Vous êtes sur la page 1sur 33

/

@ Républiques Algérienne Démocratique Populaire


Université Frères Mentouri
Faculté des Sciences de la Technologie
Département de Génie Civil
Année Universitaire ...../ .....

TPRDMN° -~-

Test à Ressort 'loi de Hooke'

REALISE PAR:

Prénom:

Groupe:

CORRIGE PAR:
1. Introduction
Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts
(à boudin, à lame, spiral etc.) Que l'on comprime ou étire un ressort, tel que le ressort à boudin de la figure 1,
celui-ci exerce une force égale et opposée à celle qu'on lui applique. Cette force du ressort produira un
travail pour absorber de l'énergie ou en donner. C'est cette capacité de travail qui est exploitée dans
l'utilisation des ressorts. Que ce soit comme amortisseur de chocs sur une automobile ou pour faire
fonctionner une montre mécanique. L'énergie est maintenue aussi longtemps que le ressort reste en bon état,
prêt à l'emploi. Ce qui est utile, mais peut être dangereux si non utilisé correctement.

Figure 1 : Compression d'un ressort.


2. Description de l'appareil

La figure 2 Montre les parties principales de l'appareil d'essai à ressort. Il est un cadre en métal
d'étude avec des pieds réglables et l'échelle de mesure métrique. La figure tmontre comment les parties de
l'appareil sont connectés dans une expérience donnée.

Pointeur
transparent

Ressorts et

Figure 2 : Constituants de l'appareil

3. Procédure expérimentale

. Il est à noter que la lecture doit être horizontale :

l. TC'I 1\ 1 '°'/\ 1 L.
/

Tiuuv'>::r la raideur ou le «taux de resmrt» d'un ressort et le comparer '.!.Vec la théorie.

Pr·,11•\e:· que la loi de Hooke fonctionne pour des resso1is en prolongation.

· · Diametre extérieure
·· Diamètre intérieure
·· Tension initial

Poids r m.ximum

une clu ri:ssori sur ie crnchd au sommet de l'équipement.


;:;t k pointeur transparent au bas du ressort.

ctiélxirnnui c!u ressc.rt et divis~z-!e en au moins dix poids différents que c'est possible
tr dç ~'ensemble de masses (jusqu'à le maximum des pçiids).
);> Ajuster une accroche poids au bas du pointeur transparent.
);> Ajouter lentement les dix (ou plus) poids différents. à chaque poids, enregistrer la lecture sur la
balance.
);> Enlever les poids
);> Répéter l'expérience avec d'autres ressorts différents.
3.1.3. Analyse des résultats
Pour compléter le tableau, calculer la force sur le ressort pour chaque poids ajouté, et calculer
l'extension. L'extension est simplement la différence entre chaque lecture et la première lecture
mesurée.
Pour chaque ressort, tracer une courbe d'extension (en mm) pour l'axe vertical par rapport à la force
(en N). Assurez-vous que les deux axes commencent à partir de 'O' (zéro).
Ignorer les résultats où il n'y avait pas d'extension et dessiner «meilleur ajustement» ligne par vos
autres résultats. Ces résultats devraient donner une ligne en pente et force (proportionnelle). Cela
prouve que la loi de Hooke fonctionne pour 'la force de ressort est proportionnelle à l'extension'.
Étendre la ligne vers le bas pour traverser l'axe horizontal. La valeur de force dans laquelle la ligne
traverse l'axe horizontal doit être semblable à la valeur de tension initiale donnée dans la section des
détails techniques. Cependant, cette méthode donne une valeur plus précise que la valeur de tension
initiale du fabricant.
* Que pensez-vous causerait des erreurs dans vos résultats ?

