Vous êtes sur la page 1sur 41

Université Félix Houphouët-Boigny UFR des Sciences des Structures de la Matière et Technologie

INI2X01 – TRAVAUX PRATIQUES


OUTILS BUREAUTIQUES

[Juillet 2020]
ANNEE ACADEMIQUE 2019-2020

Dr ZORO
Sommaire

I - La bureautique
II - Initiation à un logiciel de traitement de texte : MS WORD2010
III - Initiation à un tableur : MS EXCEL 2010
IV - Initiation à un logiciel de présentation numérique : MS POWERPOINT
V - Recherche sur internet

Annexe
1. Séances de TP
TP1 - A la découverte de WORD : Apprentissage du clavier - Mise en
forme
TP2 - Insertion d’un tableau, une image, une équation sous
WORD2010
TP3 - Création d’un tableau sous EXCEL - Tri et calculs

2. Code ASCII
3. Exemple de questions théoriques (examen)

~ 1~
I - La bureautique

L’informatique est présente dans notre vie quotidienne. Mais la première fois
qu’on se retrouve devant un ordinateur, il est tout à fait normal d’être un peu
perdu. Les séances de travaux pratiques ont pour but de vous apprendre à
utiliser votre ordinateur, pas à pas. Vous apprendrez ainsi à l’allumer et à
l’éteindre correctement, puis à réaliser du traitement de texte, des graphiques
et des tableaux.

Commençons par définir le terme bureautique, intitulé du cours.

I 1. Définition
Le mot bureautique est un terme qui a été conçu en 1976 par Louis Naugès.
Il désigne les développements de l’informatique au profit du secteur tertiaire.
Notons que l'informatique désigne l'automatisation du traitement de
l'information. C’est aussi, l'ensemble des sciences et techniques en rapport
avec le traitement de l'information.

Ainsi, la bureautique représente la mécanisation et l'automatisation du travail


de bureau, soit la technique de production, de communication et de
conservation de documents (textes, son, images) à l’aide d’un ordinateur. En
anglais, on parlera de "office automation".

Les outils bureautiques se classent en trois grandes catégories :


o les outils de production de document, tel que le traitement de texte,
les tableurs et tous les outils spécialisés de production basés sur un
métier,
o les outils de communication principalement les logiciels de courriel,
o et finalement les outils de conservation tels que les logiciels de gestion
documentaire.
Ces trois catégories représentent les surfaces traditionnelles du travail de
bureau : la surface de production, les paniers de réception et d'expédition, et
finalement les classeurs de rangement.

~2~
I 2. Matériel informatique
Par définition, un ordinateur est un équipement informatique permettant de
traiter des informations selon des procédures. Un ordinateur sert avant tout,
comme son nom l'indique, à "ordonner" des données, soit les mettre en ordre,
les trier et les classer, selon une logique choisie.
On parle aussi de PC, initiales anglaises pour Personnal Computer.

Un ordinateur est composé de 2 entités : le matériel (ou hardware) et les


logiciels (ou software) qui permettent de le faire fonctionner.

Mais qu’est-ce qui représente effectivement un ordinateur ? C’est l’unité


centrale car c’est elle qui conserve les logiciels et les documents réalisés ou
enregistrés.

a) Les logiciels
Un ordinateur sans programme n’est pas utilisable, il est nécessaire de lui
donner des informations ou des instructions pour qu’il fonctionne. L’ensemble
de ces instructions s’appelle programme, et l’ensemble des programmes dont
on dispose sur un ordinateur s’appelle logiciel.
Le programme doit être écrit dans un langage que l’ordinateur peut
comprendre. Tout ordinateur est constitué d’un ensemble de programmes de
base qu’on appelle système d’exploitation. Ce système d’exploitation est livré
avec l’ordinateur par le constructeur. C’est en fait l’intermédiaire logique entre
l’utilisateur et l’ordinateur. C’est un ensemble de programmes de contrôle et
de traitement qui permet la gestion des différentes tâches assurées par
l’ordinateur. On cite comme système d’exploitation : Ms-DOS, Windows, Mac
OS, Unix, Linux …..

L’utilisateur peut ensuite ajouter des programmes spécifiques et personnels


afin de répondre à des besoins spécifiques. Par exemple, les langages de
programmation (langage C, Mathlab, Basic..), les outils de la Bureautique
(Word, Excel ), le traitement d’images (Paint, Erdas…), pare-feu , antivirus.
Shareware ou Partagiciel, Spyware ou espiogiciel

b) Le matériel informatique
Le matériel informatique comprend différentes parties qui sont (figure 1):
o l’unité centrale,
o le moniteur ou écran,
o la souris et son tapis,
o le clavier,
~3~
o les autres périphériques (haut-parleurs, imprimante, scanner, webcam,
appareil photo, manette de jeu, un autre ordinateur, disque externe,
ipad, cellulaire, etc.)

Figure 1 : Matériel informatique

Il faut toujours suivre la procédure pour éteindre convenablement l’ordinateur


afin de ne pas perdre des données. Par ailleurs, pour la sécurité de votre
machine, il est conseillé d’installer un antivirus et de faire régulièrement la
mise à jour des logiciels.

I 3. Procédures initiales
a) Utilisation de la souris informatique
Une souris est munie de deux boutons de base : le bouton droit et le bouton
gauche. Eventuellement, la souris possède un troisième bouton : la molette.
Appuyer sur ces boutons provoque différents effets.
En plus, quand on déplace la souris, une marque constituée généralement
d’une petite flèche ( ) ou d’une autre figure appelée pointeur de souris se
déplace à l’écran.

