Vous êtes sur la page 1sur 10

Tél : (+33) 02 43 30 45 67

Etoile notre dame Fax : (+33) 02 43 30 45 68
Email : contact@etoilenotredame.org
36 rés. d’Anjou ­ BP 60434
53104 Mayenne cédex Email : librairie@etoilenotredame.org

Lundi au vendredi : journées continues 8h à 18h Internet : www.etoilenotredame.org

Neuvaine à Notre­Dame du Perpétuel­Secours
Neuvaine à Notre­Dame du Perpétuel Secours ­ Du 19 au 27 juin
Historique du tableau de Notre­Dame du Perpétuel­Secours
Au milieu du XV° siècle, les Turcs, ennemis acharnés du nom chrétien, envahirent quelques­unes des contrées méridionales de l'Europe. Leur cri
de guerre était : Crois ou meurs ! Et il fallait opter entre ceindre le turban ou tomber sous le cimeterre.

En ce temps­là vivait, dans l'île de Crète, un honnête marchand dont la principale occupation était d'acquérir ces richesses spirituelles, que ni les
voleurs ni la mort ne peuvent nous ravir (Mt 6,19). ll professait une dévotion toute particulière envers la très sainte Vierge, et son trésor le plus
précieux ici­bas était une image miraculeuse de Marie, devant laquelle il avait coutume de prier.
Or, il arriva qu'un certain nombre de Crétois, craignant une irruption des Turcs, résolurent de quitter leur île. Le pieux marchand se joignit à eux ;
mais, ne voulant pas que l'image tutélaire de Marie fût laissée dans l'oubli ou exposée à de sacrilèges profanations, il l'emporta et la prit comme
sauvegarde contre les périls du voyage, en s'embarquant sur un vaisseau qui faisait voile pour l'Italie.

La très sainte Vierge ne tarda pas à récompenser d'une manière digne d'elle, la sollicitude de son fidèle serviteur, après avoir mis toutefois sa
confiance à l'épreuve. A peine eut­on levé l'ancre, que le ciel se couvrit de nuages, la mer devint furieuse, et, en peu d'instants, une horrible tempête
se déchaîna sur le bâtiment, menaçant de l'engloutir. Après une lutte désespérée, l'équipage épuisé abandonna le navire à la merci des flots. Dès
lors, les passagers tremblants n'eurent plus qu'à attendre, dans une horrible angoisse, la vague qui devait les précipiter au fond de l'abîme. A ce
moment solennel, le dévot voyageur, calme et tranquille en face de la mort, se souvient de sa céleste protectrice. Il découvre à ses compagnons le
tableau miraculeux, et les exhorte vivement à recourir avec confiance à celle que l'Eglise invoque comme l'Etoile de la mer ; puis, donnant lui­même
l'exemple, il se prosterne devant l'image sacrée. A cette vue, l'équipage tout entier, ranimé dans sa foi, tombe à genoux et se met en prière. A
peine ces infortunés ont­ils élevé leurs regards suppliants vers Marie, que la tourmente s'apaise ; le ciel reprend sa sérénité ; et, quelques jours
après, le vaisseau voguant sur une mer tranquille, entrait, sans aucun dommage, dans un port d'Italie.
Ainsi préservé du naufrage, le protégé de Marie se dirigea vers Rome, mais avec l'intention de n'y séjourner que peu de temps et de poursuivre
ensuite sa route vers un but qui nous est resté inconnu. Cependant la Providence avait d'autres desseins. La sainte image était entrée à Rome pour
ne plus en sortir : son possesseur, en mettant le pied dans la Ville Eternelle, avait, sans le savoir, terminé la mission qu'il devait remplir en ce
monde. Au moment où il pensait quitter Rome, une maladie grave vint le retenir, malgré lui, chez un pieux ami. Comprenant aussitôt, par un
avertissement intérieur, que son pèlerinage ici­bas était près de finir, il se disposa, sans tarder, à son dernier passage ; puis il attendit
tranquillement 1a mort. Cependant il lui restait au cœur un suprême désir, celui de glorifier une dernière fois sa sainte Mère. Appelant donc son
ami, il lui remit entre les mains la précieuse image qui avait toujours été son principal trésor ; puis, se laissant aller à son zèle pour la gloire de
Marie, il demanda que cette image fût exposée et publiquement honorée dans une des églises de Rome. Son ami lui promit solennellement de ne
rien épargner pour que ce vœu fût accompli ; et, sur cette assurance, le dévoué serviteur de la Vierge rendit avec joie son âme à Dieu.
Il semble qu'une promesse faite en des circonstances si solennelles, et pour un tel objet, eût dû recevoir une prompte et fidèle exécution. Mais
l'épouse de celui qui l'avait formulée, prouva bien, en cette occasion, qu'elle était fille d'Eve, infidèle comme sa mère. La beauté du tableau la
séduisit, et elle déclara à son époux que jamais elle ne consentirait à s'en dessaisir. Celui­ci eut beau représenter l'injustice et même l'impiété
d'une pareille prétention, tout fut inutile ; si bien qu'après de longs débats, les exigences de cette femme téméraire l'emportèrent sur la conscience
du timide mari : le tableau fut conservé.

La punition ne se fit pas longtemps attendre. A trois différentes reprises, Marie, apparaissant en songe à celui qui avait ainsi violé son serment, lui
déclara que la sainte image se trouvait à Rome, non pas pour l'avantage particulier d'une famille, mais pour le bien de la cité tout entière. Puis, lui
rappelant ses promesses et lui ordonnant sévèrement de les exécuter, elle lui prédit les plus grands châtiments s'il refusait d'obéir.
Ces apparitions et ces menaces réitérées amenèrent entre les deux époux une seconde altercation. Cette fois encore, la cupidité resta maîtresse :
le coupable mari céda de nouveau. La sainte Vierge, alors, recourut à la sévérité : " Je t'ai averti trois fois, lui dit­elle dans une quatrième
apparition, et trois fois tu as résisté à mes ordres. Pour que je puisse sortir de ta maison, il faudra donc que tu en sortes le premier ! " Terrible
prédiction qui se réalisa bientôt. L'infortuné tomba malade et mourut peu de jours après.
Qui le croirait ? Ce tragique événement ne fléchit poing l'obstination de l'audacieuse femme. Il lui fallait, pour se rendre, des avertissements et des
leçons d'un autre genre.
Un jour, sa petite fille, ange de candeur et d'innocence, courut se jeter dans ses bras en criant : " Maman, maman, je viens de voir une grande
Dame toute resplendissante de beauté, qui m'a dit : Va trouver ta mère à l'instant, et répète­lui que Notre­Dame du Perpétuel­Secours (car dès lors
la miraculeuse image portait ce nom) veut être exposée à la vénération des fidèles dans une église de Rome. " Profondément impressionnée par
les paroles de sa fille, cette mère obstinée allait peut­être fléchir, quand une méchante femme de ses amies, apprenant de quoi il s'agissait, lui
conseilla de mépriser ce qu'elle appelait les rêves d'un enfant. Comme ce conseil avait été accompagné de blasphèmes contre la Mère de Dieu, la
justice divine éclata sans tarder. La blasphématrice n'avait pas encore achevé ses criminelles paroles, qu'elle tomba à la renverse, agitée par
d'affreuses convulsions. Forcée alors de rendre hommage à celle qu'elle avait offensée, elle demanda à grands cris qu'on lui apportât la sainte
image. O miracle ! A peine l'eut­elle touchée, que Marie la délivra de son horrible mal. A la vue de ce double prodige, la veuve, jusque­là opiniâtre,
s'avoua vaincue, et promit de ne pas contrarier plus longtemps les désirs de la Reine du ciel.
Mais il restait un doute : dans quelle église fallait­il déposer le merveilleux tableau ? Marie, qui s'était servie du ministère d'une enfant pour vaincre
toutes les résistances, voulut, par le même moyen, achever la révélation de ses miséricordieux desseins. Apparaissant donc de nouveau à la petite
fille, elle lui dit avec bonté : " Je veux être placée entre mon église bien­aimée de Sainte­Marie­Majeure et celle de mon fils Jean­de­Latran. "

