Vous êtes sur la page 1sur 31

Table des matières

CHAPITRE I : Les différents impôts en Mauritanie..........................................................3


I.1 Rôle de l’impôt et structure du système fiscal.........................................................3
I.1.1 Définition de l’impôt.............................................................................................3
I.1.2 Fonctions fiscales..................................................................................................3
I.1.3 Impôt de l’Etat......................................................................................................3
I.1.4 Impôt sur le revenu...............................................................................................4
I.1.5 Impôts directs........................................................................................................4
I.1.6 Impôts indirects.....................................................................................................5
I.1.7 Rôle de l’impôt.....................................................................................................5
I.1.8 IMPOT LOCAUX................................................................................................5
I.2 Classifications des impôts..........................................................................................6
I.2.1 Régime simplifie d’imposition.............................................................................6
I.2.2 Régime du forfait..................................................................................................7
I.2.3 Régime du bénéfice réel........................................................................................7
I.2.3.1 Période imposable.............................................................................................7
I.2.3.2 Détermination du bénéfice impossible..............................................................7
I.2.3.3 Calcul de l’impôt...............................................................................................7
I.2.4 Impôt minimum forfaitaire...................................................................................8
CHAPITRE II : Le régime fiscal en Mauritanien...............................................................9
II.1 Madame demande à Aziza c’est quoi le titre de cette partie..................................9
II.1.1 Dans les pays développés......................................................................................9
II.1.2 Dans les pays socialistes.......................................................................................9
II.1.3 Caractéristiques communes des systèmes fiscaux dans les pays en
développement.....................................................................................................................9
II.2 Personne et opération imposable............................................................................10
II.3 Taux de la TVA........................................................................................................11
II.4 Taxe sur les opérations financières.........................................................................12
II.5 Madame demande à Aziza c’est quoi le titre de cette partie................................13
II.5.1 Taxe sur les produits pétroliers :.........................................................................13
II.5.1.1 Assujettis.....................................................................................................13
II.5.1.2 Exonérations................................................................................................13
II.5.1.3 Tarif de la taxe.............................................................................................13
II.5.1.4 Taxe sur les Boissons Alcoolique................................................................14
II.5.1.5 Taxe sur circulation sur les viandes :...........................................................15
II.5.1.6 Taxe spéciale sur les projections cinématographiques................................15
II.5.1.7 Taxe d’aéroport : TAD................................................................................16
II.5.1.8 Taxe de pollution :.......................................................................................16
II.5.1.9 Taxe sur véhicule à moteur :........................................................................16
II.5.1.10 Taxe d’habitation.........................................................................................18
II.5.2 Evolutions de taxe et impôts prélevés à sources.................................................19
Évolution des impôts sur un glissement annuel (2014-2018)............................................19
II.5.2.1 Impôts sur les revenus foncier (2014-2018)................................................19
II.5.2.2 IMF - Précompté..........................................................................................20
II.5.2.3 Taxe sur la valeur ajoutée intérieur (TVA-INT).........................................21
CHAPITRE III : Reforme fiscales de la Mauritanie........................................................23
Introduction...............................................................................................23
III.1 Cadre global et objectifs du Programme............................................................23
III.2 Apports et exécution du Programme..................................................................24
III.3 Mobilisation des ressources fiscales....................................................................24
III.3.1 Fiscalité des entreprises......................................................................................26
III.3.2 Fiscalité des petits opérateurs.............................................................................26
III.3.3 Fiscalité sur les personnes (impôt foncier et impôt général sur les revenus)......26
III.3.4 Réforme du régime tarifaire................................................................................27
III.4 Amélioration de l’efficacité des dépenses publiques.........................................28
III.5 Soutien au secteur privé.......................................................................................29
III.6 Impact global.........................................................................................................29
Conclusion..................................................................................................30
Introduction
La lutte contre l’évasion fiscale n’en est encore qu’à ses balbutiements. Depuis l’Appel de
Genève de 1996, par lequel sept grands magistrats anticorruption réclamaient un espace
judiciaire européen, les avancées sont maigres. Cette situation est généralement imputée à
l’absence de concertation entre États pour réguler les flux financiers. Chaque sommet du G20
est l’occasion d’afficher des résolutions pour améliorer la coopération des pays qui attirent les
capitaux par une législation peu regardante ou des taux d’imposition très faibles. Prônant
l’instauration d’un cadastre mondial pour récupérer les dizaines de milliards que la fraude
fiscale fait perdre chaque année, Gabriel Zucman souligne que « la France ne peut rien faire
seule ». En dehors de l’échange généralisé des informations, il n’y aurait point de salut. Le
grand soir de la fraude fiscale a trouvé son slogan : « Fiscs de tous les pays, unissez-vous. »
En attendant, les affaires continuent et les responsables politiques nationaux regardent
ailleurs. Or si, en France, ceux qui volent le Trésor public prennent de très faibles risques, ce
n’est pas seulement parce qu’ils ne sont pas démasqués. L’opacité des paradis fiscaux est loin
d’expliquer, à elle seule, leur impunité. Comme les pages qui précèdent le montrent, la
machine destinée à sanctionner ces délinquants tourne à vide. Seule une toute petite partie des
fraudes détectées est poursuivie devant les juridictions pénales. Les autres ne sont pas
regardées comme de vraies infractions, mais comme des erreurs…

CHAPITRE I : Les différents impôts en Mauritanie


I.1 Rôle de l’impôt et structure du système fiscal
I.1.1 Définition de l’impôt
La taxe est un montant monétaire que l'État impose aux particuliers et aux entreprises, dans le
but de financer les dépenses que l'État entraîne pour sécuriser les services sociaux, payer les
salaires des employés des ministères et des ministères, établir et réhabiliter les infrastructures
et soutenir les biens de base afin de les garantir au citoyen à un prix inféré

La taxe a trois fonctions principales, dont un emploi financier, un emploi économique et une
fonction sociale.

I.1.2 Fonctions fiscales


La fonction fiscale est destinée à sécuriser les revenus financiers du Trésor public afin de
couvrir les dépenses engagées.

La fonction économique de la fiscalité fait référence au rôle de la fiscalité en tant qu'outil de


la politique budgétaire de l'État, qu'il utilise pour stimuler la croissance ou réduire les niveaux
d'inflation.
Cela signifie que pendant les périodes de forte croissance associées à des niveaux d'inflation
élevés, les gouvernements ont recours à une augmentation des taux d'imposition, afin
d'absorber une grande disponibilité monétaire, afin d'éviter une nouvelle inflation.

Quant aux périodes déflationnistes, les taux d'imposition, voire le recours à des exonérations
fiscales, sont généralement réduits pour stimuler les dépenses, ce qui conduit à son tour à une
augmentation de la production et à l'augmentation ultérieure des investissements et de
l'emploi à long terme, rééquilibrant ainsi les marchés.

Les taxes à l'importation jouent également un rôle important dans la protection des produits et
des industries locales, et donc la production des entreprises, des usines et de leurs employés.

