Vous êtes sur la page 1sur 28

Cahiers d'études africaines

Vers un modèle du management africain


Alain Henry

Abstract
A. Henry — Toward a Model of African Management.
A gigantic problem: how to modernize African firms? Experts' recommendations, though reiterated, are hardly applied. Methods
for managing industry serve not only to control technical facts but also to adjust the interplay of social forces. The validity of
these methods depends, therefore, on their compatibility with customs and norms. The African firm described herein has
succeeded because detailed written procedures sanctioned by an internai auditor are followed. These procedures, which owe
much to modem organizational techniques, are adapted to the principles governing local society. In fact, they may be nothing
other than a modem way of "reinterpreting" traditional values.

Citer ce document / Cite this document :

Henry Alain. Vers un modèle du management africain. In: Cahiers d'études africaines, vol. 31, n°124, 1991. Anthropologie de
l'entreprise. pp. 447-473;

doi : https://doi.org/10.3406/cea.1991.1566

https://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1991_num_31_124_1566

Fichier pdf généré le 17/05/2018


TUDES ET ESSAIS

Alain Henry

Vers un modèle du management

africain

Les
miques
pellent
nécessité
modernité
ici
manière
lier
tion
apathie
tions
ce
une
ses
modernes
nant
doit
surmaladie
que
Observant
la
urs2
certaines
réussites
entreprises
des
aussi
une
Les
défectueuse
ainsi
capacité
entreprise
mais
nous
inlassablement
un
méthodes
nous
rapports
centralisation
modernisation
un
se
du
de
importée1
sans
la
voudrions
tiennent
fonder
spécificités
personnel
vivre
son
management
vérifierons
la
des
vieille
des
ajustement
vie
africaine
organisation
grand
experts
populations
appliquées
en
pays
décisions
sur
de
Les
idée
notamment
société
montrer
les
démotivé
cette
ce
africains
abusive
des
succès
que
spécificités
aux
une
qui
mêmes
dénoncent
comportements
culturel
entreprise
peu
pour
Corrélativement
dans
et
performances
concernées
est
au
échec
Certains
nécessaire
semblent
les
faible
année
aux
compatibles
regardé
travers
être
cette
constats
valeurs
culturelles
liens
régulièrement
de
efficace
tandis
nous
responsabilisation
entreprise
la
évoquent
une
vouées
localement
en
congruence
qui
du
sociaux
entrer
et
greffe
atypiques
Rien
essayerons
année
que
le
les
milieu
avec
opposeraient-elles
existent
la
enquête
caractère
gestion
mêmes
dans
autres
est
une
fournira
industrielle
Cependant
successivement
les
les
social
comme
entre
sorte
les
la
plaies
entre
moins
finalités
spécialistes
de
réalisée
des
STAR
recommanda
parfois
valeurs
des
interrogent
montrer
un
Nous
de
la
entreprises
les
une
sur
la
éclairage
loi
les
malédic
voire
acteurs
au
formes
écono
bonne
singu
rame
une
cohé-
et
est
donc
rap
ges
sein
une
que
les
la

Voir notamment BOURGOIN 1984) DE BANDT 1989) ETOUNGA-MANGUELLE


1990 Un des responsables de la Banque mondiale en donnait la formulation
suivante Nous nous sommes lancés un défi la mesure de celui que nous lan
ait Afrique Les gouvernements africains et leurs peuples sont certes mis
épreuve par les crises auxquels ils doivent faire face mais la Banque mondiale
aussi Ses idées mais en outre son savoir-faire sa compétence financière sont
mises épreuve Jaycox Allocution adressée au conseil de la
Banquedec 1988)
MONTESQUIEU De esprit des lois Paris Société des Belles Lettres 1958

Cahiers tudes africaines 124 XXXI-4 1991 pp 447-473


448 ALAIN HENRY

renées qui dessinent semblent montrer que les valeurs traditionnelles


trouvent un réemploi au sein même des dispositifs de organisation
industrielle leur donnant ainsi une assise indispensable Toute moderni
sation en appellerait donc une réinterprétation des valeurs qui en
chaque société se transmettent de père en fils Dans cette optique les dif
ficultés chroniques des entreprises africaines pourraient plutôt découler
une reproduction trop servile des méthodes de gestion présumées
internationales les attitudes auxquelles elles se réfèrent implicitement
demeurent souvent contradictoires par rapport aux valeurs du milieu
local

Ethnographie des entreprises industrielles

Pour aussi étranges que puissent paraître certaines des méthodes de ges
tion de notre entreprise la comparaison que nous ferons avec celles des
entreprises occidentales montrera que la STAR pas le privilège de
exotisme Dans chaque contexte on obéit autant mieux aux exigences
modernes que on sent poussé par les valeurs une tradition locale3
Les voyageurs qui après Tocqueville reviennent du Nouveau Monde rap
portent ainsi que échange social est encore largement encadré par un
respect sacré des contrats passés entre égaux De même les méthodes
découvertes en Afrique éclairent nouveau en contre-jour le caractère
plus coutumier de la société fran aise Dans cette contrée très proche les
indigènes se plaisent en effet souligner ils agissent pour se montrer
la hauteur de leur métier et non pas uniquement pour des raisons
bassement matérielles encore moins par esprit de soumission hiérar
chique Ainsi expriment-ils un souci constant de distinguer ce qui sied
leur rang de ce qui les abaisse ce qui est noble de ce qui est vil Leur col
laboration au sein des entreprises reste largement assujettie des que
relles de préséances et un dosage subtil des convenances comme le veut
un usage déjà ancien4 Il leur arrive ailleurs de étonner que leurs cou
sins nord-américains aient guère entendement en ces domaines
Notre démarche procède ainsi de cette double fa on de voyager la
fois dans espace de ces diverses contrées et dans histoire de leurs tradi
tions singulières5 chaque fois un regard minutieux porté sur le fonc
tionnement des unités industrielles peut distinguer des manières diffé
rentes exercer autorité de juger le travail accompli ou encore

Les observations rapportées sur la gestion des entreprises fran aises et nord-
américaines sont tirées des travaux de IRIBARNE 1989 voir également
SEGAL 1987 1991)
TOCQUEVILLE Ancien Régime et la Révolution chap ix in uvres
complètes Paris Gallimard 1984
Pour une analyse plus détaillée de notre démarche méthodologique voir BARBI-
CHON 1990)
LE MANAGEMENT AFRICAIN 449

organiser la coopération entre pairs6 Certains des faits observés dans


la vie des entreprises étendent ailleurs au-delà de ce cadre pour se
retrouver un niveau social plus large analyse comparative révèle
alors au sein de chaque contexte des lignes de récurrences qui appa
raissent simultanément comme des traits sociaux spécifiques Chemin fai
sant nous verrons que la gestion des entreprises africaines pourrait être
bien plus aisée on ne imagine Encore faudrait-il accepter entrer
dans la familiarité des principes qui ont cours
idée une homogénéité évidemment partielle un contexte
africain est toute relative Ainsi il est point de principe servant ordon
ner des frontières linéaires qui sépareraient des cultures nationales eth
niques villageoises ou autres Certes ces sous-ensembles qui se
découpent et se recoupent également selon diverses déterminations
seraient susceptibles de montrer des caractères distinctifs Toutefois il
semble également possible de déceler des points singuliers qui relève
raient une synthèse régionale hypothèse peut en être considérée
Afrique sub-saharienne constituant une classe identification souvent
acceptable tant pour les disciplines historiques linguistiques ou anthro
pologiques que pour les intéressés eux-mêmes Or les observations que
nous avons faites dans divers pays de la sous-région nous ont montré des
concordances significatives nous autorisant étendre la portée de cer
taines analyses7 Il nous faut enfin reconnaître que le niveau auquel nous
ajustons notre regard résulte en partie du degré approximation de nos
instruments Aucune mesure expérimentale échappe image tou
jours incomplète qui en ressort en est pas pour autant totalement incer
taine
Notre optique ne saurait non plus elle seule rendre compte de la
multiplicité des découpages sociaux des rapports de domination ou
encore des stratégies acteurs qui traversent les groupes étudiés8 Notre
propos se limitera montrer comment le contenu de leurs relations est
informé par des logiques culturelles dont la compréhension éclaire les
modes ajustement entre partenaires Tout se passe comme si nous
observions des joueurs de cartes qui utilisent sous diverses latitudes un
même paquet de figures symbolisant des typologies sociales et techniques

