Vous êtes sur la page 1sur 23

Filtration glomérulaire

2019 - 2020
Introduction 
Le rein est un organe indispensable à la vie, il produit
quotidiennement 1l à 1,5l d’urine à partir de plus de 180 l de
plasma filtrés chaque jour.
La première étape de formation de l’urine est la filtration
glomérulaire (FG) assurée au niveau du corpuscule rénal de
MALPIGHI
Prés de 20% du plasma qui entre dans le glomérule sont
filtrés.
Les 80% qui restent gagnent les capillaires péri tubulaires.
I/ Définition :
C’est la filtration du plasma des capillaires glomérulaires
vers la capsule de BOWMAN, c’est un processus passif,
unidirectionnel et peu sélectif.
Elle donne naissance à un ultrafiltrat ou urine primitive (pré
urine), une solution iso-osmolaire au plasma (300 mosm/l),
elle a le même pH et presque la même
composition à l’exception des
protéines et les molécules qui
sont liées.
Elle dépend du poids moléculaire des substances
dissoutes (valeur limite = 70 k dalton) et la charge ionique
(elle est meilleure pour les substances cationiques)
Maximale pour les molécules < 10KDa (urée, inuline...)
Nulle au-delà de 70 KDa (globuline…)
II/ Barrière de filtration :
C’est la zone de contact entre
la capsule de BOWMAN et les
capillaires glomérulaires.
Elle est constituée de trois filtres disposés en série :
Un endothélium des capillaires glomérulaires contenant
des pores de 50 à 100 nm, qui retient essentiellement les
éléments figurés du sang.
Une membrane basale chargée négativement composée
de trois couches de polymères glycoprotéique et
polyanioniques s’opposant au passage des protéines
Des fentes de filtration interpodocytaires formant des
pores de 5nm.
III/ Déterminants du DFG :
Le processus de FG dépend de la pression nette
d’ultrafiltration PUF et de la structure de la membrane
glomérulaire :
DFG = PUF x Kf
Kf : coefficient de filtration, c’est le produit de la
conductivité hydraulique et de la surface de filtration
disponible;
Kf = perméabilité x surface
PUF : pression nette d’ultrafiltration
La pression nette de filtration PNF ou PUF (pression
d’ultrafiltration) : PNF = ΔPH – Δπ
= (PHcg – PHeb) – (πcg – πeb) = 50 – 10 – 30 – 0=
+10mmHg
En faveur de la filtration.
PHcg: pression hydrostatique dans les capillaires
glomérulaires
PHeb: pression hydrostatique dans l’espace de BOWMAN
πcg: pression oncotique dans les capillaires glomérualires
Capsule de BOWMAN
πebdans l’espace de BOWMANN
πeb: pression oncotique
PHeb
PHcg
πcg

Capillaires glomérulaires
1- Influence des pressions :
 La PHcg : elle est constante le long du glomérule.
Un changement de la pression systémique a un effet
minime sur la PUF (++autorégulation) sauf pour les
variations extrêmes
La πcg : augmente progressivement le long du glomérule,
suite à l’augmentation parallèle de la concentration des
protéines. Ainsi, à l’état physiologique la PUF devient nulle à
environ 2/3 de la longueur du capillaire (par égalisation
entre ΔPH et πcg)
NB: tout augmentation ou diminution des protéines
plasmatiques entraine un changement de la πcg donc
changement de la PUF.
La PHeb : augmente lors d’une obstruction des voies
urinaires (Exemple : calcul rénal PUF et DFG )

FIGURE – ÉVOLUTION DE LA FILTRATION (REPRÉSENTÉE EN BLEUTÉ PAR PUF =


PRESSION NETTE D’ULTRAFILTRATION) TOUT AU LONG DU CAPILLAIRE GLOMÉRULAIRE
2- Influence du coefficient de filtration Kf :
Le Kf dépend de la surface de filtration et donc de la
taille du lit vasculaire qui dépend essentiellement de
l’action contractile des cellules mésengiales de la capsule
de BOWMAN.
La contraction des cellules mésangiales entraine :
 Diminution de la surface
totale des capillaires actifs.
 Diminution du Kf
 Diminution du DFG
IV/ Mesure du débit de filtration glomérulaire DFG :

Le DFG ou clairance (clearance) glomérulaire (Cg) se


définit par le volume de plasma totalement épuré d’une
substance donnée par unité de temps, rapporté à la
surface corporelle.

