Vous êtes sur la page 1sur 142

DÉPOPULATION D'UNE PLANÈTE

Ce document rédigé en 1995 est l'un des plus importants jamais écrits sur
la façon dont ce monde est contrôlé.

Pourquoi avons-nous des guerres?

Pourquoi y a-t-il un chômage de masse?

Qui promeut les «crises» mondiales, les «cultes religieux», la drogue et le


terrorisme promeut ensuite leurs solutions?

Qui nomme les dirigeants des nations?

Pourquoi attrapez-vous la grippe?

Découvrez qui a créé le virus du sida

D'où viennent toutes ces nouvelles maladies?

Comment la vaccination propage la maladie

PRÉPAREZ-VOUS À ÊTRE CHOQUÉ!

Ce document a été scanné à partir du papier journal original et corrigé


pour une mauvaise interprétation du logiciel, mais si des erreurs sont
passées inaperçues, nous nous excusons et apprécierions si nous en
signalons une.

Dépeuplement d'une planète Page 1 sur 133

Réimprimé en février 2001 Rapport de Rick Martin


28 NOVEMBRE 1995  
Dépeuplement d'une planète
Éclaircir les «mangeurs inutiles»

Un ordre du jour inexprimé du NWO

Partie I: Perspective historique


Partie II: Ce que vous ne pouvez pas voir vous fera du mal!
Partie III: Pas de réponses faciles!
Partie IV: Une image émerge
Partie V: L'ONU sonne l'alarme
Partie VI: Le dernier chapitre

Dépeuplement d'une planète Page 2 sur 133

Partie 1: Perspective historique


19/11/95 RICK MARTIN

De nombreux écrivains ont parlé des plans intentionnels de certaines


élites pour réduire la population mondiale; c'est un thème récurrent
chez les soi-disant théoriciens du complot. Il y a des références
fréquentes aux «mangeurs inutiles», qui incluent la majeure partie de
l'humanité.

La plupart, lorsqu'ils entendent parler de complots pour dépeupler la


planète, disent simplement à voix basse: «Ouais, c'est vrai», ou plus
souvent, en secouant la tête, «Vous êtes fou». Mais quand il y a un examen
attentif des écrits d'auteurs éminents de ce siècle, des pièces du puzzle se
mettent certainement en place - des pièces qui soutiennent l'affirmation
selon laquelle certains individus, sinon des gouvernements entiers, ont mis
en œuvre un programme de génocide mondial. dans un effort pour sauver
et accaparer les «ressources».

Ce que vous allez lire dans cette série sur dépopulation d'une planète sont
sélectionnés écrits à partir d' une large section transversale des points de
vue et tendances politiques. J'utiliserai «leurs» propres documents, leurs
propres mots, pour tisser un tissu qui, au final, sera une tapisserie d'une
clarté indéniable pour ceux qui ont des yeux pour voir.

Sans le fondement historique sur lequel fonder la compréhension, écrire


sur les efforts actuels de dépeuplement, à travers l'utilisation de virus et
de micro-organismes, aurait beaucoup moins d'importance. Alors s'il vous
plaît restez avec lui pendant que vous lisez et il se réunira. Je me rends
compte qu'une partie de ce matériel initial peut sembler aride, mais il est
important pour une compréhension plus large de cette question critique
et d'actualité.

THOMAS MALTHUS

Thomas Robert Malthus était un pasteur de l'Église d'État anglaise et un


économiste qui a vécu de 1766 à 1834. Il est surtout connu pour son
écriture Un essai sur le principe de la population, publié en 1798. Son idée
principale est que les populations augmentent plus rapidement que les
approvisionnements alimentaires. Ainsi, a-t-il affirmé, il y aurait toujours
plus de personnes dans le monde qu'il ne peut en être nourri, et des
guerres et des maladies seront nécessaires pour tuer la population
supplémentaire.

Malthus n'a pas prétendu être à l'origine de cette idée, bien qu'elle soit
connue sous le nom de «théorie malthusienne». Malthus a fondé son
argumentation sur les travaux de Condorcet, David Hume, Adam Smith,
Defoe, Sir James Steuart, Townsend, Franklin et d'autres. L'essai de
Malthus a suggéré à Charles Darwin la relation entre le progrès et la
survie du plus apte. C'était l'idée de base de la théorie de l'évolution de
Darwin.

GEORG WILHELM HEGEL

Passant à la nouvelle encyclopédie américaine, nous lisons, "Georg


Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831), philosophe allemand de l'idéalisme
qui a eu une immense influence sur le 19e

Dépeuplement d'une planète Page 3 sur 133

et la pensée et l'histoire du XXe siècle . Au cours de sa vie, il était célèbre


pour ses conférences de professeur à l'Université de Berlin et il a écrit sur
la logique, l'éthique, l'histoire, la religion et l'esthétique. La principale
caractéristique de la philosophie de Hegel était la méthode dialectique par
laquelle une idée (thèse) était remise en cause par son contraire
(antithèse) et les deux se sont finalement réconciliés dans une troisième
idée (synthèse) qui englobait les deux. Hegel a trouvé cette méthode à la
fois dans le fonctionnement de l'esprit, en tant que procédure logique, et
dans le fonctionnement de l'histoire du monde, qui pour Hegel était le
processus de développement et de réalisation de l'Esprit du monde
(Weltgeist). Les principaux travaux de Hegel étaient Phenomenology of
the Mind (1807) et Philosophy Of Right (1821). Son disciple le plus
important était Marx. "

Dans le livre édité par Carl J. Friedrich intitulé The Philosophy of Hegel,
Hegel écrit dans The Philosophy of History: "Dans la religion chrétienne,
Dieu s'est révélé, donnant aux hommes la connaissance de ce qu'il est afin
qu'il ne soit plus isolé et secret. Avec cette possibilité de le connaître, Dieu
nous a imposé le devoir de le connaître ainsi. ce qui a d'abord été présenté
à l'esprit dans le sentiment et l'imagination est compris par la pensée.Le
moment est venu de parvenir à cette connaissance dépend de la question
de savoir si la fin finale du monde est enfin entrée dans la réalité actuelle
d'une manière généralement valable et consciente. "

Hegel conclut par: "L'histoire du monde, avec tout le drame changeant de


ses histoires, est ce processus de développement et de réalisation de
l'esprit. C'est la vraie théodicée, la justification de Dieu dans l'histoire.
Seule cette perspicacité peut réconcilier l'esprit avec l'histoire du monde
et la réalité actuelle, que ce qui est arrivé et se passe chaque jour n'est pas
seulement «sans Dieu», mais est essentiellement l'œuvre de Dieu. "

Dans son ouvrage A History Of Western Philosophy, Bertrand Russell écrit:


«Pendant toute la période qui a suivi la mort de Hegel, la plupart des
philosophies universitaires sont restées traditionnelles, et donc pas très
importantes. La philosophie empiriste britannique a dominé en Angleterre
jusqu'à la fin du siècle. , et en France jusqu'à un temps un peu plus tôt;
puis, peu à peu, Kant et Hegel ont conquis les universités de France et
d'Angleterre, en ce qui concerne leurs professeurs de philosophie
technique.

Russell continue, "[Condorcet 1743-1794] ... fut aussi l'inventeur de la


théorie de la population de Malthus, qui, cependant, n'avait pas pour lui
les sombres conséquences qu'elle avait pour Malthus, car il la couplait
avec la nécessité du contrôle des naissances. . Le père de Malthus était un
disciple de Condorcet, et c'est de cette manière que Malthus en vint à
connaître la théorie. "

À propos de Hegel, Russell écrit en partie: «Hegel ne signifie pas seulement


que, dans certaines situations, une nation ne peut pas à juste titre éviter
d'aller à la guerre. Il veut dire bien plus que cela. Il est opposé à la création
d'institutions - comme un gouvernement mondial - ce qui empêcherait de
telles situations de se produire, car il pense que c'est une bonne chose qu'il
y ait des guerres de temps en temps. La guerre, dit-il [Hegel], est la
condition dans laquelle nous prenons au sérieux la vanité des biens et des
choses temporels. (Ce point de vue doit être mis en contraste avec la théorie
opposée, selon laquelle toutes les guerres ont des causes économiques.) La
guerre a une valeur morale positive: `` La guerre a une signification plus
élevée qu'à travers elle la santé morale des peuples est préservée dans leur

Dépeuplement d'une planète Page 4 sur 133

indifférence à la stabilisation des déterminations finies. '"

Citant toujours Bertrand Russell, "Les radicaux philosophiques étaient une


école de transition. Leur système a donné naissance à deux autres, plus
importants que lui-même, à savoir le darwinisme et le socialisme. Le
darwinisme était une application à l'ensemble de la vie animale et végétale
de la théorie de la population de Malthus. , qui faisait partie intégrante de
la politique et de l'économie des Benthamites - une libre concurrence
mondiale, dans laquelle la victoire allait aux animaux qui ressemblaient le
plus à des capitalistes prospères. Darwin lui-même a été influencé par
Malthus et était en général sympathique avec les radicaux philosophiques.
Il y avait cependant une grande différence entre la concurrence admirée
par les économistes orthodoxes et la lutte pour l'existence que Darwin
proclamait comme le moteur de l'évolution.La `` libre concurrence '', en
économie orthodoxe, est une conception très artificielle, couverte par des
restrictions juridiques . Vous pouvez sous-vendre un concurrent, mais
vous ne devez pas l’assassiner. Vous ne devez pas utiliser les forces armées
de l’État pour vous aider à prendre le dessus sur les fabricants étrangers.
Ceux qui n'ont pas la chance de posséder du capital ne doivent pas
chercher à améliorer leur sort par la révolution. La «libre concurrence»,
telle que l'entendaient les Benthamites, n'était en aucun cas vraiment
gratuite.

«La concurrence darwinienne n’était pas de ce type limité; il n’existait


aucune règle interdisant de frapper au-dessous de la ceinture. Le cadre
juridique n’existe pas parmi les animaux et la guerre n’est pas exclue en
tant que méthode concurrentielle. contre les règles conçues par les
Benthamites, mais ne pouvait être exclu de la lutte darwinienne. En fait,
bien que Darwin lui-même fût un libéral, et bien que Nietzsche ne l’ait
jamais mentionné qu’avec mépris, Darwin's Survival Of The Fittest a
conduit, une fois assimilé à fond, à quelque chose qui ressemble beaucoup
plus à la philosophie de Nietzsche qu'à celle de Bentham. Ces
développements, cependant, appartiennent à une période ultérieure,
depuis la publication de Darwin's Origin Of Species en 1859, et ses
implications politiques n'ont pas été perçues au début. "

KARL MARX

Dans son écriture de 1843 tirée des scripts de Kreuznach Manu: Critique
de la philosophie du droit de Hegel [de la discussion sur le pouvoir
princier, commentaires sur les 279 de Hegel] Karl Marx écrit, [citant:]

«La démocratie est la vérité de la monarchie; la monarchie n'est pas la


vérité de la démocratie. La monarchie est forcée d'être la démocratie en
tant que non sequitur en elle-même, alors que le moment monarchique
n'est pas un non sequitur dans la démocratie. La démocratie peut être
comprise dans ses propres termes; la monarchie ne peut pas. En
démocratie, aucun de ses moments n'acquiert un sens autre que celui qui
lui est propre. Chacun n'est en fait qu'un moment dans l'ensemble des
démos. Dans la monarchie, une partie détermine le caractère de
l'ensemble. Toute la constitution doit prendre forme sur cette base solide.
La démocratie est le type ou l'espèce de la constitution. La monarchie est
une variété, voire une mauvaise variété. La démocratie est «forme et
contenu». La monarchie est censée n'être que la forme, mais elle falsifie le
contenu.

Dépeuplement d'une planète Page 5 sur 133


«Dans la monarchie, le tout, le peuple, est subsumé sous l'un de ses modes
d'existence particuliers, celui de la constitution politique. En démocratie,
en revanche, la constitution elle-même apparaît comme une seule
détermination, voire comme l'autodétermination du peuple. Dans la
monarchie, nous avons les gens de la constitution; en démocratie, nous
avons la constitution du peuple. La démocratie est l'énigme de toutes les
constitutions résolues. En démocratie, la constitution est toujours fondée
sur son fondement réel, sur l'homme réel et le peuple actuel, non
seulement en soi, selon son essence, mais dans son existence et son
actualité; il est postulé comme autonome. La constitution est vue comme ce
qu'elle est, le produit librement créé de l'homme. On pourrait dire qu'à
certains égards cela est également vrai de la monarchie constitutionnelle,
mais ce qui différencie spécifiquement la démocratie est le fait qu'en
démocratie la constitution n'est qu'un moment particulier dans l'existence
du peuple, que la constitution politique ne constitue pas elle-même l'État .

«Hegel commence par l'État et fait de l'homme un État subjectivé; la


démocratie commence avec l'homme et fait de l'Etat un homme objectivé.
Tout comme la religion ne crée pas l'homme, mais l'homme crée la
religion, la constitution ne crée pas le peuple mais le peuple crée la
constitution. À certains égards, la démocratie a le même rapport avec
toutes les autres formes d’État que le christianisme avec toutes les autres
religions. Le christianisme est la religion par excellence, l'essence de la
religion, l'homme déifié comme religion particulière. De même, la
démocratie est l'essence de toute constitution; c'est l'homme socialisé en
tant que constitution particulière. La démocratie est liée à d'autres
constitutions comme une espèce est liée à ses variétés. Mais en démocratie,
l'espèce elle-même apparaît comme une [forme d'existence] particulière,
comme une forme donc qui apparaît comme un type particulier vis-à-vis d'
autres existences [individuelles] particulières qui ne correspondent pas à
leur essence. La démocratie est l'Ancien Testament par rapport à toutes les
autres formes d'État. L'homme n'existe pas pour la loi, mais la loi existe
pour l'homme. En démocratie, la loi est l'existence de l'homme, tandis que
dans d'autres formes d'État, l'homme est l'existence de la loi. C'est le signe
distinctif fondamental de la démocratie. »

Marx conclut par: «Dans tous les États autres que la démocratie, l'État, la
loi, la constitution dominent sans réellement dominer, c'est-à-dire sans
pénétrer matériellement le contenu des sphères non politiques restantes :
en démocratie, la constitution, la loi, l'État elle-même en tant que
constitution politique n'est qu'une autodétermination du peuple, un
contenu particulier qui lui appartient.

"Il va de soi, d' ailleurs, que toutes les formes d'État ont la démocratie
pour vérité, et sont donc fausses dans la mesure où elles ne sont pas
démocratiques."

Dans une correspondance de 1843, qui était un échange de lettres entre


Marx, Ruge et Bakounine concernant les perspectives d'émancipation
sociale et politique, Marx écrit:

«L' estime de soi, la liberté de l'homme doivent être réveillées une fois de
plus dans le cœur de ces hommes. Seul ce sentiment, qui a disparu du
monde avec les Grecs et qui s'est évanoui dans les brumes bleues du ciel
avec le christianisme, peut une fois de plus transformer la société en une
communauté d'hommes travaillant pour leurs objectifs les plus élevés,
un État démocratique.
Dépeuplement d'une planète Page 6 sur 133

«Ces gens, au contraire, qui ne se sentent pas hommes deviennent des


appendices de leurs maîtres, comme un troupeau d'esclaves ou de
chevaux. Les maîtres héréditaires sont le point de toute cette société. Ce
monde leur appartient. Ils la prennent telle qu'elle est et telle qu'elle se
sent. Ils se prennent comme ils se trouvent et se tiennent là où leurs pieds
ont poussé, sur le cou de ces animaux politiques qui ne connaissent
d'autre destin que d'être soumis, loyaux et au service de leur maître.

«Le monde des Philistins est le royaume politique des animaux; si nous
devons reconnaître son existence, nous n'avons pas d'autre alternative que
d'accepter simplement le statu quo. Des siècles de barbarie l'ont créé et
façonné et il existe maintenant comme un système cohérent, dont le
principe est le monde déshumanisé. Le monde parfait des Philistins, notre
Allemagne, dut naturellement être loin derrière la Révolution française,
qui rendit l'homme à lui-même. Un Aristote allemand, qui prendrait sa
politique de nos conditions, écrirait sur la première page: «L'homme est un
animal social, mais complètement apolitique».

Plus loin, Marx continue,


«Certes, à une époque où l’État politique en tant que tel naît violemment
de la société civile, lorsque les hommes s’efforcent de se libérer sous la
forme d’une auto-libération politique , l’État peut et doit continuer à abolir
et détruire la religion. . Mais il ne le fait que comme il abolit la propriété
privée, en fixant un maximum, en prévoyant la confiscation et la taxation
progressive, tout comme il abolit la vie en instaurant la guillotine. Dans les
moments où la vie politique a un sentiment particulièrement fort de sa
propre importance, elle cherche à refouler ses présupposés, la société
civile et ses éléments, et à se constituer en espèce-vie réelle et
harmonieuse de l'homme. Il ne peut le faire qu'en entrant en contradiction
violente avec ses propres conditions d'existence; il ne peut le faire qu'en
déclarant la révolution permanente; et le drame politique se termine donc
nécessairement par la restauration de la religion, de la propriété privée et
de tous les éléments de la société civile, tout comme la guerre se termine
par la paix ...

«Nous avons montré, alors, que l'émancipation politique de la religion


laisse la religion debout, même si ce n'est pas une religion privilégiée. La
contradiction dans laquelle se trouve l'adepte d'une religion spécifique par
rapport à sa citoyenneté n'est qu'un aspect de la contradiction séculière
universelle entre l'État politique et la société civile. La consommation de
l'État chrétien est un État qui se reconnaît comme État et se soustrait à la
religion de ses membres. L'émancipation de l'État de la religion n'est pas
l'émancipation de l'homme réel de la religion.

Dans Capital, Marx écrit: «La population ouvrière produit donc, avec
l'accumulation de capital qu'elle produit, les moyens par lesquels elle-
même est rendue relativement superflue, se transforme en une
population excédentaire relative ; et il le fait de plus en plus. C'est la loi
de la population propre au mode de production capitaliste; et en fait
chaque mode de production historique spécifique a ses propres lois
spécifiques de population, historiquement valables dans ses seules
limites. Une loi abstraite de la population n'existe que pour les plantes et
les animaux, et uniquement dans la mesure où l'homme ne les a pas
interférés.
Dépeuplement d'une planète Page 7 sur 133

Bertrand Russell écrit dans A History Of Western Philosophy, "La


philosophie de l'histoire de Marx est un mélange de Hegel et d'économie
britannique. Comme Hegel, il pense que le monde se développe selon une
formule dialectique, mais il est totalement en désaccord avec Hegel quant à
la force motrice. Hegel croyait en une entité mystique appelée Esprit, qui
fait évoluer l’histoire humaine selon les étapes de la dialectique énoncées
dans la Logique de Hegel. Pourquoi l’Esprit doit passer par ces étapes n’est
pas clair. On est tenté de supposer que l'Esprit essaie de comprendre Hegel,
et à chaque étape objective imprudemment ce qu'il a lu. La dialectique de
Marx n'a rien de cette qualité sauf une certaine inévitabilité. Pour Marx,
c'est la matière, pas l'esprit, qui est la force motrice. Mais c'est une matière
dans le sens particulier que nous avons envisagé, non pas la matière
entièrement déshumanisée des atomistes, ce qui signifie que, pour Marx, la
force motrice est vraiment le rapport de l'homme à la matière, dont le plus
important nt partie est son mode de production. De cette manière, le
matérialisme de Marx, en pratique, devient économie. "

LA SOCIÉTÉ FABIAN

Dans l'un de ses Fabian Essays [The Fabian Society], intitulé Economique,
George Bernard Shaw écrivit ce qui suit en 1889: «Toutes les analyses
économiques commencent par la culture de la Terre. Pour l'œil de
l'astronome, la Terre est une boule qui tourne en espace sans arrière-
pensées. Pour l'œil corporel du cultivateur primitif, c'est une vaste plaine
verte, d'où, en y plantant une pelle, on peut faire jaillir du blé et d'autres
matières comestibles. "

Shaw poursuit: "C'est l'augmentation de la population qui a propagé la


culture et la civilisation du centre à la limite des neiges, et a finalement
forcé les hommes à se vendre aux seigneurs du sol: c'est la même force qui
continue de multiplier les hommes pour que leur valeur d'échange échoue
lentement et sûrement jusqu'à ce qu'elle disparaisse complètement -
jusqu'à ce que même les esclaves noirs soient libérés car ils ne valent pas
la peine d'être gardés dans un pays où l'on doit avoir des hommes de toutes
les couleurs pour rien. C'est la condition de nos ouvriers anglais
aujourd'hui: ils sont même plus la saleté bon marché; ils sont sans valeur
et peuvent être obtenus pour rien. "
À propos de la surpopulation, Shaw écrit: «L'introduction du système
capitaliste est un signe que l'exploitation du travailleur travaillant pour un
simple salaire de subsistance est devenue l'un des principaux arts de la vie
parmi les détenteurs de droits de locataire. Elle produit également une
promesse trompeuse de un emploi sans fin qui aveugle le prolétariat à ces
conséquences désastreuses de la multiplication rapide qui sont évidentes
pour le petit cultivateur et le propriétaire paysan. Mais en effet, plus vous
dégradez les ouvriers, en les privant de toute jouissance artistique et de
toute chance de respect et d'admiration de leurs semblables. , plus vous les
rejetez, imprudents, sur le seul plaisir et le seul lien humain qui leur reste -
la satisfaction de leur instinct de produire de nouveaux
approvisionnements d'hommes. Vous applaudirez cet instinct comme divin
jusqu'à ce que finalement l'offre excessive devienne une nuisance: il arrive
un fléau d'hommes; et vous découvrez tout à coup que l'instinct est
diabolique, et vous lancez un cri de «surpopulation». Mais vos esclaves au-
delà de prendre soin de vos cris: ils se reproduisent comme des lapins; et
leur pauvreté engendre la saleté, la laideur, la malhonnêteté, la maladie,
l'obscénité, l'ivresse et le meurtre. dans le

Dépeuplement d'une planète Page 8 sur 133

au milieu des richesses que leur labeur amasse pour vous, leur misère
monte aussi et vous étouffe. Vous vous retirez avec dégoût à l'autre bout de
la ville; vous nommez des voitures spéciales sur vos chemins de fer et des
sièges spéciaux dans vos églises et théâtres pour eux; vous démarquez
votre vie de la leur par chaque barrière de classe que vous pouvez
imaginer; et pourtant ils grouillent encore autour de vous: votre visage est
empreint de votre répugnance et de vos soupçons habituels à leur égard:
vos oreilles se remplissent tellement du langage du plus vil d'entre eux que
vous y pénétrez quand vous perdez la maîtrise de vous -même: ils
empoisonnent votre la vie aussi impitoyablement que vous avez sacrifié la
leur sans cœur. Vous commencez à croire intensément au diable. Puis
vient la terreur de leur révolte; le forage et l'armement des corps d'entre
eux pour maintenir le reste; la prison, l'hôpital, paroxysmes de coercition
effrénée, suivis de paroxysmes de charité effrénée. Et en attendant, la
population continue d'augmenter! "

GEORGE ORWELL

Dans le classique Animal Farm de George Orwell, il écrit:

«Maintenant, camarades, quelle est la nature de cette vie qui est la nôtre?
Regardons les choses en face: nos vies sont misérables, laborieuses et
courtes. Nous sommes nés, on nous donne juste autant de nourriture qui
retiendra le souffle dans notre corps, et ceux d'entre nous qui en sont
capables sont obligés de travailler jusqu'au dernier atome de notre force;
et à l'instant même où notre utilité prend fin, nous sommes massacrés
avec une cruauté hideuse. Aucun animal en Angleterre ne connaît la
signification du bonheur ou des loisirs après avoir atteint l'âge d'un an.
Aucun animal en Angleterre n'est gratuit. La vie d'un animal est misère et
esclavage: c'est la pure vérité.

«Mais cela fait-il simplement partie de l'ordre de la nature? Est-ce parce


que notre terre est si pauvre qu'elle ne peut pas offrir une vie décente à
ceux qui y habitent? Non, camarades, mille fois non! Le sol de l'Angleterre
est fertile, son climat est bon, il est capable de nourrir en abondance un
nombre infiniment plus grand d'animaux qu'il ne l'habite actuellement.
Cette seule ferme qui est la nôtre abriterait une douzaine de chevaux, vingt
vaches, des centaines de moutons - et tous vivent dans un confort et une
dignité qui sont maintenant presque au-delà de notre imagination.
Pourquoi alors continuons-nous dans cette condition misérable? Presque
tout le produit de notre travail nous est volé par les êtres humains. Voilà,
camarades, la réponse à tous nos problèmes. Cela se résume en un seul
mot: l'homme. L'homme est le seul véritable ennemi que nous ayons.
Retirez l'homme de la scène, et la cause profonde de la faim et du
surmenage est abolie à jamais.

«L'homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne


pas de lait, il ne pond pas d'œufs, il est trop faible pour tirer la charrue, il
ne peut pas courir assez vite pour attraper des lapins. Pourtant, il est le
seigneur de tous les animaux. Il les met au travail, il leur rend le strict
minimum qui les empêchera de mourir de faim, et le reste il garde pour
lui. Notre travail laboure le sol, nos excréments le fertilisent, et pourtant il
n'y en a pas un de nous qui possède plus que sa peau nue. Vous les vaches
que je vois devant moi, combien de milliers de litres de lait avez-vous
donné au cours de cette dernière année? Et qu'est-il arrivé à ce lait qui
aurait dû produire des veaux robustes? Chaque goutte est descendue dans
la gorge

Dépeuplement d'une planète Page 9 sur 133

de nos ennemis. Et vous poules, combien d'œufs avez-vous pondus cette


dernière année, et combien de ces œufs ont déjà éclos en poules? Les
autres sont tous allés au marché pour rapporter de l'argent à Jones et à ses
hommes. Et toi, Clover, où sont ces quatre poulains que tu as nés, qui
auraient dû être le support et le plaisir de ta vieillesse? Chacun a été vendu
à un an - vous ne reverrez jamais l'un d'eux. En échange de vos quatre
accouchements et de tout votre travail dans les champs, qu'avez-vous
jamais eu à part vos rations nues et une stalle?

«Et même les vies misérables que nous menons ne sont pas autorisées à
atteindre leur durée naturelle. Pour moi, je ne grogne pas, car je fais partie
des chanceux. J'ai douze ans et j'ai eu plus de quatre cents enfants. Telle est
la vie naturelle d'un porc. Mais aucun animal n'échappe au couteau cruel à
la fin. Vous les jeunes porcs qui êtes assis en face de moi, chacun de vous va
crier sa vie au bloc d'ici un an. À cette horreur, nous devons tous venir -
vaches, porcs, poules, moutons, tout le monde. Même les chevaux et les
chiens n'ont pas de meilleur sort. Toi, Boxer, le jour même où tes grands
muscles perdront leur puissance, Jones te vendra au knacker, qui te
coupera la gorge et te ramènera pour les renards. Quant aux chiens,
lorsqu'ils vieillissent et édentés, Jones leur noue une brique autour du cou
et les noie dans l'étang le plus proche.

«N'est-il pas clair, camarades, que tous les maux de cette vie qui est la
nôtre proviennent de la tyrannie des êtres humains? Débarrassez-vous
seulement de l'homme, et le produit de notre travail serait le nôtre.
Presque du jour au lendemain, nous pourrions devenir riches et libres.
Que devons-nous faire alors? Pourquoi, travaillez nuit et jour, corps et
âme, pour le renversement du genre humain. Voilà mon message à vous,
camarades: Rébellion! Je ne sais pas quand cette rébellion viendra, ce sera
peut-être dans une semaine ou dans cent ans, mais je sais, aussi sûrement
que je vois cette paille sous mes pieds, que tôt ou tard justice sera rendue.
Fixez vos yeux là-dessus, camarades, tout au long de votre vie! Et surtout,
transmettez ce message à ceux qui vous succéderont, afin que les
générations futures poursuivent la lutte jusqu'à ce qu'elle soit victorieuse.

«Et rappelez-vous, camarades, votre résolution ne doit jamais faiblir.


Aucun argument ne doit vous induire en erreur. N'écoutez jamais quand
ils vous disent que l'Homme et les animaux ont un intérêt commun, que la
prospérité des uns est la prospérité des autres. Tout est mensonge.
L'homme ne sert les intérêts d'aucune créature sauf lui-même. Et parmi
nous animaux, qu'il y ait une parfaite unité, une parfaite camaraderie
dans la lutte. Tous les hommes sont des ennemis. Tous les animaux sont
des camarades.
ALDOUS HUXLEY

Dans l'avant-propos du 1946 (deuxième impression) du roman classique


Brave New World, publié pour la première fois en 1932, l'auteur Aldous
Huxley écrit:
«Il n'y a, bien sûr, aucune raison pour que les nouveaux totalitaires
ressemblent aux anciens. Le gouvernement par les clubs et les pelotons
d'exécution, par la famine artificielle, l'emprisonnement de masse et la
déportation massive, n'est pas simplement inhumain (personne ne se
soucie beaucoup de cela de nos jours); il est manifestement inefficace et à
l'ère de la technologie avancée, l'inefficacité est le péché contre le Saint-
Esprit. Un État totalitaire vraiment efficace serait un État dans lequel tout

Dépeuplement d'une planète Page 10 sur 133

le puissant exécutif des chefs politiques et leur armée de cadres contrôlent


une population d'esclaves qui n'ont pas à être contraints, parce qu'ils
aiment leur servitude. Pour les faire aimer est la tâche assignée, dans
actuels états totalitaires, aux ministères de la propagande, les éditeurs de
journaux et les enseignants des écoles. Mais leurs méthodes sont encore
grossières et non scientifiques. La vantardise des anciens jésuites que, s'ils
recevaient la scolarité de l'enfant, ils pourraient répondre des opinions
religieuses de l'homme, était le produit d'un vœu pieux. Et le pédagogue
moderne est probablement un peu moins efficace pour conditionner les
réflexes de ses élèves que ne l'étaient les révérends pères qui ont éduqué
Voltaire. Les plus grands triomphes de la propagande ont été accomplis,
non pas en faisant quelque chose, mais en s'abstenant de faire. Grande est
la vérité, mais encore plus, d'un point de vue pratique, est le silence sur la
vérité. En ne mentionnant tout simplement pas certains sujets, en
abaissant ce que M. Churchill appelle un «rideau de fer» entre les masses
et des faits ou arguments que les chefs politiques locaux considèrent
comme indésirables, les propagandistes totalitaires ont influencé l'opinion
beaucoup plus efficacement qu'ils n'auraient pu le faire en les
dénonciations les plus éloquentes, les réfutations logiques les plus
convaincantes. Mais le silence ne suffit pas. Si l'on veut éviter la
persécution, la liquidation et les autres symptômes de friction sociale, les
côtés positifs de la propagande doivent être rendus aussi efficaces que les
négatifs. Les projets Manhattan les plus importants du futur seront de
vastes enquêtes financées par le gouvernement sur ce que les politiciens et
les scientifiques participants appelleront «le problème du bonheur» - en
d'autres termes, le problème de faire aimer aux gens leur servitude. Sans
sécurité économique, l’amour de la servitude ne peut exister; par souci de
brièveté, je suppose que le tout-puissant exécutif et ses dirigeants
réussiront à résoudre le problème de la sécurité permanente. Mais la
sécurité a tendance à être très vite considérée comme acquise. Son
accomplissement n'est qu'une révolution extérieure superficielle. L'amour
de la servitude ne peut s'établir qu'à la suite d'une profonde révolution
personnelle dans les esprits et les corps humains. Pour provoquer cette
révolution, nous avons besoin, entre autres, des découvertes et inventions
suivantes. Premièrement, une technique de suggestion grandement
améliorée - grâce au conditionnement du nourrisson et, plus tard, à l'aide
de médicaments, comme la scopolamine. Deuxièmement, une science
pleinement développée des différences humaines, permettant aux
responsables gouvernementaux d'attribuer à un individu donné la place
qui lui revient dans la hiérarchie sociale et économique. (Les chevilles
rondes dans les trous carrés ont tendance à avoir des pensées dangereuses
sur le système social et à infecter les autres avec leur mécontentement.)
Troisièmement (puisque la réalité, même utopique, est quelque chose dont
les gens ressentent le besoin de prendre des vacances assez fréquentes), un
substitut à l'alcool et les autres stupéfiants, quelque chose à la fois moins
nocif et plus agréable que le gin ou l'héroïne. Et quatrièmement (mais ce
serait un projet de longue haleine , qu'il faudrait des générations de
contrôle totalitaire pour mener à bien) un système d'eugénisme infaillible,
conçu pour standardiser le produit humain et ainsi faciliter la tâche des
managers. Dans Brave New World, cette standardisation du produit
humain a été poussée à des extrêmes fantastiques, mais peut-être pas
impossibles. Techniquement et idéologiquement, nous sommes encore loin
des bébés embouteillés et des groupes de semi-crétins Bokanovsky . Mais
par AF 600, qui sait ce qui ne se passe peut-être pas? Pendant ce temps, les
autres traits caractéristiques de ce monde plus heureux et plus stable - les
équivalents du soma et de l'hypnopédie et du système scientifique des
castes - ne sont probablement pas à plus de trois ou quatre générations. La
promiscuité sexuelle de Brave New World ne semble pas non plus si
lointaine. [Permettez-moi de vous rappeler que cela a été écrit en 1946.] Il
existe déjà certaines villes américaines dans lesquelles le nombre de
divorces est égal au nombre de mariages. Dans quelques années, non

Dépeuplement d'une planète Page 11 sur 133

doute, les licences de mariage seront vendues comme des licences de


chien, valables pour une période de douze mois, sans loi interdisant de
changer de chien ou de garder plus d'un animal à la fois. À mesure que la
liberté politique et économique diminue, la liberté sexuelle tend à
augmenter de manière compensatoire. Et le dictateur (sauf s'il a besoin
de chair à canon et de familles avec lesquelles coloniser des territoires
vides ou conquis) fera bien d'encourager cette liberté. En conjonction
avec la liberté de rêver sous l'influence de la drogue et du cinéma et de la
radio, il contribuera à réconcilier ses sujets avec la servitude qui est leur
destin.

«Tout bien considéré, il semble que l'utopie était bien plus proche de
nous que quiconque, il y a seulement quinze ans, aurait pu l'imaginer.
Ensuite, je l'ai projeté six cents ans dans le futur. Aujourd'hui, il semble
tout à fait possible que l'horreur soit sur nous dans un seul siècle.
Autrement dit, si nous nous abstenons de nous souffler en miettes dans
l'intervalle. En effet, à moins que nous choisissions de décentraliser et
d'utiliser la science appliquée, non comme la fin dont les êtres humains
doivent devenir les moyens, mais comme le moyen de produire une race
d'individus libres, nous n'avons que deux alternatives au choix: soit un
certain nombre de totalitarismes nationaux militarisés, ayant pour
racine la terreur de la bombe atomique et comme conséquence la
destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation
du militarisme); ou bien un totalitarisme supranational , appelé à
l'existence par le chaos social résultant du progrès technologique rapide
en général et de la révolution atomique en particulier, et se développant,
sous le besoin d'efficacité et de stabilité, dans la tyrannie du bien-être de
l'utopie. Vous payez votre argent et vous faites votre choix. »

Mark Twain dans The Mysterious Stranger écrit: "Et à quoi cela revient-
il?" dit Satan avec son rire diabolique. . « Rien du tout , vous ne gagnez
rien vous toujours venir où vous êtes allé dans un million d' années la
course a continué se propager de façon monotone et monotones.
Effectuer re- ce non - sens terne à quelle fin Pas de sagesse peut deviner
qui obtient un?! Personne d'autre qu'une parcelle de petits monarques et
de nobles usurpateurs qui vous méprise; se sentirait souillé si vous les
touchaient; vous fermerait la porte si vous proposiez d'appeler; pour qui
vous êtes esclave, pour qui vous battez, mourez pour , et n'en ayez pas
honte, mais orgueilleux; dont l'existence vous est une insulte perpétuelle
et que vous avez peur d'en vouloir; qui sont des mendiants soutenus par
vos aumônes, mais qui prennent cependant envers vous des airs de
bienfaiteur envers le mendiant; qui vous la langue du maître envers
l'esclave, et sont répondues dans la langue de l'esclave envers le maître,
qui sont adorés par vous avec votre bouche, tandis que dans votre cœur,
si vous en avez un, vous vous méprisez pour cela. Le premier homme
était un hypocrite et un lâche , des qualités qui n'ont pas encore failli dans
sa ligne; c'est la base sur laquelle toutes les civilisations ont été
construites. "

Dans une conférence intitulée The Population Explosion, donnée à


Santa Barbara, Californie. en 1959, Aldous Huxley a déclaré:

«Aujourd'hui, je veux passer à ce qui arrive à l'espèce humaine et réfléchir


un peu à ce que devraient être notre philosophie et notre vision éthique
sur le sujet. Cette conférence porte essentiellement sur les nombres
humains et leur relation avec le bien-être humain et les valeurs humaines
en général.

Dépeuplement d'une planète Page 12 sur 133

«Il va sans dire que toute estimation précise des effectifs humains est très
récente, mais nous pouvons extrapoler dans le passé et arriver à ce qui
semble être d'assez bonnes conclusions. Bien qu'il existe des marges de
différence assez importantes parmi les experts, les chiffres auxquels ils
parviennent sont à peu près en accord. Ils conviennent qu'à l'
époque pré-agricole , par exemple au Paléolithique inférieur, lorsque
l'homme était une créature cueilleuse de nourriture , il n'y avait
probablement pas plus de vingt millions d'humains sur toute cette planète.
À l'époque paléolithique ultérieure, après l'invention de la chasse
organisée, le nombre a probablement doublé. Nous pouvons faire une
estimation approximative de ce qu'un peuple de chasse organisé pourrait
faire parce que nous savons combien d'Indiens étaient présents en
Amérique du Nord lorsque l'homme blanc est arrivé - pas plus d'un million
dans tout le continent nord-américain à l'est des Rocheuses - et cela donne
une indication de la densité de population extrêmement faible possible
dans une économie de chasse.

«La Grande Révolution est survenue vers 6000 avant JC avec l'invention
de l'agriculture et la création de villes dans les millénaires suivants. Vers
1000 avant JC, après cinq mille ans d'agriculture, il y avait probablement
environ cent millions de personnes dans le monde.

«Au début de l'ère chrétienne, ce chiffre avait un peu plus que doublé: il
se situait entre deux cent millions et deux cent cinquante millions -
moins de la moitié de la population actuelle de la Chine. La population a
augmenté très progressivement dans les années suivantes; Parfois, il y a
eu de longues périodes d'arrêt et parfois même des périodes de
diminution, comme dans les années qui ont immédiatement suivi 1348,
lorsque la peste noire a tué 30 pour cent de la population européenne et
personne ne sait quelle proportion de la population asiatique.

«Au moment où les pères pèlerins sont arrivés dans ce pays, on estime que
la population mondiale était environ le double de ce qu'elle était le
premier jour de Noël - c'est-à-dire qu'elle avait doublé en seize cents ans,
un rythme extrêmement lent. taux d’augmentation. Mais à partir de ce
moment-là, à partir du milieu du XVIIe siècle, avec les débuts de la
révolution industrielle et la première importation de nourriture des terres
nouvellement développées du Nouveau Monde, la population a commencé
à augmenter beaucoup plus rapidement qu'elle n'avait jamais augmenté
auparavant.

«Au moment où la Déclaration d'indépendance a été signée, le chiffre de la


population humaine du monde était probablement d'environ sept cent
millions; il a dû franchir la barre du milliard assez tôt au dix-neuvième
siècle et s'élevait à environ quatorze cent millions à l'époque où je suis né
dans les années 1890. Le fait frappant est que depuis lors, la population de
la planète a de nouveau doublé. Il est passé de quatorze cent millions, soit
déjà le double de ce qu'il était lors de la signature de la déclaration
d'indépendance, à vingt-huit cent millions. Et le taux d'augmentation est
maintenant tel qu'il doublera probablement à nouveau dans un peu moins
de cinquante ans.

«Ainsi, les taux d’augmentation ont augmenté parallèlement à


l’augmentation absolue des effectifs.» [Rappelez-vous, ceci a été écrit en
1959. La population mondiale actuelle approche rapidement le chiffre de
7 milliards - ce ne sont pas des chiffres "officiels", cependant.] ……… [8
milliards maintenant en l'an 2000 - mise à jour]

Dépeuplement d'une planète Page 13 sur 133

Citant toujours Huxley:

«Demandons-nous maintenant quelles sont les alternatives pratiques face


à ce problème de croissance démographique. Une alternative est de ne
rien faire de particulier et de laisser les choses continuer comme elles
sont, mais les conséquences de cette évolution sont assez claires: le
problème sera résolu par la nature de la même manière que la nature
résout toujours les problèmes de surpopulation. Lorsqu'une population
animale a tendance (a) à mourir de faim et (b) à souffrir de maladies
épidémiques et épizootiques graves.

«Dans la population humaine, on peut envisager que le frein naturel à la


croissance illimitée de la population sera précisément ceci: il y aura peste,
famine, et, puisque nous sommes des êtres humains et non des animaux, il
y aura une guerre organisée, qui va ramenez les chiffres à ce que la Terre
peut transporter. Ce que la nature nous apprend, c'est qu'il est
extrêmement dangereux de perturber l'un de ses équilibres
fondamentaux, et nous sommes en train de bouleverser un équilibre
fondamental de la manière la plus alarmante et la plus radicale. La
question est: allons-nous restaurer l'équilibre de manière naturelle, ce qui
est une manière brutale et entièrement anti-humaine , ou allons-nous le
restaurer de manière intelligente, rationnelle et humaine? Si nous laissons
les choses telles qu'elles sont, la nature résoudra certainement le problème
à sa manière et non à la nôtre.

«Une autre alternative est d'augmenter la production industrielle et


agricole afin qu'ils puissent rattraper l'augmentation de la population.
Cette solution, cependant, serait extrêmement similaire à ce qui arrive à
Alice dans Through The Looking Gloss. Vous vous souvenez qu'Alice et la
reine rouge courent une course formidable. À la grande surprise d'Alice,
quand ils ont couru jusqu'à ce qu'ils soient complètement essoufflés, ils
sont exactement au même endroit, et Alice dit: `` Eh bien, dans notre pays
... vous arriveriez généralement ailleurs - si vous couriez très vite. depuis
longtemps comme nous l'avons fait.

«Une sorte de pays lent! dit la reine. 'Nulle part. vous voyez, il faut tout ce
que vous pouvez faire pour courir, pour rester au même endroit. Si tu
veux aller ailleurs, tu dois courir au moins deux fois plus vite que ça!

«C'est une parabole cosmique de la situation extrêmement tragique dans


laquelle nous nous trouvons maintenant. Nous devons travailler, déployer
un effort énorme, juste pour être là où nous en sommes; et où nous
sommes est dans une position très indésirable parce que, comme
l'indiquent les chiffres les plus récents publiés par les Nations Unies,
quelque chose comme les deux tiers de la race humaine vit maintenant
avec un régime de deux mille calories ou moins par jour, ce qui - le idéal
être dans le voisinage de trois mille - est certainement un régime de sous-
alimentation.

Plus loin dans le discours, citant à nouveau Huxley:

«La troisième alternative est d'essayer d'augmenter la production autant


que possible et en même temps d'essayer de rétablir l'équilibre entre le
taux de natalité et le taux de mortalité par des moyens moins horribles
que ceux qui sont utilisés dans la nature - par des moyens intelligents et
méthodes humaines. A cet égard, il est intéressant de noter que l'idée de
limiter la croissance des populations n'est en aucun cas nouvelle. Dans un
grand nombre de sociétés primitives, et même dans de nombreuses

Dépeuplement d'une planète Page 14 sur 133

des sociétés très civilisées de l'Antiquité, où la surpopulation locale était


une menace, bien que moins effrayante que les moyens naturels, la plus
courante était l'infanticide - tuer ou dénoncer en laissant sur la montagne
des enfants indésirables ou des enfants du mauvais sexe, ou des enfants
qui sont nés avec une légère carence ou autre. L'avortement était
également très courant. Et il y avait de nombreuses sociétés dans lesquelles
des injonctions religieuses strictes imposaient de longues périodes de
continence sexuelle entre la naissance de chaque enfant. Mais aux XIXe et
XXe siècles, diverses méthodes de contrôle des naissances moins
effrayantes par nature ont été conçues et il est en fait théoriquement
concevable que de telles méthodes puissent être appliquées dans le monde
entier.

«Ce qui est théoriquement possible, cependant, est souvent pratiquement


impossible. Il existe des difficultés colossales dans la manière de mettre en
œuvre toute politique de limitation de la population à grande échelle ;
alors que le contrôle de la mort est extrêmement facile dans les
circonstances modernes, le contrôle des naissances est extrêmement
difficile. La raison est très simple: le contrôle des décès - le contrôle, par
exemple, des maladies infectieuses - peut être accompli par une poignée
d'experts et une main-d'œuvre assez réduite de personnes non qualifiées et
nécessite une très faible dépense en capital.

Encore une fois, Huxley,

«Le problème du contrôle de la natalité est infiniment complexe. Ce n'est


pas seulement un problème de médecine, de chimie, de biochimie, de
physiologie; c'est aussi un problème de sociologie, de psychologie, de
théologie et d'éducation. doit être attaqué sur une dizaine de fronts
différents simultanément pour pouvoir espérer le résoudre. "

Et, continuant plus tard dans le discours de Huxley,

"D'un seul point de vue technique et temporel, nous sommes évidemment


dans une situation très difficile. Mais nous devons aussi considérer le
point de vue politique. Il faudrait sans aucun doute qu'il y ait soit un
accord mondial , soit des accords régionaux sur une population en
général. politique afin d'avoir un contrôle satisfaisant de la situation. Mais
il n'y a absolument aucune chance à l'heure actuelle d'obtenir un tel
accord politique. "

Huxley continue,

"Maintenant, nous devons nous demander quelle doit être notre attitude
face à ces problèmes. Nous arrivons à l'autre bout du pont. Nous passons
du monde des faits au monde des valeurs. Ce que nous pensons de tout cela
dépend entièrement de ce que nous Si nous croyons que la fin et le but de
la vie humaine est de favoriser la politique de pouvoir et le nationalisme,
alors nous aurons probablement besoin de beaucoup de chair à canon,
bien que même cette proposition devienne plutôt douteuse à la lumière
Mais si, comme je pense que la plupart d’entre nous en conviendraient, la
fin de la vie humaine est de réaliser les potentialités individuelles à leurs
limites et de la meilleure façon possible, et de créer une société qui rend
possible une telle réalisation et une telle approche philosophique sur le
problème de la population. Nous voyons que dans de très nombreux cas,
l'effort pour améliorer la qualité humaine est contrecarré par la simple
augmentation de la quantité humaine, que la qualité est très souvent
incompatible avec la quantité. Nous avons vu que la simple quantité fait s
les potentialités éducatives du monde

Dépeuplement d'une planète Page 15 sur 133

irréalisable. Nous avons vu que la pression d'un nombre énorme sur les
ressources rend presque impossible l'amélioration des normes matérielles
de la vie, qui après tout doivent s'élever au minimum si l'une des
possibilités les plus élevées doit être réalisée: bien qu'il soit tout à fait vrai
que l'homme ne peut pas vivre de pain seul, encore moins peut-il vivre
sans pain, et si nous ne pouvons tout simplement pas fournir du pain
adéquat, nous ne pouvons rien fournir d'autre. Ce n'est que lorsqu'il a du
pain, que lorsque son ventre est plein, qu'il y a quelque espoir que
quelque chose d'autre émerge de la situation humaine.
"Ensuite, il y a le problème politique. Il est tout à fait clair que, alors que la
population exerce une pression de plus en plus forte sur les ressources, la
situation économique tend à devenir de plus en plus précaire. Comme il y
a une tendance dans les situations précaires pour un gouvernement
centralisé à assumer de plus en plus contrôle, il y a donc maintenant une
tendance vers des formes totalitaires de gouvernement, que nous trouvons
certainement très indésirables en Occident. Mais quand on se demande si
la démocratie est possible dans une population où les deux tiers de la
population vivent avec deux mille calories par jour , et un tiers vit avec
plus de trois mille calories, la réponse est non, car les personnes vivant
avec moins de deux mille calories n'auront tout simplement pas assez
d'énergie pour participer à la vie politique du pays, et seront donc
gouvernées par le bien nourri et énergique. Encore une fois, la quantité
milite contre la qualité. "

Et plus tard, "Enfin, l'augmentation illimitée du nombre humain garantit


pratiquement que nos ressources planétaires seront détruites et que d'ici
cent ou deux cents ans une espèce humaine immensément hypertrophiée
sera devenue une sorte de cancer sur cette planète et ruinera le
quasi -organisme sur lequel il vit.C'est une prévision et une possibilité des
plus déprimantes.

"Je pense que l'on peut dire à partir de ce dernier point que le problème de
la qualité et de la quantité est, en réalité, un problème religieux. Car, après
tout, qu'est-ce que la religion sinon une préoccupation du destin de
l'individu et du destin de la société et de la race? Cela se résume très
clairement dans l'Évangile quand on nous dit que le Royaume de Dieu est
en nous, mais en même temps, il est de notre devoir de contribuer à la
fondation du Royaume de Dieu sur Terre. car si nous négligeons l'aspect
général, quantitatif et démographique du destin, nous nous condamnons
nous-mêmes, ou certainement nos enfants et petits-enfants, en tant
qu'individus. Nous les condamnons au genre de vie que nous devrions
trouver intolérable et ce qu'ils trouveront probablement intolérable aussi.

"Il n'y a pas d'objections théologiques certaines à la limitation de la


population. La plupart des organisations religieuses dans le monde
aujourd'hui, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du pâle chrétien,
l'acceptent. Mais l'Église catholique romaine n'accepte aucune méthode de
contrôle de la population, sauf celle qui a été promulguée et faite permise
en 1932 - la méthode dite du rythme. Malheureusement, lorsque la
méthode du rythme a été essayée à une échelle considérable dans un pays
sous-développé comme l'Inde, elle n'a pas été jugée très efficace. Le fait que
l'Église reconnaît ce problème a été ramené très clairement à la maison en
1954 lors du premier Congrès des Nations Unies sur la population, qui a eu
lieu à Rome, lorsque feu le Pape, dans une allocution aux délégués, a
clairement indiqué que le problème de la population était très grave. qu'il a
recommandé à l'examen de la

Dépeuplement d'une planète Page 16 sur 133

fidèle."

Et plus tard, "Nous pouvons conclure, alors, en disant que la surpopulation


est très clairement l'un des problèmes les plus graves auxquels nous
sommes confrontés, et le choix qui nous attend est soit de laisser le
problème être résolu par la nature de la manière la plus horrible possible,
soit autrement pour trouver une méthode intelligente et humaine pour le
résoudre, en augmentant simultanément la production et en équilibrant le
taux de natalité et le taux de mortalité, et en formant d'une manière ou
d'une autre une politique internationale convenue sur le sujet. À mon avis,
les conditions préalables les plus importantes à une telle une solution est
tout d'abord une prise de conscience du problème, puis une prise de
conscience qu'il s'agit d'un problème profondément religieux, un problème
de destin humain. Notre espoir, comme toujours, est d'être réaliste de
manière idéaliste. "

LETTRE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES U THANT

30 août 1965 - Mon cher Monsieur le Secrétaire général, Le


Gouvernement des États-Unis reconnaît l’importance singulière de la
réunion de la deuxième Conférence mondiale des Nations Unies sur la
population et promet son plein appui à votre grande entreprise.
Comme je l’ai dit à l’Organisation des Nations Unies à San Francisco, nous
devons maintenant commencer à affronter sans détour les problèmes de
multiplication de notre population qui se multiplie. Notre gouvernement
assure votre conférence de notre soutien sans réserve aux Nations Unies
et à ses agences dans leurs efforts pour créer un monde meilleur en
équilibrant les ressources mondiales et la population mondiale.

En vous adressant mes meilleurs vœux pour le succès de votre conférence,


j'espère sincèrement que votre grande assemblée d'experts en population
contribuera de manière significative aux connaissances nécessaires pour
résoudre ce problème transcendant. Après la recherche de la paix, c'est le
plus grand défi de l'humanité. Cette semaine, la réunion de Belgrade porte
en elle les espoirs de l’humanité.

