Vous êtes sur la page 1sur 135

Diagraphie

II. 2) Diagraphie différée

La diagraphie différée est enregistrée lors d’un arrêt ou


en fin du forage. Des outils spécifiques sont descendus
dans le trou de forage à l’extrémité d’un câble.
Le câble assure le maintient, l’alimentation électrique, et la communication avec des
instruments de surface qui commandent les opérations. Les commandes des instruments sont
exclusivement informatisés et sont soit regroupées dans un camion, soit dans une cabine
transportable.
Diagraphie et évaluation des réservoirs

Diagraphie différée
(Wire Line Logging)

1) Unité de diagraphie différée ou carottage électrique


2) Câble (wire line)
3) Poulies de centrage
4) Sonde(s)

 Mesure dans les puits verticaux à sub-verticaux


Forage déviés ?
Diagraphie et évaluation des réservoirs

L’unité de logging électrique

Compartiment treuil : control du câble : Compartiment ingénieur : alimentation


descente/remonté, vitesse, control de électrique, calibration, acquisition et
tension et d’embobinage sur le tambour communication avec les sondes.
Diagraphie et évaluation des réservoirs 5

L’unité de logging électrique


5
Diagraphie et évaluation des réservoirs
Unité terrestre
Diagraphie
Unité offshore

Unité terrestre
Diagraphie

Unité offshore
Diagraphie

IV. Principes et interprétation


Objectifs et techniques
 Suivre la lithologie des roches et de leurs caractéristiques
 Facilité l’interprétation de la Lithologie
 Epaisseurs (total, efficace et utile) et limites de couches
 Permet l’estimation/calcul de leur Porosité
 Estimation de la Perméabilité
 La nature du Fluide qui imprègne la roche
 Estimation de la Salinité
 Détermination de la Pression interstitielle
 Echantillonnage solide et fluide de formation
 Caractérisation des failles, fractures et stratifications
 Identification de quelques figures sédimentaires
 Corrélation entre sondages
Diagraphie
Les outils de diagraphie électriques permettent de mesurer des paramètres très
nombreux. Les paramètres les plus utilisés sont :

1. La potentiel spontanée (PS)


2. Les radiations naturelles (Gamma Ray ou GR)
3. Le log acoustique (Sonic)
4. La résistivité électriques (Resistivity)
5. Le diamètre du trou (Caliper)
10. Log d’integrité de tubage (CBL)
6. La densité/porosité (Neutron log)
11. Vitesse sismique (VSP)
7. La pression de formation (MDT)
12. Déviation (Inc. Az.),
8. L’inclinométrie (Dipmetry)
13. Température (BHT) ,
9. L’imagerie (FMI, UBI, OBMI)
14. Carottage de paroi (SWC),
15. Perforation (TCP)
16. … etc
Diagraphie

Le LOG PS
Polarisation Spontanée
(Potentiel Spontanée)
Diagraphie Le log PS
Définition:

La Polarisation Spontanée représente l’état de polarisation naturelle


des parois du puits par les anions (-) et les cations (+) contenues dans
les fluides de formation sous l’interaction avec les ions du filtrat de
boue.

Mesure:

La PS est mesurée par la différences de potentiel électrique entre


une électrode de référence fixe, placée à la surface, et une électrode
mobile qui parcourt la longueur du forage.
Diagraphie Le log PS

+ +
+ +
+ +
+ +
+ +
+ +
- -
- -
- -
- -
- -
- -
+ +
+ +
+ +
+ +
+ +
Diagraphie Le log PS
Diagraphie Le log PS

Sand
Baseline
Diagraphie Le log PS

Définition:
La Polarisation Spontanée représente l’état de polarisation naturelle des
parois du puits par les Anions (-) et les Cations (+) contenues dans les
fluides de formation sous l’interaction avec les ions du filtrat de boue.

