Vous êtes sur la page 1sur 17

LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

Table des matières

LES GLANDES ENDOCRINES ...................................................................................................................................... 2


LES GLANDES SURRÉNALES ...................................................................................................................................... 2
1. Généralités ............................................................................................................................................................. 2
2. D éveloppement des surrénales .............................................................................................................................. 2
3. Structure de la corticosurrenale............................................................................................................................. 3
4. Structure de la medullosurrenale ......................................................................................................................... 4
5. Vascularisation et innervation de la surrenale ..................................................................................................... 4
LE PANCREAS ENDOCRINE ........................................................................................................................................ 5
1. Generalites ............................................................................................................................................................ 5
2. Developpement du pancreas endocrine................................................................................................................... 6
3. Structure des ilots endocrines ................................................................................................................................ 6
4. Vascularisation et innervations ............................................................................................................................. 6
5. La regulation au sein des ilots ........................................................................................................................... 7
LA THYROIDE ............................................................................................................................................................... 7
1. Generalites ............................................................................................................................................................ 7
2. Developpement de la thyroïde .............................................................................................................................. 7
3. Structure histologique ........................................................................................................................................... 7
4. Vascularisation et innervation .............................................................................................................................. 8
5. H istophysiologie .................................................................................................................................................. 8
LES PARATHYROÏDES ................................................................................................................................................ 10
1. Generalites .......................................................................................................................................................... 10
2. Developpement .................................................................................................................................................... 10
3. Structure histologique .......................................................................................................................................... 10
4. Vascularisation et innervation ............................................................................................................................ 10
5. H istophysiologie ................................................................................................................................................ 10
L'HYPOPHYSE ............................................................................................................................................................. 11
1. Généralités ........................................................................................................................................................... 11
2. Developpement de l'hypophyse ............................................................................................................................ 11
3. Structure de l'adenohypophyse............................................................................................................................. 12
4. Vascularisation de l'hypophyse ........................................................................................................................... 14
5. Structure de la neuro-hypophyse .......................................................................................................................... 15

Dr BENSENOUCI.A Page 1
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

LES GLANDES ENDOCRINES

Le système endocrinien est constitué par des organes ou des ensembles cellulaires specialisés
élaborant des hormones actives sur des cellules cibles ou des organes cibles situés à distance.
Les hormones sont des composés soit hydrophiles (polypeptides, proteins), soit hydrophobes
(steroids, derives d’acides gras, hormones thyroides).
Du point de vue histologique, on peut distinguer:
- Le système endocrinien diffus: Ce sont les cellules endocrines isolées dans certains épithéliums
(digestif, respiratoire...).
- Les glandes endocrines diffuses: amas cellulaires specializes à l’interieur d’organes possédant
d’autres fonctions. (glande interstitielle du testicule, ovaire).
- Les glandes endocrines proprement dites, dont tout le parenchyme a une fonction endocrine. Leur
structure peut être :
 Trabéculaire orientée (cortico-surrénale)
 Trabéculaire non orientée (médullo-surrénale,parathyroïdes, hypophyse)
 Vésiculaire (thyroïde).

Les glandes surrénales

1. Généralités
Glandes paires de 10 à 12 g chez l'homme, situées contre le pôle supérieur des reins.
Elles sont formées par l'association de 2 glandes endocrines distinctes:
L a corticosurrénale périphérique, représente 80% du poids de l'organe, d'origine mésoblastique,
à structure trabéculaire orientée, sécréte des hormones stéroïdes.
L a médullosurrénale centrale, d'origine neurectoblastique, à structure trabéculaire non orientée et à
sécrétion protéique.

2. D éveloppement des surrénales


 La corticosurrénale
Elle apparaît vers la 5e semaine par une prolifération du mésothélium coelomique postérieur en
dedans des ébauches gonadiques. Des cordons cellulaires s'enfoncent dans le mésenchyme, puis se
séparent de l'épithélium coelomique pour rejoindre (vers 7 semaines), puis englober (entre 2 et 4 mois), les
ébauches de la médullosurrénale.
 La médullosurrénale
Elle dérive des crêtes neurales, qui se séparent du tube neural au moment de sa fermeture, pour
former des cordons latéraux. Par segmentation métamérique, les crêtes neurales sont à l'origine des
ganglions spinaux.
Après le début de la segmentation, des cellules nerveuses souches s'échappent des crêtes et migrent
dans le mésenchyme formant les sympathogonies, qui vont suivre 2 voies de différenciation pour donner:
- Soit les sympathoblastes, à l'origine des ganglions sympathiques et des éléments préviscéraux et
intramuraux du système parasympathique.
- Soit les phéochromoblastes, cellules à différenciation glandulaire, à l'origine des paraganglions, dont
le plus important sera la médullo-surrénale.

Dr BENSENOUCI.A Page 2
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

DEVELOPPEMENT DES GLANDES SURRENALES.


(Illustration par Damien Schoëvaërt.)