Cordialement, Lyndon B. Johnson [Président]

PAPE PAUL VI
HUMANAE VITAE (1968)

[Citant:] «Les changements qui ont eu lieu sont en fait remarquables et de


nature variée. En premier lieu, il y a le développement démographique
rapide. Beaucoup de gens craignent que la population mondiale augmente
plus rapidement que les ressources disponibles, avec une détresse
croissante pour de nombreuses familles et pays en développement, de
sorte que la tentation pour les autorités de contrer ce danger par des
mesures radicales est grande. De plus, les conditions de travail et de
logement, ainsi que les exigences accrues tant dans le domaine
économique que dans celui de l'éducation, rendent souvent difficile
aujourd'hui la bonne éducation d'un nombre élevé d'enfants.

«Ce nouvel état des choses soulève de nouvelles questions. Accordé les conditions de vie

Dépeuplement d'une planète Page 17 sur 133

aujourd'hui, et compte tenu du sens qu'ont les relations conjugales par


rapport à l'harmonie entre mari et femme et à leur fidélité mutuelle, une
révision des normes éthiques en vigueur jusqu'à présent ne paraîtrait pas
souhaitable, surtout quand on considère qu'elles ne peut être observé
sans sacrifices, parfois sacrifices héroïques?

«... L'amour conjugal exige chez le mari et la femme une conscience de


leur mission de« parentalité responsable », sur laquelle on insiste
aujourd'hui à juste titre et qui doit aussi être parfaitement comprise. Par
conséquent, elle doit être considérée sous différents aspects légitimes et
liés les uns aux autres.

«Par rapport aux processus biologiques, la parentalité responsable signifie


la connaissance et le respect de leurs fonctions; l'intellect humain
découvre au pouvoir de donner la vie des lois biologiques qui font partie
de la personne humaine.

«Par rapport aux tendances de l'instinct ou de la passion, la parentalité


responsable signifie cette domination nécessaire que la raison et la
volonté doivent exercer sur elles.

En ce qui concerne les conditions physiques, économiques, psychologiques


et sociales, la parentalité responsable s’exerce, soit par la décision
délibérée et généreuse d’élever une famille nombreuse, soit par la décision
prise pour des motifs graves et dans le respect de la loi morale, de éviter
pour le moment, voire pour une durée indéterminée, une nouvelle
naissance.

«Ces actes, par lesquels mari et femme sont unis dans une intimité chaste
et au moyen desquels la vie humaine est transmise, sont, comme l'a
rappelé le conseil," nobles et dignes "et ils ne cessent d'être licites si, pour
des causes indépendantes de volonté du mari et de la femme, ils sont
prévus pour être infécond, puisqu'ils restent toujours ordonnés pour
exprimer et consolider leur union. En effet, l'expérience en témoigne, tout
acte conjugal n'est pas suivi d'une vie nouvelle. Dieu a sagement disposé
les lois naturelles et les rythmes de fécondité qui, d'eux-mêmes,
provoquent une séparation dans la succession des naissances. Néanmoins,
l'Église, rappelant les hommes à l'observance des normes de la loi
naturelle, telles qu'interprétées par sa doctrine constante, enseigne que
chaque acte de mariage («qui libet matrimonii usus») doit rester ouvert à
la transmission de la vie.

«Conformément à ces repères de la vision humaine et chrétienne du


mariage, nous devons une fois de plus déclarer que l'interruption directe
du processus génératif déjà entamé et, surtout, l'avortement directement
voulu et provoqué, même si pour des raisons thérapeutiques, doit être
absolument exclu en tant que moyen licite de réglementer la naissance.

«La stérilisation directe, qu'elle soit perpétuelle ou temporaire, qu'elle


soit de l'homme ou de la femme, est également à exclure, comme l'a
souvent déclaré l'autorité enseignante de l'Église.

«De même exclue toute action qui, soit en anticipation de l'acte conjugal,
soit dans son accomplissement, soit dans le développement de ses
conséquences naturelles, se propose, soit comme fin, soit comme moyen,
de rendre la procréation impossible.

Dépeuplement d'une planète Page 18 sur 133


«Aux dirigeants, qui sont les principaux responsables du bien commun et
qui peuvent tant faire pour sauvegarder les coutumes morales, nous
disons: ne laissez pas la moralité de vos peuples se dégrader; ne permettez
pas que, par des moyens légaux, des pratiques contraires à la loi naturelle
et divine soient introduites dans cette cellule fondamentale, la famille.
Tout autre est la manière dont les pouvoirs publics peuvent et doivent
contribuer à la solution du problème démographique: à savoir, la voie
d'une politique de prévoyance pour la famille, d'une sage éducation des
peuples au respect de la loi morale et de la liberté des citoyens. .

«Nous sommes bien conscients des graves difficultés rencontrées par les
pouvoirs publics à cet égard, notamment dans les pays en
développement. A leurs préoccupations légitimes, nous avons consacré
notre encyclique «Populorum progressio». Mais, avec notre prédécesseur
le Pape Jean XXIII, nous le répétons: aucune solution à ces difficultés n'est
acceptable "qui violent la dignité essentielle de l'homme" et ne repose que
"sur une conception totalement matérialiste de l'homme lui-même et de
sa vie" La seule solution possible à cette question en est une qui envisage
le progrès social et économique tant des individus que de l'ensemble de la
société humaine, et qui respecte et promeut les vraies valeurs humaines.
«On ne peut pas non plus, sans grave injustice, considérer la Providence
divine comme responsable de ce qui dépend, au contraire, d'un manque de
sagesse dans le gouvernement, d'un sens insuffisant de justice sociale,
d'une monopolisation égoïste ou encore d'une indolence blâmable face aux
efforts et les sacrifices nécessaires pour assurer l'élévation du niveau de
vie d'un peuple et de tous ses fils.

Paulus PP.VI.

U THANT

<< Je ne veux pas paraître trop dramatique, mais je ne peux que conclure
des informations dont je dispose en tant que Secrétaire général, qu'il reste
peut-être dix ans aux Membres de l'ONU pour subordonner leurs
anciennes querelles et lancer une partenariat mondial pour freiner la
course aux armements, améliorer l'environnement humain, désamorcer
l'explosion démographique et donner l'élan nécessaire aux efforts de
développement. Si un tel partenariat mondial n'est pas forgé au cours de la
prochaine décennie, je crains fort que les problèmes que j'ai mentionnés
auront atteint des proportions si stupéfiantes qu'ils
sera au-delà de notre capacité de contrôle. "U Thant, 1969.

CONFÉRENCE MONDIALE SUR LA POPULATION DES NATIONS UNIES (1974)

Résolutions et recommandations

[Citant:] La Conférence mondiale sur la population, tenant dûment


compte des aspirations humaines à une meilleure qualité de vie et à un
développement socio-économique rapide, et tenant compte de
l’interdépendance entre la situation démographique et le développement
socio-économique, décide du Plan d’action mondial sur la population
suivant Une police d'écriture

Dépeuplement d'une planète Page 19 sur 133


instrument dans le contexte plus large des stratégies adoptées au
niveau international pour le progrès national et international.

OBJECTIFS ET POLITIQUES POPULAIRES

Recommandations d'action

Croissance démographique: d'après les projections démographiques


moyennes des Nations Unies, peu de changements devraient se produire
dans les taux moyens de croissance démographique, que ce soit dans les
régions développées ou en développement d'ici 1985. Selon les projections
de faible variation des Nations Unies, on estime que comme du fait du
développement social et économique et des politiques démographiques
rapportées par les pays dans la deuxième enquête des Nations Unies sur la
population et le développement, les taux de croissance démographique
dans l'ensemble des pays en développement pourraient passer du niveau
actuel de 2,4% par an à environ 2% d'ici 1985; et moins de 0,7 pour cent
par an dans les pays développés. Dans ce cas, le taux mondial de
croissance démographique passerait de 2 pour cent à environ 1,7 pour
cent.

Les pays qui estiment que leurs taux actuels ou prévus de croissance
démographique entravent leurs objectifs de promotion du bien-être
humain sont invités, s'ils ne l'ont pas encore fait, à envisager d'adopter des
politiques démographiques, dans le cadre du développement socio-
économique, qui soient compatibles avec les droits fondamentaux de
l'homme. et objectifs et valeurs nationales.

Les pays qui visent une croissance démographique modérée ou faible


devraient essayer de l'atteindre grâce à un faible taux de natalité et de
mortalité. Les pays qui souhaitent augmenter leur taux de croissance
démographique devraient, lorsque la mortalité est élevée, concentrer
leurs efforts sur la réduction de la mortalité et, le cas échéant, encourager
une augmentation de la fécondité et encourager l'immigration.

Reconnaissant que l'utilisation par habitant des ressources mondiales est


beaucoup plus élevée dans les pays développés que dans les pays en
développement, les pays développés sont instamment priés d'adopter des
politiques appropriées en matière de population, de consommation et
d'investissement, en gardant à l'esprit la nécessité d'une amélioration
fondamentale de l'équité internationale.

Conformément à la Proclamation de la Conférence internationale sur les


droits de l'homme, à la Déclaration sur le progrès social et le
développement, aux objectifs pertinents de la deuxième Décennie des
Nations Unies pour le développement et aux autres instruments
internationaux sur le sujet, il est recommandé à tous les pays:

Respecter et garantir, quels que soient leurs objectifs


démographiques globaux, le droit des personnes de déterminer, de
manière libre, éclairée et responsable, le nombre et l'espacement de
leurs enfants;

Encourager une éducation appropriée à la parentalité


responsable et mettre à la disposition des personnes qui le
souhaitent des conseils et des moyens pour y parvenir;

Dépeuplement d'une planète Page 20 sur 133


Veiller à ce que la planification familiale, les services médicaux et
sociaux connexes visent non seulement à prévenir les grossesses
non désirées, mais aussi à éliminer la stérilité involontaire et la
sous-fécondité afin que tous les couples puissent être autorisés à
atteindre le nombre d'enfants souhaité et que l'adoption d'enfants
être facilité;

S'efforcer de garantir la possibilité continue de variations de la


taille de la famille lorsqu'un faible taux de fécondité a été établi
ou constitue un objectif politique;

Faire usage, chaque fois que cela est nécessaire et approprié, de


personnel de santé professionnel et auxiliaire dûment formé, de
vulgarisation rurale, de travailleurs sociaux et d'économie
domestique et de canaux non gouvernementaux , pour aider à
fournir des services de planification familiale et conseiller les
utilisateurs de contraceptifs

Accroître leurs personnels de santé et leurs établissements de santé


à un niveau efficace, redistribuer les fonctions entre les différents
niveaux de professionnels et auxiliaires afin de pallier la pénurie de
personnel qualifié et mettre en place un système efficace de
supervision de leurs services de santé et de planification familiale;

Veiller à ce que les informations et l'éducation en matière de


planification familiale et autres questions qui affectent la fécondité
reposent sur des connaissances scientifiques valides et prouvées, et
incluent un compte rendu complet de tout risque pouvant être
impliqué dans l'utilisation ou la non-utilisation de contraceptifs.

Il est recommandé aux pays souhaitant influer sur les niveaux de


fécondité de donner la priorité à la mise en œuvre de programmes de
développement et de stratégies d'éducation et de santé qui, tout en
contribuant à la croissance économique et à des niveaux de vie plus
élevés, ont un impact décisif sur les tendances démographiques, y
compris la fécondité. La coopération internationale est nécessaire pour
donner la priorité à l'aide à ces efforts nationaux afin que ces
programmes et stratégies soient mis en œuvre.

Tout en reconnaissant la diversité des conditions sociales, culturelles,


politiques et économiques entre les pays et les régions, il est néanmoins
admis que les objectifs de développement suivants ont généralement un
effet sur le contexte socio-économique des décisions en matière de
procréation qui tend à modérer les niveaux de fécondité:

La réduction de la mortalité infanto-juvénile, notamment grâce à


l’amélioration de la nutrition, de l’assainissement, des soins de
santé maternelle et infantile et de l’éducation maternelle;

La pleine intégration des femmes dans le processus de


développement, notamment par une plus grande participation aux
opportunités éducatives, sociales, économiques et politiques, et
notamment par l'élimination des obstacles à leur emploi dans le
secteur non agricole chaque fois que possible. Dans ce contexte, les
lois et politiques nationales, ainsi que les recommandations
internationales pertinentes, devraient être revues afin d’éliminer la
discrimination et de supprimer les obstacles à l’éducation, à la
formation, à l’emploi et aux possibilités d’avancement professionnel
des femmes;
Dépeuplement d'une planète Page 21 sur 133

La promotion de la justice sociale, de la mobilité sociale et du


développement social notamment par une large participation de la
population au développement et une répartition plus équitable des
revenus, des terres, des services sociaux et des équipements;

La promotion de larges opportunités éducatives pour les jeunes des


deux sexes et l'extension des formes publiques d'éducation
préscolaire pour la génération montante;

L'élimination du travail des enfants et de la maltraitance des


enfants et la mise en place de la sécurité sociale et des prestations
de vieillesse;

L'établissement d'une limite inférieure appropriée pour l'âge au mariage.

Les projections concernant les baisses futures des taux de croissance


démographique et celles concernant l’augmentation de l’espérance de vie
sont compatibles avec la baisse du taux de natalité de l’ensemble des pays
en développement, qui est passé du niveau actuel de 38 pour mille à 30
pour mille en 1985; dans ces projections, les taux de natalité dans les pays
développés restent aux alentours de 15 pour mille. Pour atteindre d’ici à
1985 ces niveaux de fécondité, les pays concernés exigeraient des efforts
nationaux substantiels dans le domaine du développement socio-
économique et des politiques démographiques, appuyés, sur demande,
par une assistance internationale adéquate. De tels efforts seraient
également nécessaires pour augmenter l'espérance de vie.

À la lumière des principes du présent Plan d'action, les pays qui


considèrent que leur taux de natalité est préjudiciable à leurs objectifs
nationaux sont invités à envisager de fixer des objectifs quantitatifs et de
mettre en œuvre des politiques susceptibles de conduire à la réalisation
de ces objectifs d'ici 1985. Rien ici ne devrait interférer avec la
souveraineté de tout gouvernement d'adopter ou de ne pas adopter de
tels objectifs quantitatifs.
[Fin de la citation]

MESSAGE DE JIMMY CARTER AU CONGRÈS


23 MAI 1977

Population mondiale

«La croissance démographique rapide est un problème


environnemental majeur de dimension mondiale. La population
mondiale est passée de trois à quatre milliards au cours des 15 dernières
années, annulant sensiblement l'expansion de la production alimentaire
mondiale et la croissance économique de la même période.

«Sans contrôler la croissance démographique, les perspectives de


nourriture, d'abris et d'autres besoins essentiels pour tous les peuples du
monde sont sombres. Là où l'existence est déjà pauvre et précaire, les
efforts pour obtenir les nécessités de la vie dégradent souvent
l'environnement pour les générations à venir.
Dépeuplement d'une planète Page 22 sur 133

«Il appartient, bien entendu, à chaque nation de déterminer ses propres


politiques, mais nous sommes prêts à répondre rapidement et
pleinement à toutes les demandes d’assistance dans les programmes de
population et de soins de santé. Sous ma direction, le Département d’État
et l’Agence pour le développement international sont prêts à coopérer
par le biais d’organisations internationales, d’organisations bénévoles
privées ou de contacts directs avec d’autres gouvernements.

CONSIDÈRE CECI

À la page 65 de Population: Points de vue opposés, nous lisons, [citant:]

«Selon les Nations Unies, qui suivent ces choses de près, quelque 5,3
milliards de personnes ont animé notre planète en 1990. En novembre
1992, ce nombre sera passé à 5,5 milliards, un ajout presque égal à la
population des États-Unis. Ou bien sûr, personne, y compris l'ONU, n'a de
boule de cristal fiable qui révèle précisément comment les nombres
humains vont changer. Pourtant, les gens doivent planifier pour l'avenir,
et donc les analystes et les ordinateurs de l'ONU ont été occupés à imaginer
ce qui pourrait arriver. Une possibilité qu'ils envisagent est que les futurs
taux mondiaux de fécondité resteront ce qu'ils étaient en 1990. Les
conséquences de cette situation, accompagnées d'une légère baisse des
taux de mortalité, sont saisissantes. D'ici 2025, lorsque ma fille de 16 ans
aura fini d'avoir les enfants qu'elle aura, le monde comptera 11 milliards
d'habitants, soit le double de son nombre aujourd'hui. Un autre
doublement ne prendrait qu'un peu plus de 25 ans, car les segments de la
population à la croissance la plus rapide deviennent une plus grande
proportion du total. Au centenaire de ma fille, en 2076, la population
humaine aurait à nouveau plus que doublé, passant à 46 milliards. En
2150, nous serions 694 213 000 000 d'entre nous, soit un peu plus de 125
fois notre population actuelle.

PRINCE PHILIP DE GRANDE-BRETAGNE

Le 30 mars 1990, le Washington Post a rapporté que le prince Philip avait


fait la déclaration suivante: "On nous rappelle constamment le sort des
pauvres, des affamés, des sans-abri et des malades. Ce qui ne fait pas la
une des journaux, c'est que même si la proportion de ces malheureux reste
la même par rapport à la population totale, leur nombre est appelé à
augmenter à mesure que la taille de la population dans son ensemble
augmente ... Le meilleur espoir de limiter l'augmentation du nombre de ces
personnes serait si la population mondiale pouvait être stabilisée. "

Dépeuplement d'une planète

Si vous pensiez que c'était mauvais ...

C'est pire que vous ne le pensez!


Dépeuplement d'une planète Page 23 sur 133

Partie II: Ce que vous ne pouvez pas voir vous blessera!


22/11/95 RICK MARTIN

Roger Walsh, MD, Ph.D., dans un chapitre intitulé Human Survival: A


Psycho-Evolutionary Analysis apparaissant dans le livre Human Survival
& Consciousness Evolution, écrit: «La grande expérience de la conscience,
l'évolution humaine, se trouve maintenant à un précipice de sa propre
fabrication. La même conscience qui a lutté pendant des millions d'années
pour assurer la survie humaine est maintenant sur le point d'épuiser les
ressources de sa planète, de rendre son environnement inhabitable et de
façonner les instruments de sa propre auto-annihilation. Cette conscience
(nous) pouvons-nous développer la sagesse de ne pas faire ces choses?
Pouvons-nous favoriser une compréhension de soi suffisante pour réduire
notre destructivité et mûrir assez rapidement pour nous mener à travers
cette crise évolutive? Ce sont sûrement les questions les plus cruciales de
notre temps, ou de n'importe quel moment. Aujourd'hui, nous sommes
confrontés à une menace mondiale de malnutrition, de surpopulation, de
manque de ressources, de pollution, d'une écologie perturbée et d'armes
nucléaires. · À l'heure actuelle, de 15 à 20 millions d'entre nous meurent
chaque année de malnutrition et de causes connexes; six cent millions de
plus souffrent de faim chronique et des milliards vivent dans la pauvreté
sans abri, éducation ou soins médicaux adéquats (Brandt, 1980;
Presidential Commission on World Hunger, 1979). La situation est
exacerbée par une population en pleine explosion qui ajoute un autre
milliard de personnes tous les treize ans, épuise les ressources naturelles à
un rythme toujours plus rapide, affecte «pratiquement tous les aspects de
l'écosystème terrestre (y compris) peut-être le développement
environnemental le plus grave. détérioration et perte des ressources
essentielles à l'agriculture »(Conseil sur la qualité de l'environnement,
1979). La désertification, la pollution, les pluies acides et le réchauffement
des serres sont parmi les effets les plus évidents.

Surplombant tout cela, pend la menace nucléaire, l'équivalent de quelque


vingt milliards de tonnes de TNT (assez pour remplir un train de
marchandises de quatre millions de kilomètres de long), contrôlé par des
systèmes d'alerte à déclenchement capillaire, et créant des déchets
hautement radioactifs pour lesquels il n'existe aucun site de stockage
permanent. , consommant plus de 660 milliards de dollars chaque année
en dépenses militaires et menaçant de se suicider dans le monde (Schell,
1982; Sivard, 1983; Walsh, 1984). À titre de comparaison, la quantité totale
de TNT larguée pendant la Seconde Guerre mondiale n'était que de trois
millions de tonnes (moins qu'une seule grosse ogive nucléaire). La
Commission présidentielle sur la faim dans le monde (1979) a estimé à 6
milliards de dollars par an, soit environ quatre jours de dépenses
militaires. pourrait éradiquer la famine mondiale. Sans nier le rôle des
forces politiques, économiques et militaires dans notre société, le fait
crucial concernant ces crises mondiales est qu'elles ont toutes des origines
psychologiques. Notre propre comportement a créé ces menaces et, par
conséquent, les approches psychologiques peuvent être essentielles pour
les comprendre et les inverser. Et dans la mesure où ces menaces sont
déterminées par des forces psychologiques en nous et entre nous, elles
sont en fait des symptômes - des symptômes de notre état d'esprit
individuel et collectif. Ces symptômes globaux reflètent et expriment les
croyances et perceptions erronées, les peurs et les fantasmes, les défenses
et les dénégations, qui façonnent et déforment notre comportement
individuel et collectif. L'état du monde reflète notre état d'esprit; nos
crises collectives reflètent notre conscience collective. »

Dans le livre intitulé Population - Opposing Viewpoints est un chapitre écrit par Jacques-

Dépeuplement d'une planète Page 24 sur 133

Yves Cousteau paru pour la première fois dans l'édition de novembre


1992 de Populi. Dans cet article, Cousteau écrit, [citant:]

LES PRÉDICTIONS DE MALTHUS SONT VRAIES

«Ce qui se passe actuellement est une conséquence de la nature


exponentielle de la croissance démographique alors que les ressources
disponibles obéissent à une progression linéaire et sont finalement
limitées, comme l'a prophétisé l'économiste britannique Thomas Robert
Malthus il y a près de 200 ans. Les avertissements ont été répétés par le
Club de Rome après la Seconde Guerre mondiale et étayés par Norman
Borlaug, père de la Révolution verte; dans son discours d'acceptation du
prix Nobel à Stockholm, adressé aux dirigeants du monde, il a insisté sur le
fait qu'ils n'avaient que 30 ans pour maîtriser la menace démographique.

«Vingt ans se sont écoulés depuis, m'a dit Borlaug, et non seulement les
dirigeants n'ont pris aucune mesure, mais ils ont même évité de discuter
du sujet. Depuis, la situation s’est aggravée. »

Encore une fois, Cousteau, [citant:]

DES SOLUTIONS DOIVENT ÊTRE TROUVÉES POUR ENTRAINER LA CROISSANCE DE LA


POPULATION

Si nous voulons que notre entreprise précaire réussisse, nous devons


convaincre tous les êtres humains de participer à notre aventure, et nous
devons d'urgence trouver des solutions pour freiner l'explosion
démographique qui a une influence directe sur l'appauvrissement des
communautés défavorisées. Sinon, le ressentiment généralisé
engendrera la haine, et le plus laid génocide imaginable, impliquant des
milliards de personnes, deviendra inévitable.

Il faut avoir le courage d'affronter la situation: soit les dirigeants du


monde, ayant participé à la Conférence de Rio, comprennent que l'enjeu
est littéralement de sauver l'espèce humaine, et acceptent la nécessité de
prendre des décisions drastiques, non conventionnelles, impopulaires , ou
la catastrophe imminente redoutée par les académies scientifiques
britanniques et américaines se précipitera »

Cousteau conclut par: "La croissance démographique incontrôlée et la


pauvreté ne doivent pas être combattues de l'intérieur, de l'Europe, de
l'Amérique du Nord ou de toute nation ou groupe de nations; elles doivent
être attaquées de l'extérieur - par des agences internationales aidées dans
le formidable travail par des organisations non gouvernementales
totalement indépendantes .

"Une politique mondiale inspirée par l' éco-biologie et l' éco-sociologie est
la seule capable d'orienter notre périlleuse route vers un âge d'or, et de
protéger la diversité culturelle et biologique tout en arborant fièrement
les couleurs de l'humanité."

Dépeuplement d'une planète Page 25 sur 133

GUERRE CHIMIQUE ET BIOLOGIQUE

Dans le livre de 1982, Higher Form Of Killing - The Secret Story Of


Chemical And Biological Warfare [Hill and Wang Publishers, 19 Union
Square West, New York 10003
- pour commander, appelez le 800-788-6262], qui est un chef-d'œuvre de
recherche. Robert Harris et Jeremy Paxman écrivent:

«Dans aucune guerre future, les militaires ne pourront ignorer les gaz
toxiques. C'est une forme plus élevée de meurtre. [Le professeur Fritz
Haber, pionnier de la guerre des gaz, a reçu le prix Nobel de chimie en
1919.]

«La plus ancienne installation de guerre chimique au monde occupe 7 000


acres de campagne légèrement vallonnées à la limite sud de la plaine de
Salisbury, connue sous le nom de Porton Down [Angleterre]. Plus de 700
hommes et femmes y travaillent dans des laboratoires et des bureaux
répartis dans 200 bâtiments. Il y a la police et les casernes de pompiers, un
hôpital, une bibliothèque, une succursale de la Lloyds Bank, des archives
détaillées avec des milliers de rapports et de photographies; il y a même un
cinéma pour projeter les kilomètres de films réalisés lors des expériences.
Ils sont le résidu de plus de six décennies de recherche, généralement à la
pointe des connaissances scientifiques contemporaines. Bien qu'il y ait eu
de nombreuses tempêtes politiques et plusieurs tentatives pour la fermer,
Porton a survécu à toutes - preuve de la fascination persistante de l'armée
pour les gaz toxiques, même dans un pays qui n'a plus officiellement
d'armes chimiques.

«C'est en janvier 1916 que le War Office acheta obligatoirement 3 000 acres
de terrain entre les minuscules villages de Porton et Idmiston, et
commença à nettoyer un site pour ce qui était alors connu sous le nom de
War Department Experimental Ground.

Plus loin dans le chapitre,

«C'était un aveu crucial. Peu importe à quel point les Britanniques, ou


toute autre nation, ont renoncé à la guerre du gaz en public, ils se sont
sentis obligés de donner en secret à leurs scientifiques les mains libres
pour continuer à concevoir les armes les plus meurtrières possibles, au
motif qu'il fallait d'abord les inventer. , avant que des contre-mesures
puissent être préparées.

«Porton Down a utilisé cette logique entre 1919 et 1939 pour mener une
masse de recherches offensives, développant des grenades à gaz et des
bombes à contamination manuelle; une bombe fumigène toxique chargée
d'un nouveau nom de code d' arsenic «DM» a été testée; des armes
antichars ont été produites; et Porton a mis au point un réservoir de
pulvérisation d'aéronef capable de disperser le gaz moutarde à une
hauteur de 15 000 pieds. Dans le même temps, les armes de la Première
Guerre mondiale - le projecteur Livens, le mortier, la coque chimique et
même le cylindre - ont toutes été modifiées et améliorées.

Plusieurs paragraphes plus tard, «Le gaz moutarde,« le roi des gaz »,
employait les volontaires les plus humains. Une seule expérience en 1924
impliquait quarante hommes.

Et,
En octobre 1929, «deux sujets reçurent de copieuses applications de moutarde brute qui

Dépeuplement d'une planète Page 26 sur 133

couvrait pratiquement la face interne de l'avant-bras. Après avoir essuyé


grossièrement la moutarde liquide avec une petite touffe d'herbe, la
pommade (âgée de sept semaines) a été légèrement frottée avec les doigts
sur la zone ... "

Ceci est juste une sélection aléatoire du type de travail qui a été effectué
en Grande-Bretagne. Des recherches similaires sont menées dans le
monde entier. L'Italie a établi un Servizio Chemico Militate en 1923 avec
un vaste terrain d'essai dans le nord du pays. La principale installation
française de guerre chimique était l'Atelier de Pyrotechnie du Bouchet
près de Paris. La marine japonaise a commencé à travailler sur les armes
chimiques en 1923, et l'armée a emboîté le pas en 1925. En Allemagne,
malgré le fait que l'Institut Haber Kaiser Wilhelm avait été fermé en 1919,
un travail défensif limité a continué, plus tard pour former la base de
l'offensive allemande effort. Et en 1924, l'administration
militaro-chimique de l'Armée rouge a été créée et des troupes chimiques
russes ont été stationnées à chaque quartier général de l'armée
provinciale.

Les armes chimiques n'étaient pas simplement recherchées et développées


- elles étaient utilisées. Au début de 1919, les Britanniques utilisèrent le
dispositif "M" (qui produisit des nuages de fumée d'arsenic) à Archange
lorsqu'ils intervinrent dans la guerre civile russe, larguant les canisters des
avions dans les forêts denses. L' Armée blanche anti-bolchevique était
équipée d'obus à gaz britanniques et l'armée rouge aurait également utilisé
des produits chimiques.

Plus tard en 1919, Foulkes a été envoyé en Inde, et en août a exhorté le


War Office à utiliser des produits chimiques contre les Afghans et les
tribus rebelles sur la frontière du Nord-Ouest : << L'ignorance, le manque
d'instruction et de discipline et l'absence de protection de la part de Les
Afghans et les membres de la tribu augmenteront sans aucun doute la
valeur du gaz moutarde dans les combats aux frontières. "

[Encore une fois, plus loin dans le chapitre:]


«Enfin, en mai 1925, sous les auspices de la Société des Nations, une
conférence sur le commerce international des armes a été convoquée à
Genève. Conduits par les États-Unis, les délégués ont convenu d'essayer de
s'attaquer au problème des gaz toxiques, «avec», comme le disent les
Américains, «l'espoir de réduire la barbarie de la guerre moderne». Après
un mois de querelles dans les comités juridiques et militaires - au cours
desquels la délégation polonaise a suggéré avec clairvoyance qu'ils
interdisent également l'utilisation des armes germinales, puis guère plus
qu'une théorie - les délégués se sont réunis le 17 juin pour signer ce qui
reste à ce jour la contrainte juridique la plus forte à la guerre chimique et
biologique:

Les plénipotentiaires soussignés, au nom de leurs gouvernements respectifs:

Considérant que l'usage de gaz asphyxiants, toxiques ou autres, et de tous


liquides, matériaux ou dispositifs analogues, a été condamné à juste titre
par l'opinion générale du monde civilisé; et

Considérant que l'interdiction d'un tel usage a été déclarée dans des
traités auxquels la majorité des puissances du monde sont parties; et

Dépeuplement d'une planète Page 27 sur 133

Afin que cette interdiction soit universellement acceptée comme faisant


partie du droit international, liant à la fois la conscience et la pratique
des nations;

Déclarons: Que les Hautes Parties contractantes, dans la mesure où elles


ne sont pas déjà parties à des traités interdisant une telle utilisation,
acceptent cette interdiction, acceptent d'étendre cette interdiction à
l'emploi de méthodes bactériologiques de guerre et acceptent d'être liées
entre elles selon la thc termes de cette déclaration ... »

Trente-huit puissances ont signé le Protocole de Genève, parmi


lesquelles les États-Unis, l'Empire britannique, la France, l'Allemagne,
l'Italie, le Japon et le Canada; la jeune URSS n'y assista pas.

«La signature du Protocole de Genève de 1925», comme l'a dit un expert,


«a été le point culminant de l'hostilité de l'opinion publique envers la
guerre chimique». Malheureusement, le lobby anti-gaz avait sous-estimé la
force des intérêts opposés. Il ne suffit pas de signer le Protocole pour le
rendre contraignant - les gouvernements individuels doivent le ratifier.
Dans de nombreux cas, cela signifiait un décalage d'au moins un an, et
c'est à cette période que les partisans des armes chimiques ont riposté.

Le Service de guerre chimique des États-Unis [CWS] a lancé un lobby très


efficace. Ils ont obtenu le soutien d'associations d'anciens combattants et de
l'American Chemical Society (dont l'exécutif a déclaré que «l'interdiction de
la guerre chimique signifiait l'abandon des méthodes humaines pour les
anciennes horreurs de la bataille»). Comme cela s'est souvent produit
depuis, la lutte pour les armes chimiques a été représentée comme une
lutte pour la préparation militaire générale. Des sénateurs se sont joints à
la campagne du SCF, parmi lesquels le président de la commission des
affaires militaires qui a ouvert son attaque contre la ratification dans le
débat du Sénat en faisant référence au traité de Washington de 1922: "Je
pense qu'il est juste de dire qu'en 1922 il y a eu beaucoup de l'hystérie et
beaucoup de désinformation concernant la guerre chimique. " D'autres
sénateurs se sont levés pour parler avec approbation des résolutions qu'ils
avaient reçues attaquant le Protocole de Genève - de l'Association des
chirurgiens militaires, de la Légion américaine, des vétérans des guerres
étrangères des États-Unis, de l'Association des officiers de réserve des États-
Unis et de l'Ordre militaire de la guerre mondiale. Sous un feu aussi
violent, le Département d’État n’a vu d’autre choix que de retirer le
Protocole et de le réintroduire à un moment plus favorable. Ce n'est qu'en
1970, quarante-cinq ans après la conférence de Genève, que le Protocole a
de nouveau été soumis au Sénat pour ratification; il a fallu encore cinq ans
pour y parvenir.

Le Japon a suivi l'exemple de l'Amérique et a refusé de ratifier (il l'a finalement fait en mai
1970). En Europe, les différents pays se sont regardés avec prudence. La
France a ratifié la première, en 1926. Deux ans plus tard. en 1928, l'Italie
emboîte le pas et quinze jours après elle, l'Union soviétique déclare qu'elle
se considère elle aussi comme liée par le Protocole. Ce n'est qu'après la
ratification de l'Allemagne en 1929 que la Grande-Bretagne s'est enfin
sentie en mesure d'accepter le Protocole: le 9 avril 1930, cinq ans après la
Conférence, la Grande-Bretagne s'est enfin alignée.

De nombreux États qui ont ratifié le Protocole - dont la France, la Grande-Bretagne et le

Dépeuplement d'une planète Page 28 sur 133

URSS - ne l'a fait qu'après avoir ajouté deux réserves importantes: (1)
que l'accord ne serait considéré comme contraignant que si le pays
contre lequel ils combattaient avait également ratifié le Protocole; (2)
que si un autre pays les attaquait en utilisant des armes chimiques ou
biologiques, il se réservait le droit de répondre en nature.

[Plus loin dans le chapitre:]

Ce travail "défensif" comprenait "des améliorations à de nombreuses


armes de la Première Guerre mondiale, y compris des obus à gaz, des
bombes de mortier, le projecteur Livens et des générateurs de fumée
toxique" et le développement d'un "appareil pour la pulvérisation de gaz
moutarde à partir d'avions, de bombes de tous types, de moutarde à
explosion obus à gaz, grenades à gaz et armes pour attaquer les chars. "
Les diverses inventions ont été testées dans le nord du Pays de Galles, en
Écosse et dans des installations disséminées dans tout l'Empire,
notamment le nord de l'Inde, l'Australie et le Moyen-Orient.

L'engagement de la plupart des gouvernements du monde à ne jamais


utiliser de gaz toxique n'a pas arrêté la recherche: il a simplement rendu le
sujet dans son ensemble beaucoup plus sensible, et donc plus secret. En
1928, les Allemands ont commencé à collaborer avec les Russes dans une
série de tests top secrets appelés «Projet Tomka» sur un site de l'Union
soviétique à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Volsk. Pendant les
cinq années suivantes, une trentaine d'experts allemands ont vécu et
travaillé aux côtés «d'un nombre assez important de personnel
soviétique», principalement engagés dans les tests de gaz moutarde. Les
mesures de sécurité entourant le projet Tomka "étaient telles que tous les
participants qui en parlaient à des étrangers risquaient la peine capitale".

Au Japon, la production expérimentale de gaz moutarde a été lancée en


1928 à l'arsenal de Tandanoumi. Six ans plus tard, les Japonais
fabriquaient une tonne de Lewisite par semaine; en 1937, la production
était passée à deux tonnes par jour. Des tests approfondis - y compris des
essais dans des conditions tropicales sur Formose en 1930 - ont abouti au
développement d'une panoplie redoutable d'armes à gaz: des roquettes
capables de livrer dix litres d'agent jusqu'à deux milles; dispositifs pour
émettre un "brouillard gazeux"; lance-flammes modifiés pour lancer des
jets de cyanure d'hydrogène; bombes à jet de moutarde qui libéraient des
flux de gaz en flottant doucement vers la Terre attachés à des parachutes;
remorques de contamination télécommandées capables de déposer la
moutarde en bandes de sept mètres de large; et le « Dan Masuka », a
porté à la main antichar arme chargée avec un kg de cyanure d'hydrogène
«.

Et puis, "Il ne fait plus aucun doute qu'à partir de 1937, les Japonais ont fait
un usage intensif du gaz toxique dans leur guerre contre les Chinois. En
octobre 1937, la Chine a fait une protestation officielle à la Société des
Nations."

Et, deux paragraphes plus tard,

«Les Italiens ont utilisé des produits chimiques dans leur invasion de
l'Abyssinie de la même manière. En 1935 et 1936, 700 tonnes de gaz ont été
expédiées, la plupart pour être utilisées par l'armée de l'air italienne. Les
premières bombes à moutarde en forme de torpille ont été lancées. "

Dans un chapitre ultérieur de A Higher Form Of Killing, vient:

Dépeuplement d'une planète Page 29 sur 133

«Le bruit de quatorze mille avions avançant en ordre ouvert. Mais dans le
Kurfürstendamm et le Huit arrondissement, l'explosion des bombes à
charbon n'est guère plus forte que l'éclatement d'un sac en papier.

Aldous Huxley, Brave New World (1932).

L'histoire de la guerre chimique et biologique a suscité d'étranges histoires,


mais peu sont aussi bizarres que celles qui entourent une petite île au
large de la côte nord-ouest de l'Écosse. Il se trouve dans son propre foin
bien protégé , à proximité du village de pêcheurs d'Aultbea - un
affleurement de rocher, bien couvert de bruyère, de trois cents pieds de
haut, d'un mille et demi de long et d'un mille de large.

«Il faut environ vingt minutes pour arriver en bateau de pêche depuis
Aultbea. En vous rapprochant, il est possible de distinguer les formes de
centaines d'oiseaux de mer nichant sur son rivage escarpé . Leurs appels
sont les seuls sons qui rompent le silence. Il était une fois l'île qui aurait
soutenu onze familles. Aujourd'hui, le seul signe d'habitation humaine est
la ruine d'une maison de crofter.

«Cette île totalement abandonnée est Gruinard. Grâce à une série


d'expériences secrètes de guerre - dont tous les détails sont encore
classés - personne n'est autorisé à vivre, ni même à atterrir ici.

Encore une fois, plus loin dans le chapitre, «l'anthrax a longtemps été
considéré comme le remplissage le plus pratique pour une arme
biologique. Une décennie plus tôt, Aldous Huxley avait prédit une guerre
impliquant des bombes à l'anthrax. Même avant cela, en 1925, Winston
Churchill a écrit sur `` des pestes préparées méthodiquement et
délibérément lancées sur l'homme et la bête ... '' La brûlure pour détruire
les récoltes, le charbon pour tuer les chevaux et le bétail, la peste pour
empoisonner non seulement les armées mais des districts entiers - tels
sont les lignes seules que la science militaire avance sans remords. "
Du même chapitre,

«En juillet 1942, les allégations chinoises ont été transmises à Winston
Churchill. Deux jours plus tard, il les fit inscrire à l'ordre du jour du
Pacific War Council.

«L'alarme croissante à Londres et à Washington selon laquelle les Japonais


étaient sur le point de déclencher une guerre biologique a donné une
urgence supplémentaire aux 'premiers essais de bombes à charbon sur
Gruinard cet été-là. Jusque-là, l'effort de guerre germinale allié avait pris
un retard significatif par rapport aux Japonais, mais à partir de 1942, le
programme biologique anglo-américain a commencé à rivaliser avec le
Projet Manhattan pour la priorité de développement.

Le projet britannique de guerre biologique est né le 12 février 1934 lors


d'une réunion des chefs d'état-major. Depuis deux ans, une Conférence
du désarmement à Genève a discuté des moyens de débarrasser
définitivement le monde des armes chimiques. La guerre contre les
germes avait également été incluse, et compte tenu de cela, Sir Maurice
Hankey a déclaré aux chefs de service, il "se demandait s'il ne serait pas
juste d'envisager les possibilités et

Dépeuplement d'une planète Page 30 sur 133

potentialités de cette forme


de guerre. "[Fin de la
citation.]

Dans le même chapitre, «En octobre, le CID a approuvé et Hankey est


devenu président du comité de guerre microbiologique nouvellement créé
.

<< En mars 1937, le Comité soumit son premier rapport, en particulier sur
la peste, l'anthrax et la fièvre aphteuse. Tout en concluant que «pour le
moment ... les difficultés pratiques de l'introduction de bactéries dans ce
pays à grande échelle étaient de manière à rendre improbable une
tentative », ils ont insisté pour que des stocks de sérum soient constitués
pour faire face à toute menace potentielle. De 1937 à 1940, la Grande-
Bretagne a commencé à stocker des vaccins, des fongicides et des
insecticides contre les attaques biologiques.

«En avril 1938, le Comité a produit un deuxième rapport et en juin,


Hanley a diffusé des« Propositions pour un service bactériologique
d'urgence à opérer en temps de guerre »: l'accent était mis sur la
défense, le ton toujours discret.

Winston Churchill dans une minute «la plus secrète» aux chefs d'état-major. 6 juillet 1944:

"... Il faudra peut-être plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que
je vous demande de tremper l'Allemagne avec du gaz toxique, et si nous
le faisons, faisons-le à cent pour cent. En attendant, je veux que la
question soit étudiée de sang-froid. par des gens sensés et non par
l'ensemble particulier de défaitistes en uniforme chantant des psaumes
que l'on croise maintenant ici maintenant là. "

Encore une fois de A Higher Form Of Killing, "À la fin de la guerre, seuls


les Britanniques avaient fabriqué 70 millions de masques à gaz, 40
millions de boîtes de pommade anti-gaz et stocké 40 000 tonnes d'eau de
Javel pour la décontamination; 10 millions de dépliants avaient été
préparés pour distribution immédiate en cas d'attaque chimique, et par
un arrangement de longue date , la BBC aurait interrompu les
programmes avec des avertissements de gaz spécialement préparés. La
planification d'urgence se limitait aux moindres détails. "

Plus loin dans le même chapitre, «On Christmas Eye 1949, la radio de
Moscou a annoncé que douze prisonniers de guerre japonais devaient être
inculpés de guerre biologique en Chine. Les Russes ont affirmé que les
Japonais avaient produit de grandes quantités de bactéries et avaient
prévu de mener une guerre biologique contre les Alliés. Les allégations
sont devenues plus précises la semaine suivante. Trois jours plus tard, la
radio de Moscou a affirmé que le détachement 731 de l'armée du
Kwantung avait utilisé des prisonniers de guerre pour d'horribles
expériences de guerre biologique, puis, le lendemain, qu'un des
prisonniers avait avoué à ses interrogateurs que l'unité avait été créée sur
ordre. de l'empereur lui-même. Le 29 décembre, la Pravda est arrivée à
l'essentiel. Les États-Unis protégeaient d'autres criminels de guerre
japonais et se livraient eux-mêmes à des recherches sur la guerre
biologique. "

Plus tard encore,

«Dans les premiers jours qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, il était
extrêmement difficile pour les Britanniques ou les Américains de vérifier
nombre des affirmations étonnantes qu’ils avaient reçues lors de la
capture.

Dépeuplement d'une planète Page 31 sur 133

Les mouches allemandes. Ils ont conclu, cependant, qu'il y avait des
preuves plus que suffisantes que l'Union soviétique avait été, et était
toujours, engagée dans une certaine forme de recherche sur la guerre
biologique. Bien que la nature du travail contemporain soit mal connue, on
pensait que les Russes maintenaient environ six sites de recherche sur la
guerre biologique, la plupart dans l'Oural.

Les Britanniques et les Américains ont reconnu que leur intelligence était
insuffisante. Mais les preuves ont été jugées plus que suffisantes pour
justifier la poursuite de travaux similaires dans l'ouest. Lorsqu'ils sont
venus évaluer la vulnérabilité du Royaume-Uni à une attaque potentielle
de germes, ils ont découvert que Londres, contenant plus de 12% de la
population, n'était qu'à 500 miles des bases aériennes de l'Allemagne
orientale occupée par les Soviétiques . Lorsque le comité mixte de guerre
technique a évalué à quel point une attaque de représailles avec des armes
biologiques pouvait être facile, il s'est rendu compte que les cibles civiles
contre lesquelles les dispositifs bactériens seraient les plus efficaces étaient
dispersées dans l'immense étendue de l'Union soviétique. Même en
utilisant les bases aériennes de l'Empire britannique à Nicosie (Chypre) et
à Peshawar (Inde), il n'y avait qu'une seule ville soviétique de plus de 100
000 habitants à moins de 500 milles, et seulement trente-cinq de ces
centres de population à moins de 1 000 milles. De toute évidence, à tout le
moins, il devrait y avoir un grand programme de recherche visant à
développer une certaine défense. L'intelligence, il était librement admis,
était insuffisante. Mais aucune réticence de ce genre n'a trouvé son chemin
dans les histoires qui ont commencé à apparaître dans la presse, [un titre:]
LA RUSSIE A SIGNALÉ LA PRODUCTION D'AGENTS DE MALADIE POUR LA GUERRE

Dans huit «stations bactériennes militaires», dont l'une sur un navire


fantôme dans l'océan Arctique, l'Union soviétique produit en masse d'
énormes quantités d '«agents pathogènes» à des fins agressives contre les
soldats et les civils du monde libre. En particulier, l'Armée rouge stocke
deux «armes biologiques» spécifiques, avec lesquelles elle espère porter
un coup stratégique et gagner de manière décisive toute guerre future,
avant même qu'elle ne commence officiellement. [Fin de la citation.]

Sautant plusieurs paragraphes plus loin, "Il ne fait guère de doute que
l'Union soviétique a mené des recherches approfondies sur la guerre
bactériologique à la fin des années 1930 et au début des années 1940. Il a
été jugé légitime de conclure que ces recherches ne se seraient
probablement pas arrêtées à un moment arbitraire après la deuxième
Guerre mondiale, mais une intelligence ferme pour suggérer la nature du
travail manquait notoirement.

«Pendant la plupart des années d' après-guerre, les microbiologistes


militaires ont développé des armes germinales de« représailles »contre des
menaces dont ils ignoraient l'existence, puis ont tenté de développer des
défenses non pas contre l'ennemi potentiel de l'ère des armes, mais contre
les maladies qu'ils avaient eux-mêmes affinées. "

Encore une fois, plus tard, [citant:]

Certes, dans les années 50, les Russes s'attendaient à ce que


l'Occident utilise des armes chimiques et biologiques contre eux. En
1956, le maréchal Joukov a déclaré au

Dépeuplement d'une planète Page 32 sur 133

Vingtième congrès du parti; "La guerre future, si elle la déclenche, sera


caractérisée par l'utilisation massive des forces aériennes, de diverses
fusées et de divers moyens de destruction massive, tels que les armes
atomiques, thermonucléaires, chimiques et bactériologiques." Joukov n'a
pas dit que l'Union soviétique prévoyait d'utiliser elle-même ces armes. En
1960, le chef de l'US Army Research déclarait à une enquête du Congrès:
«Nous savons que les Soviétiques accordent une haute priorité au
développement d' armes létales et non létales , et que ce stock d'armes se
compose d'environ un sixième de munitions chimiques. " S'il est vrai qu'un
sixième de la quantité totale d'armes dont dispose l'Union soviétique est
constitué d'obus chimiques et de bombes, cela représente une menace
alarmante pour les États-Unis et ses alliés de l'OTAN. Quelques années plus
tard, cette estimation avait conclu que les États-Unis étaient "hautement
vulnérables" aux attaques de guerre bactériologique. Ils ont souligné que
depuis la fin de la guerre, très peu de travaux nouveaux avaient été faits
pour produire une bombe biologique. Il faudrait, pensaient-ils, "environ un
an d'efforts intensifs" avant que l'Amérique puisse mener une guerre
biologique. Certes, il n’existe aucune preuve tangible qu’un ennemi
potentiel ait mis au point une arme biologique, mais les États-Unis peuvent-
ils se permettre de prendre le risque de ne pas avoir la sienne, si elle devait
être développée plus tard ailleurs?
L'argument était convaincant. En octobre 1950, le secrétaire à la Défense
accepta une proposition de construire une usine pour fabriquer des
maladies. Le Congrès a voté en secret quatre - vingt dix millions de dollars,
à dépenser la rénovation d' une Seconde Guerre mondiale Arsenal près de
la petite ville de coton de Pine Bluff, dans le centre-ouest de l' état de l'
Arkansas. La nouvelle usine de guerre biologique avait dix étages, trois
d'entre eux construits sous terre. Il était équipé de dix fermenteurs pour la
production de masse de bactéries à court terme, bien que l'usine n'ait
jamais été utilisée à pleine capacité. Les habitants de la ville de Pine Bluff
avaient une certaine idée de l'objectif de la nouvelle usine militaire en
cours de construction, mais en général, comme le Pentagone l'a dit plus
tard, il y avait «une réticence à faire connaître le programme».

Les premières armes biologiques étaient prêtes l'année suivante, bien


qu'elles aient été conçues pour attaquer non pas les humains mais les
plantes. En 1950, les scientifiques du Camp Detrick [Maryland] avaient
soumis un rapport Top Secret aux chefs d'état-major interarmées sur le
travail qu'ils avaient effectué sur un «pigeon bombe». Dans une tentative
de découvrir une technique de destruction des approvisionnements
alimentaires d'un ennemi, les scientifiques avaient saupoudré les plumes
des pigeons voyageurs avec des spores de rouille des céréales, une maladie
qui attaque les cultures. Les chercheurs ont découvert que même après un
vol de cent milles, il restait suffisamment de spores sur les plumes des
oiseaux pour infecter l'avoine laissée dans leurs cages. Ensuite, ils avaient
expérimenté le largage de pigeons hors des avions au-dessus des îles
Vierges. Finalement, ils se sont complètement débarrassés des oiseaux
vivants et ont simplement rempli une «bombe à fragmentation» avec des
plumes de dinde contaminées. Dans chacun de ces tests bizarres, les
hommes du Camp Derrick ont conclu qu'une quantité suffisante de la
maladie avait survécu au voyage pour infecter la culture cible. En 1951, les
premières bombes anti-récolte ont été mises en production pour l'US Air
Force.

Les États-Unis ont établi la première chaîne de production d'armes biologiques en


temps de paix .

[Et ensuite:]

Les scientifiques de Fort Detrick ont découvert un Trinidadien qui avait


été infecté par la fièvre jaune en 1954 et qui s'était rétabli plus tard. Ils ont
pris le sérum du Trinidadien et l'ont injecté

Dépeuplement d'une planète Page 33 sur 133

en singes. Des singes, ils ont enlevé le plasma infecté dans lequel ils
ont laissé tomber des larves de moustiques. Les moustiques infectés
ont ensuite été encouragés à piquer des souris de laboratoire et à
transmettre la maladie. Cette technique ingénieuse de recherche en
santé publique à l'envers a fonctionné. Les souris ont dûment
contracté la fièvre jaune.

Des laboratoires ont été construits à Fort Detrick où les colonies de


moustiques Aedes aegypti étaient nourries avec un régime de sirop et de
sang. Ils ont pondu leurs œufs sur des serviettes en papier humides. Les
œufs se transformeraient plus tard en larves, et éventuellement en une
nouvelle génération de moustiques.
Les laboratoires de Fort Detrick pouvaient produire un demi-million de
moustiques par mois et, à la fin des années cinquante, un plan avait été
élaboré pour une usine produisant cent trente millions de moustiques par
mois. Une fois que les moustiques ont été infectés par la fièvre jaune, le
Corps chimique a prévu de les tirer sur un ennemi à partir de "bombes à
fragmentation" larguées depuis un avion et depuis l'ogive du missile
"Sergeant".

Pour tester la faisabilité de cette arme extraordinaire, l'armée avait besoin


de savoir si les moustiques pouvaient être invoqués pour piquer les gens.
En 1956, ils ont effectué une série de tests dans lesquels des moustiques
femelles non infectées ont d'abord été relâchées dans un quartier
résidentiel de Savannah, en Géorgie, puis larguées d'un avion au-dessus
d'un champ de tir en Floride.
"En un jour", selon un rapport secret du Chemical Corps, "les moustiques
s'étaient répandus sur une distance de un à deux miles et avaient piqué de
nombreuses personnes". Les effets de la libération de moustiques infectés
ne peuvent être que devinés. La fièvre jaune, comme l'a noté le Chemical
Corps, est "une maladie extrêmement dangereuse", causant à tout le moins
des températures élevées, des maux de tête et des vomissements. Dans
environ un tiers des cas enregistrés à l'époque, la fièvre jaune s'était
avérée mortelle.

