Vous êtes sur la page 1sur 76

LABORATOIRE METROLOGIE DES

MASSES
Enseignant: Gabriel AHISSOU
Plan de la présentation
2

1.Objectifs de la formation
2.Termes métrologiques généraux
3.Etalonnage
4.Vérification
4.Poids et masses
5.Types d’IPFNA
6.Cycle de vie d’un IPFNA
7.Poids répartis en classe
8.Poids: composition et construction
9.Vérification d’un IPFNA: préparation des moyens
10.Procédure de vérification d’une balance
11.Procédure d’étalonnage d’une balance
Références bibliographiques
3

 OIML R76:Instrument de pesage à fonctionnement


non automatique
 OIML R111: Poids des classes E1,E2, F1, F2, M1,
M1-2, M2 , M2-3, M3
 JCGM 200: Vocabulaire International de métrologie:
concepts fondamentaux et termes associés (VIM)
 ISO 13005: Guide pour l’expression de l’incertitude
de mesure
 ISO 45501:Aspects métrologiques des instruments
de pesage à fonctionnement non automatique
1.OBJECTIFS DE LA FORMATION
4

 Connaitre les termes fondamentaux et généraux de la


métrologie dans le domaine du pesage
 Avoir connaissance des grandeurs qui influencent les
résultats de pesage afin de mettre en place les
mesures préventives
 Maitriser les procédures de vérification/étalonnage
d’une balance
 Exploiter les résultats issus des opérations de
vérification / étalonnage
2.Termes métrologiques généraux
5

Métrologie: science des mesurages et ses applications.


C’est l'ensemble des techniques et des savoir-faire qui permettent d'effectuer
des mesures et d'avoir une confiance suffisante dans leurs résultats
Instrument de pesage
Norme 45501 :
– « Instrument de mesure servant à déterminer la
masse d’un corps en utilisant l’action de la
pesanteur »
IPFNA:
 Instrument de pesage à fonctionnement non
Automatique (IPFNA):
Instrument de pesage nécessitant l’intervention d’un opérateur au cours de la
pesée, par exemple pour le dépôt et pour le retrait des charges à peser sur le
dispositif récepteur de charge ainsi que pour l’obtention du résultat.
2.Termes métrologiques généraux
6

Exemple : balances, Bascules pour lesquels la


position d’équilibre est atteinte entièrement par
l’opérateur.
2.Termes métrologiques généraux
7

Instrument de pesage à fonctionnement automatique(IPFA): instrument de pesage


effectuant une opération de pesage n’exigeant pas l’intervention d’un opérateur et
déclenchant un processus automatique caractéristique de l’instrument de pesage à
fonctionnement automatique.
 Doseuses pondérales (ou ensacheuses) à fonctionnement automatique (DPFA)

 Trieuses Pondérales automatiques (TPA) Etc.


2.Termes métrologiques généraux
8

Portée maximale (Max): capacité maximale de pesage (compte non tenu de la capacité additive
de la tare)
Dispositif de tare: Dispositif permettant de ramener l’indication de l’instrument à zéro
lorsqu’une charge est placée sur le récepteur de charge
-sans empiéter sur l’étendue de pesage des charges nettes (dispositif additif de tare) ;
-en réduisant l’étendue de pesage des charges nettes (dispositif soustractif de tare).
Portée minimale(Min):Valeur de la charge en dessous de laquelle les résultats de pesée peuvent
être entachés d’une erreur relative trop importante
Étendue de pesage: intervalle compris entre le Min et le Max
Charge limite: charge statique maximale pouvant être supportée par l’instrument sans altérer de
façon permanente ses qualités métrologiques (Max +9 échelon).
Échelon de vérification (e) :valeur exprimée en unité de masse pour la classification et la
vérification d’un instrument .
Nombre d’échelon de vérification: quotient de la portée maximale par l’échelon de
vérification. n= Max/e
2.Termes métrologiques généraux
9

Échelon réel (d):valeur exprimée en unité de masse de la différence entre :


-valeur correspondant à deux repères consécutifs pour une indication analogique;
-valeur correspondant à la différence entre deux indications consécutives pour une indication
numérique

SENSIBILITE:(équilibre automatique):quotient du déplacement I de l’organe indicateur


entre deux positions d’équilibre par l’accroissement mde charge qui le produit.
I
S 
m
Mobilité: qualité qui caractérise l’aptitude d’un instrument à réagir à de petites variations de
charge.
Le seuil de mobilité, à une charge donnée, est la valeur de la plus petite surcharge qui, déposée ou
retirée sans choc sur le récepteur de charge, provoque une variation perceptible de l’indication
Fidélité: aptitudes d’un instrument à fournir des résultats identiques pour une même charge
déposée ou déplacée plusieurs fois sur l’instrument .
Justesse: aptitude d’un instrument à donner des indications exemptes d’erreur de justesse.
2.Termes métrologiques généraux
10

Indication: valeur fournie par un instrument de mesure ou un système de mesure

Erreur d’indication: indication d’un instrument moins la valeur


(conventionnellement) vraie de la masse.

