Vous êtes sur la page 1sur 7

Schéma de l'alimentation à découpage pour ampli avec

IRS2153D
On peut tout d'abord présenter le schéma de cette alimentation ultra simple, ultra légère et
ultra compacte :

Alimentation à découpage ampli 200W à 500W : schéma avec IRS2153D

Note : le schéma présente un IRS2153 mais il est préférable d'utiliser un IRS2153D.

Le schéma a été simplifié au maximum pour garantir la plus grande facilité de réalisation.

Redressement du secteur
La tension secteur est redressée par un pont de diodes standard. Un fusible 4A 250V protège
votre installation électrique en cas de court-circuit ou de défaillance de l'alimentation. Ce pont
de diodes peut être récupéré dans la plupart des alimentations ATX pour PC fixes. Il doit
supporter au moins 4A et 600V pour avoir une marge suffisante. Il n'a pas besoin de radiateur.
Il n'y a aucun filtrage des parasites qui sont renvoyés vers le secteur (pas de filtre secteur à
base d'inductance de mode commun et de condensateurs X). Cela ne gêne pas du tout le
fonctionnement de l'alimentation, ni d'un ampli alimenté par cette alimentation.

Schéma de l'alimentation à découpage : schéma de l'entrée

La résistance R2 limite l'appel de courant au démarrage et aussi l'effort transitoire pour les
Mosfet Q1 et Q2 qui voient un quasi court-circuit lorsque les condensateurs de sortie C7 et C8
sont encore vides. Il est donc vivement conseillé de mettre R2 et le relais qui la court-circuite
après une demie seconde environ, ou même un peu moins. R2 peut avoir une valeur autour de
100 Ohms, mais 47 Ohms ou 68 Ohms feront très bien l'affaire.

Le relais doit être initialement ouvert : il doit être branché sur ses contacts "NO" (normally
open). Au multimètre, il ne doit pas y avoir continuité entre les contacts utilisés ici. Le relais
doit être un 48V : en effet, comme le courant qui alimente sa bobine est limité en
fonctionnement à 10mA environ (c'est R6 qui limite), il faut choisir un relais 48V. Sa
résistance de bobine se situe autour de 5 à 6 kOhms. Un relais 24V a besoin d'un courant
double pour avoir 24V sur sa bobine. La résistance R3 doit être ajustée pour avoir entre 40V
et 50V sur la bobine du relais en fonctionnement. Attention, vous ferez cette mesure sous
tension !
Exemples de relais 48V à utiliser

Certains modèles de petits relais peuvent fonctionner en 24V parce que la bobine de ces petits
relais consomme moins de courant (10mA environ). R3 n'est donc là que pour garantir la
bonne tension sur la bobine. Plus R3 est faible, plus la tension sur la bobine sera faible. Il faut
au moins 80% de la tension nominale pour garantir un bon contact du relais. Si vous n'avez
que 35V sur la bobine d'un relais 48V, ce n'est pas bon (dans ce cas, augmenter R3 à 15k,
22k, etc).

La tension continue aux bornes de C2 et C3 part de zéro et monte vite (charge à travers R2).
Dès que cette tension est suffisante pour que le courant qui traverse R6 soit suffisant pour
faire basculer le relais, R2 est court-circuitée. Le relais doit commuter après moins d'une
seconde et R2 ne doit pas chauffer du tout. Si tel n'est pas le cas, vérifiez l'alimentation.

R4 et R5 équilibrent les tensions sur C2 et C3. On peut choisir toute valeur entre 150 et
470kOhms. C'est un montage classique pour une alimentation à découpage en demi-pont. La
plupart des alimentations ATX utilisent ce type de structure. Vous l'aurez compris, cette
alimentation est inspirée des alimentations ATX ! Pour limiter l'ondulation, il faut choisir
470uF minimum. La tension aux bornes de C2, ainsi que celle aux bornes de C3 doit se situer
autour de 160V. Entre le + et le - du pont, il y a 320V environ. Attention : vous ferez encore
cette mesure sous tension !