L'impôt joue également un rôle social dans la réalisation de la stabilité sociale, car les recettes
fiscales sont utilisées pour sécuriser les services sociaux à moindre coût, voire gratuitement,
ce qui redistribue les revenus entre les classes de la société.

I.1.3 Impôt de l’Etat


L'impôt se définit comme étant un prélèvement ou une prestation pécuniaire requise des
personnes physiques et morales de droit privé voire de droit public en fonction et tenant
compte de leurs capacités ou de leurs facultés contributives par voie d'autorité, à titre définitif
et sans contrepartie directe dont le but est d'assurer la couverture des charges publiques ou
même parfois à des fins d’intervention de la puissance publique. Partant de cette définition
trois éléments essentiels peuvent, donc, caractériser l’impôt ;

 L’impôt est un acte de puissance publique comme le stipule la constitution


mauritanienne,
 L’impôt est perçu dans un but d’intérêt général public pour couvrir les dépenses de
l’Etat, permettre de satisfaire le bien-être des populations et assurer la croissance
économique équilibrée en vue de réduire les inégalités sociales,
 L’impôt opère un prélèvement sur la propriété en d’autres termes sur les biens et
services et plus généralement toutes les ressources à caractère, généralement,
pécuniaire prélevées ou perçues sur les revenus ou à l’occasion de prestation de
services

I.1.4 Impôt sur le revenu


Les impôts sur le revenu sont des impôts qui frappent les bénéfices et les gains en capital.

Ils sont établis sur les revenus effectifs ou présumes des physiques ménages sociétés…etc.
 Impôt sur le revenu industriel commerciaux artisanaux et sur les bénéfices des
exploitations agricoles « IBIC »
 Impôt sur les bénéfices commerciaux « IBNC »
 Impôt sur le revenu foncier « IFR »
 Impôt sur le traitement et salaire « ITS »
 Impôt sur le revenu des capitaux mobilières « IRCM »
 Impôt général sur le revenu « IGR »

I.1.5 Impôts directs


Les impôts directs sont des impôts que le contribuable paie directement à l'administration
fiscale. L'impôt direct est imposé sur les revenus des particuliers, sur les bénéfices
commerciaux et industriels des entreprises et sur les biens immobiliers et immobiliers.

Ce type d'impôt est prélevé directement sur l'individu / la famille ou l'entreprise, de sorte que
l'individu ou l'administration fiscale est responsable de la charge totale, contrairement aux
impôts indirects.

I.1.6 Impôts indirects


L’impôt indirect est une taxe fiscale qui est payée au trésor public par une personne différente
de celle qui en supporte effectivement le cout, le contribuable et le redevable de l’impôt
indirect sont par conséquent deux personnes distinctes

 Taxe de valeur ajouter « TVA »


 Taxe sur le CA « TCA »
 Autres taxes indirectes

I.1.7 Rôle de l’impôt


L’impôt a plusieurs rôles :

Rôle budgétaire : renflouer les caisses de l’état

Rôle social : assurer le maximum d’équité social (redistributions des revenus)

Rôle économique : l’impôt est un instrument de la politique monétaire

Rôle écologique : assurer la protection de l’environnement.

I.1.8 IMPOT LOCAUX


Les impôts locaux sont les impôt perçus au profit des collectivités territoriales.
Les impôts locaux regroupent essentiellement la taxe d'habitation, payée par la personne qui
occupe le logement, et la taxe foncière, payée par celui qui le possède. Ces impôts servent à
financer le budget des collectivités locales, principalement les communes.

 Taxe d'habitation
 Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB)
 Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB)
 Taxes sur les logements vacants (TLV et THLV)
 Taxe sur la vente de terrains agricoles rendus constructibles
 Redevance télé (contribution à l'audiovisuel public)
 Taxe ou redevance d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM ou REOM)

I.2 Classifications des impôts

Les impôts perçus en Mauritanie peuvent être classés selon différents critères, mode de
recouvrement, catégories des personnes effectivement la charge de l’impôts, assiette
imposable, etc.

La Mauritanie et la France sont liées par une convention de nom double imposition. Celle-ci
été la France sont liées par une convention de nom double imposition. Celle-ci a été signée à
Nouakchott le 15 novembre 1967 et est entrée en vigueur le 01 mars 1969.

Elle tente à éviter les doubles impositions et à établir des règles d’assistance réciproque en
matière fiscale.

I.2.1 Régime simplifie d’imposition 

Les régimes simplifie est réserve aux sociétés étrangères et aux personnes physiques non
résidentes présente temporairement en Mauritanie pour une durée en inférieure ou égale à 6
mois, ne disposant pas d’installations professionnelles, et qui ont signé avec des d’imposition
du bénéfice réel et résidentes en Mauritanie, qui est libératoire, couvre :

 IMF
 IBIC
 IBNC
 IRCM
Lesdits contribuables sont exonérés de tous autres impôts et taxe de quelque nature que ce
soit. La personne salarie reste soumis à L’ITS

 Le taux :
Le taux de la retenue à la source est fixe des sommes verses par les entreprises
résidents au titre des prestations réalisées à leur profit.
 IMF :
Les personnes physiques qui procèdent à la vente au détail de produits pétroliers sont
redevables d’un d’impôt minimum forfaitaire au taux de 3% de la commission perçue,
sans minimum de perception

I.2.2 Régime du forfait

Le régime du forfait est applicable aux contribuables qui réalisent un chiffre d’Affaires
annuel, toutes taxes comprises, inférieur à 30.000.000 UM

Le montant de l’impôt est fixé forfaitairement à 3% du chiffre d’affaire déclare avant le 1 er


Févier par le redevable sur un formulaire délivre par l’administration fiscale.

I.2.3 Régime du bénéfice réel

D’autre part sont obligatoirement soumis au régime du bénéfices réel contribuables qui
réalisent un chiffre d’affaire annuel ttc supérieur à 30.000.000 UM

L’impôt est établi chaque année sur les bénéfices réalises si l’exercice clos s’étend sur une
période plus ou moins de douze mois l’impôt néanmoins est établi d’après les résultats du dit
exercice.

