Vous êtes sur la page 1sur 2

Ecran total ??

Etat des lieux sur la dangerosité (supposée ?)


des écrans


Olivier Hou

Séverine Erhel Franck Ramus


Suite à la parution du livre La fabrique du crétin digital1, de Michel Desmurget (chercheur
en neurosciences cognitives), et à la polémique suscitée par les écrans, la CARDIE vous
propose un état des lieux des réactions et quelques liens intéressants, pour vous permettre
de vous faire votre propre opinion.

Selon Michel Desmurget :


- Pas d’écran avant 6 ans.
- Les outils numériques entraînent des troubles de l’attention, de la mémorisation, un
retard de langage, etc., dès 15 min par jour.

Séverine Erhel, maître de conférence en psychologie cognitive à l’Université de Rennes 2


estime que « le problème ne vient pas des écrans, mais de l’usage que l’on en fait2 ». Elle
évoque un usage « raisonné », sans citer de chiffres, expliquant qu’un usage est raisonné s’il
n’a pas de conséquence négative sur la vie quotidienne.

Pour Olivier Houdé, professeur de psychologie à l’Université Paris Descartes, « nous


manquons de recul et il existe un biais statistique qui ne permet pas la corrélation, le lien de
cause à effet entre le temps d’exposition aux écrans et les troubles cognitifs3 ».
Olivier Houdé prend ainsi l’exemple d’un enfant délaissé par ses parents et qui se réfugierait
dans les écrans : le problème viendrait alors du déficit affectif et non des écrans.

Selon Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS et professeur rattaché au


laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique de l’École Normale Supérieure, il
existe bien « un effet délétère du temps passé devant les écrans sur le développement
cognitif de l’enfant. Néanmoins, cet effet est très faible, sans doute trop faible pour justifier
des recommandations alarmantes en termes de santé publique4 ».
Comme Olivier Houdé, Franck Ramus explique que si « un enfant passe trois heures par jour
seul devant la télévision ou à jouer sur une tablette, c’est autant de temps pendant lequel il
n’interagit pas avec ses parents et avec d’autres adultes ou enfants. Or les interactions
sociales et verbales sont bien évidemment cruciales pour le développement du langage et
des autres compétences cognitives ». Il rajoute que « beaucoup d’autres activités solitaires,
jouer avec un bout de ficelle, un cube, (…) auraient sans doute les mêmes effets ».

Tous s’accordent néanmoins à dire qu’il faut éviter le tout numérique, être mesuré dans son
utilisation, sans pour autant diaboliser les écrans, et, surtout, qu’il faut éduquer à
l’utilisation des écrans. Une bonne nouvelle…

1 La fabrique du crétin digital, Michel Desmurget, Seuil 2019


2 https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/les-ecrans-rendent-ils-cretins-non-c-est-l-usage-que-l-on-en-
fait_2104841.html
3 http://video.lefigaro.fr/figaro/video/les-troubles-causes-par-l-exposition-des-enfants-aux-ecrans-par-olivier-

houde/6002074851001/
4 http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/les-ecrans-ont-ils-un-effet-causal-sur-le-developpement-cognitif-des-

enfants/