Mesure:
La PS est mesurée par la différences de potentiel électrique entre une
électrode de référence fixe, placée à la surface, et une électrode mobile
qui parcourt la longueur du forage.
Diagraphie Le log PS

Ligne de base des sables Ligne de base des argiles


Diagraphie Le log PS

Principe de lecture de la PS

 On observe, souvent, qu’en face des argiles les potentiels restent


plus ou moins constants sur des valeurs élevées de tension. La droite
que défini cet enregistrement est appelée, ligne de base des argiles,
ou « shale base line ».

 En face des bancs poreux et perméables, la courbe montre de


faibles valeurs de potentiel. Lorsque ces bancs sont assez épais, il est
possible de tracer une droite appelée ligne de base des sables,
« sand line ».

N.B : La limite entre deux couche à potentiel différent est toujours


indiquée par le point d’inflexion de la courbe.
Diagraphie Le log PS
Influence de la salinité sur le PS
La P.S. dépend essentiellement de la différence de salinité entre le filtrat de boue et l’eau de
formation.

Divers cas peuvent se présenter :

1- Eau de formation plus salée que le filtrat de boue Rmf > Rw.
La P.S. est dite normale c’est le cas envisagé jusqu’à présent.

La déflexion est plus importante quand le contraste de salinité est important.

2- Eau de formation moins salée que le filtrat de boue Rmf < Rw.
Dans ce cas on obtient une P.S. dite inverse, le positif est en face des sables et le négatif en
face des argiles. (N.B: ce cas est assez fréquent!)

3- Eau de formation de même salinité que le filtrat Rmf = Rw.


La P.S. est donc plate, l’enregistrement ne montre pas de différence entre les argiles et les
bancs poreux et perméables.
Diagraphie Le log PS

(1) Rmf > Rw

P.S Normale

(1’) Rmf >> Rw

P.S Plate
(3) Rmf = Rw

(2) Rmf < Rw P.S inverse

Ligne de base des argiles


Diagraphie et évaluation des réservoirs

Le Gamma Ray
Diagraphie

Le Gamma Ray
Le Gamma Ray (ou Radioactivité Gamma) correspond à l’émission naturelle de la
radioactivité gamma des roches. Par conséquent, les roches les plus riches en éléments
radioactifs (tel que les argiles) montrent les GR la plus élevées.

On utilise des compteurs mesurant le nombre


d’impulsion radioactive par unité de temps (cps :
coup/sec) ou en unité api avec : cps = Cte x api.
500 –
Cette mesure est proportionnelle a l’énergie de la 400 –
radiation gamma incidente. 300 –
200 –
Dans les roches sédimentaires l’activité gamma
100 –
varie généralement de 0 à 200 api. 0–
I I I I I I
100 200 300 400 500 600
Diagraphie

Le Gamma Ray

Le rayonnement Gamma possède la plus petite


longueur d’onde, et par conséquent, la fréquence
la plus élevé du rayonnement électromagnétique.
 Rayonnement à fort pouvoir de pénétration.
Diagraphie Le Gamma Ray
Radioactivité de quelques roches sédimentaires

 Roches sédimentaires à radioactivité élevée :


• Argiles,
• Argiles, Marnes, et calcaire argileux,
• Sables, grès ou silts argileux, Sylvite
• Sel potassiques (Sylvite : KCL, Polyhatlite : K2MgCa2(SO4)4, 2H2O)
• Carbonates riches en matière organique,
• Phosphates. Polyhalite

 Roches sédimentaires à radioactivité faible :


• Calcaires et dolomies pures,
• Évaporites non potassium, halite, gypse, anhydrite,
• Sable, grès et silts.
Diagraphie Le Gamma Ray
Le GR peut être enregistrés en trous ouverts ou tubés, vides ou remplis et dans
n’importe quel type de boue.

o Le log GR apporte des informations qui aide à l’interprétation lithologiques.

o Le GR permet de préciser les limites/épaisseurs des couches/Top Formations.

