Vous êtes sur la page 1sur 13

Université Abou Bekr Belkaid

Faculté de Technologie
Département de génie mécanique

Travaux pratiques- Resistance des matériaux

 Compte rendu :
Essai de Traction
 Réalisé par :
 BENABDELKADER HANANE
 ASKEUR ANES
 BELARBI KHALED
 Groupe : G 11
1-Introduction :
Parmi tous les essais mécaniques, l’essai de traction est
certainement l’éssai le plus fondamental. Il sert à déterminer les
principales caractéristiques mécaniques telles que le module
d’élasticité , le coefficient de poisson, la limite d’élasticité, la
résistance à la rupture, l’allongement après rupture et le coefficient
de striction.

2-but de TP de traction :
 De faire connaître le fonctionnement d’une machine de
traction et des capteurs qui y sont appliqués.
 De mesurer des courbes de traction sur des alliages
d’aluminium ,de cuivre,de laiton et des aciers.
 D’interpréter les résultats obtenus :déterminer la limite
élastique,l’allongement à rupture etc…
 D’estimer la précision de mesure.

3-principe de l’essai de traction :


Pour chaque catégorie d’essai défini ci-après,le travail de
préparation comportera principalement le calcule des valeurs
prévisionnelles de chargement à rupture pour chacune des
éprouvettes considérées.

5- Matériels :
1) Appareille de traction :
Pour réaliser l’essai de traction, on utilise une machine d’essai
universelle classique. Elle est équipée d'un capteur de
force interchangeable, fixé sur la traverse mobile, d'un capteur de
déplacement, de deux attaches (mors) mobiles.
~2~
Les principaux éléments de l’appareil de base sont les suivants :

1. Socle de la machine 
2. Chassis avec traverse fixe
3. Cadre de charge avec traverse supérieure
4. Cadre de charge avec traverse inferieur
5. Système hydraulique composé d’un vévin principale
6. Système hydraulique composé d’un vévin de transmission
avec volant à main
7. Affichage de la force
8. Affichage de l’allongement au moyen d’un compteur à cadran
9.  Tete de serrage 
10. Echantillon
11. Doté poignées

~3~
2) Des éprouvettes :

5.Principe de l’éssai de traction :


L’essai de Traction est le moyen le plus couramment employé pour
caractériser le comportement mécanique d’un matériau sous une
sollicitation progressive à vitesse de chargement faible ou modérée .

L’éprouvette est un barreau cylindrique rectifié de section circulaire


rigoureusement constante dans sa partie centrale.

~4~
7. Diagramme de Traction :

Zone OA : domaine des déformations élastiques ou réversibles, une


zone linéaire si l'on cesse la charge, l'éprouvette retrouve ses
dimensions initiales
Zone AC: la déformation n'est plus complètement réversible. La
déformation est plastique, si l’on cesse la charge, l’éprouvette ne
revient pas a son état initial, elle a subit une déformation permanente.
L’allongement a lieu avec une diminution régulière de la section tout au
long de l'éprouvette.
Zone CD: la déformation plastique se localise dans une petite portion
de l'éprouvette et n'est plus homogène, c'est la striction on aboutit à la
rupture en D. les allongements croissent avec une diminution de la
charge.
~5~
7. Travail expérimental :
a) Principe  :
Sur une machine d’essais universelle une éprouvette à section
circulaire est sollicitée à la traction. On applique une force normale
de traction croissante sur l’éprouvette et on enregistre à chaque
fois la valeur de la force (F) à l’aide d’un manomètreet
l’allongement (∆L) à l’aide d’un comparateur.

b) La longueur Initiale de l’éprouvette L0  :

L0=165 mm
c) Le diamètre de l’éprouvette:

D= 8 mm
d) La section de l’éprouvette :

S= 50.27 mm2
π D 2 π 82
S= =
4 4

~6~
e) La force (F)et l’allongement (∆L):

Points 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

F.103 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28
[N]
∆L
0.125

13.95
0.02

0.25

0.63

1.02

1.97

2.53

3.15

4.80

6.75
1.4

9.4

16
[mm]

 diagramme force-allongement  :
35

30

25

20
F*10^3[N]

15

10

0
0 5 10 15 20 25 30
∆L[mm]

~7~
à l’aide de ce graphe on peur obtenir par calcul le graphe de la
contrainte en fonction de l’allongement relatif.

