Vous êtes sur la page 1sur 67

SECTEUR LOGISTIQUE

RESPONSABLE D’EXPLOITATION
LOGISTIQUE

Niveau Technicien Spécialisé

GUIDE DE SOUTIEN

MODULE 17 : GESTION DES STOCKS

Juillet 2012

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 1/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
EQUIPE DE PRODUCTION

Le présent document a été réalisé avec la collaboration des personnes suivantes :

COORDINATION

 Valérie CASTAY – DRRI, AFT IFTIM

CONCEPTION ET REDACTION

 Olivier BILLARD – Expert logistique AFT IFTIM

SUPERVISION

 Rachid BOUSSARHANE – Formateur Animateur, DRIF

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 2/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
TABLE DES MATIERES

PAGE

INTRODUCTION……………………………………………………………………….…………………………. 4

1. TABLEAU DE SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION………………………………………………….. 5

2. PROGRAMME DE FORMATION, MODULE N° 07 ………………………………………………………….... 6

3. GUIDE PEDAGOGIQUE, MODULE N° 07 .. ……………………………….…………………………………. 8

4. FONCTION, REFERENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE…………………………….……………….. 11

5. PLAN DU MODULE N° 07 …………………………………………………………………………………. 12

6. INFORMATION RELATIVE A LA CONCEPTION ET A L‟INTERPRETATION DE LA PLANIFICATION GLOBALE


D‟UN MODULE…………………………….…………………………….…………………………….……… 16

7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE N° 07 ………………………………………………………………. 18

8. DESCRIPTION DES ACTIVITES D‟ENTRAINEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION GLOBALE


DU MODULE ………………………….…………………………….…………………………….…………… 19

9. SECTION DES NOTES TECHNIQUESET DES MOYENS MEDIA…………………………….…………………… 23

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 3/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
INTRODUCTION

Le programme de formation énonce par un objectif opérationnel chacune des compétences à développer
chez le stagiaire. La planification pédagogique s‟effectue suivant les paramètres de chaque objectif
opérationnel : les conditions d‟évaluation, les critères généraux de performance, les précisions sur le
comportement attendu et les critères particuliers de performance. Lors de la planification pédagogique, le
formateur peut aussi référer à l‟analyse de situation de travail pour vérifier les attentes des employeurs
dans la fonction de travail que le lauréat occupera à la fin de sa formation.
La planification pédagogique repose sur la mise en œuvre d‟une pédagogie active centrée sur l‟acquisition
des compétences par le stagiaire. Pour traduire les objectifs opérationnels en activités d‟apprentissage
significatives et représentatives des savoir faire exigés du monde du travail, le formateur planifie un
environnement éducatif qui situe le stagiaire au cœur de l‟acte d‟apprendre lui permettant de traiter de
façon efficace l‟information, de développer de nouveaux comportements et ainsi construire ses
compétences.
La planification pédagogique permet d‟anticiper et de préparer la situation d‟enseignement en fonction des
objectifs, des contenus et des critères d‟évaluation du programme de formation d‟une part et, d‟autre part,
en prenant en compte les phases d‟acquisition d‟une compétence et les différentes façons d‟apprendre
des apprenants.
Le Guide de soutien pour le module « Gestion des stocks » du programme de formation « Responsable
d'Exploitation Logistique » propose une démarche d‟organisation de l‟enseignement. Ce module de
compétence spécifique est d‟une durée de 50 heures dont 3 h doivent être consacrées à l‟évaluation à la
fin du module.
Les ressources éducatives sont organisées selon le plan de module qui permet d‟associer les ressources
aux préalables et précisions sur le comportement figurant au niveau de la compétence dans le programme
de formation et le guide pédagogique. Le Guide de soutien comprend l‟ensemble des ressources
utilisables dans un parcours de formation pour aider le stagiaire dans ses apprentissages dans un
contexte d‟approche par compétences et pour faciliter l‟action du formateur. Les ressources sont les
suivantes :
1. Le tableau synthèse des modules du programme de formation
2. Le module tel que prescrit au « Programme de formation»
3. Le module tel que suggéré au « Guide pédagogique »
4. La fonction, les référents et la structure du plan de module
5. Le plan du module
6. L‟information relative à la conception et à l‟interprétation de la planification globale d‟un module
7. La planification globale du module
8. La description des activités d‟entraînement et de transfert selon la planification globale
9. La section des notes techniques et des moyens media
Le « Tableau synthèse du programme de formation», le « Module du programme de formation » ainsi que
le « Module du guide pédagogique » sont d‟abord fournis pour rappeler, aux utilisateurs de ce guide, les
paramètres et permettre la juste interprétation de la planification suggérée. On trouvera ensuite une
explication particulière pour le Plan de module et pour la Planification globale du module.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 4/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
1. TABLEAU SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION

Dans le présent tableau synthèse du programme de formation, le module du Guide de soutien apparaît en
gras.

Titre du programme : Responsable d’Exploitation Logistique Code du programme : REL

Nombre de modules : 21

Durée en heures : 1700 h

DUREE
CODE N° TITRE DU MODULE
(heures)
REL 01 1 Métier et formation 30
REL 02 2 Environnement logistique de l‟entreprise 30
REL 03 3 Communication en français dans un contexte de travail 60
REL 04 4 Communication en anglais dans un contexte de travail 60
REL 05 5 Statistiques 50
REL 06 6 Informatique bureautique 70
REL 07 7 Fondements du management de la qualité 60
REL 08 8 Réalisation des tableaux de bord 40
REL 09 9 Règles d‟hygiène et de sécurité 50
REL 10 10 Moyens de manutention, équipements de stockage et 70
infrastructures
REL 11 11 Informatique appliquée à la gestion d‟entrepôt WMS 100
REL 12 12 Techniques d‟organisation des métiers de la logistique 85
REL 13 13 Gestion des opérations de réception des produits 110
REL 14 14 Gestion physique des stocks et des implantations 85
REL 15 15 Gestion des opérations de préparation de commandes 85
REL 16 16 Gestion des opérations d‟expédition 85
REL 17 17 Gestion des stocks 50
REL 18 18 Gestion des moyens humains 120
REL 19 19 Gestion budgétaire 70
REL 20 20 Techniques de recherche d‟emplois 30
REL 21 21 Intégration en milieu de travail 360

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 5/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
2. PROGRAMME DE FORMATION, MODULE N° 17

MODULE 17 : GESTION DES STOCKS

CODE : REL 17 DUREE : 50 HEURES

OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPORTEMENT ATTENDU

Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit garantir la fiabilité des stocks selon les
conditions, les critères et les précisions qui suivent.

CONDITIONS D’EVALUATION

 Individuellement.
 Travail effectué à partir :
- d‟études de cas, de mises en situation professionnelle ayant pour cadre une activité ou
l‟ensemble des activités logistiques de l‟entreprise.
 Travail effectue à l‟aide :
- d‟un ordinateur,
- d‟un WMS,
- d‟un tableur.

CRITERES GENERAUX DE PERFORMANCE

 Suivi opérationnel efficace et régulier de l‟activité (niveau et état des ressources, application
des directives et des procédures, gestion des documents...).
 Application rigoureuse des règles de sécurité.
 Respect rigoureux des procédures et directives.
 Conformité de l‟organisation de l‟activité inventaire au cahier des charges
 Sensibilisation régulière des collaborateurs à l‟importance de la justesse des stocks dans
l‟ensemble des activités logistiques.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 6/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
OBJECTIF OPERATIONNEL
PRECISIONS SUR LE CRITERES PARTICULIERS
COMPORTEMENT ATTENDU DE PERFORMANCE

A. Décrire les techniques d‟inventaire employées  Enumération complète de chacune des


techniques avec leurs particularités (organisation
générale, avantages et inconvénients).

B. Mettre en place une technique d‟inventaire  Choix argumenté d‟une technique d‟inventaire
 Adaptation pertinente d‟une technique.

C. Planifier l‟activité  Anticipation correcte de l‟activité


 Repérage judicieux des priorités
 Planification adaptée de l‟activité

D. Suivre la fiabilité des stocks.  Suivi précis des résultats en comparaison avec les
objectifs.
 Détermination exhaustive des causes d„écart
 Suivi opérationnel efficace et régulier de l‟activité
(niveau et état des ressources, application des
directives et des procédures, gestion des
documents...).
 Suivi rigoureux du planning d‟inventaire.
 Utilisation conforme des fonctionnalités
employées pour l‟activité inventaire.
 Réactivité de la mise à jour de la base de
données.

E. Mettre en place un plan d‟amélioration.  Traitement de l‟ensemble des écarts par un plan
d‟action.
 Utilisation appropriée et conforme d‟une ou
plusieurs techniques d‟organisation (le cas
échéant)
 Priorisation et argumentation cohérentes du plan
d‟action.
 Evaluation correcte des moyens nécessaires au
plan d‟action et des résultats prévus.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 7/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
3. GUIDE PEDAGOGIQUE, MODULE N° 17

MODULE 17 : GESTION DES STOCKS

CODE : REL 17 DUREE : 50 HEURES

OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPETENCE

Garantir la fiabilité des stocks.

PRESENTATION

Ce module de compétence spécifique doit être dispensé après les modules 14 et 15, et peut-être
dispensé en même temps que le module 16.
Il est un préalable indispensable au module 19.

La fiabilité des stocks est tout simplement déterminante dans la performance logistique.
Toutes décisions prises par l‟entreprise en matière logistique se fait au regard des niveaux de stocks.
Si les stocks ne sont pas fiables, impossible de prendre de bonnes décisions.

La fiabilité des stocks est très difficile à obtenir. Par la multiplicité des causes générant des écarts de
stocks, mais également par le facteur humain qui est la composante essentielle en matière de
fiabilité.

Cette activité est souvent délaissée et à tort par les entreprises. Les écarts de stocks peuvent
générer des pertes financières très importantes.
C‟est la pierre angulaire pour parvenir à faire baisser les niveaux de stocks.

Ce module est traité principalement en salle mais des phases pratiques en magasin école peuvent
être organisées par le formateur en utilisant WMS.

CONTEXTES DE REALISATION

A partir :
 de la liste et la description des ressources affectées à l‟activité,
 de cahier des charges logistiques,
 de procédures et instructions,
 de documents employés aux expéditions,
 d‟études de cas.
A l‟aide :
 d‟une suite bureautique,
 d‟un logiciel de gestion d‟entrepôt WMS,
 d‟un magasin école.

REFERENCES :
- Guide de soutien : Module REL 17.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 8/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
PRECISIONS PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU
A. Avant de décrire les techniques d’inventaire, le
stagiaire doit :

1. Définir un inventaire  Obligations légale


 Outil de performance
 Criticité de l‟activité

2. Reconnaitre les différentes formes d‟inventaire  Les formes possibles de l‟inventaire


- Description générale
- Particularité
- Forces et faiblesses
 Chronologie et objectif(s) des opérations
d‟inventaire
- Documents employés
 Moyens d‟exploitation utilisés.

B. Avant de mettre en place une technique


d’inventaire, le stagiaire doit :

3. Evaluer les besoins de l‟entreprise  Tableaux de bord


 Réclamations Clients
 Objectifs donnés par la Direction

4. Evaluer la charge de travail  Fichier Article


 Historiques d‟activité (essentiellement des
mouvements de stocks)
 Valeur des produits stockés
 Productivité

C. Avant de planifier l’activité, le stagiaire doit :

5. Reconnaître l‟inventaire en place  Procédures

6. Reconnaitre les moyens affectés aux inventaires  Moyens humains : nombre et qualité
 Moyens matériel : nombre et qualité

7. Définir la capacité de l‟activité  Résultats de tableau de bord :


- Activité
- Productivité
- Disponibilités des moyens d‟exploitation

8. Définir la charge de l‟activité  Prévisions d‟activité


- Volumes
- Priorités
 Contraintes

9. Identifier les priorités  Tableaux de bord


 Objectifs donnés ou déterminés.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 9/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
PRECISIONS PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU
10. Associer les capacités à la charge d‟inventaire  Engagements des moyens
 Priorités
 Planning de travail
 Planning

D. Avant de suivre l’activité, le stagiaire doit :

11. Repérer les objectifs de l‟activité  Objectifs de


- Productivité
- Qualité
- Coût
 Cahier des charges
 Planning d‟inventaire

12. Analyser les résultats  Tableaux de bord


 Cahier des charges
 Objectifs

E. Avant de mettre en place un plan d’amélioration,


le stagiaire doit :

13. Déterminer les écarts et leur(s) origine(s)  Variation de la charge


 Plan implantation
 Engagement et utilisation des moyens
d‟exploitation :
- Matériels
- Humains
 Procédures et directives

14. Choisir (prioriser) ses actions  Constats d‟écarts en rapport aux objectifs
 Actions correctives, préventives
 Matrices de décisions

15. Elaborer un objectif  Techniques d‟organisation


 Transposition opérationnelle du résultat.

