Vous êtes sur la page 1sur 1

Rechercher sur le site: Recherche

Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Memoire Online > Informatique et Télécommunications


Ingénierie des MSANs (Multi Service Access Node) ( Télécharger le fichier original )
par Med Zakaria ELQASMI Disponible en mode multipage
Ecole marocaine des sciences de l'ingénieur (EMSI) - Ingénieur 2010

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Learn more Got it!

Rapport du projet de fin d'études


[]

Année universitaire 2009/2010

Dédicaces
A mes chers parents pour leur amour et sacrifice.

A mes soeurs que j'aime profondément,

A mes collègues pour leur compréhension et fidélité.

A mes enseignants pour leurs efforts remarquables.

A ceux qui m'ont indiqué la bonne voie en me rappelant que la volonté fait toujours les grandes personnes.

Qu'ils trouvent tous ici mes sincères gratitudes et reconnaissances.

A tous, je dédie ce travail

Remerciements
Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l'équipe pédagogique de l'EMSI et tous les intervenants professionnels pour avoir assuré la partie théorique de notre formation.

Je remercie également Monsieur Saïd ALABDALLAOUI pour l'aide et les conseils fournis lors des différents suivis se rapportant aux missions évoquées dans ce rapport.

Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma reconnaissance aux personnes suivantes pour l'expérience enrichissante et pleine d'intérêt qu'elles m'ont fait vivre
durant ces quatre mois passés au sein d'Alcatel-Lucent Maroc :

Monsieur SAQDI Youssef, Chef du service déploiement, auquel j'appartenais, pour son accueil et la confiance qu'il m'a accordée dès mon arrivée dans l'entreprise.

Monsieur Abdelilah YASSINE et Monsieur SAHL Mohamed, pour m'avoir intégré rapidement au sein de l'entreprise et m'avoir accordé toute leur confiance ; pour le temps qu'ils m'ont
consacré tout au long de cette période, sachant répondre à toutes mes interrogations ; sans oublier leur participation au cheminement de ce rapport. Je remercie aussi l'ensemble du
personnel d'Alcatel-Lucent pour leur accueil sympathique et leur coopération professionnelle tout au long de cette période de stage.

Et enfin, un grand merci à mes parents et ma famille qui sans eux rien ne serait possible. Leurs sages conseils ont été extrêmement fructueux pour mon éducation, ma formation et
surtout ma conduite sociale dont je suis particulièrement fier. Je remercie dans un dernier temps mes ami(e)s et toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la
conception et au bon déroulement de ce travail.

Résumé
Le réseau d'accès fixe occupe une place plus grande en termes d'investissement, de revenu et de nombre d'abonnés dans le panorama des systèmes des télécommunications. La
croissance de la demande en service fixe a suscité l'attention des opérateurs en les incitants à revoir l'architecture de leur réseau.

La problématique de passage à une architecture NGN (Next Generation Network) du coeur du réseau fixe d' un opérateur s'inscrit avant tout dans une logique de diminution des
coûts et d'amélioration de la structure de revenu avec le passage à une infrastructure unique basée sur IP pour le transport de tout type de flux, voix, données ou vidéo et pour toute
technologie d'accès.

Les travaux menés dans le cadre du PFE ont cerné l'étude des concepts NGN, l'implémentation du MSAN dans la couche d'accès, ainsi que le développement d'une application
pour la gestion des sites d'installation des MSANs.

Abstract
The fixed access network occupies a larger place in terms of investment, income and number of subscribers in the panorama of telecommunications systems. The growth in demand
for fixed service has attracted the attention of operators to review the architecture of their network.

The issue of transition to NGN architecture (Next Generation Network) of the heart of the fixed network of the incumbent operator x falls primarily a logic of reducing costs and
improving the structure of income with the transition to a single infrastructure based on IP for the transport of any type of flow, voice, data or video and any access technology.
Work under the proposed end Term Project, study identified concepts of NGN, MSAN in the implementation of the access layer, and the realization of an application for site
management of installation of MSAN.

Sommaire

Glossaire
A

ACL Access Control List

ADSL Asymmetrical Digital Subscriber Line

ALU Alcatel Lucent

AG access gateway

ATU-C ADSL Transceiver Unit-Central Office

ATU-R ADSL Transceiver Unit-Remote

ATM Asynchronous Transfer Mode

BRAS Broadband Remote Access Server

BL Bilan de livraison

CA Call Agent

CAA Commutateur à Autonomie d'Acheminement

CAC Connection Access Control

CAPEX Capital Expenditure

CSCF Call Session Control Function

CTI Commutateur de Transit International

DDN Digital Data Network

DMT Discrete Multi Tone

DSLAM Digital subscriber line access multiplexer

FCI Canonical format indicator

FE Fast Ethernet

FoIP Fax over IP

FTTH Fiber To The Home

FRD Relevé de défaut (Propre à la procédure de réparation de matériel)

GPS Global Positioning System

GE Giga Ethernet

IGMP Internet Group Management Protocol

IMA Inverse Multiplexing for ATM

IMS IP Multimedia Subsystem

IP Internet Protocol

IPoE IP over Ethernet

ISDN Integrated Service Digital Network

ISP Internet service provider

LE local exchange

LT Line Terminator

MAC Media Access Control

MAN Metropolitan area network

MCD Modèle conceptuel des données

MGCP Media Gateway Control Protocol

MGW Media Gateway

MLD Modèle logique des données

MoIP Modem over IP

MPLS Multi-Protocol Label Switching

MSAN multiservice access node

MSTP Multi-service Transmission Platform

MySQL My Structured Query Language

NEs Network equipments

NGN Next Generation Network

NMS Network Management System

NT Network Terminator

NVPS Network Voice Path Signalization

PCM Pulse-code modulation

POTS Plain Old Telephone System

PON passive optical network

PPPoE Point-to-Point Protocol Over Ethernet

PSTN Public Switched Telephone Network

PVC Permanent Virtuel Chanel

QAM Quadrature amplitude Modulation

QoS Quality of Service

RM Rollout Manager

RMA Autorisation de retour de matériel(Procédure de réparation de matériel)

RTC Réseaux Téléphoniques Commutés

RTCP Real Time Control Protocol

RTP Real-time Transport Protocol

SCTP Simple Control Transmission Protocol

SDH Synchronous Digital Hierarchy

SGBD Système de gestion de base de données

SHDSL Single-pair High-speed Digital Subscriber Line

SIP Session Initiation Protocol

STB Set-Top Box

STU-C SHDSL Transceiver Unit-Central Office

STU-R SHDSL Transceiver Unit-Remote

TCP Transmission Control Protocol

TDM Time-Division Multiplexing

UDP User Datagram Protocol

VCI Virtual Circuit Identifier

VDSL Very high bit-rate DSL

VLAN Virtual Local Area Network

VoIP Voice over IP

VPI Virtual Path Identifier

ZAA Zone à Autonomie d'Acheminement

ZL Zone Locale

ZT Zones de Transit

ZTI Zone de Transit Internationale

ZTP Zone de Transit Principale

ZTS Zones de Transit Seco

Liste des figures


Figure 1.: Alcatel-Lucent Maroc 4

Figure 1.: Effectif par centre Alcatel-Lucent Maroc 5

Figure 1.: Organigrame d'Alcatel-lucent 5

Figure 1.: Organigramme du service Deployment Team 6

Figure 1.: Diagramme de GANTTde notre projet 8

Figure 2.1: Architecture générale d'un réseau NGN 10

Figure 2.2: Position de MSAN dans le NGN 15

Figure 2.3: La carte NPOT 15

Figure 2.4: Carte NVPS 16

Figure 2.5: Signalisation avec MSAN distant 16

Figure 2.6: Signalisation avec MSAN chainé 16

Figure 2.7: Cabinet MSAN d'Alcatel-Lucent 17

Figure 2.8: Unité de contrôle des alarmes 17

Figure 2.9: ISAM 7356 18

Figure 2.10: ISAM 7330 18

Figure 2.11: ISAM 7302 18

Figure 2.12: Ventilateur 19

Figure 2.13: Cartes de contrôle 19

Figure 2.14: Cartes de services 20

Figure 2.15: les protocoles mis en jeu 21

Figure 2.16: RTP/RTCP 21

Figure 2.17: Architecture du triple play 23

Figure 2.18: Architecture xDSL 24

Figure 2.19: Schéma de l'ADSL 24

Figure 2.20: Bande occupée par ADSL sur POTS 25

Figure 2.21: Bande occupée par l'ADSL sur RNIS 26

Figure 2.22: Bande occupée par l'ADSL2+ sur POTS 26

Figure 2.23: Le multicast 28

Figure 2.24: Architecture du réseau VOIP dans un contexte NGN 32

Figure 2.25: Structure d'un paquet de voix 34

Figure 2.26: Architecture du réseau RNIS 35

Figure 3.1: Phase 1 de migration 36

Figure 3.2: Phase 2 de migration 37

Figure 3.3: Phase 3 de migration 37

Figure 3.4: Phase 4 de migration 38

Figure 3.5: Phase 5 de migration 38

Figure 3.6: Phase 6 de migration 39

Figure 3.7: Service Triple Play 40

Figure 3.8: Services à bande étroite 40

Figure 3.9: Architecture du réseau d'accès et coeur 41

Figure 3.10: Le MSAN dans le Réseau 42

Figure 3.11: Le MSAN Hub 42

Figure 3.12: Schéma de la configuration 43

Figure 3.13: Le MSAN distant 43

Figure 4.1: Procédure général de livraison client 47

Figure 4.2: Procédure de réparation 48

Figure 4.3: Modèle conceptuel des données de l'application 49

Figure 4.4: Modèle logique des données de l'application 50

Figure 4.5: Modèle physique de l'application 51

Figure 4.6: Plan général de l'application 53

Figure 4.7: Ecran d'accueil de l'application 54

Figure 4.8: Ecran d'affiche projet 55

Figure 4.9: Ecran d'ajout site 55

Figure 4.10: Ecran d'affichage site 56

Figure 4.11: fiche de site 57

Figure 4.12: site MSAN 58

Figure 4.13: Ecran d'affiche intervention 58

Figure 1 - Accès à la console MySQL à partir de WampServer 62

Figure 2 - Exècution du fichier SQL contenant la base de données 63

Liste des tableaux


Tableau 2.1 : Spécifications techniques du NMS 22

Tableau 2.2 : Comparaison entre ADSL et ADSL2+ 27

Tableau 2.3 : Débit et durée du paquetage des différents codecs 34

Tableau 2.4 : Durée, débits et bandes passantes des différents codecs 35

Tableau 3.1: Les services et leurs VLAN 41

Introduction générale
Ces dernières années, le contexte des télécommunications a complètement été bouleversé par deux facteurs principaux de nature très différente. Le premier est la libéralisation du
secteur des télécommunications qui a fait éclater les monopoles en une multitude d'acteurs en concurrence; le second est le progrès fulgurant de la technologie des processeurs,
des logiciels et de la fibre optique. La combinaison des deux facteurs a entraîné une évolution considérable des services et réseaux de télécommunications, caractérisée par
l'explosion des données et le besoin de convergence entre les services. Les réseaux de nouvelles générations (NGN) viennent pour répondre à cette évolution dans le monde des
télécommunications.