Remarque : On remarque que la courbe de traction peut être


devisée en trois zones :

Zone élastique :0<F<Fela courbe est linéaire

Tant qu’on exerce une force inferieur ou égale à la force à la limite


élastiqueFe, on obtient un allongement proportionnelà la force,

Si on élimine la charge (F=0) l’éprouvette revient a sa longueur


initiale L0 .

Zone élastoplastique:Fe<F<Frla courbe n’est plus linéaire

On remarque le l’allongement augmente et l’éprouvette garde sa


forme cylindrique. Si on élimine les charges (F=0) l’allongement
reste et l’éprouvette ne revient pas a sa longueur initiale L0 .

Zone plastique :l’allongement est important

On remarque une apparition de striction sur L’éprouvette et au


dernier point de la courbe y a eu la coupure. Comme le montre la
figure ci-dessous.

~8~
Les caractéristiques mécaniques obtenues :
1. La résistance élastique :Re [N/mm2]

Fe
ℜ=
S0
Fe :La force à la limite élastique

S0 : section de l’éprouvette

2. La résistance à la rupture :Rr [N/mm2]

Fr
Rr= Fe :La force de rupture
S0

S0 : section de l’éprouvette

3. La déformation :ε[sans dimension]  

∆L
ε=
L0

~9~
~ 10 ~
f) La contrainte (σ) et la déformation (ε) :
Point 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
s

σ
119.35

159.14

198.92

238.71

278.49

318.28

358.06

397.85

437.63

477.42

517.20

596.77

636.56
39.78

79.57

557
[N/mm2]
0

ε
0.041

0.208

0.457

0.832

12.39

15.35

19.30

22.33

45.76

70.72
2.57

4.40

5.90

7.94

9.94

100
0

[%]

 Le diagramme de traction
700
636.56
600 596.77
557
517.2
500
477.42
437.63
[N/mm2]

400 397.85
358.06
318.28
300
278.49
σ

238.71
200 198.92
159.14
119.35
100
79.57
39.78
0 0
0 20 40 60 80 100 120
ε

~ 11 ~
Remarque : quand on a devisé les forces par la section initiale et
l’allongement par la longueur initiale on a eu la courbe de la
contrainte en fonction de la déformation, avec les même zones
obtenu dans la courbe précédente.

 Dans cette nouvelle représentation de la courbe de traction on va


limiter notre étude dans la zone élastique (la zone linéaire)
puisque la pièce revient a sa position initiale lorsque les charges
sont éliminées.

1. Condition de la résistance :

Pour assurer la sécurité de la pièce, il faut que la contrainte normale


soit inferieur ou égale a la contrainte pratique (admissible).
σ ≤σp

2. la résistance élastique :
Fe 8∗103
ℜ= =
S 0 50.27
Re=159.14 N/mm2

Re=1.59*108N/m2
3. la résistance à la rupture :
Fr 32∗10 3 Rr=636.56 N/mm2
Rr= =
S0 50.27
Rr=6.36*108N/m2

4. le module de Young :
Points 1 2 3 4 5 6

E 97024.39 38254.80 26115.97 19127.40 7740.07 5425.22


2
[N/mm ]

~ 12 ~
6

∑ Ei
Emoy = i=1
6

À l’aide du graphe on peut obtenir par calcul dans la zone élastique

le module d’élasticité longitudinal de la loi de Hooke.

On remarque que le graphe dans la zone élastique c’est une droite


qui passe par l’origine son équation s’écrit sous la forme

Mathématique Y=aX (1)

Graphiquementσ=E*ε(2)

Par identification entre (1) et (2) , on aura  : a=E


∆ σ 79.57−39.78
E p =tgα= =
∆ ε 0.208−0.041
100

E p =23826.34 N /mm2=0.238∗1011 N /m2

Remarque  :

àLa différence entre Ep et Eth=2*1011N/m2est remarquable, l’erreur


due probablement au matériel (graduation, rigidité et stabilité du
matériau..) ou elle est due à l’operateur (mauvaise lecture,
mauvaise manipulation) ou à la pièce.

8. Conclusion :
Dans ce TP,nous avons connaitre le fonctionnement d’une machine de
traction et de capture qui y sont appliqués,nous avons aussi mesuré des
courbes de traction sur des alliages d’aluminium, et de l’acier

Ce TP nous a permis de mieux comprendre le comportement des


matériaux a la traction

~ 13 ~