3. Structure de la corticosurrenale
Le parenchyme glandulaire est formé des travées dont l'agencement détermine 3 zones:
- Zone glomérulée
- Zone Fasciculée
- Zone Réticulée
Entre les travées, le conjonctif est très réduit.
Les cellules glandulaires sont riches en lipides, d'où leur nom de "lipidocytes". Elles ont un noyau rond,
central, sont riches en réticulum lisse et renferment de la vitamine C.
La distribution des lipides dans leur cytoplasme permet de distinguer 3 types cellulaires:
o Le spongiocyte au cytoplasme clair, rempli de volumineuses enclaves lipidiques.
o Le mérolipidocyte un cytoplasme plus sombre, renferme des liposomes moins nombreux et petits.
o Le cryptolipidocyte au cytoplasme sombre, et noyau pycnotique, ne renferme pas de liposome. Les
lipides sont diffus dans la cellule.
Ces 3 types de lipidocytes sont inégalement répartis dans les 3 zones de la corticosurrénale.
3.1 La zone glomerulee
C'est la plus externe. Elle est mince (environ 15 % de la corticosurrénale), formée de petits massifs
compacts de mérolipidocytes, séparés les uns des autres par les capillaires fenêtrés.
Ces cellules sécrètent les minéralocorticoïdes, essentiellement d'aldostérone
L'aldostérone augmente la réabsorption tubulaire de Na+ et l'élimination de K+.
L'activité de cette zone est régulée par le système rénine-angiotensine.
3.2 La zone fasciculee
Médiane, elle est épaisse (75% du volume de la corticosurrénale), formée de cordons parallèles entre
eux, séparés par des capillaires fenêtrés. Ces cordons sont formés de spongiocytes.
Cette zone produit les glucocorticoïdes (le cortisol) qui augmentent la néoglucogenèse hépatique, et le
catabolisme périphérique des protéines et des lipids, et diminuent la réponse immunitaire.
L'activité de la zone fasciculée dépend de l'ACTH hypophysaire.
3.3 La zone reticulee
Profonde, peu épaisse. Elle représente environ 10 % de la corticosurrénale.

Dr BENSENOUCI.A Page 3
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

Les cordons cellulaires perdent leur orientation, ils sont formés par des cryptolipidocytes.
Cette zone sécrète des androgens, sous la dépendance de l'ACTH hypophysaire.
Les androgènes ont des effets cataboliques et masculinisants.

SCHEMA DE LA STRUCTURE HISTOLOGIQUE DE LA GLANDE SURRENALE (Illustration par Damien Schoëvaërt.)

4. Structure de la medullosurrenale
C'est une glande trabéculaire non orientée, constituée de cordons cellulaires sans orientation et
séparés par des capillaires sanguins.
Les cellules sont polyédriques, voluineuses et plus claires, elles renferment un noyau arrondi, avec un
cytoplasme riche en enclaves lipidiques et en granules chromaffines "cellules phéochromes", les aspects
morphologiques permettent d'individualiser 2 types cellulaires et des formes intermédiaires:
o Les cellules hyalochromes: Elles ont un cytoplasme éosinophile, P.A.S positif, et elles renferment
de fines granulations phéochromes contenant de l'adrénaline.
o Les cellules rhagiochromes: Elles ont un cytoplasme clair et P.A.S. négatif, et possèdent de
volumineuses granulations phéochromes renfermant de l'adrénaline et de la noradrénaline.
o Les cellules intermediaries: Ce sont des éléments de transition entre les 2 types précédents.
Ce sont des aspects fonctionnels différents de la cellule médullo-surrénalienne.
Il s'agit presque uniquement de production d'adrénaline: Elle donne seule tous les effets de la
médullosurrénale (stimule le muscle lisse, la musculature vasculaire et cardiaque, relâchement bronchique,
action hyperglycémiante). Le control est uniquement nerveux, en réponse au stress.

5. Vascularisation et innervation de la surrenale


 Les artères
Plusieurs artères traversent la capsule de la surrénale, donnant 2 types de branches :
- Des artères courtes se jetant rapidement dans les capillaires de la corticale.
- Des artères longues, traversant la corticale pour alimenter le réseau capillaire médullaire.
 Les capillaires
Ils sont étroits, fenêtrés.
Dr BENSENOUCI.A Page 4
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

Il y a continuité entre le réseau de la zone réticulée et celui de la médullaire. Les capillaires de la


médullosurrénale reçoivent ainsi du sang artériel par les artères longues et du sang veineux de la
corticosurrénale.
Cette disposition est importante du point de vue fonctionnel : Le sang veineux apporte à la
médullosurrénale les glucocorticoïdes nécessaires à la synthèse de l'adrénaline à partir de la noradrénaline.
 Les veines
La majeure partie du sang cortical emprunte le réseau capillaire médullaire avant de gagner la grande
veine surrénale centrale.
 Innervation
Innervation de la corticosurrénale: réduite, constituée par quelques fibres vasomotrices.
Innervation de la médullosurrrénale: Très développée, elle comprend des fibres vasomotrices et
surtout des fibres excito-sécrétoires. Ce sont des fibres qui se terminent à la surface des cellules glandulaires
par des synapses neuroglandulaires.
Les cellules sécrétrices sont donc l'équivalent de neurones postganglionnaires, avec un aspect et une
fonction glandulaires.

SCHEMA DE LA VASCULARISATION ET DE L'INNERVATION DE LA GLANDE SURRENALE.


(Illustration par Damien Schoëvaërt.)

