Vous êtes sur la page 1sur 20

Dysfonctionnement de l’axe

hypothalamo-hypophyso-
endocrinien et effecteurs
Introduction:
Compte tenu de la relation entre
l’hypothalamus et l’hypophyse, leurs
pathologies sont étroitement liées et se
traduisent par un dérèglement du système
hormonal.
Ce dérèglement peut aller dans le sens
d’hypofonctionnement (défaut), ou dans le
sens de l’hyperfonctionnement ( excès).
Le diagnostic de dysfonctionnement est orienté
par un ensemble de signes cliniques (signes
de présomption) et confirmé par une
exploration fonctionnelle de l’axe suspecté.
Méthodologie d’exploration
fonctionnelle endocrine:
Avant d’entamer l’exploration proprement dite il
faut rechercher d’abords:
Les signes de présomption ou signes d’appel:
Ils peuvent être en faveur d’une hypersécrétion
ou d’une hyposécrétion et nous orientent vers
l’exploration d’un axe donné.
L’exploration proprement dite: comporte deux
épreuves:
Méthodologie d’exploration
fonctionnelle endocrine:
Les épreuves statiques:
Il s’agit de dosages hormonaux sans
stimulation ni inhibition de l’axe, elles
permettent de confirmer la maladie endocrine.
- Une hyposécrétion (insuffisance
endocrinienne) est caractérisée par un taux
bas de l’hormone effectrice.
- Une hypersécrétion (hyper fonctionnement
endocrinien) est caractérisé par un taux élevé
de l’hormone effectrice.
Méthodologie d’exploration
fonctionnelle endocrine:
Les épreuves dynamiques:
Sont pratiquées toujours de bas en haut, et
elles permettent de localiser la maladie:
- Épreuves de stimulation en cas
d’insuffisance endocrine;
- Épreuves de freination en cas
d’hyperfonctionnement.
Résultats de l’exploration
fonctionnelle endocrine :les
dysfonctionnements endocriniens
Test négatif = pas de réponse = le niveau
exploré est atteint;
Test positif = réponse = l’atteinte se situe à un
niveau plus haut.
Une pathologie est dite primaire si elle provient
d’un dysfonctionnement de la GER;
Une pathologie est dite secondaire si elle
provient de l’un des tissus produisant les
hormones trophiques (hypophyse et
hypothalamus).
Hypofonctionnement: Hyperfonctionnement:
Test + =réponse
Tests de stimulation Tests de freination
Test - = pas de réponse

Hypothalamus

Hormone hypothalamique: Antidote de l’hormone hypothalamique


Réponse - : atteinte hypophysaire Hypophyse Réponse -: atteinte hypophysaire
Réponse + : atteinte hypothalamique Réponse +:atteinte hypothalamique

Hormone hypophysaire: Antidote de l’hormone


Réponse -: atteinte de la GER Glande endocrine hypophysaire
Réponse +: atteinte haute relai Réponse -: atteinte de la GER
Réponse +: atteinte haute

Hormone effectrice: Antidote de l’hormone effectrice:


Réponse -:atteinte de l’effecteur Effecteur Réponse -: atteinte de l’effecteur
Réponse +:atteinte haute Réponse +: atteinte haute
Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
A. Hypofonctionnement: atteinte primaire:
H effectrice↓
RH ↑ HT Stimuline ↑
RH ↑
Test à l’hormone +
Test à la stimuline -

Stimuline ↑ HP

H↓ GER Test à la stimuline :


-

Effec Test à l’H : +


Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
A. Hypofonctionnement: atteinte secondaire:
H effectrice↓
RH ↑ HT Stimuline ↓
RH ↑
Test à l’hormone +
Test à la stimuline +
Test à la RH -
Stimuline ↓ HP Test à la RH -

H↓ GER Test à la stimuline :


+

Effec Test à l’H : +


Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
A. Hypofonctionnement: atteinte tertiaire:
H effectrice↓
RH ↓ HT Stimuline ↓
RH ↓
Test à l’hormone +
Test à la stimuline +
Test à la RH +
Stimuline ↓ HP Test à la RH +