Les moustiques n'étaient pas non plus les seuls insectes enrôlés au service
de l'armée. En 1956, l'armée a commencé à étudier la faisabilité d'élever
cinquante millions de puces par semaine, probablement pour propager la
peste. À la fin des années cinquante, les laboratoires de Fort Detrick
contiendraient des moustiques infectés par la fièvre jaune, le paludisme et
la dengue (une maladie virale aiguë également connue sous le nom de
Breakbone Fever pour laquelle il n'existe aucun remède); puces infectées
par la peste; tiques contaminées par la tularémie; et les mouches infectées
par le choléra, l'anthrax et la dysenterie. [Fin de la citation.]

Plus loin dans le livre A Higher Form Of Killing, nous lisons:

«La guerre du Vietnam aurait pu représenter le laboratoire de terrain


parfait pour des hommes comme le général Rothschild pour tester leurs
théories sur l'ensemencement des nuages avec de l'anthrax. Mais il y avait
à présent des preuves suffisantes de la manière dont les troupes
américaines et sud-vietnamiennes seraient également affectées pour
l'exclure. Au lieu de cela, les laboratoires de guerre bactériologique ont
concentré leurs efforts sur le développement de maladies incapacitantes
qui entraîneraient un ennemi malade pendant des jours et des semaines.
Depuis quelques années, les laboratoires de Fort Detrick ont travaillé sur
les entérotoxines causant des intoxications alimentaires, sur la théorie
militaire, comme l'a dit un promoteur, que "un gars qui chie son estomac
ne peut pas viser un fusil sur vous". En 1964, ils croyaient qu'une arme
basée sur la théorie était faisable. Mais maintenant, une autre maladie
invalidante semblait être un meilleur candidat.

Dépeuplement d'une planète Page 34 sur 133

Quelques paragraphes plus loin, on lit:


«Les résultats de la recherche continue ont pu être vus sur les cartes de
Dugway Proving Ground dans l'Utah, dont une partie était marquée"
zone bio-contaminée permanente ", après des expériences sur l'anthrax
au milieu des années soixante. Dans le Pacifique, d'autres tests ont été
effectués avec des agents «chauds» - le jargon des armes biologiques
réelles - sur un certain nombre d'îles désertes. Les résultats des tests sont
toujours classés au motif qu'ils révèlent des faiblesses dans les défenses
américaines. En mars 1967, Fort Detrick avait développé une ogive
bactériologique pour le missile Sergeant. capable de transmettre des
maladies jusqu'à 100 miles derrière les lignes ennemies:

Le ministère de la Défense avait justifié la ruée accélérée vers les armes


biologiques au début des années 60 en disant qu'il n'y avait aucune chance
de parvenir à un traité qui serait acceptable pour les États-Unis. Comme
tout argument en faveur de l'interdiction des armes biologiques était peu
probable, ont-ils soutenu, les États-Unis étaient tenus de poursuivre leurs
travaux de recherche.

"Ils avaient tord. En 1968, le sujet de la guerre chimique et biologique a été


débattu au Comité permanent du désarmement des dix-huit nations à
Genève. Les tentatives précédentes pour parvenir à un accord sur un traité
international visant à interdire les armes avaient échoué, à cause d'un.
insistance pour que les armes chimiques et biologiques soient incluses
dans le même traité. Étant donné que les armes à gaz ont déjà été utilisées
en temps de guerre, se sont avérées efficaces et sont stockées à grande
échelle, elles seraient beaucoup plus difficiles à proscrire que les armes
germinales, qui, pour autant que l'on puisse prouver de manière
satisfaisante, n'ont jamais été utilisées en guerre. Les Britanniques ont
proposé que les deux sujets soient séparés et ont présenté un projet de
Convention sur les armes biologiques qui engagerait tous les États
signataires à renoncer définitivement aux armes.

Il y avait une forte opposition initiale de la part des Russes et de leurs


alliés d'Europe de l'Est, et peu d'enthousiasme manifeste de Washington.
Les Britanniques et les Canadiens, qui avaient partagé leur expertise en
matière de guerre bactériologique avec les Américains, ont néanmoins fait
valoir au président Nixon qu'un traité international était désormais une
possibilité réelle. Ce qu'il fallait, disaient-ils, c'était un geste de bonne
volonté.

Nixon était déjà sous pression au sujet des armes chimiques et biologiques
et faisait face à une opposition nationale croissante. Le 25 novembre 1969,
il fit une déclaration. "L'humanité", a-t-il dit, "porte déjà dans ses propres
mains trop de graines de sa propre destruction". Les États-Unis font un pas
dans la cause de la paix mondiale. "Les États-Unis", a-t-il poursuivi,
"renonceront à l'utilisation d'agents et d'armes biologiques mortels, et à
toutes les autres méthodes de guerre biologique". C'était un geste
courageux, qui prouvait l'impulsion que les Britanniques espéraient.

Les négociations laborieuses au Palais des Nations, à Genève, ont reçu une
impulsion considérable avec l'annonce de Nixon. En l'espace de deux ans,
l'Union soviétique avait abandonné son opposition à une convention sur
la guerre bactériologique. Le 4 avril 1972, les représentants des deux pays
ont signé un engagement selon lequel ils ne "se développeraient en
aucune circonstance,

Dépeuplement d'une planète Page 35 sur 133


produire, stocker ou acquérir ou conserver des armes biologiques. "Plus
de quatre-vingts autres pays ont emboîté le pas. La Convention sur les
armes biologiques a été un triomphe, car contrairement à de nombreux
autres accords sur la maîtrise des armements qui ne faisaient que
restreindre la mise au point et le déploiement de nouvelles armes, elle en
a supprimé un. catégorie d’armements des arsenaux mondiaux.

Au moment où l'accord fut finalement signé, la recherche qui avait


commencé avec un petit groupe de biologistes réfléchissant à leur
contribution à la guerre contre Hitler avait produit une foule de maladies
capables de propager la maladie dans le monde entier. Outre les infections
qui détruiraient le blé et le riz, l'anthrax, la fièvre jaune, la tularémie, la
brucellose, la fièvre Q et l'encéphalomyélite équine vénézuélienne avaient
toutes été «standardisées» pour une utilisation contre l'homme. Des plans
avaient été établis pour leur utilisation derrière les lignes ennemies en cas
d'une autre guerre en Europe.

À Pine Bluff Arsenal, dans l'Arkansas, la machinerie qui depuis vingt ans
produisait des maladies en masse était utilisée pour transformer les
germes en une boue inoffensive, qui était répandue sur le sol pendant
qu'un officier des relations publiques de l'armée expliquait quel bon
engrais cela produirait. Et, sur une petite île sombre au large de la côte
écossaise, les panneaux d'avertissement devaient être repeints.

[Encore:]

Malgré le fait que des puissances aussi importantes que la France et la


Chine ne l’ont toujours pas signée (au début de 1982), en grande partie
parce qu’elles jugent les procédures de vérification inadéquates, la
Convention sur les armes biologiques de 1972 était a. succès majeur. L'une
des dispositions du traité engageait les quatre-vingt-sept pays signataires à
"poursuivre les négociations de bonne foi" en vue d'obtenir un accord
similaire sur l'interdiction des armes chimiques. L'Assemblée générale des
Nations Unies a surnommé avec optimisme les années 1970 «La décennie
du désarmement». Dans le domaine de la guerre chimique, il aurait été
plus judicieux de l'appeler «Décennie de la méfiance».

[Plus tard:]

En janvier 1978, un correspondant de l'agence de presse Reuters


rapporta depuis le siège de l'OTAN que des "experts scientifiques"
l'avaient informé que les Russes développaient "trois nouvelles maladies
horribles pour la guerre ... Fièvre de Lassa, qui selon
les sources, tue 35 personnes sur 100, la fièvre Ebola, qui en tue 70 sur
100; et la fièvre mortelle de Marburg (maladie du singe vert) ".

Il n'est pas surprenant que ces allégations aient eu pour effet de jeter un
doute sérieux sur l'utilité de tenter de négocier un deuxième traité avec
l'Union soviétique pour interdire la guerre du gaz. En effet, à l'été 1978, une
histoire est apparue suggérant que la décision initiale de Nixon d'arrêter de
développer de nouvelles armes chimiques et biologiques était le résultat du
travail d'espions soviétiques. "Selon les responsables du renseignement
américain", a déclaré le NEW YORK TIMES, "l'Union soviétique a tenté
d'influencer le président de l'époque Richard Nixon en 1969 pour arrêter le
développement d'armes chimiques et biologiques en transmettant des
informations via

Dépeuplement d'une planète Page 36 sur 133


agents doubles travaillant pour le Federal Bureau of Investigation. "Le
journal soutenait que le directeur du FBI, J. Edgar Hoover, avait transmis
personnellement l'information à Nixon. Bien qu'aucun membre du
personnel de la Maison Blanche de Nixon ne puisse se souvenir d'avoir
reçu des informations sur les armes chimiques ou biologiques par des
agents du FBI, le rapport NEW YORK TIMES était néanmoins suffisant pour
ajouter à l'inquiétude croissante sur ce que les Russes pourraient faire.

Bientôt, il y eut une cascade d'histoires positives sur les préparatifs


soviétiques pour la guerre bactériologique. Un officier de l'armée
polonaise a affirmé avoir été informé que des spécialistes du KGB en
guerre biologique avaient été affectés à Cuba. Puis en octobre 1979 vint
peut-être l'allégation la plus sensationnelle de toutes.

Le tout nouveau magazine d'information britannique Now! a éclaboussé


sur sa couverture le titre "Exclusif. Le désastre de la guerre germinale
secrète en Russie". Il a rapporté que "des centaines de personnes seraient
mortes et des milliers auraient été gravement blessées à la suite d'un
accident survenu cet été dans une usine impliquée dans la production
d'armes bactériologiques dans la ville sibérienne de Novossibirsk". Les
autorités soviétiques avaient tenté de faire taire l'accident, a précisé le
magazine, mais des informations avaient été obtenues d'un "voyageur qui
se trouvait dans la ville à l'époque". Ce "voyageur" a affirmé que les corps
des morts avaient été livrés à leurs proches dans des cercueils scellés. Les
rares personnes qui avaient réussi à apercevoir les corps les avaient
décrits comme "couverts de taches brunes".
[Et encore:]

Dans la seconde moitié des années 70, un groupe de théoriciens militaires


est apparu, qui considéraient la menace de la guerre chimique russe
comme l'un des grands dangers méconnus auxquels l'Occident était
confronté. D'un ton de plus en plus strident, ils ont commencé à plaider en
faveur d'un réarmement chimique au sein de l'OTAN. L'une des analyses
les plus restreintes de la menace soviétique a été faite par le professeur
John Erickson, une autorité reconnue de l'armée soviétique.

Erickson a estimé qu'il y avait quatre-vingt mille soldats spécialisés dans


l'Armée rouge, commandés par le lieutenant-général VK Pikalov, dont le
travail sur le champ de bataille était de décontaminer les hommes, les
machines et les armes chimiques. Il y avait un millier de champs où les
troupes soviétiques s'entraînaient à combattre sur un champ de bataille
contaminé. Les chars et les voitures blindées soviétiques étaient équipés de
joints élaborés et de systèmes de pressurisation pour empêcher l'entrée de
gaz. L'entraînement chimique a été pris tellement au sérieux que les
soldats soviétiques, a-t-il découvert, avaient été brûlés par du vrai gaz
utilisé à l'entraînement.

Erickson a noté que les Russes "insistent constamment sur l'utilisation


probable par l'ennemi - vraisemblablement de l'OTAN - d'armes
chimiques", mais l'OTAN, comme l'a fait remarquer Erickson, ne disposait
que d'un petit nombre de ces armes. En outre, l'entraînement russe a mis
l'accent sur la défense non seulement contre les gaz neurotoxiques, mais
aussi contre les agents sanguins et pulmonaires développés pour la
première fois pendant la Première Guerre mondiale, et désormais sans
importance dans le stock de l'OTAN. Erickson décida que "l'attraction de
l'arme chimique semblerait grandir pour le commandement soviétique".
Dépeuplement d'une planète Page 37 sur 133

[Et, continuer plus tard:]

Les "faucons" de l'OTAN étaient de plus en plus convaincus que la décision


de cesser d'étendre l'arsenal chimique avait donné à la fortune un
dangereux otage. En 1980, les Britanniques ont ouvert une zone
d'entraînement de 7 000 acres à la guerre chimique "Battle Run" dans les
collines du Wiltshire aux côtés de Porton Down. L'armée américaine a
ouvert une école de formation spécialisée en chimie en Alabama. Le US
Chemical Corps, réduit à 2000 au début des années 1970, est passé à près de
6000 en 1981.

En 1979, les commandants de l'OTAN ont joué leurs jeux de guerre


biennaux simulant le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale.
Nommé "Wintex", l'exercice ne concernait que les généraux, les
fonctionnaires et les politiciens qui prendraient les décisions critiques sur
la manière de mener la guerre. Dans les salles d'opérations en Europe et
en Amérique du Nord, ils ont interprété comment ils réagiraient à une
crise internationale croissante qui a finalement opposé l'OTAN et le Pacte
de Varsovie dans une guerre ouverte. Alors que les hostilités
s'intensifiaient, quelqu'un au quartier général de l'OTAN a introduit de
nouvelles informations dans le plan de guerre qui était diffusé aux
décideurs dans leurs bunkers en béton: l'armée soviétique avait lancé une
attaque avec des armes chimiques. Quelle devrait être la réponse de
l'OTAN? Le choix a alarmé tout le monde - à la fois les petits membres de
l'OTAN qui n'aimaient pas le gaz mais voulaient éviter à tout prix la guerre
nucléaire, et les puissances nucléaires de l'OTAN, où beaucoup estimaient
que la réponse appropriée était une attaque avec des armes nucléaires de
champ de bataille, qui courait elle-même le danger de invitant à une
contre-attaque nucléaire soviétique à grande échelle .

Le commandant suprême de l'OTAN de l'époque, le général Alexander


Haig, qui deviendra bientôt secrétaire d'État du président Reagan, déclara
aux journalistes en 1978 que la capacité de l'OTAN à faire la guerre aux
produits chimiques était "très faible". "Dans un proche avenir", at-il dit,
"cela devra être réévalué". Son successeur en tant que commandant
suprême est allé plus loin. "Nous devrions être capables de répondre avec
des armes chimiques", a-t-il dit, "et ils devraient savoir que nous avons
cette capacité de réponse." Dix ans après la décision de Nixon de suspendre
la fabrication d'armes chimiques, à la fin de la soi-disant Décennie du
désarmement, les partisans du réarmement chimique comprenaient
certaines des personnalités les plus importantes de l'establishment
militaire.

Il y avait déjà une arme développée pour compenser les lacunes que les
généraux voyaient tout autour d'eux. L'idée était simple et, dans les
années 1970, elle avait une vingtaine d'années.

[Extrait d'une forme supérieure de meurtre, en conclusion:]


Le cynisme croissant à l'égard des intentions soviétiques avait déjà conduit
à la fin des années 1970 à une position plus agressive. Se souvenant de
l'opposition aux armes chimiques qui s'était manifestée à la fin des années
1960 et reconnaissant que toute nouvelle génération devrait être basée en
Europe, le Pentagone a entamé des discussions avec les Britanniques. Bien
que les négociations initiales avec le gouvernement Callaghan
n'aboutissent à rien, les discussions sur la possibilité de baser des armes
chimiques en Grande-Bretagne ont repris après les élections de 1979 qui
ont porté Margaret Thatcher au pouvoir. Au printemps 1980, le secrétaire
britannique à la Défense ruminait publiquement la taille et la puissance de
l'arsenal chimique soviétique. Cet été-là, les Britanniques ont tenu une
série de réunions avec leurs homologues américains qui ont abouti à

Dépeuplement d'une planète Page 38 sur 133

Le soutien britannique aux propositions du Pentagone de commencer à


produire une nouvelle génération d'armes à gaz. En décembre 1980, le
secrétaire britannique à la Défense s'était finalement converti à la cause du
réarmement chimique.

Même avant les allégations T2, le climat avait tellement changé qu'en
1980, le Pentagone n'a pas inclus de propositions pour une nouvelle usine
d'armes à gaz binaire dans sa demande de fonds pour l'année à venir. Il
n'y en avait pas besoin. Lorsque la proposition de budget a été soumise
au Congrès pour approbation, des politiciens enthousiastes ont approuvé
une suggestion d'écrire dans le budget des plans pour commencer à
travailler sur une nouvelle usine capable de produire 20000 cartouches
de coques d'agent neurotoxique binaire de 155 mm chaque mois.
L'ensemble du débat dans les deux chambres du Congrès a duré moins
de trois heures.

Au moment où les allégations de T2 ont fait surface, même Richard Nixon,


l'homme qui semblait avoir mis fin à la course aux armements chimiques
en 1969, pensait que ses efforts avaient été vains et que les Russes s'étaient
réarmés pendant que les États-Unis s'arrêtaient. Dans le passé, les
gouvernements ont justifié la poursuite des recherches sur les gaz et les
germes en indiquant les armes qu'ils croyaient que l'ennemi possédait.
Des plans pour. le réarmement chimique en Occident est déjà bien avancé.
À moins que les négociations sur le désarmement ne portent
soudainement leurs fruits, le climat de suspicion actuel peut fournir la
culture parfaite dans laquelle créer une nouvelle génération d'armes. [Fin
de la citation.]

RAPPORT D'IRON MOUNTAIN

En 1967, le rapport d'Iron Mountain sur la possibilité et la désirabilité de


la paix a été publié. Le rapport dit, en partie:
Comme nous l'avons indiqué, la prééminence du concept de guerre en tant
que principale force organisatrice dans la plupart des sociétés n'a pas été
suffisamment appréciée. Cela est également vrai de ses effets étendus à
travers les nombreuses activités non militaires de la société. Ces effets sont
moins apparents dans des sociétés industrielles complexes comme la nôtre
que dans les cultures primitives, dont les activités peuvent être plus
facilement et pleinement comprises. "
Et aussi, [citant:]

Un autre substitut possible pour le contrôle des ennemis potentiels de la


société est la réintroduction, sous une forme conforme à la technologie
moderne et aux processus politiques, de l'esclavage. Jusqu'à présent, cela
n'a été suggéré que dans la fiction, notamment dans les œuvres de Wells,
Huxley, Orwell et d'autres engagés dans l'anticipation imaginative de la
sociologie du futur. Mais les fantasmes projetés dans Brave New World et
1984 ont semblé de moins en moins invraisemblables au fil des années
depuis leur publication. L'association traditionnelle de l'esclavage avec les
anciennes cultures préindustrielles ne doit pas nous aveugler sur son
adaptabilité aux formes avancées d'organisation sociale, ni sur son
incompatibilité tout aussi traditionnelle avec les valeurs morales et
économiques occidentales. Il est tout à fait possible que le développement
d'une forme sophistiquée d'esclavage soit une condition préalable absolue
au contrôle social dans un monde en paix. Dans la pratique, la conversion
du code de discipline militaire en une forme d'esclavage euphémisée
impliquerait étonnamment peu de révision; la première étape logique
serait l'adoption d'une certaine forme de service militaire «universel».

Dépeuplement d'une planète Page 39 sur 133

[Fin de la citation.]

Extrait du rapport d'Iron Mountain, sous le titre Ecological, [citant:]

Compte tenu des lacunes de la guerre comme mécanisme de contrôle


sélectif de la population, il pourrait sembler que la mise au point de
substituts à cette fonction devrait être relativement simple.
Schématiquement, il en est ainsi, mais le problème du timing de la
transition vers un nouveau dispositif d'équilibrage écologique rend la
faisabilité de la substitution moins certaine.

Il faut se rappeler que la limitation de la guerre dans cette fonction est


entièrement eugénique. La guerre n'a pas été génétiquement progressive.
Mais en tant que système de contrôle brut de la population pour préserver
l'espèce, il ne peut pas être blâmé. Et, comme cela a été souligné, la nature
de la guerre est elle-même en transition. Les tendances actuelles de la
guerre - le bombardement stratégique croissant de civils et la plus grande
importance militaire désormais attachée à la destruction des sources
d'approvisionnement (par opposition aux bases et au personnel purement
"militaires") - suggèrent fortement qu'une amélioration véritablement
qualitative est en cours. En supposant que le système de guerre continue, il
est plus que probable que la qualité régressivement sélective de la guerre
aura été inversée, à mesure que ses victimes deviendront plus
représentatives génétiquement de leurs sociétés.
Il ne fait aucun doute qu'une exigence universelle voulant que la
procréation soit limitée aux produits de l'insémination artificielle
fournirait un contrôle de substitution tout à fait adéquat pour les niveaux
de population. Un tel système reproducteur aurait, bien entendu,
l'avantage supplémentaire d'être susceptible d'une gestion eugénique
directe. Son développement futur prévisible - la conception et la croissance
embryonnaire se déroulant entièrement dans des conditions de
laboratoire - étendrait ces contrôles à la conclusion logique. La fonction
écologique de la guerre dans ces circonstances serait non seulement
dépassée, mais dépassée en efficacité.

L'étape intermédiaire indiquée - contrôle total de la conception avec une


variante de la "pilule" omniprésente via l'approvisionnement en eau ou
certaines denrées alimentaires essentielles, compensée par un "antidote"
contrôlé - est déjà en cours de développement. Il ne semble pas y avoir de
besoin prévisible de revenir à l'une des pratiques désuètes mentionnées
dans la section précédente (infanticide, etc.), comme il aurait pu y en avoir
si la possibilité de transition vers la paix s'était présentée il y a deux
générations.

La vraie question ici, donc, ne concerne pas la viabilité de ce substitut de


guerre, mais les problèmes politiques impliqués dans sa réalisation. Il ne
peut pas être établi tant que le système de guerre est toujours en vigueur.
La raison en est simple: la population excédentaire est du matériel de
guerre. Tant qu'une société doit envisager une possibilité de guerre, même
lointaine, elle doit maintenir un maximum de population supportable,
même si cela aggrave de manière critique une responsabilité économique.
Ceci est paradoxal, compte tenu du rôle de la guerre dans la réduction de
la population excédentaire, mais on le comprend aisément. La guerre
contrôle le niveau général de la population, mais l'intérêt écologique de
toute société individuelle réside dans le maintien de son hégémonie
vis-à-vis des autres sociétés. L'analogie évidente peut être observée dans
une économie de libre entreprise . Les pratiques préjudiciables à la société
dans son ensemble - à la fois compétitives et monopolistiques - sont
encouragées par les motivations économiques contradictoires des intérêts
du capital individuel. Le précédent évident

Dépeuplement d'une planète Page 40 sur 133

se trouvent dans les difficultés politiques apparemment irrationnelles qui


ont bloqué l'adoption universelle de méthodes simples de contrôle des
naissances . Les nations qui ont désespérément besoin d’augmenter des
ratios de production-consommation défavorables ne sont cependant pas
disposées à jouer à cet effet leurs éventuels besoins militaires dans vingt
ans. Le contrôle unilatéral de la population, tel qu'il est pratiqué dans
l'ancien Japon et dans d'autres sociétés isolées, est hors de question dans le
monde d'aujourd'hui.

Étant donné que la solution eugénique ne peut être trouvée avant la


transition vers le système de paix, pourquoi ne pas attendre? Il faut
nuancer la propension à accepter. Comme nous l’avons noté
précédemment, il existe aujourd’hui une possibilité réelle de crise
mondiale d’insuffisance sans précédent, que le système de guerre ne
pourra peut-être pas prévenir. Si cela devait se produire avant qu'une
transition convenue vers la paix ne soit achevée, le résultat pourrait être
irrévocablement désastreux. Il n'y a manifestement pas de solution à ce
dilemme; c'est un risque qu'il faut prendre. Mais cela tend à soutenir
l’opinion que si une décision est prise pour éliminer le système de guerre,
il vaut mieux le faire le plus tôt possible.

[Fin de la citation.]

LE CLUB DE ROME

Le document de 1972 intitulé Les limites de la croissance - Un rapport


pour le projet du Club de Rome sur la situation difficile de l'humanité, dit:

<< Les problèmes mentionnés par U Thant - la course aux armements, la


détérioration de l'environnement, l'explosion démographique et la
stagnation économique - sont souvent cités comme les problèmes centraux
et à long terme de l'homme moderne. Beaucoup de gens pensent que
l'évolution future de la société humaine, peut-être même la survie de la
société humaine dépend de la rapidité et de l'efficacité avec lesquelles le
monde réagit à ces problèmes. Et pourtant, seule une petite fraction de la
population mondiale se préoccupe activement de comprendre ces
problèmes ou de rechercher leurs solutions. "

Le rapport continue, [citant:]

Les conclusions suivantes sont ressorties de nos travaux jusqu'à présent.


Nous ne sommes en aucun cas le premier groupe à les avoir énoncés. Au
cours des dernières décennies, les personnes qui ont regardé le monde
dans une perspective globale et à long terme sont parvenues à des
conclusions similaires.
Néanmoins, la grande majorité des décideurs politiques semble
poursuivre activement des objectifs qui ne correspondent pas à ces
résultats.
Nos conclusions sont:

Si les tendances actuelles de croissance de la population mondiale, de


l'industrialisation, de la pollution, de la production alimentaire et de
l'épuisement des ressources restent inchangées, la limite de la croissance
sur cette planète sera atteinte au cours des cent prochaines années. Le
résultat le plus probable sera un déclin assez soudain et incontrôlable de la
population et de la capacité industrielle.

Dépeuplement d'une planète Page 41 sur 133

Il est possible de modifier ces tendances de croissance et d'établir une


condition de stabilité écologique et économique durable dans le futur.
L'état d'équilibre global pourrait être conçu de telle sorte que les besoins
matériels de base de chaque personne sur Terre soient satisfaits et que
chaque personne ait une chance égale de réaliser son potentiel humain
individuel.

Si les peuples du monde décident de lutter pour ce deuxième résultat


plutôt que pour le premier, plus tôt ils commenceront à travailler pour
l'atteindre, plus grandes seront leurs chances de succès.

Ces conclusions ont une portée si profonde et soulèvent tellement de


questions à approfondir que nous sommes franchement submergés par
l'énormité du travail à accomplir. Nous espérons que ce livre servira à
intéresser d'autres personnes, dans de nombreux domaines d'études et
dans de nombreux pays du monde, à élever les horizons spatiaux et
temporels de leurs préoccupations et à se joindre à nous pour comprendre
et préparer une période de grande transition - la transition de la croissance
à l'équilibre mondial.

[Fin de la citation.]

Le rapport se termine par [citant;]

Comment nous, les sponsors de ce projet, évaluons le rapport? Nous ne


pouvons pas parler définitivement au nom de tous nos collègues du Club
de Rome, car il y a des différences d'intérêt, d'accent et de jugement entre
eux. Mais, malgré le caractère préliminaire du rapport, les limites de
certaines de ses données et la complexité inhérente au système mondial
qu'il tente de décrire, nous sommes convaincus de l'importance de ses
principales conclusions. Nous croyons qu'il contient un message d'une
signification beaucoup plus profonde qu'une simple comparaison des
dimensions, un message pertinent pour tous les aspects de la situation
actuelle de l'homme. Bien que nous ne puissions ici exprimer que nos vues
préliminaires, reconnaissant qu'elles nécessitent encore beaucoup de
réflexion et d'ordre, nous sommes d'accord sur les points suivants:

Nous sommes convaincus que la prise de conscience des contraintes


quantitatives de l'environnement mondial et des conséquences tragiques
d'un dépassement est essentielle à l'initiation de nouvelles formes de
pensée qui conduiront à une révision fondamentale du comportement
humain et, par implication, de l'ensemble du tissu. de la société actuelle .

Ce n'est que maintenant qu'ayant commencé à comprendre quelque chose


des interactions entre croissance démographique et croissance
économique, et ayant atteint des niveaux sans précédent dans les deux,
l'homme est contraint de prendre en compte les dimensions limitées de sa
planète et les plafonds de sa présence et de son activité. dessus. Pour la
première fois, il est devenu vital d'enquêter sur le coût de la croissance
matérielle sans restriction et d'envisager des alternatives à sa poursuite.

Nous sommes en outre convaincus que la pression démographique dans


le monde a déjà atteint un niveau si élevé, et qu'elle est de surcroît si
inégalement répartie, qu'elle seule doit obliger l'humanité à rechercher
un état d'équilibre sur notre planète.

Des zones sous-peuplées existent toujours; mais, considérant le monde dans son ensemble,
le point critique

Dépeuplement d'une planète Page 42 sur 133

la croissance démographique approche, si elle n’a pas déjà été atteinte. Il


n'y a bien sûr pas de niveau de population optimal unique à long terme ; il
existe plutôt une série d'équilibres entre les niveaux de population, les
normes sociales et matérielles, la liberté personnelle et d'autres éléments
qui constituent la qualité de la vie. Compte tenu du stock limité et
décroissant de ressources non renouvelables et de l'espace fini de notre
globe, le principe doit être généralement accepté qu'un nombre croissant
de personnes impliquera à terme un niveau de vie inférieur et une
problématique plus complexe. En revanche, aucune valeur humaine
fondamentale ne serait mise en danger par une stabilisation de la
croissance démographique.

Nous reconnaissons que l'équilibre mondial ne peut devenir une réalité


que si le sort des pays dits en développement est considérablement
amélioré, à la fois en termes absolus et par rapport aux pays
économiquement développés, et nous affirmons que cette amélioration ne
peut être obtenue que par une stratégie mondiale .

À moins d'un effort mondial, les écarts et les inégalités déjà explosifs
d'aujourd'hui continueront de se creuser. Le résultat ne peut être qu'un
désastre, que ce soit en raison de l'égoïsme de pays individuels qui
continuent d'agir uniquement dans leur propre intérêt, ou d'une lutte
pour le pouvoir entre les pays en développement et développés. Le
système mondial n’est tout simplement pas assez vaste ni assez généreux
pour accueillir beaucoup plus longtemps un tel comportement
égocentrique et conflictuel de ses habitants. Plus nous nous rapprochons
des limites matérielles de la planète, plus ce problème sera difficile à
résoudre.

Nous affirmons que la question mondiale du développement est


cependant si étroitement liée à d’autres problèmes mondiaux qu’une
stratégie globale doit être élaborée pour s’attaquer à tous les problèmes
majeurs, y compris en particulier ceux de la relation de l’homme avec son
environnement.

Alors que la population mondiale doublera un peu plus de 30 ans et


diminuera, la société aura du mal à répondre aux besoins et aux attentes
d'un si grand nombre de personnes en si peu de temps. Nous essaierons
probablement de satisfaire ces demandes en surexploitant notre
environnement naturel et en diminuant davantage la capacité vitale de la
Terre. Ainsi, des deux côtés de l' équation homme-environnement , la
situation aura tendance à s'aggraver dangereusement. Nous ne pouvons
nous attendre à ce que des solutions technologiques nous sortent à elles
seules de ce cercle vicieux. La stratégie pour traiter les deux questions clés
du développement et de l'environnement doit être conçue comme une
stratégie commune

Nous reconnaissons que la problématique mondiale complexe est en


grande partie composée d'éléments qui ne peuvent être exprimés en
termes mesurables. Néanmoins, nous pensons que l'approche
majoritairement quantitative utilisée dans ce rapport est un outil
indispensable pour comprendre le fonctionnement de la problématique. Et
nous espérons qu'une telle connaissance pourra conduire à une maîtrise de
ses éléments.

Bien que tous les grands problèmes mondiaux soient fondamentalement


liés, aucune méthode n'a encore été découverte pour s'attaquer
efficacement à l'ensemble. L'approche que nous avons adoptée peut être
extrêmement utile pour reformuler notre réflexion sur l'ensemble de la
situation difficile humaine. Elle permet de définir les équilibres qui
doivent exister au sein de la société humaine, et entre la société
humaine et son habitat, et de percevoir les conséquences qui peuvent en
découler lorsque

Dépeuplement d'une planète Page 43 sur 133

ces soldes sont perturbés.

Nous sommes convaincus à l’unanimité qu’un redressement rapide et


radical de la situation mondiale actuelle déséquilibrée et qui se détériore
dangereusement est la tâche principale de l’humanité.
Notre situation actuelle est si complexe et reflète tellement les multiples
activités de l'homme, qu'aucune combinaison de mesures et de dispositifs
purement techniques, économiques ou juridiques ne peut apporter une
amélioration substantielle. Des approches entièrement nouvelles sont
nécessaires pour réorienter la société vers des objectifs d'équilibre plutôt
que de croissance. Une telle réorganisation impliquera un effort suprême
de compréhension, d'imagination et de résolution politique et morale.
Nous pensons que cet effort est réalisable et nous espérons que cette
publication aidera à mobiliser des forces pour le rendre possible.
Cet effort suprême est un défi pour notre génération. Il ne peut pas être
transmis au suivant. L'effort doit être résolument entrepris sans délai et
une réorientation significative doit être réalisée au cours de cette
décennie.

Bien que l'effort puisse initialement se concentrer sur les implications


de la croissance, en particulier de la croissance démographique, la
totalité de la problématique mondiale devra bientôt être abordée.
Nous croyons en fait que le besoin deviendra rapidement évident pour
l'innovation sociale à la hauteur du changement technique, pour une
réforme radicale des institutions et des processus politiques à tous les
niveaux les plus élevés, celui de la politique mondiale. Nous sommes
convaincus que notre génération acceptera ce défi si nous comprenons
les conséquences tragiques
quences que l’inaction peut entraîner.

Nous sommes convaincus que si l’humanité doit s’engager dans une


nouvelle voie, des mesures internationales concertées et une planification
conjointe à long terme seront nécessaires à une échelle et à une portée
sans précédent.

Un tel effort appelle un effort conjoint de tous les peuples, quels que
soient leur culture, leur système économique ou leur niveau de
développement. Mais la responsabilité majeure doit incomber aux
nations les plus développées, non pas parce qu'elles ont plus de vision ou
d'humanité, mais parce que, ayant propagé le syndrome de croissance,
elles sont toujours à la source du progrès qui le soutient. Au fur et à
mesure que de meilleures connaissances sur l'état et le fonctionnement
du système mondial se développeront, ces nations se rendront compte
que, dans un monde qui a fondamentalement besoin de stabilité, leurs
hauts plateaux de développement ne peuvent être justifiés ou tolérés que
s'ils ne servent pas de tremplins pour atteindre encore plus élevé, mais
comme zones de transit à partir desquelles organiser une répartition plus
équitable de la richesse et des revenus dans le monde.

Nous soutenons sans équivoque l'affirmation selon laquelle un frein


imposé aux spirales de croissance démographique et économique
mondiale ne doit pas conduire à un gel du statu quo du développement
économique des nations du monde.

Si une telle proposition était avancée par les nations riches, elle serait
considérée comme un acte final de néocolonialisme. La réalisation d'un
état harmonieux d'équilibre économique, socio-écologique mondial doit
être une entreprise commune basée sur une conviction commune, au
bénéfice de tous. Le plus grand leadership sera exigé des personnes
économiquement développées

Dépeuplement d'une planète Page 44 sur 133

car la première étape vers un tel objectif serait pour eux d'encourager
une décélération de la croissance de leur propre production matérielle
tout en aidant les pays en développement dans leurs efforts pour faire
progresser leur économie plus rapidement.
Nous affirmons enfin que toute tentative délibérée d'atteindre un état
d'équilibre rationnel et durable par des mesures planifiées, plutôt que
par hasard ou catastrophe, doit en fin de compte être fondée sur un
changement fondamental des valeurs et des objectifs aux niveaux
individuel, national et mondial.
Ce changement est peut-être déjà dans l'air, mais faiblement. Mais notre
tradition, notre éducation, nos activités actuelles et nos intérêts rendront
la transformation difficile et lente. Seule une compréhension réelle de la
condition humaine à ce tournant de l'histoire peut fournir une
motivation suffisante pour que les gens acceptent les sacrifices
individuels et les changements dans les structures de pouvoir politique
et économique nécessaires pour atteindre un état d'équilibre.

Reste bien entendu la question de savoir si la situation mondiale est en


fait aussi grave que ce livre et nos commentaires l'indiquent. Nous
croyons fermement que les avertissements que contient ce livre sont
amplement justifiés et que les buts et les actions de notre civilisation
actuelle ne peuvent qu'aggraver les problèmes de demain. Mais nous ne
serions que trop heureux si nos évaluations provisoires se révélaient trop
sombres.

En tout état de cause, notre posture est très préoccupante, mais pas de
désespoir. Le rapport décrit une alternative à une croissance incontrôlée
et désastreuse et propose quelques réflexions sur les changements de
politique qui pourraient produire un équilibre stable pour l'humanité. Le
rapport indique qu'il est peut-être à notre portée d'offrir à des populations
raisonnablement importantes une bonne vie matérielle ainsi que des
possibilités de développement individuel et social illimité. Nous
souscrivons substantiellement à ce point de vue, bien que nous soyons
suffisamment réalistes pour ne pas nous laisser emporter par des
spéculations purement scientifiques ou éthiques.

Le concept d'une société dans un état d'équilibre économique et


écologique stable peut sembler facile à saisir, bien que la réalité soit si
éloignée de notre expérience qu'elle exige une révolution copernicienne
de l'esprit. Traduire l'idée en acte, cependant, est une tâche remplie de
difficultés et de complexités écrasantes. Nous ne pouvons parler
sérieusement de par où commencer que lorsque le message des Limites de
la croissance, et son sentiment d'extrême urgence, sont acceptés par un
grand nombre d'opinions scientifiques, politiques et populaires dans de
nombreux pays. Dans tous les cas, la transition sera probablement
douloureuse, et elle exigera de manière extrême l'ingéniosité et la
détermination humaines. Comme nous l'avons mentionné, seule la
conviction qu'il n'y a pas d'autre moyen de survie peut libérer les forces
morales, intellectuelles et créatrices nécessaires pour lancer cette
entreprise humaine sans précédent.

Mais nous souhaitons souligner le défi plutôt que la difficulté de tracer la


voie vers une société étatique stable. Nous pensons qu’un nombre
étonnamment élevé d’hommes et de femmes de tous âges et de toutes
conditions répondront facilement au défi et seront impatients de discuter
non pas si mais comment nous pouvons créer ce nouvel avenir. Le Club
de Rome prévoit de soutenir une telle activité de plusieurs manières. La
recherche de fond commencée au MIT sur la dynamique mondiale se
poursuivra à la fois au MIT et à travers des études menées en Europe, au
Canada, en Amérique latine, en Union soviétique et au Japon. Et, depuis
l'intellectuel

Dépeuplement d'une planète Page 45 sur 133

l'illumination est sans effet si elle n'est pas aussi politique, le Club de
Rome encouragera également la création d'un forum mondial où les
hommes d'État, les décideurs et les scientifiques pourront discuter des
dangers et des espoirs pour le futur système mondial sans les contraintes
du système intergouvernemental formel. négociation.

La dernière pensée que nous souhaitons offrir est que l'homme doit s'explorer lui-même -
ses objectifs et ses valeurs
- autant que le monde qu'il cherche à changer. Le dévouement aux deux
tâches doit être sans fin. Le nœud du problème n'est pas seulement de
savoir si l'espèce humaine survivra, mais encore plus si elle peut survivre
sans tomber dans un état d'existence sans valeur.

Le comité exécutif du Club de Rome Alexander King, Saburo Okita, Aurelio


Peccei, Eduard Pestel, Hugo Thiemann et Carroll Wilson. [Fin de la
citation.]

Dépeuplement d'une planète

Par leurs fruits, vous les connaîtrez

Le NWO en pleine floraison

Dépeuplement d'une planète Page 46 sur 133

Partie III: Pas de réponses faciles!


28/11/95 RICK MARTIN

Le Pape Jean-Paul I1 a déclaré: "Le tollé commun, qui est justement lancé
au nom des droits de l'homme - par exemple, le droit à la santé, au
domicile, au travail, à la famille, à la culture - est faux et illusoire si le droit
à la vie , le droit le plus élémentaire et le plus fondamental et la condition
de tous les autres droits personnels, n'est pas défendu avec une
détermination maximale. " [Christifidelis laici. non. 38].

En 1974, L'humanité au tournant - Le deuxième rapport au club de Rome a


été publié. Écrit par Mahajlo Besarvic et Eduard Pestel, il dit, en partie
[citant:]

Soudainement - pratiquement du jour au lendemain lorsqu'on la mesure à


une échelle historique - l'humanité se trouve confrontée à une multitude de
crises sans précédent: la crise démographique, la crise environnementale,
la crise alimentaire mondiale, la crise énergétique, la crise des matières
premières, pour n'en citer que quelques-unes. De nouvelles crises
apparaissent alors que les anciennes persistent, les effets se propageant à
tous les coins de la Terre jusqu'à ce qu'elles apparaissent en fait comme des
crises mondiales, mondiales. Les tentatives pour résoudre l'un de ces
problèmes de manière isolée se sont avérées temporaires et aux dépens des
autres; atténuer la pénurie d'énergie ou de matières premières par des
mesures qui aggravent l'état de l'environnement signifie, en fait, ne rien
résoudre du tout. Les vraies solutions sont apparemment
interdépendantes; collectivement, toute la multitude des crises semble
constituer un seul syndrome de crise mondiale du développement mondial.

L'intensité de la crise dans le développement mondial mondial et le


caractère insaisissable des mesures efficaces pour apporter une solution
remettent en question les prémisses qui ont longtemps été les plus
fondamentales pour guider l'évolution de la société humaine. Si ces
prémisses ont ouvert la voie au progrès humain dans le passé, elles ont
aussi, enfin, conduit aux conditions présentes. L'humanité semble donc
être à un tournant: continuer sur l'ancienne route - c'est-à-dire suivre la
route traditionnelle, incontestée, vers l'avenir - ou s'engager sur une
nouvelle voie. [Fin de la citation.]

Sauter plusieurs paragraphes en avant,

<< Sur certaines questions de croissance, il semblerait qu'il existe un


accord universel. Prenons, par exemple, la question de la croissance
démographique. Rares sont ceux qui contesteraient la position selon
laquelle la population mondiale ne peut et ne devrait pas être autorisée à
croître indéfiniment. Que la population doit se stabiliser hors d'un certain
temps, c'est-à-dire que la croissance démographique devrait s'arrêter, est
le point de vue qui gagne l'acceptation universelle.

Poursuivant, [citant:]

La dépendance de l'homme envers la nature est vraiment très profonde;


son utilisation et son mauvais usage des ressources ne sont qu’une partie
du tableau. Alors que l'homme est devenu la force dominante dans la
formation des systèmes de vie sur Terre, son ascension s'est
accompagnée d'une réduction de la

Dépeuplement d'une planète Page 47 sur 133

diversité dans la nature. Les espèces non perçues comme étant au service
de l'homme ont été systématiquement réduites en nombre ou éliminées. Si
cette tendance se poursuit, la Terre sera bientôt habitée par un nombre
réduit d'espèces. Aujourd'hui, nous comprenons beaucoup mieux que nos
ancêtres que l'existence de toute vie sur Terre - y compris la nôtre - dépend
de la stabilité du système écologique. Une Terre avec des habitants moins
diversifiés pourrait ne pas continuer à posséder la stabilité indispensable à
l'adaptation et à la survie. Et si notre écosystème s'effondre - même si ce
n'est que temporairement - l'effet sur l'humanité sera calamiteux. L'ironie
ultime à laquelle est confronté l'homme technologique peut bien résider
dans le fait que les menaces les plus puissantes de la nature pour le bien-
être humain ne sont pas son pouvoir destructeur - tremblements de terre,
tornades et ouragans - mais la fragilité de la toile de la vie, la délicatesse de
ces écheveaux qui lient les espèces à espèces et qui comprennent les liens
dynamiques qui se rapportent aux royaumes animés et inanimés si
inextricablement dans les processus de la vie.
[Fin de la citation.]

BREF SUR L'INTERFÉRENCE DE L'HOMME DANS LA NATURE

Continuer avec l'humanité à un tournant, [citant:]

N'étant «qu'une partie de la nature», l'homme a toujours été affecté et a


toujours été affecté par son environnement. Cependant, en raison de
l'augmentation disproportionnée du nombre et de la sophistication accrue
de l'intervention de l'homme dans les processus naturels, l'interférence de
l'homme prend une dimension complètement nouvelle avec des
conséquences imprévisibles et potentiellement catastrophiques; cela
commence à susciter l'inquiétude d'une source insoupçonnée: les
scientifiques à l'origine et au développement de ces techniques
d'intervention. Un bon exemple est l'appel le plus récent lancé par un
groupe de microbiologistes à la communauté scientifique mondiale dans
son ensemble pour s'abstenir de mener les expériences qui impliquaient
d'insérer dans des bactéries des gènes résistants aux antibiotiques ou aux
gènes de virus. [Souvenez-vous, ceci a été écrit en 1974.] Le danger
potentiel auquel l'appel s'adresse spécifiquement est dû au fait que la
bactérie souvent utilisée dans les expériences scientifiques de ce type est
un habitant commun de l'intestin humain. La perspective d'une telle
bactérie résistante s'échappant et infectant la population doit être prise en
compte; cela implique la possibilité de perdre de nouveaux fléaux sur le
monde. L'événement a été correctement salué par les scientifiques eux-
mêmes comme un point de repère historique de la contrainte pour mener
des expériences uniquement pour la curiosité scientifique. Cela représente
un renversement de la tradition chérie selon laquelle rien ne devrait
interférer avec la recherche de la vérité par les sciences. Cependant, même
si les expériences dans lesquelles de nouvelles bactéries résistantes sont
créées sont infaillibles, il existe un réel danger dans: (1) le potentiel
d'utiliser une telle nouvelle technique pour la guerre biologique; (2) la
possibilité que de telles expériences soient menées en dehors d'un
laboratoire correctement contrôlé. Bien que l'utilisation de cette technique
vieille de moins d'un an soit toujours entre les mains d'experts, ce sera un
«projet de lycée d'ici quelques années». Les mises en garde solennelles de
haut niveau contre la conduite de telles expériences dont les conséquences
ne peuvent être prédites pourraient difficilement être considérées comme
un moyen de dissuasion suffisant. Mais il existe bien d'autres exemples,
même s'ils sont considérés comme moins spectaculaires, des conséquences
inconnues et potentiellement néfastes de l'intervention de l'homme dans la
nature. [Fin de la citation.]

Dépeuplement d'une planète Page 48 sur 133


CRISE ALIMENTAIRE

Continuant de l'humanité au tournant,

<< La plus précieuse de toutes les ressources est la nourriture. Compte


tenu des projections les plus optimistes de la croissance démographique au
cours des cinquante prochaines années, la demande mondiale pour cette
ressource augmentera plusieurs fois. Mais pour saisir la gravité du
problème alimentaire et comprendre la tension la demande de nourriture
va s'imposer au système mondial, il n'est pas du tout nécessaire de
regarder vers l'avenir: la situation est déjà critique. "

Plus loin dans le document, [citant:]

Notre analyse informatique, pleine d'optimisme, montre clairement que la


crise alimentaire en Asie du Sud va s'aggraver. En dépit de tous les progrès
supposés, de la disponibilité des engrais et des terres supposées, de
l'absence de catastrophe intermédiaire supposée, le déficit protéique
augmentera continuellement; d'ici 2025, il atteindra jusqu'à 50 millions de
tonnes par an. De tels déficits ne pourraient jamais être comblés par les
importations: pour payer cette quantité d'importations, l'Asie du Sud
devrait dépenser un tiers de sa production économique totale et trois fois
ce qu'elle tire des exportations. Mais même si l'Asie du Sud avait ce genre
d'argent, les problèmes physiques liés à la manipulation de ces quantités de
nourriture seraient incroyables. En un an, la région devrait alors importer
500 millions de tonnes de céréales - deux fois plus que le tonnage total de
toutes les marchandises actuellement expédiées outre-mer depuis les États-
Unis. Et cela suppose que cette quantité de céréales serait cultivée pour
l'exportation ailleurs - 500 millions de tonnes, après tout, est plus grande
que la production céréalière totale de l'ensemble du monde développé. De
plus, ces quantités devraient être livrées chaque année, en quantités
toujours croissantes, sans fin. En somme, ce serait impossible.

Mais qu'arriverait-il si ces importations n'étaient pas disponibles? Cette


question forme la base de notre deuxième scénario, ou «tragique». Toutes
nos hypothèses optimistes sont restées, sauf que nous supposons que
l'importation de céréales fera partie du tableau. La catastrophe
commencerait au début des années 80 et culminerait vers 2010: les décès
liés à la pénurie alimentaire représenteraient le double du taux de
mortalité normal. Par la suite, le taux de mortalité diminuera, mais
uniquement parce que les décès antérieurs ont réduit le taux de natalité
pour une génération ultérieure. Ou, pour dire les choses plus cruellement
mais simplement, les gens qui allaient avoir des bébés sont morts quand ils
étaient bébés. Le nombre de décès liés à l' alimentation au cours de la
période de cinquante ans se terminant en 2025 serait, dans le groupe des
0-15 ans seulement, d'environ 500 millions d'enfants.
[Fin de la citation.]

Dans le bulletin Forecast Highlights de novembre 1995, Larry Acker écrit:


"Où est le blé? Réponse: Une partie de la récolte mondiale de blé en 1995 a
été endommagée ou détruite par le mauvais temps, les maladies ou les
insectes. La Chine a besoin de blé en raison de la sécheresse qui a duré
Octobre 1994 à aujourd'hui. La récolte de blé des Soviétiques a
considérablement diminué en raison de la sécheresse et des insectes. Le
blé australien a brûlé lors d'une grave sécheresse. La récolte canadienne a
été endommagée par la sécheresse et la cécidomyie des fleurs d'oranger
(un insecte). Une grande partie de la récolte européenne s'est noyée en
dernier Février et le reste ont brûlé pendant la sécheresse 6 mois plus tard.
Enfin, l'Argentine

Dépeuplement d'une planète Page 49 sur 133


la récolte d'hiver a duré 120 jours sans eau, ce qui a pratiquement ruiné la récolte de 1995.

"Qui reste-t-il qui a du blé? Réponse: les États-Unis. Même la récolte


américaine avait des problèmes, et une grande partie de la ceinture de blé
dur rouge d'hiver centrée au Kansas est assez sèche au moment où cela est
écrit. Différentes variétés de blé ont connu des problèmes en 1995 et la
plupart ont connu une certaine réduction des rendements totaux. Les
États-Unis sont le seul pays qui dispose encore de quantités importantes de
blé disponibles à la vente. Il y a plus de demande de blé dans le monde que
les États-Unis n'ont de blé à combler. Une explosion est sur le point de se
produire dans les fosses commerciales et certains événements vicieux
peuvent avoir lieu avant que cela ne soit terminé. Gardez un œil sur la
Chine; ils ont besoin de beaucoup de blé et ils devront en obtenir la plupart
des États-Unis s'ils le veulent. "

Returning to Mankind At The Turning Point, << En résumé, la seule


solution réalisable à la situation alimentaire mondiale nécessite: (1) Une
approche globale du problème; (2) Une aide à l'investissement plutôt
qu'une aide en produits de base, sauf pour la nourriture; (3) Un
développement économique équilibré pour toutes les régions; (4) Une
politique démographique efficace; (5) Une diversification mondiale de
l'industrie, conduisant à un système économique véritablement mondial.

"Seule une combinaison appropriée de ces mesures peut conduire à une


solution. L'omission d'une seule mesure entraînera certainement une
catastrophe. Mais les pressions sur la capacité de production alimentaire
mondiale seraient atténuées si les habitudes alimentaires des régions
aisées du monde changeaient. , devenant moins gaspilleur. "

Mankind At The Turning Point se termine par le commentaire suivant. [Citant:]

Nous accueillons chaleureusement ce rapport de Mihajlo Mesarovic et


Eduard Pestel au Club de Rome. Il marque une nouvelle étape importante
vers la compréhension des systèmes naturels et humains mondiaux dans
lesquels nous vivons. Et il apparaît comme un livre pour une large
diffusion au moment opportun. Sous l'effet de l'aggravation de la situation
mondiale, l'opinion publique a beaucoup mûri ces dernières années.
Cependant, les décideurs de tous les pays et l'establishment mondial en
général, bien que contraints de faire face aux dures réalités de notre
époque, sont toujours réticents à rénover leur pensée et leurs modes
d'action. Le travail de Mesarovic-Pestel les confrontera à un cadre de
références convaincant qui peut difficilement être ignoré, leur offrant en
même temps un nouvel outil potentiellement puissant pour tester la
validité ou la futilité de leurs points de vue et de leurs politiques dans le
cadre du monde réel. .
[Fin de la citation.]