I.2.3.1 Période imposable

En ce qui concerne les nouvelles entreprises qui ont commencés leurs activités au cours
d’année peuvent arrêter leur premier bilan à la fin de l’exercice suivant elles sont alors tenues
d’établir au 31 décembre de l’année de début de leurs activité un compte d’exploitation
provisoire dont les résultats seront immédiatement taxes
I.2.3.2 Détermination du bénéfice impossible

Le bénéfice imposable s’entend du bénéfice net réalise au cours de l’année civile


d’imposition. Le bénéfice net est égal à l’excèdent des recettes totales, c'est-à-dire les produits
bruts sur les dépenses nécessitées par l’exercice de la profession

I.2.3.3 Calcul de l’impôt

Le taux de l’IBIC est fixé à 25% pour le calcul le bénéfice net imposable est arrondi à la
centaine d’ouguiya inferieure

I.2.4 Impôt minimum forfaitaire

Un impôt minimum fortraite frappe les contribuables soumis à l’impôt sur les bénéfices non
commerciaux au taux de 2,5% du total des recettes encaissées au cours du dernier exercice
clos pour ceux qui réalisent un chiffre supérieur ou égal à 30.000.000 UM et 3% pour ceux
qui déclarent un chiffre d’affaires inferieur a 30.000.000UM avec un minimum de réception
de 750 .000UM.
CHAPITRE II : Le régime fiscal en Mauritanien
II.1 Madame demande à Aziza c’est quoi le titre de cette partie
L'État ne devrait pas imposer de taxes directement sur les taxes de vente et de douane Les
principaux modèles de fiscalité :

II.1.1 Dans les pays développés


Il y a des pays qui préfèrent s'appuyer sur les impôts directs, qui sont les pays capitalistes
avancés avec un statut industriel avancé, et ils appliquent un impôt général unifié sur le
revenu des financiers, et ils se caractérisent par des prix progressifs sur les diapositives. Dans
ces pays, le taux de l'impôt indirect est réduit à 5% du total des recettes fiscales.

Il existe des pays qui équilibrent les impôts directs et les impôts indirects, qui sont aussi des
pays capitalistes, mais ils sont moins économiques à leur niveau que les pays qui ne
dépendent que des impôts directs, comme l'Allemagne, l'Italie et la France. Ces pays se
caractérisent par une augmentation du niveau général de consommation, nous préférons donc
utiliser les impôts indirects parallèlement aux impôts directs.

II.1.2 Dans les pays socialistes


Il y a des pays qui préfèrent utiliser les impôts indirects, qui sont les pays socialistes qui
détiennent la propriété des éléments de production en tant que propriété publique, et c'est
pourquoi ils n'ont d'autre moyen que d'utiliser les impôts indirects pour collecter des revenus.

II.1.3 Caractéristiques communes des systèmes fiscaux dans les pays en


développement
1. Réduire le taux de retenue à la valeur du produit national brut, car il tombe
à un dixième au Mexique et en Inde, et la faible retenue à la source dans les
pays en développement en général est due au pourcentage élevé du secteur
agricole dans son système de production, ce qui rend difficile
l'augmentation des impôts directs.

2. L'importance relative des impôts indirects est plus grande, ce qui est adapté
à la situation de ces pays. Le niveau de revenu est inférieur à la limite qui
permet de se fier aux recettes fiscales directes, ce qui s'ajoute à l'échec du
niveau d'efficacité de l'administration fiscale.
3. Le type de taxes indirectes utilisées dans ces pays varie en fonction du
degré de leur dépendance vis-à-vis de la production primaire et des
exportations de produits primaires. Ces pays, alors que les pays qui ne sont
pas devenus dépendants de la production primaire à des fins d'exportation,
auront des taxes non liées à l'eau.

II.2 Personne et opération imposable

 Operations imposable à la TVA


 Par nature :
 Les importations, ventes, travaux immobiliers, livraisons de biens et de
présentations de services
 Relevant d’une activités indépendante effectuée à titre onéreux ;
 Par une disposition de la loi, principalement :
 Les opérations réalisées par établissements bancaires, les établissements
financières, les organismes de crédits, les sociétés d’assurance et de
réassurance ou de leasing n’entrent pas dans le champ d’application de la
TVA ;
 Les livrassions à soi-même de biens ou de services
 Les importations de pays titres
 Sur une option de l’entreprise : certaines opérations normalement exonérées de TVA
peuvent être soumises à la TVA sur une option de l’entreprisse
Conséquences de l’option de l’entreprise : elle permet de facturer la TVA aux clients
et autorise symétriques la déduction de la tva sur les achats de biens et services
correspondants
Assujettis à la TVA :
 Toutes les personnes morales ou physique qui relèvent du régime réel
d’imposition sur les bénéfices industriels, commerciaux et non commerciaux
 Les personnes qui ont acquis des biens en franchise de la TVA deviennent
redevables de la taxe ou du complément de taxe exigible ;
 La taxe est également due sur le prix de vente, en cas de revente de produits
non exonérés, n’ayant pas effectivement supporté la TVA, lors de leurs
fabrications ou de leurs premières ventes.
 Les Exonérations
 Les opérations réalisent par les personnes physiques ou morales,
relevant du régime simplifie d’imposition
 Les actes médicaux, les frais d’hospitalisation et les matériels de
l’hémodialyse ;
 Les ventes faites par les services ou organismes administratifs, a
l’exception des établissements publics à caractère industriel et
commercial ;
 Les opérations effectuées par les établissements financière et
organismes de crédit soumis à la taxe sur les présentations de services
 La Base D’imposition
 Toutes les sommes, valeur, biens ou services reçus ou à recevoir par le
vendre ou le prestataire en contrepartie de la livrassions des biens
vendus ou de la présentation
 L’avaleur définie par la législation douanière c’est -adire les impôts
taxes, droits et prélèvements de toute nature a l’exception de la TVA
elle-même
 Les frais accessoires aux livrerions de biens ou prestation de service
tels que commissions, internes frais d’emballage, de transport et
d’assurance demandes aux clients, même s’ils sont factures
distinctement aux clients

II.3 Taux de la TVA

Le principe et application du taxe normal de la TVA à 16% porté à 20% pour les produits
pétroliers et 18% pour le téléphone et le taux zéro concernant les exportations réalises par un
assujetti à toutes les opérations sauf dispositions particulières conduisant à appliquer un taux
spécifique

Méthode de calcul :

TVA= Montant hors taxe (HT) * Taux TVA correspondant

En matière de finance, il existe 3 types de Tva :

Taxe Collectée, déductible, et à décalcariser

 Déductible
Pour les Entreprises, la Tva est la taxe sur les achats effectués auprès de leurs fournisseurs. En
fin effet, quand vous payez la facture, vous payes également la taxe à vos fournisseurs qui
sera par la suite remboursée par l’Etat. Le calcul de la Tva déductible se fait comme suit :
Montant de la taxe déductible =prix TTC d’achat -prix HT d’achat
 Taxe collectée
La Tva collectée quand a elle est taxe facturée aux clients sur le prix de vente.
L’entreprise va la collecter pour le compte de l’Etat. Le calcul de la taxe collectée est
associé aux ventes.
Montant de la taxe collectée =prix TTC vente -prix HT vente
 Taxe à décaisser
C’est la différence entre la taxe valeur ajoutée collectée et la taxe valeur ajoutée
déductible. C’est l’Entreprise qui dont reverser la taxe à l’Etat.
Taxes a déductible à décaisser = taxes collectée – taxe déductible