Diverses observations ont ainsi été menées en France aux USA au Québec en
Inde en Afrique centrale ou en Yougoslavie voir IRIBARNE 1989)
MATHEU 1987) HENRY 1988) GLOBOKAR 1989) et SEGAL 1990)
Des enquêtes similaires ont été réalisées dans autres entreprises au Cameroun
et au Burkina soit dans un rayon environ 000 km autour du lieu où réside la
STAR Les concordances relevées concernent notamment les principaux thèmes
abordés dans le présent cas Par ailleurs nous nous sommes efforcés de nous
référer des traditions issues des sous-groupes dont relèvent certains agents de
entreprise
CROZIER FRIEDBERG 1977)
450 ALAIN HENRY

identiques9 Mais selon les localités les tablées se réfèrent des règles
différentes dont originalité les rassemble Il ne en déduit pas pour
autant une détermination mécanique du comportement des joueurs
Ceux-ci doivent aussi répondre aux donnes imposent les hasards de
histoire disposant de plus une grande diversité de règles tactiques
Pour une même situation ils pourront élaborer une infinité de parties
Toutefois ils ne fourniront pas importe quel échange sauf voir leur
réunion dégénérer en bagarre de tripot10
Notre récit se situe ainsi dans un petit pays africain qui étend au nord
du 5e parallèle11 La STAR est une entreprise publique qui assure la fabri
cation et la vente directe un produit de consommation courante afri-
cum Cette production est réalisée au moyen équipements lourds qui
font appel aux techniques les plus sophistiquées électromécanique
électronique la chimie etc Notre entreprise emploie environ 650 per
sonnes dont une quarantaine de cadres Elle comporte plusieurs centres
exploitation qui assurent la fabrication et la vente en différents points
du territoire national Les clients sont servis au moyen de branchements
installés domicile La société alimente environ 26 000 abonnés Les
consommations sont facturées selon une périodicité fixe et en cas de non
paiement il est prévu de procéder une coupure de branchement Par
ailleurs la STAR se signale par quelques qualités eminentes Ses comptes
sont certifiés par un cabinet international et ses résultats financiers sont
considérés comme très satisfaisants par les experts Un document éma
nant de la Banque mondiale la cite même comme étant une des deux
entreprises de référence dans son secteur en Afrique12 Enfin au moment
de notre enquête elle ne compte plus que deux expatriés parmi ses effec
tifs le premier assurant la responsabilité du service informatique
le second étant placé en position de conseiller technique auprès de la
direction

analogie des joueurs de cartes est empruntée Claude VI-STRAUSS 1962


118)
10 regard
Selon cette
présent
analogie
les règles
on peut
elles-mêmes
ajouter que
ne sont
dans
jamais
une temporalité
totalement immuables
qui dépasseLe
le
jeu de bataille que chacun connaît est plus ce il été ne serait-ce que
parce que enseigne été exclue du groupe des figures
11 titre indicatif ce pays une population environ 35 millions habitants Le
PNB approche les 290 par habitant valeur 1987 source Banque mondiale
Notre enquête qui est déroulée début 1990 comportait outre le recueil des
documents écrits disponibles documents financiers notes organisation inter
nes rapports techniques...) des observations situ ainsi une quinzaine in
terviews semi-directives réalisées différents niveaux hiérarchiques
12 Venant de la part de la Banque mondiale et concernant une entreprise publique
ce est pas là un moindre compliment
LE MANAGEMENT AFRICAIN 451

empire des procédures

Imitant de grandes entreprises internationales la STAR est dotée


depuis quelques années un important manuel de procédures
Chaque direction dispose en propre de un ou deux volumes ensemble
étant compilé au niveau de la Direction générale Toutes les tâches tant
en ce qui concerne les domaines administratifs et comptables que pour ce
qui est de exploitation technique sont minutieusement détaillées en
suivant le cycle des diverses interventions hiérarchiques successives
existence de ce document est en elle-même remarquable Si le fait
est déjà pas courant dans les entreprises africaines il faut noter il ne
est pas non plus dans les entreprises fran aises Un ingénieur nous signa
lait récemment il avait cherché en vain de tels manuels dans sa propre
société afin de en inspirer pour une mission étranger Dans le
contexte fran ais on semble en effet soucieux éviter toute réglementa
tion qui pourrait induire une ingérence hiérarchique inacceptable Même
si les procédures bénéficient une relative légitimité dans les ordres
administratifs et comptables il est loin en être de même dans les corps
techniques est que obéissance des règles prend aussi une connota
tion servile Iribarne 1989 est bien ce dont témoigne ce manuel or
ganisation récent qui pour évaluer le niveau des postes propose comme
critère du plus bas niveau tâches répétitives instructions détaillées
orales ou écrites et comme indicateur du plus haut niveau travail
sans référence des procédures existantes dans entreprise Deguy
1986 Ainsi existence de règles trop précises serait jugée contraire la
bonne manière de responsabiliser les individus sauf bien entendu en
réserver usage aux petites gens Pourtant ce qui est présenté ici
comme une évidence presque scientifique semblerait inconsidéré en
autres lieux notamment aux tats-Unis où la vie des entreprises est
effectivement encadrée par un large édifice de textes
la STAR tous les agents quel que soit leur grade font un usage
abondant de ces documents Les cadres poussent leurs subordonnés les
lire ce un directeur relate en ces termes

Je leur dis aller lire la nuit comme des romans ... Quand il un nouveau qui
vient en lisant seulement comme un journal comme. un roman il peu près
historique de la maison quand untei faisait est-ce il faisait comment il
se débrouillait

Chacun semble considérer il faut prendre habitude de lire et de relire


ses procédures Et alors un employé indique On les lit de temps
autre quand on en besoin quand on oublie on se réfère un
autre ajoute Je fais des copies que je garde dans mon bureau si me
concerne Chaque fois quand il quelque chose je vérifie pour voir si
est ce on demandé Un propos similaire nous est également tenu
autre extrémité de la hiérarchie par un directeur
452 ALAIN HENRY

Quand nous sommes bloqués on en va relire quand même la partie qui


concerne Quand je veux savoir un peu comment inaudible dans telle direc
tion je sors ma procédure Nous-mêmes quand on des trous de mémoire on se
réfère

Et on peut vérifier que ces manuels font partie intégrante des urs de
entreprise
Si vous faites attention quand ils reviennent et si vous voyez ils cherchent
lire une procédure donc veut dire ils ont rencontré un problème ils ont eu
des ennuis ils veulent voir ils se sont trompés ou bien si ils ont suivi et malgré
ne marche pas Voilà comment ils font directeur)

voir le succès rencontré par cet outil de travail on peut se deman


der si son absence dans la plupart des entreprises africaines ne serait pas
largement due influence des méthodes fran aises organisation Les
préjugés qui semblent les caractériser se seraient ailleurs trouvés
confortés par idée célèbre une oralité inéluctable des cultures afri
caines13 La manière dont la STAR le manuel est qualifié de roman
serait en effet peu imaginable chez nous une objection adressée par un
des expatriés concernant aspect rébarbatif de ces procédures un des
directeurs de entreprise répondait spontanément il en avait trouvé au
contraire la rédaction palpitante
Pourtant lorsque on regarde ces manuels de plus près on est surpris
Toutes les opérations réalisées dans entreprise il agisse de la
réception et de envoi des télex de émission des factures de inventaire
des magasins de exploitation et de la maintenance des moteurs voire de
la préparation de la fête de fin année cf Annexe sont décrites avec
une précision peu commune Obéissant un souci du détail extrême les
rédacteurs ont systématiquement numéroté chaque ligne instruction
Dans un même esprit ils ont joint en annexe un exemplaire de tous les
bordereaux types utilisés Tout se passe comme si on avait voulu laisser
un minimum de choses au hasard Les textes expliquent ainsi pas pas
comment chacun doit procéder Le lecteur est notamment informé de la
périodicité des opérations même il agit une activité quotidienne
comme dans le cas des télex énoncé inventorie la plupart des cir
constances envisageables et il fournit occasion des solutions de
rechange défaut de pouvoir procéder normalement Enfin utilisa
teur est fréquemment invité assurer ou encore éviter oublier
tel ou tel élément

13 Cette idée pourrait bien ressortir de la manière dont nos sociétés persistent
regarder les autres sous la figure du Sauvage Voir ce sujet le très beau
texte de Michel DE CERTEAU 1975 215-248 Concernant la réalité de ce pré
jugé et la sacralisation de écrit en Afrique hui voir HENRY et al
1991 118 119)
LE MANAGEMENT AFRICAIN 453

