) de se regrouper, afin de gagner suite de l’histoire du CPA et de Evelyne nous
diverses se doivent être émises par le un statut d’interlocuteur et être en mesure de montre l’extrême fragilité d’une entreprise
“We learned that democracy alone does not bring
groupe en tant qu’union rassemblée décider et d’influer dans la construction même communautaire sur le temps long, il suffit en
fundamental change in the life of the poor. The poor autour d’un ou des intérêts communs. Il du quartier. effet d’introduire une voix dissonante pour
needs to be organized to fight, and to ensure that devient donc nécessaire de s’organiser que la communauté se divise et que l’initiative
they will benefit from the fruit of democracy.” pour se faire entendre, et cela se vérifie Cette organisation peut certainement également s’effondre. Il apparaît donc nécessaire pour la
Eldridge Jerry d’autant plus dans un contexte comme s’expliquer par l’héritage issu de la lutte communauté de se construire un discours commun
celui de Joe Slovo. anti-apartheid largement ancrée dans les et univoque afin d’accéder à un réel pouvoir à
townships (n’oublions pas que la génération la table des négociations. Afin de garantir cette
“It (People’s Dialogue) was an adulte a vécu cette transition). Ainsi, depuis le voix commune, un système de grandes figures
NGO which was organizing début des années 1980, un certain nombre de communautaires se met en place. Chacune à leur
informal settlement communities communautés, localement et nationalement, niveau permet à la fois de maintenir une certaine
for savings, so that they can be able s’étaient par exemple organisées collectivement cohésion dans la communauté tout en assurant
to address their needs to the local afin de boycotter les loyers absurdes que leur son rôle de porte-parole auprès des autorités
government. Especially in terms of imposait la Municipalité. Cette action de groupe concernées. Plus qu’un représentant unique,
recognition as a community. Because fut tellement effective qu’elle précipita la il s’agit d’une imbrication de personnalités
most of the time people who are faillite financière de la ville de Port Elizabeth différentes qui, ensemble, contribuent à valoriser
unemployed from poor communities au début des années 1990. La communauté est les intérêts de la communauté. La partie qui suit
are not recognized as people that can donc consciente du pouvoir d’action qu’elle tente de décortiquer cette imbrication afin de
manage anything. But because they can peut déployer lorsque soudée. Là aussi l’histoire mieux cerner les mécanismes qui régissent cette
manage their small savings and take le prouve : lorsque la classe politique a voulu structure communautaire.
it to the bank and put it in an account, s’approprier le travail mené par Evelyne et ses
then they are recognized as people who pairs à la fin des années 1990, la communauté a
understand what they are doing. » su s’organiser et l’emporter sur la Municipalité
Evelyne Benekane, habitante de Joe Slovo au tribunal :

Ces mots d’une des pionnières de Joe Slovo nous « The councillor wanted to change
rappellent la difficulté à se faire entendre en tant the land ownership to a municipal
que personne pauvre, souvent non éduquée, ownership. Then we were in fights and
et jusque là (avant les premières élections we started to go to high court, taking the
municipality to the high court and we
won as a community. »
Evelyne Benekane

104 105
a
e àl
or e s
e nc pic e de
o r
as pr enc ou
p s t s t et
nt e ré au

Une situation d’attente générée


le
so ain la p h» de tau
e r r u s t
s n te ré b en la
le e alg e « uis de
el L

par le temps long des procédures


r
a rc es. n m ve d nst vec on
é o i a i
e s p tifi cti ass e co ire rat
u
L en tr m i s to pé
id ns re qu léa écu

d’aménagement
co nco ks e a e r
e ac ièr d re et
sh an ois iè re
m ub an ui dû
m str nt ux
d e n o e
s d co ks r d
ée ais hac l su à
u m s nt
rib r s va ue
st so in e in
di dé rta à ch t
é t e on
ét eu . C nt sc
o nt n p ce taie on
s c p u a é v i r
lle ha es ils en
ce c n ar es
Comme on l’a vu, la question des RDP cristallise p ar le, r so s c
b
s ta e cé
Le qui nag pla ta
nt
s d

bi
les revendications autour de la Maison et du
é mé de es. a
a tre el l h
s
ê arc re ..
ut r . ur
Travail. Pour se faire entendre, la communauté
p
D a
’a lle
t po s.
... inst en re t
s’ rt .. lotu es e
s’est engagée dans un long processus de « combat pa .
t c t
re en de rou ent
is pp t t: it
pu lo s e en ’inv
», qui pour certains commence tout juste à n t e
v on iss s
ve dé sti ra és
rri se ten ppa ord .
s a ...
s’achever. Que fait-t-on en attendant ? Ce rapport t s
k e x a cc o
n
ta ns ac d’ ux ra lov
a bi iso s sh on ea on e S
s
e ti é n o
à l’attente provoque une situation de chantier
a
sh r , l ari s r nt J
in tes ps p er e de
e rta ren e m l’ap mi sem in
t e re is ba
permanent. Tout est pensé de façon temporaire,
C iffé le
d du rv s p ain ur t, c
fil bse , le ass ge en ave
u o s ’ a l l
A n lu x d ys
quitte à reconstruire tous les ans. Il ne sert en
ta e
O e p au pa ns lu
D se le s s’i évo
é
r an s t r t
effet à rien d’investir dans une construction « en
n
d ta fo ...
bi on é
ha le c ricit
x
u et ct
attendant », même si parfois l’attente dure depuis ea ie le
uv v l’é
no de de
plus de 20 ans. La construction elle même est donc
e e
D dr vée
ca arri
l’
précaire. Dans le même temps, elle permet une
résilience exceptionnelle et peut s’adapter à tout
changement de situation, qu’elle soit familiale
ou économique. Par exemple, si un déplacement
est nécessaire (déménagement), on emmène la
structure avec soi. La Municipalité, lors des
déplacements « forcés » (relocalisations) met en
effet à disposition des camions sur lesquels les
habitants peuvent charger non seulement leurs
effets personnels mais également les matériaux
constituant leur shack. Ainsi, le logement se
e
déplace avec ses habitants et se reconstruit en os s
ph de r
or on t su ..
am ti n n .
fonction des besoins sur un nouvel emplacement. ét uc le o
m str ecu bét
se con et r en
Par ailleurs, l’absence de planification permet
o
ov la nt lle
Sl de sse da
e s i e
Jo pe réss un
également une certaine spontanéité et favorise de éta rét e à
in es e c
ba èr s s la
les micro-initiatives qui fleurissent et périssent g
ur i k r p
e rem hac sse
a p s ai
ys es es r l
au rythme des évolutions personnelles. Ce sont pa c l P. L ou
Le ave RD le p
l
po nt
e e
ll é cim
ur

ns ce
ces initiatives qui transforment l’espace depuis
a
so ar st e
in d
ai a p é ort s
m l t
é p ie
l’intérieur. fin res .
a ns
a ire tra o nt mie s ..
r le s e
po r P pre ain
m ite RD les ert
te lim s r c
n re le r
to iè pi ou à
bé m m p e ,
ci-contre : l’évolution d’une parcelle à Joe Slovo r a l e
à
s
e c
p re à e tes
e e n e
pp on ,
lo nsi gé
v te ta ré
nt s l en arp dé Ex po alg ns.
ce ne m h un ain. din l m iso aux s
n e ai om es c c
U m c l a r r e a e e
se n ler ch ter ja nn m és ir s
es l’o mb e s, on ore rso des x r sola allé
u e é s c e u t
q
el qu ss
e in e en t p ue t a ux ins
qu ant u a e rm ièr ou ien ysiq en -ea été
t an er ev h em ffe t
En nd s o P
pe que D a m lou e d e p ord hau on
r i e s R s à pac itud acc s c
e l r
b L br es imi le t de
h am que la s art é e
c ha p lis
c re a
ut ré
’a é
D ét
a

106
C
Une structure collective complexe et
puissante
Comment fonctionne la communauté de Joe Slovo ?

109
Les figures communautaires :
imbrications 1

La vie de la communauté est régie par un certain


nombre de figures, pour certaines autoproclamées
pour d’autres issues du système politique mis
en place depuis 1994. Ces figures
se complètent et s’imbriquent « They are calling people for a
et participent toutes, chacune à meeting. They say that the national

saga
leur manière à la cohésion et au ministre of housing is here to come
développement de Joe Slovo. Loin and check the whole project, to see if
de la caricature, nous utiliserons
it’s going well. You know it’s election
ici l’idée de figure afin de mettre
time so the politicians are all over.
en exergue les rôles et pouvoirs
They are campaigning for votes. »
de chacun. Cette liste s’appuie
sur nos observations et les paroles
rapportées lors des interviews
Pastor Munfo
réalisés, elle n’est donc certainement
pas exhaustive. Elle saura cependant informer sur
la complexité et l’enchevêtrement des rôles de
chacun sur le territoire particulier de Joe Slovo.

111
The ward councilor The community leader The political leader The active community member

“ The councilor is our messenger to the Les community leaders sont des figures issues de Les militants politiques locaux sont également un “ Evelyn Benekane is like a dinosaur.
municipality. All that we need we must la communauté qui jouent un rôle de médiateurs ensemble de figures qui font vivre la communauté. She was the main “mama” that worked
tell the councilor and he takes it to the au sein de celle-ci. Si ils ne sont pas forcément Ce sont eux qui provoquent le débat, circulant with me. And she was the leader of the
municipality, then he comes back in affiliés à un parti politique ou quelconque régulièrement dans le quartier munis de hauts leaders, she was the woman that, with
that way.” structure officielle, leur pouvoir n’est pas parleurs afin de rassembler la communauté et a small group of 5 or 6 other mothers,
Moyo, habitant de Joe Slovo moindre. Les community leaders tirent leur annoncer les meetings à venir. Les débats ont started to invade the land.”
notoriété de leur ancienneté et leur engagement lieu dans les églises informelles, dans les locaux Eldridge Jerry
Le ward councilor est le représentant politique au sein de la communauté. Les habitants de l’école ou encore dans la crèche Silindokuhle
local de la municipalité. Son domaine d’action respectent leurs paroles et aucun projet ne peut qui fait office de hall communautaire lorsque non Un certain nombre de figures locales encadrent
est le ward 41, soit l’ensemble de Joe Slovo (West se faire correctement sans les consulter. Par utilisée par les enfants. Ces militants s’affichent également la vie communautaire. Ce sont les
et Despatch). Il est élu directement, à la majorité, exemple, dans la procédure d’implémentation du clairement, n’hésitant pas à exposer des tracts Evelyne Benekane, Margaret Befile et Patricia N.
par les habitants du ward et ce pour une période de projet de la crèche Silindokuhle, il a fallu dans sur leur logement ou à porter les couleurs de leur Piyani. Pour la plupart, ce sont des femmes, des
cinq ans. Ce mandat est renouvelable sans limite un premier temps, avant même de se rendre dans parti. Leur propriété deviennent lieu de débats mères souvent, conscientes de leur rôle à jouer
particulière (le councilor sortant, Bongani, s’est le bureau du councilor, consulter Éric, un des informels, le perron étant alors souvent considéré dans la transformation de leur environnement,
maintenu au pouvoir pendant 15 ans), Son rôle community leader afin qu’il approuve le projet comme lieu d’assemblée. Lors d’occasions de leur quartier. Elles ont créé, fait ou font
est de représenter la communauté auprès de la et transmette son approbation à l’ensemble de la spéciales, ils invitent des représentants de encore changer Joe Slovo, tout en restant en
municipalité. Il siège ainsi au conseil municipal communauté. C’est lui qui a ensuite appuyé le leur parti plus haut placés à venir échanger dehors de la politique. Ce sont des piliers de
et se doit de faire remonter les revendications projet auprès du councilor, Il basera sa décision avec la communauté afin de faire remonter les la communauté, qui ont gagné un respect et
des habitants aux services concernés. Il se sur l’argumentation des community leaders. revendications au sein même des directions des une autorité de part leurs actions pour le bien
présente donc comme une sorte de garant de la Ainsi, même pour des initiatives privées comme partis politiques. Ils se rassemblent également commun. Elles participent au fonctionnement
démocratie participative. Ainsi, tous les jours, l’ouverture d’un corner shop ou la création d’un en comité, qui s’adressent à la communauté et communautaire en organisant des saving
des dizaines de personnes attendent devant son business quelconque, la première étape est de récoltent l’ensemble des considérations émises groups, des programmes d’éducation ou encore
bureau afin de faire entendre leurs doléances, solliciter l’aval des community leaders qui par la pour ensuite les retransmettre au bureau du en mettant à disposition leurs locaux pour des
projets, questionnements ou autres. En réalité, le suite assurent la pérennité de l’entreprise via leur councillor. évènements particuliers (meetings, enterrements,
rôle du councilor est double, il joue également pouvoir de médiation auprès de la communauté. mariages, fêtes, etc.). Elles organisent aussi des
un rôle plus ou moins informel de représentant “With the comittee we’re meeting here distributions de nourriture pour les plus démunis
exécutif des autorités locales. Il veille à maintenir the community. We are 15 members par exemple et à leur tour entraînent d’autres
un certain ordre dans la communauté et le fait in the comittee. There are many personnes avec elles. Elles ont ainsi acquis un
que lui même y habite permet une proximité comities, they discuss with people rôle de transmission et sont des points de repère
appréciée par les habitants. À Joe Slovo, il règne from the location they’re in charge évidents pour le quartier.
presque en monarque, lorsqu’une requête doit of about what they need, and then
être faite, un projet lancé ou un conflit résolu, they meet the councillor to deal with
le councilor semble être la personne qui saura those considerations. We represent our
prendre la décision. C’est la première étape community, whatever it is we take it to
avant de se lancer dans quelconque initiative et the councilor.”
son désaccord signe l’arrêt de toute entreprise. Moyo, membre d’un comitte affilié à
On ne peut donc réellement aller à l’encontre l’ANC
de ses paroles et certains councilors en profitent
largement. Le councilor précédent a ainsi été mis
à l’écart car soupçonné d’être mêlé à des affaires
de corruptions, notamment le recel illégal de
maisons RDP (dont il ne pouvait en aucun cas
être propriétaire).

112 113
Une alternative face à l’absence
de services 2
The pastor, the reverend, the priest The arbitrator -

Le ward councilor est le représentant politique Cette dernière figure est plus floue et diffuse. Au delà de ces figures, cette organisation Crèches informelles
Pour comprendre l’action de ces figures C’est l’exemple d’Edouard : habitant de Joe communautaire permet également de pallier au
religieuse, il faut savoir que la grande majorité Slovo aujourd’hui sans emploi, il passe beaucoup manque certain de services dédiés. Lors de nos Un réseau important de crèches informelles
de la population de Joe Slovo est pratiquante de temps à marcher dans le quartier. Il se rend explorations à travers Joe Slovo, nous avons pu se déploie sur l’ensemble du territoire de Joe
et assiste hebdomadairement à un service quel disponible et est constamment à l’écoute des relever de nombreuses initiatives collectives qui, Slovo. En effet, il n’existe pas de structures
qu’il soit. Par le biais du sermon mais aussi d’un habitants qu’il croise. De façon plus ou moins chacune à leur manière, proposent une alternative conventionnelles qui accueillent les enfants de 0 à
certain nombre d’actions régulières, les leaders inconsciente, il joue un rôle certain de médiateur, aux structures conventionnelles. 6 ans pendant la journée. Pour pallier à ce manque,
religieux locaux et leur congrégation font donc relayant aux uns et aux autres les intérêts et de nombreuses femmes de la communauté ont
vivre la communauté et participent de sa cohésion soucis de chacun. C’est une personne connue Carpools décidé de transformer leur propre habitation en
générale. De part leur position, ils transmettent de tous, qui met en relation des habitants aux lieu d’accueil. Pour certains, des programmes
un certain savoir, savoir vivre et savoir faire, qui intérêts similaires et permet de faire circuler Le transport est un réel problème à Joe Slovo. En éducatifs sont mis en place (c’est le cas de la
influe sur les relations au sein de la communauté. l’information à l’ensemble de la communauté. effet, il n’existe pas de réseau public qui permette crèche Silindokuhle), tandis que pour d’autres
Ils ont également bien souvent une action sur le de desservir les différents quartiers alentours. Pour il s’agit davantage de garderies. Ces variations
territoire et sont moteurs de projets. C’est le cas autant, les habitants ont besoin de se déplacer et dépendent souvent de l’aide extérieure reçue et
du révérend Matika ou du pasteur Munfo qui le seul système établi existant est celui des taxis des formations des intervenants qui est largement
chacun, à leur manière, agissent sur le quartier en collectifs, dont le coût est parfois prohibitif. Par inégale. Un certain nombre de structures
motivant des projets portés par la communauté. ailleurs, rares sont les personnes qui disposent d’un extérieures tentent de fournir des formations à
Ils récoltent des fonds à travers la congrégation véhicule personnel, ce qui limite drastiquement ces personnes, mais l’accès à ces dernières reste
qui permettent ensuite d’implémenter et de les possibilités de déplacement. Une alternative relativement inégal. Ces crèches sont également
maintenir les différentes initiatives. s’est donc rapidement mise en place. Ce service un moyen de fournir un emploi à un certain
est proposé par les quelques habitants qui nombre de femmes de la communauté, même
possèdent des véhicules (souvent des bakkies, si les salaires sont très modestes (800 rands par
The elder pick-ups ouverts à l’arrière). Notamment utilisés mois pour une teacher à la Silindokuhle pre-
pour emmener les enfants dans les différentes school).
Les personnes âgées ou anciens du quartier L’imbrication de toutes ces figures dresse le écoles des quartiers avoisinants, le principe
sont des figures respectées et influentes dans portrait d’une organisation communautaire s’apparente au covoiturage. Ainsi, contre une
l’organisation communautaire. Leur expérience à la fois complexe et riche mais également somme forfaitaire payée par les parents (celle-
est reconnue comme précieuse et il se doit de relativement efficace lorsqu’il s’agit de se faire ci dépend de la distance et varie entre 150 et
les consulter afin d’agir de manière sensée et entendre. Ces figures sont en quelque sorte les 300 rands par mois), chaque matin un habitant
constructive. Culturellement, les anciens sont garantes de la paix sociale à l’échelle de Joe Slovo passe collecter les enfants devant chez eux et les
des repères qui portent souvent en eux une parole et ainsi facilitent la cohésion de la communauté. dépose devant l’établissement en question. Le
sage que l’on oserait remettre en cause en tant Autrement dit, elles sont motrices pour le soir c’est le mouvement inverse. Ce système est
que jeune génération. Même si ce pouvoir est développement du quartier tout en assurant son largement utilisé par les parents car plus sûr que
totalement informel et dilué, le grand respect maintien en tant que collectivité. celui des taxis collectifs réputés dangereux pour
porté aux personnes âgées est donc un point les enfants seuls.
commun qui traverse les différents groupes de
Joe Slovo.

114 115
Un système d’autorégulation
3

Soup kitchen Construction de shacks À Joe Slovo, rares sont les occasions Tous disent apprécier le calme du quartier, loin
d’apercevoir un véhicule de police, de pompier de l’image agitée des townships Sud-Africains.
Pour les plus démunis, il existe un certain Une grande partie des logements (environ ou même un convoi municipal. Les institutions Lorsque l’on demande pourquoi, la réponse est
nombre de soup kitchen à l’intérieur même de 30%) se construit de manière informelle, par « traditionnelles » ont en effet tendance à claire : ici tu ne peux pas faire un délit sans en
Joe Slovo. Souvent tenues par des femmes les habitants eux mêmes. À cela s’ajoutent les s’effacer du paysage et peinent à pénétrer dans payer les conséquences. Les punitions pour vol,
du quartier, celles-ci tentent de distribuer un différentes extensions et backyard shacks qui la communauté. Pour certains ceci est considéré adultères, maltraitance sont ainsi chèrement
ou deux repas par semaine. Ces soup kitchen se développent sur les arrières de parcelles. Si comme un délaissement des autorités, d’autres payées : destruction de shack par la force des bras
s’appuient sur des aides extérieures (magasin ces bâtiments sont tous auto-construits, il n’en l’expliquent par la grande distance (physique) ou par le feu. Il arrive que les coupables périssent,
locaux) ou sur leur propres ressources. Parfois, n’est pas moins que chaque habitant n’est pas qui sépare Joe Slovo de celles-ci (la première asphyxié par le carbone, car refusant de sortir et
elles sont associées à un jardin communautaire forcément capable de construire. Il existe donc caserne de pompier est en effet située à 15/20 d’affronter la loi du groupe. Ils se voient aussi
qui permet de produire une partie des légumes un réseau de constructeurs informels au sein de minutes de voiture). On nous raconte par « bannis » du quartier, et rassemblent leurs affaires
nécessaires. Les ressources de ces assiciations la communauté. Pour la plupart, ces hommes ont exemple que la situation est telle qu’un simple pour s’installer dans une localité avoisinante.
sont inégales, certaines obtenant plus d’aides travaillé ou travaillent toujours dans le milieu feu non maitrisé peut entraîner la destruction de Souvent ils repartent sans leur shack et doivent
extérieures que d’autres, mais toutes partagent la de la construction et ont donc les savoir-faire 15 foyers avant que les pompiers n’arrivent sur recommencer leurs vies ailleurs...Néanmoins de
même conviction : celui du devoir de solidarité nécessaires à l’érection d’une habitation. Ces place. La solution lorsque cela arrive est donc de tels règlements de compte ne signent pas toujours
envers les plus démunis. La cuisine y est faite services sont souvent payants (environ 1000 s’organiser collectivement pour éteindre le feu, la fin de leur séjour dans la localité.
en grande quantité, avec les moyens du bord, et rands pour un shack de deux pièces) et permettent en faisant une chaîne faisant transiter des seaux Des qu’un délit ou crime est repéré par la
toujours collectivement. d’assurer un revenu pour les constructeurs. d’eau. Là aussi, la communauté a su développer population, un coup de sifflet (littéralement) est
des alternatives, plus ou moins efficace, mais donné, relayé par la communauté, les habitants
Ces divers exemples d’échanges de services toujours basées sur l’action de groupe. sortent alors de chez eux et le problème est résolu
au sein de la collectivité dénotent encore une sur le champ dans une assemblée communautaire.
fois de l’importance de cette organisation « Here it’s a nice place to live! » Si la police est appelée, elle arrive souvent trop
communautaire. En effet, ces alternatives sont tard, la peine ayant déjà été décidée.
rendues possibles par le réseau extrêmement « It’s good man here, we are not the
développé entre les habitants de Joe Slovo. same than other communities!» L’ordre social s’établit ainsi de sorte que
Face au délaissement des institutions locales, chaque manquement au respect et au bien de la
la communauté se regroupe et chacun cherche Paroles entendues à Joe Slovo communauté est puni. Ici ce n’est ni la police,
à apporter ses connaissances et savoir-faire afin ni des textes de loi qui font foi, ce sont tous ces
d’offrir au plus grand nombre l’ensemble des yeux qui surveillent. C’est une parole contre une
services de base. autre. Le résultat est tel que, du fait que rien ne
passe inaperçu, même si il est extrêmement facile
de cambrioler un shack par exemple, cet acte est
très rare car sévèrement puni.

116 117
L’organisation communautaire possède donc
un certain pouvoir face au délaissement des
structures classiques qu’est censée offrir la ville.
Le groupe a su se structurer autour de grandes
figures qui lui permettent de délivrer un message
relativement clair et percutant aux représentants
locaux. Au delà même de la revendication, c’est

saga
également un ensemble de systèmes de solidarité
et d’entraide qui s’est créé, venant parfois se
surimposer face aux règles et institutions locales.