L'objectif de ce travail est de porter une réflexion sur la stratégie éventuelle que peut suivre un opérateur x historique afin de mieux répondre aux attentes de sa clientèle et résister
aux transformations internationales dans l'univers des télécommunications, tout en déterminant les éléments clés pour le choix de l'équipementier offrant des solutions NGN.

En effet, l'évolution de la technologie et l'ouverture du marché imposent aux opérateurs historiques un changement radical de leurs infrastructures afin de pouvoir survivre dans un
monde en perpétuel changement et au-delà, acquérir des marchés et faire des bénéfices. Pour cela, les opérateurs historiques doivent être à la pointe de la technologie et des
services de ce qui se fait dans l'univers des télécommunications pour faire face à la menace de la concurrence.

Pour améliorer leurs infrastructures, ces opérateurs font appel à des Multinationales comme ALM, pour l'installation et l'entretien de nouveaux équipements tels que MSAN. C'est
dans cette optique que s'inscrit ce projet de fin d'étude. En effet, Le but est de mettre en oeuvre un outil pour la gestion des sites d'installations des MSANs.

Le rapport du travail se présente comme suit :

Le premier chapitre définit le contexte général du projet. On s'y attache à la présentation d'Alcatel-Lucent, à la présentation du service déploiement Team et à planification du projet.
Le deuxième chapitre expose la solution MSAN et les services qu'elle peut offrir. Pour le troisième chapitre, il présente la démarche à suivre pour la mise en service de l'MSAN ainsi
que le scénario de déploiement retenu par un opérateur pour déployer cette solution au Maroc. En dernier lieu, et après avoir décrit le système d'information sur le fonctionnement
des sites d'installation de l'MSAN, la conception et la réalisation d'une application de gestion des sites d'installation des MSANs ont été mises au point. Une conclusion générale
mettra un terme à notre travail.

Chapitre 1 :

L'organisme d'accueil
§ Présentation d'Alcatel-Lucent

§ Présentation de service Déploiement

§ Planification du projet

Introduction

Alcatel-Lucent est le nom de la société née en 2006 de la fusion entre Alcatel et Lucent Technologies. La fusion de ces deux géants de la télécommunication a permis à Alcatel-
Lucent, en février 2007, de devenir, le deuxième équipementier télécoms et réseaux au niveau mondial derrière l'américain Cisco Systems et devant le suédois-Ericsson, et le
germano-finlandais Nokia Siemens Networks.

1.1. Alcatel-Lucent

1.1.1. A propos d'Alcatel-Lucent

Alcatel-Lucent a pour mission d'améliorer le quotidien de chacun en transformant la manière dont le monde communique. Alcatel-Lucent propose des solutions qui permettent aux
fournisseurs de services, aux entreprises et aux administrations du monde entier d'offrir des services voix, données et vidéo à leurs propres clients. Leader dans les réseaux haut
débit fixes, mobiles et convergés, les technologies IP, les applications et les services, Alcatel-Lucent développe des solutions complètes qui rendent possibles des services de
communications innovants pour les utilisateurs, qu'ils soient chez eux, au travail ou en déplacement.

Avec plus de 77 000 salariés et présent dans 130 pays, Alcatel-Lucent est un partenaire local avec une dimension internationale. Le groupe dispose de l'une des plus grandes
capacités de Recherche, Technologie et Innovation dédiées aux télécommunications connue sous le nom d'Alcatel-Lucent Bell L'abs et d'une équipe de services la plus
expérimentée de l'industrie. Alcatel-Lucent qui a réalisé des revenus de 16,98 milliards d'euros en 2008, est une société de droit français, avec son siège social à Paris.

1.1.2. Organisation

Privilégiant des solutions complètes à forte valeur ajoutée pour ses clients, Alcatel-Lucent est organisé en quatre groupes d'activités et trois régions géographiques.

Les quatre groupes d'activité sont :

· Le Groupe Logiciels Applicatifs a pour mission de développer et de maintenir des produits logiciels innovants pour enrichir la base de données clients.

· Le Groupe Produits Opérateurs a pour mission de répondre aux besoins des fournisseurs de services fixe, mobile et convergent et de leur fournir des solutions de communication
de bout-en-bout.

· Le Groupe Produits Entreprise a pour mission de répondre aux besoins des entreprises ainsi qu'à l'Industrie et au Secteur Public.

· Le Groupe Services conçoit, déploie, gère des réseaux et en assure la maintenance dans le monde entier.

Les régions géographiques d'Alcatel-Lucent sont

· La région Amérique.

· La région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

· La région Asie Pacifique et Chine.

1.1.3. Alcatel-Lucent Maroc

Présent au Maroc depuis 1975, Alcatel a su accompagner ce pays sur les voies du développement en participant pleinement aux projets de construction des télécommunications. En
1989 le groupe a créé une filiale au Maroc dont le siège est installé à Salé, comptant renforcer ainsi sa présence à long terme au Maroc.

Figure 1.: Alcatel-Lucent Maroc

Effectif : La société compte environ 520 employés dont 85% d'ingénieurs.

Figure 1.: Effectif par centre Alcatel-Lucent Maroc

Ø Organigramme

La structure d'Alcatel-Lucent comprend un certain nombre de centres opérationnels et fonctionnels, supervisés par la direction générale qui assure le pilotage et la coordination
stratégique avec la maison mère. Cette structure est présentée sur l'organigramme suivant, dans lequel on trouve l'ordre hiérarchique, les fonctions, les taches existantes et leurs
répartitions.

Figure 1.: Organigramme d'Alcatel-lucent

Notre stage s'est déroulé au sein du service déploiement.

2.1. 2.2. 1.2. Service déploiement.

Dans le but de répondre aux besoins client en appliquant le juste à temps de quoi a-t-il besoin ? Dans quels délais ? En quelle quantité et dans quelle condition ? Le service
déploiement vient pour assurer les techniques de configuration, de l'installation, du test, du montage et de la maintenance des équipements sous garantie renvoyés par les clients.

Le service Team rend service à ces clients potentiels via l'amélioration et l'expertise de technologie au niveau de télécommunication.

L'acquisition des sites et les services de déploiement et de construction sont aussi une fonction importante exécutée par le service déploiement

Figure 1.: Organigramme du service déploiement

1.3. Planification du projet

La planification du projet consiste à établir un planning des tâches à effectuer pour observer et contrôler l'avancement des différentes tâches, ainsi que d'assurer le bon déroulement
des actions requises afin de pouvoir conduire avec succès le projet et son organisation.

En vue de réussir ce projet, nous avons été amené à passer par plusieurs étapes importantes et nécessaires :

ü Études et bibliographique de NGN et MSAN.

ü Développement d'une application de gestion des sites d'installation des MSANs.

· Études

· Conception

· Réalisation

ü Étude et déploiement d'une solution MSAN.

ü Configuration MSAN Alcatel dans la salle d'essai.

ü Rédaction du rapport

Le stage débute le 01 avril, et prend fin le 30 juillet, soit une durée totale de 16 semaines dont les tâches seront réparties selon le planning suivant :

Figure 1. : Diagramme de GANTT de notre projet

Conclusion

Après avoir dévoilé l'organisme d'accueil, nous avons ensuite défini la démarche de travail en précisant les objectifs à atteindre. Pour cela, nous nous sommes basé sur la
planification des étapes pour la réalisation de notre projet.

Le chapitre suivant portera sur une partie théorique sur NGN ainsi qu'une étude de la solution MSAN.

Chapitre 2 :

Etude de la solution MSAN


§ Etude du concept NGN

§ Description de l'équipement MSAN

§ Le NMS (Network Manager System)

§ Les services offerts par le MSAN

Introduction

Les réseaux traditionnels de téléphonie fixe des opérateurs historiques sont basés sur la commutation de circuits (nommée aussi transmission TDM) entre les lignes d'abonnés, et
sur une organisation hiérarchique des commutateurs selon différentes zones d'appels. De plus, ce réseau de téléphonie cohabite avec un ou plusieurs réseaux dédiés au transport
de données (dont le réseau utilisé pour la fourniture de services haut-débit DSL).

La problématique de passage à une architecture NGN (Next Generation Network) du coeur de réseau fixe des opérateurs historiques s'inscrit avant tout dans une logique de
diminution des coûts, avec le passage à une infrastructure unique basée sur IP pour le transport de tout type de flux, voix ou données, et pour toute technologie d'accès (DSL, FTTH,
RTC, Wi-Fi, etc.). L'impact majeur d'un passage à une architecture NGN pour les réseaux de téléphonie commutée est que le commutateur traditionnel est scindé en deux éléments
logiques distincts : le media gateway pour assurer le transport et le soft switch pour assurer le contrôle d'appel. Cette évolution permet théoriquement des gains en termes de
performance et d'optimisation des coûts, mais elle peut aussi faciliter le déploiement de nouveaux services.

Donc dans ce premier chapitre on va parler de l'approche NGN comme tendance pour remédier à ces problèmes.

2.1. Etude du concept NGN :

2.1. 2.1.1. Définition:

Les NGN sont définis comme un réseau de transport en mode paquet permettant la convergence des réseaux Voix/données et Fixe/Mobile; ces réseaux permettront de fournir des
services multimédia accessibles depuis différents réseaux d'accès.

Afin de s'adapter aux grandes tendances qui sont la recherche de souplesse d'évolution de réseau, la distribution de l'intelligence dans le réseau, et l'ouverture à des services tiers,
les NGN sont basés sur une évolution progressive vers le « tout IP » et sont modélisés en couches indépendantes dialoguant via des interfaces ouvertes et normalisées.