o Le GR sert à identifier les réservoirs et calculer les épaisseurs (Total, Efficace).

o Le log GR permet d’estimer le % d’argiles dans les couches réservoirs.

o Le GR sert pour la corrélation et enregistrement des autres diagraphies.

o Le GR est utilisé dans la corrélation entre sondages.

o Le GR peut servir à l’analyse séquentielle, reconstitution de l’évolution du


milieu de dépôts et modélisation de bassin.
Diagraphie Le Gamma Ray
0 GR (api) 200

1) Limites des couches  points d’inflexion des courbes


2) Valeurs GR  toujours élevée dans les argiles (K) : argiles pures entre 80 --> 250 api !?
3) Dans les grès : GR plus faible !!!!
Diagraphie Le Gamma Ray
 Calcul/estimation des % d’argiles dans les roches réservoirs
10

- Ish = indice d’argile en % (il peut être assimilé a Vsh)


- GRpropre = valeur d’une zone de sable (ou calcaire) propre
- GRargile = valeur d’un veritable banc d’argile
- GRX = valeur GR à la profondeur choisie.

Exemple de calcul de l’indice d’argile :


 GRpropre = 35 cps,
 GRargile = 85 cps
 GRX = 65 cps
 Ish = (65-35)/(85-35) = 0.6  Ish = 60 %
Diagraphie Le Gamma Ray
 Corrélation entre sondages
TVDSS
Diagraphie Le Gamma Ray
 Corrélation et enregistrement d’autres diagraphies

Corrélation de diagraphies entre


différentes phases de forage :
• Phase 1 (12¼’’) : GR, Cali
• Phase 2 (8 ½’’) : GR, Cal, Pe, Por, D…

• Fin de phase 12¼‘’


• Logging électrique (GR-Cal)
• Forage de la phase 8 ½’’
Diagraphie Le Gamma Ray
 Corrélation entre sondages
Diagraphie Le Gamma Ray
 Analyse séquentielle  Milieux de dépôts
Diagraphie Le Gamma Ray
 Analyse séquentielle  Milieux de dépôts

WITHIN EACH PARASEQUENCE:


 SANDSTONE BEDS OR BEDSETS THICKEN UPWARD

OSMB SH
 SANDSTONE/MUDSTONE RATIO INCREASES UPWARD
 GRAIN SIZE INCREASES UPWARD
 LAMINAE GEOMETRY BECOME STEEPER UPWARD
 BIOTURBATION INCREASES UPWARD TO THE PARASEQUENCE BOUNDARY
 FACIES WITHIN THE PARASEQUENCE SHOAL UPWARD
 PARASEQUENCE BOUNDARY MARKED BY:
o ABRUPT CHANGE IN LITHOLOGY FROM SANDSTONE BELOW TO
o MUDSTONE ABOVE
o ABRUPT DECREASE IN BED THICKNESS
Delta Front

o POSSIBLE SLIGHT TRUNCATION OF UNDERLYING LAMINAE


o HORIZON OF BIOTURBATION; BURROWING INTENSITY DECREASES
DOWNWARD
o GLAUCONITE, SHELL HASH, PHOSPHORITE, OR ORGANIC-RICH
o SHALE
o ABRUPT DEEPENING IN DEPOSITIONAL ENVIRONMENT ACROSS
o THE BOUNDARY

OSMB = Outer Stream Mouth Bar


Pr D

PRO D = Pro Delta

SANDSTONE
SH = Shelf

MUDSTONE

Ripple marks
TROUGHCROSS- HOMOGENEOUS TURBIDITE

Funnel : Entonnoir BEDS Lamination parallele

ʊ : Burrows wave-rippled laminae


Diagraphie Le Gamma Ray
 Analyse séquentielle  Milieux de dépôts
Diagraphie Le Gamma Ray
Les types de GR
Il existe 2 type d’enregistrement GR :

 Le GR total ou standard dont l’outil est constitué d’un compteur


de radioactivité naturelle des roches.