Lorsque l’on presse un bouton de la souris, on dit qu’on clique. Une simple
pression représente un simple clic. Mais si le bouton est pressé deux fois très

~4~
rapidement, on parle d’un double clic. C’est, en général, le bouton de gauche
qui est le plus utilisé. Le bouton central, la molette, est souvent utilisée pour
faire défiler rapidement du texte à l'écran. Mais d'autres fonctions peuvent lui
être attribuées (zoom, ...).

b) Procédure de démarrage de l’ordinateur

Le bouton encore appelé power, permet de mettre en marche les


appareils. Il faut donc le repérer sur l’onduleur, l’unité centrale et l’écran.

o Mettre l’onduleur en marche;


o Mettre le moniteur (écran) en marche;
o Mettre l’unité centrale en marche.

L’ordinateur est prêt à être utilisé quand il apparaît à l’écran, l’interface


utilisateur de Windows, encore appelé Bureau (figure 2). Cet espace présente
essentiellement des icônes et la barre de tâches (figure 3).

~5~
Figure 2 : Interface utilisateur/Bureau Windows 10

Figure 3 : Barre de tâches

Signalons qu’en informatique, une Icône est une petite image affichée sur
l'écran d'un ordinateur et représentant un programme, un document ou tout
élément auquel elle est associée. Par exemple les pictogrammes ci-dessous
(figure 4) représentent une corbeille (icône pour les fichiers effacés) et un
dossier (pour le rangement ordonné de fichiers).

Figure 4 : Exemples d’icônes

~6~
c) Procédure d’arrêt de l’ordinateur
o Cliquer sur le bouton Démarrer; situé en bas à
gauche de l’écran, sur la barre de tâches. ------->

o Cliquer ensuite sur le bouton Arrêter

o Choisir l’Option Arrêter et Cliquer sur OK;

o Eteindre enfin le moniteur et l’onduleur en


appuyant sur le bouton power. -------->

Quelques conseils
Chaque discipline a un vocabulaire approprié. Il est donc important pour bien
comprendre, de se familiariser avec ces termes et d’être précis dans leur
utilisation.

~7~
II - Initiation à un logiciel de traitement de
texte : MS WORD

Objectifs
A l’issue de cette formation, les étudiants devront être capables de créer,
présenter et imprimer des documents simples, c'est-à-dire de :
o reconnaître le logo bleu et la barre titre bleue de Word ;
o lancer Word ;
o ouvrir un document existant ;
o saisir un texte ;
o insérer du texte, des équations et des symboles ;
o insérer des images et des tableaux ;
o faire la mise en forme du texte ;
o faire la mise en page d'un texte ;
o faire la correction automatique de l’orthographe
o sauvegarder (ou enregistrer) un fichier sous un nom choisi et dans un
dossier particulier ;
o reconnaître le format d’enregistrer d’un fichier Word 2010 ( .docx).

Remarque
La société MICROSOFT créée par Bill Gates et Paul Allen en 1975, a élaboré
plusieurs logiciels de bureautique. L’ensemble de ces logiciels est appelé OFFICE
(=bureau en anglais). Ainsi OFFICE comporte WORD pour le traitement de texte,
EXCEL comme tableur, POWERPOINT pour les présentations numériques
(exposés), ACCESS pour les bases de données, etc.

~8~
II.1. Interface WORD 2010
Pour ouvrir WORD, deux possibilités s’offrent à vous :
o avec la souris, double cliquer sur l’icône Word qui est sur le bureau ou
o cliquer sur démarrer et cliquer sur Microsoft Office Word.

Alors la page ci-dessous (figure 5) apparait. Elle comporte cinq éléments


importants :

o les 8 onglets (Fichier, Accueil, Insertion, Mise en page, etc.) ;


o les icônes présentes dans chaque onglet ; 
o la barre titre indiquant le nom du logiciel ouvert et le nom du document
au centre ; 

o la page blanche sur laquelle on va écrire notre texte


o et la barre d’état en bas de page, donnant le nombre de pages et de mots
du document, le numéro de la page active et le mode d’affichage. 

Figure 5 : Interface WORD 2010

~9~
II.2. Ecrire un texte
Pour écrire (ou saisir) un texte, il suffit de taper sur les touches correspondantes
du clavier. Ainsi, la première séance de TP a pour but de vous familiariser aux
différentes touches du clavier.

Du coup, chaque pays ayant sa propre langue, une disposition différente est apparue. En France on dit que nous
avons un clavier AZERTY, en référence aux premières lettres du clavier, et QWERTY pour les Etats-Unis.

Pour être sûr d’écrire au bon endroit, il faut faire attention au curseur de saisie.
Le curseur de saisie est une barre clignotante verticale qui indique que vous allez
pouvoir saisir du texte à l'endroit où elle clignote. Il est possible de positionner
ce curseur à n'importe quel endroit du texte afin de le modifier. Pour cela il suffit
de cliquer à l'endroit désiré. Quand vous n'avez encore rien tapé ce curseur se
trouve naturellement au début de la page.

Pour créer une nouvelle ligne, il faut appuyez sur la touche Entrée.

Pour effacer du texte, vous avez 2 touches :


o la touche retour Arrière efface le texte placé avant le curseur
o et la touche Suppr pour effacer le texte situé après le curseur.

II.3. Enregistrez votre travail régulièrement !


Votre document n'a pas d'existence réelle tant que vous ne l'avez pas enregistré
au moins une fois. En l'enregistrant, vous créez un fichier à la destination de
votre choix sur votre ordinateur, avec le nom qui vous plaît.

Il est important de souvent enregistrer votre document, au cas où il y aurait une


coupure de courant ou un problème technique interviendrait sur votre
ordinateur. Il est conseillé d'enregistrer votre travail toutes les 10 minutes ou
dès que vous avez fait d’importantes modifications sur votre document.

Pour choisir l’endroit où vous voulez enregistrer votre document ou pour lui
donner un nom particulier, il faut : Cliquer sur l’onglet [Fichier] et sélectionner
Enregistrer sous .

~ 10 ~
Une fenêtre apparait : voir la figure 6.