La tradition taylorienne réinterprétée

La forme de ce document loin être fortuite répond en fait une attente


largement partagée par nos interlocuteurs Ceux-ci insistent bien sur le
fait que les procédures servent

dire noir sur blanc est-ce que chacun fait partir du premier jour de an jus
au 31 décembre toutes les tâches quotidiennes il fait soit quotidiennes heb
domadaires mensuelles ou annuelles Un des directeurs évoque les procédures de
comment-on-fait qui expliquent pour réviser une pompe vous amenez ceci vous
démontez vous faites ceci vous enlevez les roues vous les nettoyez ... On prend un
circuit est-ce on fait Voici comment on fait Donc on donne des instruc
tions des méthodes de travail Le programme est suivi parce que est sur chaîne

Notons que cet esprit est pas non plus totalement nouveau la STAR
Alors que le manuel existait pas encore il avait déjà des notes ins
tructions qui racontaient le travail Un de nos interlocuteurs nous rap
porte ainsi il avait

une fameuse note qui disait Quand abonné se présente devant vous il faut
accueillir avec sourire même il est arrivé tout rouge le faire asseoir nécessaire
ment et demander comment. Si abonné venait demander une facture savoir il
pas autres arriérés déclencher ceci cela. Et il conclut est le schéma
qui été étoffé il avait une note qui demandait même on traite le client avec
des mains de fer dans des gants de velours. Il des anciens qui ont gardé
puisque pour eux est plus facile lire

Ce souci descriptif ailleurs conduit la Direction générale faire


rédiger le document actuel par ceux qui sont sur le terrain plutôt que
par un consultant externe qui aurait pas pu être aussi bien renseigné
Un de nos interlocuteurs estime enfin que pour bien faire le manuel de
procédures aurait même dû expliquer comment vérifier une facture
Tant et si bien que comme on le voit la logique des jobs descriptions
chère aux entreprises américaines se trouve amplement dépassée
En effet dans une conception américaine alors que emploi de règles
minutieuses correspond notamment un souci impartialité on en
demeure pas moins désireux de préserver une large liberté dans la
manière dont chaque individu opère14 Dans les procédures en usage la
STAR on plutôt cherché détailler chaque tâche dans ses moindres
gestes est encore ce qui nous est souligné par ce chef de section

ai organisé ma section une manière que on travaille comme des robots


chaque agent qui est là sait que demain son arrivée ici il doit faire et et

14 IRIDARNE 1989 136 138 Pareil sens de autonomie pose de redoutables


problèmes aux managers nippons qui tentent introduire leurs méthodes dans
des filiales américaines voir Industrial Relations and Humanware Japanese
Investments in Automobile Manufacturing in the United States Haruo SHI-
MADA John MACDUFFIE Rapport MIT International Motor Vehicle Pro
gram 1987 signalé dans Gérer et comprendre no 23 juin 1991)
454 ALAIN HENRY

Donc dans ma section il pas de problèmes Par exemple le lundi mes gens
ils savent que est pour contrôler la machine ici donc on contrôle les installa
tions les mardis etc. Même si moi ai un petit retard ils savent que hui
jeudi est jeudi et il un entretien général Ils nettoient tout tout tout ...
Donc vous voyez lundi mardi ils savent quoi faire mercredi jeudi ils savent quoi
faire et vendredi ils savent quoi faire

Même il faut tenir compte de la part exagération que le propos peut


contenir il semble que on soit moins préoccupé ailleurs de autono
mie laissée aux personnes
Pareille codification des tâches ne peut que faire songer pour un
observateur occidental une conception hyper-taylorienne de organisa
tion Selon cette approche on ferait en sorte que les finalités complexes
du travail soient soustraites de la conscience des opérateurs de base Cha
cun devrait simplement acquitter selon les normes des tâches élémen
taires qui lui sont assignées ensemble devant concourir la productivité
globale du système Pourtant il est pas possible en conclure aussi rapi
dement un héritage légué par Taylor au cours un voyage en ce lointain
pays15 En effet on ne retrouve pas ici de distinction nette entre ceux qui
pensent et ceux qui exécutent une part les employés eux-mêmes ont
été associés la rédaction initiale des manuels Chaque responsable
est allé vers les agents pour ils racontent comment ils faisaient leur tra
vail et est ce qui été repris après homogénéisation autre part les
postes haut niveau de conception compris celui du directeur général
sont également encadrés par les procédures Pour ce dernier il est par
exemple prévu il doit réceptionner les demandes emploi les para
pher et donner son avis favorable ou non transmettre la demande au
directeur administratif lequel doit son tour remettre la demande la
section gestion du personnel si avis du directeur général est favorable
etc Même si le nombre des instructions diminue en fonction du grade des
intéressés la même logique se retrouve tout au long de la ligne hiérar
chique une certaine manière il agit moins de spécifier des domaines
de responsabilité comme pourraient attendre certains spécialistes en
organisation que de dicter chacun comment il doit agir
Il est clair que pour les employés les moins qualifiés peu préparés aux
contingences industrielles et administratives les manuels ont une réelle
utilité pédagogique Les nouveaux arrivants trouvent mieux que dans
un cours les solutions aux problèmes professionnels ils peuvent ren
contrer Vus sous cet angle les manuels ne seraient un simple guide

15 Notons en passant que la vision vigoureusement négative du taylorisme relève


plutôt une tendance très fran aise En effet il est notamment question de
faire évaluer par une autorité scientifique la productivité qui peut être raison
nablement attendue des salariés leur poste de travail Pareille pensée
anime un esprit évident de rationalisation qui pu être exagérée par certains
epigones de Taylor répondait aussi en partie au souci bien américain dans
âme de traiter les travailleurs avec une certaine impartialité
LE MANAGEMENT AFRICAIN 455

opératoire Pourtant il faut remarquer que tous les niveaux de la hié


rarchie ils ont force de loi voquant incident provoqué par un Fran ais
qui avait estimé normal de déroger aux procédures le directeur général
fait remarquer que si tout le monde se met faire comme il aura de
la pagaille il aura plus de société Il est vraisemblable que cet expa
trié très prémuni contre le caractère pesant des règles avait per ce
rappel ordre comme le produit une éducation trop rigoriste de ses
hôtes Il en aurait ailleurs guère jugé autrement face esprit tatillon
de ses cousins outre-atlantique Notons il aurait fait exprimer
un point de vue universellement répandu pour toutes les sociétés et
comme le rappelle un adage local étranger est un bébé
Cependant ce souci de en tenir esprit des lois plutôt leur
lettre serait-il pour autant le signe une supériorité spécifiquement fran
aise En réalité les Fran ais obéissent pas moins des règles pointil
leuses mais comme le rappelait déjà Montesquieu celles-ci inscrivent
dans un registre différent

honneur met de son chef des règles tout ce qui nous est prescrit il étend
ou il borne nos devoirs sa fantaisie soit ils aient leur source dans la religion
dans la politique ou dans la morale ... Les choses il défend sont plus rigou
reusement défendues lorsque les lois ne concourent point les proscrire et que
celles il exige sont plus fortement exigées lorsque les lois ne le demandent
pas 16

Et dans entreprise fran aise aujourdhui on observe encore ce sens


aristocratique qui veut que chacun préfère en tenir aux usages tradition
nels du métier plutôt des protocoles affinés et explicités en
nui
Nos hôtes africains pour ce qui les concerne ne semblent pas se satis
faire de règles insaisissables qui auraient leur source dans les diverses cou
tumes professionnelles Alors que on peut se demander si la mise en
place assez contraignante du manuel de procédures été facilement tolé
rée par les intéressés un des responsables rapporte une fa on pour le
moins étrange

leur plutôt fait plaisir de lire ce document voulait dire chaque agent
on le considère Maintenant que est dans tout un livre on lit son nom on
se sent plus important Je suis agent là dont on parle je suis le chef de section
dont on parle. Donc donne plus importance aux gens plus motivé
mon avis

Parallèlement on observe que intérêt qui est porté ces manuels per
duré au-delà de ce premier instant de satisfaction Ainsi un employé
affirme que tout ce que nous faisons est selon les notes instruc
tions tandis un chef de service précise avec les procédures il

16 MONTESQUIEU Livre IV Ch op cit


456 ALAIN HENRY

quelque chose de fait est concret Enfin un autre ajoute propos de


ses subordonnés que habituellement ils ne demandent pas mieux que
de recevoir des consignes et de bien les exécuter ils travaillent bien et en
principe leur suffit Acceptant de se soumettre ces règles les inté
ressés semblent même assez peu portés revendiquer une plus large auto
nomie dans leur travail On note au contraire existence de conflits dans
lesquels les ouvriers se seraient plaints de insuffisance des instructions
données par leurs chefs En fait ce sont même ces derniers qui se
prennent regretter existence attitudes trop passives Bien entendu
on objectera que le dispositif réglementaire peut être lui-même la
source de ce manque esprit initiative Le risque en est indéniable
Mais cette insistance sur le caractère déresponsabilisant des règles ne
serait-elle pas surtout fran aise Avant de traiter de cette difficulté et des
solutions elle appelle il est préférable de mieux comprendre le rôle
joué par les procédures dans la vie quotidienne de organisation