 Le GR spectrale l’utilisation d’un


spectromètre permet de distinguer
entre de la radioactivité à travers le
niveau d’énergie des radiations ϒ :

 GR du « K » : Potassium
 GR du « Tr » : Thorium
 GR de l’ « Ur » : Uranium
Diagraphie Le Gamma Ray
Diagraphie Le Gamma Ray
Diagraphie Le Gamma Ray 40
Diagraphie

La Résistivité Électrique
Diagraphie 33

Invasion des fluides

• Mud  Rm
• Mud cake  Rmc
• Mud filtrate  Rmf
• Fm. Fluide  Rw
• Fm. Solid  Rt
• Fm. S+W  Rxo
Diagraphie

Invasion des fluides


C’est la pénétration de la boue de forage dans les formations poreuses chassant
ainsi les fluides plus loin des parois du forage.
 La boue de résistivité Rm remplit le trou de forage.
 La filtration a laissé un mud cake (0.1 a 2.54 cm) et de résistivité Rmc.
 Le filtrat de boue (Liq. + Sub. Dissoutes), phase aqueuse de résistivité Rmf, a, sur
une certaine distance, refoulé tout le fluide de formation créant la zone lavée.
Cette zone a une résistivité Rxo.
Puis la quantité de filtrat diminue jusqu’à la zone vierge: la saturation complète
des pores par l’eau de formation de résistivité Rw.
La résistivité de la formation est Rt
La résistivité de la zone envahie (de diamètre di) est Ri,
Diagraphie

Principe et Definition

Pour mesurer la résistivité électrique le principe est donner par la


formule suivante :

DV
Rapp = K
I

K est appelé ici coefficient de sonde. C’est un facteur géométrique


qui dépend du dispositif utilisé.
Diagraphie et évaluation des réservoirs

Le dispositif normal ou Normal device


Le potentiel mesuré en M est issu de A ; B et N étant considérés à
l’infini. I étant maintenu constant, le potentiel mesuré varie avec R,
on a :

1
V= R.I.
4 p . AM

Le point de mesure est O, milieu de AM.


NB: Le rayon d’investigation d’une telle sonde est égal à 2 AM.
Diagraphie

Le dispositif normal ou Normal device

Deux espacements sont utilisés dans l’exploration de l’eau :

• La Petite Normale (PN), N 16", Short normal (AM = 40 cm),

• La Grande Normale (GN), N 64", long normal (AM = 160 cm).

La Grande Normale possède une profondeur d’investigation plus


importante (2 x 160 = 320 cm) est à, donc, plus de chance
d’atteindre la zone vierge qui est imprégné par le fluide de
formation de résistivité Rw.

Par contre, la Petite Normale qui ne prospecte que 80 cm, reste le


plus souvent dans la zone lavée de résistivité Rmf.
Diagraphie

Note
Dans l’exploration pétrolière en utilise plusieurs espacements:

• 10", 20" , 30" , 40" , 50" , 60" , ….. 120" en dispositif normale et
latérale.
Le dispositif latérale

MN
V= R.I.
4 p . AM . AN
Le dispositif latérale

Dans ce dispositif, les deux électrodes de mesure M et N sont très proches l’une de l’autre
dans le trou de forage. On mesure la différence de potentiel entre ces deux électrodes. Le
point de mesure est O, milieu de MN.

L’expression de la résistivité est dans


le cas d’une sonde latérale :

MN
V= R.I.
4 p . AM . AN
Dispositifs NORMAL

1
V= R.I.
4 p . AM

 K = 4 p . AM

Dispositif LATERAL

MN
V= R.I.
4 p . AM . AN

 K = 4 p . AM . AN / MN
Diagraphie
La résistivité des roches dans la zone lavée

Dans la zone lavée la loi d’Archie s’écrit :

Rxo = F . Rmf F = a . F-m Rxo = a . F-m . Rmf


 Rxo = résistivité de la roche dans la zone lavée,
 Rmf = résistivité du filtrat qui remplit les pores de la roche,
 F = Facteur de formation,
 a = facteur qui dépend de la lithologie et varie entre 0.6 et 2,
 Ø = porosité en %,
 m = Facteur de cimentation, varie généralement entre 1.3 et 2,2.