La section  permet de sélectionner la destination d’enregistrement sur


l’ordinateur. Cet endroit est affiché dans le rectangle .
L’encadré  est la zone où on écrit le nom du fichier à créer.
Une fois que la destination est choisie et le nom est donné, il faut cliquer sur la
case  Enregistrer.

Figure 6 : Fenêtre Enregistrer sous

La première fois que vous enregistrez votre document, Word (ou tout autre
logiciel) vous demandera l’endroit où voulez enregistrer et le nom que vous voulez
donner. Mais c’est uniquement la première fois. Ensuite le logiciel mettra
simplement à jour le fichier :
o avec un simple clic sur la petite disquette (en haut de la fenêtre) ou

o lorsque vous cliquez sur l’onglet [Fichier] et sélectionner Enregistrer.


~ 11 ~
Le fichier créé contient votre document. Il est représenté sous la forme d'une
icône. Chaque type de document a sa propre icône : un fichier vidéo aura une
icône différente d'une lettre car chaque type de fichier s’ouvre avec un logiciel
adapté. Les figures ci-dessous illustrent quatre types de fichiers.

Figure 7 : Différents types de fichiers

II.4. Mise en page


La mise en page consiste à choisir principalement :
o les marges à donner au document saisi ;
o l’orientation de la feuille ;
o le type de bordure de la page
o la couleur ou les motifs du fond de la page ;
o une nouvelle page à créer
o les colonnes à créer.
La figure 8 illustre les différentes icônes pour effectuer cette procédure.

Figure 8 : Les icônes de l’onglet [Mise en page]

Il suffit donc de cliquer sur l’onglet [Mise en page], de sélectionner l’icône


appropriée et de remplir les champs requis ou de faire son choix.
Par exemple, deux types d’orientation de la page existent, comme le montre la
figure 9 : portrait et paysage. Ces deux choix sont proposés si vous cliquez sur
l’icône orientation. Il faut alors cliquer sur l’icône adéquate.

~ 12 ~
Figure 9 : Orientations de la page

II.5. Mise en forme d’un texte


La mise en forme du texte signifie qu’il s’agit de choisir la taille des caractères,
le type de caractère (= la police1), la couleur du texte, souligner ou non, mettre
en gras ou en italique, centré ou mettre à gauche ou à droite des paragraphes.
Pour effectuer ces actions, il faut cliquer sur l’onglet [Accueil] et choisir l’icône
appropriée. La figure 10 montre les icônes de cet onglet.

Figure 10 : Les icônes de l’onglet [Accueil]

a) Sélection de texte
Mais avant tout, il faut d’abord sélectionner le texte à mettre en forme à l’aide de
la souris. Pour sélectionner un texte, il faut se placer juste avant ou après le
texte à sélectionner. Puis il suffit de passer le curseur de la souris au dessus du
texte en maintenant appuyé le bouton gauche de la souris. Le texte ainsi
sélectionné apparait surligné (en bleu généralement, comme le montre la figure
11). On dit qu'il est mis en surbrillance.

1 La police, également appelée police des caractères ou d’écriture, représente une gamme de
lettres (caractères) avec une forme particulière.
Conseil : Dans un document, il est fortement conseiller de ne pas utiliser plus de 3 polices
différentes afin de conserver une harmonie. Utilisez de préférence 2 polices : une pour les textes
et une pour les titres

~ 13 ~
Figure 11 : Sélection de texte

Vous pouvez également sélectionner rapidement toute une ligne ou tout un


paragraphe. Pour cela placez le curseur de la souris sur la marge de gauche.
Vous remarquerez que le curseur devient une flèche qui pointe vers la droite.
Faites un clic gauche et maintenez le clic en bougeant la souris : dès que vous
passez au niveau d'une ligne, elle sera entièrement sélectionnée (c.-à-d. surlignée
en bleu).

b) Modification du texte
Sur Word 2010, la police par défaut est Calibri. Mais vous pouvez choisir le type
de caractères qui vous plaît en cliquant sur la zone adéquate. Les icônes ci-
dessous vous indiquent leur utilité quand on clique dessus.

Trier

Figure 12 : Icônes de mise en forme de texte

II.6. Insertion de tableaux, images et formes


Pour mettre des images, des tableaux ou faire des dessins dans votre document,
vous devez utiliser l’onglet [Insertion].
La figure 13 vous indique les icônes de cet onglet. Il suffit de cliquer sur l’icône
appropriée pour insérer la figure désirée.

~ 14 ~
Figure 13 : Les icônes de l’onglet [Insertion]

II.7. Correction d’orthographe et de grammaire


Pour effectuer la correction orthographique ou grammaticale de la totalité de
votre texte, sélectionner l’onglet [Révision] et cliquer sur l’icône ABC.

Figure 14 : Icônes de l’onglet [Révision]

Le logiciel commencera automatiquement sa vérification et vous indiquera dans


une fenêtre, les mots qu’il considère à rectifier.

Le correcteur orthographique analyse votre saisie et vous informe


automatiquement des mots qu'il considère comme erronés en les soulignant par
un trait de couleur en dents de scie:
o pour les fautes d'orthographe, le mot est souligné d'un trait rouge ;
o pour les fautes de grammaire. le mot est souligné par un trait en vert ;
o les fautes de contexte (homonymes mal employés par exemple) sont
soulignées en bleu.

Figure 15 : Exemples de faute

Pour corriger un mot souligné il suffit de faire un clic droit dessus et une liste
avec plusieurs propositions de mots apparaîtront. Vous choisissez le bon mot
dans la liste suggérée avec un clic gauche.

~ 15 ~
II.7. Ouvrir un fichier Word
Si vous voulez modifier un document déjà créé, vous devez lancer WORD.
Ensuite, vous cliquer sur l’onglet [Fichier] et vous choisissez Ouvrir.

Une fenêtre s’ouvre alors (voir la figure 16). Il faut trouver l’endroit où se trouve
le fichier. Ensuite, il faut cliquer sur le fichier et sélectionner la touche Ouvrir.