118
shack ou de la maison. Même là, l’intimité est
Un espace intime ouvert à tous communément plus d’espaces et bâtiments à privée d’un habitant. Parfois des chaises sont
difficile, les membre de la famille partageant
dimension publique, cette absence n’empêche installées, d’autres fois la bouche d’égout
en rien le débat communautaire. Ainsi, la adjacente suffit à générer la discussion. L’escalier, souvent à plusieurs la même pièce (la plupart
Lors de nos explorations à Joe Slovo, nous discussion s’est déplacée dans l’espace public, la marche, le perron dans la rue deviennent alors des logements sont des deux pièces où logent
n’avons pu nous empêcher de remarquer mais également sur le terrain privé, celui n’étant autant d’opportunités. Le rapport à l’espace entre 3 et 5 personnes). La frontière entre la vie
l’absence totale d’espaces publics, comme souvent pas clôturé. Le perron de la maison est le public est donc différent, on ne parle pas de « intime et publique est donc mince au sein de la
nous l’entendons dans la ville « traditionnelle lieu privilégié de l’échange public. Il est ouvert place du village » ou de « grand place » mais on communauté, et la vie de famille n’hésite pas à
». L’interdiction de se rassembler promulguée et constitue un espace d’interaction certain. On se donne rendez-vous sur la propriété du pasteur s’afficher sur la rue.
à l’époque de l’Apartheid est-elle responsable le traverse sans problème et il n’est pas rare ou devant le corner shop de Nor. L’espace intime
de cette disparition ? Si les habitants réclament d’emprunter des chemins traversant la propriété lui est réduit au minimum, c’est l’intérieur du

120 121
D
La position de l’individu dans le groupe
Quelle place pour l’initiative personnelle au sein de la
communauté ?

123
Délaissé du système global, le local se
créé lui-même ses opportunités 1

« The problem we have right now is that, there’s no one who has come, who is willing
to actually saying; this is what we can or cannot do on the site. So the potential, is not
necessarily there right now but there could be a potential. […] We (the Municipality)
can only provide the basics, which is the housing and the roads and the services. We
cannot provide schools; we cannot provide economic means. Other people have to do
that but then the entry point is the municipality to get that
permission. »

Nyasha Chamburuka, NMBM

La Municipalité elle même en est consciente, il

saga
Ainsi, on trouve énormément de services à Joe
est difficile d’attirer développeurs et investisseurs Slovo, ces activités économiques se déroulant
dans un quartier où 80% de la population vit souvent sur à l’entrée ou à l’intérieur des shacks.
avec moins de 3800 rands par mois. Face à On trouve ainsi nombre de couturiers, un chapelier,
cette difficulté la réponse n’a pas encore été des peintres, des bouchers, des épiciers, des
trouvée du côté des autorités mais de vastes mécaniciens, des réparateurs d’électroménager,
réserves foncières sont faites dans l’attente d’un des fabricants de briques ou d’objets en bois
développement futur. La liberté est laissée à recyclé, des tavernes, des restaurants, des
l’entrepreneur, celui qui veut se lancer le peut hôtels, des agriculteurs, des éleveurs, des agents
à Joe Slovo (du moins en terme d’occupation immobiliers et autres. Nous avons par exemple
des sols). Face à cette opportunité, de nombreux rencontré un homme qui, autour de sa maison
résidents entreprennent de micro-initiatives afin RDP, avait construit deux nouveaux bâtiments,
de développer l’économie locale et répondre au comportant un étage (le seul de Joe Slovo !), qui
manque d’opportunités. abritaient en tout 8 petits studios d’une dizaine de
mètres carrés. Ces derniers sont mis en location
pour 1000 rands par mois et assurent un revenu
relativement conséquent pour le propriétaire. Par
ailleurs, l’arrière de son terrain est lui occupé
par un enclos dans lequel il garde une dizaine
de chèvres qu’il élève puis vend à la boucherie
locale.

125
Ces initiatives personnelles permettent Il existe donc une vraie capacité d’auto
finalement de créer et faire vivre une certaine entreprenariat, qui s’exprime généralement de
économie locale, ce que les pouvoirs publics façon relativement informelle. Certains ont
n’arrivent pas à faire. Cela créé aussi des emplois, cependant choisi la voie formelle et ont su créer
« There is a system which contractors
des services et de nouvelles opportunités. leur propre entreprise. C’est le cas par exemple
are part of; it’s a legislated system,
Cela permet aussi de faire venir de nouvelles de Patricia et Edouard qui ont créé depuis peu
where you have to register in a
personnes au sein du township, venues pour leur « business » centré sur la construction et les
national board. If you are a builder
aider ou simplement pour profiter des services. services de ménage. En effet, il est assez simple
and you are not registered, you won’t
De nouvelles compétences rentrent alors parfois de créer sa structure économique et la demande
get the job, both from the private and
en jeu. Un jardin communautaire a par exemple est relativement forte, ce qui permet de se
public sector. So you have a range
ainsi pu faire venir une association locale (Trees développer assez rapidement. Le domaine de la
from CIDB 1, which is your entry
for Africa) qui a entrepris d’organiser une série construction notamment est un milieu privilégié
level – you just decided that you want
de formations sur les techniques de permaculture. pour ces micro-entreprises. Il existe tout un
to be a builder; you might not know
système légiféré de SMME (Small Medium and
anything about building at all. So
Par ailleurs, lorsque ces initiatives s’établissent, Micro Entreprises) qui permet le développement
you are only able to work for project
une certaine économie parallèle en découle par étapes de ce genre de petite structure. Ce
of a value up to 200 000 rands. You
parfois. L’exemple du corner shop de Nor système est largement utilisé notamment dans
can’t go more than that because
en est la preuve. Ainsi, pour subsister, il doit le domaine de la construction publique comme
you don’t know what you are doing.
reverser un loyer à une sorte de comité local l’explique Dorelle Sapere, chef de projet au
Once you’ve done one like that, you
afin d’assurer la sécurité de son magasin. La MBDA (Mandela Bay Development Agency) :
must show proof that you’ve done it
construction des maisons RDP elle aussi amène
and then you will go into a grade 2.
sa propre micro économie parallèle : les ouvriers
With the level 2 you can work up to
sont souvent sollicités par les habitants pour des
500 000 rands projects. And so it gets
petites tâches (nivellement, construction, etc.)
bigger and bigger, the big projects are
contre le paiement d’une modique somme. Les
usually the 6s and 7s. So basically
ouvriers travaillent donc en plus de leurs heures
what have been happening is that only
afin de maximiser leur présence sur place. Par
the big guys are getting the big jobs
ailleurs, ceux-ci n’étant souvent pas du quartier,
and all the small businesses weren’t
ils louent des shacks le temps du chantier et
able to access. So then we decided to
créent ainsi encore une nouvelle demande.
make sure that 30% of the work goes
to the small SMMEs and we have
written our contract like that. That the
big guys have to employ 30% of the
small guys. »

Dorelle Sapere, MBDA

126 127
Établissement d’une seconde
hiérarchie locale et naissance de
conflits internes
2

L’ensemble de ces initiatives personnelles échange. Cet exemple n’est d’ailleurs pas isolé, Ces conflits recréent une géographie particulière
vient recréer une certaine hiérarchie dans la nous avons pu nous mêmes être témoins d’un au sein de Joe Slovo et de la communauté. Ainsi,
communauté. Ainsi, nous ne sommes pas face renversement d’un autre corner shop dans le on parle de plusieurs communautés, et certains
à une classe sociale unique mais à une disparité quartier. Ce sentiment de jalousie, Edouard nous ne sont pas les bienvenus dans la zone voisine.
beaucoup plus grande que les chiffres ne le laisse en parle également. Ainsi il nous explique, que Les aires qui ont bénéficié des RDP en premières
transparaître. Il y a des personnes qui travaillent, même si il souhaite développer de nouvelles sont vues par certains comme des privilégiés,
d’autre non, certaines qui ont leur logement activités autour de son jardin communautaire, il et une certaine rancœur se développe pour ceux
d’autres non et ainsi de suite. Il y a là les prémices ne préfère pas engager de nouvelles démarches. qui attendent toujours leur maison. Ce sentiment
d’une classe moyenne, une partie du groupe Il a peur en effet que la communauté pense que est accompagné également par des rumeurs de
qui s’en sort et une autre qui suit derrière plus sa famille reçoive beaucoup d’aides tandis que corruption, qui n’arrange bien évidement pas
difficilement. Certains signes sont évocateurs, le d’autres ne reçoivent rien. Le terrain de la crèche les choses. Ainsi, si la communauté apparaît
fait de posséder une voiture par exemple est un Silindokuhle est par exemple mise à disposition comme bien organisée et soudée autour d’intérêts
symbole fort de l’ascension sociale. gratuitement pour Patricia afin d’éviter que les communs, sa cohésion n’en reste pas moins
autres membres de la communauté soient jaloux fragile. Les ambitions de chacun rentrent parfois
Cette disparité est assumée et exprimée, l’exemple de l’attention et de l’aide qu’elle a reçue. Les en collision et créent des conflits qui peuvent
des soup kitchen en est un signe évident. On y habitants sont souvent très précautionneux de venir déchirer l’équilibre général.
distribue de la nourriture pour les plus démunis ne pas trop s’attirer les foudres du reste de la
tandis que soi même on est conscient d’être dans communauté, en effet la résolution des conflits
une situation toujours précaire. Lorsque cette peut se faire parfois de façon très violente. Une
hiérarchie est vue de cette manière, le résultat quinzaine d’habitants de Nkandla (le nom donné
est positif, cependant ce n’est pas toujours le cas. à la zone au Nord, en haut de la colline, celle la
Elle provoque également un certain nombre de plus près de Despatch) ont par exemple dû être
jalousies qui parfois éclatent et créent des conflits relogés dans des baraquements temporaires près
violents. On peut par exemple s’intéresser au cas de la crèche Silindokuhle, car leurs maisons ont
de Nor, qui s’est fait renverser (littéralement) son été brulées par des membres de la communauté,
magasin quatre fois en l’espace d’un an. En effet, pour des raisons politiques obscures.
certains membres de la communauté ne supportent
pas qu’il puisse profiter de l’opportunité
économique tandis qu’eux ne reçoivent rien en

128 129
La place de l’individu dans un Joe Slovo se fait et se défait au rythme des un moyen d’expression. De nombreux signes
opportunités économiques qui se présentent. d’appropriations se révèlent, même dans le tissu
système urbain unifié... Il n’est pas rare de voir des parpaings ou RDP, pourtant basé sur un modèle unique pour
autres matériaux de construction entassés tous. Des colonnes doriques, frontons et autres
pendant plusieurs années aux côtés d’un éléments architecturaux apparaissent à mesure
shack, les propriétaires attendant patiemment du développement du quartier. De nouveaux
d’avoir amassé suffisamment de ressources usages se dégagent également, le logement
pour construire l’extension voulue. La devenant alors lui-même support d’opportunités
réussite s’affiche dans l’architecture, c’est pécuniaires.
La notion de communauté prend un sens tout locales. Cette force est réelle, et de nombreux
particulier à Joe Slovo. Ensemble de personnes exemples montrent la capacité de la communauté
aux histoires et parcours divers, la collectivité à renverser des projets. Lors de nos discussions
s’est formée non par choix mais plutôt par autour de la crèche Silindokuhle, beaucoup
nécessité. Pour se faire entendre à l’échelle nous l’ont confirmé : jamais personne ne pourra
de la ville, et développer le quartier, il a fallu détruire ce bâtiment. Même si celui-ci est
se regrouper, afin d’être pris au sérieux et être implanté illégalement sur un terrain municipal,
considéré comme acteur de la négociation. Le la communauté estime qu’il sert l’avenir de ses
groupe est fragile cependant car il suppose que enfants et partage donc un intérêt commun fort
tous ses membres partagent un même intérêt pour celui-ci. Il y a quelques années, les autorités
commun. La notion d’individu tend donc locales ont ainsi entrepris de venir démolir la
parfois à s’effacer et certains ne supportent crèche, mobilisant pour l’occasion la police
que difficilement la hiérarchie imposée par les locale. À l’appel de Patricia, la directrice, la
personnes proclamées en charge du groupe. Des communauté s’est largement mobilisée autour
conflits éclatent, provoquant parfois la scission du bâtiment arguant que leurs enfants étaient à
entre deux groupes, ou plus couramment le l’intérieur. Après quelques heures, les véhicules
bannissement d’une famille du quartier. Malgré de police et de démolition sont repartis, pour ne
ces tensions, la communauté subsiste, portée jamais revenir. Aujourd’hui, la municipalité ainsi
par de grandes promesses comme celle de la que les forces de police locales ont viré de bord
construction des maisons RDP ou encore de et soutiennent actuellement l’initiative ; voilà
nouvelles écoles dans le quartier. Constamment une anecdote qui nous renseigne sur l’étendue du
dans une position d’attente, largement entretenue pouvoir de la communauté lorsque soudée autour
par les autorités locales, la communauté se doit d’un projet commun.
de rester unifiée par crainte de faire avorter les
projets pour lesquels beaucoup se sont battus.
De cette unité, la collectivité tire un certain
pouvoir, paradoxalement craint par les autorités

133
Pourquoi faire un retour sur
le projet de SAGA ?

Après l’achèvement de la première phase


en novembre dernier, SAGA est de retour
en Afrique du Sud pour la deuxième phase
du projet. Six mois après la construction de Quelle méthode ?
la crèche temporaire, il semble nécessaire
d’évaluer les effets du projet sur la communauté. Notre méthodologie se base
Cette étude va permettre dans un premier temps essentiellement sur du travail
d’initier la seconde phase du projet et dans un de terrain en organisant des
deuxième temps, d’approfondir et de renforcer événements avec la communauté
la démarche participative revendiquée par (meetings, workshop,
SAGA depuis le commencement. questionnaires) afin de récolter
Calculer les effets du projet sur son le maximum de données sur la
environnement direct est aussi un bon moyen première phase du projet mais aussi
de comprendre ce qui a ou n’a pas fonctionné sur la seconde. L’étude théorique
lors de la conception de la première phase. de concepts participatifs nous

Chapitre III
Ces conclusions permettent, par la suite, de semblait importante pour évaluer
tirer des enseignements et de développer de leur mise en oeuvre sur le terrain. A
nouveaux outils pour que la suite se passe dans l’heure actuelle, la phase 2 du projet
les meilleures conditions possibles. est bien enclenchée, elle suit un
LE PROJET : SILINDOKULHE PRE- Le retour (l’analyse itérative) rétrospectif sur processus et réflexif et évolutif.
un projet est également important car dans
SCHOOL certains cas la mise en œuvre de diverses Quels sont les effets sur
activités génère des effets au-delà des résultats la communauté de la
attendus. Ces effets peuvent être de différentes construction d’une crèche
natures : sociale, culturelle, technologique etc. temporaire dans un
Précisons qu’à ce stade du projet il ne serait environnement tel que Joe
pas approprié de réaliser une étude d’impact Slovo?
en sachant que tout d’abord le bâtiment est
voué à changer de fonction mais aussi parce
que l’étude d’impact se mesure sur une longue
période après l’achèvement d’un projet.

135
Rappels sur projet de la crèche temporaire & mise
en place des objectifs et stratégies pour les phases
à venir.

Quelle est la logique d’intervention choisie par SAGA ? Comment


faire l’évaluation d’un bâtiment temporaire ?

Le projet de crèche temporaire dans le township


de Joe Slovo tire ses origines il y a plusieurs
années, bien avant l’arrivée de Saga. Tout
commence avec Patricia N. Piyani, aujourd’hui
directrice de la Silindokulhe Preschool.
Patricia n’ayant pas eu la chance de recevoir
une éducation scolaire, elle décide, en 2003,
de dédier sa vie aux enfants. Elle veut leur
offrir l’éducation scolaire qu’elle n’a jamais pu
recevoir, en créant sa propre crèche. Saga a eu la
chance de participer à ce projet, en collaboration
avec de nombreuses ONG et autorités locales, de
février à septembre 2015. Le collectif a conçu
et réalisé la crèche temporaire existante et
continu l’aventure avec les mêmes acteurs afin
de construire d’ici peu la crèche que l’on peut
qualifier de « définitive » (même si ce terme n’est
pas vraiment approprié dans cette circonstance
mais nous verrons cela plus tard au cours de
l’exposé personnel de Laure).

137
Rappels : Contextualisation et
démarche projectuelle 1
Le contexte et l’arrivée de SAGA
au sein du projet a

Le « Comment faire
Le collectif s’est rendu à Port Elizabeth en du bâtiment leur permet d’être acteurs du
février 2015 pour rejoindre les organisations développement de leur quartier, et d’obtenir un «
locales déjà investies dans le projet. L’équipe beaucoup avec presque bagage constructif ».

rien ? » Gaëlle Péneau


déjà engagée dans le projet se constituait en
2015 principalement de l’ONG/ NPO Love Story SAGA mobilise des matériaux tels que les palettes
qui travaille sur le développement social des de bois, les pneus, et la taule. Le collectif espère
communautés dans la précarité. Et présente aussi Pour ce qui est du projet de la crèche temporaire, aussi pouvoir construire en Adobe et créer des
à ce moment : l’Alliance Française qui souhaite SAGA, avec un budget quasiment similaire modules en plastique recyclé. L’emploi de ces
travailler sur le thème de l’architecture en tant à celui de la construction d’une maison RDP, matériaux lui permet d’exploiter les ressources
que nouvelle dynamique sociale. La communauté tente de prouver qu’en modifiant les pratiques locales jusqu’à inexploitées et de montrer à la
de Joe Slovo est également investie dans le projet constructives il est possible de réaliser des communauté qu’il est possible de construire
depuis le début. Celui-ci vise donc à développer bâtiments de qualité et surtout adaptés au contexte mieux avec peu de moyens.
quatre/ trois (c’est 3 nouveaux/ ou 4 en tout) local.
nouveaux équipements à vocation publique
autour d’une crèche pré existante. En moyenne une maison de type RDP fait 36m2,
Le collectif SAGA se compose de cinq jeunes alors que la crèche temporaire fait 138m2. Ce
architectes qui ont la volonté de partager leurs résultat est rendu possible grâce à l’emploi de
savoir-faire. Voulant aussi construire avec « les matériaux pour la plupart recyclés et grâce à
moyens du bord », c’est-à-dire avec les moyens la mobilisation de techniques de construction
techniques et physiques disponibles au moment alternatives et efficaces.
T, ils essayent de travailler dans le grand respect
du contexte possible. La démarche prospective
adoptée par SAGA, peut être qualifiée de
Le «Transfert de
savoirs» Gaëlle Péneau
«participative» car elle se développe avec et pour
les bénéficiaires.

SAGA tente de développer et d’appliquer sa La mise en place de techniques de construction


vision de l’architecture à travers deux points simples pouvant être aisément appropriées et
qu’ils pensent fondamentaux pour que le projet répliquées est le deuxième enjeu du projet.
soit respectueux de son environnement : social, Impliquer les habitants et leur fournir outils
culturel et naturel et qu’il soit économiquement et savoir-faire durant la phase de construction
résilient.

138 139
Démarche appliquée au projet de
la crèche temporaire b
SAGA a construit, de février à septembre 2015, le projet de la crèche temporaire autour
des points suivants.

Offrir un environnement Soutenir les actions des


Faire ensemble appropriable et résilient La question de l’eau habitants
L’objectif du projet était d’intégrer au maximum Le projet de crèche temporaire se décompose Comme dans beaucoup de townships en Afrique L’action des pouvoirs publics en terme
la communauté dans le processus d’élaboration en deux parties qui s’articulent. D’une part, du sud, l’eau est un problème. Lors de forts d’aménagement et de construction sur ce quartier
et de construction du bâtiment. Ce qui est un point d’eau et de l’autre une halle ouverte. épisodes pluvieux, le sol se transforme en boue ce se limite à la construction des maisons RDP. Elle
important, c’est que le projet soit le de la Précisons que dans un souci d’urgence, le qui le rend difficilement praticable. Pour s’adapter n’inclue pas ou peu l’installation de nouveaux
communauté et non celui d’une ONG. bâtiment accueille temporairement la crèche en à ces épisodes climatiques contraignants, le services adaptés à la communauté. Il en résulte
Ici, le bâtiment appartient à une habitante, qui attendant la construction de la vraie crèche sur la bâtiment est surélevé sur tout son long. De plus, un confinement très fort de la population de Joe
est la directrice de la crèche. Par ailleurs, de parcelle adjacente. des terrasses toujours surélevées permettent une Slovo, accentué par des accès routiers et viaires
nombreux habitants sont venus participer au Des conditions favorables à l’éducation et circulation sécurisée et des noues ont été mises complexes et peu efficients. Les habitants se
chantier, quel que soit leur âge, ce qui a permis l’accueil des enfants étaient la priorité à ce en place pour permettre la circulation des eaux coordonnent donc pour, à la fois construire leur
d’instaurer une certaine fierté et un sentiment stade du projet. Il était indispensable de penser de pluie. quartier et aussi offrir de nouveaux services,
de propriété partagé. Il est devenu un projet et concevoir un bâtiment à usages multiples comme par exemple la crèche Silindokulhe, qui
communautaire, un projet que les habitants pouvant accueillir temporairement les enfants signifie en Xhosa « En attendant un meilleur
défendent. tout en n’etant pas pas sa fonction principale. futur » .
Le bâtiment deviendra, en 2017, un workshop ,
à comprendre une halle de fabrication / atelier
pouvant accueillir de petits entrepreneurs
souhaitant développer leurs initiatives dans le
domaine du bois et du métal. L’idée d’un tel
espace est de continuer et d’établir de manière
permanente le processus de transfert de savoir
entre les habitants, les professionnels (ou semi-
professionnels). Ces activités permetteront de
développer une réelle économie locale.

140 141
Stratégies et phasage du projet à
venir 2
Récapitulatif des
problèmes/besoins a Phasage du projet
b

Le projet mené à Joe Slovo répond à un besoin sorte d’artère principale mais il n’en reste pas Phase 1 (de février à décembre 2015) Cette phase répond au manque criant d’espaces
bien précis. Il existe un réel manque de structures moins que cela parait lointain et non réalisable Construction d’un atelier autour du travail du publics et de lieux de rassemblement à Joe
d’accueil pour les enfants de cette communauté pour l’instant. Les pouvoirs publics se focalisent bois / métal qui accueille la crèche temporaire Slovo. La crèche temporaire actuelle remplit
extrêmement isolée. essentiellement pour le moment sur la question Cet équipement est aujourd’hui composé de la occasionnellement ce rôle mais n’est en aucun
Ainsi, même si il y a une école à Joe Slovo, de l’habitat et des infrastructures (routes, réseau crèche temporaire (réalisée en 2015). Il changera cas adaptée à ce type de manifestation. Le
cette dernière n’accepte que les enfants de plus d’assainissement, réseau électrique). L’un des de fonction pour devenir un atelier une fois la projet propose donc de construire un réel
de 6 ans. Souvent, les plus jeunes sont livrés à enjeux pour Joe Slovo est donc de pourvoir la crèche définitive construite (Phase 2, 2016- centre communautaire permettant aux habitants
eux mêmes, les parents travaillant la journée. population de services et d’espaces publics. 2017). volontaires d’organiser des cérémonies ou
Nombres d’entre eux connaissent aussi une L’atelier a pour vocation de favoriser autres. Cet espace ouvert et appropriable aura
situation familiale compliquée. Les niveaux de Objectifs l’émergence de micro-entreprises locales. Il pour vocation de favoriser l’échange et de
scolarisation sont très disparates et certains ne s’agit d’un espace dédié à l’échange de savoir- renforcer le sentiment d’appartenance à la
parlent que très peu l’anglais, ce qui pose des Le diagnostic mené lors de la réalisation du faire et qui met à disposition des outils pour communauté. Il permettra également d’accueillir
problèmes pour la poursuite de leur scolarité́. projet Phase 1 – Temporary Silindokuhle Pre- les auto-entrepreneurs. Cet espace, devrait être des évènements susceptibles d’amener un public
D’autre part, les familles n’ont souvent pas les School a permis de dégager un certain nombre géré par l’ONG Hope Factory, et suppléé d’une nouveau, extérieur au township et ainsi tenter
moyens financiers pour envoyer leurs enfants d’objectifs à atteindre sur le long terme. dimension pédagogique puisqu’il devrait offrir de transformer petit à petit l’image négative
dans les quelques structures existantes aux des formations. renvoyée par le quartier de Joe Slovo.
alentours. Beaucoup d’enfants se retrouvent - Favoriser l’introduction de nouveaux
donc en situation de déscolarisation. Selon les services dédiés à la communauté en Phase 2 (2016-2017) - Construction d’une Phase 4 (2017/2018) - Mise en place des jardins
chiffres nationaux publiés par l’UNICEF, le taux s’inscrivant en complément du programme crèche définitive. participatifs.
de scolarisation en pré- primaire atteint ainsi national RDP. Ce bâtiment offrira des espaces plus grands et Sur un terrain adjacent, un jardin participatif est
seulement 65% en Afrique du Sud. - Favoriser l’accès à l’éducation des plus plus qualitatifs permettant une éducation de programmé. Il répond à la volonté de certaines
Plus généralement, le projet répond à un jeunes (0-6 ans). qualité (lire le chapitre 4). Il accueillera trois femmes de la communauté qui pratiquent déjà, à
manque de services constaté dans le township. - Favoriser l’accès aux fondamentaux classes différentes et permettra aux enseignantes petite échelle, la culture de légumes. Le but est
En effet, même si un projet de construction sanitaires. de répartir les enfants selon plusieurs tranches de favoriser l’indépendance de la communauté
de maisons RDP est en cours dans le quartier, - Favoriser l’émergence d’une économie d’âges, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Entre vis-à-vis des ONG locales qui distribuent de la
les autorités d’aménagement ne programment locale portée par la communauté elle-même. 80 et 120 enfants sont concernés, l’âge variant nourriture, mais aussi face aux grandes enseignes
pas vraiment de construire des équipements - Favoriser l’indépendance des structures de 2 à 8 ans. Le programme comporte également commerciales alentours. Ce jardin bénéficiera
et services. Comme nous l’avons vu dans la communautaires en place vis-à-vis des ONG un point d’eau et des sanitaires. avant tout à la crèche et les surplus pourront être
première partie, la municipalité suppose un futur locales. Phase 3 (2017/2018) - Construction d’un centre vendus au sein de la communauté.
développement de bâtiments et espaces publics - Développer des espaces publics dédiés à la communautaire.
ainsi que le déploiement de business sur une communauté.