La pédagogie de la chèvre

Parce il en reprend les normes notre manuel se présente en fait


comme un nouvel avatar des techniques industrielles Il capitalise des
connaissances objectivées et impersonnelles qui se déroberaient la
mémorisation individuelle Né un mariage entre les calculs ingénieurs
et les recueils comptables le texte relève une écriture qui reconstitue le
monde pour mieux en ordonner la transformation Il procède un esprit
de rationalisation et de rentabilisation propre servir la marche de la
modernité de Certeau 1980 235-258 Bourdieu 1980 214-215 Ce fai
sant il articule simultanément sur des enjeux sociaux
Ainsi on les regarde sous un éclairage moderne les procédures
ne diffèrent pas des check-lists Comme le soulignaient déjà les propos de
nos interlocuteurs elles servent se préserver des trous de mémoire
Ce rôle constitue bien une de leur raison être principale comme le
confirme le directeur général ai tenu faire tout écrire pour pas
on me dise Ah ai oublié un II semble en effet que
étourderie fasse figure ici excuse légitime ce qui constitue ailleurs un
motif fréquent étonnement de la part des expatriés Pour eux omis
sion est une faute peu avouable si ce est la rigueur un de ses
proches Dès leur prime jeunesse ils ont appris il fallait se corriger
une telle faiblesse Par comparaison éducation de enfant africain ne
semble pas privilégier attitude consistant laisser faire des erreurs pour
conduire redresser autant se corriger en fonction de schémas préé
tablis Emy 1978 201-210 Rabain 1979 76-77 106-107 Pour les uns
erreur sera per ue comme une faiblesse trop humaine alors que pour
les autres elle restera une lacune bien naturelle il serait insensé de
vouloir ignorer Chez ces derniers on admet plus volontiers que individu
LE MANAGEMENT AFRICAIN 457

puisse être fatigué ou encore il soit court-circuite par un autre


problème Dès lors il faut lutter contre une déficience que activité
industrielle interdit mais que la morale tolère il paraît nécessaire offrir
chacun une aide adaptée où on comprend que dans ce contexte les
procédures sont une manière correcte de traiter le personnel Elles
constituent même une condition préalable si on prétend réprimer les
écarts
Assez curieusement nos interlocuteurs reconnaissent en effet une
valeur quasi normale utilisation des sanctions

suis
Si un
on remarque
quiil
aime mon
unemétier
bévue onme
vapermet
me punir
aller
heinde avant
effectivement
chef de serje
vice) ou selon un autre Suite cette mauvaise gestion de tel temps dans tel
centre bon on te sanctionne Donc est déjà quelque chose dans la mentalité
des gens on est encore punissable même après des années ce est quand même
pas une mauvaise chose en soi

les en croire le maniement répété du bâton apparaîtrait comme une


nécessité naturelle

Comme on le dit chez nous est comme la chèvre Quand on la bat un


moment donné elle se dit Si je fais ceci on va me battre et puis est fini irai
voler encore un peu de maïs est une question qui nous dépasse nous
dépasse

Et ce que la tradition toujours répété fait encore partie hui du


domaine des évidences Donnez-moi une certaine liberté pendant deux
trois mois et je peux négliger le travail ou un autre peut le négliger
directeur) ce quoi un de ses collègues ajoute Si il pas de sys
tème en place tout le monde fait ce il veut et importe qui peut faire
importe quoi ... Quand on les laisse ils croient que est la liberté
Tout le monde fait ce qui lui passe par la tête Conformément cette
conception de la vie sociale on observe effectivement que la direction
prend régulièrement des mesures disciplinaires mises pied temporaires
mutations-sanctions etc. et ceci vis-à-vis de tous les niveaux hiérar
chiques compris pour les directeurs)
Face cette politique observateur étranger échappe pas une
impression de grande sévérité Certains membres de la Direction générale
formés en France se demandent ailleurs devant nous ils ne pèchent
pas par excès de rigorisme Chose plus remarquable un des expatriés
tout en reprenant son compte idée une fluidité excessive du milieu
ai essayé de mettre partout les choses au net parce que sinon était
les vagues et la savonnette vous savez quand vous essayez de attraper
clac elle échappe ne peut simultanément empêcher exprimer un
sentiment injustice Le système de punition ici lorsque un fait
quelque chose de mal on punit Le couperet tombe Ce est pas trop
remis dans un contexte Ethnographe la manière de Monsieur Jour-
458 ALAIN HENRY

dain il interroge ainsi sur ce curieux mélange de tension et de détente


repéré par anthropologie notamment elle note la prééminence
du droit répressif sur le droit restitutif Thomas 1972 279)
Bien que les propos cités reflètent abord le point de vue de en
cadrement ils sont déjà en eux-mêmes étonnants en regard de absence
de sanctions officielles qui prévaut dans entreprise fran aise un
niveau comparable Concernant les basses catégories il semble bien que
au-delà des remous que provoquent de temps en temps les peines infli
gées ce mode de fonctionnement soit aussi relativement admis Nous
avons guère relevé de signes se rapportant une révolte larvée ni de
symptômes de frustrations collectives Au contraire on peut retenir
image de cette secrétaire qui dactylographiait en chantonnant délices de
exotisme ou de cet employé qui après un entretien détendu était pris
de court par une question posée sur les améliorations susceptibles être
apportées Si on ne sent pas le besoin on ne peut pas il faut néces
sairement sentir le besoin Remarquons enfin que on ne trouve pas ici
interventions politiques par personnes interposées visant faire
annuler les punitions Pourtant le directeur général ne bénéficie au
cun lien privilégié avec le pouvoir suprême et au cours de ses dix années
ce poste ses relations avec son ministère de tutelle ont été soumises aux
vicissitudes habituelles des entreprises africaines
est donc ce double assujettissement par des procédures détaillées et
par les sanctions il nous faut tenter éclairer maintenant Pour cela
nous devons encore faire état éléments complémentaires qui imposent
au regard du visiteur

La logique du moustique

II est ainsi frappant de constater que tout événement qui sort un régime
de fonctionnement courant suscite de graves soup ons17 Le fait vaut
ailleurs très largement extérieur de entreprise Ainsi une
caissière de la STAR réclame auprès des agents de la poste cause une
mauvaise restitution de bordereau comme elle est enjointe par ses
propres procédures ceux-ci énervent parce ils pensent elle
fait pour les déranger i.e embêter De même un client est
suspendu du fait de ses arriérés de paiement il proteste immédiatement

Quand le client viendra il ne parlera pas de factures impayées ... il va dire


abord II eu un de vos agents qui lancé une remarque désobligeante dans
ma maison Mince était méchant Vos agents se sont mal comportés vis-à-
vis de ma famille il ne pense pas la coupure pour le moment Il veut connaître
cet agent est tout une cérémonie

17 Nous avons observé ce fait plusieurs reprises dans différents pays de la région
HENRY et al 1991) ainsi que HENRY 1988 19890)
LE MANAGEMENT AFRICAIN 459

Conformément ce que bon nombre observateurs ont déjà remarqué


nos interlocuteurs tendent considérer il pas événement entiè
rement naturel Tout peut être objet une intention calculée et perverse
Tempels 1948 84-86 Emy 1978 196-197 Rabab 1979 86 104
Ortigues 1984 229 235 La vie quotidienne de entreprise offre ainsi des
occasions répétées de constater que la moindre anomalie risque de
déclencher des soup ons incontrôlés et personnalisés Ils alimentent large
ment cette rumeur bien connue de la vie sociale africaine aujour
hui ainsi commentée par un de nos interlocuteurs Quoique on dise
Afrique reste quand même une société interprétation
Soulignons une part que tout incident conduit interroger sur celui
qui en serait origine La première chose faire nous dit-on est
il faudra chercher voir qui occasionné tout Pareille manière
attribuer chaque événement action une volonté individualisée
relève en réalité une tradition déjà ancienne autre part cette inter
rogation accompagne généralement un questionnement tout aussi aigu
sur les intentions de auteur Si on considère que importe quelle idée
peut traverser la tête de importe qui on ajoute aussi une certaine
fa on que les hommes ont trop tendance agir par intérêt personnel
Ainsi un directeur déclare-t-il

est-ce qui vous dit que je ne convoite pas le poste du directeur général
est-ce qui vous dit que un des chefs de services que ai ne convoite pas ma
place ici Et pouvoir faire en sorte que tous ils puissent collaborer que les inté
rêts des uns et des autres puissent être sauvegardés ce est pas facile