Cette parole, rapportée par l'enfant, fut aisément comprise. Entre les deux basiliques, désignées par la sainte Vierge, se trouvait précisément
l'antique, église Saint­Matthieu. Il était donc évident que Marie, du haut du ciel, avait jeté les yeux sur ce vénérable sanctuaire, pour en faire l'asile
de sa miraculeuse image. Sur­le­champ, on se mit en devoir d'obtempérer à ses ordres : le précieux tableau fut remis entre les mains des religieux
Augustins, auxquels Saint­Matthieu était alors confié. Ceux­ci le reçurent avec reconnaissance, mais sans apprécier encore la grandeur du bienfait,
et surtout sans prévoir jusqu'à quel point Notre­Dame du Perpétuel­Secours allait illustrer ce nouveau séjour, enrichi déjà de tant de nobles et
précieux souvenirs.
Prières quotidiennes
Prière de contrition :
Mon Seigneur Jésus­Christ, Dieu et homme véritable, mon créateur, mon Père et mon Rédempteur, voici à vos pieds un pauvre pécheur qui a bien
attristé Votre Cœur aimant.  Hélas, aimable Jésus, comment ai­je pu offenser et remplir d`amertume ce Cœur qui m`aime autant et qui n`a rien
épargné par amour pour moi ?  Combien grande fut mon ingratitude !  Mais, ô mon Sauveur !  Je veux Vous consoler !  Je Vous dis tout de suite
que je me repens, ayant ressenti tant de peine, pour les déplaisirs que je Vous ai causés, que je voudrais mourir de douleur et d`une pure contrition.
TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
Oh ! Mon Jésus !  Qui me fera pleurer le péché comme Vous l`avez pleuré, en Votre vie mortelle ?  Mon âme regrette de Vous avoir offensé.  Père
Eternel, en réparation de mes fautes, je Vous offre le chagrin et la douleur qu`en a ressentis pour elles le Cœur de Votre Divin Fils.  Et Vous, ô
Jésus si aimant, donnez­moi une telle horreur du péché, que dorénavant, elle me fasse éviter même les fautes les plus légères.  Loin de mon cœur
maintenant, les affections terrestres : je ne veux plus aimer d`autre que mon Rédempteur de toute bonté.  Oh ! Mon Jésus ! Aidez­moi, fortifiez­moi
et pardonnez­moi.
Ma Mère du Perpétuel­Secours, intercédez pour moi et obtenez­moi le pardon de mes péchés. 
Prière préparatoire :
O Très Sainte Vierge Marie, qui, pour nous inspirer une confiance sans bornes, avez voulu prendre le très doux nom de Mère du Perpétuel­
Secours, je vous supplie de me secourir en tout temps et en tout lieu, dans mes tentations, après mes chutes, dans mes difficultés, dans toutes les
misères de la vie et surtout à l`heure de la mort.  Concédez­moi ô Mère aimante, la pensée et l`habitude de recourir toujours à vous sans cesse,
avec la confiance d`un enfant, afin que par ma supplication constante, j`obtienne votre Perpétuel Secours et la persévérance finale. 
Bénissez­moi, ô tendre Mère toute de bonté, priez pour moi maintenant et à l`heure de ma mort.  Ainsi soit­il.
Premier jour de la neuvaine
Considérations sur le titre de Notre­Dame du Perpétuel Secours
Parmi les innombrables titres sous lesquels la piété chrétienne se plaît à invoquer la Vierge très sainte, il y en aura peu qui seront aussi à propos
pour dilater notre cœur et le remplir de confiance illimitée, que le très doux nom de Mère du Perpétuel­Secours, nom qui lui plaît tant.
Pour vous en convaincre, considérez d`une part ce qu`est la vie de l`homme sur la terre et de l`autre, ce que signifie le nom de Notre­Dame du
Perpétuel­Secours.
Qu`est­ce que la vie, en effet, sinon une chaîne de misères, de dangers, d`angoisses et d`efforts. Dans l`ordre temporel, qui est exempt de la
maladie ou de la pauvreté? Quel est celui qui peut s`empêcher de pleurer ? Dans l`ordre spirituel, qui saura en toute occasion se prémunir du
grand malheur du péché, des pièges de la tiédeur, de l`importunité des tentations ? Qui ne faiblit pas, de temps en temps dans le service de Dieu,
dans la pratique de la vertu et ne se fatigue pas parfois dans le chemin du bien ? Enfin, quel chrétien ne frémit pas de penser au moment décisif et
difficile de la mort, au feu purificateur du Purgatoire ?  
A la vue de tant de misères et de besoins, abattue, l`âme se sent défaillir et voudrait éclater en sanglots !  Mais, en entendant le très doux nom de
Mère du Perpétuel­Secours, elle devient sereine, recouvre le courage, et joyeuse, continue son chemin vers l`éternité.  Pourquoi ? Parce qu`elle
ressent alors, que ses gémissements ne se perdent pas dans un désert, mais qu`ils trouvent un écho favorable dans le cœur d`une Mère qui veut et
peut la secourir. 
En effet, la Vierge du Perpétuel­Secours signifie : remède pour tous les maux qui nous angoissent­­remède non seulement d`un jour, mais
perpétuel, du berceau jusqu`au Ciel, secours en tout et partout.  
Perpétuel­Secours veut dire : consolation dans les afflictions, dans la pauvreté, dans la maladie, dans les travaux ; force pour sortir du péché, soit
mortel, soit véniel, et pour ne plus y retomber.  
Perpétuel­Secours veut dire :  constance dans le service du Seigneur et de la Vierge même, et par conséquent, la persévérance finale. 
Perpétuel­Secours veut dire :  courage dans la pratique de la vertu, protection spéciale à l`heure terrible de la mort ; soulagement prompt et
efficace dans l`horrible prison où gémissent les âmes justes, mais encore endettées envers la divine Justice, avant d`entrer dans la patrie céleste.  
Perpétuel­Secours signifie que même s`il arrive des circonstances ou des situations où tout semble désespéré, il reste encore un recours assuré  : 
la protection de la Vierge Très Sainte.
Méditation sur l'icône : Mère du Perpétuel Secours, sur ton image, on aperçoit l'Archange de l'Annonciation, saint Gabriel, présentant la Croix et les
clous. Il nous transporte à Nazareth. C'est là qu'il descendit dans l'une des cinquante pauvres maisons du village pour venir à ta rencontre. C'est là
que s'accomplit l'Incarnation : le fils de Dieu, par l'opération du Saint­Esprit, se fit notre frère, assumant dans ton sein notre nature humaine.
A Nazareth, Jésus grandit dans une ambiance de simplicité, de discrétion et de travail. Et toi, Marie, tu tenais ses petites mains d'enfant dans la
tienne pour les unir dans un geste de prière ; tu lui enseignais les psaumes et les prières d'Israël, ton peuple.
Prière : Ma mère, servante du Seigneur, femme du foyer et femme au travail, enseigne­nous à aimer nos foyers, à les regarder dans la joie et la
bonne entente. Aide­nous à construire une société fraternelle et juste où il y aura du travail et du pain pour tous.
 Démarche :
Une visite à l`Image de Notre­Dame du Perpétuel­Secours, lui récitant dix Ave Maria et lui recommandant tous vos besoins et ceux de votre famille. 
Prière :
O Mère du Perpétuel­Secours ! L`ingratitude avec laquelle j`ai payé les miséricordes de Dieu et les vôtres, jusqu`à maintenant, méritait qu`en juste
punition, Vous me priviez de vos faveurs, car l`ingrat n`est pas digne de nouveaux bienfaits, mais, ô douce Mère, aussi grande que soit mon
ingratitude, Vous la dépassez toujours en bonté, et Vous ne dédaignerez dons pas de secourir un pauvre pécheur qui met sa confiance en Vous
! Votre cœur déborde de charité envers tous, et l`on n`a jamais entendu dire que quelque malheureux se soit éloigné de vos pieds, sans que Vous
ayez essuyé ses larmes, N`oubliez pas mes misères, intercédez pour moi devant ce Dieu de Bonté, qui ne Vous refuse rien, et montrez une fois de
plus que Vous êtes digne du nom de Perpétuel­Secours.
O Mère du Perpétuel Secours, que j'aime à venir prier au pied de votre image miraculeuse ! Elle éveille en moi les sentiments de la confiance la
plus vive et la plus filiale. Vous tenez entre vos bras Jésus, mon Sauveur et mon Dieu. Il est le Tout­Puissant, le Maître absolu de la vie et de la mort,
le Dispensateur souverain de tout bien et de toute grâce. Et vous êtes sa Mère ! vous avez donc tout droit pour le prier et tout droit pour en être
exaucée. Il a d'ailleurs souvent prouvé, à nous autres pécheurs, qu'il ne savait et ne voulait rien vous refuser.
Je m'adresse donc à votre toute­puissante intercession, ô Mère de Jésus, et vous supplie de m'accorder pendant cette neuvaine la grâce …
[désigner ici l'intention de la neuvaine].
Je viens vous prier avec une confiance totale, persuadé que vous ne cessez jamais vous­même de prier pour vos enfants, et donc aussi pour moi.
O Mère du Perpétuel­Secours, que Votre nom ne quitte jamais mes lèvres ni ne s`éloigne de mon cœur !
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous
Prière du Souvenez­vous :
SOUVENEZ­VOUS, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance ou demandé votre intercession, ait été abandonné. Animé d'une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je
viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds. Ô Mère du Verbe Incarné, ne rejetez pas mes prières, mais
écoutez­les favorablement et daignez les exaucer. Ainsi soit­il.
Deuxième jour de la neuvaine
Notre­Dame du Perpétuel Secours, aide ceux qui lui sont dévoués, à sortir du péché
Chez les hommes, maintes fois, les titres ne sont rien de plus que de vaines dénominations qui ne correspondent pas à la réalité. 
Chez Marie, au contraire, les titres sont toujours l`expression de la vérité la mieux prouvée :  c`est ainsi que la Vierge Très Sainte s`appelle et est
en vérité le Perpétuel­Secours de tous les malheureux qui ont recours à Elle. Elle considère que néanmoins, il y a une espèce de malheureux pour
qui la très aimante Mère semble réserver ses regards de plus grande tendresse, et qui sont l`objet spécial de sa plus compatissante sollicitude
: les pauvres pécheurs, et le motif de cette prédilection est facile à comprendre.

