Vous êtes sur la page 1sur 35

La fonction thyroïdienne:

I. Rappel anatomique et
La thyroïde esthistologique:
une glande endocrine située
dans la région cervicale médiane basse,
formée de deux lobes reliés par un isthme,
pesant entre 15 et 30 grammes, elle est
organisée en follicules. Les follicules sont
formés par un épithélium simple de
cellules folliculaires (thyréocytes)
délimitant une cavité « espace folliculaire »
contenant la substance colloïde dont le
principal constituant est la thyroglobuline
(support macromoléculaire de la
biosynthèse des hormones thyroïdiennes.
I. Rappel anatomique et
histologique:
Les thyréocytes responsables de la synthèse
des hormones thyroïdiennes « HT »
représentent plus de 99% des cellules de
la glande.
La glande contient également des cellules C
« clair » qui synthétisent la calcitonine.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
Les thyréocytes possèdent l’équipement
nécessaire à la biosynthèse des HT:
 Deux transporteurs d’iode:
# au pôle basal: le symporteur Sodium-
Iodure NIS qui permet le transfert d’iode
circulant dans la cellule.
# au pôle apical: la pendrine qui permet le
transfert de l’iode dans la colloïde à travers
le pôle apical.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
 La capacité de synthèse de la thyroglobuline:
protéine spécifique de la thyroïde , stockée
dans la colloïde et contient les précurseurs
des hormones thyroïdiennes.
 Les systèmes enzymatiques permettant
l’incorporation de l’iode dans la
thyroglobuline (thyropéroxydase).
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
L’apport d’iode constitue un élément
essentiel au bon déroulement des
différentes étapes de l’hormonosynthèse.
L’iode est essentiellement d’origine exogène,
apporté par l’alimentation. Une faible
proportion est d’origine endogène par
désiodation périphérique des
iodothyrosines.
La biosynthèse des hormones thyroïdiennes
comporte plusieurs étapes ; chacune de
ces étapes est stimulée par la TSH.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
1. Captation des iodures: l’iode est
activement capté (contre son gradient)
sous forme d’ion iodure au pôle
basolatéral des thyréocytes grâce au
symporteur du Sodium et de l’Iode NIS
dont le gradient de sodium est assuré par
l’activité de la pompe Na+ K+ ATPase.
2. Oxydation et organification de l’iodure:
sous l’action de la thyropéroxydase,
l’iodure est oxydé pour donner l’iode
organique et puis fixé sur les acides
aminés tyrosine de la thyroglobuline.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
Cette étape se déroule à l’interface pôle
apical-colloïde de la lumière folliculaire.
Ces réaction se succèdent et aboutissent
à la formation de mono- iodotyrosine
(MIT) et diiodotyrosine (DIT).
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
3. Condensation des iodotyrosines: conduit
à la formation des thyronines ou
hormones thyroïdiennes T4 et T3.
La T4 est formée par le couplage de deux
DIT , et la T3 par couplage d’une MIT et
d’une DIT.
Ces réactions sont catalysées par la TPO.
Les thyronines formées restent toujours
fixées à la thyroglobuline.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
4. Stockage :mise en réserve:
C’est sous forme liée à la thyroglobuline que
les hormones thyroïdiennes sont stockées
dans la substance colloïde qui constitue une
réserve.
5. Sécrétion:
Quand les cellules thyroïdiennes sont stimulées,
la thyroglobuline iodée doit être d’abord
reprise à l’intérieur des cellules folliculaires
pour subir l’action des enzymes lysosomales
et fournir les hormones thyroïdiennes.
II. Biosynthèse des hormones
thyroïdiennes:
Les molécules de MIT et de DIT non utilisées
sont désiodées par la désiodase
thyroïdienne.
L’I2 libéré est réutilisé pour une nouvelle
synthèse d’hormones.