Les actes gratuits seraient en effet plus rares on ne veut bien le dire Il
semble il puisse avoir là un propos commun diverses traditions afri
caines comme le confirment les recherches que nous avons pu faire au
Cameroun Henry et al 1991 énoncé qui en est donné par un des
contes de la tradition locale est particulièrement saisissant un pauvre
cultivateur qui était poursuivi par un ogre trouva refuge chez le mous
tique Celui-ci qui on le devine est un personnage fort rusé réussit
tuer agresseur Et alors que homme se demandait comment exprimer
sa gratitude son sauveur lui répliqua Va homme tu es libre Mais
oublie pas Quand aurai besoin de quelque chose je viendrai te voir
Raison pour laquelle depuis ce jour si vous entendez un moustique
bourdonner sans arrêt dans les oreilles un homme est il vient lui
réclamer ce il lui doit pour avoir sauvé un des siens Fousséni 1988
97 a-t-il meilleure fa on enseigner si ce est grâce une somatisa-
tion quotidienne il pas de cadeau désintéressé Les obligations
de la théorie du don sont poussées ici état avertissement obsédant Si
toutes les littératures traditionnelles connaissent ce genre de récits étiolo-
460 ALAIN HENRY

giques aucune notre connaissance porté enjeu un niveau aussi


élevé18
Selon cette logique solidement causaliste on considère il pas
de fumée sans feu mais en ajoutant que le seul feu est la volonté des
hommes Si on accepte additionner les questions qui hantent le milieu
social en toute circonstance imprévue il convient de se demander Qui
fait cela Pourquoi fait-il cela est-ce qui motivé Est-ce que cela
ne masque pas une certaine volonté Ne cache-t-il rien derrière la tête
intention est très très importante pèse lourd dans la décision
nous a-t-on rappelé Et est encore ainsi que entend un des cadres de
entreprise Lorsque la situation est pas tout fait nette nette nette
on va imaginer que est peut-être telle personne qui en veut qui
trouvé moyen de passer par un biais pour induire en erreur pour fau
cher le reste de ma vie
Cette insistance sur le risque de motivations humaines peu avouables
est compréhensible condition de entendre comme une puissante
mise en garde contre les tentations de malveillance Elle est alors
une fa on de donner le poids des évidences un idéal selon lequel le
prix des bonnes intentions et les manifestations de bonne volonté sont
placés au premier rang des valeurs sociales Avant toute chose chacun est
invité se montrer amical ou gentil La réprobation la plus vigou
reuse se formule par accusation de méchanceté Personne ne doit
songer écarter une stricte attitude de bienveillance Ainsi un des
directeurs ayant recevoir les abonnés sanctionnés pour retard de paie
ment explique Dans tous les cas je leur présente gentiment mes
excuses nos excuses est seulement ensuite que viennent les explica
tions sur les factures non acquittées propos des agents qui sont chargés
exécuter des contrôles et de la crainte suscitée par leur passage un de
nos interlocuteurs indique

Je leur conseille de passer leur temps causer un peu avec les agents pour les
mettre aise pour on sache que de leur nature ils ne sont pas méchants
est leur métier Il faut que quand ils vont dans un centre ils doivent inviter les
autres prendre de la bière avec eux.[...j Moi je leur dis II faut tout faire pour
discuter On inaudible travailler en ami

Les ouvriers de bonne volonté

est dans cette optique que on peut mieux comprendre intérêt du


manuel de procédures Nous avons vu il permet de parer oubli par

18 Ainsi le livre de la Genèse nous apprends plus modestement que si le serpent


pas de pattes est parce il tenté Eve ou encore selon le floklore euro
péen que si ours pas de queue est parce il été dupé par le renard
Voir notamment TEN ZE 1976 7-16)
LE MANAGEMENT AFRICAIN 461

définition inattention est pas nécessairement le fruit une mauvaise


intention Plus largement les procédures appuient en fait sur ce il
conviendrait appeler une économie de la bonne volonté 19 En effet
dans la mesure où les procédures décrivent le travail dans des termes qui
sont pratiquement la portée du premier venu personne ne peut légi
timement déroger Le fait de recenser des actions précises et de dire
il ne le fait pas je peux arriver voir où il est de bonne
volonté ou encore selon un autre directeur Maintenant il le
manuel] si le travail ne se fait pas est que le bonhomme est de mau
vaise foi il est de mauvaise volonté Mais il faut leur donner les éléments
de base Par conséquent une conclusion négative impose elle-même
encontre de ceux qui commettent des erreurs tout en ayant pas appli
qué les règles

Nous travaillons ici suivant des procédures bien définies bien écrites est grave
quand agent concerné ou bien le chef concerné fait fi de ces procédures et
commet des erreurs là est grave montre mon avis que agent ou le chef
est malhonnête chef de service)

Il serait profondément inavouable de ne pas vouloir respecter des


ordres qui ont été aussi clairement expliqués Dans cette même perspec
tive on note cet usage courant de la vie sociale qui consiste rappeler
tous il faut faire des efforts et dont observateur étranger aimerait
croire il agit une attitude trop moralisante vestige de nos insti
tuteurs autrefois Mais partir de quel referentiel éthique peut-on
considérer que ces attitudes sont infantiles étranger reste toujours
un insuffisamment eduqué
Par ailleurs les procédures renseignent chacun sur ce que fait son
voisin Pareille clarification permet éviter les malentendus notam
ment dans les situations qui seraient autrement grosses de suspicions

Autrefois] les gens arrivaient pas piger comment se passe Les gens ne
pouvaient jamais vous porter dans leur ur parce ils se disaient Ah Ce
directeur qui vient arriver là il bloque comme si vous étiez un goulot étran
glement ... Toi le directeur qui eu rédiger cette note i.e qui ne pas
voulu] pour la confier au directeur général est toi qui. Maintenant] les gens
comprennent quand il est bloqué dans les règles il beaucoup de gens qui
comprennent là il est bloqué Il ne peut plus faire que parce que est la loi
est parce que est tel texte Maintenant est un peu clair Donc va un peu
améliore le climat social.

Ainsi les parties en présence peuvent-elles vérifier que chacun agi en

19 Nous souhaitons nous démarquer ici de économie de affection HYDEN


1980 Au-delà du rapprochement possible de certains faits observés la notion
économie de bonne volonté en effet avantage de ne pas se référer une
notion essence psychologique Elle désignerait plutôt un axe éthique qui infor
merait le déroulement des relations sociales
462 ALAIN HENRY

conformité avec les règles Un tel dispositif paraît plus indispensable


ailleurs pour pouvoir prouver ce qui motive action des uns et des
autres Certes ce principe une protection apportée par les règles se
retrouve dans tous les pays il est parfois utilisé comme un frein on se
retranche derrière la règle pour ne pas agir) il aussi un rôle positif la
règle justifie les décisions difficiles faire valoir Ici application rigou
reuse des textes permet de rassurer sur les intentions de chacun De ce
fait leur existence pourrait être la condition nécessaire une bonne colla
boration tant possible de vérifier absence de mauvaises volontés il est
alors plus aisé de se pencher sur chaque problème sans affoler
absence un tel manuel qui constitue encore le cas le plus fréquent
dans les entreprises africaines pourrait bien être obstacle majeur leur
bon fonctionnement Sans ce moyen les agents sont désarmés face aux
embûches du travail quotidien moins de bénéficier une relation ami
cale avec leurs collègues amitié qui serait alors fondée sur une histoire
personnelle commune ils restent dominés par des inquiétudes multi
formes Même si les procédures ne peuvent pas vraiment servir de ressort
initiative elles en constituent pas moins un préalable
Les cadres de la STAR manifestent ainsi un souci permanent de
compléter le manuel Il leur paraît plus sage de reconnaître que les
hommes sont souvent tentés de mal agir et il faut veiller est selon
ce principe que nous pouvons interpréter une note interne qui signale en
ces termes le problème posé par imprécision des plans urbanisme
Les chefs de centre peuvent exploiter cette situation et commettre des
malversations La direction doit se pencher sérieusement sur le problème
afin une solution soit trouvée Poussant cette logique au bout
un des directeurs nous explique que les procédures servent tout autant
se protéger contre soi-même

est pour protéger tout le monde ... Je prends par exemple une caissière qui
re oit de argent tous les jours Elle serait tentée en prendre un peu pour elle
puisque la maison elle pas assez bouffer importe qui serait tenté quand
on des difficultés i.e même les gens de bonne volonté Il faut mettre des cir
cuits qui empêchent qui réduisent Elle pourra toujours en prendre si elle veut
en prendre mais alors il faut réduire le risque Donc ... on mis des structures
simples pour protéger la fille qui prend de argent Elle est surveillée il faut
arranger ceci cela Mais est bon pour tout le monde Donc elle empêche de
voler mais la protège en même temps est mieux que aller en prison
rires