LE PANCREAS ENDOCRINE

1. Generalites
Le pancréas est une glande (amphicrine) annexée au tube digestif qui pèse jusqu'à 160 g. D'origine
entoblastique.
Le pancréas endocrine est formé de petits îlots de cellules endocrines disséminés au sein du
parenchyme exocrine: les îlots de Langerhans. Ils font 0,2 à 0,4 mm de diamètre, sont richement vascularisés
et ont une structure trabéculaire non orientée.
Le pancrés contient environ un million d’ilots (1% du tissu pancréatique).
Les îlots de Langerhans renferment 4 types cellulaires différents.

Dr BENSENOUCI.A Page 5
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

2. Developpement du pancreas endocrine


Le pancréas endocrine dérive du pancréas exocrine d'origine entoblastique. sa formation se fait en 2
étapes :
- Au 3e mois de la vie intra-utérine, des cellules acidophiles se détachent de l'épithélium des conduits
exocrines, pour former les îlots primitifs de Laguesse, qui dégénèrent au 7e mois.
- Au 4e mois, des îlots secondaires, se détachent de l'épithélium exocrine formant les ilots définitifs.
3. Structure des ilots endocrines
Les îlots de Langerhans sont constitués de travées cellulaires non orientées.
Les cellules sont polyédriques et ont au moins un pôle en regard d'un vaisseau. L'immuno-histochimie
montre qu'il existe 4 types cellulaires:
3.1 Les cellules A
Elles représentent environ 15% des cellules endocrines.
Elles son situées à la périphérie des îlots: ont un noyau arrondi et volumineux, et un cytoplasme
renferme de grosses granulations acidophiles, de nombreux ribosomes libres, et peu de mitochondries;
riche en enzymes et renferme de la vit C .
Ces cellules élaborent le glucagon (hormone hyper-glycémiante), sous l'influence directe de la baisse de
la glycémie. Le glucagon agit sur les hépatocytes en stimulant la glycogénolyse.
3.2 Les cellules B
Ce sont les plus nombreuses (80% des cellules endocrines).
Elles sont plus petites que les cellules A et occupent l'intérieur des îlots: ont un Le noyau dense et
cytoplasme riche en fines granulations basophiles, en réticulum granuleux et en enzymes.
Les cellules B sécrètent l'insuline, hormone hypoglycémiante, en réponse à l'augmentation de la
glycémie. Elle augmente la glycogénogenèse hépatique et favorise la pénétration intra-cytoplasmique du
glucose dans les cellules de l'organisme.
3.3 Les cellules D
Elles représentent environ 5% des cellules endocrines, et sont dispersées à la périphérie des îlots.
Le cytoplasme renferme de fines granulations cyanophiles (bleues par l'azan de Heidenhaim et rouges
par l'hématoxyline chromique-phloxine).
Les cellules D sécrètent la somatostatine pancréatique. Sa sécrétion est provoquée par la présence
d'aliments dans le tube digestif, et par la présence de substances nutritives dans le sang. Elle est inhibée par
l'innervation parasympathique.
La somatostatine inhibe la production d'hormone hypophysaire (hormone somatotrope), inhibe la
sécrétion acide de l'estomac et inhibe la sécrétion d'insuline et de glucagon.
3.4 Les cellules PP
Peu nombreuses, elles se rencontrent uniquement dans les îlots de la tête.
Elles sécrètent le polypeptide pancréatique. Sa sécrétion est induite par l'innervation
parasympathique, en réponse à la présence de protéines et d'acides aminés dans la lumière digestive.
Il stimule la sécrétion de gastrine par les cellules G du tube digestif et stimule la glycogénolyse
hépatique (action hyperglycémiante).

4. Vascularisation et innervations
La vascularisation sanguine est très développée de celle du pancréas exocrine.
Les capillaries sont fenêtrés et dilatés.
Le pancréas endocrine est richement innerve par l’intermédiaire des fibres vasomotrices
orthosympathiques, et des fibres parasympathiques pour les cellules endocrines.

Dr BENSENOUCI.A Page 6
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

5. La regulation au sein des ilots


Elle est très complexe:
La glycémie est contrôlée par deux boucles de régulation à effets opposés, l'une avec le glucagon,
l'autre avec l'insuline.
La production de gastrine est contrôlée par deux hormones pancréatiques à effets opposés, le
polypeptide pancréatique et la somatostatine.
Au sein des îlots :
- Le glucagon stimule la production d'insuline
- L'insuline freine sa propre production
- La somatostatine freine la production de glucagon et d'insuline.
-
LA THYROIDE

1. Generalites
Située sur la face antérieure du cou, en avant de la trachée. Elle comporte 2 lobes réunis par l'isthme.
C'est la plus volumineuse des glandes endocrines pures (30 g).
Elle produit les hormones thyroïdiennes qui stimulent le métabolisme de la plupart des cellules de
l'organisme, et elle produit la calcitonine hypocalcémiante. Ces deux sécrétions sont assurées par 2 types
cellulaires distincts.