3.2. Expérience 02 : Deux ressorts en série


3.2.1. Objectif
0
..,: Montrer l'effet de ressorts en série
3.2.2. · Procédure

Détaille Ressort A Ressort B Ressorts A et B


Taux actuel du ressort « de
l'expérience»
Taux global.calculé du ressmt
extension pour unité de
force

);> Choisir deux ressorts avec différents rigidité théorique et de tension initiale similaire.
);> Tester chaque ressort pour trouver ses propriétés réelles. Dans le tableau de résultats, entrer le taux
de ressort trouvé expérimentalement.
);> Utiliser un des crochets supplémentaires fournis pour relier les deux ressorts en série.
);> Tester les ressorts de la série comme un ressort long et saisir le taux de ressort trouvé
expérimentalement.
3.2.3. Résultats et discussions
/

vs 01-2016 Réalisé par : Mer BOULlLA. Hamza et MM. CHAIB Sihem


Tracer les trois ensembles de résultats sur le diagramme et comparer les pentes.
Utiliser l'équation théorique pour calculer le taux de ressort global des ressorts de la série à partir du
taux de ressort de chacun des ressorts uniques-. Comparer-le avec le taux actuel du ressort.
À partir de vos résultats, trouver la valeur unitaire de l'extension pour la force de chaque ressort (A,
B, A + B). À cela, choisir une section des résultats pour les trois ressorts, où leurs lignes sont
proportiÔnnelles à la charge connue en vigueur.
Trouver le changement d'extension pour chaque ressort par rapport au changement de force connu.
Diviser le changement d'extension par le changement de force connu pour trouver l'extension de
l'unité.

Figure 3 : Extension pour unité de force

Comparer les extensions des ressorts. Est-ce que l'extension des deux ressorts en série égale à la
somme de l'extension de chaque ressort unique?
Comment la tension initiale des ressorts en série se compare-t-elle à celle des ressorts uniques?
Qu'obtenir si les deux ressorts avaient deux valeurs de tension initiale différentes?
3.3. Expérience 03 : Deux ressorts en parallèle ·
3.3.1. Objectif
c;;.) Montrer l'effet de ressorts en parallèle
3.3.2. Procédure

Détaille Ressort A Ressort B Ressorts A + B


Taux actuel du ressort« de
l'expérience»
Taux global calculé du ressort
extension pour unité de
force

~ Utiliser des ressorts simples identiques de 12.7rnm de diamètre.


~ Comme dans l'expérience 01, tester chaque ressort pour trouver ses propriétés réelles. Dans le
tableau de résultats, entrer le taux de ressort trouvé expérimentalement.
/

vs 01-2016 Ri<,,Ji~P. nllr · MPr ROl 11.11.A Hllm7" f't MM rHATR "<ih~,
'-·,. '·

}P> Utiliser ensuite les deux plaques de suspension parallèles pour relier les deux ressorts en parall
(voir figure 4) :

Figure 4 : Ressorts en parallèle


}P> Traiter les ressorts parallèles comme un ressort et le re-tester comme dans l'expérience 01. entrer le
taux de ressort trouvé expérimentalement.
3.3.3. Analyse des résultats
Tracer les trois séries de résultats sur un graphique et comparer les pentes.
Utiliser l'équation théorique pour calculer le taux de ressort global des ressorts parallèles à partir du
taux de ressort de chacun des ressorts individuels.

Comparez le taux de ressort réel.


À partir des résultats, trouver la valeur unitaire de l'extension pour la force sur chaque ressort (A, B,
A + 8). Pour ce faire, choisir une section de résultats pour les trois ressorts, dont leurs lignes sont
proportionnelles pour un changement de force connu voire la figure 03. Trouver le changement
d'extension pour chaque ressort par rapport au changement de force connu.
Diviser le changement d'extension par le changement connu en force pour trouver l'extension de
l'unité.
Comparer les extensions des ressorts. Est l'inverse de l'extension de deux ressorts parallèles égale à
la somme de l'extension inverse de chaque ressort unique?
Comment la tension initiale des ressorts parallèles coïncide-t-elle avec celle des ressorts uniques.
4. Procédure théorique
4.1.La loi de Hooke

La loi de Hooke est une loi empirique montre que la force de rappel d'un ressort est proportionnelle à son
extension et stipulant que :

Fr= -kx

vs 01-2016 Réalisé nar: Mer ROlJULA_ Hamza et MM_ CHAIR Sihem


,...

~.Où 'k' est une constante et 'x' est le déplacement (étirement ou compression) du ressort par rapport à sa
position naturelle. Le signe négatif indique que la force est dans le sens contraire du déplacement et donc que
la force du ressort est toujours dirigée en direction de la position naturelle du ressort (figure 5).

F, .•() F'-.U
I

1
-<· Ô X

ê.x<O

Figure 5: Force du ressort en fonction de son étirement.