Pareille logique applique bien au-delà de cette simple circonstance


En réalité chacun se doit naturellement ainsi nomme-t-on ce qui
est pas questionnable la vertu de gentillesse Chacun se sent en effet
très embarrassé il faut refuser un service notamment ceux qui
font jouer tout le poids un lien amitié est alors que obligation de
en tenir aux règles permet de opposer des pressions indues est ce
que confirme cette employée qui dit préférer refuser un service un
LE MANAGEMENT AFRICAIN 463

ami plutôt que de laisser tomber pour avoir des ennuis au service
Vues sous cet angle les procédures permettent de se montrer fidèle ses
amis tout en continuant respecter ce qui est exigé au nom un bien
commun plus large défini ici par ordre économique de entreprise Plus
avant ce serait même plutôt en se montrant soumis aux règles que on
prouverait sa nature amicale utilisation de procédures détaillées qui
définissent les solutions propres chaque situation constitue une réponse
concrète la manière dont le milieu pose le problème de la prééminence
des intentions bien des égards le manuel de procédures apparaît fina
lement comme une nouvelle réécriture dans un cadre industriel de ces
codes relationnels détaillés qui au village fixaient avec minutie la
conduite tenir et les solutions adaptées chaque occasion Erny 1978
153 157-160 Rabain 1979 62-64)
Naturellement quel que soit le degré de précision des procédures et
même si elles sont régulièrement complétées il ne sera jamais totalement
possible faire figurer tous les cas de figure envisageables observa
tion des entreprises africaines montre alors que absence de dispositions
claires se résout généralement par le biais une consultation préalable
des chefs En cas incertitude il paraît préférable de prévenir son supé
rieur plutôt que engager une action qui pourrait le surprendre Iri-
barne 1990 Pareille attitude peut être rapprochée de ce qui enseigne au
travers de la littérature orale Il raconte en effet fréquemment que le
pouvoir revient aux plus rusés Paulme 1976 187-241 Corrélativement
les chefs sont jugés sur leur capacité ne pas se laisser prendre de court
attentisme des subordonnés serait moins dû effet entravant des pro
cédures une traduction en partie excessive du respect hiérarchique
Certains cadres de la STAR rapportent ils doivent constamment pous
ser leurs agents pour ils osent prendre des initiatives Du point de
vue des subordonnés il est normal est même là une des responsabilités
de leurs patrons que ceux-ci indiquent ce il faut faire Dans cette
optique le bon chef est précisément celui qui sait résoudre les problèmes
de détails Pour être un vrai patron il faut aussi connaître un peu les
petites choses directeur)
Paradoxalement ce sont plutôt les procédures qui jouent là encore un
rôle favorable la décentralisation une part chacun trouve par écrit
les instructions qui sont habituellement attendues du supérieur ce qui
économise bien des demandes préalables Les blocages qui seraient liés
absence du supérieur sont ainsi nettement moins fréquents On dispose
un outil qui répond véritablement aux principes de la délégation telle
elle est nécessaire au fonctionnement des entreprises modernes per
mettre que le travail avance normalement sans intervention de la hiérar
chie tout en disposant un moyen de contrôle posteriori Par ailleurs
les cadres disposent par ce biais de renseignements introuvables dans leur
formation théorique concernant le travail concret qui est effectué sous
leurs ordres Sans risquer être pris en défaut ignorance il leur est plus
464 ALAIN HENRY

facile de se rapprocher de leurs subordonnés ce qui permet de nourrir


progressivement des liens de confiance est cette condition que leurs
exhortations en faveur des initiatives seront recevables par leurs subor
donnés
Outil de formation et information aide-mémoire pour ceux qui
craignent oublier système de protection contre les tentations et les
pressions indues méthode de décentralisation les procédures sont tout
cela la fois Leur vertu réside abord dans ce elles permettent ob
jectiver au mieux ce qui était priori le moins objectivable les bonnes
intentions On comprend alors elles aient ici force de loi En effet si
chacun était autorisé les interpréter elles perdraient leur qualité essen
tielle celle de justifier objectivement les comportements Pour elles
servent prouver la bonne foi elles doivent être réputées totalement
infranchissables La valeur de argument suppose que tout le monde
sache clairement que leur application sera contrôlée et que toute mal
versation sera effectivement pénalisée est précisément sur ce point
que la fonction moderne de audit interne va intervenir

Le paradoxe du gendarme amical ou anti-sorcier

Conformément la logique pédagogique illustrée par la chèvre la fré


quence des sanctions sert fonder la force intangible des règles

Si les missions de audit ne sont pas de temps en temps accompagnées de sanc


tions est que ... les chefs de centres vont dire Bon même si auditeur vient
... il inaudible et puis est fini. Tandis que comme tout le monde sait que
Ah auditeur interne quand il est là est en quelque sorte le directeur général
et si ne marche pas là est la sanction qui je crois que marche très
bien chef de service)

un côté cette rigueur des contrôles est liée la nécessité de donner aux
procédures toute leur valeur De autre il paraît plus acceptable de juger
chacun sur sa volonté de respecter les règles plutôt que sur ses résultats
ceux-ci pouvant dépendre de contraintes qui échappent la seule volonté
un point de vue général il nous faut abord noter que auditeur de
la STAR se réfère bien aux usages courants de sa profession contrôle de
la qualité des informations vérification du bon fonctionnement des procé
dures sondages par échantillon etc Toutefois sans pouvoir entrer ici
dans ensemble des détails techniques il avère que ses méthodes in
tervention comportent des inflexions qui sont loin être négligeables
Tous les témoignages montrent ici le manuel sert de référence quasi
exclusive aux contrôles de auditeur ce que ce dernier confirme ailleurs
lui-même on fait le manuel on va vérifier seulement si
est respecté Vu sous cet aspect ce sont maintenant les procédures qui
apparaissent comme un complément indispensable exercice de audit
Cependant sa logique investigation ne saurait arrêter là Son tra-
LE MANAGEMENT AFRICAIN 465

vail articule aussi autour de obligation de bonne volonté qui fonde la


légitimité des règles auditeur interne nous donne ainsi une définition
de analyse de risques qui paraîtrait bien étrange ses collègues occi
dentaux

Dans notre analyse de risques on voit si été fait intentionnellement ou si est


par erreur que se passe ... On un entretien avec audité Quand on trouve
erreur on lui pose la question Pourquoi est passé comme ... ce
moment-là on voit si est une mauvaise compréhension de la procédure ou bien
si est une mauvaise application il bien compris mais il mal appliqué est
ce moment-là on dégage si est fait intentionnellement Par exemple si un chef
de centre attend deux ou trois jours avant de verser les fonds] on sait que est
pas régulier il pas évoqué une raison valable par exemple on fermé la
poste ou bien il eu manifestation politique il pas donné ces raisons-là on
trouve que est intentionnel