142 143
Un bâtiment aux usages et effets
inattendus : l’évaluation du projet 3

Le projet de la crèche temporaire se base potentiels effets que peut avoir le bâtiment nous avons pu tirer plusieurs enseignements et
essentiellement sur un travail communautaire. sur son environnement. Ces grands thèmes découvrir que la réalisation d’un tel édifice dans ENVIRONEMENT D’EDUCATION
Construire un bâtiment en quelques mois au sont accompagnés de sous thèmes de nature un environnement comme Joe Slovo permettait DES ENFANTS
beau milieu d’un township a obligatoirement des quantitatif et/ou qualitatif. La deuxième étape une appropriation inattendue du bâtiment par les
répercussions sur l’environnement. L’objectif de l’étude s’articule tout d’abord autour de notre habitants au regard de l’usage premier qu’est la Objectif:
est donc de trouver un moyen d’évaluer ses propre observation, des interviews formelles crèche. Favoriser l’accès à l’éducation des plus
effets (négatifs et positifs) pour ensuite tirer des et de discussions que nous avons eu avec les Géographiquement situé au cœur de la nouvelle jeunes (0-6 ans)
enseignements et mettre en place au mieux la gens de Joe Slovo. Ces personnes n’ont pas été extension de Joe Slovo le bâtiment catalyse
seconde phase. sélectionnées. Ces discussions ou interviews plusieurs autres activités comme des meetings
sont souvent le fruit de rencontres aléatoires, politiques, des mariages ou encore des veillées Niveau d’éducation des enfants
Notre équipe opérationnelle, réunissant autour d’un périmètre de quelques centaine funéraires. L’espace qu’offre le bâtiment est en
de multiples compétences relatives aux de mètres autour de la crèche. Ce sont parfois effet très fonctionnel car il possède une large Compétences professionnel des
connaissances sur la ville, est un atout dans des bénéficiaires directs (comme des parents halle traversante offrant la possibilité de se réunir. enseignant
l’élaboration de cette étude. Architectes, d’enfants, des enseignantes) ou des bénéficiaires
urbanistes, ingénieur en génie urbain et indirects (comme des habitants de Joe Slovo). Mesurer les effets sur la communauté Capacité d’accueil de la crèche
paysagiste apportent des connaissances et des Puis cette deuxième étape s’affirme aussi
visions personnelles diverses. autour des questionnaires qui permettent aux Afin de réunir et de traiter au mieux les données Langues
Le cadre de l’étude se limite au bâtiment construit bénéficiaires directs et indirects de s’exprimer pouvant nous indiquer les divers effets du
et à son environnement ouvert direct. Il porte sur des sujets précis. La troisième étape qui est projet sur les pratiques communautaires, il
sur les effets de l’ouverture d’un équipement la retranscription et l’analyse de ces résultats est nous semblait nécessaire d’élaborer de grandes USAGE DU LIEU
qu’est la crèche et de l’accès à ce service public en cours d’élaboration et bien entendu comporte thématiques relatives aux objectifs principaux du
au sein de la communauté. Par ailleurs en tant son lot de difficultés et de limites. projet. Objectifs:
qu’architectes et ingénieurs il nous semblait Le premier thème est l’environnement Favoriser l’introduction de nouveaux
important d’évaluer le bâtiment sur le plan Comme évoqué précédemment, le bâtiment d’éducation des enfants relatif a l’objectif services dédiés à la communauté
technique. L’objectif étant de comparer les actuel n’est utilisé comme crèche que suivant: favoriser l’accès à l’éducation des plus Développer des espaces publics dédiés à
performances de l’ancien bâtiment c’est à dire temporairement. Une étude de l’effet d’un projet jeunes (0-6 ans). Il se décompose en plusieurs la communauté
l’ancien shack de Patricia et le nouveau. sur son environnement devrait évidemment se sous critères comme le niveau d’éducation des
Notre volonté étant de perpétuer le processus faire sur le long terme. Étant voué à changer de enfants, les compétences professionnelles des
participatif, il était nécessaire de trouver un moyen fonction il est difficile de quantifier et de récolter enseignants, la capacité d’accueil de la crèche ou Pratiques et habitude
d’inclure la communauté dans l’élaboration de des données très représentatives de l’impact de encore les langues enseignées.
cette étude, pour reconnaître « l’expertise » de ce bâtiment -qui est d’ailleurs mis en fonction Ci-après les quatre grandes thématiques et leurs Qualité de vie / cadre de vie
la population locale afin qu’elles identifient leurs depuis moins d’un an-. De plus, l’évaluation des sous-critères.
propres « indicateurs du changement ». effets d’un bâtiment sur son environnement n’est Cohésion sociale
La première étape de l’étude consiste pas chose facile car elle nécessite de recueillir
à l’identification de thèmes relatifs aux des données difficiles à collecter. Néanmoins,

144 145
la demande en emplois est constante. Néanmoins Les limites et difficultés de cette
ACTIVITES GENEREES PAR CE compétences professionelles de celles-ci, les
les paroles habitantes nous ont permis de tirer des méthodologie évaluative
LIEU enfants bénéficient d’un réel programme scolaire
conclusions. Premièrement, en ce qui concerne
adapté à leur âge, et ces derniers sont plus aptes à
les revenus dits «indirects» on remarque que Les différents thèmes énoncés ci-dessus ont
Objectifs: apprendre plusieur langues (Anglais, Afrikaans,
certains foyers n’ont plus besoin de s’occuper de chacun été plus ou moins difficiles à évaluer.
Favoriser l’émergence d’une économie Xhosa)
leurs enfants pendant la journée, leur permettant En effet, par exemple la capacité d’accueil de la
locale portée par la communauté elle- de travailler plus et d’augmenter leurs revenus. crèche peut se faire par une simple observation
même ou par un simple dialogue avec les teachers.
En ce qui concerne l’usage du lieu hors des
Favoriser l’indépendance des structures «I don’t have to take care of my kids all day so I Pour d’autres critères comme les revenus
périodes scolaires, nos observations et les
communautaires en place vis-à-vis des can work»2 ou encore la création d’emplois, cela est
diverses personnes rencontrées au cours de
ONG locales plus difficile à quantifier. Nous précisons
nos marches exploratoires nous ont permis de
Aussi, les parents qui avaient inscrit leursenfant que les conclusions faites précedement sur
remarquer tout d’abord que le bâtiment est connu
dans une crèche située loin de chez eux bénéficient les dynamiques économiques s’appuient sur
par presque tout le township :
Revenues aujourd’hui de la proximité du nouveau bâtiment. des paroles habitantes et non sur des relevés
Ils réduisent considérablement leur temps de quantitatifs précis. Pour obtenir un résultat exact
«You are the guys who built the creche?»1
Création d’emplois parcours pour emmener leur enfant à l’école de l’impact économique sur la communauté qu’a
ainsi que le coût du transport. généré le projet cela nécessiterait bien plus que
A Joe Slovo on relève un manque cruel de lieu
Sur le plan économique nous avons parlé des de simples paroles habitantes qui parfois peuvent
public où les habitant peuvent se réunir et «passer
revenus indirectement générés et du pouvoir être biaisées.
Ces thèmes relatifs à des objectifs précis ont donc du temps». Sous la forme d’une halle, le nouveau
d’achat mais la création d’emplois directe est Pour alimenter cette étude des effets sur
permis d’identifier, durant les interveiws et les batiments intrigue, et de nombreuses personnes
aussi à prendre en compte. Aujourd’hui on la communauté il serait donc pertinent de
nombreuses observations faites, les informations nous affirment que cet espace est souvent utilisé
compte 6 enseignantes à temps plein à la crèche. construire un questionnaire précis avec des
des effets du batiment sur la communauté. le week-end pour diverses évènements comme
Elles sont payé 800R (environs 50 euros) par questions ciblées correspondant aux différents
Le changement de l’environnement éducatif des veillées funairaires, des mariages ou encore
mois. thèmes. Mais attention, la mise en place d’une
entre l’espace de l’ancien bâtiment (shack) des meetings politiques.
et le nouveau bâtiment a permis d’observer telle initiative peut se heurter à des difficultés: la
Il suffit également de s’assoire et d’observer les
De plus nous avons relevé que le projet a favorisé barrière de la langue ou encore la sensibilisation
que le nombre d’enfants inscrits à la crèche alentours du lieu pour remarquer que le rythme
l’indépendance des structures communautaires des habitant à ce type de pratiques.
a considérablement augmenté (de 30 à une de passage est plus important qu’ailleurs.
déja en place. En effet, avant que le bâtiment ne Notre choix de ne pas utiliser cette méthode
centaine). La cause de cette augementation vient Que ce soit pour s’arrêter, discuter, ou se donner
soit construit, Patricia (principale de la crèche) de questionnaire se justifie par le fait que nous
probablement de la meilleure capacité d’accueil un lieu de rendez-vous il est clair que le bâtiment
était déjà en charge d’un jardin potager associatif pensons qu’orienter les réponses des habitants via
de la nouvelle structure. Néanmoins, aujourd’hui offre un lieu de vie unique dans le township et
de petite taille (qui se situe à quelques centaines un questionnaire ne permet pas un réel echange
l’espace est encore trop petit car le nombre favorise la cohésion sociale.
de mètre de la crèche). La construction de la qui dans certain cas révèle des élements auxquels
d’inscrit augmente.
crèche a largement catalysé le développement de nous avions pas pensé.
De manière directe, le projet crée donc des
cette initiative de jardin qui aujourd’hui comporte
Les changements observés ne sont pas dynamiques sociales au delà des résultats attendus.
une soup kitchen distribuant 3 fois par semaine
uniquement spatiaux. En effet, le projet a permis Qu’en est-il des dynamiques économiques?
un repas aux membres de la communauté les plus
de créer un réel système scolaire où les teachers Favoriser l’émergence d’une economie locale
démunis.
sont plus nombreuses (1 à 5). Ainsi, grace aux n’est pas chose facile dans un environnement où

1 Une remarque d’un habitant de Joe Slovo vivant à l’autre


bout du township. 2 Parole de parent d’élève reccueillie sur place.

146 147
L’évaluation technique du bâtiment L’optimisation de matériaux isolants constitue Le confort, qu’il soit thermique ou acoustique, est A une bonne température ...
par exemple une problématique importante, qu’il une notion importante lors de la conception d’un
De notre point de vue, il semblait nécessaire de faut associer à d’autres aspects comme celui de la bâtiment. Chaque utilisateurs d’un espace possède Nous avons choisi de détailler plus précisément
ne pas seulement évaluer les effets du bâtiment santé, de la qualité de l’air ou encore du confort son propre seuil optimal de confort. Il n’existe pas l’évaluation du confort thermique car il nous
sur les usagers mais aussi de quantifier les thermique. de valeur fixe optimale pour définir cette notion semble être essentiel dans un environnement tel
performances techniques de l’enveloppe de Lors de l’élaboration de ce type d’évaluation, car celui ci dépend directement de beaucoup que Joe Slovo où les conditions climatiques sont
ce dernier afin d’améliorer la conception de la il est nécessaire dans un premier temps de d’éléments. L’acoustique, par exemple, se base très changeantes et les températures aussi.
future crèche permanente. recenser différents indicateurs relatifs à l’objectif sur la capacité qu’ont les matériaux d’absorber Dans un bâtiment, le confort thermique dépend
L’enveloppe d’un bâtiment sont les éléments principal du projet. Dans notre cas l’objectif est les ondes sonores produites. Évidemment, le d’une composante principale : les matériaux
de clos tant en ce qui concerne la couverture de fournir aux enfants un environnement sain afin choix des matériaux et de leur disposition dans qui le composent : ces derniers vont jouer un
que les façades ou les parties enterrées1. Plus qu’ils apprennent dans les meilleures conditions. l’espace, va dépendre directement du futur usage rôle d’isolant. Chaque matériau composant un
simplement, l’enveloppe représente l’interface De ce fait, nous avons identifié quatre familles du bâtiment. Dans une crèche les cris d’enfants plancher, une toiture ou encore un mur présente
entre un espace qui doit satisfaire le confort et la d’indicateurs qui elles-même se décomposent en instaurent un inconfort acoustique. Les matériaux différente propriétés d’isolation. Afin d’évaluer
protection de ses utilisateurs et un environnement sous-indicateurs. utilisés ne sont donc pas les mêmes qu’une salle la performance énergétique d’une entité physique
qui présente de l’inconfort et des risques. Elle de concert par exemple où le son doit se propager entre environnement extérieur et intérieur, il est
est de ce fait, soumise à de multiples actions au mieux. nécessaire de calculer la résistance thermique des
extérieures (vent, pluies, etc). matériaux composant cette entité. Pour ce faire,
Confort
Chaque élément physique de la structure a un Le but ici n’est pas de détailler de manière il suffit de mesurer l’épaisseur de chaque élément
comportement plus ou moins actif, suivant leur exhaustive les méthodes de calcul mais c’est de la paroi ou du plancher et de la diviser par la
acoustique, ventilation,
capacité à transmettre la chaleur, la lumière, le bien d’établir une comparaison entre l’ancien conductivité thermique de chaque matériau.
luminosité, thermique
bruit ou encore l’air. et le nouveau bâtiment selon des notes allant
de 1 à 5. Sur cette échelle de performance, la
Il est possible d’évaluer la relation entre ces note maximale est une valeur optimale normée ( R (Résistance thermique) =
Materiaux
éléments de structure et les performances et prédéfinie. Par exemple en ce qui concerne la e (épaisseur)/ c (conductivité thermique
techniques à assurer pour offrir un environnement ventilation, le débit d’air par enfant recommandé du matériaux)
sain.
durabilité, esthétique, coût dans une crèche est de 35m3 par heure. Cette
Il faut également noter le fait que les contraintes valeur représentera donc la valeur optimale.
environnementales spécifiques à l’environnement Nous nous attarderons sur le détail du calcul d’un Nous faisons le choix de calculer la résistance
urbain, impactent directement sur l’enveloppe Espaces seul indicateur pour mettre en avant la méthode thermique des materiaux pour exprimer le
d’un bâtiment. utilisée. confort. Plus R est élevé plus le confort est bon.
nombre de pièce, connexion
1 Performance énergétique de l’enveloppe d’un bâtiment et entre les espaces
réglementation / Gérard GUARRACINO
École nationale des travaux publics de l’État (ENTPE) Laboratoire des
sciences de l’habitat, CNRS

148 149
Materiaux de l’enveloppe de l’ancien batiment (Shack)

Ci-contre nous avons les coupes des différentes Ci-dessous sont présenté les résultats sous forme
structures de l’ancien et du nouveau bâtiment. de note entre l’ancien et le nouveau bâtiment
Prenons le plancher par exemple : dans l’ancien des sous-indicateur de performance du confort.
Terre meuble / conductivité thermique
100 cm bâtiment, la terre batture sert de sol. Nous
0,4 Wm-1.K-1 Les optimums sont fixés selon les normes des
prendrons une épaisseur de 1m au delà de règlementations thermiques préconisées.
laquelle la nature du sol change. La conductivité
Tôle / conductivité thermique
03 cm 60 Wm-1.K-1 thermique de la terre meuble étant de 0,4 W.m-
0,1 cm Bache plastique / conductivité thermique 1.K-1 il suffit d’effectuer le calcul suivant pour
04 cm 0,7 Wm-1.K-1
Plaque de bois / conductivité thermique obtenir la résistance thermique du plancher du
0,12 Wm-1.K-1
bâtiment : 1/0,4 = 2,5 m2•K/W. Nous réalisons
Tôle / conductivité thermique une opération similaire pour le plancher du
60 Wm-1.K-1
Bâche plastique / conductivité thermique nouveau bâtiment. Le plancher est surélevé et se
0,7 Wm-1.K-1 Av 0,8
compose uniquement de bois d’une epaisseur de Ap 4,1
Plaque de bois / conductivité thermique
0,12 Wm-1.K-1 15cm. La conductivité thermique du bois étant de
0,12, on obtient pour la conductivité le résultat
suivant: 0,15/0,12 = 1,25 m2•K/W. Notons
qu’une parois est considéré comme isolante si R
est supérieur à 0,5 m2•K/W.

Av 0,5
Materiaux de l’enveloppe de la crèche temporaire Ainsi, Pour calculer la résistance thermique
Ap 3,1
(saga) des matériaux de l’ensemble du bâtiment il
suffit donc de reproduire le même calcul pour
chaque parois et la toiture et faire une moyenne
pour finalement obtenir la résistance thermique
Bois / conductivité thermique moyenne du bâtiment (R moyen). On obtient
15 cm
0,12 Wm-1.K-1 donc pour l’ancien bâtiment un R moyen égal à
0,90 et pour le nouveu bâtiment un R moyen égal
Av 0,8
à 1,74 m2•K/W donc considéré comme isolant Ap 1,6
Bois / conductivité thermique
12 cm 0,12 Wm-1.K-1
car supérieur à 0,5.
10 cm Laine de verre / conductivité thermique Pour finir afin de donner une note sur notre
04 cm 0,018 Wm-1.K-1
Placo / conductivité thermique échelle de performance de 0 à 5 fixons un
0,33 Wm-1.K-1 optimum. Pour fixer cette optimum qui est une
valeur fixe et utopique nous prendrons la matière
la plus isolante existante. Le béton cellulaire par
Bois / conductivité thermique
0,12 Wm-1.K-1 exemple atteint une résistance thermique égale à Av 3,8
5,50 m2•K/W pour une épaisseur quasi égale aux Ap 1,1
élément de l’enveloppe de l’ancien et du nouveau
bâtiment. Ainsi si la valeur 5,50 représente la note
12 cm
maximum de 5. Il est donc facile de déterminer
la note pour une valeur de 0,90 : 0,8 sur 5 et pour
une valeur de 1,74: 1,6 sur 5.

150 151
Chaque sous-indicateur de performance du En ce qui concerne les autres familles Une telle évaluation va donc permettre de tirer
confort des deux bâtiments étant noté, la d’indicateurs, la méthode est la même pour des enseignements à retenir lors de l’élaboration
détermination d’une note globale pour le confort obtenir la note finale : évaluer et hiérarchiser les de la seconde phase du projet. En effet, comme
s’obtient en pondérant chaque sous-indicateur sous-indicateurs puis les pondérer. Ainsi, pour le montre les echelles de performance avant/
d’un poids plus ou moins important. Le poids les matériaux, la durabilité est évaluée ainsi après, certains indicateurs comme par exemple
mesure l'importance d'un indicateur par rapport que le coût. Comme précédemment des valeurs l’acoustique nécessite d’être peut-être plus
aux autres. Cette méthode a deux avantages optimales sont au préalable fixées : par exemple, travaillés, ce qui amenerait à améliorer encore
principaux : tout d’abord il s'agit d'un modèle pour le coût, la valeur optimale est de 0 euro ce plus la note globale du confort.
simple et la solution optimale d'une somme qui est évidemment utopique.
pondérée est rapide et performante. Connaître les effets ou les performances d’un
bâtiment sur son environnement est une chose et
Voici ci après les résultat sur notre echelle de permet de ne pas reproduire des erreurs lors de la
Les poids sont fixés par celui qui réalise performance pour chaque indicateurs: conception d’un nouveau. Connaître le point de
l’évaluation et qui juge quels indicateurs est vue et la vision des habitants sur le projet en est
plus ou moins importants. Il se base évidement une autre.
sur plusieurs données : pour qui est ce bâtiment?
Quel type d’activités va t-il acceuillir? Connaissent t-ils les eujeux liés au projet , à
Confort
leur territoire? Jusqu’où peuvent-ils influencer
Dans une crèche on donnera de l’importance à un projet en cours, et comment peuvent-ils
la thermique par rapport à la luminosité. Dans Av 1,2 s’investir?
un lieu d’exposition par exemple c’est l’inverse; Ap 3,1
la thermique prend moin d’importance et la Ces questions soulèvent sans nul doute la
luminosité devient prioritaire. necessité d’inclure les habitants dans un
Espaces
processus participatif évolutif et adapté afin
Acoustique x 2, Ventilation x 3, d’assurer la pérénnité et l’éfficacité d’un projet
Luminosité x 1, Thermique x 3 Av 0,8
sur le long terme. La queston reste : comment?
Ap 2,5 En offrant la possibilité de faire participer une
Après pondération des indicateurs, voici ci- communauté dans un projet, la transmition de
dessous l’évaluation global du confort entre savoir-faire et connaissances dans un sens et
l’ancien et le nouveau bâtiment. Materiaux dans l’autre devient interessante et alimente le
projet en le rendant inclusif.

Av 2,4
Ap 4,2

Av 1,2
Ap 3,1

152 153
B
L’engagement dans une nouvelle phase
Continuer et améliorer le processus de
participation.
Quels sont les enjeux pour la nouvelle phase du projet? Quels sont les enjeux lors du
lancement d’un projet de développement de type Bottom up ?

155
La participation au coeur d’un
projet en construction 1

L’enjeu de la participation évolutive dans Pour finir, lorsque le projet comprend un volet de Premièrement il est important de noter que
le temps formations et d’apprentissage de nouveaux outils les moyens techniques et humains ne sont pas
et savoir-faire, sa résilience en est certainement fixes et peuvent changer très rapidement d’une
La participation des habitants en amont du projet augmentée, puisque le projet « encapacite » les semaine à l’autre, ce qui implique une fois de
semble nécessaire pour construire une base solide populations et insuffle de nouvelles dynamiques plus que le projet ne soit pas trop rigide dans sa
de projet, et rendre ce dernier le plus durable et économiques. planification et son organisation. Deuxièmement,
résilient, possible. à Joe Slovo, l’évolution de la morphologie
En effet, faire participer les habitants, en amont Comme nous l’avons fait remarqué plus haut, urbaine est très rapide et l’arrivée constante
lors de l’élaboration des intentions et objectifs pour que la population locale s’approprie un de nouveaux habitants nécessite de revoir les
d’un projet, permet de s’appuyer sur leurs projet il faut qu’elle soit impliquée dans celui-ci stratégies d’intervention. Troisièmement en
connaissances du territoire et d’engager de ce le plus tôt possible. Cela se fait via des activités plus de l’environnement humain et urbain
fait des actions plus pertinentes qu’un projet collectives pendant lesquelles chacun se sent changeant, il faut prendre en compte les
exogène, (qui embrasse à priori une connaissance au même niveau. Pour SAGA il est important capacités institutionnelles faibles de la ville de
moindre de la culture et des enjeux sociaux) . d’inviter et d’inciter la population à participer de Port-Elizabeth. Les priorités et les stratégie de
Toujours lorsqu’elle se fait en amont et durant manière constructive à la conception du projet. la métropole sont aussi très différentes de celles
tout le projet, l’approche participative permet Ainsi, on peut inclure comme critère d’éligibilité portées par ce projet ce qui implique de faire des
d’augmenter l’efficacité des investissements pour le projet la volonté et l’engagement de la compromis avec cette dernière.
grâce à un meilleur ciblage des besoins. Une communauté dans la phase d’identification et de La flexibilité est un caractère nécessaire d’un
approche réflexive et itérative est à privilégier préparation. projet dans un contexte comme Joe Slovo car
pour la participation de sorte que l’on va revenir il permet de jongler entre besoin urgent et le
sur la logique d’intervention de manière à la L’enjeu de la flexibilité développement dans le temps long. Toute la
dirigée au plus proche de la réalité du terrain et difficulté du projet réside donc dans la recherche
des besoins. Précisons que le projet s’inscrit dans une d’actions fortes permettant de faire évoluer
L’implication des habitants dans la mise en temporalité parfois difficile à maitriser, ce qui positivement le contexte en même temps que le
oeuvre et la maintenance des installations, nécessite de le rendre flexible pour qu’il s’adapte projet.
permet également une meilleure appropriation au mieux à son environnement. En effet, un
des enjeux du projet par les habitants. projet peut évoluer pour différentes raisons.