4.2. Ressorts en série

Maintenant deux ressorts sont tin ressort d'extension global, mais avec des bobines plus actives, une plus
grande extension et une rigidité du ressort global beaucoup plus petit 'Kx'. L'inverse de la rigidité du ressort
global est la somme des inverses des rigidités des deux ressorts.

Figure 6: Ressorts en série

Pour le ressort A:

Pour le ressort B:

F
Où XB =-
kn

VS 01-'.W16 Réalisé oar: Mer BOULILA. Hamza et MM. CHAIB Sihem


Pour les deux ressorts l'extension totale :

F
Xx=- Et
kx

Donc:

Et comme les forces sont égaux :

4.3. Ressorts en parallèles :

Figure : Ressorts en parallèle

Où deux ressorts partagent la charge en parallèle (côte à côte), ils partagent la force. La force est divisée
entre les deux ressorts, de sorte que chaque ressort est i.noins grand que si elle se trouvait seule avec la même
charge.

Les deux ressorts ensemble créent un seul ressort avec moins d'extension, mais une rigidité de ressort
beaucoup plus élevé.

Pour le ressort A:

Pour le ressort B:

Toutefois, lorsqu'il est connecté directement en parallèle, l'extension globale est la même que l'extension
dans chaque ressort, de sorte :

vs 01-2016 Réalisé par : Mer BOULILA. Hamza et MM. CHAIB Sihem


l'our les deux ressorts la force totale est : F

( none

1 Où

Et encore

Avec:

.\insi, la rigidité totale est égale à la somme des rigidité; des deux ressorts
1

5. Conclusiov

"'-' f\1 '")f\Jh. ·,:Il


/;?-t--
- ...
,._,
TP #UeRPM

DEFORMATIONS DANS LES POUTRES

INTRQDUCTION

Les poutrés constituent l'un des éléments essentielles dans la construction. Elles peuvent
isostatiques (simplement appuyées, cantilever ou à articulations) ou hyperstatiques (continues).
La sollicitation principale dans les poutres est la flexion, et la déformée résultante est basée
sur la démonstration pour le cas de la flexion pure, et élargie à toutes les autres flexions. L'équation
de la déformée élastique est donnée par :
d2y
· EI-=M
""' dx.2 X •. ,

L'expression du moment étant établie en fonction de la seule variabië'x, la solution de cette


équation est obtenue directement par intégration. La résolution donne la rotation et la déflexion en
tout point de la poutre.

D'autre méthodes, tant analytiques, géométriques ou énergétiques, mènent aux mêmes


résultats. mais avec des avantages et des inconvénients pour les unes, des conditions d'utilisation
pour les autres.

Les méthodes les plus couramment utilisées restent les méthodes basées sur le principes de la
conservation de l'énergie, à savoir:
- le théorème de Castigliano ou méthode de la force unitaire
les intégrales de Mohr
la méthode de Veretchaguine ou méthode de la multiplication des diagrammes.
avec une préférence pour la dernière, C3r présentant une très grande simplicité dans son application,
mais ne pouvant être utilisées que pour les poutres droites ou portiques con:posés de barres droites.

Les métlrodes énergétiques sont également applicables pour les struc.t;ures hyperstatiques, et
donc pour les poutres continues. Pour le calcul des inconnues supplémentaires, il sera fait appel aux
méthodes d'analyse adéquates, à savoir:
r équation de Clapeyron pour les poutres continues
- la méthode des forces
la méthode des déplacements avec toutes ses variantes

OBJECTIFS

1«e Pmti~:
Déterminer expérimentalement les déformations verticales en certains points d'une poutre
simplement appuyée, en montrant le comportement élastique à partir du tracé des différentes
courbes « chargement - dé.flexion ».
Calculer théoriquement ces mêmes déformations en utilisant une des méthodes étudiées, puis
comparer les résultats avec ceux expérimentaux, avec une discussion.