16. Préparer le plan d‟amélioration  Organisation du plan en phases


 Moyens nécessaires au plan
 Points bloquants.
 Evaluation des gains

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 10/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
4. FONCTION, REFERENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE

FONCTION
Le plan de module a pour fonction de clarifier le projet d‟enseignement et de le transmettre dans une
forme communicable tout d‟abord aux membres de la direction du centre. Il est aussi présenté aux
apprenants lors de la première séance de formation afin de les informer des objectifs visés et des
éléments contenus, et leur donner une vue d‟ensemble des activités et des éléments de contenu
marquant le déroulement de l‟enseignement du module .
Le plan de module s‟avère également fort utile au formateur, d‟abord pour clarifier son approche et se
donner un outil de référence en cours d‟enseignement, ensuite pour rationaliser son travail de planification
en vue des prestations ultérieures : ayant déjà déterminé les stratégies, les moyens, le matériel et les
équipements nécessaires, il lui sera plus facile d‟aborder l‟enseignement du module et ce à plusieurs
groupes. Le plan de module peut aussi fournir au conseiller à la pédagogie, aux collègues, au personnel
formateur suppléant, aux membres de la direction et aux employeurs des informations sur le module.

REFERENTS
Le plan de module s‟appuie principalement sur les données fournies dans le programme de formation et le
guide pédagogique. Le programme de formation est un document prescriptif et aucune donnée dans ce
document ne peut être modifiée alors que les données du guide pédagogique sont fournies en tant
qu‟appui et peuvent être enrichies tout au long de son utilisation.

STRUCTURE
De manière générale, le plan de module présente deux parties :
- une première partie dédiée aux renseignements généraux relatifs au module, tels que l‟identification du
module, le numéro du module, le code et la durée de module, la compétence visée, les critères généraux
ainsi que l‟identification des modules préalables. Un schéma est présenté ci-après.
- une seconde partie regroupe les conditions spécifiques au déroulement de l‟enseignement du module :
Savoirs préalables et précisions sur le comportement, éléments de contenus, activités d‟enseignement et
d‟apprentissage ainsi que les thèmes que le formateur identifie comme étant importants et qui sont
retenus en terme d‟évaluation formative. Une information sommaire concernant l‟évaluation de certification
du module est inscrite à la fin du plan de module.

Le plan pour le présent module est présenté comme suit :

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 11/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
5. PLAN DU MODULE N° 17

NO ET TITRE DU MODULE : 17 – Gestion des stocks


CODE : REL 17 DURÉE : 50 h
COMPÉTENCE VISÉE : Garantir la fiabilité des stocks CRITÈRES GÉNÉRAUX :
- Suivi opérationnel efficace et régulier de l‟activité (niveau et état
des ressources, application des directives et des procédures,
gestion des documents...).
- Application rigoureuse des règles de sécurité.
- Respect rigoureux des procédures et directives.
- Conformité de l‟organisation de l‟activité inventaire au cahier des
charges
- Sensibilisation régulière des collaborateurs à l‟importance de la
justesse des stocks dans l‟ensemble des activités logistiques.
TYPE DE COMPÉTENCE : Compétence spécifique MODULE PRÉALABLE : 14 et 15
MODULES PARALLÈLES : 16

SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION FORMATIVE


1. Définir un inventaire  Obligations légale Demander aux stagiaires leur niveau des
 Outil de performance connaissances dans le domaine
 Criticité de l‟activité
2. Reconnaitre les différentes formes  Les formes possibles de l‟inventaire Présentation par le formateur et indications Evaluation formative 1
d‟inventaire - Description générale sur les différentes utilisations.
- Particularité Exemples d‟entreprises connues par le
- Forces et faiblesses formateur
 Chronologie et objectif(s) des opérations
d‟inventaire
- Documents employés
 Moyens d‟exploitation utilisés.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 12/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION FORMATIVE
A. Décrire les techniques d’inventaire Réaliser l‟activité d‟entraînement E-2. Contrôle de la réalisation et
de la qualité de l‟activité
d‟entraînement E-2.
3. Evaluer les besoins de l‟entreprise  Tableaux de bord Le formateur gradue son enseignement en
 Réclamations Clients fonction des moyens dont dispose une
 Objectifs donnés par la Direction entreprise
4. Evaluer la charge de travail  Fichier Article Le formateur fait tester aux stagiaires Evaluation formative 2
 Historiques d‟activité (essentiellement des différents calculs de charge de travail.
mouvements de stocks)
 Valeur des produits stockés
 Productivité
B. Mettre en place une technique Réaliser l‟activité d‟entraînement E-4. Contrôle de la réalisation et
d’inventaire de la qualité de l‟activité
d‟entraînement E-4.
5. Reconnaître l‟inventaire en place - Procédures Rappels des logigrammes employés, essai
par le stagiaires de réaliser une procédure de
comptage
6. Reconnaitre les moyens affectés aux  Moyens humains : nombre et qualité Liste et inventaires des moyens nécessaires,
inventaires  Moyens matériel : nombre et qualité avantages et inconvénients
7. Définir la capacité de l‟activité  Résultats de tableau de bord : Différents exercices permettant d‟employer
- Activité l‟analyse ABC ou la technique SMB.
- Productivité
- Disponibilités des moyens
d‟exploitation
8. Définir la charge de l‟activité  Prévisions d‟activité Création par les stagiaires d‟un tableau de
- Volumes simulation avec Excel permettant
- Priorités d‟approcher le nombre de comptages à
 Contraintes réaliser ainsi que l‟effectif requis.
9. Identifier les priorités  Tableaux de bord Recherche des KPI employés, par les
 Objectifs donnés ou déterminés. stagiaires (avec l‟aide d‟internet par exemple)

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 13/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION FORMATIVE
10. Associer les capacités à la charge  Engagements des moyens Création d‟un planning type de travail qui Evaluation formative 3
d‟inventaire  Priorités pourrait être employé dans une entreprise.
 Planning de travail
 Planning
C. Planifier l’activité Réaliser l‟activité d‟entraînement E-6. Contrôle de la réalisation et
de la qualité de l‟activité
d‟entraînement E-6.
11. Repérer les objectifs de l‟activité  Objectifs de
- Productivité
- Qualité
- Coût
 Cahier des charges
 Planning d‟inventaire
12. Analyser les résultats  Tableaux de bord
 Cahier des charges
 Objectifs
D. Suivre l’activité Réaliser l‟activité d‟entraînement E-8. Contrôle de la réalisation et
de la qualité de l‟activité
d‟entraînement E-8.
13. Déterminer les écarts et leur(s)  Variation de la charge
origine(s)  Plan implantation
 Engagement et utilisation des moyens
d‟exploitation :
- Matériels
- Humains
 Procédures et directives
14. Choisir (prioriser) ses actions  Constats d‟écarts en rapport aux objectifs Etablir les relations coûts-bénéfices entre
 Actions correctives, préventives une action ou plusieurs actions et le retour
 Matrices de décisions sur investissement
15. Elaborer un objectif  Techniques d‟organisation Rappels des techniques de choix employant
 Transposition opérationnelle du résultat. des critères pondéré.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 14/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
SAVOIRS PRÉALABLES ET PRÉCISIONS ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION FORMATIVE
16. Préparer le plan d‟amélioration  Organisation du plan en phases Rappel du PDCA Evaluation formative 5
 Moyens nécessaires au plan
 Points bloquants.
 Evaluation des gains
E. Mettre en place un plan d’amélioration Réaliser l‟activité d‟entraînement E-10. Contrôle de la réalisation et
de la qualité de l‟activité
d‟entraînement E-10.

Information sur l’évaluation de fin de module :

La tâche consiste à mettre en place une organisation des inventaires adaptée à l‟entreprise.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 15/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
6. INFORMATION RELATIVE A LA CONCEPTION ET A L’INTERPRETATION DE LA PLANIFICATION
GLOBALE D’UN MODULE

Compte tenu des caractéristiques mêmes de la compétence, les activités d‟apprentissage proposées aux
stagiaires dans le plan de module doivent être fondées sur la pratique du métier et sur la création de
produits ou la prestation de services concrets semblables à ceux qu’ils seront appelés à réaliser à leur
entrée sur le marché du travail. Ces activités d‟apprentissage doivent intégrer toutes les dimensions de la
compétence (savoirs, savoir faire et savoir être) ; c‟est donc dire que l‟on doit analyser chaque activité
proposée pour s‟assurer qu‟elle intègre bien ces dimensions et que leur ordonnancement permet une
progression des apprentissages conduisant à la maîtrise de la compétence visée.
Il faut donc, lorsqu‟on aborde la planification d‟un module, se représenter ce que l‟on veut ultimement faire
réaliser aux apprenants en se posant cette question : « Comment cette activité d‟intégration entraînement
traduit-elle de façon réaliste et authentique les exigences de la compétence ? ». « Quels éléments de
contenu sont essentiels à la réalisation de l‟activité d‟entraînement prévue ? » Toutes ces donnés peuvent
être regroupées dans un tableau qui donne une vision globale des activités de base (éléments de contenu
et exercices) et activités d‟entraînement (tâche partielle, globale ou de transfert qui vise la pratique de la
compétence visée).
Dans la façon de planifier globalement l‟enseignement d‟un module, le formateur doit être familier avec l‟un
des facteurs qui présente un impact sur le choix des activités, soit les phases d‟acquisition d‟une
compétence.
On distingue cinq phases successives d‟acquisition d‟une compétence : l‟exploration, l‟apprentissage de
base, l‟intégration-entraînement, le transfert des apprentissages et l‟enrichissement. Les phases de
l‟apprentissage de base, de l‟intégration entraînement et du « transfert » sont centrales et elles sont
directement prises en compte lors de l‟organisation de l‟enseignement. Cependant les phases Exploration
et enrichissement ne doivent pas être négligées dans le cadre de l‟organisation de l‟enseignement par le
formateur. Dans les énoncés qui suivent chacune des phases est commentée et leur importance précisée.
1. La phase dite « Exploration » consiste pour le formateur à présenter l‟objectif d‟apprentissage au
stagiaire et à échanger avec lui sur cet objectif afin qu‟il en saisisse toute la portée. Dans cette même phase
le formateur doit faire une présentation sommaire de la stratégie qui sera poursuivie et enfin il devra
organiser des activités pédagogiques qui permettent aux apprenants un rappel des connaissances
antérieures nécessaires aux apprentissages à venir. Cette phase d‟introduction permet au stagiaire de
saisir l‟importance et la pertinence de ce qu‟il devra apprendre, de se motiver et de stimuler son intérêt, de
se sentir responsable de ses apprentissages, de faire des liens entre les compétences du programme de
formation et celle qu‟il est en train de développer et d‟activer les connaissances et les expériences qu‟il a
déjà en mémoire au regard de ce qui lui est proposé.
2. La phase « Apprentissage de base » permet l‟acquisition des connaissances, des habiletés motrices, des
attitudes et des perceptions qui vont permettre au stagiaire de réaliser adéquatement la tâche. Elle inclut le
traitement des notions et l‟assimilation des connaissances de base et l‟organisation de l‟enseignement dans
des séquences logiques. Au cours de cette phase, le stagiaire encode et organise l‟information, met
souvent dans ses propres mots l‟information reçue et fait des liens avec ce qu‟il sait déjà.
3. L‟« Intégration - Entraînement » constitue la troisième phase du processus. Cette phase vise l‟intégration
des apprentissages de base aux étapes de réalisation d‟une tâche partielle ou complète dans un
entraînement progressif, c‟est-à-dire de la tâche la plus simple à la plus complexe correspondant aux
performances déterminées. Au cours de cette phase, le formateur favorise la pratique supervisée et
l‟autoévaluation des résultats. Cette phase a l‟avantage de faire acquérir au stagiaire de l‟assurance par
l‟amélioration de la pratique des tâches. Elle permet au stagiaire d‟exécuter les tâches partielles ou
complètes sans erreurs et d‟intégrer les contenus liés à la compétence.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 16/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
4. La quatrième phase « Transfert des apprentissages » devrait préparer le stagiaire à mobiliser ses
savoirs, savoir faire et savoir être dans d‟autres situations que celles dans lesquelles il a développé ses
compétences. En effet, mobiliser ses compétences dans des situations complètement différentes l‟une de
l‟autre n‟est pas un phénomène spontané ou automatique. Dans un premier temps, le savoir nouvellement
acquis est associé au contexte qui est familier au stagiaire. Cette phase exige du formateur d‟avoir la
préoccupation de varier les contextes de réalisation d‟une tâche et de veiller à la démonstration d‟une
autonomie d‟exécution par le stagiaire placé dans le nouveau contexte.
5. La phase « Enrichissement » permet à l‟apprenant d‟aller plus loin que ne l‟indique le programme de
formation. Au cours de cette phase, le stagiaire peut approfondir la compétence développée, acquérir une
plus grande autonomie et développer le goût d‟aller plus loin. Au cours de cette phase, le formateur doit
prévoir des activités qui favorisent cet enrichissement et ajoutent de la valeur à ce que le stagiaire a déjà
acquis.
La planification globale d‟un module présente, sous forme de tableau, une vision synthèse des activités
devant être conduites par le formateur afin que ce dernier assure au stagiaire des activités permettant
l‟intégration de l‟ensemble du processus d‟acquisition de la compétence visée. Ainsi il est essentiel que les
phases d‟acquisition 2, 3 et 4 d‟une compétence soient respectées dans le choix des activités et des
stratégies utilisées tout au long du module. Cette façon de faire vise à intégrer le plus tôt possible dans le
module l’ensemble des précisions sur le comportement, tout d‟abord dans des activités simples mais qui
deviennent de plus en plus complexes au fur et à mesure du déroulement du module.