Erreur maximale tolérée, emt : valeur maximale de la différence, en plus ou en


moins, autorisée par la réglementation, entre l’indication d’un instrument et la
valeur vraie correspondante, déterminée par référence à des masses ou poids
étalons, l’instrument étant à zéro à charge nulle dans la position de référence.

Vérification d’un instrument: procédure d’évaluation de la conformité (autre


que l’approbation de type) qui conduit à l’apposition d’une marque de vérification
et/ou à la délivrance d’un certificat de vérification
2.Termes métrologiques généraux
11

Vérification primitive :vérification d’un instrument de mesure qui n’a pas été
vérifié auparavant

Vérification ultérieure: vérification d’un instrument de mesure qui suit une


vérification précédente .
La vérification ultérieure d’un instrument de mesure peut être effectuée avant
l’expiration de la période de validité d’une vérification précédente, soit à la
demande de l’utilisateur (propriétaire), soit quand sa vérification est déclarée
comme n’étant plus valable.

Vérification périodique (obligatoire): vérification ultérieure d’un instrument


de mesure effectuée périodiquement à des intervalles spécifiés selon la
procédure fixée par la réglementation
2.Termes métrologiques généraux
12

Refus d’un instrument de mesure: décision de portée légale spécifiant qu’un


instrument de mesure ne satisfait pas aux exigences réglementaires de vérification et
interdisant son utilisation pour les applications exigeant une vérification obligatoire

Remise en conformité d’un instrument de mesure :décision de portée légale


spécifiant qu’un instrument de mesure préalablement refusé satisfait à nouveau aux
exigences réglementaires et que son utilisation pour les applications exigeant une
vérification obligatoire n’est plus interdite

Certificat de vérification: document certifiant que la vérification d’un instrument de


mesure a été effectuée et que la conformité aux exigences réglementaires a été
constatée
2.Termes métrologiques généraux
13

 Masse marquée: objet matériel servant à la détermination de la masse d’un corps.


Une masse marquée n’a pas l’obligation de satisfaire aux spécifications d’une masse
marquée légale appelé poids

 Poids :un poids est une masse marquée légale; sa forme ,sa constitution, sa valeur
nominale et son erreur maximale tolérée sont règlementées

 Masse étalon: masse marquée servant soit à l’étalonnage, soit à l’ajustage de masse
marquée et d’instruments de pesage. Leurs erreurs maximales tolérées sont fonction
de celles des objets à contrôler ou à régler

 Poids étalon :poids servant soit à l’étalonnage, soit à l’ajustage de masses marquées
et d’instruments de pesage.
 Étalonnage : opération qui, dans des conditions spécifiées, établit en une première
étape une relation entre les valeurs et les incertitudes de mesure associées qui sont
fournies par des étalons et les indications correspondantes avec les incertitudes
associées, puis utilise en une seconde étape cette information pour établir une
relation permettant d'obtenir un résultat de mesure à partir d'une indication (JCGM
200)
2.Termes métrologiques généraux
14

 Condition de répétabilité: condition de mesurage dans un


ensemble de conditions qui comprennent
 la même procédure de mesure,
 les mêmes opérateurs,
 le même système de mesure,
 les mêmes conditions de fonctionnement
 et le même lieu, ainsi que des mesurages
 répétés sur le même objet ou des objets similaires pendant une
courte période de temps
 Condition de reproductibilité: condition de mesurage dans
un ensemble de conditions qui comprennent des lieux, des
opérateurs et des systèmes de mesure différents, ainsi que des
mesurages répétés sur le même objet ou des objets similaires
2.Termes métrologiques généraux
15

 Incertitude de mesure :paramètre non négatif qui caractérise


la dispersion des valeurs attribuées à un mesurande, à partir
des informations utilisées
 Incertitude type: incertitude de mesure exprimée sous la
forme d'un écart-type
Évaluation par la méthode de type A
Evaluation d'une composante de l'incertitude de mesure par une
analyse statistique des valeurs mesurées obtenues dans des
conditions définies de mesurage
Évaluation par la méthode de type B
Evaluation d'une composante de l'incertitude de mesure par
d'autres moyens qu'une évaluation de type A de l'incertitude
2.Termes métrologiques généraux
16

 Budget d’incertitude: liste de sources d’incertitude et de


leurs incertitudes-types associées, établie en vue d’évaluer
l’incertitude type composée associée à un résultat de mesure

 Incertitude type composée: incertitude-type obtenue en


utilisant les incertitudes-types individuelles associées aux
grandeurs d'entrée dans un modèle de mesure