2.1.2. Architecture NGN en couches :

Le passage à une architecture de type NGN est notamment caractérisé par la séparation des fonctions de commutation physique et de contrôle d'appel. L'architecture NGN introduit
un modèle en couches, qui scinde les fonctions et équipements responsables du transport du trafic et du contrôle. Il est possible de définir un modèle architectural basé sur quatre
couches successives:

Figure 2.1: Architecture générale d'un réseau NGN

· la couche d'accès, qui regroupe les fonctions et équipements permettant de gérer l'accès des équipements utilisateurs au réseau, selon la technologie d'accès (téléphonie
commutée, DSL, câble). Cette couche inclut par exemple les équipements DSLAM fournissant l'accès DSL.

· la couche de transport, qui est responsable de l'acheminement du trafic voix ou données dans le coeur de réseau, selon le protocole utilisé. L'équipement important à ce niveau
dans une architecture NGN est le Media Gateway (MGW) responsable de l'adaptation des protocoles de transport aux différents types de réseaux physiques disponibles (RTC, IP,
ATM, ...).

· la couche de contrôle, qui gère l'ensemble des fonctions de contrôle des services en général, et de contrôle d'appel en particulier pour le service voix. L'équipement important à
ce niveau dans une architecture NGN est le serveur d'appel, plus communément appelé «sofswitch», qui fournit, dans le cas de services vocaux, l'équivalent de la fonction de
commutation dans un réseau NGN. Dans le standard IMS défini par le 3GPP, les fonctionnalités et interfaces du sofswitch sont normalisées, et l'équipement est appelé CSCF (Call
Session Control Function).

· la couche services, qui regroupe l'ensemble des fonctions permettant la fourniture de services dans un réseau NGN. En termes d'équipements, Cette couche regroupe deux types
d'équipement : les serveurs d'application (ou application servers) et les « enablers », qui sont des fonctionnalités, comme la gestion de l'information de présence de l'utilisateur,
susceptibles d'être utilisées par plusieurs applications. Cette couche inclut généralement des serveurs d'application SIP, car SIP (Session Initiation Protocol) est utilisé dans une
architecture NGN pour gérer des sessions multimédias en général, et des services de voix sur IP en particulier.

Ces couches sont indépendantes et communiquent entre elles via des interfaces ouvertes. Cette structure en couches est sensée garantir une meilleure flexibilité et une
implémentation de nouveaux services plus efficace. La mise en place d'interfaces ouvertes facilite l'intégration de nouveaux services développés sur un réseau d'opérateur mais peut
aussi s'avérer essentielle pour assurer l'interconnexion d'un réseau NGN avec d'autres réseaux qu'ils soient NGN ou traditionnels.

L'impact majeur pour les réseaux de téléphonie commutée traditionnels est que le commutateur traditionnel est scindé en deux éléments logiques distincts : le media gateway pour
assurer le transport et le sofswitch pour assurer le contrôle d'appel.

Une fois les communications téléphoniques « empaquetisées » grâce aux media Gateway, il n'y a plus de dépendance des services vis-à-vis des caractéristiques physiques du
réseau. Un coeur de réseau paquet unique, partagé par plusieurs réseaux d'accès constitue alors une perspective attrayante pour des opérateurs. Bien souvent, le choix se porte sur
un coeur de réseau IP/MPLS commun au niveau de la couche de transport du NGN afin de conférer au réseau IP les mécanismes de qualité de service suffisants pour assurer une
fourniture de services adéquate.

2.1.3. Les entités fonctionnelles du coeur de réseau NGN :

2.1.1.1. La Media Gateway (MG)

La Media Gateway est située au niveau du transport des flux média entre le réseau RTC et les réseaux en mode paquet, ou entre le coeur de réseau NGN et les réseaux d'accès.
Elle a pour rôle :

_ Le codage et la mise en paquets du flux média reçu du RTC et vice-versa (conversion du trafic TDM / IP).

_ La transmission, suivant les instructions du Media Gateway Controller, des flux média reçus de part et d'autre.

2.1.1.2. La Signalling Gateway (SG)

La fonction Signalling Gateway a pour rôle de convertir la signalisation échangée entre le réseau NGN et le réseau externe interconnecté selon un format compréhensible par les
équipements chargés de la traiter, mais sans l'interpréter (ce rôle étant dévolu au Media Gateway Controller). Notamment, elle assure l'adaptation de la signalisation par rapport au
protocole de transport utilisé (exemple : adaptation TDM / IP).

2.1.1.3. Le serveur d'appel ou Media Gateway Controller (MGC) ou Soft switch.

Dans un réseau NGN, c'est le MGC qui possède « l'intelligence ». Il gère :

_ L'échange des messages de signalisation transmise de part et d'autre avec les passerelles de signalisation, et l'interprétation de cette signalisation.

_ Le traitement des appels : dialogue avec les terminaux H.323, SIP voire MGCP, communication avec les serveurs d'application pour la fourniture des services.

_ Le choix du MG de sortie selon l'adresse du destinataire, le type d'appel, la charge du réseau, etc.

_ La réservation des ressources dans le MG et le contrôle des connexions internes au

MG (commande des Media Gateways).

2.1.1.4. Le Multi Service Access Node (MSAN)

Les MSAN constituent une évolution naturelle des DSLAMs. Un MSAN est un équipement qui constitue, dans la plupart des architectures de type NGN, un point d'entrée unique vers
les réseaux d'accès des opérateurs. A la différence d'un DSLAM, dont le châssis ne peut supporter que des cartes permettant de proposer des services de type xDSL, un MSAN
peut supporter des cartes RNIS, Ethernet,... De ce fait, au sein d'un seul et même châssis, l'opérateur peut déployer toutes les technologies d'accès envisageables sur son réseau.
Le rôle de media Gateway décrit ci-avant peut, dans certains cas, être « embarqué » au sein de ce MSAN, et disparaître en tant que noeud de réseau dédié.

2.1.4. Avantages de NGN

Cette nouvelle topologie offre les avantages suivants :

· Grâce au NGN, l'opérateur dispose d'un réseau multiservice permettant d'interfacer n'importe quel type d'accès (Boucle locale, PABX, Commutateur d'accès téléphonique, accès
ADSL, accès mobile GSM ou UMTS, téléphone IP, etc.).

· L'opérateur n'aura plus à terme qu'à exploiter un seul réseau multiservice.

· Elle utilise le transport comme l'IP ou l'ATM ignorant les limites des réseaux TDM (Time Division Multiplexing) à 64 kbit/s. En effet le TDM perd son efficacité dès lors que l'on
souhaite introduire des services asymétriques, sporadiques ou à débit binaire variable.

· C'est une topologie ouverte qui peut transporter aussi bien les services téléphoniques que les services de multimédia (vidéo, données temps réel).

· Elle dissocie la partie support du réseau de la partie contrôle, leur permettant d'évoluer séparément et brisant la structure de communication monolithique. En effet, la couche
transport peut être modifiée sans impact sur les couches contrôle et application.

· Elle utilise des interfaces ouvertes entre tous les éléments, permettant à l'opérateur d'acheter les meilleurs produits pour chaque partie de son réseau.

2.1.5. Types de NGN

Il existe trois types de réseau NGN : NGN Class 4, NGN Class 5 et NGN Multimédia.

Les NGN Class 4 et Class 5 sont des architectures de réseau offrant uniquement les services de téléphonie. Il s'agit donc de NGN téléphonie. Dans le RTC, un commutateur Class 4
est un centre de transit. Un commutateur Class 5 est un commutateur d'accès aussi appelé centre à autonomie d'acheminement. Le NGN Class 4 (respectivement NGN Class 5)
émule donc le réseau téléphonique au niveau transit (respectivement au niveau accès) en transportant la voix sur un mode paquet.

Le NGN Multimédia est une architecture offrant les services multimédia (messagerie

vocale/vidéo, conférence audio/vidéo, Ring-back tone voix/vidéo) puisque l'usager a un terminal IP multimédia. Cette solution est plus intéressante que les précédentes puisqu'elle
permet à l'opérateur d'innover en termes de services par rapport à une solution NGN téléphonie qui se cantonne à offrir des services de téléphonie.

Le Class 4 NGN permet :

_ Le remplacement des centres de transit téléphoniques (Class 4 Switch).

_ La croissance du trafic téléphonique en transit.

Le Class 5 NGN permet :

_ Le remplacement des centres téléphoniques d'accès (Class 5 Switch).

_ La croissance du trafic téléphonique à l'accès.

_ La voix sur DSL/ Voix sur le câble.

Le NGN Multimédia permet d'offrir des services multimédia à des usagers disposant d'un accès large bande tel que xDSL, câble, WiFi/WiMax, EDGE/UMTS, etc.

2.1.6. Les services offerts par le NGN

Les NGN offrent les capacités, en termes d'infrastructure, de protocole et de gestion, de créer et de déployer de nouveaux services multimédia sur des réseaux en mode paquet.

La grande diversité des services est due aux multiples possibilités offertes par les réseaux NGN en termes de :

_ Support multimédia (données, texte, audio, visuel).

_ Mode de communication, Unicast (communication point à point), Multicast (Communication point-multipoint), Broadcast (diffusion).

_ Mobilité (services disponibles partout et tout le temps).

_ Portabilité sur les différents terminaux.

Parmi ces services offerts nous citons :

· La voix sur IP

· La diffusion de contenus multimédia

· La messagerie unifiée

· Le stockage de données

· La messagerie instantanée

· Les services associés à la géolocalisation

2.2. Description de l'équipement MSAN

Le MSAN de Alcatel-Lucent porte le nom de ISAM-V.

Le ISAM-V étend les fonctionnalités du DSLAM en offrant en plus des services triple play le service de la voix (POTS) et du RNIS (ISDN).

Notons que le DSLAM contient une carte de contrôle NT (Network Terminator), c'est la carte qui nous achemine les données via le backbone IP et c'est aussi la carte qui est
programmable du DSLAM et qui contient sa configuration.

Le DSLAM contient aussi des cartes d'abonnées ou de services LT (Line Terminator).

Figure 2.2 : Position de MSAN dans le NGN

Pour le ISAM-V on introduit de nouveaux cartes de services :

La carte NPOT : La carte du service de la voix traditionnelle

La carte NBAT : La carte du service RNIS

Ces deux cartes font la conversion de la ligne Analogique/Accès de Base à la VoIP

Figure 2.3: La carte NPOT

· La carte NVPS : La carte qui fait la signalisation avec le softswitch et avec les cartes LT.

Figure 2.4: Carte NVPS

La carte NVPS peut faire la signalisation pour plusieurs cartes LT même pour ceux qui n'appartiennent pas au même MSAN (il s'agit des MSAN chainés ou distants) :

Figure 2.5: Signalisation avec MSAN distant

Figure 2.6 : Signalisation avec MSAN chainé

2.2.1.1. Description du Hardware

La figure x représente le Multi Service Access Node de Alcatel-Lucent, il s'agit du cabinet de l'équipement, il comprend plusieurs éléments :

· Unité de distribution de l'énergie (PDU).