R6 voit environ 250V à ses bornes et dissipe environ 3 Watts et sa température monte à une
température entre 80 et 100°C environ. Si cela vous gêne, vous pouvez mettre deux
résistances 10k 10Watts en série. On peut aussi ajouter une LED (ou deux, ou trois...) en série
avec R6 pour visualiser la tension. Les quelques Volts de chute de tension aux bornes des
LED sont négligeables par rapport aux 250V sur R6. Attention au sens de la LED ou des
LEDs bien sur ! Si vous souhaitez réduire la dissipation en augmentant sa valeur (27k par
exemple), le IRS2153 ne sera plus suffisamment alimenté dès que la tension d'alimentation
chute un peu (secteur à 200-210V...). R6 doit se situer entre 15k et 24k pour faire un bon
compromis entre puissance dissipée et marge sur la tension d'entrée secteur.
R2 et R6 sont dessinées en jaune pour indiquer qu'il s'agit de résistances de puissance.

Alimentation à découpage : commande par IRS2153D


L'essentiel de l'alimentation à découpage tient dans les 2 transistors et la commande faite par
un IRS2153D. Le IRS2153D est un circuit de commande dédié aux demi-ponts. Il contient un
oscillateur interne dont on règle la fréquence par RT et CT. Ici, avec 22k et 1nF, la fréquence
de découpage est de 31kHz, valeur tout à fait adaptée aux transfos récupérés dans les
alimentations de PC. Pour plus de détails sur le IRS2153D utilisé en alimentation de ce type :

Schéma alimentation à découpage demi pont IRS2153D

Le IRS2153 contient une diode zener interne qui limite sa tension d'alimentation à 15.3V
environ. L'alimentation du IRS2153 se fait par R6 qui délivre environ 10mA. Par rapport au
0V primaire (patte 4), l'alimentation doit se situer autour de 15V (mesure à faire entre la patte
1 et la patte 4 du IRS2153).

Schéma de l'alimentation à découpage d'ampli : étage de commande avec IRS2153D

La commande des transistors Mosfet Q1 et Q2 se fait à travers un ensemble résistance et


diode en parallèle. Cela allonge la mise en conduction (charge de la grille via la résistance de
100 Ohms) alors que la décharge de la grille se fait via la diode et est donc rapide. On peut
choisir la diode 1N4148 ou la LL4148 (version CMS de la 1N4148). Malgré le temps mort
intégré au IRS2153, ces ensembles résistances et diodes sont nécessaires pour éviter une
conduction simultanée transitoire des deux transistors (shoot through).

C6 est le condensateur de bootstrap. Il faut choisir un condensateur céramique ou plastique


1uF d'au moins 25V. Vu les courants transitoires haute fréquence, il faut éviter d'utiliser un
condensateur chimique.

De même pour C5 qui sert de découplage d'alimentation du IRS2153. C5 doit être placé au
plus près du IRS2153.

Si vous souhaitez absolument éviter le IRS2153 pour piloter l'alimentation à découpage, vous
pouvez aussi astucieusement utiliser une inductance de mode commun en guise de transfo
d'impulsion pour piloter les transistors mosfet. Cette astuce permet de ne pas utiliser un circuit
intégré un peu spécifique. Voici le schéma déjà bien éprouvé :

Alimentation à découpage pour ampli audio

Transistors de l'alimentation à découpage


Les transistors Q1 et Q2 assurent le découpage de la tension. Il faut au moins choisir des
transistors 400V et 10A. Ici, les 20N60C3 font 659V et 20,7A, ce qui assure une marge
suffisante, ainsi qu'un échauffement limité grâce au faible Rdson. Leurs conductions
respectives est assurée en opposition de phase (tantôt l'un, tantôt l'autre) par le IRS2153. Ils
doivent être montés sur un radiateur et être isolés entre eux par rondelle et isolant silicone ou
mica et pâte thermoconductrice. On peut relier le radiateur sur le drain (boitier) de Q1 comme
ce potentiel est stable. Le drain de Q2 est, quant à lui, sur le point chaud, seul Q2 est isolé. Le
radiateur doit mesurer environ 5 x 5 cm.