1\
.... ' - ..,,. -~

i""Anné«LT'S TP #2deBDM Déform41Jm dans lu poutres

2ème Partie:
Déterminer expérimentalement les déformations verticales en certains points d'une poutre
cantilever (poutre console), en montrant le comportement élastique à partir du tracé des différentes
courbes « chargement - déflexion ».
Calculer théoriquement ces mêmes déformations en utilisant une des méthodes étudiées, puis \
comparer les résultats avec ceux expérimentaux. avec une discussion. \
APPAREILLAGE

Poutre simplemen,t ammyée

lOOc

2Scm

2
3

Poutre cantileve!,

1 - .
4

6 7
5
TP #2deRDM Défo/IYlfation dans lespautres

1. Bâti
2. Appui double
3 . Appui simple
4. Encastrement
r 5. Barre d'essai en acier de dimensions 25mmx5mm et E = 205kN/mm2 .
r 6. Jauges de mesures.
7. Supports réglables pour jauges
8. Accroches-poids de chargement

RAPPELSTHEORJOUES

... ·········································· ............... , ........................ , ................................................ , ........ .

.................. ......... ........... ,,, ... ·········································· ···-···· .............................................. .

PROCEDURE
Y'"' AnnéeLT'S TP #l de RDM DéfOl'ltJ}tion dans les poutres

.............. , .................................................................................................................................
... ...................................................... ...................................................................................... .
... ········· ............................................................................................................ ········· .............. .
.............................. ... ... ......... .... , .. , .......................................................................................... .
········································································································· ...................................... .
... ..................................................... ··············· ............... ·························································
...........................................................................................................................·.................... .

... ························ .....................................................................................................................


··································· .................................... ·········································· ............................. .

---
Expérimental Théorique ...
Cbarge(N)
x=25cm x=50cm x=25cm x=SOcm
5
IO
--
15
20
25
30
35
40
45

OBSERVATIONS

..................... .,,.. .................................... " .......................................................... ·:,; ··- ................. .


--====~===========-----~--~-

t"" Année LTS TP #2deRPM

DISCUSSION

........... , ......................................................................................................................................

......................................... 1 •••••• '


. .
••••••••• ~ ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• ' •••••••••••••••••••••••••••••••••••• ' •••••••••

....................................................................................................... ........................................ .
,

································································································ ......... ······························ ........ .


. ..................... ' ................................... ......................................................... ' ............ -............. .
' ~

········································································································· ·······································
................................................................................................................................................

··································································································· ............................................ .

... ·············································································································································
································································································ ······························ ··················

CONÇLUSIONS

.
································· ··················-····························································································

...............................................................................................................................,............. , ..

································································································ ''.' ·············································


.............. ..................................... ············································· ················································
,
Républiques Algérienne Démocratique Populaire
Université Frères Mentouri
Faculté des Sciences de la Technologie
Département de Génie Civil
Année Universitaire ... ../. ....

TP N° .. ?:-: ••
Etude d'un Pont Suspendu Simple

Réalisé par :

Nom:

Prénom:

Groupe:

Corrigé par :

Réalisé par : Melle. Chaib Sihem


1. INTRODUCTION

Dans les civilisations chinoises, incas, ou africaines, le pont suspendu fut très tôt un moyen

! de franchissement traditiom1el, principalement dans les régions montagneuses où se présentait la


difficulté de gorges à franchir. La technique du pont suspendu était en fait celles des ponts en lianes
ou en cordes, mais grâce aux câbles en acier, on a une pmiée bien plus longue. Le principe des
ponts suspendus est de maintenir le poids du tablier par deux câbles porteurs solidement arrimés
aux berges.

Un 'pont suspendu' donc est un ouvrage métallique dont le tablier est attaché par
l'intermédiaire de tiges de suspension verticales à un certain nombre de câbles flexibles ou de
chaînes dont les extrémités sont reliées aux culées, sur les berges.

2. OBJECTIF

Ce module d'étude d'un pont suspendu simple permet de mesurer la tension dans un câble
suspendu simple et de comparer les résultats à ceux déduit par le calcul selon différentes méthodes.