Le calcul de TVA varie selon le taux applicable et le type d’échange (achat ou vente) En fin
de compte, c’est le consommateur final qui supporte la charge de. Les Entreprises et les
commerçants sont simplement des intermédiaires entre l’Etat et le client.
Operations imposables
Sont considères comme assujetties à la taxe sur le chiffre d’affaires toutes les personnes qui
réalisent les opérations suivantes d’une manière indépendante, a titre habituel ou occasionnel,
et qui n’entrent pas dans le champ d’application de la taxe sur la valeur ajoutée.
 Importations ;
 Ventes ;
 Travaux immobilisations ;
 Prestations de services ;
 Livrerions d’immobilisation :
 Activités des professions non commerciales ;
 Operations de leasing ;

II.4 Taxe sur les opérations financières

Sont assujetties à la taxe sur les opérations financières, toutes les personnes physiques ou
morales qui exécutent :
 Des opérations de banque ;
 Des opérations financières ;
 Des opérations des crédits ;

II.5 Madame demande à Aziza c’est quoi le titre de cette partie


II.5.1 Taxe sur les produits pétroliers :
II.5.1.1 Assujettis 

Sont passibles d’une taxe sur les produits dite la taxe sur marge de sociétés : les
hydrocarbures liquides, autres que les huiles brutes comme le super carburant, essence auto
ordinaire, pétrole lampant, gazole diesel-oïl, fioul léger, fioul lourd à l’exclusion du carburant
destinée à l’aviation

Sont toutes exonères, les produits livres aux navires des haute mer et aux bateaux de péché
pour la consommation a ma mer ou aux avions commerciaux

II.5.1.2 Exonérations 

Sont toutefois exonères, les produits livres aux navires de haute mer et aux bateaux de pêche
pour la consommation a haute mer et aux avions commerciaux.

II.5.1.3 Tarif de la taxe 


Produits pétroliers Tarif de la taxe / litre
Super carburant 25 UM
Essence auto ordinaire 24 UM
Pétrole lampant 0,86 UM
Gas-oil 5 ,5 UM
Diesel-oïl fioul léger et lourd 4,5UM
Les huiles de graissage et les lubrifiants 4,2 UM par kilogramme
Les hydrocarbures gazeux liquéfiés 1,04 UM par kilogramme
Marge brute des sociétés de Tarif de la taxe / hectolitro
commercialisation
Super carburante 300 UM
Essence auto ordinaire 300 UM
Gas-oíl 120 UM

 Exonérations
Sont exonérés de la taxe, les importations, cessions et opérations assimilées
portants sur les produits suivants :
 Produits médicamenteux alcoolises, a l’exception d’alcool de menthe ;
 Boissons alcooliques produits à partir de l’alcool ayant déjà supporté la
taxe Mauritanie ;
 Boissons alcooliques destinées à être expédiées à l’extérieur de la
Mauritanie ;
 Alcools purs destines aux élaborations d’études et de recherche des
établissements scientifiques d’enseignement ;
 Taux de la taxe

II.5.1.4 Taxe sur les Boissons Alcoolique 


Boissons alcoolique Taux de la taxe
Bière 195%
Vins ordinaires 209%
Vins mousseux et champagne 229%
Whisky, vodka, rhum, et eau de vie 294%
 Taxe sur les tabacs
La taxe sur les tabacs est perçue sur les tabacs de toute nature
quelle qu’en soit la présentation, sur les cigares, cigarillos et
cigarettes de toute provenances destinées à être consommées en
Mauritanie.
 Taux de la taxe

Tabacs Taux de la taxe


Cigarettes 45% de valeur de CAF 1
Cigarillos et cigares 45% de valeur de CAF
Tabacs à priser et autres tabacs conditionnés 35% de valeur de CAF
ou en vrac
Tabacs en feuille 20% de valeur de CAF

II.5.1.5 Taxe sur circulation sur les viandes :


 Produits imposables

Sont soumises à la taxe de circulation, les viandes provenant de l’abattage, en vue de la vente,
des animaux désignés ci-après :

1) Bovidés : bœufs, taureaux, vaches, bouvillons, et taurillons, génisses


2) Ovidés : béliers, moutons, brebis, et agneaux
3) Caprins : boucs et chèvres ainsi que les chevreaux
4) Camélidés : chameaux et chamelles ainsi que les chamelons
 Exonérations :
a) Les viandes exportées
b) Les viandes saisies par les services de contrôle sanitaire
 Dispositions diverses
 Viandes locales : le monde d’assiette, les règles de perception et le taux de la taxe
de circulation sur les viandes sont déterminés par délibération des conseils
municipaux
 Viandes d’importation : le poids à retenir pour l’assiette de taxe est le poids de
l’animal abattu et dépouillé. La tête, les pieds et les organes contenus dans les
cavités thoraciques et abdominales ouvrent droit au moment du paiement de la
taxe a une réfaction égale à 1s% du poids de la viande le tarif est fixe
uniformément à 50 MRU le kilo.

II.5.1.6 Taxe spéciale sur les projections cinématographiques


La taxe frappe les recettes réalises par les entreprises d’exploitation de films
cinématographiques et provenant : du prix des places des salles de cinéma qu’elles
exploitent et des locations de films qu’elles consentent, soit à des exploitants de salles de
cinéma, soit à des particuliers
 Base d’imposition

La base d’imposition est constituée par les recettes brutes tous frais et taxes compris.

 Taux de la taxe

Le taux de taxe est fixé à 1,50%

Il est institué une taxe complément à la taxe spéciale sur les projections cinématographiques
dont le montant est fixé à 5 UM par billet vendu.

II.5.1.7 Taxe d’aéroport : TAD


Une taxe d’aéroport est exigible pour chaque vol commercial elle est assise sur le nombre de
passagers embraquant en Mauritanie, fixée à 60.000 UM par passager embraqué à destination
de l’étranger. Les enfants de moins de deux ans acquittent une taxe de 20.000 UM. Les
compagnies aériennes sont chargées de l’encaissement et du reversement de ladite taxe.

II.5.1.8 Taxe de pollution :


Il est institué une taxe, dite taxe de pollution sur les emballages en plastiques et leurs intrants,
au taux de 30% de la valeur CAF. Cette taxe est liquidée au moment de l’importation par les
services des douanes, dans les mêmes conditions que les droits de taxes de douanes.

II.5.1.9 Taxe sur véhicule à moteur :


Il est établi une taxe sur les véhicules à moteur immatriculés en Mauritanie.