 Facteur d’élargissement: nombre supérieur à un par lequel


on multiplie une incertitude-type composée pour obtenir une
incertitude élargie
3.Etalonnage
17

Équipement
. Etalon de mesure à
étalonner
Comparaison
technique
écarts
Rédaction du certificat
d’étalonnage

Repérage
d’étalonnage

Remise en service pour


La période fixée
3.Etalonnage
18

L’étalonnage a pour objectif de :


 diminuer l’incertitude de mesure en corrigeant
les indications de l’équipement de mesure,
 affecter des valeurs numériques à des repères,

 déterminer une courbe ou un facteur


d’étalonnage,
 déterminer les propriétés métrologiques.
4.Vérification
19

. Étalon(s) Équipement de
Comparaison mesure à vérifier
technique Limites d’erreurs
tolérées
Comparaison aux limites
Non tolérées
conforme

réparation déclassement
réforme
Rédaction constat
de vérification
Ajustage
Renseignement de
la fiche de vie
Repérage
Remise en service pour la périodicité fixée de vérification
4.Vérification
20

La vérification permet de s’assurer que les écarts entre les valeurs indiquées
par un équipement de mesure et les valeurs connues correspondantes
d’une grandeur sont tous inférieurs aux erreurs maximales tolérées .

Le résultat d’une vérification se traduit par une décision de remise en service,


d’ajustage, de réparation, de déclassement ou de reforme. Dans tous les cas
une trace écrite doit être conservée
Remise en service:
Si les erreurs sont inférieures à l’E.M.T ,l’équipement est remis en service
pour la périodicité fixée.
Ajustage:
L’ajustage doit être effectué par du personnel habilité.
Après un ajustage ,l’équipement de mesure doit être à nouveau soumis à une
vérification.
4.Vérification
21

Réparation:
Les opérations de maintenance réalisées sur les équipements de
mesure doivent être gérées par la fonction métrologique
Une nouvelle confrontation à la spécification d’origine ou un
nouvel étalonnage ,suite à la réparation ,doit être effectuée.
Déclassement
Le déclassement doit être repéré physiquement sur l’équipement
de mesure.
La périodicité de suivi peut être modifiée.
5.Types d’IPFNA

22

 Mécanique
- À fonctionnement automatique (instruments pour lesquels la position
d’équilibre est atteinte sans intervention de l’opérateur),
5.Types d’IPFNA

23

- À fonctionnement semi-automatique (instruments comprenant une étendue de


pesage à équilibre automatique pour lesquels l’opérateur intervient pour
modifier les limites de cette étendue): cadran gradué de 0 à MaxCadran
(balance normale) ou de -Max/2 à Max/2
 Faire 5 points sur le cadran en charges croissantes et décroissantes
 (0, ¼ MaxCadran, ½ MaxCadran, ¾ MaxCadran, MaxCadran)
5.Types d’IPFNA

24

- À fonctionnement non-automatique
(instruments pour lesquels la position
d’équilibre est atteinte entièrement par
l’opérateur: cas des bascules )
5.Types d’IPFNA

25

 Électronique
- Jauge de contrainte ou capteur.
5.Types d’IPFNA
26

Electronique
6.Cycle de vie (Directive européenne 90/337)
27

 Conception
Par le fabricant d’instrument de pesage
 Approbation de modèle

Prototype déposé plus validation de la conception


 Construction

Directement en série par le fabricant


 Vérification CE

A l’unité par assurance de la qualité


 Mise en service

 Utilisation ,Entretien ,réparation

Contrôle selon périodicité


 Fin de vie

 Destruction ou mise hors-service matériel


5. Poids et masses
28

 Conditions sur les poids


Circulaire qui découle de la recommandation OIML
R111
Circulaire 15/10/1992
 Attestation par un certificat de vérification

-lien vers l’organisme accréditeur


6.Poids répartis en classe
29

 Classe
 E1: traçabilité entre les différents étalons nationaux

 E2: (IPFNA de classe I)


 F1, F2 (IPFNA classe I ou II)

 M1, M1-2, M2, M2-3 , M3 (IPFNA de II, III ou IIII)

 Valeurs nominales de 1 mg à 50 kg

 Valeurs nominales classables

1x10nkg
2x10nkg
5x10nkg
7.Poids : composition et construction
30

 Composition
 Forme géométrique simple
 Pas d’arrête tranchante
 Même forme pour une même série
o Corps cylindrique avec bouton de préhension
7.Poids : composition et construction
31

o hormis poids de 1g ou moins(lamelles polygonales;


Fils)

 E1, E2 :d’une seule forme (pratiquement


amagnétique; minimum acier inoxydable )
 F1 et F2: une ou plusieurs pièces du même matériau
(minimum laiton)
7.Poids : composition et construction
32

 M1, M1-2, M2, M2-3 , M3: présence d’une cavité


d’ajustage ( minimum fonte)
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
33

