Vous êtes sur la page 1sur 9

L’écoulement de

14/09/2020
puissance dans le
réseau électrique

Réaliser par :
- BENNOUIA FATMA ZOHRA
- BOUCEKKINE CHAIMA ABIR
I. Introduction générale  :
L'électricité est une forme d'énergie très commode et utile.
Elle joue un rôle très important dans notre société
industrialisée moderne.
Intimement relié à ce développement est l’extension des
systèmes de transport d'énergie en tant que vecteur de
répartition d'énergie électrique.
Ces systèmes d'alimentation font face, aujourd'hui, à
plusieurs changements. Sous des conditions normales, les
systèmes de transmission électrique « STE » fonctionnent en
régime permanent.
Les calculs exigeant la caractérisation de cet état sont appelés
Ecoulement de puissance .
L’étude de l’écoulement de puissance permet d’avoir la
solution des grandeurs d’un réseau électrique en
fonctionnement normal équilibré en régime permanent.
L’analyse d’EP dans un réseau électrique composé d’un
nombre de générateurs, lignes de transmission et des charges
est très importante pour les études, la planification et
l’exploitation d’un réseau électrique.
Le planificateur de ce réseau peut facilement évaluer l’impact
des différentes configurations de transmission et de
génération pour n'importe quel niveau de charge désiré.
Cela permet de connaître les conditions de production et de
charge et les niveaux des tensions du réseau.
Elle a pour but de déterminer, en régime triphasé permanent
(en général équilibré), les tensions en module et en phase en
tout point du réseau et les puissances actives et réactives
transitant sur toutes les lignes du réseau électrique.
Pour calculer ce dernier souvent on utilise plusieurs
méthodes Méthode de GAUSS, Méthode de GAUSS-SEIDEL et
La méthode de NEWTON RAPHSTON.

II. Le réseau électrique  :


Le terme «réseau d'énergie électrique» est l’ensemble des
ouvrages et du matériel destinés à produire, transporter et
consommer de l'énergie électrique.
Les centrales de production et le réseau de distribution sont
relies par des lignes de transport. Normalement, les lignes de
transport impliquent le transfert d’énergie par des liaisons à
haute tension entre les centres de charge principale.
D’autre part le réseau de distribution et le responsable de la
fourniture d’énergie électrique aux consommateurs.
Les réseaux électriques sont hiérarchisés :
D’une façon générale, la plupart des pays mettent en œuvre :
 Un réseau de transport THT 220…..800Kv
 Un réseau de répartition HT 60…….170Kv
 Un réseau de distribution MT 5…….36Kv (selon CEI)
 Un réseau de livraison de l’abonné BT 400/230V
Cette hiérarchie c’est-à-dire, les niveaux de tensions utilisés
varient considérablement d’un pays à autre en fonction des
paramètres liés à l’histoire électrotechnique du pays.
La nouvelle norme en vigueur en Algérie (SONELGAZ) définit
les niveaux de tension comme suit:
Domaines De Valeur de la tension composée
tension Nominale ( en Volts)
Tension Tension
Alternative Continue
Très Basse Tension Un<50 Un<120
(TBT)
Basse BTA 50< Un<500 120<Un <750
Tension BTB 500< Un<1000 750<Un <1500
(BT)
Haute HTA ou 1000< 1500<
Tension MT Un<50000 Un<75000
(HT) HTB Un>50000 Un>75000