Voici des précisions sur les types d‟activités apparaissant dans le tableau de planification et les symboles
utilisés.

Types d’activités Symboles


Activité d’apprentissage de base en rapport avec les notions théoriques supportée par
A
des exercices d‟application.
Activité d’entraînement se rapporte à un, plusieurs ou à l‟ensemble des objets de
formation et doit être effectuée dans le cadre d‟une tâche représentative du métier et E
encadrée par le formateur.
Activité de transfert se rapporte, le plus souvent, à tous les objets de formation du
module de formation, doit être représentative du métier et réalisée de façon autonome T
par le stagiaire.
Evaluation est une activité autonome pendant laquelle le stagiaire est évalué à la fin de
V
chacun des modules.

Dans le tableau de planification du présent module, on y retrouve :

Activités d‟apprentissage de base qui totalisent 36 heures de notions théoriques et symbolisées par
4
▲. Ces activités doivent être accompagnées d‟exercices relatifs à chacune des nouvelles notions.
Activités d‟entraînement qui totalisent 9 heures constituées de tâches représentatives du métier et
4
symbolisées par . Ces activités sont décrites à la section 8 du présent guide.
Activité de transfert d‟une durée de 2 heures constituée de tâches représentatives du métier et
1
symbolisées par √. Ces activités sont décrites à la fin de la section 8 du présent guide.
Évaluation de fin de module d‟une durée de 3 heures est symbolisée par ■. Cette activité est décrite
1
dans le guide d‟évaluation du programme de formation.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 17/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE N° 17

Comportement attendu : Garantir la fiabilité des stocks Activités liées aux phases d’acquisition d’une compétence :
A = Apprentissage de base E = Entraînement T = Transfert V = Évaluation de fin de module

Types d’activités A E A E A E A E A E T V
Objets de formation
No de l’activité 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
1. Définir un inventaire ▲
2. Reconnaitre les différentes formes d‟inventaire ▲ 
A. Décrire les techniques d’inventaire  √ ■
3. Evaluer les besoins de l‟entreprise ▲
4. Evaluer la charge de travail ▲
B. Mettre en place une technique d’inventaire  √ ■
5. Reconnaître l‟inventaire en place ▲
6. Reconnaitre les moyens affectés aux inventaires ▲
7. Définir la capacité de l‟activité ▲
8. Définir la charge de l‟activité ▲
9. Identifier les priorités ▲
10. Associer les capacités à la charge d‟inventaire ▲
C. Planifier l’activité  √ ■
11. Repérer les objectifs de l‟activité ▲
12. Analyser les résultats ▲
D. Suivre l’activité  √
13. Déterminer les écarts et leur(s) origine(s) ▲
14. Choisir (prioriser) ses actions ▲
15. Elaborer un objectif ▲
16. Préparer le plan d‟amélioration ▲
E. Mettre en place un plan d’amélioration √

Durée de chaque activité dont l’ensemble doit totaliser 50 h 8h 2h 8h 2h 15 h 2h 4h 1h 1h 2h 2h 3h

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 18/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
8. DESCRIPTION DES ACTIVITES D’ENTRAINEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION
GLOBALE DU MODULE

Les activités d‟entraînement sont définies selon l‟analyse du module présentée dans le tableau précédent
« Planification globale ».

Pour les tâches d‟entraînement planifiées dans le cadre de ce module, une brève description précise les
objets de formation, le matériel requis, la tâche ainsi que les étapes de déroulement.

Pour l‟activité de transfert, la tâche est brièvement décrite au stagiaire car ce dernier doit être capable d‟en
définir les étapes et d‟organiser le travail à effectuer de façon autonome. Cette activité prépare le stagiaire
à l‟évaluation de la compétence visée.

ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 2

Durée de l’activité : 02 heures

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
A. Décrire les techniques d‟inventaire

Matériel requis :
- Salle informatique équipée

Description de l’activité :
La tâche consiste à réaliser la représentation schématique de différents inventaires.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 19/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 4

Durée de l’activité : 02 heures

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
B. Mettre en place une technique d‟inventaire

Matériel requis :
- Données articles
- Salle informatique équipée

Description de l’activité :
La tâche consiste à mettre en place un inventaire tournant (planification des tâches et réalisation de la
procédure).

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 6

Durée de l’activité : 02 heures

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
C. Planifier l‟activité

Matériel requis :
- Données articles
- Salle informatique équipée

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 20/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Description de l’activité :
La tâche consiste à mettre en place un planning d‟inventaire tournant

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 8

Durée de l’activité : 01 heure

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
D. Suivre l‟activité

Matériel requis :
- Données articles
- Salle informatique équipée

Description de l’activité :
La tâche consiste à mettre en place un diagramme d‟Ishikawa sur les causes possibles d‟écarts de stocks
où de mouvements de stocks non-correctement saisis.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 21/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
ACTIVITE D’ENTRAÎNEMENT N° 10

Durée de l’activité : 01 heure

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
E. Mettre en place un plan d‟amélioration

Matériel requis :
- Néant

Description de l’activité :
Cette activité d‟entraînement doit se faire en groupe, à partir d‟un objectif fixé par le formateur.
Une restitution orale est possible, un travail de groupe également.

Étapes de déroulement
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 22/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
ACTIVITE DE TRANSFERT N° 11

Durée de l’activité : 02 heures

Précisions sur le comportement attendu :


L‟activité vise à :
A. Décrire les techniques d‟inventaire
B. Mettre en place une technique d‟inventaire
C. Planifier l‟activité
D. Suivre l‟activité
E. Mettre en place un plan d‟amélioration

Description de l’activité :
Cette activité d‟entraînement consiste à faire résumer par les stagiaires les principes de fiabilités des
stocks.

Étapes de déroulement :
Ce travail se réalise en salle de cours selon les consignes prévues par le formateur.

9. SECTION DES NOTES TECHNIQUES ET DES MOYENS MEDIA

Pour les éléments de contenu, des notes techniques sont fournies et présentés dans cette section selon
l‟ordre établi dans le plan du module.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 23/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
MODULE 7 : GESTION DES STOCKS

SOMMAIRE

INTRODUCTION........................................................................................................................................ 25
1 Qu‟est-ce qu‟un stock ? ...................................................................................................................... 25
2. Etablir une fiche de stock ................................................................................................................... 26

A- DECRIRE LES TECHNIQUES D’INVENTAIRE .................................................................................... 28


A.1 Définir un inventaire......................................................................................................................... 28
A.2 Reconnaitre les différentes formes d‟inventaire ............................................................................... 29

B-METTRE EN PLACE UNE TECHNIQUE D’INVENTAIRE ..................................................................... 33


B.1 Evaluer les besoins de l‟entreprise .................................................................................................. 33
B.2 Evaluer la charge de travail ............................................................................................................. 36

C- PLANIFIER L’ACTIVITE ....................................................................................................................... 38


C.1 Reconnaitre l‟inventaire en place .................................................................................................... 38
C.2 Reconnaître les moyens affectés aux inventaires ........................................................................... 38
C.3 Définir la capacité de l‟activité ......................................................................................................... 39
C.4 Définir la charge de travail ............................................................................................................... 40
C.5 Identifier les priorités ....................................................................................................................... 40
C.6 Associer les capacités à la charge d‟inventaire ............................................................................... 43

D- SUIVRE L’ACTIVITE ............................................................................................................................ 44


D.1 Repérer les objectifs de l‟activité ..................................................................................................... 44
D.2 Analyser les résultats ...................................................................................................................... 44

E- METTRE EN PLACE UN PLAN D’AMELIORATION ............................................................................ 45


E.1 Déterminer les écarts et leurs origines ............................................................................................ 45
E.2 Choisir et prioriser ses actions ........................................................................................................ 46
E.3 Elaborer un objectif.......................................................................................................................... 46
E.5 Préparer le plan d‟amélioration ........................................................................................................ 54

EVALUATIONS ......................................................................................................................................... 57
Evaluation N° 1 ...................................................................................................................................... 58
Evaluation N° 2 ...................................................................................................................................... 60
Evaluation N° 3 ...................................................................................................................................... 63
Evaluation de fin de module................................................................................................................... 65

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 24/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
INTRODUCTION

Distinguer tenue et gestion des stocks

Avertissement : deux termes sont à distinguer :


- La gestion des stocks
- La gestion des approvisionnements (parfois appelée à tort « gestion des stocks » !)

La gestion des stocks consiste à effectuer les entrées, les sorties, les inventaires physiques des articles, à
enregistrer sur fiche ou informatiquement les mouvements correspondants et valoriser les stocks, pour
alimenter la comptabilité de l‟entreprise.
Il s‟agit de garantir une localisation précise et une quantité exacte du stock, à n‟importe quel moment et
endroit de la chaîne logistique.

La gestion des approvisionnements, c‟est décider de quand et combien commander, et, approvisionner
effectivement, en vue de gérer les délais clients.
Avant de gérer les approvisionnements, une entreprise doit savoir les gérer correctement, il faut au
préalable les tenir à jour et de façon parfaite.

L‟objectif de ce module est de gérer un stock, en utilisant les supports adéquats, de le valoriser, puis
d‟utiliser les données enregistrées dans l‟historique pour en tirer les principales caractéristiques.
Les techniques permettant de suivre les mouvements, de garantir des quantités exactes seront
présentées.

Quelques rappels :

1 Qu’est-ce qu’un stock ?

1.1. Définitions

Un stock est une quantité de produits immobiles dans l‟attente d‟être transformés ou vendus, c‟est à dire
consommés.

Il s‟agit de l‟ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le Cycle d‟exploitation de
l‟entreprise, pour être :
- soit vendus en l‟état, ou au terme d‟un processus de production à venir ou en cours ;
- soit consommés au premier usage.

1.2. Différentes natures de stocks

1.2.1. Immobilisations

On appelle en comptabilité les Immobilisations, les éléments corporels et incorporels destinés à servir de
façon durable à l‟activité de l‟Entreprise. Ils ne se consomment pas par le premier usage, et ne sont donc
pas des stocks. Exemples : bâtiments, machines-outils, montage d‟assemblage, petit outillage…

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 25/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
1.2.2. Stocks proprement dits

Les classes de stocks suivantes entrent directement dans la composition des produits vendus par
l‟entreprise.
- Les marchandises : produits achetés et revendus en l‟état, sans ajout de valeur dans l‟entreprise ;
- Les produits finis : les produits élaborés par l‟entreprise, tels qu‟ils sont vendus au client ;
- Les sous-ensembles : articles composés de pièces achetées ou fabriquées, obtenues par divers
procédés d‟assemblage, et entrant dans la composition du produit finis ;
- Les composants fabriqués : articles entrant dans la fabrication des sous-ensembles ou des produits
finis, obtenus par la transformation de matière première ou assemblage – sous-traité ou non – à
l‟intérieur de l‟entreprise ;
- Les composants achetés : articles entrants dans la fabrication des sous-ensembles ou des produits
finis, obtenus par approvisionnement extérieur au près du fournisseur.
- Les matières premières : produits ou substances non encore transformés par le travail humain, par la
machine (exemples : acier en barre, pièces de fonderie, coton, bovin sur pied, pétrole brut…)

Les classes de stocks suivantes n‟entrent pas directement dans la composition des produits vendus par
l‟entreprise :
- Matières consommables/Fournitures consommables : objets et substances plus ou moins élaborés,
consommés au premier usage ou rapidement, et qui concourent au traitement, à la fabrication ou à
l‟exploitation sans entrer dans la composition des produits traités ou fabriqués ;
- Emballages : produits intermédiaires, servant à conditionner, protéger ou présenter les produits
fabriqués.
- Produits résiduels : produits constitués par les déchets et rebuts de fabrication, et pouvant faire
l‟objet de récupération.

1.2.3. Productions en cours

Ce sont des biens : produits ou travaux en cours d‟obtention (ou de finition) ou des services : études ou
prestations de services en cours de réalisation.

2. Etablir une fiche de stock

2.1. Justification

Dans les entreprises, même performantes, on constate qu‟il n‟y a parfois pas de tenue de stocks
rigoureuse.

