Vous êtes sur la page 1sur 5

Corrigé de l’épreuve de mathématiques du baccalauréat

Section : Mathématiques

Session principale 2016

Exercice 1

 
1) a) θ  AB, AF  2π  
π
2
 2π .
b) On sait que f  B   F et  GF    BC  car (GF) est la médiatrice de [BC], on en déduit que
l’image de (BC) est (GF).
c) Puisque f  A   A et  AB    AC  donc l’image de (AC) est (AB).
C   BC    AC  donc f  C   f   BC    f   AC   donc f  C    GF   AB  E .
Il en résulte que f  C   E.
2) a) Le cercle 1 est de diamètre [BC] donc son image par f est le cercle de diamètre f  B f  C   ,
or f  B   F et f  C   E , il en résulte que l’image de 1 par f est le cercle de diamètre [EF].
Ainsi f  1    2 .
b) (Voir figure)
c) Les points I et H appartiennent au cercle  2 de diamètre [EF] privé de E et F donc
π
EIF  EHF  , de plus les points A et F sont deux points de l’arc orienté IH \ I, H situé sur  2
2

    π
donc FH, FI  AH, AI  2π    2π . Ainsi le quadrilatère HEIF admet trois angles droits donc
2
c’est un rectangle.
d) F   AF   HF  donc f  F   f   AF    f   HF   donc  AE    IF  I .
Il en résulte que f  F   I.
3) a) S AC  f est la composée d’une symétrie orthogonale (similitude indirecte) et d’une similitude
directe donc c’est une similitude indirecte
S AC f  A   A  g  A 

de plus S AC f  B   F  g  B  , on en déduit que g  S AC  f .

A  B
b) Le point E   AB  donc
E '  g  E   g   AB    AF   AC  .
c) Voir figure.
Exercice 2

1) a)   1  2i  m 2  4 1  i  m 2  m 2 . Soit δ  m.
2

1  2i  m  m 1  2i  m  m
z1   im z2   m 1  i  .
2 et 2

arg  z1z 2   0  2π 
 arg  z1   arg  z 2   0  2π 

b) ( z1z 2 est un réel strictement positif)   
θ  0, π
 θ  0, π

 π π  3π  3π
2θ    0  2π  2θ    2π  θ    kπ, k   5π 
 2 4  4  8  θ  .
θ  0, π θ  0, π θ  0, π  8 
  
5π π π
i i i
2) z1z 2  m i 1  i   m e
2 2 2
2 4 e 2 2e 4  m 2ei2π  m 2.
3) a) Le point E C\ B, C donc le triangle BEC est rectangle en E et les triangles OCE et OEB sont
rectangles en O.
OC
OE
 π
 
 tan OEC  cotan   OEC   cot an BEO 
2 
OE
OB
, il en résulte que  
OC OE
  OE 2  OC.OB.
OE OB

t i t 2 t
b) D’une part m  4
e 8 donc m  , d’autre part OE 2  OC.OB  t donc OE  4
.
4 2
2 2 2
Il en résulte que m  OE.
4) a) Voir figure.
π
i
a) On a z 2  m 1  i   2e 4 m , il en résulte que M 2 est l’image de A par la similitude directe de
π
centre O, de rapport 2 et d’angle
4
π
i π
z1  im  e 2 m , il en résulte que M1 est l’image de A par la rotation de centre O et d’angle .
2
Exercice 3

a  1  0 mod 24  

a  1 mod 2 4
 

1) On a 

 
donc a  1  0 mod 54 , on en déduit que a  1  0 mod 24  54 ou encore  
 
a  1 mod 5
4
  4
 2  54  1


a  1 mod104 . 
2) 9217  2  mod 5 donc b   9217   24  mod 5   1 mod 5  .
4

 
9217  1 mod 24 donc b   9217   1 mod 24 .
4
 
   
5 5
 1  b5  1  1  1   bn  1  1.
n 1 n n 5
3) a) Pour tout entier naturel n, bn 1  b5  1  b5
b) En utilisant la formule du binôme,
bn 1   bn  1  1  b5n  5b n4  10b3n  10b n2  5b n  1  1  b5n  5b n4  10b3n  10b n2  5bn .
5

4) a) Si 5n 1 divise b n alors il existe un entier k tel que bn  5n 1 k , il en résulte que

   
5
b5n  5n 1 k  55n 5 k 5  5n 2 54n 3 k5 ce qui prouve que 5n  2 divise b5n .
b) Vérification pour n = 0. b0  b  1  0  mod 5 Vrai (D’après 2)


Soit n un entier naturel. Supposons que bn  0 mod 5n 1 et montrons que bn 1  0 mod5n 2 .   
 