2. Developpement de la thyroïde
L'ébauche thyroïdienne apparaît à la 3e semaine de développement par prolifération de l'épithélium
du plancher de l'intestin pharyngien sur la ligne médiane en arrière de l'ébauche linguale. Les cellules
entoblastiques se multiplient, formant un cordon plein, le diverticule thyroïdien. Ce cordon augmente de
taille, s'allonge et se creuse en un canal, le canal thyréoglosse. L'ébauche thyroïdienne s'enfonce dans le
mésoblaste. Elle reste dans un premier temps en contact avec le plancher de l'intestin pharyngien par le
canal thyréoglosse. Ce canal s'oblitère et le corps thyroïde progresse pour se positionner en avant de la
trachée à la 7e semaine.
Au cours de son développement, la thyroïde entre en contact avec des formations issues des crêtes
neurales. Ces formations donnent naissance aux corps ultimobranchiaux, localisés au niveau des poches
branchiales entoblastiques. Ces corps ultimo-branchiaux correspondraient aux 5e poches entoblastiques et
c'est à leur niveau que se localisent les précurseurs des cellules C de la thyroïde. Ces cellules migreront au
niveau des follicules de la thyroïde où elles deviendront fonctionnelles.

3. Structure histologique
La glande est entourée d'une capsule conjonctive organisée en deux couches: externe fibreuse, et une
couche interne plus lâche qui émet des cloisons conjonctives divisant le parenchyme en lobules.
Dans les lobules, le parenchyme glandulaire est essentiellement constitué de follicules (ou vésicules
thyroïdiennes).
3.1 Le follicule thyroidien (ou vésicule thyroïdienne)
Il représente l'unité fonctionnelle de la thyroïde.
C'est une structure sphérique, de taille variable dans une même glande en fonction de son activité,
dont les follicules les plus volumineux sont les moins actifs.
Le follicule est bordé par un épithélium simple formé de 2 types cellulaires reposant sur la basale. Il
renferme la colloïde.
3.2 L a colloïde
Elle est constituée à 70 % d'une glycoprotéine iodée “la thyroglobuline”.

Dr BENSENOUCI.A Page 7
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

Dans les vésicules actives, la colloïde présente des vacuoles périphériques “les vacuoles de résorption”
ou “vacuoles de Max Aron”.
3.3 L a cellule folliculaire ou Thyréocyte
C'est la cellule principale, de forme cubique dans les gros follicules inactifs, et prismatique dans les
petits follicules actifs.
Elles ont un noyau rond central; au contact de la colloïde elles présentent quelques microvillosités et
de petites vacuoles; des complexes de jonction réunissent les faces latérales à proximité du pôle apical. Le
pôle basal présente des replis de la membrane plasmique traduisant une activité d'échange avec les
capillaires sanguins situés de l'autre côté de la basale.
Le cytoplasme, basophile, est riche en enzymes, avec un appareil de Golgi supranucléaire développé et
un réticulum granuleux.
Le thyréocyte élabore et résorbe la colloïde et libère dans le sang les hormones thyroïdiennes iodées.
3.4 L a cellule parafolliculaire ou cellule C
Les cellules C correspondent au deuxième type cellulaire présent dans les follicules thyroïdiens. Elles
sont situées entre les thyréocytes et n'ont pas de contact avec la colloïde mais sont en relation avec les
capillaires fenestrés.
Ces cellules sécrètent une hormone polypeptidique dans le sang, la calcitonine. Elle abaisse le taux de
calcium dans le sang en agissant sur les cellules osseuses:
- sur les ostéoclastes, en inhibant leur action et donc la libération de calcium dans le sang
- sur les ostéoblastes, en stimulant leur action.

4. Vascularisation et innervation
La thyroïde est un des tissus les plus vascularisés de l'organisme.
Le débit sanguin ( 4 ml/min/g) est comparable à celui du poumon ou du rein.
Les artères thyroïdiennes se divisent rapidement sous la capsule en de nombreuses artérioles qui
empruntent les travées conjonctives.
Les capillaires sont fins,leur endothélium est mince et parfois fenêtré.
L’innervation est principalement vasomotrice.

5. Histophysiologie
Le cycle de secretion du thyreocyte
La cellule folliculaire présente une double activité glandulaire :
- D'un côté elle élabore la colloïde, pour permettre le stockage de l'iode.
- De l'autre côté, elle libère les hormones thyroïdiennes dans le sang.
Ces deux activités se succèdent et peuvent se chevaucher dans une même cellule, les étapes
élémentaires sont:
 L a synthèse des glycoprotéines de la colloïde
Le thyréocyte élabore en particulier la thyroglobuline, riche en thyrosine. La glycosylation s'effectue
dans le cytoplasme et dans l'appareil de Golgi.
La libération des glycoprotéines dans la vésicule se fait par exocytose au pôle apical.
 L a capture de l'iode circulant
La thyroïde fixe et concentre très rapidement l'iode circulant par un mécanisme actif.
L'iode capturé au pôle basal est transporté à l'autre extrémité de la cellule.
Au pôle apical, le thyréocyte assure la fixation de l'iode sur la thyrosine de la thyroglobuline de la
colloïde, formant des iodothyrosines.
La capture de l'iode est fortement stimulée par la TSH hypophysaire.
 L a formation des thyronines
Dans la colloïde, des radicaux de iodothyrosine sont déplacés et fixés à l'extrémité d'un radical

Dr BENSENOUCI.A Page 8
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

identique, appartenant soit à la même molécule de thyroglobuline soit à une molécule voisine. Ainsi se
forment les radicaux thyronines, tri- et tétra-iodés.
 L a phase de repos
La thyroglobuline iodée reste au sein de la colloïde.
 L a production des hormones thyroïdiennes
En fonction des besoins, la cellule folliculaire pinocyte la colloïde, formant alors les images de vacuoles
de résorption.
La colloïde est dégradée par protéolyse dans des lysosomes.
Les radicaux iodo-thyrosines sont libérés. Ils sont transportés au pôle basal où la cellule libère les
hormones thyroïdiennes.
Les hormones sont la T4 ou Thryroxine ou tétra-iodothyronine et la T3 ou tri-iodothyronine.