Cette mesure peut se faire à l’aide d’une substance qui


doit répondre aux critères suivants :
1- Substance librement filtrée
2- Non réabsorbée, non sécrétée
3- Non métabolisée, ni accumulée au niveau rénal
4- Non toxique, et généralement d’un poids moléculaire
faible.
On utilise généralement une substance indicatrice
endogène (créatinine: déchet libéré par les protéines
musculaires) ou exogène devant être injectée : (inuline =
polymère du fructose).
Pour une telle substance le débit filtré (QF) est égal au débit
excrété (QE). Etant donné que :
QF = DFG x P et QE = U x V DFG = U x V / P
P : concentration plasmatique de la substance (mg/ml).
U : concentration urinaire de la substance (mg/ml)
V : débit urinaire (ml/min)
DFG = Cg : (ml/min)
« Une augmentation de « P » témoigne habituellement d’une
baisse du DFG, un des signes clés de la maladie rénale ».
L’interprétation du DFG est basée sur la valeur de la
clearance corrigée :

Valeurs normales :
Chez l’homme: DFG =130±15ml/min/1,73m² de surface
corporelle
Chez la femme: DFG =120±15ml/min/1,73m² de surface
corporelle
Cette valeur décroit progressivement de 5 à 10% à partir de
40 ans
La clearance de la créatinine (Ccréat) peut être estimée par
la formule de COCKROFT et GAULT, une formule simple, et
de ce fait très utilisée:

K = 1,23 chez l’homme et 1,04 chez la femme

Le poids en kg, l’âge en année et la concentration de la


créatinine (p) en mmol/l.
L’application de cette formule n’est pas fiable chez l’enfant,
chez la femme enceinte, le sujet obèse et le sujet âgé.
« Une fonction rénale normale donne une clairance de la
créatinine égale au DFG soit = 120 ml/min ».
Note clinique:
Jusqu’à 60 ml/min la fonction rénale reste correcte
De 30 ml/min à 60 ml/min, il existe une insuffisance rénale
modérée
Au-dessous de 30 ml/min, il s’agit d’une insuffisance rénale
grave

De 10 ml/min à 15 ml/min, c’est une insuffisance rénale


terminale qui relève soit de la dialyse soit de la
transplantation rénale.
V/ Régulation du débit sanguin rénale DSR et du débit de
filtration glomérulaire DFG :
Le but de la régulation du DSR et du DFG est de maintenir
une fonction rénale normale et de préserver l’homéostasie
du milieu intérieur.
On distingue deux niveaux de régulation :
intrinsèque : autorégulation rénale
extrinsèque : régulation neuro-hormonale
A/ Régulation locale
1- Mécanisme myogénique
2- Rétrocontrôle négative tubulo glomérulaire
3- Système rénine angiotensineII intrarénal
4- Des médiateurs vasoactifs (PG, BK…)

B/ Régulation extrinsèque:
1- SRA systémique (circulant)
2- SNS (NAD, DOP)
3- ADH
4- FAN
A/ Régulation intrinsèque  (autorégulation rénale):
Elle est efficace pour une P systémique entre 80 et
180mmHg
Fait intervenir:
1- Un mécanisme myogénique:
Une vasoconstriction reflexe des cellules musculaire
lisses des AA suite à l’étirement provoqué par une
élévation de la PA de perfusion
Pa étirement entrée du Ca2+ (ouverture
des canaux calciques) vasoconstriction des AA+++
DSR et DFG
En cas de chute de la PAM, la réponse est une
relaxation des cellules musculaires à l’origine d’une
vasodilatation et l’élévation du DSR et DFG.
2- Un rétrocontrôle négatif tubulo-glomérulaire:
Intervention des cellules de la macula densa de l’appareil
juxta glomérulaire qui présentent des osmorécepteurs
sensibles à l’osmolarité du filtrat dans le tubule distal
(contenu en Nacl).
NaCl (généralement suite à une PA) détection au
niveau du TCD vasoconstriction des AA du DSR et
DFG
3- Système rénine – angiotensine II local :
La rénine est sécrétée par les cellules granulaires des AA+++
Suite à : * une baisse de la pression de perfusion des AA.
*une stimulation sympathique (via récepteurs β1)
*une hyponatrémie détectée par les cellules de la macula
densa
Vasoconstriction des AE++ DSR et DFG
4- Prostaglandines, bradykinine et substances vasoactives :
Présentent une action paracrine sur les résistances
artériolaires :
Les prostaglandines I2, E2, D2 et le NO entraînent une
vasodilatation et une baisse des résistances des AA et AE,
responsables d’une : DSR et DFG
 La bradykinine entraine une vasodilatation des AA et AE
responsable d’une DSR sans DFG puisque elle diminue
le Kf
L’endothéline et l’adénosine entrainent une
vasoconstriction
B/ Régulation extrinsèque:
Intervient lorsque la pression systémique chute en dessous
de 80mmHg (Hémorragie, Déshydratation sévère…)
En-dessous de 45 mmHg, la PNF s’annule et la filtration
s’arrête
1- Système rénine angiotensine II circulante (systémique)
2- Système nerveux sympathique:
La noradrénaline
-Stimule directement les récepteurs α vasoconstricteurs
-Stimulation du système rénine angiotensine local via des
récepteurs β1.
La dopamine
- à faible dose, elle entraine une vasodilatation
- à forte dose, la réponse est une vasoconstriction
3- L’hormone anti diuritique (ADH)
Via des récepteurs V1,elle entraîne :
-Une diminution du DFG, en réponse à une
hypovolémie ++
-Une diminution sélective du débit sanguin dans les
vasa recta donc une diminution du débit sanguin
médullaire.
4- Le facteur natriurétique atrial (FAN)
Il entraine :
-Augmentation du débit de filtration glomérulaire
-Sans augmentation significative du débit sanguin