Cette expérience permet de :

1. Démontrer la relation entre le chargement et la tension dans le câble d'un pont suspendu
pour les deux différents types de chargement :
• Un chargement uniformément réparti
• Un chargement ponctuel et centré
2. Démontrer la relation entre la position du chargement et la tension dans le câble
3. Comparer les résultats expérimentaux à ceux théoriques
3. DESCRIPTION DE l' APPAREIL

Fig.2 Dispositif d'essai du pont suspendu simple


Afficheur numérique: permet de mesurer et d'afficher la force (la tension) dans le câble du
pont durant les expériences.
Le câble du pont : est suspendu entre deux supports. Il est fixé avec des simples mors sur
/
( l'appui droit.
L'appuigauche: possède un capteur de force auquel s'accroche l'extrémité du câble afin de
mesurer la force dans le câble
Des supports : placés sous le câble suspendu permettent de maintenir horizontal le tablier
rigide du pont.
4. Procédure expérimental
4.1.Relation entre la tension dans le câble et le type chargement
1. Démontrer la relation entre le chargement et la tension dans le câble d'un pont suspendu
pour les deux différents types de chargement :
• Un chargement uniformément réparti
• Un chargement ponctuel et centré
2. Comparer les résultats expérimentaux à ceux théoriques
4.1.2. Présentation des résultats

Tableau 1. Résultats pour charge ponctuelle centrée

Masse ponctuelle Charge ponctuelle Poids par unité de Tension mesurée Tension calculée
centrée (g) centrée (N) longueur (N/m)
100
200
300
400
500
Tableau 2. Résultats pour charge uniformément répartie

Masse totale uniformément Charge totale uniformément Tension mesurée Tension calculée
répartie (g) répartie (N)
4.1.3. Traitement des résultats

.............................................................. ........................................................ .
;

........................................................................................................................

4.2. Relation entre la position du chargement et la tension dans le câble

Le but de cette expérience est de montrer les changements dans la tension dans les câbles lorsque la
charge est déplacée le long du pont suivant les positions indiqués dans le tableau 3.

4.2.2. Présentation des résultats

Tableau 3. Tension dans les câbles fonction de la position de la charge

Position le long du tablier


50mm lOOmm 150mm· 200mm 250mm 300mm 350mm 400mm 450mm
0.05m O.lm 0.15m 0.2m 0.25m 0.3m 0.35m 0.4m 0.45
Tension

4.2.3. Traitement des résultats

........................................................................................................................
........................................................................................................................
.......................................... ............................................................................. .
r

5. CONCLUSION
fr• Année LTS TP #3deRDM
-
DEFORMATIONS DANS LES TREILLIS

OBJECTIFS

Ce TP a pour but de prouver la linéarité des déplacements de nœuds d'un treillis, en


passant par le calcul des efforts internes dans ses différentes barres, puis de comparer ces
déformations avec celles théoriques calculées avec l'une des méthodes énergétiques, à savoir la
méthode de Veretchaguine. ..

INTRODUCTION

Les treillis plans figurent parmi les structures les plus utilisées en construction. Ils sont
utilisés aussi 1.Jien dans les ponts et les toitures, que dans les avions et les bateaux. Plus encore,
dans de nombreux èas ils sont préférés à cause de leur.forme qui donne des éléments de
réduction dépendant uniquement de celle-ci et des forces extérieures appliquées.
Les hypothèses liées aux treillis sont :
les barres sont supposées articulées entre elles au niveau des noeuds,
le chargement extérieur est supposé composé exclusivement de forces concentrées
appliquées aux nœuds.

Cette catégorie de structures réticulées isostatiques donne un grand nombre d'avantages


pratiques:
fabrication assez simple
faible effet de la variation de la température
insensibilité aux petits mouvements des supports de fondation
Avec l'ordinateur, les calculs cJes treillis sont devenus très abordables, même si les nœuds
sont parfaitement rigides. Seulement, l'expérience a montré que les contraintes secondaires dues
à la rigidité des nœuds étaient assez faibles pour être prises en considération. Ceci prouve que le
facteur de sécurité général utilisé dans la conception de ces structures donne une grande fiabilité.

APPAREILLAGE

L•équipement expérimental permet le montage de trois différents, réguliers et cantilever


treillis plans.
Les différentes barres utilisées sont en acier doux, avec une section transversale de
20mm et un module d'élasticité E = 210kN/mm~. Les diagonales des treillis A et B ont
2

respectivement une pente de 1 et 3h ; les membrures supérieures du treillis C ont •une pente de
20Yz0 • •

Dans cette expérimentation, les nœuds sont idéalisés comme étant entièrement réticulés.
A chaque plaque circulaire représentant wi nœud, une barre est rigidement fixée.
'.;

TP #3deBDM fMt'onnalJ0111 dtN ""trel/lil ,

·•
1

....