Et, continuant, [citant:]

Les résultats à ce jour sont cependant déjà très importants. Les auteurs se
sont concentrés sur plusieurs groupes de problèmes qui, s'ils ne sont pas
résolus, peuvent à eux seuls provoquer des catastrophes inimaginables.
Grâce à ces recherches et études intensives, certaines conclusions
fondamentales ont été tirées. Ils confirment les avertissements antérieurs
du Club de Rome. Deux d'entre eux doivent être cités ici:

Aucun redressement fondamental des conditions mondiales et des


perspectives humaines n'est possible, sauf par une coopération
mondiale dans un contexte mondial et avec une vision à long terme.

Dépeuplement d'une planète Page 50 sur 133


Les coûts, non seulement en termes économiques et politiques, des
conditions mondiales et des perspectives humaines sont possibles, sauf
par une coopération mondiale dans un contexte mondial et avec une
vision à long terme.

Les coûts, non seulement en termes économiques et politiques, mais


également en souffrance humaine, qui résulteront du retard dans la
prise de décisions précoces, sont tout simplement monstrueux.

Comment une véritable communauté mondiale peut-elle émerger, ou


même notre société humaine actuelle, survivre lorsqu'elle est en proie à
des injustices profondes et intolérables, à la surpopulation et aux méga
famines, alors qu'elle est paralysée par les pénuries d'énergie et de
matériaux, et dévorée par l'inflation? Quelles explosions ou pannes se
produiront, et où et quand, maintenant que la technologie de la guerre
nucléaire et la violence civile dépassent le rythme de la sagesse politique
et de la stabilité?

Les chances semblent contre l'homme. Pourtant, nous avons un espoir


modéré. Le vent du changement a commencé à souffler. Une conscience
aiguë et anxieuse évolue pour suggérer que des changements
fondamentaux devront avoir lieu dans l'ordre mondial et ses structures de
pouvoir, dans la distribution de la richesse et des revenus, dans nos
propres perspectives et comportements. Peut-être que seul un humanisme
nouveau et éclairé peut permettre à l'humanité de négocier cette
transition sans lacérations irréparables.

À l'ONU, par exemple, de nouveaux concepts tels que celui de «sécurité


économique collective mondiale» en tant que corrélatif nécessaire à la
sécurité politique, et une «charte des devoirs et droits» innovante des États
membres sont à l'étude. En avril 1974, une session extraordinaire de
l'Assemblée a publié une déclaration sur l'instauration d'un «nouvel ordre
économique international». Et les conférences mondiales de l'ONU -
d'abord sur l'homme et son environnement, suivies d'études sur la
population, l'alimentation et le droit de la mer, avec des sessions prévues
sur l'énergie et les matériaux, les établissements humains, etc. - abordent
les problèmes mondiaux et les solutions mondiales .

Ce sont les ferments d'une révolution inévitable dans les relations


internationales; ils annoncent une gestion différente de la société humaine.
En février dernier à Salzbourg, le Club de Rome a convoqué une réunion
d'hommes d'État de haut niveau de différents pays et cultures pour
discuter des problèmes mondiaux et des alternatives à long terme pour la
société humaine. La déclaration finale a interprété la réunion comme
indiquant sans équivoque qu '"un nouvel esprit de solidarité active et de
coopération" entre tous les peuples et toutes les nations - appelé Esprit de
Salzbourg - est indispensable pour que l'humanité puisse relever le défi de
notre temps.
[Fin de la citation.}

COMITÉ DE 300

Dans le travail complet du Dr John Coleman, Conspirators Hierarchy - The


Story Of The Committee Of 300. [pour commander, appelez le
800-942-0821] il écrit [citant:]

Le Comité des 300 avait déjà abrogé les décisions de vie ou de mort pour
lui-même, et Peccei le savait. Il l'avait précédemment indiqué dans son
livre Limits Of Growth.
Dépeuplement d'une planète Page 51 sur 133

Peccei a complètement rejeté le progrès industriel et agricole et a


demandé à sa place que le monde relève d'un seul conseil de
coordination, à savoir le Club de Rome et ses institutions de l'OTAN, dans
un gouvernement mondial unique.

Les ressources naturelles devraient être allouées sous les auspices de la


planification mondiale. Les États-nations pourraient soit accepter la
domination du Club de Rome, soit survivre selon la loi de la jungle et lutter
pour survivre. Dans son premier "cas-test", Meadows et Forrestor ont
planifié la guerre israélo-arabe de 1973 au nom de la RIIA pour ramener
brusquement au monde que les ressources naturelles comme le pétrole
seraient à l'avenir sous le contrôle des planificateurs mondiaux, ce qui
signifie bien sûr, sous le contrôle du Comité des 300.

L'Institut Tavistock a appelé à une consultation avec Peccei à laquelle


McGeorge Bundy, Homer Perlmutter et le Dr Alexander King ont été
invités. De Londres, Peccei s'est rendu à la Maison Blanche où il a
rencontré le président et son cabinet, suivi d'une visite au département
d'État où il s'est entretenu avec le secrétaire d'État, le service de
renseignement du département d'État et le conseil de planification
politique de l'État. Ainsi, dès le début, le gouvernement des États-Unis était
pleinement conscient des plans du Comité des 300 pour ce pays. Cela
devrait répondre à la question souvent posée: "Pourquoi notre
gouvernement permettrait-il au Club de Rome d'opérer de manière
subversive aux États-Unis?"

Les politiques économiques et monétaires de Volcker étaient le reflet de


celles de Sir Geoffrey Howe, chancelier de l'Échiquier et membre du
Comité des 300. Cela sert à illustrer comment la Grande-Bretagne a
contrôlé les États-Unis, à partir de peu après la guerre de 1812, et continue
exercer un contrôle sur ce pays par le biais des politiques du Comité des
300.

Quels sont les objectifs du groupe d'élite secret, les héritiers de


l'illuminisme (Moriah Conquering Wind), du culte de Denys, du culte d'Isis,
du catharisme, du bogomilisme? Ce groupe d'élite qui se fait appeler aussi
les Olympiens (ils croient vraiment qu'ils sont égaux en puissance et en
stature aux dieux légendaires de l'Olympe, qui, comme Lucifer leur dieu,
se sont placés au-dessus de notre vrai Dieu) croient absolument qu'ils ont
été chargés de mettre en œuvre les suivants de droit divin:

(1) Un gouvernement mondial unique - Nouvel ordre mondial avec une église
unifiée et
système monétaire sous leur direction. Peu de gens savent que le
gouvernement mondial unique a commencé à mettre en place son
«église» dans les années 1920/30, car ils ont compris la nécessité
pour une croyance religieuse inhérente à l'humanité d'avoir un
débouché et, par conséquent, ont créé un corps «d'église» canaliser
cette croyance dans la direction souhaitée.

(2) La destruction totale de toute identité nationale et fierté nationale.


(3) La destruction de la religion et plus particulièrement de la
religion chrétienne, à une exception près, leur propre création
mentionnée ci-dessus.

Dépeuplement d'une planète Page 52 sur 133

(4) Le contrôle de chaque personne par des moyens de contrôle


mental et ce que Brzezinski appelle la "technotronique" qui
créerait des robots ressemblant à des humains et un système de
terreur à côté duquel la Terreur rouge de Felix Dzerzinski
ressemblera à des enfants en train de jouer.

(5) La fin de toute industrialisation et de la production d'énergie


électrique d'origine nucléaire dans ce qu'ils appellent «la société
postindustrielle à croissance zéro ». Les industries de l'informatique
et des services sont exemptées. Les industries américaines qui
restent seront exportées vers des pays comme le Mexique où une
main-d’œuvre esclave abondante est disponible. Les chômeurs à la
suite de la destruction industrielle deviendront soit des toxicomanes
à l'opium-héroïne et / ou à la cocaïne, soit des statistiques dans le
processus d'élimination que nous connaissons aujourd'hui sous le
nom de Global 2000.

(6) Légalisation de la drogue et de la pornographie.

(7) Dépeuplement des grandes villes selon le test de pilotage


réalisé par le régime Pol Pot au Cambodge. Il est intéressant de
noter que les plans génocidaires de Pol Pot ont été élaborés ici aux
États-Unis par l'une des fondations de recherche du Club de Rome.
Il est également intéressant de noter que le Comité cherche
actuellement à réintégrer les bouchers de Pol Pot au Cambodge.

(8) Suppression de tout développement scientifique à l'exception de


ceux jugés bénéfiques par le Comité. L’énergie nucléaire à des fins
pacifiques est particulièrement ciblée. Particulièrement détestées
sont les expériences de fusion actuellement méprisées et
ridiculisées par le Comité et ses chacals de la presse. Le
développement de la torche à fusion ferait exploser la conception
du Comité de «ressources naturelles limitées» par la fenêtre. Une
torche à fusion correctement utilisée pourrait créer des ressources
naturelles inexploitées illimitées à partir des substances les plus
ordinaires. Les utilisations de la torche à fusion sont légion et
profiteraient à l'humanité d'une manière qui n'est pas encore
comprise à distance par le public.
(9) Provoquer, au moyen de guerres limitées dans les pays avancés,
et au moyen de la famine et des maladies dans les pays du tiers
monde, la mort de 3 milliards de personnes d'ici l'an 2000, des gens
qu'ils appellent "des mangeurs inutiles". Le Comité des 300 a chargé
Cyrus Vance d'écrire un article sur ce sujet sur la meilleure façon de
provoquer un tel génocide. Le document a été produit sous le titre
de Rapport mondial 2000 et a été accepté et approuvé pour action
par le président Carter, au nom et au nom du gouvernement
américain, et accepté par Edwin Muskie, alors secrétaire d'État.
Selon les termes du Rapport mondial 2000, la population des États-
Unis doit être réduite de 100 millions d'ici 2050.
(10) Affaiblir la fibre morale de la nation et démoraliser les
travailleurs de la classe ouvrière en créant un chômage de masse.
Alors que les emplois diminuent en raison des politiques de
croissance zéro post-industrielles introduites par le Club de Rome,
les travailleurs démoralisés et découragés auront recours à l'alcool
et aux drogues. La jeunesse du pays sera encouragée par la
musique rock et la drogue à se rebeller contre le statu quo,

Dépeuplement d'une planète Page 53 sur 133

ainsi sapant et finalement détruisant la cellule familiale. À cet égard,


le comité des 300 a chargé l'Institut Tavistock de préparer un plan
sur la manière d'y parvenir. Tavistock a demandé à Stanford
Research d'entreprendre les travaux sous la direction du professeur
Willis Harmon. Ce travail est devenu plus tard connu sous le nom de
Conspiration du Verseau.

(11) Empêcher les gens partout dans le monde de décider de leur


propre destin au moyen d'une crise créée après l'autre, puis de
«gérer» ces crises. Cela confondra et démoralisera la population
dans la mesure où face à trop de choix, une apathie à grande échelle
en résultera. Dans le cas des États-Unis, une agence de gestion de
crise est déjà en place. Elle s'appelle l'Agence fédérale de gestion des
urgences (FEMA), dont j'ai révélé l'existence pour la première fois en
1980. Il y en aura plus sur la FEMA au fur et à mesure que nous
avancerons.

(12) Introduire de nouveaux cultes et continuer à renforcer ceux


qui fonctionnent déjà, y compris les gangsters de la «musique»
rock tels que les sales et dégénérés Rolling Stones de Mick Jagger
(un groupe de gangsters très favorisé par la noblesse noire
européenne) et tous les Tavistock-créés groupes "rock" qui ont
commencé avec les Beatles.

(13) Continuer à édifier le culte du fondamentalisme chrétien


commencé par le serviteur de la Compagnie britannique des Indes
orientales, Darby, qui sera utilisé à mauvais escient pour renforcer
l'État sioniste d'Israël en s'identifiant aux Juifs à travers le mythe du
«peuple élu de Dieu» et en donnant des sommes d'argent très
substantielles à ce qu'ils croient à tort être une cause religieuse dans
la promotion du christianisme.

(14) Faire pression pour la diffusion de cultes religieux tels que la


Fraternité musulmane, le fondamentalisme musulman, les Sikhs, et
mener des expériences sur les meurtres de type Jim Jones et «Fils de
Sam» . Il est intéressant de noter que feu l'ayatollah Khomeini était
une création de la division britannique du renseignement militaire
6, communément appelée MI-6, comme je l'ai rapporté dans mon
ouvrage de 1985, What Really Happened In Iran.

(15) Exporter des idées de «libération religieuse» à travers le monde


afin de saper toutes les religions existantes mais plus
particulièrement la religion chrétienne. Cela a commencé avec la
«théologie jésuite de la libération» qui a provoqué la chute de la
règle de la famille Somoza au Nicaragua et qui détruit aujourd'hui le
Salvador, maintenant 25 ans dans une «guerre civile», le Costa Rica
et le Honduras. Une entité très active engagée dans la soi-disant
théologie de la libération est la Mission Mary Knoll à
orientation communiste . Cela explique l'attention considérable des
médias sur le meurtre de quatre des soi-disant religieuses de Mary
Knoll au Salvador il y a quelques années.
Les quatre religieuses étaient des agents subversifs communistes et
leurs activités ont été largement documentées par le gouvernement
d'El Salvador. La presse américaine et les nouveaux médias ont
refusé de donner un espace ou une couverture à la masse de la
documentation en possession du gouvernement salvadorien,
documentation qui prouvait ce que le

Dépeuplement d'une planète Page 54 sur 133

Les religieuses de la mission Mary Knoll faisaient dans le pays.


Mary Knoll est en service dans de nombreux pays et a joué un rôle
de premier plan dans l'introduction du communisme en Rhodésie,
au Mozambique, en Angola et en Afrique du Sud.

(16) Provoquer un effondrement total des économies


mondiales et engendrer un chaos politique total.

(17) Prendre le contrôle de toutes les politiques étrangères et nationales des États-
Unis.

(18) Apporter le soutien le plus complet aux institutions


supranationales telles que les Nations Unies (ONU), le Fonds
monétaire international (FMI), la Banque des règlements
internationaux (BRI), la Cour mondiale et, dans la mesure du
possible, créer des institutions locales d’effet moindre en les
supprimant progressivement ou en les plaçant sous le contrôle des
Nations Unies.

(19) Pénétrez et subvertissez tous les gouvernements, et travaillez de


l'intérieur d'eux pour détruire l'intégrité souveraine des nations
qu'ils représentent.

(20) Organiser un appareil terroriste mondial et négocier avec les


terroristes chaque fois que des activités terroristes ont lieu. On se
souviendra que c'est Beittino Craxi qui a persuadé les
gouvernements italien et américain de négocier avec les ravisseurs
des Brigades rouges du Premier ministre Moro et du général Dozier.
En passant, le général Dozier a pour ordre de ne pas parler de ce qui
lui est arrivé. S'il rompt ce silence, il ne fera aucun doute qu'il sera
«un horrible exemple» de la manière dont Kissinger a traité Aldo
Moro, Ali Bhutto et le général Zia ul Haq.

Prenez le contrôle de l'éducation en Amérique avec l'intention et


le but de la détruire complètement et complètement.

La plupart de ces objectifs, que j'ai énumérés pour la première fois en 1969,
ont depuis été atteints ou sont en passe de l'être. Un intérêt particulier dans
le programme du Comité des 300 est le cœur de leur politique économique,
qui est en grande partie basée sur les enseignements de Malthus, le fils
d'un pasteur de campagne anglais qui a été mis en avant par la British East
India Company sur laquelle le Comité de 300 est modélisé.

Malthus a soutenu que le progrès de l'homme est lié à la capacité naturelle


de la Terre à soutenir un nombre donné de personnes, au-delà duquel les
ressources limitées de la Terre seraient rapidement épuisées. Une fois ces
ressources naturelles consommées, il sera impossible de les remplacer.
Par conséquent, Malthus a observé, il est nécessaire de limiter les
populations dans les limites des ressources naturelles décroissantes. Il va
sans dire que l'élite ne se laissera pas menacer par une population en
plein essor de «mangeurs inutiles», c'est pourquoi l'abattage doit être
pratiqué. Comme je l'ai déjà dit, «l'abattage» est en cours aujourd'hui, en
utilisant les méthodes prescrites dans le Rapport mondial 2000.

Tous les plans économiques du Comité se réunissent au carrefour de Malthus et de


Frederick

Dépeuplement d'une planète Page 55 sur 133

Von Hayek, un autre économiste funeste et morose parrainé par le Club de


Rome. Né en Autriche, Von Hayek est depuis longtemps sous le contrôle de
David Rockefeller, et les théories de Von Hayek sont assez largement
acceptées aux États-Unis. Selon Von Hayek, la plate-forme économique des
États-Unis doit être basée sur (a) les marchés noirs urbains;
b) Les petites industries du type de Hong Kong utilisant la main - d’œuvre des
ateliers de transpiration ; (c) le commerce du tourisme;
d) Zones de libre entreprise où les spéculateurs peuvent opérer sans
entrave et où le commerce de la drogue peut prospérer; (e) Fin de toute
activité industrielle et; f) Fermer toutes les centrales nucléaires.

Les idées de Von Hayek queue d' aronde parfaitement avec ceux du Club
de Rome, ce qui est peut - être pourquoi il est si bien connu dans le milieu
d' extrême droite dans ce pays. Le rôle de Von Hayek est passé à un nouvel
économiste plus jeune, Jeoffrey Sachs, qui a été envoyé en Pologne pour
reprendre là où Von Hayek s'était arrêté. On rappellera que le Club de
Rome a organisé la crise économique polonaise qui a conduit à la
déstabilisation politique du pays. La même planification économique, si
l'on ose l'appeler ainsi, sera imposée à la Russie, mais si une opposition
généralisée est rencontrée, l'ancien système de soutien des prix sera
rapidement rétabli.

Le Comité des 300 a ordonné au Club de Rome d'utiliser le nationalisme


polonais comme un outil pour détruire l'Église catholique et ouvrir la voie
aux troupes russes pour réoccuper le pays. Le mouvement «Solidarité» est
une création du Comité des 300 Zbigniew Brzezinski, qui a choisi le nom
du «syndicat» et a sélectionné ses responsables et organisateurs. La
solidarité n'est pas un mouvement «ouvrier», bien que les ouvriers du
chantier naval de Gdansk aient été utilisés pour le lancer, mais plutôt une
organisation politique de haut niveau , créée pour apporter des
changements forcés en vue de l'avènement du gouvernement mondial
unique.

La plupart des dirigeants de Solidarité étaient des descendants de Juifs


bolcheviques d'Odessa et n'étaient pas connus pour haïr le communisme.
Cela permet de comprendre la couverture de saturation fournie par les
médias d'information américains. Le professeur Sachs a poussé le
processus encore plus loin en assurant l'esclavage économique d'une
Pologne récemment libérée de la domination de l'URSS. La Pologne
deviendra désormais l'esclave économique des États-Unis. Tout ce qui s'est
passé, c'est que le maître a changé.

Brzezinski est l'auteur d'un livre qui aurait dû être lu par tous les
Américains intéressés par l'avenir de ce pays. Intitulé The Technotronic
Era, il a été commandé par le Club de Rome. Le livre est une annonce
ouverte de la manière et des méthodes à utiliser pour contrôler les États-
Unis à l'avenir. Il a également signalé le clonage et les «robotoids», c'est-à-
dire des personnes qui agissaient comme des personnes et qui semblaient
être des personnes, mais qui ne l'étaient pas. Brzezinski, s'exprimant au
nom du Comité des 300 a déclaré que les États-Unis entraient "dans une
ère qui ne ressemblait à aucun de ses prédécesseurs; nous nous dirigeons
vers une ère technotronique qui pourrait facilement devenir une
dictature". J'ai fait un rapport complet sur The Technotronic Era en 1981 et
je l'ai mentionné dans mes bulletins à plusieurs reprises.
Brzezinski a poursuivi en disant que notre société "est maintenant dans
une révolution de l'information basée sur le divertissement, les spectacles
de spectateurs (couverture de saturation par la télévision d'événements
sportifs) qui fournissent un opiacé à une masse de plus en plus inutile."
Était Brzezinski

Dépeuplement d'une planète Page 56 sur 133

un autre voyant et un prophète? Pouvait-il voir dans le futur? La réponse


est non; ce qu'il a écrit dans son livre a été simplement copié du plan du
Comité des 300 remis au Club de Rome pour exécution. N'est-il pas vrai
qu'en 1991, nous avons déjà une masse de citoyens sans but? On pourrait
dire que 30 millions de chômeurs et 4 millions de sans-abri forment une
"masse sans but", ou du moins le noyau d'un.

En plus de la religion, «l'opiacé des masses» que Lénine et Marx ont


reconnu comme nécessaire, nous avons maintenant les opiacés du sport de
masse, des désirs sexuels effrénés, de la musique rock et une toute
nouvelle génération de toxicomanes. Des rapports sexuels insensés et une
épidémie de consommation de drogue ont été créés pour détourner
l'attention des gens de ce qui se passe autour d'eux. Dans The Technotronic
Era, Brzezinski parle des «masses» comme si les gens étaient un objet
inanimé - ce qui est peut-être ainsi que nous sommes perçus par le Comité
des 300. Il se réfère continuellement à la nécessité de nous contrôler les
«masses».

À un moment donné, il laisse le chat sortir du sac:

"Dans le même temps, la capacité à affirmer un contrôle social et


politique sur l'individu augmentera considérablement. Il sera bientôt
possible d'affirmer un contrôle presque continu sur chaque citoyen et de
maintenir des dossiers à jour , contenant même les détails les plus
personnels sur la santé et le comportement personnel de chaque citoyen
en plus des données plus habituelles.

"Ces fichiers feront l'objet d'une récupération instantanée par les


autorités. Le pouvoir gravitera entre les mains de ceux qui contrôlent
l'information. Nos institutions existantes seront supplantées par des
institutions de gestion pré-crise , dont la tâche sera d'identifier à l'avance
les crises et de développer des programmes pour y faire face (ceci décrit la
structure de la FEMA qui est venue beaucoup plus tard).

"Cela encouragera les tendances au cours des prochaines décennies vers


une ère technotronique, une dictature, laissant encore moins de place aux
procédures politiques telles que nous les connaissons. Enfin, en regardant
vers la fin du siècle, la possibilité d'un contrôle de l'esprit biochimique et
du bricolage génétique avec l'homme, y compris les êtres qui
fonctionneront comme des hommes et la raison comme eux aussi,
pourrait soulever des questions difficiles. "

Brzezinski n'écrivait pas en tant que simple citoyen mais en tant que
conseiller à la sécurité nationale de Carter et membre éminent du Club de
Rome et membre du Comité des 300, membre du CFR et membre de
l'ancienne noblesse noire polonaise. Son livre explique comment
l'Amérique doit abandonner sa base industrielle et entrer dans ce qu'on
appelle «une nouvelle ère historique distincte».

[Fin de la citation.]

Encore une fois, citant le Comité des 300:


Toujours en 1971, à une date ultérieure, la Mitchell Energy and
Development Corporation a tenu sa réunion sur la stratégie énergétique
pour le Club de Rome: Le thème récurrent: LIMITER LA CROISSANCE DES
USA Puis pour couronner le tout, la Première Conférence mondiale sur
l'avenir a été tenue en juillet 1980, en présence de 4000 ingénieurs sociaux
et membres de think

Dépeuplement d'une planète Page 57 sur 133

réservoirs, qui étaient tous membres ou affiliés à diverses institutions


opérant dans le cadre des organisations faîtières du Club de Rome.

La première conférence mondiale sur l'avenir a eu la bénédiction de la


Maison Blanche qui a tenu sa propre conférence sur la base des
transcriptions du forum de la première conférence mondiale. Elle
s'appelait la «Commission de la Maison Blanche sur les années 80» et
recommandait OFFICIELLEMENT la politique du Club de Rome «comme
guide des futures politiques américaines» et allait même jusqu'à dire que
l'économie des États-Unis est en train de sortir de l'industrie phase. Cela
fait écho au thème de Sir Peter Vickers Hall et Zbigniew Brzezinski et
fournit une preuve supplémentaire du contrôle exercé par le Comité des
300 sur les affaires américaines, tant nationales qu'étrangères.

Comme je l'ai dit en 1981, nous sommes constitués, politiquement, socialement et


économiquement pour rester
enfermé dans les plans du Club de Rome.[Fin de la citation.]

LE CLUB DE ROME

Dans En route vers l'occupation mondiale: une liaison gouvernementale


de haut rang expose le programme secret pour l'unification mondiale,
écrit par Gary H. Kah, le Club de Rome est décrit comme suit: [citant]

Le Club de Rome est une autre organisation qui a attiré un pourcentage


élevé de ses membres du Conseil des relations extérieures. Le Club de
Rome (COR) prétend être une organisation informelle de moins d'une
centaine de personnes qui sont, selon leurs propres termes, "... des
scientifiques, des éducateurs, des économistes, des humanistes, des
industriels et des fonctionnaires nationaux et internationaux ... «Parmi
ceux-ci figuraient des membres de la famille Rockefeller. Au total, il y a
environ vingt-cinq membres du CFR qui appartiennent à l'Association
américaine du Club de Rome.

Le Club a fait ses débuts en avril 1968, lorsque des dirigeants de dix pays
différents se sont réunis à Rome à l'invitation d'Aurelio Peecei, un éminent
industriel italien étroitement lié à la Fiat (il y a une entreprise qui vaut la
peine d'être regardée) et aux sociétés Olivetti. L'organisation prétend avoir
les solutions pour la paix et la prospérité mondiales. Cependant, ces
solutions semblent toujours promouvoir le concept de gouvernement
mondial aux dépens de la souveraineté nationale.

Le Club de Rome a été chargé de superviser la régionalisation et


l'unification du monde entier; on pourrait donc dire que le Club est un
cran au-dessus des Bilderbergers dans la hiérarchie mondiale . (Le
fondateur de COW, Peccei, a été un proche associé des Bilderbergers.)
Autant que j'ai pu le déterminer, la plupart des directives pour la
planification du gouvernement mondial viennent actuellement du Club
de Rome.

Les conclusions et recommandations du club sont publiées de temps à


autre dans des rapports spéciaux hautement confidentiels, qui sont
envoyés à l' élite du pouvoir pour être mis en œuvre. Le 17

Dépeuplement d'une planète Page 58 sur 133

En septembre 1973, le Club publia un de ces rapports, intitulé Modèle


régionalisé et adaptatif du système mondial mondial, préparé par les
membres du COR Mihajlo Mesarovic et Eduard Pestel.

Le document révèle que le Club a divisé le monde en dix régions politiques


/ économiques, qu'il qualifie de «royaumes». Bien que ces «royaumes» ne
soient pas concrétisés et que des changements puissent encore se produire,
cela nous donne une idée de ce qui nous attend.

Se référant à l' étude Mesarovic-Pestel , Aurelio Peccei, fondateur du Club, déclare:

Leur modèle du monde, basé sur les nouveaux développements de la


théorie des systèmes hiérarchiques à plusieurs niveaux, divise le monde
en dix régions interdépendantes et interagissantes de cohérence
politique, économique ou environnementale ... On reconnaîtra bien sûr
qu'il s'agit encore de modèles prototypes. Mesarovic et Pestel ont assumé
une tâche herculéenne.
La mise en œuvre complète de leurs travaux prendra de nombreuses années.[Fin de la citat

CASQUES SENATOR JESSE

Le 15 décembre 1987, le sénateur Helms a prononcé un discours


devant le Congrès qui contenait, en partie, les commentaires
suivants. [Citant:]
Cette campagne contre le peuple américain - contre la culture et les valeurs
traditionnelles américaines - est une guerre psychologique systématique. Il
est orchestré par un vaste éventail d'intérêts comprenant non seulement
l'establishment oriental mais aussi la gauche radicale. Parmi ce groupe, on
trouve le Département d'État, le Département du commerce, les banques
des centres financiers et les sociétés multinationales, les médias, les
établissements d'enseignement, l'industrie du divertissement et les grandes
fondations exonérées d'impôt .

Monsieur le Président, un examen attentif de ce qui se passe dans les


coulisses révèle que tous ces intérêts travaillent de concert avec les
maîtres du Kremlin afin de créer ce que certains appellent un Nouvel
Ordre Mondial, des organisations privées telles que le Conseil on Foreign
Relations, l'Institut royal des affaires internationales, la Commission
trilatérale, la Conférence de Dartmouth, l'Aspen Institute for Humanistic
Studies, l'Atlantic Institute et le Bilderberger Group servent à diffuser et à
coordonner les plans de ce soi-disant Nouvel ordre mondial dans de
puissants cercles commerciaux, financiers, universitaires et officiels ...

La campagne psychologique que je décris, comme je l'ai dit, est l'œuvre de


groupes au sein de l'establishment oriental, cet amalgame amorphe de
richesse et de liens sociaux dont le pouvoir réside dans son contrôle sur
notre système financier et sur une grande partie de notre secteur
industriel. . Le principal instrument de ce contrôle sur l'économie et la
monnaie américaines est la Réserve fédérale. Les politiques et les secteurs
industriels, principalement les sociétés multinationales, sont influencés
par les banques du centre monétaire par le biais du financement par
emprunt et par les grands blocs d'actions contrôlés par les services
fiduciaires des banques du centre monétaire.

Dépeuplement d'une planète Page 59 sur 133

Quiconque connaît l'histoire américaine, et en particulier l'histoire


économique américaine, ne peut manquer de remarquer le contrôle sur le
département d'État et la Central Intelligence Agency que Wall Street
semble exercer ...

L'influence des initiés de l'establishment sur notre politique étrangère est


devenue une réalité de notre temps. Cette influence omniprésente est
contraire à la véritable sécurité nationale à long terme de notre nation.
C'est une influence qui, si elle n'est pas contrôlée, pourrait en fin de compte
renverser notre ordre constitutionnel.

Le point de vue de l'establishment s'appelle aujourd'hui le mondialisme. Il


n'y a pas si longtemps, ce point de vue était appelé la vision
du «monde unique» par ses détracteurs. L'expression n'est plus à la mode
chez les sophistiques; Pourtant, l'expression «Un monde» est toujours
d'actualité car rien n'a changé dans l'esprit et les actions de ceux qui
promeuvent des politiques conformes à ses principes fondamentaux.

Monsieur le Président, du point de vue mondialiste, les États-nations et les


frontières nationales ne comptent pour rien. Les philosophies politiques et
les principes politiques semblent devenir simplement relatifs. En effet,
même les constitutions ne sont pas pertinentes pour l'exercice du pouvoir.
La liberté et la tyrannie ne sont pas nécessairement considérées comme
bonnes ou mauvaises, et certainement pas comme une composante de la
politique.

De ce point de vue, les activités des forces financières et industrielles


internationales devraient être orientées vers la réalisation de cette
conception mondiale unique - avec une convergence des systèmes
soviétique et américain comme pièce maîtresse ... Tout ce qui compte
pour ce club est la maximisation des profits résultant de la pratique de ce
que l'on peut appeler le capitalisme financier, un système qui repose sur
les deux piliers de la dette et du monopole. Ce n'est pas du vrai
capitalisme. C'est la voie de la concentration économique et de l'esclavage
politique. Fin de la citation.]

L'ORDRE MONDIAL

Dans le livre d'Eustace Mullins, The World Order - Our Secret Rulers, il écrit [citant:]

En 1985, à la suite de l'histoire du système de réserve fédérale, cet auteur a


publié The World Order comme un recueil d'informations supplémentaires
sur ce sujet. Il ne m'est jamais venu à l'esprit de l'appeler Le Nouvel Ordre
Mondial parce que mes recherches avaient retracé ses déprédations depuis
environ cinq mille ans. Peut-être en réponse aux révélations de ce volume,
le porte-parole de la Fraternité de la Mort a rendu public leurs
revendications pour un «Nouvel Ordre Mondial», qui était essentiellement
le Brave New World décrit par Aldous Huxley dans son roman
révolutionnaire. Derrière toutes les demandes pour ce nouvel ordre se
trouvaient les mêmes impératifs, tels qu'énumérés par le professeur
Stanley Hoffmann, dans Primacy or World Order, "Ce qui devra avoir lieu,
c'est une adaptation progressive du système social, économique et
politique des États-Unis à les impératifs de l'ordre mondial. "

Dépeuplement d'une planète Page 60 sur 133

Comme le souligne le professeur Hoffmann, les États-Unis sont la cible


principale des missiles du Nouvel Ordre Mondial car ils conservent
toujours, même pervertis et déformés, les mécanismes essentiels d'une
république qui assure la liberté de ses citoyens. Les objectifs actuels de
l'Ordre ont été créés par Lord Castlereagh au Congrès de Vienne en 1815,
lorsqu'il a remis l'Europe à la puissance monétaire victorieuse, comme en
témoigne la présence de la Maison Rothschild. C'était "l'équilibre des
forces", qui n'a jamais été un rapport des forces du tout, mais plutôt un
système mondial de contrôle à manipuler au gré des conspirateurs. Henry
Kissinger a activement relancé ce programme pour un contrôle renouvelé,
comme il l'écrivait dans un article de réflexion pour Newsweek, le 28
janvier 1991, «Nous sommes maintenant confrontés à 'un nouvel équilibre
des pouvoirs'. Aujourd'hui, cela se traduit par la notion d'un 'nouveau
l'ordre mondial », qui émergerait d'un ensemble de dispositions juridiques
devant être sauvegardées par la sécurité collective».

Lorsque des sbires de l'Ordre Mondial comme Henry Kissinger appellent à


la "sécurité collective", ce qu'ils recherchent réellement est un ordre
protecteur derrière lequel ils peuvent mener en toute sécurité leurs
déprédations contre toute l'humanité. Cela a été identifié à contrecœur par
le président George Bush, après des mois à esquiver les questions sur le
"nouvel ordre mondial" qu'il avait publiquement appelé, quand il a
finalement déclaré qu'il s'agissait vraiment d'une "force de maintien de la
paix des Nations Unies". Cela nous a ramenés à la Seconde Guerre
mondiale, qui a produit les Nations Unies. Walter Millis, dans Road To War,
America 1914-17, a en outre supprimé ce programme à la Première Guerre
mondiale, quand il a écrit: "La seule justification du colonel (Edward
Mandel House) pour préparer un tel bain de sang pour ses compatriotes
était son espoir de établissant ainsi un nouvel ordre mondial de paix et de
sécurité. "

Notez l'appel à la «sécurité»; une fois de plus, c’est le cri de protection des
criminels internationaux alors qu’ils mènent leur travail universel de
sabotage et de destruction. House avait d'abord présenté le programme de
cet «ordre mondial» dans son livre, Philip Dru - Administrator, dans lequel
Dru, (House lui-même) devenait la force directrice derrière le
gouvernement et le dirigeait vers les objectifs de l'ordre mondial. Les
mêmes forces ont déclenché une Seconde Guerre mondiale, dont les
Nations Unies ont émergé comme le nouveau garant de la «sécurité
collective».
Random House Dictionary nous dit que les Nations Unies ont été créées à
Washington, le 2 janvier 1942, lorsque vingt-six nations se sont alliées
contre l'Axe, ou puissances «fascistes». Dans The American Language, HL
Mencken dit que le président Roosevelt a inventé le terme «Nations Unies»
en conférence avec le Premier ministre Winston Churchill à la Maison
Blanche en décembre 1941, à la veille de l'attaque de Pearl Harbor qui
nous a manipulés dans la Seconde Guerre mondiale. . Les Nations Unies
sont devenues une entité active lors de la conférence de Dumbarton Oaks
en 1944, lorsque la Grande-Bretagne, les États-Unis et la Russie l'ont mise
en mouvement en tant que dictateur financier.

Si les Nations Unies ont été créées pour lutter contre le «fascisme», leur
mission a pris fin en 1945, lorsque le fascisme a été vaincu par la force
militaire. Le fascisme tire son nom du paquet de baguettes que les anciens
fonctionnaires romains portaient au tribunal pour punir les contrevenants.
Ainsi, le fascisme signifie historiquement la loi et l'ordre, la primauté du
droit et l'intention de punir les criminels. C'est bien sûr ce que les
conspirateurs de l'Ordre Mondial souhaitent éviter à tout prix. L'Oxford
English Dictionary définit le fascisme comme "l'un des membres d'un corps
de nationalistes italiens qui a été organisé en 1919 pour s'opposer au
communisme en Italie". D'autres définitions indiquent simplement

Dépeuplement d'une planète Page 61 sur 133

que les fascistes étaient organisés "pour combattre le bolchevisme". Ainsi,


les Nations Unies ont été essentiellement créées pour lutter contre les
«anticommunistes», comme le montrent l'Allemagne, l'Italie et le Japon.
Lorsque cet objectif a été couronné de succès en 1945, les Nations Unies
n'avaient plus de mission historique. Néanmoins, il a continué à
fonctionner et les Rockefeller ont fait don de la parcelle immobilière la
plus chère de Manhattan pour son siège mondial. C'est dans ce contexte
que le gouverneur de New York, Nelson Aldrich Rockefeller, s'est adressé
à une réunion au Sheraton Park Hotel le 26 juillet 1968, au cours de
laquelle il a appelé à la création d'un «nouvel ordre mondial».
Rockefeller a ignoré le fait que c'était Adolf Hitler qui avait devancé ce titre
comme "Mon Nouvel Ordre" pour l'Europe. Cette phrase était séduisante
pour nos politiciens, comme l'a révélé le président Bush lorsqu'il s'est
adressé au Congrès le 11 septembre 1990, dans un discours diffusé à la
télévision au niveau national, dans lequel il appelait à "un nouveau monde
... un monde tout à fait différent du celui que nous avons connu ... un
nouvel ordre mondial. " Il a continué à réitérer cette demande dans des
discours ultérieurs à la télévision, déclarant le 29 janvier 1991 dans son
discours annuel sur l'état de l'Union: "C'est une grande idée - un nouvel
ordre mondial, où diverses nations sont rassemblées en commun pour
réaliser le aspirations universelles de l'humanité, paix et sécurité, liberté et
état de droit. " Il a répété cette toxine le 1er février 1991 dans trois adresses
distinctes le même jour, dans lesquelles il a souligné l'appel du nouvel
ordre mondial. Il s'est modestement abstenu de souligner que ce n'était pas
une nouvelle phrase, et qu'elle avait été adoptée par le Congrès en 1782
pour le Grand Sceau des États-Unis, la pyramide incomplète avec son œil
occulte, et la phrase "Novus Ordo Seclorum" en dessous elle, identifiant
cette nation comme engagée dans «un nouvel ordre mondial» ou un nouvel
ordre pour les âges qui dépendait apparemment de la puissance des
pyramides pour son accomplissement. Ce symbole datait de 1776, quand
Adam Weishaupt, fondateur de la secte Illuminati, a formulé un
programme remarquablement similaire à celui des conspirateurs de
l'ordre mondial aujourd'hui. Weishaupt a appelé à:

"(1) Abolition de toutes les monarchies et de tous les


gouvernements ordonnés; Abolition de la propriété
privée et des héritages;
Abolition du patriotisme et du nationalisme;
L'abolition de la vie familiale et l'institution du mariage, et la mise
en place d'une éducation communautaire pour les enfants;
Abolition de toute religion. "

Ce n'est pas par hasard que les Rothchild, lorsqu'ils engagèrent Karl Marx
et la Ligue des hommes justes pour formuler un programme, reçurent le
Manifeste communiste de 1848, qui contenait la formule ci-dessus. Les
activités de Weishaupt avaient repris le mouvement franc-maçon en 1782,
qui devint alors l'un des vecteurs de la mise en œuvre de ce programme. Sa
véritable origine dans l'ancien despotisme oriental a été révélée sur la page
éditoriale du Washington Post du 5 janvier 1992, lorsque le philosophe
Nathan Gardels a averti que «la région idéale pour le nouvel ordre mondial
serait la Chine, pas les États-Unis». Gardels souligne que le marxisme était
un produit de la philosophie occidentale, c'est-à-dire de Hegel, mais qu'un
ordre mondial produirait le despotisme oriental. Il a soutenu sa thèse avec
des citations du Premier ministre japonais, qui s'est plaint que "les notions
abstraites des droits de l'homme" ne devraient pas interférer avec la
politique étrangère, et des dirigeants chinois qui ont dénoncé les demandes
de liberté indépendante comme des "déchets".

Dépeuplement d'une planète Page 62 sur 133

Le président Bush désigne modestement l'un de ses collaborateurs, Brent


Scowcroft, comme l'auteur de la phrase magique "nouvel ordre mondial".
People Magazine, 25 novembre 1991, a déclaré: "L'influence de Scowcroft
est devenue évidente pour la première fois l'année dernière, plusieurs
semaines après l'invasion du Koweït par l'Irak. Encore une fois, alors qu'ils
pêchaient, Bush et lui ont eu l'idée d'un" nouvel ordre mondial ", une
phrase ambitieuse censé suggérer une nouvelle politique étrangère des
États-Unis dans l' après- guerre froide . " [Fin de la citation.]

POUR GÉRER LE MONDE

Encore une fois, citant The World Order - Our Secret Rulers d'Eustice Mullins. [Citant:]

Cinq hommes gouvernent le monde. Ce conseil des cinq se compose du


baron Guy de Rothschild, Evelyn de Rothschild, George Pratt Shultz, Robert
Roosa (de la firme familiale de Bush de Brown Brothers Harriman) et un
poste vacant, à ce jour. Au cours des dernières années, les membres du
Conseil décédés comprennent Averill Harriman, Lord Victor Rothschild et
le prince Thurn und Taxis de Regensburg, en Allemagne. Aucun d'entre
eux n'occupe une fonction publique, mais ils choisissent qui occupera une
fonction dans les nations. Ces cinq hommes constituent le sommet de la
pyramide du pouvoir, l'ordre mondial. Nous pouvons nous demander,
pourquoi devrait-il y avoir un ordre mondial? N'est-il pas suffisant de
détenir le pouvoir absolu dans une seule nation ou dans un groupe de
nations? La réponse est NON, en raison de la nature des voyages
internationaux, du commerce international et des finances
internationales. Les voyages internationaux exigent qu'une personne
puisse voyager en paix d'un pays à l'autre, sans être molestée. À l'exception
des cas d'anarchie, de révolution ou de guerre, cette exigence peut
généralement être satisfaite. Le commerce international exige que les
commerçants d'un pays puissent se rendre dans un autre pays, faire des
affaires et revenir avec leurs marchandises ou leurs bénéfices. Cette
exigence est également généralement remplie. Sinon, la nation offensée
peut exercer une force militaire, comme l'a fait la Grande-Bretagne dans sa
guerre de l'opium.

C'est la troisième exigence, la finance internationale, qui a fait naître


l'ordre mondial. Autrefois, lorsque le commerce international consistait en
troc, paiement en or ou en argent ou piraterie, saisie de marchandises par
la force, il n’était pas nécessaire qu’un arbitre mondial détermine la valeur
des instruments de commerce. Le développement du papier-monnaie, des
actions, des obligations, des acceptations et autres instruments négociables
a nécessité une puissance, capable d'exercer une influence partout dans le
monde, pour déclarer qu'un morceau de papier représentait un milliard de
dollars de richesse réelle, voire un dollar de richesse réelle. . Une entrée
sur un ordinateur, flashée de Londres à New York, indique que quelqu'un
doit cinq milliards de dollars à quelqu'un d'autre. Sans une véritable
banque de pouvoir, aucune somme de ce type ne pourrait jamais être
collectée, indépendamment de la factualité ou de la moralité de la dette.
Comme n'importe qui dans la mafia peut vous le dire, vous ne collectez pas
à moins que vous ne vouliez vous casser les jambes. L'Ordre Mondial est
toujours prêt à casser des jambes, et à les briser comme il le fait, par
millions.

Qu'est-ce qui serait arrivé aux premiers colons d'Amérique s'ils étaient
allés voir les Indiens et avaient dit: «Donnez-nous vos biens et les actes de
vos maisons et de vos terres. En échange, nous vous donnerons ce
morceau de papier magnifiquement imprimé. Les Indiens les ont attaqués
et l'ont fait. Si les colons arrivaient avec une armée dirigée par un Pizaro
ou un Cortez, ils prenaient le

Dépeuplement d'une planète Page 63 sur 133


atterrit sans un morceau de papier.

L'Ordre Mondial gouverne avec ses morceaux de papier, mais derrière


chaque papier se trouve une force qui peut être employée partout dans le
monde. La force peut être déguisée par divers subterfuges sous forme
d'accord international, d'associations ou autre camouflage, mais sa base
est toujours la force.

L'Ordre Mondial règne grâce à une technique simple, Divide and Conquer
(Divide et impera). Chaque division naturelle ou non entre les gens,
chaque occasion de haine ou d'avidité, est exploitée et exacerbée à
l'extrême. La polarisation des groupes raciaux et ethniques aux États-Unis
est accélérée par un flot de décrets gouvernementaux, issus des «études»
de la fondation, qui visent uniquement à opposer les Américains aux
Américains. Ce n'est qu'ainsi que l'Ordre mondial pourra maintenir son
emprise de fer sur la vie quotidienne des peuples. L'Ordre Mondial régit
également par le principe de 1984 - aucun groupe de deux personnes ou
plus n'est autorisé à se rassembler à moins que l'Ordre Mondial n'ait un
représentant présent. Si vous créez un club d'amateurs de pissenlit,
l'Ordre enverra quelqu'un qui vous servira tranquillement, évitera de
prendre la première place, et qui vous proposera de payer le loyer d'un
lieu de rencontre ou l'impression du procès-verbal. Dans les groupes plus
radicaux, le représentant de l'Ordre sera le premier à proposer de
dynamiter un bâtiment, d'assassiner un fonctionnaire ou toute autre
action violente.

Le terrorisme international du Parti communiste trouve son origine dans


un petit club de travailleurs allemands et français à Paris, voué à la lecture
et à la discussion tranquilles, jusqu'à ce que Karl Marx rejoigne. Il a ensuite
été converti en un groupe révolutionnaire. Cet exemple explique la
détermination de l'Ordre de ne permettre à aucun groupe, même
insignifiant, de rester sans surveillance. L'Ordre Mondial a adopté la
dialectique hégélienne, la dialectique du matérialisme, qui considère le
monde comme puissance et le monde comme réalité. Il nie tous les autres
pouvoirs et toutes les autres réalités. Il fonctionne sur le principe de la
thèse, de l'antithèse et d'une synthèse qui résulte lorsque la thèse et
l'antithèse sont lancées l'une contre l'autre pour un résultat prédéterminé.
Ainsi l'Ordre Mondial organise et finance des groupes juifs; il organise et
finance ensuite des groupes anti-juifs ; il organise des groupes
communistes; il organise et finance ensuite des groupes anticommunistes .
Il n'est pas nécessaire que l'Ordre lance ces groupes les uns contre les
autres; ils se cherchent comme des missiles à la recherche de chaleur et
essaient de se détruire. En contrôlant la taille et les ressources de chaque
groupe, l'Ordre Mondial peut toujours prédéterminer le résultat.

Dans cette technique, les membres de l'Ordre Mondial sont souvent


identifiés d'un côté ou de l'autre. John Foster Dulles a organisé le
financement d'Hitler, mais il n'a jamais été nazi. David Rockefeller est
peut-être acclamé à Moscou, mais il n'est pas communiste. Cependant,
l'Ordre se présente toujours du côté des gagnants. Un trait distinctif d'un
membre de l'Ordre Mondial, bien que cela puisse ne pas être admis, est
qu'il ne croit en rien d'autre qu'à l'Ordre Mondial. Un autre trait distinctif
est son mépris absolu pour quiconque croit réellement aux principes du
communisme, du sionisme, du christianisme ou de tout groupe national,
religieux ou fraternel, bien que l'Ordre ait des membres qui occupent des
postes de contrôle dans tous ces groupes. Si vous êtes un chrétien sincère,
sioniste ou musulman, l'Ordre mondial vous considère comme un crétin
indigne de respect. Vous pouvez et serez utilisé, mais vous ne serez jamais
respecté.
Dépeuplement d'une planète Page 64 sur 133

Il a fallu des siècles d'efforts patients pour que l'Ordre Mondial atteigne le
pouvoir qu'il exerce aujourd'hui. Ses origines en tant que force
internationale remontent aux marchands d'esclaves phéniciens , se
poursuivent à travers les familles phnariotes de l'Empire byzantin, puis les
commerçants et banquiers vénitiens et génois du Moyen Âge, qui se sont
installés en Espagne et au Portugal, et plus tard en Angleterre et Écosse. Au
14ème siècle, les Génois contrôlaient les propriétaires écossais. La famille
impériale de l'Empire byzantin, les paléologues (signifiant «le mot») ont été
attaqués par la faction gnostique, dont la philosophie aristotélicienne
matérialiste était le précurseur de la dialectique hégélienne et du
marxisme. Les paléologues croyaient fermement en la foi chrétienne, telle
qu'elle est exprimée par le rite orthodoxe. Les armées matérialistes
vénitiennes et génoises, avec l'aide des "infidèles" turcs, pillèrent et
conquirent Constantinople, la légendaire "Cité de Dieu". Les survivants
byzantins ont recréé leur culture en Russie, avec Moscou comme "la
troisième Rome". Le plan de destruction de l'Église orthodoxe avec ses
dirigeants Romanov (la nouvelle Rome) était l'objectif caché de la Première
Guerre mondiale. Les vainqueurs sont repartis avec un milliard de dollars
de la fortune des Romanov, après avoir réussi la défaite de leur ennemi
détesté, l'Église orthodoxe.

Au Moyen Âge, les centres de pouvoir européens se sont fusionnés en deux


camps, les Gibelins, ceux qui ont soutenu la famille de l'empereur
Hohenstaufen, (une adaptation italienne de Weinblingen, le nom du
domaine Hohenstaufen), et les Guelfes, de Welf, le prince allemand qui a
rivalisé avec Frédéric pour le contrôle du Saint Empire romain. Le pape
s'est ensuite allié aux Guelfes contre les Gibelins, ce qui a abouti à leur
victoire. Toute l'histoire moderne découle directement de la lutte entre ces
deux puissances. Les Guelfes, également appelés les Neri, ou Black Guelfes,
et la Noblesse Noire, étaient les Normands qui ont conquis l'Angleterre au
11ème siècle; les Génois qui ont soutenu Robert Bruce dans sa conquête de
l'Écosse, et qui ont soutenu Guillaume d'Orange dans sa prise du trône
d'Angleterre. La victoire de William a abouti à la formation de la Banque
d'Angleterre et de la Compagnie des Indes orientales, qui gouvernent le
monde depuis le 17e siècle. Chaque coup d'État, révolution et guerre
ultérieurs s'est concentré sur la bataille des Guelfes pour maintenir et
renforcer leur pouvoir, qui est maintenant l'Ordre mondial.

Le pouvoir des Guelfes a grandi grâce à leur contrôle des banques et du


commerce international. Elle s'est étendue à travers les centres italiens au
nord de Florence, en Lombardie, qui sont devenues de grandes places
financières. Tous les banquiers italiens, y compris les Génois, les Vénitiens
et les Milanais, étaient appelés «Lombards»; Lombard, en allemand,
signifie «banque de dépôt»; les Lombards étaient les banquiers de tout le
monde médiéval. L'histoire moderne commence avec le transfert de leurs
opérations au nord vers Hambourg, Amsterdam et enfin Londres.

La grande fortune américaine est née avec la traite des esclaves de Guelph
aux colonies. Beaucoup de marchands d'esclaves ont doublé leur piraterie.
L'église Trinity, dont le principal sacristain fut plus tard JP Morgan, était à
l'origine connue comme "l'église des pirates". Le capitaine William Kidd a
fourni le matériel pour le construire en 1697, et un banc lui a été réservé.
Il a été arrêté l'année suivante et pendu enchaîné à Newgate. En 1711, un
marché aux esclaves a été installé à Wall Street près de l'église et y a
fonctionné pendant de nombreuses années.