· Une jusqu'à trois étagères comprenant les cartes de contrôle et de services

· Batteries de secours en cas d'une coupure du secteur.

· Unité de contrôle des alarmes système et d'environnement.

Figure 2.7 : Cabinet MSAN d'Alcatel-Lucent

2.2.1.1. Unité de contrôle des alarmes ACU

L'unité de contrôle des alarmes collecte toutes les alarmes du système et d'environnement et puis elle les envoie vers le système de management NMS pour surveiller l'état de
l'équipement et des capteurs et agir le plus rapide possible pour ne pas laisser la situation s'aggraver (dégâts de matériel, arrêt du service,...)

Cinq LEDs pour indiquer les conditions :

ï Critical - rouge

ï Major - rouge

ï Minor - jaune

ï alarm local - rouge

ï ACO active - vert

Figure 2.8 : Unité de contrôle des alarmes

2.2.1.2. Les étagères

Il y a trois types d'étagères à utiliser dans le ISAM-V et qui se différent par le nombre des slots de cartes qui peuvent servir le nombre d'abonnée de la région concernée

· ISAM 7356 : qui comprend deux slots pour les cartes de service et un slot pour la carte de contrôle et une autre pour les splitter

· ISAM 7330 : qui comprend dix slots pour les cartes de service/splitters et une slot pour la carte de contrôle

· ISAM 7302 : qui comprend dix-huit slots pour les cartes de service/splitters et une slot pour la carte de contrôle

Figure 2.9 : ISAM 7356

Figure 2.10 : ISAM 7330

Figure 2.11 : ISAM 7302

Chaque étagère comprend les éléments suivants :

· Vétilleurs pour l'aération de l'étagère en la présence obligatoire des climatiseurs posés par Maroc Télécom dans la salle ou se trouve l'équipement et qui assurent un climat froid

· Cartes de services et de contrôle de l'équipement.

· Sous-unité de distribution d'énergie GFC

2.2.1.3. Ventilateurs

Figure 2.12 : Ventilateur

2.2.1.4. Les cartes

Les cartes se divisent en deux catégories la première est celle des cartes de contrôle et la deuxième englobe trois types de cartes de services :

· Cartes xDSL.

· Cartes POTS.

· Cartes Fiber.

Carte NTIO Carte NT

Figure 2.13 : Cartes de contrôle

· NT : Network Terminator (c'est la carte configurable)

Elle a une FLASH, une mémoire RAM et une ROM.

Interface pour l'administration et le control d'interfaces via le backpanel.

Trafic pour l'administration dans la NT

L'ACU est inclus dans la carte NT

Cartes de services xDSL

Carte VDSL2 48 p CarteMulti-DSL 72p CarteMulti-DSL 48p CarteSHDSL 24p


Cartes des services POTS

Carte NVPS Carte Carte NPOT48p Carte NBAT24p Carte SPLITTER

NPOT 72 p
Les cartes de services Fiber

Carte Fiber P2P 16p Carte NT GigE 6p


Figure 2.14 : Cartes de services

2.2.1.1. Les protocoles mis en jeux

Figure 2.15 : les protocoles mis en jeu

MEGACO/H248 :

Ø Fonctionne pour toutes les plates-formes (IP, ATM, SDH,...)

Ø Tout le contrôle d'appel se passe dans le Media Gateway Controller

§ Pas de contrôle d'appel dans le Media Gateway

§ Contrairment au SIP qui a le contrôle d'appel distribué (en IP phone, Proxy server...)

xBLES :

Ø xBLES (eXtended BLES) est un protocole interne à Alcatel-Lucent

§ Extension du protocole BLES pour les services VoIP

§ Utilisé pour la signalisation interne entre le NVPS et les cartes NPOTS du même MG et aussi avec celles du remote MG et du subtended MG

RTP/RTCP :

Ø RTP = Real-time Transport Protocol

§ Pour transporter l'audio et la vidéo via le Réseau IP

Ø RTCP = Real-time Transport Control Protocol

§ Pour le contrôle du flux RTP

Figure 2.16 : RTP/RTCP

2.3. Le NMS (Network Manager System)

Description générale :

· Le NMS repose sur une configuration matérielle et logicielle. La configuration matérielle est composée d'un ordinateur de bureau (PC) ergonomique qui assure un traitement
rapide et efficace des données du réseau pour permettre une supervision en temps réel et d'un modem pour la liaison avec le BSC à travers une ligne RTC ou une LS. La
configuration logicielle est composée du logiciel NMS qui présente une interface utilisateur conviviale et intuitive et pouvant être installé sur différentes plateformes.
Fonctions :

· Configuration du système
· Configuration des éléments du réseau, types d'interfaces, relation circuit abonné et affichage et modification des attributs des abonnés et des équipements.

· Mise à jour du logiciel sans affecter l'exploitation normale du réseau.


· Gestion de performances du réseau
· Contrôle de la qualité de transmission et analyse statistique du trafic au niveau des stations de base et des liaisons FH telles que toutes les tentatives d'appels, les essais
réussis, les échecs dus à des congestions, les essais avec numérotation incomplète, etc.

· Génération de compte rendu statistique sur le trafic.


· Gestion des défauts
· Test continuel des ressources des éléments du réseau et vérification de leur disponibilité pour le traitement des appels.

· Information sur l'état des éléments défectueux du réseau et des pannes survenues. Ceci est assuré par des alarmes visuelles au niveau de l'affichage et des alarmes sonores.

· Génération de compte rendu complet, établi automatiquement et permettant la traçabilité et le suivi de l'état du réseau au cours du temps.
· Sécurité
· Les fonctions du NMS ne sont pas toutes accessibles par tous les utilisateurs. Plusieurs niveaux hiérarchiques sont définis pour permettre un partage des tâches entre
exploitants. Ceci est assuré par un système d'authentification fiable.
· Facturation
· Facturation à distance lorsque les BSC sont configurés en mode indépendant.
· Programmation des routines
· La programmation de routines de test à exécuter périodiquement suivant un calendrier donné.
· Impression
· Impression des états en relation avec l'abonné, avec le système et le trafic.

Tableau 2.1 : Spécifications techniques du NMS

2.4. Les services offerts par le MSAN

Le MSAN peut offrir deux catégories de services, ceux dits broadbands ,qui exploitent une large bande ,il s'agit principalement des services triple play. Une autre catégorie de service
est dite narrowband basée sur une architecture NGN, il s'agit du POTS, RNIS, FAX, Teletax...

2.4.1.1. Les services Broadband (le service triple play)

Le triple play est un mode d'approvisionnement de service dans lequel des services intégrés peuvent être fournis à un utilisateur. Actuellement, les services intégrés régnants
incluent le service d'accès d'Internet haut débit, le service voice over IP (VoIP), et le service d'IPTV. Le but du service triple play est d'encapsuler l'accès à bande large, le service de
VoIP, et le service de vidéo dans un raccordement à bande large indépendant pour faciliter l'utilisation et pour réduire le coût d'entretien du support porteur de service.

Figure 2.17 : Architecture du triple play

2.4.1.1. Le service xDSL

xDSL (x digital subscriber line) est une collection de technologies qui permet la transmission en large bande (Broadband) sur des paires torsadées téléphoniques. Les modes de
transmission en large bande incluent :

ADSL: Asymmetric digital subscriber line

SHDSL: Single-pair high-speed digital subscriber line

VDSL : Very high speed DSL, par division de fréquence, les services vocaux et les services de données peuvent être transmis au-dessus des paires torsadées en même temps. Un
diviseur est installé à chaque extrémité de la ligne téléphonique pour séparer les signaux de voix et de données. La figure 2.19 montre le système de xDSL qui comprend l'ISAM-V
sur le côté du central téléphonique et l'équipement de client du côté d'abonné.

Figure 2.18: Architecture xDSL

Note:

- ADSL Asymmetrical Digital Subscriber Line

- SHDSL Single-pair High-speed Digital Subscriber Line

- ATU-R ADSL Transceiver Unit-Remote end

- STU-R SHDSL Transceiver Unit-Remote end

- ATU-C ADSL Transceiver Unit-Central Office end

- STU-C SHDSL Transceiver Unit-Central Office end

Comme Multiservices Access Node (MSAN), l'ISAM-V fournit des ports d'ADSL/ADSL2+ et de SHDSL pour accéder aux services de bande large. a-1 :ADSL et ADSL2+ L'ADSL est
une technologie de transmission asymétrique qui est employée pour transmettre des données avec un haut débit au-dessus de la paire torsadée. Le débit ascendant de l'ADSL
atteint 640 Kbits/s, et celui descendant atteint 8 Mbits/s.

Figure 2.19 : Schéma de l'ADSL

La technologie d'ADSL est basée sur différents types de modulation. Les différents types de modulation sont comme suit : - QAM : Quadrature amplitude modulation CAP :
Carrierless amplitude modulation Elle module des données à une seule porteuse basée sur QAM. DMT : Discrete Multi-Tone elle module des données aux fréquences multiples
(sous-porteuses), et puis module les données de chaque fréquence en employant la modulation QAM. DMT est la technologie standard de modulation pour l'ADSL. L'ISAM-V
supporte la modulation de l'ADSL et de l'ADSL2+ par la DMT. Les principes d'ADSL/ADSL2+ basé sur le DMT sont décrits comme suit.

ADSL : L'ADSL fournit une bande passante totale de 1.104 MHz. En employant le DMT, l'ADSL découpe la largeur de bande en 256 canaux (0-255) chaque canal de 4.3125 kHz.
Puisque l'ADSL sur POTS est différent de l'ADSL sur RNIS, la division des 256 canaux est différente.

Figure 2.20 : Bande occupée par ADSL sur POTS

· Les porteuses 0-5 sont réservées pour transmettre les signaux de voix analogue de 4 kHz.

· Les porteuses de 6-31 sont employées pour transmettre des données uplink sur la bande de 26-138 kHz.

· Les porteuses de 32-255 sont utilisées pour transmettre des données downlink sur la bande de 138-1104 kHz.

Figure 2.21 : Bande occupée par l'ADSL sur RNIS

ADSL2+ : ADSL2+ prolonge la largeur de bande de l'ADSL à 2.208 MHz et emploie le DMT pour dédoubler la largeur de bande à 512 porteuses (0-511).