Dans la pratique on admet:


 Pour les formations meubles , sables et grès , F = 0,62 Ø -2,15
 Pour les roches bien cimentées, F = 1 Ø -2
Diagraphie
La résistivité des roches dans la zone vierge

Dans la zone vierge la loi d’Archie s’écrit :

Rt = F . Rw Rt = a . F-m . Rw

 Rt = Résistivité des roches dans la zone vierge,

 Rw = Résistivité de l’eau d’imbibition, + Température  Salinité

 F = Facteur de formation (décrit précédemment),

 a = facteur qui dépend de la lithologie et varie entre 0.6 et 2,

 m = Facteur de cimentation, varie généralement entre 1.3 et 2,2.


Le dispositif inductif

Le principe de la sonde à induction :

Courant électrique circulant dans une bobine conductrice 

crée un champ magnétique  Génère un courant électrique

induit dans la roche  Crée un champ magnétique  Crée un

courant induit secondaire dans la bobine de la sonde 

Mesure de la résistivité à distance!


Diagraphie

La Résistivité Électrique
1) Dispositifs NORMAL

1
V= R.I.
4 p . AM

2) Dispositif LATERAL

MN
V= R.I.
4 p . AM . AN

3) Le dispositif inductif
Diagraphie

Le Log SONIC
Le principe du log sonique repose sur la création d’une onde acoustique qui se
propage dans les couches entre un émetteur et un récepteur.

Le récepteur analyse deux caractéristique de l’onde :


1- Le temps de transit (entre l’émission / réception)  Δt
2- L’amplitude de l’onde reçus

qui sont issues de deux types d’onde acoustique :


• L’ onde Longitudinale (Longitudinal wave),
• L’onde de Cisaillement (Shear wave).
Les log de Ciment
(CBL: Cement Bond Log)
Le log CBL contient un outil Sonic capable de
générer des ondes cisaillantes qui contient plus
d’énergie que l’onde longitudinale.

Le principe d’acquisition se base sur l’écho produit par


la propagation de l’onde acoustique dans le Tubage.

Si le tubage est bien cimenté, l’onde reçus indiquera


une amplitude faible  atténuée.

Si le ciment est très faible ou absent l’écho sera très


important (Amplitude très forte).

Le temps de transit (Δt) dans tout les cas doit être le


même car l’onde se propage toujours dans le même
milieu qui est l’acier du Tubage.
Tous les assemblage de log
CBL contiennent également un outil
CCL (Casing Collar Locator) qui
permet par magnétométrie de
détecter la position des joints de
connexion des Tubages.

Les équipements utilisés


consistent en un aimant permanant
et un magnétomètre.

NB.: L’assemblage CBL


contient toujours un outil GR pour la
correction et la corrélation des
profondeurs.
Le Caliper
Diagraphie Le Caliper
Diagraphie Le Caliper
Le principe du Caliper consiste à des bras qui
s’ouvrent au cours de la remonté pour
mesurer le diamètre réel du puits sur
plusieurs diagonale.

80
Diagraphie Le Caliper
Le principe du Caliper consiste à des bras qui s’ouvrent au cours de la
remonté pour mesurer le diamètre réel du puits sur plusieurs diagonale.

Les donnés du Caliper donne un information sur :

1- La stabilité des parois du puits, mobilité de certaines formations  La


possibilité de descente de Tubage ou la nécessité d’un alésage,

2- Le volume de ciment nécessaire,

3- Côte de tubages précédents,

4- Estimation relative de la pression de formation par rapport à la densité de


fluide de forage (cavage homogènes)

5- Présence de contrainte tectonique compressives(cavage différentiel).