Selon un de ses collègues il agit effectivement de sentir si la personne


est de bonne foi en cherchant savoir il des contraintes qui ont
propulsé sur ce chemin ou bien si est une faute
Comme nous avions déjà relevé il semble impensable évaluer la
fiabilité du système sans focaliser immédiatement sur les individus qui le
composent et sur leurs intentions Ainsi en est-il de cet incident où un
chef de centre reconnaît avoir décidé de jouer sur les dates encaisse
ments pour accroître son volant de trésorerie Le rapport de auditeur
conclut sur le ton de évidence que ce cadre est instigateur de cette
pagaille pour laquelle il doit répondre seul Le compte rendu poursuit
en précisant que même si les caissiers ont eu aussi profiter de la situa
tion dans cette formulation ceux-ci sont passifs) ils doivent être mis
hors de cause parce ils ne sont que des exécutants qui sont obligés de
respecter les ordres donnés par leur chef Le seul coupable est fonda
mentalement celui qui voulu contrevenir aux règles Or le subordonné
direct du chef de centre pour lequel on aurait pu également tenir un rai
sonnement obéissance on peut aussi imaginer il ait été le seul ne
tirer aucun profit de la situation) voit en revanche la preuve de sa
complicité établie parce il essayé de cacher une partie des faits
Pareille attitude constitue un signe patent de mauvaise foi Dans cet
esprit il est remarquable de constater chaque fois que les auditeurs
découvrent que on tente de leur cacher les faits les événements
prennent une tournure négative Le contrôle lui-même vise ainsi confor
ter idée selon laquelle chacun doit abord faire preuve de bonne
volonté
La question qui revient ainsi de manière lancinante est de savoir si les
intéressés ont été contraints de ne pas respecter les règles ou ils ont
commis une erreur liée des circonstances particulières ou encore ils
ont pas fait suffisamment effort ou plus grave enfin ils ont tout sim
plement voulu contourner la loi Impossible de ne pas songer ici la crite
riologie proposée en autres temps et en autres lieux par un mission-
466 ALAIN HENRY

naire-philosophe Tempels 1948 Nos propres observations corroborent


en effet largement idée selon laquelle la responsabilité est proportion
nelle au degré de mauvaise volonté Tout en signalant que nous sommes
ici extérieur de la zone linguistique bantoue il est encore question de
distinguer ceux qui ont été entraînés inconsciemment sur une voie
néfaste ceux dont la volonté été momentanément déviée et enfin ceux
qui veulent anéantir 20
Poursuivant cette problématique auditeur rend compte de la totalité
de ses investigations avec une minutie inégalable mentionnant les
moindres points ils soient négatifs ou positifs lire ses rapports il
semble il interdise toute latitude interprétation Les intéressés nous
ont ailleurs confirmé que sous un certain angle leur travail ressemblait
ce qui nous avait été dit propos de agent chargé effectuer les cou
pures
II exécute quelque chose de bien précis avec les comptes rendus correspondants
... Donc en fait il pour mission que de constater On ne lui demande pas
analyser il ses pieds il va il ouvre ses yeux il constate il note il revient il
rend compte nous évite toutes les manipulations possibles

Plus largement on remarque que la fonction est enfermée ici dans un car
can étroit renforcé par invocation constante des normes techniques
professionnelles attitude parfois scientifique excès dont auditeur
se réclame ne peut que surprendre si on oublie la difficulté de sa posi
tion Il se doit notamment de prouver avec une objectivité irréfutable que
ses analyses ne sont pas impressionnées en fonction de ses relations
personnelles avec les audités Du fait de son rôle de gendarme il est
en effet éminemment soup onnable de vouloir en profiter pour être
méchant ou inversement agir avec complaisance en faveur de ses
propres amis La palette des opinions recueillies montre il là un
véritable problème qui fournit matière un débat incessant dans entre
prise Un des directeurs indique ailleurs que auditeur est lui-même
saisi par le doute
Des fois les auditeurs se remettent en cause Ils se disent Mais est-ce que ce
on fait là ce est pas... ce est pas méchant Moi je les tranquilise Je leur
dis ceci est le système qui punit Ce est pas vous La preuve[... quand un
caissier détourne de argent et que est vous qui avez vu la chose le détourne
ment en soi est une mauvaise chose seulement est vous qui avez su ... il
avait pas détourné vous ne le diriez pas ... Si vous allez poser une question sur
les sanctions auditeur je vous dirais que lui se sent déjà coupable donc autant
ne pas lui poser cette question

Et lorsque nous interrogeons un des responsables concernés on constate

20 TEMPELS 1948 91 Nous ne résistons pas idée de signaler que cette der
nière expression figure identiquement dans nos interviews et dans le texte réfé
rencé
LE MANAGEMENT AFRICAIN 467

que même il ne paraît pas foncièrement culpabilisé il exprime tout de


même une véritable crainte

Bien sûr que parfois est difficile ... Notre objectif ce est pas aller sanc
tionner mais de redresser et de trouver des solutions aux problèmes qui se posent
... ailleurs on peur de laisser passer quelque chose parce que on sait que
bon les chefs de centres un jour ils vont dire Voilà Ici là les auditeurs sont
venus ils ont trouvé ils ont pas dit donc est comme ils le font ail
leurs Donc il peut causer son voisin et autre là va dire Voilà Quand ils sont
venus chez moi ils ont tout dit parce ils sont contre moi alors que autre chef
de centre dit que ils ont trouvé et ils ont pas dit. Donc pour éviter ces
discussions là ou bien ces contestations ces critiques on dit tout

cette codification rigoureuse de la méthode de travail ajoute un usage


du secret particulièrement poussé Alors que auditeur est relativement
isolé de ses collègues il est enjoint de ne remettre ses conclusions au
directeur général Ce dernier est seul habilité communiquer les rapports
aux services destinataires et recevoir leurs opinions éventuellement
contradictoires auditeur étant il et oreille du directeur général
il lui est en quelque sorte interdit être sa bouche Le secret qui
entoure ses rapports offre une protection propre éviter les tentations
manipulatrices où elles viennent Alors que dans un contexte nord-
américain la préoccupation objectivité conduit exiger une large diffu
sion de ce type de documents cette même préoccupation impose ici une
diffusion fortement restreinte Nous avions ainsi vu que obéissance des
règles détaillées va relativement de soi dans la mesure où elle se fonde
sur une éthique de bonne volonté Dans cette même perspective on
aper oit cependant un point aveugle difficile appréhender pour les
logiques qui travaillent cette société Il faut en effet nécessairement pou
voir statuer sur les situations qui sortent des cadres prédéfinis Ceux qui
ont alors la charge interpréter les intentions qui ont joué en de telles cir
constances doivent savoir juger en se tenant écart de toute fidélité per
sonnelle Cette problématique qui est ici celle de auditeur interne fait
écho celle qui incombait déjà ses ancêtres devins-guérisseurs Comme
eux il la délicate mission de déceler les motivations profondes et
invisibles de ses pairs Comme eux il doit statuer en se pla ant contre-
courant de toutes les tendances de la vie publique et rebours de son
éducation Anti-sorcier par fonction il est constamment soup onné de
devenir son propre contraire de Rosn 1981 360-363 Dans cette
optique il est naturellement enfermé dans un corps de règles rigoureuses
qui le protègent parce elles prouvent il ne fait pas ce il veut
ce qui pourrait être une manière de définir le sorcier Utilisant la science
un point qui confine la ritualisation religieuse il montre que ses
décrets viennent de plus haut que lui
468 ALAIN HENRY

organisation moderne expression une éthique ancestrale

Bien évidemment la STAR ne constitue pas un bloc social homogène


dans lequel de surcroît la vie serait idyllique Nous avons vu la fonction
auditeur alors elle clôture les logiques du discours social reste hété
rogène par rapport aux évidences qui expriment Quelles que soient
les légitimités qui fondent sa présence elle occupe un lieu essentiel mais
inquiétant et contradictoire Elle ouvre sur des débats difficiles voire sur
de sérieux conflits intéressé cite ainsi un cas où il se serait trouvé en
danger suite un rapport qui avait conduit la direction sanctionner
Je peux vous confirmer que pendant trois jours je ne suis pas sorti de
mon bureau puisque tout le monde criait Ah Untei là Il est trop
sévère est lui qui a... Les préceptes éthiques qui donnent sens aux
arguments des acteurs ne permettent pas pour autant de statuer défini
tivement en toutes circonstances En fait les logiques culturelles ne per
mettent pas tant de fixer invariablement la conduite des hommes que ce
ils croient ou affirment devoir être fait Lévi-Strauss 1988 144 ils
puissent ne pas observer fidèlement leurs principes ou même ils en
donnent des relectures nuancées selon leurs sous-groupes appartenance
ou leur éducation particulière empêche pas ils vouent un respect
spontané envers certaines valeurs communes Effectivement les agents
peuvent ruser avec les contraintes de organisation parfois par paresse
simplificatrice mais aussi au nom de stratégies plus ou moins avouées
Ainsi est-il arrivé un cadre ait dû préciser nouveau une procédure
parce elle laissait la fenêtre ouverte pour tout De même observa
teur peut aisément distinguer des services moins dynamiques que autres
ou des tâches qui se révèlent plus ingrates Cependant il nous paraît signi
ficatif de noter que un des cadres qui fait le plus état de difficultés est
aussi celui qui semble précisément tirer le moins bien parti de la logique
organisationnelle en place et qui déclare ne pas savoir si ses agents lisent
et comprennent les procédures
La gestion industrielle doit obéir aux rationalités techniques et écono
miques Le principe en est guère contestable les machines sont sou
mises aux lois de la physique et les entreprises doivent également se
conformer des règles financières Toutefois efficacité industrielle
dépend de la mise en uvre toujours conflictuelle une triple
contrainte technologique économique mais aussi sociale état des
connaissances dans ce dernier domaine comparativement aux deux pre
miers reste embryonnaire et il est encore peu entré dans le domaine des
entreprises Pourtant la vie sociale et donc la vie industrielle tirent leur
force des initiatives individuelles et collectives Les méthodes organisa
tion fussent-elles tournées vers des rationalités modernes doivent aussi
répondre la conception que les intéressés se font de la bonne manière de
vivre et de travailler ensemble Pour que les individus acceptent de sacri
fier librement une part de leurs intérêts légitimes au profit de la collecti-
LE MANAGEMENT AFRICAIN 469