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
L`amour maternel s`accroît dans la mesure qu`est plus grand le malheur d`un enfant. Or, peut­il y avoir un plus grand malheur que celui d`être
séparé de Jésus et enchaîné à l`ignominieux esclavage du démon ? En perdant la grâce sanctifiante, le malheureux est devenu le but de la colère
divine : la colère de Dieu clame contre lui et si la mort le surprenait ainsi, hélas, quel malheur !  Il aurait le sort des réprouvés. C`est pourquoi, la plus
affectueuse des mères, épuise avec ses enfants les pécheurs, tout le trésor de son nom : MÈRE DU PERPÉTUEL­SECOURS, par la renommée
de ses miracles et même par son regard miséricordieux.
Combien de pécheurs se sont sentis émus et convertis à croiser leurs regards avec celui de la Vierge miraculeuse ! Ce regard, plein de tristesse
et de compassion, semble dire au pécheur : Malheureux ! Jusqu`à quand, jusqu`à quand, par tes fautes, attristeras­tu le tendre Fils que tu vois dans
mes bras ? Jusqu`à quand Lui présenteras­tu du fiel et du vinaigre, rendant inutile Sa passion et Sa mort ? Jusqu`à quand me contristeras­tu, moi,
ta Mère, et enfonceras­tu dans mon Cœur, une après l`autre, de très cruelles épées ? Tendres paroles que seul, le cœur entend :  paroles
merveilleuses qui illuminent la compréhension, attendrissent le cœur endurci et lui arrachent enfin ce cri du prodigue repenti : ``J`ai péché, mon
Dieu, pardon ! `` Ses larmes abondantes coulent et la Vierge les présente à son Fils aimé, et le pécheur est converti.
Dites­le, n`est­ce pas vous­même qui devant son Image, avez retrouvé le repentir, la vie, le pardon, la paix et la joie du cœur. 
Comment donc s`étonner que parmi les prodiges que la Vierge du Perpétuel­ Secours opère quotidiennement, figurent en première ligne, par
milliers, les conversions stupéfiantes dues à son intercession !  
C`est si sûr, qu`un pieux écrivain disait : ``Je ne connais pas de moyen plus efficace ni plus rapide pour obtenir la conversion d`un pécheur que de
lui inspirer une tendre et sincère dévotion à Notre­Dame du Perpétuel­Secours.`` Pourquoi cette Image prodigieuse a­t­elle voulu être confiée à une
congrégation de missionnaires, sinon pour devenir Missionnaire elle aussi, les accompagner jusque chez les peuples les plus éloignés, et aller à la
recherche des brebis égarées, même dans les cabanes les plus inconnues et oubliées ?
Par conséquent, pécheur aimé, quels que soient le nombre et la gravité de tes fautes, aussi endurci que soit ton codeur, tout n`est pas encore
perdu pour toi.  Anime­toi ! Retrouve du courage ! Accours à Notre Mère du Perpétuel­Secours, et tu obtiendras le pardon. Elle est le refuge très sûr
du pécheur qui veut sincèrement revenir à Dieu. Dis­lui donc, de tout ton cœur : « O Mère du Perpétuel­Secours, plein de confiance en votre bonté
et miséricorde, je me jette à vos pieds. Je viens à vous, touché de la flèche du repentir. Je regrette d`avoir offensé mon Dieu. Ma Mère, obtenez­
moi le véritable repentir et le pardon. » Vous verrez que cette si bonne Mère vous fera revenir à la grâce et à l`amitié de Dieu. Ainsi soit­il.
Méditation sur l'icône : A ta droite Marie, à hauteur de tes épaules, s'incline l'archange saint Michel, chef des milices célestes, ardent défenseur de
la gloire du Seigneur. Il nous rappelle que Dieu seul est le Seigneur de l'univers et que son règne est un règne de justice, d'amour et de paix.
L'archange tient un bâton surmonté d'une éponge et une lance dont la base est enveloppée dans les plis de son manteau vert. C'est avec l'éponge
qu'on humecta les lèvres de Jésus agonisant, parce que la soif lui brûlait la gorge et les entrailles. Avec la lance, ils lui transpercèrent le côté d'où
sortirent du sang et de l'eau.
Mais ton Fils Jésus n'est pas mort vaincu : le troisième jour le père l'a ressuscité et depuis lors, la lance, l'éponge et la croix sont devenues les
symboles de la victoire du Christ sur le péché et la mort. C'est pour cela que les anges les portent non comme une menace, mais comme un
trophée.
Prière : O mère, donne­nous de croire à la puissance de ton fils et à l'efficacité de son sang qui purifie et vivifie. Il a donné sa vie pour les hommes,
celui dont la force s'établit sur l'amour.
Démarche :
Réciter un ``Salve Regina`` pour la conversion des pécheurs les plus endurcis.
Salve Regina : Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, notre espérance, salut ! Enfants d`Eve, malheureux exilés, nous
élevons nos cris vers vous ; nous soupirons vers vous, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. O notre Avocate, tournez donc vers nous
vos regards miséricordieux.  Et, au sortir de cet exil, montrez­nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles. O clémente, ô charitable, ô douce Vierge
Marie !
Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu, afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus­Christ !
Prière :
O ma Mère du Perpétuel­Secours ! Me voyant si méprisable et souillé, je ne devrais pas oser venir à Vous et vous appeler ma Mère, mais je ne
veux pas que mes misères me privent de la consolation et de la confiance dont je me sens pénétré en prononçant votre doux nom. Je ne mérite pas
que Vous m`écoutiez.
Je suis un pauvre et misérable pécheur, je le reconnais, mais hélas, le mal est fait.  Vous pouvez y remédier. Je Vous supplie instamment, ma
Mère, venez à mon secours et ayez pitié de moi. Je sais que vous aimez même les pécheurs les plus miséreux, et que Vous allez à leur recherche
pour les sauver. Je mérite l`enfer, il est vrai, je suis le plus misérable des pécheurs, mais Vous n`avez pas besoin de venir à ma recherche, je me
présente spontanément à Vous avec la ferme espérance que Vous ne me rejetterai pas.  Me voici à vos pieds, secourez­moi, ma Mère, je resterai
à vos pieds jusqu`à ce que votre Fils m`ait dit comme à Madeleine : ``Tes péchés te sont pardonnés``. 
O Mère du Perpétuel Secours, en cet enfant Jésus encore tout faible que vous serrez contre votre cœur, vous ne voyez pas seulement le Fils de
Dieu, votre Fils, mais aussi tous les hommes devenus, par la volonté de Dieu et par votre acceptation à Nazareth et au Golgotha, vos véritables
enfants. Vous n'oubliez pas la parole de votre Fils au Calvaire qui, considérant son disciple Jean et nous tous en lui, vous a dit : « Voici ton fils ! »
(Jn 19,26).
O ma Mère, avec cette simplicité d'un fils malheureux, je viens vous dire combien je souffre et suis tenté de désespérer. Cependant, je sais que je
suis votre enfant et que vous écoutez toutes nos prières. O ma Mère, vous connaissez ma demande : exauce­la pour la plus grande gloire de votre
Fils, mon Seigneur !
Mère du Perpétuel­Secours, obtenez­moi le pardon de mes péchés et la grâce de les pleurer jusqu`à ma mort !
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous. 
Troisième jour de la neuvaine
Notre­Dame du Perpétuel Secours assiste ses enfants qui lui sont fidèles,
pour les faire sortir de la tiédeur
Elle est immense la tendresse de Notre­Dame, envers les grands pécheurs. Mais elle ne l`est pas moins, envers une autre classe d`âmes
nécessiteuses qui se nomment tièdes, et se trouvent dans un état presqu`aussi dangereux que celui du péché mortel.
Ces âmes négligentes fréquentent parfois les sacrements, cependant, elles ne s`efforcent pas d`obtenir que Dieu soit servi et elles remplissent
ainsi leur vie de fautes vénielles volontaires, avec une légèreté qui expédie leurs prières et autres dévotions. Elles entendent la messe, elles se
confessent peut­être et communient, mais elles le font par routine ou respect humain, sans fruit, sans avancement dans la vertu. Des colères, des
mensonges, des murmures, jugements téméraires, paroles satiriques et envieuses, relâchement désordonné aux choses de la terre, et autres
fautes semblables trouvent facilement leur place dans le cœur des personnes tièdes. Qu`elles considèrent donc le grand risque où elles se trouvent
d`être damnées, dans l`état où elles se trouvent. Sainte Thérèse vit l`endroit qui lui était destiné dans l`enfer, si elle ne devenait pas plus fervente.
Au dire de saint Chrysostome, nous devons plus craindre le péché véniel d`habitude que le péché mortel, parce que, dit ce grand saint, le péché
mortel est un monstre qui inspire l`horreur par lui­même, tandis que la tiédeur nous laisse tranquilles et insouciants.  Notre Seigneur n`a­t­Il pas
proféré ces terribles paroles contre le tiède : ``Plût à Dieu que vous fussiez froids (sans amour ) ``­  est­ce à dire être en état de péché mortel ? Qui
le croirait, si Dieu Lui­même ne l`avait pas dit ? ‘`Mais, parce que tu es tiède, Je te vomirai de Ma bouche. ``Qui n`a pas horreur du
vomissement ? C`est pourquoi Saint Grégoire écrit : `Je ne désespère pas de voir sauvé un pécheur non encore converti, mais, du salut d`une âme
qui est tombée dans la tiédeur ? ` Sentence terrible que confirment les docteurs, quand ils enseignent qu`il est presqu`impossible qu`un tiède se
convertisse. 

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
Il suffit de commettre un péché véniel habituel et délibérément consenti, pour être tiède et se trouver dans ce danger. Qu`en sera­t­il donc de toi qui
commets toutes ces fautes avec la même facilité avec laquelle, assoiffée, tu bois de l`eau ? Mais alors, il n`y aura rien à faire pour moi, et je devrai
m`abandonner au désespoir, me dira l`âme qui se trouve dans cet état ?  
Il est bien difficile de te convertir. Cependant, ne te désespère pas. Pense bien, que ce qui est impossible sur la terre, ne l`est pas dans le ciel. Si
de tous les angles de ta volonté, tu veux secouer ce joug funeste, je t`indiquerai un moyen efficace et facile. Lève les yeux, contemple l`Image de ton
affectueuse Mère du Perpétuel­Secours. Ne vois­tu pas sur son front une étoile brillante ? C`est le symbole de ton espérance. 
Mets ta confiance en Elle, commence à la servir avec fidélité et tu sentiras ton cœur se transformer. La dévotion à cette Mère du bel amour est
incompatible avec la négligence coupable. Combien d`âmes sont sorties de la tiédeur, le jour même où elles ont commencé à avoir de la dévotion
envers Elle.  
Ce qui te manque, c`est le puissant amour qui craint de déplaire à l`aimable Jésus. Elle est la Mère de cette fervente charité qui embellit les âmes,
et Elle désire davantage te la concéder, cette charité, que toi de la recevoir. Elle te présentera au divin Enfant qui repose dans ses bras, Lui disant
: « Mon Fils, voyez cette pauvre âme, elle n`a pas un véritable amour » :  et puis, ta froideur se convertira en ferveur, comme l`eau s`est convertie en
vin. Notre­Dame t`inspirera un goût spécial pour la méditation des vérités éternelles.  Elle te communiquera une singulière dévotion à l`Auguste
Sacrement de nos autels, et tu pourras ainsi rompre les chaînes qui te tiennent emprisonnée, et devenir les délices du Cœur Sacré de Jésus.
Méditation sur l'icône : De chaque côté de l'auréole qui entoure ton visage est dessiné de grandes lettres. Ce sont les initiales des mots : Mère de
Dieu. A droite de la tête de ton Fils on aperçoit les lettres de son nom : Jésus Christ. Parce que tu es mère du Fils de Dieu fait homme, tu es aussi
secours perpétuel, sûr, irrésistible, intercession sans fin, prière efficace pour obtenir ce que nous demandons. Tu es Mère de Dieu. C'est ton titre
principal, unique, exclusif.
Il y a beaucoup de mères dont les fils ont été illustres et beaucoup de femmes qui ont exercé une influence dans les domaines du pouvoir, de l'art ou
de la science. Mais c'est toi seule que nous exaltons et vénérons, c'est en toi seule que nous nous réjouissons par­dessus toutes les créatures.
Dieu, de génération en génération, continue de révéler en toi sa miséricorde pour tous les fidèles, c'est pour cela que tous te proclament
bienheureuse.
Prière : Sainte Marie, «bénie entre toutes les femmes» prie pour nous.
Démarche :
Avant que ne se termine la neuvaine, faites une confession sérieuse et fervente, comme si elle devait être la dernière.  
Prière :
Me voici, ô ma Mère ! Je suis une de ces âmes malheureuses qui mérite de me voir abandonnée de votre Fils et de Vous, dans le misérable état
de tiédeur où je vis depuis déjà tant d`années, mais les nouvelles lumières qu`il me communique aujourd`hui par votre intercession, et cette voix
mystérieuse qui m`appelle à Le servir avec ferveur, sont des signes qu`Il ne m`a pas encore abandonnée. O Mère de toute bonté, je n`ai pas de
ferveur, je n`aime pas Jésus comme je devrais L`aimer, et je désire cependant être toute à Lui. Aidez­moi à haïr extrêmement le péché véniel,
augmentez ma ferveur. Priez, ne cessez pas de prier pour moi, afin que j`arrive au Ciel, où je serai à l`abri de tout danger de perdre Dieu, certain
de L`aimer toujours et de vous aimer Vous aussi, ô Mère du Perpétuel­Secours, pour toute l`éternité !  Amen.
Tu le vois tout de suite, ô homme, qui que tu sois et en quelque difficulté que tu te trouves, que tu n`as pas raison de te décourager : tu trouves en
Notre­Dame du Perpétuel­Secours, une Mère remplie de bonté, qui te secoure dans tes misères, si tu as confiance en Elle ! Elle te secourra
continuellement jusqu`à ce que tu sois assis un jour à côté d`Elle, dans le Ciel.
Que soit donc béni le Seigneur qui, dans Son infinie miséricorde, nous a donné Sa bienheureuse Mère comme refuge et aide opportune dans toute
tribulation, et que soit bénie celle qui est le Perpétuel­Secours des enfants exilés d`Eve, dans cette vallée de larmes. O Mère du Perpétuel­
Secours, quelle consolation, quelle douceur ressent l`âme, à prononcer Votre nom ! C`est pour sa langue, comme un miel exquis ; pour l`oreille qui
l`entend, une mélodie harmonieuse ; pour le cœur qui le savoure, la plus pure et sainte allégresse. 
O Mère du Perpétuel Secours, j'aime à contempler votre image bénie. Elle me parle avec éloquence de toutes vos grandeurs. A droite, j'y vois
l'archange Gabriel, le divin Ambassadeur qui vous salua du titre absolument unique de « Pleine de grâce ». A gauche, j'y vois l'archange Michel
dont la présence nous rappelle que vous commandez à toutes les milices célestes. En votre main droite, vous tenez les mains du Roi des rois. Tout
cela me rappelle que vous êtes la Femme bénie entre toutes les femmes, le plus bel ornement de l'univers, la créature jugée seule digne de devenir
la Mère du Verbe incarné. Vous êtes l'Immaculée, la Toute­Sainte, le chef­d'œuvre du Très­Haut. Vous êtes la Reine de la terre et des cieux, le
grand honneur de notre humanité.
O Mère admirable, loin de m'effrayer, votre incomparable grandeur ne fait qu'augmenter ma confiance : si Dieu, dans sa bonté, vous a faite si
sainte et si puissante, c'est pour notre salut, et si vous vous réjouissez de vos privilèges, c'est qu'ils vous permettent de mieux nous secourir. O
Mère incomparable, accordez­moi la grâce que je sollicite de votre maternelle tendresse.
O Mère du Perpétuel­Secours, ne permettez pas que je tombe dans la tiédeur, et si, par malheur, j`y étais tombé, faites­en sorte que je m`en relève
bientôt !  `

Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Quatrième jour de la neuvaine
Dans les tentations, Notre­Dame du Perpétuel­Secours
protège ceux qui ont de la dévotion envers elle.
Il est considéré que l`un des plus grands conflits où l`homme a besoin de manière spéciale du secours perpétuel de Marie, c`est dans la tentation,
cette lutte perpétuelle et acharnée dans laquelle nous sommes engagés contre les ennemis de notre salut.
Tous, justes et pécheurs, nous nous sentons inclinés au mal. Saint­Paul lui­même, après avoir été élevé au troisième Ciel, s`exclamait en pleurant
: " Malheureux que je suis ! Je sens en mon corps une loi tout à fait contraire à celle de l`esprit. Il m`a été donné un aiguillon, l`ange de Satan qui me
gifle. "
Toi aussi, tu sens cette loi funeste du péché qui veut dominer l`esprit, ces impulsions véhémentes de passions affamées de plaisir. Satan et un
monde trompeur te tendent aussi des pièges, et tu te vois parfois dans un grand risque de succomber par la véhémence même de la tentation. Que
d`oppressions, de sursauts pour l`âme qui désire se sauver ! Elle se voit entourée de si nombreux et de si puissants ennemis. Elle sent sa propre
débilité et faiblesse, et cependant, elle doit vaincre tous ses ennemis ensemble, sous peine de se perdre, peut­être pour une éternité.  Quelle
position plus critique !  
Que feras­tu dans cette lutte si terrible avec le monde, la chair et le démon ? 
Rendras­tu les armes, te déclarant vaincu ? Non, cela serait une grande lâcheté criminelle. Que ce ne soit pas notre conduite ! Dans toutes les
tentations, accourons plutôt à Notre­Dame, et son perpétuel secours nous obtiendra la victoire.
De l`empereur Constantin on raconte que, devant livrer une bataille décisive à Maxence, ennemi des chrétiens, il leva les yeux au ciel et vit une croix
brillante dans le firmament, avec cette inscription : " Tu vaincras par ce signe ". Ce qui se confirma par la complète déroute de Maxence. 
Notre âme est continuellement en guerre contre l`ennemi, contre tant d`ennemis, le ciel nous présente le même étendard, sur l`Image de Notre­
Dame du Perpétuel­Secours. Regarde le voile qui recouvre le front virginal de la céleste Reine. Tu y verras aussi une croix qui te promet le secours
très puissant de la compatissante Mère de Dieu. Marie est terrible contre les puissances de l`enfer, comme une armée rangée en bataille.
C`est une tour de David fabriquée avec des étendards : mille protections y sont suspendues. Contre cette tour, viendront s`émousser les flèches
pointues de l`ennemi. C`est Elle qui a écrasé la tête du serpent infernal et les puissances de l`abîme fuient seulement à entendre prononcer son
très saint nom.

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
T`es­tu arrêté assez longtemps à bien regarder l`Image de Notre­Dame du Perpétuel­Secours ? Sa vue ne te rappelle­t­elle pas les prodiges
opérés en d`autres temps, par l`Arche du Seigneur ? En effet, l`Arche de l`Alliance était revêtue d`un or très pur, elle contenait la manne tombée du
ciel, et deux anges la recouvraient de leurs ailes blanches. C`est par le moyen de l`Arche du Seigneur que le peuple de Dieu obtenait ses victoires
:  les murs de Jéricho tombèrent ; les Philistins furent vaincus, parce que l`Arche sainte était avec Israël. De la même façon, tu ne vois donc pas
briller l`or de la divine charité, dans le cœur aimant de cette affectueuse Mère ? Tu ne vois pas Jésus, la douce manne de nos âmes, dans ses bras
maternels ? Tu ne vois pas les anges dans le fond de ce tableau, ayant leurs ailes étendues ? N`est­ce pas par le moyen de son secours tout
puissant, que tant de chrétiens ont obtenu la victoire sur leurs ennemis ? Combien d`âmes ornées de la grâce du Seigneur, seraient enfoncées
dans le péché, si elles n`avaient pas invoqué Notre­Dame du Perpétuel­Secours, au moment de la tentation !  
Prends donc la ferme résolution de ne jamais entrer seule en combat avec les ennemis de ton salut, mais accompagnée de Marie très sainte ! Son
secours perpétuel te servira d`écusson et tu obtiendras ainsi autant de victoires que de combats que tu devras soutenir. 
Mère du Perpétuel­Secours, Vous êtes pour nous l`Arche sainte du Seigneur ! Avec Vous, nous gagnerons les victoires et devant Vous, les
ennemis de notre salut, fuiront, épouvantés. En toute tentation, nous invoquerons votre perpétuel secours, et Vous nous secourrez perpétuellement. 
Méditation sur l'icône : Dans les mains des anges se trouvent les instruments de la passion : lance, éponge, croix. Dans ta main gauche, Marie, tu
tiens l'Enfant Jésus. Ainsi, sur cette icône sont réunis Nazareth et le calvaire, l'enfance de ton Jésus et sa mort rédemptrice. Lorsqu'à Jérusalem tu
as présenté Jésus dans le temple, un vieillard t'a annoncé qu'un glaive te transpercerait le cœur. Depuis ce jour, ô Notre­Dame, tu n'as cessé de
penser à la signification de ce glaive. Tu étais ravie des balbutiements de ton Enfant, de ses premiers pas hésitants, et plus tard de ses
mouvements assurés. Mais tu voyais aussi, suspendue, une épée qui t'attristait profondément.
Prière : Mère du Perpétuel Secours, toi qui tiens dans tes bras l'Enfant Jésus, soutiens nos faibles forces quand nous regardons l'avenir et le
voyons sombre ou chargé de maladies et de souffrances. Nous nous confions en ta bonté, parce que ton nom de Perpétuel Secours est une
invitation à la confiance et à l'espérance.
Démarche :
S`habituer à ne pas discuter avec la tentation, et à réclamer immédiatement le secours de Notre­Dame.
Prière :
O ma Mère du Perpétuel­Secours, je bénis et je remercie mon Dieu, de m`avoir inspiré tant de confiance en Vous, parce que je sais que cette
confiance est pour moi un gage de salut !  
Ah ! Malheureux que je suis ! Si, dans le passé, je suis tombé dans le péché, c`est parce que je n`ai pas eu recours à Vous. J`espère avoir été déjà
pardonné par les mérites de Jésus et votre puissante intercession. Mais, je puis perdre de nouveau la grâce de Dieu. Le danger n`est pas passé,
et l`ennemi ne dort pas. Hélas ! Que de nouvelles tentations ne me reste­t­il pas à vaincre ! Oh ! Très douce souveraine, protégez­moi, recevez­moi
sous votre manteau, ne permettez pas que je tombe ! Prêtez­moi votre perpétuel secours, et obtenez­moi que dans les assauts de l`enfer, je
n`oublie pas de Vous invoquer, Vous répétant sans cesse : " Mère du Perpétuel­Secours, ne permettez pas que je perde mon Dieu ! "
O Mère du Perpétuel Secours, votre maternel regard réconforte nos cœurs inquiets et blessés. Vous nous apparaissez comme la Tige sacrée sur
laquelle s'épanouit la Fleur de toute pureté et de toute vertu, votre Jésus, notre Dieu. Nous L'offrant ainsi par vos mains maternelles, nos cœurs
s'ouvrent plus largement à sa venue et à ses desseins sur nous. Sur votre front brille une étoile radieuse. N'êtes­vous pas, en effet, « L'Etoile du
matin » qui nous annonce le jour du salut et de la rédemption ? N'êtes­vous pas celle qui nous rappelez la promesse évangélique du jour sans
déclin et de l'éternité bienheureuse ? N'êtes­vous pas aussi « L'Etoile de la mer » qui fait rayonner l'espoir au sein des plus noires tempêtes ?
O Mère très aimable, comme vous nous rendez léger le fardeau du devoir, et doux le joug de Jésus­Christ ! Aussi, votre souvenir me met de la joie
au cœur et l'évocation de votre nom ramène de la paix dans mon âme inquiète. Laissez­moi vous redire toujours : O Mère si digne d'être aimée, je
vous aime ! Par vous et avec vous, j'aime votre divin Fils ! O sainte Mère d'espérance, exaucez­moi !
O Mère du Perpétuel­Secours, ne nous laissez pas tomber dans la tentation, mais délivrez­nous du mal.  Amen
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Cinquième jour de la neuvaine
Notre­Dame du Perpétuel­Secours favorise ceux qui ont de la dévotion envers elle, dans tous leurs besoins et les peines de la vie.
Considérons que le monde est un lieu d`épreuve, une vallée de larmes et sanglots. Qui l`ignore ? " L`homme, dit Job, né de la femme, est pour peu
de temps sur la terre, et se trouve rempli de difficultés et de misères. " Sa peine est celle du Calvaire. Telle est la condition de tout mortel. C`est
pourquoi, l`auteur de l`Imitation de Jésus­Christ dit que l`homme a besoin de consolation. Et cette consolation, où pourra la trouver notre cœur
angoissé ?  
La trouvera­t­on chez nos amis et nos parents ? Ah non ! Ils regardent ordinairement avec indifférence nos tribulations, nos larmes ne les émeuvent
pas, et si quelqu`un s`attendrit, voyant notre douleur, souvent, il ne sait pas même, comment la mitiger, car il en est impuissant. A qui,
demanderons­nous secours dans la pauvreté, consolation dans les afflictions, conseil dans les doutes ? A qui, sinon à celle qui est le Perpétuel­
Secours des mortels ?  
Vois comment le Divin Enfant presse la main de Sa tendre Mère.  Il a vu la Croix et les instruments de la Passion que Lui présentent les anges, et Il
s`effraie. Son Cœur a dit : " J`ai toujours Ma douleur devant les yeux ".  Mais, où cherche­t­Il consolation? Chez Sa bonne Mère qui Lui tient la main
pour L`appuyer et Le réconforter dans Ses souffrances.  Apprenons du Céleste Enfant, à accourir vers la compatissante Mère du Perpétuel­
Secours, dans nos peines et nos difficultés. 
Perpétuelles sont nos misères, mais, ô consolation, perpétuel est aussi son secours! Ne te décourage pas. Ta Mère voit les nombreuses calamités
variées qui t`angoissent. Elle voit ce qui tourmente ton corps et afflige ton âme.
Es­tu pauvre ? Les embarras de ta famille ne passent pas inaperçus pour Elle, ni les angoisses de ton cœur, ni les larmes que te coûtent le
manque de moyens pour te procurer la nourriture, ou payer les créanciers, ou vêtir modestement tes enfants.
Es­tu malade ? Elle voit la douleur qui te consume, l`ennui qui t`attriste, la crainte qui t`opprime, les jours que tu passes sans soulagement, les nuits
que tu passes sans repos.
Es­tu le but de l`envie ou de la fureur d`autrui ? On te calomnie ? Trouves­tu dans ta famille même des motifs d`affliction ? Cette Mère
compatissante est témoin de ton amertume, des injustices qui te sont faites devant les tribunaux, des torts que te causent tes émules, des injustices
et des injures que tu reçois de ta parenté.  Elle compte tes larmes. Ceci, avec tout le reste qui te contraint, Elle le voit sans éloigner de toi un
moment, son bénin et pénétrant regard.  
Non seulement Elle le voit, mais il semble qu`Elle le ressent plus vivement que toi­même.  Une mère est de miséricorde, et par cela, c`est ainsi
qu`Elle voit avec des yeux de mère nos misères, et son Cœur de Mère s`en afflige. De telle façon que, comme au pied de la Croix, les plaies du
Corps Sacro­Saint de Jésus se reflètent dans le Cœur aimant de Marie, ainsi se reproduisent toutes les blessures de notre cœur déchiré, dans
celui de notre Mère céleste.  
Enfin, cette tendre Mère ne voit pas seulement nos misères et notre cœur ouvert et attendri par nos malheurs, mais Elle tient ses mains tendues, en
attitude de prompt secours. Ce pieux office, Elle l`exerce continuellement avec nous. 
Fait­Elle autre autre chose que de nous prêter secours dans nos besoins ? Pour peu que nous dirigions la pensée vers les nombreux maux
pénibles auxquels nous sommes sujets dans la vie, nous essaierons de voir qu`en tout, Elle nous défend, nous soulage et nous protège.
Aux noces de Cana, à peine comprit­Elle que le vin allait manquer, que, mue par la compassion, Elle présenta à Son Fils ce fait­là, le suppliant
doucement de lui appliquer le remède opportun. Ce n`est donc pas d`une autre façon, maintenant qu`Elle est glorieuse dans le Ciel, assise à la
droite de Son Fils, qu`Elle lui expose continuellement tous nos besoins. Elle le supplie sans cesse, soit de soulager nos misères, soit de nous
fournir un puissant secours pour les subir avec une humble résignation, selon que cela retombe pour Sa plus grande gloire et notre profit spirituel. 