Dépeuplement d'une planète Page 65 sur 133

Deux des influences les plus puissantes dans le monde aujourd'hui sont le
commerce international de la drogue, qui a commencé avec la East India
Co., et l'espionnage international, qui a commencé avec la Banque
d'Angleterre. [Fin de la citation]

QUALITÉ DE VIE

Dans le livre de 1969, Population, Evolution, and Birth Control: A Collage


of Controversial Ideas, l'auteur Harrison Brown écrit, [citant:]

Si nous étions disposés à être assez serrés ensemble, à manger des aliments
qui ressembleraient peu à ceux que nous mangeons aujourd'hui, et à être
privés de produits de luxe simples mais satisfaisants tels que cheminées,
jardins et pelouses, une population mondiale de 50 milliards de personnes
ne serait pas hors de question. Et si nous nous concentrons vraiment sur le
problème, nous pourrions construire des îles flottantes où les gens
pourraient vivre et où des fermes d'algues pourraient fonctionner, et peut-
être 100 milliards de personnes pourraient être pourvues. Si nous fixons
des limites strictes aux activités physiques afin que les besoins caloriques
puissent être maintenus à des niveaux très bas, nous pourrions peut-être
pourvoir à 200 milliards de personnes.[Fin de la citation]

REGARDEZ LES CHIFFRES

Dans le livre de Michael Tobias, World War III - Population and the
Biosphere A t The End Of The Millennium, (publié en 1994 par Bear & Co.,
Santa Fe, NM) est écrit:

«On estime que chaque seconde, plus de vingt-huit personnes naissent et


dix meurent; que toutes les heures, plus de onze mille nouveau - nés crient.
On estime que chaque jour, plus d'un million de conceptions humaines se
concrétisent, entraînant quelque 350 000 nouveaux cas de maladies
vénériennes et plus de 150 000 avortements. Parmi ces nouveau-nés, 35
000 mourront chaque jour de faim, dont 26 000 enfants. Pendant ce temps,
toutes les vingt-quatre heures, le rythme de la guerre contre la planète
s'accélère, parfois en affronts majeurs, d'autres fois imperceptiblement, du
moins selon nos critères de perception limités. Cette guerre comprend la
perte de 57 millions de tonnes de terre végétale et de quatre-vingts miles
carrés de forêt tropicale et la création de soixante-dix miles carrés de
désert pratiquement sans vie - chaque jour. Aux taux de natalité et de
mortalité actuels, le monde ajoute un Los Angeles toutes les trois semaines.
Si les taux moyens de croissance humaine devaient continuer à leur cours
actuel (la soi-disant «variante de fécondité constante»), la population
mondiale atteindrait au moins 10 milliards d'ici 2030, 20 milliards d'ici
2070, 40 milliards d'ici 2110 et 80 milliards. d’ici 2150. » Dépeuplement
d'une planète

Plan directeur pour «l'amincissement»


Le plan des scélérats se déploie

Dépeuplement d'une planète Page 66 sur 133

Partie IV: Une image émerge


20/12/95 RICK MARTIN

Dans son livre de 1957 New Bottles For New Wine, Julian Huxley écrit: [citant:]

TRANSHUMANISME

À la suite de mille millions d'années d'évolution, l'univers devient


conscient de lui-même, capable de comprendre quelque chose de son
histoire passée et de son futur possible. Cette conscience de soi cosmique
se réalise dans un minuscule fragment de l'univers - chez quelques-uns
d'entre nous, êtres humains. Peut-être a-t-il été réalisé ailleurs aussi, grâce
à l'évolution des créatures vivantes conscientes sur les planètes d'autres
étoiles. Mais sur notre planète, cela ne s'est jamais produit auparavant.

L'évolution sur cette planète est une histoire de la réalisation de


possibilités toujours nouvelles par l'étoffe dont la Terre (et le reste de
l'univers) est faite - la vie; force, vitesse et conscience; l'émergence de
l'esprit, bien avant que l'homme ne soit jamais rêvé, avec la production de
couleur, de beauté, de communication, de soins maternels et les débuts de
l'intelligence et de la perspicacité. Et enfin, pendant les derniers tics de
l'horloge cosmique, quelque chose de totalement nouveau et
révolutionnaire, des êtres humains avec leurs capacités de pensée
conceptuelle et de langage, de conscience de soi et de but, d'accumulation
et de mise en commun de l'expérience consciente. Car n'oublions pas que
l'espèce humaine est aussi radicalement différente de l'un quelconque des
animaux microscopiques appelés uniques qui ont vécu il y a mille
millions d'années qu'ils l'étaient d'un fragment de pierre ou de métal.

La nouvelle compréhension de l'univers est née des nouvelles


connaissances accumulées au cours des cent dernières années - par des
psychologues, des biologistes et d'autres scientifiques, par des
archéologues, des anthropologues et des historiens. Il a défini la
responsabilité et le destin de l'homme - être un agent pour le reste du
monde dans le travail de réaliser ses potentialités inhérentes aussi
pleinement que possible.

C'est comme si l'homme avait été soudainement nommé directeur général


de la plus grande entreprise de toutes les affaires de l'évolution - nommé
sans qu'on lui demande s'il le voulait, et sans avertissement ni préparation
appropriés. De plus, il ne peut pas refuser le travail. Qu'il le veuille ou non,
qu'il soit conscient de ce qu'il fait ou non, il détermine en fait la direction
future de l'évolution sur cette Terre. Tel est son destin inéluctable, et plus
tôt il s'en rendra compte et commencera à y croire, mieux ce sera pour tous
les intéressés. [Fin de la citation]
SOCIALISME

"Nous allons construire le Nouvel Ordre Mondial pièce par pièce juste
sous leur nez" (le peuple américain). "La maison du Nouvel Ordre
Mondial devra être construite à partir du

Dépeuplement d'une planète Page 67 sur 133

de bas en haut plutôt que de haut en bas. Une fin de contournement de la


souveraineté, l'érodant morceau par morceau, fera bien plus que l'
attaque frontale à l' ancienne . "Richard Gardner, chef de file du Socialist
américain, Affaires étrangères - The Journal of the Council on Foreign
Relations (CFR), avril 1974, cité du nouveau livre de John Coleman,
Socialism: The Road To Slavery [WIR, 2533 N. Carson St., # J118, Carson
City, NV 89706 - 800-942-0821].

[Continuant à citer le livre de Coleman:]

«Il y a un compte rendu des différents objectifs des socialistes fixés par la
British Fabian Society, dont la devise est« Faites hâte lentement ».
Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer le communisme, Lénine a répondu:
«Le communisme est un socialisme pressé». Le socialisme n'a nulle part où
progresser que vers le communisme.

«Le socialisme est une révolution sans méthodes ouvertement violentes,


mais il fait néanmoins la plus grande violence à la psyché de la nation.
C'est un mouvement régi par la furtivité. Sa lente progression sur les États-
Unis depuis son port d'attache en Angleterre était presque imperceptible
jusqu'aux années 1950. Le mouvement socialiste fabien reste distinct des
groupes dits socialistes et sa rampe en avant était donc presque
imperceptible pour la majorité des Américains. «Quand vous blessez un
communiste, un socialiste saigne» est un dicton qui remonte aux premiers
jours du socialisme fabien.

«Le socialisme accueille avec ardeur la prolifération du pouvoir du


gouvernement central qu'ils s'efforcent de s'assurer pour eux-mêmes,
prétendant toujours que c'est pour le bien commun. Les États-Unis et la
Grande-Bretagne regorgent de faux prophètes poussant le Nouvel Ordre
Mondial. Ces missionnaires socialistes prêchent la paix, l'humanitarisme et
le bien commun. Conscients qu'ils ne pouvaient pas vaincre la résistance
du peuple américain au communisme par des moyens directs, les insidieux
socialistes fabiens savaient qu'ils devaient agir silencieusement et
lentement, et éviter d'alerter le peuple sur ses objectifs réels. Ainsi fut
adopté le «socialisme scientifique» comme moyen de vaincre les États-Unis
et d'en faire le premier pays socialiste du monde.

«Jusqu'où le socialisme fabien a réussi, et où nous en sommes-nous


aujourd'hui, c'est dans ce livre [Socialisme: la route de l'esclavage].
Présidents Wilson, Roosevelt, Eisenhower, Carter. Kennedy et Johnson
étaient des serviteurs enthousiastes et volontaires du socialisme fabien.
Leur rôle a été transmis au président Clinton. La démocratie et le
socialisme vont de pair. Tous les présidents des États-Unis depuis Wilson
ont déclaré à plusieurs reprises que les États-Unis sont une démocratie,
alors qu'en fait, c'est une République confédérée. Le socialisme fabien
dirige le destin du monde d'une manière déguisée pour le rendre
méconnaissable. Le socialisme est l'auteur de l'impôt progressif sur le
revenu, le destructeur du nationalisme, l'auteur du soi-disant «libre-
échange». »

JULIAN HUXLEY

Citant à nouveau de New Bottles For New Wine, écrit en 1957:

Dépeuplement d'une planète Page 68 sur 133

«Mais l'homme ne vit pas seulement de pain. Il a besoin d'énergie, d'un


abri et de vêtements, et en plus de toutes les exigences matérielles, il a
besoin d'espace et de beauté, de sport et de loisirs, d'intérêt et de plaisir.

«Une population excessive peut éroder toutes ces choses. Jusqu'à présent,
l'augmentation rapide de la population a conduit à des villes
hyper-trophées , si grandes qu'elles commencent à vaincre leurs propres
fins; ils produisent de l'inconfort, de l'inefficacité et des tensions
nerveuses et coupent des millions de personnes de tout contact réel ou
sentiment d'unité avec la nature.

«L'augmentation de la population menace également les espaces ouverts du


monde et la beauté d'une nature préservée. Dans les petits pays à forte
densité de population, comme l'Angleterre, la pression sur le seul espace
devient aiguë. Mais même dans les pays plus récents et moins peuplés, le
processus d'érosion et de destruction se poursuit, souvent à un rythme
alarmant. Partout, même en Afrique, la vie sauvage - pas seulement le gros
gibier, mais la vie sauvage en général - diminue et est souvent exterminée:
les montagnes du monde sont envahies par des projets hydroélectriques,
ses forêts abattues ou commercialisées, sa nature sauvage infiltrée par les
agriculteurs et mineurs et touristes et autres envahisseurs. Même la
richesse culturelle du monde s’appauvrit. La pression démographique se
traduit en pressions économiques et sociales, qui forcent
les produits de masse dans tous les coins du globe, poussent les gens à se
vêtir et à adopter les habitudes occidentales, sapant les anciens idéaux
culturels et détruisant l'art et l'artisanat traditionnels.

«En effet, une fois que nous commençons à regarder le problème de la


population dans son ensemble et dans toutes ses implications, nous nous
trouvons poussés à reconsidérer les valeurs humaines en général. Tout
d'abord, nous devons rejeter l'idée que la simple quantité d'êtres humains
a une valeur en dehors de la qualité de leur vie. Puis, après avoir réalisé
que toute existence est un processus de transformation ou d'évolution, que
l'espèce humaine dans son évolution culturelle continue et prolonge le
processus d'évolution biologique dont elle est issue, que la personnalité
humaine bien équilibrée et développée est le produit le plus élevé. du
processus évolutif dont nous n'avons aucune connaissance, mais que
l'individu humain ne peut atteindre son plein développement que dans
l'environnement fourni par une société adéquate, nous nous trouvons
inévitablement poussés à l'idéal de l'épanouissement - un plus grand
épanouissement pour des individus humains plus pleinement développés.

«En conséquence, les valeurs que nous devons poursuivre sont celles qui
permettent ou favorisent un plus grand épanouissement humain. La
nourriture et la santé, l'énergie et les loisirs sont ses bases nécessaires: ses
objectifs de valeur sont la connaissance et l'intérêt, la beauté et
l'expression émotionnelle, l'intégration intérieure et la participation
extérieure, le plaisir et le sens de l'importance. Dans la pratique, ces
valeurs entrent souvent en concurrence et même en conflit; donc pour
parvenir à une plus grande réalisation, nous avons besoin d'un modèle de
compromis et d'ajustement mutuel entre les valeurs.

«L'espace et les ressources de notre planète sont limités. Nous devons en


mettre de côté pour la satisfaction des besoins matériels de l'homme - pour
la nourriture, les matières premières et l'énergie. Mais nous devons mettre
de côté d'autres pour des satisfactions plus ultimes - la jouissance d'une
nature préservée et de beaux paysages, l'intérêt de la vie sauvage, les
voyages, les loisirs satisfaisants, la beauté au lieu de la laideur dans la
construction humaine et la préservation de la variété de la culture
humaine et de

Dépeuplement d'une planète Page 69 sur 133

monuments de grandeur antique.

«Dans la pratique, cela signifie limiter l’utilisation de certains domaines.


Vous ne pouvez pas utiliser des champs labourés pour faire atterrir des
avions, vous ne pouvez pas faire pousser des cultures dans des zones
bâties, vous ne pouvez pas permettre une exploitation ou un
"développement" illimité dans les parcs nationaux ou les sanctuaires
naturels. À long terme, vous ne pouvez pas éviter de payer le prix d'une
croissance illimitée du nombre humain: et ce prix est ruineux.

«Il est souvent affirmé que la science ne peut se préoccuper des valeurs. Au
contraire, dans tous les domaines des sciences sociales, et (de manière
assez différente) partout où les applications des sciences naturelles
touchent les affaires sociales et affectent la vie humaine, la science doit
tenir compte des valeurs, sinon elle ne fera pas son travail de manière
satisfaisante. Le problème de la population le rend évident. Dès que l'on se
rappelle que la population n'est qu'un terme collectif pour désigner les
agressions des êtres humains vivants, on se retrouve à réfléchir aux
relations entre quantité et qualité-quantité des êtres humains dans la
population et qualité de la vie qu'ils mènent: en d'autres termes, valeurs.

«Bien que je puisse sembler avoir brossé le tableau de la population


mondiale dans des couleurs sombres, il y a de l'espoir. Tout comme
l'horrible destructivité de la guerre atomique incite maintenant à
reconsidérer la guerre en général, et semble susceptible de conduire à
l'abandon de la guerre totale en tant qu'instrument de politique nationale,
je prédirais que la menace de surpopulation les valeurs humaines comme
la santé, le niveau de vie et les commodités inciteront à reconsidérer les
valeurs en général et conduiront finalement à un nouveau système de
valeurs pour la vie humaine. Mais le temps est au cœur du contrat. Si avant
la fin du siècle le taux de croissance humaine n'est pas abaissé, au lieu de
continuer à augmenter, tant de valeurs auront été endommagées ou
détruites qu'il sera difficile de les recréer, et encore moins de construire un
système nouveau et meilleur. "

VIETNAM
La guerre du Vietnam a peut-être pris fin, mais elle continue de faire ses
victimes. Les vétérans, qui étaient au sommet de leur condition physique
lorsqu'ils ont combattu au Vietnam, sont maintenant malades et mourants
- non pas à cause des blessures persistantes de l'ennemi, mais à cause d'un
herbicide insidieux et toxique qui a été pulvérisé sur la campagne de cette
nation déchirée par la guerre .

Pendant la guerre, les avions américains ont largué environ douze


millions de gallons du défoliant Agent Orange sur près de cinq millions
d'acres du Vietnam dans une tentative de refuser la couverture de
protection ennemie. Les soldats américains en contrebas - souvent
entourés d'un brouillard d'herbicide - se sont fait dire qu'il était sans
danger. Ce n'était pas. Citation de Fred Wilcox's
1989 livre Waiting For An Army To Die - The Tragedy Of Agent Orange:

En 1970, lorsque l'ordre de cesser d'utiliser l'agent orange au Sud-Vietnam


a été émis, l'armée américaine s'est retrouvée avec des milliers de fûts de
cinquante-cinq gallons contenant cet herbicide. Certains de ces barils ont
été stockés sur l'île Johnston dans le Pacifique, tandis que d'autres sont
allés au Naval Construction Battalion Center à Gulfport, Mississippi. Mais
les tambours ont commencé

Dépeuplement d'une planète Page 70 sur 133

à rouiller et leur contenu a commencé à fuir, ce qui rend impératif que


quelque chose de plus «final» soit fait sur les stocks excédentaires
d'herbicide Orange. En février 1972, la Commission de contrôle de l'air et
de la pollution du Mississippi a ordonné que l'agent Orange stocké à
Gulfport soit immédiatement retiré. Face à cela, l'Air Force a tenté de
restituer les stocks restants d'Agent Orange à ses constructeurs, qui ont
refusé d'accepter l'offre. Les responsables de l'Armée de l'Air ont également
suggéré que l'herbicide excédentaire soit éliminé "par l'élimination
prudente de l'herbicide Orange pour une utilisation sur des terres privées
ou publiques". Ce plan a également échoué et, sept ans après le retrait des
barils du Vietnam, l'EPA a finalement accordé à l'armée de l'air un permis
pour incinérer les stocks restants d'Agent Orange sur le navire de
construction allemande Vulcnus dans le Pacifique Sud. Au moment où le
permis a été accordé, plus de 5 000 fûts contenant plus d'un quart de
million de gallons d'Agent Orange avaient pourri.

Lors de la première "Conférence sur la défoliation" parrainée par le


ministère de la Défense et à laquelle ont participé plusieurs entreprises
chimiques (dont Dow et Monsanto), le général Fred J. Delmore,
commandant général de l'armée américaine, Edgewood Arsenal, a déclaré
aux représentants des entreprises que le DOD voulait pour s'assurer que
tout ce qu'il utilise pour les défoliants serait "parfaitement inoffensif pour
l'homme et les animaux et en même temps fera le travail". Albert
Hayward, chef du bureau de coordination du programme à Fort Detrick, a
déclaré à la conférence qu '"il va sans dire que les matériaux doivent être
applicables par pulvérisation terrestre et aérienne, qu'ils doivent être
réalisables sur le plan logistique et qu'ils doivent être non toxiques pour
l'homme et bétail dans la zone touchée. " Dans un communiqué de presse
de 1964, Dow a affirmé que son 2,4,5-T était absolument non toxique pour
les humains ou les animaux, mais en 1965, la société a confirmé qu'il
contenait du TCDD. Dow a également admis qu'il n'avait pas informé
l'USDA ou le DOD qu'il avait découvert que le 2,4,5-T était contaminé par le
TCDD.
L'action collective [poursuite des vétérans du Vietnam] est non seulement unique mais
ironique à bien des égards:
2,5 millions d'anciens combattants vietnamiens poursuivent des sociétés
chimiques qui, en théorie, fabriquaient un produit qui sauverait des vies
américaines au Vietnam; l'avocat en chef des anciens combattants
confiant qu'il obtient ses informations les plus incriminantes sur les
effets de la dioxine de scientifiques travaillant pour l'un des
entrepreneurs de guerre plaignants; et les entreprises chimiques ont fait
valoir qu'elles ne faisaient que «suivre les ordres» lorsqu'elles
fabriquaient l'agent orange, dont certains étaient 15 à 15 000 fois plus
contaminés par la dioxine que le 2,4,5-T vendu pour un usage
domestique.

Bien que le recours collectif ait été intenté au nom de tous les anciens
combattants qui ont servi au Vietnam, le nombre d'anciens combattants
répertoriés comme malades ou mourants au moment de l'entrevue était
d'environ 40 000. Plus d'anciens combattants seront sans aucun doute
ajoutés à cette liste à l'avenir. [Fin de la citation.]

CHIMIQUE ET BIOLOGIQUE

Dans le livre de Robert Harris et Jeremy Paxman, A Higher Form Of


Killing - -The Secret Story Of Chemical And Biological Warfare, nous
lisons [citant:]

Dépeuplement d'une planète Page 71 sur 133

L'histoire secrète de la guerre chimique et biologique démontre peu de


choses aussi clairement que la manière dont les découvertes faites dans la
cause du bien-être humain peuvent être utilisées pour concevoir des
instruments de mort toujours plus sophistiqués. Les découvertes en
science vétérinaire sont adaptées au développement de nouvelles armes
biologiques. Un pesticide potentiel est transformé en agent neurotoxique.
Pourtant, la génération actuelle d'armes est basée sur des découvertes
scientifiques faites il y a cinquante ans: jusqu'à la fin des années 1970, les
chimistes britanniques et américains tentaient encore de produire un
antidote au soman, un agent qui avait d'abord été développé dans les
laboratoires de l'Allemagne nazie. Aussi horribles que puissent être les
effets des armes d'aujourd'hui, elles sont capables d'un raffinement infini.
Les arsenaux actuels sont énormes: le stock «insuffisant» de gaz
neurotoxique aux États-Unis est suffisant pour tuer quatre mille fois toute
la population mondiale.

C'est dans le domaine de la guerre biologique que se présentent les


possibilités les plus effrayantes. Cela fait maintenant près de trente ans que
Crick et Watson ont fait leur découverte capitale de la structure «double
hélice» de l'ADN, la molécule qui contrôle l'hérédité. Pour autant que l'on
sache, la découverte n'a pas encore été appliquée aux affaires de guerre.
Mais dans les laboratoires civils d'Europe et d'Amérique du Nord, les
biologistes altèrent régulièrement la nature même de la vie par «épissage
de gène» ou ADN recombinant. Cela a été qualifié de découverte la plus
impressionnante depuis que l'homme a divisé l'atome. Si la percée, comme
la physique atomique, venait à être appliquée à la guerre, les implications
méritent à peine d'être réfléchies.
Déjà en 1962, quarante scientifiques étaient employés dans les
laboratoires de guerre biologique de l'armée américaine pour la
recherche génétique à plein temps . "Beaucoup d'autres", a-t-on dit,
"apprécient les implications de la génétique pour leur propre travail". Les
implications ont été rendues plus précises sept ans plus tard, lorsqu'un
porte-parole du ministère de la Défense a affirmé que le génie génétique
pouvait résoudre l'un des principaux inconvénients de la guerre
biologique, à savoir qu'elle se limitait aux maladies qui surviennent
naturellement quelque part dans le monde.

Dans les 5 à 10 prochaines années, il serait probablement possible de


fabriquer un nouveau micro-organisme infectieux qui pourrait différer à
certains égards importants de tout organisme pathogène connu. Le plus
important de ceux-ci est qu'il pourrait être réfractaire [c'est-à-dire ne pas
céder au traitement] aux processus immunologiques et thérapeutiques
dont nous dépendons pour maintenir notre absence relative de maladies
infectieuses.

La possibilité qu'un tel «super germe» ait pu être produit avec succès
dans un laboratoire quelque part dans le monde dans les années qui
ont suivi cette évaluation ne devrait pas être trop facilement écartée.
[Fin de la citation.]

sida

Dans Phoenix Journal # 65, The Last Great Plague Upon Man: AIDS And
Related Murder Tools, Hatonn écrit [citant:]

Le SIDA est, par définition, un "fléau"! Cela affectera la société d'une manière que vous ne
pouvez pas maintenant

Dépeuplement d'une planète Page 72 sur 133

imaginez même. Il n'y a pas de remède à votre portée en tant que peuple
et aucune perspective de vaccin - les deux seront discutés en profondeur à
mesure que nous avancerons. Même selon des projections scientifiques
optimistes, il n'est même pas espéré dans les quinze à vingt prochaines
années, au mieux. Les experts en santé publique prévoient que plus de 2,4
milliards de personnes, soit la moitié de la population mondiale, mourront
des virus du sida et des mutations de ces virus au cours de cette période.
Pas une jolie image par n'importe quel standard.

La dévastation économique est imminente pour les systèmes de santé


médicale, les installations d'assurance et tous les services connexes au
cours de la prochaine décennie.

Maintenant, quelques informations choquantes pour la plupart d'entre


vous, les lecteurs nouvellement intéressés qui se sentent en sécurité avec
vos relations singulières et le confort d'un préservatif douillet. Si les
choses ne changent pas radicalement et immédiatement, ce à quoi vous
êtes vraiment destiné, c'est l'extinction.

Le SIDA n'est PAS prévenu, ni même à peine impacté, par l'utilisation de


préservatifs. Le SIDA n'est PAS une maladie vénérienne. Le SIDA n'est PAS
une maladie homosexuelle et le SIDA n'est pas venu d'une morsure de
singe en Afrique lointaine. Il est sorti tout droit d'un laboratoire organisé
par l' homme par croisement de virus bovins et ovins.
Le virus du sida a été spécifiquement demandé, produit, déployé et
menace maintenant l'extinction de l'espèce. Vous vous dirigez vers la pire
catastrophe de l'histoire de votre monde.

Le premier cas de sida officiellement diagnostiqué a eu lieu à San


Francisco en 1981. En fait, cela a ressemblé à ceci: le virus du sida est
apparu à New York en 1978, à San Francisco et à Los Angeles en 1980. Il est
apparu chez de jeunes homosexuels masculins blancs qui avaient entre
vingt et quarante ans et avaient un comportement promiscuité.
Simultanément à son apparition, une étude sur le vaccin contre l'hépatite B
a été menée à New York en 1978 et à San Francisco et Los Angeles en 1980 -
parmi de jeunes hommes homosexuels blancs âgés de vingt à quarante
ans.

Vous devez sûrement vous demander s'il existe une relation entre l'étude
du vaccin contre l'hépatite B aux États-Unis et l'épidémie de sida qui a
suivi dans les mêmes groupes de population et exactement au même
moment.

En outre, cela a suivi les étapes de l'épidémie de la maladie dans les


régions du tiers monde telles que l'Afrique et Haïti dans les années 1970.
Les gays de la côte ouest, en particulier à San Francisco, ont fait d'Haïti un
terrain de jeu principal et un lieu de vacances pendant la période qui a
suivi, étant ainsi frappés de deux directions.

Au milieu des années 70, l'épidémie de variole en Afrique était


épidémique et se propageait dans de nombreux autres secteurs. Une
organisation a été créée, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui
s’est efforcée de vacciner des milliers et des milliers de personnes, parmi
lesquelles environ 15 000 Haïtiens travaillant en Afrique à l’époque.

Vous devez avoir une certaine compréhension des virus, des bactéries, de l'origine des
cellules humaines, des tissus

Dépeuplement d'une planète Page 73 sur 133

culture et manipulation de toutes ces choses au sein du laboratoire.

En abordant ce qu'est le virus du SIDA, le virus a une morphologie qui est


en fait un rétrovirus de type D. Alors, que sont les virus? Certains d'entre
vous sont convaincus, et je ne vais pas vous confondre, que les virus sont
le plus petit micro-organisme qui se réplique . Cela signifie qu'ils sont
considérés comme le plus petit organisme de réplication qui a besoin
d'autres cellules pour se développer.

Que les virus ne soient pas capables de se reproduire seuls, en dehors


des tissus vivants, est la conviction des scientifiques d'aujourd'hui. Les
virus doivent habiter une autre cellule pour une croissance et une
reproduction potentielles.

Les bactéries, les champignons et certains autres organismes sont en fait


capables de se développer en dehors des tissus, en d'autres termes, ils
n'ont pas besoin d'habiter d'autres tissus pour se reproduire. Ils peuvent
se développer sur des plaques de culture tissulaire telles que des bactéries.
Les virus doivent se développer à l'intérieur des tissus, ce qui nécessite la
présence de tissus humains ou animaux vivants dans lesquels ils peuvent
se répliquer.

Le rétrovirus signifie qu'il s'agit d'un petit organisme de réplication qui se


développe à l'intérieur des tissus vivants. Alors, que signifie le terme
«rétro»? Dans le cas de ce virus particulier, cela signifie que contenus dans
le virus du SIDA, et d'autres soi-disant rétrovirus humains, ou d'autres
rétrovirus animaux, sont de petites enzymes connues sous le nom de
transcriptase inverse. C'est de là que vient le mot «rétro». La transcriptase
inverse, où le "re" vient de "reverse" et le "tro" de la transcriptase. C'est
une enzyme dans le virus du SIDA qui est en fait responsable de la
duplication des gènes du virus du SIDA qui sont sous forme d'ARN,
différente de la forme humaine. Le matériel génétique humain se
développe sous forme d'ADN.

Si le virus du SIDA doit s'insérer dans le matériel humain, d'une manière


ou d'une autre après l'infection de la cellule, ce qui se passe, c'est que cette
enzyme duplique l'ARN du virus du SIDA dans une forme d'ADN et l'insère
en fait dans l'ADN humain. Les gènes du virus du SIDA entrent et sont en
fait dupliqués sous forme d'ADN, copiés par la transcriptase inverse. Cette
information est ensuite insérée dans la constitution génétique de la cellule
humaine. Il s'agit maintenant d'un virus du SIDA résidant dans les gènes
humains qui envoie alors un signal pour la production d'un NOUVEAU
virus du SIDA. Lisez attentivement - NOUVEAU VIRUS DU SIDA!

Au-delà du SIDA, l'information génétique de tous les rétrovirus est copiée


sous forme d'ADN par la transcriptase inverse insérée dans les gènes et
par la production ultérieure de nouveaux virus.

Permettez-moi de généraliser quelques informations ici pour une


meilleure compréhension. La virologie est l'étude des virus qui traite de
minuscules organismes vivants visibles uniquement à l'aide des
microscopes électroniques les plus puissants de votre planète, car vous
en reconnaissez maintenant les limites scientifiques. Des millions de
virus du SIDA peuvent facilement se loger sur la tête d'une petite épingle.
Le virus du sida est particulièrement mortel pour les humains en raison
de sa capacité à ne pas envahir et neutraliser les cellules humaines, mais
à la capacité du virus à mettre son propre matériel génétique dans le

Dépeuplement d'une planète Page 74 sur 133

structure génétique de la cellule humaine, permettant ainsi au virus


d'utiliser la cellule humaine comme une sorte d'usine de virus, se
reproduisant à partir des matières premières d'une cellule humaine. [Fin
de la citation.]

DR EVA SNEAD

Dans son livre courageux et bien documenté en deux volumes Some Call
It AIDS - I Call It Murder, le Dr Eva Snead écrit [citant:]

Selon Robert Lederer Chemical-Biological Warfare, Medical Experiments,


and Population Control, "US CBW [ guerre chimique-biologique ] a été
utilisé principalement pour des opérations de contre-insurrection contre
les peuples du tiers monde luttant pour l'autodétermination et la
déstabilisation des gouvernements du tiers monde. qui ont contrecarré la
domination américaine. Il a été dirigé en attaque directe contre divers
adversaires; les premiers rapports nous ramènent dès 1763, lorsque les
colons blancs ont donné des couvertures infectées par la variole aux
Amérindiens qui recherchaient des relations amicales. Beaucoup sont
morts en conséquence. . " La tactique a été répétée pendant le "Trail of
Tears" des années 1800.

Les exemples sont nombreux et odieux, et mon esprit admet la possibilité


que même la grande pandémie de grippe qui a balayé la planète en
1917-1919 soit le résultat d'accidents biologiques délibérés ou accidentels:
des soldats porteurs d'innombrables et imprévisibles micro-organismes,
transmis par ce qui était appelés thérapie et prophylaxie sériques, vaccins
bruts administrés à des personnes immunodéprimées par
l'administration de tant d'antigènes, ainsi que par des réactions de l'hôte
contre le greffon aux sérums, et par l'utilisation de lindane (Kwell) et
d'autres parasites. tueurs.

Non seulement CBW est malsain pour ses victimes, mais peut sérieusement
mettre en danger ceux qui disent la vilaine vérité. «En 1958,
l'administration Eisenhower a porté des accusations de sédition contre
trois Nord-Américains qui avaient publié les accusations de guerre
germinale dans China Monthly Review, John W. Powell, Sylvia Powell et
Julian Schuman, mais n'ont pas obtenu de condamnations.

Un lien intéressant entre le CBW et les maladies vitales, y compris le SIDA,


est dérivé de l'infestation rapportée de porcs cubains avec la peste porcine
africaine en 1971 et 1980. Le virus de la peste porcine africaine a été
trouvé dans certains cas de sida et les chercheurs qui ont travaillé à la
lecture de ces liens se sont retrouvés attaqués par les universitaires.
Certains chercheurs pensent que l'un des endroits les plus dangereux de la
Terre, en raison de ses armes biologiques contre le bétail et les plantes
alimentaires, est Plum Island, NY, où des exercices de guerre biologique
tels que décrits ci-dessus sont prétendument pratiqués.

Lederer décrit les fantasmes des militaires dans leur recherche d'une
arme ultime. En 1969, un officiel militaire a témoigné devant le Congrès:
Dans les 5 à 10 prochaines années, il serait probablement possible de
fabriquer un nouveau micro-organisme infectieux qui pourrait différer à
certains égards importants de tout organisme pathogène connu . Le plus
important de ceux-ci est qu'il pourrait être réfractaire [résistant] aux
processus immunologiques et thérapeutiques dont nous dépendons pour
maintenir notre absence relative de

Dépeuplement d'une planète Page 75 sur 133

maladie."

Avant la création de l'acronyme AIDS, Porton Down Laboratories, le CBW


de l'armée britannique a rapporté la transmission réussie de gènes entre
différentes souches de bacille de la peste. L'étude du gouvernement
américain de 1985 a rapporté à la President's Chemical Warfare Review
Commission "la probabilité prévisible de développement de nouveaux
agents pour lesquels aucun vaccin ou contre-agent n'est connu ou
disponible".
En novembre 1970, Carl A. Larson aurait écrit dans Military Review
que «les armes chimiques ethniques ... seraient conçues pour exploiter
les différences naturelles de vulnérabilité parmi des groupes de
population spécifiques». L’Afrique du Sud aurait été le pionnier de la
recherche sur les maladies qui n’affligeaient que les Noirs.

Le prétexte que le SIDA existe en tant que réalité indépendante et qu'il est
sexuellement transmis a été utilisé pour convaincre les gens d'utiliser des
préservatifs. Outre le but manifeste de cette pratique, les préservatifs sont
des contraceptifs qui réduisent le taux de natalité. Les personnes qui ne
pratiqueraient pas volontairement le contrôle des naissances en raison de
leur croyance religieuse, peuvent être séduites par une croyance en
l'hygiène, à pratiquer la planification familiale involontaire.

<< Le contrôle de la population du tiers monde est un objectif politique


des responsables américains depuis de nombreuses années. En 1977, Ray
Ravenhott, directeur du programme de population pour les États-Unis:
Agency for International Development (AID), a annoncé publiquement
que l'objectif de son agence était de stériliser un quart des femmes dans le
monde. Il a admis, en substance, que cela était nécessaire pour protéger
les intérêts des entreprises américaines de la menace de révolutions
engendrées par un chômage chronique. " L'acronyme de l'agence AID
semble être un glissement freudien pour nous dire que l'AID a engendré
le SIDA!

Depuis le début, les groupes répertoriés comme cibles et diffuseurs


primaires du SIDA "ont publié des articles proposant des théories
CBW-SIDA avec des degrés divers de réflexion et de documentation". Les
accusations et les démentis allaient et venaient, la plupart indiquant que le
meilleur endroit candidat pour la création d'un virus nuisible pourrait être
Fort Detrick, Maryland, et que les actions secrètes étaient appelées
"Operation Firm Hand". Cette dernière information, si ironique puisque les
gens ont tendance à qualifier les homosexuels de poignets molles, a été
fournie par une lettre anonyme d'une personne prétendant être un ancien
employé du Laboratoire de guerre biologique de l'armée américaine à Fort
Detrick.
Les scientifiques ont parfois des plans très étranges. Bien que pas à Fort
Detrick (The Trick, comme j'aime l'appeler), mais à Cold Spring Harbor,
Long Island, NY, des scientifiques ont écrit et travaillé sur un MMMV
(Multiple Monster Malignant Virus). C'était une analyse de ce qui serait
nécessaire pour créer une telle monstruosité.

[Citant toujours le livre du Dr Snead, Some Call it AIDS - I Call It Murder:]

Le rôle de la CIA au Congo belge a déjà été discuté. En plus des


informations qui ont fait surface lors des audiences du comité Frank
Church en 1976,

Dépeuplement d'une planète Page 76 sur 133

Lederer nous dit que "Serge Mukendi, représentant américain du Parti des
travailleurs et paysans du Congo, le pays maintenant connu sous le nom
de Zaïre, souligne que la tentative d'empoisonnement de Lumumba par la
CIA et ses expériences MK-ULTRA rendent raisonnable l'utilisation
ultérieure possible du CBW au Congo-Zaïre. Il a noté que l'Agence pour le
développement international avait commandé une étude à l'École d'études
internationales de l'Université de Columbia pour examiner les possibilités
de limiter la croissance démographique du Congo-Zaïre «pour éviter la
famine». " À titre d'exemple, il a cité le déversement de déchets radioactifs
hautement toxiques au Congo-Zaïre. Le SIDA, a-t-il accusé, était peut-être
la mesure ultime de la population.

J'ai été informé que le New York Times du 29 janvier 1987 a publié un
article sur le fait que le Zaïre soutenait les tests de vaccination contre le
virus du SIDA. Ce test, dont les détails ont été soigneusement gardés
secrets, a été administré à douze Européens et Congolais, dont le directeur
médical Dr Daniel Zagury. Apparemment, il s'était injecté le produit. Les
inoculations ont l'avantage d'avoir des cibles directes qui peuvent être
facilement identifiées et étudiées, et qui n'ont aucun moyen de contrôler ou
de savoir quelle substance elles reçoivent. Le chercheur a une énorme
latitude pour administrer toute substance de son choix et l'appeler par
n'importe quel nom qu'il veut.

Les campagnes de vaccination ne sont pas seulement un excellent


leurre pour la guerre biologique, elles peuvent elles-mêmes être des
armes biologiques mortelles .

Les théories de Lederer sur l'origine du SIDA peuvent être résumées comme suit:

La théorie numéro un est présentée par deux chercheurs est-allemands en


microbiologie: Jacob et Lilli Segal, qui acceptent l'existence du SIDA et sa
causalité par le VIH, mais insistent sur le fait qu'il s'agissait d'une erreur
militaire. Des théories similaires ont été présentées par Robert Strecker et
Sir John Scale, qui à leur tour blâment l'Union soviétique pour une telle
invention. En fin de compte, Lederer lui-même fait remarquer que toute la
théorie artificielle du VIH repose sur l'hypothèse qu'en fait le VIH est le
virus qui cause le sida, une théorie qui est devenue de plus en plus
contestable.

La deuxième théorie: la dioxine est l'un des composants du tristement


célèbre agent orange, et également un sous-produit du PCP lorsque cette
substance est brûlée. L'auteur (Dave Bergh et Eal Zela Tex Aldredge)
mentionne un couple d'anciens combattants du Vietnam comme
partisans d'une origine toxique du SIDA.

Selon les études de l'EPA mentionnées par Lederer, les sites de


déversement de dioxine sont étroitement parallèles aux zones à forte
incidence du SIDA.

Susan Cavin, journaliste pour un magazine lesbien, cite jusqu'à «23


symptômes d'exposition indirecte aux dioxines parallèles à ceux du SIDA».
L'auteur cite "les sarcomes des tissus mous (tumeurs cancéreuses), la perte
de poids, les troubles pulmonaires, l'épuisement du thymus et de la rate,
les lésions hépatiques, les troubles cérébraux et les changements de
personnalité - diminution dramatique de la résistance aux infections -
épuisement sévère des lymphocytes T et des leucocytes - infections
fongiques - lymphomes. " L'article rapporte que «les vétérans du Vietnam
souffrent de lymphomes à un taux un tiers plus élevé que prévu».
Personne n'a réalisé que les victimes avaient

Dépeuplement d'une planète Page 77 sur 133


précédemment inoculé avec SV40 et des abénovirus qui se sont activés
avec la dioxine!

Il est intéressant de noter que "le CDC utilise le modèle de l' hépatite B
pour expliquer le SIDA, c'est-à-dire que les deux maladies affectent des
groupes très similaires. Quelqu'un a-t-il pensé à suivre les traces du vaccin
contre l'hépatite, des gamma-globulines, des autres vaccins, des produits
animaux vaccinés, etc., et étudier comment ils se chevauchent avec le
SIDA?

La troisième théorie de Lederer "a été développée par Mark E.


Whiteside, MD, et Caroline MacLeod, MD, MPH, co-directeurs de
l'Institut de médecine tropicale de Miami, en Floride." Leurs principaux
domaines de recherche étaient Miami et Belle Glade (la ville où l'
incidence du sida par habitant est la plus élevée aux États-Unis).

Whiteside est en désaccord avec véhémence avec la théorie de la


transmission hétéro-sexuelle , proposée pour la propagation du sida à
Belle Glade, en Floride, où la population très affligée imite une bande
coupée à travers les populations du tiers monde. Il dit que ces études sont
«gravement faussées par un biais écrasant, des contrôles inadéquats et un
manque de données prospectives», mettant en particulier en doute la
relation entre le pourcentage élevé de SIDA infantile chez les enfants dont
les mères sont testées négativement dans la distribution africaine
(principalement hétérosexuelle) des cas de SIDA, et les affirmations
dogmatiques par le gouvernement de la théorie de la transmission
sexuelle et le confinement inhabituel du sida Belle Glade à un seul quartier
Certains des faits ne peuvent tout simplement pas être conciliés avec la
sagesse conventionnelle existante.

Ces chercheurs estiment, rapporte Lederer, "que le SIDA est une maladie
environnementale d'origine tropique , causée par au moins deux
virus arboricoles ( virus transmis par les insectes ) appelés maguari et
dengue, tous deux endémiques des régions tropicales - le principal
moyen de transmission étant repostage des piqûres d' insectes suceurs de
sang - moustiques ou tiques - transportant le virus d'une personne à
l'autre. " D'autres moyens d'échange sanguin sont également impliqués
par ces chercheurs.

<< Le SIDA correspond à la ceinture d'insectes dans de nombreuses régions


du monde. Avant le SIDA moderne, la région de la plus grande densité de
sarcome de Kaposi était à la frontière du Zaïre et de l'Ouganda. Ces
tumeurs tropicales du sarcome de Kaposi et du lymphome de Burkitt
étaient toujours liées à l'environnement. conditions - la distribution de ces
tumeurs est corrélée au paludisme et à l' infection par le virus des
insectes (arbor-virus) . On note également une corrélation entre les
anticorps anti -HTLV-III / LAV (VIH) et les anticorps anti-paludisme. Une
autre corrélation relevée par ces chercheurs , est la similitude frappante
entre la distribution du SIDA et celle de la tuberculose.

Lorsque Whiteside et MacLeod ont testé des patients de Floride pour plus
de 50 virus arboricoles, ils ont constaté qu'un pourcentage très élevé était
positif aux virus dengue et maguari. Le premier provoque une maladie
douloureuse semblable à une grippe sévère (la dengue est le nom d'une
danse tropicale caractérisée par des contorsions corporelles similaires à
celles que subissent les victimes de cette maladie en raison de spasmes et
de douleurs), la seconde n'était pas connue pour provoquer des maladies.
chez les animaux ou les humains, mais appartient à une famille de virus
associés au sarcome de Kaposi.
Dépeuplement d'une planète Page 78 sur 133

Les anticorps contre la dengue trouvés étaient deux types de virus de la


dengue: la dengue I et la dengue II, qui ont fait pas mal de voyages
internationaux suspects. "La dengue de type I - était limitée à l'Asie du Sud-
Est et à l'Afrique jusqu'en 1977, lorsqu'elle est apparue en Jamaïque, à Cuba
et à Porto Rico. Elle s'est ensuite propagée à Haïti et dans d'autres îles des
Caraïbes."

Une épidémie est survenue à Cuba en 1977 qui était non seulement la
première Dengue I, mais la première épidémie de Dengue depuis 1944. La
dengue de type II était assez courante sous une forme bénigne, mais en
1981, Cuba a connu une épidémie sans précédent de type II dans le <<
hémorragie forme de choc, avec hémorragie interne et choc - qui a
entraîné 300 000 maladies et 158 décès, dont 101 enfants de moins de 15
ans. "

Les auteurs soupçonnent que le mouvement des troupes de Cuba vers


l'Angola en 1977 pourrait avoir causé une partie de ce saut viral
transocéanique.

Une enquête de la CAIB en 1982 a conclu que l'épidémie de dengue


hémorragique de type II de 1981 à Cuba et une autre en 1977 étaient
"presque certainement le résultat de la guerre biologique américaine. Le
laboratoire de guerre biologique de l'armée américaine à Fort Detrick,
Maryland, a fait pendant des années des expériences avec des insectes.
maladies transmises en général et la dengue en particulier. Dans les
années 50, l'armée a effectué des «essais sur le terrain», libérant d'énormes
quantités de moustiques dans les communautés noires de Géorgie et de
Floride. " Il a également été signalé que la dengue de type I avait été isolée
dans le Pacifique Sud en 1974. Ce rapport a été publié dans le Bulletin de
l'Organisation mondiale de la Santé en 1980.

Il convient également de mentionner que la Russie aurait produit l'arme


ultime du CBW sous la forme d'un virus mutant de la dengue connu sous
le nom de D7, qui aurait pu se frayer un chemin dans différents pays par
des mouvements de troupes ou par d'autres moyens.

Si une épidémie comme celle-ci est si préoccupante, pourquoi faut-il 6


ans pour rendre cette information publique?

Lederer remet en question la validité du lien Dengue-Maguari SIDA, car


les pays avec des niveaux élevés de Dengue ont de faibles niveaux de
SIDA. Cependant, certains chercheurs sont convaincus que les arborvirus
et la transmission des insectes sont au moins des cofacteurs de
l'épidémie de sida. [Fin de la citation.]

PLUS SUR LE SIDA

Dans le nouveau livre du professeur Robert O'Driscoll, Corruption In


Canada, apparaît un article écrit par JL Read intitulé New World Order
Strategy for Population Reduction: AIDS [citant:]

En 1938, le Sous-comité des ressources nationales sur les problèmes de


population (NRS) recommanda dans son rapport au président Roosevelt
que des mesures législatives appropriées soient prises concernant les
problèmes de population mondiale. Le NRS a déclaré que "le passage d'une
population croissante à une population stationnaire ou décroissante peut
dans l'ensemble être un avantage

Dépeuplement d'une planète Page 79 sur 133

à la vie de la nation. "

En 1970, le microbiologiste Dr MacArthur a sollicité le Comité des crédits


de la Chambre pour de l'argent pour la recherche en biologie moléculaire
avec ces mots: «Dans les 5 à 19 prochaines années, il serait probablement
possible de fabriquer un nouveau micro-micro-organisme infectieux qui
pourrait différer dans certains aspects importants de tout organisme
pathogène connu . Le plus important de ceux-ci est qu'il pourrait être
réfractaire aux processus immunologiques et thérapeutiques dont nous
dépendons pour maintenir notre absence relative de maladies infectieuses.
"

Qu'est-ce qu'un virus? Dans son livre Virus Hunting, AIDS, Cancers and the
Human Retrovirus, le Dr Robert C. Gallo (le médecin à qui on attribue la
découverte du SIDA) déclare que les virus sont des «parasites cellulaires
obligatoires». Cela signifie qu'ils ont besoin d'un autre milieu pour grandir
et se reproduire, par conséquent ils envahissent une cellule vivante et
l'utilisent comme leur nouvelle maison. Les virus sont le plus petit
organisme vivant connu, nécessitant un microscope électronique ou un
appareil similaire à un grossissement de 50 000X pour être vus. Les virus
peuvent vivre indéfiniment en dehors des tissus vivants sous forme
cristalline.

Le SIDA est également connu au HTLV-III ou Human T-Cell Lymphotrophic


Virus. C'est un rétrovirus qui attaque les cellules T-4 du système
immunitaire. Un rétrovirus est un virus qui a une enzyme spéciale, la
transcriptase inverse, qui est capable de s'incorporer dans l'ADN de la
cellule hôte, utilisant ainsi l'ADN de cette cellule pour reproduire plus de
virus, les cellules B sont la partie du système immunitaire qui aident à
produire des anticorps protecteurs. Les cellules T-4 du système
immunitaire sont des lymphocytes, ou petits globules blancs, sur lesquels
les hormones du thymus agissent avant qu'elles n'atteignent la circulation
sanguine. Les cellules T-4 aident à accélérer la production d' anticorps par
les cellules B. Par conséquent, si les cellules T-4 sont détruites, le corps est
incapable d'aider les cellules B à produire des anticorps et mourra de toute
infection opportuniste.

Les virus sont également connus pour être latents dans l'organisme
infecté. Ainsi, bien qu'ils soient présents et potentiellement nocifs, ils
sont dormants et ne recherchent pas de cellules pour se reproduire. Le
SIDA est connu pour avoir une durée d'incubation de 3 à 5 ans avant
que le virus ne commence à se reproduire activement et à altérer le
système immunitaire contre l'infection.

En 1972, à la Convention sur la guerre biologique, il a été décidé de


démanteler nos arsenaux de guerre biologique. Robert Harris et Jeremy
Paxman soulignent dans A Higher Form Of Killing: "Avec la décision de
renoncer à la guerre des germes pour toujours, Fort Detrick avait été
remis à l'Institut national du cancer civil. Mais une partie du camp est
restée secrète. Ici le Pentagone a créé l'Institut militaire de recherche
médicale sur les maladies infectieuses, où un petit groupe de biologistes
continuerait à travailler sur les maladies qui affligent l'humanité ... "

Selon le Dr William C. Douglass dans son bulletin The Cutting Edge, «Le
National Cancer Institute, en collaboration avec l'Organisation mondiale
de la santé, a fabriqué le virus du sida dans ses laboratoires de Fort
Detrick». Fort Detrick, Maryland, était le principal laboratoire responsable
de tous les tests de guerre biologique pour le gouvernement américain. Dr.

Dépeuplement d'une planète Page 80 sur 133

Douglass poursuit en déclarant: "Ils ont combiné les rétrovirus


mortels, le virus de la leucémie bovine et le virus du mouton visna, et
les ont injectés dans des cultures de tissus humains."

Le Dr Robert Strecker a étudié le virus du sida de manière approfondie.


Dans sa vidéo The Strecker Memorandum, il révèle qu'au début des
années 70 «Le Danish Cancer Registry (un panel international d'experts)
notait qu'il était possible de visualiser la mutation d'un virus en une
variété de contageosité élevée pour l'homme entraînant une pandémie de
néo -une maladie plastique avant que nous puissions développer un
vaccin. " Le Dr Strecker est d'accord avec le concept selon lequel le SIDA a
été créé en laboratoire à partir du virus bovin et visna par le biais de
l'ADN recombinant.

Non seulement l’Organisation mondiale de la santé (OMS), via Fort


Detrick, était responsable de la création du sida, mais il existe des preuves
accablantes qu’elle était également responsable de l’introduction
délibérée et initiale du sida dans la population mondiale. En 1987, le
rédacteur scientifique Pearce Wright a écrit un article "Le vaccin contre la
variole a déclenché le virus du SIDA". L'Organisation mondiale de la santé
a lancé un programme de vaccination contre la variole d' une
durée de 13 ans dans les pays du tiers monde, qui s'est terminé en 1981.
Le vaccin antivariolique était contaminé par le virus du SIDA. Bien que
l'OMS ait admis par sa propre enquête que le vaccin était contaminé, elle a
supprimé ses découvertes. L'article de Wright, qui liait le programme de
vaccination et l'augmentation du nombre de victimes du sida dans le tiers
monde, en particulier en Afrique, n'a pas été publié aux États-Unis.

Un autre lien est souligné par le lieutenant-colonel TE Bearden dans son


livre Aids Biological Warfare. Il déclare: «La théorie du vaccin
antivariolique expliquerait la position des États d’Afrique centrale en tant
que pays les plus touchés, pourquoi le Brésil est devenu le pays
d’Amérique latine le plus touché et comment Haïti est devenue la voie de
la propagation du sida aux États-Unis; Le Brésil, seul pays d'Amérique du
Sud couvert par la campagne d'éradication, a le taux d'incidence le plus
élevé du sida dans cette région. "

La pollution du vaccin, y compris le vaccin Salk contre la polio, est


largement couverte dans une vidéo du Dr Eva Snead intitulée AIDS: The
Other Side Of The Story. Elle révèle comment le vaccin antipoliomyélitique
avant 1962 était connu pour être contaminé par le SV-40 (virus simien 40).
Ce virus a contaminé le vaccin parce que le vaccin antipoliomyélitique
était cultivé sur les cellules rénales de singes et que le virus simien ou du
singe a contaminé le vaccin administré au public. Le Dr Snead souligne
également que la recherche a montré que le SV-40 est parfaitement adapté
à la manipulation génétique, à l'épissage et à la création d'hybrides ou de
mutants. Comme on sait que le virus du sida, ou HTLV-III, a créé de
nombreuses souches mutantes depuis sa découverte initiale, il existe un
lien possible entre le virus SV-40 et la contamination des vaccins
antipoliomyélitiques largement - et obligatoires - administrés. Là encore,
l'information sur la contamination du vaccin antipoliomyélitique par un
dangereux virus simien n'a pas été divulguée au public, bien que le
gouvernement soit bien conscient de ce fait.