vité organisation doit répondre leurs inquiétudes communes et ap


puyer sur des valeurs ils révèrent Faute de quoi on encourt le risque
de ne rencontrer que démotivation ou révolte Faut-il alors nouveau se
demander si ouvrier africain ressemble abord un ouvrier ou abord
un Africain Aucun de ces regards ne semble pouvoir être définitive
ment privilégié sauf se placer implicitement dans un ordre éthique par
ticulier Recoupant les observations faites au sein des entreprises et les
données propres leurs contextes nous avons essayé de mettre en
lumière ici des singularités éthiques propres chaque contexte Partout
dans expression qui est donnée des besoins matériels voire des appétits
individuels ou dans la signification accordée aux compétences techniques
il exprime aussi une aspiration être reconnu comme un homme de
bien Mais alors que les mêmes vertus sont nommées dans toutes les
langues la manière dont ces vertus sont comprises et la place elles
occupent diffèrent sensiblement Dans le contexte que nous venons ana
lyser la primauté semble devoir être accordée ceux qui agissent en
hommes de bonne volonté Les procédures parce elles prennent
appui sur une éthique héritée une haute tradition poussent agir dans
un sens favorable aux objectifs de entreprise Elles sont bien plus un
simple système de contrôle pour la gestion Parce elles jouent sur le
registre des valeurs les plus sacrées elles font appel une motivation
spontanée Alors que on aurait pu considérer que ce mode organisa
tion est contraire au dynamisme industriel on observe au contraire il
permet ici de mobiliser les énergies Les résultats techniques de la STAR
mais surtout sa capacité endogène progresser en restant relativement
écart des recommandations des experts justifient bien le qualificatif
entreprise en développement

Caisse centrale de coopération économique


Paris 1991
ALAIN HENRY

ANNEXE
FICHE DE PROC DURE

STAR DIRECTION ADMINISTRATIVE

FONCTION BOAKO 401

REVISION GESTION DU PERSONNEL PR PAR PAR INDEX PAGE

PROC DURE 401 TE DE FIN ANN

RESPONSABLE OP RATION
FR QUENCE
TE DE FIN ANN

LE CHEF SECTION Organise la fête


UVRES
SOCIALES
Fait le programme choisit le jour heure et les soumet
approbation du Directeur Général

Fait dresser un appatam

Fait louer des chaises

Fait dresser les tables


Fait placer le personnel cadres agents de maîtrises
supérieures et simples agents exécutions

Fait le choix du menu

Fait le choix et prépare les cadeaux pour les retraités

Prévoit la musique pour égayer la fête


Cherche un photographe

Constitue un album de la fête


LE MANAGEMENT AFRICAIN 471

BIBLIOGRAPHIE

BANDT DE
1989 Les problèmes et perspectives du développement industriel en Afrique
réflexions sur le modèle industriel Notes et tudes no 20 Paris Caisse
centrale de Coopération économique CCCE)
BARBICHON
1990 ethnologie des organisations propos de la logique de honneur
Ethnologie fran aise nos 2-90
BERRY
1988 Taylor et les robots les raisons une incompatibilité Réalités indus
trielles Numéro spécial des Annales des Mines janvier 1988 43-51
BOURDIEU
1980 Le sens pratique Paris ditions de Minuit
BOURGOIN
1984 Afrique malade du management Paris Jean Picollec
BUREAU
1979 insertion des Africains dans industrie Projet novembre 1979
069-1 089
CERTEAU DE
1975 écriture de histoire Paris Gallimard Bibliothèque des histoires
1980 invention du quotidien Arts de faire Paris UGE coll 10/18
CROZIER FRIEDBERG
1977 acteur et le système Paris ditions du Seuil
DEGUY
1986 Définition de fonctions évaluation des emplois Paris ditions Organisa
tion
DESAUNAY
1982 entreprise ivoirienne est quoi même Ronéo Paris Centre HEC-ISA
ERNYP
1978 enfant et son milieu en Afrique noire Paris Payot
ETOUNGA-MANGUELLE
1990 Afrique a-t-elle besoin un ajustement culturel Paris Nouvelles du Sud
FOUSS NI
1988 Contes Tem Dakar Les nouvelles éditions africaines
472 ALAIN HENRY

GLOBOKAR
1989 Culture régionale et autorité des contremaîtres dans une usine Yougos
lave Annales des Mines Série Gérer et comprendre sept 1989 78-86
GR GOIRE
1986 Les Alhazai de Marodi histoire un groupe de riches marchands sahéliens
Paris Orstom Travaux et documents no 187
1990 Formation un capitalisme africain les Alhazai de Kano in Dyna
mique des systèmes agraires la dimension économique Paris Orstom
Colloques et séminaires 149-161
HENRY
1988 Peut-on redresser une entreprise en respectant la parole des ancêtres
Annales des Mines Série Gérer et comprendre sept 1988 86-94
1989a Les voies une gestion efficace en Afrique Marchés tropicaux no 272
26 mai 1989
1989b Coupeur électricité au Kangana Annales des Mines Série Gérer et
comprendre juin 1989 70-74
HENRY A. TCHENTE H. GUILLERME-DIEUMEGARD Ph
1991 Tontines et banques au Cameroun les principes de la société des amis Paris
Karthala
HYDEN
1980 Beyond jaama Tanzania Under development and Uncaptured Peasan
try Berkeley University of California Press
IRIDARNE
1986a Vers une gestion culturelle des entreprises Annales des Mines Série
Gérer et comprendre sept 1986 77-85
1986b Cultures nationales et gestion un problème de ponts roulants dans une
entreprise camerounaise Annales des Mines Série Gérer et
comprendre dec 1986 71-77
1989 La logique de honneur gestion des entreprises et traditions nationales
Paris ditions du Seuil
1990 Face impossible décentralisation des entreprises africaines Revue
fran aise de gestion sept 1990 28-39
LABAZ
1988 Entreprises et entrepreneurs du Burkina-Faso vers une lecture anthropolo
gique de entreprise africaine Paris Karthala
LEMARCHAND
1989 African Peasantries Reciprocity and Market The Economy of Affection
Reconsidered Cahiers tudes africaines no 113 XXIX-1 33-67
VI-STRAUSS
1962 La pensée sauvage Paris Pion
1988 De près et de loin Paris Jacob
MATHEU
1986 La familiarité distante Annales des Mines Série Gérer et
comprendre mars 1986 81-94
1987 Taylor et Peters au pays Arjuna Revue fran aise de gestion sept
1987 22-32
LE MANAGEMENT AFRICAIN 473

1990 ombre de Rembrandt Annales des Mines série Gérer et


comprendre dec 1990 34-46
NiSBET
1984 La tradition sociologique Paris PUF
ORTIGUES et
1984 dipe africain Paris Harmattan
ULME
1976 La mère dévorante Essai sur la morphologie des contes africains Paris
Gallimard
RABAIN
1979 enfant du lignage du sevrage la classe âge chez les olo du Sénégal
Paris Payot
ROSN DE
1981 Les yeux de ma chèvre Sur les pas des maîtres de la nuit en pays Douala
Paris Pion
SEGAL J.-P
1987 Le prix de la légitimité hiérarchique une comparaison franco-améri
caine Annales des Mines Série Gérer et comprendre juin 1987
66-77
1990 Les pièges du management interculturel une aventure franco-québé
coise Annales des Mines Série Gérer et comprendre dec 1990
47-58
1991 Peut-on vaincre les résistances au contrôle de gestion en France
Revue fran aise de gestion janv 1991 72-81
TEMPELS
1948 La philosophie bantoue Paris Présence Africaine
TEN ZE M.-L
1976 Le conte populaire fran ais III Paris Maisonneuve et Larose
THOMAS L.V
1972 Ethnologie négro-africaine Ethnologie régionale Paris La Pléiade
246-357