FONCTIONNEMENT DES THYREOCYTES (Illustration par Damien Schoëvaërt.)

La regulation de l'activite folliculaire


Elle est principalement effectuée par la Thyréostimuline (ou hormone thyréotrope,T.S.H) sécrétée par
l'adéno-hypophyse, sous l'action d'un facteur hypothalamique la thyrolibérine (T.R.H).
Cette régulation est soumise à un processus de feed-back : T3 et T4 freinent la production
hypothalamique de T.R.H.
L'iode à forte dose inhibe l'action de la T.S.H. sur la glande thyroïde.
Action des hormones thyroidiennes
La T3 est la forme la plus active, et la T4 est partiellement convertie en T3 au niveau périphérique.
Ces hormones stimulent les métabolismes dans toutes les cellules de l'organisme.

Dr BENSENOUCI.A Page 9
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

LES PARATHYROÏDES

1. Generalites
Ce sont 4 petites glandes endocrines (de 50 mg) appliquées contre la face externe de la capsule
thyroïdienne. Il existe une parathyroïde supérieure et une parathyroïde inférieure de chaque côté.
Elles sécrètent une hormone hypercalcémiante “la parathormone”.

2. D eveloppement
Les parathyroïdes ont une origine entoblastique.
La parathyroïde inférieure naît de la 3e poche branchiale entoblastique.
La parathyroïde supérieure naît de la 4e poche branchiale entoblastique.
Les ébauches apparaissent vers 35 jours.
Vers 6 semaines, des massifs pleins de cellules se détachent de l'épithélium entoblastique. Ces
ébauches sont entraînées par la migration des ébauches voisines (le thymus pour la parathyroïde inférieure,
la thyroïde pour la parathyroïde supérieure).

3. Structure histologique
Ce sont des glandes trabéculaires non orientées, entourées d’une capsule très mince.
Les cordons cellulaires sont compacts, constitués de 2 types cellulaires:
- Les cellules principales
- Les cellules oxyphiles.
3.1 Les cellules principales
Mesurent 8 à 12 µ m et sont grossièrement polygonales, à noyau central. Leur cytoplasme est clair,
contient de fines granulations de lipofushine et des amas de glycogène. En micoscopie electronique, on
retrouve les organites habituels des cellules sécrétrices de peptides. L’immunohistochimie révèle la
presence de parathormone.
3.2 Les cellules oxyphiles
Plus volumineuses 20 µm leur cytoplasme est fortement acidophile, isolées ou en amas, elles sont
rares avants la puberté. Elles sont riches en mitochondries mais ne contiennent que peu de vacuoles
sécrétrices.
Des cellules intermediaries ou de transition possèdent des caractères des deux autres types de
cellules, suggérant que les cellules principales et les cellules oxyphiles appartiennent à la meme lignée
cellulaire.

4. Vascularisation et innervation
Les parathyroïdes sont très vascularisées, chacune reçoit une ou deux branches artérielles provenant
de la vascularisation thyroïdienne.
Les capillaries sont très abondants, de type fenêtré.
Les nerfs sont représentés par des nerfs vaso-moteurs.

5. Histophysiologie
Les parathyroïdes contrôlent la calcémie et la maintiennent aux environs de 100 mg Ca++ par litre.
Les cellules principales sécrètent la parathormone hypercalcémiante:
- Au niveau de l'os, elle stimule l'activité de résorption des ostéocytes; et agit sur les ostéoblastes, ou elle
provoque leur rétraction et stimule leur production de cytokines qui activent les ostéoclastes.
-Au niveau du rein, elle diminue l'excrétion du Ca++.

Dr BENSENOUCI.A Page 10
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

L'HYPOPHYSE

1. Généralités
L'hypophyse ou la glande pituitaire est une glande endocrine appendue au diencéphale en arrière du
chiasma optique. Sa plus grande partie est logée dans une cavité du sphénoïde, appellée la selle turcique, et
elle est reliée à l'encéphale par la tige hypophysaire.
Elle pèse 0,6 g chez l'homme et 0,7 g chez la femme.
L'hypophyse régule l'activité de nombreuses glandes endocrines. Elle a été considérée comme le "chef
d'orchestre des fonctions endocrines". Elle-même est contrôlée par le diencéphale, principalement par
l'hypothalamus.
Elle est constituée de 2 glandes endocrines distinctes par leurs fonctions, leur structure et leur origine
embryologique :
 L’adénohypophyse ou hypophyse glandulaire en avant:
C'est une glande endocrine trabéculaire non orientée, d’origine ectoblastique; anatomiquement elle
comprend 3 parties :
- Le lobe antérieur (A) ou ante-hypophyse (pars distalis), le plus volumineux et situé en avant dans la
selle turcique.
- Le lobe tubéral (Tu) (pars tuberalis) qui remonte dans la tige hypophysaire.
- La zone intermédiaire (I) (pars intermedia ou zone cistiforme), zone atrophiée chez l'adulte.
 La neurohypophyse en arrière:
D'origine nerveuse, c'est une expansion du plancher diencéphalique. On lui décrit 3 parties :
- L'éminence médiane (M) (infundibulum) en haut, réalise la liaison avec l'hypothalamus.
- La tige infundibulaire (T) dans la tige hypophysaire.
- Le lobe postérieur (P) ou lobe nerveux, occupe le tiers postérieur de selle turcique.