156 157
De la participation vers l’essence
du projet 2

Présentation théorique de l’outil La carte participative est reconnue pour être une retravaillée, agrémentée et élaborée à n’importe lieux dans lesquels ils passent le plus de temps,
cartographique méthode efficace, et convaincante pour montrer quel moment. Ce processus peut aussi contribuer ou les espaces qui sont les plus importants pour
comment une communauté perçois, conçoit et à renforcer la cohésion de la communauté, eux. Cela permet aussi de découvrir comment les
Depuis le début des années 70, on observe dans interfère avec son environnement. « Les cartes encourager ses membres à participer à la prise habitants perçoivent leur quartier vu du ciel, et
la sphère des projets de développement une représentent des informations complexes dans un de décision concernant l’accès aux terres, mais comment ils perçoivent les distances entre les
réelle volonté de privilégier la participation format facilement compréhensible et accessible, aussi, à terme, contribuer à l’autonomisation des différentes entités du territoire. C’est pourquoi la
des communautés dans le processus de mise en ce qui permet aux groupes dont la langue, la communautés locales et de leurs membres. distorsion des échelles n’est pas un mal en soi, elle
place d’un projet via différentes méthodologies culture, les valeurs liées à la terre et la vision est naturelle. Les différences de perception d’un
participatives. Celles-ci permettent de du monde diffèrent de communiquer facilement L’emploi de la méthode de la cartographie individu à l’autre peuvent également amorcer un
communiquer directement les informations et de comprendre les informations présentées. »1 participative nécessite également de définir dialogue autour de la carte pour tenter de définir
relatives à une communauté et de laisser analyser avec la communauté les limites spatiales de la une échelle que tout le monde peut comprendre
la réalité d’une situation par la communauté elle- « Les cartes ne sont pas que des zone urbaine étudiée pour s’assurer que tout le comme par exemple le temps de marche entre un
même. morceaux de papier. Elles racontent des monde comprenne la délimitation de l’espace point à un autre. L’essentiel lors de l’élaboration
Une des méthodes les plus efficaces est sans histoires, des conversations, des vies et dans laquelle elle s’inscrit. De notre point de sont les informations qui mettent en avant les
nul doute la cartographie participative. Depuis des chansons vécues quelque part et sont vu, définir des limites spatiales n’est pas adapté perceptions locales des limites, la disponibilité
maintenant une vingtaine d’années, les initiatives indissociables des contextes politiques lors de la representation de l’espace à Joe Slovo. des diverses ressources et la vie sociale.
de cartographies participatives connaissent un réel et culturels dans lesquels elles sont En effet, les limites ne sont pas forcément
succès dans les pays en voie de développement. utilisées. » Warren, 2004 connues par tout le monde et changent sans cesse Application de l’outil cartographique à
La cartographie participative peut se définir de la (nouveaux arrivants). Il nous semblait donc plus Joe Slovo
manière suivante : « la création de cartes par les pertinent de ne pas intervenir lors de cette étape
populations locales, souvent avec l’implication Ce qui distingue la cartographie participative des de délimitation mais plutôt de fournir des repères Le travail de terrain que nous avons réalisé
d’organisations d’appui, notamment des méthodes traditionnelles de cartographie est le géographiques connu par tout le monde (église, depuis maintenant cinq mois a rendu possible
gouvernements (à différents niveaux), des processus par lequel les cartes sont créées et les corner shop etc…). la collecte de nombreuses informations sur la
organisations non gouvernementales (ONG), des usages auxquels elles sont destinées. Ce type de La mise place de repères géographiques tel que des communauté de Joe Slovo. Il nous a permis de
universités et d’autres acteurs engagés dans le cartographie fournit les compétences et l’expertise lieux connus par toute la communauté permettra comprendre comment le township s’est formé et
développement et la planification de l’accès aux nécessaires aux membres de la communauté afin de mettre en confiance les participants. Laisser comment il a évolué. Ce travail de terrain nous
terres. » Harris & Weiner, 2002 qu’ils puissent élaborer les cartes eux-mêmes. libre court à l’imagination des habitants lors de a conduit à ressembler une multitude d’histoires
De ce fait, ils sont libres d’employer cet outil à la confection de la carte permet d’identifier les personnelles qui en disent long sur la constitution
leur guise et peuvent exprimer ouvertement leurs
visions, sans la contrainte de la prise de parole
ou des temporalités. En effet, la carte peut être

1 Cartographie participative et bonnes pratiques - Ifad

158 159
et le fonctionnement communautaire. Nous du territoire, ou des inquiétudes et problèmes au L’une des plus grandes forces de la cartographie Le terme de communauté est très fort dans un
entrons maintenant dans la conception de la sein de la communauté. participative est sa capacité à rassembler les environnement tel que Joe Slovo. Pour faire
deuxième phase du projet et nous souhaitons Dans tout les cas, cette cartographie nous membres d’une communauté pour partager partager l’histoire du quartier à travers les
sensibiliser les habitants non pas seulement permettrait de mieux saisir leur environnement leurs idées et conceptions. Elle renforce habitants, l’exposition de différent portrait
au projet à venir mais aussi à leur territoire. et de les faire se questionner collectivement sur indéniablement la cohésion communautaire. réalisé de manière aléatoire nous paraissait une
En effet, il nous parait intéressant de ne pas de ce dernier. Nous espérons aussi que cet outil Nous espérons que la carte communautaire solution adéquate. En effet L’idée est ici de faire
suite plonger dans le projet de construction de soit un vecteur d’appropriation des enjeux du puisse insuffler ou renforcer le sentiment des comprendre comment chacun vit ou a évolué de
crèche définitive mais de prendre un peu de recul développement de leur quartier. habitants d’appartenance à leur territoire. Nous différente manière dans le même environnement
sur le quartier en général. Faire le point avec Cette méthode va permettre d’obtenir une souhaitons, si cela convient à la communauté et et le plus souvent avec les mêmes moyens. Cette
les habitants sur leur territoire nous paraissait représentation visuelle relativement fiable de la si le workshop fonctionne, que la carte devienne initiative pourrait ainsi à long terme permettre aux
d’autant plus primordial que nous avons durant perception de la communauté des caractéristiques un élément permanent dont les habitants sont habitant de créer un tissu associatif rassemblant
ces derniers mois chercher à saisir les enjeux de son environnement. La carte devrait fiers. Peut être que cette carte pourrait devenir des pratiques communes (supposition).
urbains, sociaux et économiques de la ville de comprendre la représentation des caractéristiques un objet que les habitants montrent aux gens qui
Port Elizabeth et du territoire de Joe Slovo. physiques et des ressources naturelles ainsi que ne connaissent pas le quartier. La réalité du terrain
les caractéristiques socioculturelles connues par
la communauté. L’une des particularités de Joe Dans la volonté de vouloir créer une dynamique
Nous avons débuté cette phase par un workshop Slovo est le changement perpétuel du paysage Une sensibilisation collective communautaire, les diverses informations
qui comprend entre autre l’élaboration d’une urbain et le mouvement constant des populations. collectées sur les habitants sous forme de portrait
carte communautaire. Nous pensons que cet Les caractéristiques de l’environnement La connaissance de son espace urbain est donc sont utiles pour lancer le début de la deuxième
l’outil devrait permettre aux habitants de changent donc elles aussi continuellement et il un atout non négligeable pour une communauté. phase du projet. Qui habite ici? Quelle est leurs
s’exprimer sur leur quartier, sur les quartiers est intéressant de les observer et de les saisir. Mais la connaissance du terrain de manière histoires ? Ces questions certes simples attirent
environnants et donc questionner les limites de En effet la carte saisi la situation urbaine de Joe physique ne permet pas de comprendre tous l’attention et inspirent au partage. L’exposition
leur communauté. Nous souhaitons aussi qu’ils Slovo perçue par les habitants à un instant t. Elle les enjeux au sein de la communauté. Les de ces portraits permet de provoquer une réaction
discutent entre eux et avec nous sur la notion large est certes ponctuelle mais peut aussi devenir un différentes interviews des habitant réaliser à Joe chez les habitants et potentiellement engager des
du vivre ensemble et sur les besoins collectifs. outil réutilisable par la communauté et par nous. Slovo ont permis de distinguer que différentes discussions autour d’activité commune ou encore
Les débats pourraient alors se concentrer sur la communautés cohabitent dans un même lieu. autour du futur projet.
reconnaissance des atouts de la communauté et

160 161
L’objectif est donc de mieux connaitre la de la conception du nouveau bâtiment pour ont fini par également dessiner des lieux qu’ils
communauté et que la communauté se découvre combler, améliorer les manques. souhaiteraient avoir dans leur quartier comme
également d’une autre manière. Tester une communauté sur sa capacité à une clinique, une caserne, ou un centre pour
L’organisation d’un tel événement évaluer elle-même son propre environnement étudier. Il est intéressant de noter par exemple
nécessite de prendre en compte des facteurs ne peut se faire seulement par l’expression qu’aujourd’hui l’enjeux numéro un dans le
environnementaux difficilement prévisible. écrite de désir ou de ressenti. Une approche quartier du point de vue de la municipalité est
Attirer l’attention n’est pas l’enjeux le plus physique du territoire via la cartographie permet la construction massive de RDP tant dis que du
problématique. En effet, l’apparition soudaine également de repérer les différents enjeux selon point de vue de la communauté l’enjeux est tout
de portraits au beau milieu du township la perception des habitant eux même. La mise autre. Les lacunes en terme d’infrastructures
intrigue. Le plus difficile est donc de retenir en place de la confection d’une telle carte n’est publiques tels qu’une station de police ou encore
les personnes et de tenter de recueillir leur pas chose facile. En théorie, cela semble simple de terrain de sport sont tout de suite ressortis
ressentis sur l’exposition. Afin d’instaurer un mais lorsqu’on l’applique dans un contexte tel lors de l’élaboration de la carte. De plus,
sentiment de confiance et que tout le monde que Joe Slovo, de nombreux imprévus sont à l’emplacement de ces équipements futurs, était
soit sur le même pied d’égalité, nos portraits prendre en compte. Tout d’abord la barrière de au cœur de tous les débat : « Nous avons besoin
racontant également notre histoire et pourquoi la langue nécessite la présence constante d’un d’une caserne ici », « Pourquoi ici? », « Car la plus
nous travaillons ici se sont mêlés à ceux de traducteur, et nous avons remarqué la timidité proche se situe 1h d’ici ». Finalement, certains
la communauté. De plus, la mise en place de certaine personne pour venir dessiner sur participants, notamment deux adolescents, ont
d’un « tableau de désir et ressentit », permet la carte qui finalement après quelques mots fini par dessiner bien au-delà des limites de Joe
l’expression de chacun de manière anonyme. échangés ont fini par participer de manière très Slovo en relevant des informations sur les lieux
L’objectif à long terme est de poser de manière active. C’est là ou intervient le travail en amont d’éducation. Notre volonté de ne pas fixer de
hebdomadaire des questions à la communauté des portraits qui permet la mise au même niveau limite géographique au départ a donc porté ses
sur les impressions sur le bâtiment déjà réalisés de chacun. L’objectif de départ de cette carte fruits car il nous a permis de découvrir d’autres
mais aussi les désirs ou les idées sur la nouvelle était donc de laisser libre court à l’expression enjeux hors des limites de Joe Slovo qui sont
crèche. Cette démarche a également alimenté des habitant pour représenter leur quartier vu du incontournables pour les habitants.
l’évaluation des effets directs du bâtiment ciel en dessinant des lieux d’habitude, des zones Ces informations récoltées sur le papier se
sur l’environnement et également sur la de danger, ou encore l’emplacement de leur sont donc orientées vers une vision future du
communauté. Ce retour d’expérience aboutira maison et leurs déplacements quotidiens. Au fil quartier mais aussi sur ce qui fonctionne ou
à des enseignements à prendre en compte lors du temps, les participant se sentant en confiance non sur le territoire. Cette matière constitue

162 163
une base intéressante pour la conception du
nouveau bâtiment car cela va permettre de
penser un espace aux usages multiples adapté à
l’environnement.
Lors de cet évènement la volonté était donc de
lancer la phase 2 du projet en mettant sur un
pied d’estale la communauté. Tous les acteurs
durant cette journée (enfant, adulte etc..) n’ont
pas été choisis et ne sont pas forcément liés au
projet que mène SAGA depuis un an. L’objectif
était de créer un évènement pour tous et pour
nous de percevoir le territoire « à la première
personne ».

Lorsqu’un processus participatif est engagé,

saga
il nécessite d’être continu tout au long du
projet. Les données récoltées sur les enjeux du
territoire que nous ne connaissions pas vont
donc permettre de proposer une conception
adaptée à tous. Néanmoins n’oublions pas que
le futur bâtiment qui sera construit cette année
est destiné à être la crèche permanente. Il faut
avoir en tête lors de la conception que les
premiers utilisateurs seront les enfants.

164
Nous dédierons cette partie aux méthodes
mises en place pour aboutir à une première
conception de la nouvelle crèche. Toujours
dans la volonté d’inclure la communauté dans
toutes les étapes du projet il nous parraisait
intéressant de se pencher sur une catégorie
d’acteurs particuiers dans le projet: les enfants.

Chapitre IV Nous avons donc procédé en plusieurs étapes.


Tout d’abord une phase de préparation
en amont via des lectures théoriques puis
DE LA PARTICIPATION A LA nous avons préparé des activités adaptées
aux plus jeunes âges. L’objectif est, via des
CONCEPTION D’UN PROJET activitées ludiques, de collecter des données
qui nous seront essentielles lors de la phase de
conception.

167
Participation(s), anticipation
texte d’Anastasia Rohaut & Yannis Frémont Marinopoulos

169
A tâtons...
1

Expérimenter le processus participatif ne va pas comme spéculation) ou l’admirateur (qui utilise Les enfants doivent également faire partie plus sur leurs journées à la crèche et en dehors
de soi : quelle place prendre dans une méthode lui l’objet d’architecture comme spectacle). A prenante de l’évaluation des besoins de la crèche. (avant et après), leurs activités et leurs ressentis
où le rôle de l’architecte est encore à définir, où l’évidence, la question spéculative est ici bien Nous y voyons ici une double opportunité : sensoriels. Nous développerons plus loin les
il se définit chaque jour autrement ? Quelle place éloignée - quoi que - mais il est important de mieux comprendre les besoins d’une crèche workshops préparés à destination de ces graines
se donner? Quel mou lâcher dans cette démarche préciser la position de l’habitant avant même à la «source», mais également d’entamer une d’habitants.
créative oui, mais collective avant tout ? d’en explorer les différents profils. sensibilisation auprès de la population la plus
jeune de Joe Slovo autour de leur environnement Bien que non présents au quotidien dans
Aucune bonne réponse n’est à attendre car tout ici L’habitant ici est pluriel car l’objet d’architecture bâti. De simples questions peuvent faire parler l’enceinte de la crèche, les parents des
relève de l’expérimentation, d’essais successifs - la crèche - y accueille de nombreux protagonistes et réfléchir les enfants sur l’architecture, en enfants seront des interlocuteurs privilégiés et
qui s’avèrent succès dès que le dialogue aux profils, besoins et histoires aussi différents fonction de leur âge : où j’aime jouer, et pourquoi nécessaires à connaître. Il ne s’agira alors peut-
s’installe. Une démarche à tâtons délivrant que complexes à comprendre, partager et ? est-ce dehors, dedans ? les murs sont-ils hauts être pas de réaliser des ateliers spécifiques avec
tantôt ses réponses, tantôt ses interrogations invoquer lors de la conception. Les nécessités ? bas ? est-ce bruyant ? sombre ? éclairé ? aéré uniquement les parents d’élèves, comme ce
auxquelles la simple discussion est bien souvent spatiales, techniques ou architecturales que ? y fait-il froid ? trop froid ? trop chaud ? quels serait le cas pour les teachers par exemple, mais
la clef. Qu’à cela ne tienne, une autre visite à Joe révèlent ces profils seront à l’évidence aussi sont les autres pièces que je vois depuis cet plutôt d’organiser des workshops croisés entre
Slovo s’organise, apportant son lot de réponses, nombreux qu’il y a d’habitants au sein de la endroit ? ... Les questions ne sont pas destinées les différents habitants, ainsi que des entretiens
et évidemment, de questions. Un processus par crèche. Il est néanmoins possible d’établir trois à établir un idéal universel de salle de classe ou plus spécifiques, individualisés. De plus, la
essence infini ; fertile. grandes catégories pour lesquelles les approches d’aire de jeu, mais simplement d’entamer une sensibilisation menée lors des ateliers avec les
La démarche est hybride : spontanée et réfléchie, face à la conception architecturale seront discussion sur les multiples espaces et fonctions enfants peut être poursuivie lors d’entretiens
regardante et regardée, individuelle et collective. différentes, et avec lesquels les ateliers devront de la crèche (formels et informels) en mobilisant avec les parents. Récits croisés et expériences
être pensés séparément. les expériences sensorielles vécues. Un autre partagées deviennent alors supports de
Avant même de dessiner et d’émettre des défi relève des différentes tranches d’âge discussions pour une réflexion familiale autour
propositions spatiales l’enjeu est de définir La crèche, lieu d’apprentissage par excellence représentées et des disparités de développement des espaces, trajets & circulations, sensations de
les besoins des habitants de la crèche. Yona (c’est là que l’on apprend à apprendre), les psychomoteurs et psychosociaux à ces jeunes chacun, ...
Friedman distinguera l’habitant de l’utilisateur institutrices - les teachers - y ont une place âges. Nous le verrons plus tard, les ateliers de
au sens large : pour lui, est utilisateur toute centrales et prépondérante car ce sont les jeux tenteront de prendre en compte ces écarts
personne qui «subit de quelque manière que ce émettrices directes de l’enseignement, garantes afin d’aboutir à des jeux adaptés à chaque
soit l’objet d’architecture» , incluant alors le de l’ordre (et du désordre) et de l’éducation des tranche. Si l’apprentissage passe par le jeu, c’est
propriétaire (qui utilise l’objet d’architecture quelques 120 enfants de la crèche. par ces procédés que nous essaierons d’en savoir

170 171
De la communication
2

Teachers, enfants et parents sont donc nos La méthode alors précisément décrite dans les le développement psychomoteur et psychosocial
trois corps d’habitants à travers lesquels la paragraphes qui suivent dans l’ouvrage de Y. des enfants. Nous ne nous posons ni comme
conception de la crèche en tant que telle doit Friedman est relativement simple : décider du psychologues, ni comme enseignants, mais
se faire. Ces ateliers n’excluent en rien une « nombre de pièces, leurs liens directs (autrement tentons simplement à travers textes, ouvrages et
démarche parallèle, et croisée, avec le reste de la Nous allons d’abord voir comment il est dit les portes qui les séparent), et les accès depuis récits de professionnels de mieux comprendre
communauté, utilisateurs de la crèche également possible d’établir cette communication : l’extérieur. Chaque pièce est représentée par un l’objet d’architecture que nous allons construire
mais à un niveau bien différent. Il n’est pas autrement dit, comment l’habitant peut jeton, chaque liaison par un fil. avec les habitants, en comprenant mieux ces
directement question ici vous l’aurez compris arriver à «faire ses plans» de la maison Ensuite, à chaque pièce est attribuée des derniers. La communication à établir va dans les
des entretiens des habitants du township, ou qu’il souhaiterait habiter et comment caractéristiques spatiales ou architecturales deux sens.
des acteurs et fondateurs de la communauté il peut contrôler le bon fonctionnement (taille, forme, éclairage, orientation, ...). Se Le Department of Basic Education (DBE) a
ou encore des autorités locales, lesquels ont de son projet, c’est à dire vérifier si ses dessine alors très vite un diagramme spatial émis plusieurs textes de référence à destination
été conduits depuis juin 2015, voire mars 2014 désirs ne se contredisent pas entre eux et des besoins et envies de l’habitant. Il peut y des professionnels travaillant pour les crèches
lors du début de la phase 1. Ces derniers sont si son plan peut correspondre à l’une des formaliser ses besoins, ses idéaux et confronter et maternelles. Le National Early Learning and
nécessaires et prennent part indirectement dans dispositions réalisables des volumes. certaines idées éventuellement contradictoires. Development Standards for children Birth to
la conception de la nouvelle crèche mais ils sont (...) Four (NELDS) définit par exemple trois zones
intrinsèquement différents des ateliers que nous Il faut que la notation utilisée pour faire L’atelier que nous mettons en place est similaire d’âges bien distinctes : les babies (0-18 mois),
souhaitons mettre en place avec les habitants de un plan soit «fiable» et que la «carte» à ceci près qu’avant de définir les pièces à les toddlers (18-36 mois), les young children
la crèche. exécutée, suivant cette notation, indique proprement parlé, nous définissons avec les (3-4 ans) et les children (4-6 ans).
certaines propriétés importantes de teachers les différentes activités des enfants : Aussi, également émis par le DBE, le South
L’atelier que nous tenterons de mettre en place la réalité représentée. La notation jouer, apprendre (la limite entre ces deux activités African National Curriculum Framework
pour entamer la conception avec les teachers habituellement utilisée par l’architecte est est bien souvent floue), se reposer, manger, for children from Birth to Four nous a permis
est inspiré des recherches menées par Yona évidemment incompréhensible et difficile se laver les mains, .... A noter que cette liste de mieux comprendre les grands domaines
Friedman, à quelques variations près. Son à apprendre pour le futur habitant. presque exhaustive sera également établie avec d’éducation que les enseignants sont amenés
diagnostic est clair : la crise de l’architecture » les enfants, sous une autre forme d’atelier. Cette à suivre pour créer leurs programmes. Si ces
est due à un cruel manque de communication liste ne s’arrête pas à un inventaire stérile des derniers doivent suivre trois grands thèmes
entre les parties prenantes dans la conception occupations des enfants mais tente bel et bien de (considérer l’enfant comme une personne
de l’objet d’architecture, et en particulier entre comprendre l’implication des ces activités dans «capable», considérer son développement et son
l’architecte et l’habitant.