Le gouvernement voudrait nous faire croire que le sida a commencé dans


la population homosexuelle et s'est propagé de la même manière. Pour
aider à créer cette réalité, les Centers for Disease Control (CDC) ont mis en
place un programme de vaccination en 1978 qui ciblait la population
homosexuelle. Le Dr W. Szmuness, directeur de la banque de sang de New
York, a élaboré des règles pour une étude sur le vaccin contre l'hépatite. Il
devait être administré à des homosexuels non monogames

Dépeuplement d'une planète Page 81 sur 133

hommes âgés de 20 à 40 ans. Plus de 1 000 personnes ont été vaccinées. Le


Dr Alan Cantwell rapporte dans son livre AIDS And The Doctors Of Health
que "les homosexuels nouvellement libérés étaient impatients de coopérer
avec le gouvernement en matière de santé des homosexuels ... Dans une
décennie, la plupart des hommes de l'expérience seraient condamnés à
mourir. . " Le CDC a admis en 1984 qu'au moins 60 pour cent de ceux qui
avaient reçu le vaccin contre l'hépatite étaient infectés par le sida. Ils ont
depuis refusé de donner plus d'informations
sur le sujet. [Fin de la citation.]

ALDOUS HUXLEY

Dans une conférence prononcée en 1959 à Santa Barbara, en Californie,


Aldous Huxley a déclaré en partie: "En général, on peut dire que ce n'est
que lorsque les êtres humains sont menacés par quelqu'un d'autre qu'ils
sont prêts à s'unir et à accepter des privations à court terme. pour les
marchandises à longue portée ; ils sont prêts à s'unir sous la menace de la
guerre et de la catastrophe. Sans aucun doute, la meilleure chose pour un
gouvernement mondial sous la loi serait l'invasion de Mars.
Malheureusement, il est peu probable que cela se produise. Mais est-il
possible de nous persuader que , après tous les êtres humains sont leurs
propres Martiens qu'avec la surpopulation et surorganisation et
sur-technicisation, nous commettons des agressions immenses contre
nous? pour notre propre intérêt plus élevé Pouvons - nous unir contre
nous? Il pourrait être possible, que ce que nous considérons comme un
temps de paix flamboyant n'est pas, en fait, un temps de paix flamboyant,
mais qu'il y a une menace réelle qui nous surplombe tout le temps contre
la spéculation à distance, mais il est possible qu'un tel argument mi ght
enfin persuader les gens de faire le pas de se réunir et de former un
gouvernement dans lequel tous devraient vivre ensemble sous la loi. "

LE RAPPORT GLOBAL 2000 AU PRÉSIDENT À L'ENTRÉE DU 21e


SIÈCLE
[Citant, à travers plusieurs sous-sections:]
COMMISSION SUR LA CROISSANCE DE LA POPULATION ET LE FUTUR
AMÉRICAIN (1970 )

En juillet 1969, le président Nixon envoya au Congrès un premier message


démographique historique, recommandant la création par voie législative
d'une commission du ruban bleu pour examiner la croissance de la
population du pays et son impact sur l'avenir américain. John D.
Rockefeller III, qui avait créé le Population Council, avait exhorté depuis
les premiers jours de l’administration Eisenhower à la création d’une telle
commission. Lyndon Johnson avait refusé de voir Rockefeller en 1964,
mais en 1968, il était prêt à céder aux pressions et a créé le Comité
présidentiel sur la population et la planification familiale: la transition de
la préoccupation à l'action, a suggéré la création d'une commission
présidentielle pour résoudre le problème. une étude plus approfondie. Il a
recommandé que les services de planification familiale soient étendus à
toutes les Américaines n'ayant pas les moyens de les payer. Il a également
recommandé une augmentation des budgets de HEW et du Bureau des
opportunités économiques aux fins de la recherche démographique. Le
rapport a été publié sans

Dépeuplement d'une planète Page 82 sur 133

publicité en janvier 1969, juste avant le départ de Johnson. Il n’a pas


rencontré le Comité pour recevoir le rapport, ni faire de déclaration à
ce sujet.

Au début de 1969, la pression de Rockefeller pour une commission


présidentielle a été encouragée par le conseiller présidentiel Moynihan,
qui a convaincu Nixon que le moment était venu de faire face aux
problèmes de population. Le Président a demandé dans son message au
Congrès qu’une Commission soit chargée d’élaborer des projections
démographiques et d’estimer l’impact d’une augmentation prévue de 100
millions de la population des États-Unis d’ici à l’an 2000. Pour l’intervalle,
le Président a appelé à davantage de recherche << sur les méthodes de
contrôle des naissances "et pour la mise en place, en tant qu'objectif
national, de" la fourniture de services de planification familiale adéquats
dans les cinq prochaines années pour tous ceux qui en veulent mais ne
peuvent se les payer ". Dans son message au Congrès, Nixon a déclaré:

L’accroissement de la population sera l’un des défis les plus graves pour la
destinée humaine du dernier tiers de ce siècle. Que la réponse de l'homme
à ce défi soit une cause de fierté ou de désespoir en l'an 2000 dépendra
beaucoup de ce que nous faisons aujourd'hui. Si nous commençons
maintenant notre travail d'une manière appropriée, et si nous continuons
à consacrer une quantité considérable d'attention et d'énergie à ce
problème, alors l'humanité sera en mesure de surmonter ce défi comme
elle en a surmonté tant au cours de la longue marche de la civilisation.

Lorsque le Congrès a adopté un projet de loi en mars 1970 créant la


Commission sur la croissance démographique et l'avenir américain, le
président Nixon a nommé John D. Rockefeller III à la présidence du
groupe de 24 membres .

La Commission a conclu qu'aucun avantage substantiel ne


résulterait d'une croissance continue de la population du pays.
<< Le problème de la population et l'éthique de la croissance avec
laquelle il est intimement lié reflètent des conditions externes plus
profondes et des valeurs politiques, économiques et philosophiques
plus fondamentales. Par conséquent, pour améliorer la qualité de notre
existence tout en ralentissant la croissance, il ne faudra rien de moins
qu'une refonte fondamentale des valeurs américaines. "

Les plus de 60 recommandations de la Population Commission incluaient:

Création d'un bureau de la croissance et de la répartition


démographiques au sein du bureau exécutif du président;

Création, au sein des instituts nationaux de la santé, d'un institut


national des sciences de la population pour fournir un cadre
institutionnel adéquat pour la mise en œuvre d'un programme de
recherche démographique en pleine expansion;

Législation du Congrès portant création d'un Conseil des


conseillers sociaux, dont l'une des principales fonctions est le
suivi des variables démographiques;

L'ajout d'un recensement de la population au milieu de la décennie ; et

Dépeuplement d'une planète Page 83 sur 133

Planification nationale pour une population stabilisée.

Ces recommandations ont été éclipsées, du moins dans la publicité qui leur
a été faite, par les recommandations que les États adoptent une législation
permettant aux mineurs «de recevoir des informations et des services
contraceptifs et prophylactiques dans des contextes appropriés, sensibles à
leurs besoins et préoccupations» et «que les lois des États limitant
l'avortement soient libéralisé conformément à la loi de New York, un tel
avortement devant être pratiqué sur demande par les médecins agréés de
service dans des conditions de sécurité médicale, << La Commission a
également recommandé que l'avortement soit couvert par les prestations
d'assurance maladie, et que les autorités fédérales, étatiques et les
gouvernements locaux mettent des fonds à disposition pour soutenir
l'avortement dans les États aux statuts libéralisés.

Le président Nixon était mécontent du rapport de la Commission, publié


en mars 1972 au début de sa campagne de réélection, en grande partie à
cause des recommandations sur l'avortement libéralisé et la fourniture de
contraceptifs aux adolescents (qui en 1972 était un problème plus
important que l'avortement). Le président n'a rencontré que quelques
minutes M. Rockefeller. Il a reçu superficiellement le rapport de la
Commission, mais a publié une déclaration le rejetant. Aucune parole de
soutien ne fut donnée au concept de population stabilisée qu'il avait
soutenu en 1969.

Bien que tous les membres de la Commission aient manifesté leur soutien
au rapport en le signant, plusieurs membres ont rédigé des déclarations
minoritaires sur certaines recommandations, notamment celle sur
l'avortement. La Commission a débattu de l'opportunité de préciser les
deux questions controversées, car ces recommandations n'avaient pas une
importance démographique majeure. Mais le Président Rockefeller a
estimé qu'il était juste que la majorité de la Commission puisse se
prononcer sur toutes les questions pertinentes.

Le moment du rapport était malheureux dans la mesure où pendant les


trois années écoulées depuis le message démographique de Nixon, le
public était parvenu à s'entendre sur la stabilisation de la croissance
démographique et l'objectif de la famille de deux enfants était déjà
atteint dans les statistiques.

Aucune recommandation n'a été faite par la Commission dans les


domaines des ressources et de l'environnement.

Le directeur adjoint du personnel de la Commission de la population,


Robert Parke, a estimé que le rapport et les volumes de recherche
constituaient une base solide pour les efforts futurs visant à résoudre les
problèmes de croissance démographique. Et il pense que la Commission et
son personnel ont appris au moins une leçon précieuse: une commission
qui étudie un sujet controversé ne doit pas publier son rapport pendant
une campagne présidentielle.

COMMISSION NATIONALE SUR LA POLITIQUE DES MATÉRIAUX (1970)

Le Congrès a légiféré une nouvelle Commission nationale sur la politique


des matériaux à l'automne 1970 dans le cadre de la Loi sur la
récupération des ressources.

Dépeuplement d'une planète Page 84 sur 133

La Commission de la politique des matériaux n'a pas tenté de dresser un


inventaire des ressources matérielles et de mettre à jour la Commission
Paley, mais a plutôt concentré son attention sur le domaine politique et a
mis l'accent sur les aspects environnementaux des problèmes de
ressources, un domaine que la Commission Paley avait ignoré. La
nouvelle Commission a contracté une étude de la demande estimée pour
10 produits d'ici l'an 2000.

Les principales recommandations de la Commission, lorsqu'elle a fait


rapport au Président et au Congrès en juin 1973, étaient pour la plupart
des directives de politique générale:

<< Trouver un équilibre entre la nécessité de produire des biens et la


nécessité de protéger l'environnement en modifiant le système des
matériaux de manière à ce que toutes les ressources, y compris
environnementales, soient payées par les utilisateurs. Rechercher un
équilibre entre l'offre de matériaux et la demande de leurs utilisation en
augmentant la production de matériaux primaires et en conservant les
matériaux grâce à un recyclage accéléré des déchets et à une plus grande
efficacité d'utilisation des matériaux. Gérer plus efficacement la politique
des matériaux en reconnaissant les interrelations complexes des
matériaux - énergie - - système environnemental afin que les lois, les
décrets et les pratiques administratives renforcent la politique et ne la
neutralisent pas. "
INSTITUT INTERNATIONAL D'ANALYSE DES SYSTÈMES APPLIQUÉS (1972)

L'Institut international d'analyse des systèmes appliqués (IIASA) est un


institut unique doté d'une approche holistique des problèmes communs
qui ne peuvent être résolus par un seul pays. L'Institut est situé près de
Vienne, en Autriche, et soutient environ 100 chercheurs scientifiques. Il est
considéré comme non gouvernemental parce que ses membres sont des
institutions scientifiques des nations participantes et non les entités
politiques des gouvernements eux-mêmes. Il a été fondé en octobre 1972 à
l'initiative des académies des sciences ou des institutions équivalentes de
12 pays industrialisés, tant à l'Est qu'à l'Ouest (des institutions de cinq
autres pays ont depuis rejoint l'Institut). L'Académie des sciences de l'URSS
et l'Académie nationale des sciences des États-Unis (financée par la
National Science Foundation) apportent la plus grande partie du soutien
financier, et les sources privées telles que les fondations philanthropiques
ou d'entreprise contribuent pour environ 1 million de dollars par an.

Les programmes de l'IIASA sont classés comme «mondiaux» (programmes


qui affectent et ne peuvent être résolus que par les actions de plus d'une
nation) et «universels» (ceux qui affectent et peuvent être résolus par les
actions des nations individuelles mais que toutes les nations partagent) .
Comme le nom de l'institution l'indique, ses recherches et études
scientifiques se concentrent sur l'application de méthodes modernes
d'analyse aux problèmes de société contemporains, en utilisant les outils
de gestion moderne, tels que la théorie des systèmes, la recherche
opérationnelle et la cybernétique. L'accent est mis sur la tentative de
combler le fossé entre les scientifiques et les décideurs. Les résultats des
études sont largement diffusés par le biais de publications distribuées par
les institutions scientifiques membres, et un effort est fait pour informer le
non expert des résultats des études sur les problèmes internationaux.

Deux grands projets mondiaux actuels concernent les systèmes énergétiques et


l’alimentation et l’agriculture.

Dépeuplement d'une planète Page 85 sur 133

Le projet énergétique se concentre sur la recherche de stratégies pour la


transition au cours des 15 à 50 prochaines années d'une économie
énergétique basée sur le pétrole, le gaz et le charbon conventionnel à une
économie basée sur les ressources pratiquement inépuisables - solaire,
nucléaire et géothermique - ainsi. dans une certaine mesure sur les
nouvelles sources de charbon. Les activités de recherche comprennent
l'étude des implications systémiques de l'exploitation de ressources
énergétiques rares; des études sur la demande d'énergie, comme celle qui
projette la demande mondiale d'énergie en ce qui concerne le
développement des régions, la croissance démographique mondiale et les
changements du mode de vie; et une étude des stratégies reliant le
problème du risque nucléaire à la prise de décision. Le rapport final du
projet énergétique est attendu en 1979.

Bien que l'IIASA soit composé de représentants scientifiques de pays


industrialisés, le programme pour l'alimentation et l'agriculture concerne
également un certain nombre de pays moins développés (PMA) qui ont des
économies agricoles. Les objectifs du programme sont d'évaluer la nature
et les dimensions de la situation alimentaire mondiale, d'étudier des
mesures politiques alternatives aux niveaux national, régional et mondial
susceptibles d'atténuer les problèmes alimentaires existants et émergents,
et de déterminer comment répondre aux besoins nutritionnels des
population mondiale croissante.

Les projets typiques comprennent l'élaboration d'un modèle


d'interdépendance dynamique entre les modèles de migration et
d'établissement humain et la technologie agricole, l'identification et la
mesure des conséquences environnementales de l'utilisation de l'eau dans
l'agriculture en tant que contraintes sur les structures agricoles de certains
PMA pilotes - en décrivant leurs objectifs de politique agricole et en
élaborant des modèles de planification. approprié pour estimer les
conséquences de politiques nationales alternatives.

COMMISSION NATIONALE SUR LES FOURNITURES ET LES PÉNURIES:


COMITÉ CONSULTATIF SUR LES PROCESSUS DE POLITIQUE DE
CROISSANCE NATIONALE (1975)

Une autre initiative de l'ère Nixon-Ford dans le domaine des matériaux


avec un objectif institutionnel majeur était la Commission nationale
des approvisionnements et des pénuries et son comité consultatif
distinct sur les processus nationaux de politique de croissance. Ces
activités, comme la Commission nationale de 1971-1973 sur la politique
des matériaux, ont été conçues par le Congrès.

La Commission n'a tenté aucune nouvelle collecte de données ni fait de


projections de l' offre et de la demande dans le futur. Au lieu de cela, il a
analysé les informations disponibles, concluant que «nous ne voyons
guère de raisons de craindre que le monde soit à court de ressources
naturelles au cours du [prochain] quart de siècle».

Le rapport de la Commission, Le gouvernement et les ressources de la


nation, a été publié la première semaine de 1977.

Dans son rapport au Président et au Congrès, le Comité consultatif a


demandé instamment que la nation devienne non pas une société
planifiée, mais une société de planification. Une planification adéquate et
ouverte pour l'avenir se traduirait par une moindre ingérence du
gouvernement et le gouvernement nécessaire

Dépeuplement d'une planète Page 86 sur 133

l'intervention serait plus réfléchie, plus opportune et moins sévère. La


principale recommandation du rapport était l'institutionnalisation du
processus de planification dans une agence exécutive indépendante qui
devait être créée par le Congrès et appelée Commission nationale de
croissance et de développement. La nouvelle Commission aurait pour
mandat "d'examiner les questions émergentes de croissance et de
développement à moyen et long terme , et de suggérer des alternatives
réalisables pour le Congrès, le Président et le public".

[Citant toujours le rapport Global 2000 au président des États-Unis -


Entering the 21st Century, publié en 1980:]

QUELQUES OBSERVATIONS
Au cours des 70 dernières années, les dirigeants de la nation ont perçu
périodiquement le besoin d'une analyse à long terme des problèmes liés
aux ressources naturelles, à la population ou à l'environnement. Dans la
plupart des cas, ces questions ont été abordées de manière ponctuelle en
nommant des commissions présidentielles et d’autres groupes
temporaires chargés d’étudier la situation, de rédiger leurs rapports,
puis de se dissoudre. En conséquence, les décideurs continuent de
s'occuper principalement des problèmes immédiats, tandis que l'examen
de la manière de se préparer aux conditions qui pourraient exister 10, 20
ou 30 ans dans le futur est reporté faute d'informations adéquates ou
systématiques sur les options disponibles et sur les impacts sociaux,
économiques et environnementaux des choix alternatifs.

Les commissions ou groupes d'étude tournés vers l'avenir ont


généralement étudié les problèmes des ressources naturelles séparément
des problèmes liés à la population et à l'environnement. L’interdépendance
de ces trois problèmes n’a pas été suffisamment reconnue. Chaque année
qui suit, à mesure que les problèmes deviennent plus complexes et les
interrelations plus impliquées, la nécessité d'une approche holistique de la
prise de décision devient plus urgente.

La plupart des analyses des problèmes futurs de population, de


ressources naturelles et d'environnement n'ont été faites qu'au niveau
national. Le président Truman a reconnu la nécessité d'évaluer les
implications mondiales des ressources naturelles lorsqu'il a créé sa
Commission de la politique des matériaux en 1951 pour faire de son
étude de la politique des matériaux une portée internationale, du moins
dans la mesure où l'on considère les besoins et les ressources des pays
amis. Mais alors que les effets néfastes de la croissance démographique,
de la consommation des ressources et de la pollution se propagent à
travers les frontières et les océans, l'approche internationale de la
planification à long terme des solutions à ces problèmes continue d'être
négligée.

Lorsque des commissions ou d'autres organes ont été constitués pour


examiner les problèmes à long terme de population, de ressources
naturelles et d'environnement, leur efficacité a été entravée par le
manque de dispositions pour donner suite à leurs recommandations.
Dans plusieurs cas, les chefs de commission étaient tellement convaincus
de la nécessité de disposer d'institutions permanentes qu'ils ont créé eux-
mêmes des organisations privées pour donner suite aux
recommandations de leur groupe, ce qui a conduit à des efforts d'analyse
continue.

Une recommandation a été faite par pratiquement toutes les commissions présidentielles
sur

Dépeuplement d'une planète Page 87 sur 133

la population, les ressources naturelles ou l'environnement: la création


d'un organe permanent quelque part en hauteur dans le pouvoir exécutif
pour effectuer des recherches et des analyses futures continues. Bien que
les idées pour l'emplacement d'un tel groupe permanent aient varié, les
propositions ont généralement indiqué qu'une institution créée
statutairement avec accès au président pourrait explorer les objectifs
potentiels, surveiller les tendances et envisager d'autres possibilités pour
atteindre des objectifs surélevés.
Une institution permanente aurait beaucoup plus de liberté dans le choix
du moment pour présenter de nouvelles idées, et éviterait ainsi les
problèmes de timing et de politique qui ont souvent entravé les activités
des commissions présidentielles temporaires. L'intérêt d'un président ou
d'un congrès ou du public s'est avéré beaucoup plus grand au moment où
une étude est lancée que lorsqu'elle est terminée

La Commission de la politique des matériaux a été nommée par le


président Truman en janvier 1951, lorsque l'implication militaire en Corée
avait réintroduit les craintes de pénuries qui étaient encore fraîches dans
l'esprit des administrateurs et du public après la Seconde Guerre
mondiale. Mais lorsque le rapport de la Commission fut transmis au
Président en juin 1952, la question de la rareté avait perdu sa priorité et
son inquiétude publique. Lorsque le président Nixon a envoyé un message
au Congrès en 1969 pour demander la création d'une commission pour
étudier la croissance démographique, le sujet était politiquement attrayant
dans la mesure où les gens étaient préoccupés par l'augmentation des taux
de natalité. Mais au moment où le rapport de la Population Commission a
été soumis, les statistiques montraient que le taux de natalité dans le pays
était déjà tombé à un taux de stabilité - deux enfants par famille - et que le
sujet avait moins d'importance politique. Un autre facteur de timing
défavorable était que le rapport avait été envoyé au président au début de
sa campagne de réélection en 1972 ; certaines des recommandations de la
Commission ont soulevé la controverse, ce qui a amené le Président à
rejeter les travaux de la Commission. D'autre part, la publication du
rapport de la Commission d'examen des ressources récréatives de plein air
est survenue à un moment où la popularité des loisirs de plein air était en
plein essor et le Congrès a accueilli favorablement l'aide pour trouver des
solutions aux problèmes liés à l'utilisation récréative croissante des terres
publiques, parcs nationaux et forêts nationales. Un autre problème de
timing était les longs délais fréquents entre la demande d'une commission
et sa création, ou entre le moment où la loi a été adoptée et le Président a
nommé les membres du public. Parfois, la période autorisée pour une
étude était trop courte, comme pour la préparation de Toward a Social
Report. · Cette étude s'est également heurtée à un problème de timing
fréquent: ayant été lancée par un président, l'étude est ensuite soumise soit
à la fin de son mandat, soit à son successeur.

Pour toutes ces raisons, de nombreux observateurs ont demandé


instamment la création par la loi d'un groupe permanent au sein du
Cabinet du Président pour institutionnaliser la coordination des
considérations globales et holistiques à long terme de la population, des
ressources, de l'environnement et des questions qui y sont liées.

PRINCIPALES CONSTATATIONS ET CONCLUSIONS DU RAPPORT GLOBAL 2000

Si les tendances actuelles se poursuivent, le monde en 2000 sera plus


peuplé, plus pollué, moins stable économiquement et plus vulnérable
aux perturbations que le monde dans lequel nous vivons actuellement.

Dépeuplement d'une planète Page 88 sur 133

De graves tensions impliquant la population, les ressources et


l'environnement sont clairement visibles à venir. Malgré une production
matérielle plus importante, les populations du monde seront plus
pauvres à bien des égards qu'elles ne le sont aujourd'hui.

Pour des centaines de millions de personnes désespérément pauvres,


les perspectives de nourriture et d'autres nécessités de la vie ne seront
pas meilleures. Pour beaucoup, ce sera pire. À moins des progrès
technologiques révolutionnaires, la vie de la plupart des gens sur Terre
sera plus précaire en 2000 qu'elle ne l'est maintenant - à moins que les
nations du monde n'agissent de manière décisive pour modifier les
tendances actuelles.

Tel est en substance le tableau qui se dégage des projections du


gouvernement américain sur les changements probables de la population
mondiale, des ressources et de l'environnement d'ici la fin du siècle, tel
que présenté dans l'étude Global 2000. Ils ne prédisent pas ce qui va se
passer. Ils décrivent plutôt des conditions susceptibles de se développer s'il
n'y a pas de changements dans les politiques publiques, les institutions ou
les taux de progrès technologique, et s'il n'y a pas de guerres ou d'autres
perturbations majeures. Une prise de conscience plus aiguë de la nature
des tendances actuelles peut toutefois induire des changements qui
modifieront ces tendances et le résultat prévu.

La croissance rapide de la population mondiale n'aura guère changé d'ici


2000. La population mondiale passera de 4 milliards en 1975 à 6,35
milliards en 2000, soit une augmentation de plus de 50 pour cent. Quatre-
vingt dix pour cent de cette croissance se produira dans les pays les plus
pauvres.

La production alimentaire mondiale devrait augmenter de 90 pour cent au


cours des 30 années 1970 à 2000. Dans le même temps, les prix réels des
denrées alimentaires devraient doubler.

Les terres arables n'augmenteront que de 4 pour cent d'ici 2000, de sorte
que la plus grande partie de l'augmentation de la production alimentaire
devra provenir de rendements plus élevés. La plupart des éléments qui
contribuent désormais à des rendements plus élevés - engrais, pesticides,
énergie pour l'irrigation et carburant pour les machines - dépendent
fortement du pétrole et du gaz.

Au cours des années 90, la production mondiale de pétrole se rapprochera


des estimations géologiques de la capacité de production maximale, même
avec une augmentation rapide des prix du pétrole. L'étude prévoit que les
pays industrialisés les plus riches seront en mesure de disposer de
suffisamment de pétrole et d'autres sources d'énergie commerciale pour
répondre à la demande croissante jusqu'en 1990. Avec les augmentations
de prix prévues, de nombreux pays moins développés auront de plus en
plus de difficultés à satisfaire leurs besoins énergétiques. Pour le quart de
l'humanité qui dépend principalement du bois comme combustible, les
perspectives sont sombres. Les besoins en bois de feu dépasseront les
approvisionnements disponibles d'environ 25 pour cent avant le début du
siècle.

Alors que les ressources mondiales limitées en combustibles - charbon,


pétrole, schiste gazier, sables bitumineux et uranium - sont
théoriquement suffisantes pour des siècles, elles ne sont pas
uniformément réparties; ils posent des problèmes économiques et
environnementaux difficiles; et ils varient considérablement dans leur
aptitude à l'exploitation et à l'utilisation.

Les ressources minérales non combustibles semblent généralement


suffisantes pour répondre à la demande projetée jusqu'en 2000, mais
des découvertes et des investissements supplémentaires seront
nécessaires pour maintenir les réserves. De plus, les coûts de production
augmenteront avec les prix de l'énergie et peuvent

Dépeuplement d'une planète Page 89 sur 133

certaines ressources minérales non énergétiques ne sont pas rentables. Le


quart de la population mondiale qui habite les pays industrialisés
continuera d'absorber les trois quarts de la production minérale mondiale.

Les pénuries d'eau régionales deviendront plus graves. Au cours de la


période 1970-2000 , la croissance démographique à elle seule fera doubler
les besoins en eau dans près de la moitié du monde. Des augmentations
encore plus importantes seraient nécessaires pour améliorer le niveau de
vie. Dans de nombreux PMA, l'approvisionnement en eau deviendra de
plus en plus irrégulier d'ici l'an 2000 en raison d'une déforestation
extensive. Le développement de nouveaux approvisionnements en eau
deviendra plus coûteux pratiquement partout.

Des pertes importantes de forêts mondiales se poursuivront au cours


des 20 prochaines années à mesure que la demande de produits
forestiers et de bois de feu augmentera.

Une grave détérioration des sols agricoles se produira dans le monde


entier en raison de l'érosion, de la perte de matière organique, de la
désertification, de la salinisation, de l'alcalinisation et de
l'engorgement. Déjà, une superficie de terres cultivées et de prairies de la
taille approximative du Maine devient chaque année une friche stérile et
la propagation de conditions de type désertique va probablement
s’accélérer.

Les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone et


de produits chimiques qui appauvrissent la couche d'ozone devraient
augmenter à des taux qui pourraient modifier considérablement le
climat mondial et la haute atmosphère d'ici 2050. Les pluies acides
résultant de la combustion accrue de combustibles fossiles (en
particulier le charbon) menacent d'endommager les lacs, les sols et les
cultures. . Les matières radioactives et autres matières dangereuses
posent des problèmes de santé et de sécurité dans un nombre croissant
de pays.

Les extinctions d'espèces végétales et animales augmenteront considérablement.

L'avenir décrit par les projections du gouvernement américain,


brièvement décrites ci-dessus, peut en fait sous-estimer les problèmes
imminents.

Aux taux de croissance actuels et prévus, la population mondiale


atteindrait 10 milliards d'habitants d'ici 2030 et approcherait les 30
milliards d'ici la fin du XXIe siècle. Ces niveaux correspondent
étroitement aux estimations de l'Académie nationale américaine des
sciences de la capacité de charge maximale de la planète entière.

En effet, les problèmes de préservation de la capacité de charge de la Terre


et de maintien de la possibilité d’une vie décente pour les êtres humains
qui l’habitent sont énormes et proches de nous. Pourtant, il y a des raisons
d'espérer. Il faut souligner que les projections de l'étude Global 2000 sont
basées sur l'hypothèse que les politiques nationales concernant la
stabilisation de la population, la conservation des ressources et la
protection de l'environnement resteront essentiellement inchangées
jusqu'à la fin du siècle.

Les États-Unis, qui possèdent la plus grande économie du monde, peuvent


s'attendre à ce que leurs politiques aient une influence significative sur les
tendances mondiales. Une priorité tout aussi importante pour les États-
Unis est de coopérer généreusement et justement avec d’autres nations -
en particulier dans les domaines du commerce, de l’investissement et de
l’assistance - pour trouver des solutions aux nombreux problèmes qui
dépassent nos frontières nationales.

Dépeuplement d'une planète Page 90 sur 133

Avec ses limites et ses approximations grossières, l’étude Global 2000 peut
être considérée comme une simple reconnaissance de l’avenir;
néanmoins, ses conclusions sont renforcées par les résultats similaires
d'autres études mondiales récentes qui ont été examinées dans le cadre de
l'étude Global 2000. Toutes ces études s'accordent en général sur la nature
des problèmes et sur les menaces qu'ils représentent pour le bien-être
futur de l'humanité. Les preuves disponibles ne laissent aucun doute sur
le fait que le monde - y compris cette nation - est confronté à des
problèmes énormes, urgents et complexes dans les décennies à venir. Des
changements rapides et vigoureux des politiques publiques dans le monde
sont nécessaires pour éviter ou minimiser ces problèmes avant qu'ils ne
deviennent ingérables. De longs délais sont nécessaires pour une action
efficace. Si les décisions sont retardées jusqu'à ce que les problèmes
s'aggravent, les options d'action efficace seront considérablement réduites.
[Fin de la citation.]

2 JANVIER 1996

Dépeuplement d'une planète

Les problèmes environnementaux deviennent essentiels pour imposer le programme du


NWO
Dépeuplement d'une planète Page 91 sur 133

Partie V: L'ONU sonne l'alarme


12126195 RICK MARTIN

Dans leur livre The Healing Planet - Strategies For Resolving The
Environmental Crisis, Paul et Anne Ehrlich écrivent:

<< Au cours de ce siècle, l'humanité est devenue une véritable force


écologique planétaire, ses effets allant bien au-delà de la transformation
du paysage pour inclure la modification de la composition de l'atmosphère
à l'échelle mondiale, l'interférence avec les cycles des nutriments
planétaires, la modification du climat et l'extermination d'autres formes de
vie. En Dans une perspective historique, le passage - d'une échelle d'impact
modeste à écrasante, et d'un impact positif à un impact négatif sur la
capacité de charge - a été presque instantané et monumental: les activités
humaines semblent désormais réduire la capacité de charge à long terme
et encourir des risques à une échelle inimaginable il y a moins d'une vie. "

Et, aussi, plus tard dans le livre:.. « La croissance contrôle de la


population est essentielle Nous ne pouvons pas trop insister sur que
des ressources importantes doivent être dirigées vers des programmes
que la croissance de la population limite à la fois aux États-Unis et à l'
étranger En raison de la intégré des décalages horaires, à moins que la
flambée des effectifs humains ne soit arrêtée rapidement et qu’un
rétrécissement progressif de la population n’ait commencé, il n’ya
aucun espoir de résoudre les problèmes discutés dans ce volume. "

Du côté de l'impact environnemental de la discussion, les Ehrlich écrivent, [citant:]

Mesuré par la consommation d'énergie commerciale, chaque Américain,


en moyenne, cause environ 70 fois plus de dommages environnementaux
qu'un Ougandais ou un Laotien, 20 fois celui d'un Indien, 10 fois celui d'un
Chinois et environ deux fois celui des citoyens japonais, le Royaume-Uni,
France, Suède ou Australie. Les Américains utilisent environ 50% plus
d'énergie commerciale que les citoyens soviétiques (qui ont néanmoins
causé encore plus de ravages en l'utilisant avec une efficacité minimale et
pratiquement aucun effort pour éviter les dommages environnementaux).
En termes de consommation d'énergie par habitant , seuls le Canada, le
Luxembourg et quelques producteurs de pétrole font vraiment partie de
notre ligue.

Vu sous cet angle, les États-Unis sont le pays le plus surpeuplé du monde.
C'est le quatrième plus grand pays du monde en termes de population,
comptant désormais plus d'un quart de milliard d' habitants, et
l'Américain moyen consomme plus des richesses de la Terre qu'un citoyen
moyen de l'un des autres «dix grands» pays ... En raison de cette
combinaison d'une population énorme, d'une grande richesse et de
technologies dommageables, les États-Unis ont le plus grand impact de
tous les pays sur l'environnement fragile et les ressources limitées de la
Terre.
[Fin de la citation.]

CHARTE DE LA TERRE
ECO-92 (20 SEPTEMBRE
1991)

En septembre 1991, à titre préliminaire à la Conférence des Nations Unies sur le "Sommet
de la Terre"

Dépeuplement d'une planète Page 92 sur 133

tenue au Brésil en 1992, les associations des Nations Unies des États-Unis,
du Canada et de l'Iowa ont parrainé une audience publique du Midwest à
Des Moines, Iowa. Lors de l'audition de l'Iowa, tenue en coopération avec
le Secrétariat de la Conférence des Nations Unies au Brésil, un document
assez surprenant a été diffusé en privé à certains des fonctionnaires. Il
révèle la réflexion de l'ONU sur la population mondiale. [Citant:]

Le temps presse. Le Club de Rome a été fondé en 1968, Limited To


Growth a été écrit en 1979, mais des progrès insuffisants ont été réalisés
dans la réduction de la population.

Compte tenu des instabilités mondiales, y compris celles de l'ancien bloc


soviétique, la nécessité d'un contrôle ferme de la technologie mondiale,
de l'armement et des ressources naturelles est désormais absolument
obligatoire. La réduction immédiate de la population mondiale, selon les
recommandations du milieu des années 70 du Draper Fund, doit être
effectuée immédiatement.

La vaste surpopulation actuelle, maintenant bien au-delà de la capacité


de charge mondiale , ne peut pas être résolue par des réductions futures
du taux de natalité dues à la contraception, à la stérilisation, à
l'avortement, mais doit être comblée dans le présent par la réduction des
effectifs actuels. Cela doit être fait par tous les moyens nécessaires.

La question est faussement débattue entre une approche politique et


culturelle de la population et des ressources, alors qu'en fait, face à une
obstruction obstinée et à l'opportunisme politique quotidien qui rendent
la plupart des dirigeants des pays pauvres les plus peuplés peu fiables, la
question est coopération obligatoire.

La coopération obligatoire n'est pas discutable avec 166 nations, dont la


plupart des dirigeants sont irrésolus, conditionnés par des cultures
localistes et dépourvus de notions appropriées du Nouvel Ordre
Mondial. Le débat signifie le retard et la déchéance de nos objectifs et de
notre but.

Ce même document indique que la politique suivante doit être mise en œuvre:

Le Conseil de sécurité des Nations Unies, dirigé par les puissances


anglo-saxonnes des grandes nations, décrétera que désormais le Conseil de
sécurité informera toutes les nations que sa souffrance sur la population a
pris fin, que toutes les nations ont des quotas de réduction sur une base
annuelle, ce qui sera appliquée par le Conseil de sécurité par un embargo
sélectif ou total sur les articles de crédit, y compris la nourriture et les
médicaments, ou par la force militaire, si nécessaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU informera toutes les nations que les


notions dépassées de toute souveraineté nationale seront rejetées et que
le Conseil de sécurité a une compétence juridique, militaire et
économique complète dans n'importe quelle région du monde et que cela
sera appliqué par les grandes nations. du Conseil de sécurité.
Le Conseil de sécurité de l'ONU prendra possession de toutes les
ressources naturelles, y compris les bassins versants et les grandes forêts,
à utiliser et à préserver pour le bien des grandes nations du Conseil de
sécurité.

Le Conseil de sécurité de l'ONU expliquera que toutes les races et tous les peuples ne sont
pas égaux, ni

Dépeuplement d'une planète Page 93 sur 133

devraient-ils être. [Cela ressemble remarquablement à la Ferme des


Animaux de George Orwell.] Ces races dont la supériorité est prouvée par
des exploits supérieurs devraient régner sur les races inférieures, en
prenant soin d'elles sous peine de coopérer avec le Conseil de sécurité. La
prise de décision, y compris les opérations bancaires, le commerce, les
taux de change et les plans de développement économique, sera prise
sous la direction des grandes nations.

Tout ce qui précède constitue le Nouvel Ordre Mondial, dans lequel


l'Ordre, toutes les nations, régions et races coopéreront avec les décisions
des Nations Majeures du Conseil de Sécurité.

Le but de ce document est de démontrer qu'une action retardée pourrait


bien être fatale. Tout pourrait être perdu si la simple opposition de races
mineures était tolérée et que les malheureuses hésitations de nos plus
proches camarades nous faisaient hésiter. Une déclaration d'intention
ouverte suivie d'une force décisive est la solution finale. Cela doit être
fait avant qu'un choc ne frappe nos marchés financiers, ternissant notre
crédibilité et peut-être diminuant notre force. [Fin de la citation. [

CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT

Le 22 décembre 1989. La résolution 44/228 intitulée Conférence des


Nations Unies sur l'environnement et le développement a été adoptée
sans vote. Cette résolution a appelé au Sommet de la Terre qui s'est tenu
au Brésil en 1992 et a appelé à la Journée de la Terre le 5 juin 1992.

Examinons le contenu de cette résolution de l'ONU extrêmement


importante, mais peu connue. [Note à nos lecteurs - Je me rends compte
que la plupart des «résolutions» sont une lecture assez sèche. Pas si dans
ce cas - enfin, peut-être un peu. Lisez le long et soyez surpris de l'impact
large et radical que cela a sur tout le monde. En raison de l'importance et
de la portée de la résolution, j'ai décidé d'inclure la majeure partie du
document ici.] [Citant:]

Rappelant sa résolution 43/196 du 20 décembre 1988 sur une


conférence des Nations Unies sur l'environnement et le
développement,

Prenant note de la décision 15/3 du 25 mai 1989 du Conseil


d'administration du Programme des Nations Unies pour
l'environnement 161 / [A / 44/25] sur une conférence des Nations Unies
sur l'environnement et le développement,
Prenant note également de la résolution 1989/87 du Conseil économique et
social du 26 juillet 1989 sur la convocation d'une conférence des Nations
Unies sur l'environnement et le développement,

Prenant note de la résolution 1989/101 de juillet 1989 du Conseil


économique et social intitulée "Renforcement de la coopération
internationale dans le domaine de l'environnement: fourniture de
ressources financières supplémentaires aux pays en développement",

Rappelant également la résolution 42/186 de l'Assemblée générale du 11


décembre 1987 sur la perspective environnementale de l'an 2000 et au-
delà, et la résolution 42/187 du 11

Dépeuplement d'une planète Page 94 sur 133

Déc. 1987 sur le rapport de la Commission mondiale sur


l'environnement et le développement, 162 / [A / 42/427],

Prenant acte du rapport du Secrétaire général sur la question de la


convocation d'une conférence des Nations Unies sur l'environnement et
le développement 163 / [A / 44/256/1989/66],

Ayant à l'esprit les vues exprimées par les gouvernements au cours du


débat en plénière tenu à sa quarante-quatrième session sur la
convocation d'une conférence des Nations Unies sur l'environnement et
le développement,

Rappelant la Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur


l'environnement humain. 164 /,

Profondément préoccupée par la détérioration continue de l'état de


l'environnement et la dégradation grave des mondiaux d'aide à la vie des
systèmes, ainsi que par les tendances qui, si on les laisse continuer,
pourrait perturber l'équilibre écologique mondial, mettent en péril les
qualités de Sustaining de vie de la Terre et conduisent à une catastrophe
écologique, et reconnaissant qu'une action décisive, urgente et mondiale
est vitale pour protéger l'équilibre écologique de la Terre,

Reconnaissant l'importance pour tous les pays de la protection et de


l'amélioration de l'environnement,

Reconnaissant également que le caractère mondial des problèmes


environnementaux, y compris les changements climatiques,
l'appauvrissement de la couche d'ozone, la pollution transfrontière de
l'air et de l'eau, la contamination des océans et des mers et la dégradation
des ressources terrestres, notamment la sécheresse et la désertification,
exigent des actions à tous les niveaux, y compris aux niveaux mondial,
régional et national et impliquant l'engagement et la participation de tous
les pays,

Gravement préoccupé par le fait que la principale cause de la


détérioration continue de l'environnement mondial est le mode de
production et de consommation non durable, en particulier dans les pays
industrialisés,
Soulignant que la pauvreté et la dégradation de l'environnement sont
étroitement liées et que la protection de l'environnement dans les pays
en développement doit, dans ce contexte, être considérée comme faisant
partie intégrante du processus de développement et ne peut être
considérée isolément,

Reconnaissant que les mesures à prendre au niveau international pour la


protection et l'amélioration de l'environnement doivent tenir pleinement
compte des déséquilibres actuels des modèles mondiaux de production et
de consommation,

Affirmant que la responsabilité de contenir, réduire et éliminer les


dommages causés à l'environnement mondial doit être supportée par les
pays qui causent ces dommages, doit être liée aux dommages causés et doit
être conforme à leurs capacités et responsabilités respectives, [sur la base
de la déclaration d'Ehrlich ci-dessus, cela ressemble beaucoup à l'Amérique
en paiera]

Dépeuplement d'une planète Page 95 sur 133

Reconnaissant l'impact sur l'environnement des restes matériels de


guerre et la nécessité d'une coopération internationale accrue pour
leur élimination,

Soulignant l'importance pour tous les pays de prendre des mesures


efficaces pour la protection, la restauration et la mise en valeur de
l'environnement conformément, entre autres. avec leurs capacités
respectives, tout en reconnaissant les efforts déployés dans tous les pays
à cet égard, y compris la coopération internationale entre pays
développés et pays en développement,

Soulignant la nécessité d'une coopération internationale efficace


dans le domaine de la recherche, du développement et de
l'application de technologies écologiquement rationnelles,

Conscient du rôle crucial de la science et de la technologie dans le domaine


de la protection de l'environnement et de la nécessité pour les pays en
développement, en particulier, d'avoir un accès favorable aux
technologies, procédés, équipements et recherches et compétences
connexes écologiquement rationnels grâce à une coopération
internationale visant à promouvoir efforts mondiaux de protection de
l'environnement, y compris l'utilisation de moyens innovants et efficaces,

Reconnaissant que des ressources financières nouvelles et


supplémentaires devront être acheminées vers les pays en
développement afin d’assurer leur pleine participation aux efforts
mondiaux de protection de l’environnement, [citant toujours:]

Décide de convoquer une Conférence nationale des Nations


Unies sur l'environnement et le développement d'une durée
de deux semaines et au plus haut niveau de participation
possible pour coïncider avec la Journée mondiale de
l'environnement, le 5 juin 1992;

Accepte avec une profonde gratitude l'offre généreuse du


Gouvernement brésilien d'accueillir la Conférence;
Affirme que la Conférence devrait élaborer des stratégies et des
mesures pour arrêter et inverser les effets de la dégradation de
l’environnement dans le contexte d’un renforcement des efforts
nationaux et internationaux pour promouvoir un développement
durable et écologiquement rationnel dans tous les pays;

Affirme que la protection et l'amélioration de l'environnement sont


des problèmes majeurs qui affectent le bien-être des peuples et le
développement économique dans le monde;

Affirme également que la promotion de la croissance économique


dans les pays en développement est essentielle pour s'attaquer
aux problèmes de dégradation de l'environnement;

Affirme en outre l'importance d'un environnement économique


international favorable qui se traduirait par une croissance et un
développement économiques soutenus dans tous les pays pour la
protection et la gestion rationnelle de l'environnement;

Dépeuplement d'une planète Page 96 sur 133

Réaffirme que les États ont, conformément à la Charte des Nations


Unies et aux principes applicables du droit international, le droit
souverain d'exploiter leurs propres ressources conformément à
leurs politiques environnementales, et réaffirme également leur
responsabilité de veiller à ce que les activités relevant de leur
juridiction ou de leur contrôle ne causent pas de dommages à
l'environnement d'autres États ou de zones situées au-delà des
limites de la juridiction nationale et la nécessité pour les États de
jouer le rôle qui leur revient de préserver et de protéger
l'environnement mondial et régional conformément à leurs
capacités et responsabilités spécifiques;

Affirme la responsabilité des États pour les dommages causés à


l'environnement et aux ressources naturelles par des activités
relevant de leur juridiction ou de leur contrôle par une interférence
transfrontière, conformément à la législation nationale et au droit
international applicable;

Note que la plus grande partie des émissions actuelles de


polluants dans l'environnement, y compris les déchets toxiques
et dangereux, provient des pays développés et reconnaît par
conséquent que ces pays ont la responsabilité principale de
lutter contre cette pollution;
Souligne que les grandes entreprises industrielles, y compris les
sociétés transnationales, sont souvent les dépositaires de
compétences techniques rares pour la préservation et l'amélioration
de l'environnement, mènent des activités dans des secteurs qui ont
un impact sur l'environnement et, dans cette mesure, ont des
responsabilités spécifiques et que, dans ce contexte, les efforts
doivent être encouragés et mobilisés pour protéger et améliorer
l'environnement dans tous les pays;
Réaffirme que le grave endettement extérieur des pays en
développement et des autres pays confrontés à de graves problèmes
de service de la dette doit être réglé de manière efficace et urgente
afin de permettre à ces pays de contribuer pleinement et
conformément à leurs capacités et responsabilités aux efforts
mondiaux de protection et de améliorer l'environnement;

Affirme qu'à la lumière de ce qui précède, les problèmes


environnementaux suivants, qui ne figurent dans aucun ordre de
priorité particulier, font partie des préoccupations majeures pour le
maintien de la qualité de l'environnement terrestre et en particulier
pour parvenir à un développement écologiquement rationnel et
durable dans tous des pays:

a) Protection de l'atmosphère par la lutte contre les


changements climatiques, l'appauvrissement de la couche
d'ozone et la pollution atmosphérique transfrontière;
b) Protection de la qualité et de l’approvisionnement en eau douce;
c) La protection des océans et de toutes sortes de mers, y
compris les mers fermées et semi-fermées , et des zones
côtières et la protection, l’utilisation rationnelle et la mise en
valeur de leurs ressources biologiques;
d) Protection et gestion des terres, notamment en luttant
contre la déforestation, la désertification et la sécheresse;
(e) Conservation de la diversité biologique;
f) Gestion écologiquement rationnelle de la biotechnologie;

Dépeuplement d'une planète Page 97 sur 133

g) Gestion écologiquement rationnelle des déchets, en


particulier des déchets dangereux, et des produits chimiques
toxiques, ainsi que prévention du trafic international illégal
de produits et déchets toxiques et dangereux;
h) Amélioration du cadre de vie et de travail des pauvres dans
les bidonvilles urbains et les zones rurales, grâce à
l'élimination de la pauvreté, notamment en mettant en œuvre
des programmes intégrés de développement rural et urbain, et
en prenant d'autres mesures appropriées à tous les niveaux
nécessaires pour enrayer la dégradation de l'environnement;

Protection des conditions de santé humaine et amélioration de la qualité de vie;

Souligne la nécessité de renforcer la coopération internationale


pour la gestion de l'environnement afin d'assurer sa protection et sa
mise en valeur et la nécessité d'explorer la question des avantages
tirés des activités, y compris la recherche et le développement, liées
à la protection et au développement de la diversité biologique;

Réaffirme la nécessité de renforcer la coopération internationale


, en particulier entre les pays développés et en développement,
dans le domaine de la recherche et du développement et de
l’utilisation de technologies écologiquement rationnelles;

Décide que la Conférence, en abordant les questions


environnementales dans le contexte du développement,
devrait avoir les objectifs suivants:
Examiner l'état de l'environnement et les changements survenus
depuis la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain
de 1972 et depuis l'adoption d'accords internationaux tels que le
Plan d'action pour combattre la désertification,
165 / [1977-A / Conf. 74/36] la Convention de Vienne pour la
protection de la couche d'ozone, adoptée le 22 mars 1985, et le
Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la
couche d'ozone, adopté le 16 septembre 1987, en tenant compte des
mesures prises par tous les pays et organisations pour protéger et
améliorer l'environnement;

Identifier les stratégies à coordonner aux niveaux régional et


mondial, selon le cas, pour une action concertée visant à traiter les
principaux problèmes environnementaux dans les processus de
développement socio-économique de tous les pays dans un
délai donné;

Recommander des mesures à prendre aux niveaux national et


international pour protéger et améliorer l'environnement, en tenant
compte des besoins spécifiques des pays en développement, par
l'élaboration et la mise en œuvre de politiques de développement
durable et écologiquement rationnel, en mettant particulièrement
l'accent sur l'intégration des préoccupations environnementales
dans le processus de développement économique et social, et de
diverses politiques sectorielles et par, entre autres, une action
préventive aux sources de la dégradation de l’environnement, en
identifiant clairement les sources de cette dégradation et des
mesures correctives appropriées, dans tous les pays;

Dépeuplement d'une planète Page 98 sur 133

Pour promouvoir le développement du droit international de


l'environnement, en tenant compte de la Déclaration de la
Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain, 166 /
[UN pub. vente no. E.73.II.A.14] ainsi que les besoins et
préoccupations particuliers des pays en développement, et
d'examiner, dans ce contexte, la possibilité d'élaborer des droits et
obligations généraux des États, le cas échéant, dans le domaine de
la l'environnement, en tenant également compte des instruments
juridiques internationaux existants pertinents;

Examiner les voies et moyens d'améliorer encore la coopération


dans le domaine de la protection et de la mise en valeur de
l'environnement entre les pays voisins en vue d'éliminer les effets
environnementaux négatifs;

Examiner les stratégies d'action nationale et internationale en vue


de parvenir à des accords et des engagements spécifiques de la part
des gouvernements pour des activités définies visant à traiter les
principaux problèmes environnementaux, afin de rétablir
l'équilibre écologique mondial et d'empêcher une nouvelle
détérioration de l'environnement, en tenant compte le fait que la
plus grande partie des émissions actuelles de polluants dans
l'environnement, y compris les déchets toxiques et dangereux,
provient de pays développés, et reconnaissant par conséquent que
ces pays ont la responsabilité principale de lutter contre cette
pollution;

Accorder une priorité élevée à la lutte contre la sécheresse et la


désertification et envisager tous les moyens nécessaires, y compris
les ressources financières, scientifiques et technologiques, pour
arrêter et inverser le processus de désertification en vue de
préserver l’équilibre écologique de la planète;

Examiner la relation entre la dégradation de l’environnement et la


structure de l’environnement économique international, en vue
d’assurer une approche plus intégrée des problèmes d’
environnement et de développement dans les instances
internationales compétentes sans introduire de nouvelles formes de
conditionnalité;

Examiner les stratégies d'action nationale et internationale en vue


de parvenir à des accords et engagements spécifiques de la part des
gouvernements et des organisations intergouvernementales pour
des activités définies afin de promouvoir un environnement
économique international favorable qui aboutirait à un
développement durable et écologiquement rationnel dans tous les
pays, en vue à lutter contre la pauvreté et à améliorer la qualité de
vie, et en gardant à l'esprit que l'incorporation des préoccupations et
considérations environnementales dans la planification et les
politiques de développement ne doit pas être utilisée pour
introduire de nouvelles formes de conditionnalité dans l'aide ou le
financement du développement et ne doit pas servir de prétexte
pour avoir créé des obstacles injustifiés au commerce;

Identifier les voies et moyens de fournir des ressources financières


nouvelles et supplémentaires, en particulier aux pays en
développement, pour des programmes et projets de
développement écologiquement rationnel conformément aux
objectifs, priorités et plans nationaux de développement et
envisager les moyens d'établir un suivi efficace des

Dépeuplement d'une planète Page 99 sur 133

la mise à disposition de ces ressources financières nouvelles et


supplémentaires, en particulier aux pays en développement, afin de
permettre à la communauté internationale de prendre de nouvelles
mesures appropriées sur la base de données exactes et fiables;

Identifier les moyens de fournir des ressources financières


supplémentaires pour les mesures visant à résoudre les grands
problèmes environnementaux de préoccupation mondiale et en
particulier de soutenir les pays, en particulier les pays en
développement, pour lesquels la mise en œuvre de ces mesures
entraînerait une charge spéciale ou anormale, en particulier en
raison de leur manque de ressources financières, d'expertise ou de
capacité technique;
Examiner divers mécanismes de financement, en éludant les
mécanismes volontaires, et examiner la possibilité d'un fonds
international spécial et d'autres approches novatrices, en vue
d'assurer la réalisation, sur une base favorable, du transfert le plus
efficace et le plus rapide de ressources écologiquement rationnelles
technologies aux pays en développement;

Examiner en vue de recommander des modalités efficaces d'accès et


de transfert favorables aux technologies écologiquement
rationnelles, en particulier vers les pays en développement, y
compris à des conditions concessionnelles et préférentielles, et pour
soutenir tous les pays dans leurs efforts pour créer et développer
leurs capacités technologiques dans la recherche et le
développement scientifiques, ainsi que dans l'acquisition
d'informations pertinentes, et, dans ce contexte, d'explorer le
concept d'accès garanti des pays en développement à des
technologies écologiquement rationnelles dans sa relation avec les
droits de propriété en vue de développer des réponses aux besoins
des pays en développement dans ce domaine;

Promouvoir le développement des ressources humaines, en


particulier dans les pays en développement, pour la protection
et l'amélioration de l'environnement;

Recommander des mesures aux gouvernements et aux organes


compétents du système des Nations Unies, en vue de renforcer la
coopération technique avec les pays en développement pour leur
permettre de développer et de renforcer leurs capacités
d'identification, d'analyse, de suivi, de gestion ou de prévention des
problèmes environnementaux en conformément à leurs plans,
objectifs et priorités de développement national;

Promouvoir un échange d’informations ouvert et en temps


opportun sur les politiques, les situations et les accidents
environnementaux nationaux;

Examiner et examiner le rôle du système des Nations Unies dans la


gestion de l’environnement et les moyens possibles de l’améliorer;

Promouvoir la création ou le renforcement d'institutions


appropriées aux niveaux national, régional et mondial pour
traiter les questions d'environnement dans le

Dépeuplement d'une planète Page 100 sur 133

contexte des processus de développement socio-économique de tous les pays;

Promouvoir l’éducation environnementale, en particulier de la


jeune génération, ainsi que d’autres mesures de sensibilisation à
la valeur de l’environnement;

Promouvoir la coopération internationale au sein du système


des Nations Unies pour surveiller, évaluer et anticiper les
menaces environnementales et fournir une assistance en cas
d'urgence environnementale;
Préciser les responsabilités respectives et l’appui à fournir par les
organes, organisations et programmes du système des Nations Unies
pour la mise en œuvre de la conclusion de la Conférence;

Quantifier les besoins financiers pour une mise en œuvre


réussie des décisions et recommandations de la Conférence et
identifier les sources possibles, y compris innovantes, de
ressources supplémentaires;

Évaluer la capacité du système des Nations Unies à contribuer à la


prévention et au règlement des différends dans le domaine de
l'environnement et recommander des mesures dans ce domaine,
tout en respectant les accords bilatéraux et internationaux existants
qui prévoient le règlement de ces différends. [Fin de la citation.]