1. Bâti
2. Barre d'acier
3. Articulations
4. Treillis
5. Jauges de mesures
6. Accroches-poids de chargement

Ui

.....

J- ~ ,Jf(>

Lo L1 L2 L3

240mm 240mrn 240mm


\+--

RAPPELS THEORIQUES

•• t • • • • • • • • • • • • • • • ~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• • • • • • • • • • • • • ' • • • • • • • • • • ' •• ·~· • • • • • • • • • • • • • • • • • • ' • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • , ' • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • ·'r;f· ••• ' • •· • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


.. TP #3cleRPM

............... •............................................................................................................., ................

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • ~ ••••••••••••••••••••••••••••••••• t •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• 1 •••••••••••••••••••••••••••••••

PROCEDURE
.............................................................................................................................................

... ..........................................................................................................................................

UoU1 U1U2 LoL1 LtLi. LzLJ. U1L1 UzLl UoL1 U1Lz UzL,,
Charge
N n N n N n N n N n N n N n N D N n N n
0 'Ir

10
20
30
40
50
60
70
80
90
100

OBSERVATIONS

•••••••••·•·•••••••••••••••:;r,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,.,, •.•. , •• , ••••••••••••••.• , . , , •.. ····•··•·••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


C.AL...c.uL
- bu nE.PLAc.16.ME.NT
.
VEtZ..T1cAL-

.\>QV" 'I" -e... t~ N~ "'.


. L ~·l. N·l ~·L
"
-

2
...
.
3
4
5

'
=1-
.
. .,
'6
~

'10
.

L
Ô. " -::. 2:_ ~ ~ N L. \1\ \.,
E A.
~

_t'=AnnéeLTS TP #JdeRPM JNfo1711atlons dans lu treillia

.............................................................................................................................................
.................................................................·............................................................................
.............................................................................................................................................
...............................................................................................................................................
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • , • • .E • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

(
...............................................................................................................................................
.............................................................................................................................................
......................................................................................................... , ...................................
..............................................................................................................................................
..............................................................................................................................................

DISCUSSION
..............................................................................................................................................
.............................................................................................................................................

..............................................................................................................................................
..... . ... ... ... ... ...... ............... ......... .' .., ..........................................................................................
CONCLUSIONS

........................................................................................................................ 1 ................... .
-- ·x
Républiques Algérienne Démocratique Populaire
Université Frères Mentouri
Faculté des Sciences de la Technologie
Département de Génie Civil
Année Universitaire ... ../. ....

TP RDMN° .?.
Effort tranchant et Moment Fléchissant : Moment Fléchissant

Réalisé par :

Nom:

Prénom:

Groupe:

Corrigé par :

1
EXPERIENCE N°01 - MOMENT FLECHISSANT

Introduction
On appelle une poutre une longueur de matériau supportée par deux appuis de telle manière
à ce qu'elle puisse supporter des charges. Le chargement de la poutre appliqué perpendiculairement
à son axe longitudinal provoquè sa flexion et dans la plus part des cas du cisaillement.
Les charges et les réactions aux appuis sont des forces externes agissant sur la poutre et elles
doivent s'équilibrer. Pour étudier la résistance de la poutre, il est nécessaire de savoir comment ces
forces externes l'affectent.

2. Objectifs
Montrer que dans toute section droite d'une poutre chargée soumise à des forces
transversales :
A Comprendre l'action du moment de résistance dans une poutre.
B. Le moment fléchissant est défini comme la somme algébrique du moment des forces
appliquées à un côté du profilé.

3. Description de l'appareil

4. Procédure expérimental
A : appuis simple pour la poutre courte A
B : appuis simple pour la poutre longue B.
C : section de coupure.
2
1( 1 ~I )1

1
'< 1
)!
' '

',~)
< 1
!1 100
1
1

Porté 900

Utiliser ce diagramme pour référence :

./ W 1 : support de poids 1.
./ W 2 : support de poids 2 .
./ W 3 : support de poids 3.
4.1.Parti 01 détermination du moment fléchissant au niveau de la section coupé en c

Monter les poutres comme indiqué dans le diagramme ci-dessus. La position peut être
effectuée facilement en utilisant les graduations indiquées sur l'échelle adhésive située en face
avant des poutres. Chacune des étant placée à 50mm les unes des autres.