Figure 2.22 : Bande occupée par l'ADSL2+ sur POTS

· Les porteuses 0-5 sont réservées pour transmettre les signaux de voix analogue de 4 kHz.

· Les porteuses de 6-31 sont employées pour transmettre des données uplink sur la bande de 26-138 kHz.

· Les porteuses de 32-511 sont utilisées pour transmettre des données downlink sur la bande de 138-2208 kHz.

v Comparaison entre ADLS et ADSL2+ :

Le débit : l'ADSL2+ étend la largeur de bande et améliore l'efficacité de transmission en améliorant la modulation, réduisant l'entête, et en optimisant la structure de la trame.

Tableau 2.2 : Comparaison entre ADSL et ADSL2+

Distance de portée : L'ADSL2+ offre une plus longue distance de portée, en effet elle est d'au moins 6.5Km, tandis que celle de l'ADSL est de 5Km

Consommation énergétique : L'ADSL2+ supporte la fonction power management qui permet de réduire la consommation d'énergie.

SHDSL :

SHDSL est une technologie de transmission symétrique qui est utilisée pour fournir un accès haut débit au-dessus d'un pair torsadée, avec une distance de transmission de 3 à 6
kilomètres.

VDSL :

VDSL est une nouvelle technologie de XDSL pour fournir un débit uplink et downlink symétrique ou asymétrique sur un support de paires torsadées. Sa transmission atteint environ
1.5 kilomètres, le débit downlink le plus élevé est de 52 M (asymétrique) et le débit uplink le plus élevé est de 12 M (symétrique). VDSL est la technologie de XDSL la plus rapide
actuellement.

VDSL2 :

Very high speed digital subscriber line 2, est une extension du VDSL, c'est une technologie de transmission qui est utilisée pour fournir un accès haut débit sur la paire torsadée en
mode asymétrique ou symétrique. VDSL2 supporte une largeur de bande élevée (débits symétriques allant jusqu'à 100 Mbits/s). VDSL2 fournit des profils de spectre et des modes
multiples d'encapsulation. Il répond aux exigences de l'accès de FTTx de prochaine génération avec une distance courte et un débit élevé.

2.4.1.2. Le service de télévision sur IP (IPtv)

Le service de la télévision d'Internet Protocol (IPTV) fait référence au service de télévision déployé sur le réseau large bande. Il fournit des programmes de divertissement et
d'information, tels que la radiodiffusion, la vidéo sur demande, le jeu de réseau et d'autres informations de vie quotidienne. Parmi les avantages du service d'IPTV, en comparaison
avec les services traditionnels de télévision on trouve :

· Fournit un effet vidéo et audio de haute qualité.

· Suit le même mode d'opération que les programmes télévisés traditionnels.

· Intègre avec le mode d'opération interactif basé sur le WEB pour fournir des interfaces conviviales.

· Fournit beaucoup de services à valeur ajoutée.

L'ISAM-V fournit le service d'IPTV en adoptant la technologie de multicast. En adoptant le multicast contrôlable, le dispositif d'accès contrôle et commande des utilisateurs de
multicast. Ceci répond aux exigences des porteurs pour l'approvisionnement de services de vidéo, et permet aux services de multicast d'être fonctionnels et maniables. Le noyau de
la technologie de multicast est la duplication des paquets à l'endroit le plus près de récepteur, ce qui permet de diminuer le trafic de multicast dans le réseau.

Le Multicast :

Le multicast se rapporte à la communication point-à-multipoint entre un certain noeud et tous autres noeuds dans le réseau. Le contrôle du multicast permet à un dispositif d'accès
de déterminer si un utilisateur a l'autorité pour observer des programmes en identifiant les paquets des demandes de l'utilisateur. De cette façon, les équipements d'accès contrôlent
et transmettre les services de multicast.

Les principes de fonctionnement du multicast :

La transmission de la couche 2 est adoptée pour l'application de multicast dans l'équipement d'accès. L'ISAM-V transmet les données basées sur le VLAN et l'adresse MAC de
multicast. Dans un réseau en anneau, le dispositif permis avec le RSTP soutient la redondance de chemin en utilisant certains algorithmes. Le schéma suivant montre un réseau en
arbre de multicast, qui explique l'exécution du multicast dans l'ISAM-V.

Figure 2.23 : Le multicast

L'ISAM-V supporte le dispositif d'IGMP snooping pour la gestion de multicast dans la couche 2 du réseau, l'authentification d'utilisateur et la commande de multicast, cela réduit
efficacement la diffusion des données de multicast.

IGMP Snooping :

IGMP snooping est un mécanisme de commande de multicast qui fonctionne dans la couche liaison de données. il est employé pour la production et le maintien des entrées de
transmission de multicast.

En mode snooping d'IGMP, l'ISAM-V reçoit les paquets de requête envoyés par le routeur de multicast, l'ISAM-V envoie un paquet de requête à l'utilisateur. S'il n'y a aucune réponse
dans la durée indiquée, l'ISAM-V supprime l'entrée locale de l'expédition de multicast. En conséquence, le routeur de multicast supprime l'entrée de l'expédition de sa propre base de
données. Processus pour qu'un utilisateur de multicast soit en ligne ou hors ligne :

· Quand un utilisateur devient en ligne et envoie un paquet de demande pour joindre un programme, l'ISAM-V commute le paquet au VLAN de multicast et puis l'expédie au routeur
de multicast. Le dispositif de la couche supérieur transmet le trafic correspondant de multicast. L'ISAM-V expédie les paquets de demande de l'utilisateur pour joindre le programme
au routeur de multicast.

· Quand l'utilisateur devient hors ligne, l'ISAM-V expédie le paquet de demande de déconnexion au routeur de multicast. Lorsque le paquet de demande de l'utilisateur est reçu, le
routeur de couche supérieur envoie un paquet requête groupe-specific à l'utilisateur. S'il n'y a aucune réponse de l'utilisateur dans une durée indiquée, le routeur supprime
l'utilisateur du groupe de multicast. Après réception du paquet de déconnexion du dernier utilisateur du programme, le routeur de multicast n'expédie plus le trafic correspondant de
multicast.

L'ISAM-V supporte aussi le dispositif de l'IGMP proxy qui permet au dispositif de couche 2 de soutenir le service de multicast. En outre, il diminue les paquets destinés à joindre ou
quitter un groupe de multicast, de ce fait le trafic de multicast sur le côté de réseau diminue.

IGMP Proxy :

L'IGMP proxy signifie que dans quelques topologies de réseau, le dispositif n'installe pas les itinéraires de multicast, mais apprend l'information sur les membres connectés du
groupe de multicast et le transmet vers le routeur de multicast upstream.

· Pour un client de multicast, l'ISAM-V joue le rôle de routeur de multicast.

· Pour un routeur de multicast, l'ISAM-V joue le rôle de client de multicast.

L'implémentation de l'IGMP proxy est comme suit :

1. Quand un utilisateur d'IGMP décide de commander un programme vidéo, l'utilisateur doit envoyer une demande d'IGMP vers l'IGMP proxy pour joindre le groupe de multicast
correspondant au programme.

2. Lors de la réception de la demande, l'ISAM-V expédie le paquet de demande au routeur de multicast pour la demande concernant le trafic de multicast si l'utilisateur est le premier
à demander le trafic. Si le trafic de multicast est déjà fourni, l'ISAM-V expédie le trafic directement à l'utilisateur.

3. L'ISAM-V envoie les paquets de requêtes à tous les utilisateurs d'IGMP en ligne dans des intervalles réguliers. S'il ne reçoit pas de réponse d'un utilisateur au cours d'une certaine
période, il considère que l'utilisateur a laissé le groupe de multicast, et supprime l'utilisateur du groupe de multicast. Si l'utilisateur est le dernier dans le groupe, l'ISAM-V envoie des
paquets de déconnexion au routeur de multicast.

4. En attendant, en recevant une requête générale du routeur de multicast, l'ISAM-V rapporte l'état courant de multicast au routeur.

Gestion du Programme :

La gestion de programme inclut la prévision du programme, le rejoint du programme, la priorité du programme, et la largeur de bande du programme.

ü Prévision : La prévision de programme contrôle le temps, la durée, et l'intervalle dans lequel un utilisateur visionne un programme. Ceci permet à l'utilisateur d'avoir des
informations de base au sujet du programme, mais n'a pas le droit d'observer le programme complet. Un utilisateur avec l'autorité de prévision peut visionner le programme
seulement pour une durée fixe. Quand la durée expire, l'utilisateur devient hors ligne, l'utilisateur puisse visionner le programme encore. L'utilisateur ne peut pas visionner un
programme plus que le nombre de fois indiquées.

ü Le pré rejoint de programme : Le dispositif de pré rejoint de programme permet à l'ISAM-V d'envoyer des paquets de demande de multicast au routeur pour joindre un groupe de
multicast s'il n'y a aucun utilisateur en ligne. Ceci aide à fournir le trafic de multicast à l'avance à l'ISAM-V, de ce fait on diminue le temps d'attente pour un utilisateur lorsqu'il
commande un programme.

ü Largeur de bande: Le contrôle d'accès de connexion (CAC : connection access control) sur le côté d'utilisateur est basé sur toute la largeur de bande occupée par les programmes
en ligne d'un utilisateur ou d'un port upstream. La largeur de bande détermine si un nouveau programme peut être activé. Si la largeur de bande occupée par les programmes en
ligne et celle d'un nouveau programme excède le CAC indiqué, l'utilisateur ne peut pas visionner ce nouveau programme.

Gestion d'utilisateur :

La gestion d'utilisateur empêche les utilisateurs illégaux d'observer la gestion des programmes. Elle indique la configuration d'utilisateurs valides de multicast, authentifie les
utilisateurs quand ils ouvrent une session, et vérifie la largeur de bande de CAC.

Multicast CAC :

Le multicast CAC indique la largeur de bande d'une ligne d'abonné nécessaire pour supporter les programmes de multicast. Quand l'utilisateur joint un groupe de multicast, une
largeur de bande de programme est assignée. L'ISAM-V vérifie si la largeur de bande d'utilisateur est suffisante pour jouer le programme. Si oui, l'utilisateur peut commander le
programme. Si non, l'utilisateur ne peut pas commande le programme.