La section II, la dernière section de la résolution, décrit ensuite la


logistique spécifique des comités aux participants et les moyens de
coordonner la Conférence et les actions futures.

ORDRE DU JOUR 21 - LE SOMMET DE LA TERRE

Dans le livre Agenda 21: La stratégie du Sommet de la Terre pour sauver


notre planète, édité par Daniel Sitarz, nous trouvons [citant:]

L'Agenda 21 est avant tout un document d'espoir. Adopté lors du Sommet


de la Terre au Brésil [1992] par des nations représentant plus de 98% de la
population de la Terre, c'est le principal plan mondial pour affronter et
surmonter les problèmes économiques et écologiques de la fin du XXe
siècle. Il fournit un plan détaillé que l'humanité pourra utiliser pour se
frayer un chemin dans le siècle prochain en progressant plus doucement
sur la Terre. Au fur et à mesure que ses vastes programmes sont mis en
œuvre dans le monde entier, il aura un impact sur toutes les activités
humaines de notre planète. Des changements profonds et dramatiques
dans la société humaine sont proposés par cet accord historique
monumental. Il est essentiel de comprendre ces changements pour nous
guider tous vers l’avenir sur notre fragile planète.

L'humanité est à un carrefour de conséquences énormes. Jamais


auparavant la civilisation n'avait été confrontée à une panoplie de
problèmes aussi critiques que ceux auxquels nous sommes confrontés
aujourd'hui. Aussi rébarbatif et inquiétant que cela puisse paraître,
l’enjeu n’est rien de moins que la survie mondiale de l’humanité.

Dépeuplement d'une planète Page 101 sur 133

Les effets de l'impact humain sur la Terre se sont accélérés à un rythme


imprévu il y a même une poignée de décennies. Là où autrefois la nature
semblait à jamais la force dominante sur Terre, les preuves s'accumulent
rapidement que l'influence humaine sur la nature a atteint un point où les
forces naturelles pourraient bientôt être submergées. Ce n'est que très
récemment que les citoyens de la Terre ont commencé à apprécier
l'ampleur du danger potentiel de l'impact humain sur notre planète.
L'équilibre de la planète est en péril, tel que jugé par des forces aussi
profondes que le climat mondial et la protection atmosphérique contre les
rayons nocifs du Soleil. Des changements majeurs dans l'équilibre
écologique du monde se produisent très rapidement, plus rapidement dans
de nombreux cas que la capacité de l'humanité à évaluer les dangers.

Malgré les sentiments perçus de supériorité sur la nature, l'humanité reste


pleinement et totalement dépendante du monde naturel. Nous avons
besoin de la générosité de la nature pour survivre sur cette planète. Nous
avons besoin de l'air frais pour respirer, de l'eau propre à boire, du sol
fertile pour nous nourrir. L'impact humain sur ces substances vitales a
atteint le point de causer des dommages potentiellement irréversibles. Les
scientifiques du monde entier, dans tous les pays de la Terre, documentent
les dangers d'ignorer notre dépendance au monde naturel.

Il existe des preuves solides de la part de la communauté scientifique


mondiale que l'humanité est très, très proche de franchir certains seuils
écologiques pour le soutien de la vie sur Terre. La couche d'ozone
terrestre, notre seule protection contre les rayons nocifs du Soleil, est en
train de s'épuiser. L'érosion massive entraîne une perte rapide du sol
fertile de notre planète et, avec elle, une baisse potentiellement drastique
de la capacité de produire de la nourriture pour les peuples du monde. La
destruction massive des forêts du monde contribue à la propagation des
déserts de la planète, augmentant la perte de biodiversité et entravant la
capacité de l'atmosphère terrestre à se purifier. Les vastes océans de la
planète perdent leur vie animale à un rythme effarant et atteignent
rapidement la limite de leur capacité à absorber les déchets de l'humanité.
Les animaux terrestres et les plantes de notre planète connaissent un taux
d'extinction inégalé sur Terre depuis l'époque des dinosaures; extinctions
provoquées non pas par des événements cataclysmiques de la nature mais
par l'impact d'une seule espèce: les homo-sapiens. La pollution croissante
de l'air, de l'eau et des sols par les déchets dangereux et toxiques est à
l'origine de problèmes de santé généralisés qui commencent seulement à
être compris. Tous ces problèmes sont intensifiés par la croissance
explosive du nombre d'êtres humains dans la dernière moitié du XXe
siècle.

Pour la première fois dans l'histoire, l'humanité doit faire face au risque de
détruire involontairement les fondements de la vie sur Terre. Le
consensus scientifique mondial est que si les niveaux actuels de
détérioration de l'environnement se poursuivent, les délicates qualités
vitales de cette planète s'effondreront. C'est un potentiel austère et
effrayant. Empêcher un tel effondrement est un défi de taille pour la
communauté mondiale. [Continuant à citer des parties d'Action 21:]

En décembre 1989, l'Assemblée générale des Nations Unies a été


confrontée à cette tâche ardue. L'urgence des problèmes de
développement et d'environnement a poussé les nations du monde à
appeler à une réunion sans précédent - une réunion de toutes les nations
de la Terre - un sommet de la Terre. La Conférence des Nations Unies sur
l'environnement et

Dépeuplement d'une planète Page 102 sur 133

Le développement a été fixé pour juin 1992 à Rio de Janeiro, au Brésil.


L'ampleur de la participation à cette réunion historique définit clairement
l'importance de sa tâche. C'était, très simplement, le plus grand
rassemblement de chefs d'État de l'histoire de la vie sur Terre. Le 13 juin
1992, près de 100 dirigeants mondiaux se sont réunis autour d'une même
table à Rio de Janeiro lors de la plus grande réunion face à face de
dirigeants nationaux de l'histoire de la diplomatie internationale.

Agenda 21 n'est pas un document statique. C'est un plan d'action. Il est


censé être une pratique instrument pour guider le développement de la
Terre d'une manière durable. Reconnaissant la nature globale des
problèmes environnementaux auxquels l'humanité est confrontée, elle
part du principe que le développement durable de la Terre n'est pas
simplement une option: c'est une exigence - une exigence de plus en plus
imposée par les limites de la nature pour absorber le châtiment que
l'humanité lui a infligé. L'Agenda 21 repose également sur le principe que
le développement durable de la Terre est tout à fait réalisable. La transition
vers une civilisation mondiale en équilibre avec la nature sera une tâche
extrêmement difficile, mais Action 21 est l'alerte mondiale collective qu'il
n'y a pas d'alternative. Nous devons aligner la civilisation humaine sur
l'équilibre naturel de notre planète et nous devons le faire très rapidement
si nous voulons empêcher un déclin irréversible de la qualité de vie sur
Terre.

L’objectif audacieux d’Action 21 est de mettre un terme et d’inverser les


dommages causés à l’environnement sur notre planète et de promouvoir
un développement écologiquement rationnel et durable dans tous les pays
de la planète. C'est un plan d'action dans tous les domaines liés au
développement durable de notre planète au XXIe siècle. Il appelle à des
changements spécifiques dans les activités de tous. Il comprend des
mesures et des incitations concrètes pour réduire l’impact
environnemental des pays industrialisés, revitaliser le développement
dans les pays en développement, éliminer la pauvreté dans le monde et
stabiliser le niveau de la population humaine.

L'exécution efficace d'Action 21 exigera une réorientation profonde de


l'ensemble de la société humaine, contrairement à tout ce que le monde
n'a jamais connu - un changement majeur dans les priorités des
gouvernements et des individus et un redéploiement sans précédent des
ressources humaines et financières. Ce changement exigera que le souci
des conséquences environnementales de chaque action humaine soit
intégré dans la prise de décision individuelle et collective à tous les
niveaux.

La mise en œuvre réussie des actions de grande envergure proposées par


Action 21 exigera la participation active des populations du monde
entier, aux niveaux local, national et mondial. Certaines mesures
s'adressent à tous les niveaux de la société - des organismes
internationaux tels que les Nations Unies et la Banque mondiale aux
groupes et individus locaux. Il existe des actions spécifiques destinées à
être entreprises par des sociétés multinationales et des entrepreneurs,
des institutions financières et des investisseurs individuels, des
entreprises de haute technologie et des peuples autochtones, des
travailleurs et des syndicats, des agriculteurs et des consommateurs, des
étudiants et des écoles, des gouvernements et des législateurs, par des
scientifiques, par des femmes, par des enfants - en bref, par chaque
personne sur Terre.

Les niveaux et les modèles globaux de consommation et de production humaines doivent


être
Dépeuplement d'une planète Page 103 sur 133

compatible avec les capacités finies de la Terre. Au fur et à mesure que la


population humaine sur Terre augmente, il y aura une pression de plus en
plus grande pour que les gens du monde entier atteignent un niveau de vie
plus élevé. Si le mode de vie modèle de cette population croissante repose
sur les niveaux actuels de consommation excessive et les méthodes de
production inefficaces des pays industrialisés, les seuils de catastrophe
économique et environnementale seront bientôt atteints. Des modes de
consommation durables et des méthodes de production efficaces doivent
être développés et encouragés dans toutes les sociétés.

L'une des causes profondes les plus importantes de l'intensification de


l'impact humain sur notre planète est la croissance sans précédent du
nombre d'êtres humains au cours des 50 dernières années. La population
mondiale augmente désormais de près de 100 millions de personnes
chaque année. Les pressions démographiques exercent une pression
croissante sur les systèmes écologiques de la planète. Tous les pays doivent
améliorer leur capacité à évaluer l'impact environnemental de leur taux
de croissance démographique et à élaborer et mettre en œuvre des
politiques appropriées pour stabiliser les populations.

[Citant toujours Action 21, sous le titre Contrôler la croissance


démographique, nous lisons:]

La croissance en spirale de la population mondiale alimente la croissance


de la production et de la consommation mondiales. La demande croissante
de ressources naturelles, d'emploi, d'éducation et de services sociaux rend
très difficile toute tentative de protéger les ressources naturelles et
d'améliorer le niveau de vie. Il y a un besoin immédiat de développer des
stratégies visant à contrôler la croissance démographique mondiale. Il est
urgent de sensibiliser les décideurs au rôle essentiel que joue la
population dans les questions de protection de l’environnement et de
développement.

[Ensuite, sous Politiques nationales de population, nous trouvons:]

Les plans de développement durable existants ont généralement reconnu


que la population est un facteur vital qui influence les modes de
consommation, la production, les modes de vie et la durabilité à
long terme . Cependant, il faut accorder beaucoup plus d’attention à la
question de la population dans la formulation des politiques générales et la
conception des plans de développement mondial. Toutes les nations du
monde doivent améliorer leurs capacités à évaluer les implications de leur
structure démographique. Les conséquences à long terme de la croissance
démographique humaine doivent être pleinement comprises par toutes les
nations. Ils doivent rapidement formuler et mettre en œuvre des
programmes appropriés pour faire face à l'augmentation inévitable de la
population. Dans le même temps, des mesures doivent être incorporées
pour provoquer la stabilisation de la population humaine. Toutes les
conséquences de la croissance démographique doivent être comprises et
prises en compte à tous les niveaux de décision.

[Agenda 21 se termine par:]


Au cours des prochaines années, les principes de base d'Action 21
commenceront à influencer la prise de décision à tous les niveaux de la
société. Une compréhension approfondie de la raison d'être de la volonté
de développement mondial durable permettra à chacun de contribuer au
succès

Dépeuplement d'une planète Page 104 sur 133

des programmes Action 21. Pour les bien-allant des programmes d'Action
21 pour réussir, un souci de l'environnement doit commencer à intégrer
dans toute action humaine et chaque décision personnelle. Ce que nous
fabriquons, ce que nous achetons, ce que nous portons, comment nous
voyageons, ce que nous mangeons, qui nous choisissons comme leaders:
ces questions et une myriade d'autres questions quotidiennes doivent
commencer à être répondues avec la reconnaissance que chaque action
humaine a un impact à la fois sur l'environnement et sur toutes les autres
personnes. L'humanité a atteint le point de son histoire où elle doit
commencer la tâche difficile et exigeante d'assumer la responsabilité de
chacune de ses actions. Le grand nombre d'êtres humains fait maintenant
que nos actions collectives ont un effet sans précédent sur la planète.

Alors que l'humanité approche de la fin de ce siècle, elle se trouve à un


carrefour d'une ampleur inégalée. L'existence même de la vie humaine sur
Terre pourrait bien dépendre de la direction qui sera prise au cours des
prochaines années. Il ne fait aucun doute que le caractère et la qualité de la
vie humaine sur cette planète sont en jeu. Le potentiel de catastrophe est
énorme. Cependant, les chances de succès sont encourageantes. L'Agenda
21 est lui-même un monument à la capacité de l'humanité à s'unir dans un
effort mondial pour résoudre les problèmes majeurs de la civilisation.
Chacun de nous a maintenant la possibilité et la responsabilité d'aider à
façonner l'avenir de la vie sur notre fragile planète. Les conséquences de
nos décisions collectives seront notre héritage. [Fin de la citation.]

VACCINS

Dans son livre Vaccines: Are They Really Safe And Effective?, Neil
Miller (National Vaccine Information Center) écrit [citant:]

Un bref examen des données présentées dans ce livre indique que:

1) De nombreux vaccins n'étaient pas la véritable cause d'une baisse de


l'incidence de la maladie. Des mesures nutritionnelles et sanitaires
accrues méritent probablement d'être saluées. Certaines maladies
peuvent également avoir leurs propres cycles évolutifs; la nature
virulente de la maladie vierge se transforme en une maladie apprivoisée
à mesure que les membres de la population y sont exposés et acquièrent
une immunité «de troupeau».

2) Aucun des vaccins ne peut conférer une véritable immunité. Souvent, le


contraire est vrai; le vaccin augmente le risque de contracter la maladie.
(Les «taux d'efficacité des vaccins» publiés sont trompeurs. Ils sont souvent
évalués en mesurant les taux d'anticorps sanguins - et non en comparant
les taux d'infection chez les personnes vaccinées et non vaccinées.)
3) Tous les vaccins peuvent produire des effets secondaires. Les
réactions vont de la douleur au site d'injection aux lésions cérébrales
et à la mort.

4) Les effets à long terme de tous les vaccins sont inconnus. Les
conséquences du fait que les vaccins peuvent avoir des effets dévastateurs
sur le système immunitaire immature du jeune enfant sont
particulièrement inquiétantes. Des études ont été présentées montrant
une protection de la santé altérée après les injections.

Dépeuplement d'une planète Page 105 sur 133

L'abaissement des défenses physiques peut être responsable d'une


nouvelle race de maladies auto-immunes. D'autres études ont montré des
dommages au cerveau et au système nerveux suite à des injections -
encéphalite post-vaccinale. Ceci, à son tour, fait grandir un grand nombre
d'enfants avec des handicaps physiques, mentaux et émotionnels à des
degrés divers. Toutes ces conditions affectent l'individu, sa famille et la
société également.

Plusieurs vaccins peuvent être particulièrement dangereux. Néanmoins, le


Complexe médico-industriel continue de maintenir sa pratique trompeuse
de ne pas tenir compte des réactions vaccinales. En fait, les responsables
médicaux ont récemment suggéré qu'ils étaient justifiés d'administrer des
vaccins nouveaux et non éprouvés en affirmant qu'il était contraire à
l'éthique de les retenir! Pendant ce temps, la propagande créative sur les
mérites des vaccinations reste un stratagème lucratif. Par exemple, l'AMA
admet que «les vaccins pour adultes ont besoin d'un gadget». Les médecins
du CDC suggèrent un slogan accrocheur, comme «Les vaccins ne sont pas
que des trucs pour enfants». Nos décideurs politiques ont fait pression pour
des lois contre la liberté de choix. Leurs schémas de coercition et de déni
sont notoires parmi les membres éclairés de la population (les parents qui
remettent en question les vaccins), bien que malheureusement leur réveil
leur ait coûté cher - souvent la vie ou la santé de leur propre enfant. [Fin de
la citation.]

MEURTRE PAR INJECTION

Dans son livre Murder By Injection - The Story Of The Medical


Conspiracy Against America, Eustace Mullins écrit [citant:]

L'un des rares médecins à avoir osé dénoncer le monopole médical, le Dr


Robert S. Mendelsohn, a dramatisé sa position contre la médecine
moderne en la définissant comme une église qui a quatre eaux sacrées. Le
premier d'entre eux, il a énuméré comme Vaccination. Le Dr Mendelsohn
a qualifié la vaccination de «sécurité douteuse». Cependant, d'autres
médecins ont été plus explicites. Il est à noter que les intérêts des
Rockefeller se sont battus tout au long du dix-neuvième siècle pour rendre
ces quatre eaux sacrées obligatoires dans tout les États-Unis, ignorant
toutes les protestations et les avertissements de leurs dangers.

De ces quatre éléments, que l'on pourrait bien appeler les quatre cavaliers
de l'Apocalypse, car ils sont également connus pour entraîner la mort et la
destruction dans leur sillage, le plus pernicieux dans ses effets à
long terme pourrait bien être la pratique de la vaccination. Cette pratique
va directement à l'encontre de la découverte par les experts médicaux
holistiques modernes que le corps a une défense immunitaire naturelle
contre la maladie. L'Église de médecine moderne prétend que nous ne
pouvons être exonérés du risque d'infection que par l'eau bénite de la
vaccination, en injectant dans le système un corps étranger d'infection, qui
effectuera alors un miracle médical et conférera une immunité à vie , d'où
le terme «immunisation». La plus grande hérésie que tout médecin puisse
commettre est d'exprimer publiquement tout doute sur l'une des quatre
eaux sacrées, mais la plus profondément ancrée dans la pratique médicale
moderne est sans aucun doute les nombreux programmes de vaccination.
Ce sont également les opérations les plus rentables du Monopole Médical.
Pourtant, un médecin, le Dr Henry R. Bybee, de Norfolk, en Virginie, a
déclaré publiquement: «Mon opinion honnête est que le vaccin est la cause
de plus de maladies et de souffrances que tout ce que je pourrais citer. Je
crois

Dépeuplement d'une planète Page 106 sur 133

que des maladies telles que le cancer, la syphilis, les boutons de fièvre et
de nombreuses autres maladies sont les résultats directs de la
vaccination. Pourtant, dans l'état de Virginie, et dans de nombreux
autres états, les parents sont obligés de soumettre leurs enfants à cette
procédure tandis que la profession médicale reçoit non seulement sa
rémunération pour ce service, mais fait également de splendides et
potentiels patients pour l'avenir. "

De Londres vient une observation alarmante d'un praticien d'une


excellente réputation et d'une longue expérience. Le Dr Herbert Snow,
chirurgien principal au Cancer Hospital of London, a exprimé son
inquiétude, "ces dernières années, de nombreux hommes et femmes dans
la fleur de l'âge sont morts soudainement, souvent après avoir assisté à un
festin ou à un banquet. Je suis convaincu que certains Quatre-vingts pour
cent de ces décès sont dus à l'inoculation ou à la vaccination qu'ils ont
subies. Ils sont bien connus pour causer des maladies graves et
permanentes du cœur. Le coroner les considère toujours comme des
«causes naturelles».

Vous ne pouvez trouver un tel avertissement dans aucun manuel médical


ou livre populaire sur la santé. En fait, cet écrivain a pu le localiser dans un
petit volume enfoui profondément dans les piles de la Bibliothèque du
Congrès. Pourtant, une observation aussi inquiétante d'un médecin établi
devrait être diffusée aussi largement que possible, ne serait-ce que pour
être attaquée par ceux qui peuvent réfuter son hypothèse. Au moins, il ne
peut pas être attaqué par l'establishment comme charlatanisme, car le Dr
Snow ne tente pas de vendre un substitut à la vaccination, mais
simplement d'avertir de ses dangers.

Un autre praticien, le Dr WB Clarke de l'Indiana, constate que "le cancer


était pratiquement inconnu jusqu'à ce que la vaccination obligatoire
avec le vaccin contre la variole de la vache commence à être introduit.
J'ai eu à traiter au moins deux cents cas de cancer, et je n'ai jamais vu de
cas de cancer. chez une personne non vaccinée. "

Enfin, nous avons la percée que l'American Cancer Society recherche, à si


grands frais, et depuis tant d'années. Le Dr Clarke n'a jamais vu de cas de
cancer chez une personne non vaccinée. N'est-ce pas là une piste à
explorer?
Dans le pays où la liberté sonne, ou est censée sonner, il est encore plus
surprenant de constater que chaque citoyen est contraint de se soumettre à
un rituel de vaccination obligatoire. Ici encore, nous parlons d'une
civilisation qui est maintenant visitée par deux fléaux, le fléau du cancer et
le fléau du sida, mais la vaccination obligatoire n'offre aucune protection
contre les fléaux qui nous menacent. C'est adieu la coqueluche, adieu la
diphtérie et bonjour le sida. Le Monopole Médical recherche
désespérément un certain type de «vaccination» contre ces fléaux, et il ne
fait aucun doute qu'il finira par inventer un type de «vaccin» qui sera plus
terrible que la maladie. Dès le départ, nos experts médicaux les plus
éminents nous ont fièrement informés que le sida est incurable, ce qui n’est
guère l’approche que nous attendons de ceux qui exigent que nous
acceptions leur infaillibilité dans tout ce qui concerne la médecine.

Un autre médecin bien connu, le Dr JM Peebles de San Francisco, a écrit un


livre sur les vaccins, dans lequel il dit: "La pratique de la vaccination,
poussée à toutes les occasions par la profession médicale par connivence
politique rendue obligatoire par

Dépeuplement d'une planète Page 107 sur 133

l'État est non seulement devenu la principale menace et le plus grand


danger pour la santé de la génération montante, mais aussi le
couronnement de l'indignation contre les libertés personnelles du citoyen
américain; la vaccination obligatoire, empoisonnant les courants
cramoisis du système humain avec de la lymphe extraite brutalement sous
l'étrange engouement qu'elle empêcherait la variole, a été l'une des taches
les plus sombres qui ont défiguré le siècle dernier. "

Le Dr Peebles fait référence au fait que le vaccin contre la variole de la


vache était l'une des "inventions ou découvertes les plus particulières de
l'ère des Lumières". Cependant, comme je l'ai souligné dans La
malédiction de Canaan, l'Âge des Lumières n'était que le dernier
programme du Culte de Baal et de ses rituels de sacrifice d'enfants, qui,
sous une forme ou une autre, est maintenant avec nous depuis cinq ans.
mille ans. En raison de cet objectif, le monopole médical est également
connu sous le nom de «Société pour les enfants paralysés».

Le commentaire le plus révélateur de la critique du Dr Peebles est peut-


être sa référence à la «lymphe extraite brutalement». Y a-t-il un lien entre
l'injection de cette substance et la propagation d'une forme de cancer
jusqu'alors inconnue, le cancer des ganglions lymphatiques? Ce type de
cancer n'est pas seulement l'une des versions les plus fréquemment
rencontrées de cette maladie; c'est aussi l'un des plus difficiles à traiter,
car il se propage rapidement dans tout le système. Un diagnostic de
cancer des ganglions lymphatiques signifie désormais une quasi-
condamnation à mort.

Dans un article paru dans Science, 4 mars 1977, Jonas et Darrell Salk
préviennent que «les vaccins à virus vivants contre la grippe ou la
poliomyélite peuvent dans chaque cas produire la maladie qu'il
entendait prévenir ... le virus vivant contre la rougeole et les oreillons
peut produire de tels virus. effets secondaires comme l'encéphalite
(lésions cérébrales). "
Si les vaccins présentent un danger si clair et présent chez les enfants qui
sont contraints de s'y soumettre, il faut examiner les forces qui exigent
qu'ils se soumettent. Aux États-Unis, les vaccins sont activement et sans
cesse promus comme la solution à toutes les maladies infectieuses par des
agences gouvernementales telles que les Centers for Disease Control en
Géorgie, par HEW, USPHS, FDA, AMA et l'OMS. Il est d’intérêt plus que
passager que les agences fédérales soient des partisans aussi passionnés de
l’usage obligatoire des vaccins, et qu’elles passent également par la «porte
tournante» des grandes firmes pharmaceutiques dont elles ont si
assidûment promu les produits tout au long de leurs années. service au
public. Ce sont ces agents fédéraux qui ont rédigé les procédures qui ont
forcé les États à promulguer une législation de vaccination obligatoire qui
avait été rédigée par les avocats du Monopole Médical, pour devenir «la loi
du pays».

Les historiens de la médecine sont finalement arrivés à la conclusion


réticente que la grande "épidémie" de grippe de 1918 était uniquement
attribuable à l'utilisation généralisée des vaccins. C'était la première
guerre où la vaccination était obligatoire pour tous les militaires. Le
Boston Herald a rapporté que quarante-sept soldats avaient été tués par
vaccination en un mois. En conséquence, les hôpitaux militaires ont été
remplis, non pas de blessés au combat, mais de victimes du vaccin.
L'épidémie a été appelée «grippe espagnole», une appellation
délibérément trompeuse, qui visait à dissimuler son origine. Cette
épidémie de grippe a fait vingt millions de victimes; ceux qui ont survécu
étaient ceux qui avaient

Dépeuplement d'une planète Page 108 sur 133

a refusé le vaccin. Ces dernières années, des épidémies annuelles


récurrentes de grippe ont rappelé «la grippe russe». Pour une raison
quelconque, les Russes ne protestent jamais, peut-être parce que les
Rockefeller se rendent régulièrement à Moscou pour définir la ligne
du parti.

Les dangers de la vaccination étaient déjà connus. Le magazine Plain


Talk note que "pendant la guerre franco-prussienne , chaque soldat
allemand a été vacciné. Le résultat a été que 53 288 hommes par ailleurs
en bonne santé ont développé la variole. Le taux de mortalité était
élevé."

Dans ce qui est maintenant connu comme «le grand massacre de la grippe
porcine», le président des États-Unis, Gerald Ford, a été enrôlé pour
persuader le public de se soumettre à une campagne nationale de
vaccination. La force motrice derrière le programme était un bénéfice
exceptionnel de 135 millions de dollars pour les principaux fabricants de
médicaments. Ils avaient un vaccin contre la «grippe porcine» que les
éleveurs de porcs suspects avaient refusé de toucher, craignant qu'il
n'efface leur récolte. Les fabricants avaient seulement essayé d'obtenir 80
millions de dollars des éleveurs de porcs; rechignés dans cette vente, ils se
sont tournés vers l'autre marché, les humains. L'impulsion du vaccin
national contre la grippe porcine est venue directement du Disease Control
Center d'Atlanta, en Géorgie. Peut-être par coïncidence, Jimmy Carter,
membre de la Commission trilatérale, planifiait alors sa campagne
présidentielle en Géorgie. Le président sortant, Gerald Ford, avait tous les
avantages d'une bureaucratie massive pour l'aider dans sa campagne
électorale, tandis que l'inefficace et peu connu Jimmy Carter n'offrait
aucune menace sérieuse à l'élection. Soudain, d'Atlanta, est sorti le plan des
Centers for Disease Control pour une campagne nationale de vaccination
contre la «grippe porcine». Le fait qu'il n'y ait pas eu un seul cas connu de
cette grippe aux États-Unis n'a pas dissuadé le Monopole Médical de quitter
son régime. Les éleveurs de porcs avaient été choqués par les
démonstrations du vaccin sur quelques porcs, qui s'étaient effondrés et
étaient morts. On peut imaginer les conférences anxieuses au siège des
grandes firmes pharmaceutiques, jusqu'à ce qu'un jeune homme brillant
remarque: "Eh bien, si les éleveurs de porcs ne l'injectent pas dans leurs
animaux, notre seul autre marché est de l'injecter dans les gens."

La campagne contre la grippe porcine parrainée par Ford a failli mourir


prématurément, lorsqu'un fonctionnaire consciencieux, le Dr Anthony
Morris, anciennement de HEW puis actif en tant que directeur du Virus
Bureau de la Food and Drug Administration, a déclaré qu'il ne pouvait y
avoir d'authentique vaccin contre la grippe porcine, car il n’y avait jamais
eu de cas de grippe porcine sur lequel ils pouvaient le tester. Le Dr Morris
a ensuite rendu public sa déclaration selon laquelle «à aucun moment les
vaccins contre la grippe porcine n'ont été efficaces». Il a été
immédiatement renvoyé, mais le mal était fait. Le contrôle des dégâts a
consisté en ce grand humanitaire, Walter Cronkite, et le président des
États-Unis, unissant leurs forces pour venir à la rescousse du monopole
médical. Walter Cronkite a fait apparaître le président Ford dans son
émission d'information pour exhorter le peuple américain à se soumettre à
l'inoculation avec le vaccin contre la grippe porcine. CBS alors ou plus tard
n'a jamais pu trouver de raison de diffuser une analyse ou une critique
scientifique du vaccin contre la grippe porcine, qui a été identifié comme
contenant de nombreux poisons toxiques, y compris des particules de
protéines vitales étrangères, le formaldéhyde, le théimorosal (un dérivé du
mercure toxique), le polysorbate et quelque quatre-vingts autres
substances.

Pendant ce temps, de retour dans les laboratoires de virus, après que le Dr


Anthony Morris ait été renvoyé sommairement, une équipe spéciale de
travailleurs a été dépêchée pour nettoyer les quatre pièces dans lesquelles
il avait effectué ses tests scientifiques. Le laboratoire était rempli
d'animaux dont les registres

Dépeuplement d'une planète Page 109 sur 133

vérifié ses affirmations, ce qui représente environ trois années de


recherches constantes. Tous les animaux ont été immédiatement détruits et
les archives de Morris ont été brûlées. Ils ne sont pas allés jusqu'à semer du
sel dans toute la région, car ils croyaient que leur travail était terminé.

Le 15 avril 1976, le Congrès a adopté la loi publique 94-266, qui prévoyait


135 millions de dollars de fonds publics pour financer une campagne
nationale de vaccination contre la grippe porcine. HEW devait distribuer
le vaccin aux agences sanitaires nationales et locales sur une base
nationale pour l'inoculation, sans frais. Les agences d'assurance ont alors
rendu public leur avertissement qu'elles n'assureraient pas les firmes
pharmaceutiques contre d'éventuelles études à partir des résultats de
l'inoculation de la grippe porcine, car aucune étude n'avait été réalisée
pour prédire ses effets. C'est pour déjouer les compagnies d'assurance que
CBS a demandé à Gerald Ford de lancer son appel passionné à 215 millions
d'Américains pour qu'ils se sauvent tant qu'il était encore temps, et de se
précipiter au service de santé local et de se faire vacciner contre la grippe
porcine, sans aucun frais. Ce fut peut-être la meilleure heure pour CBS
dans sa brillante carrière de «service public».

A peine la campagne contre la grippe porcine était-elle terminée que les


rapports sur les victimes ont commencé à affluer. En quelques mois, des
réclamations totalisant 1,3 milliard de dollars avaient été déposées par des
victimes qui avaient souffert de paralysie due au vaccin contre la grippe
porcine. Les autorités médicales se sont montrées à la hauteur du défi; ils
ont sauté à la défense du monopole médical en étiquetant la nouvelle
épidémie, «syndrome de Guillain-Barre ». Depuis, il y a eu de plus en plus
de spéculations selon lesquelles l'épidémie de sida qui a suivi, qui a
commencé peu après les assurances publiques de Gerald Ford, n'était
qu'une variante virale du vaccin contre la grippe porcine. Et qu'en est-il de
l'auteur du grand massacre de la grippe porcine, le président Gerald Ford?
En tant que responsable logique de la catastrophe, Ford a dû endurer un
torrent de critiques publiques, ce qui a tout naturellement abouti à sa
défaite aux élections (il avait déjà été nommé lorsque les agents des
opérations internationales de lutte contre la drogue avaient évincé Richard
Nixon de ses fonctions. ). L'inconnu Jimmy Carter, familier uniquement
aux confrères super-secrets de la Commission trilatérale, a été emporté au
pouvoir par l'effusion de rage contre Gerald Ford. Carter s'est avéré être
une catastrophe nationale presque aussi grave que l'épidémie de grippe
porcine, tandis que Gerald Ford a été retiré de la politique pour la vie. Non
seulement il a perdu les élections, mais il a également été condamné à
passer ses dernières années à arpenter avec lassitude les étendues de sable
chaud du parcours de golf de Palm Springs.

Lors du séminaire annuel de l'ACS Science Writers, le Dr Robert W.


Simpson, de l'Université Rutgers, a averti que "les programmes de
vaccination contre la grippe, la rougeole, les oreillons et la polio peuvent
en fait ensemencer les humains avec de l'ARN pour former des provirus
qui deviendront ensuite des cellules latentes tout au long de la période.
corps ... ils peuvent alors devenir activés comme une variété de maladies, y
compris le lupus, le cancer, les rhumatismes et l'arthrite. "

Il s'agissait d'une vérification remarquable de l'avertissement précédent


lancé par le Dr Herbert Snow de Londres plus de cinquante ans plus tôt. Il
avait observé que les effets à long terme du vaccin, se loger dans le cœur
ou dans d'autres parties du corps, finiraient par entraîner des lésions
cardiaques mortelles. Le vaccin devient une bombe à retardement dans le
système, se répandant sous le nom de «virus lents», qui peuvent prendre
dix à trente ans pour devenir virulents. Lorsque ce moment arrive, la
victime est abattue par un assaut mortel, souvent sans

Dépeuplement d'une planète Page 110 sur 133

avertissement, qu'il s'agisse d'une crise cardiaque ou d'une autre maladie.

Herbert M. Shelton a écrit en 1938 dans son livre, Exploitation Of


Human Suffering, que «le vaccin est du pus - soit septique, soit inerte -
s'il est inerte, il ne prendra pas - s'il produit une infection septique.» Cela
explique pourquoi certains enfants doivent revenir en arrière et
recevoir une deuxième inoculation, parce que la première n'a pas «pris»
- elle n'était pas suffisamment toxique et n'a pas infecté le corps. Shelton
dit que les inoculations provoquent la maladie du sommeil, la paralysie
infantile, l'hémophlagie ou le tétanos.

Le chirurgien général des États-Unis, Leonard Scheele, a souligné à la


convention annuelle de l'AMA en 1955 qu '"aucun lot de vaccin ne peut
être prouvé sûr avant d'être administré aux enfants." James R. Shannon
du National Institute of Health a déclaré que «le seul vaccin sûr est un
vaccin qui n'est jamais utilisé».

Avec l'avènement du vaccin antipoliomyélitique du Dr Jonas Salk dans les


années 1950, les parents américains ont été assurés que le problème avait
été résolu et que leurs enfants étaient désormais en sécurité. Les
poursuites engagées contre les fabricants de médicaments ont reçu peu
de publicité. David v. Wyeth Labs, une poursuite concernant le vaccin
antipoliomyélitique Sabin de type 3, a été jugée en faveur du plaignant,
David. Une poursuite contre Lederle Lab impliquant le vaccin Orimune a
été réglée en 1962 pour 10 000 $. Dans deux cas impliquant Quadrigen de
Parke-Davis , le produit s'est révélé défectueux. En 1962, Parke-Davis a
arrêté toute production de Quadrigen. Le médecin solitaire, le Dr William
Koch, a déclaré que «l'injection de tout sérum, vaccin ou même pénicilline
a montré une augmentation très marquée de l'incidence de la polio, au
moins de 400%».

Les Centers for Disease Control sont restés hors de vue pendant un
certain temps après le grand massacre de la grippe porcine, seulement
pour émerger plus stridentement que jamais avec un nouveau
programme national d'alerte sur les dangers d'un autre fléau, qui a été
appelé «maladie des légionnaires» après une épidémie à l'hôtel Bellevue
Stratford à Philadelphie. [Fin de la citation.]

VIRUS Porcins
****ALERTE****

Dans un titre de l'édition du 18 décembre 1995 du San Francisco


Examiner, nous lisons l'histoire AP suivante. [Citant:]

Les virus porcins posent une menace continue d'épidémie mondiale de grippe
Les insectes porcins et humains qui rejoignent l'ADN peuvent engendrer une nouvelle
souche.

WASHINGTON - Cela peut commencer avec un porc dans une ferme isolée en Asie.

Un virus de la grippe humaine et un virus porcin se logent en quelque


sorte l'un près de l'autre dans la gorge d'un porc. Les deux virus
échangent de l'ADN, formant une combinaison génétique unique.
Soudain, une toute nouvelle forme de grippe est née.

Avec un simple grognement du porc, la nouvelle grippe est en suspension dans l'air et
introduite dans le monde.

Dépeuplement d'une planète Page 111 sur 133

Inhalé par le fermier, il se reproduit rapidement par millions et est


transporté en ville, transmis à d'autres humains puis fait du stop à la
ville dans les passages bronchiques d'un voyageur.
En quelques jours, des milliers d'humains sont en train de pirater, tousser
et avoir de la fièvre à cause du nouveau virus. Le bogue continue de se
propager dans les gares, les aéroports et les navires. En quelques semaines
seulement, un virus créé par hasard dans cet enclos à porcs éloigné abat
des personnes sur six continents à travers le monde.

Cela, de nombreux experts disent, est de savoir comment la prochaine


pandémie - ou dans le monde entier épidémie - -De grippe tueur pourrait
se produire. À maintes reprises, depuis des centaines d'années, de
nouvelles formes de virus grippal se sont dissipées et ont tué des millions
de personnes. Maintenant, disent les experts, le monde est peut-être en
retard pour que cela se reproduise.

À l'ère des antibiotiques et des vaccins, la plupart des gens considèrent la


grippe comme dangereuse uniquement pour les personnes âgées, les très
jeunes et les personnes déjà malades. Mais, pour les experts, il se cache
comme une menace constante pour tous.

"La grippe au cours de la dernière décennie a pris un statut secondaire",


a déclaré le Dr John LaMentague de l'Institut national des allergies et des
maladies infectieuses. "Mais nous qui avons traité l'infection
reconnaissons sa puissance." Le virus de la grippe, a-t-il dit, «est en
constante évolution, dynamique et très ingénieux». [Fin de la citation.]

PLUS SUR LES VIRUS

Dans Some Call It AIDS - I Call It Murder de Dr. Eva Snead, nous lisons
[citant des extraits de plusieurs chapitres:]

Vaccins, ami ou ennemi?

Sous le titre de "Bad Vaccines?", Une revue aussi conservatrice que


Newsweek expose au sujet de la contamination des vaccins par les
microbes rétrovitaux. "L'un des stocks mondiaux de vaccins pourrait-il
être contaminé par des rétrovirus animaux similaires au SIDA?",
Demande-t-il. Il raconte la demande de Jeremy Rifkin que l'Organisation
mondiale de la santé teste ses vaccins antivariolique pour de tels
contaminants.

Dans le cas de l'inquiétude de Rifkin au sujet de la vaccination


antivariolique, la principale préoccupation était de trouver un éventuel
«BIV» étroitement lié au virus du SIDA humain - et les personnes à haut
risque d'exposition, telles que les carnivores, aux anticorps du BIV.

Substance sanguine de type «A» et «quelques autres protéines»


sont des matériaux inattendus présents dans les cultures utilisées pour fabriquer des
vaccins

Les humains ont divers groupes sanguins, les plus connus sont «A», «B» et
«0». Les groupes sanguins déterminent la compatibilité ou son absence,
dans les transfusions sanguines. Sang animal et

Dépeuplement d'une planète Page 112 sur 133

les tissus contiennent une substance très similaire à la substance sanguine «A».
Les substances à structure protéique favorisent la production d'anticorps
lors de leur injection. Certains aspects de ce sujet ont été discutés à la
réunion du NCI de 1967 par le Dr JP Fox, qui était intrigué par certains
myxovirus qui avaient des antigènes de surface sur eux. Il s'est demandé
s'ils provoquaient des réponses d'anticorps chez les receveurs.

"Les vaccins antigrippaux bruts que nous avons utilisés dans le passé
contiennent une substance sanguine du groupe" A "... Cette substance se
trouve également dans l'embryon de poulet. Donc soit le virus de la
grippe contient une substance du groupe" A "... ou bien le vaccin contient
une partie de l'embryon de poulet. "

«Et j'ai souligné qu'il y avait beaucoup de protéines d'embryon de poulet


dans le vaccin antigrippal fini, et que la substance du groupe A provient
probablement des tissus d'embryon de poulet; cela peut être éliminé
comme un problème important SI le virus de la grippe est cultivé dans un
substrat plus propre ou est purifiée. Certes, les myxovirus transportent
une partie de la protéine hôte. "

Encore une fois, le manque total de contrôle de la procédure et de


l'exactitude scientifique est consternant. Je pense qu'un boucher met plus
l'accent sur la dissection correcte d'un côté de bœuf qu'un laboratoire de
culture cellulaire pour superviser l'exactitude d'une entreprise aussi
dangereuse.

Adénovirus et SV-40,
Une combinaison dangereuse

Une échappatoire préférée utilisée par les virologues et autres


«scientifiques» qui souhaitent cacher leurs squelettes de placard, est que l'
infection inter-espèces par des virus est difficile. Ils font généralement
référence à des tests à un seul virus , et non à l'utilisation de systèmes
viraux. Par exemple, bien que les adénovirus humains infectent plutôt mal
les reins de singe, si du SV-40 est ajouté, l'infection par l'adénovirus
humain devient forte et lytique (destructrice) des cellules. Selon Fox et
Baum, "la capacité du matériel génétique SV-40 à augmenter le rendement
de l'adénovirus de 100 ou 1 000 fois a été appelée amélioration."

D'autre part, les stocks E46 et SP2 d'une certaine souche d'adénovirus (type
7) peuvent induire l'information de l'antigène tumoral du papovavirus
SV40 (antigène T) dans les cellules rénales de singe vert africain (GMK). En
réalité, un nouveau virus peut se former lorsqu'un adénovirus acquiert un
nouveau matériel génétique à partir du virus 8V-40 . Ces combinaisons
virales ont été appelées hybrides en 1965, alors qu'aujourd'hui elles sont
appelées recombinants. Depuis que nous avons établi cette équivalence,
nous devons prendre conscience, à ce moment-là, que le génie génétique
était bien vivant bien avant que quiconque n'ait utilisé ce terme, et en
l'absence totale de précautions ou de règlements de confinement. L'impact
que cela a pu avoir sur l'environnement ne se manifeste probablement
qu'avec les fléaux des années 80 et 90.

Étant donné que le SV-40 a un tel effet d'amélioration sur l'adénovirus, et


des hybrides (combinaisons, ou ce que nous appellerions aujourd'hui des
recombinants) de SV-40 et d'adénovirus sont trouvés chez le singe

Dépeuplement d'une planète Page 113 sur 133


reins utilisés dans le processus de fabrication des vaccins, de nombreux
virologues ont recherché d'autres combinaisons de SF-40 et d'autres virus.
Ils ont trouvé plusieurs, y compris la rougeole + SV-40, virus mousseuse +
SV-40 réovirus + SV-40. Le SV-40 est comme un bon rhum, un excellent
mixeur!
[Et le dernier, mais non le moindre, du Dr Snead:]

La connexion au virus de la peste porcine africaine (ASFV)

Certains patients «SIDA» hébergent des virus de la peste porcine


similaires à ceux trouvés dans certains centres de recherche
spécialisés.

Un scientifique qui a travaillé en Ouganda en 1985, a rapporté au sénateur


Ted Kennedy une guerre civile dans ce pays, qui a été accompagnée d'une
épidémie de virus de la peste porcine africaine. Dans le même temps, les
cas de sida sont signalés en nombre alarmant. Le chercheur a remarqué
que les porcs se promenaient librement dans les cours des gens. Cette
information a été publiée dans le New York Native du 30 septembre 1985.

Ces faits n'ont pas été particulièrement appréciés par l'establishment


médical et ceux qui ont osé poursuivre cette ligne de pensée ont été
réprimandés de plus d'une manière.

Le Dr CLV Martins, qui a étudié les phénomènes survenant chez le porc, a


étudié le comportement de l'un des éléments cellulaires qui protègent le
corps: le macrophage. "La perte de la fonction des macrophages pendant
l'infection peut être importante pour déterminer la résistance ou la
sensibilité d'un hôte." Dans toutes les études réalisées par cet auteur, les
macrophages avaient non seulement une fonction réduite, mais ils
maintenaient aussi souvent le virus à l'état latent. Ces études ont été
menées sur des porcs et non sur des humains. Puisqu'une personne doit
être exposée à des tissus et à des liquides porcins crus et vivants pour
acquérir ces virus, la plupart des gens pensent qu'ils ne pourraient pas être
infectés par ces organismes au cours de leur vie quotidienne. Mais la vérité
est ailleurs. Avec l'hypocrisie habituelle si caractéristique des
bureaucraties, les humains sont, d'une part, fréquemment avertis des
dangers inhérents à la mauvaise cuisson du porc et, d'autre part, nourris
de jus de porc cru depuis leur naissance, par commande directe de
autorités sanitaires. Impossible? Tous les vaccins sont traités avec de la
trypsine, des extraits crus d'estomac de porc. L'insuline et d'autres produits
biologiques d'origine porcine sont d'autres sources. Ceux qui ont osé
suggérer que le SIDA pouvait avoir un lien avec la grippe porcine ont été
violemment réprimandés par les pouvoirs du «monopole de la santé et de
la maladie». La réaction violente de l'establishment contre ceux qui ont
d'abord trouvé des virus porcins chez des patients atteints du sida et qui
ont ensuite informé le public est très suspecte et peut suggérer qu'une
dissimulation est en cours. [Fin de la citation.]

PESTE NOIRE NÉCESSAIRE

Dans une coupure de journal avec le titre ci-dessus, source inconnue, qui
lit "extrait du Dr. Aurelio Peccei du magazine News Watch du Club de
Rome du 2 janvier 1995", nous voyons ce qui suit, [citant:]

Sir Julian Huxley a déclaré: «La surpopulation est, à mon avis, la menace la plus grave pour
la

Dépeuplement d'une planète Page 114 sur 133


tout l'avenir de notre espèce. "Le projet, appelé MK-NAOMI, a été réalisé
à Fort Detrick, Maryland. Le SIDA a été conçu pour réduire la
population.

Les populations noires, hispaniques et homosexuelles étaient spécifiquement ciblées.

La maladie incurable du SIDA s'est propagée avec l'aide volontaire des


agences internationales dont les politiques appellent à une réduction
drastique de la population, en utilisant tous les moyens nécessaires. Déjà,
les experts médicaux disent que jusqu'à 30 millions de personnes en
Afrique ont été infectées par le virus du sida.

L'OMS, Organisation mondiale de la santé, a été créée en 1948 avec l'aide


du Dr John Rawlings Rees, l'expert en guerre psychologique dont le célèbre
Tavistock Institute and Clinic à Londres a utilisé des techniques de lavage
de cerveau comme moyen de mener des politiques raciales de génocide.

Depuis sa création, la composition et les politiques de l'OMS ont chevauché


celles de la FMMH et de l'UNESCO, établies en 1946 par le racialiste
britannique Julian Huxley, comme un véhicule pour anéantir les
populations du tiers monde avec un nouvel «âge sombre» de famine et de
peste.

Chacune des organisations citées a été créée en tant que projet des réseaux
«libéraux» britanniques de Bertrand Russell et de l'entreprise dont les
politiques explicites et déclarées de contrôle de la population
comprenaient l'appel publié par Russell pour la «création d'une peste noire
tous les 50 ans» pour enrayer la population noire et jaune.

La raison d'être du Club de Rome est d'éliminer la moitié de la race humaine en ce siècle.

Plusieurs recommandations très secrètes ont été faites par le Dr Aurelio


Peceei du Club de Rome. Il a préconisé l'introduction d'une peste qui
aurait le même effet que la fameuse peste noire de l'histoire. La
principale recommandation était de développer un microbe qui
attaquerait le système auto-immun et rendrait ainsi impossible le
développement d'un vaccin. [Fin de la citation.]

PESÉES PASSÉES

Dans le livre de Michael Tobias, World War Ill — Population And The
Biosphere At The End Of The Millennium, il écrit [citant:]

Jusqu'à récemment, les êtres humains faisaient partie intégrante de ce


système biologique de freins et contrepoids, qui semble tenir ferme pour
tous les organismes. Quatre aléas principaux ont maintenu Homo Sapiens
dans une population relative calme: mortalité infantile élevée, guerre,
famine et maladie, tous contribuant à une faible espérance de vie. La peste
noire (Pasteurella pestis) a été transmise de la route de la soie tibétaine à
un port de Sicile en 1347.
Les rongeurs représentent 50 pour cent de tous les mammifères, et c'est le
rat sympathique, porteur de la puce du rat (Xenopsylla cheepis), qui a
causé une telle démolition. Au moins 30 pour cent de la population
humaine sont morts - 50 pour cent entre l'Islande et l'Inde. Besoin de
flèche et de buste

Dépeuplement d'une planète Page 115 sur 133


fonctionnent en fonction des pénuries alimentaires et de la famine qui en
résulte. La maladie, agissant sur un hôte, ou réseau dense d'hôtes, joue un
rôle similaire dans le maintien des populations. Tout comme les papillons
de nuit et les lemmings, les Européens ont assisté à un renouveau
spectaculaire de leurs populations dans un siècle après la peste, dépassant
leur nombre d' avant la peste .

Un changement climatique en Scandinavie au XVIIIe siècle aurait


contraint le rat gris norvégien (qui ne porte pas la peste) à trouver un
passage en Europe occidentale, où il a réussi à évincer le rat noir
porteur de puces indigène , éliminant ainsi la menace la plus incisive pour
la population humaine.