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
Or, si ce sont les effets bénins dont nous profitons tous les jours, de l`amoureux secours de Marie, quelle ne devrait pas être notre gratitude envers
une Mère si bienfaisante, que ne devrait pas être notre affection pour une Mère si tendre, notre confiance en une Mère qui nous aime tant et prend
autant d`intérêt pour nous ?  Elle a toujours les yeux fixés sur nos misères, le Cœur toujours enclin à y compatir et les mains toujours ouvertes en
attitude de vouloir y remédier.  Accourons donc continuellement et dévotement à cette Mère de tant de bonté, lui exposant tous nos besoins avec
une confiance filiale, et soyons assurés que nous aurons toujours en Elle notre perpétuel soulagement, courage et perpétuelle consolation.  Amen.
Méditation sur l'icône : De la main gauche, tu tiens l'Enfant. Avec ta main droite tu serres les mains de Jésus et de tes longs doigts effilés, tu
montres ton visage. Un jour à Cana, tu as dit : « faites tout ce qu'il vous dira ». Tu nous montres Jésus, celui qui par excellence est bon et puissant.
C'est pourquoi sur l'icône tu nous rappelles que tu es celle qui montre le chemin, tu es la conductrice, Hodigitria, la Vierge du Chemin.
A la transfiguration, Dieu le Père a fait entendre sa voix : « Celui­ci est mon fils bien­aimé ; écoutez­le » tu es Mère, le signe qui nous permet de
reconnaître la présence aimable et réconfortante de Jésus Christ. Où il est, Lui, tu es là aussi, inséparablement unis. Mère et premier disciple de
Jésus, tu nous dis et redis qu'être chrétien consiste à suivre ton fils et que tu veux nous conduire par la main jusqu'à Lui.
Prière : Nous te remercions, Marie, parce que tu éclaires notre route vers la maison du Père. Ravive notre foi, soutiens notre espérance lorsque se
fait sentir la fatigue du voyage.
Démarche :
Lorsque quelque difficulté se présente, dites : " O Mère du Perpétuel­Secours, éloignez de moi ce calice ou donnez­moi une vertu et une force pour
le supporter par amour pour mon Dieu ! "
Prière :
O Mère du Perpétuel­Secours, de la même manière que se présente à une grande reine un pauvre ulcéreux déguenillé, je me présente à Vous qui
êtes la Reine du Ciel et de la terre. De ce trône éminent où Vous êtes assise, je Vous supplie, ne dédaignez pas de tourner vos yeux
miséricordieux vers ce malheureux pécheur. C`est pourquoi, Dieu Vous a enrichie autant, pour secourir les pauvres, et Vous a constituée Reine de
la Miséricorde, afin que Vous puissiez soulager les misérables.  Regardez­moi donc et ayez pitié de moi. Je n`ignore pas que votre Cœur pieux
trouve consolation à secourir les misérables. Qu`il soit consolé aujourd`hui en consolant le mien, puisque Vous en avez l`occasion. Voyez, ô tendre
Mère, les angoisses de mon cœur, voyez les embarras de ma famille ! Il y a tant de motifs d`affliction en ma propre maison et tant de persécution
de la part de mon prochain. La maladie tourmente mon corps et les peines intérieures dévorent mon âme. En ces afflictions, à qui dois­je accourir,
ô ma Dame et ma Mère, sinon à Vous qui êtes Mère du Perpétuel­Secours ?  Permettez­moi donc de Vous dire comme Saint­Bernard :  
" Souvenez­Vous, ô pieuse Vierge Marie, que l`on n`a jamais entendu dire qu`aucun de ceux qui ont eu recours à Vous, aient été
abandonnés. Animés d`une pareille confiance, je recours à vous ô Vierge des vierges, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne
à vos pieds. Ne rejetez pas mes prières, ô Mère du Verbe divin, mais écoutez­les favorablement et daignez les exaucer. Amen.  " 
O Mère du Perpétuel Secours, je trouve en votre sainte image un autre motif d'espérer en votre bonté. Vous vous y montrez aussi la Mère des
douleurs. Celui que vous étreignez dans vos bras, c'est Jésus, crucifié dans son cœur avant de l'être dans sa chair. Déjà lui sont représentés les
instruments de la passion et vous souffrez avec lui à cette vue prophétique.
Comme vous, ô Marie, je compatis aux souffrances de votre Fils et, comme lui, je compatis aux vôtres. Ma compassion est d'autant plus vive que
ce sont nos péchés qui, en clouant Jésus à la croix, ont torturé votre âme si aimante. Aujourd'hui, c'est au nom de vos douleurs que je vous prie.
Donnez­moi la contrition de tous mes péchés et le courage de les éviter désormais. Daignez aussi agréer favorablement la requête que je vous
adresse dans cette neuvaine.
Dans toutes mes difficultés et misères, venez à mon secours, ô Mère de bonté !
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Sixième jour de la neuvaine 
Notre­Dame du Perpétuel­Secours conserve
ceux qui ont de la dévotion pour elle, dans la pratique des vertus.
S`il était suffisant d`éviter le péché, pour être tout à fait agréable au Seigneur, le service de notre Mère s`arrêterait là et cela ne nous fournirait que
son Perpétuel Secours. Mais Dieu ne se contente pas de ne pas être offensé. Il exige un service positif, Il veut que nous soyons parfaits. " Soyez
parfaits, comme votre Père céleste est parfait."  A cet effet, Il veut que nous nous consacrions à l`exercice de ces vertus chrétiennes. Mais,
combien de difficultés ne devons­nous pas rencontrer dans le chemin qui conduit au saint mont de la perfection ! Il semble que le bien, étant déjà un
bien, est déjà contraire à notre nature corrompue. N`en avez­vous pas fait l`expérience ? Que notre cœur est aride et stérile et est incapable de
produire un fruit quelconque digne de vie éternelle, si les célestes eaux de la grâce ne descendent pas le féconder ! Lorsqu`une âme veut vraiment
se sanctifier, elle renonce à elle­même, avance chaque jour dans la perfection, elle expérimente ce que dit l`auteur de l`imitation :  ...que la
sanctification n`est pas un jeu d`enfants, ni le travail d`un jour ...". Elle ressent alors le besoin d`un secours puissant et perpétuel, d`une aide
continuelle. Ce perpétuel­secours, ne l`avons­nous pas ! Pourquoi nous effrayer ? Pourquoi reculer devant la difficulté ? N`avons­nous pas Notre­
Dame du Perpétuel­Secours, justement pour nous secourir ? Reprenez courage, votre Mère vous aidera. Ne voyez­vous pas qu`Elle vous présente
l`Enfant­Jésus ? Pourquoi, sinon pour vous encourager dans la pratique de la vertu ? Le seul fait de savoir que son roi le contemple, donne du
courage au guerrier dans les combats. Ainsi, lorsque le bien nous semble difficile, quand nous sommes sur le point de défaillir, tournons nos yeux
vers l`Image de Notre­Dame du Perpétuel­Secours. La vue de l`Enfant adorable qui doit nous récompenser un jour, nous réanimera et nous aurons
la force de pratiquer les vertus les plus héroïques.  
Enfants de Marie, vous voudriez être véritablement vertueux, mais vous ressentez toujours en vous ce fond d`amour propre qui empoisonne vos
bonnes œuvres. 
Invoquez Notre­Dame du Perpétuel­Secours et bientôt votre esprit, comme le Sien, ne recherchera plus que l`approbation et la gloire de Dieu. Tu
es en butte à de continuelles contradictions ? La patience te manque ? Invoque souvent Notre­Dame du Perpétuel­Secours, et tu seras doux et
humble de cœur. 
Ton ardent désir est de vivre dégagé de tout attachement désordonné à la créature, et toujours ce misérable cœur se complaît dans les vanités du
monde ?  Invoque Notre­Dame du Perpétuel­Secours, et tu comprendras la vanité de tout le créé.  Le lis blanc de la chasteté t`attire, tu désires le
conserver immaculé, ou l`acquérir de nouveau, si par malheur tu l`as perdu ? Invoque Notre­Dame du Perpétuel­Secours, et tu découvriras bientôt
en toi Celui qui aime à paître parmi les lis. " Comme un lis parmi des épines, ainsi est mon aimé parmi les vierges."
La Foi, l`Espérance et la Charité, reine des vertus, veulent fixer leur trône dans ton cœur. Qui te concédera cette faveur, sinon la Vierge, sur le front
de qui brille l`Etoile de la foi, et apparaît la Croix qui est toute notre espérance, et dans ses bras l`amour au Divin Jésus?  
La blessure d`une injure reçue, ne veut pas se fermer dans ton cœur ? Invoque Notre­Dame du Perpétuel­Secours, et tu réussiras à faire du bien à
ceux qui t`ont offensé. Enfin, tu es dans la fleur de l`âge, le choix d`un état de vie te préoccupe ? 
Prie­la comme d`autres âmes qu`elle a déjà aidées, les éclairant en plus sur les vanités du siècle, et les enflammant de l`amour envers leur Dieu,
au point de tout abandonner pour se consacrer au Seigneur, par les vœux sacrés de la religion. Finalement, puisque tu as choisi ta vocation et veux
obtenir ta sanctification rapidement, essaie d`avoir une grande dévotion à Notre­Dame, et tu l`obtiendras.
Comme ils avancent rapidement dans le chemin de la perfection ceux qui se consacrent au culte de Notre­Dame ! Cette précieuse dévotion
semble leur donner des ailes pour voler jusqu`au sommet de la sainteté !  C`est ce que disent les prêtres qui l`ont inculquée à leurs pénitents. Ce
n`est qu`au Ciel que l`on connaîtra le nombre des âmes qui sont parvenues à la perfection par ce moyen si facile !  Dès maintenant, âmes pieuses,
dédiez­vous donc au service de cette Mère toute de bonté, et un jour, vous serez couronnées dans la gloire.