Une fiche de stock permet :


- d‟enregistrer les entrées en stock (article provenant du fournisseur, article fabriqué provenant de
l‟atelier, retour de magasin d‟un article sorti en surplus…),
- d‟enregistrer les sorties du stock (article destiné au client ou à l‟atelier pour fabrication, sortie
complémentaire d‟un article faisant l‟objet d‟une surconsommation…),
- d‟enregistrer les inventaires de stock (comptage des articles existants).

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 26/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Ces fiches de stocks sont aujourd‟hui accessibles dans le système de gestion de l‟entrepôt.

Il permet « d‟interroger » un article en visualisant les mouvements de stocks réalisés et prévus. Ces fiches
de stocks sont consultées très fréquemment, une fiche de stock permet de constater l‟état d‟un stock
donné pour un article : la quantité physiquement disponible sur les différentes adresses de stockage, les
régularisations d‟inventaires réalisées, .... (Voir guide de soutien REL N°11).

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 27/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
A- DECRIRE LES TECHNIQUES D’INVENTAIRE

A.1 Définir un inventaire

Un magasin est un lieu (pas forcément un bâtiment) servant au stockage de marchandises destinées à
être vendues ou à alimenter un atelier (ou un chantier). En effet, l'objectif d'une entreprise est de faire des
bénéfices, donc de produire à moindre coût.

Le stock doit rester une provision de produits en instance de consommation, et être minimisé, sachant que
les différents frais engagés pour le gérer sont particulièrement onéreux. Un stock, c‟est donc de l‟argent :
Immobilisation financière, moyens de stockage, moyens de manutention, bâtiment, personnels,
assurances, ... Si certains aspects du coût de stockage peuvent être valorisés, les autres sont difficilement
quantifiables et généralement le coût réel du stock est sous-estimé.

Voici quelques-uns des dysfonctionnements que le stock peut masquer :

- Les pannes dans le processus de production.


- Les problèmes de qualité, les articles déficients ou remplacés.
- Les durées anormalement longues des cycles de production.
- Les écarts de stocks.
- L'imprécision du système de prévision.
- Les irrégularités du délai des fournisseurs (internes ou externes).
- …

En améliorant tous ces points, il est possible de mettre en place une politique de Juste à Temps et ainsi
de réduire le coût global du stock.

Les entreprises ont l‟obligation d‟établir un inventaire au moins une fois par an. Cet inventaire s'effectue
généralement à la fin de l'exercice comptable, mais ce n'est pas une obligation.
L'entreprise est tenue de contrôler par inventaire, au moins une fois tous les douze mois, l'existence et la
valeur des éléments actifs et passifs de son patrimoine. En conséquence, l'obligation posée par la loi porte
sur la périodicité de l'inventaire physique et non sur sa date.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 28/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Il appartient alors à l'entreprise de recenser précisément les mouvements de ses stocks entre les dates
d'inventaire et de clôture afin de déterminer le niveau de ceux-ci à la date de clôture.

L'inventaire d'un stock consiste à compter physiquement les articles et à comparer le résultat de
ce comptage avec le stock administratif (et comptable).

En cas d'écart, une régularisation s'impose. A tout moment, le gestionnaire du stock doit être capable de
fournir l'état des stocks à partir d'un inventaire de départ et des mouvements enregistrés depuis lors.
En effet, il ne s‟agit pas seulement de compter des marchandises, de gestion basique des stocks
(réorganisation du stockage, redéfinition des stocks mini &/ou maxi, …), mais bien de fiscalité : si la loi
oblige les entreprises à décompter leur stock, c‟est parce qu‟elles sont imposées sur leur patrimoine
complet, dont le stock qui constitue une partie de sa richesse.

Criticité de l’inventaire :

L‟inventaire est indispensable pour assurer la fiabilité des stocks.

L‟inventaire tournant est aujourd‟hui largement plébiscité par les entreprises car :
- il est simple
- il permet d‟indexer la fréquence de comptage en fonction de critères choisis par
l‟entreprise (valeur, rotation, ...)
- il se réalise tout au long de l‟année et ainsi permet une sensibilisation permanente des
collaborateurs de l‟entreprise.

La fiabilité des stocks est indispensable dans une gestion en flux tendus, les stocks « faibles » ne
pardonnent pas les erreurs de stocks ... !

Mais avant l‟inventaire, l‟entreprise doit définir des modes opératoires qui assurent parfaitement
l‟enregistrement des mouvements de stocks.
L‟enregistrement des mouvements de stocks peut être fait de façon manuelle (saisie ou scan d‟un code
barre) ou de façon automatisée (lecture de tag RFID)

A.2 Reconnaitre les différentes formes d’inventaire

A.2.1 Les types d’inventaires :

 L’inventaire annuel

Les mouvements de stock sont interrompus pendant le comptage des articles. La préparation de
l'inventaire se fait par impression de listes d'articles présentées par emplacements sur lesquelles les
opérateurs marquent le nombre d'occurrences de chaque article compté.

 L’inventaire tournant

Cette méthode consiste à effectuer un inventaire intermittent par familles d'articles de telle façon que sur
un exercice, l'ensemble des articles ait été inventorié.
On prépare l'inventaire de telle façon que les familles soient inventoriées ; en général, dans les périodes
où le stock est le plus faible. L'inventaire comptable sera déterminé à partir de l'inventaire physique
modifié des mouvements enregistrés depuis la dernière date d'inventaire. Le remplacement de l'inventaire
annuel par la technique de l'inventaire tournant suppose une tenue de tous les mouvements de stocks.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 29/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
 L’inventaire permanent

Cette méthode consiste à tenir un stock informatique par enregistrement de toutes les entrées-sorties, ce
qui a pour conséquence de tenir à jour en permanence les quantités en stock de chaque article. D'un point
de vue légal, il complète mais ne remplace pas l'inventaire physique effectué selon l'une des deux
techniques vues ci-dessus.

Lorsque l'entreprise dispose d'un système d'inventaire permanent fiable, c'est-à-dire permettant
notamment, d'une part, de s'assurer de l'existence et de l'appartenance des stocks, d'autre part, de
détecter leur qualité et leur degré de rotation, la réalisation d'un inventaire physique complet à la date de
clôture de l'exercice n'est pas obligatoire.

Dans ce cas, l'entreprise peut alors effectuer :


- soit un inventaire physique complet ne coïncidant pas avec la date de clôture. Une période avec
une activité réduite et des quantités en stock faibles peut donc être retenue. L'écart entre la date
de prise d'inventaire et celle de la clôture de l'exercice ne doit pas alors être trop important. Il
semble qu'un délai de deux à trois mois entre ces deux dates constitue un écart maximal ;
- soit des inventaires physiques appliqués à une partie des stocks et dont les résultats sont
rapprochés des données issues de l'inventaire permanent (inventaires tournants couvrant la
totalité des articles).

Mise à jour du stock à partir de l'inventaire :

A la suite de l'inventaire, on saisit le stock physique constaté et on le compare au stock théorique à la date
de l'inventaire (donc corrigé des mouvements intervenus depuis). En cas d'écart, on passe alors
automatiquement des mouvements de rectification à la date de l'inventaire.

A.1.2 Le livre d'inventaire

Ce livre qui donne à la clôture de l'exercice, les existants en quantité et en valeur, est obligatoire pour la
comptabilité des stocks. Il peut être complété par des listes d'inventaires tournants sur lesquelles ont été
indiqués les résultats des comptages et par le journal, qui enregistre tous les mouvements de stock dans
leur ordre chronologique.

L'archivage des livres et des pièces justificatives est obligatoire pendant 10 ans à partir de la clôture de
l'exercice auquel ils se rapportent.

A.1.3 Forces et faiblesses des inventaires

 L’inventaire annuel

Il est simple à mettre en œuvre car l‟activité de l‟entreprise est arrêtée durant sa réalisation.
L‟ensemble du personnel est généralement affecté à ces opérations de comptage qui touchent l‟ensemble
des stocks, quelque soit leur nature.

Cet inventaire peut durer jusqu‟à plusieurs jours et ainsi gêner l‟exploitation (réceptions fournisseurs,
envois de commandes clients).

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 30/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Il tend à disparaître au profit de l‟inventaire tournant. Cependant de très nombreuses entreprises
combinent l‟inventaire tournant avec l‟inventaire annuel pendant plusieurs années avant d‟abandonner
complètement l‟inventaire annuel.

 L’inventaire tournant

Il est pratique et adapté aux besoins de l‟entreprise. Exemple :


Un article ayant une valeur élevé, une rotation élevée, une criticité particulière, ... aura une fréquence
d‟inventaire élevé (une fois par semaine par exemple), permettant à l‟entreprise de le suivre au plus près
et ainsi de détecter et de corriger les écarts de stocks qui le concernent.

L‟inventaire tournant évite la fermeture de l‟exploitation et se réalise à l‟aide d‟une ou plusieurs personnes
dédiées à cette activité qui se réalise donc très régulièrement.
Cette activité est programmée (calendrier d‟inventaire) et permet ainsi une bonne planification.

Cependant, toutes les entreprises ne sont pas capables de réaliser correctement les inventaires tournant :
- par manque de rigueur
- par manque de considération sur l‟importance de cette activité.
- par manque de technique le permettant facilement (scan, wms, ..)

L‟inventaire tournant est donc un inventaire à privilégier mais également à parfaitement organiser et
planifier.

 L’inventaire permanent

Il est peu répandu car il oblige une synchronisation des mouvements de stocks et des mouvements
comptables de l‟entreprise. Seules quelques entreprises y ont recours afin de gérer en temps réel la valeur
de leurs stocks.
De plus les systèmes de gestion permettant ce type d‟inventaire sont rares.
Cet inventaire demande des autorisations de mise en place. (voir avec règlementation fiscal en vigueur)

(L‟inventaire permanent ne sera pas traité dans ce guide en raison de ses particularités)

A.1.4 Chronologie des opérations d’inventaire :

 La préparation :

En fin d‟année comptable pour l‟inventaire annuel et pour l‟inventaire tournant.

Inventaire annuel :
3 semaines avant l‟inventaire : préparation des équipes de comptage, rangement du stock, prévenir
fournisseurs et clients
La veille de l‟inventaire : éditer les listes d‟inventaires

Inventaire tournant :
Quelques semaines avant le prochain exercice comptable : analyse du stock et création du planning
d‟inventaire.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 31/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
 La réalisation

Inventaire annuel :
Le jour de l‟inventaire : comptages du stock.
Le lendemain de l‟inventaire ; régularisation du stock
Les jours suivants : valorisation du stock en vue de l‟arrêté des comptes de l‟entreprise

Inventaire tournant :
Les inventaires se réalisent tous les jours et les régularisations se font dans le même temps. Cependant,
la valorisation des stocks se fait comme pour l‟inventaire annuel, avant l‟arrêté des comptes de
l‟entreprise.

A.1.5 Moyens d’exploitation utilisés :

Ressources humaines :
- Des employés formés et sensibilisés pour les opérations de comptage.
- Le gestionnaire de stock (s‟il existe) ou le responsable logistique, pour la préparation de
l‟inventaire, la vérification durant sa réalisation.
- Le service comptable de l‟entreprise pour les régularisations de stocks et la valorisation.

Ressources matérielles :
- Des engins de manutention pour déstocker des charges et des nacelles élévatrices de
personnes pour les comptages en hauteur.
- Des pastilles de couleurs autocollantes pour marquer la marchandise déjà comptée.
- Un système de gestion pour l‟édition des listes d‟articles avec leurs emplacements de stockage.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 32/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
B-METTRE EN PLACE UNE TECHNIQUE D’INVENTAIRE

B.1 Evaluer les besoins de l’entreprise

 Les tableaux de bord

Ils permettent de suivre la fiabilité des stocks, on distingue généralement 2 indicateurs :

Le taux de fiabilité : c‟est le % d‟articles ayant un stock juste parmi l‟ensemble des articles gérés par
l‟entreprise.
Les écarts de stock : exprimés en quantité et en valeur.

Les entreprises ne disposent pas toujours d‟indicateurs de la sorte, ou tout simplement d‟indicateurs
fiables, d‟autres sources d‟informations doivent alerter et indiquer des problématiques de justesse des
stocks :
- des ruptures de stocks lors des préparations de commandes
- des articles qui ne sont pas à leur emplacement de stockage prévu
- des réclamations clients.
- ...

 Le formateur peut demander aux stagiaires de compléter cette liste

 Les réclamations clients

Elles sont généralement exprimées pour des quantités ou des références erronées.
Ainsi le gestionnaire de stock devra procéder à une vérification des articles concernés par des inventaires
ciblés.
(Il faut également préciser que l‟activité « préparation de commandes » est également concernée par ce
type de réclamation).

Le résultat de ces inventaires ponctuels donnera une indication sur la véracité de la réclamation et
permettra un ajustement précis du stock.

Il faut noter qu‟en cas d‟une gestion de stocks peu rigoureuse, l‟entreprise ne pourra pas « faire face » aux
réclamations clients, ne pouvant pas attester de leur bonne ou mauvaise foi !