HYPOTHALAMUS ET HYPOPHYSE (Illustration par Damien Schoëvaërt.)

2. Developpement de l'hypophyse
 Apparition des ebauches
Les ébauches hypophysaires apparaissent au début de la 4e semaine:
Le toit du stomodaeum s'épaissit, juste en avant de la membrane pharyngienne, quelques jours plus

Dr BENSENOUCI.A Page 11
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

tard cette zone s'invagine en doigt de gant, formant un diverticule “diverticule de Rathke”.
En regard, la première vésicule cérébrale primitive se dilate et émet également un petit diverticule.
A ce niveau les 2 feuillets, ectoblastique et neurectoblastique s'accolent:
- Le feuillet ectoblatique forme l'adénohypophyse
- Le feuillet neurectoblastique donne la neurohypophyse.
 Evolution de l'ebauche ectoblastique
L’extrémité du diverticulese se dilate, principalement dans le sens transversal, pour donner la poche
de Rathke.
Le conduit reliant la poche au stomodaeum est appelé "le canal pharyngo- hypophysaire", qui se
collabe rapidement, puis disparaît.
Vers le 2 mois, le versant antérieur s'épaissit pour former le lobe antérieur.
La cavité s'aplatit et donne la fente hypophysaire. Elle persiste jusqu'à l'âge de 20 ans environ, puis
forme de petites cavités kystiques.
Le versant postérieur, accolé à l'ébauche nerveuse, ne développepas chez l'homme. Il sera à l'origine
de la zone intermédiaire.
Enfin, les côtés et la partie supérieure de la poche remontent le long du diverticule nerveux pour
former le lobe tubéral.
 Evolution de l'ebauche neurectoblastique
Après segmentation de la première vésicule cérébrale primitive, l'ébauche nerveuse se retrouve
appendue au plancher du diencéphale.
Sa lumière disparaît rapidement, puis la tige s'étire en restant au contact du feuillet postérieur de la
poche de Rathke.

FORMATION DE L'HYPOPHYSE (Illustration par Damien Schoëvaërt.)

3. Structure de l'adenohypophyse
C'est une glande trabéculaire non orientée faite de cordons cellulaires anastomosés, entre lesquels
cheminent les capillaires. Ces cordons sont limités en périphérie par une basale. Ils renferment :
- Des cellules non hormonogènes,
- Des cellules hormonogènes, plus nombreuses.

Dr BENSENOUCI.A Page 12
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

De nombreuses classifications ont été proposées, suivant les méthodes de coloration utilisée (la
dernière est le tétrachrome de Herlant). Maintenant, les différents types cellulaires sont définis par leurs
produits de sécrétion et sont identifiés par des méthodes immuno-histochimiques.

Les cellules du lobe anterieur


Aspect histologique d'une coupe
transversale d'un cordon du lobe antérieur

3.1 L es cellules non hormonogènes


Elles correspondent aux cellules chromophobes, représentent 10 à 15 % des cellules.
- Certaines sont groupées au centre des cordons, appellées cellules folliculaires.
- D'autres ont des prolongements qui s'insinuent entre les cellules hormonogènes “cellules stellaires”.
Le rôle des cellules chromophobes est mal connu. Elles pourraient se transformer en cellules
hormonogènes. Elles ont des propriétés phagocytaire et peuvent intervenir dans les transports ioniques.
3.2 L es cellules somatotropes
Elles sont nombreuses (environ 55 %). Elles sont plus abondantes à la périphérie des cordons.
Les grains de secretion (de 300 à 400 nm de diameter) se colorent par l'orange-G du tétrachrome de
Herlant. Le réticulum granuleux est abondant avec nombreuses mitochondries.
Les cellules somatotropes élaborent l'hormone de croissance (hormone somatotrope = Gh = STH),
cette hormone stimule:
- Le métabolisme du tissu musculaire
- La lipolyse
- La production d'IGF (insulin-like growth factor) par le foie. C'est un mitogène puissant qui agit sur
les tissus conjonctifs, ou il entraîne la croissance du cartilage, des tissus conjonctifs mous et du muscle.
3.3 L es cellules mammotropes
Elles sont peu nombreuses dans le sexe masculin et chez la femme en dehors de la grossesse (5% des
cellules de l'adénohypophyse); à partir du 4e mois de la grossesse, elles proliférent, d’ou l'augmentation de
l'hypophyse qui atteint 1,2 g à la fin de la
grossesse et pendant la lactation.
Ces cellules sont caractérisées par leurs granulations assez volumineuses (0,5 à 0,7 µ m), colorables
par l'érythrosine (au tétrachrome de Herlant).
Le noyau est assez volumineux et nucléolé.
Le réticulum granuleux est abondant. L'appareil de Golgi est développé et les mitochondries sont
volumineuses.
Elles élaborent la prolactine qui la stimule la croissance et l'activité de la glande mammaire. Durant la
grossesse, la prolactine inhibe la contraction du muscle lisse utérin.
3.4 L es cellules cortico-mélano-lipotropes
Elles représentent 5 % des cellules et sont plutôt au centre du lobe antérieur.
Elles renferment des granules polyédriques (0,2 à 0,7 µ m), basophiles, colorables par le bleu d'Aniline

Dr BENSENOUCI.A Page 13
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

(suivant Herlant), avec volumineux lysosomes et de petites mitochondries.