172 173
éducation comme importants et développer une transformer en expérience spatiale bien précise Ces esquisses de retranscriptions spatiales et cela implique au niveau de l’intimité, ou encore
relation de confiance entre adultes et enfants), : le caché-coucou et/ou le cache-cache peut architecturales seront à croiser avec les tests des odeurs ? L’aire de jeux peut-elle devenir ce
les activités doivent répondre à six domaines aisément invoquer par exemple des jeux de filtres de matériaux et techniques constructives initiés pivot de circulation ? Si oui, qu’est ce que cela
d’éducation, les Early Learning and Develoment et obstacles visuels, de matériaux opalescents, : plaques de plastique recyclé, sacs de terre, implique ? Les sanitaires deviennent loin des
Areas (ELDAs) : le bien-être, l’identité & ou techniques constructives permettant aux transformation de palettes, etc. salles de classe, et en cas d’intempérie l’accès au
l’appartenance, la communication, l’exploration enfants de jouer, se cacher, regarder, ... C’est point d’eau se complique... Les besoins et envie
des mathématiques, la créativité et la connaissance d’ailleurs déjà le cas dans la crèche temporaire Une fois la liste d’activités réalisée, assez vite, le se confrontent alors, et c’est le but de l’atelier.
& compréhension de l’environnement extérieur. : les bouteilles du mur composé de celles-ci nombre de pièces et leurs identités architecturales Ne reste plus qu’à expérimenter ce modèle de
Mais l’apprentissage des tous petits ne passe pas deviennent tant de longues vues kaléidoscopiques peuvent s’établir, avec les informations décrites travail avec les enseignantes, et évidemment
par des matières bien définies comme c’est le permettant de voir sans être vu (ou presque!), plus tôt. Notées sur de simples palets de bois (des Patricia. Les ateliers nous en diront plus sur
cas au primaire : le jeu est en réalité le moteur les parois de polycarbonate permettent de voir chutes du mur de bouteilles réalisé l’an passé) cette approche pour l’instant assez théorique,
principal de développement psychomoteur également, mais en déformé, flouté, blanchi ces pièces sont reliées par des fils de laine colorés bien que basée sur des expertises on ne peut plus
et psychosocial des enfants. Dans Dites Moi sauf si l’on vient coller son visage au plastique, en fonction de la fréquence de passage : très pratiques.
à quoi il joue, je vous dirai comment il va, la entre deux mains, prenant alors le risque d’être fréquent, régulier, limité. D’autres liens peuvent
psychologue Sophie Marinopoulos analyse ces démasqué. aussi être ajoutés, comme les percées visuelles.
processus d’intégration à travers différents jeux Comme décrit dans l’ouvrage de Y. Friedman,
et décrit les grandes phases de développement D’autres activités amèneront à des besoins plus les jonctions entre liens tissés décrivent alors un
des enfants. techniques : les jeux bruyants demandant un besoin de couloir, dégagement, ou changement
Encore une fois, nous ne nous posons pas en soin particulier aux espaces fermés (correction de niveau.
experts de la petite enfance. Ces ouvrages et acoustique, et isolation phonique performante), Nous nous sommes prêté au jeu, avec les quelques
textes de références, plus tard croisés avec les ou encore les salles d’activités des plus petits outils que nous avions (emploi du temps détaillé
récits des habitants et nos observations, nous demandant un soin particulier au sol car leur des enfants et lectures diverses). Le graphe alors
permettront d’esquisser dès lors des besoins développement moteur passe par bon nombre de créé est un excellent outil de discussion : nous
spatiaux, techniques ou architecturaux. chutes et de cascades. Bref, l’enjeu n’est pas que nous rendons vite compte qu’un espace va devoir
Les jeux et enseignements des petits passent nous fassions une liste exhaustive des activités être un point central entre les pièces esquissées.
éminemment par leur corps, et donc leurs sens des enfants mais d’établir cette liste avec les Un débat commence alors : le point sanitaire peut-
; et qu’est-ce que l’architecture si ce n’est une enseignantes, tout en réfléchissant avec elles à il devenir ce point central ? Si oui, qu’est ce que
expérience sensorielle ? Chaque jeu peut alors se des transpositions spatiales directes.

174 175
Participation(s), confrontation
texte d’Anastasia Rohaut & Yannis Frémont Marinopoulos

177
Une journée à la crèche
1

Toute théorie demande mise à l’essaie, une nos arrières par des lectures de textes officiels sur Afin de tenir le planning établi, nous avions entammant alors sur le temps de l’activité prévue
«confrontation» au réel. Ne voyez en aucun cas l’éducation des jeunes enfants et la préparation besoin de diviser les enfants en deux groupes et donc à l’apprentissage.
une sémantique de conflit en ce terme, mais la d’ateliers bien spécifiques. Cela ne suffira pas à mixtes tant en termes de genres que d’âges. Le
simple volonté de tester les méthodes mises en rendre cette journée de rencontres facile. premier groupe participerait à l’atelier « daily La crèche Silindokuhle s’est tout juste vue doté
place au préalable, et surtout de mieux connaître routine », exercice de prime abord assez simple, d’une nouvelle enseignante, Jenny, dont nous
les habitants de la future crèche, pour qui et avec Nous avions mis en place un planning divisant consistant à décrire une journée à la crèche à l’aide avons fait la connaissance le matin des atelier.
qui nous réalisons cet ouvrage. La confrontation les effectifs saga en trois paires : une travaillant de pièces de bois peintes enfilées sur une ficelle Elle a joué le rôle essentiel de traducteur pour
ne vient alors pas d’où on pourrait l’attendre : avec les enfants sur la description de leur Daily suspendue, chaque pièce de couleur représentant le premier atelier de Daily Routine, car après
avant une confrontation avec les habitants, et, Routine, leur journée type et les activités qui la une activité que les enfants tenteront de décrire. l’espace, c’est la langue qui fut un réel challenge.
avouons-le, en particuliers les enfants, c’est face composent, une deuxième faisant dessiner un Le deuxième groupe prendrait part à un atelier Quelques mots sont universels : teacher (le
au bon déroulement des ateliers préparés que groupe d’enfants autour de certains évènements dessin visant à leur faire représenter leur activité surnom que les enfants nous ont vite donné),
l’appréhension se fait. Et pour cause. D’autres de leur journée (sieste, repas, teaching time,...) préférée, la crèche de leur rêves, … Stop, ou l’éternel Shuuuuuuut accompagné
obstacles viendront lors de cette journée de et enfin une troisième prenant à part chaque de sont doigt levé devant la bouche pour faire
dialogues et d’observations. enseignante pour les interroger plus précisément La première difficulté que nous avons rencontré silence ; soit. Mais il en faut un peu plus pour
sur leurs parcours individuels, leurs méthodes est intrinsèquement liée à l’espace. Les enfants tenir un auditoire, de petits qui plus est. Jenny
Si cette journée d’ateliers participatifs s’est pédagogiques, etc. étant tous mélangés et dispersés dans la même a été plus qu’une simple traductrice : la clef de
avérée plus difficile à mener que nous l’avions pièce de 100m², le simple fait de composer des voute de ce début d’atelier. Captivant les enfants
pensé, elle n’en a pas été moins riche en groupes représente en soit une activité à part de ses mimes et gestuelles, demandant un ordre
apprentissages. A dire vrai, nos propre difficultés « Quelle est la première chose entière. Les enfants étant – fait assez étrange et une main levée avant chaque réponse, elle a su
ont été une leçon des plus intéressante. Quoi de que tu fais quand tu arrrives à la bien que naturel - plus intéressés par l’activité véritablement créer le dialogue entre les enfants
plus révélateur en effet, que de se mettre pour crèche ? » à laquelle les autres participent. La nécessité de et nous.
une journée au moins dans la peau des teachers plusieurs salles de classe dans la future crèche est Pour rappel, notre idée originale était de
? Nous n’avons évidemment pas l’expérience largement confirmée et cela, avant même d’avoir retranscrire la journée des enfants, par les enfants
de ces dernières en matière de pédagogie, ni la Si le questionnaire avec les teachers s’est tenter de mener simultanément deux activités à travers un boulier fabriqué à l’aide de chutes
confiance des enfants, et encore moins l’autorité déroulé dans le plus grand calme et sans impairs, dans le même espace. Le rôle des teachers en de contreplaqué peintes en couleurs primaires.
naturelle qui en découle. Plutôt conscients de ces les deux ateliers avec les enfants, loin d’avoir été est alors souvent réduit à interpeler un enfant, Chaque couleur représentant une activité, nous
lacunes, nous avions préparé notre coup, assuré chaotiques, se sont quelque peut transformés au puis un autre afin qu’ils restent concentrés, souhaitions arriver à faire parler les enfants sur
fur et à mesure de la journée.

178 179
leur quotidien : Quelle est la première chose faisant les couettes de l’une. Trop de distractions Le petit groupe s’organise en silence, forme une puissent y loger en lignes sans pour autant
qu’ils font quand ils arrivent à la crèche ? Où alentours, d’autant que l’atelier voisin (le dessin) ligne face à l’entrée des toilettes, en dehors de obstruer le passage.
sont-ils ? Assis, débout ? Seuls, en groupes, ...? semblait souffrir des mêmes maux. Dur pour les l’espace couvert prévu à cet effet, et patiente.
enfants de se concentrer longtemps, et difficile Au signal de l’enseignante, les quatre première à table !
«I hang my bag !» Les premières réponses fusent - pour nous de reprendre le fil de l’atelier dans le avancent jusque dans les toilettes. Une fois
après l’accord bienveillant de Jenny évidemment brouhaha, les petites querelles, les jeux de mains, sortie, chacune se dirige automatiquement vers le Pendant que Siphokazi surveille les toilettes, les
- et quelques chanceux sont fiers de passer les les courses et autres activités nettement plus lavabo, se lave les mains, puis regagne la classe. autres teachers s’attèlent à organiser le repas.
premiers disques colorés sur la cordelette - ce marrantes que nos questions auxquelles rappelons Lorsque toutes le filles sont allées aux toilettes, Les enfants sont installés, regroupés par tranches
seront les seuls. On apprend par exemple que le, ils ne comprennent pas un mot sans Jenny. les garçons entament alors la même chorégraphie. d’âges. On note trois groupes distincts : les
dès leur arrivée, les enfants accrochent leurs Cette dernière a dû s’absenter pour répondre au S’il peut sembler anecdotique ou ne relever que young children sont assis sur des chaises à quatre
sacs, s’assoient et mangent un encas, ce dernier questionnaire, et Siphokazi la remplaçant, le lien de la pédagogie, ce récit d’un rituel quotidien est autour d’une table, les toddlers, eux, sont assis en
pris dehors ou dedans en fonction du temps et alors tissé avec les enfants a vite été oublié pour en fait plein d’informations précieuses ayant trait rangs par terre , et les babies font la sieste sur des
des humeurs de chacun. Le dialogue se fait. Les aller jouer avec les autres. Une pause pour tout à la conception même de l’espace. matelas disposés sur le côté.
doigts se pointent, ça se bouscule pour répondre le monde est nécessaire, et ça tombe bien c’est Le fait que les filles et les garçons aillent aux Tous savent qu’ils doivent rester calmes. Puis ils
même ! Etre choisi par les teachers du jour, la l’heure de déjeuner. Nous nous arrêterons alors toilettes en deux temps nous éclaire sur la se lèvent tous à la demande de l’une des teachers,
classe à croire ! au bout de cinq activités : hanging bags, eating nécessité de créer deux espaces séparés et non s’en suit une courte prière annonciatrice du repas
Certains en arriveront à nous mentir sur le pap, quiet time, teaching time, singing time. des toilettes mixtes. Ces deux espaces, bien que imminent. Jenny est assise à une petite table sur
déroulé de la journée, en sachant pertinemment séparés devront être proches afin qu’une seule laquelle se trouvent une bassine d’eau et quatre
que la maitresse, garante du vrai déroulé des Ladies first… enseignante puisse gérer les deux files d’attente. gobelets. Les enfants se lèvent, une table après
évènements, faisait traduction et allait nous Une autre information doit attirer notre attention: l’autre, et se dirigent vers Jenny qui plonge les
avertir de la supercherie. Tant mieux, c’est le Un petit groupe de filles, une dizaine, se dirige pourquoi la file d’attente s’établit-elle en dehors gobelets dans l’eau et leur tend.
récit des enfants que nous voulions. naturellement vers la baie coulissante. Elles de l’espace abrité ? En observant la scène, nous Entre temps, Natty et Patrick sont entrés dans
restent là, debout et fixent des yeux une des comprenons que si la queue s’était formée en la crèche, chacun portant une marmite. L’odeur
We are happy when we are eating, and we are teachers. Cela ressemble à un signal, ou à une dessous de l’abri, elle aurait géné l’accès aux de riz et de potée se répand alors rapidement
eating when we are inside ! (paroles d’un enfant) routine tellement bien ficelée qu’elle se passe lavabos et ainsi perturbé le roulement. Il sera dans la halle. Nous aidons Yoliswa à remplir les
de mots. Siphokasi, la plus jeune des teachers, donc important de penser un espace abrité assiettes, une louche de riz et une cuillère de potée
Après ce (court) moment de succès, l’attention rejoint donc les jeunes filles qui la suivent jusque suffisamment spacieux pour que les enfants dans chaque. Les assiettes partent par quatre sur
s’est vite dissipée, l’un tapant l’autre, l’autre devant les toilettes, quelques mètres plus loin.

180 181
un plateau, les tables des young children sont classes une salle de repas attenante à la cuisine des matelas disposés au fond, près de l’entrée, à la maison !
servies en premier l’une après l’autre. Tandis et dans laquelle les trois classes iraient à tour les young children garçons sur des draps installés
que les premiers young children finissent leurs de rôle. Si cela n’est pas possible, les repas sous les fenêtre le long de la façade Ouest. Les Les enfants se réveillent peu à peu - pour ceux
assiettes, c’est au tour des toddlers d’être servis. pourraient être servis dans les classes, chacune à filles, toddlers et young children mélangées, sont qui avaient réussi à dormir tout du moins. Les
Les babies dorment encore pour la plupart. Ceux un créneau différent pour assurer la disponibilité installées sur un draps le long de la façade Est. teachers réveillent ceux qui peinent à sortir du
qui auront faim mangeront à leur réveil. Une des assiettes. Cela requiert en outre que la cuisine Une fois tout le monde en place, vient le moment sommeil. Petit à petit les enfants se lèvent et
fois leurs assiettes terminées les young children soit facilement accessible de l’ensemble des trois des «chuuuut». Encore excités, les enfants empilent les matelas, les enseignantes replient
vont tour à tour les déposer dans la cuisine afin classes. peinent à s’endormir, les filles se font des couettes les draps et rapatrient le tout dans les lieux de
qu’elles soient lavées et resservies à d’autres D’autres solutions sont surement possibles, à ou chuchotent, les garçons se chamaillent… stockage. Les enfants savent que la journée
enfants dans la foulée. nous de les trouver. pendant ce temps, les teachers font des rondes touche à sa fin. Ils se dirigent un à un vers le
Les enfants regagnent leurs places respectives en pour tenter de faire régner l’ordre et permettre mur de bouteilles auquel sont suspendus leurs
attendant que les autres aient terminé leur repas. ainsi aux enfants de trouver le sommeil. cartables. Chacun prend son goûter, et dépose les
Une enseignante se dirige vers les toilettes avec Au dodo ! Les enfants se reposent durant une heure et emballages sur un plateau posé dans un coin de
un premier groupe de filles et entame ainsi à les enseignantes en profitent pour préparer les la salle.
nouveau la « toilet routine ». Après le repas pris et la toilet routine terminée, devoirs des plus grands ou donner à manger aux L’une attrape sont Hello Kitty, l’ouvre et en sort
Le long rituel du repas est encore une fois riche vient l’heure de la sieste. Une nouvelle babies qui se sont entre temps réveillés. Quelques un petit paquet de gâteaux et une boisson. L’autre
d’enseignements pour nous qui devons penser la organisation se met en place. Chacun prend sa parents passent voir leur enfant en rentrant du fait chuter son Spiderman dont tombe un yaourt
future crèche. Il est impossible pour les teachers chaise et vient l’empiler sur les autres, dans un travail et des enfants plus âgés passent prendre et du pain de mie.
de servir tous les enfants en même temps, coin de la cuisine. Les tables sont empilées par leurs frères et sœurs pour les ramener à la maison. Les enfants vont ensuite naturellement vers les
l’organisation et le rythme sont tels que les trois les teachers dans un coin de la classe pendant grands sacs où sont rangés les jouets. Les ballons
tranches d’âges mangent finalement séparément, qu’une autre part chercher les matelas, draps, commencent à voler, les voitures passent entre
mais les enfants doivent rester assis durant les duvets stockés dans le coin d’eau ou dans le les jambes de deux petites qui se frappent dans
trois temps du repas. Plusieurs solutions sont bureau, et les dispose au sol. Une fois le mobilier les mains en chantant…
possibles pour simplifier la logistique et réduire rangé et les couchages installés, les enfants Cette scène est à la fois réjouissante et épuisante,
le long temps d’attente qui empiète beaucoup sur s’allongent, en rangs bien serrés. Un réel zoning les cris fusent, certains se chamaillent et pleurent.
la journée et le temps laissé aux activités. se met alors en place : les babies dans leur coin Les parents ou frères et sœurs passent par petit
Une des solutions serait d’avoir en plus des trois habituel, les toddlers garçons en deux lignes sur groupes et la crèche se vide peu à peu. Ce moment
s’étire jusqu’à ce que les derniers enfants soient
partis.

182 183
Echecs fertiles
2

Nous ne listerons pas ici les besoins en ont permis de dégager une phase d’observation et
terme d’espaces, de volumétries ou de liens de participation à la vie de la crèche lors du rituel
programmatiques que nous avons pu établir du repas et de la sieste qui ont été nécessaires
après cette journée il s’agit simplement de rendre pour une meilleure compréhension des usages et
compte de ce premier atelier participatif avec les habitudes de chacun. Le verre d’eau, la prière,
habitants de la crèche. les files d’attentes pour les toilettes, ... etc Tant
Premièrement, nous avons réussi à dialoguer avec de petits détails qui, pensés en espace feront de
les enfants, les écouter parler de leur journée, la prochaine crèche un bâtiment adapté. Sans
leurs activités, leurs habitudes, leurs petites compter les temps de jeu avec les enfants qui ont
joies quotidiennes. Ce dialogue a nécessité une permis d’initier pour certains, et renforcer pour

saga
médiation, tissant alors un véritable lien entre d’autres un lien important.
nous, les enfants et la maitresse pendant un cours
moment de discussions. Le nombre d’enfants par
atelier, et les disparités d’âges ont néanmoins
freiné le bon déroulement de la suite du «jeu». La
longueur de l’atelier n’a pas aidé non plus : à tort,
nous avions mal anticipé le temps que prendrait
chaque question, chaque réponse et faire
l’inventaire d’une journée entière par un unique
groupe n’était décidemment pas réalisable. Le
nombre d’enfants par atelier était également mal
appréhendé car seulement la moitié du groupe
nous a prêté attention lors de l’exercice, les plus
jeunes restant à l’écart. Un exercice différent et
plus adapté à l’âge des petits aurait surement pu
nous aidé à lancer le dialogue avec ces derniers.
Malgré ces impensés, les ateliers non réalisés nous

184
Une conception inspirée

187
Concepts et parole habitante dessinée
1

Grâce à la partie précédente, nous avons pu Cela nécessite donc deux espaces distincts. Comprendre comment les enfants ou même plus «La question essentielle est donc: que
comprendre comment fonctionnait le système De plus, l’étude technique du bâtiment a permis généralement des personnes utilisent un espace faut-il transformer? L’environnement
scolaire actuel. Grâce aux diverses informations de révéler des lacunes lorsque le bâtiment est est à la base des choix de notre conception. Le pour l’adapter à l’homme, ou l’homme
récoltées lors de ce workshop il est donc utilisé comme une crèche. Le problème de but n’est pas de venir transformer, changer les pour l’adapter à l’environnement?
maintenant possible de «dessiner la parole l’acoustique par exemple renforce l’idée de habitudes quotidiennes mais au contraire il Faut-il donner à l’homme des moyens
habitante». Il est clair que le bâtiment actuel penser à des espaces dédiés et adaptés aux faut limiter ses transformations, se détacher de artificiels et sophistiqués qui l’aideront
n’est pas adapté pour acceuillir le grand nombre tranches d’âge. Le confort thermique qui certes l’architecture classique, et adopter une autre à survivre ou adapter son organisme
d’enfants inscris. Les différentes tranches d’âge a été amélioré par rapport a l’ancienne crèche manière de concevoir. Comme le dit Y. Friedman: aux conditions de survie offertes par
jouent et évoluent dans le même espace toute reste également un point sur lequel des solutions l’environnement?»
la journée. Il nous semblait donc essentiel de peuvent être trouvées. Par exemple mieux jouer «le choix de l’architecture classique,
réfléchir à des espaces distincts mais à la fois sur l’orientation du bâtiment ou encore utiliser c’est de transformer le monde afin de le
connectés pour assurer une ciculation fluide des matériaux plus adaptés qui par exemple rendre favorable à l’homme, alors que Ayons en tête donc l’importance de
entre les espaces et développer l’éveil des plus laisseraient passer les rayons du soleil en fonction celui de l’architecture de survie, c’est l’environnement lors de la conception d’un
petits. L’établissement du daily program par les des heures de la journée . d’essayer de trouver comment limiter les bâtiment, d’un projet dans un milieu dit pauvre.
enfants a permis de déterminer «leurs parcours transformations en ne conservant que Dans ce type d’environnement la «survie» qualifie
quotidiens» au sein de la crèche. Le matin les les plus nécessaires pour que l’homme le quotidien des habitants. Cette notion de survie
parents déposent leurs enfants devant la crèche soit capable de survivre dans des est un élément intéressant car en d’autres termes,
puis les plus petits entament directement un repas conditions suffisamment favorables comme le dit Y. Friedman:
matinal et les plus grands font la prière. Dans cette Autrement dit, l’architecture classique
configuration il est nécessaire d’avoir des espaces transforme les choses pour les adapter «Survivre, c’est renoncer à
dédiés et connectés. Dans l’actuelle halle, il est à l’usage de l’homme, alors que l’enrichissement»
difficile de faire toutes ces activités sans qu’un l’architecture de survie essaye de
groupe soit distrait par un autre. C’est pourquoi transformer la manière dont l’homme Ainsi Joe Slovo pourrait être qualifié de «ville ou
le parcours quotidien est important. Ainsi «les utilise les choses existantes (ce qui quartier de survie».
parents qui déposent leurs enfants» est une action pourrait changer la mentalité et le
qui nécessite un espace accessible à tous devant comportement de l’homme.)»
l’entrée de la crèche. Lors de l’arrivée des plus
petits il est nécessaire qu’ils accèdent à la salle
de repas sans déranger les plus grands à la prière.

188 189
En adoptant ce concept «d’architecture de
survie», c’est-à-dire impliquer les habitants de
«l’environnement de survie» de manière directe ou
indirecte, il semble évident que le projet sera adapté
et profitera en premier lieu aux habitants.
Il ne suffit donc pas de chercher des solutions
concernant la construction du bâtiment mais des
solutions

«qui tiennent compte, aussi, des


principales ressources nécessaires à
la survie: nourriture, eau, protection
climatique et défense contre l’agression.
L’architecture de survie implique
également une organisation sociale qui
ne soit pas exclusivement déterminée
par l’aménagement des bâtiments et des
surfaces agraires; au contraire, ce sont
saga
des contraintes de la communication
qui imposent l’organisation sociale qui,
à son tour, grâce à l’autoplanification
par l’habitant, déterminera le plan
d’ensemble des bâtiments. Les éléments
collectifs de ces bâtiments (sol, toit,
structure) et les éléments individualisés
(enclos) sont une approche de la solution
que représente le bâtiment-village, ce
bâtiment-village qui est implanté dans la
nature, soit une ossature préexistante, soit
une ossature vide réalisée spécialement
(infrastructure).» Y.Friedman

190
Pour donner une idée de notre parti pris 椀渀 琀栀攀 洀漀爀渀椀渀最⸀⸀⸀ 匀伀䴀䔀 倀䄀刀䔀一吀匀 䈀刀䤀一䜀 匀伀䴀䔀 䬀䤀䐀匀 
吀伀 吀䠀䔀 匀䌀䠀伀伀䰀
architectural voici-ci contre l’esquisse de
la nouvelle crèche. On y remarque donc des
espaces dédiés tous connectés via un parcours
central surélevé et ouvert sur deux playgrounds. 匀伀䴀䔀 伀䘀 吀䠀䔀 匀䴀䄀䰀䰀䔀匀吀 
Pendant que les plus petits mangent, les plus 䬀䤀䐀匀 䄀刀䔀 匀䰀䔀䔀倀䤀一䜀Ⰰ 吀䠀䔀 
伀吀䠀䔀刀匀 䄀刀䔀 倀䰀䄀夀䤀一䜀
grands chantent ou jouent sur l’aire de jeu.
Une telle différenciation des espaces est aussi
très utile pour les teachers car elles pourraient
s’occuper d’un groupe d’enfant en particulier 匀䤀一䜀䤀一䜀 吀䤀䴀䔀 䘀伀刀 
吀䠀䔀 吀䔀䄀䌀䠀䔀刀 䌀䠀䄀一䜀䔀 
䐀䤀䄀倀䔀刀匀
吀䠀䔀 䔀䰀䐀䔀匀吀
sans être perturbées par un autre.