Figure 16 : Fenêtre Ouvrir un document

* Pour fermer Word, deux possibilités :


- cliquer sur la croix située en haut à droite de la fenêtre ou
- cliquer sur l’onglet [Fichier] et sélectionner Quitter.

~ 16 ~
III - Initiation à un tableur : MS EXCEL

Objectifs
A l’issue de cette formation, les étudiants devront être capables de :
o reconnaître le logo vert et la barre titre verte d’Excel ;
o lancer Excel ;
o ouvrir un document existant ;
o créer des tableaux de calculs automatisés ;
o représenter des données chiffrées sous forme de graphiques ;
o Reconnaître le format d’enregistrer d’un fichier Excel 2010 ( .xlsx).

III.1. Interface EXCEL 2010


Pour ouvrir EXCEL, deux possibilités s’offrent à vous :
o avec la souris, double cliquer sur l’icône Excel qui est sur le bureau ou
o cliquer sur démarrer et cliquer sur Microsoft Office Excel.

Alors la page ci-dessous (figure 17) apparait. Elle comporte six éléments
importants :
o la barre de titre ;
o les 8 onglets (Fichier, Accueil, Insertion, Mise en page, etc.)
o les icônes de chaque onglet ;
o la barre de formule et la zone de nom indiquant l’adresse de la cellule
active ;
o les cellules qui composent la page de saisie
o et la barre d’état en bas de page.

Vous avez constaté que la page EXCEL est composée de colonnes identifiées par
les lettres majuscules de l’alphabet et de lignes numérotées. Ce quadrillage
donne des cases appelées cellules, repérées par la lettre de la colonne et le
numéro de la ligne : on parle d’adresse de la cellule.

~ 17 ~
L’adresse de la cellule active est indiquée dans la zone nom. Par exemple sur la
figure 17, la cellule active (case où se trouve le curseur) est à l’adresse A1.

Figure 17 : Interface EXCEL2010

III.2. Saisie des données


Il faut remplir la page Excel comme on remplit un tableau normal : avec des
noms pour les colonnes (ou lignes) si les données sont rangées en colonnes (ou
lignes).
Lorsqu’il y a des formules à écrire dans une cellule, il faut d’abord écrire le signe
égal (=) et ensuite la formule.

Excel comporte déjà une banque de fonctions usuelles :


o les formules mathématiques (somme, puissance, racine, etc.)
o les formules trigonométriques (cosinus, sinus etc.) ;
o les formules statistiques (moyenne, écart-type, etc.)
o les tests logiques (si, ou, etc.)

Selon vos besoins, vous pouvez éditer votre propre formule ou utiliser celle que
suggère le logiciel.

~ 18 ~
Si vous souhaitez recopier une formule ou du texte, il suffit d’effectuer un
cliquer-glisser avec la souris sur la croix noire située en bas à droite de la cellule
sélectionnée.

III.3. Mise en forme et mise en page


Pour effectuer la mise en forme du tableau, il faut cliquer sur l’onglet [Accueil]
et choisir l’icône approprié. C’est le même principe que dans WORD. Il faut
d’abord sélectionner les éléments à modifier.

Pour la mise en page, il faut cliquer sur l’onglet [Mise en page] et choisir l’icône
approprié. C’est le même principe que dans WORD.

III.4. Enregistrez votre travail régulièrement !


Il est important de souvent enregistrer votre document. Il est conseillé
d'enregistrer votre travail toutes les 10 minutes ou dès que vous avez fait
d’importantes modifications sur votre document.

Pour choisir l’endroit où vous voulez enregistrer votre document ou pour lui
donner un nom particulier, il faut : Cliquer sur l’onglet [Fichier] et sélectionner
Enregistrer sous. Suivez la même procédure qu’avec Word.

~ 19 ~
III.5. Création de graphiques
Pour créer des graphiques à partir des données, il faut sélectionner les données
et les titres. Ensuite, cliquer sur l’onglet [Insertion]

Différents types de graphiques sont possibles ; les histogrammes, les nuages de


points, les lignes et les secteurs. Il faut cliquer sur le graphique désiré et remplir
les champs de la fenêtre qui apparaîtra. En général, il s’agit de donner un titre
aux axes, un titre au graphique, la légende, la graduation des axes et le
quadrillage.

~ 20 ~
IV - Initiation à un logiciel de présentation
numérique : MS POWERPOINT

Objectifs
PowerPoint est un logiciel de présentation multimédia qui permet d’intégrer des
images, du texte, du son, de l’animation et des vidéos, ainsi que d’ajouter des
effets et des délais d’animation, pour créer des messages attrayants.
Ce logiciel sert à créer des présentations numériques qui sont composées de
pages reliées entre elles. Chacune de ces pages est appelée une diapositive. Une
suite de diapositives s’appelle donc une présentation. La projection d’une
présentation s’appelle un diaporama
A l’issue de cette formation, les étudiants devront être capables de :
o reconnaître le logo orange et la barre titre orage de Powerpoint ;
o lancer Powerpoint ;
o ouvrir un document existant ;
o créer des présentations numériques (diaporamas) ;
o savoir insérer du son, des illustrations et des transitions entre
diaporamas, de sorte à obtenir des présentations interactives ;
o Reconnaître le format d’enregistrer d’un fichier Powerpoint 2010 ( .pptx).

III.1. Interface POWERPOINT 2010


Pour ouvrir POWERPOINT, deux possibilités s’offrent à vous :
o avec la souris, double cliquer sur l’icône Powerpoint qui est sur le bureau
o ou cliquer sur démarrer et cliquer sur Microsoft Office Powerpoint.

Ensuite, pour créer une nouvelle présentation à partir d’un modèle ou à partir
d’un thème, cliquer sur « Nouvelle présentation ».