 Affranchis de la taxe :
 Les véhicules appartenant ont l’Etat et aux collectivités territoriales
 Les véhicules spécialement aménagés à l’usage des infirmes et des mutilées
 Les engins considèrent comme matériels de Tavaux publics, a l’exception
des camions
 Les véhicules neufs destinent à la vente, importes par les négociants patent »
s de l’automobile
 Les véhicules inutilisables
 Les véhicules dont les propriétaires bénéficient de privilèges diplomatiques
 Tarifs de la taxe

Le tarif de la taxe est en fonction de l’usage du véhicule et dès sa puissance

Puissance Tarif
Véhicule a usage personnel
Inferieure ou égales à 4 CV 16.200 UM
Entre 5 et 7 CV 22.500 UM
Entre 8 et 11 CV 29.700 UM
Entre 12 et 16 CV 40.500 UM
Supérieure ou égale à 17 CV 70.200 UM
Véhicule affecte au transport public de
Personnes ou de marchandises
Inférieure ou égale à 7 CV 13.800 UM
Entre 8 et 11cv 18.000 UM
Entre 12 et 16 CV 24.000 UM
Supérieur ou égale à 17CV 36.000 UM

 Période d’imposition
La période d’imposition s’étend du 1er janvier au 31 décembre. La taxe est due pour
l’années entière par tout propriétaire d’un véhicule non exonérée
 Paiement de la taxe
Le paiement de la taxe doit intervenir obligatoirement avant le 1 er février de chaque
année ou dans les trente jours de la première mise en circulation en cours d’année.
 Personnes et opération imposable
Il est établi une taxe d’apprentissage due pour toute personne physique ou morale
passible de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, a raison des
rémunérations qu’elle verse à son personnel salarie.
 Exonération

Sur demande des contribuables des exonérations partielles ou totales peuvent être
accordées, les contribuables assujettis à la taxe d’apprentissages peuvent bénéficier
d’une réduction de ladite taxe égale à 400 UM par apprenti. Cette réduction ne peut
dépasser 50% de la taxe due en raison des rémunérations payées à l’ensemble de leur
personnel.

 Assiette de la taxe
La taxe porte chaque année sur le montant total des appointements, salaires,
indemnités et rétributions quelconques, y compris les avantages en nature, payes par
le chef d’entreprise au cours de la période dont les résultats sont retenus pour
l’assiette de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux.
 Etablissement de l’imposition
La taxe est établie au nom de chaque redevable pour l’ensemble de ses entreprises
ou exploitées en Mauritanie, au siège de la direction des entreprises ou, à défaut au
lieu du principal établissement.
 Taux de la taxe
Le taux de la taxe est fixé à 0,60%
 Méthode de calcul
La taxe est calculée sur la base du montant total des rémunérations payées aux
salaires de l’entreprise c’est-à-dire le montant total des appointements, salaires et
rétributions verses depuis le 1er janvier, est immédiatement exigible.
TA=salaires * 0,60%
Il est institué au profit de l’Etat une taxe annuelle sur le bétail quelle qu’un soit
l’origine, recensé en Mauritanie au cours de l’année d’imposition.

II.5.1.10 Taxe d’habitation


 Personnes et locaux imposables
 Personne imposables

La taxe est due par toute personne qui exploité des locaux imposables, même si elle ne les
occupe pas effectivement les fonctionnaires et les employés civils et militaires logés, aux
communes, aux establishment publics, sont imposables pour le local affecté à leur habitation
personnelle.

 Locaux imposables
i. La taxe d’habitation est due 
ii. Pour tous les locaux affectés à l’habitations.
iii. Pour tous les locaux utilisés par les sociétés, associations, groupements et autres
organismes privées non imposables à la patente.
 Exonération

Ne sont pas imposables à la taxe :

1. Les locaux affectés à un usage professionnel industriel, ; commercial et


artisanal, passibles du droit proportionnel de la patente :
2. Les locaux utilisés pour l’exercice de leurs activités par les redevables
soumis aux taxes communales ;
3. Les bâtiments servant aux exploitations agricoles ;
4. Les locaux réservent à l’exercice public des cultes ;
5. Les bureaux des fonctionnaires publics ;

Sont exonères de la taxe d’habitations :

 L’Etat, les régions, les communes et les établissements publics à caractère


administratifs.
 Les ambassadeurs et autres agents diplomatiques.
 Les organisations humanitaires et les organisations de bienfaisance et
d’assistance

II.5.2 Evolutions de taxe et impôts prélevés à sources

Évolution des impôts sur un glissement annuel (2014-2018)


Nature Montant annuel (en million d’Ouguiyas)
2014 2015 2016 2017 2018
Précomptes
IRF-P
1109,65 1043,53 932,51 724,70 65,67
(Impôts sur le revenu foncier)

IMF-Précompté 19174,87 20169,20 18748,17 20753,61 2400,07


TVA-INT-Taxe sur la
30692,34 46652,44 37232,50 41546,29 4100,15
valeur ajoutée intérieur
TOTAL 50976,86 67865,18 56913,18 63024,60 6565,89

II.5.2.1 Impôts sur les revenus foncier (2014-2018)


L’impôt sur les revenus fonciers pour le compte de l’État représente les taxations qu’il perçoit
en prélevant sur les revenus fonciers perçus des locataires en mettant en location un bien
immobilier.

En Mauritanie, l’IRF, en termes de montant chiffré en ouguiya, a connu une évolution plutôt
mitigée sur les cinq dernières années passant notamment de 1 109 650 577,89 MRO à 2014 à
65 674 845 MRO en 2018.
IRF-P- Impots sur les revenus foncier

1,109,650,578

1,043,533,763

932,511,256

724,698,434

656,748,450
2014 2015 2016 2017 2018

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette dégringolade : la baisse des prix de loyers, une
diminution des taux d’imposition, des locataires devenus propriétaires de leur habitation etc...
Cela peut influer sur le budget du Trésor Public et de l’État de façon globale ; puisque les
impôts représentent une part non négligeable de son portefeuille. Et donc se répercuter
indirectement sur la population.

II.5.2.2 IMF - Précompté


Il correspond aux taxations prélevées sur le revenu du contribuable. Sur les types de
précomptes dans ce cas précis, l’IMF est celui qui a réalisé une croissance soutenue et presque
systématique ces cinq dernières années.

En 2014, il générait 19 174 870 625,59 MRO au bénéfice du Trésor. Il s’en est suivi une
croissance régulière en glissement annuel jusqu’en 2018 et ses 20 400 065 604,5 MRO,
excepté l’année 2016 où il a enregistré un petit effritement avant de reprendre son « sursaut ».

Ces chiffres positifs témoignent d’une augmentation de la consommation, du pouvoir d’achat


des ménages, du revenu médian de ces derniers ; et solidifie le budget de l’État.
IMF-Précompté

24,000,656,045
20,753,605,746
20,169,199,790
19,174,870,626

18,748,169,740
2014 2015 2016 2017 2018

II.5.2.3 Taxe sur la valeur ajoutée intérieur (TVA-INT)

La Taxe sur la Valeur Ajoutée est un impôt indirect qui a la particularité de reposer
uniquement sur le consommateur et d’être prélevée par les entreprises. C’est un indicateur
économique majeur. Sur un glissant de cinq ans entre 2014 et 2018, la TVA a enregistré sa
plus progression en 2015 : en termes de montant chiffré, il correspondait à 46 652 441 874,19
MRO.