"Plus que n'importe quel vecteur, c'est l'empiètement humain qui


précipite finalement l'émergence de virus tueurs", écrit Stephen S. Morse.
Au Japon (encéphalite japonaise), en Argentine (fièvre hémorragique),
aux États-Unis (virus de Séoul à Baltimore), au Panama (encéphalomyélite
équine vénézuélienne) et dans presque tous les autres pays, le lien entre
l'augmentation de la destruction écologique et l'exposition soudaine des
humains à ou des bactéries dormantes, des protozoaires, des
champignons et des virus ont été identifiés.

Jamais auparavant il n'y a eu un échange aussi avide d '«informations»


entre les grandes espèces (Homo Sapiens) et les microbes. Sur plus de 100
zoonoses (infections animales transmissibles à l'homme) et plus de 520
"arbovirus" nés d'arthropodes connus , au moins 100 se sont avérés causer
des maladies chez les humains. Certaines sont parmi les maladies les plus
mortelles jamais rencontrées. En 1976 au Zaïre et au Soudan, pas moins de
90 pour cent des personnes infectées par le virus Ebola sont mortes
horriblement en quelques semaines.

L'incident de peste le plus récent, causé par la bactérie Yersinia pestis, s'est
produit en Inde au début du XXe siècle et a tué plus de 10 millions de
personnes. Dans le même temps, une petite épidémie chez les Chinois s'est
produite à San Francisco. Une autre flambée de l'ampleur de celle en Inde
a été postulée pour les États-Unis.

En 1918, la pandémie de grippe A a fait 20 millions de morts dans le


monde en moins d'un an. On pense qu'il est originaire des États-Unis, est
allé en France, puis est revenu aux États-Unis où il s'est rapidement
propagé de New York à la Californie. Depuis lors, de graves flambées de
grippe mondiale se sont produites à au moins cinq reprises. [Fin de la
citation.]

Pendant que je travaillais sur cette partie de l'histoire du dépeuplement,


Hatonn a écrit "Disaster In Flu's Clothing". L'avertissement opportun de
Hatonn souligne en outre l'importance immédiate de ce sujet actuellement
à l'étude. C’est pour cette raison que j’ai choisi d’élargir quelque peu la
partie V pour y inclure de nombreux titres alarmants sur le sujet même
des virus et des maladies actuelles.

ET MAINTENANT UN APERÇU DE QUELQUES TÊTES ACTUELLES

Les maladies mondiales proches de la "crise", selon une sonde sanguine.

Dépeuplement d'une planète Page 116 sur 133


Dans un article de l'édition du 2 décembre 1995 du Toronto Star, écrit
par Nick Pron, nous lisons en citant:]

La propagation des maladies infectieuses dans le monde atteint des


niveaux de "crise" et aucun pays n'est à l'abri du problème, a déclaré hier
une commission fédérale. Les Canadiens doivent «cesser de penser à
nous-mêmes en termes d'isolement par rapport au reste du monde» et
être «à l'écoute de ce qui se passe dans le monde», a déclaré le Dr Kevin
Kain à l'enquête menée par le juge Horace Krever, qui enquête la sécurité
du sang canadien
système. [Fin de la citation.]

Les responsables mettent en garde contre un virus mortel pour les enfants

Dans l'édition du 8 décembre 1995 du New York Times, nous lisons [citant:]

Un virus respiratoire hivernal qui tue environ 4500 enfants par an aux
États-Unis est réapparu, des cas étant déjà signalés dans tout le pays, ont
déclaré aujourd'hui des responsables fédéraux de la santé.

Les responsables des Centers for Disease Control and Prevention ici, ont
déclaré que le virus respiratoire syncytial, ou RSV, provoquait chaque
année l'hospitalisation de 90 000 nourrissons et jeunes enfants atteints
d'une maladie des voies respiratoires inférieures.

Le Dr Tom Torok, épidémiologiste médical au National Center for


Infectious Disease de l'agence, a déclaré que le virus pourrait également
causer de graves maladies respiratoires chez les personnes âgées et les
personnes dont le système immunitaire est affaibli.

«Le VRS est sous-estimé en tant que cause de maladie respiratoire chez
les adultes», a-t-il déclaré. "L'ampleur réelle n'a pas été bien étudiée."

Au cours du dernier mois, le virus a été trouvé dans les 44 États qui
rapportent les résultats des tests pour celui-ci. L'activité commence
généralement au début de novembre, culmine entre la fin janvier et la
mi-février et se poursuit jusqu'en avril ou début mai.

Le Dr Torok a déclaré que le virus était le plus difficile à distinguer de la


grippe lorsqu'il se produisait chez les adultes. «Nous ne savons pas
vraiment s'il existe ou non de bons indicateurs cliniques du VRS par
rapport à la grippe», a-t-il déclaré.

Les chercheurs travaillent sur des vaccins pour se protéger contre le


virus respiratoire et étudient l'effet de donner aux nourrissons un
sérum chargé d'anticorps contre lui. [Fin de la citation.]

13000 infectés par le VIH par jour - Un


porteur de virus mortel sur cinq vit en
Asie du Sud-Est

Dans l'édition du 1er décembre 1995 du Calgary Herald, nous lisons [citant:]

Dépeuplement d'une planète Page 117 sur 133

Environ 13 000 personnes par jour dans le monde sont infectées par le
virus qui cause le sida, et l'Asie du Sud-Est est en train de devenir
rapidement une des principales zones touchées par la maladie, a
déclaré jeudi un grand expert américain.

Jonathan Mann, directeur de la Global AIDS Policy Coalition, un groupe de


recherche international indépendant basé à la Harvard School of Public
Health, a déclaré qu'un porteur du VIH sur cinq vit en Asie du Sud-Est.

«Nous estimons qu'en 1995, environ 4,7 millions de personnes ont été
nouvellement infectées par le VIH dans le monde.

«S'il continue à se dérouler tel quel, il pourrait bien se situer entre 70 et 80


millions d'ici l'an 2000.» [Fin de la citation]

Des fléaux frappent l'Amérique latine alors que les experts désespèrent

Dans un article de l'édition du 29 novembre 1995 de The Montreal


Gazette, écrit par Laurie Goering, nous lisons [citant:]

Manaus Brésil - Cela commence par une fièvre, comme une centaine de
fléaux moins meurtriers. Vient ensuite une faiblesse croissante. La peau
devient jaune. Dans l'abdomen, une hémorragie interne commence.
Bientôt, le sang coule du corps, à travers les yeux et dans le vomi noir sans
fin. Dans neuf cas sur dix, le foie se dissout et la victime meurt.

Ce n'est pas Ebola. C'est la fièvre noire de Labrea, une des demi-
douzaines de maladies virales mortelles et mal comprises,
émergeant de la forêt tropicale d'Amérique latine.

«Les gens vont tout le temps dans la jungle et reviennent avec d'étranges
fièvres dont personne ne connaît l'existence, a déclaré Bedsy Dutary
Thatcher, spécialiste du paludisme à l'Institut national brésilien de
recherche sur l'Amazonie à Manaus.« Si nous commençons à les
chercher, nous pourrions isoler un nouveau variété chaque semaine. "

La lutte contre la maladie n’a peut-être jamais été aussi sombre qu’elle ne
l’a fait actuellement en Amérique latine et dans une grande partie du tiers
monde. Partout sur la planète, de nouvelles maladies apparaissent à un
rythme effrayant, selon les chercheurs. Plus inquiétant encore: de vieux
fléaux, autrefois considérés comme relégués dans l'histoire, font leur
retour, notamment en Amérique latine.

La tuberculose, pensée conquise après l'introduction de nouveaux


médicaments dans les années 40, a refait surface et se propage de
manière incontrôlable. Le paludisme, l'une des plus anciennes plaies du
monde, fait également son retour. L'Amérique latine a signalé plus d'un
million de nouveaux cas l'année dernière, dont la moitié au Brésil.

Au Nicaragua et au Honduras, une maladie mystérieuse caractérisée par


des frissons, de la fièvre et des saignements sévères dans les poumons a
été provisoirement identifiée comme la leptospirose, une maladie
animale contractée par contact avec des déjections animales. L'épidémie
a tué 16 personnes et rendu malade plus de 2 000 dans les deux pays au
cours des deux derniers mois. Un similaire

Dépeuplement d'une planète Page 118 sur 133

l'épidémie au Brésil a tué plus de 40 personnes en février.


En Colombie. ce qui semble avoir été une épidémie d' encéphalite
équine transmise par les moustiques a tué au moins 26 personnes et
conduit 13 000 autres à se faire soigner en septembre.

Au Mexique et dans une grande partie de l'Amérique latine, la dengue,


caractérisée par une fièvre élevée et des douleurs corporelles intenses, a
frappé près de 200 000 personnes cette année et menace de s'installer aux
États-Unis. Une variante mortelle de la maladie, la dengue hémorragique,
a frappé 3 500 autres personnes.

Au Guyana, une maladie non identifiée caractérisée par une forte fièvre,
des vomissements et des convulsions a tué cinq enfants en bas âge et
menacé huit autres dans un hôpital de l'est de la Guyane ce mois-ci.

"Les maladies transmissibles réapparaissent", a déclaré Dan Epstein, un


porte-parole de l'Organisation panaméricaine de la santé, basé à
Washington, DC "Nous avons eu toute une série de fièvres hémorragiques,
y compris la dengue, et les problèmes continuent d'augmenter."
[Fin de la citation]

Virus mortel
Deuxième épidémie d'Ebola vérifiée

Dans une coupure de journal qui nous a été télécopiée cette semaine, nous avons lu
l'article suivant d'AP [citant:]

Des experts qui tentent de contenir une épidémie du virus mortel


Ebola au Libéria enquêtent sur des informations faisant état de
décès dans un deuxième endroit, a déclaré un porte-parole de
l'Organisation mondiale de la santé.

Ebola apprivoisé - pour l'instant

Dans l'édition de janvier 1996 de Discover apparaît un article du titre ci-


dessus. Cet article s'ouvre sur: «Le film sur la peste du printemps dernier,
Outbreak, a dû concurrencer un véritable cambrioleur: une apparition,
au Zaïre, du redoutable virus Ebola».

Dans cet article sur Ebola, se trouve un autre article écrit par Sarah
Richardson intitulé «Breakbone Outbreak», qui commence par: «Alors que
le virus Ebola mortel du Zaïre se déclarait brièvement, un fléau vital
beaucoup plus répandu menaçait les Amériques. En 1995, la fièvre de la
dengue, surnommée la fièvre aphteuse en raison des terribles douleurs
articulaires qu'elle provoque, a atteint des proportions épidémiques dans
les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, faisant plus de 140 000 morts et
38 morts. "

Avez-vous remarqué que CNN, au cours des deux ou trois derniers mois, a
organisé plusieurs émissions spéciales d'une demi-heure sur Ebola Zaïre?
Coïncidence? Ils ont dit dans un programme qu'il ne s'agissait pas de
savoir si, mais de savoir quand Ebola frappera aux États-Unis. Gardez
également à l'esprit ce que Peter Kawaja a dit à propos de la maladie de la
guerre du Golfe - étant une forme d'Ebola Reston, une forme à action lente
d'Ebola. Plus à ce sujet plus tard.

Dépeuplement d'une planète Page 119 sur 133


HÉPATITE

Dans une annonce d' une page publiée dans l'édition du 11 janvier 1996
du magazine Rolling Stone, nous lisons:

"Cinq millions d'Américains ont


l'hépatite. Et vous?"

Dans un autre titre de l'édition du 29 novembre 1995 de The Montreal Gazette [citant:]

Les Australiens exultent alors que le virus mortel frappe les lapins

Broken Hill, Australie - Cela ressemble au scénario d'un film d'horreur: un


virus mortel s'échappe d'un laboratoire de biohazard. Des cadavres
jonchent le paysage alors qu'une peste se propage sur un continent.

Mais plutôt que de fuir dans la terreur, les Australiens applaudissent un


virus qui anéantit les lapins dans tout l'Outback. Le vrai fléau, disent les
gens, c'est la population de lapins.

«C'est de l'histoire, et nous reviendrons sur ce mois-ci et nous dirons à


quel point c'était merveilleux», a déclaré l'éleveur de moutons David
Lord.
[Fin de la citation]

Dans un article de journal faxé paru dans l'édition du 24 décembre 1995


du Chicago Tribune, écrit par Kenan Heise, qui nous a été envoyé avec une
note écrite en haut qui dit: "Voici comment ils font taire ...", nous lisons
[citant:]

Nécrologie - George B. Craig, Jr.,


65; expert sur les moustiques
porteurs de maladies

George B. Craig, Jr., 65 ans, entomologiste et professeur de biologie à


l'Université de Notre-Dame, était un expert de renommée mondiale sur
les moustiques, en particulier ceux qui transmettent des maladies telles
que la fièvre jaune et la dengue et l'encéphalite.

Résident de South Bend, Indiana, il est décédé jeudi lors d'une


réunion de l'American Society of Entomologists à Las Vegas.

Le professeur Craig a été franc dans sa critique de l'échec de ce pays à


contrôler la propagation de l'Aedes albopictus, ou moustique tigre
asiatique. Cette espèce, nommée pour les rayures sur les pattes et le corps
des moustiques, a probablement envahi les États-Unis dans une cargaison
de pneus usagés envoyés à Houston depuis le Japon en 1985. Bien que
rares dans le Nord, les moustiques ont été vus dans la région de Chicago.
Ils sont porteurs de maladies parfois mortelles telles que la dengue et
plusieurs formes d'encéphalite.

Dépeuplement d'une planète Page 120 sur 133

Le professeur Craig a co-écrit un rapport dans un numéro de 1992 de la


revue Science qui a établi que l'espèce était porteuse d'une maladie grave
dans ce pays - l'encéphalite équine de l'Est. Dans une interview de la
Tribune en 1992, il a rapporté que la moitié de ceux qui se remettent de la
maladie «ont détruit le cerveau» et que «de toutes sortes d'encéphalites,
c'est de loin la pire».

Plus récemment, il dirigeait des recherches sur l'épidémie de dengue


hémorragique qui a commencé au Mexique et qui s'est propagée aux États-
Unis, ainsi que sur une épidémie d'encéphalite au Michigan et une
épidémie d'encéphalite à LaCrosse en Virginie occidentale.
[Fin de la citation.]

Chevaux, maîtres tués par le virus mystère

Dans un article de l'édition du 5 décembre 1995 du Daily Times of


Harrison, Arkansas, écrit par l'écrivain AP Peter James Spielmann,
[citant:]

Sydney, Australie - Les chevaux ont d'abord perdu l'appétit, puis ils ont
commencé à se contracter. Cela s'est transformé en convulsions, les
animaux se débattant contre leurs stalles. En moins de deux semaines,
leurs poumons ont hémorragie et ils se sont noyés dans leur propre sang,
qui jaillit de leur bouche et de leurs narines.

Ensuite, la maladie a frappé les maîtres des chevaux, dévorant des trous
dans leurs poumons jusqu'à ce qu'ils s'étouffent à mort.

C'était la première fois dans l'histoire médicale qu'un virus auparavant


inconnu de la science apparaissait soudainement chez un mammifère,
puis sautait sur un autre avec un effet aussi mortel, tuant deux maîtres-
chevaux.

Le coupable: un type de morbillivirus, de la famille des virus qui


comprend la rougeole, la maladie de Carré canine et la peste bovine.

Mais on ne sait pas pourquoi il est soudainement devenu si virulent,


pourquoi il s'est adapté à tuer des humains et quand il frappera à
nouveau.
[Fin de la citation.]

En savoir plus sur Ebola

Dans le nouveau livre de John Coleman intitulé Socialism: The Road To Slavery, nous lisons
[citant:]

La population mondiale «excédentaire par rapport aux besoins» - et cela


inclut les États-Unis - est déjà décimée par des virus mutants fabriqués en
laboratoire qui tuent des centaines de milliers de personnes. Ce processus
sera accéléré dans le cadre du plan génocidaire Global 2000 du Club de
Rome - une fois que les foules auront atteint leur objectif. Les expériences
commencées en Sierra Leone avec la fièvre de Lassa et les virus mutants
visna médiatiques sont en cours de perfectionnement dans les laboratoires
de l'Université de Harvard en août 1994.

Dépeuplement d'une planète Page 121 sur 133

Un nouveau virus, encore plus mortel que le SIDA, est sur le point d'être libéré.
Les nouveaux virus de la grippe sont déjà lancés et fonctionnent avec une
efficacité mortelle. On pense que ces virus mutants de la grippe sont 100%
plus efficaces que les virus de la "grippe espagnole" testés sur les troupes
marocaines françaises à la fin de la Première Guerre mondiale. Comme les
virus de la fièvre de Lassa, le virus de la «grippe espagnole» est devenu
incontrôlable et, en 1919, a balayé le monde et tué plus de personnes que
le nombre total de victimes militaires des deux camps pendant la
Première Guerre mondiale. Il n'y avait pas moyen de l'arrêter. Les pertes
aux États-Unis ont été terribles. Une personne sur sept dans les grandes
villes d'Amérique a été emportée par la «grippe espagnole». Les gens sont
tombés malades le matin à cause de la fièvre et d'une fatigue débilitante.
En un ou deux jours, ils sont morts - par millions.

Qui sait quand les nouveaux virus mutants de la grippe vont frapper? En
1995 ou peut-être l'été 1966? Personne ne sait. La fièvre Ebola, son nom
propre, «Ebola Zaïre», du nom du pays africain du Zaïre, où elle a fait
surface pour la première fois, attend également dans les coulisses. La
fièvre Ebola ne peut pas être arrêtée; c'est un tueur impitoyable, qui agit
rapidement et laisse ses victimes horriblement tordues et saignantes de
chaque ouverture du corps. Récemment, Ebola Zaïre a fait surface aux
États-Unis, mais les médias d'information et les Centers for Disease Control
en disent peu. Des expériences de recherche sont en cours avec les virus
Ebola à l'Institut de recherche médicale de l'armée américaine impliquant
ce virus et d'autres virus très dangereux.

Quel est le but de la libération de ces terribles virus tueurs? Le contrôle


de la population en est la raison, et si nous lisons les déclarations de Lord
Bertrand Russell, Robert S. McNamara et HG Wells, les nouveaux virus
tueurs ne sont que ce que ces hommes ont dit venir. Aux yeux du Comité
des 300 et de la camarilla socialiste, il y a tout simplement trop de
personnes indésirables sur Terre.

Mais ce n’est pas toute l’histoire. La vraie raison derrière le génocide de


masse mondial alarmé est de créer un climat d'instabilité. Déstabiliser les
nations, faire vibrer le cœur des gens de peur. La guerre fait partie de ce
plan, et en 1994, la guerre est partout. Il n'y a pas de paix sur Terre. [Fin de
la citation.]

9 JANVIER 1996

Dépeuplement d'une planète

Déni de vérité

Vous garde lié dans le mensonge

Dépeuplement d'une planète Page 122 sur 133

Partie VI: Le dernier chapitre


p
29/12/95 RICK MARTIN

Dans un article de journal de l'édition du 3 décembre 1995 du Calgary


Herald, écrit par Mark Hume, nous lisons [citant:]

Péril nucléaire - L'horloge de la fin du


monde montre à nouveau des signes
d'approche vers minuit

Sur l'horloge de l'Apocalypse, il n'y a pas d'heure après minuit. Il n'y a


pas de matin après.

L'horloge, qui illustre l'ampleur du péril nucléaire dans le monde,


est figée à 17 minutes à minuit.

Les mains, fixées par le Bulletin of Atomic Scientists, ne sont déplacées qu'après un long
débat.

Certains des plus grands experts mondiaux se réuniront cette semaine à


l'Université de Chicago pour discuter de ce qui devrait être le premier
mouvement des mains depuis 1991.

La plupart des gens pensent que les mains avanceront à nouveau,


progressant pour la première fois en une décennie marquée par une
série de tiques arrière.

En 1984, alors que la course aux armements s’accélère, l’heure est passée
de trois minutes à minuit. En 1988, avec un traité soviéto-américain
limitant les forces nucléaires à portée intermédiaire, il est revenu à six
minutes à l'heure. 1990 l'a vu passer de 10 heures à minuit avec la fin de
la guerre froide et enfin, en 1991, avec la signature du traité de
réduction des armements stratégiques , il est revenu à son heure actuelle.

«Je mettrais ça près de minuit en ce moment», a déclaré John Mate, un


militant anti-nucléaire pour Greenpeace International, qui pense que
le temps presse à nouveau.

"À moins que la France et d'autres signent un traité d' interdiction


complète des essais , je pense qu'il y a une menace énorme."

Mate est pas un global de sécurité expert, mais il a plus d'un haut-devant
vue de la menace que la plupart, juste après avoir retourné à Vancouver
du Pacifique Sud où il a protesté contre la plus récente de la France
des essais nucléaires.

La nuit où la France a fait exploser la dernière bombe nucléaire au monde,


Mate était à bord d'un petit yacht juste à l'extérieur de la zone d'exclusion
de 20 kilomètres au large de l'atoll de Mururea, en Polynésie française.

Au loin, il pouvait voir la lueur des lumières du centre d' essais nucléaires français.

Mate a dit en regardant le rayonnement électrique chaud se refléter sur les eaux du Sud

Dépeuplement d'une planète Page 123 sur 133

L'océan Pacifique le remplit d'un sentiment de terreur.


«J'ai vu Mururée comme un lieu qui symbolise le plus grand mal que
l'humanité puisse perpétrer sur la planète», a déclaré Mate. «J'avais
l'habitude de qualifier le programme d'essais de folie nucléaire, mais
depuis que je suis allé à Mururée, je dis maintenant que c'est le mal.

Bill Epstein a ressenti les secousses politiques à New York, où, au cours
des 25 dernières années, il a servi le gouvernement canadien dans des
comités des Nations Unies concernés par la prolifération nucléaire.

Epstein a déclaré qu'en ignorant l'opinion mondiale et en continuant à


construire son arsenal nucléaire, la France a facilité la tâche à d'autres
pays pour faire de même.

"Il y a 40 pays dans le monde aujourd'hui qui ont la capacité de


fabriquer une arme nucléaire s'ils le décident", a-t-il dit. "La plupart
d'entre eux ne le font pas, car ils ont signé le traité de non-prolifération
nucléaire. Mais ils peuvent s'en retirer avec un préavis de trois mois - et
certains d'entre eux ont averti maintenant qu'ils pourraient faire
exactement cela."

Epstein a déclaré que s'il réglait l'horloge aujourd'hui, il avancerait


l'aiguille des minutes de cinq minutes - de 12 minutes à minuit. "Avec la fin
de la guerre froide, beaucoup de gens pensaient que la paix avait éclaté.
Mais il y a toujours un danger très réel", a déclaré Epstein. [fin de la
citation.]

SYNDROME DE GUERRE DU GOLFE

Dans son rapport [du Pentagone] daté du 14 juillet 1995, intitulé La


«dissimulation» du syndrome de la guerre du Golfe - Une question
d’intégrité nationale, le Dr Lindsey Arison écrit, [citant:]

Le syndrome de la guerre du Golfe est la conséquence directe sur la santé


d'une exposition prolongée (chronique} à de faibles niveaux (non létaux)
d'agents chimiques et biologiques libérés principalement par une attaque
irakienne directe via des missiles, des roquettes, de l'artillerie ou des
munitions aériennes et par les retombées des bombardements alliés.
Installations de munitions de guerre chimique irakiennes pendant la
guerre aérienne de 38 jours .

Les effets de ces expositions ont été exacerbés par les effets secondaires
délétères et synergiques des pilules de bromure de pyridostigmine non
prouvées (pilules de prétraitement d' agent neurotoxique qui ont été
administrées involontairement), des vaccins expérimentaux à base
d'anatoxine botulique (qui étaient également involontaires), des vaccins
contre le charbon, de l'uranium appauvri les résidus provenant
principalement de véhicules de champ de bataille endommagés par des
munitions anti - blindage à pointe d' uranium appauvri et, dans une bien
moindre mesure, d'autres dangers environnementaux tels que la
contamination par les feux d'hydrocarbures, les pesticides, les produits
pétrochimiques et le rayonnement électromagnétique des radars et des
équipements de communication.

Le nombre infini de combinaisons et de permutations des effets d'une


exposition chronique à de faibles niveaux non létaux d' agents
neurotoxiques chimiques à effet cumulatif , d'agents vésicants, d'agents
biologiques et de "cocktails", associés aux effets des pilules d'agent
neurotoxique,
Dépeuplement d'une planète Page 124 sur 133

les vaccins contre le botulinum et l'anthrax, les poussières d'uranium


appauvri et d'autres contaminants environnementaux ont produit les
variations infinies des symptômes chez les vétérans de la guerre du
Golfe. Par conséquent, la "maladie mystérieuse". Il y a cependant une
cause principale.

Le ministère de la Défense, cependant, continue de nier que des agents


chimiques et biologiques aient été utilisés pendant la guerre du Golfe.

Le DoD ment à nos anciens combattants et à leurs familles, au Congrès


américain et au peuple américain au sujet de l'exposition des soldats
américains à des agents chimiques et biologiques pendant la
La guerre du Golfe.[Fin de la citation.]

MALADIE DE LA GUERRE DU GOLFE - EBOLA RESTON

Dans un document reçu de Peter Kawaja intitulé Le chapitre le plus


triste de l'histoire de l'Amérique est en cours d'écriture, nous lisons
[citant:]

La maladie de la guerre du Golfe est une maladie transmissible qui se


propage pire que le sida, par simple contact occasionnel, par transpiration
ou en étant proche de quelqu'un qui tousse. Vous pouvez être infecté en
vous brossant les dents par quelqu'un dans un magasin. Vos enfants
peuvent être infectés dans une cour de récréation ou à l'école.
Mycoplasma incognitus contient la majeure partie de l'enveloppe du VIH
(SIDA), qui a été altérée par les humains. C'est un agent de guerre par
conception. Notre gouvernement est impliqué dans ce grand crime et cette
dissimulation. Une panique nationale / mondiale va être créée, d'une telle
ampleur, qu'elle menacera notre existence même. Ce même gouvernement
interviendra alors pour proposer une solution; ils auront "un antidote", un
traitement, mais seuls ceux qui accepteront la carte d'identité médicale
seront traités, tous les autres seront considérés comme un danger et une
menace pour la société, traqués, emprisonnés ou tués. Les Américains
accueilleront favorablement cette solution, se tourneront vers leurs
voisins et amis pour survivre. En même temps, cet instrument suspendra
la Constitution de ces États-Unis, pour permettre le règne des Nations
Unies, le Nouvel Ordre Mondial, un Gouvernement Mondial.

L'Amérique sera asservie. Environ 40% (de sources confidentielles) de


la population américaine est déjà porteuse d'une forme (ou d'une
autre) de VIH, car il existe maintenant plus de 2000 souches, faisant de
près de la moitié de la population un porteur pour infecter d'autres
(exemple ) Ebola Reston, un agent mortel à action lente , qui met des
années à se manifester, vous tuant dans une douleur pire qu'Ebola
Zaïre, qui agit rapidement.

Le gouvernement divulgue déjà des articles dans les médias grand public,
avertissant l'Amérique: ce n'est pas SI, mais QUAND, nous ferons bientôt
face à une épidémie mondiale. Ils vous préparent à ce qu'ils savent déjà et
ont prévu. Ce qu'ils disent, cependant, c'est que cela se produira par
accident, à cause des voyages aériens internationaux, et
Les Américains le croient.[Fin de la citation.]
Dépeuplement d'une planète Page 125 sur 133

ÉTUDE SUR LES SATELLITES ESPIONS NATURE

Dans un article écrit par William J. Broad. de l'édition du 28 novembre


1995 du Denver Post, réimprimé du New York Times, nous lisons [citant:]

Avec la guerre froide un souvenir qui s'estompe, les satellites espions du


pays commencent à tourner une partie de leur attention vers la nature.

En plus d'observer les cibles militaires habituelles, ils surveillent des


phénomènes naturels tels que les nuages, les glaciers, la glace de mer,
les déserts et les forêts tropicales humides pour recueillir des indices
sur les changements climatiques mondiaux à long terme et les menaces
écologiques.

À la demande pressante du vice-président Gore, et avec le soutien du


Congrès, le nouveau programme ordonne aux satellites d'espionnage
d'étudier environ deux douzaines de sites écologiquement sensibles dans
le monde. Au final, il s'agit de surveiller environ 500 sites.

Les scientifiques programment les satellites pour étudier divers


habitats vulnérables aux changements et aux dommages
environnementaux, y compris certains qui sont inhabituellement
éloignés et interdits. [Dis, l'Antarctique?]

"Pour ce qui est de transformer les épées en socs de charrue, c'est à peu
près aussi bon exemple que je puisse penser", a déclaré le Dr Jeff Dozier,
doyen de l'école des sciences de l'environnement de l'Université de
Californie à Santa Barbara et membre de la l'équipe de gestion du
programme. Les données seront archivées pour les générations futures de
scientifiques et resteront secrètes pour l'instant pour cacher les capacités
des systèmes de reconnaissance du pays, disent les scientifiques.

Les experts du renseignement essaient toujours de cacher les capacités


exactes de leurs systèmes de surveillance afin que les ennemis soient
moins susceptibles de savoir comment les échapper et les contrer. Et dans
tous les cas, les données seront les plus intéressantes dans les décennies à
venir car elles cherchent à révéler les tendances au fil du temps.

Le programme sélectionne des zones de la Terre qui sont considérées


comme particulièrement révélatrices de changements dans le monde
naturel et les photographie à plusieurs reprises selon un horaire fixe,
de façon saisonnière dans certains cas.

Les données doivent être collectées pendant des décennies, révélant


en théorie des changements écologiques subtils qui pourraient
autrement manquer. [Fin de la citation.]

LA TERRE DANS L'ÉQUILIBRE

Dans son livre Earth In The Balance - Ecology And The Human Spirit,
alors le sénateur Al Gore écrit:

<< J'en suis venu à croire que nous devons prendre des mesures
audacieuses et sans équivoque: nous devons faire du sauvetage de
l'environnement le principe organisateur central de la civilisation. Que
nous le réalisions ou non, nous sommes maintenant engagés dans une
bataille épique pour rétablir l'équilibre entre notre

Dépeuplement d'une planète Page 126 sur 133

Terre, et la marée de cette bataille ne tournera que lorsque la majorité des


gens dans le monde seront suffisamment excités par un sentiment partagé
de danger urgent pour se joindre à un effort total . "

Sur la question de la population, M. Gore écrit: << Le premier objectif


stratégique devrait être la stabilisation de la population mondiale, avec
des politiques conçues pour créer dans chaque nation du monde les
conditions nécessaires à la soi-disant transition démographique - la
transition historique et bien -le changement documenté d'un équilibre
dynamique de taux de natalité et de mortalité élevés à un équilibre stable
de faibles taux de natalité et de mortalité. "

Et aussi, "Aucun objectif n'est plus crucial pour la guérison de


l'environnement mondial que la stabilisation de la population humaine.
L'explosion rapide du nombre de personnes depuis le début de la
révolution scientifique - et en particulier pendant la seconde moitié de ce
siècle - en est l'exemple le plus clair. du changement dramatique dans la
relation globale entre l'espèce humaine et le système écologique de la
Terre. "

Gore commence ses déclarations de conclusion par: «La vie est toujours
mouvement et changement. Alimentés par les fruits du soleil et du sol, de
l'eau et de l'air, nous grandissons et créons constamment, détruisons et
mourons, nourrissons et organisons. Et à mesure que nous changeons, le
monde change avec nous. La communauté humaine devient de plus en
plus grande et complexe, et ce faisant, elle exige de plus en plus de la part
du monde naturel. Chaque jour, nous pénétrons plus profondément dans
les réserves des ressources de la Terre, utilisons davantage de ces
ressources et générons plus de gaspillage de toutes sortes dans le
processus. Le changement engendre le changement, puis se nourrit de son
propre élan jusqu'à ce que finalement le globe entier semble s'accélérer
vers une sorte de transformation profonde. "

LES GUIDESTONES DE GÉORGIE


MESSAGE ET MYSTÈRE POUR L'HOMME

[Citant:]

La réputation d'Elberton Granite comme l'une des meilleures pierres


monumentales du monde, la situation géographique du comté d'Elbert et
son destin semblent être des éléments clés dans la raison pour laquelle l'un
des monuments les plus insolites du pays a été dévoilé près d'Elberton.
Déjà appelé "America's Stonehenge", du nom des mystérieux monuments
d'Angleterre qui intriguent les hommes depuis des siècles. Les Georgia
Guidestones ont attiré une publicité nationale et promettent de devenir
une attraction touristique majeure.

D'une taille écrasante et imprégnés d'énigme, les Guidestones ont été


révélés à la nation en hiver 1979. Les guidestones sont tout aussi
mystérieux aujourd'hui qu'ils l'étaient alors - et le seront probablement
encore lorsque l'homme cessera d'enregistrer son histoire. Le monument
gargantuesque de six pièces s'élève à 19 pieds de haut dans la magnifique
région montagneuse à huit milles au nord d'Elberton et proclame un
message pour la conservation de l'humanité. Ses origines et sponsors sont
inconnus; d'où le mystère.

Les composants ont été fabriqués par Elberton Granite Finishing Company, Inc.

Dépeuplement d'une planète Page 127 sur 133

"Pyramid Blue Granite", et le président de l'entreprise, Joe H. Fendley, Sr.,


ont déclaré que le projet était l'un des plus difficiles jamais réalisés pour
son entreprise d'exploitation et de fabrication de monuments - en partie à
cause de l'ampleur des matériaux et en partie à cause de la des
spécifications rigoureuses de la part du mystérieux groupe de sponsors, "et
ces spécifications étaient si précises qu'elles ont dû être compilées par des
experts de la pierre et de la construction", a déclaré Fendley.

Il a déclaré que tout avait commencé tard un vendredi après-midi de juin


lorsqu'un homme bien habillé et articulé est entré dans ses bureaux sur
l'extension de la rue Tate à Elberton et a voulu connaître le coût de la
construction d'un grand monument à la conservation. Il s'est identifié
comme "M.
Christian. "Il a dit à Fendley qu'il représentait un petit groupe d'Américains
fidèles vivant en dehors de la Géorgie qui souhaitaient rester anonymes
pour toujours, et qu'il avait choisi le nom de" Christian "parce qu'il était
chrétien. Il a demandé où Fendley avait effectué ses opérations bancaires
et Joe l'avait placé. contact avec les deux banques locales. Wyatt C. Martin,
président de la Granite City Bank, a été choisi par "M. Christian "pour être
l'intermédiaire pour le projet mystérieux.

Selon Martin, l'homme s'est présenté à son bureau 30 minutes plus tard, a
expliqué le projet et a déclaré qu'une fois terminé, il espérait que d'autres
groupes soucieux de la conservation érigeraient encore plus de pierres
dans un anneau extérieur et porteraient le message du monument dans
plus de langues. Il a dit à Martin qu'il voulait que le monument soit érigé
dans une région éloignée des principaux centres touristiques. Le monsieur
a également déclaré que la Géorgie avait été choisie en raison de la
disponibilité d'un excellent granit, d'un climat généralement doux et du
fait que son arrière-grand-mère était d'origine géorgienne.

Martin a persuadé l'homme mystérieux que le comté d'Elbert était l'endroit


idéal pour le mémorial; et il a accepté, à condition qu'un emplacement
approprié puisse être trouvé. Il est revenu plus tard et lui et Martin ont
inspecté les sites. «M. Christian», qui s'appelait maintenant «RC Christian»,
a choisi un terrain de cinq acres sur la ferme de l'entrepreneur Wayne
Mullenix. C'est le point culminant du comté d'Elbert. Quelques semaines
plus tard, Martin a contacté Joe Fendley et lui a dit que les fonds pour le
projet étaient dans un compte séquestre et qu'il devait commencer à
travailler immédiatement. Martin a promis que lorsque le projet serait
terminé, il livrerait son dossier sur l'affaire aux sponsors anonymes et que
le secret ne serait jamais connu.

Il a dit que "Christian" lui avait dit que les sponsors avaient planifié le
monument depuis des années et que les dix "guides" pour la
conservation de l'humanité et de la Terre avaient été soigneusement
formulés comme un appel moraliste à tous les peuples,
indépendamment de leur nationalité, religion ou politique. .

FAITS GUIDESTONE (POIDS ET DIMENSIONS)

Hauteur hors tout: 19 pi, 3 po


Quantité de granit: 951 pieds cubes
Poids (total général): 237746 livres (119 tonnes)
Quatre pierres verticales: 6 pi, 6 po de largeur; 16 pi 4 po de hauteur; I ft.,
7 pouces d'épaisseur. Poids - 42437 lb chacun (moy.) - poids total 169 750
lb

Dépeuplement d'une planète Page 128 sur 133

Une pierre centrale: (la pierre Gnomen) 3 pieds, 3 pouces de large; 16


pieds, 4 pouces de haut; 1 pi, 7 po d'épaisseur. Poids - 20,957 lb total
Une pierre de calotte: 6 pi, 6 po de largeur; 9 pieds, 8 pouces de long; I
ft., 7 pouces d'épaisseur. Poids - 24832 lb total

Quatre pierres de support: (bases) 7 pieds, 4 pouces de long; 2 pi, 0 po de


largeur; 1 pi, 4 po d'épaisseur. Poids - 4875 lb chacun (en moyenne) - 19
500 lb total
Une pierre de support: (base) 4 pi, 2,5 po de long; 2 pi, 2 po de largeur; 1 pi,
7 po d'épaisseur. Poids - 2,707 lb total
Description du lettrage: Plus de 4 000 lettres sablées, chacune d'environ 4 po de hauteur.

ASPECTS ASTRONOMIQUES DES GUIDESTONES

Les quatre grands blocs verticaux pointant vers l'extérieur sont orientés
vers les limites de la migration de la lune au cours de l'année.

Un trou oblique au niveau des yeux est foré du côté sud au nord de
la pierre centrale Gnomen afin que l'étoile du Nord soit toujours
visible, symbolisant la constance et l'orientation avec les forces de la
nature.

Une fente est coupée au milieu de la pierre Gnomen pour former une
"fenêtre" qui s'aligne avec les positions du soleil levant aux solstices d'été
et d'hiver et à l'équinoxe de sorte que le soleil de midi brille pour indiquer
midi sur une ligne courbe.

La pierre angulaire comprend une sorte de calendrier où la lumière du


soleil traverse un trou de 7/8 po à midi et brille sur la face sud de la pierre
centrale. Au fur et à mesure que le soleil effectue son cycle de voyage, le
point rayonné à travers le trou peut dire le jour de l'année à midi chaque
jour.
Il faut tenir compte des variations entre l'heure standard et l'heure du
soleil pour régler le faisceau de lumière solaire à une équation de temps.

Le site, à 13 km au nord d'Elberton, en Géorgie, sur la route 77, a été


choisi parce qu'il offre une vue à l'est et à l'ouest et se trouve à portée des
levers et couchers de soleil d'été et d'hiver. Les pierres sont orientées
dans ces directions.
LES GUIDES EXPLIQUENT LE MESSAGE

Le libellé du message proclamé sur le monument est en 12 langues, y


compris les langues archaïques du sanskrit, du cunéiforme babylonien,
des hiéroglyphes égyptiens et du grec classique, ainsi qu'en anglais,
russe, hébreu, arabe, hindi, chinois, espagnol et swahili.

Les guides, suivis de préceptes explicatifs, sont les suivants. Les mots ici
sont exactement tels que les commanditaires les ont fournis:

Maintenez l'humanité sous 500 000 000 en équilibre perpétuel avec la nature.

Dépeuplement d'une planète Page 129 sur 133

Désigne la race humaine entière à son point culminant pour un équilibre permanent avec
la nature.

Guider la reproduction avec sagesse - améliorer la forme physique et la diversité.


Sans entrer dans des détails encore inconnus, cela signifie que l'humanité
devrait appliquer la raison et la connaissance pour guider sa propre
reproduction. «Fitness» pourrait être traduit par «santé». «Diversité»
pourrait être traduit par «variété».

Unir l'humanité avec une nouvelle langue vivante


Une langue «vivante» grandit et évolue avec l'avancée des
connaissances. Une «nouvelle» langue sera développée «de novo» - et n'a
pas nécessairement besoin d'être adaptée à partir des langues existantes.

Règle Passion - Foi - Tradition - et toutes choses avec une raison tempérée.
La «foi» peut ici être utilisée dans un sens religieux. Trop souvent, les gens
sont gouvernés par une foi aveugle, même si cela peut être contraire à la
raison. La raison doit être tempérée par la compassion ici - mais doit
prévaloir.

Protégez les personnes et les nations avec des lois équitables et des tribunaux justes.
Les tribunaux doivent tenir compte de la justice autant que du droit.

Que toutes les nations se prononcent en interne en résolvant les


différends extérieurs devant un tribunal mondial. Les nations
individuelles doivent être libres de développer leur propre destin
chez elles comme leur propre peuple le souhaite - mais ne peuvent
pas abuser de leurs voisins.

Évitez les petites lois et les fonctionnaires inutiles.


Explicite.

Équilibrez les droits personnels avec les devoirs sociaux.


Les individus ont une préoccupation naturelle pour leur bien-être
personnel, mais l'homme est un animal social et doit aussi se préoccuper
du groupe. L'échec de la société signifie l'échec de ses citoyens.

Prix vérité - beauté - amour - recherche d'harmonie avec l'infini.


L'infini signifie ici l'être suprême - dont la volonté se manifeste dans le
fonctionnement du cosmos - si nous le cherchons.

Ne soyez pas un cancer sur la Terre - Laissez de la place à la nature - Laissez de la place à la
nature
À notre époque, la croissance de l'humanité détruit les conditions
naturelles de la Terre qui ont favorisé toute vie existante. Il faut rétablir
un équilibre raisonné. [Fin de la citation.]

CONSIDÈRE CECI

Bien qu'il puisse sembler que j'ai présenté de nombreux écrits non liés
et divergents dans cette série sur le dépeuplement d'une planète, je
crois que maintenant vous verrez le lien direct et comment, une fois de
plus, la phrase de Little Crow, "Tout est lié à tout", est

Dépeuplement d'une planète Page 130 sur 133

réaffirmé. Les bases posées par Thomas Malthus, Georg Hegel, Karl
Marx, la Fabian Society, George Orwell, Bertrand Russell et Aldous
Huxley, ont été portées comme thèmes à travers d'innombrables
publications sur la question de la population.

En examinant les innombrables livres sur la population, il devient


extrêmement clair que, depuis plus d'un siècle, les grands et les moins
grands esprits se sont concentrés sur cette question critique qui fait face, et
claque maintenant, notre planète vivante Gaia [Shan] . Ce qui ressort en
néon lors de la révision de tous les traités sur le thème de la population,
c'est l'absence totale de Dieu. C'est vrai, Dieu. Il n'est jamais mentionné -
jamais inclus dans l'équation de l'espoir et de la résolution. Nous savons
que Dieu a aussi un Plan 2000, mais même en disant cela semble banal,
comme un retour né de nouveau . Mais ceux qui CONNAISSENT Dieu,
savent que le Plan de Dieu est tellement hors de portée de la
compréhension de l'homme que sa magnificence brillera comme le soleil
de midi.

Au lieu de l'espoir et de l'inclusion de Dieu dans l'équation de l'équilibre,


on nous présente des images de masses grouillantes qui, comme les
lemmings, se déplacent en masse vers leur destination à un moment
donné. Les conclusions sont toujours les mêmes: réduire la croissance et
dépeupler ou faire face à la ruine. Eh bien, nous pouvons être sûrs que
grâce à des endroits tels que Porton Down, en Angleterre; Fort Detrick,
Maryland; et l'Organisation mondiale de la santé, les outils de mort et de
destruction sont verrouillés et chargés et distribués aux innocents
endormis dans les pays du tiers monde où des yeux confiants regardent
ceux qui font les injections et disent dans leur langue maternelle: "Merci"
en guise de compte à rebours à leur propre mort commence.

Ai-je voulu que cette série soit une source de peur déprimante ? Loin de là.
Je suis entré dans cette série entièrement "ouverte" pour trouver toutes les
preuves qui m'ont été présentées, et je crois que les preuves sont
maintenant si accablantes, même pour les plus grands sceptiques, qu'il est
prudent de dire: "Ils essaient vraiment de nous tuer ! " Et les outils à leur
disposition traversent toutes les frontières et viennent dans ces formes
divergentes: porteurs de maladies des tiques et les puces, les nuages de
gaz, l' eau potable contaminée, sur le sabot transmission par notre viande
OUT- et des armes nucléaires. Le programme de dépeuplement est en
bonne voie et s'accélère rapidement. Et, de même, le sujet est si grand, si
écrasant dans sa portée, que la plupart se résignent simplement et lèvent
les mains en l'air et disent: "Je ne peux rien y faire."
Ce n'est pas un hasard si CNN a récemment lancé plusieurs offres
spéciales sur le virus Ebola. Le public est préparé psychologiquement à
des épidémies massives, et des épidémies massives se produiront. À ce
stade, avec tout ce qui a déjà été déchaîné sur nous, les épidémies sont
inévitables.

Ceux qui ont le pouvoir et le contrôle de ce monde ne savent pas comment


créer, mais ils sont extrêmement compétents en matière de destruction et
c'est le chemin qu'ils empruntent. Ils peuvent faire des déclarations
merveilleuses sur la nécessité de protéger la Terre Mère, comme vous
venez de le lire dans l'Agenda 21 (qui affectera tout le monde), mais le coût
en vies humaines sera sans mesure.

Vous saurez maintenant que les problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant que
planète sont si complexes, donc

Dépeuplement d'une planète Page 131 sur 133

entrelacées, qu'il n'y a pas de réponses faciles. Mais qui sont Aurelio
Peccei, Eduard Pestel, Hugo Thiemann, Carroll Wilson, Alexander King,
Saburo Okita du Club de Rome pour dicter à l'humanité qu'il faut éclaircir
les masses? Je ne préconise pas la violence, mais il fut un temps dans
l’histoire où les crimes d’une telle haute trahison contre l’humanité étaient
traités de manière très précise. À tout le moins, des membres comme les
membres du Club de Rome devraient être appelés à répondre devant un
tribunal mondial. Mais alors, je suppose qu'en suivant ce raisonnement
plus loin, les frais devraient inclure les administrateurs d'installations
telles que Porton Down, Fort Detrick et peut-être même l'Organisation
mondiale de la santé elle-même. De toute évidence, dans notre monde
actuel, cela ne se produira pas.

Ce n'est que grâce aux efforts désintéressés et courageux d'érudits aussi


brillants que Eustace Mullins, Dr.Eva Snead, Dr.John Coleman, Robert
Harris et Jeremy Paxan, pour n'en citer que quelques-uns, que l'on nous
donne le côté de l'histoire qui permet pour une vraie compréhension.
Sous le manteau noir de la sécurité nationale, toutes sortes de mal se
cachent, attendant d'effacer l'essence même de la vie avec une âme telle
que nous la connaissons.

Pour les besoins de notre discussion ici, prenons la marche de Louis


Farrakhan sur Washington. La plupart des gens savaient et s'attendaient à
ce qu'il y ait des troubles majeurs, des émeutes, de la rébellion et, pour
reprendre l'expression de Gary Wean. a lancé «des émeutes raciales et une
révolution». Et pourtant, que s'est-il passé? Le plus bel exemple de réunion
pacifique jamais vu. Et pourquoi cette marche a-t-elle été si réussie? Parce
que Dieu / Aton était inclus dans l'équation. Il était la force directrice. Son
intervention a été demandée, sérieusement, et il est intervenu et ce n'était
rien de moins qu'un miracle. Permettez-moi juste de poser une question
simple: si Dieu intercède au nom de ceux qui demandent une réunion
pacifique, ne pensez-vous pas qu'Il intercéderait directement au nom de la
préservation de sa propre création si des êtres dotés d'une âme le
demandaient partout dans une prière sincère? N'enverrait-il pas ses hôtes
pour aider à la résolution? Mais l'homme n'y pense pas et beaucoup
diraient qu'il est déjà trop tard. Eh bien, avec Dieu, oui jusqu'à minuit. ce
n'est pas trop tard.
De même, Dieu a envoyé ses hôtes en réponse à la demande d'aide de
l'homme. L'aide vient de plusieurs manières, mais plus particulièrement
sous la forme de LA PAROLE, qui signifie, connaissance. Qui écoute? Qui
lit LE MOT? Dieu a tenu ses promesses. Et je ne veux pas que cela
ressemble à une prédication, mais plutôt à le dire comme si c'était.

Comme maintenant le vice-président Al Gore l'a noté dans son livre Earth
In The Balance - Ecology And The Human Spirit, "Sir Crispin Tickell, un
diplomate et environnementaliste britannique de premier plan, a noté
dans un discours à la Royal Society à Londres en 1989 qu '" une forte
concentration de personnes est actuellement en basse altitude les zones
côtières le long de grands systèmes fluviaux du monde presque. un tiers
de l'humanité vit dans les kilomètres d'un littoral une élévation du niveau
moyen de la mer seulement. vingt-cinq centimètres aurait des effets
importants - un problème d'un ordre de grandeur auquel personne n'a
jamais eu à faire face - dans pratiquement tous les pays, le nombre
croissant de réfugiés jetterait une ombre sombre et de plus en plus
longue.

Bien sûr, la plupart des écrits sur le sujet de la population ne prennent


pas en compte la Mère Terre / Gaia qui prend ses propres mesures pour
équilibrer la planète. Ces étapes seraient

Dépeuplement d'une planète Page 132 sur 133

comprennent des changements géophysiques massifs sous la forme de


déplacement des plaques tectoniques, de raz-de-marée, de masses
terrestres montantes et descendantes, et oui, même un éventuel
déplacement polaire ou magnétique des pôles. Nous savons que les pôles
magnétiques sont, MAINTENANT, dans un état de flux et extrêmement
instables.

L'héritage de l'humanité sera-t-il celui d'une planète épuisée, d'une


coquille creuse, rayonnée et épuisée? Ou, la conscience collective
supérieure de l'homme, en co-création avec Dieu Créateur, va-t-elle
renverser cette planète en crise?

Le 8 novembre 1995, Aton a écrit:

"DE NOUVEAUX CONTINENTS SERONT FORMÉS ET ÉLEVÉS À PARTIR DES


PROFONDEURS DES MER ET LES MONTAGNES MONTERONT DE PLUS EN
PLUS ET IL Y AURA DES OCÉANS O IL Y AVAIT DES MONTAGNES ET
L'HOMME SERA PERDU DANS CES MERS. SI L'HOMME CONTINUE DE
DÉTRUIRE ET D'ANNIHILER MASSIVEMENT LE MONDE - IL SERA
ENCAPSULÉ DANS SON PROPRE ENFER ET ISOLÉ DE SES PLANÈTES
COSMIQUES ET ORBITANTES. SI L'ÉNERGIE D'UNE TELLE MAGNITUDE EST
LIBÉRÉE POUR DÉTRUIRE LA PLANÈTE, ELLE SERA ENCAPSULÉE ET
ISOLÉE POUR QUE LES VOISINS NE SONT PAS ANNULÉS.

CONCLUSION

Selon la prophétie Hopi, 1996 sera «la deuxième migration vers le nouveau
monde qui laissera derrière eux sur Grand-Mère Terre ceux qui choisissent
de continuer à détenir le pouvoir sur cette planète dans l'espace de tous les
Douze Sacrés».
Les pierres de guidage de Géorgie serviront-elles d'héritage à l'humanité,
de marqueur historique pour les civilisations futures à découvrir et à
déchiffrer? Ou les guides fourniront-ils la sagesse nécessaire à l'humanité
pour commencer à rapprocher la civilisation de son véritable héritage,
celui de l' HU-homme, l'homme universel supérieur, en relation étroite
avec Dieu?

Dans la traduction de George Lamsa de l'araméen de la Peshitta, la Sainte


Bible de l'ancien texte oriental, trouvée dans Saint-Jean, chapitre 14, nous
lisons les paroles de Jésus (Esu / Immanuel):

Que votre cœur ne se trouble pas; croyez en Dieu et croyez en moi aussi.
Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs pièces; s'il n'en était pas ainsi, je vous
l'aurais dit. je vais à
préparer une place pour vous.
Et si je vais te préparer une place, je reviendrai et t'emmènerai à moi, pour que
où je suis, vous pouvez être aussi.
Vous savez où je vais et vous connaissez le chemin. Thomas lui dit: Notre Seigneur, nous
je ne sais pas où vous allez; et comment pouvons-nous connaître le chemin?
Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité et la vie; aucun homme ne vient à mon père
sauf par moi.

Dépeuplement d'une planète Page 133 sur 133