 Moyens Etalons
– Caractéristiques:
• Valeur nominale
• Classe de précision (E1, E2, F1, F2, M1, M2, M3)
Exemple du poids de 1 kg : erreurs maximales tolérées pour chaque
classe
E1 (0,5mg) E2 (1,5mg) F1 (5mg) F2 (15 mg) M1 (50mg)
M2 (150mg) M3 (500mg)
 Forme et identification

– Maintenance
 Certificat d’étalonnage => donne la masse conventionnelle
 Certificat de vérification => garantit la conformité aux exigences
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
34

 Fonction de :
– La classe de l’IPFNA
– Sa portée maximale
– Son nombre d’échelons
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
35

Classification d’un IPFNA


Classe de Echelon de Portée
précision vérification, e minimale,
Min
(Limite
inférieure)
minimum maximum
Spéciale 0,001 g ≤ e* 50 000** - 100 e
(I)
Fine 0,001 g ≤ e ≤0,05 100 100 000 20 e
(II) g 5 000 100 000 50 e
0,1 g ≤ e
Moyenne 0,l g ≤ e ≤ 2 g 100 10 000 20 e
(III) 5g≤e 500 10 000 20 e
Ordinaire 5g≤e 100 1 000 10 e
(IIII)
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
36

• *En raison de l’incertitude sur les charges servant


aux essais, il n’est pas possible de tester et de
vérifier un instrument pour lequel e < 1 mg.
• **Pour un instrument de classe I avec d < 0,1 mg n
peut être inférieur à 50 000
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
37

CHOIX DES POIDS ETALONS


 On utilise l’abaque « Choix de la classe de précision des poids –

étalons»
 Pour utiliser l’abaque, il faut calculer n = Max/e
Déterminer la valeur nominale du poids comprise entre Max/20 et
Max/10
Exemple :Max=12000 g; e= 2 g
N=Max / e= 12000 g / 2 g = 6000
On prend donc la ligne correspondant à 10000 e
Max /20= 600 g ; Max/10 =1200 g
On prend donc la colonne correspondant à 1 kg
On choisit donc des poids étalons de classe M1 ou meilleure.
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
38

 Exercice :
trouvez la classe des masses à utiliser pour la
vérification périodique de l’IPFNA suivant :
– Max = 500 g
– Echelon = 0,1 g
– Classe III
8.Vérification d’un IPFNA: Préparation
des moyens étalons
39

Erreurs maximales tolérées

Erreurs pour des charges, m, exprimées en échelons de vérification, e


maximales
Classe I Classe II Classe III Classe IIII
tolérées en
vérification
primitive

±0,5 e 0 ≤ m ≤ 50000 0 ≤ m ≤ 5000 0 ≤ m ≤ 500 0 ≤ m ≤ 50

500 <m ≤ 2000 50 < m ≤2 00


±1 e 50000 < m ≤ 200 000 5000 < m ≤ 20000

2000 < m ≤ 10 000 200 < m ≤ 1 000


±1,5 e 200000 < m 20 000 < m ≤ 100 000
9.Procédure de vérification d’une balance: tunnel des erreurs
. (vérification périodique)
40

.
.
3e

2e

e
Instrument accepté
0 charge
-e

-2e
Instrument refusé
 50000e 200000e
-3e  5000e 20000e
 500e 20000e 40
 50e 200e
9. Procédure de vérification d’une balance :opérations
préliminaires
41

1. Acclimater les poids de contrôle à la température ambiante de la balance


2. Nettoyer le plateau de la balance à l’aide d’un pinceau, si nécessaire avec
de l’alcool . Laisser s’évaporer les solvants à l’extérieur de la balance
3. Mettre la balance à niveau (bulle au centre du niveau)
4. Mettre tous les pieds de la balance en appui sur le support
5. Relier la balance sur une prise de secteur avec une véritable terre ( si
recommandé par le constructeur);
6. Veiller à ce que la balance soit en fonctionnement ou en mode veille
,depuis au moins 30 minutes
7. Si nécessaire ,mettre la balance à zéro avant de déposer le ou les poids
,l’affichage doit indiquer «00 »
8. Poser le ou les poids de contrôle sur le plateau de la balance: attention
:manipuler les poids à l’aide de gants ou au moyen d’outils de préhension
adapté
9. Contrôler la valeur affichée quant aux respects de la tolérance fixée.
9.Procédure de vérification d’une balance :conditions
d’environnement
42

 L’utilisateur dresse une liste des grandeurs d’influence susceptibles de


perturber les opérations de pesage, avec, si possibles les limites admissibles
pour chacune d’elles, et le cas échéant les moyens de mesure utilisés.
 Les conditions d’environnement sont celles du lieu habituel d’utilisation de
la balance
 Il est souhaitable, chaque fois que cela est possible, que les conditions
habituelles d’utilisation de la balance éliminent ou corrigent les effet des
grandeurs d’influence
 Une bonne installation de balance dans le local permettra de :
 Limiter l’influence des courant d’air (éloignée des portes, ventilation,
chauffage, climatisation)
 Limiter l’influence des rayonnements directs (éloignée des fenêtre )
9. Procédure de vérification d’une balance
:conditions d’environnement
43