~ 21 ~
Alors la page ci-dessous (figure 18) apparait. Elle comporte six éléments
importants :


o la barre de titre (nom du logiciel et nom du fichier créé) ;
o le ruban composé d’onglets (Fichier, Accueil, Insertion, Mise en page, etc.)
et des icônes correspondantes ; 
o la page blanche de la diapositive que nous devons concevoir ; 
o l’image miniature des diapositives ; 
o une zone de commentaires 
o et la barre d’état en bas de page. 

Figure 18 : Interface Powerpoint 2010

Une diapositive du modèle ou du thème choisi, apparaît dans la partie centrale


et également en miniature dans le volet gauche.
Par défaut, la présentation est nommée « Présentation », suivi d’un numéro (voir
la barre titre).

~ 22 ~
Un clic droit sur la barre d’état (située en bas de l’écran) permet d’afficher la liste
des indicateurs pouvant y être présents. La barre d’état comprend
généralement :

− L’indicateur d’affichage : n° de la diapositive active sur le nombre total de


diapositives de la présentation, ou type de masque ;
− Le thème, qui est un ensemble de mises en forme (couleurs, polices, effets);
− La langue utilisée ;
− Les trois boutons commandant les trois principaux modes d’affichage :
«Normal », « Trieuse de diapositives » et « Diaporama ») ;
− Le pourcentage (indicateur « Zoom ») et le curseur du zoom.

PowerPoint propose trois modes principaux d’affichage sur la barre d’état :

− le mode «Normal » pour créer des diapositives,

− Le mode « Trieuse de diapositives » pour gérer l’ensemble,

− et le mode «Diaporama» pour vérifier le résultat final en visionnant


la présentation.

Mais à tout moment, on peut activer le mode souhaité.

III.2. Elaboration d’une diapositive


Pour créer une nouvelle diapositive, cliquez sur le bouton «Nouvelle diapositive»,
situé dans le groupe « Diapositives » de l’onglet « Accueil ».

~ 23 ~
a) Insertion d’objets
Un espace est réservé pour un titre, un texte, un objet, une image, un graphique,
une date, un numéro de diapositive, un en-tête ou un pied de page.
Toutefois, un espace réservé peut être modifié. Cela signifie par exemple qu’on
peut insérer une image ou un tableau dans un espace réservé à un texte.

Pour insérer un objet (image, tableau, graphique, texte, formes, sons, films) dans
une présentation, il faut cliquer sur l’onglet Insertion et ensuite sélectionner
l’objet voulu.

Pour sélectionner un espace réservé, pointez sur son contour. Quand le pointeur
a la forme d’une croix fléchée, cliquez. Le rectangle est alors entouré d’une ligne
continue.

b) Mise en page
Pour modifier les dimensions ou l’orientation des diapositives, cliquez sous
l’onglet « Création ». cliquer sur l’icône « Mise en page ».
Pour afficher la fenêtre « Mise en page », cliquez sous l’onglet « Création », dans
le groupe « Mise en page », sur le bouton « Mise en page ».
Indiquez les dimensions (largeur, hauteur) et l’orientation (portrait ou paysage)
souhaitées. Elles s’appliquent à toutes les diapositives de la présentation.
Concernant l’orientation, vous pouvez également utiliser le bouton « Orientation
» du groupe « Mise en page ».

Toujours dans l’onglet Création, vous pouvez modifier le jeu de couleurs des
diapositives en cliquant sur Couleurs et faire son choix parmi les propositions.

~ 24 ~
c) Déplacer des diapositives
Si, vous vouliez changer l’ordre des diapositives (par exemple, la 2ème diapo doit
être la 5ème diapo) travailler en mode trieuse de diapositives.
Cliquez sur l’onglet Affichage et ensuite sur Trieuse de diapositives. Toutes les
diapositives apparaissent en miniature (à gauche) selon l’ordre dans lequel elles
ont été créées. Il est alors aisé de déplacer une diapositive. Il faut cliquer sur
cette diapositive en gardant le bouton de la souris enfoncé et en déplaçant la
diapositive à l’endroit voulu, en relâchant le bouton de votre souris.

Il est possible également de déplacer une série de diapositives en cliquant sur la


première, en appuyant sur la touche CTRL du clavier, en la laissant enfoncée et
en cliquant sur chacune des autres diapositives. Vos diapositives seront
sélectionnées et vous pourrez les déplacer simultanément.

Vous pouvez en outre dupliquer une diapositive. Il faut la sélectionner (en


cliquant dessus). Puis, choisir l’onglet Accueil et cliquer sur Copier et ensuite
sur Coller à l’endroit voulu.

Vous pourrez également supprimer une diapositive en cliquant dessus et ensuite


en appuyant sur la touche Suppr de votre clavier.

Pour sortir du mode Trieuse de diapositives et revenir en mode normal vous


n’avez qu’à cliquer sur l’onglet Affichage et ensuite sur Normal.

III.3. Transition d’une diapositive


Lorsque la conception de la présentation PowerPoint est terminée, il est possible
de choisir comment les diapositives vont défiler, l’une après l’autre : c’est la
transition entre 2 diapositives.

~ 25 ~
Pour le faire, cliquez sur l’onglet Transitions. Une barre d’outils apparaît et vous
offrant plusieurs un choix de transition entre chaque diapositive.
En cliquant une fois sur le bouton de chaque transition, un aperçu est
visualisable. Sélectionner en cliquant une fois dessus sur l’icône de son choix

Il est également possible de choisir la vitesse à laquelle on désire que la transition


se fasse.
Pour finaliser, cliquez sur le bouton Appliquer partout. Ainsi, le diaporama se
déroulera avec cette transition pour toute la présentation.

III.4. Animation d’une diapositive


Il est possible de mettre de l’animation sur chacun des éléments présents dans
une diapositive. Cela peut être très pertinent dans le cas où vous ne voulez pas
que votre public voie un élément sur une diapositive, avant que vous n’ayez bien
expliqué une notion.