III. Devenir des hormones
thyroïdiennes dans les tissus
périphériques:
1- transport:
Les hormones thyroïdiennes sont
hydrophobes, elles se lient donc à des
protéines de transport:
 Non spécifiques: albumine
 Spécifiques: - thyroxin binding globulin
TBG, principale protéine de transport qui a
une forte affinité pour la T4 mais faible
capacité de liaison. - thyroxin
binding pré albumine TBPA (transthyrétine):
grande capacité mais faible affinité.
III. Devenir des hormones
thyroïdiennes dans les tissus
périphériques:
Il est important de rappeler que seule la
fraction libre qui est biologiquement active.
2. métabolisme: la totalité de T4 circulante
provient de la production thyroïdienne. La
T3, biologiquement plus active que la T4,
est sécrétée en petite quantité et la
conversion périphérique de T4 en T3 par
les désiodases constitue la source
principale de T3 dans la circulation et les
tissus cibles.
III. Devenir des hormones
thyroïdiennes dans les tissus
périphériques:
La dégradation des hormones thyroïdiennes
se fait au niveau du foie et du rein par
divers voies:
- Conjugaison (puis excrétion biliaire);
- Désamination et décarboxylation;
- Désiodation périphérique.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
Après fixation à leurs récepteurs nucléaires,
les hormones thyroïdiennes agissent sur
l’ensemble des tissus de l’organisme en
modulant l’activité transcriptionnelle de
gènes cibles.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
1. Actions métaboliques:
a- sur le métabolisme basal:
Les HT augmentent le métabolisme de base
de tous les tissus.
Ils accroissent la consommation d’oxygène
et la thermogenèse obligatoire.
Hyperthyroïdie=thermophobie
Hypothyroïdie = frilosité
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
b- sur le métabolisme glucidique:
Accélèrent l’absorption intestinale du glucose
Stimulent la glycogénolyse
(effet hyperglycémiant).
c- sur le métabolisme protidique:
Aux concentrations physiologiques, l’action
anabolique (synthèse protéique) prédomine
en synergie avec la GH.
À concentrations élevées, action catabolique
expliquant la fonte musculaire observée dans
l’hyperthyroïdie.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
d-sur le métabolisme lipidique:
Action hypocholestérolémiante par
augmentation de l’élimination du
cholestérol et augmentation de la
synthèse des récepteurs aux LDL et leur
catabolisme.
Toute hypercholestérolémie incite à
rechercher une hypothyroïdie.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
2. Effets spécifiques d’organes:
Les cibles privilégiées des HT sont:
L’appareil cardiovasculaire, l’os et le système
nerveux.
 Le système cardiovasculaire: très sensible au
variations même minimes des concentrations des
HT, celles-ci :
- Accélèrent la fréquence cardiaque: effet
chronotrope positif;
- Augmentent la vitesse de conduction: effet
dromotrope positif;
- augmentent la force de contractilité: effet ionotrope
positif
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
 L’os: les HT stimulent à la fois la synthèse
et la destruction de l’os. À concentration
élevée, l’effet ostéolytique prédomine → la
densité osseuse ↓.
 Système nerveux: les HT agissent sur le
SNC et le SNV:
- Excitation de l’état de vigilance;
- Accélération des réflexes ostéotendineux;
- Augmentation de la motilité intestinale
avec un transit accéléré.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
3. Actions sur le développement et la
croissance:
 Sur le développement du système nerveux:
Les HT ont un rôle primordial en particulier
durant les 1er mois de vie: elles participent
aux mécanismes de maturation :
- favorisent la myélinisation des fibres
nerveuses;
-stimulent le développement et la croissance
des axones;
-stimulent le développement et la
croissance des dentrites.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
Ainsi un déficit en hormones thyroïdiennes
pendant la vie utérine entraine un retard
de croissance du cortex et du cervelet
marqué par une diminution de la
myélinisation et de la prolifération des
axones et des dendrites conduisant à une
arriération mentale si le déficit n’est pas
reconnu et traité à la naissance.