 L’utilisation d’une table de pesée permettra de:


 Transmettre le minimum de vibration
 Ne pas fléchir lors de son utilisation, de protéger la
balance de l’électricité statique (pas de support en
verre , ni en plastique)
 Protéger la balance du magnétisme (pas d’objet en
fer à proximité)
9.Procédure de vérification d’une balance :périodicité de
vérification
44

 La périodicité de la vérification de la balance est


liée à son utilisation.
 L’utilisateur pourra appliquer la procédure générale
de vérification par exemple tous les 3 mois.
 L’intervalle de vérification peut être augmenté à
condition qu’aucune non-conformité n’a été
constatée sur une période de quatre vérification
consécutives. Dans le cas contraire, il sera réduit.
9 .Procédure de vérification d’une balance: calcul des
erreurs de Justesse par la méthode en lecture directe
45

L’erreur de justesse d’une balance pour une valeur donnée de son


échelle de mesure est déterminée par la pesée simple d’un
étalon de masse de même valeur nominale et en relevant les
indications correspondantes.
L’étalon utilisé est conforme à la recommandation OIML R111 et
dans ces conditions sa masse conventionnelle est celle donnée
dans le certificat d’étalonnage de l’étalon , à défaut sa masse
nominale lorsque l’étalon a une classe certifiée.
L’évaluation de l’erreur se fait en comparant la mesure obtenue à
la valeur de l’étalon.
Erreur = valeur lue-valeur vraie masse étalon (ou valeur
nominale de la masse)
E= nlue – Mtotale
9.Procédure de vérification d’une balance: calcul des erreurs
de justesse par la méthode des seuils
46

 Méthode des seuils: Méthode d'évaluation de l'erreur d'indication d'un


instrument de pesage à indication discontinue.
La méthode des seuils consiste à rechercher la valeur vraie de la charge
pour laquelle l'instrument de pesage "hésite" entre deux valeurs
consécutives, et à la comparer à cette valeur lue qui est donc égale à
l'indication discontinue augmentée d'un demi échelon.
Pour plus de renseignements concernant l'application de cette méthode, se
reporter au § A.4.4.3., «Évaluation des erreurs» de la norme NF EN
45501.
Sa mise en œuvre nécessite l’utilisation de masses seuils
 Masse seuil: à une certaine charge, Mtotale, la valeur indiquée, nlue,est
notée. On ajoute successivement des poids additionnels de, par
exemple, 1/10 de l’échelon e jusqu’à ce l’indication augmente de
manière non ambiguë d’un échelon(nlue+e). L’ensemble des poids
additionnels constitue la masse seuil.
 NB: Cette méthode n’est pas utilisable avec des balances ayant un échelon
d’indication inférieur à 10 mg du fait de l’impossibilité de disposer des surcharges
9.Procédure de vérification d’une balance: calcul
des erreurs de justesse par la méthode des seuils
47

Indication de l’instrument:
La détermination de l’erreur d’un instrument de mesure nécessite
la connaissance de son mode d’arrondissage
 Arrondissage par défaut: l’arrondissage se fait à la valeur
affichable immédiatement inférieure à la valeur mesurée.
 Arrondissage par excès: l’arrondissage se fait à la valeur
affichable immédiatement supérieure à la valeur mesurée.
 Arrondissage au plus près: l’arrondissage se fait à la valeur
affichable le plus proche de la valeur mesurée (c’est le cas des
instruments de pesage)
L’erreur avant arrondissage est déterminée en utilisant
l’expression suivante:
 E = nlue + ½ e –mseuil – MTotale
9.Procédure de vérification d’une balance: calcul des
erreurs de justesse par la méthode des seuils
48

 Pour les instruments mécaniques :


- non automatique : équilibre avec seuils, signe arbitraire (un coté
positif un coté négatif)
- Semi-automatique et automatique : pas de seuils, lecture directe

Erreur = valeur lue –valeur vraie masse étalon


 Pour les instruments électroniques

- Calcul de l’erreur avec méthode des seuils obligatoire


E = nlue + ½ e –mseuil – MTotale

NB: Cette méthode n’est pas utilisable avec des balances ayant un échelon
d’indication inférieur à 10 mg du fait de l’impossibilité de disposer des
surcharges
9.Procédure de vérification d’une balance :les essais
métrologiques
49

 Examen administratif
 Essais métrologiques
– Essai d’exactitude de mise à zéro (Erreur à 0)
– Excentrations
– Justesse
– Fidélité
–Essais complémentaires (si nécessaire)
 Sensibilité
 Fluage ou dérive sous charge