 Objectifs donnés par la Direction

La direction doit être la première à sensibiliser les collaborateurs à la fiabilité des stocks et à donner à
l‟entreprise les moyens et les objectifs.
L‟entreprise ayant un objectif de réduction des niveaux de stocks, devra se donner des objectifs de fiabilité
des stocks.

Les objectifs peuvent concerner :


- la mise en place d‟une technique d‟inventaire nouvelle
- l‟amélioration de la fiabilité du stock

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 33/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
 Le formateur peut demander aux stagiaires d‟évaluer et de décrire les étapes qui permettent de passer
d‟un inventaire annuel vers un inventaire tournant.

Procédure d’inventaire annuel


Avant l’inventaire :

- Prévenir les fournisseurs et les clients des dates, un mouvement d‟entrée ou de sortie des
produits ne peut avoir lieu.
- Ranger le magasin, ce qui signifie de mettre chaque chose à sa place, de nettoyer le magasin.
- Organiser le travail en constituant des équipes de comptage internes et en informant le
personnel de cette procédure.
- Prévoir le matériel nécessaire (Transpalette, roll, diable, stylo, calculettes…)

Pendant l’inventaire :

- Les équipes : il convient d‟abord de constituer des équipes de comptage dont le nombre est
fonction de l‟importance du travail à réaliser.

Le gel du stock et l’édition des listes :

Dès la fin de l‟activité du magasin, le stock est informatiquement gelé afin qu‟aucun mouvement ne soit
effectué. Puis on procède à l‟édition des listes d‟inventaire comportant la liste des produits classés par
ordre de rangement suivant la procédure de comptage.

Les comptages :

Tous les produits sont comptés par une équipe. Le magasin est divisé en zones géographiques et chaque
équipe se voit confier un ensemble de zones où elle va opérer.

Après chaque comptage, pour visualiser la fin de l‟opération de comptage, on posera un autocollant de
couleur (ou un autre signe) sur les marchandises inventoriés.

Le responsable d‟inventaire tient une comptabilité des listes d‟inventaire en notant l‟heure de remise des
documents et l‟heure de retour après comptage.

Une personne est chargée du rapprochement des comptages. S‟il y a un écart entre le comptage et le
listing d‟inventaire, pour le même article, dans le même emplacement, un nouveau comptage est effectué
par une autre équipe.

Au fur et à mesure des comptages et du contrôle on peut procéder, s‟il n‟y a pas d‟erreur, à la saisie des
quantités inventoriées, et à la fin de cette saisie, à l‟édition de l‟état des écarts d‟inventaire.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 34/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Procédure d’inventaire tournant

Création des familles d’articles :

La valeur des sorties est aujourd‟hui le critère majoritairement employée par les entreprises.

Analyse ABC sur la valeur des


sorties.
(Quantité * valeur unitaire)

Croisement des résultats

Création des classes d‟articles

Choix des fréquences d‟inventaires par classe

Généralement, on essaie d‟attribuer les fréquences suivantes :

Classe A : 4 comptages par an, Classe B : 2 comptages par an, Classe C : 1 comptage par an

Création du calendrier d’inventaire :

Choix d‟une
Nombre fréquence
d‟articles d‟inventaires par
par classe classe

Nombre d‟inventaires à réaliser

10 mois * 21 jours = Calendrier


210 jours
Calendrier
d’inventaire
Nombre d‟inventaires à réaliser par
jour.

Attention, seul le gestionnaire de stock connait les dates d‟inventaire.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 35/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
B.2 Evaluer la charge de travail

La charge de travail que représente l‟inventaire n‟est pas à négliger. Elle représentera toujours moins que
le temps perdu à cause d‟un stock peu juste.

 Le formateur peut demander aux stagiaires de lister les conséquences et d‟évaluer le temps (et
l‟argent !) perdu.

Le fichier article

Les entreprises peuvent parfois gérer un nombre très important de codes articles (plus de 20 000 parfois).
Ce premier facteur influence fortement et naturellement la charge de travail que représente l‟inventaire.

Le second facteur est la dispersion du stock, c'est-à-dire la multiplicité des emplacements de stockage
pour un même code article.

Ce facteur entraîne un allongement du temps nécessaire à la réalisation du comptage d‟un article, par des
déplacements longs (en plus d‟un risque d‟erreur de comptage accru).

Le plan d’implantation des stocks est une voie d’optimisation de l’activité d’inventaire.

Les historiques d’activité et la productivité productivité :

L‟entreprise utilisera son expérience afin de déterminer les productivités attendues lors des opérations de
comptage.

Il est également possible de réaliser une étude à l‟aide des temps standards SMB afin d‟approcher
correctement le temps nécessaire à la réalisation d‟un comptage et donc d‟une productivité moyenne.

 Le formateur peut demander aux stagiaires d‟évaluer l‟écart de temps obtenu en fonction d‟une
distance qu‟un opérateur devra parcourir pour un comptage.

Concernant l’inventaire tournant :

Le gestionnaire de stock a la possibilité de planifier en inventaire tournant les classes A et B sur les 10
premiers mois de l‟exercice afin de soulager la charge de l‟inventaire.

La classe C étant généralement composé d‟articles nombreux et peu « stratégiques » pour l‟entreprise.
Les articles de la classe C seront alors comptés par « paquets » en 2 mois et avant l‟arrêté comptable.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 36/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Exemple avec un peu moins de 600 articles, de l‟effet de la classe C :

GROUPE Nombre de ref Fréquence d'inventaire total à inventorier


A 135 4 540
B 170 2 340
C 273 1 273
TOTAL 578 TOTAL 1153
INV /SEMAINE 27
INV/JOUR 5
GROUPE Nombre de ref Fréquence d'inventaire total à inventorier
A 135 4 540
B 170 2 340
C 273 0 0
TOTAL 578 TOTAL 880
INV /SEMAINE 21
INV/JOUR 4

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 37/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
C- PLANIFIER L’ACTIVITE

C.1 Reconnaitre l’inventaire en place

L’inventaire annuel a la difficulté de devoir se réaliser intégralement sur une courte période.
Ainsi sa planification devra être rigoureuse pour respecter cette contrainte.
Les entreprises sont habituellement exercées à ce type d‟inventaire.

L’inventaire tournant à la particularité de constituer une charge pouvant être lissée par le gestionnaire de
stocks. Attention car le retard peut être rapidement pris.
Egalement les contraintes d‟exploitation « l‟emportent » souvent sur la réalisation de ces inventaires sous
couvert de ce prétexte de lissage. Le gestionnaire de stocks devra alors être particulièrement vigilant afin
de faire respecter le planning global de l‟inventaire tournant.

Le comptage s‟effectue de la façon suivante quelque soit la forme de l‟inventaire :

Comptage 1

Comparaison
avec le stock
informatique

non
Ok? Comptage 2

oui

Enregistrement oui Ecart


inventaire réalisé confirmé?

non

Vérification par
le responsable
ou gestionnaire
de stock

C.2 Reconnaître les moyens affectés aux inventaires

Les moyens humains :

Les personnes employées aux comptages :


- Elles doivent naturellement parfaitement savoir compter et lire.
- Elles peuvent être amenées à conduire des engins nécessitant une formation adéquate.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 38/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Les qualités requises sont : la rigueur et la précision.

Les personnes employées à gérer les inventaires :


Idéalement, l‟entreprise devrait se doter d‟un gestionnaire de stock qui a entre autre comme mission la
gestion des inventaires (mais également le bon enregistrement de l‟ensemble des mouvements, de la
mise à jours de bases de données et du plan d‟implantation des stocks de l‟entrepôt.
Le responsable logistique sera sinon le responsable des inventaires.

Le nombre de personnes à affecter aux opérations d’inventaire dépend :


- Du nombre d‟articles
- Du nombre d‟emplacement de stockage pour un même article
- De la qualité de la tenue de stocks (respect des adresses prévues)
- De la productivité moyenne estimée pour le comptage d‟un article (qui dépend fortement des
données précédentes)
- ….

 Le formateur demande aux stagiaires de lister d‟autres éléments pouvant influencer la productivité.

Les moyens matériels :

Matériel de manutention et d’élévation de personnes :


- Pour transférer et ainsi pouvoir accéder aux produits à compter.
- Pour permettre des contrôles d‟articles en hauteur dans des conditions conformes de sécurité.

Il convient de prévoir le nombre exact de ces matériels car le comptage peut nécessiter au même moment
des moyens importants que l‟entreprise ne dispose pas particulièrement pour des inventaires annuels, où
l‟inventaire de l‟ensemble des articles est réalisé en une seule fois et sur une courte période.

 Le formateur demande aux stagiaires de décrire le plan d‟une analyse smb qui permettrait de
déterminer une productivité moyenne.

C.3 Définir la capacité de l’activité

Résultats de tableau de bord :

- Activité
 Le formateur demande aux stagiaires de lister les indicateurs d‟activité d‟inventaire.

Les indicateurs d’activité d’inventaire sont :


- Nombre d‟inventaires (par code article) réalisé sur une période de temps donnée (jour,
semaine, mois)
- Nombre d‟heures de travail (hommes et machines de façon distinctes) consacrées à l‟activité
- Nombre d‟erreurs, de régularisation,
- ….

- Productivité
 Le formateur demande aux stagiaires de lister les indicateurs de productivité d‟inventaire.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 39/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Les indicateurs de productivité sont :
- Nombre d‟inventaire par jour et par opérateur
- ….

- Disponibilité des moyens d’exploitation


 Le formateur demande aux stagiaires de déterminer les composantes qui permettent d‟évaluer
correctement le taux de disponibilité des moyens d‟exploitation.

Les composantes sont :


- Organisation générale de l‟activité d‟inventaire : activité confiée à un groupe de personnes
identifiées agissant de façon transversale, ou répartie sur l‟ensemble des services, présence
d‟un gestionnaire de stocks, …→ détermine la rapidité, la cohérence des inventaires, la
centralisation, responsabilisation. Ici la disponibilité est réduite car l‟exploitation sera souvent
jugée prioritaire au regard des opérations de comptage.
- Le niveau de maturité de l‟entreprise vis-à-vis de l‟inventaire : une entreprise « mûrit » dans
son évolution et sa maturité logistique. La mise en place de moyens dédiés (humains et
matériels) est un bon indicateur de ce niveau de maturité.

D’autres éléments généraux sont également à prendre en compte :

- La formation des inventoristes : qui détermine la productivité. La présence de document tels


que des procédures, des plans d‟implantation des stocks, est recommandée.
- L‟architecture globale du site de stockage.

C.4 Définir la charge de travail


C.5 Identifier les priorités

Prévisions d‟activité

- Volumes

Le volume de l‟activité dépend directement du type d‟inventaire en place (annuel ou tournant).


Dans le cadre d‟un inventaire tournant, la fréquence de comptage influence le nombre de comptage total
(se référer aux parties précédentes du présent module, « mise en place d‟un inventaire tournant »).

Exemple 1 :

TYPE d'INVENTAIRES
nombres Inventaire inventaire tournant
d'articles annuel 20% 30% 50%
nombre de
5000 4 2 1 comptage par
1 article et par an
nombre de 4000 3000 2500
comptage total 5000 9500

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 40/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Exemple 2 : dans cet exemple, la classe C fait l‟objet d‟un comptage global, avant la fin de l‟exercice
comptable.

TYPE d'INVENTAIRES
nombres Inventaire inventaire tournant
d'articles annuel 20% 30% 50%
nombre de
10000 5 2 0 comptage par
1 article et par an
nombre de 10000 6000 0
comptage total 10000 16000

- Priorités

Les priorités peuvent être de natures différentes, prises isolément ou de façon combinée. Elles dépendent
fortement du contexte de travail :

- « crise » : les articles qui sont l‟objet régulier de litiges clients ou fournisseurs.
- « économique » : les articles dont la valeur est élevée
- « gestion » : les articles critiques qui par exemple entraîne l‟arrêt d‟une ligne de fabrication ou
d‟assemblage s‟ils tombent en rupture de stocks. Les articles les plus régulièrement prélevés, …
- « marketing » : les articles qui véhicules l‟image de marque de l‟entreprise et ainsi ne peuvent
supporter les écarts de stocks car associés directement à leur image (cas des marques de soda
connues dans les magasins grande distribution)
- ….

Contraintes

Les contraintes peuvent s‟exprimer de façons contractuelles, au-delà des contraintes matérielles et
humaines que nous avons déjà recensées et développées plus haut.

Le taux de freinte :

La « freinte » est le taux d‟erreur contractuellement toléré sans engagement de la responsabilité du


Prestataire par le Client sur l‟ensemble de la Prestation confiée.

Il s‟agit d‟une clause contractuelle apparaissant sur les contrats de prestation logistique

Exemple :

Article 9 : Inventaire
« Le Prestataire ne sera responsable des pertes, casse, manquants, avaries sur les Produits après
compensation des écarts d‟inventaire + et -, qu‟après déduction du taux de freinte défini dans les
conditions ci-après.