Pour réaliser des jeux d’animations, vous devez cliquer sur l’onglet Animations.

Il faut alors sélectionner l’élément de la diapositive pour lequel vous désirez une
animation (ex. : le titre). Ensuite, faites un choix parmi les propositions (Cercle,
Damier, etc.).

~ 26 ~
V – Recherche sur Internet
V.1. Définition
Internet est un réseau international d'ordinateurs reliés entre eux, qui met à la
disposition de ses utilisateurs un nombre important d’outils et de services pour
mieux communiquer.
Internet s »est vulgarisé à partir des années 1990, avec l’apparition d’un système
de navigation facilitant la recherche et la gestion de l’information : Le World Wide
Web (WWW). C’est l’interface la plus communément utilisée sur le réseau
télématique Internet. Le World Wide Web, que l’on pourrait traduire en français
par « toile d’araignée mondiale », a permis d’ouvrir le réseau Internet au grand
public en facilitant la consultation des sites.

Il est indispensable d’avoir un NAVIGATEUR pour utiliser internet. En effet, le


navigateur est le logiciel qui sert à afficher les pages web que l(utilisateur veut
visiter. Parmi les navigateurs connus, on citera Microsoft Internet Explorer,
Mozilla Firefox, Konqueror.

Pour la connexion internet, l’utilisateur peut utiliser :


o un réseau sans fil tel que
* le Wifi ou Wireless Fidelity (permet de relier par ondes radio
plusieurs appareils informatiques) ;
* le Lifi = Light Fidelity (utilisation de la lumière visible, 480nm
à 650nm, pour relier plusieurs appareils informatiques) ;
* par le réseau de téléphonie mobile (4G);
* par satellite ;
o un appareil informatique (clé USB internet, domino)
o ou un raccordement filaire (fibre optique, réseau téléphonique).

V.2. Les espaces de communication


a) Messagerie électronique
La Messagerie électronique sert à envoyer et recevoir toute sorte de documents
(courrier professionnel, note de services, graphiques, courrier publicitaire) et
également de s’abonner à des revues électroniques.

Pour émettre et recevoir des messages par courrier électronique, il faut disposer
d’une adresse électronique. Une adresse électronique, ou e-mail ou courriel
est une chaîne de caractères permettant de recevoir du courrier électronique

~ 27 ~
dans une boîte aux lettres informatique. Elles sont constituées des trois
éléments suivants, dans cet ordre :

o une partie locale, identifiant généralement une personne (moussa,


sery.moussa, yao23) ou un nom de service (info, vente, postmaster) ;
o le caractère séparateur @ (arobase), signifiant at en anglais (= « à » ou «
chez ») ;
o l'adresse du serveur, généralement un nom de domaine identifiant
l'entreprise qui héberge la boîte de messagerie électronique
(exemple.net, exemple.com, exemple.org).

Le nom de domaine sert à identifier le serveur de messagerie auquel doit être


acheminé un message via le protocole Simple Mail Transfer Protocol (SMTP). La
transformation du nom de domaine en adresse IP se fait grâce au système de
résolution de noms DNS. Domain Name System
Exemple : sery.moussa@oms.org ; joel123@hotmail.com

Spam ou pourriel = courrier électronique indésirable, envoyé massivement aux


internautes à des fins publicitaires ou contenant un virus pour hacker l’email.

b)· Forum (newsgroup)


Les forums sont des lieux d’échanges thématiques fonctionnant en mode
asynchrone (différé). Dès que les utilisateurs sont connectés, ils lisent les
messages existants et répondent s’ils le souhaitent ou posent à leur tour une
question. Signalons qu’il est très mal vu de poser une question dont la réponse
est déjà inscrite dans la FAQ (Frequently Asked Questions = questions
fréquemment posées).
La vie d’un forum est totalement dépendante de ses animateurs pour lancer ou
recentrer les débats.

c) Chat ou IRC (Internet Relay Chat )


C’est un protocole de communication qui offre la possibilité à plusieurs
personnes de créer des salons virtuels et temporaires afin de communiquer par
écrit et en temps réel. C’est une des fonctions de base des outils de conférence à
distance. Les sites d’IRC sur Internet proposent des salles thématiques où
l’utilisateur, en parfait anonymat, caché derrière son pseudonyme peut échanger
avec d’autres personnes partageant les mêmes centres d’intérêts. Pour mieux
exprimer sa personnalité, l’utilisateur peut se définir un personnage et utiliser
des sons et des couleurs. Il peut aussi sélectionner un mode de conversation
privée avec un seul interlocuteur.

~ 28 ~
d) Intranet
Intranet est la déclinaison de l’Internet uniquement à l’intérieur d’une entreprise.
Chaque utilisateur équipé d’un navigateur standard peut accéder à des
informations stockées sous forme de page web, échangées avec les autres
membres de l’entreprise par messagerie, et participer à des forums internes.
C’est un système de communication sécurisé car seul les membres autorisés
peuvent y accéder.

V.3. Recherche sur internet


La toile est un moyen de trouver des documents provenant de sources variées.
En effet, Internet est une immense bibliothèque sans rayon ni bibliothécaire. II
n’existe pas de table des matières non plus. Heureusement Internet s’est doté de
systèmes de recherche en mesure de fournir des listes complètes d’adresse
faisant référence au sujet de la requête. Ce sont les annuaires, les moteurs et les
méta-moteurs de recherche. Les requêtes se font par l’association de mots-clés
et d’opérateurs booléens.

a) Les moteurs de recherche


Un moteur de recherche est un programme informatique qui recense des pages
Web constituant ainsi un index. La fréquence de passage du robot logiciel sur le
Web permet d’actualiser sa base et l'enrichit de nouvelles pages. Chaque moteur
est unique et possède son propre algorithme.
Les tâches des moteurs de recherche sont :
o trouver une information précise sur une personne, un organisme, un
produit... ;
o effectuer des recherches complexes ;
o repérer des sites récents non indexés encore par les annuaires.