En fonction des besoins de l’utilisateur, tout ou partie de la liste fera l’objet de la


vérification à la suite d’une mesure ou d’un essai par un opérateur
9.Procédure de vérification d’une balance : Essai
administratif
50

. Présence et intégrité des informations réglementaires


 Obligatoires dans tous  Si appropriées :
les cas : – Modèle
– Marque ou nom du – Numéro de Série
constructeur – Liste des périphériques
– Classe – Mentions de restriction
– Portée Max – Échelon réel d (si d ≠ e)
– Portée Min – Effet de tare (T+ ou T-)
– Échelon de
vérification (e)
9.Procédure de vérification d’une balance Essais d’exactitude
de mise à zéro
51

 Essais d’exactitude de mise à zéro


Erreur à zéro (méthode des seuils obligatoire pour les instruments
électroniques): l’erreur à zéro E0 est calculée à l’aide d’une charge
équivalente à 10 échelons en utilisant l’expression suivante:
E0 = nlue + ½ e –mseuil – Mtotale

La détermination et la prise en compte de cette erreur permet de sortir du zéro


suiveur (essai avec 10e).
EMT=1e/4 (d/2 si d ± e)

 L’erreur corrigée avant arrondissage Ec (erreur de justesse corrigée)


Ec=E-E0
9.Procédure de vérification d’une balance: essai
d’excentration
52

 L’excentration de charge est l’aptitude de la balance


à fournir des résultats concordants entre la valeur
lue (indication de la balance) et la valeur vraie
(poids étalon), en modifiant le point d’application
d’une même charge ( cf. Formulaire rapport de
vérification)
 Les valeurs nominales des charges sont choisies de
manière à réaliser l’essai autour du tiers de la portée
maximale
9. Procédure de vérification d’une balance: essai de
fidélité- essai de Justesse
53

Essai de fidélité: Les valeurs nominales des poids étalons sont choisies de
manière à réaliser l’essai à la moitié de la portée maximale(Max/2) ou à la
portée maximale d’utilisation sur six (06) pesées consécutives pour les
balances d’analyse et de précision et trois(03) pesées consécutives pour les
balances industrielles
 Essai de Justesse: selon le mode d’utilisation de la balance ,l’essai peut
être effectué en charges:
 Croissantes

 Décroissantes

 Croissantes et décroissantes

Cinq (05) valeurs de charges sont suffisantes: Pmin ; Pmax/2 et les points de
changement d’erreur maximale tolérée
9.Procédure de vérification d’une balance: essai de
sensibilité
54

 Essai de sensibilité : Cet essai n’est à effectuer que pour des applications
devant mettre en évidence l’évolution de la masse d’un échantillon (pesée
différentielle). La vérification de la sensibilité consiste à s’assurer que
l’accroissement de l’indication initiale correspond à la valeur de la
surcharge.
 L’opérateur tare une charge (creuset, fiole, etc.) placée au centre du plateau.
 Ensuite, il place une surcharge (équivalente à la valeur de la variation de la
masse étudiée durant une pesée différentielle, ou par exemple 100d).
 La vérification de la sensibilité consiste à s’assurer que l’accroissement de
l’indication initiale correspond à la valeur de la surcharge
 L’erreur de sensibilité est l’écart d’indication entre l’indication initiale et
l’indication obtenue après le dépôt de la surcharge. L’écart ne doit pas être
supérieur à la valeur vraie de la surcharge déposée sur le plateau.
9.Procédure de vérification d’une balance: essai de fluage ou
dérive sous charge
55

 Cet essai n’est à effectuer que pour des applications devant mettre en
évidence une évolution de la masse d’un échantillon maintenu sur le récepteur
de charge (sans repasser par le zéro de la balance) pour une période de temps
importante (de 30 min à 1 h).
 Dans ce cas, il faut :
 définir la durée de l’essai de fluage en fonction de l’utilisation habituelle,
 charger l’instrument à la portée maximale ou à la charge de travail habituel,
 noter l’écart entre l’indication relevée aussitôt après la stabilisation et celle
relevée en fin d’essai.
 L’écart entre l’indication obtenue au moment du dépôt de la charge et
l’indication obtenue après un temps déterminé ne doit pas être supérieur à la
valeur absolue de l’emt de la balance à la charge considérée.
9.Procédure de vérification d’une balance:
condition d’acceptation de la balance
56

 La balance est acceptée lorsque les erreurs


obtenues lors des différents essais se trouvent à
l’intérieur des erreurs limites maximales tolérées
ce résultats est reporté sur le certificat de vérification.
Lorsque les critères retenues ne sont pas vérifiés
l’opérateur peut effectuer un réglage de la balance
sur la base des instructions et recommandations
fournies par le constructeur
10.Procédure d’étalonnage d’une balance:
opérations préliminaires
57