1- Taux applicable

Un taux de freinte de 3 ‰ (trois pour mille) sera appliqué annuellement à la date anniversaire de la
signature du Contrat sur l‟ensemble des flux.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 41/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
2- Conditions d’application

Le taux de freinte s‟applique sur l‟ensemble des étapes objet de la Prestation.

Le taux de freinte sera appliqué séparément pour les produits à distribuer d‟une part, et pour les articles
de conditionnement (articles en bois et/ou en carton) destinés au copacking ou à la confection de boxes
d‟autre part. (Ici le prestataire gère pour le même client 2 types d’articles distincts qui doivent faire l’objet
d’une gestion séparée)

Il ne pourra être fait de compensation entre les produits de la gamme du Client et les articles de
conditionnement.

Les écarts constatés seront passés au débit ou au crédit du compte “ écart de stock ”. Le compte sera
régularisé au moment de l‟inventaire physique contradictoire de fin d‟année.

Les écarts négatifs après appréciation du taux de freinte seront valorisés à la valeur d‟acquisition des
Produits rendus Entrepôt du Prestataire, et facturés au Prestataire à hauteur de 100% de cette valeur
d‟acquisition. »

Suite de l‟exemple :

Avec la gestion des palettes qui sont louées et vis-à-vis desquelles le prestataire doit tenir une gestion très
rigoureuse : des inventaires !

Article 10 : Gestion des supports


« En cas de mise à disposition par le Client de palettes louées (Type CHEP), la gestion des flux palettes
est assurée directement par le Prestataire. Celui-ci transmet au loueur de manière hebdomadaire le
nombre de palettes utilisé par commande.
Compte tenu de ce que le Prestataire est responsable de l‟organisation de la Livraison, et qu‟il agit, à ce
titre en qualité de commissionnaire de Transport, il est, en conséquence, responsable du suivi
administratif et opérationnel de la gestion des Supports.
Le Prestataire est donc responsable du nombre de Supports entrés dans l‟Entrepôt, en stock, sortis de
l‟Entrepôt, de leur déclaration en sortie d‟Entrepôt, des mentions adéquates à apporter sur les documents
de transports.
Le Prestataire rendra nombre pour nombre les supports échanges reçus de fournisseurs au moment de la
Livraison en entrepôt.
A défaut, les Supports manquants seront facturés au Prestataire sur présentation d‟un justificatif, sauf en
cas de faute du Client ou d‟un destinataire.

Toute Livraison terminale non effectuée sur support locatif se fera par défaut sur support perdu, ces
mêmes supports fournis par XXXX seront facturés chaque mois à YYYY sur présentation de justificatif »

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 42/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
C.6 Associer les capacités à la charge d’inventaire

Cette association donne lieu à différents documents de travail comme Le planning général de préparation
d’un inventaire annuel :

PLANIFICATION INVENTAIRE XXXXXX MARS 2010


Rédacteurs / Tuteurs : ZZZZZZZZ Site : --------------------

J-5 J-4 J-3 J-2


Sem. Sem. Sem. Sem.
Theme Description des Tâches Réalisé Jeudi Vendredi Lundi Mardi
7 8 9 10
8/03 9/03 12/03 13/03

Ex ploitation Ex pédier l'ensemble des reste à quai


Ex ploitation Casse : ex pédition des palettes soldeur pour le BBG C O M P T A G E

Ex ploitation Casse : Destruction des palettes de casse meuble X

Ex ploitation Casse : BBG E N L E V E MENT

Gestion des Recenser le personnel en possession des permis nacelles, commander


X
équipes 12 personnes av ec permis
Informatique Traiter la zone anomalie dans LOGALI X
Commander 12 nacelles chargées, av ec rallonges et multiprises, v oire
Matériel év entuellement batteries de rechanges. X
Demander à av oir sur le site un représentant du fournisseur
Planification Informer les fournisseurs de la date d'arrêt des réceptions X
Prév oir un rétroplanning pour anticiper les ex péditions
Planification X
Prev oir un balay age plus large pour les ex tractions
Préparation des
Traiter phy siquement toute la zone anomalie X
zones
Préparation des
Identification de la zone Masse x
zones
Gestion des
Définir les équipes de comptage X
équipes
Gestion des
Définir une équipe ex pédition X
équipes
Informatique En cas de panne informatique ex iste t il une hot line? t
Vérifier le fonctionnement des prises électriques dans toutes les cellules
Matériel X
pour la mise en charge des nacelles

Vérifier Matériel : sty los, calculatrices, pastilles (deux couleurs), feuilles


Matériel X
de couleur, massicot, toner pour les impressions

Procédures Formaliser les consignes pour le comptage, fiches de poste X


Procédures Formaliser les consignes pour la saisie des écarts, contrôle des saisies X

Le planning d’inventaire tournant sur 35 semaines :

M1 M2 M3 M4 M5 M6 M7 M8 M9
Semaine S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 S21 S22 S23 S24 S25 S26 S27 S28 S29 S30 S31 S32 S33 S34 S35 S36
nombre de
personnes
disponibles 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2 Congés 1 2 2 2 2 1 formation 1 1 1
pour le
comptage
comptages à
réaliser
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 20 20 20 0 0 0 10 20 20 20 20 10 0 0 0 0 10 10 10 360

Ce planning doit intégrer les absences et les anticiper afin de conserver une moyenne hebdomadaire de
comptages régulière.
A noter que dans l‟exemple précédent, 10 inventaires par semaine est une valeur faible bien que pouvant
déjà être difficilement atteinte par les entreprises.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 43/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
D- SUIVRE L’ACTIVITE

D.1 Repérer les objectifs de l’activité


D.2 Analyser les résultats

Comme déjà abordé dans le paragraphe précédent, le cahier des charges peut exprimer de façon
contractuelle les objectifs de fiabilité des stocks.

D‟une façon générale, et au risque de se répéter, la fiabilité des stocks est la garantie d‟une exploitation
efficiente et d‟un service client de bonne qualité.

Tout écart, quelque soit sa valeur ou la quantité concernée constitue un dysfonctionnement. La


compensation des écarts rassure le gestionnaire mais ne satisfait pas le propriétaire des stocks.

Un écart aura constitué pour lui une perte / un décalage de chiffre d‟affaire (annulation d‟une ligne, envoi
en retard d‟un article avec parfois la nécessité de repayer un transport…)

Un écart aura créé une mauvaise image de lui auprès de ses Clients (Comment réagissons-nous lorsqu'un
commerçant nous annonce que le produit que nous attendons est en rupture alors qu‟il nous l‟avait
promis, sommes-nous sûrs de retourner chez lui ?)

Comment fera le propriétaire des stocks pour baisser leurs niveaux si nous sommes incapables de les
gérer tout au long de leur déplacement ?

- D‟obtenir une bonne productivité des équipes : pas de temps d‟attente de livraison d‟un article
manquant, pas de temps de représentation d‟un opérateur devant un emplacement.
- De tenir nos objectifs liés au contrat : taux de freinte, taux de service, productivité….
- De gagner des Clients : la capacité d‟une gestion rigoureuse est un élément déterminant dans le
choix d‟un prestataire dans le cadre d‟un appel d‟offre.
- D‟éviter la « fatigue des collaborateurs » car les écarts sont des points récurrents dans la gestion
de stocks et brisent les élans.

On peut distinguer 2 types d‟écarts :

- Type 1 : De nombreux articles concernés avec des quantités très faibles par article = un
manque d’attention, de curiosité, de rigueur.

- Type 2 : Peu d’articles concernés avec des quantités significatives par article = des
erreurs lors d’une saisie de mouvements de stock.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 44/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
E- METTRE EN PLACE UN PLAN D’AMELIORATION

E.1 Déterminer les écarts et leurs origines

Types 1 : Les remèdes

- Tout d‟abord la sensibilisation des opérateurs sur ce que représente le stock


- Poursuivre cette sensibilisation par un affichage régulier des résultats d‟inventaire, ne pas oublier
qu‟en matière de sensibilisation, le temps est un allié.
- Cibler les inventaires afin d‟obtenir des résultats visibles : opérateur, article, zone….

Un moyen efficace :

- Le gestionnaire de stock retient quelques codes articles qu‟il va suivre particulièrement. Chaque
jour un contrôle de l‟article sera effectué de façon à anticiper l‟écart et/ou constater l‟écart de
façon rapide (voir instantanée).
- La rapidité avec laquelle nous percevons un écart conditionne notre capacité à pouvoir
l‟expliquer et donc y remédier.
- Cibler rapidement l‟origine de l‟écart permet également une communication efficace et pertinente
vers les opérateurs à fin de sensibilisation.

Types 2 : Les remèdes

- Il faut mener une enquête et reconstituer les mouvements des articles concernés.

Bien que représentant des quantités et/ou des valeurs élevées, ces écarts sont facilement explicables (car
très visibles) et sont généralement plus simples à traiter que les précédents.

Exemples de motifs : inversion d‟étiquette, double saisie, erreur conditionnement fournisseur, erreur sur
fiche article….

D’autres origines des écarts :

1. Accès au magasin non contrôlé.


2. Mouvements physiques non accompagnés de mouvements informatiques.
3. Emplacements insuffisants pour matériel à stocker. En effet la gestion physique des stocks
participe à sa bonne gestion comptable.
4. Autorisation d'ajuster le stock théorique trop fréquente et procédures de contrôle à analyser.
5. Démarque inconnue
6. Ajustement de stock trop rapide, les écarts n‟existent parfois que quelques instants.
7. …..

Variation de la charge et Engagements des moyens d’exploitation

La charge de travail peut influencer la disponibilité des moyens d’exploitation, la faisabilité des certains
comptages (le stock n’est jamais figé par le SI empêchant son bon comptage)

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 45/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Plan implantation

Un plan d’implantation incohérent engendre des recherches inutiles, des comptages éloignés.

Procédures et directives

L’absence de procédure, d’une politique clairement affichée et organisée en matière de justesse des
stocks engendre un manque d’attention et de sensibilisation du personnel. Les écarts de stocks, les
difficultés de réaliser les comptages en seront d’autant plus augmentés.

Matériel et organisation

Le matériel récent permettant l‟enregistrement en temps réel des mouvements de stocks (WMS, SCAN)
réduit considérablement les risques d‟écarts et permettent de cerner plus finement leurs origines.

E.2 Choisir et prioriser ses actions


E.3 Elaborer un objectif

Les grilles d‟audit en matière de gestion des stocks permettent d‟identifier clairement les priorités
actuelles :
Exemple avec la grille EVALOG, chapitre 5 :

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 46/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
5.1 Identification produit
L'entreprise utilise une méthode permettant de s'assurer que toutes les pièces sont
5.1.1
étiquetées et facilement identifiables.
Une mauvaise identification peut conduire à une mauvaise utilisation, une perte de temps et une
Pourquoi ?
perturbation de la production.
Critères :
L'entreprise utilise un processus pour identifier correctement tous les produits,incluant les
1) F3
produits internes. Elle utilise le marquage des pièces si nécessaire.

2) F3 L'entreprise s'assure que les étiquettes sont disponibles à temps et sont correctement utilisées .

3) F3 L'entreprise identifie clairement et précisément les endroits de stockage.

L'entreprise utilise un processus pour identifier clairement et de façon appropriée tous les
4) F3
produits inutilisables ( rebuts, retouches, retours, pièces d'essais…).

5) F1 Des codes barres sont utilisés pour identifier et tracer les produits, si approprié.

Commentaire additionnel typique de l'état effectif de l'entreprise - "Où en êtes-vous sur


ce point?"

5.2 Gestion des stocks


L'entreprise utilise un système intégré permettant de gérer les stocks en temps réel et
5.2.1
de les valoriser.
Pourquoi ? Pour assurer la cohérence entre la gestion des stocks et les écritures comptables.

Critères :
L'entreprise utilise un système intégré permettant de gérer les stocks en temps réel et de les
1) F1
valoriser.

Commentaire additionnel typique de l'état effectif de l'entreprise - "Où en êtes-vous sur


ce point?"

Les systèmes en place permettent un accès facile aux niveaux de stock (produits finis,
5.2.2
en-cours, matières…).
Pour que le processus de planification soit efficace, l'accès aux différents niveaux de stock doit
Pourquoi ?
être rapide.
Critères :
L'entreprise utilise un système facilitant la gestion de tous les stocks, y compris les stocks
1) F2
externes.

2) F1 Le management visuel des stocks est en place.

Les conditions de stockage sont adaptées au produit. Elles sont maîtrisées, permettant de
3) F1
garantir une protection suffisante des pièces.

L'entreprise a une procédure pour sauvegarder facilement les matériaux endommagés et les
4) F1
matériaux de grande valeur.

Les produits obsolètes sont stockés dans des endroits spécifiques. Leur utilisation, réparation ou
5) F1
mise en réclamation est définie à intervalles réguliers. Leur enlèvement/utilisation est analysé.

Commentaire additionnel typique de l'état effectif de l'entreprise - "Où en êtes-vous sur


ce point?"