2.4.1.3. La voix sur IP à base du protocole SIP

Le protocole Sip (Session Initiation Protocole) a été initié par le groupe MMUSIC (Multiparty Multimedia Session Control) et désormais repris et maintenu par le groupe SIP de l'IETF
donnant la Rfc 3261 rendant obsolète la Rfc 2543. Sip est un protocole de signalisation appartenant à la couche application du modèle Osi. Son rôle est d'ouvrir, modifier et libérer
les sessions. L'ouverture de ces sessions permet de réaliser de l'audio ou vidéoconférence, de l'enseignement à distance, de la voix (téléphonie) et de la diffusion multimédia sur Ip
essentiellement. Un utilisateur peut se connecter avec les utilisateurs d'une session déjà ouverte. Pour ouvrir une session, un utilisateur émet une invitation transportant un
descripteur de session permettant aux utilisateurs souhaitant communiquer de s'accorder sur la compatibilité de leur média, Sip permet donc de relier des stations mobiles en
transmettant ou redirigeant les requêtes vers la position courante de la station appelée. Enfin, SIP possède l'avantage de ne pas être attaché à un médium particulier et est censé
être indépendant du protocole de transport des couches basses.

Fonctionnement : Le protocole SIP intervient aux différentes phases de l'appel :

· Localisation du terminal correspondant,

· Analyse du profil et des ressources du destinataire,

· Négociation du type de média (voix, vidéo, données...) et des paramètres de communication,

· Disponibilité du correspondant, détermine si le poste appelé souhaite communiquer, et autorise l'appelant à le contacter.

· Etablissement et suivi de l'appel, avertit les parties appelant et appelé de la demande d'ouverture de session, gestion du transfert et de la fermeture des appels.

· Gestion de fonctions évoluées : cryptage, retour d'erreurs, ...

Avec Sip, les utilisateurs qui ouvrent une session peuvent communiquer en mode point à point, en mode diffusif ou dans un mode combinant ceux-ci. Sip permet donc l'ouverture de
sessions en mode :

· Point-à-point - Communication entre 2 machines, on parle d'unicast.

· Diffusif - Plusieurs utilisateurs en multicast, via une unité de contrôle M.C.U (Multipoint Control Unit)

· Combinatoire - Plusieurs utilisateurs pleinement interconnectés en multicast via un réseau à maillage complet de connexions.

Voici les différents éléments intervenant dans l'ouverture de session :

· Choix des protocoles les mieux adaptés (Rsvp, Rtp, Rtcp, Sap, Sdp).

· Détermination du nombre de sessions, comme par exemple, pour véhiculer de la vidéo, 2 sessions doivent être ouvertes (l'une pour l'image et l'autre pour l'audio).

2.4.1.2. Les services narrowbands

2.4.2.1.1.1. Voix sur IP (POTS)

Dans le service de VoIP, les signaux TDM sont convertis en paquets IP. De cette façon, des signaux de voix à bande étroite peuvent être transmis au-dessus du réseau IP. Ceci
réduit considérablement le coût du service téléphonique. L'installation d'un appel de VoIP implique de multiples dispositifs et exige l'appui de multiples protocoles et technologies.

Figure 2.24 : Architecture du réseau VOIP dans un contexte NGN

L'AG a besoin de la technologie et des protocoles suivants pour réaliser le service de VoIP :

Technologie de traitement de packet de voix, telle que le codec de voix et l'annulation d'écho. La technologie réalise la conversion entre les signaux TDM et les paquets de voix, en
améliorant la qualité de service.

H.248 ou MGCP, par l'un ou l'autre des protocoles, les AGs échangent la signalisation avec le MGC et établissent un appel de VoIP sous la commande du MGC. RTP et RTCP : Les
AGs emploient RTP pour porter des paquets de voix (stream de médias). Par le protocole de commande de transport en temps réel (RTCP / Real-time Transport Control Protocol),
les AGs surveillent le réseau à travers lequel les paquets de voix sont transmis, en s'assurant que les signaux de voix sont des signaux en temps réel de voix. En plus du service
vocal d'IP, la technologie et les protocoles de VoIP permettent aussi le fax au-dessus d'IP (FoIP) et le modem au-dessus des services d'IP (MoIP).

v Technologie de traitement de paquets de voix

La technologie de traitement de paquet de voix inclut :

· codec de voix

· Annulation d'écho

· Suppression de silence

La technologie de traitement de voix aide à réaliser la conversion entre les signaux de voix et les paquets de voix, et aide également à améliorer la qualité du service vocal de VoIP.

Les codecs de voix :

Il y a beaucoup de modes de codage pour le service vocal basé sur le paquet, tel que G.711 sans suppression, et G.729 et de G.723.1 avec suppression. L'ISAM-V supporte des
codec de voix multiples. Il code et décode des streams de service vocal utilisant différents modes de codage pour réaliser le traitement de paquet des signaux de voix.Les modes de
codec supportés par l'ISAM-V sont :

· G.711

· G.729 (A/B)

· G.723.1

Le tableau 2.3montre le débit nominal et la durée de paquetage (durée du paquetage et de la transmission) de différents modes de codage.

Tableau 2.3 : Débit et durée du paquetage des différents codecs

NOTE

CS-ACELP = Conjugate Structure Algebraic Code-Excited Linear Prediction

CELP = Code-Excited Linear Prediction

MP-MLQ = Multi-Pulse Maximum Likelihood Quantization

Largeur de bande occupée par les parquets de voix :

Les paquets de voix peuvent être transportés sur des protocoles multiples de couche liaison, tels que le protocole d'Ethernet et le protocole ATM. Pour différents protocoles, les
entêtes généraux exigés sont différents. L'ISAM-V supporte la transmission de paquets de voix sur l'Ethernet, qui est pris comme exemple pour montrer les largeurs de bande
occupées par des paquets de voix dans différents modes de codage. La figure suivante montre la structure d'un paquet de voix. Un paquet de voix se compose d'un en-tête
Ethernet, d'un en-tête d'IP, d'un en-tête d'UDP (User Datagram Protocol), d'un en-tête RTP et de la charge utile. Ici, la charge utile est le codage numérique des signaux de voix
générés par le codeur de voix pendant une durée de paquetage.

Figure 2.25 : Structure d'un paquet de voix

Bande occupée par un paquet de voix = longueur de paquet nombre de paquets/seconde = longueur de paquet (1/durée de paquetage) = (entête Ethernet + entête IP + entête UDP
+ entête RTP + charge utile) (1/ durée de paquetage) = (66 bytes + débit de codec voix*durée de paquetage) (1/ durée de paquetage) = (528/ durée de paquetage) + débit de codec
voix Le tableau 2.4 montre la largeur de bande occupée par un paquet de voix dans différents modes de codage, qui sont calculés selon la formule ci-dessus.

Tableau 2.4 : Durée, débits et bandes passantes des différents codecs

Remarque : Les services du fax et du modem subissent le même traitement que la VoIP en termes de codage au niveau du MSAN ainsi qu'au niveau du protocole du signalisation
qui est le H.248.

2.4.2.1.1.2. Le service RNIS :

Le service RNIS est un standard de CCITT qui fournit des services intègres comme la voix, les données et la vidéo .Le RNIS permet la transmission de ces services sur le même
canal de données simultanément. Le réseau RNIS supporte deux types de services :

· Basic rate interface(BRI): fournit un débit de 144kb/s, incluant deux canaux de type B avec un débit de 64kb/s et un canal de type D avec un débit 16kb/s pour la signalisation

Primaray rate interface(PRI): fournit un débit de 2.048kb/s, incluant 30 canaux de type B avec un débit de 64kb/s, et un canal de type D avec un débit de 64kb/s.

Figure 2.26 : Architecture du réseau RNIS

Conclusion :

Dans ce chapitre nous avons présenté une étude détaillée de la solution MSAN sa description son NMS et les différents services Triple-Play offerts par la solution, à savoir l'xDSL,
l'IPTV et la VOIP. Le chapitre suivant va se focaliser sur le scénario de déploiement adopté par un opérateur x ainsi que la mise en service de la solution MSAN.

Chapitre 3 :

Mise en service de la solution MSAN


§ Scénario de déploiement retenu par l'opérateur x

Services proposés pour le projet de l'opérateur x

Introduction :

Dans ce chapitre nous allons présenter la solution de déploiement retenue par opérateur x, ainsi que la partie pratique de notre travail qui consiste à la configuration de l'équipement
MSAN ainsi qu'une synthèse concernant les différents problèmes rencontrés durant et après la mise en service et les solutions proposées pour les résoudre.

3.1. Scénario de déploiement retenu par opérateur x

Dans cette partie nous allons présenter la solution retenue par opérateur x pour migrer son réseau fixe vers une architecture NGN.

L'opérateur x souhaite déployer une architecture entièrement basée sur IP, qui n'a pas besoin de se connecter au réseau de commutation existant, ceci en parallèle du réseau
traditionnel, qui continue à vivre sa vie indépendamment. Pour ce fait opérateur x procède à la migration en 2 grandes phases :

3.1.1. 1ére Phase : Migration des services Large Bande

Cette phase consiste à faire migrer les abonnées du DSLAM vers le MSAN et elle comporte plusieurs étapes :

1- Le DSL tel qu'il est déployé aujourd'hui permet de supporter sur une même ligne des services vocaux RTC classiques et des services de données en haut débit sur une même
paire de cuivre grâce à l'usage de filtres. La carte de la ligne d'abonné est localisée dans le concentrateur local.

Figure 3.1 : Phase 1 de migration

2- L'installation du MSAN sur les sites de Opérateur x tout en gardant l'architecture ancienne du Réseau.

Figure 3.2 : Phase 2 de migration

3- Raccordement du MSAN au Réseau. Dans cette étape le MSAN joue le même rôle que le DSLAM, il nous achemine juste les données, donc on peut se débarrasser du DSLAM

Figure 3.3 : Phase 3 de migration

4- Dans cette étape on élimine le DSLAM et on laisse le MSAN qui fait le rôle du DSLAM enlevé.

Cette étape est la dernière étape dans la 1ere Phase. L'opérateur utilise encore son RTC pour l'acheminement de la voix et le MSAN comme point d'accès au réseau IP.

Figure 3.4 : Phase 4 de migration

3.1.2. 2éme Phase : Migration des POTS

1- Dans cette étape on ajoute les cartes POTS au MSAN qui supporte maintenant à la fois les technologies TDM et ATM/IP. Les cartes RTC et DSL sont maintenant localisées dans
le MSAN et la signalisation s'effectue entre le MSAN et le commutateur RTC de classe 5 via les interfaces V5. Les nouveaux abonnés DSL devraient être raccordés à cette nouvelle
plate-forme pour les services vocaux et données.

Le MSAN est mis à niveau pour devenir un pur équipement IP, qui assume la terminaison des appels vocaux RTC et les convertit en VoIP. Les abonnés existants et les nouveaux
abonnés migrent automatiquement vers la VoIP, même si le service qu'ils reçoivent est toujours de type RTC.