 Le laboratoire doit disposer d’étalon de masses conformes à la


recommandation OIML R111
 Tous les étalons de masses doivent être raccordés aux étalons
nationaux et faire l’objet d’un certificat d’étalonnage
 Pour minimiser l’incidence de l’incertitude des poids, la classe de
précision des poids pour étalonner une balance d’analyse doit être la
classe E2.
 Pour étalonner une balance de précision, la classe de précision F1
suffit.
 Pour Tout instrument intervenant dans le processus d’étalonnage de
balance ,notamment ceux permettant de déterminer les conditions
d’environnement ,le laboratoire doit justifier d’un raccordement aux
étalons nationaux et de la maîtrise métrologique
10.Procédure d’étalonnage d’une balance:
opérations préliminaires
58

 La balance est de niveau


 respecter le temps de chauffage et de calibrage de la balance
 Une charge équivalente à la portée maximale est déposée sur le plateau de la
balance puis retirée
 L’affichage à zéro est réglé, si nécessaire au début de chaque essai.
 La balance est ajustée avant l’étalonnage pour limiter ses composantes
d’incertitude
 S’assurer de l’identification de la balance à étalonner.
 S’assurer de l’absence de défaut visible (exemple : plateau sale, instabilité du
zéro, dérive du zéro, etc.)
 Vérifier la validité du certificat d’étalonnage des moyens
 Noter la température, pression et humidité relative avant et après les essais
métrologiques.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: essais
métrologiques
59

Les essais réalisés pour la détermination de l’incertitude de


l’erreur d’indication de la balance sont les suivants :
 essai de répétabilité,

 essai de justesse,

 essai d’excentration.

Ils sont préparés et réalisés de la même façon que décrit


précédemment.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: erreur
d’indication
60

Erreur d’Indication ei : elle s’obtient par la


différence entre le résultat de la pesée et la
valeur retenue de l’étalon ( valeur de masse
conventionnelle ou valeur nominale selon le
cas)
ei =valeur moyenne des essais de répétabilité -
la somme des valeurs conventionnellement
vraies des poids posés sur le plateau récepteur
de charge de la balance
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: essai de
répétabilité
61

Essai de Répétabilité
La répétabilité est déterminée en réalisant au
moins cinq pesées successives en au moins un
point significatif lié à l’utilisation de la
balance, ou à défaut à la moitié de la plage
d’étalonnage
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: essai de justesse
62

Essai de Justesse
 Quand la balance est utilisée sur toute son étendue de mesure, l’erreur
d’indication est déterminée à plusieurs charges depuis sa pesée minimale à
sa portée maximale.
 Si elle n’est utilisée que sur une partie de son étendue de mesure, l’erreur
d’indication est déterminée à des charges représentatives des quantités
pesées habituellement (exemple : balance utilisée pour contrôler le volume
de micropipettes).
 Si elle n’est utilisée qu’en un point, l’erreur d’indication est déterminée à
la charge habituellement pesée (exemple : balance utilisée pour contrôler la
masse spécifique de médicaments, ou la quantité nominale de préemballés).
 Il faut veiller à limiter la quantité de poids utilisés en même temps pour
simuler le point de mesure, cela dans le but de réduire la composante
d’incertitude associée.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: essai d’excentration
63

Essai d’excentration
 La position centrale du plateau est choisie comme position de référence
 La valeur nominale du poids est proche du tiers de la portée maximale
 Le poids est placé au centre du plateau (position C) et l’indication IC qui en résulte
est relevée
 Puis le poids est déplacé successivement en excentrant celle-ci de part et d’autre du
centre du plateau
 les indications correspondantes (Ii) sont relevées et corrigées de l’erreur à 0.
 Il n’est pas nécessaire de placer le poids systématiquement au centre de chaque
portion. Il suffit de le déplacer de 1 ou 2 cm. Ce déplacement représente
l’éventuelle erreur d’excentration commise par l’opérateur au cours d’une pesée
courante.
10. Procédure d’étalonnage d’une balance: mode
opératoire
64

L’étalonnage est réalisé en prenant en compte les éléments suivants :


 charge centrée et répartie le plus uniformément possible ;

 température, pression et humidité stables et relevées au début et à la


fin des mesures ;

 durée d’application de la charge limitée au nécessaire ;

 respect d’un intervalle de temps suffisant et constant avant le relevé


des indications ;
 si un intervalle de temps spécifique est défini, le respecter (exemple :
durée nécessaire pour obtenir une indication stable).
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: mode opératoire

65

Au sens strict du terme, l’étalonnage d’une balance


consiste à déterminer son erreur de justesse en pesée
simple avec l’incertitude associée, en incluant
éventuellement l’effet des grandeurs d’influence sur la
justesse.
L’étalonnage d’une balance peut être réalisée selon des
modalités différentes en fonctions des objectifs visés:
1. un étalonnage associé à une pesée particulière
2. un étalonnage périodique destiné à déterminer une
incertitude typique sur l’ensemble ou une partie de la
balance.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: mode opératoire
66