III. Fonctionnement des réseaux


électriques  :
Physiquement, le réseau électrique est organisé en différents
niveaux de tension :
Le réseau de transport et de répartition, auxquels sont
connectés les grands groupes de production centralisée, et le
réseau de distribution alimentant la plupart des
consommateurs.
Le rôle principal du réseau de transport est la liaison entre les
grands centres de consommation et les moyens de
production.
Ce rôle est particulièrement important car on ne peut pas
stocker l’énergie électrique à grande échelle à l’heure
actuelle.
Un réseau de transport doit être exploité d’une manière
particulière: il doit être exploité dans les limites de
fonctionnement autorisées.
Ces limites ou contraintes du réseau sont exprimées par des
valeurs maximales ou minimales sur certaines variables du
réseau (fréquence, transite de puissance sur les lignes ou
transformateurs, niveau de tension, etc.).
Si ces limites sont dépassées, le réseau risque de devenir
instable. Les contraintes de capacité de transport sont liées
principalement aux flux maximaux de puissance qui peuvent
circuler sur chacun des éléments du réseau.
Ces contraintes de capacité ont une importance particulière
dans les réseaux électriques car les flux d’électricité sont
difficiles à contrôler et suivent des chemins gouvernés par
des lois de Kirchhoff.
Le réseau de transport ayant une structure maillé. Les
réseaux maillés sont des réseaux où les liaisons forment des
boucles réalisant une structure semblable aux mailles d’un
filet.
Cette structure nécessite que toutes les liaisons soient
capables de surcharges permanentes ou momentanées
(généralement vingt minutes, c’est-à-dire le temps de
procéder à certaines manœuvres, tant sur les moyens de
production éventuellement de consommation)
Les transits de puissance sur les branches élémentaires
dépendent principalement des réactances des éléments de
circuits, on ne peut les modifier qu’en ouvrant certaines
liaisons ou en répartissant les départs d’un même poste sur
des jeux de barres électriquement séparés.

Etude d’écoulement de
puissance
Le problème de l'écoulement de puissance consiste à calculer
les tensions (amplitudes et phases) dans un réseau électrique
suivant des répartitions données des puissances actives et
réactives Mathématiquement, le problème peut être réduit à
un ensemble d'équations non linéaires, où les modules et les
phases des tensions aux niveaux des jeux de barres sont les
variables.
Le résultat du problème de l'EP aide l'exploitant du système
électrique à connaître les niveaux de tension de tous les jeux
de barres, les pertes de puissance, les contraintes qui sont
forcées et de déterminer les lignes électriques surchargées.
 Transit et bilans de puissance
Le réseau est constitué par un ensemble d’éléments
caractérisés par :
Les centres de production qui génèrent la Puissance active est
une puissance réactive.
Les centres de consommations qui consomment de l’énergie
active et réactive.
Les réseaux proprement constitué d’éléments passifs qui
Consomment de puissance active et (pertes joules).
L’étude du transit de puissance consiste de déterminer, à
partir des éléments disponibles et raccordés au réseau les
valeurs des puissances actives et réactives s’écoulant sur le
réseau et les valeurs des tensions on module et en argument.
 Matrice d’admittance nodale
Les équations de l’EP, utilisant la formulation des admittances
nodales pour un système à trois nœuds, sont d’abord
développées, puis elles sont généralisées pour un système à n
nœuds.
 Les équations de l’écoulement de puissance
Pour déterminer les équations de l’EP, on considère que les
puissances au jeu de barres i sont équilibrées, donc le bilan
de puissance électriques à un jeu de barres i d’un réseau
électrique de n jeu de barres est la différence entre la
puissance générée et la puissance demandée au niveau de
même jeu de barres
Méthodes de résolution du problème d'écoulement de
Puissance
On présente quelques méthodes de calcules :
1. Méthode de Gauss-Seidel:

La méthode de GAUSS-SEIDEL est l’une de plus simples


méthodes itératives utilisées pour la résolution du
problème de l’écoulement de puissance pour résoudre
un ensemble très large d’équations algébriques non
linéaires.
Soit à résoudre la fonction : f(x)=0
Cette méthode est basée sur le changement de l’équation
f(x)=0, g(x)=x à la forme pour une fonction f(x)=0 , il est
toujours possible de trouver une fonction g(x) ,tel que g(x)=x
(g(x) n’est pas unique)

2. la méthode de Newton-
Raphson  :
La méthode de Newton-Raphson est une méthode
itérative qui approxime une série d’équation non-
linéaire à une série d »équation à l’aide
d’expansion de série de Taylor et les termes sont
limités à l’approximation de premier ordre.

IV. La conclusion  :
Nous avons présenté la formulation globale du problème
d’écoulement de puissance dans les réseaux.
Selon ce qui précède, afin d’analyser le réseau électrique, il
nous faut calculer l’écoulement de puissance dont le calcul
doit passer par la résolution des équations différentielles non
linéaires, où le recours aux méthodes numériques est
inévitable.
Les méthodes de solution proposé dans sont les méthodes
classique itérative (Newton Raphson et Gauss Seidel).