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
Méditation sur l'icône : Marie, nous regardions ton Enfant. Ce n'est pas vraiment un bébé. Il est vif comme un enfant de plusieurs années. Nous
retournons en pensée à Nazareth, à la vie de famille monotone et tranquille. Tu te consacrais aux besognes domestiques : la cuisine, le four, la
corvée d'eau et de bois ; tu allais à la fontaine publique du village en tenant Jésus par la main. Là, on saluait les gens, on parlait, on commentait les
nouvelles du pays, pendant que les enfants du village, et Jésus avec eux, jouaient avec entrain. Tu souriais avec satisfaction. Avec Joseph et Jésus,
tu formais une famille modeste d'Israël.
Prière : Mère de bonté, éclaire­nous, pour que dans la fatigue des jours nous reconnaissions la présence du Père du ciel, qui ne nous abandonne
jamais, même quand notre foi pâlit et que les difficultés nous écrasent. Donne­nous la force, afin que, pleins de confiance, nous demandions, selon
l'enseignement de Jésus, notre pain de chaque jour, et qu'il ne nous permette pas de tomber dans la tentation et le désespoir.
Démarche :
Récitez le chapelet en l`honneur de Notre­Dame du Perpétuel­Secours, pour obtenir le don de ne jamais faiblir dans la pratique de la vertu. 
Prière :
O ma Mère du Perpétuel­Secours, comment est­il possible que Vous, étant si sainte, je doive être si méchant ! Je ne viens pas aujourd`hui Vous
demander des biens temporels, mais des choses qui soient agréables à votre Cœur. 
Vous qui êtes très humble, obtenez­moi donc l`humilité et l`amour des mépris. 
Vous qui avez été très patiente dans les peines de la vie, obtenez­moi la patience dans les contrariétés. 
Vous qui avez toujours été détachée des biens de la terre, obtenez­moi le détachement de toutes les créatures. Vous qui fûtes toujours la pureté
même, obtenez­moi une parfaite pureté de cœur. 
Vous qui avez toujours été remplie de l`amour de Dieu, obtenez­moi le don du pur et saint amour. 
Vous qui avez été toute charité envers le prochain, obtenez­moi d`aimer mes frères, saintement et efficacement. 
Vous qui avez toujours été unie à la volonté de Dieu, obtenez­moi la même grâce, surtout dans le choix de mon état, et en une complète conformité
avec toutes les dispositions de la divine Providence.  En un mot, ô la plus sainte des créatures, rendez­moi saint !  Ce sont les grâces que je Vous
demande. Ne permettez pas que je défaille dans la pratique de la vertu, ô Marie, ma Mère, mon amour, ma vie, mon refuge, ma consolation, mon
Perpétuel Secours.  Amen.
O Mère du Perpétuel Secours, parce que vous êtes bonne et que vous êtes notre Mère, la souffrance vous a faite compatissante à nos peines.
Cette compassion à notre égard, je la vois dans vos yeux empreints d'une pitié attendrie. Ils se fixent moins sur votre divin Fils que sur vos pauvres
enfants de la terre. Qu'il est doux à l'âme accablée de rencontrer un cœur ami qui sache compatir ! mais quand ce cœur est celui d'une mère, et
d'une mère telle que vous, c'est l'une des plus grandes consolations de la vie.
A vos pieds, je viens donc reprendre courage, ô Mère compatissante ! Je suis sûr que vous n'abandonnerez pas votre enfant. Ecoutez le cri de ma
misère. Dites à mon âme la parole qui console et accordez­moi la faveur que j'implore de votre bonté.
O Mère du Perpétuel­Secours, je veux être un fidèle imitateur de vos vertus !  Aidez­moi dans une si noble entreprise.
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Septième jour de la neuvaine
Notre­Dame du Perpétuel­Secours concède la constance dans son service,
à ceux qui ont une dévotion envers elle
La persévérance ! Grand problème, question capitale de vie ou de mort, tourment perpétuel des âmes qui veulent se sauver. N`avez­vous jamais
dit en tremblant, vous voyant entourés de tant de dangers et surtout, voyant tomber des âmes qui semblaient confirmées dans le bien, sentant les
passions violentes se soulever et en examinant votre propre inconstance : « Hélas, me sauverai­je ? Mes fautes m`ont­elles été pardonnées ? Je
l`espère. Suis­je en grâce avec Dieu ? Pourrai­je persévérer dans le bien, jusqu`à la fin ? Quelle sera ma sentence au jugement ? Me retrouverai­je
au nombre des prédestinés ? Enfin, quel sera mon sort dans l`éternité? » 
Réflexions terrifiantes, question dont la réponse incertaine remplit le cœur d`angoisses. Sainte Thérèse ne comprenait pas que la plume ne lui
tombât de la main lorsqu`elle écrivait sur ce sujet. Saint­Paul craignait d`être du nombre des réprouvés, après avoir prêché aux autres, et Saint­
Jérôme répondait d`avance par des cris d`épouvante, au son de la trompette du jugement final.  
Donc, comment sortir de ce doute accablant ? Comment trouver des garanties de tranquillité ? Un grand saint nous le dit : " A quoi sert de remuer
ces questions agitées par les savants, pour savoir si tu te sauveras ou te perdras ? Si nous sommes de véritables enfants de Marie, nous serons
certainement du nombre des élus. " C`est la doctrine de tous les Docteurs de l`Église. C`est impossible que soit damné celui qui compte sur le
secours tout puissant de Marie. Parole consolatrice qui doit nous remplir de confiance et de dévotion. Mais ceci se comprend sous la condition de
vivre sans péché ou au moins de désirer en sortir, parce que si quelqu`un acceptait par sa propre faute de pécher dans l`espérance que la Très
Sainte Vierge le sauve, il se rendrait indigne et incapable d`être protégé par Elle. C`est donc vrai, ô Mère du Perpétuel­Secours, que si je suis
votre fidèle serviteur, Vous me sauverez infailliblement ! Je Vous servirai donc, je Vous aimerai, je Vous invoquerai toujours.  
Tous ceux qui avaient de la dévotion à la Très Sainte Vierge au début, ont­ils persévéré dans son service ? Chez Notre Mère du Perpétuel­
Secours, se trouve un remède pour cette grande misère qui se nomme inconstance. C`est Elle­même qui doit nous aider à persévérer dans son
service.  
Si toutes les grâces passent par les mains de Marie, pourquoi cette grâce toute spéciale ... la grâce des grâces de l`invoquer perpétuellement, ne
passerait­elle pas aussi par ses mains ? Son nom de Perpétuel­Secours n`est­il pas une garantie presque certaine qu`elle nous secourra
perpétuellement, et comment pourrions­nous alors défaillir dans son amour et l`oublier ? 
Lorsqu`une âme a d`abord une belle dévotion envers Elle et qu`elle veut l`abandonner, cette tendre Mère se tient pour ainsi dire, à la porte de son
cœur, elle frappe jusqu`à ce qu`elle lui ouvre, c`est­à­dire jusqu`à ce que l`infidèle revienne à sa première ferveur. Nous avons donc un moyen
infaillible de nous assurer la persévérance dans la dévotion à Marie : il suffit de lui demander la grâce de toujours la supplier, lui demander
aujourd`hui cette grâce, la lui demander demain et tous les jours.
Nous concluons donc en disant avec Saint­Bernard : " O homme, qui que tu sois, tu ne manques pas de savoir qu`en cette vie, tu vas plutôt en
chancelant, entre les dangers et les tempêtes, qu`en marchant sur la terre ferme ! Si tu ne veux pas être submergé, garde tes yeux fixés sur cette
étoile, MARIE. Regarde­La souvent.  Dans les dangers de pécher, dans les angoisses des tentations, dans les doutes sur ce que tu dois résoudre,
pense que Marie peut t`aider, et appelle­La ensuite, à ton secours. Que son nom soit toujours dans ton cœur, pour t`inspirer confiance, et sur tes
lèvres pour l`invoquer. Suis Marie et tu ne t`égareras pas dans le chemin du salut.  Recommande­toi à Elle, et tu ne manqueras pas de confiance. 
Si sa main te soutient, tu ne tomberas pas. Si Elle est ton guide, tu te sauveras sans effort, et finalement, si Marie prend ta défense, tu arriveras
infailliblement au Royaume des bienheureux. Fais cela de cette manière et tu vivras. " Amen.
Méditation sur l'icône : Sur ton front, Mère pleine de bonté, nous voyons une étoile qui nous rappelle l'étoile qui conduisit les mages d'Orient jusqu'à
Bethléem pour y adorer l'enfant Jésus. Tu es comme l'étoile de Bethléem : tu nous conduis à Jésus et tu nous montres où nous pouvons le
rencontrer : dans sa parole, dans l'eucharistie, dans le silence de la prière, dans nos frères, spécialement les plus pauvres et les plus abandonnés.
Après la résurrection de ton Fils, tu te trouvais avec les premiers disciples, vigilants dans la prière. C'est pourquoi, au matin de la Pentecôte, quand
le Saint Esprit lança le programme de l'évangélisation du monde entier, tu étais là, au milieu des Apôtres, accompagnant les premiers pas de
l'Eglise missionnaire.
Prière : Ô Marie, étoile de l'évangélisation, aide­nous à accomplir notre mission de disciples de ton Fils. Bénis les efforts de tous ceux qui
proclament l'Evangile.
Démarche :