Les moteurs les plus reconnus sont GOOGLE (http://google.fr), ALTAVISTA


(altavista.com) et YAHOO (http://fr.yahoo.com/), ask.com. Originellement
Yahoo était un annuaire.
Il existe également des moteurs plus spécialisés comme GOOGLE SCHOLAR
(http://scholar.google.fr) pour trouver des articles scientifiques.

b) Les annuaires de recherche


Un annuaire est une liste de sites Internet classés par catégories. Il est différent
du moteur de recherche car il référence des sites, et non des pages. Les sites

~ 29 ~
sont classés selon des rubriques allant du général (définitions) au particulier
(sites d’entreprises par exemple). Les annuaires sont utiles pour :
o explorer un sujet ;
o trouver des sites ressources dans un domaine ;
o trouver des sites similaires.

Les annuaires les plus sollicités sont AboutUs.org et LYCOS


(http://recherche.lycos.fr/annuaire/).

c) Les méta-moteurs de recherche


Les méta-moteurs sont des sites web où la même recherche est lancée
simultanément sur plusieurs moteurs de recherche. Les résultats sont ensuite
fusionnés pour être présentés à l'internaute. KartOO (http://www.kartoo.fr) par
exemple présente ses résultats sous forme de carte.

Les méta-moteurs sont conseillés pour :


o faire rapidement le tri des informations importantes sur un sujet
o et repérer les outils qui répondent le mieux à son sujet

La figure 18 montre les logos des principaux annuaires, moteurs et méta-


moteurs. Le tableau 1 présente les avantages et les inconvénients de chaque
outil de recherche internet.

Figure 19 : Logos des principaux outils de recherche sur internet

d) La requête
Les recherches sur internet se font par l’association de mots. Ces mots, appelés
mots-clés doivent être représentatifs de la question que se pose l’internaute.
Du bon choix dépendra la pertinence des résultats. Il faut alors établir une
formulation claire et précise des besoins en se posant 2 questions :
o Quoi ? (le sujet de la recherche)
o Pourquoi ? (dans quel but vous effectuez cette recherche ?)

~ 30 ~
d1) Définir le bon mot-clé
Pour utiliser le bon mot-clé, les critères à suivre sont :
o Le type de mots : choisir de préférence des noms ;
o Le nombre de mots : plus il y a de mots, plus la question se restreint. Ne
dépasser pas 3 mots au départ ;
o l’ordre des mots : commencer par les mots les plus importants ;
o attention aux homonymes (Ex : jaguar l’animal ou la voiture ? Préciser !)

d2) Equation de la requête


Pour effectuer une recherche efficace et précise, il faut donc élaborer une
équation de recherche en combinant les mots-clés pertinents retenus et en les
reliant entre eux par des opérateurs. Ces outils à utiliser pour associer les mots
choisis sont :
o Les opérateurs booléens : ET, OU, SAUF (sert à éliminer un concept) ;
o La troncature : elle est indiquée le plus souvent par l’astérisque (*) et
permet de trouver des variations du mot ;
Ex : jeune* ---------> jeunes, jeunesse
o Le point d'interrogation ?
o Les guillemets « » : ils précisent que la recherche doit porter sur
l’expression exacte.
o Le signe + (signifie que le mot est essentiel)

d3) Exemple de résultat


Une recherche est lancée sur GOOGLE avec comme mot clé : orientation « bac
STL ». Les résultats doivent donner les orientations possibles uniquement du bac
STL car ces 2 mots sont entre guillemets. La figure 19 présente la page résultat.

~ 31 ~
Figure 20 : Résultat d’une requête sur GOOGLE

~ 32 ~
ANNEXE 1
SEANCES DE TP OUTILS
BUREAUTIQUES

~ 33 ~
TP1 Exercice N°1 : A la découverte de WORD
Apprentissage du clavier - Mise en forme

A- Menu et barres d’outils- Création de répertoire


Double cliquer sur l’icône de Word pour ouvrir un nouveau document.
Reconnaître les icônes de l’interface Word.
BARRE TITRE, BARRE DE MENU, ONGLET, CURSEUR, ASCENSEUR

B- Apprentissage du clavier

C- Mise en forme de texte et utilisation de la souris :


Vous allez saisir le texte ci-dessous et suivre les instructions de l’enseignant:

STIGMATISME RIGOUREUX Un système optique est dit rigoureusement stigmatique si tout


rayon passant par A passe par A' après avoir traversé le système optique (S). Autrement dit : Un
système optique S est stigmatique si tout objet A admet à travers S une image A’ unique. Le
miroir elliptique parabolique, le miroir et le miroir plan sont des exemples de systèmes
rigoureusement stigmatiques.

D. Sauvegarde de document et fermeture du logiciel

~ 34 ~
TP2
Exercice n°2 : Insertion d’un tableau, une image,
une équation, caractères spéciaux sous WORD

A- Ouverture de fichier et Révision de la mise en forme de texte


Ouvrir votre fichier précédemment créé

B- Insertion de caractères spéciaux

C- Insertion d’une image

D- Insertion d’une équation

Exercice 1 : Trouver les couples de réels (x, y) tels que :


 (x − 1)( y − 2) = 0

(x − 2)( y − 3) = 0

Exercice 2 : Démontrer par récurrence l’égalité :


n
n(n + 1)(2n + 1)
k2 =  
k =1 6

E- Insérer le numéro de page

E- Insertion d’un tableau


Vous allez créer un tableau de 9 lignes et de 4 colonnes.
Vous remplirez les colonnes avec les données que vous avez dans le tableau ci-dessous et suivez
les instructions de l’enseignant.
MINERAUX DENSITE INDICE DE REFRACTION DURETE
Mélanophlogite 2.02 1.44 7
Tridymite 2.28 1.48 7
Cristobalite 2.38 1.49 7
Moganite 2.63 1.53 6
Quartz 2.66 1.55 7
Coésite 2.92 1.60 8
Stishovite 4.29 1.84 8
Emeraude 2.7 1.56 7.5

F- Sauvegarde et fermeture de WORD

~ 35 ~
Exercice n°3 : Création d’un tableau sous EXCEL
TP3
Tri et calculs

A- Menu et barres d’outils : EXCEL

B – Saisie et manipulation des données sous EXCEL


Saisir maintenant le tableau ci-dessous et attendre les instructions de l’enseignant.