Ces cellules élaborent :
- L'ACTH ou hormone corticotrope, qui stimule l'activité du cortex surrénalien, provoquant la
libération de glucocorticoïdes (cortisol) par la zone fasciculée et la libération d'androgènes surrénaliens par
la réticulée.
- L'AMSH ou hormone mélanotrope: dans l'hypophyse, elle a un rôle paracrine par l’inhibition de
l'activité des cellules mammotropes et la stimulation de la sécrétion de LH par les cellules gonadotropes.
3.5 L es cellules thyréotropes
Elles représentent environ 10 % des cellules de l'adénohypophyse. Elles sont situées à l'intérieur des
travées et ont une forme irrégulière avec des prolongements vers la basale externe.
Le cytoplasme est légèrement basophile clair et pauvre en granules de petite taille (100 à 150 nm)
colorables par le bleu Alcian.
Elles élaborent la thyréostimuline ou l'hormone thyréotrope ou TSH.
La TSH agit sur le thyréocyte, en stimulant plus particulièrement la capture de l'iode circulant.
3.6 L es cellules gonadotropes
Elles représentent environ 10 % des cellules, elles sont uniformément distribuées dans les cordons.
Le cytoplasme est légèrement basophile, colorable par le bleu Alcian. Il renferme des granulations
(200 et 600 nm).
Les cellules gonadotropes sécrètent 2 hormones FSH et LH.
Environ 70% des cellules ont une sécrétion bi-hormonale, les autres sécrètent soit FSH ou LH. Ces 2
hormones agissent sur les gonades :
 Au niveau du testicule
- La LH stimule la sécrétion d'androgènes par les cellules de Leydig.
- La FSH agit au niveau de la cellule de Sertoli, en synergie avec les androgènes, elle stimule la
spermatogenèse.
 Au niveau de l'ovaire
- La FSH induit la transformation des androgènes ovariens en estradiol.
- La LH agit sur les cellules thécales et stimule leur production des androgènes ovariens, puis elle
déclenche la production de progestérone.
3.7 Le stroma conjonctivo-vasculaire
L'hypophyse est entourée d'une capsule conjonctive adhérente aux parois de la selle turcique, qui
envoie des cloisons conjonctivo-vasculaires intra-parenchymateuses. La capsule se continue autour de la
tige hypophysaire par la pie-mère.

4. Vascularisation de l'hypophyse
 Les arteres
Le sang artériel provient de la carotide interne, aborde la
glande par 2 groupes d'artères:
 Artères hypophysaires inférieures (AHI)
Il en existe une de chaque côté, qui s’anastomosent et
apportent le sang destiné au lobe postérieur et à la zone
intermédiaire.
 Artères hypophysaires supérieures(AHS)
Il en existe également une de chaque côté, elles se divisent
en abordant la tige hypophysaire et forment autour de celle-ci un
réseau d'où partent les diverses branches :
- Une branche descend directement vers le lobe antérieur.
- Une branche est destinée au lobe tubéral.

Dr BENSENOUCI.A Page 14
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

- Les autres branches alimentent le réseau capillaire dense de la zone infundibulaire et de la tige,
appelé plexus porte primaire.
 Le systeme porte de l'hypophyse
Il a un rôle physiologique majeur; il comprend 2 réseaux capillaires réunis par des veines portes:
 L e plexus porte primaire
Il est situé dans le tissu nerveux et il comprend :
- Le plexus porte primaire supérieur (P1S), le plus développé chez l'homme, est le réseau capillaire qui
irrigue l'infundibulum
- Le plexus porte primaire inférieur (P1I) qui irrigue la tige infundibulaire. Chez l'homme ces plexus
primaires forment des structures de type glomique.
 L es veines portes hypophysaires
Elles sont longues ou courtes, suivant qu'elles proviennent du plexus primaire supérieur ou inférieur.
Elles descendent en périphérie de la tige hypophysaire pour aller alimenter le réseau capillaire du lobe
antérieur.
 Le réseau capillaire porte secondaire (P2)
C'est le réseau capillaire de l'ante-hypophyse, ou l'ante-hypophyse est irriguée par du sang qui a
d'abord traversé le tissu nerveux de l'infundibulum, formant une voie de passage des médiateurs
hypothalamiques qui régulent l'activité de l'adénohypophyse.
 Les veines del'hypophyse
L'ensemble du sang veineux de l'hypophyse rejoint un sinus veineux capsulaire sous-pituitaire qui se
draine dans le sinus caverneux.