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
 Ne pas passer un seul jour sans réciter trois Ave Maria, soir et matin, à Notre­Dame du Perpétuel­Secours, pour obtenir la grâce de l`invoquer le
lendemain.
Prière :
O ma Mère du Perpétuel­Secours, je dépose ma pauvre âme entre vos mains. Je Vous confie ma persévérance, ô mon avocate, moi, malheureux
pécheur. Prenez­moi sous votre protection et cela me suffit. Oui, parce que si Vous me protégez, je n`aurai rien à craindre. 
Je ne crains pas pour mes péchés, parce que Vous remédierez au mal qu`ils m`ont causé. 
Je ne crains pas les démons, parce que Vous êtes plus forte que tout l`enfer. 
Je ne crains pas même mon Juge, parce qu`une seule de vos paroles apaise Sa juste indignation. Non, je ne crains rien. 
Hélas, cependant, ma Mère, une crainte m`assaille et c`est de Vous oublier, de cesser un seul jour de Vous appeler à mon secours, et me perdre
ainsi pour toute l`éternité. Oh ! ma tendre Mère, obtenez­moi la grâce de me recommander toujours à Vous, et si maintenant, Vous prévoyez qu`un
jour je dois Vous abandonner, faites que je meure aujourd`hui à vos pieds, avant que le monde soit témoin de cette grande ingratitude ! Mais non, ô
Marie, je ne Vous oublierai pas, que ma main droite sèche plutôt, que ma langue se paralyse, si un jour je ne dois pas aller chanter vos
miséricordes, pour les siècles des siècles. 
O Mère du Perpétuel­Secours, concédez­moi votre aide puissante, et faites en sorte que je Vous le demande sans cesse.``Amen.
O Mère du Perpétuel Secours, vous êtes la Médiatrice de toute grâce. Oui, vous êtes la trésorière du Bon Dieu qui veut que toute grâce passe par
vos mains avant de nous être donnée. Votre image me rappelle que vous êtes la Mère de Jésus, la Mère des douleurs, et que vous êtes ma Mère.
Mère de Jésus, vous êtes si intimement unie au Cœur de votre Fils. Mère des douleurs, vos souffrances, unies à celles de Jésus, ont coopéré à
notre salut. Mère des hommes, vous avez accepté de nous venir en aide.
Oui, je le sais, une âme fidèle à vous invoquer est sûre de votre protection et une âme protégée par vous ne peut se perdre. C'est donc avec
assurance que j'ai recours à vous. Obtenez­moi, à votre ressemblance, la fidélité dans le service des intérêts de Dieu. Obtenez­moi aussi la faveur
que, durant cette neuvaine, je sollicite de votre maternelle tendresse.
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Huitième jour de la neuvaine
A l’heure de la mort, Notre­Dame du Perpétuel­Secours
protège ceux qui ont eu de la dévotion envers elle.
En tout temps et circonstance, l`homme a besoin du secours béni de Marie, néanmoins jamais autant que dans les angoisses de la mort, qui sont
les plus fortes que l`on peut ressentir en ce monde.
Terribles, oui, bien terribles sont les peines des moribonds. Tout conspire à rendre ces derniers instants terribles : le souvenir des péchés commis,
la crainte des jugements incompréhensibles d`un Dieu offensé, l`incertitude du salut éternel, tout, tout. L`enfer s`arme alors spécialement, et
emploie toutes ses forces pour s`emparer de cette âme qui va passer à l`éternité, car il sait qu`il ne lui reste que peu de temps avant d`être jugée,
et que, s`il ne réussit pas à la perdre auparavant, elle sera sauvée pour toujours. C`est pourquoi, l`Esprit malin, habitué à la tenter dans la vie, ne se
contente pas d`être seul pour la tenter à l`heure de la mort, mais il appelle ses compagnons pour l`aider. On dit que lorsque Saint­André Avelin fut
sur le point de mourir, dix mille démons se réunirent dans sa cellule, pour le tenter. 
Mais, si nous avons alors en notre faveur le tout puissant secours de Marie, qui pourra nous vaincre ? Comment cette Mère toute de bonté pourra­t­
Elle nous refuser son secours, si nous sommes persévérants à le lui demander ? Elle­même révéla à Sainte­Gertrude, qu`à l`heure de la mort, Elle
concède à ceux qui l`ont aimée, autant de secours que de fois qu`ils l`ont implorée dans la vie.  
Que tu serais chanceux à l`heure de la mort, de te trouver lié par les chaînes de l`amour à Notre­Dame du Perpétuel­Secours ! Chaînes de salut et
de gloire éternelle. Non, cette tendre Mère ne peut abandonner ses véritables enfants dans ce moment suprême. Mère du Perpétuel­Secours,
comme Elle les a secourus au temps de l`exil, ainsi Elle montre aussi sa douceur à l`heure de la mort, et la leur obtient douce et heureuse.  
Avant tout, se montrant digne du beau nom qu`Elle porte, elle envoie le prince saint Michel et tous les anges, au secours de ses fidèles enfants
moribonds, pour qu`ils aillent les défendre des embûches des démons, et recevoir les âmes de tous ceux qui se sont continuellement
recommandés à Elle.  
Elle ne se contente pas d`envoyer les anges au secours de ceux qui l`aiment, Elle viendra Elle­même, en personne, les assister, en ces derniers
moments.  
Depuis ce grand jour où Elle eut la chance et en même temps la douleur d`assister son fils Jésus qui est le Chef des prédestinés, elle obtint la
grâce d`assister aussi, tous ceux qui le méritent en ce moment terrible. C`est pourquoi, la sainte Eglise nous fait prier et demander son secours,
spécialement à l`heure de la mort. " Priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l`heure de notre mort."  
Cela est en conformité avec ce que la Vierge Très Sainte a dit à Sainte­Brigitte, parlant de ceux qui l`aiment : " Alors, ma fille, Moi, comme leur
Dame et Mère, lorsqu`ils meurent, je sors à leur rencontre, pour qu`ils aient de la consolation et du soulagement ... " L`amoureuse Reine couvre
alors de son manteau ces âmes, et les présente au Juge, son Fils, et leur obtient ainsi certainement le salut éternel.  
Chrétien, même si tu as été pécheur, tu ne manqueras de goûter à cette consolation, pourvu que dorénavant tu essaies de bien vivre et de bien
servir cette gracieuse Dame si généreuse. Dans tes angoisses et dans les tentations où le Démon t`assaillira au moment de la mort, pour te faire
désespérer, Notre­Dame du Perpétuel­Secours te donnera la force et Elle viendra même te défendre.  Avec une telle Mère et Protectrice, que
pourras­tu craindre, ô pécheur ?
Méditation sur l'icône : Ton icône, ô Marie, est faite de contrastes. La sandale de l'Enfant Jésus se détache, pendant que ses mains s'agrippent à la
tienne. Les instruments de la Passion sont tenus dans un manteau, comme s'ils venaient d'être recueillis après la résurrection. Les couleurs
choisies par le peintre accentuent aussi les contrastes: le bleu, le rouge, le vert des habits, et le fond d'or. En outre, le peintre a voulu distinguer cinq
plans dans le tableau. Au premier plan, la main qui montre le Sauveur. Puis l'Enfant Jésus. Au troisième plan, toi, Marie. Plus loin, les anges avec
les instruments de la Passion. Et, comme fond de tableau, la lumière glorieuse du fond d'or. C'est pourquoi cette icône manifeste à tous qui est le
Sauveur et le montre à Nazareth, au calvaire et dans la gloire.
Prière : Ô Mère, enseigne­moi à vivre avec confiance les situations contrastées de la vie : chaque jour il faut naître et chaque jour il faut mourir.
Aide­moi à comprendre toujours mieux le mystère de notre salut, qui passe par la croix et la souffrance pour aboutir au triomphe de la résurrection.
Démarche :
Se recommander trois fois par jour, à Notre­Dame du Perpétuel­Secours, pour obtenir une heureuse mort.   
Prière :
Mère du Perpétuel­Secours, qu`en sera­t­il de moi, lorsque je serai sur le point de remettre mon âme à Dieu ! Dès maintenant, quand je considère
mes péchés, quand je pense à ce moment terrible qui doit décider de mon salut ou de ma perdition éternelle, quand je médite sur mon dernier
soupir et au jugement qui doit suivre, je me mets à trembler, et je me sens confondu. Oh ! Ma Mère du Perpétuel­Secours, ne m`abandonnez pas à
cette heure terrible ! Qu`en sera­t­il de moi, si Vous m`abandonnez en ce moment suprême ? Vierge Sainte, mon espérance, venez à mon secours,
dans les terribles angoisses dont je serai encore prisonnier ! Fortifiez­moi, quand le démon voudra me lancer dans le désespoir, par le souvenir
des péchés que j`ai commis.  
Obtenez­moi la grâce de Vous invoquer alors, plus souvent que jamais, afin d`expirer en prononçant votre nom si doux, avec celui de votre adorable
Fils, et que je meure en aimant Dieu et Vous aimant, VOUS, afin d`aller ensuite Vous aimer éternellement, dans le Paradis.  
Que soit louée, aimée, invoquée et éternellement bénie, la Vierge du Perpétuel­Secours !  Qu`elle soit mon espérance, mon amour, ma Mère, mon
refuge et ma vie.  Amen. 