NOM PRENOM Anglais Bureautique Méca


AMAN Flora 8 16 16,2
BALOU BI Paul 11 2 2,5
COMPAORE Thomas 12 5,5 5
COULIBALY Sékou 12 8 7
DADIE Nicole 15 0,75 0,5

Calcul de la moyenne
Tri des données
Mise en forme du tableau
Nommer la feuille de calcul puis ajouter une feuille supplémentaire et la nommer
Sauvegarde du document

C – Graphiques
Saisir le tableau suivant sur la nouvelle feuille : il s’agit de la production de tomates (en tonnes)
des différentes régions d’un pays pour 4 années consécutives.

Région 2002 2003 2004 2005


Centre 22 000 23 400 23 200 25 100
Est 24 600 26 600 25 100 27 600
Nord 14 100 16 500 17 800 18 200
Ouest 19 300 15 100 16 300 16 700
Sud 11 700 12 200 12 800 12 900
Totaux

Graphique nuages de points ; Graphique histogramme ; Graphique secteurs

F- Edition des graphiques


Nommer les axes, graduer des axes, choix des motifs (couleurs et formes) et des traits (épaisseur,
couleurs, type).

N’oubliez pas de sauvegarder votre document et fermer EXCEL.

~ 36 ~
Code ASCII
ASCII (à prononcer [askiː]) est l’acronyme de American Standard Code for Information
Interchange (= Code américain normalisé pour l'échange d'information). C’est une norme de
codage de caractères en informatique, inventée par l'américain Robert William BEMER en 1961.
Elle était la plus largement compatible pour les caractères latins non accentués. Les caractères
accentués sont fournis par d'autres normes. ASCII est le principal système qui a permis l'échange
de textes en anglais à un niveau mondial.

Le clavier standard comprend des lettres et des chiffres ainsi que quelques caractères particuliers.
Lorsqu’on les tape les touches du clavier, il y a une correspondance avec le code ASCII.
A partir du clavier, en maintenant la touche Alt enfoncée et en tapant 4 chiffres on obtient un
caractère particulier. En consultant la table donnée ci-dessous, voyez comment le code ASCII vous
permet d’obtenir certains caractères.

Code ASCII Code ASCI Code ASCI


Caractère Caractère Caractère
ALT+ ALT+ ALT+
0 0048 S 0083 u 0117
1 0049 T 0084 v 0118
2 0050 U 0085 w 0119
3 0051 V 0086 x 0120
4 0052 W 0087 y 0121
5 0053 X 0088 z 0122
6 0054 Y 0089 ; 0059
7 0055 Z 0090 ! 0033
8 0056 a 0097 # 0035
9 0057 b 0098 $ 0036
A 0065 c 0099 % 0037
B 0066 d 0100 ( 0040
C 0067 e 0101 ) 0041
D 0068 f 0102 * 0042
E 0069 g 0103 + 0043
F 0070 h 0104 , 0044
G 0071 i 0105 . 0046
H 0072 j 0106 : 0058
I 0073 k 0107 = 0061
J 0074 l 0108 ? 0063
K 0075 m 0109 @ 0064
L 0076 n 0110 [ 0091
M 0077 o 0111 ] 0093
N 0078 p 0112 { 0123
O 0079 q 0113 } 0125
P 0080 r 0114 £ 0163
Q 0081 s 0115 « 0171
R 0082 t 0116 » 0187

~ 37 ~
ANNEXE 2
TYPES DE QUESTIONS
THEORIQUES POUR UN
EXAMEN DE BUREAUTIQUE

~ 38 ~
Annexe : Exemple de questions théoriques
Pour chaque question, entourer la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s) dans
la liste des choix proposés. Toute rature entraîne l’annulation du point.
Question 1 : : Word est un :
a. Compilateur
b. Traitement de texte
c. Classeur
d. Tableur
Question 2: L’extension des fichiers Word est :
a. . docx
b. . doc
c. . txt
d. . rtf

Question 3 : Excel est un :


a. Compilateur
b. Traitement de texte
c. Classeur
d. Tableur
Question 4 : L’extension des fichiers Excel 2010 est :
a. . txt
b. . xlsx
c. . xls
d. . pdf

Question 5: Les types d'alignement de paragraphes sont : à gauche, à droite,


a. Justifié
b. En haut
c. Centré
d. En bas.

Question 6: La barre titre permet de savoir


a. Le titre du document ;
b. Le nom du fichier ;
c. Le nombre de pages que contient le document ;
d. Le nombre de mots que contient le document.
Question 7 : Définir la bureautique
…………………………………………………………….……………………………………….
……………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………..

~ 39 ~
Question 8: Que permet de faire ces icônes ?

a) …………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………..

b) ………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………….…………………………...……..

c) ………………………………………………………………………………………………..……
………………………………………..……………………………………………………………………………..…..

Question 9: Répondre aux 04 questions ci-dessous en regardant la figure suivante :

a) Quelle est la cellule active ? ……………………………………………………………………………………..


b) Justifier la réponse : ………………………………………………………………………………………………
c) Que contient la cellule active ? …………………………………………………………………………………..
d) Qu’est ce qu’il y a à l’adresse B4 ? ……………………………………………………………………………...

~ 40 ~

Vous aimerez peut-être aussi