5. Structure de la neuro-hypophyse
C’est un tissu nerveux dépendant de l'hypothalamus.
Les cellules de l'hypothalamus sont des neurones avec leurs fonctions propres (réception, intégration
et transmission d'influx nerveux), qui possèdent de plus une fonction sécrétoire, ou elles libèrent des
hormones peptidiques à l'extrémité de l'axone.
Les neurones hypothalamiques sont rassemblés en amas qui constituent les "noyaux
hypothalamiques".
Des axones des neurones hypothalamiques sont destinés à l'hypophyse, et forment 2 systèmes
différents :
5.1 Le système hypothalamo-post-hypophysaire
Les axones se terminent dans le lobe postérieur de l'hypophyse.
Les produits de sécrétion passent dans la circulation générale.
- Le corps cellulaire des neurons est situé dans les noyaux magno-cellulaires (cellules de grande taille)
de l'hypothalamus : noyaux supra-optiques et para-ventriculaires.
- Le noyau est volumineux et nucléolé.
- Le cytoplasme renferme des corps de nissl, un golgi développé et de nombreux grains de
neurosécrétats (130 à 200 nm de diamètre, denses en microscopie électronique, colorables par
l'hématoxyline chromique de gomori).
- Les dendrites sont courts.
- L'axone, amyélinique, transporte et stocke les grains de secretion, riche en mitochondries et
présente des dilatations où s'accumulent les grains de sécrétion, “les corps de Herring”.
L'extrémité de l'axone ne présente pas de synapse, mais libère par exocytose le contenu des grains qui
diffusent à travers la basale dans l'espace péricapillaire.
 L e lobe postérieur
C'est du tissu nerveux très richement vascularisé.

Dr BENSENOUCI.A Page 15
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

 Le tissu nerveux
 Il est séparé du conjonctif par une basale dite "parenchymateuse". Il contient des axones
amyéliniques provenant de l'hypothalamus.
 Les axones portent de volumineux corps de Herring.
 Entre les fibres se trouvent des astrocytes fibreux et des éléments gliaux propres à la
neurohypophyse appellées les pituicytes: leur forme est très variable, ils ont des prolongements qui
atteignent la basale parenchymateuse, leur cytoplasme est le siège d'une intense activité métabolique (golgi
développé, mitochondries nombreuses, lysosomes).
 Les vaisseaux
 La vascularisation de la post-hypophyse, assurée par les artères hypophysaires inférieures.
 Les capillaires sont étroits ont un endothélium fenêtré.
 Les espaces péri-capillaires
 Ce sont de fins espaces conjonctifs situés entre la basale parenchymateuse et la basale capillaire. Ils
représentent un espace de diffusion des neurosécrétats avant leur passage dans la circulation.
 L es produits de secretion hypothalamo-post-hypophysaires
Il s'agit de 2 hormones:
- L'ocytocine: elle stimule les cellules myo-épithéliales de la glande mammaire et les cellules musculaires
lisses de l'utérus (role fondamental au moment de l'accouchement). Sa sécrétion est sous le contrôle d'un
réflexe neurosécrétoire, ou le stimulus est le contact du mammelon au cours de la tétée, la distension du col
utérin au cours de l'accouchement, et celle du vagin au cours du coït.
- La vasopressine ou hormone antidiurétique (ADH): elle provoque la réabsorption d'eau par l'épithélium du
tube rénal (fin du tube contourné distal et tubes collecteurs), et elle augmente le tonus vasculaire, d'où son
nom.
5.2 Le système hypothalamo-infundibulaire
Les axones se terminent dans l'infundibulum et dans la partie supérieure de la tige infundibulaire. Les
produits de sécrétion passent dans la circulation porte destinée à l'adénohypophyse.
Les neurones sont moins volumineux que ceux du système hypothalamo-post-hypophysaire.
 Structure de l'infundibulum
C'est du parenchyme, dépourvu de corps de neurones, ressemblant au parenchyme du lobe
postérieur.
Les axones, de calibre variable renferment des grains de sécrétion, mais ils ne s'accumulent pas (il n'y
a pas de corps de Herring). Les axones se terminent à proximité des glomus vasculaires des plexus portes
primaires, où sont libérés les médiateurs à destination de l'hypophyse glandulaire.
 Les produits de neuro-sécrétion
Ils sont classés suivant leur activité en 2 groupes :
 Les libérines ou releasing factors
Ces molécules stimulent la sécrétion des cellules de l'ante-hypophyse:
- La somatocrinine (GRF = growth releasing factor): elle agit sur les cellules somatotropes.
- La corticolibérine (CRF = corticotropin releasing factor) qui agit sur les cellules à pro-opio-mélanocortine.
- La thyrolibérine (TRH= thyéotropin releasing hormone) stimule les cellules thyréotropes.
- La gonadolibérine (GnRH= gonadotrophin releasing hormone) agit sur les cellules gonadotropes.
Il n'existe pas de libérine spécifique pour les cellules mammotropes : elles sont stimulées par la TRH.
 Les statines ou inhibiting factors
Ce sont des peptides qui inhibent l'activité des cellules ante-hypophysaires.
- La somatostatine inhibe les cellules somatotropes, les cellules thyréotropes et les cellules corticotropes.
- Le PIF (prolactin inhibiting factor) ce facteur inhibe les cellules mammotropes.

Dr BENSENOUCI.A Page 16
LES GLANDES ENDOCRINES 2016/2017

NEUROHYPOPHYSE (Illustration par Damien Schoëvaërt.)

HORMONES PRODUITES PAR L'HYPOPHYSE ET LEURS ACTIONS SUR LES ORGANES CIBLES
(Illustration par Damien Schoëvaërt.)

Dr BENSENOUCI.A Page 17

Vous aimerez peut-être aussi