L’analyse du graphique ne permet pas de dégager une tendance. En effet, on peut constater
une croissance significative de 2014 à 2015, mais au-delà de ceci, la tendance est plutôt de
nature sinusoïdale. L’évolution de la TVA dépend uniquement des importations ; plus ces
dernières sont importantes, plus elles génèrent des taxes élevées.

L’analyse globale et exhaustive de ces différents impôts permet de constater une forte
augmentation sur la période 2014-2018. Avec seulement une décroissance entre 2015 et 2016,
dû aux faibles bénéfices tirés de l’IRF sur la même période. Si la tendance se confirme, les
prochaines années devraient enregistrées une évolution croissante des impôts perçus par le
Trésor Public.
2014
30,629,336,912.
78

2015
46,652,441,874.
19

2016 37,232,495,441.
96
2017

41,546,293,234.
23
TVA-INT- Taxe sur la valeur ajoutée intérieur

2018

41,001,527,610.
60
CHAPITRE III : Reforme fiscales de la Mauritanie
Introduction
La Mauritanie s’est engagée, depuis 1995, dans un ambitieux programme de réforme de la
fiscalité (directe et indirecte) avec pour objectif de mettre en place une structure fiscale
équilibrée et plus équitable, qui permette de renforcer le rendement du régime fiscal et de
diversifier la base imposable, au moyen d’une administration fiscale plus performante ainsi
que de procédures simplifiées et mieux adaptées. Cette réforme s’inscrit, également, dans le
cadre de la volonté du Gouvernement de renforcer le rôle du secteur privé et de promouvoir
l’investissement productif.
Pour garantir l’efficacité de la réforme, le Gouvernement a adopté, avec l’appui de ses
partenaires au développement, un plan d’actions sur les principales mesures à mettre en œuvre
pour renforcer et moderniser l’administration fiscale en vue de la rendre plus performante. La
présente note a pour objet de :
 Retracer l’état de mise en œuvre du Programme d’Ajustement de la fiscalité financé
par le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD)
 Présenter le point de vue de l’Administration mauritanienne concernant l’exécution de
ce programme.

III.1 Cadre global et objectifs du Programme


Le Programme de réforme fiscale vient en appui aux efforts déjà entrepris par les autorités
Mauritaniennes en matière de réforme fiscale et qui visent à mettre en place une fiscalité plus
équilibrée et plus juste, au moyen d’une administration fiscale plus performante, de
procédures simplifiées et mieux adaptées en vue d’aboutir à terme au renforcement de la
position budgétaire de l’Etat, de manière à permettre l’affectation de ressources suffisantes
aux secteurs sociaux et aux programmes ciblés de lutte contre la pauvreté.
Les principaux objectifs du programme sont donc :
 Simplifier et élargir l’assiette, et assurer une plus grande équité du système
(amélioration des masses recouvrées au niveau des grandes entreprises et du secteur
commercial) ;
 Promouvoir le développement et la diversification du secteur privé, à travers une
fiscalité allégée et simplifiée au profit des Petites et moyennes entreprises (PME) ;
 Assurer une meilleure répartition des richesses intérieures.
Le programme s’articule autour des principales composantes suivantes :
 La mobilisation des ressources intérieures par la poursuite et la consolidation de la
fiscalité directe ;
 L’appui à la rationalisation et à l’efficacité des dépenses publiques ;
 La promotion du développement et de la diversification du secteur privé.

III.2 Apports et exécution du Programme


Les réformes fiscales engagées, notamment la simplification et l’allégement fiscaux,
l’harmonisation de la fiscalité douanière avec le tarif extérieur des pays voisins ainsi que la
réduction des taxes sur les produits pétroliers devraient conduire à un manque à gagner
significatif pour le budget de l’Etat. Ce manque à gagner ne pouvait être supporté par la
Mauritanie sans un appui substantiel de ses partenaires au développement.
C’est dans ce cadre que la Banque Africaine de Développement (BAD) a accordé à notre
pays, au mois de mai 2001, un prêt de 10 millions d’UC à décaisser en deux tranches, destiné
à soutenir les efforts de réformes du Gouvernement et à appuyer la balance des paiements.
L’appui consenti par la BAD a ainsi permis au Gouvernement d’exécuter les mesures inscrites
dans les lois de finances 2001, 2002 et 2003. L’exécution du programme par rapport aux
différents points prévus se présente comme suit.