;... Relever uniquement les valeurs du peson à ressort concernant le moment fléchissant en Kgf,
elles correspondent aux valeurs 'sans charge' sur les poutres, ON.
;... Ajouter lON sur W 1, et mettre de niveau les poutres ainsi relever la nouvelle valeur du peson
à ressort pour moment fléchissant dans le tableau 01.
;... Retirer le poids de lON de W 1 et placer-le sur W2. Mettre la poutre de niveau et relever la
nouvelle valeur lue sur le peson à ressort pour le moment fléchissant
;... Retirer la charge de W 2 et placer-la sur W 3 . Mettre la poutre de niveau et relever la nouvelle
valeur lue sur le peson à ressort pour le moment fléchissant.
;... Finalement, répéter la procédure complète en utilisant une charge de 20N, en relevant toutes
les valeurs du peson à ressort pour le moment fléchissant dans le tableau 01.

Pour chaque position de chargement, la différence entre la valeur initiale du peson à


ressort sans chargement et la valeur du peson à ressort avec charge correspond à des charges nettes
appliquées de 1ON ou 20N sur la poutre.

3
TABLEAU 01 Présentation des résultats du moment fléchissant

Charge (N) Lecture de peson en Kgf (N) et force nette (N) pour la charge en
W1 Force nette W2 Force nette W3 Force nette
0
10
20
Moment fléchissant (Nmm) 'valeur théorique
10
20

4.2.Partie 02 superposition des charges

1( 1
~ )1
1
1( )1
1

1( )1

:6: ; 1

0
l I~fuJ t~ J
j Porté900 j ~

a).

Monter les poutres comme indiqué dans le diagramme ci-dessus. Mettre les poutres de
niveau comme précédemment.
Relever les valeurs du peson à ressort relatif au moment fléchissant dans le tableau 02 en
condition 'sans charge'.
Ajouter maintenant une charge de 5N sur W 1 et une charge de 12N sur W3
Mettre les poutres de niveau et relever les valeurs du peson à ressort relatif au moment
fléchissant.
Ajouter maintenant une charge de 5N sur W 1, une charge de 2N sur W 2 et une charge de
lON sur W3.
Retirer les charges et mettre les poutres à niveau.

b).

4
Maintenant une charge de SN sur W 1, une charge de 1ON sur W2 et une charge de 1ON sur
W3.
Mettre les poutres de niveau et relever les valeurs du peson à ressort relatif au moment
fléchissant dans le tableau 02.
Retirer les charges et mettre les poutres de niveau 'charge nulle'.
Conserver la charge de SN en place sur W2 , ajouter une charge de lON sur W1 et W3.
Mettre la poutre de niveau et relever la nouvelle valeur lue sur le peson à ressort pour le
moment fléchissant dans le tableau 02.
TABLEAU 02 Présentation des résultats du moment fléchissant

Charge (N) Lecture du peson en Kgf Force nette (N) Moment fléchissant (Nmm) et
(N) valeur théorique
0
a
W 1=5, W3=12
W 1= 5, W2=2, W3=10
b
0
W 1=5, W2=10, W3=10
W 1=10, W2=5, W3=10

5. Analyse des résultats

6. Conclusion

5
1
1

> Terminer la procédure en utilisant une charge de 20N, en relevant toutes les valeurs du peson à
ressort concernant la force de cisaillement dans la case C du tableau 01.
> Pour chaque chargement, la différence entre la valeur initiale du peson à ressort sans
chargement et la valeur du peson à ressort avec charge correspond à des charges nettes
appliquées de 1ON ou 20N sur la poutre.