吀䠀䔀 䔀䄀匀吀䔀刀一 伀倀䔀一 
倀䰀䄀夀䜀刀伀唀一䐀 䜀䔀吀匀 吀䠀䔀 
䴀伀刀一䤀一䜀 匀唀一

倀䰀伀吀 䰀䤀䴀䤀吀
伀一䔀 䌀䰀䄀匀匀 䤀匀 䔀䄀吀䤀一䜀 䤀一 吀䠀䔀  伀一䔀 吀䔀䄀䌀䠀䔀刀 䤀匀 
䴀唀䰀吀䤀倀䰀䔀 倀唀刀倀伀匀䔀匀 刀伀伀䴀 䌀伀伀䬀䤀一䜀

匀椀氀椀渀搀漀欀甀栀氀攀 倀爀攀 匀挀栀漀漀氀 昀漀爀 䨀漀攀 匀氀漀瘀漀 吀漀眀渀猀栀椀瀀

⨀⨀⨀⨀⨀
㄀㘀⸀ 㤀⸀㄀㘀 簀 䜀爀漀甀渀搀 昀氀漀漀爀 簀 ㄀㨀㈀   簀 挀漀氀氀攀挀琀椀昀 猀愀最愀 簀   一漀爀琀栀
愀 瀀爀漀樀攀挀琀 昀爀漀洀 㨀 䤀渀搀愀氀漀 ☀ 挀漀氀氀攀挀琀椀昀 猀愀最愀

192
吀䠀䔀 䘀刀伀一吀 匀吀䔀倀匀 䌀䄀一 匀吀䤀䰀䰀 䈀䔀 
Il nous paraissait essentiel de ne pas seulement 唀匀䔀䐀 䘀伀刀 䤀一䘀伀刀䴀䄀䰀 匀䔀䄀吀䤀一䜀匀
concevoir un bâtiment qui aurait une seule et 椀渀 琀栀攀 攀瘀攀渀椀渀最⸀⸀⸀
unique fonction. Le manque d’infrastructures 漀渀 琀栀攀 眀攀攀欀ⴀ攀渀搀猀⸀⸀⸀
publiques à Joe Slovo est très clair:

«We need public spaces»


(paroles d’un habitant)
䌀䰀䄀匀匀刀伀伀䴀匀 
䄀刀䔀 䌀䰀伀匀䔀䐀
De ce fait la conception doit s’inscrire dans une
temporalité particulière. Le matin et l’après-
midi durant les heures de cours, le bâtiments
acceuillera uniquement les enfants dans un
espace protégé.
吀䠀䔀 䴀䄀䤀一 䔀一吀刀䄀一䌀䔀 䤀匀 伀一 吀䠀䔀 圀䔀匀吀 
A la fin des cours, et durant les week-ends une 䔀䐀䜀䔀 伀䘀 吀䠀䔀 倀䰀伀吀 㨀 吀䠀䔀 匀䰀䤀䐀䤀一䜀 圀䄀䰀䰀 
伀倀䔀一匀 伀一 吀䠀䔀 圀䔀匀吀䔀刀一 倀䰀䄀夀䜀刀伀唀一䐀
partie de l’espace sera dédié à tout le monde 匀伀䴀䔀 䬀䤀䐀匀 䌀䄀䴀䔀 吀伀 倀䰀䄀夀 䄀 
匀倀伀一吀䄀一䔀伀唀匀 䘀伀伀吀䈀䄀䰀䰀 䜀䄀䴀䔀
grâce au mur amovible au sud ouest.

Afin de ne jamais complètement séparer


l’environnement intérieur de la crèche et
l’environnement extérieur qu’est la rue, nous
倀䔀伀倀䰀䔀 圀䠀伀 䌀䄀䴀䔀 吀伀 吀䠀䔀 
pensions jouer sur la nature des matériaux 䔀嘀䔀一吀 䌀䄀一 唀匀䔀 吀䠀䔀 䄀䐀唀䰀吀匀 
pour offrir un lieu traversant et poreux qui ne 䈀䄀吀䠀刀伀伀䴀 ⼀ 吀伀䤀䰀䔀吀匀

倀䰀伀吀 䰀䤀䴀䤀吀
créerait aucunes barrières brutales entre la rue
et l’espace de la crèche.

吀䠀䔀 䐀伀伀刀 䄀刀䔀 伀倀䔀一 吀伀  吀䠀䔀 伀刀䜀䄀一䤀娀䔀刀匀 䌀䄀一 唀匀䔀 
䌀刀䔀䄀吀䔀 䄀 䌀伀嘀䔀刀䔀䐀 匀吀䄀䜀䔀⸀  吀䠀䔀 䬀䤀吀䌀䠀䔀一 吀伀 䌀伀伀䬀 䄀 
倀䔀伀倀䰀䔀 䄀刀䔀 䜀䄀吀䠀䔀刀䔀䐀 䤀一 吀䠀䔀  䴀䔀䄀䰀 䘀伀刀 吀䠀䔀 䔀嘀䔀一吀
圀䔀匀吀䔀刀一 倀䰀䄀夀䜀刀伀唀一䜀

匀椀氀椀渀搀漀欀甀栀氀攀 倀爀攀 匀挀栀漀漀氀 昀漀爀 䨀漀攀 匀氀漀瘀漀 吀漀眀渀猀栀椀瀀

⨀⨀⨀⨀⨀
㄀㘀⸀ 㤀⸀㄀㘀 簀 䜀爀漀甀渀搀 昀氀漀漀爀 簀 ㄀㨀㈀   簀 挀漀氀氀攀挀琀椀昀 猀愀最愀 簀   一漀爀琀栀
愀 瀀爀漀樀攀挀琀 昀爀漀洀 㨀 䤀渀搀愀氀漀 ☀ 挀漀氀氀攀挀琀椀昀 猀愀最愀

194
Confronter objectifs fixés et désirs habitants
2

Coucher sur le papier les besoins et désirs n’est programmes RDP semblent être adaptés au aux acteurs participants. Un projet de type bottom-up comme celui de saga
pas chose facile. Plusieurs alternatives sont contexte. L’immense besoin en logements Pour permettre également le bon déroulement oblige à se plonger dans un travail d’étude avant
possibles. En effet lors de la mise en place d’un décents à Joe Slovo justifie la mise en place d’un projet il est néanmoins nécessaire de ne pas la construction. Celui-ci permet d’affiner les
processus participatif via un workshop avec les de ces programmes. Pourtant ceux là ne oublier les objectifs fixés au début du projet. Le objectifs initialement fixés. De plus cela permet
de mieux comprendre l’environnement dans
habitants, chacun peut avoir son propre ressenti participent en rien à l’évolution sociale, urbaine projet de saga, dans sa globalité se compose de
lequel le projet s’inscrit afin de pouvoir réagir de
lors du déroulement des activités. Ce ressenti est ou économique du township. Ces programmes quatre phases toutes liées les unes aux autres. De
la bonne manière et rapidement en fonction de
essentiel et doit être partagé au sein de l’équipe de de logements massifs s’incluent certes dans ce fait au fil de la mise en oeuvre du projet, les certains évènements imprévus.
conception afin qu’aucune information récoltée l’environnement urbain mais n’incluent pas les objectifs peuvent changer car une phase aura pu
par chacun ne soit oubliée. habitants qui pourtant sont les futurs résidents. mettre en exergue d’autres objectifs à prendre en Après s’être penchés sur l’organisation urbaine de
Un projet résilient prend tout son sens lorsque compte. la ville et de Joe Slovo, après s’être intéréssés à la
La plupart des grands projets de dévelopement toutes les entités urbaines sont prises en compte notion de communauté et comment elle s’organise
sont souvent très orientés et suivent des objectifs en son sein. Architectes, urbanistes, paysagistes, sont donc et finalement comment peut elle s’inscrire au
très précis qui parfois empèchent de valoriser la amenés à passer par cette étape de confrontation sein du projet, nous souhaitons maintenant nous
questionner sur ce qui est pour nous une des
participation habitante faite en amont. Si le projet de la crèche s’inspirait du processus entre la parole habitante et les objectifs
limites que comportent les projets de type bottom
Dans un projet de type bottom up comme celui de construction d’une RDP il suffirait donc initialement fixés. Cette étape est complexe mais
up:
de saga, les objectifs sont certes définis en de dessiner quatre murs couverts par un toit. est essentielle pour permettre à un projet de durer
amont mais ne sont pas fixes et peuvent changer Mais combien de temps le bâtiment durerait- après achèvement.
suivant les phases de mise en oeuvre du projet. il? ou permettrait-il vraiment de répondre aux
Un projet de ce type doit en priorité répondre à besoins de la communauté? Rien n’est sûr car la Un des freins au bon déroulement de cette étape Quelle est l’importance de la définition
une population en demande. C’est en s’adaptant conception ne serait inspirée que par un unique est l’accord entre les différentes parties prenantes du rôle des acteurs au long du projet ?
au contexte urbain, que le projet devient résilient objectif: «Offrir un lieu d’éducation» comme du projet. Une bonnne communication via un Est-il possible de soutenir dans le temps
à long terme. Il est en effet facile pour les pour les programmes RDP: «reloger dans un médiateur doit être mise en place pour éviter tout un projet qui n’a pas été clairement
habitants de pérenniser un projet pour lequel environnement non précaire». malentendu. Dans le cas du projet de saga (nous monté ?
ils sont investis depuis les prémices et dont ils Comprendre et accepter les désirs habitants lors y reviendrons dans la partie suivante) ce manque
Quel sera l’impact du montage
connaissent eux-même les objectifs. de la conception n’est certes pas chose facile de communication a considérablement ralentit
institutionnel sur le projet
mais permet au projet de durer et de répondre à cette étape car la proposition inspirée des paroles
communautaire ?
Il est intéressant pour comprendre la résilience de multiples objectifs et offrir des opportunités habitantes ne respecte pas les objectifs précis
d’un projet de mettre l’un en face de l’autre le convenus il y a deux ans auparavant.
projet de saga et le programme de logement
RDP actuel à Joe Slovo. A première vue, les

196 197
saga saga
Pourquoi faire un faire un point sur danger. En effet, depuis que le maire est venu à
le rôle des acteurs à ce moment du Joe Slovo en juillet dernier pour la cérémonie
projet et pourquoi questionner un de la remise du chèque (subvention évoquée
substitut au montage institutionnel ? précédemment), les habitants de la communauté
veulent savoir où est l’argent. Ils accusent
La situation de crise actuelle entre les parties Patricia de le cacher et pire de le détourner.
prenantes, bloque le projet. Le manque d’échange Cette dernière ne sait pas ce qu’il en est, Kévin
et de confiance entre les acteurs a atteint, son ne lui ayant rien expliqué, elle ne sait pas quoi
summum. À la fin du mois d’août, Patricia, la répondre à la communauté. La situation est
directrice de la crèche et l’instigatrice de ce grave et s’enlise à mesure que les jours passent.
projet, a émis l’hypothèse et la volonté de quitter Les habitants attendent leur crèche,-comme ils
le projet. Elle sent que la communauté ne la l’affirment-, et font pression sur Patricia pour
soutien plus comme avant et ne fait plus confiance obtenir des réponses.
à Kévin Kimwele. Ces deux derniers ont pourtant Alors que selon Patricia, la communauté et SAGA
travaillé main dans la main la première année. il est temps de construire la crèche définitive,
Aujourd’hui elle a l’impression qu’il a prit les comme cela a été définit, lors de l’élaboration des
reines du projet, qu’il lui a en quelque sorte « quatre phases, Kévin affirme qu’il faut réaliser la
voler son rêve »... phase 3 avant la phase 2, et donc construire un
Kevin, joue un rôle clé au sein du projet puisqu’il centre communautaire avant la crèche. En effet
est le seul point de contact entre tous les acteurs. l’université de la Neslon Mandela Bay, partenaire
Il semble pourtant manquer de transparence. du projet, fait très certainement pression sur

Chapitre V Or, il est à l’initiative de la venue de nouveaux


acteurs dans le projet. Patricia se plaint de voir «
débarquer », sans cesse, de nouvelles personnes
Kévin, pour que le centre communautaire soit
rapidement construit....
Il semblerait qu’une clarification des objectifs
à Joe Slovo, sans être informée. Lors d’un pour cette nouvelle phase, qui ne fait que débuter,
LE PROJET EN CRISE : LA NÉCESSITÉ DE voyage en Europe, de juillet et août, Kévin a créé soit indispensable. Mais il faut aussi définir le
ou du moins enclenché la création de nombreux rôle de chacun, et savoir qui fait partie du projet.
FAIRE LE POINT SUR LE RÔLE DES ACTEURS
partenariats à qui il doit et va devoir rendre des Pour ce qui est de SAGA, le collectif a décidé et
comptes. Ceci a été permis grâce à la subvention a été obligé de stopper ses actions au sein de la
reçue du MBDA, pour aider au développement communauté et de laisser de côté la conception
de nouveaux partenariats. Tous ces facteurs de la crèche le temps que la situation se débloque.
devraient d’autant plus, le contraindre à rendre Ils sont contraints à l’inaction, depuis quasiment
des comptes... 1 mois.
Au delà de ces soucis, lié à la coordination entre
acteurs, il y a bien plus grave. Patricia désire
quitter le projet car elle pense que sa vie est en

201
Comment a-t-on procédé ?

Ce problème s’est révélé au grand jour à la fin du


mois d’aout, lors d’une réunion très importante
entre les acteurs du premier cercle. Patricia
a demandé un entretien avec le councillor, le
MBDA, Kévin et SAGA, pour leur présenter sa
situation, et confronter Kévin. Depuis lors, une
série d’autres entretiens entre différentes parties
prenantes a pris place. SAGA est allé consulter la
métropole et le MBDA, pour savoir ce qui avait
été conclu entre les institutions et Kévin. Ils ont
découvert qu’aucun document contractuel n’avait
été signé entre les parties prenantes. Le projet n’a
donc pour le moment qu’une légitimité relative

saga
(celle de la parole). La prochaine étape, pour eux,
est de trouver un accord avec le councillor de Joe
Slovo qui semblerait être le seul acteur pouvant
débloquer le projet.
Pour ce qui est de la rédaction de cette partie,
il a fallu dans un premier temps, retranscrire
et rapporter les entretiens. Dans un deuxième
temps, nous avons traité ces informations via une
analyse des des parties prenantes, leurs intérêts
personnels et leurs stratégies. C’est autour de cet
analyse que nous avons concentré la réflexion.
La constitution d’un organigramme aurait permis
de synthétiser les résultats et de faire ressortir
les conflits et rapports de force entre les acteurs.
Finalement nous conclurons cette partie par la
recherche de solutions pour débloquer la situation
de crise sur le court et le long terme.

202
Un projet qui s’est construit sans
montage institutionnel solide : risque
et potentiel ?

Comprendre comment le projet s’est monté

205
Un projet constitué au gré des
opportunités 1 Un projet à la base incrémental, et flexible...
Les potentiels & dangers du montage institutionnel. b
L’Histoire de la création
du projet a
Patricia a commencé la crèche chez elle en Le projet de la crèche, comme en témoigne Constituer une entité administratrice du
2009 / 2010, dans son propre shack. Peu de l’histoire de sa formation s’est constitué projet
temps après, la communauté a construit un plus petit à petit et par accrétion d’acteurs. C’est
grand shack pour elle et les enfants. Après 2012, d’une certaine manière ce qui a fait sa force car Coordonner les acteurs
l’association Love Story a commencé à soutenir il n’était pas figé dans un montage qui aurait pu
Patricia avec de la nourriture, des couvertures, représenter un frein de par sa rigidité (notamment Rendre des comptes aux partenaires et
des jouets.... en terme de délais, de mainmise municipale ou bailleurs de fonds
de poids excessif des bailleurs de fonds). En
Sheldon, Mary-Ann, (de Love Story) et Patricia effet, jusqu’à présent, le projet n’avait pas eu à Mais en réalité cela ne doit pas se faire au risque
réfléchissaient à la possibilité de construire une composer avec des attentes strictes et « normés de perdre l’essence même du projet, c’est à dire
nouvelle crèche, plus grande et adaptée aux » émanant des parties prenantes. Jusqu’à présent un projet fait par et pour la communautaire...En
besoins. C’est à ce moment-là que Kevin est aussi, l’équilibre au sein de la maîtrise d’ouvrage effet, s’esquisse aujourd’hui, en toile de fond un
apparu dans le projet. C’est à ce moment aussi, ne semblait pas faire défaut. Or aujourd’hui changement de cap. Les objectifs de la phase du
que l’idée des 4 projets a émergé. Aujourd’hui le projet prend de l’ampleur, la collectivité a projet à venir ont été très récemment revus par
Love Story ne soutien plus le projet, car ses récemment affirmé son soutien, ses attentes et Kévin, l’université, le MBDA et la métropole.
membres ne veulent plus avoir à faire avec le nombre de partenaires impliqués a largement Ces acteurs, c’est du moins ce que Kévin prétend,
Kévin, mais elle soutien toujours Patricia (avec augmenté. Aujourd’hui il est nécessaire que le seraient prêts à enclencher la phase 3 du projet
des dons). montage institutionnel précède l’action et il est avant la phase 2, et donc construire le centre
nécessaire de constituer un réseau acteurs solide communautaire avant la crèche définitive. La
Simon (membre de SAGA) a rencontré par la suite et cohérent. Or la maîtrise d’ouvrage est enlisée communauté, Patricia et SAGA ne l’entendent
Kevin, quand il faisait son échange académique une situation critique. Les deux individus se pas de la sorte. Si ces acteurs ne trouvent pas
à NNMU en 2012/2013. Ils ont travaillé d’abord partageant la maitrise d’ouvrage, c’est à dire de terrain d’entente le projet risque de ne pas du
sur une installation pour le RHMF (Richmond Patricia et Kévin ne trouvent plus de terrains tout avoir lieu, car Patricia et SAGA quitteraient
Hill Music Festival, organisé par l’Alliance d’entente. probablement le projet, et la communauté
France). Puis en 2014, Kevin a parlé du projet Il ne fait nul doute qu’il s’agisse d’un moment s’y opposerait. Le climat entre les instances
à Simon et lui a fait visiter Joe Slovo. Dans le charnière dans le projet. Comme ce dernier prend municipales et la communauté de Joe Slovo n’est
même temps, Sylvain et Simon ont créé Saga et de l’ampleur il parait légitime et même nécessaire pas synonyme de confiance, et la situation urbaine
organisé la collaboration avec Kévin. de mettre au clair le système d’organisation des dans le township manque cruellement de projet
acteur. En effet pour assurer la réussite du projet comme celui porté par Patricia. Il semble donc
il faut pouvoir : que si le projet était accaparé par la collectivité
cela serait le symbole de son incapacité à
mener à bien sa politique d’élévation sociale et
économique dans les townships (qu’elle prône
pourtant depuis la fin de l’Apartheid).

206 207
A qui appartiennent donc le droit et la légitimité de
décider du projet ? c

Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que Cette dernière cherchent a établir des centres où 3ème : Community Committee Quels sont les intérêts de chaque partie prenante
le projet est issu de la volonté et des besoins de se rencontrent étudiants et communautés pour Il est formé de Patricia, du councillor, d’une ? Quelle direction prendra probablement le
la communauté de Joe Slovo. Il ne s’agit pas échanger savoirs et pratiques. personne âgée, d’un représentant de parent projet ?.
d’un projet exogène. Patricia en est l’initiatrice, De plus, depuis que le MBDA a octroyé à Kévin d’élevé, d’un représentant de la jeunesse, et d’un
l’instigatrice. une subvention de 100000R afin qu’il puisse représentant du projet. Nous répondrons à ces questions à l’aide de
Ce projet comme le rappelle le councillor, les créer des partenariats internationaux les intérêts Répondre à la question ouverte de cette partie : l’analyse des parties prenantes en détaillant les
membres de la communauté et SAGA ne se de la métropole se sont esquisser en faveur A qui appartiennent donc le droit et la légitimité informations dont nous disposons afin identifier
fera pas sans Patricia car personne ne serait d’une logique de déploiement et de visibilité du de décider du projet? n’est pas chose facile. la stratégie des acteurs. Comme nous l’avons
capable de le soutenir avec tant d’honnêteté et projet en dehors des frontières métropolitaine. explicité dans la méthodologie nous avons récolté
de persévérance. Et il est important de garder en Le MBDA a explicitement demandé à Kévin de Le MBDA et la métropole sont en droit de ces informations d’après la première réunion
tête, qu’elle représente le lien déterminant entre constitué une entité pour administrer le projet, le demander à ce que le projet se réaliser de qui révéla la situation de crise, elle eu lieu le 27
la communauté et les parties prenantes du projet. concevoir et le mettre en oeuvre en toute légalité. manière conformes à des règles qu’ils établissent aout 2016. Etaient présents : Patricia, Kévin, le
Si ce lien est rompu le projet sera rejeté, et les Cela représente pour le MBDA une façon de puisque le projet a lieu sur l’aire géographique councillor, le MBDA, SAGA et une femme de la
intérêts d’aucuns des acteurs ne pourront être protéger ses intérêts et peut être aussi une façon métropolitaine et car le MBDA a injecté de communauté.
garantis. d’avoir un certain poids quant à la définition de l’argent public dans le projet. La communauté est
Le pouvoir décisionnel devrait donc en tout objectifs du projet et de la logique d’intervention. en droit de s’indigner lorsqu’elle se rend compte
logique appartenir à Patricia et à la communauté. Il a proposé à Kévin, et finalement mis en place que Patricia n’a aucun élément de réponse pour
Il faut néanmoins rester lucide et analyser la trois comités décisionnels. apaiser leur doute. Patricia est en droit de se
situation de manière objective. Depuis le début révolter contre le fait qu’on s’empare du projet
du projet, un acteur fait le lien entre les parties 1er : Stakeholder Committe communautaire à d’autres fins. Kévin est en droit
prenantes, il s’agit de Kévin car il s’est chargé de Il est composé du MBDA, de la métropole, lui aussi de bénéficier de projet pour alimenter
monter les partenariats et a sciemment entretenu du Councillor, de l’université NMMU, d’un sa thèse et faire avancer la recherche. Mais alors
avec eux un rapport bilatéral. Il n’a pas introduit représentant du Social Development Departement s’agirait-il plutôt d’une question éthique ?
Patricia à ce jeu d’acteurs ou présenté Patricia et de Kévin Quoiqu’il en soit, cette question, posée presque
comme maitre d’ouvrage. Il apparait donc comme rhétorique, n’attends la formulation
que Kévin se présente comme l’unique maitre 2ème: Building environment Committee d’aucune réponse. Néanmoins, il s’agirait de
d’ouvrage au service de la communauté de Joe Formé d’un groupe de professionnels qui a pour comprendre le jeu des acteurs qui se forme
Slovo et il ne faut pas l’oublier au service de mission de superviser le projet (un architecte, un maintenant pour ce projet.
la recherche. En effet il présente ce projet aux économiste, deux ingénieurs), SAGA et Kévin
partenaires comme un projet pilote permettant de
mettre à l’épreuve des ambitions de l’université.

208 209
Rôles et intérêts des parties prenantes

Tenter de définir le rôle des acteurs,


Comprendre le lien entre les acteurs et leur rapport de forces...