III.3 Mobilisation des ressources fiscales


La réforme prévue au niveau de ce volet concerne les mesures suivantes :
1. Amélioration de l’administration fiscale à travers :
 La localisation des importateurs immatriculés non enregistrés,
 La création d’un dossier fiscal pour l’immatriculation des contribuables (une
opération de localisation des importateurs immatriculés non localisés a été lancée,
de même l’ouverture d’un dossier fiscal pour lesdits importateurs a été réalisée).
2. Appui à la fiscalité directe par :
 Augmentation progressive du taux de la déduction de l’impôt minimum forfaitaire
de 75% à 100% en 2002,
 Réduction de 40% à 35% puis à 25% du taux de l’impôt sur les bénéfices des
sociétés,
 Réduction de 11 à 5 du nombre de tranches de la taxe sur les salaires. A ce niveau,
les réalisations ont concerné :
 Déductibilité intégrale de l’Impôt minimum forfaitaire (IMF). Cet impôt,
destiné à garantir un minimum de recettes dans un système fiscal, est
considéré comme acompte du BIC ;
 Baisse du taux d’imposition sur les Bénéfices industriels et commerciaux
(BIC) qui est passé de 40% à 20% sur la période 2001-2003 ;
 Simplification de l’Impôt sur les traitements et salaires (ITS) dont les
tranches sont passées de 11 à 2 avec des taux respectifs de 15% et 40% en
2003.
3. L’unification du taux de la TVA
L’introduction de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en 1995, comme impôt unique sur la
consommation, a été une étape majeure pour l’assainissement du système fiscal et son
adaptation aux exigences d’amélioration des performances des finances publiques.
Sa mise en place s’est traduite par une plus grande équité, comparée à la Taxe sur le chiffre
d’affaires (TCA) précédemment en vigueur et qui comportait des effets de superposition en
cascades. En revanche, son application au cours des premières années s’est révélée difficile,
eu égard à un environnement économique caractérisé par la prédominance du secteur informel
où la culture et la pratique comptables restent limitées. Pour pallier ces insuffisances,
plusieurs mesures d’accompagnement ont été adoptées en vue d’améliorer la gestion et le
rendement de cet impôt. Il s’agit principalement :
 De la création de brigades de contrôle des déclarations de TVA ;
 Du transfert de la collecte de cette taxe à la Direction Générale des Impôts (DGI) ;
 De l’établissement d’un échéancier mensuel de recouvrement des arriérés
recouvrables ;
 De l’adoption d’un système de crédit d’impôt pour les marchés publics pour mettre
fin à la plupart des exonération accordées aux entreprises publiques et aux projets
réalisés sur financements extérieurs ;
 De l’introduction d’un taux unique de TVA pour simplifier les obligations
déclaratives de contribuables et renforcer ainsi l’efficacité de l’administration
fiscale ;
 De la mise en place d’un bulletin de renseignements par la Brigade d’enquête et de
recouvrements ;
 Pour simplifier les obligations déclaratives des contribuables et renforcer ainsi
l’efficacité de l’administration fiscale, une unification des deux taux de la TVA
(5% et 14%) a été mise en place.
4. La révision du régime d’imposition de la SNIM et son assujettissement au régime de
droit commun sur la TVA. En 2001, la Société nationale industrielle et minière
(SNIM) a été soumise au régime de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).
5. L’élimination des exonérations dont bénéficient d’autres entreprises publiques
Adoption d’un système de crédit d’impôt pour les marchés publics pour mettre fin à la plupart
des exonérations accordées aux entreprises publiques et aux projets réalisés sur financements
extérieurs. Par ailleurs, d’autres mesures en matière de réforme de la fiscalité directe ont été
entreprises :
III.3.1 Fiscalité des entreprises
 Autorisation des reports déficitaires pour une durée de cinq (5) ans à partir de l’année
où est enregistré le déficit ;
 Adoption d’un système d’amortissement accéléré de l’investissement, sur option, ce
qui permet aux entreprises en phase d’investissement de reconstituer leur trésorerie et
d’abaisser leurs impôts ;
 Suppression du droit proportionnel de la patente qui pénalisait les entreprises à
intensité capitalistique du fait que cet impôt est assis sur la valeur locative des
immeubles ;
 Abaissement et simplification des pénalités ;
 Simplification de l’Impôt sur les traitements et salaires (ITS) dont les tranches sont
passées de 11 à 3 avec des taux respectifs de 15%, 25% et 40% en 2013.
III.3.2 Fiscalité des petits opérateurs
Les opérateurs dont le chiffre d’affaires n’atteint pas celui de l’assujettissement au réel sont
fiscalisés au moyen d’un barème par tranches sur la base d’un recensement annuel. Il s’agit,
notamment, des petits contribuables pratiquant un commerce au détail ou se livrant à des
petits métiers (menuiserie, plomberie, etc.) et d’autres activités du secteur informel. Le
barème, qui était complexe et qui comprenait treize (13) tranches, a été ramené à cinq (5),
pour faciliter et rendre transparentes les impositions. En outre, il a été institué un IMF
applicable aux bénéfices des petites sociétés.
III.3.3 Fiscalité sur les personnes (impôt foncier et impôt général sur les
revenus)
L’Impôt sur le Revenu foncier (IRF) a été révisé en vue d’élargir sa base, notamment, par le
relèvement de son assiette et la baisse de son taux, avec suppression de l’abattement.
L’Impôt général sur le revenu (IGR), assis sur l’ensemble des revenus des différentes cédules
(sauf les revenus salariaux) et qui comprenait un barème de onze (11) tranches a été simplifié
et ramené à cinq (5) tranches.
En outre, compte tenu du fait que la réussite du programme de réforme de la fiscalité exige,
notamment, l’existence d’une administration moderne, plus performante et capable d’en
assurer la mise en œuvre et le suivi, les actions initiées ont porté, en particulier, sur la
réorganisation et le renforcement de la Direction Générale des Impôts (DGI) qui ont conduit à
la mise en place de six (6) Directions :
 Direction des Grandes Entreprises (DGE) ;
 Direction du Contrôle Fiscal (DCF) ;
 Direction des Ressources (DR) ;
 Direction des Services Extérieurs (DES) ;
 Direction du Contentieux et de la Législation (DCL) ; et
 Direction Régionale de Nouadhibou (DR-NDB)
L’innovation principale est donc la création d’une Direction des Grandes Entreprises (DGE)
dotée de moyens humains et matériels suffisants. Cette structure est chargée des fonctions
d’émissions, de recouvrement et de contrôle des impôts relevant de la fiscalité des entreprises.
Cette importante innovation a permis aux contribuables et aux investisseurs d’avoir un seul
interlocuteur et facilite les formalités déclaratives.
Dans le domaine du renforcement des capacités, le personnel de la DGI a bénéficié de
plusieurs formations en matière de fiscalité des entreprises, d’initiation à la nouvelle
réorganisation, etc. Le système d’incitation a été, en outre, revalorisé en vue d’améliorer la
situation du personnel pour un meilleur rendement des services.
Par ailleurs, un guichet d’informations des contribuables a été mis en place et les
contribuables ont à leur disposition l’ensemble de la réglementation fiscale : code Général des
Impôts, manuel du contribuable, circulaire d’application, etc.
L’informatisation des services qui avait été engagée à travers le logiciel « Programme intégré
des applications financières (PIAF) », n’ayant pas abouti aux résultats escomptés, un autre
logiciel plus global appelé « Système de gestion des taxes et assimilées » a été mis en place.
Ce logiciel, installé dans plusieurs autres pays de la sous-région a eu des retombées positives
sur la transparence et la célérité dans le traitement des déclarations et le suivi de manière
générale.
III.3.4 Réforme du régime tarifaire
S’agissant de la réforme du régime tarifaire, le gouvernement a poursuivi le processus de
rationalisation de la structure tarifaire engagée en 1997 pour une période de quatre (4) ans,
avec comme objectif de simplifier le régime des taxes à l’importation. Les objectifs
spécifiques étaient donc de :
 Baisser les coûts des produits importés ;
 Réduire les obstacles au développement des activités économiques liées au commerce
international ;
 Garantir une plus grande ouverture du marché mauritanien,
 Préparer nos opérateurs industriels à mieux s’adapter aux effets d’une concurrence
internationale plus accrue.
A cet égard, les principales actions entreprises ont concerné :
 L’adoption du système harmonisé de classement tarifaire ;
 La baisse du nombre de régimes tarifaires qui est passé de 31 à 3 et les taux les plus
élevés sont respectivement de 20% et 10%. ; et la fusion du Droit de douane (DD) et
du Droit fiscal (DF) pour en établir un Droit fiscal à l’importation (DFI) ;
 Baisse des droits de douane sur les biens d’équipement (ramenés à un taux de 5%) ;
 Réduction des délais de séjour des marchandises en entrepôts fictifs ;
 Limitation des produits admis en entrepôt ;
 Application effective du régime spécial du drawback ;
 Amélioration des pratiques d’évaluation par l’intégration des dispositions de l’accord
sur l’évaluation en douane à la loi de finances 2017 ;
 La mise en place d’un dispositif de remboursement de la TVA.
Ainsi, depuis Janvier 2001, la structure tarifaire de la Mauritanie est maintenant comparable à
celle des pays de la sous-région. En outre, le Gouvernement a engagé, conformément aux
orientations de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) et en concertation avec
l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) plusieurs actions de nature à consolider le
dispositif procédural de la Direction Générale des Douanes (DGD) et à renforcer ses
structures chargées du recouvrement et de la surveillance au niveau terrestre et maritime.
Dans ce cadre, un plan d’actions a été élaboré pour assurer une meilleure décentralisation des
services de douanes, au moyen d’outils de communication adaptés et d’un personnel
possédant la formation nécessaire et répondant aux critères de moralité demandés. Les
procédures ont été aussi simplifiées et rendues plus élaborées pour mieux accélérer le rythme
de leur exécution. A cet effet, il est prévu la mise en place d‘un vaste réseau de
communication (radio, téléphone, courrier électronique, etc.) qui couvrira l’ensemble des
wilayas (régions).