5.2.3 L'entreprise optimise les flux de produits.

L'objectif principal d'un process en flux est de satisfaire efficacement.les besoins de l'entreprise.
Pourquoi ?
Chaque mouvement de pièces d'un endroit à un autre est une opportunité d'amélioration de flux.

Critères :

1) F2 Les flux sont définis pour assurer le FIFO là où il y a lieu.

2) F1 Les flux sont optimisés pour les produits et process de fabrication, courants ou nouveaux.

3) F1 Les flux sont conçus pour faciliter un suivi précis des pièces.

4) F1 Les flux sont conçus pour diminuer les manutentions et les coûts de transport.

Commentaire additionnel typique de l'état effectif de l'entreprise - "Où en êtes-vous sur


ce point?"

L'entreprise garantit que tous les enregistrements liés au produit sont exacts et à jour.
5.2.4
Les écarts sont analysés et corrigés.
Pour assurer la disponibilité des produits et pour minimiser les erreurs de stock, il est nécessaire
d'utiliser un système de maîtrise des stocks. Des procédures efficaces réduisent le risque
Pourquoi ?
d'obsolescence, d'erreur de stock, les frais de gestion associés et les problèmes qualité. La
bonne tenue des stocks est un pré requis à la sûreté des approvisionnements.
Critères :
L'entreprise a un processus qui assure un état précis des stocks (pièces finies, en-cours,
1) F2
rebuts…). Cet état est fréquemment remis à jour.

L'entreprise garantit que l'enregistrement des Bons Matières est fait et exact. Chaque écart est
2) F2
analysé et corrigé en temps réel.

Les enregistrements sont faits, comparés au planning. L'information est transmise aux personnes
3) F1
concernées pour piloter les flux importants de matières dans l'entreprise.

L'entreprise a un processus qui garantit la bonne réalisation des inventaires physiques et


4) F1 l'intégration des résultats dans le système. Ces inventaires sont réalisés à une fréquence
adaptée à chaque pièce en fonction des volumes, des pertes...

L'entreprise a mis en place et évalue des outils de réduction d'erreurs (contrôle visuel, code
5) F1 barres, élimination des entrées manuelles…) pour le stockage, les mouvements de pièces et
l'exactitude des enregistrements.

L'entreprise archive les données pendant un durée appropriée. Ces données doivent être
6) F1
récupérables et rester lisibles.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 47/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Exemple avec un extrait de la grille proposée par MICHEL ROUX

Comment gère-t-on les inventaires ?

Quels sont les écarts d'inventaire ?

Gère-t-on la traçabilité ?

Ces différentes questions posent parfaitement les attendus d’une bonne organisation garantissant
la fiabilité des stocks.

La sensibilisation des collaborateurs

Cette sensibilisation est essentielle en matière de fiabilité des stocks, aussi il convient de mettre en place :
- Des tableaux de bord relatifs à la justesse des stocks, accessibles et lisibles, permettant une
sensibilisation rapide.
- Des rappels lors des réunions de service.
- ….

 Le formateur demande aux stagiaires de présenter un mode graphique attractif autour des indicateurs
d‟inventaire.

 Le formateur rappelle aux stagiaires l‟utilisation du diagramme d‟Ishikawa afin de cerner les origines
possibles, et d‟établir des priorités d‟actions.

La traçabilité, les systèmes de lecture automatisés

Une gestion en TEMPS REEL des mouvements de stocks permet :


- De limiter les écarts d‟inventaire par l‟exactitude des quantités que nous devons trouver lors
du comptage.
- De réduire les stocks (et en cas de stock faux, la solution est la constitution de stock de
sécurité = augmentation des stocks !)
- D’obtenir la productivité attendue (temps de recherche, présentation des préparateurs à
l‟adresse picking, temps caristes,…)
- D’atteindre et de respecter les taux de service et de freinte d‟un contrat
- De démontrer un bon niveau de professionnalisme.

Elle consiste en l’enregistrement et l’archivage de l’ensemble des mouvements de stocks dans un


entrepôt.

Elle s’appuie sur :

Du matériel : un système de gestion WMS, interfacé avec un système de lecture, lui-même en lien avec le
matériel utilisé.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 48/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
WMS Interface

Matériel
Opérations de
terrains lecture

Code barre

Etiquette radiofréquence et scan code-barres

Des procédures d‟utilisation et d‟organisation

Chaque unité logistique est identifiée à l‟aide d‟un code :


 Unité logistique : tout conditionnement regroupant des unités-consommateurs (articles destinés à
la vente au consommateur final dans un magasin de détail)

Exemple : Palette de 40 cartons de 20 UC regroupées par 5

Une unité logistique peut être identifiée de façons différentes, ce type de représentation code-barres
dépend du type d‟unité logistique :

Une unité de vente

Une palette

0 3 4 5 3 1 2 0 2
3 6 4 5 8
(0 1) 0 3 4 5 3 1 2 0 2 3 6
458
Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 49/67
Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Après avoir défini leurs unités logistiques, les entreprises peuvent apporter des informations
complémentaires et utiles :

1. la traçabilité (sscc, n° de lot, date etc. …)


2. la logistique (dimension, poids, etc. …)
3. le transport (n° d‟expédition, code de routage, etc. …)

Le SSCC :

 Le numéro unique de colis : le numéro unique de colis (SSCC) permet d‟identifier de manière
unique toute unité d‟expédition. Le détail du contenu est reporté sur l‟avis d‟expédition.
 Ce numéro fait partie de la norme ISO sur l‟identification unique des objets transportés
 Il est structuré de la manière suivante :

X Pref. Pays CNUF N° séquentiel C


18 chiffres

331234512345678917

La traçabilité, présentation générale à partir d‟un exemple « pizza » :

Source GS1, 2005

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 50/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Il est question de traçabilité ascendante : pouvoir suivre les mouvements d‟un produit à partir de son
envoi.
Il est question de traçabilité descendante : reconstituer les mouvements de stocks afin de déterminer
l‟origine d‟un produit.

Traçabilité de la matière première au stockage des produits finis :

Traçabilité du stockage aux expéditions clients :

 Le formateur demande aux stagiaires de lire le document suivant et d‟en effectuer un résumé oral.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 51/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Les étiquettes radiofréquence :

(Source Ministère de l’économie et des finances)

« Les étiquettes radiofréquences sont une technologie novatrice permettant d‟envisager des gains
appréciables dans le cadre d‟un projet de traçabilité d‟objets.
A titre indicatif, les perspectives offertes par la RFID par rapport au code-barres sont notamment :

• Permettre de changer les données sur l‟étiquette ;


• Permettre d‟opérer sans manipulation humaine ;
• Permettre d'opérer sans visibilité directe entre l'étiquette et le lecteur ;
• Autoriser une communication entre objets ;
• Permettre d‟identifier des objets de façon individualisée.

Revers de la médaille, l‟étiquette RFID, si elle permet d‟espérer des retours sur investissement importants,
est une technologie particulière à mettre en œuvre et la réussite d‟un projet RFID est conditionnée à
quelques étapes incontournables.

Caractéristiques d’un projet RFID

La traçabilité est généralement l‟une des principales motivations d‟un projet de déploiement d‟étiquettes
RFID. Cependant, il serait réducteur de considérer qu‟un projet RFID est seulement un projet de
traçabilité. Un tel projet présente des caractéristiques propres qui vont modifier en profondeur les
processus d'acquisition et de traitement des données utilisées et échangées par l'entreprise.

L‟entreprise est impliquée dans un ensemble de flux :


- physique pour les objets manutentionnés ;
- d'information pour les données attachées à ces objets ;
- de pilotage pour les prises de décisions impactant les deux autres flux.

Comme tout projet ayant un impact sur le système d'information de l'entreprise, il comporte toujours un
volet organisationnel et un volet matériel. Un projet RFID est cependant particulier car le besoin
d‟intégration des solutions à mettre en œuvre va s'exprimer dans les quatre dimensions.

Intégration physique :

Locaux, équipements, localisation géographique, caractéristiques des objets et des emballages limiteront
voire imposeront les caractéristiques des matériels d'acquisition et de traitement des données ainsi que
leur implantation.

Intégration dans le système d'information :

Les données associées aux flux physiques seront très nombreuses, disponibles plus rapidement et surtout
pourront être traitées à partir d'un nombre potentiellement beaucoup plus important de points d'échange
de données.

L'intégration du "middleware" d'acquisition de données, les logiciels de traitement de données, les bases
de données vont être des éléments clés de la réussite du projet.
Sans oublier la nécessaire redéfinition des bases de données en termes de capacité et surtout en termes
de sécurité de fonctionnement garantissant une disponibilité maximale associée à une garantie totale de
confidentialité des informations traitées.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 52/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Intégration dans les process de l'entreprise :

La disponibilité des données va avoir trois impacts majeurs sur les process de l'entreprise.
D'abord, la multiplication des points d'acquisitions de données réduira les intervalles de suivi des flux
physiques. L'information disponible plus rapidement pourra également fournir plus rapidement les
indicateurs de pilotage indispensables. Il faudra alors arbitrer entre l'accélération du processus de pilotage
avec des décisions d'ajustement très fréquentes et la conservation d'un rythme de décisions plus lent mais
basé sur des informations beaucoup plus actuelles.
Ensuite, la capacité de réinscription de données sur le tag RFID va obliger à repenser totalement le flux
d'émission de données vers les objets équipés.
Enfin, la possibilité de lire les tags RFID sans les voir amènera l'entreprise à repenser en profondeur la
sûreté de son process de circulation des données.

Intégration humaine :

L'introduction de la RFID dans l'entreprise aura également un impact humain.


L'impact de la radiofréquence sur la santé des utilisateurs fait encore débat, mais il faudra tenir compte
des craintes souvent irraisonnées des utilisateurs potentiels face à cette technologie.

Comme toute modification de système d'information et / ou de process, l'utilisation de la RFID imposera


l'aménagement de postes de travail et la redéfinition des tâches de tous les acteurs de l'entreprise.
L'acceptation de cette technologie au niveau de l'entreprise pourra être compliquée par les réactions
irrationnelles des utilisateurs qui craindront que la RFID ne permette le suivi des personnes et non plus
seulement des objets.
La limite est souvent ténue, par exemple, entre le suivi d'un véhicule et le suivi des personnes présentes à
bord.
Cette dimension d'intégration ne doit pas être sous-estimée car, plus que dans tout autre projet, elle aura
un impact direct important sur la réussite du projet.
Dès le début du projet, les responsables de l'entreprise doivent être bien avertis qu'il leur faudra arbitrer
entre les exigences et les attentes des responsables du système d'information et les exigences et les
contraintes des techniciens chargés de la mise en œuvre du système physique de collecte et d'échange
des informations.

Les responsables de l'entreprise doivent également être bien conscients que, sauf cas exceptionnel, ils ne
disposent pas en interne des compétences nécessaires pour mener à bien un tel projet. Il faudra donc
prévoir de s'appuyer sur des intervenants externes dont les compétences doivent être reconnues et
démontrables.
L'entreprise peut être partie prenante dans un ensemble de flux déjà régi par un standard RFID particulier,
ce qui structurera dès le départ une partie de la définition des systèmes mis en œuvre.
Ce n‟est pas toujours le cas et un projet RFID doit être considéré avant tout dans l‟optique de la ou des
finalités recherchées (traçabilité, visibilité en temps réel ou opportun, etc.).

Les caractéristiques propres, notamment l‟usage de la radiofréquence avec toutes ses contraintes
physiques et le fait de pouvoir effacer et réinscrire des données sur l‟étiquette le cas échéant, doivent être
prises en compte pour la réussite du projet, ce qui suppose qu‟il soit abordé sans idées préconçues,
surtout au niveau des solutions techniques pouvant être retenues. »

 Le formateur demande aux stagiaires de décrire les étapes nécessaires à la mise en place d‟un tel
projet.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 53/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
E.5 Préparer le plan d’amélioration

 Le formateur demande aux stagiaires de préciser les étapes décrites ci-après et nécessaires à la mise
en place d‟une technologie RFID dans l‟entreprise.

1. Qualifier et quantifier le besoin de traçabilité ;


2. Qualifier le besoin de RFID ;
3. Cibler les objets à suivre ;
4. Définir le taux de non-lecture définitive ;
5. Identifier les données à traiter ;
6. Définir la gamme de lecture/écriture ;
7. Définir la gamme des fréquences possibles ;
8. Définir le logiciel d‟échange de données ;
9. Définir l'intégration complète dans le système d'information ;
10. Réaliser le déploiement physique du projet.

 Le formateur demande aux stagiaires de lister les gains et les coûts d‟une mise en place d‟une
technologie RFID dans l‟entreprise.

Les gains et les coûts de la RFID


(Source Ministère de l’économie et des finances)

Eléments d’évaluation du ROI.

Le calcul d‟un ROI en solution de traçabilité ne peut pas être réalisé en valeur absolue.