Puisque bn  0 mod 5n 1 c’est-à-dire 5n 1 divise b n donc 5n  2 divise b5n , 5b4n , 10b3n , 10b 2n et 5b n , il

en résulte que 5n  2 divise b5n  5b4n  10b3n  10b2n  5bn  bn 1. D’où le résultat.
5) a) D’après 4)b) et pour n  3 , b3  b125  1  9217500  1  0 mod54 donc  9217    500
 1 mod 625  .
4

b) D’après 2) b   9217   1 mod 24 donc b125   9217   500
 1 mod16  .

Ainsi  9217   1 mod16  et  9217   1 mod 625  d’après 1)  9217   1 mod10000  .


500 500 500

c) on sait que  9217   1 mod10000  donc  9217   9217  mod10000  , il en résulte que
500 501

9217  167 3
 9217  mod10000  ou encore le cube du nombre  9217 
167
est congru à 9217
modulo 10000.
Exercice 4
A.
1) a) lim f  x   . La droite x  0 est une asymptote à  Cf  .
x 0

f x e x
e x
b) lim f  x    et lim  lim  lim  .  Cf  admet une branche
 x
x  x  x x  x  3
x x

parabolique infinie de direction celle de O, j en .  


x x
e e
2) a) La fonction f est dérivable sur 0,  et f   x   2 x
x
2 x   
x 1 e x

.
x 2x x
x 1
b) Le signe de f   x  est celui de x  1  .
x 1

x 0 1 
f x  
f x  
e

c) Voir figure.

 
x x 1
1e e
dx 2 e   2 e  e λ ua .
1
3) Sλ   dx 2 x
 λ
λ x λ2 x 

 
lim Sλ  lim 2 e  e λ  2  e  1 .
λ 0  λ 0
B. .
1) La fonction g1 est continue et strictement décroissante sur 0,1 donc elle réalise une bijection de 0,1
sur g1  0,1  e,  .
La fonction g 2 est continue et strictement décroissante sur 1,  donc elle réalise une bijection de
1,  sur g 2 1,    e,  .

2) a) La fonction g1 est une bijection de 0,1 sur  e,  . e 


1 1
  e,  donc l’équation g1  x   e 
n n
admet une solution unique α n  0,1 , or g1 1  e  e  il en résulte que α n  0,1 .
1
n
La fonction g 2 est une bijection de 1,  sur  e,  . e    e,  donc l’équation g 2  x   e 
1 1
n n
admet une solution unique β n  1,  , or g 2 1  e  e  il en résulte que βn  1,  .
1
n
Conclusion : L’équation f  x   e  admet dans 0,  exactement deux solutions α n et β n
1
n
telle que 0  α n  1  β n .
 1
 nlim e e
1 1  1
b) On sait que g1  αn   e   αn  g1  e   . Or   n donc lim α n  1.
n  n  lim g1  x   1
1 n 
 x e
 1
 lim e  e
1  1
De même on sait que g 2  βn   e   αn  g 21  e   . Or  n  n donc lim β n  1.
n  n  lim g 2  x   1
1 n 
 x e
 1  1
3) a) lim h  x   lim x f  x    e   x  lim e x   e   x  1  h  0  donc h est continue à
x 0 x 0  n x 0  n
droite en 0.
1
b) Pour tout x   0,  , h  x   0  x  0 ou f  x   e   x  0 ou x  α n ou x  β n .
n
x 0 αn βn 
h x   

4) a) La fonction x e x
est continue sur  0,  et 0   0,  donc la fonction u est la primitive de la
fonction x e x
qui s’annule en 0, il en résulte que u est continue sur  0,  et dérivable sur
0,  .
Les fonctions x e x
et x x  1sont continues sur  0,  et dérivables sur 0,  , il en résulte
que la fonction v est continue sur  0,  et dérivable sur 0,  .

b) Pour tout x  0,  , u   x   e x


et v  x   .
e x

 x 1 e x
e x
x x
Il en résulte que pour tout x  0,  , u   x   v  x  par suite pour tout x  0,  ,
u  x   v  x   c où c est un réel, or les fonctions u et v sont continues sur  0,  donc
u  x   v  x   c pour tout x  0,  et comme u  0   v  0   0 donc c = 0.
Ainsi u  x   v  x  pour tout x  0,  .
  1   1
 xf  x   x  e   si x  0 e  x e   si x  0
x
c) Pour tout x   0,  , h  x     n   n ,
1 si x  0  si x  0
 1
 1
on en déduit que pour tout x  0,  , h  x   e  x  e   par suite pour tout x   0,  ,
x
 n
 1 x
  2 1 x
H  x    e t dt   e    tdt  2  2
x
x  1 e x   e    t t 
0  n 0 3 n 0

 2
3
1
 2  2 x  1 e x   e   x x.
n

βn αn αn
5) A n   h  x  dx   h  x  dx   h  x  dx  2H  α n   H  β n  .
0 0 βn

lim An  lim 2H  αn   H βn 


n  n 

 lim 2  4
n 
 αn  1 e  αn 4 1
  e   αn αn  2
3 n
 βn  1 e  αn 2 1 2
  e   βn βn  2  e .
3 n 3