III.4 Amélioration de l’efficacité des dépenses publiques


Les principaux objectifs fixés au niveau de ce volet consistaient à :
 Intégrer la programmation pluriannuelle dans un cadre macro-économique cohérent en
vue d’une meilleure harmonisation des données économiques et financières ainsi
qu’une plus grande souplesse des décisions de dépenses,
 Améliorer les capacités de gestion budgétaire.
Ainsi, les mesures suivantes ont été mise en œuvre :
 Amélioration du système de programmation des investissements publics par la mise en
place d’un logiciel de Suivi des Investissements Publics en Mauritanie (SYPSIM) en
1999 ;
 Elaboration des cadres de dépenses à moyen terme sectoriels et d’un cadre de
dépenses à moyen terme global en vue de faire face aux problèmes de coordination
entre les politiques et les budgets et permettre donc une meilleure traduction des
priorités en politique budgétaire ;
 Revue périodique des dépenses des principaux secteurs (santé, éducation…)
 Organisation de revue de portefeuille avec certains bailleurs de fonds

III.5 Soutien au secteur privé


Au niveau de ce volet, les principaux objectifs visaient :
 L’approfondissement des réformes relatives au cadre juridique et judiciaire des
affaires afin d’aboutir à la consolidation d’un environnement transparent et incitatif
pour l’investissement privé dans le cadre d’un régime de droit commun et de
l’abandon de tout régime dérogatoire et,
 L’amélioration des incitations à l’investissement privé à travers la réforme fiscale.

III.6 Impact global


Les résultats attendus au terme de l’exécution du Programme sont :
 L’harmonisation de certains régimes fiscaux avec les pays de l’Union du Maghreb
Arabe (UMA) et ceux de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal
(OMVS) ;
 L’alignement des tarifs douaniers sur ceux des pays voisins ;
 La promotion de l’intégration de la Mauritanie à l’économie régionale et mondiale ;
 L’amélioration de la gestion macroéconomique en faveur de la mise en œuvre de la
stratégie de la lutte contre la pauvreté.
Les performances macro-économiques de la Mauritanie ont été encourageantes au cours de la
période 2001-2006. Ainsi, la croissance économique en termes réels a été en moyenne de
18,9% en 2006 et le taux d’inflation a été en moyenne de 12,3% sur la période. Pour l’année
2006, la croissance réelle du PIB est estimée à 18,9%. Les sources de cette croissance sont
essentiellement les secteurs de l’agriculture, des mines, des transports et télécommunications
ainsi que des autres industries manufacturières.
Les déficits budgétaires et du compte courant (transferts officiels inclus) ont été maîtrisés sur
la période, malgré une conjoncture interne et externe peu favorable. Les réserves officielles de
change ont permis, en 2006, de couvrir 8,1 mois d’importations de biens et services non-
facteurs, contre 6,8 mois en 2001.
La politique budgétaire suivie au cours de la période 2001-2006 a été appropriée et a permis
d’augmenter, de façon substantielle, les dépenses affectées aux secteurs sociaux et aux
programmes de lutte contre la pauvreté qui sont passées de 8% du PIB en 2001 à 10,6% du
PIB en 2006.
Les décaissements au titre des projets d’investissements publics sont passés de près de 26,5
Milliards d’Ouguiya en 2001 à environ 37,5 milliards d’ouguiya en 2006, traduisant ainsi une
amélioration sensible de la capacité nationale de mobilisation et d’absorption des
financements extérieurs.

Conclusion
De manière générale, le programme s’est exécuté sans goulots d’étranglements particuliers et
à permis de réaliser les principales mesures de réformes prévues par le programme à savoir :
 Allègement et simplification de la fiscalité ;
 Elargissement de l’assiette fiscale
 Alignement de la structure tarifaire aux pays de la sous-région.
Compte tenu de ce qui précède, il importe de souligner que certaines contraintes demeurent
dans les domaines suivants :
 Mobilisation des recettes ;
 Programmation des ressources publiques ;
 L’exécution budgétaire ;
 Contrôle des dépenses publiques ;
 Evaluation des politiques publiques et ;
 Promotion du secteur privé.
Le Gouvernement, conscient de cette situation, a lancé ces deux dernières années, en
collaboration avec ses partenaires au développement, plusieurs études et réflexions de nature à
formuler des recommandations pertinentes à même de lever ces obstacles. On peut y noter les
études : RONC (FMI), CFAA (BM) et celle portant sur la réglementation et les marchés dans
l’économie du pays. Ces recommandations sont en voie d’opérationnalisation grâce au projet
de renforcement du secteur public actuellement en préparation sur financement de la Banque
mondiale. Ce projet ouvrira, en outre, le chantier de la modernisation de l’Administration
publique conformément au Plan d’action adoptée en février 2004 par le gouvernement.

CONCLUSION

La politique fiscale s’entend de plusieurs façons.

Au sens large, l’expression recouvre l’ensemble des choix qui concourent à fixer les caractéristiques
d’un système fiscal. Relèvent en ce sens de la politique fiscale les mesures exerçant des effets sur le
niveau de la pression fiscale, la répartition du prélèvement, la définition des dispositifs techniques
d’imposition, les décisions relatives à l’assiette ou au tarif des différents impôts et taxes. Cette
acception large concerne l’agencement de l’impôt, tant au regard de sa fonction principale de
financement des budgets publics qu’à celui de ses buts économiques ou sociaux. Elle intéresse, sauf
acception plus restrictive signalée, l’ensemble des prélèvements financiers obligatoires, y compris
ceux qui, formellement dépourvus de la nature d’impôts, sont destinés au financement de la
protection sociale.

En un sens plus étroit, la politique fiscale désigne l’utilisation faite de l’impôt à des fins économiques
ou sociales. L’impôt est alors envisagé en tant qu’un instrument de politique économique, utilisable
en complément des autres moyens de pilotage que sont ou peuvent être la monnaie et le crédit, la
dépense publique, le contrôle des prix ou des revenus, les régulations de tous ordres.

L’expression de « politique fiscale » est aujourd’hui concurrencée par celle, inspirée d’une démarche
à l’œuvre dans l’ensemble du champ des politiques publiques, de gouvernance fiscale. Plus
englobante, la gouvernance fiscale ne vise pas seulement le contenu des choix relatifs au dispositif
d’imposition…