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
O Mère du Perpétuel Secours, un sentiment de crainte me serre parfois le cœur. En effet, lorsque je songe à ma misère, je me trouve audacieux
d'oser m'adresser à vous et d'implorer vos faveurs. Cependant, votre douce image semble me dire : «Confiance, mon enfant ! Ne suis­je pas la
Mère de la miséricorde qui cherche, non des mérites à récompenser, mais des maux à guérir ? Mon titre de Mère du Perpétuel Secours ne
proclame­t­il pas que Dieu m'envoie vers vous pour vous soulager en son Nom de toutes vos misères ? »
C'est donc à votre clémence que je fais appel aujourd'hui, ô Marie. Ma confiance repose toute entière sur votre indulgente et compatissante bonté.
A vous de me protéger, de me secourir, de me consoler de la manière que vous savez le mieux ;
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous. 
Neuvième jour de la neuvaine
Dans le purgatoire, Notre­Dame du Perpétuel­Secours aide ceux qui l’ont aimée 
L`exercice de la miséricorde de Marie s`arrêterait­il au seuil de l`éternité ou devant le tribunal de Jésus­Christ ? Oh non ! Elle considère que son
secours est perpétuel ! Avec une sollicitude maternelle, Elle continue de nous faire ses faveurs jusqu`à ce qu`Elle nous voie à son côté, dans la
gloire. Cette pieuse Mère secoure ses dévots, non seulement dans tous les besoins de la vie et de la mort, mais aussi dans le purgatoire. Comme
les âmes qui y sont détenues ont besoin d`un plus grand secours, parce qu`elles sont tourmentées et ne peuvent se soulager par elles­mêmes,
cette Reine de miséricorde s`occupe à les secourir avec plus d`efficacité.  
Avant tout, le seul fait d`entendre prononcer son très saint Nom, soulage ces malheureuses prisonnières. Elles se consolent à penser que le
secours de leur Mère est perpétuel, et s`étend aussi par conséquent, à cette prison horrible. Sainte­Brigitte entendit un jour Jésus Lui dire : " Tu es
ma Mère, la Mère de miséricorde, la consolation de ceux qui sont dans le purgatoire. " Et la bienheureuse Vierge a dit à cette sainte : ainsi qu`à un
pauvre malade affligé et abandonné sur son lit de douleur, lui fait du bien les paroles de consolation qu`on lui adresse, de la même façon aussi, ces
âmes­là se consolent seulement à entendre son nom. Ce nom est pour ses enfants chéris, d`un grand soulagement, dans cette prison­là. C`est
pourquoi elles l`invoquent fréquemment, et la Mère amoureuse, s`entendant invoquer, leur prodigue son maternel secours, présente leurs prières à
Dieu, et voilà pourquoi, bien des âmes sont secourues et rafraîchies, comme par une céleste rosée, dans leurs grandes souffrances.  
En plus, comme Reine souveraine, Elle exerce sa domination et sa pleine puissance sur cette prison, autant pour soulager que pour délivrer de
leurs peines ces saintes prisonnières. Quant à les soulager, Saint­Bernard de Sienne, appliquant à ce sujet ces paroles de l`Ecclésiastique : " Je
me suis promené sur les vagues de la mer " dit :  c`est­à­dire, en visitant ces âmes et les secourant dans leurs besoins et leurs peines, celles­là
mêmes qui ont eu de la dévotion envers Moi, car elles sont mes enfants. Les peines du purgatoire s`appellent " vagues ", ajoute le saint, parce
qu`elles sont transitoires. C`est la différence avec celles de l`enfer qui ne passent jamais, et qui sont appelées vagues de la mer, parce que ce sont
des peines très sévères et amère.  
Affligés par ces peines, les enfants de Marie sont souvent visités et secourus par Elle.
Marie Elle­même, révéla à Sainte­Brigitte, qu`Elle était la Mère de toutes les âmes qui se trouvent dans le purgatoire, parce que toutes les peines
qu`elles méritent par les fautes qu`elles ont commises dans la vie, d`une certaine façon, diminuent d`heure en heure, par Ses supplications. Parfois,
la pieuse Mère ne dédaigne pas de descendre à cette sainte prison, pour visiter et consoler Ses enfants affligés. Comme il est alors important de
se dédier au culte de cette Reine toute de bonté, puisqu`Elle n`oublie pas ceux qui l`aiment et qui sont dans les flammes purificatrices du purgatoire
!  
Mais, Marie fait plus que consoler, Elle secoure et visite ses enfants dans la prison de l`expiation. Elle les retire parfois de là, pour les conduire au
Ciel. Le jour de Sa glorieuse Assomption, dit une pieuse tradition, le purgatoire se vida, parce que Marie avait demandé et obtenu de Jésus­Christ,
d`élever avec Elle dans la gloire, toutes les âmes qui gémissaient alors dans ce lieu où le feu purifie de toute tache. Et l`on peut croire que par Ses
prières et supplications, Elle a le singulier privilège de libérer, comme il lui plaît, les âmes du purgatoire, spécialement celles de Ses enfants qui ont
eu plus de dévotion envers Elle. Sois donc un sincère amant de cette tendre Mère, afin de ressentir aussi, les doux effets de Son maternel secours,
quand tu seras dans le purgatoire. Plus encore, demande­Lui de te l`obtenir, avant de mourir, cette grâce, de faire un acte d`amour si parfait, qu`il
te fera voler au Ciel, sans même passer par ces flammes purificatrices. 
Méditation sur l'icône : Nous terminons cette neuvaine, ô Notre­Dame, pleins d'admiration d'avoir pu constater sur ton icône le sens de ton nom. Ce
sens est reflété dans la tendresse de tes yeux. Tu es le Perpétuel Secours, parce que tes yeux, de quelque coté qu'on les regarde, gauche ou
droite, se posent sur nous pleins de tendresse et du désir de nous protéger. Ils nous suivent partout, quelles que soient nos conditions de vie, nos
écarts, défauts et reculs.
Tu es le Perpétuel Secours, parce que le geste par lequel tu soutiens Jésus se prolonge sans fin : tu es toujours à ses cotés comme celle qui ne
cesse d'intercéder pour nous.
Prière : Perpétuel Secours, parce que telle est ta mission : médiatrice de la grâce de Dieu, qui est inépuisable, malgré l'immensité de nos fautes.
Obtiens­nous la grâce de correspondre à ton perpétuel secours par notre recours perpétuel à la prière.
Ainsi soit­il.
Démarche :
Entendre la Messe et y communier en l`honneur de Notre­Dame du Perpétuel­Secours, et pour les âmes du purgatoire.  
Prière :
Mère du Perpétuel­Secours, Vous qui n`abandonnez jamais vos enfants fidèles et qui les secourez perpétuellement dans la vie, dans la mort, et
même jusque dans le purgatoire, voyez ici à vos pieds un pauvre pécheur qui, rempli de confiance, accourt à Vous, et à Vous s`abandonne ! J`ai
commis de nombreux et gros péchés, ô ma Mère ! J`espère qu`ils m`ont été pardonnés, mais je ne sais si j`ai suffisamment fait pénitence ! Il est
probable que je devrai terminer de les expier dans le purgatoire. Si tel était mon sort, ne manquez pas de me visiter dans cette terrible prison
! Consolez­moi alors, et soulagez mes peines. Enfin, soyez mon Perpétuel­Secours, pour me voir bientôt Vous louer dans le Ciel, et chanter vos
miséricordes, pour toute l`éternité. 
O Mère du Perpétuel­Secours, ayez pitié des âmes du purgatoire, et spécialement de celles qui ont eu de la dévotion envers Vous.
O Mère du Perpétuel­Secours, priez pour nous, maintenant et à l`heure de notre mort.  Amen. 
O Mère du Perpétuel Secours, me voici arrivé au terme de cette neuvaine où, chaque jour, je suis venu me prosterner à vos pieds. Aujourd'hui plus
que jamais, ma supplication monte vers vous, ardente et confiante. Je ne puis en douter, vous avez entendu le cri de ma prière : vous m'accorderez
ce que je sollicite, ou une grâce plus précieuse encore. Par votre Fils crucifié pour nous, par vos douleurs unies aux siennes, par votre amour
miséricordieux, par votre titre de Mère du Perpétuel secours, exaucez­moi si telle est la volonté de Dieu !
O ma Mère, ma confiance est si grande que, dès à présent, je vous dis merci ! Merci pour les grâces du passé ; merci pour celles que j'attends de
votre inépuisable amour ! O Mère secourable, comme Jésus vous a donnée à nous, maintenant donnez­nous Jésus pour toujours, car c'est Lui la
Grâce des grâces ! Amen.
Notre Père, Je vous salue Marie, Souvenez­vous.
Litanies de Notre­Dame du Perpétuel Secours
Seigneur, ayez pitié de nous !
Jésus­Christ, ayez pitié de nous !
Seigneur, ayez pitié de nous !
Jésus­Christ, écoutez­nous.
Jésus­Christ, exaucez­nous. 
Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous ! 
Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous ! 
Esprit­Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous ! 
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous !
TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950
Sainte Marie, priez pour nous.
Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.
Sainte Vierge des vierges, priez pour nous.
Mère du Christ, priez pour nous.
Reine conçue sans péché, priez pour nous.
Reine du Très Saint Rosaire, priez pour nous.
Notre­Dame du Perpétuel Secours, priez pour nous.
O Mère du Perpétuel Secours, dont le nom inspire la confiance,
venez à notre secours, ô charitable Mère.
Pour que nous puissions aimer Dieu de tout notre cœur, venez à notre secours, …
Pour que nous nous conformions en toute choses à la Volonté de Dieu et à Celle de Votre Divin Fils, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Pour que nous puissions déjouer les pièges du Malin, venez à notre secours, …
Pour que nous nous souvenions toujours de nos derniers moments, …
Pour que nous nous approchions toujours des Sacrements avec ferveur, …
Pour que nous évitions toute occasion de pécher, venez à notre secours, …
Pour que nous ne négligions jamais la prière, venez à notre secours, …
Pour que nous n’oublions jamais de Vous invoquer dans les moments de tentation,… 
Pour que nous soyons toujours victorieux des tentations du Malin, …
Pour que nous pardonnions généreusement à tous nos ennemis, …
Pour que nous ne puissions jamais commettre de péché mortel, …
Pour que nous évitions toute mauvaise fréquentation, venez à notre secours, …
Pour que nous puissions être fortifiés dans notre inconstance, …
Pour que nous ne puissions jamais remettre notre conversion quotidienne, …
Pour que nous combattions nos mauvaises habitudes avec zèle, …
Pour que nous Vous aimions toujours plus, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Pour que nous portions notre prochain à Vous aimer, à Vous servir et à Vous invoquer, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Pour que nous vivions et que nous mourions dans l’amitié de Dieu, …
Dans tous les besoins de l’âme et du corps, venez à notre secours, …
Dans notre pauvreté et dans notre détresse, venez à notre secours, …
Dans les persécutions et les moments d’abandon, venez à notre secours, …
Dans les moments ou notre esprit souffrira, venez à notre secours, …
Dans les périodes de guerre, de famine et d’épidémie, venez à notre secours, …
Dans toutes les occasions de pécher, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Quand nous sommes assaillis par les forces du Mal, venez à notre secours, …
Quand nous succombons aux tentations de ce monde, venez à notre secours, …
Quand nous luttons contre les mauvais penchants de notre nature corrompue, …
Quand nous sommes tentés contre la sainte vertu de pureté, …
Quand la mort sera proche, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Quand nous perdrons nos sens, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Au moment de notre départ de ce monde, pour que nous ne soyons pas remplis de crainte et de terreur, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Au moment de la mort, quand le mauvais essaiera de plonger mon esprit dans le désespoir, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Au moment où le Prêtre nous donnera la dernière absolution et la dernière bénédiction, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Quand nos amis et nos relations, entoureront notre lit avec compassion pour invoquer sur nous la clémence de Votre Nom, venez à notre secours, ô
charitable Mère.
Quand ce monde disparaîtra de notre vue et que notre cœur cessera de battre pour toujours, venez à notre secours, ô charitable Mère.
Pour que nous remettions notre âme entre les mains du Créateur, …
Quand notre âme paraîtra devant le Souverain Juge, venez à notre secours…
Lorsque la sentence irrévocable sera prononcée, venez à notre secours, …
Quand nous serons en Purgatoire et que nous soupirerons après la vision de Dieu, venez à notre secours, ô charitable Mère. 
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez­nous, Seigneur !
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez­nous, Seigneur !
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous ! 
Priez pour nous, ô Mère du Perpétuel Secours.
Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Jésus­Christ. 
Prions :
O Dieu tout­puissant et miséricordieux, qui, en vue de secourir la race humaine, avez voulu que la Bienheureuse Vierge Marie devienne la Mère de
Votre Fils unique, accordez­nous par Son intercession, nous Vous en supplions, de toujours éviter la contagion du péché pour que nous Vous
servions toujours avec un cœur pur. Nous Vous le demandons, par Jésus­Christ Notre­Seigneur. Ainsi soit­il !
 
 
http://catholiquedu.free.fr/prieres/9/NDPS.htm
http://perso.cgocable.ca/thplante/
http://catholiquedu.free.fr/prieres/9/souvenez.html
http://www.spiritualite­chretienne.com/marie/secours.html

TVA Intracommunautaire FR 12 387 907 850 ­ Siret 387 907 850 0001 ­ Code activité 9499Z ­ Agrément Tourisme Atout France IM053110002 ­ RC Générali AM 725950