211
Nommer les acteurs
1
Le besoin d’analyser et
synthétiser la situation
b
Qui ?
a
La situation actuelle, comme nous le prouve le background et projet en parallèle
schéma ci contre, est complexe. Il y a beaucoup parcours personnel ayant un lien avec le projet//
d’acteurs impliqués dans le projet, et les projet réalisé en même temps
décisions quant à son orientation se prennent
en ce moment. SAGA et Patricia espèrent place dans le cercle des acteurs
encore pouvoir négocier avec Kévin pour que la nommer les acteurs selon le vocabulaire lié au
construction de la crèche définitive débute cette projet et déterminer de ce fait leur position dans
U
année. Ils pensent que seul le councillor pourra le projet
M M
NM BD le résonner. fonctions et missions réelles
té Patricia
Le besoin de trier les informations et les nommer les acteurs selon leur réelle implication

A
i
rs
ive

accords, oralement conclus lors des réunions est dans le projet et leur marge de manoeuvre
Un

imminent. Puisque aucun document contractuel


ne sera publié et que la communauté et SAGA intérêts personnels
ont besoin de savoir comment se positionner face motivation individuelle ou institutionnelle
aux décisions institutionnelles, nous proposons (reconnue ou déjà verbalisée)
a
Sag de réaliser un récapitulatif des acteurs et des
décisions prises. Globalement, cela permet une problèmes verbalisés
lecture rapide et analytique de la situation. ce qui est ressorti des entretiens, réunions ou
LE PROJET

Cuncillor
échanges informels (citation + explication)

in
Kev welle
L’analyse de la sphère des acteur s’interesse enjeux et blocages éventuels e
Ki m tout d’abord aux parties prenantes du « premier njeu induit par les problèmes verbalisés ou par
cercle d’acteur ». Afin de les déterminer et de des facteurs connus// mis en relation avec des
er
ord

caractériser leurs liens et leur stratégie nous avons blocages


b

définie huit thèmes correspondant aux enjeux du


out
ith

projet et au niveau d’implication des acteurs stratégie et leviers d’actions


rw
ee

alliances créées pour débloquer les situations à


g in
En

partie prenante court terme et/ou les visions et stratégies à long


description de l’individu ou de l’entité// éléments terme
majeurs qui la détermine

213
Enjeux de la nomination des acteurs/ de L’analyse des acteurs Fonctions & missions réelles Problèmes verbalisés
la détermination de leurs intérêts/ et de
l’analyse de leur stratégie Patricia, Maitre d’ouvrage, Propriétaire A la responsabilité légale et financière de la « I am the owner of the place but I don’t know
légale de la crèche, Exploitante (gère les lieux, crèche temporaire (déjà créée) anything of what is happening there»
Nommer les acteurs selon le vocabulaire usuel du assure la maintenance), Bénéficiaire (au nom de Exploite des lieux (paye les enseignantes,
projet est dangereux lorsqu’on pense à l’image la communauté) l’électricité, la nourriture des enfants) Elle est peu à peu écartée du projet car elle n’est
d’un « projet formel », car cela ne permet pas S’occupe de la maintenance des lieux avec plus inclue dans son développement. Kévin ne la
de définir leur rôle mais simplement de très Background & Projets en parallèles Eduard consulte plus et de l’informe plus.
largement les situer dans un organigramme fictif.
Il paraissait donc essentiel de les situer les uns Patricia n’est affiliés à aucun parti politique. Ils Intérêts personnels «They think that mama Patricia got the
par rapport au autres selon leurs missions déjà connaissent tous deux très bien la communauté. money»
accomplies et selon la marge de manoeuvre dont En 2003, Patricia monte une crèche dans son Passion pour les enfants. Projet de crèche «Now I see the parent’s faces, I see their
il bénéficie. shack. Eduard l’aide à financer son projet. représente la concrétisation d’un rêve. anger and they told me that they would never
Avoir un aperçu de leur « background » (parcours En 2013 le councillor Bongane accorde à Intérêt concernant le développement de la send their kids again to me. You see, all that
de vie ) permet de mieux les définir et de mieux Patricia l’usufruit d’un terrain afin de cultiver communauté. is painful to me. They don’t trust me because
saisir leurs intérêts. Cet élément étant primordial un jardin potager. Durant 3 ans, Eduard et elle - D’un point de vue économique I don’t give anything to them»
pour comprendre par la suite leurs stratégies ont tellement bien réussi à le développer qu’il En employant des femmes comme enseignantes «He (Kévin) puts my life in risk»
et les leviers d’actions dont ils disposent pour engendre de bonnes retombées économiques et comme auxiliaire de crèche
entreprendre. pour la communauté. -emploi d’une1 personne - D’un point de vue éducatif car elle cherche à Elle perd peu à peu la confiance de la communauté
Il nous semblait que l’utilisation de citations et qui cultive le jardin/ vente de légumes/ réalisation élever le niveau d’éducation chez les enfants et et craint pour sa vie
leur interprétation maximise l’impartialité, et d’une Soup Kitchen (3 fois/semaine) pour une adultes (cherche à ce que les « teachers » suivent
permet de ne pas -trop- surinterpréter les propos. distribution collective/ réalisation d’ateliers des formations et obtiennent des diplômes) « When I am thinking about myself, I decide it
Malgré tout il fallait aussi analyser ce qui avait de couture de tabliers avec des femmes de la - D’un point de vue de la cohésion communautaire. is better to leave that pre-school thing. I don’t
été verbalisé afin d’aller plus en profondeur et de communauté puis revente/ intervention d’ONG Eduard joue un rôle clé sur ce plan, Il a développé mind if everything stops because I will look for
dégager la stratégie soutenue par chaque partie sur la permaculture. de manière informelle, un cercle d’entraide pour an other job. Start something new, because I
prenantes. Pour finir, le point sur les blocages est Grâce au partenariat avec Shopright (grande les personnes qui cultivent un jardin potager don’t have any money, even from the vegetal
peut être sous-développé dans le tableau, c’est enseigne en AF), un container a été implanté thing»
pourquoi nous reviendrons dessus dans la partie sur le terrain du jardin, il sert de cuisine
suivante. communautaire. La crèche représente une charge trop importante,
2012/13, rencontre Kévin, monte le projet de elle ne retire aucun avantage de la crèche, ni
construction de crèche avec l’Alliance Française même du jardin potager
et lui.
« Also something is that Kevin mixes
everything. He says that the pre-school and
the garden are the same...»

Kévin inclus l’initiative du jardin potager dans le


projet de la crèche

214 215
Enjeux & Blocages éventuels Enjeu 4: Déterminer les enjeux et les limites du Stratégie & Leviers d’action Kévin Kimwelle, Maître d’oeuvre,
projet Appui à la maitrise d’ouvrage Ou Maitrise
Enjeu 1 : Déterminer le rôle de Patricia dans le Si la logique et la zone d’intervention du projet Pour construire la crèche elle cherche du soutien d’ouvrage partagée
projet ne sont pas définies les intérêts des autres acteurs auprès du councillor. Kévin Kimwelle, architecte, âge 36 ans, Est en
Si Patricia continue à se sentir écartée du projet, prendront le pas sur les enjeux communautaires. Retrouver la confiance de la communauté en train d’écrire sa thèse.
elle le quittera .Sans Patricia le projet ne se Blocage 1 : Kévin a présenté au maire le projet de invitant des Mamas de la communauté aux « The role of design/architecture in promoting
réalisera pas. la crèche et celui du jardin potager comme étant réunions « de pilotage » pour prouver sa bonne social change »
Blocage : Le projet n’a jamais été monté autour un seul est même projet, lors de la cérémonie de foi. Sa thèse est supervisée par le professeur Mugendi
d’un système d’acteur, et Kévin manque de remise du chèque (10000R donné par le MBDA). Chercher de l’aide auprès d’un social worker K M’Rithaa qui est président du « International
transparence Cet évènement a été diffusé par les médias (dans pour trouver une solution en attendant que la Council of Industrial Design ». Et par la
Enjeu 2 : Réaliser la crèche définitive en les journaux, à la télé). Kévin a fait posé des crèche soit enregistrée. professeure Janet Cherry
conservant le soutien de la communauté enfants avec le chèque. Ces évènements ont Elle a récemment créé une NPO (non profite Il donne des cours sur l’architecture en tant que
La communauté a besoin que la crèche se engendré la confusion au sein de la communauté organisation) avec sept autres parents d’élèves vectrice de changement sociaux
construise, en effet, la crèche temporaire n’est qui ne comprenait pas pourquoi l’argent ne leur afin de pouvoir recevoir des dons qui serviront à Fait partie du centre universitaire pour
plus adaptée à son usage (trop d’enfant...).Si la était pas reversé et pourquoi Patricia ne savait la gestion de la crèche l’engagement et le développement : Academic
communauté ne soutient plus Patricia le projet pas ce qu’il en était. Trouver des moyens subsidiaires pour gagner de Engagement and Development Center (CAEC)
sera rejeté Blocage 2 : L’Objectif de Kévin et de l’université l’argent et faire vivre son propre foyer. Représente l’Alliance française dans Nelson
Blocage : Patricia ne peut pas rassurer la n’est pas de réaliser la crèche en premier lieu, Pour se faire elle a suivi une formation sur la Mandela Business Chamber’s Green Task Team
communauté (organiser des meetings) et rendre ils souhaitent d’abord construire le centre constitution d’une entreprise (délivrance d’un
des comptes car elle n’a aucune visibilité sur ce communautaire certificat qui lui permettra par la suite d’employer Background & Projets en parallèles
qui se passe en réalité Eduard)
Enjeu 3 : Soutenir économiquement et Eduard et elle ont la volonté étendre le jardin Vient du Kenya
durablement le projet (résilience) pour produire plus de légumes. Est doctorant à l’université NMMU.
Si Patricia ne peut pas payer les » teachers », et Elle a monté une autre crèche il y a moins d’un A travaillé, en 2013, avec l’Alliance Française à
faire vivre son foyer le projet ne durera pas an dont son aîné a la gestion car il ne trouvait pas Richmond Hill sur le projet Inadalo, (conception
Blocage : La crèche a besoin d’être enregistré d’emploi d’un bâtiment éco-responsable de l’Alliance
auprès de la province pour que Patricia reçoive Confronter Kévin devant le councillor, le MBDA, Française + étude de l’extension de ces principes
des fonds et puissent rémunérer ses employés. et SAGA pour obtenir des réponses concrètes à tout le quartier)
Kévin est en possession des papiers pour quand à l’avancement du projet
l’enregistrement

216 217
A travaillé avec l’ONG Masifunde (ONG Sud- Fonctions & missions réelles Problèmes verbalisés Enjeux & Blocages éventuels
africaine et allemande) et avec des étudiants
en architecture de Paris sur la conception d’un Créer des partenariats avec les institutions «Patricia we really have to strengthen your Enjeu 1 : Régler le problème communautaire
Green Education Center à Walmer Township. officielles et des bailleurs de fonds internationaux role and we have to make the community tout en gardant la mainmise sur le projet
Seaview Sustainable Project Responsabilité financière du projet car gestion understand that you are not sitting on money» L’urgence est de convaincre Patricia de rester
A travaillé en tant que bénévole pour l’ONG Love des subventions dans le projet et de démontrer à la communauté
Story, qui –entre autre-redistribue de la nourriture Devrait avoir le rôle de coordinateur mais ne Kévin a pris conscience de la position dangereuse que Patricia ne représente pas l’entité responsable
dans les townships. Il rencontre Patricia par le l’assure pas. dans laquelle il a mis Patricia du projet
biais de Love Story. Prêtent pouvoir décider seul de la conception Blocage : Perte de légitimité auprès de Patricia et
projet. «The NGOs want to be sure to invest in a de la communauté. Kevin a manqué de présence
Monte le projet de crèche durable avec Patricia project that will last. We have to give them et de transparence
(intérêts en commun puisque ‘il veut travailler Intérêts personnels proof, we have to guaranty that the project will Enjeu 2 : Sécuriser les partenariats & Garantir
sur la notion de durabilité et de soutenabilité continue...But even beyond that, those who les intérêts des partenaires
dans le domaine de l’architecture et que Patricia Intérêts académiques are putting the money in, when they step out, Il y a un risque pour que les partenaires refusent
a besoin d’une crèche) Cherche à alimenter sa thèse. Il questionne l’apport because they will step out, they can come back de soutenir et de financer le projet
.Avec Patricia ils concluent un accord (verbal) et les limites de techniques et technologies vertes in 3, 4 or 5 years later and find how things are Blocage : Le projet n’a jamais été clairement
avec le councillor Bongane pour obtenir l’usage dans les projets de développement et cherche à going on» monté, il n’a aucune légalité pour l’instant. Il
des terrains qu’ils ont repéré. prouver que la participation communautaire dans s’agirait donc de déterminer les enjeux du projet,
-Il approche ensuite la métropole pour lui la conception des projets est vectrice de résilience Kévin a obtenu plusieurs promesses de la logique d’intervention et les acteurs avant de
soumettre le projet. Aucun plan ou accord n’est partenariats à conditions d’avoir des garanties chercher des partenariats.
signé car le bâtiment est temporaire. «My research aims at involving the community quant à la continuité du projet et à son suivi Enjeu 3 : Donner au projet une visibilité
and making them realise the importance of (évaluation des impacts du projet) internationale
sustainable pratices and educate them about Kévin pense que beaucoup de personnes sont
Monte récemment (en juillet 2015) une alter native options» «On my part I am back now, and I have intéressées par le projet et qu’il faut lui donner
exposition sur l’architecture en partenariat entre requested the municipality and the MBDA to un maximum de visibilité. Cela lui permet aussi
: la NMMU, le MBDA, l’Alliance Française, Il partage la vision de l’université quant à la help this project, by being more present» de donner de la visibilité à son propre travail
Eastern Cape Institute of Architects at le Pavillon diffusion de savoir auprès des communautés Enjeu 4 : Mettre au premier plan les objectifs
de l’Arsenal au tour de ses travaux... pourquoi Certaine pression de la part de l’université soutenus par l’université
Création de partenariats avec deux universités Intérêt pécuniaire Faire en sorte que l’on s’attèle à la construction
néerlandaises, en aout 2016. Reçoit la bourse « Socially Engaged Scolarship » «We have a lot of visitors, who come, who go du centre communautaire, multifonctionnel avant
pour mener à bien ses différents projets back; who write back, and who are committed de réaliser la crèche définitive
Reçoit des subventions pour ses travaux par le to seen/ show this project through a larger
biais du CAEC scale (than just Joe Slovo)»

Indalo Project Kévin souhaite que le projet prenne de l’ampleur


en lui donnant une visibilité internationale
Intérêt mégalomaniaque

218 219
Stratégie & Leviers d’action SAGA, Collectif de 5 architectes, âge entre 25 Conçoit et réalise le projet avec la communauté
et 28 ans, Collectif formé il y a 3 ans. Place dans Mis en place des partenariats avec des bailleurs
Pour que le projet ne s’arrête pas et ne pas perdre Il utilise les initiatives de Patricia pour démonter le projet « bâtarde » entre la maîtrise d’oeuvre et de fonds français.
son pouvoir décisionnel, Kévin s’est plié aux aux institutions que le projet avance et qu’il a des le statut de prestataires Récolte de fonds (crowdfunding, cook off,
volontés du MBDA. Trois comités de pilotage. impacts positifs sur la communauté. En somme Statut d’opérateurs (c’est à dire que SAGA est en évènements)
se sont constitués depuis début octobre. Kévin pour démonter la légitimité des subventions. même temps maître d’oeuvre et prestataire)
fait partie de ces trois comités. Intérêts personnels
Pour que les enjeux soutenus par l’université Background & Projets en parallèles
Pour sécuriser les partenariats existants et gérer passent avant ceux de la communauté, Kévin Unique intérêt dans le projet
les subventions Kévin a constitué une NPC avec prétend qu’il faut d’abord réaliser le centre Originaires de Nantes, jeunes architectes et amis « Réaliser la crèche définitive avec Patricia et la
de nouvelles personnes Sud-Africaines, qui communautaire avant la crèche définitive car il ayant étudié dans la même école. communauté »
n’étaient jusqu’alors pas inclues dans le projet. est nécessaire d’enregistrer la crèche temporaire Travaille sur différents type de projets mais
et que cela prend du temps. avec toujours dans une posture d’échange Soutien que ce projet vient de la communauté,
Pour ouvrir le projet sur l’international, Kévin de savoirs (cherche à constituer des équipes qu’il doit être fait pour et avec la communauté.
s’est rendu en Europe pendant le mois d’aout. pluridisciplinaires, participe à des workshop, des Si la communauté ne soutien plus le projet ils
Il a cherché des partenariats. Il mise sur ateliers de réflexion et de création urbaine) repartiront en France
l’échange universitaire et a obtenu de la part de Simon (membre de SAGA) a fait une partie de
deux universités allemandes une promesse de ses études à Port Elizabeth, il connait bien les Enjeux & Blocages éventuels
partenariats. enjeux de la ville
Conçu et construit avec la communauté de Joe Enjeu 1 : Faire en sorte que le projet de la crèche
Pour que le projet bénéficie d’une meilleure Slovo la crèche temporaire l’année dernière. se réalise avant celui du centre communautaire
visibilité et d’un plus grand soutien auprès de Bonne entente avec la communauté. Expérience Saga, Patricia et la communauté travaillent
la ville de Port Elizabeth, Kévin a organisé avec et compétence participative communautaire. ensemble pour que le projet de la crèche
la métropole, en juillet, une cérémonie pour la définitive se réalise. Ils sont prêts pour continuer
remise de chèque octroyé par le MBDA. Il a Fonctions & missions réelles le processus de conception et ont en possession
présenté le projet aux acteurs institutionnels les moyens nécessaires (financiers, humains et
(dont le maire) en y incluant le jardin potager de Met en place et anime de nombreux workshops matériels) pour réaliser la crèche.
Patricia. et rencontres avec la communauté Blocage 1: Objectifs du projet à venir diffèrent,
Réalise une étude urbaine et une étude des effets s’opposent communauté + SAGA et Kévin+
du projet sur la communauté université.
Effectue des entretiens avec les gens de la
communauté pour constituer le livre des habitants
de Joe Slovo

220 221
Blocage 2 : Vision opérationnelle diffère toujours Stratégie & Leviers d’action MBDA Métropole de Port Elizabeth Sa politique quant au développement
entre les mêmes parties prenantes. Bailleurs de fonds : le MBDA à subventionner d’équipement et service à Joe Slovo se limite à
SAGA veut concevoir le projet avec la SAGA et Patricia ont décidé de trouver un le projet à hauteur de 10000R, et ceci dans attendre de des demandes leur soient transmises
communauté, Kévin affirme qu’ils doivent suivre moyen pour confronter Kévin et le faire changer l’optique d’aider à créer des de la part de la communauté ou d’éventuels
le Masterplan il a soumis à la municipalité il y a d’avis quant à la décision de construire le centre Appui à la maitrise d’ouvrage. Le MBDA promoteurs et développeurs.
deux ans. communautaire. Ils pensent que le councillor conseille la maitrise d’ouvrage et suit le projet. Laissant à la communauté une relative marge de
Blocage 3 : Kévin affirme que pour réaliser peut l’y contraindre. manoeuvre pour mener à bien et concrétiser des
la crèche définitive il faut déjà que la crèche Background & Projets en parallèles projets.
temporaire soit enregistrée Consultation de la métropole pour savoir qu’elle
Enjeu 2 : Connaitre sa marge de manoeuvre était la valeur légale du Masterplan de Kévin. Il MBDA est une agence de développement Fonctions & missions réelles
Si la logique d’intervention du projet et les s’avère qu’il n’en a aucune. urbain dont le rôle est d’assister la métropole
acteurs et leurs rôles ne sont pas clairement dans la régénération de son centre ville, et qui Jusqu’à présent le MBDA s’entretenait plus
définis les conflits d’intérêt prendront le pas sur Renseignements auprès de la province pour pilote quelques projets d’up-grading dans les spécifiquement avec Kévin.
les enjeux communautaires savoir quelle était la procédure légale pour townships.
Blocage 1: SAGA n’a pas participé au montage enregistrer une crèche. Ces deux entités n’ont réellement commencé à
du projet. Le projet n’a d’ailleurs jamais été Il faut d’abord que la crèche soit construite, Créé en 2003, elle a un statut d’agence jouer un rôle conséquent dans le développement
clairement monté puis il faut déposer un dossier de demande de indépendante mais travaille pour le compte de la du projet que très récemment.
Kévin manque de transparence à ce sujet certification. Et si le bâtiment et la situation métropole. Avant que le MBDA subventionne le projet ils
Blocage 2 :SAGA a appris l’arrivée de nouveaux éducative suivent les normes requises, la crèche avaient simplement fait appliquer la procédure
constructeurs (jeunes architectes espagnols) qui peut être enregistrée et bénéficier de subventions. La métropole de Port Elizabeth s’est formée en légale dans le cas d’une demande d’implantation
sont censée réaliser le centre communautaire. Or Kévin est en possession du dossier qui 2000. Elle embrasse une aire géographique de de projet communautaire.
Toujours à cause du manque de transparence de permettant l’enregistrement. 1950 km2.
Kévin puisque c’est lui qui les a inclu. Comme vu dans la partie 1 du mémoire la Intérêts personnels
Prise de contact avec les constructeurs espagnols métropole a peu de capacités concernant le
pour leur expliquer la situation et savoir développement de ses townships. Intérêt que le projet soit une réussite
comment Kévin leur avait présenté le projet et Manque de personnels compétents Depuis que le projet a été médiatisé et que le
leurs missions. D’outils stratégiques MBDA ait engagé des fonds le projet, il a tout
De capacité économiques intérêt à ce que ce dernier ne soit pas un échec.
De vision stratégique sur son territoire Cela fait donc référence à l’image positive qui
sera véhiculée.

222 223
De plus si le projet réussi, cela prouve d’une Le MBDA a pris conscience du manque de Enjeux & Blocages éventuels Université NMMU Neslon Mandela
certaine façon que la procédure établie par la communication et de transparence au sein du Bay University, Partenaire
métropole concernant le développement de projet. Enjeu 1 : Définir l’entité légale qui pilote le CAEC centre for Academic Engagement and
service fonctionne. Elle demande que dorénavant la structure projet Development
en charge du pilotage du projet organise Pour que le projet continu à bénéficier de soutien CIPSET : centre for Intergrated Post-School
Pour finir c’est de l’argent mieux investi que si régulièrement des points et des meetings auprès des institutions et autres partenaires Education and Training est un centre de recherche
elle avait eu à engager des fonds pour payer une sur l’avancement du projet et surtout les le projet doit s’articuler autour d’un «board» qui contribue à développer la stratégie, l’impact
agence privée pour réaliser un tel projet (cout communique à toutes les personnes directement qui définit les enjeux du projet et la logique éducatif des formations pour adultes.
plus important et appropriation moins certaine) . ou indirectement concernées. d’intervention, la mise en oeuvre et qui suive le Contribue aussi a développer la stratégie du
La structure sera donc tenue de rendre projet CAEC
C’est pourquoi le MBDA presse Kévin à rendre régulièrement des comptes. Si aucun « board » n’est constitué le MBDA et la
des comptes. métropole ne soutiendront plus le projet. Background & Projets en parallèles
Le MBDA a également fait se constitué depuis «There is some form of misunderstanding in
octobre trois comité de pilotages. this project, and the questions are about: Manque une entité administrative Depuis 10 ans la NMMU, via le CAEC, cherche à
-Who does what? valoriser des partenariats entre les communautés
Problèmes verbalisés -Who is involved in what? Stratégie & Leviers d’action et l’université.
That is one thing that has been put on the Leur crédo : « l’Engagement » c’est à dire
«We can realize the project on table almost by executive orders, that is what Création de trois comités de pilotage la recherche de l’application et du partage
municipality’s open field, in conditions of the we need to assure so that we don’t loose what des savoirs universitaires au service du
creation of a structure» (K.K) we have now.» (K.K) Stakeholder’s committee : développement communautaire
Est composé du MBDA, de la métropole, du
«The structure that we have agreed on: is that Pour que le projet ne perde pas le soutien du councillor, de l’université, d’un représentant du Fonctions & missions réelles
there will be MBDA et de la métropole il faut Social Development Departement et de Kévin
3 community representatives» que le montage institutionnel soit clairement Building environment committee : Soutien et subventionne Kévin dans ses
établi, afin de savoir qui participe au projet et Formé d’un groupe de professionnels qui a pour recherches
«That structure should be able to meet quel est son rôle. mission de superviser le projet (un architecte, un
regularly and to communicate everything out économiste, deux ingénieurs), SAGA et Kévin -Sa mission n’est pas encore très claire
to the community and the other stakeholders» Le MBDA a expressément demandé à Kevin Community committee
(K.K) d’organiser le projet autour d’une structure Formé de Patricia, du councillor, d’une personne
d’acteurs solide. âgée, d’un représentant de parent d’élevé, d’un
représentant de la jeunesse, et d’un représentant
du projet