H↓ GER Test à la stimuline :


+

Effec Test à l’H : +


Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
B. Hyperfonctionnement: atteinte primaire:
H effectrice↑
RH ↓ HT Stimuline ↓
RH ↓
Test à l’antihormone +
Test à l’anti stimuline -

Stimuline ↓ HP

H↑ GER Test à l’anti stimuline :


-

Effec Test à l’antidote de l’H :


+
Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
B. Hyperfonctionnement: atteinte
secondaire: H effectrice↑
RH ↓ HT Stimuline ↑
RH ↓
Test à l’anti hormone +
Test à l’anti stimuline +
Test à l’anti RH -
Stimuline ↑ HP Test à l’anti RH -

H↑ GER Test à l’anti stimuline :


+

Effec Test à l’anti H : +


Résultats des tests dynamiques en fonction de la
localisation du dysfonctionnement endocrinien:
B. Hyperfonctionnement: atteinte tertiaire:
H effectrice↑
RH ↑ HT Stimuline ↑
RH ↑
Test à l’anti hormone +
Test à l’anti stimuline +
Test à l’anti RH +
Stimuline ↑ HP Test à l’anti RH +

H↑ GER Test à l’anti stimuline :


+

Effec Test à l’anti H : +


Dysfonctionnement de l’axe
somatotrope
 Hypersécrétion : deux tableaux cliniques :
Chez l’adulte : acromégalie.
Chez l’enfant : gigantisme.
Hyposécrétion
Chez l’enfant : retard de croissance,
nanisme
Chez l’adulte : signes cliniques latents ;
hypoglycémie, diminution de la force
musculaire… .
Dysfonctionnement de l’axe
thyréotrope
 Hypersécrétion : hyperthyroïdie, appelée
également thyrotoxicose dont les principales
causes sont:
- La maladie de BASEDOW
- Le goitre nodulaire toxique
- L’adénome toxique (tumeur bénigne)
Hyposécrétion: hypothyroïdie, et ses
principales causes sont:
-la thyroïdite auto-immune: la maladie
d’Hashimoto
-L’hypothyroïdie congénitale
Dysfonctionnement de l’axe
corticotrope:
 Hypersécrétion de glucocorticoïde :
syndrome de Cushing en rapport avec:
- Des tumeurs surrénales sécrétantes;
- Hypersécrétion d’ACTH par
l’antéhypophyse (la maladie de Cushing)
- La sécrétion anormale d’ACTH par une
tumeur non hypophysaire, par exemple par
un carcinome bronchique( syndrome
paranéoplasique)
Dysfonctionnement de l’axe
corticotrope:
Hyposécrétion de glucocorticoïde: elle
entraine une néoglucogenèse diminué, une
glycémie basse, une faiblesse musculaire
et une pâleur. Elle peut être primaire due à
une maladie du cortex surrénal, ou
secondaire à un déficit en ACTH
hypophysaire.
Dysfonctionnement de l’axe
corticotrope:
Hypersécrétion de minéralocorticoïdes:
hyperaldostéronisme: il peut être primaire
par sécrétion excessive de
minéralocorticoïdes indépendamment du
système RAA, habituellement due à une
tumeur ne touchant qu’une surrénale
(syndrome de CONN) aldostérone↗ ,
rénine↘.
Dysfonctionnement de l’axe
corticotrope:
-hyperaldostéronisme secondaire:
aldostérone↗
rénine ↗ en rapport à une
hyperproduction primitive de rénine par:
-sténose de l’artère rénale
-tumeur juxtaglomérulaire
-IRC
Dysfonctionnement de l’axe
corticotrope:
Insuffisance surrénale chronique
-aldostérone ↘, rénine↗ , il s’agit
généralement de la maladie d’ADDISON :
destruction auto-immune du cortex
surrénalien caractérisée par:
-hypoglycémie
-perte de poids, asthénie, vomissement;
-hypotension artérielle;
-hyperkaliémie et acidose métabolique