6- Mise en évidence de certaines failles !

7- Evaluation qualitative de certains réservoirs


Diagraphie Le Caliper
Diagraphie Le Caliper
Diagraphie Le Caliper
Diagraphie Le Caliper
La pression de Formation
MDT
(Modular Dynamic Test)
Diagraphie La pression de Fm.
Les outils de mesure de la pression de formation (MDT ou autres outils)
donnent des mesures ponctuels et non pas des graphes continues.
Le principe du MDT consiste à des bras qui s’ouvrent pour mettre la formation
en contact avec un Probe (orifice échantillonneur).
Le probe est équipé par une pompe qui aspire le
fluide et permet de le dériver vers 3 directions possibles
permettant de reconnaître la nature du fluide :

- Vers l’extérieur (dans le puits);


- Vers une chambre d’analyse contenant un capteur
de pression très sensible (Quartz Gauge);
- Vers un module d’échantillonnage de fluide de formation.

90
Diagraphie La pression de Fm.

91
Diagraphie et évaluation des réservoirs La pression de Fm.
Le MDT ou autres outils (Slumberger) tel que RFT, XPT…
sont des outils qui donnent des mesures ponctuels et non pas des
graphes continues.
Le principe du MDT consiste à des bras qui s’ouvrent pour mettre
la formation en contact avec un Probe.

Le probe est équipé par une pompe qui aspire le fluide de


formation et permet de le dériver vers 3 directions possibles
après avoir été analysé par un capteur de Densité Optique
permettant de reconnaître la nature du fluide :
- Vers l’extérieur (dans le puits);
- Vers une chambre d’analyse contenant un capteur de pression
très sensible (Quartz Gauge);
- Ou vers un récipient d’échantillonnage de fluide de formation.
Diagraphie La pression de Fm.

Indication Non de l’outil diagraphique Compagnie

RFT Repeat Formation Tester Shlumberger

XPT Pressure Express Shlumberger

MDT Modular Dynamics Tester Shlumberger

RDT Reservoir Description Tool HALLIBURTON

SFT Sequential Formation Tester HALLIBURTON

FRT Flow Rate Tool WEATHERFORD

SFT Selective Formation Tester Computalog

MFT Compact Repeat Formation Pressure Tester PRECISION ENERGY

RCI Reservoir Characterization Instrument Baker Atlas

FMT Formation Pressure Tester Backer Inteq


Diagraphie La pression de Fm.

Les donnés de pression de Formation donnent des information sur :

1- La pression réel et exact du fluide de formation,

2- Le gradient de pression qui permet de déterminer:


- La densité et donc la nature du fluide,
- La connectivité des niveaux réservoirs,
- Les contactes Gaz-Huile et Huile-Eau

3- La mobilité au point de mesure (perméabilité de la couche),

4- La température,

5- Cet outils peut prendre des échantillons de fluide de formation.


Diagraphie La pression de Fm.
TAGI
Diagraphie La pression de Fm.
-2370

-2380
- 2384,5 m OWC

-2390
TVDSS, meters

-2400

-2410

-2420

-2430

-2440
4000 4020 4040 4060 4080 4100 4120

Form ation Pressure, psia


Diagraphie La pression de Fm.
EME-3 MDT

-2360,0

-2370,0

OWC à - 2379,5 m
-2380,0

-2390,0
Depth, meters subsea

-2400,0

-2410,0

-2420,0

-2430,0

-2440,0

-2450,0
4010 4020 4030 4040 4050 4060 4070 4080 4090 4100 4110 4120 4130 4140 4150