IV. Actions des hormones
thyroïdiennes:
 Sur la croissance: chez le fœtus et le
nourrisson, les hormones thyroïdiennes
jouent un rôle fondamental dans
l’apparition des points d’ossification et la
croissance.
Elles stimulent l’ossification et la croissance
linéaire des os, en présence d’hormone de
croissance (GH).
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
La fonction thyroïdienne est régulée par l’appareil
hypothalamo hypophysaire mais aussi par les
variations de l’apport en iode.
A. Le contrôle hypothalamo hypophysaire:
L’activité de la glande thyroïde est sous contrôle
de l’axe hypothalamo hypophysaire.
La TRH est synthétisé au niveau hypothalamique,
puis libérée dans le flux portal hypothalamo
hypophysaire pour se lier à des récepteurs
membranaires au niveau des cellules
thyréotropes de l’anté hypophyse conduisant à
la transcription du gène codant pour la TSH.
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
La sécrétion de TRH est soumise à un rétro
contrôle exercé par la T3 libre qui diminue
le taux hypothalamique de TRH.
L’exposition au froid et les catécholamine
centraux, l’hypothyroïdie augmentent le
taux de TRH.
En plus de la TRH, d’autres facteurs agissent
sur la sécrétion de TSH : ainsi la
somatostatine, la dopamine et les
glucocorticoïdes sont des facteurs
inhibiteurs de sa sécrétion.
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
Toutefois l’action stimulante de la TRH est
prédominante par rapport à celle des
facteurs inhibiteurs. Une fois libérée la
TSH passe dans la circulation générale et
se lie sur des récepteurs spécifiques sur
les cellules folliculaires de la thyroïde.
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
La TSH stimule toutes les étapes de la
biosynthèse des HT depuis la captation de
l’iode jusqu’à la libération de T3 et T4, en
retour la TSH se trouve inhibée dans une
boucle de rétro contrôle par la T3 et la T4
libre après sa conversion hypophysaire en
T3. Inversement son taux augmente en
cas de concentration circulantes de T3 et
T4 diminuées.
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
La sécrétion de TSH suit un rythme circadien
avec un pic de sécrétion nocturne.
B. l’influence des variations de l’apport de
l’iode:
1/ devant une carence iodée: la glande
thyroïde présente des modifications dans
le but de maintenir la sécrétion des
hormones à un niveau normal:
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
- Augmentation du captage d’iode;
- Augmentation de l’efficacité de stimulation
des différentes étapes de la biosynthèse par
la TSH;
- Modification de l’hormono synthèse qui est
orientée vers la formation et la sécrétion des
MIT et de T3 assurant une économie d’iode;
- Diminution de la production de T4.
Si carence complète → évolution vers
l’hypothyroïdie
V. Régulation de la sécrétion des
hormones thyroïdiennes:
2. Devant une surcharge d’iode: l’organisme
met en place des mécanismes visant à éviter
l’hyperthyroïdie:
- ↓ de la vascularisation thyroïdienne;
- ↓ du captage d’iode;
- ↓ de la biosynthèse de la thyroglobuline;
- ↓ de l’organification de l’iode « effet Wolff
Chaikoff », phénomène autorégulé
indépendant de la TSH, apparait lorsque
l’iodémie est 15 à 20 fois plus élevée que la
normale.
VI. Exploration fonctionnelle de la
thyroïde:
Épreuves statiques:
- Dosage d’iode circulant et urinaire,
- Dosage de T3 et T4 libre ↗hyperthyroïdie
↘hypothyroïdie
- Dosage de TSH:
- normale: euthyroïdie
- ↘hyperthyroïdie basse ou hypothyroïdie
haute
- ↗hypothyroïdie basse ou hyperthyroïdie
haute
VI. Exploration fonctionnelle de la
thyroïde:
Si TSH augmente → hypertrophie de la
thyroïde « goitre » par action trophique
de la TSH.
Épreuves dynamiques:
- Test à la TRH;
- Test de stimulation à la TSH;
- Test de freinage à la T3.