Tableau 01 Présentation des résultats de cisaillement

Charge sur W3 (N) 0 10 20


Lecture du peson à ressort (Kgf)
Lecture du peson à ressort (N)
Effort tranchant Oc (N)
Ratio valeur expérimentale/ valeur théorique

2.2.Partie 2 position de chargement


a.
Retirer toute charge du crochet W3 .
Mettre les poutres de niveau et relever la valeur 'sans charge' du peson à ressort relatif au
cisaillement dans la case indiquée par A dans le tableau 02 ci-dessous.
Placer uniquement un poids de 1ON sur W2 . Mettre les poutres de niveau et relever la valeur
du peson à ressort relatif au cisaiflement dans le tableau2.
Tableau 02. Présentation des résultats
Charge sur W2 (N) 0 10
Lecture de peson à ressort (Kgf)
Lecture de peson à ressort (N)
Effort tranchant Qc (N)
Oc théorique (N)
Ratio valeur expérimentale/ valeur théorique

b.
Retirer toute charge du crochet W2.
Mettre les poutres de niveau et relever la valeur 'sans charge' du peson à ressort au
cisaillement le tableau 03.
Placer uniquement un poids de 1ON sur W 1.
Mettre les poutres de niveau et relever la valeur sans charge' du peson à ressort relatif
cisaillement dans le tableau 3.

7
EXPERIENCE N°02 - EFFORT TRANCHANT

1. Objectifs
Ce banc d'essai permet de réaliser deux principaux objectifs expérimentaux :
a. Comprendre l'action de cisaillement dans une poutre.
b. Mesurer l'effort tranchant dans une section droite d'une poutre chargée et vérifier qu'il
correspond à celui calculé avec la théorie.

2. Procédure expérimental

1( 1 ~I )1
1 300
r:: -1. .
1(
1
~
1
>'
.6,--.
'-E
~ 100
-.,,1
1
1 1

·~I~~Po_rt~é_9_o_o~~
2.1.Parti 01

Utiliser ce diagramme pour référence :

./ W 1 : support de poids 1
./ W2 : support de poids 2
./ W3 : support de poids 3

Monter les poutres comme indiqué dans le diagramme ci-dessus.

~ Mettre de niveau les deux poutres


~ Relever uniquement les valeurs du peson à ressort concernant le cisaillement en Kgf, dans les
cellules du tableau 01. elles correspondent aux valeurs 'sans charge' sur les poutres, ON.
~ Ajouter ION sur W3, et mettre de niveau les poutres ainsi relever la nouvelle valeur du peson à
ressort pour le cisaillement le tableau 01.
-r

Tableau 03. Présentation des résultats

Charge sur W 1 (N) 0 10


Lecture de peson à ressort (Kgf)
Lecture de peson à ressort (N)
Effort tranchant Oc (N)
Oc théorique (N)
Ratio valeur expérimentale/ valeur théorique

2.3.Partie 03 superposition des charges

~( 1
1

1 1
>'
'< )i
'6 ~ .

W 1 : support de poids 1.
W2: support de poids 2.
W 3 : support de poids 3.

a).

Mettre les poutres de niveau et relever les valeurs du peson à ressort pour cisaillement dans
le tableau 04 (en condition sans chargement).
Ajouter une charge de SN sur W 1et une charge de 12N sur.W3.
Mettre la poutre de niveau et relever les valeurs lues sur le peson à ressort relatif au
cisaillement dans le tableau 04.
Retirer les charges et mettre les poutres de niveau.

b).

Ajouter maintenant une charge de SN sur W 1, une charge de 2N sur W 2 et une charge de
ION sur W3.
Conserver la charge de SN en place sur W2, ajouter une charge de ION sur W1 et W3.

8
/

Mettre la poutre de mveau et relever les valeurs lues sur le peson à ressort relatif au
cisaillement dans le tableau 04.
Retirer les charges et mettre les poutres de niveau

c).

Ajouter maintenant une charge de SN sur W 1, une charge de 1ON sur W 2 et une charge de
lON sur W3.
Conserver la charge de SN en place sur W 2 , ajouter une charge de lON sur W 1 et W3 .
Mettre la poutre de niveau et relever les valeurs lues sur le peson à ressort relatif au
cisaillement dans le tableau 04.
Retirer les charges et mettre les poutres de niveau.
Tableau 04. Présentation des résultats

Charge (N) aux positions Force d'équilibrage Effort tranchant Qc (N)

W1 W2 W3 Kgf N expérimentale théorique ration

0.0 0.0 0.0


5.0 0.0 12.0
5.0 2.0 10.0
5.0 10.0 10.0

3. Analyse des résultats

4. Conclusion

Vous aimerez peut-être aussi