Les thématiques abordées ne peuvent pas toutes être quantifiées, certaines données sont subjectives,
comme le gain d‟image, la résistance à l‟adoption de technologies nouvelles ou l‟évaluation d‟un risque.
Le passage d‟une solution à une autre implique une remise en cause des moyens mais aussi des
méthodes d‟approche d‟un même process. La solution adoptée n‟est jamais une extension d‟une autre
solution précédemment appliquée.
La quantification de chaque solution impose donc une analyse fine de chaque application, des évolutions
engendrées et des coûts associés.
Dès que l‟on change d‟entreprise ou même de site, dès que le mode d‟approche de la traçabilité et
l‟organisation interne diffèrent, le calcul de ROI ne peut plus être dupliqué en l‟état.

L‟idéal est donc de procéder à une approche comparée de ROI sur la base d‟un cahier des charges
fonctionnel identique, donc d‟une même fonction de traçabilité assumée.
On choisira de comparer plusieurs solutions de traçabilité appliquées au même process ou au même flux
logistique, en prenant soin d‟analyser les apports particuliers de chaque solution pour réaliser un calcul de
ROI comparé entre diverses solutions de traçabilité envisagées.

C‟est donc sur la base d‟un même process (volumes de produits, de flux ou de mouvements identiques),
analysé pour chaque étape, en moyens adaptés à chaque solution (humains, matériel, consommables …),
en coûts et gains, directs ou indirects induits, objectifs et subjectifs associés, que le calcul comparatif sera
effectué.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 54/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Eléments de coûts.

Les éléments de coût sont faciles à cerner pour la partie investissement matériel du projet :
- Interrogateurs,
- Matériel de codage et d'impression des tags,
- Réimplantation physique des modifications du processus d‟échange de données.

Ils peuvent être assez précis pour les investissements en logiciels d‟échange de données.
Ils devraient être assez précis pour les coûts d'adaptation du système d'information.

L'adaptation du système d'information peut nécessiter :


- Le redimensionnement des réseaux,
- Le redimensionnement des capacités de calcul,
- La refonte complète des capacités de stockage et des systèmes sécurisés d'accès à ces données,
- La mise à niveau, voire le remplacement des logiciels de gestion de l'entreprise
 ERP
 Système de gestion du personnel
 Système comptable
- La réimplantation physique des matériels existants (terminaux, imprimantes, etc.).

Les coûts d‟exploitation sont pratiquement réduits au coût des tags pour lesquels on peut donner une
fourchette raisonnable. On sait que ce coût est fortement dépendant des volumes envisagés, mais que les
coûts actuels sont susceptibles de connaître une forte réduction dans les prochaines années en partie
grâce à l‟augmentation des volumes et en partie grâce aux évolutions technologiques.
Les autres éléments de coûts à prendre en compte sont plus subjectifs mais doivent être estimés aussi
exactement que possible.

Le coût de changement du processus logistique est normalement plus élevé que le coût des
investissements matériels. Il comporte :
- la redéfinition des procédures internes et externes,
- la formation des personnels concernés,
- la reconversion de certains personnels.

Il ne faut pas oublier non plus le coût de transition vers le système RFID. Il faudra, soit faire cohabiter les
deux systèmes sur une période de transition plus ou moins longue, soit payer un ré-étiquetage complet
des produits conformément au nouveau système RFID comme ce sera le cas dans une boucle logistique
maîtrisée.

Eléments de gains.

Les gains les plus évidents viennent de la réduction des manipulations :

- réduction des temps opérationnels de réorientation des colis,


- réduction des pertes et casses due à la diminution des manutentions obligatoires pour la
réorientation des colis et le ré-étiquetage, – limitation des besoins de ré-étiquetage lors de
l‟évolution dans le temps et dans l‟espace des objets tracés.

Ils sont assez faciles à estimer.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 55/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
D‟autres gains importants seront réalisés grâce à la sécurisation de la collecte des données dans la limite
du taux de non-lecture accepté. Pour estimer un ROI, il faut donc être en mesure d‟estimer l'espérance de
gain financier d‟une meilleure sécurité (ou le coût du risque si on ne le gère pas).

On pourra également faire des économies grâce à la flexibilité des points de lecture, soit en utilisant des
lecteurs mobiles, soit en ayant recours à des étiquettes fédératrices reliées à des systèmes de
géolocalisation. Ces gains peuvent constituer un avantage concurrentiel déterminant mais sont souvent
difficiles à chiffrer de manière réaliste.

D‟autres gains potentiels sont également à prendre en compte, en particulier dans l‟industrie. Ce sont
essentiellement la visibilité des stocks, la diminution des stocks obsolètes, la garantie d‟un suivi strict des
mouvements de stock en FIFO, la simplification des procédures d'inventaire.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 56/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
EVALUATIONS

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 57/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Evaluation N° 1

Durée : 1 heure

ENONCE

Expliquez le rôle des inventaires et l‟énumération précise des gains (15 points)

Décrivez les différentes techniques d‟inventaires (5 points)

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 58/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Corrigé de l’évaluation N° 1

L'inventaire d'un stock consiste à compter physiquement les articles et à comparer le résultat de
ce comptage avec le stock administratif (et comptable).

En cas d'écart, une régularisation s'impose. A tout moment, le gestionnaire du stock doit être capable de
fournir l'état des stocks à partir d'un inventaire de départ et des mouvements enregistrés depuis lors.
En effet, il ne s‟agit pas seulement de compter des marchandises, de gestion basique des stocks
(réorganisation du stockage, redéfinition des stocks mini &/ou maxi, …), mais bien de fiscalité : si la loi
oblige les entreprises à décompter leur stock, c‟est parce qu‟elles sont imposées sur leur patrimoine
complet, dont le stock qui constitue une partie de sa richesse.
Il existe plusieurs types d‟inventaires :

L’inventaire annuel
Les mouvements de stock sont interrompus pendant le comptage des articles. La préparation de
l'inventaire se fait par impression de listes d'articles présentées par emplacements sur lesquelles les
opérateurs marquent le nombre d'occurrences de chaque article compté.

L’inventaire tournant
Cette méthode consiste à effectuer un inventaire intermittent par familles d'articles de telle façon que sur
un exercice, l'ensemble des articles ait été inventorié.
On prépare l'inventaire de telle façon que les familles soient inventoriées ; en général, dans les périodes
où le stock est le plus faible. L'inventaire comptable sera déterminé à partir de l'inventaire physique
modifié des mouvements enregistrés depuis la dernière date d'inventaire. Le remplacement de l'inventaire
annuel par la technique de l'inventaire tournant suppose une tenue de tous les mouvements de stocks.

L’inventaire permanent
Cette méthode consiste à tenir un stock informatique par enregistrement de toutes les entrées-sorties, ce
qui a pour conséquence de tenir à jour en permanence les quantités en stock de chaque article. D'un point
de vue légal, il complète mais ne remplace pas l'inventaire physique effectué selon l'une des deux
techniques vues ci-dessus.

Lorsque l'entreprise dispose d'un système d'inventaire permanent fiable, c'est-à-dire permettant
notamment, d'une part, de s'assurer de l'existence et de l'appartenance des stocks, d'autre part, de
détecter leur qualité et leur degré de rotation, la réalisation d'un inventaire physique complet à la date de
clôture de l'exercice n'est pas obligatoire.

Dans ce cas, l'entreprise peut alors effectuer :


- soit un inventaire physique complet ne coïncidant pas avec la date de clôture. Une période avec une
activité réduite et des quantités en stock faibles peut donc être retenue. L'écart entre la date de
prise d'inventaire et celle de la clôture de l'exercice ne doit pas alors être trop important. Il semble
qu'un délai de deux à trois mois entre ces deux dates constitue un écart maximal ;
- soit des inventaires physiques appliqués à une partie des stocks et dont les résultats sont
rapprochés des données issues de l'inventaire permanent (inventaires tournants couvrant la totalité
des articles).

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 59/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Evaluation N° 2

Durée : 1 heure

ENONCE

1- Représenter une procédure d‟inventaire tournant (10 points)

2- Evaluer la charge de travail correspondante (10 points), à partir des données suivantes :

- 3500 articles, 30 comptages par jour et par personne, 22 jours par mois
- 4 comptages pour la classe A, 2 comptages pour la classe B, les comptages de la classe C se
font en même temps que l‟inventaire annuel.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 60/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Corrigé de l’évaluation N° 2

1- Procédure d‟inventaire :

Choix d‟une
Nombre fréquence
d‟articles d‟inventaires par
par classe classe

Nombre d‟inventaires à réaliser

10 mois * 21 jours = Calendrier


210 jours
Calendrier
d’inventaire
Nombre d‟inventaires à réaliser par
jour.

Comptage 1

Comparaison
avec le stock
informatique

Non
Ok? Comptage 2

Oui

Enregistrement Oui Ecart


inventaire réalisé confirmé ?

Non

Vérification par
le responsable
ou gestionnaire
de stock

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 61/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
2- Charge de travail :

TYPE d'INVENTAIRES
Inventaire inventaire tournant
nombres d'articles
annuel 20% 30% 50%

3500 4 2 0
1
nombre de comptage 2800 2100 0
total 3500 4900
par mois 490
par jour 22,3

nombre personne(s)
nécessaire(s) par jour 0,74

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 62/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Evaluation N° 3

Durée : 1 heure

ENONCE

Afin de planifier l‟activité inventaire d‟un entrepôt, vous devez créer un tableau qui vous permettra de
visualiser globalement le déroulement de votre planning d‟inventaires tournants.
Ce tableau fera apparaître le déroulé chronologique, les comptages à réaliser, …

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 63/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Corrigé de l’évaluation N° 3

M1 M2 M3
Semaine S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12

Nombre de personnes
disponibles pour le 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
comptage

Classes Articles A A A B A B A A A B A A

Comptages à réaliser 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

Comptages réalisés 7 12 8 5 14 7 10 14 10

% Cumulé respect global 70% 95% 90% 80% 92% 88% 90% 96% 97%

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 64/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Evaluation de fin de module

Durée : 3 heures

ENONCE

A partir des informations suivantes :

Nb de colis Coût Nb de colis


Lignes par Poids d’un
Référence sortis par moyen d’un par palette
jour colis
jour colis (€) homogène
A 120 0,5 250 40 48
B 70 1,4 200 12 72
C 30 3 50 7 30
D 90 0,8 150 12 60
E 40 1,5 40 21 48
F 45 8 80 10 60
G 180 3,5 400 8 36
H 30 5,5 210 42 60
I 20 5 150 42 60
J 220 5 750 16 72
K 15 2,2 45 14 72
L 20 10,2 60 17 100
M 70 5,5 80 15 36
N 120 5,5 280 20 48
O 60 5 300 23 24
P 5 5 12 25 30
Q 15 10 60 30 48
R 60 7 480 12 72
S 10 5 100 8 50

Vous devez mettre en place un planning d‟inventaire en déterminant la charge de travail correspondante
et en créant le document de suivi correspondant.

- 10 mois possibles pour le comptage.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 65/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
Corrigé de l’évaluation Evaluation de fin de module

Nb de colis Coût moyen


Valeur de %
Référence sortis par d’un colis Référence % % cumulés
sortie référence
jour (€)
A 250 40 J 12000 17,0% 17,0% 5,26%
B 200 12 A 10000 14,2% 31,2% 10,52%
A
C 50 7 H 8820 12,5% 43,7% 15,78%
D 150 12 O 6900 9,8% 53,5% 21,04%
E 40 21 I 6300 8,9% 62,4% 26,30%
F 80 10 R 5760 8,2% 70,6% 31,56%
G 400 8 N 5600 7,9% 78,5% 36,82% B
H 210 42 G 3200 4,5% 83,1% 42,08%
I 150 42 B 2400 3,4% 86,5% 47,34%
J 750 16 D 1800 2,6% 89,0% 52,60%
K 45 14 Q 1800 2,6% 91,6% 57,86%
L 60 17 M 1200 1,7% 93,3% 63,12%
M 80 15 L 1020 1,4% 94,7% 68,38%
N 280 20 E 840 1,2% 95,9% 73,64%
C
O 300 23 F 800 1,1% 97,1% 78,90%
P 12 25 S 800 1,1% 98,2% 84,16%
Q 60 30 K 630 0,9% 99,1% 89,42%
R 480 12 C 350 0,5% 99,6% 94,68%
S 100 8 P 300 0,4% 100,0% 99,94%

La valeur de sortie est le critère le plus fréquemment retenue.

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 66/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks
TYPE d'INVENTAIRES
Nombres Inventaire inventaire tournant
d'articles annuel 20% 30% 50%

19 4 5 10
1
Nombre de 15,2 28,5 95
comptage total 19 138,7
par mois 13,87
par jour 0,6

Exemple de planning donné sur 3 mois d‟activité

M1 M2 M3
Semaine S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12
Nombre de
personnes
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
disponibles pour le
comptage
Classes Articles A A B B A B A A A B A A
Comptages à réaliser 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5 3,5

Filière : Responsable d'Exploitation Logistique 67/67


Guide de soutien, Module 17 : Gestion des stocks

Vous aimerez peut-être aussi