224 225
Intérêts personnels Stratégie & Leviers d’action Councilor; Simphiwe Tyukana, Appui à la Intérêts personnels
maitrise d’ouvrage
Reçoit des financements de la part du CIPSET Sa vision à long terme est de développer le centre Successeur du councillor Mbongeni Bungane Il devrait avoir tout intérêt à ce que le projet se
(Centre for Integrate Post-School Education and for Academic Engagement and Development (councilor de Joe Slovo pendant 15 ans) passe bien.
Training), qui subventionne en partie la bourse « (CAEC) pour que la NMMU devienne un Fraichement élu (et même si il s’opposait fortement
socially engaged scolarship » leader dans le domaine « integrated engagement Background & Projets en parallèles à Bongane), il doit prouver à la communauté
practice in South Africa » qu’il la soutien dans ses initiatives
L’université cherche donc à renforcer ses Elu councillor du Ward 41 (comprenant Joe
engagements avec les communautés. Elle Utiliser le projet de Patricia et le travail de Kévin Slovo) depuis la fin du mois d’aout. Problèmes verbalisés
cherche à savoir quelles pratiques communes et pour développer un projet pilote à Joe Slovo Vient tout juste de prendre ses positions (il n’a
formations peuvent être développées ? pas encore installé son bureau). «You (Patricia and Kevin) manage to make
Affilié à une branche du parti de l’ANC. this community where it is now. Now do you
Enjeux & Blocages éventuels Reconnu et respecté par une partie de la think that if we collect our mind we can find
communauté de Joe Slovo. Une autre partie de la out where is the weakness, and we reform it,
Enjeu 1 : Réaliser au plus vite le centre population soutien encore l’ex councillor. and we make it STRONG.»
communautaire multifonctionnel Bungane (ex-councilor) avait donné son accord
En développant ce centre l’université pourra (verbal) pour implanter le projet et user des terres Le councillor pense que Patricia et Kévin ne
éprouver dans quelles mesures le partenariat Le présent councillor a toujours était opposé à devraient pas stopper leur collaboration. Il
université/ communauté peut être fructueux. Bungane. affirme aussi que sans Patricia ne projet ne verra
Il s’agit de proposer des formations jamais le jour, il faut donc que Kévin l’inclut à
communautaires. Le centre serait voué à Fonctions & missions réelles nouveau dans le projet
l’échange de savoirs entre étudiants, enseignants
et habitants. L’usage n’est pas défini pour le Le councillor donne son accord pour user des
moment mais l’université a proposé plusieurs terres communales, si la métropole approuve le «Please accept my proposition. Kevin and
options, qui pourraient être (selon elle) projet. Patricia must sit down and talk together, face
combinées : centre d’orientation (CIO), centre Ce qu’il est censé faire (mais on connait pas sa to face, and make each other understand. And
de soins (infirmerie), centre de recherche autour position personnelle exacte dans le projet) then they will come to find us, and we will start
de la construction something fresh»
Il soutien le projet auprès de la communauté.
Il leur propose de discuter en tête à tête pour
Apaise les tensions qui se cristallisent autour du trouver un terrain d’entente, et qu’une relation
projet. de confiance puisse à nouveau s’établir.
Est aussi garant de la réussite du projet

226 227
Les résultats de l’analyse des acteurs
c

Blocage : A ce jour les tensions entre la maitrise Les différents objectifs qui se dessinent Offrir un environnement appropriable et résilient
«Patricia, you must not be alone. You should d’ouvrage ne se sont pas apaiser car Kévin n’est Créer des conditions favorables à l’éducation et
have other people working next to you in a pas prêt à laisser plus de marge de maneouvre à Voici les conclusions que l’on peut tirer de cette l’accueil des enfants et un environnement adapté
form of committee» Patricia analyse des acteurs, en terme d’objectifs pour les aux besoins des « teachers ». Cela revient à
Enjeu 2 :Réaliser un montage institutionnel différentes parties prenantes : concevoir un environnement selon les résultats
«I want to involve myself in that project but solide et transparent. de la phase participative (développée dans le
I have to make sure I understand very well Accepte de faire partie activement du projet si Objectif de Patricia, de la communauté et de chapitre 3 et 4).
everything» ces conditions sont réunies : SAGA : construire une crèche définitive pour la
«I will assist, and support and make sure that Patricia doit constituer un comité avec d’autres communauté. Offrir un environnement sain : faire en sorte que
things are not failing because of me» membres de la communauté. le bâtiment soit techniquement résilient (lumière,
Kévin soit transparent. Objectif de Kévin et de l’université : construire ventilation, isolation adaptés aux usages et aux
«When my office will be set up, we could have De mettre en place un système de réunions un centre multifonctions pilote à l’usage de la conditions extérieures)
a weekly meeting all together, like a workshop. régulières. communauté et des étudiants pour faire avancer
So everything can be put on the table, and we Blocage : Kévin n’est pas transparent. la recherche. Soutenir les actions habitantes : cela sous-
give the information to everyone» entend qu’il faille les ACCOMPAGNER dans la
Stratégie & Leviers d’action Objectif du MBDA, de la Métro et du councillor construction de leur environnement.
Le councillor veut s’impliquer dans le projet à : faire que le projet soit une réussite. Le MBDA Et puis les enjeux pour le projet de type Bottom
condition de monter un système institutionnel Veut apaiser les tensions entre Patricia et Kévin partage certainement l’objectif de l’université, Up.
d’acteurs solide et que ces derniers soient pour qu’ils continuent le projet ensemble. mais cela reste à prouver.
transparents. La participation au coeur du projet : de différentes
Enjeux & Blocages éventuels Montre son soutien à Patricia et au projet. Comme on peut le constater l’objectif général de manières, à toutes les phases, de manière
la communauté + SAGA, n’est plus compatible réflexive et itérative. Doit se faire dans le respect
Enjeu 1 : Régler le conflit qui oppose Patricia Montre à Kévin qui désapprouve ses manières de avec celui de Kévin + université. Il nous semble de la communauté (écoute, transparence, et
et Kévin faire. qu’il serait intéressant de revenir sur les objectifs retranscription objective).
Comme solution à court terme pour débloquer la spécifiques de SAGA et sur les blocages induits
situation il propose que Patricia et Kévin mettent par Kévin, pour constater à quel point cela va La flexibilité du projet : la définition « stable »
les choses à plat. Engineer without border, avoir une répercussion sur la maitrise d’oeuvre. des objectifs du projet est primordiale, il faut
Partenaires et Bailleurs de fonds Nous avons détaillé dans la partie 3 de notre aussi avoir une vision objective des moyens
mémoire la posture architecturale de SAGA et disponibles mais la conception et la réalisation
Fonctions & missions réelles les objectifs spécifiques de la phase 1. du projet sont deux points qui doivent pouvoir
«Faire ensemble» : le projet est celui de la être changeants.
Financent et mettent en place une partie communauté. Il se construit par, à travers et pour
des équipements (futurs panneaux solaires, elle. En d’autres termes, la communauté est au
collecteurs, chaudière à gaz) centre du projet à TOUTES LES PHASES.

228 229
Or la stratégie employée par Kévin, s’oppose Kévin évoque ici, le Masterplan d’implantation 2ème contradiction : offrir un environnement Pour finir les conditions de ventilation et de
directement à la démarche et aux objectifs des trois bâtiments sur les parcelles, sur lequel sain ou travailler avec des matériaux non adaptés luminosité naturelles sont limitées puisque le
spécifique définis par SAGA. Je mettrai l’accent n’y figure d’ailleurs aucuns détails de l’intérieur mais donnés par les partenaires. container est fait pour être hermétique.
sur deux points qui me semblent révélateurs de la des constructions. Ce plan a en réalité été soumis Ces deux points semblent confirmer qu’il n’y
vision de Kévin concernant la mise en oeuvre du il y a deux ans, à la métropole, mais ne fait en Un autre problème oppose largement Kévin et a pas de visions communes partagées entre les
projet et qui en dit long aussi sur sa posture vis à aucun cas figure de document contractuel. C’est SAGA, cette fois il s’agit de choix techniques. membres de la maitrise d’oeuvre.
vis de la communauté. ce que SAGA a découvert leur d’un entretien Kévin a obtenu de partenaires néerlandais, le don
avec la métropole. de containers, le nombre restant à définir, mais D’une part, ils ne sont pas d’accord sur la posture
1er contradiction : faire ensemble un projet qui il s’agirait d’une petite dizaine. Il pense, et cela à développer avec la communauté. Kévin pense
résilient et adaptable ou faire selon la volonté Pour une raison somme toute assez obscure, depuis le début de l’aventure, que l’utilisation peut être travailler avec la communauté une fois
d’une personne. Kévin ne veut pas que le plan de la communauté de containers représente une solution technique le centre-communautaire construit ? D’autre
SAGA a enclenché la phase 2 du projet depuis et de SAGA soit mis en oeuvre. Peut être souhaite- simple et efficace. part, ils s’opposent sur le plan constructif.
le mois de juin 2016. Comme le montre les t-il simplement les décourager à faire ce projet de
chapitre 3 et 4, les workshops, évènements, crèche ? Ou alors désire-t-il tout simplement être Or SAGA soutien le contraire. Les jeunes
entretiens et discussions informelles ont mené le seul « architecte concepteur » de projet ? architectes sont convaincus que l’utilisation
à l’établissement de conclusions quant à la de containers dans la construction de la crèche
conception du bâtiment de la crèche définitive. Il n’en reste pas moins que le travail de SAGA définitive serait une contrainte très lourde. Selon
a une valeur non négligeable car il est le fruit eux, le container n’est pas du tout adapté aux
SAGA a réfléchi avec la communauté à un d’une réflexion commune et maturité. Ce dernier conditions environnementales à Joe Slovo et à
bâtiment qui offre un environnement adapté et pourra être utilisé par la suite. l’usage de la crèche. D’une part il est très difficile
résilient. Cela a abouti une esquisse du projet. de changer la forme d’un container. Ce dernier,
cubique, ne fonctionnant qu’avec ces 6 faces. Il
SAGA a exposé à Kévin sa logique d’intervention est très difficile aussi d’assembler des containers
et les esquisses, lors d’un entretien informel avec entre eux, il faut pour cela être en possession de
ce dernier. Il les a écouté et à la fin de l’entretien matériel pointu (ce que personne ne possède dans
leur a affirmé qu’il ne serait en aucun cas l’équipe). Le container n’est donc pas adapté à la
possible de proposer ce projet car la métropole et formation de plusieurs salles de classe. Ensuite
lui s’étaient déjà mis d’accord sur un Masterplan. il faut rappeler que ce n’est pas un matériaux
isolant, imaginez vous dans un container pendant
les fortes chaleurs estivales et pendant l’hivers.
Et il n’est pas facile à isoler non plus.

230 231
Stratégies
d

Deux groupes s’opposent. Il y a d’un côté Kévin Il semble pourtant que le poids du councilor dans
& l’Université (groupe universitaire) et de l’autre ce projet et sa marge de manoeuvre sont limités,
Patricia, la communauté et SAGA (groupe car il reste sous les ordres de la Métro même si il
communautaire). Ces derniers comme nous a le pouvoir de donner ou non le droit d’usufruit.
l’avons vu avec le tableau analytique développent Le MBDA, représente selon notre lecture l’entité
ou vont développer des alliances avec le groupe qui a le plus de poids. C’est une instance en lien
politique pour arriver à leurs fins. Le groupe directe avec la Métro, qui détient donc les leviers
politique, comme nous l’appelons, est composé : d’actions majeurs, de plus elle a des capacités
du MBDA, de la Métro et du councilor. opérationnelles fortes (personnel qualifié et
Le Groupe universitaire s’est allié avec partenaires).
le MBDA et avec la Métro. Le MBDA a
manifestement montré son soutien à Kévin
puisqu’il subventionne personnellement ce
dernier. Les 100000R ont pour but non pas de
financer le projet directement mais ont pour but
de permettre à Kévin de créer des partenariat
outre-mer (représente une sorte d’assurance pour
les futurs partenaires). Le MBDA soutien aussi
indirectement le développement de recherches
appliquées entre les universitaires (étudiants
et chercheurs) et les communautés. MBDA et
université portent donc des intérêts communs.
Le Groupe communautaire porte les intérêts
de la communauté. Il soutien le projet si il est
en accord avec la volonté et les besoins des
membres communautaires. C’est sa seule fin.
Sa stratégie est de trouver du soutien auprès
du councillor de Joe Slovo, afin que ce dernier
puisse éventuellement raisonner Kévin.

232 233
C
Les solutions

235
Solutions sur le court terme pour
débloquer la situation 1 Approcher les entités et
individus influents b
Que peut faire le trio de
comités de pilotage ? a

Le comité de pilotage organisé autour de 3 le projet (un architecte, un économiste, deux Dans ce paragraphe nous n’évoquerons que Si le bâtiment est voué à être temporaire la
committees a pour objectif de constituer un ingénieurs), de SAGA et de Kévin, semble voué la stratégie enclenchée par SAGA pour mieux réglementation et beaucoup plus flexible
montage institutionnel efficient et transparent. à résoudre des questions techniques et non pas à saisir les enjeux, et éclaircir les zones d’ombres
Il devrait permettre à chaque partie prenante de décider de la vision et logique d’intervention dans laissées par Kévin. La connaissance acquise par Pour enregistrer une crèche auprès de la province
se situer face au projet, d’être au clair sur ses le contexte communautaire. Il nous semble que SAGA affecte sur le long terme leur décision et obtenir de ce fait des subventions, il faut
missions et sur le parti pris. dans ce cas, SAGA jouera le rôle de prestataire face au projet. d’abord que le bâtiment soit déjà construire et
Il reste à savoir sous quelles formes ces groupes et n’aura pas de pouvoir décisionnel. SAGA a, depuis la réunion qui révéla la crise, en usage, puis il s’agit d’ouvrir un dossier de
vont se réunir et prendre des décisions. approché les entités « influentes » suivantes : demande de certification. Si le bâtiment répond
Finalement, on ne peut pas tirer de conclusion La métropole pour savoir quels accords légaux positivement aux normes définies alors il peut
Est-ce que le groupe des Stakeholders (maîtrise hâtive quant au fonctionnement de ce trio, mais avaient été conclus en terme de conception, et être certifié
d’ouvrage), imposera-t-il ses décisions aux sa constitution laisse à présager une logique pour connaitre la procédure pour développer un
autres groupes ? Quel sera le poids effectif d’intervention top down. projet communautaire. Le councilor soutien Patricia et il est conscient
des deux autres groupes ? La constitution des Le département du Social Development pour des enjeux concernant l’appropriation
groupes est-elle équitable ? savoir la procédure à suivre pour enregistrer une communautaire.
crèche.
Il se peut, en effet que les membres du groupe Le councillor pour mesurer son degré de soutien.
Community (communautaire), ne soient pas
en capacité d’imposer leur choix. D’une part Il s’avère que :
parce qu’ils pourraient se sentir en situation Aucun plan n’a été approuvé par la municipalité.
d’infériorité, face aux politiques ou aux La procédure classique pour réaliser une crèche
personnels techniques. La seule personne ayant est la suivante :
une légitimité décisionnelle et politique dans ce 1 / Repérer un terrain
groupe est le councillor, or comme nous l’avons 2 / Obtenir le consentement du councillor pour
évoqué précédemment ce dernier à une marge de l’usage du terrain
manoeuvre limitée face aux représentants de la 3 / Soumission du projet à la municipalité
ville de Port-Elizabeth. 4 / Si plan approuvé par la municipalité et que
En ce qui concerne le groupe du Building le bâtiment est voué à être permanent il faut
Environment (de la maitrise d’oeuvre) -qui construire selon les normes et règlements en
rappellons le est formé de d’un groupe de vigueur (matériaux etc...)
professionnels qui a pour mission de superviser

236 237
Solutions sur le
long terme 2 Nécessité de faire le point sur la logique d’intervention avec le MBDA
et la Métro et de rétablir un équilibre au sein du cercle des acteurs b
Diviser le projet en
projets indépendants a

SAGA et Patricia commencent à envisager de Est-ce que SAGA continuera-t-il à travailler Comme je nous l’avons montré précédemment Et puis pour ce qui est de répondre à nos
construire la crèche indépendamment des autres avec les autres acteurs pour le projet de centre le MBDA me semble est l’acteur clé de ce projet. questionnements de départ nous pensons que la
acteurs. En effet, comme ils ont pu le constater il communautaire ? La Métro n’a pas intérêt à SAGA pourrait envisager de lui exposer son définition du rôle des acteurs est importante tout
serait possible de construire la crèche définitive ce que SAGA quitte le projet ou quitte Port- travail (dans sa totalité) et de lui proposer d’établir au long du projet car leur rôle est changeant et
sur une autre parcelle, que le councillor pourrait Elizabeth puisqu’ils sont en possession de fond une logique d’intervention commune (au regard surtout évolutif. Nous pensons néanmoins qu’il
leur octroyer. SAGA a récolté assez de fonds pour développer la ville. Pour finir le trio de des résultats qu’ils ont obtenus). SAGA devrait est possible de soutenir un projet qui n’a pas été
de la part des bailleurs français pour soutenir la pilotage a tout intérêt à garder SAGA et Patricia aussi lui exposer les enjeux du rétablissement de clairement monté, Nous entendons par là : monté
construction d’un tel bâtiment. dans l’équipe car ils sont les liens privilégiés avec Patricia au sein de la maîtrise d’ouvrage. de manière classique...C’est à dire en définissant
Il s’agirait donc de constituer deux projets la communauté, et sont garants de l’appropriation la position de chaque acteur par rapport à l’autre
indépendants l’un de l’autre. Ceci est le résultat du projet. Conclusion et d’après des nominations finalement peu claires
logique de l’éviction de Patricia du projet et comme maitre d’ouvrage...
aussi de la non entente entre SAGA et Kévin. Finalement cette analyse devrait être approfondie Nous pensons par contre que revenir sur l’essence
Patricia et SAGA ont conscience que leur marge et développée dans le temps car il est pour le du projet, sur son histoire ou ses histoires
décisionnelle dans ce projet est quasiment moment difficile de savoir comment le trio de représentent en quelque sorte une porte d’entrée
réduite à néant, et sont convaincu de la nécessité comités de pilotage va fonctionner. Difficile qui peut permettre de débloquer des situations,
imminente de la mise en oeuvre de leur projet. aussi de connaitre les intérêts partagés par le car peut être oublie-t-on facilement les raisons
Il nous semble tout de même que cette entreprise MBDA, l’université et Kévin. On ne connait pour lesquelles ont fait quelque chose et il n’y
est risquée car si deux projets se créent pas pour le moment quels sont les enjeux du a plus que le but qui intéresse. C’est un peu ce
parallèlement comment cela sera-t-il perçu par centre communautaire multifonctionnel. Quelles qui ce passe ici. Nous pensons que l’impact de
la communauté ? Nous imaginons que si la plus-values apportera-t-il à la communauté ? ce montage institutionnel est assez négatif sur ce
communauté prend conscience de ces conflits Comment fonctionnera-t-il ? Par qui sera-t-il projet en particulier car il se focalise sur le but
entre les acteur elle prendra parti, et risque de géré ? Ces questionnements représentent des et non pas sur la manière. Or si « faire avec la
rejeter le projet de centre communautaire. nouvelles pistes à explorer, par SAGA peut être, communauté » ne fait plus partie de l’objectif du
si ils souhaitent continuer leur partenariat avec projet, alors on l’a bel et bien perdu...le but.
Kévin. Ce qui n’est pas certain !
Nous pensons personnellement que rôle de la
communauté dans le projet devrait être plus
important. Et que si le projet se scinde en
plusieurs projets il faudrait constituer une équipe
polyvalente qui fasse le lien entre communauté
et instances décisionnelles...

238 239
CONCLUSION FINALE

Depuis ce dernier mois, il apparait clairement Nous avons eu le plaisir de découvrir l’histoire Dans un projet de type Bottom up, la stratégie
que le projet prend un autre tournant. Au delà des communautés Joe Slovo. Cette histoire de développement pourrait se formuler de
même des tensions entre les parties prenantes, il porte en son sein l’énergie du changement, de la sorte : « Amener la ville au township » en
est en phase de remaniement naturel car il évolue la rébellion et surtout du partage. La rencontre offrant un équipement public et la possibilité
et se développe comme toute chose ici bas. fortuite d’individus qui ont soutenus les mêmes de développer une économie locale. Au long
Nous avons beaucoup évoqué l’importance idéaux a conduit à développer tout un quartier et terme, si d’autres équipements se construisaient
de la flexibilité, ce mot résonne aujourd’hui les capacités de ses membres. et d’autres opportunités se développaient, Joe
différemment pour nous, en effet, après cette Tout au long de notre stage aussi nous avons Slovo deviendrait une entité urbaine complexe et
expérience, nous sommes convaincus de la éprouvé la force de la volonté des habitants, qui résiliente. Joe Slovo deviendrait village, puis une
légitimité de cette expression appliquée au nous a semblé beaucoup plus prometteuse que ville. Et c’est bien ce que tout le monde cherche
projet. La flexibilité c’est s’adapter à un contexte tous les programmes et les projets en tout genre à faire avec les anciens townships.
(urbain, social, politique et institutionnel) mais soutenus par les pouvoirs publics. Il n’est donc pas uniquement question d’agir
c’est aussi et surtout composer avec l’homme ponctuellement mais de chercher à offrir des outils
afin de collaborer ensemble pour former des idées Au début de cette étude, nous nous posions la aux populations locales, qu’elles développeront
partagé. Il nous semble que pour être flexible le question de comment reconstruire le township par la suite à leur manière. Pour permettre un
projet doit être avant tout être « humble ». sud-africain aujourd’hui. Il est clair que le tel résultat, il est nécessaire de travailler avec
programme RDP semble représenter la solution à et pour le compte de la communauté, à travers
Cette étude a, sans nul doute, contribué à court terme pour les municipalités. C’est tout du par exemple des processus participatif ou des
mieux saisir l’incroyable complexité mais aussi moins une solution qui annihile les mouvements formations.
richesse de ce que l’on appelle vulgairement de contestations... Et puis, il est plus aisé de
la Communauté. Ce mot un peu passe partout réaliser des plans d’aménagement tiré au cordon, Alors comment reconstruire le twonship sud-
mérite pourtant, et surtout dans un projet tel où chacun possèdent son «plot» et n’en bouge africain : en travaillant avec les habitants pour
que celui soutenu par SAGA, d’être enrichi et pas. les habitants et rester humble !
mis en valeur...car la communauté est comme
un palimpseste, nombreuses sont les couches Cette façon de faire la ville reste tout de même
qui la constituent, et nombreuses sont les portes étrangement similaire à celle réalisée pendant
d’entrées pour faire sa connaissance ! l’apartheid. En effet en «parquant» les populations
dans des quartiers RDP sous prétexte d’offrir un
logement gratuit, les pouvoirs publics n’offrent
toujours pas aux populations lésées l’accès à la
ville.

240 241
BIBLIOGRAPHIE

Une grande partie de cette ouvrage repose Performance énergétique de l’enveloppe d’un FRIEDMAN Yona, L’architecture de survie : Une
sur des interviews réalisées, enregistrées puis bâtiment philosophie de la pauvreté, Editions de l’Eclat/
retranscrites. Celles-ci sont la matière première www.techniques-ingenieur.fr Poche, 2003 (2016), Paris (p.17).
de nos écrits.
Roy B. (1985). Méthodologie multicritère d’aide Challenges Facing People-Driven Development
FRIEDMAN Yona, L’architecture de survie : Une à la décision. Paris : Economica, XXII + 423 p. in the Context of a Strong, Delivery-Orientated
philosophie de la pauvreté, Editions de l’Eclat/ Analyse multicritères Par Nadia Lehoux et State: Joe Slovo, PE
Poche, 2003 (2016), Paris. Pascale Vallée
VAN RIJSWIJCK E., article Media Club South
Roy B., Skalka JM. (1985). E l e c t re Is, Africa, PE’s King’s Beach gets a facelift, octobre
Afrique du Sud Apartheid Logement aspects méthodologiques et guide d’utilisation. 2011, disponible sur : http://mediaclubsouthafrica.
locatif Politique du logement Port Elizabeth Document 30, Lamsade. Paris : Université de com/economy/2606-kingsbeach
Propriétaires et locataires Paris Dauphine
de Marianne Morange - 2001
DAWES Andy (dir.), Preliminary Standards
Cartographie participative et bonnes pratiques for South African children’s psychosocial
Étude préparée pour development in the early childhood period, 2004,
le Fonds international de développement agricole Child, Youth and Family Development (Human
(FIDA) - 2009 Sciences research Council of South Africa).

Nelson Mandela Bay Municipality website DEPARTMENT OF BASIC EDUCATION, The


http://legacy.nelsonmandelabay.gov.za/Content. South African National Curriculum Framework
aspx?objID=240 for children from Birth to Four, 2015, Department
of Basic Education, Pretoria.
BAINES. G., Jouer selon les règles de la Fifa.
Politique et héritage de la coupe du monde de DEPARTMENT OF BASIC EDUCATION,
football 2010 à Port Elizabeth, Politique africaine National Early Learning and Development
2010/2 (n°118) Standards for children Birth to Four (NELDS),
2009, Department of Basic Education, Pretoria.
DUBRESSON A., JAGLIN S., 2008, édit
Karthala, Le cap après l’Apartheid­Gouvernance MARINOPOULOS Sophie, Dites moi à quoi il
métropolitaine et changement urbain joue, je vous dirai comment il va, 2009? Editions
LLL : Les Liens qui Libèrent, Paris.

242 243