Condensateur en série avec le primaire du transfo

C4 est un condensateur 1uF 250V non polarisé. Il assure la survie de C2 ou C3 en cas de


défaillance d'un transistor. D'ailleurs, si le rapport cyclique n'était pas de 50%, il apparaitrait
aussi une tension aux bornes de C4. La tension moyenne aux bornes du primaire de T1 (et de
son secondaire aussi !) est toujours nulle. La tension sur le point froid du primaire (entre T1 et
C4) n'est donc rien d'autre que la tension moyenne à la sortie de Q1 et Q2 (point chaud du
primaire). Comme le rapport cyclique est de 50% et que la tension est équilibrée sur C2 et C3,
la tension aux bornes de C4 est faible (+/-10V maximum mesurés au voltmètre en position
DC).

Exemple de condensateur 1uF 250V.

C4 joue aussi un rôle dans la commutation des transistors Q1 et Q2 en influençant un peu


l'allure de la tension sur le primaire du transfo. Il faut choisir au moins 1uF et 250V.

Alimentation à découpage pour ampli : mesures (1)


Et au sujet de C4 en particulier :

Alimentation à découpage pour ampli : mesures (2)

Au sujet du transformateur :

Transformateur d'alimentation à découpage


Le transformateur est spécifique pour une alimentation à découpage en demi-pont. On a tout
intérêt à le démonter d'une alimentation de PC ATX grillée ou dont on n'a plus usage.
Certains passionnés pourront défaire le bobinage secondaire du transfo et le refaire
entièrement. C'est une question de 10 à 20 spires maximum... donc faisable dans un temps
raisonnable. L'inductance primaire se situe autour de 2mH à 5mH environ.

Côté secondaire, on peut choisir de s'adapter à un transfo d'alimentation ATX récupéré. Dans
ce cas, il faudra brancher la masse et les diodes sur les bonnes bornes du transfo, en fonction
de la tension souhaitée. On peut obtenir sur de nombreux transfos +/-28V, +/-40V et +/-56V
environ (il s'agit d'un secondaire à 7 spires, 10 spires et 14 spires).

Transfo d'alimentation ATX rebobiné à la main pour arriver à la bonne tension de sortie

Si cela vous intéresse, vous pouvez jeter un oeil sur un article plus détaillé :

Transformateur d'alimentation à découpage ATX


La tension secondaire est redressée avec des diodes ultra rapides. Le redressement est en fait
un doubleur de tension où on redresse le demi créneau positif et le demi créneau négatif. Pour
éviter le montage sur radiateur (plus fastidieux), on peut se contenter de mettre 2 MUR420 en
parallèle montées à 1cm l'une de l'autre. Elles se répartissent le courant assez bien vu le
couplage thermique assez bon. On peut remplacer ces ensembles de 2 MUR420 par une seule
MUR1520 montée sur radiateur (une plaque de 3 x 3cm suffit).

C7 et C8 sont des condensateurs chimiques qui lissent la tension de sortie. Il faut choisir
2200uF minimum si on souhaite éviter d'avoir accidentellement une tension qui monterait
bien au delà de la tension nominale. Cela arrive lorsque les charges inductives (haut-parleur)
renvoient de l'énergie dans l'alimentation. C'est le phénomène de bus pumping, tout
spécialement susceptible de se produire avec les amplis de classe D.

Si l'alimentation à découpage n'est reliée à rien, C7 et C8 resteront chargés longtemps. On


peut ajouter une résistance en parallèle avec C7 et C8 pour assurer une décharge (choisir entre
47k et 470k par exemple).

On peut aussi ajouter en série avec les sorties des fusibles de 6.3A ou 8A ainsi que des LED
en série avec une résistance pour indiquer les tensions de sortie. La résistance série pourra être
entre 22k et 100k.

Et voilà, la tension de sortie symétrique permet d'alimenter votre ampli !

Régulation de la tension de sortie de l'alimentation à


découpage
Cette alimentation à découpage ne présente aucune régulation de la tension de sortie. Elle se
comporte comme une alimentation à transformateur classique 50Hz et gros condensateurs.
Cela permet la plus grande simplicité (pas de boucle de contre réaction basée sur une
référence de tension à diode zener ou TL431 et opto coupleur). A pleine charge, la tension
chute de 10 à 20%, ce qui est tout à fait acceptable

Vous aimerez peut-être aussi