Form ation Pressure, psia


Diagraphie La pression de Fm.
Diagraphie La pression de Fm.
TAGI

-2470

-2480

-2490

TAGI OIL
TVDSS, meters

-2500
TAGI WTR
TAGI GAS
-2510

-2520

TAGI OIL
-2530 TAGI WTR

-2540
4230 4240 4250 4260 4270 4280 4290 4300

Form ation Pressure, psia


Diagraphie et évaluation des réservoirs La pression de Fm.
RKF

-2985

-2990
RKF-A GAS
-2995
RKF-A WTR
-3000

-3005
TVDSS, meters

-3010 RKF-C Gas

-3015
RKF-A GAS
-3020
RKF-A WTR
-3025 RKF-C Gas

-3030

-3035
5080 5085 5090 5095 5100 5105 5110 5115 5120 5125 5130

Form ation Pressure, psia


Les log Neutron
Diagraphie Les log Neutron
Principe :
Diagraphie Les log Neutron
Objectifs :
Mesure précise de la densité  Porosité et (en fonction de la lithologie)  Nature de fluide
Les log Neutron
Diagraphie Les log Neutron
Diagraphie Les log Neutron
Side Wall Cores
(Carottes de parois de puits)
Diagraphie Mini-carrottes latérales
Diagraphie Les log Neutron

Les carottes de parois de puits


permettent d’échantillonné des petites
carottes dans des couches spécifiques
(réservoirs) pour avoir une meilleur idée sur la
lithologie que les échantillons de déblais.

Ces carottes sont déclanché par des


explosifs en face des niveau à échantillonné et
reste suspondue à l’outils par des câbles en
acier.
Imagerie
(UBI – OBMI – WBI)
UBI : Ultrasonic Borehole Imager
OBMI : Oil Base Micro Imager
Diagraphie L’imagerie
L’imagerie un outils capable de mesurer :

- L’inclinaison des couches,


- L’inclinaison des stratifications obliques et schistosité,
- L’inclinaison des failles et fractures.

L’inclinaison est mesurée par rapport aux parois du puits.


Ceci permet de déterminer le pendage réelle des couches
sédimentaires et les caractéristiques des autres types de
stratifications.

Les stratifications obliques, pour les réservoirs gréseux,


permettent de déterminer, en fonction de leurs types et tailles, la
qualité du réservoir et la position de la couche dans la séquence
de dépôts.
~ 4 arms spaced at 90 deg

~ Linked coaxial arms,


hydraulically activated
ie with pad pressure
control

~ 1 imaging pad per arm

~ Through-wired

How ? - Tool design


Alternating current I is injected into
the formation by large electrodes
at the ends of the pad.

The Potential difference, dV is


measured between pairs of small
electrodes at the centre of the pad

Formation resistivity r = k.dV/I


k = geometrical factor ~ 10 m

How ? - Measurement physics


Diagraphie L’imagerie
Diagraphie L’imagerie
Diagraphie Imagerie
OBMI UBI
OBMI ‘Enhanced’ image UBI ‘Enhanced’ image

Acoustic impedance contrast

Centralisation

Mud weight

Borehole washout / rugosity

Bottom of tool string only

Why ? - Acoustic imaging limitations


AO90 ____
Handpicked OBMI Core
AO10 ____
Dips Image UV
Rxo-OBMI ____
Feet 0.2 Ohm.m 2 0 deg 90

XX736

XX740

Resolution - Sedimentary structures


Auto Dip Computation
Analyse microtectonique

Caractérisation des : - Couches (S0) : traces vertes


- Fractures : traces bleus
Epaisseur Efficace
AO90 _____
OBMI Image Core Sand Count
AO10 _____
Static UV Rxo-OBMI
Rxo-OBMI _____
0.2 Ohm.m 20 Feet 0 Ohm.m 3

2582

2584

Petrophysics - Sand count


Diagraphie VSP (sismique de puits)

Profil Sismique Verticale « Sismique 1D »

Forage (en cours)


Source Unité de
sismique diagraphie

Outils GR

Géophones
Diagraphie VSP (sismique de puits)
One-Way Time vs. Two Way Time
Surface Seismic VSP TWT = OWT + TT
Time

TWT
TT Reflection
TWT

TT

OWT Transit Reflection


Time (TT) Time (OWT)