Figure 3.5 : Phase 5 de migration

2- Une fois que la migration a attiré suffisamment d'utilisateurs et que l'opérateur est prêt, le reste des abonnés RTC peut être transféré sur la nouvelle plateforme IP et le réseau
RTC peut alors être définitivement abandonné.

Figure 3.6 : Phase 6 de migration

3.2. Services proposées pour le projet de l'opérateur x

La solution MSAN adoptée pour le projet de l'opérateur x supporte deux grandes familles de services :

· Services broadbands : Il s'agit du service Triple play, il comporte le service internet, l'IPTV et la voix sur IP basée sur le protocole SIP.

· Services narrowbands : Il s'agit principalement des services POTS, RNIS, FAX et le TELETAX.

è Pour les services de bandes Larges il y a les cartes xDSL de services pour les assurer :

Figure 3.7 : Service Triple Play

è Pour les services de bandes étroites il y en deux cartes de services pour les assurer :

· La carte NPOT : servent 48 abonnées par la téléphonie analogique ordinaire (POTS) et aussi par le service de Fax utilisé normalement par les hôtels et les entreprises et les
établissements publics, sans oublier le service TELETAX utilisé par les hôtels pour une taxation locale et aussi par le pulicphone ou bien le taxiphone.

· La carte NBAT : servent 24 abonnées par le service RNIS.

Figure 3.8 : Services à bande étroite

v La figure 3.9 est une approche à la solution proposée par Alcatel-Lucent dans le cadre du projet MSAN :

Figure 3.9 : Architecture du réseau d'accès et coeur

Le service Triple Play est offert par la carte de service LT .En général la séparation des services se fait grâce à l'affectation d'un vlan pour chaque service :

Vlan Service
XY Internet
2XY VOIP
20XY Gestion TV
50 Les chaines TV numériques
MEGACO
VOIX
4093 Management

Tableau 3.1: Les services et leurs VLAN

Avant de commencer la configuration des vlan il faut rappeler les différents types de MSAN:

· MSAN hub ; est un MSAN qui comprend la Carte de signalisation NVPS cette carte est chargée de gérer la signalisation de jusqu'à 5000 communications.

· MSAN sous-étendu ; est un MSAN qui est lié directement à un MSAN hub et que toutes les communications passant par lui sont gérées par le MSAN hub.

· MSAN distant : est un MSAN qui n'est pas relié directement à un MSAN hub mais il peut être relié à un switch du réseau EMAN et que toutes ses communications sont gérées par
la carte NVPS du MSAN hub, il s'agit des MSAN déployées à la compagne par exemple.

Figure 3.10 : Le MSAN dans le Réseau

Ø Le MSAN hub :

Figure 3.11 : Le MSAN Hub

Pour le cas du MSAN hub il est indispensable pour qu'il soit déployé et vu par le système NMS de :

1. Affecter une adresse IP au Voice VRF qu'est le processeur de la carte de contrôle NT.

2. Ajouter les trois Vlans de management, MEGACO et de la voie via la carte de contrôle NT dans la carte de signalisation NVPS et lui affecter une adresse IP pour activer son
interface de communication avec le réseau

3. Ajouter et confirmer l'ajout des carte de service NPOT et NBAT

Figure 3.12 : Schéma de la configuration

Le MSAN distant/sous-étendu :

Figure 3.13 : Le MSAN distant

Dans le cas du MSAN distant ou bien du MSAN sous-étendu dont la signalisation est gérée par le MSAN hub, la configuration et un peu plus réduite par rapport à celle du MSAN
hub parce que ces deux derniers ne comprennent pas une carte NVPS alors il leur suffit que :

1. L'affectation d'une adresse IP avec laquelle ils seront connus et vus par le NMS.

2. l'ajout du vlan voix.

3. Ajouter et confirmer l'ajout des carte de service NPOT et NBAT

Conclusion :

Dans ce chapitre on a essayé de détailler comment faire la mise en service du MSAN, mais il faut savoir que pour son implémentation dans le réseau NGN il faut aussi l'intervention
des équipes du bachkbone IP et au niveau du softswitch qui est le responsable du contrôle des différents Media Gateway.

Chapitre 4 :

Développement d'une application pour la gestion des sites d'installation des


MSANs
§ Problématique

§ Conception de l'application

§ Réalisation de l'application

2.1. Problématique
Le problème énoncé par le service déploiement concerne la mauvaise gestion dans laquelle se déroulent les missions des sites d'installation des MSANs à cause de son nombre
ingérable.

En effet, l'état actuel connait les problèmes suivants :

- le manque de traçabilité d'article par son numéro de série, ce qui rend difficile la vérification de la validité de la garantie des articles de retour.

- une gestion de flux d'information d'une façon classique axée sur l'envoi de mails et l'utilisation de fichiers Excel ceci engendre un manque de fluidité dans la circulation de
l'information surtout en l'absence d'un Système d'Information.

- le manque de préavis sur l'état des sites pour faire face aux différentes contraintes à savoir l'interdiction de livraison ou de stationnement ,accès à la poutre pour fixation palan, la
possibilité d'extension d'un site déjà installé ..., tous ces contraintes exigent un déplacement pour le surveille de site ce qui engendre des dépenses des charges indirectes.

Cet état est dû à l'absence d'un processus qui permet de gérer au mieux le flux d'information ainsi que la fluidité des interactions entre les différents acteurs du processus.

2.1. Conception de l'application


§ Démarche suivie :

Après avoir pris conscience de la problématique et du besoin exprimé par le service déploiement, nous étions amenés à mettre en place une solution permettant d'automatiser le
processus de gestion des sites d'installation. Nous avons donc été obligés de passer par la programmation des réunions avec les différentes intervenants d'ALU pour ressortir une
description général de Système d'Information qui décris l'acheminement des équipements depuis fournisseur jusqu'aux sites d'installation. Après nous avons décidé de nous lancer
dans la conception de notre SI pour cette raison on a choisi MERISE pour l'analyse, la conception, et la gestion de projet, Mysql comme SGBD, et pour le développement de
l'application WEB on a préférés de travaillés avec PHP.

4.1.1. Description du système d'information

Une fois ALCATEL-LUCENT signe un contrat avec le client, PROJECT MANAGER d'ALU commande le matériel selon un document BOQ (Bilan of quantities) réalisé par l'Offreur est
qui résume l'équipement nécessaire au projet. Après le département PM (Project Manager) se charge de commander ce matériel à ALU France.

Ce matériel arrive de différents pays à travers le monde (Europe / Asie..), il sera ensuite dédouané par le client et arrive soit dans son Warehouse client où il sera acheminé vers
celui d'ALU Maroc, soit il arrive directement vers Warehouse ALU Maroc.

Lorsqu'il y'a une demande de mise en place de site exprimé par OS client. Le département PM se charge d'envoyer cette demande au service Deployment Team qui s'occupe à son
tour de réaliser un bon de livraison (BL) par le Rollout Manager (RM). Ce BL sera envoyé en parallèle au magasin ALU Maroc pour préparer la commande, et aux intervenants(les
monteurs-câbleurs ou les gens de test) qui se chargent soient d'installation ou bien extension du site.

Une fois la commande est préparée, ALU procède à la livraison du matériel sur site d'installation. Le chef du centre concerné procède à une réception quantitative conformément au
BL.

Suite aux exigences d'augmentation du nombre des sites. ALU se voit contrainte d'améliorer la supervision en temps réel des sites.

Pour répondre à ce besoin les équipes d'installation doivent être informées au préalable des données suivantes :

- Données GPS de site d'installation.

- le nom de chef de site.

- la fiche de surveille de site.

- Types et quantités d'articles installés...

- Données GPS de site d'installation.

- le nom de chef de site.

- Types et quantités d'articles installés.

- les interfaces LT/NT disponibles des équipements comme DSLAM/MSAN (C'est une sorte de châssis qui contient les cartes DSL).

- les ports disponibles au niveau du Switch IP/MPLS, et les types des liaisons (directement raccordé à un Switch ou bien sur un autre DSLAM master)

-les paramètres de configuration des ports tel que les VLAN,

Dans le cas de retour client le magasinier d'ALU Maroc procède à une vérification de la validité de son garantie (dans le cas défavorable le contrat rentre dans le cadre de la
maintenance de l'article sous la charge du client).

Une fois la vérification est terminée, la procédure de réparation commence par le remplissage d'un relevé de défauts FRD qui décrit le matériel défaillant (code fournisseur, numéro
de série et la nature de la défaillance), ensuite l'article est enregistré dans la base de données WMS (Paradox).

Après une demande d'autorisation de retour matériel RMA est envoyée à ALU. Apres vérification, un numéro RMA est attribué au matériel et ensuite transféré au centre de réparation
avec une facturation des frais de la douane.

Une fois le matériel est réparé, il revient à l'entrepôt pour être expédié à nouveau au client.

Figure 4.1 : Procédure général de livraison client

Figure 4.2 : Procédure de réparation

1.1. 4.1.2. Modélisation MERISE

MERISE est une méthode de conception, de développement et de réalisation de projets informatiques. Le but de cette méthode est d'arriver à concevoir un système d'information.
La méthode MERISE est basée sur la séparation des données et des traitements à effectuer en plusieurs modèles conceptuels et physiques.

L'étape suivante consiste à mettre au point le MCD (Modèle conceptuel des données) décrivant les règles et les contraintes à prendre en compte.

1.1. 1.2. § Modèle conceptuel des données :

Après avoir listé toutes les informations déterminées par le système d'information. Nous les avons ensuite regroupées et structurés afin d'obtenir un MCD évitant les redondances
tout en facilitant les fonctions de requête. Ce modèle a pour but d'écrire de façon formelle les données qui seront utilisées par notre système d'information. Il s'agit donc d'une
représentation des données, facilement compréhensible, permettant de décrire le système d'information à l'aide des entités et des relations.

Figure 4.3 : Modèle conceptuel des données de l'application

1.1. 1.2. 1.3. § Le modèle logique des données :

Le modèle logique des données(MLD) consiste à décrire la structure de données utilisée sans faire référence à un langage de programmation. Il s'agit donc de préciser le type de
données utilisées lors des traitements.

Chaque classe d'entité du modèle conceptuel devient une table dans le modèle logique. Les identifiants de la classe d'entité sont appelé clés de la table, tandis que les attributs
standards deviennent des attributs de la table, c'est-à-dire des colonnes.

Figure 4.4 : Modèle logique des données de l'application

§ Le modèle physique :

Cette étape consiste à implémenter le modèle dans le SGBD, c'est-à-dire le traduire dans un langage de définition de données.