Dans le premier cas l’étalonnage ne peut comporter


qu’une seule charge correspondant à la pesée alors que
dans le deuxième cas , il comporte plusieurs charges
réparties sur le domaine étalonné. Par ailleurs les
facteurs d’influence ne seront pris que partiellement en
compte dans le premier cas.
L’incertitude-type d’étalonnage est définie pour chaque
charge appliquée.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
67

 Incertitude évaluée par la méthode de type A


Incertitude liée à la répétabilité du processus UA1:
Elle est égale à UA1 = max (Sx, d/2) où d est la résolution de la balance et Sx l’écart type de
répétabilité au point d’étalonnage.

 X  X 
n
2 ; n est le nombre de mesurages et Xi
i l’indication i de la balance
i 1
Sx 
n 1
 Incertitudes évaluées par la méthode de type B
 Incertitude- type liée à la résolution à vide de la balance: UB1

d0
U B1 
6

Où d0 est la résolution à vide de la balance.


10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication

68

 Incertitude -type liée à la résolution à charge de la balance UB2


U B2  d
6
Où d est la résolution à charge de la balance.
 Incertitude- type liée aux masses étalons utilisées et à leur pérennité: UB3

 Où UEi désigne l’incertitude élargie d’étalonnage des masses étalons utilisés et


2
n
 U Ei 
2 n U E 
 
U B3   
i 1  2 
   max
 2
Ei
;
3 
i 1
 
n  U Ei  E 
U pi   max  ; 

i 1  2 3 

l’incertitude élargie liée à la pérennité de ces mêmes masses.


10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
69

 Lorsqu’une seule valeur de l’étalon de référence est disponible, l’incertitude liée à la


pérennité est égale à l’incertitude type liée à l’étalonnage des masses. Lorsqu’il y à un
écart au niveau d’une même masse entre deux étalonnages, l’incertitude liée à la
pérennité de la masse a pour expression

E
UP 
3

 De toute façon, l’incertitude liée à la pérennité ne peut pas être inférieure à


l’incertitude d’étalonnage divisée par deux (Incertitude d’étalonnage obtenue pour un
facteur d’élargissement k=2)
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication

70

 Incertitude- type liée à l’excentration des charges :UB4


I i  I C max
U B4 
6
Où Ic est l’indication de la balance avec charge au centre du plateau et Ii l’indication de la
balance avec charge à la position excentrée i du plateau.
 Incertitude- type liée à l’influence de la température UB5
Elle est déterminée par l’expression suivante :
 
U B5 C T x
 3 

Ou C, est le coefficient de variation de pente de la balance,


T la variation de la température pendant l’étalonnage,
 x, l’indication au point d’étalonnage de la balance.
 Le coefficient de variation de pente(C) de la balance est fonction du nombre maximal
d’échelons. Le tableau ci-après donne les valeurs de C.
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
. d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
71

.
Nombre maximal de l’échelon de Coefficient de variation de la pente
la balance C en °C-1

1000 2500x10-6

10000 250x10-6

100000 50x10-6

Au-delà 15x10-6
71
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
72

 Le nombre d’échelon est déterminé à partir de la portée maximale Pmax de


la balance et de son échelon e de vérification par l’expression suivante :

n  Pmax
e
 Incertitude -type composée

Elle est déterminée en faisant la somme quadratique des différentes


incertitudes types par l’expression suivante :

U C  U A21  U B21  U B2 2  U B2 3  U B2 4  U B2 5

Incertitude élargie UE
 Elle est déterminée pour un facteur d’élargissement k=2 par l’expression
suivante : UE =2UC
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
73

1  a
u a  . .x
3 o

erreurd' indication
ue 
x(résultatdelapesée)
 au
 ae
 o  8000 kg / m 3
10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation d’incertitude de
mesure associée à l’erreur d’indication
74

 NB : si le calibrage a été effectué avant l’étalonnage  a  0


 Prenant en plus en compte ces deux composantes, l’incertitude type composée
associée à l’erreur d’indication de la balance dans les conditions d’utilisation a
pour expression:

2 2
U   U B 4   u a 
2
U c  UA  U  U
2
1
2
B1
2
B2
+ x ue2   B 5      
 x   x   x 

L’incertitude élargie est UE =2UC


10.Procédure d’étalonnage d’une balance: Estimation
d’incertitude de mesure associée à l’erreur d’indication
75

La formule simplifiée de la masse volumique de


l’air est:

0,00348444p  (0,00252.t  0,020582).h


a 
273,15  t

t en °C, p en Pa, h en %HR


Fin
76

Merci pour votre aimable attention

Vous aimerez peut-être aussi