Depth
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique

Types de VSP: Profil Sismique Verticale « Sismique 1D »

Ps
Pp

2D
CHECKSHOT ZERO OFFSET WALKABOVE OFFSET WALKAWAY

3D VSP SALT PROX SINGLE WELL CROSS WELL PASSIVE


MONITORING
3D
Diagraphie VSP (sismique de puits)

Profil Sismique Verticale « 1D »


Types de VSP:
Source
Formation Travel
Depth (m)

Surface Times
Seismic

Depth Model Formation


Velocities
Geophones

Synthetic
Seismogram
CHECK SHOT Depth-Velocity
Model Inputs

Surface Seismic
Time (s)
Correlation

Acoustic Wavelet
Impedance Processing
Diagraphie VSP (sismique de puits)

Profil Sismique Verticale « 1D »


Types de VSP:

Source As for Check


Depth (m)

Depth Model shot survey


Surface
Seismic
Independent
Pp & Ps Seismic
Geophones

Corridor answer at the


ZERO OFFSET Stack well

Multiple Pattern
Intermediate
Identification
Time (s) TD
Overpressure
onset Over-pressure
Zone Prediction


Diagraphie VSP (sismique de puits)
3. Types de sismique
Profil Sismique Verticale « 2D »
Types de VSP:

Source Surface Seismic


Depth (m)

Depth Model Correlation


Ps
Pp Fault and Dip
Identification
Geophones

OFFSET
Compressional
& Shear imaging

Surface VSP Compressional


Seismic Ps Image
& Shear velocity
Time (s)

Surface Seismic
Survey Design
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique
Profil Sismique Verticale « 2D »

Sources As for Checkshot


Depth (m)

Depth Model Surface


survey
Seismic

Independent
Pp & Ps Seismic
Geophones

answer beneath
WALKABOVE the well

Multiple Pattern
Identification
Time (s) VSP
Image
Fault and Dip
Identification


I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique
Profil Sismique Verticale « 2D »

Source Surface Seismic


Correlation
Depth (m)

Surface
Seismic
Geophones Fault and Dip
Identification

WALKAWAY
Compressional &
Depth Model Shear imaging
WVSP
Image Compressional &
Shear velocity

Azimuthal
Anisotropy

Surface Seismic
Survey Design
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique
Profil Sismique Verticale « 2D »
Reservoir characterization and monitoring
– Fault structures

– Compartmentalization / flow channels

– Flow anisotropy

HFM – RT monitoring of fluid/pressure fronts

– Targeting new injector/producer wells


PASSIVE
MONITORING – High frequency imaging

NE78 Environmental monitoring


– Hydro fracture monitoring (HFM)
– Waste disposal

Health and Safety


– Borehole stability

– Well collapse

– Subsidence
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique

3-D VSP
Profil Sismique Verticale « 3D »

Very High 3D
Well 1 Well 2 Sub-Surface
Imaging Resolution

Well 1 Well 2
Obscured areas

3D VSP Surface
seismic 3D
PSDM All Walkaway
applications
3D-VSP Depth in a 3D sense
Migration


I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types de sismique
Profil Sismique Verticale « 2D »

Provides Accurate Salt Face


Image (~100’)

Building accurate depth


migration models around
SALT PROX
salt features
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types d’acquisition sismique


Profil Sismique Verticale « 2D »

Reservoir
Delineation
30 ft (100 ft soon)
away from the well

SINGLE WELL

Fracture imaging
Up to 15 ft away
from the well

~1 ft resolution

-20 ft GOC imaging ?


P to S
I. La sismiques réflexion Géophysique pétrolière

3. Types d’acquisition sismique


Profil Sismique Verticale « 2D »

Well A Tomographic image Well B Travel-time


tomography
High resolution
imaging (meters)

Layer mapping
CROSS WELL
Fractures

Lithology texture
information
Vertical slowness (lateral variations)