Le langage généralement utilisé pour ce type d'opération est le SQL.

Figure 4.5 : Modèle physique de l'application

2.1. Réalisation de l'application


4.3.1.1. Outils et technique utilisés

- JavaScript :

JavaScript est un langage de programmation de type script, utilisant les objets, principalement utilisé dans les pages Web.

Du code JavaScript peut être intégré directement au sein des pages Web, pour y être exécuté sur le poste client. C'est alors le navigateur Web qui prend en charge l'exécution de
ces petits bouts de programmes appelés scripts. Il peut servi à interagir avec le document HTML (on parle alors parfois d'HTML dynamique).

- PHP :

PHP est un langage de programmation, très proche du langage C de type script. Le plus répandu dans le monde, il permet d'exploiter facilement de très nombreuses bases de
données comme MySQL.

PHP est le langage le plus populaire en matière de programmation Serveur. Ses possibilités sont impressionnantes et ses domaines d'application sont très vastes.PHP est
OpenSource, Portable et gratuit, il peut s'utiliser aussi bien sous différentes versions d'UNIX que sous Windows.

- MySQL :

Abréviation de "My Structured Query Language" ou mon langage de requêtes structuré.

Le recours à MySQL permet de masquer les détails complexes liés à l'utilisation des fichiers. Il gère donc ces fichiers constituant ainsi une base de données en prenant en charge
les fonctionnalités de protection et de sécurité et en fournissant un ensemble d'interfaces (dont une avec PHP) facilitant l'accès aux données.

- Un programme utile (WampServer) :

WAMP5 (WAMP signifiant Windows Apache Mysql PHP) est une plate-forme de développement Web sous Windows. Il permet de développer des sites Web dynamiques à l'aide du
serveur Apache, du langage de scripts PHP5 et d'une base de données MySQL version 5 Il possède également PHPMyAdmin et SQLite Manager pour gérer plus facilement la base
de données WAMP5 s'installe facilement et son utilisation très intuitive permet de le configurer très rapidement (sans toucher aux fichiers de configuration).

2.1. 4.3.1.2. Scénario de l'application

L'interface graphique est riche par du code HTML, comme par les feuilles de styles en cascades qui permettent de définir la forme de la page et son contenu, pareillement les
JavaScript ont permis d'intégrer le menu au sein de l'Interface WEB.

Dans cette section je présenterai quelques prises d'écran relatives à l'application de la gestion des sites d'installation des DSLAM/MSAN.

Mais Commençons d'abord par le plan général de l'application, qui est décrit dans le schéma suivant.

Figure 4.6 : Plan général de l'application

Nous avons axé notre développement autour de la simplicité d'utilisation et sur l'automatisation des tâches pour cette raison nous avons apporté une grande attention à la
conception des interfaces.

Parmi les principales interfaces réalisées on trouve :

§ Ecran d'accueil

Le démarrage de l'application s'ouvre sur un écran d'accueil qui permettra à l'utilisateur d'exploiter les différentes fonctions qu'offrent les modules de l'application

L'accès à l'ensemble de pages Web après authentification pour des mesures de sécurité, donc tout utilisateur souhaitant consulter l'application de la gestion des sites d'installation
doit impérativement entrer un login et un mot de passe valides que l'administrateur (Alcatel-Lucent) lui aura fourni.

Si l'identifiant et/ou le mot de passe donnés sont faux, la page sera rechargée.

Figure 4.7 : Ecran d'accueil de l'application

§ Opération d'affiche projet

Cette interface permet d'extraire les différentes données nécessaires d'un projet à partir les trois tables suivantes :

- Table pers_phys : pour afficher le nom de Project Manager qui es le responsable de projet.

- Table projet : pour afficher la référence, le nom, la date de début et la date fin d'un projet

- Table pers moral : pour afficher le client.

En plus de ces données on peut télécharger un fichier Excel de BOQ qui regroupe tous les articles de projet avec ses quantités.

Figure 4.8 : Ecran d'affiche projet

§ Opération d'ajout site

Cette interface permet de saisir les données concernant un nouveau site d'installation comme le nom de site et les données GPS de site. En plus de ces données on peut choisir le
projet où appartient le site à l'aide d'une liste déroulante qui affiche tous les projets déjà enregistrés dans notre base de données.

L'interface offre la possibilité de télécharger le fichier de surveille et l'image de site d'installation. Ces fichiers seront enregistrés automatiquement dans des répertoires spécifiques
sous le nom de clés primaire de la table site, après validation.

Figure 4.9 : Ecran d'ajout site

Figure 4.10 : Ecran d'affichage site

Dans cette page on peut connaitre les données GPS d'un site d'installation, et à quel projet appartient ce site, La possibilité aussi de visualiser une fiche qui contient les informations
des sites.

Figure 4.11 : fiche de site

On peut aussi visualiser l'image du site:

Figure 4.12 : site MSAN

§ Opération d'affiche intervention

Cette interface permet d'extraire les différentes données nécessaires d'une intervention à partir les trois tables suivantes :

- Table pers_phys : pour afficher le nom d'intervenant qui effectue l'intervention sur le site d'installation.

- Table intervention : pour afficher le numéro d'intervention, le type, la date de début et la date fin d'une intervention.

- Table site : pour afficher le site où s'effectue l'intervention

Figure 4.13 : Ecran d'affiche intervention

Conclusion

Dans ce volet, Le travail réalisé est d'identifier le processus de gestion des sites d'installation via la description de SI, de concevoir une base de données qui regroupe toutes les
informations nécessaires dans l'installation des sites et de concevoir également des interfaces en se basant sur notre conception déjà établie.

Notre application permettra d'automatiser le processus « gestion des sites d'installation » pour une meilleure fluidité, la vérification de la garantie d'article installé, la visibilité et la
traçabilité et réduira ainsi les charges indirectes dues aux déplacements aux sites pour effectuer les opérations de surveillance.

Conclusion générale
Dans le cadre du besoin de plus en plus urgent des services multimédia, plusieurs opérateurs dans le monde ont testé ou commencé à déployer des architectures NGN qui
permettent de satisfaire les besoins de leurs abonnés. C'est dans ce cadre que s'inscrit mon projet de fin d'études.

On a commencé par étudier le concept NGN, ses principes, son architecture de base et les protocoles mis en oeuvre.

Par la suite, on a fait une étude sur la solution MSAN de Alcatel-Lucent. Laquelle solution permet tout type d'accès au réseau fixe. On a présenté par la suite le scénario de migration
retenu par un opérateur x vers le NGN.

La migration vers NGN est basée sur la séparation des couches transport et contrôle.

En effet, la couche contrôle est gérée par deux sofswitch pour des raisons de sécurité. En ce qui concerne la couche transport, elle se base sur un coeur de réseau IP/MPLS unifié
qui constitue une extension du réseau IP existant de l'opérateur x.

Notre travail avait pour objectifs finaux d'installer un réseau d'accès MSAN et la mise en service de la Triple Play sur ce même réseau, ainsi que la réalisation d'une application pour
la gestion des sites d'installations des MSANs.

La réalisation de mon projet de fin d'études a été très enrichissante aussi bien au niveau technique qu'au niveau humain et relationnel. Durant ma période de stage j'ai acquis une
expérience professionnelle importante ainsi qu'une aisance relationnelle, deux atouts indispensables pour affronter le monde du travail avec plus de facilité et de confiance.

Comme perspectives, je propose le déploiement de la solution MSAN dans l'ensemble du territoire marocain, pour ainsi offrir des services à la fois large bande et bande étroite à
faible coût, basés sur une architecture de réseau nouvelle génération NGN, et ainsi concrétiser la stratégie d'overlay.

Bibliographie
(1) Eric Daspet et Cyril Pierre de Geyer, « PHP 5 avancé », 2010, EYROLLES.

(2) Alcatel-Lucent, « 3FC-40122-C011-TQZZA-01P01-ISAM_V_introduction».

(3) Alcatel-Lucent, « 3FL00190_WB_Ed02_P01_5523_AWS».

(4) Alcatel-Lucent, « Alcatel-Lucent, 3FL00472_WB_ED01_P04_ISAM_V_Operator».

(5) Alcatel-Lucent, «3FL00472_WB_ED01_P06_ISAM_V_Operator».

Webographie
· www.alcatel-lucent.com

· http://www.omniacom.com

· http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etd-ovum-ngn-0106.pdf

· http://www.oboulo.com/evolution-reseaux-operateurs-tout-ip-101561.html

· http://www.frameip.com/voip/

Annexes
Guide d'installation

Pré-requis :

ü MySQL 5.0 ou supérieure ( fortement utiliser la version MySQL fournie avec EasyPhp ou WampServer et s'assurer et s'assurer de supprimer toute autre version déjà installée)

ü Mozilla FireFox version 3.0.1.0

1. Installation création de la base de données

Avant d'installer la base de données veuillez installer le serveur web qui hébergera l'application.

Vous pouvez choisir entre plusieurs serveurs web tel EasyPhp, VertrigoServer, WampServer...

(Il est conseillé d'installer le WampServer facile d'utilisation et il est fourni avec le package du projet).

MySQL est fournie avec le WampServer donc pour installer la base de données veuillez accéder à la console MySQL en entrant au menu suivant de WampServer :

Pour le mot de passe tapez : `adminadmin' ( si ça marche pas et la console se ferme d'elle-même c'est que le mot de passe est vide ' ' donc appuyez juste sur entrer).

Création de la base de données, tapez : 'CREATE DATABASE site3;'

Accéder à la base de données, tapez : 'use site3' ;

Exécuter le script de création de l'architecture de la base de données se trouvant dans le fichier 'site3.sql' en tapant la commande : SOURCEchemin du fichier site3 ;

2. Lancement de l'application web

Tout d'abord veuillez-vous assurer que le serveur de base de données MySQL est lancé (lancez-le WampServer)

Avant de lancer l'application dans le navigateur web Mozilla Firefox, vous devez copier le contenu du dossier `www' dans le répertoire`c:\wamp\www'.et le dossier `site3' dans le
répertoire `c:\wamp\mysql\data\''

Lancer le navigateur web puis entrer l'URL suivante : `http://localhost/home.html'.

A cette étape là tout peut fonctionner normalement.

Rechercher sur le site: Recherche

J42 - Argagnon - Navarenx - J’emmène vos rêves au bout d…


d…

9Impact, le film Louer $4.23


de Onalukusu Luambo

01:44

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.

© Memoire Online 2000-2019


Pour toute question contactez le webmaster